Vous êtes sur la page 1sur 64

Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

NIVELLEMENT DIRECT

1- NIVELLEMENT DIRECT ORDINAIRE :

1.1 Principe :

Le nivellement direct, appelé aussi nivellement géométrique, consiste à


déterminer la dénivelée ΔHAB entre deux points A et B à l'aide d'un
appareil : le niveau (ci-contre un NAK20) et d'une échelle verticale
appelée mire. Le niveau est constitué d 'une optique de visée tournant
autour d'un axe vertical (fig.3.) : il définit donc un plan de visée
horizontal (fig.1.).
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

La mire est placée successivement sur les deux points. L'opérateur


lit la valeur ma sur la mire posée en A et la valeur m a sur la mire posée
en B. La différence des lectures sur mire est égale à la
Dénivelée entre A et B. Cette dénivelée est une valeur algébrique dont le
signe indique si B est plus haut ou plus bas que A (si ΔH AB est négative
alors B est plus bas que A).

 la dénivelée de A vers B ΔHAB=ma- mb


est ΔHAB=mb –ma

 la dénivelée de B vers A
est H d'un point A est la distance comptée suivant la verticale
L'altitude A

qui le sépare du géode (surface de niveau 0, voir chapitre 2). Si l'altitude


du point A est connue, on peut en déduire celle du point B par

HB =HA+ ΔHAB
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

Remarque : L’altitude est souvent notée Z au


lieu de H, Attention aux éventuelles
confusions avec les coordonnées
géocentriques (X, Y, Z ).

La portée est la distance du niveau à la mire


elle varie suivant le matériel et la précision
cherchée. Et doit être au maximum de 60 m en
nivellement ordinaire et 35 m en nivellement
de précision. Dans la mesure du possible,
Fig 2. : Égalité des portée l'opérateur place le niveau à peu près à égale
distance de A et de B (sur la médiatrice à de
AB, fig 2) de manière à réaliser l’égalité des
Portées
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

EXEMPLE D’APPAREIL DU MESURE :


Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

Le niveau

Principe de fonctionnement
Le niveau est schématiquement constitué d'une optique de visée
(lunette d'axe optique (O)) tournant autour d'un axe vertical
(appelé axe principal (P)) qui lui est perpendiculaire (fig.3.). Le
réglage de la verticalité de l'axe principal est fait au moyen dure
nivelle sphérique. L’Axe optique tournant autour de l'axe principal
décrit donc un plan horizontal passant par le centre optique du
niveau qui est l'intersection des axes (P) et (o).
L'axe principal (P) peut être stationné à la verticale d'un point
au moyen d'un fil à plomb, mais généralement le niveau est
placé à un endroit quelconque entre les points A et B. Si pos-
sible sur la médiatrice de AB (fig.5.2.).
Un niveau n'est donc pas muni d'un plomb optique comme
un théodolite.
Certains appareils possèdent une graduation (ou cercle
horizontal) qui permet de lire des angles horizontaux avec une
précision médioc re. De l'ordre de ± 0,25 gon : ils ne sont uti-
lisés que pour des implantations ou des levers grossiers.

27
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

Les éléments constitutifs d'un niveau sont les suivants :

-1. Embase .
-2-Vis calantes (3 vis)-
-3.Rotation lente
-4. Mise au point sur I'objet –
-5. Objectif
-6.Viseur d'approche rapide
-7 .Oculaire
-8. Anneau amovible.
-9. Contrôle de l’automatisme
-10. Compensateur à pendule
-11. Cercle horizontale
(Option sur le NA2)
-12. Nivelle sphérique
(Invisible ici).
Pour déterminer précisément (les dénivelées, l'appareil doit vérifier :
 la perpendicularité de (0) et (P)
 que le fil horizontal du réticule de visée est situé dans un plan
perpendiculaire à l’axe principal (P) ;
 que l'axe optique (0) est parallèle à la directrice de la nivelle, si
c'est une nivelle torique, ou que le plan décrit par l'axe optique (0)
tournant autour de l'axe principale (P) est parallèle au plan dans
lequel est inscrit le cercle de centrage de la bulle, si la nivelle est
sphérique.

28
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

Mise en station d'un niveau :


Le niveau n'étant pas (ou très rarement) stationné sur un point
donné, le trépied estime sur un point quelconque. L'opérateur doit
reculer après avoir positionné le trépied afin de s'assurer de
l'horizontalité du plateau supérieur. Lorsque le plateau est
approximativement horizontal. L’opérateur y fixe le niveau.

Le calage de la nivelle sphérique se fait au moyen des vis


calantes, comme indiqué sur la figure 5.4. : En agissant sur les deux
vis calantes VI et V2 (en les tournant en sera inverse l'une de l'autre),
l'opérateur fait pivoter le corps du niveau autour de la droiteD1. II
amène ainsi la huile de la nivelle sur la droite D2 parallèle à D3. En
agissant ensuite sur la vis calante V3, il fait pivoter le niveau autour
de la droite DI et centre ainsi la bulle dans le cercle de centrage de la
nivelle sphérique.
Ce calage n'est pas très précis car la nivelle sphérique est d'une
sensibilité relativement faible : par exemple. Pour un NA20, la
sensibilité de la nivelle sphérique est de 8'/2 mm soit une rotation

29
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

angulaire de 15 cgon pour un déplacement de 2mm.


Une erreur de calage de la bulle de 0,2 mm entraînerait donc une
erreur angulaire de =1,5 cgon.
La visée sur une mire placée à 35 m donne un écart e = 35.10 3.
Tantε=8mm sur la mire (voir fig. 5.5.). Nous verrons que les
lectures sur mire sont appréciées au millimètre près : cette erreur
due à l'imprécision de la nivelle est donc inacceptable.

En fait, sur un niveau moderne «lit «automatique »), le calage de


la nivelle sphérique ne sert qu'à approcher l'axe principal de la
verticale. L'horizontalité de la ligne de visée est ensuite calée
plus finement par un automatisme qui ne fonctionne
correctement que lorsque l'axe vertical est proche de la verticale.

Sur un niveau sans automatisme, Une nivelle torique de directrice


Parallèle à l'axe optique permet un calage précis de la ligne de
visée, mais elle doit être calée avant Chaque pointé sur mire (voir
N3 au paragraphe 3). Son calage et son réglage obéissent aux
mêmes principes que les nivelles toriques des théodolites.

30
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

Figure. 5 : erreur de lecture due à une nivelle fausse


Le niveau automatique :
Par abus de langage certains niveaux sont dits « automatiques »
laissant croire que tout se passe sans intervention humaine.
Comme nous l'avons vu au paragraphe précédent, la nivelle
sphérique permet un réglage d'approche de la verticalité de l'axe
principal. Lorsque celui-ci est proche de la verticale (dans une
certaine plage de débattement), l'axe optique est automatiquement
positionné à l'horizontale par un compensateur qui,
schématiquement, est un système mobile soumis à la pesanteur : sur
la figure 5.6., le compensateur est composé de deux prismes fixes et
d'un prisme mobile, libre d'osciller, suspendu à l'appareil par des fils.
Sous l'a 'fin de la pesanteur. La rotation du prisme mobile assure
l'horizontalité de la ligne de visser. Le compensateur peut aussi être
basé sur l'équilibre d'un liquide, par exemple le mercure.
Le compensateur fonctionne dans une plage de débattement donnée :
31
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

en dehors de cette plage. Le mécanisme est en butée et ne remplit


plus son rôle ; à l'intérieur de cette plage. Le compensateur oscille
librement. Cette plage est par exemple de 3()'(0,6gon) pour un NA2,
ce qui est supérieur à la sensibilité de la nivelle de manière à être
certain que l'automatisme ne soit pas en butée.
La précision de calage obtenue par ce type d'appareil est excellente :
par exemple +03" (0.9 dmgon) pour un NA2 induit un écart de -+
0.05 nuit sur la mire à 35 m

Fig. 6. Schéma d'un compensateur à pendule


Un bouton de contrôle, souvent appelé par erreur automatisme
dans les documentations. Permet de s'assurer du bon fonctionnement
du compensateur. L'opérateur appuie sur ce bouton avant d'effectuer
chaque visée, ce qui fait osciller prisme mobile. II peut ainsi s'assurer
que l'image de la mire oscille librement et stabilise rapidement. Ceci
permet de contrôler que le niveau est toujours bien positionné avant
chaque mesure. Pour qu'il soit utilisable, le compensateur doit avoir

32
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

un temps d'oscillation très court; il est donc amorti de manière


magnétique (aimant permanent, pneumatique, etc. Sur certains
appareils, comme le NA820 ou le NA824 de leica, ce bouton de
contrôle est remplacé par un voyant intégré à l'optique de visée : on
le soit donc en permanence pendant la visée; il vire au rouge lorsque
le compensateur est tu dehors de la plage de fonctionnement.
La fiabilité, la facilité d'emploi et la précision des appareils dits
«automatiques»font qu'ils s'imposent depuis quelques années comme
matériel de hase pour tous les types de nivellement.
La lunette :
C'est une lunette du type « lunette astronomique » composée d'un
oculaire (o), d'un objectif (h), d'un dispositif de mise au point (m) et
d'un réticule (r), (fig. 7)
Placé du coté de l'objet, l'objectif (b) est un système optique fixe
convergent à grau& distance locale qui fournit une image virtuelle
renversée de l'objet visé. La mise au point est faite par une lentille
divergente mobile (m).
Placé du coté de l'oeil, l'oculaire (o) est un ensemble de lentilles, dont
certaines sont mobiles, qui permet d'agrandir et de redresser l'image
virtuelle de l'objet.
Le réticule (r) est une plaque de verre sur laquelle sont gravées des
lignes définissant l'axe optique (fil niveleur (n) et fil vertical (v), fils
stadimétriques (s') et (s), fig.7. et.8.).
L'axe optique est la droite joignant la croisée des fils du réticule et le
centre optique de l'objectif.

33
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

La lunette schématisée sur la figure 5.7est une lunette à mise au


point interne, technologie actuellement la plus courante dont
l'avantage principal est une meilleure étanchéité.
Le schéma optique, simplifié, fait apparaître une première image de
l'objet visé inversée et mise au point dans le plan du réticule par
l'ensemble objectif (b) et lentille mobile (ni). Cette image est ensuite
redressée et agrandie par l'oculaire (o). l.a mise au point de l 'oculaire
est telle que l'observateur accommode ses yeux à l'infini, position la
plus reposante pour une personne n'ayant pas de problèmes de vue.
On conseille d'ailleurs souvent (le garder les deux yeux ouverts
lorsque l'on regarde dans une lunette de ce type.
Le réglage de la netteté du réticule et de l'image de I'objet visé se fait
comme suit :

34
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

1-réglage de l'oculaire jusqu'à obtenir la netteté maximale sur les fils


du réticule, l'objectif étant calé à l'infini ;
2- réglage (le l’objectif : amener l'image (le l'objet visé dans le plan du
réticule. À la fin de ce deuxième réglage, l'image et le réticule
doivent être nets. Affiner si nécessaire
Pour contrôler la qualité d'un réglage, l'opérateur peut, en déplaçant
la tête devant l'objectif soit de gauche à droite soit de haut en bas,
s'assurer qu'il n'y a pas de parallaxe. S'il y a de la parallaxe, les fils
semblent se déplacer par rapport à l'image puisque l'image n'est pas
exactement dans le plan du réticule.
Les caractéristiques d'une lunette (voir tableau au paragraphe 1.4.)
sont :
Le grossissement G est défini comme le rapport entre l'angle sous
lequel on voit un objet à travers l'objectif et l'angle sous lequel il est
vu à l'oeil nu. Il est approximativement égal au rapport dei distances
focales de I'oculaire et de l'objectif (G = Fobjectif / foculaire).
Par exemple. pour un télescope astronomique du type Newton, la
distance focale du miroir étant de 1000 mm, la distance focale de
l'oculaire étant de 8 mm. On obtient un grossissement de I25x,
largement suffisant pour distinguer les anneaux de Saturne ou les
satellites de Jupiter.
La clarté d'une lunette est le rapport entre l'éclairement obtenu à
travers l'optique et celui obtenu à l’oeil nu. Plus le grossissement G
est important, moins la lunette est claire.
Le champ est la partie de l'espace visible à travers la lunette. Plus le

35
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

grossissement est important. Plus l'angle de champ est petit. Un


champ maximal est souhaitable poule côté pratique de l'utilisation de
l'instrument.
Le pouvoir séparateur, ou acuité visuelle, est l'angle minimal à partir
duquel deux points peuvent être distingués. Le pouvoir séparateur de
l'oeil humain est de l'ordre de 4 cgon (en visée monoculaire). Pour
une lunette de grossissement G, il est d'environ 200/G dmgon, par
exemple 10 dmgon pour un grossissement G=20.
Les aberrations de l'optique sont les différents défauts des lentilles et
groupes de lentilles : sphéricité, astigmatisme, chromatisme,
courbure de champ. Volume de champ et distorsion. Ces défauts sont
corrigés au mieux par la combinaison de plusieurs lentilles
convergentes et divergentes composées de matériaux différents.
1.2.5 Lecture sur mire :
I.a mire est une échelle linéaire qui doit être tenue verticalement
(elle comporte une nivelle sphérique) sur le point intervenant dans la
dénivelée à mesurer. La précision de sa graduation et de son maintien
en position verticale influent fortement sur la précision de la
dénivelée mesurée.
La mire classique est généralement graduée en centimètre. La
chiffraison est sou-vent en décimètre (fig. 5.8.).
Il existe des mires à graduation renversée pour les optiques ne
redressant pas l'image (anciens modèles).

36
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

Le réticule d'un niveau est généralement constitué de quatre fils :


 le fil stadimétrique supérieur (s), qui donne une lecture m sur la
mire :
 le fil stadimétrique inférieur (s), qui donne la lecture m, sur la mire
 le fiI niveleur (n), qui donne la lecture m sur la mire :
 le fil vertical (v), qui permet le pointé de la mire ou d'un objet.
La lecture sur chaque fil est estimée visuellement au millimètre près
(6,64 dm sur la figure 5.8., fil niveleur). I.es stadimétriques
permettent d'obtenir une valeur approchée de la portée (voir § 1.2.6).
Pour chaque lecture, il est judicieux de lire les trois fils horizontaux
de manière à éviter les fautes de lecture : on vérifie en effet,
directement sur le terrain, que : m = (m1 + m2) / 2
Par exemple, figure 5.8. : 6,64 dm = (5.69 + 7,60)2.
On peut estimer l'incertitude d'une lecture par interpolation sur une
mire centimétrique à4lGegon (voir aussi chapitre 3, § 2.4.1). G étant
le grossissement de la lunette. Si l'on désire une incertitude de lectu re
de I mute avec une lunette de grossissement G = 24x, la portée

37
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

maximale de visée devra être de :


DMax = 1.10-3 (4/24.10-2 ./200) = 38 m.
Pour une lecture sur mire Invar (voir § 3.2), l'incertitude sur le pointé
est de l'ordre de I1G à 2/G cgon. Ce qui donne pour un niveau de
précision G = 40 et pour obtenir une incertitude de I «ordre du
dixième de millimètre :
Dmax = 0.1 x 10-3(2/40. 10-2. /200) = 46 m.
La portée maximale usuellement retenue est de l'ordre de 30 m du
niveau à la mire en nivellement de précision.
Estimation du porté par stadimétrie :
La portée, c'est-à-dire la distance horizontale entre le point de
station et le point visé, est utile dans les calculs de cheminement
Disposer d'un ordre ale grandeur de cavaleur est nécessaire, par
exemple, pour vérifier l'égalité des portées. C'est le rôle des fils
stadimétriques qui, par lecture de la valeur L = m1 – m2 interceptée
sur la mire, permettent de calculer la distance horizontale Dh sp à ± 14
cm près (fig. 5.9.).

38
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

formules de stadimétrie :
Nous allons établir la formule de stadimétrie ; pour cela, nous
raisonnons à
Partir du schéma simplifié de la figure 5.10.a où l'image de l'objet
vue par I'opérateur est renversée. Si l'on considère que la mire
utilisée est renversée, on retrouve la situation classique : le fil
stadimétrique supérieur (s') lit la valeur la plus grande m1 et le fil (s)
lit la valeur m2. f étant la distance focale de l'objectif, on peut écrire :
  m  m2 s
tan    1 
 2  2Dh  E  2 f

Le rapport slf est une constante de l'appareil. E est appelée constante


(ou correction)
f 1
D’anallatisme. Posons : K
s 2 tan  / 2

K est appelée constante stadirnétrique. La valeur usuelle de K


Est K= 100 (  1/100rad soit 0,6366 gon ou encore 0,5 m à 100 m).

39
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

De la première équation, on déduit : Dh = K (m1- m2) +E


Est appelée constante d'addition.
Pour les appareils modernes à mise au point intérieure, la constante
d'addition Eu réduite par construction à une valeur négligeable vis-à-
vis de la précision obtenue sur N Pour les appareils à mise au point
extérieure, E est de l'ordre de 30 cm.
Finalement, on obtient (avec E = 0) : Dh = K (m1 – m2) = KL.
1.2.6.2 précisions de l’évaluation de Dh :
Le manque de précision sur la connaissance de Dh vient
essentiellement de la valeur de la constante stadimétrique qui
multiplie les erreurs de lecture sur mire par 100.
La précision sur la distance horizontale Dh est de l'ordre de i 14 cm à
35 m avec un niveau-classique (type NAK), ce qui est médiocre et ne
fournit qu'un ordre de grandeur de Dh suffisant pou- les calculs
grossiers ou pour les compensations on peut obtenir une valeur
approchée de Dh à ± 1,4 cm près à 35 ni si l'on utilise un niveau de
précision (type NA2 avec micromètre et mire Invar). Par exemple, si
l'on reprend la figure 5.8., Dh = 100. (7,60 - 5,69) = 191 dm donc Dh
= 19,1 m ± 1,4 dm

40
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

Contrôle et réglage du niveau :


réglages de la nivelle :

La directrice de la nivelle torique ou le cercle de centrage de la


nivelle sphérique doivent être inscrits dans un plan perpendiculaire à
l'axe principal. Pour contrôler une nivelle, procédez ainsi :
 calez la nivelle dans une position bien définie de l'appareil
(repérez-vous sur le cercle horizontal) ;
 faites pivoter le niveau de 200 gon et vérifiez. que la nivelle reste
dans ses repères
 si ce n'est pas le cas, ramenez la bulle vers la position centrale de
la moitié de son décalage au moyen de ses vis de réglage. l'aut re
moitié étant rattrapée par les vis calantes du niveau.
Recommencez la vérification jusqu'à obtenir un défaut négli-
geable.

41
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

réglage du réticule :
Le fil horizontal du réticule doit être situé dans un plan
perpendiculaire à l'axe principal.
Le contrôle et le réglage s'effectuent ainsi :
 choisissez un point bien défini coïncidant avec le fil horizontal du
réticule
 faites pivoter la lunette avec le mouvement lent et vérifier que le
réticule resteto contact avec le point choisi ;
 si ce n'est pas le cas, ramenez le réticule sur le point en agissant
sur son dispositif de réglage.
réglages de l’axe optique :
L'axe de visée (0) doit être perpendiculaire à l'axe principal (P).
L'axe de visée étal défini par le centre optique de l'appareil et la
croisée des fils du réticule, on peut modifie l'inclinaison de l'axe (0)
en agissant sur le réticule. Pour mettre en évidence un besoin de
réglage, il faut procéder comme suit :
 implantez deux points A et B distants d'environ 60m en terrain à
peu près horizontal et régulier :
 stationnez le niveau en C. milieu de AB et lire la dénivelée HAB
 stationnez en E, situé à 6 m de A à l'extérieur de AB, et lisez à
nouveau HAB
 déterminez par calcul la valeur du défaut éventuel f appelé défaut
d'horizontalité de l'axe de visée (ou encore, de manière impropre,
collimation verticale) ;

42
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

 si ce défaut est trop important, c'est-à-dire s'il provoque une erreur


de plus de 2 mm à 30 m, réglez l'appareil. Ceci peut se faire en
station en E. en ramenant la ligne de visée sur la lecture exacte
calculée précédemment (agir pour cela sur les vis de réglage du
réticule ; voir la documentation de l'appareil).
a. Explications et calculs :
La dénivelée réelle entre A et B est HAB = ma - mb. Si le
niveau possède un défaut  perpendicularité entre (0) et (P),
l'opérateur lit une dénivelée fausse HAB = m'a -mb. Or on peut
écrire :
m'a = ma + DAC tan 
mb= mb + DBC tant 
 m'a - m'b = ma – mb + (DAC – DBC) tan 

Puisque l'opérateur stationne au milieu de AB, D1, = on obtient m'a -


m'b = ma - mb = HAB . La dénivelée mesurée est égale à la

43
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

dénivelée réelle car l'effet de l'erreur d'inclinaison £ s'annule du fait


de l'égalité des portées CA et CB. Ceci signifie qu'en pratiquant
l'égalité des portées, on peut mesurer juste avec un appareil faussé, à
condition que son défaut reste faible. On peut admettre un écart
angulaire provoquant sur la mire une erreur de I'ordre du double de
l'appréciation de la lecture, qui est de 1 mm à 30 m. Donc  maxi est
tel que : tan  maxi = 2.10-3 /30, c'est-à-dire  maxi = 4 mgon

Sur la figure 5.12., les lectures m"a et m"b donnent cette fois une
dénivelée erronée HAB. C'est le calcul de cette dénivelée fausse qui
permet d'estimer le défaut d'inclinaison de l'axe optique .
On peut écrire :
ma = ma + DAE tan 
mb= mb + DBE tant 
 ma - mb = ma – mb + (DAE – DBE) tan 

Donc : tan  = ( ma - mb) –( ma – mb) / (DAE – DBE)

44
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

Donc finalement : tan  = HAB - HAB  / (DAE – DBE)


Il reste à calculer  et à le comparer à maxi  4 mgon. Suivant le
signe de e, on pourra même conclure sur le sens du défaut
d'inclinaison, à savoir si le niveau vise trop haut ou trop bas.
Remarque :
La manipulation doit être effectuée avec soin car la valeur calculée
de englobe lei erreurs de lecture, de mise en station. de tenue de la
mire, etc. Le plus efficace est de faire plusieurs stations (trois ou
quatre) sur la droite AB. Il est ainsi possible de tracé une courbe
donnant l'évolution de l'erreur commise sur la dénivelée en fonction
de la portée et conclure sur la présence ou non d'une erreur
d'inclinaison de l'axe optique (voir l'exemple ci-dessous)
b. Application :

45
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

our déterminer le défaut (l'inclinaison de l'axe optique d'un


niveau. un opérateur stationne à mi-distance entre deux points
A et B distants de 60 m. Il effectue trois autres stations : D à
20 m de A et 40 m de B. E à 10 m de A et 50 m de B et F à 10
m de A et 70 m de B (voir fig. 5.13.). A partir des lectures
données du tableau ci-contre, déterminez s'il y a un défaut
d'inclinaison de l'axe optique dans l'appareil utilisé. Dans
l'affirmative. Donnez la valeur angulaire de ce défaut et son
signe.

Réponse :

46
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

La courbe ci-dessus (fig. 5.14.) donne l'évolution de la


dénivelée mesurée (notée H) en fonction de la différence de
portée D : les ordonnées ont été multipliées par 2000 par
rapport aux abscisses. De manière à accentuer le défaut. Cette
courbe devrait être une droite de pente tan puisque d'après les
relations vues précédemment :

HAB mesuré = D. tan  + HAB exacte

Cette équation est de la forme : y = ax + b avec a = tan et


b = HAB exacte On constate que les points se répartissent près
dune droite : on peut donc considérer qu'il y a bien inclinaison
de l'axe optique. Si ce n'était pas le cas, les points seraient soit
répartis de manière aléatoire (fautes de manipulation), soit sur
une droite sensiblement parallèle à l'axe des abscisses (ni
fautes ni d'inclinaison).La droite est tracée par interpolation à
47
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

vue, et donne à ses extrémités les valeurs (-74,5m et -199mm)


qui permettent de calculer une pente moyenne

a = tan = -(199 - 183).10 -3 /-74.5

Donc  = 13 mgon, soit une erreur de 6 mm à 30 m.


L'inclinaison  existe, elle est positive : donc l'appareil vise
trop haut. Par conséquent. il faudra remonter le fil horizontal
du réticule de manière à abaisser la ligne de visée de cet
appareil. Pour déterminer numériquement la pente de la droite
qui passe au plus près des points du graphique de la figure
5.14.on peut utiliser la formule des moindres carrés qui calcule
la pente a et l'abscisse à l'origine b de la droite passant au plus
près de tous les points d'un essai (minimisation de la somme
des carrés des distances de chaque point à la droite
cherchée).Les n points d'un essai étant connus en coordonnées
(x i, yi) a et b sont données par les formules suivantes :

48
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

étalonnages de la mire et réglage de la nivelle sphérique :

Les mires de nivellement ordinaire ne sont pratiquement jamais


étalonnées. Une vérification s'impose au bout d'un certain temps
d'utilisation. Le réglage de la nivelle sphérique peut être réalisé
simplement en utilisant un fil à plomb. II suffit de bloquer la mire en
position verticale et de maintenir la partie supérieure fixe pendant
que l'on déplace la partie inférieure sur le sol jusqu'à obtenir une
verticalité parfaite au fil à plomb.
On règle ensuite la nivelle sphérique au moyen de ses vis de réglage.
On peut aussi procéder par retournement de la mire (rotation de 200
gon): la mire est positionnée verticalement au moyen de la bulle. On
repère la position de la mire par un trait au sol puis on effectue un
demi-tour de la mire en la replaçant sur le même repère. Si la bulle
n'est plus centrée, elle est ramenée vers le centre de la moitié du
décalage.

49
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

Nous allons mettre en évidence l'incidence de la tenue de la mire


sur la précision de mesure :
Calculez l'erreur maximale sur la dénivelée, en considérant que la
mire a été calée avec une bulle fausse ou très mal centrée.
Le défaut de centrage de la bulle est de 10 mm au moment de la
lecture. La sensibilité de la nivelle est de 8'/2mm.
Un défaut de centrage de 10 mm entraîne un défaut angulaire de  =
(8/2/60.200/180).10 = 0.74 gon. Pour une lecture tout en haut de la
mire (m = 4 mètres), la valeur de la lecture effectuée est trop grande
d'une valeur . Qui est telle que  = m – m cos  = 4.( 1 – cos0.74) =
0.3 mm ce qui est négligeable en nivellement ordinaire d'autant qu'on
vise rarement aussi haut sur la mire.
L'effet de soulèvement de la mire dû à son épaisseur (fig. 5.15.) tend
à diminuer l'erreur  si la mire bascule vers l'arrière  = m.(1 – cos )
– e.tan . En pratique, ce phénomène est évité en choisissant de

50
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

poser la mire sur des points ou des parties concaves du sol et non sur
des surfaces planes (voir aussi « crapauds » au paragraphe 2.2.).
En conclusion, une mauvaise tenue de la mire n'a pas une grande
influence sur la précision en nivellement ordinaire.
Remarque
Une mire sans nivelle sphérique peut tout de même être utilisée en
balançant lamie d'avant en arrière ; l'opérateur lit alors la plus petite
valeur interceptée sur la gradua- tion.
Précision et tolérance des lectures :
Sont énumérées ci-après les différentes fautes et sources
d'erreur possibles
les fautes :
On distingue les fautes de :
 calage : oubli de caler la bulle, compensateur bloqué ;
 lecture : confusion du trait niveleur avec un trait stadimétrique
; confusion de graduation ou d'unité ;
 transcription sur carnet : mauvaise retranscription de la valeur
lue
erreur systématique :
I,es erreurs systématiques sont :
 l'erreur d'étalonnage de la mire
 le défaut de verticalité de la mire : bulle déréglée
 l'erreur d'inclinaison de l'axe optique : axe optique non
perpendiculaire à principal
 le défaut de fonctionnement du compensateur
51
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

Erreur accidentelles :
les erreurs accidentelles sont :
 l'erreur de parallaxe qui est une mauvaise mise au point de la
lunette ;
 un mauvais calage de la bulle ;
 l'erreur de lecture sur la mire due à l'estimation du millimètre ;
 un mauvais choix d'un point intermédiaire : point non stable ;
 le flamboiement de l'air : il lute éviter les visées en bas de mire
près du sol lorsqu'il fait chaud ;
 l'erreur de pointé de l'objet : elle est due à la forme du réticule (un
seul fil pourun pointé ordinaire ou par bissection, deux fils pour un
pointé par encadrement). Pour une lunette de grossissement G, on
peut estimer cette erreur comme suit :
 pointé ordinaire : 100 dragon/G, ce qui donne pour un NA 20 (G =
20) 5 dragon, soit 0.3 mm à 35n1;
 pointé par encadrement ou bissection : 50 dmgon/G (2,5 dragon),
soit 0,15 mm à35m.
les écartes types :
Ils varient suivant les niveaux et les mires utilisées, le soin apporté au
mesurage, la stabilité des points de mire, la force du vent, etc... En
nivellement ordinaire, on cumule les erreurs de lecture sur mire
listées ci-après :
 une erreur due au calage de l'axe principal (sur un niveau non
automatique) de ±0,5 mm à 30 m. Cette valeur est pessimiste

52
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

puisque avec un niveau automatique du type NA20, la précision


du calage est de ± 0.8" (soit ± 2,5 dmgon), ce qui donne une erreur
sur la mire de ± 0.1 mm à 30 m.
 •une erreur due à la tenue de la mire (plus ou moins verticale) et à
l'appréciation de la lecture de ± 1 mm à 30 m
une erreur sur le support de la mire (sol, crapauds éventuels, etc.) de
± 0,5 mm. Soit un écart type de 0.52  12  0.52 = ±1, 22 mm pour une
visée.
Pour une dénivelée (deux visées), cela donne : ± 1.22 mm = ± 1.73
mm
Sur un parcours de N dénivelées, l'écart type est donc de : σ = ± 1.7
N

Donc la tolérance sur la fermeture du parcours est de 2,7 σ soit : TH


= ±4.6 N .
Si l'on considère 16 dénivelées au kilomètre, on obtient : σ = ± 7 mm
pour 1 km. Ces valeurs sont des valeurs usuelles utilisables pour des
travaux courants.
Tolérances réglementaire :

L'arrêté du 21 janvier 1980 publié au Journal Officiel du 19 mars


1980 précise les tolérances applicables au nivellement (tableau ci-
contre).

53
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

L est la longueur totale du parcours en kilomètre. N est le nombre de


dénivelées. n est le nombre de dénivelées au kilomètre (n = N / L Km ).
La valeur limite n = 16 correspond à un cheminement dont la
distance moyenne entre points est de 62.50 m soit une portée
moyenne d'environ 30 m. Cette valeur est la limite supérieure
autorisée en nivellement de haute précision.
Ces tolérances sont issues du dépouillement de mesures réelles. Elles
tiennent implicitement compte de la nature du terrain puisque le
nombre de stations augmente en terrain accidenté. Ces tolérances
peuvent bien sûr être remises en cause par le cahier des charges d'un
chantier particulier.
Caractéristique des niveaux :
On peut classer les niveaux en cinq grandes catégories de précision
croissante exemple :
 les niveaux de chantier utilisés pour le nivellement courant :
NA20, NA820 ;
 les niveaux d'ingénieur utilisés en nivellement ordinaire : NA24,
NA824 ;
 les niveaux de précision : NA28 ou NA2002 (numérique) ;
 les niveaux de haute précision : NA2 et NA3003 avec mire Invar
 les niveaux de très haute précision : N3 avec mire Invar.
I.e tableau ci-dessous fournit un comparatif des principales
caractéristiques des niveaux données par le constructeur.

54
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

*nivelle parabolique pour le 3.


La sensibilité de la nivelle est utile surtout pour les instruments non
automatiques à nivelle torique (N3 à nivelle torique coupée), ces
appareils nécessitant un réglage de la nivelle torique avant chaque
lecture. Pour les appareils automatiques, l'indication importante est la
précision de calage du compensateur (la nivelle sphérique sert de
réglage grossier).
Certains modèles proposent en option un cercle horizontal gradué (du
gon au cgon) permettant de faire des levers tachéométriques (mesures
angulaires associées à des mesures rapides de distance') ou des
implantations en terrain régulier.
Cheminements simples :
Lorsque les points A et B sont situés de sorte qu'une seule station du
niveau ne suffit pas à déterminer leur dénivelée (éloignement,
masque. dénivelée trop importante, etc.), il faut décomposer la

55
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

dénivelée totale en dénivelées élémentaires à l'aide de points inter-


médiaires (fig. 5.16.). L'ensemble de ces décompositions est appelé
nivellement par cheminement.
Un cheminement encadré part d'un « point origine » connu en
altitude, passe par un certain nombre de points intermédiaires et se
referme sur un « point extrémité » différent du point d'origine et
également connu en altitude. Le cheminement de la figure 16 est
encadré entre A et B.
Lorsque l'on cherche à déterminer l'altitude d'un point extrémité B à
partir de celle connue d'un repère A, on effectue généralement un
cheminement aller-retour de A vers A en passant par B. Ceci permet
de calculer l'altitude de B et de vérifier la validité des mesures en
retrouvant l'altitude de A.
Lorsqu'un cheminement constitue une boucle retournant à son point
de départ A, on l'appelle cheminement fermé. Il est très employé
pour les raisons suivantes :
 il permet la détermination des altitudes même quand on ne connaît
qu'un seul repère.
 il est possible de calculer un tel cheminement en affectant une
altitude arbitraire à un point de départ fixe et durable ; une simple
translation permettra de passer des altitudes de ce système local
aux altitudes vraies.
 il permet un contrôle de fermeture qui est indépendant de la
précision de connaissance de l'altitude du point de référence.

56
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

Pratique du nivellement par cheminement :


Un nivellement par cheminement s'effectue par les opérations
suivantes :
 la mire étant sur le point origine A, l'opérateur stationne le niveau
en SI dont il détermine l'éloignement en comptant le nombre de
pas séparant A de SI, de manière à ne pas dépasser la portée
maximale de 60 m. L'opérateur fait une lecture arrière. c 'est-à-dire
dans le sens de parcours choisi, sur le point A. notée mar A
 le porte mire se déplace pour venir sur le premier point
intermédiaire I1 le plus stable possible (pierre, socle métallique
appelé « crapaud », piquet etc.) et dont il détermine l'éloignement
en comptant lui-même le nombre de pas séparant ;A de S1 afin de
pouvoir reproduire ce nombre de pas de S1 à I1 ;
 toujours stationné en S1 , l'opérateur lit sur la mire la lecture avant
sur lI notée mav I1 il est alors possible de calculer la dénivelée de A
à Il de la manière suivante :H1 = mar A - mav I1 = lecture arrière
sur A – lecture avant sur I1.
 I: opérateur doit lire les fils stadimétriques et vérifier que m  (m1
+ m2) / 2 l'opérateur se déplace pour choisir une station S2 et ainsi
de suite ;

57
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

 les dénivelées partielles sont les suivantes :

mar A-mav I1= H1 dénivelée de A VERS I1


mar I1-mav I2= H2 dénivelée de I1 VERS I2
mar I(i-1)-mav I(i)= Hi dénivelée de I(i-1) VERS I(i)
mar I(n-1)-mav B= Hn dénivelée de I(n-1) VERS B
La dénivelée totale, HAB de A vers B est égale à la somme des
lectures arrière diminuée de la somme des lectures avant.
Remarque
Si le cheminement est fermé, la dénivelée totale doit être égale à zéro
Fermeture de cheminement :
Connaissant l'altitude de A, on peut calculer à nouveau à partir des
mesures de terrain, l'altitude de B : on appelle cette valeur de H B la
valeur observée, notée HB OBS
Si les mesures étaient exemptes d'erreurs, on retrouverait exactement
l'altitude connue HB. En réalité. Il existe un écart appelé erreur de
fermeture du cheminement (ou plus simplement fermeture) qui est

58
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

soumis à tolérance. Cette fermeture notée fH


Un moyen mnémotechnique permettant de se souvenir du sens de
cette soustraction est de se rappeler que le signe de l'erreur de
fermeture fH, doit être positif si l'altitude observée est supérieure à
l'altitude réelle c'est-à-dire : fH > 0 implique que HB obs> HB
Si l'on appelle TH la tolérance réglementaire de fermeture du
cheminement, on doit donc vérifier fH TH. Si ce n'est pas le cas,
les mesures doivent être refaites.
Compensation du cheminement :
La compensation est l'opération qui consiste à répartir la fermeture
sur toutes les mesures.
La compensation, notée CH, est donc l'opposée de la fermeture, c'est-
à-dire :

Cet ajustement consiste à modifier les dénivelées partielles en


répartissant la compensation totale CH sur chacune d'elle. Cette
répartition peut être effectuée de plusieurs manières :
1- proportionnellement au nombre N de dénivelées : on choisira ce
type de compensation dans le cas où la fermeture est très faible
c'est-à-dire inférieure à l'écart type σ = TH/ 2.7.
donc la compensation sur chaque dénivelée est :

59
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

2- proportionnellement à la portée : on considère que plus la portée


est importante et plus la dénivelée peut être entachée d'erreur. Ceci
oblige à connaître un ordre de grandeur de la portée, qui est
obtenu par stadimétrie La compensation sur chaque dénivelée est
alors

3- proportionnellement à la valeur absolue de la dénivelée : la


compensation à appliquer à chaque dénivelée partielle du
cheminement vaut donc :

Remarque :

L'ajustement n'est qu'un mal nécessaire qui n'améliore jamais les


mesures et rend donc inutiles les décimales de calcul sans
signification : donc les compensations partielles sont arrondies, au
mieux, au millimètre leur somme devant toutefois être
rigoureusement égale à la compensation totale.
Le contrôle du calcul consiste à vérifier que l'altitude de l'extrémité
obtenue de proche en proche depuis celle de l'origine à l'aide des

60
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

dénivelées compensées est strictement égale à l'altitude connue.


Cheminement mixte :
Depuis une station quelconque du niveau dans un cheminement,
et après avoir enregistré la lecture arrière sur le point de
cheminement précédent, l'opérateur vise plusieurs points de détail et
effectue sur chacun d'eux une lecture unique qui est donc une lecture
avant. Ensuite, il termine la station par la lecture avant sur le point de
cheminement suivant. Par exemple, sur la fig. 5.17. Les points 1, 2 et
3 sont rayonnés depuis la station S1 dont le point arrière est la
référence (R) et le point avant A. L'opération en SI est appelée
rayonnement. Lorsqu'un cheminement comprend des points rayonnés
et des points chemisés, on dit que c'est un cheminement mixte.
Le cheminement de la figure 20 Passe par les points R, A, B, C,
D, F et R’. Les points 1, 2, 3, 4, 5, 6 et 7 sont rayonnés. L'ensemble
est un cheminement mixte encadré entre R et R'.
Sur le carnet de nivellement, un point rayonné est repérable
directement au fait qu'il ne comporte pas de lecture arrière (ou bien la
même lecture arrière que le point précédent du tableau : voir
l'exemple).
La règle de l'égalité des poilées doit aussi s'appliquer aux points
rayonnés pour assurer une précision optimale. II faut donc choisir
une station la plus centrale possible par rapport à tous les points à
viser.
Le mesurage terminé, on calcule d'abord le cheminement sans
tenir compte des points de détails rayonnés.

61
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

Puis on calcule les points rayonnés et on les note, par exemple. Dans
une autre couleur. Leur calcul est différent de celui des points
chemisés. En effet :
 tous les points rayonnés depuis une même station sont calculés à
partir de l'altitude du point arrière de la station. Cette différence de
calcul entraîne souvent des erreur qui peuvent être limitées par le
respect du calcul en deux étapes : d'abord le cheminement seul
puis les rayonnements et par l'emploi de couleurs différentes ;
 il n'y a pas de compensation sur la dénivelée d'un point rayonné
puisqu'il n'y a pas de contrôle possible de sa valeur. L’altitude du
point rayonné dépend de celle, défia compensée, du point arrière
du cheminement : H( du point rayonné) = H(du point du
cheminement) +H. Ce manque de contrôle exige une lecture

62
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

particulièrement allen. Cive sur ces points (par exemple, une


lecture sur les trois fils).
Remarque :
Sur chantier. on calcule souvent l'altitude d'un point rayonné en
faisant intervenir la notion d'altitude du plan de visée, c'est-à-dire
l'altitude de l'axe optique du niveau elle est égale à l'altitude du point
de référence arrière de la station augmentée de la lecture sur mire en
ce point. Par exemple. le plan de visée de la station 1.( voir tableau
suivant) est : Hpvs1 = 124,968 + 2 ,591 = 127,559 m . l’altitude d’un
point rayonné est alors l’latitude de plan de visée diminuée de la
lecteur sur la mire en ce point.
Par exemple, pour le point 2 : H2 = Hpvs1-1,922+ 125,637m
Exemple : Le tableau ci-après réalisé a partir du XLS, détaille le
calcul du parcours schématisé a la figure 20. Le tableau . XLS traite
automatiquement les points rayonnées : il suffit de ne pas entrer de
lecture arrière.
Carnet de nivellement ordinaire Date :
16/12/2012……….
Altitude de départ : 124,968 m Matériel : NA 0
Altitude d’arrivée : 125,703 m Opérateur
*compensation
Dans ce parcours, il y a sept points rayonnés et six points cheminés.
Fermeture : Fh = 14mm :
Tolérance : Th =15mm
Conclution :

63
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

Tolérances vérifiées pour 29 dénivelées au kilométres.


Remarque :
Les tableau peuvent mélanger plusieurs unités (mm, dm et m ) ceci a
un aspect formateur en onligeant l’opérateur comme le calculateur a
faire attention et a préciser les unités utilissées. Mais c’est aussi une
source derreur. Il est donc recommendé de noter les lacteures sur
mire directement en millimétre ( par exemple 1 264 mm au lieu
de12,64 dm) pour deux raisons :
 cette notation permet de suprimer la virgule, souvent mal
retranscrite .
 elle offre une plus grande facilité dans les calcils si toutes les
colonnes sont en millimétres, exceptée cette des altitudes qu’il
suffira de diviser par 1 000 pour retrouver des m »tres, ou bien
de noter sans virgule , par exemple : 125 703.
Pensez a noter de meme touts les chiffres lus sur la mire (par
exemple 0 132 ) pour éviter les confusions d’unités.
cas particuliers de cheminement :
point au-dessus du plan de viser :
En nivellement souterrain, il arrive que les points à niveler soient
situés au-dessus du plan de visée (fig. 5.18.).

64
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

Le porte mire appuie la mire sur le point situé au-dessus du plan


de visée : la mire est à l'envers. L'opérateur lit toujours sur les fils (s.
n et s'), dans le sens de la chiffraison de la mire. Pour retrouver la
convention adoptée (Dénivelée = lecture arrière — lecture avant), il
suffit de considérer que les lectures faites avec une mire tenue à
l'envers sont négatives. Elles seront donc précédées d'un signe moins
sur le carnet de nivellement, ce qui permettra de surcoit de les
différencier des autres dans le cas ou l’on vise alternati- vement des
points situé en dessus ou en dessus du plan de visée. Si l’on
progresse de A vers B ( fig21) on peut écrire : Hb = HA +
HAB= HA+( ma – mb)
Le dénivelée est bien négative (b est plus bas que A) puisque ma mb
0 on retrouve HAB = (ma-mb)

65
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

point alternativement en dessus ou en dessous de plan de visée :

Application
Quelle est l’altitude du point 5 si celle de la référence R est de
23,840 m (fig.22)

points M arrière M avant Dénivelée H Altitude H


(mm) (mm) (mm) (mm)
R 1725
A -3658 -2050
B 3589 -2122
S

point nodale de cheminements :


Le calcul de l'altitude d'un point nodal altimétrique se traite
exactement comme celui des coordonnées planimétriques d'un point
nodale. Par exemple, trois demi cheminements partant de trois points
connus (A, B et C) aboutissent à un point nodal N d'altitude

66
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

inconnue. Les calculs de chacun de ces trois chemis-nuement


donnent les résultats suivants :

Cheminement issu de A : HN1 = 135,124m tolérance 16mm


Cheminement issu de B : HN2 = 135,129m tolérance 14mm
Cheminement issu de c : HN31 = 135,117m tolérance 18mm
NIVELLEMENT DIRECT DE PRECISION
La précision de calage est obtenue par un compensateur très
précis. Par exemple. pour le NA2, la précision de calage du
compensateur est de l'ordre de ± 0.09 mgon sur une plage de
débattement de ± 55 cgon
Niveaux de précision :
Appelés fréquemment « niveaux d'ingénieur » dans les
documentations techniques. les niveaux de précision diffèrent des
niveaux ordinaires par :
 un grossissement plus important permettant des visées plus
précises : G = 30 à 35 au lieu de 20 à 25 :
 une meilleure précision de calage de l'axe principal : 0,1 "s à 0,2"
(1 "3 dingos )
 un écart type plus faible (voir la classification et les
caractéristiques au PAGE 19.).

67
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

Les mires sont conçue; comme les mires de nivellement ordinaire,


mais
Leur étalonnage est régulièrement contrôlé au comparateur et elles
sont munies de contrefiches qui maintiennent la mire stable en
position verticale pendant la mesure (fig 520-a).
En nivellement de précision. L’emploi d'un parasol (fig. 5.20-a) est
conseillé de manière à éviter les dérives dues aux fortes variations&
température.

68
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

L'emploi des crapauds (fig. 5.20-b.) est conseillé suries terrains


durs pour obtenir des points d'appuis stables et précis et pour éviter
les mouvements de mire lors de son retournement : c'est un socle en
fonte muni à sa partie supérieure, d'une portée bombée destinée à
recevoir la partie inférieure de la mire (qui elle-même peut comporter
un élément de centrage).
Sur terrain meuble, on utilise des piquets enfoncés à refus.

Cheminement double :
Pour déterminer avec précision la dénivelée entre deux points A et B
sans pour autant faire un chemineraient aller-retour, on emploie le
cheminement double. Cette méthode consiste à niveler
simultanément deux cheminements parallèles voisins mais
indépendants (voir fig. 5.21.). Cela nécessite donc un opérateur, deux
aides, deux mires et cieux crapauds. Chacun étant affecté à l'un des
deux cheminements de manière à conserver l'indépendance des deux
parcours : on peut. Soit numéroter les crapauds et les mires, soit
repérer un des aides porte mire avec un vêtement spécial : on parle
alors &la méthode du pantalon rouge, signe distinctif permettant de

69
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

ne pas confondre les aides.

Cette méthode est égaleraient appelée méthode Cholesky, du nom de


son inventeur. Elle consiste à lire à chaque visée les trois fils
(niveleur et stadimétriques ) sur chaque cheminement, soit douze
lectures par station !
La description détaillée de la méthode est la suivante : les points (g) à
gauche. (d) à droite. Par rapport au sens de parcours sont placés en
vis-à-vis à 50 cm environ l'un de l'autre, à l'aide de couples
matérialisés par des crapauds ou par des piquets enfoncés à refus.
L'égalité des portées est respectée au mieux (à 1m près) par
évaluation au pas du seul porte mire.
À la station Si. On lit successivement les points di-1, gi-1, gi, di.
La méthode dite Cholesky simplifiée permet de faire moins de
lectures, à savoir :
 les points de droite au trait niveleur et aux deux traits
stadimétriques ; ceci permettra d'évaluer la longueur du parcours
par stadimétrie et de détecter plus facilement une éventuelle faute
de lecture :

70
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

 les points de gauche au trait niveleur uniquement (« seulement »


huit lectures par station).
À l'origine comme à l'extrémité, il faut placer chaque mire sur le
point pour avoir deux mesures indépendantes.
À chaque station
 vérifier que la lecture au trait niveleur est égale à la moyenne
arithmétique des lectures aux traits stadimétriques
 effectuer le contrôle de marche : on peut calculer deux fois la
dénivelée entre deux points jumelés (par exemple gi et di ), une fois
grâce aux lectures avant de la station précédente (S i ) et une autre
fois grâce aux lectures arrière de la station suivante (S,). On
compare ensuite les résultats obtenus. Ce contrôle vérifier la
stabilité des points d'une station à l'autre et permet de détecter
immédiatement une faute de lecture. Dans le cas de mires à double
graduation, on contrôlera aussi la valeur du décalage entre les
deux graduations de la mire Invar.
C'est l'écart entre les valeurs absolues des deux dénivelées
indépendantes fournies par les cheminements gauche et droite reliant
deux points A et B distants de I km qui est donné comme « écart type
pour I km de cheminement double ». Si cet écart est inférieur à la
tolérance, on prend comme valeur absolue de la dénivelée définitive
la moyenne arithmétique des deux dénivelées.

Remarque
Une autre méthode (plus longue car multipliant les mises en station
71
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

par deux) consiste à n'utiliser qu'un seul cheminement de points mais


en faisant deux stations entre chaque couple de points (fig. 5.21-a.).
On utilisera toujours un opérateur avec un niveau, un aide avec une
mire Invar, crapaud, etc

NIVELLEMENT DIRECT DE HAUTE PRECISION


Niveaux de haute précision :
Leurs caractéristiques sont légèrement meilleures que celles des
meilleurs niveaux de précision dont ils se distinguent souvent par
l'ajout d'un micromètre optique, seul système permettant d'apprécier
le centième de millimètre dans les lectures sur la mire.

72
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

Ainsi le NA2 auquel on ajoute un micromètre optique (appareil


indépendant fixé sur le niveau) devient-il un niveau de haute
précision.
Un des appareils les plus performants dans ce domaine est le N3 :
niveau à bulle torique à coïncidence, écart type de  0,2 mm pour 1
km de cheminement double, très peu sensible aux vibrations, champs
magnétiques, etc., il dispose d'un micromètre optique incorporé
visible dans le même oculaire que la bulle à coïncidence pour être sûr
du réglage optimum à l'instant de la lecture.
Son calage est assuré par une nivelle torique de section parabolique
de grande sensibilité (±3 mgon pour 2 mm). Cette nivelle est très
précisément centrée par un système de mise en coïncidence (les deux
extrémités de la bulle (fig. 5.22.). La bulle est optiquement découpée
par un système de prismes l’opérateur fait coïncider les deux demi
bulles qu'il voit dans le prisme central : à cet instant, la bulle est «
parfaitement » centrée. La précision de calage est supérieure à celle
d'un compensateur mais ce calage doit être effectué avant chaque
visée. ce qui donne l'avantage de la rapidité au niveau automatique,
actuellement le plus répandu.

73
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

mires de précision :
La plus utilisée est la mire Invar à double échelle (fig. 5.23.). La
graduation, dont les traits ont une forme oblongue particulière, est
portée par un ruban de métal Invar (dilatation inférieure à 1.10 -6 /°C)
de trois mètres de long, fixé au bas de la mire et maintenu sous
tension constante par un ressort situé en partie supérieure. Les
chiffres (en centimètre, fig. 5.23.) sont peints sur le support.
Les deux échelles (gauche et droite) du ruban sont décalées d'une
constante connue (ou mesurable) de manière à contrôler les résultats
et à détecter toute faute de lecture. Le décalage de la mire Wild par
exemple. Est égal à 301,55 cm. L'inscription des divisions se fait au
moyen d'un laser guidé par interférométrie de manière à optimiser les
contours et à assurer des irrégularités inférieures à 0,01 mm.

Posée sur un socle spécial, ou crapaud, sur lequel elle se centre grâce
à un cylindre de positionnement, la mire est calée verticalement par

74
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

l'intermédiaire de sa nivelle sphérique, et maintenue immobile à


l'aide de contrefiches (fig. 5.20-a.).
La forme oblongue des graduations permet un pointé par tangence du
coin formé par la partie gauche des fils du réticule des niveaux de
précision (voir fig. 5.24.). Ceci donne une précision de pointé
meilleure que le simple alignement ou que l'encadrement.
Attention à la tenue de la mire et à la stabilité des points : on cherche
à approcher le centième de millimètre. De même, veillez à ne pas
provoquer l'enfoncement des crapauds en posant la mire brutalement
ou en marchant près du crapaud sur un sol meuble.

Lecture sur mire avec micromètre optique :


Une des limites de la précision du nivellement est la capacité
humaine à apprécier une valeur au millimètre près sur une mire
graduée en centimètre. L'appréciation dépend de l'acuité visuelle de
l'opérateur et reste subjective. le micromètre optique permet d'amé-
liorer la précision en fournissant un appoint de lecture jusqu'au
centième de millimètre.

75
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

Le principe du micromètre optique est le suivant (fig. 5.25.) :


une laine de verre à faces parallèles, inclinable par rotation autour
d'un axe horizontal lié à l'appareil, déplace l'axe optique
parallèlement à lui-même (suivant la verticale) de la valeur de
l'appoint à évaluer sur la mire. Ce déplacement est piloté par
l'opérateur. La valeur de la rotation est traduite par le mécanisme du
micromètre en une longueur de déplacement vend. Affichée dans un
oculaire placé généralement à côté de l'oculaire de visée. Sur la
figure 5.25., on lit par exemple 87,941 cm.
Remarque
La valeur 87,941 cm ne correspond pas à la position réelle du fil
niveleur sur la mire : cette dernière est de l'ordre de 87,5 cm. II existe
donc une constante qui est introduite de manière à ne lire que des
quantités positives sur l'écran du micromètre. Cette constante
s'élimine par différence lors du calcul des dénivelées.
En pratique, il n'y a pas d'ambiguïté sur le choix du fil à pointer car le
débattement du micromètre n'est que de 10 mm ; en effet, il n'existe à
chaque visée qu'une seuls graduation accessible par le déplacement
76
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

apparent du réticule.
Les cheminements de haute précision :
Les portées ne doivent pas excéder 35 m, l'égalité des portées étant
réalisée à 1m près.
Cheminement aller et retour :
Il s'agit d'observer le cheminement dans les deux sens, sur
crapauds, ou mieux, sur piquets métalliques enfoncés à refus.
À chaque station, il faut lire les deux échelles de deux mires Invar,
placées l'une à l'avant l'autre à l'arrière, en inversant les mires. Si
l'aller et le retour ont lieu sur les mêmes points (piquets stables),
chaque dénivelée fait l'objet de quatre déterminations indépendantes,
ce qui améliore la précision.
Nivellement double :
Le principe reste celui exposé au paragraphe 2.3. en effectuant
des lectures sur les deux graduations des deux mires Invar, soient 24
lectures par station. L'opérateur comme généralement par faire un
tour d'horizon des mires posées sur les points di -1, gi-1, gi et di en
sens horaire (voir fig. 5.21.) . Puis l'opérateur inverse le sens de
rotation pour lire les mires sur les points di, gi, gi - 1 et di - 1 : ceci
permet de limiter l'effet des rattrapages de jeu dans le mécanisme de
guidage en rotation.
Comme dans toutes les méthodes utilisant deux mires, la « mire
arrière » devient «nuire avant » à la dénivelée suivante et
réciproquement. Afin d'éliminer une éventuelle erreur systématique
au talon de la mire.

77
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

Pour réduire le nombre considérable de lectures, on utilise la


méthode Merlin, dérivée de la méthode Cholesky : elle consiste à ne
lire qu'un seul des deux fils stadimétriques (.s' ou s au lieu de s' et s),
la portée étant alors évaluée par
P = 200. (s'- n) ou bien P = 200.(n - s). Il ne reste plus que 16
lectures.
Il est encore possible de réduire ce nombre en ne lisant les fils
stadimétriques que sur une seule des deux échelles (gauche ou
droite). Par exemple. Pour chacun des deux cheminements
indépendants, les lectures sont les suivantes : fils s' et n sur la
graduation de gauche de la mire, fils n sur la graduation de

droite. Ce qui réduit le nombre de lectures à 12 par station.


Et, à chaque station, on doit toujours :
 effectuer le contrôle de marche et la vérification de la cohérence
des couples stadimétriques et niveleur ;
 vérifier l'écart d'échelle, c'est-à-dire
(fil niveleur gauche) - (fil niveleur droite) = 301,55 cm pour les mires
Invar Wild.
Erreurs à prendre en compte :
La précision recherchée étant importante, il faut prendre en
compte de nouvelles sources d'erreur qui peuvent être négligées en
nivellement ordinaire ou en nivellement de précision. A l'inverse, les
erreurs systématiques citées pour le nivellement ordinaire sont
pratiquement éliminées par les méthodes et les appareils utilisés.
78
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

Erreur de niveau apparent :


Les formules qui y sont démontrées restent valables dans le cas
du nivellement direct avec un angle zénithal V égal à 100 gon.
La réfraction atmosphérique incurve le trajet des rayons optiques vers
le sol et diminue la lecture sur la mire. La courbure de la terre
augmente la lecture sur la mire. La combinaison des deux erreurs, qui
vont en sens inverse l'une de l'autre. Est nommée erreur de niveau
apparent. La correction de niveau apparent Cna à apporter à toute
dénivelée est toujours positive. Pour une portée P en kilomètres, Cna
exprimée en mètres vaut :

L'ordre de grandeur de cette correction est de 0.1 mm à 35 m.


Ceci étant comparable à la précision
recherchée en nivellement de haute précision. le phénomène ne peut
plus être négligé. En fait, en raison de sa nature, cette erreur est
éliminée par l'égalité des portées. Elle pourra donc être négligée, sauf
pour les points rayonnés pour lesquels la portée avant serait
différente de la portée arrière de plus de 15 m.
Le tait de ne pas taire de portées de plus de 30 m permet aussi de
minimiser les phénomènes de réfraction asymétrique (modification
du coefficient de réfraction d'un point à l'autre d'un cheminement). Il
faut aussi éviter les visées rasantes. les visées trop dissymétriques
(une lecture très haute sur la mire suivie d'une lecture très basse), les
visées par fort flamboiement de l'air, les visées proches d'objets
79
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

massifs dont la température peut être très différente de l'air ambiant


(cours d'eau. rochers, murs...).
Erreur de calage du compensateur d’un niveau automatique :
Le compensateur étant lié à l'axe optique (0) de la lunette, son
erreur de calage e a le même signe que l'inclinaison i de l'axe optique
sur l'horizontale. Comme faxe optique est perpendiculaire à l'axe
principal (P), le défaut de verticalité de ce dernier est aussi égal à i.
Dans le cas de la figure 5.26., le compensateur ne « relève pas assez
la visée » lors de la visée sur le point B pour rétablir son
horizontalité. Il subsiste une erreur
e= mb - mb Si l'on retourne l'appareil pour viser A, le compensateur
« n'abaissera pas suffisamment la
visée » et il subsistera une erreur e= ma - ma
L'erreur de calage du compensateur sera donc positive vers l'arrière
(sur l'exemple. fig. 5.26.) et négative vers l'avant, engendrant des
erreurs e opposées si les portées sont égales.
Il apparaît une erreur sur la dénivelée ayant pour valeur :

Si la même erreur se cumule sur plusieurs dénivelées, elle devient


trop importante surie cheminement complet.

80
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

On peut tout de même minimiser l'effet de cette erreur en procédant


comme schématisé sur la figure 5.27 :

Le défaut de calage du compensateur à toujours le même sens par


rapport à l’appareil pour inverser le sens de l'erreur 2e, il suffit de
caler l'axe vertical une fois « à gauche » et une fois « à droite » de la
verticale réelle (si l'on se réfère à la figure 5.26. sur laquelle il est « à
droite » et si l'on raisonne dans le plan de la figure). On obtient ainsi
un effet de compensation toutes les deux dénivelées, comme
schématisé sur la figure 5.27.
La nivelle sphérique occupant une position fixe sur le niveau par
81
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

rapport à l'axe optique, l'opérateur s'arrange pour caler l'appareil une


fois sur deux dans la même position (par exemple. nivelle à gauche
du sens de parcours) et alternativement dans la position diamé-
tralement opposée. L'erreur e change de signe et s'annule toutes les
deux dénivelées.
 Aux stations impaires, par exemple, l'opérateur dirige la lunette
vers la mire arrière avant de caler la nivelle sphérique.
 Aux stations paires, l'opérateur dirige la lunette vers la mire avant
puis cale la nivelle sphérique.
Si toutes les portées sont sensiblement égales. L’erreur due au
déréglage du compensateur s'élimine toutes les deux stations.
On notera une certaine méfiance des professionnels vis-à-vis des
pendules des niveaux automatiques, qui subiraient l'influence d'un
environnement métallique ou électrique.
Tolérances d’un cheminement de haute précision :
L'écart type sur un kilomètre de cheminement double en haute
précision est de l'ordre de ± 0,2 à ± 0,7 mm.
Les tolérances sont données au paragraphe 1.15. L'ordre de grandeur
en nivellement de haute précision est le suivant :
TH = ± 8 mm pour l km de cheminement avec portées moyennes
supérieures à 30m
 TH = ± 10 mm pour 1 km de cheminement avec 50 portées de 20
m (25 dénivelées).

82
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

Classement des niveaux en fonction de l’ordre du nivellement :


Les nivellements se classent suivant le degré de précision requis.
Chaque ordre est associé à un degré de précision que l'on peut
rapprocher de l'écart type constructeur de chaque appareil.

Les précisions (ou écarts types) sont toujours donnés pour I km de


nivellement double.
LES NIVEAUX NUMIRIQUES :
Cette technique est très récente pour le nivellement: le niveau
numérique NA2000 de Leica à lecture sur mire à code-barres est
commercialisé depuis 1990 (la première évolution en NA2002 date
de 1993.

83
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

Principe :
La lecture sur la mire est prise en charge par un système de
reconnaissance d'une portion de code-barres lue sur une mire
spécifique (voir fig. 5.28.). L'image de la mire utilisée est mémorisée
dans l'appareil (sous forme numérique) et ce dernier détecte l'endroit
de la mire sur lequel pointe l'opérateur par comparaison entre l'image
numérisée du secteur de mire visible et l'image virtuelle en mémoire
morte.
Cette phase de corrélation permet de mesurer la lecture sur la
mire et l'éloignement de la mire à l'appareil (distance horizontale
station mire) avec une précision allant jusqu'à =0,01 mm sur la
hauteur, et de l'ordre de ± 1 à ± 5 cm sur la distance horizontale et sur
des portées classiques jusqu'à 30 m (± 3 à ± 5 mm à 10 m, précision
comparable à celle d'un ruban de classe III).

84
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

Le faisceau lumineux issu de la mire est séparé dans le


répartiteur optique de l'appareil en un faisceau de lumière visible
pour l'opérateur et en un faisceau de lumière infrarouge qui est dévié
vers une photodiode pour les mesures.
L'ensemble d'une séquence de mesure se découpe en quatre étapes
pour un temps total inférieur à trois secondes :
 visée et mise au point (par l'opérateur).
 déclenchement de la mesure numérique (l'appareil active
automatiquement le contrôle du compensateur).
 lecture de la mire (de 0,004 à 1 seconde en fonction de la distance
de la mire).
 corrélation approximative (de 0,3 à 1 seconde),
 corrélation fine (de 0,5 à I seconde) et affichage de lecture et de la
distance.
Le principal avantage est d'éliminer toute faute de lecture ou de
retranscription due à l'opérateur, et de pouvoir enchaîner directement
les mesures de terrain par un traitement informatique. Le gain de
temps, estimé à 50 % par le constructeur, autorise donc un

85
Chapitre I : NIVELLEMENT DIRECT

amortissement rapide de l'appareil.


Caractéristiques des niveaux numériques :
Le tableau suivant détaille les caractéristiques des niveaux
numériques Leica.

Le NA3003 est un niveau numérique de précision utilisable en


nivellement jusqu'à l'ordre II .Le NA2002
est un niveau numérique d'ingénieur utilisable en nivellement jusqu'à
l'ordre Il, avec mire Invar à code-barres.
Remarque :
La possibilité de lecture automatique de ces appareils permet
d'envisager un emploie mode automatique pour une surveillance
d'ouvrage. Ils sont alors dotés d'un dispositif de mise au point
automatique et couplés à un dispositif d'enregistrement et/ou de
transmission de données

86