Vous êtes sur la page 1sur 5

TP 3 Conduction Radiale Année 2017/2018

TP2 : Conduction Radiale

Introduction

Dans le cas de cette deuxième manipulation, on s’intéressera à la conduction radiale à travers


un cylindre aussi, On considère un cylindre creux de conductivité thermique λ, de rayon
intérieur R1, de rayon extérieur R2, de longueur L, les températures des faces internes et
externes étant respectivement T1 et T2. On suppose que le gradient longitudinal de
température est négligeable devant le gradient radial.

De la même manière, La loi de Fourier stipule: la densité de flux est proportionnelle au


gradient de température est donnée par la formule :

𝐝𝐓
𝛟 = −𝛌𝐒
𝐝𝐫
Avec :

ϕ Flux de chaleur transmis par conduction (W)

λ Conductivité thermique du milieu (W m-1 °C-1)

r Variable radiale (rayon) dans la direction de propagation du flux de chaleur (m)


S Aire de la section de passage du flux de chaleur (m2)

Cette écriture n’est valable que si le régime est permanant et que la conductivité est
constante au cours du processus de conduction ou de diffusion.

Objectif

Les objectifs du TP sont multiples :

Examiner le profil de température et déterminer le flux de transfert de chaleur


résultant de la conduction à travers la parois d’’un cylindre.

Description

L'unité de conduction de chaleur, TCCC, développée par EDIBON a deux


modules électriquement réglés pour les essais. Un des modules est constitué d'une barre
cylindrique en métal pour la réalisation d'une série d'expériences de transmission radiale de
la chaleur qui fera l’objet de notre manipulation, le premier étant déjà fait lors du premier
TP.

Page 1
TP 3 Conduction Radiale Année 2017/2018

Le module cylindrique est muni de série de six sondes de température incluses avec
l'équipement. Pour maintenir le gradient de la température constant, on actionne un système
de refroidissement à l'eau.

Le groupe expérimental radial peut être équipé d’éléments interchangeables de différents


matériaux aux différents diamètres

Figure 1 : Dispositif expérimental

I- DONNÉES TECHNIQUES
L'élément linéaire montré dans le schéma dessus est composé de trois régions différentes:
Région 1 : est la région où la résistance de contact est localisée. Elle a 6 sondes de
température distancées de 10 mm et une isolation (calorifugeage) afin d’éviter la
transmission linéaire de la chaleur et favorisant ainsi juste la transmission radiale.

La première sonde est placée au milieu, tenant compte que la résistance est implantée dans
un tube de cuivre de 10 mm

Région 2 : un système de refroidissement où on règle le débit d’eau en circulation qui


garantit une défaillance en température dans une région par rapport à la région chaude ce qui
garantit la diffusion de la température et la continuité du processus (refroidissement).

II-Instructions

Page 2
TP 3 Conduction Radiale Année 2017/2018

Empêchez n'importe quelle rupture possible du thermocouple. En outre, on doit bien


vérifier le bon contact entre le thermocouple et la section d'essai.
L'unité inclut une certaine graisse thermique pour améliorer le contact entre
les différents éléments et évitent autant que possible des pertes de chaleur au sein du
milieu.

III- Exercice pratique 1 : Conduction radiale


Théorie : La loi de Fourier

En régime permanant, conductivité constante, l’équation générale de conduction qu’ est :


𝝏𝟐 𝑻 𝟏 𝝏𝑻 𝟏 𝝏𝟐 𝑻 𝝏𝟐 𝑻 𝝏𝝀 𝝏𝑻 𝟐 𝟏 𝝏𝑻 𝟐 𝝏𝑻 𝟐 𝝏𝑻
𝝀[ 𝟐 + + 𝟐 𝟐 + 𝟐] + [( ) + 𝟐 ( ) + ( ) ] = 𝝆𝑪
𝝏𝒙 𝒓 𝝏𝒓 𝒓 𝝏𝜽 𝝏𝒛 𝝏𝑻 𝝏𝒓 𝒓 𝝏𝜽 𝝏𝒛 𝝏𝒕
Ce réduit à l’expression suivante :
𝝏𝟐 𝑻 𝟏 𝝏𝑻
+ =𝟎
𝝏𝒙𝟐 𝒓 𝝏𝒓
Qu’on peut la réécrire sous la forme :
𝝏 𝝏𝑻 𝝏𝑻
(𝒓 )=𝟎⇒𝒓 = 𝑨( avec A est une contante quelconque)
𝝏𝒓 𝝏𝒓 𝝏𝒓
𝝏𝒓 𝝏𝒓
⇒ 𝝏𝑻 = 𝑨 ⇒ ∫ 𝝏𝑻 = ∫ 𝑨 ⇒ 𝑻(𝒓) = 𝑨𝒍𝒏𝒓 + 𝑩
𝒓 𝒓
Les conditions aux limites imposent :
à r = 𝐑 𝟏 : T(R1 ) = 𝐓𝟏
à r = 𝐑 𝟐 : T(R 2 ) = 𝐓𝟐
Aussi,
𝐓𝟏 = 𝑨𝒍𝒏𝐑 𝟏 + 𝑩 , 𝒆𝒕: 𝐓𝟐 = 𝑨𝒍𝒏𝐑 𝟐 + 𝑩
𝐑𝟏 𝐓𝟏 − 𝐓𝟐
𝐀𝐢𝐧𝐬𝐢 : 𝐓𝟏 − 𝐓𝟐 = 𝑨𝒍𝒏 ( ) ⇒ 𝑨 = et: B = 𝐓𝟏 − 𝑨𝒍𝒏𝐑 𝟏
𝐑𝟐 𝐑𝟏
𝒍𝒏 (𝐑 )
𝟐

𝐓𝟏 − 𝐓𝟐
⇒ B = 𝐓𝟏 − 𝒍𝒏𝐑 𝟏
𝐑𝟏
𝒍𝒏 (𝐑 )
𝟐
L’expression finale de la température prend ainsi la forme :
T1 − T2 T1 − T2 T1 − T2
𝑇(𝑟) = 𝑙𝑛𝑟 + T1 − 𝑙𝑛R1 = T1 + (𝑙𝑛𝑟 − 𝑙𝑛R1 )
R R R
𝑙𝑛 (R1 ) 𝑙𝑛 (R1 ) 𝑙𝑛 (R1 )
2 2 2
r 𝒓
𝑙𝑛 (R ) 𝒍𝒏 (𝑹 )
1 𝟏
= T1 + (T1 − T2 ) ⇒ 𝑻(𝒓) = 𝑻𝟏 + (𝑻𝟏 − 𝑻𝟐 )
R1 𝑹𝟏
𝑙𝑛 (R ) 𝒍𝒏 (𝑹 )
2 𝟐

Le flux de chaleur est adonné sous l’expression :

Page 3
TP 3 Conduction Radiale Année 2017/2018

dT 1 (𝑇1 − 𝑇2 ) 𝝀𝟐𝝅𝒍
ϕ = −λS = −λ2πrl ⇒ 𝝓= (𝑻𝟏 − 𝑻𝟐 )
dr 𝑟 𝑙𝑛 (𝑅1 ) 𝒍𝒏 (
𝑹𝟏
)
𝑅2 𝑹𝟐

Dans notre expérimentation nous avons les données suivantes :


𝛌𝐋𝐚𝐢𝐭𝐨𝐧 = 111 W/m°C
D1= 10mm ;
D2= 110mm ;

IV- Procédures préliminaires avant la manipulation

Pour un développement approprié du test pratique, on doit suivre les étapes :


1. reliez le programme TCCC de SACED.
2. vérifiez que toutes les sondes de température et que la résistance thermique ont été reliés
3. Alimentation de l’installation en eau pour le refroidissement.
4. allumer la centrale de mesure, fixez une puissance pour la résistance thermique avec la
puissance contrôleur (voir le manuel de logiciel). on peut connaître la puissance
consommation dans la résistance en regardant la mesure de wattmètre SW-1. Vous devriez
attendre jusqu'à ce que ST-1 atteigne une valeur stable, et puis, commencez l'expérience.
5. attendez jusqu'à ce que les températures se stabilisent puis fêtes en la lecture
6. répétez les étapes précédentes pour des puissances de chauffage en démarrant de 2W
jusqu’au 10W en variant d’une intervalle de 2W ( 2, 4, 6, 8 et 10W).
7. Complétez le tableau suivant:

Q (W) T1 T2 T3 T4 T5 T6

10

12

14

16

20

V- Exploitation des résultats

Page 4
TP 3 Conduction Radiale Année 2017/2018

1- représentez, pour une puissance donnée, l'évolution de la température le long du


rayon :
𝛌𝐋𝐚𝐢𝐭𝐨𝐧 = 111 W/m°C ; avec 70% Cu et 30% Zn
2- Es que la loi de Fourier est vérifiée dans cette expérience, si non pourquoi selon
vous ?.
3- Quelle est la différence entre le flux imposé est celui calculé ( erreur absolue)

4-En utilisant l'équation de Fourier, et connaissant la puissance donnée au système, nous


pouvons obtenir coefficient de transfert de la chaleur telle que :

𝛟 𝚫𝐱
𝛌=
𝐒 𝐓𝟒 − 𝐓𝟓

Complétez la table suivante des résultats et obtenez la valeur moyenne de 𝛌 et comparer


avec : 𝛌𝐋𝐚𝐢𝐭𝐨𝐧 donnée au-dessus

𝛟 (W) T4 T5 𝛌
10
12
14
16
20
〈𝛌〉 = 𝛌𝐦𝐨𝐲𝐞𝐧𝐧𝐞

6- faites en une conclusion.

Page 5