Vous êtes sur la page 1sur 16

Ugo Fordyce - Vincent Mir

Sarah Soulard - Eddy Wehbe

France Télécom est une entreprise française spécialisée dans les télécommunications.
Le rapport
L’ancien monopole public, aujourd’hui coté à la Bourse de Paris, emploie 191 000
personnes, et sert près de 159 millions de clients dans le monde.

Sommaire
Historique p. 1
Profil stratégique p. 2
Pertinence de la stratégie d’entreprise p. 4
Analyse SWOT p. 5
Schéma des cinq forces de la concurrence p. 9
Problématique : Intégration des services dans le secteur des télécommunications p.11
Annexes p.14
Bibliographie p. 16
Historique
Structure de capital
L’exploitation commerciale du téléphone débute en
1879, le service sera nationalisé dès 1889, et sera
Janvier 2008
alors pris en charge par le ministère des Postes et 3%
des Télégraphes. En 1923, le ministère des P & T 14%
* L’ERAP devient le ministère des Postes, Télégraphes et
(Établissement de
Télécommunications (PTT).
Recherches et 18%
d’Activités C’est en réponse à une directive européenne de 64%
Pétrolières) est un mise en concurrence des services publics que la
établissement public
à caractère industriel Direction Générale des Télécommunications, issue
et commercial dont du ministère, devient France Télécom le 1er janvier
l’objet est de 1988.
prendre, à la
France Télécom devient un exploitant de droit Public État
demande de l’État,
des participations public avec la loi du 2 juillet 1990, ce statut la ERAP* Salariés
dans des entreprises
sépare de l’État et de son budget.
des secteurs de
l’énergie, de la C’est en 1996 que commence la privatisation du Société anonyme de droit français au
groupe : France Télécom devient alors une société capital
pharmacie et des de 10 426 692 520 euros, réparti
télécommunications. en 2 608 829 000 actions au 30 juin 2007.
Source : Wikipédia
anonyme, en réponse à la directive européenne sur Source : France Télécom
l’ouverture des marchés à la concurrence entrant
en vigueur le 1er janvier 1998.
La privatisation de la société de télécommunications sera complète en 2004, avec le
changement de statut de l’entreprise et le passage de la participation de l’État au-
dessous de la barre symbolique des 50%. C’est en juin 2007 que la participation de
l’État tombera en-dessous du seuil de la minorité de blocage.
En 2000, le groupe fait l’acquisition progressive du britannique Orange, avec l’intention
de produire ses services sous cette marque. Son contrôle total est acquis en 2003, et
l’exploitation commence dès le 1er juin 2006.
Janvier 2008 Page 1
Profil stratégique - mettre à disposition 2 millions de téléphones
IP et plus de 30% de terminaux mobiles
signature (portant le logo Orange)
Les buts - plus de 12 millions de clients Internet haut
débit, dont 8 millions de clients équipés
Il s’agit pour France Télécom de devenir le d’une Livebox (dont 6 millions en France)
fournisseur de services télécoms de référence - plus de 12 millions de clients Internet mobile
partout où ils sont présents. (dont plus de 6 millions en France et plus de
Source : Site Web de France Télécom 5 millions au Royaume-Uni)
- plus de 2 milliards d’euros de chiffre d’affaire
La mission tiré des services Technologies de
l’Information et de la Communication (TIC).
Répondre aux attentes de toutes les clientèles - Sources : *Rapport Financier 2006 (p 7) et
(grand public, professionnels, entreprises, Communiqué de presse France Télécom du 29/06/05
**Actualisation du document de référence 2006 au
collectivités territoriales), dans toutes les 25/10/2007 (p 13)
situations (mobilité, domicile, bureau), et ce *** Actualisation du document de référence 2006 au
quel que soit le réseau ou le terminal utilisé. 26/12/2007 (p 4)
Source : Site Web de France Télécom
Gouvernance et organisation
Objectifs stratégiques pour 2008
(dans le cadre du plan NExT*) France Télécom est une société anonyme de
droit français, sous la direction du PDG Didier
- générer un cash flow organique supérieur ou Lombard (depuis le 27 février 2005), composée
égal à 7,5 milliards d’euros pour 2008*** ; d’un comité de Direction Générale et d’un
- réaliser dès 2007 plus de 400 millions d’euros Conseil d’Administration.
de chiffre d’affaires de vente directe de
contenus ; Le groupe est organisé de façon fonctionnelle
- 5% à 10% du chiffre d'affaires total du autour de divisions commerciales (fonctions
Groupe provenant d'offres convergentes d’ici opérationnelles) et métier (fonctions support) :
2008 ;
- objectif de désendettement financier avec un - Divisions opérationnelles :
ratio d’endettement financier net rapporté à la - Services de communication
MBO inférieur à 2 à fin 2008*** (objectif résidentiels
confirmé en 2007**) - Services de communication
- plus d’un million de clients abonnés à Orange personnels
TV en France - Services de communication
- un million de clients Orange Business entreprises
Services - Contenus
- Ventes et services France
Variation ratio Endettement financier / MBO - International
- Orange Healthcare (produits de
S1 2006 2,49 communication à vocation médicale)
S2 2006 2,27
- Divisions métier :
S1 2007 2,25 - Réseaux, opérateurs et systèmes
Objectif 2008 d’information
2,00 - Recherche & Développement
0 0,625 1,250 1,875 2,500 - Technologies
Source : Rapport financier 1er semestre 2007 (p 61) Source : Wikipédia

Janvier 2008 Page 2


Le champ stratégique soucier du réseau ou même du terminal utilisé
(ordinateur ou téléphone mobile). L’intégration
France Télécom commercialise des des réseaux, des systèmes d’informations, et
équipements et des services sur le secteur des l’adaptation de la compétence des équipes
télécommunications (fixe, internet, mobile) pour sont nécessaires pour réussir cette
les entreprises et les particuliers, mais aussi à convergence.
destination d’autres opérateurs télécoms. Par ailleurs, France Télécom mène depuis
Source : Site Web de France Télécom quelques années une stratégie de
développement à l’international.
Source : Site Web de France Télécom
Activités stratégiques

Elles se découpent en services : Le positionnement stratégique


- les services résidentiels, délivrés via les France Télécom est un groupe spécialisé dans
réseaux de téléphonie fixe, équipée ou pas en le secteur des télécommunications. Il mène par
ADSL, commercialisés sous la marque ailleurs une stratégie de différentiation vis à vis
Orange, ou France Télécom dans les pays où de ses concurrents : par l’intégration de ses
le groupe est opérateur historique. Ces services au moyen d’offres simplifiées et
services incluent la téléphonie classique, convergentes. Ce qui place l’utilisateur face à
l’Internet haut ou bas débit (12 millions de une offre intégrée de services, accessibles
clients en haut débit), la téléphonie via IP, la depuis tout terminal ou réseau Orange. Pour
visiophonie, la télévision numérique, et la mener à bien cette intégration de services,
délivrance de contenus multimédias. l’intégration se fait aussi au niveau du réseau,
- les services personnels, délivrés via les avec la Livebox, qui est le point de
réseaux de téléphonie mobile de deuxième ou convergence des terminaux : téléphone mobile
troisième génération, commercialisés sous la (avec l’offre Unik), téléphone fixe, Internet, et
marque Orange (98 millions de clients dans le télévision (Orange TV).
monde). Ces services incluent la téléphonie Le programme NExT de France Télécom vise à
mobile, et les contenus multimédia mobile. asseoir toujours davantage la stratégie du
- les services aux entreprises, plus groupe autour de cette différentiation.
spécifiquement destinés aux professionnels, Au niveau international, Orange mène une
commercialisés sous la marque Orange stratégie adaptée aux marchés locaux.
Business Services : téléphonie fixe et mobile, Source : Site Web de France Télécom
transmission de données, Internet, réseaux
locaux d’entreprises.
Source : Wikipédia

Les thèmes stratégiques


La Livebox,
Les thèmes stratégiques principaux du groupe véritable fer de
lance de la
sont l’innovation et l’intégration de ses produits stratégie de
et services. convergence de
France Télécom veut innover en matière de France Télécom.

services télécom, services client, services


réseau. C’est sous la
Le groupe veut aussi passer d’une logique marque Orange
que France
d’accès aux réseaux à une logique d’accès aux Télécom exploite
services, France Télécom mise sur le fait que le la plupart de ses
client cherchera avant tout à accéder aux services dans le
monde depuis le 1er juin 2006.
services proposés par le groupe, sans se Source : Wikipédia
Janvier 2008 Page 3
Pertinence de la stratégie de l’entreprise

France Télécom doit aujourd’hui affronter deux ces coûts, habituellement élevés, pourraient être
obstacles majeurs pour assurer son avenir ; d’un facilement amortis grâce à la taille de la clientèle
côté, il s’agit pour le groupe de rester dans la Orange potentiellement intéressée, bien plus
course de la convergence des services, aux côtés grande que celle des concurrents du groupe.
de concurrents très dynamiques (ex : SFR), en Une stratégie réellement innovante implique que
proposant une offre aussi complète que possible. l’entreprise qui l’initie prenne de l’avance sur ses
Elle doit également prendre de l’avance en concurrents, qui sera bénéfique pour sa part de
innovant, afin de faire face au renouvellement de marché et son activité. Il semblerait que la
ses offres traditionnelles qui sont déjà arrivées à stratégie présentée dans le plan NExT ne puisse
maturité, et dont le ralentissement de la pas être en mesure de donner une avance
croissance commence à peser sérieusement sur durable à France Télécom sur ses concurrents, et
l’activité du groupe : avec le déclin de l’activité de de donner au groupe suffisamment de
téléphone fixe traditionnelle, et la téléphonie dynamisme pour faire face à ses objectifs de
mobile, dont la croissance s’est ralentie et ne désendettement et de compensation de ses
permet plus désormais de compenser les mauvais offres arrivées à maturité.
résultats de la téléphonie fixe. France Télécom devrait concentrer ses efforts sur
le développement d’offres réellement simples à
En outre, France Télécom doit faire face au
comprendre et à utiliser. Cela pourrait passer par
remboursement de sa dette, ce qui constitue un
une simplification de ses offres liées à la Livebox
impératif supplémentaire dans le choix de sa
en une offre tout compris (de type “triple play”)
stratégie. C’est en partie la vocation du plan NExT.
unique, comme le font déjà de nombreux
Seulement, il semblerait que la stratégie suggérée opérateurs, à commencer par Free. Aussi, les
par le plan NExT pourrait ne pas être suffisante ; offres de téléphonie mobile sont réputées
France Télécom, actuellement seul opérateur complexes à comprendre, et côté Internet,
ayant la maîtrise de tous les réseaux de Orange pourrait proposer un appareil dédié qui
télécommunications (téléphonie fixe et mobile, permettrait au client d’aller sur Internet sans avoir
Internet, télévision numérique) ne sera bientôt plus à faire l’acquisition d’un ordinateur, pouvant par
seul, SFR étant actuellement en train d’acquérir le exemple se brancher sur la télévision (comme
réseau de téléphonie fixe de Neuf-Cegetel, qui va c’est le cas avec le projet EasyGate de Neuf
lui permettre de proposer à son tour une Telecom).
convergence fixe-mobile. Cette présence sur tous
les réseaux est une longueur d’avance pour
France Télécom, mais plus pour très longtemps.
Par ailleurs, cette stratégie ne repose sur aucune
procédé breveté ou secret, ce qui signifie qu’un
concurrent peut reprendre facilement le concept.
Ce n’est d’ailleurs qu’une évolution inévitable pour
tout opérateur de télécoms.
Enfin, l’opérateur historique ne profite pas assez
de sa large base d’utilisateurs, qui permettrait
sans doute des débouchés rentables grâce à des
services fortement margés. Cela peut être par
exemple des contenus de vidéo à la demande
obtenus en exclusivité pour Orange TV ; EasyGate, la solution de Neuf Télécom à l'accès
à leurs services sans ordinateur.

Janvier 2008 Page 4


Analyse SWOT
Étude des points forts, points faibles, menaces et opportunités du groupe France Télécom.

Points forts
Forte pénétration en France due au statut d’ancien monopole :
France Télécom, en tant qu’ancien monopole public, bénéficie d'une pénétration importante en France sur
les marchés du secteur des télécommunications.
Outre sa position dominante sur le marché de la téléphonie fixe traditionnelle, il est aussi leader sur le
marché de détail du haut débit ADSL résidentiel avec 48,6 % de parts de marché en décembre 2006
(Source : Journal du Net), et sur le marché de la téléphonie mobile avec 45,11 % de parts de marché en
métropole au 31 décembre 2006 (Source : ARCEP, Rapport annuel 2006, p 311).
Il dispose également d’une force de vente conséquente avec un important réseau d’agences. Il se
distingue ainsi de nombre de ses concurrents, notamment sur le marché des services ADSL, qui ne
disposent pas de réseau d’agences.
Cette forte pénétration, qui se traduit par un nombre important d’abonnés, pourrait constituer un pouvoir
de négociation conséquent pour France Télécom vis à vis des fournisseurs de contenus (audiovisuels et
multimédia), lui permettant de négocier des exclusivités, par exemple.

Présence sur tous les réseaux en France avec de très bonnes couvertures :
De par son statut d'ancien monopole, France Télécom est présent sur tous les réseaux de
télécommunications exploités en France, tant au niveau des réseaux terrestres (téléphonie fixe
traditionnelle, ADSL), qu'au niveau des réseaux aériens (GSM, GPRS, EDGE, 3G, 3G+). Il dispose en outre
d'un parc de hotspots Wifi.
En outre, France Télécom bénéficie d'une importante couverture sur ses réseaux aériens avec 99% de la
population couverte en GSM/GPRS/EDGE, et 66% par le réseau 3G/3G+ à fin 2007, ainsi que 30 000
hotspots Wifi (Source : Site Web Orange).
Cette présence conséquente est un avantage non négligeable, dans la mesure ou la présence sur les
différents réseaux associé à une couverture suffisante est un élément indispensable à France Télécom
pour mener à bien sa stratégie de convergence.

Société multinationale avec une forte présence en Europe :


France Télécom est une société de rang international doté de filiales dans de nombreux pays, mais c'est
en Europe que sa présence est la plus forte avec la première place en tant qu'opérateur ADSL, la seconde
place en tant qu'opérateur de téléphonie mobile et fournisseur d'accès à Internet, et la 3ème place en tant
qu'opérateur mobile. En Europe, France Télécom est présent notamment en Espagne, en Pologne, et au
Royaume Uni. (Source : Site Web France Télécom, chiffres 2006).
De par ses investissements à l'étranger, France Télécom compte aussi compenser le déclin de ses
services traditionnels, plus de la moitié de son chiffre d'affaires ayant été réalisé hors de France en 2006
(Source : Xerfi).

Janvier 2008 Page 5


Organisation de la R&D :
Avec le plan NExT, France Télécom à créé un pôle marketing stratégique s'appuyant sur trois entités
complémentaires : La R&D, le Technocentre, et l'Explocentre.
- Le Technocentre, qui regroupe des équipes formées de compétences mixtes marketing/R&D/réseaux,
est prévu pour accélérer la mise sur le marché des innovations.
- L'Explocentre, en amont du technocentre, a une vocation d'incubateur d'idées, auquel participent
conjointement clients, partenaires et membres du groupe. Il permet ainsi de développer des services en
symbiose avec les attentes du marché.
En outre, France Télécom dispose d'un réseau de 18 centres de R&D (Orange Labs) dans 7 pays,
destinés à accompagner le développement du groupe à l'international en adaptant ses services aux
marchés locaux.
Un certain nombre de sites étant également orientés vers des activités spécifiques de R&D.
Cette organisation est un avantage dans la course à l'innovation en termes de services convergents que
se livrent les opérateurs, ces services étant la clef de la réussite de demain.
Sources : Site Web France Télécom - Dossier de presse "L'innovation chez France Télécom" Janvier
2007, et Communiqué de presse du 18 Janvier 2007
EchosDuNet - http://www.echosdunet.net/news/breve_5090_inauguration+orange+labs+caire.html

Points faibles :

Une dette conséquente :


France Télécom est handicapé par sa dette récemment requalifiée en dette de court terme pour payer
moins d’intérêts.
Entre 2002 et 2005, le groupe a dû rembourser entre cinq et quinze milliards d’euros chaque année. Le
poids de la dette va donc influencer la stratégie du groupe.
Alors que le cours de l’action était de 219 euros au 2 mars 2000, il s’est effondré à 6,94 euros au 30
septembre 2002.
Suite à un plan de réduction des coûts, le groupe a obtenu pour 15 milliards d’euros de réaménagement
de la dette, 15 milliards d’euros d’augmentation du capital de la part de l’Etat, et 15 milliards d’euros
provenant d’économies en interne.
En outre, l’un des objectifs du plan NExT est de ramener le ratio d’endettement financier / MBO à une
valeur de 2 pour 2008.
L’endettement a diminué de 5 829 millions d’euros entre le 31 décembre 2005 (47 846 millions d’euros) et
le 31 décembre 2006 (42 017 millions d’euros).

Janvier 2008 Page 6


D’importantes charges de personnel:
Du fait de son passé d’opérateur public, France Télécom a des fonctionnaires dans sa masse salariale, ce
qui donne des coûts du travail élevés et rend difficile d'éventuelles restructurations.
Baisse du chiffre d’affaires des services aux entreprises et des services de communication
résidentiels :
La téléphonie fixe traditionnelle, qui recule d’environ 5% par an, crée un réel problème, les services aux
entreprises ne sont pas assez performants et la téléphonie mobile arrive a maturité.
Source : Rapport financier : http://www.francetelecom.com/fr/espaces/investisseurs/donnees/reference/
att00002335/Rapport_financier.pdf (page 7)

Opportunités :

Le plan NExT :
Ce plan doit permettre à France Télécom de s’adapter à sa nouvelle condition d’entreprise privée soumise à
la pression d’un environnement très concurrentiel ; le plan prévoit désendettement, investissement dans la
R&D et la formation, innovations, amélioration des infrastructures et une focalisation de l’entreprise dans sa
stratégie de convergence des services. En outre, le plan NExT comporte des objectifs qui devraient aider au
redressement de l’entreprise, en fixant des objectifs opérationnels ambitieux à atteindre (préciser ?).
Les acquisitions renforcent l’avantage compétitif de France Télécom :
France Télécom achète des entreprises pour permettre le développement de ses activités, il s’agit
notamment d’acquisitions :
- pour proposer des services dans d’autres zones géographiques, grâce à un réseau existant (exemple :
l’opérateur mobile Amena, racheté par le groupe en 2005 (http://www.latinreporters.com/
espagnemult27072005.html)).
- pour proposer de nouveaux services dont France Télécom ne maîtrise pas forcément le savoir-faire
(exemple : Equant, spécialisée dans les solutions de déploiement réseau pour les grandes entreprises)
- pour acquérir des technologies dans le but de concevoir de nouveaux services (exemple : création de la
joint-venture W-HA avec l’américain iPIN, spécialisée dans les solutions de paiement sécurisé en ligne,
utilisée par les services de France Télécom (contenus payants sur les boutiques en ligne du groupe,
notamment).

Croissance d’Internet chez les particuliers :


Orange est à ce jour le leader du marché de l’Internet à haut débit via l’ADSL, avec 50% de parts de marché
(Xerfi). Entre le 30 juin 2006 et le 30 juin 2007, le parc de l’Internet haut débit a cru de 28% en France, et le
chiffre d’affaires associé de 34,1% (source : http://www.arcep.fr/uploads/tx_gspublication/consul-
ADM-20082010_01.pdf , page 3).
Le marché est donc très dynamique et laisse entrevoir de belles perspectives de croissance pour les années
à venir pour les services Internet de France Télécom, et son taux de pénétration marché très important.

Janvier 2008 Page 7


Wi-Max, prochain relais de croissance pour France Télécom ?
Le groupe est actuellement en difficulté à cause de son activité de téléphonie fixe classique en fort déclin, et
des services aux entreprises qui ne sont pas suffisamment performants. La croissance plus faible
aujourd’hui de l’activité de téléphonie mobile, arrivée aujourd’hui à maturité, ainsi que de l’Internet haut débit
(toujours en forte croissance) ne suffisent pas à compenser les secteurs en crise du groupe.
Le Wi-Max peut s’avérer être une solution pour élargir le marché de l’Internet haut débit aux abonnés ne
pouvant être raccordés à l’ADSL, ainsi qu’aux clients en mobilité (http://www.journaldunet.com/diaporama/
0607-wimax/1.shtml), ce qui représenterait un fort potentiel de croissance pour le groupe.

Menaces :

* La convergence fixe/ La concurrence du secteur :


mobile se caractérise
par le roaming (passage Qu'il s'agisse de l'Internet haut débit, de téléphonie mobile, ou même et surtout
d’un point d’accès sans d'offres convergentes, la concurrence du secteur des télécommunications est une
fil à un autre lors des
déplacements sans des principales menaces que devra affronter France Télécom.
interrompre la continuité
de services) entre les
Tout d'abord Free, concurrent numéro un de France Télécom sur le marché du haut
antennes relais des débit résidentiel avec 20,3% de parts de marché à fin 2006 (Source : Journal du
réseaux téléphoniques Net), fortement intéressé par l'obtention de la quatrième licence de téléphonie
traditionnels et le réseau
fixe ADSL à travers des mobile 3G (Source : Echos du Net - http://www.echosdunet.net/news/
points d’accès wifi (hot- breve_5087_free+lorgne+toujours+sur+quatrieme+licence+mobile.html) qui lui
spots, routeurs wifi de permettrait de proposer des offres de convergence fixe/mobile*.
type Box). L’intérêt pour
l’utilisateur est que Ensuite SFR, qui s'apprête à prendre le contrôle de Neuf Cegetel, ce qui lui
quand son téléphone est
connecté à un point permettra d'être sur tous les réseaux (fixe, mobile, internet), pouvant ainsi devenir un
d’accès wifi (sur un Hot- opérateur intégré et proposer également des offres de convergence fixe/mobile (Le
Spot ou chez lui avec sa Monde.fr - Vivendi crée un nouveau poids lourd face à France Télécom - 20/12/07).
Box), il bénéficie des
offres d’abondance La concurrence de ces deux opérateurs va se révéler d'autant plus dangereuse
(appels illimités vers les
fixes, etc...) du réseau qu'elle va se jouer sur la convergence fixe/mobile, ce sur quoi dépend
ADSL tout en essentiellement la stratégie de différenciation de France Télécom.
conservant un mobile
téléphone unique. Enfin, les MVNO (Opérateurs mobile virtuels), moteurs de la concurrence sur le
marché de la téléphonie mobile avec des taux de croissance trimestriels à deux
chiffres en 2007 (atteignant même les 63% entre mars et juin), pourraient bien
profiter de la réglementation de l'ARCEP ramenant à 10 jours les délais de portabilité
d'un numéro lors d'un changement d'opérateur, frein important jusqu'alors car
constituant des coûts de transfert pour le consommateur (Source : Journal du Net -
http://www.journaldunet.com/ebusiness/mobile/actualite/0705/070511-chiffres-
mvno-arcep-operateurs-virtuels.shtml). Sans compter que des géants de la grande
distribution comme Auchan ou Carrefour se sont lancés dans l'aventure MVNO.
Avec leurs capacités d'investissement et surtout leur masse de clientèle, ils
pourraient bien se révéler à terme de redoutables challengers pour les opérateurs
historiques.
L'arrivée à maturité du secteur de la téléphonie mobile en Europe occidentale :
Avec le déclin du marché de la téléphonie fixe traditionnelle bien entamé, et l’arrivée à maturité de la
téléphonie mobile, France Télécom doit trouver de nouveaux relais de croissance et de nouvelles solutions
pour continuer de se différencier de ses concurrents. La convergence fixe/mobile est un début de
réponse au problème.
Janvier 2008 Page 8
Schéma des cinq forces

France Télécom n’ayant pas tout à fait le même environnement concurrentiel selon le marché considéré
(télécommunication haut débit résidentiel ou téléphonie mobile), nous avons donc réalisé deux schémas
des cinq forces.

Modèle des 5 forces de la concurrence appliqué à France Télécom sur le marché


français des services de télécommunication mobiles :

Le pouvoir de négociation Sinon, barrières à l’entrée du


Fournisseurs (pouvoir de relatif dépend de la masse fait du coût des infrastructures Entrants potentiels
négociation) d’abonnés, il est donc de réseau à mettre en place*. (menaces des nouveaux
Fournisseurs de contenus logiquement supérieur à celui entrants)
audiovisuels et multimédia des concurrents. MVNO essentiellement

Concurrents du secteur
(rivalité entre les firmes
existantes)
SFR, Bouygues Télécom, MVNO

Pouvoir de négociation diminué par la Clients (pouvoir de


Services de substitution concurrence des MVNO et du fait de la
(menaces de substitution) négociation)
simplification de la procédure de Pouvoir de négociation diminué
Aucun probabilité des numéros (diminution des par concurrence MVNO
coûts de transfert)

Concurrents du secteur
SFR et Bouygues Télécom ont leur propre réseau, tout comme Orange ; ce sont les “ancêtres” du
marché. Ils sont régulièrement accusés d’ ententes sur leurs prix ; en 2006, ils ont été de nouveau
condamnés à payer une amende record de 534 millions d’euros pour entente illicite. A la suite de cette
dernière condamnation, l’ARCEP décide d’ouvrir le marché français aux “opérateurs virtuels” (MVNO).
Ces opérateurs sans réseau se positionnent sur des marchés de niche : le “low-cost” qui propose une
offre identique mais moins chère (ex : Virgin Mobile); le “brand” qui cible une population spécifique avec
une marque connue (ex : NRJ mobile, Auchan mobile), ou encore le “corporate” qui concerne plutôt les
services aux entreprises.

* Source : Journal du Net - http://www.journaldunet.com/ebusiness/mobile/actualite/0705/070511-chiffres-mvno-arcep-operateurs-


virtuels.shtml)
* *MVNO : Opérateurs de Téléphonie Mobile Virtuels ; opérateurs de téléphonie mobile ne disposant pas de réseau et achetant des capacités
réseaux en gros à d’autres opérateurs ayant leur propre réseau.

Janvier 2008 Page 9


Modèle des 5 forces de la concurrence appliqué à France Télécom sur le marché
français des services de télécommunication haut débit résidentiels :

Barrières à l’entrée du fait des


Le pouvoir de négociation coûts de mise en place d’un
Fournisseurs (pouvoir de réseau, d’autant plus que le Entrants potentiels
relatif dépend de la masse
négociation) d’abonnés, il est donc secteur est dans une phase de (menaces des nouveaux
Fournisseurs de contenus logiquement supérieur à celui concentration autour de trois ou entrants)
audiovisuels et multimédia des concurrents. quatre gros acteurs (Source : Barrières à l'entrée du marché
Rapport annuel ARCEP 2006, p
280).

Concurrents du secteur
(rivalité entre les firmes
existantes)
Free, Neuf Cegetel, Numéricable,
Alice

Permettant de bénéficier des


services accessible normalement
par les réseaux terrestres (internet Pouvoir de négociation
Services de substitution au débit, VoIP illimitée vers les fixes) faible à cause de la Clients (pouvoir de
(menaces de substitution) à travers les réseaux des opérateurs concurrence importante négociation)
Services haut débit mobile de téléphonie mobile (via un et des coûts de transfert Pouvoir de négociation faible
téléphone mobile ou un ordinateur faibles.
muni d’une carte modem sans fil)
(Source : ARCEP Lettre 48).

Concurrents du secteur
Free, Neuf Cegetel, Numéricable, Alice. Un autre sérieux challenger est sur le point d'émerger : SFR qui
sera alors présent sur tous les réseaux comme France Télécom. Le marché étant très dynamique (+
34,1% de CA entre le 30 juin 2006 et 30 juin 2007), la concurrence est féroce (offres nombreuses et prix
très compétitifs). De plus, le taux de pénétration du secteur ne concernant que 44% des ménages (en
comparaison, le taux de pénétration de la téléphonie mobile aujourd’hui presque à maturité, est de 74%
en 2006), cela signifie qu’il reste encore de la marge pour le développement de ce secteur.
La guerre entre les différents concurrents n’est pas prête de s’arrêter.

Janvier 2008 Page 10


Problématique stratégique
“L’intégration des services dans le secteur des télécommunications”

Définition du concept
Exemples de convergence :
La convergence numérique résulte de la fusion
entre trois éléments essentiels : l’information - Les Box avec les offres “triple play” (Internet,
(photos, musique, documents, vidéo), le support téléphonie, télévision)
(disque dur, pellicule photo) et le transport (réseaux, - La multiplicité des contenus sur les téléphones
support physique amovible) grâce à la numérisation mobiles grâce au haut débit mobile.
des contenus.
- La convergence de la téléphonie fixe et mobile
Elle peut se traduire, concrètement, entre autres, en une seule offre qui utilise conjointement le
par la fusion d’appareils (ordinateur, télévision, réseau terrestre ADSL via des points d’accès
téléphone fixe, voire mobile) ou de réseaux wifi et les réseaux de téléphonie mobile (ex :
(télévision par câble, réseau de téléphonie fixe, Unik, Twin de Neuf Cegetel, Freephone). Offre
mobile) jusque là très différents. (2) dite “quadruple play” lorsqu’elle est cumulée au
La convergence numérique et les technologies “triple play”. (1)
réseau haut débit comme l'ADSL ou la 3G ont Sources : (1) ARCEP (Lettre 48) et (2) Wikipedia
rendu accessibles de nouveaux services à travers
les réseaux de télécommunications, devenus
intégrables. La possibilité d’intégrer ces services
dans des offres uniques est alors devenue un enjeu
stratégique pour les entreprises du secteur des
télécommunications pour se différencier par rapport
à leurs concurrents en proposant des offres
simplifiées convergentes.

Causes :
- La convergence numérique et l’évolution des technologies réseaux (comme l’ADSL, la 3G, le Wimax), qui
donnent la possibilité aux acteurs des télécoms de proposer des offres plus riches et de les intégrer
- Services traditionnels arrivés à maturité (d’abord téléphonie fixe, puis aujourd’hui mobile)
- Comportement de mimétisme vis-à-vis des concurrents

Objectifs et Enjeux :
Il s’agit de proposer des offres simplifiées de services convergents dans le but de :
- Se différencier vis à vis de la concurrence
- Améliorer ou conserver la compétitivité
- Compenser le déclin des services traditionnels

Janvier 2008 Page 11


Contraintes de mise en oeuvre :
La principale contrainte pour mettre au point une stratégie de convergence est la maîtrise des réseaux et
des technologies, qui réside dans le fait de :
- Disposer des réseaux et des technologies (fixe, mobile, parc de hotspots wifi, ADSL, 3G, etc...)
physiquement ou en achetant en gros du volume de connexion à des acteurs des télécoms disposants de
leurs propres réseaux (Opérateurs de téléphonie mobile virtuels (MVNO), achat de capacités DSL par des
opérateurs mobile, etc...).
- Disposer d’une couverture suffisante sur ces réseaux.
- Adapter les réseaux (difficultés sur le plan technique : intégrer différents flux dans un réseau unique
pouvant utiliser différentes technologies haut débit interconnectées, intégration de réseaux pouvant êtres
de générations différentes, maîtrise de la continuité de service lors de la bascule d’un réseau à un autre,
choix de nouveaux protocoles, standards, etc...).

Mise en oeuvre pour France Télécom - Il comprend aussi le déploiement en 2006 d’un
portail unique et simplifié d’accès aux services
Les principales offres convergentes : pour l’utilisateur, accessible depuis un ordinateur
mais aussi via d’autres terminaux comme les
- La Livebox et la Livebox Pro, fer de lance de la téléphones mobiles.
stratégie de convergence de France Télécom, lancée - En outre, toutes les activités mobiles, haut débit,
en septembre 2004 en réponse à la Freebox de Free, multi-services, et entreprises seront réunies sous
et qui réunit en un seul boîtier un terminal de la marque unifiée Orange au niveau international
téléphonie fixe, Internet, et de télévision numérique. (effectif au 1er juin 2006).
- Unik, un téléphone mobile qui réalise la convergence - Il prévoit également d’unifier la gestion des
fixe/mobile, car en plus de se connecter au réseau de réseaux, d’adapter les systèmes d’information
téléphonie mobile d'Orange, permet de bénéficier pour plus de réactivité, et un service client unifié
des services illimités du fixe en se connectant en Wi-fi avec un point de contact unique pour toutes les
à la Livebox du client lorsqu'il est à son domicile, offres.
ainsi qu'aux hotspots Wi-fi Orange en utilisation
nomade. - Enfin, il met en place une politique de R&D, avec
la création d’un nouveau centre d’innovation
- Business Everywhere, pour les professionnels, qui (explocentre) et d’un centre commun de
permet d’accéder depuis son ordinateur portable en développement de produits (technocentre), et un
nomade à Internet et au réseau Ethernet de son investissement pouvant aller jusqu'à 2% du CA
entreprise en utilisant les réseaux disponibles (GPRS, du groupe, afin de développer de nouvelles
EDGE, 3G, 3G+, RTC, ADSL, Wi-fi via les hotspots solutions innovantes en matière de convergence.
Orange) et avec un mot de passe unique. Source : Site Web France Télécom, dont Communiqué de
Source : Site Web Orange presse du 29/06/05 annonçant le plan NExT

Le plan NExT : Orange, symbole de la convergence :

Le 29 Juin 2005, France Télécom lance le plan NExT Le 1er juin 2006, tous les services proposés par
(Nouvelle Expérience des Télécommunications) visant France Télécom, à l’exception de la téléphonie fixe
à créer “un univers de services enrichis et simplifiés et traditionnelle, sont désormais vendus sous la
au Groupe afin de poursuivre sa transformation marque Orange. Ce symbole marque la volonté de
d'opérateur intégré” : convergence des services, des offres, et de leur
unification sous une seule et même marque.
- Ce plan prévoit notamment de développer une Source : Site Web France Télécom
nouvelle offre de services convergents et innovants.
Janvier 2008 Page 12
Cessions : Adaptation des réseaux :
Le 7 juin 2006, France Télécom annonce la cession Dès 2003, France Télécom a lancé la
totale de sa filiale d’annuaires PagesJaunes, en dépit de migration vers l’architecture de réseau
ses très bons résultats : CA de 209,4 millions d’euros au de type IMS (IP Multimedia
premier trimestre 2006, avec des prévisions de Subsystem) standardisée. Cette
croissance annuelle du résultat comprises entre 6,5 et standardisation va permettre à tous
8,5% (source : Journal du Net http:// les terminaux (fixes ou mobiles) de
www.journaldunet.com/0606/060608- communiquer selon les mêmes
pagesjaunes.shtml). Cette cession est motivée par la normes et d’unifier le système de
volonté de France Télécom de concentrer sa stratégie facturation. La convergence s’effectue
entièrement sur la convergence numérique, l’édition aussi au niveau du réseau.
d’annuaires et la tenue d’une régie publicitaire étant Source : Site France Télécom
considérés comme hors du coeur des compétences du
groupe. Le groupe annonce également par ailleurs la
cession de ses activités de communication par satellite
(MSC) (DegroupTest).

Facteurs Clefs de succès :


- Présence et couverture importante sur tous les réseaux
- Forte pénétration et force de vente du fait du statut d'opérateur historique (compense des tarifs peu
compétitifs face à des concurrents qui profitent de la convergence pour baisser leurs prix)
- Marque unifié forte
- Efforts de R&D

Janvier 2008 Page 13


Annexes

Effectif du comité de Direction Générale

Source : Site Web de France Télécom

Janvier 2008 Page 14


Effectif du Conseil d’Administration

Administrateurs élus Administrateurs Administrateurs


par l’Assemblée représentant l’État représentant le
Générale personnel

Didier Lombard Bruno Bezard Hélène Adam


Président Directeur Directeur Général de
Général de France l’Agence des Participations
Télécom de l’Etat

Bernard Dufau Jacques de René Bernardi


Ancien PDG d’IBM France Larosière
Conseiller à BNP Paribas

Claudie Haigneré Henri Serres Jean-Michel Gaveau


Conseillère du Directeur Directeur Général des
Général de l’ESA (Agence Systèmes d’Information et
Spatiale Européenne) de Communication au
Ministère de la Défense

Arnaud Lagardère Stéphane Tierce


Gérant et Associé (représente le personnel
commandité de Lagardère actionnaire)
SCA

Henri Martre Jean-Paul Gristi


Président d’Honneur de la (représente le Comité
Société Aérospatiale Central d’Entreprise)

Marcel Roulet
Président d’honneur de
France Télécom

Jean Simonin
Maire et Vice-Président
d’une Communauté des
communes
Source : Site Web de France Télécom

Janvier 2008 Page 15


Bibliographie

- Site Web du Groupe France Télécom (http://www.francetelecom.com/fr/)


- Site Web Orange (http://www.orange.fr/)
- Site Web de l’ARCEP (http://www.art-telecom.fr/)
- Le Journal du Net (http://www.journaldunet.com/)

- Les Echos du Net (http://www.echosdunet.net/)

- Le Monde.fr (http://www.lemonde.fr/)

- Etude Xerfi (code : 6ENT31) : “Etude de Groupe : France Telecom”


- Etude Xerfi (code : 7XSAE01) : “Les Groupes de Télécommunications en Europe”
- Wikipedia : France Télécom (http://fr.wikipedia.org/wiki/France_Telecom)
- Wikipedia : Orange (société) (http://fr.wikipedia.org/wiki/Orange_%28societe%29)
- Wikipedia : Convergence Numérique (http://fr.wikipedia.org/wiki/Convergence_numerique)
- Wikipedia : Triple Play (http://fr.wikipedia.org/wiki/Triple_play)

Janvier 2008 Page 16