Vous êtes sur la page 1sur 170

Année

2014 Rapport annuel de prévention Année 2014

RAPPORT ANNUEL DE PRÉVENTION


2014

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


DGS – CHSCT du 16 Mars 2015
Rapport annuel de prévention Année 2014

TABLE DES MATIÈRES

INTRODUCTION ......................................................................................................................................................4

1. BILAN DES ACCIDENTS DU TRAVAIL ET DES MALADIES PROFESSIONNELLES ...............................................5


1.1. BILAN DES ACCIDENTS DU TRAVAIL.............................................................................................................................. 6
1.2. BILAN DES MALADIES PROFESSIONNELLES .................................................................................................................... 8
1.3. DONNEES COMMUNES AUX ACCIDENTS ET AUX MALADIES .......................................................................................... 8

2. BILAN DES SIGNALEMENTS DES REGISTRES OBLIGATOIRES (RSST ET DGI) ....................................................9


2.1. SIGNALEMENTS INSCRITS AU REGISTRE DES DANGERS GRAVES ET IMMINENTS (DGI) ................................................... 10
2.2. SIGNALEMENTS INSCRITS AU REGISTRE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL (RSST) ....................................................... 10
2.3. DEVELOPPEMENT ET DEPLOIEMENT DE L’APPLICATION 1.2 RSST................................................................................ 19

3. BILAN DES DOCUMENTS UNIQUES D’EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS .................................24


3.1. DEMARCHE D’EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS 2014 .............................................................................. 25
3.2. CONSEQUENCES DU CONTRAT QUADRIENNAL 2014-2018 ...................................................................................... 25
3.3. DEPLOIEMENT DE L’APPLICATION EVRP .................................................................................................................... 28
3.4. SYNTHESE ET ANALYSE DES DOCUMENTS UNIQUES D’EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS ............................... 29

4. BILAN DES VISITES DE PREVENTION ET DES VISITES SUITE A UN SIGNALEMENT INCIDENT/ACCIDENT .....51

5. BILAN DES CONTROLES ET DES TRAVAUX DE MISE EN CONFORMITE DES SORBONNES ...........................56
5.1. CONTROLES PERIODIQUES DES SORBONNES .............................................................................................................. 57
5.2. TRAVAUX DE MISE EN CONFORMITE ET MAINTENANCE DES SORBONNES ..................................................................... 59

6. LA PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS .........................................................................................61


6.1. L’EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS ........................................................................................................... 62
6.2. LE SUIVI POST-PROFESSIONNEL ET POST-EXPOSITIONNEL DES AGENTS EXPOSES A L’AMIANTE ....................................... 62
6.3. LA PREVENTION DES TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES.......................................................................................... 62
6.4. LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX ......................................................................................................... 65

7. LA PREVENTION DU RISQUE INCENDIE ET L’ASSISTANCE AUX PERSONNES ...............................................68


7.1. LES CONDITIONS D’EVACUATION SUR L’ENSEMBLE DU CAMPUS................................................................................. 69
7.2. LES CAMPAGNES DE PREVENTION AU RISQUE INCENDIE............................................................................................. 69
7.3. BILAN DES ACTIONS D’ASSISTANCE AUX PERSONNES ................................................................................................. 70

8. LA PREVENTION DES RISQUES LIES AUX INTERVENTIONS DES ENTREPRISES EXTERIEURES .........................71
8.1. BILAN DES PLANS DE PREVENTION ............................................................................................................................. 72
8.2. MUTUALISATION DES MARCHES DE CONTROLES REGLEMENTAIRES ET DE MAINTENANCE DES CAMPUS DE L’UNIVERSITE 74

9. LE MANAGEMENT DE LA PREVENTION ..........................................................................................................76


9.1. LE RESEAU DES ASSISTANTS DE PREVENTION ............................................................................................................... 77
9.2. LE RESEAU DES PERSONNES COMPETENTES EN RADIOPROTECTION ............................................................................. 78
9.3. LES CHEFS DE SITES .................................................................................................................................................... 80
9.4. LE SERVICE DE MEDECINE DE PREVENTION ................................................................................................................. 83
9.5. L’INSPECTEUR SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL ET L’INSPECTEUR DU TRAVAIL ................................................................ 84
9.6. LES MEMBRES DU COMITE D’HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL ............................................... 86

10.BILAN DU FONCTIONNEMENT DU COMITE D’HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE ................89


10.1. PRINCIPALES THEMATIQUES ABORDEES EN CHSCT ................................................................................................... 90
10.2. COMMUNICATION DES DOCUMENTS ET INFORMATIONS AUX MEMBRES DU CHSCT .................................................. 93
10.3. LES GROUPES DE TRAVAIL ET REUNIONS DE CONCERTATION ...................................................................................... 94
10.4. LES VISITES REALISEES PAR LE CHSCT ........................................................................................................................ 95
10.5. LES ENQUETES REALISEES PAR LE CHSCT ................................................................................................................... 96

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 2 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

11. BILAN DES ACTIONS DE FORMATION EN MATIERE DE SANTE, SECURITE ET CONDITIONS DE TRAVAIL...97
11.1. FORMATIONS RECURRENTES EN MATIERE EN MATIERE DE PREVENTION DES RISQUES .................................................... 98
11.2. FORMATIONS NOUVELLES EN MATIERE DE PREVENTION DES RISQUES .......................................................................... 99

12.NOUVELLES PROCEDURES EN MATIERE DE SANTE, SECURITE ET CONDITIONS DE TRAVAIL ....................101


12.1. PROCEDURE DE SUIVI DES CONSIGNES CONTENUES DANS LES PLANS DE PREVENTION .............................................. 102
12.2. PROCEDURE EN CAS DE COUPURE ELECTRIQUE D’UNE DUREE SUPERIEURE A 1 HEURE .............................................. 102
12.3. PROCEDURES RELATIVES A LA CONDUITE A TENIR EN CAS D’ACCIDENT.................................................................... 103
12.4. PROCEDURE DU TRAVAIL ISOLE ............................................................................................................................... 104
12.5. PROCEDURE RELATIVE AUX REORGANISATIONS DE SERVICE AU SEIN DE L’UPMC .................................................... 109

13.BILAN DES DEPENSES EN MATIERE DE SECURITE .........................................................................................110


13.1. DEPENSE EN MATIERE DE LA RADIOPROTECTION ...................................................................................................... 111
13.2. DEPENSES EN MATIERE DE LA GESTION DES DECHETS DANGEREUX ............................................................................ 112
13.3. DEPENSES EN MATIERE DES CONTROLES DES EFFLUENTS ET DE LA POTABILITE DE L’EAU .............................................. 117
13.4. DEPENSES EN MATIERE DES CONTROLES DES SORBONNES ........................................................................................ 118
13.5. DEPENSES EN MATIERE DE FORMATIONS .................................................................................................................. 119
13.6. DEPENSES EN MATIERE DE TRAVAUX DE SECURITE ET DE L’ACCESSIBILITE ................................................................... 121
13.7. DEPENSES EN MATIERE DE SECURITE INCENDIE ......................................................................................................... 121

BILAN DES ACTIONS PRÉVUES DANS LE PROGRAMME DE PRÉVENTION 2014 ..............................................122

ANNEXES ............................................................................................................................................................132

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 3 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

INTRODUCTION

Depuis la transformation du CHS en CHSCT en 2012, l’université Pierre et Marie Curie mène une
politique de prévention globale prenant en compte à la fois les aspects hygiène et sécurité et les
conditions de travail. Les défis rencontrés dans ces deux domaines sont toujours plus nombreux et
multiples dans un cadre réglementaire en constante évolution avec les enjeux de la société. Pour
relever ces défis, l’Université Pierre et Marie Curie s’est engagée depuis quelques années déjà dans
une démarche continue d’optimisation des actions de prévention mises en œuvre. L’objectif étant
d’offrir un environnement sécurisant et positif tant pour les personnels que les usagers. Cette année, a
eu lieu une réelle prise de conscience collective des progrès à réaliser dans la prévention des risques
psychosociaux. Par conséquent, l’amélioration de la qualité de vie au travail des personnels sera une
perspective pour 2015.

Ainsi, le rapport annuel de prévention 2014 tente de présenter de façon claire et complète le bilan
de la situation générale de la santé, de la sécurité et des conditions de travail au sein de
l’établissement et de l’ensemble des actions de prévention menées au cours de l’année. Le travail
transversal des directions a été renforcé permettant de consolider les actions de prévention
existantes et d’en mettre de nouvelles en place.

En plus de poursuivre les objectifs de prévention habituels (évaluation des risques professionnels, …),
l’université a investi de nouveaux axes de prévention telle que la prévention des risques
psychosociaux avec la mise en place d’un comité de pilotage RPS, et s’est dotée d’une application
dématérialisée RSST facilitant la communication des informations avec les chefs de site, assistants de
prévention et membres du CHSCT. Ces différents dispositifs s’inscrivent dans les orientations
stratégiques 2013/2014 du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche dont les 4
priorités sont :

- Formaliser et mettre en œuvre une politique de prévention des risques professionnels


- Développer les actions en santé au travail et le suivi médical des agents
- Donner toute la place au CHSCT
- Accompagner les évolutions et prévenir les risques psychosociaux

Le présent rapport comporte 13 chapitres et un bilan global faisant état des actions réalisées et des
indicateurs fixés dans le programme annuel de prévention 2014.

La rédaction de ce rapport a fait l’objet d’une mobilisation importante des services de l’université et
doit donc contribuer à enrichir les échanges entre les membres du CHSCT et les services de l’UPMC,
et à informer l’ensemble des personnels des actions et de la politique menées Il sera un outil de
référence pour l’élaboration du programme annuel de prévention 2015.

Le Président de l’UPMC

Jean CHAMBAZ

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 4 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

1. Bilan des accidents du travail et des maladies professionnelles

BILAN DES ACCIDENTS DU TRAVAIL


ET DES MALADIES PROFESSIONNELLES

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 5 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

1. Bilan des accidents du travail et des maladies professionnelles à la date du 31/12/2014

1.1. Bilan des accidents du travail

Les accidents de service concernent les agents stagiaires et titulaires de la FP, les accidents de
travail, les agents non titulaires.

Nombre total des accidents survenus aux agents de l’établissement : 82


Nombre d’accidents déclarés à l’organisme de Sécurité Sociale (accidents du travail des non
titulaires) : 30
Nombre d’accidents avec arrêt de travail : 43
Nombre d’accidents sans arrêt de travail : 39
Nombre d’accidents de trajet (titulaires et contractuels) : 25
Nombre d’accidents de service (titulaires) : 35
Dont nombre d’accidents de déplacement (hors trajet): 0
Nombre d’accidents de travail (contractuels) : 22
Dont nombre d’accidents de déplacement (hors trajet): 0

Nombre d’accidents de service y compris accidents de trajet : 52


Nombre d’accidents de travail y compris accidents de trajet : 30

1.1.1. Déclarations d'accidents du travail par filière

Nombre d’accidents sans arrêt de travail

Nombre Nombre Nombre Nombre Total


d’accidents d’accidents d’accidents d’accidents
de trajet de service de travail de
déplacement
Personnels ITRF 4 8 6 0 18
Personnels AENES 0 1 0 0 1
Personnels des
Personnels Bibliothèques et des 0 2 0 0 2
BIATSS musées;
Personnels médicaux
0 0 0 0 0
et sociaux
Total 4 11 6 0 21
Personnels
enseignants-
0 1 3 0 4
chercheurs Hospitalo-
Universitaires

Personnels Personnels
Enseignants- enseignants- 2 3 0 0 5
Chercheurs, chercheurs Sciences
Enseignants Personnels
et chercheurs Enseignants du 2nd 0 0 0 0 0
degré;
Les doctorants 1 0 7 0 8
Les post-doctorants 0 0 1 0 1
Total 3 4 11 0 18

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 6 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

Nombre d’accidents avec arrêt de travail


Nombre Nombre Nombre Nombre Total
d’accidents d’accidents d’accidents d’accidents
de trajet de service de travail de
déplacement
Personnels ITRF 14 16 3 0 33
Personnels AENES 2 0 0 0 2
Personnels des
Personnels Bibliothèques et des 1 1 0 0 2
BIATSS musées;
Personnels médicaux
0 0 0 0 0
et sociaux
Total 17 17 3 0 37
Personnels
enseignants-
0 2 0 0 2
chercheurs Hospitalo-
Universitaires
Personnels Personnels
Enseignants- enseignants- 1 1 1 0 3
Chercheurs, chercheurs Sciences
Enseignants Personnels
et chercheurs Enseignants du 2nd 0 0 0 0 0
degré;
Les doctorants 0 0 1 0 1
Les post-doctorants 0 0 0 0 0
Total 1 3 2 0 6

1.1.2. Déclarations d’accidents du travail par catégorie fonction publique

Nombre d’accidents avec arrêt de travail


Cat. Type d’accident Titulaire Contractuel Contractuel Total
CDD CDI
A Accidents de trajet 5 1 1 7
Accidents de service 5 5
Accidents de travail 2 0 2
B Accidents de trajet 1 0 0 1
Accidents de service 4 4
Accidents de travail 0 0 0
C Accidents de trajet 8 0 2 10
Accidents de service 11 11
Accidents de travail 1 2 3
Total 34 4 5 43

Nombre d’accidents sans arrêt de travail


Cat. Type d’accident Titulaire Contractuel CDD Contractuel Total
CDI
A Accidents de trajet 2 1 1 4
Accidents de service 9 9
Accidents de travail 14 1 15
B Accidents de trajet 0 0 1 1
Accidents de service 3 3
Accidents de travail 0 1 1
C Accidents de trajet 1 1 0 2
Accidents de service 3 3
Accidents de travail 1 0 1
Total 18 17 4 39

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 7 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

1.1.3. Déclarations d’accidents mortels

Il n’y a pas eu d’accidents mortels parmi les personnels.

1.1.4. Déclarations d’accidents de service par nature d’accidents

Nombre d’accidents par nature


Accident de la

Chute d’objet

Plaie / piqure
Manutention
exposition

Projection
Agression

personne
Chute de

Contact-

Autres

TOTAL
Heurt
route

Personnels BIATSS 3 0 21 1 6 7 7 1 1 11 58
Personnels
Enseignants-
chercheurs, 2 1 10 1 6 1 0 1 2 24
Enseignants et
Chercheurs
Total 5 1 31 2 12 8 7 1 2 13 82
Agent titulaire 4 1 19 2 5 5 6 1 1 8 52
Agent contractuel
1 0 4 0 1 1 0 0 2 9
CDI
Agent contractuel
0 0 8 0 6 2 1 1 3 21
CDD
Total 5 1 31 2 12 8 7 1 2 13 82
Catégorie A 3 1 17 1 7 2 2 1 8 42
Catégorie B 0 0 3 0 2 3 0 1 0 1 10
Catégorie C 2 0 11 1 3 3 5 1 4 30
Total 5 1 31 2 12 8 7 1 2 13 82

1.2. Bilan des maladies professionnelles

Nombre et nature des maladies professionnelles déclarées à la Sécurité Sociale au cours de l’année :
0 pour les personnels en exercice. 1 a été déclarée en 2014 liée à l’amiante par un agent retraité
depuis 2000.

Nombre de salariés atteints par des maladies à caractère professionnel, au sens de l’article L.500 de
la Sécurité Sociale, et de nature de celles-ci, au cours de l’année : 0

1.3. Données communes aux accidents et aux maladies

Nombre de soins à l’infirmerie : 893 actes vers les agents, 946 vers les étudiants, 90 vers les agents
extérieurs.

Taux et nombre de la cotisation accidents du travail maladies professionnelles versées à l’organisme


de Sécurité Sociale compétent : 1.70 %.

Nombre de certificats pour restrictions d’aptitudes liées aux TMS : 17

Nombre de déclaration des maladies professionnelles liées aux TMS : 1 reconnaissance en 2014 ; 2
déclarations et 1 déclaration de maladie contractée en service.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 8 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

2. Bilan des signalements des registres obligatoires (RSST et DGI)

BILAN DES SIGNALEMENTS


DES REGISTRES OBLIGATOIRES
EN MATIÈRE DE
SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 9 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

2. Bilan des signalements des registres obligatoires en matière de santé et sécurité au travail

2.1. Signalements inscrits au registre des dangers graves et imminents (DGI)

Pour rappel, il y a une situation de danger grave et imminent, lorsqu’un agent est en présence d’une
menace susceptible de provoquer une atteinte sérieuse à son intégrité physique ou à sa santé dans
un délai très rapproché.

Le tableau ci-dessous regroupe les deux situations signalées comme étant des dangers graves et
imminents par les représentants du personnel au CHSCT.
Unité
Date (service ou Sigle Site Localisation Remarque
laboratoire)
Laine de
04/08/2014 Secteur ouest UPMC Jussieu Barre 15-25
roche
Institut de Formation
03/09/2014 IFD Jussieu/Cordeliers / RPS
Doctorale
Tableau regroupant les signalements consignés dans le registre de danger grave et imminent en 2014

1) Signalement du 04/08/2014 : Laine de roche

Ce matériau a été mis en place au niveau du secteur ouest dans les couloirs pour ses qualités
thermo-acoustiques. Cependant, les laines de roches présentent notamment des propriétés
urticantes, provoquent des irritations de la peau, des yeux et des voies respiratoires. En l’absence de
faux plafond dans les couloirs du secteur ouest, ce matériau peut potentiellement se répandre dans
les circulations. La question de l’enlèvement de la laine de roche a été évoquée en séance de
CHSCT notamment suite à des inscriptions au registre de santé et sécurité au travail. Par mesure de
précaution, l’université a fait le choix du retrait de la laine de roche en organisant cette intervention
au mois d’août 2014 tôt le matin, afin de déranger le moins d’utilisateurs possible. L’entreprise n’a pas
respecté les procédures de travail initialement prévues. Un signalement de danger grave et imminent
a été rédigé par un représentant du personnel au CHSCT. Ainsi, l’université a mis fin à cette
intervention.

2) Signalement du 03/09/2014 : RPS

On notera que ce signalement concerne les risques psychosociaux et a été inscrit par un agent
affecté sur un nouveau poste au sein de sa structure d’appartenance. Ne s’agissant pas de risques
physiques il est plus difficile d’évaluer la situation et la définition d’un plan d’action mobilise une
grande diversité de ressources et de services. Il s’agit du second signalement DGI réalisé dans cet
institut. La commission d’enquête visant à analyser si cette situation présentait un danger grave et
imminent a été nommée par le Président le 04/09/2014. Lors de la séance du CHSCT 21 octobre 2014,
le CHSCT s’est prononcé pour le maintien du désaccord sérieux et persistant entre le CHSCT et
l’administration. L’inspection du travail a donc été saisie.

2.2. Signalements inscrits au registre de santé et sécurité au travail (RSST)

Le registre santé et sécurité au travail rassemble l'ensemble des observations et des suggestions des
agents concernant la prévention des risques professionnels et l'amélioration de leurs conditions de
travail. Il doit être ouvert à tous (usagers et utilisateurs) dans chaque unité.
Ainsi, 185 signalements ont été inscrits en 2014 dans les différents registres de santé et de sécurité au
travail des unités (services ou laboratoires) UPMC. On notera que les données statistiques concernant
les signalements ont été arrêtées au 1er décembre 2014 afin de les traiter et de les analyser.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 10 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

2.2.1. Répartition des signalements par site, thème, responsable d’action, liés à l’Epaurif…

1) Répartition en fonction des sites

Les signalements sont répartis au niveau de 5 sites comme suit (voir le tableau et le graphique ci-
dessous) :
Sites Nombre de signalements Pourcentage

Jussieu 135 73,0


Faculté de médecine 41 22,2
Ivry 3 1,6
Banyuls 1 0,5
Cordeliers 3 1,6
Curie 2 1,1
Tableau récapitulatif du nombre de signalements par site UPMC.

D’après le tableau ci-dessus, on observe que la majorité des signalements concernent des unités
présentes au niveau du campus Jussieu (73,0%). Ceci est cohérent étant donné que la majeure
partie des unités sont installées à Jussieu.

Suite à l’analyse des signalements, nous avons défini deux critères permettant de les classer :
- Thème,
- Responsable d’action (le(s) service(s) devant réaliser une action pour corriger la situation
signalée).

2) Répartition des signalements en fonction du thème

Les inscriptions au registre ont été réparties dans 23 thèmes (ou types de risques) différents.

30

25
27

20

15
17 17

14 14
10

10 10
9
8
5
7
6 6 6
5 5
4 4
3 3 3 3 2 2
0

Graphique représentant la répartition des signalements en fonction de la thématique.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 11 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

Il ressort du graphique ci-dessus que :

- Les RPS (risques psychosociaux, 27) comptent le plus grand nombre d’inscriptions au registre
(voir la partie Signalements de type RPS).
- Sûreté (17) : Tentatives d’intrusions, intrusions dans les bâtiments, et incivilités.
- Aération/assainissement (17) : Les signalements d’odeurs du bâtiment Cervi ont été regroupés
dans ce thème du fait de problèmes aérauliques (10).
- Température (14) : Ces signalements concernent principalement des températures trop
élevées (10).
- Autre (14) : La catégorie « autre » regroupe les signalements ne faisant pas partie des 22
autres types de risques. Il s’agit par exemple d’un problème de clé KABA, d’un incident
survenu au niveau du chantier, de demande d’information ou d’interrogations quant à
certains risques, …
- Hygiène (10) : Il s’agit principalement de problèmes d’hygiène au niveau des sanitaires.
- Odeurs (10) : Il s’agit notamment d’odeurs nauséabondes ainsi que d’odeurs de solvants dues
aux travaux (campus Jussieu).
- Coupures / piqures (9) : Il y a eu 3 coupures et 6 piqûres. Quatre cas concernent des
étudiants.
- Infiltration d’eau / inondation (8) : Les infiltrations d’eau (6) peuvent également engendrer un
risque de chute suite à la formation d’une flaque d’eau ou bien un risque électrique. Deux
inondations ont été signalées via le registre en 2014.
- Chutes de plain-pied (7) : Dans ces cinq cas, il s’agissait d’un risque de chute de plain-pied
(éclairage, sol glissant, le pas de porte, planches au niveau du sol). Il y a eu deux accidents
(obstacle au niveau sol et une chute dans l’escalier dans l’obscurité).
- Chimique (6) : Cette catégorie regroupe les expositions à des produits chimiques (projections,
injections et déversements).
- Malaise (6) : Quatre étudiants se sont évanouis ainsi que deux agents.
- Sécurité incendie (6) : Des problèmes d’issues de secours et de portes coupe-feu ont été
notifiés dans le registre.
- Circulation (5) : Des poids lourds ont stationné et/ou circulé à proximité du restaurant
universitaire à l’heure du déjeuner.
- Poussières (5) : Cette catégorie regroupe notamment les signalements relatifs à la présence
de poussières due au flocage (secteur ouest nord).
- Nuisibles (4) : Ce thème regroupe les signalements dus à la présence de rongeurs.
- Bruit (3) : Le SHS a réalisé 3 mesures de bruit dans le cadre des signalements RSST. De plus, nous
fournissons des bouchons d’oreille.
- Choc (3) : Risque de choc dans deux cas (plaque au plafond et enrouleur) et un heurt dans
une porte.
- Ascenseur (3) : Trois signalements concernant des dysfonctionnements au niveau des
ascenseurs ont été portés au RSST en 2014.
- Locaux (3) : Des interrogations concernant de futurs locaux de travail ont été portées au
registre.
- Risque électrique (3) : Le service technique est intervenu à trois reprises concernant des
problèmes électriques (par exemple : prise secteur cassée).
- Biologique (2) : Deux éléments ont été portés au registre : un accident de service (morsure de
rat dans le cadre d’une expérience) et un incident lors d’un tri d’agents infectieux.
- Brûlures (2) : Ces signalements concernent une brûlure aux liquides cryogéniques et une
brûlure « chaude ».

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 12 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

3) Répartition des signalements en fonction du responsable d’action

Un signalement implique dans la majorité des cas la réalisation d’une action (intervention du service
technique, du SHS, de la DLC, …) et à minima la transmission d’une information. Après réception
d’une inscription au registre RSST, le SHS informe et transfère systématiquement le signalement aux
différents services concernés. Ainsi, il y a dix principaux responsables d’action.

Graphique représentant la répartition des signalements en fonction des responsables d’action.

D’après le graphique ci-dessus, on observe que les principaux responsables d’action sont : DPI,
unité/SHS, SMP/DRH, Faculté de Médecine, DLC et chargée de mission EPAURIF.

- La DPI (47) : La DPI réalise de nombreuses interventions, notamment la vérification du bon


fonctionnement des centrales de traitement d’air, la réparation des ascenseurs et des travaux
afin d’arrêter les infiltrations d’eau, intervention après inondation (pompage de l’eau,
nettoyage et déshumidification), ...
- Unités/SHS (36) : De nombreux signalements concernent la mise en place d’actions de
prévention de la part des unités, le SHS joue un rôle de conseil et d’aide à la décision pour les
responsables d’unités.
- SMP / DRH (26) : Ces deux services accompagnent les agents en situation de RPS.
- Faculté de médecine (22) : Ce responsable d’action regroupe plusieurs types de
signalements (odeurs du bâtiment Cervi, intrusions sur le site de la Pitié Salpétrière, accidents
lors de manipulations (coupure, brûlure, problème d’hygiène au niveau des sanitaires, …).
- DLC (17) : Le service ménage est intervenu à sept reprises concernant des problèmes de
propreté (sanitaires et moquette). Six signalements concernent le service sécurité incendie et
assistance aux personnes. Les quatre interventions du service sureté correspondent à des
intrusions au niveau du site Jussieu ainsi qu’à un problème d’accès KABA.
- Chargée de mission EPAURIF (15) : Ces inscriptions au registre sont dues aux nuisances
générées par les travaux réalisés sur le campus Jussieu (bruit, odeurs de solvants, risque de
chute de plain-pied, ..).
- APHP (8) : Ces signalements concernent : la présence d’un SDF (5), des odeurs dans des
locaux APHP (2) ainsi qu’une fuite d’eau.
- UPMC (7) : Les problèmes de circulation des camions ont été portés au registre de santé et de
sécurité au travail (5) ainsi que les changements de locaux de certains services (2).
- CROUS (4) : Cela concerne des odeurs nauséabondes (bac à graisse) ainsi que les difficultés
qu’a rencontrées un agent à mobilité réduire pour accéder au restaurant universitaire.
- SMP / SIUMPPS (3) : Ces signalements concernent deux agents ayant fait un malaise et une
étudiante en souffrance qui a été accompagnée par le SIUMPPS.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 13 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

4) Répartition des signalements en fonction du responsable d’action et du thème

Graphique représentant le nombre de signalements en fonction du thème et du responsable d’action.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 14 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

D’après le graphique ci-dessus, on observe que :


- La DPI intervient pour la majeure partie des risques hormis les thématiques spécifiques à
certains services (par exemple les RPS)
- Le responsable d’action SHS/unité intervient concernant les différents types de risques
présents dans les laboratoires (chimique, biologique, …) et suite à des accidents (coupure,
brûlure, …)
- Il ressort également que les risques psychosociaux sont traités par le groupe « SMP/DRH »
- On observe également que les risques liés aux travaux de l’EPAURIF sont divers (bruit, odeurs,
chute de plain-pied, infiltration d’eau, autre, sécurité incendie et poussière)

Il est à noter que pour un thème donné il y a très souvent plusieurs responsables d’action. En effet, si
l’on prend le cas du type de risque « chute de plain-pied » :

- DPI : Pas de porte à réparer, dysfonctionnement de l’éclairage dans l’escalier interne d’un
laboratoire engendrant un risque de chute et une chute de plain-pied dans un escalier
(obscurité).
- Chargée de mission (EPAURIF) : Planches en bois au niveau du sol (boucher les trous).
- Faculté de médecine : Grilles d’évacuation de l’eau à remplacer.
- Unité/SHS : Obstacle au niveau du passage à retirer.

5) Signalements inscrits au RSST concernant les travaux de réhabilitation de l’EPAURIF

Ainsi, 15 inscriptions au registre de santé et de sécurité au travail concernent les nuisances liées aux
travaux de l’EPAURIF. Le SHS informe et transfère systématiquement les signalements à la chargée de
mission EPAURIF.

Le graphique ci-dessous présente la répartition de ces signalements.


3,5

2,5

1,5

0,5

0
Chute de Infiltratio Sécurité
Autre Odeurs Locaux Bruit Choc Poussière
plain pied n d'eau incendie
EPAURIF 3 2 2 2 2 1 1 1 1

Les signalements pour lesquels l’EPAURIF est le responsable d’action sont variés. Il y a neuf
thématiques différentes :

- Autre (3) : Cette catégorie regroupe un incident sur le chantier, une interrogation concernant
la présence de matériaux fibreux dans les nouveaux espaces verts et l’utilisation d’un sac
amiante en zone chantier.
- Infiltration d’eau (2) : Des infiltrations d’eau ont été causées par les travaux.
- Odeurs (2) : L’application de vernis a provoqué des émanations de solvants.
- Sécurité incendie (2) : Ces signalements concernent des issues de secours.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 15 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

Enfin, quatre signalements concernent la présence de poussières, du bruit généré par les travaux,
d’un risque de choc et de l’aménagement d’un futur local.

2.2.2. Signalements de type RPS

Définition des RPS :


« Risque pour la santé mentale, physique et sociale ; engendrés par les conditions d’emploi et les
facteurs organisationnels et relationnels susceptibles d’interagir avec le fonctionnement mental ».

Au cours de l’année 2014, 27 signalements concernant des RPS ont été inscrits dans les registres (26
ont été suivi par la DRH et celui d’une étudiante a été géré par la DGFIP).

Ces signalements concernent 5 sites UPMC (voir le tableau ci-dessous).

Site Jussieu Faculté de Cordeliers Ivry


Médecine
Nombre 23 2 2 1
Tableau 1 Répartition des signalements en fonction des sites

D’après le tableau ci-dessus, on observe que les signalements RPS ont principalement été réalisés au
niveau du site Jussieu (population beaucoup plus importante comparativement aux autres sites).

Ensuite, les signalements de type risque psychosocial ont concerné 14 unités (service ou laboratoire)
en 2014.

Figure : Nombre de signalements par unité

On observe que deux services regroupent quatorze signalements, soit la moitié des inscriptions dans
les registres. On notera que dix unités ont fait l’objet d’un seul signalement concernant des RPS.

Les signalements portés sur le registre SST de type RPS peuvent également se regrouper autour de 3
thématiques :

- situation de mal-être au sein du service


- situation de mal-être liée aux relations hiérarchiques
- situation de mal-être liée aux relations interpersonnelles entre collègues

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 16 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

Figure : Nombre de signalements par thème

Il est à noter que les signalements présentent souvent des causes communes (charge de travail,
manque de clarté dans le partage des tâches, organisation du travail, mode de management).

La majorité des signalements (12/27) sont liés à une situation de mal-être au sein d’un service (FC,
CPM, SMP, P3S, EPU).
Les conditions de travail des agents affectés au sein de ces services ont fait l’objet d’échanges
réguliers dans le cadre du CHSCT.
Au vu de ces signalements la DRH porte une attention particulière à ces services et entretient le
dialogue avec eux.

Les signalements de situation de mal-être liée aux relations interpersonnelles entre collègues viennent
en 2d rang (9/27).
Ces situations ont toutes été prises en charge au niveau de la structure avec, si besoin, un
accompagnement des services de la DRH.

Les signalements de situation de mal-être liée aux relations hiérarchiques sont plus rares (6/27).
Ces situations ont toutes été prises en charge et ont abouti à un accompagnement de l’agent et/ou
du chef de service (mobilité, formation, tutorat…).

Les signalements sont suivis par le service de médecine de prévention et la DRH. Hormis pour un
signalement qui concernait une étudiante qui a été accompagnée par le SIUMPPS et la DGFIP. On
notera qu’une inscription a sollicité d’autres services de l’Université au sujet de futurs locaux de travail
(DRI).

2.2.3. Autres signalements

1) Interventions diverses

En plus des signalements au registre santé et sécurité au travail, le SHS est intervenu à 83 reprises au
cours de l’année 2014. Ces interventions font généralement suite à des saisines qui nous sont
parvenues par mail, téléphone ou en direct mais peuvent aussi être des interventions de suivi.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 17 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

30 27
25
20 Nombre d'interventions
17
15 14

10 8
5 5
3
0 2 2 2 2
1

Répartition des interventions du SHS

Les interventions « odeurs » correspondent à des décèlements d’odeurs qui peuvent avoir différentes
origines :

- interne aux unités de travail (odeurs de produits chimiques, d’égouts, de moisissure, de


renfermé,…)
- travaux environnant odeurs dues aux chantiers environnant

Les interventions « désinfections » correspondent à tous les traitements de désinfections,


désinsectisations réalisés dans les locaux des unités de travail.

Les interventions « fixations de bouteilles de gaz » concernent les demandes de laboratoires pour fixer
leurs bouteilles de gaz. Deux agents du SHS assurent leurs attaches en toute sécurité afin d’éviter le
risque de chute.

Les interventions « bruits » prennent en compte toutes nuisances dues aux bruits liées aux travaux de
l’EPAURIF ou équipements de laboratoire.

Les interventions « chimie » correspondent à des demandes de renseignements sur des produits
chimiques ou sur des équipements destinés aux produits chimiques.

Les interventions « Gestion des déchets » font suite aux enlèvements de produits chimiques au sein
des unités lors d’incompatibilités de produits chimiques ayant entrainés des gonflements de bidons ou
autres réactions.

Les interventions « poussières » sont liées à l’entretien des locaux (poussières cumulées sur des plaques
de chauffage difficilement accessibles,…)

L’intervention « température » correspond à une plainte d’unité travaillant dans des conditions de
travail non adaptées (fortes chaleurs)

Les « autres » interventions correspondent à l’affichage de fiches signalétiques UPMC et à divers


problèmes matériels.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 18 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

2) Interventions liées aux travaux de l’EPAURIF

10 interventions correspondent aux nuisances des chantiers « EPAURIF » (8 intervention liées aux
émanations de solvants, 1 intervention liée au bruit et 1 intervention liée aux infiltrations d’eau).

Les émanations de solvants sont notamment dues à la pause de vernis au niveau du secteur 1
(étanchéité)

Interventions liées aux chantiers EPAURIF

Infiltration d'eau;
1

Bruit; 1

Emanations de
solvants; 8

2.3. Développement et déploiement de l’application 1.2 RSST

1) Rappel réglementaire

Le décret du 28 juin 2011 précise qu’un registre de santé et de sécurité au travail est ouvert dans
chaque service et est tenu par les assistants de prévention/conseillers de prévention. Le registre de
santé et sécurité au travail doit être facilement accessible au personnel durant leurs horaires de
travail et sa localisation doit être portée à la connaissance des agents par tous moyens (notamment
par voie d’affichage). Il doit également être mis à la disposition des usagers. Ces derniers doivent être
clairement informés de l'existence d'un tel registre. Chaque agent/étudiant a la possibilité d'inscrire
sur ce registre toutes les observations et toutes les suggestions qu'il juge opportun de formuler dans le
domaine de la prévention des risques professionnels et de l’amélioration des conditions de travail.

Lorsque le problème relève de ses compétences et que le responsable juge que les remarques sont
pertinentes, il prend les mesures permettant d’y remédier. Sinon il saisit son supérieur hiérarchique.

Les signalements sont étudiés lors des séances du comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de
travail.

2) Contexte et historique

Un registre papier « santé et sécurité au travail » est disponible dans chaque unité de l’UPMC
(laboratoire/service). La généralisation du registre est donc acquise. Cependant, la remontée
d’information n’est pas systématique. Une dématérialisation du registre santé et sécurité au travail a
donc été envisagée à l’UPMC. Toutefois, la version papier demeurera à la disposition de toute
personne intéressée et la coexistence des supports sera maintenue.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 19 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

Pour rappel, le SHS gère un registre général à disposition des personnes ne pouvant pas ou ne
souhaitant pas utiliser le registre de leur unité.

3) Création de l’application sur une plateforme « Sharepoint »

L’application « RSST » a été développée sur une plateforme « SharePoint Foundation 2013 » gratuite,
hébergée par la direction des systèmes d’information (DSI) et support du projet « NADAP » (nouvelle
approche dédiée aux processus) permettant le partage de données et de documents ainsi que la
dématérialisation des processus. L’objectif de la DSI avec NADAP est de fournir des applications
souples et évolutives dont la maintenance et la pérennité seront assurées. La DSI a donc créé une
application avec cette nouvelle technologie.

La DSI a livré successivement 3 versions de l’application mais on notera qu’elle évolue de manière
continue depuis sa création.

a. Version 1.0 du 7 mars 2014

Une première version 1.0 de l’application a été livrée par la DSI le 7 mars 2014. Cette version
contenait un ensemble de fonctions minimales. Avec la version 1.0, il était notamment possible de :

- Réaliser un signalement.
- Ajouter une pièce jointe.
- Ajouter un commentaire.
- Consulter les signalements ainsi que les commentaires.

La connexion à l’application était le principal point à améliorer. En effet, les agents qui n’avaient pas
d’adresse électronique en admp6 ne pouvaient pas accéder à l’application. De ce fait, un login et
un mot de passe UPMC ont été créés pour ces personnes. Cependant, avec ce type de connexion,
le risque était d’attribuer un signalement à un autre agent en étant connecté à l’application de
manière anonyme.

On notera que la saisie d’un lieu a été rendue obligatoire. Un travail concernant la liste des unités
présentes dans l’application a été réalisé.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 20 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

La figure ci-dessous présente le formulaire d’inscription d’un signalement via l’application.

Figure : Formulaire permettant d’inscrire un signalement au registre dématérialisé.

L’utilisateur doit renseigner 6 champs élémentaires afin de pouvoir valider l’enregistrement de son
signalement. Par défaut, la cotation du signalement est la plus grave, c’est-à-dire accident.

b. Version 1.1 du 28 avril 2014

La livraison de la version 1.1 constitue la finalisation de l’architecture de l’application (workflow). De


plus, le menu a été enrichi.
On notera que le travail de la DSI a permis de donner potentiellement accès à l’ensemble des
agents non admp6 hormis les étudiants (par le biais de la mise à jour du mot de passe).

Pour ajouter un commentaire, il faut au préalable sélectionner le signalement correspondant et


donner un titre au commentaire. Cette fonction a été perfectionnée.

L’amélioration réside dans le fait qu’il faille indiquer le type d’action (observation, actions prises
immédiatement, actions à mettre en place et suivi des actions de prévention). Cela est analogue
aux colonnes présentes dans le tableau Excel regroupant l’ensemble des inscriptions aux RSST qui est
transmis par le SHS aux représentants du personnel à l’occasion de chaque séance de CHSCT.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 21 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

c. Version 1.2 du 15 septembre 2014

Version 1.2 propose une interface simplifiée pour :

- la saisie et la consultation de signalements : classés en Signalement simple / Incident /


Incident grave / Accident ;
- la consultation des signalements : par date, par unité, par gravité, par état (ouvert / fermé)… ;
- la saisie et la consultation de commentaires sur les signalements : en précisant le rôle Autre /
Signalant / Responsable d'unité / Assistant de prévention de l'unité / Membre du CHSCT /
Membre du SHS ;
- des statistiques automatiques : à partir d’un Excel modifiable par le SHS ;
- les droits d’accès du SHS : seul le SHS peut modifier / rectifier tous ces éléments, par exemple
pour requalifier un signalement en accident ;
- la traçabilité : toutes les modifications sont tracées, horodatées et leur historique consultable
par tous ;
- les alertes :
o un « workflow » d’alerte déclenchant automatiquement un courriel à :
 SHS, responsable d’unité et assistant de prévention dans tous les cas,
 membres du CHSCT et médecin de prévention si « Incident grave » ou
« Accident » ;
o chacun peut s’inscrire à des alertes automatiques par courriel sur toute création,
modification ou suppression de fiche (interface type règles Outlook).
- L’authentification : toutes les personnes présentes dans l’annuaire (hors étudiants) peuvent se
connecter avec leur login et leur mot de passe (la mise à jour du mot de passe n’est plus
nécessaire).

Version 1.2 propose des nouveautés notamment :

- un moteur de recherche en texte plein ;


- un menu aéré mettant en avant les fonctions les plus simples ;
- une page d’accueil de toutes les applications NADAP simplifiée ;
- un accès possible par toutes les personnes « annuaire UPMC » (LDAP) hors étudiants ;
- une liste associant dans le même affichage un signalement avec tous les commentaires
associés ;
- « à la demande » et via une fonction bureautique de publipostage entre deux documents
Word et Excel fournis : deux éditions au format PDF proches de la présentation en cahier
papier : liste de tous les signalements et liste des signalements ayant reçu des commentaires,
dans les deux cas avec tous les détails disponibles dans l’application.

Choix fonctionnels et organisationnels de la version 1.2 :

Les choix organisationnels retenus pour la version 1.2 disponibles depuis le 15 septembre sont les
suivants :
1. Tous les personnels membres du CHSCT, médecins de prévention, SHS, responsables d’unité ou
assistants de prévention sont accrédités pour se connecter à RSST avec leur « identifiant
annuaire » (login habituel).

2. En cas de problème, le pôle relations utilisateurs de la DSI peut recueillir les demandes
d’assistance, les transférer vers les personnes compétentes et s’assurer de leur suivi :
https://hotline.upmc.fr/
3. Pour éviter tout rejet du à un problème d’identification, une page web « Ametys » non
soumise à identification est proposée comme point d’entrée de toutes les applications basées
sur la plateforme NADAP : http://pgp.dsi.upmc.fr/. Il y est rappelé l’objectif de l’application, le
public concerné, le lien vers son mode d’emploi et le lien vers l’application.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 22 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

4. L’ensemble des informations saisies dans l’application RSST (signalements et commentaires,


statistiques et éditions PDF) sont accessibles à tous ses utilisateurs (liste en point 1 supra) ;
5. Il a été demandé que les signalements de type « risques psycho-sociaux » (RPS) ne soient pas
saisis dans l’application en ligne mais sur les registres papier ou par courriel au SHS
(hygiene.securite@upmc.fr) ;
6. Toute saisie sur RSST est accompagnée de l’identifiant de la personne connectée afin de
simplifier la saisie. La contrepartie est le choix de ne pas proposer de saisie anonyme ou
confidentielle. Dans ce dernier cas, il reste possible de déclarer sur un registre papier ou par
courriel adressé au SHS ;
7. Le personnel du SHS a été formé pour mettre à jour la liste des autorisations d’accès
8. Un guide utilisateur est disponible sur la page d’accès à l’application ainsi que dans la
documentation de l’application

4) Participation du CHSCT aux tests avant le déploiement de l’application RSST

On notera que deux « ateliers RSST » ont été organisés par la DSI afin que les représentants du
personnel au CHSCT puissent tester l’application. Ces ateliers se sont déroulés les 5 mai et 12 juin 2014.

C’est lors du premier atelier qu’il a été proposé que les signalements de type risque psychosocial
soient traités indépendamment de l’application afin qu’ils ne soient pas visibles par tous (voir
paragraphe précédent).

Diverses demandes ont été actées lors de ces séances. Elles concernent différents points comme par
exemple : la page d’accueil de l’application, la correction de bugs (résolus avec la version 1.2), la
documentation de l’application (notamment le guide utilisateur), les documents de synthèse
(regroupement de la description du signalement ainsi que des commentaires sur une seule et même
page)…

5) Modalités de déploiement de l’application RSST « version 1.2 »

Il a été décidé en réunion de CHSCT du 2 octobre 2014 un déploiement de la version 1.2.

Il y aura la coexistence des deux registres (papier et informatique). De plus, les signalements de type
RPS continueront d’être transmis au SHS par mail ou seront inscrits sur le registre présent au SHS.

6) Déploiement de l’application RSST « version 1.2 »

L’application RSST a été ouverte durant la deuxième quinzaine de décembre 2014 aux acteurs de
prévention de l’UPMC : SHS, médecins de prévention, membres de CHSCT, responsables d’unités et
assistants de prévention.

Un guide utilisateur est disponible sur la page d’accès à l’application ainsi que dans la
documentation de l’application.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 23 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

3. Bilan des documents uniques d’évaluation des risques professionnels

BILAN DES DOCUMENTS UNIQUES


D’EVALUATION DES RISQUES
PROFESSIONNEL

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 24 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

3. Bilan des documents uniques d’évaluation des risques professionnels

3.1. Démarche d’évaluation des risques professionnels 2014

L’évaluation des risques professionnels constitue une étape cruciale de la démarche de prévention.
Elle en est le point de départ. L’identification, l’analyse et le classement des risques permettent de
définir les actions de prévention les plus appropriées, couvrant les dimensions techniques, humaines
et organisationnelles. L’évaluation des risques doit être renouvelée régulièrement. La démarche
d’évaluation des risques professionnels présentée ci-après correspond à la période allant de janvier à
fin décembre 2014.

3.2. Conséquences du contrat quadriennal 2014-2018

L’année 2014 a été marquée par la mise en place du contrat quadriennal 2014-2018. Ce nouveau
contrat a restructuré un grand nombre d’unités de recherche.

Parmi les conséquences de ce contrat:


 Modification du découpage des unités de travail existantes dans la démarche d’évaluation
des risques professionnels:
 des unités disparaissent totalement ou en partie,
 des équipes d’unités rejoignent d’autres unités ou fusionnent avec des équipes d’une
autre unité pour former de nouvelles unités,
 changement des directeurs,
 etc… .
 Charge de travail supplémentaire pour le SHS :
Des restructurations ont eu lieu dès janvier 2014 mais d’autres changements n’ont été effectués
qu’en septembre-octobre 2014. Ces changements ont apporté une forte charge de travail
supplémentaire pour le SHS qui a été obligé de mettre à jour la liste des unités de travail (UT). Ces
modifications se sont répercutées sur la mise à jour de la base de données sous le logiciel EvRP :
changement du nom des unités de travail, changement de locaux, changement de directeur,
sensibilisation des nouveaux directeurs,… Le SHS a donc dû revoir l’ensemble de ces unités de travail.

a. Nombre d’unités de travail

Le découpage en unités de travail correspond à un regroupement de personnes pouvant être


géographique, par métier, par activité et suivant une même hiérarchie.

Le nouveau contrat quadriennal a diminué le nombre d’unités de travail mais a créé des unités de
travail plus conséquentes : ainsi nous passons de 206 unités de travail en 2013 à 170 en 2014. Cette
diminution est principalement visible dans l’UFR de médecine. Les unités de travail sont réparties en 14
« composantes » contre 15 en 2013 : la composante « les cordeliers » est maintenant prise en compte
dans l’UFR 927 (science de la vie) pour le centre de recherche et dans les services centraux pour la
partie administrative du campus.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 25 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

« Autres » correspond à : UFR 936 Institut Henri Poincaré ; UFR 934 Institut d'Astrophysique de Paris et UI
933 Ecole Polytech' Universitaire.

Ce graphique met en évidence la diminution du nombre des unités de travail au sein des UFR 918,
919, 925, 926, 927 et bien entendu 967 où le nombre d’unités de travail est divisé par deux. L’UFR 967
possède maintenant deux nouveaux grands centres de recherches (l’Institut de CardiométAbolisme
et Nutrition – ICAN, et le Centre d'immunologie et des maladies infectieuses – CIMI) en plus du centre
de recherche de Saint Antoine déjà existant.
Le graphique laisse supposer que l’observatoire océanographique de Banyuls possède 4 unités de
travail de plus qu’en 2013. Il s’agit seulement d’un découpage différent créé en 2014 ; une seule
unité de travail a été créée en 2014 à Banyuls.
En ce qui concerne les services centraux, la diminution du nombre d’unités correspond à une révision
du découpage effectuée cette année. C’est le cas du département des langues et de la Licence
Sciences Exactes et Naturelles qui appartiennent au Service général de la formation initiale (SGFI). Il
en est de même pour l’unité de travail « Tour Zamansky » qui a vu son périmètre évoluer et la
nomination d’un assistant de prévention supplémentaire.

Les 170 unités de travail recensées peuvent être partagées en 3 catégories :


o 108 sont des laboratoires de recherche, des instituts ou des fédérations.
o 37 correspondent à des unités d’enseignements.
o 25 sont des services administratifs de composantes, des services centraux.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 26 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

laboratoires de
Services administratifs Services
recherche, instituts ou TOTAL
et services centraux d'enseignement
fédérations
UFR 918 Terre,
Environnement, 1 3 11 15
Biodiversité

UFR 919 Ingénierie 1 7 13 21

UFR 925 Physique 2 4 20 26

UFR 926 Chimie 2 11 15 28

UFR 927 Sciences de la


1 9 14 24
vie

UFR 929 Mathématiques 1 - 6 7

UFR 967 Médecine - 1 17 18

UFR 937 Observatoire de


1 - 4 5
Roscoff
UFR 938 Observatoire de
1 - 4 5
Banyuls
UFR 939 Observatoire de
1 - 2 3
Villefranche

Autres - 1 2 3

Services centraux 14 1 - 15

TOTAL 25 37 108 170

b. Chronologie de la démarche d’évaluation des risques professionnels 2014

I. Courrier signé du Président pour la réalisation et/ou la mise à jour du document unique
d’évaluation des risques professionnels (DUER).

Comme pour l’année 2013, un courrier du président a été envoyé à l’ensemble des unités de travail
rattachées à l’UPMC. Celui-ci, envoyé le 20 juin 2014, rappelle l’obligation règlementaire de mettre
en place une démarche de prévention des risques professionnels avec la réalisation du DUER. La
responsabilité des directeurs d’unités de travail est aussi rappelée tout comme l’obligation d’utiliser le
logiciel EvRP. La réalisation ou la mise à jour du DUER était souhaitée pour le 13 juillet 2014 (Cf. annexe
1 : courrier évaluation des risques professionnels (Document Unique).
Cette année les services centraux ont été invités à utiliser le logiciel EvRP pour réaliser ou mettre à jour
leur DUER. Afin de mener à bien cette mission leurs directeurs et leurs Assistants de prévention (AP) ont
été conviés à deux sessions de formation : la première en Mai et la seconde en Novembre (voir bilan
des formations).

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 27 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

II. Mail de relance par le SHS.


Le SHS a relancé l’ensemble des unités de travail le 20 octobre 2014 et a ainsi fixé une nouvelle
échéance pour le 7 Novembre 2014.

III. Relances personnalisées.

Afin d’avoir un maximum de documents uniques à jour, le SHS a contacté, dès le mois d’octobre, les
unités de travail (directeur ou AP) n’ayant jamais réalisées leur DUER ou ne l’ayant pas mis à jour en
2014. Ces relances étaient effectuées par téléphone et par mail, et ont souvent fait l’objet de
plusieurs rappels. Elles ont régulièrement été complétées par un accompagnement personnalisé.

IV. Accompagnements des unités de travail dans la réalisation de leur DUER.


Les cas échéant le SHS a apporté une aide à la réalisation de l’évaluation des risques ou à l’utilisation
du logiciel. Il s’agit de rappeler les bases de l’évaluation des risques comme la nécessité de proposer
une action pour un risque ou d’expliciter les fonctionnalités du logiciel afin de compléter et de
finaliser le DUER.

V. Accompagnement futur.
Pour l’année 2015 le SHS mettra en place un suivi des unités de travail qui en ont besoin (absence de
DUER, DUER incomplet, DUER papier et non EvRP) tout au long de l’année sans attendre la première
échéance de mise à jour. Cette action permettra d’obtenir un plus grand nombre de documents
pertinents mais mobilisera plus d’Equivalent Temps Plein qu’en 2013.

3.3. Déploiement de l’application EvRP

En 2014, EvRP a été déployé au sein des services centraux et des laboratoires n’ayant pas utilisé EvRP
en 2013.

a. Evolution et amélioration de l’application suite aux comités de pilotage (AMUE,


Universités tests et CNRS) auxquels participe le SHS de l’UPMC

o La version 3.3.1.2 fut installée en avril 2014 après la migration des données de la base EVRP
vers Oracle 11 G par la DSI.
o La version 3.4.1 puis immédiatement la 3.4.2 en juin 2014.
o La version 3.5.0.0 en juillet 2014.
o La version 3.6.2 a été installée le 18/12/2014 après quelques tests au niveau du SHS depuis
le 7 novembre. Cette version améliore un grand nombre de fonctionnalités du logiciel,
notamment sa rapidité. Il s’agit de la version qui a été utilisée pour la synthèse et l’analyse
ci-dessous.

b. Retour d’expérience de l’utilisation du logiciel

 Avantages de l’application :
o Structure la démarche de gestion des risques.
o Harmonise les méthodes d’évaluation des risques.
o Permet une visualisation d’un DUER en cours d’élaboration et simplifie l’aide apportée par
le SHS.
o Simplifie la synthèse des documents uniques.
o Consolide les données et améliorer la visibilité des résultats (les documents sont beaucoup
plus exploitables).
o Permet une priorisation des risques et des actions. Le SHS peut cibler son aide auprès des
unités de travail. Les actions de priorité 1 déclarées en 2013 ont été suivies par le SHS
courant 2014 : Cf. point c.
o Permet de suivre l’évolution des actions de prévention d’une année sur l’autre : Cf. point c.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 28 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

 Difficultés :
o Comme toute nouvelle utilisation d’un logiciel, EvRP nécessite un temps de prise en main
par les unités de travail. La première saisie est plus chronophage car elle vise à créer des
listes déroulantes (salles, responsables d’actions, service /équipe) facilitant les saisies
futures ; et la logique de mise à jour est à acquérir. Une fois que le logiciel est maitrisé il
permet un gain de temps et une diminution des saisies lors des mises à jour.
o Investissement de la part des directeurs encore trop léger. L’intervention des directeurs est
nécessaire pour déclarer le DUER, celle-ci nécessite généralement de multiples relances de
l’AP et du SHS.

 Assistance technique/opérationnelle :
o Sur demande des unités de travail : mise à jour des unités de travail par le SHS.
Modifications faisant suite au nouveau contrat quadriennal (changements des directeurs,
réflexion concernant les fusions ou les éclatements, modifications de localisations dues aux
déménagements, …)
o Les assistants de prévention ont eu des difficultés pour appréhender la mise à jour de leur
document unique. Compte tenu du changement de version d’EvRP et afin d’aider les
assistants de prévention dans la mise à jour de leur Document Unique, le SHS a établi un
mémo concis sur la mise à jour sous EvRP. Le document a été diffusé à l’ensemble des AP
lors de la relance d’octobre. L’assistance par téléphone a néanmoins été beaucoup plus
utilisée.

 Solutions envisagées :
o Amélioration d’un guide utilisateur unique en cours avec l’AMUE,
o Poursuivre la participation au comité de pilotage (AMUE, CNRS, université) afin d’apporter
au logiciel les améliorations proposées par des unités de travail ou par le SHS.

c. Montant de la redevance annuelle de l’application

En 2014, le montant de la redevance de l’application EvRP a été de 33 157,20 euros TTC


contre 33 731,98 euros TTC en 2013.

3.4. Synthèse et analyse des documents uniques d’évaluation des risques professionnels

Cette analyse n’est pas exhaustive puisqu’elle ne tient compte que des documents uniques qui nous
sont parvenus via l’application EvRP en date du 31 décembre 2014.

a. Suivi des actions de priorité 1 mises en évidence en 2013

En 2013, 12 actions été classées en priorité 1. Le SHS s’est, pour chacune d’entre elles, rapproché de
l’unité dans le but d’encourager leur mise en place mais aussi pour apporter son aide et son
expertise.
L’ensemble des actions classées en priorité 1 fin 2013 ont été réalisées courant 2014. Il est à noter que
l’action relative à l’installation de 24 sorbonnes dans Cassan F est prise en compte dans la
conception des nouveaux locaux de la plateforme de chimie organique. Ils sont situés barres 53-54 et
54-55, et le déménagement est prévu pour fin 2015, début 2016. Ces sorbonnes n’ont évidemment
pas pu être effectuées dans les locaux actuels situés en Cassan F.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 29 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

Voici, ci-dessous, le tableau des actions menées pour chacun des risques de priorité 1.
Service
Actions à
Facteur de Description du Moyens de Carence/ chargée de
Site Service Bâtiment Salle mettre en Suivi des actions
risques risque prévention existant dysfonctionnement la
place
réalisation

Remise en
Salle fonctionneme Le Service Technique
Disjoncteur Réarmement du
UMR 346 Risque nt du est intervenu. Le
Jussieu CASSAN F différentiel PC2 Aucun disjoncteur Unité
7075 Diode électrique disjoncteur disjoncteur a été
hors service impossible
LASER par un changé.
électricien
Sensibiliser
FR 636 Risque non
les nouveaux
Institut négligeable
entrants à
Pierre pendant les trajets Les gestionnaires
l'utilisation du
Simon des équipes qui s'assurent que les Les nouveaux entrants
matériel de
Laplace travaillent entre 2 ordres de missions sont sensibilisés.
visioconféren
sites voire 3 (L'IPSL soient bien établis Des ordres de mission
ce mis en
est sur 2 sites: avant le déplacement permanents sont
place au sein
Guyancourt et avec tous les établis pour les
Il reste un certain de l'unité
Barre 45- Risque Jussieu mais les 6 descriptifs de trajet, personnels les plus
Jussieu Partout nombre de trajets pour limiter Unité
55 Mission laboratoires qui pour les assurances. exposés.
incompressibles les trajets et
sont rattachés à la L'IPSL a investi dans (Ce risque apparait
se faire
fédération sont un matériel de toujours en priorité 1
établir un
également sur Gif, visioconférence pour en 2014 car il est
ordre de
Palaiseau, Créteil). limiter les trajets en nécessaire de
mission
Les transports faisant une partie des maintenir les actions)
permanent
créent des risques réunions à distance.
pour les
de stress et de
personnes les
fatigue
plus exposées

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 30 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

Présence de
Pas de documents
réservoirs fixes
prouvant que le
sous pression
contrôle périodique
(4<p<250 bar).
a été réalisé ou Contrôle effectué par
12236-RC-01
qu'un contrôle l'APAVE les 15, 16 et 18
réservoir d'hélium
périodique doit être septembre 2014. Il n'y
gaz de 8000 Litre,
réalisé. Pour la salle a pas de non-
pression
1223-RC-13 (salle conformité. Un
Equipement d'utilisation 13
torpille 200 bars) la planning des futurs
Service sous bar.
1223- prochaine Faire visiter contrôles a été réalisé.
des pression 1223-RC-13: 36 Réservoirs équipés en
Patio 12- RC-01; inspection l'installation Un nouveau réservoir
Jussieu Basses (hors réservoirs organes de sécurité Unité
23 13 et périodique doit être par un bureau d'hélium gaz de 50
Tempér bouteille de d'hélium gaz de par le constructeur
20 réalisée avant le de contrôle litres a été acheté pour
atures gaz) ou sous 500 litres, pression
19/07/2013. Pour la remplacer l'ancien
vide. de service 200 bar.
salle1223-RC-20 les arrivant à la date de ré-
1223-RC-20: un
réservoirs sont des épreuve.
réservoir d'hélium
bouteilles haute Les deux réservoirs
gaz de 50 litres et
pression du d'hélium gaz de 5 litres
deux réservoirs
"commerce" la ont été supprimés.
d'hélium gaz de 5
collerette indiquant
litres, pression de
la date de contrôle à
service entre 40
disparu.
bar et 200 bar.

Equipement Pas de documents L'APAVE a étudié la


Présence de
Service sous prouvant la Faire vérifier tuyauterie lors des
tuyauterie Installation équipée
des pression vérification (ou le l’installation contrôles effectués les
Patio 12- 1223- contenant de en organes de
Jussieu Basses (hors besoin de ne pas par un Unité 15, 16 et 18 septembre
23 RC-01 l'hélium sous sécurité par le
Tempér bouteille de vérifier) par un organisme 2014. Il s'avère
pression, 40 et 200 constructeur
atures gaz) ou sous organisme de agréé. qu'aucune vérification
bars
vide contrôle. n'est à effectuer sur

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 31 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

celle-ci.

Divers
équipements et Le contrôle effectué
Equipement
réservoirs (fixe et Faire vérifier par l'APAVE les 15, 16
Service sous
mobiles) sous Vérifications des les et 18 septembre 2014
des pression Pas de vérification
Patio 12- 1223- vide. Ce sont organes de sécurité installations a conseillé au SBT de
Jussieu Basses (hors par un organisme Unité
23 RC-05 essentiellement par le personnel de par un contrôler en interne
Tempér bouteille de agrée
des volumes sous service organisme ces réservoirs et de
atures gaz) ou sous
vide, pour isoler agréé. suivre ces contrôles sur
vide
sur des enceintes un tableau.
cryogéniques.

Le personnel vérifie
régulièrement les Faire visiter
L'APAVE a étudié le
éléments de sécurité. l'installation
liquéfacteur lors des
Service Présence dans les par un bureau
Liquides Présence d'un contrôles effectués les
des salles de lunettes et Vérifier quel type de de contrôle
Patio 12- 1223- cryogéniques liquéfacteur 15, 16 et 18 septembre
Jussieu Basses gants de sécurité contrôle périodique pour décider Unité
23 RC-05 et bouteilles d'hélium liquide 2014. Il s'avère
Tempér cryogénie. il faut réaliser. quels types
de gaz de marque LINDE qu'aucune vérification
atures Présence d'un de contrôle
n'est à effectuer sur
détecteur de manque périodique il
celui-ci.
d'oxygène dans la faut réaliser
salle 1223-RC-05

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 32 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

1-Espace ouvert vers


l'extérieurs
2-Détecteur
/avertisseur de
manque d'oxygène
3-Vidéosurveillance
Un réservoir de par le personnel de
15000 litres service
d'azote liquide à 4-Présence de gants
une pression de 2 et de masques de
bar (pression protection pour les
Faire vérifier
maximum utilisateurs
l’installation Contrôle effectué par
d'utilisation 5 bar). 5-Heures d'ouverture
Service par un bureau l'APAVE les 15, 16 et 18
Liquides Ce réservoir est pendant que du
des Vérifier quel type de de contrôle septembre 2014. Il n'y
Patio 12- 1223- cryogéniques équipé d'une personnel du SBT est
Jussieu Basses contrôle périodique pour décider Unité a pas de non-
23 RC-11 et bouteilles rampe de présent
Tempér il faut réaliser. quels types conformité. Un
de gaz remplissage de 6-Sol spécial (sol
atures de contrôle planning des futurs
bidon de ajouré pour éviter les
périodique il contrôles a été réalisé.
transport. Le flaques d'azote
faut réaliser.
remplissage des liquide)
réservoirs de 7-Réservoir équipé
transport se fait des protections et
par les utilisateurs sécurité installé par le
d'azote liquide. fabriquant et vérifié
régulièrement par le
personnel de service
8- Affichage des
consignes de sécurité
9- Affichage des
numéros d'urgence

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 33 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

- Le chariot élévateur
Utilisation de: n'est plus utilisé
Faire
- un chariot - Le hayon arrière est
contrôler les
élévateur maintenant vérifié
Service Pas de contrôle appareils par
automoteur périodiquement (tous
des périodique réalisé. un bureau de
Patio 12- Manutention - un hayon arrière les 6 mois, le dernier
Jussieu Basses Partout / Pas de permis contrôle. Unité
23 mécanique du camion de date d'octobre 2014)
Tempér CACES dans Passer le
transport du - La table élévatrice
atures l'équipe. CACES pour le
service manuelle n'est plus
chariot
- une table/chariot utilisée, elle est
automoteur.
élévateur manuel remplacée par une
rampe d'accès.

Le système
magnétique
d'ouverture des
portes ne Le SHS et le SSI sont
fonctionnent pas. Faire un point passés le 10 octobre
Service Les portes sont avec le SHS, le 2014. Chaque porte
des Dysfonctionnemen fermées à clé, une service est maintenant
Patio 12-
Jussieu Basses Partout Incendie t des sorties de / clé se trouve sur le sécurité SHS/SSI/DPI équipée d'une clef
23
Tempér secours boitier incendie incendie et permettant de
atures placé près de la service des préserver la sureté du
porte. Voir la travaux service ainsi que
législation, l'évacuation d'urgence.
installation de
portes avec barre
anti panique ?

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 34 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

Substitution des Le déménagement de


produits dangereux l'unité est prévu fin
(CMR et toxique) par 2015, début 2016.
des produits moins Absence de système L'installation de plus de
dangereux. de ventilation avec 24 sorbonnes est
Salle Sur-saturation
compensation de prévue dans le cahier
407 – d'émanation de Ventilation naturel pression Installation de des charges des
PF 409 - Ambiances / solvants et de (grille d'aération). Sorbonnes 24 sorbonnes nouveaux locaux (4
Jussieu Chimie CASSAN F 411 - Conditions produits DPI
Manipulation des insuffisante (14 et d'un salles de 8 sorbonnes;
orga 415 – de travail chimiques (CMR,
produits dangereux étudiants/salle de système de 1 salle de 7 sorbonnes;
419 – toxique,
dans les deux TP travail sur ventilation 1 salle de 6 sorbonnes).
TP inflammable…)
sorbonnes paillasse sans Néanmoins les locaux
conformes. sorbonne) actuels n'ont pas pu
être équipés de 24
Ouverture fréquente sorbonnes
des fenêtres supplémentaires.

Condamner La douche de sécurité a


Niveau
ou retirer la été retirée.
SB -
douche de
Barre 65- Salle Risque Douche de Proche des prises de Il est à noter qu'une
Jussieu UR 2 Aucun sécurité qui Unité
66 012- électrique sécurité courant douche de sécurité est
n'est pas utile
Salle de disponible dans la salle
dans cette
manip juste en face.
pièce

La porte de
Supprimer la La clef de la porte de
Salle La deuxième issue séparation entre les
clef de la séparation a été
Jussieu CEMIP Esclangon 236 et Incendie de la pièce peut Aucun 2 parties de la pièce Unité
porte de supprimée le
236 bis être fermée à clef. 236/236 bis peut
séparation 20/11/2013.
être fermée à clef

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 35 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

b. Quelques chiffres :

 Réalisation et mise à jour des DUER

Le tableau ci-dessous permet de présenter les différentes statistiques de réalisation du document


unique d’évaluation des risques des unités de travail de l’UPMC. Ces statistiques sont comparées
avec celle de 2013.

Nombre de documents Nombre de documents


Nombre d’unités de travail
unique réalisés uniques mis à jour en 2014

Années 2013 2014 2013 2014 2013 2014

Nombre 206 170 188 168 134 140

% / / 91.26 98.82 65.05 82.35

Objectifs % / / 100 80

On remarque que la proportion de DUER réalisés et mis à jour continu d’augmenter à l’UPMC. Les
objectifs proposés dans le programme annuel de prévention 2014 sont quasiment atteints. En effet, il
reste des unités de travail pour lesquels il faut continuer la sensibilisation sur l’importance de réaliser un
DUER et/ou de le mettre à jour tous les ans. Certaines unités de travail rencontrent des difficultés pour
dégager du temps à l’assistant de prévention pour cette mission. Les lettres de missions deviennent
importantes pour que certains AP puissent consacrer suffisamment de temps pour mener à bien leurs
missions.

Le tableau ci-dessous met en évidence le nombre d’unités n’ayant jamais réalisé de DUER (2013 et
2014).

Nombre d’unités n’ayant jamais réalisées de


document unique

Années 2013 2014

Nombre 18 2

Les deux unités n’ayant jamais réalisé leur DUER appartiennent aux services centraux. La première est
une unité de travail qui vient de changer de responsable et dont le périmètre était en cours d’étude
avant ce changement. La seconde a été identifiée au début du troisième trimestre et l’AP nommé fin
Novembre. La démarche d’évaluation des risques est débutée mais pas encore finalisée.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 36 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

Pourcentage de DUER à jour en 2014 par composante.


UFR 918 Terre, UFR 927 UFR 937 UFR 938 UFR 939
UFR 919 UFR 925 UFR 926 UFR 929 UFR 967 Services
Environnement Sciences de Observatoire Observatoire Observatoire Autres
Ingénierie Physique Chimie Mathématiques Médecine centraux
, Biodiversité la vie de Roscoff de Banyuls de Villefranche

Nombre
d'Unité
15 21 26 28 24 7 18 5 5 3 3 15
de Travail
2014

Nombre
de DUER 13 20 23 24 21 3 16 4 5 2 3 6
2014

% de
DUER mis
86,7 95,2 88,5 85,7 87,5 42,9 88,9 80,0 100,0 66,7 100,0 40,0
à jour en
2014

En 2014,
 Quatre composantes sur 14 ont atteint 100% de DUER mis à jour (Pour rappel « autres »
correspond à 3 composantes).
 Sept composantes ont dépassé l’objectif qui visait à avoir 80% de DUER à jour mais reste en
deçà des 100%.
 Trois composantes n’ont pas atteint l’objectif.

Nombres et pourcentages de DUER à jour en 2014 par catégories


Services administratifs de laboratoires de recherche,
Services d'enseignement TOTAL
composante et services centraux instituts ou fédérations

Nombre d'unité de travail 25 37 108 170

Nombre de DUER à jour


13 32 95 140
en 2014

% de DUER à jour 2014 52,0 86,5 88,0 82,35

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 37 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

Il ressort de ce tableau que :


- Les laboratoires de recherche et les services d’enseignements ont atteint l’objectif fixé dans le
programme annuel de prévention de 2014 qui visait à avoir 80% de DUER mis à jour. En effet
ces unités de travail sont les plus suivies par le SHS compte tenu du nombre et de la nature des
risques présents.
- la part de réalisation des DUER au sein des services administratifs et centraux reste
sensiblement inférieure à l’objectif fixé.
Le suivi des services administratifs et centraux doit être accentué en 2015.

Pourcentage de mise à jour des DUER par catégories d'unité de travail et par composante

Services administratifs et laboratoires de recherche,


Services d'enseignement
services centraux instituts ou fédérations
UFR 918 Terre,
Environnement, 100,00 33,33 100,00
Biodiversité
UFR 919 Ingénierie 100,00 100,00 92,30

UFR 925 Physique 100,00 100,00 85,00

UFR 926 Chimie 0,00 81,80 100,00

UFR 927 Sciences de la vie 100,00 100,00 78,60

UFR 929 Mathématiques 0,00 / 50,00

UFR 967 Médecine / 100,00 88,20


UFR 937 Observatoire de
100,00 / 75,00
Roscoff
UFR 938 Observatoire de
100,00 / 100,00
Banyuls
UFR 939 Observatoire de
0,00 / 100,00
Villefranche
Autres / 100,00 100,00

Services centraux 42,90 0,00 /

Utilisation du logiciel EvRP

Nombre de comptes EvRP créés 134


Nombre de mise à jour 2014 de DUER sous
97
EvRP
Nombre de mise à jour 2014 de DUER sous un
43
autre format (papier, INSERM, IRCAM, …)

Nous remarquons que le nombre de compte EvRP créé est supérieur au nombre de mise à jour 2014
sous le logiciel. Cela peut s’expliquer par le fait que des unités sont enregistrées sous EvRP mais n’ont
pas encore utilisé le logiciel pour leur mise à jour mais aussi par le fait que des unités n’ont pas encore
mis à jour leur document unique sous EvRP pour l’année 2014.

Le nombre de formats autres qu’EvRP s’explique, d’une part, par les unités qui n’ont pas encore
adhéré au logiciel mais surtout, d’autre part, par les unités non hébergées par l’UPMC.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 38 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

c. Analyse par priorité

Les résultats de l’analyse des documents uniques d’évaluation des risques (via l’application EvRP),
indiquent que 1110 actions de prévention ont été programmées. Celles-ci sont à mettre en place ou
à suivre par les unités de travail.

Le graphique ci-dessous permet d’observer la répartition des 1110 actions à réaliser suivant leur
priorité. Pour rappel la priorité est définie à l’aide d’un questionnaire prenant en compte six critères :
 événement redouté,
 fréquence d’exposition,
 pourcentage de personnes exposées,
 existence ou non de mesures collectives,
 existence ou non de mesures individuelles,
 existence ou non de moyens de secours.

Les actions de priorité 1 représentent les actions à mettre en place immédiatement.

La proportion d’actions envisagées de priorité 3 et 4 est identique à l’année dernière, soit les deux
tiers de l’ensemble des actions envisagées.

Cependant le nombre de ces actions a plus que doublé en une année (en 2014, 1110 actions ont
été déclarées contre 471 en 2013) ; nous avons donc recensé 39 actions de priorité 1 en 2014 (contre
12 en 2013).

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 39 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

Ces 39 actions regroupent 11 unités de travail et sont réparties de la manière suivante :

Le tableau présent en annexe (annexe 2 : action de priorité 1 déclarées en 2014) présente les 39
actions de priorité 1 déclarées par les unités de travail (tableau brut sans corrections ni modification
de la part du SHS).

Traitement de ces actions/risques de priorité 1 :

Comme pour les actions de priorité 1 de 2013, le SHS se rapprochera de chaque unité de travail en
deux temps pour traiter les risques et les actions de priorité 1.

Premièrement :
 vérifier la cotation du risque engendrant l’action.
 vérifier la cohérence de l’action et le cas échéant la modifier ou la compléter.
 Informer l’unité de travail sur la nécessité de mettre immédiatement l’action en place.

Dans un second temps :


Suivre et accompagner la mise en place des actions de priorité 1.

d. Analyse par facteur de risque

Le logiciel EvRP permet de quantifier le nombre de risques et d’actions saisis par facteur de risques. Il
est donc possible d’identifier les risques principaux présents à l’UPMC.
Il est important de rappeler que l’ensemble des risques et des actions ci-dessous correspondent aux
saisies réalisées par les assistants de prévention et validées par leur directeur.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 40 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

L’exploitation des résultats de l’évaluation des risques sur les facteurs de risques les plus couramment
rencontrés au sein de l’établissement met en exergues 4 facteurs de risque qui correspondent à un
plus grand nombre de risques saisis et à un nombre d’actions nettement supérieur aux autres (voir le
graphique ci-dessous), il s’agit de:
- Risque chimique
- Ambiances / Conditions de travail
- Equipements de travail et matériel de laboratoire
- Incendie

On remarque qu’une saisie importante a été effectuée au cours de l’année 2014. Pour exemples, le
facteur de risques « ambiances /conditions de travail » a vu son nombre d’actions quadrupler en un
an. Les actions concernant les chutes de personnes ont, elles, été multipliées par 5. Il en est de même
pour les risques liés aux conditions de vie au travail qui sont passé de 1 à 14.

Il est à noter que le facteur de risque « conditions de vie au travail » qui représente les risques psycho-
sociaux (RPS) est peu renseigné dans l’application EvRP.

e. Analyse par sous-facteurs de risques

Le logiciel EvRP donne la possibilité aux unités de travail de préciser le risque en sous-facteurs de
risques. Ce sont ces sous-facteurs de risques qui sont utilisés pour l’analyse ci-dessous. Il est à noter
qu’un risque peut être concerné par plusieurs sous-facteurs de risque, d’où le nombre plus important
de sous-facteurs de risque.

- Risque chimique :

Le risque chimique est le risque le plus renseigné sous l’application EvRP : 488 risques saisis et 142
actions. Cette première place est logique car la manipulation de produits chimiques est nécessaire
dans un grand nombre de disciplines présentent dans les composantes de l’UPMC. On retrouve le
risque chimique en ingénierie ; en physique ; en science de la vie ; en terre, environnement,
biodiversité ; en médecine, bien entendu en chimie et même au niveau des services centraux.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 41 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

Ce graphique met en évidence l’utilisation de multiples produits chimiques dangereux (nocifs,


toxiques ou très toxiques, corrosifs, irritants, sensibilisants et dangereux pour l’environnement). Compte
tenu du faible nombre d’actions par rapport au nombre de risques nous pouvons en déduire que la
majorité des risques sont maîtrisés. En effet il a toujours été rappelé aux AP (formations et réunions)
que lorsqu’un risque est identifié il est nécessaire de définir une/des actions pour le supprimer ou le
réduire ; dans le cas contraire cela signifie que toutes les actions envisageables sont réalisées et
efficaces et par conséquent que le risque est maitrisé.

Néanmoins 142 actions sont à mettre en place. Celles-ci sont équiréparties entre les priorités 2, 3 et 4
(on ne retrouve pas d’actions de priorité 1). Cette répartition est la même par sous-facteur de risque.
Cela peut s’expliquer par le fait que le risque chimique est un risque connu dans le milieu universitaire
et pour lequel il existe des mesures de préventions collectives. Les mesures de prévention individuelles
sont aussi connues de tous et entre de plus en plus dans les mœurs.
Il existe donc déjà:

- des sorbonnes qui sont contrôlées périodiquement par le SHS ;


- une procédure lorsqu’elles ne sont pas conformes (restriction et condamnation) ;
- des armoires ventilées;
- des EPI présents dans les laboratoires et portés ;
- une gestion des déchets à l’échelle de l’établissement.

Les actions à mettre en place consistent donc à améliorer les moyens de prévention existant ou à les
multiplier.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 42 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

Les unités de travail sont confrontées à l’exposition aux différentes catégories de produits chimiques
dangereux notamment :

- Les produits nocifs, toxiques et très toxiques


- Les produits corrosifs, irritants ou sensibilisants
- Les produits Cancérogènes, Mutagènes et Toxiques pour la reproduction (CMR)
- Les produits dangereux pour l’environnement

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 43 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

Prévenir les risques chimiques c’est empêcher que des accidents ou des maladies en rapport avec
les produits utilisés ne surviennent. On recense plusieurs actions de prévention à mettre en place. Elles
concernent principalement :

 Des installations/réparations de douches et rinces œil.


 Des inventaires, des tris et des étiquetages des flacons.
 Des changements de filtres de hottes chimiques/ armoires.
 Des mises en conformités de sorbonnes.
 Des installations de sorbonnes ou d’armoires ventilées.
 Des sensibilisations et formations aux bonnes pratiques de laboratoires (dont le port des EPI) et
aux risques chimiques.
 Des mises en place et/ou à jour de fiches individuelles d’exposition.

 Sous-facteur de risque « CMR » :


Le bilan de l’évaluation des risques montre que le sous-facteur de risque « CMR » est présent dans 42
unités de travail (unités de formation et de recherche)
Cette présence importante couplée à la réglementation spécifique concernant la manipulation de
ces produits confirme et justifie les actions menées par le SHS. En 2014, le SHS poursuit les actions de
prévention suivantes :
- Mise à disposition, via l’intranet du SHS, de documents d’information : fascicule « grossesse et
risques professionnels », notes d’informations, aide à l’évaluation du risque chimique, fiche
individuelle d’exposition multi-tutelle.
- Identification des déchets CMR avec la mise à disposition d’un autocollant « déchets CMR » à
apposer sur les contenants concernés.
- Affichage sur les sorbonnes pour lesquelles une restriction d’utilisation existe pour les CMR.
- Information et sensibilisation des assistants de prévention lors des réunions de réseaux
notamment lors des réunions du 19 juin 2014 et du 11 décembre 2014. Celle de juin a
notamment permis d’insister sur la substitution en les informant de l’existence d’un site
internet : http://www.substitution-cmr.fr. Ce site a pour objectif de faire connaître les actions
réalisées, les travaux en cours et l’avancée de la recherche dans le domaine de la
substitution. Il permet aussi et surtout de trouver des exemples de substitution.

 Sous-facteur de risque « Nanoparticules / nanomatériaux » :


Seulement 13 risques concernent les nanomatériaux. Ils ont été saisis par 9 unités de travail. Or, le
« recensement nano » réalisé par le SHS fait état de 24 unités de travail qui sont concernées.
L’évaluation du risque « nanomatériaux » est donc à améliorer.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 44 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

- Ambiances / conditions de travail

Les sous-facteurs principaux des risques liés aux ambiances et aux conditions de travail sont les bruits
importants ou gênants, les atmosphères de travail polluées et la chaleur dans les locaux.

Le bruit important ou gênant :


Sur 117 risques validés, seulement 14 sont directement dus aux travaux réalisés par l’EPAURIF ou la DPI
(Cassan ABC) ; cela signifie que tous les autres risques concernent les installations propres aux unités
de travail. En effet les unités peuvent utiliser des équipements parfois bruyants comme les pompes à
vide, les compresseurs, les salles serveurs, les bains à ultrasons, les sorbonnes et autres extractions
mais aussi les bureaux collectifs qui empêchent parfois une bonne concentration.
On remarque peu d’actions proposées pour ces risques. Nous pouvons penser que les unités
considèrent que le bruit fait partie intégrante de l’activité et qu’il est acceptable. Les actions
proposées visent principalement à installer des isolations phoniques où des caissons autour des
sources de bruits mais aussi à acheter des casques anti bruit et à veiller à ce qu’ils soient bien portés.

Atmosphère de travail polluée :


Les risques correspondent principalement à des manques de ventilations, au travail dans des pièces
aveugles et à des problèmes de poussières.
Pour ce sous-facteur de risque les actions proposées consistent à installer ou à améliorer/nettoyer les
VMC et à améliorer la prestation de ménage.

Chaleur :
Les problèmes de chaleurs sont connus principalement en période estivale. Il s’agit d’un problème
récurrent sur l’ensemble des sites UPMC. La résolution de ce problème passe presque inévitablement
par l’installation de climatisation.
Parfois les températures élevées ont pour origine l’utilisation d’équipements par les laboratoires ou
bien de la présence d’un nombre important de personnes dans une salle.

Parmi les principales actions proposées par les unités de travail on retrouve:
- l’installation et la vérification de climatisations,
- l’utilisation de ventilateurs,
- l’achat de stores ou de rideaux occultants.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 45 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

Trois risques de priorité 1 ont été saisis avec proposition d’action :


- manque de 24 sorbonnes,
- dépôts de poussières,
- manque éclairage dans le sas d’une salle où du HF est manipulé.

Comme expliqué précédemment ces actions seront étudiées par le SHS avec les unités de travail
concernées.

Un grand nombre d’actions vise à supprimer ou réduire des risques de priorité 3 qui sont les risques les
plus présents pour les questions d’ambiances et de conditions de travail.
Cette prédominance d’actions de priorité 3 montre que, d’après les unités de travail, les risques liés
aux ambiances et aux conditions de travail sont perçus comme des gênes plutôt que des risques
aigus sur la santé des personnels. Il ne faut évidemment pas mettre de côté ces risques qui ont une
part importante dans le bien-être au travail.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 46 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

- Equipements de travail et matériel de laboratoire

Compte tenu de la diversité des activités ainsi que des spécificités des travaux ou des préparations
réalisées, les unités de travail possèdent une grande variété d’équipements allant des machines-outils
aux microtomes en passant par les fers à souder, les centrifugeuses, et les cytomètres de masse. Tous
ces équipements ont leurs utilités propres mais aussi leurs risques afférents

Le sous-facteur de risque principal est le risque de brûlures par contact. Ces brûlures peuvent se
produire par contact avec des éléments :

 Principalement chaud :
o Etuves / fours
o Bains marie
o Autoclaves
o Plaques chauffantes
o Eaux très chaudes / vapeurs
o Parties d’installations spécifiques à certains laboratoires
o Etc.

 ou parfois froid :
o Appareil à cryo-substitution
o Congélateurs -80°C

Cependant le sous-facteur de risque ayant le plus d’actions dont le plus d’actions de priorité 2 est
l’exposition à des produits émis lors du fonctionnement des équipements (vapeurs, copeaux,
poussières, produits utilisés pour l'usinage, l'analyse ou le traitement des matériaux). Pour les risques
saisis à l’UPMC nous avons majoritairement des projections de matières par usinage (meuleuse,
perceuse, etc.), des projections de vapeurs (eau, huile, etc.), et des émanations de produits de
soudure.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 47 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

Les actions de priorité 4 sont les plus importantes mais la part d’actions de priorité 2 n’est pas
négligeable. Ces actions peuvent être regroupées en trois familles :

 Les EPI : acheter des EPI ou sensibiliser à leur utilisation.


 Le suivi des équipements : Réaliser les contrôles, les vérifications périodiques voir des remises
aux normes de certaines installations; ainsi que changer les consommables de certains
équipements de travail.
 L’affichage : mettre en place une signalétique autour de l’appareil et afficher les consignes
d’utilisation ou d’accès à la salle.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 48 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

- Risque incendie

Le risque incendie est le risque ayant le plus d’actions de priorité 1. Cela est dû au fait que
l’événement redouté d’un incendie est le décès et que la propagation d’un incendie peut
rapidement toucher l’ensemble du personnel d’une unité de travail.

Un focus concernant ce risque est transmis au Service de Sécurité Incendie de l’UPMC.

Le sous-facteur de risque « présence de produits inflammable ou combustibles en quantité ou mal


stockés : papiers, cartons, produits chimiques » est, de loin, le plus représenté pour le risque incendie. Il
met principalement en évidence le stockage de solvants et de matériaux combustibles (cartons,
ramette de papier ou archives). Dans l’ensemble ces risques sont maîtrisés, dans la mesure où seules
50 actions sont à réaliser. Celles-ci visent à supprimer les émanations de solvants par la mise en place
d’armoires ventilées et à supprimer les stockages de papier et de carton non nécessaires.
Pour le site de Saint Cyr plusieurs risques ont pour action l’organisation d’exercices de secours avec
révision du protocole d’alerte. En effet ce site utilise différents produits inflammables dont des
carburants et, compte tenu du classement du bâtiment au niveau incendie, ne possède pas de
service de sécurité incendie sur place.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 49 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

Les 9 actions de priorité 1 sont détaillées dans le point « c. Analyse par priorité ». Un grand nombre
d’actions à mettre en place sont aussi de priorité 2 donc à mettre en place à court terme. L’envoi de
ces informations au Service de Sécurité Incendie permettra de cibler les zones à risques et de suivre la
mise en place des différentes actions.

Les 5 actions de priorité 1 dues à des problèmes de locaux consiste à :


 Mettre en place une ventilation mécanique conçue pour les atmosphères explosives (ATEX)
 Réorganiser un stockage de produit chimique
 Eliminer les objets qui encombrent les circulations et les laboratoires
 Vérifier la bonne ouverture des évacuations incendies en cas d’alarme
 Mettre en place un relai d’alarme

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 50 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

4. Bilan des visites de prévention et des visites suite à un signalement incident/accident

BILAN DES VISITES


DE PREVENTION ET SUITE A UN
SIGNALEMENT INCIDENT/ACCIDENT

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 51 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

4. Bilan des visites de prévention et des visites suite à un signalement incident / accident

Les visites des unités de travail réalisées en 2014 sont de deux types :

1) Visites de prévention programmées

Des visites de prévention ainsi que des études de poste sont organisées périodiquement permettant
une analyse des risques professionnels au sein des unités et de dégager les mesures de prévention à
mettre en place.

2) Visites réalisées suite à un signalement d’incident/accident

Des visites sont réalisées suite à un signalement d’incident/accident dans le Registre de Santé et
Sécurité au Travail. L’analyse de chaque incident/accident de travail a donné suite à un compte-
rendu et a permis de dégager des actions de prévention permettant de prévenir d’éventuels
accidents similaires ou plus graves.

Ces visites sont organisées par le SHS avec participation des acteurs de prévention (Médecins de
prévention et/ou Ingénieur de prévention CNRS). Les visites sont organisées de manière à avoir un
échantillon représentatif des laboratoires de l’Université. En effet, l’ensemble des UFR ont fait l’objet
d’au moins une visite.

25 visites ont été réalisées en 2014 dont voici la répartition :


- 15 visites de prévention programmées (dont 3 études de poste)
- 10 visites faisant suite à un signalement d’incident/accident

RÉPARTITION DES VISITES EN 2014

Visites faisant
suite à un
signalement
RSST
40%
Visites de
prévention
(dont 3 études
de poste)
60%

La coordination entre le SHS, SMP et Ingénieur de prévention CNRS est très positive car cette
complémentarité apporte une réelle valeur ajoutée lors des visites. Nous renforcerons cette
coordination pour 2015.

Remarque : Les visites du CHSCT ne sont pas prises en compte dans cette partie du bilan (Cf.
Membres du CHSCT)

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 52 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

Le tableau ci-dessous regroupe les visites de prévention (y compris les études de postes) ainsi que les visites réalisées suite à un signalement dans le Registre de Santé et Sécurité
au Travail.
Visites de prévention programmées
Date de visite Participation Nom du laboratoire Sigle Site Localisation Type de visite
à la visite
25/07/2013 SHS/CNRS/SMP Laboratoire Kastler Brossel UMR 8552 Jussieu Barre 23-33 : Sous-sol Visite de
(Compte-rendu (LKB) prévention
envoyé en Janvier
2014)
26/09/2013 SHS Département des Activités DAPS Jussieu Ateliers, vestiaires, locaux de stockage du DAPS Visite de
(Compte-rendu Physiques et Sportives prévention
envoyé en Janvier
2014)
19/11/2013 SHS/SMP Plateforme IFR 65 Saint- UFR de Médecine Etude de poste
(Compte-rendu Histomorphologie du petit Antoine
envoyé en Janvier animal
2014)
17/12/2013 SHS/CNRS/SMP Institut des Nanosciences de UMR 7588 Jussieu Barre 22-32 3, 4,5ème étages, sous-sol / Barre 22- Visite de
(Compte-rendu Paris 23 2,3ème étages / Barre 12-22 4,5ème étages prévention
envoyé en Janvier
2014)

12/02/2014 SHS/CNRS/SMP Laboratoire d’Electronique L2E Jussieu Barre 65/66 Niveau SB -1er et 2ième étage Visite de
et d’Electromagnétisme prévention

13/02/2014 (Jussieu) SHS/CNRS Laboratoire Interfaces et UMR 8235 Jussieu 13-23 SB 02 Visite de
25/02/2014 Systèmes Electrochimiques (réacteurs à plasma) prévention
(ENSCP) (LISE)
21/03/2014
(Jussieu)
20/05/2014 SHS/SMP Biologie du Développement UMR 7622 Jussieu Bâtiment C-6ième étage- Pièce 610 Etude de poste
Paris Seine

26/05/2014 SHS/CNRS Institut Parisien de Chimie UMR 8232 Jussieu Bâtiment F – 2ième et 4ième étages Visite de
Moléculaire prévention

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 53 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

04/06/2014 SHS/SMP Milieux environnementaux, UMR 7619 Jussieu Tour 46-56 – 3ième étage Etude de poste
transferts et interactions
dans les hydrosystèmes et
les sols (METIS)
10/06/2014 SHS/SMP Equipe du Pr ARLET – UMR 1135 Saint- IGH – 10ième étage Visite de
Antibiotique et Flore Antoine prévention
digestive
13/06/2014 SHS/SMP Centre d’immunologie et UMR 1135 AP HP Pitié- UFR de Médecine Visite de
des Maladies Infectieuses Salpêtrière prévention
(CIMI)

19/06/2014 SHS/CNRS Institut de Minéralogie, de UMR 7590 Jussieu Barre 23-24 :3ième et 5ième étages Visite de
Physique des Matériaux et Barre 23-33 : SB prévention
de Cosmochimie - IMPMC Barre 13-23 : SB et sous-sol

26/06/2014 SHS/CNRS/SMP Laboratoire Neurosciences UMR 8246 Jussieu Bâtiment A-3ième étage Visite de
Paris Seine Bâtiment B- 2,4, 5ième étages prévention
10/07/2014 SHS/CNRS Laboratoire Kastler Brossel UMR 8552 Jussieu Barre 12-13 : 2ième et 3ième étage Visite de
(LKB) Barre 13-23 : Sous-sol, RDC, 2ième étage prévention
Barre 23-33 : Sous-sol

03/10/2014 SHS/SMP Laboratoire d’Imagerie AP HP UFR Médecine Visite de


Moléculaire Positronique Trousseau prévention
(LIMP) (compte-rendu
en cours)

Visites réalisées suite à un signalement d’incident/accident


Dates incident/ Dates de la Unité (service ou Site Participation Description de l’accident / incident Observations
accident visite laboratoire) Bâtiment à la visite

06/11/2013 05/11/2013 UMR 7075- LADIR Jussieu SHS/CNRS/ Le sceau était tenu par l'agent à la main, sans Visite faisant
(Laboratoire dynamique, Directeur et gants. L'azote liquide a touché l'anse en métal du suite à un
interactions et réactivités) Cassan F AP de l’unité sceau qui a causé une brulure sur la main de signalement au
l'agent RSST
04/11/2013 02/12/2013 IPCM -Institut Parisien de Jussieu SHS, Coupure avec RMN en verre Visite faisant
Chimie Moléculaire Ingénieur de suite à un
Cassan F recherche signalement au
de l’unité RSST

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 54 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

29/11/2013 20/12/2013 TP de Chimie Générale Jussieu SHS, AP de Une étudiante s'est coupée à la main droite par Visite faisant
l’unité bris d'une pipette jaugée en verre lors de travaux suite à un
Cassan F pratique signalement au
RSST
25/11/2013 08/01/2014 Service d’enseignement Jussieu SHS, AP de Une étudiante s'est coupée avec un scalpel au Visite faisant
de Biologie Animale l’unité niveau de l'index de la main gauche suite à un
Bâtiment signalement au
A- 1er RSST
étage
17/01/2014 Faculté de Immunologie Intégrative : UMR 7211 AP HP Pitié- CERVI Réunion de suivi
Médecine Différenciation, Diversité, Salpêtrière signalement
Dynamique RSST

24/01/2014 27/02/2014 Plateforme de Cytométrie Pitié- SHS, Eclaboussure de solution contenant des cellules Visite faisant
de flux Salpêtrière Responsable infectées par le HIV sur le pantalon de l’agent suite à un
de la signalement au
Bâtiment Plateforme RSST
105
11/02/2014 25/03/2014 UMR 7574-Laboratoire de Jussieu SHS, AP de Erreur lors de la préparation des réactifs sous Visite faisant
Chimie de la matière l’unité sorbonne, contrainte temporelle de la personne suite à un
condensée de Paris Cassan F en stage il y a eu manipulation d'acide acétique signalement au
sous le PSM-II, erreur de manipulation lors de RSST
transvasement, le tube n'était pas placé dans le
porte échantillon lors du transvasement
02/04/2014 26/05/2014 LATMOS Laboratoire Jussieu SHS, AP de Agent blessé par une pièce plastique lors du Visite faisant
Atmosphères, Milieux, Barre 45- l’unité perçage suite à un
Observations Spatiales 46 signalement au
RSST
03/06/2014 30/09/2014 UMR 8246-Neurosciences Jussieu SHS/CNRS La victime a manipulé une solution contenant de Visite faisant
Paris Seine Bâtiment la roténone dans une pièce non ventilée, sans EPC suite à un
B ni EPI. signalement au
RSST
24/09/2014 SHS Bibliothèque MIR Jussieu Tour 46-56 Visite faisant
Mathématiques suite à un
Informatique Recherche signalement
RSST
Tableau regroupant les visites de prévention (y compris les études de poste) et visites réalisées suite à un signalement d’incident/accident.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 55 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

5. Bilan des contrôles et des travaux de mise en conformité des sorbonnes

BILAN DES CONTRÔLES ET DES


TAVAUX DE MISE EN CONFORMITE
DES SORBONNES

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 56 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

5. Bilan des travaux de mise en conformité et des contrôles des sorbonnes

5.1. Contrôles périodiques des sorbonnes

1) Rappel des obligations réglementaires

La réglementation en termes de sécurité des installations de sorbonnes est étroitement liée à leur
date de mise en service. Ainsi, on distingue deux types de sorbonnes : celles installées avant 2005 et
celles installées après 2005

- Toutes les sorbonnes dont l’installation est antérieure à Janvier 2005 sont à considérer sous la
norme XPX 15-203
- A compter de janvier 2005, toutes les nouvelles installations doivent répondre à la norme NF
EN 14175 ainsi qu’à la norme XPX 15-206. L’installateur doit mettre en œuvre un essai de
réception afin de tester le confinement de la sorbonne installée (contrôle initial). Une
référence doit être établie. L’établissement de la référence consiste à consigner dans les
procès-verbaux des essais de réception les valeurs de vitesses d’air frontal en chaque point
permettant l’obtention du niveau de confinement satisfaisant. Ces procès-verbaux doivent
figurer dans la notice d’instructions établie en application de l’article R 4212-7 du Code du
Travail et de l’arrêté du 8 octobre 1987. Les bureaux de contrôles ne se prononcent sur la
conformité des sorbonnes qu’à partir du moment où les valeurs de références des installations,
au jour de leur installation sont connues.
Il est à noter que lors des contrôles périodiques annuels, la mesure de la vitesse d’air est comparée
aux valeurs de références établies lors du contrôle de réception des sorbonnes.

Les contrôles des sorbonnes du site de Jussieu sont pilotés par le Service Hygiène et Sécurité. Le SHS
est chargé de l’organisation et du suivi de ces contrôles. Ces contrôles réglementaires sont réalisés
par la société DANTEC.

2) Résultats des contrôles de 2014

Le SHS est chargé de l’organisation et du suivi des contrôles des sorbonnes du campus de Jussieu, des
sites d’Ivry, de Saint Cyr, de la pitié Salpêtrière ainsi que de Saint Antoine.
Après chaque campagne de contrôles le SHS procure la liste mise à jour des sorbonnes à consigner
à la direction du patrimoine immobilier (DPI).
En 2014 le parc des sorbonnes du campus de Jussieu s’est agrandi de 27 sorbonnes suite à l’ouverture
du secteur ouest centre.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 57 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

Nombres de sorbonnes contrôlées et de sorbonnes conformes sur le nombre total de


sorbonnes (=561)par bâtiment en 2014

160 160

146

88 88

58 58 60
55 55
46
42
34 34 34 34
31
28 28 272727
25 25 25 25 23
21 21
13 1311 13 13 151515
12 10
7 86 8
2 333 3 4 20 24 332 1
00 0 00 0 0 0 00 0 00

Secteur Esclangon Atrium Secteur 1 Cassan A Cassan B Cassan C Bâtiment F La pitié St Antoine Ivry CRC St Cyr secteur
ouest-nord centre ouest

Nombre total de sorbonnes Nombre de sorbonnes contrôlées

Nombre de sorbonnes conformes Nombre de sorbonnes non conformes soumises à restriction

Nombre de sorbonnes HS

Comme le montre le graphique 99,6% des sorbonnes des sites de Jussieu, Ivry, Saint Cyr, la Pitié, Saint
Antoine et le centre de recherche des Cordeliers ont été contrôlées. Les 0.4% non contrôlées étaient
inaccessibles (encombrement, déménagement,…).

Les sorbonnes des bâtiments Esclangon (3), Cassan A (25), secteur ouest centre (27), et du centre de
recherche des Cordeliers (15) ont toutes été déclarées conformes.

Année Nombre total de %Sorbonnes % Sorbonnes % Sorbonnes


Sorbonnes contrôlées Conformes Non Conformes
2013 515 99.8 81.1 18.9
2014 561 99.6 82.6 17.4

Suite à la campagne de travaux sur les sorbonnes du site de Jussieu, réalisé par la DPI en 2014, 82.6 %
des sorbonnes contrôlées ont été déclarées conformes, 17.4% ne sont pas conformes, dont 9.1% sont
hors service.
Pour les sorbonnes déclarées non conformes, 46 sont soumises à restriction d’utilisation.
Pour rappel, les sorbonnes dont la vitesse d’air moyenne est comprise entre 0,3m/s et 0,4m/s et dont
le test de confinement (et/ou test fumigène) est conforme font l’objet d’une restriction d’utilisation.
Pour ces sorbonnes, la manipulation d’agents chimiques classés CMR et/ou présentant un danger
particulier est strictement interdite

Comme les années précédentes, la mise en œuvre de la condamnation des sorbonnes de


laboratoires déclarées non-conformes est réalisée systématiquement après chaque contrôle.
La consignation électrique des sorbonnes non-conformes est réalisée par le personnel technique
compétent et habilité (DPI). La consignation consiste à mettre la sorbonne à l’arrêt par coupure du
raccordement au réseau électrique.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 58 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

5.2. Travaux de mise en conformité et maintenance des sorbonnes

Le plan triennal de mise en conformité / sécurité des sorbonnes (2011 = sorbonnes prioritaires du
bâtiment Cassan F, 2012 -= secteur 1, 2013 = Cassan ABC) a été annualisé en 2014 pour traiter les
sorbonnes de Saint Antoine.

Au total 6 sorbonnes de Saint Antoine ont été identifiées par l’assistant de prévention pour être
traitées :

Site Bât. Etage N° local


Saint IGH
5 507
Antoine SA
Saint IGH
6 601
Antoine SA
Saint IGH
7 701
Antoine SA
Saint IGH
9 909
Antoine SA
Saint IGH
11 1109
Antoine SA
Saint IGH
12 1207C
Antoine SA

Les travaux ont portés sur le remplacement de moteurs installés dans les locaux afin de les déplacer
en terrasse, y créer les supports métalliques nécessaires aux conduits d’extraction remplacés, dévoyer
ces conduits et percer les dalles de couverture des édicules en terrasse.
En sus des travaux d’extraction, a été effectué la pose de contrôleurs de vitesse, de volets anti-
rétrodiffusion et le remplacement de protection électrique.
Le montant total des travaux s’est élevé à 47 391 € HT.

Du fait des économies réalisées sur les devis du programme 2014, d’autres travaux ont été lancés
pour des sorbonnes du site du campus Jussieu pour 34 864 € HT, à savoir :

DESIGNATION

Remplacement du moteur de la salle 4546-513


Remplacement du moteur de la salle 4656-405
Remplacement du moteur de la sorbonne B 207A
Remplacement du moteur de sorbonne de la salle 505 - bâtiment Cassan C
Remplacement du moteur de sorbonne de la salle 1222-532 barre
Remplacement des gaines, pose d'un moteur en terrasse, pose d'un contrôleur de débit
et pose d'un volet d'air dans le local 505 Cassan F
Remplacement des gaines, du moteur et déplacement du volet d'air dans le local 5556-
522-1
Remplacement des gaines, du contrôleur de débit et déplacement du volet d'air dans le
local 4600-401
Remplacement des gaines, du contrôleur de débit et déplacement du volet d'air dans le
local 4555-519
Remise en état des gaines 3233-205

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 59 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

Maintenance :

On dénombre au total actuellement 381 sorbonnes sur le campus Jussieu, qui font l’objet d’un
contrat de maintenance.

En plus de la maintenance préventive, 64 interventions de maintenance corrective ont été


effectuées en 2014 (43 en 2013).

Le marché de maintenance s’élève pour 2014 à 165 229 € HT.

Certaines conformités de sorbonnes ont été obtenues après des opérations de maintenance.

Gestion :

La coordination interservices SHS / Service Technique a permis l’élaboration d’un logigramme de suivi
des sorbonnes visant les actions des 2 services en matière de contrôle et de travaux des sorbonnes
neuves ou en exploitation. La liste des sorbonnes mise à jour au 4ème trimestre 2014 se trouve en
annexe 3 de ce rapport.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 60 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

6. La prévention des risques professionnels

LA PRÉVENTION DES RISQUES


PROFESSIONNELS

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 61 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

6. La prévention des risques professionnels

6.1. L’évaluation des risques professionnels

72 fiches individuelles d’exposition aux agents chimiques dangereux ont été enregistrées au service
de médecine de prévention en 2014, ce qui est un nombre très insuffisant par rapport au nombre
d’agents qui sont exposés à ces risques. Une campagne va être menée en 2015 pour que ces
documents soient transmis.

99 certificats d’aptitude spécifiques ont été réalisés pour l’exposition aux agents chimiques
dangereux, l’exposition aux rayonnements ionisants et l’habilitation électrique.

6.2. Le suivi post-professionnel et post-expositionnel des agents exposés à l’amiante

La nouvelle stratégie de surveillance médicale des agents exposés à l’amiante a été mise en place
fin 2013. Elle a pleinement été mise en œuvre à partir de janvier 2014.
Tous les agents qui avaient répondu à l’enquête ministérielle (156) ont été recontactés pour le suivi
amiante. Tous ceux qui le désiraient ont bénéficié d’une consultation spécialisée dans le cadre du
suivi amiante.

En plus de ces agents, ont également été reçus en consultation spécialisée des agents adressés par
les médecins de prévention.

Au total, ce sont 86 agents qui ont été vus pour une première visite de cette nouvelle surveillance
cette année.

Un certain nombre de ces agents se sont vu prescrire un scanner thoracique dans le cadre du suivi.
Après le scanner est programmée une consultation pour rendre les conclusions de cet examen. 40
ont passé un scanner en 2014 et 24 ont eu leur consultation post-scanner en 2014 et les 16 autres
agents ont leur rendez-vous pour la visite post-scanner en 2015.

Enquête ministérielle Agent reçus en visite


Consultations de pathologie
37 49
professionnelle effectuées
Scanner effectués 19 21
Consultations de pathologie
10 14
professionnelle post-scanner
*Chiffres arrêtés au 31/12/14

Dans le nouveau protocole de suivi des agents exposés à l’amiante, un questionnaire pour
l’évaluation de l’exposition est envoyé aux agents selon leur date de naissance. En novembre, 318
questionnaires ont été envoyés pour les agents âgés de 80 à 85 ans. Pour ceux qui font le souhait
d’un suivi, les rendez-vous sont programmés en 2015.

Pour 19 agents qui ont quitté l’établissement des attestations amiante ont été complétées.

6.3. La prévention des troubles musculo-squelettiques

En 2013, les reconnaissances en maladie professionnelles concernaient des maladies professionnelles


liées à des troubles musculo-squelettiques des membres supérieurs dont la moitié atteignait des
agents de laboratoire.

Une démarche a alors été initiée pour repérer les situations à risque chez des agents de laboratoire.
Pour cela, il a été utilisé une grille d’aide au repérage des troubles musculo-squelettiques (grille
CRAMIF (DTE 228-2012) et a été réalisé des entretiens avec les agents lors des visites médicales.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 62 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

Ce travail a permis de mettre en évidence : des facteurs biomécaniques, des facteurs


organisationnels et des facteurs psychosociaux.

 Facteurs biomécaniques mis en évidence :


o Mouvements d’abductions et de rotations de l’épaule de façon répétitive (pipetage)
o mouvements de flexion extension du poignet de façon répétitive (pipetage).
o maintien des bras sans appui en abduction avec un angle supérieur à 60° plus de 2 heures
par jour (microscope)
o travail statique des membres supérieurs prolongé dans le temps.
o vibrations : vortex, frappe de pierres avec un marteau en géologie
o port de charges lourdes
o matériel non adapté, en mauvais état ou absent.
o Personnel n’ayant pas toujours une formation au travail en laboratoire

 Facteurs organisationnels :
o Restriction de personnel d’où augmentation des tâches, travail dans l’urgence, gestion de
plusieurs demandes en parallèles
o Plan quinquennal : réorganisations de certains laboratoires : fusions, éclatements,
disparitions qui impliquent des changements d’équipes, de thématiques, de techniques.
Périodes d’incertitude
o Evolutions techniques : utilisation de kits réduisant le temps de certaines étapes de manip
d’où une réduction de temps de pause.

 Facteurs psychosociaux :
o Pression sur l’ensemble des chercheurs, se répercutant sur les agents techniques de
laboratoires : toujours plus de travaux, de publications, donc plus de manips.
o Manque de reconnaissance dans certains laboratoires

A la suite de ce travail doit être mis en place un plan de prévention des troubles musculo-
squelettiques sur l’ensemble de l’université dont les acteurs seront : l’employeur, les agents, les
responsables, les représentants du personnel, les médecins de prévention, les conseillers et des
assistants de prévention, les infirmières et les assistantes sociales. Un groupe de travail pourra être ainsi
formé en 2015. Il devra choisir des indicateurs pour suivre les actions : grilles de repérage, déclarations
de maladies professionnelles liées à des TMS, aménagements de poste pour TMS, etc…. Il devra pour
cela se former aux TMS et informer les agents de l’établissement de la démarche.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 63 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 64 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

6.4. La prévention des risques psychosociaux

6.4.1. La démarche de prévention des RPS

La prévention des risques psycho-sociaux est une obligation qui s’intègre à la démarche globale de
prévention de l’établissement.

Cette démarche s’inscrit dans le prolongement de l’accord-cadre national du 22 octobre 2013, la


circulaire du 20 mars 2014 et la circulaire du 20 mai 2014. Elle sera basée sur un diagnostic qui
intègrera :

- les indicateurs définis par le ministre de la fonction publique: taux d’absentéisme pour raisons de
santé, taux de rotation des agents, taux de visite sur demande au médecin de prévention, taux de
violences sur agents.

- les actions de prévention primaire (causes organisationnelles, afin de supprimer ou réduire les RPS),
secondaire (développement des connaissances des agents pour mieux faire face aux situations à
risque/ formation) et tertiaire (gestion des situations de crise).

Ce diagnostic servira de support aux actions de prévention et aux actions correctives à mettre en
place dans le cadre du plan de prévention des risques psycho-sociaux.

1) Les acteurs

 l’employeur
 les personnels
 le CHSCT
 les encadrants
 les conseillers et des assistants de prévention
 les médecins de prévention
 les infirmières
 la psychologue du travail
 les assistantes sociales
 l’inspecteur Hygiène et sécurité

2) Les modalités

 un comité de pilotage
 un diagnostic des facteurs de risques
 une évaluation des RPS inscrite au DUERP
 un plan de prévention des RPS

3) Les étapes

Etape n°1 – Groupe de travail « administration »

 Composition pluridisciplinaire (DRH, médecins, infirmières, psychologue, service social, SHS)


 Objectif: proposer une démarche RPS au CHSCT de juin 2014
 Formation des membres aux RPS, 1 journée en février (IAPR)
 6 réunions de travail entre janvier et avril 2014
 Résultat: proposition de création d’un comité de pilotage et d’une démarche de diagnostic
RPS

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 65 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

Etape n°2 – Groupe de travail « administration et organisations syndicales »

 Désignation de participants au groupe de travail par les organisations syndicales représentées


au CHSCT
 Formation aux RPS de 10 membres du CHSCT en mai 2014
 2 réunions en mai et juin,
- participation de l’ensemble des OS, à la 1ère réunion
- absence excusée des Indépendants et refus de participation de la CGT à la 2 nde
réunion
- présentation des propositions et recueil des observations

Etape n°3 – Présentation de la démarche de prévention des RPS au CHSCT du 11 juillet 2014

Etape n°4 – Constitution d’un Comité de pilotage

 Objectifs : proposer une démarche de diagnostic et un plan de prévention des risques


psycho-sociaux à l’UPMC.

Missions :
 définir le périmètre d’intervention du projet, les résultats et documents attendus, le calendrier
des phases intermédiaires
 proposer les ressources nécessaires à l’élaboration du plan
 assurer la coordination des acteurs du projet
 instaurer si besoin des groupes de travail thématiques
 valider l’ensemble des documents à présenter en CHSCT
 présenter le plan RPS

Composition:
- DGS
- DGSA
- DRH, ou son représentant
- Chef du projet RPS
- Représentant du secteur recherche
- Représentant secteur formation
- Chef du service H&S, ou son représentant
- Assistante sociale du personnel
- Médecin de prévention
- Psychologue du travail
- Infirmière
- 7 représentants des OS
- Invités permanents: représentant CNRS, INSERM, APHP

Fonctionnement:
 une réunion mensuelle
 la possibilité de faire appel à des compétences externe
 un secrétariat permanent assuré par l’administration
 la mise en place d’une plateforme documentaire accessible aux représentants du CHSCT
 1ère réunion le 7 novembre 2014

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 66 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

6.4.2. Note de service sur le harcèlement et la réglementation en vigueur

Une note relative à la prise en charge des signalements de situation de harcèlement est en cours de
réalisation dans le cadre d’un travail pluridisciplinaire incluant la Direction des ressources humaines, la
Direction des affaires générales, le Service hygiène et sécurité, le Service de médecine de
prévention, le service social des personnels et des responsables administratifs de composantes.

Elle sera présentée au CHSCT au cours du 1 er semestre 2015 et transmise aux agents par courrier avec
la fiche de paie.

6.4.3. Suivi des agents et des services

En 2014, la DRH a mis en place la centralisation des situations signalées par les agents, les médecins
de prévention, la psychologue, les responsables de structure, les assistantes sociales, le service
hygiène et sécurité et les organisations syndicales.
Cette centralisation a permis d’assurer une prise en charge des situations individuelles plus cohérente
et de faire un meilleur retour aux auteurs des alertes.

Le dispositif n’étant pas encore abouti, son amélioration sera à l’ordre du jour du plan de prévention
2015

En 2014, la Direction des ressources humaines a organisé 8 réunions pluridisciplinaires avec des
structures. Ces réunions de travail ont associé le service de médecine de prévention et le Service
social des personnels.
Elles ont permis aux structures d’échanger sur les difficultés qu’elles rencontrent dans la prise en
charge d’agents en difficultés et dans la mise en œuvre des contre-indications formulées par les
médecins.
Les médecins et la psychologue ont pu donner des conseils aux structures sur ces 2 points et les
alerter sur les impacts de certaines situations sur la santé des agents.
La DRH a pu les conseiller en matière d’accompagnement et de prise en charge statutaire.

La formalisation d’une typologie des signalements n’a pas pu être mise en place en 2014. Cette
typologie doit être pensée et établie en collaboration avec les acteurs de la prévention et sera donc
à l’ordre du jour du plan de prévention 2015.

La notion de résolution d’une situation doit être définie en regard de l’objectif fixé avec l’agent. Pour
chaque situation, un plan d’action doit être établi, en lien avec les acteurs de la prévention, ce qui
permettra de mobiliser les ressources adaptées et d’évaluer sa mise en oeuvre. Si les situations sont
aujourd’hui recensées en DRH, en raison des indicateurs RH en cours de construction, ce dispositif
devra s’inscrire dans le cadre du futur plan de prévention des RPS.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 67 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

7. La prévention du risque incendie et l’assistance aux personnes

LA PREVENTION DU RISQUE INCENDIE


ET l’ASSISTANCE AUX PERSONNES

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 68 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

7. Prévention du risque incendie et assistance aux personnes

7.1. Les conditions d’évacuation sur l’ensemble du campus

Conformément aux dispositions de l’article R33 du règlement de sécurité contre l’incendie relatif aux
établissements recevant du public (modifié par l’arrêté du 13 janvier 2004), « des exercices pratiques
d'évacuation doivent avoir lieu au cours de l'année scolaire ou universitaire ; (…) le premier exercice doit se
dérouler durant le mois qui suit la rentrée. »

A ce titre, des exercices d’évacuation ont eu lieu à deux reprises en 2014 pour les 50 bâtiments classés ERP ou
IGH de l’UPMC à Paris. Cela représente au total environ 10 000 personnes évacuées pendant la campagne
d’avril et plus de 12 000 personnes en octobre.

Ci-dessous le tableau récapitulatif du nombre de personnes évacuées par grand secteur :

3500
3000
2500
2000
1500
1000 Avril
500
Octobre
0

7.2. Les campagnes de prévention au risque incendie

Pour l’année 2014, c’est près de 2000 rappels qui ont été effectués par les agents des services de sécurité
incendie de l’UPMC. Ces rappels concernent :
- les consignes d’évacuation ;
- les consignes d’alerte (appel d’urgence au 7 55 55) ;
- les comportements à risque ;
- le respect des dispositifs de sécurité et l’interdiction de leur détournement, blocage ou encombrement
(portes coupe-feu, extincteurs, RIA, trappes de désenfumage, etc.).

Le graphique suivant donne la répartition de ces rappels :

Rappels de prévention sécurité incendie


2014

821 880 Consignes d’évacuation


Consignes d’alerte
Comportements à risque
212 142 Dispositifs de sécurité

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 69 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

7.3. Bilan des actions d’assistance aux personnes

En 2014, les agents des services sécurité incendie ont réalisé près de 1000 interventions de différentes
natures :
 assistance aux personnes (malaise, blessure, trauma, etc.) ;
 désincarcérations de personnes bloquées dans les ascenseurs ;
 incendie (levée de doute, extinction de départ de feu) ;
 ouvertures de porte ;
 inondations et dégâts des eaux.

Le graphique suivant vous donne la répartition de ces interventions selon leur nature :

Interventions
45 63 Assistance aux personnes
27
59
Désincarcérations
ascenceurs
Incendie

814 Ouvertures de porte

Inondations

La répartition de ces interventions sur l’année est également assez intéressante :

160
140
120 Inondations
100
Ouvertures de porte
80
60 Incendie
40
20 Désincarcérations
ascenceurs
0
Assistance aux personnes

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 70 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

8. La prévention des risques liés aux interventions des entreprises extérieures

PREVENTION DES RISQUES LIES AUX


INTERVENTIONS DES ENTREPRISES
EXTERIEURES

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 71 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

8. La prévention des risques liés aux interventions des entreprises extérieures

8.1. Bilan des plans de prévention

Un plan de prévention doit être établi lors d’intervention d’entreprises extérieures. Il doit définir les
conditions de mise en œuvre des dispositions relatives à la santé et sécurité des personnes clarifiant
ainsi les responsabilités de chacun dans la prévention des risques professionnels.

Les articles R. 4511-1 et suivants du code du travail viennent en complément pour aider à la
prévention des risques spécifiques liés aux interférences entre les activités, les installations et les
matériels des différentes entreprises présentes en un même lieu de travail.

Le Plan de Prévention est établi par écrit avant le commencement des travaux dans les deux cas
suivants:

► Dès lors que l'opération à réaliser par les entreprises extérieures, y compris les entreprises sous-
traitantes auxquelles elles peuvent faire appel, représente un nombre total d'heure de travail
prévisible égal au moins à 400 heures sur une période inférieure ou égale à douze mois.

► Quelle que soit la durée prévisible de l'opération, lorsque les travaux à accomplir sont au
nombre des travaux dangereux figurant sur une liste fixée (arrêté du 19 mars 1993).

1) Répartition des plans de prévention par site

Le service hygiène et sécurité, de par sa connaissance des risques, assiste et conseille les différentes
structures de l’Université dans la réalisation des plans de prévention. Sur l’année 2014, le service
hygiène et sécurité a aidé à rédiger 30 plans de préventions entre les différents sites du campus et
des prestataires de service.

Bilan de plans de prévention réalisés en 2014

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 72 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

La majorité des interventions qui ont nécessité l’élaboration d’un plan de prévention sont
essentiellement des opérations de maintenance, des interventions pour la gestion des déchets ou
encore des contrôles périodiques.

Les principales interventions des entreprises extérieures en 2014 sont indiquées dans le tableau ci-
dessous :

Interventions des entreprises extérieures ayant nécessité la rédaction d’un plan de prévention

Prestataire de Service Nature de l'intervention nécessitant un Plan de Prévention


COFELY Entretien et Maintenance de l'ensemble des Installations techniques
(chauffage, ….) (x2)
SPIE Courants forts
SPIE Maintenance des installations électriques
SCHINDLER Maintenance Préventive et corrective des ascenseurs et montes
charges (x2)
KABA Maintenance préventive et corrective des serrures
CLAISSE BATIMENT Travaux des gros entretiens : Maçonnerie - Plâtrerie
ADS Maintenance serrureries
UTB Maintenance des Installations plomberie et sanitaire
INEO INFRACOM Installation d'un Relais Téléphonique
DERICHBOURG Nettoyage des sols et collecte des déchets banals (non dangereux)
DERICHBOURG Nettoyage des sols et collecte des déchets banals (non dangereux)
DERICHBOURG Nettoyage des sols et collecte des déchets banals (non dangereux)
DERICHBOURG Nettoyage des sols et collecte des déchets banals (non dangereux)
Vega Nettoyage et évacuation Fiente de pigeons sous amphi
Charle Costa Remplacement de vitre
Clean service Nettoyage vitres
DERICHEBOURG Enlèvement laine de roche
SITA Enlèvement déchet dangereux
DANTEC Contrôle Initial et Période des sorbonnes de laboratoires
AIR LIQUIDE Stockage et Distribution de bouteille de Gaz
AIR LIQUIDE livraison de gaz (protocole de sécurité)
ONET Conditionnement et caractérisation radiologiques de déchets
ONET Conditionnement et caractérisation radiologiques de déchets
TRIADIS COLLECTE TRANSPORT DECHETS CHIMIQUES
TRIADIS COLLECTE TRANSPORT DECHETS CHIMIQUES
TRIADIS ENLEVEMENT DECHETS CHIMIQUES
TRIADIS ENLEVEMENT DECHETS CHIMIQUES
ONET Conditionnement et caractérisation radiologiques de déchets

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 73 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

8.2. Mutualisation des marchés de contrôles réglementaires et de maintenance des campus de


l’université

8.2.1. Mise en place de la centralisation du suivi des marchés et des consignes générales de
sécurité qu’ils contiennent

ORGANISATION
Elaboration des listes inventaires des équipements
Mutualisation des marchés lors des remises en compétition
Respect des clauses contractuelles liées à la sécurité
Organisation du suivi périodique de l'exécution des contrats incluant les clauses sécuritaires

La mutualisation des contrats poursuit plusieurs objectifs parmi lesquels la sécurisation administrative
et juridique des marchés, la sécurisation des interventions des exécutants par la maîtrise des clauses
contractuelles, l'optimisation économique par un effet de masse, un gain de temps d'études pour les
différentes entités.

La rédaction des marchés d’exploitation maintenance inclut la mutualisation des prestations à


effectuer sur différents sites parisiens, franciliens ou provinciaux lorsque les établissements donnent un
avis favorable et sont en capacité de financer les prestations.

Les cahiers des charges mentionnent alors les responsabilités respectives exercées par les services
centraux (juridiques et administratives) et celle dévolues aux responsables des établissements distants
(techniques et comptables).

Les marchés de vérification technique réglementaire "VTR" remis en concurrence en 2014 inclus la
mutualisation de tous les sites de l’UPMC afin de garantir que les contrôles incombant aux services de
soutien soient régulièrement effectués.

- Le lot n°1 vise les contrôles des moyens de secours et installations de lutte contre l’incendie gérés
par le Service de Sécurité Incendie.

- Le lot n°2 vise les contrôles spécifiques aux Immeubles de Grande Hauteur, il est géré par le Service
de Sécurité Incendie.

- Le lot n°3 vise les contrôles des installations techniques de bâtiment, il est piloté par le Service
Technique de la DPI puis coordonné avec les chefs d'établissements des sites distants

Enfin le Service Hygiène et Sécurité dispose d'un marché pour les vérifications des sorbonnes.

Des marchés d’exploitation - maintenance des installations techniques et de sécurité gérés


respectivement par la DPI et la DLC sont remis périodiquement en compétition lors de la mise en
exploitation des secteurs rénovés du campus Jussieu.
Au fur et à mesure des consultations périodiques de nouvelles listes inventaires des équipements sont
élaborées avec les sites et les marchés sont mutualisés.
Les marchés d’exploitation - maintenance conclus en 2014 comprennent une extension aux sites
distants qui en avaient la nécessité. Par exemple : le marché de maintenance des appareils de
levage a fait l’objet d’une décomposition en 6 lots intégrant tous les appareils parisiens, franciliens,
provinciaux.
Les marchés de travaux de réparation visent depuis 2010 tous les sites franciliens.

La réglementation relative à la Sécurité Santé des Travailleurs comme le rappel des consignes
générales de sécurité sont systématiquement inclus dans les clauses contractuelles des marchés sous
une forme pédagogique afin d'être accessible aux exécutants comme aux superviseurs des

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 74 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

marchés. Les manquements aux obligations de sécurité sont sanctionnés par des pénalités
contractuelles.
Chaque marché est suivi par un responsable désigné.
A chaque réunion contractuelle : réunion de lancement, réunion périodique, réunions de bilan, un
point est consacré à l’examen des conditions de sécurité et aux éventuelles évolutions à reporter au
plan de prévention, par exemple lors de l'apparition de risques nouveaux où de l’évolution du
périmètre du contrat. La mise à jour annuelle des plans de prévention prend en compte également
ces évolutions.

Les prestataires de maintenance assurent eux aussi en interne l'analyse des risques professionnelles et
le contrôle des moyens de prévention de leurs agents au travers de journée de sensibilisation ou de
formation, de "point minute sécurité", de visites de terrain, d'affichage, etc. Lorsque les actions
nécessaires pour faire cesser le danger (collectif) sont du ressort de l'UPMC, les demandes sont
communiqués au Service Technique de l’UPMC qui met en œuvre les moyens de sécurisation (ex :
sécurisation des accès en toiture pour un entretien d’un système de climatisation).

8.2.2. Fiabiliser la production des rapports de Vérifications Techniques Réglementaires établis


par des organismes agréés

ORGANISATION
Analyse des listes d'équipements soumis à vérification périodique
Choix des équipements soumis aux vérifications techniques réglementaires
Mutualisation des marchés de vérifications en 2014
Organisation déconcentrés des responsabilités et du suivi d'exécution

Les besoins sont examinés annuellement avec le bureau de contrôle afin d’identifier les contrôles
nécessaires, en prenant en compte l’évolution du patrimoine, des installations et des textes
réglementaires.

L’inventaire des équipements soumis à contrôle est mis à jour avec les responsables des pôles
techniques et les chefs d'établissements pour préparer les futurs contrôles.

Le cahier des charges du marché précise les responsabilités respectives des intervenants lorsqu'il
s'agit de sites distants : élaboration des commandes, organisation des visites, accompagnement du
contrôleur.

Une réunion annuelle permet d'élaborer le projet de planification des visites soumis aux chefs
d'établissements.

Les rapports de visites sont adressés aux responsables d’établissements, enregistrés et conservés
pendant trois ans dans une base de données informatique protégée.

Des réunions périodiques puis une réunion de bilan permet de vérifier le bon avancement des
missions et la production des rapports tels que prévus en début d’année afin d'en calculer le ratio
d'exécution valant indicateur.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 75 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

9. Le management de la prévention

LE MANAGEMENT DE LA PRÉVENTION

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 76 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

9. Le management de la prévention

9.1. Le réseau des assistants de prévention

Des assistants de prévention sont nommés par les chefs de service concernés, sous l’autorité desquels ils
exercent leurs fonctions. Les assistants de prévention constituent le niveau de proximité du réseau des agents
de prévention (décret 82-453 du 28 mai 1982 modifié).

Bien qu’exerçant leurs missions dans des unités de travail de l’UPMC, les assistants de préventions ont
différents employeurs (UPMC, CNRS, INSERM).

 Animation du réseau des assistants de prévention

Depuis plusieurs années, le SHS organise des réunions de réseaux des assistants de prévention (AP) de l’UPMC
(unités de l’UPMC et unités mixtes de recherche). Cette animation permet d’impliquer ces acteurs de
préventions de proximité dans une action coordonnée, pilotée et évaluée, destinée à maîtriser les risques
professionnels et à en réduire les conséquences.

Cette action collective s’inscrit dans le cadre de la démarche de prévention des risques professionnels établie
de longue date à l’UPMC et permet notamment d’informer les AP sur la veille réglementaire et sur les projets
du SHS, de transmettre des outils d’aide et prendre connaissance de leurs besoins, de faciliter les échanges
entre AP et avec le SHS et de croiser les bonnes pratiques mises en place au sein des unités de travail.

En 2014, le SHS a organisé deux réunions des Assistants de Prévention :

1. Réunion du 19 juin 2014

Cette réunion a eu lieu sur le Campus de Jussieu avec la présence de 96 assistants de prévention. L’ordre du
jour était le suivant :

 Présentation du projet de programme annuel de prévention 2014


o Evaluation des risques professionnels
 Mise à jour des DUER (application EVRP/document papier)
 Application EVRP : Retour d’expérience

o Travail isolé
 Présentation du projet de la nouvelle procédure du travail isolé
 Présentation du calendrier

o Conduite à tenir en cas d’accident


 Information sur la mise en place de procédures relatives à la conduite à tenir en cas
d’accident (risque chimique, biologique, radioactif, laser, liquides cryogéniques,…)

o Registre santé sécurité au travail (RSST)


 Information sur le déploiement en cours d’une application RSST stable (en cours)
 Cas particulier des RPS

 Information sur la prévention du risque « Nanomatériaux »

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 77 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

 Plans de prévention : interventions des prestataires externes au sein des unités de travail
(laboratoires/services)

o Rappel réglementaire
o Présentation du formulaire type de l’UPMC

 Mise en place d’une procédure relative à la Photothèque de l’UPMC

2. Réunion du 11 décembre 2014

Cette réunion a eu lieu sur le Campus de Jussieu avec la présence de 100 assistants de prévention. L’ordre du
jour était le suivant :

 Point sur l'application EVRP


o Retour d’expérience
o Point sur la mise à jour des documents uniques
 Point sur le travail isolé
o information dur le recensement effectué
 Déploiement de l'application RSST
o Déploiement de la version 1.2 durant la deuxième quinzaine de décembre 2014
 Rappel des mesures de prévention relatives au risque CMR
o Recensement des produits
o Manipulation des CMR sous sorbonnes conformes
o Substitution des produits par des procédés ou des produits moins dangereux
o Mise à jour annuelle des FIE et transmission au service de médecine de prévention
o Protection des femmes enceintes ou allaitantes
 Point sur les FIE (fiches individuelles d'exposition)
o FIE- CMR : produits dangereux et plus particulièrement au risque CMR
o FIIE-IR : rayonnements ionisants
o FIE-Laser : risque Laser
o Rappel : Transmission des FIE aux médecins de prévention
 Point sur les nanomatériaux
o Recensement des unités de travail concernées
 Point sur la formation RPS des AP (intervention de la DRH)
o Information sur la mise en œuvre du plan d’action de formation 2014-2015 sur la prévention
des RPS à l’UPMC

Le SHS maintiendra la périodicité de réunions semestrielles en 2015.

9.2. Le réseau des personnes compétentes en radioprotection

Les unités manipulant des radioéléments ou utilisant des appareils électriques émettant des
rayonnements ionisants sont dans l’obligation de désigner un PCR afin d’assurer la radioprotection au
sein de leur unité.

Ces personnels suivent une formation conduisant à l’obtention du diplôme de PCR. Une fois le
diplôme obtenu ils sont nommés PCR de l’Université par le Président après avis du CHSCT.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 78 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

Le service hygiène et sécurité assure le suivi des formations des PCR directement avec les unités et en
collaboration avec le bureau de la formation des personnels de l’Université.

Nombre et répartition des PCR à l’UPMC

UFR 918 : Terre, environnement et biodiversité 1

UFR 925 : Physique 5

UFR 926 : Chimie 7

UFR 927 : Sciences de la vie 7

UFR 967 : Médecine 9

UFR 905 : Centre de Recherche des Cordeliers 7

UFR 937 : Observatoire de Roscoff 3

UFR 938 : Observatoire de Banyuls 1

SHS 2

Total 42

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 79 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

9.3. Les chefs de sites

9.3.1. Mission des chefs de site

Pour assurer le soutien vie courante des différents sites, la direction de la logistique et des campus
(DLC) dispose de chefs de site sur le campus Jussieu et de correspondants sur les sites Curie et Ivry-sur-
Seine.

Les chefs de site disposent d’un bureau situé au sein de leur secteur de compétence. De 09h00 à
17h00 ils effectuent des rondes dans leur zone afin de rendre compte des problèmes rencontrés par
les usagers et de mettre en œuvre, si possible, les premières mesures correctives.

Constitué de 9 chefs de site, 6 agents d’accueil / contrôle d’accès et de 2 chauffeurs, le « pôle chefs
de site » est placé sous l’autorité hiérarchique du chef du service soutien de la DLC.

a. Mission générale de chaque chef de site

Le chef de site est le représentant de proximité de la Direction Logistique des Campus (DLC) auprès
des usagers. Sa mission est de renseigner et de rendre compte des disfonctionnements techniques
et logistiques afin de faciliter la vie des usagers :

- il identifie et traduit les problèmes rencontrés par les usagers et les consigne dans le système
GMAO piloté par la Direction du Patrimoine Immobilier (DPI);
- il participe aux missions de sureté, d’hygiène et sécurité du site ;
- il entretient des relations privilégiées avec les directeurs des laboratoires et leurs
représentants ;
- il assure une communication aux usagers concernant les suites données aux problèmes
déclarés ;
- il participe au contrôle qualité du marché de nettoyage.

b. Missions particulières du chef du site Tour Zamansky

Mise à jour et suivi du plan d’occupation des bureaux de la Tour Zamansky / Mise à jour et suivi des
droits des clés kaba pour la TZ / Mise en place d’un inventaire du mobilier par bureau et suivi /
Gestion et entretien du parc automobile UPMC du site Jussieu / Gestion des attributions de salles de
la Tour Zamansky (1004, 1005, 1006 / 2300, 2302, 2304, 2307 / 2400, 2402) / Gestion de la flotte portable
de la Direction de la Logistique et des Campus / Planification et mise à disposition des salles de
réunion de la Tour (hors matériel audiovisuel) / Contrôle du nettoyage des locaux, mise à jour de la
signalétique des bureaux de la tour / Gestion du parc automobiles, suivi consommation et
maintenance du marché photocopieur, assurances et cartes essence / Participation à la navette
« courrier » et « personnels » du site Ivry / Réception et distribution des consommables et des produits
d’entretien / Approvisionnement du papier pour les photocopieurs de la TZ.

c. Missions particulières du chef du site d’Ivry-sur-Seine

Relais entre l’administration centrale et les différents services de l’université : Hygiène et Sécurité,
Sécurité incendie, Direction du Patrimoine immobilier, Espaces Verts, Services généraux / Suivi des
marchés de gardiennage, nettoyage et déchet / Gestion de la Restauration UPMC et CNRS / Suivi
des travaux EPAURIF / Gestion du planning des salles / Diffusion des informations relatives au site aux
laboratoires et usagers / Gestion du contrôle d’accès et vidéosurveillance / Gestion des navettes
courrier et transports des personnels.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 80 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

9.3.2. Zone de responsabilité et localisation des chefs de site

 Campus Jussieu

Chef de site Secteur Localisation


• Bâtiment ABC
• Bâtiment Préfa. A Bât. C
Rui Pedro
• Maison des 1er étage
LEITE FERREIRA
Syndicats Bureau 115
• Serre
• Bâtiment F Bât. F
Emmanuel
• Restaurant CROUS F71 niveau 4
TAGOUM
• Crèche Bureau 400
• Atrium
• Bâtiment K
• Bâtiment T
• Bâtiment 31
Atrium
Régis • Bâtiment 41
Niveau J
POUSSIN • Bâtiment S
Bureau 104
• Maison de la
Pédagogie
• Patios TD 33-34
• Patios TD 44-45
• Secteur 1
- Barre 4546
- Barre 4555
- Barre 4600
Atrium
Eric - Barre 4656
2ème étage
CHAFFAR - Barre 5556
Bureau 216
- Barre 5565
- Barre 5666
- Barre 6566
• Bâtiment Esclangon
• Secteur Ouest Nord
- Barre 1213
- Barre 1314
- Barre 2223 Secteur Ouest
Jacques - Barre 2324 Nord
DJEACOUMARANE - Barre 3233 Barre 1314
- Barre 1222 Bureau 01-04
- Barre 2232
- Barre 1323
- Barre 2333
• Secteur Ouest Sud
- Barre 1415
- Barre 1424 Secteur Ouest Sud
Kazimiera
- Barre 1516 Barre 1516
WARCHOL
- Barre 1525 Bureau 01-03
- Barre 2425
- Barre 2434

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 81 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

- Barre 2526
- Barre 1626
- Barre 2600
Tour Zamansky
Bernard
Tour Zamansky 1er étage
POVIE
Bureau 109

 Sites extérieurs

Chef de site Secteur Localisation


• Site Ivry-sur-Seine
Dominique
3, rue Galilée
LAURICHESSE
94 200 Ivry-sur-Seine
• Site Campus Curie
Jovanni 11-13 rue Pierre et Marie
TONA Curie
75005 Paris

9.3.3. Moyens du pôle chefs de site

Pôle chefs de site


Personnels Locaux Equipements Stocks
 9 chefs de sites
 4 agents d’accueil /
contrôle d’accès
 1 bureau  1 poste informatique par chef
(site Curie)
par chef de site, /
 2 agents d’accueil
de site  un téléphone portable
(site Ivry-sur-Seine)
 2 chauffeurs (site
Ivry-sur-Seine)

1.1.1. Moyens particuliers du chef du site Tour Zamansky

Pôle Tour Zamansky


Personnels Locaux Equipements Stocks
Tour Zamansky :
 2 ordinateurs, Consommables et
 Bureau 101
 1 responsable  1 logiciel de gestion de produits d’entretien (le
– 1er étage
« gestion du stock » stock « EBP GESTION » papier de la TZ est
 1 magasinier /  1 chariot grillagé stocké au service
Tour 25 :
manutentionnaire  1 chariot à dossier Courrier, bât.
 1 réserve -
rabattable Esclangon).
sous-sol

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 82 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

9.4. Le service de médecine de prévention

9.4.1. Organisation et mission du service de médecine de prévention

Le cadre de mission des médecins de prévention est défini par le décret du 28 mai 1982. L’article 10
rappelle que le service de médecine est destiné à prévenir toute altération de la santé des agents
du fait de leur travail et peut comprendre une équipe pluridisciplinaire.

L’équipe médicale constituée au sein du service de médecine de prévention de l’UPMC est


constituée de 5 médecins :

Médecin Temps de travail Observations


- Dr Atayi - 0.6 ETP - Départ le 1/10/2014
- Dr Bié - 0.9 ETP -
- Dr Lacoste Renard - 0.8 ETP -
- Dr Martin Sénéchal - 0.5 ETP -
- Dr Paringaux - 0.5 ETP - Coordonnatrice à 05. ETP
- Total - 3.3 ETP -

Les structures de rattachement des agents sont réparties entre les médecins qui assurent le suivi
médical de ses agents, ainsi que l’action en milieu de travail. Toutefois, compte tenu de l’insuffisance
du nombre de médecins, une partie de la population n’a pas de médecin référent.

L’équipe pluridisciplinaire qui assiste les médecins est composée de :

- 3 infirmières à temps plein, dont les activités sont réparties entre la médecine de prévention et
les soins infirmiers au sein de l’infirmerie.
- 1 psychologue à temps plein qui, d’une part, assure un suivi individuel des agents en
souffrance, en difficulté ou ayant subi un évènement traumatisant sur leur lieu de travail,
d’autre part, participe à des travaux, ou actions visant l’amélioration des conditions de
travail.
- 4 personnels administratifs, dont le responsable administratif et 3 secrétaires.
- 1 informaticien rattaché à la DSI et qui apporte son soutien technique à la gestion de
données, à l’utilisation et à l’évolution de l’outil 4D.
- 1 agent d’entretien rattaché à la DLC, chargé de l’entretien des locaux, des vêtements de
travail, de la collecte des déchets et de tâches administratives.

Dans le programme annuel 2014, afin de renforcer les capacités du SMP, il avait été identifié le
besoin de recruter 2 médecins de prévention et un ergonome.

Concernant les postes de médecin de prévention, malgré les annonces web passées sur le support
de recrutement (BIEP, annonces-médicales.com, UPMC), aucun candidat ne s’est présenté.
Dans cette attente, l’UPMC a sollicité des associations médicales afin de maintenir le suivi médical
des agents.

Quant au poste d’ergonome, suite à l’annonce passée, 7 candidats ont été reçus en entretien
d’embauche, mais aucun n’avait le profil requis.
Le recrutement sera relancé en 2015 sur un profil qui devra compléter celui de l’ingénieur en
organisation.
Dans cette attente, le service social des personnels poursuit la mise en œuvre de prestations
d’ergonome à la demande des structures ou des médecins de prévention.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 83 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

9.4.2. Le suivi médical des agents

Le suivi médical concerne non seulement les agents de l’UPMC mais aussi les agents d’organismes
de recherche (IPG, ENSCP, CNRS) avec lesquels des conventions ont été signées, pour un effectif
total d’environ 7500.

Le taux du nombre de visite par rapport aux convocations est resté stable par rapport à 2013 et
s’élève à 69%.

En 2014, 3 inspections ou missions, dont l’objectif visait l’amélioration des conditions de travail au sein
du SMP se sont déroulées. Elles ont conclu à la mise en œuvre de préconisations qui seront au cœur
du projet de service en 2015.

9.4.3. Modalités mises en place pour améliorer le suivi médical des agents

a) Transfert des données RH

Un travail important a été engagé à partir d’octobre 2014, afin de fiabiliser la qualité des données
transmises par la DRH au SMP.

Deux types de fichiers RH seront désormais transmis par la DRH au SMP :

- Le fichier global des agents sur un rythme trimestriel


- Des fichiers complémentaires sur un rythme bimensuel et contenant les informations sur les
déclarations de grossesse, les départs en congés longue maladie, les arrêts de travail
supérieurs à 3 semaines sur les 3 derniers mois, ainsi que la liste des agents ayant quitté l’
université.

Ce transfert a débuté en novembre 2014 avec la transmission du fichier global et des fichiers
complémentaires. Ces transmissions se poursuivront en 2015.

Parallèlement, un rapprochement a eu lieu avec le CNRS et l’IPG afin de mettre en qualité les
données et leur format, de façon à assurer leur parfaite intégration dans le système 4D.

b) Accès à Harpège

En 2014, l’application Pollux permettant l’affichage des données issues d’Harpège en temps réel a
été développée par la DRH et mise à la disposition des chefs de service.

Ces données dynamiques donnent notamment des informations sur la situation administrative des
agents (carrière et contrat), l’affectation, la quotité de temps de travail, les périodes de congés.

9.5. L’inspecteur santé et sécurité au travail et l’inspecteur du travail

Le Président a saisi l’inspection santé et sécurité au travail dans le cadre de sa mission conseil afin de
mettre fin aux difficultés rencontrées par le service de médecine de prévention. En outre, un
désaccord sérieux et persistant existe entre l’administration et le CHSCT sur le recours à un expert
agréé pour remédier au dysfonctionnement de ce service.

L’inspecteur santé et sécurité au travail a rendu son rapport daté du 10 mars 2014 en faisant un
certain nombre de préconisations tant pour le fonctionnement du service de médecine de
prévention que pour le fonctionnement du CHSCT.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 84 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

Principales préconisations du rapport de M. Savy :

 Fonctionnement du CHSCT

 Diffuser dans l’établissement l’engagement de la direction sur des axes de travail.


 Assurer le suivi de l’avancée des actions retenues dans ce cadre.
 Définir les méthodes de travail, les types de documents, les modalités de diffusion, le suivi
(ordre du jour, rédaction des PV, compte-rendu de visites). Donner du temps aux
représentants des personnels au CHSCT pour travailler en concertation.
 Elaborer un programme d’actions de prévention recueillant l’avis favorable du CHSCT.
 Ce programme sera nécessairement limité à quelques actions issues de la hiérarchisation des
priorités.
 Mettre en place des groupes de travail en amont du CHSCT (Travaux, AS, DGI) pour
 Conserver une réactivité sur les cas nouveaux. Les travaux de ces groupes devront être
validés en CHSCT
 Rédiger une charte de bon comportement.
 Mettre en place un protocole d’accord avec des engagements de chacune des parties.
 Nous proposons à l’université de réaliser un bilan dans 3 mois sur la mise en place des outils, et
dans 6 mois sur les mises en oeuvre

 Fonctionnement du SMP

 Mettre en place un projet de service détaillé permettant de regrouper les agents autour d’un
travail commun :
• Désigner un référent médico-technique reconnu pour sa compétence sur le sujet.
• Repositionner l’activité du service sur l’aspect médico-technique, et sur son rôle
de conseiller de l’administration, des agents et de leurs représentants.
• Créer un comité technique médical, présidé par le référent médico-technique, interne
au service pour rédiger le projet de service, les procédures de travail, le règlement
intérieur, l’organigramme, les fiches de poste.
 Recourir à un service interentreprises de façon transitoire pour le suivi de population
homogène relevant d’une activité tertiaire selon une logique de service.
 S’assurer de la prise en charge de la prévention tertiaire des agents du service.
 Mettre du cadre dans l’activité du service.
 Repartir la population à suivre de manière équitable entre les différents médecins de
prévention.
 Assurer au service un temps de sérénité afin d’évoluer.
 Repenser les locaux pour une meilleure adaptation à l’usage. Dans ce cadre, le recours à un
ergonome extérieur nous paraît utile.

Monsieur Vignalou, médecin coordonnateur national du ministère des finances, et Président des
comités médicaux ministériels et d’organismes publics a été sollicité par courrier le 6 mai 2014 afin
d’effectuer une mission de médiation médico-technique au sens du rapport d’inspection remis au
CHSCT. Il a rendu son rapport au Président le 28 juin 2014.

Depuis le 1er octobre 2014, l’administration met en œuvre un plan d’action (qui a été communiqué
aux membres du CHSCT) pour le service de médecine de prévention fondé sur :
- le compte-rendu de la visite du CHSCT (21 juin 2013)
- le rapport de l’inspecteur santé et sécurité du travail (mars 2014)
- le rapport du Docteur Vignalou (28 juin 2015).

Le plan d’action est constitué de 4 actions :

1. Structuration administrative (recrutement d’un responsable administratif de profil cadre santé)


2. Recourir à un référent médico-technique extérieur dans le cadre du collégium Galilé avec l’UPEC
3. Prendre des mesures diverses
4. Engager une réflexion sur l’organisation de la fonction « santé au travail à l’UPMC »

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 85 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

De nombreuses préconisations du rapport du Docteur Vignalou ont été prises en compte dans ce
plan d’action.

Lors de la séance du CHSCT du 26 juin 2014, les membres du CHSCT ont déclaré par avis que le
rapport de l’Inspecteur santé et sécurité au travail n’avait pas permis de lever le désaccord entre
l’administration et le CHSCT.

Suite à cet avis, l’inspection du travail a été saisie par courrier en date du 14 octobre 2014. Une
enquête a été menée pour comprendre la situation professionnelle du service de médecine de
prévention. Il a rendu son rapport le 16 décembre 2014 avec des préconisations différentes des deux
premiers rapports (M. Savy et Docteur Vignalou).

En effet, il préconise notamment l’individualisation des activités de chaque médecin, le rejet de tout
projet de standardisation des pratiques professionnelles, la mise en place d’un nouvel organigramme,
la séparation géographique de l’infirmerie et du SMP, se passer d’une coordination de médecins de
prévention. L’administration formulera sa réponse par courrier à l’inspecteur du travail pour signifier si
elle compte suivre ou non ses préconisations qui vont à l’encontre des deux précédents rapports qui
mettaient en évidence la nécessité de renforcer le collectif de travail.

L’inspection du travail a également été saisie par courrier le 23 octobre 2014 pour faire suite au vote
du maintien du désaccord sérieux et persistant au CHSCT du 21 octobre 2014 concernant la réalité
du danger du signalement du 3 septembre 2014 inscrit au registre des dangers graves et imminents.

9.6. Les membres du Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail

9.6.1. Rôle du CHSCT

Les membres du CHSCT participent activement à la politique de prévention déployée au sein de


l’établissement. En effet, tant au quotidien, qu’en séance, les membres du CHSCT alertent
l’administration sur les situations pouvant avoir un risque sur la santé et la sécurité des personnels et
des usagers mais aussi l’informent des potentielles pratiques inadaptées des entreprises extérieures
intervenant sur les sites de l’UPMC.

Egalement, suite à la rénovation du campus Jussieu et la livraison de nombreux locaux, les membres
du CHSCT sensibilisent régulièrement l’administration sur les problématiques d’aménagements
pouvant avoir un impact sur les conditions de travail des services. Ainsi, plusieurs visites de services ont
été organisées, notamment sur le dernier trimestre 2014.

Enfin, chaque année le CHSCT examine et émet un avis sur le programme annuel de prévention et
sur le rapport annuel de prévention.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 86 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

Afin de mieux traiter transversalement les sujets et de correspondre plus efficacement avec les
représentants au CHSCT, l’administration a recruté au mois de mai au sein de la Direction Générale
des Services une coordinatrice CHSCT chargée de la coordination du travail sur les questions relevant
des prérogatives du CHSCT.

Le CHSCT dispose d’un certain nombre de pouvoirs en matière d’observation de la mise en oeuvre
des dispositions relatives à l’hygiène et la sécurité et d’analyse des situations de travail. Le travail
entre l’administration et les représentants des personnels devra être amélioré en 2015 pour permettre
plus de propositions en matière de prévention collective. Pour cela, les représentants du personnel du
CHSCT souhaiteraient une meilleure cohérence des informations transmises et une meilleure qualité
des documents communiqués.

La démission de la secrétaire du CHSCT le 1er octobre 2014 a eu pour conséquence l’arrêt des
réunions de concertation avec celle-ci rendant pour l’administration plus difficile la préparation et le
suivi du travail du CHSCT dans sa globalité (définition de l’ordre du jour, traitement des questions
diverses, relecture des PV…) au lieu d’être renforcé comme il avait été souhaité. Dès janvier 2015,
l’administration proposera une procédure afin d’améliorer le fonctionnement du CHSCT en
proposant moins de séances dans l’année mais proposer un calendrier annuel avec des réunions
intermédiaires et régulières.

9.6.2. Composition du CHSCT

a) Représentants de l’administration et représentants des personnels

Le CHSCT de l’université Pierre et Marie Curie est composé de 2 représentants de l’administration et


de 18 représentants des personnels (9 titulaires et 9 suppléants). Les représentants des personnels
titulaires prennent part aux votes. En cas d’absence d’un représentant titulaire c’est un représentant
suppléant de la même organisation syndicale qui vote.

Les représentants de l’administration sont le Président de l’UPMC ayant l’autorité sur le comité et le
Directeur Général des Services ayant autorité en matière de gestion des ressources humaines.

Les représentants des personnels sont désignés sur la base des élections sur liste organisées pour la
mise en place des Comités techniques. En 2014, 6 organisations syndicales étaient présentes au
CHSCT :
- CGT : 4 sièges titulaires et 4 sièges suppléants
- FO : 1 siège titulaire et 1 siège suppléant
- FSU : 1 siège titulaire et 1 suppléant
- Indépendants : 1siège titulaire et 1 suppléant
- SGEN-CFDT : 1 siège titulaire et 1 siège suppléant
- UNSA : 1 siège titulaire et 1 siège suppléant

Le 4 décembre 2014 ont eu lieu les élections du comité technique entraînant un renouvellement pour
4 ans des représentants des personnels au CHSCT.

b) Membres permanents internes

Le CHSCT bénéficie également du concours du médecin de prévention coordinateur et du conseiller


de prévention invités en qualité de membres internes permanents.

c) Membres permanents extérieurs

- Inspecteur santé et sécurité au travail


- Inspecteur régional prévention sécurité du CNRS
- Inspecteur régional prévention sécurité l’INSERM

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 87 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

L’inspecteur santé et sécurité au travail du ministère de l’enseignement supérieur et de la


recherche, a participé à 5 séances du CHSCT sur les 13 qui se sont tenues en 2014.

d) Représentants des usagers

- Bouge ta fac (2 sièges titulaires et 2 sièges suppléants)


- Cap 6 (1 siège titulaire et 1 siège suppléant)

e) Invités pour la séance

De plus, en fonction de l’ordre du jour, le président peut être assisté en tant que de besoin par le ou
les collaborateurs de son choix exerçant auprès de lui des fonctions de responsabilité et
particulièrement concernés par les questions/projets examinés ou soumis à l’avis du comité. Le plus
souvent, ce sont des collaborateurs provenant de la Direction des Ressources Humaines, de la
Direction du Patrimoine Immobilier et du Service Hygiène et Sécurité qui interviennent. La
coordinatrice du CHSCT est également invitée à chaque séance.

9.6.3. Décharges accordées aux membres du CHSCT

Pour l’année 2014,

- 15 heures mensuelles de décharge de service ont été accordées pour la secrétaire du


CHSCT ;
- 11 jours par an de décharge de service ont été accordés aux membres titulaires du CHSCT et
se convertissent en 10 heures équivalent de travaux dirigés pour un enseignant-chercheur
membre titulaire du CHSCT.

Au renouvellement du CHSCT, les élus du CHSCT se verront attribuer les décharges prévues par
l’arrêté du 27 octobre 2014 pris en application de l'article 75-1 du décret n° 82-453 du 28 mai 1982
soient 14 jours pour le secrétaire du CHSCT et 11 jours pour les titulaires et suppléants.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 88 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

10. Bilan du fonctionnement du Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de

10

BILAN DU FONCTIONNEMENT DU
COMITÉ D’HYGIÈNE, DE SÉCURITÉ ET
DES CONDITIONS DE TRAVAIL

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 89 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

10. Bilan du fonctionnement du Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail

10.1. Principales thématiques abordées en CHSCT

Au cours de l’année 2014, le CHSCT s’est réunis à 13 reprises. Un grand nombre de sujets ont été
évoqués dont certains ont fait l’objet d’un avis.

Date des séances et principaux points examinés :

Séance du 23 janvier 2014


 Approbation du procès-verbal du 12 février 2013
 Suivi des avis des 3 et 17 octobre 2013
 Examen des inscriptions au RSST
 Développement de l’application dématérialisée RSST
 Photothèque de l’UPMC

Séance du 04 février 2014 (suite)


 Rapports individuels des médecins de prévention 2012
 Bilan du programme annuel de prévention 2013

Séance du 06 mars 2014


 Rapport d’activité du service de médecine de prévention 2013
 Rapport sur l’audit laser
 Examen des inscriptions au RSST
o Signalement DGI à Banyuls en février 2013
o Situation du SGTICE
o Conflit entre un chef de service hospitalier et une MCUPH
 Rapport audit bâtiment Cervi

Séance du 21 mars 2014


 Rapport des inspecteurs hygiène et sécurité sur le fonctionnement du CHSCT
 Rapport des inspecteurs hygiène et sécurité sur le fonctionnement du SMP
 Examen des inscriptions au RSST
o Flocage et laine de roche
 Suivi des actions - SGTICE

Séance du 08 avril 2014


 Désignation du secrétaire et du secrétaire adjoint du CHSCT
 Programme annuel de prévention
 Suivi du développement de l’application dématérialisée RSST
 Programme annuel de prévention des risques de l’année 2014

Séance du 06 mai 2014 (suite)


 Suivi des actions – SGTICE
 Examen des inscriptions au RSST
o Atelier de découpe des matières premières
o Sécurité en cas de coupure électrique d’1h
o Attribution nominative des badges
 Bâtiment CERVI : suite de l’expertise aéraulique du bâtiment CERVI
 UMR-S 933 : situation du service de physiopathologie des maladies génétiques
d'expression pédiatrique

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 90 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

Séance du 26 juin 2014


 Présentation du nouveau Directeur Général des Services, du nouveau Directeur de la
logistique et des campus et de la nouvelle coordinatrice CHSCT.
 Présentation de la procédure « travail isolé »
 Questions diverses
o Bâtiment CERVI : suite de l’expertise aéraulique du bâtiment CERVI
o UMR-S 933 : situation du service de physiopathologie des maladies génétiques
d'expression pédiatrique
o Cigarette électronique
o Devenir des agents suite au déménagement de la maison de la pédagogie
o Devenir des agents et du local suite aux travaux réalisés dans la salle
d'enseignement de biologie végétale située au 1er étage du bâtiment C
o Atelier de découpe des matières premières
o Désaccord sérieux et persistant sur le Service de médecine de prévention

Séance du 11 juillet 2014 (suite)


 Questions diverses
o Travaux de la bibliothèque Mathématiques Informatique Enseignement
o Relevé des avis du 8 avril 2014
o Travaux à la bibliothèque Trousseau
o Visite de service de la station marine de Roscoff
o Suite du rapport de l’ISST : Intervention du Docteur Vignalou.
 Approbation du procès-verbal du 12 février 2013
 Présentation des conclusions du groupe de travail RPS
 Suivi des avis du 7 novembre 2013 et du 23 janvier 2014
o Situation du SGTICE
o Procédure d’utilisation des ascenseurs
o CHSCT spéciaux
o Communication des signalements
o Application dématérialisée RSST

Séance du 02 octobre 2014


 Approbation du procès-verbal du 25 avril 2013
 Présentation de l’application dématérialisée RSST
 Suivi des avis du CHSCT
o Situation du SGTICE
o Bâtiment CERVI
o Projet d’aménagement bibliothèque MIE
 Point d’information : situation du SMP

Séance du 21 octobre 2014


 Signalement DGI / signalement du 3 septembre 2014 : désaccord sérieux et persistant
entre l’administration et le CHSCT
 Questions diverses
o Demande de visite de service – futurs locaux du Bureau Accueil et Mobilité
o Demande de visite de service – bibliothèque MIR
o Demande de visite de service – bibliothèque Trousseau
 Signalement DGI / travaux de retrait de laine de roche

Séance du 24 novembre 2014


 quorum non atteint

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 91 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

Séance du 26 novembre 2014


 Désignation d’un secrétaire de séance
 Modification de l’ordre du jour à la demande des représentants des personnels
o Point relatif à l’UR5
o Situation du SMP
o Rapport d’enquête DGI à l’IFD du 26 septembre 2013
o Examen des inscriptions au RSST
o Conflit entre deux étudiants à la bibliothèque L1-L2
 Saisine du CT : projet d’extension des horaires des bibliothèques

Séance du 16 décembre 2014


 Nomination d’un secrétaire de séance
 Nomination des personnes compétences en radioactivité
 Approbation des procès-verbaux du 22 mai 2013, 12 juin 2013, 21 juin 2013, 5 juillet 2013, 17
octobre 2013
 Rapport d’enquête : signalement DGI du 26 septembre 2013
 Signalement au RSST en date du 13/11/2014 concernant la situation des locaux de
l’ancienne UR5
 Point d’avancement service de médecine de prévention
 Rapports de visites de service
o Atelier de découpe des matières premières
o Bureau accueil et mobilité
o Local du personnel d’entretien Derichebourg

Dans l’année 2014, 50 avis ont été soumis au vote du CHSCT.

Répartition des 50 avis en fonction du type de demande du CHSCT

14 avis
- communication de documents, informations et plans d’actions.

6 avis
- modification de documents

6 avis
- amélioration de la qualité et du référencement des réponses, documents et informations
transmises.

5 avis
- consultation au préalable du CHSCT pour tout projet d’aménagement et de déménagement

5 avis
- missions du CHSCT (visites de service, enquêtes AT/MP)

4 avis
- de type « constats », portent sur les documents obligatoires : rapport annuel de prévention,
programme annuel de prévention, rapport d’activité du service de médecine de prévention.

4 avis
- demandes de recours à l’inspecteur santé et sécurité du travail, l’inspecteur du travail, une
expertise agréée ou à une intervention extérieure.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 92 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

2 avis
- mise en place d’instances conjointes

1 avis
- les conclusions du groupe de travail RPS
- désaccord sérieux et persistant suite à un signalement DGI
- création de CHSCT spéciaux
- développement et déploiement de l’application RSST

Dans le graphique ci-dessous ont été comptabilisés seulement les avis qui évoquaient les conditions
de travail d’un service.

Répartition des avis en fonction des


services
6
5
4
3
2
1
0 Répartition des avis en
fonction des services

Egalement, 7 procès-verbaux ont été approuvés.

- Séance du 11/07/2014 : PV du 12 février 2013


- Séance du 16/12/2014 : PVs du 22 mai, 12 juin, 21 juin, 05 juillet, 17 octobre, 07 novembre 2013

14 procès-verbaux n’ont pas encore été approuvés (PV de 2014 + 2 de 2013).

10.2. Communication des documents et informations aux membres du CHSCT

Depuis le second semestre 2014, l’administration a augmenté le nombre de documents transmis et


mis à disposition sur l’espace e-partage réservé aux membres du CHSCT. Egalement, désormais, les
membres du CHSCT reçoivent systématiquement par mail tous les signalements inscrits au RSST et au
registre des dangers graves et imminents. Le déploiement de l’application RSST leur permet aussi de
suivre directement les signalements émis au RSST autre que ceux qui relèvent des RPS.

Les documents communiqués peuvent être de différents types : plans, notes d’explication d’un
service sur un sujet précis, suivi des avis, rapports d’inspection des services vétérinaires, rapport de la
commission de sécurité, rapports d’enquêtes, rapport de mission, lettre de mission… En tout ce sont
plus de 100 documents qui ont été mis sur E-partage cette année.

13 notes explicatives de service ont été communiquées en 2014. L’objectif pour 2015 est de rendre
plus systématique ces notes.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 93 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

DATE DE MISE
TYPE DE LIVRABLE SITE DIRECTION/LIEU DOCUMENT
SUR E-PARTAGE
Photothèque - réponse de
07/04/2014 Note COM. + SHS tous tous
l'administration
Pitié Complément d'information
19/06/2014 Note SHS P3S UFR 967
Salpêtrière signalement 26-06-Med3
Maison de la Note explicative maison de la
25/06/2014 Note DGS Jussieu
pédagogie pédagogie
25/06/2014 Note DPI Jussieu Salle 110 Note explicative salle 110
Complément d'information
02/07/2014 Note SHS Jussieu DGRTT
signalement 26-06-J5
Note d'information - Calendrier des
18/07/2014 Note BUPMC Jussieu Bibliothèque MIE interventions Bibliothèque MIE et
mesures prises
17/09/2014 Note DSI Tous Tous Application RSST 1.2
17/09/2014 Note DPI Jussieu Note enlèvement laine de roche
Note d'information plan d'action au
16/10/2014 Note DGS Jussieu SMP
SMP - Octobre 2014
Note DLC_Nettoyage et sûreté - Projet
10/11/2014 Note DLC Jussieu BUPMC d'extension des horaires d'ouverture
des bibliothèques
Tableau d'avancement des
Restaurant
19/11/2014 Note DPI Jussieu interventions au 15.11.2014_restaurant
universitaire
universitaire
Note_DPI Inondation de la bibliothèque
20/11/2014 Note DPI Jussieu Bibliothèque MIR
MIR LE 10.09.2014
Bibliothèque Note BUPMC_Etat des travaux
21/11/2014 Note BUPMC Trousseau
Trousseau bibliothèque Trousseau

A chaque visite de service, le comité de visite a reçu selon leur disponibilité des documents : les fiches
de postes, l’effectif du service, le document unique, les plans des locaux, les documents techniques,
les attestations de conformité…

10.3. Les groupes de travail et réunions de concertation

En dehors des séances du CHSCT, les membres du CHSCT ont été consultés à 6 reprises :

- 2 réunions sur la programme annuel de prévention 2014 (14 et 20 mars 2014).


 Résultats : Avis défavorable sur le programme annuel de prévention 2014 : 6 voix pour
et 3 abstentions

- 2 réunions sur le développement de l’application RSST (5 mai 2014 et 12 juin 2014)


 Résultats : Les membres du CHSCT lors de la réunion du 02 octobre 2014 se sont dit être
favorables au déploiement de la version 1.2 de l’application RSST.

- 2 réunions sur la démarche de prévention des risques psychosociaux (22 mai et 5 juin 2014)
 Résultats : Le CHSCT a rendu son avis lors de la séance du 11 juillet 2014
o mise en place d’un comité de pilotage RPS : 4 contre, 2 abstentions et 2 pour
o modalités de diagnostic des RPS : 6 abstentions et 2 pour
 Le premier comité de pilotage s’est tenu le 7 novembre 2014 et un chef de projet RPS
a été nommé.

Pour remplir pleinement leur mission de consultation, les membres du CHSCT ont suivi une formation à
la prévention des risques psychosociaux et ont été accompagnés pour la prise en main de
l’application RSST version 1.2.

Egalement, il y a eu un groupe de travail suivi amiante le 27 juin 2014.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 94 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

10.4. Les visites réalisées par le CHSCT

DATE SITE SERVICE / LOCAL OBJET Précisions LOCALISATION REPRESENTANT DU PRESIDENT REPRESENTANTS DES PERSONNELS Examiné au CHSCT
Impact des travaux de la future
Mme. HAMEL-DELLENBACH (FO) Non
Plateforme d’enseignement TP animalerie aquatique localisée au Bâtiment C - 1er étage
30/06/2014 JUSSIEU futurs locaux Mr. MELCZER (Directeur DPI) Mme. GAUDARD (CGT) (CR en attente de
Biologie Végétale bâtiment C – 1er étage sur la Bâtiment B - 2ème étage
Mme. PALIES (SGEN-CFDT) retours élus)
Plateforme de Biologie Végétale.
Risques liés à la dégradation du
Flocage et laine de roche (service Service courrier, secteur ouest Mr. RUBINSTEIN (CGT) 21/10/2014
03/07/2014 JUSSIEU Environnement flocage et présence de laine de Mr. MAGNIN (DPI)
courrier, secteur Ouest Nord et Sud) nord et sud Mr. MAILLARD (FSU) (annexe 4, a)
roche
Laverie
Mme. HAMEL-DELLENBACH (FO)
Local plongée
22/09/2014 Roscoff Station marine de Roscoff conditions de travail visite de service Mr. KLOAREG (Directeur de la station) Mme. GAUDARD (CGT)
Aquarium
Mme. PALIES (SGEN-CFDT)
Quelques services administratifs
Disposition des portes peut poser
Atelier de découpe des matières des problèmes de sécurité Mr. CARPENTIER (FSU) 16/12/2014
29/09/2014 JUSSIEU futurs locaux Niv. SB, tour 25 Mr. PRIEUR (DGS adjoint)
premières incendie et ne facilite pas la Mme.HAMEL-DELLENBACH (FO) (annexe 4, b)
livraison des matériaux
relogement du vestiaire des
salariées de ménage Derichebourg
Local pour le personnel d'entretien Local situé à l'arrière de Mme. GAUDARD (CGT) 16/12/2014
08/10/2014 JUSSIEU futurs locaux suite aux travaux du demi-couloir Mr. MICHEL (Directeur DLC)
féminin Derichebourg l'amphithéâtre A1 Mme. HAMEL-DELLENBACH (FO) (annexe 4, c)
bâtiment C – 1er étage (animalerie
aquatique)
ergonomie insatisfaisante
(luminosité insuffisante, pseudo- Mr. CARPENTIER (FSU) 16/12/2014
03/11/2014 JUSSIEU Bureau accueil et mobilité futurs locaux Niv. SB, patio 23-34, RC 28,29,30 Mr. PRIEUR (DGS adjoint)
fenêtre…) et impact sur le Mme. PALIES (SGEN-CFDT) (annexe 4, d)
fonctionnement du service
inondation du 10 septembre 2014 Mme. DIANOUX
CR en cours de
20/11/2014 JUSSIEU Bibliothèque MIR conditions de travail (inflitration) + chaleur (absence de Patio 15-26. Rez-de-Chaussée Mme. BLIN (Directrice BUPMC) Mr. DURPAIRE (FO)
rédaction par les élus
climatisation) + odeur Mr. CARPENTIER (FSU)
problème de ventilation et et
d'ergonomie du travail -
AP-HP projet Hôpital Trousseau, 26, av. du Dr A. Mme. GAUDARD (CGT) CR en cours de
04/12/2014 Bibliothèque Trousseau insonorisation (travaux Mme. BLIN (Directrice BUPMC)
Trousseau d'aménagement Netter, Pav. L. Chigot (entresol) Mr. DURPAIRE (FO) rédaction par les élus
d'électricité, cloison, CVC, stores,
peinture…)

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 95 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

10.5. Les enquêtes réalisées par le CHSCT

Les membres du CHSCT ont réalisés deux enquêtes en 2014 suite à des signalements DGI.

La première enquête fait suite au signalement qui a été inscrit au registre des dangers graves et
imminents le 4 août 2014 car l’entreprise extérieure intervenant sur l’enlèvement de la laine de roche
n’a pas respecté les modalités du plan de prévention et le calendrier prévu.
La composition de la commission d’enquête était la suivante : Mme. Christien (DGS Adjointe,
représentante du président) et M. Carpentier (FSU). Les conseillers de la commission étaient Mme.
Stercks (SHS) et M. Gabet (DPI).
La commission d’enquête a rendu le 5 août 2014 ses conclusions dans un rapport entraînant l’arrêt
des travaux. Ces derniers devront être reprogrammés et respecter les normes de sécurité nécessaires.
Le rapport de la commission a été examiné à la séance du CHSCT du 21 octobre 2014. Le CHSCT est
d’accord pour dire que le danger grave et imminent n’existe plus.

La seconde enquête a été menée suite à un signalement inscrit au registre des dangers graves et
imminents le 3 septembre 2014. Il concerne un agent en situation de risques psychosociaux. Le même
agent avait déjà fait l’objet d’un signalement au registre des dangers graves et imminents en 2013.
La commission d’enquête était composée de M. Roques (DRH adjoint, représentant du président) et
de Mme. GAUDARD (CGT). Les conseillers de la commission étaient : Mme. Nebbache (conseiller de
prévention) et Mme. Martin-Sénéchal (Médecin de prévention). Le représentant du Président et la
représentante du personnel de la commission sont en désaccord sur la réalité du danger du
signalement. Chacun a réalisé un rapport, respectivement le 10 octobre (Mme. Gaudard) et le 14
octobre (M. Roques). Ces deux rapports ont été examinés à la séance du CHSCT du 2014. Lors de ce
CHSCT, les membres du CHSCT ont voté la poursuite du maintien du désaccord sérieux et persistant.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 96 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

11. Bilan des actions de formation en matière de santé, sécurité et conditions de travail

11

BILAN DES ACTIONS DE FORMATION


EN MATIÈRE DE SANTÉ, SÉCURITÉ ET
CONDITIONS DE TRAVAIL

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 97 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

11. Bilan des actions de formation en matière de santé, sécurité et conditions de travail

Plusieurs formations sur les domaines concernant la santé, la sécurité et les conditions de travail sont
organisées chaque année à l’UPMC. Un effort important de formations de toutes les catégories de
personnel et des étudiants s’est poursuivi durant l’année 2014.
A ce titre, la formation des agents de l’UPMC est assurée par le bureau de la formation des
personnels (BFP) et par le service hygiène et sécurité (SHS) de l’université. Certaines formations
assurées par les partenaires de l’UPMC (CNRS, INSERM…) sont également accessibles aux agents de
l’UPMC, principalement sous condition du nombre de places restées vacantes.
Comme chaque année, l’université s’est investie dans l’amélioration de l’offre de formation
professionnelle et a mis en place de nouvelles formations en prévention, santé et sécurité pour
répondre à la réglementation et aux attentes des laboratoires et services de l’établissement.

11.1. Formations récurrentes en matière en matière de prévention des risques

11.1.1. Stages hygiène et Sécurité

Chaque année le Service Hygiène et Sécurité organise des stages en Hygiène et sécurité ouvert aux
nouveaux entrants du campus Jussieu (personnels UPMC, CNRS, INSERM et stagiaires). Cette
formation est organisée 2 fois par an.
Suite à ces cessions de formation, les stagiaires reçoivent un certificat de participation au stage.

11.1.2. Formation initiale des assistants de prévention (AP)

Annuellement, une formation initiale aux fonctions d’assistant de prévention est proposée par le
service hygiène et sécurité. 25 thèmes y sont proposés. Cette formation, répartie sur six jours
séquencés en deux fois trois jours avec des intervenants (internes et externes) spécialistes du thème
soutenu.

144

110

63
56
39
23 24 25 23
18 15 11

Nbre de Stagiaires par module


2014

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 98 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

11.2. Formations nouvelles en matière de prévention des risques

En 2014, deux nouvelles formations en prévention des risques professionnels ont été mises en place par le
Service Hygiène et Sécurité.

11.2.1. Formations sur la prévention des risques psychosociaux

a) Le contexte

La prise en compte des RPS au travail est une priorité fixée par la présidence de l’université pour 2014-
2015.
Désormais, les formations inscrites au parcours management intègreront toutes un volet RPS (2 jours),
permettant ainsi l’inscription de cette problématique de manière pérenne dans le parcours de
professionnalisation des cadres ainsi que dans les formations des personnels en charge de missions
d’hygiène et sécurité. Ainsi, tous les niveaux d’encadrement seront formés à la prévention des RPS.
Si 2014 constitue une année de montée en puissance des formations, 2015 sera bien plus importante
en nombre de stagiaires formés et en dépenses engagées.

b) Rappel des objectifs pédagogiques

 Apprendre à définir et identifier les RPS


 Savoir repérer les facteurs individuels et organisationnels générateurs de RPS et être en mesure
d’envisager des alternatives organisationnelles
 Identifier les bons interlocuteurs en interne
 Etre capable de mesurer la responsabilité de l’employeur
 En fonction des types de population formés, (élus, encadrants, assistants de prévention…), des
points particuliers seront abordés ou plus particulièrement travaillés.

Nb. Nb. de Coût


Stagiaires Action de formation Date Durée
Sessions stagiaires total €

Groupe de travail
Formation : prise en compte des RPS 7/02/2014 84h 1 12 6405.50
administration
Membres du
Formation : prise en compte des RPS 13/05/2014 60h 1 10 5316.00
CHSCT
Equipe
Séminaire RPS mythe ou réalité 22/07/2014 32h 1 8 2005.33
présidentielle
Assistants de 25/11/2014
RPS pour les assistants de prévention 98h 2 14 6138.83
prévention 17/12/2014
Encadrants
opérationnels Module RPS complémentaire 4, 5/12/2014 84h 1 7 5838.00
déjà formés
20 au 12
Encadrants Encadrement opérationnel 633h 2 22 41406.00
déc.
4 Pers. De la DRH Reportée
Prévenir les RPS et réaliser son plan
+ médiatrice de 2015 par 1j
de prévention
l’UPMC l’AMUE

Ce sont 73 stagiaires qui ont été formés en matière de prévention des risques psychosociaux en 2014.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 99 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

 Programmation 2015

Poursuivre les formations proposées en 2014 sur l’encadrement opérationnel :


 Formation complète (2 sessions de 12 stagiaires)
 Module complémentaire de 2 jours spécial « prévention des RPS » proposé aux encadrants
ayant suivi le cursus de formation à l’encadrement (2 sessions de 15 stagiaires)
 Formation prévention des RPS pour l’encadrement supérieur (2 sessions de 15 stagiaires)
 Formations prévention RPS destinées aux assistants de prévention (environ 170 stagiaires)
 Accompagnement par prestataire des membres CHSCT + Adm. dans la mise en œuvre du
plan de prévention
 Séminaire d’information sur les RPS destiné à tous les personnels
 Formation sur le harcèlement pour les membres du CHSCT et de l’Adm.) (environ 30
personnes)

11.2.2. Formation à l’utilisation du logiciel EvRP

a) Formation des assistants de prévention et des directeurs

L’année 2014 est marquée par le déploiement du logiciel EvRP au sein des services centraux.
Pour cela le SHS a organisé, à l’image de 2013, 2 sessions de formation auprès des directeurs et des
Assistants de Prévention de ces services. Les formations permettent de donner les informations
nécessaires pour réaliser un document unique d’évaluation des risques via le logiciel.

Une formation s’est déroulée en mai et l’autre en novembre. Sur les 37 personnes conviées, 18 se sont
présentées. Sur les 19 absents, nous comptons 18 directeurs et 1 assistant de prévention.

De même, le déploiement du logiciel EvRP au sein des observatoires océanographiques continue.


Après la formation des directeurs et des assistants de prévention de Banyuls en 2013, cette année fut
le tour de Villefranche. Cette formation s’est déroulée le 19 Novembre 2014 à Villefranche, et
l’ensemble des assistants de prévention et des directeurs des trois unités de travail étaient convié. 7
personnes ont suivi cette formation : les quatre assistants de prévention, un directeur et son adjoint et
le responsable administratif de l’observatoire. Seule la direction d’une unité de travail n’était pas
représentée.

b) Formation des membres du CHSCT

L’article R4121-4 prévoit que le document unique d’évaluation des risques doit être tenu à la
disposition des membres du comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT).
L’application permet de répondre à cette exigence en donnant accès aux documents uniques
déclarés sous format PDF, mais permet aussi de réaliser des requêtes prenant en compte l’ensemble
des informations renseignées dans les documents uniques. Afin d’informer les représentants du
personnel au CHSCT de ces fonctionnalités et de leur utilité, le SHS a mis en place une formation
spécifique pour les membres du CHSCT. Celle-ci s’est déroulée le 24 juin en la présence de 7
représentants du personnel (seulement 3 ont suivi la formation en intégralité).

11.2.3. Formation continue des AP sur le risque lié à l’utilisation des Nanomatériaux

Le Service Hygiène et Sécurité a convié l’ensemble des assistants de prévention ainsi que les
médecins de prévention et Partenaires (CNRS et INSERM) à une formation continue sur la thématique
des « Nanomatériaux » (état des connaissances, risques et prévention). Cette formation, animée par
le chargé de mission « Nanomatériaux » CNRS, s’est déroulée le Lundi 13 Octobre 2014 après-midi sur
le site de Jussieu. Au total, 55 personnes étaient présentes. Le support de formation a par la suite été
diffusé sur le site intranet dans la rubrique « Hygiène et Sécurité » afin que les personnels n’ayant pas
pu assister à la session puissent en prendre connaissance.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 100 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

12.

12

NOUVELLES PROCÉDURES EN
MATIÈRE DE SANTÉ, SÉCURITÉ ET
CONDITIONS DE TRAVAIL

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 101 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

12. Nouvelles procédures en matière de santé, sécurité et conditions de travail

12.1. Procédure de suivi des consignes contenues dans les plans de prévention

ORGANISATION
Identification des contrats de plus de 400 heures / travaux dangereux
Intégration des plans de prévention au tableau des contrats
Suivi régulier des dates de production / mise à jour des plans de prévention
Communication aux chefs de sites des plans de prévention via le système de Gestion de la
Maintenance Assistée par Ordinateur

Les Plans de Prévention sont établis en recherchant parmi les contrats ceux dont le volume annuel
dépasse 400 heures ou ceux dont les prestations sont inscrites sur la liste des travaux dangereux (art R.
4512-7 CT).

La rédaction des Plans de Prévention nouveaux débute avec la "réunion de lancement" du contrat,
laquelle comprends l'examen des conditions d'interventions et des conditions de sécurité pendant la
"période de préparation" destinée à cet effet.

La mise à jour des Plans de Prévention est effectuée annuellement lors de la reconduction du contrat
à l'aide de la liste des contrats.

En cas de changement de périmètres d'interventions, par exemple par voie d'avenant, ou


d'apparition de risques nouveaux, le Plan de Prévention est également mis à jour.

Les Plans de Prévention coordonnées entre l'Entreprise extérieure et l'Entreprise Utilisatrice UPMC sont
soumis à la validation du SHS, signés par les parties, enregistrées au SHS qui les tiens à la disposition
des institutions.

Une copie numérique des Plans de Prévention est enregistrée dans le répertoire " Gestion
documentaire", rubrique " Sécurité Santé" / "Plan de prévention" du système de Gestion de la
Maintenance Assistée par Ordinateur afin d'être accessible à tout moment aux exécutants,
superviseurs et chefs de sites.

12.2. Procédure en cas de coupure électrique d’une durée supérieure à 1 heure

ORGANISATION
Examen des textes réglementaires en cas absence d'éclairage d'évacuation
Analyse et évaluation des mesures compensatoires
Replanification des coupures programmées de maintenance
Elaboration puis communication d'une fiche de procédure

Les coupures inopinées (non-programmées) et coupures de maintenance (programmées) des


installations électriques et particulièrement des postes de transformation peuvent conduire à
l’absence d’alimentation pendant une durée dépassant une heure et donc l’autonomie des blocs
d’éclairage de sécurité.

Lors des coupures inopinées, le Service de Sécurité Incendie s'informe de l'état d'avancement des
travaux de rétablissement de l'alimentation électrique et si nécessaire procède à l’évacuation du
public et des travailleurs de la zone concernée peu avant la défaillance des blocs d’éclairage de
sécurité.

La planification des coupures de maintenance programmées et des postes de transformation a été


révisée en 2014.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 102 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

La périodicité annuelle devient triennale mais permet d'assurer le maintien des garanties des
constructeurs des matériels.

Selon les équipements des postes et la configuration des installations on distingue plusieurs
procédures :

- Deux coupures courtes de 5 minutes n'impactant pas les éclairages de sécurité lors du basculement
entre transformateurs
- Des coupures longues pendant lesquelles le bâtiment sera rendu inaccessible entre 7h30 et 12h00
environ.

La planification des coupures programmées fait l’objet d’un projet pluriannuel coordonné avec les
utilisateurs des appareils prioritaires de recherche.

Les dates de coupure sont ensuite communiquées par courriel via la "liste coupure" avec un préavis
minimum à J-15 puis un avis à J-7.

Le délai s'écoulant entre le préavis et l'avis permet aux composantes de faire remonter leurs
remarques au Service Technique. Après arbitrage portant sur les priorités à satisfaire vis à vis des
risques encourus l'avis de coupure est émis et le processus de maintenance engagé définitivement.

12.3. Procédures relatives à la conduite à tenir en cas d’accident

1) Objectifs

Un des objectifs du programme de prévention 2014 est d’établir des consignes en cas d’accident
pour différents types de risques. Ces consignes doivent être rédigées conjointement entre le Service
de Médecine de Prévention (SMP) et le Service Hygiène et Sécurité (SHS).
Le but est d’également de rendre uniforme la conduite à tenir en cas d’accident sur les sites UPMC.

2) Etat des lieux

Suite à un accident en 2013 sur une piqûre coupure, une première procédure avait été écrite
conjointement entre le SMP et le SHS sur ce sujet précis.
D’autres médecins ont écrits des procédures sur des sujets divers : projection de produits chimiques,
accident mettant en jeu des agents biologiques, contenu d’une trousse de secours et premiers
gestes de soin.

3) Réalisations effectuées en 2014

La première étape était de définir une liste de procédures à réaliser et d’en définir le contenu.
Plusieurs échanges ont eu lieu depuis juin 2014, entre le SHS et le SMP, notamment pour recueillir
toutes les procédures existantes.
Une première réunion de mise au point, le 2 décembre 2014, avec les participants suivants :
- Myriam CHRISTIEN, Directrice Générale des Services adjointe,
- Dr PARINGAUX, membre du Service de Médecine de Prévention,
- Dr BIE, membre du Service de Médecine de Prévention,
- Dr LACOSTE-RENARD, membre du Service de Médecine de Prévention,
- Soraya NEBBACHE, chef du Service Hygiène et Sécurité,
- Nicolas DIMET, ingénieur au Service Hygiène et Sécurité.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 103 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

Il a été retenu les procédures suivantes :


- Conduite à tenir en cas de projection chimique,
- Conduite à tenir en cas d’accident avec de l’acide fluorhydrique,
- Conduite à tenir en cas d’exposition à des agents biologiques non-humains,
- Conduite à tenir en cas d’accident exposant au sang (AES) ou à des agents
biologiques humains,
- Conduite à tenir en cas d’accident lié à l’utilisation de liquide cryogénique,
- Conduite à tenir en cas d’accident ophtalmique lié à des lasers de haute
puissance (3B et 4),
- Conduite à tenir en cas d’accident lié à l’utilisation de radioélément,
- Conduite à tenir en cas de morsure, griffure, piqûre avec un animal de laboratoire,
Le contenu a été étudié à la fois lors de cette réunion puis par différents échanges. Certains
exemples sont annexés à ce rapport (Cf. annexe 5 : Exemples de procédures : conduites à tenir en
cas d’accident ).

4) Suite de la démarche

Le contenu étant défini, Il faut établir une charte graphique et un modèle type.
Pour être percutante, lue et facilement affichable, il serait judicieux que chaque procédure tienne sur
une seule page (deux maximum), sans qu’elle soit trop surchargée, avec une charte graphique
« attrayante ».

Pour certaines procédures (accident exposant au sang et accident ophtalmique lié à l’utilisation de
laser), il sera bon de préciser le circuit particulier des urgences où le personnel doit se rendre, fonction
de son lieu de travail.

L’objectif est de pouvoir diffuser rapidement aux utilisateurs cet ensemble de procédures, pour le
premier semestre 2015.

12.4. Procédure du travail isolé

La problématique du travail isolé concerne de nombreuses unités (laboratoires et services) au sein de


notre établissement du fait notamment de ses activités de recherche. Le travail isolé n’est pas un
risque en soi mais il peut augmenter la prise de risque en fonction de la nature de l’activité et être un
facteur aggravant en cas d’accident. Ces situations, habituelles ou exceptionnelles, sont encore
insuffisamment identifiées et évaluées.

Travailler de façon isolée, c’est réaliser seul une tâche dans un environnement de travail où l’on ne
peut être vu ou entendu directement par d’autres personnes et où la probabilité de visite est faible.
En cas d’accident, le travailleur isolé ne peut pas compter sur l’assistance de ses collègues et il peut
avoir des difficultés à être secouru. La vie de l’accidenté peut être mise en danger si aucun secours
n’est assuré rapidement.

Au sein de l’établissement on recense des situations très différentes que l’on peut regrouper en deux
grandes catégories :

- Celles où un travailleur est isolé du fait de son poste de travail. Ce sont généralement des
agents dont toute ou une partie de l’activité se déroule dans des locaux géographiquement
isolés et/ou dans lesquels ils sont seuls à travailler. (Ex : atelier de mécanique, locaux
d’animalerie, pièces de stockage, local en sous/sol, laboratoire de confinement L2…).

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 104 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

- Celles où un travailleur est présent sur son lieu de travail en dehors des plages horaires
habituelles de l’unité définies dans son règlement intérieur. Ces situations de travail ne
peuvent être qu’exceptionnelles.

Le code du travail n’édicte pas de règles spécifiques pour le travail isolé mais les principes généraux
de prévention s’appliquent pleinement. L’article L 4121 précise notamment qu’il appartient au chef
de service « d’assurer la sécurité et de protéger la santé des travailleurs après évaluation des risques
du poste de travail et de son environnement » mais également « de prendre en considération les
capacités de l’intéressé, lorsqu’il lui confie des tâches, à mettre en œuvre les précautions nécessaires
pour la sécurité et la santé ».

1) Déroulement du processus

Suite au CHSCT du 03 octobre 2013, un groupe de travail a été constitué sur ce thème. Les membres
ont été :
- Représentants du personnel au CHSCT :
o Chloé HAMEL-DELLENBACH
o Valérie MARVAUD
o Laurent NEAUPORT
o Christine VIGUIER

- Représentants de l’administration :
o Soraya NEBBACHE, Service Hygiène et Sécurité
o Jaouen MARY, Service Hygiène et Sécurité
o Nicolas PLAUDET, Service Sécurité Incendie

- Personne invitée :
o Frédérique MAZE-CORADIN, Ingénieure Régional de Prévention et de Sécurité du CNRS
délégation Paris B.

Ce groupe de travail s’est réuni à deux reprises (le mardi 19 Novembre 2013 et le mardi 29 Avril 2014)
et, à partir de documents existants, a créé 4 documents :
 Le courrier qui sera signé par le président de l’UPMC et par la déléguée régionale de la
délégation Paris B du CNRS
 Annexe 1 : note d’information relative au travail isolé
 Annexe 2 : logigramme d’évaluation du travail isolé (format Visio + format PDF)
 Annexe 3 : tableau de recensement des situations de travail isolé.

Un rendu au CHSCT du 26/06/2014 a été effectué, pour présenter le travail final. A l’issue de de ce
CHSCT, le courrier signé par la présidence a été envoyé fin juillet 2014 aux directeurs d’unités, de
composantes, de services, de structures, pour obtenir un état des lieux sur le travail isolé au sein de
l’UPMC. Une relance a été effectuée début novembre.
L’envoi du courrier a été effectué aux unités de travail définies par le document unique.

Le Service Hygiène et Sécurité a obtenu 77 (au 03/12/2014) réponses. Ces réponses ont été
disparates dans leur rendu : certaines unités ont répondu de façon unifiée, parfois par équipe, il en
est de même dans les services.
Si l’on regroupe les réponses issues d’une même unité de travail, on obtient 73 (au 03/12/2014)
réponses, dont 40 (au 03/12/2014) indiquent une absence de travail isolé.

Le taux de réponse est donc de 41.7% (au 03/12/2014).

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 105 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

Il est à noter que ce recensement a donné lieu à plus de réponses que celles fournies dans EVRP pour
le travail isolé. Cela a donc permis aux unités de réfléchir sur leur organisation vis-à-vis de ce risque.
Seules 3 unités de travail ont indiqué dans EVRP un risque lié au travail isolé, sans répondre au
recensement. Ces 3 unités de travail sont hébergées par des partenaires (Ecole Supérieure de
Physique et de Chimie de la Ville de Paris, Institut de Biologie Physico-Chimique de Paris, Institut
d’Astrophysique de Paris).

2) Présentation des résultats des 34 unités ayant du travail isolé

travail en dehors
isolement nombre de personnes chaine de secours
Unité de travail Site des heures DATI existant
géographique exposées vérifiée
classiques

centre d'immunologie et des maladies


Pitiè Salpetriere x (95) x (54) 95 non non
infectueuses

Atelier de découpe Jussieu x 1 non non

Service des Basses Températures Jussieu x 3 non non

Institut d'astrophysique de Paris IAP x 1 non non

DLC Appui à l'enseignement Jussieu x x 30 non non

DLC Env. cadre de vie Jussieu x 10 non non

DLC St Antoine St Antoine x x 23 non non

Direction de la culture Jussieu / cordeliers x 6 non non

Institut des nano sciences de paris Jussieu x 15 non non

institut parisien de chimie moléculaire Jussieu x 1 non non

Laboratoire de Chimie de la Matière


Jussieu x 1 non non
Condensée

Laboratoire de Physique Nucléaire haute


Jussieu x (48) x (4) 48 oui (partiel) oui
énergie

Master Biologie Intégrative Jussieu x 1 non oui

Plate-forme Pédagogique d'Ingénierie Jussieu x 2 non non

Plateforme technologique de formation


analytique et spectroscopies-service Jussieu x 1 non non
d’enseignement

Service de reprographie Jussieu x x 1 non non

Service TP BMC Jussieu x 1 non non

signalisation neuronale et régulation


Jussieu x x 4 non non
génique

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 106 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

travail en dehors
isolement nombre de personnes chaine de secours
Unité de travail Site des heures DATI existant
géographique exposées vérifiée
classiques

Unité de recherche sur les maladies


cardiovasculaires, du métabolisme et de Pitiè Salpetriere x 10 non non
la nutrition

centre de recherche sur la paléodiversité


Jussieu x 3 non non
et les paléoenvironnements

biologie computationnelle et
Cordeliers x x 10 non non
quantitative

laboratoire de biologie du
Jussieu x 40 non non
développement

139
laboratoire de météorologie dynamique Jussieu x non non
(occasionnalement)

électrochimie ENS x tous non non

Plate-forme Education et Formation Jussieu x 1 non oui

CRC Equipe Edwards/Houillier Cordeliers x 10 non oui

TP otique Jussieu x x 2 non non

Institut des Systèmes Intelligents et de


Jussieu x 1 non non
Robotique

CDR Saint Antoine équipe FEVE et DOUAY Saint-Antoine x x 14 non non

Volcanologie : structure et évolutions


des volcans, fluides et dynamique Jussieu x 1 oui non
éruptive

DPI Service technique Jussieu + autres sites x x 6 non non

Laboratoire des maladies rénales aux non (DATI acheté,


maladies fréquentes, remodelage et hopital Tenon x 3 installation en non
réparation cours)
non estimé
Institut Pierre Louis d'épidémiologie et
Pitiè Salpetriere x (interventions non oui
de santé publique
exceptionnelles)

Laboratoire Jean Perrin jussieu x 4 non non

oui (procédures
direction des services informatiques jussieu x x non estimé non
i nternes )

Laboratoire interfaces et systèmes


jussieu x (1) x (1) 2 non non
électrochimiques

Cela peut donner une répartition géographique des unités présentant du travail isolé :

30
25
20
15
10
5
0

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 107 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

Certaines unités de travail, présentent sur plusieurs sites, indiquent donc plusieurs sites dans leur
réponse. Cela explique le nombre supérieur de situations de travail isolé par site par rapport aux
nombres d’unités de travail ayant répondu.

Il est à noter que certaines unités déclarent beaucoup de personnes en situation de travail isolé. Il se
pose la question de la réalité du travail isolé et si l’unité ne devrait pas entamer une réflexion sur son
fonctionnement. Le rôle du SHS va être de questionner ces unités sur leur organisation.

Au vu des résultats du recensement, il se dégage également des situations qui semblent


particulièrement touché par le travail isolé :
- Les astreintes techniques (DPI, SSI…),
- Le travail en animalerie,
- Le travail en salle blanche ou L2, notamment culture cellulaire.

3) Suites à donner

Pour poursuivre ce travail, il faut développer deux axes :

- Continuer à obtenir les informations des unités de travail pour obtenir une cartographie totale
du travail isolé à l’UPMC, quel que soit le site.

- Intervenir auprès des unités de travail ayant déclaré du travail isolé pour les accompagner sur
une réflexion afin de plus être dans ces situations de travail isolé. Il faudra réfléchir à
l’organisation du travail, au règlement intérieur de ces unités et en dernier recours à l’achat et
au déploiement de système DATI.

Au vu des résultats, il est possible d’extrapoler un nombre provisoire (avec environ 40% de réponse)
de DATI à envisager :

- Jussieu : 35 DATI + la DPI qui peut intervenir en astreinte sur tous les sites.
- Cordeliers : les DATI existent, la procédure a été rappelée.
- Pitié Salpêtrière : 2 DATI + cas de l’unité UMR1135 (qui a répondu avoir près de 100 personnes
en situation de travail isolé)
- Saint Antoine : 4 DATI
- Institut d’Astrophysique de Paris (site non UPMC) : 1 DATI
- ENS (site non UPMC) : 1 DATI
- Hôpital Tenon : les DATI ont été achetés et sont en cours de déploiement en partenariat avec
le SSI de l’hôpital.

Le déploiement des systèmes DATI ne pourra se faire, sur les sites UPMC, qu’en partenariat avec le
service de sécurité incendie.

Il est remarquable également, pour le site des Cordeliers, qu’une procédure concernant le travail
isolé existe. Sur ce site, des DATI sont à disposition à l’accueil pour les personnes devant travailler seuls
après 19h ou le week-end et les jours fériés.

Sur les sites non UPMC, la réflexion devra impérativement passer par les hébergeurs et les systèmes
qu’ils auront pu déjà mettre en place.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 108 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

12.5. Procédure relative aux réorganisations de service au sein de l’UPMC

Au vu des besoins en matière d’accompagnement aux organisations de travail, un ingénieur en


organisation a été recruté. Il prendra ses fonctions le 26 janvier 2015. L’agent devra s’attacher à
mettre en œuvre :

 l’accompagnement des services porteurs d’un projet de réorganisation


 l’identification des actions d’accompagnement à mettre en œuvre dans le cadre des
réorganisations

Il proposera également une procédure (guide ou charte) relative aux réorganisations de service
basée sur le travail de terrain qu’il conduira avec les structures. Cette procédure sera présentée en
2015 au CHSCT.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 109 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

13. Bilan des dépenses en matière de sécurité

13

BILAN DES DÉPENSES


EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 110 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

13. Bilan des dépenses en matière de sécurité

13.1. Dépense en matière de la radioprotection

La radioprotection est un pôle de dépenses important du service hygiène et sécurité avec le pôle de
gestion des déchets chimiques, biologiques et radioactifs.

 Contrôle annuel des appareils utilisés en radioprotection

Des sociétés agréées en liaison avec le service hygiène et sécurité assurent les contrôles
réglementaires des appareils utilisés en radioprotection au sein des unités de travail concernées.

Année 2014 Coût (en euros HT) Nombre d’appareils contrôles


Jussieu / Ivry / St Cyr 1 636.00 34

St Antoine / Pitié 940.00 24

 Contrôles externes annuels en radioprotection

Les contrôles externes en radioprotection sont réalisés annuellement par un organisme de contrôle
agrée. Ils prennent en compte le contrôle d’ambiance des pièces radioactives ainsi que le contrôle
technique en radioprotection.

Année 2014 Coût (en euros HT)


Jussieu / Ivry / St Cyr /
4 041.70
St Antoine / Pitié

 Suivi dosimétrique

Le service hygiène et sécurité centralise la gestion de la dosimétrie d’un grand nombre d’unités
notamment les unités du campus de Jussieu, les unités localisées sur le site d’Ivry-sur-Seine, sur le site
Curie, sur le site du Collège de France ainsi que les unités de l’observatoire de Banyuls. Pour les autres
unités, la gestion de la dosimétrie est gérée en interne au niveau de chaque site.

Le suivi dosimétrique est réalisé par l’IRSN. Conformément à la réglementation, les dosimètres fournis
par l’IRSN, sont des dosimètres passifs trimestriels.
Trois types de dosimètre sont disponibles, le badge poitrine, le badge poitrine avec capteur neutrons
et la bague.

Coût de la dosimétrie
Année
(en euros HT)
Dosimétrie de 2013
10 446.14
Payée en 2014

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 111 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

13.2. Dépenses en matière de la gestion des déchets dangereux

 Gestion des déchets radioactifs

Le SHS centralise la gestion des déchets radioactifs pour le campus Jussieu dans le cadre d’un plan
de gestion interne des déchets radioactifs. A ce titre, le SHS est titulaire d’une autorisation de détenir
des radioéléments afin d’assurer le stockage temporaire avant leur élimination définitive par
l’Agence Nationale pour la Gestion des Déchets Radioactifs (ANDRA).
Le SHS dispose de 3 soutes pour les déchets radioactifs.

La gestion de déchets radioactifs s’effectue selon trois types d’intervention:


- interventions de caractérisation afin d’identifier les radioéléments mis en en jeu et d’évaluer
leur activité nucléaire,
- interventions de conditionnement afin d’être en conformité avec les prescriptions de l’ANDRA
- collecte des déchets par l’ANDRA.
Au niveau des sites de la faculté de médecine, la gestion des déchets radioactifs est coordonnée
par la responsable hygiène et sécurité du site, en collaboration avec les PCR des sites.
Déchets radioactifs collectés en 2014 par l’ANDRA
Jussieu
Conditionnement Catégorie Nombre de fûts Masse totale Radioéléments
Fûts à bonde de LA (solutions
2 55.95kg H3
30L aqueuses)
SL (flacons de
5 153.95kg
scintillation)
SNI (solides non
Fûts de 120L 1 27kg H3 et C14
incinérables)
SI (solides
10 228.2kg
incinérables)
Total : 18 465.1kg

Coût d’enlèvement des déchets par l’ANDRA en 2014 (en euros TTC)
Jussieu 27 917.28
St Antoine / 0
Pitié

Coût de fourniture de matériel de l’ANDRA en 2014 (en euros TTC)


Jussieu 536.40
St Antoine / 0
Pitié
Coût de reprise de 12 sources scellées en 2014 (en euros TTC)
Jussieu 9840
Année 2014 Achats divers pour Jussieu (en euros TTC)
Masques 430.80
Norme AFNOR NFC15-160 110.11
Reconditionnement par
21 795.60
OTND
Contrôle de contamination
des vitrines du musée des 420.00
minéraux
Total 22 756.51

 Totalité des coûts liés au pôle radioactivité


Année 2014 Coût total (en euros TTC)
Jussieu 80 398.80

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 112 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

 Gestion des déchets chimiques et biologiques

Pour effectuer ces prestations, le SHS fait appel à des prestataires spécialisés choisis après une
procédure d’appel d’offres. Les sites concernés par ces prestations sont : Jussieu, Ivry, Les Cordeliers,
Saint-Cyr-L’école et l’UFR de médecine.
Le SHS assure la gestion au quotidien des sites suivants : Jussieu, Ivry et Saint-Cyr.

Les déchets générés par les Cordeliers et la Faculté de médecine sont centralisés en interne et gérés
en direct par les sites.

Sur le site de Jussieu, deux personnels du SHS sont chargés de réceptionner les déchets tous les lundis,
mardis et mercredis de 09h30 à 11h30. Ils s’occupent également de la soute située sur le site d’Ivry où
des passages réguliers du SHS ont été mis en place (au moins tous les 15 jours).

Pour les déchets biologiques, les prestataires SITA (Jussieu, Ivry et Cordeliers) et VEOLIA (Faculté de
médecine) sont titulaires du marché depuis Août 2013 renouvelable chaque année jusqu’en 2017.

Pour les déchets chimiques, le prestataire TRIADIS est titulaire du marché depuis Novembre 2012
renouvelable chaque année jusqu’en 2016 pour l’ensemble des sites (Jussieu, Ivry, Cordeliers et
Faculté de médecine).

o Gestion des déchets chimiques


Sur le site de Jussieu les déchets chimiques sont évacués tous les 15 jours. Un chimiste passe une fois
par mois pour sécuriser les déchets en petits flaconnages. Sur les sites d’Ivry et de Saint-Cyr, les
enlèvements se font ponctuellement (sur l’année 2014, il y a eu 3 évacuations sur le site d’Ivry et une
évacuation sur le site de Saint-Cyr-l’Ecole).

Bilan de l’évacuation des déchets chimiques sur le campus de Jussieu (laboratoires de recherche)

RECHERCHE
Recherche
Poids en
Types de déchets
tonnes
Liquides organiques Liquides organiques… 17,63
17,63
halogénés ou non
Solutions acides 3,12
Solutions acides 3,12
Solutions basiques 1,2
Solutions basiques 1,2 Effluents spécifiques 2,08
Effluents spécifiques 2,08 Solides toxiques et… 0,97
Solides toxiques et 0,71
0,97 Solides Mineraux
genotoxiques
Verreries souillées 4,7
Solides Minéraux 0,71
Verreries souillées 4,7 Emballages souillés 1,14
Emballages souillés 1,14 Consommables… 3,21
Consommables
3,21 Piles 0,08
souillés
Piles 0,08 Huiles 0,24
Huiles 0,24 Tubes fluorescents 0,16
Tubes fluorescents 0,16 1,09
Produits chimiques…
Produits chimiques
1,09 Autres produits… 0,14
de laboratoire
Autres produits
0,14
chimiques
Poids en tonnes
TOTAL 36,47

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 113 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

Bilan de l’évacuation des déchets chimiques sur le campus de Jussieu (services d’enseignement)

ENSEIGNEMENT
Enseignement
Poids en
Types de déchets
tonnes
Liquides organiques Liquides organiques… 2,02
2,02
halogénés ou non 2,75
Solutions acides
Solutions acides 2,75
Solutions basiques 2,1
Solutions basiques 2,1
Effluents spécifiques 2,25
Effluents spécifiques 2,25
Solides toxiques et… 0,14
Solides toxiques et
0,14
genotoxiques Solides Mineraux 0,21

Solides minéraux 0,21 Verreries souilllées 1,04

Verreries souillées 1,04 Emballages souillés 0,17


Emballages souillés 0,17 0,61
Consommables…
Consommables
0,61 Piles 0
souillés
Piles 0 Huiles 0,01
Huiles 0,01 0
Tubes fluorescents
Tubes fluorescents 0
Produits chimiques… 0,1
Produits chimiques
0,1 Autres produits… 0,02
de laboratoire
Autres produits
0,02
chimiques
Poids en tonnes
TOTAL 11,42

Le montant total de l’évacuation des déchets chimiques sur les sites de Jussieu, Ivry et Saint-Cyr
s’élève à 83 807.66 € TTC.

En vertu du principe « pollueur/payeur » énoncé dans le code de l’environnement, cette somme est
refacturée chaque année aux laboratoires à partir des fiches de «demande de prise en charge»
remplie par les unités et remis aux agents présents à la soute au moment du dépôt.

Il est à noter qu’une partie du coût de l’évacuation des déchets concernant notamment la TGAP
(Taxe Générale sur les Activités Polluantes), le prix d’achat de certains contenants (location de
caisses-palettes,…) n’est pas refacturée aux laboratoires. Elle est actuellement prise en charge par le
SHS.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 114 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

Bilan de l’évacuation des déchets chimiques sur le site de la Pitié Salpetrière

Sur le site de la Pitié-Salpêtrière, les déchets chimiques sont évacués de façon ponctuelle et à la
demande.

Sur l’année 2014, il y a eu 2 évacuations sur le site de la Pitié-Salpêtrière.

Pitié-Salpêtrière
Pitié-Salpêtrière
Poids en
Types de déchets
tonnes
Liquides organiques 0,12
Liquides organiques halogénés ou non
0,12
halogénés ou non
Solutions acides 0,13
Solutions acides 0,13
Solutions basiques 0,11

Solutions basiques 0,11 Effluents spécifiques 1,09

Solides toxiques et 0,09


Effluents spécifiques 1,09 genotoxiques

Emballages souillés 0,08


Solides toxiques et
0,09
genotoxiques
Verreries souillées 1,16
Emballages souillés 0,08
batteries et accumulateurs 0,008

Verreries souillées 1,16 Tubes fluorescents, 0,08


Ampoules
batteries et Produits chimiques de 0,39
0,008 laboratoire
accumulateurs
Tubes fluorescents, Piles alcalines et salines 0,012
0,08
Ampoules
Produits chimiques
0,39
de laboratoire Poids en tonnes
Piles alcalines et
0,012
salines
TOTAL 3,27

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 115 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

Bilan de l’évacuation des déchets chimiques sur le site de Saint-Antoine

Sur le site de Saint-Antoine, les déchets chimiques sont évacués de façon ponctuelle et à la
demande.

Sur l’année 2014, il y a eu 2 évacuations sur le site de Saint-Antoine.

Saint-Antoine
Saint-Antoine
Poids en
Types de déchets
tonnes
Liquides organiques 0,14
Liquides halogénés ou non
organiques 0,14
0,01
halogénés ou non Solutions acides

Solutions acides 0,01 0,14


Solutions basiques

Solutions basiques 0,14


Effluents spécifiques 0,1
Effluents
0,1 Solides toxiques et
spécifiques 0,18
genotoxiques
Solides toxiques
et 0,18 Emballages souillés 0,09
genotoxiques
Produits chimiques de
Emballages 0,6
0,09 laboratoire
souillés
Produits Batteries et accumulateurs 0,2
chimiques de 0,6
laboratoire
Batteries et
0,2 Poids en tonnes
accumulateurs
TOTAL 1,46

o Gestion des déchets biologiques sur les sites de Jussieu et Ivry

Sur le site de Jussieu les déchets biologiques sont évacués deux fois par semaine les mardis et les
vendredis. Cette fréquence d’évacuation est imposée puisque le site est susceptible de recevoir plus
de 100 kg de DASRI (déchets d’activité de soin à risques infectieux) par semaine.

Pour cette quantité produite, la durée entre la production et l’incinération et/ou le prétraitement ne
doit pas dépasser 72H.

Sur le site d’Ivry, trois enlèvements ont eu lieu en 2014 pour le ramassage des « boites à pic »
contenant les matériels et matériaux piquants coupants (aiguilles, lames…) relevant de la catégorie
des DASRI même si il y a absence de risque infectieux.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 116 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

Bilan de l’évacuation des déchets biologiques sur les sites de Jussieu et Ivry

Boite à
Fût 60 L Fût 30 L Fût 10 L Fût 5 L Fût 3 L
pics

Nombre de
conditionnements 843 506 103 42 71 17
RECHERCHE

Nombre de
conditionnements 150 148 43 69 5 16
ENSEIGNEMENT

Total
Enseignement + 993 654 146 111 76 33
Recherche

Prix unitaire 11,33 6,63 4,22 2,83 2 1,05


11 250,69
4 336,02 € 616,12 € 314,13 € 152,00 € 34,65 € 16 703,61 €
Coût Total €

Coût de
l'enlèvement 5 221,18 €
par SITA

Le montant total de l’évacuation des déchets biologiques sur les sites de Jussieu et Ivry s’élève à
21924.79 € TTC.

Bilan de l’évacuation des déchets biologiques sur les sites de la Pitié-Salpêtrière et Saint-Antoine

L’enlèvement des déchets biologiques à la Faculté de Médecine se fait à la fréquence suivante :

Pitié-Salpêtrière : deux fois par semaine.

Saint-Antoine : une fois par semaine.

Quantité

Site de la Pitié-Salpêtrière 22 tonnes (éliminés dans des GRV)


567 fûts de 60 L
791 cartons de 50 L
Site de Saint-Antoine
11 fûts de 30 L
17 artons de 25 L

13.3. Dépenses en matière des contrôles des effluents et de la potabilité de l’eau

L’Université doit veiller à ce que l’ensemble des déchets générés par ses activités soit récupéré et
éliminé conformément à la réglementation en vigueur.

Le service hygiène et sécurité est chargé de procéder à l’auto-surveillance du contrôle de la qualité


des eaux. Cette auto-surveillance consiste à effectuer annuellement des prélèvements aux points de
rejet à l’égout et à analyser les paramètres biologiques et physico-chimiques définis dans l’arrêté
d’autorisation de rejet en égout d’eaux usées non domestiques. Ces prélèvements sont effectués par
le Laboratoire Central de la Préfecture de Police.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 117 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

Les résultats sont transmis annuellement au service technique de l’eau et de l’assainissement de la


Mairie de Paris.

Le service Hygiène et Sécurité fait vérifier la potabilité de l’eau distribuée à l’UPMC. Les prélèvements
et les contrôles sont effectués par les Eaux de paris.

Année 2014 Coût total (en euros TTC)


Contrôle des effluents 11 560.00
Contrôle de la
423.00
potabilité
Désinfection 675.00
Total 12 658.00

13.4. Dépenses en matière des contrôles des sorbonnes

Le montant des contrôles des sorbonnes pour l’année 2014 est de 24 864.00 € HT.

 Démarche environnementale
Dans une démarche écologique et économique, le SHS a mis en place en Janvier 2014 une filière
d’élimination de piles et batteries usagées sur le Campus Jussieu dont la collecte est centralisée à la
soute à déchets dangereux. Jusque-là, c’était l’entreprise TRIADIS qui assurait cette prestation de
façon payante. Désormais, avec l’éco-organisme SCRELEC, cette prestation est gratuite. Sur l’année
2014, nous avons éliminé 383 Kg de piles et batteries usagées. De plus, des mobiliers de collecte et
des outils pédagogiques de sensibilisation ont été mis à disposition des assistants de prévention et
chefs de site du Campus Jussieu.

Bac de comptoir

Mini Batribox

Batritube
(Localisé à la soute à
déchets)

Par ailleurs, les cartouches d’encres sont aussi éliminées gratuitement par l’association « LA GERBE ».
Sur l’année 2014, 520 Kg de cartouches d’encres ont été éliminées.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 118 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

13.5. Dépenses en matière de formations


Dépenses Coût total
totales € (Frais
Domaine Action Nb sessions Nb. Stagiaires Heures € intervenants +
(Frais rémunération
intervenants) stagiaires)

RPS Mythe ou réalité Séminaire 1 8 32,00 1 272,00 2 005,33


RPS - Groupe de travail - Administration 1 12 84,00 3 000,00 6 405,50
RPS- Groupe de travail - membres du CHSCT 1 10 60,00 3 000,00 5 316,00
RPS RPS pour les assistants de prévention 2 14 98,00 2 640,00 6 138,83
Management - Encadrement opérationnel 2 22 633,00 15 400,00 41 406,00
Management - Prévenir les RPS Module complémentaire à l'encadrement opérationnel 1 7 84,00 2 200,00 5 838,00
TOTAL 8,00 73,00 991,00 27512,00 67109,67
Devenir vérificateur qualifié d'extincteurs portatifs et mobiles 1 1 28,00 1 854,00 1 961,00
Devenir vérificateur qualifié du réseau de robinets d'incendie armés 1 1 24,50 1 656,00 1 734,50
Le risque incendie 9 113 328,00 1 349,00 11 520,46
Risque incendie
SSIAP 1 Recyclage 1 1 14,00 220,74 650,07
SSIAP 2 Remise à niveau 1 2 42,00 641,16 1 929,16
TOTAL 13,00 118,00 436,50 5720,90 17795,19
Développer la pluridisciplinarité : démarche prévention troubles musculo squelettiques 1 2 34,00 0,00 1 558,33
Ergonomie des
postes de travail Gestes et postures 2 15 90,00 336,00 3 481,00
TOTAL 3,00 17,00 124,00 336,00 5039,33
Habilitation électrique -Chargé d'interventions BT 1 10 140,00 1 476,00 7 008,33
Risque électrique Le risque électrique 1 22 66,00 0,00 2 443,00
TOTAL 2,00 32,00 206,00 1476,00 9451,33
PAE3 Recyclage moniteurs PSC1 0 0 0,00 700,00 700,00
Prévention et Secours Civiques de niveau 1 : apprentissage 5 51 600,00 2 931,84 21 225,84
Prévention et Secours civiques de niveau 1 : Recyclage 3 22 140,50 530,48 5 038,65
1er secours
Conduite à tenir en cas d'accident 4 48 144,00 0,00 4730,50
Sauveteur Secourisme du Travail 0 0 0,00 312,00 312,00
TOTAL 12,00 121,00 884,50 4474,32 32006,99

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 119 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

Le risque biologique 2 63 189,00 246,00 6 670,00


Le risque chimique - Règles Générales de Prévention dans les laboratoires 2 142 529,50 112,00 17 005,08
Le risque cryogénique 1 11 16,50 84,00 699,50
Gaz et Manipulation 1 2 8,00 0,00 245,33
Utilisation des gaz comprimés 2 24 60,00 56,00 2 072,33

Formations Gestion des déchets dangereux 4 39 117,00 140,00 3 878,50


thématiques
Le risque laser 1 24 72,00 0,00 3 045,00
propres à
l'environnement Nanomatériaux 1 55 165,00 123,00 6 702,00
UPMC
Le risque radioactif: sources scellées et non scellées, générateurs de rayons X 1 12 36,00 123,00 1 557,00
Personne compét.Radioprot. (Industrie et recherche) Renou. Sources scellées 1 1 21,00 900,00 900,00
Personne compétente en Radioprotection - non scellées (Industrie et recherche) 0 0 0,00 936,00 936,00
Personne compétente en Radioprotection - théorie (Industrie et recherche) 0 0 0,00 1 320,00 1 320,00
Risque radioactif - sources scellées, générateurs rayons X 1 14 42,00 0,00 1 120,00
TOTAL 17 387 1256 4040 46150,75
Habilitation à la conduite d'autoclaves 1 2 14,00 0,00 641,67
Réception / Montage, démontage et vérification d'échafaudages roulants 1 2 14,00 430,56 966,06
Machines et
équipement CACES : Chariots automoteurs à conducteur porté R 389 - Catégorie 3 1 2 49,00 1 922,64 3 735,64
TOTAL 3,00 6,00 77,00 2353,20 5343,37

Sensibilisation au contenu PMS et sa mise en application selon les paramètres… 1 5 63,00 0,00 2 233,00
Technicien chargé de la sécurité dans les établissements d'ES 1 1 33,00 1 200,00 2 021,00
XXXèmes journées de l'ADHYS 1 1 10,75 320,00 812,71
Autres formations Les pros de la santé au travail et les expositions 1 1 6,00 396,00 671,00
Médecine de prévention 1 15 37,00 0,00 1 223,83
Assistant de Prévention 2 18 648,00 0,00 21 294,00
TOTAL 7,00 41,00 797,75 1916,00 28255,54
GLOBAL 65,00 795,00 4772,75 47828,42 211152,17

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 120 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

13.6. Dépenses en matière de travaux de sécurité et de l’accessibilité

DESIGNATION DIRECTION DU PATRIMOINE IMMOBILIER

Sécurité
incendie Sécurité Sécurité
SITES Sorbonnes H et S générale Surêté Accessibilité
(hors électrique Générale
DLC )

Campus Jussieu 17 251 € 257 265 € 59 732 € 112 585 € 139 802 € 124 209 € 4 186 €

Cassan C1 30 010 €
animalerie désamiantage
aquatique dalles de sol

11 000 €
Institut Henri 1 170 € études en vue
Poincaré CSSI des travaux
d'accessibilité

Observatoire 32 000 €
Océanologique désamiantage
de Vilefranche Corderie

Totaux 18 421 € 257 265 € 59 732 € 112 585 € 201 812 € 124 209 € 15 186 €
TOTAL GENERAL 789 210 €

13.7. Dépenses en matière de sécurité incendie

En matière de sécurité incendie, le bilan des dépenses pour 2014 est de 238 223 €.
Ces dépenses sont réparties comme suit :
- maintenance des systèmes de sécurité incendie (commandes centrales, détection, alarme,
compartimentage, désenfumage) ;
- maintenance des moyens de secours (extincteurs, robinets d’incendie armés, colonnes
sèches, systèmes d’extinction automatique) ;
- vérifications techniques réglementaires ;
- matériel de secours à victime ;
- vêtements professionnels et EPI ;
- formation du personnel SSI ;
- divers.

Le graphique suivant présente la répartition de ces dépenses :

4 078 1 905 Dépenses SSI


2 440
13 504 112
Maintenance SSI

55 Maintenance moyens de
secours
849
Vérifications techniques
160 réglementaires
336
Matériel de secours à
victime

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 121 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

BILAN DES ACTIONS PRÉVUES DANS LE PROGRAMME DE PRÉVENTION 2014

BILAN DES ACTIONS PREVUES DANS


LE PROGRAMME DE PREVENTION
2014

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 122 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

BILAN DES ACTIONS – PROGRAMME ANNUEL DE PREVENTION 2014

AXE 1 - DÉVELOPPER LES ACTIONS EN SANTÉ AU TRAVAIL ET LE SUIVI MÉDICAL DES AGENTS (Pilote SMP)

NIVEAU DE
OBJECTIFS ACTIONS DESCRIPTIF DES ACTIONS INDICATEURS / OBSERVATIONS
RÉALISATION
Objectif 1 1 - Recruter deux . Appel à candidature Nombre de personnes recrutées : 0
Renforcer les capacités médecins de
d’intervention du SMP prévention et un . Audition des candidats EN COURS
ergonome < 50 %
p.84 . Recrutement

Objectif 2 1 - Fiabiliser la liste des . Obtenir au moins deux fois par an des Nombre de listes transmises : 11
Améliorer le suivi des agents agents services RH des différents employeurs la Le service de médecine de prévention reçoit :
liste des agents - une mise à jour tous les 2 mois de la liste des agents à suivre pour
(orientations stratégiques l’UPMC
MESR) . Accéder à certaines données de la base - une mise à jour semestrielle pour le CNRS et l'IPGP
Harpège en mode consultation EN COURS > - une mise à jour annuelle pour l’INSERM, l'EPHE et l'ENSCP
P.85 50 %
. Augmenter le taux de réponses aux Pourcentage d’augmentation des réponses aux convocations par
convocations pour les visites médicales rapport à 2013 : stable, (69%)
obligatoires

2 - Suivi post- .Convoquer en 2014 les agents recensés Nombre de questionnaires envoyés : 53
p.63
professionnel et post- lors de l'enquête ministérielle pour la visite (Une vague d'envoi des questionnaires va être effectuée début
expositionnel des médicale et le scanner novembre).
agents exposés à
l’amiante . Envoyer les questionnaires pour Nombre de consultations effectuées : 73
l'évaluation de l'exposition par vagues Nombre d’attestations délivrées : 18
FAIT Nombre de consultations effectuées / nombre d’agents recensés et
. Signer des conventions avec les hôpitaux qui acceptent le suivi : Les questionnaires pour l'évaluation du suivi
de la Pitié Salpêtrière et de Tenon pour la n'ont été envoyés qu'en fin d'année 2014. Les consultations pour ces
réalisation des scanners agents vont débuter en 2015.

Nombre de conventions réalisées (/2) : 2


Objectif 3 1 - Evaluer les risques . Réaliser 10 fiches collectives de risques Nombre de fiches collectives de risque professionnel établies par
Renforcer l’évaluation et la professionnels professionnels (établies par rapport au rapport au nombre de structures : 2
prévention des risques nombre de structures)
professionnels Nombre de fiches individuelles d'exposition aux risques chimiques
. Obtenir les fiches individuelles reçues : 115
EN COURS
(orientations stratégiques d'exposition (Un nombre insuffisant de fiches a été récupéré)
< 50 %
MESR)
.Rédiger les certificats d'aptitude Nombre de certificats d’aptitudes spécifiques rédigés : 99
p.63 spécifique

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 123 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

NIVEAU DE
OBJECTIF ACTIONS DESCRIPTIF DES ACTIONS INDICATEURS / OBSERVATIONS
RÉALISATION
Objectif 3 2 - Renforcer . Identifier les postes à risque et recueillir les Nombre de certificats pour restrictions d’aptitudes liées aux TMS : 17
Renforcer l’évaluation et la l’évaluation et la données concernant la santé Nombre de déclaration des maladies professionnelles liées aux TMS : 2
prévention des risques prévention des + 1 déclaration de maladie contractée en service + 1 reconnaissance
professionnels troubles musculo- . Aménager les postes de travail à risque en maladie professionnelle
squelettiques (TMS)
EN COURS <
p.63-65 . Présenter une fois par an au CHSCT un
bilan des aménagements des postes 50 %
potentiels

BILAN DES ACTIONS – PROGRAMME ANNUEL DE PREVENTION 2014

AXE 2 - AMÉLIORER LES CONDITIONS DE TRAVAIL (Pilote DRH)

NIVEAU DE
OBJECTIFS ACTIONS DESCRIPTIF DES ACTIONS INDICATEURS / OBSERVATIONS
RÉALISATION
Objectif 1 1 - Former les membres Nombre de jours de formation : 2 jours de formation ont été
Prévention des risques du CHSCT et de organisés
psychosociaux l’administration à la
prévention des risques . Former les membres du CHSCT et de Nombre d'agents formés et fonctions occupées par ces agents :
(orientations stratégiques psychosociaux FAIT
l'administration à la prévention des RPS. - Administration: 07-02-2014 (1 journée, 12 pers.) = 3000€ TTC
MESR) - Membres du CHSCT : 13-05-2014 (1 journée, 10 pers.) = 3000€ TTC

p.66 - 68

2 - Mettre en place une . Constituer un groupe de travail interne à


démarche de l'administration chargé de faire des
prévention des risques propositions de démarches au groupe de
psychosociaux travail issu du CHSCT dit "groupe RPS"
Présentation de la démarche en CHSCT : le 11 juillet 2014; avec
. Choisir et améliorer la démarche à deux propositions d’avis soumis, une concernant la création d’un
l'échelle de l'établissement comité de pilotage RPS, une seconde sur les modalités de
EN COURS diagnostic RPS en deux phases.
. Présenter les travaux du groupe "RPS" au > 50 %
CHSCT Mise en place du comité de pilotage le 7 novembre 2014.
Nomination d'un chef de projet RPS le 19 décembre 2014, prise de
. Mettre en place un comité de pilotage fonction à la rentrée 2015.
chargé de déployer la démarche, de la
suivre et de l'évaluer

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 124 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

NIVEAU DE
OBJECTIFS ACTIONS DESCRIPTIF DES ACTIONS INDICATEURS / OBSERVATIONS
RÉALISATION
Objectif 1 3 - Sensibiliser les . Informer (note de service) les personnels Une note est en cours de validation et sera présentée au CHSCT de
Prévention des risques services sur des des services et des composantes sur les mars 2015
psychosociaux problématiques relatives diverses formes de harcèlement et sur la
aux RPS réglementation en vigueur Nombre de sessions de formations mises en œuvre au cours de
(orientations stratégiques l'année 2014 : 7
MESR) . Mettre en place une formation de EN COURS Nombre d'agents formés : 64
l'encadrement, des assistants de > 50 % Fonctions occupées par ces agents : groupe de travail
prévention et des services associés à la administration (12), membres du CHSCT (10) équipe présidentielle
p.66-68 prévention des risques psychosociaux (8), assistants de prévention (14), encadrants opérationnels déjà
formés (10), encadrants opérationnels (10)

Objectif 2 1 - Associer le CHSCT à . Recruter un coordonnateur CHSCT La coordinatrice CHSCT a pris ses fonctions le 15 mai 2014.
Donner toute sa place au la définition de la
CHSCT politique de mise en . Doter le CHSCT de moyens nécessaires à La secrétaire du CHSCT ayant démissionné le 1er octobre 2014, des
œuvre en matière de l'accomplissement de ses missions rencontres régulières n'ont pu être mises en place sur le dernier
(orientations stratégiques prévention des risques (enquêtes en matière d'AT-MP, visites de semestre.
MESR) professionnels services…)
Nombre de procédures réalisées :
. Rencontrer régulièrement le secrétaire du - Présentation d'une procédure "fonctionnement du CHSCT" axé sur
p.87-97 CHSCT pour l'organisation du CHSCT le renforcement du travail avec le secrétaire du CHSCT : 1er
trimestre 2015. Volonté d'être dans une démarche d'amélioration
. Communiquer en temps utile tous les continue (communication des documents et respect des délais).
documents et informations nécessaires au - Présentation d'une procédure sur les visites CHSCT et enquêtes en
bon fonctionnement du CHSCT matière d'AT-MP : 1er semestre 2015.

. Proposer des formations aux En 2014, 8 visites de services CHSCT et 2 enquêtes DGI ont été
représentants des personnels en particulier réalisés.
EN COURS
aux nouvelles compétences dans le
> 50 %
champ des conditions de travail Les membres du CHSCT ont suivi deux formations :
- Formation à la prévention des RPS, 1 jour (13.05.2014)
. Diffuser et informer les composantes et les - Formation à l’utilisation du logiciel EvRP (24.06.2014)
unités de l'établissement des coordonnées
et missions du CHSCT

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 125 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

NIVEAU DE
OBJECTIFS ACTIONS DESCRIPTIF DES ACTIONS INDICATEURS / OBSERVATIONS
RÉALISATION

Objectif 3 1 - Améliorer la prise en .Afin d’améliorer la prise en charge - Nombre de situations centralisées à la DRH: 73 pour 2014 et 90 en
Suivi des agents et des charge des agents opérationnelle des agents, organiser des tout. Ces chiffres seront à mettre à jour car ils évoluent
services nécessitant un suivi réunions entre : quotidiennement.
pluridisciplinaire - les composantes ou les directions du ou - Nombre de situations résolues : en cours
(orientations stratégiques des agents concernés
MESR) - la DRH La formalisation d’une typologie des signalements n’a pas pu être
- le SMP mise en place en 2014. Cette typologie doit être établie en
- le service social des personnels (SSP) collaboration avec les acteurs de la prévention et sera donc à
l’ordre du jour du plan de prévention 2015.
. Coordonner les flux d’informations entre EN COURS
la DRH, le SMP, le SSP et les directions des > 50 %
agents concernés

. Organiser des réunions ponctuelles entre


la DRH, le SMP et le SSP afin
d’appréhender la situation des agents de
la façon la plus complète possible.

p.110 2 - Accompagner les . Accompagner les services porteurs d'un Nombre de projets déclarés en DRH (état d'avancement
réorganisations des projet de réorganisation hétèrogènes) : 7
services
. Aider à l'identification des actions Nombre de projets de réorganisation examinés / nombre de projets
d'accompagnement à mettre en œuvre de réorganisation déclarés et connus : 1/7
dans le cadre de la réorganisation Ces projets seront proposés en 2015 par l'ingénieur en organisation
EN COURS recruté
> 50 %
Rédaction d'une procédure relative aux réorganisations de service
au sein de l'UPMC : sera proposé en 2015 par l'ingénieur en
organisation recruté

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 126 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

BILAN DES ACTIONS – PROGRAMME ANNUEL DE PREVENTION 2014

AXE 3 - AMÉLIORER LE NIVEAU DE PRÉVENTION, DE SENSIBILISATION ET D'INFORMATION DES AGENTS A LA SÉCURITÉ (Pilote SHS)

NIVEAU DE
OBJECTIFS ACTIONS DESCRIPTIF DES ACTIONS INDICATEURS / OBSERVATIONS
RÉALISATION
Objectif 1 1 - Relancer et . Relancer les unités n'ayant jamais réalisé En 2014 :
Rédiger et/ou mettre à jour accompagner les le document unique - 168 documents uniques ont été réalisés soit 98,82% (objectif =
les documents uniques unités pour la 100%)
d'évaluation des risques rédaction et/ou la . Relancer les unités pour la mise à jour - 140 documents uniques ont été mis à jour en 2014 soit 82,35%
professionnels dans les unités mise à jour des annuelle des documents unique FAIT (objectif = 80%)
documents uniques
(orientations stratégiques . Mettre en place une structure Une structure d'accompagnement est mise en place au SHS.
MESR) d'accompagnement à la réalisation des
documents unique
p.25-51
2 - Déployer . Déployer l'application au sein des sites Nombre et pourcentage d'unités utilisant l'application EVRP : 134
l'application EvRP au extérieurs unités utilisent l'application EvRP
sein des unités de
p.29-30 travail de l'UPMC . Déployer l'application au sein des Nombre de personnes formées par profil : 32
services centraux (Objectif = 100% AP, 40% directeurs d'unités, 100% membres CHSCT)

. Créer des profils d'utilisateurs Sessions de formation auprès des directeurs et des Assistants de
Prévention :
. Organiser les formations nécessaires à FAIT - Services centraux : 2 sessions de formation : 18 personnes
l'utilisation de l'application EvRP présentes
(directeurs, AP et membres du CHSCT) - Villefranche : 1 session de formation : 7 personnes présentes
- Membres du CHSCT : 1 session de formation, 7 personnes
.Assurer l'assistance technique et présentes
l'accompagnement opérationnel des
utilisateurs

Objectif 2 1 - Recensement des . Présenter les conclusions du groupe de Présentation faite lors du CHSCT du 26 juin 2014,
Mise en place et suivi de la situations de travail travail au CHSCT pour validation La procédure travail isolée a été envoyée aux unités le 22 juillet 2014.
procédure du travail isolé isolé par site
. Renseigner (par unités) le tableau de Nombre de réponses / nombre d'unités de travail : 73 retours soit un
signalement des postes qui se trouvent en taux de réponse de 41,7% (objectif = 100% de réponses)
p.105-109 situation d'isolement A ce jour, + 30 laboratoires ont répondu à cette demande.

. Traiter les réponses Nombre de situations d'isolement nécessitant des moyens d'alarme :
FAIT
Chiffre provisoire est de 43 situations d'isolement pourraient nécessiter
. Identifier les situations d'isolement des moyens d'alarme.
nécessitant des moyens d'alarme
Nombre de situations d'isolement nécessitant des moyens
. Identifier les situations d'isolement organisationnels : Aucun chiffre n’est recevable en l’état actuel.
nécessitant des mesures organisationnelles Le travail de recensement effectué en 2014 ne permet pas d’affirmer
que telle ou telle situation nécessite plutôt une solution technique ou
plutôt une solution organisationnelle.

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 127 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

NIVEAU DE
OBJECTIFS ACTIONS DESCRIPTIF DES ACTIONS INDICATEURS / OBSERVATIONS
RÉALISATION
Objectif 2 2 - Mise en place de . Etude de la faisabilité de moyens Nombre de moyens d'alarme installés / nombre d'unité concernées =
Mise en place et suivi de la moyens d'alarme d'alarme (DATI / PTI) - 3 unités équipées (2 à Jussieu et 1 au pavillon Curie) + le centre des
procédure du travail isolé - Réalisation d'essais techniques cordeliers
- Evaluation du coût total de l'opération - 2 unités sont en train de s’équiper (ou l’ont fait depuis fin 2014) (1 à
p.105-109 - Evaluation de la capacité d'intervention Jussieu + 1 à Tenon)
(absorption des appels)
PAS FAIT
. Vérification de la chaine de secours Nécessite l'action du service de sécurité incendie.
- Vérification périodique et maintenance Mise en œuvre possible après la fin de l'action 1.
technique des appareils
- Vérification du mode de transmission

Objectif 3 1 - Mise en place de . Procédure relative à la "conduite à tenir Toutes les fiches ont été réalisées et communiquées aux médecins de
Mise en place et suivi de plusieurs procédures en cas d'accident" lié aux risques prévention pour correction et validation.
procédures relatives à la chimiques. Procédure relative à la
conduite à tenir en cas "conduite à tenir en cas d'accident" lié Présentation des procédures en CHSCT : 1er semestre 2015
d'accident aux risques biologiques. Procédure relative
à la "conduite à tenir en cas d'accident" EN COURS > Nombre de procédures réalisées et diffusées : 10 Réalisées par le SHS,
p.104-105 lié aux risques radioactifs. Procédure 50 % attente validation du SMP.
relative à la "conduite à tenir en cas
d'accident" lié au risque laser. Procédure
relative à la "conduite à tenir en cas
d'accident" lié aux liquides cryogéniques

Objectif 4 1 - Reprise du cahier . Sélection d'un ensemble de Date de levée des blocages éventuels suite aux tests réalisés :
Développement et des charges et mise à fonctionnalités minimales pour la livraison La DSI a livré successivement 3 versions de l’application :
déploiement d'une jour des demandes au 1er trimestre 2014 d'une version 1 stable - Version 1.0 du 7 mars 2014
application RSST stable connues - Version 1.1 du 28 avril 2014
. Lotissement en versions successives FAIT - Version 1.2 du 15 septembre 2014
jusqu'à l'été 2014
p.20-24 2 ateliers RSST ont été organisés pour les membres du CHSCT afin de
tester l'application.

2 - Déployer . Validation de l'application par le CHSCT Lors du CHSCT du 02 octobre 2014, après présentation, le
l'application au sein déploiement de la version 1.2 a été décidé.
de l'établissement . Mise en place d'un guide d'utilisation de
l'application L’application RSST a été ouverte durant la deuxième quinzaine de
décembre 2014 aux acteurs de prévention de l’UPMC : SHS, médecins
. Communication et information sur la mise de prévention, membres de CHSCT, responsables d’unités et assistants
FAIT
en œuvre de l'application à l'ensemble de prévention.
des personnels et usagers de l'UPMC
Un guide utilisateur existe et est mis à jour à chaque ajout de
. Assistance technique par la DSI et fonctionnalité.
assistance métier par le SHS

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 128 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

BILAN DES ACTIONS – PROGRAMME ANNUEL DE PREVENTION 2014

AXE 4 - AMÉLIORER LA PRÉVENTION DU RISQUE INCENDIE ET L'ASSISTANCE AUX PERSONNES (Pilote DLC)

NIVEAU DE
OBJECTIFS ACTIONS DESCRIPTIF DES ACTIONS INDICATEURS / OBSERVATIONS
RÉALISATION
Objectif 1 1 - Diffusion des . Réalisation des supports de diffusion pour Nombre de fiches réflexes réalisées et affichées = 250
Améliorer les conditions consignes les consignes d'évacuation :
d'évacuation sur l'ensemble d'évacuation à - éditer une fiche réflexe incluant les
des campus l'ensemble du consignes d'évacuation et un plan
personnel détaillé
- produire un diaporama "marquant" pour
p.69-71 accompagner la fiche
réflexe
FAIT
. Diffusion des consignes d'évacuation :
- transmettre les supports par mail via une
liste de diffusion comprenant l'ensemble
du personnel
- afficher des fiches réflexes à des endroits
stratégiques via les réseaux des chefs de
site et des assistants de prévention
2 - Réalisation . Etablissement du calendrier d'évacuation Nombre d'exercices d'évacuation réalisés / nompbre de bâtiments
d'exercices 2014 : concernés = 49 / 49
d'évacuation - prise en compte des contraintes
particulières liées aux événements, à la
recherche, aux examens et aux
concours

. Evacuation de l'ensemble des bâtiments


du campus (à l'exception de la tour
Zamansky) deux fois par an

. Evacuation de la tour Zamansky (IGH)


une fois par an avec le concours de la FAIT
brigade des sapeurs-pompiers de Paris

. Retour d'expérience (RETEX) à l'issue de


chaque campagne d'exercices
d'évacuation :
- rédaction du RETEX interne et diffusion
large par mail
- exploitation des retours faits par les
usagers ayant participé aux exercices

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 129 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

NIVEAU DE
OBJECTIFS ACTIONS DESCRIPTIF DES ACTIONS INDICATEURS / OBJECTIFS
RÉALISATION
Objectif 2 1 - Rappels . Mettre à jour le programme de formation Nombre de rappels face aux comportements à risque = 63
Mener une campagne de pédagogiques en des équipiers de première intervention
prévention au risque matière de prévention (EPI) : 113 personnes ont été formées au risque incendie.
incendie contre l'incendie - nouveau contenu comprenant une
sensibilisation aux comportements à risque
p.69-71 - nouveau support pédagogique sous
FAIT
forme de document power point

. Rappels systématiques par les agents du


SSI aux usagers lors des rondes face à des
comportements à risque (porte coupe-feu
blindées, dégagement encombrés…)

BILAN DES ACTIONS – PROGRAMME ANNUEL DE PREVENTION 2014

AXE 5 – SÉCURISER LES CONDITIONS DE TRAVAIL (Pilote DPI)

NIVEAU DE
OBJECTIFS ACTIONS DESCRIPTIF DES ACTIONS INDICATEURS / OBSERVATIONS
RÉALISATION
Objectif 1 1 - Formalisation d'une . Elaborer un tableau des plans de Nb. de plans de prévention réalisés / nb. de contrats soumis au plan
Mise en place d'un suivi des procédure, de prévention des interventions de prévention = 10 / 11 soit 90 %
consignes contenues dans tableaux de suivi et Nombre d'intervention de prestataire : 12 557 interventions en 2014
les plans de prévention communication . Rédiger une fiche de procédure de suivi
établis lors des interventions auprès des chefs de des plans et de leurs consignes
des prestataires externes site
intervenant sur l'immobilier et . Formaliser le suivi de ces consignes dans
la logistique les documents de suivi d'éxécution des
contrats ainsi que dans tous les rapports et
comptes rendus de réunions périodiques
p.72-74 contractuelles
FAIT
. Rendre accessibles les plans de
prévention aux chefs de site via une
plateforme informatique

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 130 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

NIVEAU DE
OBJECTIFS ACTIONS DESCRIPTIF DES ACTIONS INDICATEURS / OBJECTIFS
RÉALISATION

Objectif 2 1 - Mise en place de . Organiser le suivi administratif, Nombre de marchés VTR mutualisés / nombre de marchés total VTR =
Mutualisation des marchés la centralisation du contractuel et technique, puis mutualiser 3 / 3 soit 100 %
de contrôles réglementaires suivi des marchés et les marchés de vérifications techniques (objectif fixé = 80 % fin 2014)
et de maintenance des des consignes réglementaires périodiques (VTR)
campus de l'université (hors générales Nombre de marchés de maintenance mutualisés / nombre total de
équipement des . Organiser le suivi administratif, FAIT marchés = 16 / 16 soit 100 %
laboratoires) contractuel et technique, puis mutualiser (objectif fixé = 20 % fin 2014)
les marchés de maintenance des Nota : sur 27 marchés au total, certains n'étant pas mutualisables par
p.75-76 installations nature, exemple : maintenance toitures coussins gonflables, unique
sur campus Jussieu

2 - Fiabiliser les . Identifier les obligations réglementaires et Nombre annuel de rapports enregistrés / nombre annuel de rapports
rapports de leur périodicité planifiés = non significatif, les nouveaux marchés ayant été notifiés en
vérifications octobre.
techniques . Elaborer les plannings des contrôles
réglementaires (VTR) réglementaires
établis par des
organismes agréés . Ajuster annuellement la programmation
FAIT
des contrôles

. Recenser chaque année les rapports des


visites réalisées pour en tirer un bilan
"prévu / réalisé"

Objectif 3 1 - Formalisation d'une . Analyser et évaluer les mesures Production et diffusion de la procédure : Une fiche a été réalisée, elle
Mise en place d'une procédure et compensatoires sera communiquée au cours du premier semestre 2015.
procédure relative aux communication
modalités de auprès des utilisateurs . Rédiger une fiche de procédure à
fonctionnement en cas de valider par les différents intervenants
FAIT
coupure touchant un
bâtiment d'une durée . Communiquer la fiche de procédure et
supérieure à 1h. les consignes aux chefs de site et aux
utilisateurs
p.103-104

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 131 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

ANNEXES

Annexe 1 – Courrier mise à jour DUER 2014

Annexe 2 – Actions de priorité 1 déclarées en 2014

Annexe 3 – Liste des sorbonnes mise à jour au 4ème trimestre 2014

Annexe 4 – Synthèse des comptes rendus de visite de service CHSCT

Annexe 5 – Exemples procédures : conduite à tenir en cas d’accident

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 132 sur 137
Rapport annuel de prévention Année 2014

ANNEXE 1

Courrier mise à jour DUER 2014

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 133 sur 137
Annexe 1 - courrier mise à jour DUER
Rapport annuel de prévention Année 2014

ANNEXE 2

Actions de priorité 1 déclarées


en 2014

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 134 sur 137
Annexe 2 - Actions de priroité 1 déclarées en 2014

Extrait du
programme
d’action
Page 1 - Extrait du programme d’action
Facteur de Carences/
Unité Ref. D Lieux/Postes Service P Modalités d'exposition Moyens de prévention Action Type Coût Fin Responsable T
risques Dysfonctionnements
Centre De
Recherche
Sur La
Paléobiodiversite
Et Les
Ambiances /
UMR Barre 46-56 / 5 / 533 - Paléoenvironnements L'accès au labo HF se fait par un sas dans 0 Service des
7207 R1/2014 Labo HF / Partout - Centre De Conditions de 1 lequel l'ampoule du plafonnier est HS. Changer l'ampoule Technique 0 31/10/2014 Travaux
Recherche travail
Sur La
Paléobiodiversite
Et Les
Paléoenvironnements
Institut Risque non négligeable pendant les trajets
Pierre des équipes qui travaillent entre deux sites Les gestionnaires s'assurent que les ordres
Simon voire trois (L'IPSL est sur 2 sites: de missions soient bien établis avant le
Barre 45 - 55 / 2 / Partout / Laplace - Guyancourt et Jussieu mais les 6 déplacement avec tous les descriptifs de Il reste un certain nombre de trajets Sensibiliser les nouveaux entrants à l'utilisation de
FR 636 R2/2013 Partout Institut Trajet 1 laboratoires qui sont rattachés à la trajet, pour les assurances. L'IPSL a investi incompressible. la visioconf et se faire établir un OM permanent Organisationnel 00 31/12/2014
Responsable
d'Equipe
Pierre fédération sont également sur Gif, dans un matériel de visioconférence pour pour les personnes les plus exposées
Simon Palaiseau, Créteil). Les transports créent limiter les trajets en faisant une partie des
Laplace des risques de stress et de fatigue. réunions à distance.
complément Réorganiser le stockage dans la pièce de 200 Assistant
stockage des produits chimiques Organisationnel 0 31/12/2014 Prévention
et maladies
Escalier E / 4 Droite / 00 - - Centre de
Couloir / Partout Recherche
des
UMRS Cordeliers Encombrement des couloirs et de certaines Rappel des consignes, mise en place de Zones de stockage trop petites pour tout
1138 R2/2014 complément Incendie 1 pièces zones de stockage, élimination des déchets stocker, élimination des encombrants pas Elimination des objets encombrants que l'on ne 0 Responsable
assez fréquent souhaite pas conserver (ancien container à azote, Humain 31/12/2014
et maladies 0 d'Equipe
Escalier E / 4 Droite / 11 - - Centre de ultracentrifugeuse)
Salle des congélateurs / Recherche
Partout des
Cordeliers
Absence de formation à l'utilisation Réaliser des exercice incendie sans que le service 0 Service des
d'extincteurs Exercice incendie réalisé dans technique soit prévenu Organisationnel 0 31/12/2014 Travaux
complément des conditions éloignées de la situation
réelle (les portes des issues de secours
et maladies Alarme Boitiers déclencheurs d'alarme habituellement verrouillées sont ouvertes le
UMRS Escalier E / 4 Droite / - Centre de Extincteurs, couverture anti feu Plans
1138 R4/2014 Partout / Partout Recherche Incendie 1 Risques d'incendie dans les locaux d'évacuation Nomination de guide file et jour de l'exercice) Porte coupe feu au milieu
0 Bureau
des serre file Exercice incendie Porte coupe-feu du couloir maintenue ouverte en temps Former à l'utilisation d'extincteurs Formation 0 31/12/2014 Formation du
Cordeliers normal pour ne pas gêner la circulation des Personnel
personnes (la porte est fermée
manuellement par les serre file en cas
d'alarme)
Institut
Pierre
Simon
Barre 45-46 / 5 / Partout / Laplace - La salle 505/507 est une salle informatique Système anti-incendie à Gaz Il n'y a pas tout le temps quelqu'un dans la 10000 Directeur d'Unit
FR 636 R5/2013 Partout Institut Incendie 1 avec beaucoup de serveurs heptafluoropropane (UN3296) salle machine Couloir froid Equipement 0 31/12/2014 é
Pierre
Simon
Laplace
complément
et maladies
UMRS Escalier E / 4 Droite / - Centre de Issues de secours maintenue fermées en Issue du 21 rue de l'école de médecine S'assurer que les portes des issues soient 0 Service des
1138 R5/2014 Partout / Partout Recherche Incendie 1 cas d'alerte incendie Aucun fermée en cas d'alarme incendie ouvertes en cas d'alarme Organisationnel 0 31/12/2014 Travaux
des
Cordeliers

Page 2 - Extrait du programme d’action


Facteur de Carences/
Unité Ref. D Lieux/Postes Service P Modalités d'exposition Moyens de prévention Action Type Coût Fin Responsable T
risques Dysfonctionnements
Plateforme
d'enseignement
Cassan F / 4 / pièces 407 de chimie
organique -
salle de Travaux Pratiques Plateforme
/ Partout d'enseignement
de chimie
organique
Plateforme
d'enseignement
Cassan F / 4 / pièces 411, de chimie
salle de Travaux Pratiques organique -
/ Partout Plateforme
d'enseignement
de chimie Ouverture fréquente des fenêtres Présence Absence de système de ventilation avec
PF organique Ambiances / Sur-saturation d'émanation de solvants et de 2 sorbonnes (prélèvement produits les compensation de pression Sorbonne Installation de 24 sorbonnes et d'un système de 0 Service des
chimie R6/2013 Conditions de 1 de produits chimiques (CMR, Toxique, plus toxiques et lavage de verrerie à Equipement 23/09/2014
orga Plateforme travail Inflammable...) l'acétone) Grille d'aération Substitution des insuffisante
sur
(14 étudiants/salle de TP travail
paillasse sans Sorbonne)
ventillation 0 travaux
d'enseignement produits CMR et toxique
Cassan F / 4 / pièces 415, de chimie
salle de Travaux Pratiques organique -
/ Partout Plateforme
d'enseignement
de chimie
organique
Plateforme
d'enseignement
Cassan F / 4 / pièces 419, de chimie
salle de Travaux Pratiques organique -
/ Partout Plateforme
d'enseignement
de chimie
organique
Campus Campus
Saint- R8/2014 BAT 11 / RDC / Partout / Saint-Cyr - Risque Electrisation. Bâtiment mis en réserve. Réfection complète du bâtiment suivant projet en 460000 Service des
Partout Campus électrique 1 Projet en cours à l'étude.Electrocution. Accès réservé. Accessibilité par badge. . Installation pas aux normes attente. Immobilier 0 31/12/2015 travaux
Cyr Saint-Cyr
système basique de signalement sur un
panneau à l'étage du laboratoire (7ème)
avec le nom de la personne et la durée
Equipe laboratoire confiné et clos de type L2 approximative. Asservissement des portes
UMR IGH St Antoine / terrasse / CAPEAU/FEVE géographiquement isolé (6 étages au pouvant être coupé à l'intérieur par un 0 Directeur
938 R9/2013 L2 - sas d'entrée / Partout - Equipe Autres risques 1 bouton d'urgence situé au dessus des
dessus du lieu principal) sur la terrasse du interrupteurs En cas de malaise ou d'incident. SystèmeDATI ou PTI Equipement 0 31/12/2015 d'UFR
FEVE FEVE bâtiment où il y a très peu de passage ouverture de porte et lumière,
soit à hauteur d'homme. Présence d'un
téléphone accessible debout. Double de la
clé d'accès au secrétariat du 7eme étage et
au PC sécurité au rdc..
Campus Campus Electrisation ou électrocution suite à une
Saint- R16/2014 BAT 4 / RDC / Cellule 2 / Saint-Cyr - Risque fuite d'eau à proximité d'installation 0 Service des
Partout Campus électrique 1 Installation aux normes Fuite d'eau depuis 2 ans Réparer la toiture dans son ensemble. Immobilier 0 30/09/2015 travaux
Cyr Saint-Cyr électrique

Campus Campus Atex zone 2 Circuit de mélange et Aucun matériel de détection et de protection
Saint- R18/2014 BAT 4 / RDC / Cellule 2 / Saint-Cyr - Atmosphères d'évaporation de carburant étudié sur un ne se trouve à proximité. Vérifier la 0 Responsable
Partout Campus explosives 1 échantillon faible (200ml). Raccord Ventilation adaptée Explosimètre Equipement 0 01/12/2015 FRT
Cyr Saint-Cyr d'alimentation du brûleur compatibilité du matériel à proximité
Système basique de signalement sur un
panneau à l'étage du laboratoire (7ème)
avec le nom de la personne et la durée
UMR Equipe Laboratoire confiné et clos de type L2 approximative. Asservissement des portes
IGH St Antoine / terrasse / CAPEAU/FEVE géographiquement isolé (6 étages au pouvant être coupé à l'intérieur par un 0 Directeur
938 R19/2014 L2 - box culture / Partout - Equipe Autres risques 1 dessus du lieu principal) sur la terrasse du bouton d'urgence situé au dessus des En cas de malaise ou d'incident. Système DATI ou PTI Equipement 0 31/12/2015 d'UFR
FEVE FEVE bâtiment où il y a très peu de passage. interrupteurs ouverture de porte et lumière,
soit à hauteur d'homme. Double de la clé
d'accès au secrétariat du 7eme étage et au
PC sécurité au rdc.

Page 3 - Extrait du programme d’action


Facteur de Carences/
Unité Ref. D Lieux/Postes Service P Modalités d'exposition Moyens de prévention Action Type Coût Fin Responsable T
risques Dysfonctionnements
Travaux
Pratiques de
Physiologie
ATRIUM / 2 / pièce 201 Végétale -
salle préparation / Partout Travaux
Pratiques de
Physiologie
Végétale
Travaux
Pratiques de
Physiologie
ATRIUM / 2 / pièce 204 Végétale -
laverie / Partout Travaux
Pratiques de
Physiologie
Végétale
Travaux
Pratiques de
TP Physiologie Ambiances / Dépôt de poussière noire sur le mobilier dû
Physio R33/2014 ATRIUM / 2 / pièce 207 Végétale - Conditions de probablement aux systèmes de maintenance à revoir, remplacement Remplacement régulier des filtres des systèmes 0 service hygiène
salle TP / Partout Travaux 1 Aucun régulier des filtres non réalisé de compensation de pression Vérification 0 25/07/2014 sécurité
Végéta Pratiques de travail compensation de pression / dépression
Physiologie
Végétale
Travaux
Pratiques de
Physiologie
ATRIUM / 2 / pièce 208 Végétale -
salle TP / Partout Travaux
Pratiques de
Physiologie
Végétale
Travaux
Pratiques de
Physiologie
ATRIUM / 2 / pièce 223 Végétale -
salle TP / Partout Travaux
Pratiques de
Physiologie
Végétale
complément
Escalier E / 4 Droite / 06 - et maladies
Laboratoire 2 / - Centre de
Electrophorèse verticale Recherche
(gels d'acrylamide) des
UMRS Cordeliers Risque Pièces sous tension non protégées, Cuves sans couvercles, accès possible 0 Assistant
1138 R38/2014 électrique 1 principalement dans le cas d'électrophorèse Certaines cuves possèdent un couvercle directement aux pièces sous tension Achat de couvercles Equipement 0 31/12/2014 Prévention
complément
Escalier E / 4 Droite / 07 - et maladies
Laboratoire 3 / - Centre de
Electrophorèse horizontale Recherche
(gels d'agarose) des
Cordeliers
Matériaux et
Biologie -
Laboratoire Liquides Incubateur à CO2 relié à une B20 de CO2. Laisser la porte ouverte après le travail technique
UMR Cassan F / 3 / Salle 321 - Chimie de la cryogéniques Deux bouteilles B20 en réserve . Risque Temps très limité dans cette pièce (1 heure max) Organisationnel 0 Christophe
7574 R39/2014 Culture cellulaire / Partout Matière et bouteilles 1 Bouteilles attachées au mur 0 09/09/2014 Hélary (A.P.)
d'asphyxie. Vérification du débit de gaz très régulier
Condensée de gaz
de Paris
complément Installation d'une alarme avec affichage du niveau 0 Service des
Pas d'affichage de la valeur de la d'oxygène Equipement 0 31/12/2014 Travaux
et maladies Liquides Local de stockage de containers d'azote Présence d'un détecteur d'oxygène Maintien concentration en oxygène de la pièce Pas
UMRS Escalier E / RDC / Local - Centre de cryogéniques liquide. Risque d'asphyxie par de la porte du local ouverte pendant la de report de la mesure d'oxygène et/ou de Installation du report d'alarme à l'extérieur de la 0 Service des
1138 R46/2014 azote / Partout Recherche et bouteilles 1 remplacement de l'oxygène de l'air par de pièce Equipement 0 31/12/2014 Travaux
des de gaz l'azote manipulation l'alarme à l'extérieur du local Pas de
Cordeliers matériel de secours (masques à oxygène) Mise à disposition de masques à oxygène en cas Equipement 0 Directeur
31/12/2014 d'Institut/Centre/Ecole
de secours 0
Campus Campus Solvants, produits inflammables sous Pas de sortie de secours Pas de VMC pas Service
Saint- R52/2014 BAT 9 / RDC / Local Saint-Cyr - sorbonne Présence de nombreuses Organiser des exercices d'évacuation et revoir le 0
expérimental / Partout Campus Incendie 1 Extincteur adapté BAES Couverture anti feu d' ouïes hautes et basses pas d'exercices protocole d'alerte Organisationnel 0 14/11/2014 sécurité
Cyr cloisons bois d'évacuation Incendie
Saint-Cyr
Appareil portatif pour détecter les fuites
Campus Campus mais non vérifié. Accés réservé, accessibilité Pas de VMC de type ATEX pas d'éclairage
Saint- R53/2014 BAT 9 / RDC / Local Saint-Cyr - Atmosphères par code. Signalétique des dangers et des anti déflagrant Pas de détecteurs de gaz Achat de détecteur de gaz fixe sur alarme. Achat 0 Responsable
expérimental / Partout Campus explosives 1 Hydrogène (B50) + Oxygène (B50) d'éclairages anti-déflagrant Equipement 0 01/12/2015 FRT
Cyr obligations. Bouteilles stockées à l'extérieur fixe pas d'ouïes hautes et basses
Saint-Cyr du bâtiment
Agent
d'entretien - Service de
Barre 55-65 / Partout / Service de agent d'entretien travaillant seul dans le En cas de malaise ou d'accident problème 0 sécurité
SMP R53/2014 Partout / Partout Médecine Autres risques 1 service de 6h30 à 8h30 telephone pour prévenir les secours demande de DATI Equipement 0 09/12/2016
Incendie
de
Prévention

Page 4 - Extrait du programme d’action


Facteur de Carences/
Unité Ref. D Lieux/Postes Service P Modalités d'exposition Moyens de prévention Action Type Coût Fin Responsable T
risques Dysfonctionnements
Groupe Faire vérifier / étalonner le système de mesures et 0 Autre
LSST - d'alarme du taux d'oxygène. Vérification 0 01/06/2015 personnel unité
Barre 12-22 / Sous-sol / Laboratoire Faire installer un report de l'alarme dans le couloir 0 Autre
pièce 06a - salle blanche / de Physique et dans un ou plusieurs bureaux (à définir). Equipement 0 01/06/2015 personnel unité
Partout Nucléaire et
des Hautes
Energies
Groupe
LSST -
Barre 12-22 / Sous-sol / Laboratoire
pièce 06b - salle blanche / de Physique
Partout Nucléaire et Robinets d'arrêt sur les arrivées d'azote. Le système de mesures du taux d'oxygène
des Hautes Bouteille d'azote déportée dans le local semble déréglé : il est à faire vérifier.
Energies Liquides technique (1222-SS-12). Centrale de L'alarme fournie par la centrale-oxygène est
UMR Groupe ILD- cryogéniques Arrivées d'azote (gazeux) dans les salles mesures du taux d'oxygène avec alarme uniquement locale, et non audible de
7585 R64/2014 CALICE - et bouteilles 1 blanches. intégrée. Renouvellement de l'air ambiant l'extérieur des salles blanches. Il n'y a pas
Barre 12-22 / Sous-sol / Laboratoire de gaz (partiel) par le système de climatisation des de moyen de secours sécurisé (par des Équiper le couloir d'accès aux salles de matériel
spécifique à l'anoxie : cagoule d'évacuation, 0 Autre
pièce 08 - salle blanche / de Physique salles blanches. Appareillage DATI/PTI en personnes extérieures) en cas d'alarme Equipement 0 01/06/2015 personnel unité
Partout Nucléaire et cas de travail isolé. "manque d'oxygène". détecteur portatif.
des Hautes
Energies
Groupe
SLHC-
upgrade
Barre 12-22 / Sous-sol / ATLAS -
pièce 10 - salle blanche / Laboratoire
Partout de Physique
Nucléaire et
des Hautes
Energies
Campus Appareil pour détecter les fuites (mais non Pas de VMC de type Atex. Pas d'éclairage
Campus BAT 9 / RDC / Local Saint-Cyr - Atmosphères vérifié) Accés réservé, accessibilité par anti déflagrant. Pas de détecteur de gaz fixe Achat et pose VMC de type Atex et mise d'ouïes 0 Directeur
Saint- R86/2014 expérimental / Partout Campus explosives 1 Hydrogène (B50) + Oxygène (B50) code. Signalétique des dangers et des sur alarme. Pas d'ouïes hautes et basses hautes et basses Bureaux adjacents Pas Equipement 0 01/12/2015 Institut
Cyr Saint-Cyr obligations. Bouteilles stockées à l'extérieur Bureaux adjacents Pas d'appareil d'appareil respiratoire isolant d'Alembert
du bâtiment respiratoire isolant
Campus Pas de sortie de secours. Pas de VMC. Pas
Campus BAT 9 / RDC / Local Saint-Cyr - Solvants, produits inflammables sous ouïes hautes et basses. Carences de Achat et pose VMC de type Atex et mise d'ouïes 0 Directeur
Saint- R88/2014 expérimental / Partout Campus Incendie 1 sorbonne. Présence de nombreuses Extincteur adapté. BAES Couverture anti feu l'organisation des secours : pas d'exercices hautes et basses Equipement 0 01/12/2015 Institut
Cyr Saint-Cyr cloisons bois. d'évacuation organisés, pas de chargés d'Alembert
d'évacuation Bureaux adjacents
Laboratoire
de
confinement
Escalier E / 2 Droite / L3 de niveau 3
(sas 1) / Partout - Centre de
Recherche
des
Cordeliers
Laboratoire
de Information du personnel sur les risques du
confinement travail isolé Restriction du travail isolé aux Informer les services informatiques sur la
UMRS Escalier E / 2 Droite / L3 de niveau 3 cas de nécessité absolue Affichage d'un Problèmes de désactivation ou de restriction nécessité de garder la ligne téléphonique active et Organisationnel 0 Assistant
1138 R100/2014 (sas 2) / Partout - Centre de Autres risques 1 Travail isolé en laboratoire de confinement
registre des entrées et sorties du L3 du téléphone sur tous types de numéros de téléphone 0 01/09/2014 Prévention
Recherche
des Téléphone permettant de joindre l'extérieur
Cordeliers
Laboratoire
de
confinement
Escalier E / 2 Droite / L3 de niveau 3
(salle de travail) / Partout - Centre de
Recherche
des
Cordeliers
Laboratoire
d'Etudes
Spatial et
d'Instrumentation
en
UMR BAT 5 / RDC / Couloirs / Astrophysique Risque Boitier électrique de disjoncteur 0 Service des
8109 R123/2014 Partout - électrique 1 complétement ouvert avec fils apparents, aucun Manque un coffrage de fermeture du boitier Remettre un capot de protection Equipement 0 30/04/2014 Travaux
Laboratoire situé en hauteur.
d'Etudes
Spatial et
d'Instrumentation
en
Astrophysique

Page 5 - Extrait du programme d’action


Facteur de Carences/
Unité Ref. D Lieux/Postes Service P Modalités d'exposition Moyens de prévention Action Type Coût Fin Responsable T
risques Dysfonctionnements
Laboratoire
d'Etudes
Spatial et
d'Instrumentation
en
BAT 5 / RDC / Pièce N°2 / Astrophysique
Partout -
Laboratoire
d'Etudes
Spatial et
d'Instrumentation
en
UMR Astrophysique Risque Lampe de bureau métallique avec ampoule 100 Assistant de
8109 R124/2014 Laboratoire électrique 1 en 220V Aucun Non conforme risque électrique Changer la lampe de bureau Equipement 0 30/04/2014 Prévention
d'Etudes
Spatial et
d'Instrumentation
en
BAT 6 / RDC / Pièce N°4 / Astrophysique
Partout -
Laboratoire
d'Etudes
Spatial et
d'Instrumentation
en
Astrophysique
Laboratoire
d'Etudes
Spatial et
d'Instrumentation
en
UMR BAT 18 / S/SOL / Toilette Astrophysique Risque Éclairage au dessus d'un lavabo sans 0 Service des
8109 R129/2014 femme / Partout - électrique 1 cache, douilles à nu. Remplacer ou supprimer cet éclairage. Equipement 0 30/06/2014 Travaux
Laboratoire
d'Etudes
Spatial et
d'Instrumentation
en
Astrophysique
Laboratoire
d'Etudes
Spatial et
d'Instrumentation
en
Astrophysique
UMR BAT 18 / S/SOL / Toilette - Risque Éclairage au dessus d'un lavabo sans 0 Service des
8109 R130/2014 homme / Partout électrique 1 cache, douilles à nu. Remplacer ou supprimer cet éclairage Equipement 0 30/06/2014 Travaux
Laboratoire
d'Etudes
Spatial et
d'Instrumentation
en
Astrophysique
Laboratoire
d'Etudes
Spatial et
d'Instrumentation
en
UMR BAT 18 / RDC / Pièce Astrophysique
- Risque Refaire l'électricité qui n'est plus aux normes dans 0 Service des
8109 R132/2014 N°107 / Partout électrique 1 Prises déscellées, fils à nu. ce bureau, Equipement 0 30/06/2014 Travaux
Laboratoire
d'Etudes
Spatial et
d'Instrumentation
en
Astrophysique
Laboratoire
d'Etudes
Spatial et
d'Instrumentation
en
UMR BAT 18 / RDC / Pièce Astrophysique Risque 0 Service des
8109 R133/2014 N°135 / Partout - électrique 1 Électricité n'est plus aux normes actuelles. Refaire l'électricité aux normes actuelles. Equipement 0 30/06/2014 Travaux
Laboratoire
d'Etudes
Spatial et
d'Instrumentation
en
Astrophysique

Page 6 - Extrait du programme d’action


Facteur de Carences/
Unité Ref. D Lieux/Postes Service P Modalités d'exposition Moyens de prévention Action Type Coût Fin Responsable T
risques Dysfonctionnements
Laboratoire Installer un garde-fou sur le bord du quai pour 0 Service des
d'Etudes empêcher les chutes. (Accident déjà arrivé par le Equipement 0 30/06/2014 Travaux
Spatial et passé lors d'une livraison)
d'Instrumentation
en Bord du quai non aménagé. Encombrement
Astrophysique presque permanent par des meubles
UMR BAT 18 / RDC / Quai de - Chutes de
8109 R134/2014 chargement / Partout personne 1 vétustes qui devraient être mis en décharge Affaiches.
Laboratoire et pas stockés de façon continue sur ce Désencombrer le quai de ce qui' s'y trouve 0 Service des
d'Etudes quai. indument. Humain 0 30/06/2014 Travaux
Spatial et
d'Instrumentation
en
Astrophysique
Laboratoire
d'Etudes
Spatial et
d'Instrumentation
en
UMR BAT 18 / Partout / Partout / Astrophysique
-
Accès restaurant par la route menant au
poste de garde. Vitesse excessive des Créer des ralentisseur sur la portion de route en 0 Service des
8109 R135/2014 Partout Trajet 1 question Equipement 0 30/06/2014 Travaux
Laboratoire véhicules sur cette voie/
d'Etudes
Spatial et
d'Instrumentation
en
Astrophysique
Structure
bactérienne
et
resistance
UMRS Escalier B / 3 / L2 OGM - aux Non évacuation des locaux en cas Alarme incendie non-audible dans 1000 secrétaire
1138 R208/2014 L2 OGM / Partout antibiotiques Incendie 1 d'incendie Le serre file se rend dans les laboratoire laboratoire de confinement L2 Pose d'un relais alarme Equipement 0 31/01/2015 Général
- Centre de
Recherche
des
Cordeliers

Page 7 - Extrait du programme d’action


Rapport annuel de prévention Année 2014

ANNEXE 3

Liste des sorbonnes mise à jour au


4ème trimestre 2014

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 135 sur 137
Annexe 3 - Liste des sorbonnes mise à jour au 4ème trimestre 2014

Liste des Sorbonnes du campus Jussieu - Bâtiment Atrium –MAJ suite aux contrôles du 4° trimestre 2014

Contrôle Contrôle
Contrôle Conformité Non-conformité de la
Localisation périodique périodique Conformité de Contrôle
Identifiant Référentiel Initial de la sorbonne Date de Date des
sorbonne normatif
2012 / 2013
sorbonne
2014 la sorbonne complémentaire
condamnation
Observations
N° 2014 2014 Rouge travaux
Site Bât. Etage Date Date 2013 Date Orange Rouge
local HS
201 At-201-01 XP X 15-206 16/04/2012 25/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
204 At-204-01 XP X 15-206 16/04/2012 25/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
At-207-01 XP X 15-206 20/02/2012 25/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
207
At-207-02 XP X 15-206 16/04/2012 25/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
At-208-01 (gauche) XP X 15-206 16/04/2012 26/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
2
208 At-208 (droite) XP X 15-206 16/04/2012 26/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
At-208-02 XP X 15-206 20/02/2012 26/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
At-223 XP X 15-206 16/04/2012 25/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
223 At-223-01 XP X 15-206 16/04/2012 25/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
At-223-02 XP X 15-206 16/04/2012 25/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
303 At-303-01 XP X 15-206 17/04/2012 26/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
314 At-314-01 XP X 15-206 17/04/2012 25/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
3
345 At-345-01 XP X 15-206 17/04/2012 25/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
353 At-353-01 XP X 15-206 17/04/2012 25/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
403 At-403-01 XP X 15-206 20/02/2012 25/03/2013 OUI 28/04/2014 OUI
At-404-01 XP X 15-206 17/04/2012 25/03/2013 OUI 28/04/2014 OUI
404
At-404-02 XP X 15-206 17/04/2012 25/03/2013 OUI 28/04/2014 OUI
Atrium

Atrium

408 At-408-01 XP X 15-206 17/04/2012 25/03/2013 OUI 28/04/2014 OUI


At-411-01 XP X 15-206 20/02/2012 26/03/2013 OUI 28/04/2014 OUI
411
At-411-02 XP X 15-206 17/04/2012 26/03/2013 OUI 28/04/2014 OUI
At-412-01 XP X 15-206 12/09/2014 26/03/2013 NON - OUI 26/03/2013 juin 2014 Mise en conformité
412
At-412-02 XP X 15-206 18/04/2012 26/03/2013 OUI 28/04/2014 OUI
At-413-01 XP X 15-206 18/04/2012 25/03/2013 OUI 28/04/2014 OUI
413
At-419-01 XP X 15-206 18/04/2012 25/03/2013 OUI 28/04/2014 OUI
Travaux
4 419 At-419-02 XP X 15-206 18/04/2012 25/03/2013 OUI 28/04/2014 NON X 28/04/2014 programmé
2015
443 At-443-01 XP X 15-206 20/02/2012 26/03/2013 OUI 28/04/2014 OUI
At-449-01 XP X 15-206 18/04/2012 26/03/2013 OUI 28/04/2014 OUI
449
At-449-02 XP X 15-206 18/04/2012 26/03/2013 OUI 28/04/2014 OUI
At-451-01 XP X 15-206 12/09/2014 26/03/2013 NON - NON X 18/04/2012 juin 2014 Mise en conformité
451
At-451-02 XP X 15-206 18/04/2012 26/03/2013 OUI 28/04/2014 OUI
At-453-01 XP X 15-206 18/04/2012 26/03/2013 OUI 28/04/2014 OUI
453 Travaux programmé
At-453-02 XP X 15-206 18/04/2012 26/03/2013 OUI 28/04/2014 NON X 28/04/2014 2015
At-455-01 XP X 15-206 18/04/2012 26/03/2013 OUI 28/04/2014 OUI
455
At-455-02 XP X 15-206 18/04/2012 26/03/2013 OUI 28/04/2014 OUI

Page 1 sur 18
Liste des Sorbonnes du campus Jussieu - Bâtiment Esclangon - MAJ suite aux contrôles du 4° trimestre 2014

Contrôle
Contrôle
Contrôle périodique Conformité Non-conformité de la
Localisation périodique Conformité Contrôle
Identifiant Référentiel Initial 2012 / de la de la sorbonne Date de Date des
2014 complémentaire Observations
sorbonne normatif 2013 sorbonne sorbonne condamnation travaux
2014
2013 2014
N° Rouge
Site Bât. Etage Date Date Date Orange Rouge
local HS
ESC 224-
XP X 15-203 SO 27/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
Esclangon

01
2 224
ESC 224-
ESC XP X 15-203 SO 27/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
02
ESC 322-
3 322 XP X 15-203 SO 27/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
01

Page 2 sur 18
Liste des Sorbonnes du campus Jussieu - Secteur 1 - MAJ suite aux contrôles du 4° trimestre 2014

Contrôle
Contrôle
Contrôle périodique Conformité Conformité Non-conformité de la
Localisation périodique Contrôle Date
Identifiant Référentiel Initial 2012 / de la de la sorbonne Date de
2014 complémentaire des Observations
sorbonne normatif 2013 sorbonne sorbonne condamnation
2014 travaux
2013 2014
N° Rouge
Site Bât. Etage Date Date Date Orange Rouge
local HS
4 403 45-46-04-03-01 XP X 15-203 SO 10/06/2013 OUI 23/06/2014 OUI
45-46 Travaux programmé
5 513 45-46-05-13-01 XP X 15-203 SO 05/11/2013 NON 23/06/2014 NON x 23/06/2014 2015

1 103 45-55-01-03-01 XP X 15-206 07/11/2012 11/06/2013 OUI 23/06/2014 OUI


Travaux programmé
45-55-05-19-01 XP X 15-203 SO 11/06/2013 NON 23/06/2014 NON X 2015
519
45/55 45-55-05-19-02 XP X 15-203 SO 11/06/2013 OUI 23/06/2014 NON X 23/06/2014
5
45-55-05-21-01 XP X 15-203 SO 11/06/2013 OUI 23/06/2014 OUI
521
45-55-05-21-02 XP X 15-203 SO 11/06/2013 NON - NON X 11/06/2013

2 231 46-00-02-31-01 XP X 15-203 SO 11/06/2013 OUI 23/06/2014 NON X 23/06/2014


Secteur 1

317C 46-00-03-17-C XP X 15-203 SO 11/06/2013 OUI 23/06/2014 OUI


3 317 46-00-03-17-01 XP X 15-203 SO 11/06/2013 OUI 23/06/2014 OUI
319 46-00-03-19-01 XP X 15-203 SO 11/06/2013 NON 28/04/2014 OUI
401 46-00-04-01-01 XP X 15-203 SO 11/06/2013 OUI 23/06/2014 OUI
403 46-00-04-03-01 XP X 15-203 SO 11/06/2013 OUI 23/06/2014 OUI
4
409 46-00-04-09-01 XP X 15-203 SO 11/06/2013 NON - NON X 11/06/2013
46-00 413 46-00-04-13-01 XP X 15-203 SO 05/11/2013 OUI 23/06/2014 OUI
46-00-05-05-A1 XP X 15-203 SO 11/06/2013 OUI 23/06/2014 OUI
46-00-05-05-A2 XP X 15-203 SO 11/06/2013 OUI 23/06/2014 OUI
505
A 46-00-05-05-A3 XP X 15-203 SO 11/06/2013 OUI 23/06/2014 OUI
5
46-00-05-05-A4 XP X 15-203 SO 11/06/2013 OUI 23/06/2014 OUI
Travaux programmé
517 46-00-05-17-01 XP X 15-203 SO 11/06/2013 NON - NON X 11/06/2013 2015
519 46-00-05-19-01 XP X 15-203 SO 11/06/2013 NON - NON X 11/06/2013

Page 3 sur 18
Contrôle
Contrôle
Contrôle périodique Conformité Non-conformité de la
Localisation périodique Conformité Contrôle
Identifiant Référentiel Initial 2012 / de la de la sorbonne Date de Date des
2014 complémentaire Observations
sorbonne normatif 2013 sorbonne sorbonne condamnation travaux
2014
2013 2014
N° Rouge
Site Bât. Etage Date Date Date Orange Rouge
local HS
401 46-56-04-01-01 XP X 15-203 SO 10/06/2013 OUI 19/06/2014 OUI

401A 46-56-04-01-A1 XP X 15-203 SO 10/06/2013 NON - NON X 10/06/2013


46-56-04-05-01 XP X 15-203 SO 10/06/2013 OUI 19/06/2014 OUI
46-56-04-05-02 XP X 15-203 SO 10/06/2013 OUI 19/06/2014 OUI

405 46-56-04-05-03 XP X 15-203 SO 10/06/2013 OUI 19/06/2014 OUI


46-56-04-05-04 XP X 15-203 SO 10/06/2013 OUI 19/06/2014 NON X 19/06/2014
46-56-04-05-05 XP X 15-203 SO 10/06/2013 OUI 19/06/2014 OUI
4 46-56-04-07-01 XP X 15-203 SO 10/06/2013 OUI 19/06/2014 OUI
407
46-56-04-07-02 XP X 15-203 SO 10/06/2013 OUI 19/06/2014 OUI
Secteur 1

46-56 411 46-56-04-11-01 XP X 15-203 SO 10/06/2013 NON 19/06/2014 NON X 19/06/2014


46-56-04-13-01 XP X 15-203 SO 10/06/2013 OUI 19/06/2014 OUI
413
46-56-04-13-02 XP X 15-203 SO 10/06/2013 NON 19/06/2014 OUI

46-56-04-15-01 XP X 15-203 SO 10/06/2013 OUI 19/06/2014 NON X 19/06/2014


415
46-56-04-15-02 XP X 15-203 SO 10/06/2013 OUI 19/06/2014 OUI
525 46-56-05-25-01 XP X 15-203 SO 10/06/2013 OUI 19/06/2014 OUI
531C1 46-56-05-31-C1 XP X 15-203 SO 10/06/2013 OUI 19/06/2014 OUI
5 531C2 46-56-05-31-C2 XP X 15-203 SO 10/06/2013 OUI 19/06/2014 OUI
46-56-05-33-01 XP X 15-206 07/11/2012 10/06/2013 OUI 19/06/2014 OUI
533
46-56-05-33-02 XP X 15-206 07/11/2012 10/06/2013 OUI 19/06/2014 OUI

Page 4 sur 18
Contrôle
Contrôle
Contrôle périodique Conformité Conformité Non-conformité de la
Localisation périodique Contrôle Date
Identifiant Référentiel Initial 2012 / de la de la sorbonne Date de
2014 complémentai des Observations
sorbonne normatif 2013 sorbonne sorbonne condamnation
re 2014 travaux
2013 2014
N° Rouge
Site Bât. Etage Date Date Date Orange Rouge
local HS
Travaux programmé
512 55-56-05-12-01 XP X 15-203 SO 05/11/2013 NON - NON X 05/11/2013 2015
55-56-05-22-01 XP X 15-203 SO 05/11/2013 NON 19/06/2014 OUI
55-56-05-22-02 XP X 15-203 SO 05/11/2013 NON 19/06/2014 OUI
55-56 5
522 55-56-05-22-03 XP X 15-203 SO 05/11/2013 OUI 19/06/2014 OUI
55-56-05-22-04 XP X 15-203 SO 05/11/2013 OUI 19/06/2014 OUI
55-56-05-22-05 XP X 15-203 SO 05/11/2013 OUI 19/06/2014 OUI

56-66-05-03-01 XP X 15-206 16/01/2012 05/11/2013 OUI 20/06/2014 OUI


503
56-66-05-03-02 XP X 15-203 SO 05/11/2013 OUI 20/06/2014 NON X 20/06/2014
5
56-66-05-05-01 XP X 15-203 SO 05/11/2013 OUI 20/06/2014 OUI
Secteur 1

505
56-66-05-05-02 XP X 15-203 SO 05/11/2013 OUI 20/06/2014 OUI
403 66-56-04-03-01 XP X 15-206 07/11/2012 05/11/2013 OUI 20/06/2014 OUI
56-66 403 66-56-04-03-02 XP X 15-206 07/11/2012 05/11/2013 OUI 20/06/2014 OUI
403 66-56-04-03-03 XP X 15-206 07/11/2012 05/11/2013 NON 20/06/2014 NON X 20/06/2014
4 403 66-56-04-03-04 XP X 15-206 07/11/2012 05/11/2013 NON 20/06/2014 NON X
412 66-56-04-12-01 XP X 15-203 SO 05/11/2013 OUI 20/06/2014 OUI
412 66-56-04-12-02 XP X 15-203 SO 05/11/2013 OUI 20/06/2014 OUI
412 66-56-04-12-03 XP X 15-203 SO 05/11/2013 OUI 20/06/2014 OUI

212-
65-66 2 65-66-02-12-S XP X 15-206 07/12/2012 05/11/2013 OUI 20/06/2014 OUI
S

Page 5 sur 18
Liste des Sorbonnes du campus Jussieu - Secteur ouest nord - MAJ suite aux contrôles du 4° trimestre 2014

Contrôle Contrôle
Contrôle Conformité Conformité Non-conformité de la
Localisation périodique périodique Contrôle
Identifiant Référentiel Initial de la de la sorbonne Date de Date des
2012 / 2013 2014 complémentaire Observations
sorbonne normatif sorbonne sorbonne condamnation travaux
N° 2014 Rouge
Site Bât. Etage Date Date 2013 Date 2014 Orange Rouge
local HS
SS 11 12-13-SS-11-01 XP X 15-206 28/11/2011 25/01/2013 NON - NON X 25/01/2013
12-13
3 7 12-13-03-07-01 XP X 15-206 28/11/2011 25/01/2013 OUI 27/01/2014 OUI

Travaux
SS 1 12-22-SS-01-01 XP X 15-206 21/01/2013 n.n. NON 27/01/2014 NON X programmé 2015
8 12-22-03-08-01 XP X 15-206 21/01/2013 n.n. OUI 27/01/2014 OUI
3 12 12-22-03-12-01 XP X 15-206 29/11/2011 25/01/2013 OUI 27/01/2014 OUI
26 12-22-03-26-01 XP X 15-206 21/01/2013 n.n. OUI 27/01/2014 OUI
12-22 4 12-22-04-04-01 XP X 15-206 29/11/2011 25/01/2013 OUI 27/01/2014 OUI
4
4 12-22-04-04-02 XP X 15-206 04/11/2013 04/11/2013 NON 27/01/2014 OUI
3 12-22-05-03-01 XP X 15-206 30/11/2011 25/01/2013 OUI 27/01/2014 OUI
5 12-22-05-32-01 XP X 15-206 21/01/2013 n.n. OUI 27/01/2014 OUI
32
Secteur Ouest Nord

12-22-05-32-02 XP X 15-206 27/03/2013 n.n. OUI 27/01/2014 OUI

5 13-14-02-05-01 XP X 15-206 01/12/2011 25/01/2013 OUI 27/01/2014 OUI


2 9 13-14-02-09-01 XP X 15-206 21/01/2013 n.n. OUI 27/01/2014 OUI
13 13-14-02-13-01 XP X 15-206 21/01/2013 n.n. NON 27/01/2014 NON X 21/01/2013
13-14 4 13-14-03-04-01 XP X 15-206 21/01/2013 n.n. OUI 27/01/2014 OUI
7 13-14-03-07-01 XP X 15-206 16/01/2012 25/01/2013 OUI 27/01/2014 OUI
3 15 13-14-03-15-01 XP X 15-206 01/12/2011 25/01/2013 OUI 27/01/2014 OUI
16 13-14-03-16-01 XP X 15-206 01/12/2011 25/01/2013 OUI 27/01/2014 OUI

6 13-23-03-06-01 XP X 15-206 21/01/2013 n.n. OUI 27/01/2014 OUI


Juillet - Mise en
10 13-23-03-10-01 XP X 15-206 12/09/2014 25/01/2013 OUI 27/01/2014 OUI
Août 2014 conformité
3
13 13-23-03-13-01 XP X 15-206 02/12/2011 25/01/2013 OUI 27/01/2014 OUI
13-23
22 13-23-03-22-01 XP X 15-206 02/12/2011 25/01/2013 OUI 27/01/2014 OUI
26 13-23-03-26-01 XP X 15-206 02/12/2011 25/01/2013 OUI 27/01/2014 OUI
25 13-23-04-25-01 XP X 15-206 21/01/2013 n.n. OUI 27/01/2014 OUI
4
32 13-23-04-32-01 XP X 15-206 08/12/2011 25/01/2013 OUI 28/04/2014 OUI

Page 6 sur 18
Contrôle Contrôle
Contrôle Conformité Conformité Non-conformité de la
Localisation périodique périodique Contrôle
Identifiant Référentiel Initial de la de la sorbonne Date de
2012 / 2013 2014 complémentaire Date des travaux Observations
sorbonne normatif sorbonne sorbonne condamnation
N° 2014 Rouge
Site Bât. Etage Date Date 2013 Date 2014 Orange Rouge
local HS
14 22-23-SB-14-01 XP X 15-206 07/12/2011 25/01/2013 NON 27/01/2014 OUI
SB
16 22-23-SB-16-01 XP X 15-206 25/01/2013 n.n. NON 27/01/2014 OUI
3 10 22-23-03-10-01 XP X 15-206 12/09/2014 25/01/2013 OUI 27/01/2014 OUI Juillet - Août 2014 Mise en conformité
22-23
12 22-23-05-12-01 XP X 15-206 30/11/2011 25/01/2013 OUI 27/01/2014 OUI
5 19 22-23-05-19-01 XP X 15-206 30/11/2011 25/01/2013 OUI 27/01/2014 OUI
23 22-23-05-23-01 XP X 15-206 30/11/2011 25/01/2013 OUI 27/01/2014 OUI

1 22-32-SS-01-01 XP X 15-206 05/12/2011 25/01/2013 NON HS NON X 25/01/2013


SS
9 22-32-SS-09-01 XP X 15-206 21/01/2013 HS NON HS NON X 21/01/2013
3 22-32-SB-03-01 XP X 15-206 05/12/2011 25/01/2013 OUI 27/01/2014 OUI
SB 6 22-32-SB-06-01 XP X 15-206 05/12/2011 25/01/2013 OUI 27/01/2014 OUI
15 22-32-SB-15-01 XP X 15-206 05/12/2011 25/01/2013 NON HS NON X 25/01/2013
22-32 18 22-32-02-18-01 XP X 15-206 06/12/2011 25/01/2013 OUI 27/01/2014 OUI
2
22 22-32-02-22-01 XP X 15-206 17/01/2012 25/01/2013 NON 27/01/2014 OUI
Secteur Ouest Nord

3 6 22-32-03-06-01 XP X 15-206 06/12/2011 25/01/2013 NON HS NON X 25/01/2013


8 22-32-04-08-01 XP X 15-206 21/01/2013 n.n. OUI 27/01/2014 OUI
4 22-32-04-24-01 XP X 15-206 06/12/2011 25/01/2013 OUI 27/01/2014 OUI
24
22-32-04-24-02 XP X 15-206 06/12/2011 25/01/2013 OUI 27/01/2014 OUI

8 23-24-03-08-01 XP X 15-206 07/12/2011 25/01/2013 OUI 27/01/2014 OUI


3
10 23-24-03-10-01 XP X 15-206 07/12/2011 25/01/2013 OUI 27/01/2014 OUI
4 25 23-24-04-25-01 XP X 15-206 12/09/2014 25/01/2013 OUI 27/01/2014 OUI Juillet - Août 2014 Mise en conformité
23-24 15 23-24-05-15-01 XP X 15-206 12/09/2014 25/01/2013 OUI 27/01/2014 OUI Juillet - Août 2014 Mise en conformité
17 23-24-05-17-01 XP X 15-206 07/12/2011 25/01/2013 OUI 27/01/2014 OUI
5
23-24-05-23-01 XP X 15-206 12/09/2014 25/01/2013 OUI 27/01/2014 OUI Juillet - Août 2014 Mise en conformité
23
23-24-05-23-02 XP X 15-206 07/12/2011 25/01/2013 OUI 27/01/2014 OUI

5 32-33-02-05-01 XP X 15-206 09/12/2011 25/01/2013 OUI 27/01/2014 NON X


2
9 32-33-02-09-01 XP X 15-206 21/01/2013 n.n. OUI 27/01/2014 OUI
3 12 32-33-03-12-01 XP X 15-206 12/09/2014 n.n. OUI 27/01/2014 OUI Juillet - Août 2014 Mise en conformité
32-33 4 11 32-33-04-11-01 XP X 15-206 08/12/2011 25/01/2013 OUI 27/01/2014 NON X 27/01/2014
11 32-33-05-11-01 XP X 15-206 08/12/2011 25/01/2013 OUI 27/01/2014 OUI
5
25 32-33-05-25-01 XP X 15-206 29/08/2011 25/01/2013 OUI 27/01/2014 OUI

Page 7 sur 18
Liste des Sorbonnes du campus Jussieu - Bâtiment Cassan A - MAJ suite aux contrôles du 4° trimestre 2014
Contrôle Contrôle
Contrôle Conformité Conformité Non-conformité de la
Localisation périodique périodique Contrôle
Identifiant Référentiel Initial de la de la sorbonne Date de
2012 / 2013 2014 complémentaire Date des travaux Observations
sorbonne normatif sorbonne sorbonne condamnation
N° 2014
Site Bât. Etage Date Date 2013 Date 2014 Orange Rouge Rouge HS
local
203 A 203-01 XP X 15-206 06/12/2012 06/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
213 A 213-01 XP X 15-206 06/12/2012 06/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
217 A 217-01 XP X 15-206 04/11/2013 n.n. OUI 12/09/2014 OUI
2 223 A 223-01 XP X 15-206 06/12/2012 06/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI

227 A 227 - 01 XP X 15-206 01/11/2010 08/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI

237 A 237-01 XP X 15-206 04/11/2013 n.n. OUI 12/09/2014 OUI


Plus de sorbonne :
301 A 301-01 XPX 15-203 SO SO NON SO SO x 12/03/2012
c’est un bureau
303 A303-01 XPX 15-206 31/01/2014 SO SO 12/09/2014 OUI

307 A 307-01 XPX 15-203 SO 06/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI


3
309 A 309-01 XPX 15-206 31/01/2014 SO SO 12/09/2014 OUI

312 A 312-01 XPX 15-206 07/11/2012 06/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI


328
A 328 b XP X 15-206 08/04/2013 12/06/2013 OUI 12/09/2014 OUI
b
4 407 A 407-01 XP X 15-206 19/01/2012 06/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
Cassan A

507 A 507-01 XP X 15-203 SO 06/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI


A
5 510 A 510-01 XP X 15-203 SO 06/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI

524 A 524-01 XP X 15-203 SO 08/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI

606 A 606-01 XP X 15-206 14/11/2013 n.n. OUI 12/09/2014 OUI

612 A 612-01 XP X 15-206 14/11/2013 n.n. OUI 12/09/2014 OUI

613 A 613-01 XP X 15-206 14/11/2013 n.n. OUI 12/09/2014 OUI

6 624 A 624-01 XP X 15-203 SO 06/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI

630 A 630-01 XP X 15-203 SO 06/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI

633 A 633-01 XP X 15-203 SO 06/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI

637 A 637-01 XP X 15-203 SO 06/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI

705 A 705-01 XP X 15-203 SO 06/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI

7 706 A 706-01 XP X 15-203 SO 06/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI

710 A 710-01 XP X 15-203 SO 06/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI

Page 8 sur 18
Liste des Sorbonnes du campus Jussieu - Bâtiment Cassan B - MAJ suite aux contrôles du 4° trimestre 2014

Contrôle Contrôle
Contrôle Conformité Conformité Non-conformité de la
Localisation périodique périodique Contrôle
Identifiant Référentiel Initial de la de la sorbonne Date de Date des
2012 / 2013 2014 complémentaire Observations
sorbonne normatif sorbonne sorbonne condamnation travaux
N° 2014 Rouge
Site Bât. Etage Date Date 2013 Date 2014 Orange Rouge
local HS
1 103 B 103-01 XP X 15-206 07/11/2012 07/11/2013 NON 17/06/2014 NON X
Travaux de mise en conformité en
2 207 B 207-S XP X 15-206 nov-10 07/11/2013 NON 17/06/2014 OUI 7/11/2013
2014
407 B 407-01 XP X 15-203 SO 07/11/2013 OUI 17/06/2014 NON X

408 B 408-01 XP X 15-203 SO 07/11/2013 OUI 17/06/2014 OUI


416 B 416-01 XP X 15-206 21/01/2013 n.n. OUI 17/06/2014 OUI
4
418 B 418-01 XP X 15-206 14/11/2013 n.n. OUI 17/06/2014 OUI
Cassan B

B 420 B 420-01 XP X 15-203 14/11/2013 n.n. OUI 17/06/2014 OUI

429 B 429-01 XP X 15-206 14/11/2013 n.n. OUI 17/06/2014 OUI

5 515 B 515-01 XP X 15-206 20/01/2012 07/11/2013 OUI 17/06/2014 OUI


Sorbonne
617 B 617-01 XP X 15-203 SO SO SO SO SO
démontée
6
618 B 618-01 XP X 15-203 SO 07/11/2013 OUI 17/06/2014 OUI
621 B617-01 XP X 15-206 SO SO SO 17/06/2014 OUI
714 B 714C-
7 XP X 15-203 SO 07/11/2013 OUI 17/06/2014 OUI
C 01

Page 9 sur 18
Liste des Sorbonnes du campus Jussieu - Bâtiment Cassan C - MAJ suite aux contrôles du 4° trimestre 2014
Contrôle Contrôle
Contrôle Conformité Conformité Non-conformité de la
Localisation périodique périodique Contrôle
Identifiant Référentiel Initial de la de la sorbonne Date de Date des
2012 / 2013 2014 complémentaire Observations
sorbonne normatif sorbonne sorbonne 2014 condamnation travaux
N° Rouge
Site Bât. Etage Date Date 2013 Date 2014 Orange Rouge
local HS
200 C 200-S XP X 15-206 nov-10 07/11/2013 OUI 17/06/2014 OUI
C 202-1-S XP X 15-206 nov-10 07/11/2013 OUI 17/06/2014 OUI
202
C 202-2-S XP X 15-206 nov-10 07/11/2013 OUI 17/06/2014 OUI
2
206 C 206-S XP X 15-206 nov-10 07/11/2013 OUI 17/06/2014 OUI
210 C 210-A-S XP X 15-206 nov-10 07/11/2013 OUI 17/06/2014 OUI
212 C 212-S XP X 15-206 nov-10 07/11/2013 NON - NON X 07/11/2013
302 C 302-1-S XP X 15-206 nov-10 07/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
302 C 302-2-S XP X 15-206 nov-10 07/11/2013 NON - NON X 07/11/2013
304 C 304-1-S XP X 15-206 nov-10 07/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
304 C 304-2-S XP X 15-206 nov-10 07/11/2013 NON 12/09/2014 OUI
308 C 308-1-S XP X 15-206 nov-10 07/11/2013 NON 12/09/2014 NON X
308 C 308-2-S XP X 15-206 nov-10 07/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
3 314 C 314-2-S XP X 15-206 nov-10 07/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
C 318-1-S XP X 15-206 nov-10 07/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
318 Travaux programmé
C 318-2-S XP X 15-206 nov-10 30/10/2012 NON - NON X 30/10/2012 2015
C 320-1-S XP X 15-206 nov-10 08/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
Cassan C

320
C 320-2-S XP X 15-206 nov-10 08/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
C
C 322-1-S XP X 15-206 nov-10 08/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
322
C 322-2-S XP X 15-206 nov-10 08/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
503 C 503-01 XP X 15-203 SO 08/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
504 C504-01 XP X 15-203 SO 08/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
505 C 505-01 XP X 15-203 SO 08/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
5 510 C 510-01 XP X 15-203 SO 08/11/2013 NON - NON X 08/11/2013
516 C 516-01 XP X 15-203 SO 08/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
528 C 528-01 XP X 15-203 SO 08/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
535 C 535-01 XP X 15-203 SO 08/11/2013 NON 12/09/2014 NON X
616 C 616-01 XP X 15-203 SO 08/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
620 C 620-01 XP X 15-203 SO 08/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
6
625 C 625-01 XP X 15-203 SO 08/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
631 C 631-01 XP X 15-203 SO 08/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
708 C 708-01 XP X 15-203 SO 08/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
7 714 C 714-01 XP X 15-203 SO 08/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
724 C 724-01 XP X 15-203 SO 08/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
728 C 728-01 XP X 15-203 SO 08/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI

Page 10 sur 18
Liste des Sorbonnes du campus Jussieu - Bâtiment F - MAJ suite aux contrôles du 4° trimestre 2014
Contrôle Contrôle
Contrôl Conformité Conformité Non-conformité de la
Localisation périodique périodique Contrôle Date
Identifiant Référentiel e Initial de la de la sorbonne Date de
2012 / 2013 2014 complémentaire des Observations
sorbonne normatif sorbonne sorbonne condamnation
N° 2014 Rouge travaux
Site Bât. Etage Date Date 2013 Date 2014 Orange Rouge
local HS
103 F 103-01 XP X 15-203 SO 04/11/2013 OUI 16/06/2014 OUI
104 F 104-01 XP X 15-203 SO 04/11/2013 OUI 16/06/2014 OUI
105 F 105-01 XP X 15-203 SO 04/11/2013 OUI 16/06/2014 OUI
106 F 106-01 XP X 15-203 SO 04/11/2013 OUI 16/06/2014 OUI
113 F 113-01 XP X 15-203 SO 04/11/2013 OUI 16/06/2014 OUI
1
135 F 135-01 XP X 15-203 SO 04/11/2013 NON 16/06/2014 OUI
137 F 137-01 XP X 15-203 SO 04/11/2013 NON 16/06/2014 OUI
F 144-01 XP X 15-203 SO 04/11/2013 OUI 16/06/2014 OUI
144
F 144-02 XP X 15-203 SO 04/11/2013 OUI 16/06/2014 OUI
150 F 150-01 XP X 15-203 SO 04/11/2013 OUI 16/06/2014 OUI
F 211-01 (2182) XP X 15-206 SO 28/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
F 211-02 (2184) XP X 15-206 SO 28/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
F 211-03 (2180) XP X 15-206 SO 28/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
211
F 211-04 (2183) XP X 15-206 SO 28/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI 20-juin
F 211-05 (2190) XP X 15-206 SO 28/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
F 211-06 (2191) XP X 15-206 SO 28/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
Cassan F

F 213-01 (2177) XP X 15-206 SO 28/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI


F
F 213-02 (2175) XP X 15-206 SO 28/03/2013 NON 27/01/2014 OUI
F 213-03 (2174) XP X 15-206 SO 28/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
213
F 213-04 (2170) XP X 15-206 SO 28/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
F 213-05 (2178) XP X 15-206 SO 28/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
F 213-06 (2173) XP X 15-206 SO 28/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
2
F 216-01 (2197) XP X 15-206 SO 28/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
F 216-02 (2181) XP X 15-206 SO 28/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
F 216-03 (2195) XP X 15-206 SO 28/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
216
F 216-04 (2176) XP X 15-206 SO 28/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
F 216-05 (2169) XP X 15-206 SO 28/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
F 216-06 (2168) XP X 15-206 SO 28/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
F 221-01 (2192) XP X 15-206 SO 28/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
F 221-02 (2193) XP X 15-206 SO 28/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
F 221-03 (2194) XP X 15-206 SO 28/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
221
F 221-04 (droite) XP X 15-206 SO 28/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
F 221-05 (milieu) XP X 15-206 SO 28/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI 20-juin
F 221-06 (gauche) XP X 15-206 SO 28/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI

Page 11 sur 18
Contrôle
Contrôle
Contrôle périodique Conformité Conformité Non-conformité de la
Localisation périodique Contrôle
Identifiant Référentiel Initial 2012 / de la de la sorbonne Date de Date des
2014 complémentaire Observations
sorbonne normatif 2013 sorbonne sorbonne condamnation travaux
2014
N° 2013 2014 Rouge
Site Bât. Etage Date Date Date Orange Rouge
local HS
F 223-01 (droite) XP X 15-206 SO 28/03/2013 NON 27/01/2014 OUI 20-juin
F 223-02 (2199) XP X 15-206 SO 28/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI 20-juin
F 223-03 (gauche) XP X 15-206 SO 28/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI 20-juin
223
F 223-04 (2187) XP X 15-206 SO 28/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI 20-juin
F 223-05 (2188) XP X 15-206 SO 28/03/2013 NON 27/01/2014 OUI 20-juin
F 223-06 (2179) XP X 15-206 SO 28/03/2013 NON 27/01/2014 OUI 20-juin
F 232-01 (2201) XP X 15-206 SO 29/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
F 232-02 (2172) XP X 15-206 SO 29/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
F 232-03 (2203) XP X 15-206 SO 29/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
232
F 232-04 (2200) XP X 15-206 SO 29/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
F 232-05 (2202) XP X 15-206 SO 29/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
F 232-06 (2198) XP X 15-206 17/01/2012 29/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
F 233-01 (2204) XP X 15-206 SO 29/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
F 233-02 (2208) XP X 15-206 SO 29/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
F 233-03 (2206) XP X 15-206 SO 29/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
233
F 233-04 (2209) XP X 15-206 SO 29/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
Cassan F

F 233-05 (2205) XP X 15-206 SO 29/03/2013 NON 27/01/2014 OUI 20-juin


F 2 F 233-06 (2207) XP X 15-206 SO 29/03/2013 NON 27/01/2014 OUI 20-juin 29/03/2013 Travaux de mise en conformité en 2014
F 235-01 (2215) XP X 15-206 SO 29/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
F235-02 (2211) XP X 15-206 SO 29/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
F 235-03 (2212) XP X 15-206 SO 29/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
235
F235-04 (2210) XP X 15-206 17/01/2012 29/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
F 235-05 (2217) XP X 15-206 SO 29/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
F 235-06 (2213) XP X 15-206 SO 29/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
245 F 245-01 XP X 15-203 SO 29/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
249 F 249-01 XP X 15-203 SO 28/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
F 246-01 (2219) XP X 15-206 SO 29/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
F 246-02 (2220) XP X 15-206 SO 29/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
F 246-03 (2216) XP X 15-206 SO 29/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
246
F 246-04 (2218) XP X 15-206 SO 29/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
F 246-05 (2214) XP X 15-206 SO 29/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
F 246-06 (2221) XP X 15-206 SO 29/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI 20-juin
251 F 251-01 XP X 15-203 SO 28/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
258 F 258-01 XP X 15-203 SO 29/03/2013 OUI 27/01/2014 OUI
260 F 260-01 XP X 15-203 SO 29/03/2013 NON - NON X 29/03/2013

Page 12 sur 18
Contrôle Contrôle
Contrôle Conformité Conformité Non-conformité de la
Localisation périodique périodique Contrôle
Identifiant Référentiel Initial de la de la sorbonne Date de
2012 / 2013 2014 complémentaire Date des travaux Observations
sorbonne normatif sorbonne sorbonne condamnation
N° 2014 Rouge
Site Bât. Etage Date Date 2013 Date 2014 Orange Rouge
local HS
Sorbonne plus
301 F 301-01 XP X 15-203 SO 04/11/2013 OUI - SO
utilisée
303 F 303-01 XP X 15-203 SO 04/11/2013 OUI 20/06/2014 OUI
F 305-01 XP X 15-206 09/12/2011 04/11/2013 OUI 20/06/2014 OUI
305
F 305-02 XP X 15-206 09/12/2011 04/11/2013 NON 28/04/2014 Oui
305 F 305-03 XP X 15-203 SO 04/11/2013 OUI 20/06/2014 OUI
F 307-01 (15-2166) XP X 15-206 17/01/2012 04/11/2013 NON 28/04/014 Oui 20-juin
307
F 307-02 (15-2167) XP X 15-206 17/01/2012 04/11/2013 NON 28/04/2014 Oui 20-juin
F 310-01 XP X 15-206 04/11/2013 n.n. OUI 20/06/2014 OUI
310 F 310-02 XP X 15-206 09/12/2011 04/11/2013 OUI 20/06/2014 OUI
F 310-03 XP X 15-203 SO 04/11/2013 NON - NON X 04/11/2013
3
311 F 311-01 (12-2218) XP X 15-206 18/01/2012 04/11/2013 OUI 20/06/2014 OUI
F 313-01 (15-2164) XP X 15-206 18/01/2012 04/11/2013 OUI 20/06/2014 OUI
313
F 313-02 (15-2165) XP X 15-206 18/01/2012 04/11/2013 OUI 20/06/2014 OUI
F 317-01 (15-2162) XP X 15-206 18/01/2012 04/11/2013 OUI 20/06/2014 OUI
317
F 317-02 (15-2163) XP X 15-206 18/01/2012 04/11/2013 OUI 20/06/2014 OUI
F 323/325-01 XP X 15-206 07/11/2012 04/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
323 F 323/325-02 XP X 15-206 07/11/2012 04/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
F 323/325-03 XP X 15-206 07/11/2012 04/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
Cassan F

343 F 343-01 XP X 15-203 SO 04/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI


F 352 F 352-01 XP X 15-203 SO 04/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
405 F 405-01 XP X 15-203 SO 05/11/2013 OUI 18/06/2014 OUI
407 F 407-01 XP X 15-203 SO 05/11/2013 OUI 18/06/2014 OUI
409 F 409-01 XP X 15-203 SO 05/11/2013 OUI 18/06/2014 OUI
411 F 411-01 XP X 15-203 SO 05/11/2013 OUI 18/06/2014 NON X 18/06/2014
413 F 413-01 XP X 15-203 SO 05/11/2013 OUI 18/06/2014 OUI
415 F 415-01 XP X 15-203 SO 05/11/2013 OUI 18/06/2014 OUI
417 F 417-01 XP X 15-203 SO 05/11/2013 OUI 18/06/2014 OUI
419 F 419-01 XP X 15-203 SO 05/11/2013 OUI 18/06/2014 OUI
421 F 421-01 XP X 15-203 SO 05/11/2013 OUI 18/06/2014 OUI
426 F 426-01 XP X 15-203 SO 05/11/2013 OUI 18/06/2014 OUI
4 427 F 427-01 XP X 15-203 SO 05/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
433 F 433-01 XP X 15-203 SO 05/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
436 F 436-01 XP X 15-203 SO 05/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
437 F 437-01 XP X 15-203 SO 05/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
438 F 438-01 XP X 15-203 SO 05/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
441 F 441-01 XP X 15-203 SO 05/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
443 F 443-01 XP X 15-203 SO 05/11/2013 NON 12/09/2014 NON X
445 F 445-01 XP X 15-206 07/11/2012 05/11/2013 OUI 12/09/2014 NON X
458bis F 458-01 XP X 15-203 SO 05/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
462 F 462-01 XP X 15-203 SO 05/11/2013 OUI 12/09/2014 NON X
464 F 464-01 XP X 15-203 SO 05/11/2013 NON 12/09/2014 NON X

Page 13 sur 18
Contrôle Contrôle
Contrôle Non-conformité de la
Localisation périodique Conformité périodique Conformité Contrôle
Identifiant Référentiel Initial de la de la sorbonne Date de Date des
2012 / 2013 2014 complémentaire Observations
sorbonne normatif sorbonne sorbonne condamnation travaux
N° 2014 Rouge
Site Bât. Etage Date Date 2013 Date 2014 Orange Rouge
local HS
505 F 505-01 XP X 15-203 SO 06/11/2013 OUI 18/06/2014 OUI
507 F 507-01 XP X 15-203 SO 06/11/2013 OUI 18/06/2014 OUI
509 F 509-01 XP X 15-203 SO 06/11/2013 OUI 18/06/2014 OUI
511 F 511-01 XP X 15-203 SO 07/11/2013 OUI 18/06/2014 OUI
513 F 513-01 XP X 15-203 SO 07/11/2013 OUI 18/06/2014 NON X
515 F 515-01 XP X 15-203 SO 06/11/2013 OUI 18/06/2014 OUI
517 F 517-01 XP X 15-203 SO 06/11/2013 OUI 18/06/2014 OUI
519 F 519-01 XP X 15-203 SO 06/11/2013 OUI 18/06/2014 OUI
521 F 521-01 XP X 15-203 SO 06/11/2013 OUI 18/06/2014 OUI
523 F 523-01 XP X 15-203 SO 06/11/2013 OUI 18/06/2014 OUI
525 F 525-01 XP X 15-203 SO 06/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
Cassan F

527 F 527-01 XP X 15-203 SO 06/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI


F 5
533 F 533-01 XP X 15-203 SO 06/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
536 F 536-01 XP X 15-203 SO 06/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
537 F 537-01 XP X 15-203 SO 06/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
538 F 538-01 XP X 15-203 SO 06/11/2013 NON - NON X 06/11/2013
545 F 545-01 XP X 15-203 SO 06/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
547 F 547-01 XP X 15-203 SO 06/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
555 F 555-01 XP X 15-203 SO 06/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
F 557-01 XP X 15-203 SO 06/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
557
F 557-02 XP X 15-203 SO 06/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
558 F 558-01 XP X 15-203 SO 06/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
562 F 562-01 XP X 15-203 SO 06/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
564 F 564-01 XP X 15-203 SO 06/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI

Page 14 sur 18
Contrôle Contrôle
Contrôle Conformité Conformité Non-conformité de la
Localisation périodique périodique Contrôle
Identifiant Référentiel Initial de la de la sorbonne Date de Date des
2012 / 2013 2014 complémentaire Observations
sorbonne normatif sorbonne sorbonne condamnation travaux
N° 2014 Rouge
Site Bât. Etage Date Date 2013 Date 2014 Orange Rouge
local HS
612 F 612-01 XP X 15-203 SO 06/11/2013 OUI 18/06/2014 OUI
613 F 613-01 XP X 15-203 SO 06/11/2013 OUI 18/06/2014 OUI
617 F 617-01 XP X 15-203 SO 06/11/2013 OUI 18/06/2014 OUI
621 F 621-01 XP X 15-203 SO 06/11/2013 OUI 18/06/2014 OUI
631 F 631-01 XP X 15-203 SO 06/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
633 F 633-01 XP X 15-203 SO 06/11/2013 NON - NON X 06/11/2013
639 F 639-01 XP X 15-203 SO 07/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
641 F 641-01 XP X 15-203 SO 07/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
647 F 647-01 XP X 15-203 SO 07/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
6 F 649 Bis XP X 15-203 SO 07/11/2013 OUI 12/09/2014 NON X
649
F 649-01 XP X 15-203 SO 07/11/2013 NON 12/09/2014 NON X
652 F 652-01 XP X 15-203 SO 07/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
653 F 653-01 XP X 15-203 SO 07/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
F 654-01 XP X 15-203 SO 07/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
654bis
F 654-02 XP X 15-203 SO 07/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
Cassan f

F 654bis F 654-04 XP X 15-203 SO 07/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI


655 F 655-01 XP X 15-203 SO 07/11/2013 NON 12/09/2014 OUI
658 F 658-01 XP X 15-203 SO 07/11/2013 NON 12/09/2014 NON X
660 F 660-01 XP X 15-203 SO 01/12/2012 NON 12/09/2014 NON X
707 F 707-01 XP X 15-203 SO 07/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
non accessible
F 711-01 XP X 15-203 SO 07/11/2013 OUI (déménagement)
-
711
non accessible
F711-02 XP X 15-203 SO 07/11/2013 OUI (déménagement)
-
non accessible
714 F 714-01 XP X 15-203 SO 07/11/2013 OUI (déménagement)
-
7 727 F 727-01 XP X 15-206 19/01/2012 07/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
732 F 732-01 XP X 15-203 SO 07/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
non accessible
733 F 733-01 XP X 15-203 SO 07/11/2013 OUI (déménagement)
-
737 F 737-01 XP X 15-203 SO 07/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
749 F 749-01 XP X 15-203 SO 07/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI
750 F 750-01 XP X 15-203 SO 07/11/2013 OUI 12/09/2014 OUI

Page 15 sur 18
Liste des Sorbonnes du campus Jussieu - Site de Saint Cyr - MAJ suite aux contrôles du 4° trimestre 2014

Contrôle Contrôle
Contrôle Non-conformité de la
Localisation périodique Conformité périodique Conformité Contrôle Date
Identifiant Référentiel Initial de la de la sorbonne Date de
2012 / 2013 2014 complémentaire des Observations
sorbonne normatif sorbonne sorbonne condamnation
2014 travaux
2013 2014
N° Rouge
Site Bât. Etage Date Date Date Orange Rouge
local HS

Saint- N°1 (côté


Saint-Cyr

rdc 9 XP X 15-203 31/01/2014 30/01/2013 NON 27/01/2014 OUI


Cyr porte)

Saint- N°2 (au fond


rdc 7 XP X 15-203 SO 30/01/2013 OUI 27/01/2014 OUI
Cyr de la pièce)

Page 16 sur 18
Liste des Sorbonnes du campus Jussieu - Site d'Ivry - MAJ suite aux contrôles du 4°
trimestre 2014
Contrôle Contrôle
Localisation Contrôle Initial périodique périodique
2013 2014 Conformité de
Identifiant Référentiel
la sorbonne
sorbonne normatif
(oui/non)
Site Bât. Etage N° local Dernière date Dernière date Dernière date

0A03 S1 XP X 15-206 11/10/2010 22/02/2013 24/03/2014 NON


0A05 S1 XP X 15-206 11/10/2010 22/02/2013 24/03/2014 OUI
0B05 S1 XP X 15-206 11/10/2010 22/02/2013 - NON
S2 XP X 15-206 11/10/2010 22/02/2013 24/03/2014 OUI
0B08-0B10
Rdc S3 XP X 15-206 11/10/2010 22/02/2013 - NON
0B09 S1 XP X 15-206 11/10/2010 22/02/2013 24/03/2014 OUI
S1 XP X 15-206 11/10/2010 22/02/2013 24/03/2014 OUI
0C06-0C08 S2 XP X 15-206 11/10/2010 22/02/2013 - NON
S3 XP X 15-206 11/10/2010 22/02/2013 - NON
1B02 S1 XP X 15-206 11/10/2010 22/02/2013 24/03/2014 NON
S1 XP X 15-206 11/10/2010 22/02/2013 24/03/2014 OUI
1B04 S2 XP X 15-206 11/10/2010 22/02/2013 24/03/2014 OUI
S3 XP X 15-206 11/10/2010 22/02/2013 24/03/2014 OUI
S1 XP X 15-206 11/10/2010 22/02/2013 24/03/2014 OUI
1 1B07-1B09 S2 XP X 15-206 11/10/2010 22/02/2013 24/03/2014 OUI
S3 XP X 15-206 11/10/2010 22/02/2013 24/03/2014 NON
S1 XP X 15-206 11/10/2010 22/02/2013 24/03/2014 OUI
1C02
S2 XP X 15-206 11/10/2010 22/02/2013 24/03/2014 OUI
1C06 S1 XP X 15-206 11/10/2010 22/02/2013 24/03/2014 OUI
S1 XP X 15-206 22/11/2010 22/02/2013 24/03/2014 OUI
S2 XP X 15-206 22/11/2010 22/02/2013 24/03/2014 OUI
2B02-2B04
S3 XP X 15-206 22/11/2010 22/02/2013 24/03/2014 OUI
S4 XP X 15-206 22/11/2010 22/02/2013 24/03/2014 OUI
Ivry sur Seine

S1 XP X 15-206 22/11/2010 22/02/2013 24/03/2014 OUI


Raphaël

S2 XP X 15-206 22/11/2010 22/02/2013 24/03/2014 OUI


2B10-2B12-2B14
S3 XP X 15-206 22/11/2010 22/02/2013 24/03/2014 OUI
S4 XP X 15-206 22/11/2010 22/02/2013 24/03/2014 OUI
S1 XP X 15-206 22/11/2010 22/02/2013 25/03/2014 OUI
2B22
S2 XP X 15-206 22/11/2010 22/02/2013 25/03/2014 OUI
2B23 S1 XP X 15-206 22/11/2010 22/02/2013 25/03/2014 NON
2B24 S1 XP X 15-206 22/11/2010 22/02/2013 25/03/2014 OUI
2B25 S1 XP X 15-206 22/11/2010 22/02/2013 25/03/2014 OUI
2B26 S1 XP X 15-206 22/11/2010 22/02/2013 25/03/2014 OUI
2 S1 XP X 15-206 02/11/2010 22/02/2013 25/03/2014 OUI
2C06-2C08 S2 XP X 15-206 02/11/2010 22/02/2013 25/03/2014 OUI
S3 XP X 15-206 02/11/2010 22/02/2013 25/03/2014 OUI
S1 XP X 15-206 22/11/2010 22/02/2013 25/03/2014 OUI
S2 XP X 15-206 22/11/2010 22/02/2013 25/03/2014 OUI
2C11-2C13
S3 XP X 15-206 22/11/2010 22/02/2013 25/03/2014 OUI
S4 XP X 15-206 22/11/2010 22/02/2013 25/03/2014 OUI
2C14 S1 XP X 15-206 02/11/2010 22/02/2013 25/03/2014 OUI
S1 XP X 15-206 02/11/2010 22/02/2013 25/03/2014 OUI
S2 XP X 15-206 02/11/2010 22/02/2013 25/03/2014 OUI
S3 XP X 15-206 02/11/2010 22/02/2013 25/03/2014 NON
S4 XP X 15-206 02/11/2010 22/02/2013 25/03/2014 OUI
2D03-2D05
S5 XP X 15-206 02/11/2010 22/02/2013 25/03/2014 OUI
S6 XP X 15-206 02/11/2010 22/02/2013 25/03/2014 NON
S7 XP X 15-206 02/11/2010 22/02/2013 25/03/2014 NON
S8 XP X 15-206 02/11/2010 22/02/2013 25/03/2014 NON

Page 17 sur 18
Contrôle Contrôle
Conformité de
Localisation Identifiant Référentiel Contrôle Initial périodique périodique
la sorbonne
sorbonne normatif 2013 2014
(oui/non)
Site Bât. Etage N° local Dernière date Dernière date Dernière date
S1 XP X 15-206 02/11/2010 22/02/2013 26/03/2014 OUI
S2 XP X 15-206 02/11/2010 22/02/2013 26/03/2014 OUI
S3 XP X 15-206 02/11/2010 22/02/2013 26/03/2014 NON
S4 XP X 15-206 02/11/2010 22/02/2013 26/03/2014 OUI
2D07-2D09
S5 XP X 15-206 02/11/2010 22/02/2013 26/03/2014 NON
S6 XP X 15-206 02/11/2010 22/02/2013 26/03/2014 OUI
S7 XP X 15-206 02/11/2010 22/02/2013 26/03/2014 NON
S8 XP X 15-206 02/11/2010 22/02/2013 26/03/2014 OUI
S1 XP X 15-206 22/11/2010 22/02/2013 26/03/2014 NON
S2 XP X 15-206 22/11/2010 22/02/2013 26/03/2014 NON
S3 XP X 15-206 22/11/2010 22/02/2013 26/03/2014 NON
S4 XP X 15-206 22/11/2010 22/02/2013 26/03/2014 OUI
2D11-2D13
S5 XP X 15-206 22/11/2010 22/02/2013 26/03/2014 OUI
S6 XP X 15-206 22/11/2010 22/02/2013 26/03/2014 OUI
S7 XP X 15-206 22/11/2010 22/02/2013 26/03/2014 NON
S8 XP X 15-206 22/11/2010 22/02/2013 26/03/2014 OUI
S1 XP X 15-206 22/11/2010 22/02/2013 27/03/2014 OUI
S2 XP X 15-206 22/11/2010 22/02/2013 27/03/2014 OUI
Ivry sur Seine

Raphaël

S3 XP X 15-206 22/11/2010 22/02/2013 27/03/2014 NON


2
S4 XP X 15-206 22/11/2010 22/02/2013 27/03/2014 OUI
2D15-2G07
S5 XP X 15-206 22/11/2010 22/02/2013 27/03/2014 OUI
S6 XP X 15-206 22/11/2010 22/02/2013 - NON
S7 XP X 15-206 22/11/2010 22/02/2013 27/03/2014 OUI
S8 XP X 15-206 22/11/2010 22/02/2013 27/03/2014 NON
S1 XP X 15-206 22/11/2010 22/02/2013 - NON
S2 XP X 15-206 22/11/2010 22/02/2013 - NON
2G06-2G08
S3 XP X 15-206 22/11/2010 22/02/2013 27/03/2014 OUI
S4 XP X 15-206 22/11/2010 22/02/2013 27/03/2014 OUI
S1 XP X 15-206 22/11/2010 22/02/2013 27/03/2014 OUI
2G09 S2 XP X 15-206 22/11/2010 22/02/2013 27/03/2014 NON
S3 XP X 15-206 22/11/2010 22/02/2013 27/03/2014 OUI
S1 XP X 15-206 22/11/2010 22/02/2013 - NON
S2 XP X 15-206 22/11/2010 22/02/2013 - NON
2G10-2G12
S3 XP X 15-206 22/11/2010 22/02/2013 - NON
S4 XP X 15-206 22/11/2010 22/02/2013 27/03/2014 OUI
S1 XP X 15-206 22/11/2010 22/02/2013 27/03/2014 OUI
2G14
S2 XP X 15-206 22/11/2010 22/02/2013 27/03/2014 OUI
2I08 S1 XP X 15-206 22/11/2010 22/02/2013 27/03/2014 OUI

Page 18 sur 18
Rapport annuel de prévention Année 2014

ANNEXE 4

Synthèse des comptes rendus de


visite de service CHSCT

a) Flocage et laine de roche

b) Atelier de découpe des matières premières

c) Local pour le personnel d’entretien féminin Derichebourg

d) Bureau accueil et mobilité

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 136 sur 137
Annexe 4, a - Synthèse compte-rendu de visite de service CHSCT

Flocage et Laine de roche

Date de la visite 03/07/2014


Localisation Service courrier, Secteur Ouest Nord et Sud
Objet de la visite Risques liés à la dégradation du flocage et présence de laine de roche
Membres du M. Magnin (DPI, représentant du président), M. Maillard (FSU), M.
comité de visite Rubinstein (CGT)
Autres personnes Mme. Nebbache (Conseiller de prévention), Mme. ADAM
présentes (Coordinatrice CHSCT)
- Intervention pendant la période la plus creuse de l'année, en août, tôt
dans la matinée, en
général avant 9 heures sauf pour quelques jours.
- Mesures d’information des agents par voie de mail, affichage sur les
portes des couloirs,
coordination avec les chefs de site.
- Recours à l'entreprise Derichebourg.
- Fermeture des portes des locaux donnant dans le couloir où sera
Principales enlevée la laine de roche.
préconisations du Interdiction d’accès aux locaux pendant la durée des travaux.
compte-rendu de - Enlèvement de la laine de roche et mise en sacs hermétiquement
visite fermés et déposés dans les
bennes qui seront évacuées en décharge à filière adaptée (cf. plan de
prévention au SHS).
- Aspiration des circulations au fur et à mesure de la zone où se trouvait
la laine de
roche. Evacuation des sacs par l'entreprise et nettoyages final.
- Equipement des agents de nettoyage : port de gants, masques,
lunettes et combinaisons (cf.
plan de prévention au SHS).
Examiné au CHSCT le 21 octobre 2014
En conclusion :
 Un signalement DGI a été fait le 4 août 2014 suite au non-respect
Examen du
du plan de prévention par l’entreprise Derichebourg : zone de
compte-rendu
travaux non sécurisée, absence d'échafaudage, aucune
au CHSCT
mesure de protection…
 Les travaux ont été arrêtés, il n’y a plus de danger
 Les travaux seront réalisés selon les normes qui conviennent
Annexe 4, b - Synthèse compte-rendu de visite de service CHSCT

Atelier de découpe des matières premières

Date de la visite 29/09/2014


Localisation Tour 25, niveau Saint Bernard.
Objet de la visite La visite a été décidée par le CHSCT suite à un signalement inscrit au
registre santé et sécurité au travail le 21 février 2014 et reçu par le
service hygiène et sécurité le 24 février 2014. Le signalement porte sur la
disposition des portes dans le futur atelier de découpe des matières
premières qui pourrait poser un problème de sécurité lorsqu’un incendie
se déclare dans la pièce n°1. Egalement, l’ajout d’une porte
supplémentaire pourrait faciliter la livraison des matériaux.
Membres du Patrick Prieur, directeur Général des Services adjoint, représentant du
comité de visite président
Michel Carpentier, représentant du personnel au CHSCT
Chloé Hamel-Dellenbach, représentant du personnel au CHSCT
Dr Nathalie Lacoste-Renard, médecin de prévention
Mathieu Bernard, Assistant de prévention de l’UFR de Physique
Autres personnes Richard Sauvage, personnel de l’atelier de découpe
présentes Patrick Boissé, directeur de l’UFR de Physique
Marie-Chistine Kerhuel, Chargée des relations avec l'EPAURIF
Jaouen Mary, Service Hygiène et sécurité
Principales - refaire la rampe d’accès
préconisations du - recouvrir le sol d’un revêtement anti-dérapant
compte-rendu de - changer le lavabo
visite - mettre une cabine de douche
- utilisation de silentblocs pour l’ancrage des râteliers
- aspiration pour la découpe et le meulage des pièces en acier
inoxydable.
- aspiration à la source pour le liquide de coupe.
- refaire des mesures de renouvellement d’air des 2 pièces de l’atelier
- déplacer les bouches d’évacuation
- ouvrir une porte face à la pièce RC-03
- renforcer le plancher au-dessous du massicot Bombled
- édifier un mur de soutènement sous la salle RC-03
- déplacer le rail du palan et lui donner une forme appropriée à sa
fonction
- rehausser l’embrasure de la porte de la salle RC-03 pour prolonger le
rail du palan
- vérifier la certification du rail du palan
- obtenir la documentation technique du palan
- obtenir les certificats de conformité des machines
- obtenir la fiche de donnée de sécurité de l’isolant phonique placé sur
les murs
- mettre en place un dispositif PTI
- en attendant la mise en place d’un dispositif PTI, trouver une solution
organisationnelle
- recouvrir les murs pour couvrir l’isolant phonique
- en cas de perçage de l’isolant phonique, prévoir une aspiration à
défaut des EPI
- consulter le CHSCT lors des projets d’aménagement (article 57 du
décret n° 82-453)
Examen du Examiné au CHSCT le 16 décembre 2014
compte-rendu En conclusion : se rapprocher de l’Epaurif pour les éléments suivants :
au CHSCT  Demande d’ouverture d’une seconde porte
 Vérification (et si nécessaire rectification) de la charge au sol, de
la ventilation des locaux, et la couverture/matière qui tapisse les
parois
 Monsieur Sauvage n’occupera pas le local au 15 janvier
 Le CHSCT sera tenu au courant de l’avancée des discussions
Annexe 4, c - Synthèse compte-rendu de visite de service CHSCT

Local Derichebourg – personnel d’entretien féminin

Date de la visite 08/10/2014


Localisation local à l’arrière de l’amphithéâtre A1
relogement du vestiaire des salariées de ménage Derichebourg suite
Objet de la visite aux travaux du demi-couloir bâtiment C – 1er étage (animalerie
aquatique)
Membres du M. Michel (DLC, représentant du président), Mme. Gaudard (CGT)
comité de visite
Mme. Hamel-Dellenbach (expert pour la représentante du personnel)
Autres personnes
Mme. Hafid (SHS), Mr. Montil (DPI), Mr. Ferreira (chef de site du bâtiment
présentes
A, B, C)
- Les fenêtres doivent être changées pour que les personnels puissent
être isolés visuellement. Il faudrait également les sécuriser.
- Le local technique doit rester accessible de l’extérieur (sans passer par
le vestiaire), une cloison en diagonale doit donc être installée entre le
panneau électrique et les toilettes.
Principales
- Un lavabo sera ajouté
préconisations du
- Il est prévu de créer une cloison sans porte pour séparer la salle-
compte-rendu de
vestiaires en deux parties : une pour les chariots, une seconde pour les
visite
vestiaires à proprement parler.
- Il est prévu que la petite salle attenante à la salle centrale soit
aménagée en salle de douche.
- le vestiaire des hommes du bâtiment C est également insalubre il
faudrait prévoir des locaux également pour les hommes.

Examiné au CHSCT le 16 décembre 2014


Examen du
En conclusion :
compte-rendu
 Constituer un comité de visite à la prochaine réunion du CHSCT
au CHSCT
pour constater des travaux réalisés
Annexe 4, d - Synthèse compte-rendu de visite de service CHSCT

Bureau accueil et mobilité

Date de la visite 03/11/2014


Localisation Patio 23-34, niveau Saint-Bernard
Déménagement : ergonomie des futurs locaux (luminosité insuffisante,
Objet de la visite
pseudo-fenêtre… ) et impact sur le fonctionnement du service
Membres du M P. Prieur (DGS, représentant du Président), M. Carpentier (FSU), Mme
comité de visite Paliès (Sgen‐CFDT)
Autres personnes Afid‐Akli (SHS), Mme. Seilhan (VP DRI), Mme. Kerhuel (chargée de
présentes mission: relations Epaurif), Mme Dr. Paringaux (médecin de prévention)
- Abandon du projet d’emménagement d’une partie du service dans
Principales les locaux de la vie étudiante.
préconisations du - Recherche d’une solution alternative préservant le collectif de travail
compte-rendu de et offrant un environnement favorable.
visite - Consultation du CHSCT.
- Mise en conformité avec la réglementation : document unique,
assistant de prévention
Examiné au CHSCT le 16 décembre 2014
En conclusion :
 Solliciter l’Epaurif pour qu’il propose une solution afin de rétablir
l’éclairage naturel en levant la règle liée au respect de la
Examen du
distance minimale du vis-à-vis
compte-rendu
 Il n’y aura pas de déménagement du service en question tant
au CHSCT
que les travaux ne seront pas réalisés
 Mener une réflexion (DGS, DGFIP) pour aménager la distribution
des différentes équipes dans l’espace vie étudiante.
 Le CHSCT sera informé de la réflexion menée
Rapport annuel de prévention Année 2014

ANNEXE 5

Exemples de procédures : conduite


à tenir en cas d’accident

Université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités


CHSCT du 16 Mars 2014 Page 137 sur 137
Annexe 5 - Exemples de procédures : conduite à tenir en cas d'accident

Conduite à tenir en cas de

Projection de produit chimique

IMMEDIATEMENT
 Projection cutanée
 Retirer si possible les vêtements souillés,
 Laver abondamment à l’eau courante pendant au moins 15 minutes,
 Ne pas neutraliser, ne pas léser la peau en frottant, ne mettre aucune
crème après le lavage.

 Projection oculaire
 Rincer abondamment à l’eau courante à faible pression pendant 15
minutes, en écartant bien les paupières, tête inclinée et l’œil atteint
positionné vers le bas (se faire aider par un collègue).
 En cas de port de lentilles, ne pas enlever et laver de la même façon.
 Consulter un ophtamologue.

DANS L’HEURE QUI SUIT


 Consulter un médecin (urgences, ophtalmologue…) pour évaluer la gravité de
l’accident,
 Présenter systématiquement la feuille d’accident au médecin pour bénéficier de
la dispense d’avance de frais dans la limite des tarifs conventionnels dans le cas
d’une consultation externe,
 Faire établir un certificat médical initial d’accident de travail (CERFA 11138*01)
par le médecin consulté en urgence et lui faire remplir la feuille d’accident pour
la dispense d’avance des frais.

DANS LES 24 HEURES


 Déclarer l’accident :
 Auprès de la DRH selon la procédure en vigueur,
 A l’assistant de prévention pour consignation sur le registre santé et
sécurité au travail,
 Au service de médecine de prévention.
Conduite à tenir en cas de

Morsure, piqure, griffure avec un animal


de laboratoire

IMMEDIATEMENT
 Laver au savon neutre ou au savon de Marseille pendant 3 minutes,
 Rincer soigneusement,
 Désinfecter pendant au moins 15 minutes avec de l’alcool à 70° ou du Dakin
stabilisée.

DANS L’HEURE QUI SUIT


 Consulter un médecin en urgence pour évaluer la gravité de la blessure ,
 Présenter systématiquement la feuille d’accident au médecin pour bénéficier de
la dispense d’avance de frais dans la limite des tarifs conventionnels dans le cas
d’une consultation externe,
 Faire établir un certificat médical initial d’accident de travail (CERFA 11138*01)
par le médecin consulté en urgence et lui faire remplir la feuille d’accident pour
la dispense d’avance des frais.

DANS LES 24 HEURES


 Déclarer l’accident :
 Auprès de la DRH selon la procédure en vigueur,
 A l’assistant de prévention pour consignation sur le registre santé et
sécurité au travail,
 Au service de médecine de prévention.
Conduite à tenir en cas de

Projection de produits radioactifs


IMMEDIATEMENT
 Projection cutanée
 Avertir la PCR,
 Enlever les vêtements souillés prudemment et les mettre dans un sac étanche,
 Laver la peau une brosse douce du bord vers le centre de la contamination avec
de l’eau savonneuse (ou de la bétadine dans le cas de l’iode),
 S’il y a besoin de laver le visage ou les cheveux, protéger les narines, la bouche,
les yeux et les oreilles pour éviter la contamination interne.
 Rincer à l’eau abondante,
 Répéter l’opération 3 fois,
 Contrôler la zone avec l’appareil de détection adapté,
 Sécher par compresse ou serviette à usage unique si la décontamination est
vérifiée.

 Projection oculaire
 Laver abondamment avec de l’eau tiède en évitant l’écoulement de l’eau vers les
parties non atteintes,
 Contrôler la zone avec l’appareil de détection adapté,
 Sécher par compresse ou serviette à usage unique si la décontamination est
vérifiée.

 Ne pas déplacer la personne si elle est contaminée.

DANS L’HEURE QUI SUIT


 Appeler le SAMU (0)15 pour un avis médical,
 Récupérer le dosimètre pour développement en urgence,
 Présenter systématiquement la feuille d’accident au médecin pour bénéficier de la
dispense d’avance de frais dans la limite des tarifs conventionnels dans le cas d’une
consultation externe,
 Faire établir un certificat médical initial d’accident de travail (CERFA 11138*01) par le
médecin consulté en urgence et lui faire remplir la feuille d’accident pour la dispense
d’avance des frais.

DANS LES 24 HEURES


 Déclarer l’accident :
 Auprès de la DRH selon la procédure en vigueur,
 A l’assistant de prévention et la Personne Compétente en Radioprotection pour
consignation sur le registre santé et sécurité au travail et déclaration à l’ASN,
 Au service de médecine de prévention.