Vous êtes sur la page 1sur 42

«A aucun degré, le béton précontraint n’est du béton armé amélioré, il n’y a avec le béton armé, aucune frontière » E.

FREYSSINET

« Dans la poutre en béton précontraint, l’acier n’est pas une armature, c’est une force » Y GUYON

Professeur :
Dr. A. KONIN
SOMMAIRE

CHAPITRE 1 : PRESENTATION DU BETON PRECONTRAINTES ET DES TECHNOLOGIES DE LA


PRECONTRAINTE ..................................................................................................................................................................... 1
1. PRESENTATION.................................................................................................................................................................. 1
2. TECHNOLOGIE DE LA PRECONTRAINTE ................................................................................................................................... 2
3. ETAPES DE CONCEPTION DES OUVRAGES D'ART ...................................................................................................................... 6
CHAPITRE 2: EUROCODE 2 ET PRECONTRAINTE ......................................................................................................... 7
1. EUROCODE 2 : NF EN 1992 ................................................................................................................................................ 7
2. ETATS LIMITES ....................................................................................................................................................................... 8
3. ACTIONS ET SOLLICITATIONS.................................................................................................................................................. 8
4. DEFINITION DES SECTIONS .................................................................................................................................................... 10
5. CARACTERES DES MATERIAUX ............................................................................................................................................. 11
CHAPITRE 3 : INEQUATIONS FONDAMENTALES DU BETON PRECONTRAINT EN FLEXION COMPOSEE . 16
1. INTRODUCTION ..................................................................................................................................................................... 16
2. CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES D’UNE SECTION ........................................................................................................... 16
3. SOLLICITATIONS DANS UNE SECTION, CENTRE DE PRESSION, LIGNE DE PRESSION ................................................................. 16
4. NOYAU LIMITE, FUSEAU LIMITE ............................................................................................................................................ 17
5. NOYAU DE PASSAGE, FUSEAU DE PASSAGE ........................................................................................................................... 18
6. VALEUR MINIMALE DE LA PRECONTRAINTE DANS UNE SECTION ........................................................................................... 19
7. SECTION SOUS-CRITIQUE, SECTION SUR-CRITIQUE ................................................................................................................ 20
8. FUSEAU DE PASSAGE ............................................................................................................................................................ 21
9. DETERMINATION DU CARACTERE D’UNE SECTION ................................................................................................................ 21
10. SECTION MINIMALE DE BETON ............................................................................................................................................ 21
11. APPLICATION A L’EUROCODE 2 ....................................................................................................................................... 22
12. RECAPITULATIF .................................................................................................................................................................. 23
13. CHOIX DES CABLES ............................................................................................................................................................. 23
ANNEXE : POSITION ET ENROBAGE DES ARMATURES DE PRECONTRAINTE ............................................................................ 24
CHAPITRE 4 : PERTES DE PRECONTRAINTE ................................................................................................................. 26
1. DIAGRAMME DE TENSION ..................................................................................................................................................... 26
2. EVALUATION DES PERTES DE PRECONTRAINTE ................................................................................................................ 27
CHAPITRE 5 : FERRAILLAGE PASSIF ............................................................................................................................... 31
1. FERRAILLAGE PASSIF ............................................................................................................................................................ 31
2. ARMATURES DE PEAU ........................................................................................................................................................... 31
3. ARMATURES LONGITUDINALES DES ZONES TENDUES .......................................................................................................... 31
CHAPITRE 6 : JUSTIFICATION VIS-A-VIS DE L’EFFORT TRANCHANT ................................................................. 32
1. INTRODUCTION ..................................................................................................................................................................... 32
2. VERIFICATION DU CISAILLEMENT ......................................................................................................................................... 32
3. JUSTIFICATION DES ARMATURES TRANSVERSALES ............................................................................................................... 34
4. JUSTIFICATION DES BIELLES DE BETON COMPRIME ............................................................................................................... 35
5. REDUCTION DE L’EFFORT TRANCHANT ................................................................................................................................. 35
CHAPITRE 7 : EXEMPLE DE VERIFICATION D’UNE POUTRE ISOSTATIQUE ...................................................... 36
ENONCE DU PROBLEME ............................................................................................................................................................ 36
AVANT - PROPOS

Le document qui suit est le support de cours de Béton Précontraint dispensé à 2IE. L’objectif de ce cours
est d’initier les apprenants à la démarche de calcul des ouvrages en béton précontraint. Ce support est
structuré de la façon suivante :
- Les 2 premiers chapitres portent sur la présentation du béton précontrainte et la règlementation en
vigueur. Nous présenterons les technologies de la précontrainte, l’Eurocode 2 et son application à
la précontrainte.
- Les 3 autres chapitres présentent les méthodes de calcul d’ouvrages en béton précontraint.
Ce cours étant une initiation, il est centré sur les structures isostatiques et n’abordera pas les cas des
structures hyperstatiques.
Le cours de béton armé et celui de calcul des structures sont des pré-requis indispensables à une bonne
compréhension de ce cours. Cependant, comme le dit si bien le « père » de la précontrainte E.
FREYSSINET (voir page de garde), entre ces deux bétons, il n’y a aucune frontière. Alors pas
d’amalgame !!!
Les apprenants sont également invités à consulter l’EN 1990 (Eurocode 0) et l’EN 1991 (Eurocode 1)
pour les ce qui est des actions et de leurs détermination.

BIBLIOGRAPHIE

1- THONIER H, Conception et calcul des ouvrages en béton précontraint, Presses ENPC, 2003

2- Eurocode 2, Partie 1-1 et Partie 2, édition Eyrolles, 2005

3- CALGARO J. A. et CORTADE J, Application de l’Eurocode 2 : Calcul des bâtiments en béton,


Presses de l’ENPC, 2ème édition, 1999

4- Quelques sites internets :


CHAPITRE 1 : PRESENTATION DU BETON PRECONTRAINTES ET DES TECHNOLOGIES DE LA PRECONTRAINTE

CHAPITRE 1 : PRESENTATION DU BETON PRECONTRAINTES ET DES TECHNOLOGIES DE LA PRECONTRAINTE

1. PRESENTATION
1.1. DEFINITIONS ET PRINCIPES

Le béton précontraint (B.P.) est né du raisonnement suivant : le béton est aujourd’hui le matériau de construction
le plus économique. Il résiste bien à la compression, mais peu et surtout de façon aléatoire à la traction. Il faut
donc construire en béton mais en évitant que ce matériau soit trop tendu.

Pour cela, il faut le comprimer de façon artificielle et en permanence dans les zones où les charges extérieures
développent des tractions, de façon qu’au total, le béton reste comprimé (ou assez peu tendu pour ne pas risquer
de se fissurer) et donc résistant à tout cas de charge.

L’effort de compression volontairement développé à cet effet est appelé : effort de précontrainte (ou simplement :
la précontrainte).
Le remède ne doit pas pécher par excès : la compression totale du béton doit rester inférieure à une valeur
raisonnable de façon à éviter tout risque de fissuration longitudinale des éléments précontraints (alors que les
tractions développent généralement des fissures transversales).

Un ouvrage en béton est dit en béton précontraint, quand il est soumis à un système d’efforts créés artificiellement
pour engendrer des contraintes permanentes qui, composées avec les contraintes dues aux charges extérieures,
donnent des contraintes totales comprises entre les limites que le béton peut supporter indéfiniment en toute
sécurité.

La philosophie ainsi exposée est celle de la précontrainte totale. La précontrainte totale d’un ouvrage ne peut être
réalisée que pour des charges appartenant à un domaine limité, supposé parfaitement connu à l’avance.

Si ce domaine inclut des charges rarement atteintes dans la réalité, les principes précédents peuvent entraîner un
surdimensionnement de la précontrainte, conduisant à faire travailler la matière dans des conditions peu
rationnelles sous l’effet des charges permanentes ou quasi-permanentes.

C’est pourquoi s’est développée la notion de précontrainte partielle : la décompression du béton n’y est interdite
que sous l’effet des charges permanentes ou quasi-permanentes.

Sous l’effet de charges plus agressives, on admet que des fissures puissent se former (comme en béton armé) à
condition que leur ouverture demeure suffisamment limitée pour :
- Qu’elles soient réversibles et se referment donc sous charges permanentes ou quasi-permanentes,
- Que les risques de corrosion et de fatigue des armatures soient négligeables,

Dans tous les cas, la valeur minimale de la précontrainte résulte de la valeur plancher imposée à la contrainte
normale du béton :
- sous l’effet des cas de charges les plus agressifs lorsqu’on est en précontrainte totale,
- sous l’effet des seules charges permanentes ou quasi-permanentes lorsqu’on est en précontrainte
partielle.

COURS DE BETON PRECONTRAINT – A. KONIN


2. Technologie de la précontrainte

1.2. CONSEQUENCES DE LA PRECONTRAINTE


1.2.1. Avantages du béton précontraint
Le béton peut être tendu, mais dans la limite de la non-fissuration. Il y a donc une économie d'armatures passives
importante, notamment dans le cas de situations préjudiciables et très préjudiciables. Les pièces sont plus fines.

Exemple : Poutre en BA : h = l / 15 Poutre BP : h = l / 30 (h, l : hauteur et portée de la poutre)

1.2.2. Inconvénients
Il y a risque de rupture à vide par excès de compression. Il faut donc être très vigilant lors de la phase de
réalisation (peu chargée) et il faut justifier toutes les étapes. Les délais sont plus importants (temps de maturité du
béton) et des traitements thermiques sont parfois nécessaires.

2. TECHNOLOGIE DE LA PRECONTRAINTE
La mise en œuvre de la précontrainte nécessite l’utilisation de matériel spécifique de mise en tension et de blocage
des armatures qui font l’objet de divers brevets.

Ces différents procédés peuvent se classer en deux principales catégories :


- La précontrainte par pré-tension ;
- La précontrainte par post-tension.
2.1. PRECONTRAINTE PAR PRE-TENSION

On entend par pré-tension, la mise en tension des armatures avant le coulage du béton. Cela suppose que l’on doit
tendre les aciers en s’appuyant, soit sur le coffrage lui-même, soit sur des culées ancrées dans le sol.

Ce procédé peut être réalisé en usine ou sur chantier. La méthode suit généralement la procédure suivante :
• Préparation des moules (nettoyage, mise en place d’huile de décoffrage,…),
• Déroulement des armatures (fils adhérents ou torons) et blocage aux extrémités,
• Mise en place des armatures passives pour reprendre les efforts de traction,
• Mise en tension des fils ou torons par des vérins situés à une des extrémités
• Coulage du béton, lissage et vibration par vibration extérieure,
• Etuvage ou chauffage du béton pour accélérer son durcissement,
• Après un durcissement jugé suffisant (par calcul et essais antérieurs), détension et découpage des fils,
• Manutention et stockage des éléments en prenant soin de ne pas les retourner.
La pré-tension s’accommode mal d’un tracé de câbles ou de fils adhérents non rectilignes. L’excentricité y est donc
constante. Cela limite l’usage de ce procédé. Il est toutefois possible, en utilisant des déviateurs, de constituer un
tracé comportant trois segments rectilignes continus, mieux adaptés pour les sollicitations futures.
2.2. PRECONTRAINTE PAR POST-TENSION

A l’opposé, ce procédé suppose le coulage du béton avant la mise en tension des armatures de précontrainte. On
distingue deux variantes : la post-tension interne et la post-tension externe. Nous décrivons ci-dessous, le cas
courant de post-tension par câbles et gaines, réalisé sur le chantier :

Cas de la précontrainte par post-tension interne


• Mise en place du coffrage,
• Mise en place des armatures passives et les chaises support des gaines,
• Mise en place des gaines et fixation solides sur la cage d’armature,
• Mise en place des plaques d’appui et frettage adjacent aux extrémités des gaines,
• Coulage du béton,

Cours de Béton Précontraint – A. KONIN


CHAPITRE 1 : PRESENTATION DU BETON PRECONTRAINTES ET DES TECHNOLOGIES DE LA PRECONTRAINTE

• Pendant le durcissement, enfilage des câbles,


• Après un durcissement jugé suffisant (par calcul et essais antérieurs), mise en place des plaques
d’ancrages et des clavettes de blocage des torons dans le vérin,
• Mise en tension d’un seul côté pour les câbles courts et des deux côtés pour les câbles longs.
• Injection d’un coulis (ou graisse minérale) afin de protéger les câbles.

Cas de la précontrainte par post-tension externe


On coule le béton à température ambiante ou légèrement chauffé par calorifugeage.
Les gaines sont placées à l'extérieur du béton (dans la zone intérieure du caisson) et dans la position finale
de l'ouvrage.
On glisse les câbles non adhérents dans les gaines.

Après un délai jugé suffisant, on effectue les mises en tension des câbles à des périodes et intervalles
fonction du projet et des méthodes d'exécution de l'ouvrage. Le blocage se fait par différents systèmes de cales
sur une zone de béton fretté.
On injecte un coulis de béton (micro béton) ou de la graisse minérale.

2.3. MATERIELS DE PRECONTRAINTE

Les matériels de précontrainte par câbles regroupent :

2.3.1. Les câbles et les barres de précontrainte


Les câbles présentent une certaine souplesse : ils peuvent être livrés enroulés sur des tourets. Ils sont utilisés pour
toutes les longueurs.

Sous l’appellation de câbles, on désigne à la fois :


- les fils de section circulaire, d’où l’appellation 12 φ 7, pour un câble constitué de 12 fils de diamètre 7 mm
chacun,
- les torons constitués par des brins torsadés, caractérisés par leur diamètre et désignés par la lettre T ; 12T13.

Les barres sont rigides et utilisées pour des courtes longueurs. Leur emploi est assez limité et concerne
principalement les phases provisoires d’attache ou d’encastrement.
Chaque brevet de précontrainte utilise tout ou partie des câbles disponibles sur le marché : on trouve des φ7, φ8 ;
T13, T15 pouvant être utilisés seuls en monofils ou monotorons, en pré-tension notamment.

COURS DE BETON PRECONTRAINT – A. KONIN


2. Technologie de la précontrainte

Les multifils ou multitorons servent à la post-tension :


• Système FREYSSINET : 12φ7, 12φ8 ; 6T13, 12T13, 12T15
• Système B.B.R, CIPEC : 9φ7, 14φ7, 18φ 7, 22φ7, 30φ7, 54φ7, 84φ7 ; etc.

2.3.2. Les gaines


Les gaines sont noyées dans le béton précontraint par post-tension, selon le tracé de chaque câble. Elles peuvent
être rigides si le tracé est rectiligne ou presque, ou souples.

Pour permettre une parfaite adhérence avec le béton qui les entoure et avec le coulis de ciment qui comble le
volume laissé par le câble sous tension, les gaines sont, de préférence, métalliques : tubes et feuillards ondulés
souples.

Les gaines sont reliées, par des manchons aux dispositifs d’ancrages situés à chacune de leur extrémité. Les gaines
constituent un coffrage perdu, rendu nécessaire pour la mise en place du câble.

2.3.3. Les dispositifs d’ancrage

Ils servent à bloquer le câble sous tension :


- Ancrage actif, si le câble y est préalablement mis en tension,
- Ancrage passif, si le câble y est seulement bloqué.

Ancrages actifs et passifs sont le plus souvent de conception identique surtout lorsqu’ils sont accessibles de
l’extérieur. Mais certains ancrages passifs noyés à l’intérieur du béton sont particuliers, avec bouclage du câble
dans la masse du béton.

Les ancrages accessibles comportent de l’intérieur vers l’extérieur :


- une ou plusieurs frettes d’acier pour renforcer le béton,
- le manchon assurant la liaison avec la gaine,
- la partie métallique femelle de l’ancrage scellée dans le béton,
- la plaque d’appui du vérin de mise en tension,
- la partie métallique mâle de l’ancrage, remplacée dans certains brevets par une tête d’ancrage
s’appuyant sur la plaque.
L’ensemble de l’ancrage est quelque peu en retrait du parement du béton fini, ce qui nécessite une adaptation
locale du coffrage. Le cachetage de l’ancrage lorsque toutes les opérations (mise en tension et injection de coulis)
sont terminées, permet la mise à niveau avec le parement. On peut aussi préfabriquer des plaques d’about dans le
cas où on a un nombre élevé d’ancrage.

Cours de Béton Précontraint – A. KONIN


CHAPITRE 1 : PRESENTATION DU BETON PRECONTRAINTES ET DES TECHNOLOGIES DE LA PRECONTRAINTE

Ancrages mobiles FREYSSINET Ancrages fixes FREYSSINET Ancrage d’une barre de précontrainte

2.3.4. Les vérins de mise en tension et leur pompe

A chaque type de câble (mono ou multi) et à chaque brevet correspond un vérin de mise en tension fonctionnant
avec de l’huile sous pression. Si Sv est la section intérieure du vérin où règne la pression Pv, la force de traction sur
le câble est : P = Sv⋅Pv . Mais il faut tenir compte des pertes de tension par frottement (voir au chapitre 4).

2.3.5. Le matériel d’injection

Une fois que le coulis de ciment est prêt (dosage : 1 sac de ciment pour 25 litres d’eau et 14 kg de sable 0/2,
complété éventuellement par 1 kg de plastifiant), l’injection du coulis se fait au moyen d’une pompe. L’opération
d’injection doit s’effectuer à pression constante. Après la prise du coulis, on procède au cachetage de l’ancrage.

2.4. DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES

2.4.1. Les gaines de précontrainte

- Elles peuvent être regroupées et former un paquet pouvant comporter :


• 2 conduits dans le sens horizontal,
• 3 conduits dans le sens vertical. Prendre 2 conduits si 5 ≤ d ≤ 10 cm ; d représente le diamètre
maximal d’encombrement du conduit.

- L’espacement en section courante doit être :


• Dans le sens horizontal : supérieur ou égal à 5 cm,
• Dans le sens vertical : supérieur ou égal à 4 cm.

COURS DE BETON PRECONTRAINT – A. KONIN


3. Etapes de conception des ouvrages d'art

2.4.2. Les plaques d’ancrages

Les plaques d’ancrages sont dimensionnées à partir de la force à recevoir lors de la mise en tension du câble. Elles
sont agréées pour chaque brevet.

Leur positionnement les unes par rapport aux autres, ainsi que leurs distances minimales d’enrobage sont
présentées sur les schémas ci-dessous :

Une seule file d’ancrages plusieurs files d’ancrages


b a a

bords de la pièce

Pour une seule file d’ancrage : a’ ≥ 1,8b

Pour plusieurs files d’ancrage : a’ ≥ 2b et a x a’ ≥ 3,2b2

3. ETAPES DE CONCEPTION DES OUVRAGES D'ART


3.1. CAHIER DES CHARGES

Charges d'exploitation

Géométrie et gabarit

Portée
Forme de la section

Caractéristiques du béton et des aciers.


3.2. DIMENSIONNEMENT
de la section (hauteur et largeur)

de la précontrainte : effort et excentrement

choix de la méthode de mise en précontrainte


3.3. VERIFICATION

Des sections critiques ajustement de la section et du tracé des câbles.

Cours de Béton Précontraint – A. KONIN


CHAPITRE 2: EUROCODE 2 ET PRECONTRAINTE 7

CHAPITRE 2: EUROCODE 2 ET PRECONTRAINTE

1. EUROCODE 2 : NF EN 1992

L’EUROCODE 2 s’applique au calcul des bâtiments et des ouvrages de génie civil en béton armé ou non armé, ou
en béton précontraint. Il est conforme aux principes et exigences de sécurité et d’aptitude au service des ouvrages
et aux bases de calcul et de vérification données dans l’EUROCODE 0 : Bases de calcul des structures.

L’EUROCODE 2 ne traite que ce qui concerne, les exigences de résistance mécanique, d’aptitude au service, de
durabilité et de résistance au feu des structures en béton.

Comme pour tous les Eurocodes, l’application de l’Eurocode 2 ne peut se faire qu’en concomitance avec son
Annexe Nationale. Il se décline selon les normes suivantes :

• NF EN 1992-1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments,


• NF EN 1992-1-2 : Règles générales - Calcul du comportement au feu,

• NF EN 1992-2 : Ponts - Calcul et dispositions constructives,

• NF EN 1992-3 : Silos et réservoirs.


Les normes EUROCODE 2 (NF EN 1992 parties 1-1, 1-2, 2 et 3) sont destinées à remplacer :

• les règles Béton Armé aux États Limites 91 révisées 99 : BAEL,

• les règles Béton Précontraint aux États Limites 91 révisées 99 : BPEL.

Exemple d’utilisation des divers Eurocodes pour l'application à la conception d’un pont :
29

COURS DE BETON PRECONTRAINT – A. KONIN


2. Etats limites

2. ETATS LIMITES
2.1. ETATS LIMITES ULTIMES (ELU)

Ce sont ceux qui sont associés à la perte de stabilité de la structure ; ils sont directement liés à la sécurité des
personnes. Les phénomènes correspondants sont : la rupture locale ou globale, la perte d’équilibre statique ou
dynamique et l’instabilité de forme.

2.2. ETAT LIMITE DE SERVICE (ELS)


Ce sont ceux qui sont associés à l’aptitude à l’emploi de l’ouvrage ; ils sont donc liés aux conditions
d’exploitation et à la durabilité recherchée pour l’ouvrage. Les phénomènes correspondants sont : la fissuration,
les déformations,…

2.3. CLASSES DE VERIFICATION²

Pour les ELS, on distingue 3 classes de vérification:

Classe I (la plus pénalisante):


Elle concerne les pièces soumises à la traction simple (tirants, parois de réservoir contenant des fluides) et les
pièces sollicitées à la fatigue.

Classe II (la plus courante):

Cas des éléments exposés à des ambiances agressives ou comportant de nombreux joints (ouvrages d'art).

Classe III (la moins pénalisante):

Pièces en atmosphère peu agressive (cas des bâtiments).

3. ACTIONS ET SOLLICITATIONS

3.1. ACTIONS

Il s'agit des actions mécaniques appliquées sur la structure (valeurs caractéristiques).


Actions permanentes : Gk (poids propre et charges constantes)

Actions variables : Qk. Les autres valeurs représentatives sont les suivantes :
• La valeur de combinaison, notée ψ0Qk ;
• La valeur fréquente, notée ψ1Qk ;

• La valeur quasi permanente, notée ψ2Qk.

Ces valeurs sont définies par une fraction de la valeur caractéristique obtenue en lui appliquant des
coefficients réducteurs. Le tableau ci-après extrait de l’annexe A1 de l’EN1990, donne quelques valeurs des
coefficients ψ en France.

Cours de Béton Précontraint – A. KONIN


CHAPITRE 2: EUROCODE 2 ET PRECONTRAINTE 9

Action de la précontrainte: P

Effet de la température : T

Actions accidentelles : FA (séismes par exemple)

3.2. COMBINAISONS D’ACTIONS

Une combinaison d’actions est, généralement, la somme :


- Des n actions permanentes Gkj introduite avec leur valeur caractéristique,

- D’une action de précontrainte Pk introduite à sa valeur caractéristique,

- D’une action variable de base (ou dominante) à sa valeur caractéristique Qk1,


- Des (m – 1) autres actions variables d’accompagnement à leurs valeurs de combinaison ψ0Qki,
fréquentes ψ1Qki ou quasi-permanentes ψ2Qki.

On ne combine que des actions compatibles (par exemple, une charge d’entretien pour la réparation d’une toiture
terrasse ne se combine pas avec une charge de neige, ou la charge de vent ne se combine pas avec la neige).
Pour un élément donné d’une construction, on ne considère ensuite que la combinaison la plus défavorable pour
chaque type de sollicitation (effort normal, effort tranchant, moment fléchissant,…).

3.2.1. Combinaisons ELU

Combinaisons fondamentales :

Les coefficients γi sont des coefficients partiels de sécurité avec :

COURS DE BETON PRECONTRAINT – A. KONIN


4. Définition des sections

γkj = 1,35 si Gkj est défavorable et 1 si Gkj est favorable ; γP = 1,15 et γk,1 = 1,5
3.2.2. Combinaisons ELS

Combinaisons caractéristiques:

Combinaisons fréquantes:

Combinaisons quasi-permanentes:

Où dans ces trois combinaisons, la valeur représentative de la précontrainte P est soit la valeur caractéristique Pk
soit la valeur moyenne Pm

P1 = 1,02 Po - 0,8 ∆P

P2 = 0,98 Po - 1,2 ∆P

3.3. SOLLICITATIONS

Ce sont les éléments de réduction (N,V,M) provenant de la RDM (modèle élastique linéaire).

4. DEFINITION DES SECTIONS


4.1. SECTIONS BRUTES

Pour la prise en compte du poids propre et des calculs de rigidité de la structure.

Section brute = section totale du béton sans réduction des conduits et ancrages.

4.2. SECTIONS NON FISSUREES

Sections nettes, pour le calcul des contraintes à l'ELS en classe I et II.


Section nette = Section totale du béton avec déduction des conduits et ancrages.
Sections homogènes, pour prendre en compte une partie passive d'armatures actives adhérentes.
Section homogène = section nette + (section d'armatures longitudinales adhérentes) x n

+ les sections d'armatures passives dans les mêmes conditions si elles sont
conformes aux articles A.6 et A.8.1 du BAEL 91

n : Coefficient d'équivalence prendre n = ni = 5 si instantané ou n = nv = 15 si long terme

4.3. SECTIONS FISSUREES

Pour le calcul aux ELS en classe III:

Section homogénéisée et réduite = (Section du béton comprimé seul)


+ (section d'armatures passives)x (nv)

Cours de Béton Précontraint – A. KONIN


CHAPITRE 2: EUROCODE 2 ET PRECONTRAINTE 11

ρ)
+ (section d'armatures de précontrainte) x (nv )x (ρ

ρ= 1 en cas de pré-tension

0,5 en cas de post-tension avec injection de coulis


0 en cas de post-tension avec torons gainés graissés.

4.4. SECTION D'ENROBAGE


Pour certaines vérifications en classe II:

Section d'enrobage = section grisée c

4.5. SECTIONS EN TE

Concernent les zones à hourdis pour lesquelles des dispositions réglementaires sont prévues dans le BPEL 91.

5. CARACTERES DES MATERIAUX


5.1. BETON

5.1.1. Résistance en compression


Résistance caractéristique requise : fc28 = 30 à 60 MPa

de préférence : 30 35 40 45 50 55 60 MPa
Essais de contrôle: fcm = moyenne des n essais de compression
fcm ≥ 1,10 fcj(conforme au fascicule 65 du CCTG) f c 28 ≤ 40 . Mpa

fcm ≥ 1,25 fcj fc 28 > 40 . Mpa

fcj = fc28 si t ≥ 28 jours


j
f cj = f c28 si f c 28 ≤ 40 . Mpa
(4,76 + 0,83 j)
j
f cj = f c28 si fc 28 > 40 . Mpa
(1,40 + 0,95 j)

5.1.1.1. Contrainte de calcul ELU

fbu = voir cours Béton armé

5.1.1.2. Contraintes admissibles ELS


σM : contraintes admissibles de compression et σm : contraintes admissibles de traction. Suivant la classe
de service, les valeurs sont indiquées dans le tableau ci-dessous.

COURS DE BETON PRECONTRAINT – A. KONIN


5. Caractères des matériaux

Classe Contraintes Combinaisons

(1) (2) Fréquentes Quasi-


Rares Rares (2)
permanentes

I σm
- 0,7.ftj 0
Calcul en Toute section
section
non σM
fissurée 0,6.fcj 0,6.fc28 0,6.fc28 0,5.fc28
Toute section
II σm
- 0,7.ftj - ft28 0
Calcul en Section
section
d’enrobage
non
fissurée σm
- 1,5.ftj - 1,5.ft28
Hors section
d’enrobage
σM
0,6.fcj 0,6.fc28 0,6.fc28 0,5.fc28
Toute section
σst
( ) ( )
III 0,35.fe
min 2 ⋅ fe / 3 ; 110 ⋅ η ⋅ f tj min 2 ⋅ fe / 3 ; 110 ⋅ η ⋅ f tj
Calcul en Toute section
section
fissurée Surtension 0,10.fprg 0,10.fprg 100 MPa
maximale des ηP)
min (0,10.fprg ; 150.η ηP)
min (0,10.fprg ; 150.η
armatures Section Ap adhérentes Section Ap adhérentes
actives
σm 0 en section

Toute section d’enrobage

σM 0,6.fcj 0,6.fc28 0,6.fc28 0,5.fc28

Toute section

(1)
En construction
(2)
En exploitation

5.1.2. Déformations instantanées

Module de déformation instantanée à j jours:


E ij = 1 1 0 0 0 . 3 fcj

Cours de Béton Précontraint – A. KONIN


CHAPITRE 2: EUROCODE 2 ET PRECONTRAINTE 13

5.1.3. Déformations différées


Le retrait est un phénomène de raccourcissement du béton dans le temps dû à une évaporation de l’eau
excédentaire contenue dans le béton et à des réactions chimiques.
Ce retrait a lieu dans les premiers mois après le coulage du béton et vaut : εr(t) = εr.(1 - r(t))

Avec: εr = 3.10-4 dans le Nord de la Côte d’Ivoire

εr = 2.10-4 dans la région d’Abidjan


t
r (t) = avec t = temps et rm le rayon moyen de l’élément en cm
t + 9 rm
B
rm = ; où B est la section brute et u le périmètre de l’élément.
u
Le fluage est caractérisé par une augmentation de la déformation du béton dans le temps à effort constant. Dans
σ
ε =Φ . f ( t − t 1)
1
les cas courants, fl(t)
E ij
E ij
Avec Φ = 2 lorsque E v j =
1+Φ
Et : σ1 = contrainte de compression du béton au moment du chargement.
( t − t 1)
f ( t − t 1) =
( t − t 1 ) + 5. r m

On constate que la déformation totale augmente et peut atteindre 3 fois la déformation instantanée.

5.2. LES ACIERS


Les aciers utilisés dans les ouvrages de béton précontraint sont de 2 natures différentes :
• les aciers actifs qui créent et maintiennent la précontrainte sur le béton
• les aciers passifs nécessaires pour reprendre les efforts tranchants (en l’absence d’étriers
précontraints) pour limiter la fissuration, les aciers de montage

5.2.1. Armatures de précontrainte

Les fils lisses ne sont pas utilisés en pré-tension où de bonnes conditions d’adhérence sont recherchées.
Les torons sont constitués d’un ensemble de 3 ou 7 fils enroulés en hélice en usine. Ce façonnage conduit à un
câble relativement souple.

Les torons à 3 fils ne sont utilisés qu’en pré-tension. Les torons les plus utilisés sont à 7 fils, 6 fils en hélice autour
d’un fil central, de diamètre

*1/2 pouce (12,4 mm) de 93 mm² de section, constitué de fils de 4,2 mm de diamètre enroulé sur un fils
de 4,3 mm dénommé T13.

*6/10 pouce (15,2 mm) de 139 mm² de section, constitué de fils de 5 mm de diamètre enroulé sur un fils
de 5,2 mm dénommé T15.

On distingue :
- Les fils tréfilés à froid ou fils trempés et revenus: φ 4, 5, 6, 7, 8, 10, 12.2 de classes 1570 , 1670 et 1770

- Les barres à haute résistance: φ 20, 26, 32 de classes 1030 ou 1230

COURS DE BETON PRECONTRAINT – A. KONIN


5. Caractères des matériaux

5.2.1. Résistance
Charge maximale de rupture garantie : Fprg Contrainte associée: fprg
Charge de limite conventionnelle d'élasticité : Fpeg Contrainte associée: fpeg
Section nominale : Ap

5.2.2. Relaxation

La relaxation correspond à une chute de tension (ou de compression) à déformation constante.


On a : ρ1000 = 2,5 % pour la classe TBR (Très Basse Relaxation)

ρ1000 = 8 % pour la classe RN (Relaxation Normale)

5.2.3. Adhérence

Dans le cas de la précontrainte par post-tension, les valeurs sont fournies par les résultats expérimentaux.
Pour la précontrainte par pré-tension :
Longueur conventionnelle de scellement : lcs = 100 Φn pour les fils (ronds lisses exclus) et torons de 3 fils
lcs = 75 Φn pour les torons de 7 fils

Longueur nominale de scellement: lsn =


µ
0,85
[
. lcs + 2(40 − fcm) ] avec lcs et lsn en cm

lcs : longueur conventionnelle de scellement obtenue par interprétation d’essais.


lsn : longueur nominale de scellement à utiliser dans les calculs.

fcm : valeur moyenne de la résistance du béton au moment du relâchement, en MPa, et plafonnée à 40 MPa. On
pourra prendre fcm = 1,25 fcj.
φn : diamètre nominal des fils (ou torons)

En pratique, on pourra retenir :


l cs = 75 ⋅ φ n pour les torons de 7 fils

l cs = 100 ⋅ φ n pour les torons de 3 fils.


σpr
µ= avec σpr = tension des armatures avant relâchement
fprg
Coefficient de fissuration: ηp = 1,3 pour les torons de 3 ou 7 fils

1 pour les fils ronds (lisses exclus)


Coefficient d'adhérence: ψp = 1,3 pour les torons de 3 ou 7 fils

Cours de Béton Précontraint – A. KONIN


CHAPITRE 2: EUROCODE 2 ET PRECONTRAINTE 15

1 pour les fils ronds (lisses exclus)

5.2.4. Déformations

Le module d'élasticité: Ep = 205 000 MPa pour les fils et barres

Ep = 195 000 MPa pour les torons

Le diagramme contraintes – déformations:


fpeg
Pour les fils tréfilés et torons: pour σp ≤ 0,9. σp = Ep.εp
γs
5
fpeg σp  γs.σp 
pour σp > 0,9. εp = + 100 ⋅  − 0,9 
γs Ep  fpeg 
 

fpeg fpeg
Pour les fils trempés et revenus et les barres: pour: σp ≤ σp = Ep.εp sinon σp =
γs γs
σp

ε p
0

Ce dernier diagramme est toléré pour les fils tréfilés et torons si on ne recherche pas une grande précision.

5.3. ARMATURES PASSIVES

On distingue :

• les armatures de traction en zone tendue pour les classes II et III


• les armatures de peau
• les armatures d’effort tranchant
• les armatures de construction

COURS DE BETON PRECONTRAINT – A. KONIN


1. Introduction

CHAPITRE 3 : INEQUATIONS FONDAMENTALES DU BETON PRECONTRAINT EN FLEXION COMPOSEE

1. INTRODUCTION

Le dimensionnement de la précontrainte à appliquer à une poutre en béton consiste à déterminer pour chaque
section un couple force – excentricité permettant de satisfaire aux différentes conditions imposées par le
règlement. Le processus se déroule de la manière suivante :

• prédimensionnement

• calcul des pertes de tension dans les câbles

• vérification des contraintes sous les différentes combinaisons ELS

• vérification des conditions ELU

• vérification vis-à-vis des sollicitations tangentes

• vérification vis-à-vis des effets localisés

Le présent chapitre traite du premier point pour les classes de justification I et II. Au stade du
prédimensionnement, on effectue tous les calculs avec la section brute.

Mentionnons que le prédimensionnement de la précontrainte se fait à l’état limite de service, généralement


sous combinaison rare.

2. CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES D’UNE SECTION

e0 est l’ordonnée de la position du câble de précontrainte. Dans le


cas où il y a plusieurs câbles, c’est la position du câble moyen. Cette
valeur est positive ou négative.

v est la distance de la fibre supérieure au centre de surface de la


section.

v’ est la distance de la fibre inférieure au centre de surface de la


section

v et v’ sont des grandeurs arithmétiques (sans signe)

Soient IGz le moment d’inertie par rapport à l’axe Gz et B l’aire, on définit le rendement géométrique de la section :
I Gz
ρ=
B ⋅ v ⋅ v'

3. SOLLICITATIONS DANS UNE SECTION, CENTRE DE PRESSION, LIGNE DE PRESSION

Le moment fléchissant Mext appliqué par les actions extérieures dans une section varie entre une valeur minimale
Mm, due aux charges permanentes, et une valeur MM, due aux charges permanentes et aux charges variables. On
rappelle que Mext, aux conventions de signe près, est le moment résultant, calculé au centre de surface G, des
forces à gauche (ou à droite) de la section.

Cours de Béton Précontraint – A. KONIN


CHAPITRE 3 : INEQUATIONS FONDAMENTALES DU BETON PRECONTRAINT EN FLEXION COMPOSEE 17

On pose ∆M = MM − Mm l’amplitude des variations de Mext.

Les éléments de réduction, au centre de surface G, de la force de précontrainte sont :

• un effort normal de compression P


• un moment de précontrainte MP = P × e 0 (3-1)

Globalement, les éléments de réduction, au centre de surface G, des différentes sollicitations qui existent dans la
section sont constitués :

• d’un effort normal de compression P


• d’un moment résultant M = M ext + P × e 0 (3-2)

Ces éléments de réduction peuvent être considérés comme générés par une force unique P d’excentricité
M M ext + P ⋅ e 0 M
e= = = ext + e 0 Cette excentricité définit l’ordonnée d’un point C appelé centre de pression.
P P P

Dans une section donnée, lorsque le moment extérieur varie entre Mm et MM, le centre de pression se déplace
entre l’ordonnée em et l’ordonnée eM : e m ≤ e ≤ e M avec
Mm M
em = + e 0 et e M = M + e 0
P P

Lorsque la section décrit toute la longueur de la poutre, le point C engendre une ligne de pression.

4. NOYAU LIMITE, FUSEAU LIMITE


4.1. DEFINITION

Dans une section donnée, le noyau limite est l’intervalle dans lequel doit se trouver le centre de pression pour le
respect des contraintes admissibles.

Lorsque la section décrit toute la longueur de la poutre, le noyau limite engendre le fuseau limite. La ligne de
pression doit donc se trouver à l’intérieur du fuseau limite.
4.2. DETERMINATION DU NOYAU LIMITE
'
On désigne par σ 1 et σ 1 les contraintes admissibles en fibres supérieure et inférieure en situation de moment
'
minimum. On désigne par σ 2 et σ 2 les contraintes admissibles en fibres supérieure et inférieure en situation de
moment maximum (voir figure)

COURS DE BETON PRECONTRAINT – A. KONIN


5. Noyau de passage, fuseau de passage

'
Dans le cas général, les contraintes admissibles de traction σ 1 et σ 2 sont différentes car la fibre inférieure fait
souvent partie de la section d’enrobage.
P M
La contrainte normale en un point d’ordonnée y a pour expression : σ(y ) = + ⋅y
B I Gz

P  e⋅y 
En tenant compte de l’expression de M, on aboutit à : σ(y ) = ⋅ 1 +  (4-1)
B  ρ ⋅ v ⋅ v' 

La contrainte sur les fibres extrêmes (y = v et y = - v’) doit satisfaire aux conditions suivantes :
σ1 ≤ σ(v ) ≤ σ 2
 ' soit quatre inégalités.
σ 2 ≤ σ(− v ') ≤ σ1
'

Cependant au stade du prédimensionnement, on ne cherche à vérifier que deux de ces inégalités :


P  e 
σ1 ≤ σ(v )  ⋅ 1 +  ≥ σ1
 B  ρ ⋅ v' 
 
 soit compte tenu de (3) :  (4-2)
 ' 
σ 2 ≤ σ(− v ')  P ⋅ 1 − e  ≥ σ 2
'
 
 B  ρ⋅v

B  B ' 
La résolution de ce système d’inéquations conduit à : ρ ⋅ v '⋅ ⋅ σ1 − 1 ≤ e ≤ −ρ ⋅ v ⋅  ⋅ σ 2 − 1 (4-3)
P  P 

Cet intervalle définit le noyau limite (de traction) à l’intérieur duquel doit se trouver le centre de pression pour
satisfaire à la contrainte admissible de traction.

Pour la suite, on note l’intervalle défini par (4-3) sous la forme :


B  B ' 
g' ≤ e ≤ g avec g' = ρ ⋅ v '⋅ ⋅ σ1 − 1 et g = −ρ ⋅ v ⋅  ⋅ σ 2 − 1 (4-4)
P  P 

5. NOYAU DE PASSAGE, FUSEAU DE PASSAGE


5.1. DEFINITION

Dans une section donnée, le noyau de passage est l’intervalle dans lequel doit se trouver le câble pour le respect
du noyau limite.

Lorsque la section décrit toute la longueur de la poutre, le noyau de passage engendre le fuseau de passage.

5.2. DETERMINATION DU NOYAU DE PASSAGE

Compte tenu de (4-4), les inégalités suivantes doivent être satisfaites :

Cours de Béton Précontraint – A. KONIN


CHAPITRE 3 : INEQUATIONS FONDAMENTALES DU BETON PRECONTRAINT EN FLEXION COMPOSEE 19

Mm M
g’ ≤ em ⇒ g' ≤ + e 0 et eM ≤ g ⇒ M + e 0 ≤ g (5-1)
P P
Mm M
Soit : g'− ≤ e0 ≤ g − M (5-2)
P P
Cet intervalle définit le noyau de passage du câble. On note : e 2 ≤ e 0 ≤ e 1 (5-3)

6. VALEUR MINIMALE DE LA PRECONTRAINTE DANS UNE SECTION


6.1. CALCUL DE LA FORCE DE PRECONTRAINTE

De (5-1), on tire :
Mm ≥ P ⋅ (g'−e 0 ) , soit − Mm ≤ P ⋅ (e 0 − g') (6-1)

MM ≤ P ⋅ (g − e 0 ) (6-2)

En introduisant dans l’expression ∆M = MM − Mm les inégalités (6-1) et (6-2), on obtient :

∆M ≤ P ⋅ (g − g') (6-3)
∆M
D’où : P ≥ (car g – g’ est positif) (6-4)
g − g'

O note PI la valeur minimale de la force de précontrainte autorisée par (6-4) :


∆M
PI = (6-5)
g − g'

Les expressions de g et g’ données par (4-4) contiennent P. En arrangeant la relation (6-5) pour la rendre
directement exploitable :
∆M
D’après (6-5) : g − g' = (6-6)
PI

En introduisant (4-4) et compte tenu du fait que h = v + v’, on aboutit à :


I Gz I '
∆M + ⋅ σ1 + Gz ⋅ σ 2
PI = v v' (6-7)
ρ⋅h

6.2. NOYAU DE PASSAGE CORRESPONDANT

Que devient le noyau de passage si P = PI ?

D’après (5-2) et (5-3), l’ouverture du noyau de passage vaut :


∆M
e 1 − e 2 = g − g'− (6-8)
PI

Or d’après (6-6), cette expression est nulle. Le noyau de passage se réduit donc à un point lorsque la force de
précontrainte est égale à PI :
MM M
e1 = e 2 = e 0 = g − = g'− m (6-9)
PI PI

COURS DE BETON PRECONTRAINT – A. KONIN


7. Section sous-critique, section sur-critique

7. SECTION SOUS-CRITIQUE, SECTION SUR-CRITIQUE


7.1. CONDITIONS D’ENROBAGE

La distance minimale des câbles de précontrainte au parement est


fixée par le BPEL 91 (voir annexe).

Soient d et d’ les positions extrêmes possibles du centre de gravité


du câble moyen par rapport au parement.

d et d’ se calculent à partir de la condition d’enrobage minimum, du


diamètre et de la disposition prévue des câbles.

Pour le respect des règles d’enrobage, la position du câble doit satisfaire à :


− (v '−d') ≤ e 0 ≤ (v − d) (7-1)

7.2. DEFINITION D’UNE SECTION SOUS-CRITIQUE

Une section est dite sous-critique si la relation (6-9) est compatible avec la relation (7-1). Autrement dit, il est
possible de disposer les câbles conformément à la relation (6-9) tout en assurant de bonnes conditions d’enrobage.
On peut alors prendre une force de précontrainte égale à la force minimale : P = PI

7.3. DEFINITION D’UNE SECTION SUR-CRITIQUE

7.3.1. Définition

Une section est dite sur-critique si la relation (6-9) n’est pas compatible avec la relation (7-1). Autrement dit, il est
impossible de disposer les câbles conformément à la relation (6-9) tout en assurant de bonnes conditions
d’enrobage. Il va falloir rapprocher les câbles du centre de gravité de la poutre. Ceci oblige à augmenter la force
de précontrainte jusqu’à une valeur : PII > PI

7.3.2. Calcul de la force de précontrainte dans une section sur-critique

On se place dans une configuration de moments fléchissants extérieurs positifs. Dans le cas de moments négatifs,
il suffit de retourner la poutre par la pensée.

On fait le choix de placer les câbles au maximum d’excentricité compatible avec les conditions d’enrobage, soit :
e 0 = −(v '−d') (7-2)
Mm M
L’encadrement (5-2) peut se transformer de la manière suivante : g'−e 0 ≤ et g − e 0 ≥ M
P P
g'−e 0 1 g − e0 1 g'−e 0 1 g − e 0
Soit ≤ et ≥ ou encore en les regroupant : ≤ ≤
Mm P MM P Mm P MM

On cherche à minimiser P. On choisit donc la borne inférieure de l’intervalle ci-dessus. En appelant PII cette valeur
MM
de P, on a : PII = (en tenant compte de (7-2)).
g + v '−d'
I Gz '
MM +
⋅ σ2
En remplaçant g par sa valeur, on trouve : PII = v' (7-3)
v '+ρ ⋅ v − d'

Cours de Béton Précontraint – A. KONIN


CHAPITRE 3 : INEQUATIONS FONDAMENTALES DU BETON PRECONTRAINT EN FLEXION COMPOSEE 21

8. FUSEAU DE PASSAGE

Le calcul de la force de précontrainte se fait généralement dans la section la plus sollicitée en flexion.

Dans toute autre section, la force de précontrainte a pratiquement la même valeur que dans la section ayant servi
au prédimensionnement (aux pertes de précontrainte près). Cette force n’est donc pas optimisée dans chaque
section. Il convient néanmoins que le câble de précontrainte se place à l’intérieur du fuseau de passage défini par
(5-2) et (5-3).

9. DETERMINATION DU CARACTERE D’UNE SECTION


Si la section est sur-critique, cela signifie que l’excentricité du câble calculée avec (6-9) ne satisfait pas aux
conditions d’enrobage, autrement dit que PI < PII. Ainsi c’est la force de précontrainte qui indique le caractère
d’une section. En effet :

• Si PI < PII, la section est sur-critique

• Si PII < PI, la section est sous-critique

10. SECTION MINIMALE DE BETON

On obtient la section minimale de béton lorsqu’on atteint les contraintes limites de compression

Dans ce qui suit, on suppose que l’on s’astreint de façon systématique, à adopter les valeurs minimales
précédemment trouvées pour la précontraintes (PI, PII).

10.1. CAS D’UNE SECTION SOUS-CRITIQUE


On prend alors P = PI et l’on atteint les deux contraintes limites de traction σ1 et σ2' . Pour obtenir les deux
contraintes limites de compression, il faut et il suffit que les variations de contraintes sur la fibre supérieure
( ∆σ = ∆M ⋅ v / I ) et sur la fibre inférieure :

( ∆σ' = ∆M ⋅ v' / I ) quand on passe de l’un des moments extrêmes à l’autre soient respectivement égales à :
∆ σ = σ2 − σ1 et à : ∆ σ' = σ1' − σ2' . On obtient ainsi les équations de coffrages (10-1) suivantes :
I ∆M I ∆M
= et = (10-1)
v ∆σ v ' ∆ σ'

Dans le cas d’une section sous-critique, on a la possibilité d’atteindre les 4 contraintes limites.

COURS DE BETON PRECONTRAINT – A. KONIN


11. Application a l’EuROCODE 2

10.2. CAS D’UNE SECTION SUR-CRITIQUE


'
On prend alors P = PII et l’on atteint σ2' (mais pas σ1 ). Pour obtenir σ 1 en fibre inférieure, il faut et il suffit que
I ∆M
l’on ait ∆σ' = ∆M ⋅ v' / I soit = comme dans le cas sous-critique. Par contre du fait que σ1 > σ1 , la relation
v ' ∆ σ'
(10-1) n’est pas suffisante pour la membrure supérieure. Pour qu’on atteigne σ2 en fibre supérieure sous l’effet de
v '⋅σ2 + v ⋅ σ2'
MM, il faut et il suffit que σ2 soit aligné avec σ2 et σ G = P / B , ce qui s’écrit : σ G = (10-3)
h

On a la possibilité d’atteindre 3 contraintes limites dans ce cas ci, et la seconde équation de coffrage est :
I ρ ⋅P ⋅h
= (10-4)
v σ2 + v ⋅ σ2' / v '

Les conditions (10-3) et (10-4) sont bien sûr strictement équivalentes.

11. APPLICATION A L’EUROCODE 2

La détermination de la précontrainte ou la détermination de la section, de la précontrainte et de son excentricité


sont plus laborieuses que ci-dessus, car les calculs doivent être menés pour les deux valeurs de précontrainte
(maximum P1 et minimum P2). Mais il est très facile de les généraliser, à partir de la remarque suivante :

Supposons que dans une section, sous l’effet d’un moment fléchissant extérieur M et de la précontrainte P
(excentrée de e0), on ait un diagramme de contraintes σ, σ’ ; dans cette même section, sous l’effet du moment θM
et de la précontrainte θP (excentrée toujours de e0), on observera le diagramme de contraintes θσ, θσ’ (θ
désignant un scalaire quelconque).
Respecter des contraintes limites σ et σ ' sous l’effet de M et P est ainsi équivalent à respecter les contraintes
limites θ σ et θσ' sous l’effet de θM et θP.

Si donc les conditions de dimensionnement d’une section sont les suivantes :

Moments Précontrainte Contraintes limites

Mm α1P σ1 σ1' (1)

MM α2P σ2 σ2'

On peut les remplacer par des conditions équivalentes en multipliant la première ligne du tableau (1) par θ1 = 1/α1
et la deuxième ligne par θ2 = 1/α2 d’où :

Moments Précontrainte Contraintes limites


σ1 σ1'
Mmf = Mm P σ1f = σ1' f = (2)
α1 α1 α1

σ2 σ2'
MMf = MM P σ2 f = σ2' f =
α2 α2 α2

Les formules (6-7) à (10-4) s’appliquent donc à condition d’y substituer aux contraintes et moments réels leurs
homologues fictifs (ceux ayant l’indice f).

Cours de Béton Précontraint – A. KONIN


CHAPITRE 3 : INEQUATIONS FONDAMENTALES DU BETON PRECONTRAINT EN FLEXION COMPOSEE 23

12. RECAPITULATIF

Le prédimensionnement de la précontrainte s’effectue dans la section la plus sollicitée. Les données nécessaires
sont :

• La géométrie de la section brute : h, v, v’, B, IGz, ρ.

• Les moments maximum et minimum calculés à l’ELS généralement sous combinaison rare.

• La classe de précontrainte

On se fixe à priori une distance d’, limite de bon enrobage des câbles.
On fait l’hypothèse que la fibre inférieure coïncide avec la limite de la section d’enrobage, ce qui fixe σ2' , la
contrainte de traction admissible en y = - v’. la contrainte de traction admissible en fibre supérieure, σ1 , est
déterminée par la classe de la précontrainte et la combinaison d’actions considérée.

Le calcul se déroule alors de la façon suivante :


I Gz I '
∆M + ⋅ σ1 + Gz ⋅ σ 2
• Calcul de PI PI = v v' (12-1)
ρ⋅h
I Gz '
MM + ⋅ σ2
• Calcul de PII PII = v' (12-2)
v '+ρ ⋅ v − d'

• Détermination de la nature de la section :

o Sous-critique si PII < PI

 On prend alors : P = PI
MM M
 e0 = g − = g'− m (12-3)
PI PI

o Sur-critique si PI < PII

 On prend alors : P = PII


 e 0 = −(v '−d') (12-4)

• On détermine ensuite le fuseau de passage dans les autres sections grâce à la relation :
Mm M
g'− ≤ e0 ≤ g − M (12-5)
P P

La force de précontrainte est, à ce stade, supposé identique en toute section. Tous les autres termes intervenant
dans cette relation sont évalués dans la section considérée.

Enfin, on fait le choix d’un tracé de câble contenu dans le fuseau de passage et compatible avec les conditions de
bon enrobage des armatures.

13. CHOIX DES CABLES


Le processus de prédimensionnement conduit à une force de précontrainte P. cette force doit correspondre à la
force exercée par les câbles après que les pertes de précontrainte se soient stabilisées. Dans l’ignorance de la
valeur précise des pertes de précontrainte, on considère qu’un câble développera après pertes une force comprise
entre 0,5 et 0,7 fois sa force limite d’élasticité.

Les câbles les plus courants en post-tension sont les câbles 6T13, 12T13, et 12T15.

COURS DE BETON PRECONTRAINT – A. KONIN


ANNEXE : Position et enrobage des armatures de précontrainte

En pré-tension, on utilise le plus souvent les mêmes torons que ceux cités précédemment, mais isolés et non
regroupés en câbles. Pour les petites pièces comme les poutrelles, on utilise souvent des torons à trois fils de
diamètre nominal 5,2 mm.

ANNEXE : POSITION ET ENROBAGE DES ARMATURES DE PRECONTRAINTE

A.1. ARMATURES DE PRECONTRAINTE PAR POST-TENSION

A.1.1. Groupement des armatures de précontrainte

Le nombre de conduit dans chaque paquet est limité :

• dans le sens horizontal à : 2 si φ ≤ 5 cm

1 si φ > 5 cm

• dans le sens vertical à : 3 si φ ≤ 5 cm

2 si 5 cm < φ < 10 cm

1 φ > 10 cm

φ désignant le diamètre d’encombrement maximal des conduits intéressés.

A.1.2. Espacement des armatures de précontrainte

En section courante, l’espacement horizontal eH et vertical eV des conduits isolés ou des paquets de conduits doit
satisfaire aux conditions suivantes :

eH ≥ 1,5.φ si p = 3

eH ≥ φ si p ≤ 2

eH ≥ 1,5.φ si q = 2

eV ≥ φ si q = 1

eV ≥ 1,2.φ si q = 2

eV ≥ 4 cm

A.1.3. Distance des armatures de précontrainte aux parements

La distance minimale c entre un conduit ou un paquet de conduits et un parement doit satisfaire :

c ≥ 3.a/4 (a est la dimension horizontale du paquet de conduits)

c ≥ φ, limité à 80 mm

c ≥ 3 cm pour les ouvrages à l’abri des intempéries

c ≥ 4 cm pour les ouvrages courants

c ≥ 5 cm pour les ouvrages exposés à une atmosphère agressive

Cours de Béton Précontraint – A. KONIN


CHAPITRE 3 : INEQUATIONS FONDAMENTALES DU BETON PRECONTRAINT EN FLEXION COMPOSEE 25

A.2. ARMATURES DE PRECONTRAINTE PAR PRE-TENSION

A.2.1. Groupement des armatures de précontrainte

Les armatures de précontrainte par pré-tension ne doivent pas être regroupées en paquets.

A.2.2. Espacement des armatures de armatures de précontrainte

L’entre-axe minimal à prévoir entre les armatures ne doit pas être inférieur trois fois leur diamètre.

A.2.3. Distance des armatures de précontrainte aux parements

La distance de l’axe des armatures au parement le plus proche ne doit pas être inférieur à 2,5 fois leur diamètre.

En outre, l’enrobage doit être au moins égal à :

- 1 cm pour les parois coffrées qui sont situées dans les locaux couverts et clos et qui ne sont pas exposées
aux condensations,

- 3 cm pour les parois coffrées exposées aux intempéries ou susceptibles de l’être, exposées aux
condensations, ou, eu égard à la destination des ouvrages, au contact d’un liquide,

- 3 et 4 cm, respectivement, pour les parois non coffrées, dans les cas définis dans les deux alinéas qui
précèdent,

- 5 cm, sauf dispositions particulières du marché, pour les ouvrages exposés à une atmosphère agressive.

COURS DE BETON PRECONTRAINT – A. KONIN


1. Diagramme de tension

CHAPITRE 4 : PERTES DE PRECONTRAINTE

1. DIAGRAMME DE TENSION

Les aciers de précontrainte sont sous contrainte de tension σp = P en désignant par P la force de traction dans
Ap
les câbles et par Ap leur section. Cette contrainte tout comme P n’est pas constante, elle varie :
• avec le temps, pour se stabiliser à très long terme,
• le long du câble, en fonction de son tracé.

Il est intéressant de reporter sur un diagramme, les contraintes de tension en fonction de l’abscisse du câble :
câble isolé ou câble moyen pour un ensemble de câbles. Le diagramme correspond :

A court terme :
- Mise en tension d’une famille de câble : perte par frottement,
- Blocage des câbles sur leur ancrage : perte par recul d’ancrage et déformation instantanée du béton,
- Coulage d’un béton surchargeant la pièce (hourdis de poutres) : gain ou perte de précontrainte ;.

A long terme : phénomènes de fluage, retrait, relaxation ou à leur total achèvement.


Un diagramme sans perte de tension se présenterait sous forme d’un segment de droite d’ordonnée σp et de
longueur proportionnelle à celle du câble. En fait σp diminue par suite des pertes. Pour atténuer cette diminution,
surtout celle due au frottement, il est bon de procéder à une mise en tension simultanée à chaque extrémité.

Pertes de tension le long d’un câble

Les pertes sont régulières ; le diagramme se présente sous la forme d’une succession d’arcs de courbe (remplacés
par leurs cordes) et de segments de droite. En cumulant les différentes longueurs, on obtient l’allongement total
du câble.

En prédimensionnement, on choisira comme contrainte à la mise en tension des câbles les valeurs suivantes :
• Tirants d’ancrages provisoires : σ P0 = 0,75 ⋅ fpeg et σ P0 = 0,60 ⋅ fpeg pour les tirants définitifs

• (
En post-tension et en pré-tension : σ P0 = min 0,80 ⋅ fprg ; 0,90 ⋅ fpeg )
• Pour les barres : σ P0 = 0,70 ⋅ fprg

Cours de Béton Précontraint – A. KONIN


CHAPITRE 4 : PERTES DE PRECONTRAINTE 27

2. EVALUATION DES PERTES DE PRECONTRAINTE


2.1. PERTES INSTANTANEES PAR FROTTEMENT

Le frottement du câble à l’intérieur de sa gaine, lors de la mise en tension entraîne une perte allant en augmentant
de l’origine à l’abscisse x. Le phénomène se traduit par : σ px =σ p0 ⋅e −f ⋅α − ϕ⋅ x avec f : coefficient de frottement
angulaire, de l’ordre de 0,16 rd-1 ; α la déviation angulaire en radians ; ϕ le coefficient de frottement le long du
câble qui est de l’ordre de 0,0020 m-1 ; x l’abscisse et σp0 la contrainte à l’abscisse x = 0.

Pour faciliter les calculs, on remplace souvent la fonction exponentielle par son développement limité du 1er ordre,
soit : σ px = σ p0 ⋅ (1 − f ⋅ α − ϕ ⋅ x ) .

σ0
Dans un système semi-logarithmique, on obtient : 1000 ⋅ log = 7,58 ⋅ f ⋅ α + 434 ⋅ ϕ ⋅ x (représentation due à G.
σ
DREUX permettant une recherche facile des contraintes).

2.2. PERTE INSTANTANEE PAR RENTREE D’ANCRAGE

Le jeu existant dans le système d’ancrage pour permettre le blocage du câble mis en tension, entraîne son
raccourcissement accentué par la déformation propre des pièces métalliques recevant l’effort du vérin.

Le glissement à l’ancrage est un mouvement provoquant un frottement de signe opposé au précédent. La pente de
la droite est donc opposée à celle due au frottement. On a :

∆σg = 2 σ0 p ((a – x)

COURS DE BETON PRECONTRAINT – A. KONIN


2. EVALUATION des pertes de précontrainte

La perte de tension, dite rentrée d’ancrage ou recul d’ancrage, se fait sentir sur une distance d. Au-delà de d, le
câble retrouve sa tension normale. La connaissance de d se fait par calcul alors que les fournisseurs donnent la
g ⋅ Ep
valeur de g (entre 1 et 12 mm), la rentrée d’ancrage est déterminée de façon expérimentale. On a : a = et
p
∆σ f ( x )
p= ; soit : ∆σg = 2 σ0 p ((a – x) si x < a avec p pente moyenne de la contrainte (p = f α + ϕ x)
x

2.3. PERTES INSTANTANEES PAR DEFORMATION DU BETON

L’application de toute contrainte sur le béton entraîne sa déformation instantanée. S’il se raccourcit sous l’effet
d’une compression, les câbles sous tension qui lui sont incorporés se raccourcissent de la même valeur et, de ce
fait, perdent de leur tension.

Lors de la mise en tension d’une famille de n câbles, la mise en tension ne peut s’effectuer que câble après câble.
σ
La contrainte apportée par chacun d’eux vaut : b avec σb contrainte finale sur le béton.
n
• Lors de sa mise en tension, le câble n°2 ne perd pas de tension, par contre le câble n°1 se raccourcit
σb
de la même valeur que le béton : ε =
n ⋅ Ebi

• De même, la mise en tension du troisième câble va entraîner un raccourcissement des câbles n°1 et
σb
n°2 de : ε =
n ⋅ Ebi

• Et ceci jusqu’à la mise en tension du dernier câble, tous les autres préalablement tendus se
σb
raccourcissant de : ε =
n ⋅ Ebi

Ainsi, pour n câbles, la perte de tension vaut : ∆σn =


(n − 1) ⋅ E p 
⋅ σb , ou encore ∆σ = E ⋅  1 ⋅  σ bco1  +  σ bco 2 

 2  E bij1   E bij 2 
2n E bi n p


Avec : n : nombre de câbles

Ep : module d’Young des aciers de précontrainte (2.105 MPa pour les fils et 1,9.105 MPa pour les torons)

Ebi : module instantané du béton


σbco1 : variation de contrainte à la phase de mise en tension

σbco2 : variation de contrainte due aux charges permanentes postérieures

Les pertes instantanées sont données par : ∆σ pi = ∆σ f + ∆σ n + ∆σ g

2.4. PERTE DIFFEREE PAR RETRAIT DU BETON

Le retrait est un phénomène de raccourcissement du béton dans le temps dû à une évaporation de l’eau
excédentaire contenue dans le béton et à des réactions chimiques. Ce retrait a lieu dans les premiers mois après le
coulage du béton et vaut : εr(t) = εr.(1 - r(t)). La valeur de retrait est fonction du pays et de la région
considérée. Par exemple en Côte d’Ivoire, les valeurs usuelles sont :

εr = 3.10-4 dans le Nord de la Côte d’Ivoire

εr = 2.10-4 dans la région d’Abidjan

Cours de Béton Précontraint – A. KONIN


CHAPITRE 4 : PERTES DE PRECONTRAINTE 29

t
Avec : r (t) = avec t = temps (en jours) et rm le rayon moyen de l’élément en cm
t + 9rm
B
rm = ; où B est la section brute et u le périmètre de l’élément.
u
La valeur de la perte de précontrainte due au retrait vaut : ∆σ r = ε r ⋅ E p

2.5. PERTE DIFFEREE PAR FLUAGE DU BETON

Le fluage est caractérisé par une augmentation de la déformation du béton dans le temps à effort constant. Ainsi,
pour une pièce comprimée qui subit un raccourcissement instantané εi à la mise en charge, on constate que la
déformation totale augmente et peut atteindre 3 fois la déformation instantanée.

Dans les cas courants, ε fl(t) = Φ σ 1 .f ( t − t 1)


E ij

Avec Φ = 2 lorsque E v j = E ij
1+ Φ

Et : σ1 = contrainte de compression du béton au moment du chargement.


( t − t 1)
f ( t − t 1) =
( t − t 1) + 5 . r m

Ep
La valeur de la perte de tension due au fluage : ∆σ fl = 2 ⋅ σbc ⋅ où σbc représente la contrainte moyenne du
E bi
béton que l’on peut supposer calculée à un temps infini.
Ep
Pour plus de précision, on pourra utiliser la formule ci-après : ∆σ fl = (σb + σM ) ⋅
E bi

Où σb représente la contrainte finale et σM la contrainte maximale dans la section de béton.

2.6. PERTE DIFFEREE PAR RELAXATION DES ARMATURES

La relaxation correspond à une chute de tension (ou de compression) à déformation constante.

Un acier est caractérisé par sa relaxation à 1000 heures exprimée en % : ρ1000

On a : ρ1000 = 2,5 % pour la classe d’acier TBR (Très Basse Relaxation)

ρ1000 = 8 % pour la classe RN (Relaxation Normale)

6  σpi 
La perte par relaxation s’écrira alors : ∆σp = ⋅ − µ 0  ⋅ σpi ⋅ ρ1000

100  fprg 

σpi : tension initiale de l’acier c’est-à-dire après déduction des pertes instantanées, fprg la contrainte de rupture
garantie, µ0 un coefficient pris égal à :
• 0,43 pour les aciers TBR
• 0,3 pour les aciers RN
• 0,35 pour les autres aciers

2.7. VARIATION DANS LE TEMPS DES PERTES DIFFEREES


La perte différée finale est prise égale à : ∆σ d = ∆σ r + ∆σ fl + 5 / 6 ⋅ ∆σ p . Le coefficient 5/6 tient compte de la non-

indépendance des pertes. La perte par relaxation diminue sous l’effet du retrait et du fluage du béton.

COURS DE BETON PRECONTRAINT – A. KONIN


2. EVALUATION des pertes de précontrainte

Les pertes totales (post-tension) sont égales à : ∆σ p = ∆σ pi + ∆σ pd

2.8. PERTES DE PRECONTRAINTE DANS LE CAS DE LA PRE-TENSION

Les phénomènes sont légèrement différents dans le cas de la pré-tension, on distingue :


• les pertes instantanées

- Par glissement à l’ancrage : ∆σg = Ep.g / L

- Par frottement parasite sur le banc, les pertes sont évaluées expérimentalement à : ∆σf

- Par retrait du béton sur le banc : ∆σr

- Par relaxation sur le banc : ∆σp


σbj
- Par raccourcissement élastique lors de la dé-tension : ∆σ b = E p ⋅ ⋅ (1 + k i )
E bi

ki est un coefficient qui vaut : 0 pour σbj ≤ 0,5 fcj


( )
4 ⋅ σ bj / fcj − 0,5 ² pour 0,5 fcj < σbj < 0,66 fcj

Les pertes instantanées correspondent à la somme des pertes décrites ci-dessus.


• Les pertes différées sont dues au retrait, au fluage et à la relaxation (voir ci-dessus).

2.9. VARIATIONS DANS LE TEMPS

Les pertes différées peuvent être calculées à t jours après mise en précontrainte par la relation :
∆σ pd ( t ) = ∆σ pd ⋅ r (t ) . La tension à un instant t quelconque vaut : σ(t ) = σ p0 − ∆σ i − ∆σ pd ( t )

2.10. PRECONTRAINTE DE CALCUL EN BPEL :

2.10.1. A l’Etat Limite de Service

Sauf indication contraire du C.C.T.P, la précontrainte de calcul est égale à la plus défavorable des deux valeurs :
• Précontrainte maximale : P1 = 1,02.P0 – 0,8.∆Pp ;
• Précontrainte minimale : P2 = 0,98.P0 – 1,2.∆Pp

Avec : ∆Pp : pertes totales de précontrainte instantanées et différées.

On prend ainsi en compte deux incertitudes :


- L’une de 2% sur la valeur de la précontrainte à la mise en tension P0 (lecture, étalonnage du vérin et
de la pompe hydraulique) ;
- L’autre de 20% sur l’évaluation des pertes de précontrainte.

2.10.2. A l’Etat Limite Ultime

La précontrainte de calcul vaut : Pd = P0 – ∆Pp

Cours de Béton Précontraint – A. KONIN


CHAPITRE 5 : FERRAILLAGE PASSIF 31

CHAPITRE 5 : FERRAILLAGE PASSIF

1. FERRAILLAGE PASSIF

La précontrainte, même en classe I ou II ne dispense pas de disposer de armatures passives. Le ferraillage passif
des poutres précontraintes se compose :

• d’armatures de peau longitudinales et transversales, dont le rôle consiste essentiellement à limiter les
fissurations susceptibles de se produire avant mise en précontrainte sous l’action de phénomènes tels que
retrait différentiel et gradients thermiques,

• d’un ferraillage longitudinal des zones tendues, qui s’apparente à une condition de non fragilité,

• d’un ferraillage transversal calculé à l’effort tranchant.

Le présent chapitre traite des deux premiers types d’armatures. Un chapitre particulier sera consacré au dernier.

2. ARMATURES DE PEAU
Dans le sens longitudinal, la section minimale d’armatures à mettre
en place est de 3 cm² par mètre de parement mesuré
perpendiculairement à leur direction, sans pouvoir être inférieure à
0,1% de la section brute de la poutre.

Dans le sens transversal, la section minimale à mettre en place est


de 2 cm² par mètre de parement mesuré perpendiculairement à leur
direction.

Il est loisible de disposer d’armatures transversales de peau pour les


pièces dont la plus grande dimension transversale n’excède pas 40
cm.

Ces dispositions s’appliquent également au parement intérieur des


poutres caissons.

3. ARMATURES LONGITUDINALES DES ZONES TENDUES

Dans les parties de section où le béton est tendu et sous réserve que la zone tendue présente une hauteur
supérieure à 5 cm, la section minimale d’armatures passives longitudinales est, dans le cas de la post-tension :
Bt N f tj Où :
As = + Bt ⋅
1000 fe σ Bt
• Bt est l’aire de la zone de béton tendu

• σBt est la valeur absolue de la contrainte


maximale de traction

NBt est la résultante des contraintes de traction

Les armatures longitudinales des zones tendues ne se cumulent pas avec les armatures longitudinales de peau.

COURS DE BETON PRECONTRAINT – A. KONIN


1. Introduction

CHAPITRE 6 : JUSTIFICATION VIS-A-VIS DE L’EFFORT TRANCHANT

1. INTRODUCTION

L’effet bénéfique de la précontrainte vis-à-vis de l’effort tranchant est :

• Le relevage des câbles aux extrémités génère une composante verticale de précontrainte qui s’oppose à
l’effort tranchant dû au chargement extérieur,

• La compression longitudinale des sections décale le cercle de Mohr des contraintes et réduit la contrainte
principale de traction.

• L’inclinaison des fissures éventuelles d’effort tranchant est inférieure à 45°, ce qui accroît l’efficacité des
armatures transversales verticales.

On voit qu’en béton précontraint, il est impossible d’envisager une justification à l’effort tranchant sans prendre en
compte l’effort normal. L’évaluation de la sécurité vis-à-vis du cisaillement se fera par le biais d’un critère de la
forme : f (σ x , τ) ≤ 0

σx étant la contrainte normale suivant l’axe longitudinale de l’élément, τ, la contrainte tangentielle. Outre la
vérification du cisaillement, qui se fait à l’ELS, un certain nombre de justifications à l’ELU doivent être conduites :

• Dans toute section :

o Justification des armatures transversales,

o Justification des bielles de compression,

• Dans les zones d’appui :

o Equilibre de la bielle d’about,

o Equilibre du coin inférieur.

Les deux derniers points ne seront pas traités dans le présent chapitre. Il y lieu de se reporter au BPEL ($ 7-5).

2. VERIFICATION DU CISAILLEMENT
Ce paragraphe traite de la vérification du cisaillement en l’absence de précontrainte transversale.

2.1. DOMAINE DE SECURITE

Le domaine de sécurité est défini par les inéquations suivantes :

• Si σx ≥ 0 (compression)
 2  2 
τ ≤ 0,4 ⋅ f tj ⋅ f tj + ⋅ σ x 
  3 
 (2-1)
τ 2 ≤ 2 ⋅ f tj ⋅
 f cj
[0,6 ⋅ fcj − σ x ] ⋅ f tj + 23 ⋅ σ x 
  

• Si σx ≤ 0 (traction)

Cours de Béton Précontraint – A. KONIN


CHAPITRE 6 : JUSTIFICATION VIS-A-VIS DE L’EFFORT TRANCHANT 33

τ 2 ≤ 0,4 ⋅ f tj2 (2-2)

Ces trois inégalités définissent un domaine de sécurité dont la représentation graphique est donnée ci-dessous :

2.2. DETERMINATION DE L’ETAT DE CONTRAINTE

2.2.1. Contrainte normale longitudinale σx

La contrainte normale dans le béton en un point d’ordonnée y a pour expression générale :


P  M + P ⋅ e0 
σ x (y ) = + ⋅y (2-3)
B  I GZ 

2.2.2. Contrainte de cisaillement

La contrainte de cisaillement dans le béton en un point d’ordonnée y a pour expression générale :


V ⋅ S GZ (y )
τ(y ) = (2-4)
I GZ ⋅ b n (y )

Avec SGZ(y) est le moment statique par rapport à l’axe Gz de la surface située au-dessus de y,

bn(y) est la largeur nette de la section à l’ordonnée y, au niveau des gaines, la largeur nette bn est évaluée comme
suit :
bn = b0 − m ⋅ k ⋅ φ (2-5)

b0 est la largeur brute, m le nombre de gaines, k un coefficient et Φ le diamètre des gaines. Les valeurs de k sont :

• k = 0 en pré-tension,

• k = 0,5 si les gaines de précontrainte sont injectées au coulis de ciment,

• k = 1 si les gaines sont injectées à la graisse ou non injectées.

2.2.3. Remarques

• Le relevage des câbles au voisinage des appuis tend à diminuer l’effort tranchant, il n’est donc pas certain
que ce soit au droit d’un appui que la contrainte de cisaillement soit maximale,

• Pour les poutres à âmes mince, c’est généralement dans les âmes que les contraintes sont les plus
favorables,

• Pratiquement, il n’est pas envisageable de conduire la vérification du cisaillement en tout point d’une
section. On calcule seulement au centre de gravité (en y = 0), si celui-ci se trouve dans l’âme pour

COURS DE BETON PRECONTRAINT – A. KONIN


3. Justification des armatures transversales

une poutre à âme mince. On prend en compte éventuellement les gaines pour le calcul de la largeur nette
si celles-ci passent près du centre de gravité.

3. JUSTIFICATION DES ARMATURES TRANSVERSALES

On suppose toujours une précontrainte unidirectionnelle.


3.1. INCLINAISON DES FISSURES

On suppose le béton fissuré suivant un angle β u par rapport à l’horizontale. Le cercle de Mohr des contraintes
permet de déterminer β u (figure ci-dessous)

2 ⋅ τu
tan 2β u =
σ xu

Pour la justification des armatures transversales, la valeur de β u ne sera pas prise inférieure à 30°.

3.2. CONTRAINTE DE CISAILLEMENT ULTIME

Dans le cas d’armatures transversales perpendiculaires à la fibre moyenne de la poutre, la contrainte de


cisaillement ultime correspondant à la pleine utilisation des aciers a pour expression :
At fe 1
τu = ⋅ ⋅ (3-1)
b n ⋅ s t γ s tan β u

At est la section d’un cours d’armatures transversales et st l’espacement entre deux cours successifs. At/st
représente la densité linéique d’acier transversal.
3.3. DENSITE DE FERRAILLAGE TRANSVERSAL
Si la section est entièrement tendue, la densité linéique d’acier transversal doit satisfaire : τ u ≤ τ u (3-2)

Dans le cas plus fréquent où au moins une partie de la section est comprimée, on prend en compte le fait que la
partie comprimée contribue à équilibrer l’effort tranchant. La densité d’acier transversal doit alors satisfaire :
τ u − f tj / 3 ≤ τ u d’où :

At  f tj  γ
≥ τ u −  ⋅ b n ⋅ s ⋅ tan β u (3-3)
st  3  fe

3.4. MINIMUM D’ARMATURES TRANSVERSALES DANS LES AMES DES POUTRES

La densité d’acier transversal doit satisfaire aux conditions minimales suivantes :

Cours de Béton Précontraint – A. KONIN


CHAPITRE 6 : JUSTIFICATION VIS-A-VIS DE L’EFFORT TRANCHANT 35

1) s t ≤ min{0,8 ⋅ h ; 3 ⋅ b 0 ;1 m} (3-4)

h est la hauteur totale de la poutre et b0 la largeur brute de l’âme.


A t ⋅ fe
2) ≥ 0,4 MPa (3-5)
bn ⋅ s t ⋅ γ s

Remarque : Les armatures transversales de peau (2 cm²/m de parement) ne se cumulent pas avec les aciers
transversaux déterminés selon (3-1), (3-3) et (3-5).

4. JUSTIFICATION DES BIELLES DE BETON COMPRIME

On peut montrer que les bielles de compression sont justifiées si :


0,85 ⋅ f cj
τu ≤ ⋅ sin 2β u si β u > 30° (4-1)
3 ⋅ γb
f cj
τu ≤ si β u < 30° (4-2)
6

5. REDUCTION DE L’EFFORT TRANCHANT


Les charges appliquées sur une poutre au voisinage de ses appuis tendent à diffuser directement dans les appuis
sans apporter leur pleine contribution à l’effort tranchant. C’est pourquoi le BPEL prévoit la possibilité de prendre
en compte un effort tranchant réduit. Pour un chargement uniformément réparti d’intensité p, on applique les
règles suivantes :

• Sur une longueur égale à h/2 de l’axe d’un appui, le chargement est nul
• Entre h/2 et 3h/2 la charge est prise égale à p(x ) = 2 ⋅ p ⋅ x / 3 ⋅ h

Ces dispositions sont illustrées ci-dessous :

(a) chargement initial (b) chargement modifié pour le calcul de l’effort tranchant réduit

COURS DE BETON PRECONTRAINT – A. KONIN


Enoncé du problème

CHAPITRE 7 : EXEMPLE DE VERIFICATION D’UNE POUTRE ISOSTATIQUE

Ce chapitre se présente sous forme de mini-projet permettant aux élèves d’évaluer leur aptitude à mener des
calculs d’éléments simples en béton précontraint. La structure retenue est un pont-dalle.

ENONCE DU PROBLEME

On se propose de dimensionner la section du béton et la précontrainte d’un pont-dalle de 25 m de portée en classe


II de précontrainte pour une charge routière A(l) = 10 kN/m² et des superstructures représentant la chaussée, les
trottoirs, les gardes corps et divers de 5 kN/m².

Nous prendrons un béton de résistance caractéristique fck = 50 MPa et des aciers en torons T15 de classe 1860. La
mise en tension des câbles est effectuée à 14 jours.

Cours de Béton Précontraint – A. KONIN