Vous êtes sur la page 1sur 26

COMMUNE DE PLESCOP

RAPPORT JUSTIFICATIF
DE LA MODIFICATION
DU PLAN LOCAL D’URBANISME

Dossier approuvé par délibération du conseil municipal du 28 juin 2016


SOMMAIRE

1- COMPATIBILITE DE LA PROCEDURE

2- MISE EN PLACE DE DISPOSITIONS REGLEMENTAIRES FAVORISANT UNE OFFRE COMMERCIALE


EQUILIBREE ET COMPLEMENTAIRE PERMETTANT LE MAINTIEN ET LE DEVELOPPEMENT DU COMMERCE
DE PROXIMITE EN CENTRE BOURG

3- MODIFICATION DU ZONAGE 1AUA- ZAC DE PARK NEVEZ

4- PRECISIONS APPORTEES AU REGLEMENT ECRIT

5- MISE A JOUR DES ANNEXES DU PLU

Commune de PLESCOP 2
Rapport justificatif de la modification du plan local d’urbanisme
1- COMPATIBILITE DE LA PROCEDURE

Commune de PLESCOP 3
Rapport justificatif de la modification du plan local d’urbanisme
La commune de PLESCOP a approuvé son plan local d'urbanisme le 12 novembre 2013 et il apparaît aujourd'hui nécessaire de faire évoluer certains aspects du règlement
écrit du PLU.

1)- MISE EN PLACE DE DISPOSITIONS REGLEMENTAIRES FAVORISANT UNE OFFRE COMMERCIALE EQUILIBREE ET COMPLEMENTAIRE PERMETTANT LE MAINTIEN ET LE
DEVELOPPEMENT DU COMMERCE DE PROXIMITE EN CENTRE BOURG

La commune souhaite proposer une offre commerciale équilibrée et complémentaire favorisant le maintien et le développement du commerce de proximité en cent re bourg,
sans pour autant porter atteinte au pôle commercial existant et cela conformément aux orientations du projet d’aménagement et de développement durable. La commune
vient donc préciser dans l’article 1 du règlement des secteurs Ui, 1AUi, Ut et 1AUt « les commerces et services assimilés interdits » qui assurent cet équilibre et cette
complémentarité prévus au PADD.

2) PRECISIONS APPORTEES AU REGLEMENT ECRIT ET AU REGLEMENT GRAPHIQUE

Quelques ajustements rédactionnels du règlement écrit du PLU sont également prévus pour en faciliter la compréhension et tenir compte des évolutions réglementaires:
- Préciser les définitions d’annexes et de dépendances, ajouter la définition des balcons
- Préciser l’article 6 de la zone Uba relatif à l’implantation des constructions par rapport aux voies et emprises publiques
- Mettre en cohérence le règlement écrit et le règlement graphique la zone Nr en ce qui concerne le changement de destination des bâtiments agricoles
- Modifier l’article 6 des zones Ua, Ub relatif à l’implantation des piscines par rapport aux voies et emprises publiques
- Intégrer une référence systématique à l’annexe 3 relative aux hauteurs au sein de l’article 10 relatif à la hauteur maximale des constructions pour les différentes
zones pour faciliter la compréhension. Toujours dans un souci de clarté, il convient de préciser dans l’annexe n°3 relative aux hauteurs que le gabarit s’applique sur les
façades de la bande de construction par rapport à l’emprise publique.
- Affiner et mettre à jour et en cohérence (rectification d’une erreur matérielle) l’orientation d’aménagement concernant le secteur de Park Nevez
- classification d’une emprise limitée de 1300 m² du secteur 1AUa en zone Uba, située en continuité de Leslégot.
Dans la mesure où ces ajustements ne changent pas les orientations du projet d’aménagement et de développement durable de la commune, elles ne visent pas non plus à
réduire une zone agricole, naturelle et forestière, un espace boisé classé ni à réduire une protection édictée en raison des risques de nuisance, de la qualité des sites, des
paysages ou des milieux naturels, ou d'une évolution de nature à induire de graves risques de nuisance, la procédure de modification du PLU apparaît comme la plus adaptée
à la situation.

Ainsi, les modifications apportées :


- ne changent pas les orientations définies par le projet d'aménagement et de développement durables
- ne réduisent pas une protection édictée en raison des risques de nuisance, de la qualité des sites, des paysages ou des milieux naturels, ou d'une évolution de
nature à induire de graves risques
Par conséquent, la procédure de modification de droit commun prévue aux articles L.153-41 à L153-44 est bien adaptée au projet.

Commune de PLESCOP 4
Rapport justificatif de la modification du plan local d’urbanisme
2- MISE EN PLACE DE DISPOSITIONS REGLEMENTAIRES FAVORISANT UNE
OFFRE COMMERCIALE EQUILIBREE ET COMPLEMENTAIRE PERMETTANT LE
MAINTIEN ET LE DEVELOPPEMENT DU COMMERCE DE PROXIMITE EN
CENTRE BOURG

Commune de PLESCOP 5
Rapport justificatif de la modification du plan local d’urbanisme
Le développement de la commune de Plescop connaît une désharmonie et un déséquilibre en raison de la prolifération de commerces non maîtrisés au Sud de la commune
induisant des mouvements pendulaires importants et une fragilisation de son cœur de bourg dont l’appareil commercial tend à s’étioler. Ces commerces s’implantant au Sud
viennent directement en concurrence avec l’offre du centre bourg et non en complémentarité.

Cette situation est contraire aux orientations du projet d’aménagement durable qui postule pour une offre commerciale équilibrée, ainsi que « des offres commerciales de
nature différente ». Par ailleurs, le SCOT en vigueur affirme pour l’ensemble des communes la nécessité de consolider l’offre commerciale et de services « basiques »
(boulangerie-pâtisserie, tabac-presse, bar-jeux,…) en centre-bourg.
Ce schéma de cohérence territorial est, certes, en cours de révision (PADD approuvé le ), mais le projet affirme avec encore plus de force la nécessité « de garantir le
maintien de l’offre commerciale dans les centralités et les possibilités de développement dans ces lieux de vie en limitant les développements commerciaux liés uniquement à
des logiques de captage de flux ».

En cohérence avec les orientations du PLU et du SCOT, la commune souhaite donc rééquilibrer l’offre commerciale en favorisant le maintien et le développement du
commerce de proximité en centre bourg, sans pour autant porter atteinte au pôle commercial existant.

En effet, l’un des enjeux soulevé et retenu lors de l’élaboration du PLU est de « maintenir et développer les commerces, services et équipements dans le bourg à l’échelle de
la zone de chalandise » qui contribuent à « renforcer la centralité du centre bourg ». La fonction commerciale de proximité permet effectivement d’offrir à la population au
plus près, les produits de consommation et d’usage très courant et éviter ainsi de nombreux déplacements pendulaires avec les infrastructures afférentes. En outre, les
commerces et services de proximité participent à l’animation des villes et quartiers, ils contribuent à la revitalisation des centres et au lien social entre les habitants.

Cela étant dit, la commune n’entend pas interdire sur la zone Sud l’implantation de tout commerce, ce qui serait de nature à fragiliser son développement mais elle souhaite
limiter l’implantation des commerces de proximité qui ont toute leur place en centre bourg.

Aussi, la modification du règlement du plan local d’urbanisme prévoit-elle que la nature des activités commerciales possibles sur la zone Sud soit précisée, comme le dispose
l’article L.151-16 du code de l’urbanisme, qui permet au PLU d’identifier et de délimiter les quartiers, ilots dans lesquels doit être préservée ou développée la diversité
commerciale, notamment à travers les commerces de détail et de proximité, et de définir dans le cadre de son règlement les prescriptions de nature à assurer ces objectifs.

Le règlement du PLU peut ainsi définir, en fonction des situations locales, les règles concernant la destination et la nature des constructions autorisées.

La commune fait donc le choix de définir une liste de « commerces et services assimilés ».Cette liste conduit à préciser dans l’article 1 du règlement des secteurs Ui et 1AUi
Ut et 1AUt« les commerces et services assimilés interdits ».

Toutefois, pour tenir compte de la présence de commerces préexistants dans ces secteurs, les réutilisations de locaux pour la même nature d’activités ou activités autorisées
ainsi que des extensions limitées de surfaces de ventes sont permises.

Ces interdictions, ni générales ni absolues, sont destinées à assurer l’objectif de préservation des commerces traditionnels dans le centre bourg et à éviter une hypertrophie
des infrastructures liée aux mouvements pendulaires qui sont contraires de développement durable que porte sur elle la révision grenellisée du PLU de 2013

Commune de PLESCOP 6
Rapport justificatif de la modification du plan local d’urbanisme
AVANT APRES

CHAPITRE III - REGLEMENT APPLICABLE AU SECTEUR CHAPITRE III - REGLEMENT APPLICABLE AU SECTEUR
Ui Ui

Le secteur Ui est destiné aux activités, industrielles, commerciales et artisanales de Le secteur Ui est destiné à accueillir des activités, industrielles, commerciales et
toute nature y compris aux installations susceptibles de comporter des nuisances artisanales de toute nature sous réserve de respecter l’annexe 5, y compris aux
incompatibles avec l'habitat. installations susceptibles de comporter des nuisances incompatibles avec l'habitat.

Rappel : voir les dispositions générales Rappel : voir les dispositions générales

ARTICLE Ui 1 – OCCUPATIONS ET UTILISATIONS DU SOL ARTICLE Ui 1 – OCCUPATIONS ET UTILISATIONS DU SOL


INTERDITES INTERDITES
Sont interdits : Sont interdits :

1. Les constructions à usage d'habitation autres que celles visées à l’article Ui 2. 1. Les constructions à usage d'habitation autres que celles visées à l’article Ui 2.

2. Les lotissements à usage d’habitation. 2. Les lotissements à usage d’habitation.

3. La création de terrains aménagés pour l'accueil de tentes et de caravanes ainsi 3. L’implantation de commerces et services assimilés indiqués dans le tableau de
que les parcs résidentiels de loisirs. l’annexe 5, sous réserve des dispositions prévues à l’article 2,
4. Les habitations légères de loisirs isolées ou groupées et les résidences mobiles de 4. La création de terrains aménagés pour l'accueil de tentes et de caravanes ainsi
loisirs. que les parcs résidentiels de loisirs.
5. L'ouverture et l'extension de carrières et de mines. 5. Les habitations légères de loisirs isolées ou groupées et les résidences mobiles de
loisirs.
6. Les constructions destinées à l’élevage ou l’engraissement d’animaux.
6. L'ouverture et l'extension de carrières et de mines.
7. Les éoliennes.
7. Les constructions destinées à l’élevage ou l’engraissement d’animaux.
ARTICLE Ui 2 – OCCUPATION ET UTILISATION DU SOL SOUMISES
8. Les éoliennes.
A CONDITIONS PARTICULIERES
ARTICLE Ui 2 – OCCUPATION ET UTILISATION DU SOL SOUMISES
1. Les constructions destinées aux personnes dont la présence permanente est
nécessaire pour assurer la surveillance ou le gardiennage des installations ou A CONDITIONS PARTICULIERES
activités autorisées dans la zone et à condition :

Commune de PLESCOP 7
Rapport justificatif de la modification du plan local d’urbanisme
 qu'elles ne soient pas édifiées avant la réalisation des constructions ou
1. Les constructions destinées aux personnes dont la présence permanente est
installations à usage industriel, commercial ou artisanal auxquelles elles se
nécessaire pour assurer la surveillance ou le gardiennage des installations ou
rattachent ;
activités autorisées dans la zone et à condition :
 qu'elles soient incorporées au bâtiment principal de l'activité,  qu'elles ne soient pas édifiées avant la réalisation des constructions ou
installations à usage industriel, commercial ou artisanal auxquelles elles se
rattachent ;
 et que la surface de plancher affectée au logement reste accessoire par
rapport à celle affectée à l’activité.
 qu'elles soient incorporées au bâtiment principal de l'activité,
 et pour celles exposées au bruit, qu'elles soient conformes aux normes en
vigueur relatives à l'isolement acoustique des bâtiments d'habitations contre  et que la surface de plancher affectée au logement reste accessoire par
les bruits de l'espace extérieur. rapport à celle affectée à l’activité.

2. Les installations classées soumises à autorisation, sous réserve que des  et pour celles exposées au bruit, qu'elles soient conformes aux normes en
dispositions soient prévues en vue d’atténuer de manière substantielle les dangers vigueur relatives à l'isolement acoustique des bâtiments d'habitations contre
ou les inconvénients que peut présenter leur exploitation. les bruits de l'espace extérieur.

2. Les installations classées soumises à autorisation, sous réserve que des


dispositions soient prévues en vue d’atténuer de manière substantielle les dangers
ou les inconvénients que peut présenter leur exploitation.

3. Sont admises :

 la réutilisation de locaux à usage de commerces et de services interdits existants,


en activité ou fermés depuis moins de trois ans, à la condition que cette
réutilisation soit pour la même activité ou pour une activité n’étant pas répertoriée
dans les liste des commerces et services interdits.

 les extensions de commerces et service interdits existants ou fermés depuis moins


de trois ans dans la limite de 15% maximum de la surface de vente sans pouvoir
dépasser 200 m²d’extension

Commune de PLESCOP 8
Rapport justificatif de la modification du plan local d’urbanisme
AVANT APRES

CHAPITRE IV - REGLEMENT APPLICABLE AU SECTEUR CHAPITRE IV - REGLEMENT APPLICABLE AU SECTEUR


Ut Ut
Le secteur Ut destiné aux activités commerciales et tertiaires compatibles avec l’habitat Le secteur Ut destiné à accueillir des activités commerciales sous réserve de respecter
(commerces, services, hostellerie, etc). l’annexe 5 et tertiaires compatibles avec l’habitat (commerces, services, hostellerie,
etc).
ARTICLE Ut 1 – OCCUPATIONS ET UTILISATIONS DU SOL
INTERDITES ARTICLE Ut 1 – OCCUPATIONS ET UTILISATIONS DU SOL
INTERDITES
1. L'implantation d'installations classées ou d'activités incompatibles avec l'habitat en
raison de leurs nuisances, ou l'édification de constructions destinées à les abriter. 1. L'implantation d'installations classées ou d'activités incompatibles avec l'habitat en
raison de leurs nuisances, ou l'édification de constructions destinées à les abriter.
2. Les constructions d’habitations non directement liées à la nature des activités du
secteur.
2. L’implantation de commerces et services assimilés indiqués dans le tableau de
l’annexe 5, sous réserve des dispositions prévues à l’article 2,
3. L'ouverture et l'extension des carrières et mines.
3. Les constructions d’habitations non directement liées à la nature des activités du
4. Les constructions destinées à l’élevage ou l’engraissement d’animaux.
secteur.
5. Les éoliennes.
4. L'ouverture et l'extension des carrières et mines.
Rappel : voir les dispositions générales
5. Les constructions destinées à l’élevage ou l’engraissement d’animaux.

6. Les éoliennes.
ARTICLE Ut 2 – OCCUPATION ET UTILISATION DU SOL SOUMISES
Rappel : voir les dispositions générales
A CONDITIONS PARTICULIERES
1. La création ou l'extension d'ouvrages techniques d'opérateurs de réseaux et de
services concessionnaires de réseaux d’utilité publique indispensables au
ARTICLE Ut 2 – OCCUPATION ET UTILISATION DU SOL SOUMISES
fonctionnement des réseaux (visés à l'article 8 du titre I du présent règlement) sous A CONDITIONS PARTICULIERES
réserve qu'ils ne compromettent pas la qualité et la cohérence de l'aménagement
du secteur concerné.
1. La création ou l'extension d'ouvrages techniques d'opérateurs de réseaux et de

Commune de PLESCOP 9
Rapport justificatif de la modification du plan local d’urbanisme
2. L'extension ou la transformation des constructions existantes, y compris celles services concessionnaires de réseaux d’utilité publique indispensables au
abritant des activités à nuisances, sous réserve que l'extension ou la fonctionnement des réseaux (visés à l'article 8 du titre I du présent règlement) sous
transformation envisagée n'ait pas pour effet d'aggraver le danger ou les réserve qu'ils ne compromettent pas la qualité et la cohérence de l'aménagement
inconvénients que peut présenter leur exploitation et qu'elles ne compromettent du secteur concerné.
pas la qualité et la cohérence de l'aménagement du secteur concerné.
2. Sont admises :
3. L'aménagement et la reconstruction après sinistre des constructions préexistantes,
ainsi que l'édification d'annexes et de dépendances séparées de la construction  la réutilisation de locaux à usage de commerces et services interdits existants, en
principale (telles que abris de jardin, garages, etc.), sous réserve que ces activité ou fermés depuis moins de trois ans, à la condition que cette réutilisation
opérations ne compromettent pas la qualité et la cohérence de l'aménagement du
soit pour la même activité ou pour une activité n’étant pas répertoriée dans les liste
secteur concerné.
des commerces et services interdits.

 les extensions de commerces et service interdits existants ou fermés depuis moins


de trois ans dans la limite de 15% maximum de la surface de vente sans pouvoir
dépasser 200 m² d’extension.

3. L'extension ou la transformation des constructions existantes, y compris celles


abritant des activités à nuisances, sous réserve que l'extension ou la
transformation envisagée n'ait pas pour effet d'aggraver le danger ou les
inconvénients que peut présenter leur exploitation et qu'elles ne compromettent
pas la qualité et la cohérence de l'aménagement du secteur concerné.

4. L'aménagement et la reconstruction après sinistre des constructions préexistantes,


ainsi que l'édification d'annexes et de dépendances séparées de la construction
principale (telles que abris de jardin, garages, etc.), sous réserve que ces
opérations ne compromettent pas la qualité et la cohérence de l'aménagement du
secteur concerné.

Commune de PLESCOP 10
Rapport justificatif de la modification du plan local d’urbanisme
AVANT APRES

TITRE III – DISPOSITIONS APPLICABLES AUX TITRE III – DISPOSITIONS APPLICABLES AUX
ZONES AU D’URBANISATION FUTURE ZONES AU D’URBANISATION FUTURE
La zone AU est constituée par les parties du territoire de la commune destinées à être La zone AU est constituée par les parties du territoire de la commune destinées à être
urbanisées. Elle correspond à des ensembles de terrains ne disposant pas des urbanisées. Elle correspond à des ensembles de terrains ne disposant pas des
équipements généraux suffisants pour l’ensemble des constructions prévues dans la équipements généraux suffisants pour l’ensemble des constructions prévues dans la
zone, ou présentant un parcellaire inadapté et dont l'aménagement cohérent nécessite zone, ou présentant un parcellaire inadapté et dont l'aménagement cohérent nécessite
le respect d'un schéma d'aménagement. le respect d'un schéma d'aménagement.
Elle comprend les secteurs : Elle comprend les secteurs :

1 AUa : secteur d’urbanisation future pour une opération d’aménagement à destination 1 AUa : secteur d’urbanisation future pour une opération d’aménagement à destination
d’habitat et d’activités compatibles avec l’habitat. d’habitat et d’activités compatibles avec l’habitat.
1AUb : secteur d’urbanisation future à vocation d’habitat et d’activités compatibles de 1AUb : secteur d’urbanisation future à vocation d’habitat et d’activités compatibles de
densité moindre. densité moindre.
1 AUe, secteur destiné aux équipements de loisirs et d’intérêt collectifs. 1 AUe, secteur destiné aux équipements de loisirs et d’intérêt collectifs.
1 AUi : secteur destiné aux activités et installations susceptibles de comporter des 1 AUi : secteur destiné aux activités et installations susceptibles de comporter des
nuisances incompatibles avec l'habitat. nuisances incompatibles avec l'habitat.
1AUt, destiné aux activités commerciales et tertiaires compatibles avec l’habitat 1AUt, secteur destiné à accueillir des aux activités commerciales sous réserve de
(commerces, services, hostellerie, etc). respecter l’annexe 5 et tertiaires compatibles avec l’habitat (commerces, services,
hostellerie, etc).
L’ouverture à l’urbanisation de la zone doit être menée en cohérence avec le Projet
d’Aménagement et de Développement Durable, et avec les Orientations L’ouverture à l’urbanisation de la zone doit être menée en cohérence avec le Projet
d’Aménagement et de Programmation définies pour chaque secteur. d’Aménagement et de Développement Durable, et avec les Orientations
d’Aménagement et de Programmation définies pour chaque secteur.
Les informations écrites ou graphiques contenues dans les orientations d’aménagement
et de programmation définissent les principes avec lesquels les futures opérations Les informations écrites ou graphiques contenues dans les orientations d’aménagement
devront être compatibles. Les dispositions du règlement viennent compléter ces et de programmation définissent les principes avec lesquels les futures opérations
principes et sont opposables à toute autorisation d’occuper ou d’utiliser le sol. devront être compatibles. Les dispositions du règlement viennent compléter ces
principes et sont opposables à toute autorisation d’occuper ou d’utiliser le sol.

ARTICLE AU 1 – OCCUPATIONS ET UTILISATIONS DU SOL


INTERDITES ARTICLE AU 1 – OCCUPATIONS ET UTILISATIONS DU SOL
INTERDITES
Sont interdits :
Sont interdits :

Commune de PLESCOP 11
Rapport justificatif de la modification du plan local d’urbanisme
II. En sous-secteur 1AUi
II. En sous-secteur 1AUi
1. Les locaux et les constructions d’habitations non directement liées au
fonctionnement des activités du secteur. 1. Les locaux et les constructions d’habitations non directement liées au
fonctionnement des activités du secteur.
2. Les lotissements à usage d'habitations.
2. L’implantation de commerces et services assimilés indiqués dans le tableau de
3. L'ouverture de terrains aménagés pour le camping, et pour le stationnement de l’annexe 5 sous réserves des dispositions prévues à l’article 2,
caravanes.
3. Les lotissements à usage d'habitations.
4. Les parcs résidentiels de loisirs ainsi que l'implantation d'habitations légères de
loisirs groupées ou isolées, et les résidences mobiles de loisirs. 4. L'ouverture de terrains aménagés pour le camping, et pour le stationnement de
caravanes.
5. L'ouverture et l'extension des carrières et mines.
5. Les parcs résidentiels de loisirs ainsi que l'implantation d'habitations légères de
6. Les constructions destinées à l’élevage ou l’engraissement d’animaux. loisirs groupées ou isolées, et les résidences mobiles de loisirs.

7. Les éoliennes. 6. L'ouverture et l'extension des carrières et mines.

III. En sous-secteur 1AUt 7. Les constructions destinées à l’élevage ou l’engraissement d’animaux.

1. L'implantation d'installations classées ou d'activités incompatibles avec l'habitat en 8. Les éoliennes.


raison de leurs nuisances, ou l'édification de constructions destinées à les abriter.
III. En sous-secteur 1AUt
2. Les constructions d’habitations non directement liées au fonctionnement des
activités du secteur. 1. L'implantation d'installations classées ou d'activités incompatibles avec l'habitat en
raison de leurs nuisances, ou l'édification de constructions destinées à les abriter.
3. L’ouverture de terrains aménagés pour le camping, et pour le stationnement de
caravanes. 2. L’implantation de commerces et services assimilés indiqués dans le tableau de
l’annexe 5 sous réserves des dispositions prévues à l’article 2,
4. L'ouverture et l'extension des carrières et mines.
3. Les constructions d’habitations non directement liées au fonctionnement des
5. Les constructions destinées à l’élevage ou l’engraissement d’animaux. activités du secteur.

6. Les éoliennes. 4. L’ouverture de terrains aménagés pour le camping, et pour le stationnement de


caravanes.
ARTICLE AU 2 – OCCUPATIONS ET UTILISATIONS DU SOL 5. L'ouverture et l'extension des carrières et mines.
SOUMIES A CONDITIONS PARTICULIERES
6. Les constructions destinées à l’élevage ou l’engraissement d’animaux.
I. En tous secteurs AU :
7. Les éoliennes.
1. La création ou l'extension d'ouvrages techniques d'opérateurs de réseaux et de
services concessionnaires de réseaux d’utilité publique indispensables au
fonctionnement des réseaux (visés à l'article 8 du titre I du présent règlement) sous ARTICLE AU 2 – OCCUPATIONS ET UTILISATIONS DU SOL
réserve qu'ils ne compromettent pas la qualité et la cohérence de l'aménagement

Commune de PLESCOP 12
Rapport justificatif de la modification du plan local d’urbanisme
du secteur concerné.
SOUMIES A CONDITIONS PARTICULIERES
2. L'extension ou la transformation des constructions existantes, y compris celles I. En tous secteurs AU :
abritant des activités à nuisances, sous réserve que l'extension ou la
transformation envisagée n'ait pas pour effet d'aggraver le danger ou les 1. La création ou l'extension d'ouvrages techniques d'opérateurs de réseaux et de
inconvénients que peut présenter leur exploitation et qu'elles ne compromettent services concessionnaires de réseaux d’utilité publique indispensables au
pas la qualité et la cohérence de l'aménagement du secteur concerné. fonctionnement des réseaux (visés à l'article 8 du titre I du présent règlement) sous
réserve qu'ils ne compromettent pas la qualité et la cohérence de l'aménagement
3. L'aménagement et la reconstruction après sinistre des constructions préexistantes du secteur concerné
à l’urbanisation des secteurs AU, ainsi que l'édification d'annexes et de
dépendances séparées de la construction principale (telles que abris de jardin, 2. L'extension ou la transformation des constructions existantes, y compris celles
garages, etc.), sous réserve que ces opérations ne compromettent pas la qualité et abritant des activités à nuisances, sous réserve que l'extension ou la
la cohérence de l'aménagement du secteur concerné. transformation envisagée n'ait pas pour effet d'aggraver le danger ou les
inconvénients que peut présenter leur exploitation et qu'elles ne compromettent
pas la qualité et la cohérence de l'aménagement du secteur concerné.

3. L'aménagement et la reconstruction après sinistre des constructions préexistantes


à l’urbanisation des secteurs AU, ainsi que l'édification d'annexes et de
dépendances séparées de la construction principale (telles que abris de jardin,
garages, etc.), sous réserve que ces opérations ne compromettent pas la qualité et
la cohérence de l'aménagement du secteur concerné.

II. En secteurs AUi et Aut:

Sont admises :

 la réutilisation de locaux à usage de commerces et services interdits existants, en


activité ou fermés depuis moins de trois ans, à la condition que cette réutilisation
soit pour la même activité ou pour une activité n’étant pas répertoriée dans la liste
des commerces et services interdits.

 les extensions de commerces et service interdits existants ou fermés depuis moins


de trois ans dans la limite de 15% maximum de la surface de vente sans pouvoir
dépasser 200 m² d’extension.

Commune de PLESCOP 13
Rapport justificatif de la modification du plan local d’urbanisme
ANNEXE N°5- LISTE DES COMMERCES ET SERVICES ASSIMILES INTERDITS INDUISANT DES MOUVEMENTS PENDULAIRES FORTS ET/OU DESEQUILIBRANT
L’OFFRE COMMERCIALE

Nature d’activité Groupe ou code NAF* Zones Ui et 1AUi Zones Ut et 1AUt


Commerce de détail de produits surgelés 47.11 A X X
Commerce d’alimentation générale 47.11 B X X
Supérette (surface de vente comprise entre 120 et 47.11C X X
400m²)
Supermarchés (surface de vente comprise entre 400 et 47.11 D- 47.11 E X X
2500m²)- Magasins Multi-commerces
Hypermarchés (surface de vente égale ou supérieure à 47.11 F X X
2500 m²)
Grands magasins (surface de vente égale ou supérieure à 47.19A- 47.19B X X
2500m²) et autre commerces de de détail en magasin
non spécialisé (surface de vente inférieure à 2500m²)
sans prédominance alimentaire
Entreposage et stockage frigorifique de type drive 52.10A X X
Commerces de détail alimentaires en magasin spécialisé 47.21, 47.22,47.23, 47.24, X X
(fruits, légumes, poissons, viande) 47.26, 47.29
Commerce de détail de boisson en magasin spécialisé 47.25 X X
Charcuterie 10.13B X X
Fabrication de produits de boulangerie- pâtisserie et de 10.7 X X
pâtes alimentaires
Blanchisserie- teinturerie de détail 96.01B X X
Coiffure 96.02A X X
Soin de beauté 96.02B X X
Entretien corporel 96.04Z X
Commerce de détail de livres en magasin spécialisé 47.61 X X
Commerce de détail de journaux et papeterie en magasin 47.62 X
spécialisé
Commerce de détail d'habillement en magasin spécialisé 47.71 X
Commerce de détail de chaussures et d'articles en cuir en 47.72 X
magasin spécialisé

Commune de PLESCOP 14
Rapport justificatif de la modification du plan local d’urbanisme
Commerce de détail de produits pharmaceutiques en 47.73 X X
magasin spécialisé
Commerce de détail d'articles médicaux et orthopédiques 47.74 X
en magasin spécialisé
Commerce de détail de parfumerie et de produits de 47.75 X X
beauté en magasin spécialisé
Commerce de détail de fleurs, plantes, graines, engrais, 47.76 X
animaux de compagnie et aliments pour ces animaux en
magasin spécialisé (un projet en cours JMT)
Autre commerce de détail de biens neufs en magasin 47.78C, 47.78A X X
spécialisé (opticiens, activités de galeries d’art
commerciales)
Commerce de détail de biens d'occasion en magasin 47.79 X
(antiquités)

*Le code NAF (pour Nomenclature d'activités française) est un code attribué par l'Insee à chacun des secteurs d'activités économiques

Commune de PLESCOP 15
Rapport justificatif de la modification du plan local d’urbanisme
3- MODIFICATION DU ZONAGE 1AUA- ZAC DE PARK NEVEZ

Commune de PLESCOP 16
Rapport justificatif de la modification du plan local d’urbanisme
Par délibération du 3 mars 2006, l’assemblée délibérante avait décidé de renouveler son intention d’acquérir les terrains nécessaires à la réalisation d’une zone
d’aménagement concerté dans le secteur de La Lande - Le Coëdic, intention qui était déjà affichée dans le projet d’aménagement et de développement durable approuvé lors
de la révision du plan local d’urbanisme de 2003. Cette intention avait été de nouveau renouvelée lors du lancement officiel de la révision du plan local d’urbanisme en 2010,
puis plus précisément détaillée lorsque, par délibération en date du 5 juillet 2011, le conseil municipal avait décidé de procéder à l’étude d’un projet d’aménagement
concernant le secteur de Park Nevez sous la forme d’une zone d’aménagement concerté (ZAC) à vocation principale d’habitat. Depuis, par délibération en date du 30 janvier
2012, le conseil municipal a défini les objectifs majeurs de cette opération.

La réflexion a abouti à la construction d’un projet d’aménagement, portant sur 25,6 hectares (surface du projet : 18,35 ha env.) sur lesquels devraient être réalisés sur
plusieurs années 680 logements environ, dont 25% de logements sociaux, ainsi que activités compatibles avec l’habitat et des équipements publics d’accompagnement, selon
un schéma d’organisation. Aussi, par délibération du 20 octobre 2015, le conseil municipal a tiré un bilan positif de la concertation engagée durant la phase de création de la
ZAC, a créé et délimité cette ZAC.

Dans le cadre de cette réflexion sur la délimitation du périmètre de la ZAC et de la concertation menée, il est apparu possible de libérer une emprise située en continuité du
secteur bâti de Leslegot conformément à l’esprit de la loi ALUR qui tend à optimiser le foncier mobilisable. Cette emprise de 1300 m² ne vient pas porter atteinte à la fenêtre
verte et champêtre de Leslégot ni à la zone humide située à proximité.

Elle bénéficiera d’un classement en Uba, secteur d’habitat et activités compatibles constituant le prolongement du cœur de bourg.

A ce titre il est proposé que le classement d’une partie de la parcelle AE 2 soit modifié créant ainsi :
- une réduction de la zone 1AUa passant de 28 ha 56 à 28 ha 43
- une augmentation de la zone Ub sur 1300 m², passant de 173 ha 53 à 173 ha 64

Commune de PLESCOP 17
Rapport justificatif de la modification du plan local d’urbanisme
AVANT
APRES

Rectification d’une erreur matérielle figurant sur l’orientation d’aménagement et de programmation concernant le secteur de Park Nevez et le zonage
1AUa de ce secteur

Au regard de la modification apportée au zonage 1AUa, il y a donc lieu de mettre à jour l’orientation d’aménagement et de programmation concernant le secteur de Park
Nevez et d’en profiter pour rectifier l’erreur matérielle concernant la délimitation finale de la zone humide figurant pourtant dans le document graphique opposable ; il s’agit
donc de mettre ce document en cohérence avec le document graphique pour tenir pleinement compte de l’enquête publique qui avait eu lieu lors de la révision du PLU.

Commune de PLESCOP 18
Rapport justificatif de la modification du plan local d’urbanisme
AVANT APRES

Commune de PLESCOP 19
Rapport justificatif de la modification du plan local d’urbanisme
4- PRECISIONS APPORTEES AU REGLEMENT ECRIT

Commune de PLESCOP 20
Rapport justificatif de la modification du plan local d’urbanisme
La modification vise également à procéder à des ajustements de définitions et de la rédaction du règlement écrit du PLU pour en faciliter la compréhension et tenir compte
des évolutions réglementaires

1) Modification des définitions

Les notions d’annexes et de dépendance, telles que définies dans le règlement du PLU amènent à une confusion de ces notions et rendent difficiles l’instruction des
demandes d’autorisation d’occupation des sols. Par ailleurs, l’interprétation de la loi n°2015-990 du 6 août de 2015, dite loi Macron qui vient préciser la possibilité des
extensions et de constructions annexes aux logements existants en zones agricoles amène à considérer que les annexes se différencient des extensions en ce qu’elles ne se
développent pas nécessairement dans la continuité du bâtiment existant. La notion de dépendance n’a dès lors plus lieu d’être.

AVANT APRES

ARTICLE 5 – DEFINITIONS ARTICLE 5 – DEFINITIONS


ANNEXE : petite construction de type « abri de jardin », détachée de la construction ANNEXE : Les annexes (garages détachés du bâti existant, abris de jardin, etc) se
principale, destinée notamment à abriter le matériel nécessaire au jardin, les locaux différencient des extensions en ce qu’elles ne se réalisent pas dans la continuité du bâti
techniques, les piscines ou les cultures (serres, etc.) et dont la hauteur au point le plus
haut ne dépasse pas 3 mètres. EXTENSION : construction dans le prolongement du bâti existant, accolé ou relié à
celui-ci ;
EXTENSION : construction dans le prolongement du bâti existant, accolé ou relié à
celui-ci ; DEPENDANCE : Construction détachée de la construction principale (garage, remise,
etc.) ;
DEPENDANCE : Construction détachée de la construction principale (garage, remise,
etc.) ; PISCINE : bassin destiné à la baignade et à la nage. Les piscines constituent des
constructions et doivent respecter les marges et les reculs imposés par le règlement
PISCINE : bassin destiné à la baignade et à la nage. Les piscines constituent des sauf si celui-ci prévoit des dispositions particulières ;
constructions et doivent respecter les marges et les reculs imposés par le règlement
sauf si celui-ci prévoit des dispositions particulières ;

Par ailleurs, dans un souci de clarté du règlement du PLU et afin de faciliter l’instruction des demandes d’autorisation d’occupation du sol, il est nécessaire d’apporter des
précisions sur la notion de balcons notamment de leur prise en compte dans le cadre de l’implantation par rapport aux voies et emprises publiques mais également par
rapport aux limites séparatives.

Commune de PLESCOP 21
Rapport justificatif de la modification du plan local d’urbanisme
Aussi, il convient d’ajouter la définition suivante dans le TITRE I- DISPOSITIONS GENERALES, article 5- Définitions:
« BALCON : En toute hypothèse, un débord de balcon de 0,80m sera admis dans la marge de recul des constructions par rapport aux voies. Pour le calcul des distances par
rapport aux limites séparatives, la distance se calcule par rapport au nu du balcon ».

2) Article Ub 6- implantation des constructions par rapport aux voies et emprises publiques

La rédaction de l’article 6 de la zone Uba fait souvent échec aux projets sur ce secteur. En effet, les contraintes liées à la marge de recul empêchent les extensions pour les
constructions existantes situées à plus de 6 mètres de la voie publique. Il est donc souhaité de modifier la rédaction de l’article Uba 6 afin de les permettre.

Commune de PLESCOP 22
Rapport justificatif de la modification du plan local d’urbanisme
AVANT APRES

ARTICLE Ub 6 – IMPLANTATION DES CONSTRUCTIONS PAR RAPPORT AUX VOIES ET EMPRISES ARTICLE Ub 6 – IMPLANTATION DES CONSTRUCTIONS PAR RAPPORT AUX VOIES ET EMPRISES
PUBLIQUES PUBLIQUES
II. En secteur Uba
II. En secteur Uba
a) Sauf indications contraires portées aux documents graphiques du P.L.U., les
a) Sauf indications contraires portées aux documents graphiques du P.L.U., les constructions peuvent être implantées à la limite d’emprise des voies publiques ou
constructions peuvent être implantées à la limite d’emprise des voies publiques ou privées (ou de toute limite s’y substituant) et emprises publiques.
privées (ou de toute limite s’y substituant) et emprises publiques.
b) Lorsque le bâtiment est édifié en limite d’emprise d’une voie, la distance comptée
b) Lorsque le bâtiment est édifié en limite d’emprise d’une voie, la distance comptée horizontalement du plan vertical de l’immeuble au point le plus proche de la limite
horizontalement du plan vertical de l’immeuble au point le plus proche de la limite d’emprise opposée doit être au moins égale à la différence d’altitude entre ces deux
d’emprise opposée doit être au moins égale à la différence d’altitude entre ces deux points (H = L).
points (H = L).
Toutefois, ne sont pas limités par ce prospect, les lucarnes ainsi que les ouvrages
Toutefois, ne sont pas limités par ce prospect, les lucarnes ainsi que les ouvrages indispensables de faible emprise (souches de cheminées, locaux techniques
indispensables de faible emprise (souches de cheminées, locaux techniques d’ascenseur, pointe de pignon, etc.).
d’ascenseur, pointe de pignon, etc.).
A l’angle de voies d’inégales largeurs, sur une longueur n’excédant pas 20 mètres à
A l’angle de voies d’inégales largeurs, sur une longueur n’excédant pas 20 mètres à partir de l’intersection des alignements, les constructions peuvent avoir le prospect
partir de l’intersection des alignements, les constructions peuvent avoir le prospect admis par rapport à la voie la plus large.
admis par rapport à la voie la plus large.
c) Lorsque le projet n'est pas en limite de voie, les constructions doivent être
c) Lorsque le projet n'est pas en limite de voie, les constructions doivent être implantées à une distance de la voie au maximum égale à 6 mètres.
implantées à une distance de la voie au maximum égale à 6 mètres.
Toutefois, une implantation différente pourra être demandée pour :
Toutefois, une implantation différente pourra être demandée pour :
 Des raisons de sécurité ;  les extensions de constructions principales situées à plus de 6 mètres de l’emprise
 En fonction des dispositions d’une opération d’ensemble autorisée postérieurement des voies ;
à l’approbation du présent PLU ;  Des raisons de sécurité ;
 La préservation d’un élément végétal de qualité et structurant le paysage ;  En fonction des dispositions d’une opération d’ensemble autorisée postérieurement
 La réalisation d’équipements techniques liés aux différents réseaux ; à l’approbation du présent PLU ;
 En raison d’une configuration de la parcelle imposant une construction  La préservation d’un élément végétal de qualité et structurant le paysage ;
techniquement ou financièrement irréalisable.  La réalisation d’équipements techniques liés aux différents réseaux ;
 En raison d’une configuration de la parcelle imposant une construction
techniquement ou financièrement irréalisable.

Commune de PLESCOP 23
Rapport justificatif de la modification du plan local d’urbanisme
3) Modification de l’article 6 des zones Ua, Ub relatif à l’implantation des piscines par rapport aux voies et emprises publiques

La règle relative à l’implantation des piscines à l’arrière de la façade opposée à la voie figurant aux articles Ua6 et Ub7 ne favorise pas l’implantation de ces constructions au
regard de l’exposition, des conditions d’ensoleillement.

Il est donc souhaité d’adapter cette règle pour les piscines.

b) annexes et piscines

Les annexes et piscines doivent être implantées à l’arrière de la façade opposée à la voie. Une implantation différente pourra être acceptée pour les piscines s’il est démontré que le projet
bénéficie de meilleures conditions d’ensoleillement ou en raison de la configuration de la parcelle.

4) Permettre la réalisation de piscines couvertes en zone Nr

Le règlement de la zone Nr s’il permet l’implantation de piscines, n’offrent en revanche pas la possibilité qu’elles soient couvertes. Aussi, compte tenu de la vocation de la
zone qui permet des changements de destination ou des extensions notamment dans le domaine de l’habitat, du tourisme et de l’hôtellerie, il est souhaité permettre la
réalisation de piscines couvertes dès lors que le projet s’intègre dans son environnement patrimonial et naturel qu’il convient de préserver.

ARTICLE N 2 – OCCUPATION ET UTILISATION DU SOL SOUMISES A CONDITIONS PARTICULIERES


V. En secteur Nr :

7. Les piscines d'agrément découvertes et couvertes sous réserve pour ces dernières de s’intégrer à l’environnement patrimonial et naturel.

5) Mise en cohérence du règlement écrit et du règlement graphique la zone Nr en ce qui concerne le changement de destination des bâtiments agricoles

Le règlement de la zone Nr autorise le changement de destination des bâtiments agricoles à la condition que ces bâtiments ne soient plus à usage agricole et que les
bâtiments en question soient repérés au plan de zonage. Or, sur les planches graphiques, le zonage du secteur Nr tient lieu de repère d’identification ce qui rend mention
« Que le bâtiment en question soit repéré au plan de zonage » superfétatoire. Dans la mesure où la zone Nr correspond elle-même à un secteur de taille et de capacité
d’accueil limitées, dans lequel peuvent être autorisés les constructions et changements de destination, il est donc proposé de supprimer purement et simplement le report au
plan de zonage qui induit des incompréhensions.

Commune de PLESCOP 24
Rapport justificatif de la modification du plan local d’urbanisme
AVANT APRES

ARTICLE N 2 – OCCUPATION ET UTILISATION DU SOL SOUMISES A


ARTICLE N 2 – OCCUPATION ET UTILISATION DU SOL SOUMISES A CONDITIONS PARTICULIERES
CONDITIONS PARTICULIERES
V. En secteur Nr :
VI. En secteur Nr :
1. L’aménagement, la rénovation, la restauration (sous réserve de respecter la
1. L’aménagement, la rénovation, la restauration (sous réserve de respecter la volumétrie esquissée par les murs porteurs dont l'essentiel est resté) ou l'extension
volumétrie esquissée par les murs porteurs dont l'essentiel est resté) ou l'extension des constructions existantes. Les extensions doivent toutefois respecter les
des constructions existantes. Les extensions doivent toutefois respecter les conditions cumulatives suivantes :
conditions cumulatives suivantes : - respecter la volumétrie des constructions traditionnelles environnantes et
- respecter la volumétrie des constructions traditionnelles environnantes et des prescriptions obligatoires jointes en annexe n°2 du présent règlement
des prescriptions obligatoires jointes en annexe n°2 du présent règlement relative aux prescriptions architecturales ;
relative aux prescriptions architecturales ; - ne pas excéder les limites suivantes :
- ne pas excéder les limites suivantes :
 70 m² d'emprise au sol du bâtiment principal existant, dans la limite
 70 m² d'emprise au sol du bâtiment principal existant, dans la limite de 100 m² de surface de plancher;
de 100 m² de surface de plancher;
 30 m² d'emprise au sol pour l'extension des autres bâtiments, dans
 30 m² d'emprise au sol pour l'extension des autres bâtiments, dans la limite de 50 % du bâtiment concerné ;
la limite de 50 % du bâtiment concerné ; à la date d'approbation du plan local d'urbanisme précédent (13 octobre 2003).
à la date d'approbation du plan local d'urbanisme précédent (13 octobre 2003).
2. Le changement de destination d’habitation pour les activités compatibles avec
2. Le changement de destination d’habitation pour les activités compatibles avec l’habitat
l’habitat
3. Le changement de destination de bâtiment agricole à la condition suivante:
3. Le changement de destination de bâtiment agricole aux conditions suivantes : - Que le bâtiment en question n’ait plus d’usage agricole
- Que le bâtiment en question n’ait plus d’usage agricole - Que le bâtiment en question soit repéré au plan de zonage.
- Que le bâtiment en question soit repéré au plan de zonage.

6) Intégrer une référence systématique à l’annexe 3 relative aux hauteurs au sein de l’article 10 relatif à la hauteur maximale des constructions pour les
différentes zones

Pour une meilleure compréhension de l’article 10 de chaque zone et une référence systématique à l’annexe 3 du règlement relative aux hauteurs, il convient de préciser :

Commune de PLESCOP 25
Rapport justificatif de la modification du plan local d’urbanisme
La construction doit s’inscrire dans un gabarit délimité par un plan vertical et une pente à 45° dont la base est définie par l’intersection du plan vertical de façade et du plan
incliné de la toiture (voir annexe n°3).

7) Annexe n°3- Règles de hauteur

Dans un souci de clarté dans le cadre de l’instruction des demandes d’autorisation d’occupation des sols, il convient de préciser dans l’annexe n°3 relative aux hauteurs que
le gabarit s’applique sur les façades de la bande de construction par rapport une voie ou emprise ouverte à la circulation automobile.

AVANT APRES

ANNEXE 3- REGLES DE HAUTEURS ANNEXE 3- REGLES DE HAUTEURS

VERIFIER LE RESPECT DE LA HAUTEUR ABSOLUE (GABARIT) VERIFIER LE RESPECT DE LA HAUTEUR ABSOLUE (GABARIT)

Les profils extérieurs des constructions doivent s’inscrire dans un gabarit. Le gabarit est posé Les profils extérieurs des constructions doivent s’inscrire dans un gabarit. Le gabarit est posé
sur le plan de référence N ou P, sa face verticale étant plaquée successivement sur chacune sur le plan de référence N ou P, sa face verticale étant plaquée successivement sur chacune
des façades de la bande de construction dont la longueur n’excède pas 20 mètres. des façades de la bande de construction dont la longueur n’excède pas 20 mètres par rapport
à une voie ou emprise ouverte à la circulation publique.
La notion de façade est liée à la position des parois verticales qui isolent thermiquement la
construction (gros murs ou murs-rideaux, etc.). La façade constitue de fait de parement Pour les terrains dont plusieurs côtés jouxtent une voie ou emprise ouverte à la circulation
extérieur. Elle se compose des faces de même orientation géographique. automobile, le gabarit s’applique au seul côté d’accès au terrain.

Lorsqu’une façade d’une bande de construction de longueur maximale de 20 mètres comporte La notion de façade est liée à la position des parois verticales qui isolent thermiquement la
des éléments décalés (étages en retrait ou en saille, décrochement en emprise au sol, etc.), le construction (gros murs ou murs-rideaux, etc.). La façade constitue de fait de parement
gabarit s’applique sur la face qui présente la plus grande superficie. extérieur. Elle se compose des faces de même orientation géographique.

Ainsi, ne sont pas compris dans le gabarit, les éléments de faible emprise liés à l'usage du Lorsqu’une façade d’une bande de construction de longueur maximale de 20 mètres comporte
bâtiment, notamment murs pignons, acrotères, souches de cheminée, ventilations, lucarnes, des éléments décalés (étages en retrait ou en saille, décrochement en emprise au sol, etc.), le
machineries d'ascenseur, éléments techniques nécessaires à la sécurité des personnes de gabarit s’applique sur la face qui présente la plus grande superficie.
type garde-corps, saillies traditionnelles, éléments architecturaux ne créant pas de Shon
(exemple : portiques, auvents, bandeaux, etc.), terrasses, balcons, etc., dès lors qu'ils ne Ainsi, ne sont pas compris dans le gabarit, les éléments de faible emprise liés à l'usage du
portent pas atteinte à l'environnement dans lequel ils s'inscrivent, bâtiment, notamment murs pignons, acrotères, souches de cheminée, ventilations, lucarnes,
machineries d'ascenseur, éléments techniques nécessaires à la sécurité des personnes de
type garde-corps, saillies traditionnelles, éléments architecturaux ne créant pas de Shon
(exemple : portiques, auvents, bandeaux, etc.), terrasses, balcons, etc., dès lors qu'ils ne
portent pas atteinte à l'environnement dans lequel ils s'inscrivent,

Commune de PLESCOP 26
Rapport justificatif de la modification du plan local d’urbanisme