Vous êtes sur la page 1sur 7

#module : LIBERTé

Qu’est-ce que la liberté? Rares sont ceux qui n’en ont pas une opinion, maisla connaissons-nous
vraiment? Est-il seulement possible d’en faire le tour? Chose certaine, il est impossible d’en
concevoir la fin, car c’est justement l’une de ses principales caractéristiques, elle n’en a pas. Déjà
Hegel, je crois, la présentait ainsi, bien qu’il la concevait différemment: La liberté est la raison.
La raison
La raison est la facultéde penser. Cette faculté est un pouvoir naturel, inné. Ce pouvoir est la
liberté. Il s’agit bien davantage que la liberté d’exprimer sa pensée: c'est laliberté ou le pouvoir de
penser. Reconnaître ce pouvoir, c’est en prendre conscience. Grâce à la liberté de penser on
peut concevoir les autres libertés. Toutefois, il y a une certaine réciprocité, car la pratique des
libertés développe également la conscience.
Lorsqu’on parle des libertés on renvoie à des actions: action de s’associer, de se mouvoir, de
communiquer, etc. Celles-ci sont libres non seulement dans la mesure où elles ne sont pas
interdites, mais surtout où on en est conscient. Choisir détermine laconscience qui détermine la
liberté d’action. Autrement dit, une action qui n’est pas la conséquence d’un choix n’est pas une
action libre. Il en va ainsi de toutes les libertés.
Cependant, si la capacité de choisir détermine une liberté de penser ou une conscience, il ne
s’ensuit pas nécessairement une liberté d’action. Être conscient d’agir ne signifie pas
nécessairement agir librement,sans contrainte. Le prisonnier n’est pas libre de ses mouvements,
mais petite ou grande consolation, il maintient sa liberté de penser.Peut-être souhaite-t-il être
ailleurs?
Autre exemple: Un homme soûl qui n’est plus conscient de ce qu’il fait a d’abord choisi de boire.
À ce titre, l’homme doué de conscience est responsable de ses actes. La liberté bien comprise
exige la non-agression afin de préserver celle des autres. En ce sens, liberté et devoir ne font
qu’un.
Moins il y a d’agression, plus les libertés se déploient, mais elles se déploieront d’autant plus que
la liberté de penser aura été enseignée. Les libertés se pratiquent, mais seule la liberté de penser
se transmet par l'enseignement, car il s’agit d’une qualité ou caractéristique de l’homme. La
liberté en général n’est donc pas une absence d’interdictionou d’agression, ces
dernièresconstituent seulement un freinà celle-là.
Déterminisme vs liberté
L’action qui vise un butest une action libre, tandis que le mouvement d’un météore est déterminé,
car celui-ci ne choisit pas son trajet. L’homme est libre en autant qu’il est conscient. Qu’ilétudie
l’objet inanimé, l’action humaine ou l’être vivant en général il utilise sa raison, il exerce sa liberté
de penser. Ce n’est pas parce qu’un objet agit de manière déterminée qu’on le comprend avec
une raison différente. Laraison procède de la même manière pour tout le monde, seul l’objet
étudié est régi selon des lois différentes.
On ne peut pas opposer le pouvoir à la liberté, car celle-ci est elle-même un pouvoir. Si l'on est
libre d’agir, c’est que l'on peut agir. De même, si l'on est libre de penser, c’est qu'on lepeut. Cette
liberté, ce pouvoir est la faculté de penser, la raison, la conscience, l’esprit. La conscience ne
nous est pasfournie d’un bloc, elle se développe par expérience, réflexion et volonté.
«L’homme est libre enautant qu’il est conscient. Qu’il étudie l’objet inanimé, l’action humaine ou
l’être vivant en général il utilise sa raison, il exerce sa liberté de penser.»
Droit vs liberté
Tant qu’il y a respect de la propriété la liberté resteentière. Une vie en société appelle à la
contrainte, mais non à la coercition. Dès qu’il y a coercition gouvernementale,c’est-à-dire dès qu’il
y a politique les libertés se réduisent aux droits. Les fruits de votre travail vous sont confisqués à
hauteur déterminée par le droit. En ce sens, la portée des droits ne peut jamais être plus grande
que celle des libertés.
http://www.facebook.com/Bac.sciences.experimentales.session.2013
#"THEME: LIBERTE
#: L'égalité des sexes
_____________________________
Essai : Certains disent que « La femme ferait mieux de rester au foyer car au dehors elle n'est
capable de rien faire qui mérite d'être évoqué ou signalé » Qu'en pensez-vous ?
____________________________
REDACTION;
La question du rôle jouée par la femme dans la société a toujours fait l'objet d'une véritable
polémique. Pour les uns, elle a démontré qu'elle est capable d'égaler l'homme et de briller dans
plusieurs domaines. Pour d'autres, cette dernière « ferait mieux de rester au foyer car au dehors
elle n'est pas capable de rien faire qui mérite d'être évoqué ou signalé ». Alors, peut-on dire que
la femme est incapable de s'affirmer dans la société et d'apporter une contribution digne de
respect ? Dans plusieurs sociétés, l'homme persiste à considérer la femme comme son inférieure
en intelligence et en compétences. Pour lui, elle n'est qu'un corps- plutôt un beau corps ! Ou
encore une maîtresse de maison juste bonne à élever ses enfants. L'homme est l'axe autour
duquel elle tourne et qu'elle ne peut donc jamais surpasser dans aucun domaine. Son seul
pouvoir résultera de sa relation privilégiée avec ses enfants quand elle devient une mère puisque
« le paradis est sous les pieds des mères », ce qui est vrai d'ailleurs, mais en dehors du foyer, «
la femme : c'est l'enfer » ! Par conséquent, elle ne pourra jamais jouer aucun rôle important.
Cependant, depuis longtemps, ce « sexe doux » a fait preuve de courage, d'intelligence et
d'ingéniosité dans différents domaines. D'abord, dans le domaine politique on trouve que la
femme a milité héroïquement contre l'occupant. Kifah AFIFI, par exemple, est une combattante
palestinienne qui a porté les armes et connu les prisons israéliennes. En plus, dans le monde de
l'art, le film documentaire quand la femme chante de Mustapha HASNAOUI présente nombre de
témoignages et d'archives sur certaines pionnières de la chanson égyptienne, notamment Munira
AL-MAHDIYYA et Oum KALTHOUM. De sa part, la tunisienne Moufida TLATLI a brillé avec son
film Les silences du palais. George SAND, Simone DE BEAUVOIR et Fadwa TOUQAN sont des
noms très connus dans le monde littéraire. Dans le domaine physique, Marie CURIE a reçu le
prix Nobel en 1903. Ces derniers jours, on a commémoré la mort du journaliste, article et
cinéaste égyptienne Rose EL YOUSEF d'origine libanaise, surnommée Sarah BERNHARD de
l'Orient tellement elle est devenue très célèbre. Enfin, dans le monde des affaires, maintenant, on
peut retenir les noms de certaines « businesswomen » comme Paris HILTON ou Victoria
BECKHAM, la femme du joueur mondial David BECKHAM. En somme, les sexistes qui
continuent encore à maltraiter la femme et à la sous-estimer ont tout à fait tort car la fille d'Eve et
d'Adam a prouvé qu'elle peut se frayer le chemin des grands. Même en travaillant en dehors du
foyer, elle ne cherche jamais à négliger ses tâches domestiques, en tant que mère. Bien au
contraire, elle continue à éduquer ses enfants tout en contribuant efficacement à la prospérité
économique de son pays et à son développement culturel et scientifique./.
#THEME: LIBERTE
# OUVERTURE SUR AUTRUI ET FIDELITE A SOI-MEME
Essai: «L'ouverture sur autrui risque aujourd'hui, de tuer en nous l'attachement au passée et la
fidélité à soi-même », affirment plusieurs personnes. Partagez- vous ce point de vue ?
REDACTION:
Ancrer les valeurs nobles de la tolérance et de l'ouverture sur autrui dans le cadre du respect de
la liberté de confession et d'expression, est devenu aujourd'hui d'une nécessité indiscutable.
Cependant, plusieurs personnes pessimistes affirment que « l'ouverture sur autrui, risque,
aujourd'hui, de tuer en nous l'attachement au passé et la fidélité à soi-même ».
Doit-on donc avoir peur de s'ouvrir sur les autres dans une époque où le phénomène de la
mondialisation envahit la planète toute entière ?
Il est certain que de nos jours personne ne peut nier que les hommes se sont ouverts les uns sur
les autres suite aux transformations radicales qu'a connues le monde entier. Les progrès
technologiques, et la démocratisation des moyens de communication aidant, ont permis de
réaliser cet objectif. Posté devant son petit écran ou ordinateur, l'homme peut facilement enrichir
ses connaissances et se cultiver sans même prendre la peine de voyager ou de s'inscrire dans
des écoles spécialisées pour apprendre la langue de tel ou tel pays. Seulement, ce flot
d'informations et de cultures qui envahissent les maisons risquent de déraciner les individus et de
les faire parfois oublier leur propre héritage culturel puisqu'on est influencé par la culture du plus
fort. La nouvelle donne imposée surtout par la mondialisation fait en sorte que les gens trouvent
dans cette culture européenne et étrangère, le seul modèle à suivre. Par conséquent, certains
jeunes vont, par exemple, Jusqu'à se noyer dans la mer pour avoir toujours imaginé l'étranger
comme étant un « Paradis terrestre » où ils retrouveraient la liberté et l'argent ! Tandis que Roger
GARAUDY , de sa part,affirme que l'Occident lui-même « a beaucoup à apprendre de la sagesse
orientale » ?Donc si on comprend parfois l'envie de ces jeunes d'améliorer leurs conditions de vie
en partant à cet « Eldorado » et leur volonté d'ouvrir leurs esprits, rien ne justifie la perte de
l'identité ou le déracinement au point de devenir parfois de pires ennemis de leurs propres
patries. Doit-on pour ainsi dirre oublier sa culture, sa langue et ses racines ? Doit-on au nom du
recouvrement de sa liberté et du rétablissement de la démocratie, comploter avec le diable pour
déstabiliser son pays et le noyer dans un bain de sang ?
Ainsi, il faut bien saisir le vrai sens de l'ouverture. Elle est avant tout synonyme de respect
réciproque et d'enrichissement mutuel dans la dignité et la fidélité raisonnable à son identité.
Fidélité raisonnable oui, car il ne faut pas oublier de noter qu'on ne doit garder de notre héritage
que ce qui est bénéfique et édifiant. Il faut vraiment savoir tirer profit de ces nouveaux moyens de
communication et de ces nouvelles technologies pour imposer le respect de sa culture et ses
habitudes et non pas pour s'effacer ou se plier devant les autres. Oui pour la diversité culturelle
donc et non à la standardisation. Il faut apprendre à être fier de soi-même sans adopter non plus
aucune attitude xénophobe envers autrui. Car bien de personnes extrémistes ont commis des
actes de terrorisme au nom du refus catégorique de toute autre culture ou civilisation. Il faut pour
ainsi dire être modéré dans tout : ni ouverture aveugle et mensongère; ni fermeture sur soi,
vengeresse et rancunière. Pour cela, ceux qui ont une vision très pessimiste n'ont pas tout à fait
raison, car tout dépend finalement de l'intelligence de nos choix. Prenons l'exemple de la Lettonie
qui est placé « en sandwich » entre d'autres pays plus puissants comme la Russie et l'Estonie. Si
ce pays minuscule existe encore, c'est parce qu'il parle letton, sa langue maternelle qu'il a su
imposer partout tout en restant ouvert sur le monde. C'est la langue d'ailleurs qui assure et nourrit
notre identité depuis des temps immémoriaux.
Finalement, il est bon de rappeler qu'en Andalousie, Averroès (Ibn ROCHD), le musulman
côtoyait Maïmonide, le juif et bien d'autres savants chrétiens en collaborant ensemble afin que
les lumières des sciences touchent l'humanité toute entière. Pourtant, aucun d'eux n'a cherché à
exclure l'autre ou à le pousser à changer ses croyances.
Pourquoi ne pas suivre l'exemple de nos ancêtres qui ont toujours su concilier entre identité et
ouverture enrichissante et fructueuse sur les autres ?
#Français :
#Citation Liberté :
"L’homme est né libre, et partout il est dans les fers."
Jean-Jacques Rousseau
"Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits."
Déclaration des droits de l’homme et du citoyen (1789)
"La liberté de notre volonté se connaît sans preuve, par la seule expérience que nous en avons."
René Descartes (1596-1650)
"L’esclave, à l’instant où il rejette l’ordre humiliant de son supérieur, rejette en même temps l’état
d’esclave lui-même."
Albert Camus (1913-1960)
"Qui cherche dans la liberté autre chose qu’elle-même est fait pour servir."
Alexis de Tocqueville (1805-1859)
"La préméditation de la mort est préméditation de la liberté. Qui a appris à mourir, il a désappris à
servir."
Michel de Montaigne (1533-1592)
"Ce que l’homme perd par le Contrat social, c’est sa liberté naturelle et un droit illimité à tout ce
qui le tente et qu’il peut atteindre ; ce qu’il gagne, c’est la liberté civile et la propriétéde tout ce
qu’il possède."
Jean-Jacques Rousseau (1712-1778)
"L’obéissance à la loi qu’on s’est prescrite est liberté."
Jean-Jacques Rousseau (1712-1778)
theme : Liberté
=========================================================================
=========================================================================
introduction:
il existe sans doute plusieurs facons de définir la liberté:la liberté de penser,de parler et surtout
d'exister car nous savons bien que la liberté est un pouvoir, pouvoir d'agir sans être nuisible pour
la liberté emme même dans quelle condition la liberté peut-elle devenir dangereux? peut-on alors
vivre sans liberté dans ces cas?
La liberté est l'une des valeurs suprêmes que l'homme recherch depuis longtemps
Notre meilleure liberté consiste á faire autant que possible prèvaloir les bons penchants sur les
mauvais.
a liberté est un état une situation d'une personne qui n'est pas soumis à quelqu'un
-la liberté signifie la possibilité d'agir selon sa propre volonté sans contrainte , elle est un principe
fondamentale de la démocratie
-en politique la liberté signifie le pouvoir d'agir au sein d'une société selon sa volonté
On ne doit pas limiter la liberté qui garntit a l'homme le respect de son droit et son humanité
la liberté est une valeur noble et à la fois chère, pour cela la chercher signifie, sans aucun doute
payer une rançon assez grande pour l'avoir effectivement, la liberté est la plus souvent payer par
le sang et les hommes
la liberté est la seul valeur qui nous donne l'opportunité de s'affirmer et de reconnaître soi même:
c'est une satisfaction à la fois intellectuelle et affective
la liberté est un état une situation d'une personne qui n'est pas soumis à quelqu'un
-la liberté signifie la possibilité d'agir selon sa propre volonté sans contrainte , elle est un principe
fondamentale de la démocratie
-en politique la liberté signifie le pouvoir d'agir au sein d'une société selon sa volonté
On ne doit pas limiter la liberté qui garntit a l'homme le respect de son droit et son humanité
La libertè est un droit fondamentale ,elle est un besoin vitale est consiste a ce liberer de tt les lois
qui sont anormale ,immorale. -la liberté est la droit de faire tous ce q les lois permettent
(Montesquieu) -la liberté doit etre limitée pr eviter les excés ,elle organize la vie sociale e partage
les plus faibles.les dèrives de la liberté excessive sont nbreux :l'anarchies,l'insécuirités et le
désordre et listabilité
C'est vrai que la liberté ne peut pas être absolue mais plutôt réglementée par des lois pour éviter
l'anarchie et le chaos.
La liberté en fait plusieurs philosophes et ecrivains ont essayé de définir ce concept. "Lalande"
par exemple ,la conçoit comme étant " l'absence ou la suppression de toute contrainte
considérée comme anormale ,illégitime , immorale".
La libertè est un droit fondamentale ,elle est un besoin vitale est consiste a ce liberer de tt les lois
qui sont anormale ,immorale.
-la liberté est la droit de faire tous ce q les lois permettent (Montesquieu)
-la liberté doit etre limitée pr eviter les excés ,elle organize la vie sociale e partage les plus
faibles.les dèrives de la liberté excessive sont nbreux :l'anarchies,l'insécuirités et le désordre et
listabilité
http://www.facebook.com/Bac.sciences.experimentales.session.2013
liberté
La culture moderne est marquée, comme chacun peut le constater, par une forte aspiration à la
liberté.
On sait cependant combien la notion de liberté peut être porteuse d'ambiguïtés, et conduire à des
égarements qui ont produit des aliénations terribles et conduire à des égarements qui ont causé
la mort de millions de personnes.
Le XXe siècle en aura été le témoin hélas privilégié.
Le désir de liberté continue à se manifester dans tous les domaines : social, politique,
économique, psychologique.
Sans doute s'exprime-t-il autant parce que, malgré tous les progrès réalisés, il reste insatisfait.
Au plan moral, on a l'impression que la seule valeur qui fasse encore un peu l'unanimité en ce
début du troisième millénaire, est celle de la liberté ; tout le monde est à peu prés d'accord pour
estimer que le respect de la liberté d'autrui reste une norme éthique fondamentale.
Cela est sans doute plus théorique que réel et peut-être même une simple manifestation de cet
égocentrisme foncier auquel est arrivé l'homme moderne, pour qui le respect de la liberté de
chacun serait moins la reconnaissance d'une exigence éthique qu'une revendication
individualiste ; que personne ne se mêle de m'empêcher de faire ce dont j'ai envie !
Pour l'homme, être libre signifie souvent pouvoir se débarrasser de toute contrainte et de toute
autorité.
Ce qui limite sa liberté, ce sont les circonstances qui l'environnent : les contraintes qu'impose de
plus en plus la société moderne, les obligations de toutes sortes que les autres font peser sur lui.
Pour trouver sa liberté, il faudrait alors éliminer les contraintes et limitations.
Quand il se sent quelque peu étouffer dans des circonstances dont il se considère prisonnier,
alors, il en veut aux institutions ou aux personnes qui semblent en être la cause.
Que de ressentiments entretenus ainsi envers tout ce qui ne va pas selon son gré dans la vie et
l'empêche d'être libre comme il le souhaite.
Même si venait à disparaître tout ce qu'il considère dans sa vie comme empêchement à sa
liberté, cela ne lui garantit en rien de trouver la pleine liberté à laquelle il aspire.
Quand on repousse des limites, on en trouve d'autres un peu plus loin.
On risque donc, en restant dans la problématique décrite ci-dessus, de se trouver dans un
processus sans fin et une insatisfaction permanente.
L'homme bute toujours sur des contraintes douloureuses.
On peut s'affranchir d'un certain nombre d'entre elles, mais pour en trouver d'autres plus
inflexibles : les lois de l'économie, les limites de la condition humaine, de la vie en société.
Le désir de liberté qui habite le cœur de l'homme contemporain se traduit ainsi souvent par une
tentative désespérée pour franchir les limites dans lesquelles il se considère comme enfermé.
http://bernard-romain.over-blog.com/article-liberte-4040255…
====
La liberté est l'état d'une personne ou d'un peuple qui ne subit pas de contraintes, de
soumissions, de servitudes exercées par une autre personne, par un pouvoir tyrannique ou par
une puissance étrangère. C'est aussi l'état d'une personne qui n'est ni prisonnière ni sous la
dépendance de quelqu'un.
La liberté peut être définie de manière positive comme l'autonomie et la spontanéité d'une
personne douée de raison. La liberté est la possibilité de pouvoir agir selon sa propre volonté,
dans le cadre d'un système politique ou social, dans la mesure où l'on ne porte pas atteinte aux
droits des autres et à la sécurité publique.
Les différentes formes de liberté :
Liberté naturelle
Liberté civile
Liberté politique ( pouvoir exercer une activité politique, adhérer à un parti, militer, élire des
représentants...)
Liberté individuelle : droit de chacun d'agir librement sans encourir de mesures arbitraires
(emprisonnement, astreinte à résidence, interdiction de se déplacer, etc.).
http://www.toupie.org/Dictionnaire/Liberte.htm
======
la liberté de la femme :
=============
*elle s'est affranchie des contraintes sociales et familiales qui restreignent autrefois sa liberté.
*elle a acquis plusieurs droits (travail, éducation, vote......)
*elle est devenue un membre actif de la société. (elle peut exercer des travaux réservés autrefois
aux hommes)
*elle peut prendre des décisions sans l'intervention de son père ou son mari. (choisir son
conjoint, ses études, son métier d'avenir)
======
sujet: faut-il accorder aux jeunes une liberté totale?les parents et l'entourage ont-ils un rôle à
jouer,à cet égard?
Certains disent qu'il faut accorder une grande liberté aux jeunes; d'autres soutiennent le
contraire.
Développement
1ère partie: Accorder plus de liberté:
- L'homme est né libre; c'est un droit que reconnaissent les religions, les constitutions, les
différentes cultures.
- Un individu dont on limite la liberté serait semblable à un esclave.
- La liberté est une condition du bonheur de l'individu.
- La liberté permet au jeune d'être autonome et responsable.
- Priver un enfant de liberté, ou la réduire, c'est en faire un citoyen lâche et peureux
- La liberté est une condition nécessaire de la créativité.
2ème partie: Limiter la liberté:
- Il faut protéger les jeunes car ils ne sont pas assez mûrs.
- Les dangers qui menacent les jeunes sont de plus en plus nombreux.
- Une grande liberté peut conduire le jeune à s'adonner à la drogue, au tabagisme, à la
prostitution...
- Parfois, on fait un mauvais usage de la liberté.
- La liberté débridée conduirait à la négligence des devoirs scolaires, familiaux, sociaux...
- Chaque société pose des limites d'ordre moral, religieux et social à la liberté de l'individu.
- Il n’y a pas de liberté absolue.
- Une grande liberté peut entraîner l'anarchie (Désordre politique dû à l'affaiblissement ou la perte
de l'autorité de l'Etat) (=confusion, désordre, émeute, gâchis, pagaille, trouble)
3ème partie: Point de vue personnel
A mon avis, il est utile d'accorder une grande liberté aux jeunes. Cependant, il faut leur faire
comprendre qu'il y a une différence entre la liberté et l'anarchie. Ils doivent savoir qu'il n'y a pas
une liberté absolue, mais une liberté conditionnée par la religion, la loi et les valeurs éthiques de
la société.
Conclusion
Les partisans et les détracteurs avancent des arguments multiples. Mais, il faut doser (équilibrer)
la liberté.
___________________________________________________________________
sujet Corrigé :
#La #liberté "
Sujet : Faut-il, à votre avis, accorder une grande liberté aux jeunes, ou au contraire doit-on la
limiter?
Introduction
(Annoncer le plan)
Certains disent qu'il faut accorder une grande liberté aux jeunes; d'autres soutiennent le
contraire.
Développement
#1ère #partie: Accorder plus de liberté:
- L'homme est né libre; c'est un droit que reconnaissent les religions, les constitutions, les
différentes cultures.
- Un individu dont on limite la liberté serait semblable à un esclave.
- La liberté est une condition du bonheur de l'individu.
- La liberté permet au jeune d'être autonome et responsable.
- Priver un enfant de liberté, ou la réduire, c'est en faire un citoyen lâche et peureux( ،‫ وجل‬،‫هلوع‬
‫)خائف‬
- La liberté est une condition nécessaire de la créativité.
#2ème #partie: Limiter la liberté:
- Il faut protéger les jeunes car ils ne sont pas assez mûrs.
- Les dangers qui menacent les jeunes sont de plus en plus nombreux.
- Une grande liberté peut conduire le jeune à s'adonner à la drogue, au tabagisme, à la
prostitution...
- Parfois, on fait un mauvais usage de la liberté.
- La liberté débridée (‫ )مطلق العنان‬conduirait à la négligence des devoirs scolaires, familiaux,
sociaux...
- Chaque société pose des limites d'ordre moral, religieux et social à la liberté de l'individu.
- Il n’y a pas de liberté absolue.
- Un grande liberté peut entraîner l'anarchie (Désordre politique dû à l'affaiblissement ou la perte
de l'autorité de l'Etat) (=confusion, désordre, émeute, gâchis, pagaille, trouble)
#3ème #partie: Point de vue personnel
A mon avis, il est utile d'accorder une grande liberté aux jeunes. Cependant, il faut leur faire
comprendre qu'il y a une différence entre la liberté et l'anarchie. Ils doivent savoir qu'il n'y a pas
une liberté absolue, mais une liberté conditionnée par la religion, la loi et les valeurs éthiques de
la société.
#Conclusion
Les partisans et les détracteurs avancent des arguments multiples. Mais, il faut doser (équilibrer)
la liberté.