Vous êtes sur la page 1sur 136

Julia TIRON Elisabeta NICOLESCU

Tamara CEBAN Smaranda GĂICULESCU

Cours pratique
pour la IIIe année
Penser, s'exprimer et rédiger en français
Entraînement à la communication des contenus,
à l'oral et par écrit
© Editura Fundaţiei România de Mâine, 2008
Editură acreditată de Ministerul Educaţiei şi Cercetării
prin Consiliul Naţional al Cercetării Ştiinţifice
din Învăţământul Superior

Descrierea CIP a Bibliotecii Naţionale a României


Cours pratique pur la IIIe année: penser, s'exprimer et
rédiger en français / Julia Tiron, Tamara Ceban, Elisabeta
Nicolescu, Smaranda Găiculescu. - Bucureşti: Editura Fundaţiei
România de Mâine, 2008
ISBN 978-973-725-964-6

I. Tiron, Julia
II. Ceban, Tamara
III. Nicolescu, Elisabeta
IV. Găiculescu, Smaranda

811.133.1(075.8)

Reproducerea integrală sau fragmentară, prin orice formă


şi prin orice mijloace tehnice, este strict interzisă
şi se pedepseşte conform legii.

Răspunderea pentru conţinutul şi originalitatea textului


revine exclusiv autorului/autorilor.

Redactor: Cosmin COMARNESCU


Tehnoredactor: Marian BOLINTIŞ
Coperta: Cornelia PRODAN

Bun de tipar: 17.01.2008; Coli tipar: 8,5


Format: 16/61×86

Editura Fundaţiei România de Mâine


Bulevardul Timişoara, Nr. 58, Bucureşti, Sector 6,
Tel./Fax.: 021 / 444.20.91; www.spiruharet.ro
e-mail: contact@edituraromaniademaine.ro
UNIVERSITATEA SPIRU HARET
FACULTATEA DE LIMBI ŞI LITERATURI STRĂINE

Julia TIRON Elisabeta NICOLESCU


Tamara CEBAN Smaranda GĂICULESCU

Cours pratique
pour la IIIe année
Penser, s'exprimer et rédiger en français
Entraînement à la communication des
contenus, à l'oral et par écrit

Editura Fundaţiei România de Mâine


Bucureşti, 2008
TABLE DES MATIÈRES

Avant-propos ………………………………………………….. 7
I. LE PENSER CRÉATIF: TROUVER DES SAVOIRS
Du rassemblement des informations à la création des idées
neuves
1. Fondements de la créativité ………………………………… 13
Le mécanisme de la production d’idées ………………... 13
Les étapes d’une démarche créative ……………………. 14
2. Principes et techniques de créativité ……………………….. 15
La kaléidoscopie ………………………………………... 15
Les techniques analogiques …………………………….. 23
Les techniques antithétiques ……………………………. 26
Les techniques aléatoires ……………………………….. 28
3. La créativité de groupe ……………………………………... 29
Objectifs des groupes de création ………………………. 29
Costitution d’un groupe de création …………………... 30
Tehniques créatives dans le cadre d’un groupe:
le brainstorming ………………………………………………. 32
Bibliographie …………………………………………………. 46
II. PARTAGER LES SAVOIRS
Participer à des discussions, échanger des informations
1. Entretien et interview ………………………………………. 49
Définition, but et objectifs ……………………………… 49
Types d'entretien ………………………………………... 49
Interviewer et être interviewé …………………………... 58
Interview de groupe …………………………………….. 60
2. Réunions-débats ……………………………………………. 63
Bibliographie …………………………………………………. 67

5
III. SAVOIRS ET TEXTES
De la reformulation au résumé professionnel
1. Comprendre avant de s'exprimer …………………………… 72
2. Équivalence, reformulation, paraphrase ……………………. 81
3. Le résumé au quotidien …………………………………….. 90
4. Didactique du résumé: règles de réduction ….……………... 105
Bibliographie sommaire ……………………………………… 117
IV. ORGANISER LES SAVOIRS
L'art de la dissertation
1. Apprendre la technique de la dissertation ………………….. 120
2. La documentation : de la fiche au dossier ………………….. 124
3. S'exprimer pour se faire comprendre ………………………. 131
4. Protocole et canevas de la dissertation ……………………... 133
Bibliographie sommaire ……………………………………… 135

6
AVANT-PROPOS

Le Cours pratique pour la IIIe année se propose de continuer


l'entraînement à l'utilisation pratique du français, afin d'améliorer les
compétences de compréhension et d'expression, l'accent étant mis
dans cette année, en accord avec le programme d'enseignement, sur les
stratégies complexes du traitement des contenus dans des formes
élaborées de communication orale et écrite en français, en tant que
première ou deuxième langue étrangère1.
Pour répondre à cet objectif spécifique, le cours propose diverses
activités pouvant conduire l'étudiant à améliorer sa performance de
lecture interprétative des discours informatifs et de reconnaissance
de la structuration d'idées de ces discours.
Reconnaître, par interprétation, l'organisation des contenus d'un
produit verbal complexe (texte écrit ou communication orale) représente
une condition pour l'acquisition d'une compétence supérieure de
communication.
En même temps, savoir organiser les contenus afin de réaliser
une communication complexe (réponse aux questions, rédactions
ciblant un contenu précis, commentaire, résumé, essai, dissertation,
etc.) représente un objectif d'apprentissage majeur pour l'étudiant de
l'année terminale du premier cycle d'études universitaires.
La priorité formative revient donc, en cette année, aux habiletés
des apprenants de se servir des messages en langue étrangère pour
accéder aux contenus informationnels et pour construire, à leur tour,
des discours complexes en français, structurés du point de vue de la
hiérarchie des idées.

1
Le cours est destiné aux étudiants ayant le français comme langue A ou
comme langue B, les deux spécialisations étant situées sur le même plan de
formation philologique, conformément au profil de notre faculté.
7
Pour répondre à ces objectifs, le présent Cours pratique
propose quatre dossiers d'entraînement à l'expression orale et écrite,
traitant chacun d'une forme spécifique d'utilisation de la langue.
En début de chaque dossier se retrouve une courte présentation
des objectifs et des thématiques spécifiques.
L'organisation des matières dans chaque dossier se fait sous la
forme d'une suite d'activités ou de tâches de compréhension et
d'expression, de transformation, de repérage dans le texte, d'organisa-
tion des contenus, d'expression orale ou de rédaction.
Les activités proposées sont accompagnées d'une explication
plus ou moins étendue, en fonction de la nouveauté et de la complexité
des opérations langagières impliquées par chaque tâche d'apprentissage.
Les quatre divisions thématiques s'enchaînent symétriquement:
le premier dossier et le troisième sont consacrés à des formes de
traitement de l'information, tandis que le deuxième et le quatrième
s'occupent de certaines formes de texte particulières. Quant à la
distribution oral / écrit, les deux premiers dossiers sont voués surtout à
l'entraînement à la communication orale, tandis que les deux derniers
se consacrent surtout à des techniques d'écriture.
Réalisé sous la contrainte de l'urgence, dans un contexte
particulier, celui de la transition de l'enseignement universitaire vers le
système européen de trois cycles, LMD (licence – master – doctorat),
qui permet d'aboutir à la licence après trois années d'études, ce cours
de français se propose de fournir un point de départ (qui se veut
consistant) et un support didactique (espérons, utile) aux travaux
dirigés et à l'autoformation pendant la dernière année universitaire,
avant l'examen de licence.
Plus précisément, ce cours est censé servir de support
d’apprentissage aux classes de travaux dirigés avec des étudiants de
la IIIe année qui suivent des cours à plein temps. Quant aux étudiants
de la même année mais des autres formes d'enseignement universitaire
(cours à temps partiel et formation à distance), il convient de préciser
que le cours offre trois types de supports visant à accompagner
l'autoformation à la pratique systématique du français oral et écrit:
– documents textuels;
– explications et exposés didactiques;

8
– consignes spécifiques pour l'effectuation indépendante des
tâches et des devoirs proposés.
En particulier, les documents textuels insérés, intéressants par
leur sujet, riches en expression, voire même amusants, seront sans
doute susceptibles de stimuler la curiosité de l'apprenant et de
l'entraîner à la communication en français. Mais, bien sûr, la
formation en classe de T.D. aussi bien que l'autoformation impliquent
aussi l'exploitation d'un matériel auxiliaire, d'abord la consultation des
dictionnaires et d'autres sources de documentation (grammaires, divers
ouvrages et publications, information en ligne), nécessaires à
comprendre les documents et à accomplir les devoirs recommandés.

Nous espérons en conclusion que les classes de travaux dirigés


ainsi que l'autoformation des étudiants de la IIIe année seront stimulées
et aidées par les textes supports et par la modalité interactive de
présentation des activités d'apprentissage du cours Penser, s'exprimer
et rédiger en français.

Les Auteures

9
10
Dossier I

LE PENSER CREATIF: TROUVER DES SAVOIRS

DU RASSEMBLEMENT DES INFORMATIONS


À LA CRÉATION DES IDÉES NEUVES

1. Fondements de la créativité
Le mécanisme de la production d’idées
Les étapes d’une démarche créative
2. Principes et techniques de créativité
La kaléidoscopie
Les techniques analogiques
Les techniques antithétiques
Les techniques aléatoires
3. La créativité de groupe
Les groupes de création
Le brainstorming

Ce dossier a pour but de proposer aux étudiants le moyen de


révéler leur potentiel créatif individuel et collectif, en mobilisant et en
utilisant tous les outils linguistiques nécessaires. Les fondements de la
créativité individuelle et de groupe sont présentés, des méthodes sont
ensuite proposées et pratiquées, les postures sont travaillées par le
théâtre d'improvisation.

Connaissances à acquérir
a. Comprendre les principes de base de la créativité.
b. Connaître les principales techniques de créativité individuelle
et de groupe.
c. Connaître les principes de base de l'animation d'un groupe de
créativité.
d. Connaître les principaux phénomènes pouvant restreindre la
créativité d'un groupe.

11
Compétences cibles
• Savoir se placer dans une attitude créative.
• Savoir choisir et appliquer des méthodes de créativité adaptées à
une question et/ou à un contexte d’entreprise ou de la vie quotidienne.
• Savoir faire évoluer son comportement en fonction du
déroulement d'une session de créativité.
• Pouvoir poursuivre une conversation longue en language
standard ou spécialisé dans des domaines connus.
• Savoir donner son avis, demander des précisions, demander
l’opinion de son interlocuteur.
• Savoir établir des critères de classification et de sélection des
concepts, analyser et synthetiser.

Description des activités


• Donner son avis et formuler des idées sur des thèmes proposés:
entretien dirigé et/ou travail individuel
• Prendre part à une conversation: exercice en interaction (jeu de
rôles)
• Simuler un brainstorming: exercice en interaction (jeu de rôles)

Démarche
Les techniques de stimulation de la créativité sont divisées en
plusieurs catégories d’ordre général soutenues par des activités qui
permettent un entraînement individuel et collectif à la pensée créative.
Chaque situation fait l’objet d’activités complémentaires:
• Comprendre la situation et identifier ses enjeux
• Préparer le dialogue
• Adapter son comportement à la situation
• Jouer la situation en mobilisant et utilisant les moyens et les
outils linguistiques nécessaires

12
I. FONDEMENTS DE LA CRÉATIVITÉ

Tous les jours nous produisons du nouveau: nouvelle recette de


cuisine, nouveau comportement, nouveau modèle de jupe... tous les
jours nous faisons, plus ou moins, de la créativité, suivant les
circonstances ou les aptitudes personnelles. D’autre part, les grandes
entreprises organisent des réunions de créativité pour mettre en valeur
le potentiel des milliers d’idées venant de tous les niveaux, demandant
seulement une manière de s’exprimer: verbale, graphique, sonore,
gestuelle, vestimentaire.

Le mécanisme de la production d’idées


La créativité est un processus mental impliquant la
génération d’idées ou de concepts neufs, ou des
associations neuves entre des idées et des concepts
préexistants.
Des chercheurs en psychologie et des praticiens décrivent la
créativité comme un processus élaboré de notre cerveau qui explore
l’intérieur. Quelle que soit l’explication des mécanismes cérébraux,
nous devons retenir le cerveau comme une boîte noire à informations
de tout ordre – rythmes, émotions, couleurs réflexes conditionnés,
schémas visuels, etc.– qui proviennent du patrimoine génétique, des
lectures, des voyages, de nos travaux.… Toutes ces informations,
accumulées en nous-mêmes come les sédiments déposés au fond de la
mer, ne sont jamais ou ne sont pas toutes directement accessibles.
Certaines sont profondément cachées dans les tréfonds de notre
inconscient, d’autres sont inhibées par l’effet de certains tabous (eux-
mêmes informations): tabous intellectuels (comme, par exemple, le
principe de la non contradiction), psychologiques (comme la peur de
risquer ou la crainte du ridicule) ou moraux (systèmes de valeurs). En
d’autres mots, il y en a très peu qui sont conscientes. Mais nous ne
savons d’où elles viennent, où elles se logent, ni le moment où notre
fantaisie ou de profonds courants affectifs les font ressortir.
L’invention est le résultat d’une exploration tâtonnante de ce réservoir
mental. Dans l’acte créateur, la pensée rationnelle, consciente, joue
seulement un rôle secondaire, l’accent se place sur des intuitions
spontanées, d’origine inconsciente.
13
Les étapes d’une démarche créative
La condition préalable à la création d'idées c’est interrompre
temporairement le processus logique habituel, fondé sur les relations
de causalité, pour le relier à d’autres faits de manière irrationnelle, en
vertu du principe du „pourquoi pas?”. Une fois cette condition
remplie, la démarche créative poursuit quelques étapes:
1. l’imprégnation – c’est l’étape essentielle d’intégration des données
du problème dans la pensée. Il faut déclencher un appétit pour la
recherche d’une idée neuve. Cette imprégnation peut se faire:
# d’une manière objective, en écoutant la formulation, en la
discutant, en se renseignant sur son contexte, en la reformulant;
# d’une manière subjective, en s’appropriant le problème par des
techniques comme l’identification, le jeu de rôles, etc., et qui
consistent à considérer le problème avec un œil neuf, un œil d’enfant,
un regard d’extraterrestre, etc…

2. l’éloignement ou la divergence – c’est l’étape de la production


débridée, basée sur l’aptitude de l’esprit à décomposer le monde, c'est-
à-dire à visualiser des associations d’idées, à produire des métaphores,
à créer des ponts entre nos connaissances, à changer de registre ou de
point de vue. Elle génère non des idées cohérentes, claires, mais des
débauches, des morceaux d’idées.

3. le croisement – c’est le processus de reconstruction d’une forme


différente par le balayage créateur. Le balayage créateur examine en
même temps deux ensembles: d’une part, le stock divergent produit en
éloignement, l’ensemble de morceaux d’idées, de dessins, de stimuli,
d’associations incohérentes qui flottent dans la tête, et d’autre part les
questions du problème de départ avec leurs contraintes. Entre les deux
il cherche à établir une rencontre, un rapprochement jusqu’à
l’émergence de l’idée neuve et adaptée en même temps.

4. l’évaluation vient d’un besoin de finaliser, de trier, de conclure,


favorisant la sélection logique.

14
II. PRINCIPES ET TECHNIQUES DE CRÉATIVITÉ

La kaléidoscopie

Š „Il ne suffit pas d’admirer le clair de lune sur la terre, il faut


savoir imaginer le clair de terre sur la lune si l’on veut poser un
regard créateur sur le monde”
André Breton, Clair de terre

La prémisse d’une entreprise de créativité c’est de considérer


que le monde n’est pas immuable, donné une fois pour toutes, mais
qu’il pourrait se révéler dans des visions infiniment différentes, à
la manière du jeu d’images d’un kaléidoscope. D’autre part, dans cette
multitude de perspectives, ce qui n’est pas vrai n’est pas
nécessairement faux. Il faut accepter, en conséquence, la diversité des
solutions ou des réponses à un même problème ou à une même
demande. Les exercices suivants vous enseignent à jeter un nouveau
regard sur le monde.

™ Situation

Vous avez acheté des produits cosmétiques par correspondance


mais vous n’avez pas reçu ce que vous vouliez. En plus, vous
constatez que le montant de votre facture est 30 % plus élevé que le
prix calculé automatiquement sur le site avant de lancer la
commande. Vous appelez immédiatement la société de ventes en
ligne pour demander des explications.

1˚. Avez-vous compris la situation?


1. En quel type de relation êtes-vous avec votre interlocuteur?
a. Formelle, donc vous vous vouvoyez
b. Informelle, donc vous vous tutoyez

15
2˚. Vous demandez des explications:
a. Sur l’utilisation d’une crème de beauté au collagène
b. Parce qu’il y a un problème de facturation
c. Pour annoncer la réception des produits commandés
d. Parce que vous êtes mécontent(e) du contenu du colis livré par
la société.

3˚. Vous et votre interlocuteur devez:


a. Vous mettre d’accord sur une modalité de résoudre la situation
b. Echanger les coordonnés pour des réclamations ultérieures
c. Fixer un rendez-vous pour le jour même afin de se mettre
d’accord devant un bon café au Café des Acteurs.

2. Dans cette situation, qui fait quoi? Identifiez ce que chaque


personnage va faire et imaginez ses répliques:
Vous,
Qui fait quoi? La compagnie Les deux
client(e)
1. s’excuser
2. exprimer
l’insatisfaction
3. exprimer une
nécessité
4. exprimer une
menace
5. exprimer le regret
6. saluer et se
présenter
7. protester
8. donner une
justification
9. formuler une
hypothèse
10. synthétiser ce qui
vient d’être décidé
11. rappeler un
événement antérieur
16
3. Qui parle? Indiquez celui qui parle en complétant les phrases
ci-dessous:

L’interlocuteur
Vous, client(e)

Les deux
Paroles possibles

1. Je suis vraiment …..…. que vous soyez


mécontent(e)
2. Si vous ne……….….pas les produits,
…………………..
3. Je suis déçu(e) de…………..…
4. C’est ………..! C’est scandaleux! Vous avez
………………………..….
5. Ce n’est pas ………….., c’est probablement
………….…
6. Je m’excuse………………..
7. Le montant de la facture ……..… que prévu
……..… autres produits livrés
8. Alors, …………………...

9. Il faut absolument ……..…

4. À votre avis, quelle est la meilleure attitude à adopter pour régler


cette situation?
a. Se mettre en colère
b. Insulter le représentant de la société
c. Utiliser des menaces
d. S’excuser d’avoir téléphoné pour signaler cette erreur
e. Signaler l’erreur de livraison et demander de recevoir
correctement les produits commandés
f. Se lamenter de ne pas pouvoir payer cette facture différente
g. N’accepter les produits cosmétiques livrés qu’à condition
qu’ils soient au prix de la commande que vous avez passée sur le site.

17
5. Quelles sont les attitudes à éviter? Expliquez pourquoi:
1. Menacer le représentant du Il n’est pas correcte ni utile d’avoir
magasin virtuel une attitude exagérée sans écouter
le point de vue de l’interlocuteur
2. ………
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.

6. Construisez la situation en complétant ce dialogue. Donnez libre


cours à votre imagination en vous dirigeant selon les répliques
proposées:
La société (S): Bonjour, ici Beauté En Ligne…..
Vous (V): Allô, ici Martine Lamontagne. Je viens de recevoir les
produits commandés en ligne il y a quelques jours et je ne
comprends pas ce qui se passe: ils sont complètement différents. Et
la facture 20% plus chère…
S: ……………………………………………………….
V: Je vous l’ai déjà dit: Martine Lamontagne.
S: ………..Probablement………………………………….
V: Je répète: ………………… C’est inadmissible! C’est scandaleux!
J’appelle l’Office pour la Protection des Consommateurs!
S: ………………………… …………………………….
V: Eh bien…cela pourrait être une solution…
S: ………………………………………………………..
V: ……………………………………………………….
S: Je regrette ………. je vous assure ……………….….
V: Eh oui. C’est parfait. Merci, Madame, voilà qu’en discutant on
trouve toujours une solution
18
7. Se passer de: construisez des scénarios fantaisistes:
a. Imaginez que personne n’ait inventé les fenêtres, quelles en
seraient les conséquences?
b. Supposez que l’alphabet n’ait pas été inventé, comment serait
le monde?
c. Supprimez la montre et l’horloge, comme instruments de
mesure du temps, quelles en seraient les conséquences?
d. Supprimez la robe et la jupe en tant que vêtement, comment
serait le monde?
e. Supprimez les pantalons en tant que vêtement, comment serait
le monde?
f. Imaginez que les Etats-Unis soient complètement rayés de la
carte du monde. Qu’arriverait-il?

8. Faites une liste de tous les défauts que vous trouvez:


a. dans un livre
Exemples:
• on ne peut rien en extraire sans avoir à recopier, à photocopier
ou à scanner
• il n’y a pas la possibilité de dialoguer avec l’auteur
• il est fragile aux petits accidents de lecture: une tasse de café
versée, une cigarette tombée du cendrier, etc.
• il ne fait pas la différence entre les lecteurs et dit à tous la
même chose
• il a le contenu fixe, on ne peut rien y ajouter pour le porter
„à jour”
• le livre est dépourvu de fond sonore et d’images mobiles
b. dans un crayon
c. en remémorant le soir les événements de la journée
d. dans un tire-bouchon
e. dans une clé d’appartement
f. de ce cours de français
g. en prenant une douche
h. dans un miroir

19
Š „L’homme qui n’a pas été, dès son berceau, doué de l’esprit de
mécontentement de tout ce qui existe n’arrivera jamais à la
découverte du nouveau.”
Richard Wagner1

™ Situation

Le policier vers l’automobiliste: Qu’est qui s’est passé?

L’automobiliste: „J’étais pressé, mais je roulais normalement, à 50-60:


il est impossible d’avoir les yeux tout le temps sur le compteur. Je
suis la prudence même, moi. Tout à coup, je vois les deux gamins
qui débouchent juste sous mon nez. Je freine, c’est trop tard; il y en
a un qui se précipite sur mon capot. Ça a fait un bruit mou. Je
l’entendrai toute ma vie, ce bruit mou. Et moi qui ai déjà eu un
infarctus l’année dernière. Comme si j’avais encore besoin de ça…”

Une vieille dame seule, que sa famille a abandonnée et qui est


souvent dérangée par les enfants de son voisin: „Ça leur apprendra à
ces gamins. Un bon exemple de temps en temps, ça ne fait pas de
mal. Tous les mêmes, dissipés et malpolis, ces morveux. Si j’étais à
la place des parents je les corrigerais drôlement. Ceux qui ont des
enfants, ils n’ont qu’à s’en occuper. D’ailleurs pour la
reconnaissance qu’ils en auront.”
(d’après Fustier, M.&B.)

9. Avez-vous compris la situation?


1. Quels sont les personnages?
2. Où se passe cette scène?
Sur une piste cyclable
Dans la rue
Dans la salle de sport d’une école

1
D’après Ch. Baudelaire, Richard Wagner et Tannhäuser à Paris
20
3. Le policier mène une enquête parce que:
Un garçon a volé des bonbons d’une confiserie
Deux voitures se sont tamponnées dans la rue
Un garçon a été bousculé et blessé par une automobile

10. À votre avis, comment interprète chaque personnage les causes


de l’accident?

Le garçon blessé

L’automobiliste

La vieille dame

Le policier
Le garçon
témoin
L’accident s’est produit parce
que…

Il faisait du brouillard et la
visibilité n’était pas bonne
L’automobiliste avait de mauvais
réflexes.
La voiture souffrait d’un défaut
de conception
L’enfant a été poussé par son
camarade
L’enfant était aveuglé par la
poussière de la rue
La voiture n’avait pas été bien
révisée.
L’automobiliste était pressé de se
rendre à un rendez-vous
L’automobiliste n’avait pas la
maîtrise de son véhicule.
L’automobiliste a voulu tuer...
par sadisme
L’automobiliste était libre de
passer et le savait parfaitement
C’est une aberration de mélanger
piétons et voitures.
Il n’y avait pas de feu ou de
passage protégé.

21
L’enfant jouait malgré la défense
de ses parents.
L’enfant n’avait pas assez
d’expérience à traverser la rue
L’enfant s’est jeté volontairement
sur l’automobile
L’automobiliste était énervé, ou
distrait, ou préoccupé.

11. Que feriez-vous si …:


• Si un jour, à midi, le monde entier se figeait, sauf vous
(comme si on avait appuyé sur la touche «pause»)?
• Si on n’autorisait les véhicules à moteur qu'en cas d'urgence et
si vous deviez vous déplacer par le train, à vélo, à trottinette …
• Si on vivait la nuit et on dormait le jour? ....
• Si l’on parvenait à dispenser l’homme de dormir?
• Si vous étiez une chanson?
• Si vous étiez une fleur?
• Si vous étiez un astre?

12. Vous êtes scénariste et vous imaginez les développements


possibles de la situation suivante:
™ Situation
Antoine est maître d'hôtel dans une brasserie parisienne. Un soir, en
rentrant du travail, il sauve un inconnu du suicide. Se sentant
étrangement coupable d'avoir sauvé la vie de cet homme, Antoine
veut l'aider à réparer son existence. Mais il a beau faire, Louis n'a
qu'une seule obsession, Blanche, la femme à cause de laquelle il a
voulu mourir... Sans en parler à son nouvel ami, Antoine décide de
la retrouver. Mais les choses ne se passent pas tout à fait comme
prévu…

22
13. À partir de la situation précédente recherchez les causes
successives possibles du malaise de Louis, en remontant la chaîne
des «pourquoi». Introduisez-les dans le schéma arborescent ci-
dessous, grâce auquel vous pouvez arriver aux sources du problème,
enrichissant le scénario:
Ó il vient d’apprendre Í………….
que……….....

Louis essaye de Í il est tendu Í Blanche lui cause Í…………….


se suicider et anxieux des problèmes

Ñ………….. Í…………... Í……………

Les techniques analogiques


Les techniques de créativité ont pour but la stimulation ou
l’accélération du processus d’investigation interne qui finit par la
découverte d’une idée neuve.
Un problème ou une question posée en forme habituelle activent
dans notre esprit des stéréotypes et des liens communs qui ne peuvent
pas aboutir à la découverte. Il faut dissimuler le problème, le déguiser
pour qu’il paraisse «autre» ou pour qu’elle fasse démarrer l’exploration
intérieure des représentations spécifiques.
Les techniques analogiques consistent à étudier le problème à
la lumière d’autres problèmes ayant une certaine ressemblance. Ce
sont les démarches de type: «Et si nous essayions de le penser dans les
mêmes termes que...». Le mécanisme consiste dans l’élimination des
différences accidentelles qui existent entre deux concepts et qui
parfois dissimulent tout ce qu’ils ont de comparable pour trouver un
modèle valable pour tous les deux. Ainsi, par exemple, on peut dire à
un enfant qui voit pour la première fois un avion dans le ciel: «c’est
une auto qui vole»...

23
14. Matrices analogiques:

™ Situation
Jean Pierre et Marine sont un couple jeune, parents d’une fille de 4
ans. Même si très occupés, pour voyager ils se font toujours un peu
de temps ! Cette année ils ont envie de passer une semaine de
vacances en Basse Normandie. Ils recherchent un endroit assez
calme, au bord de la mer, loin des grandes villes, cependant Marine
préfère rester à maximum deux heures de Paris. Tous les deux sont
amateurs de voyages culturels et à pas, mais ils aiment également
dédier un peu de temps à leurs petites faiblesses: Marine - les
achats, Jean-Pierre – la pêche. D’autre part, Jean-Pierre voudraient
s’initier cette année à l’équitation. L’idéal pour eux serait de
trouver un appartement à proximité de la plage, préférablement à 2
pièces, avec salle de bains et toilettes, et place de stationnement
gratuite pour leur voiture. Après une recherche sur Internet ils ont
sélectionné les 4 annonces ci-dessous, à des prix à peu près égaux.

Villiers-sur-Mer
Trouville-sur-Mer-France
Calvados
Accès direct à la mer (80m). Lac à Appartement chaleureux refait à neuf.
proximité. Refait à neuf. A proximité à pied des commerces et
Proximité: 25 Km de Caen, 8 Km de de la plage. Gare SNCF à proximité.
Deauville, Bord de mer, 0,1 Km des Vue: Mer, Campagne.
commerces, 0,1 Km du centre-Ville.
Capacité d'accueil: 4 personnes. Proximité: 1 Km de Deauville,
190 Km de Paris, 0,5 Km de la mer,
Descriptif: 27 m2,1 chambre, 1 salle de 0,3 Km des commerces, 0,3 Km du
bain, 1 WC. Cuisine américaine, Salon, centre-Ville.
Balcon, Parking privatif. Capacité d'accueil: 4 personnes.
Couchages: 1 lit double, 1 canapé-lit. Descriptif: 40 m2,1 chambre, 1 salle
de bain, 1 WC. Orientation: Nord-
Services: Gardien/Concierge. Ouest, Coin cuisine, Salon, Balcon,
Parking privatif.
Équipement ménager: Vaisselle et Couchages: 1 lit double, 1 canapé-lit.
couverts, Ustensiles de cuisine, Services: Ménage non inclus.
Réfrigérateur, Four, Plaques de cuisson, Équipement ménager: Vaisselle et
Micro ondes, Aspirateur, Fer à repasser, couverts, Ustensiles de cuisine,
24
Chauffage central. Réfrigérateur, Cuisinière, Four,
Équipement multimédia: TV, Lecteur Plaques de cuisson, Micro ondes,
DVD. Aspirateur, Fer à repasser, Chauffage
Équipement extérieur: Salon de jardin. central.
Équipement multimédia: TV, Chaine
Activités: Golf, Tennis, Pêche, Hi-Fi.
Baignade, Randonnée, VTT, Équipement extérieur: Salon de
Thalassothérapie, Casino, Cinéma, jardin.
Discothèque, Parc de loisirs.
Activités: Golf, Tennis, Pêche,
Particularités: Animaux acceptés. Baignade, Sports nautiques,
Randonnée, VTT, Thalassothérapie,
Casino, Cinéma, Discothèque

Granville Houlgate
Manche Calvados
Proximité: 113 Km de Rennes, 110 Km Situé dans un cadre idylique, à deux
de Caen, 0,1 Km de la mer, Proche heures de Paris, cet appartement très
commerces, Centre ville. chaleureux et lumineux possède un
grand balcon-terrasse.
Capacité d'accueil: 4 personnes. Vue: Village, Campagne. - Vue
Descriptif: 36 m2, 1 chambre, 1 salle dégagée
d'eau, 1 WC. Orientation: Sud, Coin Proximité: 3 Km de Cabourg, 15 Km
cuisine, Salle à manger. de Deauville, 0,4 Km de la mer,
Couchages: 1 lit double, 1 canapé-lit. 0,3 Km du centre-Ville.
Capacité d'accueil: 4 personnes.
Services: Location linge. Descriptif: 34 m2, 2 chambres,
1 salle d'eau, 1 WC. Orientation: Nord-
Équipement ménager: Vaisselle et Ouest, Cuisine américaine, Salle à
couverts, Ustensiles de cuisine, manger, Salon, Coin Cabine, Balcon,
Réfrigérateur, Four, Plaques de cuisson, Terrasse, Parking privatif.
Micro ondes, Aspirateur, Fer à repasser, Couchages: 2 lits simples, 1 lit
Chauffage central. double, 1 canapé-lit.
Équipement multimédia: TV.
Services: Gardien/Concierge, Ménage
Activités: Golf, Tennis, Équitation, non inclus: Prix 50 Euros.
Pêche, Baignade, Sports nautiques,
VTT, Thalassothérapie, Casino, Cinéma Équipement ménager: Vaisselle et
couverts, Ustensiles de cuisine,
Particularités: Animaux refusés. Réfrigérateur, Congélateur, Four,
Plaques de cuisson, Micro ondes,
Aspirateur.
Équipement multimédia: TV,
Lecteur DVD, Chaine Hi-Fi.
25
Equipement extérieur: Salon de
jardin, Transats.

Activités: Golf, Équitation, Baignade,


Sports nautiques, Randonnée, Casino,
Cinéma, Discothèque, Parc de loisirs.

Pour chacune des destinations proposées établissez des critères de


sélection et notez de 1 à 4 le degré de satisfaction des exigences des
deux personnages. Ensuite sélectionnez la meilleure offre en
additionnant les points.
Villiers sur Trouville
Critères Granville Houlgate
Mer sur Mer
accès direct à
3 2 4 1
la mer
superficie 3 2 1 4

couchages 2 4 2 2

chambres 2 4 2 2

équipement
1 4 3 2
multimédia
…..

Les techniques antithétiques


Les techniques antithétiques dissimulent un problème dans son
contraire, ainsi le cerveau explore des concepts accessibles seulement
par le biais d’un refus. Ce sont les démarches de type «Et si nous
faisions l’inverse de ce qui a été proposé?». Le mécanisme consiste
dans un effort de libération mentale des règles acquises de
comportement et de raisonnement. Il faut remettre en question nous-
mêmes et ce monde, comme une étape nécessaire pour la construction
d’un autre.

26
15. Que peut-on faire avec les objets élémentaires suivants:
• une gomme
• un clou
• une boîte de conserve
• une allumette
• un bouton
• un écrou
Lorsque vous aurez terminé l’énumération des usages possibles que
vous avez trouvés, classifiez les réponses selon des critères qui
puissent vous aider à retenir les idées innovantes.

(d’après Michel & Bernadette Fustier)


27
Les techniques aléatoires
Les techniques aléatoires rapprochent des concepts sans rapport
perçu avec le problème posé (suscitant ainsi la découverte).

16. Tirez au sort trois ou quatre des mots suivants et intégrez-les


dans une phrase complètement cohérente (demandez à vos
collègues de penser à des nombres entre 1 et 40):

1. Rompre; 2. Livre; 3. Vérité; 4. Bout; 5. Demande; 6. Vin;


7. Retourner; 8. Assurer; 9. Confiance; 10. Biscuits; 11. Proposition;
12. Type; 13. Porter; 14. Note; 15. Pouvoir; 16. Jeu; 17. Échange;
18. Ordinateur; 19. Rouge à lèvres; 20. Voie; 21. Retenir; 22. Rapport;
23. Condition; 24. Force; 25. Journal; 26. Entrevue; 27. Poche;
28. Cheval; 29. Banque; 30. Gâteaux; 31. Flèche; 32. Faillir; 33. Coup;
34. Collection; 35. Rendez-vous; 36. Gagner; 37. Voiture; 38. Frontière;
39. Assiette; 40. Attendre.

28
III. LA CRÉATIVITÉ DE GROUPE

Parmi les moyens de stimulation de la création, et en se


combinant la plupart du temps avec eux, l’un mérite une attention
particulière: l’effet de groupe. Même si parfaitement applicables par
un individu, ces techniques ont pour effet, dans un cadre collectif, la
multiplication des pouvoirs inventifs. Chaque idée formulée par un
participant élargit les perspectives des autres, en leur permettant de
balayer une zone plus vaste de leur cerveau. D’autre part, chaque sujet
comprend le problème d’un manière personnele, en conséquence
chaque suggestion faite est perçue différemment par les autres
membres du groupe, enrichissant les perspectives du problème, et
l’enchaînement peut continuer de la même manière.
Ce potentiel de créativité collective qui dérive de l’interaction et
de la stimulation réciproque a imposé la méthode des groupes de
création comme moyen d’innovation, de génération d’idées neuves ou
de solutions immédiates dans les entreprises, dans la recherche
scientifique et parfois même dans la vie quotidienne.

Objectifs des groupes de création


Les groupes de création entendent provoquer deux phénomènes:
1. enlever les inhibitions des participants par la création d’un
environnement relaxant, favorable à la créativité, même aux plus
loufoques idées, à l’abri de toute critique ou contrainte (coutumes,
traditions, esprit de routine, crainte du ridicule, peur du «qu’en dira-t-
on», introversion, difficultés à communiquer).
2. créer une dynamique de groupe en facilitant les processus
associatifs, c’est-à-dire amener chacun à ressentir les idées émises
comme étant celles du groupe et non d’une personne en particulier, et
à s’appuyer sur les idées des participants pour en formuler d’autres
neuves. Une idée créative fait surgir une autre idée créative.

29
Constitution d’un groupe de création
Un groupe devrait rassembler 8-12
participants de status social à peu près
identique, pour que soient évitées les
réactions de gêne et de blocage. Ils sont
choisis en raison de leur compétence par
rapport au problème, mais tenant compte
aussi des compétences et des préoccu-
pations extérieures au problème, car une
expérience variée pourrait proliférer la
production d’idées du groupe. Il faut éviter d’inviter à la réunion des
personnes qui peuvent intimider l’expression des participants, par
exemple des chefs ou des collègues avec une attitude négativiste. Il est
bon d’assurer la participation d’une ou deux personnes créatives, qui
ont apporté constamment jusque là des idées neuves. Leur
participation motiverait les autres à contribuer avec des idées, d’une
part, d’autre part leurs idées loufoques amèneraient les participants à
générer des idées plus radicales.

L’animateur
L’animateur, qui peut être le professeur ou une personne désignée,
dirige les sessions de brainstorming:
ƒ Il déclare la séance ouverte, conclut la réunion, conduit
l’évaluation.
ƒ Pendant la création d’idées l’animateur intervient sur le mode
de déroulement de la réunion: il encourage par une attitude
bienveillante et réceptrice l’émission de toutes les pensées, même les
plus absurdes, en donnant priorité aux associations d’idées.
ƒ Il donne la parole à chacun de façon sensiblement égale, en
évitant toute monopolisation et tout développement excessif: les idées
doivent rester claires, simples et ne doivent pas être «justifiées».
ƒ Il veille à l’absence de toute critique, verbale ou gestuelle et
s’abstient de faire des gestes, ou d’émettre de paroles ou d’onomatopées
qui pourraient être ressentis comme approbation ou désapprobation.
ƒ Il a la responsabilité de reformuler les idées ambiguës et de
faire des synthèses partielles dans les moments creux, en rappelant les
30
directions dans lesquelles ils se sont jusque-là avancés, pour stimuler
les participants.
ƒ Après l’étape de production, l’animateur participe à la
classification et à la sélection des idées.

L’assistant
L’assistant est chargé uniquement d’enregistrer les idées émises
sur un tableau blanc, un tableau d’affichage ou un PC avec vidéo
projecteur, afin qu’elles restent visibles pour tous les participants. Il
n’intervient jamais dans le déroulement de la séance créative.

Les règles fondamentales


Pour assurer le succès du groupe de créativité, les participants
doivent respecter rigoureusement les quatre règles de base, telles
qu’elles ont été formulées pour la première fois par Alex Osborn
comme principes des séances de brainstorming:
1. abolir la censure. Il est important d’écarter les barrières des
conventions, des tabous, des habitudes et de donner libre cours à
l’imagination. Il faut exprimer toutes les idées qui viennent à l’esprit,
même les plus absurdes, les plus inutiles, les plus banales ou les plus
loufoques.
2. éliminer toute attitude critique vis-à-vis de soi-même et des autres
pour ne pas entraver le libre cours de l’imagination et pour maintenir un
climat de confiance et de détente. Le plus petit commentaire amènera les
participants à défendre leurs idées ou à se bloquer.
3. se laisser stimuler par les idées déjà formulées dans le groupe. Il est
essentiel de créer une bonne dynamique de groupe, pour que chacun
ressente les idées émises comme un bien commun, tout en étant libre de
les réemployer, modifier, combiner, développer, pousser plus loin.
4. privilégier la quantité des idées exprimées sur leur qualité. Plus on
génère d’idées et de suggestions, plus il est probable d’en trouver une qui
soit excellente. Il est plus facile de livrer des idées brutes et de les affiner
ensuite que de formuler des idées pointues.

31
16. Organisez-vous dans un groupe de création. En appliquant les
principes énoncés ci-dessus répondez aux questions suivantes:
Quel est le comble de la logique?
Quel est le comble de la patience?
Que peut-on faire avec une chaussette?
Quel est le point commun entre un tire-bouchon et un billet à l’Opéra?

TECHNIQUES CRÉATIVES DANS LE CADRE


D’UN GROUPE: LE BRAINSTORMING
Le terme «brainstorming» (littéralement «tempête de cerveau»
ou «assaut de cerveau») fait aujourd’hui partie du vocabulaire courant
des réunions de travail, de la recherche technique et même de notre vie
quotidienne, toutes les fois qu’on est à la recherche d’une idée neuve
et originale, d’un nouveau mode d’action ou d’une solution rapide à
un problème en situation de blocage. Il a perdu un peu, par la large
utilisation, son sens originel, étant aujourd’hui associé à presque
toutes les techniques créatives de groupe.
Le brainstorming (rendu en français par remue-
méninges) c’est une technique créative d’attaque en
équipe d’un problème pour générer un maximum
d’idées, de suggestions, de propositions et de solutions
sur un sujet donné dans le minimum de temps possible.
Un peu d’histoire
Cette technique a été
créée en 1938 par Alex F.
Osborn, alors vice-président
exécutif de l’agence de
publicit américaine BBDO
(le «O» c’est lui), qui
cherchait d’accroître la pro-
duction d’idées publicitaires et
promotionnelles pour ses
clients. Il a constaté –
Une séance de brainstorming à BBDO New
chronomètre en main– que
York à la fin des années cinquante. Au mur à
droite, les règles de base. À droite en bas, la 70% du temps des réunions de
sténotypiste qui enregistre toutes les idées travail des cadres et créatifs
www.brainstormingcreatif.com/ sont consacrés à amender,
32
critiquer ou rejeter les propositions des uns et des autres autour de la
table. Il a imaginé alors une nouvelle manière de procéder et a
organisé toutes ces réunions en deux phases: un premier temps
consacré à l’émission d’idées dans toutes les directions, sous la
houlette d’un animateur chargé notamment d’interdire…la censure.
Pendant cette phase c’est la quantité qui compte. La recherche de la
qualité intervient dans une seconde étape, où les idées sont analysées,
approfondies, hiérarchisées, pour en trouver les meilleures.

Mise en œuvre d’un remue-méninges


Le brainstorming est assez simple à mettre en œuvre et requiert
des ressources matérielles limitées:
ƒ un local agréable qui assure la tranquillité et le confort des
participants, préférablement éloigné du lieu de travail.
ƒ une salle non trop grande, autrement il faut utiliser des micros
ƒ une disposition du groupe en cercle ou en «U» autour de
l’animateur enlève les inhibitions et permet à chaque participant de se
sentir sur un pied d’égalité avec les autres.
ƒ il est important qu’il n’y ait pas trop de distance entre les
personnes; les «barrières» entre les participants, comme la distance,
les micros, etc., peuvent entraver la création d’une dynamique de
groupe.
ƒ un tableau, un tableau de papier ou un PC avec vidéo
projecteur, afin que les idées émises soient notées par l’animateur ou
l’assistant et qu’elles restent visibles pour tous les participants.
ƒ le matériel de prise de notes permettra aux participants de
structurer ou d’ébaucher les idées.
ƒ si l’on souhaite utiliser des moyens techniques
d’enregistrement audio ou vidéo, on demandera, en tout cas, l’accord
préalable des participants.
On invitera les membres du groupe en les informant sur la tâche
à résoudre, sans pour autant être trop précis: ceci risquerait de
suggérer des éléments de «réponse» et nuirait à la fraîcheur des idées
que les participants pourraient apporter.

33
Fixer le temps
Il convient de ménager un temps pour aborder les différents
sujets prévus. Une session de remue-méninges devrait consacrer 15
minutes à l’introduction, 30-40 minutes à l’étape de production
d’idées, 30 minutes à l’évaluation et à la discussion et 15 minutes aux
conclusions. Certains estiment souhaitable d’organiser une session test
qui permettra d’affiner ce temps.

Déroulement d’une séance de remue-méninges


Le sujet
Au début de la séance, l’animateur introduit le sujet qui sera
abordé, formulé d’une manière simple, claire et précise, par exemple:
«Nous devons diminuer les coûts opérationnels de 10 % pour éviter la
faillite», «Comment peut-on faire connaître notre logiciel à un
maximum de clients sachant que l’on dispose de 3 semaines?», «D’où
provient la recrudescence du défaut «client fermé» sur la tournée 12,
qui est apparu il y a huit semaines?», ou bien «Comment pouvons-
nous produire de l’argent pour aller à Paris?».
Pour chercher une solution à une question complexe, il faut
décomposer le problème en éléments simples et organiser pour chacun
une séance de remue-méninges.
L’animateur doit pourtant se garder d’évoquer, même à titre
d’exemple, toute idée à laquelle il s’attendrait, toute ébauche de
solution ou idée de ce à quoi on pourrait aboutir pour éviter de fausser
le jeu et réduire la spontanéité de la réflexion.

Le réchauffement
Le groupe de collègues, d'amis ou de consommateurs que l'on
réunit pour le remue-méninges peut avoir besoin de s'échauffer
(comme pour un entraînement sportif) pour accepter les règles du jeu.
L'animateur peut donc préparer une étape pendant laquelle les
participants s’habituent à la méthode: un jeu, par exemple, au cours
duquel on demande d'imaginer, de se mettre dans la peau d'un objet,
d'un enfant, d'un martien ou de dessiner. Il peut également diriger

34
l’esprit créatif des participants sur un objet ou sur une situation, par
exemple: «Combien de façons d’utiliser cette gomme à effacer
pouvons-nous trouver?», ou «Que pouvons-nous faire avec ce
crayon?». L'animateur valorise alors la participation de chacun, quelle
que soit sa contribution.

Première étape: la production des idées


En trente à quarante
minutes, on cherche le maximum
d'idées pour répondre à la
question posée. L’assistant (ou
l’animateur, si la séance se
déroule sans assistant) note toutes
les idées exprimées sur le tableau,
alors que l'animateur encourage la
production dans trois directions:
Séance moderne de brainstorming chez
fluidité (le plus d'idées possibles), IDEO. À leur actif, la souris du premier
flexibilité (le plus de registres Macintosh, le Palm PilotV
possibles), originalité (toutes les (1 500 000 exemplaires vendus en un an),
idées sont bonnes à retenir, même le Leap de Steelcase (un fauteuil de
bureau à 1000 $ pour contrer l'Aeron
si elles semblent complètement d'HermanMiller à 800 $, un bon exemple
irréalisables). Lorsque la session de créativité de combat), etc
se déroule facilement, l’animateur www.brainstormingcreatif.com/
doit éviter de trop intervenir pour
laisser couler le flot des idées. Cependant, si la dynamique de groupe
laisse à désirer ou le silence s’instaure, l’animateur peut y remédier:
ƒ en stimulant les associations d’idées ou de mots. C’est pour
cela et pour faire rebondir l’imagination de chacun qu’il rappelle
régulièrement les idées déjà formulées ou fait entendre l’enregis-
trement;
ƒ en utilisant le «nous» dans ses interventions, pour faire passer
l’idée de l’existence d’un groupe;
ƒ en rappelant qu’il n’y a pas d’idée bête ou stupide, mais que
toute idée, à défaut d’être applicable en soi, peut servir de base pour
bâtir d’autres idées;

35
ƒ en suggérant un nouvel aspect du problème, par exemple: «Il
y a un aspect que nous n’avons pas encore examiné: ... cela pourrait
vous inspirer de nouvelles idées»;
ƒ en posant des questions comme:
¾ Que peut-on envisager inversement?
¾ Que peut-on modifier?
¾ Que peut-on combiner?, etc.
ƒ en recourant à des techniques de stimulation de la pensée
plus spécifiques, qui ont été présentées dans la première partie de ce
dossier:
¾ évoquer un mot ou une image choisis au hasard d’un
dictionnaire ou d’une revue généraliste, en vue de susciter des
commentaires;
¾ proposer aux participants de faire part de leur solution
rêvée à la situation décrite en s’affranchissant de toutes les contraintes
existantes;
¾ utiliser des analogies: faire référence à la situation ou à la
thématique proposée, mais qui se produirait dans un autre domaine,
une autre situation, une autre région, etc.;
Théoriquement, le remue-méninges devrait se terminer dès que
les participants sont à court d’idées. Ceci peut arriver en 15 minutes
comme en une heure. Il est en tout cas inutile de prolonger la séance
sans autre raison que de respecter le planning initial. Si la session se
révèle particulièrement créative et/ou si l’on aborde plusieurs sujets, il
faut faire des pauses régulières pour préserver une certaine fraîcheur
intellectuelle.

17. Une séance de brainstorming


™ Situation
Pour fêter les 40 ans de l’un de leurs meilleurs amis, quelques
personnes se réunissent et notent leurs idées, même les plus
improbables. Quelqu’un a proposé de «crever les pneus des
invités». Littéralement appliquée, cette idée a peu de chances de
créer une bonne ambiance! Mais la proposition débouche sur des
idées concrètes:

36
Voilà un possible déroulement de la première étape de cette
séance de brainstorming. Continuez la conversation des
participants en ajoutant d’autres idées selon les 4 règles de base
énoncés par A. Osborn:
– Le contraire de «crever les pneus»: les réparer. Par extension,
veiller à la sécurité, prévoir un lieu pour le parking, avoir des «roues
de secours», ensuite, par extension, laisser un numéro de portable
pour ceux qui se perdent sur la route), etc.
– Qu’est-ce qui se gonfle? Des ballons pour décorer, des alcootests
pour vérifier si nos invités sont en état de repartir, des matelas pour
ceux qui resteront tard…etc.
À partir de deux cents idées brutes, une trentaine de propositions
originales et/ou faisables peuvent ainsi éclore, être soigneusement
notées, mises en forme. S’il est nécessaire, une phase de sélection
formelle peut intervenir pour classer les idées par thème, par chance.
Une ou deux bonnes idées peuvent être retenues.

18. Exprimez rapidement et spontanément 10 idées sur un des


sujets suivants sans s’autocensurer:
a. Comment passer et réussir un examen sans étudier?
b. Comment faire pour déménager la faculté au bord de la mer?
c. Comment faire pour virer un prof?
d. Comment faire pour avoir l’argent nécessaire pour passer une
semaine à Paris?
e. Comment faire pour s’enrichir rapidement?

Deuxième étape: analyser les idées, sélectionner les meilleures.


En 30 minutes, un groupe de quelques personnes peut proposer
150 à 200 idées «brutes», exprimées en quelques mots, et qui partent
dans toutes les directions, y compris très loin du sujet en apparence.
L'analyse et l’approfondissement sont alors nécessaires pour retenir la
solution finale. Un jury, qui peut être le groupe de travail ou un autre
groupe de personnalités compétentes, extérieures au groupe du
brainstorming, examine scrupuleusement les idées produites. Sous la

37
coordination de l’animateur le
jury classifie les idées selon
les critères qui en découlent:
ƒ la pertinence de
chacune des idées émises par
rapport au problème formulé
ƒ le réalisme de chaque
idée en termes de ressources
financières, matérielles et
humaines
ƒ le caractère plus ou
moins acceptable de chacune des idées par rapport aux valeurs du
groupe et aux personnes concernées par le problème.
ƒ tout autre critère utile, par exemple: économiques, commer-
ciales, farfelues, loufoques.
Dans une dernière étape on élimine les idées improductives ou
celles en doublons et, en utilisant des votes successifs, on les
sélectionne jusqu’à obtenir une seule qui semble la plus neuve ou la
plus efficace.
C’est en rationnalisant la méthode d’Osborne que des chercheurs
en psychologie et des praticiens ont décrit la créativité comme un
processus élaboré, faisant intervenir à des moments distincts deux
aptitudes, rappelées dans la première partie de ce dossier: notre
capacité à «diverger» – c'est-à-dire: visualiser des associations
d’idées, produire des métaphores, créer des ponts entre nos
connaissances, changer de registre ou de point de vue – et notre
faculté à «converger», qui vient d’un besoin de finaliser, de trier, de
déduire et de conclure. Par conséquent, le remue-méninges doit être
envisagé comme un processus en deux temps: l’un fondé sur la
divergence, favorisant la production débridée, l'autre fondé sur la
convergence, favorisant la sélection logique.

Types de brainstorming
Cette technique de stimulation de la créativité a été développée
et renouvelée au long des années. Aujourd’hui il y a quelques formes
de remue-méninges, plus ou moins éloignées du brainstorming originel:
38
ƒ Le brainstorming «commando» d'Osborn et Clark est le
brainstorming originel
ƒ Le brainstorming avec post-it: Dans le cadre d’une séance
de brainstorming avec post-it chaque participant écrit ses idées sur des
post-it (pense-bête) qu’il colle ensuite sur un tableau ou sur un tapis,
en les lisant à haute voix pour que
tout le groupe soit au courant. Cette
technique présente deux avantages
majeurs: d’une part elle évite d’avoir
recours à un assistant, parce que
chacun écrit ses idées. D’autre part,
la mobilité des post-it permet dans
un deuxième temps de les regrouper
selon les critères établis et d’en faire Brainstorming avec post-it
des tas qu’on reconsidéra pour www.message-engineers.com/jonathan-
lehrer-bio.htm
approfondir les directions neuves.
Toutefois, la technique est moins créative, dans la mesure où les
participants écrivent leurs idées. Le fait d’écrire incite moins à
proposer des idées vagues, approximatives, floues. D’autre part, elle est
moins associative: c’est plutôt une démarche où l’on additionne les
idées de chacun.
ƒ Le brainwriting: Les
participants cherchent des idées
individuellement, tranquillement,
puis ils écrivent trois idées sur des
feuilles de papier qu’ils font passer à
un autre membre du groupe. Le
suivant lit ces idées et s’en sert
comme stimulus pour générer à son
tour trois nouvelles idées, et ainsi de Brainstorming pour améliorer les
suite. À la fin on peut afficher les salles de cours-
séries d’idées et travailler dessus. www.humboldt.edu/~cdc/learningc
Cette solution valorise la production ommons/photos.html
d’idées individuelles, ce qui peut s’avérer utile après une phase de
brainstorming intense.
ƒ La galerie d’idées. Chaque participant dispose d’une feuille
de papier, épinglée au mur. Sur cette feuille il note son idée, ou la
39
dessine un certain temps, par exemple 15 à 20 minutes. Ensuite les
participants «visitent» la galerie. Ils font le tour des idées «exposées»,
en les complétant selon leur inspiration
ƒ Le brainstorming coopératif avec le client (Alan Barker)
ƒ Le brainstorming parallèle (au cours d'une négociation,
Fisher et Ury)
ƒ Le brainstorming d'innovation (Tom Kelley)
ƒ Le challenge-storming
ƒ Le brainstorming électronique se déroule par messagerie
instantanée (chat, forums, blogs) courriels: l’animateur envoie le
thème et les règles par messagerie instantanée ou par courriels. Les
personnes contribuent en lui répondant. L’animateur compile la liste
des idées reçues et la renvoie aux participants. Cette variante de
brainstorming a l’atout de rapprocher simultanément un grand nombre
de personnes éloignées géographiquement et/ou culturellement.
Cependant, la qualité des idées et l’intensité des interactions est
nettement moins bonne. Voici un exemple de brainstorming électronique:

LE BLOG DE MICHEL
MICHEL COMMENTATEUR
À QUOI SERT CE MANCHE À BALAI?

12 commentaires pour «À quoi sert ce manche à balai?»


1. Gwen dit:
25 novembre 2007 à 17:47
C’est pour ouvrir/fermer une fenêtre de type Velux? Ou alors, c’est pour
faire descendre l’escalier escamotable qui donne accès au grenier? En tout
cas, j’ai un balai un peu pareil pour faire ces deux trucs-là chez moi!
2. KariBou dit:
25 novembre 2007 ``a 17:52
C’est pour décrocher le pot de fleur placé au dessus de la porte et dans
lequel est cachée la clef …

40
3. jathenais dit:
25 novembre 2007 à 17:58
Pour ouvrir/tenir la trappe du grenier?
Afin de bloquer la porte pour que le chien n’entre/sorte pas.
4. Albert dit:
25 novembre 2007 à 18:00
Un compas géant? Pour dessiner, je sais pas quoi… des parterres de
fleurs? Des grrrrrrrrroooooos dessins? L’emplacement de la piscine?
5. jathenais dit:
25 novembre 2007 à 18:00
C’est pour l’accrocher dans le placard à balais. Ou, sinon, c’est pour
attraper la clef qui est sur le toit (c’est plus original que sous le paillasson).
6. François dit:
25 novembre 2007 à 18:31
Bon, la couleur sombre vers le bas me laisserait penser que c’est par là
qu’on le tient.
C’est pour faire des trous dans le gazon? Chasser les taupes? Faire tomber
les nids de guêpe des arbres?
Récupérer le trousseau de clés que tu fais parfois tomber dans les bouches
d’égout?
Crever les pneus des voisins? Un jeu de croquet home made?
7. Jean des îles dit:
25 novembre 2007 à 18:32
Un ingénieux système pour bloquer la porte?
8. jathenais dit:
25 novembre 2007 à 18:43
On peut poser des questions?
Est-ce que ça sert? Tirer?? Pousser?? Percer?? Pivoter?? Accrocher?

41
J’espère que tu dérogeras un peu aux règles strictes du direct.
Michel > Aucune dérogation aux règles…
9. Gilsoub dit:
25 novembre 2007 à 18:48
C’est pour chasser l’escargot, attraper les noix de coco ou tout fruit un peu
trop haut…ouvrir et fermer une grille d’aération un peu haute…
10. Anne dit:
25 novembre 2007 à 18:56
Ou pour attraper les cerises du jardin.
11. Gilsoub dit:
25 novembre 2007 à 18:58
Ouvrir une grille d’aération?
12. Sébi dit:
25 novembre 2007 à 18:59
À maintenir la casserole sur le feu sans bouger de ton ordinateur?

19. Un brainstorming …jaune

Melbourne, Le Centre
Australien d'Art Contemporain
www.yellowideas.com

Cette œuvre d'art ne serait-elle pas un bel endroit pour organiser un


brainstorming original? Sa forme insaisissable, sa couleur jaune

42
(…vous devez déjà entraîner votre imagination !) et son emplacement
face au Centre Australien d'Art Contemporain de Melbourne invitent à
l'audace créative.
Imaginez le flux d'idées jaunes ... et réfléchissez en groupe: si vous
avez l'occasion d'organiser au mois de septembre prochain une réunion
créative dans cet endroit jaune de chez jaune, quel en serait le sujet?
20. À partir d’un événement d’ordre économique ou politique qui
s’est réellement produit – chez vous ou ailleurs – vous devez trouver
le titre À la une pour le journal électronique „ 9 A.M. ”. Appliquez
la technique du brainstorming dans votre groupe de journalistes :
préciser l’événement, ensuite proposez des titres, puis en
sélectionnez le meilleur.

21. Trouvez 10 idées pour résoudre la situation suivante et


transcrivez-les en utilisant le gérondif. À la fin, sélectionnez la
meilleure solution, selon les critères convenables.
™ Situation

Vous voulez passer avec vos amis deux semaines à Paris fin
décembre, mais vous en avez besoin de l’argent. Vous organisez
une réunion de brainstorming pour trouver une solution.

Exemple: Nous pouvons gagner de l’argent:


ƒ en vendant des gâteaux que nous produisions nous-mêmes
ƒ en nous empruntant des amis
ƒ en écrivant des articles dans un journal …
ƒ ………………………………………………..…..
ƒ ……………………………………………………
ƒ ……………………………………………………

22. Organisez des séances de brainstorming pour les situations


suivantes, en respectant leurs étapes et principes:
• Vous pensez à un pique-nique avec vos amis, mais vous ne
savez pas comment l’organiser. Une bonne occasion pour une séance
de brainstorming en groupe, afin de fixer les détails.

43
Exemple:

• Un groupe média veut lancer une revue pour hommes


d’affaires, amateurs de plaisirs raffinés, d’autos et de la nouvelle
technologie. Vous devez organiser une séance de brainstorming pour
trouver le titre de la revue.
• Une femme d’affaires d’une trentaine d’années veut changer
de carrière. Elle ne sait pas exactement ce qu’elle voudrait faire,
44
cependant elle sait qu’elle n’est plus contente de son emploi actuel.
Elle conduit un brainstorming pour découvrir une voie à suivre.
• Une compagnie de produits cosmétiques décide de lancer une
nouvelle ligne de parfums, mais elle n’est pas encore fixée sur la
meilleure stratégie de promotion. Les membres de l’équipe directrice
pensent qu’il serait utile d’organiser une séance de brainstorming qui
pourra bien leur fournir un plus grand nombre d’idées de marketing.
De cette façon, ils pourraient mieux assurer auprès du public le succès
de leurs produits.
• Vos supérieurs prévoient de nouvelles promotions pour le
mois à venir et votre nom se retrouve sur les listes de propositions.
Alors, vous passez en revue des méthodes possibles qui mettent en
évidence votre potentiel managérial, votre capacité d’organisation et
vos aptitudes de leader.
• Une compagnie doit réduire les coûts pour se conformer au
budget prévu. La direction décide d’organiser une séance de
brainstorming afin de trouver des solutions qui permettent d'éviter le
gaspillage des ressources.

45
BIBLIOGRAPHIE

1. Aznar, Guy, Idées - 100 techniques pour les produire et les gérer,
Editions d’Organisation, 2005
2. Baumgartner, Jeffrey, The Complete Guide to Managing Traditional
Brainstorming Events, www.jpb.com
3. Beurrier, Vincent & Carre, Emmanuel, Organiser une séance
complète de brainstorming, dans Connaisance & Action, Nr. 14,
février 2002, p.48-49
4. Dauvois, D. et alli, 1981, L’expression et la communication,
techniques et méthodes, Ed. Nathan, Paris
5. Fustier, Michel&Bernadette, Exercices de créativité à l’usage du
formateur, Editions d’Organisation, 2001
6. Geoffroy Faggianelli, P&Plazolle, LR, 1990, Techniques de
l’expression et de la communication, Ed. Nathan, Paris
7. Osborn Alex. L'imagination constructive. Dunod. Paris. 1988

Sites web recommandés


http://www.brainstormingcreatif.com
www.brainstorming.co.uk
http://www.intelligence-creative.com/
www.jpb.com

46
Dossier 2

PARTAGER LES SAVOIRS

PARTICIPER À DES DISCUSSIONS, ÉCHANGER DES INFORMATIONS

I. Entretien et interview
1. Définition, but et objectifs
2. Types d'entretien
3. Interviewer et être interviewé.
4. Interview de groupe
II. Réunions-débats

Notice introductive
Le dossier Partager les savoirs est conçu comme un ensemble
d’activités, organisés en deux chapitres, proposant aux étudiants une
pratique dirigée de la communication envisagée comme moyen de
partager les savoirs. C’est une méthode d’apprentissage de l’expres-
sion orale et écrite nécessaire à la vie professionnelle et quotidienne.
Ce dossier a comme but:
• de proposer aux étudiants de savoir communiquer par le prisme des
situations d’échange, d’entretien, d’interview et de débat;
• de perfectionner les connaissances de français tout en abordant les
sujets les plus importants de la vie quotidienne;
• de rendre les étudiants capables de réagir en français et de manière
appropriée dans diverses relations sociales et professionnelles;
• d’offrir aux étudiants un matériel bien structuré, varié et motivant.
Le présent dossier vise à développer aux étudiants une compétence
globale de la communication.
Une telle démarche basée sur l’association des objectifs
fonctionnels et linguistiques suppose que le but essentiel recherché est
47
d’entraîner les étudiants à un emploi aussi pertinent que possible de la
langue dans des situations réelles d’usage de celle-ci. Travailler sur
une situation réelle d’usage de la langue est stimulant et entraîne
l’étudiant vers une liberté d’emploi de ses connaissances.
Le dossier Partager les savoirs propose aux étudiants des
situations variées grâce auxquelles l’apprentissage n’est pas seulement
l’enseignement de la langue mais aussi la découverte d’un savoir-faire
global. Les étudiants sont souvent invités à échanger leurs points de
vue, à discuter, à donner leurs opinions, à débattre, à justifier, à
argumenter, à répondre, à convaincre.
Le développement de la compétence de communication va se
faire aussi à travers de nombreuses activités organisées autour de
l’écrit qui est aussi une partie intégrante de la communication.
Tout au long de se dossier on va trouver une panoplie
d’exercices extrêmement variés, certains très contraignants, d’autres,
au contraire, laissant aux étudiants une libre place à l’imagination et à
la création personnelle.

48
I. ENTRETIEN ET INTERVIEW

ˆ Définition
L’entretien est une situation d’échange qui met en
présence deux interlocuteurs: l’interviewer et l’interviewé.
L’interviewer se propose d’écouter l’autre –
l’interviewé – pour le connaître en l’aidant à s’exprimer
et pour découvrir ses manières de voir le sujet traité.

ˆ But et objectifs
L’entretien suppose et exige une communication fondée à la
fois sur l’écoute et sur l’échange. L’entretien doit atteindre un résultat,
à l’intérieur d’un cadre et selon un thème, déterminés à l’avance. Les
rôles dans l’entretien sont précisés à l’avance. Les partenaires vivent
la même situation de communication avec une intention fort
différente. La différence entre un entretien et une conversation est que
l’entretien a un objectif et la conversation n’en a pas. L’entretien est
organisé.

ˆ Types d’entretien
Entretien face à face. Dans
cette relation participent deux
interlocuteurs : l’interviewer et
l’interviewé. C’est une forme la
plus courante. L’interlocuteur
peut être le directeur, le doyen,
le représentant des ressources
humaines, le directeur de projet,
etc.
Entretien de groupe. Tous les candidats sont reçus en même temps.
Soit ils sont réunis par un membre du personnel qui présente la société
ou l’organisation et décrit le poste et puis, chaque candidat se présente
brièvement. Soit on donne un sujet de discussion à tous les candidats.
49
Le jury. Vous serez face à 2, 3 ou 4 personnes. Il pourra s’agir
de votre responsable hiérarchique direct, d’un futur collègue et
du chef d’établissement.
Entretiens successifs. Vous pourrez rencontrer un certain nombre
d’interlocuteurs (responsable hiérarchique direct, futur collègue, chef
d’établissement).

™ Illustration:
On vous présente ci-dessous un extrait d’un entretien publié par
la revue internationale Wallonie/Bruxelles no 68/ août 1999.

Document
En français dans le logiciel
À l’Observatoire Wallon des Industries de la Langue (OWIL) on vit
de plain-pied dans son époque en tentant de rendre à la langue
française ses lettres de noblesse et surtout sa place dans le domaine
de la communication face à l’envahissante anglicisation. Mme
Sylvie Wallez de l’Université de Liège témoigne que c’est une
opération de longue haleine qui commence à porter ses fruits.
Quelle est votre idée de la Francophonie?
C’est un ensemble de pays de par le monde qui ont en commun
évidemment la langue française mais aussi un tas d’autres priorités
comme l’éducation, la politique, la démocratie, la culture dérivée
tout en tenant compte des langues nationales, notamment pour les
pays du Sud, c’est là d’ailleurs un des chevaux de bataille des pays
de la Francophonie.
C’est-à-dire…?
Tous les pays réunis sous le label francophone tendent certes à
préserver une langue mais cela se fait, de plus en plus, dans le
respect des autres langues, dans une multiculturalité. C’est dans cet
esprit que nous travaillons dans l’espace Wallonie-Bruxelles dans
l’action et pas dans la réaction. Nous ne voulons pas de bataille
conservatrice. D’autres, comme nos amis québécois, n’ont pas la
même attitude mais il faut reconnaître qu’ils évoluent dans un
50
contexte résolument différent de sorte que pour eux il est plus
pressant de se battre contre l’anglais. Alors que nous, nous voulons
travailler avec l’anglais, avec les autres langues, l’espagnol,
l’allemand ou l’italien parce que pour nous cela se passe dans un
contexte européen.
Sans parler du problème récurrent de moyens. La défense
du français peut-elle alors faire partie des priorités?
Je crois effectivement qu’il ne faut pas nier le problème majeur
de la stabilité politique, économique et financière. A côté de cela il y
a la francophonie.
Avez-vous un exemple concret de ce que le traitement
informatique de la langue peut leur apporter dans la vie de tous
les jours?
On pourra parler du projet Multitra qui concerne le soutitrage
en français et dans les langues nationales. On a proposé cela en
partenariat, avec actuellement deux pays d’Afrique, le Burkina Faso
et Madagascar. La réception a été très bonne.
Au niveau des enjeux, il faut quand même que le français
fasse sa place face à l’anglicisme ambiant?
Bien sûr. Pourquoi faudrait-il que nous utilisions des produits
qui ne se sont pas faits pour nous et qui, par conséquent, ne sont pas
faits pour nous. Si on veut trouver actuellement un logiciel, la plupart
du temps il est en anglais… En attendant, on peut aussi utiliser des
produits qui existent en français mais qui sont de facture française ou
québécoise mais il n’en est pas moins vrai que l’on a des besoins tout
à fait spécifiques et on peut trouver chez nous des capacités pour
produire des logiciels. On peut aussi prendre des logiciels en anglais
et les localiser, les adapter. D’une manière générale, à quoi attribuez-
vous ce retard qu’a pris le français dans le domaine du traitement.
Informatique de l’information?
Je crois qu’il y a une question de population. La population
francophone est nettement moindre que la population anglophone. Je
pense aussi que la prise de conscience linguistique, en tous cas pour
ce qui est de l’Europe, est beaucoup plus récente.

51
Comment dès lors vous êtes-vous organisés face à cette
anglicisation galopante?
Tout a commencé au niveau des sommets francophones quand,
dès 1986, les pays francophones se sont retrouvés pour discuter de
leurs priorités. La langue était le point commun: cela ne voulait pas
dire «standardisation ou unification» mais plutôt «mettons en
commun ce que nous avons et voyons ce que nous pouvons faire».
Cela a été le cas dès le début pour le traitement informatique de la
langue que l’on appelait alors «industrie de la langue».
Entretien: Philippe Vandenbergh

ˆ Activités orales et écrites


1. À vous de participer maintenant à un entretien!
™ Situation
Vous êtes le directeur d’une Agence de Voyage. Vous devez
préparer d’avance un entretien pour les candidats pour le poste de
traducteur.

Formulez le plus de questions que vous allez adresser aux candidats.


Imaginez les réponses de ceux-ci.

2. Cochez la réponse correcte:


a. Vous êtes directeur d’une Agence de Voyage. Vous devez
préparer d’avance l’entretien pour les candidats:
Vrai Faux
b. Vous participez à un entretien. Vous devez être habillé
inconfortable.
Vrai Faux
c. Pour l’entretien vous devez prendre toutes les précautions
nécessaires pour être à l’aise.
Vrai Faux
52
d. Vous venez en entretien en sachant bien pour quelles raisons
le poste vous intéresse.
Vrai Faux
e. Pendant l’entretien vous donnez des réponses imprécises.
Vrai Faux
f. Vous connaissez d’avance votre interlocuteur.
Vrai Faux
g. Pendant l’entretien vous n’êtes pas calme et détendu.
Vrai Faux

3. Imaginez que vous êtes dans les situations de vie quotidienne


décrites ci-dessous. Essayez de comprendre ce qu’on vous dit dans
chaque situation et écrivez en 6-8 lignes votre entretien.
1. Au théâtre, vous venez de rencontrer un ancien ami.
2. À l’ordinateur, vous consultez la bibliothèque virtuelle.
3. À l’Agence Universitaire Francophone, vous demandez une
bourse à l’étranger.
4. À la pharmacie, vous demandez des médicaments pour le mal
de tête.
5. À l’aéroport, vous demandez des renseignements.
6. À l’hôtel, vous réservez une chambre.
7. Au restaurant, vous commandez un menu.
8. Au supermarché, vous signalez une erreur à la caissière.
9. Chez le coiffeur, vous demandez une coupe moderne.
10.Vous faites un voyage à l’étranger.

4. Trouvez l'équivalent en français de ces extraits d'entretien:


– Şedinţa va avea loc la ora 16.00.
………………………………………………………………..
– Directorul comercial soseşte mâine.
………………………………………………………………..
– Pentru a confirma primirea, trimiteţi un mesaj.
………………………………………………………………..
53
– Aş fi dorit sa discut cu şeful, înainte de a semna contractul.
………………………………………………………………..
– Se va prezenta la interviu îmbrăcat la patru ace.
………………………………………………………………..
– Ce credeţi despre această întâlnire?
………………………………………………………………..

5. Vos collègues sont oublieux et vous devez leur rappeler


beaucoup de choses sur la participation à un entretien (écrivez
8-10 interventions verbales).
…………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………
…………………

6. Essayez d’argumenter votre point de vue :


1. Dans la vie tout finit bien.
2. Les jeunes n’aiment pas lire, ils aiment la télé.
3. Les chefs sont toujours exigeants.
4. Il suffit d’avoir beaucoup d’argent pour être heureux.
5. Être habillé à la mode c’est chic.
6. Avoir une voiture, c’est indispensable.
7. Faire du sport, c’est avoir une bonne santé.
8. Les changements climatiques sont à l’ordre du jour.
9. Être étudiant, c’est s’endormir sur ses deux oreilles.

ˆ Le déroulement de l’entretien
À savoir:
) Avant l’entretien, vous devez obtenir le maximum d’informations
(sur le poste). Vous devez argumenter bien votre candidature.
) Pendant l’entretien vous devez sourire, regarder l’interlocuteur
dans les yeux, vous devez être courtois, ne pas fumer, laisser votre
54
interlocuteur parler le premier, écouter attentivement et répondre
brièvement, parler assez fort, noter le délai fixé pour la suite de
l’entretien avec votre interlocuteur et ne pas oublier de remercier en
partant.
) Après l’entretien, vous devez repasser mentalement en revue votre
entretien. Si vous n’avez pas de nouvelles de votre poste dans le délai
convenu, n’hésitez pas à la relancer.

Activités orales et écrites


7. Commentez:
1. Comment organiseriez-vous un entretien si vous étiez directeur
d’une Agence de publicité?
2. Quelles seront les questions que vous poseriez aux candidats
de l’entretien pour un poste de:
interprète
chef de marketing
secrétaire
comptable
femme de service
chauffeur
informaticien
chef des ressources humaines
traducteur
3. Décrivez:
¾ votre participation à un entretien
¾ la participation de vos parents
¾ la participation de vos amis

Questions fréquentes à un entretien


Pour réussir votre entretien de sélection, il est convenable que vous
réfléchissiez aux réponses que vous pourriez donner aux questions
possibles de l’interview:

55
Les motifs de la candidature
ƒ Pourquoi êtes-vous intéressé ou attiré par notre société ou
établissement?
ƒ Vous avez lu l’annonce.
Qu’est-ce qui vous a intéressé
dans cette annonce?
ƒ Pourquoi avez-vous répondu?
ƒ Avez-vous des informations
sur notre société ou établisse-
ment? Qu’en connaissez-vous?
ƒ Qu’est-ce que vous pensez
pouvoir nous apporter?

Projets de carrière
ƒ Quels sont vos objectifs professionnels à
o court terme?
o moyen terme?
o long terme?
ƒ Pouvez-vous vous représenter les tâches du poste que nous
vous proposons? Il s’agit d’un poste de professeur de français au
gymnase.
ƒ Avez-vous des arguments qui permettent de penser que vous
réussirez dans l’emploi que nous vous proposons?

Formation
ƒ Quelle est votre formation?
ƒ Avez-vous eu un emploi pendant vos études? Où?
ƒ Avez-vous gagné beaucoup d’argent? Combien?
ƒ Vous avez eu la possibilité de participer aux activités
estudiantines? Lesquelles?
ƒ Avez-vous suivi des stages de formation?
ƒ Parlez-vous des langues étrangères?
56
Personnalité
ƒ Quelles sont vos principales qualités? Vos principaux défauts?
Décrivez-les!
ƒ Quelles sont les expériences qui ont le plus contribué à la
formation de votre personnalité?
ƒ Prenez-vous des responsa-
bilités?
ƒ Quelles sont vos activités
extra-professionnelles?
ƒ Avez-vous beaucoup
d’amis?
ƒ Décrivez un de vos amis.
ƒ Quels sont vos points
faibles?
ƒ Que faites-vous de votre
temps libre?
ƒ Quelles sont les décisions qui vous rebutent le plus?
ƒ Où vous voyez-vous dans quelques ans?

8. Comment justifiez-vous les situations suivantes? Imaginez les


réponses.
Vous êtes venu en retard au bureau.
Vous avez manqué un rendez-vous.
Vous avez manqué le train.
Vous êtes coupable du vol d’une grande somme d’argent.
Vous avez le meilleur CV pour l’entretien.
Le directeur de la société vous a interdit de fumer.
Vos collègues de bureau ne vous aiment plus.
Vous êtes très occupé de participer à une réunion de la société

9. Quel regard peut-on avoir d’un travail?


satisfait
détaché
exigeant
Justifiez vos réponses.

57
10. Vous travaillez dans une école. Vous êtes Directeur de cet
établissement. Essayez de présenter vos collaborateurs.

11. Donnez votre point de vue sur les affirmations suivantes:


1. Le travail est une nécessité pour vivre, survivre, s’enrichir,
s’épanouir.
2. L’argent ne fait pas le bonheur, mais il y contribue.

Interviewer et être interviewé


™ Illustration
Nous vous présentons ci-dessous une interview publiée par la
revue Paris Match du 19 septembre 2007.
Document
Le journaliste Benjamin Locoge interroge le musicien James Blunt
sur la sortie de son nouvel album:
B.L. – Le succès de votre premier album a-t-il changé votre vie?
J.B. – Ça n’a pas vraiment changé le cours de ma vie. Je fais
toujours le même métier, mes amis sont toujours les mêmes. Je
continue à faire de la musique mais mon public est plus nombreux…
La seule différence, c’est que maintenant on parle de moi dans les
journaux.
B.L. – Votre vie sentimentale est mise au grand jour par la presse
people… Cela vous met-il mal à l’aise?
J.B. – C’est de la presse de divertissement. Le seul but est de
divertir. Cette presse n’est pas à la recherche d’une quelconque vérité
mais elle veut faire de l’argent.
B.L – Votre rupture avec Petra a fait la Une des journaux. Vous
n’en avez pas souffert?
J.B. – Non, pas du tout! Ce que vous avez lu dans les journaux a
permis à son auteur de se faire de l’argent. Alors c’est lui qui a un
problème! Moi, je n’ai aucun problème. Je vis ma vie. Et je garde ma
vie privée aussi privée que possible.

58
B.L. – Le 7 juillet dernier, vous avez participé au concert Live
Earth en Angleterre. Vous êtes un défenseur de l’environnement?
J.B. – Oui absolument, bien avant Live Earth, j’ai projeté en avant-
première un extrait d’Une Vérité qui dérange d’Al Gore au début de
chacun de mes concerts, l’année dernière. Mais tout cela, c’est du
détail. Le plus important, c’est de discuter pour améliorer notre façon
de vivre, de consommer.
B.L. – Dans quel but êtes-vous retourné au Kosovo en septembre
dernier?
J.B. – Parce que j’y étais eu en 1999 et j’y ai investi beaucoup de
temps, d’énergie et un peu de ma vie. Je voulais voir si les choses
s’étaient arrangées. Certaines choses se sont arrangées comme la
Sécurité. Mais la pauvreté, le chômage et l’instabilité politique sont
encore à l’ordre du jour.
B.L. – Le succès de votre premier album a dû vous mettre la
pression pour la composition du second…
J.B. – Celui qui a la pression c’est ma maison de disque parce
qu’elle veut vendre l’album. Elle s’inquiète des meilleures ventes.
Mais ce n’est pas mon cas. Je suis musicien et la musique n’est pas
une compétition. Elle n’a pas de rapport avec le classement des
meilleures ventes.
B.L. – Mais ne devez-vous pas vendre autant d’albums que la
première fois pour qu’on parle de «succès»…
J.B. – Mon inspiration est due en grande partie à Cat Power. Vous
la connaissez? Elle ne fait pas partie des meilleures ventes ni de ceux
qui ont vendu des millions d’albums. Mais remporte-t-elle un succès
musical? Pour moi c’est sûr! Parce qu’elle m’inspire, elle enrichit ma
musique. Alors qu’est-ce qu’un succès musical? C’est ce que l’on
exprime dans ma musique.
B.L. – Pensez-vous que sortir des albums a encore du sens face au
succès d’Internet?
J.B.

59
Activités orales et écrites

12. Commentez:
1. Quel type d’interview a pratiqué Benjamin Locoge?
2. Dégagez l’idée de cette interview.
3. Pensez-vous que l’Internet prendra la place aux albums?
4. Viendra-t-il le temps quand on ne saurait plus faire d’albums,
même si les chansons sont cohérentes?
5. Est-ce que les gens préféreraient acheter des albums si les
musiciens y mettaient du cœur?

13. Imaginez une continuation et une fin de cette interview.

14. Vous êtes journaliste. Vous devez participer à une


présentation de mode. À la fin de la présentation vous devez
interviewer le créateur de mode. Transcrivez cette interview
(en 6-8 interventions verbales).

Interview de groupe
Dans l’interview de groupe, le public est celui qui déclenche
l’interview pour obtenir des informations sur un groupe.
L’objectif: Collecter des opinions individuelles qui se succèdent
les unes aux autres, parfois se complètent, souvent se contredisent.
Les tâches: L’interviewer doit se préparer à la rencontre en se
renseignant au maximum sur le groupe et sur les individus qui le
composent. Durant l’interview, l’interviewer sera obligé à respecter et
à contrôler la dynamique du groupe. Il faut respecter et laisser le
groupe interviewé s’exprimer librement.

™ Illustration
Document
Actu Ados a réalisé une interview exclusive du groupe Les Déesses
dans les locaux de la célèbre chaîne M6, le 31 mai 2007 :
Actu Ados – Pourquoi avoir appelé le nom du groupe Les Déesses?

60
Les Déesses – Lorsque nous travaillions avec notre producteur, il
nous appelait souvent les Déesses pour plaisanter. Alors, lorsqu’il a
fallu trouver un nom au groupe, celui-ci s’est imposé naturellement.
Cela correspond parfaitement à notre image.
Actu Ados – Comment vous vous êtes rencontrées?
Les Déesses/ Edene – Personnellement, j’ai rencontré Lylah, il y a 4
ans, lorsque nous passions des castings pour des clips, de la danse
avec Philypa, ça fait 2 ans que nous nous sommes rencontrées.
Actu Ados – Quelles sont vos influences musicales?
Edene – Pour ma part c’est Beyoncé.
Lylah – Pour moi c’est Milca et Zouk Machine: le fameux groupe
des années 80.
Philypa – Enfin, pour moi c’est Ciara.
Actu Ados – Pourquoi avoir choisi «Saveurs exotiques» comme
nom de votre album?
Les Déesses – On l’a appelé Les Déesses tout simplement car nous
avons des origines exotiques et que nous sommes originaires de
l’Afrique et des Antilles.
Actu Ados – Pourquoi avoir choisi le titre de votre chanson «On a
changé»?
Les Déesses – On a choisi le titre de cette chanson car c’est l’histoire
de deux enfants, qui ont vécu leur enfance ensemble, puis ils se sont
séparés, l’un partant à Paris et l’autre restant sur place. Quelques
années âpres aux retrouvailles, ils s’aperçoivent que «on a changé».
Actu Ados – Qui vous a aidé à réaliser votre album et les textes?
Les Déesses – Les personnes qui nous ont aidé sont principalement
Kamnouze de Facteur X, mais aussi Kaysha, Singuila et Anofella.

Activités orales et écrites


14. Commentez:
1. Est-ce que l’objectif de cette interview de groupe a été atteint?
2. Comment vous paraît-elle cette interview?

61
3. Connaissez-vous ce groupe? Pourriez-vous en ajouter d’autres
informations?

15. On pourrait dire que cette interview de groupe est une


enquête. Continuez-la en insistant sur leurs occupations, leurs
qualités, leurs défauts, leurs plats préférés, leurs couleurs
préférées etc.

16. Essayez de faire interviewé:


Un groupe d’élèves olympiques;
L’équipe de football «Steaua»;
Un groupe de vendeurs d’un hypermarché;
Un groupe d’informaticiens.
Transcrivez ces interviews (en 6-8 interventions verbales).

17. Vos amis sont de meilleurs journalistes. Pour le savoir, vous


n’avez qu’à leur poser toutes sortes de questions. Mais il y a deux
conditions: ils doivent dire la vérité dans leurs réponses et vous
devez être sincères en les interrogeant. Écrivez les questions et
imaginez les réponses.

62
II. REUNIONS – DEBATS

ˆ Définition
Les Réunions-débats sont des situations de communica-
tions dans lesquelles s’établit et se développe, soit à la
suite d’un exposé, soit sans exposé préalable, une
confrontation orale d’opinions sur un problème ou sur un
thème1

But et objectifs: explorer un problème ou un thème en obtenant le


maximum de points de vue, formulés par un maximum de participants.
Types de réunions-débats: d’information, de résolution de problème,
d’organisation, de négociation.

™ Illustration
On vous propose une réunion-débat «Qu’est-ce qu’un service public
dans une société de service?», tirée du «Penser public», le 26 avril 2007.

Document
Agrégé de philosophie, Robert Damien est docteur d’Etat,
professeur des Universités à Paris X Nanterre et auteur de «Le
conseiller du prince de Machiavel à nos jours, genèse d’une
matrice Démocratique»:

Penser public
La notion de service public désigne une activité ou une mission
d’intérêt général. Le type de services Concernés par cette définition
varie dans le temps. Ainsi, si au début du siècle le Conseil d’Etat
refusait de qualifier le théâtre de service public, il n’en alla pas de
même après la seconde guerre mondiale. Le champ de la notion est
donc très lié à une culture, un environnement économique et social.

1
P. Jeoffroy-Faggianelli, L.-R. Plazolles, Techniques de l’expression et
de la communication, p.130
63
Aujourd’hui, avec la montée en puissance du consumérisme, la
relation des citoyens à leurs services publics se transforme. Les
attentes en matière de qualité à leur égard sont de plus en plus
élevées. Par ailleurs, les services publics sont de plus en plus soumis
au droit communautaire, qui ignore la notion de «service public à la
française» et soumis au droit de la concurrence ce qui n’était pas la
tradition en France.

Débats: Quelles sont les clés conceptuelles qui selon vous permettent
de rendre compte de ces évolutions?

Robert Damien: En premier lieu, pour aborder cette question, je


souhaiterais partir de la genèse historique de la notion de service
public. La crise qui a fait naître la notion et le fait de service public
est liée à l’émergence de l’imprimerie. Cette intention a en effet
permis le développement de la lecture et par ce biais, l’autonomie du
lecteur. Avec la naissance de la notion de service public, le serviteur
n’est plus asservi mais rend un service dans le cadre d’un contrat, sur
un champ précis de la chose publique, dans le cadre d’une
organisation définie par l’Etat et avec ses critères (continuité, égalité
d’accès, adaptabilité, etc.). Le rôle de l’homme au service public est
d’assurer les droits de chaque citoyen.

En second lieu la théorie du service public se met en place en


parallèle de la théorie du marché.

En troisième lieu, la crise actuelle naît de l’émergence de la société,


de la société de «servuction».

Au service public justifié par son rôle d’autonomisation du citoyen se


substitue en partie une relation de service justifiée par la satisfaction
du demandeur. L’usager devient le client consommateur souverain.

2001-2007 Penser public


Auteur concepteur Patrick Croquet

64
Activités orales et écrites
16. Commentez:
1. De quel type de réunion s’agit-il?
2. Est-ce que le thème du sujet a atteint son but?
3. Comment d’après vous faut-il améliorer les pratiques dans les
services publics?
4. Comment développer la mobilité dans le service public?
5. Pourriez-vous contribuer à ces changements?
6. Dites votre point de vue:
Pendant une réunion-débat on peut:
¾ couper la parole de votre interlocuteur
¾ intervenir pendant le débat
¾ s’amuser, bavarder
¾ sortir de la salle
¾ parler au téléphone
¾ dénigrer l’interlocuteur.
Argumentez vos réponses.

17. Dans quelle situation pendant une réunion-débat peut-on:


être vulnérable
répondre aux questions sur le thème de la réunion-débat
agresser verbalement quelqu’un
afficher son indifférence
penser tout haut
faire des encouragements
être distant et mécontent
Décrivez ces situations (en 6-8 interventions verbales).

™ Situation
Vous êtes doyen. Vous assistez à une réunion-débat des étudiants
de votre Université sur un colloque scientifique estudiantin. Vous
présidez cette réunion

65
18. Évoquez les principaux problèmes qui se posent à ce débat.
Notez-les.

19. Cochez la réponse convenable:


Comme participant à toute réunion-débat, je cherche à intervenir
à tout prix.
Vrai Faux
On peut critiquer le président et l’animateur de réunion.
Vrai Faux
On ne peut pas couper la parole de quelqu’un.
Vrai Faux
Pour le débat il faut être bref.
Vrai Faux
Il faut être précis et clair dans la communication.
Vrai Faux
Ne pas respecter le temps établi pour la communication.
Vrai Faux
La synthèse finale n’est pas importante.
Vrai Faux
Souvent, on transmet à la télé toute sorte de débats.
Comment sont organisés ces débats télévisés?
Peut-on les améliorer? Comment? De quelle manière?
Argumentez vos réponses par écrit.

20. Préparez collectivement un débat sur:


¾ les changements climatiques
¾ la lecture face à l’audiovisuel
¾ les abandons des enfants
66
BIBLIOGRAPHIE

1. Dauvois, D. et alli, 1981, L’expression et la communication,


techniques et méthodes, Ed. Nathan, Paris.
2. Fustier, Michel&Bernadette, Exercices de créativité à l’usage du
formateur, Editions d’Organisation, 2001.
3. Geoffroy Faggianelli, P&Plazolle, LR, 1990, Techniques de
l’expression et de la communication, Ed. Nathan, Paris.
4. Activités pour le cadre européen commun de référence. Niveau A2.
Marie-Louise Parizet.
5. Eliane Grandet, Martine Corsain. CLE International, 2005.
6. DELF B2, 200 activités. Anatole Bloomfield, Emmanuelle Daill,
CLE International, Paris 2006.

67
68
Dossier 3

SAVOIRS ET TEXTES

DE LA REFORMULATION AU RÉSUMÉ PROFESSIONNEL

1. Comprendre avant de s'exprimer


Activité 1: La sélection des informations
Activité 2 La mise en discours: formulations amples et formulations
réduites
Activité 3 Découvrir le thème et le propos d'un discours
2. Équivalence, reformulation, paraphrase
Activité 4 S'entraîner à la reformulation
Activité 5 Pratiquer la paraphrase
3. Le résumé au quotidien
Activité 6 Comprendre le résumé du contenu d'un livre
Activité 7 Découvrir le résumé sur la quatrième de couverture
Activité 8 Découvrir le résumé dans l'espace public
Activité 9 Réaliser l'extraction du plan de texte (plan d'une leçon)
Activité 10 Découvrir les formes du résumé dans la presse écrite
4. Didactique du résumé: règles de réduction
Activité 11 Apprendre la technique du résumé
Activité 12 Découvrir les règles de la réduction des contenus
informationnels: généralisation, suppression, intégration
Activité 13 Appliquer la règle d'intégration des contenus
informationnels
Activité 14 Découvrir la règle de l'intégration complexe, avec
construction d'une information contextuelle
Activité 15 S'approcher du résumé en situation professionnelle:
travailler sur un texte informatif

Bibliographie sommaire

69
INTRODUCTION
La thématique et les objectifs didactiques du dossier

Ce dossier d'entraînement à la communication orale et écrite se


propose de réaliser une initiation à la technique du résumé, tant sur le
plan de la pensée que sur le plan de l'expression.
Le résumé est un exposé écrit ou oral qui reprend sous une
forme concise le contenu d'idées d'un texte source. Dans la vie
professionnelle, il est souvent très utile de présenter une situation ou
de restituer le contenu d'un texte de départ sous une forme concentrée.

Le dossier comprend quatre divisions, consacrées chacune à une


acception distincte du mot résumé:
(i) forme – ainsi, le terme résumé est compris parfois en tant
concise que présentation abrégée de certains contenus (ex.
d'expression Fais-moi un résumé de tes projets pour cet été. ou:
Tiens, regarde cet album, et tu auras le résumé de
mon séjour en Bretagne !);
(ii) – d'autres fois, le résumé est une expression verbale
l'exposé
d'un
équivalente à une première expression (J'ai écouté à
contenu la radio le résumé des débats parlementaires.); reste à
équivalent savoir comment comparer les contenus de deux ou de
plusieurs textes et sur quels critères décider s'il s'agit
ou non d'une équivalence entre leurs contenus;
(iii) – le terme résumé s'applique dans la vie de tous les
forme
de texte
jours à une forme de texte spécialisée à rendre sous
informatif, une forme concise la structure d'idées d'un autre texte
rapporté à un (Voici un résumé du film. J'ai lu le résumé de ce
texte source livre);
– à l'école, le résumé est le nom donné à un type
d'épreuve didactique (Au bac, j'ai eu une bonne
note au résumé);
(iv) épreuve
scolaire Dans la vie professionnelle, le résumé est un
exposé écrit très économique, à finalité
informative, qui restitue brièvement les contenus
d'un texte source (Mon supérieur hiérarchique m'a
demandé de lui faire un résumé du dossier).

70
Les matières que nous proposons de traiter sont consacrées à
cette pluralité de significations du résumé:

1. forme concise d'expression d'une situation ou du


contenu d'un texte;
2. opération langagière de reformulation équivalente avec
réduction expressive et concentration des contenus;
RÉSUMÉ 3. texte informatif 1 de dimensions réduites, reprenant le
contenu essentiel d'un texte plus large;
4. épreuve didactique qui vérifie aussi bien les compétences
de textualisation que l'habileté de hiérarchisation des
contenus.

Les quatre sections thématiques proposent donc des exercices


d'entraînement à l'expression verbale dans les situations où il y a une
exigence visant les contenus (exprimés ou à exprimer).
Les exercices entraînent l'étudiant non seulement à l'expression
orale ou écrite qui expose l'essentiel d'un certain contenu
informationnel, mais aussi une à activité purement mentale, celle de la
compréhension des contenus codifiés dans des discours oraux ou
écrits.
Ce double plan se retrouve dans la didactique du résumé, qui
vise la formation d'une compétence à deux volets: a) savoir gérer des
contenus d'idées et travailler avec les informations; b) savoir
reformuler ces idées ou informations, en leur donnant une expression
claire, concise et correcte.
Dans la perspective de l'enseignement, il s'agit donc de deux
aspects solidaires d'une compétence langagière complexe, qui, d'une
part, se fondant sur une bonne compréhension verbale, procède à une
sélection et à une hiérarchisation correcte de l'information, et,
d'autre part, met en œuvre une bonne technique de l'expression
verbale, surtout écrite.

1
En situation professionnelle, le résumé est une forme experte de texte
qui réalise des opérations langagières spécifiques: sélection, hiérarchisation,
condensation d'une information spécialisée et sa reformulation dans un
discours concis, de ton neutre, mais avec du relief dans l'expression des idées.
71
1. COMPRENDRE AVANT DE S'EXPRIMER

S'exprimer dans une langue implique une intention communicative,


un vouloir-dire en fonction duquel le locuteur choisit son expression.
L'activité expressive a son point de départ soit dans la saisie des
choses du monde (représentables sous forme de contenus), soit dans
la compréhension des contenus d'une communication verbale antérieure.

Avant de parler de la re-formulation condensée du contenu d'un


texte préalable, il convient d'accorder un court moment d'attention à
l'examen comparatif des expressions alternatives – longues ou
concises – d'une information complexe. Comme toute production
verbale, le résumé suppose l'extraction et la sélection préalable des
contenus qui seront mis en discours.

Activité 1: La sélection des informations


Savoir sélecter l'information à partir d'une situation ou d'un
texte exige non seulement attention, mais aussi un but communicatif.
• Résumer un texte exige une sélection préalable de l'information
• Parler en prenant comme point de départ un stimulus non
verbal (une image, une scène vécue, un sentiment, une idée, un souvenir…)
exige aussi une sélection de l'information qui sera mise en discours.

¾ Regardez l'image et donnez une expression verbale de son contenu:


IMAGE no 1

72
Avant de dire quoi que ce soit d'une image, le locuteur fait une
sélection stricte (orientée par ses intérêts, ses besoins ou ses opinions)
parmi le nombre infini d'idées que l'image peut lui suggérer.

Solutions possibles:
C'est une main qui écrit. C'est une jeune fille assise à sa table de
travail. C'est ma sœur devant son cahier de devoirs. C'est une personne
dont je ne vois pas le visage; elle est en train de faire ses devoirs.
Cette jeune fille me semble à court d'inspiration pour son essai !

Vous constatez que l'expression verbale dépend d'abord de


l'information sélectée d'une situation et, ensuite, mise en
discours.

¾ Regardez par la fenêtre et dites ce que vous voyez:


– le temps qu'il fait;
– la couleur du ciel;
– la forme des nuages;
– le paysage sur lequel ouvre la fenêtre;
– les gens que vous apercevez dans la rue.

¾ Pensez à une situation de votre vie et exprimez-la pour que votre


ami puisse identifier cette situation.

Situations possibles:
z Après une nuit blanche, je me suis endormi en classe. z Notre chat
n'est pas très gentil avec nos invités, donc nous l'enfermons dans la
salle de bains quand nous recevons des visiteurs. z Je suis rentré tard
hier soir et papa m'a passé un savon… !!! z Ma sœur va se marier à
un collègue de bureau, plus jeune qu'elle.

Tout contenu de la pensée humaine se prête à une


formulation verbale, plus ou moins longue. Du point de
vue quantitatif, les contenus sont plus ou moins denses
ou profonds, tandis que l'expression peut être plus ou
moins longue.

73
La longueur / brièveté de l'expression se manifeste sur l'axe horizontal
du discours, tandis que la densité ou la concentration des contenus
peut se représenter sur la verticale:

C
O
N
T formulation verbale ou expression des contenus
E
N «longueur» de l'expression
U
S

«profondeur des contenus»

Retenez les termes caractéristiques:


• profondeur, densité, condensation, richesse (pour l'abondance
les contenus exprimés);
• longueur, ampleur/ vs/ brièveté, concision, réduction (pour
l'économie des signes de l'expression linguistique)

! Remarquez que les termes génériques marquent une quantité


positive pour les contenus (abondance) et une quantité négative
pour la forme de l'expression (économie).

L'homme qui veut cultiver sa manière de parler et d'écrire


est toujours en quête d'une densité maximale des contenus et
d'une concision maximale de l'expression.

PEU ––––––– Échelle qualitative ––––– BEAUCOUP


⇓ ⇓
expression contenus

¾ Exercice supplémentaire
Précisez avec un dictionnaire de langue le sens des noms et des verbes
donnés ci-dessous, afin d'établir de quel type de conduite (excès ou

74
manque) il s'agit de la part du locuteur, sur les deux plans: de
l'expression et des contenus:
Noms: verbiage, blablabla, bavardage, faconde, papotage,
redondance, verbosité, délayage, loquacité, éloquence, prolixité,
logorrhée.
Verbes: tartiner (fam.); délayer (~ une idée ou une pensée; ~ un
texte);

Modèle:
Verbiage: abondance de paroles vides de sens ou qui disent peu
– sur le plan de l'expression: excès.
– sur le plan du contenu: vide, manque ou insuffisance.

Blablabla: suite d'énoncés verbeux, parfois mensongers, destinés à


masquer le vide de la pensée, à éblouir quelqu'un, ou à endormir sa
vigilance.
– sur le plan de l'expression: excès de paroles;
– sur le plan du contenu: vide, manque ou insuffisance; manque
de sincérité, de vérité; paroles déformant la réalité.
(Continuez les définitions)

Activité 2 La mise en discours: formulations amples et formulations


réduites

¾ Regardez l'icone ci-dessous et décrivez-le, en un mot ou en plusieurs:


expressions alternatives

Solutions possibles:
y Un téléphone. y Je vois un appareil téléphonique. y C'est un vieil
appareil, du temps de l'invention du téléphone. y Un objet laid. y Une
invention utile. y Sacrée invention de Graham Bell! y Un appareil à
cadran mobile. y Un objet horrible. y Un artefact moderne, générateur
de stress, d'après moi!

¾ Même exercice de verbalisation en un mot ou en plusieurs pour


d'autres icones (des polices que vous avez sur l'ordinateur).

bcˆ¼±

75
¾ Trouvez des expressions alternatives pour dire ce que vous inspire
l'image.
IMAGE no 2
Solutions possibles:

a) la lune
b) un clair de lune
c) l'astre de la nuit
d) un astre
e) paysage nocturne
f) L'image d'une nuit superbe
g) La tombée de la nuit
h) moment en pleine nuit
i) Une photo prise à Noël, quand tout
le quartier baigne dans la clarté de la
lune pleine.
¾Imaginez une photo prise dans le même endroit, mais en plein jour
et trouvez des expressions alternatives pour l'astre du jour.

Faisons le point:
Pour un même contenu d'idées, nous pouvons fournir:
a) une expression verbale réduite (courte) pour exprimer ce
contenu d'une manière concise;
b) une expression verbale longue (ample) pour indiquer dans le
menu détail ce que l'image ou la situation évoque.

Activité 3 Découvrir le thème et le propos d'un discours

La lecture et la compréhension des textes impliquent l'identification


d'un objet sur lequel porte ce discours (thème) et de ce que le discours
apporte comme information nouvelle (propos) se rapportant au thème.

L'information portée par un discours réalisé ne frappe pas notre esprit


de la même façon. Elle se laisse classifier en thème et en propos:
Exemples:
(i) Celui-ci est mon frère.
76
(ii) Cette maison a été construite en deux mois.
(iii) Ma voiture a été tamponnée.
(iv) Il ne s'agit pas d'aller à pied en ville, ce soir.

Ce dont on parle: thème Ce qu'on en dit: propos


i. Celui-ci est mon frère
ii. Cette maison a été construite en deux mois.
iii. Ma voiture a été tamponnée.
iv. Aller à pied en ville, ce soir il ne s'agit pas (de le faire)

Apprendre à formuler brièvement les propos!


Les énoncés purement informatifs exigent de la part de
l'interprète de construire le thème du discours, à partir du
propos même:

Des hélicoptères ont lancé des vivres aux sinistrés.


• De quoi s'agit-il? – D'une catastrophe (thème).
Qu'est-ce qu'on en dit (de cette catastrophe)? – Ceux qui ont eu
à souffrir dans la catastrophe (= les sinistrés) ont reçu des aides
(propos, formulé d'une manière générique).
Le propos ou le commentaire apporté comme information
nouvelle par un énoncé informatif coïncide souvent avec l'énoncé tout
entier, c'est-à-dire: «des hélicoptères ont lancé des vivres aux
sinistrés».
L'énoncé cité renvoie à plusieurs objets de discours: les
sinistrés; les hélicoptères, les paquets de vivres, l'action même d'aider
les sinistrés en question.
Un énoncé porteur d'une information nouvelle fait
apparaître dans notre esprit des objets de discours qui
peuvent devenir à leur tour thème d'un nouveau propos.
Le thème d'un discours qui informe sur tout un
événement n'est pas donné au préalable, mais il se
construit à partir du propos même.

77
À vous de dégager le THÈME d'un discours informatif:
¾ Lisez et essayez de comprendre les cinq énoncés suivants.
Ensuite, (A) formulez d'une manière générique le propos (ce
qu'on dit dans chaque énoncé).
Finalement, (B) identifiez des objets thématiques (objets de
discours construits dans votre esprit dès que vous avez compris le
message)
1. Notre chat griffe tous nos visiteurs.
2. Dans les pays méridionaux, il fait chaud.
3. Ce chanteur a eu un grand succès sur la scène de l'Olympia.
4. Selon des témoins locaux, de nombreux habitants ont dû se
réfugier sur le toit de leur maison pour échapper aux flots.
5. Les habitants réfugiés ont emporté avec eux leurs maigres
richesses.

Solution possible:
A. Modèle de formulation générique du propos:
énoncé 1. → la conduite "méchante" de notre petit chat envers les
visiteurs.
(var.) Le côté sauvage de notre chat.
(var.) L'idiosyncrasie de notre chat envers les inconnus.
(var.) Le danger qui menace les personnes qui nous rendent visite.
(Chaque variante de propos se rattache à une interprétation différente
que vous donnez au texte.)

B. Objets thématiques (ce dont on fournit une information):


énoncé 1. → notre chat.

Attention! Toute compréhension d'un discours implique la


reconnaissance d'un objet de discours thématique (le thème
est «ce dont on parle»).
ˆ Même exercice: Formuler d'une manière générique le propos et
dégager ensuite le thème

78
1. Il n'y a aucun survivant dans le petit hôtel qui se trouvait au
bord de la mer, c'est ce qu'ont rapporté des témoins.
2. Les provinces nordiques de ce pays ont été les plus touchées
par les pluies torrentielles et les vents violents.
3. Les supporters ont fêté hier dans la nuit la victoire des Bleus
dans le match contre la Nouvelle-Zélande.
4. En ce pays, il fait beau en toute saison.
5. Le Bourgogne 2007 s'affiche comme un millésime riche,
rond, expressif, a annoncé dimanche le bureau professionnel des vins
de Bourgogne.

Modèle:
énoncé 1.
A. → propos générique: disparition (tragique) de tous ceux qui se
trouvaient dans l'hôtel, au bord de la mer.
B. → thème construit: catastrophe naturelle ou accident.

¾ Lisez le texte encadré et essayez de le comprendre, en nommant


l'objet thématique du texte.

Document 1:
Le chat
Le mien ne mange pas les souris; il n'aime pas ça. Il
n'en attrape que pour jouer avec. Quand il a bien joué,
il lui fait grâce de la vie, et il va rêver ailleurs,
l'innocent, assis dans la boucle de sa queue, la tête bien
fermée comme un poing. Mais à cause des griffes, la
souris est morte.
[Jules Renard, Histoires naturelles]

Solutions possibles: L'objet-thème du texte est y un événement;


y une histoire; y un appareil; y un être humain; y un être vivant;
y l'infini richesse de la nature; y la lutte entre les espèces
naturelles; y le bonheur simple de tout ce qui vit sur Terre;
y l'instinct vital chez tous les êtres vivants; y la vie; y l'harmonie
du monde, etc.

79
Toute opération d'identification du thème est liée à
l'interprétation (particulière) donné au texte. Il y a autant de
thèmes possibles que de manières de comprendre un discours!
¾ Restituez dans un court discours oral le contenu en détail du
Document no 1.
Tâche: reformulez dans vos propres mots le contenu du
texte source.
¾ Lisez le texte en faisant abstraction de son titre. Dans quelle mesure
la compréhension souffre en l'absence du titre?

¾ Donnez dans une phrase l'idée générale du texte.


Tâche: résumez ce que VOUS, vous avez compris.

¾ Posez à votre collègue trois questions pour vérifier sa compréhension


du texte.
Tâche: formulez des questions.

¾ Répondez aux questions formulées par votre collègue, en donnant


votre point de vue.
¾ Commentez le contenu de ce texte.
Tâches: expliquez le texte, éclairez ses parties plus
difficiles, donnez un jugement sur son message.
CONCLUSIONS:
– La compréhension d'un discours est l'opération préalable à toute
reformulation de son contenu.
– Un texte, oral ou écrit, se prête presque toujours à une multitude
d'interprétations alternatives, en fonction des connaissances (sur le
monde et sur le langage) que possède le sujet interprète.

80
2. ÉQUIVALENCE, REFORMULATION, PARAPHRASE

Activité 4 S'entraîner à la reformulation

La reformulation est une transformation conservative du sens,


car elle se fonde sur une équivalence entre des contenus. La
reformulation vise uniquement le choix d'une nouvelle expression
linguistique, la signification globale devant rester, pour l'essentiel,
identique. Le terme re-formulation désigne donc une transformation
qui s'applique à une forme de surface, à une structure expressive, pour
la réduire, pour la développer ou pour la transcoder dans un autre
système de signes. La reformulation implique une stratégie de
conservation ou de «transfert équivalent» des contenus, tout comme
un liquide peut se transférer d'un récipient dans un autre sans altérer sa
nature.

ÉQUIVALENCE DES CONTENUS:

a = contenu d'un texte source b = contenu reformulé

Expression d'un texte source Reformulations du contenu du texte source

¾ Reformulez chacune des phrases, d'abord en faisant une synthèse


des contenus et ensuite en donnant des détails:
RÉCIT
(1) Un citoyen français, nu et éméché, s'est introduit mercredi à
l'aube dans un bâtiment faisant partie de la basilique Saint-Pierre au
Vatican pour y faire sonner une cloche avant d'être arrêté, selon une
information de l'agence Ansa confirmée par des sources vaticanes.

81
(2) L'homme a escaladé vers 3 heures du matin mercredi les
échafaudages actuellement installés pour la restauration de la façade
de l'«Arc des cloches», qui se trouve à gauche sur le fronton de la
basilique, et a fait sonner une cloche.
(3) L'homme, un Français dont ni l'identité ni l'âge n'ont été
communiqués mais qui serait sans domicile fixe, était nu, en état
d'ébriété et "dans un état de confusion", a écrit l'agence Ansa. Il a
été arrêté par les gendarmes du Vatican et remis aux autorités
italiennes.
¾ Reformulez dans une seule phrase le récit donné ci-dessus.
¾ Reformulez le récit en dix phrases courtes.
¾ Reformulez le récit en quatre phrases courtes.

La reformulation des contenus peut être de type réductif ou de type


amplifiant.

par amplification de l'expression; cette


transformation conduit au développement
de l'expression ou à la dilution des contenus
REFORMULATION
par réduction de l'expression; cette
transformation conduit à la condensation de
l'expression ou à la concentration des contenus
CONCLUSIONS:
– une expression courte, réduite, n'est pas toujours moins riche
en contenu d'idées qu'un long discours;
– réciproquement, une expression longue, ample, n'est pas
toujours porteuse d'un contenu d'idées plus riche.

82
Activité 5 Pratiquer la paraphrase

¾ Tâche 1°: lecture et compréhension du document ci-dessous.

Document 2

Le chocolat dans tous ses états à Paris, avant New-York et Tokyo

Les gourmands et particulièrement les amateurs de chocolat ont


rendez-vous, de samedi à mardi, à la Porte de Versailles à Paris, où se
déroulera la onzième édition du Salon du chocolat pour découvrir et déguster
la fève de cacao «sous toutes ses formes et dans tous ses états».
Après Paris, ce salon épicurien se tiendra à New York du 10 au 13
novembre, et à Tokyo, en février 2006.
L'édition 2005 qui devait être inaugurée vendredi soir par les ministres
de l'Agriculture et des Petites et Moyennes Entreprises et du Commerce,
MM. Dominique Bussereau et Renaud Dutreil, insistera sur la défense du
savoir-faire des chocolatiers français.
«Sur les trois continents, le salon a été révélateur d'un même
phénomène de société: l'engouement de nos contemporains pour le chocolat,
le plaisir qu'il apporte, les bienfaits qu'il procure, et la passion des
chocolatiers qui le transforment», expliquent Sylvie Douce et François
Jeantet, commissaires généraux.
«Par sa fabrication industrielle, le chocolat s'est démocratisé. Grâce à
l'artisanat, il a gagné ses lettres de noblesse. Plus que jamais, nous souhaitons
mettre l'accent sur la qualité de l'Artisanat, avec toute la créativité qu'il sait
générer», ajoutent-ils.
Pendant quatre jours, le salon proposera de nombreuses animations
dont une présentation inédite de l’histoire des grandes plantations de cacao en
Équateur et les étapes de fabrication du cacao dans les plantations cubaines.
/…/
[Paris, 22 octobre 2005, L'Agence France-Presse]

83
Conseils:
y Consultez un dictionnaire de langue pour désambiguïser les
mots inconnus.
y Naviguez sur Internet pour retrouver l'information de culture
générale dont vous avez besoin pour comprendre le texte.

Solutions:
gourmand → personne qui aime la bonne nourriture;
la fève de cacao → la graine de l'arbre de cacao;
épicurien → (sens général) personne qui s'adonne aux plaisirs
des sens; (par restriction) personne qui apprécie les délices
culinaires;
le savoir-faire→ habileté, adresse, compétence; maîtrise d'une
pratique, d'un art; expérience, dextérité ou bonne connaissance
des pratiques sociales;
engouement → attitude enthousiaste spontanée; admiration de
moment; coup de cœur;
Porte de Versailles → grand espace d'expositions, situé au sud-
ouest de Paris.
commissaire général d'une exposition → un spécialiste du
domaine, chargé de la conception et de l'organisation de la
manifestation, du dialogue avec la presse, de la stratégie de
communication avec le public.

Exercices de reformulation par paraphrase


¾ Tâche 2°: Analysez le rapport de sens et de forme lexico-
grammaticale entre les expressions suivantes, mises en équivalence
paraphrastique:

ƒ Le chocolat dans tous ses états = tous les produits en chocolat,


quelle qu'en soit la forme de présentation du produit;
ƒ Les gourmands et les amateurs de chocolat = ceux qui
s'intéressent au chocolat;
ƒ Les amateurs de chocolat ont rendez-vous à Paris = Les
amateurs de chocolat se réunissent à Paris ou: Il y a un événement
auquel doivent participer tous ceux qui aiment le chocolat;
84
ƒ un Salon du chocolat = une exposition de produits en chocolat;
ƒ découvrir la fève de cacao = voir ce qu'on peut faire du cacao;
constater ce qu'on peut obtenir, à partir de la simple fève de cacao;
ƒ découvrir et déguster le chocolat = venir voir quelles sont les
nouvelles utilisations du chocolat (et le déguster aussi)
ƒ découvrir un phénomène = en faire la découverte; constater
pour la première fois que cela existe;
ƒ le chocolat, dans tous ses états = le chocolat sous forme
liquide, solide, sous forme de crème, de ganache, de glace, etc.
ƒ après Paris, ce salon se tiendra à New York = l'exposition
partira de Paris à N-Y.
ƒ un salon épicurien = une exposition qui attire les amateurs des
plaisirs de la table
ƒ ce salon se tiendra à New York = ce salon aura lieu à N-Y.
ƒ l'édition 2005 du salon = l'organisation du salon en 2005.
ƒ ce salon se devait être inauguré vendredi = l'inauguration du
salon avait été fixée pour vendredi; l'ouverture du salon devait se faire
vendredi; ce salon a programmé son ouverture pour vendredi; on s'est
mis d'accord pour ouvrir le salon vendredi.
ƒ le ministre insiste sur cette idée = le ministre croit avec toute
sa conviction en cette idée; il soutient fortement cette idée; il n'en
démord pas; il ne renonce pas à cette idée; il se montre très attaché à
cette idée.
ƒ le savoir-faire des chocolatiers français = l'expérience des
fabricants de chocolat; la longue tradition française dans la fabrication
des produits en chocolat
ƒ le salon a été révélateur d'un même phénomène de société = à
l'occasion de ce salon, il s'est manifesté un (véritable) phénomène de
société.
ƒ l'engouement de nos contemporains pour le chocolat = le
chocolat est très recherché par nos contemporains; il y a une forte
demande de chocolat parmi nos contemporains;
ƒ … le plaisir qu'il apporte = le chocolat produit un grand
plaisir chez les consommateurs
ƒ …les bienfaits qu'il procure = le chocolat fait du bien; il est
bon pour la santé, il inspire un sentiment de bien-être.

85
¾ Tâche 3°: donnez plusieurs paraphrases explicatives, à partir d'une
expression du texte (développez l'expression).
Modèle:
gourmand = grand amateur de nourriture (et parfois grand
connaisseur aussi); qui mange en excès;

¾ Tâche 4°: Donnez une paraphrase substitutive (qui se réalise par


une substitution synonymique)
Modèle:
salon du chocolat → exposition du chocolat;
les visiteurs du salon → le public du salon
le savoir-faire des chocolatiers → l'expérience des chocolatiers

La paraphrase par substitution synonymique fait remplacer un


ou plusieurs termes par une expression synonyme.

¾ Tâche 5°: Réorganisez la phrase en donnant des paraphrases qui


entraînent un changement de catégorie lexico-grammaticale:

Modèles:
a) verbalisation
Sur les trois continents, le salon a été révélateur (Adj.) d'un
même phénomène de société. ⇒
Un même phénomène de société s'est révélé (Verbe) sur les trois
continents, à l'occasion du salon.

b) nominalisation
Le salon sera inauguré (Verbe) vendredi. → L'inauguration
(Nom) du salon se fera vendredi.

c) adjectivation
Nos contemporains aiment (Verbe) le chocolat. ⇒ Nos
contemporains sont amateurs (Adj.) du chocolat.

d) passivation
L'exposition ouvre ses portes vendredi (Verbe à la voie active).
→ L'exposition sera ouverte (Verbe au passif) vendredi.

86
e) impersonnalisation
Les visiteurs arrivent au salon au Parc des Expositions. →
Il arrive des visiteurs au salon au Parc des Expositions.

À VOUS DE RÉALISER
DES REFORMULATIONS PARAPHRASTIQUES !

Voici plusieurs titres de chapitre de l'ouvrage de Voltaire, Le siècle de


Louis XIV:
Document 3 a.
Chap. III. Victoire des Français sous le grand Condé, alors duc
d'Enghien
Chap. IV. État de la France jusqu'à la mort du cardinal Mazarin, en
1661.
Chap. VII. Conquête de la Flandre.
Chap. X. Paix d'Aix-la-Chapelle.
Chap. XI. Évacuation de la Hollande. Seconde conquête de la
Franche-Comté.
Chap. XIV. Prise de Strasbourg. Bombardement d'Alger. Soumission de
Gênes.
Chap. XVII. Mariage du duc de Bourgogne.
Chap. XVIII. Mort et testament de Charles II, roi d'Espagne.
Chap. XX. Pertes des batailles de Ramillies et de Turin, et leurs suites.

¾ Transformez ces nominalisations d'action en phrases avec verbe


(donnez des paraphrases par verbalisation).
Modèle:
Chap. III. Les Français sous le grand Condé, duc d'Enghien ont
remporté une victoire.

¾ Transformez les titres de chapitre contenant des phrases avec verbe


en titres avec nominalisation:

87
Document 3 b.
Chap. VII. Louis XIV gouverne par lui-même. Il force la branche
d'Autriche espagnole à lui céder partout la préséance, et la
cour de Rome à lui faire satisfaction. Il achète Dunkerque.
Il donne des secours à l'empereur, au Portugal (…).
Chap. XVI. De ce qui se passait dans le continent, tandis que
Guillaume III envahissait l'Angleterre, l'Ecosse et l'Irlande,
jusqu'en 1697.
Chap. XXII. Louis XIV continue à demander la paix et à se défendre. Le
duc de Vendôme affermit le roi d'Espagne sur le trône.

Modèle:
Chap. VII. Le gouvernement de Louis XIV par lui-même.

¾ Lisez attentivement cet extrait du même traité d'histoire issu de la


plume de Voltaire.

Document 3 c.
Des États de l'Europe avant Louis XIV
Il y avait déjà longtemps qu'on pouvait regarder l'Europe chrétienne (à
la Russie près) comme une espèce de grande république partagée en plusieurs
États, les uns monarchiques, les autres mixtes; ceux-ci aristocratiques, ceux-
là populaires, mais tous correspondant les uns avec les autres; tous ayant un
même fond de religion, quoique divisés en plusieurs sectes; tous ayant les
mêmes principes de droit public et de politique, inconnus dans les autres
parties du monde. C'est par ces principes que les nations européennes ne font
point esclaves leurs prisonniers, qu'elles respectent les ambassadeurs de leurs
ennemis, qu'elles conviennent ensemble de la prééminence et de quelques
droits de certains princes, comme de l'empereur, des rois et des autres
moindres potentats, et qu'elles s'accordent surtout dans la sage politique de
tenir entre elles, autant qu'elles peuvent, une balance égale de pouvoir,
employant sans cesse les négociations, même au milieu de la guerre, et
entretenant les unes chez les autres des ambassadeurs ou des espions moins
honorables, qui peuvent avertir toutes les cours des desseins d'une seule,
donner à la fois l'alarme à l'Europe, et garantir les plus faibles des invasions
que les plus forts est toujours près d'entreprendre.
[Voltaire, Le siècle de Louis XIV, Berlin, C. F. Henning, 1751]

88
¾Reformulez avec vos propres mots de contenu de cet extrait.
¾Trouvez des reformulations alternatives pour: L'Europe chrétienne
était regardée comme une espèce de grande république.
¾Faites trois phrases avec l'expression regarder comme.
¾Trouvez des reformulations alternatives pour les segments du texte
qui contiennent:
– les constructions avec les uns …. les autres;
– la construction avec ceux-ci + Adj. …. ceux-là + Adj.;
– les constructions qui incluent les pronoms tout/ tous/ toutes.
¾Faites plusieurs phrases avec les constructions mentionnées au point
précédent.

89
3. LE RÉSUMÉ AU QUOTIDIEN

Le résumé apparaît souvent dans la vie de tous les jours, en tant


que type de texte informatif à incontestable utilité pragmatique.
L'homme moderne est entouré de textes, oraux ou écrits, et beaucoup
de ces textes représentent des reformulations d'autres textes, ou des
condensations d'une certaine information primaire.

Le résumé dans la vie de tous les jours

Activité 6 Comprendre le résumé du contenu d'un livre


Cette forme de texte apparaît dans les catalogues d'éditeurs, dans les
dépliants, dans les salons du livre et chez les libraires, dans des
émissions télévisées, dans des publications (Magazine littéraire, Lire,
les suppléments que font paraître certains quotidiens: Le Monde des
livres, Le Figaro littéraire, etc.)
Fonctions pragmatiques du résumé d'un livre:
• créer le désir de lire un certain livre
• en faciliter la compréhension
• informer des lecteurs virtuels sur les nouvelles apparitions
dans les librairies
• informer tout de suite sur le contenu du livre, sans exiger
une lecture effective (qui durerait trop)
• construire des attentes du lecteur, afin de diriger son esprit
vers un type ou un autre d'interprétation
• et, même: stocker une information utile, afin de la retrouver
plus tard (la fiche de lecture).
Les résumés de livres, donnés dans des manuels, présentent soit la
fonction de rappel d'une lecture (préalable), soit la fonction de
préparer à la lecture d'un texte et d'en faciliter la compréhension.

Résumé donnant accès au texte texte étendu


Texte étendu résumé de rappel du texte
90
¾ Donnez le résumé de rappel des quelques œuvres d'auteurs français
– La Monastère de Parme de Stendhal;
– Un cœur simple, de Flaubert
– Le Chef d'œuvre inconnu de Balzac
– Atala de Chateaubriand
– Le crime de Sylvestre Bonnard d'Anatole France
– Les petits enfants du siècle de Christiane Rochefort
– Le Grand Meaulnes, d'Alain-Fournier
– Une vie de Maupassant.

¾ Lisez ce résumé et identifiez le texte de départ. (S'agit-il d'un


résumé de l'action globale du roman de Stendhal, du résumé d'un
épisode ou du résumé d'une scène?)

Document 4 a
Le Rouge et le Noir
Sous la Restauration, M. de Rênal, maire ultra d'une petite
ville de Franche-Comté, Verrières, décide d'engager
comme précepteur de ses enfants le fils d'un charpentier,
Julien Sorel, qui se destine à l'état ecclésiastique. Il présente
ses offres au père Sorel; celui-ci va chercher son fils à la
scierie; il l’aperçoit juché sur une pièce de la toiture: «Au
lieu de surveiller attentivement l'action de tous le
mécanisme, Julien lisait».
[in Lagarde & Michard, XIXe siècle, Éditions Bordas]

¾ Quelle est la fonction du résumé suivant? (Résumé de rappel ou


résumé qui facilite la compréhension?) Justifiez votre réponse.

Document 4 b
Note du directeur de publication
Les Secrets du code Da Vinci, le guide non officiel des mystères du Da
Vinci Code est un recueil de réflexions et d'écrits originaux, d'extraits de
plusieurs livres, de sites Internet et de magazines, ainsi que d'interviews
avec d'importants écrivains et universitaires /…/.

(Notice introductive au volume Les Secrets du code Da Vinci, traduit


de l'anglais The Secrets of the Code, aux Éditions Hachette, 2006)
91
Activité 7 Découvrir le résumé sur la quatrième de couverture

¾Faites rapporter le contenu de ces extraits de la quatrième de


couverture au contenu d'ensemble du livre:

Document 4 c

Batailles, couronnements, famines, révolutions ou découvertes, l'histoire du


monde s'inscrit dans nos mémoires en dates flamboyantes qui nous rappellent
les noms des héros et le destin de leurs peuples. Il existe un ouvrage qui
résume en lui seul cette sensibilité au passé, rempli de souvenirs comme un
beau livre d'images: c'est le «Malet-Isaac». Après avoir formé quatre
générations de Français, les fameux petits livres à couvertures vertes
reparaissent enfin.
[Quatrième de couverture à l'ouvrage: L'histoire. La naissance du Monde
moderne, 1848-1914, de Malet et Isaac, Editions Marabout, 1961]

Document 4 d

Fils de famille, Lucien Fleurier est à la recherche de lui-même: d'une


enfance dorée et confortable aux révoltes de l'adolescence, de la bohème aux
milieux d'extrême droite, le jeune homme tente de connaître l'homme qui
émerge en lui.
Jean Paul Sartre parodie le «roman d'apprentissage» dans le style dépouillé et
magistralement maîtrisé qui efface l'écrivain au profit du seul dévoilement de
l'homme dans le monde.
Jean-Paul Sartre, L'enfance d'un chef
(extrait du recueil Le Mur), folio no 878]

Document 4 e

Afin de penser l'Europe, Edgar Morin nous invite à abandonner les discours
rhétoriques et les idées fragmentaires qui produisent des Europes imaginaires,
idéales ou mutilées. Son essai, qui est en même temps un voyage interrogatif
dans l'histoire et la culture européenne, conçoit l'Europe comme une unité
multiple et complexe. Pour la première fois dans les Temps modernes,
l'Europe vit un destin commun. Il nous faut en prendre conscience si nous
voulons élaborer un dessein commun.
[Edgar Morin, Penser l'Europe, Folio no 20]

92
¾ Recopiez le texte de la quatrième de couverture d'un roman
d'actualité, analysez ses structures et soulignez les énoncés
commentatifs pour les distinguer des énoncés donnant le résumé.

Activité 8 Découvrir le résumé dans l'espace public

Panneaux d'affichage, enseignes, écriteaux, dépliants, modes


d'emploi etc. – tous ces objets textuels offrent une information obtenue
par suite du traitement d'un discours initial potentiel, sur lequel s'était
opérée une réduction quantitative de l'expression et une condensation
des contenus. Exemple cette épitaphe:
Note:
Une épitaphe est une inscription sur un tombeau
pour rappeler le souvenir d'une personne disparue.

Document 5
Ci-gît un fameux Cardinal
Qui fit plus de mal que de bien.
Le bien qu’il fit, il le fit mal,
Le mal qu’il fit, il le fit bien.

¾ Quels sont les contenus reformulés par une épitaphe? Ce type de


texte opère-t-il une condensation des contenus? Quel en est le «texte
source»?

¾ Cette épitaphe contient la présentation condensée du rôle public


joué par le Cardinal Richelieu. Pouvez-vous développer ce quatrain,
en donnant plus d'informations sur la vie de ce personnage historique?
(Répondez après documentation dans un livre
d'histoire ou avec un dictionnaire encyclopédique).

Condensation des contenus dans des manuels

Activité 9 Réaliser l'extraction du plan de texte


Les manuels scolaires et autres écrits à fonction didactique donnent
souvent en marge du texte de chaque leçon les idées principales,
extraites parfois de chaque paragraphe, section ou subdivision
thématique du texte.
93
L'enchaînement des idées principales, avec leurs
subdivisions, constitue le plan de texte.

L'ensemble des idées extraites d'un texte donne parfois un


simple croquis des informations de ce texte.

Le plan de texte doit retracer les grandes lignes du


contenu d'idées exprimé dans ce texte. Le plan, s'il est
bien réalisé, reprend l'essentiel du texte.

¾ Analysez le Document no 6 ci-dessous qui donne le plan d'une leçon


d'histoire, en expliquant:
– le niveau hiérarchique de l'information retenue
– la hiérarchie (ou la sous-jacence) des sous-titres thématiques.

Document 6
Niveau 1°:
titre du manuel L'histoire. La naissance du Monde moderne, 1848-
1914, de Malet et Isaac, Editions Marabout, 1961.
Niveau 2°:
titre de la leçon LA CHINE ET LE JAPON DE 1850 À 1914

I. – La Chine et le Japon vers 1850


La fin de l'isolement de l'Extrême-Orient
La Chine vers 1950
Le Japon vers 1850
Niveau 3°:
parties d'une leçon II. – L'inertie de la Chine. L'européanisation du
Japon (1850-1894)
L'anarchie en Chine. Les Taï-Pings.
La pénétration européenne
Échec de la pénétration européenne
Niveau 4°: La chute du régime chogunal
paragraphes L'ère de Meiji
thématiques Les conditions de la vie politique

94
III. – Les victoires du Japon. La République chinoise
La guerre sino-japonaise
Le dépècement de la Chine
Les Cents Jours. Les boxeurs
Le conflit russo-japonais
La guerre russo-japonaise
Conséquences de la guerre russo-japonaise
L'agitation républicaine en Chine
La République chinoise
Les difficultés du Japon en 1914

¾Lisez attentivement le plan de texte noté en marge de cette leçon


d'histoire et situez dans sa généralité l'idée donnée dans chaque
paragraphe thématique:
Idée-titre de l'ouvrage
titre d'une leçon (d'une unité thématique)
les idées principales d'une leçon
les idées secondaires
€ Explication des rapports hiérarchiques qui s'établissent entre les
idées constitutives d'un plan de texte:

Schématisation:
GÉNÉRAL

• contenus d'ensemble (en haut de la hiérarchie)

• contenus de détail (en bas de la hiérarchie)


PARTICULIER

En „HAUT” sont les contenus génériques (représentés par un


segment plus long), en „BAS” sont les détails (représentés par des
segments de plus en plus courts). Un plan de texte contient des idées
générales (situées très HAUT dans la hiérarchie des contenus); à leur
tour, elles sont parfois explicitées sous une forme plus détaillée (par
des idées situées plus BAS dans la hiérarchie des contenus).
95
Intégration
Dès qu'on remonte dans la hiérarchie des idées
successive retenues pour le plan de texte, on retrouve une infor-
des contenus, mation ayant un plus haut degré de généralisation.
de bas en haut
La sous-jacence des idées d'un plan de texte traduit un
rapport de dépendance hiérarchique: l'intégration de
plusieurs idées donnant des contenus de détail dans
une idée qui donne un contenu superordonné.

De HAUT en BAS: titre du manuel ⊃ titre d'une leçon


⊃ partie d'une leçon ⊃ idée principale qui résume toute
une séquence de texte ⊃ idée principale, située plus bas
dans la hiérarchie (donnée dans un paragraphe, par
exemple). Au niveau le plus bas, se rangent les
informations de détail qui s'intègrent successivement
dans les idées hiérarchiquement supérieures.

Au fur et à mesure qu'on descend dans la hiérarchie des idées


principales, on retrouve l'information de détail, les données
particulières.

¾ Identifier la structure hiérarchique des idées du plan du document no 6.


¾ Trouvez un plan de texte dans un manuel pour une discipline qui
vous soit accessible (littérature, grammaire, didactique des langues,
géographie, histoire, psychologie, etc.) et traduisez ce plan en français.
¾ Réalisez le plan d'idées d'un cours, d'une leçon ou d'un chapitre
d'ouvrage que vous avez sous la main.

Activité 10 Découvrir les formes du résumé dans la presse écrite

Toute publication périodique que vous consultez (quotidien,


hebdomadaire, magazine, revue trimestrielle, mensuelle, etc.) fait état
d'une stratégie de présentation de l'information dans laquelle le résumé
joue un rôle très important.
Les rubriques comme:
En bref – Sommaire – Sur les marchés – Carnet –
Dépêches – Guide télévision – Courrier des lecteurs etc.
96
utilisent largement le résumé de texte (résumé d'actions; résumé
d'événements, de narrations littéraires ou cinématographiques; résumé
d'arguments fournis lors d'un entretien; résumés d'explications, etc.).
Chaque type de texte se prête à une condensation, donc à un résumé.

¾ Lisez le document no 7 ci-dessous et distinguez les parties de


commentaire des parties du texte qui résument des narrations.

¾ Notez les expressions du texte qui signalent un point de vue


personnel, une appréciation, un jugement ou une évaluation.
¾ Lisez attentivement les titres (titre de la rubrique, titre, surtitre,
sous-titre et intertitres des articles), en précisant leur rapport
hiérarchique.
¾ Expliquez les fonctions pragmatiques de la «titraille» journalistique
retrouvée dans ce document.

Document 7

Les Échos – lundi 24 décembre 2001 ENTRACTE


Cinéma
Une sélection pour les fêtes
De la magie avant toute chose
Vous aimeriez croire encore au Pour les petits
père Noël? Allez au cinéma ! Il «Harry Potter à l'école des
vous rendra, en cette fin d'année, sorciers» de Chris Colombus
les yeux de l'enfant devant le Une adaptation fidèle, malicieuse,
magicien. Il fait surgir des elfes, élégamment britannique et tout à
des colombes, des oies sauvages fait honorable du livre culte de
et des femmes fatales à tous les tous les écoliers. Les adultes ne
coins d'images, il peint Paris en s'y ennuieront pas. Un passage
bleu et rose, les ponts japonais en obligé!
rouge, et met notre cœur en fête.
Normal: dans l'océan de grisaille «Le mariage des moussons» de
qui submerge ce début de siècle, il Mira Nair
se porte bien, lui ! Pourvu que ça Une jeune bourgeoise indienne
dure ! Profitez-en pour rattraper prépare son mariage, arrangé par
le temps perdu, et vous mettre à les parents. Une réunion de
flot des innombrables sorties de famille pleine de surprises et
l'automne, riche en bons films. En surtout, un feu d'artifice de
97
voici une brassée, pour tous les couleurs, de musique, de danses,
goûts, et de toutes les couleurs…. dans la tradition d'un
«Bollywood» (le Hollywood
indien) subtilement adapté à
notre goût occidental. Une fête.
Magique Euphorisant
«Le peuple migrateur» «De l'eau tiède sous un pont
de Jacques Perrin rouge» de Shohei Imamura
S'il n'y en avait qu'un… De ce Un cadre japonais au chômage,
documentaire sans paroles, où l'on parti à la recherche d'un trésor,
n'entend que le vent et le rencontre une jeune femme à la
bruissement des plumes, on sensualité jaillissante. Une
ressort ébloui, la tête dans les explosion de jeunesse, de malice,
étoiles, avec des images de joie de vivre, d'autant plus
magnifiques d'une Terre des réconfortante que l'auteur est
merveilles, la nôtre. /…/ largement septuagénaire !
Policier «Sur les lèvres» de Jacques
«The Barber» de Joel Coen Audiard
En noir et blanc, et dans la Une secrétaire mal-entendante
grande tradition des films noirs engage un petit malfrat mal
hollywoodiens, mais avec un embouché pour l'aider, et l'utilise
souci de stylisation et un humour pour se venger d'un patron
froid très caractéristique des humiliant. Lui se sert d'elle pour
auteurs de «Fargo», une histoire un mauvais coup. Un film noir
de vengeance et de meurtre dans formidablement bien mené, hors
les années 40. des sentiers traditionnels.

La condensation de l'information:
conventions courantes dans le texte journalistique
La presse écrite de nos jours a développé toute une stratégie de
présentation de l'information complexe, dans l'intention de rejoindre
l'esprit d'un lecteur parfois empressé, inattentif, distrait, voire
paresseux.
L'information subit des reformulations successives, afin d'aider
le récepteur à saisir plus facilement des contenus complexes, qui
exigent un traitement laborieux de l'information.
Au lieu de laisser le lecteur seul à sa tâche de déchiffrage et de
mémorisation, les textes journalistiques viennent à son aide en lui
faisant «digérer» l'information. Tout un dispositif d'intitulés
thématiques sert à organiser les contenus: titres, surtitres, sous-titres
98
et intertitres et chapeaux2 journalistiques, autant de «béquilles» qui
permettent au lecteur, même empressé ou superficiel, d'avancer
logiquement dans la saisie d'une information complexe.
¾ Cherchez dans un glossaire de termes journalistiques l'explication
du mot «titraille» et aussi des termes soulignés dans le paragraphe
précédent.
¾ Dans le document no 8 (ci-dessous) qui reproduit partiellement un
article de presse, identifiez les segments d'expression réduite, rapportés,
selon vous, à des textes extensifs.
¾ Quel est le rôle communicatif des reformulations abréviatives
identifiées dans ce document?
– à quoi sert un titre de texte journalistique?
– à quoi sert l'identification d'une rubrique ou d'une page?
– quelle est l'utilité d'un texte très court qui se met en tête d'un
article plus long?
! Faites attention à l'organisation journalistique de l'information:
Le même contenu d'idées, celui exprimé dans l'article tout entier
(6), se retrouve anticipé successivement: dans le chapeau (5),
dans le titre (4), dans le surtitre (3). En même temps, le contenu
du corps de l'article (du texte sous la forme la plus extensive)
est évoqué spécifiquement par l'intitulé thématique (2) et,
génériquement, par le nom de la rubrique (1).

Document 8

(1)Rubrique de la page
International/ Europe
(2) Bref intitulé
thématique (nom d'un CHYPRE / Les Etats-Unis ont appelé hier les
État européen) Grecs et les Turcs à saisir une
(3) Surtitre donnant le chance «historique»
cadre ou la situation
Les Chypriotes appelés à voter leur
(4) Titre de l'article réunification
(5) chapeau (un résumé L'ONU s'efforçait hier d'obtenir en dernière
journalistique ou un bref minute le soutien des Grecs et des Turcs
commentaire placé en pour son plan de réunification de Chypre.
tête d'un article, pour
2
Le terme est écrit parfois chapô, pour signaler le jargon professionnel.
99
faciliter l'accès global Le projet final présenté par Kofi Annan ai
aux contenus d'un article terme d'une semaine d'après les
plus long) négociations en Suisse doit être soumis par
référendum aux Chypriotes, le 20 avril.â
(6) article extensif
(Suit le texte extensif de l'article, qui relate le
moment que vivaient les Chypriotes grecs et
les Chypriotes turcs, en avril 2004, quelques
jours avant le référendum pour la
réunification de l'île.)
[Le Figaro, 1er avril 2004]

Retenez ce modèle d'organisation d'un texte journalistique, qui, pour


s'assurer une bonne lecture, s'accompagne de diverses «accroches»
(petites phrases qui puissent faire retenir l'attention).

(6) Formulation extensive de l'article de presse


(5) court texte résumant le contenu de (6)
(4) titre = une expression réduite (phrase, syntagme)
évoquant le contenu de l'article
(3) surtitre qui est une reformulation «allégée» du titre
Contenu d'idées de l'article
(2) expression pour l'objet de discours thématique dans
sa formulation spécifique
(1) formulation générique de l'objet thématique

¾ Quelle est l'expression primaire, celle qui joue le rôle de texte


source aux autres reformulations?
R. 1__ 2 __ 3 __ 4__ 5 ___ 6 __ (cochez la réponse)

¾ Quelle est le rapport entre les contenus exprimé par (6) et les
contenus reformulés par (5)?
– 6 est le développement de 5 Vrai/ Faux
– 5 est la généralisation de 6 Vrai/ Faux
– 6 est la particularisation de 5 Vrai/ Faux
– 5 est la concentration de 6 Vrai/ Faux

¾ Le chapeau journalistique (5) contient PLUS ou MOINS d'informa-


tions que le texte de l'article (6)?
R. plus _______ moins ______ même information ____
100
¾ Faites l'analyse comparative des contenus du titre (4) et du surtitre (3).
/plus long / / plus court/ /tout aussi bref/
a) 3 est ____ ____ _____ que 4.

plus/moins informatif
b) 3 est plus ----------------------------- que 4.
autrement informatif

mieux
c) 3 résume ------------- le contenu de l'article extensif que 4.
moins bien
¾ Faites l'analyse des contenus exprimés dans (5), en précisant quelle
est l'expression linguistique pour:

y l'objet thématique: ……………………………………….


y une propriété de l'objet thématique: ………………….
y un événement passé ……………………………………….
y un événement en cours de se produire ……………………
y un événement attendu: ou imminent ……………………………….

¾ Identifiez dans un quotidien qui paraît dans votre langue maternelle


(langue A) ou en français (langue B) des textes parallèles, dont l'un est
le résumé de l'autre.

¾ Examinez dans un magazine ou dans une revue de spécialité la


«titraille» des articles (titre principal, surtitre, sous-titre)
¾ Notez quelques titres d'un quotidien que vous lisez couramment et
comparez leur contenu informationnel avec le contenu d'idées
évoquées dans le chapeau.
¾ Comparez le contenu donné dans le texte principal avec les
contenus représentés dans les expressions formant la «titraille» d'un
article de presse. Exemple:

101
Document 9

Le Point, 10 mars 2000

¾ Quelle est la partie commune des contenus représentés?


– dans le titre de l'article;
– dans le chapeau de l'article
– dans le corps de l'article, extrait du magazine d'actualités
Le Point.
Solution:
L'article traite de la vente des marchandises sur Internet, en
passant des commandes sur, en présentant un peu l'histoire, les
avantages et les modalités du commence en ligne.
Le chapeau est un énoncé-résumé, qui reprend le contenu du
texte source (de l'article).

Parfois, à côté du chapeau il y a aussi une accroche, un appel,


une incitation à acheter.

102
Ci-dessus, le chapeau contient aussi un slogan (en direct sur
Internet) sans la «titraille»
[slogan] Pour acheter moins cher → fonction: incite à l'action incitative
achetons groupés !

[court résumé] Ces sites se → fonction: réalise l'extraction de


multiplient pour le plus grand l'idée principale, afin d'assurer une
bonheur des consommateurs et compréhension plus rapide, plus facile
celui des entreprises. du corps de l'article.

Activité indépendante:
¾ Quel est l'intitulé des pages thématiques du quotidien Le Figaro?

Réponse après documentation:


International – International-Europe – France politique – France
société – Sciences et médecine – Débats et opinions – Vivre
aujourd'hui – Art de vivre – Bonnes affaires – Agenda – Le
Carnet du Jour – Météo – Télévision-Radio-Multimédia –
Sports.
¾ Quel est l'intitulé des pages thématiques du quotidien Le Monde?
(renseignez-vous dans une bibliothèque qui met à la disposition de ses
lecteurs la presse française)
(Répondez seulement après consultation du quotidien: version
papier ou site du journal sur Internet)

¾Recopiez dix titres d'articles d'un quotidien français et analysez leur


contenu et leur forme, rapportés au corps de l'article.

¾Justifiez le titre de cet article paru dans le contexte des élections


présidentielles qui ont eu lieu en 2004, aux Etats-Unis. Ce titre,
représente-t-il un résumé ou un commentaire des faits narrés?

Document 10
Fin de campagne au couteau
Dans la confusion des sondages, les partisans de George W.
Bush et ceux de John Kerry s’attendent à une guérilla judiciaire qui a
déjà commencé. Le résultat des élections dépendra de ce que les

103
électeurs auront choisi en premier entre l'état du pays, la situation de
leur porte-monnaie ou leurs convictions intimes.
Une majorité d'Américains pense que le pays est sur de mauvais
rails. Les républicains soulignent que l'amendement de la constitution
prôné par Bush pour bannir les mariages gays jouera un rôle décisif
dans leur vote. Toujours au coude à coude, les deux prétendants à la
Maison Blanche ne peuvent négliger aucunes des valeurs chères à un
électorat disparate. Ces paramètres pèseront sur le résultat du scrutin
autant que les grandes questions politiques du moment.
[Le Figaro, 23 octobre 2004].

104
4. DIDACTIQUE DU RÉSUMÉ
RÈGLES DE RÉDUCTION

Activité 11 Apprendre la technique du résumé

Le résumé scolaire est un exercice de réduction des contenus


d'un texte de départ. Pour réussir le résumé scolaire, la compréhension
des contenus du texte source est une première condition essentielle;
seule une bonne compréhension peut conduire à reconnaître la
macrostructure ou le plan d'idées du texte lu.
La didactique du résumé se propose pour l'essentiel de faire
exercer systématiquement les opérations spécifiques de traitement
des contenus.
Travailler sur les contenus implique une mobilisation intellectuelle
complexe. C'est la raison pour laquelle cet apprentissage de la
technique du résumé devrait se faire tout d'abord en langue maternelle
et se fixer surtout au lycée.
Se servir d'une langue étrangère implique aussi des activités
d'analyse et de synthèse, fondées sur une bonne compréhension du
texte source. Voici les étapes de l'activité de réduction de texte:
– donner une lecture «active» au texte à résumer, suivie d'une
bonne compréhension (désambiguïsation préalable des mots et des
expressions, ainsi que des contextes situationnels qui pourraient
empêcher la saisie correcte des idées);
– situer le contenu global du texte à résumer par rapport à un
domaine, à une orientation argumentative ou à une finalité pragmatique
du texte;
– repérer les phrases thématiques et les mots-clés, qui
concentrent les parties les plus importantes du texte;
– reconnaître (ou reconstituer mentalement) le plan de texte,
qui donne la macrostructure d'idées; ces idées maîtresses devront se
retrouver dans la version résumée du texte;
105
– reformuler les contenus essentiels dans un court exposé de
ton neutre; cet exposé doit se situer dans le même cadre thématique
que le texte de départ.

¾ Appliquez ces opérations en vous essayant au résumé du texte :


Document 11
Face à la pénurie de dentistes du secteur public, certains Anglais
sont contraints de s'arracher eux-mêmes des dents, d'éliminer la plaque
dentaire avec un tournevis, voire de recoller une couronne avec de la colle
forte, selon une enquête rendue publique lundi.
"J'ai dû m'arracher quatorze dents avec des pinces", témoigne une
personne interrogée. "Je me suis arraché une dent. C'est plus facile que de
trouver un dentiste", a répondu une autre.
"J'ai bouché une dent avec du mastic", admet un patient, tandis
qu'un autre dit avoir recollé une couronne avec de la colle extra-forte et
un troisième avoir utilisé un tournevis pour enlever la plaque dentaire.
Le sondage, mené auprès de 5.212 personnes résidant en
Angleterre, révèle que 6% des personnes interrogées disent avoir dû se
soigner elles-mêmes car elles n'arrivaient pas à trouver un dentiste
appartenant au National Health System (NHS), le système public
britannique.
Le NHS est notoirement engorgé et, face aux difficultés d'obtenir
un rendez-vous auprès d'un des quelque 20.000 dentistes du secteur, de
nombreux Britanniques optent pour le système privé en dépit d'un coût
beaucoup plus élevé.
[AFP - Lundi, 15.10.07, 11h54]

Activité 12 Découvrir les règles de la réduction des contenus


informationnels: généralisation, suppression, intégration

Réduire à l'essentiel l'information implique des manipulations


spécifiques sur les contenus; ces transformations sont universelles, car
elles ont un fondement opérationnel d'ordre cognitif.
Les règles de la réduction des contenus transgressent la spécificité
d'une langue naturelle. Les opérations sur les contenus impliquent la
pensée, non différenciée d'après la langue; c'est seulement la reformulation
verbale qui exige une compétence d'utilisation des formes linguistiques
particulières pour chaque langue.

106
ˆ La règle de généralisation:

Une suite d'informations particulières peut se laisser


substituer par une information qui concerne des catégories
thématiques ou prédicatives supra-ordonnées.

¾ Reformulez l’expression pour la rendre applicable à des objets


thématiques moins spécifiques:
p1 = Jacqueline, ma fille, a peur de l'obscurité.
p2 = Luc, mon fils, a peur de l'obscurité.
p généralisation = Mes enfants ont peur de l'obscurité.
(deux ou plusieurs propositions ayant un contenu particulier se
laissent substituer par une proposition qui généralise les contenus
particuliers)
De même:
p1 = Au Maroc, il fait chaud.
p2 = En Tunisie, il fait chaud.
p3 = En Éthiopie, il fait chaud.
… pn / …./ Ö généralisation:
Dans les pays africains, il fait chaud. ou:
En Afrique du Nord, il fait chaud.

¾Réduisez le texte en remplaçant plusieurs termes spécifiques par une


expression générique:
(i) Cette thérapie s'adresse particulièrement aux personnes qui
souffrent de rhumatismes, arthroses, lombalgies, cervicalgies,
sciatiques, séquelles d'entorses, d'accidents et d'opérations.
Rép. Cette thérapie s'adresse particulièrement aux personnes
qui souffrent de certaines pathologies du système
locomoteur.
¾ Remplacez les activités spécifiques attribuées au prince Harry
(segments soulignés dans le texte), par le nom d'une action générique:
(ii) La presse avait révélé l'affaire et fait ses choux gras des
déclarations du prince de Galles qui avait reconnu avoir
envoyé son fils visiter un centre de désintoxication pour le
dissuader de consommer de la drogue et de l'alcool. Selon les
journaux, le prince Harry s'était souvent rendu dans le pub
107
Rattlebone Inn d'où il avait fini par se faire expulser, après
avoir semé la pagaille avec des amis et avoir insulté un
cuisinier français en le traitant d'«enfoiré de mangeur de
grenouilles» («fucking frog»).

ˆ Règle de suppression

Une information peut être supprimée d'une séquence


textuelle si elle n'est pas une condition d'interprétation de
la macroproposition qui résume toute la séquence.

Identifiez les expressions qui, une fois supprimées, n'entraînent pas


une altération du sens global:
(iii) À partir de mercredi à minuit, la police est partout dans
les zones concernées par les violences, qui ne connaissent pas
d'accalmie depuis douze jours.

La phrase soulignée (la police est dans les zones concernées) conserve
la signification essentielle du texte initial.

¾ Supprimez les passages descriptifs du texte:


(iv) Cette femme inconnue ressemblait à Doris Day, ce genre de
grande femme blonde un peu laitière au visage plein et potelé,
grosse poitrine et grand front, pommettes envahissantes, grande
bouche à lèvre inférieure excessive produisant un sourire
permanent.
¾ Supprimez les descriptions de chaque phrase du texte:
(v)
A. Nous étions dans un bar-tabac de la porte de la Villette, près
du boulevard périphérique. B. La salle était saturée de lumière
jaune et d’objets jaunis par la lumière qui se reflétaient dans
les parois vitrées au travers desquelles on apercevait l’entrée
d’Aubervilliers. C. Dans un coin, seul devant un guéridon, un
monsieur âgé tapait discrètement sur une petite machine à
écrire portative en matière plastique grise; il tapait lentement,
en cherchant bien la touche, en visant bien, comme un policier
dans un commissariat.
108
Dans les extraits textuels présentés ci-dessus:
¾Supprimez les passages explicatifs.
¾Supprimez les passages qui répètent une information.

ˆ Règle d'intégration

Dans une séquence textuelle formée de plusieurs


propositions, la proposition dont chacune des autres de la
séquence est une composante, une conséquence ou une
condition représente d'une manière intégrative le sens
global de la séquence.
Exemple a:
1. Jean est malade. 2. Il a de la fièvre. 3. Il garde le lit. 4. Il prend
des médicaments. Réduction à 1. (proposition intégrative de
tous les autres contenus)
Exemple b:
1. Marie a terminé ses études en Droit; 2. Elle exerce comme
avocate. Réduction à 2. (qui intègre les contenus de 1)

Appliquez cette règle de réduction:


(vi) (Au téléphone) Jean décrocha, composa le numéro de
Pierre en voulant l'appeler pour parler avec lui.
Ö intégration des contenus = Jean appela Pierre au téléphone.
¾ Même consigne:
Le ciel était gris et sombre sur les boulevards qui défilaient,
l'air était lourd avec des coups de fraîcheur, de petites gifles
intermittentes qui entraient par les vitres baissées du taxi.
Ö intégration des contenus = Il faisait mauvais temps.

À vous maintenant !
Activité 13 Appliquer la règle d'intégration des contenus
informationnels
¾ Lisez le texte en essayant d'en saisir le sens général:
(vii) Le nouveau président de la Commission européenne,
l'Italien Romano Prodi s'est mis à prendre des leçons de
langues étrangères. Il a rejoint pour une semaine les bancs de
l'école pour parfaire ses connaissances en français.
109
¾ Énoncez l'idée principale de cet extrait textuel.
(viii) Il faut bien rentrer pour se coucher. Il est tard, il fait
froid, il pleuvine ou pleuvote, c'est d'un pas encore assez droit
que Max avance dans sa rue déserte à cette heure-ci.
¾ Formulez l'idée essentielle de chacun de ces extraits:
(ix) (…) Il n'entend rien à la musique, il a autant de sens
artistique qu'un yaourt (…). Il est complètement sourd: il est si
sourd que ses oreilles ne servent qu'à des branches de ses
lunettes. (…)

(x) Là où le bât blesse, c'est que le gouvernement canadien


laissé à lui-même, néglige le problème du français, du moment
qu'il ne considère aucunement que le critère de connaissance
du français soit un atout au Québec. Jusqu'à présent, la
connaissance du français ou de l'anglais était indifféremment
considérée...

(xii) La télé entre à l'école, et par la grande porte. Les quelques


professeurs, ou les rares établissements, qui reconnaissent à
l'image et au son leur véritable pouvoir d'expression, avec ses
contraintes, ses richesses et ses carences ne passeront plus pour
des aventuriers ou pour des originaux. Bientôt, donc,
l'éducation aux médias trouvera sa place au sein des objectifs
pédagogiques et sera transcrite en socles de compétence. On ne
peut que s'en réjouir.

(xiii) «Puis il s'éveilla plus tôt qu'il eût souhaité, tenta de se


rendormir mais en vain: gardant ses paupières closes sans
accéder à une vraie vigilance, il était traversé d'idées absurdes,
de raisonnements bancals, d'inventaires sans but et de calculs
sans fins, avec de brèves replongées dans le sommeil.»

110
Activité 14 Découvrir la règle de l'intégration complexe, avec
construction d'une information contextuelle

ˆ Règle d'intégration+construction
L'intégration des contenus n'est pas toujours facile et exige une
compréhension totale du sens du texte, qui permette de construire une
information qui, apparemment, n'est pas explicitée dans le texte. Elle
doit se construire mentalement et s'exprimer comme telle.
Exemple a:
(xiv) L’avion volait toujours très haut, le soleil envahissait la
cabine sans qu’aucun nuage s’interposât pour altérer son
rayonnement.
Ö intégration des contenus = L'avion continuait son vol.

Exemple b:
(xv) Le sol de la piste était composé de grandes dalles de béton
juxtaposées comme un gros jeu de construction primitif, et
recouvertes d’une fine couche de sable que le vent marin
soulevait en légères colonnes tourbillonnantes.
Ö intégration des contenus = La visibilité était bonne.

Les contenus culturels d'un texte en langue étrangère étant très


souvent divergents ou obscurs par rapport aux contenus
accessibles par une langue maternelle, introduisent parfois des
obstacles à la saisie du sens global, intégratif.

Exemple c:
(xvi) Et vers sept heures et demie, le pianiste et son imprésario,
l'un soutenant l'autre tant bien que mal, ils descendirent
doucement l'avenue de Messine en direction de la salle Gaveau.

L'idée globale de cet extrait de roman exige de connaître le contexte


du récit; celui-ci permet de formuler l'idée «Malgré son malaise, le
pianiste a pu donner son concert dans la salle Gaveau».
Remarquez la «nouveauté» de cette idée qui résume le texte.

111
Elle se construit non seulement à partir des mots du texte, mais
aussi en utilisant la connaissance du contexte. Les savoirs
encyclopédiques de l'interprète jouent un rôle essentiel pour
l'intégration des contenus.

¾ Construisez un seul énoncé pour résumer le texte:


(xvii) À l'aéroport d'Orly, une dame âgée m'a interpellé comme
si j'étais son valet: «Is this the gate for American Airlines?» Ce
comportement cocacolonialiste m'ayant agacé, je lui ai
répondu: «Pardon Madame? Quel est votre problème?»
Interloquée, la petite vieille est partie en marmonnant dans ses
épaules. Sa compagne, visiblement gênée, s'est approchée de
moi, m'a demandé si je savais l'anglais et s'est excusée pour
l'autre.

Solutions possibles:
– Les Français se sentent offensés de répondre en anglais.
– L'anglais est devenu une langue universelle.

¾ Même requête pour les extraits suivants:


(xviii) Gérard Depardieu, dans cette entrevue, m'est apparu
éminemment sympathique par sa simplicité et sa franchise.
C'est, il est vrai, un grand naïf, qui fait parfois des déclarations
mal comprises, mais hier, il m'est apparu comme quelqu'un de
profondément «vrai». Il a comparé l'industrie cinématographique
à l'industrie pétrolière, en déclarant que son outil de forage à
lui, c'était la langue.

(xix) (…) (À l'hôtel) La chambre c'était un scandale ! Qu'est-ce


qui vous a pris, demanda Max, de me réserver une chambre
pour handicapés? De fait, lit spécial et toilettes surélevées,
barres disposées dans toutes les coins pour se maintenir, banc à
claire-voie sur la baignoire, fenêtre exposée au nord et
commandant un secteur de parking dont les marques au sol
désignaient qu'il était lui, réservé aux handicapés, cette
chambre d'aspect clinique n'avait rien pour égayer.

112
(xx) En se levant du lit, l'homme s'habilla d'effets mous et
pratiques, assez amples comme un survêtement, vieille chemise
en lin froissé et pantalon de toile plus très blanche, mais il
semblait décidément qu'à cette époque, depuis qu'il était veuf,
les vêtements ne lui obéissaient pas, tous les boutons se
mettaient à tomber l'un après l'autre, ses chemises ayant vécu
aussi longtemps que lui, le montraient bien.

Synthèse du dossier

Activité 15 S'approcher du résumé en situation professionnelle:


travailler sur un texte informatif

Travailler sur les contenus n'épuise pas l'activité de


résumer un texte. Il faut encore s'exercer à savoir rédiger
de courts textes informatifs.

TEXTE D'APPLICATION pour l'autoévaluation:


(1) Dans le cadre de la revue Réseaux des éditions Hermès, les
sociologues Dominique Pasquier et Josiane Jouët ont coordonné un
numéro spécial sur «Les jeunes et l'écran»3. Elles y ont regroupé les
résultats d'enquêtes sociologiques menées dans dix pays européens de
1996 à 1999. (2) Ces résultats et analyses aident à mieux cerner les
préoccupations des jeunes adolescents – nés avec la télévision et ayant
vécu l'arrivée au foyer de l'informatique –. (3) L'ouvrage met en
perspective l'ensemble des médias aujourd'hui à leur portée et les
types de comportements que leur utilisation génère, de la console
vidéo à la radio en passant par les magazines. (4) Les médias ne se
substituent pas mais se complètent, les garçons ne font pas forcément
les mêmes choses que les filles et la chambre de l'adolescent se
suréquipe.
(5) C'est du début des années 90 que date la rencontre des deux
types d'expertise pédagogiques: l'une dans la pédagogie à distance par
les réseaux et internet et celle de la pédagogie multimédia non
communicante. (6) De la confrontation de ces moyens pédagogiques,

3
Les jeunes et l'écran, revue Réseaux, éditions Hermès, Paris, 1999 (478 pages).
113
de l'examen des difficultés rencontrées par l'un et par l'autre et de la
constatation d'une véritable complémentarité est née la collaboration
qui allait mener à l'élaboration d'un vrai système de formation
multimédia communicant et notamment à la classe électronique
multimédia.
(7) L'expérience du multimédia conçu comme un support
d'autoformation sans une implication directe du formateur dans le
déroulement pédagogique a montré que souvent les apprenants ne
supportent pas l'idée d'apprendre tout seuls. (8) L'effet psychologique
peut se traduire par un découragement profond. (9) De leur côté,
les formateurs n'étant pas directement responsables du contenu et
pouvant même se trouer en désaccord avec sa façon de développer la
matière ou le style de traitement se dégagent en général de toutes
responsabilités et font un enseignement qui ne se s'appuie pas sur les
attentes des apprenants. (10) Bref, le multimédia a souvent eu pour
effet d'isoler les utilisateurs et de générer une forme plus ou moins
sourde d'angoisse. Il est certain que cela ne favorise pas les processus
d'apprentissage !
(11) L'expérience de l'internet montre que les apprenants qui se
sentent en interactivité avec un formateur sont capables de se prendre
en mains et de rester accrochés pendant de très longues périodes, à
condition bien entendu d'avoir un objectif général d'apprentissage
et un cadre d'animation avec une succession d'objectifs programmés et
contrôlés par un formateur. (12) Grâce au réseau, et à la nature à la
fois synchrone et asynchrone de la communication, il est donc plus
facile pour le formateur de construire une relation personnelle, ou
qui du moins est perçue par chaque apprenant comme personnelle, que
dans un cours traditionnel. (13) Reste néanmoins le problème du
contenu et de son impact sur l'apprenant. Le formateur en ligne ne
pouvant pas «donner des cours» dans le sens traditionnel, le contenu
doit être découpé autrement et présenté non seulement avec un «style»
différent mais aussi avec un autre esprit d'animation, à la fois plus
complexe et plus proche d'une communication humaine naturelle.
(14) C'est là que le multimédia peut, si le formateur prend le soin de
l'intégrer au cours, servir de base à une pédagogie qui exploite le
potentiel particulier de cette ressource dans un cadre défini et
contrôlé par lui.
114
(15) De la sorte, le multimédia communicant est en mesure de
lever les barrières psychologiques, tant du côté de l'apprenant qui
devient plus autonome et prend en charge son projet personnel de
formation (encore faut-il en avoir un...), que du côté du formateur qui
prend alors tout son rôle de gestionnaire de la connaissance et de
moniteur de la progression des apprenants. (16) Certes, tous les
freins ne disparaissent pas comme par miracle, notamment au plan
pratique, la limitation du débit des réseaux, mais le sens de l'histoire et
de l'industrie permet de situer à un horizon très proche la disparition
de ce handicap.

¾ Lisez le texte, en donnez-lui un titre.

¾ Reformulez les expressions suivantes, en essayant d'expliquer leur


sens par des mots que tout le monde puisse comprendre:
• «parfois l'apprenant ressent un découragement profond»;
• «la formation ne répond pas toujours aux attentes des
apprenants»;
• «entre l'enseignant et les apprenants il serait bon qu'une relation
personnelle puisse se construire»
• «le professeur est le gestionnaire de la connaissance et le
moniteur».
¾ Réalisez de courtes rédactions en utilisant les expressions:
prévenir l’illettrisme
le confort des salles de bibliothèque
renoncer au confort de leurs bureaux
aller voir ce qui se passe sur le terrain
se jeter sur un livre.
¾ Commentez en quelques lignes l'idée principale de l'extrait, en
ajoutant vos propres opinions.
¾ Reformulez l'idée principale de chaque segment textuel marqué (de
1 à 16).
¾ Réduisez le nombre des seize idées du texte, en éliminant celles qui
vous semblent superflues ou redondantes.

115
¾ Reformulez maintenant l'idée principale de chaque paragraphe du
texte (donc seulement 5 idées principales).
¾ Comparez la superstructure de 16 idées avec celles qui réduit le
texte à 5 macropropositions.
¾ Réalisez un plan de texte convenable, en choisissant vous-mêmes
le nombre d'énoncés qui résument les idées principales.
¾ Sélectez quatre ou cinq idées qui se détachent de ce texte.
¾Imaginez le titre du texte complet dont on a extrait ce fragment.
¾ Résumer le contenu du texte en 250 mots.
¾ Résumer le contenu du texte en 150 mots.
¾ Résumer le contenu du texte en 100 mots.
¾ Résumer le contenu du texte en 50 mots.
¾ Résumer le contenu du texte en une phrase-titre.
¾ Discutez plus en détail une seule idée du texte (développez une
idée).
¾ Décrivez en 6 ou 7 lignes une scène de la vie courante inspirée par
le contenu du texte.
¾ Imaginez un dialogue entre vous et l'un de vos parents au sujet de
l'enseignement universitaire que vous suivez. (8 à 10 lignes)

Guide pour l'autoévalutation


(pour quatre exercices au choix)
Exercice Tâche Nombre de points
accordés
1 trouver un titre 5 point
résumé (taux de réduction: ¼ du 15 points
texte)
2 –idées principales ou: 20 points
–une idée en détail
3 – rédaction: scène de vie courante 20 points
ou
– dialogue imaginé
4 4 reformulations 4 x 10 points = 40 points
TOTAL: 100 POINTS

116
BIBLIOGRAPHIE SOMMAIRE

a) Ouvrages recommandés aux étudiants:


1. ARAMBOUROU, Ch. et al., 1985, Guide du résumé de texte, Paris,
Hachette.
2. BARIL, D., ANTONIADIS, G., 2001, Techniques de l'expression
écrite et orale, Sirey.
3. FURET, Y., 1983, Savoir parler en toutes circonstances, Paris,
Retz.

b) Ressources didactiques:
CHAROLLES, M., 1991, «Le résumé de texte scolaire. Fonctions et
principes d'élaboration», in Pratique no 72, Metz, CRESEF.
CONTENTIN-REY, G., 1995, Le résumé, le compte rendu, la
synthèse, Paris, CLE International.
FERRÉOL, G., ET FLAGEUL, N., 1996, Méthodes et techniques de
l'expression écrite et orale, Paris, Armand Colin.
HALTÉ, J.-P., PETITJEAN, A., 1977, Pratiques du récit, Paris,
CEDIC.
LÉON, Y., 1985, Lecture interprétative des œuvres littéraires, Paris,
L'école.
LINDENLAUF, N., 1990, Savoir lire des textes argumentatifs,
Bruxelles, Duculot.
MOREAU, J., 1977, La contraction et la synthèse de texte, Paris,
Nathan- Université – Information – Formation.
PROFIT, J., 1990, Réussir le résumé de texte et la note de synthèse,
Lyon, Chronique sociale.
SCHNEDECKER, C., 1991, «Résumer: gammes d'activités"» in
Pratique no 72, Metz, CRESEF.
VIGNER, G., 1991, «Réduction de l'information et généralisation:
aspects cognitifs et linguistiques de l'activité de résumé»,
Pratique no 72, Metz, CRESEF.
*** Pratique, revue trimestrielle de théorie, pratique, pédagogie,
Metz, CRESEF (La dissertation, no 68, 1990; Le Résumé de
texte, no 72, 1991; L'argumentation écrite, no 73, 1992;
Apprendre à rédiger, no 75, 1992; Le dossier et la note de
synthèse, no 79, 1994, Argumentation et langue, no 84, 1997;
Écriture et créativité, no 89, 1999; La transposition didactique,
no 97/98, 2002).
117
118
Dossier 4

ORGANISER LES SAVOIRS


L'art de la dissertation

1. Apprendre la technique de la dissertation.


2. La documentation: de la fiche au dossier.
3. S'exprimer pour se faire comprendre.
4. Protocole, canevas de la dissertation.
Bibliographie sommaire.

119
I. APPRENDRE LA TECHNIQUE
DE LA DISSERTATION

La dissertation est un «développement, le plus souvent écrit,


portant sur un point de doctrine ou sur une question savante».
(Petit Robert)

La dissertation est un exercice écrit sur une question littéraire,


philosophique, historique, etc., en usage dans les lycées et dans
l’enseignement supérieur. (Petit Larousse)

«Disserter c’est écrire sur la littérature ou sur un tout autre


domaine après l’étude d’un programme de lectures ou en mettant
en œuvre l’acquis d’une culture dans un domaine». (Pierre Brunel,
La dissertation de littérature générale et littérature comparée )

Si on la rapporte aux quatre parties de la rhétorique – invention,


dispositio, elocutio, actio – qui règlent la genèse du discours et son
enseignement, il est de toute évidence que la dissertation (du latin
serere qui signifie entrelacer) tient de l’inventio, parce que son
développement consiste en construire une opinion à partir d’un
sujet de son choix ou donné.

Cibler le sujet
La dissertation est une construction et une démonstration, articulées
autour d’une problématique. Elle répond à des règles codifiées et
requiert de la part de celui qui la rédige beaucoup de compétences
langagières, des qualités intellectuelles, ainsi qu’une expérience
professionnelle solide.

Pour communiquer avec le public, l’auteur d’une dissertation doit


organiser son exposé de manière à être suivi avec intérêt. Pour
atteindre ce résultat, il faut procéder au préalable à l’obtention des
éléments documentaires, les exploiter, réfléchir sur les données
120
obtenues et élaborer un plan détaillé du développement, afin que le
message soit cohérent.
Épreuve fondamentale de bon nombre d’examens et de grands
concours, la dissertation a été contestée pour être «un exercice formel
et factice».

Les objectifs de la dissertation sont au nombre de trois:


X identifier les éléments fondamentaux du thème/problème,
X exploiter les éléments de manière exhaustive,
X élaborer son exposé de manière à le faire comprendre par son
public récepteur et à le faire accepter comme exacte.

Trois sont les étapes du travail de conception et de composition à


parcourir nécessairement:
○ analyse et compréhension du sujet choisi ou donné;
○ recherche des faits et des idées aux effets d’expliquer, de préciser
ou de nuancer l’approche;
○ élaboration d’une synthèse cohérente.

Les angles d’approche d'un sujet


Gilles Ferréol considère qu'«un thème peut être étudié en faisant appel
à divers critères qui constituent autant d’angles d’approche
susceptibles de nous éclairer sur les enjeux ou les controverses». Il en
dresse une liste, qui n’est pas exhaustive, à savoir:
o les différents aspects du problème, chacun d’entre eux étant
en rapport avec un champ d’investigation ou avec une discipline
spécifique,
o les points de vue des partenaires concernés,
o la perspective analytique (mise en relief des principales
catégories ou subdivisions),
o l’enchaînement explicatif du type cause – faits – conséquences,
o le temps (passé – présent – futur),
o l’espace (intérieur/extérieur, national / international);
o l’articulation théorie /pratique (principes – applications,
exemples);
o le niveau auquel on se situe (général / particulier, micro/ macro);
121
o les résultats obtenus (avantages, inconvénients) la voie
résolutive (problèmes – difficultés – solutions – résultats),
o le raisonnement comparatif, les approches quantitatives et
qualitatives (statistiques, normes, préscriptions), les optiques objective
et subjective (jugement de fait ou jugement de valeur), etc.

L'enjeu d'une dissertation est assez redoutable:


● La dissertation doit témoigner des capacités de réflexion et de
jugement de son auteur plus que de son savoir. C'est la raison pour
laquelle celui-ci doit démontrer, doit examiner le problème par points
de vue successifs et distincts, mais faisant partie du même
raisonnement qui donnera mouvement à la dissertation.
● Ceci impose une présentation spéciale du texte écrit qui répond aux
exigences de la communication.
Le texte d’une dissertation comprend des parties, présentées sous
forme de paragraphes.
L'important est de retenir que chaque partie traite d'un seul aspect du
problème et, d'habitude, chaque paragraphe est dédié à une seule idée
de cette partie.
Chaque idée doit être soutenue par un exemple précis.
● L’auteur d'une dissertation doit être personnel mais non partisan.
Donc le style journalistique ou le ton polémique lui sont interdits. Être
personnel dans ses idées c'est montrer qu’on est capable de
comprendre les idées d’autrui, de les exposer sans les déformer, tout
en remarquant leurs qualités et leurs faiblesses, mais aussi s’en
détacher et exposer ses propres idées avec une logique parfaite.

Les types de démarches:


Il y a trois types de démarches à adopter, adaptées au type de
dissertation, à savoir:
– une démarche dialectique pour analyser un jugement (sucession
thèse, antithèse et dépassement), ou, autrement dit, la confirmation du
point de vue proposé, information, explication de la contradiction.

122
– une démarche progressive pour éclairer un sujet, par exemple une
définition, en parcourant quelques étapes définitoires (en décrivant
successivement le thème du point de vue moral, métaphysique, etc.)
– une démarche comparative, convenable pour l’étude de rapports:
conjonction, disjonctions, interprétation des points communs et des
différences.
Ces démarches se retrouvent dans le type de plan de rédaction.
Le plan peut être dialectique; progressif; comparatif; chronologique ou
mixte, suite à la démarche adoptée au type de dissertation.
Le plan de rédaction d’une dissertation doit être adapté à
l’objectif pousuivi et à la nature du sujet, cohérent, équilibré dans ses
composantes.

123
II. LA DOCUMENTATION:
DE LA FICHE AU DOSSIER

Une fois établi le thème de votre dissertation, une phase de


recherche s’impose afin de faire la collecte des faits, des arguments
et des opinions pour les organiser selon un plan clair et rigoureux.
Pour cette phase de recherche, Gilles Ferréol propose l’utilisation de la
méthode interrogative symbolisée par le sigle 5QOCP, à savoir:
«– Q répété 5 fois, correspondant aux questions suivantes: Qui
est concerné? Quoi? Quand? Quelles conséquences? Quelles solutions?
– O comme Où?
– C comme Comment? Combien?
– P comme Pourquoi? ou Pour quuoi?
Vous trouverez les instruments de travail dans les centres de
documentation ou dans les infothèques.
¾ Vous allez consulter des dictionnaires (Lalande, Littré), des
encyclopédies (Encyclopédie Française, Grande Encyclopédie
Larousse, Encyclopédia Universalia), des atlas, des grammaires, pour
vérifier l’ortographe, l’étymologie ou le sens d’un mot, ou pour
compléter une note biographique.
¾ Les manuels de base (en littérature: G. Lanson, Talvart et Place,
Themis, Dalloz), les mémentos et les aide-mémoire vous aideront à
réviser et mieux comprendre certains chapitres ou idées.
¾ Les monographies et les études de cas vous feront connaître en
détail votre sujet.
¾ Il est recommandable de consulter les revues spécialisées
comportant des dossiers thématique sous forme d’articles, de
recensions (en littérature – La Revue d’Histoire Littéraire de la
France), etc.
¾ Les catalogues d’éditeurs (Gallimard, Seuil, Hachette, etc.) vous
fourniront les informations sur les plus récentes parutions. Les
catalogues sont constitués de fiches classées et sont au nombre de
deux, à savoir catalogues alphabétiques des auteurs et catalogues
alphabétiques des matières.

124
¾ Le catalogue systématique élaboré sur l’utilisation de la
classification décimale de Dewey, reprise par l'Institut International
de bibliographie de Bruxelles est aussi couramment utilise grâce à la
souplesse d’utilisation.

La totalité des connaissances est divisée


en dix parties, numérotées de 0 a 9
(0 – Ouvrages généraux; 1 – Philosophie,
Morale; 2 – Religion, Théologie;
3 – Sciences sociales, Droit; 4 – Philologie,
Linguistique; 5 – Sciences Naturelles;
6 – Sciences appliquées; 7 – Beaux-Arts;
8 – Littérature; 9 – Histoire, Géographie,
Biographies, chacune pouvant se diviser
en 10 sous-parties et ainsi de suite.

Le prochain pas est de passer de la bibliographie exhaustive à la


bibliographie sélective, par étapes, combinant intuition et réflexion,
tout en tenant compte de la date de l’édition, de l’esprit de la collection,
de la personnalité de l’auteur et la bibliographie qu’il indique.

Avec les informations recueillies, vous pouvez faire des comparaisons


et des synthèses de documents, établir les cadres de référence de la
problématique étudiée.

Les fiches
La fiche de lecture est née dans les années d’après-guerre, des
préoccupations culturelles et sociales des mouvements d’éducation
populaire et permanente ayant pour but de favoriser le contact entre
les livres et leurs lecteurs. Elle appartient aux «documents d’intérêt
pratique et des comptes rendus écrits qui permettent de s’initier aux
problèmes que posent l’organisation et le ton de certains types de
rédaction. Elle impose, pour la mise en forme d’une communication
écrite, une mobilisation des facultés d’analyse et de synthèse.»
La fiche de documentation transmet les informations nécessaires,
rassemble un certain nombre d’informations documentaires sur un
problème et se présente donc comme une sorte de bibliographie
sélective.
125
Les fiches sont la composante essentielle de la documentation.
Pour avoir de bonnes fiches, il y a quelques règles à respecter:

– établir toutes les fiches selon un format standard, le format classique


est A7, donc dimensions réduites, ou des bristols; les ranger dans un
classeur;
– prévoir des en-têtes permettant de les classer, afin de les retrouver
aisément;
– réduire les renseignements notés à des éléments essentiels;
– adopter la présentation la plus claire possible.
Les éléments d’une fiche sont mentionnés ci-après:
• une lettre-code pour le classement (l’initiale du nom de l’auteur
ou du terme désignant le thème);
• le nom de l’auteur ou l’intitulé du sujet;
• les références de l’ouvrage (date de sa publication, édition);
• la date de la fiche;
• le titre précisant le contenu de la fiche (synthèse, critique, résumé);
• des citations;
• des remarques personnelles;
• le contenu de la fiche regroupé sous la forme d’un schéma
avec titres et sous-titres (plan de l’histoire, milieu social, genre: senti-
mental, policier, fantastique, historique, biographique, autobiographique,
d’aventures, tons employés: poétique, comique, familier, ironique);
• des marges pour faire: à gauche les références (chapitres,
pages, etc.): à droite des comparaisons avec d’autres œuvres ou des
renvois à des œuvres critiques, jugements personnels, etc);
Les fiches élaborées avec le respect de ce modèle vous fournissent les
références qui vous permettront de préparer tout type d’exposé ou de
dissertation.

Illustration

¾ Quelle est la famille du mot fiche? Quelles sont les autres acceptions
de ce mot?
¾ Préparez une fiche sur le classicisme.
¾ Même exercice sur les fables de La Fontaine.
126
¾ Préparez une fiche biographique sur André Maurois.
¾ Même exercice sur Françoise Sagan.
¾ Faites une fiche sur un film policier que vous avez vu dernièrement.
Retenez quelques mots et expressions du langage caractéristique aux
policiers, éventuellement, du langage des délinquants.
¾ Faites une fiche sur les diverses adaptations du roman Les
Misérables de Victor Hugo et soulignez les différences.
¾ Établissez une fiche de lecture sur le roman Nœud de vipères de
François Mauriac.
¾ Établissez une fiche sur le personnage féminin Emma Bovary, du
roman homonyme de Gustave Flaubert.
¾ Établissez des fiches sur les thèmes romantiques du rêve et de la
solitude chez les poètes romantiques français.
¾ Mettez en fiche les personnages du roman français que vous aimez
le plus.
¾ Rédigez une fiche chronologique consacrée à l’écrivain préféré en
faisant mention des données sur la vie et sur l’époque et les dates de sa
vie et de son œuvre.

La prise de notes
L’exploration d’un message écrit et d’un message oral requiert des
techniques différentes, dues aux contraintes temporelles. Un texte écrit
peut être relu, ce qui rend plus facile son analyse, alors qu’un texte
oral peut «être appréhendé seulement dans la continuité irréversible
des instants».

La prise de notes est une pratique scripturale particulière. Françoise


Boch estime que «la prise de notes est sans doute la pratique
scripturale la plus répandue à l’université. Elle n’a raison d’être que
si elle est suivie d’une activité post prise de notes, constituée, le plus
souvent par le travail de réécriture».

127
On considérera donc la prise de notes et le texte cible écrit (le
texte final comme deux tâches d’écriture prototypiques à l’université,
dépendantes l’une de l’autre.

Analysons les sens du mot réécrire:


1. écrire une seconde fois,
2. reprendre une activité d’écriture qu'on a suspendue pour
quelque temps;
3. reproduire quelque chose qui a déjà été écrit par une autre
personne;
4. retravailler un texte qu’on a déjà écrit, afin de l’améliorer.
La prise de notes est un procédé de réécriture au sens 3
(intertextualité) et 4 (le travail du texte).

Il est souvent nécessaire de disposer d’informations communiquées


oralement (cours, conférences), ou bien d’informations écrites qui
existent dans des textes que l’on peut prêter pour une période limitée
(livres, articles). La solution en est la prise de notes.
Stricto sensu, la prise de notes est une appréhension et une exploration
en mouvement, d'un discours oral, car il s’agit dans ce cas d’une
situation d’écoute. Pratiquée durant les études universitaires, elle
s’avère un moyen très utile de retenir; la prise de notes aussi une
activité intellectuelle très formative qui développe en chacun l’art de
savoir écouter.
En tant que récepteurs, vous devrez saisir les structures et les
significations, au fil de la parole, tout en tenant compte des accents
d’insistance qui mettent en relief certaines idées. L’absence d’un
certain niveau des connaissances de la matière étudiée mettra le
récepteur dans une situation «périlleuse».
Les notes doivent retenir seulement l’essentiel de l’information, être
rédigées en style télégraphique.
Vous devrez faire appel à votre esprit d’analyse et de synthèse, mettre
en valeur les notions essentielles, noter bien les enchaînements
d'idées, écrire lisiblement. Ensuite, une fois chez vous, relisez vos
notes, complétez-les, vérifiez l’ortographe des noms propres, la
correctitude des citations et l’exactitude des dates.
128
Un code d’abréviations sera une aide précieuse pour enregistrer une
quantité plus grande d’informations. Il ne s’agit pas de tout noter –ce
serait impossible. L’objectif de cette activité est de parfaitement
comprendre les notes lors d’une re-lecture.

Illustration

¾ Prenez un cours que vous avez suivi en classe et essayez d’en


dégager l’essentiel des notes que vous avez prises. Ensuite, faites-les
lire par vos camarades de classe afin de voir si elles leur fournissent
une image claire du sujet développé.
¾ Le même exercice, à partir d’un texte que vous avez choisi.
¾ Le même exercice, à partir d’une émission de radio.
¾ Au cours d’un voyage d’études ou de documentation, essayez de
rédiger un journal.

Le dossier
Le dossier est placé parmi les moyens de se documenter car il renvoie
à une question de méthode. Outil pédagogique, il est également un
objet d’évaluation car «il est la forme par laquelle sont restitués les
savoirs et apprécies les savoir-faire».
Défini par le Petit Robert comme: «ensemble de pièces relatives
à une affaire et placées dans une chemise; la chemise, le carton qui le
contient», le dossier est «d’abord et avant tout une entité matérielle de
caractère composite par la collection de pièces qui la constituent».
Dans une tentative de classification, Catherine Schnaedeker
identifie les types suivants de dossiers:
a) dossier-collection – c'est le dossier où l’on accumule les données
par juxtaposition, sans souci de classement, afin de constituer
une <mémoire>. C'est le cas de l’élaboration progressive du
dossier.
b) dossier-outil – c’est le dossier que l’on fait en vue d’un travail
ultérieur d’écriture. Il vise à une re-composition qui implique la
sélection de certaines données et leur insertion dans le discours
129
final. C’est le cas des dossiers utilisés par Zola pour écrire ses
romans.
c) dossier-information – c’est un mode de présentation que l’on
adopte pour diffuser un certain nombre d’informations à un
public cible. Dans ce type de dossier, la finalité communi-
cationnelle impose la sélection et le classement des données.
Le dossier-outil constitue une aide importante à la production
des écrits. En tant que pratique d’experts, il est employé couramment
par les écriteurs documentalistes (Jules Verne et Emile Zola). Étant
composé de notes, de croquis, d’enquêtes, il peut être également
exploité systématiquement pour les écrits basés sur un grand nombre
de connaissances du monde, comme les romans historiques ou de
science-fiction, car il constitue une banque de données référentielles et
lexicales spécialisées.
Dans l'élaboration d'une dissertation, un dossier doit comprendre
un matériau brut – tables de matières, sommaires, articles des journaux
– et des outils à vocation métalinguistique –une introduction qui
présente le dossier, des fiches récapitulatives sur l’organisation d’un
plan.

Illustration

¾ Constituez un dossier qui serve de base à une dissertation portant


sur une comparaison entre les trois versions-réécritures de l'Incipit de
Germinal, le roman d'Émile Zola.
¾ Constituez un dossier de données lexicales portant sur le style
gothique. Utilisez les dictionnaires de spécialité, les albums d’art et les
romans de Victor Hugo. Ce dossier vous servira pour rédiger une
dissertation sur ce sujet.
¾ Constituez un dossier de données lexicales portant sur la gastronomie
française.
¾ Constituer un dossier portant sur romantisme dans la poésie en
France.

130
3. S'EXPRIMER
POUR SE FAIRE COMPRENDRE

Choisir le registre de langue


Compte tenu de son développement si complexe et si élaboré, le
registre de langue de la dissertation doit être soigneusement choisi
parmi les trois niveaux mentionnes ci-dessous:
X Le français soutenu est la langue classique et traditionnelle
avec un registre de mots conventionnels, un vocabulaire choisi, des
mots rares, pouvant comporter des connotations spéciales, des règles
grammaticales rigoureuses. C'est la langue employée dans des textes
écrits, classiques ou à caractère universitaire, dans des conversations
ou des débats au ton sérieux.
X Le français médian se caractérise par ses termes simples ou
le vocabulaire spécialisé. C’est la langue de la communication
d'informations exigeant clarté, rapidité et synthèse, tant à l’écrit qu'à
l'oral.
X Le français familier contient des mots jugés familiers,
populaires, argotiques. On y trouve des expressions pitoresques
destinées à frapper l’interlocuteur. Ce registre familier est employé
dans des conversations familières ou courantes, entre amis, proches,
personnes du même niveau. Ce n’est pas la langue des dissertations ou
des conversations soutenues.

Le mélange de ces trois catégories est permis, mais il doit être pratiqué
avec discernement.

Illustration

¾ À quel niveau de langue se situent les termes de la série


synonymique suivante: mysanthrope, acariâtre, bougon, ours, bourru,
farouche, renfrogné, insociable, sauvage? Donnez le sens exact et
construisez de courtes phrases.
131
¾ Cherchez dans le dictionnaire analogique les acceptions du mot
note et expliquez-les en quelques mots.
¾ Trouvez des expressions avec le verbe aller et introduisez-les dans
des phrases en faisant ressortir leur sens.
¾ Dans la langue familière, trouvez quatre exemples d’abréviations
courantes relatives à la vie d’élève.

Le style
Le style d’une dissertation se caractérise par la précision et la clarté.
Afin d’atteindre ce niveau de l’expression, le vocabulaire employé
doit être précis, diversifié, non répétitif et les phrases, correctes du
point de vue grammatical et pas trop longues.

Pour obtenir la concision si nécessaire, il est recommandable de faire


des phrases courtes, car la longueur excessive est source d’obscurité.
Il faut aussi exprimer une seule idée par paragraphe ou par phrase
(c'est d’ailleurs un principe très efficace dans l’activité universitaire)
Evitez les périphrases, les mots inutiles pour gagner en sobriété et en
intensité. Il faut assurer la variété des tournures et des types de phrase
(inversions, alternance des phrases simples et complexes), éliminer le
danger de la monotonie. Les idées abstraites, les notions théoriques
sont évitées par l’usage, bien dosé, de comparaisons, de métaphores,
figures fondées sur l’analogie.

132
4. PROTOCOLE ET CANEVAS
DE LA DISSERTATION

Le sujet de la dissertation peut être:


– sujet à question explicite: «Peut-on parler d'une mode de
l'écologie?»
– sujet à question implicite: «L'écologie.»
– sujet-commentaire: «Estimez-vous que l’écologie est une mode
qui sera toujours à la mode?
Estimant que «La dissertation n'est pas un exercice pour dillétantes,
une sorte d’improvisation où s’étalent les souvernirs épars de lectures
et de notes de cours, mais au contraire, un devoir personnel obéissant
à des critères très précis et un travail de raisonnement et de synthèse
bien construit, Gilles Ferréol décrit le protocole de présentation des
parties composantes d'une dissertation:
«Introduction: dépouillée d'effets littéraires où l’on informe
non pas de l’existence du sujet qui est déjà connu, mais de la façon
dont on entend poser le problème pour le résoudre;
Développement: en deux ou trois parties on expose les grandes
lignes de l’argumentation;
Conclusion: on annonce le jugement définitif, prenant parti ou
répondant à la question.»

La vraie difficulté de la dissertation consiste dans la double


nécessité qui s’impose à elle: convaincre logiquement l’auditeur mais
aussi lui plaire. Pour atteindre ce but il faut bien comprendre le sujet,
ordonner ses connaissances, dégager les idées principales et construire
le plan adéquat, tout en faisant attention à la cohérence du matériel.

La dissertation doit être bien proportionnée et équilibrée. Aussi,


dans l’hypothèse d’un plan où l’on consacre au développement deux
parties, on affectera à l’introduction une demi-page, une page et demie
à chaque sous-partie et une demi-page à la conclusion.

133
Le canevas de la dissertation est formé sur quatre axes essentiels,
à savoir:
– l’analyse, qui signifie: décomposer un tout en unités consécutives;
élaborer un plan détaillé de dissertation; donner une solution pratique
à un problème;
– la synthèse, qui va du simple au complexe, donc, qui signifie:
réaliser des fiches de lecture, ou la contraction d’un texte;
– la dialectique, qui permet de confronter des arguments opposés,
d’organiser un débat contradictoire;
– la critique, qui signifie examiner la validité de certaines corrélations.

Illustration

¾ Rédigez une dissertation sur «Le structuralisme et ses représentants


en littérature», suivant pas à pas le protocole détaillé ci-dessus.
¾ Même exercice sur «Sibiu, capitale européenne».
¾ Même exercice sur «L’équilibre écologique et ses implications».
¾ Même exercice sur «La drogue – une vraie menace pour les jeunes».
¾ Même exercice sur «La publicité dans notre vie».
¾ Rédigez une dissertation sur la citation suivante «La valeur n’attend
pas le nombre d’années».
¾ Rédigez une dissertation sur «Le Paris d’autresfois».

134
BIBLIOGRAPHIE SOMMAIRE

1. Brunel, P., La dissertation de littérature générale et comparée, Ed.


Armand Colin/ Masson, Paris, 1996.
2. Dauvois, D. et alli, L ‘expression et la communication, techniques
et methodes, Éditions Nathan, PARIS. Paris, 1981.
3. Faggianelli, G., Plazzole, P., Techniques de l'expression et de la
communication, Éditions Nathan, Paris, 1990.
4. Ferréol, G., La dissertation sociologique, Éditions Armand Colin /
HER, Collection Cursus - Sociologie. Paris, 2000.
5. *** Pratique, revue semestrielle de théorie, pratique, pédagogie,
Metz, CRESEF, Catherine Schnedecker, Quelques suggestions
pour une didactique de la concession: no 75 septembre 1992.
6. *** Pratique, revue semestrielle de théorie, pratique, pédagogie,
Metz, CRESEF, Catherine Schnedecker, Fabriquer un dossier -
Gammes d'áctivites, no 79 septembre 1993.
7. *** Pratique, revue semestrielle de théorie, pratique, pédagogie,
Metz, CRESEF, Catherine Schnedecker Lire et produire des
consignes, no 90 juin 1996.
8. *** Pratique, revue semestrielle de théorie, pratique, pédagogie,
Metz, CRESEF, Françoise Boch, Prise de notes et écriture
conceptuelle à l’université; 105-106, juin 2000.

135
136