Vous êtes sur la page 1sur 10

ÉCOLE POLYTECHNIQUE DE MONTRÉAL

DÉPARTEMENT DE GÉNIE MÉCANIQUE

COURS MTR2000 – MATÉRIAUX MÉTALLIQUES

CONTRÔLE PÉRIODIQUE 1 - AUTOMNE 2008

CORRIGÉ

DATE : Mardi, 30 septembre 2008 de 18h30 à 20h00 PONDÉRATION : 25 %

NOM : ____________________________ PRÉNOM : __________________________

MATRICULE : ______________________

SIGNATURE : ______________________

CHARGÉS DE COURS : Frédéric Gemme Aucune documentation permise,


Richard Lacroix calculatrice non-programmable autorisée.

Le questionnaire comprend 5 questions pour un total de 25 points.


Répondre aux questions sur le formulaire de réponses intégré au questionnaire.
Vous pouvez utiliser le verso de la page précédente en cas de besoin.
Cours MTR2000 – Matériaux Métalliques Contrôle périodique 1 Automne 2008

Question N°1 (6 points)


On effectue un essai de traction sur une éprouvette de 9 mm de diamètre et de 180 mm de longueur. On
observe que : le diamètre s’est réduit de 10 µm sous une charge de 50 kN durant la déformation
élastique ; et que la limite conventionnelle d’élasticité Re0,2 est atteinte pour une force de 99 kN et un
allongement total de 1,7 mm. La force maximale que peut supporter l’éprouvette est de 125 kN.
a) Quelle est la limite conventionnelle d’élasticité à 0,2% de déformation plastique de cet alliage ?
(0,5 point)
Re0,2 est atteint pour une force de 99 kN, d’où :
F 99000 N
R e0,2 = = = 1556 MPa
S0 π ( 4,5 mm )2

Re0,2 = 1556 MPa

b) Quelle est la résistance à la traction de cet alliage ? (0,5 point)


Par définition, Rm est la contrainte maximale atteinte durant l’essai de traction, d’où :
Fmax 125000 N
Rm = = = 1965 MPa
π ( 4,5 mm )
2
S0

Rm = 1965 MPa

c) Quelle est la déformation totale εt (en %) sous une charge de 99 kN? (0,5 point)

Δl 1, 7 mm
εt = = = 0, 0094 = 0,94 %
l0 180 mm

εt = 0,94 %

d) Quel est le module d’Young de ce matériau ? (1,5 point)


La déformation totale calculée en c) est la somme d’une déformation plastique permanente (0,2 %) et
d’une déformation élastique réversible, d’où :
εel = ε t − ε pl = 0, 0094 − 0, 002 = 0, 0074

Par définition, le module d’Young est défini par :


σ 1556 MPa
E= = = 209000 MPa = 209 GPa
εel 0, 0074

E= 209 GPa

2
Cours MTR2000 – Matériaux Métalliques Contrôle périodique 1 Automne 2008

e) Quel est le coefficient de Poisson de ce matériau ? (2 points)


Sous une force de 50 kN, nous sommes dans le domaine élastique et la déformation diamétrale (εx) est
Δd −0, 01 mm
donnée par : ε x = = = −0, 0011
d0 9 mm

Sous cette même force, la déformation selon l’axe de traction (εz) est obtenue via la définition du
module d’Young :
σ F 50000 N −ε x − ( −0, 0011)
εel = = = = 0, 0038 d’où ν= = = 0, 29
E S0 E π ( 4,5 mm )2 209000 MPa εz 0, 0038

ν= 0,29

f) Quelle est l’énergie élastique emmagasinée dans l’éprouvette sous une force de 105 kN? (1 point)

F 105000 N
σ= = = 1650,5 MPa
S0 π ( 4,5 mm )2

L’énergie élastique emmagasinée dans le volume de l’éprouvette est donnée par :

(1650,5 x 106 Pa )
2
σ2
π ( 0, 0045 m ) ( 0,180 m ) = 75 J
1 2
W = w el V = σεelS0 l0 = S0 l0 = 9
2 2E 2 x 209 x 10 Pa

W= 75 J

Question N°2 (5 points)


La maille élémentaire de l’aluminium (Al) est représentée à la page suivante.
Données : Nombre d’Avogadro : NA = 6,022 x 1023 mole-1
Masse atomique : AAl = 26,98 g/mole
Rayon atomique : R = 143,2 pm (1 pm = 10-12 m)

a) Quel est le réseau de Bravais de l’aluminium? (0,5 point)


Cubique à faces centrées (CFC)

b) Quel est le motif ? Justifiez votre réponse. (0,5 point)


Le motif est un atome d’aluminium, car chaque nœud de la maille est associé à un atome

d’aluminium.

c) Identifiez les sites X et Y ? (0,5 point)

Site X : Site octaédrique

Site Y : Site tétraédrique

3
Cours MTR2000 – Matériaux Métalliques Contrôle périodique 1 Automne 2008

Y
a/4

a/4 a

Al :
a/4
a
α = β = γ = 90°
d) Quel est le paramètre de la maille a ? (0,5 point)
Dans une structure CFC, les atomes se touchent sur la diagonale d’une face, soit selon une direction
de la famille <110>. D’où :
4R
4R = a 2 et a = = 405 pm
2

a= 405 pm

e) Quelle est la masse volumique théorique ρ (en g/cm3) de l’aluminium? (1 point)


Dans la maille CFC, on compte (8 x 1/8) + (6 x ½) = 4 atomes / mailles
La densité est obtenue par :
4 atomes 1 mole A g 1 4 x 26,98
ρ= = = 2, 7 g cm
3
x x Al x 3
( 6, 022 x 10 ) x ( 405 x 10 )
3 − 3
maille N A atomes mole a cm 23 10

ρ= 2,7 g/cm3

4
Cours MTR2000 – Matériaux Métalliques Contrôle périodique 1 Automne 2008

f) Quelle est la densité surfacique (en atomes/nm2) d’atomes d’aluminium dans le plan (111)?
(1,5 point)
(Voir la Figure 3,14 d) du livre Des Matériaux)

Une surface comprise dans le plan (111) est représentée par un parallélogramme ayant une base a 2
et une hauteur a 6 2 .

Cette surface comprend (4 x ¼) + (4 x ½) + 1 = 4 atomes. La densité surfacique peut donc être


calculée par :
4 atomes
D(111) = = 14,1
a 2 x a 6 2 nm 2

D(111) = 14,1 atomes/nm2

g) Quelle est la grandeur (en nm) du vecteur de Burgers d’une dislocation-coin dans l’aluminium?
(0,5 point)
Le vecteur de Burgers a une longueur correspondant à une distance interatomique selon une direction
dense, d’où :
r a 2
b = = 0, 286 nm
2

= 0,286 nm

5
Cours MTR2000 – Matériaux Métalliques Contrôle périodique 1 Automne 2008

Question n° 3 (4 points)
On effectue un essai de traction sur une éprouvette prélevée dans une
plaque d’épaisseur e = 3 mm et faite en alliage d’aluminium 7475 T6
dont quelques propriétés sont données dans le tableau ci-dessous. La
structure cristalline de l’alliage est cubique à faces centrées.
L’installation de l’éprouvette dans les mors de la machine de traction
est illustrée à la figure ci-contre. L’éprouvette a une largeur d = 20 mm
et une largeur D = 30 mm; la distance initiale L0 entre les points de
référence A et B de la zone utile est égale à 10 cm et le rayon de
courbure au congé est r = 1,5 mm.
r

Module d’Young 70 GPa d


Limite d’élasticité 496 MPa
Résistance à la traction 552 MPa
Allongement à la rupture 12 %
D
Coefficient de dilatation linéique 23,4 × 10-6 °C-1

6
Cours MTR2000 – Matériaux Métalliques Contrôle périodique 1 Automne 2008

h) À quelle force F (en kN) débutera la déformation plastique au niveau du congé? (3 points)
Sachant que D/d = 1,5 et r/d = 0,075, une valeur de KT = 2,28 est obtenue grâce à la figure de la page
précédente.
Pour qu’une déformation plastique se produise au niveau du congé, la contrainte locale doit atteindre
Re, d’où :
σ nom K T ≥ R e

Donc, la force nécessaire pour que cette condition soit atteinte est donnée par :

F = σ nomS0 =
Re
KT
S0 =
496 MPa
2, 28
( 20 mm )( 3 mm ) = 13050 N = 13, 05 kN

F= 13,05 kN

i) Déterminez la valeur de la cission critique à laquelle il y aura un glissement cristallographique sur le


plan (111) dans la direction ? (1 point)
Le système de glissement proposé est valide pour une structure CFC car le plan proposé fait partie de
la famille de plans de plus grande densité surfacique et la direction proposée fait partie de la famille de
directions de plus grande densité linéique. De plus, la direction proposée fait bien partie du plan.

D’autre part, l’échantillon est un polycristal. L’orientation du système de glissement (111) diffère
d’un cristal à l’autre. Pour certains de ces cristaux, cette orientation fera en sorte que la valeur
maximale du facteur de Schmidt (F.S. = 0,5) sera atteinte.
Ainsi, pour un matériau polycristallin,
R e 496 MPa
τ* = = = 248 MPa
2 2

τ∗ = 248 MPa

7
Cours MTR2000 – Matériaux Métalliques Contrôle périodique 1 Automne 2008

Question N°4 (6 points)


On réalise un essai de ténacité sur une éprouvette dont la forme est donnée par le schéma ci-dessous.
L’éprouvette a les dimensions suivantes :
W 66,0 mm
a 23,1 mm
e 22,0 mm
et est faite d’un matériau dont les propriétés mécaniques sont :
Re0,2 815 MPa
Rm 1200 MPa
A 20 %
L’éprouvette se rompt brutalement sous une force de 300 kN.

a) Quelle est la ténacité de ce matériau (indiquez les unités)? (2 points)


Comme a/W = 0,35, le facteur α a une valeur de 1,9. La valeur critique du facteur d’intensité de
contrainte (ténacité) du matériau est donné par :

αFRupture 1,9 ( 300000 N )


Kc = πa = π ( 0, 0231 m ) = 105,8 MPa m
We ( 66, 0 mm )( 22, 0 mm )

Kc = 105,8 MPa(m)1/2

8
Cours MTR2000 – Matériaux Métalliques Contrôle périodique 1 Automne 2008

b) Si la fissure avait eu une longueur initiale a = 9,5 mm, y aurait-il eu une rupture brutale de
l’éprouvette? Justifiez votre réponse par des calculs appropriés. (4 points)
Avec a = 9,5 mm, a/W = 0,14 et α = 1,25

Première approche :
La valeur critique de contrainte associée à une longueur de fissure de 9,5 mm est donnée par :
Kc 105,8
σc = = = 489 MPa
α πa 1, 25 π ( 0, 0095 )

Comme σc < Re0,2 (i.e. la contrainte critique sera atteinte avant la limite d’élasticité, la rupture est
brutale.

Seconde approche :
Le facteur d’intensité de contrainte K qui est atteint pour une contrainte égale à la limite d’élasticité est
donné par :

K = αR e πa = (1, 25 )( 815 ) π ( 9,5 x 10−3 ) = 176 MPa m

Comme le facteur d’intensité de contrainte K a une valeur supérieure à la valeur critique Kc, la rupture
se fera de manière brutale pour une telle longueur de défaut.

Rupture (oui ou non)?____oui_______

9
Cours MTR2000 – Matériaux Métalliques Contrôle périodique 1 Automne 2008

Question N°5 (4 points)


Des essais Charpy ont été menés sur deux matériaux à différentes température. Les énergies de rupture
en fonction de la température pour ces deux matériaux sont illustrées sur le graphique.

a) Pour chacun des matériaux, évaluez la température de transition ductile-fragile (TTDF) basée sur la
moyenne des énergies de rupture ductile et fragile. (2 points)

(TTDF)1 = -100 °C (TTDF)2 = -75 °C

b) Si on envisage une application cryogénique autour de -100°C, lequel des deux matériaux est-il le
plus risqué d’utiliser? Justifiez votre réponse. (1 point)
Le matériau 2 présente une fragilité plus importante à -100°C. En d’autres termes, l’énergie

nécessaire pour accomplir la rupture du matériau 2 est inférieure. Il est donc plus risqué d’utiliser

le matériau 2.

c) Les matériaux 1 et 2 possèdent-ils une structure cristalline cubique centrée (C.C.) ou cubique à
faces centrées (C.F.C.)? Justifiez votre réponse. (1 point)
Seuls les matériaux CC deviennent complètement fragile sous une certaine température. Ces 2

matériaux ont donc une structure cubique centrée car ils présentent une transition marquée de

l’état ductile à l’état fragile lorsque la température diminue.

10