Vous êtes sur la page 1sur 36

Institut supérieur des Sciences Appliquées et Économiques- Université Libanais

ISSAE – Cnam Liban


Centre du Liban associé au

Conservatoire national des arts et métiers - Paris

Projet information et communication pour l’ingénieur génie civil (ENG222)

Justification Détaillée d'un pré-mur.

Membres du jury : Monsieur F. GUILLEMARD


Monsieur W. LARBI
Monsieur E. EL HACHEM
Monsieur M. EL RASSI
Monsieur R. ASSAF

Réalisé par :
Daoud El Soury (1263 bek)

2017 – 2018
Institut supérieur des Sciences Appliquées et Économiques- Université Libanais
ISSAE – Cnam Liban
Centre du Liban associé au

Conservatoire national des arts et métiers - Paris

Projet information et communication pour l’ingénieur génie civil (ENG222)

Justification Détaillée d'un pré-mur.

Membres du jury : Monsieur F. GUILLEMARD


Monsieur W. LARBI
Monsieur E. EL HACHEM
Monsieur M. EL RASSI
Monsieur R. ASSAF

Réalisé par :
Daoud El Soury (1263 bek)
2017 – 2018
Sommaire

Introduction ............................................................................................................................................ 2
CHAPITRE 1 : Conception d’un pré-mur ................................................................................................. 3
1.1) Définition d’un pré-mur ......................................................................................................... 3
1.2) Les caractéristiques de pré-murs .......................................................................................... 4
a) Description ................................................................................................................................ 4
b) Liaisons entre différents éléments de pré-mur ........................................................................ 6
c) Utilisation des treillis raidisseurs .............................................................................................. 6
d) Dimensions ................................................................................................................................ 7
1.3) Etanchéité des pré-mur ......................................................................................................... 7
1.4) Les différents types de pré-murs ........................................................................................... 8
1.5) La fabrication ......................................................................................................................... 9
1.6) Devoirs de l’utilisateur et La mise en œuvre d’un pré-mur ................................................10
CHAPITRE 2 : Justification détaillée de la stabilité d’un pré-mur sur appui et en travée : ..................11
2.1 Étude détaillée des pré-murs ..................................................................................................11
2.1.1. Forme ................................................................................................................................11
2.1.2. Caractéristiques géométriques de la section ...................................................................11
2.1.3. Méthode de ferraillage.....................................................................................................12
CHAPITRE 3 : exemple de calcul ...........................................................................................................20
Conclusion ............................................................................................................................................31
Bibliographies .......................................................................................................................................33
Introduction

Il y a longtemps, l'homme recherche la perfection, c'est pourquoi il s'est dépêché de


développer et d'inventer des choses qui l'aident à atteindre ses objectifs et à faciliter
sa vie. Pour cette raison nous avons atteint ce stade de développement. Si nous
voulons parler géométriquement, nous pouvons mentionner les progrès du mur au
cours des dernières années.

Les ouvrages de soutènement sont des travails courants de génie civil, qui sont
construits en nombre pour des usages variés que le blindage des fouilles pour la
construction d'ouvrages souterrains (voirie, parking, soubassement d'immeubles...)
La détermination des forces agissantes parmi le sol et les ouvrages de
soutènement est une étape très importante dans l'ingénierie géotechnique.
Une conception sécuritaire d'un écran de soutènement nécessite des connaissances
profondes des pressions de terre active et passive.

Par définition, un mur de soutènement est destiné à tenir les terres dans un espace
restreint afin de répondre à différents besoins humains.

Mon stage comprenait des pré-murs alors que mes connaissances sur ce type de
construction sont limitées, pour cela j’ai décidé d’approfondir dans ce rapport sur ce
type d’ouvrage.

Le travail présenté dans ce rapport aborde la problématique de la stabilité d’un pré-


mur de soutènement aux appuis et en travée sur les pressions des terres. En
pratique, ce rapport est divisé en trois chapitres :

Dans le premier chapitre, je définis le pré-mur en exposant ces types, ces


caractéristiques, ces dimensions avec la conception de la mise en œuvre.
Dans le deuxième chapitre, je détaille l’étude du pré-mur qui comprend une
justification détaillée de sa stabilité sur appui et en travée.
Dans le dernier chapitre, je présente un exemple numérique en illustrant les
notions de l’étude en terminant par énumérer les avantages et les inconvénients
de ce pré-mur. Et pour faire cette justification, j’ai utilisé les Eurocodes qui
regroupent les normes européennes et qui présentent des méthodes de calcul
permettant de vérifier « la stabilité et le dimensionnement » des pré-mur.

2|Page
CHAPITRE 1 : Conception d’un pré-mur

1.1) Définition d’un pré-mur

Le procédé de mur à coffrage intégré est constitué de deux parois minces en béton
armé préfabriquées, soutenues espacées par des raidisseurs métalliques verticaux,
servant de coffrage en œuvre à un béton prêt à l’emploi, pour réalisation de murs
encastrés ou articulés. Des aciers de liaison sont introduits en œuvre dans le béton
coulé sur place, les panneaux de coffrage sont associés à des éléments structuraux
complémentaires préfabriqués ou coulés sur place auxquels ils sont reliés par des
aciers de continuité pour fabriquer des poutres-voiles, poteaux ou poutres.
Lorsque cela est nécessaire, soit par un doublage intérieur isolant soit par un
système d’isolation thermique par l’extérieur ils peuvent être complétés en œuvre.
Les panneaux sont destinés à la réalisation de murs intérieurs et de murs
extérieurs. Les menuiseries peuvent être rapportées en œuvre. Les huisseries
métalliques sont incorporées.
Le choix de l’épaisseur et de la position relative des parois du pré-mur permet de
s’adapter aux besoins du chantier.

A propos des revêtements, la paroi extérieure en béton est complétée par une
couche mince type peinture ou du système d’isolation extérieure.
Intérieurement, on distingue les finitions classiques sur béton lisse ou finitions
classiques sur un isolant selon le cas.

Le composition d’un pré-mur se simplifier par cette figure.

Figure 1 : composition d’un pré-mur

3|Page
1.2) Les caractéristiques de pré-murs

a) Description

Le pré-mur est un élément partiellement préfabriqué en usine comprenant deux


voiles minces en béton armé d’épaisseur 4,5 à 7,5 cm parfois 10 cm, maintenues
espacées par un système de treillis raidisseurs verticaux et un espace (noyau)
rempli sur chantier par du béton. Le béton de remplissage du noyau est conforme
aux spécifications du projet, La résistance caractéristique 𝑓𝑐𝑘,𝑛 en compression à
28 jours est au moins de 20𝑀𝑃𝑎, soit pour un noyau d’épaisseur inférieure ou
égale à 9 cm, utilisation d’un micro-béton avec une dimension nominale
supérieure du plus gros granulat égale à 10 mm, soit pour un noyau d’épaisseur
strictement supérieure à 9 cm, utilisation d’un béton avec une dimension nominale
supérieure du plus gros granulat égale à 16 mm, Les pré-murs comprennent des
avis permettant le levage en sécurité (cablettes ou crochets de levage) et
l’étaiement. Chaque peau préfabriquée comporte un lit de barres vertical,
horizontal et des raidisseurs de HA6 disposés tous les 60 cm au maximum. Les
armatures disposées dans la partie coulée en œuvre a un rôle de liaisonner entre
eux les panneaux et de faire un recouvrement avec les armatures intégrées dans
les voiles préfabriqués, le pré-mur sera coulé avec du béton prêt à l’emploi.
Les raccords des pré-murs suivant leur forme :

Figure 2 : Pré-mur et différant type de raccord

4|Page
Il y a trois forme des panneaux :
Le premier de base qui est constitué de deux parties en béton de même dimension.
Le deuxième pour supporter la prédalle, la première paroi est fabriquée à la
hauteur de support et sert de coffrage latéral à la dalle alors que la deuxième paroi
compense la hauteur de la dalle finie.
La troisième forme s’appelle élément de raccord décalé entre pré-murs, constitue
des raccords verticaux entre faces internes et faces externes sont décalés.
Voici la figure qui résume les différentes formes de panneaux :

Figure 3 : différentes formes de panneaux

Tous les raccords des pré-murs soit classique ou aux côtés décalés, sont remplis
d’une corbeille d’armatures supplémentaires sera descendue dans l’espace de la
jonction pour assurer la solidité requise, comme indique la figure.

Figure 4 : raccords des prés-murs.

5|Page
b) Liaisons entre différents éléments de pré-mur

Le raccord de deux pré-murs soit alignés soit de coin s’effectue à l’aide d’une armature
de liaison, placée dans la cavité entre les deux parois des pré-murs.
En fonction des exigences de la stabilité, Cette armature de liaison peut être réalisée,
soit de treillis soudé ou encore par des étriers assemblés.
On prêtera attention à la position des armatures de liaison de manière à éviter une
collision entre l’armature de liaison et les raidisseurs.
Par une précise conception, les pré-murs se confort à tous les types de raccords
imaginables. Voici quelques modèles :

Figure 5 : Liaisons entre les éléments de pré-mur

c) Utilisation des treillis raidisseurs

Les armatures de chaînages périphériques sont intégrées dans les parois préfabriqués des
pré-murs. Les U de fermeture constructifs sont remplacés par des treillis raidisseurs. Les
ferraillages naturalistes constitués de cadres, d’épingles ou d’étriers, pourront également
être réalisés dans les pré-murs à l’aide de treillis raidisseurs.
Les U, épingles, cadres et étriers constructifs sont remplacés par des treillis raidisseurs.
La section d’armatures équivalente 𝐴𝑠,𝑒𝑞 par mètre linéaire est calculée à partir de
l’effort résistant 𝐹𝑠 au niveau du plan de cisaillement oblique.

Figure 6 : forme de la treillis raidisseurs

6|Page
d) Dimensions

Les pré-mur de hauteur élevé sont réalisables en usine mais difficiles à mettre en œuvre
à cause du flambage de l’élément élancé. Constatons que les dimensions des pré-murs
varient selon les cas des fournisseurs. Cependant qu’on peut récapituler les dimensions
des pré-murs dans le tableau précédant :

Dimensions du pré-mur
Dimensions minimales 0,5m x 1,0m
Dimensions maximales 3,80m x 12,36m
Epaisseur 16 à 50cm
Poids moyen 250 à 400 kg/m²

Les parois préfabriquées, sont réalisées dans un béton de forte compacité C35/45
minimum (de ciment moins de pores), sont appelées aussi « peaux ».

L’épaisseur des peaux varie suivant l’épaisseur totale du voile et le diamètre de l’acier en
prenant en compte l’enrobage des aciers. Voici le tableau qui montre les caractéristiques
des peaux préfabriquées :

Caractéristiques des peaux préfabriquées


Epaisseur des peaux 4,50 à 7,50 cm
Résistance caractéristique
C35/45
en compression (MPa)
Classe d’exposition XF1 à XA3

1.3) Etanchéité des pré-mur

L’obtention de l’étanchéité en partie courante des parois posent habituellement peu de


problème. Les difficultés se présentent davantage au droit des nœuds où différentes
parois se rencontrent mais également au droit desquelles différents corps de métier
doivent se succéder.
Un système de drainage peut être envisagé pour éviter les infiltrations liées aux
accumulations temporaires d’eau contre les constructions. Ces accumulations
temporaires sont liées aux infiltrations des eaux de surface.
L'étanchéité décrit les moyens mis en œuvre pour s'assurer que les éléments naturels
extérieurs (pluies, vent) ne viennent pas mettre en péril les pré-murs.
Tout d’abord, le pré-mus a été recouvert par à l’aide d’enduit spéciale et sans retrait qui
le protège contre l’humidité, ensuit les joints des panneaux sont réaliser par de bandes
collantes spéciales (asphalte, polystyrène…).

7|Page
1.4) Les différents types de pré-murs

Les pré-murs se composent en deux types : le pré-mur « courant » et le pré-mur


isolé.
Le pré-mur « courant » correspond à deux peaux bétons (reliés par des raidisseurs)
faisant un ensemble de coffrage.
Alors que le pré-mur isolé, est dérivé d’un pré-mur courant, mais il permet de limiter
la consommation énergétique des bâtiments. L’idée est donc d’intégrer un isolant à
l’intérieur des deux peaux préfabriquées en béton, maintenu par des connecteurs
reliant ces deux dernières.
La composition des connecteurs comprend de fibre de verre et moulé de
thermoplastique qui ont pour rôle de garantir le bon écartement des deux parois. Les
raidisseurs ne sont maintenus que sur la paroi intérieure pour éviter les ponts
thermiques.

Figure 7 : Pré-mur isolé Figure 8 : Pré-mur courant

8|Page
1.5) La fabrication

La fabrication des pré-murs est appelé les techniques de préfabrication lourde,


Réalisé en usine de manière semi-automatique. L’usine travail en circuit fermé tous
les tables métalliques se déplacent automatiquement aux différents postes de
travail. De plus, l’usine fonctionne en continuité, le bétonnage et le coffrage sont
des opérations automatisées alors que le ferraillage peut être fait manuel suivant
les usines.

Une fabrication du pré-mur prend trois jours grâce à l’étuve. Le stockage du pré-
mur à 28°C pendant 8 heures, permet de durcir au jeune âge le béton.

Voici, le processus de fabrication se déroulant sur trois jours :

 Jour 1 : Coffrage, ferraillage et bétonnage de la première peau puis séchage


à l’étuve pendant 8h.
 Jour 2 : Coffrage, ferraillage, bétonnage de la deuxième peau.
Retournement de la première peau sur la seconde puis séchage à l’étuve
pendant 8h.
 Jour 3 : Décoffrage et stockage des pré-murs sur des racks, box ou sur des
palettes.

Figure 9 : Retournement en usine d'une peau de pré-mur.

9|Page
1.6) Devoirs de l’utilisateur et La mise en œuvre d’un pré-mur

L’utilisation d’un tel technique doit respecter les plans architecturaux en réalisant
l’ouvrage, avec un bureau technique pour réaliser une étude structurelle et
dimensionner l’ouvrage. Le résultat se traduit par la production d’un bon coffrage
et ferraillage à l’aide de notes de calculs et de plans d’exécution. Pour ce faire
l’utilisateur s’adresse à une usine spécifique pour qu’il interprète en donnant ses
exigences et ses contraintes sur un document.
A propos de l’exécution sur chantier, l’usine envoie les panneaux à l’aide des
camions spéciaux de transport stocker à plat. La grue doit être prêt pour tenir
compte du poids de chaque pré-mur. Le sol au-dessous des panneaux doit être lisse
et a même niveau. Les aciers de continuité seront contrôlés de même espacement
et d’une façon d’entrer dans le vide des 2 peaux pour assurer le recouvrement. Les
pré-murs prennent sa place. Les aciers qui lient les deux panneaux sont fabriquer
sur place et immerger au fin dans le vide des deux peaux. Avant le coulage du
béton, on utilise un fil a plombe parallèle au parois pour assurer la verticalité du
pré-mur. Après coulage du béton les aciers de continuité seront doute dans le
béton pour assurer la continuité du mur s’il y a lieu.

Figure 10 : Pré-mur sur chantier

10 | P a g e
CHAPITRE 2 : Justification détaillée de la stabilité d’un pré-mur sur appui et
en travée :

Comme tous éléments structuraux, les pré-murs sont dimensionnés et calculés


selon les règles usuelles de résistance des matériaux. Ce pré-mur existe dans le
sous-sol d’un bâtiment, il est soumis à des charges verticales dues à la dalle qui
support un jardin et des charges horizontales dues au remblais qui support un
immeuble de 10 étage. Donc, le calcul se fait comme un mur courant d’où un calcul
en flexion composée d’une poutre.
Notons que cette dernière est étudiée selon une poutre de bande 1 mètre encastré
par le radier en bas et appuyée en haut par la dalle.

Figure 11 : réalisation sur papier d’un Pré-mur

2.1 Étude détaillée des pré-murs

2.1.1. Forme
L’objectif essentiel des pré-murs réalisés en éléments fabriqués en usine est de
choisir une forme optimisée qui est à la fois résistante en statique et en
dynamique, économique et facile à mettre en œuvre afin de réduire les délais de
la construction.

2.1.2. Caractéristiques géométriques de la section

Le calcul de pré-mur se ramène au calcul d’une poutre verticale de 1m de largeur


avec h l’épaisseur du pré-mur et d’une portée égale à la hauteur de l’étage,
recevant des charges permanentes G et des charges d’exploitation Q.

11 | P a g e
2.1.3. Méthode de ferraillage

a. Armatures d abouts de flexion :


Vérification de l’existence d’un effet du second ordre :

Commençons par la longueur du flambement 𝑙0 est calculé suivant l’articulation


de l’élément, ici on ait dans le cas d’une encastrement en pied et articulation en
tête, alors que 𝑙0 = 0.7𝑙 avec 𝑙 longueur libre de l’élément.
𝐼 𝑙0
𝑖 = √ ; C’est le rayon de giration de la section de béton non-fissurée, et ʎ =
𝑆 𝑖

c’est l’élancement de l’élément.


Si ʎ ≤ ʎlim , pas d’effet de second ordre.
Si ʎ > ʎlim , nous devons calculer les effets du second ordre.
20.𝐴.𝐵.𝐶
Avec : ʎ𝑙𝑖𝑚 =
√𝑛
Et :
1
 A= si φef inconnu, on prend A = 0,7 ce qui correspond à φef = 2.
1+0,2.φef
As .fyd
 B = √1 + 2. ω avec ω = qui correspond au ratio mécanique d’armatures. Si
Ac .fcd
ω est inconnu, on prend B = 1,1.
M01
 C = 1,7 − rm avec rm = qui correspond au rapport des moments du premier
M02
ordre. Si rm est inconnu, on prend C = 0,7.
NEd
 n= .
Ac .fcd
 M2 : Moment nominal du second ordre. M2 = NEd . e2
 NEd : Effort normal agissant de calcul.
1 l2
 e2 : Excentricité du second ordre avec e2 = . 0 , et :
r c
 l0 : Longueur de flambement.
8 pour un moment constant
 c={
10 autres cas
1
 : La courbure est calculée d’après la formule suivante :
𝑟
1 1
 = Kr . Kφ. , avec :
r r0
1 εyd fyd
 = Et εyd = .
r0 (0,45.d) Es
 K r : Coefficient de correction qui dépend de l’effort normal calculée d’après la
formule suivante :
nu −n
 Kr = ≤1
nu −nbal

12 | P a g e
NEd
 n=
Ac .fcd
 nu = 1 + ω
As .fyd
 ω=
Ac .fcd
 nbal = 0,4
 K φ : Coefficient qui tient en compte le fluage calculé d’après la formule suivante :
 K φ = 1 + β. φef ≥ 1
fck λ
 β = 0,35 + −
200 150

Le moment de calcul sera : MEd = M0Ed + M2


Avec :
 M0Ed : Moment du premier
 M0Ed = (e0 + ei ) × NEd , avec :
 NEd : Effort normal agissant de calcul.
MEd
 e0 : Excentricité du premier ordre avec e0 = .
NEd
l0
 ei : Excentricité additionnelle dus aux imperfections géométriques avec ei = ≤
400
2cm.

Calcul du moment Mua :

A ramener le moment au centre de gravité des aciers tendues :


h
 Mua = M0Ed + NEd × (d − )
2

Vérification si la section est partiellement comprimée :

La section est partiellement comprimée si μcu est inférieure à μBC avec :


 μBC : moment réduit pour qu’une section soit entièrement comprimée (xu=h).
h h
μBC = 0,8. . (1 − 0,4. )
d d
 μcu : Le moment réduit de la section.
Mua
μcu =
bw . d2 . fcd
Le calcul des armatures est dimensionné en flexion simple puis ramené en
flexion composée.
Si μcu < μlu : pas de nécessité d’armature de compression.

13 | P a g e
a. Calcul des aciers tendus en flexion simple :
 Calcul de αu = 1,25(1 − √1 − 2μcu )
 Calcul de bras de levier : zc = d(1 − 0,4αu )
Mua
 Calcul de la section d’armatures : Aflex,smpl =
zc .fyd

b. Calcul des aciers en flexion composée :


A′ = A′
En flexion composée, on a : {A N
flex,comp = Aflex,smpl − σs

c. Vérification pourcentage minimal :


fct,eff
0,26 × . bw . d
As,min = Max { fyk
0,0013. bw . d
Avec :
 fct,eff = fctm : si la maitrise de fissuration est requise.
h
(1,6 − ) × fctm
 fct,eff = fctm,fl = max { 1000 Dans les autres cas
fctm

b. Les armatures horizontales à l’effort tranchant :


1
Crd,c . K. bw . d(100. ρL. fck )3 + K1 . σcp
Vrd,c = max {
(νmin + K1 . σcp )bw . d

Avec :
0,18
 Crd,c = Pour l’annexe nationale française.
γc

200
 K=1+√ ≤ 2 Avec d exprimé en mm.
d

 bw : Epaisseur du pré-mur.
 d : La hauteur utile.
AsL
 ρL = ≤ 0,02 avec AsL section des armatures longitudinales.
bw .d
 K1 = 0,15 Dans l’annexe nationale française.
NEd
 σcp = ≤ 0,2. fcd : La contrainte normale agissant sur la section du béton.
Ac
0,053 ⁄ 1 2
 νmin = . 𝐾 3⁄2 . fck Pour les poutres.
γc

Si VEd < Vrd,c : pas besoin de disposer des armatures de l’effort tranchant.

Si VEd ≥ Vrd,c : nécessité d’armatures à l’effort tranchant.

14 | P a g e
Détermination des armatures d’effort tranchant :

On considère que la section à pour dimension bw × Lw et les armatures d’effort


tranchant sont à 90° .

Asw
VRd,s = . Zu . fywd . cotθ
s
Avec :
 Asw : Aire d’un cours d’armatures transversales.
 zu : Le bras de levier.
 Ɵ : angle des bielles de béton à 45°.

Asw VEd .tanθ


Calcul des armatures : =
s zu .fywd

Pourcentage minimal d’armatures à l’effort tranchant :

Asw
≥ ρw,min . bw . sinα
s
0,08√fck
 Avec : ρw,min =
fyk

Répartition selon la méthode de Caquot :

La méthode de Caquot est une détermination forfaitaire des espacements des


armatures horizontales basés sur une série d'espacements disponibles, appelée "série
de Caquot".

Soit 𝑙0 sur laquelle nous allons répartir les armatures transversales. Cette longueur
correspond à la distance par rapport à l’appui où l’effort tranchant s’annule. Ce qui
explique dans la figure précédant.

Figure 12 : la distance 𝒍𝟎 d’une poutre

15 | P a g e
Pour appliquer la méthode de Caquot, il suffit de suivre les étapes suivantes :

 L’écartement initial 𝑠0 est calculé, à partir de la section 𝐴𝑠𝑤 définie par le


calcul.
𝑠
 Le premier cadre est disposé à environ 0 du nu de l’appui.
2
 L’espacement des armatures doit être choisie dans la liste suivante que l’on
appelle « série de Caquot » : 7-8-9-10-11-13-16-20-25-35-40-60 en cm.
 On détermine un coefficient de répétition « n » pour la 1ère série
d’espacements et les séries suivantes :
𝑑
o Pour la 1ère série : 𝑛 = 𝑙0 ′ + avec 𝑙0′ = 𝑙0 − 𝑑
𝑠0
o Pour les séries suivantes : 𝑛 = 𝑙0′
 Si le nombre de répétition obtenu n’est pas entier, ont arrondi à la valeur
immédiatement supérieure.
 On répète successivement n fois chacun des espacements de la série jusqu’à
l’abscisse d’effort tranchant nul. Si la dernière série va au-delà de l’abscisse
d’effort tranchant nul ou s’arrête trop loin de cette même abscisse, on reprend
la série de Caquot avec un espacement initial (1ère série) plus petit.
 Il faut faire cette répartition en partant de l’appui gauche puis de l’appui droit
de la travée (sauf si cette dernière est symétrique).

L’effort tranchant maximal résistant dans les bielles de béton comprimées :

L’effort tranchant résistant des bielles de béton comprimé avant écrasement des
bielles de compression est calculée par la formule suivante :
αcw . ν1 . fcd . zu . bw
VRd,max =
cotθ + tanθ
 ν1 : Coefficient de réduction de la résistance du béton fissuré à l’effort tranchant.
fck
ν1 = 0,6. [1 − ] Mais dans les cas où on limite la contrainte de l’acier à
250
fyk
0,8. fck au lieu de la valeur de v1 sera modifié de la façon suivante
γs
 v1 = 0,6 pour fck ≤ 60Mpa
fck
 v1 = 0,9 − > 0,50 pour fck > 60Mpa
200
 Le coefficient αcw : Il considère le fait d’une extérieure compression qui tend à
renfermer les fissures :
σcp
 αcw = [1 + ] pour 0 < σcp ≤ 0,25 fcd
fcd
 αcw = 1,25 pour 0,25 fcd < σcp ≤ 0,5 fcd
σcp
 αcw = 2,5 [1 − ] pour 0,5 fcd < σcp ≤ 1,00fcd
fcd
NEd
Avec σcp = .
AC

16 | P a g e
Valeur maximale de l’effort tranchant en pied du pré-mur :

A savoir que l’effort tranchant en pied du pré-mur ne doit pas dépasser la limite de
l’effort tranchant résistant :
fck
VRd = 0,3 (1 − ) . αcw . bw . d. fcd
250
Si cette condition (VEd ≤ VRd ) n’est pas vérifiée , on redimensionne le pré-mur ou
on augmente la qualité du béton.

Dispositions de chaînages

Comme nous avons déjà vue qu’à l’extrémité de chaque panneau il y a une
espace vide pour qu’on puisse immerger les armatures de liaison ou chainage
entre les panneaux.
Les chaînages verticaux, y compris ceux bordant les ouvertures, sont composés
de 4HA12, avec des cadres en diamètre de 8mm espacés d’au plus 10 cm. Les
armatures horizontales sont HA10.
Ces chainages verticaux n’ont pour rôle que d’assurer la liaison et la solidarité
entre les différents panneaux.

Vérification de la résistance au cisaillement au droit du joint

La valeur de calcul de la contrainte de cisaillement au droit du joint est donnée par


l’expression suivante :
VRd,i = c × fctd,n + μ × σn + ρ × fyd × (μ. sin α + cos α) ≤ 0.5 × V × fcd,n
Avec :
fcd,n :La valeur de calcul de la résistance en compression du béton du noyau coulé en
place.
fctd,n :La valeur de calcul de la résistance en traction du béton du noyau coulé en place.
fyk
fyd :La limite d’élasticité de calcul de l’acier de béton armé égale à γs
V : le coefficient de réduction de la résistance du béton. Il est donné par l’expression
fck,n
suivante V = 0.6(1 − )
250
σn : La contrainte engendrée par la force normale externe minimale à l’interface
susceptible d’agir en même temps que l’effort de cisaillement
As
ρ= (As la section d’armatures de liaison traversant l’interface et Ai l’aire du joint)
Ai
α: L’angle d’inclinaison de l’armature de couture par rapport au contour de liaison (90°)
C et μ dépendant de la rugosité de l’interface correspondent au cas d’une surface de
reprise de type « lisse ».

17 | P a g e
Choix des treillis raidisseurs

sin 𝛼 . cos 𝛽
𝐴𝑠,𝑒𝑞 = 4. 𝐹𝑆 . /𝑓𝑦𝑘
𝑆𝑡
Avec :
𝐹𝑆 : effort résistant au niveau du plan de cisaillement oblique calculé de la manière
suivante :
𝐹𝑆 = 𝑀𝑖𝑛(𝐴𝑟𝑎𝑑,𝐷𝑖 . 𝑅𝑒,𝐷𝑖 ; 𝐹𝑤 )
𝑓𝑦𝑘 : limite caractéristique d’élasticité de l’acier des épingles
𝑅𝑒,𝐷𝑖 : limite apparente d’élasticité de la diagonale du treillis raidisseur
𝐴𝑟𝑎𝑑,𝐷𝑖 : section de la diagonale du treillis raidisseur
𝐹𝑤 : résistance garantie de la soudure des sinusoïdes sur les armatures longitudinales du
treillis raidisseur
𝛽 : angle d’inclinaison des diagonales dans le plan transversal.
𝛼 : angle d’inclinaison des diagonales dans le plan longitudinal.

Les recouvrements des barres

L’objectif du recouvrement des barres :


 Transmettre l’effort de traction ou de compression
 Éviter l’éclatement du béton au voisinage des jonctions
 Éviter une fissuration préjudiciable

On considère que la transmission des efforts se fait par compression de bielles de


béton inclinée à 45° :

Figure 13 : recouvrements des barres


Avec :
 La longueur physique du recouvrement 𝑙0 .
 La longueur effective ou longueur d’ancrage de calcul 𝑙𝑏𝑑 .
 La distance entre les deux barres C.
La longueur de recouvrement de calcul vaut :
𝑙𝑏𝑑 = 𝛼1 𝛼2 𝛼3 𝛼4 𝛼5 𝛼6 𝑙𝑏𝑑,𝑟𝑞𝑑 ≥ 𝑙𝑏,𝑚𝑖𝑛

18 | P a g e
Avec :
 𝑙𝑏,𝑚𝑖𝑛 > 𝑚𝑎𝑥(0.3𝛼6 𝑙𝑏𝑑,𝑟𝑞𝑑 ; 15∅; 200𝑚𝑚)
 𝑙𝑏𝑑,𝑟𝑞𝑑 = (∅/4)(𝜎𝑠𝑑 /𝑓𝑏𝑑 )
 𝛼1…5 Ce trouve dans le tableau 8.2 page 126 de l’EC2
 𝛼6 = (𝜌1 /25)0.5 Limité à l’intervalle définis par les valeurs 1 et 1.5 donne
dans le tableau précédant.

Les mandrins de cintrage :

Le diamètre de courbure doit être tel que :


 Pas d’endommagement sur les armatures.
 Pas d’écrasement du béton.
Pour la 1ère condition de respecter le diamètre minimal du mandrine tel qu’il
donne le tableau.

En ce qui concerne la 2ème condition (non-écrasement du béton), le mandrin de


cintrage doit satisfaire l’équation suivante :
1 1
+
𝑎𝑏 2∅
 ∅𝑚 ≥ 𝐹𝑏𝑡
𝑓𝑐𝑑
 𝐹𝑏𝑡 : effort de traction, dû aux charges ultimes, dans une barre ou un
groupe de barres en contact, à l’origine de la partie courbe qui est égale a
𝜋.∅2
𝐹𝑏𝑡 = . 𝐹𝑦𝑑
4

19 | P a g e
CHAPITRE 3 : exemple de calcul

Pour que nous puissions comprendre de façon concrète toute la partie précédente voici
l’étude d’un pré-mur d’un bâtiment en béton armée à usage de résidentielle.
La hauteur de l’étage 3.5 m, les charges est repris par un pré-mur d’épaisseur 25 cm
composer de deux parois de 7.5 cm d’épaisseur et le vide de 10 cm.
Le pré-mur soumis à une charge horizontale venait du remblai et d’une charge 𝑞𝑏 reposer
sur le remblai, Limité par une dalle de 25 cm soutient un jardin comme charge vertical .

Figure 14 : vue en plan de l’exercice.

L’étude sera faite en considérant le pré-mur comme une poutre de 1 m de largeur étudier
à la flexion composée.

a. Les charges appliquées :

Les charges verticales

 Epaisseur de la dalle 25 cm
 Poids volumique du béton est 25 𝐾𝑁/𝑚3
 Poids volumique du jardin au-dessus est 21 𝐾𝑁/𝑚3
 Hauteur du jardin 0.5 m
 L’étanchéité Asphalte 0.1 𝐾𝑁/𝑚2
 Surface d’influence est 3 𝑚2
 La charge d’exploitation Q = 2,5 𝐾𝑁/𝑚2
 Tous ces donner nous donne : 𝑁𝑔 = 76,425 𝐾𝑁 et 𝑁𝑞 = 7,5 𝐾𝑁
o 𝑁𝑠 = 𝑁𝑔 + 𝑁𝑞 = 83.925
o 𝑁𝑢 = 1.35 × 𝑁𝑔 + 1.5 × 𝑁𝑞 = 114,423 𝐾𝑁
o Majorant cette valeur par 1.15 pour tenir compte des effet d’excentricité
car le mur est en rive. 1.15 × 𝑁𝑢 = 131.58 𝐾𝑁

20 | P a g e
Les charges horizontales

 Hauteur du remblai agissant h = 3.5 m


 La charge 𝑞𝑏 reposer uniformément sur le remblai de valeur 15 × 10 𝐾𝑃𝑎
 Caractéristiques du sol : 𝛾 = 21 𝐾𝑁/𝑚3 ; ∅ = 25 et ∁ = 0 𝐾𝑃𝑎
 Coefficient de poussée des terres au repos (𝐾𝑎 ) :
𝜋 ∅ 180 25
𝐾𝑎 = tan2 ( − ) = tan2 ( − ) = 0.4
4 2 4 2

Contrainte verticale : 𝜎𝑉1 = 𝛾 × ℎ = 21 × 3.5 = 73.5 𝐾𝑃𝑎


Contrainte horizontale du remblai : : 𝜎𝐻1 = 𝜎𝑉1 × 𝐾𝑎 = 73.5 × 0.4 = 29.4 ≈
29.5 𝐾𝑃𝑎

Contrainte horizontale du qr : 𝜎𝐻2 = 𝑞𝑏 × 𝐾𝑎 = 150 × 0.4 = 60 𝐾𝑃𝑎

La force de poussée est la surface du diagramme de contrainte.


𝜎𝐻1 ×ℎ 29.5×3.5
 𝐹= = = 51.625 𝐾𝑁
2 2
 𝐹𝑟 = 𝜎𝐻2 × ℎ = 60 × 3.5 = 210 𝐾𝑁

b. Caractéristiques des matériaux :

 Béton C35/45 :
o fck = 35MPa et γc = 1,5 .
fck 35
o fcd = = = 23.34 𝑀𝑃𝑎
γc 1.5

o fctm = 0.3 = 3.2 𝑀𝑃𝑎 fck 2/3


 Acier S500B :
o 𝑓𝑦𝑘 = 500𝑀𝑃𝑎 et 𝛾𝑠 = 1,15 .
𝑓𝑦𝑘 500
o 𝑓𝑦𝑑 = = = 434.78 𝑀𝑃𝑎
𝛾𝑠 1.15
 Es = 200000MPa .

21 | P a g e
c. Résoudre :

Prenant la poutre AB de longueur 3.5 m de largeur b = 1 m et de hauteur h = 0.25 m.


Encastré en A et appuie en B, comme indique la figure.

Figure 15 : la poutre soumis à des charges

Cherchons les réactions d’appuis et le diagramme de V et M pour trouver le moment max :

∑ 𝐹𝑥 = 0 => 𝑅𝐴𝑥 = 131.58 𝐾𝑁

3.5
∑ 𝐹𝑦 = 0 => Surface du triangle vaut 29.5 × = 51.625 𝐾𝑁
2
 Surface du rectangle vaut 60 × 3.5 = 210 𝐾𝑁
 𝑅𝐴𝑦 + 𝑅𝐵𝑦 = 51.625 + 210 = 261.625 𝐾𝑁 (1)

1 3.5
∑ 𝑀𝐹𝑒𝑥𝑡 = 0 => 𝑀𝐴 + (3.5 × ) × 51.625 + 210 × − 3.5 × 𝑅𝐵 = 0
𝐴
3 2

 −3.5 × 𝑅𝐵 + 𝑀𝐴 = −427.29 (2)

𝑥2 2 𝑥.(𝑞0 −𝑞(𝑥) ) 𝑥2
𝐸𝐼𝑦 ′′ = 𝑀 = 𝑀𝐴 + 𝑅𝐴𝑦 . 𝑥 − × 𝑞(𝑥) − 3 . 𝑥. − × 𝑞𝑟
2 2 2

𝑥
avec : 𝑞(𝑥) = 𝑞0 . (1 − 𝐿 )

𝑥2 𝑥3 𝑥2
𝐸𝐼𝑦 ′′ = 𝑀 = 𝑀𝐴 + 𝑅𝐴𝑦 . 𝑥 − × 𝑞0 + 6.𝐿 × 𝑞0 − × 𝑞𝑟
2 2

𝑥2 𝑥3 𝑥4 𝑥3
𝐸𝐼𝑦 ′ = 𝑀𝐴 . 𝑥 + 𝑅𝐴𝑦 . − × 𝑞0 + 24.𝐿 × 𝑞0 − × 𝑞𝑟 + 𝐶1
2 6 6

𝑥2 𝑥3 𝑥4 𝑥5 𝑥4
𝐸𝐼𝑦 = 𝑀𝐴 . + 𝑅𝐴𝑦 . − 24 × 𝑞0 + 120.𝐿 × 𝑞0 − 24 × 𝑞𝑟 + 𝐶2
2 6

22 | P a g e
𝑦′ = 0
𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑥 = 0 => { et 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑥 = 𝐿 => 𝑦 = 0
𝑦=0

𝐿2 𝐿3 𝐿4 𝐿5 𝐿4
 𝑀𝐴 . + 𝑅𝐴𝑦 . − × 𝑞0 + × 𝑞0 − × 𝑞𝑟 = 0 (3)
2 6 24 120.𝐿 24

D’après calcule 3 équation a 3 inconnus qui sont 𝑅𝐴𝑦 ; 𝑅𝐵𝑦 𝑒𝑡 𝑀𝐴 , On trouve :

 𝑅𝐴𝑦 = 172.48 𝐾𝑁
 𝑅𝐵𝑦 = 89.145 𝐾𝑁
 𝑀𝐴 = −115.722 𝐾𝑁. 𝑚

Pour construire les diagrammes de V et M on a besoin d’écrire l’équation des deux


en fonction de x. voici une section (m n) de distance x.

𝑥2 𝑥2
𝑉(𝑥) = 172.48 − 29.5 × 𝑥 + × 29.5 − × 29.5 − 60 × 𝑥
𝐿 2. 𝐿
𝑒𝑡
𝑥2 𝑥3 𝑥2
𝑀(𝑥) = −115.722 + 172.48 × 𝑥 − × 29.5 + × 29.5 − × 60
2 6. 𝐿 2

Voici les figure ci-dessus :

Figure 16 : l’effort tranchant et le moment fléchissant de la poutre.

Le moment max quand V s’annule, 𝑉(𝑥) = 0 pour 𝑥 = 2.14 𝑚


Alors 𝑀(2.14) = 62.22 𝐾𝑁. 𝑚 𝑀𝑚𝑎𝑥 = 𝑀𝐴 = −115.722 𝐾𝑁. 𝑚 à l’ELU 𝑀𝐸𝑑 =
115.722𝐾𝑁. 𝑚

L’effort tranchant max est à l’encastrement de valeur 𝑉𝑚𝑎𝑥 = 𝑅𝐴𝑦 = 172.48 𝐾𝑁 à


l’ELU 𝑉𝐸𝑑 = 172.48 𝐾𝑁

23 | P a g e
 Calcul des armatures verticales.

 Commençons par Longueur de flambement

 𝑙0 = 0.7𝑙 = 2.45 𝑚

 Le rayon de giration

𝐼 0.25×√3
 𝑖=√ = = 0.072
𝑆 6

 Elancement mécanique
𝑙0 2.45
 ʎ= = = 34.02
𝑖 0.072
20.𝐴.𝐵.𝐶
 ʎ𝑙𝑖𝑚 = avec 𝐴 = 0,7 𝐵 = 1,1 𝐶 = 0,7.
√𝑛
𝑁𝐸𝑑 0.13158
 𝑛= = = 0.02
𝐴𝑐 .𝑓𝑐𝑑 0.25×23.34
 avec : 𝑁𝐸𝑑 = 131.58 𝐾𝑁 = 0.13158 𝑀𝑁 ; 𝐴𝑐 = 1 × 0.25 =
2
0.25 𝑚 et𝑓𝑐𝑑 = 23.34 𝑀𝑃𝑎
20×0.7×1.1×0.7
 ʎ𝑙𝑖𝑚 = = 76.226
√0.02
 ʎ < ʎ𝑙𝑖𝑚 , pas d’effet de second ordre.

 Moment du premier ordre incluant les imperfections géométriques

 𝑀0𝐸𝑑 = (𝑒0 + 𝑒𝑖 ) × 𝑁𝐸𝑑


𝑀𝐸𝑑 115.722
 𝑒0 = = = 0.879 𝑚
𝑁𝐸𝑑 131.58
𝑙0 2.45
 𝑒𝑖 = = = 0.006125 𝑚𝑚 Limité à 2cm
400 400
 𝑀0𝐸𝑑 = 0.11646 𝑀𝑁. 𝑚

 Ramenons le moment au centre de gravité des aciers tendus



 𝑀𝑢𝑎 = 𝑀0𝐸𝑑 + 𝑁𝐸𝑑 × (𝑑 − 2)

0.25
𝑀𝑢𝑎 = 0.11646 + 0.13158 × (0.225 − ) = 0.129618 𝑀𝑁. 𝑚
2

24 | P a g e
 Vérification si la section est partiellement tendue

ℎ ℎ 0.25 0.25
 𝜇𝐵𝐶 = 0,8. . (1 − 0,4. ) = 0.8 × × (1 − 0.4 × ) = 0.494
𝑑 𝑑 0.225 0.225
𝑀𝑢𝑎 0.129618
 𝜇𝑐𝑢 = = = 0.10968
𝑏𝑤 .𝑑2 .𝑓𝑐𝑑 1×0.2252 ×23.34
 μcu < μBC → Section partiellement comprimée.

 Vérification s’il y’a nécessitée de placer d’aciers comprimés

 𝜇𝑙𝑢 = 0,8. 𝛼𝑙𝑖𝑚 (1 − 0,4. 𝛼𝑙𝑖𝑚 )


𝜀𝑐𝑢 0,0035
 𝛼𝑙𝑖𝑚 = = 500 = 0,617
𝜀𝑐𝑢 +𝜀𝑦𝑑 0,0035+
1.15×200000
 𝜇𝑙𝑢 = 0,3717
 𝜇𝑐𝑢 < 𝜇𝑙𝑢 → Pas besoin d’aciers comprimés.

 Calcul des aciers tendus en flexion simple :

 𝛼𝑢 = 1,25(1 − √1 − 2𝜇𝑐𝑢 ) = 0.1455


 𝑧𝑐 = 𝑑 (1 − 0,4𝛼𝑢 ) = 0.212𝑚
𝑀𝑢𝑎 0.12961
 𝐴𝑓𝑙𝑒𝑥,𝑠𝑚𝑝𝑙 = = 500 = 14.06𝑐𝑚2
𝑧𝑐 .𝑓𝑦𝑑 0.212×
1.15
𝑁 0.13158
 𝐴𝑓𝑙𝑒𝑥,𝑐𝑜𝑚𝑝 = 𝐴𝑓𝑙𝑒𝑥,𝑠𝑚𝑝𝑙 − 𝑓 = 3.318 × 10−3 − 500 = 11.035𝑐𝑚2
𝑦𝑑
1.15

 Vérification du pourcentage minimale :


𝑓𝑐𝑡,𝑒𝑓𝑓
0,26 × . 𝑏𝑤 . 𝑑
 𝐴𝑠,𝑚𝑖𝑛 = 𝑀𝑎𝑥 { 𝑓𝑦𝑘
0,0013. 𝑏𝑤 . 𝑑
2 3 ⁄
 𝑓𝑐𝑡,𝑒𝑓𝑓 = 𝑓𝑐𝑡𝑚 = 0,3. 𝑓𝑐𝑘 = 3.2 𝑀𝑃𝑎
2
 𝐴𝑠,𝑚𝑖𝑛 = 𝑀𝑎𝑥 { 4.3𝑐𝑚 2 = 4.3𝑐𝑚2
2.925𝑐𝑚
 𝐴𝑓𝑙𝑒𝑥,𝑐𝑜𝑚𝑝 > 𝐴𝑠,𝑚𝑖𝑛 → Vérifier

 Armatures verticales mises en place

Dans une band de 1 m on mettons 6HA16, As,réelle = 12.06cm2 espacées de 15cm,


dans la cote d’acier tendue alors que le pourcentage qu’on doit mis dans l’autre côté
c’est le minimum puisqu’on n’a pas besoin d’acier de compression puisque le mur
puisse agisse à cet effort sans acier. Alors que dans la paroi externe nous mettons d’acier
minimum 6HA10, As,réelle = 4.71cm2 espacées de 15cm. Mais puisque le moment
max est à l’appuis et la hauteur du mur 3.5 m alors on met les mêmes l’acier des deux
parois 6HA16 de chaque côté.

25 | P a g e
 Calcul des armatures horizontales

 Effort tranchant résistant de calcul du béton


1
Crd,c . K. bw . d(100. ρL. fck )3 + K1 . σcp
 Vrd,c = max {
(νmin + K1 . σcp )bw . d

0,18 0,18
 Crd,c = = = 0.12
γc 1,5

200 200
 K=1+√ =1+√ = 1.94 ≤ 2
d 225

 K1 = 0,15
NEd 0.13158
 σcp = = = 0.5263MPa ≤ 0,2. fcd = 4,668MPa
Ac 1×0.25

0,053 0.053 3
1 2 ⁄
 νmin = . 𝐾 3⁄2 . fck = × 1.942 × 350.5 = 0.5648 𝑀𝑃𝑎
γc 1.5

AsL 12.06×10−4
 ρL = = = 0.00536 ≤ 0,02
bw .d 1×0.225

0,218MN
 Vrd,c = max { = 0.218MN
0.1448MN

 Vrd,c > 𝑉𝐸𝑑 Donc on n’‘est pas besoin de mettre des armatures d’effort
tranchant mais il faut mettre un pourcentage minimal.

 Pourcentage minimum
Asw
 ≥ ρw,min . bw . sinα = 9.465cm2 /ml
s

0,08√fck
 ρw,min = = 9.465 × 10−4
fyk

 On place 2HA10 de section 1.57cm2 on aura s = 17cm

 s ≤ st,max = 0,75d(1 + cotα) = 0.17m

26 | P a g e
 Appliquant la méthode de caquot :

 Le 1er espacement doit être de 17cm au maximum : on choisit 10 cm


dans la liste de Caquot.
𝑠
 Le premier cadre est disposé à environ 0 = 8.5 𝑐𝑚 du nu de l’appui:
2
on retiendra donc 7.5cm dans la liste de Caquot de façon à respecter
l’espacement minimum, car la dernière série s’arrête trop loin de
l’abscisse d’effort tranchant nul, alors on réduit tous.
 Pour,𝑉(𝑥) = 0 => 𝑙0 = 2.14 𝑚 alors 𝑙0′ = 2.14 − 0.225 = 1.915
0.225
 1ère série : 𝑛 = 1.915 + = 3.24 on prend 4
0.17
 les série suivantes : 𝑛 = 𝑙0′ =
1.915 = 2
 1er cadre : à 7.5cm de l’appui
 1er série : 4*10cm l’espacement
 2eme série : 2*11cm l’espacement
 3eme série : 2*13cm l’espacement
 4eme série : 2*16cm l’espacement
 5eme série : 2*20cm l’espacement
 6eme série : 1*25cm l’espacement
 7eme série : 2*20cm l’espacement
 8eme série : 2*16cm l’espacement
 9eme série : 2*13cm l’espacement.
 10eme série : 2*11cm l’espacement
 11eme série : 3*10cm l’espacement
 Dernier cadre : 7.5cm de l’appui droit
 En appliquant le même calcul de droit 𝑙01 = 3.5 − 2.14 = 1.36 ;
′ 0.225
𝑙01 = 1.135=>1ère série : 𝑛 = 1.135 + = 2.45 = 3 et les série
0.17
suivantes : 𝑛 = 𝑙0′ = 1.135 = 2
 Soit un cumul de 350cm vérifier

 Vérification des bielles comprimées


αcw .ν1 .fcd .zu .bw
 VRd,max = = 1.246MN
cotθ+tanθ
fck
 ν1 = 0,6. [1 − ] = 0.516
250
σcp
 αcw = [1 + ] = 1,022 car 0 < σcp ≤ 0.25 fcd
fcd
 VRd,max > VEd →OK

27 | P a g e
 Vérification de l’effort tranchant en pied du voile

fck
 VRd = 0,3 (1 − ) . αcw . bw . d. fcd = 1.384MN
250
 VRd > VEd →OK

 Vérification de la résistance au cisaillement au droit du joint


f
 VRdi = c. fctd + μ. σ + ρ. fyd . (μ. sinα + cosα) ≤ 0,30 (1 − 250
ck
) . αcw . fcd
 c = 0,35
0,7.fctm
 fctd = = 1.72MPa
1,3
 μ = 0,6
NEd 1.903
 σ= = = 0.52632MPa ≤ 0,6. fcd = 14.004MPa
Ac 0,3×2,5
Asv,total
 ρ= = 6.708 × 10−3
Ac
 VRdi = 2.665 MPa
β.VEd 1×0.17248
 VEdi = = 0.9×0.225×1 = 0,85MPa
z.bw
 VRdi ≥ VEdi → Vérifier

Choix des treillis raidisseurs

sin 𝛼 . cos 𝛽 sin 56 × cos 86


𝑆𝑡 −2
𝐴𝑠,𝑒𝑞 = 4. 𝐹𝑆 . = 4 × 0.0098 × 20 × 10 = 0.2266 × 10−4 𝑚2
𝑓𝑦𝑘 500

En multipliant 𝐴𝑠,𝑒𝑞 × 2 car on a double sinusoïde on obtient 0.45339 𝑐𝑚2


équivaut à une cadre de ∅8.
Avec :
𝐹𝑆 : effort résistant au niveau du plan de cisaillement oblique calculé de la manière
suivante :
𝐹𝑆 = 𝑀𝑖𝑛(𝐴𝑟𝑎𝑑,𝐷𝑖 . 𝑅𝑒,𝐷𝑖 ; 𝐹𝑤 ) = 𝑀𝑖𝑛(0.0143; 0.0098) = 0.0098 𝑀𝑁
𝑓𝑦𝑘 : 500 𝑀𝑝𝑎
𝑅𝑒,𝐷𝑖 : 500 𝑀𝑝𝑎
𝐴𝑟𝑎𝑑,𝐷𝑖 : 0,2860 cm² ( les raidisseur de ∅6 )
𝐹𝑤 : 980 𝑑𝑎𝑁
𝛽 : 86
𝛼 : 56
𝑆𝑡 = 20 𝑐𝑚
Figure 18 : les armature dans un pré-mur

28 | P a g e
Insert de levage :

La manutention s’effectue en insérant un levage ancré dans la pièce préfabriquée.


Ces armatures ne sont pas nécessaires à la tenue mécanique de l’ouvrage, mais
destinée à assurer la manutention des pièces préfabriqués en phase transitoire.

Armatures de relevage des charges appliquées :


(𝑃×𝐴+𝑄)×𝛾𝑒𝑑 ×𝛾𝑝𝑝 (3.75×5.6+1.5)×1.15×1.05
𝐹= = = 13.585 𝐾𝑁
𝑛𝑏 2

𝐹 0.013585
𝐴𝑆1 = = = 0.313 × 10−4 𝑚2 => On a besoin de deux boucles de ∅8
𝜎𝑠 434.78

Avec :
 p = poids surfacique du mur de coffrage intégré(𝐾𝑁/𝑚2 ) = 0.075 × 2 × 25 =
37.5 𝐾𝑁/𝑚2
 A= surface du mur de coffrage intégré ( 𝑚2 ) = 1.6 × 3.5 = 5.6 𝑚2
 Q= poids des équipements de sécurité éventuels (𝐾𝑁)
 𝑛𝑏 = nombre de points de levage effectifs : 2 dans le cas courant
 𝛾𝑒𝑑 = coefficient d'effet dynamique dû au levage =1.15
 𝛾𝑝𝑝 = coefficient d’incertitude sur poids propre =1.05
 𝐴𝑆1 =section d’un acier des boucles au levage

Les recouvrements de barres

Puisque le pré-mur est un élément de structure fabrique dans des usines et


s’installe dans le site direct alors que la cohérence entre radier pré-mur est très
nécessaire voici le calcule qui démontre la longueur nécessaire.

𝑙𝑏𝑑 = 𝛼1 𝛼2 𝛼3 𝛼4 𝛼5 𝛼6 𝑙𝑏𝑑,𝑟𝑞𝑑 ≥ 𝑙𝑏,𝑚𝑖𝑛

D’après le tableau, 𝛼1 = 𝛼2 = 𝛼3 = 𝛼4 = 𝛼5 = 𝛼6 = 1

Contrainte limite d’adhérence

𝑓𝑏𝑑 = 2.25 × 𝜂1 × 𝜂2 × 𝑓𝑐𝑡𝑑 avec 𝜂1 = 𝜂2 = 1


𝛼𝑐𝑡 .𝑓𝑐𝑡𝑘 . 0.005
𝑓𝑐𝑡𝑑 = = 3.3
𝛾𝑐

𝑓𝑏𝑑 = 2.25 × 1.466 = 3.3 𝑀𝑃𝑎

29 | P a g e
Longueur d’ancrage droit de référence

𝑙𝑏𝑑,𝑟𝑞𝑑 = (∅/4)(𝜎𝑠𝑑 /𝑓𝑏𝑑 )

1.6×434.78
𝑙𝑏𝑑,𝑟𝑞𝑑 = = 52.7 𝑐𝑚
4×3.3

Longueur d’ancrage droit de calcul

𝑙𝑏,𝑚𝑖𝑛 > 𝑚𝑎𝑥 (15.81; 24; 20) = 24 Figure 17 : représente la longueur d’ancrage
dans un pré-mur
Alors 𝑙𝑏𝑑 = 𝑙𝑏𝑑,𝑟𝑞𝑑 = 52.7𝑐𝑚

𝑙0 = 𝑙𝑏𝑑 + 𝐶 = 52.7 + 4.6 = 57.3𝑐𝑚

Mais toujours par forfaitaire sur le site on prend la longueur de recouvrement plus
que 50 × ∅

Calcul du mandrin de cintrage d’une barre HA10

La condition de non-endommagement des armatures nous donne : 𝐷 =


4∅ (𝑐𝑎𝑟 ∅ ≤ 16)
1 1
+
𝑎𝑏 2∅
La condition de non-écrasement du béton nous donne :∅𝑚 ≥ 𝐹𝑏𝑡
𝑓𝑐𝑑
Avec 𝐹𝑏𝑡 : effort de traction, dû aux charges ultimes, dans une barre ou un
groupe de barres en contact, à l’origine de la partie courbe. Qui est égale
𝜋.∅2
𝐹𝑏𝑡 = . 𝐹𝑦𝑑
4
𝜋.0.0102 500
 𝐹𝑏𝑡 = . = 0.03414 𝑀𝑁
4 1.15
 𝑓𝑐𝑑 = 23.34 𝑀𝑃𝑎
16
 𝑎𝑏 = 30 + = 38 𝑚𝑚 Pour l’armature proche du parement
2
170
 𝑎𝑏 = = 85 𝑚𝑚
2
 ∅𝑚 ≥ 0.0842 𝑚 Pour l’armature proche du parement.
 ∅𝑚 ≥ 0.0903 𝑚 Pour l’armature intérieure.

On retient 0.09 m soit environ 9∅ et la longueur L1 égale 5∅


Si l’acier sera hors du coffrage l’épaisseur du mur 25cm – 6cm d’enrobage –
9cm diamètre du courbe – 5cm la longueur L1 – 1cm d’HA10 = 4cm alors
vérifier.

30 | P a g e
Conclusion

Le pré-mur est un symbole de l’ingénierie du XXIe siècle dans les emplois de la


construction. Il permet, dans quelques situations, un gain remarquable en qualité, en
temps, en cout et en énergie. Après inspection et observation de quelques années
d’utilisation, industriels, constructeurs et préventeurs ont décidé de joindre leurs
connaissances pour contribuer à renforcer et développer ce succès. Pareillement a
tout objet de ce globe terrestre, le pré-mur est un Épée à double tranchant, a des
avantages et des inconvenant, d’une part, les utilisateurs doivent savoir utiliser,
d'autre part, quand et où doit être utilisé.
Et pour répondre à cette hypothèse, Nous avons tenté à l’utilisation de pré-mur qui
offre plusieurs avantages. Premièrement, la Réduction des coûts de main d’œuvre
sur chantier à propos de réduire les travaux de coffrage coûteux en main d’œuvre, en
outils (manipulation, transport et nettoyage), et un Aspect lisse des deux faces des
pré-murs qui a besoin de trois ouvriers sans expérience quel que soit sa longueur. Au
contraire que le mur courant prend beaucoup du travail avec un grand équipe
d’ouvrier spécialisé de coffrage, de ferraillage et d’enduit.
Deuxièmement, Qualité du produit, La résistance élevée du béton et la certitude du
travail fabriquer par des machines Personnalisé qui n’a aucune différence du plan. Au
contraire que les murs courant, le coffrage s’ouvres peu l’ors du bétonnage, et
parfois nous donne des ségrégations du béton si le mur est assez grand et haut.
Troisièmement, Flexibilité et Rapidité, facilite d’Incorporation de toutes les
réservations, découpes et éléments (boitiers lumineux, tubages vides, éléments
d’isolation thermique, éléments d’étanchéité…) et la production et la mise en œuvre
sont indépendantes des conditions atmosphériques. Le temps est optimisé grâce à la
facilité et la rapidité de pose, alors qu’un mur de 40 m de longueur peut prend un
seul jour. Par contre, les murs courant sont un peu difficiles à propos d’Incorporation
de toutes les réservations et la réalisation d’un tel mur prend au moins d’une
semaine.
Quatrièmement, l’isolation des plancher et le bétonnage des pré-murs, on trouve des
planchers préfabriqués qui sont isolés lors de la fabrication, en triant l’attention que
les pré murs et les dalles peuvent être bétonnés en même temps. Autant que le mur
courant à besoin de traitement convenable d’isolation ainsi que le bétonnage doit
être couler en deux phase le premier des murs et le deuxième des dalles.
N’oublions pas que ce mur n’est pas l’idéal a encore des contraintes, commençons
par la Coordination importante puisque la discussion n’est pas facile en stockage en
prenant compte du début et de chaque plancher du pré-mur.

31 | P a g e
Bien sûr on a encore le problème des grandes dimensions et géométrie puisqu’il est
préfabriqué dans l’usine on a besoin des machines convenable et d’espace, puis la
transportation des grands éléments ne convient pas alors les dimensions de ce mur
est limité, et sa géométrie doit être planes, la conception du model courbe n’est pas
disponible.
Alors qu’il a besoin un peu plus de précision sur l’isolation des joints car le mur est
divisé en plusieurs partie liée entre eux par des liaisons.
Par contre que le mur courant n’a pas ces contraintes puisqu’il n’est pas diviser en
plusieurs plancher, le contrôle sur sa dimension et sa forme de coffrage est généré
par l’ingénieur quel que soit sa forme est sa hauteur.
Je n’ai pas parler sur le coût du pré-mur car il est difficile de comparer le mur courant
et le pré-mur. En effet, tout dépend des paramètres pris en compte : pays, matériau,
matériel, main d’œuvre, temps de mise en œuvre (qui a une influence sur le prix)
A la suite de cette enquête, j’ai été sur quelques sites pour comprendre et observer
la technique dont le chantier ‘’les chalets du lac’’. Il a été choisi Parce que la fouille
commence l’effondrement et que les travailleurs n’ont plus le courage de
s’approcher pour coffre et mettre les armatures, le seul choix qui était rapide et
sécuritaire c’est le pré-mur. J’ai donc pu constater à quels problèmes ils étaient
confrontés.
Ensemble, nous sommes fiers d’avoir abouti dans nos travaux communs et finalisé le
présent ouvrage. Celui-ci est voué à accompagner tous les acteurs de la construction
vers la maîtrise de ce beau produit.

32 | P a g e
Bibliographies

1) https://www.kp1.fr/files/Guide_utilisation_premur_kp1.pdf
2) http://thesis.univ-biskra.dz/1106/2/INTRODUCTION.pdf
3) http://www.cstb.fr/pdf/atec/GS03-D/AD150820.pdf
4) http://eprints2.insa-
strasbourg.fr/938/1/M%C3%A9moire_PFE_CARON_H%C3%A9l%C3%A8ne_2011.
pdf
5) http://www.sigemat.com/IMG/pdf/notice-pose-ekomur-06062016.pdf
6) http://eprints2.insa-
strasbourg.fr/938/3/Poster_CARON_H%C3%A9l%C3%A8ne_2011.pdf
7) https://www.spurgin.fr/assets/files/telechargements/80/dat_3-14-
767_haute_def_non_protege.pdf
8) http://www.sigemat.com/IMG/pdf/avis_technique_pre_mur_a2c_3-14-766.pdf
9) http://www.cstb.fr/pdf/atec/gs01-b/ab020783.pdf
10) N’oublions pas les cours du béton armé pris au CNAM
11) L’euro-code 2 : NF EN 1992-1-1 calcule des structures en béton

33 | P a g e