Vous êtes sur la page 1sur 163
Deuxième partie
Deuxième partie
ECOULEMENTS EN CHARGE
ECOULEMENTS EN CHARGE
 

I.

DEFINITIONS DE BASE

 

1. Écoulement permanent : Les paramètres d’écoulement caractéristiques du liquide tels que la vitesse, la pression, la masse volumique, etc. ne varient pas dans le temps.

2.

Écoulement

variable

:

Si

au

moins

un

des

paramètres

d’écoulement varie dans le temps on dit que l’écoulement est variable ou non permanent

3. Écoulement uniforme ou non uniforme : Un écoulement est dit uniforme si ses caractéristiques à tout instant demeurent constantes en différents points de la direction de l’écoulement. Si non l’écoulement est dit non uniforme.

I. DEFINITIONS DE BASE Remarques: * Les grandeurs cinématiques et dynamiques ρ, v, p… sont
I.
DEFINITIONS DE BASE
Remarques:
* Les grandeurs cinématiques et dynamiques ρ, v, p…
sont
associés
aux points de l’espace. C’est-à-dire qu’ils sont fonctions du point
considéré ,et non de la cellule fluide envisagée.
* Une cellule de fluide arrivant en un certain point de l’espace possède
les caractéristiques cinématiques et dynamiques de ce point.

Exemple 1 :

* Dans une conduite uniforme (section constante) assez longue

un écoulement permanent uniforme

constante) assez longue un écoulement permanent uniforme à débit constant Si le débit est variable uniforme
constante) assez longue un écoulement permanent uniforme à débit constant Si le débit est variable uniforme

à débit constant

Si le débit est variable uniforme

un écoulement permanent uniforme à débit constant Si le débit est variable uniforme un écoulement permanent

un écoulement permanent non

Exemple 2 :

* Dans une conduite non uniforme (section variable) assez

courte à débit constant non uniforme

variable) assez courte à débit constant non uniforme un écoulement permanent Si le débit est variable
variable) assez courte à débit constant non uniforme un écoulement permanent Si le débit est variable

un écoulement permanent

Si le débit est variable et non uniforme

constant non uniforme un écoulement permanent Si le débit est variable et non uniforme un écoulement

un écoulement non permanent

4. Trajectoire d’une particule liquide: lieu géométrique des positions occupées successivement par la particule.

Trajectoire
Trajectoire
liquide: lieu géométrique des positions occupées successivement par la particule. Trajectoire Particule liquide
liquide: lieu géométrique des positions occupées successivement par la particule. Trajectoire Particule liquide
liquide: lieu géométrique des positions occupées successivement par la particule. Trajectoire Particule liquide
liquide: lieu géométrique des positions occupées successivement par la particule. Trajectoire Particule liquide

Particule liquide

liquide: lieu géométrique des positions occupées successivement par la particule. Trajectoire Particule liquide
liquide: lieu géométrique des positions occupées successivement par la particule. Trajectoire Particule liquide

Trajectoire d’une particule liquide & Ligne de courant

Trajectoire d’une particule liquide & Ligne de courant
Trajectoire d’une particule liquide & Ligne de courant

Trajectoire d’une particule liquide & Ligne de courant

Trajectoire d’une particule liquide & Ligne de courant

Trajectoire d’une particule liquide & Ligne de courant

Trajectoire d’une particule liquide & Ligne de courant

Trajectoire d’une particule liquide & Ligne de courant

Trajectoire d’une particule liquide & Ligne de courant

Trajectoire d’une particule liquide & Ligne de courant

Trajectoire d’une particule liquide & Ligne de courant

Trajectoire d’une particule liquide & Ligne de courant

Trajectoire d’une particule liquide & Ligne de courant

Trajectoire d’une particule liquide & Ligne de courant

Trajectoire d’une particule liquide & Ligne de courant

Ligne de courant: Ligne imaginaire tracée dans le liquide pour indiquer la direction du mouvement. La tangente en un point de la ligne de courant représente la vitesse en ce point.

de la ligne de courant représente la vitesse en ce point. Ligne de courant Tube de

Ligne de courant

courant représente la vitesse en ce point. Ligne de courant Tube de courant: Ensemble de lignes

Tube de courant: Ensemble de lignes de courant appuyées sur un contour fermé placé à l’intérieur de l’écoulement.

contour fermé placé à l’intérieur de l’écoulement. Notion de débit : volume de liquide écoulé dans

Notion de débit : volume de liquide écoulé dans l’unité de temps à

travers une section déterminée.

Notion de débit : volume de liquide écoulé dans l’unité de temps à travers une section
Notion de débit : volume de liquide écoulé dans l’unité de temps à travers une section
Q=V A
Q=V A

Observation 1:

Un écoulement très utilisé dans la pratique et que nous allons abordé par la suite est : L’écoulement permanent

Observation 2 : Un écoulement permanent ne signifie pas que le fluide a une vitesse constante partout, mais seulement que la vitesse du liquide en un point donné est la même à chaque instant.

liquide en un point donné est la même à chaque instant . Le liquide peut subir

Le liquide peut subir une accélération entre deux point.

Observation 3 : Les différents principes de conservation de la physique vont nous donner des
Observation 3 : Les différents principes de conservation de la
physique vont nous donner des équations très importantes :
• de la masse débouche sur L’EQUATION DE CONTINUITE.
• de l’énergie débouche sur le THEOREME DE BERNOULLI.

II. EQUATION DE LA CONTINUITE

II. EQUATION DE LA CONTINUITE

A 1

A 2

Principe de la conservation de la masse :

Q V 1 V 2
Q
V 1
V 2

Q

Q

m

2

=

m

1

=

1

1

V A

1

=

1

2

2 V

2

A

2

V A

1

1

V

2

A

2

=

On admet que la vitesse V est la même pour toutes les lignes de courant, coupant une section transversale A

Equation de continuité : la masse de fluide traversant toutes les

sections droites d’un tube de courant par unité de temps est la même

Notion de débit : volume de liquide écoulé dans l’unité de temps à travers une section déterminée.

(m 3 /s)

de liquide écoulé dans l’unité de temps à travers une section déterminée. (m 3 /s) (m/s)
(m/s) Q =V A
(m/s)
Q =V
A

(m 2 )

EXEMPLE DE CALCUL 1

1

Soit une conduite dont l’aire de la section 1 est 0,100 m² et la vitesse
Soit une conduite dont l’aire de la
section 1 est 0,100 m² et la vitesse
du liquide y est de 1,20 m/s; l’aire
de la section 2 est de 0,050 m².
2
Calculer la vitesse du courant en 2
et le débit.
y est de 1,20 m/s; l’aire de la section 2 est de 0,050 m². 2 Calculer
y est de 1,20 m/s; l’aire de la section 2 est de 0,050 m². 2 Calculer
y est de 1,20 m/s; l’aire de la section 2 est de 0,050 m². 2 Calculer
y est de 1,20 m/s; l’aire de la section 2 est de 0,050 m². 2 Calculer
y est de 1,20 m/s; l’aire de la section 2 est de 0,050 m². 2 Calculer
y est de 1,20 m/s; l’aire de la section 2 est de 0,050 m². 2 Calculer
y est de 1,20 m/s; l’aire de la section 2 est de 0,050 m². 2 Calculer
y est de 1,20 m/s; l’aire de la section 2 est de 0,050 m². 2 Calculer
y est de 1,20 m/s; l’aire de la section 2 est de 0,050 m². 2 Calculer
y est de 1,20 m/s; l’aire de la section 2 est de 0,050 m². 2 Calculer
y est de 1,20 m/s; l’aire de la section 2 est de 0,050 m². 2 Calculer
y est de 1,20 m/s; l’aire de la section 2 est de 0,050 m². 2 Calculer
y est de 1,20 m/s; l’aire de la section 2 est de 0,050 m². 2 Calculer
y est de 1,20 m/s; l’aire de la section 2 est de 0,050 m². 2 Calculer
y est de 1,20 m/s; l’aire de la section 2 est de 0,050 m². 2 Calculer
y est de 1,20 m/s; l’aire de la section 2 est de 0,050 m². 2 Calculer

SOLUTION DE L’EXEMPLE 1

Appliquons l’équation de la continuité entre les sections 1 et 2 :

V 1

A

 

=

V

 

A

 

V

 

=

V

1

A

1

=

1 , 2

0 ,1

= 2 , 4

 

1

2

2

2

m

A

2 0 , 05

Le débit est donné par :

Q

=

VA

=

2,4

0,05

=

0,120 m

s

3

v 2
v 2
Q v 1
Q
v 1
  1 2 2 2 m A 2 0 , 05 Le débit est donné par
  1 2 2 2 m A 2 0 , 05 Le débit est donné par

1

2

/

s

EXEMPLE DE CALCUL 2

2 Q 2 Q 3 3 Cas d’une bifurcation de courant où la section 1
2
Q 2
Q 3
3
Cas d’une bifurcation de courant où
la section 1 a un diamètre de 400
mm, la section 2 a un diamètre de
200 mm et le diamètre de la section
3 est de 160 mm. Si la vitesse à la
section 1 est de 1,60 m/s et celle à
la section 2 est de 3,9 m/s, calculer
les débits Q 1 , Q 2 et Q 3 ainsi que la
vitesse à la section 3.

Q

1

1

1
1

1

SOLUTION DE L’EXEMPLE 2 Les débits sont donnés par l’équation de la continuité : 2
SOLUTION DE L’EXEMPLE 2
Les débits sont donnés par l’équation de la continuité :
2
0,4
3
Q
=
V A
=
1,6
=
0,201 m / s
1
1
1
4
2
2
0,2
3
Q
=
V A
=
3,9
=
0,122 m / s
2
2
2
4
Q
3
2
Q
=
Q
Q
=
0,201
0,122
=
0,079 m / s
3
1
2
Q
1
La vitesse à la section 3 est :
Q
3
Q 4
0,079
3
V
=
=
3,93
m
/
s
1
3
2
A =
0,16
3
3
III.THEOREME DE BERNOULLI Ecoulement parfait 1 et 2 sont deux points quelconques d’une ligne de
III.THEOREME DE BERNOULLI
Ecoulement parfait
1 et 2 sont deux points quelconques d’une ligne de
courant
 

THEOREME DE BERNOULLI Ecoulement parfait

 

=

=

F

ext

F

ext

Projection

dm

F

a

F

+

1

2

+

dW

=

dm

a

sur l' axe du parcours

:

Or :

F

1

F

2

F

1

= p dA

 

dW

;

F

2

sin

=

dm

= (p + dp )dA

a

;

dW

(1)

= d (mg ) = g dV

sin

dz

dv

ds

=

a

=

v =

 

ds

dt

dt

 

THEOREME DE BERNOULLI Écoulement parfait ( suite )

 

(1) devient :

 

p

dA

 

(

p

+

dp

)

dA

 

g

dV

dz

ds

=

dV

dv

dt

-dp

dA

g

 

dA

ds

dz

ds

=

dA

 

ds

 

dv

dt

-dp

dA

g

dA

 

dz

=

dA

dv

ds

dt

=

dA

vdv

 

-dp

gdz

=

 

vdv

 

Divisons

par

g

-dp

g

 

dz

vdv

g

=

0

 

p   +

d

g

dz

+

v

2

2 g

d

= 0

 

 

2

     
 

d

 

p

g

+

 

z

+

v

2 g

= 0

 
   

2

 
 

p

+

z

+

v

= cste

 
 

g

 

2 g

 

Théorème de Bernoulli pour un écoulement sans frottement:

L’énergie d’un liquide en mouvement se conserve entre 2

points distincts.

(m/s)

(P a )

(Kg/m 3 )

2 P V + + z = Cte g 2 g
2
P
V
+
+
z
=
Cte
g
2 g
se conserve entre 2 points distincts. (m/s) (P a ) (Kg/m 3 ) 2 P V

(m/s 2 ) (m)

é

IV. ENERGIE OU CHARGE DANS LES ECOULEMENTS

Energie d’une certaine quantité de liquide en écoulement s’appelle charge (E)

Les différentes formes d’énergie

P/ρg

V 2 /2g : énergie cinétique (m)

Z

: énergie potentielle de pression (m)

: énergie potentielle de position (m)

L’équation peut être exprimée en termes d’énergie (en J) pour une masse m du liquide :

2 P V ⇒ mg ( + + z ) = Cte 1 g 2
2
P V
⇒ mg
(
+
+
z
)
=
Cte
1
g 2 g
2
P
V
mg (
)
+
m
+ mgz = Cte
2
=
g
2

é

mg (

P

2

V

2

) : énergie potentiell e de préssion (en joule )

mgz : énergie potentièll e d' altitude (en joule)

m

: énergie cinétique

(

en joule

)

L’équation peut être exprimée en termes d’énergie (en J/Kg) du liquide :

⇒ = + 2 + ⇒ + + = 2 ⇒ + + = !
=
+
2 +
+
+ =
2
+
+ = ! =
=
2
%
,
$
∶ é (") ) ( ** " (
&
-.
0 1
,
∶ é 2 é) (
1
-. )
,
$3 ∶ é (") ) 4 ) ) (
-. )

é /6$

)

EXEMPLE DE CALCUL 3 (liquide parfait) Soit la conduite présentée dans la figure. A la

EXEMPLE DE CALCUL 3 (liquide parfait)

Soit la conduite présentée dans la figure.

A la section 1, le diamètre est de 210 mm, la vitesse du liquide est de 0,85 m/s et la pression est de 224 KPa. A la section 2, 3 m plus haut, le diamètre est de 86 mm.

liquide est de 0,85 m/s et la pression est de 224 KPa . A la section

Calculer la pression à la section 2.

2
2

1

KPa . A la section 2 , 3 m plus haut, le diamètre est de 86

3 m

SOLUTION DE L’EXEMPLE 3 Appliquons le théorème de Bernoulli entre 1 et 2 : 2
SOLUTION DE L’EXEMPLE 3
Appliquons le théorème de Bernoulli entre 1 et 2 :
2
2
2
2 V
P 1
V 1
P 2
V 2
P 2
P 1
V 1
2
+
+
z
+
+
z
=
+
+
z
z
1 =
2 ⇒
1
2
g 2
g
g 2
g
g
g 2
g 2 g
Déterminons la vitesse V 2 :
2
V A
V
D
2 0,85
0,21
1
1
1
1
V A
=
V A
V
=
=
=
= 5,07
m
/
s
1
1
2
2
2
2
2 0,086
2
Donc :
2
2
P
224.000 0,85
5,07
2
=
+
+
(
3)
=
18,56 m
g
1000
9,81
2
9,81
2
9,81
P
=
18,56
1000
9,81
=
182.074
Pa
2

A

2

D

V. APPLICATIONS DU THEOREME DE BERNOULLI

i. Ecoulement à travers un orifice

DU THEOREME DE BERNOULLI i. Ecoulement à travers un orifice v = 2gh 2 2 V
v = 2gh 2 2 V P 1 V 1 P 2 2 g 2
v =
2gh
2
2
V
P 1
V 1
P 2
2
g
2 g
2
V
P 1
P 2
P atm
1
g
g
g
2 g
2
V
z
=
V
2 gh
1
2 g

1 =

+

+

+ z

+

z

2

2

g

g

=

=

et

= = et 0

0

2

+

z

2

2

=

2 + z 2 ⇒ 2 = 2 g ( z 1 z 2 ) =

2

g

(z

1

2 + z 2 ⇒ 2 = 2 g ( z 1 z 2 ) =

z 2

) =

2 + z 2 ⇒ 2 = 2 g ( z 1 z 2 ) =

ii. Tube de Pitot

ii. Tube de Pitot Utilisé pour mesurer la vitesse d’un écoulement. Le bout du tube constitue

Utilisé pour mesurer la vitesse d’un écoulement. Le bout du tube constitue un point d’arrêt où l’énergie cinétique se transforme en énergie de pression.

cinétique se transforme en énergie de pression. 2 2 P V P 1 V 1 2
2 2 P V P 1 V 1 2 2 + + z + +
2
2 P
V
P 1
V 1
2
2
+
+
z
+
+
z
1 =
2
g
2 g
g
2 g
2
2
V
P
P 1
V 2
1
2
+
=
+
g
2
g
g
2 g
2
2
P
P
V 2
V 1
1
2
= 0
(point
2 g
g
2 g
g
2
P
V
P 2
1
1
=
g
g
2 g
2
P
V
P 2
1
1
Or
=
h
=
h
V
2 gh
1 =
g
g
2 g

z

1

=

z

2

d' arrêt)

+

=

Tube de Pitot

Tube de Pitot

Tube de Pitot
iii. Tube de Venturi Constitué par un rétrécissement progressif, un col et un élargissement progressif.
iii.
Tube de Venturi
Constitué par un
rétrécissement
progressif,
un
col
et
un
élargissement progressif.
La variation de vitesse entre les sections 1 et 2 donne lieu à la
variation de pression entre les sections 1 et 2 ⇒ chute de pression.
2
2
P
V
P
V
1
1
2
2
+
+
z
=
+
+ z
1
2
g
2
g
g
2 g
2
2
P
V
P
V
1
1
2
2
z
=
z
+
=
+
1
2
g
2
g
g
2 g
2
2
2
2
P
P
V
V
Q
Q
1
1
1
2
2
1
2
2
2
=
=
h
V
V
=
2
gh
=
2 gh
Q
 = 2 gh
2
1
2
2
2
2
g
g
2
g
2 g
A
A
A
A
2
1
2
1
2
gh
2
Q k
=
2
gh
Q
=
= k
'
h
k

Tube de Venturi

Tube de Venturi
Tube de Venturi
iv. Pression dans une conduite horizontale-Ecoulement parfait- 2 2 P V P V 1 1
iv.
Pression dans une conduite horizontale-Ecoulement parfait-
2
2
P
V
P
V
1
1
2
2
+
+
z
=
+
+ z
1
2
g
2
g
g
2 g
P
P
1
2
=
g
g
1
2
La pression est constante et la
ligne piézométrique est une
droite horizontale parallèle à la
ligne de charge
v. Variation de pression dans un tronçon à section variable 2 2 P V P
v.
Variation de pression dans un tronçon à section variable
2
2
P
V
P
V
1
1
2
2
+
+
z
=
+
+ z
1
2
g
2
g
g
2 g
2
2
P
V
P
V
1
1
2
2
+
=
+
= cte
g
2
g
g
2 g
1
2
Si A
V
P

Ligne de charge (m)

Ligne piézométrique (m)

Ligne de charge

7 + 8 : + ; 1 : 9. 1. V 2 A /2g V
7 + 8 :
+ ; 1 :
9.
1.
V 2 A /2g
V 2 B /2g
V 2 C /2g
Ligne piézométrique
7 + 8 :
9.
Pa/
g
p B / g
p C /
g
Altitude de la conduite
7
7

Ligne de charge (m)

Ligne piézométrique (m)

Ligne de charge

7 + 8 : + ; 1 : 9. 1. V 2 A /2g V
7 + 8 :
+ ; 1 :
9.
1.
V 2 A /2g
V 2 B /2g
V 2 C /2g
Ligne piézométrique
p B / g
7 + 8 :
p C /
g
9.
Pa/
g
7
7
7 + 8 : + ; 1 : 9. 1. 7 + 8 : 9.
7 + 8 :
+ ; 1 :
9.
1.
7 + 8 :
9.
7
7 + 8 : + ; 1 : 9. 1. 7 + 8 : 9. 7
7 + 8 : + ; 1 : 9. 1. 7 + 8 : 9.
7 + 8 :
+ ; 1 :
9.
1.
7 + 8 :
9.
7

REPRESENTATION GRAPHIQUE DE LA CHARGE POUR UN TUBE DE VENTURI

Ligne de charge (P/

g + V 2 /2g + z)

UN TUBE DE VENTURI Ligne de charge (P/ g + V 2 /2g + z) Ligne
UN TUBE DE VENTURI Ligne de charge (P/ g + V 2 /2g + z) Ligne
UN TUBE DE VENTURI Ligne de charge (P/ g + V 2 /2g + z) Ligne
UN TUBE DE VENTURI Ligne de charge (P/ g + V 2 /2g + z) Ligne
Ligne piézométrique (P/ g + z ) Altitude de la conduite A B C Z
Ligne piézométrique
(P/
g + z )
Altitude de la conduite
A
B
C
Z C
Z
Z B

A

Hauteur de référence ( Z=0 )

+ z) Ligne piézométrique (P/ g + z ) Altitude de la conduite A B C
+ z) Ligne piézométrique (P/ g + z ) Altitude de la conduite A B C
+ z) Ligne piézométrique (P/ g + z ) Altitude de la conduite A B C
+ z) Ligne piézométrique (P/ g + z ) Altitude de la conduite A B C
+ z) Ligne piézométrique (P/ g + z ) Altitude de la conduite A B C
Expérience de pertes de charges dans un écoulement réel Conduite de section constante
Expérience de pertes de charges
dans un écoulement réel
Conduite de section
constante
Expérience de pertes de charges dans un écoulement réel
Expérience de pertes de charges
dans un écoulement réel
Expérience de pertes de charges dans un écoulement réel
Expérience de pertes de charges
dans un écoulement réel
Expérience de pertes de charges dans un écoulement réel
Expérience de pertes de charges
dans un écoulement réel
Expérience de pertes de charges dans un écoulement réel
Expérience de pertes de charges
dans un écoulement réel
Expérience de pertes de charges dans un écoulement réel h A h B h C
Expérience de pertes de charges
dans un écoulement réel
h A
h B
h C
h D
Expérience de pertes de charges dans un écoulement réel h A h B h C
Expérience de pertes de charges
dans un écoulement réel
h A
h B
h C
h D
Hauteur de
référence
( Z=0 )
Z A
Z B
Z C
Z D
Expérience de pertes de charges dans un écoulement réel p A / g p B
Expérience de pertes de charges
dans un écoulement réel
p A / g
p B /
g
p C /
g
p D /
g
Hauteur de
référence
( Z=0 )
Z A
Z B
Z C
Z D
Expérience de pertes de charges dans un écoulement réel V 2 A /2g V 2
Expérience de pertes de charges
dans un écoulement réel
V
2 A /2g
V
2 B /2g
V
2
C /2g
V
2 D /2g
p A / g
p B /
g
p C /
g
p D /
g
Hauteur de
référence
( Z=0 )
Z A
Z B
Z C
Z D
Expérience de pertes de charges dans un écoulement réel L.Charge Écoulement parfait V 2 A
Expérience de pertes de charges
dans un écoulement réel
L.Charge
Écoulement
parfait
V
2 A /2g
V
2 B /2g
V
2
C /2g
L.charge
V
2 D /2g
p A / g
p B /
g
p C /
g
p D /
g
L.piézo
Hauteur de
référence
( Z=0 )
Z A
Z B
Z C
Z D
VI.THEOREME DE BERNOULLI Ecoulement réel L’écoulement se fait avec des forces de frottement entre les
VI.THEOREME DE BERNOULLI
Ecoulement réel
L’écoulement se fait avec des forces de frottement entre les
particules liquides d’une part et entre les particules et la paroi
de la canalisation d’autre part.
La charge (H) ne se conserve plus entre 2 points:
2
2
P
V
P
V
H 1 ≠ H 2
et
H 1 >H 2
1
1
2
2
+
+
z
>
+
+ z
1
2
g
2
g
g
2 g
Introduire une valeur représentant la perte d’énergie ou
perte de charge entre les points 1 et 2.
2
2
P
V
P
V
1
1
2
2
2
+
+
z
=
+
+
z
+
H
1
2
1
g
2
g
g
2 g

REPRESENTATION GRAPHIQUE DU THEOREME DE BERNOULLI

Ligne de charge

V 1 2 /2g

∆=

1

>

Ligne piézométrique

P 1 /ρg

Tube de courant

V 2 2 /2g

H 1

H 2

P 2 /ρg

Z 1

Z 2

PHR (z = 0)

1

2

(P/

(P/ g + z) représentent la ligne piézométrique.

g + z ): charge piézométrique. Les points d’ordonnées

g + V 2 /2g + z) : charge. La ligne de charge est déduite

de la ligne piézométrique par une translation vers le haut égale à la valeur locale de V 2 /2g.

(P/

La perte de charge H entre deux points est la différence des cotes de la ligne de charge en ces deux points.

EXEMPLE EXERCICE DE CALCUL 2 4

De l’eau circule d’un réservoir à travers une conduite ϕ 250 mm. On suppose que les pertes de charge sont comme suit:

• De 2 à 3 :

∆= ? 1 = >, AB C

• De 3 à 4 :

• De 4 à 5 :

∆= A = >, DB C

?

B

∆= A

= >, EF C

Chadly.itsmaer@gmail.com

1. Déterminer le débit de la conduite et les pressions aux points 3 et 4.

2. Tracer la ligne piézométrique et la ligne de charge.

La perte de charge entre 1 et 2 est supposée négligeable.

.1

8 m

et la ligne de charge. La perte de charge entre 1 et 2 est supposée négligeable.

.2

et la ligne de charge. La perte de charge entre 1 et 2 est supposée négligeable.

.3

.4

.5

et la ligne de charge. La perte de charge entre 1 et 2 est supposée négligeable.
et la ligne de charge. La perte de charge entre 1 et 2 est supposée négligeable.
et la ligne de charge. La perte de charge entre 1 et 2 est supposée négligeable.
SOLUTION DE L’EXEMPLE 4 1 - Débit de l'installation : 2 D Q = V
SOLUTION DE L’EXEMPLE 4
1 - Débit de l'installation :
2
D
Q
=
V
A
=
V
4
Pour déterminer V, il faut appliquer le théorème de Bernoulli
entre la surface
libre du réservoir et l'extrémité de la conduite :
2
2
P
V
P
V
1
1
5
5
5
+
+
+
+
Z
+
H
(1)
Z 1 =
5
1
g
2
g
g
2 g
2
P
P
P
V
1
5
atm
1
=
=
=
0 (Origine des pressions)
et
0
(Réservoir de grandes dimensions)
g
g
g
2 g
2
2
V
V
5
5
5
(1) devient :
Z
=
Z
+
+
H
=
Z
Z
H
1
5
1 5 ⇒
1
5
1
2
g
2 g
(
5
)
V
=
2
g Z
Z
H
=
2
9,81
(
8
(
1,45
+
1,65
+
1,9
))
=
7,67
m
/
s
5
1
5
1
2
3,14
0,25
3
Le débit est calculé par :
Q
=
7,67
= 0,377
m
/
s
4
 

SOLUTION DE L’EXEMPLE 4 (suite)

2- Calcul des pressions aux points 3 et 4 :

 

Le théorème

de Bernoulli appliqué entre les points 1 et 3 donne :

 

P

1

 

V

1

2

Z

 

P

3

 

V

2

3

Z

 

H

3

Z

 

P

3

V

3

2

Z

 

H

3

 

g

+

2

g

+

1

=

g

+

2

g

+

3

+

1

1

=

g

+

2 g

+

3

+

1

   

P

3

 

V

3

2

3

7,67

2

     

 

=

Z

1

Z

 

3

H

1

=

8

2

9,81

 

1,45

=

3,55

m

 

g

 

2 g

   

De façon analogue, le théorème

de Bernoulli appliqué entre les points 3 et 4 donne :

P

3

 

V

3

2

 

P

4

 

V

2

4

4

 
 

g

+

2

g

+

Z

3

=

g

+

2 g

+

Z

4

+

P

3

H

3

P

4

 

4

P

4

P

3

 

4

Z

3

=

Z

4

et

 

V

3

=

V

4

=

+

H

3

=

H

3

 

g

g

g

 

g

 

P

4

=

3,55

 

1,65

=

1,90 m

 

g

SOLUTION DE L’EXEMPLE 4 (suite) 3 Tracé de la ligne piézomètrique et la ligne de
SOLUTION DE L’EXEMPLE 4 (suite)
3
Tracé de la ligne piézomètrique et la ligne de charge :
P
Pour effectuer le tracé de H et 
+ Z , il faut déterminer la pression au point 2.
g
Appliquons le théorème de Bernoulli entre les points 1et 2 :
2
2
2
P
V
P
V
P
V
1
1
2
2
2
2
2
+
+
Z
=
+
+
Z
+
H
Z
=
+
+ Z
1
2
1
1
2
g
2
g
g
2
g
g
2 g
2
2
P
V
7,67
2
2
=
Z
Z
=
8
=
5 m
1
2
g
2 g
2
9,81
Point
Charge
Charge piézométrique (m)
(m)
1
2
P
V
P
1
1
1
+
+ Z
=
0
+
0
+
8
=
8
+ Z
=
0
+
8
=
8
1
1
g
2 g
g
P
2
2
H
H
=
8
0
=
8
2
+ Z
=
5
+
0
=
5
1
1
2
g
P
3
3
3
H
H
=
8
1,45
=
6,55
+ Z
=
3,55
+
0
=
3,55
2
2
3
g
4
P
4
H
H
=
6,55
1,65
=
4,9
4
+ Z
1,90
+
0
=
1,90
3
3
4 =
g
P
5
5
+ Z
=
+
0
=
0
5
H
H
=
4,9
1,90
=
3
5 0
4
4
g

SOLUTION DE L’EXEMPLE 4 (suite)

.1 8 m 7 m 6 m 5 m 4 m 3 m 2 m
.1
8
m
7
m
6
m
5
m
4
m
3
m
2
m
1 m
.2
.3
.4
0
m

.5

VII.EXTENSION DE LA RELATION DE BERNOULLI Si de l’énergie H p est fournie à l’écoulement

VII.EXTENSION DE LA RELATION DE BERNOULLI

VII.EXTENSION DE LA RELATION DE BERNOULLI Si de l’énergie H p est fournie à l’écoulement par

Si de l’énergie H p est fournie à l’écoulement par le moyen d’une pompe, l’équation de Bernoulli devient :

2 2 V 1 P 2 V 2 P + 1 + z + H
2
2
V 1
P 2
V 2
P +
1
+
z
+
H
p=
+
+
z
+
H
2
1
2
1
g
2
g
g
2 g

Si de l’énergie H t est fournie par l’écoulement à un dispositif mécanique (turbine), l’équation de Bernoulli devient :

2 P 1 V 2 P 2 V + 1 + z 1 H t
2
P 1
V
2
P 2
V
+
1
+
z
1 H
t =
+
2
+
z
2 +
H
2
1
g
2
g
g
2 g
THEOREME DE BERNOULLI -Cas d’utilisation- P 1 + V 1 2 2 +   =

THEOREME DE BERNOULLI -Cas d’utilisation-

P 1 + V 1 2 2 +   = P 2 + 2 V
P 1 + V 1 2 2 +   = P 2 + 2 V
P 1 + V 1 2 2 +   = P 2 + 2 V
P 1 + V 1 2 2 +   = P 2 + 2 V

P

1

+

V

1

2

2

+

 

=

P

2

+

2

V

2

+

 

+

2

H

1

g

g

z

1

g

2

g

z

2

   
P 2 2 V V P 1 P 2 1 2 2 g 2 g
P 2 2 V V P 1 P 2 1 2 2 g 2 g
P 2 2 V V P 1 P 2 1 2 2 g 2 g
P
P
P 2 2 V V P 1 P 2 1 2 2 g 2 g g
P 2 2 V V P 1 P 2 1 2 2 g 2 g g
2 2 V V P 1 P 2 1 2 2 g 2 g g
2
2
V
V
P 1
P 2
1
2
2
g 2
g
g 2 g
T
T
T 2 2 1 t 2 1 g 2 g g 2 g
2 2 1 t 2 1 g 2 g g 2 g
2
2
1
t
2
1
g 2
g
g 2 g

+

+

z

+

H

=

+

+

z

+

H

1

p

2

1

P 1

+

V

1

+

z

H

=

P 2

+

V

2

+

z

+

2

H

VIII.PUISSANCE DES ECOULEMENTS

Si un écoulement d’un fluide se fait à un débit Q (m 3 /s), avec un poids spécifique g (N/m 3 ) et une énergie totale

H (m) Puissance de l’écoulement (W)

totale H (m) ⇒ Puissance de l’écoulement (W) P= gQH Si une machine fournit de l’énergie
totale H (m) ⇒ Puissance de l’écoulement (W) P= gQH Si une machine fournit de l’énergie
P= gQH
P= gQH

Si une machine fournit de l’énergie au fluide H p

Puissance hydraulique de la machine (W)

fluide H p ⇒ Puissance hydraulique de la machine (W) P= gQH p Si une machine
P= gQH p
P= gQH p
H p ⇒ Puissance hydraulique de la machine (W) P= gQH p Si une machine consomme

Si une machine consomme de l’énergie du fluide H t

Puissance hydraulique de la machine (W)

p Si une machine consomme de l’énergie du fluide H t ⇒ Puissance hydraulique de la
P = gQH t
P = gQH t
P = gQH t
P = gQH t
P = gQH t

P= gQH t

p Si une machine consomme de l’énergie du fluide H t ⇒ Puissance hydraulique de la
EXEMPLE DE CALCUL 5 Circuit de pompage débitant 0,024 m 3 /s d’eau. La conduite
EXEMPLE DE CALCUL 5
Circuit de pompage débitant
0,024 m 3 /s d’eau. La conduite
2
P
1
a un diamètre de 160 mm et
débouche à l’ air libre, à 6 m
au-dessus du plan d’eau. Dans
le cas d’un liquide parfait,
calculer la hauteur de charge
et la puissance hydraulique
fournies par la pompe.
   

SOLUTION DE L’EXEMPLE 5

   

La puissance utile de la pompe s’exprime par la relation :

P = gQH

 

p

Pour calculer H p , appliquons le théorème de Bernoulli entre 1 et 2 en tenant compte de l’apport de charge de la pompe :

P

 

V

2

P

V

2

(1)

 
 

1

g

+

2

1

g

+

z

1

+

H

p

=

2

g

+

2

2 g

 

+ z

2

Les points 1 et 2 sont soumis à la pression atmosphérique, d’où :

 

P

1

=

P

2

= 0

 

(origine des

pressions)

 

g

 

g

V

Le point 1 est situé sur une surface libre (réservoir de grandes dimensions)

1

2

= 0

2

2 g

(1) devient :

 

H p

=

V

2

2 g

+

z

2

 

z

1

Calculons la vitesse V 2 :

 
 

Q

2

4

 

0,024

   

V

2

=

A =

2

 

0,16

2

=

1,19

m

/

s

D’où :

 

H

p

=

1,19 2

2

9,81

+

6

=

6,07

m

Enfin,

 

P = 1000

 

9,81

 

0,024

6,07 = 1429 W

= 1,43 Kw

EXEMPLE DE CALCUL 6 (gain d’énergie) 163,50 m P 146,40 m La pompe indiquée dans
EXEMPLE DE CALCUL 6
(gain d’énergie)
163,50 m
P
146,40 m
La pompe indiquée dans la figure
refoule un débit de 65 l/s d’eau dans un
réservoir à la côte de 163,50 m. Les
pertes de charge dans la conduite
d’aspiration Ф 200mm de la pompe et la
conduite de refoulement Ф150mm sont
respectivement 3 et 6 fois leurs
énergies cinétiques respectives.
Déterminer la puissance utile de la
pompe.

SOLUTION DE L’EXEMPLE 6

La puissance utile de la pompe s’exprime par la relation : P= gQH p Pour
La puissance utile de la pompe s’exprime par la relation :
P= gQH
p
Pour calculer H p , appliquons le théorème de Bernoulli entre les 2 surfaces libres des 2 réservoirs en tenant compte de l’apport de charge de la
pompe :
2
2
V
P 1
P 2
V 2
g 2
g
g 2 g
= 0
(origine des pressions).
g
g
163,50 m
2
Les points 1 et 2 sont situés sur des surfaces libres (réservoirs de grandes dimensions) :
2
2
V
V 2
1
=
= 0
2
g
2 g
2
(1) devient :
H
p =
H
+
z
z
1
2
1
P
146,40 m
1

+

1

+

z

1

+

H

p

=

+

+

z

2

+

2

H

1

(1)

Les points 1 et

2 sont

soumis à la pression atmosphérique, d’où :

P 1

=

P 2

SOLUTION DE L’EXEMPLE 6 -Suite- Calculons la perte de charge totale entre 1 et 2
SOLUTION DE L’EXEMPLE 6
-Suite-
Calculons la perte de charge totale entre 1 et 2 :
(Aspiration + refoulement)
2
2
V
V
r
2 g
2 g
Q
4
0,065
La vitesse V a se calcule par :
=
2,07
m
/
s
a
2
A
0,2
a
Q
4
0,065
La vitesse V r se calcule par :
V
=
3,68
m
/
s
r
2
0,15
2
2
2,07
3,68
2
D’où :
=
3
+
6
=
4,8 m
H 1
2
9,81
2
9,81
D’après (1) :
H
p = 4,8 + 163,5 146,4 = 21,9
m
Enfin,
P = 1000
9,81
0,065
21,9 = 13.965 W = 14 Kw

H

2 H

1 =

a

+

H

r

=

3

a

+ 6

V

=

=

=

A

r

=

EXEMPLE DE CALCUL 7 (perte d’énergie)

Un

débit

de

460

l/s

d’eau

entraîne

la

turbine représentée ci-dessous.

Quelle

est

la

puissance

fournie par

l’écoulement à la turbine?

16m D= 30 cm Eau
16m
D= 30 cm
Eau
T
T
SOLUTION DE L’EXEMPLE 7 La puissance utile fournie à la turbine s’exprime par : P
SOLUTION DE L’EXEMPLE 7
La puissance utile fournie à la turbine s’exprime par :
P = gQH
t
1
Pour déterminer H p , appliquons le théorème de Bernoulli entre la surface
libre du réservoir (1) et la sortie de la conduite (2) :
16m
g 2
g
g 2 g
D= 30 cm
2
T
Les points 1 et 2 sont soumis à la pression atmosph érique, d’où :
EauEau
P 1
P 2
=
= 0
(origine des pressions).
g
g
Le point 1 est situé sur une surface libre (réservoir de grandes dimensions)
2
V
2 g
2
V
(1) devient :
2
H
=
z
z
t
1
2
2 g
Calculons la vitesse V 2 :
Q 4
0,46
V
=
= 6,51
m
/
s
2
2
A =
0,3
D’où :
2
6,51
2
9,81
Enfin,
P = 1000
9,81
0,46 13,84 = 62.451 W = 62,5 Kw

P 1

+

V 1

2

+

z

1

H

t

=

P 2

+

2

V 2

+ z

2

(1)

1

= 0

H

t

=

16

= 13,84

m

IX. PUISSANCE DES GROUPES MOTO-POMPES

P= gQH p P P = m p
P= gQH p
P
P =
m
p

Puissance utile de la pompe

P= gQH p P P = m p Puissance utile de la pompe Puissance restituée sur

Puissance restituée sur l’arbre de transmission

Puissance électrique

restituée sur l’arbre de transmission Puissance électrique Ou p m : rendement de la pompe :
restituée sur l’arbre de transmission Puissance électrique Ou p m : rendement de la pompe :

Ou

p

m

: rendement de la pompe

: rendement du moteur

P P = m e m P P = e m p Puissance hydraulique Pertes
P
P =
m
e
m
P
P =
e
m
p
Puissance hydraulique
Pertes
Puissance électrique
M
P
Puissance mécanique
Pertes

IX. PUISSANCE DES GROUPES MOTO-POMPES

IX. PUISSANCE DES GROUPES MOTO-POMPES P P = m p P P = m e m
IX. PUISSANCE DES GROUPES MOTO-POMPES P P = m p P P = m e m
P P = m p
P
P =
m
p
P P = m e m P P = e m p Puissance hydraulique Pertes
P
P =
m
e
m
P
P =
e
m
p
Puissance hydraulique
Pertes
Puissance électrique
M
P
Puissance mécanique
Pertes

p

m

: rendement de la pompe

: rendement du moteur

X. REGIMES D’ECOULEMENT Écoulement laminaire Les particules du fluide se déplacent en lignes droites parallèles
X.
REGIMES D’ECOULEMENT
Écoulement laminaire
Les particules du fluide se déplacent en lignes droites
parallèles disposées en couches.
Écoulement turbulent
Les particules se déplacent dans toutes les directions de
façon aléatoire.
Nombre de Reynolds
•Nombre qui caractérise le régime d’écoulement
V
D
• R e =f ( V, D, ν )
R
=
e
v
•En fonction de R e : -Écoulement laminaire : R e <= 2500
-Écoulement turbulent :
R e > 2500
X. REGIMES D’ECOULEMENT La viscosité وز ا: • Soit un film de fluide placé entre
X.
REGIMES D’ECOULEMENT
La viscosité وز ا:
• Soit un film de fluide placé entre une paroi et une
plaque mobile d’aire <<S>> . On applique une force F
sur la plaque mobile, celle-ci a une vitesse v 0 :
•On constate expérimentalement ce qui suit :
X. REGIMES D’ECOULEMENT La viscosité : o la vitesse du fluide au contact de la
X.
REGIMES D’ECOULEMENT
La viscosité :
o
la vitesse du fluide au contact de la paroi est nulle,
o si la vitesse v 0 a une valeur suffisamment faible, le
fluide se déplace en couches minces parallèles aux
plaques, celles-ci ne se mélangent pas,
o la variation de vitesse est linéairement décroissante
depuis la plaque mobile.
À partir de ces observations, on n’en déduit que :
X. REGIMES D’ECOULEMENT La viscosité : Le module de la force F est proportionnelle à
X.
REGIMES D’ECOULEMENT
La viscosité :
Le module de la force F est proportionnelle à la
surface de la plaque mobile, proportionnelle à la
variation de vitesse avec l’éloignement. Soit µ ce
coefficient de proportionnalité on a :
F
dz
=
S
dv
On appelle ce coefficient de proportionnalité, la viscosité
dynamique du fluide
X. REGIMES D’ECOULEMENT La viscosité : On emploie aussi la viscosité cinématique du fluide définit
X.
REGIMES D’ECOULEMENT
La viscosité :
On emploie aussi la viscosité cinématique du fluide
définit par :
v
=
Unités :
i. la viscosité dynamique s’exprime en Pa.s
ii. la viscosité cinématique s’exprime en m 2 /s
Eau
: G HIJ = 1,14 x 10 -6 m 2 .s -1
Mercure : G KL = 1,145 x 10 -4 m 2 .s -1
X. REGIMES D’ECOULEMENT La viscosité : Facteurs influençant la viscosité : * Si T η
X.
REGIMES D’ECOULEMENT
La viscosité :
Facteurs influençant la viscosité :
*
Si T
η et ν
pour les liquides
η et ν varient quasiment peu en fonction de la
pression pour les liquides en dessous de 40 bars
*
Mesure de la viscosité :
* Viscosimètre à chute libre ( d‘Hoepler )
* Viscosimètre rotatif

EXPERIENCE DE REYNOLDS

Écoulement laminaire V faible ⇒ filet coloré bien défini
Écoulement laminaire
V faible ⇒ filet coloré bien défini
laminaire V faible ⇒ filet coloré bien défini Écoulement turbulent V élevée ⇒ filet coloré

Écoulement turbulent

V élevée filet coloré ondulé et instable

Réservoir de colorant Tuyau transparent D Valve
Réservoir
de colorant
Tuyau transparent
D
Valve

Réservoir d’eau

Agrandissement

Q

ondulé et instable Réservoir de colorant Tuyau transparent D Valve Réservoir d’eau Agrandissement Q
XI. RUGOSITE DES CANALISATIONS Rugosité absolue et rugosité relative : •La rugosité absolue mesure de
XI. RUGOSITE DES CANALISATIONS
Rugosité absolue et rugosité relative :
•La rugosité absolue
mesure de l’épaisseur
des rugosités des parois du tuyau
•La rugosité relative
rapport de la rugosité
absolue (ε) et le diamètre de la conduite (D)
Paroi
ε
Q
D
Paroi
XI. RUGOSITE DES CANALISATIONS Paroi ε Q D Paroi
XI. RUGOSITE DES CANALISATIONS
Paroi
ε
Q
D
Paroi
XII. PERTES DE CHARGE LINEAIRES Formule de DARCY-WEISBACH 2 L V H = ◊ ◊
XII. PERTES DE CHARGE LINEAIRES
Formule de DARCY-WEISBACH
2
L
V
H
=
L
D
2 g
=f ( ¬ e , /D)
64
Ecoulement laminaire
(Hagen-Poiseuille)
=
R
e
Ecoulement turbulent
(Colebrook)
1
2,51
=
2log
+
3,71 D
R
e
Le diagramme de MOODY permet de déterminer
graphiquement en fonction de R e et /D (ou D/ ).

Þ

l D R e
l
D
R
e

Þ

l D R e
l
D
R
e

Þ

l D R e
l
D
R
e

Þ

l D R e
l
D
R
e

Þ

l D R e
l
D
R
e
M D R e
M
D
R e

EXEMPLE DE CALCUL 8

Calculer les pertes de charge linéaires dans un tuyau en acier ( ε = 0,1 mm) de longueur L = 100m, de diamètre D = 100 mm et débitant 50 m 3 /h. La viscosité cinématique est ν = 1,3x10 -6 m² /s.

SOLUTION DE L’EXEMPLE 8 VD = R e 50 4 Q 4 Q 3600 V
SOLUTION DE L’EXEMPLE 8
VD
=
R e
50
4
Q 4 Q
3600
V
=
=
=
= 1,77
m
/
s
2
A
D 2
3,14
0,1
1,77
0,1
5
3
R
=
= 136 .154
1,4
10
et
=
10
6
e 1,3
10
D
⇒ Abaque de Colbrook
0,0218
2
L
V 2
100
1,77
D
2 g
0,1
19,62

H

L

=

H L = ◊ ◊ = 0,0218 = 3,48 m

=

0,0218

H L = ◊ ◊ = 0,0218 = 3,48 m

= 3,48 m

O P >F Q? M = F, F1>N R H ≅ >, A T >F
O
P >F Q?
M = F, F1>N
R H ≅ >, A T >F B
XIII. FORMULE DE HAZENS-WILLIAMS La perte de charge unitaire J (m/m) est donnée par l’expression
XIII. FORMULE DE HAZENS-WILLIAMS
La perte de charge unitaire J (m/m) est donnée par
l’expression :
1,852
 V 
1,167
J =
6,819
D
C
wh
V est la vitesse moyenne d’écoulement (m/s) , D est le
diamètre de la conduite (m) et C wh est le coefficient de
rugosité de Hazen-Williams.
FORMULE DE HAZENS-WILLIAMS La perte de charge unitaire J (m/km) peut être donnée par l’abaque
FORMULE DE HAZENS-WILLIAMS
La perte de charge unitaire J (m/km) peut être donnée par
l’abaque :
Principe
4 échelles : Q (l/s); D (cm); j (m/Km) et v (m/s)
Connaître 2 paramètres
relier les 2 valeurs par une
droite
lire les 2 autres valeurs
Q
j
D
v
XIV. PERTES DE CHARGE SINGULIERES Pertes de charge qui se produisent dans des endroits particuliers
XIV. PERTES DE CHARGE SINGULIERES
Pertes de charge qui se produisent dans des
endroits particuliers des conduites telles que les
branchements, les changements de section, les
changements de direction, les orifices, etc. …
V
2
Expression générale
k est un coefficient de singularité
Hs
=
k 2 g
Ecoulement avec brusque variation de vitesse sur
une courte distance ( en norme ou direction )
U P 1 V 6 F, >?> >, NAU 1R F V HX YH.Zé[ EF
U
P 1
V
6
F, >?> >, NAU
1R F
V HX YH.Zé[
EF °
EXEMPLE DE CALCUL 9 Déterminer la cote du plan d’eau dans le réservoir 2 sachant

EXEMPLE DE CALCUL 9

EXEMPLE DE CALCUL 9 Déterminer la cote du plan d’eau dans le réservoir 2 sachant que:

Déterminer la cote du plan d’eau dans le réservoir 2 sachant que:

Q = 89 l/s

D AB = 200 mm

D BC = 200 mm

D CD = 200 mm

D DE = 300 mm

D EG = 150 mm

λ AB = 0,04 L AB = 5m

λ CD = 0,04

λ DE = 0,02

λ EG = 0,042

Vanne F ouverte à 50 % Coude 45° R 0 = 40 cm

L CD = 5m

L DE = 5m