Vous êtes sur la page 1sur 8

Université de Sousse

Institut Supérieur
des Sciences Appliquées et de Technologie de Sousse

Licence appliquée en génie civil

Compte rendu

ANALYSE GRANULOMETRIQUE PAR SEDIMENTOMETRIE

Ahmed Azzabi
Mohamed Gaied
Nourhene Selmi

²
Analyse granulométrique par Sedimentometrie

I-Introduction
L’identification des sols se fait à l’aide d’essais simples de laboratoire. Ces essais
d’identification permettent non seulement de classer les sols mais aussi de cerner
leurs comportements mécaniques, qui donnent une idée sur les possibilités
d’utilisation en construction de ces matériaux.
Que ce soit dans le domaine des travaux routiers ou dans l’industrie de fabrication
des matériaux de construction, la granulométrie des matériaux est la première
spécification qu’il faut respecter en matière de fourniture des granulats, d’emploi de
sol en remblai ou comme matière première pour la fabrication des blocs de terre
stabilisés ou non.
On doit réaliser des essais granulométriques qui utilisent le tamisage par voie
humide ou sèche des éléments de dimensions supérieures à 80μm et la
Sédimentométrie pour les éléments inférieurs.

II-But de Tp
L’analyse granulométrique par Sedimentometrie permet de déterminer la
distribution en poids des particules fines (de diamètre inférieur à 80u) d’un sol en
fonction de leurs dimensions.
L’analyse par sédimentométrie complète l’analyse par tamisage.
La séparation par décantation consiste à déterminer les diamètres équivalents des
particules sphériques en fonction de leur vitesse de chute dans un environnement
visqueux afin d’obtenir le tracé d’une courbe Granulométrique pour des particules
inférieur a 0,08mm.

Matériel :
 Echantillon de 60 g d’un sol de dimension inférieur à 0,08 mm
 Agitateur mécanique.
 Balance.
 Eprouvette de l’essai.
 Eau distillé.
 Dé floculant.
 Agitateur manuelle.
 Chronomètre
 Thermomètre
 Densimètre

²
Thermomètre Agitateur mécanique

Densimètre Eprouvette de l’essai

Hexamétaphosphate de sodium Chronomètre

²
Mode Opératoire

III – Préparation de L’échantillon


 TRAITEMENT DE L’ECHANTILLON DE SOL :
Le tamisât de 80u est recueilli (lors d’un essai de tamisage par voie humide) avec son eau de lavage
dans un bac et laissé pour décanter. U Ne fois redevenue claire, l’eau est siphonnée sans entraîner
d’éléments fins. Le bac est introduit dans une étuve pour dessiccation jusqu’à évaporation totale de
l’eau. Le tamisât séché est désagrégé avec le pilon dans un mortier

 IMBIBITION – DISPENSIONS :
Prendre une quantité de sol préparé comme indiqué ci- dessus, la peser. Introduire la prise dans un
récipient, ajouter 500 cm de la solution (eau distillée + defloculant) et laisser à imbiber à
température ambiante. Disperser la suspension au moyen d’un agitateur mécanique qui doit
fonctionner pendant 3 mn minimum à une vitesse de 10000 tr/ mn

 DEMARRAGE DE L’ESSAI :
Verser la suspension dispersée dans une éprouvette immédiatement après la fin de l’agitation
mécanique en prenant circonspection de rincer les palettes de l’agitateur mécanique avec de l’eau
distillée, on récupère l’eau de pinçage, on évite de perdre une partie de l’échantillon de sol pendant
le transfert.

 On complète à remplie l’éprouvette par de l’eau distillée jusqu’à la graduation de


2000 cm3.
 Au même temps on verse l’eau distillée dans une seconde éprouvette témoin à une
même graduation (2000cm3) et y plonger le thermomètre pour mesurer la
température de la solution, et le densimètre parfaitement propre pour mesurer la
densité dans la solution.
 o Pour obtenir une concentration uniforme sue toute la hauteur de l’éprouvette on
agite par un agitateur manuel de manière verticale.
 o Une fois qu’on arrête l’agitation manuelle, on retire l’agitateur, et au même temps
on déclenche le chronomètre, par convention, cet instant indique le débit de l’essai.
 o On plonge le densimètre avec précaution dans la suspension immédiatement après
le décrochement du chronomètre.
 REMARQUE :
On laisse le densimètre plonger dans l’éprouvette de l’essai pendant les trois premières minutes car
l’intervalle du temps entre chaque deux mesures est très petit, après on tire le densimètre et on le
replonger à chaque fois (30 seconds avant la mesure) pour faire les lectures correspondantes à
chaque temps.

²
 Lectures et Corrections

Avant d’utiliser un densimètre pour les essais de sédimentométrie, il faut


déterminer la « correction composée » à apporter aux lectures R pour tenir
compte :
1) Les variations de température en cours de l’essai (Ct)
2) Du ménisque (Cm)
3) Du défloculant (Cd)

 Correction due au ménisque Cm

Cette correction est obtenue en plaçant le densimètre, dont la tige aura était
préalablement parfaitement nettoyée pour permettre le développement correct
du ménisque, dans l’eau déminéralisé (distillée).
La différence des lectures faites respectivement au sommet et à la base du
Ménisque donnera la correction Cm. Cette correction est à ajouter à la lecture R.

 Correction due à la température Ct

Les densimètres sont généralement étalonnés à 20 °C par le constructeur. Les


températures en cours d’essai étant pratiquement toujours différentes de 20 °C.
Une correction est nécessaire pour tenir compte de la densité de l’eau à la
température de l’essai. Ct doi être déterminé expérimentalement, en prenant
deux éprouvettes identiques d’eau distillée, on place une dans le réfrigérateur à
10 °C et l’autre dans un four à 35 °C. On relève les lectures du densimètre dans les
deux cas (tous les 0,5 degré). A l’aide des résultats on peut tracer la variation de la
lecture en fonction de la température de (10 °C à 35 °C). On obtient ainsi les
corrections Ct à apporter à la lecture R. On peut déterminer Ct en utilisant le
graphe ci-dessous

Pour t=25C, Ct=-1

²
 Correction due au défloculant Cd
L’addition d’un défloculant modifie la lecture faite dans l’eau déminéralisée. Pour
déterminer la correction Cd
, remplir une éprouvette de 2 litres de l’eau déminéralisé et faire la lecture au
sommet du ménisque. Ajouter la quantité du défloculant pré-vue au mode
opératoire, bien brasser le liquide pour repartir le défloculant, puis refaire la
lecture du densimètre au sommet du ménisque. La différence de deux lectures
représente la correction Cd à apporter à la lecture R.
 Lecture corrigée Ri :
Ri(t)=R(t)+CT+Cm-Cd
R1(t) =1022-1000.5+0.5+0=22
 Calcul des tamisât cumulés (P%) :
Connaissant la lecture corrigée Rc , on peut déterminer le pourcentage des grains
de diamètre inférieur à D, soit P :
P(%)=2.5 Gs *R1(t)/ (GS-1)
P1= (2.5*2.70*21.5)/(2.70-1)=87.35
 Calcul du diamètre D des particules :
Le facteur k :
On a déterminer le facteur k d’après l’abaque on des donner :
température et gravité spécifique (gs) qu’on a utilisé pour trouver la valeur
k=0.0129
courbe d’étalonnage de densimètre :
on a mesuré manuellement le distance h1 et h0 de la densimètre à l’aide d’un
pied à coulisse et d’après on a dessiné la courbe de étalonnage de densimètre
et après on a déterminé le valeur r(t)
r(t)=1+(R1/1000)

²
Ensuite a l’aide de courbe on a déterminé les valeur de Hr de chaque cas comme
l’indique le tableau suivant
en fin on détermine le diamètre D :
On a :
D=K racine (Hr/t)
On a : k= 0.0132
D= 0.0132racine (15/0.5) = 0.072mm = 72um

 Tableau de resultas

Temps R Tempér Correction Ri(t) Hr P% D


(Min) ature Températu microns
C° re
Ct°
0.5 1022 21.3 --1000.5 22 15 87.35 72
1 1021.5 21.3 -1000.5 21.5 15 85.37 51
2 1019 21.3 -1000.5 19 15 75.44 36
5 1017.5 21.3 -1000.5 17.5 11.5 69.48 20
10 1016 21.3 -1000.5 16 11.44 63.52 14
20 1015.5 21.3 -1000.5 15.5 11.32 61.54 10
40 1014 21.3 -1000.5 14 11.28 55.59 7

courbe granulometrique par


sedimentometrie
100

80

60
courbe
granulometrique par
40
desimentation
20

0
0 20 40 60 80

Courbe de de pt(%) en fonction de D(um)

²
 Analyse de la courbe :
La courbe granulométrique représente pour chaque dimension de particules, le
poids (ou masse) (en %) des particules de cette taille ou de tailles inferieurs (le
tamisât). Ce poids est exprimé en pourcentage par rapport au poids total de la
matière sèche de l’échantillon étudié
Cette courbe est tracée en coordonnées semi-logarithmiques (le pourcentage
pondéral de tamisât cumulés à l’échelle arithmétique, le diamètre des particules à
l’échelle logarithmique).

10-Conclusion :
Enfin, la courbe granulométrique par sédimentométrie permet de déterminer la
distribution en poids des particules de diamètre inférieur à 80um d’un sol en
fonction de leurs dimensions donc elle est utile essentiellement pour compléter
l’analyse granulométrique par tamisage.