Vous êtes sur la page 1sur 4

TP N°04 : Onduleur triphasé MLI

1. Introduction :

la conversion DC/AC consiste à générer une ou plusieurs tension(s) alternative(s), le


plus souvent sinusoïdale(s), à partir d’une tension continue. Ceci permet
principalement d’alimenter des appareils adaptés aux tensions réseaux à partir de
batteries ou de tension redressées, ou encore de piloter, par variation de la fréquence,
un moteur AC à vitesse variable. Les circuits qui réalisent ces opérations sont
appelés≪ onduleurs ≫.

2. Rappelle théorique sur l’onduleur triphasé MLI:

 Définition :
Les onduleurs sont les convertisseurs statiques continus alternatifs permettant de
fabriquer une source de tension alternative à partir d’une source de tension continue.
Le signal alternatif en sortie peut être sinusoïdal ou non de fréquence fixe ou variable
L’onduleur est dit autonome quand il impose sa propre fréquence à la charge (ce qui
est différent de l’onduleur assisté où la fréquence est imposée par la fréquence du
réseau).
Les onduleurs de tension : la source d’entrée est une source de tension, la source de
sortie est une source de courant.
On peut classifier les onduleurs selon leur régimes soient triphasé ou monophasé :
 On distingue 2 types :
 Les onduleurs autonomes : la fréquence des grandeurs de sortie dépend de la
commande.
 Les onduleurs non autonomes ou assistés : ce qui est différent de l’onduleur
assisté où la fréquence est imposée par la fréquence du réseau).

 Onduleur en demi-pente :
L’onduleur en demi-pente, ne comporte que deux interrupteurs K1 et K2 mais
nécessite deux générateurs de tension identiques E, la charge est un dipôle de
courant. Les contraintes de fonctionnement des dipôles utilisés conduisent à la

1
relation logique entre les commutateurs : K1 = K2
Chaque commutateur conduit pendant une demi-
période, ainsi la tension v(t) est à valeur moyenne
nulle. Dans le cas d’une charge R L. Il n’y a pas de
possibilité de réglage de la valeur efficace de V.

3. Travail à effectuer (Simulation sur PSIM) :


Partie 1:Commande symétrique
1) Il s'agit d'un montage en Onduleur monophasé (charge résistive).

Fig1 : le schéma du montage R simulé sur PSIM

2) Les chronogrammes de Uc, ik1 et ik2 :

3) Non La tension n'est pas sinusoïdale.


4) Oui le signal est alternatif.
1 1
5) La période : T= et T= = 0,0005 (s) (voir les chronogramme ci-dessus).
𝐹 2000
La fréquence : f = 1 / T = 2000 Hz f=2000 Hz.
6) Les éléments du circuit qui conduisent dans la demi-période sont T1 et T2
E est une source de tension continue, réversible en courant.
K1 et K2 sont deux interrupteurs électroniques, commandés de manière périodique:
0 < t < αT : K1 et K2 est fermé : Uc = +E avec E > 0v
αT < t < T : K1 et K2 est ouvert : Uc = 0 avec E = 0v
La tension Uc et ic est alternative.
Partie 2: Commande décalée
1) Après la Modification de la commande des transistors de la façon suivante:
Pour T1 Pour T2

2
2) Le chronogramme de Uc :

3) La valeur efficace U de uc :
Vm eff = U: valeur efficace de vm(t);

𝐔ceff √< Uc(t)2 > 𝑼𝒄𝒆𝒇𝒇 √< 𝑬𝟐 > 𝑼𝒄𝒆𝒇𝒇 = 𝑬


𝑼𝒄𝒆𝒇𝒇 =6.51 V
4) commentaires :
Commande symétrique
Dans le cas d’une commande symétrique, l’amorçage des transistors Th1 et Th2 en même temps,
La tension de sortie est rectangulaire, et sa valeur efficace est égale à E.
Si les transistors conduisent pendant les mêmes intervalles de temps, la commande est dite
symétrique.
Commande décalée :
Nous avant obtenir aux bornes de la charge des paliers à tension nulle. Ainsi les transistors ne
sont pas commandés au blocage en même temps.

3
Les actions de commande de K1 (ouverture/fermeture) sont décalées par rapport à celles qui
concernent K2.

Partie 3: étude du débit sur une charge inductive


Il s'agit d'un montage en Onduleur monophasé (charge inductive).

Fig1 : le schéma du montage RL simulé sur PSIM

1) on a appliquons la loi des nœuds i en fonction de iT1, iT2, iD1 et iD2

i1 = iT1 - iD1 i = iT1 - iD1 - iT2 + iD2

i1 – i = iT2 - iD2

3) Exécutassions la simulation et l’affichage des chronogrammes suivants :

Le chronogramme de U :

Le chronogramme de i :

Les chronogrammes de iT1, iT2, iD1 et iD2 :

3) On met les diodes en parallèle avec les transistors. Pour assurer la continuité de
courant.
_ Une diode de récupération est une diode conçue pour avoir la plus petite d’un
temps de récupération que possible, de sorte que signal indésirable ne perturbe pas de
haute puissance ou de l’équipement à haute fréquence. Généralement utilisée en
association avec des GTO et IGCT en tant que diodes de roue-libre.
3. Conclusion :

Dans ce TP, nous avant présenté la théorie sur les onduleurs, sa constitution physique
élémentaire, sont fonctionnement, leurs classification et nous avons présenté les
différentes structures des onduleurs.

Nous avons consacré notre étude aux onduleurs monophasée et les différentes
stratégies de commandes (décalé et symétrique), et en fin de réaliser ce type on utilise
le montage en demi-pont.