Vous êtes sur la page 1sur 33

MODULE 07:

Technologie en chaudronnerie et tuyauterie

30 h

LOGO
Par: M. MAGRI
LOGO
I. OXYCOUPAGE
1. Introduction

QU’EST CE QU’UN COUPAGE THERMIQUE :


C’est l’action de couper un matériau en utilisant un procédé dégageant
et utilisant une source de chaleur.
LES DIFFERENTS PROCEDES DE COUPAGE THERMIQUE :
• L’oxycoupage.
• Le coupage plasma.
• Le coupage laser.

Par: M. MAGRI
LOGO
I. OXYCOUPAGE
2. Définition
« L’oxycoupage est une opération de coupage par combustion
localisée et continue sous l’action d’un jet d’oxygène, agissant en un
point préalablement porté à une température d’environ 1300°C, dite
température d’amorçage ».
On utilise la capacité du fer à brûler dans l’oxygène.
Combustion : c’est le fait, de réunir un combustible (Le fer) à un
comburant (L’oxygène) en dégageant de la chaleur.
Comburant : se dit d’un corps (L’oxygène) qui, par combinaison avec
un autre (Le fer), amène à la combustion de ce dernier .

Capacité de coupe : de 𝟑 𝒎𝒎 à 𝟏 𝒎 et plus

Par: M. MAGRI
LOGO
I. OXYCOUPAGE
3. Principe
Le principe de fonctionnement peut-être assimilé au chalumeau oxycoupeur.
 Etape 1 :
Nous avons dans un premier temps une flamme de chauffe composé
d’oxygène (appelé oxygène de chauffe) et d’acétylène (le gaz combustible).
La flamme de chauffe amène la pièce à la température d’amorçage 𝟏𝟑𝟎𝟎°𝑪.

Par: M. MAGRI
LOGO
I. OXYCOUPAGE
 Etape 2 :
Une foi la pièce à environ 𝟏𝟑𝟎𝟎°𝑪, un jet d’oxygène sous une pression
prédéfinie se déclenche automatiquement. Il traverse la pièce en brûlant le fer.
(la coupe est amorcée et entretenue par la flamme de chauffe)

Par: M. MAGRI
LOGO
I. OXYCOUPAGE
 Etape 3 :
Une foi la pièce traversée, la coupe démarre à une vitesse elle aussi prédéfinie.
Lors de la coupe, le jet d’oxygène dégage des scories (métal fondu).

Par: M. MAGRI
LOGO
I. OXYCOUPAGE
4. Composants d’un poste d’oxycoupage et accessoires
Un poste d’oxycoupage se compose de divers éléments dont il faut bien
connaître le rôle afin d’effectuer les coupes de manière adéquate et
sécuritaire. Un poste d’oxycoupage comporte les éléments suivants:
1. bonbonne d’oxygène
2. bonbonne de gaz combustible
3. manodétendeurs ou régulateurs
4. Valves
5. Boyaux
6. Raccords
7. chalumeau coupeur
8. tête de coupe
9. Nettoyeur de buse
10.Allumoir
11.Gants sécuritaires en cuir

Par: M. MAGRI
LOGO
I. OXYCOUPAGE

Les postes d’oxycoupage peuvent êtres fixes ou mobiles. Lorsqu’ils sont


mobiles, on utilise un chariot pour les transporter.
Outre les postes de coupage manuels, on trouve aussi des postes de coupage
semi-automatiques.

Par: M. MAGRI
LOGO
I. OXYCOUPAGE
5. Chalumeau coupeur
Il existe deux types de chalumeaux coupeurs:
 Le chalumeau coupeur complet
 La lance de coupe.

La tête du chalumeau coupeur est conçue pour recevoir une buse, qu’on
appelle tête de coupe. Le chalumeau coupeur complet se raccorde
directement aux boyaux d’oxygène et de gaz combustible

Par: M. MAGRI
LOGO
I. OXYCOUPAGE
6. Tête de coupe
Il existe différents modèles de têtes de coupe pour les chalumeaux coupeurs.
Le choix de la tête de coupe s’effectue principalement en fonction de la
nature du travail à effectuer.
Elle est en cuivre percée de plusieurs orifices circulaires :
• Un trou central assurant le passage de l'oxygène de coupe
• Plusieurs trous disposés autour du précédent permettant la
formation de la flamme de chauffage.

Par: M. MAGRI
LOGO
I. OXYCOUPAGE

Par: M. MAGRI
LOGO
I. OXYCOUPAGE

Par: M. MAGRI
LOGO
I. OXYCOUPAGE
Bref Résumé:
• L’oxycoupage repose sur l’oxydation du métal de base.
• L’oxycoupage convient principalement aux aciers.
• L’oxygène est le gaz comburant. Il permet la combustion du gaz combustible et
l’oxydation du métal.
• L’oxycoupage peut s’effectuer en combinant l’oxygène avec l’un des gaz com-
bustibles suivants acétylène, propane, gaz naturel, hydrogène, MAPP.
• Les composants d’un poste d’oxycoupage sont semblables à ceux du poste à souder
oxyacétylénique; c’est principalement le chalumeau coupeur qui le différencie.
• Il existe deux types de chalumeaux coupeurs manuels:
- le chalumeau coupeur complet;
- la lance de coupe.
• Le chalumeau coupeur complet se raccorde directement aux boyaux d’oxygène et
de gaz combustible.
• La lance de coupe se raccorde au manche du chalumeau soudeur.
• Le choix d’une tête de coupe s’effectue selon la nature du travail à effectuer.
• La capacité des têtes de coupe dépend du nombre de flammes de chauffe et du
diamètre des orifices.

Par: M. MAGRI
LOGO
I. OXYCOUPAGE
Exercice de recherche:
1. À quels métaux l’oxycoupage convient-il particulièrement?
2. Sur quel phénomène chimique repose l’oxycoupage?
3. Énumérez les deux fonctions de l’oxygène lors de l’oxycoupage.
4. Quel gaz combustible produit la flamme à la température la plus élevée lorsqu’il
est combiné à l’oxygène?
5. Indiquez deux avantages du MAPP lorsqu’on l’utilise en oxycoupage.
6. Comparativement à l’acétylène, quels avantages présente le propane?

Pour répondre veuillez lire attentivement le dossier Oxycoupage qui


sera partagé sur le groupe

Par: M. MAGRI
LOGO
I. OXYCOUPAGE
7. Combustibles:

Par: M. MAGRI
LOGO
I. OXYCOUPAGE
7. Aspects des coupes, Défauts, Origine:

Par: M. MAGRI
LOGO
I. OXYCOUPAGE

Par: M. MAGRI
8. SÉCURITÉ POUR MISE EN ROUTE DU POSTE

PROCÉDURE POUR LA MISE EN ROUTE 4

DU POSTE OXYACÉTYLÉNIQUE 11
7
13
6
1. Vérifier l’attache des cylindres 4 7

2. Enlever les chapeaux de sécurité 5


6
3. Purger la valve du cylindre (oxygène)
4. Fixer les manodétendeurs aux cylindres 2
10
5. Dévisser les vis de réglages 9

6. Fixer les boyaux aux manodétendeurs


7. Ouvrir les valves du cylindre 13

8. Drainer les boyaux


1
9. Fixer les valves antiretour au chalumeau
10. Fixer les boyaux aux valves antiretour
11. Régler les pressions
12. Vérifier les valves anti-retour au torche
13. Vérifier les fuites (raccords et boyaux)
14. Allumer
9. SÉCURITÉ POUR FERMETURE DU POSTE

PROCÉDURE POUR LA FERMETURE DU


POSTE OXYACÉTYLÉNIQUE 5
3

4
1. Fermer le robinet d’oxygène du chalumeau
6
2. Fermer le robinet d’acétylène du chalumeau
3. Fermer le robinet valve de la bouteille
d’oxygène
1
4. Fermer le robinet valve de la bouteille
2
d’acétylène
5. Ouvrir le robinet d’oxygène et purger le boyau.
Desserrer la vis de réglage du manodétendeur 5
d’oxygène
6
6. Ouvrir le robinet d’acétylène et purger le
boyau. Desserrer la vis de réglage du
manodétendeur d’acétylène
7. Fermer les robinets du chalumeau
8. L’appareil peut alors être démonté au besoin
9. Quand une bouteille est vide, suivre la
procédure et inscrire vide sur la bouteille et
placer un cerceau rouge sur celle-ci

2003,5,9 daiglepi
LOGO
II. DECOUPE PLASMA
1. Principe
Il met en œuvre une énergie concentrée sous forme d'un jet plasma à très haute
température (𝟏𝟓𝟎𝟎𝟎 à 𝟐𝟎𝟎𝟎𝟎°𝑪) qui fond le métal à son point d'impact et éjecte
le métal fondu hors de la saignée par sa force vive. Ce jet plasma est généré par
un arc électrique qui s'établit entre une électrode, interne à la torche et la
pièce.
Cet arc est placé dans un courant de gaz qui assure la génération du plasma. Il
s'échappe par un petit orifice qui lui confère finesse et rigidité.
Le coupage plasma peut intervenir sur tous matériaux conducteurs d'électricité.
2. Mise en œuvre
L'outil de base est une torches de coupage, qui se classe en 2 familles selon la
nature des gaz plasmagènes :

Par: M. MAGRI
LOGO
II. DECOUPE PLASMA
• Torches à écoulement laminaire :
Elles sont équipées d'une électrode pointue en tungstène et utilisent des mélanges
argon/hydrogène ou azote. Ces gaz sont éjectés parallèlement à l'électrode qui ne subit
pas de contraintes d'oxydation puisque l'argon et l'azote sont inertes et que
l'hydrogène est réducteur.
• Torches à écoulement en vortex :
Elles sont équipées d'une électrode comportant un insert en zirconium (métal très
émissif) qui stabilise le point de départ de l'arc. Elles utilisent l'air comme gaz.
L'électrode et l'utilisation d'un vortex visent à placer le point d'émission de l'arc en
dehors du courant gazeux et à éviter son oxydation.

Ecoulement laminaire Ecoulement en vortex


Par: M. MAGRI
LOGO
II. DECOUPE PLASMA
Remarques:
• Il faut prévoir des lunettes de protection pour l'utilisateur et une ventilation des
locaux.
• La précision de coupage est de 1 mm
• Le coupage peut être mis en œuvre avec des outils manuels ou automatiques.
Dans ce dernier cas, la machine peut former une cellule complète avec un
ordinateur. Celui ci assistera la préparation pour :
- calculer et dessiner la forme des pièces
- procéder à l'imbrication des pièces dans la tôle
- déterminer le parcours optimal de l'outil de coupage.

Par: M. MAGRI
LOGO
II. DECOUPE PLASMA
3. Création du jet de plasma :
Le jet de plasma est obtenu lors du passage d’un arc électrique dans un gaz
plasmagène.
Le plasma est le résultat de l’ionisation partielle ou totale du gaz.
Ionisation : le gaz se transforme partiellement ou totalement en éclatant ses
atomes. Les électrons sont alors libres, ils ne gravitent plus autour du noyau de
l’atome.
L’ionisation conduit à une très forte augmentation de la température autour de
l’arc électrique.

Par: M. MAGRI
LOGO
II. DECOUPE PLASMA
4. Schéma de découpage plasma :

Par: M. MAGRI
LOGO
III. PLIAGE
1. Définition :
C’est l’opération qui consiste à former un dièdre à partir d’une tôle plane. Le
pliage peut se réaliser soit manuellement soit mécaniquement, généralement à
froid. Aujourd’hui le pliage manuel est rarement utilisé. Les machines à plier
sont étudiées afin de pouvoir réaliser différents travaux de pliage.
2. Machines de pliage:
Le pliage peut se faire sur deux types de machines:
• Plieuse universelle: Elle fonctionne manuellement. C’est une machine
intéressante pour les pliages spéciaux car on y adapte n’importe quel
montage. Le travail est précis et propre, pour un faible coût.
• Presse plieuse: Ces machines ont été beaucoup utilisées dans l'industrie
de même forme que la plieuse universelle, mais de force plus importante,
elle est automatisée.

Par: M. MAGRI
LOGO
III. PLIAGE
1. Définition :
C’est l’opération qui consiste à former un dièdre à partir d’une tôle plane. Le
pliage peut se réaliser soit manuellement soit mécaniquement, généralement à
froid. Aujourd’hui le pliage manuel est rarement utilisé. Les machines à plier
sont étudiées afin de pouvoir réaliser différents travaux de pliage.
2. Machines de pliage:
Le pliage peut se faire sur deux types de machines:
• Plieuse universelle: Elle fonctionne manuellement. C’est une machine
intéressante pour les pliages spéciaux car on y adapte n’importe quel
montage. Le travail est précis et propre, pour un faible coût.
• Presse plieuse: Ces machines ont été beaucoup utilisées dans l'industrie
de même forme que la plieuse universelle, mais de force plus importante,
elle est automatisée. Aujourd'hui se sont les machines les plus utilisées
dans l'industrie. Les presses plieuses ont une force maximale qui va de 50
à 800 tonnes pour les chaudronneries légères et moyennes.

Par: M. MAGRI
LOGO
III. PLIAGE
3. Types de pliage:
On distingue entre deux principaux types de pliage:
• Le pliage en l'air
• Le pliage en frappe

3.1 Pliage en l’air:


C'est la technique la plus répandue. C'est un pliage par
déformation élastique, c'est pourquoi les outils (Vé et
vé) ont un angle de 88°. Cette méthode donne
d'excellente précision angulaire et met en jeu des
forces moins élevées par rapport au pliage en frappe,
on utilise les outils universels quelque soit l'angle
voulu.

Par: M. MAGRI
LOGO
III. PLIAGE

3.2 Pliage en frappe:


C'est un pliage par matriçage, comparable à un emboutissage. Les forces
mises en jeu sont de 5 à 6 fois celles requises pour réaliser le même pli en
pliage en l'air. C'est pourquoi le pliage en frappe est plutôt réservé aux tôles
minces (jusqu'à 1,5 à 2 mm). Le rayon intérieur de pliage (𝑹𝒊 ) est toujours
inférieur à l'épaisseur. L'élasticité du métal est éliminée par la pénétration du
poinçon dans la tôle. Pour chaque angle voulu il faut un jeu d'outil. Le pliage
en frappe est employé en tôlerie, pour des séries ayant des tolérances
angulaires serrées.
4. Outils de pliage:
Ils sont en acier traité, ou exécutés en éléments soudés pour certains
travaux. les outils simples : de formes variées ils sont les plus utilisés.

Par: M. MAGRI
LOGO
III. PLIAGE
Exemple de forme d’outils de pliage:

Par: M. MAGRI
LOGO
III. PLIAGE
5. Calcul en pliage:

Aspect de la zone Pliée

On constate que:
• Le pli s’effectue suivant un rayon
• Le pliage peut être considéré comme un cintrage localisé
• Les fibres extérieures s’étirent
• Les fibres intérieures se compriment
• Seule la fibre moyenne ne varie pas en longueur

Par: M. MAGRI
LOGO
III. PLIAGE
Caractéristiques d’un pli :
Un pli se caractérise par :
• L’épaisseur de la tôle 𝒆
• Le rayon intérieur de pliage 𝑹𝒊
• L’angle de pliage 𝜶
• La longueur de pliage 𝑳
Fibre neutre (moyenne):
La position de la fibre neutre dépend du rapport entre l’épaisseur et le rayon
intérieur de pliage ou de cintrage.
• La fibre neutre sera au 𝟏Τ𝟑 de l’épaisseur si 𝑹𝒊 < 𝟑 𝒆.
• La fibre neutre sera de 𝟏Τ𝟐 de l’épaisseur si 𝑹𝒊 > 3 𝑒.
Choix de l’outil Vé:
Le choix de l’outil Vé se fait selon l’épaisseur du métal à plier:
• pour 𝒆 < 𝟏𝟎 𝒎𝒎 ⇒ 𝑽é = 𝟖 𝒆
• pour 𝒆 > 𝟏𝟐 𝒎𝒎 ⇒ 𝑽é = 𝟏𝟎 𝒆
Par: M. MAGRI
LOGO
III. PLIAGE
Rayon intérieur:
Le rayon intérieur selon le Vé choisi est indiqué sur l’abaque de pliage.

Par: M. MAGRI
LOGO
III. PLIAGE
Exemple d’application:
Calculer la longueur développée du profil en S 235 JR défini ci-dessous. Le pliage
s’effectuera à la presse plieuse.

Par: M. MAGRI