Vous êtes sur la page 1sur 15
Football - Ligue 1 professionnelle (4 e journée)
Football - Ligue 1 professionnelle (4 e journée)
Football - Ligue 1 professionnelle (4 e journée)

Football - Ligue 1 professionnelle (4 e journée)

Football - Ligue 1 professionnelle (4 e journée)
Football - Ligue 1 professionnelle (4 e journée)
Football - Ligue 1 professionnelle (4 e journée)
Football - Ligue 1 professionnelle (4 e journée) La quatrième journée de Ligue1 aura lieu ce

La quatrième journée de Ligue1 aura lieu ce week- end. Elle sera marquée par le déplacement du lea- der, le MC Saïda, au stade Akid-Lotfi de Tlemcen et ce pour se mesurer à une équipe tlemcénienne avide de réhabilitation, suite à sa défaite inattendue at home devant l'USM Alger (2 à 1). Le grand derby du Centre entre le CRB et le MC Alger aura lieu, ce samedi, 15 h, au stade du 20-Août. Il sera télévisé.

P. 24

du Centre entre le CRB et le MC Alger aura lieu, ce samedi, 15 h, au

CRB-

MCA samedi au stade du 20

MCA samedi au stade du 20

MCA samedi au stade du 20
CRB- MCA samedi au stade du 20 -Août

-Août

Air Algérie annonce des perturbations aujourd’hui sur ses vols vers la France P. 2
Air
Algérie
annonce
des
perturbations
aujourd’hui
sur ses
vols vers la France
P. 2
Météo 22° à Alger 33° à In Salah PÉTROLE Le Brent à 83,93 dol lars
Météo
22° à Alger
33° à In Salah
PÉTROLE
Le Brent
à 83,93
dol
lars le baril
MONNAIE
L'euro
à 1,398 dol
lar
Santé
Santé

Protection des droits des femmes atteintes de cancer

Santé Protection des droits des femmes atteintes de cancer Une “charte” de l’espoir signée à l’APN
Santé Protection des droits des femmes atteintes de cancer Une “charte” de l’espoir signée à l’APN

Une “charte” de l’espoir

signée à l’APN

PP. 12-13

Les chocs électriques peuvent améliorer votre mémoire

Les chocs électriques peuvent améliorer votre mémoire
Les chocs électriques peuvent améliorer votre mémoire
Les chocs électriques peuvent améliorer votre mémoire
Les chocs électriques peuvent améliorer votre mémoire
Les chocs électriques peuvent améliorer votre mémoire 11 Doul Qîda 1431 - Mardi 19 Octobre 2010

11 Doul Qîda 1431 - Mardi 19 Octobre 2010 - N° 14028 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

- Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287 LA REVOLUTION PAR LE PEUPLE ET POUR LE

LA REVOLUTION PAR LE PEUPLE ET POUR LE PEUPLE

Onu- Sahara occidental Christopher Ross chez le Président M. Christopher Ross : “Le statu quo
Onu-
Sahara occidental
Christopher Ross
chez le
Président
M. Christopher Ross :
“Le statu quo
dans la question du
Sahara occidental
est intenable”
P. 7 et 9
Photos : Nesrine Terrab

L

Algérie-France

P. 7 et 9 Photos : Nesrine Terrab L Algérie-France e Président Bouteflika reçoit M m

e Président Bouteflika reçoit M me Alliot-

Marie e Président Bouteflika reçoit M m e Alliot- “Les relations algéro-françaises se portent bien”

“Les relations algéro-françaises se portent bien”

PP. 4-5
PP. 4-5
relations algéro-françaises se portent bien” PP. 4-5 M. Medelci reçoit le DG de l'ONUDI M. Yumkella

M. Medelci reçoit le DG de l'ONUDI

M. Yumkella relève le soutien

de l’Algérie aux efforts de l’ONUDI

P. 6

M. Youcef Yousfi reçoit le ministre espagnol de l’Industrie

P. 6

A l’issue d’un entretien avec M. Medelci

Le DG de l'OMPI salue la coopération "fructueuse" liant l'Algérie à son organisation

P. 6

UFC 1 er loque sur international et d’audience les Col mesures sondages en Algérie P.
UFC
1
er
loque
sur international et d’audience
les Col mesures sondages
en Algérie
P. 2

2

2 EL MOUDJAHID Météo 22° à Alger, 33° à In Salah Demain et après-demain au Cercle

EL MOUDJAHID

Météo 22° à Alger, 33° à In Salah Demain et après-demain au Cercle national de
Météo
22° à Alger,
33° à In Salah
Demain et après-demain
au Cercle national de l’armée
Demain à 10 h
Après la pluie, le beau temps ! En effet, une nette amé-
lioration est attendue aujourd’hui sur l'ensemble des
régions du pays avec toutefois une persistance de quelques
averses de pluie sur les régions de l'Est, au petit matin. Le
soleil sera prédominant à partir de demain sur la majeure
partie du pays. Les températures maximales varieront de
20c à 24°c sur les régions du littoral et de 15c à 19c sur les
régions de l'intérieur. Les vents seront en général faibles à
modérés.
Au Sud, le ciel partiellement nuageux sur la région du
sud-ouest avec localement quelques pluies. Les températures
maximales varieront de 22°c à 30°c avec des pics de 34°c sur
Sahara central. Les vents seront en général faibles à modé-
Conférence-débatConférence-débat
sursur lala propriétépropriété industrielleindustrielle
Séminaire sur l’écriture
de l’histoire
Une conférence-débat sera animée par des experts internatio-
naux de l’Organisation mondiale de la propriété industrielle
(OMPI), en visite dans notre pays.
Cette rencontre aura lieu au centre de presse d’El-Moudjahid,
demain, à 10 h sur le thème de la propriété industrielle au service
du développement.
A partir d’aujourd’hui
à Tamanrasset
Sous le haut patronage du
Président de la République, le
ministère des Moudjahidine orga-
nisera demain un séminaire de
deux jours sur le thème “l’écriture
de l’histoire nationale et sa présen-
tation”.
L’ouverture des travaux de cette
manifestation prévue demainà9h
au Cerce national de l’armée, sera
présidée par M. Mohamed Chérif
Abbas, ministre des Moudjahidine.
rés. Aujourd’hui, le mercure affichera 22° à Alger , à Chlef ,
Annaba et à Bejaia, 17° à Batna et Constantine, 24° à Oran
et à Tlemcen, , 16° à Bordj Bou -Arréridj, 14° à Sétif, 23° à
Ghardaïa, 32° à Tamanrasset et à In Salah 27° Tindouf, et
33° à Adrar.
Salon ERA 2010
Benbada à Blida
Le Salon international ERA des énergies renouvelables, des éner-
gies propres et du développement durable se tiendra à partir
d’aujourd’hui et jusqu’au 21 octobre à Tamanrasset.
CARE
Lancement officiel,
ce matin, de l’Institut
algérien de la gouvernance
d’entreprise
Ce matin à 9 h au Hilton
“Journée sur la concurrence”
Le Cercle d’action et de réflexion autour de l’entreprise
CARE lance officiellement l’Institut algérien de la gouvernance
d’entreprise, Hawkama El Djazair. Ce projet s’inscrit dans le
cadre de la pérennisation du code algérien de gouvernance d’en-
treprise adopté le 11 mars 2009, avec le soutien du gouvernement.
L’Institut algérien de gouvernance d’entreprise Hawkama El
Djazair, est une initiative de partenariat publique- privée visant au
développement de la performance du tissu économique en
Algérie, par la promotion de bonnes pratiques de gouvernance
d’entreprise et ce, au moyen d’activités de formation, d’informa-
tion, de conseil, d’études et de plaidoyer. Ce rendez-vous donné
ce matin à9hà l’hôtel Sofitel, sera également l’occasion de pré-
senter les résultats de l’enquête faite auprès des chefs d’entre-
prises algériens sur la perception et les pratiques des principes de
bonne gouvernance.
La journée sur la concurrence se tiendra ce matin à partir de 9 h, à
l’hôtel Hilton.
La journée fait partie des actions mises en œuvre dans le cadre du
Programme d’appui à la facilitation du commerce (FACICO) financé par
l’Union européenne au bénéfice du ministère du Commerce et ses struc-
tures associées.
La journée sera animée par d’éminents professeurs avec la participa-
tion de représentants institutionnels.
Le ministre du Commerce, M.
Mustapha Benbada, effectuera
aujourd’hui une visite de travail et
d’inspection dans la wilaya de
Blida. Le ministre procédera à la
mise en service du nouveau siège
régional du registre du commerce
et visitera des chambres froides
d’un investisseur en agriculture et
importateur de fruits et légumes à
Oued El Alleigue, le marché cou-
vert communal aménagé à Oued
El Allègue et le projet de réalisa-
tion du siège de la direction
régionale du commerce à Blida.
Signature d’un protocole d’entente
avec les SMA et le British Council
Journée nationale
des Statistiques,
demain, 20 octobre
Conférence de presse,
ce matin
Un riche programme
de célébration
Conférence de presse,
ce matin, de l’ambassadeur
de Cuba
A l’occasion de la signature d’un protocole d’entente avec les Scouts
musulmans algériens, le British Council organise une conférence de pres-
se ce matin à 10 h 30 au siège du British Council, sis au 18, rue Mustapha
Khalef, Ben Aknoun.
Le protocole sera paraphé par M. Noureddine Benbraham, commis-
saire général des SMA, et M. Jeremy Jacobson, directeur du British
Council et marquera le lancement officiel du programme «Active
Citizens » (citoyens actifs) qui vise à former les jeunes pour apporter un
changement positif dans leurs communautés à travers la participation
économique, le service public, le travail bénévole, et d’autres efforts pour
améliorer la vie de tous les citoyens.
Un programme riche et varié a
été élaboré par le secrétariat
d’Etat auprès du ministère de la
Prospective et des Statistiques, en
charge des Statistiques, pour la
célébration de la Journée mondia-
le des Statistiques, le 20 octobre
de chaque année.
A ce titre, le Secrétaire d’Etat
L’ambassadeur de Cuba, SEM Eumelio Caballero Rodriguez,
animera ce matin au siège de l’ambassade, une conférence de
presse sur le thème « Nécessité de lever le blocus économique,
commercial et financier appliqué à Cuba par les Etats-Unis
d’Amérique » et d’autres thèmes d’intérêt sur Cuba.
La conférence se tiendra à 10 h à la salle « Ernesto Che
Guevara», ambassade de Cuba, 22, rue Larbi Allik, Hydra, Alger.
A partir d’aujourd’hui, à Tipasa
Exposition photos et colloques
diversité 2010
Conférence de presse, demain
Symposium international
sur le thème
«Quelle migration pour quel
développement en Afrique ?»
Dans le cadre de l’exposition photo et colloques diversité
2010 qu’organisera la coopération technique allemande au déve-
loppement (GTZ-Algérie) du 3 au 9 novembre, une conférence de
presse est prévue demain à 9 h 30 dans les bureaux du program-
me « développement économique durable », El Biar, mitoyen à
l’ambassade du Burkina Faso.
Le Centre de recherche en économie appliquée
pour le développement «CREAD » organisera à partir
d’aujourd’hui et jusqu’au 22 octobre à Tipasa, un
symposium international sur le thème « Quelle
migration pour quel développement en Afrique ?».
Les travaux de cette rencontre de haut niveau qui
s’inscrit dans le cadre du programme annuel d’ani-
mation scientifique du CREAD se dérouleront à la
salle de conférence du complexe Le grand Bleu sis à
Chenoua, Tipasa. Il regroupera une centaine de chercheurs, universitaires
nationaux et étrangers. En marge de cette manifestation, un atelier doc-
toral est programmé et ciblera des doctorants nationaux et étrangers.
chargé de Statistique, M. Ali
Boukrami, devrait présider avec la
participation des autorités locales,
des rencontres régionales à Oran,
Sétif, Ouargla et Tipasa sur l’impor-
tance des statistiques régionales et le
lancement du premier recensement
économique de l’Algérie.
Une session extraordinaire du conseil national de la statis-
tique avec la participation des représentants des différents
ministères, des producteurs et des utilisateurs de statistiques.
Le programme comporte par ailleurs des campagnes de
sensibilisation et d’information sur l’importance du premier
recensement économique de l’Algérie, la tenue d’un séminai-
re national sur les statistiques sectorielles en vue d’examiner le
projet de la politique statistique du gouvernement (2010-
2014), ainsi que la tenue des conférences régionales sur l’im-
portance des statistiques.
Il est prévu enfin la tenue d’une conférence nationale sur
les statistiques au deuxième trimestre 2011.
Air Algérie
annonce
des perturbations
aujourd’hui sur ses vols
vers la France
A partir de demain, au Palais
des expositions
Accès
au résidanat
en médecine
4 e Salon international
du verre et de
l’aluminium (SIVA 2010)
La compagnie nationale Air Algérie annonce des per-
turbations sur ses vols vers et en provenance de la France,
pour le mardi 19 octobre, en raison d'un appel à la grève
générale lancé pour cette journée dans ce pays.
Dans ce contexte, Air Algérie signale lundi dans un com-
muniqué, qu'en raison des limitations imposées à toutes les
compagnies aériennes par la Direction générale de
l'Aviation Civile française (DGAC), elle a procédé à des
annulations de vols sur les liaisons Algérie-France, alors
que d'autres pourront être affectés par des retards plus au
moins importants.
Air Algérie, précise a cet égard, qu'elle a procédé aux
annulations sur les liaisons suivantes:
La 4 ème édition du Salon international du verre et de l’aluminium,
SIVA 2010, organisée par la société AK Events en collaboration avec la
société algérienne des foires et des exportations, se tiendra à partir de
demain au 24 octobre, au Palais des expositions, Pins Maritimes, Alger.
Placée sous le patronage du ministère de l’Industrie, de la Petite et
Moyenne Entreprise et de la Promotion des Investissements, le SIVA
2010 est, soulignent les organisateurs, la plus importante manifestation
internationale dédiée au verre et à l’aluminium organisée en Algérie. En
marge de ce Salon, des journées thématiques seront animées par des
experts nationaux et étrangers.
Le choix
des postes
d’affectation
les 24
et 25 octobre
UFC
Le doyen de la faculté de médecine d’Alger, le Pr
Arrada, porte à la connaissance des lauréats du
Concours national d’accès au résidanat en médecine
session octobre 2010, que le choix des postes d’affecta-
tion se fera en séance publique à la bibliothèque du
département de médecine Mohamed Maherzi les 24 et
25 octobre selon les modalités suivantes :
- Alger-Paris CDG-Alger (Vol AH 1000/1001)
Dimanche 24 octobre 2010 :
- Constantine -Paris CDG-Constantine (1122/1123)
- de 8 h 30 à 12 h 30 : du numéro 1 au numéro
- Béjaia-Paris Orly -Béjaia (1012/1013)
- Sétif-Paris Orly -Sétif (1146/1147)
300 - de 14 h à 18 h : du numéro 301 au numéro
- Sétif-Lyon-Sétif (1154/1155)
1 er Colloque international
sur les sondages et mesures
d’audience en Algérie
600.
- Constantine-Marseille-Constantine
- Alger-Paris CDG (1008)
Lundi 25 octobre 2010 :
"Le transport des passagers ayant réservé sur ces vols
sera assuré par les autres vols du même jour qui pourront
être maintenus ou par les vols du ou des jours suivants",
indique toutefois Air Algérie, en précisant que "d'autres
modifications de programme vers et en provenance de la
France pourront intervenir en fonction de l'évolution du
mouvement social annoncé".
L’Université de la formation continue organise en
avril 2011 le premier colloque international sur les
sondages et mesures d’audience en Algérie, sur le
thème «L’opinion publique : les sondages comme
instrument de mesure et d’information ». Cette ren-
contre, première de son genre en Algérie, se veut un
espace d’échange sur les méthodes et techniques de
sondage développées en Algérie».
- de 8 h 30 à 12 h 30 : du numéro 601
au numéro 900
- de 14 h à 18 h : du numéro 901
à épuisement des postes ouverts
et
conformément
à
la
moyenne requise pour
être classé.
Mardi 19 Octobre 2010
APN
APN

Nation

3

EL MOUDJAHID

Conseil de la nation

Examen du projet de loi relatif à la protection des personnes âgées

La prise en charge de la personne âgée coûte 1.000 DA/jour aux centres spécialisés. Le 27 avril de chaque année est déclarée journée nationale de la Personne âgée.

Les travaux se sont poursuivis hier matin au Conseil de la nation lors d’une séance plé- nière présidée par Abdelkader Bensalah, président, consacrée à la présentation au débat général du projet de loi relatif à la pro- tection des personnes âgées, soumis par le ministre de la Solidarité nationale et de la Famille, Saïd Barkat, en présence du

ministre des Relations avec le Parlement, Mahmoud Khedri. Dans son exposé des motifs du texte de loi, le ministre de la Solidarité nationale et de la Famille, Saïd Barkat, a indiqué que la nouvelle qui vise à améliorer les conditions de vie des personnes âgées, notamment les personnes démunies, insiste sur le maintien des per- sonnes âgées au sein de leur milieu familial, ou à leur domicile, à travers des dispositions et des mesures per- mettant une offre de prise en charge globale, l’aide ména- gère et les prestations nécessaires à un accompagnement adéquat à leur état physique et mental pour consolider les relations de familles. Il stipule en outre que la protection et la dignité des personnes âgées et le respect de leurs droits sont considérés comme une obligation nationale et familiale. Se plaçant au plan de la prise en charge de cette caté- gorie de la population nationale, le ministre a précisé que la prise en charge d’une personne âgée revient au centre spécialisé à quelque mille dinars (1.000 DA) par jour ajoutant que ces centres comptent plus de 2.000 per- sonnes âgées, dont 1.000 handicapées, 877 malades men- taux et environs 434 personnes résidant depuis des années dans ces structures et n’ayant pas de liens fami- liaux. Au sujet du nombre des structures d’accueil, le ministre a parlé de 32 centres dotés de tous les moyens nécessaires auxquels s'ajoutent 7 nouveaux centres qui ouvriront prochainement leurs portes sans compter le projet de réalisation de 3 autres centres durant le pro- chain quinquennat pour atteindre 432 centres en 2014. Le nombre global des personnes âgées au niveau national est estimé à 2.750.000 personnes, dont 4.587 personnes ayant créé des activités et des micro-entre- prises dans le cadre des dispositifs d'emploi, signalant que l'espérance de vie est passée de 48 ans, en 1962, à 76,6 ans en 2008, ce qui nécessite de prendre les mesures nécessaires à une meilleure prise en charge de cette fran- ge. Le projet de loi, articulé autour de 38 articles voté dernièrement à une large majorité par l’Assemblée popu- laire nationale, précise que toutes les personnes âgées démunies ou en situation de précarité reçoivent l'aide de l'Etat, des collectivités locales et des établissements et institutions spécialisées concernées qui prennent, dans le cadre de leurs compétences respectives, les mesures appropriées pour assister ces familles dans l'accomplis- sement du devoir de prise en charge de leurs personnes âgées. D’autre part, l'Etat veillera, à cet effet, à l'assis- tance de ces personnes en situation vulnérable, pour lut- ter contre toute forme d'abandon, de délaissement, de violence, de maltraitance, d'agression, de marginalisation et d'exclusion du milieu familial et social. Par ailleurs, les personnes âgées démunies, en diffi- culté ou en situation de précarité sociale bénéficient de la gratuité ou de la réduction des tarifs de transport ter- restre, aérien, maritime et ferroviaire. En matière de dispositions pénales, le projet de loi, précise que quiconque délaisse ou expose une personne âgée au danger, est puni, selon les cas, des mêmes peines prévues par le code pénal notamment ses articles 314 et

316. Sans préjudice des dispositions prévues par le code pénal, des peines d’emprisonnement allant de 6 mois à 3 ans et des amendes allant de 20.000 DA à 500.000 DA sont prévues aussi dans le projet à l'encontre des auteurs d'infractions. Le projet de loi qui a connu un débat enri- chissant lors de son examen par les membres du Conseil de la nation prévoit l’établissement d’un rapport annuel à remettre au gouvernement sur la situation des personnes âgées et la mise en œuvre des programmes destinés à leur protection. Enfin, une journée nationale de la Personne âgée est instituée. Elle correspondra au 27 avril de chaque année.

Houria A.

Ph : T. Rouabah
Ph : T. Rouabah

Le ministre des Transports présente un exposé devant la commission des finances et du budget

Le coup d’accélérateur de Amar Tou

Le ministre des Transports, M. Amar Tou, a présenté hier devant la com- mission des finances et du budget de l'Assemblée popu- laire nationale (APN) un exposé sur les grands axes de son secteur dans le cadre de l'examen des budgets secto- riels prévus par la loi de finances 2011, indique un communiqué de l'APN. Lors de cette réunion prési- dée par M. Mohamed Kennai, président de la commission, M. Tou a évo- qué le plan de développe- ment du secteur du transport ferroviaire et les avancées réalisées notamment pour ce qui est de l'élargissement et de la modernisation du réseau à travers notamment la réception prochaine du métro et du tramway d'Alger. Concernant le réseau ferro- viaire, le ministre a relevé la réception de 445 km de voies ferrées et la réouvertu- re de 767 km outre les 856

km réceptionnés cette année. Pour le ministre, l'exten- sion à 120% qu'a connue le réseau ferroviaire durant la période 2008-2010 est appe- lée à se développer davanta- ge eu égard aux projets en cours de réalisation ou d'étu- de devant atteindre les 7488 km de rail. Concernant les gares routières de transport des voyageurs, le ministre a indiqué que son département prévoyait la réalisation en 2011 de plusieurs gares de types A, B et C devant élar- gir le réseau du transport urbain à travers le territoire national avec l'acquisition d'autres quotas d'autobus dont la construction a été confiée à la Société nationa- le des véhicules industriels (SNVI). Pour ce qui est de la sécu- rité routière, M. Tou a pré- senté un rapport de la gen- darmerie nationale et de la sûreté nationale affirmant les

nationale et de la sûreté nationale affirmant les résultats positifs de l'appli- cation du nouveau code

résultats positifs de l'appli- cation du nouveau code de la route avec une baisse de 26,29% des accidents de la route en 2010. Il a en outre évoqué le transport aérien devant quant à lui être développé par le renforcement de la flotte de la compagnie nationale Air Algérie. Le développement

du transport ferroviaire de marchandises, l'amélioration de la qualité des services des aéroports des lignes domes- tiques et la gestion des ports, comptent parmi les points évoqués par le ministre des Transports devant la commission des finances et du budget de l'APN.

Le ministre de la Santé présente un exposé devant la commission des finances et du budget

1.000 nouvelles structures d’ici à 2014

Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, M. Djamel Ould Abbès a pré- senté un exposé devant la commission des finances et du budget de l'Assemblée populaire nationale (APN) dans le cadre de l'examen du budget de l'Etat pour l'exer- cice 2011, a indiqué un com- muniqué de l'Assemblée. Dans son intervention, le ministre a avancé des statis- tiques concernant les struc- tures du secteur de la santé en Algérie, rappelant le nombre de CHU, de polycli- niques et de structures sani- taires de proximité suscep- tibles d'assurer des presta- tions sanitaires de qualité aux citoyens. Evoquant les proposi- tions de la loi de finances 2011 du secteur, M. Ould Abbès a rappelé que le bud- get de fonctionnement a été doté d'un montant de 227,8 milliards de dinars, enregis- trant une hausse de 16,84 % par rapport au budget de l'année dernière. Concernant le budget d'équipement, il sera consa-

cré à l'achèvement et à la restauration de plusieurs structures sanitaires ainsi qu'à l'acquisition de matériel médical moderne, notam- ment dans les régions inté- rieures du pays, a-t-il préci- sé. A propos du program- me du secteur 2010-2014, il prévoit la réalisation de plus de 1000 structures sanitaires, a indiqué le ministre. S'agissant des produits pharmaceutiques, il a relevé le progrès considérable enregistré à la faveur des mesures de promotion de la production nationale du médicament en vue de rédui- re la facture de médica- ments. Concernant l'améliora- tion de l'accès aux soins et aux examens spécialisés et d'urgences, une série de mesures ont été mises en œuvre. Il s'agit notamment d'améliorer l'accueil au niveau des structures sani- taires, renforcer les équipe- ments au niveau des urgences et des services de chirurgie, combler le déficit en matière de radiothérapie, assurer des soins de qualité à

de radiothérapie, assurer des soins de qualité à travers l'utilisation de la technologie de pointe et

travers l'utilisation de la technologie de pointe et la mise en œuvre d'un pro- gramme pour la formation d'équipes pluridisciplinaires. Au terme de l'interven- tion du ministre, les membres de la commission ont souligné la nécessité de déployer davantage d'efforts pour la promotion des pres- tations sanitaires, notam- ment en ce qui concerne la prise en charge du cancer et des maladies chroniques, a indiqué le communiqué. Ils ont également évoqué

les préoccupations locales insistant sur le renforcement des urgences au niveau des hôpitaux et la formation des paramédicaux, soulignant la nécessité de doter les struc- tures sanitaires de médecins et spécialistes. L'encouragement du médicament produit locale- ment et du médicament générique ainsi que la main- tenance des équipements médicaux visant à réduire la facture de l'importation ont également été abordés lors de cette réunion.

rienne du Hadj avait rejoint l'hôpital de La Mecque depuis le 10 octobre. Pour ce qui est des activités médi- cales assurées durant la saison précé- dente du Hadj, le premier responsable du secteur a relevé "quelque 53.000 consultations dont plus de 19.000 trai- tements généraux, 386 contrôles médi- caux, 23 déplacements et la mort de 21 hadji". Répondant à des questions de la commission de la santé de l'APN, M. Ould Abbès a souligné que son secteur ne disposait pas de "registre des mala- dies chroniques ce qui explique que les commissions médicales autorisent les candidats au Hadj à se rendre aux Lieux saints affirmant que le ministère "est en cours de préparation d'un registre natio- nal d'oncologie". Le nombre de pèlerins algériens pour cette saison est de 36.000 hadji et le coût du Hadj est estimé à 22 millions de centimes pour chaque hadj sans les frais du transport. Le premier vol vers les Lieux saints est prévu le 21 octobre", rappelle-t-on.

Hadj 2010

Plus de 70 postulants écartés pour cause de maladies graves

Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitaliè- re, M. Djamel Ould Abbès a affirmé hier que 74 personnes parmi les candidats au Hadj (2010) ont été écartées par les commissions médicales à travers le ter- ritoire national car présentant des mala- dies graves. Le ministre a précisé lors de la présentation des grandes lignes de la couverture médicale des hadji pour la saison 2010 devant la commission de la santé et des affaires sociales de l'Assemblée populaire nationale (APN) que les commissions médicales ayant examiné les candidats au Hadj à travers le territoire national avaient "décidé d'écarter 74 postulants pour cause de maladies graves dont des troubles men- taux, insuffisances rénales ou cancers". Rappelant que la mission médicale comptait 120 médecins, infirmiers et assistants médicaux, M. Ould Abbès a souligné que la prise en charge médica- le des candidats au Hadj avait commen- cé "immédiatement après le tirage au

sort à travers l'installation de commis- sions de wilaya pour l'examen des hadji et l'équipement d'un hôpital à la Mecque et d'autres centres médicaux à Médine et Djeddah. La couverture médicale des hadji dans les Lieux saints commence dès "leur arrivée aux aéroports de l'Arabie saoudite et se poursuivra tout au long des étapes du Hadj", a indiqué M. Ould Abbès ajoutant que "les équipes médicales itinérentes assure- ront leur missions au niveau des campe- ment à Arafat et Mina". Il a, dans se contexte, mis en garde contre les éven- tuels problèmes que pourraient rencon- trer la mission médicale à Arafat en rai- son des flux des hadji appelant les médecins à la "vigilance" et à une bonne prise en charge des hadji qui auront des difficultés à s'adapter au climat chaud. S'agissant des médicaments réservés à cet effet, M. Ould Abbès a noté que 9 tonnes de médicaments ont été envoyés aux Lieux saints rappelant que l'équipe médicale en charge de la mission algé-

L’ événement

4

EL MOUDJAHID

Algérie-France

LePrésident Bouteflikareçoit M me Alliot-Marie

Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a reçu hier à Alger la ministre d'Etat, garde des Sceaux, ministre de la Justice et des Libertés de la République françai- se, M me Michèle Alliot-Marie. L'audience s'est déroulée en présence du ministre des Affaires étrangères, M. Mourad Medelci, et du ministre de la Justice, garde des Sceaux, M. Tayeb Belaïz. La ministre fran- çaise, qui est arrivée dimanche à Alger, effectue une visite de travail de deux jours en Algérie, à l'invita- tion de M. Belaïz.

Ph. Nesrine T.
Ph. Nesrine T.

Le Président Bouteflika

“Les relations algéro-françaises se portent bien”

L e Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a affirmé hier à Alger que les relations algéro-françaises "se portent bien".

"Les relations entre l'Algérie et la France se portent bien", a déclaré le Président Bouteflika en réponse à une question d'un journaliste sur les relations entre les deux pays, à l'issue d'une audience qu'il a accordée à la ministre d'Etat, garde des Sceaux, ministre de la Justice et des Libertés de la République française, M me Michèle Alliot- Marie. Interrogé sur une éventuelle visite en France, le

Président de la République a répondu par "Inchallah" (si Dieu le veut). De son côté, M me Alliot-Marie a indiqué que les entretiens avec le président Bouteflika ont porté sur tous les domaines, notamment ceux relatifs à la défense, l'inté- rieur et à la justice. "Le Président de la République m'a fait le grand hon- neur de me recevoir longuement et nous avons évoqué tous les domaines très larges de la coopération entre la France et l'Algérie", a-t-elle précisé, qualifiant de "très profondes" et de "très intenses" les relations entre les deux

pays. "Nous avons développé la coopération dans le domaine de la défense et de l'intérieur, mais également dans celui de la justice, notamment depuis 2004 où nous avons une coopération dans le domaine de la formation", a-t-elle ajouté. Elle a exprimé son souhait de voir ces relations "se développer, non seulement dans l'intérêt de nos deux pays, mais également dans l'intérêt des autres pays voisins ainsi que pour le développement de la paix et de la sécurité parce que, a-t-elle dit, c'est notre mission profonde".

Réunion du groupe d’amitié parlementaire algéro-français

Nécessité de réactiver la grande commission parlementaire mixte

Le président du groupe d'amitié parlementaire algéro-français, M. Belkacem Belabès a affirmé que la législation algérienne protégeait les investissements étrangers et contri- buait efficacement à la création d'un environnement propice à l'investisse- ment productif.

L ors d'une rencontre ayant réuni, hier, au siège de l'Assemblée populaire nationale (APN), les

membres du groupe d'amitié parlementai- re algéro-française et ceux du Parlement français, M. Belabès a indiqué que la législation algérienne "protège l'investis- sement étranger et aide à la création d'un environnement propice à l'investissement productif". "Nous ne voulons pas d'une économie de services mais d'un investissement générateur de richesses et d'emplois qui réponde aux besoins des citoyens", a-t-il précisé. Evoquant les relations algéro- françaises et les moyens de les dévelop- per, l'intervenant a insisté sur la nécessité

d'établir "des relations solides et étroites" entres les deux pays, soulignant que "les relations bilatérales ne doivent pas être tendues", compte tenu de l'histoire parta- gée entre les deux pays et la forte présen- ce de la communauté algérienne en France, outre la circulation importante des personnes entre les deux pays. Le parlementaire algérien a souligné la nécessité de réactiver la grande com- mission parlementaire algéro-française qui devait se réunir fin 2009. Concernant le passé colonial en Algérie, M. Belabès a estimé nécessaire de laisser cette question aux "spécialistes

et historiens", affirmant que l'histoire "ne

peut pas être oubliée". Le colonialisme a

été incriminé et condamné lors des diffé- rents fora internationaux", a-t-il rappelé. Le président de la délégation parle- mentaire française, M. Jean-Paul Garraud

a souligné la nécessité de transcender les

obstacles qui se dressent devant le déve- loppement et le renforcement de la coopé- ration entre les deux pays, pour mieux servir les intérêts des deux peuples, insis- tant sur la nécessité d’œuvrer pour sa pro-

motion notamment en matière d'échanges des expériences dans les domaines juri- dique et judiciaire. Il a également relevé le nombre important d'étudiants algériens qui poursuivent leurs études en France. "Les plaies du passé ne devraient pas freiner le processus de renforcement des différentes formes de coopération entre les deux parties", a-t-il affirmé. Concernant le climat d'investissement en Algérie, M. Garraud a estimé que "l'Algérie a le droit de promulguer des lois qui protégent son économie", soulignant l'importance de la présence d'entreprises françaises en Algérie pour la réalisation de projets économiques qui servent les intérêts des deux pays". La rencontre a été l'occasion pour les deux parties d'évaluer le processus de coopération entre l'Algérie et la France dans les différents domaines et d'étudier ses perspectives, outre l'examen de plu- sieurs questions internationales d'actuali- té dont la lutte contre le terrorisme, ce phénomène transfrontalier et la situation sécuritaire dans la région du Sahel.

M. Ouyahia reçoit M me Alliot-Marie

Le Premier ministre, M. Ahmed Ouyahia, a reçu hier à Alger, la ministre d'Etat, garde des Sceaux, ministre de la Justice et des Libertés de la République française, Mme Michèle Alliot-Marie, en visite en Algérie, indique un communiqué du cabinet du Premier ministre. A assisté à cette audience, le ministre de la Justice, garde des Sceaux, M. Tayeb Belaïz, précise-t- on de même source.

Le ministre de la Justice, garde

des Sceaux

hier à Alger, la ministre d'Etat, garde

des Sceaux, ministre de la Justice et des Libertés de la République française, M me Michèle Alliot-Marie. L'entretien entre les deux ministres a porté sur "l'évaluation de la coopération juridique et judiciaire et les possibilités de son développement et de son élargissement ainsi que sur le renforcement des relations bilatérales entre les deux pays".

M. Tayeb Belaïz a reçu,

L’ événement

5

EL MOUDJAHID

Algérie-France

Conférence de presse de M me Michèle Alliot-Marie

“Une vision tournée vers l’avenir”

D ans la conférence de pres- se qu’a accordée, hier, aux représentants des

médias, M me Michèle Alliot- Marie, ministre d’Etat français, garde des Sceaux, ministre de la Justice et des Libertés, a mis l’ac- cent sur les liens, à la fois anciens et en permanence renouvelés, qui unissent l’Algérie et la France. A l’issue de sa visite officielle dans notre pays, elle a fait part d’une volonté réciproque expri-

mée par les deux Présidents de République à faire progresser la coopération dans de nombreux domaines pour relever des défis de tous ordres. La prochaine visite qu’effec- tuera l’ancien Premier ministre français, M. Jean-Pierre Rafarin, dans notre pays, sera l’occasion d’affermir et de consolider ces relations, de travailler en com- mun dans ce sens. Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a expri- mé sa volonté d’appréhender les relations franco-algériennes avec une vision tournée vers l’avenir, a tenu à souligner M me Michèle Alliot-Marie. Les entretiens qu’elle a eus avec de hauts responsables de l’Etat sont encourageants et per- mettent de conforter une détermi- nation à renforcer des relations de proximité. S’agissant de la coopération juridique et judiciaire entre l’Algérie et la France, M me Alliot- Marie a déclaré que les accords

Ph. Nacéra I.
Ph. Nacéra I.

conclus se développent dans dif- férents domaines, tels que les échanges d’expérience et de savoir-faire entre les magistrats, de la possibilité de procéder à des cycles de formation des magis- trats, des greffiers, des personnels de prison. Elle a formulé son désir de faire développer des pro- cessus de perfectionnement des magistrats par des détachements de longue durée dans les deux pays, de faire des bilans des lois existantes et celles à élaborer, en particulier dans le domaine du droit pénal applicable aux mineurs. Les sujets de tension qui pour- raient exister entre les deux pays

ne sont pas un frein susceptible de contrarier la coopération entre les deux pays, a également souligné la ministre française. Ce qui compte le plus, a-t-elle affirmé, c’est la volonté tout à fait percep- tible qui existe entre l’Algérie et la France et qui permet de traiter nombre de problématiques cru- ciales, telles que la mondialisa- tion, l’émergence des puissances économiques, démographiques. Elle observe une volonté réelle à affronter en commun ces défis de l’heure. La coopération dans le domai- ne de la lutte contre le terrorisme entre l’Algérie et la France a été évoquée par M me Michèle Alliot-

Marie qui a déclaré qu’elle existe déjà depuis longtemps. Nos ser- vices, a-t-elle indiqué, coopèrent pour mieux faire face à la menace et à mieux la cerner. Le terroris- me doit être combattu sur tous les fronts, y compris dans le domaine économique où il va falloir tarir ses sources en offrant des alterna- tives crédibles à ceux qui seraient tentés par le chant des sirènes du terrorisme. Il faut régler un cer- tain nombre de conflits dans le monde qui servent de prétexte à l’émergence du terrorisme. Dans ce cadre, l’Algérie et la France maintiennent un souci constant de lutter conjointement contre le ter- rorisme. Concernant la question

des détenus algériens en France, la ministre de la Justice avoue ne pas connaître leur nombre exacte du fait de facteurs divers. Elle avance que le problème de trans- fèrement de ces détenus n’est pas facile à régler, car il n’existe pas de convention proprement dite. Cela dit, l’Algérie fait des efforts dans le domaine de l’immobilier pénitentiaire. Cela permet de faire des transferts de détenus qui pourront purger leur peine auprès de leurs familles. D’une manière générale et au- delà de l’examen des questions inhérentes à la coopération juri- dique et judiciaire entre l’Algérie et la France, M me Michèle Alliot- Marie a évoqué les perspectives de coopération dans le domaine économique, de promouvoir les liens qui unissent les deux nations. Le partenariat et la coopéra- tion économique et commerciale ont besoin d’être sécurisés sur le plan juridique, de créer une visi- bilité afin de créer toutes les conditions propices aux entre- prises algériennes et françaises de travailler, non seulement en France ou en Algérie mais égale- ment à l’étranger. Les deux pays ont exprimé une volonté de regarder l’avenir avec optimisme en affrontant des problématiques communes liées à la mondialisation et de faire des priorités pour faire face à des enjeux importants. Mohamed Bouraïb

Des historiens français dénoncent l’installation d'une fondation pour la mémoire

De nombreuses voix, notamment d’historiens français, s’élèvent contre l’installation, aujourd’hui en France, d’une Fondation pour la mémoire conçue, selon eux, au seul service des nostalgiques de la colonisation et du courant xénophobe d’extrême-droite. Cette fondation est prévue par l’article 3 de la loi du 23 février 2005 jugée scélérate par une grande partie de la société civile du fait quelle faisait l’apologie du colonialisme. L’article 13 de cette loi indemnise les anciens membres de l’organisation criminelle OAS.

I nterrogé par l’APS sur cette question,

Gilles Manceron, historien et vice-prési-

dent de la Ligue des droits de l’homme

(LDH), a affirmé que la décision d’installer cette fondation montre que la société françai- se est "à la croisée des chemins". Il a relevé que "d’une part, une grande partie de la population française demande que la vérité soit dite sur la nature de la colonisa-

tion et, d’autre part, une fraction de celle-ci, plus âgée, surtout implantée dans le Midi de la France, ne veut rien reconnaître, ni regarder en face, et reste attachée aux dénégations et aux anciens mensonges". C’est une tranche de l’opinion, affiliée au courant d’extrême-droite qui avait soutenu la mise en place de plusieurs monuments à la gloire de l’Algérie française et des tueurs de l’OAS, a-t-il rappelé, ajoutant que "c’est cette fraction de l’opinion qui a poussé à l’adoption de la loi du 23 février 2005 qui prétendait pré- senter la colonisation comme positive".

Une fondation pour légitimer les crimes coloniaux

Cet historien a déploré que la fondation en question soit contrôlée par "des institutions à la tête desquelles se trouvent des généraux qui persistent dans la justification de l’emploi de la torture par l’armée française en Algérie et dans la négation du mouvement nationaliste algérien". Il a ajouté que les tenants de cette fonda- tion "tournent le dos" au travail conduit par de nombreux universitaires français en colla- boration avec leurs collègues algériens pour une réécriture "honnête" de l’histoire. L’installation de cette fondation risque de susciter "un tollé" non seulement en Algérie mais aussi en France, a averti Gilles Manceron. De son côté, l’historien Olivier Le Cour Grandmaison a estimé que cette fonda-

tion confirme que "l'offensive de la majorité actuelle (ndlr : la droite UMP) se poursuit sous des formes diverses et se poursuivra sans doute jusqu'en 2012" pour des raisons électo- ralistes. Il a souligné que la loi "scandaleuse" du 23 février 2005, qui "sanctionnait une inter- prétation positive, officielle et mensongère de la colonisation française", n’a "aucun équiva- lent européen, sinistre exception française" et "n'est pas l'épilogue d'une offensive idéolo- gique menée, il y a cinq ans de cela, mais bien le prologue d'un combat en réhabilitation qui n'a jamais cessé depuis". Aux yeux de cet historien, il est essentiel que les candidats des gauches parlementaires et radicales présents au premier tour de l'élec- tion présidentielle de 2012 "prennent claire- ment position pour l'abrogation de cette légis- lation" qu’il a qualifiée de "scélérate". Pour sa part, Henri Pouillot, militant anti- colonialiste, ancien appelé de la guerre d’Algérie et auteur du livre "La villa Susini" (éd. Tirésias) qui dénonce la pratique de la tor- ture en Algérie par l’armée coloniale, a jugé "inquiétante" la politique "menée par le pou- voir actuel" dans le domaine de la mémoire.

Apologie de la coloniale sur fond d’enjeux électoraux

M. Pouillot a brièvement retracé la trame d’une "dérive complaisante" qui s’opère depuis 2002 au profit des "nostalgiques de l'Algérie française, qui n'ont pas changé depuis 1962". Il a aussi dénoncé que, depuis sa nomination au poste de secrétaire d'Etat aux Anciens combattants, M. Falco, égale- ment maire de Toulon, "met en œuvre une politique délibérée de réhabilitation de l'OAS et de ses soutiens encore actifs en France". Citant moult exemples, dont la manifesta- tion pro-OAS de janvier puis de mars 2010,

l’hommage à Toulon au général Salan le 28 août dernier, ou encore les manifestations soutenues par des élus UMP contre le film "Hors-la-loi", M. Pouillot a noté qu"on ne compte plus les stèles qui poussent en France pour commémorer l'Algérie française, ses symboliques anciens représentants, voire l'OAS, et les hommages qui leur sont rendus avec l'accord des pouvoirs publics". M. Pouillot a également déploré le fait que "seules des organisations dépendant de l'ar- mée" seront présentes lors de la mise en place de la fondation et que le principal "conseiller" historique de cette institution pourrait être le général Maurice Faivre, connu pour avoir tou- jours contesté "l'existence de caves à la villa Susini où l'on torturait. Il était officier pendant cette guerre d'Algérie et a été l'un des princi- paux artisans du “Livre Blanc” des officiers de cette époque. Il a aussi rédigé l’ouvrage “Le renseignement dans la guerre d'Algérie". Pour M. Pouillot, "ces démarches tendent à justifier, de fait, l'utilisation de la torture. Une telle réécriture de l'histoire, en particulier de la guerre d'Algérie, comme on peut le craindre avec l’orientation de cette fondation, est effectivement inquiétante", a-t-il réaffirmé. Alors que la mise en place de cette fonda- tion est prévue deux jours après la commé- moration des massacres d’Algériens par la police du préfet Maurice Papon, le 17 octobre 1961 à Paris, de nombreux chercheurs et des scientifiques, ont refusé d’entrer dans son conseil scientifique, estimant qu’au lieu d’être un outil au service de la recherche historique, "elle risque de capter des archives privées dans des conditions difficiles à contrôler, rele- vant son caractère partial quant au travail sur la mémoire" de la guerre de Libération natio- nale.

APS

Coopération

6

EL MOUDJAHID

M. Medelci reçoit le DG de l'ONUDI

M. Yumkella relève le soutien de l’Algérie aux efforts de l’ONUDI

Le ministre des Affaires étrangères, M. Mourad Medelci, a reçu hier à Alger le directeur général de l'Organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI), M. Kandeh Kolleh Yumkella. Dans une déclaration à la presse à l'issue de cette audience, M. Yumkella a indiqué avoir évoqué avec M. Medelci la coopération entre l'Algérie et l'ONUDI. "Nous sommes tombés d'accord sur les domaines où nous pouvons élargir cette

coopération", a-t-il souligné. Rappelant que c'est sa première visite en Algérie, M. Yumkella a, également, précisé avoir fait part à M. Medelci des entretiens qu'il a eus, durant son séjour à Alger, avec plusieurs membres du gouvernement. Par ailleurs, le DG de l'ONUDI a salué le soutien de l'Algérie aux efforts de son organisation, notamment pour la promotion d'un accès universel à l'énergie pour tous et particulièrement pour les pays africains.

pour tous et particulièrement pour les pays africains. A l’issue d’un entretien avec M. Medelci Le

A l’issue d’un entretien avec M. Medelci

Le DG de l'OMPI salue la coopération "fructueuse" liant l'Algérie à son organisation

Le directeur général de l'Organisation mondiale de la pro- priété intellectuelle (OMPI), M. Francis Gurry, a salué hier à Alger la coopération "de longue date" et "fructueuse" liant l'Algérie à l'OMPI, soulignant la volonté des deux parties à la renforcer davanta- ge à l'avenir. "Nous avons discuté de la coopération entre l'Algérie et l'OMPI qui est de longue date et fructueuse et que nous avons l'in- tention de renforcer", a déclaré M. Gurry à la presse à l'issue de ses entretiens avec le ministre des Affaires étrangères, M. Mourad Medelci. Dans ce cadre, le DG de l'OMPI a rappelé la signature, dimanche à Alger, d'un accord entre le ministère de l'Industrie, de

la Petite et moyenne entreprise et de la Promotion de l'investissement et son organisation visant à renfor- cer la coopération entre les deux parties. M. Gurry a indiqué avoir également évoqué lors de ses entre- tiens avec M. Medelci, la problé- matique de comment trouver l'équi- libre entre, d'une part, l'encourage- ment de la recherche et du dévelop- pement technologique et, d'autre part, la diffusion des résultats de ces recherches. "Nous avons discuté du dévelop- pement des technologies et ses conséquences sur la propriété intel- lectuelle ainsi que sur, notamment, l'environnement, la santé et la sécu- rité alimentaire", a-t-il, en outre, ajouté.

sécu- rité alimentaire", a-t-il, en outre, ajouté. M. Francis Gurry, directeur général de l’OMPI : «Notre

M. Francis Gurry, directeur général de l’OMPI :

«Notre action consiste à favoriser l’accès aux réseaux du savoir»

L’OMPI relève les actions de l’Algérie en matière d’utilisation des nouvelles technologies.

La propriété intellectuelle constitue-t-elle un obstacle à la dif- fusion du savoir, à l’accès à l’inno- vation ? C’est là le principal ques- tionnement qui a véhiculé l’essen- tiel de la conférence-débat animée, hier, à la résidence « El Mithaq » par le directeur général de l’Organisation mondiale de la pro- priété intellectuelle (ONPI), M. Francis Gurry. Encadrée par le Conseil national économique et social (CNES) cette conférence a enregistré la participation de repré- sentants du système institutionnel et péri-institutionnel, d’organisations patronales et syndicales ainsi que de la société civile en sus d’experts et de spécialistes de la sphère acadé- mique et de représentants des insti- tutions onusiennes en Algérie. Le thème central de cette inter- vention a été axé sur le rôle et la contribution de l’ONPI dans la mise en place d’une « stratégie nationale de propriété intellectuelle orientée vers le progrès économique et le développement social » dans le cadre du plan quinquennal 2010-

2014 et les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). A ce propos, le conférencier a expli- qué que le plan d’action pour le développement mis en route par l’organisation est basé sur une notion qui dicte que les droits de propriété intellectuelle ne doivent pas être considérés comme une fin en soi mais plutôt comme un moyen de favoriser équitablement l’accès aux réseaux du savoir. Seulement, le système de l’Organisation étant adressé, au départ, à une base de connaissance occidentale, le droit de propriété intellectuelle sur la marque ou le brevet d’invention s’est révélé comme étant une contrainte à l’ac- cès à la connaissance, ont déploré les intervenants dans le débat. Cette protection aussi légitime soit-elle, induit, en effet que, « l’ac- cès à l’innovation se fait au dépend des pays émergents et pauvres ce qui prouve qu’il y a monopole sur de la création du savoir» a-t-on sou- levé parmi l’auditoire. Le cas du générique pour le sida a été évoqué

comme cas révélateur de cette

« injustice ». Réfutant une telle

assertion, le directeur général de l’ONPI dira la nécessité d’une action internationale cohérente et une synergie entre les politiques publiques et les objectifs de déve- loppement autrement dit l’encoura- gement à l’investissement. Il s’agira pour l’ONPI d’aider les pays qui veulent construire une stratégie

nationale de propriété intellectuelle a affirmé l’intervenant. Toutefois, le conférencier recon- naîtra que les profondes mutations notamment au plan des technolo- gies et le rythme effréné de ces changements sont à l’origine d’une

« certaine instabilité dans la poli-

tique de la propriété intellectuelle internationale » précisant que « le problème se pose au niveau du règlement économique de l’ONU qui doit s’engager davantage dans le domaine économique » rôle actuel- lement accompli par les institutions de Bretton Woods. D’autre part, le conférencier a déclaré que l’ONPI reçoit annuellement 160 000

demandes de brevet d’invention et

40 000 demandes de marques. L’organisation gère, ainsi un cumul de 1,9 million de demande de bre- vets d’invention, 3,3 millions de demandes de marques. M. Francis Gurry ajoutera qu’il y a eu intensifi- cation des investissements dans le domaine de la recherche-dévelop- pement et du savoir soit 1,5 billion de dollars/an à travers le monde. Ce montant était de 500 millions de dollars il y a 10 ans a-t-il souligné. Aussi, la Chine a occupé la seconde place en la matière en 2009. Par ailleurs, il ya 15 ans, 7% des demandes de brevets émanaient de la Chine, du Japon et de la Corée du

Sud. Ce taux a atteint 30% en 2009. Pour cette année, la demande de la Chine a augmenté de 60%. Et de préciser que 15% des demandes de brevets sont déposées par des pays mais l’inventeur est issu d’un autre pays par le fait de la délocalisation de la recherche et du développe- ment.

D. Akila

5 e conférence des ministres de l'Enseignement supérieur de l'OCI

M. Harraoubia en Malaisie

Le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scien- tifique, M. Rachid Harraoubia, conduira la délégation algérienne à la 5 e conférence des ministres de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique de l'Organisation de la conférence isla- mique (OCI) qui se tiendra du 19 au 21 octobre à Kuala Lumpur (Malaisie), a indiqué hier un com- muniqué du ministère. Organisée sous le thème "L'ancrage de la culture de la quali- té dans les domaines académiques,

scientifiques et de l'innovation pour la prospérité de la nation", cette rencontre permettra aux partici- pants d'aborder plusieurs thèmes liés, notamment, à la recherche scientifique et au développement technologique. Il s'agit, entre autres, de "La stratégie des pays musulmans dans le domaine de la recherche scienti- fique et du développement techno- logique", "La stratégie de développement dans le domaine des nanotechnolo- gies", "Les nouvelles orientations

dans le domaine des technologies naissantes et les défis qui attendent les pays musulmans dans ce domai- ne", précise la même source. Au cours de cette conférence, M. Harraoubia présentera une intervention sur l'expérience algérienne en matière d'enseignement supérieur et de recherche scientifique et de développement technologique et les objectifs définis pour améliorer la qualité des enseignements et de la recherche, ajoute le communiqué. Il interviendra, également, pour

présenter le programme national d'enseignement supérieur, de recherche scientifique et de déve- loppement technologique. Les membres de la délégation algérienne interviendront, aussi, au niveau des différents ateliers pour présenter les propositions algériennes concernant les aspects liés à la classification des universités, aux nanotechnologies, aux technologies naissantes et à la place des sciences et de l'innovation en particulier, conclut le communiqué.

Algérie-Espagne

M. Youcef Yousfi reçoit le ministre espa- gnol de l’Industrie

Le ministre de l'Energie et des Mines, M. Youcef Yousfi s'est entretenu hier au siège de son département ministériel avec le ministre espagnol de l'Industrie, du Tourisme et du Commerce M. Miguel Sebastien, en visite d'une journée à Alger. "Les entretiens ont porté sur l'état des relations de coopération et de partenariat entre les deux pays dans le domaine de l'énergie et les perspectives de leur renforce- ment", selon le ministère. Il s'agit de la deuxième ren- contre entre les deux ministres, en moins de deux mois. La première a eu lieu le 7 sep- tembre passé à Alger et a traité de plusieurs dossiers en suspens entre Alger et Madrid dans le domaine de l'énergie. La visite de M. Sebastien intervient, selon certains observa- teurs, comme une poursuite de ces négociations, déjà entamées entre les deux parties. Si les deux pays sont liées par de fortes relations dans le domaine de l'énergie, il demeure néanmoins que deux contentieux commerciaux ont opposé leurs compagnies éner- gétiques et dont le groupe algérien Sonatrach a eu gain de cause, relè- vent ces observateurs. L'Algérie est le premier fournis- seur de gaz naturel de l'Espagne, devant le Nigeria et le Qatar. Les deux pays sont reliés depuis 1996, via le Maroc, par le gazoduc Maghreb Europe (GME) qui ali- mente également le Portugal. Un deuxième gazoduc "Medgaz" reliant Béni-Saf (Algérie) à Almeria en Espagne, dont la réalisation et la mise en gaz viennent d'être finalisées, sera opé- rationnel prochainement. Le projet, dont la mise en servi- ce initiale, était prévue en 2009, livrera à l'Espagne environ 8 mil- liards de m3 de gaz par an et devrait augmenter les exportations gazières algériennes et partant sécuriser l'approvisionnement de l'Europe en gaz naturel.

Diplomatie

Saad Maandi, nouvel ambassadeur d’Algérie au Kenya

Le gouvernement kenyan a donné son agrément à la nomina- tion de M. Saad Maandi, en qualité d'ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République algérienne démocratique et popu- laire auprès de la République du Kenya, a indiqué hier un communi- qué du ministère des Affaires étran- gères.

M. Hassen Rabehi, nouvel ambassadeur d’Algérie en Chine

Le gouvernement chinois a donné son agrément à la nomina- tion de M. Hassan Rabehi, en qua- lité d'ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République algérienne démocratique et popu- laire auprès de la République populaire de Chine, a indiqué hier un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

Monde Onu-Sahara occidental

Le Président Bouteflika reçoit M. Christopher Ross

7

EL MOUDJAHID

Bouteflika reçoit M. Christopher Ross 7 EL MOUDJAHID Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika,

Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a reçu, hier à Alger, M. Christopher Ross, envoyé personnel du secré- taire général des Nations unies pour le Sahara occidental. L'audience a eu lieu à la résidence Djenane El Mufti en présence du ministre des Affaires étrangères, M. Mourad Medelci, et du ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, M. Abdelkader Messahel. M. Ross est arrivé dimanche à Alger pour une tournée dans la région du Maghreb dans le cadre des efforts des Nations unies en vue de parvenir à un règlement au conflit du Sahara occidental.

Ph : Nesrine
Ph : Nesrine

M. Christopher Ross

“Le statu quo dans la question du Sahara occidental est intenable”

L e statu quo caractérisant la question du

affirmé hier à Alger l'envoyé personnel

du secrétaire général des Nations unies pour le Sahara occidental, M. Christopher Ross. "Il n'y a pas de doute que le statu quo (dans la question du Sahara occidental) est intenable à long terme étant donné les coûts et les dangers qu'il entraîne", a déclaré M. Ross à la presse à l'issue de l'audience que lui a accordée le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika. Il a, dans ce contexte, appelé le Maroc et le Front Polisario à entamer des négociations "sans conditions préalables" et de "bonne foi", tenant compte des efforts déployés depuis 2006 et des faits nouveaux survenus depuis cette date, en vue de parvenir à une solution politique juste, durable et mutuelle- ment acceptable qui pourvoie à l'autodéter- mination du peuple du Sahara occidental. "Les parties (en conflit, le Maroc et le Front Polisario) doivent maintenant faire preuve de volonté politique nécessaire pour le surmonter (statu quo)", a-t-il souligné, affir- mant que "ceci exige des négociations sans conditions". L'Envoyé personnel du secrétai- re général de l'ONU pour le Sahara occiden-

Sahara occidental est "intenable", a

tal Christopher Ross, qui débute sa 4 e tournée dans la région, a indiqué que "comme lors de mes visites précédentes, cette nouvelle tour- née a pour but principal de m'aider à déblayer

le chemin vers des négociations constructives

entre le royaume du Maroc et le Front Polisario avec la coopération des Etats de la région, y compris les pays voisins, dont le conseil de sécurité a émis le vœux à maintes reprises". Il a indiqué, à cette occasion, que "les échanges avec le Président Bouteflika et son équipe ont porté sur les aspects principaux du

dossier, ainsi que sur la nécessité de relancer les mesures de confiance actuelles et de mettre en œuvre les nouvelles mesures pré- vues par le Haut commissariat pour les réfu- giés (HCR)". "Nous avons également évoqué le climat politique dans le région", a-t-il affirmé. "Dans les jours à venir je me rendrai dans

la

région de Tindouf (Algérie), en Mauritanie

et

au Maroc, afin de poursuivre les préparatifs

de la 3 e réunion de pourparlers informels pré-

vue pour le mois de novembre et qui vise à préparer la voie pour des négociations for- melles", a-t-il précisé. Il a émis l'espoir de voir les parties sortir

de l'impasse actuelle et d'entamer les négociations intensives et substan- tielles sur l'avenir du Sahara occiden-

tal. Le Conseil de sécurité avait demandé, dans sa dernière résolution (1871), au Maroc et au Front Polisario de poursuivre les négocia- tions sous les auspices du secrétaire général de l'Onu, "sans conditions

préalables et de bonne foi", en vue de parvenir à une "solution politique juste, durable et mutuellement accep- table" qui pourvoie à l'autodétermina- tion du peuple du Sahara occidental. Le Maroc et le Front Polisario ont engagé en juin 2007 des négociations directes, sous l'égide de l'Onu, dont quatre rounds ont eu lieu depuis à Manhasset, près de New York, et deux réunions informelles à Vienne et

à New York, sans aboutir à une avan-

cée réelle. La dernière réunion informelle sur le Sahara occidental a eu lieu à New York, en février dernier, date à laquel- le les parties ont réaffirmé leur enga- gement à poursuivre leurs négocia-

réaffirmé leur enga- gement à poursuivre leurs négocia- Coopération Le coup d’envoi de la 2 e

Coopération

Le coup d’envoi de la 2 e ses- sion arabe sur le génie pédago- gique, a été donné hier matin par M. El Hadi Khaldi, ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels en présence du secrétaire géné- ral de l’Union arabe de l’ensei- gnement technique et de la for- mation professionnelle, au siège de l’INFP d’El Biar.

C ette rencontre scientifique de deux jours, organisée dans le cadre de l’exécution du programme d’activité

de l’Union, tracé lors de la 30 e session ordi- naire de son Conseil, qui a eu lieu en avril dernier à Damas en Syrie, regroupe une tren- taine de participants issus de Jordanie, de Tunisie, du Soudan, de Syrie, de Libye, du Maroc, de Mauritanie, du Yémen et de l’Algérie. Dans son allocution de bienvenue, le ministre s’est adressé aux participants, en tant que pédagogue, tout en insistant sur l’objectif visé par cette session. « Il s’agit de

fournir une aide à un enseignant désireux de créer un dispositif pédagogique destiné à un public de formation professionnelle et dont

le but principal est de permettre aux étudiants

d’acquérir des compétences du métier qu’ils auront à exercer ainsi que des compétences transversales de haut niveau. » Pour ce qui est de l’approche par les com- pétences, le ministre a souligné que celles-ci s’intègre dans ce qu’on appelle de manière générale, la pédagogie par objectifs. « L’approche par compétences est une manière de concevoir, de penser et de mettre en œuvre l’enseignement/apprentissage. Elle doit être précédée par l’approche par objectifs davan- tage centrée sur l’acquisition des savoirs et

savoir-faire », a-t-il notamment souligné. Il y

a lieu de noter que la notion d'objectif péda-

gogique s'est développée pour répondre à la nécessité d'introduire davantage de rigueur dans les dispositifs de formation et visait à rendre explicites les finalités d'une forma- tion, en formalisant le contrat didactique entre les enseignants et les étudiants et énon- çant clairement ce que ces derniers devaient apprendre. Auparavant, le SG de l’Union arabe de l’enseignement technique et de la formation professionnelle a mis en exergue le but de

Ph : Louisa
Ph : Louisa

prises de production et de services, selon le nouveau mode de vie et conformément aux nouvelles attentes de cette nouvelle clientèle. C’est ce qui a donné naissance aux nouvelles techniques de formation et d’apprentissage pour être au diapason de cette nouvelle donne et afin de répondre aux attentes des marchés émergents à l’international. S. Sofi

2 e session arabe sur le génie pédagogique

Un apprentissage pour répondre aux attentes des marchés émergents

cette formation qui parti-

cipe, entraîne les partici- pants à l’élaboration des études planifiées, des programmes de forma- tion et des documents spécifiques, de tracer un programme de travail au niveau de l’institution de formation, et d’élever le niveau des compétences en matière de génie-péda- gogie. Il y a lieu de noter que la notion de « compéten- ce » dans le monde de la formation professionnelle

a été imposée par les exi-

gences du monde du tra- vail, le milieu profession-

nel, l’émergence de nou- veaux besoins et le développement de nou- velles technologies. Les nouvelles technologies ont induit de nouvelles exigences des consommateurs, d’où un nouveau créneau de services grâce au changement des comportements de la clientèle. Lequel changement a engendré également la création de nouvelles entre-

Monde

9

EL MOUDJAHID

ProtectiondesSahraouisdanslesterritoiresoccupés

Le président de la RASD appelle le SG de l’ONU à intervenir

L e président sahraoui, secrétaire général du front Polisario, Mohamed

Abdelaziz a appelé dimanche der- nier le SG de l'ONU, Ban Ki- moon, à "intervenir d’urgence" afin d'assurer la sécurité des Sahraouis qui campent dans les périphéries des villes occupées du Sahara occidental, a rapporté hier l'agence de presse sahraouie SPS. Dans une lettre au SG de l'ONU le président sahraoui appelle le res- ponsable onusien à exercer des pressions sur les autorités maro- caines pour qu'elles cessent leur pratique de répression et d'isole- ment contre les citoyens désarmés. "Il est inacceptable et intolé- rable que le gouvernement maro- cain persiste dans ses violations de la légalité internationale à tra- vers son occupation illégale du Sahara occidental, ainsi que dans sa politique de répression, d'inti- midation, de pillage et d’implan- tation des colonies dans un terri- toire se trouvant sous la responsa-

bilité de l'ONU en attente de déco- lonisation", a regretté le président sahraoui qui estime que ce com- portement constitue un défi à l'au- torité de l'institution onusienne et une atteinte à sa crédibilité. Pour le président sahraoui "ce comportement et ces violations graves des droits de l'homme com- mises par l'Etat marocain contre les Sahraouis dans les territoires occupés du Sahara occidental, au sud du Maroc et dans des sites universitaires au Maroc, ne

sud du Maroc et dans des sites universitaires au Maroc, ne concourent pas aux efforts de

concourent pas aux efforts de l’en- voyé personnel du SG de l’ONU pour la reprise des négociations en vue d’une solution garantissant le droit du peuple sahraoui à l'auto- détermination". Il a appelé à "la mise en place d’un mécanisme onusien pour la protection des droits de l'homme au Sahara occidental occupé", ainsi qu’à "l’exercice des pres- sions et sanctions nécessaires contre le gouvernement marocain, afin qu'il se conforme à la légali- té internationale" appelant à" la tenue d’un référendum libre, régulier et impartial pour l'autodé- termination du peuple sahraoui". Il a demandé une assistance "rapide" en eau, nourriture et médicaments de la part du HCR en faveur des personnes dépla- cées, afin "d'éviter une catastrophe humanitaire imminente, en raison

une catastrophe humanitaire imminente, en raison de l’embargo imposé par les auto- rités marocaines

de l’embargo imposé par les auto- rités marocaines contre ces per- sonnes". Le secrétaire général du front Polisario a rappelé que les citoyens sahraouis se sont instal- lés dans des campements de fortu- ne dans les périphéries des villes occupées (El Ayoune, Smara, Dakhla et Boujdour), en signe de protestation contre les conditions précaires dans lesquelles ils vivent. Les autorités d'occupation marocaines sont intervenues contre cette protestation pacifique et ont dépêché des unités des forces armées et de sécurité qui ont procédé à l'encerclement des dites populations par des fils bar- belés et en leur refusant tout approvisionnement en eau, nourri- ture et médicaments", a-t-il affir- mé.

Ould Salek : Nous attendons de Christopher Ross qu’il accélère l'organisation du référendum au Sahara occidental

l'organisation du référendum au Sahara occidental L a partie sahraouie attend de l'envoyé personnel du

L a partie sahraouie attend de l'envoyé personnel du secrétaire géné- ral des Nations unies pour le Sahara occidental, M. Christopher Ross, qu'"il accélère l'organisation du référendum au Sahara occi-

dental" a indiqué hier à Alger le ministre sahraoui des Affaires étrangères, M. Mohamed Salem Ould Salek, rappelant que le mandat de la Minurso "consiste en l'organisation du référendum". Le gouvernement sahraoui et le Front Polisario attendent des Nations unies qu'"elles assument leurs pleines responsabilités à l'égard du peuple sahraoui en mettant un terme à l'occu- pation, en lui permettant d'exercer son droit inaliénable à l'autodétermina- tion et en mettant fin à la répression systématique contre les Sahraouis dans les territoires occupés", a affirmé M. Ould Salek lors d'une conférence de presse. Il a affirmé que la partie sahraouie "est disposée à traiter avec lui (Christopher Ross) et à l'aider dans l'accomplissement de sa mission, à savoir la décolonisation du Sahara occidental". Le ministre sahraoui a, en outre, souligné que "l'entrave (que rencontre le processus de paix au Sahara occidental) est marocaine avec le soutien de la France", appelant les Nations unies à "voir d'où vient le problème". Concernant la situation dans les territoires occupés au Sahara occidental, M. Ould Salek a rappelé que le gouvernement sahraoui et le Font Polisario avaient lancé un appel "pres- sant" aux Nations unies, au HCR, au CICR et à toutes les organisations de défense des droits de l'homme pour "venir en aide à la population sahraouie en détresse et empêcher les forces coloniales marocaines de commettre un massacre massif". Le ministre sahraoui a estimé que la politique coloniale marocaine avait "poussé la population civile sahraouie dans les territoires occupés à fuir les villes qui sont devenues symbole de misère, de répres- sion et d'humiliation".

Le Front Polisario avise le Conseil de sécurité sur les conséquences de l'exode des Sahraouis

L e représentant du Front Polisario à l'ONU, M. Ahmed Boukhari, a attiré l'attention du Conseil de

sécurité sur la "grave" situation au Sahara occidental, suite à une vague d'exode de milliers de civils sahraouis vers des régions désertiques pour protester contre la grave détérioration de leurs conditions sociales et économiques. Dans sa lettre remise hier au président du Conseil de sécurité de l'ONU, M. Ruhakana Rugunda, le représentant sahraoui a signa- lé que plus de 7.000 Sahraouis, essentiel- lement des familles entières, s'étaient ins- tallés la semaine dernière dans des tentes à quelques kilomètres des villes occupées d'El Ayoun, Smara et Boujdour pour pro- tester contre la grave détérioration de leurs conditions sociales et économiques découlant du manquement du Maroc, en tant que puissance occupante, à respecter ses obligations en vertu des conventions de Genève. M. Boukhari a informé le Conseil de sécurité de l'envoi, vers ces zones, par les autorités marocaines, de hauts respon- sables marocains dont le général Bennani, chef de la gendarmerie, et le ministre de

l'Intérieur pour tenter de persuader la population vivant dans les camps improvi- sés à reconsidérer leur décision, "mais sans succès", compte tenu du manquement du Maroc à ses obligations pour l'amélio- ration des conditions sociales et écono- miques de la population sahraouie. "Le gouvernement marocain a décidé de recourir à des moyens inhumains, en entravant l'entrée des approvisionnements en eau et en nourriture dans les grands camps et en brûlant les camps de moindre taille. Les forces marocaines sont déjà intervenues pour bloquer cet exode massif

des citoyens sahraouis dans la ville occupée de Boujdour, blessant 70 Sahraouis et procédant à des arrestations de dizaines de personnes", note la lettre. "La situation est très dangereuse, la tension est de plus en plus forte et pourrait à tout moment entraîner des effusions de sang", avise le responsable sahraoui. En effet, ajoute-t-il, "une tragédie humanitaire potentielle se profile au Sahara occidental à moins que l'ONU prenne des mesures urgentes en demandant à la MINUR- SO et au HCR de protéger la vie de ces populations sans défense dans ces régions désertiques et de leur fournir de l'eau et de la nourriture appropriées". Le Front Polisario, sou- tient-il, "estime qu'une issue tragique de cet exode de civils aurait des conséquences dévasta- trices sur la mission actuelle de l’Envoyé personnel du secré- taire général de l’ONU pour le Sahara occidental, M. Christopher Ross", qui se trouve actuellement en Algérie dans le cadre de sa tournée dans la région en vue de parvenir à un règlement au conflit du Sahara occidental. A cet effet, le Front Polisario "deman- de instamment au Conseil de sécurité de

"deman- de instamment au Conseil de sécurité de prendre les mesures et les décisions néces- saires

prendre les mesures et les décisions néces- saires pour assurer l'intégrité morale et physique de cette population dont beau- coup sont des enfants et des femmes", indique le représentant sahraoui. Dans le sillage de ces événements, M. Boukhari a rencontré hier à New York le secrétaire général-adjoint chargé des opérations de maintien de la paix auprès de l'ONU, pour discuter de cette question.

Des milliers de Sahraouis hors des villes

L e Front Polisario condamne la

Sahraouis dans les territoires

occupés par le Maroc, notamment à El- Ayoun, a indiqué son représentant à Paris dans un communiqué rendu public hier. Depuis quelques jours, des milliers de Sahraouis ont pris la déci- sion de sortir des villes du territoire occupé et d’organiser des campements comme forme de "protestation et de résistance face à la terreur, au désinté- rêt, au manque de travail et de loge- ments de la part des autorités d'occupa- tion", a indiqué M. Omar Mansour, fai- sant part d’"intimidations, d’encercle- ment par la police, la gendarmerie, les hélicoptères, de pressions, et de priva- tion d’eau et de nourriture" pour les dissuader. Ces campements se sont for- més dans la périphérie d'El-Ayoun, Smara, Boujdour et Dakhla. Le plus grand est celui d'El-Ayoun qui a reçu plus de 8000 personnes et les Sahraouis continuent à sortir, a-t-il signalé, condamnant cette "politique marocai- ne" qui les oblige à "se réfugier dans leur propre pays". Le représentant de la République

"persécution" de milliers de

arabe sahraouie démocratique (RASD) en France a, à cet effet, lancé un appel aux observateurs internationaux, à la presse, aux Nations unies, au Haut comité aux réfugiés et à l’Union euro- péenne pour "venir visiter ces campe- ments et dénoncer cette situation". Cet appel, a-t-il fait remarquer, inter- vient au moment où l’on parle du renouvellement de l'accord de pêche, supposé bénéficier à la population sah- raouie, mais qui "prouve que l’enten- dement n'a servi que pour installer plus de colons et marginaliser davantage les Sahraouis".

Nation

11

EL MOUDJAHID

M. El Hadi Khaldi à Sétif

«L'enseignement professionnel n'est pas réservé aux faibles»

J' ai déclare

ouverte,

aujourd'hui,

Ph :D. Krache
Ph :D. Krache

preuve formelle des avancées remarquables qu'aura connu ce secteur durant ces dix dernières années, s'équipant de surcroît de système informatique géographique, comme le soulignera le ministre, avec un système d'enseignement qui fait que 20% du programme soit consacré à une formation pratique en entreprises. L'enseignement professionnel, ajoutera le ministre, n'est pas un cursus qui est réservé aux faibles, mais aux meilleurs, à ceux qui sont dotés de génie et de créativité, ceux qui sont animés de la compétence nécessaire pour faire face aux exigences de la mondialisation. C'est pour cela, dira-t-il en s'adressant à tous les élèves, que vous avez à charge de déployer de gros efforts tout au long de votre formation, mettant l'accent sur la qualité du produit de la formation qui est aujourd’hui une nécessité de l'heure. Ne laissant point en marge le volet inhérent à l'emploi, M. El Hadi Khaldi évoquera aussi la prochaine installation du conseil national du partenariat dont le décret a été signé par le Président de la République. Ce conseil qui regroupera tous les représentants des dif- férents ministères et autres partenaires, dira le ministre, sera un espace de valorisation du produit de la formation dans le monde du travail. Un conseil qui ne sera pas sans connaître aussi des démembrements à travers les wilayas pour identifier les besoins au moment notamment où nous passons à une politique de formation basée sur la demande et non point sur l'offre. Autant de mesures qui seront aussi marquées par la mise en place de cellules d'accompagnement et d'orienta- tion au niveau de chaque centre et chaque institut, chargées de mener le stagiaire vers son projet de même que l'autre volet inhérent à l'humanisation de nos structures, ajoutera le ministre en évoquant quand il parlera des efforts consen- tis dans l'aménagements d'espaces sportifs et culturels au sein de tous les centres qui, conclura-t-il, doivent aussi être des espaces de citoyenneté et d'amour pour la patrie. F. Z.

à partir de Sétif, la rentrée officielle de la formation profes- sionnelle, mais je voudrais souligner que c'est là une ren- trée qui est marquée par le lancement du cursus de l'ensei- gnement profes- sionnel. Pour encourager ce cur-

sus et comme vous l'avez entendu, j'ai donné instruction pour que la demi-pen- sion soit accordée à l'ensemble des composantes de ce sys- tème d'enseignement, de même que nous allons utiliser aux mieux toutes les capacités d'internat à l'effet de permettre à nos enfants d'être placés dans les meilleures conditions de scolarisation. En procédant, dimanche, à l'ouverture de la première année de l'enseignement professionnel qui touche pour son début, les quatre wilaya de Sétif, Batna, Constantine, et, M. El Hadi Khaldi, le ministre de la Formation et de l'Enseignement professionnels, mettait en fait sur rails, un nouveau cursus d'enseignement, fruit des importantes réformes qui ont touché ce secteur et des décisions prises par le Président de la République dans l’optique de son impulsion vers les véritables missions qui lui sont assi- gnées dans un monde qui connaît sans cesse de profondes mutations et implique plus que jamais qu'un tel secteur soit au diapason des nouvelles exigences. C'est à ce titre que, le ministre, accompagné de M. Abdelkader Zoukh, le wali de Sétif, et, du président d'APW, se rendra à l'INSFP Bouderbala Hacène, d'El Eulma, où il lancera ce nouveau cursus et rencontrera les nouveaux élèves auxquels il consacrera une large part de son temps, autant par son contact direct que par cette céré- monie qu'il présidera et à l'issue de laquelle, agissant en véritable pédagogue, il expliquera l'ensemble des tenants et aboutissants d'un tel système né d'un constat objectif et d'un diagnostic détaillé opéré par le Président de la République depuis 1999 dans les secteurs de la justice, l'enseignement La réforme de l'enseignement professionnel, dira-t-il, est un cursus académique et le choix de la wilaya de Sétif pour le lancement d'une œuvre aussi importante ne relève pas du hasard, ni d'un choix fortuit, sinon la juste résultan- te de critères liés à l'environnement industriel avec l'injec- tion de spécialités liées aux besoins économiques de la région. Il mettra à profit cette rencontre pour revenir sur les recommandation de la conférence nationale de Sidi Bel- Abbès et des importantes décisions prises par le Président de la République à l'effet d'impulser ce secteur vers le rang qui est le sien dans ce nouveau monde. Des décisions mar- quées par des éléments motivants fort à l'endroit des sta- giaires et un intérêt tout à fait particulier pour ce secteur dont le budget dépasse aujourd'hui les 28 milliards de dinars. Dans ce contexte l'effort déployé par l'Etat sera grand et les équipements de dernière génération qui constituent aujourd'hui le potentiel de travail de ces instituts est une

Le bon point de Benbouzid aux écoles privées

RésultatsRésultats

scolairesscolaires

malgrémalgré uneune courtecourte expérience"expérienc

"positifs"positifs

expérience" expérienc "positifs "positifs ministre de l'Education nationale, M. Boubekeur

ministre de l'Education nationale, M.

Boubekeur Benbouzid a qualifié hier à Alger

"positifs" les résultats scolaires réalisés par

la majorité des écoles privées en dépit d'une courte expérience. Intervenant à l'ouverture des travaux de la rencontre d'évaluation et de concertation qui a réuni l'ensemble des directeurs des établissements scolaires privés et les cadres du secteur, le ministre a affirmé que ces résultats ne nous empêchent pas d’œuvrer à pallier les lacunes et optimiser le rendement scolaire de ces écoles". Il a, dans ce contexte, souligné la nécessité

d'accompagner ces établissements afin d'améliorer leur niveau pédagogique en œuvrant à la réforme du manuel scolaire dans les différentes matières. M. Benbouzid a, d'autre part, rappelé que son sec- teur était parvenu à une couverture globale (100% en 2010) soit une production de 60 millions d'ouvrages et un stockage de 10%. En ce qui concerne "le poids des

cartables" dont souffrent les élèves, le ministre a sou- ligné la nécessité de prendre "sérieusement en charge" ce problème. Pour le premier responsable du secteur, les réformes scolaires ne sont pas à l'origine du phéno- mène de "surpoids" du cartable. Le nombre de matières dispensées et l'ajout d'autres comme l'infor- matique et Tamazight fait qu'ils subissent une charge supplémentaire, a-t-il expliqué. Par ailleurs, M. Benbouzid a appelé les enseignants et parents d'élèves à accompagner et orienter les élèves pour qu'ils ne prennent que les ouvrages péda- gogiques nécessaires selon l'emploi du temps du jour. Il a également insisté auprès des établissements scolaires privés à respecter le programme pédago- gique officiel conformément au secteur public notam- ment pour ce qui est du volume horaire (34

Outre le volume horaire en vigueur

heures/semaine).

actuellement, les écoles privées consacrent des heures

supplémentaires à des matières facultatives notam- ment les langues, la terminologie et autres activités culturelles avec une moyenne de 3 heures pour le pri- maire et 5 heures pour les cours moyen et secondaire, rappelle-t-on.

L

e

de

Conférence à Oran
Conférence à Oran

Histoire des sciences

Rétablir les vérités pour en saisir le sens

« Sciences et société en pays d’islam : l’exemple de la phi- losophie et des mathéma- tiques » est le titre d’une conférence donnée hier par Ahmed Djebbar, professeur émérite d’histoire des mathé- matiques à l’université de Lille I et chercheur associé au CNRS au siège du Centre Culturel de Recherche en Anthropologie Sociale et Culturelle (CRASC). Une réflexion qu’il poursuit aujourd’hui également à Oran sur un autre thème : « la phase arabe de l’algèbre ».

P our ce chercheur la connaissance historique et la maîtrise épistémolo- gique des sciences sont primordiales

pour définir et saisir le sens de développe- ment de la logique appliquée au domaine du savoir. Ahmed Djebbar est un mathé- maticien et un historien des sciences né à Bou Ismail conseiller de feu Mohamed Boudiaf … ses publications s’étendent sur une quarantaine d’années… parmi elles :

Les mathématiques dans l'histoire et les cultures africaines. Bibliographie anno- tée, Lille : université des sciences et tech- nologies, publications de l'UFR de mathé- matiques ( 2007) et Le rôle des mathéma- tiques arabes dans la naissance d'une tra- dition scientifique européenne, in M. Pondevie Roumane, F. Clément & J. Tolan (éds), Culture arabe et culture européen- ne, Actes du colloque de Nantes (14-15 décembre 2000), Paris :

La recherche historique dans le domai- ne de la science a en fait été frappée dès son origine par le pêché « occidentalocen-

En effet, l’histoire des sciences

en tant que discipline dans les sciences sociales est née en occident. Elle va dès lors privilégiée l’apport de la Grèce dans ce domaine …il faudra attendre le XIX e siècle pour noter l’arrivée d’une nouvelle vague de chercheurs qui va prendre

triste »

conscience de l’importance de la civilisa- tion islamique dans le domaine de la scien- ce universelle et surtout dans son rôle de transmission de l’héritage Grec, Hindou à

Tandis que le siècle dernier

( le XX e ) a vu l’irruption aux niveaux des

universités occidentales d’une nouvelle discipline « Histoire des sciences » qui corrige la cécité intellectuelle des ensei- gnants des siècles antérieurs puisque doré- navant ces chaires d’histoire intègrent

l’occident. …

dans leur cursus toutes les civilisations de

la Chine à l’Europe en passant par le

monde musulman. Ce chercheur s’est beaucoup intéressé au modèle de la science arabe à travers

l’ensemble des pratiques scientifiques connues, appliquées entre le VIII e et le

XV e siècle entre autre. Il a établi sur la

base d’une recherche historique fine que la capitale scientifique arabe est nourrie de différentes sources, indienne et grecque, babylonienne, égyptienne mais malgré cette diversité géographique et fatalement ethnique et confessionnel «les producteurs et les diffuseurs de la science, dans leur très grande majorité, ont exprimé leur savoir dans une seule langue, l’arabe, qui aura, du IX e au XI e siècle, le quasi mono- pole de la production scientifique»

M. Koursi

Santé

12

EL MOUDJAHID

Un champignon tueur de tumeurs ! D e s extr aits d’un cham- pignon uti-
Un champignon
tueur de tumeurs !
D e
s
extr
aits
d’un cham-
pignon uti-
lisés depuis
des
siècles
par
la
médecine
asiatique
augmente-
raient l’ef-
ficacité
de
la
chimio-
thérapie
contre
le
cancer de la
prostate.
Ce n’est
pas la pre-
mière
fois
que la nature nous offre des thérapeutiques
d’importance.
De nombreux médicaments ont vu le
jour grâce aux ressources naturelles.
Notamment la pénicilline et la ciclospori-
ne, le premier médicament anti-rejet vrai-
ment efficace et bien toléré.
Dans le cas d’espèce, le Dr Chang-Yan
Chen de l’université de Boston, a observé
l’effet de Phellinus linteus associé à la chi-
miothérapie sur des cellules cancéreuses
de la prostate. Le résultat s’est avéré pro-
bant.
Cette association permettrait même de
diminuer les doses de chimiothérapie.
Compte tenu des effets secondaires de
cette dernière, ce serait un vrai bénéfice
pour les patients.
Cependant les recherches doivent être
davantage poussées, pour comprendre le
mécanisme d’action de Phellinus linteus.

Protection des droits des femmes atteintes de cancer

"Une charte" de l’espoir signée à l’APN

U ne charte pour la prise en

charge des femmes

malades du cancer a été

rédigée hier à Alger par des femmes parlementaires et des membres de l'association El Amel d'aide aux personnes atteintes du cancer, dont des médecins spécialistes en oncolo-

gie. "La charte d'espoir" a été ren- due publique au terme d'une journée parlementaire organisée par l'Assemblée populaire natio- nale (APN) en collaboration avec l'association El Amel sous le thème "Femmes solidaires contre le cancer: rôle de la femme parlementaire". "Cette charte englobe des recommanda- tions pour la prise en charge de ces femmes sur trois volets: cou-

pour la prise en charge de ces femmes sur trois volets: cou- verture sociale, traitement et

verture sociale, traitement et accès aux soins et, enfin, accompagnement psycholo- gique", a indiqué M me Hamida Kettab, présidente de l'associa- tion. Le contenu de la charte sera proposé dans les jours à venir à l'APN, selon Me Fatma Zohra

Benbrahem, juriste et membre de l'association. M. Abdelaziz Ziari, président de l'APN, a affirmé dans une allocution lue en son nom par le vice-président M. Azzedine Boutaleb, la disponibilité de l'Assemblée pour soutenir et

aider l'association El Amel dans sa lutte contre le cancer. Pour sa part, la ministre délé- guée chargée de la Famille et de la Condition féminine, M me Nouara Saadia Djaâfar, a salué "le courage et la volonté de cette association", mettant en exergue la nécessité de multiplier les efforts pour plus de sensibilisa- tion, notamment au profit de la femme rurale. Le cancer du sein est le can- cer le plus fréquent chez la femme en Algérie. Il représente la première cause de mortalité par cancer chez elle. Son inci- dence est de l'odre 55/100.000, soit autour de 9.000 nouveaux cas par an, a-t-on relevé lors de cette journée parlementaire.

(Nous y reviendrons)

Le dépistage et la prise en charge précoces des cancers soulignés à Constantine

L es participants aux 6 e journées internatio- nales de cancérologie (JICC) de Constantine, clôturées dimanche à l'issue

de 3 jours de travaux, ont souligné l'importance du dépistage et de la prise en charge précoces ainsi que la nécessité d'une prise en charge pluridisci- plinaire. Les différentes communications présen- tées lors de ces assises, dont le thème principal concernait les cancers urologiques mais qui ont traité, en fait, de tous les autres types de cancers, ont tenu à mettre l'accent, notamment le Pr. Alain Gerbaulet, chef de service honoraire de l'institut Gustave-Roussy de Paris et Pr. au collège de médecine des hôpitaux de Paris, sur la prise en charge pluridisciplinaire qui doit ''suivre le malade pour la constitution d'un seul et même dossier à

présenter aux différents médecins''. Des exposés dont les contenus qualifiés d'''inédits'' ont été pré- sentés au cours des travaux de ces 6 e JICC, dont la qualité a été soulignée par les participants, y com- pris les spécialistes de renommée internationale à l'instar des Prs. Alain Gerbaulet et Marc Zerbib, invités d'honneur de la rencontre. Il s'agit notam- ment d'une communication du Dr. A Boughalia, portant sur une étude réalisée par une équipe du Centre de Recherche Nucléaire d'Alger et intitulée ''Evaluation des plans de traitement en 3 D à tra- vers la fonction EUD dans le cas du cancer de la prostate'''. Cette communication introduit selon les responsables du congrès, des techniques nou- velles en Algérie, à savoir la physique médicale, une technique méconnue qui empêche le dévelop-

pement du cancer par rayons. Cette nouvelle tech- nique appelée ''radiothérapie conformationnelle tridimentionnelle'' (RTC3D) permet, a-t-on indi- qué, de ''dépasser le gros problème de la radiothé- rapie conventionnelle dans le traitement des can- cers, car elle est mieux tolérée et comporte moins d'effet secondaires''. Le Pr. Alain Gerbaulet, natif de Guelma, qui a passé une partie de son enfance à Batna et qui a fait ses études secondaires à Constantine (Lycée d'Aumale aujourd'hui Réda Houhou), pense que cette technique peut ouvrir de nouvelles perspectives pour les patients, mais aussi pour les bacheliers et les diplômés de phy- sique qui entendent se spécialiser en physique médicale, biophysique et radio-physique.

Deux nouveaux scanners pour la wilaya d’Aïn-Témouchent

L es hôpitaux "Ahmed-Medeghri" d'Aïn-Témouchent et celui de Hammam Bouhadjar seront dotés pro- chainement de scanners de dernière génération, a-t-

on appris hier de la direction de la santé et de la population (DSP) de la wilaya. Ces équipements, qui porteront à quatre le nombre de scanners opérationnels au niveau de la wilaya après ceux de l’établissement hospitalier public "Dr Benzerdjeb" d’Aïn-Témouchent et celui de Beni Saf, épargneront aux malades de pénibles déplacements pour effectuer des exa- mens, a-t-on indiqué. Outre l’installation de ces équipements, la société

contractante doit également former les personnels chargés de leur utilisation et entretien, a-t-on précisé ajoutant que d’autres équipements dont des scanners, sont programmés pour les deux nouveaux hôpitaux d’El Amria et d’Aïn Larbaâ en cours de réalisation, l’objectif étant de traiter les malades sur place là où ils sont hospitalisés. Il est également attendu que la couverture sanitaire dans la wilaya d’Aïn-Témouchent s’améliorera davantage avec l’ouverture, en 2011, du nouvel hôpital d’El Amria qui sera doté de service de scanner. L’installation des deux nouveaux scanners a été précé- dée de travaux au niveau des hôpitaux de Hammam

Espoir d'un test génétique pour prédire les ménopauses précoces

test génétique pour prédire les ménopauses précoces D es chercheurs britanniques ont identifié quatre variants

D es chercheurs britanniques

ont identifié quatre variants

génétiques dont la présence

est associée à un risque accru de ménopause précoce, ouvrant la voie à un test génétique qui permettrait aux femmes de planifier une grossesse à

temps. Une femme sur 20 est affectée par la ménopause avant 45 ans (1% avant

40 ans). Or la fertilité chute dix ans

avant la ménopause, ce qui signifie

qu'une femme affectée de ménopause précoce voit ses chances d'avoir un bébé décliner drastiquement dès 30 ans, un âge

auquel la plupart des femmes ont aujourd'hui leur premier enfant. Un test génétique permettrait à ces femmes de règler leurs choix de maternité sur leur horloge biologique. Les chercheurs de l'Université d'Exeter et de l'Institut de recherche sur le cancer ont travaillé sur 4 variants génétiques repérés dans les variations d'âge de la ménopause. Ils ont cherché ces quatre variants chez 2000 femmes ménopausées avant 45 ans, par rapport à un échantillon comparable de femmes ménopausées à un âge normal (autour de 51 ans). Ces femmes font

partie d'une très vaste étude britannique sur le cancer, portant sur 100.000 femmes. La présence des 4 variants "accroît significativement le risque d'avoir une ménopause précoce", conclut l'étude publiée dans le journal spécialisé britannique Human Molecular Genetics. "Ces résultats constituent la première étape vers la mise au point d'un test génétique facile et relativement peu coûteux qui pourrait aider les femmes affectées par une ménopause précoce", a estimé Anna Murray (University of Exeter Peninsula Medical School) qui a dirigé l'étude Un tel test "aiderait les femmes à prendre des décisions éclairées sur leurs choix" de maternité, a ajouté le professor Anthony Swerdlow de l'Institut de recherche sur le cancer. Une équipe iranienne a annoncé en juin dernier une autre méthode, basée sur un test sanguin tous les 3 ans, pour prédire l'âge auquel une femme atteint la ménopause. Le test est basé sur la mesure des niveaux de l'hormone anti-Müllérienne.

Bouhadjar et d’Aïn-Témouchent pour l’ouverture

vices de scanner, a-t-on rappelé. Le dernier scanner a été installé et mis en service le 18 février dernier à l’hôpital de Beni Saf, pour une envelop- pe de 45 millions de dinars. L’appareillage à six coupes peut effectuer des examens multiples. Il est en outre extensible à d’autres options, a-t- on signalé. <

de ser-

Cancer de la prostate

Bientôt un nouveau traitement ?

Il y aura peut-être bien- tôt du nouveau concernant les traitements du cancer de la prostate métasta- tique. Un nouveau proto- cole d'hormonothérapie a permis en effet, de dimi- nuer de 36% le risque de décès. Ce résultat pour le moins spectaculaire a été présenté lors du Congrès européen de Cancérologie qui se tenait du 8 au 11 octobre à Milan (Italie). Des oncologues euro- péens, dont l'équipe du Pr Karim Fizazi de l'Institut de cancérologie Gustave Roussy (Villejuif) ont associé deux molécules abiraterone et prednisone pour inhiber la synthèse des hormones mâles, ou andro- gènes. Or ces dernières sont produites par les testicules, les glandes surrénales et certaines cellules cancé- reuses. Selon l'auteur, «ce traite- ment (étudié chez 1195 patients) n'a présenté que de faibles toxicités». Fait hautement significatif : dès que les résultats de survie

hautement significatif : dès que les résultats de survie globale ont été connus, l'étude a été

globale ont été connus, l'étude a été interrompue et les malades du groupe pla- cebo ont eux aussi bénéfi- cié de l'association abirate- rone/prednisone. Ce protocole pourrait ainsi devenir le traitement standard des patients atteints d'un cancer de la prostate métastatique ayant déjà subi une ou deux lignes de chimiothérapie.

Santé

13

EL MOUDJAHID

Les chocs électriques peuvent améliorer votre mémoire
Les chocs électriques
peuvent améliorer
votre mémoire

Des chercheurs américains ont constaté que des décharges élec- triques envoyées sur certaines par- ties du cerveau pouvaient améliorer la mémoire. C'est une étude qui pourrait bien changer la vie des personnes souf- frant de la maladie d'Alzheimer, ou qui ont subit un accident vasculaire cérébral. En effet, des chercheurs de l'Université de Philadelphie, aux Etats-Unis, ont montré qu'avec des décharges électriques envoyées à certains endroits du cerveau, la

mémoire pouvait s'améliorer de 11%. En réalité, ces petits décharges élec- triques permettent de réactiver des neurones jus- qu'alors amorphes. Les tests ont été effectués sur la zone appelée "la mémoire de rap- pel". C'est celle-ci qui vous permet de vous rappeler du prénom de chaque personne. "Nous en savons beau- coup sur la façon dont la mémoire empire, mais nous ne savons pas

grand chose sur la manière de l'amé- liorer", a déclaré Ingrid Olson, un psychologue qui a dirigé l'étude, au Telegraph. "Mais ces résultats sont prometteurs, car ils peuvent débou- cher sur d'éventuels traitements thérapeutiques pour la réhabilita- tion de la mémoire après un AVC ou d'un autre problème neurolo- gique."Néanmoins, la technique n'en est qu'à ses balbutiements. En effet, une heure après l'envoi décharges électriques, les personnes testées avaient déjà perdu tous les bénéfices du traitement

J'ai mal au dos, quel sport puis-je pratiquer ?

Sitôt l'épisode douloureux passé, on recommande aux per- sonnes fragiles du dos de reprendre le
Sitôt l'épisode douloureux
passé, on recommande aux per-
sonnes fragiles du dos de
reprendre le plus tôt possible
leurs activités et de pratiquer un
sport. En effet, il n'y a rien de
pire pour le dos que l'inacti-
vité. Plus votre dos sera
musclé, moins vous risque-
rez d'avoir mal au dos ! Oui,
mais alors quels sont les
sports recommandés ?
Muscler son dos est un
impératif pour diminuer
le risque d'en souffrir.
Attention toutefois, si cer-
tains sports sont particu-
lièrement bénéfiques,
d'autres peuvent être un
supplice pour le dos.
Quels sont les sports
à éviter
lorsque
l'on souffre du
dos ?
Les sports
brusques, qui mal-
mènent le dos,
imposent des
contorsions et qui
induisent des micro-
traumatismes sont à
proscrire. Sont ainsi

fortement déconseillés aux personnes qui ont mal au dos :

le judo, la lutte, l'aviron, le canoë kayak, tous les sports de raquette (ten- nis, ping-pong, badminton…), les poids et les haltères, le trampoline, etc. Quels sont les sports conseillés aux personnes fragiles du dos ? Trois sports sont particulièrement recommandés : la natation, la marche et le vélo. La natation est le sport par excellen- ce pour ceux qui ont mal au dos. La nage est d'ailleurs une thérapie à part entière pour traiter les problèmes de dos. Porté par l'eau, le corps est comme en apesan- teur et s'affranchit de nombreuses contraintes. Enfin, les vertèbres ne sont plus comprimées par le poids du corps La marche est une très bonne activité physique. Simple à mettre en pratique, la colonne vertébrale en profite à tout moment, que les tra- jets soient longs ou courts et que la marche soit modérée ou rapide. D'ailleurs, si vous pratiquez la marche rapide, veillez à augmenter le nombre de pas (la fréquen- ce) au lieu de la longueur des enjambées. En effet, plus les enjambées sont grandes, plus vous impo- sez une torsion à votre colonne vertébrale.

«La pollution atmosphérique est-elle respon- sable de plus de cancers que le tabagisme ? »
«La pollution atmosphérique est-elle respon-
sable de plus de cancers
que le tabagisme ? »
Le tabagisme actif est le plus grand pourvoyeur de cancers. Mais des travaux nord-amé-
Non.
pollution atmosphérique provoque un nombre de cancers comparable
ricains ont montré que la
à celui des cancers causés par
le tabagisme passif.

Rhumatismes

4 aliments à mettre dans votre assiette

passif. Rhumatismes 4 aliments à mettre dans votre assiette N otre alimentation gouverne notre santé. Tous

N otre alimentation gouverne notre santé. Tous nos organes en dépendent pour bien fonctionner. Nos articulations n'échappent

pas à cette règle. Alors que faut-il mettre dans notre assiette pour lutter contre les rhumatismes ? Globalement, les personnes qui souffrent de rhumatismes doivent plutôt s'orienter vers une ali- mentation végétalienne. Il est en effet conseillé de ne pas trop manger de viande et de privilégier le poisson, les fruits et les légumes. Le céleri. Il en existe deux variétés : le céleri à côtes et le céleri-rave. Leurs feuilles et leurs racines sont riches en essence aromatique, en rési-

ne, en vitamines du groupe B et en sels minéraux. Mixer son jus représente un fortifiant et un anti-

rhumatismal. Le chou. Il assouplit les articulations et embel- lit la peau. Il est pauvre en calories, mais riche en vitamine C et en vitamine K. Il renferme une essence sulfurée qui le rend antiseptique et révul- sif, mais est également bénéfique pour les rhuma- tismes. Il se consomme alors quotidiennement en jus frais. A noter que le chou rouge (riche en pig- ments) est plus actif que le blanc. La tomate. La tomate est bonne pour les rhu- matismes grâce à sa teneur en licopènes et en pig- ments caroténoïdes antioxydants. Veillez toute- fois à ce qu'elles soient bien mûres car vertes, elles sont vénéneuses, tout comme la tige et les feuilles. Cette toxicité provient d'un alcanoïde, la solanine, qui disparaît lorsque la tomate mûrit. Un grand verre de jus de tomates chaque jour est recommandé pour protéger vos cartilages. L'ail. Sa saveur piquante et irritante est due à une essence sulfurée qui est antiseptique. L'ail est riche en potassium, en oligoéléments, en vita- mines et en iode. Utilisez-le pour accompagner vos salades. En plus, l'ail est diurétique. Les herbes aromatiques aussi La ciboulette, la sarriette et l'estragon sont les plus efficaces. En revanche, utilisez le persil avec modération, il est trop riche en acide oxalique. Les personnes atteintes de rhumatismes trouve- ront également de grands bénéfices à consommer régulièrement les légumes suivants : carotte, lai- tue, mâche, raifort, topinambour et salsifis.

A la recherche du cuivre Les abats, les coquillages, les noix, les légumes et les
A la
recherche
du cuivre
Les abats, les coquillages, les noix, les
légumes et les fruits secs ainsi que les
céréales complètes sont les aliments les
plus riches en cuivre. La moitié du cuivre
que nous ingérons est absorbée par notre
organisme. L'excès (par rapport à nos
besoins) est éliminé dans la bile.
Le cuivre (Cu) est un métal malléable de
couleur rouge. Comme le zinc, il inter-
vient dans l'activité de nombreuses
enzymes. Ses fonctions vont toutefois bien
au-delà : le cuivre participe également à la
formation des os ainsi qu'à l'hématopoïè-
se. Autrement dit à la formation du sang,
et plus particulièrement de ses éléments
cellulaires.
Une intoxication au cuivre reste possible
en cas d'ingestion de quantités vraiment
importantes. Un exemple ? Le Manuel
Merck cite le cas d'un aliment ou d'une
boisson acide qui aurait été en contact pro-
longé avec un récipient de cuivre.
Les carences sont rares. Elles sont le
plus souvent héréditaires et concernent
une naissance (masculine le plus souvent)
sur 50 000. En revanche, «une carence ali-
mentaire est rarement responsable d'un
déficit en cuivre». Surtout « si les méca-
nismes génétiques qui contrôlent le
métabolisme du cuivre sont normaux ».

Avant de se faire opérer, on arrête de fumer !

S i vous devez passer sur le billard, c’est le moment

d’arrêter de fumer. Surtout, faites-le de préférence

avant votre interven-

Surtout, faites-le de préférence avant votre interven- tion chirurgicale. Pourquoi ? Parce que le tabagisme

tion chirurgicale. Pourquoi ? Parce que le tabagisme augmente forte- ment le risque de compli-

cations post-opératoires !

A force d’inhaler la

fumée de vos cigarettes et

ses quelque 4.000 sub- stances toxiques, vos glo- bules blancs finissent par être altérés dans leur mor- phologie.

Les globules blancs étant

les agents de base qui constituent notre système immunitaire, ceux-ci deviennent moins efficaces pour lut- ter contre les infections. Or les infections représentent la complication la plus fréquente après une opération chirur- gicale. Résultat, les fumeurs ont un risque accru d’infec- tion post-opératoire. Reste que le risque de complications post-opératoires cardiaques et respiratoires est aussi plus important chez les fumeurs. Pour diminuer significativement leurs sur-risques, on recommande aux fumeurs d’arrêter de fumer au minimum 6 semaines avant une intervention. Bonus, l’arrêt du tabac après une chirurgie favorise également la cicatrisation. En conclusion, une opération chirurgicale est une oppor- tunité pour arrêter de fumer, et ce, de façon définitive !

La diarrhée du nourrisson
La diarrhée
du nourrisson
Comment éviter la déshydratation ? Affection fréquente du nourrisson comme du jeune enfant, la diarrhée
Comment éviter la déshydratation ?
Affection fréquente du nourrisson comme du jeune enfant,
la diarrhée évolue généralement sans complication, à
condition de connaître et de respecter certains conseils
simples de réhydratation.
Le risque grave de la diarrhée est la déshydratation qui sur-
vient quand l'enfant perd plus d'eau dans ses selles et ses
vomissements qu'il n'en absorbe par ses boissons et ses ali-
ments. Afin de la prévenir ou de la traiter, il est nécessaire
de proposer souvent à boire à l'enfant. L'idéal est de lui
donner une solution de réhydratation orale, une boisson
adaptée se composant d'eau, de sel et de sucre dans des
proportions adaptées à ce que l'enfant perd dans ses selles.
Donnez-lui très souvent à boire
Dès le début d'une diarrhée, il est indispensable de propo-
ser très souvent à boire à l'enfant, plusieurs fois par heure.
S'il refuse, c'est qu'il n'est pas déshydraté, mais il faut
néanmoins continuer de le solliciter très régulièrement, car
il boira dès le début de la déshydratation. Cette grave
affection ne manque jamais de donner soif.
En cas de vomissement, donnez la solution de réhydrata-
tion toutes les 5 à 10 minutes, soit par petites gorgées, soit
à la cuillère. Dans la majorité des cas, elle permet de stop-
per les vomissements.
Une fois le risque de déshydratation écarté, des selles
liquides peuvent persister durant 4 à 5 jours. Votre médecin
pourra être amené à prescrire en plus de la solution de
réhydratation un traitement antidiarrhéique afin de raccour-
cir cette durée.
Attention, lorsqu'il boit, il est fréquent que l'enfant ait une
selle. Il s'agit d'un réflexe normal dû au remplissage de
l'estomac. Ainsi, ce n'est pas la boisson qu'il ingère qui res-
sort immédiatement.

Mardi 19 Octobre 2010

Nation

14

EL MOUDJAHID

Agriculture

La culture de l’arachide, l’autre spécialité d’El Tarf

L a campagne de cueillette d’arachide, une culture pratiquée

principalement au niveau du cordon dunaire, dans les communes de Souarakh, de Aïn El Assel, d’El-Kala et de Berrihane, vient d’être lancée dans la wilaya d’El Tarf, sur une superficie de 1.200 hectares. Dans la plaine d’El Frine (commune de Aïn El Assel), il peut être aperçu des plants de cacahuètes arrachés et retournés avec les gousses exposées au soleil pour sécher. Après un premier séchage, les gousses sont à leur tour arrachées de leurs plants, nettoyées et remises à sécher avant d’être emballées. "Consommatrice d’eau par excellence, la culture de l'arachide tend à se développer davantage avec la mise en valeur d’autres superficies agricoles et leur extension par certains fellahs afin d’augmenter les rendements", a-t-on indiqué à la direction des services agricoles (DSA). Des producteurs d’arachides estiment de leur côté que la production pourrait être "plus conséquente" pour peu qu’une "attention particulière" soit accordée à ce type de culture. D’autant, ont-ils estimé, que les expériences menées dans ce domaine depuis plusieurs années déjà pour augmenter la production en quantité et en qualité ont été "concluantes". Précisant que le rendement à l’hectare est de l’ordre de 60 quintaux, les producteurs souhaitent bénéficier surtout des aides pour l’acquisition de systèmes d’irrigation modernes. En effet, selon eux, la production d’arachides nécessite d’importantes quantités d’eau, d’autant plus que le développement de la plante se fait durant la période des fortes chaleurs, en été, où l’eau s’évapore rapidement. La période de développement de la plante se situe entre les mois de mai, avec la mise en terre de la semence, et d’octobre qui constitue la période de cueillette du fruit. L’autre particularité de cette culture nécessite que le sol où se forme cette fabacée soit sablonneux pour faciliter l’infiltration de l’eau et, à cet égard, la mise en place d’un système d’irrigation moderne est "plus que nécessaire", soutient-on, pour permettre une utilisation rationnelle du liquide précieux, considéré comme la base de la réussite d’une production de haut niveau. Les agriculteurs qui se sont spécialisés dans la culture d’arachides, une activité, rappelons-le, avant tout familiale sont persuadés que la région d’El Tarf peut se spécialiser dans la production d’arachides, au même titre que d’autres cultures dites industrielles, comme la tomate et le tabac, d’autant que le climat le permet. Des cacahuètes en grandes quantités pour concurrencer la tomate ? De nombreux agriculteurs, ici, en sont convaincus.

Afin d’insuffler une nouvelle dynamique dans les chantiers

Changements dans les structures des travaux publics

Ali Khelifaoui, ancien DTP d’Alger, à la tête de l’AGA. Il sera officiellement installé demain.

Mouvement dans 27 directions des travaux publics à travers le pays.

U n vent de changement

souffle sur les différentes

structures des travaux

souffle sur les différentes structures des travaux express. Elle complète, en fait, les missions de

express. Elle complète, en fait, les missions de l'actuelle Agence natio- nale des autoroutes (ANA), chargée, elle, des appels d'offres, des études et du suivi de la réalisation de ces chantiers. La gestion, l'exploitation et l'entretien de ces infrastructures seront du ressort de l’AGA. M. Khelifaoui, ancien DTP d’Alger, de Ain Defla et Boumerdès remplace à ce poste Mohamed Rafik Ghozali. Son installation officielle aura lieu demain, précise t-on. M. Ghozali,

est appelé à exercer d’autres fonc- tions au siège du ministère « M. Ghozali n’a pas été limogé, mais appelé à d’autres fonctions au cabi- net du ministre », annonce M. Omar Oukil conseiller à la communication du ministre des Travaux publics. Pour rappel, l’Algérienne de Gestion des Autoroutes est un éta- blissement Public à caractère Industriel et Commercial, créé par décret exécutif n°05-250, le 10 juillet 2005, placé sous tutelle du

ministère des Travaux publics. Elle a été récemment chargée de suivre l’équipement de l’auto- route Est-Ouest en aires de repos et en stations-service. Ainsi, la gestion du péage, un des plus lourds dossiers de l’équipement, sera également l’une des missions confiées à l’AGA. Autres changements dans le secteur des travaux publics, la permutation de 22 directeurs des travaux publics et ce dans le cadre des mouve- ments classiques visant essen- tiellement à redynamiser le sec- teur dans divers wilayas. Aussi, l’on apprend la mise en retraite de 5 DTP ayant atteint l’âge fixé par la réglementation. La désigna- tion des nouveaux DTP interviendra prochainement, atteste-t-on. Les 21 autres DTP, ayant moins de 5 années d’exercice, ont été maintenus et n’ont pas été touchés par ce mouve- ment. La DTP a, pour rappel, pour mission de concrétiser les projets structurants entrant dans le program- me du schéma directeur routier initié par la tutelle. A. Fadila

publics. Non pas pour « le plaisir de changer » mais surtout pour la volonté créer une nouvelle dyna- mique dans les chantiers routiers, aéroportuaires et maritimes du sec- teur. Des chantiers pour lesquels un budget colossal vient d’être mobilisé au titre du nouveau programme quinquennal 2010-2014 et pour les- quels des moyens importants ont été mobilisés. Le ministre des Travaux publics M. Amar Ghoul prévoit la réalisation de 2636 km de routes d’ici 2014 sans compter l’autoroute Est-Ouest «et pour ca, il faudrait mobiliser toutes nos compétences humaines et les inciter à faire preuve de détermination», atteste-t-on. Premier changement opéré par M. Amar Ghoul, la désignation d’un nouveau DG de l’Algérienne de Gestion des Autoroutes. M. Ali Khelifaoui est le nouveau directeur général de cette structure qui, faut-il le rappeler, aura à gérer les plus importantes infrastructures autorou-

tières telles que l’autoroute Est- Ouest, les rocades, et autres voies

Du 20 au 27 octobre à la SAFEX

4 Salons spécialisés et 120 exposants

Tendance à la spécialisation pour mieux répondre aux besoins des exposants

U ne conférence de presse a été animée, hier, par MM. Mouloud Slimani et Hocine Idir, respectivement directeur de

la coopération et de la promotion des échanges à la Société Algérienne des Foires et Expositions et partenaire de la Safex et organisateur des quatre Salons de la production nationale qui auront lieu du 20 au 27 octobre au Palais des expositions. Au cours de cette conférence, le res- ponsable de la Société Algérienne des Foires et Expositions a tenu à relever la tendance, depuis septembre dernier à l’organisation de Salons spé- cialisés, dans un souci de créer plus d’attrait et une interactivité entre les exposants et les diffé- rents acteurs économiques. Cette démarche, expliquera –t-il, répond ainsi au souci de profes- sionnalisation de ses foires et salons afin de mieux répondre aux besoins des exposants, avant de poursuivre que le nouveau déploiement des Salons spécialisés découle de la structuration de l’ex foire de la production nationale d’autant plus

que son caractère général s’avère de plus en plus être dépassé par les tendances modernes de l’événementiel qui s’oriente désormais de façon irréversible vers la spécialisation des manifesta- tions, l’une des recommandations de la foire maghrébine, tenue en 2008, lors de laquelle les exposants et les partenaires avaient milité pour la concrétisation de ce projet. M. Slimani rap- pellera, en outre que la stratégie de la Safex s’ar- ticule également sur la régionalisation des Salons marquée par la programmation de plusieurs manifestations à l’intérieur du pays- cas du Salon international consacré aux équipements industriels en rapport avec l’activité pétrolière et gazière qui a eu lieu en février dernier à Hassi Messaoud auquel ont participé près de 80 expo- sants, couronné de succès. Il estimera, en fait, que la participation de près de 120 exposants au Salon national des banques, des assurances et des produits financiers, au Salon national des indus- tries textiles, cuirs et prêt-à-porter, au salon inter-

national de l’agro-alimentaire, de l’emballage et du conditionnement et au Salon national des industries électriques, électroniques et de l’élec- troménager qui s’étendront sur une superficie de 5700 m 2 , pour cette première expérience, traduit à vrai dire l’adhésion totale des exposants à la tendance de professionnalisation des Salons. S’exprimant de son côté, sur ces quatre salons spécialisés, M. Idir Hocine, insistera sur l’introduction de l’approche thématique, pour la 1 ere fois, programmant ainsi des thématiques en rapport avec chacun des quatre Salons, créant des stands-ateliers et des tables rondes sur des thèmes précis. Il expliquera enfin que ce choix est dicté par le contexte actuel qui favorise la spécialisation des manifestations, qui peut être considéré comme premier pas vers la reprise des foires maghrébines. Samia D.

Batna

Importants projets pour le secteur des transports

L e secteur des transports à Batna a bénéficié de projets "importants" à même de contri- buer à "améliorer de façon marquée les

prestations fournies aux usagers, notamment dans les grandes villes de la wilaya", a indiqué dimanche dernier le responsable du secteur. La tranche 2010 du programme quinquennal (2010- 2014) a ainsi retenu un montant de 30 millions de dinars pour une étude de réalisation de 12 gares urbaines dans les agglomérations à forte densité comme Batna, Barika, Aïn Touta, Arris et Merouana, a affirmé le directeur des Transports, M. Abderrahmane Boudebouz. La réalisation de ces gares a été recommandée par les plans de transport et de la circulation élaborés par le bureau d’études de l’Entreprise Métro d’Alger, a souligné le même responsable, notant que de telles struc- tures constituent une solution pour désengorger le centre-ville de Batna qui "étouffe" pendant les heures de pointe du fait du développement consi- dérable du parc automobile. Le secteur a bénéficié au total de trois plans de transport et de circulation routière pour les villes de Batna, de Barika et de Aïn- Touta, a indiqué M. Boudebouz avant de sou- ligner que la mise en œuvre des recommandations de ces études effectuées par l’Entreprise Métro d’Alger est à la charge de ces communes. Dès le début de l’année prochaine, il sera pro- cédé à l’entrée en phase de trois centres d’appren-

tissage et d’examen des candidats au permis de

à Batna, Barika et Aïn-Touta. Réalisés

sur une superficie totale de 7.000 m 2 pour un coût de 120 millions de dinars, ces centres sont "les tous premiers du genre à l’échelle nationale", a assuré le directeur des transports, relevant l’im- portance de ces équipements pour l’amélioration des conditions de formation et d’examen des futurs conducteurs. Selon M. Boudebouz, Batna a également bénéficié, à la faveur du programme quinquennal 2010-2014, de projets d’étude et de réalisation de deux gares routières à Barika et Merouana. La première, d’un coût de 120 millions de dinars, sera réceptionnée "avant la fin de l’an- née en cours", tandis que la seconde (90 millions de dinars) sera opérationnelle "avant fin 2011". Une autre gare routière est actuellement en chan- tier à l’entrée nord de la ville de Batna. D’un coût de 600 millions dinars, cette infrastructure, en réa- lisation sur quatre hectares, est actuellement à 50% en termes de taux d’avancement. Cette gare routière permettra une meilleure distribution des véhicules de transport en commun de la ville et atténuera la pression sur la gare routière de statut privé située à la sortie sud de la capitale des Aurès, a estimé le directeur du secteur. Dans cette même perspective de développement des transports, une enveloppe de 34 millions de dinars a été mobilisée pour la réalisation d’un hangar de fret à l’aéroport Mostefa-Benboulaïd. Réalisé à 40 %, ce hangar

conduire

sera réceptionné en février 2011 et contribuera à améliorer le trafic de marchandises au niveau de cette infrastructure aéroportuaire internationale. Par ailleurs, l’étude de faisabilité d’une ligne de tramway à Batna a été achevée et sera suivie dans les prochains mois d’une étude détaillée qui sera élaborée dans un délai de 8 mois par un bureau d’études sud-coréen, a ajouté le directeur des transports. S’agissant du transport ferroviaire, une halte a été récemment réalisée dans la commune de Fesdis pour 200 millions de dinars. Elle est entrée dimanche en phase d’exploitation, selon le même responsable qui a assuré que les travaux de réalisation de la gare ferroviaire seront achevés "en février 2011". Le week-end dernier, une nou- velle ligne reliant Batna à Bordj Bou -Arréridj via M’sila est entrée en phase d’exploitation, parallè- lement à la réouverture, au cours d’une cérémonie présidée par le ministre des Transports, Amar Tou, de la ligne Biskra-Constantine via Batna. M. Tou avait indiqué, à cette occasion, rappelle-t-on, que la future nouvelle ligne Batna-Khenchela, dont l’étude vient d’être achevée, transformera, à terme, Batna en "station prépondérante" pour le transport ferroviaire dans la région. La wilaya de Batna ne connaît désormais plus de problèmes en matière de moyens de transports mais, pour les usagers, le défi actuel est d’en améliorer les pres- tations.

Mardi 19 Octobre 2010

Vie quotidienne

22

EL MOUDJAHID

L’auteur sous mandat de dépôt

Il égorge sa femme pour avoir voulu divorcer

A rrêté par les services de la gendarmerie nationale de

Skikda, le dénommé H. M., âgé de 49 ans, a été placé par le procureur de la République près le parquet de Skikda sous mandat de dépôt en attendant son jugement. Le père de famille a été appréhendé par les

AnniversairE A notre adorable MOHAMED CHAKIB qui a fêté, le 16/10/2010, son septième anniversaire. En
AnniversairE
A notre adorable
MOHAMED
CHAKIB
qui a fêté, le 16/10/2010,
son septième
anniversaire.
En cet heureuse occa-
sion, toute la famille
Haoua lui souhaite une
longue vie, heureuse, plei-
ne de joie, Incha-Allah, et
la réussite dans ses
études.

services de sécurité pour son implication dans un homicide volontaire. Selon notre source, le mis en cause a commis l’irréparable en égorgeant, sans aucune pitié, sa propre épouse avant de lui porter plusieurs coups de couteau au niveau de plusieurs parties du corps. La victime âgée de 38 ans, et répondant aux initiales de B. A. est mère de deux petits garçons. Selon notre source, cette affaire d’homicide volontaire avec préméditation remonte au jeudi 14 octobre 2010, lorsque la victime a été découverte égorgée et sans vie à l’intérieur de son domicile conjugal, situé au lieudit El Ghatsa, commune de Felfela (Skikda). Le présumé auteur du meurtre est chauffeur de son état dans une entreprise étrangère activant en Algérie. Selon la même source, le mis en cause souffre depuis quelque temps de troubles psychologiques aigüs suite à un accident de la route suivi d’une intervention

chirurgicale. Lors de son interrogatoire, H. M. a avoué son crime en indiquant que la relation du couple est devenue infernale durant les dernières semaines, il envisageait même le divorce. Il dira aussi qu’il ne voulait pas la perdre et c’est pour cela qu’il passera à l’acte. A titre de rappel, les unités de la gendarmerie nationale ont enregistré durant le premier semestre, à travers plusieurs régions du pays, 123 meurtres impliquant 158 personnes parmi lesquelles 98 ont été placées sous mandat de dépôt.

M. M.

S.O.S. Veuve ayant à charge un enfant, demande à toutes âmes charitables pouvant lui procurer
S.O.S.
Veuve ayant à charge un
enfant, demande à toutes âmes
charitables pouvant lui procurer
ALUSTAL.
Contacter le
(0560) 75.67.40
Vie religieuse
Vie religieuse

Horaires des prières de la journée du mardi 11 dhoul qi’da 1431 correspondant au 19 octobre 2010 :

Dohr

12

h 33

— ‘Asr

15

h 40

— Maghreb

18

h 10

— ‘Icha

19

h 28

Mercredi 12 dhoul qi’da 1431 correspondant au 20 octobre 2010 :

— Fedjr

05

h 33

— Chourouk

07

h 00

: — Fedjr 05 h 33 — Chourouk 07 h 00 CONDOLÉANCES Le chef du bureau

CONDOLÉANCES

CONDOLÉANCES

Le chef du bureau régional d’El Moudjahid de Sidi Bel-Abbès présente ses sincères condoléances à son ami et directeur de la radio El Bahia, HAFFAF Fayçal, suite au décès de son cher et regretté père

Hadj MOHAMED Qu’Allah Tout-Puissant accor- de au défunt Sa Sainte Miséricorde et l’accueille en Son Vaste Paradis. A Allah nous appartenons et à Lui nous retournons.

———o0o———

Le président-directeur général, administrateurs, cadres dirigeants

et l’ensemble des travailleurs du Laboratoire d’Etudes Maritimes, affectés par le décès de Abdelhamid BENYAHIA oncle paternel de M. Farid BENYAHIA, administrateur de l’EPE/LEM, présentent à sa famil- le leurs condoléances les plus attristées et l’assurent, en cette douloureuse circonstance, de leur profonde sympathie. Qu’Allah Tout-Puissant accor- de au défunt Sa Sainte Miséricorde et l’accueille en Son Vaste Paradis. A Allah nous appartenons et à Lui nous retournons.

défunt Sa Sainte Miséricorde et l’accueille en Son Vaste Paradis. A Allah nous appartenons et à
défunt Sa Sainte Miséricorde et l’accueille en Son Vaste Paradis. A Allah nous appartenons et à
défunt Sa Sainte Miséricorde et l’accueille en Son Vaste Paradis. A Allah nous appartenons et à
République Algérienne Démocratique et Populaire ———— MINISTERE DES RESSOURCES EN EAU DIRECTION DE
République Algérienne Démocratique et Populaire
————
MINISTERE DES RESSOURCES
EN EAU
DIRECTION
DE L’HYDRAULIQUE
DE LA WILAYA
DE TIARET
Avis d’infructuosité
de l’avis d’appel d’offres
national restreint
n° 07/2010/DHW/SAM/BM
————
Il est porté à la connaissance de
l’ensemble des soumissionnaires ayant
participé à l’avis d’appel d’offres national
restreint n° 07/2010 paru dans les
quotidiens nationaux en date du 17 juin
2010, relatif à :
Réalisation d’une station d’épuration
des eaux usées à Tiaret.
Lot : Réalisation d’une unité de déshy-
dratation mécanique des boues - Filtres à
bandes presseuses à la station d’épuration
de la ville de Tiaret” est déclaré infruc-
tueux.
E.M./Pub — ANEP 829761 du 19/10/10
AVIS DE PROROGATION DE DÉLAI ————— Appel d’offres national et international restreint ANESRIF/MAJ/ERF N°
AVIS DE PROROGATION DE DÉLAI
—————
Appel d’offres national et international restreint
ANESRIF/MAJ/ERF N° 20/2010
—————
L’Agence Nationale d’Etudes et de Suivi de la Réalisation des Investissements
Ferroviaires “ANESRIF” informe l’ensemble des soumissionnaires ayant retiré le
dossier d’appel d’offres national et international restreint portant : expertise et
diagnostic du projet de modernisation de la ligne minière Est - Zone de Annaba, que
la date limite de remise des offres fixée initialement pour le 14/10/2010, est prorogée
de quinze (15) jours, la remise des offres est reportée au Jeudi 28 octobre 2010.
L’ouverture des plis, en séance publique, aura lieu le même jour à 13 h 00 (heure
locale) au siège de l’ANESRIF, sis 15 bis, rue Colonel Amirouche, Rouiba (Alger).
E.M./Pub — ANEP 829969 du 19/10/10
MINISTRY OF TRANSPORT ————— National Agency of Studies and Follow up of Accomplishment of Railway
MINISTRY OF TRANSPORT
—————
National Agency of Studies and Follow up of Accomplishment
of Railway Investments
15, Bis Colonel Amirouche - Rouiba (Alger)
Tel: 021855096/021855228 Fax: 021813904
—————
NOTICE OF EXTENSION OF TIME
National and International Restricted Tender
ANESRIF/MAJ/ERF N°20/2010
—————
The National Agency of Studies and Follow of Railway Investments Realization
(ANESRIF) informs all bidders who withdrew the folder of the National and
International Restricted Tender bearing : Studies accomplishment, assessment and
diagnostic of the modernization's project of the East mining railway line area of
Annaba.
The deadline for submission of the tenders fixed initially on 14/10/2010 is
extended of fifteen (15) days; the delivery of the offers is postponed in Thursday
28.11. 2010.
The bid opening in public meeting will be held the same day at 13 p.m (local
time) at the headquarters of ANESRIF located at 15, Bis Colonel Amirouche -
Rouiba (Alger).
E.M./Pub — ANEP 829969 du 19/10/10
 

BUREAUX REGIONAUX CONSTANTINE 100, rue Larbi Ben M’hidi Tél. : (031) 64.23.03

     
 

TLEMCEN :12, place Kairouan Tél.-Fax : (043) 27.66.66

ANNABA :

 
7, cours de la Révolution Edité par EPE-EURL EL MOUDJAHID Siège social : 20, rue

7, cours de la Révolution

Edité par EPE-EURL EL MOUDJAHID Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger IMPRESSION Edition du Centre :

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION Edité par l’EPE-EURL

EL MOUDJAHID

ORAN Maison de la Presse 3, place du 1 er Novembre Tél. : (041) 39.34.94

MASCARA : Maison de la Presse

Tél. : (038) 84.86.38 Fax : (04) 84.86.38

Rue Senouci Habib Tél.-Fax : (045) 81.56.03

Régie publicitaire EL MOUDJAHID 20, rue de la Liberté, Alger Tél./Fax : 021 73.56.70

Société d’Impression d’Alger (SIMPRAL) Edition de l’Est :

au capital social de 50.000.000 DA

20, rue de la Liberté, Alger Téléphone : 021.73.70.81 Directeur de la publication - Gérant

Abdelmadjid CHERBAL

 

ANNABA 2, rue Condorcet Tél. : (038) 86.64.24

CENTRE AÏN-DEFLA :

Société d’Impression de l’Est, Constantine Edition de l’Ouest :

Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste)

 

Tél/Fax: 027.60.69.22

ABONNEMENTS Pour les souscriptions d’abonnements, achats de journaux ou commandes de photos, s’adresser au service commercial:

20, rue de la Liberté, Alger.

Société d’Impression de l’Ouest, Oran Edition du Sud :

BORDJ BOU-ARRERIDJ Ex-siège de la wilaya Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000 Tél/Fax : (035) 68.69.63

 

Unité d’Impression de Ouargla (SIA) DIFFUSION Centre : EL MOUDJAHID Tél. : 021 73.94.82 Est : SARL “SODIPRESSE” Tél-fax : 031 92.73.58 Ouest : SARL “SDPO” Tél-fax : 041 46.84.87 Sud : SARL “TDS” Tél-fax : 029 75.02.02 France : IPS (International Presse Service) Tél. 01-46-07-63-90

Directeur de la rédaction

Larbi TIMIZAR

PUBLICITE Pour toute publicité, s’adresser

à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et de Publicité “ANEP”

SIDI BEL-ABBES Maison de la presse Amir Benaïssa Immeuble Le Garden, S.B.A. Tél/Fax : (048) 54.42.42

 

DIRECTION GENERALE Téléphone : 021.73.79.93 Fax : 021.73.89.80 DIRECTION DE LA REDACTION

Téléphone : 021.73.99.31 Fax : 021.73.90.43

COMPTES BANCAIRES Agence CPA “Che” Guevara - Alger Compte dinars n° 102.7038601 - 17 Agence BNA Liberté

- Dinars : 605.300.004.413/14

ALGER : 1, avenue Pasteur Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43 Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150 Télex : 81.742

CONSTANTINE :

Route de Sétif 7 e km Tél. : (031) 66.49.65 - (031) 92.30.99 Fax : (031) 66.49.37

TIZI OUZOU :

 

- Devises : 605.310.010078/57 Cptes BDL - Agence Port Saïd

Les manuscrits, photographies ou tout autre document et

Internet : http://www.elmoudjahid.com

E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com

Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts) Bâtiment 3, 1 er étage, Nouvelle ville Tél. - Fax : (026) 21.73.00

ORAN : 3, rue Mohamed Khemisti Tél. : (041) 39.10.34 Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320

- Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28

- Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28

illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas

rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation

 

Culture

23

EL MOUDJAHID

Histoire

La personnalité de Cheikh Bouâmama, au centre d'un colloque national à Nâama

L a personnalité de Cheikh Bouâmama et ses qualités de chef de

la résistance populaire dans la région sud-ouest du pays ont été au centre d'un colloque national animé, dimanche dernier à Naama, par des historiens et chercheurs sur les résistances populaires algériennes. Des chercheurs des universi- tés d'Oran et de Béchar ont mis en avant l'œuvre de Cheikh Bouâmama tout en insistant sur l'implication totale de cette éminente personnalité dans le mouvement de résistance algé- rienne contre le colonialisme. Cette rencontre de deux jours qui se tient en présence d'un représentant du ministère de la Culture et du réalisateur du film "Bouâmama", M. Benamar Bakhti, a permis de débattre de thèmes inhérents à la Tariqa (confrérie) soufie de Cheikh Bouâmama, à travers le rayon- nement de la Zaouia fondée en 1876 dans la localité de Moghrar Tahtani par cette émi- nente personnalité. "L'apport des confréries soufies dans la lutte contre la colonisation française", "Cheikh Bouâmama, une conduite et des positions", sont autant de thèmes débattus par les partici- pants qui ont également traité de l'influence des soulèvements de l'émir Abdelkader et des

des soulèvements de l'émir Abdelkader et des Ouled Sidi-Cheikh sur la per- sonnalité de Bouâmama.

Ouled Sidi-Cheikh sur la per- sonnalité de Bouâmama. "Ce dernier qui avait toujours mani- festé un rejet en bloc du colo- nialisme, a procédé à l'organi- sation des rangs des tribus de la région, afin de faire face à l'en- nemi qui planifiait de s'emparer du Sud du pays en 1881", a-t-on indiqué. Le choix du thème de la conférence, centrée sur ce "monument" de l'Histoire de l'Algérie et son rôle dans la lutte contre la colonisation, vise, entre autres objectifs, d'incul- quer à la jeunesse les valeurs et le courage de ce stratège et "l'imprégner de l'une des plus importantes et plus longues résistances populaires, qui a duré plus de 20 ans (1881- 1904), en dépit du manque de

moyens et d'effectifs, face à l'armée française". Evoquant les plus importantes étapes histo- riques de la résistance de Cheikh Bouâmama, les confé- renciers ont mis en exergue les combats menés par ce "Phare" de la résistance, tout en souli- gnant les victoires remportées par Cheikh Bouâmama contre l'occupant lui infligeant de lourdes pertes. Les articles de la presse française reconnaissant l'âpreté de la résistance menée par Cheikh Bouâmama et les facteurs ayant permis l'allé- geance et le soutien au Cheikh par la plupart des tribus saha- riennes, dont les tribus "El Trafi", "El Ahrar (libres)", "El Cheraga", Ouled Ziad" et " Châamba", ont été également soulignés lors de cette ren-

contre. Le Pr. Ras Mal Abdelaziz, de l'université d'Oran, a présenté Cheikh Bouâmama comme étant "l'un des petits-fils du saint patron Cheikh Abdelkader Ben Mohammed dit Sidi El Cheikh, et un des cousins de Si-Slimane Ben Hamza, le père de l'in- surrection des Ouled Sidi Cheikh, mais aussi comme une personnalité pieuse et sage puisant sa source d'une filiation à deux éminences, Sidi Cheikh et Sidi Slimane Ben Abi Smaha". Le Pr Abdelmalek Brahimi a, quant à lui, axé sur le côté spirituel de cette personnalité soufie qu'a été Bouâamama. Cheikh Bouâmama, a-t-il dit, "a consacré une grande partie de sa vie à la quête du savoir et à la recherche sur les questions de Fikh (jurisprudence)". Les tra- vaux du colloque, organisé à l'initiative de la direction de la culture de la wilaya de Nâama, se poursuivent par la présenta- tion de communications sur la résistance de Cheikh Bouâmama et la mise en relief de l'impact suscité par ce mou- vement de résistance populaire qui a mis en échec la conquête du sud ouest du pays par le colonialisme français.

Clôture du 3 e Festival international de la bande dessinée d'Alger

L e 3 e Festival international de la bande dessinée d'Alger (FIBDA), organisé du 13 au 17 octobre, et auquel ont participé une quarantaine de pays, s'est clôturé dimanche

soir avec une cérémonie de remise de prix. Au cours de cette cérémonie, à laquelle a assisté M. Rachid Hadj Nacer, représen- tant de la ministre de la Culture, le prix du meilleur album en langue arabe a été remis au bédéiste libanais Omar El Khoury pour son livre "Youtubia"et celui du meilleur album en langue étrangère au bédéiste français Maximilien Leroy pour "Faire le mur", un ouvrage consacré à la Palestine. "El Bendir", magazine né dans le sillage de la 2 e édition du FIBDA et auquel collabo- rent des figures emblématiques de la BD algérienne tels que Slim, le Hic, Aïder et Haroun, a reçu le prix de la meilleure revue, alors que "Chadi Madi", revue à la fois ludique et ins- tructive s'adressant aux enfants de 4 à 8 ans, éditée avec le sou- tien du ministère de la Culture, a été récompensée du prix du meilleur album pour enfants. Par ailleurs, il est à rappeler que lors de la cérémonie d'ouverture, le prix d'honneur a été remis à Ahmed Haroun, le prix "Sid Ali Melouah" à Redhouane Assari et le prix spécial FIBDA au bédéiste belge Etienne Schreder. Au programme du 3 e FIBDA figuraient cinq expositions, à savoir ,"Haroun. Grands desseins dans des petits dessins", "Palestine. Les auteurs de BD témoignent", "La BD Suisse. Un sommet d'images", "USA. Expressions diverses" et "Tahya El Djazaïr", ainsi que des ateliers. Des conférences sur les thèmes "La BD peut-elle être théra- peutique?", "La BD: Les éditeurs face aux exigences du public et des auteurs", "Les conflits du Moyen-Orient en BD" et "L'adaptation de romans en BD", ont également été données lors de ce festival qui a accueilli, selon les organisateurs, plus de dix mille visiteurs.

Ouverture à Tlemcen du 1 er salon national d’arts plastiques “AbdelhalimHemch”

L e premier Salon natio- nal d’arts plastiques Abdelhalim Hemch

s’est ouvert dimanche dernier à la maison de la culture Abdelkader Alloula de Tlemcen, en présence de nom- breux artistes et hommes de culture. Ce premier Salon, qui s'étalera jusqu’au 20 octobre, enregistre la participation de 66 artistes peintres de 25 wilayas du pays. Diverses écoles artistiques sont repré- sentées dans les œuvres expo- sées comme l’orientalisme, l’impressionnisme, le figuratif, le réalisme, a-t-on expliqué. Cette édition du Salon dédiée au défunt artiste Abdelhalim Hemch, décédé en 1979, revêt un cachet national après que cette manifestation eut démar- ré en 2007 avec un cachet local pour devenir ensuite régionale. Le caractère natio-

nal de ce Salon permettra, selon un responsable de la maison de la culture organisa- trice de ce Salon, de valoriser l’art plastique national et d’encourager les jeunes artistes en herbe de poursuivre leurs parcours artistiques, et constitue un rendez-vous important dans le calendrier culturel national. Un jury composé de professeurs des écoles des Beaux-Arts d’Oran et de Sidi Bel-Abbès a été désigné pour évaluer les tra- vaux présentés et départager les concurrents. Une cérémonie de remise de prix aux lauréats du concours sera organisée à la fin de ce Salon national. Des confé- rences ayant trait à l’art seront présentées par des professeurs spécialisés, en marge de cette première édition de ce Salon, a-t-on signalé.

Découverte d'anciennes sculptures et objets remontant à 3.500 ans avant J.C. en Irak

D es sculptures et des objets de l'époque

dienne, remontant à 3.500 ans avant

J.C, ont été découverts en Irak, a annoncé hier le comité irakien des vestiges. "Des fouilles effectuées dans les provinces de Wasset, Dhi Qar, Kerbala et Babel, ont mis au jour des sculptures sumériennes vieilles de 3.500 avant J.C", a déclaré à la presse le res- ponsable du comité des vestiges, Qaïs Rachid Hossein. Il a précisé en outre que "des spécia-

des civilisations sumérienne et akka-

listes ont engagé des travaux de rénovation de sites historiques, tels Khan Chilan et Khan

Hamran" en prévision des festivités de Najaf, capitale de la culture islamique pour l'année 2012. Des archéologues ont également décou- vert des vestiges faisant partie de la civilisa- tion babylonienne, l'une des plus anciennes au monde et qui remonte à près de 4.000 ans avant J.C, selon la même source. "Quelque 500 objets archéologiques, dont des jarres, des poteries et des vases, ainsi que des sceaux ont été également découverts en plus des ruines d'anciens vestiges, dont les restes d'un ancien temple et d'une ziggourat, tous faisant partie de l'époque babylonienne moderne", a

affirmé le responsable des inspecteurs en archéologie, Wasset Hassanein El-Hossein. La Mésopotamie, une région qui comprend l'Irak actuellement, a connu de brillantes civi- lisations durant l'Antiquité, dont l'assyrienne, la sumérienne, l'akkadienne et la babylonien- ne. Grâce aux deux fleuves, le Tigre et l'Euphrate, la Mésopotamie a été le berceau de la civilisation humaine avec l'invention de l'écriture, en utilisant des caractères connus sous le nom de "cunéiformes", gravés sur des plaques d'argile.

APS

Hamidou enchante son public à Paris L es femmes ne contenaient plus leurs youyous, les
Hamidou
enchante son
public à Paris
L es femmes ne contenaient
plus leurs youyous, les
applaudissements crépitaient
comme des rafales dans la salle du
Centre cultuel algérien à Paris
samedi soir à l’arrivée sur scène du
chanteur Hamidou. Il salue avec
humilité tout le monde, visiblement
heureux de constater qu’il a devant
lui un public déjà conquis, même
après trois ans d’absence de la scène
du centre. "Je vous ai à ce point
manqué ?", lança-t-il malicieuse-
ment à la ronde avant d’entamer son
répertoire composé de variétés algé-
roises, de hawzi, de l’andalou et de
chansons kabyles, avec une voix
chaude et mélodieuse, dans une
ambiance festive où les Algériens en
exil se sont vite retrouvés dans la
chanson "Noudhou z’haou ya h’babi
fel ghorba (littéralement : amusez-
vous, amis dans l’exil) et chanté à
l’unisson avec l’artiste. "Kahwa wel
atai yal fahem", "Wahchek dar fi
kalbi nirane", "Zarni mahboub
kalbi" et bien d’autres titres du patri-
moine musical national furent pré-
sentés devant un public qui, dans sa
majorité a déserté son siège pour se
rapprocher de la scène, subitement
pris d’une irrésistible et contagieuse
envie de danser. Le spectacle, qui
s’est déroulé en présence du secré-
taire d’Etat chargé de la
Communauté nationale établie à
l’étranger, M. Halim Benatallah, en
visite de travail en France et du
directeur du CCA, l’écrivain
Yasmina Khadra, s’est prolongé jus-
qu’à une heure tardive de la nuit du
samedi, avec un artiste ayant réussi
à créer un lien fusionnel entre lui et
son public.
"Voilà vingt ans que je me pro-
duis au CCA. Même s’il y a eu une
coupure de trois ans, le public est de
plus en plus nombreux à venir, c’est
réconfortant mais, en même temps,
je regrette l’exiguïté de la salle qui
ne peut contenir tous ceux qui vou-
draient assister aux représentations",
a-t-il confié auparavant à l’APS,
après avoir souligné qu’il est tou-
jours heureux de se produire sur la
scène du centre. Il a alors souhaité
que le CCA puisse offrir davantage
d’occasions aux artistes pour se
reproduire et permettre au public de
profiter des spectacles donnés. Il a
ajouté cependant que comme son
nom l’indique, le CCA a une "voca-
tion de rayonnement culturel" à réa-
liser et "non pas commerciale" et
qu’il a surtout pour ambition d’en-
courager les jeunes talents. "Je suis
toujours ravi de venir et me produire
ici", a-t-il dit indiquant qu’il ne vit
plus en France et qu’il a regagné
Alger où, hélas, il est devenu "très
difficile" de réaliser des projets artis-
tiques tant le marché du disque, des
spectacles et leur organisation,
"vivent une véritable crise". "Les
artistes sont tiraillés par le besoin
d’offrir davantage au public mais ils
sont souvent frustrés de ne pouvoir
donner que le minimum", dira-t-il
avec regrets. Hamidou, en digne
enfant de la prestigieuse association
El Fakhardjia et élève brillant de la
classe supérieure, a su avec son
talent de chanteur et de musicien
s’imposer avec brio sur la scène
musicale algérienne et arabe et son
succès auprès du public ne s’est
jamais démenti.

Mardi 19 Octobre 2010

Football - Ligue 1 professionnelle (4 e journée) CRB-MCA samedi au stade du 20-Août L

Football - Ligue 1 professionnelle (4 e journée)

CRB-MCA samedi au stade du 20-Août

L a quatrième journée de Ligue1 aura lieu ce week end. Elle sera marquée

par le déplacement du leader, le MC Saïda, au stade Akid- Lotfi de Tlemcen et ce pour se mesurer à une équipe tlemcé- nienne avide de réhabilitation, suite à sa défaite inattendue at home devant l'USM Alger (2 à 1). Le grand derby du Centre entre le CRB et le MCAlger aura lieu, ce samedi, 15 h, au stade du 20-Août. Il sera télé- visé. Les observateurs auraient aimé voir cette joute domici- liée au stade du 5-Juillet, mais certains veulent toujours le résultat immédiat au détriment du spectacle et de la sécurité du public. Le MCA sera amoindri par les absences de Harkat et Derrag blessés. Le CRB, qui vient de perdre Mébarki pour blessure, enre- gistrera le retour d'Aksas. Il sera très utile au niveau de l'axe. La JSK, qui reprendra la compétition nationale après son élimination en Ligue des

Stade du 20-Août
Stade du 20-Août

champions d'Afrique (demi- finale) face au TP Mazembé se déplacera au stade du 20-Août de Bordj Bou-Arréridj pour en

découdre avec une équipe du CABBA qui n'a pas encore gagné le moindre match depuis le début de la saison le 24 sep-

CYCLISME-CHAMPIONNAT-ARABE
CYCLISME-CHAMPIONNAT-ARABE

tembre dernier. Il a même été accroché at home par l'USM Blida (0 à 0). L'ESS, qui a été stoppée, à Bejaia, par la JSMB (2 à 0), aura à coeur de se reprendre ce vendredi, 19 h, au stade du 8-Mai-45, surtout que l'USMB ne pourra pas compter sur Hendou (décès de sa grand- mère en Ukraine) et Boumechra blessé. Les Sétifiens ont intérêt à bien réagir pour rester dans le giron des équipes de tête et surtout profiter de la sortie du MC Saïda à Tlemcen. H. GHARBI

PROGRAMME :

Vendredi (19 h) :

WAT-MCS

CABBA-JSK

ASO-MCEE

USMAnnaba-USMB

ESS-USMH

Samedi (16 h):

USMA-JSMB CRB-MCA (15 h) (télévisé) MCO-ASK

Le CSC à l'épreuve du SAM

Cette 5 e journée de Ligue 2 ne sera pas, le moins que l'on puisse dire, favorable au leader, le CSC, auteur, jusqu'ici, d'un sans faute en obtenant quatre victoires sur quatre possibles. Son long déplacement à Mohammadia pour y affronter le SAM ne sera pas de tout repos lorsqu'on sait que le SA Mohammadia reste intraitable, même si cette saison il a concédé une défaite intra-muros devant l'US Biskra (2 à 1). Toujours est-il, les constantinois de Khezzar sont décidés à continuer sur leur lancée. A l'affût, le MOC du Brésilien Alvès, qui reçoit l'USBiskra , aura ainsi l'occasion de se refaire une nouvelle santé surtout au cas où le CSC se fasse "pièger" à El- Mohammadia face au SAM. ASMO-PAC sera très suivi. Les "Asémistes", qui viennent de se séparer de Kioua, leur coach, feront tout pour engranger leur première victoire de la saison. Les autres rencontres comme ESM-JSMS, ABM-OM, CAB-NAHD, USMBA- MSPB et RCK-CRT ne manqueront pas d'intérêt.

HAMID G.

Programme : vendredi (16 h) ESM-JSMS CAB-NAHD USMBA-MSPB RCK-CRT ABM-OM SAM-CSC ASMO-PAC MOC-USB

Une-Deux

Les Mouloudéens ont repris, hier, les entraînements à Bouchaoui dans le but de bien préparer leur match de ce same- di, au 20-Août,contre le CRB. (Ligue 1, 4 eme journée).

Les dirigeants du MCA ont décidé de recevoir leurs adver- saires au stade de l’OPW de Rouiba. Pour les derbys, cepen- dant, ils auront lieu au stade du 5- Juillet.

Le match CRB-MCA au stade du 20-août, comptant pour la 4 eme journée de Ligue 1, sera télévisé.

Daham, (USMA), blessé, pourrait rater le match USMA- JSM Bejaia à Bologhine.

Boumechra (USMH), blessé, reste incertain pour le match ESS-USMH, ce vendredi (19 h), au stade du 08-Mai-45.

Hendou (USMH) ratera le match ESS -USMH suite au décès de sa grand -mère en Ukraine.

Le CRB enregistre le retour d’Aksas dans l’axe de la défense. Il sera très utile face au MCA.

Djediat (ASO) a bien appré- cié le but qu’il a inscrit sur penal- ty contre l’USMB. Il reste confiant pour marquer d’autres buts.

Après le limogeage de Assas, l’USMB est à la recherche d’un nouvel entraîneur.

Médaille d'argent pour l'Algérien Azzedine Akkad Le cycliste algérien Azzedine Akkad a remporté la médaille
Médaille d'argent pour l'Algérien
Azzedine Akkad
Le cycliste algérien Azzedine Akkad a remporté la médaille d'argent
de la
course contre-la-montre individuel
(seniors) disputée hier à El
Mourouj (banlieue sud-ouest
de Tunis), dans le cadre de la 4è jour-
née des championnats arabes de cyclisme sur
route qui se poursui-
vront jusqu'au 21 octobre. Azzedine Akkad a couvert les 37 km en
46 min 46sec, derrière
le Tunisien
Rafâa Chtioui (46 min, 12 sec),
alors que l'autre
Tunisien, Tahar Hasnaoui, s'est adjugé la médaille
de bronze
(46min 49sec). Avec
cette nouvelle
médaille,
l'Algérie
détient désormais
4 médailles
en argent, et 2 en bronze. A l'issue de
cette 4è journée,
la Tunisie est toujours en
tête du classement
géné-
ral, avec un total de
(3 or, 2 argent, 1 bronze), devant la
6 médailles
Syrie (2 or, 2 argent) et l'Irak. (1 or).
6 médailles Syrie (2 or, 2 argent) et l'Irak. (1 or). Finale de la Ligue des

Finale de la Ligue des champions d'Afrique

L'ES Tunis rencontrera le TPMazembé fin octobre

L es Tunisiens de l'ES Tunis, dans un

stade de Radès, plein comme un

œuf, ont eu raison des Ahlaouis du

Caire sur le score de 1 à 0. L'unique but de la partie a été inscrit, dès la première minute de jeu, par le Nigérian Enéramo d'une main flagrante suite à un corner botté de la droite. L'arbitre aurait dû refu- ser le but et donner un avertissement au Nigérian de l'ESTunis. Contre toute attente l'arbitre ghanéen, Lempty, avait validé le but sans la moindre hésitation. Ce qui avait provoqué la colère des Egyptiens. Cette affaire de but de la main a été également derrière des bagarres entre des supporters de l'ES Tunis et le ser- vice d'ordre et les stadiers égyptiens lors de la manche aller au Cairo-stadium et suite au but de la main inscrit par Houssam Ghali. Chaque équipe a marqué de la main. Ce qui montre, d'une manière flagrante, les graves erreurs de l'arbitrage africain qui peut fausser le cours d'un match. Il faut reconnaître, même si les Tunisiens étaient meilleurs que leurs homologues égyptiens, ils n'ont pas réussi à ajouter d'autres buts.

Ce qui fait que sans le but inscrit de la main par Enéramo, c'est Al-Ahly du Caire qui serait alors qualifié pour la finale de cette Ligue des champions d'Afrique. La finale de cette Ligue des champions d'Afrique aura lieu entre le 29 et le 31 octobre et la manche retour entre le 12 et 14 novembre prochain. H. G.

El-Ahly décide de garder le joueur algérien Saayoud

El-Ahly décide de garder le joueur algérien Saayoud L e club égyptien El-Ahly a décidé de

L e club égyptien El-Ahly a décidé de renouveler le contrat du joueur algérien Amir Saayoud et d'augmenter son salai- re. Le directeur technique d'El-Ahly, M. El-Hadi Khachaba

a révélé "l'approbation" par les responsables du club de la deman-

de du joueur algérien, Amir Saayoud, d'augmenter le salaire men- tionné dans son contrat avec l'équipe, en vertu duquel il perçevra 250.000 livres annuellement (66.400 dollars), a indiqué hier le quotidien Echourouk. Khachaba a déclaré que la direction tech- nique avait jugé nécessaire de modifier le contrat d'une durée de

4 ans en augmentant le salaire du joueur. Le directeur technique

a indiqué que l'équipe "n'a jamais envisagé" le départ de Saayoud

comme il été rapporté par certains médias qui ont fait le lien entre la quête d'un attaquant étranger et le départ du joueur algérien qui n'a joué aucun match depuis le début de la saison.