Vous êtes sur la page 1sur 168

, 1 LE SYMBOLE DES APOTRES

. PREMI~RE PARTIE

DIEU

Nihil obstat ,
LA PRO V'I DENeE
A. DEGAND, cano cens. librorum.' SERMONS
prononcés ·.dans S'église de l'Université de Budapest

par S. Exc. Mgr TEHAMER TOTH


IMPRIMATUR hêque de Veszprém

Traduits par l'Abbé Marcel GRANDCLAUIDON


Licencié ès Lettres
Tornaci, die 26 septembris T934.

J. LECOUVET, vic. Gin.

4 m • ÉDI'I'ZON 13'" lIULLE

ÉDITIONS SALVATOR
MULHOUSE (Haut-Rhin)
. ,(
1947
AVANT-PROPOS

LE SECRET DU SUCCÈS
DANS LA PRÉDICATION.

1. Le premier secret du succès dans la prédication a


toujours été et sera toujours celui-ci: la personnalité du
" .' . prédicateur, un zèle enflammé, une vie irréprochable. Un
prêtre qui sacrifie tout pour le Christ et Le préfère à
tout exerce une profonde influence sur les hommes
d'aujourd'hui submergés par les flots du matérialisme.
Un sermon qui ne porte pas le sceau d'une conviction
inébranlable aurait beau être composé selon les règles
du meilleur manuel 'oratoire, il resterait : (( un airain
sonnant et une cymbale retentissante» (1 0 Corinthiens
XIII, 1). En revanche, si l'auditeur se!).t que le prédi-
cateur croit ce qu'il dit du haut de la chaire, vit confor-
mément à ce qu'il enseigne et se tient avec sa vie
irréprochablecoinme un livre grand ouvert devant ses
àuditeurs, s'il sent dans ses paroles que toute sa joie et
tout son bonheur, toute son ambition consistent à
gagner de nouveaux fidèles à ~ la vérité, alors la négli-
gence,..,dans l'emploi des procédés oratoires ne nuira en
rien au succès de la prédication. C'est avec surprise
que nous voyons, même dans « un monde fatigué de la
prédication», les auditeurs se pr~sser autour d!'!.la chaire
d'un prêtre enflammé de zèle pour la gloire de Dieu,
pour lequel il ù'ya ni jour ni nuit quand il s'agit de la
6 AVANT-PROPOS AVANT··PROPOS 7
\

conquête .des âmes et dont la vie de travail justifie la semper mutuo se aspicerent : ita vita concionantis
vérité du vieux proverbe : « Ignis nunquam dicit : doctrinae ex alter a parte respondere debet usque adeo,
sufficit ». ut et vitam doctrina collustret, et doctrinam rursus vita
Un incroyant s'est exprimé de la façon suivante sur corroboret, viresque eidem perpetuo addat ... »
le P. de Ravignan : ( Il croit lui-même ce qu'il prêche Toutes ces qualités personnelles du prédicateur, que
et tout en lui respire la foi ». Une conviction si ardente les manuels rangent sous le titre global de « la personne
compense un physique ordinaire et bien des défauts du prédicateur» (la sainteté de "la vie, l'humilité, .':,.
(exemple: le Curé d'Ars) . Un violon ne peut pas piété, le désintéressement, la pureté d'âme, la politesse
toujours être un Stradivarius, mais Paganini savait et le savoir-faire pastoral), tout cela acquiert de nos
tirer des sons mélodieux d'un mauvais violon. Nous jours, où disparaît de plus en ' plus le respect de l'au-
pourrions un peu modifier les paroles de saint Augustin torité au profit du prestige personnel, une importance
« Ama et fac quod 'vis » en les appliquant au prédi- croissante pour le succès de la prédication.
cateur : « Esto sanctus et praedicà quod vis ». Pour l'orateur profane, tout cela a moins d 'impor-
A la différence de l'art oratoire profane, il nous faut 'tance, mais tout cela en a d'autant plus pour l'orateur
poser dans la prédication le principe suivant : Nos sacré. L'orateur profane ne vise pas à un but surnaturel,
sennons auront d'autant plus de succès que nous les procédés oratoires habituels lui suffisent donc . Mais
réussirons mieux par notre propre vie à nous rapprocher il n'en va pas de même pour le prédicateur qui a pour
de l'idéal catholique. but de conduire ses auditeurs à la vie surnaturelle; si
Le prédicateur fera bien de relire fréquemment les brillante que soit son éloquence; elle ne suffit pas, mais
paroles de saint Paul à Timothée et à Tite. Que n' exigeait- c'est la vie surnaturelle du prédicateur lui-même qui
il pas d'eux? (1 0 Timothée III, 2 et suiv.; Tite J, 7 et joue le rôle décisif pour obtenir le succès. Comment
suiv.) Et pourquoi tout cela? « Ut potens sit exhortari IJ . un . prédicateur pourrait-il élever son auditoire vers
« Cujus vita despicitur, restat, ut ejus praedicatio Dieu, si lui-même n'est pas capable de s'élever
contemnatur » a dit le pape saint Grégoire le Grand. jusqu'à Dieu?
A son tour saint François de Sales dit avec raison .: Une conférence scientifique témoigne de la science
« Une once d e bon exemple a plus de valeur que cent et de l'é.r udition dti conférencier. Un roman, d e la
belles paroles ». richesse d'expression et de l' adresse de son auteur. Une
Actuellement nous vivons tellement à une éppque de déclamation dé l'art de l'orateur. Et un sermon? De la
« prestige personnel» que ce n'est pas le " grand foi du prédicateur. Il faut aussi pour tin sennon de la
prédicateur » qui remplit avec succès la tache d'annoncer science, de l'érudition, de ia facilité d'élocution, mais
la parole de Dieu, mais le prêtre pieux et zélé. C'est l'essentiehest une foi vive et une réelle conviction. Un
ce qu'enseigne si bien saint Charles Borromée dans ses bon sennon témoigne toujours de la foi et de la mesure
« Pastorum instructiones » : « Quemadmodum en irnin dans laquelle le prédicateur, dans son âme,' dans sesl
arca testamenti duo illi Cherubim ita collocatint eTant, ,idées, dans sa sensibilité et dans sa volonté, est pénétré
8 AVANT-PROPOS AVANT-PROPOS 9
de la toute-puissance de Dieu. C'est pourquoi ne peut L'art de bien prêcher ne s'apprend pas dans les
rencontrer aucun succès un sermon qui ne repose que écoles, mais à genoux.
sur des procédés de logique et de rhétorique et n'est
que le produit de raisonnements abstraÎts. Il. Vne importante condition du succès dans la
Nous n'hésitons ~onc pas à affirmer que la méditation prédication est la connaissance de la vie moderne et le
quotidienne d'un 'prêtre zélé est l'instrument par souci de l'act!f.alité. Mais il faut bien comprendre le
excellence du succès. Il prêche bien celui qui médite sens de cette expression. Il se tromperait étrangement
beaucoup. « Ex plenitudine contemplatiônis praedicatio le prédicateur qui, pour se rendre plus intéressant,
derivatur » (Summa 2" 2,.e q. 188, art. 6). Par contre serait véritablem ent une gazette vivante, publierait
« qui non ardet, non incendit ». dans la chaire de vérité toutes les n ouvelles du jour,
Le Seigneur dit un jour à Ezéchiel : « Audies de ore se livr erait à des comparaisons tirées aux cheveux,
meo verbum et annuntiabis eis ex me » (III, 17). Et les jonglerait avec les m ots et les idées, tout cela pour
apôtres ont associé la prière et la prédication: « Nos prêcher d'une manière (( nouvelle» et cc moderne )).
vero oratiOIù et ministerio verbi instantes erimus » Ce n 'est pas à cela que nous pensons, lorsque nous
(Actes VI, 4). Que de fois saint Paul répète cette pensée: indiquons parmi les conditions du succès dans la
Il demande les prières des Ephésiens : « Vt detur mihi prédication la recherche de l'actualité et la compréhen-
sermo in operatione oris mei, cum fiducia notum facere sion de la vie moderne. Il s'agit ici de tout autre chose.
mysterium evangelii » (Ephésiens VI, 19). Il demande La piété personnelle, le zèl e et la dignité de vie du
les prières des Colossiens : « Orantes pro nobis, ut prédicateur ne suffis ent pas, mais il faut encore qu'il
Deus aperiat nobis ostium sermonis ad loquendum sache comment on doit faire aimer les vérités religieuses
mysterium Christi... ut manifestem ilIud; ita ut à l'homme d'aujourd'hui.
oportet me loqui » (Colossiens IV, 3-4). Il demande Les fidèl es ont un sens extraordinairem ent subtil sur
les prières des Thessaloniciens : « Fratres, orate pro ce point et remarquent vite , si du h aut de la chaire on
nobis, ut sei'mo Dei cun'at et cIarificetur » (llo Thessa- leur présente les vieilles vérités traditionnelles, sans vie
loniciens III, 1). et sans âme, sou s des phrases pomp euses et des flots de
Écoutons aussi ces paroles de saint Grégoire le Grand: paroles, avec de grands éclats d e voix ou bien s'ils ont
« Prius aurem cordis aperiat voci Creatoris,et postmodum devant eux un frère, un homme comme eux, un homme
os sui corporis aperiat auribus plebis» (In Ezech. 1; vivant d ill1s le mond e actuel, un homme d'auj ourd'hui
1, Hom. 1). Saint Augustin estime que le prédicateur dont l'âme vibre avec celle de tous ceux qui cherchent
« pietate magis orationum, quam oratorum facultate Dieu , un homme dont l'âme tremble dans les luttes de
indiget... Sit orator, antequam dictor,.. Priusquam la vie; un h om me qui, avec chaleur et sympathie, tend
exerat proferentem linguam, ad Deum levet animam les mains à ses f,ifres, pour les amener~jusqu'au cœu r
~itientem , ut eructet, quod biberit, vel quod impleverit du Christ où lui, prêtre , est déjà arrivé et Oil il a trouvé!
iundat » (D e doc,trina christ. l, IV). je bünllcur.
10 AVANT-PROPOS AVANT-PROPOS II

Si les auditeurs sentent la force de la vie spirituelle aura toujours pour sujet les questions les plus brûlantes
qui 'déborde de l'âme du prédicateur, s'Ils sentent et les plus angoissantes, et on pourra lui, appliquer ces
comme son âme soupire, brûle, lutte et souffre sous le paroles d'Emerson: « Pressez ses paroles et il en
couriIDt d'une vie surnaturelle à haute tension, comme sortira du sang ».
il trouve sa joie et regarde comme son plus saint devoir
de brancher les petites lampes de ses auditeurs sur le III. Une troisième condition dU: succès, c'est le naturel
courant vivifiant et libérateur du Christ, alors une dans le sermon. Prêchons naturellement. L'homme
prédication de ce genre est confonne à l'état d'esprit · moderne ne supporte plus le genre solennel et compassé
actuel. \ de nos prédécesseurs; il n'aime plus entendre le pretre
C'est cette actualité, c'est cette adaptation à la vie , 'i faire de l'éloquence» en chaire. Mais il lui accordera

moderne que nous réclamons. Une prédication où les toute son attention, si le prêtre converse avec lui, avec
fidèles s'aperçoivent que leur prêtre ne s'égare pas dans le même ton, les mêmes expressions, les mêmes gestes
des raisonnements nuageux et ne se répand pas en que deux vieux amis qui se promènent en causant
considérations ascétiques, dans un éloignement total de joyeusement. Le meilleur moyen d'éviter la monotonie
la vie réelle. « Non ùt dominantes in cIeris, sed forma et ce que l'on appelle le « tonde prédicateur » sera
facti gregis . ex animo » (1 0 Pierre V, 3). Si seulement pour le prêtre d'exposer avec toute sa personnalité les
les ,fi~èles pouvaie~t se rendre compte que la chaire vérités qu'il annonce du haut de la chaire. Celui qui
chre~lenne est aussI exposée aux furieuses tempêtes de cherche sérieusement à faire pénétrer les idées
la VIe terrestre et que le prédicateur suit avec une religieuses dans son auditoire ne l'endormira pas,
chaude sympathie les durs combats de la vie, il ne l'assourdira pas non plus par ses cris, mais il
qu'avec ':lne âme,co~patissante il connaît les privations « conversera » avec naturel et simplicité, c'est-à-dire
sur.huma11l~s de 1 eXIstence actuelle et possède un regard observera la ponctuation, l'accentuation, fera des pauses,
claIr et lucIde auquel ils peuvent en toute tranquillité évitera tout ce qU\ est affecté ou exagéré.
confier la conduite de leur âme tourmentée! Et c'est précisément ainsi que l'on s'assure le succès.
Lire dans les profondeurs des âmes, découvrir leurs Car le prédicateur a pOUl' tâche d'influencer ses
mouvements et leurs pensées intimes de manière à auditeurs, de les persuader. Pour cela il faut trois choses
ré~o,?,dr~ à leurs questions les plus secrètes, voilà une réclamées non seulement par la psychologie moderne,
predlcatlOn adaptée aux exigences de la vie moderne. mais déjà par Cicéron : (( Tribus rebus omnes ad .
Ce ~'est pas ainsi que peut prêcher le prêtre qui passe nostram " sententiam perducimus: aut docendo, aut
sa ~le dans un burea~, un secrétariat, une bibliothèque conciliando, aut permovendo » c'est-à-dire 'exposer
ou. a sa t~ble de0ravall. Ne peut prêcher ainsi que le clairement le sujet (dicendo) le rendre sympathique
pretre qUI confcJse souvent et parle souvent avec ses (conciliando) et susciter l'enthousiasme (permovendo).
fidèles: La prédication du prêtre qui entend journel- Car s'il est vrai que «( le premier fidèle d'un bon curé
lement les plaintes amères monter de l'océan de la vie c'est lui-même >l, il n'est pas moins vrai qu'un bon
12 AVANT- PROPOS AVANT-PROPO~'

sermon doit produire son etfet le plus profond sur le avec la force impulsive des vagues de la VIe la barque
prédicateur en personne. Lorsque le prédicateur, de leurs fidèles vers Dieu .
pendant sa préparation, cherche les moyens et la possi- Les prédicateurs français classiques ont évité par
bilité de faire passer dans sa propre vie les consé- principe l'emploi des exemples. Mais celui qui préfère
quences pratiques de son sujet et remarque les obstacles le succès du sermon à sa conformité au;x règles c1as-
qui lui barrent la route, son sermon se pénètre de cette ~ ique& peut tranquillement employer des exemples.
profondeur, de cette chaleur, de cette .force'"qui ne A.vec mesure miturellement. Et uniquement ;\, bon
permettent pas à l'âme des auditeurs de résister. Le èflcient.
prédicateur dont l'âme a passé par ces différentes N'importe quel événement d'une vie active peut
phases caractéristiques et qui connaît par sa propre faire une excellente entrée en matières (exordium ah
expérience leurs répercussions dans l'âme d'autrui, illustratione), s'il répond à l'idée fondamentale du
saura facilement convaincre ses auditeurs que les vérités sermon. Nous pouvons également donner une conclu-
qu'il leur annonce leur sont réellement indispensables, sion impressionnante, si nous disposons d'un trait 'qui
car elles donnent la force dans la lutte, la consolation résume tout le sujet étudié. Mais nous p ouvons utiliser
dans le chagrin, la lumière dans les ténèbres et la avec grand profit aussi bien les histoires véritables et
récompense dans la victoire. les exemples que les allégories, ies métaphores et les
par;lboles, dans le corps même du sermon. Il arrive
IV. Dans l'intérêt du succès nous ne pouvons fréquemment même aux gens cultivés d'ouvrir leur
qu'approuver l'usage de ces prédicateurs qui ont pour iournal du dimanche d'abord à la page du « Supplément
principe de rechercher dans les mille événements de la illustré
)J. La psychologie moderne a constaté que
vie quotidienne des exemples pour toucher de plus près l'intellectuel aussi pense en images et non pas seule-
l'âme de leurs auditeurs. Il est indéniable que l'insertion ment en idées abstraites: quant au public moyen, il lui
d'exemples et d'histoires a élargi les cadres rigides est très difficile de penser sans recourir aux images.
d'autrefois et a donné à la prédication une allure qui Et même si nous pouvons illustrer telle outene
frappe davantage les imaginations. Mais ne pourrions- vérité abstraite par un exemple frappant, intéressant,
nous pas trouver aussi des exemples dans la méthode emprunté à la vie actuelle, non seulement nous obtien-
de N~otre- Seigneur, qui non seulement sur la terre drons de nos auditeurs une attention plus grande qui
ferme,'mais à bord d'une nacelle enseignait les hommes. fera pénétrer davantage cn eux l'idée fondamentale,
« 11 monta dans une barque qui était à Simon et le pria mais, chose encore plus précieuse, ils verront que ce
de s'éloigner un peu de terre; puis s'étant assis, il que nous prêchons est vr:;!.i ct peut être pratiqué.
enseigna le peuple de dessus la barque» (S.,+uc V, 3)' L'usage des exemples,.Jentravé parfois le dévelop-
Il Y a des prédicateurs qui savent mieux prêcher en pement logique de la pensée ct la marche dthsermon,
.suivant l'ordre logique des idées et en se tenant sur le mais en vue du succès nous pouvons fermer les yeux sur '
terrain du syllogisme; mais il y en a qui conduisent cette imperfection. Etsi Notre:Seigneurn'a pasd ,~ daigné
14 AVANT-PROPOS AVANT-PROPOS

d'employer des exemples, nous n'avons pas besoin n6n suivre en chaire la méthode de ses manuels de théologie
plus de nous en priver. Car si le divin Maître ' était et que Ses auditeurs soient submergés sous un flot
resté dans ses discours aussi nuageux et aussi abstrait d'arguments et de syllogismes. Le succès d'un sermon
que bien des prédicateurs, certainement Il n'aurait pas n'est pas encore assuré du fait que,nous avons prouvé
été compris. Mais Notre-Seigneur n'a pas agi ainsi. avec une clarté lumineuse la vérité de notre sujet.
Dans ses prédications la moisson blanchit, le figuier Notre prédication rencontrera du succès, si elle fortifie
verdit, le lys fleurit, le firmame-nt rougeoie, la flamme la volonté, si elle favorise les pieuses résolutions. Même
brille, tout vit, même la nature inanimée. après le plus brillant assaut d'éloquence, l'auditoire est
L'emploi d'exemples, de traits, d'histoires et de toujours menacé par ,ce danger: «mirati sunt, conversi
paraboles n'est pas autre chose que la remise en usage non sunt J).
de l'ancienne (( biblia pauperum ,). Nous remplissons Pour convertir, pour agir sur la volonté, pour inspirer
par là plus facilement les exigences de la psychologie de pieuses résolutions, il faut à côté de la logique une
et de la pédagogie , religieuses modernes, suivant bonne dose de psychologie. Une psychologie qui ne se"
lesquelles il ne f<lut pas seulement exposer les vérItés contente pas d'insister sur les vérités du sujet traité,
de la foi par la manière rationnelle, mais s'efforcer d e mais qui s'efforce d'agir à la fois sur la sensibilité et la
les faire pénétrer dans les âmes par l'imagination et la volonté et c'est précisément pour cela qu'elle fait
sensibilité. C'est seulement ainsi que le sermon ressortir les heureux côtés du sujet, par exemple la
deviennra pour les âmes une source de vie. beauté, l'élévation, la force, la consolation, la paix que
Or le fait qu'un sermon est une source de vie po""r l'on rencontre dans le dogme dont il est question, la
l'âme est la marque du succès de la prédication. conformité de la moraie chrétienne avec la nature, la
raison humaine, le bien de l'état, tandis que sa violation
v. Mals pour atteindre au succès, il nous faut encore ' mène au déclin et à la ruine. A côté de la théologie
remplir une autre condition, ~'est de faire davantage morale, il faut aussi utiliser la psychologie morale; à
usage de la psychologie. C'est une exigence qu'il nous côté de la « theologia mentis », la « theologia cordis ».
faut formuler dans deux directions. L'Église sait bien que l'homme n'est p~s seulement
A) Dans l'enseignement des Facultes de théoJogie1C un cerveau, mais une volonté et uri cœur. Elle. sait que
premier rang revient naturellement ' à ' la logique, au c.e ' n'est pas par des études théologiqJes seulement
raisonnement et à l'argumentation. Les futurs prêtres qu'on devient un bon prêtre, et elle impose plusieurs
doivent démontrer suivant les règles d'une logique années de sérpinaire au futur prêtre non pas unique-
rIgoureuse, avec preuves et arguments, que tous no\> ment pour aiguiser son intelligence, mais pour former
dogmes, toutes nos obligations morales reposent sur sa volonté et son -'caractère. Le prédicateur lui aussi
des bases solides et sont des vérités que 1'on ne peut doit s'apercevoir que la vérité de son sujet, malgré la
pas mettre en doute. logique la plus sévère, ne suffit pas à influencer la
Mais à 'côté il yale danper que le rrétre continue à volonté et la sensibilité de ses auditeurs. L'orateur doit
16 AVANT··PROPOS AVANT-PROPOS

tenir compte que l'homme actuel est plus accessible également au secret du succès de la prédication. L'un
aux preuves historiques et psychologiques qu'à une de ces détails par exemple consiste dans la modestie de
démonstration logique. On prend plus facilement cet l'attitude et du maintien du prédicateur, car la. vanité
homme par le cœur que par la raison; ,et si nousgagnons n'est nulle part plus déplaisant(> que dans la chaire
son cœur, son esprit est aussi à nous. Sur bien des chrétienne. Il faut aussi s'en ... tenir'-- strictement à
questions, l'homme moderne ne sent pas comme il certaines règles de convenances connues sous le nom "
pense, mais pense comme il sent. de .« de~orum ». Ainsi la durée du sermon aujourd'hui
Les commerçants adroits ont découvert depuis dOIt tenlr compte de la nervosité de ROS contemporains;
longtemps qu'il ne suffit pas d'avoir les meilleures I~ faut ~~rtout traiter avec beaucoup de tact les ques-
marchandises, mais qu'il est tout autant nécessaire d e tiOns deJlcates et désagréables. On ne peut pas toujours
les faire connaître et de les offrir. De gros volumes ont' totalement éviter en chaire de blâmer, de critiquer
paru sous le titre de.: « Psychologie du vendeur ». Et assez sévèrement des opinions dangereuses et de
si nous n'avions pas peur d'être mal compris, nous condamner de fausses maximes morales, mais tout cela
proposerions pour assurer le succès de la prédication avec la plus grande délicatesse, avec modération et sans
d'imiter les procédés du commerçant ingénieux. Comme allusions blessantes et personnelles.
il présente sous un jour favorable sa marchandise à Soy.ons particu.lièrement prudents et sur nos gardes
l'acheteur! Comme il est empressé et agréable! Comme pour Juger certames tendances qui dans le fond sont
il ne cesse de vanter la qualité de ses articles! Jusqu'à bonnes et légitimes, et dangereuses seulement d~s
ce que la force de résistance de l'acheteur soit à bout leurs excès .
ét que le client achète. Peut-être même ce qu'il ne Dans la préparation de nos sermons qui renferment
voulait pas acheter, peut-être aussi ce dont il n'a pas des reproches ou des blâmes, rappelons-nous cette
besoin. histoire où deux prédicateurs jouèrent un rôle à
Pourrait-il y avoir un prédicateur pour accepter l'époque du mouvement anti-esclavagiste en Amérique.
tranquillement que dans son travail pour le royaume Tous deux parlaient avec le même enthousiasme contre
éternel de Dieu, dans l'enseignement de la parole divine :' e~cIavage, ~ais tandis que les gens écoutaient le plus
il soit dépas~é par un commerçant dans !a recomman- age, le plus Jeune ne rencontrait que des railleries et
dation plus chaleureuse, plus vivante, plus adroite, plus des menaces. Final ement il se plaignit à son confrère
persuasive d'une marchandise terrestre périssable? et lui demanda: « Je n'y comprends rien. Nous ensei-
B) Mais quand nous parlons en faveur d'une plus gnons tous les deux la même chose, et vous êtes écouté
grande utilisation de la psychologie, nous avons aussi tandis qu'on se moque de moi. Son aîné répondit;
en vue une autre idée. Nousvoudrionsattirerl'attention C'est parce que vous dites constamment à vos audi-
>~ ur un certain nombre de détails que nous pourrions teurs : si vous faites telle et teIlê- chose, vous serez
cataloguer sous le nom global de « Méthode psycholo- certainement damnés. Par contre voici ce que je dis:
gi.que de prédication )) et dont l'observation appartient Mes chers amis, si à l'avenir vpU's ne faites plus telle et

Symb. d. Ap, - T. 1 2
18 AVANT-PROPOS AVANT-PROPOS 19"
.
telle chose, il est certain que vous ne serez pas damnés. dimanche ..L'auteur' de ces lignes a prêché, dans l'église
Et voyez, on m'écoute, tandis qu'on vous repousse. Il de l'Université pazmany, devant le public cultivé d'une
grande ville, pendant un an sur l'encyclique « Quas
VI. Ce qui contribue grandement.au succès. de ·la primas li relative au Christ-Roi (I),pendant deux ans sur
prédication, c'est aussi le chofx méthodlque du sujet: ou, les Commandements (2), actuellement il parle sur lé
pour employer une expresslOn à la mode, la ratwna- Symbole (3) et il est réellement touché de l'attention
lisation du choix du sujet. . et de la fidélité que manifestent ses auditeurs en suivant
Sur le terrain intellectuel et matériel, on réclame de ces séries de prédications. .
plus en plus la rationalisation et il serait dommage de ne Du reste les sujets appropriés à de plus ou moins
pas s'en préoccuper dans la préparation ~e. nosprédi- longues séries d'instructions et capables de susciter
cations. Il nous faut reconnaître qu'en ChOISIssant, sans l'intérêt ne manquent pas. En voici quelques-uns: les
méthode, au petit bonheur, le sujet d: notre sermon, , Miracles de Notre-Seigneur, les Paraboles, les portraits
nous · gaspillons beaucoup de forces mtellectuelles et biblîques de l'Ancien et du Nouveau Testament, les
nous donnons beaucoup d'instructions sans succès, car Sacrements, la Sainte Messe, etc. les auditeurs sont
se réalisent les paroles de la Sainte. Écritur~ . aussi grandement impressiollnés, lorsqu'en suivant le
« Ceciderunt sacerdotes in hello... dum sme conslllo développement systématique de ces prédications, ils
exeunt in prœlium» (1 Machabées V,. (7). ., peuvent s'apercevoir du travail que le prédicateur
"De nos jours, les-prédicateurs exprlment. avec mSIS- s'impose pour le salut de leurs âmes.
tanèeleur désir de posséder de nouvelles péncopes pour
les dimanches car celles actuellement en usage ne VII. Enfin, il est indis}3ensable au succès de la
contieanent q~'une petite partie de nos Saints ~iv;es prédication d'y apporter une préparation sérieuse. On ne
et ont déjà été largement utilisées pour 1a. prMlcatlO~ saurait assez insister sur ce point que ce que l'on
homilétique. Mais celui qui connaît les ddficultés qUl appelle « la langue bien pendue li, la facilité de la parole,
s'opposent ~ cette réalisation n'attendra P:u' pour n'est pas du tout une ~ertitude de succès. En effet la
renouveler le fond de ses sermons et accrOltre leur question n'est pas de savoir si nous parlons, mais
intérêt, après l'âœompli,s sement très incertain de ce
vœu, il introduira à côté de nos pél'icopes actuelles la (1) • Le Christ et les Problèmes du temps présent» tJ,'aduction
rationalisation de la prédication. . de l'abbé M. Grandclaudon. Éditions Salvator, Mulhouse.
Et justement s'offre au préd~c~teur un ~o~en vénta- (2) « Les Dix Commandements de Dieu» traduction de
blement pratique; le cours SUiVi de pr.édications. Il est l'abbé G. Delagneau en 2 tomes. ÉditionsSalvator.
(3) « Le Symbole des Apôtres ", Ire Partie, DIEU, (leprésent
'un fait intéressant,'""e'est que le pubhc actuel préf~re volume). - Hme Partie, JÉSUS-CHRIST. - HIme Partie, LES
entendre toute une série de sermons sur tel ou tel sUJet SOUFFRo\NCES DU CHRIST. - IVme Partie, LA RÉSURRECTION.
plutôt que des instruction~ sans lien en~e elles et ~ v me Parti~, LE SAINT-ESPRIT. - Vlme Partie, LA
portant sur des sujets dlfféFents de. dimanche en COMMUNION DES SAINTS. Éditions Salvator, Mulhouse • .
20 AVANT-PROPOS AVANT-PROPOS ZI

comment nou~ ' parlons. Celui qui ne se prépare que Celui qui veut prêcher aux hommes d'aujourd'hui
_rapidem ent et superficiellement à prêcher , n'a pas la écrasés par les soucis, aigris, mécontents et insensibles
moindre idée de la mission sublim e du prédicateu 'i' et aux choses de l'éternité, sur la vie surnaturelle et ses
de la lourde responsabilité qui pèse sur lui. Ceux qui vérités, celui-Ià"a besoin de s'y préparer tout particu:.·
se vantent de -leur facilité de préparation devraient lièrement. NOllS d evons donc être bien persuadés que
seulement se rendre compte de la difficulté que l'on a celui qui de nos jours veut remplir, même avec . un
à les comprendre. Ils devraient bien prendre en consi- succès relatif, la tâche difficile de ministre de la parole
dération ces paroles de ' saint Paul: « ••• ne cum aliis de Dieu devant des auditoires devenus fort exigeants,
praedicaverim, ipse reprobus efficiar » (1 0 Corinthiens a besoin d'une préparation approfondie et très soignée.
IX, 27), et cet ' avertissement de Cicéron: « Quoties Pendant 'tout le cours de la semaine, il faut sans cesse
dicimus, toties de nobis judicatur ». s'occuper de son sujet, observer et juger les événe-
A ces prédicateurs qui se préparent si vite et si aisé- ments mondiaux et ceux ,de sa petite paroisse à ce point
ment je voudrais rappeler un trait de la viede Lacordaire, de vue, travailler son sermon, le tourner sous toutes ses
alors à l'apogée de sa réputation d'orateur. Un jour ' formes et ensuite l'écrire (autant que possible ne pas
qu'il visitait un pensionnat, le directeur lui demanda se contenter d'un plan) puis l'apprendre par cœur et
d'adresser « quelques mots » à ses jeunes gens. Et s'exercer, - tout cela exige du travail, un travail
l'illustre prédicateur répondit: « Si vous me l'aviez fatigant, sérieux - mais c'est la source du succès. Par
demandé plus tôt,j'aurais réfléchi à ce que je devais dire. contre que personne ne s'étonne si se vérifie aujour-
Mais j'ai en trop haute estime la parole publ ique que d'hui encore le vieil adage: «Qui ascendit sine Jabore,
pour parler sans préparation VoiUl ce que l~on peut
)J.
descendit sine honore )).
appeler « le respect pour la majesté de la parole» dont Tandis que le prédicateur prépare son sujet, réfléchit
Mgr Keppler a parlé d'une manière si pénétrante. sur des questions dogmatiques ou morales débarrassées
Une préparation approfondie est exigée non seule- de leurs termes techniques et s'efforce de les revêtir de
ment par le respect dû à la parole de Dieu, mais aussi forme s et d'expressions appropriées aux Besoins des
par la mentalité de ceux qui aujourd'hui fréquentent âmes des auditeurs, il accomplit le même travail qu'un
les églises. Où est le temps où l'auditoire écoutait avec transformateur électrique qui permet au courant à
respect et soumission toutes les paroles tombées de la haute tension provenant de'la 'c entrale lointaine d'être
chaire de ,vérité, même si on les présentait sous une utilisé pour la consommation courante journalière. C'est
forme très"simple et sans p"rétention? Le public actuel en cela que réside le côté fatigant ' de la préparation :
gâté par les livres, les journaux, la radio, les confé:. passer de la logique à , la psychologie; donner à
rences, critique ' plus sévèrement, pèse l es paroles du des définitions livresques incolores les teintes fraîches
prédicateur et s'il est rebuté par des expressions de la vie, pour que le sermon ne soit pas trop doctri-
banales ou des instructions mal préparées, il ne met naire et ne se perde pas dans les nuages de subtilités
plus les pieds à l'église.
22 AVANT-PROPOS AVANT-PROPO';

philosophiques, mais se dégag e des pâles abstractions enthousiaste d'une croisade pour ta conquête des âmes,
pour pénétrer dans la vie réelle. un des exercices les plus utiles de l'ascétisme sacerdotal ,
_On ne peut nier que le ministère pastoral actuel, contemporain.
avec ses(jœuvres, ses réunions dè toute sorte, absorbe
tellement le prêtre que celui-ci est souvent obligé de
réduire fortemen-t le temps de la préparation indispen-
•••
sable au succès de la prédication. C'est un fait pro- Pour mon cycle de sermons sur les Commandements
fondément regrettable. M:ai-s c'est une autre question j'avais écrit une préface intitulée « La prédication nou-
de savoir si l~on peut s'en accommoder, si les à-côtés velle ». On comprendra plus facilement la manière de
du ministère pastoral ont le droit de détourner le prêtre réaliser les conseils qui y étaient donnés en lisant la
de sa tâche la plus importante, la prédication de la présente préface. ,
parole de Dieu. Pour ma part, je crois-que les apôtres Puissé-je réussir par mes sermonnaires à faire avancer,
seraient aujourd'hui encore du même avis qu'il y a ne serait-ce que d'un pas, la sainte cause de la prédi -
dix-neuf siècles, quand ils confièrent aux diacres leurs cation nouvelle, afin que pour chacun de mes frères
occupations ' accessoires en disant: « Nos vero orationi dans le ministère et pour l'auteur de ces lignes, se
et ministerio ve!'bi instantes erimus» (Actes VI, 4). réalise cette phrase de nos Saints Livres : « Dedit mihi
Assurément ùn bon. sermon est toujours le fruit d'un Dominus linguam mercedem meam et in ipsa laudabo
travail sérieux et fatigant. Be même que l'abeille va eum» (Ecclésiastique LI, 30) . .
de fleur en fleur, pour en puiser le suc, le transformer Et que se réalise a~ssi pour . chacun d: ?~Us qUI
. etproduîre le miel, de même il faut que le prédicateur prêchons la parole de Dle\),Ja pnère du brevl~lre ~ue
lise beaucoup, apprenne beaucoup, pense beaucoup à nous répétons si fréquemment :« Per evangehca dlcta
son sujet, pour capter des idées, les travailler, les déve- deleantu,r nostra delicta 1 Il
lopper, leur donner leur forme définÎtive et les trans- L'AUTEUR.
crire. Tant que le sermon Q'est pas au point, nous
éprouvons toutes les angoisses, les fatigues, les peines
d'une action créatrice. Ceux qui écoutent un sermon ne
se cloutent pas le moins du monde des réflexions et deR
lectures, des suew's, de la fatigue intellectuelle et ner-
veuse qu'il !'a cofttées. Cependant pour le prêtr~A zélé
cette prép;tration absorbant~ qui se poursuit de semaine
en, semaine pendant des dizaines d'années n'est pas une
charge ni une contrainte, mais l'occasion de faire un des
sacrifices inhérents à la vie sacerdotale, elle n'est pas
'une source de mauvaise humeur, mais le départ
r

(1 DIEU EST .ESPRIT "

Mm; FRÈRES,

Connaissez-vous la légende de la statue voilée de


Saïs? La douloureuse et émouvante légende de l'auda-
cieux jeune homme?
Une vieille légende égyptienne raconte que l'origine
première de toute divinité et de toute vie est la déesse
Isis dont l'image était conservée à Saïs, derrière un
voile de velours et d'or. On rapportait au sujet de cette
image que quiconque soulevait le voile de ,cette statue
saisissait les plus profonds mystères religieux; mais
personne n'avait le droit de l'enlever sinon les prêtres
ehargés du service de la déesse.
Or il y avait un jeune homme qui n'arrivait pas à
apaiser sa soif de savoir ... à tout prix il voulait en savoir
plus long sur la divinité ... Une nuit, il se glissa dans
le temple et d'une main tremblante souleva le voile
de Saïs ...
Ce qu'il vit, il ne le dit à personne; car lorsque le
lendemain les prêtres entrèrent dans le temple, l'auda-
LE SYMBOLE DES APOTRES DlhU EST ESPRlT 27
cieux jeune homme gisait sur le sol, blanc comme un
mort, muet et privé de raison. Qu'est-ce qui 'l'en avait
privé ? ~récisém~nt èe qu'il avait réell~ment vu; il avait 1
pénétré au plus profond de la religion païenne; il avait
vu qu'elle n'était 'qu'un grand mensonge, car derrière
QUI SERA NOTRE GUIDE?
le voile il n'avait déc~>uvert qu'un grand vide béant ...
Eh bien! mes frères, notre sainte religion chrétienne
n'a pas peur que l'on soulève son voile. Non seulement Jùsqu'au sermon d'aujourd'hui, c'est la ra·ison toute
elle n'a pas peur, mais elle nous y invite expressément: seule qui nous a conduits à Dieu. Nous lui avons
Approchez-vous de Dieu! Qu'Il ne reste pas pour vous demandé : Y a-t-il un Dieu? Et nous avons obtenu
une image voilée et caçhée dans le lointain! Parlez ,cette réponse: Il faut qu'existe un ttre suprême et
beaucoup de Lui, pensez à Lui - autant qu'en est tout-puissant que nous appelons Dieu~ La raison nous
capable la faible raison humaine -essayez de Le a amenés tout près de Dieu; ici elle s'arrête, elle est
connaître toujours davantage 1 arrêtée devant le voile qui cache Dieu, et ne peut aller
C'est cette soif de connaître que je voudrais apaiser plus avant.
dans les instructions qui vont suivn;. Y a-t-tÏ un Dieu? L'aiguille aimantée indique avec précision à l'explo-
C'est ,ce que j'ai traité jusqu'à présent. Qu'est-ce que rateur le pôle nord; mais lorsqu'il arrive dans le voisi-
Dieu? Tel sera désormais le sujet de mes prédications. nage du pôle, alors l'aiguille devient folle et lui refuse
Mais n'y aurait-il pas du danger à penser autaQt 'à tout service; de même la raison humaine perd de son
Dieu, à réfléchir ainsi à son sujet et à tant en parler? assurance et se révèle impuissante, dès qu'elle s'approche
Ne nous arrivera-t-il pas ce qui s'est produit pour le du my~tère par excellence, dès qu'elle s'approche de
jeune homme de Saïs? N'ayez pas peur, mes frères! Dieu.
Suivons hardiment notre, route! Je sais, par une sainte Les païens les plus sages se rendaient déjà compte
conviction, que finalement nous ne subirons pas le de la difficulté de cette tâche. Le tyran de Syracuse,
sort infortuné du jeune homme de Saïs, mais que pleins Hiéron, ,posa un jour au philosophe Simonide cette
d'une joie respectueuse, fortifiés dl\ns notre foi, nous question : « Dis-moi, qu'est-ce que Dieu? » Le sage
nous prosternerons devant notre Dieu mieux connu et demanda un jour de réflexion. La journée passée, il
mieux aimé. demanda deux autres jours ... ensuite quatre ... et puis
Mais aujourd'hui, avant de faire les premiers pas, huit... Finalement il déclara au tyran impatient :
il faut que nous cherchions un guide. Jusque maintenant « Plus je réfléchis sur la question, plus je t170uve la
c'était la raison, pourra-t-elle continuer ce rôle? réponse difficile» (Cicéron: De n~tura deorum l, 33).
l ,
28 LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST ESPRIT 29

Voyez comme la raison humaine s'efforce de soulever preuves éloquentes de la grandeur de .Dieu. « Inte~roge
.le voile et comme, livrée à elle-même, elle en est les bêtes et elles t'instruiront, les OIseaux du CIel et
incapable! ' / ils te l'apprendront; demande à la terr,e et elle t'ensei- ,
Alors, il fant se contenter de savoir què Dieu existe, gnera; même les poissons de la mer te le raco~teron~.
mais qu'il est impossible de Le connaître de plus près? Qui ne sait 'parmi eux que la main de Jahve a faIt
Non, mes frères! L'homme ne peut pas se contenter , toutes choses? » (Job XII, 7-9). « Car toute 'maison
de cette réponse. C'est pour cela que la raison nous est construite par quelqu'un et celui qui a construit
apprend: déjà quelque chose sur les attributs divins. toutes choses, c'est Dieu » (Hébreux III, 4)'
Là 011 s'arrête la raison, nous arrive l'aide d'une main Autour de moi tourbillonne ce merveilleux univers
ferme pour soulever le voile qui cache la face de Dieu, avec ses millions de corps célestes. Il tourne depuis des
c'est la main robuste de la Foi. millions d'années avec une régularité parfaite dans son
a) Qu'est-ce que Dieu? La raison humaine dit son immense révolution. Les gens sont en admiration devant
mot. ,Sans doute, elle ne peut pas dire grand'chose, la vitrine d~un horloger. Sous un globe se trouve une
toutefois elle dit quelque chose. Non seulement elle pendule avec cette inscription : « N'a besoin d'être
affirme qu'il y a un Dieu, mais elle dit aussi combien remontée que tous les 400 jours ». Tout le monde
il faut que Dieu soit grand, immense et puissant. admire la pendule et encore plus celui qui l'a faite.
Dieu! Indiquez-moi un seul point du vaste monde Or remarquez-le, vous avez sous les yeux l'infiniment
où son nom sacré serait étranger ou inconnu! Dès plti s beau et pl\,ls compliqué mécanisme de yunivers
l'aube, le paysan lève les yeux vers le ciel pour adorer et il n'a pas besoin d'être remonté. CombIen sage,
Dieu. Le malade crie vers Lui, l'infirme L'implore. combien puissant, combien infini doit donc être le
Le méchant Le redoute, le bon met sa confiance en Créateur de l'univers. La raison seule le dit déjà.
\
Lui. L'enfant s'agenouille devant Lui et le vieillard « Ne cessez de tourner les pages du livre éternel
se tourne, vers Lui. C'est de Lui que le pauvre attend de la nature; il renferme l'image de Dieu» (Vorosmarty).
du secours et c'est devant Lui que se prosterne le roi. ' Par ces paroles le poète avertit ceux qui savent voir ,e t
Nous savons 'que pour, tous Dieu est tout. réfléchir qu'il y a dans le monde créé des beautés par
Dieu! Autant il 'y a d'étoiles dans le ciel, autant de milliers.
brins d'~erbe dans les prairies, autant de poissons dans b) Mais cette image de Dieu que nous offre la natu~e
les flots, autant d'oiseaux dans les airs, autant de feuilles est voilée incertaine, insuffisante ... nous avons besom ,
dans la forêt, autant de fleurs dans les champs, autant d'une im~ge bien plus claire et plus exact.e. Qu'il y.ait
de grains de sable sur le bord de la mer et autant de un Dieu, qu'il faille que Dieu existe, la rals.on humame !
gouttes d'eau dans l'océan, autant possédons-nous de s'en rend compte. Mais ce concept de DIeu est trop,
DIEU EST ESPRIT 31
3° LE SYMBOLE DES APOTRES

saint qui a le péché en horreur, le Dieu patient qui ne


étroit, trop vague, trop froid et obnubilé. Il y a un Dieu
dit la raison humaine. Mais comment est Dieu il n'y ~
châtie pas immédiatement le pécheur;' le Dieu miséri-
cordieux qui appelle à Lui tous les pécheurs. Sous
que Dieu lui-même qui puisse nous le dire plus exac-
quels nobles traits Notre-Seigneur ne nous a-t-Il
tement. « Et personn.e ne connaît le Père sinon le Fils
pas fait connaître Dieu? Et ces traits nous les étudierons
et celui à qui le Fils veut le révéler» (S. Matthieu XI, 27).
successivement dans les sermons qui suivront; certai-
Voilà donc, mes frères, la main forte et puissante
nement il nous faudra atteindre à des hauteurs verti-
qui nous aidera à soulever le voile : la main secourable
gineuses et sonder des abîmes sans fond; mais ne
de la Joi, la Sainte Écriture nous parlant de Dieu et
craignons rien : le Christ nous tient par la main.
Notre-Seigneur Jésus-Christ parlant de Dieu.
Engageons-nous donc, mes frères, sur cette grande
Dans les points de vue situés à' une certaine altitude
route. Où nous conduisent nos, premiers, pas? A la
il y a généraleinent un télescope et pour quelques sous:
lumière de la Foi, n'avançons aujourd'hui que de
on peut y regarder e~ contempler le panorama et les
deux pas, mais ils nous transportent déjà à des hauteurs
montagnes qui ferment l'horizon. Nous nous trouvons
à côté de celui qui regarde dans l'instrument et qui insoupçonnées.
s'exclame continuellement : « Quelles roches magni-
fiques! Quelles gorges! Quelles profondeurs! Quelle II
beauté! Quelle merveille! » Les autres personnes ne
voient l'ien, de tout cela et croient celui qui a la lunette IL N'y A QU'UN SEUL DIEU.
devant les yeux. Le Christ voit Lui aussi dans l'éternité.
Plaçons-nous donc près de Notre-Seigneur, près de
« Je crois en un seul Dieu ». C'est ainsi que commence
la Sainte Écriture, et écoutons ce qu'ils disent de Dieu.
le Symbole des Apôtres et ce sera aussi notre premier
Notre ' raison nous . dit seulement que Dieu est grand
infiniment puissant,.. mais combien nous en disen~ pas. Je crois en un seul Dieu.
Actuellement nous ne pouvons plus bien nous rendre
davantage à son sujet la Foi et Notre-Seigneur
compte de l'immense valeur spirituelle que renferme
Jésus-Christ. -
cette affirmation : il n'y a qu'un Dieu. Dans les pays
De ce que nous dit Notre-Seigneur nous savons ce
qu'est Dieu. « Celui qui me voit, voit aussi mon Père », , chrétiens, chaque ''î>etit enfant récite : « Je crois en un
seul Dieu »; rien qu'en un, il n'y a qu'un Dieu. « Écoute,
dit un jour Jésus-Christ, et ainsi nous savons que Dieu
est tout' ce qu'est Jésus Lui-même: le Dieu bon qui Israël, le Seigneur est ton Dieu, le Dieu unique»
nous attend dans l'éternité bienheureuse, le Dieu juste (Deutéronome IV, 35), c'est ainsi que Moïse parla à
' llui récompense ou punit , selon les œuvres, le Dieu son peuple et ce petit peuple conserva sa foi en un seul,
32 LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST ESPRIT

Dieu an milieu d'une mer d'idolâtres et le « Credo in n'ont-elles pas été remplacées par les idoles du paganisme
unum Deum », «. Je crois en un seul .Dieu » est deven u moderne,' la cupidité, la luxure, l'orgueil? Or « personne
la vérité fondamentale du Credo chrétien. ne peut servir deux maîtres », on ne peut donc pas
y a-t-il une vérité religieuse qui, puisse être regardée servir à la fbis le seul vrai Dieu et les idoles.
comme plus évidente et plus naturelle? Après combien Il n'y a qu'un Dieu.
d'erreurs pourtant l'humanité a-t-elle pu parvenir , Mais poursuivons notre route et soulevons un peu
jusqu'à elle? Dans quelle ,a berration l'humanité n'a- davantage le voile: Qu'est-- ce que Dieu?
t-elle pas été' plongée durant des siècles, sous le rica-
nement des innombrables divinités du paganisme?
On ne peut actuellement se faire une idée des luttes
et des sacrifices sanglants que se sont imposés les III
chrétiens pour arriver enfin il faire entrer une vérité
DIEU EST ESPRIT.
qui nous paraît si éclatante dans le domaine spirituel
de l'humanité. Le sang des premiers martyrs a coulé
pour la foi en un seul Dieu. Les missionnaires ont Notre-Seigneur parcourant la Palestine arriva un jour
renoncé à leurs familles, aux commodités terrestres, à Samarie. Les Juifs évitaient cette localité, car à
au repos de leurs nuits et souvent même à leur propre l'époque de la captivité de Babylone, les Samaritain:s
vie, pour évangéliser les peuples païens, pour leur avaient contracté des mariages avec les païens et avaient
enseigner la foi en un seul Dieu. adopté leurs usages et le peuple juif, de retour de la
Si aujourd'hui on admet comme une vérité évidente captivité, ne les avait plus reconnus comme un peuple
la foi \ chrétienne en un seul Dieu, n'oublions pas frère. Aussi s'étaient-ils bâti un temple à eux sur le
cependant de songer avec reconnaissance à ceux qui mont Garizim.
par leurs travaux apostoliques ont donné à notre pays C'est là que se dirige Jésus et que, dans le voisinage
la véritable civilisation; à saint Étienne, à saint Gérard, de cette ville, il s'arrête fatigué près du puits de Jacob.
à saint · Ladislas. Et n'oublions pas de soute,n ir par nos Une Samaritaine arrive pour chercher de l'eau et c'est
prières et par nos offrandes ceux'- qui actuellement alors que s'engage entre le Divin Maître et cette femme
luttent en pays'de mission pour ériger à la place des une ' conversation sublime. Il est impossible de lire,
faux dieux les 'autels du seul vrai Dieu. sans être ému, le quatrième chapitre de l'évangile selon
Et surtout n'oublions pas une ,~hosel Sans doute les saint Jean qui rapporte tout au long cette conversation.
idoles de l'ancien paganisme sont. détruites chez nous La femme pose d'un air , angoissé cette question :
depuis longtemps, mais dam combien de cœurs humains « Seigneur, où faut-il adorer Dieu? Nos pères ont

Symb, d. Ap. - T. 1 S
34 LE SYMBOLE DES APOTR~S DIÈU EST !';s PRi1'

adoré Dieu sur cette montagne, mais vous dites que Non, mes frères, Dieu est Es-prit. .
c'est à Jérusalem qu'il faut L'adorer» (S. Jean IV, 20). 2) De ce fait découle, une secor:de leçon, Di~ ~st
Et Notre-Seigneur prononce alors l'affirmation qui Esprit et précisément pour cela, tl nous est diffictle,
constitue la base inébranlable de notre foi : « Dieu est à nous qui sommes composés d'un corps ~t d'une âm~,
esprit et ceux qui l'adorent doivent L'adorer en esprit et en il est difficile de nous en faire une idée. Dieu est Espnt
vérité » (S. Jean IV, 24). et par suite nous avons du mal d'en parler avec clarté.
Qu'est-ce que Dieu? « Dieu est Esprit ». Méditons, Le plu~ grand des prophètes de l'Ancienne Loi, .Isaïe,
mes frères, sur ce texte. L'enfant l'apprend au caté .. l'a appris de Dieu lui-même: « De même ~ue le Ciel est
chi~me et pourtant le plus profond des théologiens est plus haut que la terre, de même Mes VOles sont plus
incapable d'en épuiser le contenu. élevées que vos voies et Mes pensées au-dessus de vos
1) Dieu'est Esprit: Cela veut d'abord dire qu'il n'a pensées)) (Isaïe LV, 9)' . . . • . '.
pas de corps. C'est là une vérité banale pour nous autres On ne peut donc jamais assez mSlster sur le fait que
chrétiens. Mais en même temps surgissent devant nous, Dieu est Esprit, qu'Il n'a pas de corps, si bien qu'il nouS
comme des spectres, les tristes aberrations des siècles est impossible de parler clairement de ~ui, ~ nous ~ervant
passés ainsi que les misérables concepts des païens de des expressionsohumaines. Il ne faut JamaiS oubher que
notre époque. Aujourd'hui encore il y a des centaines lorsque nous parlons de Dieu, no~ empru~tons nos
de millions d'hommes qui reconnaissent et adorent termes, nos expressions, nos comparaisons, umquement
Dieu dans la pierre, les fétiches, les idoles, le soleil, à la vie humaine et parce que nous sommes des créatures
le feu. Et parmi eux je ne compte pas seulement les humaines, nous ne pouvons ni penser ni parler autre-
. nègres ou les Papous de l'Australie, mais aussi ces ment.Nous devons sans cesse avoir devant les y~ux
païens civilisés qui cherchent Dieu dans la matière et qui que nous nous exprimons gauchement, ~ la ma!,uère
regardent le monde, l'univers, les forces de la nature, humaine, l~rsque nous parlons de « la mam de Dieu )),
ces forces aveugles, sans cœur et sans âme, comme la de « l'œil de Dieu )), du « trône de Dieu )l, etc., comme
Divinité. Sans doute, elle est puissante la force gigan- fait aussi la Sainte Écriture. Elle parle du « trône'~ de
tesque qui ci pu faire sortir des entrailles de la terre des Dieu », pour signifier la majesté divine; elle ?ar~e de
montagnes jusqu'à huit mille mètres d'altitude~ Mais « la droite de'Dieu », du « doigt de Dieu », pour mdlquer
cette force a-t-elle une volon 'é, peut-elle être Dieu? sa puissance; de la « personne » de Dieu, pour. repr~.­
Assurément, il est ravissant le renouveau printanier, senter son omniscience~ Mais nous devons saVOlr qu 11
lorsque les chauds rayons du soleil versent leurs ~ourires ne faut pas prendre ces expressions à l~ lettre, car ~lles
sur la campagne, mais un tel Dieu peut-il donu'er une ne sont qu'une manière de parler humatn~ et symboltq~e.
réponse à un cœur humain qui souffre, peine et lutte? C'est en vain, il faut en être persuade, que la petite,
DIEU EST ESPRIT 37
LE SYMBOLE DES APOTRES

raison humaine cherche à saisir le Dieu infini et s'efforce •••


d 'en parler avec exactitud~.
Comment, je ne le'- puis pas? Non! L'intelligénce Qu'est-ce que Dieu '? Voilà la question qui va nous
humaine la plus fine ne le peut pas non plus. A quelle occuper désormais et chaque sermon aura pour but
distance ne sommes-nous pas d'un génie tel que d~ tracer, avec une précision toujours plus grande,
saint Augustin et pourtant il écrivait ceci: Dieu dépasse l'image de Dieu dans notre âme.
tO'!te expression. Il est plus aisé de dire ce qu'Il n'est Notre religion nous présente un tableau majestueux
pas que ce qu'Il est. Dieu n'est ni la terre ni la mer. de Dieu, mais on ne peut pas dire qu'il est complet,
l Tout ce qui se trouve dans la mer et dans les airs n'est clair et précis jusque dans les détails. L'âme unie à un
pas Dieu. Tout ce qui brille dans le ciel, les ~toiles, . corps est incapable de s'approcher tout près de Dieu.
le soleil, la lune, tout cela n'est pas Dieu. Veux-tu savoir « Maintenant nous voyons dans un mirOIr, d'une
,ce qu'est Dieu ? C'est ce que l'œil .n'a pas vu, ce que manière obscure» (1 Corinthiens XIII, 12). Mais savez-
l'oIeille n'a pas entendu, ce que le cœur de l'homme vous quand no).lS aurons de Dieu une claire vision,
n'a pas saisi. Mais tout ce que le cœur de. l'homme n'a quand tombera le voile qui Le cache? Ce sera lorsque
pas saisi, comment cela pourrait~il sortir de ses lèvres? luira la lumière éternelle; à cette lumière BOUS pourrons
(In Ps. 85, 12). voir Dieu.
Si saint Augustin parle de la sorte, nous n'avons plus « Que luise pour lui la lumière éternelle! » C'est une
qu'à baisser humblement notre front et à reconnaître magnifique coutume chrétienne, lorsqu'on dit adieu
que nous sommes incapables de . donner de Dieu une à un défunt, tandis que les pelletées de terre tombent
définition claire et complète, parce que « Dieu est Esprit ». dans la fosse, de lui crier pendant le grand voyage :
Nous pouvons mettre en relief tel ou tel de ses attributs, « Que luise pour lui la lumière éternelle! » Ce bref
afin de Le rapprochèi de notre manière de voir, mais souhait renferme tout ce que nous pouvons souhaiter
donner de Dieu une définition est absolument impossible. à nos morts. La lumière .éternelle! Où il y a de la
Alors nOUS ne savons rien de Dieu? Si! Nous ne lumière, on peut voir; où il · y a la lumière éternelle,
connaissons pas Dieu dans l'ensemble, parce qu'Il c'est-à-dire, la plus intense des lumières, on voit tout :
réside dans une lumière invisible qu'aucun homme on voit Dieu. « Que luise pour lui la lumière éternelle! »
n'a vue ni ne peut voir (1 Timothée VI, 16), mais ce cela veut dire : « Qu'il voie Dieu! » Or voir Dieu
que nous pouvons savoir de Dieu à la lumière de la constitue pour l'homme le bonheur suprême, l'éternelle
foi nous met déjà devant les yeux un Dieu dont la félicité.
majesté nous donne le vertige. Dans l'Ancien Testament déjà, l'homme ~vait le
i

Tel sera l'objet des instructions suivantes. \

1
l.E SYM.HOLE DES APOTHES

pressentiment que ce ~erait pour lui le bonheur suprême


de voir Dieu. Aussi Moïse demande-t-il au Seigneur:
« Montrez-moi Votre_lace )) (Exode XXXIII, 13).
Saint Paul va plus loin: il accepte toutes les souffrances II
et .les persecutions pour arriver à voir Dieu~,(2e Corin-
thIens XI). Notre-Seigneur Lui-même ne peut pro-
mettre à ses plus courageux disciples, aux héros et DIEU EST MON PRR.'R
aux martyrs de la chasteté, ).lne récompense plus élevée
IL PREND SOIN DE MOi (1)
que celle-ci: « Bienheureux les cœurs purs, parce qu'ils
verront Dieu! )) (S. Matthieu V, 8).
Mes frères, nous verrons Dieu. Nous autres chrétiens
nous SOmmes des enfants des hommes qui cherchon~
à sortir des ténèbres pour parvenir à la lumière et au
milieu des ténèbres qui nous entourent nous le~ons la
têt~ vers la lumière éternelle, comme la petite fleur
La profession de foi catholique commence par ces
paroles extraordinaire,s : « Je crois en Dieu, le Père
qUI, de la chambre humide et obscure, dirige ses
Tout-Puissant )). Qu'y a-t-il donc d'extraordinaire dans
boutons pâlis vers les chauds rayons du soleil.
cette affirmation? Que nous croyons en Dieu? Pas du
Seigneur ne laissez pas s,e dessécher cette petite fieur!
tout. Que notre raison, notre cœur, notre passé e(notre
Seigneur, ne la laissez, pas se flétrir dans l'atmosphère
viciée d'une vie de péchés! avenir, notre vie terrestre et notre vie future nous
obligent à croire en Lui? En quoi y a-t-il donc quelque
. Seigneur, ne la laissez pas emporter par la tempête
du monde! Qu'à l'heure des adieux, quand je quitterai chose d'extraordinaire? En ceci que nous, chrétiens,
cette terre, on puisse me crier : Frère, puisses-tu voir rious osons appeler Dieu ~( Notre Père )) . .
Dieu et être heureux éternellement! « Que luise pour toi Sans doute, c'est pour nous quelque chose de tout
la lumière étemelle! )) Amen. naturel, une affaire d'habitude, à tel point que nous
avons de la peil).e à nous imaginer qu'il puisse en être
autrement. Mais cette connaissance sublime, nous en
sommes _redevables uniquement à Jésus-Christ, N otre-
Seigneur. La Grèce et Rome n'ont pas reconnu en
Dieu un Père, Boudha ne L'a pas 'vu ainsi/~Mahomet
ne L 'a pas prêché sous ce nom. Même le peuple élu
LE SYMBOLE DUS APOTRES DIEU EST MON PÈRE: ,IL PREND ' SOIN DE MOI

de l'Ancienne Loi n'a pas eu 1'idée de l'appeler son l'amour, Ir n'est pas seulement un juge sévère, mais
Père. A ses yeux, Dieu était un maître sévère qui aussi un père bienveillant qui nous aide à observer
donnait ses commandements au milieu des éclairs et ses commandements!: « Notre Père» (S. Matthieu VI, 9).
du tonnerre , et qui en punissait rigoureusement la {( Dieu, notre Père n, Quelles sont les conséquenèes
transgression, jusque dans les générations à ·'venir. de cet àrticle de foi sublime et spécifiquement chrétien?
De là cette terreur, pour nous presque incompré- Tel sera le sujet des quatre inst,ructions suivantes.
hensible, du peuple juif envers Dieu et qui avait pour
conséquence qu'il n'osait même pas prononcer le nom
divin.
Et voici qu'apparaît Notre-Seigneur Jésus-Christ
l
et sur ses lèvres retentit le mot extraordinaire : Abba 1
, JE N'AI RIEN A CRAINDRE.
Pater! Notre Pèrel
Mes' frères ce fut le moment décisif où tÇlmba le
voile qui cachait la statue de Saïs. Notre-Seigneur La première idée qui se présente à notre esprit et
lui-même a écarté le voile qui enveloppait l'image de qui du reste paraît toute naturelle est celle-ci: Si Dieu
Dieu et derrière nous avons vu, nous avons vu la sainte, est mon Père, alors je n'ai rien à craindre, car certainement
la sublime, ,la vivifiante réalité :, Dieu, notre Père. Il prend soin de moi. ' ,
Notre-Seigneur Jésus-Christ n'a pas cessé d'affirmer Quelle réconfortante et' encourageante pensée: je n'ai
constamment que Dieu n'est pas un maître cruel, qui rien à craindre 1) ni dans la vie 2) ni dans la mort.
nous considère comme ses esclaves, mais qu'II n'est 1) Je n'ai rien à craindre pendant la vie. Notre vic
p~s non plùs un trafiquant avec lequel on pourrait est remplie par la crainte: l'écolier craint les examens;
faIre des affaires à la manière des Pharisiens qu'au l'adolescent craint de ne pas trouver de place; l'homme
c?ntraire II est un Père qui s'intéresse à nous, q~i nous mûr craint toutes sortes de difficultés; le vieillard craint
aime de tout cœur. la maladie et la porte sous laquelle il nous faut tous
, « Au commencement - Dieu créa le ciel et la terre », passer. Et voilà qu'au milieu de mes craintes, la
c est en ces termes que commence le premier livre de Sainte Écriture me dit : « Le Seigneur me conduit et
la Sainte Écriture et ces preniières paroles nous montrent riellne me manquera; Il me fait reposer dans de verts
, le Pieu -tout-puissant, infiniment sage, infiniment pâturages (Ps. XXII, 2).
1)

fo~t, source' et créateur de toute chose. Cette image de , « Ne crains pas! n Pourquoi craindrais-je, puisque
DIeu trouve son complément dans le Nouveau Testa- à plus de trente passages des Saints Livres je peux lire:
ment : Dieu' n'est pas seulement la force mais aussi « Ne crains pas! n
LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST MON PÈRE : IL PREND SOIN DE MOI 43

Comme il fait bon d'entendre: « Ne crains pas1 Il le jeune fils du pilote. Finalement le vaisseau échappe
Cependant ayons soin de bien comprendre cette au danger. Les passagers demandent alors curieusement
~xpression. Que dit la Sainte Écriture? Ne travaille . à l'enfant pour quelle raison il a pu demeurer si calme
pas? Non. Ne t'occupe pas de gagner ta vie? Non plus. dans un si grand péril et pourquoi il n'a pas eu peur.
Ne . fais-- pas d'efforts? Non. 'Mais : Ne crains pas! Avoir peur? Mais c'est mon pere qui tenait le gou-
C'est-à-dire travaille, mais aie confiance en ,· Dieu, vernail! répondit l'enfant avec une naïveté déconcertante .
. Aie confiance que la nacelle que tu pilotes durant cette C'est mon père qui tenait le gouvernail. Ah 1 si .je~
vie ne fera pas naufrage devant la première tempête. . pouvais proférer les mêmes paroles à chaque épreuve
Ne crains pas de sombrer. Aie confiance en moi, qui me frappe, sur le sombre sentier de la vie que je
Aie' confiance dans le Père qui est aux cieux. dois suivre jusqu'au bout 1 Ah 1 si .seulement je pouvais
Sur qui ou sur quoi pourrais-je du reste compter? m'appliquer à moi-même, aux jours de détresse, ces
Sur la force de mon bras? Comme il est yite paralysé! paroles de Notre-Stiigneur : « Je ne suis pas seul,
Sur ma jeunesse? Comme elle disparaît rapidement! car le Père est avec Moi )l (S. Jean XVI, 32). Ah! si
Sur ma vigueur? Comme elle est ' fragile 1 Sur les seulement je pouvais dire avec le "psalmiste : « Seigneur,
hommes? Sans· doute sur eux aussi, mais en général j'ai espéré en Vous. J'ai dit: Vous êtes mon Dieu.
ceux qui sont bien disposés pour nous 'ne peuvent pas Mes destinées sont dans Vos mains)) (Ps. XXX, 15)·
nous aider et ceux qui le pourraient ne le veulent pas. « Le Seigneur est mon guide; je ne manquerai de rien ...
Et maintenant écoutez ces paroles de Notre-Seigneur, et quand je marcherais dans une vallée d'ombre
où il fait allusion à nos préoccupations terrestres : mortelle, je ne .craindrais aucun mal, car Vous êtes
« Votre Père sait que vous avez besoin de toutes ces avec ' moi )) (Ps. XXII, 1 et 4.).
choses »(S. Luc XII, 30). Qui est-ce qui le sait? 2) Je n'ai rien à craindre même à l'ombre de la mort.
Est-ce le sévère Législateur? Est-ce le Juge austère? Si j'ai un père, j'ai aussi une patrie. Une patrie
N on. Ce n'est pas ce que dit Jésus. Mais bien : « votre étern~lle. Dès lors j'ai aussi de quoi répondr~ à l'angois-
Pere » le sait. S(lnte question de la vie d'ici-bas. Quelle est cette angois-
Quel bonheur pour moi d'avoir un Père, un Père sante question? .Celle-ci : le monde est une machine
fort et puissant 1 gigantesque qui se meut à grand fracas; tout n'es~
Une tempête furieuse fait rage sur l'océan et le qu'une course précipitée, mais dans quel but? PourquoI
grand 'navire est ballotté comme une coquille de noix la vie? Pour mourir? Çe n'est pas une réponse. Pourquoi
sur les vagues écumantes. Les passagers épouvantés la vie? Pour rendre servit;:e aux autres ~ Est-ce là uné
perdent la tête, poussent des clameurs; seul un petit réponse? Car je pose cette nouvelle question : les
enfant continue à jouer au milieu du turnulte : .c'est autres pourquoi vivent-ils? Tous nous nous donnons
LE SYMBOLE DES APOTRES
DIEU EST MON pfmE : IL PREND SOIN DE MOI 45
du mal, nous travaillons à la sueur de nas fronts :
dans quel but? Progressons-nous ou bien sommes-nous pour chasser nos propres doutes: Dieu est-Il vraiment
en décadence ? Sommes-nous optimistes ou bien pessi- pour nous un Père qui prend soin de nous? '"'
mistes? Notre vie n'est-elle qu'une feuille qui tombe, Que de plaintes l'on entend! Où est le Père, où est
une vague qui, disparaît' dans les flots écumants ou le Dieu-Providence? Du ,fond de l'abîme j'ai crié vers
bien la porte de l'éternelle patrie auprès de Dieu Lui et Il ne m'a pas entendu. Les mains ' jointes, j'ai
ê'ouvre-t-elle toute grande devant nous? prié devant les marches de son autel et Il n'a pas prêté
« Je crois en Dieu le Père Tout-Puissant» c'est- attention. Toute ma vie, je Lui ai été fidèle et pourtant
à-dire: j'ai un Bère qui m'attend. Et devant la mort je le vaisseau sombre avec moi. J'ai toujours observé ses
dis ces paroles du Christ: « Je vais chez mon Père » commandements et cependant Il ne détruit pas les
(S . Jean XVI, 10). Et je dis encore: « Père, je remets baciUes , q':li me rOngent intérieurement. Quand la
m: n âme entre vos mains» (S. Luc. XXIII, 4 6). foudrè tombe, quand le fleuve déborde et brise ses
Ah! Quel honheur qlle Dieu soit notre Pere, un Pere digues, quand les hommes meurent par milliers dans
plein de ,ollicltude pour nous! les épidémies, quand cinq petits enfants souffrent la'
faim et de~iennent ,orphelins ... où est donc la Provi- 1

den ce divine? Il n'y a pas de Providence, mais la des-


tinée. Le sort dur et cruel. C'était écrit dans les étoiles.
II Mes frères, combien d'âmes meurtries n'ont-elles
pas eu cette pensée: il n'y a. pas de Providence, il n'y
LA .PROVIDENCE, a pas de Providence.
Que faut-il leur répondre? Que faut-il leur dire?
Ici; mes frères , j'emploie un mot sur lequel j'ai le ,1) Si je voulais me faciliter la tâche, savez-vous ce
devoir d'insister, je veux parler de la «divine Providence». que je répondrais? Je n'aurais qu'à vous présenter
Il suffit de prendre en mains un journal de n'importe d'autres hommes : ceux qUi proclament avec un cœur
quelle date et au spectacle des innombrables accidents, reconnaissant: Oui, il y a une Providence. Nous lan-
des souffrances et des larmes que nous y décoU\V:ons , guissions dans une misère ineXprimable et au dernier
nous comprenons qu'il n'y a guère un autre article de moment nous est · venu le salut. Le - médecin avajt
foi qui puisse être autant mis en .doute que celui qui abandonné notre mère gravement malade et à la dernièt;e
se rapporte à la Providence de notre Père du ciel. minute elle a retrouvé la santé. Lors de l'accident de
Nous autres 'chrétiens, nous savons bien qu'il nous tramway je suis demeuré sain et sauf et aujourd'hui
faut souvent rassembler toutes les forces de notre âme encore je ne sais, pas comment cela a pu se faire. Tout
mon travail semblait avoir été fait en vain et finalement
LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST MON PÈRE: IL PREND SOIN DE MOI 47
il a été couronné de succès. Il y a une Providence. èst par contre un bien pour d'autres. La tempête a
Voilà cc que je répondrais. peut-être endom~agé votre toit, mais en même · temps
Cependant je sens bien qu'une semblable réponse elle a purifié l'atmosphère. La pluie a peut-être con-
ne résout pas la question. Il ne suffit pas de dire sim- trarié votre excursion et vous en êtes irrité; mais sans
plement' à ceux qui se plaignent: vous avez tort, car la pluie il n'y aurait pas de moisson. La sagesse de Dieu
il y en a beaucoup qui, malgré leurs souffrances, croient sait mieux que nous ce qu'elle fait.
en la Providence. Mais j'ai le devoir de leur dire : 3) Et maintenant nous voici en présence de cette
Écoutez, frères malheureux. Je vais vous exposer quel- grande et lumineuse vérité: la sagesse éternelle de Dieu.
q ue~ idées qui vous aideront certainement, au milieu Relisons avec réflexion l'Œdipe-Roi de Sophocle
des maux de cette terre, à entrer dans le camp vainqueur et nous comprendrons ce que signifient la Rédemption
des croyants. . et la divine Providence prêchée par le Rédempteur.
2) Quelles idées? D'abord l'ordre qui règne dans le Quelle poignante tragédie nous présente le drame de
monde, ensuite-vérité qui lui est connexe ---;- l'harmonie Sophocle: les ple~rs' et les sanglots de l'âme humai~e
des [où de la natùre. Dieu a créé le monde dans un avant la venue du Christ. Le poing d'un sort impitoyable
ordre magnifique, il lui a imposé des lois et nous ne d'un aveugle destin écrasait l'homme qui tendait les
pouvons pas exiger (Je Dieu qu'Il brise à cause de nous mains vers le ciel, mais le ciel restait muet et impassible.
l'ordre du monde. Les forces de la nature sont plus Le chrétien est aussi écrasé par la vie, lui aussi tend
puissantes que l'homnle et le Seigneur n'a pas fait les mains vers le ciel, mais il sait que notre Père s'y
cette promesse que celui qui croit en Lui ne rencontrera trouve, et qu'Il écoute les prières de tous ses enfants.
aucun obstacl~ en ce monde, qu'il sera préservé de Il les écoute, mais les exauce-t-Il aussi? Mes frères,
toute souffrance, mais seulement que si nous croyons réfléchissons bien 1 On peut adresser à Dieu toutes
en Lui, Il nous dpnnera la force de surmonter la souf- sortes de prières; que de soucis, que de peines dans
. france. Dieu n'a pas seulement créé la vie humaine, une vie humaine! Le cœur paternel de Dieu écoute
mais aussi la loi de la pesanteur. Si une tuile se tout patiemment; ensuite sa sagesse et sa toute-science
détache d'un toit, il faut qu'elle tombe, conformément font un choix parmi ces prières. Celles qu'Il juge suscep-
à cette loi. Tel est l'ordre du monde. Et si votre petit tibles d'un résultat utile, Il les exauce, com~e nous
enfant qui joue devant la maison est mortellement l'avions désiré. Celles qu'il voit défavw ables à notre
atteint par cette tuile qui tombe, vous n'avez pas le destinée éternelle, Il ne les exauce pas de la ,manière
droit d'accuser pour cela la ~rovid ence. que nous l'avions souhaité. Pourtant aucune prière,
Pour expliquer les mauvais coups du sort, il faut aucune lettre adressée au ciel ne demeure sans réponse,
aussi r~marquer que ce qui est un mal pour les uns seulement la réponse n'est pas toujours rMigéecomme nous
DIEU EST 'MON PÈRE : IL PREND SOIN DE MOI
LE SYMBOLE DES APOTRES 49
l'avions espéré, ' comme notre raison enfermée dans luttes dogmatiques contre les hérétiques des premiers
son enveloppe terrestre se l'était imaginé, mais de la siècles, la Providence suscita un saint Athanase et un
manière que notre Père qui veille sur nous depuis saint Cyrille : Contre les tentatives césaropapistes de
des milliers ,d e siècles dans le cadre de l'éternité, juge l'Orient, la Providence établit et consolida le pouvoir
la plus avantageuse pour nous. temporel des palles; par la suite pour faire contrepoids
Nous devons tous être persuadés que l'aigle royal à la puissance temporelle de la papauté parvenue à S011
qui plane à une altitude de deux à trois mille mètres apogée, la Providence fit naître les ordres mendiants
voit le monde, les hommes et les événements tout qui pratiquent à la lettre la pauvreté -évangélique. Il est
dift'éremment qu'un coq grattant dans la basse-cour. impossible de ne pas découvrir dan:s l'histoire la main
4) Et cette sagesse dirige non seulement les individus, directrice de la Providence. '
mais aussi les peuples. En voici un exemple tout récent. En 1871, à Versailles,
Il est vrai que, à l'époque troublée où nous vivons, le peuple allemand vainqueur dictait le traité de paix
notre génération actuelle a beaucoup de mal à découvrir au peuple français vaincu. lVloins de , cinquante années
la pensée sublime qui veille sur le monde et dirige plus tard, le peuple français victorieux dictait à son
son évolution et à croire en la divine Providencè. tour, à Versailles, la paix aux vairicus. Moins de
Si nous détournons nos regards du chaos actuel pour cinquante ans plus tard! Dès lors comment oserais-je
les reporter sur les siècles passés, il est impossible de me _ dresser devant l'Éternel et Lui demander des
de pas discerner la Pensée divine traçant les voies de comptes: « Mon Dieu, pourquoi ne m'avez-Vous pas
l'histoire du monde. Il nous est impossible de ne pas accordé ceci ou cela, à moi chétive créature, insecte
apercevoir la main de la Providence par exemple dans éphémère dont l'arbre qui lui servira un jour de cercueil
ce fait historique qu'aux tournants décisifs de la vie pousse quelque part dans la forêt; pourquoi ne m'avez-
de l'humanité est toujours apparu l'homme ou l'insti- Vous pas donné telle ou telle chose; pourquoi avez-Vous
tution qui était nécessaire à l'humanité, à une époque permis qu'arrive ceci Ou cela; pourquoi n' avez-Vous
déterminée, pour poursuivre son développement pas foudroyé tel ou tel criminel? »
historique. , ' Mes frères, nous ne considérerons pas avec défiance
C'est ainsi par exemple, que la civilisation antique les voies de la divine Providence, si nous ne perdons
était mûre pou~sa ruine; mais comme il eût été dommage pas de vue ces deux grandes pensées de la Sainte Écriture.
que ses ,immenses résors périssent avec elle, apparut, L'une est cette éternellement belle expression de
il y a quinze cents ans, saint Augustin qui enferma ces saint Paul : « 0 profondeur inépuisable de la sagesse
trésors de la civilisation antique dans les fondements et de la .science de Dieu! Que ses jugements sont inson-
de l'édifice de la civilisation nouvelle. Lors des grandes dables et ses voies impénétrables! » (Romains XI, 33)'

Symh, d. Ar. - 'l'. l 4


LE SYMBOLE DES APOTRE::: DIEU EST MON PÈRE: IL PREND SOIN DE MOI

L'autre est également de saint Paul, dans la même ni les choses présentes ni les choses à venir, ni la hauteur
épître: « Nous savons que tout concourt au bien dt> ni la profondeur ni aucune créature ne pourra nous
ceux qui aiment Dieu » (Romains VIII, 28). ~éparer de l'amour de Dieu en Jésus-Christ Notre-
Le monde est un vaste théâtre dont Dieu est.le directeur. Seigneur» (VIII, 39).
Il assigne à chacun son rôle et nous ne savons pas Je crois au Père qui prend su,n ut! IIUU~·.
ce qui Le guide dans cette répartition : l'un fait le roi,
l'autre le mendiant.:. peu importe. L'essentiel est que
chacun ait un rôle. Sans doute, . celui qui doit faire
le mendiant toute sa vie en est facilement mécontent.
Celui qui est frappé par le sort, la souffrance, le malheur Avec une rapidité effrayante le Trars pacifique
en est bouleversé; quand nous voyons le méchant dans américain dévore l'espace. II fait une nuit s( mbre,
la prospérité, nous nous indignons. sans étoile. Les nombreux voyageurs dorment paisi-
Cependant il n'en est ainsi que parce, que nous blement, sans appréhension. Seul le mécanicien fouille
jugeons trop vÙe. Tant que dure la pièce de théâtre, du regard l'obscurité de la nllit. Tout à coup il
on ne peut pas en rédiger la critique; il faut attendre lui semble apercevoir comme une forme bhinche qui
que le rideau soit tombé pour pouvoir porter un juge- flotte devant le fanal de la locomotive ~archant à
ment. Le rideau de la scène du monde ne tombera toute vapeur et elle lui fait signe : « Halte 1 halte 1 »
définitivement qu'au jour du Jugement dernier et alors Un frisson glacé passe sur le corps du mécanicien,
les flammes du monde finissant mettront en pleine mais le fantôme s'est évanoui et le train poursuit sa
lumière ces paroles de nos Saints Livres: « Dieu dispose course folle .
tout pour le bien de ceux qui L'aiment ». A tous mes Peu de temps après, le spectre reparaît. Pâle d'épou-
frères dans la souffrance, à tous ceux gui luttent contre vante, le mécanicièn saisit la manivelle du frein. Mais
le sort, je ne veux donner que ce conseil : .« Prenez l'apparition disparaît encore. Le train continue sa
la Sainte Écriture .et lisez le huitième chapitre de marche dans les ténèbres.
l'Épître de saint Paul aux Romains: « Nous savons que , Et voilà que le fantôme se montre une troisième fois;
tout concourt au bien de ceux qui aiment Dieu » Il agite un bras enveloppé d'un suaire: « Ha/te! haltel»
(VIII, 28). « Que dirons-nous donc après cela? Si Dieu Le mécanicien est à bout de forces, à tâtons il saisit
est pour~nous, qui sera contre nous? » (VIII, 31). . le levier et renverse la vapeur.;. un grincement, le
« Qui nous séparera de l'amour du Christ? La tribulation choc des wagons les uns sur les autres, la chute des
ou l'angoisse? La persécution ou la faim ou la nudité? bagages suspendus dans les filets, les cris des voya-
Le péril ou l'épée ?» (VIII, 15). « N; la mort ni la vie . .. geurs . brusquement tirés de . leur sommeil et saisis
LE SYMBOLE DES APOTRES

de frayeur. Tout le m~nde se précipite hors des voitures.


Qu'est-il donc arrivé?
Qu'est-il arrivé?
Quelques mètres plus loin la ligne passe sur un pont III
. magnifique. Mais au cours de la .nuit le fleuve sauva-
"cment grossi l'a emporté. Et tout près des flots écu-
:~lants, à quelques pas de la rive, est ar~êtée la locomotive DIEU EST MON PÈRE :
fumante et haletante. . IL P R END SOIN DE MOI (II)
Et le spectre? Le spectre qui a sauvé de la mort des
centaines de personnes?
Ce n'était qu'un petit papillon qui s'était glissé sous
le e Te du fanal et lorsqu'il s'agîtait, se débattait et MES FRÈRES,

déployait ses ailes, son ombre à travers la lumière ,


Ipparaissait comme JIn fantôme devant la machine Dans mon dernier sermon je vous ai parlé de la
lancée à toute vapeur. .. c'était lui qui avait arrêté providence de notre ' Père du ciel, mais le sujet n'est
le train. pas encore ,complètement épuisé. Dieu est notre Père,
Dans la main de Dieu, une aile de papillon suffit pour tel est le sublime enseignement sorti de la bouche
sauver la vie à des centaines et à des millièrs de créatures. de Notre-Seigneur Jésus-Christ. Notre Père qui avec
Je crois en Dieu le Père, je crois en sa Providence. un amour ardent prend soin de ses enfants et dirige
leurs destipées selon les vues de sa Providence. La
Sainte Écriture parle sans cesse et partout de la
Providence de Dieu.
L'Ancien Testament en parle déjà: « Père, c'est votre
Providence qui gouverne »' (Sagesse XIV, 3). « Les
biens et les maux, la mort et la vie, la pauvrëté et la
richesse viennent de Dieu» (Ecclésiastique XI, 14). ,
« Il a créé les grands et les petits et Il prend soin des
uns comme des autres» (Sagesse VI, 8). '
Le Nouveau Testament nous offre des traits plus
sublimes de la Providence de Dieu qui « soutient
' /
. 1

54 LE SYMBOLE DES APO'fRES DIEU EST MON P ÈRE. : IL PREND SOIN DE MOI ss
toutes choses par sa puissante parole)) (Hébreux 1, 5).
Il Deux passereaux ne se vendent-ils pas un as, Il
dit Jésus, et il n'en tombe' pas un sur la tèrre, sans
la permission de votre Père ... Ne craignez donc pas, QUELLE IDÉE DEVO NS-NOUS AV01.R
vous avez plus de valeur que beaucoup de passereaux ))
DE LA DIVINE PROVIDh'NCE?
(S. Matthieu X, 29, 31).
Mais la divine Providence n'est pas seulement une
vérité édifiante de notre religion, elle a d'innombrables 1) Notre questi~n se ramène essentiellement à ceci :
contradicteurs qui s'appuient sur toutes sortes d'événe~ Que signifient les passages de la Sainte Écriture relatifs
ments. Combien sont fâchés contre Dieu, combien ont à la Providence? .
fait naufrage dans la foi, lorsqu' ils ont été surpris au . Cette question avait déjà préoccupé saint Augustin
courl;de la vie par un malheur quelconque, lorsqu'ils et nous ne connaissons pas de meilleure réponse que
ont été témoins du triomphe dl,! péché et de l'oppression la sienne (De Gen. ad lit. IV, 12).
de la vertu 1 Où est la Providence? demandent-ils aveè Voici sa réponse: Dieu n'agit pas à l'égard du monde
amertume. Où est donc la sollicitude du Père céleste? de la même manière que l'entrepreneur avec la maison
Je regarde donc comme nécessaire, mes frères, de qu'il a bâtie: la maison continue d'exister sans l'entre-
reventr encore une fois plus à fond dans cette preneur, mais le monde ne pourrait pas continuer d'exister,
instruction sur la Providence, sur les plans éternels même un seul instant, sans i' activité incessante de Dieu.
de Dieu, d'après lesquels Il conduit le monde à sa Très souvent les artistes ont exprimé cette idée sur
fin dernière. Je suis . persuadé "que doutes et la toile : Dieu représenté sous les traits d'un vieillard
objections disparaîtront, si nous répondons à ces deux tient le globe en sa main. Sans doute, cette image est
questions suivantes : empruntée à une manière de voir trop humaine :
Dieu ne tient pas le monde dans sa main (Il n'a pas de
1. _.. Quelle idée devons -nous avoir de la . dl'l'me
mains) mais par sa volonté créatrice Il lui conserve
Providence P
l'existence, Il le maintient.
II. - QueLle lde~ ne devons-nous pus en aVUlr?
Que faut-il donc comprendre sous ce nom de Pro-
vidence? Cette activité de Dieu qui dirige ses créatures
vers le but fixé par Lui. Puissions-nous bien le com-
prendre, . mes frères! C' est Die~ Lui-mêr;ze qui no~s
fixe le but que nous devons attemdre et c est la PrOVl-
dence qui nous y conduit et non pas vers un but que
56 LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST MON PÈRE: IL PREND SOIN DE MOI
-C;; M/
nous nous serions fi.'{é à nous-mêmes, suivant 'le cercIe confiance excessive en moi et pour me faire voir que
étroit de n6tre manière de voir et notr~ façon terre à j'étais encore bien loin d'être ce que je devrais être.'
terre d'envisager les choses. « Mes pensées ne sont pas Et cette personne insupportable? C'était pour m'exercer
vos pensées n, dit le Seigneur (Isaïe LV, 8). à me vaincre. Et ce vil calomniateur? C'était pour
Celui qui se fait une idée juste de la Providence non montrer si je savais pardonner généreusement. Et ce
seulement ne doutera jamais d'elle, mais la découvrira malade? C'était afin de me fournir l'occasion de rendre
constamment, dans l'hUlnilité de son cœur, tout .au grâces pour ma santé. Et ce Saint? C'était pour me
cours de sa vie. faire honte. .
2) « Ah! voilà un vrai miracle» s'écrient de temps Oui, mes frères, si nous nous habituons à voir dans
à autre des gens qui ont échappé à urie situation difficile chaque homme que la vie nous donne comme compagnon
ou ont obtenu un important succès. un envoyé de Dieu, je vais plus loin, si nous nous habi·,
N'est-ce pas là aussi un vrai miracle! Il Y a à peine tuons non pas seulement à propos des hommes, mais
un homme . d'âge mûr qui puisse, à tête reposée et la en toutes circonstances, dans les peines et le malheur,
foi au cœur, revenir sur son passé, sans être obligé à poser cette question : Qu'est-ce que Dieu demande
de s'écrier: C'est un vàitable miracle que la manière de moi? Quelle idole veut-Il renverser dans mon
dont Dieu m'a conduit à travers la vie! Au cours de cœur? Quelle déception veut-Il m'épargnér? Quel
mon existence je me suis trouvé en présence de bien penchant au mal veut-Il extirper? Quelle nouvelle
des choses, sans pouvoir alors en soupçon~er le but, force veut-Il susciter en moi? .. si nous nous posons
et maintenant j'aperçois clairement ce que Dieu voulait ces questions, alors nous sentirons en nous, jour pour
obtenir par elles. jour, les effets de la divine Providence et nous serons
Quand nous réfléchissons sainement sur notre vie, réellement des chrétiens fidèles qui, dans le bonheur
nous voyons bien que la divine Providence nous a mis comme dans le malheur, sauront paiser avec la même
en contact avec des hommes difficiles, afin que leurs ferveur la main invisible du Père céleste et répéter
défauts nous fournissent l'occasion de mûrir et de loyalement avec l'illustre Pascal : « Seigneur, Vous
perfectionner notré âme. Elle a mis près de moi par n'êtes pas moins Dieu, lorsque 'vous m'éprouvez ou
exemple cet homme très gai de caractère, afin d'adoucir me punissez que lorsque vous me consolez et me faites
les ' traits trop rudes du mien. Elle m'a fait rencontrer miséricorde ».
cet autre 'q ui aimait tant à critiquer, afin qu'il y ait 3) Les voies du Seigneur sont admirables.
quelqu'un pour me dire la vérité et m'appreI?-dreà me Quelquefois la vie nous paraît terriblement incom-
connaître moi-même. Et celui-là qui m'a conduit au préhensible et nous éprouvons un sentiment d'angoisse
péché? Celui-là, c'était pour m'empêcher d'avoir une et d'abandon. Tout est contre nous; il semble que
LE SY MBOLE DES APOTRES DIEU EST MON PÈRE: IL PREND SOIN DE MOI.. . 59

tout se soit ligué contre nous. Quel bonheur si nous Moscou, que l'exil avait d'abord conduit à Berlin,
pouvons pourtant faire cette prière: « Je crois en Dieu ensuite . à Vienne, où il avait appris à connaître le
le Père Tout-Puissant». C'est le Dieu qui dirige là-haut catholicisme dont il n'aurait peut-être jamais, ou fort
les millions d'étoiles selon ses plans qui dépassent peu, entendu parler, s'il était resté dans son entourage
toute intelligence humaine, c'est Lui qui me dirige grec-schismatiqut dans sa patrie. Après de longues
aussi selon ses plans et je ne Le comprends pas. Actuel- luttes intimes et de mûres réflexions, il devenait
lement je ne comprends pas, mais un jour certainement catholique en 1924 et prêtre en 1929. Comme elles
je comPTendrai. Les voies du Seigneur sont admirables. sont merveilleuses les voies du Seigneur: « Mes pensées
Tant que l'homme est emporté par le fleuve des ne sont pas vos pensées )J .
événements de chaque jour, la main directrice de Dieu . Voilà donc la ' réponse à la première question :
s'estompe devant ses yeux, Mais après bien des années, Quelle idée devons-nous avoir de la divine Providence r
lorsque sa tête a blanchi, il reconnaît que la Providence Non moins importante çgalement est la seconde
paternelle de Dieu l'a merveilleusement conduit. question.
Je ne veux citer qu'un exemple récent. Au moment
de la Révolution russe, enseignait à l'Université de
Moscou, le célèbre professeur de cristallographie, II
Artémjeff. Auparavant il avait été chargé de cours à
Saint-Pétersbourg, puis il était devenu professeur à QUELLE mÉE NE DEVONS-NOUS PAS
l'Université de Varsovie et enfin à l'Université de
AVOIR DE LA PROVIDENCE?
Moscou. La Révolution lui fit perdre toute sa fortune
' et l'obligea à fuir à l'étranger.
Mettons-nous dans l'état d'esprit de cet homme qui 1 ) Je n'ai pas encore cité les plus belles paroles du
venait de perdre sa haute situation, ses biens, sa patrie. divin Maître relatives à la Providence. Je vais vous
N'avait-il pas sujet de se plaindre? N'avait-il pas sujet les rappeler non seulement parce qu'elles sont magni ..
de s'abanqonner au désespoir? 1 fiques, mais aussi parce qu'elles sont très fréquemment
Ceci se passait en 1917. contredites.
Quelques années plus tard, pendant l'été de 1929, L'homme moderne s'étonne et ne comprend pas,
un homme d'un certain âge était prosterné au pied lorsqu'il entend dans la bouche de Notre-Seigneur
d'un autel devant l'archevêque de Vienne pour recevoir ces paroles: « Ne vous inquiétez pas pour votre vie
des mains du pontife ' l'ordination sacerdotale':' C'était de ce que vous mangerez ou boirez, ni pour votre corps
Artérnjeft, l'ancien professeur de l'Université de de quoi vous le vêtirez ... Regardez les oiseaux du ciel.
60 LIl SYMJ30LE DES APOTIŒS DIEU EST MON pÈnE: IL. PREND SOIN DE MOI 61

Ils ne sèment pas, ils ne moissonnent pas, ils n'amassent foi enfantines en la divine Providence. Si ces deux
rien dans des greniers et votre Père céleste les nourrit~ sentiments ne sont pas vivaces au dedans de nous,
Ne valez-vous pas beaucoup plus qu'eux? ..'. Et pour- notre ardeur au travail s'éteindra et notre âme sera
quoi vous inquiétez- vous pour le vêtement? Considérez
\
obnubilée par des soucis sans fin.
les lis des champs, comme ils croissent ... Si Dieu revêt 2) Notre-Seigneur n'est donc pas l'ennemi du travail
ainsi l'herbe des champs, qui est aujourd'hui et qui assidu? Pas du tout.
demain sera jetée au four, ne le fera-t-Il pas davantage Il ne faut pas s'imaginer que le divin M aître éter-
pour vous, gens de peu de foi? .. Votre Père céleste sait nellement actif a proclamé une indolence qui attend
que vous avez besoin de tout cela. Cherchez première- que les alouettes tombent du ciel toutes rôties ou un
ment le royaume de Dieu et sa justice et tout cela vous fatalisme musulman, « ce qui est écrit est écrit ». Pas le
sera donné par surcroît» (8. Matthieu VI, 25-33). moins' du monde. Notre-Seigneur ne critique pas notre
Je vous le répète: lorsque l'homme moderne entend zèle · et notre ardeur au travail, pour gagner notre vie,
parler ainsi, il s'étonne et ne comprend pas. Où sommes- mais notre défiance et notre manque de foi à l'égard
nous donc? s'écrie-t-il. Dans un monde féerique, sur de Dieu; Il ne nous défend pas de préparer notre avenir,
une autre planète? Dans un ermitage du désert? mais de nous en préoccuper trop aJ;l.xieusement.
Au pays de Chanaah où coulent le lait et le miel, où les C'est comme s'Il disait: Je vous blâme, si vous
fruits dorés et les raisins pendent aux arbres? Ne vous laissez totalement absorber par les soucis terrestre~,
sommes-nous pas en pleine forêt de hautes cheminées? mais non pas si vous êtes prévoyants et travailleurs.
Ne souffrons-nous pas de la faim au cinquième étage N'ai-je pas inséré dans le Pater cette demande: donnez-
d'une misérable caserne de la grande ville? Ne vivons-- nous notre pain quotidien? Et mon apôtre n'a-t-il
nous pas parmi des millions d'hommes qui n'ont qu'une pas écrit : « Si quelqu'un n'a pas soin des siens et
seule pensée, un seul problème, un seul souci : Que surtout de sa famille, il a renié la foi et il est pire qu' tin
mangerons-nous? Comment payerons-lious le ' loyer? infidèle» (1 Timothée V, 8)? Et n'est-il pas prescrit
Avec quoi nous habillerons-nous? Et maintenant c'est dans les Dix Commandements que les parents doivent
l'Évangile qui nous <:lit: Ne vous . préoccupez pas de prendre soin de leurs enfants et les enfants venir en
tout cela? . aide à leurs parents? Prenez soin de-'vous-mêmes,
Mes frères, est-ce bien ce 'que dit l'Évangile? Pas du mais ne soyez pa~) les esclaves d~ vos besoins. Les lis ne
tout. Le Christ veut seulement que nous fassions notre connaissent pas l'industrie de la soie, ils ne suivent
part, mais que nous nous en remettions à Dieu pour Le pas de leçons de coupe, ils ne se servent pas de Inachines
reste, Assurément nous avons le devoir de travailler à coudre et pourtant quel est l'étalage, si bien assorti
à améliorer notre sort, mais avec uile confiance et une soit-il, d'un grand magasin de soieries qUi puisse
LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST MON PÈRE: IL PREND SOIN DE MOI

rivaliser avec le calice d'un seul lis? Et votre Père du sacré pour l'homme, car nous croyons que l' homme
ciel vous oublierait? a été créé à l'image de Dieu.
Travaillez, mais avec confiance'! Luttez, mais avec foi! Voyez comme la pensée de l'activité divine ennoblit
La foi en la Providence étouffe-t-elle l'ardeur au le travail que l'on regarde comme une malédiction pour
travail chez l'homme? Aucunement. Sans doute Dieu l'humanité. Pourquoi le travail? Pourquoi cette activité
a donné la manne aux Juifs dans le désert, donc il mcessante, inquiète, fiévreuse de l'homme? Pourquoi
prènait soin d'eux, mais ils devaient la ramassec faut-il que l'homme travaille? Péniblement, à la sueur
Il a envoyé les poissons dans le filet des apôtres, donc de son front? Voilà des questions ardues qu'une
li prenait soin d'eux, mais ils durent tirer le filet. philosophie qui ignore Dieu est incapable de résoudre.
JI assura à l'apôtre saint Paul des succès merveilleux Pourquoi faut-il que l' homme travaille? Et surtout
mais comme celui-ci' dut peiner, travailler et souffrir i si péniblement. Les fleurs s'ouvrent et s'épanouissent
- et elles ne travaillent pas. Les lis brillent dans leur
DieU donne la nourriture au petit oiseau, mais Il ne
la lui apporte pas dans son nid. Ciest pourquoi il faut robe blanche et ils ne filent pas, ils ne tissent pas :
aussi. qu~ l'oiseau travaille. Croyez-vous que c'est pour ils sont heureux. Les oiseaux trouvent leur nourriture
se . dIstraIre que le poisson nage dans la rivière, que ' et ne sont pas obligés de s'enfermer dans une noire
1'013eau vole dans les airs? Non. Ils cherchent leur usine, ils ne sont pas obligés de se glisser dans les
nourriture : ils travaillent. profondeurs d'une mine - ils chantent, ils volent.
\ f ous voyez comme~t il ne faut pas- se représenter la ils vivent et ils sont heureux. Uniquement sur le front
foi en la Providence. Elle ne nous dit pas du tout que de l'homme rui,sselle la sueur. Seule la main de l'homme
nous ne devons pas travailler. Elle ne nous dit pas garde les marques de son outil. Seul le dos de l'homme
d'attendre, les bras croisés, que les alouettes nous se courbe sous l'habitude de l'effort. Seuls les poumons
tombent toutes rôties dans la bouche. de l'homme respirent la poussière des archives et des
3) Je vais encore plus loin et j'affirme que la pensée dossiers. Du seul visage dé l'homme disparaît le
de .la divine Providence, la pensée de Dieu qui bonheur de vivre.
soutIent le monde par une intervention continuelle Pourquoi cela, pourquoi? Pourquoi faut-il que
Flon seulement ne nous privent pas de la joie a~ l'homme travaille? Et voici la sublime réponse :
travail, mais nous pous~ent au travail et à une incessante L'homme montre aussi par son travail assidu qu'il est
activité. i'/mage d'un Dieu qui travaille sarts cesse. Du jour où
. « Mon Père agit jusqu'à présent» (S. Jean V, 17). Dieu plaça l'homme « dans le paradis terrestre pour le
SI ces paroles sont véridiques - mais elles sortent des garder et le cultiver» (Genèse II, 15), le travail est
lèvres de Notre-Seigneur - alors le travail est un 'devoir devenu pour nous un devoir, mais si nous observons
LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST MON PÈRE: IL PREND SOIN DE MOI

que par le travail nous devenons semblables à Dieu un autel et le travail pénible, fatigant, épuisant· devient
il l'incessan te activité, alors le travail devient pour nous un office divin. Mes frères, ne nous faisons pas d'illu-
un grand honneur et un pri'vilège sPécial de l'homme. sions. Dieu ne nous demande -pas seulement une
Aux yeux du chrétien, le travail est une marque demi-heure tous les dimanches, mais il réclame aussi
d'estime de la part de Dieu. L'Ancien Testament chaque jour de la semaine . . Je ne dois pas seulement
disait déjà : « Vois-tu un homme habile dans son louer Dieu avec les mains jointes pour, la prière, mais
ouvrage? Sa place est auprès des rois et non pas à avec des mains qui tiennent la plume ou le pinceau.
côté des gens obscurs» (Proverbes XXII, 29). Je ne dois pas seulement Le louer par la prière, mais
Si amère que soit la sueur du travail, si rude que soit aussi par le travail; Il l'exige Lui-même par ces paroles:
la main qui s'est fatiguée, l'ouvrier entend retentir à « Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur
ses oreilles ces paroles du Sauveur : « C'est bien, et de toute ton âme ».
serviteur bon et fidèle, parce que tu as été fidèle en Si j'ai confiance dans la Providence de Dieu, faut-il
peu de choses, je t'établirai sur beaucoup: entre dans pour cela , ne pas : travailler? Non, je dois travailler.
la joie de ton maître» (S. Matthieu XXV, 21). C'est ma pensée dirigée vers l'avenir, c'est mon labeur
Maintenant je vous le demande : la foi en la divine pour 'le pain de -chaque jour, ce sont mes plans et mes
Providence fait-elle craindre le travail? Mais alors projets ... c'est tout cela qui est l'instrument de la divine
comment saint Paul aurait-il pu écrire à .certains Providence. Providence ne veut pas dire paress~.
chrétiens indolents et paresseux de Thessalonique : Providence ne veut pas dire les bras croisés. Providence
« Noùs avons appris qu'il y a parn;lÏ vous des gens ne veut pas dire attendre que le rôti tombe du ciel.
déréglés, qui ne travaillent pas et qui ne s'occupent Providence veut dire se livrer au travail pour gagner
que de choses vaines. NOl,lS les invitons et nous les sa vie, prendre toutes les mesures de précaution pour
exhortons par le Seigneur Jésus-Christ à travailler éviter un refroidissement, apprendre consciencieu-
p'aisiblement pour manger un pain qui leur appartienne» sement son métier, tirer des plans, faire des calculs,
(IIO Thessaloniciens III, 11-12). se mettre à l'œuvre, faire des efforts, mais ... mais.
Il Y a un travail qui est un travail d'esclave, c'est la pendant tout cela et encore après, dire cette prière:
corvée de la génération qui ne connaît pas Dieu; et il y a « Seigneur, j'ai fait tout ce qui dépendait de moi; main-
un travail qui est un service di7Jin, c'est le travail du tenant je Vous supplie humblement d'être avec moi, Votre
chrétien>'Si je travaille conformément à ta volonté de enfant fidèle ll.
Dieu, alors ma table de travail devient un autel, le Vciilà l'exacte explication de la. tOI en la Providence.
fourneau de la cuisine devient un autel, le baquet à
laver devient un autel , la machine à' coudre devient
Symb. d. Ap . T. l li
66 LE SYMBOL l' DES APOTREti DIEU EST MON PÈRE; IL PREND SOIN DE MOI

. Seigneur, je crois que Vous êtes mon Père qui prenez


soin de moi. Et si vous n'intervenez pas, tout s'arrêtera.
Si vous n'intervenez pas, mon cOfur ne battra plus.
Si vous n'intervenez pas, les ailes de l'oisea~ tom-
Mes frères, une des figures les plus saiSissantes de beront. Si vous n;intervenez pas, le fleuve cessera de
l'Ancien Testament est celle du vieux Tobie dont il est couler. Si vous n'intervenez pas, pas un vermisseau ne
impossible de lire la vie sans en être ému. Quel zèle, bougera, pas une feuille ne tremblera.
quel ardeur, quel désintéressement, quels sacrifices, Si vous n'intervenez pas,
au péril de sa vie, en faveur de son prochain! Et quelle l~ais vous viendrez à mon aide, car Vous êtes mort Pere.
récompense en obtient-il à première vue? Comme si
Dieu l'avait abandonné, le malheur le frappe dans son
travail charitable ; il devient aveugle. Et maintenant
voici le bel éloge que trace de lui la Sainte Écriture ;
« Même dans son immense malheur il ne se détourna
pas de Dieu ... « immobilis in Dei timore permanslt »•.•
il demeura inébranlable dans la crainte de Dieu ))
(Tob,ie II, 14).
Il resta fort dans la plus pénible des épreuves, parce
qu'il croyait en Dieu. Pourtant ii ne pouvait que dire:
Je crois en Dieu, tandis que ' nous, nous pouvons
ajouter ... le Père Tout-Puissant.
Je crois au Père qui est dans les cieux. C'est ma con-
viction inébranlable que derrière la gigantesque machine
de l'Univers il y a une main paternelle qui dirige tout.
Je crois en la div/ne Providence. C'est ma profonde
conviction que la vie humaine n'est pas une comédie
sans but, que le tombeau n'est pas un terme définitif,
que la corruption n'cst pas une transformation dernière,
mais que dans une autre patrie je suis attendu par un
Père, un Père qui a dit de Lui-même qu'II n'est pas
le Dieu des morts, mais des vivants.
DIEU EST MON PÈRE : JE LE PRIE 6<) .

éternel, prêterait-il attention à nos prières? Comment


attendrait-il nos prières?
Savez-vous ce que je répondrais à mon contradicteur?
Les paroles mêmes de Notre-Seigneur qu'Il adressa
TV à la Samaritaine : « L'heure approche et elle est déjà
venue où les vrais adorateurs adoreront le Père en
esprit et en vérité; ce sont de tels adorateurs que le
DIEU EST MON PÈRE JE LE PRIE Père demande» (S. Jean IV, 23)' Avez-vous entendu?
Tels sont ceux que le Père demande pour Le prier.
A chaque page, les évangiles nous montrent que
Notre-Seigneur Lui-même nous a donné l'exemple de
MES FRÈRES,
la prière. Tantôt Il prie à l'écart, tantôt devant ses
/;
disciples, souvent devant ,tout Je peuple; Il a prié,
" Je crOIS en Dieu, le Père Tout-Puissant ». Dieu quand il a dit adieu au monde, quand Il a lutté avec
est notre Père du ciel. Cette vérité nous a occupés la mort, quand .son âme était remplie de joie et quand
déjà ' pendant deux dimanches et je veux encore lui les larmes brillaient dans ses yeux.
consacrer deux autres sermons. . Les' apôtres ont suivi ses traces; il est tout à fait
Si Dieu est mon Père, alors je n'ai rien à redouter, remarquable comme dans leurs écrits ils ont fréquem-
certainement Il prendra soin de moi. Pendant mes ment exhorté les premiers chrétiens à prier et comme
deux dernières instructions j'ai parlé de la foi si conso- ils font souvent allusion à leurs propres prières (Actes 1,
lante en la Providence divine. 24; III, 1; IV, 25; VI, 4; VIII, 15.1° Thessaloniciens 1,2.
Mais si Dieu est notre Père, il en résulte quelque Éphésiens ,1, 17. Philippiens ' l, 3. Colossiens I, 3·
chose de plus que cette confiance en Lui, alors nous Romains XII, 12. 1° Corinthiens VII, s. Ir Corin -
devons nous adresser à Lui avec humilité et respect. thiens 1, II).
Si Dieu est « mon Père », alors il est tout naturel que Oui, si Dieu est mon Père,.ie Le prierai.
je Lui parle, c'est-à-dire que je Le prie. Un enfant peut-il 1. Pourquoi devons-nous prier? et II. Comment devons·
aimer son père, si pendant: toute une semaine il ne lui nous prier?
parle pas? Pareillement aime-t-il son Père du .ciel
l'homme qtli ne Lui parle pas par la prière? C'est là
une façon de penser bien terrestre et bien humaine,
" •.7
dira-t-on peut-être. Comment Dieu, le Dieu grand ' et
LE SYMBOLE DES APOTHE::i [)lFU EST MON PÈRE : JE LE PRTT' 71

prions, mes frères, nous sommes tous pareils. Quelle que


soit la classe sociale de celui qui prie, qu'il soit savant
l
ou ignorant, jeune ou vieux, prince ou serviteur, dans
la prière tous se ressemblent : tous sont . des hommes
POURQUOI DEVONS-NOUS PRIER?
humbles et faibles. Car il doit s'humilier celui -,qui,
en priant, pense à la grandeur de Dieu; mais il deviendra
1) Pour pouvoir répondre à cette question, il nous fort celui qui sait, par la prière, se cramponner à la
faut d'abord tirer au clair cette expression, que signifie main robuste de Dieu.
exactement le mot prier? A celui en effet qui connaît La vie terrestre est la vie unie du fond des vallées;
le sens profond de ce terme, il n'est pas nécessaire de la foi en Dieu est la hauteur vertigineuse des cimes
lui recommander la prière, encore moins de l'imposer; des montagnes. Des sommets de la montagne les eaux
il profitera de lui-même de toutes les occasions pour '.je précipitent dans la vallée et fécondent le sol. Sur les
prier. hauteurs de la foi prend naissance la source dont les
Que signifie donc ce mot : prjer? eaux · vivifiantes empêchent notre vie terrestre de se
a) Prier veut dire converser avec Dieu, c'est-à-dire dessécher. Savez-vous quelle est cette source? C'est la
nous tourner vers Dieu avec nos pensées, notre volonté, prière.
nos sentiments, tout notre être. 2) Celui qui sait cela peut immédiatement répondre
La prière est comme unè corde qui vibre au dedans à l'objection formulée précédemment : « Pourquoi
de nous. C~'tui qui pri~ sent passer devant lui le temps devons-nous prit~r? Le Dieu grand et éternel est-il
et l'éternité, le ciel et la terre. Il sent qu'il se trouve réduit à attendre \es prières de l'homme si petit et si
tout à coup en présence de Dieu. et que s'écoulent faible? »
devant lui la joie et la douleur. Voilà pourquoi la Savez-vous ce que je vais répondre?
prière est un spectacle sublime. Voilà pourquoi il n'y Vous avez raison. Dieu n'en est pas réduit à attendre
a rien de plus beau en ce monde qu'un homme en nos prières. Mais cependant nous sommes obligés de
prière. « Ne le dérangez pas: actuellement il prie ». prier, parce que nous, nous avons besoin de Dieu~
L'empereur Charles-Quint était en train d'entendre a) On peut faire sur Dieu des discours, des livres,
la messe, lorsqu'on lui aimonça qu'un ambassadeur des subtilités, des raisonnements, mais seul peut Le
étranger - venait d'arriver et sollicitait une · audience saisir celui qui sait Lui adresser par delà l'éternité, des
immédiate. L'empereur répondit: Dites à l'ambassadeur paroles de reconnaissance, de repentir, de demande,
que je suis moi-même en ce moment reçu en audience. de louange, c'est-à-dire celui qui prie. tl n'est pa~
b) La prière réalise la véritable égalité. Quand nous possible de l'expliquer, il faut expérimenter comment
LE SYMBOLE DES APOTRES IJŒU EST MON P}:RE : JE LE PRIE 73
une bonne prière élève l'âme, fortifie la volonté, purifie prierel Prier c'est se taire, écouter, se reposer -.:. quel
le regard, augmente la patience et, remarquez-le bien , bienfait- que tout cela déjà! Nos nerfs surexcités se
calme les nerfs, les nerfs si irrités de l'homme d'aujour- calment et notre âme abattue goûte le bienfait reposant
d'hui. Ne soyez pas choqués" si je vous dis' : L'effet' de la prière. Dans la tranquillité de la petite chàmbre,
d'une bonne prière du soir est bien supérieur à un dans le silence de l'église, dans le calme des cimes de 1

cachet de véronal. la montagne, dans la solitude de la forêt. Voilà pourquoi


Si le chirurgien avant l'opération, le juge devànt on prie mieux le matin, quand notre âme n'est pas
un procès embrouillé, le père de famille avant une encore troublée par les événements du jour et le soir,
décision grave élevaient un instant leur âme en disant: quand on n'a plus besoin de se préoccuper de la
« Seigneur, restez près de moi, aidez-moi à bien remplir journée écoulée.
~a tâche )), alors ils se sentiraient tout d'un coup ('I I' Quel bienfait pour nous! Comme nous devons être
pleine possession de leurs forces, ils s'apercevraient qu, 1 reconnaissants il notre sainte religion de ce qu'elle
leur orientation vers Dieu a fait naître en eux d'une nous pousse à la prière quotidienne, de ce qu'elle nous
manière aussi insoupçonnée qu'inexplicable de nouvelles assure chaque jour quelques minutes de tranquillité!
sources d'énergie. Aussitôt après notre prière du matin en effet, nous
L'orientation vers Dieu. Aller chercher conseil auprès n'avons plus une minute à nous; tout notre temps
de Dieu. Devant les complications de la vie moderne appartient au bureau, à notre gagne-pain, à la préci-
l'homme se trouve fréquemment, corilplèteII1ent dé sem·, pitation, au souci, à la distraction. Nous sommes plus
paré. Alors il cherche de tous côtés, ~l tire des plans, malheureux que nos machines : celles-ci peuvent au
il écrit, il téléphone, il demande conseil à .droite et moÏns se reposer la nuit, mais les soucis continuent à
à gauche et finalement la confusion est encore plus nous importuner durant notre sommeil. Voici qu'arrive
grande dans sa tête qu'auparavant. Mais celui qui .croit l ia prière et elle nous dit : Maintenant tu t'appartiens
en Dieu ira Lui demander son premier et son dernier enfin à toi-même ... à ton âme ... à Dieu.
conseils. Comme nous devons être reconnaissants de pouvoir
Quelqu'un a dit - et il a jugé très exactement la prier 1
situation - : « L'homme d'aujourd'hui a beaucoup de b) Et maIntenant il me faut parler ' d'une caracté-
jouissances, mais peu de joies n. Il achète très chèrement ristique particulière au véritable christianisme : 1'amour
dans les lieux de divertissement tel ou tel plaisir, mais de la prière. Oui, nous les chrétiens, nous sommes la
il ne peut y trouver une joie reposante, réconfortante génération qui prie sans cesse. Nulle part au monde,
ét vivifiante. on ne prie a) avec autant de ferveur; ~) aussifréquemment
Ah 1 s'il connaissait seulement les joies d'une bonne que dans notre sainte religion.
74 ' LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST MON PÈRE: JE LE PRIE 75
<x) Personne ne prie avec autant de ferveur que nous. Nulle part au monde il n'y a de religion pour être
Car nous ne croyons pas seulement que Dieu est le aussi pénétrée du sentiment de la majesté de Dieu
souverain Créateur du monde, mais encore qu'Il est que la religion chrétienne: il est donc tout naturel
notre Père du.ciel qui dirige la marche du monde et qu'elle demande que le culte divin, que la prière ne
de l'humanité. Comme Créateur, Il peut nous venir cessent pas sur la terre.
en aide; comme Père, Il veut nous aider. La prière du matin et du soir, voilà la belle et pieuse
Peut~être direz-vous que les autres religions prient coutume des chrétiens. Comme il est édifiant de penser
aussi. Sans doute. Mais pas comme les Chrétiens. qu'il n'y a pas un seul instant où il n'y ait des hommes
Ce n'est pas la même ferveur, pas la même confiance, pour se mettre à genoux et prier le Seigneur, car il y a
pas la même conviction intime. Il n'y a que nous en effet toujours un endroit de la , terre où se lève le matin,
pour associer, quand nous p~rlons de Dieu, ces deux tandis qu'ailleurs la nuit déploie ses ailes!
termes, en apparence inconciliables : Créateur et Père. Mais, la sainte Église catholique va encore plus loin
Devant le Créateur infiniment puissant nous nous dans le culte de Dieu. Elle sait bien qu'à èause de leurs
humilions dans la profondeur de notre néant; mais pénibles occupations terrestres ses fidèles n'ont pas
devant notre Père nous reprenons courage, nous nous suffisamment de temps pour prier pendant la journée,
serrons sur son cœur et nous Lui parlons. aussi a-t-elle prescrit rigoJ.reusement à ses prêtres de
~) Mais je vais plus loin et j'affirme: Le christianisme consacrer au moins une heure chaque jour à la prière.
est la religion de la prière, parce que nulle part on ne Cette prière imposée au prêtre c'est le bréviaire.
prie autant que chez nous. Le bréviaire du prêtre, la prescription de l'Église
La première' parole que jadis - puisse-t-'il en être ne nous font-ils pas sentir plus profondément la majesté
encore de même aujourd'hui -le petit enfant entendait de Dieu? Le bréviaire n'est pas la prière personnelle
prononcer dans la famille chrétienne était les mots de du prêtre, mais l'hymne de louange qui sort, en tous
CI Dieu)) et de « Jésus ». La première leçon, le premier les points du globe, des lèvres de la sainte Église catho-
travail de l'intelligence de cette tendre créature ne lique, pour monter inlassablement vers le Père qui est
consistait pas en un compliment de fête, mais dans une dans les cieux.
petite prière. Et que de fois ne vient-elle pas sur les Oui, en tous les points du globe. Celui qui voyage
lèvres d'une mère vraiment chrétienne cette question : beaucoup et sait observer avec la délicatesse . d'une
« Mon enfant, as-tu fait ta prière? » Et lorsque l'enfant âme chrétienne ne manquera pas, je crois, d'en faire
dit adieu à la maison paternelle, il entend cette dernière l'expérience, lorsqu'il ,rencontrera un peu partout . un
recommandation de sa mère: « N'oublie pas de faire représentant officiel de l'Église catholique dans sa tâche
tes prières ». d'adorateur perpétuel de Dieu, un prêtre en train de

r
LE SYMBOLE OES APOTRES DIEU EST MON PÈRE : JE LE PRIE 77
réciter son bréviaire: dans le compartiment d'un rapide, Les relations avec l'autre monde ont aUssi leur langue
sur le pont d'un paquebot, dans le sentier de la forêt officielle : la prière. Dieu sans doute comprend tôutes
où se promène un aumônier scout, dans le jardin fleuri les langues~ mais Il n'en exauce qu'une seule: la langue
d'un cloître, dans la solitude des missidns de l'Uganda de la prière. Comme les gens se donnent du mal après
ou de l'Alasca, partout on rencontre le prêtre disant l'anglais, l'italien ou l'allemand! si seulement ils
son bréviaire. Comme la sainte Église sait prier! consacraient autant de temps à apprendre la langue
Oui, comme , un hymne de fête, la prière retentit supra-terrestre! Car il faut aussI l'apprendre et
ininterrompue à travers toute l'histoire du christianisme: l' utiliser.
au fond des catacombes comme sous les coupoles qui L'apprendre? De qui? Quel est le meilleur maître
s'élancent vers le ciel, dans le palais des rois et la de cette langue supra-terrestre? Ne vous étonnez pas,
cabane des pauvres, sous la canonnade et dans le tumulte si je vous réponds : le mendiant et ['enfant.
de la vie quotidienne, sur le lit des malades et à l'autel Le mendiant. Pourquoi prions-nous? Parce que nous
nuptial, au confessionnal et à la sainte table ... , partout sommes pauvres, mais Dieu est riche; nous sommes
on prie. Dieu seul connaît les innombrables prières de faibles, mais Dieu est fort. Plus on se rend compte,
millions de cœurs humains heureux ou malheureux qui pendant la prière, que l'on est pauvre devant Dieu,
montent chaque jour vers le ciel. meilleure sera notre prière, d'autant plus humble,
Et cela est bien, mes frères. Cela nous conv.ient à d'autant plus fervente, d'autant plus persévérante.
nous qui affirmons: « Je crois en Dieu, notre Père )J. Et l'enfant. L'enfant sait très bien exprimer ses
Dès lors il ne nous, sera pas difficile de répondre à sentiments même sans paroles, simplement par un
la seconde question. geste, un mouvement, un sourire. Le petit enfant parle
déjà bien, avant de savoir se servir de sa langue :
il parle par un regard, par un sourire à sa mère. Et
II
comme elle est ardente, cordiale cètte conversation
sans parole ... cette prière sans parole! Cette disparition
COMMENT DEVONS-NOUS PRIER?
en Dieu d'une âme qui prie.
Le saint curé d'Ars avait remarqué qu'un de ses
A) Actuellement l'enseignement des langues étran- paroissiens passait de longues heures sans bouger devant
gères est très répandu. Un peu partout on trouve des le tabernacle. « Que faites-vous donc pendant ce
cours de langues vivantes; une foule de personnes temps? lui demanda le curé. Je le vise et Il me vise)J.
apprennent les langues étrangères, parce qu'elles sont Quelles paroles magnifiques, pleines de piété et de
indispensables dans 'les relations internationales. ferveur filiales 1 On peut donc prier sans parler, sans
LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST MON PÈRE : JE LE PRIE
'79
bouger, mais à condition de contempler avec un amour ~lle puisse adorer humblement le vrai Dieu qui est
d'autant plus grand le Très Saint, Sacrement, le crucifix. élevé au-dessus de tous les mondes.
B) Pour donner cependant quelques indications utiles Quelqu'un s'approche de son appareil de radio et
pour faire une bonne priere, je veux vous présenter essaye de prendre un poste. Il essaye et n'entend rien.
brièvement les trois idées suivantes: Qu'y a-t-il donc? Les lampes marchent, l'antenne est
a) Nous prions Dieu qui est au-dessus de nous; bonne, l'accumulateur est chargé et l'on n'entend rien.
b) ' nous prions Dieu qui est au milieu de nous; c) nous Finalement on découvre la cause: l'antenne était mise
prions Dieu qui est au dedans de nous. à terre. La prière de l'âme attachée à hi terre ne résonne
a) Nous prions un Dieu qui est au-dessus de nous. pas davantage; cette prière ne trouve pas d'écho dans le
C'est une marque particulière .de la langue humaine ciel. Il faut mettre le contact avec l'antenne et alors
que l'on appelle « Supérieurs» ceux à qui l'on doit j'entendrai le concert dans mon appareil; de même
le respect: Ce nom de supéi:ieurs signifie que nous les quand mon âme prie, il faut couper le contact avec la
plaçons à un degré plus élevé que nous-mêmes. terre et alors ma prière trouvera de l'écho dans le ciel.
L'étudiant voit le professeur dans sa chaire, le juge Voilà comment il faut prier Dieu qui est au-dessus
siège à une table élevée, le souverain est monté sur un de nous.
trône. - Il est donc tout naturel que, lorsque nous b) Nous prions un Dieu qui est au milieu de nous.
pensons à Dieu, la plus haute autorité, nos yeux se Dieu, au milieu de nous? Mais ne venons-nous pas
dirigent spontanément vers le ciel, que le prêtre en de dire qu'Il est au-dessus de nous, au-dessus de
prière pendant la sainte messe élève les mains v~rs le toutes les choses créées.
ciel. C'est d'ailleurs ce que nous a enseigné le Sauveur C'est la vérité. Mais il n'est pas moins vrai que Dieu
Lui-même qui priait le plus souvent ainsi (S. Marc VI, est au milieu de nous. Vous connaissez le début de
4 1 ; VII, 34). l'évangile selon saint Jean: « Au commencement était
Voulons-nous par là mettre en doute que Dieu soit le Verbe et le Verbe était Dieu » (S. Jean l, 1).
présent partout? Nullement. Mais par .cette attitude « Et le Verbe s' ~st fait chair et Il a habité parmi nous ))
nous voulons simplement venir en aide à notre âme, ' (S. Jean l, 14), cela veut dire que le Verbe de Dieu,
afin que, durant sa prière, elle soit débarrassée des le Fils de Dieu' a pris un corps comme le nôtre et a
soucis de cette terre, qu'elle s'élève au-dessus des choses ' vécu parmi nous, et quand Il est retourné auprès de
créées, au-dessus des montagnes et des vallées, des son Père du ciel, il ne nous a pas abandonnés, mais
forêts et des océans, au-dessus des millions d'étoiles Il est resté parmi nous, sur les autels, dans le Très
ei: qu'ainsi dégagée du monde créé, autant du moins Saint Sacrement.
que cela est possible à un être composé d'un corps, c) Enfin nous prions un Dieu qui est au dedans de nous,
80 LE SYMBOLE DES APOTRES nIEU EST MON PÈRE : JE LE PRIE

Comment faut-il l'entendre? Dieu serait au dedans cie nous le Dieu de la miséricorde et , du pardon.
de nous? Peut-on le croire ? Mes frères, prions Dieu qui est en nous.
Si un homme le disait, je ne le croirais pas. Mais je
suis obligé de croire les paroles de Notre-Seigneur.
'II'
« Si quelqu'un M'aime, dit un jour le divin Maître,
* *
il gardera Ma parole, et Mon Père l'aimera et Nous
viendrons à lui et Nous ferons chez lui Notre demeure )) Un vieux matelot conduisait un jeune homme dans
(S. Jean XIV, 23). Ces paroles ne sont-elles pas très son canot. L'une des rames portait ce mot : (( Priere ))
claires? Celui qui aime Dieu et observe ses Conunan- et l'autre: « Travail ». Le jeune homme dit d'u'1 ton
dements, Dieu habite dans son âme, ,quelle sublime railleur: « Mon br~ve homme, vous retardez. Celui qui
révélation! Un tel homme est le temple vivant de Dieu, travaille n'a pas besoin de prier )).
un vivant tabernàcle. ' Le vieillard ne répondit pas; seulement il laissa
Je prie Dieu non seulement par mes paroles, mais tomber la rame sur laquelle était inscrit le mot « prière »
aussi par ma manière de vivre. La plus belle prier~, et rama avec l'autre. Il ramait, il ramait... mais la
c'est une vie passée dans l'observation des Commandement~·. barque ne faisait que tourner en cercle, et n'avançait
Lorsque je dis que par notre vie nous prions le ' Dieu pas. Le jeune homme s'aperçut alors qu'à côté de la
qui habite en nous, je ne fais que répéter .les paroles rame « Travail », il fallait encore l'autre, celle de la
de saint Paul : « Glorifiez et portez Dieu dans votre cc Prière )).
corps! )) (1° Corinthiens VI, 20). Il Y a des compositeurs Par conséquent .ieprie Dieu qui est au-dessus de nous,'
qui ont choisi pour leurs œuvres ce titre singulier : c'est ma prière habituelle du matin et du soir; je prie
« Chants sans paroles )). Un chant et une priere sans Dieu qui est au milieu de nous,' c'est ma priere à l'église;
paroles en l'honneur de Dieu, telle est une vie humaine je prie Dieu qui est au dedans de nous " c'est ma vie
passée selon la volonté de Dieu. réglée confor'mément à la volonté de Dieu. 11 n'est pas
A la iumière de cette pensée nous comprenons la nécessaire de me prescrire sous peine de p'éché d'aller
louable habitude" de ces fervents catholiques qui ne à la messe, de me confesser et de communier. Il n'est
lais; ent passer ' aucune fête, sans s'approcher des pas nécessaire de me commander de prier. Ma force
sacrements de pénitence et d'eucharistie. En vérité et ma joie, c'est d'avoir un Père dans le ciel; ma conso-
c'est la plus belle, la meilleure manière de célébrer lation c'est de voir Dieu daigner accueillir mes paroles;'
une fête que de s'attacher, aussitôt que la poussière ' pour moi le plus grand honneur, c'est d'avoir le droit
de la vie couvre notr,e 'âme et qu'elle devient la victime de prier.
de la ' faiblesse humaine, à f~ire revenir au dedans '

Symb. d. Ap , ,- T , T
DIEU EST MON PÈRE : JE L'AIME

tendresse sans égale. Nous L'aimons, parce qu'Il est


notre Pere du ciel.
Les païens avaient leurs idoles et les malheureux
n'osaient les regarder qu'en tremblant. Le peuple juif
connaissait Dieu, mais sous sa prière on sentait vibrer
v la crainte. Par contre, nous les chrétiens, nous regardons
vers Dieu, sans , trembler et sans crainte, avec amour,
avec un amour sans limite.
DIEU EST MON PÈRE JE L'AIME Comment sommes-nous arrivés à savoir que nous
devons· aimer Dieu? ce sera le sujet de la première
partie de mon ser~on d'aujou~d'hui~ Ensuite nous
examinerons comment nous devons manifester notre
MES FRÈR'ËS, amour pour Dieu. Je peux donc résumer brièvement
en deux questions le sujet · de mon sermon :
Voici le quatrième sermon où nous traitons cette I. Pourquoi devons-nous aimer Dieu? et II. Comment
idée sublime: Dieu est notre Pere. Plus nous pénétrons devons-nous aimer Dieu?
dans les profondeurs de cette idée, plus notre cœur
bat avec ardeur pour Djeu.
Dieu est mon Père, donc Il prend soin de moi 1
et j'ai confiance en Lui, tel a été le sujet des deux
premières instructions. POURQUOI DEVONS-NOUS AIMER DIEu?
Dieu est mon Père, donc je Le prie, c'est ce dont
j'ai parlé dimanche dernier. .
Aujourd'hui avançons encore d'un pas et ajoutons 1) A cette question, pourquoi devons-nous , aimer
des traits nouveaux au portrait que nous avons dessiné Dieu, je pourrais d'abord répondre : Nous devons
de « notre Père du ciel ». Nous chrétiens nous ne L'aimer, parce qu'Il l'a commandé.
faisons pas que craindre Dieu, que prier Dieu, que nous Les Pharisiens se plaisaient à commenter la Loi
incliner humblement devant Lui, mais nous avons avec ancienne avec une minutieuse subtilité. Ils avai~nt
. Lui des rapports, comme les sectateurs des autres ainsi déc9uvert plus de 300 défenses et plus de 200 co~­
letigions n'en ont pas: nous aimons Dieu. Nous L'aimons mandements; rien d'étonnant si les gens ne savaient
d'un amour admirablement enfantin et avec une plus quel était le plus important des commandements.
LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST MON PÈRE : JE L'AIME 85
Un jour, ils demandèrent à Notre ·Seigneur, comme a vu que son am,our devait être notre tâche vitale,
vous venez ,..de l'entendre dans l'évangile de ce Hon seulement Il' a permis, mais encore Il a prescrit
XVIIe dimanche après la Pentecôte : Quel est le plus formellement: Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu.
grand des commandements? Et la répons~ du divin Aimons donc Dieu, puisqu'Il l'a ordonné.
Maître les étonna. Parmi la multitude des prescriptions, z) Mais si je continue ma réponse à la question,
des commandements et des prohibitions, Il met au pourquoi nous aimons Dieu, alors j'ajouterai ceci :
premier rang ce à quoi ilsl auraient à peine pensé, Nous aimons Dieu, parce- qu'Il est la Beauté infinie.
un commandement pour ainsi dire enfoui dans la Dieu est beau? Comment le sais-je? Pourtant je n'ai
masse: « Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout pasvu Dieu. C'est vrai: je n'ai jamais YU Dieu,mais
ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit» j'ai vu les empreintes de ' ses mains; je vois les couleurs
(S. Matthieu' XXII, 37)~ 0 du m~rveilleux tableau qu'est le monde et j'en suis ébloui.
Il convient de revenir un peu sur cette réponse. Mes frères, aimez-vous les fleurs, les prairies par-
Qui peut le mieux comprendre l'homme? Celui qui fumées, les épis qui ondulent sous la brise ? Aimez~vous
l'a créé: Dieu. Le Dieu Créateur a placé au milieu la cascade dans la montagne, le bruissement dans la
du corps humain - chose remarquable - non pas le forêt, les cimes neigeuses, le 'mugissement de la mer?
cerveau, mais le cœur; Il indiquait par là que dans Les touristes qui viennent voir le lac des Quatre-
l'homme le cœur avait un rôle plus /grand à jouer que Cantons ne manquent pas de faire l'ascension du
le cerveau. Rigi-Kulm pour assister à un splendide lever de soleil.
Et réellement Notre-Seigneur a indiqué comme pre- Il est bon matin ... Les masses des glaciers sont encore
mier commandement le commandement du cœur : plongées dans une ombre grisâtre. Peu à peu le jour ,'
l'amour. Quel est le plus grand des commandements? commence, la clarté augmente. Tout à coup le soleil
demandait-on au Sauveur. Et qu'a-t-Il répondu? se montre et les cimes des montagnes s'embrasent
Appliquez toute ' votre intelligence à concevoir Dieu? comme des torches 11amboyantes, les glaciers et les
Non. Mais: Aimez Dieu de tout votre cœur. .,; pentes neigeuses rougeoient comme des fleuves de feu.
Quelle marque de la bonté paternelle de Dieu que Et dans tin silence absolu, on entend plus d'une poitrine
ce commandement qui nous impose de L'aimer! soupirer: 0 Dieu, ô Dieu infini!
Oui, l'amour de Dieu est notre plus grand bonheur Que de beauté n'y a-t-il pas. dans le monde! Mais
e~ la source de notre joie, il est notre honneur et notre d'où vient-elle? S'est-elle faite "Ile-même? Existe-t-elle
soutien. Ce serait dèjà une faveur incomparable pour de toute éternité? Est-ce là la réponse à la question
nous si Dieu nous avait seulement permis de L'aimer. que nous avons posée? Quelle doit être la beauté de Dieu,
Mais Dieu .est allé ' plus loin. Précisément parce qu'Il û son ombre, le monde créé, est si magnifique?
86 LE SYMBOLE DES APOTRES blEU EST MON PÈRE : JE 1.' AIME

Je puis donc dire: J'aime Dieu, parce qu'Il est beau. de son peuple: « Je t'ai gravé sur la paume de mes
3) M~is il f~ut encore aller chercher plus loin ma mains » (Isaïe XLIX, 16). Ainsi parle le Seigneur.
réponse.;De prime abord, je n'aime pas Dieu, parce De tous ses membres, c'est de la main que l'homme li!
qu'Il est beau, mais parce qu'Il est bon, infiniment bon. le plus besoin, ill' a constamment sous les yeux, « graver
A) Jésus a dit un jour: « Personne n'est bon, sinon dans mes mains» veut donc dire me souvenir sans cesse
Dieu seul »(8. Luc XVIII, 19). de quelque chose, penser sans cesse à quelque (~hose.
N'est-ce pas une exagération? N'y a-t-il aucune bonté Comme il faut que Dieu soit bon, pour promettre ainsi
dans l'homme? On dit pourtant de bien des gens : de penser toujours 'à nous!
« C'est un bon homme)). On dit aussi: « C'est la bonté Que Dieu soit si bon pour nous et qu'Il nous aime
même ». ta~t, cela fait partie de sa nature. Il ne peut pas retenir
Oui, mes frères, qui oserait nier que parmi nous aussi, sa bonté, son amour qui se répandent partout . .Est-il
grâce à Dieu, il y eût de la bonté? Qui oserait ni~r que possible d'~mpêcher le feu qui flambe de produire
les hommes eussent aussi leurs bonnes qualités? de la chaleur? Est-il possible d'empêcher le soleil 'qui
Seulement je n'oserais pas affirmer que l'homme est brille de diffuser partout sa lumière? Mais ce que le
totalement bon, qu'il est la bonté mhne. Il peut avoir feu et le soleil font involontairement, Dieu ;Ie fait
été saint Pierre, saint Paul, religieux, prêtre, pape, etc. librement, en répandant et en manifestant partout sa
mais il était un homme et l'horrime est un mélange de bonté.
bien et de mal. Et pour empêcher le mal de l'emporter B) Mais comment Dieu manifeste-t-Il sa bonté?
en nous, nous devons perpétuellement lutter contre Comment?
nous-mêmes. Beaucoup réussissent à remporter une a) D'abord, Il l'a montrée, en donnant l'existence
victoire complète, mais même chez eux il est encore au vaste univers et en la lui conservant.
possible que le mal reprenne le dessus sur 1e bien. Promenons seulement nos regards sur le monde aux
On ne peut donc pas dire d'un homme qu'il est tota- riches couleurs: tout y proclame la bonté du Créateur.
lement bon. « Personne n'est bon sinon Dieu seul )). Notre-Seigneur Lui-même a attiré sur ce point notre
Il est la source de toute bonté, parce que son essence attention : « Voyez les lis des champs, regardez les
même est la bonté. Dans l'homme aussi il y" 'a un oiseaux du ciel ». Écoutez le murmure du ruisseau,
fragment' de bonté, mais il l'a reçu de la source de la parlez au ";'ent qui souffle; tous .chantent : comme
bonté, c'est-à-dire de Dieu, tout comme les planètes Dieu est bon! « Il donne la nourriture aux petits
reçoivent leur clarté de la source de la lumière: le soleil. de la corneille qui crient vers Lui » dit le psalmiste
Dans le prophète Isaïe, Dieu emploie une magnifique (Ps. CXLVI, 9). '
comparaison, lorsqu'Il veut montrer sa bonté à l'égard On pourrait répondre : c'est la vieille corneille qui
88 LE SYII'lBOLE DES APOTRES DIEU EST MON PÈRE: JE L'ATME

leur donne la nourriture. Sans doute que c'est la vieille encore des pécheurs, Jésus-Christ est mort pour nous»
corneille. Mais qui a donné à la mère l'instinct de nourrir (Romains V, 8).
ses petits? En vérité, Dieu nous aime sans mérite de notre part.
En vérité, Dieu est bon pour le monde entier. y) Et Dieu nous aime sans mesure.
b) Mais Dieu manifeste encore davantage sa bonté Je n'en finirais jamais, si je voulais vous énumérer
envers les hommes, parce qu'Il nous aime ('1.) avec en détail toutes les manifestations de l'amour de Dieu
désintéressement; ~) sans mérite de notre part; y) sans pour nous. Il nous aime, lorsqu'Il nous donne des
mesure. parents pllfins de sollicitude et d'excellents amis.
IX) Il nous aime avec désintéressement. Dans tout amour Il nous aime, quand Il nous donne l'intégrité du corps
d'ici-bas il se mêle toujours quelque intérêt ou quelque et la santé. Il nous aime, lorsqu'Il nous donne les facultés
obligation ou le lien du sang, même dans l'amour des de l'âme ... Pour le moment je ne parle pas de tout cela.
parents et des enfants. Nous aimons quelqu'un, parce Je souligne seulement cette pensée: Comme mon Père
qu'il a été bon pour nous, parce qu'il nous a aidés, parce du ciel m'a aimé, en envoyant Jésus-Christ Notre-
qu'il nous plaît, parce que nous avons besoin de lui. Seigneur qui « m'a aimé et s'est livré lui-même pour
Mais Dieu aime avec désintéressement. Il n'a pas besoin moi ) (Galates II,20).
de n6us, nous ne pouvons pas Le rendre plus heureux Lorsque Abraham, dans son amour pour Dieu,
et pourtant Il a dit: « Je t'ai aimé d'un amour éternel» était prêt au plus grand des sacrifices, à immoler son
(Jérémie XXXI, 3). fils, un ange retint son bras et lui dit : « Maintenant
~) Deuxièmement Il nous aime sans mérite de notre Dieu a reconnu que tu L'aimes, maintenant que tu
part. Car qui oserait dire qu'il a mhité la bonté et étais prêt à sacrifier ton plus cher trésor, ton fils
l'amour de Dieu? Les anges? Ils pourraient peut-être unique ». Nous autres hommes, nous savons aussi,
le dire. Les saints? Peut··être aussi.Mais moi, pourrais-je depuis l'après-midi du Vendredi-Saint, combien Dieu
le dire? Toutes les fautes de ma vie passée me reviennent nous aime, puisque ce ' jour-là Il a sacrifié pour nous,
en mémoire et je m'écrie avec le psalmiste: « Qu'est- cc son plus précieux trésor, . son Fils unique. « Pour
que l'homme, pour que Vous Vous souveniez de lui? ,) racheter votre esclave, Vous avez livré Votre Fils à
(Ps. VIII, 5). Tou~es les fautes de ma vie passée sont la mort ») affirme saint Augustin. Je vous en conjure
devant moi et je m'écrie avec le prophète Jérémie : donc, mes frère;, avec saint Jean " : Aimons Dieu
« C'est une grâce du Seigneur que nous ne soyons pas « parce qu'Il nous a aimés le premier » (le épître de
an.éantis») (Lamentations III, 22). Tous mes péchés saint Jean IV, 10). Il nous a aimés avec désintéressement
sont devant moi et je dis àvec saint Paul: « Dieu montre sans aucun mérite de notre part, sans .nesure.
son amour envers nous en ce que, lorsque nous étions Aimons Dieu! Mais comment devons-nous L'aimer?

. '
LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST MON PÈRE: JE L'AIME 91
1

à notre question comment devons-nous aimer Dieu.


Exactement comme l'enfant aime son père, d'un amour
II r~conllaissant et prit au sacrifice. Qu'il s'agisse d'un
jeune pomme ou d'une jeune fille, peu importe; d'un
1 COMMF.NT DEVONS-NOUS AIMER DIEu? vieillard ou d'un homme fait, peu importe : devant
Dieu le vieillard centenaire et le roi puissant ne sont
Selon Notre-Seigneur Jésus-Christ, le devoir le plus que des enfants.
sacré de l'homme est celui d'aimer Dieu. Si c'est donc Dirai-je donc quel est le signe le plus sûr de notre
là pour moi le devoir suprême et qui doit régler ma amour pour Dieu? Le voilà: il réside dans notre recon-
destinée, je désin!rais savoir si je possède en moi le naissance à l'égard de Dieu et dans notre esprit de
véritable amour de Dieu. Y a-t-il une marque extérieure, sacrifice à la volonté de Dieu. Là mesure dans laquelle
une preuve que j'aime Dieu? Par exemple, mon cœur 'lJOUS ites prits · à vous sacrifier pour Dieu et pour votre

bat-il plus vite, lorsque je pense à Dieu? Si je me sens prochain par amour de Dieu est la mesure de votre amour
ému, si des rayons de joie illuminent mon visage, pour Dieu.
si je suis pénétré de ferveur dans ma prière, est-ce là 1) Par conséquent il faut aimer Dieu: a) d'un cœur
le signe de l'amour de Dieu? ,. reconnaissant et b) d'un amour généreux.
Beaucoup font entendre cette plainte: « Je ne sais a) Il faut aimer Dieu d'un cœur reconnaissant.
pas ce qui m'arrive. Autrefois je ressentais une douce « Mon Dieu! » que de fois les gens d'aujourd'hui
ferveur, quand je priais. Maintenant je n'éprouve plus prononcent ce mot sàns réflexion, sans motif. S'ils
rien du tout. Est-ce que je n'aime plus le bon Dieu? » pensaient seulement à ce qu'ils disent! Car si quelqu'un
Il n'en est nullement question. Même les sentiments dit: « Mon Dieu! » il indique par là qu'il a avec Dieu
les plus chaleureux ne sont pas des signes certains une relation qui l'oblige à la reconnaissance et à un
d'un véritable amour de Dieu. On peut se sentit trans- amour généreux, à cause de la bonté de Dieu.
porté, enthousiasmé, ravi, en présence de Dieu, mais Savez-vous comment un disciple de saint François
ce n'est pas la preuve que l'on aime Dieu. Une autre d'Assise convertit un jeune homme insouciant et léger?
âme n'est peut-être pas capable d'épro~ver .de pareilles Il le conduisit près d'un homme aveugle et paralytique.
impressions et cependant elle peut brûler d'amour pour « Dites-moi, si quelqu'un vous rendait la vue et
Dieu. l'usage de vos mains, n'aimeriez-vous pas cet homme?
Saint Paul exhortait les fidèles de Rome à s.'écrier Si je l'aimerais? s'écria l'aveugle. Mais je serais son
comme des enfants: « Abba! Pater!» (Romains VIII, 15). esclave le reste de ma vie.
Précisément dans cette exhortation se trouve la réponse Vois tu, fit le religieux en se tournant vers le jeune
LE _ ~Y MBOLE DES APOTRES DIEU EST MON p Èrm : J E L'AIME 93
frivole, quelqu'un t'a donné tous tes sens en bon état dirai-je? les commandements de la mode. Le passé et le
et beaucoup d'autres choses en plus, comment lui présent nous fournissent à ce sujet bien des exemples
manifestes-tu ta reconnaissance? » singuliers.
b) Il faut aimer Dieu avec générosité. Le Livre de Au XVIIIe siècle, la veille d'une grande fête, le coiffeur
l'Apocalypse parle de personnes qui portent sur le front arrangeait en forme de tour de Babel la coiffure de la
le nom divin (XIV, 1). Que de fois pendant notre vie dame à la mode et celle-ci était obligée de passer toute
nous avons déjà fait le signe de la croix! A chaque fois la nuit sur une chaise, sans dormir, sans bouger, pour
nous avons tracé sur notre front le nom de Dieu le Père. ne pas compromettre l'équilibre de sa chevelure .. .
Mais que ce ne soit pas une vaine cérémonie; consacrons Est-ce que Dieu nous impose de passer des nuits
à Dieu le Père to,ut ce qui se trouve derrière notre pareilles? Et ce sont précisément les dames de ce genre
_front, c'est-à-dire toutes nos pensées. _ qui se dispensent le plus aisément d'assister à la messe
Dieu est mon Père; s'Il est mon Père, je cherche donc du dimanche, sous toutes sortes de prétextes de « lassi-
à Lui · faire plaisir. Comment? En accep~ant ses paroles, tude » et d' « iùdisposition »! Où y a-t-il un comman-
en observant ses commandements. ù Mais ils sont dement imposant un jeûne aussi rigoureux que, par
difficiles. Ils tranchent dans le vif ». Qu'importe! exemple, les prescriptions d'une cure d'amaigrissement?
Lepetit enfant non plus n'aime pas de suivre les ordres Et ce sont précisément ceux qui regardent comme trop
de ses parents et pourtant ils exigent de lui l'obéissance. sévères les ordonnances de l'Église et les proclament
L'enfant encore jeune ne comprend pas, il -s'irrite, une torture pour l'homme moderne, ce sont préci~ément
il sC? plaint, lorsque ses parents, dans son propre intérêt, les mêmes qui, si la mode L'exige, avalent sans résistance
lui défendent quelque chose. S'il était plus raisonnable, . de la craie dissoute dans le vinaigre, uniquement pour
il dirait; Si papa, si maman me refusent cela, ils savent devenir un peu plus svelte. Les mêmes intelligents jeunes
pourquoi ils ne me le donnent pas ... Ils agissent certai- hommes qui auraient honte de ployer le genou, à
nement dans mon intérêt. -l'élévation, « qu'est-ce que diraient les camarades? »
Oui, voilà ce que periserait l'enfant, s'il était plus ne rougissent pas, le lendemain matin d'une nuit de
raisonnable. Et c'est aussi ainsi que l'homme fait carnaval passé à boire, de déambuler sur les boulevards,
penserait de Dieu, quand Il lui refuse quelque chose un bonnet de .papier sur la tête, un mirliton à la bouche
ou quand Il lui demande quelque sacrifice. et un ballon peinturluré dans la main. Et ainsi de
Et ne vous étonnez pas, si je descends ici jusque suite. Et ces gens-là aimeraient Dieu? Non : car [Jour
dans les minuties de la vie de tous les jours et si je vous aimer Dieu, il n'y a qu.e celui qui peut faire des sacrifices
di s : Celui qui aime vraiment Dl:eu n'observera pas ses pour Lui.
commandements moins consciencieusement que, comment 2. Dieu et le prochain. T elle est la seconde marque
.!

94 LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST MON PÈRE: JE L'AIME - 95


distinctive du véritable amour de Dieu : Tu mmeras d'un voyage autour du monde. Plantez au pôle Nord
ton prochain. des fleurs tropicales. L'homme méfiant, soupçonneux,
. Si j'aime Dieu, si j'aime Dieu réellement, alors j'aime aigri, chicaneur à l'égard des autres est pareillement
aussi mon prochain et je rends au mot « aimer » sa méfiant, soupçonneux, renfermé à l'égard de Dieu.
signification primitive. Car savez-voüs pourquoi actuel- 'Il n'aime pas Dieu celui qui est cruel, sans cœur,
lement il est si difficile de parler de l'amour de Dieu? sans amour, querelleur, insupportable, hostile envers
C'est parce qu'on a dérivé de lui toutes sortes de contre- son prochain. Mais celui qui possède en lui· même le
façons de l'amour. . véritable amour de Dieu, ne peut le dissimuler, il le fait
« Aimer ». Dans l'atmosphère sans cœur et frivole rayonner au-dessus de son prochain, tout comme le
de notre époque, ce mot sacré ou bien ·est tombé en soleil éclaire la lune pendant la nuit, mais la lune ne
oubli ou bien, ce qui est encore plus douloureux, a peut pas cacher, elle renvoie à la terre et aux hommes
reçu une signification criminelle. plongés dans les ténèbres la douce clarté qu'elle a reçue
a) Il est tombé en oubli. La rudesse et la précipitation du soleil. -
de la vie l'ont foulé aux pieds. Aujourd'hui celui qui Voulez-vous savoir si vous aimez Dieu? Demandez-
est pauvre doit souffrir la faim. Aujourd'hui celui qui vous à vous-même si vous avez suivi ces paroles de
est faible doit disparaître. Celui qui est malade est à nos Saints Livres: « Si Dieu nous a ainsi aimés, nous
charge à sa famille. Celui qui a travaillé jusqu'au bout devons aussi nous aimer. les uns les autres... Si nous
doit mourir. Celui qui meurt aujourd'hui est oublié nous aimons les uns les autres, Dieu demeure en nous '
demain. L'amour est mort. . et son amour est parfait en nous» (Ire épître saint Jean
b) Si le no~ subsiste, un poison meurtrier se cache IV, II ~ I2).
derrière. Le nom existe encore : sur les affiches de Mes frères, Dante, le grand poète chrétien, termine
cinéma, dans les titres des pièces de théâtre, dans les son poème en montrant l'amour divin faisant mouvoir
romans il s'étale au long et au large et ne permet pas le soleil et toutes les étoiles. S'il fait mouvoir le soleil
que notre jeunesse se conserve chaste et pure. Il inerte et les froides étoiles, à combien plus forte raison
ne sert plus que de manteau aux plus basses convoitises, moi, homme au cœur chaud et vivant: J'aime donc
ce mot si beau et si noble « aimer ». Dieu et je L'aimerais alors même qu'Il ne me le com-
Comment l'homme aimerait-il Dieu qu'il ne voit pas manderait pas. J'aime Dieu, et je L'aimerais même s'Il
s'il n'a~me "pas son prochain qu'il voit? ' n'était pas si beau. J'aime Dieu, parce qu'Il est bon et
Voulez-vous lui parler de l'amour de Dieu? Parlez · parce que son amour me fait du bien: il ennoblit, élève,
à l'aveugle des rayons du soleil de mai. Parlez au mou- fortifie. « Si ,tu aimes la poussière, écrit saint Augustin
rant du bonheur de vivre. Parlez à un paralytique (In 1 Jo. 2, 15. Tr. 2, 14) tu deviendras poussière. Si
LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST MON PÈRE: JE L'AIME 97
tu aimes Dieu, tu deviendras semblable à Dieu n. pour ceux qui L'aiment Corinthiens Il, 9).
» (10
J'aime Dieu et précisément à cause de cela, je ne Et maintenant, mes frères, mettons-nous à genoux et
lève pas vers Lui des regards aigris, maussades, sombres. récitons la magnifique prière de Newman, le grand
Je ne dis pas avec amertume: Si je suis obligé d'aller cardinal anglais, converti du Protestantisme :
à la messe le dimanche, si je suis obligé de faire maigre « Seigneur, je suis tranquille dans Vos bras: Si Vous
le vendredi, si je suis obligé d'aller à confesse une fois me gardez,je n'ai rien à craindre; si Vous me quittez,
chaque année, je le ferai, puisqu'il le faut. Oh non! je perds toute espérance. Je ne sais rien de l'avenir,
Mais avec tous les soucis, toutes les espérances, tous les mais j'ai confiance en Vous. C'est pourquoi je Vous
sentiments de mon âme épanouie, je m'écrierai à perdre prie de m'accorder ce qui ,est bon pour moi; je Vous
haleine: Seigneur, que je suis heureux de pouvoir vous supplie d'écarter tout ce qui pourrait nuire à mon salut.
aimer,. que je suis heureux de pouvoir être à Vous! Je compte en tout sur Vous, car Vous savez et moi je
Ils sont à plaindre ces hommes d'aujourd'hui, chez ne sais pas. Si Vous m'envoyez la souffrance et la peine,
lesquels la foi religieuse est endormie, et qui cherchent faites-moi la grâce de les bien supporter, préservez-moi
sur les routes nuageuses et sombres de l'occultisme à de l'agitation et de l'égoïsme. Si Vous me donnez la
satisfaire le besoin instinctif de leur âme en quête de force et la santé et le succès dans le monde, rendez-moi
Dieu. Un système d'occultisme prêche à ses adeptes vigilant, afin que Vos dons IT).agnifiques ne m'éloignent
qu'il y a dans le corps humain des molécules mysté- pas de Vous. Faites que je Vous connaisse, que je croie
rieuses et inconnues, qui permettent de connaître le en Vous, que je Vous aime, que je Vous serve. Puissé-je
monde suprasensible, ce sont les « fleurs de lotus ». vivre pour Vous et mourir de la manière que Vous
Celui qui sait les faire se développer en lui, verra des jugerez la plus utile à Votre gloire ».
choses, entendra des mélodies que ni l'œil ni l'oreille
ne peuvent percevoir.
Mais tout cela n'est qu'une pure imagin~tion et un
désir sans espoir.
La vraie fleur sainte qui vit dans notre âme : c'est la
fleur de la foi. Et si nous la soignons, si nous la gardons,
si nous la cultivons et si nous vivons en conséquence,
c'est-à-dire si véritablement nous aimons l)ieu, alors nous
aurons réellement part au bonheur dont parle
saint Paul: « L'œil n'a pas vu, l'oreille n'a pas entendu,
le cœur de l'homme n'a pas saisi ce que Dieu a préparé

Symo. d. Ail. - T. f 7
LA TRÈS SAINTE TRINITÉ 99
Celui qui ne croit pas en Dieu ne peut pas être èhrétien;
mais celui qui ne croit pas à la Sainte Trinité ne peut
pas non plus être chrétien. Sans cette vérité fonda-
mentale, tout le christianisme serait incompréhensible
VI et inexplicable, car la personnalité et la vie de Notre-
Seigneur Jésus-Christ, sa doctrine et ses souffrances ne
trouvent leur fondement que dans la foi en la Sainte
LA TRÈS SAINTE TRINITÉ Trinité. .
N'y a-t-il entre ces deux dogmes aucune contradiction
de telle nature que l'un exclue l'autre?
Sur quoi repose cette doctrine de la Sainte Trinité,
MES FRÈRES,
i'épreuve la plus délicate de notre foi? N'est-il pas une
absurdité, un défi à la raison humaine, ce dogme de
L'apôtre saint Paul écrit dans son épître aux la Sainte Trinité? Et s'il est en réalité une vérité de foi
Hébreux : « Sans la foi il est impossible de plaire à révélée, a-t-:il une répercussion sur notre vie religieuse?
Dieu; car il faut que celui qui s'approche de Dieu croie Vollà les questions qui attendent leur réponse du
qu'Il existe et qu'Il est le rémunératèur de ceux qui le sermon ' d'aujourd'hui. Tout d'abord · nous étudierons
cherchent)) (Hébreux XI, 6). les raisons pour lesquelles- le christianisme enseigne la
.'1
Je dois croire qu'il y a un Dieu « Je crois en Dieu, croyance à la Sainte Trinité. Ensuite nous écarterons
le Père Tout-Puissan~ » c'est ainsi que commence le les difficultés qui paraissent s'y opposer. Enfin nous exami-
Credo catholique, et la foi en unseul Dieu est la base nerons l'importance de ce dogme sur la vie religieuse.
même du christianisme. Mais la foi chrétienne possède Toui: d'abord il nous faut tirer au clair:
encore un autre article, tout aussi important et 'tout
aussi f~ndamental que l'article relatif à un seul Dieu.
Toutefois il semble à première vue que ce 's econd article 1
soit en c~rttradiction avec le premier.
« Je crois en Dieu )) ainsi commence le Credo. Mais POUR QUELLES RAISONS CROYONS-NOUS
nous disons aussi: « Je crois à la Très Sainte Trinité ». A LA SAINTE TRINITÉ?
« Je crois au Père Tout-Puissant )). Ensuite « Je crois
en Jésus-Christ, son Fils unique ». « Je crois au Saint- La foi en la Sainte Trinité.ést une doctrine Spéciale au
Esprit )). Les deux vérités ont la même importance. christianisme. Elle est la grande porte, la seule flntrée,
roo LE SYMBOLE DES APOTRES LA TRÈS SAINTE TRINITÉ 101

par laquelle doivent passel' tous ceux qui veulent c'est-à-dire tl1s adoptifs de Dieu. Dieu a donc aussi
pénétrer en terrain, chrétien. C'est Notre;..Seigneur un Fils. Mais il dit également une autre fois: « Le Père
Jésus-Christ Lui-mê-me qui a ouvert cette porte par et Moi Nous sommes un » (S. Jean X, 30), donc il
laquelle doivent entrer tous ceux qui veulent devenir n'y a pas deux Dieux. « Dieu» et « Dieu le Fils» ne sont
ses disciples. « Allez, enseignez toutes les nations, pas deux Dieux.
baptise~-les au nom du Père, du Fils et du Saint- La Sainte Écriture ne parle pas seulement du Fils
Esprit» (S. Matthieu XXVIII, 19). de Dieu, de la seconde personne divine, mais aussi d'une
O.n ne peut certainement pas être chrétien, si l'on troisième personne, le Saint-Esprit. Nous lisons par
n'est pas baptisé. Mais on ne peut être baptisé qu'au exemple que, lorsque Jésus se fit baptiser dans le
nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. O.n ne peut Jourdain, le Saint-Esprit descendit sur Lui sous la
donc pas être chrétien, si l'on ne croit pas à la Sainte forme d'une colombe (S. Matthieu III, 6). Nous
Trinité. lisons que Jésus a promis le Saint-Esprit, l'Esprit de
La Sainte Trinité! Le plus grand mystère de la foi vérité, qui demeurera toujours avec les apôtres
chrétienne. Une seule Divinité, mais trois personnes divines. (S. Jean XIV, 17). Nous lisons que, le soir du jour
Le Pere est Dieu, le Fils est Dieu, le Saint-Esprit est Dieu. de Pâques, Il souffla sur eux pour leur communiquer
Cependant il n'y a pas trois Dieux: il n'y a qu'un seul le Saint-Esprit pour remettre les péchés, (S. Jean
Dieu. Un Dieu en trois personnes. XX, 21). Et nous- L'entendons les envoyer baptiser
Qui peut le comprendre? Pas la raison humaine. au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit
Qui peut se le représenter? Pas l'imagination (S. Matthieu XXVIII, 19).
humaine. Ces passages sont si clairs, si indisCutables qu'il est
Qui le croit? Tout chrétien le croit avec une foi impossible de laisser de côté la foi en la Très Sainte
humble. Trinité. ,Comprenons-nous? Non. Croyons-nous? Oui,
Mais pourquoi le croyons-nous? Uniquement parC(; avec humilité.
que Notre-Seigneur Jésus-Çhrist nous ['a enseigné J Un des plus subtils théologiens, saint Augustin, se
Il nous l'a enseigné- avec une telle netteté que nous creusait vainement la tête sur ce profond mystère,
sommes obligés de croire à sa parole. tout en se promenant sur le bord de la mer, vous
o.ù l'a-t-Il enseigné? connaissez certainement cette scène charmante. Un
En voici quelques exemples. petit garçon jouait sur la -rive et mettait dans un petit
Il a enseigné formellement qu'Il est le « Fils de Dieu» trou de l'eau qu'il puisait dans la mer avec une coquille.
mais dans un sens totalement différent du nôtre, quand Il voulait verser la mer immense dans ce petit trou.
-nous autres hommes nous nous nommons fils de Dieu, . Le grand penseur lui dit en souriant qu'il ne pourrait
102 LE SYMBOLE DES APOTRES LA TRÈS SAINTE TRINITÉ 1°3
jamms .y arriver. J'y arriverai avant que la raison
(1 rapport. Dieu est un, si nous considérons sa nature,
humaine bornée puisse comprendre l'Essence divine mais Il est triple si, dans cètte nature unique, nous
et le mystère de la Sainte Trinité n, répliqua le petit considérons les personnes. -
enfant. La~ raison humaine a fait tous les efforts imaginables
pour s'approchèr le plus possible de ce mystère; mais
jamais elle ne pourra complètement le comprendre.
II Saint Augustin, ' un des esprits les plus pénétrants, s'est
constamment cassé la tête à ce sujet, 'il a emprunté
OT1FT.U:S SONT LES DIFFICULTÉS'
aux phénomènes de la nature les plus merveilleuses
comparaisons, Jllais le mystère n'en est pas devenu -plus
Mais si ce petit épisode est authentique et s'il est vrai clair, finalement il aboutit à la charmante scène' que
que nous ne pouvons pas comprendre le mystère de nous avons rappelée.
la Sainte Trinité, nous pouvons cependant y réfléchir Voici quelques-unes de ces comparaisons de
et tâcher de répondre aux difficultés qui se présentent. saint Augustin. Nous n'appelons pas la source fleuve et
Car je sens bien que dans l'homme s'élèvent de nous ne donnons pas au fleuve le nom de source et la
l'inquiétude, des objections, des doutes au sujet de goutte d'eau que nous buvons à: la source, n'est ni la
tout ce que nous venons de dire sur la Sainte Trinité. source ni le fleuve, cependant dans les trois il ya la
« En croyant à la Sainte Trinité, nous sommes même eau. Donc, ~ource, fleuve, gouttelette sont trois
obligés d'admettre quelque chose qui répugne à la choses, mais une seule eau (De fide et symb. c. IX, 17).
raison humaine :...-. j'entends bien J'objection. Trois ne Saint Augustin emprunte une autre comparaison aux
peuvent pas être un. Et un ne peut pas être trois ll. trois facultés de ' l'âme. La mémoire, l'intelligence, la
C'est vrai, un ne peut pas être trois et trois ne peuvent volonté, trois facultés d'un seul et même être, J'âme
pas être un. Et si la foi chrérienne exigeait de moi de - (De spirit. IX, 12),
croire à une telle impossibilité. moi non plus je ne serais On a essayé d'autres comparaisons. Trois hommes
pas chrétien. peuvent avoir la même pensée : il y a trois pensées, mais
Or, dans le dogme de la Très Sainte 11,.âté, il n;est il n'y a qu'une seule vérité, un seul objet. '
pas question de cela. Nous he croyons pas qu'en Dieu Le soleil brille au-dessus de l'eau et à la surface se
il y a une personne et ensuite qu'i~ yen a trois, nous ne réfléchit son image; il donne dans un miroir et son image
croyons pas qu'en Dieu il y a une nature et ensuite y apparaît aussi; donc l'image du soleil est à la fois au
trois natures, ce serait une absurdité'- Mais nous croyons ciel, dans l'eau, dans le miroir; il y a trois images,
que ce qui l'st un sous un rapport est trois sous un autre un seul soleil.
LE SY MBOL E DES APOTRES LA TRÈS
1
SAI NTE TRI N ITÉ 1°5
1

Sur le piano je puis faire un accord avec trois notes, dit: toutes les bonnes choses sont trois; quel écllo ne
trois notes, un seul accord. trouve-t-il pas dans ces paroles du Sauveur :' « Personne
Je prends en main une améthyste; elle montre, si on n'est bon, sinon Dieu seul» (S. Marc X, 18), le Dieu
la regarde sur trois faces, trois couleurs différentes, en trois personnes!
pourtant il n'yen a qu'une. Pour rtotre raison, la Sainte Trinité est un mystère
Il y a l'eau liquide, il y a la glace, il yale nuage, que nous ne comprenons pas, mais nous voyons ' du
l'essence de ces trois choses, c'est l'eau. moins qu'elle n'est nullement contraire à la raison,
L'électricité travaille, chauffe, éclaire, elle est cepen- comme le prétendent les incroyants, mais seulement
dant toujours la même. au-dessus de notre raison . Elle lui serait contraire, si
Précisément l'ingéniosité déployée par la raison l'on soutenait que trois égalent un. Non, nous ne
humaine pour trouver ces comparaisons prouve que soutenons pas qu'il y a trois Dieux et que néanmoins
chacune cloche un peu et reste loin de la réalité. Comme ces trois n'en sont qu'un, ce serait ridicule, mais qu'il
les arts' sont dans l'embarras, quand il s'agit de repré- y a trois personnes divines en une seule Divinité. Donc
senter la Sainte Trinité! Dans les églises du Moyen Age, il n'y a pas trois natures divines, mais une seule.
on la représentait par un grand Y oU par un grand T; \( Je ne comprends pas n, c'est ce que je peux dire;
dans chaque il y a trois barres et pourtant une seule mais que « cela répugne à la raison n je n'ai pas le droit
lettre. La plupart du temps, la Sainte Trinité est de l'affirmer.
représentée par un triangle avec au milieu l'œil de Dieu Je ne comprends pas. Mais je ne suis pas le seul,
qui voit tout. Assurément ce ne sont que des ébauches personne ne comprend. Vous avez déjà vu com~ent
humaines, des comparaisons boiteuses. Et après toutes les grands artistes cherchent à représenter les anges dans
ces comparaisons, toutes ces réflexions, je suis obligé le ciel? A' genoux devant Dieu, la tête inclinée. A
de dire d'une âme croyante: « Je crois, bien que je ne combien plus forte raison conviendrait cette posture
comprenne pas ». aux créatures· humaines. Tantum ergo mysterium vene-
Mais à propos du mystère de la Sainte Trinité, ne remur cernui.
remarquons-nous pas avec étonnement que Dieu a Nous ne comprenons pas, nous ne comprenons pas .
répandu à travers le domaine de la pensée humaine Si nous nous trouvions dans le 'foyer d'un gigantesque
justement ce nombre trois? C'est pourquoi j'ose dire : réflecteur, nous aurions l'impression d'être dans un.
Le monde est rempli des traces cachées de la Tres Sainte océan de lumière, nous ne verrions pas autre chose
Trinité. Tout a un commencement, un milieu et une fin. que de la lumière et toujours de la lumière. Ce serait
Tout être vivant naît, grandit et meurt. Le temps comme si notre cœur voulait s'arrêter. Savez-vous pour··
comprend le passé, le présent et l' avenir. Un proverbe quoi nous ne comprenons pas? C'est parce que celui qui
106 LE SYMBOLE DES APOTRES LA TRÈS SAINTE TRINITÉ 1°7
'VOudrait comprendre la Sainte Trinité devrait d'abord Certainement biim d'autres questions nous aur.aient
comprendre l'infinité de Dieu. Il devrait enfermer dans davantage intéressés et Il n'en a pas dit un mot. Quand
un petit cerveau humain le Dieu infini, il devrait verser aura lieu la fin du monde? voilà n'est-ce pas une
dans un petit trou la mer immense. question importante? Et le Christ ne l'a pas dit. La
Le diacre Euplius de Catane subit, en 304, le martyre plus grande partie 'de l'humanité sera-t-elle , sauvée
pour la foi chrétienne. Le juge dit au martyr qui se ou damnée? Qu'advient-il des enfants morts avant
tordait de douleur : « Malheureux, prie les dieux. d'avoir reçu le baptême? On serait curieux de connaître
Adore Mars, Apollon, Esculape ». Le martyr répondit: les réponses et le Christ n'a rien dit.
« Je prie le Père, le Fils et le Saint-Esprit. Je prie,la Mais Il a parlé de la Sainte Trinité. Avec laquelle,
Sainte Trinité, en dehors d'elle il n'y a pas de Dieu ». excusez cette expression, nous ne savons pas quoi faire.
Oui, mes frères, je prie la Très Sainte Trinité, en dehors Et pourtant comme la chose est tout autre! Assu-
d'elle il n'y a pas de Dieu. rément nous ne comprendrons jamais le dogme de
la Sainte Trinité; et cependant nous sommes obligés
de remercier Notre-Seigneur Jésus-Christ de nous
III l'avoir révélé, car péjà le peu que nous en saisissons
nous dévoile de grandioses vérités religieuses. Par la con-
QUELLE EST L'IMPORTANCE DU DOGME DE LA SAINTE
naissance de la Sainte Trinité, 1) nous comprenons
TRINITÉ POUR NOTRE VIE RELIGIEUSE?
Dieu beaucoup mieux, 2) nous prions Dieu bien mieux,
3) nous aimons mieux le prochain et 4) nous supportons
Une autre question peut encore surgir dans notre mieux , la vie de cette terre. Voilà des conséquences
esprit et je ne voudrais pas la laisser sans réponse. suffisamment pratiques.
Le dogme de la Sainte Trinité est le plus difficile 1) D'abord, la fqi en la Sainte Trinité déroule devant
de la religion chrétienne, l'épreuve la plus pénible pour nous en traits magnifiques l'image de Dieu. Si nous
notre foi. Avec notre raison nous ne le comprenons pas, n'avions pas entendu parler de la Sainte Trinité,
mais nous le croyons, parce que le divin Maître nous combien la face divine serait demeurée davantage
l'a enseigné. Mais, et c'est là _que gît la diffic4lté, obscure devant nous!
pourquoi Notre-Seigneur nous l'a-t-il enseigné? Ce dogme Ensuite?
est, semble-;t;-il, tout à fait en dehors de la vie religieuse Essayons seulement par la pensée de nous dégager
et nous est, semble-t-il encore, totalement indifférent, de la terre et de nous élever au-dessus du monde créé,
pourquoi le Christ l'a-t-Il révélé,' puisqu'Il savait que détachons-nous des liens de la mati~re, prosternons-
nous ne pourrions pas le comprendre? nous devant le trône éternel de Dieu.
r08 lE SYMBOLE DES APOTRES LA TRÈS SAINTE TRINITÉ

Que voyons-nous là? Voyons-nous Dieu éternel l'immortalité, qui habite . une lumière inaccessible,
tout seul, dans un éternel isolement? que nul homme n'a vu ni ne peut voir, à qui appar-
Cette idée est intolérable. ~tre seul éternellement. tiennent l'honneur et la puissance éternelle » (S. 1°
Savez-vous ce que c'est être seul? :Ëtre abandonné, Timothée VI, 15-r6)!
incompris, vivre sans amour? Situation plus pénible Combien Dieu paraît ainsi plus grand devant nous!
que toutes les maladies. o beata Trinitas! 0 bienheureuse Trinité!
Et maintenant croyez-vous que Dieu soit seul éter- .2) Je vais encore plus loin: non seulement Dieu
nellement? Qu'II soit incompris éternellement, car apparaît ainsi plus grand devant nous, mais nous
certainement une créature ne pourra jamais Le com- pouvons aussi mieux Le prier.
prendre. Qo'Il restera éternellement sans amour, Nous ne comprenons pas le mystère de la Sainte
car une créature ne pourra jamais L'aimer comme il Trinité, nous ne faisons que l'entrevoir, mais ce que
convient? Et puis voici les vaines questions des nous en savons doit nous remplir d'une merveilleuse
incroyant~: « Qu'est-ce que Dieu a fait de toute éternité? ' et sainte vénération. Quand un enfant a perdu son père
Lorsque le monde n'existait pas, que faisait-Il? Il de bonne heure et qu'il ne lui reste plus, qu'une petite
s'ennuyait? » photographie déjà jaunie, avec quelle vénération cet
, Et maintenant écoutez la splendide réponse du dogme enfant ne contemple-t-il pas les traits pâlis et presque
de la Sainte Trinité à ces questions. Dieu seul peut effacés de son père! Ne devons-nous pas conserver
connaître Dieu parfaitement et c' est cette connaissance vivante en nous la même piété, lorsque nous prononçons
que nous nommons « Fils de Dieu ll . Le Père et le Fils le nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit?
s'aiment d'un amour infini et c'est leur amour réci- Sans doute une vérité de foi aussi profonde nous est
proque que nous appelons le Saint-Esprit. En cet te forcément étrangère et elle ne touche guère la sphère
connaissance parfaite de Dieu et par ce parfait amour de nos intérêts, si nous ne nous donnons pas la peine
divin, Dieu est éternellement ' et parfaitement heureux. de l'étudier sérieusement et de la mettre en contact
o beata Trinitas! 0 bienheureuse Trinité! avec la vie de notre âme.
Nous ne pouvons donc pas comprendre le dogme « Il y a trois personnes en Dieu et ces trois personnes
de la Sainte Trinité et pourtant cette croyance nous ne font qu'un seul Dieu II voilà ce que nous croyons.
ouvre les profondeurs vertigineuses de la vie merveil- Mais je ne ,m'arrête pas là et 'je continue mon idée.
leuse ' qui se déroule éternellement en Dieu. Quelle S'il y a en Dieu des « personnes '~, alors Il est quelqu'un
force et quelle lùmière la foi en la Sainte Trinité à qui l'on peut demander quelque chose, que l'on peut
ne donne-t-elle pas à ces paroles de saint Paul: « Le Roi aimer, avec qui on peut avoir « des relations person-
des rois et le Seigneur des seigneurs, qui seul possède nelles )l. Comme il se l'appl'qche tout d'un coup de moi,
1I0 LE SYMBOLE DES APOTRES l.A TRÈS SAINTE TRINITÉ III

ce grand mystère! J'entre en relations avec le Père, de la Sainte Trinité. A la dernière Cène, il adressait à
je Lui parle, je Le remercie de m'avoir donné la vie son Père, de toute son âme, cette prière pour ses
l'intelligence,' la raison, le cœur. Je parle avec le Fils: disciples: (( ... que tous soient un, comme Vous, mon
qui s'est fait homme, qui est devenu mon frère, qui a 'Père, Vous êtes en moi, et moi en Vous, pour que eux
immolé son corps pour moi et versé son sang pour moi. aussi ils soient un» (S. Jean XVII, 21).
Je parle avec le Saint-Espn't, qui se répand dans mon Au-dessus de nos têtes se trouve le vivifiant soleil.
âme comme esprit du Père et du Fils et qui fait naître Il éveille la vie, il réchauffe, il éclaire et dans cette
en moi toutes les bonnes résolutions et toutes les bonnes triple tâche il reste unique ... C'est encore une compa-
actions. Si je prie ainsi avec humilité devant la Sainte raison pour faire comprendre la Sainte Trinité. Mais
Trinité, je la comprends mieux que n'importe quel le soleil n'est pas simplement un disque de flammes,
système philosophique. tel qu'on l'aperçoit à travers les nuages, mais un foyer
Et m'aintenant nous comprenons aussi pourquoi la perpétuel, un volcan monstrueux éternellement en
sainte Église inonde pour ainsi dire de louanges la éruption, sans cesse en activité. Permettez-moi d'appli-
Sainte Trinité, C'est par elle que nous commençons quer cette comparaison à Dieu, à Dieu en trois personnes
et . que nous terminons nos prières. C'est par elle que et cependant un, qui ne demeure pas dans une paresseuse
nous commençons et que nous terminons la Sainte immobilité, mais travaille perpétuellement et donne la
Messe et ,la prédication. L'administration des sacre- vie par la force créatrice et l'amour qui anime tout.
ments lui est étroitement unie et \ l'Église ne peut pas Les vieux siècles chrétiens consacraient de préférence
bénir autrement qu'au nom de la Sainte Trinité. A la les hôpitaux à la Sainte Tri~ité. Leur âme profondément
fin des psaumes, des hymnes, des prières, résonne religieuse leur avait fait sentir que l'amour généreux,
toujours la louange de la Sainte Trinité: (( Gloire au Père, pur, dévoué pour le prochain est le plus ardent chez ceux
au Fils et au Saint-Esprit, comme il était au commen- qui aiment avec le plus de ferveur la Sainte Trinité,
cement, maintenant et dans les siècles des siècles ». cette Sainte Trinité où l'amour éternel réciproque du
o beata Trinitas! 0 bienheureuse Trinité 1 Père et du Fils se nomme le Saint-Esprit. Dieu est le
3) Mais essayons encore d'exposer plus en détail Dieu de l'amour et seul celui qui aime Dieu aime
l'insondable · dogme de la Sainte Trinité, de le aussi le ~ prochain et observe ainsi le grand comman-
rapprocher de notre vie religieuse. Savez-vous ce que dement (S. Marc XII, 30), car « Dieu est amour;
nous apprend encore la foi en la Sainte Trinité? et celui qui demeure dans l'amour demeure en Dieu
A nous aimer les uns les autres. et Dieu en lui »'(S. Jean, le épître IV, 16).
Notre-Seigneur Jésus-Christ a emprunté les plus 4) Et enfin le dogme de la Sainte Trinité donne de
nobles motifs de cet amour réciproque à la doctrine la force pour la vie d'ici-bas. Dieu se comprend Lui-
1I2 LE SYMBOLE DES APOTRES LA TRÈS SAINTE TRINITÉ

mêmè et cette éompréhension, c'est le Fils de Dieu. à l'âge de quelques jours, elle place l'homme nouveau-né
« Dieu est lumière et il n'y a pas de ténèbres en Lui Il en face de l'article de foi le plus vertigineux, le plus
(S. Jean, le épître l, 5). Si je vis conformément à la difficile, la croyance en la Sainte Trinité et elle ne le
volonté de Dieu, c'est-à-dire si je vis en Dieu;' alors ma reconnaît pour son fils · et ne le compte parmi ses
vie aussi s'éclaire, elle se déroule dans la clarté, « je membres que lorsqu'il a publiquement confessé sa
saisis le sens de la vie »; mais si je devais, suivant les foi en la Sainte Trinité. Et dès ce moment la foi en la
apparences humaines, passer une vie assombrie dans Sainte Trinité l'accompagnera durant toute sa vie.
les privations et les souffrances, l'existence serait pour Depuis" le premier signe de croix, lorsque nous avons
moi une pure énigme. commencé à faire usage de notre raison, ce;tte foi nous
Le Pere et le Fils s'aiment mutuellement et cet amour accompagne jusqu'au dernier instant, jusqu'au moment
c'est le Saint-Esprit. Il Dieu est amour» (S. Jean suprême, où l'homme, en pleine connaissance, dît adieu
le épître IV, 8); si je vis en Dieu, je possède dans mon à la vie. Les chrétiens fidèles aujourd'hui encore com-
cœur l'amour de Dieu qui vivifie et fortifie, quand bien mencent ainsi leur testament : « Au nom du Père,
même l'amertume et l'égoïsme de la vie terr~stre du Fils et du Saint-Esprit ».
m'étreindraient à la gorge. La première idée religieuse qui a frappé notre oreille
Vous· le voyez, le mystère d'un seul Dieu en trois ici-bas a été la profession de foi en la Sainte Trinité
personnes non seulement me permet un aperçu mer- à notre baptême. Et- la dernière pensée religieuse que
veilleux de l'essence divine, et projette sur elle la nous entendrons sera ces paroles du prêtre qui priera
lumière, mais il fait aussi rayonner force et clarté sur à notre lit de mort : « Partez de ce monde, âme
les douloureuses blessures de la vie humaine. chrétienne, au nom de Dieu, le Père Tout-Puissant
o beata Trinitas! 0 bienheureuse Trinité! qui vous a créée, au nom de Jésus-Christ, Fils du Dieu
Mes frères, la croyance populaire raconte que l'aigle vivant, qui a souffert pour vous, au nom du Saint-
transporte ses petits, à peine âgés de quelques joùrs, Esprit qui est descendu sur vous ». Ensuite le prêtre
sur des hauteurs vertigineuses et les 'tourne vers le poursuivra ainsi sa prière: « Nous vous recommandons,
soleil. S'ils supportent la clarté éblouissante sans Seigneur, l'âme de Votre serviteur. .. Comblez-le de
dommage, alors il les reconnaît pour ses enfants, mais joie par Votre présence ... Il a péché, mais il n'a jamais
s'ils se mettent à clignoter, il les laisse immédiatement renié la foi au Père, au Fils et au Saint-Esprit, il a
tomber, ils peuvent périr: ils sont indignes de devenir conservé la foi ... 'e t adoré Dieu fidèlement ».
sa postérité. . Certainement, je veux croire en Dieu, je veux L'adl r _'-
Notre bonne mère, la sainte Église, fait réellement fidèlement. Lorsque je travaille à la sueur, de mon front,
ce que la légende raconte de l'aigle. Au baptême, donc lorsque je remplis consciencieusement mon devoir d'état

8ym b. ,1. Ap. - 'r. l 8

f
LE SYMBOLE DES APOTRES

sur cette terre, alors, je le sais, je sers aussi le Seigneur.


Lorsque je récite mes prières, lorsque je vais à l'église,
lorsque je me confesse et corrpnunie, je Le sers encore
mieux. Mais si je m'efforce d'être aimable, doux, conci-
liant, -:charitable pour tout le monde, . si je m'efforce VII
de vivre sans commettre le péché et d'observer les
commandements, alors je sers le mieux le Seigneur.
Seigneur. C'est au nom de la Sainte Trinité que j'ai DIEU LE CR:i!:ATEUR
reçu le baptême; c'est au nom de, la Sainte Trinité que j e
jais si sou'vent lè signe de la croix; c'est au nom de la
Sainte Trinité que je veux dire adieu un jour à ce monde ... MES FRÈRES,

accordez-moi de contempler face à face la Sainte Trinité


et d'obtenir la félicité éternelle. Amen. Il Y a environ trois mille ans, le poète inspiré du
peuple juif s'écriait dans l'un de ses psaumes :
:c Seigneur, notre' souverain Maître, que Votre nom est
glorieux sur toute la terre! » (Ps. VIII, 1). Pourtant à
cette ' époque les hommes ne savaient pas encore
grand' chose du , vaste monde. Ils ne connaissaient pas
les mystérieux fossiles des temps préhistoriques, ils ne
connaissaient pas le royaume immense des corps célestes
ni la machine à vapeur ni l'électricité ni la raru-o. Sous
nos yeux le monde continue à croître de façon gigan-
tesque, il faut aussi que notre connaissance de Dieu
s'accroisse pareillement. C~ -n'est pas le psalmiste d'il
y a trois , mille ans, mais c'est nous qui devons
nous écrier: « Seigneur, comme elles sont grandes,
Vos œuvres! »
Lorsque le torrent de la montagne se précipite en
mugissant, ' lorsque la tempête fait rage, lorsque le
tonnerre gronde, je m'écrie: « Seigneur, comme elles
sont grandes, Vos œuvres! ))
DIEU: LE CRÉATEUR
II6 LE SYMBOLE DES APOTRES
l'ourilgan furieux brise et déracine le chêRe robuste ...
Lorsque se lève le soleil de mai, lorsqu'il jette le soir la rivière déborde et roule des flots écumants ... tout ,cela
ses derniers rayons, lorsqu'il colore de rose les Alpes nous offre un spectacle saisissant, mais fait luire devant
aux neiges éternelles, je m'écrie: « Seigneur, comme n.ous cette réflexion : Comme il doit être puissant k
elles sont grandes~' Vos œuvres! » Créateur qui, par une seule pensée, a donné l'existence
Lorsque je compte mes pulsations, lorsque Je regarde à toutes ces forces! Je crois en Dieu, le Père Tout-
au microscope les centaines de mille de microbes qui Puissant, le Créateur du ciel et de la terre.
vivent dans une gou'tte d'eau, lorsque j'observe, ,au Oui nous le croyons et nous le confessons. Mais nous
télescope, la course des corps célestes, je m'écrie sommes··nous demandé quelles conséquences découlent
« Seigneur, comme elles sont grandes, Vos œuvres! » pour nous de ce fait que le monde entier et tout ce qu'il
« Au commepcement Dieu créa le ciel et la terre »
contient est l' œuvre de Dieu? Je voudrais consacrer le
(Genèse 1, 1). Tels sont les premiers mots de la Sainte sermon de ce jour à montrer quelles édifiantes et récon-
Écriture et toute la Bible est remplie des louanges fortantes conséquences découlent de notre foi en Dieu,
décernéès par les prophètes et le psalmiste au Dieu Créateur de l'univers.
Créateur (Isaïe XL, 26; XLII, 5; XLIV, 24; Jérémie X,
12; Proverbes XVI, 4). Le psalmiste proclame: « Mon
secours vient du Seigneur qui a fait le ciel et la terre )) 1
(Ps. CXX, 2); saint Paul dit de Dieu que « de Lui,
par Lui et pour Lui sont toutes choses» (Romains XI, LA JOUISSANCE DE LA ' NATURE.
36) 'et qu' « 11 donne la vie aux morts et appelle les
choses qui ne sont pas comme si elles étaient » (Romains Si Dieu est le Créateur du monde, il s'ensuit que
IV, 17) et qu' « Il a fait le monde et tout ce qu'il ren- la beauté du monde nous procure une joie légitime et
ferme » (Actes XVII, 24). , , que la jouissance de la nature est une idée foncièrement
Dieu est tQut~uissant, voilà ce qu'affirme la Sainte chrétienne.
Écriture en bien des pages (par exemple Esther XIII, 9; a) Lajouissance de la nature: De nos jours c'est une
Apocalypse XI, 17; XV, 3; XVI, 7), mais même si elle maxime en vogue que l'homme doit s'arracher au
ne l'avait pas dit, la toute-puissance est l'un des attributs monstrueux chaos de la civilisation, à l'asphalte sur-
divins que l'homme reconnaît le plus aisément et qu'il chauffé des villes, aux rues pleines de poussières et
constate sans cesse par la considération de la grandeur de fumée, pour chercher un refuge sous le libre ciel
du monde et de sa propre impuissancé. Un orage du bon Dieu. Weekend, excursions, ascensions, bains
éclate dans tin ciel d'été et la foudre tombe avec fracas .. . de soleil, cures d'air, tout cela est bon et nous avons
le sol que nous croyons si ferme tremble sous nos pieds .. .
Ils LE SYMBOLE DES APOTRES
D I EU: L E cnÉ ,\TEUR 119

le droit d'en jouir, seul~ment ... seulement n'oublions


, pas de faire un pas de plus qui nous transportera de la rigoureuse. Ce serait en effet, n'est-il pas vrai, une
jouissance purement sensible de la nature SUl' des inexactitude de dire, au sujet d'un tableau de Murillo:
hauteurs surnaturelles:":'Lorsque les étoiles scintillent ce sont des pinceaux et des couleurs qui l'ont fait.
au-dessus de nous, lorsque l'éclair brille;" lorsque la Ou bien' 'de dire à propos d'une montre: ce sont les
forêt murmure' et que les oiseaux lancent leurs roulades, ressorts et les rouages qui l'on faite. Quand je prends
lorsque la mer mugit et que le torrent tombe avec plaisir à contempler une peinture, ai-je le droit d'oublier
fracas, dans toutes ces circonstances nous entendons le peintre? Et pour la montre l'horloger? Et çlans la
résonner un. hymne de louanges à la grandeur de jouissance de la nature le Créateur?
Dieu. Il Y a une vingtaine d'années, le monde civilisé a fêté
Mais n'y a-t-il pas là quelque subtilité à mettre ainsi le centième anniversaire de la mort de Beethoven.
en relation la jouissance des beautés de l'univers et la Une biographie de ce musicien de génie rapporte une
pensée de Dieu? scène touchante au cours d'une conversation de
Pas du tout. Pour nous en rendre immédiate- Beethoven avec un industriel anglais, pendant une
ment compte, nous n'avons qu'à évoquer une autre promenade en plein air. ....
considération. Beethoven s'assit sur le gazon et commença ainsi
b) Je crois en Dieu Créateur. C'est Dieu qui a tout l'entretien : « J'aime à rester assis pendant des heures
créé et c'est Dieu qui conserve à tout l'existence, donc ici au milieu des beautés de la nature. Mes sens se
le monde entier est rempli par Dieu; dans le corps, c'est plongent dans la contemplation de ce tableau magni~
l'âme qui agit partout: sans l'âme l'œil ne voit pas, sans fique. Il n'y a pas 'de toit, fait de main d'homme, pour
l'âme l'oreille n'entend pas, la bouche ne parle pas, la intercepter la lumière du soleil, il n'y a que le ciel bleu
main ne bouge pas; de même l'univers n'existe et ne pour s'étendre comme une voûte merveilleuse et infinie
vit qu'autant que Dieu est en lui et vit en lui. Le monde au-dessus de moi. Lorsque le soir je contemple le
entier est rempli par Dieu. Celui qui est accessible à ciel et que je regarde les astres, les soleils et les planètes
cette idée, celui qui sait marcher les yeux ouverts à ,qui suivent leur orbite avec une exactitude éternelle '
travers la nature, celui-là seul ' sait réellement jouir à des millions de kilomètres de nous, alors mon âm~
de la nature. s'élance vers la source primitive de toutes ces choses.
La nature n'est pas Dieu, elle n'est pas la Cause Mais quand j'essaye d'exprimer. d'une façon quelconque
première. Elle est seulement un instrument dans la par des notes les sentiments qui me pressent, alors
main dé Dieu. Quand je dis : « la nature a produit j'éprouve une grande déception. Je sens qu'il n'y a pas
ceci ou ~la)J, je ne m'exprime pas avec une exactitude de mortel qui puisse, par la musique, la peinture ou
la sculpture, donner une forme à ces images célestes que,
- 120 LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU: LE CRÉATEUR .121

seule peut pressentir en ces heures bénies une imagi-


nation remplie de Dieu ». Il
Ensuite ,.Beèthoven, plein d'enthousiasme, s'écria
en montrant le ciel: « Oui, c'est de là-haut que vient L'ÉTUDE DE LA NATURE.
tout ce qui élève le cœur. Sans cela l'homme ne peut que
créer des notes et des corps_sans âme. N'ai-je pas raison? .
L'âme doit remonter vers cette source d'où elle est Du seul fait que, ~omme nous le croyons, Dieu a créé
sortie 'e t c'est seulement par une incessante actlvite l'univers, ' découle encore une autre conséquence.
qu'elle peut vénérer le Créateur, le Protecteur de tous les Si le monde est un grand album qui nous parle de Dieu,
êtres et de la nature infinie ». alors c'est pour nous un devoir sacré que d'apprendre
Voilà une considération religieuse et exacte de la à mieux connaître ce livre et de le feuilleter plus souvent,
nature. afin d'augmenter notre savoir sur Dieu.
Savez-vous ce que me procure cette foi en Dieu On entend parfois l'objection que le christianisme
Créateur de l'univers? Elle me donne des yeux comme regarde avec anxiété et défiance l'ardeur inlassable
des l'ayons X,' des yeux qui pénètrent toutes les écorces déployée par l'homme moderne pour découvrir les
et toutes les enveloppes, qui découvrent les profondeurs forces cachées de la nature. « La religion craint la lumière
des événements du monde, qui aperçoivent partout la de la science », telle est la formule brève et impudente
pensée cachée du Dieu Créate~r. Si mes yeux ont cette sous laquelle les ennemis du christianisme présentent
acuité, alors toute ma ",ie entière sera de même. Car cette idée.
tels yeux telle vie. Le poète contemple les fleurs et cette a) La religion devrait avoir peur de la science, de
vue les transforme en poèmes. Shakespeare se promène l'étude? Au contraire, elle s'en réjouit. Plus la raison
dans la rue et la rue devient pour lui une scène. Le humaine découvre de lois de la nature, plus s'élargit
croyant circulé à travers la vie et ses yeux lui font voir devant nous l'image de Dieu qui a créé ces lois admi-
dans les événements de cette vie, dans les souffrances et rables. Remarquez-le bien: ce n'est pas l'homme qui
le malheur, la main de Dieu. les a données; l' homme. n'a fait que les découvrir. Et si
« C'est dommage qu'à côté de la rose il y ait des l'homme d'il y a trois mille ans, qui n'avait pourtant
épines qui piquent )), gémit l'incroyant. « Comme Dieu qu'une bien faible idée de l'œuvre de Dieu, se proster-
est bon d'avoir ajouté la rose aux épines », répond le nait devant Lui, notre cœur doit être rempli d'une
croyant. sainte crainte, dès lors que nous connaissons le ~onde
Voilà une religieuse contemplation de la natur~. comme cent fois plus beau, plus . merveilleux, plus
proche de la perfection.
12,2 LE SYMBOLE DES APOTRES , DIEU : LE CRÉATEUR 12 3

Le concept religieux du monde ne s'oppose donc faire une idée plus haute. « Remplissez la terre et ,
aucunement à l'étude scientifique, tout ' au contraire: .soumettez-la )) (Genèse l, 28), tel fut l'ordre du Créateur
il la favorise. à l'humanité; et, pour ma part, je suis_persuadé que
Écoutez ce dialogue qui eut lieu à Munich, chez tous nos efforts fébriles et impulsifs; nos exploits
un naturaliste qu'un ami trouva en train d'examiner , techniquès, le tour du monde en avion, les sous-marins,
une patte _de hanneton. la radio, la: lutte contre les microbes, toutes les machines,
« Je ne comprends pas comment on peut s'occuper les. appareils, nos microscopes, nos télescopes, toutes
de choses pareilles ". Mais le savant répliqua: « Si Dieu ces choses accomplissent l'ordre de Dieu. Lorsque
n'a pas jugé indigne de Lui de créer cet insecte, .l'homme l'homme utilise pour sa fin les forces conférées à la
ne doit pas avoir honte de l'étudier l). nature par le Créateur, alors il agit suivant la volonté
Sages paroles en vérité. de Dieu. Qui ne s'aperçoit que cette manière de voir
Ma foi en Dieu me stimule donc continuellement comporte une profonde estime du travail scientifique
et me pousse à étudier les lois de la nature. Le pré- et technique? Si je suis pénétré de cette idée, alors
curseur de la cosmographie moderne, Copernic, dans j'entendrai retentir les louanges divines non ras
son magistral ouvrage dédié au pape Paul III, s'explique seulement dans le chant de l'alouette, l~ murmure du
sur les raisons qui l'ont amené à un nouveau système ruisseau, le sifflement du vent, mais aussi dans les
et lui ont fait abandopner l'ancien: c'est parce qu'il v.ibr~tiops des dynamos, la trépidation des machines,
n'y trouvait pas assez d'harmonie, c'est parce qu'li le hi lueur des hauts-fourneaux. Et de tout ce vacarme
jugeait indigne de l'infiniment. sage Créateur du assourdissant, du grincement des rouag~s, du bruit des
monde. C'est précisément la foi profonde de Copernic métiers, ' du bourdonnement des moteurs s'élève une
qui a donné l'impulsiop. à son gigantesque travail. symphonie grandiose en l'honneur du Créateur, qui a
b) Mais par là j'en arrive à une nouvelle conséquence. fourni l'occasion de toutes ces découvertes pour le bien
Si le monde est vraiment l'œuvre de Dieu, dont la de l'humanité ... Je crois en Dieu Tout-Puissant Créateur.
Sainte Écriture affirme que Dieu l'a donné aux hommes Oui, faisons des recherches, tirons des plans, cOlubons
pour régner sur lui, alors l'activité fiévreuse et la passion la nature sous le joug, seulement ... seulement ne nous
de l'étude de l'humanité s'élèvent bien au delà du cadre laissons pas étourdir,'ne croyons pas que nous sommes
du pain quotidien au niveau de l'observation des comman- les souverains absolus et les créateur~. du monde.
dements de Dieu. L'homme est tenté de le croire. Mais lorsque son
Le travail n'a jamais été facile et il ne l'est pas non orgueil ne sait plus s'arrêter, alors se produit ici ou là
plus aujourd'hui. L'homme le regarde comme une tin tremblement de terre qui engloutit des' centaines
peine; mais il le supporte plus aisément, s'il sait s'en de milliers de personnes sous. les décombres, alors le
12 4 LE SYMBOLE DES APOTRES
DIEU: LE CRÉATEUR 12 5
Titanic sombre contre un iceberg, un fleuve déborde,
un cyclone emporte les maisons d'une grande ville, des autres, je vais vous le montrer par quelques exem-
un dirigeable tombe en flammes, avec... ses machines, ples de la vie courante.
ses dynamos et ses cabines de luxe et tout cela est réduit Regardez-vous seulement des pi~ds à la tête. Quel
en poussière. Hommes, ce n'est pas vous qui êtes les élégant chapeau portez-vous là! Où l'avez-vous acheté?
Créateurs du monde. A vous la terre, à vous la mer, Chez le grand chapelier du boulevard? Sans doute.
à vous les airs, mais vous restez une créature, un humble Mais vous êtes-vous un peu demandé comment il est
vermi~seau. Le rapide dévore l'espace, l'auto brûle
arrivé jusque dans ' les rayons de ce magasin? Combien
la route, l'avion fend les airs, mais l'homme reste cendre de vos semblables n'y ont-ils pas travaillé, pour le
et poussière; courbez donc le front devant le Créateur: confectionner, lui donner le coup de fer, l'emballer
Je crois en Dieu, le Père Tout-Puissant, Créateur du et le livrer, ce chapeau, votre chapeau, jusqu'à ce
ciel et de la terre. qu'enfin il soit dans vos mains?
Vous sortez du salon de. coiffure, rasé de frais. Le
rasoir était de Thiers, le savon à barbe de Marseille
III et le blaireau de Paris. .
Et votre nouvel habit? Combien de vos semblables
LA FRATERNITÉ HUMAINE. ont travaillé après le tissu, les boutons, le fil et pour le
coudre?
Et le croissant tout chaud que chaque matin vous
De notre foi en Dieu, Créateur de l'univers, découle
émiettez machinalement dans votre café? Combien
une autre vérité sublime: la belle doctrine de lafraternité
d'hommes ont travaillé pour vous le donner: le senieur,
humaine.
le moissonneur, le meunier, le boulanger. Et votre café
Si Dieu a créé le monde entier, alors Il a aussi créé
du matin? Le nègre de la plantation qui travaille à
l'homme. Et si Dieu nous a tous créés, alors nous
dix mille kilomètres d'ici. Ensuite celui qui a récolté
sommes tous frères. Vous le voyez, la sublime vérité
les grains et les a emballés. Puis le manœuvre qui les
de la solidarité humaine est le fruit de la foi chrétienne?
a chargés sur le bateau. Celui qui les a torréfiés. Et le
Aimons-nous les uns les autres, parce que a) nous
grand négociant du Havre. Enfin le détaillant chez qui
sommes tous frères, b) si nous ne nous ai~ons pas,
vous l'avez acheté.
nous n'aimons pas notre Père.
Tous nous avons besoin de notre prochain. Nous ne
a) Tous, blancs,et noirs, savants et ignorants, nobles
pouvons pas faire un pas, nous ne pouvons pas dormir,
et roturiers, nous sommes tous frères par rapport les
nous ne pouvons pas manger, sans avoir besoin du
uns aux autres'i Çombi~n nous avons besoin les uns
concours de notre prochain ... Des milliers de mains
LE SYM130LE DES APOTRES DIEU ; LE CHÉAlliUH 12 7

travaillent pour moi, des milliers de fronts versent leur


:sueur à cause clè moi.
Mais s;il en'-est ainsi, ai-je songé déjà que moi aussi
IV
ie dois travailler pour les autres, que tout service en
LA VÉRITÉ DE NOTRE FOI.
demande un en échange? C'est" le commandement
formel du Christ : « Tout ce que vous voulez que les
hommes vous fassent, faites-le aussi pour eux )) Avons-nous fini? Vous ai-je dit tout ce qui découle
(S. Matthieu VII, 12). de l'idée de Créateur tout-puissant? Oh! · pas encore.
b) Je vous rappelle la maxime que j'ai exprimée Savez-vous ce qui résulte de ce fait que Dieu est
dans mon sermon, il y a quinze jours; on ne peut tout-puissant? Il en 1"ésulte la vérité de notre sainte foi.
jamais assez la répéter: Aimons-nous les uns les autres, o Il en résulte , ces faits qui ont dans notre croyance une
car il n'aime pas Dieu celui qui n'aime pas son prochain. importance fondamentale et desq';lels, bien que nous
L'homme moderne a besoin d'entendre fréquemment ne les comprenions pas, nous affirmons avec une foi
répéter ·cette vérité. Il y a un proverbe allemand qui inébranlable: Dieu Tout-Puissant peut bien faire qu'il
dit: Aimer Dieu, sans faire les œuvres de Dieu, c'est en soit ainsi.
faire plaisir au diable et suivre ses conseils. Le Dieu Tout-Puissant peut faire qu'à l'instant où
Cela signifie que celui qui prétend aimer Dieu, mais 1'eau du baptême touche notre front, le péché originel
n'aime pas son prochain, ne réjouit que le diable. disparaisse de notre âme.
Quelqu'un peut visiter continuellement les églises, se Le Dieu Tout-Puissant peut faire qu'à l'instant
faire mal aux genoux à force de prier, garnir sa demeure où le prêtre prononce sur la blanche hostie les paroles
d'images saintes, s'indigner de la bassesse et de la de Notre ..Beigneur, Jésus-Christ devienne présent sous
méchanceté humaines, tout cela ne sera que de la fausse l'espèce du pain.
piété, si l'amour du prochain ne vient pas se joindre à 1 Le Dieu Tout-Puissant peut faire qu'à l'instant où

son soi-disant amour de Dieu, si à la maison il se montre le confesseur prononce sur mon âme pécheresse :
insupportable, capriéieux, querelleur,' s'il se fâche au (( Je vous absous de vos péchés n, mon âme redevienne
moindre mot, s'il ne sait ni oublier ni pardonner, s'il blanche comme la neige.
est autoritaire, s'il donne des coups de langue contre Et enfin\· quelle consolante pensée pour le jour de
tout le ' monde, que dirai-je encore? s'il nie que nous ,la Commémoraison des fidèles trépassés! le Dieu
sommes tous les enfants d'un même Père, par consé- Tout-Puissant peut faire qu'à l'instant où Il pro-
quent frères et sœurs les ùns par rapport aux autres. noncera sur eux au dernier jour sa parole vivifiante,
les milliards d'hommes qui ont vécu sur la terre
12.8 LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU: LE CRÉATEUR

ressusciteront pour une vie , nouvelle. Chose extra- « Bah! C'est 'de la poésie. Le poète a facile de faire
ordinaire ... moment inconcevable pour nous ... mais parler ainsi ses personnages. Mais peut-on en réalité
je le crois, la parole du Christ me suffit : « Aux s'approprier ces sentiments "sublimes ? » direz-vous
hommes cela est impossible, ;nais . non à Dieu : car peut-être. Et je vous réponds : Eh bien 1 Écoutez
tout est possible à Dieu» (S. Marc X, 27). cette histoire authentique. Il y a quinze jours, à la fin
Le Jour des Morts approche, la pensée de notre du sermon nous avons récité la prière de l'illustre
fragilité oppresse notre âme, l'ombre de la mort se cardinal Newman. Aujourd'hui je vais vous raconter
glisse tout près de notre cœur. les derniers instants d'un autre cardinal, Wiseman,
Quel soulagement pour l'âme affligée, quel réconfort archevêque de Westminster.
pour l'homme tremblant devant la mort, lorsqu'il sait Nous sommes en 1865. Wiseman est arrivé à sa
dire avec une foi inébranlable : « Je crois au Père dernière heure. Les médecins lui ont déclaré qu'ils
Tout-Puissant ». S'il est notre Père, il est tout naturel étaient au bout de leur science.
que là où est notre Père doive se trouver aussi notre Peu après arrive la sœur garde-malade et le cardinal
patrie définitive. « Nous n'avons pas ici-bas de deme~re lui deman~e :
permanente, mais nous cherchons celle qui est à venir » « Avez-vous entendu ce qu'ont dit les médecins? »
(Hébreux XIII, 14). (c Non, Éminence, je ne l'ai pas entendu, mais je le

Mes frères, Eichendorff a écrit une poésie ravissante devine ».


qui exprime les sentiments suscités dans notre âme « ~ls ont dit, poursuit le malade, que j'allais partir
au cours du sermon d'aujourd'hui. dans la patrie. N'est-ce pas bien? »
Il est tard dans la soirée, écrit le poète, la nuit est (c Pour vous, Éminence. Mais pour nous? »

sombre et orageuse. L'homme et la femme sont assis « Ne connaissez-vous pas la route? dit le cardinal.
dans la chambre, sans mot dire. Leur petit enfant vient Je m'ell vais chez mon Père. Je suis comme un enfant
d'être enterré tout récemment. Le vent ébranle les qui rentre à la maison, pour rester chez son père ».
fenêtres, la tempête secoue les portes. Écoute. On Mes frères, ne vous rappelez-vous pas ces paroles
frappe à la porte. « Regardons vite si ce n'est pas notre d'adieu du divin Maître? c( Je suis sorti du Père et je
cher petit défunt qui veut rentrer à la maison ». Mais suis venu dans Je monde; maintenant je quitte le monde.
immédiatement les parents se reprennent : « Rentrer et je vais chez mon Père» (S. Jean XVI, 28).
à la maison ? Mais il y est déjà, c'est nous qui dévons Ne vous rappelez-vous pas ces paroles du psalmiste:
y rentrer ». « Heureux _celui qui met son espoir dans le Seigneur,
It est déjà à la maison et c'est nous qui devons y rentrer. son Dieu! » (Ps. CXLV, 5).
Qu'elle eSt vraie cette chrétienne pensée! Et · qui pourrait se retenir de crier: « Dieu Tout-

Symb. d. Ap. T. 1 9
13° LE SYMBOLE DES APOTRES

Puissant, Créateur, Maître de la vie et de ,la mort,


donnez-nous à tqus une mort aussi paisible et aussi
tr'anquille )J.
Et maintenant mettons-nous à genoux, mes frères,
et récitons avec humilité cette prière : VIII
Dieu Tout-Puissant et Créateur, qui d'une seule
pensee avez donné l'ex:istence au monde immense et
merveilleux, qui allumez au-dessus de nous les flammes DIEU EST SAINT
du soleil et la douce lumière des étoiles, qui avez donné
à la terre sa parure et faites descendre sur elle le
crepuscule, qVi faites tomber la foudre, mais remplacez
MES FRÈRES,
les noirs nuages par les couleurs de l'arc-en-ciel, qui
faites grandir la verte forêt et mûrir les blonds épis,
accordez-nous de reconnaître et de suivre toujours Le prophète Isaïe, au Chapitre VI de son Livre,
et partout votre sainte volonté. Que les yeux craintifs décrit la vision grandiose qu'il eut de Dieu. Il Le
et doux du chevreuil nous parlent de Vous, que le représente sur un trône élevé, parmi les splendeurs
grillon infatigable parle' de vous dans son grésillement célestes, devant Lui se tiennent les Séraphins qui se
inlassable, que tout nous crie le mot du psalmiste : couvrent la face de leurs ailes à cause de la majesté
« Seigneur, notre' Dieu, comme Votre nom est admi- divine et sur leurs lèvres ne cesse de retentir le cantique
rable par toute la terre! )) de louange: « Saint, saint, saint est le Seigneur, Dieu
Père, Créateur, aidez-nous à passer la vie de ce monde des armées 1 )) ,
avec une telle pureté d'âme, un tel amour généreux qu'à Émouvante représentation de la sainteté de Dieu.
notre dernière heure nous puissions incliner avec confiance Mais en bien d'autres passages que dans Isaïe, la
notre tête fatiguée sous Votre main puissante et paternelle. Bible parle à maintes reprises de la sainteté de Dieu.
Amen! En Dieu, non seulement il n'y a pas de péché; comme
l'écrit Moïse (Deutéronome XXXII, 4); non seulement
,II hait le péché, comme chante le psalmiste (Ps. V, 3);
ce ne serait que le côté négatif. Mais du point de vue
positif, « le Seigneur est saint dans toutes Ses œuvres ))
(Ps. '{;XLIV, 17) et « personne n'est saint comme le
., '.
, ,!
• 1 ~ . .: "
Seigneur ) déclare le Livre des Rois (1° Rois II, 2).
13 2 LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST SAINT 133

En vérité, quand on feuillette la Sainte Écriture,


on voit qu'à part la Toute-Puissance et la Miséricorde, 1
parmi les attributs divins, c'est la Sainteté qui est
célébrée le plus souvent et le plus fortement ' mise en LA HAINE DE DrEU pOUR.LE PÉCHÉ ,
relief. Il n'est donc pas extraordinaire que dans la
bouche .... des chr~tiens n'expire jamais le cantique :
« Saint, saint, saint est le Seigneur ». 1) La première pensée qui se présente en connexion
La sainteté de Dieu! avec la sainteté divine est celle-ci: Si Dieu est la Sainteté
Si Dieu est saint, alors il est l'ennemi de tout péché. même, comme Il doit hair le péché! Si Dieu est la. sainteté
Le soleil est l'ennemi de la nuit, la clarté de l'ombre, même, comme l'amoncellement des péchés des ho/nm s
la chaleur de la glace et la sai!1teté divine du péché. Lui fait de la peine! Si Dieu est la sainteté même,
Voilà la première constatation que nous devons déduire comme· Il doit être irrité contre le pécht;!llr endurci l,
de la sainteté .de Dieu, et par suite nous devons nous Dieu « hait» le péché, Dieu « est peiné» par le péché,
occuper dans la première partie du sermon d'aujour- Dieu « est irrité» contre le pécheur. Je vous en prie,
d'hui de la haine dont Dieu poursuit le péché dans l'homme . mes frères , comprenez bien ces expre;;;;i ons humaines.
Mais la sainteté divine n'a pas seulement un côté En Dieu, il n'y a aucune passion, donc ni impatience
négatif, elle a aussi son côté positif. La 'sainteté de Dieu ni colère ni douleur, ni haine. Cependant nous parlons
n'est pas seulement un avertisseme nt contre le péché, fréquemment, comme la Sainte Écriture le fait
mais aussi la norme de toute loi morale, la source de également" à la manière humaine, de Dieu irrité,
toute sainteté : comme Dieu se réjouit de la bonté haïssant et détestant le péché, afin de nous représenter
humaine et de nos efforts vers le bien 1 Aussi la seconde d'une façon plus vive et plus forte l'inflexibilité de
partie de cette instruction sera-t-elle copsacrée à Sa sainte volonté.
l'amour de Dieu pour la vertu chez l'homme. Que la volonté divine en effet soit inflexible à l'égard
du péché, que la sainteté divine ne puisse demeurer
sous le même toit,.pour parler encore à la manière
humaine, que le péché et l'homme pécheur, nous en
avons une preuve saisissante, angoissante, écrasante.
Savez-vous laquelle? ·
L'enfer. Le Heu 'de la damnation éternelle. Le Lieu des
souffrances éterneLles,
Mes frères , quelle c1'iante opposition faut-il qu'il y ;,.:it
DIEU EST gAINT 135
134 LE SYMBOLE DES A,POTRES

entre Dieu et le péché, quelle monstruosité faut-il que soit ordonné; si quelqu'un répond à toutes les tentatives de
le péché pour que Dieu ait été obligé de créer un lieu Dieu pour le sauver par une vie d'impiété et Lui tourne
de damnation, où seront enfermés les partisans incorri- réellement le dos, quelle doit être la réponse divine?
gibles du"péché! Dieu ne « plonge Il personne en enfer, mais c'est l' homnu.
L'enfer. Ohl je sais que c'est 'un dogme terrible de qui s'y précipite. Ce n'est pas DieU' qùi l'a repoussé de
la foi chrétienne, un problème difficile pour le cœur Lui, c'est i'homme qui s'est écarté de Dieu.
paternel de Dieu. Ce problème ne sera traité à fond que L'esclave du péché s'est exclu lui-même du royaume
dans le prochain sermon, où nous devrons concilier de Dieu. Car l'homme ne tombe pas dans la vie éternelle,
la bonté dé Dieu avec la damnation éternelle. Mais il me comme le gagnant d'un gros lot; car il faut croître dans
faüt déjà en dire un mot, parce que pour cOllcilier, puur la vie éternelle, il faut y avoir planté des racine!!. Ces
expliquer ces deux vérités, il faut savoir que . Dieu racines nous les plantons dans la vie d'ici-bas et avec
est saint, trois fois saint, qu'auprès de Lui ne peuvent notre fidélité au devoir grandit l'arbre de notre vie
prendre place ni le péché ni une créature en état de terrestre jusqu"à ce qu'il atteigne la vie éternelle.
péché. b) Et admettons le cas qu'il n'y ait pas de damnation,
Dieu est notre Père. Concept sublime de Dieu. Mais mais que tout genre de vie aboutisse à la félicité éternelle,
n'est-il pas en contradiction avec un autre dogme de à Dieu. Quelle en serait la conséquence? Celle-ci, qu'il
notre foi? Lequel? Précisément celui par lequel l'Église n'y aurait plus la moindre différence entre le bien et le
enseigne que Dieu est un Juge sévère, qui peut préci- mal. Le pé9hé et la ve.r tu, la honte et l'honneur, l'amour
piter dans l'éternelle d~mnation et dans des supplices et l'égoïsme n'auraient plus entre eux de différence,
sans fin le pécheur. , ce serait la fin de toute félicité éternelle. Si par
« Mais c'est un dogme effrayant 1Il disent beaucoup de n'importe quelle voie on arrivait à Dieu, la force morale,
gens." Oui, mais ceux-là seulement qui oublient la l'honnêteté, le travail n'auraient plus de valeur ...
sainteté de Dieu. . alors nous n'aurions rien d'autre à faire qu'à nous
. a) Maintenant je pose cette question: Est-il possible allonger au soleil et à nous laisser bronzer à ses
que quelqu'un puisse demeurer toute l'éternité près du rayons. Oui, le dogme de l'enfer épouvante, mais
Dieu saint, qui ignore l'ombre du péché, avec ùne âme si nous n'admettons pas les peines éternelles, pra-
souillée, défigurée, maculée? Est-il possible que l'homme, tiquement nous ne sommes pas plus avancés que les
quelqu'usage qu'il ait fait de so volonté libr,e, puisse incroyants.
cependant.aboutir au même résultat? Si une âme, pendant L'enfer. Mot terrible. Un Père et un enfer, voilà des '
se~ année!> d'épreuve sur la .terre, vit, penst; et agit, concepts difficilement conciliables. Mais Dieu n'est
SCIemment et volontairement, autrement que Dieu j'a pas seulement le Dieu bon, Il est aussi le Dieu saint
LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST SAINT 137

et la sainteté de Dieu réclame Le châtiment de La faute Et maintenant je, pm;e encore ' une question. une
commise. question troublante, ap.goissante : Mes frères, si actuel-
2) S'il en est ainsi, alors fen tire pour moi-même lement, à l'instant même, il vous fallait paraître devant
certaines conclusions. le Dieu saint et juste, pourriez-vous vous mJancer tran-
Lesquelles? . quillement l/evant Lui? Devant Dieu que l'apparence
Dieu est saint, donc il me faut veiller soigneusement SUt ne peut tromper; devant qui aucun dessein ne peut
mon âme, afin que, autant du moins qu'il dépend de moi, demeurer caché. Sans doute, le Dieu Tout-Puisgant
elle ne s'éloigne pas trop de Dieu. Il me faut veiller tiendra compte de l'hérédité, des mauvais penchants,
sur mon âme, puisque, suivant nos Saints Livres;' aux de la corruption de l'entourage, mais il en restera encore
yeux de Dieu le ciel n'est pas parfaitement pur et qu 'il assez à la charge de "notre propre responsabilité. A.ssu-
y a des taches dan~ Ses anges (Job XV, 15). rément Dieu est. plein de miséricorde. Mais il y a des
Ces paroles m'émeuvent: Aux yeux de Dieu, le ciel aveugles qui n'ont pas voulu voir Dieu, parce qu'ils
n'est pas parfaitement pur et les anges non plus. Ah! se sentaient beaucoup mieux dans les ténèbres. ] 1 Y
Que suis-je donc alors? a des sourds qui n'ont pas voulu entendre la parole cIe
Et voici un autre passage de la Sainte Écriture: ' Dieu, parce qu'ils auraient dü changer de vie. Il y a
« L'homme ne sait pas s'il est digne d'amour ou de des paralytiques qui n'ont pas voulu marcher, parce
haine » (Ecclésiastique IX, 1). qu'ils savaient qu'il leur faudrait sortir de leur mauvaise
Que se passera-t-il pour moi, lorsque je paraîtrai voie. Et s'ils paraissaient devant Dieu!
devant les yeux du Dieu infiniment saint? S'Il me Dieu, trois fois saint, apprenez-nous à hum alJercevolr
rejette de devant sa face, parce qu'Il m'avait créé pour Le péché, à pleurer Le péché plus que tout autre. mal, que
devenir un diamant et que je ne suis devenu qu'un toute autre peine, plus que toute maladze, pius que La mort.
morceau de charbon, parce qu'Il m'avait créé clair
comme le cristal et que je me suis couvert de suie.
parce qu'Il m'avait créé comme un lac limpide et qu~
je suis devenu une mare fangeuse, parce qu'Il "m'avait
créé comme une verte prairie et que je suis devenu une
L'AMOUR DE DIEU POUR LA VERTU.
terre desséchée?
C'est seulement à la lumière de. la sainteté divine
que je vois que dans toutes mes épreuves, dans .toutes MalS de la salIlreté de Dieu découle encore une autre
mes peines, dans toutes mes maladies, il ne peut vérité: Son amour de la vertu, de l'eHort humain vers
m'arriver qu'un seul véritable et grand malheur: le péché. l'idéal, de la lutte contre le péché.
LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST SAINT 139
La sainteté de Dieu n'est pas · seulement quelque Devenir semblable à Dieu, quelle .tâche grandl:ose!
chose de négatif, une mise en garde contre le mal, La réalisation littérale du vieux mythe grec. Les Grecs
mais elle est "aussi quelque chose de positif, une source n'ont osé penser à . une telle chose que dans la fable.
.de forces pour l'essor de notre âme. D'après eux, Apollon avait déposé un jour sa lyre sur
« Soyez saints, parce que · Je suis saint », disait déjà une pierre et la pierre but les dernières notes sorties
le Seigneur dans l'Ancien Testament (Lévitique XI, 44). de cette lyre et depuis, lorsque quelqu'un heurte cette
Notre divin Maître le répète: « Soyez parfaits, comme pierre 'merveilleuse et l'approche de son oreille, il
votre Père céleste est parfait » (S. Matthieu V, 48). entend le chant divin de l'Olympe. Est-ce seulement '
. Cette courte phrase est la Grande Charte de l'ano- une fiction poétique, un rêve? Non, ce n'est pas une
blissement de l'âme humaine, telle qu'aucune autre fiction, ce n'est pas une fable, mais une sainte réalité
n'a eu ericpre de plus bienfaisants effets sur la terre. que dans chaque âme humaine sommeille l'image de
Examinons donc : . 1) qu'est-ce que ce commandement Dieu. La mélodie sommeille sur la corde de la lyre,
exige de nous? et 2) n'exige-t-il pas trop de nous? elle attend la main de l'artiste. La joyeuse sonnerie
1) Réfléchissons au chemin magnifique qu'ouvre sommeille dans la cloche, elle attend le bras du sonneur.
devant nous le commandement divin. Dans mon âme sommeille l'image de Dieu, elle attend
.Le fleuve ne se repose pas tant qu'Il n'est pas arrivé que je lui donne sa forme. Et si je réussis ce travail,
à la mer; l'aiguille aimantée ne se repose pas tant qu'elle l'unique travail décisif de ma vie, alors je deviens
n'a pas trouvé le Nord, l'âme humaine ne se repose pas l'harmonie vivante annonciatrice de la magnificence
tant qu'elle n'a pas trouvé Dieu. divine et la sonnerie solennelle qui retentit dans
La vie est une évolution. Mais il faut donner un but à l'infini.· « Soyez parfaits comme votre Père céleste est
cette évolution. A notre évolution Notre-Seigneur parfait », c'est-à-dire: devenez semblables à Dieu.
Jésus-Christ a fixé un but unique, digne de Lui, Dieu est un pur Esprit et je Lui ressemble, si je laisse
lorsqu'il a prononcé ces paroles éternellement mémo- en. moi-même la suprématie à l'esprit, à l'âme. « En un
rables : « Soy~z parfaits, comme votre Père céleste . mot: faut-il mépriser le corps? Faut-il fouler le monde
est parfait» (S. Matthieu V, 4 8). aux pieds? » Non; ce n'est pas ce que je veux dire.
Y eut-il jamais dans le monde un philosophe pour Nous vivons sur la terre et nous sommes enfoncés
avoir su assigner, même approximativement, un but dans la matière. Mais · la matiere ne doit pas étouffer
aussi élevé à l'homme? Qu'est-ce en comparaison que l'âme en moi.
l'idéal de vie' ·d'un Démocrite, d'un Zénon, d'un . Je vous en citerais bien un exemple, seulement, mes
Épicure? Ou même le noble idéalisme d'un Socrate frères, il faut bien le comprendre.
d'lm Platon, d'un Aristote? · , De l'argent, de l'argent, tel est l'énervant mot d'ordre
LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST SAINT

de l'humanité d'aujourd'hui. , Il bat dans les artèrès ' mais ... mais de prendre pour exemple les sentiments
du pauvre, il trouble ies rêves des riches, c'est pour lui héroïques qui les ont amenés à les accomplir. Et ces
qu'on travaille jour et nuit. Saint Louis de Gonzague sentiments nous montreront comment aujourd'hui
lui aussi ,$ravail1ait jour et nuit. A quoi faire ?"A se encore on peut devenir des saints.
débarrasser de sa fortune. Enfin fut rédigé l'acte par lequel Maintenant je pose la grande question, la question
il renonçait à son marquisat en faveur de son frère. la plus importante de l'instruction de ce jour: Comment
Quand il l'eut signé il demanda à son frère, le cœur peut-on aujourd'hui devenir saint? Car il faut que je le
débordant de joie : « Rodolphe, quel est, crois-tu, le devienne. Aujourd'hui encore garde toute sa valeur
plus heureux de nous deux? C'est certainement moi. li la parole de Dieu : « Soyez saints, parce que moi aussi
Et le jeune marquis entra dans le cloître. En 1591, la Je suis saint» (Lévitique XI, 44)'
peste ravageait Rome, près de six ' mille personnes Les peuples primitifs donnaient à leurs chefs des
moururent, Le nouveau religieux rencontra dans la rue noms basés sur leurs aptitudes dominantes. Nous
un pestiféré abandonné. Il le prit immédiatement sur , connaissons par exemple les noms curieux des chefs
ses épaules, le porta dans un hôpital et le soigna, puis indiens comme: « Œil-de-Faucon )J, « Grand Chass'e ur »,
il rentra dans son couvent où il mourut bientôt après à « Grand Serpent », « Cœur de Héros » etc. De tels
l'âge de vingt-quatre ans. noms ne peuvent être donnés que par quelqu'un qui
C'est une histoire toute simple; mais ne sentez-vous connaît aussi bien les bonnes que les mauvaises qualités
pas le charme, la p~ésie d'une âme victorieuse, pareille du sujet en cause. Mais il n'y a que Dieu pour connaître
au soufRe vivifiant qui descend des montagnes? Soyez parfaitement l'homme. Il est donc de mon devoir de
parfaits comme votre Père céleste est parfait. me recueillir et de réfléchir sur le nom que Dieu m'a
2) Cependant cette histoire fournit peut-être prétexte donné. ,
à une difliculté et à une échappatoire. _ Cette idée va peut-être vous étonner, mais elle
, « Nous ne pouvons pas en faire autant ». Nous pères ' n'est pas du tout aussi étrange qu'elle paraît au premier
de famille qui avons le soin , d'élever notre famille, abord. Écoutez ce passage de l'Apocalypse : « A celui
/lous mères de famille qui souvent n'avons ~as une qui vaincra, je .donnerai de la manne cachée; et je lui
minute de repos ... Si c'est cela le chemin de la sainteté, donnerai une pierre blanche, et sur cette pierre est écrit
alors ... » ' un nom nouveau, que personne ne connaît, si ce n'est
Non, non, mes frères, n'ajoutez pas un mot. Je ne celui qui le reçoit )J (Apocalypse Il, 17)·
vous ai pas cité cet exemple de saint Louis de Gonzague Oui Dieu nous donne à tous un nom, à chacuI;l
" ,

pour vous dire d'imiter complètement ce modèle. Nou~ de nous un nom particulier et ce nom marque son
ne sommes pas obligés de copier les actes des saints, empreinte 'sur toute ma personne, il m'avertit, il attire
14 2 LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST SAINT

mon attention sur la tâche la plus importante dont Dieu constamment leur devoir, ce sont ceux qui ont travaillé
attend de moi la solution au cours de la vie terrestre. jour et nuit où Dieu les avait placés, mais qui ont
Je he suis pas responsable de la manière dont je suis né,' toujours trouvé encore assez de temps pour leur âme.
mais je deviens déjà responsable du travail que je dois Ce sont ceux qui -'ont été dévoués, patients, joyeux.
m'imposer pour ne pas rester tel que je suis né. L'un a Ce sont ceux qui ne font pas de miracles mais dont
un caractère facilement irritable, un second est suscep- toute la vie est un miracle : oun miracle vivant de la
tible, un troisième paresseux, un quatrième méfiant, grâce divine et de la correspondance à la grâce de la
soupçonneux... nous n'y pouvons rien, puisque nous volonté de l'homme. Ce sont ceux qui portent leur
sommes nés ainsi. Mais nous pouvons nous en ren'd re , croix, sans exhaler une plainte. Ce sont ceux qui passent
compte et ne pas nous en déclarer satisfaits. Celui qui à travers le monde corrupteur, mais dont le cœur ne se
connaît son défaut dominant connaît aussi le nom caché laisse pas séduire ... que dirai-je encore? Ce sont ceux
qu'il a reçu de Dieu. Dieu en effet ne nous donne pas qui, au milieu de la vie misérable et belliqueuse actuelle,
de noms, à la manière indienne, comme par exemple : s'efforcent de réaliser la parole du Sauveur: « Soyez
« Chasseur de scalps » ou « Œil-de-Lynx », mais des parfaits,. comme votre Père céleste est parfait ». ,"
noms tels que « Main Innocente », « Cœur Pur »,
« Cœur de Bonté », « Mairi Secourable », « Vie Coura-
geuse », « Fidélité », voilà comme Il nous' appelle.
Et celui qui fait passer ces noms dans sa vie, celui-là
devient un saint. Oui, ce sont les saInts modernes, Mes frères , le sermon d'aujourd'hui a été consacré
ceux qui combattent courageusement pour acc~mplir à la sainteté de Dieu.
la volonté divine. ' Dieu est saint. Et Lui seul est saint. Tout ce qu'il
, y a-t-il donc encore actuellement des saints? Est-ce y a de sainteté dans le monde est sorti de Lui; la source
que des saints vivent encore aujourd'hui parmi nous? del la sainteté. Tout ce qu'il y a de lumière dans le
Certainement. Peut-être n'yen aura-t-il que très monde vient du soleil; le soleil se reflète dans la goùtte
peu parmi eux pour arriver à la canonisation ' officielle de~' rosée et lui donne un aspect magnifique, le soleil
par l'Église. ~ Mais devant Dieu beaucoup mènent brille à travers le diamant et lui confère un éclat
assurément de nos jours une vie sainte. Ils ont traversé , précieux, pareillement la sainteté de Dieu se reflète
silencieusement la vie et c'est seulement lorsqu'on dans une âme humaine sans péché et la rend plus
revient de leurs obsèques qu'on se rend ordinairement magnifique et plus précieuse.
compte que le monde vient de perdre un bijou précieux. Comme je dois avoir en haute estime la grâce sancti-
Ce sont ceux qui, sans un mot de plainte, ont rempli fiante en moi-même, comme je dois tenir à elle et
LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST SAINT 145

coopérer avec elle, afin de l'aider à remporter la victoire âme, sur ce fragment céleste détaché de Vous, afin que,
dans la lutte contre le péché! lorsqu'il Vous sera représenté, Vous puissiez le mettre
Mais ce n'est pas seulement en moi que je dois à la bonne place, afin que Vous Vous reconnaissiez en
travailler, c'est aussi dans les autres. « Que votre nom moi et que Vous m'accueilliez comme Votre propriété
soit sanctifié! » je ne dois pas seulement réciter cette pour toute l'éternité. Ainsi soit-il 1
formule, mais encore ttgir en conséquence ': afin de
sanctifier la vie de mon entourage et ainsi glorifier
Dieu. Ces saintes mères .de famille dont l'exemple
silencieux répand sur la famille entière une force
sanctifiante. Ces apôtres zélés qui souffrent de voir les
hommes si éloignés de la sainteté et de Dieu, source
de la sainteté, qui mettent tout en œuvre pour rappro-
cher de Dieu une âme qui s'égarait. Et tandis qu'eUes
travaillent à l'embellissement d'autres âmes, eUes
sentent combien leur âme 'à elles devient tQujours de
plus en plus belle, de plus en plus rayonnante et de ,
plus en plus semblable à Dieu. Et c'est là la fin dernière
de la vie de l'homme : devenir sans cesse plus semblable
au Dieu éternellement saint.
Les anciens Romains avaient une coutume étrange.
Lorsque lalvie séparait deux amis, ils brisaient en deux
une petite plaque d'argile, une tessère et quand, après
des années, ils se retrouvaient, ils rapprochaient l'un
de l'autre les deux fragments soigneusement conservés
et ils se reconnaissaient à ce signe que les deux morceaux
joignaient parfaitement . Certainement vous ne vous
tromperez pas sur le sens de mes paroles, si je vous dis: /

Notte dme est unVfragment détaché de Dieu! Puisse-t-il ,


ne pas s'altérer! Puisse-t-il être soigneusement conservé!
Puisse-t-il ne pas être brisé!
Dieu saint et éternel, aidez-moi à veiller sur ' mOIl
R.yrnh. d. Ap. - T. 1 10
, PIEU EST BON

Dieu est la vie éternelle, la source de la vie qui trouve


sa joie à faire germer et croître la vie. « Les yeux de tous
les êtres sont tqurnés vers Vous dans l'attente? Seignei.Jr,
dit le psalmiste, et vous leur donnez la nourriture en
IX son temps» (Ps. CXLIV, 15). Chaque bourgeon qui
pousse, chaque fleur qui s'ouvre, chaque brin d'herbe
qui verdit, chaque nid d'oiseaux qui chantent et surtout
DIEU EST BON
chaque cœur humain qui bat s'écrient: Dieu est le Dieu
de la vie, qui, dans la munificence de sa bonté, trouve
sa joie dans la vie. Dieu Se suffit à Lui-même, Il n'a pas
MES FRÈRES, bes,oin du monde, cependant Il inonde le monde de
sa bonté en lui donnant la vie.
Aujourd'hui je vous parlerai de la bonté de Dieu. n a fait encore davantage. « En effet Dieu a tellement
Lorsque l'on veut donner un qualificatif au saint nom aimé le monde, qu'Il a donné son Fils unique, afin que
, de Dieu on dit le plus souvent: « Le Bon Dieu ». quiconque croit en Lui ne périsse point, mais 'ait la vie
En réalité, Dieu est-Il bon? Je pose cette question éternelle» (saint Jean III, 16). ,
et la Sainte Écriture me répond : « Vous aimez toutes Pour que nous ayons la vie éternelle. Et cette vie
les créatures et vous ne haïssez rien de ce que Vous éternelle n'est pas une simple continuation de la vie
avez fait» (Sagesse XI, 25). C'est ainsi que parle de terrestre, mais une élévation de la nature humaine vérs
Dieu le Livre de la Sagesse et par là il révèle le cœur les sommets surnaturels de la vie divine, où sous certains
plein de bonté de Dieu. Mais le prophète Isaïe va rapports nous participerons à la gloire éternelle de
encore plus loin. Et par sa bouche, Dieu dit de Lui- Dieu. Aussi je vous le demande, mes frères : Dieu
même : « Une femme oubliera-t-elle son nourrisson, n'est-Il pas infiniment bon, de nous aimer autant?
qu~ elle n'ait pas pitié du fruit de ses entrailles. Quand Mais il ne suffit pas de croire que Dieu est infiniment
les mères oublieraient, moi Je ne t'oublierai point » bon pour les hommes,il faut aussi en tirer des conclu-
(Isaie XLIX, 15). Une mère est pourtant bonne pour sions pratiques. La bonté de Dieu a) impose de grands
ses enfants. Mais Moi, dit le Seigneur, je suis encore devoirscet en même temps b) soulève plusieurs pro-
meilleur pour vous. blèmes sur lesquels nous devons diriger nos regards.
Dieu est-Il réellement bon? telle est ma question. 1. A quoi no'f.ls oblige la bonté de Dieu? et II. Quels
Et le monde entier répond par mille échos : Dieu est problèmes pose la bonté de Dieu?
bon, Dieu est bon. , Examinons d' abord:
LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST BON 149

Comme nous devons bénir les âmes honnes qui, dans le


silence, les yeux rayonnants, le cœur compatissant,
répandent à travers cette vie la gaieté, le calme, comme
autant de rayons de soleil et partout où elles apparaissent
A QUOI NOUS OBLIGE LA BONTÉ DE DrEu?
sèchent aussitôt les larmes et donnent une vie nouve"lIe
aux fleurs desséchées du bonheur! Oh! les bonnes
I. La première conséquence naturelle de la bonte personnes!
de Dieu est celle-ci: Si Dieu est bon pour moi, moi Comme il convient que nous autres chrétiens, nous
aussi je dois être bon pour les hommes. soyons de leur nombre! Ne laissons à personne ce
a) Il est d'autant plus nécessaire d'attirer l'attention précieux privilège ! Je suis bon, parce que Dieu est
sur ce point que la bonté, la complaisance, la prévenance infiniment bon. Quelle magnifique réclame pour le
envers le prochain' disparaissent visiblement de plus christianisme, si l'on pouvait dire de nous ce que l'on
en plus chez les hommes. Elles sont tellement en voie disait du si aimable et si bon saint François de Sales,
de disparaître qu'en France, conformément à la mode évêque de Genève : « Mon Dieu, comme il faut que
des « se.maines », on a institué déjà une « semaine de Vous soyez bon, si déjà l'évêque de Genève est si bon! »
bonté ». Pendant la « semaine hongroise )) on ne doit c) Je ne veux rappeÎer qu'en passant que la bonté
acheter que des marchandises hongroises, pendant la manifestée à autrui n'est pas un bien perdu, car nous
(( semaine du livre », il faut acheter des livres; pendant réalisons notre propre bonheur, en nOus montrant bons
la (( semaine de bonté », chacun doit rester maître de pour les autres.
ses nerfs, chacun doit se montrer complaisant, patient, Un écrivain anglais a composé un charmant récit qui
poli et bon. met en relief cette idée. Un homme possédait un vaste
C'est-à-dire: il en devrait être ainsi. Car cette force jardin, où les erifants aimaient à venir jouer et s'ébattre.
d'âme que manifeste la vraie bonté", il n'y a que l'idée Mais cet homme était sans cœur; il était ennuyé àla
religieuse ' et la généreuse maîtrise de soi qui puissent pens~e que d'autres pussent jouir des beautés de son
la produire. Seul peut être bon pour son prochain, celui jardin. Il l'entoura donc d'un mur élevé, de sorte que les
qui a appris la bonté auprès de Dieu. enfants en fussent écartés. Mais que se passa-t-il
b) (( Personne n'est bon, sinon Dieu seul », a ,dit alors? Les fleurs n'entendirent plus les rires enfantins
Notre-Seigneur (S. Marc X, 18). Ce qu'il y a donc et n'ouvrirent plus leurs calices. Les feuilles jaunirent.
de bonté dans le monde a trouvé sa source dans l'infinie Un hiver rigoureux arriva, le froid et la grêle, mais le
bonté de Dieu. Comme la vie est amère, comme notre 1- rintemps ne se montra pas du tout. L'honime attendait,
pèlerinage terrestre est semé de luttes douloureuses 1 attendait"pour le voir paraître. Mais il ne vint pas. Il ne
· LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST BON

vint . que lorsque l'homme eut reconnu sa faute et fait simple vague ne ,m 'obéit pas? Le maître tout-puissant
démolir le mur; et lorsque les enfants y eurent recom- du ciel et de la terre, c'est Dieu. Adorons-Le )). En
mencé -'leurs ébats , il retrouva immédiatement sa vérité, voilà une manière de penser digne d'une âme
beauté et tout se mit à verdir. Pareillement notre vie chrétienne . . Adorons le Dieu très bon et tout-puissant
est d'autant plus heureuse que nous avons procuré et ayons confiance en Lui.
davantage de bonheur aux autres. b) Et je dois le dire franchement, cette confiance
Soyons bons les uns pour les autres, puisque Dieu aussi filiale dans la bienfaisante bonté divine est beaucoup
est bon pour nous. plus digne de nous que toutes les superstitions
2) De la bont~ du Dieu Tout-Puissant découle imaginables.
encore un autre devoir : la tendre confiance du chrétien Si je pars en voyage, si je commence une entreprise
dans l'aide de Dieu. délicate, si je dois résoudre une question difficile, bref
a) Où serait l'utilité pour nous, si Dieu était sim- si je suis en présence d'un devoir quelconque de la vie,
plement-bon? Combien de bonnes personnes voudraient je consacre tous mes soins et toutes mes forces à
de tout cœur nous aider, mais ne le peuvent pas! Dieu atteindre ce but, mais j'ajoute ensuite: Seigneur, j'ai
n'est pas seulement bon, en ce sens qu'Il veut nous aider, fait tout ce qui dépendait de moi, maintenant aidez-moi
mais Il est aussi Tout-Puissant, de sorte que s'Il veut, dan$ votre bienfaisante bonté.
Il peut également nous aider. Dans la Sainte Écriture, Oui, voilà une manière de penser sérieusement
à plus de cent reprises, Dieu est appelé le Tout-Puissant . . chrétienne.
« Je suis le Dieu · Tout-Puissant n, dit le Seigneur à Avant de monter en avion, j'examine attentivement
Abraham (Genèse ~VII, 1). Et Jésus au Jardin des le moteur, afin qu'il n'ait pas de panne, je vérifie si les
Oliviers, implore son Père du ciel en disant: « Mon Père, ailes sont en bon état, je regarde si tous les écrous sont
tout vous est possible)) (S. Marc XIV, 36). solidement vissés. Quand j'ai fait tout ce qui dépendait
Saint Canut, roi de D'anemark, se promenait un jour de moi, j'ajoute: Seigneur, venez à mon aide dans votre
sur le bord de la mer, un courtisan en profita pour lui toute-puissante bonté. Et la conscience tranquill~, je
adresser des paroles flatteuses, l'appelant souverain me mets en route, mais sans un petit crocodile, sans
maître des hommes, de la terre et de la mer. Mais tortue, sans cravache, sans chat noir, sans pièce de cinq
l'humble roi se contenta de s'approcher tout près du dollars. Ce n'est pas une plaisanterie; tous ces objets
rivage et de crier d'un ton autoritaire: « Vagues, je sont les talismans d'aviateurs célèbres qui, sans eux,
vous l'ordonne, n'arrivez pas jusqu'à mes pieds n. ne voudraient pas prendre leur vol pour un championnat
Néanmoins les vagues déferlèrent contre lui. « Comment du monde. .
avez-vous osé m'appeler so:uverain maître, alors qu'une N'est-ce pas une honte que d' aV01~r à poser cette question:
LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST BON 153
En qui ai-je le plus de confiance? Dans le bon Dl:eu ou
dans une tortue? Dans· le bon Dieu ou dans un chat noir? II
Si j'ai confiance dans la bonté de Dieu, alors je ne la
mets pas dans cette ,« ëhaîne de prières » copiée neuf PROBLÈMES EN RELATION AVEC LA BONTÉ DE DIEu.
fois et adressée à neuf personnes différentes, « com-
mencée en Amérique par un colonel distingué et que
je dois transmettre à une autre personne, sous peine La· bonté de Dieu n'est pas seulement la source des
d'un grand malheur ». Mais pas du tout. Si j'ai confiance conclusions pratiques que nous venons d'cudier, mais
en la bonté divine, je n'ai pas à me soucier de cette elle est aussi en relation avec des problèmes réellement
superstition, pas plus que des autres. · . difficiles:
Etes-vous superstitieuse, Madame? r) Je commence immédiatement par la question
Moi? Pensez-vous. J'aurais honte à notre époque la plus arslue, par l'objection la plus grave. C'est
de progrès. l'angoissant problème qui se cache dans les profondeurs
Mais pourquoi avez-vous tout à l'heure frappé de bien des âmes.
sur la table, lorsque vous disiez que votre mari était Vous dites: Dieu est infiniment bon. Mais s'Il est
bien portant? infiniment bon, pourquoi a':'t-Il créé l'enfer? S'Il est
Je vous enpde, c'était pour que la maladie ne infiniment bon, comment peut-Il précipiter les hommes
revienne pas. dans les effroyables profondeurs de la damnation éternelle?
Très bien. Et pourquoi n'avez-vous pas pris place à Mes frères, que répondrons-nous à cette question
notre table, où· nous étions déjà douze? qui met l'âme à la torture? Car la foi nous enseigne
Mais voyons. Où trouverez-vous aujourd'hui quel- que Dieu est infiniment bon. Mais elle enseigne aussi
qu'un qui oserait -raire le tre~zième à table? que t~us ceux qui meurent en état de péché grave sont
Alors vous êtes donc superstitieuse? frappés de la ,damnation éternelle. Comment concilier
Oh! pas pour cela. Seulement, je me méfie. Car ces deux dogmes? Comment peut-li être « bon », ce Dieu
après tout qui sait si ... qui a établi la damnation éternelle?
Qu'est-ce que cela, mes frères? Un gros péché? · Essayons de regarder en face ce problème torturant.
Non. Quoi alors? 'Une foi chétive. Une foi bien faible a) Tout d'abord je rappelle le sermon précédent où
en la bonté de Dieu. Car la bonté de Dieu devrait il a été question de la «sainteté » de Dieu et où nous avons
m'obliger à avoir confiance en Lui. vu qu'entre la sainteté de Dieu et la malice du péché
il y avait un abîme infranchissable, une opposition
irréductible et que le pécheur ne pouvait absolument
154 LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU ES1' BON 155
pas passer la vie éternelle près du Dieu infiniment pour le péché, parti pour les révoltés et les insurgés
saint, pas plus que les ténèbres ne peuvent exister près contre Dieu. Et il peut se fixer dans cet état, s'endurcir
du soleil dt la glace près de la .chaleur. dans le mal et, si li mort le trouve ainsi, comment
b) Nous avons encore une autré raison qui ne irait-il · 'auprès de Dieu, puisqu'il ne l'a, _ pas voulu,
permet pas à .la bonté de Dieu de s'évanouir à la puisque lui-même ne le voulait pas? Il est resté dans son
tragique lumière de l'enfer. Et cette raison se trouve obstination et son impénitence, il ne voulait rien savoir
dans deux passages de la Sainte Écriture. L'un rapporte de ·Dieu, qu'est-ce que ' Dieu ferait maintenant de lui?
ces paroles du Seigneur au prophète Ézechiel: « Je ne La vie éternelle est une jouissance de ·la gloire divine;
veux pas la mort du pécheur, mais qu'il se convertisse mais cet homme, durant toute sa vie, n'avait aucune-
et qu'il vive» (Ézéchiel XXXIII, 2). L'autre est de ment désiré Dieu.
saint Pierre: Le Seigneur « use de patience envers vous, Oui, Dieu est bon, mais il n'est pas permis d'abuser
ne voulant pas qu'un seul périsse, mais que tous de la bonté de Dieu. Et combien en abusent 1 Combien
, viennent .à la pénitence » (2c ·Épître saint Pierre III, 9). avalent le péché, se roulent dans la boue, se plongent
Savez-vous ce que veulent dire ces paroles? Que jusqu'au cou dans un bourbier et cherchent à apaiser
Dieu n'éprouve pas de joie, mais beaucoup de peine, si . leur conscience inquiète en disant: N'aie pas peur, Dieu
quelqu'un est damné. Dieu veut conduire tous les est bon. Le bon Dieu te pardonnera!
hommes au salut éternel et Il serait au comble de la Ou bien ils disent tout simplement: le Bon Dieu sera
joie, si tous étaient sauvés. Et Il fait tout pour cela. indulgent pour toi.
Son Fils unique a versé dans ce but jusque la dernière Ont-ils la moindre idée de Dieu et de sa bonté?
goutte de son sang, qu'aurait-Il pu encore faire pour En Dieu la bonté n'est pas une faiblesse de vieille
nous? Pour favoriser notre salut, Il va jusqu'aux femme ni l'impuissance ni le manque d'énergie. Dieu
dernières limites, dans le vrai sens du mot, les dernières est bon, mais juste. Dieu est Père, mais aussi Juge
limites, mais après Il s'arrête. sévère. Autant Dieu est bon envers ceux qui ont voulu
Quelle est cette extrême limite? La liberté de la Lui appartenir, autant Il est un Juge sévère pour
volonté humaine. ceux qui ont abusé de Sa bonté et n'ont pas voulu vivre
c) Et ainsi nous rencontrons la véritable solution conformément à ses commandements.
du problème: Personne ne se perd, sinon celui qui le veut. Dieu est infiniment bon. Avant de précipiter quel-
Dieu ne chasse personne, c'est l'hommè qui se séPare qu'un dans la damnation', de le jeter dans les ténèbres
lui··même de Dieu. comme une étoile éteinte, Dieu épuise tous les moyens
ttre un homme signifie choisir entre le bien et le de saiut de son cœur aimant. Si l'on voyait comme III
mal. L'homme peut prendre parti pour le mal, parti tente tout pour sauver les âmes, comme Il met en
LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST BON 157

œuvre toutes les richesses de sa grâce pour attirer, aveugle parmi les astres, Dieu ne s'en occupe pas.
avertir et aider, alors il ne viendrait à personne l'idée Du moins Il ne le fait pas voir. Car Il se tait. Vous avez
de mettre en doute la bonté de Dieu, à cause de ce que fait le bien, et Il ne s'en montre pas satisfait. Vous avez
réclament sa sainteté et sa justice: à cause de la condam- commis le péché et Il ne fait pas voir qu'Il en souffre.
nation du mal. Il se tait. Il se tait même encore, lorsque de la poitrine
2) Il Y en a d'autres pour faire cette objection contre d'un croyant s'échappe un soupir: Seigneur, comment
la bonté de Dieu qu'Il ne punit pas immédiatement pouvez- Vous en supporter la vue?
la méchanceté et l'impiété, et bien des gens se trouvent Mes frères, j'ai commencé en disant: Il y avait une
ainsi devant un nouveau problème. C'est ùne question fois une brave femme qui perdit son équilibre moraL ..
extrêmement difficile que je ne fais qu'efHe~rer main- Je ne peux pas donner son nom. Dites-moi, ne serait-ce
tenant, aujourd'hui je vais poser la question et je pense pas vous? Ne vous est-il encore jamais venu de pareilles
vous en fournir la solution ' dans mon prochain sermon. pensées? Lorsqu'après la guerre survint l'effrayante
Quelle est cette question? C'est le problème de « la détresse matérielle, lorsque après avoir souscrit aux
bonté de Dieu et du mal dans le monde ». emprunts de gùerre avec. le peu d'argent amassé pour
Sans chercher une longue explication, je vais vous vos vieux jours, vous aviez tout perdu; alors que les
donner un exemple qui mettrà en lumière le nœud de gens sans conscience, les frivoles, les vicieux, avaient
la question. toutes leurs aises, que les gens honnêtes étaient dans
Il y avait une fois une .brave femme, honnête et l'indigence et traînaient dans l'ombre une existence
religieuse, qui fut durement frappée par le sort. C'était misérable; lorsque vous priiez pour votre fils malade
une âme droite, .une épouse modèle, une mère dévouée, et que cependant il mourut ... etc. Que de péchés, que
une excellente catholique. En un an elle perdit son de misères! Ou est donc le bon Dieu? Voilà la question
mari et ses deux grands fils, et bientôt après encore angoissante.
sa fortune. Cette vie est pleine d'incertitudes. Cette vie sombre
Alors cette femme perdit l'équilibre de son âme, d',ici-bas. Cette lutte accablante. Cette masse de pleurs
à tel point qu'une pensée atroce s'y glissa : Dieu ne se et de plaintes. Nous entrons dans la vie en pleurant
soucie pas des hommes. Pour Lui nous ne sommes que et nous laJ quittons dans la douleur . Que d'énigmes,
des fourmis aussi nombreuses qu'insignifiantes, qui ne de problèmes, de doutes autour de moi t Si Dieu est
peuvent pas intéresser Dieu assis sur son trône à une vraiment « bon », comment peut-Il regarder cet1e terre
distance infinie. Des peuples naissent et disparaissent, devenir « une vallée de larmes »?
le printemps arrive, l'hiver meurt, les hommes se Question difficile et poignante. Questior à laquelle
réjouissent et pleurent, la terre poursuit sa course il n'est pas aisé de répondre. Question qui se pose à
15 8 LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST BON 159
une foule d'âmes et à laquelle je consacrerai tout mon vous étreint, arrêtez-vous un instant et dites simple-
prochain sermon. La réponse sera double: a) Dieu ne , ment: Qu'est-ce que Dieu veut de moi ?
veut ni le Péché ni le mal; mais cependant Il les permet, En elfet Dieu, le bon Dieu, ne vous envoie pas la
b) Il cherche encore à en tirer du bien. souffrance unique~ent pour vous faire souffrir. Dieu,
Examinons rapidement ces deux idées. le bon Dieu, ne nous fait pas verser des larmes simple-
a) Dieu ne veut pas le mal. Le monde actuel n'est ment pour nous voir pleurer.
plus tel' que Dieu l'avait créé à l'origine. Dans le plan Pourquoi donc le fait-Il alors? Je vous apporterai
divin il ne devait y avoir ni le mal ni la souffrance ni bientôt la réponse. Mais pour l'instant je ne puis
la mort. Mais ce plan a été bouleversé par la libre volonté m'empêcher de vous lire quelques lignes d'une lettre
de l'homme et le premier péché de l'homme et a été que j'ai reçue ces jours derniers. Elle a été écrite par
coffi'plètement gâté. « Par un seul homme le péché quelqu'un qui a été effroyablement meurtri par la vie,
est entré dans le monde et par le péché la mort )) mais écoutez ce qu'il est devenu à la suite des coups
(Romains V, 12). du sort qui l'ont frappé.
Sans doute, cette réponse n'est pas décisive, car je Voici sa lettre: ... Je n'allais plus à l'église, ni la
sais bien qu'elle est insuffisante. La réponse est certai- sainte messe ni les sermons ne faisaient d'impression
nement exacte mais elle ne peut pas dissiper le doute. sur moi; mais lorsque les difficultés m'écrasèrent, elles
Elle explique comment nous en sommes arrivés là, touchèrent mon âme; lorsque au milieu de mes soucis
mais elle n'explique pas comment Dieu, le Dieu infi- matériels je commençai à regarder la souffrance humaine
niment bon, peut contempler la misère, la peine, la avec d'autres yeux, la semence de vos radio-sermons
souffrance. Ce n'est pas Lui qui les veut, je le vois bien; ne tomba plus sur le bord du chemin, mais dans la
mais en tout cas Il en reste le spectateur. bonne terre. Dès lors je considérai notre malheur
b) Il me faut donc approJondir un peu la question national avec de tout autres yeux, mais j'y vois cepen-
de la responsabilité et mettre en relation les plans mysté- dant la bonté de Dieu qui, par la ~ouffrance, veut nous
rieux de Dieu avec le mal et la souffrance. Oui, nous réveiller de notre indifférence et nous indiquer le
croyons que la bonté de Dieu et notre foi en sa bon té chemin de la vérité. Maintenant je comprends le Pater
nous rendent plus clairvoyants. Comment cela? Eh dans sa sublimité et sa profondeur. C'est la plus belle
bien 1 voici : Quel que soit le malheur qui puisse et la plus désintéréssée des prières. Maintenant je vois
s'abattre sur un croyant, quand bien même il se serait qu'on peut faire l'essai de la république ou du commu-
égaré dans un coin obscur du labyrinthe de la vie, il nisme ou de toùte autre forme de goU\ernement, mais
relève la tête . et veut, à la lumière de la foi, regarder que la paix et le calme ne régneront sur la terre que
à travers les nuages et les ténèbres. Si la souffrance lorsque le royaume de Dieu sera arrivé jusqu'à nous.
160 LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST BON 16]

Voici une autre lettre écrite par une mère, baptisée Dieu de bonté, aidez-moi à deve~ir bon.
depuis seulement six mois. Elle avait un fils unique Dieu de bonté, aidez· moi à vivre de manière à
qui est mort à l'âge de vingt-deux ans. Je crois n'avoir mériter Votre bonté et à ne pas être obligé de redouter
pas besoin d'eil dire davantage sur l'état d'âme de cette une juste condamnation.
mère en présence du cercueil d'un fils de vingt-deux ans. Dieu de bonté, si Vous me frappez, aidez-moi à
Mais écoutez ce qu'elle écrit. reconnaître Votre sainte volonté. Ainsi soit-il 1
«Je n'aurais peut-être jamais été baptisée, si un grand
deuil n"était pas. venu transformer le cours de ma vie.
Je suis veuve depuis neuf ans et, il y a deux ans et demi,
j'ai perdu un fils de vingt-deux ans. Il n'était pas un
enfant gâté; mais malgré sa jeunesse c'était un garçon •
sérieux ,et travailleur. Tout à fait le jeune homme tel
que vous les aimez: pur de corps et d'âme, jamais assis
à la terrasse des cafés, ne fumant pas; il travaillait et
étudiait et avec cela toujours gai. Et lorsqu'arriva
la nuit où je me trouvai seule, je ne me sentis pas
délaissée, mais je me tournai vers Celui en qui mon âme,
quoique juive, mit toute sa confiance, je repris courage
à la pensée que mon enfant était heureux de corps et
d'âme, vers Ceiui qui vit avec nous et tout près de nous:
Jésus. Et maintenant je sais que j'ai le Christ pour
enfant à la place du mien ». Mes frères, peut-il y avoir
une plus chrétienne explication de la souffrance :
Maintenant je sais que j'ai reçu le Christ pour enfant
à la place du mien?

Je ne donnerai pas de conclusion à mon sermon


d'aujourd'hui : nous étudierons plus à fond encore
la bonté de Dieu et le mal dans le monde.·

"'yrnh . ,1. Ap . T. T
LA BONTÉ DE DIEU ET LE MAL DANS LE MONDE 163

Aussi l'orgueil est la parure dF. leur cou,


Et la violence, la robe précieuse qui les couvre.
L'iniquité sort de leurs entrailles,
Les pensées de leur cœur se font jour.
x Ils raillent, ils tiennent des discours pervers,
Ils profèrent des paroles hautaines.
Leur bouche affronte le ciel même,
LA BONTÉ DE DIEU Et leur langue s'exerce sur la terre. '
C'est pourquoi mon peuple se tourne de leur côté, .
ET LE MAL DANS LE MONDE Il avale l'eau à grands traits.
Il dit: ({ Comment Dieu saura-t-Il?
Comment le Très-Haut connaîtra-t-Il? »
Ainsi sont les méchants :
MES FRÈRES,
Toujours heureux, ils accroissent leurs richesses.
C'est donc en vain que j'ai gardé mon cœur pur,
, Comme je l'avais annoncé dans mon dernier sermon, Que j'ai lavé mes ' mains dans l'innocence;
aujourd'hui je' vais m'occuper d'un sujet qui tourmente Tout le jour je suis frappé,
et torture les âmes, depuis qu'il y a des hommes sur Chaque matin mon châtiment est là. »
la terre, tout au moins depuis que nous lisons, dims uri
livre vieux de près de trois mille ans, le psaume soixante- C'est ainsi que se plaignait l'homme d'il y a trois mille
douze, les lignes où déjà nous sentons la lutte pénible ans et cette plainte est encore pour nous aujourd'hui un
d'une âme cherchant à s'orienter, à se recomiaître. problème difficile. Dieu est bon, infiniment bon, nous
Écoutez donc quelques versets de ce psaume: le savons par le sermon précédent: mais s'Il est bon,
({ ... J'étais sur le point de tléchir, comment se fait-il qu'Il contemple sans mot dire les
Mon pied a presque glissé. souffrances, les péchés et {es crimes dont les flots bourbeux
Car je m'indignais contre les impies, et écumants couvrent la terre et souillent l'humanité?
En voyant le bonheur des méchants. Que de crimes, de hontes, de péchés et de souillures ...
Pour eux "point de douleurs jusqu'à la mort; et le bon Dieu n'aurait pas son mot à dire? Que de
Leur corps est plein de vigueur. rudes coups du sort, de souffrances et de douleurs ...
Ils n'ont point de part au labeur des mortels, , et le bpn Dieu, pourrait regarder cela sans sourciller? ,
Ils ne sont point frappés comme le reste des hommes. Si Dieu est bon, comment peut..Il voir, comment
LE SYMBOLE DES APOTRES LA BONTÉ DE ·DIEU ET LE MAL DANS LE MONDE 165

peut-Il permettre qu~ le mal règne dans le monde : commettre le péché, si Dieu ne l'empêche pas par une
1. le mal moral, c'est-à-dire le péché, la méchanceté et continuelle intervention et ne le rend pas impossible,
2. le mal physique, c'est-à-dire les accidents, les souf- alors il faut qu'Il ait pour cela une raison t~ès
frances, les douleurs. Le monde est plein ' de péchés importante.
et de peines, le monde d~nf nous àffirmons qu'il est 1) La première raison est le respect de la nature de
dirigé par un Dieu saint et bon? Comment peut-on l'homme, de la libre 'Volonté humaine. Dieu a donné à
concilier ces deux choses? voilà le ·difficile problème l'homme en le créant un privilège incomparable, une
du sermon d'aujourd'hui. volonté libre, afin qu'il ne soit pas soumis aux lois
Occupons-nous donc de la première question, immuables de la nature, comme les autres choses créées,
celle du mal moral: Comment Dieu peut-Il contempler mais pour qu'il mérite la subliine fin dernière établie
tranquillêment la multitude des péchés? ' Pourquoi par Dieu, la vie éternelle, par la libre col/aboration de
Dieu se tait-Il, alors que les flots fangeux du péché sa propre détermination et de sa volonté. Dieu ne veut pas
s'élancent presque jusqu'au ciel? d~esclaves dans les chaînes, d'hommes poussés vers
Lui par les tremblements de terre, la foudre. les
inondations, l'incendie, la guerre, la terreur, mais des
âmes qui Le servent et Le prient librement. Aussi Lùi
1 fallut-il conférer à l'hommé un sublime privilège :
une volonté libre.
LA BONTÉ DE DIEU ET l.E PlkHÉ.
La volonté humaine n'est pourtant pas uniquement
un privilège, elle peut aussi devenir pour nous un danger
Tout d'abord je voudrais vous rappeler un de mes funeste. C'est une merveilleuse distinction pour
sermons précédents, où il a été parlé de la « sainteté l'homme, _mais aussi un péril inquiétant. Je ' suis
de Dieu ». Nous y avons vu clairement, combien lû homme, tous les tyrans du monde sont donc incapables
sainteté divine était offensée par le péché, combien de me faire faire ce .que je ne veux pas. Voilà la lettre
Dieu en était peiné, combien Il désirait que le péché de noblesse de la volonté humaine .: la liberté de cette
n'existât pas dans le monde. C'est cette idée que nous volonté. Je ne suis pas obligé de faire le mal-,(car
'devons placer en tête -'de notre étude d'aujourd'hui, autrement il n'y aurait pas de péché en ce monde),
ca!; c'est uniquement à sa lumière que nous'obtiendrons mais je ne ,suis pas obligé de faire le bien (car alors il
la réponse à la question que nous avons posée. n'y aurait ni vertu ni mérite). Sans doute, Dieu /
ne
Si Dieu est tellement offensé par le péché et si. .veut pas que j'abuse de ma volonté et qu'en choisissant
pourtant Il se tait et regarde avec indifférence l'homme le mal ie fasse descendre ma dignité d'homme au-
166 LE SYMBOLE DES APOTRES LA BONTÉ DE DIEU ET LE MAL DANS LE MONDE 167
dessous du niveau de la bête et pour que je ne le fasse « Mais,direz-vous, si Dieu ne veut réellement pas
pas, Il m'assiste puissamment par sa grâce; cependant les iniquités des hommes, si notre méchanceté Le
t'homme peut toujours agir . autrement et voilà la peine; le Dieu Tout-Puissant pourrait tout au moins
source du péché. empêcher les péchés des hommes ». C'est· vrai, Il
Le monde n'a pas commencé par le péché, Dieu voudrait bien empêcher les péchés, Il donne sa grâce
ri'a pas créé le mal, ni le péché. C'est l'homme qui a pour cela, mais Il n'intervient pas par la force, Il ne
corrompu ses voies terrestres, lorsqu'il a opposé sa brise pas de force la . volonté humaine, car Il respecte
volonté à la volonté divine. C'est l'homme qui a fait en nous ce qu'Il a~réé: Il respecte notre « personnalité».
mauvais usage du don magnifique qui l'élevait si haut z) Dieu regarde-t-Il passivement le péché? Oh! non.
au-dessus de toutes les créatures: la liberté. Dieu ne nous ôte pas le saint privilège inhérent à la
Voici donc la première réponse: Lé péché existe dans Le mlture humaine, la volonté ' libre; mais la libre volonté
monde, mais ce n'est pas Dieu qui l'a créé 'Iii qui l'a voulu, humaine a pour conséquence le fait qu'il y aura des
c'est l' homme. péchés dans le monde, tant qu'il y aura des hommes.
Il est possible de faire mauvais usage de sa volonté Seulement Dieu se sert du péché et sait tirer Le bien du mal.
libre, il est possible de commettre le péché,. mais ce Qui s'en rend compte? cel.ui qui, les cheveux blanchis
n'est. pas Dieu qui est responsable de la faute. Suis-je par l'âge, peut reporter ses regards sur sa vie passée
responsable si l'élève auquel j'ai enseigné toute sorte ou bien celui qui a étudié à fond l'histoire. Que de fois
de choses utiles fait plus tard dans sa vie mauvais n'est-il pas arrivé dans le passé et que de fois n'arrive-t-il
usage de ses connaissances? pas actuellement · que les hommes, tout en se livrant à
Combien de souffrances humaines trouvent là leur leurs bas et grossiers instincts et en accomplissant leurs
origine! Que de fois les hommes sont la cause de leurs œuvres mauvaises, favorisent, sans s'en apercevoir, les
malheurs! Combien d'hommes ne seraient pas venus au plans divins! Combien d~ hommes, arrivés à un âge
monde paralytiques, aveugles, maladifs, neurasthé- avancé, pourraient dire aux ihtrigants et aux méchants
niques, si un de leurs aïeux, dans sa jeunesse, n'avait ce que Joseph vendu jadis par ses frères leur rappelait:
pas mené une vie dépravée, et n'avait pas péché contre (( Vous aviez dans l'idée de me faire
~ . du mal mais Dieu
le commandement de la pureté. Si l'on pouvait chasser a voulu en faire sortir un bien» (Genèse L, zo).
du monde toutes les a~ertumes, les catastrophes, les A peine Notre-Seigneur Jésus-Christ était-Il monté
vols, les meurtres, les 'guerres que l'homme inflige a'u ciel que les Juifs persécutaient ses disciples. Mais
à l'homme, comme la vie serait supportable! Donc' en Dieu transforma ce niaI en bien : les chrétiens fuyant
'vérité nous n'avons pas le droit d'en rejeter sur Dieu la dans toutes les directions portèrent partout dans le
responsabilité. . monde la foi chrétienne; la tempête secoue l'arbre,
168 LE SYMBOLE DES APOTRES LA BONTÉ DE DIEU ET LE MAL DANS L1<: MONDE 169

mais 'en même temps disperse sa semence et devient \\ Homme, jusqu'à présent J'ai été calme et muet,
ainsi l'origine de nouvelles forêts. maintenant c'est à toi de te taire et d'écouter la sentence
Dieu veut donc réellement que l'homme n'use pas de la bouche de ton Seigneur et de ton Dieu )).
pour faire le mal de la volonté libre qu'Il lui a donnée. Oui, mes frères, nous ne pouvons concilier les énor-
Si néanmoins il en abuse pour commettre le mal et mités de la méchanceté humaine avec la bonté divine
faire des péchés, alors Dieu s'efforce encore à tirer du autrement qu'en faisant cette réflexion que Dieu n'est
péché un peu de bien. . pas seulement bon, mais aussi un juge juste et severe,
3) Assurément ce n'est pas encore une réponse devant le tribunal duquel paraîtront tous les péchés
pleinement satisfaisante à la question : Pourquoi DÎ'eu des hommes.
garde~t-II le silence? Car la vie est tellement sursaturée Et cette pensée 'nous conduit à la solution de l'autre
de crimes humains que même des âmes pieuses disent question du sermon d'aujourd'hui.
avec indignation: «( Seigneur, comment pouvez-Vous Jusqu'à présent nous avons parlé du péché et des
actuellement garder le silence? Comment pouvez-Vous maux qùe, par ' suite de la perversité humaine, nous
rester simple spectateur? » sommes obligés de supporter. Certainement une grande
Savez-vous pourquoi Dieu se tait, même lorsque partie de nos so'uffrances provient de la méchanceté
l'homme Lui dit anxieusement: Seigneur, un seul mot, humaine, mais pas toutes. Il y a des accidents, des
un seul coup de foudre, un tremblement de terre sous maladies, des coups du sort dont l'homme n'est pas
les pieds des méchants? cause. Comment peut-on les concilier avec la bonté
Dieu se tait, parce qu'II n'a pas besoin de parler. de ,Dieu? Telle est la seconde question à laquelie il
Tout ce qu'II devait nous dire pour nous faire connaître me faut répondre dans cette instruction.
ses pensées, ses plans et Lui-même, Il nous l'a commu-
niqué autrefois par ses prophètes et son Fils unique et
maintenant Il nous l'enseigne clairement par la Sainte II
Écriture et par l'Église. '
Il se tait, parce que le Dieu éternel a toujours le temps. LA BONTÉ DE DIEU ET LA SOUFFRANCE.
Ses moulins moulent lentement, mais sûrement.
Personne ne peut fuir devant Lui et si l'on veut s'enfuir,
tôt ou tard on tombe dans ses bras. (, Dieu est juste dans toutes ses voies ct miséncordieux '
Dieu se tait, parce qu'Il a un messager qui un jour dans toutes ses œuvres» dit le psalmiste (Ps. CXLIV, 17)·
touche ~chaque homme il l'épaule et l'amène devant Mais cette affirmation n'est-elle pas contredite par
le Seigneur. Mais cette fo, Disieu rompra son silence' l'expérience? N'est-elle pas contredite par les maux
17° LE SYMBOLÈ DES APOTRES LA BONTÉ DE DIEU ET LE MAL DANS LE MONDE 171

sans nombre et les épreuves qui font 'sans cesse monter Comment m'expliquerai-je plus clairement? Le mal
des plaintes sur les lèvres des hommes? Le cultivateur tient le monde par la main. Non seulement .,., la vie d'un
se plaint que la récolte est mauvaise; le pauvre qu e petit enfant est une cause de douleurs pour sa mère,
l'hiver est rude; le malade que la douleur est intolérable; mais chaque vie sur la terre prend naissance dans la
l'enfant qu'il n'a pas de vêtement; le jeune homme souffrance. « Si le grain de blé tombé en terre ne meurt
qu'il ne trouve pas d'emploi; le vicillani qu'il lui fau t pas, il demeure seul; mais s'il meurt, il porte beaucoup
mourir. Ce ne sont que des plaintes et des larmes; du de fruit» (S. Jean XII, 24).
berceau à la tombe tout est souffrance. 2) En outre, la vie de l' homme sur la terre est insérée
Et les catastrophes! Un cinéma prend feu et soixante- dans le cadre des lois physiques. Ces lois sont aussi
dix enfants sont brûlés et l'on entend les lamentations l'œuvre de Dieu. Leur observation est donc une louange
de soixante-dix mères. Une explosion de dynamite se divine. Cette louange se réalise même lorsque, en vertu
produit dans une mine allemande et trente hommes de ces lois, tel ou tel cœur cesse de battre. Quelqu'un
y trouvent la mort. A Lyon le glissement d'une colline fait du ski, mais saute maladroitement, il tombe et
·renverse des rues entières. Et les tamponnements, les se brise une jambe et peut-être restera-t-il estropié
explosions et autres accidents qui se lisent chaq1le jour durant toute sa vie. Une tuile se détache du toit, en
dans les journaux! . vertu de la loi de la pesanteur elle tombe avec une force
Ah! mes frères, comment peut-on donner à toutes de pénétration déterminée. Si un enfant joue préci-
ces choses une réponse satisfaisante et consolante? sément au-dessous, il est atteint mortellement et le
Combien d'hommes se ruinent malgré leur labeur! cœur de ses parents saignera. Dieu pourrait, par une
combien sont incompris et persécutés, malgré leur intervention spéciale, retenir la tuile qui tombe ou
innocence! Combien de mal,ades et d'infirmes endurent faire dévier sa trajectoire; mais je vous le demande :
des souffrances qu'ih ne méritent pas! Que devons- pouvons-nous i'aisonnablement le demander à Dieu?
nous dire à cela? Que devons-nous répondre? Si Dieu intervenait dans l'ordre du monde chaque fois
1) Notre première réponse sera celle-ci : Bien des que l'accomplissement des lois de la nature pourrait
maux, bien des accidents que l'on peut appeler simple- . être dangereux ou désagréable pour ' l'homme, alors
ment les maux physiques, proviennent de ce que notre l'·ordre actuel ne se transformerait,·il pas en désordre,
monde est un monde borné, limité, toujours en évolution n'en résulterait~il.. ,pas une grande insécurité du . fait
et par c01lf~quent en perpétuelle transformation. Tout que l'homme ne saurait plus ce qui,}'attend? Dieu
commence, grandit ct vieillit en ce monde et ce pourrait empêcher les méchants ' de coinmettre le mal;
cqangement continuel ~st lié à des souffrance:> mais le monde ne serait-il pas un théâtre de marion-
indicibles. nettes où les louanges divines seraient chantées non
17 2 LE SYMBOLE DES APOTRES LA BONTÉ DE DIEU ET LE MAL DANS LE MONDE 173

plus par des hommes libres, mais par des personnages la destinée future et éternelle de l'homme 1 En effet
mus par des ficelles? celui qui croit fermement que la vie te~restre n'est pas
3) Mais avec tout cela nous n'avons pas encore de la fin dernière et définitive de l'humanité, celui qui sait
solution satisfaisante. Une solution satisfaisante nous que toutes les injustices et toutes les ,inégalités de cette
n'en trouverons que si nous regardons vers le ciel, que " vie se résoudront harmonieusement le jour où le Juge
si nous levons nos yeux vers Dieu et que si nous jugeons impartial et éternel rendra justice à tous, celui-là ne
les maux qui nous arrivent, non pas sous l'angle de peut pas être troublé par l'inégale répartition du
notre vie terrestre, mais sous celui de la vie éternelle. bonheur terrestre.
Alors, mais alors seulement, nous ne . serons pas b) Celui qui ' regarde en haut ne murmurera pas :
assommés par les coups du sort. Pourquoi justement moi? Pourquoi est-ce moi qui dois
Le petit mousse aussi était désemparé, lors de sa peiner et souffrir et pas les autres?
première traversée. . . Pas les autres? Ah f vous ne pouvez pas plonger vos
« Mon fils» dit le capitaine, « sais-tu bien grimper? » regards dans les profondeurs des destinées humaines.
« Oui, répondit fièrement l'enfant. Chez nous je Des tapis persans, un magnifique appartement de huit
grimpais sur les arbres les plus élevés ». pièces, une auto, des soirées ... vous croyez que là
Mais lorsqu'il fut en haut du mât et que le vaisseau se il n'y a ni malheur ni épreuves, pas d'enfant malade,
mit à rouler et à' tanguer, le mousse commença à pas de mauvaise humeur, pas de soucis, pas de sombres
trembler et eut peur de tomber. Entre-temps le capi- nuages, pas de tempêtes. Y a-t-il donc des roses sans
taine observait tous les mouvements de l'enfant. Et épines? Y a-t-il un rayon de soleil sans ombre? Un œil
quand il vit son visage blême et décomposé il lui cria : humain sans larmes?
« Petit, regarde en haut, regarde en haut '». ( Vous êtes si pauvre! )) N'est pas pauvre celui qui
Le mousse obéit. Il regarda en haut et le vertige a peu d'argent, mais celui qui a de nombreux désirs.
disparut, la peur et l'angoisse étaient dissipées. Il y a des gens qui mangent dans de la vaisselle de terre
Oui, regardez en haut et alors vous trouverez un appui et qui sont aussi heureux que s'ils ~angeaient dans de
au-dessus de la mer houleuse de la vie. ' l'argenterie, de même qu'il y en a d'autres dont la table
a) Celui , qui regarde en haut connaît la réponse à est couverte d'une riche vaisselle, et qui sont bien plus
cette plainte mille fois répétée : Tout va bien pour les malheureux que s'ils mangeaient dans des ustensiles
méchants ici-bas, tandis que les bons sont dans le malheur, en terre.
où est donc la bonté de Die~l? N'avez-vous encore jamais entendu dire que le
Sans doute un problème angoissant, mais insoluble bonheur terrestre pèse souvent comme une malédiction
seulement pour ceux qui ne regardent pas en haut, vers sl)r toute une vie? Quinte- Curce relève à l'éloge
174 LE SYMBOLE DES APOTRES LA BONTÉ DE DIEU ET LE MAL DANS LE MONDE 175

d'Alexandre le G-rand qu'il se conduisit très genereu- résolues? N'y a-t-il plus de problème angoissant?
sement à l'égard de la mère, de l'épouse et des deux Hélas! non. Qui pourrait donner une réponse pleine-
filles, tombées entre ses mains, du roi des Perses,son . ment satisfaisante? C'est ici le problème le plus difficile
el.demi. Et l'historien ajoute cette remarque : « Son de notre foi. En effet d'un côté je considère le monde et
cœur n'était pas encore corrompu par la chance. Mais j:y découvre tant de beauté, de grandeur, _,d'ordre,
ce bonheur, il ne put pas le supporter longtemps » d'harmonie, de perfection que je n'ai aucune raison
et sa vie dépravée le conduisit prématurément au d'être incroyant; mais d'autre part je me trouve en
tombeau (Hist. d'Alexandre III,"'I2). présence de tant d'énigmes obscures et sans solution
Combien par contre ont été ramenés par la croix et la que je suis obligé de dire: Je ne sais pas. Je ne peu.x
souffrance au Dieu qu'ils avaient totale~ent oublié. pas donner de réponse. Il n'y a que Vous, Dieu , Tout-
, Les soucis de l'existence avaient écrasé Simon le Puissant, qui puissiez répondre, Vous qui tissez la trame
Cyrénéen; il rapportait du bois dans sa maison de Jéru- de ['histoire du monde.
salem. Et voilà que se présente à ses yeux unlamentable Qu'est-ce que la vie? L'un dit: une comédie; l'autre
cortège : c'est Notre-Seigneur Jésus-Christ traînant déclare : une tragédie. Celui qui la tient pour une
sa lourde croix vers le Calvaire. Les soldats 'romains comédie peut subir un sort tragique; celui qui la regarde
ordonnent à Simon de s'arrêter et le forcent à aider le comme une tragédie peut y jouer un rÔle comique?
Sauveur à porter sa croix. Il ne le fit pas de son plein Qu'est-ce donc que la vie? Un mystère, un secret
gré, « ils le forcèrent )) dit l'Écriture. Mais la croix auquel nous essayon.- de trouver une réponse et une
marqua pour lui un tournant dans sa vie. 0 bienfaisance réponse adéquate, mais notre seule réponse sera celle
de la croix! du poète:
A la fin du sermon précédent je vous ai lu quelques Je crots en la bonté du cœur de Dieu qui règle les
passages de deux lettres. Lettres de deux personnes destinées du monde.
grandement éprouvées que précisément la souffrance
a ramenées à Dieu. Maintenant je vous pose seulement * *
une question : N'y en a-t-il pas des centaines et des Mes frères, partout dan~ l'univers règne une harmonie
milliers qui pourraient écrire des lettres semblables? merveilleuse. Sans doute, tantôt ici ,tantôt là éclate
Des milliers qui pourraient dire: J'étais loin de Dieu, une dissonance, mais la grande œuvre du Compositeur
j'étais égaré loin de Lui. Grâces Lui soient rendues! n'est pas détruite. Les musiciens de génie peuvent
pour m'avoir rappelé à Lui par l'épreuve et la souffrance. ' parfois se permettre d'introdu~re quelques dissonances
Dieu est bon",Oui. Dieu est infiniment bon! dans le cours régulier de leurs partitions; mais les
c) Et maintenant les énigmes sont-elles toutes auditeurs njen sont pas impatientés, ilsn'cxpriment
LE SYMBOLE DES APOTRES

aucun mécontentement, ils attendent tranquillement


la fin, le moment où la main du maître fera disparaître
toute dissonance et achèvera son œuvre dans une
magnifique harmonie. C'est ainsi que mon âme chrétienne
attend que, dans la vie éternelle, toute dissonance de la vie
XI
terrestre se résolve en un hymne de louanges devant le
trône de Dieu qui dirige la marche du monde.
Pour terminer nous ne pouvons mieux faire que de
recourir encore au psaume LXII; et si, au commen- DIEU EST VRAI ET FIDÈLE
cement de ce sermon, j'en ai lu la première partie où
la psalmiste est aux prises avec le problème de la bonté
de Dieu et la méchanceté de l'homme, maintenant je MES FRÈRES,
vais lire la dernière partie et la conclusion de ce .1

psaume:
Dans la figure bénie de notre Père du ciel se trouvent
Seigneur, je suis toujours avec Vous. des traits auxquels la langue humaine a donné des
Vous m'avez tenu la main droite, noms distincts, bien qu'en réalité ils ne fassent que
C'est Votre volonté qui a été mon guide, présenter deux aspects différents d'un seul et même
,E t Vous m'avez reçu dans Votre gloire. attribut divin. Les deux traits du visage divin dont je
Qu'y a-t-il en effet pour moi dans le ciel? veux vous entretenir aujourd'hui, ne sont différents
Et qu'ai-je désiré de Vous sur la terre? que par le nom, ils ne le sont pas en réalité.
Ma chair et mon cœur ont défailli : Mon sermon d'aujourd'hui sera consacré à lavéracité
Vous êtes le Dieu de mon cœur et mon partage pou r et à la fidélité de Dieu. Le sujet n'est double qu'en
[l'éternité. apparence, car véracité et fidélité sont en Dieu aussi
Voici que ceux qui s'éloignent de Vous péi'iront; inséparables que dans un rayon de soleil la lumière et
Vous ayez anéanti tous ceux qui se livrent au mal loin la chale~r. Si nous pensons aux paroles 'de Dieu, alors
[de Vous. nous disons que Dieu est véridique; si nous pensons
Tout mon bien est de m'attacher à Dieu à s~s œuvres, alors nous disons que Dieu est fidèle,
Et de placer dans le Seigneur ,mon espérance, malS ces deux qualités ne sont que les deux faces d'une
Pour publier toutes Vos louanges même vérité.
Aux portes de la fille de Sion. Dieu aime la vérité dans les paroles et c'est pour cela

Rymb , d. Ap. - T. l 12
LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST VRAI ET FIDÈLE 179
q'tll'on Le nomme Véridique. Il aime aussi la vérité que je voudrais résumer les idées de mon sermon
dans ses œuvres. et c'est pourquoi on L'appelle le Dieu d'aujourd'hui.
fidèle~ ·!Qui donc est véridique? Celui dont les pàroles Examinons d'abord
sont d'accord avec les pensées. Et qui est fidèle? Celui
dont les œuvres répondent aux paroles.
Mais Dieu est-Il réellement vrai et fidèle? A ma
question la Sainte Écriture fournit plus d'une magni- l
fique réponse. Les pages de l'Ancien Testament déjà
parlent avec respect et piété de la véracité et de la A QUOI NOUS OBLIGE LA VÉRACITÉ DE DIEu?
fidélité de Dieu. « Le Seigneur est un rocher éternel »,
écrit le prophète Isaïe (Isaïe XXVI, 4.). C'est comme s'il 1 ) Avant tout elle m'oblige à donner aux paroles de
disait: Ici-bas nous sommes emportés par le tourbillon Dieu une foi sans réserve.
d'une vie·· qui change sans cesse; dans le vaste monde cc Je suis la voie, la vérité et la vie » (S. Jean XIV, 6)
Dieu est le seul point fixe: Dieu est un rocher. Mais les a dit de Lui-même le Sauveur. Donc Dieu est la vérité
rochers1 eux-mêmes s'effritent et se brisent, sous lès même et ma foi entière repose sur le fait que je tiens
coups des années. Dieu est « le rocher éternel .» auquel pour vraies les paroles de Dieu.
l'homme peut se cramponner. Car, comme l'écrit le Notre sainte religion insiste sur l'importance de la
même prophète, cc La parole du Seigneur demeure foi, sur la force de la foi, sur la foi qui ne laisse pas de
éternellement » (Isaïe XL, 8). place au doute. Il y a bien des choses que je ne comprends
Notre-Seigneur Jésus-Christ a exprimé la même pas dans la religion et pourtant il me faut les croire.
pensée sous une forme beaucoup plus solennelle, en Pourquoi faut-il les croire? Pourquoi n'ai-je pas le
prononçant dans l'évangile de ce jour, ces paroles droit d'en douter? Parce que je ne puis pas mettre en
sublimes : cc Le ciel et la terre passeront, mais mès doute la parole du Dieu vrai. Voilà le premier et le plus
paroles ne passeront pas » (S. Marc XIII, 31). Et avec solide fondement de ma foi. Je ne comprends pas telle
quelle conviction écrit saint Paul: cc Dieu est vrai, tout et telle chose, mais j'y crois. J'y crois, parce que le Dieu
homme est menteur )) (Romains III, 4)! En JIn mot, vrai ne peut pas me tromper.
« il est impossible que Dieu nous trompe » (Hébreux Dieu seul ne se trompe pas. Nous autres hommes,
VI, 18). nous nous trompons souvent, mais fréquemment contre
En réalité, Dieu est vrai, Dieu est fidèle. 1. A quoî notre volonté. .
m'oblige la véracité divine? et II. Quelle conso{ation Lorsque des doutes contre la foi surgissent en moi
m'apporte la fidélité de Dieu? C'est en ces deux questions et veùlent ronger mon âme tout comme le ver dans une
180 LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST VRAI ET FIDÈLE 181

pomme vermeille, et personne n'est à l'abri de tels qui sait tout et qui 'voit tout! Si une vitre sale et cou-
jours de détresse, comme il fait bon de pouvoir dire : verte de poussière s'avi.sait de dire ~l! soleil: « Regarde
C'est vrai, je ne comprendspa<: tel ou tel article de quelle belle glace vénitienne je suis )), le rayon de soleil
notre foi, mais c'est Dieu qui l'a dit et je Le crois. « Je sais répondrait en riant : « Quel toupet! Je passe à travers
en qui j'ai mis ma confiance et je suis persuadé )) toi )). Et si une flaque d'eau disait au soleil: « Regarde
(IIO Timothée l, 12). quel lac limpide je suis )), le soleil sourirait : «Quelle
Je suis dans la vallée, Dieu êst sur la montagne. De audace! Je vois la boue qui est au fond de toi )).
son sommet, Il me dit ce qui se trou~e derrière la Mes frères, .!' œil de Dieu nqus pénètre davantage que
montagne, dans l'a~-delà que je ne peux pas voir, à le soleil qui luit à travers la vitre, que le rayon au fond
cause de la montagne. Je crois à sa parole, parce qu'Il de l'eau.
est véridique. b) « Oh! je vous en .prie, telle est l'excuse de bIen des
2) Mais la véracité et l'amour de Dieu pour la vérité gens, je n'ai pas l'habitude de mentir )). D'abord pas
me mettent sous les, yeux un autre· devoir. En ' effet, pour faire du tort à autrui. Ce serait une infamie. Mais,
de ce que Dieu est vrai, il n'en résulte pas seulement vous savez, tous ces petÜs mensonges innocents : une
pour moi l'obligation de croire à ses paroles et toujours petite exagération, une petite fanfaronnade, un petit
en toutes circonstances, mais aussi cette conviction. mensonge de politesse, une petite vantardise, une petite
que le mensonge est en contradiction avec l'Essence cachotterie, un peu de gloriole, un petit déguisement
même de Dieu, que Dieu hait le mensonge; si je veux de la vérité ... tout cela n'est pas aisé à éviter. Par là je
devenir semblable à Dieu, il me faut donc aussi éviter ne fais de tort à personne. Dites-moi donc comment un
le mensonge. tel mensonge peut être un péché, dès lors que personne
a) Le mensonge répugne tellement à Dieu que si la n'en souffre? .
plus petite ombre de mensonge paraissait en Lui, à Je vais vous répondre. Un tel mensonge n'existe pas.
l'instant ~ême Il cesserait d'exister. De quels yeux Dieu Comment cela? Un mensonge innocent et ne faisant
doit donc considérer l' homme menteur! de mal à personne. Il n'yen a pas. Car s'il ne fait de tort
« Dieu est lumière )), dit la Sainte Écriture, « et il n'y a à personne, il en fait certainement beducoup à vous-
point de ténèbres en Lui)) (1° saint Jean l, 5). S'il n'y mêmes.
en a pas en Lui, Il n'en supporte pas non plus en moi. Comment cela?
A quoi cela sert-il à l'homme de mentir? Un homme Suivant le précepte de Notre-Seigneur, nous devons
peut tromper un a~fre homme, mais non pas Dieu. nous efforcer d'imiter notre Père du ciel, de Lui
Quelle figure ridicule doit faire l'homme, lorsq~'iî se devenir semblable par la perfection de notre âme
présente avec le masque du mensonge devant Dieu (S. Matthieu V, 48), donc également par l'amour de
182 LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST VIlA! ET FIDÈLE

la vérité, par la sincérité, par la loyauté. J~ serai sem- ' songe, mais il me faut aussi dépasser cette attitude
blable à Dieu, ' au Dieu vrai, dans la mesure où je saurai négative et façonner de façon positive la ressemblance
éviter le mensonge. divine de mon âme: enflammer en moi ['amour de lavérité.
Dans la vérité, il y ,a un trait divin et celui qui, L'amour de la vérité.
volontairement, pèche contre la vérité, pèche contre C'est un inexprimable bonheur que de pouvoir faire
Dieu, quand bien même il ne nuirait pas' à autrui. quelque chose pour la vérité, pour la faire connaître,
Nous comprenons maintenant pourquoi saint Paul la défendre et la propager. Du fait que je dois ressembler
donne à ses fidèles d'Éphèse ce ferme avertissement : au Dieu vrai et aimer la vérité, s'explique le sublime
« Revêtez l'homme nouveau, créé selon Dieu, dans Ul'le enthousiasme des anciens martyrs qui ont donné leur
justice et une sainteté véritables. C'est pourquoi, vie pour la vérité divine. Ainsi s'explique l'enthousiasme
renonçant au mensonge, parlez selon la vérité, chacun des valeureux missionnaires qui, pénétrés de la vérité
selon ses rapports avec son prochain )) (Éphésiens IV, de leur religion, s'imposent des privations et des sacrifices
24)' sans nom pour propager cette vérité chez les peuples
Dites la vérité. Pourquoi? Parce que tout mensonge païens. Ainsi s'explique l'enthousiasme de ces âmes
dresse une barrière entre Dieu et l'âme et mutile l'âme héroïques, qui ne sont pas nées dans notre sainte reli-
humaine en lui arrachant ce trait àe ressemblance gion, mais qui, à un âge plus avancé, ont découvert la
divine. perfection de la vérité chrétienne et lui ont donné leur
Mes frères, respectez la vérité. L'âme de celui qui adhésion au priX d'immenses sacrifices. C'est ainsi que
ment est submergée par une vague de boue. Mais celui s'explique le zèle apostolique de ces saintes âmes qui
qui a l'habitude du mensonge et y vit, celui-là vit comme ne peuvent tenir enfermé en elles le bonheur de
dans la Mer Morte, si l'on peut appeler cela une vie, et -, connaître la vérité religieuse, mais veulent encore faire
cette eau corrosive, brûlante, rongera cette âme, jusqu'à partager _ le même bonheur au plus grand nombre
ce qu'elle ne soit plus qu'une ruine. possible d'hommes. '
Et puis ne l'oublions pas: Tels nous sommes pendant Savez-vous à quoi je fais en ce moment allusion?
la vie, tels n ôus serons pendant J'éternité. Notre âme A la joie sainte, à l'instant heureux où un prêtre voit
sera éternellement -telle que nous l'aurons formée. de telles âmes éprises d'un zèle brûlant pour la vérité
L'âme vraie et loyale brillera comme le diamant, le lui apporter cette heureuse nouvelle: « Monsieur l'Abbé,
menteur par Contre sera dans une obscurité semblable j'ai un ami à l'Université qui, laissé à lui-même, a lutté
à celle d'une nuit noire et sans espérance. avec d'innombrables doutes contre la foi et maintenant
Il ' ne me faut pas seulement devenir semblable au j'ai pu le décider à venir entendre vos instructions )J,
Dieu vrai, en ce sens que je resterai à l'écart du men- comme j'en suis content! Mais en arrive un autre :
LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST VRAI ET FIDÈLE 18 5
« Dans mon vOIsmage se trouve une famille dont
l'homme et la femme vivent ainsi depuis douze ans
1
sans avoir été unis religieusement et après bien des
II
paroles, je les ai fait se marier hier à l'Église» et j'en
QUELLE CONSOLATION M'APPORTE LA FIDÉLITÉ
suis heureux. Arrive un troisième: « Vous rappelez-vous
DE DIEU?
ce jeune homme qui est venu vous trouver à la sacristie,
après votre sermon de dimanche dernier, pour vous
exposer les combats de son âme? Je lui ai redonné 1) Du moment qu'il y a dans le monde quelqu'un
courage et aujourd'hui, il m'en est si reconnaissant! » qui ne me trompe pas, la fidélité de Dieu n).e fortifie
comme je m'en réjouis! Mais voici un quatrième : et me console. Si j'ai éprouvé ici-bas toutes sortes de
« 1'avais .une ' vieille amie avec qui je suis liée depuis déceptions, toutes sortes de désillusions, si je suis
bien: des années, une belle âme, seulement elle ne s'était revenu dç mes rêves, il me reste cependant un ami fideLe
plus confessée depuis déjà longtemps, depuis son qui ne me trompera jamais :. c'est le Dieu fidèle. Dieu
mariage, finale~ent j'ai pu la décider à venir se est l'ami parfaüement fidele qui ne nous trompe pas.
confesser demain », et cela me ravit. « Dieu n'est pas un homme pour mentir, dit la Sainte
Pourquoi ai-je ajouté à chacun de ces récits cette Écriture, ni un fils d'homme pour se repentir. Est-ce
formule: comme j'en suis heureux? De quoi suis-je Lui qui dit et ne fait pas? qui parle et n'exécute pas? »
qonc heureux? Pourquoi cette joie sans nom? Mais (Nombres XXIV, 19).
parce que votre âme est devenue d'autant plus semblable Et dans Isaïe Dieu dit de Lui-même: « Une femme
au Dieu vrai que vous avez davantage amené les autres peut-elle oublier son nourrisson, qu'elle n'lüt pas pitié
à la vérité, car jamais les vérités religieuses ne sont plus du fruit de ses entrailles? Quand les mères oublieràient,
fortement -ancrées en nous que lorsque nous-mêmes Moi Je net'o.ublierai point» (Isaïe XLIX, 15).
nous persuadons les autres de leur, vérité. Oui, je veux Celui qui connaît la nature humaine peut sentir
'. ressembler à Dieu qui aime la vérité, qui répand la vérité. ce que nous disons : Dieu est un amt parfaitement
Et si je deviens semblable au Dieu vrai, alors j'ai le fideLe qm n'a jamais trompé personne.
droit de compter sur les promesses du Dieu fidèle. Dieu, l'ami fidèle!
Car Dieu n'est pas seulement vrai, mais aussi fidèle. Car l'homme n'est pas ainsi. L'homme est capricieux,
Et si sa véracité nOlis impose des devoirs nombreux et versatile, peu sûr, esclave de ses impressions ... l'homme
pénibles, sa fidélité nous réconforte par de nombreuses n'est pas fidèle. Combien de déçus, combien d'aban-
et encourageantes promesses. donnés, combien d'exploités seront de mon avis :
Nous voici donc en présence de l'autre question: en vérité, c'est bien cela; on ne peut pas sc fier à l'homme.


186 LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST VRAI ET FIDÈLE

Mais le cœur humain est de telle nature qu'il a myope ni sourd. Je peux toujours compter sur les
soif d'âmes fidèles, de confiance, en qui il puisse se promesses divines.
reposer"- sans crainte d'être déçu. Et s'il en existe Je peux y compter même dans la p ej.ne. Le poids
de telles, chose rare, s'il s'en trouve réellement, alors épouvantable de la destinée m'écrase; mais je me
un . rayon de la fidélité éternelle de Dieu descend rappelle ces paroles de Dieu: « Notre légère affliction
dans ce cœur humain. Car sans Dieu, il n'y a pas du moment présent produit pour nous un poids éternel
de fidélité humaine. Il y a l'intérêt, il y a la recherche de' gloire ;) (II O Corinthiens IV, 17). .
de ses aises, .il y a la , chasse au plaisir, il n'y a pas la Je peux rester ferme dans la souffrance, si je me
fidélité. souviens de la promesse divine, qu'il y a un lieu où
2) Et voici une autre consolation : Si Dieu est fidèle, « Dieu essl,liera toute larme de leurs yeux, et la mort
alors Il tient sa parole, alors je puis me baser sur ses ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil ni cri ni
promesses et compter pleinement sur ses promesses. douleur » (Apocalypse XXI, 4)'
L'Ancien Testament fait un grand éloge du Seigneur, Que sera la vie éternelle? « Nous verrons Dieu »•
. parce qu'Il a veillé avec tant d'amour sur le peuple Comme la vue de Dieu infiniment bon nous rendra
élu. « Pareil à l'aigle qui excite sa couvée et voltige heureux, si déjà en ce monde nous .appelons minutes
au-dessus de ses petits, Il a déployé ses ailes, Il a pris de bonheur les instants que nous passons en compagnie
Israël et l'a porté sur ses pillmes » (Deutéronome d'une bonne et aimable personne! Y aura-t-il pour
1

XXX, 1 1). Sur la route de la vie éternelle; la véracité et moi un trop grand sacrifice, si par là j'arrive au souverain
la fidélité de Dieu sont les deux ailes avec lesquelles Bien? Puis-je me plaindre d'être obligé de demeurer
Il voltige au-déssus dé nous et nous encourage à ne fidèle aux commandements de . Dieu, si je sais que la
pas hésiter. persévérance me procurera éternellement le souverain
Si Dieu est fidèle, s'Il tient chacune çle ses paroles, Bien? Certainement je tiendrai bon, parce que Dieu est
alors ses consolantes promess<?s ne sont pas comme la fidèle . « 'Sache donc que le Seigneur, ton Dieu, est un
fugitive_ lueur d'un fell d'artifice, mais une vivifiante Dieu fort et fidèle» (Deutéronome VII, 9).
réalité,"qui me donne la possibilité de trouver réconfort 3) Dans la fidélité divine se trouve ~~core une consé-
dans toutes les épreuves de cette vie. ' quence que je ne puis pas passer sous ·silence. Si Dieu
Ce que promet le Dieu fidèle, Il le tient. est véritablement fitlèle, s'Il tient sa parole et accomplit
L'homme n'est pas tout-puissant. L'homme oublie ses promesses, alors Il accomplira aussi ses menaces.
ou ne voit pas ou n'entend pas. Ainsi peut-lI arriver Alors le jugement universei dont parle l'évangile
qu'avec la meilleure volonté il se trompe en parlant d'aujourd'hui aura lieu certainement un jour.
et en agissant. Mais Dieu n'oublie pas, Dieu n'est ni Les hommes promettent facilement et plus facilement
188 LE SYMBOLE DES ApOTRES DIEU EST VRAI ET FIDÈLE

encore ne 'tiennent pas leurs promesses; ils menacent advenu de ces promesses?' Souvenons-nous de tant de
facilement, mais souvent n't nt pas le pouvoir de mettre résolutions ,d'éviter soigneusement le péché et qu'est-il
leur menace à exécution. M ais la S~inte Écriture nous advenu de notre ferme propos?
dit de Dieu : « Le Seigneur est le vrai Dieu; Il est Je Seigneur, Dieu jidele, enflammez dans nos âmes le feu
Dieu vivant et le Roi éternel, la terre tremble devant d'une sainte jidélité envers Vous.
sa colère» (Jérémie X, 10). Et pour ne pas avoir à Et je recevrai la couronne de la vie éternelle que
redouter les menaces du ' Dieu vengeu~, il n'y a qu'un le Dieu vrai et fidèle a promise à ceux qui L'aiment
seul moyen : être jidele à Dieu, fuJele en ,observant ses (Ir Timothée IV, 8).
commandements. Oui, je crois au Dieu vrai et jidele.
Il est d'autant plus nécessaire d'en parler que nous
sentons tous que les mille soucis et épreuves de notre
vie terrestre nuisent fréquemment à la fidélité envers
... ... .
Dieu. Mes frères, nous venons de parler de la véracité
Mes frères, est-ce que vit en nous la fidélité ardente et de la fidélité divines. Et maintenant en terminant
à notre patrie éternelle perdue au loin dans les nuages, je me souviens d'une observation d'un genre particulier
comme vit dans l'âme des émigrés italiens d'Amérique J que j'ai lue je ne sais plus où. Il y a une petite fleur
le souvenir de leur patrie de cette terre? Tout récem- bleue, qui est le symbole de la fidélité, le myosotis.
ment les émigrants américains ont élevé à Rome ' au Mais les botanistes auraient remarqué que le myosotis
Janicule un phare dont la lumière témoignera de était en voie de disparaître de la terre.
l'amour et de la sainte fidélité de leurs compatriotes Semblablement le groupe des hommes fidèles à Dieu
dispersés à l'étranger. Est-ce que vit en moi, en moi diminuerait el ser lit en voie de disparaître, et en même
exilé sur cette terre, cette fidélité au Dieu éternel? tempsdimitiueraient à vue d'œil la chaleur et la bonté
Que de fois nous nous lamentons de ce ' que les gens de la vie de cette terre. Aussi notre vie devient-elle de
nous ont trompés, nous ont été infidèles et nous plus en plus froide et désolée; car à mesure que l'homme
déclarons que nous sommes désillusionnés à leur s' éloign~ de Dieu, il devient de plus en plus dur et sans
égard. Ne nous ,> plaignons pas tant, mais songeons cœur à l'égat d de son prochain. Où la bonté ne se
à nous-mêmes. Que d'injidélités n'avons-nous pas commises trouve pas, il ne peut exister ni véracité ni fidélité,
envers le Dieu éternellement jidete! Que de fois n'avons- car ces deux vertus sont sœurs et toutes deux sont
nous pas été injidetes li nos promesses! Pensons à nos filles de la bonté.
nombreuses confessions où nous avons chaque fois Mais Dieu est vrai, je crois en Lui; Dieu est fide/e,
promis à Dieu fidélité et amendement et qu'est-il j'espere en Lui: Dieu ~st bon,je L'aime.
LE SYMBOLE DES APOTRES

« Restons inébranlablement attachés à la profession


de notre espérance; car celui qui a fait la promesse est
fidèle » (Hébreux X, 23), telles sont les paroles de
saint Paul qui retentissent à mes oreilles.
Cette chrétienne espérance . répand une douce
chaleur ·dans mon cœur, alors même que le monde
autour de moi ne serait qu'un bloc de glace. Quand
tous les hommes me tromperaient, Dieu ne me trom- XII
pera pas. Quand tous m'abandonneraient, Dieu ne
m'abandonnera pas. , Quand tous me seraient infidèles, DIEU EST PRÉSENT PARTOUT
Dieu ne le sera pas, seulement ... seulement moi non plus
je ne serai pas infidele envers Lui. Seulement retentira MES FRÈRES,
constamment en moi cet avertissement du Seigneur :
« Sois fidèle jusqu'à la mort et je te donnerai la couronne

de la VIe 1) (Apocalypse II, 10). Amen. Dernièrement je lisais une naïve histoire au sujet d'un
bon petit garçon. Il voyait souvent son papa prendre .
en main l'écouteur du téléphone et engager ainsi la
conversation : « Allo, Allo, ici Monsieur X ... ». Un
soir le papa put voir son petit garçon s'agenouiller
au pied de son lit et commencer ainsi sa prière : « Allo,
Allo,. mon Dieu. Ici le petit Paul. Notre Père qui êtes
aux CIeux ... ».
En entendant cette petite histoire, on ne peut
s'empêcher de sourire. De quoi sourions-nous? De la
naïveté de l'enfant! Téléphoner au bon Dieu? Au Dieu
qui englobe tout l'Qnivers, qui est présent partout et
reriiplit tout (Jérémie XXIII, 24). Appeler Dieu qui,
d'après la Sainte Écriture, est plus haut que le ciel, plus
profond ,que l'enfer, plus long que la terre, ', plus large
que la mer (Job XI, 8-9), et que « ni le ciel et le ciel des
cieux ne peuvent contenir Il (IlI O Rois VIII, 27). Appeler
;
• 1
DIEU EST PRÜSENT PARTOUT 193
LE SYMBOLE DES APOTRES

Dieu qui « va d'une extrémité du monde à l'autre et


dispose tout avec douceur» '(Sagesse VIII, 1) . 1
. Oui, c'était de la naïveté, cette façon de penser du
petit enfant. Nous savons bien que Dieu est présent DIEU EST PRÉSENT PARTOUT.
partout,· que le ciel et la terre sont remplis par Dieu,
que dims le monde entier il n'existe pas un point si En premier li~u il nous faut examiner d'un peu pl~s
caçhé soit-il, que sur la terre, dan!, le soleil ou les près comment il faut comprendre cette formule : Dzeu
étoiles qui brillent 'à des distancés vertigineuses, il est présent partout. .
n'y a pas un lieu où Dieu ne soit pas présent, où l'on a) Voici notre première questio? : Pouv~ns-nous
puisse se cacher devant Lui. Nous savons que pour nous représenter i' omniprésence de Dzeu? Certamement
mesurér Dieu il n'y a pas d'autre mesure que l'infini et non avec notre faculté de penser si limitée. Peut-être
que Dieu n'a pas d'autre limite que Lui-même. Nous pou~ons-nous mieux comprendre, en pensant à notre
savons que tout ce qui est dans le monde n'est pas autre âme qui est présente dans tout notre corps, se trouve
chose que la pensée et l'œuvre de Dieu, donc que tout entière à la fois dans chaque partie du corps; elle
partout où il y a quelque chose, Dieu se trouve nécessai- agit partout et il n'y a pas d'endroit où, pourrait-on
rement présent. dire elle ne serait localisée que là.
Oui, nous le savons bien, nous le reconnaissons par L~ petit enfant se presse contre la~p'oitr!ne de sa mèr~
notre foi, mais vivons-nous aussi selon la foi et réglons- et demande les yeux grands ouverts : DIS, maman, ou
nous sur elle notre vie? N'agissons-nous pas fréquem- habite le bon Dieu? Et la mère répond, les yeux levés
ment, ne parlons-nous pas, ne pensons-nous pas, comme vers le ciel : Là-haut, mon enfant, dans le ciel étoilé.
si Dieu était bien loin de nous, au bout du monde? Actuellement des grandes personnes sont devant
Mais si nous avons une juste idée de l'omniprésence de moi et demandent: Dites-nous, où est Dieu? Et je ne
Dieu, nous devrons en tirer des leçons et des conclusions peux pas donner de meilleure réponse que celle-ci :
pratiques pour notre vie. Et ce sont ces leçons que nous Regardez autour de vous dans l'univers et partout vous
devons"cnvisager : tel sera le sujet de mon sermon trouverez Dieu;
d'aujourd'hui. . Dans le c:J étoilé se meuvent des millions d'astres .
Tout d'abord, efforçons-nous I. de bien comprendre gigantesques. Qui a donné l'élan initial à cette force
cette omniprésence de Dieu; ensuite nous considérerons titanesque?, Qui a trace les routes invisibles où ils
II. la force qu'elle nous procure dans les tentations et circulent? Mais surtout, qui a institué les lois d'après
III. la consolation qu'elle apporte dans la souffrance. lesquelles ces masses incommensurables de forces et

Sym b. d. Ap. - T. l 13
LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST PRÉSENT PARTOUT
194 195
de matières, que nous nommons l'univers! accom- pourrait le faire que s'il pouvait se créer pour
plissent sans arrêt et sans heurt leurs révolutlOns dans lui-même un monde entièrement 'nouveau.
l'espace depuis des milliers de siècles? ,C'est le Très- « C'est en Lui que nous avons la vie, le mouvement
Haut, le Dieu qui est présent partout.. . et l'être n. C'est-à-dire tout être est en Dieu et Dieu est
b) Maintenant surgit une autre réflexlOn : Dleu est dans tout être. Remarquez-le bien: ce sont là des termes
présent dans tout l'univers, mais Dieu est plus grand très importants. Nous ne disons pas que tout être est
que le monde.« Est-ce que Je ne remplis pas le ,ci~l ~t Dieu (c'est l'erreur des panthéistes), mais nous disons
la terre? II dit le Seigneur par la bouche de Jeremle qu'il n'y a rien dans le monde, ni montagne, ni fleuve,
(XXIII, 24). Dieu est plus grand que .le ciel etl~ ni mer, ni chant des oiseaux, ni cœur humain derrière
terre, le,.monde entier n'est pas assez grand pour L,m; lesquels ne se cache, comme le fruit derrière l'écorce,
Dieu est si grand qu'Il ne trouve assez de place qu en comme le visage derrière un voile, le Dieu présent
Lui-même. partout.
Il est donc plus exact de ne pas dire : ~ieu est d~ns En réalité, Dieu se laisse apercevoir à travers le voile
le monde entier mais de dire: le monde entter est en Dteu. des créatures, quel privilège pour les âmes ferventes et
De quelle subÙme manière saint Paul a-t-il exprimé pieuses! Saint Paul en effet a écrit de Dieu: « Ses perfec-
cette idée devant les Grecs à l'aréopage d'Athènes! tions invisibles, son éternelle puissance et sa divinité
« Le Dieu qui a fait le ~onde et tout ce q~'il r~nfern:e, sont, depuis la création du monde, rendues, visibles à
étant le Seigneur du CIel et de la terre, n hablte pomt , l'intelligence par le moyen de ses œuvres» (Romains l,
dans des temples faits de main d'homme; Il ~'est p~ 20).
servi par des mains humaines, comme s'Il ~valt besom Quelle sublime pensée: Dieu est partout /Lorsquedans
de quelque chose, Lui qui donne à tous la Vle, le soufRe la nuit calme et constellée d'étoiles, un météore étin-
et toutes choses ... car c'est en Lui que nous avons la celant sillonne le ciel, lorsque les feuilles jaunies de
vie le mouvement et l"être » (Actes XVII, 24, 25, 28). l'automne bruissent sous vos pieds, lorsque vous vous
Paroles inouïes 1 « En Dieu nous avons la vie, le promenez dans une allée en fleurs, ayez cette pensée :
mouvement et l'être li.- Donc ce n'est pas Dieu qui est Dieu est là.
en nous, mais nous qui sommes en Lui. Ce n'est pas Lorsque .dans le silence et le calme de la nuit une
le Grand qui est dans le petit, mais le petit est dan.s impression' mystérieusç s'empare de votre"'· âme ...
le Grand. Ce n'est pas l'Infini qui est dans le fim, lorsque le sentiment douloureux de la solitude vous
m ais le fini est dans l'Infini. Dieu est en toutes choses étreint ... lorsque déçu par tous, abandonné par tous,
comme la racine dans· la plante, comme l'âme dans le vous êtes assis en pleurant sur le bord de votre lit,
corps. Et celui qui voudrait se séparer de Dieu ne pensez seulement: Dieu est là. Vous ne pouvez pas être
. LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST PRÉSENT PARTOUT
197

en même temps ici et ailleurs; quand nous voulons traces palpables de s()n activité. L'âme humaine est
aller n'importe . où, il nous faut changer de place : présente dans le corps entier et si quelqu'un parle
Dieu n'est attaché à aucun endroit. Il est impossible avec un grand enthousiasme, ne dit-on pas de lui :
de le mesurer : Dieu est partout. « Regardez comme ses yeux pétillent d'esprit ... les yeux

c) Ceux-' qui connaissent mieux la Sainte Écriture sont le reflet de l'âme ». Dieu, ~tre infini, est présent
vont peut-être me faire cette objection : Dans nos partout, mais sa grâce et ses appels ne trouvent pas
Saints Livres on rencontre des expressions qui contre- partout une compréhension suffisante.
disent ce quia été dit précédemment. Sans doute la Dans 1'Église et dans les âmes des justes sa présence
Bible dit q~e Dieu est présent partout. Mais elle dit et l'action de sa grâce se font sentir; par contre on dit
également que le ciel est le trône de:pieu (S. Matthieu V, de l'âme pécheresse- que « Dieu l'a abandonnée l), non
34) et Notre-Seigneur Jésus-Christ a dit pareil- pas dans le sens que l'homme pourrait s'écarter de Dieu,
lement : « Notre Père qui êtes aux cieux» (S. 1\1atthieu s'en éloigner, mais en ce sens que la grâce divine ne
VI,9), donc Dieu est dans le ciel. Pour le psaume peut plus agir en lui. Nous ne sommes séparés de Dieu
CXXXI Dieu est dans le Temple. D'après d'autres par aucun espace, de même qu'aucuI"! ne nous relie
paroles du Sauveur, Il habite dans l'âme 'des justes à Lui, mais nous nous rapprochons de Lui, quand notre
(S. Jean XIV, 23)' Comment faut-il comprendre ces âme Lui ressemble et nous nous éloignons, quand notre
. expressions, si Dieu est partout? Et comment saisir âme ne Lui ressemble pas. La grandeur et la liberté
le sens de la Sainte Écriture disant que Dieu apparaît de Dieu apparaissent précisément en ce fait que, à
\ la prière de celui qui L'implore, tandis qu'Il s'éloigne certains endroits, bien qu'Il soit partout et puisse être
J e l'âme pécheresse? Et comment pouvons-nous dire partout, il accomplit d'une façon particulière ce qu'Il
'lue l'impie s'est détaché de Dieu? « Ceux qui s'éloignent veut. C'est à propos de ces endroits que l'on dit « Dieu
de VOlis périront » dit en parlant de Dieu le psaume y habite ».
LXXII (27). Mais peut-on s'éloigner, peut-on s'écarter De la sorte, nous comprenons exactement cette
de Dieu, s'Il est présent partout? expression : Dieu est présent partout. Mais si je com-
Ce n'est certes pas possible. Ni cette manière humaine prends bien, alors cette pensée devient pour moi une
de parler ni les autres expressions de la Sainte Écriture source abondante de fortifiante et consolante énergie.
ne' peuvent- ' s'entendre comme si Dieu n'était pas Cette pensée « Dieu est présent partout» sera une grande
présent en tous lieux. En réalité, Dieu ~st présent force dans les tentations et une grande consolation dans
partout, mais il y a des endroits où sa présence est la souffrance.
beaucoup plus sensible, beaucoup plus saisissable, où nous
éprouvons davantage l'ùnpressù?n de sa présence, devant les
LE SYMBOLE DES APOTHES
DIEU EST PRÉSENT PARTOUT 199
moindre de nos bonnes ou de nos mauvaises actions
demeure fixée dans l'œil de Dieu.
II Dans le Purgatoire de Dante, Virgile dit au poète :
« Si tu avais un masque devant ta figure, tes pensées

LA FORCE DANS LES TENTATTONS. néanmoins ne me seraient pas inconnues lI. Chaque fois
donc que la tentation vous chuchote à l'oreille :
« Courage, il n'y a personne », pensez justement le
a) Que de fois le péché nous glisse à l'oreille cette contraire: Dieu est là. Le Dieu Tout-Puissant qui m'a ,
insinuation perfide: Que crains-tu, de quoi as-tu peur? créé est là. Le Dieu Saint que le péché offense infiniment
Du courage, personne ne te voit, il n'y a personne ici. est là. Le Dieu Juste qui sera un jour mon juge est là.
En ce moment, la caisse est oUverte; allons, il n'y a Courage, il n'y a personne. Au contraire, je veux
personne. Maintenant il fait nuit noire; courage il n'y toujours marcher devant Dieu. Réellement nous vivons
a personne. Te voilà tout seul derrière les portes en Dieu comme dans l':lÎr qui nous entoure, comme dans
fermées, allons, il n'y a personne. te rayon de soleil qui nous éclaire. Il n'y a pas une seule
N'y a-t-il réellement personne? N'y a-t-il réellement pensée qu'Il ne çonnaisse pas, une seule parole qu'Il
personne pour vous voir? n'entende pas.
Les grandes cO~lpagnies de chemins de fer américains Courage, il n'y a personne. Devant la tente,d'Antigone,
tien~ent strictement à avoir des employés consciencieux raconte Sénèque, deux soldats causaient et maugréaient
et pour cela les font surveiller par une section spéciale contre leur chef. Antigone souleva rapidement le rideau
' de détectives. Un jour un employé demanda une et dit aux soldats effrayés: « Allez donc un peu plus loin
permission à l'occasion d'un décès dans sa famille. que je ne vous entende pas ». Le monde de la matière
Lorsqu'il reprit son travail le jour suivant, son chef joue le rôle de rideau entre Dieu et moi. Je ne peux
lui montra une photographie; l'employé en question pas voir Dieu, mais Il me voit et Il m'entend. Et je ne
y était représenté, non pas dans un convoi funèbre, peux pas aller « un peu plus loin )J. Où pourrais-je fuir,
mais en joyeuse compagnie. Les détectives l'avaient où pourrais-je me cacher devant Dieu, pour pouvoir
photographié. Si l'infortuné avait su que toutes ses commettre le péché? Nulle part. Le Seigneur connaît
démarches avaient été contrôlées et tous ses faits et chacune de mes actions, chacune de mes paroles,
gestes photographiés, il se serait certainement com- chacune de mes intentions, chacune de m~s plus
porté tout différemment. - L' œil de Dieu est _plus vif secrètes pensées.
qu'une plaque photographique; si sur une bonne plaque Lorsque vous êtes tout seul et que la tentation, pour
le plus petit objet devient visible, combien plus la vous amener à pécher, vous insinue à l'oreille: « Allons,

1
200 LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST PRÉSENT PARTOUT 201

commets seulement ce péché, personne ne te voit », Dans les autres matières on trouve cela tout naturel.
alors il vous faut dire: « Seigneur, si personne ne me Il n'y a pas de cours d'allemand où l'on pqrle de Gœthe
voit, Vous, Vous me voyez · et je ne, Vous serai pas ou de Schiller, sans en même ~emps traiter de la vie et
infidèle ». ' de la personnalité du poète, si l'on veut que cet ensei-
'L orsque le feu dévorant de la concupiscence s'allu- gnement soit profitable. Et la neuvième symphonie
mera en vous, baissez la tête et mettez-vous à genoux: de Beethoven ne -'sera bien comprise et les œuvres
« Sei.gneur, Vous êtes là, Vous voyez mon dur combat, de Mozart, Schubert, Haydn ne pourront être bien
ne m'abandonnez pas ». interprétées que par celui qui connaît la vie et les
Lorsque vous constatyz que, comme autrefois la efforts de ces compositeurs. N'est-il pas évident que si
femme de Putiphar, d'impudentes créatures cherchent l'on veut traiter des merveilles de l'univers, il faut dire
à vous entraîner au mal, à l'exemple de Joseph, écriez- aussi un mot du Dieu Créateur qui remplit le monde
vous: « Comment ferais-je un si grand mal et pécherais- entier et le tient en sa main? èomme la force éducative
je devant Dieu? )) (Genèse XXXIX, 9). de l'école deviendrait alors plus grande! Car. celui qui vit
Et quand le péché vous attire en vous disant, comme dans cette croyance que sans cesse il est en présence de
l'écrivent nos ' Saints Livres : «( Qui me voit? Les Dieu, qu'il pense, qu'il parle, qu'il agit devant Lui,
ténèbres m'environnent, les murailles me couvrent et possède une grande fOl-ce pour lutter contre la tentation.
personne ne m'aperçoit: que craindrais-je? », alors il
faut lui répondre avec ces paroles de l'Écriture :
« Les yeux du Seigneur voient tout... ils sont mille
fois plus brillants que le soleil; ils regardent toutes les III
voies de l'homme et .pénètrent jusque dans les lieux
les plus cachés )) (Ecclésiastique XXIII, 25-28). LA CONSOLATION DANS LA PErNE.

b) Heureux l'homme qui sent Dieu partout, qui sait


voir en toutes choses l'empreinte des mains de Dieu! Ce serait s'arrêter à mi-chemin que de rester sur·cette
Heureuse la jeunesse _~ui a constamment cette pensée idée que l'on n'a pas le droit de commettre le péché
que partout où elle se trouve, elle est sous les yeux de devant Dieu présent partout.
Dieu 1 Et je ne regarderais pas comme déplacée la Du fait que Dieu est présent partout je ne tire pas
manière de faire d'un professeur de sciences~natitrelles seulement la conclusion que je dois rester fort au
qui, en parlant des lois de la nature et du mécanisme moment de la tentation, mais aussi cette autre sublime
grandiose de l'univers, dirait de temps en temps un mot et consolante pensée: si Dieu est présent partout, alors
du CTéateur. Je ne suis jamais seul dans 'rI;es peines, je ne suù pas abandonné.
202 LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST PRÉSENT PARTOUT 20 3

a) « Notre Vère qui êtes aux cieux» telle est notre et je me plonge en Lui, c'est en Lui que j'a' la vie, le
prière dans t~utes nos détresses, dans toutes nos luttes mouvement et l'être.
et dans nos malheurs. Mais maintenant n'est-ce pas, b) Ah! que dites-vous là? gémit le malheureux. Si
nous allons bien le comprendre. Aux cieux! Comme les seulement je pouvais avoir la sensation d'être entouré
cieux sont loi~de nous! c'est la pensée de beaucoup par Dieu? De vivre en Dieu! Si seulement je pouvais
d'hommes. Si loin que l'on ne peut même pas mesurer en avoir la sensation!
cette distance en kilomètres et il nous faut l'évaluer Mes frères, comment voulez-vous le sentir? Avec un
en années de lumière, et combien en faut-il de ces corps matériel sentir Dieu qui est esprit? Il y en a qui
années de lumière pour arriver seulement à la Voie le voudraient. Ce sont les théosophes, les anthroposophes
Lactée, à la plus proche nébuleuse? Et c'est là que se qui enseignent l'existence, à côté du corps matériel,
trouve Dieu? demande avec effroi l'homme qui lutte. d'un corps astral, d'un corps éthéré, avec lequel il,s
Si loin de nous? Comment Dieu viendra-t-il à mon veulent sentir et toucher directement Dieu, mais ou
secours? . bien ils sont victimes d'une hallucination ou bien
Non, mes frères. Une telle façon de penser serait ils sont sur le chemin de la folie.
trop astronomique. Où est le ciel? « Là-haut» disons- Est-il donc impossible de sentir le voisinage de Dieu?
nous et nous n'en savons pas ' davantage, mais ceux qui Ohl non.
vivent aux antipodes disènt pareillement: « Là-haut », Quand vous êtes à votre bureau et que vous avez
ce qui pour nous signifie « En bas ». Donç: ni par la un travail difficile et que vous avez de la peine à
géographie ni par l'astronomie nous ne pouvons déter- rassembler vos idées dans votre tête fatiguée, alors
miner le séjour de Dieu. Mais nous le pouvons très redresse~-vous et dites en regardant en haut . .. en haut?
facilement avec ces quelques mots de la Sainte Écriture: mais non; dites à Dieu qui est tout près de vous :
Il n'est pas lo.in de nous, c'est en Lui que nous avons la « Seigneur, je sais que Vous êtes ici et que Vous êtes
vie, le mouvement et ['être. à moi et que je suis à Vous ». Rien que cela. Quelle .
Paroles surprenantes, doctrine émouvante. Le poisson simple et naïve prière et quelle force sublime en découle 1
vit dans l'eau, c'est son élément. L'oiseau vit dans l'air, Quand un malheur vous frappe, que vous êtes triste
c'est son élément. La rose, le lis vivent au soleil,c'est et que votre âme est dans l'angoisse: « Seigneur, Vous
leur élément. Et l'homme? L'homme vit en Dieu, c'est êtes près de moi et, n'est-ce pas, Vous ne me laisserez
son élément: S'il n'y avait pas de Dieu, je n'existerais pas. pas seul? » .
Et de même que l'eau enveloppe le po~sson, que Lorsque vous êtes sur le point de prendre une décision
l'air entoure l'oiséau et que la rose se baigne dans les importante et ~ue vous ~ema?dez à Dieu: « Seigneu~' 1
rayons du soleil, de même Dieu m'enveloppe, m'entoure voilà ce que Je voudraiS fane. Cela Vous fera-t-il
LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST PRÉSENT PARTOUT 2°5
plaisir? Qui? alors donnez-moi Votre bénédiction )), persuadés que Dieu est toujours avec nous. Avec nous,
et si vous renonciez à tout acte pour lequel vous n'oseriez car Dieu est plus près de nous que le vêtement que nous
pas implorer la bénédic~ion divine, en vérité comme portons, plus près que l'oinbre qui nous suit, plus près
votre vie serait totalement changée! que l'air que nous respirons.
Lorsqu'une maladie douloureuse vous retient au lit, Saint Jean Chrysostome menacé de l'exil par l'impé-
lorsque vous vous agitez fiévreusement et que vous vous ratrice Eudoxie, à cause de son inébranlable courage,
réveillez à deux heures et demie du matin, que tout le répondait: « Vous ne pourriez me faire peur que si vous
monde dort et que vous sentez vos tempes serrées pouviez m'exiler en un lieu où Dieu n'est pas présent ».
com!lle dans un étau, dites alors : « Seign,eur, tous Quelle force cette pensée ne donne-t-elle pas dans
dorment,· tous m'ont abandonné, mais Vous, Vous êtes toutes les épreuves! Quel que soit le lieu où vous vous
près de moi, Vous êtes ici à côté' de moi ». trouviez, pensez toujours que votre Père du ciel, que
Et lorsque vos anciens péchés se dressent devant Dieu est avec vous.
vous ... les péchés commis dans la folie de la jeunesse, Je crois au Pere du ciel qui est présent partout.
que vous avez déjà confessés, mais qui ne vous laissent
pas en paix : « Seigneur, Vous êtes là, maintenant Vous
'*' * *
voyez que je veux être un autre homme que par le
passé. Votre fils perdu, rentré au bercail Vous supplie: J'ai commencé cette instruction avec la naïve histoire
Pardonnez-nous nos offenses ». du petit garçon qui téléphonait au bon Dieu, je vais la
Comprenez donc bien ce que signifie ce dogme : terminer par une autre anecdote enfantine.
Dieu est partout et je suis toujours et partout en Dieu. Frédéric le Grand visitait une école de village dans
Je suis en Dieu. Même lorsque, d'après les le Brandebourg. On en était justement à la leçon de
apparences, Il serait à des milliers de kilomètres de moi. géographie et le roi demanda aux élèves où se trouvait
Parfois le chemin de la vie spirituelle passe à travers un leur village. « En Prusse », répondit un enfant. « Et oÙse
désert aride. Parfois nous arrivent des jours, des trouve la Prusse? » continua le monarque. « En Alle-
semaines, des années où tombe sur notre âme le voile magne .». « Et l'Allemagne? ) « En Europe ). « Et
noir de l'abandon et de la désolation. Le passé nous l'Europe? » « Dans le monde ). « Et où se trouve le
épouvante,"le présent est sombre ... Personne n'est avec monde? ) questionna finalement ' le roi. L'enfant
moi ... la ~prière est machinale, elle ne console pas ... réfléchit un instant; puis répondit d'un ton décidé :
c'est comme si Dieu m'avait abandonné. « Le monde? Il est dans la main de Dieu ».
Maintenant, maintenant, mes jreres, soyons sur nos Oui, le monde entier est dans la main de Dieu. Et
gardes. Maintenant restons fideles. Maintenaut soyons la majesté infinie de Dieu me domine, me couvre, me
206 LE SYMBQLE DES APOTRES

cache, m'anime. Il captive mon intelligence, ma volonté,


mon cœur; Il me fascine, il m'enchaîne.
Quand je le voùdrais, je ne pourrais pas me cacher
devant Lui. C'est-à·.dire, je ne le veux pas. Au contraire,
au moment de l'épreuve, je mets ma tête, ma pauvre XIII
tête attristée, dans les mains paternelles de Dieu;
mon cœur, mon cœur affligé, je l'approche du cœur
paternel de Dieu et alors ma vie aura de nouveau un DIEU SAIT TOUT '
but; car à celui qui se donne à Dieu, Dieu se donne
Lui-même et rend la vie et le goût au travail. Toujours,
partout, je respire Dieu : j'ouvre mon âme, j'ouvre mon
cœur : Il est mon atmosphère, ma lumière vivifiante. M ES FRÈRES,
Puisse-t-lll'être toujours: pas une minute sans Lui, pas
une minute loin de Lui, pas une minute dans le péché! On lit dans la Sainte Écriture (III O Rois XVIII),
Mon Père, Vous qui êtes présent partout, faites qu'en à propos du prophète Élie, qu'il était profondément
observant vos commandements je puisse être partout et peiné de voir son peuple se livrer au culte des idoles.
toujours à Vous. Amen.
Et pour l'en détourner définitivement, il provoqua
les prêtres du dieu païen Baal à un combat singulier.
Élevez un autel à Baal, dit-il aux quatre cent cin-
quante prêtres païens, moi aussi j'élèverai un autel au
vrai Dieu; mettons nos victimes sur chaque autel et
l'on verra quel est le vrai Dieu, le Dieu vivant; celui
dont l'autel sera frappé du feu du ciel sera le véritable.
En effet ce sera la preuve que Dieu a accepté le sacrifice.
Tout le peuple se rassembla et les"'prêtres de Baal
dansèrent autour de leur autel depuis le matin jusqu'à
midi et ne cessèrent d'invoquer leur dieu, mais aucune
réponse ne vint. A midi Élie leur cria : Criez plus fort, .
votre dieu est probablement en train de réfléchir ou il
est en voyage ou il dort. Et ils crièrent encore plus fort et
se firent des entailles avec des couteaux et saignèrent,
208 LE SYMBOLE DES APOTRES VIEU SAlT TOUT 20 9

mais en vain, aucune réponse n'arriva. Alors le prophète


se mit à prier le Seigneur, le Dieu vivant, le vrai Dieu et
voilà qu'aussitôt le feu tomba du ciel sur l'autel et la 1
victime fut brûlée ... le peuple se jeta humblement à
genoux devant le vrai Dieu et fit cette prière : « C'est 1e QUE SAIT DIEu?
Seigneur qui est Dieu, c'est le Seigneur qui est Dieu l)

(IlI O Rois XVIII, 39). Notre première question est donc celle-ci : Que
. En réalité, mes frères, Dieu ne peut pas être une idole sait Dieu?
muette, le vrai Dieu ne peut pas être une statue sourde, Et il nous faut immédiatement avouer que notre
inerte, privée de raison. « Ils ont une bouche et ne réponse à cette question est très primitiv~ et très
parlent pas; ils ont des yeux et ne voient pas ... ils ont générale. Que sait Dieu? « Dieu sait tout », répondons ..
des mains et ne palpent pas; ils ont des pieds et ne nous. Mais qu'est-ce que cela veut dire « tout n?
marchent pas » dit le psaume CXIII avec mépris des Essayons d'entrer dans le détail.
idoles. Le vrai Dieu n'a pas de mains. Il est cependant 1. D'abord voyons le côté négatif. Dieu sait tout,
tout-puissant; Il n'a pas de pieds, pourtant Il est c'est-à-dire Il n'est jamais obligé de répondre à une
'p résent partout; Il n'a pas d'yeux, néanmoins Il sait tout. question: Je ne sais pas.
Dieu est présent partout, tel a été le sujet de mon En effet l'homme est souvent obligé de parler ainsi.
sermon d~ dimanche dernier. Dieu sait tout, tel sera le Même le plus souvent. Même celui dont on dit qu'il
sujet de l'instruction d'aujourd'hui. est le pl~s sava,nt du monde. Emmenez-le à la biblio-
1. Que sait Dieu? et II. Que voit Dieu? Voilà les deux thèque de l'Université et demandez-lui les idées qui
questions auxquelles nous allons répondre. Nous allons sont contenues dans ces centafnes de mille de volumes,
voir les traits nouveaux qui feront apparaître la sainte demand~ z-Iui combien parmi ces idées il y en a de
figure de notre Père du ciel d'une manière encore plus justes et combien il y en a de fausses, demandez-lui
parfaite. Car nous nous occupons constamment dan~ en combien de mains tel ou tel ouvrage a déjà circulé
chacune de nos prédications de cette idée: « Je crois et il répondra: « Je n'en sais rien ».
eri Dieu n, afin d'apprendre à connaître et à aimer Conduisez-le à l'observatoire du mont Saint-Jean,
toujours mieux notre Père qui est dans les cieux. montrez-lui la capitale et demandez-lui à quoi pense
en ce moment son million d'habitants, ce qu'ils feront
demain à la même heure et il vous répondra: « Je n'en ;
sais rien ».
Placez l'homme le plus savant du monde sur le bord

Symh. (] Ap. - '1'. r 14


210 LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU SAIT TOUT 2II

de la mer et demandez-lui le nombre des grains de (Esther XIV, 14). « Dieu connaît tôut, Il sait tout, Il
s~ble 'du rivage, le nombre de gouttes d'eau et des renferme toute science » voilà ce que nou~ disons. Mais
poissons de l'océan, le nombre des feuilles'~ur les arbres, qui peut concevoir, qui peut saisir l'étendue immense
le nombre des vermisseaux sur la terre, le nombre des de la science, de la sagesse de Dieu?
oiseaux dans l'air, et la réponse sera toujours celle-ci: Q~elle science et quelles connaissances ne fallait-il
Je ne sais pas, je ne sais pas. C'est vrai, mes frères, la pas pour dresser et exécuter les plans de cette mervèil-
science de l'homme le plus instruit n'est qu'un grain ' leu se machine qu'est le monde visible! Le royaume
de sable sur le bord de la mer, ce qu'il ignore est aussi immense des forces motrices du ~onde, les merveilles
vaste que l'océan. géométriques des cristaux, la SplendeUr ,de millions
Mais Dieu sait tout : Il n'est pas obligé de dire ; d'êtres vivants ... tout cela est le résultat des plans et
Je ne sais pas. de la science de Dieu.
2) Regardons d'un peu plus près et du côté positif Et l'âme humaine! Faite~ asseoir un enfant près de
ce que ,sait Dieu. D'abord Il se connaît Lui-m~me ' : vous, regardez-le bien dans l~s yeux et vous y apercevrez
parfaitement; Il sait ce qu'Il est et qui Il ~st. l'âme; maintenant regardez au fond de cette âme et
Par suite Il connaît tout ce qui existe en dehors de Lui ; vous y découvrirez Dieu. L'œuvre grandiose de l'esprit
même les choses les plus petites et les plus cachées. humain, la technique, la civilisation, le progrès... tout
Dieu connaît le monde entier. « Qui peut compter le cela n'est qu'une étinceiIe sortie de la science de Dieu,
sable de la mer, les gouttes de la pluie et les jours du tout cela n'est qu'un trait de lumière emprunté à la
passé? Qui peut mesurer la hauteur du ciel, la largeur science infinie de Dieu.
de la terre .et la profondeur de .la mer? » demande la Et maintenant connaissons-nous dans toute sa
Sainte Écriture (Ecclésiastique l, 2). Di~u ,connaît plénitude la science divine? Pas du tout. Un jour que
l'homme. D'après Jérémie, Il sonde les reins et les saint Paul réfléchissait sur ce point, de ses lèvres
cœurs (Jérémie XVII, 10), Il sait/ tout ce que nous jaillit ce cri d'étonnement : « 0 profondeur inépuisable
pensons. de la sagesse et de la science de Dieu. Que ses jugements
Sa science n'est pas limitée par la distance: « Vous sont insondables et ses voies incompréhensibles 1 »
,découvrez mes pensées de loin » dit le psalmiste (Romains XI, 33).
(Ps. CXXXVIII, J). Le temps non plus ne la limite Si saint Paul ne pouvait pas comprendre la science,
pas. En effet le psalmiste dit également : « Vous con- infinie de Dieu, à plus forte raison nous faut-il, au lieu
naisse7 toutes choses, les nouvelles et les anciennes » d'une claire réponse, nous contenter de i cette réponse
1 (Ps. CXXXVIII, 5). vague et générale : Que sait Dieu? Dieu sait tout. 1
En Dieu se trouve la connaissance de toutes choses 1J Dieu sait tout? demande quelqu'un, .
R /
2I2 LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU SAIT TOUT 2I3

Oui, Il sait tout. Mais aux regards du Dù:u éternel il n'y a ni passé ni
Mais alors il en résulte une coose épouvantable. Un !ûtur, il n'y a que le p1-ésent. Ce que nous appelons futur
Igrand malheur! 'et ne voyons pas encore, Dieu le voit, comme si c'était
Lequel? présent, mais cette vision divine n'influe pas sur la
Si Dieu sait tout d'avance, alors Il sait aussi quelle marche future des événements.
sera la fin de ma vie terrestre. C'est-à-dire qu'Il sait C'est complètement incompréhensible, direz-vous
si ,je serai sauvé ou damné. peut-être. Une comparaison rendra la chose plus claire.
Oui, Il le sait. Représentez-vous un guetteur sur une tour et repré-
Mais alors ma volonté n'est plus libre. Il faut que sen tez-vous vous-même au milieu d'une longue file
j'agisse, il faut que je marche, comme Dieu le sait à cie gens. Que voyez-vous? Quelques hommes devant
l'avance à mon sujet. Dieu sait sijeserai sauvé ou damné. vous, quelques-u?s sur les côtés et quelques autres
Mais s'Il le sait d'avance, alors mes efforts sont vains, derrière vous, c'est tout: du cortège vous ne voyez rien.
tout est inutile. Alors les hommes ont raison de dire, Telles sont vos connaissances sur le passé, le présent
avec un fatalisme déprimant : Cela devait arriver. et l'avenir. Le guetteur du haut de la tour voit tout le -
C'était écrit dans le livre du destin; défilé : il voit loin devant vous, c'est-à-dire l'avenir;
Difficile question, mes frères, mais je ne veux pas il voit loin derrière vous, c'est-à-dire le passé. Il voit
l'esquiver. Je ne le veux pas, car le problème de la science le passé, le présent, l'avenir d'un seul ~oup; il voit et
divine et du libre-arbitre chez l'homme a toujours été _ n'est pourtant pas la cause de ce qui arrive. Dieu voit
très ardu pour les âmes réfléchies et il l'est encore ainsi tout ce qui existe sur la terre. Aussi saint Jérôme
aujourd'hui. Elle suffirait à me glacer le sang dans les a-t-il raison de dire: « Ce n'est pas parce que Dieu le
veines la pensée que mon sort éternel est réglé d'avance sait d'avance qu'une chose arrive, mais c'est parce
et que je ne peux rien y changer. Chaque fibre de mon qu 'elle <lrrive qu'Il le sait)) (In Jer. XXVI, 3)' Donc
cœur ne se soulèver~it-elle pas contre une telle idée? en vérité Dieu sait tout, Il sait si je serai sauvé ou
N'arriverions-nous pas ainsi à nier la justice de Dieu? damné.
Pourrait-on appeler juste un Dieu qui à l'avance, sans b) « L'avenir n'est-il donc plus dans ma main? ))
nous . entendre, rendrait sa sentence contre nous? ' Mais si.
Mais, Dieu soit loué! il n'en est pas du tout ainsi. Comment?
Comment alors? Mais parce que Je ne sais pas ce que Dieu sait de moi.
a) L'homme ne sait pas tout, parce qu'il vit dans le Si je le savais d'avance, alors mon ardeur à combattre
temps. Il ne voit que le m~ment présent, il sait peu de serait paralysée. Mais je ne le sais pas. C'est pourquoi
choses du passé et devine fort peu de l'avenir. je travaille, c'est pourquoi je lutte pour mon âme,
LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU SAIT TOUT 21 5

c'est pourquoi je fais la guerre au péché: je veux me savait, puisqu'Il sait tout, 'mais ce n'est pas la science
sauver et alors Dieu voit que je serai sauvé. Donc je ne ,divine qui est cause de la damnation.
serai pas sauvé parce que Dieu me voit sauvé (ce serait c) Notre nature humaine tout entière se dresserait
nier l~ libre-arbitre), mais Dieu me voit sauvé, parce que contre une telle idée de prédestination : et l'on remarque
je serai sauvé, à cause de ma lutte acharnée. que ceux qui admettent en théorie la do~trine de la prédes-
Quelqu'un dira peut-être: permettez, c'est un simple tination agissent autrement dans la pratique. Un des
jeu de mots. « Une chose n'arrive pas, parce que Dieu plus subtils théologiens du XIIIe siècle, Duns Scot,
la voit, mais Dieu la voit, parce qu'elle arrivera », au rencontra un jour un paysan qui travaillait dans un
lieu d'une réponse sérieus~ nous sommes en présence champ et lui adressa quelques paroles d'édification. ,
d'une simple question de mots. Le paysan lui répondit: « Pourquoi me recommandez-
Ce n'est pas un jeu de mots, mes frèTes. Lorsque l'éclair vous de vivre dans la crainte de Dieu? Si Dieu prévoit
déchire le ciel, nous savons avec certitude que le que je suis sauvé, je.le serai aussi, que je sois bon ou
tonnerre va gronder. Nous le savons si bien que cer- mauvais; mais s'Il voit que je suis damné, alors rien
tains se bouchent d'avance les oreilles. Or je vous le ne 'pourrait me sauver ». Le grand théologien lui
demande : Le tonnerre va-t-il gronder dans le ciel répliqua : (( Pourquoi travailles-tu et sèmes-tu à la
parce que nous le savons d'avance? Non. Mais alors? sueur de ton visage? Si Dieu ,a prévu que du blé
Nous le savons d'avance parce qu'il va faire ' du poussera ici, alors il poussera certainement, que tu
tonnerre. sèmes ou non; mais s'Il a prévu qu'il n'en pousserait pas,
Faites bien attention à ce que je vous dis maintenant. alors il n'yen aura pas, malgré tes efforts ». Et le paysan
Quelle heure est-il en ce moment? Il est 10 heures 47. ne sut que répondre, il se contenta , de continuer son
A I I heures 7 arrive à la gare de l'Est l'express de travail.
Kosice... et maintenant?.. maintenant il est juste Je ne prétends pas que nous puissions résoudre
devant Rakos. Je le sais très bien. Mais est-il là parce complètement et clairement ce problème auquel les
que je le sais? Et va-t-il arriver parce que ' je le esprits les plus pénétrants du christianisme ont cherché
sais? Pas du tout. Au contraire: je le sais, parce qu'il une solution; il en restera toujours quelque chose de
est là-bas, je le sais, parce qu'il va arriver. Et de même ' mystérieux et d'impénétrable. Cependant avec notre
que personne ne dirait que l'express arrivera à la gare petite in~lligence bornée~nous pouvons réussir à
de l'Est, parce que je le savais d'avance, de même briser les 'pointes les plus aiguës du problème et à '
n'a-t-on pas le droit de dire que l'on arrivera à la confier tranquillement notre avenir et notre vie éter-
station terminus de la vie éternelle ou de la damnation nelle aux mains bénies du Dieu qui sait tout. 1

éternelle, parce que Dieu le savait d'avance. Oui, Ille Non seulement Dieu sait tout, mais aussi Il voit'
"

216 LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU SAIT TOUT 21 7

tout et cette pensée est bien propre il éveiller en nous bassesses, que de péchés, que de crimes 1. .. malS l'œil'
de précieuses leçons. de Dieu voit plus que cela.
A l'observatoire du Mont Wilson, en Californie, il
y a un télescope géant, avec lequel . on peut même
II
photographier la surface de la lune. On l'appelle avec
fierté: « l'œil du monde ». Mes frères, lë véritable œil
QUE VOIT OlIm?
du monde c'est Dieu qui voit dans le passé, dans le
secret, dans la nuit la plus obscure chaque pensée
1) Que voit Dieu r telle est la questioù soulevée et chaque action.
et encore une fois notre pauvre langue humaine ne peut Mais s'il est vrai que « l'œil de Dieu voit tout », il
. que donner une réponse générale. Que voit Dieu? n'en résulte pas seulement l'avertissement « ne me'vole
demandez-vous. Mais lisez donc ce que les petits pas ma règle », mais tout un ensemble de pensées salutaires,
écoliers hongrois écrivent sur leur règle encourageantes, consolantes et fortifiantes.
« Isten szeme min dent lat : 2) Avant tout, il en découle cet , avertissement très
El ne lopd eléniat! » grave : Attention, vous êtes partout sous l'Œil de Dieu.
L'œil de Dieu voit tout, ne vole pas ma règle. Les anciens aimaient à représenter Dieu sous la forme
Ouelle curieuse et instinctive manifestation de l'âme d'un triangle avec au milieu un œil grand ouvert : les
humaine! Sur quoi donc repose cette conviction? trois côtés du triangle signifient les trois personnes
Sur d'innombrables passages de la Sainte Écriture. divines, l'œil ouvert représente la Sainte Trinité qui
En vérité, nos Saints Livres sont remplis des plus belles voit tout.
pensées .,ur le Dieu qui voit tout. Quel que soit l'endroit où nous soyons, quoi que nous
\( li n'ya rien de caché devant ses yeux» disent-ils à fassions, Dieu le voit. Ah! si seulement nous ne l'avions
un passage (Ecclésiastique XXXIX, 24). Et dans un jamais oublié, que de larmes et que d'amers regrets
autre nous lisons au sujet de Djeu : « Il voit jusqu'aux auraient été épargnés dans notre vie. Si seulement dans
extrémités de la terre, Il aperçoit tout ce qui est sous chacune de nos tentations se présentait cet avertissement
le ciel» (Job XXVIII, 24). La Sainte Écriture a encore du Seigneur : « Marche devant ma face et sois irré-
une expression plus magnifique: « L'œil de Dieu est ' prochable }) (Genèse XVII, 1). Si seulement nous
plus clair que le soleil » (Ecclésiastique XXIII, 26). venait cette pensée qui donna à Joseph captif en Égypte
Pourtant le soleil esr éblouissant de clarté. Et que de une si grande énergie au milieu de l'attrait du péché:
choses voit le soleil en vingt-quatre heures, tandis qu'il (( Comment ferais-je un si grand mal et pécherais-je
luit sur la terre: que de combats, que de luttes, que de devant D'i eu? » (Genèse XXXIX, 9).
218 LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU SAIT TOUT 21 9

Oui, nous sommes toujours sous l'œil de Dieu. peuvent pas voir au dedans de mon âme, mâis Dieu voit
Et lorsque je m'agenouille au confessionnal et que la et Il voit que je suis à bout.
honte me serre à la gorge, parce que ce grand péché ... 4) De ce fait que Dieu voit tout je ne puise pas
je n'ose pas le confesser ... quel soulagement pour moi seulement avertissement et consolation, mais j'en tire
1 - . ,
si je me dis: Je peux tromper c<?confesseur, mais je aussi cette triste constatation. Que dmt vmr en une
ne troJIlperai· pas Dieu qui sait tout et qui voit tout! heure seulement sur cette terre de péché le Dieu qui voit
Quel soulagement, si je me souviens de ces paroles de tout? « Nulle créature n'est cachée devant Dieu, mais '
saint Augustin : (( ~u veux pécher? Eh bien! cherche tout est à nu et à découvert aux yeux de Celui à qui
un endroit où Dieu ne te ' voit pas, là tu feras ce que nous devons rendre compte» (Hébreux IV, 13), dit
tu voudras )J. Cherchez, si vous pouvez. la Sainte Écriture.
3) La pensée de Dieu qui voit tout est un avertis- Nous sommes donc tous devant Dieu, sans voile,
sement pour le pécheur, dIe est aussi une grande sans fard. Qu'est-ce que Dieu verra en nous? Quelles
consolation pour les bons. Quelle consolation de savoir pensées, quels plans, quels désirs? Ah! Seigneur, s~
que Dieu me connaît · bien et me comprend ' toujours! chaque âme humaine est là sans' voile devant Vous, SI
Car souvent les hommes ne me comprennent pas. Mes chaque cœur humain est grand ouvert devant Vous,
meilleures ihtentions sont mal interprétées. Mais que ne Vous faut-il pas voir, jour par jour, minute par
Dieu qui voit tout ne se trompe jamais sur moi. minute, quelle mer tumultueuse de laideurs et de
Dieu connaît tout mon être, toute ma personne; Il sait crimes! (( Je ne connais pas le cœur d'un scélérat,
de quoi je suis capable, Il connaît mes défauts contre disait un jour un grand psychologue, je ne connais
lesquels je ne puis rien moi-même, car ils sont issus que le cœur d'un honnête homme : mais c'est affreux ».
de ma nature mauvaise. Qu'aperçoit le Dieu qui voit tout, lorsque du haut de
Dieu ' me connaît mieux que je ne me connais son trône céleste, comme l'écrit la Sainte Écriture sous
moi-même. une forme imagée (Ps. XIII, 2), Il regarde précisément
De temps à autre je suis abattu par les insuccès : en ce moment l'humanité? Quel ' fourmillement
je ne sais plus prier avec ferveur, comme je le voudrais ... d'hommes! Ils naissent, ils meurent. Üs._,rient, ils
je ne peux plus avancer dans la vie spirituelle, tout en pleurent. Ils prient, ils blasphèment. Ils font le bien,
faisant mon possible ... je n'arriv~ pas à me débarrasser ils se vautrent dans le péché. Il voit cette jeune fille 1
de mon défaut dominant, tout en me donnant beaucoup qui, au lieu d'assister à la messe, part de grand matin
de peine. Quel bonheur de pouvoir dire alors : faire une excursion en motocyclette avec un jeune
(( Seigneur, Vous le voyez, je n'en puis plus ». Les . homme inconnu. Il voit des matelots s' eniv~'er et faire 1
homme" ne s'en aperçoivent pas, parce qu'ils ne du tapage dans une taverne d'un port.. Il VOlt ce pares- .
DIEU SAIT TOUT 221
220 LE SYMBOLE DES APûTRES
sainte communion ... Il voit des centaines et des milliers
seux gui se tourne et se retourne dans son lit, et forge
de mounlnts attacher leurs regards au crucifix ... Il
des plans pour passer la ·nuit prochaine dans le péché.
voit la religieuse adoratrice agenouillée devant le
Que faut-il que Dieu aperçoive en ce moment?
Très Saint Sacrement ... Il voit le missionnaire des
Et Il voit encore autre chose ... et c'est pour moi la
Indes lutter contre la fièvre paludéenne ... Il voit son
chose la plus importante. Il voit encore autre chose.
enfant fidèle lutter héroïquement contre les mille
Il me voit. Il vous voit aussi, mes frères, Il voit l'état
pièges de la tentation. .
présent de votre âme, ses plis les plus secrets, ses
N'est-ce pas, mes freres, Dieu nous fait pitié ... que du
desseins, ses: désirs, ses pensées. Il voit depuis combien
moins quand Il nous regarde, Il trouve en nous consolation
de temps vous négligez votre âme, depuis combien de
et joie, Lui le Dieu qui voit tout.
temps vous ne vous êtes plus confessés et vous n'avez
pas c~mmunié. Dites-moi, pouvez-vous supporter
tranqUIllement le regard de Dieu qui voit tout? Que
voit Dieu en vous? Qu'est-ce qu'Il voit? Il voit un
chaos, un désordre extrême? Il voit l'anarchie des
Mes frères, je viens de parler de Dieu qui voit tout et
passions sans frein? Il voit les colonnes du temple
en terminant mon sermon je me souviens d'un détail
renversées? Il voit l'image de Dieu traînée dans la
bien minime mais intéressant.
boue! Quelques bonnes résolutions et des chutes
N'avez-vous pas remarqué que le nombre des
sans fin!
personnes qui portent des lunettes va en augmentant?
Mes frères, répondez-moi : N'avez-vous pas pitié
Pourtant c'est un fait : plus nos yeux deviennent
de Dieu qui voit tout? Ne voulez-vous pas tout essayer
mauvais plus il y a parmi nous' de myopes et de pres- '
pour faire disparaître de la terre une partie de cette
bytes, et non pas seulement au point de vue physique.
fange et de cette boue que Dieu est obligé de voir?
Il y a encore bien des gens pour avoir une vue normale
Si vous ne pouvez agir sur personne, vous avez toujours
ici··bas : mais il y en a à peine quelques-uns pour avoir
votre âme à vous: occupez-vous au moins d'elle.
des yeux assez bons pour regarder leur âme. La plupart
En effet, Dieu ne voit pas seulement le mal, Il voit
des hommes sont alors myopes ou presbytes. Myopes,
aussi le bien. J'ai d'abord énuméré les péchés que Dieu
ils ne voient en eux aucun défaut, ils ne voient pas qu'ils ,
doit apercevoir en ce moment. Mais l'œil de Dieu voit ,
sont insupportables, capricieux, paresseux po~r le bien,
en~ore . ,autre chose actuellement. Il voit les fidèles qui • ennemis de tout effort, sensuels, orgueilleux... Pres-
pr~ent dans cette église et les centaines de mille qui
bytes, ils ' aperçoivent chez les autres tous les défauts 1
pnent dans toutes les églises du monde ... Il voit avec
qu'ils ne voient pas en eux. .
quelle joyeuse innocence cette petite fille reçoit la
DIEU SAIT TOUT 223
222 LE SYMBOLE DES APOTRES

Mais Dieu n'est ni myope ni presbyte. Dieu voit tout. Les ténèbres et la lumière sont la même chose devant
[Vous.
Supplions Dieu d'améliorer les yeux de notre âme,
pour que nou's puissions nous voir nous-mêmes avec o Di~u, mettez-moi à l'épreuve et sondez mon cœur;
Ses yeux. Mon Pere, aidez-moi à vivre, à parler, à penser Interrogez-moi et examinez toutes mes démarches.
de façon que Votre œil qui voit tout se repose avec com- Vpyez 's 'il y a en moi des traces d'iniquité
plai$ance sur l'âme blanche comme ' la neige de Votre Et mettez-moi dans le chemin de l'éternité.
enfant qui lutte et combat, mais Vous reste toujours (Ps. CXXXVIII).
fidèle.
Seigneur, Vous me sondez et Vous me connaissez;
Vous savez lorsque ie m'assieds et lorsque je me relève.
Vous découvrez de loin mes pensées,
Vous examinez mes démarches et mes ·pas.
Vous prévoyez tous mes· desseins,
Avant même que la parole soit sur ma langue.
Vous connaissez, Seigneur, tout le passé et l'avenir,
Vous m'avez formé et vous avez mis Votre main sur moi.
Votre sagesse s'est f~it admirer en moi,
Elle est élev~e au-dessus de moi et je ne puis y atteindre. --------
Où irai-je pour me cacher à Votre esprit?
Et où fuirai-je de devant Votre face?
Si je monte au ciel, Vous' y faites Votre demeure,
Si je descends aux enfers, Vous y êtes présent.
Si je prends des ailes pour vO,l er vers l'Orient,
Ou si j'établis ma demeure à l'extrémité de la mer,
Votre main m'y conduira
Et Vous m'y tiendrez toujours de Votre droite.
Je me suis dit: Peut-être que les ténèbres me couvriront;
Mais la nuit même est ' devenue ma lumière dans mes
[délices.
Car les ténèbres ne sont point obscures pour Vous,
La nuit est claire comme le jour à Votre vue;
DIEU EST INFINIMENT SAGE . 225

que dirons-nous de Dieu, le constructeur de la merveil-


leuse machine qu'est le monde? Comme nous admirons
sa sagesse, lorsque, avec un microscope ou un télescope,
nous pénétrons dans les admirables mystères de l'uni-
XIV vers, nous regardons et nous sommes pris de vertige.
Le décret du roi de Sicile exigeait que chacun considérât
Archimède comme sage. La Sainte Écr~ture et les lois
DIEU EST INFINIMENT SAGE
du mécanisme de l'univers exigent de nous que nous
regardions Dieu, Créateur et Gardien du monde, comme
1 infiniment sage, comme source de la sagesse; COIl).me
MES FRÈRES, la Sagesse parfaite. .
Dieu e st la Sagesse même. Car à qui parmi les
hommes donnons-nous le nom de sage? A celui,
Le roi de Sicile, Hiéron, au me siècle av. J.-C., avait
n'est-ce pas, qui a du monde la conception théorique
fait construire un si grand navire que lorsqu'il fut
la plus exacte, qui sait adapter sa manière de penser
achevé et qu'on voulut le mettre à l'eau une foule
et sa façon d'agir aux valeurs éternelles et conformer sa
d'ouvriers, de chevaux et de machines ne put pas le
vie à ses opinions. Mais lorsque nous donnons à Dieu
déplacer. Dans cette difficulté, il s'adressa à l'illustre
le nom de sage, nous proclamons en Lui l'identité de
mathématicien, Archimède, pour lui venir en aide.
la connaissance théorique et de la connaissance pratique,
Archimède promit de construire une machine agencée
c'est-à-dire que ce qu'Il pense ou fait est toujours la
de manière à permettre à un seul homme de mettre
pensée la meilleure et l'acte le' plus sage.
en mouvement le navire. Les gens secouèrent la tête
Je vais donc parler de la sagesse divine et le 'sujet de
avec incrédulité. La machine fut construite, c'était
cet entretien se divise de lui-même en deux parties :
un palan, et Archimède invita le roi à mettre lui-même
1. Qu'est-ce qui proclame la sagesse de Dieu? et II. Qu'est-
le navire en mouvement. Et le monarque, en présence
ce qui la contredit en apparence?
de tout le peuple, le lança aisément à la mer. Dans sa joie
il promulgua cette ordonnance singulière que chacun
devaü trouver bon et sage tout ce qu'ArchimMe ferait
ou dirait.
Grâce à cette petite machine, Archimède venait l
d'acquérir une distinction extraordinaire. Mais alors

Symb. (1. Ap. - T. T 15

J
226 LE SY1WBOLE DES APOTRES DIEU EST INFINIMENT SAGE 227

ces insectes. Comme il faut qu'JI s.oit sage, Dieu, le


Créateur du monde!
1
2) Après ces êtres si petits tournons-nous main~
tenant vers la terre et les astres. Les saisons de l'année
QU'EST-CE QUT PROCLAMF LA SAGESSE DE DIEu?
ne révèlent-elles pas la plus sage organisation? Au
printemps l'année prend naissance comme un petit
,< Qu'elles sont grandes vos œuvres,Seigneur! enfant, en été elle se développe en travailleur robuste,
Vous avez tout fait avec sagesse ) (Ps. CUI, 24), chante en automne elle récolte les fruits de son activité et
le psalmiste et dans un autre passage il ajoute simple- dans sa vieillesse, en hiver, elle descend au tombeau:
ment: « Sa sagesse n'a point de bornes)J (ps. CXLVI, 5)· quelle aimable variété, quelle sage . et agréable solli-
En vérité, de toutes les lèvres s'échappe cette merveil- citude 1 Et tout cela serait anéanti en un clin d'œil, si
leuse constatation, si nous savons remarquer de nos l'axe de la terre venait à se déplacer ne fût-ce que
yeux partout les traces de la sagesse de Dieu. Les savants légèrement ou si la position de la terre par rapport ·au
les plus éminents sont souvent envahis, au cou~s ~e soleil venait à être modifiée même de fort peu. Comme il
leurs observations, par un sentiment extraordmalre faut qu'Il soit sage, Dieu, Créateur du monde qui a
analogue à celui dont était dominée l'âme du fonda- tout organisé pour que chaque chose soit à la place où
teur de l'électro-dynamique, Ampère; lorsqu'au milieu elle est!
de ses recherches, il cachait son visage dans ses mains, Sans doute, il y a des hommes qui trouvent à 'exercer
en s'écriant: « Conune Dieu est grand! Comme Dieu leur critique sur le monde, parce qu'ils « auraient su
est grand! » . mieux tout arranger )J. Mais c'est un fait : plus on
1) Considérons les êtres les plus petits. Des millions examine l'ordre du monde, plus on doit courber la
de petits êtres, invisibles à l'œil nu, fourmillent dans un tête devant la sagesse de Dieu et inversement plus on
verre d'eau et le savant découvre dans la structure et !'examine superficiellement, plus on critique facilement
l'activité mêm.r des plus petits d'entre eux, toute une le monde.
série de miracl(!:s de la sagesse infinie. Il est mort Les grands penseurs sont d'accord avec Képler,
récemment en Allemagne un vieux Père - Jésuite l'illustre astronome, qui dans la préface de son ouvrage
(Wasmann) qui a laissé un nom connu dans le monde ( Astronomia nova )J s'adresse ainsi à ses lecteurs :
savant"-et qui a consacré toute sa vie à l'étude des ( Et maintenant, cher lecteur, obéissons à l'invitation du
fourmis; et notre âme est saisie d'admiration à la vue psalmiste et, nous souvenant de la grande bonté de
de la sagesse qui se révèle dans la vie individuelle, Dieu "envers les hommes, faisons l'éloge de sa sagesse ;
l'organisation sociale et la manière de combattre de et de sa puissance. Moi aussi je veux révéler la merveil-.
DIEU EST INFINIMENT SAGE 229
228 LE SYMBOLE DES APQTIUlS
rayonnante d'un être spirituel semblable à Dieu.
leuse sagesse du Créateur, je veux vous montrer que Regardez un petit enfant dans les yeux et vous aurez
même dans les mouvements les plus mystérieux de!'; aperçu dans ses yeux la sagesse du Créateur.
astres, la sagesse toute-puissante de Dieu rayonn sur Si vous êtes frappés d'étonnement par les milliers
nous» (Kepleri. Opera omnia édit. Frisch Ill, 14()). de preuves de la sagesse divine dont le monde est
Oui,-- c'est ainsi que pense le sage. Et l'homme rempli, . alors rappelez-vous l'affirmation d'Aristote
superficiel, celui qui critique si aisément? Il pense d'après laquelle l'esprit humain n'a qu'une idée. fort
comme le voyageur de l'histoire. obscure de la sagesse divine, tout ' comme la chauve- '
Exténué de fatigue, un voyageur s'assit à l'ombre souris qui vit dans les ténèbres, n'a qu'une bien faible
d'un magnifique chêne et se mit à philosopher : idée de l'éclat des rayons ·de soleil. Oui, c'est tout ce
« . Comme ce monde est curieux! Rien n'est bien que nous apercevons de la sagesse de Dieu. Mais que
organisé. Voilà un chêne gigantesque, quelles branches peut donc être alors la vérité totale! Que peut donc être
solides et pourtant if ne porte que des glands bien La .\agesse infinie de Dieu?
petits. Et voici des melons; leur tige est aussi frêle
qu'une asperge et cependant il leur faut supporter
des fruits énormes. Le monde n'est pas bien organisé )).
Mais comme il en était là de ses réflexions, le vent se II
leva et un gland lui tomba sur le bout du nez. Tl sursauta
de frayeur et ajouta: « c'est-à-dire que le monde est OBJECTIONS A LA SAGESSE DE DIEU.
bien organisé, car qu'est-ce qui serait arrivé, si les
melons poussaient sur cet arbre? » C'est vrai, le monde Cette grandiose considération d'Aristote nous suffit:
est bien organisé. je n'ai plus besoin de chanter la louange de la sagesse
3) Surtout, si . nous poursuivons nos recherches, SI de Dieu, mais je dois maintenant m'occuper de sa défense.
nous pensons à nous-mêmes, à . la vie humaine, aux En effet, si les paroles de la Sainte Écriture et l'harmonie
témoins brillants de la merveilleuse sagesse du Créateur, de l'univers sont autant d'hymnes de louanges à, la
à l'homme qui se tient debout, à l'homme aux mains sagesse divine, nous entendons cependant monter de
diaphanes, à l'homme aux yeux profonds comme la misère, des maux et des souffrances de l'humanité
la mer, à l'homme au regard royal, à l'homme dont le la plainte l,amentable du « De profundis ». Peut-Il être
front -'rayonne d'inte\1igence. infiniment sage le Créateur qui tolère tant de souffrances
Pourtant nous ne voyons encore que l'extérieur sans but, tant de coups du sort incompréhensibles, dans
de l'homme. Que verrions-nous, si nous pouvions l'œuvre de ses mains, dans le monde?
regarder son âme? : la force, les talents, la beauté
23° LE SYMBOLE D'ES APOTRES DIEU EST INFINIMENT SAGE 23 1
Ne vous étonnez pas, mes frères, si je me trouve une ' Dieu voit chaque goutte de ces pleurs ' acquérir une
fois encore en présence du problème de la souffrance valeur éternelle, à la flamme du sacrifice offert à Dieu.
Dans cette série d'instructions, j'ai soulevé, je ne sais Voilà ce qu'aperçoit l'œil de Dieu; mais comme l'œil
plus combien de fois déjà, cette question, mais je n'y humain voit tout ,autrement !
puis rien. On est obligé de parler le plus fréquemment Le monde est plein de gens qui s'amusent, s'enivrent
dè ce qui préoccupe le plus l'âme humaine actuellement. et cherchent h:s jouissances, ah! combien les envient!
0t:-.9 ui ne remarque pas que les vagues de la souffrance mais l'œil de Dieu ne voit en eux que des feuilles sèches
menacent de nous submerger? tombant de l'arbre. Dans un abandon total une veuve
1) En réalité l'homme est rempli dl,! pl~intes et lutte. héroïquement pour ses cinq enfants au milieu
d'objections contre la sagesse de Dieu. Mais à la plupart de privations supportées courageusement, d'innom-
de ces plaintes Aristote a déjà répliqué d'avance : brables jeunes filles persévèrent dans le chemin de
L'âme humaine n'a qu'une idée bien obscure de la l'honnêteté et de la pureté, ' alors qu'elles pourraient
sagesse divine, tout comme la chauve-souris n'a qu'upe tout obtenir au prix de leur honneur, ah! combien se
bièn faible idée de l'éc1ar du soleil. Cela veut dire que moquent d'elles! mais l'œil de Dieu, cet œil qui ,sait
nos ' plaintes ,proviennent de ce que nous n'avons que tout les regarde avec amour. C'est cet œil qui, sous le
les faibles yeux humains et que nous ne pouvons pas frac élégant et le plastron à petits plis, découvre la
voir le flux et le reflux des événements du monde avec les pourriture intérieure et s'en détourne, mais se repose
yeux de Dieu. avec un amour chaleureux sur un noble cœur, si déchiré
Si nous avions des yeux comme cellx de Dieu, to,utes que soit l'habit et si misérable que soit son extérieur.
nos plaintes se tairaiep.t, car nous verrions tout autre- Combien de têtes orgueilleuses devraient s'abaisser
ment dans le monde. Tout autrement et nous-mêmes devant le pauvre et combien d'épaules harassées se .
aussi. redresseraient, si nous avions des yeux comme Dieu .
Voilà par exemple ma propre destinée. Que d'énigmes Si seulement nous avions des yeux comme Dieu qui
devant moi, que de tristesses, que de sombres nuages'! mesure tous les événements du monde sur l'horizon
Mais tout est clair devant Dieu; Il dirige tout d'une infini de l'éternité 1
main bienveillante, Il ~ègle tout avec sagesse. 2).,C'est seulement si je pense ainsi de la sagesse de
A êâté de moi vivent des gens frivoles, gais et sou- Dieu, si je crois que tout ce que fait Dieu èst toujours
riants dans leur frivolité, mais Dieu voit leur cœur le plus juste et le plus sage, c'est alors seulement que
saigner en secret et leur âme soupirer .vers des buts je pourrai avoir sur l'efficacité de la priere une tou l
plus nobles. Voici d'autres hommes, des hommes de autre idée et être préservé de l'illusion d'y trouver un e,
blen qui versent en silence des larmes de sang, maiS; preuve contre la sagesse divine.
· LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST INFINIMENT SAGE
( 233
" J'ai prié dans telle ou telle jntentio~; que de fois N'est-il pas remarquable que le chemin des pieuses
j'ai supplié Dieu et Il ne m'a pas exaucé ». « Pourquoi femmes qui se termina dans la joie du jour de Pâques
Dieu a-t-Il or~onné de prier, s'Il ne nous exauce pas? » avait commencé dans l'obscurité de la nuit? L'obscurité
Mes frères, ce n'est pas vrai : Dieu nous exauce. s'étendait enco;e sur la ville endormie d'où elles
S eulement pas toujours comme votre œil humain à courte sortaient, ' les yeux obscurcis par les larmes elles se
vue 'le voudrait, mais comme le trouve bon sa sagesse rendaient vers le tombeau obscur. Tout était anéanti,
qui travaille en ' fonction de l'éternité. Actuellement la tout 'é tait désespéré... mais en elles-mêmes vivait
blessure brûle votre âme, actuellement l'épreuve vous encore une dernière flamme : la foi par delà la tombe.
écrase, mais vous ve~rez tôt ou tard venir le temps où Et cette foi trouva sa récompense.
vous le comprendrez' : en réalité Dieu avait réglé Les ténèbres du tombeau du Vendredi-Saint ne
très sagement ce qui vous était alors arrivé. s'amassent-elles pas de temps à autre au-dessus de
« Dieu ne m'exauce pas ». Oui pour celui qui croit nous? Ne croyons-nous pas parfois au-dedans de
qu'exaucer une prière consiste dans le fait que Dieu nous-mêmes que tout est perdu? D'épaisses téntb ,es _
répond à toutes nos demandes comme nous les avons descendent sur nous et nous ne voyons plus à un pas
f?rmulées, celui-là ne sait pas le but de la prière et ne devant nous. Il nous semble que la foi ensoleillée de
comprend pas Dieu. (( Mes pensées ne sont pas vos notre jeunesse est disparue pour toujours. Nous n'avons
pensées », dit le Seigneur; l'un des buts de la prière est plus de joie à prier ni à fréquenter l'église ni à lutter
précisément celui de reporter sur Dieu nos pensée~ contre les tentations ni à vivre. C'est comme si Dieu
q :1Î s'en écartaient et de rapprocher de no~s la pensée nous avait abandonnés. Comme si Dieu était mort
de Dieu. Un grand malheur me frappe, mon époux est encore une fois.
malade ... je prie. Il est possible que le malheur arrive Mes frères, n'avez-vous pas 'déjà vécu des heures,
quand même; mais je n'ai pas seulement prié pour qu 'il des journées, des semaines aussi affreuses?
n'arrivât pas, mais aussi pour que, s'il arrive, j'aie Il faut tenir et tenir bon. Peut-être ne pouvez-vous
assez de force, assez de lucidité pour le ranger dans plus prier, mais du moins efforcez-vous de croire.
les plans de Dieu et, les yeux tournés vers le Golgotha Vous ne pouvez plus croire, mais du moins vivez,
savoir le supporter. '
comme lorsque vous croyez, comme si vous étiez
Vous connaissez, n'est-ce pas, le sentiment d'aban- tout autant convaincus au sujet de Dieu, de l'âme,
don, de. dépression qui pesait sur l'âme des saintes de la vie ' éternelle - qu'à n'importe quel autre
femmes qui, au matin de Pâques, se rendaie~t' au moment. Et si vous ne le pou'vez pas? Alors pleurez
tombeau de Notre-Seigneur, pour embaumer son - et dites à Dieu : « Seigneur, que va-t-il m'arriver?
' .
cada vre avec c1es parf ums precieux. .1 Je voudrais prier et je ne peux pas. Je voudrais
234 LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST INFINIMENT SAGE 235
croire et je ne peux pas. Aidez-moi, Seigneur », force. ' Mais n'est-ce pas un blasphème que de penser que .
Les ~ Saintes Femmes passèrent par les mêmes Dieu abuse de sa force et livre à la souffrante ses enfants,
jténèbres et finalement ... finalement elles arrivèrent au sans but ni raison, sans pitié et sans cœur?
tombeau vide, glorieux, consolant. « Tout cela n'était Mais en est-if ainsi? Peut-on parç:..amour faire du
qu'un mauvais rêve » durent-elles penser. Vous aussi mal à quelqu'un? Certainement. Lorsque le petit enfant
un jour vous direz la même chose, si vous persévérez court après un papillon et commence à trébucher sur
dans l'amour du Dieu infiniment sage. le bord d'un ravin, comme sa mère le retient vigou-
Pour cela il faut un certain temps: Car avec les œuvres reusement !Cette pression fait mal à l'enfant, bien que
de Dieu il se passe pour nous ce qui se passe avec les sa mère ne l'ait exercée que par amour et par elle lui ait
œuvres des grands peintres: de tout près on ne peut pas sauvé la vie. Lorsque les parents ôtent un couteau
bien les contempler et les admirer, il faut se placer à des mains de l'enfant, il murmure, il boude, il pleure;
une certaine distance, pour avoir une bonne perspective. pourtant ils ne lui ont fait cette peine que parce qu'ils
Les décisions de Dieu paraissent de tout près peut-être . l'aiment. Pendant une opération, la mère tient son enfant
confuses, mais dans la perspective de l'éternité nous malade. Assurément le petit enfant sans raison se débat
sentons battre derrière elles un cœur paterne1. et se fâche contre sa maman, pourtant sa mère ne le
3) Lorsque j'étudie dans la souffrance les sages inten- ' fait que par amour et son cœùr souffre davantage
tions de Dieu, le ciel couvert de nuages s'éclaircit que celui de son enfant.
aussitôt au-dessus de moi. C'est vrai, il y a beaucoup Oui, Dieu ne prend pas plaisir à voir souffrir ses 1
de souffrahces en ce , monde, mais toute souffrance ne enfants; mais s'Il permet qu'ils souffrent, Il a toujours
contredit pas la sagesse divine, seule'. 'u ne souffrance un but en vue.
aveugle, sans but ,la contredirait. Cependant Dieu b) Mais quel but Dieu peut-Il poursuivre avec la
permet la souffrance a) par amour et b) parce qu'Il lui souffrance?
assigne toujours un but. N'est-il pas curieux de constater que les animaux,
a) « Comment le Dieu de bonté peut-Il permettre que quand ils prévoient instinctivement de grandes cata-
je souffre autant? )) telle est la plainte habituelle. Et strophes dans la nature, se glissent doucement auprès
savez-vous ce qu'il nous faut répondre? (( Justement, de l'homme, ce qui signifie qu'ils mettent leur dernier
Il le permet parce qu'Il est bon. ); - espoir dans celui qui est, par la naissance~ le roi de la
(( Notre Père »... Donc nous sommes ses enfants. Ses cr~ation? De même l'homme, lorsque les coups du
enfants! ,Quelle tendre et faible chose! Je ne pourrais sort s'abattent sur. lui, porte ses regards en haut: vers
pas, faire du mal à un enfant sans motif, sans but. Dieu, ce qui veut dire qu'aux heures de détresse il ne
J'aurais honte d'abuser ainsi de la supériorité de ma peut 'trouver de calme qu'en Lui.
LE SYMBOLE DES APOTRES
DIEU EST INFINIMENT SAGE 237
POllrqu~i la souffrance? Si la terre était un paradis.
nous oublIerions le ciel. S'il n'y avait pas la nuit, nous parce qu'ils croient que Dieu, quoi qu'Il fqsse ou quoi
n'appréci~rions pas la clarté du jour. qu'Il pense, fait tout pour le mieux et veut tout pour
Pourquoi l'épreuve? Pourquoi la fraîche vallée? le mieux.
C'est là que pousse l'humble violette. De fait, ceux qui mettent en doute la sagesse divine,
Pourquoi le malheur? PourquOi la pente rocheuse et à cause du mal qui existe dans le monde, feraient bien
escarpée? C'est là que mûrit le raisin sous le soleil de lire cette pertinente remarque de saint Augustin . :
brûlant. « Lorsqu'un profane se promène dans un atelier, il y
Après une humiliation, comme nous savons mieux aperçoit toutes sortes d'outils dont il ignore la desti-
prier! ~uand les hommes ont été mauvais pour moi, nation : s'il est très borné, il les jugera même inutiles.
comme Je comprends mieux que Dieu est bon! Quand S'il se brûle ou s'il se blesse avec un instrument tran-
ia 'terre est désolée, comme le ciel est plus consolant J chant, il les déclarera nuisibles. Mais le chef connaît
. Mes- frères, disons-le: Dieu est infiniment sage. Et leur emploi, il rira de l'insensé et ne se souciera pas de
dIsons surtout : les heures de souffrances sont des ses folles remarques, mais continuera, son travail. Et
heures de la grâce et de la miséricorde divines. voilà la sottise des hommes : quand il s'agit d'un ouvrier
Ah! si seulement je pouvais graver ces paroles dans d'ici-bas, on n'ose pas critiquer chez lui ce que l'on ne
mon cœur: Les heures de souffrances sont les heures de la comprend pas, mais on croit que tout ce qui se trouve
grâce et de la miséricorde divines, parce qu'elles sont des dans l'atelier a un but défini, Devant le grand œuvre
heures de réparation. de l'univers dont Dieu est le constructeur et le gardien
Le juste tombe sept fois par jour (Proverbes XXIV on ose critiquer beaucoup de choses que l'on ne com-
16) et sui;rant saint Jean, il .ment celui qui dit qU'ii . prend pas: devant le chef-d'œuvreet les instruments du
est sans peché (le Épître S. Jean I, 8). J'ai donc quelque Tout-Puissant on se pose en connaisseur, alors que
chose à rép~rer. ~ssurément, plus j'aime Dieu, plus je l'ignorance sort pour ainsi dire de tout notre être »
remarqueraI les defauts de mon âme et ce que je dois (De Gen. c. Manich. I, 16, 25).
réparer. Ceux qui se confessent le plus souvent sont-ils Non, non, nous ne voulons pas juger ainsi. Nous
les plus grands pécheurs? Pas du. tout. Ce sont ceux qui croyons au cœur aimant et infiniment sage de notre Père
se, trouv~nt le plus près de Dieu qui remarquent les qui est dans les cieux.
plus petItes taches de leur âme.'·' Et précisément ils
supportent avec le plus de courage la souffrance '*'
* '*'
ceux qui, d'après notre misérable manière de pense;
1
humaine, l'ont le moins méritée. Mais ils la supportent, Mes frères, il y avait une fois un petit garçon qui/,
avait un beau petit agneau. Le petit agneau folâtra si
,
LE SYMBOLE DES APOTRES

longtemps parmi les buissons que finalement il se


déchira à un "arbuste épineux et l'animal ensan-
glanté se mit à bêler lamentablement. Le petit garçon
courut trouver son père et lui dit: « Papa, viens arracher
ce méchant arbuste. Pourquoi a-t-il fait du mal à mon
xv
petit agneau? » Le père alla s'asseojr avec son enfant
tout près de l'arbuste et tous deux se mirent à le DIEU EST INFINIMENT JUSTE
regarder. Bientôt arriva un oiseau qui se posa sur
l'arbrisseau, puis après avoir réjoui le petit garçon par
son chant, il dégagea les brins de laine accrochés aux
épines et les emporta dans son nid. MES FRÈRES,

« Tu vois, mon enfant, dit le père, la -laine de ton


agneau va réchauffer les petits oiseaux qui auraient Chaque été arrivent à Salzbourg des milliers
froid dans leur nid. Maintenant, dis-moi s'il faut d'étrangers, pour assister aux grandes , représentations '
arracher l'arbuste? , » théâtrales, parmi l,esquelles tient une place remarquable
Non, l'enfant ne voulait plus que !'on coupât l'arbuste , l'impressionnant ,mystère de Hugo von Hofmannsthal
parce que son petit cœur av~it senti que dans le monde, « J edermann », spectacle qui, si le temps est beau, est
même derrière la souffrance et la douleur, se montre représenté sur la place devant la cathédrale.
le visage béni de notre Père du ciel infiniment sage. Qu'est-ce que ce « J edermann »? c'est « chacun »,
Père, Dieu de sagesse, faites que moi, votre grand « tout homme », tout homme riche, qui mène une vie
enfant, je n'oublie jamais ce que Vous avez dit dans la d'insouciance et de dissipation, lorsqu'un fjour,à une
Sainte Écriture: « Je punis et je châtie tous ceux que table'abondamment servie, au milieu de gais com-
J'aime» (Apocalypse III, 19). Amen. pagnons, il entend tout à coup une voix, venant il ne
sait d'où, qui crie avec une lenteur effrayante : « J eeee-
deeeer-maaaaàaaaann ». J edermann écoute. Maintenant
il entend de nouvéau, venant d'un autre côté, tantôt
ici tantôt là, la voix de la mort qui appelle : « J eeee-
deeeeer-maaa:aaaann » . _
C'est Dieu qui a envoyé la mort et Jedermann doit i
paraître devant Dieu. Avec quelle figure épouvantée
DIEU EST INFIN IMENT JUSTE
LE SYMBOLE DES APOTRES

il implore un délai! Partir ainsi? Paraître devant Dieu fortune, mais suivant la valeur interne, d'après le droit
les mains vides? Accorde-moi seulement une paire et la justice.
de jours de répit. Rien qu'une paire de jours, Je vais donc vous entretenir aujourd'hui de Dieu:
demande-t-il à la mort. Finalement il obtient une heurè 1. qui juge sans acception des personnes; II. qui récompense
de grâce. « Maintenant cherche des compagnons pour et III. t)l'nit suivant la justice.
venir avec toi devant Dieu » lui dit la mort.
Et Jedermann commence à chercher; mais quelle
déception! Il demande ·à ses compagnons de plaisir l
de le conduire devant Dieu. « Comment? Oh! mais
non» et ils. s'enfuient épouvantés. Il demande à ses DIEU NE FAIT PAS ACCEPTION DES PERSONNES
parents les plus proches, il demande à la pécheresse
avec laquelle il vit, elle se sauve au comble de l'effroi.
~( Du moins le coffre-fort bien garni viendra avec moi ». 1) En disant que Dieu est juste, nous pensons
Non plus. · Maintenant le démon de l'argent aussi lui en premier lieu qu'Il ne juge pas d'après les apparences,
refuse ce service. mais sur la valeur intérieure de l'âme: non pas d'après
Pourtant l'heure passe. A peine quelques minutes. la beauté, la richesse, le bonheur, ni d'après le succès,
Finalement Jedermann se confesse avec une âme mais suivant l'intention qui a dirigé le travail. En
repentante et voilà que s'avancent d~ux formes bien d'autres termes, Dieu ne fait pas aaeption des pt'ysonnes.
faibles et chancelantes, ce sont les deux bonnes œuvres Saint Paul l'a clairement exprimé aiusi : " En bieu
qu'il a accomplies tant bien que mal pendant sa il n'y a pas acception des persollnes " (Romains II, 2).
vie. Et il n'y a qu'elles, elles seulement, pou.r s'offriT à Dieu ne fait pas acception des persollues, cette affir-
l'accompagner devant Dieu, devant Dieu infiniment mation nous tranquillise. Devant Lui peu importe que
juste. vous soyez mendiant ou millionnaire; faible ou fort,
Le drame est terminé ... le public se disperse ... mais . malade ou bien portant, ce gui décidera, c'est si vous
dans toutes les âmes vibre la sainte et apaisante pensée: avez fait bon usage de ce que vous avez reçu de LUi.
En vérité, seule la justice divine infinie peut fournir la Dieu ne donne pas à tous les hommes dans une
réponse aux angoissantes questions des injustices de mesure égale, mais Il donne à chacun autant qu'il lui
la vie d'ici-bas. est nécessaire pour atteindre sa fin dernière dans
C'est de la justice divine que je veux parler aujour- l'éternité. Il donne à chacun 'ce qui lui est nécessaire
d'hui. Le Dieu juste, impartial, qui ne récompense nil pour réaliser les plans divins. C'est d'après cela qu'Il
rie punit sur les apparences, d'après la beauté' ou la jugera, sans demander à tous la même chose. A celui

~)' ", h d. Ar. - T. T 16


242 LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST INFINIMENT JUSTE 243
à qui Il a donné cinq talents, il en réclam~ra ciD q au tres, connaît mieux et juge plus justement mes actes que
Il n'en demandera que deux à celui qui n'en aura reçu n'importe quel homme, que moi-même 1 Il a vu com-
que deux (S. Matthieu XXV, 14). , ment j'ai lutté, pour éviter la chute. .
2) Mai~ ' on peut dire dans un autre sens que Dieu La justice de Dieu me console même dan~ mes
fait acception des personnes, et cela nous tranquillise égarements. Combien luttent avec un courage surhu-
encore davantage. Il fait acception des perSOllnes, c'est- mai~ contre le péché, ils combattent, ils tombent, ils
à-dire qu'Il n'organise pas nos affaires suivant un modèle se relèvent, ils retombent. Je n'ai pas peur pour eux.
uniforme, mais qu'Il juge chacun individuellement, Dieu qui nous demande de pardonner chaque jour
suivant ses mérites. Il sait, et Lui seul le sait, avec au. repentir de notre prochain non pas sept fois, mais
quels penchants vous êtes venu au monde et avec quelle soixante-dix fois sept fois, Dieu ne se montrera pas
force et quel héroïsme vous avez essayé de vous débar- sans' pitié pour nous. Seul celui qui aime le péché,
rasser de ces liens héréditaires, et Dieu ne vous deman- seul celui qui y attache son âme, seul celui qui défend
dera compte que de vos propres fautes dont vous portez le péché, seul celui-là sera abandonné par Dieu dans
la responsabilité. Il sait que dans votre enfance, à la son endurcissement.
maison, on ne s'est guère occupé de vous, que votre Dès lors que Dieu ne fait pas acception des personnes,
éducation a été négligée et tout cela constituera autant il résulte que Dieu récompense et punit selon la justice.
de circonstances atténuantes. Il sait à combien de
tentations vous êtes exposé dans votre emploi, combien
de mauvais discours il vous ' faut entendre, combien
II
de mauvais exemples il vous faut voir. Il sait tout cela
et le mettra dans la balance, avant de juger.
DIEU RÉCOMPENSE SELON LA JUSTICE.
Le meilleur des juges de cette terre peut se tromper
en jugeant, Dieu ne se trompe pas. Il juge sur tout
avec équité. Il est le seul qui puisse juger nos actes Le Dieu juste récompense selon la justice. Notre-
avec justice. Vous pouvez Ùre injuste à l'égard des Seigneur Jésus-Christ a jugé bon . d'insister sur ' ce point
autres, le' confesseur lui -même ne lit pas clairement et sous des formes diverses : Il sait très bien quelle force
dans les âmes... vous-même vous ne pouvez pas confère pour l'observation des commandements de Dieu
touj () ur~ discerner jusqu'à quel point vous avez péché ... la pensée du Dieu rémunérateur. Aussi dans une de
mais le Dieu infiniment juste juge suivant la vérité et ses paraboles Il parle de son Père du ciel qui, le soir
l'équité. venu, appelle tous ses ouvriers, pour leur 'verser leur
Quelle consolation pour moi de savoir que Dieu salaire (S. Matthieu XX, 8). Dans un autre endroit, Il
244 LE SYMBOLE DES APOTRES
DIEU EST INFINIMENT JUSTE 245
fait dire à son Père parlant, lors d'un règlement de
c )mptes" à un serviteur fidèle: « C'est bien, serviteur œuvres, ton labeur et ta patience; je sais que tu ne peux
bon et fidèle, puisque tu as été fidèle en peu de choses, supporter les méchants)) (Apocalypse II, 2). Et celles-ci:
je t'établirai sur beaucoup; entre dans la joie de ton « Je sais où tu habites, là où se trouve le trône de Satan
maître )) (S. Matthieu XXV, 21). mais tu es fermement attaché à mon nom et tu n'a~
)Le divin Maître a encore enseigné cette chose plus . point renié ma foi » (Apocalypse II, 13). Et enfin :
extraordinaire que Dieu n'oublie pas même la plus « Je connais tes œuvres, ton amour, ta foi, ta bienfai-
petite bonne œuvre, telle qu'un verre d'eau: « Qui- sance et ta patience» (Apocalypse II, 19).
conque donnera seulement un verre d'eau fraîche à . Voilà notre plus grande consolation: la justice de
l'un de ces petits, parce qu'il est de mes disciples, je Dieu.
vous le dis en vérité, il ne perdra point sa récompense» N; faut-il pas qu'il y ait un Dieu juste POUl' manifester
(S. Matthieu X, 42). un jour la justice de Dieu?
Saint Pay.l aussi exhorte pareillement ses fidèles à Deux boxeurs se battent et les journaux leur cons a-
vivre chrétiennement: « Dieu n'est pas injuste pour crept des colonnes entières ... des milliers et des milliers
oublier vos œuvres et la charité que vous avez montrée de sœurs de charité passent toute leur vie à veiller la
pour son nom )) (Hébreux VI, JO). nuit auprès des malades et on n'écrit pas un seul mot
Et à la fin de sa vie de labeur, il se console lui-même à leur sujet. Ne faut -il pas qu'il y ait un Dieu juste?
ainsi: « J'ai combattu le bon combat, j'ai achevé ma Un homme colossalement riche vient à mourir;
course, j'ai gardé la foi; il ne me reste plus qu'à recevoir toute sa maison, ses propriétés, ses autos sont le fruit
la couronne de justice que me donnera e.n ce jour-là de la tromperie, de la ruse, de l'usure, mais le monde
le Seigneur, le juste Juge» (IIO Timothée IV, 7-8). n'en sait rien et il est enterré en grande pompe. E,n suite
Mais j'aimerais pàrticulièrement à insister sur ce meurt un père de famille qui s'est usé juur et nuit pour
dogme si consolant de notre foi qùe Dieu tient compte de que les siens ne meurent pas de faim. Il n'aurait eu
la bonne action la plus minime, accomplie en secret. qu'à fermer un peu les yeux sur le chapitre de
Personne ne sait ... ce que vous avez peut-être fait il y l'honnêteté ... ; mais il est demeuré honnête ... Et main-
a des dizaines d'années et que vous-même vous avez tenant il a laissé sa famille dans la pauvreté. Ne faut-il
oublié, alors que, en silence, vous aviez énormément à pas qu'il y ait un Dieu juste?
lutter contre votre nature portée au mal Oll'>'contre votre Oui, quelles que soient les tentations contre lesquelles
entourage mauvais .. ;- Dieu sait tout cela et pour tout nous luttons pendant cette vie, quelle que soit la diffi-
cela le Dieu de justice vous récompensera . .Écoutez culté d'observer les commandements de Dieu, l'encou-
encore ces paroles de Notre-Seigneur: « Je connais tes ragement du Dieu infiniment juste retentit à nos
oreilles : « Réjouissez-vous et soyez dans l'allégresse,
DIEll EST INFI N IMENT JUSTE 247
LE SYMBOLE DES APOTRES
C'est une chose étonnante de voir les hommes se
cai votre récompense sera grande dans les cieux »
servir en cette question d'une double mesure. Comme
(8. Matthieu V, 12). Oui, je crois en un Die,u infiniment
ils revendiquent leurs droits, même les plus petits, à
juste, c'est-à-dire je crois que toute bonne œuvre que je
J'écrard des autres 1 Comme ils réclament un Jfaitement
fais en cette m'e en union avec'Dieu, que tout renoncement, d l ' M aIS '
équitable,
b (
là où il s'agrt•
e eurs avantages.
que,_ tout acte de ,fidélité au devoir, que toute victoire
lorsqu'il s'agit de Dieu, des droits de Dieu contre eux,
mo~ale brillera un jour comme un dïamant étincelant
comme ils laissent facilement de côté la justice et comme
dans le diademe qui ornera mon front pour la vie éternelle.
ils s'affranchissent facilement des commandements de
Voilà ce que je crois, parce que je crois en Dieu qui
Dieu 1 Si troublante que soit cette troisième partie de
récompense selon la justice.
notre sermon, nous n'avons pas le droit de la passer
sous silence: le Dieu juste 'punit le mal selon la justice.
Notre-Seigneur Jésus-Christ, partout où Il pouvait,
III parlait toujours de Dieu rémunérateur; mais là où Il
DIEU PUNIT SUIVANT LA JUSTICE.
n'estimait pas cette idée assez forte contre les tempêtes
de la tentation ou bien là où Il se heurtait à l'obstination
des pécheurs, avec la même fermeté Il prêchait le Dieu
Cependant, mes frères, ne perdons pas de vue le
qui punit. « Je vous le di~ : au jour du jugement, les
deuxième trait du visage du Dieu de justice et voilà
hommes rendront compte de toute parole inutile qu'ils
pourquoi je suis obligé d'ajouter: je crois en Dieu qui
auront dite» (S. Matthieu XII, 36). Et, ailleurs: « Ne
punit selon la justice.
craignez pas ceux qui tuent le corps et ne peuvent tuer
1) Je sais que ce n'est P liS un sujet agréable.
l'âme; craignez plutôt celui qui peut perdre l'âme et
Il y a en Dieu des attributs auxquels on pense avec
le corps dans l'enfer » (S: Matthieu X, 28). Et nous
respect dans la prière, par exemple sa sainteté et son
savons quelles rudes paroles sont à maintes reprises
éternité. Il y a des attributs auxquels on pense avec
sorties de ses lèvres : « Malheur à vous, Scribes et
amour: la bonté et l'amour de Dieu, Il y ena qui nous
'Pharisiens hypocrites! « (S. Matthieu XXIII, 13-16). Et
remplissent d'étonnement: sa puissance et sa sagesse,
quelle amertume dans ces paroles dites au sujet de
Mais il y a aussi en Dieu un attribut qui fait battre
Judas: « Mieux vaudrait pour lui qu'il ne fût pas né »
le cœur humain , dont le nom éveille dans l'âme humaine
. (S. Matthieu XXVI, 24).
une peur légitime, c'est la justice punitive de Dieu.
Ah! si seulement à chaque tentation passait devant
Beaucoup frémissent devant elle, beaucoup tremblent
moi ~omme un éclair la face du Dieu infiniment juste!
devant elle, on aimerait à la nier ) il la mettre en
Ah! si seulement, lorsque les instants épouvantables
discussion.
LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST INFINIMENT JUSTE 249
,
de l'attrait pour le péché menacent de l'emportet· sur " rendra à c~acun suivant ses œuvres» (Romains II, 6).
moi, lorsque tous les démons à la fois se lancent contre Si donc je rencontre un méchant dans la pràspérité
moi, Iprsque le péché me flatte, me fait des promesses, sur cette terre, ma foi n'en sera pas ébranlée: ' Je me
chuchote; crie, me fait violence, me persuade, m'attire, rappellerai que Dieu est juste et que le jugement de
ah! si seulemept alors me revenaient en mémoire c~s Dieu sur cet homme est reporté dans l'au-delà. Mais il
paroles de Notre-Seigneur: « Le Fils de l'homme doit n'y a pas' d'homme, si méchant soit-il, qui, pendant
venir dans la gloire de son Père avec ses anges et alors sa vie, n'ait fait quelque bonne action et le Dieu juste
Il rendra à chacun selon ses œuvres» (S. Matthieu XVI, le récompense de ce peu de bien en cette vie, puisqu'Il
27). Ah! si seulement me venait alors à l'esprit le ne pourra plus le récompenser dans l'autre. Et si je
moment du Jugement où je serai debout devant le Juge! rencontre un honnête homme dans l'indigence et la
peine, ma foi n'en est pas ébranlée. Je me souviens
Quid sum miser tune dicturus,
qu'il n'y a pas d'homme en ce monde qui n'ait fait
Quem patronum rogaturus,
quelque mauvaise action et'le Dieu Ijuste lui fait eXpif'1
Cum vix justus sit securus?
ici-bas cette faute, pour pouvoir le récompenser li ns
l'autre vie.
Que dirai-je alors, qui appellerai-je à mon aide, , Oui, chaque fois que je vois un . méchant dans
lorsque les justes eux-mêmes trembleront devant Dieu le bonheur, je me rappelle ces paroles peut-être un peu
jugeant selon la justice? dures de Pazmany : « Lorsque vous destinez un bœuf
2) De cette idée que Dieu juge selon la justice découle .. à la boucherie, vous ne le faites pas travailler, mais
aussi une grande consolation au milieu des criantes vous le menez paître dans un riche pâturage et vous
injustices de la vie de cette terre. Que de fois on entend le laissez en liberté; mais ceh,ti que vous réservez pour
exhaler cette ' plainte : « Dieu est-il réellement juste? » votre service, vous l'~ttelez assez fréquemment, vous
Pourtant de combien de cruelles injustices la vie est-elle le mettez à la voiture et à la charrue et vous lui faites
remplie? Dieu est-Il juste? Mais alors comment est-il faire toutes sortes de travaux. Ah! si vous saviez pour-
possible que les méchants aient toutes leurs aises, tandis quoi ce riche est dans l'opulence, pourquoi ce seigneur
que les honnêtes gens meurent de faim? Dieu est-Il juste? est puissant! Vous en auriez pitié et vous n'envieriez
Mais alors comment regarde-t-Il avec indifférence le pas son sort »• .
triomphe du péché et l'oppression de la vertu? Chaque fois que je vois le bonheur du méchant, je
C'est ainsi que se creuse la tête et que se torture me rappelle ces paroles du psalmiste:
l'esprit, l'homme qui souffre, jusqu'à ce qu'il se sou- Ne portez pas envie aux méchants
VIenne que Dieu, selon l'enseignement de notre foi, Et ne soyez pas jaloux de ceux qui commettent l'iniquité
LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST INFINIMENT JUSTE

Car ils se dessécheront aussi rapidement que l'herbe mateur? et tous nos « pourquoi? » continuels ... qUI
Et tomberont bientôt comme les tiges des plantes. peut leur fournir la réponse?
Sois souwis au Seigneur et prie-Le. Personne ne peut répondre sinon la messagère de
Ne porte pas envie , à celui qui réussit sur sa route: ' Dieu, la mort qui un jour posera sa main glacée sur
Encore un peu et le pécheur ne sera plus. l'épaule de chacun de nous et nous criera: Jeeee-deeeer-
Vous chercherez sa place et vous ne la trouverez pas. maaaaann 1 Qui que tu sois, arrive maintenant... arrive
Les pécheurs périront devant le tribunal de Dieu infiniment juste. Et alors les
Ainsi que les ennemis du Seigneur, pieds qui dansaient si agilement sont paralysés, les
Dès qu'ils atteindront les honneurs et la grandeur mains avides deviennent rigides, les yeux séducteurs
Ils s'évanouiront comme la fumée (Ps. XXXVI). 'et tentateurs deviennent vitreux, les lèvres peintes
3) Oui, mes frères, si vous étiez tentés un jour, à blé missent et cela ne compte plus, que vous ayez une
cause de l'injustice de cette vie terrestre, de murmurer auto, de l'argent, une maison, une propriété, tout cela
contre la justice de Dieu, allez dans un cimetière et là, ne compte plus, sinon une seule chose : Avez-vous,
au milieu des tombes, votre âme indignée s'apaisera. pendant votre vie, accompli la volonté de Dieu? Et les
En effet la justice divine ne peut véritablement se méchants « s'en iront à l'éternel supplice et les justes
comprendre 'que dans le silence impressionnant du à la vie éternelle» (8. Matthieu XXV, 46).
cimetière. Alors aura lieu la représentation finale, la connais-
Quels efforts que nous fassions pour concilier les sance totale de la justice divine.
injustices inouïes de ce monde àvec la justice de Dieu,
qui pourrait dire qu'il a résolu , complètement ce
problème? Nous ne le comprendrons jamais totale-
ment, sinon dans l'autre vie, sinon au tribunal de
""
«=
.
Dieu. l ' Mes frères, la pensée de la justice divine se présente
Car dans cette vie? Ah! nous en avons des questions au premier coup d'œil, comme un dogme profondément
restées sans réponse. Pourquoi le soleil luit-il aussi sur émouvant et chose extraordinaire: l'âme chrétienne y
les méchants et non pas seulement sur les justes? trouve en même temps confiance et amour. Notre foi
Pourquoi la grêle a-t-elle ravagé les moissons de ce inébranlable en la justice divine a toujours été la marque
serviteur de Dieu, tandis que cet avare sans cœur a pu distinctive des chrétiens et des peuples chrétiens.
rentrer une magnifique récolte? Pourquoi cette jeune Chaque fois qu'un chrétien était persécuté, inqujété,
mère est-elle morte en laissant cinq orphelins? I;>ourquoi victime d'une injustice, il se consolait ainsi: La justice
le sol ne s'ouvre-t~ il pas sous les pieds de ce blasphé- de Dieu me dédommagera. « Et chaque fois que l'ennemi
"
/
DIEU EST INFINIMENT JUSTE 253 .
LE SYMBOLE DES APOTRES
monde qu'Il a donné son Fils unique, afin que qui-
victorieux traitait cruellement un peuple v~incu, on conque croit en Lui ne périsse point, mais qu'il ait
entendait toujours sur les lèvres du peuple ,dans la
la vie éternelle» (S. Jean Ill, 16).
détresse ces paroles consolantes : (( Le Juge éternel Si parfois la pensée du Juge sévère m'effrayait,
manifestera sa justice envers nous ... Je crois en la je me mettrais à genoux, le cœur plein d'u?e humb~e
justice éternelle de Dieu ». confiance, devant le petit enfant de Bethlehem, et Je
En fait, si j'ai la bonne volonté et si je veux faire tous ferais cette prière : Je crois en Dieu. Je crois en l'éternell.e
mes efforts pour être fidèle à Dieu, alors la justice patrie. Je crois en la divine et éternelle vérité. Je croas
divine ne me fera pas peur, mais elle m'encouragera à la félicité éterneLle q~i m'attend. Amen.
et me donnera un amour enflammé ... voilà une manière
de penser vraiment chrétienne.
Assurément nous connaissons aussi (( la crainte de
Dieu )J, mais elle· ne veut pas dire pour nous (( trembler
devant Dieu ». Il y a des hommes qui tremblent devant
Dieu comme devant un gendarme. Pourtant c'est vrai,
Dieu punit aussi. Et moi aussi je crains Dieu qui punit;
mais je L'aime encore plus, i'aime t'lmt fois plus le Dieu
qui récompens~ selon la justice. J'aime le Dieu juste qui
ne laisse pas sans récompense le verre d'eau donné à
celui qui a soif. Et pendant cette vie. je disperse, je sème
les petites semences d'invisibles bonnes œuvres, avec la
sainte croyance que de la plus petite de ces semences
sortira, à l'aurore de la vie éternelle, une fleur aux
couleurs magnifiques pour la couronne de victoire de
la bienheureuse éternité (Galates VI, 9).
Mes frères, Dieu est juste, Dieu est sévère, mais ...
mais Il n'est pas cruel, il n'est pas impitoyable. Son
visage ne montre pas les traits glacés d'un tyran, mais
d'un Père miséricordieux, prêt à pardonner. Précisé-
ment la fête de Noël qui approche proclame clairement
que le Fils de Dieu est venu Lui-même pour satisfaire
à la justice divine, car « Dieu a tellement aimé le
DiEU EST MISÉRI CORDIEUX 255
l'amour, de la patience et du combat. Mais si dès
. maintenant Vous me rappelez à Vous, je ne crains pas
de paraître devant Vous, car Vous êtes mon bon
Maître. Vous n'êtes pas un tyran, propriétaire
XVI d'esclaves, ni un despote cruel, mais mon bon Ma~tre,
mon Dieu plein de Miséricorde ». .
·C'est vrai, notre Dieu n'est pas seulement juste, mais
DIEU EST MISÉRICORDIEUX Il est aussi miséricordieux; et si dans notre dernier
sermon la pensée de la justice divine nous a émus et
même effrayés, je crois que le sujet de cette instruction,
qui traite de la miséricorde dÏ7Jine, nous relèvera, nous
MES FRÈRES,
encouragera et nous consolera.
1. Quelle consolation nous apporte la miséricorde de
Le 4 avril 397, dans la nuit du Vendre&.. Saint au Dieu? et II. quel devoir nous impose la miséricorde de Dieu?
Samedi-Saint, rendait son âme à Dieu, l'un des plus Telles sont les deux questions que je voudrais tirer au
grands hommes et des plus infatigables apôtres de Clair aujourd'hui. .
l'histoire de l'Église, saint Ambroise, évêque de Milan. Tout d'abord tâchons de pénétrer dans cette première
Elles sont bien émouvantes les quelques paroles · idée:
d'adieu qu'il adressa alors aux siens; elle nous offre
une sainte consolation la doctrine renfermée dans ses 1
derniers adieux. C'était le dernier sermon du grand
évêque : « J'ai vécu parmi vous, de manière à ne pas QUE~LE CONSOLATION NOUS APPORTE LA MISÉRICORDE
être obligé d'avoir honte, si jé devais encore demeurer DE DIEu?
un certain temps parmi vous. Mais je ne crains pas la
mort, parce que notre bon Maître est avec nous ».
Mes frères, pourrions-nous souhaiter, lorsque nous Je ne sais pas s'il existe en Dieu un attribut qui soit
sommes malades, une pensée plus' réconfortante que enseigné plus clairement, dans de nombreuses pages
celle-ci: « Seigneur, si Vous voulez que je vive plus de la Sainte Écriture et par les événements remarquables
longtemps, je veux passer aussi ces · nouvelles annees qui y sont rapportés, que la miséricorde; mais il est
sur le chemin pénible, mais béni, de Vos comman- certain qu'il n'yen a pas qui soit davantage susceptible
dements, sur le chèmin de la foi chrétienne, de de consoler les hommes qui luttent, peinent et chan-
d
LE SYMBOLE DJ,<:S APOTRÉS DIEU EST MISÉRICORDIEUX 257
celle nt que la pensée de la miséricorde de Dieu? b) Mais cette miséricorde divine nous ne la voyons
1) fltrè homme est, en effet, une destinée tragique. pas seulement en paroles, mais- aussi en faits. Que de
~tre ho~me signifie : aimer le bien et pourtant être moyens Dieu met en œuvre pour sauver le pécheur
incliné au mal. ~tre homme signifie : prendre avec de l'endurcissement et par suite" de sa perte! Avant
enthousiasme de nobles résolutions et ne pas avoir la d'envoyer les flots du déluge sur la terre coupable, Il
for~e de les mettre en pratique. ~tre homme signifie: délègue Noé pour prêcher aux hommes: si seulement
s'élancer vers Dieu et demeurer dans la fange. ils se convertissaient 1 Avant de détruire Sodome et
a) Que deviendrions-nous, si Dieu n'était pas miséri- Gomorrhe, quelle condescendance pour les marchan-
cordieux? dages d'Abraham! S'il y avait seulement cinquante justes
Que deviendrions-nous, si nous ne lisions pas à dans ces villes, ou trente ou vingt ou dix, Il leur ferait
propos de Dieu, dans le livre des psaumes, que « sa grâce : si seulement ils se convertissaient! Chaque fois
miséricorde s'étend sur toutes ses œuvres» ?(Ps. CXLIV, que le peuple d'Israël s'insurge contre Dieu, Il lui
9)· envoie des prophètes : si seulement il se convertissait!
Que deviendrions-nous, si Dieu n'avait pas dit Et comme tout cela ne sert de rien et que l'humanité
Lui-même par le prophète Ézéchiel: « Je ne veux pas la s'enfonce toujours davantage dans le péché, Il lui envoie
mort du pécheur, mais qu 'il se convertisse et qu'il encore son Fils unique: si seulement elle se convertissait 1
vive»? (Ézechiel XXXIII, 2). Voilà notre consolation : la miséricorde infinie.
Que deviendrions-nous, si, après nos chutes, Dieu ne 2) Et puisque la lecture de la Sainte Écriture nous
demeurait pas notre dernière ancre de salut, Lui don t apprend tout cela de la miséricorde divine, puisque nous
saint Paul dit « qu'Il est le Père des miséricordes )l pourrions ,encore y lire bien davantage sur ce sujet,
(lIO Corinthiens l, 3) et qu' « II est riche en miséri- potre âme repentante s'ouvre à l'espérance du pardon
cordes \) ? (Éphésiens II, 4). de nos péchés. Aussi la foi chrétienne n'hésite-t-elle
Oui, nous autres hommes qui chance/ons sans cesse, pas à promulguer cette affirmation presque incroyable :
nous n'avons que cette consolation . Notre consolation, Tout péché peut être pardonné. Il n'y a pas de péché
c'est la miséricorde divine dont nous parle Notre- ici-bas, quand ce serait le crime le plus affreux, que
.Seigneur Jésus-'christ : « Je vous le dis : il y aura plus la miséricorde divine ne veuille pas pardonner au
de joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se repent, pécheur repentant. Il n'y a pas d'existence, quand elle
que pour quatre-vingt-dix-neuf justes)) (S. Luc XV, 7) . ne serait qu'une longue suite d'années passées dans le
C'est ainsi que se réjouit le Dieu de miséricorde, péché,que la miséricorde divine ne veuille pardonner
lorsqu'Il retrouve la brebis perdue, et lorsque l'enfant au pécheur résolu à s'amender. D'un seul pécheur
prodigue revient à Lui. Notre-~eigneur a dit qu'il ne serait pas pardonné,
~

Syrob. d. Ap . - 1'. 1 17
LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST MISÉRICORDIEUX 259
c'est le pécheur endurci. Mais celui-ci ne veut pa.t parce qu'XI est bon, parce que sa miséricorde est
être pardonné. éternelle n (Ps. CXXXV, 1).
Mes frères, notre âme abattue, en lutte avec les 3) Si nous pensons ainsi, mes frères, au sujet de la
esprits du mal, sent bien quelle puissance vivifiante miséricorde de Dieu, alors nous. ne se-rons pas scanda-
sort de cet article de foi : tout péché peut être lisés"par un article de foi, trop austère en apparence,
pardonné. de la religion chrétienne. ' .
En effet quelle âme n'est pas plongée dans la tristesse, Bien souvent on entend les gens s'écrier avec indi-
quand elle songe à son passé? Qui' donc, après mûre gnation : Il y a dans le christianisme un dogme épou-
réflexion, ne serait pas épouvanté de la masse de folies, vantable : la damnation de ceux qui meurent en état
de légèretés, d'erreurs, de faux-pas, de chutes, accu- de péché mortel. Tout dépend de la dernière minute :
mulés au cours de sa vie? Qui n'implorerait pas avec le ai-je un péché grave ou non? Et si durant toute ma vie,
psalmiste: « Seigneur, ne Vous souvenez pas des fautes j'ai été honnête et si j'ai toujours observé les comman-
de ma jeunesse et de ,mon ignorance n? (Ps. XXIV, 7). dements de Dieu, mais si j'ai commis une seule fois
Mais lorsque le dégoût de la vie et le désespoir un péché grave et que je meure à cet instant, alors
menacent de nous écraser, alors apparaît devant nou~ je suis damné. N'est-ce pas un dogme affreux: être
la douce figure du 'Dieu infiniment miséricordieux, du damné pour un seul péché mortel?
Dieu de miséricorde qui n'a pas jeté la pierre à la Il Yen a beaucoup pour exhaler ces plaintes indignées,
pécheresse repentante, du Dieu de miséricorde qui a que . leur répondrons-nous? Que le christianisme
jeté un regard de compassion sùr Pierre qui l'avait n'enseigne pas ce dogme? Nous n'en avons pas le droit.
renié; qui n'a pas écarté de ses pieds Madeleine, la Ca~ il l'enseigne réellement ..
pécheresse en pleurs; ' qui est entré dans la maison du Alors quoi dire?
publicain; qui a accueilli dans son paradis le bon larron Que quiconque meurt avec son âme en état de péché
converti à sa dernière heure. mortel est damné.
Telle est la miséricorde de Dieu. Un jour un flatteur « C'est donc une doctrine cruelle et injuste, réplique-
disait à César: « Seigneur, tu n'oublies jamais rien dans t· on:' Si j'ai été honnête toute ma vie et que finalement
ta vie,~'sinon les injures qui t'ont été faites n. C'était je tombe dans le péché mortel... »
. une flatterie à l'égard de César, mais c'est une sainte Attendez, mes frères, attendez. Je suis obligé de
réalité à l'égard de Dieu. Non seulement Il pardonne vous contredire, car vous n'êtes pas dans la vérité.
le péché, mais Il en efface le souvenir dans la générosité Vous n'êtes pas du tout dans la vérité. Le péché mortel
de son amour. Et si j'y réfléchis, mon âme inondée de n'est pas un piège caché dans lequel on tombe, sans ;
joie s'écrie avec le psalmiste: « Louez, le Seigneur, s'en rendre compte. Le p~ché mortel n' est pas un éclair

r ,
DIEU EST MISÉRICORDIEUX
260 LE SYMBOLE DES APOTRES

En réalité que voit de tout cela, même le juge leplus


dans un ciel serein. Le péché mortel n'est pas urie chose
perspicace de la terre? Bien peu de chosès. Parfois
·en l'air. Avant que l'homme ait commis un gros péché,
même rien du tout. C'est précisément pourquoi un
un péché mortel, il y a eu une longue chaîne de fautes
juge consciencieux est souvent en proie au cours des
plus ou moins grandes. Celui-là donc qui a servi Dieu
débat~~à une véritable torture morale, lorsqu'il doit
~oute sa vie, est pour ainsi dire psychologiquement
prononcer un jugement dans une affaire pénale impor-
~ncapable de commettre un péché mortel.
tante. Comme elle est étroite et bornée notre justice
Oui, celui qui meurt dans le péché mortel est damné
humaine! Malheureusement elle appartient à notre
mais seul Dieu qui sait tout peut juger si le péché d;
cet homme était un péché mortel. . humanité bornée elle aussi.
Mais c'est tout autre chose en Dieu « qui sonde les
4) Si nous réfléchissons, nous SatSlssons alors
reins et les cœurs », en Dieu qui sait tout. Précisément
l' ess~n!iel d~ l~ miséri~orde divine et nou~ pouvons
pour cela nous sommes sûrs que, lors de la dernière
conczZzer la }ustzce de Dzeu avec sa miséricorde.
séance du grand procès de l'humanité, au jour du
To~s nous connaissons la représentation de la justice
Jugement Général, il y aura pour le monde de très
humame: c:tte figure aux yeux bandés, par laquelle
grandes surprises Alors nous entendrons porter une
on veut mdlquer que la justice ne regarde ni à droite
condamnation sans appel contre des hommes dont le
ni à gauche, qu'elle est impartiale et ne fait pas acception
nom ici-bas était auréolé de gloire, tandis que resplen-
des personnes.
diront et se réjouiront pour l'éternité ceux que le monde
Mais si 'nous examinons davantage cette reproduction
avait méconnus et méprisés.
symbolique, nous lui trouvons bientôt un grand défaut
auquel, il est vrai, nous .autres hommes, nous n~
Et nous avons une .réponse consolante à opposer à
nos contradicteurs: C'est précisément, parce que Dieu
pouvons rien changer. Nous représentons la justice
rend ses jugements avec justice, en se basarit sur sa
les yeux bandés et pourtant il faudrait plutôt la repré-
science infinie, que Dieu n'est pas seulement juste, mais
se~ter les. yeux grand ouverts : avec des yeux qui
encore miséricordieux. L'homme bien souvent n'est
VOlent clairement, profondément et partout, comme les
pas miséricordieux, ' n'est pas indulgent, parce qu'il
rayons X0En effet seul peut exercer intégralement la
ne connaît pas les circonstances atténuantes. Mais
justice un juge qui discerne tout, qui aperçoit les ressorts
Dieu ,sait tout et eil Lui la justice et la miséricorde
les plus cachés d'un acte, qui voit tous les replis d'une
sont en parfaite harm()nie : Dieu est juste, sans être
âme d'.accu~é : dans quel milieu on a frandi, à'-'quelles
~ar trop sévère, miséricordieux, sans être par trop
mauvaises mfluences on a été expose, contre quelles
mdulgent. Dieu ne juge donc personne plus sévèrement
tendances mauvaises héréditaires il a fallu lutter et après ,
qu'il le mérite, mais plutôt avec une bonté, une chàrité,
t_o~t cela la part de responsabilité personnelle du coupable.
LE SYMBOLE DES APOTRES
DIEU EST MISÉRICORDIEUX
une soI1icitude telles que l'homme le plus miséricordieux
ne pourrait en manifester. , d'un malfaiteur'condamné à mort, ,mais ce fut en vain.
5) Notre sainte religion l'a toujours su et proclamé. Pendant trois jours il l'assiégea et fit appel à t~us ses
. Et parce qu'elle l'a toujours cru et publié, nous com- moyens de persuasion pour l'empêc~er ~e m.ounr ~a~s
prenons cette chose singulière que l'Église catholique l'endurcissement, mais tout demeura mutile: Il ne f~lsalt
ne s'est jamais prononcée sur la damnatio11; d'aucun homme. que blasphémer davantage et refusait avec des plal~a~­
N'est-il pas surprenant, mes frères, que l'Église teries cyniques de se confesser. Comme on le co~dU1sa~t
catholiqu~ ait proclamé officielle!nent au sujet de à la place des exécutions, le prêtre l'accornp~gna, m~s
Plilliers et de milliers de personnes qu'elles étaient en vain; là encore il fut repoussé. Alors le pretre perdIt
certainement dans le ciel, c'est ce que l'on appelle p~tience et il s'écria : « Venez voir co.m:.nent me~rt
canonisation, et que cette même Église n'ait encore un damné ». Or savez-vous quelle deVait etre la sUIte
déclaré d'aucunhomme qu'ilfût en enfer, qu'ilfût damné? de cette apostrophe? Quarante ans plus tard on .intro-
Cette même Église catholique qui enseigne que ceux duisit la cause de canonisation de ée prêtre. Les, miracles
qui meurent en état de péché mortel sont damnés et qu'il avait opérés furent prouvés et cepe~dan.t il ne
qui ne permet pas de célébrer la sainte messe pour les fut pas canonisé, à cause des parole,s; q~e Je vle~s de
damnés, cette même Église offre le Saint-Sacrifice pour vous rapporter. Ces paroles e~ effet n etaient pas dlg~es
n'importe quel défunt, même pour le criminel qui vient d'un saint, ni de la foi catholique (Gratry, La Phtio-
d'être exécuté, parce 'qu'elle laisse à la miséricorde de sophie du Credo, Paris, p. 188). " ..
Dieu le soin de prononcer le jugement, dans la mesure Ah! c'est que Dieu est la miséricorde 11l~me. D~ Jud~s
où l'homme est responsable de son forfait et son péché seulement nous savons, c'est la Sainte Écnture qUI le dIt,
atténué par la naissance; l'éducation, le rriilieu et qu'il est damt;lé. Mais si , ce malheureux apôtre, ,à son
l'hérédité. Nous ne le savons pas ... personne au monde dernier moment, avait eu le reg:et de ses peché,~'
ne le sait ... sinon Dieu qui sait tout. Amenez les plus jeté la corde avec laquelle il vou,lalt s~ pendre, .et s xl
grands criminels du 'monde, amenez les tyrans qui se s'était agenouillé aux pieds de saint PIerre en disant:
sont baignés dans. le sang, amenez les bourreaux des « Frère, écoute ma confession. J'ai commis un péché

premiers martyrs chrétiens .~t demandez à l'Église : infini~ent grave. J'ai trahi le Maître », ~avez.-vous ce
Ont-ils été damnés? et la réponse de l'Église sera que saint Pierre aurait répondu? « Frère, Je SU.IS en~ore
celle-ci: « Nous ne savons pas, nous ne sav0l,lS pas ». un plus grand pécheur. Je L'ai renié trois fOlS. Ale le
A Rome ~vivait ' jadis un prêtre fort pieux que le repentir de ton péché. Jete pardonne 'au nom de Jésus j
peuple .appelait « le saint» et qui avait opéré déjà des miséricordi~-qx ».
miracles, Il voulut un jour entreprendre la conversion De Judas seulement nous savons qu'il est damné:)
Il est damné, parce qu'il l'a voulu.
,LE SYMBOLE DES APOTR ES - DIEU EST MISÉRICORDIEUX
,
Et ces paroles sont pour nous une grande consolation, siens II, 4), mais cela implique une condition sérieuse
un baume et un apaisement pour notre pauvre âme que Notre-Seigneur a proclamée clairement et ouver-
dans l'angoisse. Oui, Dieu est sévère et juste, mais Il est tement dans une _bien saisissante parabole. Et cette
aussi miséricordieux, c'est pourquoi ·personne n'est condition la voici : Si nous voulons que Dieu soit
damné, à moins qu'il le veuille. Comme il est émouvant miséricordieux envers nous, alors il faut que nous soyons
d'entendre sur les lèvres de Notre- Seigneur avec quel nous-mêmes miséricordieux envers noire prochain.
amour Il voulait sauver Jérusalem ,! mais Il ne réussit Lorsque le serviteur impitoyable fut jeté en prison,
pas, parce que ses habitants ne voulurent pas. « Jéru- Jésus en tira cette conclusion: «( C'est ainsi que vous
salem, Jérusalem 1 )) telles sont les paroles de reproche traitera mon Père céleste, si chacun de vous ne pardonne
du Sauveur (ce sont les mêmes pour toute âme damnée) à son frère du fond de son cœur )) (S. Matthieu XVIn~,
« que de fois j'ai voulu rassembler tes enfants et tu ne 35). Et j'avoue que je ne peux pas comprendre que
l'as pas voulu! » (S. Matthieu XXIII, 37). quelqu'un lise' ces paroles décisives et dise pourtant:
Dieu de miséricorde, faites que je n'entende pas sur « Non, il m'a offensé à mort. Je ne lui pardonne plus )).
vos Ievres, au jour du jugement: C'est toi qui n'as pas N'entendez-vous pas, mes frères? : « C'est ainsi que
voulu, c'est toi qui n'as pas voulu. vous traitera ' mon Père céleste, si vous ne pardonnez
pas )).
Notre-Seigneur nous fait demander dans nos prières
que Dieu nous pardonne nos off.enses, comme nous
II pardonnons aceux qui nous ont offensés (S. Matthieu yI,
I2). Et il y a des hommes qui traînent au dedans
Nos DEVOIRS ENVERS LA MISÉRICORDE DE DIEU.
d'eux-mêmes pendant des années, le poison et la flamme
de la colère et de la haine: « Non, je ne lui pardonnerai
Je me suis tellement arrêté, mes frères, sur l'idée jamais ).
des consolations que nous apporte la miséricorde divine Le divin Maître nous dit encore : cc Car si vous
qu'il me reste à peine encore suffisamment de temps pardonnez aux hommes leurs offenses, Votre Père
pour traiter des devoirs que nous impose la miséricorde céleste vous pardonnera aussi. Mais si vous ne par-
. de Dieu. Pourtant, ,s'il est naturel de s'arrêter plus donnez pas aux hommes, votre Père ne pardonnera pas
volontiers sur les consolations de la miséricorde divine, non plus vos off~nses ) (S. Matthieu VI, 12). Et il
nous n'avons pas le droit de laisser de côté l'autre y a des hommes qui peuvent dire de leur prochain ;
conséquence de la divine miséricorde. cc Non, je ne lui pardonnerai jamais ));

C'est vrai, Dieu est « riche en miséricordes )) (Ephé- Mes frères, ne nous faisons pas d'illusions. Si nous
LE SYMBOLE DES APOTRES ' DIEU EST MISÉRICORDIEUX "

voulons que Dieu soit miséricordieux envers nous, alors ils étaient toujours miséricordieux, toujours prêts à
nous n'avons pas le droit d' ~tre impitoyables pour notre !)ardonner.
, prochain. En ce monde, il n'y a pas de riche qui n'ait « Mais je ne suis pas un saint» direz-vous peut-être?
besoin de miséricorde et il n'y él,pas de pauvre qui ne ' Sans doute vous n'êtes pas un saint. Malheureusement
puisse pas pratiquer la miséricorde. nous tous nous ne sommes pas des saints. Mais préci-
Jetons un regard en arrière sur notre vie; que de fois sément parce que nous sommes de pauvres hommes,
nous aurions dû humblement nous frapper la poitrine pécheurs et portés au mal, qui avons sans cesse besoin
en disant : Seigneur ayez pitié de moi qui suis un de la miséricorde divine, soyons aussi indulgents,
pécheur. Et il n'est pas nécessaire d'aller chercher dans prompts à pardonner à l'égard de notre prochain et
notre passé des énormités, comme des meurtres, des souvenons-nous de ces paroles de l'apôtre saint Jacques :
vols, des parjures, des infidélités, des péchés d'impureté. « Car le jugement sera sans miséricorde pour , celui
Non, ce sera suffis'int de nous rappeler nos nombreuses qui n'aura pas fait miséricorde» (S. Jacques II, 13).
ingratitudes, nos vanités, nos caprices, notre égoïsme,
nos manquements au devoir, cela suffira à faire baisser
notre tête si fière devant Dieu.
Et quand l'homme se trouve .ainsi devant Dieu, Mes frères, mes deux dernières instructions ont traité
à découvert, sans voile, dans sa honte, alors osera-t-il de la justice et de la miséricorde de Dieu. Il y a des
encore s'enorgueillir, juger témérairement les autres, hommes pou~ qui c'est tout un problème que de
être susceptible, nourrir de la haine, être impitoyable? concilier la justice de Dieu avec sa miséricorde. Ils se
Osera-t-il àpercevoir la paille dans l'œil d'autrui? cassent la tête sur cette question: Quel estJe plus grand
Osera-t··il balayer devant la porte des autres? Osera.. t-il de ces deux ilttributs divins: la justice ou la miséricorde?
être le crapaud qui remplit les ~irs de ses bavardages Si nous voulons ponner une réponse précise, nous
et de son indignation contre la boue et oublie que ne pouvons que dire: l'un n'est pas plus grand que
lui-même est assis dans la fange? Osera-t-il dire avec l'autre, car Dieu est infini en toutes ses perfections.
orgueil, comme le pharisien dans le Temple ,: « Seigneur, Mais si nous pensons à la manière humaine, Mors
je Vous rends grâce de ce que je ne suis pas un pécheur nous _pouvons répondre : la miséricorde de Di;.u/,,\est
comme cet homme qui est à cÔté de moi ». Mes frères, plus grande qu~ sa justice, tout au moins ellè' nous
. représentez-vQ\ls quelqu'un qui est vraiment .bon, paraît être plus grande. En effet, lorsque la justice de
vraiment pur, représentez-vous un saint, est-ce qt."il Dieu nous punit, et nous remet sur le bon chemin"
pourrait parler ainsi? Les saint~ étaient'" toujours elle n'agit ainsi que pour nous faire profiter de saJ
humbles, ils priaient toujours pour leur prochfün, miséricorde.
268 LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST MISÉRICORDIEUX

Nous avons du reste un signe infaillible de la ffilse- demeu'rer une seule minute en cet état, je ne pourrais
ri corde divine, le fait que le Fils de Dieu s'est fait homme pas y vivre sans rep.entir, dan~ .l'endurc,issement.
pour que Dieu mantfeste sa miséricorde envers nous. C'est pourquoi, Père, Je me préczptte vers - Vous, Je
.
P Ulsque nOlIS avons souleve'1a questIOn, . ' .efforcons-
.. m'attache à Vous. Aidez-moi à arriver jusqu'à Votre
nous d'en tirer une leçon. La miséricorde de Dieu est cœur -si bon et si miséricordieux, où je réciterai éternel-
plus grande que sa justice (tout au moins à nos yeux); lement cette prière: « ' Béni soit Dieu... le Père des
donc je veux ressembler au Dieu de miséricorde, par misériéordes et le Dieu de toute consolation)) (lIO Corin-
ma èonduite à l'égard de mon prochain: je veux plutôt t\liens I, J). Amen.
être miséricordieux envers lui que dur, lui . pardonner
que le haïr, lui témoigner compréhension et indulgence
que l'offenser. « Bienheureux les miséricordieux, car
ils obtiendront miséricorde » (S. Matthieu V, 7), ces
paroles du Maître retentissent à mes oreilles. « Soyez
miséricordieux comme votre Père est miséricordieux.
Ne jugez pas et -vous ne serez pas jugés... pardonnez
et l'on vous pardonnera» (S. Luc VI, 36). Si je suis
miséricordieux pour mon prochain, alors, mais alors
seulement j'apercevrai, moi . ~ussi, sur la face bénie
de Dieu, un trait comme il n'yen a pas de plus conso-
lant, de plus réconfortant, de plus exaltant pour
l'homme : je verrai le Diep de la miséricorde.
Il n'y a pas de vie humaine, si mauvaise soit-elle,
sur laquelle ne puisse s'exercer la miséricorde divine,
si l'on retourne à Dieu avec le repentir de ses péchés.
Il n'y a pas de pécheur, si vieux et si endurci soit-il,
qui ne puisse obtenir son pardon, s'il se tourne vers
Lui avec un cœur contrit.
Dieu"de miséricorde, je ne demande qu'une seule
chose. Ne permettez pas que la glace du péché mortel
touche mon âme. Mais si un jour d'une manière quel- ,
conque elle venait à la toucher, je ne voudrais pas
DIEU EST PATIENT 27 1
pour crier que tu existes en réalité, et que c'était de
ma part une témérité de te nier. Mais la foudre ne
tombe pas, je me relève bien portant et je quitte ta
maison. En un mot: tu n'existes pas )J.
C'est ainsi que blasphème le malheureux poète et
XVII l;âme du lecteur se soulève et s'écrie avec amertume:
i< Seigneur, pouvez-Vous supporter pareilles paroles?
N'avez-Vous plus de foudre, de main vengeresse pour
DIEU EST PATIENT
réduire ce méchant en poussière? )J
Ainsi se manifeste l'indignation de l'homme.
Que pense DieU: de tout cela?
MES FnÈRES, Qu'est-il advenu du poète après avoir écrit ces vers,
\ '

nous ne le savons pas. Que lui est-il arriyé pendant


Un poète français (Jean Richepin) a publié un recueil les années suivantes, nous ne le savons pas.
de poésies rempli des plus affreux blasphèmes. Une de Si Dieu n'était pas aussi extraordinairement patient,
ces poésies a pour titre : « Prière d'un athée )J. ' Il l'aurait certainement foudroyé à l'instant même où
Qu'y a-t-il dans cette poésie? Une épouvantable . il écrivait ces vers blasphématoires. Si Dieu n'était pas
provocation contre Dieu. Ne soyez pas scandalisés, si patient, cet homme aurait été depuis longtemps
si je vous en indique brièvement le contenu. une proie de l'enfer. Lui et, hélas! beaucoup d'autres
J'entrai dans une église, c'est le poète qui parle, avec lui peut-être ... Si Dieu n'était pas patient.
et là agenouillé sur la froide pierre, j'adressai à Dieu Mais Dieu est patient, infiniment patient, c'est une
cette prière :, « Je te nie et je ne courberai jaIl!ais ma grande consolation pour nous et aussi un sérieux
tête sous ton joug. Mais je veux encore t'adresser une avertissement.
dernière prière. Me voici à genoux devant toi, dans 1. Qu' est~ce que ,la patience divine? et II. Quel aver-
ta maison. Regarde-moi et mets 'un ,terme aux luttes tissement nous donne la patience de Dieu? Telles sont
de mon"' âme. Si tu existes véritablement, alors fais les deux questions auxquelles je voudrais répondre
descendre un éclair meurtrier sur ma tête, pour me punir dans la présente instruction;
' dignement de mon -' incroyance. J'attends' désormais
ton feu vengeur, fais-le tomber sur moi. Et si la
foudre tombe sur moi et que mon âme se dispose à
abandonner ce corps mortel, mon dernier soufRe sera

l
272 LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST PATIENT 273
que nous avons peu de temps. N'est-il pas inquiet,
:agité , nerveux, impatient celui qui manque de temps?
1
Mais Dieu est patient, parce qu'Il est éternel. Pour Lui
une seconde a la même durée qu'un siècle pour nous.
QU'EST-CE QUE LA PATIENCE DIVINE?
b) Ah! quel bonheur pour nous, quel immense bonheur
que Dieu soit aussi patient envers nous! Que deviendrions-
Soit que nous lisions les paroles de la Sainte Écriture, nous, si Dieu était aussi impatient que nous autres
soit que nous considérions la longanimité manifestée hommes avons l'habitude de l'être?
par Dieu dans le gouvernement du monde, nous sommes Voici une mère de famille en pleurs.
étonnés de la merveilleuse patience de Dieu et à « Mon Père, je ne puis plus endurer ce que mon
tel point que l'homme dans son impatience, s'en scan- grand fils me fait souffrir. Toujours la même comedie.
dalise même bien souvent. Des dettes, des créanciers... de belles promesses,
1) De fait, la Sainte Écriture ne cesse pas de pro- je paie et la semaine suivante recommence la même
clamer la grandeur de la patience divine. histoire. Je n'en puis plus ... mes nerfs sont à bout ».
a) Dans le ' livre de l'Exode Moïse parle ainsi de Certes qui n'aurait pas pitié de cette mère désolée?
Dieu: « Dieu miséricordieux et compatissant, lent à Nous savons bien quelle destinée lamentable représente
la colère, riche en bonté et en fidélité, qui conserve l'obligation de supporter ' le fardeau de la vie avec
sa grâce jusqu'à mille genérations» (Exode XXXIV, 6). quelqu'un dont il faut endurer les mille imperfections,
Une autre fois Moïse exprime encore la même pensée : changements d'humeur et autres défauts. Mais souve-
« Le Seigneur . est lent
, à la colère et riche en bonté,, nons-nous, mes frères, que Dieu endure bien davantage,
Il pardonne l'iniquité et le péché» (Nombres XIV, 18). en supportant l'homme. C'est ainsi qu'Il endure notre
Le prophète Isaïe dit de son côté : « Le Seigneur inconstance, notre versatilité qui pousse notre âme
attend pour vous faire grâce» (Isaïe XXX, 18). Le çà et là, de seconde en seconde, comme un pendule.
prophète Jonas à son tour fait cette prière : « Je sais Tantôt nous sommes à Dieu, tantôt au péché; tantôt
que Vous êtes un Dieu miséricordieux et clément, nous avons la foi, tantôt nous chancelons dans notre
lent à la colère et riche en grâce» (Jonas IV, 2). Mais foi. Tantôt nous prenons notre essor, tantôt nos ailes
toutes ces ..... paroles sont dépassées par celles de retombent tristement. Tantôt nous prions devant le
saint Pierre: « Le Seigneur use de patience envers vous trône de Dieu, tantôt nous nous· écroulons brisés dans
ne voulant pas qu'aucun périsse, mais que tous viennent un sombre'-Îlbîme.
à la pénitence» (110 S. Pierre 111,-'9). Et alors, après cette chute affreuse, nous sommes
Nous les hommes, nous sommes impatients, p~rce saisis d'une grande amertume: « Non, cela ne pt:uL pas

S yrnb. d. Ap . - T. l 18
274 LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST PATIENT 275
durer àinsi. Je me lèverai et je retournerai chez mon un saint Matthieu? La pécheresse aurait-elle pu devenir
Père ». Vous changez de conduite et la semaine suivante une sainte Madeleine? Saul, le persécuteur des
vou~ retombez et vous voilà au même point qu'aupara- chrétiens, ' serait-il devenu saint Paul? Augustin, le
vant. Et l'on recommence et toujours pas de succès. pécheur, serait-il devenu saint Augustin? Mais à quoi
Pour bien des hOrrimes, . le livre de la vie ne fait que bon poser tant de questions? Que serait-il advenu de
présenter de nouveaux alinéas, des fragme~ts tragiques moi; où serait maintenant ma pauvre âme, si Dieu
inachevés. n'avait pas étépati'ent envers moi et s'Il m'avait châtié
En vérité, la patience divine est aussi grande qu'incom- dès mon premier gros péché?
préhensible, elle est presque inconcevable. b) Et savez-vous pourquoi Dieu retarde le châtiment?
2) Mais si je pense ainsi de moi-même, je ne me C'est non seulement dans l'intérêt du pécheur, mais
scandaliserai pas de cette patience divine souvent inco~­ c'est aussi pour que la punition du méchant ne frappe
prékensible, au contraire je la bénirai. pas également des innocents. Il n'existe pas d'homme
Beaucoup en effet s'en scandalisent. Nous aurions qui vive pour lui tout seul dans le monde; chacun fait
voulu anéantir sur place le poète blasphémateur. partie d'une famille, d'une société. Bons et méchants
Nous aurions voulu que la terre engloutisse les voleurs vivent dans la même chambre, purs et impurs dans la
d'églises qui dispersent et foulent aux pieds les Saintes même famille; si le Seigneur punissait imqlédiatemeilt
Espèces. Comme les apôtres, nous sommes bien souvent le méchant, il frapperait aussi l'innocent. Il attend donc
indignés contre les Samaritains inhospitaliers : « Sei- jusqu'à la moisson, jusqu'au Jugement. Il préfère dire:
gneur, voulez"'vous que nous commandions que le feu « Laissez croître l'un et l'autre jusqu'à la moisson, et
descende du ciel et les consume? » (S. Lu'c IX, 54). au temps de la moisson je ' dirai aux moissonneurs :
M ais Notre-Seigneur les rappelle à l'ordre: (\ Vous ne Cueillez .d'abord l'ivraie, et liez-hi en gerbes pour la
savez pas de quel esprit vous êtes. Le Fils de l'homme brûler, et amassez le froment dans mon grenier )\
est venu, non pour 'perdre les âmes, 'mais pour les (S. Matthieu XIII, 30).
sauver» (S. Luc IX, 55-56). Comme elle est grande, presque incompréhensi-
Quel bonheur que bieu ne soit pas aussi impatient blement grande, la patience de Dieu!
, et ne frappe pas le pécheur à l'instant même où il
commet le péché!
Dieu retarde le châtiment dans l'intérêt du pécheur
et dans l'intérêt de son entourage.
a) Qu'adviendrait-il du monde, si Dieu n'était pas
aussi patient? Le publicain Lévi aurait-il pu devenir
LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST PATIENT 277
déchirant jusqu'au sang, mais avec patience et persé-
vérance. Les tentations ne me laissent pas de repos? ..
11 le péché ne cesse de m'épier? tant de choses m'irritent ...
qu'importe, je ne me laisserai pas déconcerter, les
()UELS DEVOTRSNOUS TMPOSE LA PATTENCE DIVTNE? vagues -.{le pé~étreront pas ' dans les profondeurs de
mon âme : je serai patient envers moi-même. '
Ma foi était ferme et un jour, je ne sais pas comment,
Si Dieu montre autant de patience à l'égard de ilOS
je suis assailli de doutes angoissants, mon âme a le
, chutes perpétuelles et de nos imperfections, il nous
sentiment d'être abandonnée. Ma vie morale est pure
faut en déduire deux importantes conséquences.
et un jour surgissent devant moi, je ne sais comment,
Deux leçons qui sont pour nous un grave avertissement.
de~ ima.ges légères. Que vais-je devenir? Mais si je
1) De la longanimité divine découle nécessairement
SUlS patlent envers moi-même, je continuerai"à' réciter
pour nous cette exhortation : Dieu est patient, donc il
tranquillement le symbole des apôtres, au milieu de
faut que je le sois aussi.
ces pensées impies et je détournerai de ces pensées
Il faut que je sois patient a) env~rs moi-même;
légères mon intelligence vers d'autres objets. Mais si
b) envers, mon prochain et c) pour ma propre vie.
je n'ai pas de patience? Alors je sauterai, je tressail-
a) :Ëtre patient envers nous-m€mes. Vous ne pouvez
lirai, je me rongerai, je me torturerai moi-même, et
pas vous imaginer combien l'homme est impatient
mon état d'âme sera encore plus insupportable. Patience
envers lui-même. Pourquoi sommes-nous sur la terre?
envers nous-mêmes.
Quelle est notre tâche en cette vie? Utiliser les mille
Patience envers nous-mêmes, surtout dans la maladie.
événements de la vie en vue de l'éternité, devenir de
Je sais qu'il est facile de dire et difficile de faire, pourtant
#u! ç' plus semblable à Dieu. Je Lui ressemblerai,
il faut bien nous y mettr~. Comme la patience nous
si je considère les possibilités qui me sont offertes par
échappe aisément dans les maladies 1 Cependant
la vie, mon ento~rage, mon épou;>e, mon époux, mes
l'impatience n'a jamais guéri , personne. La patience
enfants, mes connaissances, mon devoir d'ét~t, mes
en à guéri. Elle procure à l'âme calme, consolation et
luttes, mes difficultés, si je considère tout cela comme
joie et par là elle dispose le corps à retrouver la santé.
une matière qui m'a été donnée par Dieu pour en tirer,
U ne âme paisible, calme, gaie a plus vitè rais~n de la
par une longue et grande patience, le chef-d'œuvre de
maladie que celle d'un malade aigri, de mauvaise humeur,
ma vie. Contre tout ce qui pourrait m'en détourner,
mécontent de Dieu et de son entourage. Voyez seule-
contre tout ce qui me pousse au péché, contre tout ce
ment comm~ un grand malade se sént ,tout d'un coup
qui est sans valeur, j'ai le devoir de combattre. Non pa~
soulagé et plus calme, lorsqu'il a reçu les sacrements'
avec rage, non pas avec amertume, non pas en me
LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST PATIENT Z79
de Pénitence, d'Eucharistie et d'Extrême-Onction et à gravir la montagne n'atteindra pas d'une seule traite
, que son âme a retrouvé la paix. le sommet. Donc patience en face des difficultés de
b) Ensuite patience à l'égard de notré prochain. la vie. ,
Hélas,! l'homme d'aUjourd'hui ne yeut pas le com- Après une longue et 'pénible ascension, le touriste
prendre. « La patience c'est de la lâcheté 1) dit-il. arrive à la cime de la montagne et là, à une hauteur
(( La patience c'est de la faiblesse ' Il. Pourtant c'est vertigineuse, au spectacle de la magnifique nature de
précisément le contraire qui est vrai. L'homme qui Dieu , son âme est inondée d'une joie telle qu'il n'en .
sait être patient à l'égard de son insulteur est plus a encore jamais ressentie. Maintenant il ne se souvient
fort que lui. L'épouse qui sait se montrer patiente plus du chemin pénible qu'il a parcouru. Il ne p~nse
en 'face des mille caprices de son mari est plus forte plus qu'à toutes les beautés qui s'étendent à ses. pieds;
que lui et ne peut pas être tout à fait malheureuse. les ravissantes forêts, les gorges, les rochers, les rUisseaux
Les parents qui savent rester patients devant les nom- . ont été de rudes obstacles sur sa route, qu'il lui a
breuses incartades de leur grand fils ne se laisseront fallu franchir au prix d'unf! grande patience. De tout
pas dominer par la nervosité. N'est-il pas actuellement cela il ne sent plus rien actuellement. Tout se fond
nécessaire de conseiller la patience à l'homme nerveux devant ses yeux en un tableau d'une beauté merveilleuse.
et fébrile? La patience au patron à l'égard 'de ses , Tout comme si nous étions sur les hauteurs de la
ouvriers. La patience aux voyageurs qui prennent le vie éternelle, ' contemplons notre existence terrestre.
tramway. La patience au sous-officier pour ses jeunes Avec quelle joie nous verrons qu'au milieu d~s amer-
recrues. La patience aux instituteurs et aux professeurs. tumes des obstacles et des insuccès de la Vie, notre:
La patience aux époux facilement irritables. La patience fidélité envers Dieu et notre patience ont réellement
aux parents aisément énervés. La patience à ceux qui « produit des roses Il : les roses de la couronne inflé-
sont toujours prêts à se fâcher, à juger et à critiquer. tris sable de la vie éternelle!
« Ne jugez de rien avant le temps jusqu'à ce que vienne Dieu est patient; moi aussi je serai patient.
le Seigneur: Il mettra en lumière ce qui est caché dans . 2) Mais toujours à propos de la longanimité divine,
les ténèbres et manifestera les desseins des cœurs Il il nous faut prendre en considération une autre consé,·
(le Corinthiens IV, 5). quenc,e fort ,importante. Dieu est pat~ent, c'est. vrai;
c) Enfin patience non seulement à l'égard du prochain mais prenons garde d'abuser de la patœnce de Dzeu. .
mais aussi en face des viciss~tudes de l'existence. De la Car beaucoup en abusent.
patience à notre époque de records, de vitesse et . Que de fois la longanimité divine à l'égard des
d'exploits sportifs? Celui qui sème le matin ne récoltera - pécheurs nous paraît vraiment ~ncompréhen~ible ~
pourtant pas le soir. Celui qui se dispose en ce moment Que de fois sa puissance, sa justice et sa samtete
280 LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST PATlENT

pâlissent à cause d'elle devant nous! Mais comme il Après vingt ans, il avait eu beau jeu.. . maIs qui?
est terrible le sort de ceux qui abusent de la patience Le bon Dieu? -
divine et osent en prendre prétexte pour continuer leur Et Chaumette, un des membres les plus fanatiques
vie de péché! La Sainte Écriture donne . cet avertis- de la Commune de Paris, pendant la Révolution fran-
sement : « Ne dis pas: La miséricorde de Dieu est çaise. Il avait, au cours de la fête de {( la déesse Raison ))
grande, Il pardonnera la multitude de mes péchés; proféré ce blasphème: « Dieu, prouve que tu existes,
... ne tarde pas à te convertir au Seigneur, et ne diffère en envoyant la foudre sur ma, tête )). La foudre
pas <Je jour en jO,u r )) (Ecclésiastique V, 6-7). ne tomba pas,mais quelques jours après (le 24 mars 1794)
a) Parfois déjà dans "la vie terrestre, on aperçoit des sa tête tombait sur l'échafaud. ,
signes impressionnants du châtiment des pécheurs qui· Et Napoléon qui s'efforça pendant dix ans de « broyer ))
abusent dé la patience de Dieu. Dieu en effet n'est pas l'Église de Dieu et finalement c'est lui qui fut broyé
seulement patient et miséricordieux. Il est également' dans le moulin de Dieu à Sainte-Hélène.
juste et "histoire est remplie de faits qui montrent que Et Nietzsche qui s'écrie: {( Le vieux Dieu est mort,
1 la justice atteint déjà te coupable en ce monde. On nous l'avons tué )), et Nietzsche a terminé sa vie dans
pourrait mettre en exergue à l'histoire universelle ces la folie!
paroJes ' : -«Les moulins de Dieu moulent lentement, Oui, Dieu est patient. mais Il est juste et finalement
mais sûrement )). ' . 11 rend justice à toùs. Dieu est patient, .parce qu'il
~e meurtrier Hérode a pu se baigner à sa guise dans - ne veut pas la mort du pécheur, mais qu'il se con~er.,
le sang pendant des années, .mais finalement il fut tüse et qu'il vive (Ézéchiel XVIII, Il). Il est patient
atteint d'une maladie tellement affreuse que l'on n'en (s'Il ne l'était pas, que serions-nous devenus?) mais
connaît guère de cas dans le monde. finalement Il règle les comptes. Dieu ne les règle pas
-Un des ennemis les plus acharnés du· christianisme, tous les jours, mais Il les tient très exactement et un
Voltaire, . écrivait le 25 février 1758 à son ami jour Il règle tout. '
d'Alembert : « Encore vingt ans et l'Infâme aura beau Tout pour tous.
je~ )). Et exactement vingt ans plus tard le même jour, b) Et ce Dieu qui règle les comptes dans l'autre monde
le 25 février 1778, -le médecin déclarait à Voltaire est la réponse exacte et complète au problème soulevé
gravement malade, quèson état étah'" désespéré. Et au début de ce sermon. Pourquoi Dieu se tait-Il ainsi,
Voltaire demanda qu'on allât chercher un Pliêtre. alors q~e l'homme attend qu'il réduise les pécheurs
Mais son entourage impie ne le permit pas. Et Voltaire en poussière?
suppliait désespérément qu'on lui amenât un con- Jusqu'à présent je vous ai donné plùsieurs réponses,
fe~seur, mais en vain. Un cri épouvantable et il mourait., mais aucune n'était définitive. C'est déjà une réponse
, LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST PATIENT

de dire que Dieu a le temps d'attendre. C'en est une beaucoup vivent comme s'ils partageaient cette idée.
aussi de dire que Dieu est miséricordieux et veut donner Parce que Dieu est patient, ils abusent de sa patience,
le temps de se repentir. Qu'il ne veut pas punir les jusqu'à ce que la mort arrive un jour à l'improviste,
innocents avec les coupables. Qu'Il ne fai,t pas violence les surprenne dans l'ivresse du péché et les jette dans
à la volonté libre ~e l'homme, qu'~l estime trop pour les bras du divin Juge.
cela la nature humaine. Oui, tout cela est déjà un~ Oui, Dieu est patient, mais quel sort épouvantable
explication, mais pas complète. Je ne conçois pas encore pour eeux qui abusent de sa patience! '
tout à fait la longanimité de Dieu. Je ne la comprendrai Qui abuse de sa patience? Celui qui compte sur la
que le jour où le Seigneur élèvera la voix et dira le dernier dernière minute pour réparer toute une vie gâchée.
mot. Quand? Lorsque après notre mort nous serons Qui peut garantir que cette dernière heure ne vous
devant Lui et que , le Seigneur prendra la parole : surprendra pas à l'improviste? Qui peut vous assurer
ce ne sera plus le Dieu patient, mais le Dieu juste qui que vous aurez le temps pour tout réparer? Qu'il y
, dira: Écoute maintenant la sentence méritée par ta vie. aura quelqu'un pour aller chercher un confesseur?
Attendez, attendez, hommes impatients. Attendez. Et que votre repentir sera une véritable et profonde
Le dernier mot n'appartient qu'à Dieu. Noé a mis contrition.
presque cent, ans à construire l'arche et à prêcher la « Il faut jouir de la vie tant qu'on est jeune» telle est
pénitence. Jérémie a annoncé pendant des années la la funeste maxime que l'on entend sur bien des lèvres.
ruine du royaume de Juda, avant qu'elle n'arrivât. « Je profite de l'existence, tant que je suis en ce monde.
Dans la parabole de Notre-Seigneur, le propriétaire Quand je' serai un vieillard de quatre-vingt-dix ans à
du figuier stérile attend plusieurs années avant de barbe blanche, alors j'aurai bien le temps de m'adonner
l'arracher. Per:sonne ne peut dire quand arrivera le à la piété. L'essentiel est que je me confesse avant de
jour du règlement de comptes et quand le Seigneur aura mourir. L'Église nous enseigne en effet que même
dit son dernier mot, que le jugement de Dieu est celui qui a mené une vie de péchés, peut être sauvé,
injuste ·pour lui.
s'il fait pénitence, avant de mourir ». -',
e) Et voilà que luit devant nos yeux ce décisif aver- Comment? C'est cela que nous enseigne l'Église?
tissement : Quelle folz"e et quelle témérité de la part de En vérité,mes frères, elle l'enseigne. EUe enseigne
cel,.. qui abusent de la paûence de Dieu et remettent leur que Dieu est tellement miséricordieux, si extraordi-
conversion à lardernière minute!
nairement miséricordieux qu'Il pardonne encore à celui
« Dieu cert~it1ement me pardonnera: c'est son rôle»
qui au dernier instant, ' se tourne vers Lui; l'âme
disait en plaisantant l€ poète allemand Henri Heine: repentante, tout commr:: le Christ a pardonné au bon
Les hommes n'02cnt p as répéter ce blasphème, mais Larron converti à la fin d'une vie de péchés • .
LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST PATIENT 28 5

Oui. le bon Dieu est si miséricordieux. Mais quelle Ah! puisson~-no~s ne jamais abuser de la patience
fulie de s'autoriser de cet enseignement pour continuer à de Dieu qui attend notre conversion! Puissions-nous
vivre dans le péché! ne jamais oublier cet avertissement ~e sai~~ P~ul :
Oui, après ~voir vécu dans le péché, vous serez 'sauvé, « Méprises-tu les richesses de sa bonte, de sa patience

si au ,.dernier moment vous pouvez vous repentir, et de sa longanimité? et ne sais-tu pas que la bonté de
Si vous pouvez faire pénitence ... Si vous pouvez encore. Dieu t'invite à la pénitence? Par ton endurcissement et
Mais c'est presque une impossibilité psychologique. ton cœur impénitent tu ,t'amasses un trésor de colère
Dans ma dernière instruction, j'ai rassuré ceux qui I~ our le jour de la colère et de la manifestation du juste
disent avec anxiété: « Si j'ai passé toute ma vie dans jugement de Dieu)) (Romains II, 4)·
le bien et l'honnêteté et qu'à la dernière minute je
commette par hasard un péché mortel, alors je serai 01«
0); ..
damné ... quel cruel' enseignement 1 » Ceux-là je les ai
tranquillisés : Si vous avez été toute votre vie fidèles
à Dieu, c'est presque une impossibilité psychologique Mes frères, Notre-Seigneur Jésus·Christ a parlé,
qu'au dernier instant vous tombiez dans le péché grave clans une parabole saisissante, de la ,longanimité de
et soyez damnés. Mais dans le sermon d'aujourd'hui Dieu et aussi de ses limites.
je suis obligé d'ajouter; C'est vrai, Dieu pardonne Un homme avait planté un figuier dans sil vigne,
dans sa miséricorde, . même au dernier moment, au raconte le divin Maître (S. Luc XIII), et étant venu
pécheur repentant, mais si quelqù'un toute sa vie a .bu chercher des fruits il n'en trouva pas. « I~ dit donc au
le péché, a avalé le péché, s'est complu dans le péché, jardinier: Voilà déjà trois ans que je viens chercher
et s'est pour ainsi dire identifié avec le péché, il est les fruits de ce figuier et je n'en trouve pas; coupez-le;
pre~que impossible psychologiquement que , cet homme, pourquoi rend-il la terre improductive? !> Le jardi~ier
à ses derniers instants, dans les douleurs de la maladie répondit ; « Seigneur, laissez-le encore cette annee ...
et les affres de l'agonie, soit capable d'exciter en peut-être donnera-t-il des fruits; sinon vous le ferez
lui-même une véritable contrition. Mes frères, je suis coupe~i'année prochaine ».
prêtre depuis vingt ans, j'ai été quinze mois au front, Le propriétaire du figuier accorda encore à ~'arbre
en' Serbie, dans les Carpathes, en Galicie, en,.,Russie, ùne année de délai après avoir déjà attendu troIs ans.
j'ai assisté~ une foule de mourants et je tremble de Le Seigneur attend peut-être depuis des .dizaines
toute mon âme, quand je pense au sort éternel de d'années avec patience que vous portiez des fruits,
ceux qui veulent se convertir seulement à la dernière mais sa patience durera-t-elle encor\! un an, personne
minute. ne le sait. Elle dure encore actuellement. Et quel que
DIEU EST PATIENT
LE SYMBOLE DES APOTRES

Que ' ma dernière prière ici-bas s'adresse à Jésus


soit le passé qui est derrière vous, il n'est pas encore trop
crucifié: Seigneur, je me suis efforcé pendant ma vie
tard pour vous convertir. En cette vie terrestre il nous
tenestre d' être ce que Vous vou?iez d'après vos éternels
faut dire bien souvent : M aintenant tout est inutile
maintenant ciest trop tard; 'mais le Dieu des miséricorde~ desseins ... et maintenant je me présente en p azx devant
a eX~lUcé la supplication de repentir du malfaiteur Votre f'ace auguste et miséricordieuse. Amen.
crucifié avec Lui, donc il n'est pas trop tard pour nous
convertir en vue de la vie éternelle, même lorsque notre
tête a blanchi.
Mes frères, que la conversion du bon Larron nous
console, mais qu'elle ne nous rende pas présomptueux 1
La Sainte Écriture parle d'un méchant converti au
dernier moment, afin que personne ne tombe dans le
,désespoir; mais elle ne parle que d'un seul, pour que
personne ne se montre présomptueux.
Ce serait jouer avec le hasard de la vie éternelle, si
l'on comptait uniquement sur sa dernière heure. Si
1'9n ne passait pas chaque journée, comme si elle devait
êtrè la dernière, si chaque soir nous ne déposions pas
notre tête dans les mains de notre Père du ciel si
miséricordieux, comme s'il ne devait plus y aVOIr de
réveil pour nous.
Ce serait de la présomption.
Or ce n'est pas de la présomption, mais une sainte , '
habitude chrétienne de demander chaque jour dans
nos prières la grâce d'une bonne mort. Prions pour
que Dieu ne nous laisse pas mourir en état de péché
mortel, pour -qu'à notre dernière heure Il amène près
de notre lit de mort un bon et saint prêtre qui porte
dans sa poitrine le Cœur aimant du Christ, qui dépose
sur nos lèvres le Corps sacré du Sauveu,r et dirige notre
dernier regard sur la croix, sur Jésus crucifié.
1 DIEU EST IMMUABLE

colère »,puis « Il est apaisé ». « ~e péché lui fait de la


peine » et « Il se réjouit de ceux qui se convertissént ~).
Un jour « Dieu se tourne vers 'nous »; une autre fOlS
« Il se détourne de nous » et ainsi de suite. Alors Dieu
XVIII est changeant? Mais c'est, une absurdité d~ penser
ainsi de Dieu, me répondrez-vous.
Et vous aurez raison.
DIEU EST IMMUABLE En effet Dieu n'est pas un homme, .tantôt de bonne
tantôt de mauvaise humeur. Dieu n'est pa!) un homme
qui un jour « se lève du pied gauche » et une autre fo~s
MF.sFRÈRES, est transporté de joie. Dieu n'est pas un homme qUI,
suivant ses caprices, est tantôt sévère .tantôt indulgent.
Non Dieu n'est pas capricieux, Il n"est pas l'esclave
U ne scène magnifique de l'Ancien Testament èst de ses impressions. Il est toujours le même, Il est
celle où Moïse gravit lè Mont Sinaï pour y recevoir immuable.
les deux Tables des commandements écrits par Dieu. Mais si Dieu est immuable, nous parlons cependant
Au pied de la montagne, les milliers de tentes du des changements d'humeur de Dieu; nous disons que
peuple juif. Moïse est invisible en haut de la montagne. Dieu se réjouit de la bonté des hommes, qu'Il
Mais lorsque le Seigneur apparaît au milieu des nuées s'affiige de leur méchanceté; qu'II est irrité contre le
et remet à Moïse les commandements, la montagne est pécheur mais qu'Il pardonne à celui qui fait pénit:nce;
enveloppée d'un nuage de fumée et « la gloire du qu'Il exauce la prière du juste, mais détourne son vIsage
Seigneur apparut aux enfants d'Israël comme un feu du méchant. Nous parlons à bon droit de tout cela;
dévorant au sommet de la montagne» (Exode XXIV, 17). néanmoins Dieu est immuable.
Des peintres célèbres ont perpétué sur la toile cette Comment est-ce possible? Je voudrais consacrer à
scène grandiose ": le tableau majestueux de Dieu au cette étude le sermon d'aujourd'hui. Je voudrais
milieu de la foudre et du tonnerre.
montrer en premier lieu que Dieu est véritablement
Comment? demande l'homme d'aujourd'hui. Est-ce immuable,' ensuite je voudrais exposer que , nous
que Dieu peut se mettre en colère? Les yeux de Dieu avons le droit de parler de Dieu « qui se fâche » ou
peuvent-ils lancer des éclairs? La main de Dieu peut.. « pardonne » c'est-à-dire: Existe-t-il en Dieu diversité
elle exterminer? N'est-ce pas là des façons de parler de sentiments et de passions?
trop humaines? Tantôt nous disons « Dieu est en

Symb. d. Ap. - T. l 19
LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST IMMUABLE

pas obligé de penser anxieusement à' son avenir et de


l tirer des plans, car en Lui il n'y a ni avenir ni passé,
mais seulement un étçrnel présent.
DIEU EST IMMUABLE.
Nous le disons, nous le croyons, le comprenons~noUfl:
aussi? Pas du tout. Tout ce que je dis de l'immutabilité
divine, n'est qu'un balbutiement, un symbole. Alors,
1. De tous les attributs divins ['immutabilité est le moins nous n'en parlerons pas? Mais si. Car si je puis seule-
compréhensible. Nous ne comprenons pas bien que Dieu ment en parler symboliquement, je donnerai par L~
soit « éternel )J, mais notre raison exige du moins qu'il un inagnifique essor aux ailes de mon âme.
en soit réellement ainsi; Dieu nfl peut pas avdir de Dieu est immuable, je, ne comprends pas. Alors j' e~
commencement. Si nous, ne saisissons pas bien la cherche des figures dans le monde créé. Il y a def;
« toute~puissance )J et l' « ubiquité )J de Dieu, nous montagnes gigantesques que l'on a coutume d'appek,,:
comprenons pourtant qu'il faut qu'Il en soit ainsi. ( montagnes éternelles)J; il y a l'océan « la mer
Mais l' « immutabilité )J divine est tellement contraire éternelle )J. Je suis debo '-Jt au sommet des montagnes
à notre essence, à la personnalité humaine, que nous couvertes de neige et je sens passer le souffle de
n'arrivons pas à nous la représenter. l'éternité : des villes surgissent et disparaissent, des
Qu'est~ce donc que l'homme? Un , perpétuel chan~ peuples arrivent et s'en vont, mais la montagne demeure
gement : il naît, grandit et meurt. 'Au bout d'une dans son austère grandeur. Je suis sur le rivage de la
minute je ne suis plus ce que j'étais auparavant; mer infinie et immobile : l'immutabilité divine lui
aujourd'hui je ne pense plus à ce à quoi je pensais ressemble~t~elle peut~être? Pas , du tout. Pas du tout,
hier : je suis un changement perpétuel, une velléité, Tout change, la montagne et la mer changent. Les
un essai, un caprice. Mais ce n'est pas' moi seul qui montagnes s'usent, les forêts vierges disparaissent et
suis emporté dans ce mouvement perpétuel, ce sont jadis les flots de l' océan déferlaient sur la grande
aussi tous ceux qui m'entourent. Je me rends dans ma plaine hongroise. Dans le monde rien ne dure, tout
ville natale où j'ai passé mes années d'enfance où je commerice et finit, tout pousse et se flétrit, tout naît et
,connaissais tout le monde, toutes les maisons, toutes les meurt, tout'-grandit et vieillit, le seul point fixe de
rues et '-maintenant? maintenant la même ville me l'ùnivers c'est' Dieu l'immuable. '
semble étrangère et une foule de gens inconnus passent 2) M~is comment savons-nous que Dieu est immuable?
devant moi. Je change, le ~ond~ change autour de , Nous le savons, parce qu'au milieu des mugissements
moi, tout change, seul Dieu e~t immuable. Dieu ne tumultueux du flot rapide et incessant du monde 1

change j>GS, car Il est éternel et infittiment parfait. Il n'est ietentitl~ parole divine : « Je suis le Seigneur et je
LE SYMBOLE PES APOTRES PIEÙ EST IMMU ABLE 293
ne change pas » (Malachie HI, 6), retentit la parolé de trouver au milieu de l'inconstance de notre nature et
l'apôtre saint Paul reprenant celle du psalmiste : des vicissitudes de la vie une île qui domine les flots
« C'est Vous, Seigneur, qui au commencement avez écumants des luttes de partis, des passions et des haines 1
fondé la terre; et les cieux sont l'œuvre de Vos mains; Et cette île;\'est l'immutabilité divine.
ils périront, mais Vous demeurerez; ils vieilliront tous
comme un vêtement; comme un manteau Vous les
roulerez et ils seront changés; mais Vous, Vous restez
le même et Vos années ne s'épuiseront pas» (Hébreux l,
II '
10-12), retentit la parole de l'apôtre saint Jacques disant
y A-T-IL DES PASSIONS EN DIEu?
qu'en Dieu « n'existe atlcune vicissitude ni ombre de
changement » (S. Jacques l, 17) . .
Il ne peut y en avoir. Car Dieu possède toujours la . Cependant l'immutabilité de Dieu soulève en noùs
plénitude de l'être, Il né peut donc devenir ni plus sage toute une série de questions et d'objections délicates
ni meilleur ni plus saint ni plus puissant, parce qujIl auxquelles je vals consacrer la seconde partie de cette
possède toutes ces qualités éminemment depuis toujours. instruction. Si Dieu est réellement toujours le même,
La Sainte 'Écriture dit de son action et de sa volonté s'Il est toujours identique à Lui-même, s'il est toujours
qu'elles demeureront éternellement. Notre-Seigneur immuable, alors à quel titre attendons-nous qu'Il exauce
parle de mêm~ : « Le ciel et la terre passeront, mais nos prières, c'est-à-dire modifie son plan primitif?
mes paroles ne passeront pas ». Ensuite, de quel droit parlons-nous de passions en Dieu,
Lorsque le voyageur parcourt les tombeaux et les de Dieu qui s'afflige de nos péchés, de Dieu irrité
couloirs du Panthéon à Paris, le guide s'arrête à une contre le pécheur et de Dieu se réjouissant de sa con-
certaine place et dit en montrant un point : « Sur ce version? oui, voilà des questions qu'il nous faut
point repose le poids immense de ce gigantesque examiner en toute franchise. '
édifice )). Eh bien 1 l'unique point d'appui de l'univers, 1) La première objection est donc celle-ci : Si Dieu
c'est Dieu, l'immuable. est vraiment immuable, alors pourquoi prions-nous,
Comme elle est encourageante pour moi cette pensée: pourquoi L'implorons-nous? Si Dieu ne change pas de
Dieu est immuable 1 Avec quelle assurance je puis me volonté ni d'idée, si Dieu est toujours conséquent avec
confier en Dieu qui ne change ,pas. En Dieu qui n'a Lui-même et ,toujours le même dans ses desseins et
pas de caprices, qui ne se laisse pas guider par les 'dans ses voies, alors la masse de prières, de sacrifices,
dispositions ' et les impressions du moment. Quel de mortifications, etc., avec lesquels l'homme se tourne
puissant réconfort pour notre faible volonté que de vers Dieu et par lesquels il s'efforce de modifier la
LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST IMMUABLE 295
294

volonté primitive et la pensée de Dieu a-t-elle ' une comme si j'avais fait modifier les pensées et les plans
signifi ~ation? Bref, si Dieu est immuable, la jJriùe se divins; en réalité Dieu savait à l'avance ce que j4: Lui
comprend-elle? demanderais pendant ma vie et Il a disposé d'avance
Chaque jour des mil1io~s et des millions de prières en conséquence le cours de mon existence.
montent vers Dieu; alors Dieu change-t-Il chaque jour Dieu ne se décide pas et n'agit pas, comme font les
ses intentions, ses plans et la marche du monde? homme~, Dieu voit tout, d'un· seul regard Il voit tous
nn~en est nullement question, mes frères. Seulement les événements du monde; Il règle tout par une seule
tout cela nous apparaît à nous qui sommes enfermés décision et fait régner une harmonie parfaite entre le
dans le cadre étroit de la pensée humaine comme un but et les moyens, entre chaque être et chaque événe-
probl( m e très difficile. Si toutefois nous réfléchissons ment. Aucun épisode ne peut prendre place dans
que Dieu n'est pas seulement immuable, mais aussi qu'Il l'histoire universelle, aucune prière ne peut sortir des
sait tout, la question est immédiatement résolue. lèvres humaines, sans que Dieu ne les ait prévus, sans
Seulement nous ne devons pas envisager la chose d'une qu'Il n'ait organisé d'avance en conséquencç la marche
manière enfan~ine, alors la difficulté se dissipera sur- , du monde, dès le premier instant de la création.
le-champ. Dieu a tout prévu, tous les beSOIns de l'humanité,
On n'a pas le droit de penser que Dieu est pour toutes ses demandes, Il n'a donc pas besoin d'améliorer
ainsi dire tiré à droite et à gauche par nos prières et que ou de modifier la marche du monde.
nous changeons ses intentions. Dieu':'sait tout, Il sait Nous pouvons donc continuer tranquillement d'adres-
donc d'avance ce dont nous avons be;üin, Dieu le sait, ser à Dieu nos prières, nos demandes et 'nos ~uppli­
avant. même que nous ayons formulé nos prières. cations. Comme il est plus chrétien, plus ap;:lisant,
Dieu qui sait tout, a vu d'avance ce que moi, petit plus humain de nous tourner vers Dieu en chaque
enfant, je Lui demanderai dans le calme d'une prière circonstance que de nous livrer à une fureur fataliste
du soir, à tel jour et à tel endroit, à l'église ou à la dans le malheur ou d'attendre cyniquement notre ruine!
maison; et dès lors Il a fait une place dans le cours de Un voilier, ayant quitté le Brésil pour se diriger
ma vie pour la réalisation et l'accomplissement de ma , vers l'Espagne, fut assailli en cours de route par une
prière. S'Il a donc toujours su ce que je Lui demande si violente tempête qu'à chaque instant il menaçait
actuellement et s'il a ainsi réglé d' œoance le plan de mon de sombrer. Sur le navire se trouvaient quelques
existence, en vérité Il n'a pas changé, bien que, pour religieux qui ~e mirent à prier; il y avait .~galemen:
employer une expre~~ion humaine, nou~, disions, : quelques incroyants qui se moquèrent de ceux ql~l
« Maintenant Dieu a exaucé ma prière )l. Pour moi, priaient; le vaisseau transportait aussi des oiseaux , qUi,
c'est comme si j'étais exaucé « maintenant )l, c'est-à-dire au milieu de la tempête, sifflaient et chantaient gaiement.
LE SYMBOLE DES APOTRES
DIEU EST IMMUAIlLE 297
Vous l~ ,:oyez, le ~ême événement prodaisait trois Si je sors au soleil, j'ai chaud; si je me mets à l'abri
effets differents. Les OIseaux chantaient dans le malheur du soleil, j'ai froid; deux effets opposés du même
parce qU'!ls ne possèdent pas la raison; les incroyant~ soleil, mais le soleil a-t-il changé?
se ~?qu~~e~t,. parcé' qu'ils n'avaient pas la foi; mais les Si les rayons du soleil frappent sur de la cire, celle-ci
chret~ens pnaIf(nt, parce qu'ils avaient l'intelligence et devient molle; s'ils frappent un objet mou, celui-ci
la. fOl. S~n~ doute ils croyaient en l'immutabilité de devient dur; deux effets opposés du même soleil,
1 DieU, maIS ds savaient aussi qu'II 'avait prévu la valeur
mais le soleil a-t-il changé?
de leur prière dans le Cours de leur vie.
Si je verse de l'huile sur le f~u, le feu devient plus
2) Ce~te i.dée nqus amène à donner une réponse à une grand; sij'en verse sur de l'eau écumante, l'écurn,e cesse:
a~tr~obJectlOn. Je veux parler de la difficulté suivante: est-ce l'huile qui a changé?
S~ DIeu ne change jamais, comment alors pouvons-nous C'est ainsi qu'il faut penser de Dieu.
~ll:e que ~antôt II « est irrité » contre moi, parce que Dieu demeure toujours le même, alors même que
J al commIS ~~ gros péché, tantôt II me pardonne mes je suis mauvais, mais son regard devient pour moi un
fa~tes et « m aIme» de nouveau, si je vais me confesser? regard de colère'. Lorsque je me repens de mon péché,
,Hier Il était irrité contre moi auiourd' hui Il ,. son regard devient un regard de pardon. Tout comme
ï r . ' :J m atme,
t J~ut donc .que Dieu change, il faut donc qu'il y ait en les mêmes rayons de soleil ont un effet destructeur,
Lut des sentzments changeants et variés.
quand ils agissent sur des moisissures ou des microbes,
M Jis celui qui pense ainsi raisonne avec une intelli- ou au contraire ont un effet vivifiant, quand ils agissent
gence humaine très bornée. Car la réalité n'est autre sur les boutons dont les feuilles vont former la rose
chose q~e ceci: Si je dis que Dieu est irrité contre moi odoriférante, de même le Dieu qui ne change pas me
et enSUIte qu'II m'aime, Dieu néanmoins n'a pa~ regarde, que mon âme soit couverte de moisissures ou
~hang~ . . II n'~ pas .chan~é? Comment? Qui donc a semblable à un bouton qui s'ouvre, mais dans le premier
cIl::nge? ~m. MOI qUI hier aimais le péché et cas je dis qu'Il est « irrité» contre moi, c'est-à-dire
au!our~'hUI m'en repens et bien que ce soit le même qu'Il ne peut réveiller la vie au dedans de moi, dans
DI.eu I~m~able qui me regardait hier et me regarde l'autre, cas qu'Il « m'aime» 'et « est content» de moi,
au~ourd, hu~, le résultat de son regard sera différent c'est-à-dire qu'Il peut agir en moi.
aUJo~rd hUI, parce que c'est moi qui ai changé. DonG. que je sois bon ou mauvais, Dieu immuable
~amL,Augustin disait déjà : « La même lumière ne cha~ge pas, c'est seulement en moi que change l'action
fatlgue un œil faible et réjouit l'œil bien portant » divine. Nous disons aussi du soleil, aujourd'hui il brille,
(Serm. XXII, 6); ce n'est donc pas la lumière qui a
changé, mais l'œil.
u~e autre fois il ne brille pas; pourtant en réalité le
soleil brille toujours, seulement les nuages empêchent
/
DIEÙ EST IMMUABLl.: 299
LE SYMBOLE DES APOTRES

fréquemment ses rayons de parvenir jusqu'à nous. mais ce peut être également une expression q~i permet
L'amour _de Dieu luit toujours, il luirait pareillement de mieux comprendre 1'1!tre divin. Tout de pend de
pour tou~ les hommes, mais si le nuage du 'péché la minière dont nous. employons' ces façons de parler.
deocend sur l'âme, alors l'amour de Dieu ne peut plus En effet elles peuvent nous inc~lquer le com,mandement
aller jusqu'à eux : par suite l'âme se refroidit, s'assom- inébranlable de Dieu prescnvant que 1 homme ne
brit, s'obscurcit, perd la paix et nous disons que s'écarte pas du but qui lui a été fixé e~ ~e but, c'e; t de
« D ieu est irrité contre nous ». Pourtant Il ne l'est ·pas. donner à notre âme la ressemblance dlvme.
Dieu immuable ne change pas à chaque minute. Il est Si nous comprenons ainsi la chose, nous ne ~erons
le soleil qui brille avec une bonté céleste et un amour 1·· par cette expression'
pas scand aises .'
des « châtiments
.'
incessa~t. Ce n'est pas Dieu qui change, mais l'homme
divins », parce que ({ le Dieu qut punzt » et « le Dieu Jut
par rapport à Dieu. Ce n'est pas Dieu qui se détourne aime » apparaissent devant nouS comme un seul et ~e~~
du pécheur, mais c'est le pécheur qui s'écarte de Dieu. Dieu. Nous pouvons donc parler en toute tranq~tll~t~
,Et quand nous demandons ~ quand nous prions, quand de « la colère de Dieu », qui est uniquement unte
nous faisons des sacrifices, nous ne le faisons pas comme contre nous parce qu'Il nouS, aime beaucoup. Nous
si Dieu en avait besoin, mais parce que nous, nous avons pouvons parler de la « vengeance» divine, parce q~'Il
. de sa foudre uniquement pour attirer
besoin de cette lutte, de cet effort, pour mÎ1ri~ notre nous menace .
âme; tout cela en effet nous conduit au ' soleil éternel' notre attention sur nos péchés et nous convertir.
et toujours le même, de l'amour divin~ , Alors les catastrophes les plus épouvantables . que
3) Après ces considérations, nous pouvons essayer l'on appelle « les châtiments de Dieu» seront u~e marq~e
de répondre à l'objection la plus difficile relative à de l'amour de Dieu qui veut nous amener a une VIC
« la colère divine ». meilleure. . ,
a) Il y a des hommes qui s'insurgent et protestent Le « Jahvé» de l'Ançien Testament est le ~eme ~ue
à la seule pensée qu'on puisse parler de « la colère de le « Père céleste)) du Nouveau. Et si l'idé.e de ~~eu
Dieu », de « la vengeance de Dieu» ou des « châtiments présentée par l'Ancienne Loi reste bien lom derr~~re
divins ». celle de la Nouvelle Alliance, parce que dans la premlere
Non, c'est là un langage trop humain, disent-ils. ' l'idée de Dieu qui punü laissait da~s l'ombre celle d,u
On n'a pas le droit de parler ainsi de Dieu. Dieu qui aime et parce que. l' Ancle~ Te~tamel~t n a
Assurément, mes frères, il y a un,e part de vérité dans pas suffisammenL.mis en rehef le falt qu en Dieu le
ces protestations. N'est-ce pas une sorte de blasphème, châtiment et l'amour sont unis dans le.,t~mps, et. ~ue
n
une tentative d'abaisser Dieu au niveau de l'homme que chez Dieu le même acte qui constitue une pumtlo
de parler de colère, de jalousie, de vengeance de Dieu; est en même temps un acte d'a~our. En un mot,
DIEU EST IMMUABLE 301
LE SYMBOLE DES APOTRES

le Dieu qui s'ifrite est le même que le Dieu qui aime. perpétuelle d'être en état de péché, d'avoir abandonné
b) De cette conviction découle pour la vie de notre Dieu d'être damnées. "
âme une importante conclusion. C'est le continuel Vo~s, mes frères, qui êtes perpétuellement .dans l'angoisse
sourire, la continuelle clarté de l'âme chrétienne. et la crainte, vous qui tremblez devant Dzeu, ne devene~
Pour celui qui pense ainsi de Dieu, la vie ne peut pas un sujet de discrédit pour la viC chrétienne. Vous qUl
pas être une ,~ crainte perpétuelle, une perpétuelle tremblez constamment, qui vous rendez malades en
angoisse. « Je VQUS vois toujours sourire, disait vous faisant de Dieu des idées mesquines, lisez donc
saint Ignace de Loyola, le fondateur de la Compagnie les paroles sublimes de Notre-Sei?neur au VIe chapitre
de Jésus, et je m'en réjouis ». En effet celui qui s'est de l'évangile selon saint Jean. LIsez··les et soyez plus
consacré à Dieu n'a aucun motif d'être triste mais bien courageux: « La volonté de Celui qui m'a envoyé est
d'être toujours joyeux. que je ne perde aucun de ceu~ q~'il m'a d~nnés,
Quelles réconfortantes paroles 1 Saint Ignace ne mais que je les ressuscite au dermer Jour. Car.c est la
connaissait-il . pas les austères et impressionnantes volonté de mon Père qui m'a envoyé queqUlconque
vérités chrétiennes? Ne croyait-il pas au Juge éternel voit le Fils et croit en lui ait la vie éternelle» (8. Jean
qui exige de chacun des comptes sévères? Ne connais~ VI, 39-40 ). Maintenant votre âme n:est-elle 'p~s
sait-il pas le Dieu qui entre en colère et punit? Mais si. imprégnée par cette force vivifiante de 1 amour dI;I~
Et pourtant il proclame que celui qui se consacre sérieu- miséricordieux qui sort de ces paroles, tout comme 1 an
pur et fortifiant qui souffie d'une f~rêt · de sapins? Ah ~
sement à Dieu n'a pas besoin de craindre ni d'être dans
devant un tel Père il n'a pas besOln de trembler celUl
l'angoisse.
C'est ainsi que nous comprenons le perpétuel sourire qui veut être à Lui. ' .
des grands saints, lumineux comme un rayon de soleil. . qUl
C'est vrai , Dieu est un Juge sévère, un Juge . passe
.
tout en revue et qui punit; mais tant que Je SUlS en Vle,
C'est ainsi que nous comprenons sainte Élisabeth qui
Il n'est pas seulement mon Juge, Il est mon Père
disait au sujet d'un homme religieux, à la figure
miséricordieux, auquel je puis toujours dire avec le
maussade, qu'il avait l'air de vouloir faire peur à
publicain repentant: « Seigneur, ay:~ piti~ de .moi,
Dieu.
parce"que je suis un p~cheur )}, vers qUl J~ pUlS toujours
Permettez-moi d'adresser quelques mots chaleureux
me tourner avec ces paroles du bon larron: « Souvenez-
et réconfortants aux âmes craintives qui travaillent avec
bo~ne volonté à mener une vie qui plaise à Dieu,
Vous de moi, Seigneur ». ' . '
Mes frères, pourquoi redoutez-vous le ;o~eu ~U1
qUl prennent leurs devoirs au sérieux, qui sont bien-
s'irrite et punit? Jamais personne n'est damne, a mo~ns l
veillantes et charitables pour leur prochain et pourtant
qu'il le veuille. Observez les commandements de, DIeu
ne peuvent pas se défendre contre le scrupule et la peur
DIEU EST IMMÙABLE
302 LE SYMBOLE DES APOTRES

et remplissez les devoirs de votre état et alors vous ton Dieu. Cherche au-dessus de nous. Et j'interrogeais
n'avez rien à craindre. Peu importe où vous passez le soleil, la lune, les étoiles : ttes-vous mon Dieu?
votre vie, mais comme1tt la passez-vous, voilà ce qui Et ils répondaient : Cherche plus haut. Cherche
importe. Si Dieu vous a donné cinq t~lents, Il vous ·en au-de~sus de nous. Et je criais à tous les êtres que mes
réclamera dix; s'Il vous en a donné deux, Il ' vous en sens pouvaient percevoir : Si vous n'êtes pas mo~ Di~u,
redemandera quatre; s'Il ne vous en a donné qu'un, parlez-moi de Dieu. Et ils proclamèrent à hailte VOIX:
il vous faudra paraître devant Lui avec deux. C'est Lui qui nous a créés. Monte plus haut. Cherche
Il n'a pas besoin d'avoir peur celui · qui lutte et au .. dessus de nous. »
combat, celui dont la vie n'est qu'une guerre contre Et alors les pensées de saint Augustin s'élevèrent vers
le péché, celui, comprenez-moi bien, qui trébuche de le ciel, au-dessus de toutes les choses créées, jusqu'au
temps à autre dans la fatigue du combat; seul a besoin trône de ' Dieu et dans une sainte prière il se prosterna
de craindre celui qili demeure dans la jouissance, devant la face majestueuse du Dieu éternel et immuable.
qui se complaît dans sa chute, celui qui, après le péché, Ah 1 quel bonheur pour moi de pouvoir m'appuyer
s'essuie la bouche en disant: « Eh bien! que m'est-il sur le Dieu tout-puissant! Les incessantes transfor-
arrivé pe mal? » (Ecclésiastique V, 4)' Oui, qu'il craigne mations du .monde nous ébranlent tous. Des hommes
le Dieu irrité qui punit. naissent et meurent. Ils arrivent sur la terre et descendent
dans la tombe. Des peuples surgissent et disparaissent ...
qu'importe. « Le monde passe et sa c~ncupiscence
aussi; mais celui qui fait la volonté · de DIeu demeure
éternellement)) (1° Jean II, 17). Dieu est le commen-
Mes frères, un des plus grands penseurs de l'huma·· cement et la fin, et la vie de cette terre n'est qu'un
nité, saint Augustin, qui pendant trente-trois ans, .épisode, un court inter~ède, ~ui se p0.ursuiv~a ~ans
n'ayant pas reçu le baptême, s'égara sur des voies le royaume éternel de DIeu toujours parell à LUl-meme
mauvaises, décrit de façon saisissante le chemin par et qui ne change pas.
lequel il sortit des ténèbres dû paganisme pour arriver « Ceux qui se confient dans le Seigneur sont comme
à la lumière de la foi. « Je demandais à la terre: es-tu la -montagne de Sion; ils ne seront pas ébranlés ))
mon Dieu? Et elle répondait: je ne le suis pas. J'inter- (Ps. CXLIV, 1) dit le psalmiste. Avec une iné~~a~lable
rogeais la mer -'et ses profondeurs.): Nous ne sommes fidélité, je resterai attaéhé à Die~, dans l~s V1Clssltude~
pas ton Dieu; cherche-Le dans les hauteurs, cherche de la vie terrestr~, afin de pomJOlr me temr devant Lm ,
au-dessus de nous. Je démandais au vent, à l'air et à comme une montagne immuable, pendant l'éternité. Amen.
tous ses habitants et. ils disaient : Nous ne sommes pas
DIEU EST ÉTERNEL .

En bas, c'est toujours comme autrefois, réplique


l'interpellé. La sombre forêt est vieille, aussi les pierres
grises, je ,vois seulement courir çà et là une quantité
de petits insectes à deux pieds.
XIX Et maintenant, quoi de nouveau? interroge la Jung-
frau, -des milliers d'années plus tard. <

Toujours la même chose qu'autrefois, seulement le


DIEU EST ÉTERNEL nombre des insectes s'accroît. '
y a-t-il du changement? demande-t-elle à nouveau
mille ans ' plus tard. . \
MES FRÈRES, Il me semble que j'aperçois moins d'insectes, déclare
le Finsteraarhorn. Tout s'est éclairci. Les eaux se sont
rassemblées, les forêts sont devenues plus rares.
Parmi les montagnes les plus élevées de la Suisse Dans l'intervalle de nouveaux milliers d'années
deux se dressent avec leurs têtes neigeuses au-dessus s'écoulèrent, jusqu'à ce que la Jungfrau recommença
des autres: la Jungfrau et le Finsteraarhorn, toutes à questionner :
deux ayant plus de quatre mille mètres d'altitude. Et maintenànt?
Dans un ouvrage de l'écrivain russe Tourgueniew, Maintenant tout est blanc partout, répond le Fins-
les deux montagnes poursuivent un intéressant dialogue. teraarhorn. Partout c;est la glace et la neige. Tout est
Au-dessus d'elles le firmament muet aux reflets gelé. Nous n'avons qu'à dormir tranquilles.
verdâtres, au-dessous un froid mordant et. la neige Et les gigantesques montagnes retombent dans leur
scintillante. Sous la neige des amas de pierres couverts sommeil; et le firmament étincelant s'éteint pour
de glace. Un jour la Jungfrau déclara à son VOISIn : toujours. Tout se tait pour toujours sur la terre.
Tu es "'plus ' grand que moi et tu voi~ plus loin. Telle est la conversation des deux montagnes dans
Dis-moi donc ce qu'il y a de nouveau là-bas? l'œuvrtl.-' de l'écrivain r~sse. Et nous autres hommes
De sombres nuages Couvrent la terre, répond le nousselltons un friss'Oll passer ' dans notre corps :
Finsteraarhorn. Est-ce un rêve ou une réalité? Le fruit de l'imaginàtion
Après quelques milliers d'années, qui cependant ne ou une vérité en voie de réalisation? Nous, les « insectes
font ~u'une minute dans la vie del'univers, la Jungfrau à dèux pieds » nous nous remuons, nous nous agitons,
questlOnne de nouveau : nous construisons, nous détruisons, nous nous que-
Vois-tu maintenant du changement? rellons, nous nous tuons, nous nous faisons la guerre .. . i

Symb. d. Ap. - '1', J 20


LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST ÉTERNEL

et toujourS ... depuis des siècles ... depuis des milliers Il ne finira jamais; Il a toujours ét-é et Il sera toujours.
d'années. Mais un jour toutes les horloges s'ari'êteront, Si toutefois je voulais répondre de façon ,positive
un jour tous les milliers d'années seront finis, un jour alors je dirais brièvement: Dieu est éternel, c'est-à-dire
le temps n'existera plus, Oui, tout passera un jour, qu'Il est le Créateùr du 'temps et que tout ce qu'il y a
mais Dieu vit éternellement. de positif dans le temps se trouve totalement en Lui.
L'éternité divine. L'éternité de Dieu est le dernier En d'autres termes, Dieu possède d'un seul coup
coup de pinceau que je voudrais donner à l'image de parfaitement et complètement une vie sans fin.
notre Père du ciel. J'ai conservé cet attribut divin pour « Avant que les montagnes n'eussent été . faites,
la fin de ma série d'instructions, pour servir de cadre que la terre et le morlde n'eussent été formés, Vous êtes
-au tableau que j'ai tracé de Dieu. Aujourd'hui je vais Dieu de toute éternité et à jamais» tPs. LXXXIX, 2)
parler de l'éternité divine et dimanche prochain je dit le psalmiste. Dans un autre psaume, il exprime
résumerai tout ce que j'ai dit au sujet de Dieu et par là ainsila même pensée: « Seigneur, Vous avez fondé la
je terminerai les instructions que j'ai consacrées au terre dès le commencement et les cieux sont l'ouvrage
premier article du Symbole. ,\ de Vos mains. Ils périront, mais Vous, Vous demeu-
L'éternité divine. 1. Que disons-nous de l'éternité de rerez; ils ' vieilliront tous comme un vêtement : Vous
Dieu? et II. Que nous dit l'éternité de Dieu? C'est autour les changerez comme un manteau et ils changeront
de ces deux idées que je grouperai le sujet de mon de forme. Mais Vous, Vous êtes toujours le même
sermon d'aujourd'hui. et Vos années n'auront pas de fin » (Ps. CI, 26-28).
Notre première question est donc celle-ci: Dieu « était, Il est et Il sera » (Apocalypse l, 8) et
« Il vit éternellement» (Apocalypse V, 14).
Dieu est donc au-dessus du temps. En Lui il n'y a
1 pas de temps ni passé ni futur. Il est un continuel
présent. .
QUE DISONS-NOUS DE L'ÉTERNITÉ DE DIEU 'JI
Je sens bien, mes frères, que ce concept ne orme
que l'ossature, les bases de la réponse désirée et que
pour faire paraître avec une clarté plus grande la figure
A) Si je vou,lais répondre brièvement de façon de Dieu éternel je suis obligé de fragmenter ma réponse.
négative, il me faudrait dire: Dieu est éternel, c'est- B) Essayons donc de voireri- détail ce que nous
à-dire le temps n'existe pas pour Lui; l':Ëtre divin n'a ni voulons dire, quand nous parlons de l'éternité divine.
commencement ni fin ni succession. Bref, comme nous , Avant de répondre, nous sommes obligés de nous
l'avons appris au catéchisme, Dieu n'a pas commencé, livrer à quelques considérations philosophiques.
LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU . EST ÉTERNEL

. Une des caractéristiques particulières de l'homme, parlons ?e Dieu. La Sainte Écriture parle ainsi
c'est qu'il aime à fouiller les événements passés et à de Lui: « D'éternité en éternité Vous êtes Dieu»
scruter les événements futurs, pour se former ainsi une (Ps. LXXXIX, 2). Le prêtre à la messe chante: « •• :per
vue d'ensemble sur toutes les époques." C'est là une' omnia saecula saeculorum n, « par tous les siècles des
manifestation de notre effort pour ressembler à Dieu. siècles n. Et le chrétieri croyant Lui adresse cette prière:
Mais que savons-nous du passé et que devinons-nous « Gloire au Père, .a u Fils et au Saint-Esprit, comme
de l'avenir? A peine peu de chose. Dieu seul possède Il était au commencement, qu'Il est maintenant et
une vue complète de l'uni'urs, car non seulement Il voit qu'Il sera toujours dans les siècles des siècles ».
ce qui se trouve dans l'espace, mais aussi ce qui se Dieu éternel, qui a toujours été et avant qui personne
succède dans le temps. Donc lorsque nous disons que n'a jamais existé. Qui n'a pas eu de commencement,
Dieu est éternel, nous voulons dire que Dieu est le parce qu'Il n'a jamais été fait, mais a toujours été.
Maître et le Créateur du temps et de tout ce qui exi~te, Qui a été, est et sera. Qui n'a été ni enfant ni jeune
de tous les événements du monde. De même qu'Il est homme ni vieillard, mais a toujours été identique à
partout, parce qu'Il a créé l'espace (du fait qu'Il a créé Lui-même dans la plénitude de sa perfection, qui n'a
quelque cho;e), de même Il est toujours, parce qu'Il a pas eu de commencement, parce qu'Il est le commen-
. créé le temps (du fait qu'avec la création s'est produit cement de tout, comme Il le dit de Lui-même dans
dans le monde un événement sur lequel on peut mesurer Isaïe: (l Depuis le commencement Je suis toujours
le temps), - le même n (Isaïe XLI, 4).
Et maintenant essayons de nous faire U'ne idée de b) Le Dieu éternel qui n'a pas de fin.
l'éternité de Dieu 1) qui n'a ni commencement ni fin Dieu n'est pas seulement le commencement, mais
et 2) pour qui le temps n'existe pas. aussi la fin, comme Il le dit pareillement dans Isaïe :
1) Dieu éternel n'a ni commencement ni fin, matS « Je suis le commencement et la fin » (Isaïe XLIV, 6).
possède toujours la plénitude de l'être. Mais si Dieu est le commencement et la fin de toutes
a) Dieu éternel n'a pas de commencement, choses alors, tout ce qui a reçu de Dieu l'existence,
Quel que soit le sujet de nos conversations dans le
" . .
par conséquent le monde entIer, retournera un Jour vers
monde créé, nous sommes obligés de dire à propos de Lui. Quand? Lorsque le monde créé aura atteint la fin
tout : du commencement à la fin, de la naissance à la pour laquelle il a été créé : la gloire du Créateur : « afin
mort. Pour l'homme~ on dit : du berceau à la tombe. que Dieu soit tout en toUS» (JO Corinthiens XV, 28).
.Pour une tour élevée on dit: de la base au faîte. Du c) Le Dieu éternel qui possède toujours la plénitude de
monde entier on dit: de la création au Jugement dernier. l'être.
Nous ne faisons qu'une exception: c'est lorsque nous « Je suis Celui qui suis n (Exode III, 14), a-t-Il dit
310 LE SYMBOLE DES APOTRES
DIEU EST ÉTERNEL 3 11
de Lui-'même. Personne ne 'peut donner à Dieu, cruel: sans arrêt,sans trêve, il pousse tout en ,avant ...
persol~ne ne peut ~uiprendre. ' Personne ne peut
pas de ~epos, pas de halte, pas de stabilité .. : tout se
Le . falr~ plus grand, -personne ne~ peut Le faire plus meut, change et disparaît. Et au-dessus de ce continuel
petIt. DIeu ne peut ni croître ni diminuer. Il n'a besoin mouvement, au-dessus de cette fébrile et remuante
de rien, Il ne manque de rien. Dieu est en Lui-même instabilité, au-dessus de ce passé qui s'enfuit se tient
et de Lui-même l'éternelle perfection. Les flots meur- debout le Dieu éternel. Dieu, cc en qui n'existe aucune
triers du déluge mugissent, au milieu des nuages et
vicissitud~ ni ombre de changement» (S. Jacques l, 17).
des éclairs se dresse le Mont Sinaï, les trompettes du « Je suis le Seigneur et Je ne change pas 'i) dit-Il
Juge~en~ dernier retentissent et Dieu demeure toujours de Lui-même par le prophète (Malachie III, 6). cc Non
CelUI qUI est et devant Lui mille années sont comme habet tempus per quem factum est tempus » dit
un instant.
saint Augustin, « Il n'est pas soumis au temps Celui
Voilà le Dieu éternel qui n'a ni commencement ni fin.
par qui le temps a été fait ».
2) Mais l'éternité de Dieu signifie encore autre
b) Mais je puis encore comprendre autrement le
chose. Devant l'éternité divine le. temps n'existe pas.
temps. Je peux le comprendre, comme une durée, comme
, Q~'est-ce que cela veut dire: devant Dieu le temps
l'âge des choses. ,
,n eXIste pas? Il me faut d'abord savoi'r ce que c'est que
le temps. ' Et si je le comprends de la sorte, alors le temps de
, toutes choses en ce monde est limité, la vie est courte.
a) Qu'est-ce que le temps? Qui peut le définir faci- - Elle est brève la vie de l'homme, comme elle est brève!
le me nt ? Est-il quelque chose de tangible, Comme un
Il Y a des étoiles dont la lumière, à cause de leur verti-
objet? Certainement non. Est-il un océan où flotte le
gineux éloignement, met des milliers d'années pour
monde? Est-il un fleuve impétueux qui entraîne tout
arriver jusqu'à la terre, et cependant la durée de leur
vers l'éternité? Non. Tout cela n'est pas une définition
route est limitée. Des cimes couvertes de neige se
exacte. Nous nous rapprochons de la vérité si nous
dressent vers le ciel depuis des milliers d'années, alors
disons que le temps n'est pas une chose ou' quelque
que pas un être vivant n'était sur la terre et pourtant
chose, mais la relation des événements entre eux :
même ces masses de granit s'effritent, les mers se
quelque chose est arrivé ou bien quelque chose aura
dessèchent peu à peu ... tout passe. Mais dans le tour-
lieu. Et peut-être alors comprendrons-nous mieux ,
billon du passé domine ['éternité divine.
si nous disons : Le temps est la succession incessallt~
des choses, allant du présent au passé. c) Je peux encore envisager autrement le temps.
Je peux dire : le temps est cette atmosphere qui nous
cc Tempus rerum imperator » dit un vieux proverbe,
entoure, cet état d'esprit que nous introduisons en nous-
« le temps est le maître des choses ». Oui et un maître
mêmes et qui a pour résultat de nous faire dire de nous-
,

LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST ETERNEL 3I 3


mêmes que cc nous sommes les enfants de notre temps ». vie, " un homme de trente ans » veut dire que déjà
En réalité, nous ne sommes pas seulement les erifants trente; années de sa vie appartiennent au passé. Mais
de nos parents, mais aussi de notre époque, nous sommes nous rie déterminons pas ainsi l'âge de Dieu. Nous
liés à notre §iècle par des milliers et des millier; de fils. disons : Il est éterne1, c'est-à-dire à chaque instant
cc Tel temps, tels gens » dit un proverbe allemand. En ·11 a en Lui la plénitude de l'existence.
réalité nous qui vivons au milieu des changements èt Voilà t04l ce que nous affirmons, lorsque nous
en pleine évolution de l'humanité, nous avons de la reconnaissons que Dieu est éternel.
peine à constate~ combien notré façon de penser, d'agir, Et maintenant pouvons-nous dire que nous savons
de nous condUire est pénétrée par l'atmosphère de complètement quelles sont les immenses profondeurs
notre époque. Comme le Inonde change autour de nous cachées au sein de l'éternité divine?
d:un .siècle ~ l'autre! Comme il est difficile, pour ainsi Pas du tout. Tout ce que nous avons dit jusqu'ici,
dire ImpossIble, aux vieux de comprendre les jeunes! toute la beauté, toute la grandeur que nous avons
cc Ils ne sont plus de leur temps» disent les jeunes gens rencontrées dans le monde créé n'est qu'une petite
en parIant des vieillards et eh les regardant comme les raie de lumière de la grandeur éternelle de Dieu
débris d'un autre âge. Mais au-dessus de l'esprit du siècle filtrant par les interstices d'une fenêtre. Quel bonheur
~t du cha~gement, au-dessus de toute relation. du temps pour moi, accablé par les soucis de la terre et aux nerfs
zl yale Dteu éternel, qui nous comprend tous, les vieux malades, de pouvoir me reposer dans le calme béni
et les jeunes, qui ne change pas avec le temps et qui de l'éternité divine! Quel bonheur pour moi, malheu-
ne sera jamais emporté avec le temps. reux petit homme toujours pressé de pouvoir calmer
Pouvons-nous dire que Dieu est cc vieux » ou bien mes nerfs douloureux et surexcités dans la sainte paix
qu'Il est cc jeune»? Nous pouvons dire les deux, mais de l'éternité divine! Mes frères, vous que l'allure
seulement à la manière humaine, par rapport à nous- fébrile de la vie consume et écrase, accourez pour vous
mêmes. La sainte Écriture dit aussi que Dieu ·est vieux reposer sur le cœur placide du · Dieu éternel.
(Daniel VII, 9), parce qu'Il existe antérieurement ·Mais me voilà parvenu à la seconde question de mon
à de~ millions d'années; mais Il est également jeune, instruction: Que nous dit l'éternité divine; quelle force
plus Jeune qu'un nouveau-né, parce que de la vie de ce divine, quelle divine consolation nous donne-t-elle?
d.ernier ~nt déjà disparu quelques heures, tandis que
nen ne disparaîtra jamais de Dieu.
Chose étrange : si nous voulons déterminer l'âge
d'un homme, que faisons-nous? rous indiquons le
nombre d'années que le temps a déjà emportées de sa
LE SYMBOLE DES APOT1ŒS
DIEU EST ÉTERNEL :F5
sentence capitale, sa femme vint le trouver dans sa
II ' prison et le supplia avec larmes de pre?dre sa famille
en pitié et de sauver sa vie par amour pour elle.
QUE . NOUS APPREND L'ÉTERNITÉ DE DIEu? Thomas Morus lui demanda paisiblement : Dis-moi,
combien de temps pourrons-nous vivre enc,<?re ensemble?
<;j> Elle répondit: Au moins encore vingt ans. Vois-tu,
Celui qui pense souvent et avec amour à Dieu dit son époux, si tu avais dit : au moins mille ans, .
Étern~l puise déjà dans cette seule pensée une force c'eût été quelque chose. Mais pour vingt ans dois-je
de részstance dans les tentations et une consolation dans sacrifier l'éternité? .
les vicissitudes du monde.
Et Thomas Morus marcha à la mort. La pensée "de
1) La ~ensée de l'éternité de Dieu est une force dans l'éternité l'avait préservé de la chute.
l~~ ten~a,tlO~s .. L'océan de bonheur infini qui remplit Ah! si seulement moi aussi je pensais souvent à
1 eternlte dIVIne sera un jour notre partage, si nous l'éternité divine! Ici-bas on parle de la « mer infinie ll,
passons fidèlement notre vie terrestre. Ne vaut-il pas de « montagnes éternelles », mais tout cela, n'est-ce pas,
la peine déjà pour cela de demeurer fidèle au moment n'est que de l'exagération humaine. Il n'y a qu'un seul
1 de l.a tentation? Ne serait-ce pas de la folie que de
éternel : Dieu' dont parle ainsi la Sainte Écriture :
sacnfier ce bonheur à la jouissance brève et futile « Avant que les montagnes n'eussent été faites, que la
promise par le péché? _ .
terre et le monde n'eussent été faits, Vous êtes Dieu
Thoma,s, Moru,s, le grand chancelier anglais, fut de toute éternité et à jamais» (Ps. LXXXIX, 2).
cond~m?e a mort a cause de sa fidélité à la foi catholique. Mais la montagne et la mer sont pour moi un sage
I~e.r?l d An~leterre, Henri VIII, avait répudié sa femme aveh issement. Par le caractère, par l'honnêteté, par la
legItlme et epousé une autre dame. Le chancelier refusa vertu, il faut que je sois inébranlable, immuable comme
de reconnaître comme un véritable mariage la liaison les montagnes « éternelles» et alors je glorifierai:le Dieu
coupable du monarque et de regarder Henri ' VIII éternel. Des orages arrivent et la montagn~ ne bouge pas;
comme chef suprême de l'Église 'd'Angleterre; il fut la foudre tombe et la montagne ne bouge pas. A ses
enfermé dans la Tour de Londres et condamné à pieds 'tourbillonrient l'écume et la fange de la vie
mort. Le souverain essaya auparavant de briser par les quotidienne, mais la boue n'atteint pas son sommet,
souffranc~s du cachot la résistance du chancelier comme un autel à la blancheur de neige elle se dresse
respecté, dans tout le royaume. On lui envoya( même vers le ciel. Et la ~er infinie! Que cJe peuples elle a
sa fille préférée, Marguerite, pour le décider à céder. portés. sur ses flots! Les Phéniciens, les ·Carthaginois,
Ce fut en vain. Finalement avant l'exéc~tion de la les Grecs, les Perses, les Romains, les Wikings, les
LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST ÉTERNEL

Normands, les marchands de Venise et de Gênes végétau~ et de cadavres d'animaux, lorsque la crainte
[es explorateurs, les missionnaires ... où sont-ils? Et I~ de là mort me rend mélancolique, quel soulagement pour
mer infinie continue sa chanson. Je suis sur le rivage ... moi de lever les yeux vers le Dieu éternel! ,
Une tempête furieuse balaye l'immense masse liquide Comme il tremble le rayon 'qui vient du soleil!
et soulève la surface des flots, mais seulement la surface: Pourquoi a-t-il peur? Il craint le nuage qui peut lui
en bas, dans les profondeurs règne .le calme. Comme barrer la route et alors c'est fini pour Jui. Comme il
-devraient surgir des profondeurs de ma vie, de mon tremble le petit poussin, quand l'épervier vole au-dessus
esPérance en l'éternité divine, -confiance et paix, même de lui! De quoi a-t-il peur? Il a peur des ~riffes meur-
lorsque les tempêtes de la vie font monter à la surface des trières, car alors c'en est fait de lui. Comme elle tremble
vagues écumantes! la feuille, lorsque le vent d'automne souffle à travers
.voilà, mes frères, ce que nous apprend l'éteniité de le feuillage! Que redoute-t-elle? Elle redoute le vent
DIeu: Quel,le force ne donne-t-elle pas dans le pénible qui siffle, car s'il l'emporte, c'est fini pour elle. Et comme
travaIl de 1 ennoblissement de notre âme! il tremble l'homme, lorsque la mort frappe à sa porte!
2) Mais elle donne aussi une consolation plus élevée: Pourquoi tremble-t-il? ' Parce qu'il craint l'instant
une consolation dans les m:cissitudes du monde qui passe. douloureux de ,sa fin. Tout passe, tout d~sparaît ...
Au nouvel an je mèts un nouveau calendrier sur mon mais Dieu vit toujours, Dieu est seul éternel. Dieu seul
bureau. Les jours s'y succèdent de janvier à décembre' 'est grand, parce que seul Il est éternel.
j'y trouve inscrit d'avance, exactement à l'heure et à Quelqu'un aussi est grand ... Il est grand l'homme
la minute précises, qua~d le soleil et la [une se lè'~ent qui sait s'attacher au Dieu éternel et qui imprime ici-bas
et quand ils se couchent. Mais les feuilles du calendrier dans son âme une image toujours de plus en plus belle
n~ di~ent rien d~ moi: je ne peux -pas yinscrire ce qui du ,Dieu éternel.
m arnvera le mOlS prochain ou seulement le lendemain Quel émouvant, quel sublime contraste : le Dieu
" .... .
pas -meme SI Je VIvraI Jusqu'à demain.
'
éternel et l'homme d'un instant.
Ah! comme je comprends devant l'éternité di vine Le Dieu éternel. Dans une paix qui ignore le temps
mon instabilité d'insecte éphémère! Il est devant mes yeux, dans une paix qui cache une
Et lorsque d'année en année je constate avec effroi plénitude dé vie et une richesse d'actes infinis. Des
~ue l~ vie glisse. hors de mes mains, lorsque jour par milliards d'anges et d'âmes humaines transfigqrées
Jour Je sens que la vie d'ici-bas est de courte durée chantent ses louanges à travers la chaîne infinie des
~t q~e le monde entier est rempli de ruines, lorsque siècles, « per omnia saecula saeculorum ».
J~, saIS que le monde entier ressemble à un grand cime. Dieu _éternel.
tlere; que la terre sous mes pieds est composée de débris Et je suis là ~~i, l' homme d'un instant, jeté au milieu
318 LE SYMBOLE DES APOTRES DIEU EST ÉTERN§.L
, ..
des flots tumultueux du temps. ' Qu'est-ce que ma Nous sommes emportés par le temps et entraînés
vie? Un tout petit remous sur l'océan sans rives du dans le tourbillon de la vie. Où donc? Vers la mer,
temps. Une feuille qui tombe dans l'immense forêt la mer de l'éternité, car tous nous sommes' les enfants
vierge. Un minuscule grain de sable dans le désert de l'éternité.
sans limite. Qu'est-ce que ma vie? ({ Elle est comme Lorsque les mercenaires grecs épuisés par un long
l'h~rbe qui passe un matin; le matin elle fleurit et passe; et pénible voyage aperçurent la mer, ils s'écrièrent
le soir elle tombe, se raidit et dessèche ». Chacune de avec jubilation: Thalatta, Thalatta! « la mer, la mer ».
mes minutes est une vague, chacun des mes jours un Mes frères, savez-vous quelle est la plus belle récom-
flot, chacune de mes années une section du fleuve qui pense d'une vie passée conformément à la volonté de
un jour, au moment de ma mort, se jettera dans l'océan ' Dieu? C'est la joie sainte qui inondera notre âme à
sans fin de l'éternité nos derniers instants. Tandis que nos proches se
Quand? Je ne sais pas, ça n'a pas d'importance. tiendront, aveé des regards anxieux, devant notre lit
Mais qu'est-ce qui a de l'importance alors? La maniere, de mort, et que nous comprendrons à leurs .!armes
la manière dont ce fleuve se jettera à la mer. Sera-ce difficilement retenues que le fleuve de notre eXlstence
comme une eau presque évaporée, stagnante, boueuse, est tout près de s~ jeter dans la mer, dans le sein de
fangeuse, marécageuse qui n'amène à la mer que des l'éternité divine, alors nous nous écrierons ainsi: ,
algues et des immondices? Ou bien sera-ce comme Salut, mer éternelle, ' que j'ai tant désirée dans les
une masse d'eau coulant et se précipitant triompha- tempêtes de la vie.
lement, qui transporte à l'océan de précieux trésors Vie qui n'a pas de fin.
et de riches marchandises? Bonheur sans nuage.
Comment sera cettt: arrivée à la mer? A la mer Royaume qui a pour roi Dieu l'Éternel.
de « l'éternité,,? Mes frères, cela dépend de vous. « Aû Roi des siècles, immortel, invisible, seul Dieu,
Comment vouLez-vous arriver auprès de Dieu, l'Éternel? honneur et gloire dans les siè~lesdes siècles 1 Amen »
ua Timothée 1, 17).

Mes frères, nous avons parIé de l'éternité divine,


nous dont la vie n'est qu'une ombre, ulle fumée.
Nous venons de parIer de l'immutabilité divine, nous
dont la vie change comme la lune.
TE DEUM LAUDAMUS! 321
griffes, mais tout à fait babillé' à la moderne. Autour de
la table siègent ses collaborateurs: l'Orgueil, l'Avarice
et la Luxure etle prand Conseil infernal prend d'abord
la résolution suivante : « La dernière heure de Dieu
xx à sonné. Dieu est vaincu ». Mais à l'instant même où
le Conseil de l'Enfer prenait cette résolution téméraire,
apparaît Un envoyé de Dieu qui entame avec Satan
TE DEUM LAUDAMUS ! une discussion impressionnante.
Tu crois remport~r la victoire? Mais regarde tout
-ce qu'il y a de bien caché parmi les hommes. Quelle
MES FRimES, honnêteté! Que de vertu! dit au diable l'envoyé du
ciel.
Sur la magnifique Place de l'Hôtel de Ville de Vienne Et le démon répond d'un ton railleur: C'est en pure
se dressa un jour de l'an dernier une grande croix perte. Tout m'appartient: le théâtre, la radio, le disque,
portant en lettres lumineuses cette inscription: « Sauve le film, la Bourse, la .presse ... tout est à mon servicè.
ton âme». La pièce continue. Qui sera vainqueur? se demande
Comment cette croix se trouvait-elle en plein centre en tremblant l'assistance angoissée. Dieu relU:portera-t-Il
de Vienne la Rouge? Et d'où venait cette foule qui se la victoire? Mais lorsque la pièce arrive à sa fin, les
pressait sur la place? spectateurs respirent largement : Dieu est vainqueur.
Depuis quelques années existe en Autriche une Les ivrognes, les débauchés, les assassins viennent à
société appelée « les Comédiens du Bon Dieu )) qui la dernière minute, les uns après les autres reconnaître,
représente dans tout le pays des pièces à portée mora- à ~eur confusion, que Dieu est vivant et ne peut pas
lisatrice; à l'occasion de . leur millième représentation, ( fuir devant l'homme.
les. acteurs voulaient jouer devant le grand public en Dieu est vivant . Dieu est vainqueur, telle est la leçon
pleme Place de l'Hôtel-de- Ville à Vienne. finale de cette pièce, tel est le thème le plus {!trofond
Cette pièce jubilaire (Das Spiel von Satans Welt- de l'histoire de l'humanité et de l'histoire du monde,
gericht par Lux) représente d'une façon particulièrement telle est également l'idée fondamentale de mon sermon
dramatique la lutte acharnée de Satan contre Dieu d'aujourd'hui.
Nous son:mes à la réunion générale du Grand Con~eil Il y a dix-huit mois, j'ai commencé l'exPlication du
de l'Enfer et le diable préside. Il n'est plus comme Symbole et c'est seulement aujourd'hui que nous
au moyen âge : avec des cornes, une queue et des ,sommes arrivés au ?out d'expliquer l-c premier article.

Symb. d. Ap. - T. [ 21
322 LE SYMBOLE DES APOTRES TE DEUM LAUDAMUS! 32 3
Tout ce que j'ai dit au cours. de ces dix-huit mois se le révolté. Car ce n'est pas, seulement celui qui nie
rap.porte uniquement à cette première phrase du Dieu ou Le blasphème qui combat contre Lui. Mais
'Symbole : « Je crois en Dieu ». Il est combattu par quiconque ruine dans l'âme humaine
Depuis que l'homme est sur la terre, les peuples et l'honnêteté, la pureté et le sentiment du devoir, par
les individus croient tous en Dieu; et bien qu'on quiconque sape la fo~ religieuse.
trouve toujours de ces hommés qui voudraient réaliser Depuis des années nous arrivent de l'est des nouvelles
la résolution prise par le Grand Conseil infernal de eJfrayantes qui révèlent la méthode infernale avec
renverser Dieu, le trône divin aujourd'hui encore laquelle on fait la guerre à Dieu.
demeure inébranlable et aujourd'hui encore les hommes En Russie, au cours des trois dernières années,
s'agenouillent pour prier devant la face bénie du Père quatorze mille églises ont été fermées de force.
céleste. Aujourd' hui encore il y a des hommes qui L'athéisme est propagé officiellement par une asso-
blasphèment Dieu, mais ils vont ainsi à leur perte, ciation spéciale « l'union des sans-dieu » qui compte
et aujourd'hui encore il y en a qui louent Dieu et parmi ses membres dix-sept millions d'adultes et
trouvent en Lui leur bonheur. Voilà les deux idées dix-huit millions d'enfants de huit à quatorze ans,
que je veux développer dans la présente instruction, et dont les journaux ont un tirage d'un demi-million
je parlerai donc I. De ceux qui blasphèment Dieu et d'exemplaires. Et en même temps que dans les univer-
II. De ceux qui louent Dieu. sités russes on érigeait trente-cinq nouvelles chaires
pour la propagation de l'athéisme, à Minsk (dans la
Russie-Blanche) on inaugurait une université complète-
ment organisée en vue de combattre exclusivement la
l
religion; à la même époque (depuis le 1er, novembre 1930)
CEUX QUI BLASPHÈMENT DIEU.
on a retiré la carte de pain, donc la plus élémentaire
possibilité de vivre, à tous ceux qui sont en relation
d'une manière ou d'une autre avec la religion. Il n'y a
Une preuve saisissante de la méchanceté humaine plus de cartes - de pain pour les prêtres (à quelque
c'est la haine féroce dont la flamme s'élance tantôt dan~ religion qu'ils appartiennent), pour les organistes, les
un pays tantôt dans un autre contre le culte divin chantres, les sacristains, les réd::tcteurs de journaux'
Il semble que la pièce de théâtre représentée à Vienne religieux, ies artistes qui font des \. objets religieux.
se réalise mot pour mot. II semble qu'en réalité une En vérité, il semble que l'on voit déjà la victoire de la
foule d'écrivains, d'artistes, que le théâtre le film résolution du Grand Conseil de l'enfer.
'la radio, la presse se soient mis au service' de Sata~ Au même moment où les jeunes membres de « l'union .
LE SYMBOLE DES APOTRES TE DEUM LAUDAlVIUS!

des sans-dieu» donnaient l'assaut avec des ricanements arrachées dans les cimetières et sur beaucoup aujourd'hui
diaboliques aux églises restées ,ouvertes et même encore on peut lire les anciennes inscriptions.
pénétraient dan~ les maisons privées pour traîner les iji' Non loin de nous vit actuellement un peuple nom-

images saintes-'par milliers dans les rues et les brûler breux qui n'a pas de dimanche (car même la semaine
avec des cris de triomphe, au même moment où dans a été supprimée); des millions d'enfants y viv~n~ ~an.s
les rues, sous les rires de la populace, on profanait par rien savoir de ce que c'est ' que Noël. En vente, Il
des or~ies sacrilèges la sainte messe et le baptême et que semble qu'on aperçoive là le triomphe du Grand Consefl
l'on chantait sur les antiques mélodies des hymnes de l'enfer.
ecclésiastiques des poésies blasphématoires, au même Et lorsque jour pour jour on ,lit ces monstruosi:és
.moment on faisait exécuter aux prêtres bannis dans les qui crient vengeance vers le ciel, on éprouve au premler
îles de la Mer Blanche des travaux inhumains d'une mOlnent l'impression ressentie par les spectateurs de
durée de douze à dix-sept heures, avec une demi- la pièce jouée à Vienne : Que se passe-t-il? Dieu
ration de vivres, il ne se pa~se pas de jour où n'en sera-t-Il vainqueur? '
meurent de six à dix, et le prêtre mourant n'a pas le Mais celui qui connaît l'histoire de l'humanité et
droit d'être visité par un autre prêtre, afin qu'il ne qui sait combien de fois la malice infernale s'est dressée
reçoive pas les derniers saérements. Plusieurs prêtres contre le trône de Dieu, n'a aucune crainte pour l'avenir.
ayant été surpris à entendre la confession de confrères Il sait que tant que vivra sur la terre un peuple pensant
moribonds, furent condamnés à des travaux pénibles logiquement et sentant humainement, la f~i e~ Die,~
en forêt, avec une ration réduite au tiers (Bayr. Kurier ne pourra pas être arrachée de son âme; 11 sa~t q~ a
8 août 1930). En vérité il semble que l'on aperçoive la fin de la pièce, à la fin de l'histoire du monde, Dleu
déjà la victoire de la décision du Gra~d Conseil de sera pourtant vainqueur. Et avec Lui seront vainqueurs
l'enfer. La propagande de l'athéisme engloutit une ceux qui croient en Dieu et chantent les louanges de
quantité énorme de papier: c'est pourquoi a été pro- Dieu.
mulgué l'ordre de livrer et de mettre au pilon tous les
livres religieux, Bibles, Missels que l'on pouvait trouver
Il
dans le pays, et avec la pâte à papier ainsi procurée de '
faire du nouveau papier pour des ouvrages de propa- CEUX QUI CHANTENT LES LOUANGES DIVINES,
gande bolchévique.
Mais les "sans-dieu manquent, semble-t-il, non
seulement de papier, mais aussi de pierres. A Moscou, y a-t-il 1un Dieu et qu'est-ce que Dieu? ces deux idées
les , pavés trop usés sont remplacés par des dalles nous ont occupés pendant dix-huit mois et nous ont
: LE SYMBOLE DES APOTRES TE DEUM LAUDAMUS 1

,fortifiés, nous tous qui croyons en Dieu et chantons joie, leur force, et leur vitalité? » Et Tolstoï ne voit pas
! ses louanges. d'autre raison que celle-ci (( Dans la foi en un Dieu
, A) Y a-t-il un Dieu? telle est la question que nous sage et juste. » Et alors, au cours d'une promenade
avons étudiée dans la première partie de notre série printanière, de son âme s'échappa comme une révé-,'
de prédications. lation cette affirmation : (( Il Y a un Dieu. Vous ne
1) Nous avons interrogé le monde immense des pouvez vivre vraiment que si vous croyez en Dieu »
étoiles et le monde intérieur de l'âme humaine la (Tolstoï, lUes confessions).
nature vivante et inanimée; l'ordre impressionnan~ et Oui, nous ne pouvons vraiment , vivre que si nous
la finalité de l'univers nous ont répondu en accord croyons au bon Dieu.
avec les aspirations de l'âme humaine vers la vérité Le bon Dieu, disons-nous en français. Mais les autres
et la justice: Il y a un Dieu. Ma raison m'oblige à croire peuples parlent de même. Adonaï, dit le Juif. Kyrios,
en Lui. La grandeur du monde créé crie vers Dieu dit le Grec. Dominus, dit le Latin. Il n'y a pas de peuple
la profondeur de l'âme humaine crie de m ême ver~ qui n'ait pas la notion d'un Dieu Créateur et Provi-
Dieu. dence du monde. Partout l'homme adresse des prières
En effet s'il n'y a pas de Dieu, la machine de J'univers à Dieu; c'est ce mot qui est le plus fréquemment pro-
qui fonctionne avec une incomparable précision n'a noncé dans tout le globe. Lorsque les rayons du 'S oleil
pas de Créateur; et s'il n'y a pas de Dieu, la vie humaine levant viennent ' dorer la fenêtre de l'homme encore
n'a pas de but. Mais serait~ce possible? Alors que nous endormi, celui qui se reposait se réveille pour se
n'osons pas dire d'une plume à écrire, d'une roue remettre au travail au nom du bon Dieu. Les âmes
de machine qu'elles existent par elles-mêmes et n'ont pieuses Le prient, les pauvres demandent l'aumône
pas de fabricants, oserions-nous le prétendre du en Son nom, les malades mettent leur confiance en Lui,
merveilleux univers? Et si pas une feuille ne pend les mourants placent en Lui leur espoir. Il n'existe ni
à un arbre, sans avoir sa raison d'être, si pas un brin lieu, ni temps, ,ni circonstance où l'âme humaine puisse
d'herbe ne pousse dans la prairie, si pas une goutte ne pas penser à Dieu, ne pas croire en Dieu. Elle croit,
d'eau ne se trouve dans la mer, sans raison d'être alors parce que la raison l'y oblige.
1'1 n ' y aurait que ,l'homme pour exister sans ' but? z) Mais c'est._~ussi l'organisation de la vie humaine
!olstoï luï'-même 's 'était aussi posé cette question et qui l'y ob'~ge, car sans la croyance en Dieu la vie en
Il y répondait ainsi : (( Des millions et des millions société serait impossible.
d'hommes vivent satisfaits, travaillent, peinent et Peut-on construire une vie humaine sur la négation
lut~.ent sur cette terre et il ne leur vient pas à l'esprit de Dieu? Peut-on sans la foi en Dieu parler de sentiment
qu Ils font tout cela sans but. Où puisent-ils donc leur du devoir, parler de devoirs envers la famille, parler
LE SYMBOLE DES APOTRES TE DEUM LAUDAMUS!

de pr,évenances à l'égard ' du prochain? La société convention et tout homme a le droit d'agir selon son
nous impDs~'-des obligations, d~s devoirs qui bien bon plaisir. S'il 'n'y a pas de Dieu, il n'y a pas de
souvent éqUlvalent au renoncement et au sacrifice pour liberté, car l~ liberté ne repose que sur laC loi, la loi
l'individu. La fidélité inviolable, la sincérité, l'amour sur la morale, la morale sur la religion et sur Dieu.
du travail, l'honnêteté, la conscience, etc., sont les Connaissez-vous l'inscription sur la porte de l'uni-
bases de la vie sociale qui finalement repose sur la versité musulmane du Caire? Je répète avec une certaine
foi en Dieu. L'athéisme ébranle donc les fondements de envie et un peu de honte, de l'université musulmanli :
l'ordre so~ial. Quel~u'u~ crie par le monde : Il n'y a « La chimie est importante, Dieu est plus important )),
pas de DIeu. CelUl qUl souffre l'entend et s'écrie . voilà ,ce qui y est inscrit.
La vie humaine n'a pas de raison d'être. Le criminei Oui, il faut de la chimie, il faut de la technique,
l'entend et s'exclame : Il n'y a pas de péché. La il faut de l'industrie, il faut de l'agriculture, il faut
jeunesse l'entend et répond : Il n'y a pas de vertu. du pain, il faut de l'hygiène, il faut du soleil, mais
L'époux l'entend et affirme : La fidélité conjugale surtout: il faut Dieu. En effet celui qui n'attend la
. t ~ ~as. L' enf ant l' entend et s'écrie: Il n'y a pas
n,, eXlS lumière que du soleil reste chaque soir dans l'ombre;
d autonte paternelle. celui qui a Dieu pour soleil jouit de la clarté éternelle.
Un' ~ays sans Dieu est un pays maudit. Ûn peuple Nous sommes malades; tous nous le sentons bien.
~n~ ~I~U, èst ~ne horde , sauvage, assoiffée de sang, Mais ne croyez-vous pas que le monde actuel est
mdlsclphnee. L homme peut-il honorer son père et malade parce qu'il s'est écarté et séparé de Dieu?
sa mère s~r la terre, s'il n'honore pas son Père qui est Lorsque dans les pays ,du nord les hommes sont privés
dans le ciel? L'homme respectera-t-il les lois terrestres' pour des semaines du soleil qui s'est incliné sous
s'il ne respecte pas le Législateur éternel? Aimera-t-ii l'horizon, l'abattement et la mélancolie s'emparent
son prochain, celui qui croit que tous nous sommes d'eux. Cette déprimante mélancolie ronge l'humanité
venus du néant et que nous retournerons au néant, et présente : elle s'est écartée du Soleil de vie.
~u~ nous devons en cette vie nous ,procurer le plus de Les Arabes ont une curieùse légende SUl;. les pleurs
JOUlssances possibles? \ du Sahara. Lorsque par une claire et tranquille nuit
Et si un jour la:' révélation céleste était incapable de d'été un souffie léger passe sur le désert de sable sans
déJUontrer à l'homme l'existence de Dieu, certainement fin et soulève les milliards de petits grains de sable,
la révélation infernale avec la domination du mal il semble que l'on entend comme le gémissement d'un
fournirait l~ preuve ,d~ son existence. En effet s'il n'y gigantesque animal blessé à mort. « Entendez-vous?
a pas .de .DIeu, la venté n'est 'qu'une énigme, le droit dit le guide à la caravane. Le désert qui pleure. Il se
et la Justice sont inexplicables, l'ordre moral est une lamente,' parce qu'il est devenu une steppe stÙile.

Sym b. d. Ap. - T. l 21 *
33° LE SYMBOLE DES APOTRES TE DEUM l.AUDAMUS! 33 1
il pleure les jardins en fleurs, les champs d'épis qui d'Israël: Celui qui est m'envoie vers VOUS)) (Exode III,
ondulent sous la brise, les fruits enchanteurs, qu'il 14)·
portait jadis, avant d'être devenu cette étendue aride Que dirons-nous donc de Dieu pour terminer?
et desséchée ». Qu' est~ce que Dieu?
L'homme qui n'a pas la foi porte lui aussi une ' âme Dieu! Quel mot sublime! Rien qu'à le prononcer,
aride et desséchée. Il est possible qu'extérieurement une me~ infinie passe devant nous : une mer infinie
tout soit en ordre. Mais quand, dans le calme de la nuit de majesté, de beauté, de bonté, de perfections. Toute
il est assis pensif au bord de son lit, ' son âme, rendu~ parole humaine est un impuissant balbutiement devant
aride comme un désert par l'incroyance, sanglote 'e n Dieu . dont la grandeur est incommensurable, la force
pensant à sa fleur flétrie et à ses joies fanées. toute-puissante, la durée éternelle et la demeure une
Oui, je crois en Dieu ... je croïs en Dieu. lumière inaccessible (1° Timothée VI, 16).
B) Toutefois, mes frères, seule la première partie Qu'est-ce que Dieu? Que dirai-je de Dieu? Dirai-je:
de mon cycle de prédications s'est occupée de cette Il est l'Océan infini de tout être? Est-ce suffisant de
question: Y a-t-il un Dieu? Dans l'autre moitié nous parler ainsi? Non.
sommes allés plus loin et nous nous sommes efforcés, Dirai-je : il y a en Lui tout ce que le monde créé
dans une série d'instructions, de soulever le voile renferme de montagnes, de mers, d'étoiles, d'électricité,
placé devant la face de Dieu, afin de connaître de mieux d'animaux, d'hommes, d'anges? Aurai-je assez parlé?
en mieux ce qu'est Dieu. Non. '
Et maintenant qu'après avoir tant parlé de Dieu Dirai-je: Il y a en Lui toute la beauté et l'harmonie
je voudrais résumer en quelques idées l'ensemble de qui rayonnent dans le calme d'une nuit étoilée? Il y a
mes sermons, je me souviens de l'histoire de Moïse ·et en Lui ,toute la majesté des cimes neigeuses des mon-
du buisson ardent. Moïse entend la parole du Seigneur, tagnes gigantesques. Il y a en Lui toute la grâce qui
mais il ne voit pas Dieu. Il de,mande donc avec un peu apparaît sur le visage innocent d'un enfant. Est-ce
d'hésitation : « J'irai aux enfants d'Israël. Mais s'ils assez? Non.,
me demandent: Qùel est son nom? que leur dirai-je? Il Dirai-je ': Il y ~ en Lui toute justice, toute douceur
(Exode III, 13). et toute bonté telles que nous n'en trouvons qU'e parmi
N'était-ce pas aussi notre question? Partout nous les hommes dans leur suavité et leur beauté? Ai-je
avons en Dieu la vie, le mouvement et l'être ... mais suffisamment dit? Non.
nous nous posons la question brûlante: Qu'est-ce que Qu'est~ce donc que Dieu? Que dirai-je de Dieu?
ce Dieu? Qu'est-ce que ce sublime Invisible? Et le 1 La Sainte-Écriture dépeint en traits magnifiques
Seigneur répondit à Moise : « Tu diras aux enfants laJ>eauté de Dieu; je vais VOUf! en présenter deux qui
\

33 2 LE SYMBOLE DES APOTRES TE DEUM LA1:lDAMUS,1 333


résument tous les attributs divins : Dieu est lumière,
Dieu est amour.
, « Dieu est lumière)) (1° St Jean 1, 5). S'Il est lumière,
(
"" "" *
Il voit tout, ,Il éclaire tout, il n'y a pas d<;_ténèbres en
Lui. S'Il est lumière, Il sait tout, il n'y a ' pas d'erreur Voilà, 'mes frères, la route que nous avons suivie
en Lui. S'Il est lumière, Il est la sainteté, il n'y a ni ensemble durant dix-huit mois. Telles sont les idées
tache ni défaut ni défaillance ni péché en Lui. S'Il est que je' vous ai présentées au sujet de Dieu et maintenant
lumière, Il est l'éternelle harmonie, la source de toute je termine la série de prédications que j'ai consacrée
beauté, la source ,première de la beauté dans la nature, au pre~ier articl~ du Symbole. J'ai dit bien ~es ch?se~
l'art, l' âme de la beauté morale, de la beauté des cou- sur D1eu. Et mamtenant savons-nous ce qu est Dicu.
leurs, des tons et des formes. S'Il est lumière, alors Avons-nous ôté le voile de la stàtue de Saïs? Connais-
il n'y a en Lui ni tristesse ni peine ni douleur. so~s-nous Dieu complètement?
« Dieu est amOUr» (1° S. Jean IV, 8). S'Il est amour, Comment oserais-je l'affirmèr? Comment oserais-je
alors vient de Lui tout amour : l'amour maternel, contredire la Sainte-Écriture qui nous dit: « Maintenant
l'attachement de l'enfant, l'amour généreux du prochain. nous voyons dans un miroir d'une manière obscure,
S'Il est amour, Il est la bonté, la bienveillance, la mais alors nous verrons face à face II (1° Corinthiens
sollicitude. S'Il est amour, alors Il est aussi digne XIII, 12).
d'être aimé. Entendez-vous, mes frères? Alors nous verrons Dieu
Que dirai-je donc de Dieu finalement en une vue face à face. Quand arrivera cet « alors ll? Quand on
d'ensemble? Puis-je dire autre chose que ce que ôtera le voile du monument, c'est-à-dire lorsqu'on
saint Ambroise disait de Lui: « Voulez-vous guérir vos ôtera le voile de devant 'Dieu: Lorsque tombera le
blessures? Il est le médecin. :Ëtes-vous brûlés par la voile de mon âme : mon corps. Actuellement le corps
fièvre? Il est ta source rafraîchissante. :Ëtes-vous m'empêche de voir Dieu. Mais une fois le voile tombé
écrasés sous le poids de vos mauvaises actions? Il est et l'âme partie du corps, à cet instant même nous
la miséricorde,'c Avez-vous besoin d'aide?C Il est le verrons Dieu. Faites bien attention à ce que je vous
Tout-Puissant. Avez-vous peur de la mort? Il est la vie. dis ; Tout homme Le verra un instant; mais il y en a
Désirez-vous le ciel? Il est le Seigneur. Voulez-vous qui ne Le verront qu'un instant. Ce sont ceux qui .~nt
fuir les ténèbres? Il est la lumière. Avez-vous faim? blasphéme Dieu, qui ont blasphémé par leur n:amere
Il est le pain de vie)) (De virginitate XVI). de vivre, leur impiété, leur reniement; après cet 1l1stant
Je ""ois en Dieu, le Père Tout-Puissant, Créateur du du Jugement, ils iront à la damnation éternelle. Mais
ciel et de la terre. ceux qui ont vécu conformément 'à la volonté divine,
334 LE SYMBOLE DES APOTRES TE DEUM LAUDAMUS 1 335

ceux qui ont loué et aimé Dieu, ceux-là demeureront Je suis la nuit, Vous êtes le jour qui brille.
éternellement avec Lui. Je suis un homme ... un homme ... et Vous, Vous êtes
Oui, j'aime Dieu. mon Seigneur et mon Dieu pour i' éternité.
J'aime Dieu, le Créateur infiniment puissant et sage, o Dieu, ' nous Vous louons, ô Seigneur, nous Vous
dont le regard peut anéantir ou créer des milliers de glorifions ..
mondes et mesure le fleuve immense du temps. Père éternel, la terre entière Vous révère.
J'aime Dieu, le Père infiniment bon, dont la majesté Tous les anges, les cieux et toutes les puissances, .
m'écrase, mais ne m'effraye pas; j'ouvre largement Les Chérubins et les Séraphins redisent d'une voix
mon âme, j'étends les bras et je m'envole vers Dieu inlassable:
avec la même confiance que l'enfant va vers sa mère Saint, saint, saint est le Seigneur, Dieu des armées.
quand bien même elle serait une reine. ' Les cieux et la terre sont remplis de la majesté de votre
J'aime Dieu, plein de sollicitude pour le monde gloire.
je L'aime même lorsqu'Il me conduit à travers la vi; Le chœur glorieux des apôtres,
par des chemins pénibles. ' La troupe vénérable des prophètes,
J'aime Dieu, Océan de vie, d'où proviennent toute La blanche armée des martyrs Vous chantent :
beauté et toute bonté, d'où sort toute âme, où s'enflamme Par toute la terre la Sainte Église Vous célèbre.
t~ut . cœur maternel, d'où résonne tout hymne de Père d'une majesté infinie.
VIctOIre. Daignez donc, nous Vous , en prions, secourir Vos
. J'aime. Dieu,
, je loue Dieu, je vénère Dieu. Je crois
' serviteurs
Je crOIS qu un jour je verrai Dieu pour l'éternité. Que vous avez rachetés de Votre précieux sang.
Seigneur je suis une plante languissante, mais Vous, Qu'ils soient comptés parmi Vos saints dans la gloire
Vous êtes le rayon de soleil vivifiant. éternelle.
Seigneur, jè suis ' pauvre, Vous êtes la richesse Sauvez Votre peuple, Seigneur, et bénissez Votre
éternelle. héritage .
Seigneur, je suis fatigué, Vous êtes l'éternel Repos. ' Gouvernez-le et protégez-le jusqu'à l'éternité.
Seigneur, je suis faible, Vous êtes la Force. Chaque jour, nous Vous bénissons.
Je suis pécheur, Vous êtes le pardon. Et nous louons Votre nom à jamais et dan!? les siècles
Je suis abandonné, Vous êtes le bras protecteur. des siècles.
J~ .sui~ désolé, Vous êtes le Cœur qui compatiL Daignez, Seigneur, en ce jour, nous préserver de tout
J al SOIf, Vous êtes la source de l'eau éternelle. péché. .
J'ai faim, Vous êtes le Pain de vie. Ayez pitié de nous, Seigneur, ayez pitié de nous.
LE SYMBOLE DES APOTRES

Que Votre miséricorde, Seigneur, soit sur nous, selon


l'espérance que nous avons mise en Vous.
En Vous, Seigneur, j'ai espéré, que je ne sois point
~onfondu à jamais 1 . TABLE DES MATIERES
Seigneur, j'ai esPéré en Vous, q1/e je ne sois pomt
confondu... confondu éternellement! Amen. ,1

Avant-Propos: Le secret du succès dans la prédkadon.


1. Dieu est Esprit. . ' . . '. . 2S
II Dieu est mon Père: Il prend soin de mOl (1). 39
1. III: Dieu est mon Père: Il prend soin de moi (II). S3
IV. Dieu est mon Père: Je Le prie 68
V. Dieu est mon Père: Je L'aime 82
VI. La Très Sainte Trinité. 98
VII. Dieu: le Créateur 11 5
VIII. Dieu est saint 131
IX. Dieu est bon . . . . . . 146
X. La Bonté de Dieu et le Mal dans le Monde. 162
XI. Dieu est vrai et fidèle.. . 177
XII. Dieu est présent partout 191
X III. Dieu sail: tout 207
XIV. Dieu est infiniment sage 224
XV. Dieu est infiniment juste .' 239
XVI. Dieu est miséricordieux. 254
XVII . Dieu est patient. 270
XVIII. Dieu est immuable 288
XIX. Dieu est éternel . 304
XX. Te Deum laudàmus 320

Imp~im" par les Etnbl. Casterman, Tournai (Belgique). (D i32}


Printed in Belgit/m.