Vous êtes sur la page 1sur 11

CHEBAP 2017 / 2018

TD Mécanique des sols / Consolidation

Exercice 1 : Vitesse de consolidation

Classer par ordre de vitesse de consolidation décroissante les cas suivants :

H 2H 2H

Cas a Cas b Cas c

2H H H

Cas d Cas e Cas f


Niveau perméable
Niveau imperméable
Figure 1 : Détermination de la vitesse de consolidation suivant les conditions de drainage aux limites

Nota : On considère dans tous les cas envisagés précédemment le coefficient de consolidation C v comme
constant.

Exercice 2 : Vitesse de consolidation

Classer par ordre de vitesse de consolidation croissante les cas suivants :

Jérôme Racinais, TD CHEBAP Groupe B3 06/03/2018 page 1/11


2H, Cv 2H, Cv 2H, Cv

Cas 1 Cas 2 Cas 3

H, Cv H, Cv H, 4Cv

Cas 4 Cas 5 Cas 6

2H, 2Cv 2H, 4Cv H, 4Cv

Cas 7 Cas 8 Cas 9


Niveau perméable
Niveau imperméable
Figure 2 : Détermination de la vitesse de consolidation suivant les conditions de drainage aux limites

Exercice 3 : Incidence du phasage des travaux sur le tassement final, exemple de la


construction d’un immeuble sur sol compressible

On considère le profil, avant travaux, représenté sur la figure 3.1. L’argile est supposée saturée et
normalement consolidée. Son indice de compression est C c  0.20 et son indice de gonflement C s  0.04

On a pour les sols en places les caractéristiques pondérales suivantes :


Sable :   20 kN m 3
Argile :   18 kN m3 ,  s  27 kN m 3

Jérôme Racinais, TD CHEBAP Groupe B3 06/03/2018 page 2/11


Position initiale de la nappe Terrain naturel
0.00 m

Couche n°1
Terrassement fouille
5.00 m

7.00 m A

9.00 m Couche n° 2 B

11.00 m C

Couche n° 3

17.00 m
Substratum
Figure 3.1 : Lithologie des sols en place et conditions hydrogéologiques

 Calculer, avant tout travaux, les contraintes effectives en A, B et C

 Sur le graphique oedométrique, figure 3.2, placer le point représentatif, (désigné par O), de l’état en B, ainsi
que la courbe de première compression correspondant à C c  0.20 et la courbe de déchargement
correspondant à C s  0.04 .

En vue de construire un immeuble de 12 niveaux, on veut réaliser une fouille de 5 m de profondeur (2 niveaux
de sous-sols). La nappe est rabattue simultanément dans les deux couches de sable à -1 m sous le fond de
fouille, au moyen d’un puits traversant ces deux couches

 Justifier le mode de rabattement mis en œuvre.

 Calculer le gonflement de l’argile en supposant que celle-ci ait le temps de se déconsolider entièrement (on
fera le calcul au point B, sans découper la couche d’argile).
 Placer sur le graphique oedométrique le point représentatif (désigné par 1) de l’état du sol en B, après
ouverture de la fouille.

 En décompression, on a C v  10 6 m2 s . Calculer le temps nécessaire pour obtenir la déconsolidation


totale, supposée correspondre à T  1 .

En admettant que chaque niveau construit rapporte une surcharge répartie au sol de 10 kPa. L’ouvrage est
entièrement construit sans faire varier le niveau de la nappe.

 Quel serait le tassement final, toute consolidation terminée, du bâtiment, la nappe restant rabattue ? (On
admettra que l’indice de recompression est identique à l’indice de gonflement)
 Placer sur le graphique oedométrique le point représentatif, désigné par 2, de l’état du sol en B, tout
tassement achevé.

Après achèvement du tassement, la nappe est relâchée.

Jérôme Racinais, TD CHEBAP Groupe B3 06/03/2018 page 3/11


 Calculer le gonflement de l’argile.

 Après gonflement, placer sur le graphique oedométrique le point représentatif de l’état du sol (état 3)

Au lieu de construire entièrement l’immeuble sans modifier le niveau de la nappe, on relâche celle-ci de 1 m
dès que l’on a construit un niveau.

 Calculer le tassement final, toute consolidation terminée, du bâtiment

 Placer le point représentatif de cet état (état 4).

 Comparer les deux méthodes de construction avec les hypothèses du problème. L’état 3 correspond-il à un
sol normalement consolidé ou surconsolidé ? Même question pour l’état 4.

 Les tassements calculs en phase finale sont-ils admissibles pour la structure envisagée ?

1.2

1.15

1.1
Indice des vide e

1.05

0.95

0.9

10 100 1000
Contrainte verticale effective v
Figure 3.2 : Diagramme log contraintes effectives / indice des vides

Jérôme Racinais, TD CHEBAP Groupe B3 06/03/2018 page 4/11


Problème : Construction phasée d’un remblai sur sol compressible

On veut construire un remblai de 6m de haut (cote finale) selon le schéma de la figure 1 avec un coefficient de
sécurité vis-à-vis du poinçonnement de 1.3.

12 m
3H
2V
6m

Remblai en graves
0.00 m

Position de la nappe
-3.50 m Argile très plastique type 1
-4.00 m

Argile molle
-9.00 m

Argile très plastique type 2


-14.00 m
Substratum sableux
Figure 1 : Coupe schématique du projet géotechnique

Hypothèses géotechniques pour les différentes couches de sol

Graves :   20 kN/m3

Argile très plastique type 1 Argile molle Argile très plastique type 2
e 0  2.5 e0  4 e 0  2.2
C c  1.06 C c  2.3 C c  0.93
C v  8.10 8 m2 / s C v  8.10 8 m2 / s C v  25.10 8 m2 / s
  14.35 kN/m3   13.82 kN/m3   13.82 kN/m3
'p  60 kPa 'p  65 kPa 'p  100 kPa
C u  30 kPa (scissomètre) C u  30 kPa (scissomètre) C u  30 kPa (scissomètre)
Ip  75 Ip  75 Ip  75
cu  15 cu  15 cu  15

Substratum sableux

Estimation des tassements à court et long terme

Jérôme Racinais, TD CHEBAP Groupe B3 06/03/2018 page 5/11


 Calculer les tassements instantanés pour des hauteurs de remblais respectives de 7 m, 8 m et 9 m, au
milieu du remblai avec : E u  3000 kPa et   0.5

 Calculer les tassements primaires pour des hauteurs de remblais respectives de 7 m, 8 m et 9 m à l’axe du
remblai.

 Tracer la courbe de tassement en fonction de la hauteur du remblai et en déduire la hauteur initiale


nécessaire. On considérera que les tassements secondaires et le fluage sont négligeables.

Mode de construction du remblai :

 Montrer qu’on ne peu pas construire le remblai en une phase en prenant un coefficient de sécurité de 1.3
par rapport au poinçonnement.

 Déterminer les 3 phases de construction du remblai (hauteur et délais). On pourra utiliser la relation
suivante : TV  1.781  0.933  log10 100  U avec U  53%

On veut accélérer la consolidation, pour obtenir U  90% pour la hauteur totale du remblai dans un délai de 6
mois.

 Déterminer le maillage des drains verticaux en géotextile, d  5 cm , et leur longueur pour un remblai de
1km de long.

Nota : On prendra C r  6  10 7 m2 s

Jérôme Racinais, TD CHEBAP Groupe B3 06/03/2018 page 6/11


ANNEXES

Jérôme Racinais, TD CHEBAP Groupe B3 06/03/2018 page 7/11


Jérôme Racinais, TD CHEBAP Groupe B3 06/03/2018 page 8/11
Jérôme Racinais, TD CHEBAP Groupe B3 06/03/2018 page 9/11
Jérôme Racinais, TD CHEBAP Groupe B3 06/03/2018 page 10/11
Jérôme Racinais, TD CHEBAP Groupe B3 06/03/2018 page 11/11