Vous êtes sur la page 1sur 16

Un Parc Aventure à Steinfort

Table des matières


Introduction 5

Le territoire et le site 5

Le Parc Aventure 6
L’infrastructure «accro-branches» 7
Un parcours et des activités au sol 8
Equipements supplémentaires 8
Vers une offre variée de loisirs et de détente 9
L’accès au Parc Aventure 9

Un projet citoyen – l’éducation à l’environnement 10


et au développement durable

Gouvernance partagée et citoyenne 10

Emploi, compétences et formation continue 11


Un partenariat diversifié – les parties prenantes 12
Les partenariats institutionnels 12
Les usagers – partenaires 12
La communication 13

Le financement 13

Les recettes 14
4
Introduction
Ce dossier expose le projet de Parc Aventure que l’Administration communale
de Steinfort entend mettre en œuvre. Le projet s’inscrit dans une démarche de
développement de l’attractivité touristique de la région des Sept Châteaux.

Plus qu’une simple attraction ludique, sportive et récréative, les partenaires du


projet proposent un concept d’activité éco-touristique qui englobe la sensibilisation
à l’environnement et au développement durable, la gestion écologique du site,
une gouvernance partagée entre différentes parties prenantes locales, et la
création d’emplois durables.

Pour la mise en œuvre et l’exploitation du projet, la Commune de Steinfort


s’est associée au Centre d’Initiative et de Gestion Local Steinfort asbl (CIGL),
une association membre du réseau Objectif Plein Emploi et conventionnée avec
la Commune de Steinfort depuis près de dix ans. Le CIGL promeut l’économie
solidaire par une action de développement local qui regroupe plusieurs projets
sur la Commune de Steinfort: service de proximité, Internetstuff, de Stengeforter
Almanach, le jardin solidaire Kalendula, etc.

Le projet s’appuie par ailleurs sur le soutien du programme Leader Aïschdall et


celui de l’Administration des Eaux & Forêts.

Le territoire et le site
La Commune de Steinfort, qui regroupe les localités de Kleinbettingen, Hagen,
Grass et Steinfort, jouxte la frontière avec la Belgique et fait office de porte
d’entrée de la Vallée des Sept Châteaux pour le flux du Centre-Sud du pays
ainsi que pour les visiteurs venant de Belgique et de France. Avec près de 5.000
habitants, elle est un pôle important du Canton de Capellen. Sa population
comprend 30% de jeunes de moins de 20 ans et 80% de ses habitants ont
moins de 60 ans1.

La région Aïschdall possède de nombreux atouts touristiques, notamment la


Vallée des Sept Châteaux qui attire de nombreux visiteurs au moyen d’une offre
variée. La région compte 4 terrains de camping et 14 structures hôtelières.

Du point de vue géographique, la Commune de Steinfort est au croisement de


villes importantes comme Arlon (distante de 9 km), Longwy, Pétange, Differdange,
Esch-sur-Alzette, Mersch et Luxembourg (toutes trois distantes de moins de 30
km). Elle se situe ainsi à distance sensiblement égale des centres urbains parmi
les plus importants de la proche région. Cette localisation centrale constitue un
atout important à exploiter dans le cadre du projet Parc Aventure. La Commune
de Steinfort est en effet très bien desservie par des axes de circulation majeurs,
l’autoroute A6 et la ligne ferroviaire Luxembourg-Bruxelles, ce qui facilite l’accès
des populations du sud et du centre du pays au Parc Aventure. Il en va de même
pour la région de Longwy via l’axe routier qui la relie à Arlon.

Par ailleurs, il est important de mentionner la piste cyclable de l’Attert (PC12) qui
relie Pétange à Colmar-Berg. Elle dessert en effet le futur «Parc Aventure» et sera
amenée à jouer un rôle important dans le cadre du projet.

Le site retenu pour accueillir l’infrastructure se situe en bordure de forêt près du


lieu-dit Schwarzen Haff, le long de la piste cyclable CP12, à côté des terrains de
tennis et jouxtant le point de départ du parcours fitness existant. Une aire de
pic-nic et de grillade abondamment utilisée se trouve à une centaine de mètres
sur la piste cyclable. Le coin de forêt retenu se prête bien à l’installation de
l’infrastructure, car composé à 90% de hêtres et 10% de chênes. Du fait de la
localisation du Parc Aventure en lisière de la forêt, l’impact sur environnemental
pourra être circonscrit au strict minimum.

1
Compendium 2004 et Recueil de
Le Parc Aventure de Steinfort sera le premier dans le quart sud-ouest du pays.
statistiques par communes, 2003,
publications du STATEC.
5
Le Parc Aventure
L’infrastructure «accro-branche»

Les parcs «accro-branches» sont des espaces de loisirs aménagés en milieu


naturel avec des parcours sportifs et ludiques. Chaque parcours intègre des
jeux suspendus en hauteur, reliant des plates formes intégrées dans le paysage.
Les plates formes et les jeux sont fixés aux arbres à hauteurs différentes et de
façon à ne pas les abîmer. Le parc «accro-branche» de Steinfort sera composé de
plusieurs parcours de hauteurs différentes (entre 1m et 11m), ainsi que de deux
parcours d’initiation.

Grâce à ces parcours de niveaux de difficulté variés et progressifs, le parc «accro-


branche» est accessible au plus grand nombre et à partir du plus jeune âge (4
ans). Il permet de partager des moments agréables avec des amis, en famille
ou en groupes organisés dans le cadre aéré la forêt. En effet, le parc «accro-
branche» de Steinfort se conçoit également comme lieu de promenade et de
découverte du milieu de la forêt.

Le parc «accro-branches» sera conçu et réalisé par une société spécialisée dans
la construction de ce genre d’infrastructures. Elle respectera les normes de
construction et de sécurité applicables. Il en sera de même pour les équipements
de sécurité, tels les baudriers, les mousquetons ou les longes. Par ailleurs, la
construction répondra à des critères environnementaux, aussi bien au niveau des
matériaux utilisés que de l’impact des installations sur le milieu et notamment
sur les arbres qui les supporteront. L’infrastructure fera l’objet d’un contrat de
maintenance avec le constructeur. Le personnel affecté au parc «accro-branches»
sera formé par le constructeur aux techniques de sécurité et d’entretien des
installations. Si nécessaire, le chantier fera l’objet d’une adjudication publique.

L’infrastructure du parc «accro-branches» sera soumise à l’autorisation préalable


du Ministère de l’Environnement.

Le choix du site tient compte d’une série de critères qui relèvent de la protection
de l’écosystème forestier. Il s’agit en effet de minimiser au maximum l’impact
sur la forêt. C’est pour cette raison que le site est situé en bordure de forêt et
délimité par la piste cyclable, le parcours fitness, une série de sentiers existants
et à proximité directe avec les habitations. Par ailleurs, le CIGL se chargera
toute l’année de son entretien en utilisant des techniques respectueuses de
l’environnement.

Nouveau chemin

Sentier de fôret

Frontière

Route

6
L’infrastructure «accro-branche»

7
Un parcours et des activités au sol

En parallèle des parcours dans les arbres, le parc «accro-branches» proposera un


parcours et différentes activités au sol destinés à la découverte de l’écosystème
de la forêt. Ces activités s’adresseront aussi bien à des groupes encadrés qu’au
public au sens large.

Le parcours sera parsemé de plusieurs «stations pédagogiques» mettant tout


d’abord l’accent sur les différents sens auxquels l’environnement forestier nous
invite à faire appel. Le toucher sera mobilisé par un parcours tactile qui se fait
pieds nus, ou encore par des «boîtes secrètes» où il s’agit de reconnaître différents
matériaux uniquement par le toucher. Des «boîtes à odeurs» stimuleront l’odorat,
des instruments de musique de type xylophone permettront d’exercer l’ouïe et
de favoriser la découverte de différentes essences de bois. De la même manière,
divers dispositifs permettront de porter une attention particulière aux bruits de la
forêt, et d’autres l’observation de détails auxquels l’œil n’est pas habitué.

Ces stations auront pour but de faire découvrir l’environnement forestier de


manière ludique, autour des diverses essences de bois, des habitats des animaux
ou encore de leur mode de déplacement. Par exemple, le saut en longueur
permet de comparer la longueur son propre saut à celles des sauts des animaux
de la forêt.

Exemple d’activité à vocation pédagogique:


Un jeu de plateau destiné aux enfants

Chemin tactile
Nous élaborons un jeu de plateau destiné à la sensibilisation plus approfondie
de groupes d’enfants. Il permettra aux enseignants ou éducateurs d’évoquer
de manière ludique les différentes problématiques liées à l’écosystème
forestier: gestion durable, biodiversité, saisons, reproduction, etc. Les
essences végétales et les espèces animales présentes dans le jeu seront celles
vivant dans la forêt: chêne, hêtre, frêne, écureuils, martres, chouettes, etc.

Un «pack pédagogique» pourra ainsi être proposé. L’activité se fera en deux


temps: tout d’abord autour du jeu et dans la discussion, puis dans le parc,
sur les arbres, en situation d’observation. L’animation de cette séance de jeu
pourra être menée conjointement par l’enseignant ou l’éducateur avec le
garde forestier. Le jeu de plateau pourra se faire au sein de l’école, la maison
Boîtes à toucher relais ou dans une crèche, alors que l’étape de l’observation se déroulera
dans le parc «accro-branches».

Les activités au sol ont pour but de favoriser la sensibilisation et la créativité,


surtout celle des enfants et des adolescents.

Par ailleurs, le parcours au sol répond à la volonté de rendre le site attrayant pour
tous les publics. Le but est d’y attirer également des catégories qui n’utilisent
pas les parcours dans les arbres comme les personnes âgées. Le site tiendra ainsi
compte des besoins des personnes à mobilité réduite. Globalement, le projet est
voué à accueillir tous les publics, la question de la sensibilisation à l’environnement
de la forêt étant le fil conducteur de l’ensemble des activités qu’il propose.
Boîtes à odeurs mystérieuses
Equipements supplémentaires

Une maisonnette en bois destinée à l’accueil des visiteurs, à la billetterie, au


stockage de matériel et à la vente de boissons et de petites collations sera
construite à l’entrée du site. Cette construction sera conforme à des critères de
développement durable ainsi qu’aux normes édictées par LuxControl.

Des arrivées d’eau et d’électricité sont prévues à ce même endroit. Elles


permettront une autonomie du site, notamment au niveau sanitaire. Des toilettes
seront construites puis reliées au tout-à-l’égout le plus proche.

8
La construction de la maisonnette sera soumise à l’autorisation du Ministère de
l’Environnement.

Vers une offre variée de loisirs et détente

La Commune de Steinfort et le CIGL projettent de développer à moyen terme un


ensemble d’activités de loisir à proximité immédiate et autour du parc «accro-
branches». L’objectif est de réunir celui-ci avec les infrastructures existantes en
un ensemble cohérent. De plus, il s’agira d’interconnecter cet ensemble avec
l’offre touristique et récréative existante dans la Vallée des Sept Châteaux.

Le parcours de fitness existant sera rénové. Il sera ainsi mieux valorisé et fera office
d’infrastructure complémentaire et cohérente avec le parc «accro-branches».

De la même manière, la piste cyclable CP12, qui passe aux abords de la forêt sera
mieux mise en valeur par ces nouvelles activités. Un service de location de vélo
sera mis en place sur le site. Ainsi, il sera possible de joindre promenade en vélo
et visite du parc «accro-branches».

La Grillplaz, à proximité immédiate du parc «accro-branches» est un atout pour le


site puisqu’elle pourra servir d’aire de pique-nique et de convivialité. Elle permet
par ailleurs de proposer des «journées» lors desquelles les visiteurs auront un lieu
tout indiqué pour prendre leur repas.

Le CIGL Steinfort, en collaboration avec la Commune de Steinfort et


l’Administration des Eaux & Forêts, procèdera au réaménagement du parcours
de fitness, de la Grillplaz et mettre en place le «service vélo» pendant la période
d’aménagement du parc «accro-branches».

A plus long terme, la Commune de Steinfort envisage de récupérer la bâtisse


Schwarzen Haff, située sur la piste cyclable. Le but étant d’une part d’en faire
un lien central d’information sur la commune de Steinfort et la région Aïschdall,
mais aussi de promotion des projets du CIGL, ainsi que des différents acteurs
communaux et régionaux (Leader, offre culturelle et touristique, etc.). D’autre
part, diverses manifestations culturelles (expositions, ateliers de création, etc.)
pourront y prendre place.

Le programme Leader, partenaire du projet, vise à mettre en valeur les différents


points d’attractions de la région dans le cadre de circuits de cyclotourisme. Le
parc figurera dès lors dans la communication du programme. De plus, Leader
coordonne diverses initiatives qui organisent des visites guidées en vélo dans la
Vallée des Sept Châteaux. Ces visites s’organisent par thèmes. Il est envisageable
de créer un partenariat avec ces organisations afin d’inclure le site dans ce genre
de circuits.

L’accès au Parc Aventure

Steinfort dispose de deux parkings à voitures, le premier étant le Park&Ride


près de la frontière, le deuxième à côté du Centre culturel Al Schmelz. Il est
proposé de canaliser les visiteurs venant en voiture vers ces deux parkings, ceci
afin d’éviter l’engorgement et les désagréments pour le voisinage immédiat du
Parc Aventure.

Une signalisation appropriée sera mise en place. Les visiteurs auront à parcourir
à pied un chemin d’environ 500 mètres à travers la localité de Steinfort, ce
qui pourrait se révéler bénéfique pour les commerces. Ce chemin à pied sera
également signalisé.

Dans le but de favoriser le transport ferroviaire, la Commune de Steinfort et le


CIGL disposeront à la gare de Kleinbettingen plusieurs vélos à l’attention des
visiteurs. Ce service supplémentaire fait partie de la mise à disposition de vélos
sur le site du Parc Aventure pour permettre de parcourir la piste cyclable CP12.
Les visiteurs pourront donc rejoindre le Parc Aventure à vélo depuis la gare de
Kleinbettingen, sur un parcours d’environ 2,5 km. Dans ce contexte, il sera
proposé aux CFL un partenariat dans le but de mettre en place une promotion
9
commune des transports alternatifs à la voiture.

Steinfort est bien desservie par les lignes de bus vers Luxembourg, de sorte que
les visiteurs de Capellen, Mamer, Strassen, etc., notamment les jeunes, pourront
se rendre facilement au Parc Aventure.

Un projet citoyen -
l’éducation à l’environnement
et au développement durable
«L’éducation relative à l’environnement est cette dimension essentielle de
l’éducation fondamentale qui concerne notre relation au milieu de vie, à
cette «maison de vie» partagée. Au niveau personnel, l’éducation relative
à l’environnement vise à construire une «identité» environnementale, un
sens de l’être-au-monde, une appartenance au milieu de vie, une culture de
l’engagement. À l’échelle des communautés, puis à celle de réseaux de solidarité
élargis, elle vise à induire des dynamiques sociales favorisant l’approche
collaborative et critique des réalités socio-écologiques et une prise en charge
2
Lucie SAUVÉ est professeure titulaire au
département d’éducation et pédagogie autonome et créative des problèmes qui se posent et des projets qui émergent.»
de l’Université du Québec à Montréal. Au (Lucie Sauvé, 2007)2
sein de cette institution, elle est titulaire
également de la Chaire de recherche L’éducation citoyenne est une notion centrale des diverses activités portées
du Canada en éducation relative à
l’environnement. par le CIGL Steinfort. Dans le cadre de ce projet, nous entendons porter une
attention toute particulière au support de sensibilisation et d’éducation que
Nature et créativité. constitue le Parc Aventure.

Il est important de sensibiliser les jeunes et moins jeunes à leur environnement


le plus proche et à la place qu’ils y prennent. Ces objectifs sont d’ailleurs inscrits
au chapitre 36 de l’Agenda 21, établi à Rio de Janeiro en 2002. Il s’agit, par
le biais de l’éducation à l’environnement, de sensibiliser les publics de manière
bien plus large à leurs rôles et leurs responsabilités dans la société.

Dans cette optique, différentes activités seront mises en place pour et avec
les publics. En effet, l’implication des différentes «parties prenantes» (enfants,
enseignants, jeunes et moins jeunes, associations, clubs sportifs et le personnel
affecté au projet) dans les activités sur et autour du Parc Aventure leur confère
une portée pédagogique et sensibilisatrice. Différentes activités sont ainsi d’ores
Xylophone en bois. et déjà en cours d’élaboration (cf. ci-dessus). Dans le contexte d’une dynamique
de sensibilisation participative, un des objectifs centraux est toutefois d’élaborer
certaines animations conjointement avec différents groupes de publics.

L’organisation du site en un lieu de loisirs et de détente diversifiés permettra de


proposer à différents groupes (scolaires, entreprises, maisons des jeunes, clubs
sportifs) une sorte de «package» d’activités autour de l’éco-Parc Aventure, mais
ne s’y réduisant pas. En effet, la présence de la Grillplaz, de la piste cyclable,
du parcours fitness à proximité du parc, permet de développer des activités
de «journée». De telles «journées» incluront par exemple pour des groupes
d’adultes: le trajet jusqu’au parc en vélo, la découverte «Mirador», l’office local
des Eaux & Forêts, (expositions, informations, sensibilisation, etc.), un déjeuner
convivial à la Grillplaz et enfin une séance d’exercice et de découverte dans le
Le téléscope. Parc Aventure.

Dans le cas de partenariats avec les écoles, les journées pourront s’articuler de
la même manière sur l’ensemble du site, mais avec un accent tout particulier sur
les actions concrètes de sensibilisation.

Gouvernance partagée et citoyenne


La Commune de Steinfort s’associe au CIGL Steinfort asbl pour ce qui concerne
l’exploitation du Parc Aventure et le développement des activités d’éducation
à l’environnement et au développement durable. Le CIGL Steinfort crée les
10
emplois nécessaires au fonctionnement du site, investit dans la formation des
salariés, entretient les installations, veille au respect des normes de sécurité et à
l’exécution de la maintenance technique, assure la gestion financière, coordonne
les différents partenaires et développe la promotion.

Emploi, compétences et formation continue

La démarche de développement local du CIGL passe notamment par la


création d’emplois pérennes. Ainsi, les activités qu’il développe permettent à
des demandeurs d’emploi, inscrits à l’Administration de l’Emploi (ADEM), de
réintégrer le marché du travail.

Dans le cadre du Parc Aventure, comme dans l’ensemble des activités du CIGL,
les emplois créés bénéficieront de contrats de droit commun (CDI, CDD). Dans
la mesure où le personnel sera salarié du CIGL, la saisonnalité de l’activité
n’impliquera pas de périodes de chômage. En effet, en temps de fréquentation
plus basse hors saison, l’entretien du site, la formation continue, ainsi que les
autres projets du CIGL fourniront diverses occupations aux salariés. Le

financement de ces emplois est régi par des conventions entre le réseau OPE, le
Ministère du Travail et de l’Emploi (MTE) et la Commune de Steinfort. Le CIGL
Steinfort prévoit la création de quatre postes de travail équivalent plein temps.
Les temps de travail seront aménagés en fonction des besoins de l’activité (p.ex.
travail de week-end).

Les compétences nécessaires à l’exploitation du site sont diverses. Elles


concernent l’accueil et l’encadrement des visiteurs: billetterie, vente de petite
L’arbre téléphone. restauration, mise à disposition des vélos, instructions de sécurité, animation de
groupes, etc. La gestion financière, les plans de communication, la coordination
des partenaires, l’organisation de la formation continue et la gestion des contrats
de maintenance seront assumés par la structure du CIGL. Le CIGL recrutera et
formera un responsable du site, chargé de s’assurer du bon déroulement des
activités, mais soutenu par l’équipe dirigeante du CIGL déjà en place.

Ces multiples compétences nécessitent la formulation d’un projet de formation


continue spécifique. La démarche d’entreprise apprenante du CIGL suppose
d’assurer la formation continue du personnel. Les salariés du parc bénéficieront
donc de diverses formations tout au long de leur implication dans le projet.

La sécurité des installations, des visiteurs et des salariés fera l’objet d’actions
Qu’est-ce que la forêt nous raconte? de formation répétées qui font partie du contrat de maintenance passé avec
l’entreprise retenue pour la conception et la construction du parc «accro-
branches». Par ailleurs, le programme Leader dispose d’une ligne de crédit pour
le financement d’actions de formation.

Les différentes activités développées sur le site, feront l’objet d’actions de


formation dans le domaine de l’animation de groupe en fonction des besoins
particuliers à chacune d’elles. Dans le contexte de l’activité du Parc Aventure
s’articulant autour de la sensibilisation à l’environnement, l’ensemble des salariés
sera formé aux différentes problématiques du développement durable et aux
techniques qui y sont associées. Les formations «guide-nature», organisées
en partenariat entre le Ministère de l’Environnement et le Service National de
la Jeunesse (SNJ), fourniront une base de travail intéressante. La démarche de
Les arbres et les habitants de la forêt. développement durable du site nécessite un entretien cohérent avec certaines
règles de bonne gestion des écosystèmes naturels. Le développement actuel
des métiers de l’environnement propose une gamme de plus en plus large de
formations permettant d’acquérir des compétences techniques respectueuses de
l’environnement pour l’élagage, les plantations, etc.

Afin de permettre l’accueil de touristes étrangers, le CIGL veillera à ce que le


personnel maîtrise les langues usuelles du pays. Notamment, le luxembourgeois
constitue un pré-requis pour le personnel en contact avec les groupes d’enfants.
Le CIGL investira dans l’apprentissage des langues en cas de besoin.

Enfin, certaines actions de formation seront accessibles aux «parties prenantes»


11
(cf. infra) impliquées dans les activités du Parc Aventure.

Un partenariat diversifié – les parties prenantes

Se définissant comme entreprise d’économie solidaire, le CIGL préconise un


mode de gouvernance qui implique concrètement l’ensemble des «parties
prenantes» au projet.
La notion de «partie prenante» est définie ici comme des personnes physiques,
morales et institutionnelles qui participent activement à la «vie» du projet
moyennant des apports de différentes natures (compétences, animations
spécifiques, financement, soutien politique, etc.) qui sont fonction du bénéfice
qu’ils entendent en tirer. Le CIGL a l’ambition de pérenniser des partenariats
avec des parties prenantes essentielles au développement du projet. L’implication
directe et soutenue des parties prenantes a pour but d’instaurer la diversité et
l’inventivité dans la vie» du Parc Aventure.

Les partenaires institutionnels

Plusieurs partenaires institutionnels peuvent être partie prenante au Parc


Aventure.

La Commune de Steinfort a pris l’initiative de la création du parc et finance les


infrastructures. Ses liens étroits avec le CIGL lui permettront de veiller au bon
fonctionnement du projet dans la durée.

Le CIGL Steinfort prend en charge l’exploitation du site et les responsabilités


qui lui sont liées. Le réseau OPE dont il fait partie, vient en appui sur différents
points énoncés ci-dessus. Le développement des activités de sensibilisation et
d’éducation à l’écologie et au développement durable revient au CIGL qui veillera
à la viabilité du projet à long terme.

L’Administration des Eaux et Forêt est concernée de près par ce projet. Il lui
revient en effet de donner son accord pour la construction de l’infrastructure.
Par ailleurs, elle est garante de la préservation du milieu naturel. Son implication
dans ce domaine se traduit à différents niveaux: dès le départ, par l’autorisation
et l’implication dans l’ingénierie de projet. Mais aussi sur le long terme en étant
un référent incontournable en matière d’environnement (formations, activités
pédagogiques, projets de sensibilisation, etc).

Le Ministère du Travail et de l’Emploi cofinance, par le biais du Fonds pour


l’Emploi, la création des postes de travail.

Le Ministère du Tourisme, pour le cofinancement de l’infrastructure et comme


vecteur de promotion par le biais de ses différents offices.

Le programme Leader participera à la promotion du Parc Aventure par un soutien


financier, mais également par les liens qu’il peut faciliter entre le Parc Aventure et
d’autres initiatives touristiques dans la région. En outre, il pourra cofinancer, du
moins en partie, certaines actions de formation continue.

Les CFL seront impliqués dans l’amélioration de l’accessibilité du parc en


participant à la promotion des moyens de transports alternatifs train-vélo.

Les usagers - partenaires

Les usagers du Parc Aventure, et notamment les groupes d’usagers, sont considérés
comme des parties prenantes au projet. Le principe est que certains groupes
d’usagers pourront devenir coproducteurs d’un certain nombre d’activités. Cette
forme de gouvernance induit une consommation avertie et plus responsable des
publics, dans la mesure où ils ne se contenteront pas d’acheter un produit fini,
mais qu’ils participeront à son élaboration. Ce type de partie prenante enrichira
le projet d’éléments de réflexion, de savoirs et de créativité. Si une offre de
base est d’ores et déjà prévue, l’ensemble du site et son fonctionnement seront
voués à évoluer en fonction des apports de chacun. Partant d’une démarche
de sensibilisation et d’éducation, l’incitation à la participation encouragera les
12
usagers à apporter leurs savoirs citoyens ainsi que leurs demandes en termes
d’activités. Cette conception participative de l’éducation citoyenne est une
approche «buttom-up» de l’éducation, émanant d’instances initiatrices (ici
le CIGL) mais construite, renforcée, dynamisée et enrichie par la participation
citoyenne.

Le développement d’activités prévues pour des scolaires fera des enseignants et


des enfants des parties prenantes au sens où ils participeront à l’élaboration et à
l’adaptation des activités propres à ce type de public.

Par ailleurs, des contacts ont été pris auprès de la Maison des Jeunes de Steinfort.
Les adolescents peuvent trouver un réel intérêt à ce parc. Par exemple, certains
d’entre eux pourront être formés et aider l’équipe du site pendant la haute saison.
En échange, ils disposeront d’autres services du CIGL (Internetstuff, graphisme,
formations, etc.) ou bien pourront entrer gratuitement sur le site avec des amis
ou leur famille.

Le syndicat d’initiative de la commune pourra lui aussi s’impliquer dans la


construction et la promotion des activités.

De la même façon, l’asbl Aktikulti a d’ores et déjà été contactée pour penser les
liens entre les sorties en forêt et expositions de plein air.

La communication

La promotion du Parc Aventure se fera à différents niveaux. Tout d’abord, en


tant qu’attraction touristique, le parc devra s’inscrire dans les différents organes
de communication: offices de tourisme, syndicats d’initiative, brochures, revues,
sites Internet. Etant situé aux frontières belge et française, la promotion du site
sera faite au niveau transfrontalier, par la recherche de relais à l’étranger.

L’outil informatique ne peut être négligé. En effet, pour de telles activités, il


est important d’apparaître sur internet. Ainsi, le Parc Aventure possèdera son
propre site web, régulièrement actualisé et permettant de découvrir la diversité
des activités.

Par ailleurs, la communication avec les parties prenantes présentes et potentielles,


fera l’objet d’une étude particulière, gérée tant au niveau local qu’à une échelle
plus importante, grâce aux différents réseaux de relations et partenaires.

Le financement
La Commune de Steinfort sollicite le cofinancement du Ministère du Tourisme
pour l’infrastructure accro-branches.

Le programme européen Leader peut cofinancer la promotion du Parc Aventure,


et la communication qui lui est liée, par exemple la signalisation du chemin
d’accès. Mais ce partenaire a par ailleurs évoqué la possibilité de prendre en
charge les formations initiales des salariés avant l’ouverture du parc.

La création d’emplois au sein du CIGL Steinfort intervient dans le cadre du


conventionnement entre la Commune de Steinfort – le réseau Objectif Plein
Emploi et le Ministère du Travail et de l’Emploi (Fonds pour l’Emploi).

De nombreux pans de l’activité du Parc Aventure relèvent du fonctionnement


normal du CIGL Steinfort (comptabilité, communication, entretien, mangement).
La formation continue entre également dans les activités régulières du CIGL
Steinfort.

Le tableau ci-dessous donne une première indication sur une possible répartition
des coûts entre les différents partenaires. Il s’agit d’estimatifs forfaitaires. Les
montants portent sur la mise en place des infrastructures et sur les dépenses
courantes liées au premier exercice annuel.

13
Investissements Montants TTC Financeurs

Expertise des arbres 22.100 Ministère du Tourisme


Commune de Steinfort

Accro-branches 328.000 Ministère du Tourisme


Commune de Steinfort

Montage de l’accro-branche 8.000 Ministère du Tourisme


Commune de Steinfort

Préparation avant montage 5.000 Ministère du Tourisme


Commune de Steinfort

Infrastructures annexes 50.000 Commune de Steinfort


(Canal d’eau, électricité, gaz, téléphone) CIGL Steinfort
Ministère du Tourisme

Maisonnette) 40.000 Ministère du Tourisme


(Accueil et stockage de matériel) Commune de Steinfort

Harnais de sécurité 57.000 Ministère du Tourisme


pour les usagers et salaries Commune de Steinfort

Installation sanitaires 30.000 Ministère du Tourisme


Commune de Steinfort

Vélos 5.000 Commune de Steinfort


Ministère du Tourisme ?
Leader ?

Parcours fitness 1.000 CIGL Steinfort


Eaux & Forêts

Formation initiale des salaries 1.000 Commune de Steinfort


CIGL Steinfort
Leader

Communication / promotion 5.000 CIGL Steinfort


Leader

Les recettes

Les recettes, provenant principalement de la billetterie et de la petite restauration,


sont gérées par le CIGL et intègrent le budget annuel affecté au Parc Aventure.

La part des recettes acquises au CIGL, à hauteur de 75% en application de


la convention entre le CIGL et l’Administration communale de Steinfort, sera
intégralement réinvestie dans le Parc Aventure. Elle servira à financer sa gestion,
les différents investissements nécessaires, l’entretien, la part de salaires non
cofinancée. Le quart restant du montant des recettes est reversé à la Commune
de Steinfort conformément à la convention susmentionnée.

Un estimatif raisonnable des recettes pour le premier exercice, basé sur environ
15.000 visiteurs payants, s’établit autour de 115.000 euros.

14