Vous êtes sur la page 1sur 88

République du Sénégal

Un Peuple-Un But-Une Foi

Ministère de l’Agriculture et de l’Equipement Rural

Ligne d’activité B.2.8 : Etudes commercialisation

ETUDES DE LA COMMERCIALISATION DES PRODUITS HORTICOLES


DANS LES REGIONS DE THIES, DIOURBEL ET FATICK : OFFRE,
DEMANDE, CONFIGURATION DES MARCHES ET ANALYSE ECONOMIQUE ET
FINANCIERE DE LA PRODUCTION ET DE LA COMMERCIALISATION

ISRA-BAME

Septembre 2015 Yacine Ngom


Katim Touré
Ousseynou Fall
Amy Faye

1
Cette étude a été réalisée dans le cadre du Programme d’Appui au Programme
National d’Investissement Agricole du Sénégal (PAPSEN) par une équipe
pluridisciplinaire composée de:

Dr Yacine Ngom (Sociologue, ISRA-BAME), Dr Katim Touré (Agro-économiste,


ISRA-BAME), Ousseynou Fall (Economiste, stagiaire au Bame ISRA-BAME) et
Amy Faye (Economiste, ISRA-BAME).

Les auteurs expriment leur gratitude à M. Djiby Dia, Chef du Bureau d’analyses
macro-économiques (ISRA-BAME) et le tout le personnel du BAME pour leur
constant appui.

Un remerciement particulier aux DRDR de Diourbel, Thiès, et Fatick, notamment


à M. Abdoulaye Camara, M. Abiboulaye Sidibé et M. Faye, qui ont facilité nos
activités sur le terrain et appuyés dans la collecte des données.

Les auteurs remercient également M. Serigne Masour Kane, SDDR Mbour, M.


Ahmed Fadel Kébé, SDDR Diourbel, M. Victor Toupane SDDR Foundiougne, M.
Ibrahima Gningue, CNCR Thiès et M. Jean Marie Niane, CNCR Fatick et M.
Abdoulaye Camara, qui ont bien voulu faciliter les focus group dans les différentes
zones.

2
SOMMAIRE
LISTE DES TABLEAUX ......................................................................................................................................... 4
LISTE DES FIGURES ............................................................................................................................................. 6
INTRODUCTION ..................................................................................................................................................... 7
PARTIE THEORIQUE ET METHODOLOGIE ......................................................................................................... 9
1. REVUE BIBLIOGRAPHIQUE......................................................................................................................... 9
1.1. Offre de produits horticoles .............................................................................................................. 10
1.2. Analyse de la demande ..................................................................................................................... 11
1.3. Configuration des marchés............................................................................................................... 12
2. PROBLEMATIQUE ...................................................................................................................................... 14
3. METHODOLOGIE ........................................................................................................................................ 15
3.1. Approche méthodologique ............................................................................................................... 15
3.2. Démarche méthodologique ............................................................................................................... 16
3.3. Elaboration des outils de collecte .................................................................................................... 16
3.4. Echantillonnage, collecte et traitement des données..................................................................... 17
ANALYSE ET INTERPRETATION DES RESULTATS......................................................................................... 20
1. Analyse de l’offre ........................................................................................................................................ 20
1.1. Différents types de périmètres et leurs caractéristiques ............................................................... 20
1.2. Activité de production ....................................................................................................................... 27
1.3. Volumes (en Kg) de production des différents produits ................................................................ 39
2. Analyse de la commercialisation des produits horticoles ...................................................................... 41
2.1. Commercialisation chez les producteurs ........................................................................................ 41
2.2. Commercialisation chez les commerçants ...................................................................................... 45
3. Analyse économique et financière de l’activité des producteurs dans chaque région ....................... 53
3.1. Calcul des rendements moyens des producteurs .......................................................................... 53
3.2. Evaluation de la rentabilité de l’activité des producteurs .............................................................. 55
3.3. Analyse économique et financière de la commercialisation des produits ................................... 60
4. Analyse des performances du secteur horticole au Sénégal ................................................................. 63
4.1. Production horticole .......................................................................................................................... 63
4.2. Exportations de produits horticoles................................................................................................. 64
4.3. Importations de produits horticoles ................................................................................................. 66
CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS .......................................................................................................... 67
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ................................................................................................................. 68
ANNEXE................................................................................................................................................................ 69
QUESTIONNAIRE PERIMETRES HORTICOLES............................................................................................ 69
QUESTIONNAIRE COMMERCANT ................................................................................................................. 80

3
LISTE DES TABLEAUX
Tableau 1 : Prix moyens par produit ...................................................................................................... 12
Tableau 2 : Récapitulatif des échantillonnages de périmètres et de marchés ....................................... 19
Tableau 3 : pourcentage des périmètres appartenant à une OP ........................................................... 20
Tableau 4 : Répartition des types d’OP dans les trois régions .............................................................. 20
Tableau 5 : effectif des OP et nombre de femmes membres ................................................................ 21
Tableau 6 : Superficies possédées et exploitées des OP ...................................................................... 22
Tableau 7 : Présence d’un technicien dans les périmètres ................................................................... 22
Tableau 8 : Les types de gestion des périmètres gérés par les OP selon les activités ......................... 23
Tableau 9 : Sexe des producteurs individuels selon les régions ........................................................... 26
Tableau 10 : Age des producteurs individuels ....................................................................................... 26
Tableau 11 : Culture de l’oignon dans les trois régions selon les variétés ............................................ 27
Tableau 12 : Culture du chou dans les trois régions selon les variétés ................................................. 28
Tableau 13 : Culture du piment dans les trois régions selon les variétés .............................................. 29
Tableau 14: Culture de la pomme de terre dans les trois régions selon les variétés ............................. 29
Tableau 15 : Culture de l’aubergine doux dans les trois régions selon les variétés ............................... 30
Tableau 16 : Culture du gombo dans les trois régions selon les variétés .............................................. 30
Tableau 17 : Culture de l’aubergine amer dans les trois régions selon les variétés .............................. 31
Tableau 18: Culture de la tomate dans les trois régions selon les variétés ........................................... 31
Tableau 19 : Culture de la carotte dans les trois régions selon les variétés .......................................... 32
Tableau 20: Orientation du choix des cultures pratiquée ....................................................................... 33
Tableau 21 : Modes d’obtention des terres selon les régions ................................................................ 33
Tableau 22 : Modalités d’obtention des semences selon les régions .................................................... 34
Tableau 23 : les différentes sources d’approvisionnement et les techniques d’irrigation ....................... 36
Tableau 24 : Utilisation de la main d’œuvre salariée ............................................................................. 37
Tableau 25 : Nature de la main d’œuvre ............................................................................................... 37
Tableau 26 : Volume de production des différents produits selon les régions ....................................... 39
Tableau 27: Les méthodes de vente et les principaux clients................................................................ 41
Tableau 28 : Les principaux clients des commerçants .......................................................................... 42
Tableau 29 : La périodicité des marchés en fonction du type de marché .............................................. 43
Tableau 30 : Prix de vente moyen du Kg pour chaque produit (prix au producteur) .............................. 44
Tableau 31 : Corrélation entre l’offre d’oignon et le prix ........................................................................ 45
Tableau 32 : Corrélation entre l’offre d’oignon et le prix ........................................................................ 45
Tableau 33 : Les différents types de commerçant dans les trois régions .............................................. 45
Tableau 34: Les différents fournisseurs des commerçants et les modes de contact ............................. 46

4
Tableau 35 : Exigences en termes de qualité des produits ................................................................... 46
Tableau 36 : Fixation des prix et niveau de satisfaction des commerçants ........................................... 47
Tableau 37 : Appréciation de la tendance des ventes des commerçants .............................................. 48
Tableau 38 : Quantités vendues par trimestre, par les commerçants dans chaque région, pour les
principaux produits ................................................................................................................................. 49
Tableau 39 : Les principaux clients et la fixation des prix des produits ................................................. 51
Tableau 40 : prix de vente moyen du Kg pour chaque produit (prix au commerçant) ............................ 51
Tableau 41 : Produits bruts de l’oignon et de la tomate dans les trois régions ...................................... 53
Tableau 42 : Part de l’oignon et de la tomate dans la production totale dans chaque région ................ 53
Tableau 43 : Superficies exploitées pour l’oignon et la tomate dans chaque région ............................. 54
Tableau 44 : Calcul du rendement moyen de l’oignon et de la tomate dans chaque région .................. 54
Tableau 45 : Calcul du produit brut en valeur de l’oignon et e la tomate dans chaque région ............... 55
Tableau 46 : Quantités produites, prix de vente moyen et chiffres d’affaires des producteurs de Thiès 56
Tableau 47 : Quantités produites, prix de vente moyen et chiffres d’affaires des producteurs de Diourbel
............................................................................................................................................................... 56
Tableau 48 : Quantités produites, prix de vente moyen et chiffres d’affaires des producteurs de Fatick56
Tableau 49 : Montant total des consommations intermédiaires pour chaque spéculation en Fcfa ........ 57
Tableau 50 : Valeurs ajoutées des produits dans chaque région .......................................................... 57
Tableau 51 : Amortissement des matériaux agricoles dans chaque région et pour chaque spéculation 59
Tableau 52 : Calcul du résultat net d’exploitation des cultures dans les trois régions ........................... 59
Tableau 53 : Calcul des taux de rendement interne des produits dans les trois régions ....................... 60
Tableau 54 : Montants d’achat des produits par les commerçants ........................................................ 61
Tableau 55: Montants des ventes des produits par les commerçants ................................................... 61
Tableau 56 : Coûts des transports et taxes supportés par les commerçants des trois régions ............. 62
Tableau 57 : Calcul de la valeur ajoutée des commerçants pour chaque spéculation .......................... 62

5
LISTE DES FIGURES
Figure 1 : Répartition des types d’OP selon les régions ........................................................................ 21
Figure 2 : Types d’assistance dans la gestion du périmètre .................................................................. 23
Figure 3 : Types de gestion selon les activités ...................................................................................... 24
Figure 4 : Effectifs des différentes commissions existantes et commissions opérationnelles................ 24
Figure 5: Autres formes de gestion des périmètres ............................................................................... 25
Figure 6 : Niveau d’instruction des producteurs individuels dans les trois régions ................................ 26
Figure 7 : les différents produits cultivés selon les régions ................................................................... 32
Figure 8 : Nombre de producteurs utilisant différents types de produits phytosanitaires sur les
principales cultures ................................................................................................................................ 35
Figure 9: Nombre de producteurs utilisant différents types d’engrais sur les principales cultures ......... 35
Figure 10 : Modes de paiement de la main d’œuvre dans les régions de Thiès et Fatick ..................... 38
Figure 11 : Les différentes catégories de la main d’œuvre dans les trois régions ................................. 38
Figure 12 : Les différents types de matériaux utilisés dans les périmètres............................................ 39
Figure 13 : Volume de production des produits selon les régions ......................................................... 40
Figure 14 : Les différentes méthodes de vente des producteurs ........................................................... 41
Figure 15: Les marchés de ventes des produits horticoles et leurs interrelations ................................. 43
Figure 16 : Prix de vente moyen du Kg pour chaque produit (prix au producteur) ................................ 44
Figure 17 : Quantités de produits vendues par les commerçants des différentes régions..................... 50
Figure 18 : Evolution du prix de vente des produits selon les trimestres (prix commerçant) ................. 52
Figure 19 : Circuit de commercialisation des produits horticoles dans les trois régions ........................ 52
Figure 20 : Evolution de la Production horticole de 1999 à 2014 .......................................................... 63
Figure 21 : Evolution des principales spéculations de 1999 à 2014 ...................................................... 64
Figure 22: Evolution des exportations de fruits et légumes du Sénégal de 1997 à 2014 ...................... 65
Figure 23 : Evolution des importations de fruits et légumes du Sénégal de 2002 à 2014 ..................... 66

6
INTRODUCTION

L’accroissement de la population et l’urbanisation galopante sont à la base de la forte demande en


produits horticoles au Sénégal. C’est ainsi que, dans le cadre de la politique d’intensification de la
production agricole, l’horticulture occupe une place privilégiée. Ce secteur joue un rôle important dans
l’amélioration de la nutrition et constitue également une source d’emploi et par conséquent un facteur de
lutte contre la pauvreté. Il devient dès lors nécessaire de procéder à une diversification des cultures
horticoles pour mieux assoir la politique de lutte contre la pauvreté qui constitue un axe majeur du plan
Sénégal émergeant (PSE).

Dans le bassin arachidier, le maraichage s’est développé suite à la crise de la filière arachide consécutive
aux changements intervenus dans l'environnement économique et social (la libéralisation et la
mondialisation de l’économie, le désengagement de l’État, la croissance démographique galopante, etc.).
Une stratégie de diversification a été adoptée alors par les exploitations agricoles, avec l’introduction des
cultures maraichères. Celle-ci est accompagnée par la promotion de la technologie de micro-irrigation,
notamment le système d’irrigation goutte à goutte (SIGG) par les partenaires au développement et les
structures d'encadrement, de vulgarisation et de conseil agricole. C’est dans ce contexte que s’inscrit la
composante 1 (PAPSEN Centre) du PAPSEN1. PAPSEN Centre a pour objectif de contribuer au
développement de la filière horticole dans les régions de Thiès, Fatick et Diourbel.

D’une part, dans le cadre de la mise en œuvre de cette composante, une étude préliminaire sur la
valorisation des produits horticoles (étude de marché : analyses préliminaires) montre une offre
saisonnière et diversifiée, une demande croissante en produits horticoles avec une pluralité de circuits
commerciaux (circuit informel national et sous régional, circuit d’exportation, circuit hôtelier et de
restauration, circuit de la transformation et de la vente direct) et un faible accès à l’information sur les
marchés (niveau d’approvisionnement et prix). Cette configuration des marchés rend difficile la mise en
place d’une stratégie globale de soutien et de valorisation des produits horticoles au Sénégal (accès à
l’information mise en réseau ou coordination des différents acteurs, etc.)

D’autre part, l’étude sur les « exploitations horticoles avec le système d’irrigation de goutte-à-
goutte » montre qu’en plus des problèmes liés au transport, au stockage et à la transformation, le faible
pouvoir de contractualisation qui est principalement dû au faible accès à l’information, rend difficile la

1 PAPSEN est le fruit d’une collaboration entre le Ministère de l’agriculture et de l’équipement rural du Sénégal, la
coopération italienne et la coopération israélienne (MASHAV). Il a pour objectif principal de renforcer la sécurité
alimentaire et la promotion du développement local par des systèmes agricoles innovants et durables pour atteindre
le premier objectif du millénaire pour le développement c'est-à-dire réduire l’extrême pauvreté.
7
commercialisation des produits horticoles dans le Bassin Arachidier. Face à ces contraintes, un
accompagnement des producteurs dans l’identification de la demande d'information des exploitations et
la consolidation de circuits commerciaux gagnants, en termes de bénéfices économiques, est nécessaire.
Ces deux constats justifient l’étude sur la commercialisation des produits horticoles dans le bassin
arachidier. Ainsi, il sera question de :
- Analyser de l’offre et la demande de produits horticoles
- Faire une analyse financière et économique de la production et de la commercialisation
- Etudier la configuration des marchés.
- Analyser les performances du secteur horticole au Sénégal

Après avoir défini la problématique et l’objectif, nous dégagerons une méthodologie de travail. Ensuite il
sera question de donner les résultats des enquêtes et leurs interprétations en mettant le focus sur ces
quatre points.

8
PARTIE THEORIQUE ET METHODOLOGIE

1. REVUE BIBLIOGRAPHIQUE
L’étude de l’état des lieux de l’horticulture au Sénégal, dans le cadre du programme PAPSEN-CNR,
montre que la filière fruits et légumes a connu ses débuts avec les jardins d’essais ou jardins
d’acclimatation de légumes tempérés, de fruitiers et plantes d’agréments. Selon cette étude, le plus
ancien est celui de Richard Toll fondé en 1816, suivi des jardins de SOR (Saint-Louis) en 1898 et de celui
du pénitencier de Thiès établi par la mission catholique jouxtant l’axe ferroviaire Dakar Saint-Louis. En
1903 s’ajoute le jardin de HANN qui constituait, par l’existence de ses nappes d’eau, un réservoir pour
l’alimentation de Dakar. Mais face à une situation de crise mondiale intense, une partie de la population
est obligée d’abandonner les champs et à vivre sous le seuil de pauvreté.

Les termes de la relance de ce secteur par les pouvoirs publics rappellent la place privilégiée qu’occupait
l’horticulture à la création de la société BUD en 1973 (Cheikh Alassane Fall et Abdou Salam Fall, 2001).
A la même époque, l’horticulture faisait figure de parent pauvre, ne possédant ni budget ni plan de
développement sectoriel. D’après cette même étude, c’est en 1984, à cause de la sécheresse soutenue
au Sénégal et ses conséquences dramatiques sur la productivité des systèmes pluviaux et de
l’accentuation du déséquilibre démographique en faveur des villes, que l’État choisit l’horticulture comme
vecteur du développement agricole. L’horticulture est dès lors inscrite dans plusieurs politiques et
programmes de développement agricole du Sénégal. Nous avons entre autres politiques et programmes
de développement agricole les documents de stratégie pour la croissance et la réduction de la pauvreté
(DSRP I et DSRP II), la grande offensive agricole pour la nourriture et l’abondance (GOANA), le
programme de développement des marchés agricoles du Sénégal (PDMAS), le programme national
d’investissement agricole (PNIA), le plan Sénégal émergeant (PSE), etc.

Le Sénégal bénéficie de conditions pédoclimatiques favorables pour la production horticole dans


différentes zones du pays : le Cap vert, les Niayes, la vallée du fleuve Sénégal, le Sénégal oriental, la
Casamance, la vallée du Koupango dans le Saloum. De plus, la pratique des cultures horticoles est
devenue une tradition dans la partie nord – ouest du pays qui sert pratiquement de zone d’apprentissage
pour le reste des autres régions. La demande urbaine de plus en plus importante en fruits et légumes et
le développement des exportations de ces produits vers l’Europe avec la présence d’infrastructures
aéroportuaires internationales dans la capitale, constituent de remarquables facteurs de soutien de la
croissance de ce secteur. L’horticulture (fruits et légumes principalement) est donc l’une des filières les
plus dynamiques du secteur agricole au Sénégal, en raison de la permanence de ses activités dans
certaines zones, du nombre de pratiquants au niveau national, de la diversité des espèces cultivées et
des régions touchées et surtout des retombées financières sur les principaux acteurs.
9
La stratégie de diversification des cultures horticoles a nécessité une diversification géographique. En
effet on a assisté au cours des dernières années à une diversification spatiale des zones de production
horticoles avec une polarisation urbaine et périurbaine de l’activité maraichère et le développement de
l’horticulture surtout dans le bassin arachidier. Dans ce cadre, les exploitations du bassin arachidier sont
devenues de plus en plus réactives aux demandes de grands marchés urbains de proximité en favorisant
l’innovation, en particulier l’adoption de la technologie de micro-irrigation goutte à goutte.

1.1. Offre de produits horticoles


1.1.1. Typologie des producteurs maraichers
Des travaux effectués dans la région de Thiès par GRET et ENDA GRAF, à Fandène, ont fait ressortir
cinq catégories de producteurs maraichers. Nous avons ainsi :
 Les maraîchers hors-sol qui sont des femmes se trouvant dans les quartiers urbains et qui
cultivent des légumes feuilles (salade, menthe) sur des tables, selon des techniques diffusées
par le projet sécurité alimentaire (FAO/Ministère de l’agriculture).
 Les maraîchers périurbains sont les hommes en milieu urbain et rural qui exerçaient un petit
métier urbain ou étaient agriculteurs et pour qui le maraîchage est devenu la principale activité,
exercée dans des zones non constructibles.
 Les maraîchers « préservés » sont des hommes qui ont bénéficié de l’aide d’ONG, ont obtenu
une parcelle sans investissement et n’ont pas de métiers pour s’insérer dans la ville. Les
périmètres sont fréquemment délimités dans des espaces mis en danger par l’extension de la
ville. Ces maraîchers, dont les périmètres sont le plus souvent dans les communautés rurales,
sont ceux qui pratiquent le plus l’agriculture biologique.
 Les néo-maraîchers sont des citadins dans une logique de sécurisation foncière des parcelles
qu’ils ont achetées en périphérie de la ville. Ils plantent des arbres fruitiers et pratiquent le
maraîchage (expérimentation, innovation, culture de nouveaux légumes pour la zone).
 Les maraîchers ruraux sont les maraîchers se trouvant en zone rurale et exploitent les bas-fonds
dans une logique proche du droit coutumier. Leur production est orientée vers l’oignon et surtout
le piment.
1.1.2. Principales cultures et les volumes de production
Le maraîchage, ou horticulture maraîchère, est la culture de légumes et de certains fruits, de certaines
fines herbes et fleurs à usage alimentaire, de manière intensive et professionnelle, c'est-à-dire dans le
but d'en faire un profit (ce qui le distingue du jardinage).

Dans la région de Thiès, d’après les données de la direction nationale de l’horticulture, quatre produits,
issus des cultures maraîchères, ont eu à fournir des résultats en 2009:

10
 Le bissap, pour qui 787 ha ont été consacrés en 2009, contre 121 ha en 2008, pour une
production de 117 tonnes en 2009, contre 30 tonnes en 2008 et un rendement de 149 kg/ha en
a découlé ;

 Le gombo est cultivé sur 672 ha, ce qui a permis de récolter 6 720 tonnes, correspondant à un
rendement de 10 000 kg/ha ;

 L’aubergine, qui a fourni le même rendement que la culture du « gombo » (10 000 kg/ha) avec
442 ha de terres;

 La tomate pour qui 146 ha ont été consacrées, 1 168 tonnes ont été récoltées et un rendement
de 8 000 kg/ha en a découlé.

La production maraichère est faible et peu diversifiée dans la région de Diourbel. En 2008/2009, selon
les données de la direction de l’horticulture, elle ne représente que 0,3% de la production nationale, soit
1360 tonnes sur 465000 tonnes pour une superficie cultivée de 125 ha (0,7%). Cette production est
répartie en tomate (150 tonnes), en piment (70 tonnes), en aubergine (150 tonnes) et en divers autres
produits maraîchers (990 tonnes).

Concernant la région de Fatick, on remarque une baisse de la production horticole contre saison entre
2008 et 2011. Selon la direction de l’horticulture, le volume de tomate en 2008 était de 330 T contre 120
T en 2011. Seule la production de l’oignon a connu une légère hausse passant de 240 T en 2008 pour
atteindre 250 T en 2011. Pour les autres produits horticoles, la baisse de la production est considérable
car elle est de 400 T en 2011 alors que la production avait atteint 770 T en 2008.

1.2. Analyse de la demande


1.2.1. Principaux acheteurs et les marchés de vente
La forte croissance urbaine observée au Sénégal ces dernières décennies est un des facteurs clés qui
ont favorisé la mise en place d'un important marché de consommation pour le maraichage. La plus grande
partie des récoltes est achetée soit sur pieds, soit au marché par des commerçants (grossistes et demi-
grossistes, détaillants etc.) d'origines diverses. Dans la région de Fatick, à Ndiob, la population bien
qu'étant essentiellement rurale, constitue un grand marché de consommation des produits de la vallée.
Une bonne partie des productions maraichères est vendue en détail aux populations locales à partir des
marchés de Ndiob et Darou Salam, Patar, Diakhao, Niakhar etc. Cependant les plus grands débouchés
sont les centres urbains comme Diourbel, Fatick, Gossas et Bambey. La ville sainte de Touba accueil
chaque année des milliers des pèlerins mourides et c’est en fonction des multiples célébrations qui ont
lieu en ville que la localité de Afia à l’entrée de Touba est devenue le pole maraicher stratégique qui
approvisionne la ville en fruits et légumes. Certains vergers sont de propriété d’entrepreneurs de Dakar.

11
La forte demande de produits alimentaires dans la ville est à l’origine du développement des marchés
agricoles. Le marché Ocass passe pour le plus grand marché de la ville avec pratiquement l’ensemble
des grossistes de la ville qui s’y sont établis. Les marchés de Nguiranene et Gare Bou Mack se sont
spécialisés dans la commercialisation des produits maraîchers notamment l’oignon local et la pomme de
terre locale.

Dans la région de Thiès, en saison sèche, les exploitations périurbaines approvisionnent les villes de
Louga et Touba, mais en hivernage il faut importer des Niayes et de la Gambie pour satisfaire la demande
interne. A Fandène, les circuits de commercialisation sont le plus souvent courts (vente directe ou par
intermédiaire). Les ruraux présents dans l’espace rural sont les seuls à utiliser des circuits longs en raison
de la production de piments qui est notamment destinée aux marchés de Dakar (piment de Fandène
réputé pour son goût/parfum et son « piquant ») pour une consommation dans la région ou pour une
redistribution vers d’autres régions du pays.

1.2.2. Prix d’achat des produits


Dans la région de Fatick, des enquêtes effectuées dans la communauté rurale de Ndiob montrent que
les prix aux producteurs connaissent des fluctuations importantes en fonction de la disponibilité sur le
marché : en période de rareté par exemple, ils peuvent atteindre 6000 FCFA par cageot pour la tomate,
12000 FCFA par sac pour l'aubergine, 10000 FCFA le sac de chou etc. Cependant, en période
d'abondance, les prix connaissent de fortes chutes pouvant aller jusqu'à 2500 FCFA pour le cageot de
tomate, par exemple. Les prix moyens par produits sont donnés dans le tableau suivant :
Tableau 1 : Prix moyens par produit
Spéculations Tomate Aubergine Chou Gombo Piment Aubergine Oignon Patate
doux amère douce
Prix moyen (en 3900/C 6000/S 11000/S 15000/S 45000/S 12500/S 10000/S 9000/S
FCFA)

Source : Enquête BAME 2009

NB : C= Cageot et S= Sac

1.3. Configuration des marchés


1.3.1. Acteurs de la filière
Pour ce qui est du fonctionnement, le système de commercialisation des fruits et légumes sur le marché
local n'est pas organisé ; il est complexe et peu performant. Entre le producteur et le consommateur, il
existe beaucoup d'intermédiaires qui bénéficient plus du système. Les intervenants sur le circuit
traditionnel de commercialisation des produits sont :

12
 Les détaillants : Ce sont les détaillants femmes de maraîchers ou les détaillants indépendants.
Les premiers s'approvisionnent auprès de leurs maris tandis les autres le font auprès des
grossistes ou d'autres détaillants.
 Les grossistes : Ils sont installés au marché et vendent au sac, à la caisse ou au cageot. On
distingue les grossistes - coxeurs ou commissionnaires et les grossistes de type classique qui
assurent le relais entre les bana-banas et les détaillants. Au niveau des "marchés de gros", les
grossistes coxeurs sont plus représentés que les grossistes classiques.
 Les bana-banas : Ce sont des commerçants itinérants qui approvisionnent les "marchés de gros".
Très souvent, ceux-ci achètent également les intrants et leur fournissent à des exploitants avec
lesquels ils concluent des contrats tacites.
 Les transporteurs : Ils interviennent dans les zones enclavées et assurent le transport des
produits du champ à l'axe goudronné le plus proche (sur des distances qui peuvent atteindre et
dépasser 10 km) où attend le collecteur bana-banas. Ils interviennent également pour le transport
secondaire des lieux de collecte aux marchés de gros dans les centres de consommation.
1.3.2. Analyse SWOT de la commercialisation des produits
Forces et faiblesses : La première force de la commercialisation des produits horticoles est l’existence
d’une forte demande intérieure mais aussi extérieure. On peut aussi noter une stratégie gagnante de
l’approvisionnement des marchés et donc une opportunité de commercialisation tant au niveau local,
sous régional qu’au niveau européen. Cependant, la plus grande faiblesse constitue une offre fragmentée
et saisonnière. Nous pouvons également souligner une qualité des produits horticoles non conforme aux
normes internationales. A cela s’ajoute une fluctuation saisonnière des prix des produits et une faible
information sur les marchés.
Opportunités et menaces : Les opportunités de la commercialisation des fruits et légumes sont diverses.
Une première opportunité est la possibilité d’augmenter les exportations par le recours aux exportations
par bateau moins coûteux, grâce à la technologie de conservation sous froid ou sous atmosphère
contrôlé. On note également une forte croissance de la demande de certains produits tels que le melon
et une possibilité de mise en valeur de nouvelles zones de production. Mais à côté de ces opportunités il
existe des menaces à la commercialisation des produits horticoles. Comme menaces nous pouvons
d’abord noter l’existence de normes sévères d’accès pour les produits horticoles dans les principaux
marchés d’exportation notamment européen. Cela se traduit par une perte progressive de part de marché
par les exportateurs.

13
2. PROBLEMATIQUE
Le Sénégal présente des conditions pédoclimatiques favorables à l’horticulture dans plusieurs zones du
pays. La production a tendance à se diversifier géographiquement. L’offre diversifiée de produits
maraîchers et fruitiers et l’augmentation continue de la production montrent toute la relevance de la filière
horticole. Mais malgré cette hausse de la production horticole, certains problèmes persistent. La première
difficulté est à noter dans l’approvisionnement en semences améliorées mais aussi une faible capacité
des techniques de production telle que la technique de gestion durable de l’eau. On remarque également
que l’offre de produits horticoles est fragmentée et limitée à certaines périodes de l’année (PAPSEN,
2013). En outre, les prix des produits connaissent de fortes fluctuations saisonnières et on enregistre
également des pertes importantes post-récolte. En plus de ces difficultés remarquées dans la filière, il est
important de souligner une mauvaise organisation des marchés mais aussi un manque de partage de
l’information entre les acteurs de la filière. Les questions centrales auxquelles nous tenterons d’apporter
des réponses sont les suivantes :

Comment est organisée la filière dans les trois régions étudiées ?

Comment se fait la commercialisation au niveau des producteurs et au niveau des commerçants?

L’activité maraichère est-elle rentable pour les différents acteurs de la filière ?

Ainsi notre étude a pour objectif de bien connaitre les mécanismes de commercialisation des produits
horticoles dans les régions de Thiès, Diourbel et Fatick et de déterminer si l’activité est rentable pour les
acteurs de la filière.

14
3. METHODOLOGIE
3.1. Approche méthodologique
L’organisation de l’agriculture en Afrique Subsaharienne et notamment les filières intégrées d’Afrique
francophone sont depuis une quinzaine d’années soumises à de fortes pressions extérieures visant leur
libéralisation (Pierre FRAVAL, 2000). Les promoteurs de ces réformes font principalement référence à
l’analyse théorique néoclassique qui part de l’idée que la concurrence est bénéfique car source «
d’efficience économique ». Par exemple, pour les petits producteurs ruraux, le « jeu du marché », la « loi
de l’offre et de la demande » auraient pour effet mécanique une augmentation du prix des produits
agricoles vendus et une diminution du prix des intrants achetés dans l’hypothèse d’une amélioration des
conditions de la concurrence entre fournisseurs et entre acheteurs. Il en résulterait une agriculture plus
profitable pour les agriculteurs (Pierre FRAVAL, 2000).

La nouvelle microéconomie, l’économie institutionnelle et même l’économie néoclassique proposent des


concepts théoriques pertinents pour analyser a priori le fonctionnement des filières, les caractéristiques
des agents qui la composent et de leur environnement et pour, a posteriori proposer des changements.
Mais ces concepts doivent être utilisés en prenant en compte leurs limites.

L’économie néoclassique montre effectivement, en situation de concurrence parfaite, que la confrontation


simultanée des offres et des demandes de biens par l’ensemble des agents conduit à l’émergence d’un
vecteur de prix d’équilibre et que cet équilibre, appelé « équilibre général de concurrence parfaite », est
efficient. Toutefois, la situation de concurrence parfaite correspond à des hypothèses de fonctionnement
du marché et de comportements des agents économiques très spécifiques, éloignées des conceptions
intuitives de tout un chacun concernant la concurrence : existence d’une institution centralisatrice
annonçant des prix sur lesquels se détermineraient les producteurs et acheteurs, anonymat entre les
agents économiques, information parfaite et complétude des marchés. Si l’on peut éventuellement
admettre que l’on se rapproche de ces hypothèses dans le cas de bourses de valeurs, on en est
particulièrement éloigné dans le contexte rural africain. Dès lors, lorsque les évolutions constatées dans
certaines filières africaines ne vont pas dans le sens souhaité (faible réponse de l’offre agricole au prix,
chute de la production, retour à des façons de produire extensives, faiblesse de l’offre privée d’engrais),
c’est sans doute moins en raison d’obstacles qui empêcheraient le marché de « s’installer » et d’exercer
ses effets bénéfiques, qu’en raison de l’incapacité structurelle du dit marché à régir seul les échanges :
contrairement au schéma intuitif, il arrive que la demande ne rencontre pas son offre (Pierre FRAVAL,
2000).

La réussite des changements institutionnels, impulsés de l’extérieur dans les filières agricoles et de la
transition vers une économie de marché, passe par l’établissement des conditions d’un marché juste et

15
équitable. Seule une structure collective garante de l’intérêt général est capable de garantir ce
fonctionnement, directement ou en l’appuyant sur le plan financier, juridique, par la reconnaissance du
droit des producteurs à se grouper pour faire contrepoids aux pouvoirs de marchés ou par la définition de
règles concernant le commerce, ou encore sur le plan matériel par la création d’infrastructures de
communication et de sécurisation de la production agricole (aux caractéristiques de biens publics ou
biens communs) et l’amélioration de la qualité et de la fluidité de l’information. En présence d’intérêts
divergents, l’évolution des filières doit être envisagée dans un cadre de concertation où les différents
acteurs (organisations de producteurs, industriels, commerçants, collectivités locales, ONG, services de
l’État) élaborent en commun des règles de fonctionnement qu’ils s’engagent à respecter : ce peut être le
rôle des institutions quaternaires (Pierre FRAVAL, 2000).

3.2. Démarche méthodologique


Pour répondre aux questions de recherche issues de la problématique, l’étude de la commercialisation
des produits horticoles s’est faite suivant une démarche méthodologique bien définie.

L’étude a d’abord nécessité une synthèse bibliographique afin de bien connaître les réalités du secteur
horticole au niveau national mais également au niveau du bassin arachidier qui constitue notre zone
d’étude. Ensuite des entretiens exploratoires ont été menés auprès des acteurs de la filière, dans les
régions de Thiès, Diourbel et Fatick. La rencontre avec les directeurs régionaux de développement rural,
les conseils nationaux de concertation et de coopération rurale, les commerçants et les producteurs, nous
a permis de mieux connaitre les forces mais aussi et surtout les faiblesses de la filière fruits et légumes
dans le bassin arachidier.

A la suite de ces entretiens exploratoires, une enquête a été menée dans les trois régions concernées.
Celle-ci s’est faite auprès des périmètres horticoles, des intermédiaires banabanas, des négociants
coxeurs, des grossistes mais également des détaillants du marché. L’objet était de recueillir toute
l’information nécessaire permettant de faire une analyse de l’offre, de la demande mais aussi de la
configuration du marché.

3.3. Elaboration des outils de collecte


L’élaboration des outils de collecte concerne principalement la conception d’un guide d’entretien et d’un
questionnaire. Ces outils ont permis de collecter des données aussi bien quantitatives que qualitatives.

Concernant le guide d’entretien, quatre types ont été confectionnés : un guide d’entretien pour les
directeurs régionaux de développement rural, un guide d’entretien pour les conseils nationaux de
concertation et de coopération rurale, un guide pour les périmètres horticoles mais aussi un guide pour

16
les commerçants. Deux types de questionnaires ont été faits par contre : un questionnaire pour les
périmètres horticoles et un autre pour les commerçants.

La particularité du questionnaire pour les périmètres horticoles est qu’il tient compte de l’activité de
production et permet de renseigner sur la gestion du périmètre, des différentes cultures pratiquées mais
aussi les intrants utilisés.

Dans le questionnaire pour périmètres comme dans le questionnaire pour commerçant, il est question de
savoir quelles sont les interrelations entre les acteurs de la filière, les produits commercialisés et leurs
prix et les contraintes liées à la commercialisation. Les deux questionnaires mentionnent les problèmes
liés à la commercialisation et les solutions préconisées.

3.4. Echantillonnage, collecte et traitement des données


3.4.1. Echantillonnage
Nous avons fait un échantillonnage aussi bien pour les périmètres horticoles que pour les commerçants.
Pour les périmètres, nous avons utilisé un échantillonnage aléatoire avec tirage simple. L’échantillon est
déterminé à partir de la formule de Fisher suivante :

n
𝐸= n
1+( )
N
E = La taille de l’échantillon.
N = L’ensemble des périmètres horticoles d’une région donnée.
n = Le degré de représentativité de l’échantillon. Il dépend du degré de précision voulue qu’on nomme
d.
La relation entre n et d est la suivante : n = 1/d2.
Le degré de précision voulue mesure l’écart entre les proportions observées et les proportions réelles.
Plus il est faible plus l’échantillon est représentatif.
Si nous choisissons d = 10%, nous aurons 90% de chance que l’échantillon soit représentatif.
n = 1/d2 = 1/0,12 = 100
Concernant les commerçants, un échantillonnage a d’abord été fait pour les marchés. La technique avait
consisté à répertorier tous les marchés de vente des périmètres horticoles enquêtés dans chaque région.
Au niveau de ces marchés, l’enquête avait concerné tous les coxeurs et grossistes puis complétée par
des détaillants.
Echantillonnage pour les périmètres
L’échantillonnage pour les périmètres s’est fait à partir de la base de données dont dispose le BAME et
d’autres structures (DRDR et PAPSEN) sur les périmètres horticoles des trois régions concernées. Ainsi,

17
il a été répertorié 101 périmètres horticoles dans la région de Thiès (hors zone Niayes), 45 périmètres
dans la région de Diourbel et 127 périmètres dans la région de Fatick. Dans chaque région, nous partirons
de la formule d’échantillonnage pour déterminer l’échantillon.
 Région de Thiès : On utilisera l’indice t
n
𝐸(𝑡) = n
1+( )
N(t)
Avec n = 100 et N(t) = 101 on aura alors E(t) = 100/ (1+ (100/101)) = 50,24.
Parmi les 101 périmètres horticoles de la région de Thiès, nous avons choisi 50 périmètres qui seront
concernés par l’enquête.
 Région de Diourbel : Nous choisirons l’indice d
n
𝐸(𝑑) = n
1+( )
N(d)
Avec n = 100 et N(d) = 45 on aura alors E(d) = 100/ (1+ (100/45)) = 31,03.
Parmi les 45 périmètres horticoles de la région de Diourbel, nous avons choisi 31 périmètres qui seront
concernés par l’enquête.
 Région de Fatick : nous choisirons l’indice f
n
𝐸(𝑓) = n
1+( )
N(f)
Avec n = 100 et N(f) = 127 on aura alors E(f) = 100/ (1+ (100/127)) = 55,94.
Parmi les 127 périmètres horticoles de la région de Fatick, nous avons choisi 56 périmètres qui seront
concernés par l’enquête.
Les périmètres horticoles étant gérés soit de manière collective ou de manière individuelle, plusieurs
individus peuvent faire l’objet d’enquête au niveau d’un seul périmètre. Ainsi chaque individu est
considéré comme possédant un périmètre individuel d’où une hausse du nombre de périmètres dans la
région de Fatick, passant de 56 à 73.
Ainsi l’enquête se fera auprès de 50 périmètres de la région de Thiès, 31 périmètres de la région de
Diourbel et 56 périmètres de la région de Fatick.

Echantillonnage pour les marchés


L’enquête auprès des périmètres horticoles montre qu’il y a huit principaux marchés de vente dans la
région de Thiès et dix principaux marchés de vente aussi bien dans la région de Diourbel que dans la
région de Fatick.

18
Ainsi l’enquête auprès des commerçants s’était fait au niveau de 28 marchés dans la zone du bassin
arachidier. Parmi ces 28 marchés, 8 sont des marchés permanents et 20 des marchés hebdomadaires.
Tableau 2 : Récapitulatif des échantillonnages de périmètres et de marchés
Régions Nombres de Echantillon Echantillon marchés
périmètres périmètres tiré
Permanant Hebdomadaire

Thiès 101 50 2 6

Diourbel 45 31 5 5

Fatick 127 73 1 9

Total 273 154 8 20

Source : Enquête BAME 2015

3.4.2. Collecte et traitement des données


La collecte des données s’est faite auprès des producteurs et des commerçants concernés par l’étude,
dans les trois régions. Les données sont collectées à l’aide des deux types de questionnaires. Dans
chaque région un enquêteur est recruté pour effectuer l’enquête et des missions de supervision ont été
menées pour contrôler l’état d’avancement et la fiabilité des enquêtes. Avant de subir un traitement, les
données ont été saisies sous le logiciel SPSS qui a permis de faire les analyses.

19
ANALYSE ET INTERPRETATION DES RESULTATS

1. Analyse de l’offre
1.1. Différents types de périmètres et leurs caractéristiques
Les périmètres peuvent être classés selon qu’ils appartiennent à une organisation de producteurs où
qu’ils produisent individuellement.

1.1.1. Périmètres horticoles gérés par des Organisations de producteurs (OP)


Les organisations de producteurs mènent des activités productives en vue d’accroitre les revenus des
membres. Elles ont été pour la plupart créées par des projets de développement pour assurer
l’approvisionnement en intrants. Certaines de ces OP tels que les GIE accèdent plus facilement aux
crédits bancaires. L’accroissement des revenus des membres des OP est dû à une bonne gestion du
périmètre, aussi bien dans la production que dans la commercialisation.

Il existe différents types d’organisations de producteurs à savoir les GIE (groupement d’intérêt
économique), les GPF (groupement de promotion féminine) et les associations. Les tableaux suivants
donnent les types d’OP dans les trois régions étudiées.

Tableau 3 : pourcentage des périmètres appartenant à une OP


Observations
Valide Manquante Total
Effectif Pourcent Effectif Pourcent Effectif Pourcent
OP 66 42,9% 88 57,1% 154 100,0%
Source : enquête BAME 2015

Tableau 4 : Répartition des types d’OP dans les trois régions


TYPE D’OP Total
GIE GPF Association

Thiès 4 7 1 12

Région Diourbel 15 0 0 15

Fatick 32 6 1 39
Total 51 13 2 66
Source : enquête BAME 2015

L’analyse du tableau 3 montre que dans les 154 périmètres horticoles enquêtés, 66 sont exploitées par
une organisation de producteurs soit 42,9% du nombre total des périmètres. On remarque dans le tableau
4 que plus de la moitié de ces périmètres, soit 39, se trouvent dans la région de Fatick. On retrouve
cependant dans les régions de Thiès et Diourbel respectivement 12 et 15 périmètres horticoles gérés par
des OP.

20
Ces OP sont constituées de 51 GIE, 13 GPF et 2 associations. Ces résultats peuvent être visualisés dans
le graphique suivant :

Figure 1 : Répartition des types d’OP selon les régions

Répartitions des types d'OP

35
30
25
THIES
20
15 DIOURBEL

10 FATICK
5
0
GIE GPF ASSOCIATION

Source : enquête BAME 2015

1.1.1.1. Effectif des OP et nombre de femmes membres


Tableau 5 : effectif des OP et nombre de femmes membres
Nombre de femmes membres des Effectif des GIE ou GPF
GIE ou GPF
Valide 63 63
Effectif
Manquante 91 91
Moyenne 69,68 80,14
Minimum 0 5
Maximum 218 250
Somme 4390 5049
25 28,00 40,00
Quartiles 50 60,00 63,00
75 92,00 98,00
Source : Enquête BAME 2015

L’analyse du tableau montre que 25% des OP ont un effectif inférieur à 40 membres. On remarque
également que le nombre de membres est inférieur à 63 pour 50% des OP. Par contre 75% ont un
effectif inférieur à 98. Autrement dit, seul 25% ont un effectif dépassant 98 membres.
Concernant les femmes, on note que presque tous les membres des OP sont de sexe féminin et 25%
ont des effectifs dont le nombre de femmes dépassent 92.

21
1.1.1.2. Superficies possédées et superficies exploitées
Tableau 6 : Superficies possédées et exploitées des OP
Superficie Possédée Superficie exploitée

Valide 63 63
Effectif
Manquante 91 91

Moyenne 2,8762 1,8722


Minimum ,20 ,20
Maximum 20,00 9,00
Somme 181,20 117,95
25 1,0000 ,6000
Quartiles 50 2,0000 1,0000
75 3,0000 2,5000
Source : Enquête BAME 2015
On peut lire sur le tableau que la superficie moyenne possédée par les OP de type GIE ou GPF est de
2,8762 ha avec une superficie moyenne exploitée de 1,8722 ha. On remarque également que 25% des
OP ont moins d’1 ha alors que la moitié ne possède pas plus de deux ha. Par contre on note que 75%
des OP ne possèdent pas plus de 3 ha.
Quant aux superficies exploitées, 25% n’exploitent pas plus de 0,6 ha, la moitié n’exploite pas 1 ha tandis
que 75% des organisations de producteurs n’exploitent pas plus de 2,5 ha.
1.1.1.3. Gestion des périmètres
Différents moyens sont utilisés par les organisations de producteurs pour mieux gérer leurs périmètres
horticoles. Ainsi leur encadrement est assuré par diverses structures mais la nature de leurs interventions
varie selon les OP. En plus de l’assistance technique, les producteurs gèrent leurs différentes activités
soit de manière collective soit individuellement, aussi bien pour les activités de production que pour la
commercialisation des produits. Les OP s’organisent également en commissions et disposent aussi des
outils de gestion tels que les carnets de revenus et de dépenses et la tenue des réunions.
1.1.1.3.1. Présence d’un technicien
Sur 61 périmètres gérés par une OP, 65,6% bénéficient de la présence d’un technicien tandis que les
34,4% restants n’ont jamais reçu une visite de la part d’un technicien. Ces résultats sont présentés dans
le tableau suivant :
Tableau 7 : Présence d’un technicien dans les périmètres

Présence d'un technicien Effectifs Pourcentage Pourcentage valide

Oui 40 26,0 65,6


Valide Non 21 13,6 34,4
Total 61 39,6 100,0
Manquante Système manquant 93 60,4
Total 154 100,0

22
Dans le cas où il y’a une présence de technicien, plusieurs types d’assistance peuvent faire l’objet de la
visite. La figure suivante diagramme suivant permet de visualiser les types d’assistance.

Figure 2 : Types d’assistance dans la gestion du périmètre

13.30% 6.70%

appui-conseil

80% Initiation au maraichage

Technique de culture

Source : Enquête BAME 2015

80% des interventions des techniciens dans les périmètres horticoles OP concernent l’appui-conseil alors
que l’initiation au maraichage et les techniques de culture représentent respectivement 13,3% et 6,7%
des interventions.

1.1.1.3.2. Gestion du périmètre dans les activités de production et de vente


L’achat des intrants, le travail des champs, les charges de production et la vente peuvent se faire soit
collectivement soit de façon individuelle selon les périmètres horticoles.

Dans le tableau qui suit, nous avons les différentes activités dans la gestion du périmètre avec le
pourcentage valide du type de gestion.

Tableau 8 : Les types de gestion des périmètres gérés par les OP selon les activités
Type de gestion

Activités Gestion collective (%) Gestion individuelle (%)

Achat intrant 61,9 38,1

Travail des champs 34,9 65,1

Charges de production 41,7 58,3

Vente 39,7 60,3

Source : Enquête BAME 2015

On remarque que 61,9% des OP font leurs achats en intrants de manière collective contre 38,1% qui le
font individuellement. Cependant, pour toutes les autres activités, la gestion se fait plus de manière
individuelle. Généralement dans les OP chaque producteur assure lui-même le travail de son champ mais

23
aussi les charges liées à la production de même que la commercialisation des produits. Ils s’unissent le
plus souvent quand il s’agit d’acheter des intrants, ce qui leur coûterait moins cher.

Figure 3 : Types de gestion selon les activités

70.00%

60.00%

50.00%
achat intrants
40.00%
travails des champs
30.00%
charges de production
20.00%
vente
10.00%

0.00%
GC GI

Source : Enquête BAME 2015

1.1.1.3.3. Les commissions dans la gestion des périmètres

Différentes types de commissions peuvent exister au sein des organisations de producteurs. Cependant
certaines de ces commissions ne sont pas opérationnelles.

Le graphique suivant fait ressortir quelques commissions présentes dans les périmètres horticoles
appartenant à une OP ainsi que les commissions opérationnelles.

Figure 4 : Effectifs des différentes commissions existantes et commissions opérationnelles

suivi éval

éco_soc

maint

envir

gest_eau

info
Opérationnelle
vente Effectif
prod

sem

tech

org

finance

0 5 10 15 20 25 30

Source : Enquêtes BAME 2015

24
On remarque que la commission d’organisation des champs et la commission vente sont les deux
commissions les plus présentes dans la gestion des périmètres OP. On retrouve en effet 28 périmètres
disposant d’une commission d’organisation dont 21 qui sont opérationnelles et 25 périmètres affirmant
avoir une commission vente et dont 22 déclarent que la commission fonctionne.
Cependant la commission économique et sociale de même que la commission suivi-évaluation et la
commission semence n’existent que dans deux périmètres gérés par une OP et ces commissions sont
bien fonctionnelles.

1.1.1.3.4. Autres outils de gestion des périmètres


Les autres outils de gestion du périmètre concernent principalement les cotisations des membres, la
tenue des réunions mais également l’utilisation des carnets de revenus et de dépenses.
Le tableau qui suit montre que 85,9% des OP qui ont répondu à cette question affirment faire des
cotisations au sein de leur organisation contre 14,1% qui ont répondu négativement.
On remarque que la quasi-totalité des OP qui ont répondu tient des réunions avec un pourcentage de
98,5%. Mais aussi ces périmètres disposent presque tous (87,7%) d’un carnet de revenus et de
dépenses. Ces résultats sont représentés dans le graphique suivant :
Figure 5: Autres formes de gestion des périmètres

100.00%
90.00%
80.00%
70.00%
60.00%
OUI
50.00%
40.00% NON
30.00%
20.00%
10.00%
0.00%
COTISATIONS REUNIONS CARNETS

Source : Enquête BAME 2015

Malgré une absence de commission suivi-évaluation et de commission économique et sociale dans


beaucoup de périmètres, on remarque une bonne organisation des périmètres de type OP.

25
1.1.2. Caractéristiques des périmètres individuels
Tableau 9 : Sexe des producteurs individuels selon les régions

Sexe Total
Masculin Féminin

Thiès 38 6 44
Région Diourbel 15 2 17
Fatick 31 37 68
Total 84 45 129
Source : Enquête BAME 2015
Le tableau montre que le nombre de producteurs individuels est de 129 avec 84 hommes et 45 femmes.
Le nombre de producteurs masculins est beaucoup plus important dans la région de Thiès. Par contre on
note plus de femmes dans la région de Fatick que dans les régions de Thiès et Diourbel.
Tableau 10 : Age des producteurs individuels

Age
Valide 116
Effectif
Manquante 38
Moyenne 46,30
Minimum 18
Maximum 76

Source : Enquête BAME 2015

L’âge moyen des producteurs individuels du bassin arachidier est de 46,3 avec un minimum de 18 ans et
un maximum de 76 ans. Ainsi le secteur horticole de cette zone est caractérisé par la jeunesse des
producteurs maraichers.
Quant au niveau d’instruction, on remarque que beaucoup des producteurs individuels ne sont pas
instruits avec un effectif de 42 sur les 118 qui ont répondu soit 35,6%. On note également qu’il y a 31,36%
de producteurs qui ont fait des études coraniques. Cependant il y a une quasi-inexistence de maraichers
individuels qui ont été alphabétisés ou qui ont atteint un niveau d’enseignement supérieur. Le graphe
suivant donne les résultats par région.
Figure 6 : Niveau d’instruction des producteurs individuels dans les trois régions

40

30
THIES
20
DIOURBEL

10 FATICK

0
Aucun Prim Sec Sup Alph Coran

Source : Enquête BAME 2015

26
1.2. Activité de production
1.2.1. Différentes spéculations cultivées
Plusieurs produits sont cultivés dans les trois régions du bassin arachidier concernées. Parmi ces
spéculations, les plus cultivées sont l’oignon, le chou, le piment, la pomme de terre, l’aubergine doux,
l’aubergine amer, le gombo et la tomate. Il existe cependant d’autres cultures telles que le bissap, la
carotte, la laitue, la salade, la menthe entre autres cultures.
1.2.1.1. Oignon
Les résultats montrent que l’oignon est plus cultivé dans la région de Fatick avec un pourcentage de
52,3% du total de producteurs. Ensuite vient la région de Thiès avec 32% puis Diourbel avec 15,6%. On
remarque également que les producteurs qui cultivent l’oignon utilisent le plus souvent la variété
« violet de Galmi». Cette proportion représente 85,2% des producteurs des trois régions. En plus, on note
que 5,5% des producteurs qui ont répondu ne connaissent pas la variété d’oignon cultivée. Les résultats
sont représentés dans le tableau suivant :
Tableau 11 : Culture de l’oignon dans les trois régions selon les variétés
REGIONS Total
Thiès Diourbel Fatick

Effectif % du total Effectif % du total Effectif % du total Effectif % du total

violet de Galmi 28 21,9% 19 14,8% 62 48,4% 109 85,2%


Mercedes 2 1,6% 0 0,0% 0 0,0% 2 1,6%

Orient 3 2,3% 0 0,0% 0 0,0% 3 2,3%


Sonatif 0 0,0% 0 0,0% 1 0,8% 1 0,8%

OIGNON Sunsay 1 0,8% 1 0,8% 0 0,0% 2 1,6%

Safary 0 0,0% 1 0,8% 0 0,0% 1 0,8%

Ngagne mbaye 9 7,0% 0 0,0% 0 0,0% 9 7,0%

Gandiol 1 0,8% 0 0,0% 0 0,0% 1 0,8%

Non connue 2 1,6% 0 0,0% 5 3,9% 7 5,5%


Total 41 32,0% 20 15,6% 67 52,3% 128 100,0%
Source : Enquête BAME 2015

27
1.2.1.2. Chou
La culture du chou est plus pratiquée dans les régions de Thiès et Fatick avec le même pourcentage de
producteurs qui le font c'est-à-dire 42,9%. Quant à la région de Diourbel, seulement 14,3% des
producteurs font la culture de ce produit.

Concernant les variétés, on remarque que la variété de chou connue la plus utilisée reste la variété
« Tropica Cross » avec 23,8% des producteurs qui la cultive et dont la majeur partie se trouve dans la
région de Thiès. Cependant 28,6% des producteurs interrogés affirment ne pas connaître la variété de
chou cultivée.

A part la variété « Tropica Cross », les variétés de chou les plus cultivées sont « Africa Cross » et
« marché de Copenhague » avec respectivement 16,7% et 11,9% des producteurs des trois régions qui
les cultivent.

Tableau 12 : Culture du chou dans les trois régions selon les variétés
Région Total
Thiès Diourbel Fatick
Effectif % du total Effectif % du total Effectif % du total Effectif % du total
Marché de Copenhague 0 0,0% 1 2,4% 6 14,3% 7 16,7%
Africa cross 4 9,5% 1 2,4% 0 0,0% 5 11,9%
Tropica cross 6 14,3% 2 4,8% 2 4,8% 10 23,8%
Sanda 3 7,1% 0 0,0% 0 0,0% 3 7,1%
Chou
Carina 1 2,4% 2 4,8% 0 0,0% 3 7,1%
Ordinaire 0 0,0% 0 0,0% 3 7,1% 3 7,1%
Fabilan 1 2,4% 0 0,0% 1 2,4% 2 4,8%
Non connue 4 9,5% 0 0,0% 8 19,0% 12 28,6%
Total 18 42,9% 6 14,3% 18 42,9% 42 100,0%
Source : Enquête BAME 2105

28
1.2.13. Piment
Tableau 13 : Culture du piment dans les trois régions selon les variétés
Région Total
Thiès Diourbel Fatick
Effectif % du total Effectif % du total Effectif % du total Effectif % du total

Tyson 2 2,8% 5 7,0% 11 15,5% 18 25,4%


Big sun 2 2,8% 2 2,8% 6 8,5% 10 14,1%
Bombardier 1 1,4% 0 0,0% 0 0,0% 1 1,4%
Dixon 2 2,8% 1 1,4% 0 0,0% 3 4,2%
Saffi 1 1,4% 1 1,4% 1 1,4% 3 4,2%
Piment Poivron 4 5,6% 0 0,0% 0 0,0% 4 5,6%
Sadam 0 0,0% 1 1,4% 1 1,4% 2 2,8%
Salade 0 0,0% 0 0,0% 7 9,9% 7 9,9%
Goana 2 2,8% 2 2,8% 1 1,4% 5 7,0%
Non connue 9 12,7% 3 4,2% 7 9,9% 19 26,8%
Jaune de Burkina 12 16,9% 0 0,0% 0 0,0% 12 16,9%
Total 31 43,7% 13 18,3% 27 38,0% 71 100,0%
Source : Enquête BAME 2015
On note dans le tableau que le nombre de producteurs cultivant le piment dans la région de Thiès
représente 43,7% du nombre total de producteurs faisant le piment dans les trois régions. Il s’en suit la
région de Fatick avec 38% et 18,3% pour la région de Diourbel.
25,4% des producteurs cultivent le piment Tyson alors que 26,8% ne connaissent pas la variété de
piment cultivée. A part la variété Tyson, certains producteurs cultivent la variété Big sun (14,1%) et le
poivron (9,9%). On remarque cependant une très faible proportion de producteurs cultivant la variété
« bombardier » avec 1,4% soit un seul producteur se trouvant dans la région de Thiès.
1.2.1.3. Pomme de terre
La culture de la pomme de terre est beaucoup moins pratiquée que les autres cultures avec seulement 6
producteurs qui le font. Ces producteurs se trouvent essentiellement dans les régions de Thiès et
Diourbel. Parmi ces producteurs, les 4 (soit 66,7%) sont de la région de Thiès alors que les deux autres
se trouvent dans la région de Fatick.
Tableau 14: Culture de la pomme de terre dans les trois régions selon les variétés
Région Total
Thiès Fatick
Effectif % du total Effectif % du total Effectif % du total
Arova 1 16,7% 0 0,0% 1 16,7%
Defla 1 16,7% 1 16,7% 2 33,3%
Pomme de terre Safran 1 16,7% 0 0,0% 1 16,7%
Autres 1 16,7% 1 16,7% 2 33,3%
Non connue 0 0,0% 1 16,7% 1 16,7%
Total 4 66,7% 2 33,3% 6 100,0%
Source : Enquête BAME 2015

29
1.2.1.4. Aubergine doux
Sur les 64 producteurs des trois régions qui cultivent ce produit, plus de la moitié soit 51,6% sont de la
région de Thiès. Les proportions des producteurs d’aubergine doux dans les régions de Diourbel et Fatick
sont respectivement 26,6% et 21,9%.

La variété d’aubergine la plus cultivée est le « Black Beauty » avec 54,7% de ces producteurs qui la
cultivent. Cependant 35,9% affirment ne pas connaître la variété d’aubergine doux cultivée.

Tableau 15 : Culture de l’aubergine doux dans les trois régions selon les variétés
Région Total
Thiès Diourbel Fatick
Effectif % du total Effectif % du total Effectif % du total Effectif % du
total
Black Beauty 14 21,9% 15 23,4% 6 9,4% 35 54,7%
Autre 4 6,2% 0 0,0% 0 0,0% 4 6,2%
Aubergine doux
Clanda 2 3,1% 2 3,1% 0 0,0% 4 6,2%
Non connue 14 21,9% 1 1,6% 8 12,5% 23 35,9%
Total 33 51,6% 17 26,6% 14 21,9% 64 100,0%
Source : Enquête BAME 2015

1.2.1.5. Gombo
Tableau 16 : Culture du gombo dans les trois régions selon les variétés
Région Total
Thiès Diourbel Fatick
Effectif % du total Effectif % du total Effectif % du total Effectif % du total
Clemson 4 11,1% 6 16,7% 3 8,3% 13 36,1%
Gombo Autre 0 0,0% 1 2,8% 0 0,0% 1 2,8%
Non connue 9 25,0% 0 0,0% 13 36,1% 22 61,1%
Total 13 36,1% 7 19,4% 16 44,4% 36 100,0%
Source : Enquête BAME 2015

Dans les trois régions, 36 producteurs enquêtés cultivent le gombo. La région de Fatick a plus de
producteurs qui pratiquent cette culture avec un pourcentage de 44,4%. La région de Thiès a 36,1%
tandis que Diourbel a une proportion de 19,4% de producteurs cultivant le gombo.

61,1% de ces producteurs ne connaissent pas la variété du gombo qu’ils cultivent alors que les 36,1%
utilisent la variété « Clemson » et 2,8% qui utilisent d’autres variétés.

30
1.2.1.6. Aubergine amère
Tableau 17 : Culture de l’aubergine amer dans les trois régions selon les variétés
Région Total
Thiès Diourbel Fatick
Effectif % du total Effectif % du total Effectif % du total Effectif % du total
Non connue 7 18,4% 0 0,0% 10 26,3% 17 44,7%
Ngalam 1 2,6% 0 0,0% 1 2,6% 2 5,3%
Aubergine
Keur Mberi Ndao 12 31,6% 3 7,9% 3 7,9% 18 47,4%
Amer
Bibi Dabo 1 2,6% 0 0,0% 1 2,6% 2 5,3%
Africa 0 0,0% 0 0,0% 1 2,6% 1 2,6%
Total 20 52,6% 3 7,9% 15 39,5% 38 100,0%
Source : Enquête BAME 2015

On remarque dans le tableau que 38 producteurs font la culture de l’aubergine amer dans les trois
régions. 52,6% de ces producteurs sont dans la région de Thiès, 7,9% dans la région de Diourbel et
39,5% dans la région de Fatick.

Le tableau fait ressortir que 44,7% de ces producteurs ne connaissent pas la variété de leur produit. Par
contre 47,4% cultivent la variété « Keur Mberi Ndao ».

1.2.1.7. Tomate
Tableau 18: Culture de la tomate dans les trois régions selon les variétés
Région Total
Thiès Diourbel Fatick

Effectif % du total Effectif % du total Effectif % du total Effectif % du total

Xina 24 25,8% 11 11,8% 14 15,1% 49 52,7%


Mongal 9 9,7% 10 10,8% 4 4,3% 23 24,7%

Ganila 6 6,5% 6 6,5% 6 6,5% 18 19,4%

Non connue 3 3,2% 0 0,0% 7 7,5% 10 10,8%

Tomate Samifary 0 0,0% 0 0,0% 2 2,2% 2 2,2%

Khewel 0 0,0% 1 1,1% 0 0,0% 1 1,1%

Simolfry 0 0,0% 1 1,1% 0 0,0% 1 1,1%

Mboro 2 2,2% 0 0,0% 0 0,0% 2 2,2%

cobra 1 1,1% 0 0,0% 0 0,0% 1 1,1%


Total 39 41,9% 23 24,7% 31 33,3% 93 100,0%
Source : Enquête BAME 2015

Le tableau montre que 41,9% des producteurs de tomate sont dans la région de Thiès. Les 33,3% sont
dans la région de Fatick alors que les 27,7% se trouvent dans la région de Diourbel. La variété « Xina »
est celle qui est la plus cultivée avec un pourcentage de 52,7%. Les autres variétés les plus utilisées sont
la tomate « Mongal » (24,7% des producteurs), la tomate « Ganila » (19,4%) alors que 10,8% ne
connaissent la variété de tomate cultivée.
31
1.2.1.8. Carotte
Tableau 19 : Culture de la carotte dans les trois régions selon les variétés
Région Total
Thiès Diourbel Fatick
Effectif % du total Effectif % du total Effectif % du total Effectif % du total
Non connue 3 27,3% 0 0,0% 3 27,3% 6 54,5%
nantaise 0 0,0% 1 9,1% 0 0,0% 1 9,1%
Carotte chantenay 0 0,0% 0 0,0% 1 9,1% 1 9,1%
royal cross 1 9,1% 1 9,1% 0 0,0% 2 18,2%
Longue 1 9,1% 0 0,0% 0 0,0% 1 9,1%
Total 5 45,5% 2 18,2% 4 36,4% 11 100,0%
Source : Enquête BAME 2015

On remarque que peu de producteurs font la culture de la carotte. Seul 11 producteurs concernés par
l’enquête, dans les trois régions, font cette culture. Parmi ces producteurs, 54,5% ne connaissent pas la
variété de carotte cultivée alors que 18,2% cultivent la variété « Royal cross ».Le graphique suivant donne
les différents produits et le nombre de producteurs qui les cultivent et selon les régions.

Figure 7 : les différents produits cultivés selon les régions

70 oignon
60 chou
50 piment
40 pomme de terre

30 aubergine doux
gombo
20
tomate
10
aubergine amer
0
carotte
Thiès Diourbel Fatick

Source : Enquête BAME 2015

32
L’oignon reste le produit le plus cultivé et la plupart des producteurs d’oignon se trouvent dans la région
de Fatick. Cependant c’est dans la région de Thiès qu’on note une plus grande diversification des cultures.

1.2.2. Motivation du choix des cultures pratiquées


Tableau 20: Orientation du choix des cultures pratiquée
Réponses
N: Pourcentage :
Rentabilité 27 27,0%
Adaptation au sol 28 28,0%
Demande sociale 9 9,0%
Cultures mieux connues 2 2,0%
Débutant dans le métier 3 3,0%
Manque de moyens 4 4,0%
Essai 2 2,0%
Plus facile à pratiquer 3 3,0%
Choix _culture plus facile à écouler 5 5,0%
Cultures préférées 2 2,0%
Plus adaptées à la conservation 1 1,0%
Pas de semences des autres produits 3 3,0%
conseillé par un technicien 1 1,0%
Rendement 1 1,0%
Rapidité de maturité des spéculations 6 6,0%
Auto gestion 2 2,0%
Culture hivernale et de la saison sèche 1 1,0%
Total 100 100,0%
Source : Enquête BAME 2015
Plusieurs raisons peuvent pousser les maraichers à choisir le produit à cultiver. Mais on constate que la
rentabilité et l’adaptation au type de sol orientent le plus le choix des cultures pratiquées par les
producteurs maraichers des trois régions avec respectivement 27% et 28% du total des producteurs qui
ont répondu à cette question. On note cependant que certains producteurs (9%) sont guidés dans leur
choix des cultures par la quantité de produit demandée sur le marché.

1.2.3. Modes d’obtention des terres


Il existe plusieurs modalités d’obtention des terres telles que l’héritage et la location.

Tableau 21 : Modes d’obtention des terres selon les régions


Obtention des terres Total
Héritage Location Achat Affecté par le Affectées par le Prêt Don
CR chef de village
Effectif 43 0 3 1 2 0 0 48
Thiès
% du total 29,5% 0,0% 2,1% 0,7% 1,4% 0,0% 0,0% 32,9%
Effectif 10 2 4 11 1 0 4 31
Région Diourbel
% du total 6,8% 1,4% 2,7% 7,5% 0,7% 0,0% 2,7% 21,2%
Effectif 24 0 0 7 27 10 0 67
Fatick
% du total 16,4% 0,0% 0,0% 4,8% 18,5% 6,8% 0,0% 45,9%
Effectif 77 2 7 19 30 10 4 146
Total
% du total 52,7% 1,4% 4,8% 13,0% 20,5% 6,8% 2,7% 100,0%
Source : Enquête BAME 2015

33
On constate que plus de la moitié des producteurs maraichers des trois régions qui ont répondu à cette
question affirment avoir obtenu leurs terres par héritage (52,7% des enquêtés). Pour certains producteurs,
les terres sont affectées par le chef de village (20,5%) ou par le conseil rural (13%). Par contre, dans les
trois régions, il n’y a que deux personnes qui ont loué leurs terres et sont toutes de la région de Thiès.

1.2.4. Modes d’obtention des semences


Tableau 22 : Modalités d’obtention des semences selon les régions
Région Total
Thiès Diourbel Fatick
Effectif Effectif Effectif Effectif

Achat 48 27 69 144
Obtention de semences Don 3 1 3 7
Autres 0 1 0 1
Total 49 29 70 148
Source : Enquête BAME 2015

Pour 148 personnes qui ont répondu à cette question, les 144 ont acheté leurs semences tandis que 7
producteurs affirment les avoir reçu par don. On constate cependant qu’aucun producteur dans toutes
les trois régions ne produit ses propres semences.

1.2.5. Utilisation des produits phytosanitaires et de l’engrais


Il existe différents types d’engrais et de produits phytosanitaires utilisés par les producteurs afin
d’augmenter les rendements de leurs cultures.

Pour les produits phytosanitaires, les plus utilisés sont le Malathion, le Diméthoat, le Fridan et le Dessis.

Quant à l’engrais, on note que les producteurs utilisent le plus souvent le 10-10-20 (61,5% des
producteurs) mais également le 15-15-15 et le 6-10-20 avec respectivement 30,3% et 4,1% des
producteurs qui les utilisent. L’engrais 10-10-20 est plus recommandé pour la production maraichère
grâce à une plus grande présence de potassium qui favorise le développement des fleurs et des fruits.

Dans les graphiques suivants nous avons le nombre de producteurs utilisant les différents types d’engrais
et les différents types de produits phytosanitaires dans les cultures principales.

34
Figure 8 : Nombre de producteurs utilisant différents types de produits phytosanitaires sur les principales cultures

50
45
40
35
Malathion
30
Diméthoat
25
20 Fridan
15
Dessis
10
5
0
Oignon Chou Piment Pom. T Aub. D Gombo Tomate Aub. A Carotte

Source : Enquête BAME 2015

Figure 9: Nombre de producteurs utilisant différents types d’engrais sur les principales cultures

70

60

50

40 10_10_20

30 15_15_15

20 6_10_20

10

0
Oignon Chou Piment Pom. T Aub. D Gombo Tomate Aub. A Carotte

Source : Enquête BAME 2015

Les deux graphiques montrent que les producteurs utilisent l’engrais et les produits phytosanitaires le
plus souvent sur l’oignon, le piment, l’aubergine doux et la tomate. On note ainsi une forte utilisation de
l’engrais 10-10-20 et du produit Diméthoat sur l’oignon et la tomate. Ces deux produits ont un pourcentage
très élevé sur la production totale de produits horticoles dans cette zone du bassin arachidier. On
remarque alors cette corrélation positive entre l’utilisation de ces deux produits le volume de production.
1.2.6. Analyse des systèmes d’irrigation
Il existe plusieurs types de sources d’approvisionnement qui permettent la gestion de l’eau dans les
périmètres horticoles et différents systèmes d’irrigation sont utilisés. Dans le tableau qui suit, on a le
tableau croisé entre les sources d’approvisionnement et techniques d’irrigation

35
Tableau 23 : les différentes sources d’approvisionnement et les techniques d’irrigation
Source : Enquête BAME 2015

Sources d'approvisionnement
Puits Forage/av Compteur Séane Château Etang pompe à provient puits avec pompe à Don
ec pompe volumétriq s d’eau/ave pression directeme pompe immersion
à ue c pompe à manuelle nt au sol sans
immersion (Fcfa/m3) immersion solaire
électrogèn et solaire
e
Effecti Effectif Effectif Effecti Effectif Effecti Effectif Effectif Effectif Effectif Effecti
f f f f
Arrosoir 48 3 45 4 4 5 1 0 7 1 0
goutte à
2 1 9 0 0 0 0 0 0 0 0
goutte
irrigation à la
0 1 4 0 0 0 0 0 1 0 1
raie
Seau 21 0 0 8 1 1 0 0 0 0 0
Système
Bidon 6 1 0 6 0 3 0 1 0 0 0
d'irrigation
Bassin 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
raccord 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0
tricoflex 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0
tournequin 0 0 2 0 0 0 0 0 0 0 0
Lance 1 3 2 0 0 0 0 0 1 0 0
Les puits et les compteurs volumétriques sont les sources d’approvisionnement que l’on retrouve dans la
majeure partie des périmètres horticoles enquêtés, dans la zone centre du bassin arachidier. On
remarque également que la plupart de ces producteurs qui utilisent ces deux sources ont un système
d’irrigation basé sur l’arrosoir. Ainsi 48 producteurs sur 150 enquêtés, utilisant l’arrosoir comme moyen
d’irrigation, tirent leur eau à partir d’un puits. Ce nombre représente 32% des enquêtés.

Quant au système goutte à goutte, seul 12 producteurs sur 150 pratiquent ce système (8%) et dont la
presque totalité utilisent les compteurs volumétriques comme technique d’irrigation.

Les forages et les châteaux d’eau avec pompe à immersion sont très rares dans les périmètres qui ont
concernés l’enquête et dans peu de périmètres où cela existe, le moyen d’irrigation reste l’arrosoir.

On peut noter que certains producteurs utilisent des moyens rudimentaires d’irrigation à savoir les seaux,
les bassines etc.

36
1.2.7. Main d’œuvre agricole
Tableau 24 : Utilisation de la main d’œuvre salariée

Utilisation de la main d’œuvre Total

Oui Non
Thiès 17 29 46
Région Diourbel 1 26 27
Fatick 2 67 69
Total 20 122 142
Source : Enquête BAME 2015

Les producteurs horticoles de la zone du bassin arachidier ne font presque pas recours à la main d’œuvre
agricole. En effet seuls 14% des producteurs affirment utiliser une main d’œuvre contre 86% qui n’en
utilisent pas. On remarque donc que, surtout au niveau des organisations de producteurs, les opérations
culturales sont effectuées par les Membres. Parmi la main d’œuvre agricole, on distingue la main d’œuvre
autochtone et celle allochtone et les modalités de paiement diffèrent selon les périmètres.

Tableau 25 : Nature de la main d’œuvre


Nature de la main d’œuvre Total
Autochtone Allochtone
Thiès 5 10 15
Régions Diourbel 1 0 1
Fatick 1 1 2
Total 7 11 18
Source : Enquête BAME 2015
Parmi les 20 producteurs qui utilisent de la main d’œuvre agricole, 11 producteurs utilisent de la main
d’œuvre autochtone tandis que les 7 autres font recours à une main d’œuvre étrangère. On remarque
également que c’est dans la région de Thiès que les producteurs utilisent plus de main d’œuvre agricole.
Mais également un seul producteur de la région de Diourbel utilise une main d’œuvre et cette dernière
est locale.

Pour les modalités de paiement, les travailleurs peuvent être payés par jour, mensuellement ou bien
même à la fin de la campagne agricole. Dans la région de Diourbel, le seul producteur qui utilise de la
main d’œuvre ne donne néanmoins pas les modalités de paiement.

Nous avons dans le graphique suivant les modalités de paiement de la main d’œuvre dans les régions
de Thiès et Fatick.

37
Figure 10 : Modes de paiement de la main d’œuvre dans les régions de Thiès et Fatick

5 Journalier
4
Mensuel
3
Campagne
2

0
Thiès Fatick

Source : Enquête BAME 2015

Le paiement par campagne est la modalité de paiement la plus appliquée par les producteurs horticoles
de Thiès et Fatick. Ainsi à Thiès, 53,33% des producteurs qui ont répondu à cette question paient leurs
travailleurs après avoir bouclé la campagne agricole alors qu’à Fatick où il n’y a que deux producteurs
qui utilisent la main d’œuvre, le paiement se fait par campagne.

On remarque alors que seuls les producteurs de Thiès pratiquent le paiement journalier (13,33% des
producteurs) et le paiement mensuel (33,33% des producteurs).

Les travailleurs peuvent être des hommes, des femmes mais également des enfants. Dans le graphique
qui suit, nous représentons les différentes catégories de main d’œuvre dans les trois régions. On
remarque donc que la main d’œuvre homme est plus utilisée dans les périmètres horticoles.

Figure 11 : Les différentes catégories de la main d’œuvre dans les trois régions

16
14
12
10 Hommes
8
Femmes
6
4 Enfants
2
0
Thiès Diourbel fatick

Source : Enquête BAME 2015

1.2.8. Matériaux agricoles


Plusieurs types de matériaux sont utilisés dans les périmètres horticoles des trois régions. Mais la plupart
de ces matériaux ne sont pas modernes et ne permettent pas une production à grande échelle. Parmi
ces matériaux, les plus utilisés par les producteurs sont l’arrosoir, le seau, la pelle, le râteau, le
pulvérisateur, la binette, la brouette, le daba, le hilaire, la motopompe, entre autres.

38
Nous avons dans le graphique suivant la proportion des producteurs utilisant chacun de ces types de
matériaux.

Figure 12 : Les différents types de matériaux utilisés dans les périmètres

Arrosoir

Seau
20.50%
29% Pelle

Râteau

Pulvérisateur

Binette
13.10%
1.40% Brouette

daba
2%
hilaire
2% 8.70%
motopompe
3.80% 5%
9.70% Autres

4.80%

Source : Enquête BAME 2015

Dans tous les périmètres horticoles enquêtés, il a été répertorié 52 types de matériaux agricoles. Le
matériel agricole le plus utilisé par les producteurs est l’arrosoir. En effet ce matériel est présent dans
20,5% des périmètres horticoles enquêtés. En plus de ce matériel, les plus utilisés restent les seaux, les
pelles et les râteaux avec des pourcentages respectivement de 13,1%, 8,7% et 9,7% des producteurs qui
les utilisent.

Cependant on note une faible présence des matériaux tels que le daba, le hilaire et la motopompe. Les
autres matériaux restants sont utilisés par 29% des producteurs concernés par l’enquête.

1.3. Volumes (en Kg) de production des différents produits


Tableau 26 : Volume de production des différents produits selon les régions
Spéculationss Oignon Chou Piment Pomme de Aubergine Gombo Tomate Aubergine Carotte
T. doux Amer
Régions

Thiès 60270 13610 8253 1950 12905 12488 22805 8370 12250

Diourbel 350666 2595 18355 - 5780 333 217955 4975 372

Fatick 98136 4950 3782 - 4227 1559 10753 3584 190

Total 509072 21155 30400 1950 22912 14380 251513 16929 12812

Source : Enquête BAME 2015

L’offre de produits horticoles dans la zone du bassin arachidier, particulièrement dans les régions de
Thiès, Diourbel et Fatick, est plus importante pour les produits comme l’oignon et la tomate. Mais on

39
constate que 68,88% du volume produit d’oignon et 86,65% du volume produit de tomate dans les trois
réions proviennent de Diourbel, une région qui a moins de producteurs horticoles que les régions de Thiès
et Fatick

A part ces deux spéculations, le piment a le volume total de production le plus élevé dans cette zone du
bassin arachidier. Mais la plupart du piment provient de la région de Diourbel avec un volume de
production de 18355 kg, représentant 60,37% de la production totale de piment des producteurs
enquêtés. . Cependant les volumes produits de chou et de carotte sont beaucoup plus importants dans
la région de Thiès.

Le graphique suivant donne les volumes de production des différentes spéculations dans les trois régions.

Figure 13 : Volume de production des produits selon les régions

400000 Oignon

350000 Chou

300000 Piment
250000
Pom. T.
200000
Aub. D.
150000
Gombo
100000
Tomate
50000
Aub. A.
0
THIES DIOURBEL FATICK Carotte

Source : Enquête BAME 2015

40
2. Analyse de la commercialisation des produits horticoles
2.1. Commercialisation chez les producteurs
2.1.1. Méthodes de vente des producteurs
Chez les producteurs, la vente se fait soit bord champs soit à des intermédiaires ou directement au niveau
des marchés qui est la méthode de vente la plus fréquente chez les producteurs. En effet 66,5% des
producteurs vendent leurs produits au niveau des marchés.

Figure 14 : Les différentes méthodes de vente des producteurs

Bord champs
29.20%
Intermédiaires

66.50% Marché
4.30%

Source : Enquête BAME 2015

Les principaux acheteurs sont les consommateurs et les commerçants. Le tableau suivant croise les
méthodes de vente des producteurs et les différents clients.

Tableau 27: Les méthodes de vente et les principaux clients


Régions Les principaux clients Total
Consomm Banaba Coxeurs Grossiste Détaillant
ateurs nas s s
Bord du champ Effectif 9 11 0 0 1 16
comment s'effectue la
Au marché Effectif 9 31 2 2 2 34
Thiès vente
Vente aux intermédiaires Effectif 0 4 1 1 0 4
Total Effectif 13 36 3 2 2 43
Bord du champ Effectif 13 19 1 4 12 25
comment s'effectue la
Au marché Effectif 16 18 0 3 13 26
Diourbel vente
Vente aux intermédiaires Effectif 1 1 0 0 1 1
Total Effectif 17 21 1 4 14 30
Bord du champ Effectif 6 11 2 12
comment s'effectue la Au marché Effectif 24 55 4 61
Fatick vente
Vente aux intermédiaires Effectif 0 3 0 3

Total Effectif 24 61 4 67
Source : Enquête BAME 2015

On remarque que dans toutes les trois régions, le nombre de producteurs qui vendent aux marchés est
plus important que ceux qui vendent aux intermédiaires ou au bord du champ, sauf dans la région de

41
Diourbel où la vente bord champs est légèrement plus élevée. Aux marchés, les banabanas sont ceux
qui traitent le plus avec les producteurs. Ensuite nous avons les détaillants puis les grossistes.

Quant aux commerçants, après achat auprès des producteurs, les produits sont vendus aux clients au
niveau des marchés. Le tableau suivant donne les principaux clients des commerçants dans chaque
région.

Tableau 28 : Les principaux clients des commerçants


Région Total
Diourbel Fatick Thiès
Consommateurs Effectif 5 25 15 45

Banabanas Effectif 2 8 3 13

principaux clients Coxeurs Effectif 1 0 1 2

Grossistes Effectif 2 1 6 9

Détaillants Effectif 6 22 17 45

Total Effectif 6 27 29 62
Source : Enquête BAME 2015

Dans chaque région, on constate que les produits des commerçants sont achetés le plus par les
consommateurs mais aussi les détaillants. Il y a peu de banabanas qui achètent au niveau des marchés
car étant le plus souvent les vendeurs du marché.

2.1.2. Marchés de vente


Dans chaque région il existe de grands marchés où la production horticole est destinée. Ainsi à Thiès,
les marchés les plus fréquentés par les commerçants sont le marché de Thiès (marché « bou mak »), le
marché de Pékesse, le marché de Mboro, le marché de Touba Toul, etc.

A Diourbel nous avons le marché de Touba (Gare bou mak), le marché de Diourbel, le marché de
Lambaye, le marché Ocass à Touba, etc.

Quant à la région de Fatick, les principaux marchés de vente sont le marché de Sokone, le marché de
Passy, le marché de Touba Mouride, le marché de Ndiamé escale etc.

On remarque également que certains commerçants d’une région vendent dans des marchés d’autres
régions ou même dans des marchés ne faisant pas partis de ces trois régions. En effets certains marchés
de Dakar tels que celui de Thiaroye et celui de Pikine mais aussi le marché de Kaolack sont des
destinations des produits des régions de Thiès, Diourbel et Fatick.

Le schéma suivant donne la destination de la production vers les différents marchés.

42
Figure 15: Les marchés de ventes des produits horticoles et leurs interrelations

Réalisé par les auteurs


Ces marchés, qui peuvent être permanents ou hebdomadaires, se trouvent aussi bien dans les milieux
ruraux que dans les milieux urbains.
Le tableau suivant donne le type et la périodicité des marchés dans les trois régions.
Tableau 29 : La périodicité des marchés en fonction du type de marché
Périodicité Total
Permanente Hebdomadaire
Urbain 7 32 39
Type de marché
Thiès Rural 8 0 8
Total 15 32 47
Urbain 2 11 13
Type de marché
Diourbel Rural 14 1 15
Total 16 12 28
Urbain 8 34 42
Type de marché
Fatick Rural 16 4 20
Total 24 38 62
Urbain 17 77 94
Type de marché
Total Rural 38 5 43
Total 55 82 137
Source : Enquête BAME 2015

43
Dans les régions de Diourbel et Fatick, les producteurs enquêtés vendent plus dans les marchés urbains
que dans les marchés ruraux alors que dans la région de Thiès les producteurs vendent plus leurs
produits dans les marchés ruraux. Concernant la périodicité des marchés, on note que dans toutes les
trois régions il y a plus de marchés hebdomadaires que de marchés permanents.

En résumé, dans cette zone du bassin arachidier, les producteurs vendent plus souvent dans les marchés
hebdomadaires qui se trouvent en milieu urbain.

2.1.3. Prix de vente des produits


Pour les producteurs, on note une légère variation des prix des différents produits d’une région à une
autre. Mais on constate que les prix sont le plus souvent plus élevés dans la région de Fatick que dans
les régions de Thiès et Diourbel. L’analyse des volumes de production a montré que, pour presque toute
les spéculations, l’offre de produits horticoles des producteurs maraichers de cette zone était la moins
importante. Ceci montre la corrélation entre l’offre et les prix : si l’offre de produits diminue, le prix
augmente car la demande est plus importante.

Tableau 30 : Prix de vente moyen du Kg pour chaque produit (prix au producteur)


Source : Enquête BAME 2015
Oignon Chou Piment Pomme Aub. Gombo Tomate Aub. Carotte
de T. Doux Amer

Thiès 221 926 212 256 487 242 283 250

223
Diourbel 450 1090 - 200 575 220 225 333
210
Fatick 354 1204 - 268 503 210 350 300

317
Figure 16 : Prix de vente moyen du Kg pour chaque produit (prix au producteur)

1400

1200

1000

800 Thiès
600
Diourbel
400
Fatick
200

0
oignon chou piment Pom. Terre Aub. Doux gombo tomate Aub. Amer carotte

Source : Enquête BAME 2015

Ainsi l’offre de production impacte sur les prix de vente au producteur. Nous avons donc la fonction
suivante : Px = f(Qx) avec Px le prix de vente du produit X et Qx la quantité produite du bien X. Par
exemple pour l’oignon nous avons le tableau de corrélation suivant :

44
Tableau 31 : Corrélation entre l’offre d’oignon et le prix
Volume oignon Prix oignon

Corrélation de Pearson 1 -0,492

Volume oignon Sig. (bilatérale) 0,672

Effectif (régions) 3 3
Corrélation de Pearson -0,492 1

Prix oignon Sig. (bilatérale) 0,672

Effectif (régions) 3 3
Source : Enquête BAME 2015

Ici le volume de production et le prix au producteur sont corrélés négativement. En effet, si l’offre des
producteurs d’oignon diminue alors on assistera à une hausse du prix de l’oignon.
Pour la tomate le tableau de corrélation est le suivant :
Tableau 32 : Corrélation entre l’offre d’oignon et le prix
Source : Enquête BAME 2015
volume tomate prix tomate

Corrélation de Pearson 1 -0,161


volume tomate Sig. (bilatérale) 0,897
Effectif (région) 3 3
Corrélation de Pearson -0,161 1

prix tomate Sig. (bilatérale) 0,897

Effectif (région) 3 3
Pour ce qui est de la tomate le coefficient de corrélation est de – 0,161, ce qui veut dire qu’il y a une faible
corrélation négative entre le prix de la tomate et le volume de production.

2.2. Commercialisation chez les commerçants


2.2.1. Différents types de commerçant
Tableau 33 : Les différents types de commerçant dans les trois régions
Région Effectifs Pourcentage
Diourbel Valide grossiste 17 34,0
détaillant 32 64,0
coxeur 1 2,0
Total 50 100,0
Fatick Valide détaillant 27 100,0
Thiès Valide grossiste 8 27,6
détaillant 21 72,4
Total 29 100,0

Source : Enquête BAME 2015

Le tableau indique que les trois principaux types de commerçant enquêtés sont les grossistes, les
détaillants et les coxeurs. Cela s’explique par le fait que certains acteurs peuvent à la fois être grossiste
et demi grossiste, d’autres des grossistes et des détaillants etc.

45
Ainsi les détaillants représentent à Thiès et à Diourbel respectivement 72,4% et 64% des commerçants
enquêtés. Quant à Fatick, tous les commerçants enquêtés sont des détaillants. Un seul coxeurs a été
noté dans tous les trois régions et est de la région de Diourbel

2.2.2. Achat auprès des fournisseurs


Avant de vendre, les commerçants achètent les produits auprès de différents acteurs de la filière. Ainsi
les principaux fournisseurs sont les producteurs, qui sont le plus à être contactés directement par les
commerçants des trois régions. En plus des producteurs, nous avons les grossistes, les banabanas et
les coxeurs. Ces fournisseurs sont également plus contactés directement que par téléphone ou autres
moyens, sauf dans la région de Fatick où il y a plus de commerçants qui traitent par téléphone avec les
coxeurs. On remarque cependant qu’une proportion négligente de détaillants joue le rôle de fournisseurs
dans la filière. Cela s’explique par le fait que ces derniers vendent en général directement aux
consommateurs.
Ces résultats sont présentés dans le tableau qui suit :
Tableau 34: Les différents fournisseurs des commerçants et les modes de contact

Région Contact avec le fournisseur


Directement Par téléphone Autre
Producteurs 23 14
Banabanas 16 6
Diourbel Fournisseurs Coxeurs 13 10
Grossistes 23 7
Détaillants 2 1
Producteurs 17 4 1
Banabanas 8 1 1
Fatick Fournisseurs
Coxeurs 3 2 1
Grossistes 5 1 0
Producteurs 9 6
Banabanas 7 6
Thiès Fournisseurs
Coxeurs 5 7
Détaillants 4 0

Source : Enquête BAME 2015

L’achat auprès des fournisseurs est précédé d’une vérification quant à la qualité des produits. Ainsi 84,9%
des commerçants sont exigeants en terme de qualité des produits qu’ils achètent alors que seuls 10% ne
tiennent pas compte de la qualité des produits au moment de l’achat.

Tableau 35 : Exigences en termes de qualité des produits

46
Effectifs Pourcentage Pourcentage valide Pourcentage
cumulé
Oui 90 84,9 90,0 90,0

Valide Non 10 9,4 10,0 100,0

Total 100 94,3 100,0

Manquante Système manquant 6 5,7

Total 106 100,0

Source : Enquête BAME 2015


Après vérification de la qualité des produits, les commerçants traitent avec leurs fournisseurs à prix fixe
ou négocié selon les rapports existants entre eux. Le tableau suivant croise la fixation du prix et le niveau
de satisfaction des commerçants vis-à-vis de leurs fournisseurs.

Tableau 36 : Fixation des prix et niveau de satisfaction des commerçants


Appréciation des relations avec les fournisseurs Total
Peu satisfaisante Satisfaisante Très satisfaisante

fixation des prix des produits avec Fixes 2 2 1 5


les fournisseurs Négociés 9 82 4 95
Total 11 84 5 100

Source : Enquête BAME 2015

82% des commerçants qui négocient les prix avec leurs fournisseurs entretiennent avec eux des relations
qu’ils jugent satisfaisantes et seulement 4% jugent la relation très satisfaisante. Cependant 9% des
commerçants négocient les prix sachant que les relations avec leur fournisseurs sont peu satisfaisantes.
On remarque également qu’il y a peu de vendeurs qui achètent les produits à prix fixe. Ils représentent
au total 5% des commerçants enquêtés. Les 80% d’entre eux sont partagés entre le fait d’être peu
satisfaisant et le fait d’être satisfaisant de la relation avec les fournisseurs.

47
2.2.3. Appréciation de la tendance des ventes
La tendance des ventes des produits maraichers est appréciée diversement par les commerçants. Les
résultats sont donnés par le tableau qui suit :

Tableau 37 : Appréciation de la tendance des ventes des commerçants

Région Effectifs Pourcentage Pourcentage valide


En hausse 44 88,0 95,7
En baisse 1 2,0 2,2
Valide
Inchangée 1 2,0 2,2
Diourbel
Total 46 92,0 100,0
Manquante Système manquant 4 8,0
Total 50 100,0
En hausse 25 92,6 96,2
Valide En baisse 1 3,7 3,8
Fatick Total 26 96,3 100,0
Manquante Système manquant 1 3,7
Total 27 100,0
En hausse 7 24,1 25,0
En baisse 19 65,5 67,9
Valide
Inchangée 2 6,9 7,1
Thiès
Total 28 96,6 100,0
Manquante Système manquant 1 3,4
Total 29 100,0

Source : Enquête BAME 2015

A Diourbel comme à Fatick, les commerçants estiment que leur activité est en progression avec
respectivement 88% et 92,6% des enquêtés qui le confirment. Mais contrairement dans ces deux régions,
65,5% des commerçants de la région de Thiès constatent que la vente de produits maraichers est en
baisse. On note également que très peu de commerçants voient leurs ventes de produits inchangées,
dans l’ensemble des trois régions.

2.2.4. Quantités vendues


Les quantités vendues sont présentés en fonction des régions, du type d’acteurs et de la spéculation en
vue de mieux faire ressortir les spécificités.

48
Tableau 38 : Quantités vendues par trimestre, par les commerçants dans chaque région, pour les principaux
produits
Quantités vendues par trimestre 1er trimestre 2em trimestre 3em trimestre 4em trimestre
grossiste produits oignon 531903 535232 461948 56515
vendus chou 189306 451355 201334 58840
Piment 77625 63255 16800 21090
Pomme de terre 623000 246643 205409
21678
Aubergine doux 141776 186500 64309
57540
Tomate 189452 446537 203731 58148
Aubergine amère 78573 142156 40869
40240
Carotte 186754 268485 209715 49024
détaillant produits oignon 49970 52206 33389 29415
vendus chou 59040 50390 25890 27391
Pastèque 0 0 0 0
Piment 54150 45012 21552 22788
Diourbel

Pomme de terre 52012 31959 19669


23677
Aubergine doux 46841 34817 24939
17752
Tomate 61083 50479 32902 28929
Aubergine amère 32529 36871 14997
18088
Carotte 59398 47841 27968 29215
Piment Tyson 0 6510 7020 7020
coxeur produits oignon 0 0 0 0
vendus chou 93150 93450 93150 0
Piment 0 0 0 0
Aubergine doux 93150 93450 93150
0
Aubergine amère 93150 93450 93150
0
Carotte 93150 93450 93150 0
grossiste produits oignon 0 0 0 0
vendus chou 0 0 0 0
détaillant produits oignon 61545 73327 101391 28899
vendus chou 60977 48463 45227 33445
Pastèque 0 0 0 0
Piment 15089 13780 13993 14476
Pomme de terre 61375 49855 41986
28899
Aubergine doux 47324 32088 25560
12024
Gombo 951 2834 3946 201
Tomate 15036 27608 13389 4680
Aubergine amère 60815 40497 33103
25924
Carotte 51377 54475 46530 36913
Fatick

Fatick

Piment salade 69699 39291 31928 19103


Piment Tyson 32672 39769 80818 1182
grossiste produits oignon 1568742 1575677 1788194 1083057
vendus chou 1613390 1626206 1846484 1121968
Pastèque 105900 134250 67200 52200
Piment 1568742 1575677 1788194 1083057
Pomme de terre 1853051 1817577 1324673
1217007
Aubergine doux 1439416 1461238 1844435
1007304
Gombo 206705 228492 159021 145058
Tomate 385195 434303 1621041 275593
Aubergine amère 2448000 2673000 1917000
1470000
Carotte 839761 635089 1648581 629902
détaillant produits oignon 128155 206778 114502 98867
vendus chou 114608 204444 93099 93190
Piment 110732 196881 94100 81821
Pomme de terre 91968 180539 81155
68772
Aubergine doux 129167 228778 108803
104794
Gombo 106213 99415 97097 84892
Tomate 131117 212608 117633 100776
Aubergine amère 84528 73795 79088
Thiès

72999
Carotte 42000 46125 27924 30244
Source : Enquête BAME 2015

49
Il ressort de ce tableau que l’oignon est le produit le plus commercialisé dans toutes les trois régions.
Dans les régions de Diourbel et Thiès, la plus grande quantité d’oignon est commercialisée par les
grossistes alors qu’à Fatick ce sont les détaillants qui en vendent la plus grande part. A part l’oignon, les
produits les mieux vendus restent la tomate, le chou, la carotte, la pomme de terre.

La baisse des ventes est due à la période hivernale et la baisse au quatrième trimestre peut être expliquée
par la présence des produits importés qui sont plus chers que les produits horticoles locaux.

Il ressort de ce tableau que les commerçants de Thiès vendent plus que ceux des régions de Diourbel et
Fatick, avec l’aubergine doux qui est la spéculation la mieux commercialisée. A Côté de ce produit, le
piment, la pomme de terre, l’aubergine amer et la carotte sont commercialisés en grande quantité,
toujours à Thiès. Le graphique qui suit permet de visualiser ces résultats.

Figure 17 : Quantités de produits vendues par les commerçants des différentes régions

Source : Enquête BAME 2015

2.2.5. Fixation des prix avec les différents clients


Bien qu’il existe des prix du marché qui découlent de la confrontation entre offre et demande de produits,
les acheteurs négocient avec les commerçants. Ces derniers négocient le plus souvent avec les
consommateurs et les détaillants qui représentent leurs principaux clients.

On remarque également dans le tableau suivant que, même concernant la vente au prix du marché, les
commerçants traitent plus avec les consommateurs et les détaillants. Ce résultat confirme le fait que les
autres acteurs représentent la majeure partie des commerçants.

50
Tableau 39 : Les principaux clients et la fixation des prix des produits

Région Fixation du prix


Négociation Par rapport au Autres
marché
Consommateurs 32 24
Banabanas 4 4
Diourbel Principaux clients Coxeurs 1 1
Grossistes 2 2
Détaillants 21 15
Consommateurs 23 21 1
Banabanas 8 8 0
Fatick Principaux clients
Grossistes 1 1 0
Détaillants 19 19 1
Consommateurs 13 5
Banabanas 3 0
Thiès Principaux clients Coxeurs 1 0
Grossistes 5 1
Détaillants 17 3

Source : Enquête BAME 2015


2.2.6. Evolution trimestrielle des prix de vente des produits
Les prix moyens des produits pour chaque trimestre et pour l’ensemble des régions sont donnés dans le
tableau qui suit.

Tableau 40 : prix de vente moyen du Kg pour chaque produit (prix au commerçant)


Trimestres Oignon Chou Piment Pomme Aub. Gombo Tomate Aub. Carotte
de T. Doux Amer

1er 435 202 1731 327 275 510 249 250 250

2ème 294 192 2242 287 280 658 230 275 266

3ème 507 575 3019 382 322 600 367 350 350

4ème 456 286 3442 403 367 525 335 255 325

Source : Enquête BAME 2015

Les prix des produits évoluent suivant les périodes de l’année et on constate pour beaucoup de
spéculations, une augmentation durant les trois premiers semestres. Au quatrième trimestre on note une
légère baisse mais les prix restent toujours supérieurs à ceux des deux premiers trimestres. Cependant
les prix au quatrième trimestre sont supérieurs aux prix du troisième trimestre pour le piment et la pomme
de terre.

51
La hausse des prix au troisième trimestre est due à la période hivernale où les produits se font rares. On
assiste alors à un déséquilibre entre l’offre et la demande de produits horticoles, se traduisant par la
hausse des prix. Le graphique suivant donne l’évolution du prix des produits suivant les semestres :

Figure 18 : Evolution du prix de vente des produits selon les trimestres (prix commerçant)

3500
3000
1er
2500
2000 2ème

1500 3ème

1000 4ème
500
0

Source : Enquête BAME 2015

2.2.7. Schéma de la commercialisation des produits horticoles


La figure suivante donne le circuit de commercialisation des fruits et légumes dans les trois régions.

Figure 19 : Circuit de commercialisation des produits horticoles dans les trois régions

Réalisé par les auteurs

52
3. Analyse économique et financière de l’activité des producteurs
dans chaque région
Une analyse économique et financière va être effectuée pour les producteurs de chaque région. Cette
analyse va concerner les spéculations oignon et tomate, qui sont les deux produits les plus cultivés au
niveau de cette zone centre du bassin arachidier. Elle permet de calculer et de comparer les rendements
des producteurs pour ces deux cultures mais également le taux de rendement interne.

3.1. Calcul des rendements moyens des producteurs


Les rendements moyens pour l’oignon et la tomate sont obtenus par la formule suivante :
Rend = Pb / Sup avec Rend = Rendement moyen; Pb = Produit brut; Sup = superficie exploitée
3.1.1. Produit brut (production)
Le produit brut est la quantité obtenue à la fin du cycle de production d’une culture. Mais le produit brut
considéré pour le calcul des revenus est la quantité totale vendue par le producteur, la quantité
consommée n’étant pas considérée.
Tableau 41 : Produits bruts de l’oignon et de la tomate dans les trois régions
Produit brut en kg

Oignon Tomate

Thiès 60270 22805

Diourbel 22805 217955

Fatick 98136 10753

Source : Enquête BAME 2015

3.1.2. La superficie exploitée


La superficie exploitée pour chaque type de spéculation étant inconnue, nous choisirons ici de calculer la
superficie totale de chaque type de culture en fonction de sa part dans la quantité totale produite dans
une région (quantité concernant les neuf produits principaux : oignon, chou, piment, pomme de terre,
aubergine doux, gombo, tomate, aubergine amer et carotte).

Le tableau ci-après donne la part de l’oignon et de la tomate dans la production totale dans chaque région.

Tableau 42 : Part de l’oignon et de la tomate dans la production totale dans chaque région

Oignon Tomate
Thiès 39% 15%
Diourbel 58% 36%
Fatick 77% 8%
Source : Enquête BAME 2015

53
Les superficies totales cultivées par les producteurs maraichers, dans chaque région, sont données par
le tableau suivant :

Tableau 43 : Superficies exploitées pour l’oignon et la tomate dans chaque région

Pourcentage dans la
Régions Produits Superficies exploitées
quantité totale produite

Oignon 39% 40,77


Thiès
Tomate 15% 15,43
Oignon 58% 24,18
Diourbel
Tomate 36% 15,03
Oignon 77% 368,36
Fatick
Tomate 8% 40,36
Source : Enquête BAME 2015

3.1.3. Calcul des rendements


Les rendements moyens des produits oignon et tomate sont obtenus par le rapport entre le produit brut
et la superficie exploitée.
Tableau 44 : Calcul du rendement moyen de l’oignon et de la tomate dans chaque région

Superficies Rendement moyen


Régions Produits Produit brut (kg)
exploitées (ha) (kg/ha)
Oignon 60270 40,77 1478,29
Thiès
Tomate 22805 15,43 1477,97
Oignon 22805 24,18 943,13
Diourbel
Tomate 217955 15,03 14501,33
Oignon 98136 368,36 266,41
Fatick
Tomate 10753 40,36 266,43
Source : Enquête BAME 2015

3.1.3.1. Rendement de l’oignon


Le tableau fait ressortir que les rendements moyens de l’oignon sont meilleurs dans la région de Thiès
avec une production de 1478,29 kg d’oignon par hectare. Dans la région de Diourbel les rendements sont
de 943,13 kg/ha alors qu’ils sont plus faibles à Fatick (266,41 kg/ha) malgré qu’elle soit la région qui
dispose de plus de superficies exploitées pour la culture de l’oignon.

3.1.3.2. Rendement de la tomate


La région de Diourbel a des rendements très élevés concernant la tomate. En effet, un hectare de tomate
produit 14,5 tonnes, ce qui est largement plus élevé que les rendements dans les régions de Thiès et
Fatick avec respectivement des rendements de 1477,97 kg/ha et 266,43 kg/ha.

54
3.1.4. Produit brut en valeur (revenus)
Le produit brut (il s’agit de la rentabilité de 1 ha par rapport au rendement moyen) en valeur est obtenu
en multipliant le rendement moyen par le prix moyen des produits.

Tableau 45 : Calcul du produit brut en valeur de l’oignon et e la tomate dans chaque région

Rendement moyen Produit brut en


Régions Produits Prix de vente moyen
(kg/ha) valeur (Fcfa/ha)
Oignon 223 1478,29 329658,67
Thiès
Tomate 242 1477,97 357668,74
Oignon 210 943,13 198057,30
Diourbel
Tomate 220 14501,33 3190292,6
Oignon 317 266,41 84451,97
Fatick
Tomate 210 266,43 55950,30
Source : Enquête BAME 2015

On constate que la valeur d’un hectare d’oignon est beaucoup plus importante dans la région de Thiès
que dans les régions de Diourbel et Fatick. Ce même résultat est observé pour le produit tomate.
Cependant les producteurs de Fatick ont un produit brut en valeur pas très élevé, que ça soit dans la
culture de l’oignon que dans la culture de la tomate.

3.2. Evaluation de la rentabilité de l’activité des producteurs


Il sera question dans cette partie de calculer le taux de rentabilité interne (TRI) de l’activité de production
des maraichers dans chaque région. Le TRI est le rapport entre le résultat net d’exploitation et les coûts
totaux.

3.2.1. Compte de production


Le solde du compte de production est la valeur ajoutée, obtenue en faisant la différence entre le chiffre
d’affaire et les consommations intermédiaires. Ces dernières représentent les facteurs de production
totalement consommés et correspondent ici aux semences, à l’engrais, aux produits phytosanitaires et à
la consommation d’eau.

3.2.1.1. Chiffre d’affaire des producteurs dans chaque région


Le chiffre d’affaire pour chaque produit, dans chaque région, est obtenu en faisant le produit de la quantité
vendue et du prix de vente moyen de ce produit. Les tableaux suivants donnent les quantités produites
pour les principales spéculations ainsi que les prix de vente moyens et les chiffres d’affaire par région.

55
Région de Thiès

Tableau 46 : Quantités produites, prix de vente moyen et chiffres d’affaires des producteurs de Thiès

Quantités en Kg Prix de vente moyen en Fcfa Chiffres d’affaires en Fcfa


Oignon 60270 223 13.440.210
Chou 13610 221 3007810
Piment 8253 926 7.642.278
Pomme de terre 1950 212 413400
Aubergine doux 12905 256 3.303.680
Gombo 12488 487 6.081.656
Tomate 22805 242 5518810
Aubergine amer 8370 283 2368710
Carotte 12250 250 3062500
Source : Enquête BAME 2015

Région de Diourbel

Tableau 47 : Quantités produites, prix de vente moyen et chiffres d’affaires des producteurs de Diourbel

Quantités en Kg Prix de vente moyen en Fcfa Chiffres d’affaire en Fcfa


Oignon 350666 210 73639860
Chou 2595 450 1167750
Piment 18365 1090 20017850
Pomme de terre 0
Aubergine doux 5780 200 1156000
Gombo 333 575 191475
Tomate 217955 220 47950100
Aubergine amer 4975 225 1119375
Carotte 372 333 123876
Source : Enquête BAME 2015

Région de Fatick

Tableau 48 : Quantités produites, prix de vente moyen et chiffres d’affaires des producteurs de Fatick

Quantités en Kg Prix de vente moyen en Fcfa Chiffres d’affaire en Fcfa


Oignon 98136 317 31109112
Chou 4950 354 1752300
Piment 3782 1204 4553528
Pomme de terre 0
Aubergine doux 4227 268 1132836
Gombo 1559 503 784177
Tomate 10753 210 2258130
Aubergine amer 3584 350 1254400
Carotte 190 300 57000
Source : Enquête BAME 2015

3.2.1.2. Calcul des consommations intermédiaires


Les consommations intermédiaires sont les achats de semences, d’engrais, de produits phytosanitaires
et la consommation d’eau.

Concernant l’engrais, l’eau et les produits phytosanitaires, les quantités utilisées dans chaque type de
spéculation restent inconnues. Pour calculer les coûts résultant de l’utilisation de ces intrants dans les

56
différentes cultures, on choisit de pondérer en fonction du poids de chaque spéculation dans la quantité
totale de produits horticoles dans chaque région.

Tableau 49 : Montant total des consommations intermédiaires pour chaque spéculation en Fcfa

Thiès Diourbel Fatick


Sem Phyto Eng Eau Total CI Sem Phyto Eng Eau Total CI Sem phyto Eng Eau Total CI
Oignon 254715 210269 31771 82637 579392 325580 59655 170514 522237 1077986 337492 10790 14809 170421 533512
Chou 1167014 47482 7174 18661 1240331 293480 983 2811 8608 305882 258000 544 747 8596 267887
Piment 1295684 28793 4351 11316 1340144 65117 3124 8930 27350 104521 321415 416 571 6568 328970
Pomme de
1451358 6803 1028 2674 1461863 - - - - 0 53000 - - - 53000
terre
Aubergine
1201514 45023 1028 17694 1265259 305813 983 2811 8608 318215 70654 465 638 7341 79098
doux
Gombo 337858 43568 6583 31268 419277 108250 983 2811 8608 120652 140022 171 235 2707 143135
Tomate 2827955 79562 12021 31268 2950806 458282 37078 105982 324594 925936 274520 1182 1623 18673 295998
Aubergine
4145920 29201 4412 11476 4191009 325727 983 2419 7409 336538 416608 394 541 6224 423767
amer
Carotte 4855500 42738 6457 16796 4921491 14500 983 2419 7409 25311 89600 171 235 2707 92713
Total 17537518 533439 74825 223790 18369572 1896749 104772 298697 914823 3215041 1961311 14133 19399 223237 2218080
Source : Enquête BAME 2015

3.2.1.3. La valeur ajoutée des produits


La valeur ajoutée pour chaque produit, dans chaque région, est obtenue en faisant la différence entre le
chiffre d’affaire et le total des consommations intermédiaires.

Tableau 50 : Valeurs ajoutées des produits dans chaque région

THIES DIOURBEL FATICK


Valeurs Valeurs Valeurs
CA CI CA CI CA CI
ajoutées ajoutées ajoutées

Oignon 13440210 579392 12860818 73639860 1077986 72561874 31109112 533512 30575600

Chou 3007810 1240331 1767479 1167750 305882 861868 1752300 267887 1484413

Piment 7642278 1340144 6302134 20017850 104521 19913329 4553528 328970 4224558

Pomme de
413400 1461863 -1048463 - - - - 53000 -53000
terre
Aubergine
3303680 1265259 2038421 1156000 318215 837785 1132836 79098 1053738
doux

Gombo 6081656 419277 5662379 191475 120652 70823 784177 143135 641042

Tomate 5518810 2950806 2568004 47950100 925936 47024164 2258130 295998 1962132

Aubergine
2368710 4191009 -1822299 1119375 336538 782837 1254400 423767 830633
amer

Carotte 3062500 4921491 -1858991 123876 25311 98565 57000 92713 -35713
Source : Enquête BAME 2015

On remarque que les producteurs de Thiès créent plus de valeur ajoutée dans le chou, le gombo et
l’aubergine doux. A Diourbel les producteurs créent une forte valeur ajoutée dans la production d’oignon

57
mais aussi celle de la tomate. Quant à la région de Fatick, le gombo est la spéculation qui crée plus de
valeur ajoutée.

3.2.2. Compte d’exploitation


Ces valeurs ajoutées calculées pour chaque spéculation permettent de déterminer le revenu brut
d’exploitation. Ce dernier est la différence entre la valeur ajoutée créée et les salaires versés aux
travailleurs. Le nombre de travailleurs pour chaque spéculation étant inconnu, nous procédons de la
même manière que pour le calcul des coûts d’engrais et de produits phytosanitaires. On pondère ainsi
en fonction du poids de chaque produit dans le volume total de produits horticoles dans chaque région.

Tableau 51 : Résultats bruts d’exploitation pour chaque type de spéculation dans les trois régions

Thiès Diourbel Fatick

VA Salaires RBE VA Salaires RBE VA Salaires RBE

Oignon 12860818 17062 12843756 72561874 - 72561874 30575600 122354 30453246

Chou 1767479 3853 1763626 861868 - 861868 1484413 6172 1478241

Piment 6302134 2336 6299798 19913329 - 19913329 4224558 4715 4219843

Pomme
-1048463 -1048463 - - - -53000 - -53000
T.

Aub.
2038421 3653 2034768 837785 - 837785 1053738 5270 1048468
Doux

Gombo 5662379 3535 5658844 70823 - 70823 641042 1944 639098

Tomate 2568004 6456 2561548 47024164 - 47024164 1962132 13407 1948725


Aub.
-1822299 2369 -1824668 782837 - 782837 830633 4468 826165
Amer
Carotte -1858991 3468 -1862459 98565 - 98565 -35713 1944 -37657
Source : Enquête BAME 2015

Pour les différentes cultures, la différence entre la valeur ajoutée et le résultat brut d’exploitation est
minime. Cela s’explique par le fait que les producteurs horticoles enquêtés utilisent peu une main d’œuvre
salariée pour effectuer les travaux au niveau des périmètres. On constate également que cette main
d’œuvre est inexistante dans la région de Diourbel d’où une égalité entre la VA et le RBE.

3.2.3. Le résultat net d’exploitation


Le résultat net d’exploitation est obtenu en faisant la différence entre le résultat brut et l’amortissement
des matériaux agricoles.

L’amortissement des matériaux est calculé au taux linéaire et selon la durée d’utilisation prévue de
chaque type de matériel. La détermination du taux d’amortissement est la suivante :

Durée de vie 3 ans 4 ans 5 ans N ans

Taux utilisé (1/3)*100 (1/4)*100 (1/5)*100 (1/N)*100

58
Ne connaissant pas la date d’acquisition des matériaux, on supposera qu’ils sont tous à leur première
année d’utilisation. Après calcul des amortissements des matériaux, les montants totaux dans chaque
région sont donnés dans le tableau suivant :

Tableau 51 : Amortissement des matériaux agricoles dans chaque région et pour chaque spéculation

THIES DIOURBEL FATICK

Montant global des amortissements 3887620,82 4984585,80 226325,50

Amortissement par spéculation 204612 262347 11912


Source : Enquête BAME 2015

L’amortissement correspondant à chaque type de spéculation est obtenu en divisant le montant global
d’amortissements des matériaux dans chaque région par le nombre de spéculation qui est 19.

Le tableau suivant donne le calcul du revenu net d’exploitation :

Tableau 52 : Calcul du résultat net d’exploitation des cultures dans les trois régions

Thiès Diourbel Fatick

RBE Amortissement RBE Amortissement RBE Amortissement RNE


RNE RNE
Oignon 12843756 204612 12639144 72561874 262347 72299527 30453246 11912 30441334
Chou 1763626 204612 1559014 861868 262347 599521 1478241 11912 1466329
Piment 6299798 204612 6095186 19913329 262347 19650982 4219843 11912 4207931
Pomme De
Terre -1048463 204612 -1253075 0 262347 -262347 -53000 11912 -64912
Aubergine
Doux 2034768 204612 1830156 837785 0 837785 1048468 11912 1036556
Gombo 5658844 204612 5454232 70823 262347 -191524 639098 11912 627186
Tomate 2561548 204612 2356936 47024164 0 47024164 1948725 11912 1936813
Aubergine
Amer -1824668 204612 -2029280 782837 262347 520490 826165 11912 814253
Carotte -1862459 204612 -2067071 98565 262347 -163782 -37657 11912 -49569
Source : enquête BAME 2015

3.2.4. Calcul des taux de rentabilité interne (TRI) : taux de marge


Le taux de rendement interne est le rapport entre le revenu net d’exploitation et les coûts totaux. Ces
coûts représentent les consommations intermédiaires mais également les salaires et les amortissements
des matériaux agricoles.

59
Tableau 53 : Calcul des taux de rentabilité interne des produits dans les trois régions

Thiès Diourbel Fatick


Coûts Coûts Coûts
RNE TRI RNE TRI RNE TRI
totaux totaux totaux
Oignon 12639144 801066 15,78 72299527 1340333 53,94 30441334 667778 45,59
Chou 1559014 1448796 1,08 599521 568229 1,06 1466329 285971 5,13
Piment 6095186 1547092 3,94 19650982 366868 53,56 4207931 345597 12,18
Pomme de
-1253075 1666475 -0,75 -262347 262347 -1,00 -64912 64912 -1,00
terre
Aubergine
1830156 1469871 1,25 837785 318215 2,63 1036556 91010 11,39
doux
Gombo 5454232 627542 8,69 -191524 382999 -0,50 627186 160317 3,91
Tomate 2356936 3155418 0,75 47024164 925936 50,79 1936813 307910 6,29
Aubergine
-2029280 4399156 -0,46 520490 598885 0,87 814253 437623 1,86
amer
Carotte -2067071 5132559 -0,40 -163782 287658 -0,57 -49569 118032 -0,42
Source : Enquête BAME 2015

On constate que l’oignon est le produit le plus rentable de toutes les spéculations à Thiès, Diourbel et
Fatick avec respectivement des TRI de 15,78, 53,94 et 45,59. Mais les producteurs de Diourbel ont une
rentabilité plus élevée que ceux des deux autres régions.

La tomate et le piment sont les deux autres produits les plus rentables et comme l’oignon, le taux est plus
élevé dans la région de Diourbel.

Cependant le taux de rentabilité interne est négatif dans les trois régions pour certains produits tels que
la pomme de terre et la carotte. Ainsi ils ne sont pas rentables pour tous les producteurs de la zone du
bassin arachidier concerné par cette étude. On note également la non rentabilité de l’aubergine doux
dans la région de Thiès.

3.3. Analyse économique et financière de la commercialisation des produits


3.3.1. Montant des achats de produits horticoles
Le montant des achats de produits horticoles par les commerçants des trois régions est le produit des
quantités achetées et des prix d’achat au Kg de chaque produit. Les quantités achetées pour chaque
produit représentent la moyenne des quantités trimestrielles alors que pour les prix on a calculé le prix
moyen annuel.

60
Tableau 54 : Montants d’achat des produits par les commerçants

Thiès Diourbel Fatick


Quantités Prix Montant des Quantités Prix Montant Quantités Prix Montant
achetées d'achat achats achetées d'achat des achats achetées d'achat des achats
Oignon 86652,46 462 40025861 23807,35 388 9245557 11214,26 432 4848911
Chou 87753,64 447 39223961 19536,27 425 8306003 10533,44 600 6315784
Piment 153750,00 479 73701386 3133,75 616 1931819 - 318 -
pomme de terre 93522,21 460 43001317 7750,62 519 4021511 734,75 679 498915
aubergine doux 73355,95 432 31680084 16134,00 367 5914792 9456,17 893 8447218
Gombo 104586,89 497 51966517 12427,72 - - 6088,52 0 -
Tomate 24792,82 428 10610460 0,00 401 - 569,75 552 314591
aubergine amer - 436 - 0,00 353 - 0,00 634 -
Carotte 29258,30 413 12095803 19621,98 396 7763288 3304,92 789 2609190
Source : Enquête BAME 2015

3.3.2. Montant des ventes


Comme pour les achats, les montants de vente de produits horticoles, dans chaque région, sont obtenus
en multipliant la moyenne des quantités vendues par le prix moyen annuel. Les résultats sont présentés
dans le tableau qui suit :

Tableau 55: Montants des ventes des produits par les commerçants

Thiès Diourbel Fatick


Quantités Quantités Quantités
vendues en Prix de Montant des vendues en Prix de Montant des vendues en Prix de Montant des
Kg vente ventes Kg vente ventes Kg vente ventes
oignon 92630,71 552 51140027 25653,08 542 13909947 11288,30 557 6289197
Chou 96375,18 959 92401358 19495,64 667 12998691 10208,49 464 4734895
piment 99909,63 583 58205712 7695,43 896 6894438 4357,38 1453 6329728
pomme de
terre 84205,46 569 47947432 26064,59 791 20628288 9001,18 447 4026920
aubergine
doux 114516,51 1120 128215871 11679,55 560 6538156 6258,18 503 3147624
gombo 22528,47 611 13765332 0,00 0 0 569,75 920 524170
tomate 39431,03 455 17949919 18810,91 599 11258402 3071,92 432 1326605
aubergine
amer 108954,86 529 57598133 12773,61 504 6434303 8648,66 514 4441821
carotte 69848,38 414 28897089 16488,89 607 10007354 11161,15 100 1116115
Source : Enquête BAME 2015

3.3.3. Frais de transport et taxes


La plupart des marchés de vente des commerçants se tient chaque semaine. On considère alors que les
coûts de transport et les taxes sont supportés par semaine. Les montants seront alors multipliés par 52,
qui correspond au nombre de semaines de l’année. Les coûts de transport et les taxes sont donnés
globalement. On choisit ici de diviser les montants par le nombre de spéculations (19) pour connaitre la
part pour chaque produit.

61
Tableau 56 : Coûts des transports et taxes supportés par les commerçants des trois régions

Thiès Diourbel Fatick


Taxes Transport Taxes Transport Taxes Transport
Oignon 1041 62893 4089 377790 1442 16058
Chou 1041 62893 4089 377790 1442 16058
Piment 1041 62893 4089 377790 1442 16058
pomme de terre 1041 62893 4089 377790 1442 16058
aubergine doux 1041 62893 4089 377790 1442 16058
Gombo 1041 62893 4089 377790 1442 16058
Tomate 1041 62893 4089 377790 1442 16058
aubergine amer 1041 62893 4089 377790 1442 16058
Carotte 1041 62893 4089 377790 1442 16058
Source : Enquête BAME 2015

3.3.4. Calcul de la valeur ajoutée des commerçants


La valeur ajoutée est la différence entre le produit et les charges des commerçants. Le produit représente
le montant des ventes alors que les charges représentent le total des achats, des frais de transport et
des taxes.

Le tableau qui suit donne la valeur ajoutée qui représente également le résultat net d’exploitation.

Tableau 57 : Calcul de la valeur ajoutée des commerçants pour chaque spéculation

Thiès Diourbel Fatick


Produit Charges VA Produit Charges VA Produit Charges VA
Oignon 51140027 40089795 11050232 13909947 9627436 4282511 6289197 4866411 1422786
Chou 92401358 39287895 53113463 12998691 8687882 4310809 4734895 6333284 -1598389
Piment 58205712 73765320 -15559608 6894438 2313698 4580740 6329728 17500 6312228
pomme de terre 47947432 43065251 4882181 20628288 4403390 16224898 4026920 516415 3510505
aubergine doux 128215871 31744018 96471853 6538156 6296671 241485 3147624 8464718 -5317094
Gombo 13765332 52030451 -38265119 0 381879 -381879 524170 17500 506670
Tomate 17949919 10674394 7275525 11258402 381879 10876523 1326605 332091 994514
aubergine amer 57598133 63934 57534199 6434303 381879 6052424 4441821 17500 4424321
Carotte 28897089 12159737 16737352 10007354 8145167 1862187 1116115 2626690 -1510575
Source : Enquête BAME 2105

Les commerçants des trois régions ont des valeurs ajoutées positives dans plusieurs spéculations.
Cependant les commerçants de Thiès réalisent des valeurs ajoutées négatives dans des produits comme
le piment et le gombo. Ce dernier produit est le seul dont la commercialisation ne profite pas aux vendeurs
de Diourbel. Quant à la région de Fatick, la commercialisation n’est pas rentable pour trois spéculations.
Il s’agit du chou, de l’aubergine doux et de la carotte.

Les produits qui présentent le plus de valeur ajoutée sont le chou et l’aubergine amer dans la région de
Thiès, La pomme de terre et la tomate à Diourbel et le piment dans la région de Fatick.

62
4. Analyse des performances du secteur horticole au Sénégal
L’horticulture occupe une place de choix dans l’agriculture sénégalaise. La production horticole est
concentrée principalement dans la zone des Niayes et dans la vallée du fleuve Sénégal. Cependant, elle
a aujourd'hui tendance à se diversifier géographiquement, en élargissant son bassin d’exploitation aux
régions du Bassin Arachidier où on a assisté à une baisse de la surface consacrée à l’arachide au profit
des cultures de diversification comme le maraichage.

Du fait de la hausse de la demande des marchés urbains nationaux et des marchés européens, des
politiques nationales de développement horticole, la filière horticole a enregistré des bonnes
performances surtout durant les dix dernières années. Pour appréhender ces performances, le focus sera
mis sur la production, les exportations et même les importations.

4.1. Production horticole


La production horticole a enregistré de bonnes performances durant les 15 dernières années (2002 à
2014). Ces performances peuvent être liées aux nombreuses interventions dans ce secteur (PDMAS,
PNIA, etc.). En effet, entre 2002 et 2014, la production horticole est passée de 627500 tonnes à 995000
tonnes, soit une augmentation de 58,7% (cf. figure 20). Cette production très diversifiée, est composée
de spéculations suivantes : oignon, tomate, pomme de terre, chou, carotte, navet, aubergine doux et
amère, laitue, haricot vert, melon, piment, gombo, oseille de Guinée (bissap), patate douce, manioc, etc.
Figure 20 : Evolution de la Production horticole de 1999 à 2014

Production horticole de 1999 à 2014


1200000

1000000

800000

600000

400000

200000

0
1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014

Source : Direction de l’horticulture, 2015

63
Cette production est dominée par l’oignon, la tomate, le chou, la patate douce, le gombo, la pomme de
terre et le haricot vert qui représentent plus de la moitié de la production. Elle est essentiellement destinée
à la consommation domestiques et l’exportation vers les pays de sous-région, l’Europe, etc.

Figure 21 : Evolution des principales spéculations de 1999 à 2014

250000

200000

150000

100000

50000

0
1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014

TOMATE CHOUX HARICOT VERT OIGNON PATATE DOUCE POMME DE TERRE GOMBO

Source : Direction de l’horticulture, 2015

4.2. Exportations de produits horticoles


Les exportations horticoles au Sénégal ont connu un développement important dès le début des années
1970 à la suite d’un investissement de taille réalisé par une société hollandaise. L’offre exportable passant
de 3000 tonnes à près de 10000 tonnes en une décennie.
Les produits étaient exportés selon deux axes distincts : celui des légumes condiments et d’autres
légumes et fruits tropicaux, essentiellement tourné vers l’Europe et celui des produits de grande
consommation (pomme de terre, tomate et oignon) en direction de la sous-région.
Cependant, un litige relatif aux pratiques professionnelles et d’autres facteurs ont obligé cette société à
quitter le pays. Cet incident a eu pour résultat une fragmentation de ce secteur, avec de très petits
exportateurs qui arrivaient sur le marché et le quittaient de manière opportuniste.
Par conséquent, le Sénégal n’a pu profiter de la demande croissante, en Europe, de fruits et légumes
tropicaux hors saison, dans les années 80. En effet, le volume annuel moyen des exportations horticoles
sénégalaises s’est stabilisé à la baisse autour de 2500 tonnes et les exportations de pomme de terre et
d’oignons à destination du marché régional africain ont décliné pendant cette période jusqu’à disparaître

64
au début des années 1990 .Une légère reprise de ces exportations a été enregistrée au moment de la
dévaluation du FCFA en 1994, mais ce secteur est resté structurellement faible, avec une gamme de
produits très limitée (République du Sénégal, mars 2003).
Face à cette baisse tendancielle, une nouvelle dynamique a été insufflée au secteur des exportations de
fruits et légumes, en partie grâce à une série d’interventions jouant un rôle catalyseur, dans le cadre du
Projet de promotion des exportations agricoles (PPEA). Ce projet de relance des exportations horticoles
a été mis en œuvre par le Gouvernement sénégalais et la Banque mondiale en 1998. Il prévoit de
développer et de diversifier les exportations agricoles par la mise en place de conditions favorables et en
dotant les entreprises du secteur privé des outils indispensables à leur développement. Il devrait
permettre à terme entre autres de renforcer les capacités techniques, organisationnelles et juridiques des
entreprises, des organisations professionnelles et acquérir des compétences nécessaires pour aborder
les marchés internationaux dans de bonnes conditions. Les avantages initiaux de ces interventions
catalytiques sont déjà manifestes. Entre 1998 et 2001, les exportations de fruits et légumes se sont
accrues d’environ 41% et diversifiées, avec une remontée particulièrement rapide des exportations de
tomates cerise et de mangues.
Les exportations de fruits et légumes ont connu une fulgurante évolution en passées de 16700 à 86900
tonnes soit une augmentation de 420%. Elles sont évaluées entre 7 milliards 290 millions et 43 milliards
912 millions durant cette même période. La figure suivante donne l’évolution des exportations de produits
horticoles du Sénégal de 2002 à 2014.
Figure 22: Evolution des exportations de fruits et légumes du Sénégal de 1997 à 2014

Exportations de produits horticoles


120000 50000
45000
100000
40000
35000
80000
30000
Tonnes

Export en volume (tonnes)


60000 25000
20000 Export en valeur (million de
40000 Fcfa)
15000
10000
20000
5000
0 0
2012
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011

2013
2014

Source : ANSD (NACE), 2006, 2010 et 2014

65
4.3. Importations de produits horticoles
L’offre nationale en produits horticoles est toujours tributaire des importations. Entre 2002 et 2014, les
volumes des importations de produits horticoles sont passés de 127900 tonnes à 271800, pour une sortie
de devises de l’ordre de 21 milliards 640 millions et 35 milliards 556 millions de francs CFA. Ces
importations, non seulement, entraînent une forte saignée de devises mais aussi, mettent en rude
concurrence la production nationale. On note des imperfections dans la régulation des importations de
produits horticoles, ce qui décourage fortement les exploitations horticoles. Les importations sont
dominées par les oignons, les pommes de terre, les carottes et les navets qui sont les légumes les plus
consommées. Les légumes à cosses (petit pois, haricot vert en particulier), les choux et les laitues ont
également une part non négligeable. Les bananes, les pommes et poires et noix de coco et agrumes
occupent la plus grand part des importations de fruits.

La figure suivante donne le volume des importations de fruits et légumes du Sénégal de 1997 à 2014.

Figure 23 : Evolution des importations de fruits et légumes du Sénégal de 2002 à 2014

Importations de produits horticoles


300000 40000

35000
250000
30000
200000
25000
tonnes

Import en volume (tonnes)


150000 20000

15000 Import en valeurs (millions


100000 Fcfa)
10000
50000
5000

0 0
2013
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012

2014

Source : ANSD (NACE), 2006, 2010 et 2014

66
CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS
Le secteur horticole au Sénégal a connu un développement rapide durant ces dernières années. On note
une diversification des cultures horticoles pour mieux faire face à la pauvreté et satisfaire la demande
galopante en produits maraichers. Ainsi en plus de la zone des Niayes qui est la zone de production
horticole par excellence, l’horticulture s’est développée dans d’autres zones comme la zone centre du
bassin arachidier avec l’appui de projets comme PAPSEN. Dans la zone d’intervention de PAPSEN
(régions de Thiès hors Niayes, Diourbel et Fatick), on remarque qu’il existe deux types de périmètres
horticoles : des périmètres gérés par des organisations de producteurs (OP) et des périmètres individuels.
L’étude a montré que la plupart de ces périmètres gérés par des OP sont des GIE dont une plus grande
partie des membres est de sexe féminin. Pour une bonne gestion des périmètres, ces OP sont organisés
en commissions. La commission d’organisation des champs et celle des ventes sont les deux
commissions présentes dans presque tous les périmètres étudiés. Quant aux périmètres individuels, la
gestion est la plupart assurée par des hommes dont la moyenne d’âge au niveau de la zone du bassin
arachidier n’atteint pas la cinquantaine

Dans les trois régions étudiées, l’oignon et la tomate sont les deux produits les plus cultivés avec une
plus grande production pour l’oignon dans la région de Fatick et pour la tomate dans la région de Thiès.
C’est également dans cette région qu’on note une plus grande diversification des cultures.

Les producteurs de cette zone du bassin arachidier utilisent des produits phytosanitaires tels que le
Dessis, le Firadan, le Diméthoat mais également le Malathion qui constitue le produit phytosanitaire le
plus utilisé. Quant à l’engrais on note le 10-10-20 est utilisé par une très grande partie des producteurs.
Les sources d’approvisionnement en eau qu’on retrouve dans la majeure partie des périmètres sont les
puits et les compteurs volumétriques avec un système d’irrigation à l’arrosoir.

Pour la main d’œuvre agricole rémunérée, les producteurs horticoles de cette zone n’en font presque pas
recours (seul 14% des producteurs utilisent une main d’œuvre rémunérée), le travail est effectué par les
membres en ce qui concerne les OP.

La commercialisation chez les producteurs se fait suivant différentes méthodes et les principaux
acheteurs sont les commerçants et les consommateurs. Les producteurs des régions de Thiès et de
Fatick vendent plus au niveau des marchés alors qu’à Diourbel la vente bord champs est plus pratiquée
par les producteurs. Les prix des produits varient légèrement d’une région à une autre et restent plus
élevés dans la région de Fatick.

67
Pour les commerçants, le marché est dominé par les détaillants et les grossistes. Les principaux
fournisseurs de produits maraichers sont les producteurs, les grossistes et les coxeurs. Le contact des
commerçants avec leurs fournisseurs se fait le plus souvent par téléphone et l’achat est précédé d’une
vérification quant à la qualité des produits. Les prix sont fixes ou négociés selon les rapports existants
entre les deux parties. Cependant les prix des produits évoluent suivant les périodes de l’année avec une
hausse durant les trois premiers semestres et surtout pendant la période hivernale.

De tous les produits, l’oignon est le plus rentable pour les producteurs et cette rentabilité est plus élevée
dans la région de Diourbel que dans les régions de Thiès et Fatick. Pour les commerçants les produits
présentant une plus grande valeur ajoutée diffèrent d’une région à une autre. Ainsi le chou et l’aubergine
doux ont une plus grande valeur ajoutée pour les commerçants de Thiès, la pomme de terre et la tomate
pour ceux de Diourbel et le piment pour les commerçants de la région de Fatick.

Ces résultats doivent amener les autorités étatiques à une plus grande promotion de l’horticulture afin
d’augmenter les volumes d’exportation et une meilleure compétitivité des produits sur le plan international.

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES
1. ANSD, Note d’Analyse du Commerce Extérieur (NACE), 2006
2. ANSD, Note d’Analyse du Commerce Extérieur (NACE), 2010
3. ANSD, Note d’Analyse du Commerce Extérieur (NACE), 2014
4. Broutin C, Commeat PG, Sokona K. Le maraîchage face aux contraintes et opportunités de
l'expansion urbaine. Le cas de Thiès/Fandène (Sénégal). Document de travail. Ecocité n°2. Dakar
(Sénégal) : GRET/ENDA GRAF, 2005. http://ecocite.gret.org/telechargement-fichiers/doc-
travail/DT2-ecocite-maraich-%20thies.pdf
5. Diarra A., Evaluation de filières d’exportation des fruits et légumes du Sénégal, septembre 2003
6. Fall C. A. et Fall A. S., L’horticulture, une activité agricole majeure, in Cités Horticoles en Sursis?
L'agriculture urbaine dans les Grandes Niayes au Sénégal, pp.19-32
7. Fall ST, Fall AS. Cités Horticoles en Sursis? L'agriculture urbaine dans les Grandes Niayes au
Sénégal. Ottawa (Canada) : CRDI, 2001. http://www.hubrural.org/IMG/pdf/cites-horticoles-en-
sursis.pdf
8. Fraval P., Eléments pour l’analyse économique des filières agricoles en Afrique Sub- Saharienne,
Bureau des politiques agricoles et de la sécurité alimentaire DCT/EPS, 2000, 99p.
9. Robbiati G. et al., Exploitations horticoles avec goutte-à-goutte dans le Bassin Arachidier, PAPSEN,
2012, 127p.
10. Sow I., Etat des lieux de la filière fruits et légumes au Sénégal, Info conseil MPEA et PAOA, avril
2006, 70 p

68
ANNEXE

QUESTIONNAIRE PERIMETRES HORTICOLES


Nom de l’enquêteur : / /. Date enquête : / / / /

Région : / / Département : / /

Arrondissement / / Commune : / /

Village : / / Coordonnées GPS / /

I. IDENTIFICATION PERIMETRE (OP)


1°) Quel est le type d’OP : 1. GIE / / 2. GPF / / 3. Association / / 4.Union /______/

5. Fédération /_____/

2°) Si fédération ou union, quel est le nombre d’OP ? /_________/

3°) Si fédération, donnez le nombre de membres pour chaque OP

OP Nombre de membre

OP 1

OP 2

OP 3

OP 4

4°) Si GIE ou GPF ou association, quel est l’effectif ? / /

5°) Si GIE ou GPF, donnez le nombre de femmes membres / /

6°) Quelle superficie possède l’OP / /

7°) quelle est la superficie exploitée / /

8°) Adhésion à une OP de 2ème et de 3ème niveau 1.Oui / / 2.Non / /

9°) Si oui spécifiez (Union, Fédération ; Association de producteurs) / /

69
10°) Connaissez-vous une Interprofession ou une autre organisation dans le domaine horticole

1. Oui / / 2.Non / /

11°) Si oui spécifiez / /

12°) Quel rôle jouent ces OP dans la conduite de vos activités ?

/ /

13°) Comment est géré le périmètre horticole ?

Gestion du périmètre
Présence d'un Oui Non Type d'assistance:
technicien / / / / / /
dans la production dans la commercialisation
Gestion Collective=GC charges
Achat Travail
Gestion Individuelle=GI productio Autre Vente Autre
intrants champ
n / / / / / /
/ / / /
/ /
Commissions
organisées
Commissions
opérationnelles
Cotisations (fonds
de roulement,
Oui / / Non / Montant
d'amortissement,
etc.)
Réunion Carnet de revenus et dépenses
s OP Oui / / Non / /
Outils de gestion
Oui/ /
Non/ /

14°) Est-ce que le profit tiré de la vente des produits est partagés entre les membres?
1. Oui / / 2.Non / /
15°) Si oui, quelle proportion du profit est partagée ? / /

70
II. IDENTIFICATION PRODUCTEUR SI PERIMETRE INDIVIDUEL
Nom de l’enquêté : / / …Sexe : / / Age : / /

Niveau d’instruction : / / Contact: / /

Ancienneté dans le secteur horticole : / /

Superficie disponible : / / Superficie exploitée : / /

III. ACTIVITE DE PRODUCTION


16°) Quels produits cultivez-vous et pour quelles variétés?
1. Oignon О 2. Chou О 3. Pastèque О 4. Piment О
o Violet de Galmi o Marché de o Sugar Baby o Tyson
o Mercedes Copenhague o Autre o Big sun
o Orient o Africa cross o Non connue o Bombardier
o Autres o Tropica cross o Dixon
o Sanda o Saffi
o Carina o Non connue
o Autres

5. Pomme de terre О 6. Aubergine doux О 7. Gombo О 8. Haricot vert О


o Arova o Black Beauty o Clemson o Rivergaro type
o Defla o Autre o Autre bobby
o Aida o Non connue o Non connue o Filet
o Alwan o Autres
o Safran
o Autres

9. Tomate О 10. Aubergine amère О 11. Melon О 12. Bissap О


o Xina o Ngalam o Diamekh o Vimto
o Mongal o Keur Mberi Ndao o Autre o Koor
o Ganila o Autre o Non connue o Thai
o Padma o Non connue o Autre
o Chréole o Non connue
o Kher
o Marzal
o Asila
13. Carottes О 14. Salade О 15. Nana О 16. Nana О
o Nantaise o o o
o Timtom o o o
o Chantenay o o o
o Royal cross o o o
o New kourouda
o Touchon
o Non connue

71
17. Autres : spéculation et variétés

17°) Qu’est ce qui guide le choix des cultures pratiquées ? / /


18°) Quelle est la saisonnalité de ces produits pour la campagne 2014-2015 ?
Produits Saisonnalité (mois)

19°) Quels sont les volumes de production pour la dernière campagne 2014-2015 ?
Produits Variété 1 Poids en Variété 2 Poids Variété 3 Poids Variété 4 Poids en Kg
Kg en Kg en Kg

20°) Comment avez-vous obtenu vos semences?


1. Achat / / 2.Don / / 3 Production de semences 4.Autres à préciser / /

72
21°) Si les semences sont achetées

Spéculations Quelles sont les quantités de Quel est le coût des semences
semences utilisées en kg ? en Fcfa ?

22°) Comment avez-vous obtenu les terres ?


1. Héritage / / 2. Location / / 3. Achat / / 4. Affecté par le CR / / 5. Autres à préciser / /

23°) Si location, combien vous payez par campagne /__________/ (f CFA),

24°) Utilisez-vous des produits phytosanitaires 1.Oui / / 2.Non / /

Si oui lesquels / _/

25°) Les produits phytosanitaires sont-ils néfastes pour la santé ?

1. Oui / / 2.Non / /

26°) Utilisez-vous les engrais ? 1. Oui / / 2.Non / /

27°) Quels sont les couts des principaux intrants ?


Intrants Quelles sont les Quel est le coût de ces
quantités utilisées intrants en Fcfa ?
en kg ?
NPK

Engrais Urée

Produits
phytosanitaires

73
28°) Est-ce que les produits phytosanitaires sont efficaces sur vos cultures ?

1. Oui / / О 2. Non / /

29°) Connaissez-vous la culture biologique ? 1. Oui / / 2.Non / /

30°) Si oui, la pratiquez-vous ? 1. Oui / / 2. Non / /

31°) Quelles sont les sources d’approvisionnement en eau ?


1. Puits / / 2.Forage/avec pompe à immersion et groupe électrogène / / 3.Compteur
volumétrique (Fcfa/m ) /
3 / 4.Séanes / / 5. Château d’eau/avec pompe à immersion
et solaire / / 6.Autres à préciser / /.

32°) Quels sont les coûts liés à cette source d’approvisionnement ?

Types d’approvisionnement Quantités Coûts

Forage/avec pompe à
immersion et groupe
électrogène

Château d’eau/avec pompe à


immersion et solaire

Compteur volumétrique

33°) Quel est le système d’irrigation utilisé ?


1. Arrosoirs / / 2. Goutte à goutte / / 3 irrigation à la raie / / 4. Autres à préciser/ /
34°) Utilisez-vous de la main d’œuvre salariée ? 1. Oui / / 2.Non / /

35°) Si oui, quelle est la nature de la main d’œuvre, le nombre de personnes et les modalités de
paiement?
Nature de la main Nombre de personnes Modalités de paiement Coût de la
d’œuvre utilisées main
d’œuvre
Locale allochtone Hommes Femmes Enfants Journalier Mensuel Campagne

74
36°) Quels sont les types de matériaux agricoles utilisés et les coûts ?
Matériels agricoles Coût
Location tracteur
Arrosoir

IV. COMMERCIALISATION
37°) Quelle est la répartition de la production selon la destination (en kg)?
Produits Variétés Autoconsommation Vente Don

38°) Comment s’effectue la vente des produits ?


1. Bord champs / / 2. Au marché / / 3. Vente aux intermédiaires (spécifier) / / 4. Autres
(spécifier) / /

39°) A qui sont vendus les produits ?

1. Consommateurs / / 2. Banabanas / / 3. Coxeurs / / 4. Grossistes / / 5. Détaillants / /

40°) En cas de traite avec les coxeurs, Y-a-t-il une commission payée ? 1. Oui / / 2. Non / /

41°) Si oui, à combien s’élève la commission en Fcfa ? /_____________/

75
42°) Qui achètent le plus avec vous ?

1. Consommateurs / / 2. Banabanas / / 3. Coxeurs / / 4. Grossistes / / 5. Détaillants / /

43°) Comment les prix des produits sont fixés?

1. Négociation / / 2.Par le marché / / 3. Autres à préciser / /

44°) Quels sont les prix de vente des principales spéculations des 2 dernières campagnes (en Fcfa)?

Produits Variétés Campagne 1 Campagne 2


Période (…………………) Période (…………………)

45°) Quels sont les principaux marchés d’écoulement des produits ?


Produits Nom du marché Type de marché Périodicité
Rural urbain Permanente Hebdomadaire

76
46°) Quels sont les principaux problèmes de commercialisation rencontrés et les solutions préconisées ?

N° Problèmes/ contraintes Solutions préconisées

V. LES FACTEURS EXTERNES


47°) Comment financez-vous les campagnes de production ?
Crédit IMF ou Banque Autofinancement Projets et Autres (à
(nom de l’institution ONG préciser)
SOURCE financière)

48°) Si le financement provient d’une IMF ou Banque


Niveau de financement Nombre de crédit par an Taux d’intérêt

49°) Quelle appréciation faites-vous du taux d’intérêt :


1. Pas élevé / / 2. Acceptable / / 3. Elevé / / 4. Trop élevé / /

50°) Y-a-t-il des pénalités en cas de retard de paiement ? 1. Oui / / 2. Non / /

51°) Si oui quelles sont les pénalités ? / /

52°) Quels sont les problèmes rencontrés concernant le remboursement ?


/ /

53°) Quelles sont les solutions préconisées ?


/ /

54°) Vous renseignez-vous sur la situation du marché avant de vendre ? 1. Oui / / 2. Non / /

55°) Quels moyens d’information utilisez-vous ?


1. Radio / / 2. Télévision / / 3. Téléphone / / 4. Bouche à oreille / / 5. Autres à préciser / /

56°) Qu’est ce qui oriente votre choix pour ce moyen d’information utilisé ?

77
/ /

57°) Quel est le type d’information demandée ?


1. Prix du marché / / 2. Tendance de la demande des produits / / 3. Autres à préciser
/ /

58°) Quelle est la fréquence de la demande de renseignement ?

1. Journalier / / 2. Hebdomadaire / / 3. Mensuel / / 4. Moment de la récolte / /


4. Autres à préciser / /

59°) Quelles sont les dépenses occasionnées par cette forme de renseignement ?
/ /

60°) Quel intérêt tirez-vous de l’information collectée ? / /

61°) Est-ce qu’il y a des pertes post récoltes 1. Oui / / 2. Non / /

62°) Si oui sur quelles spéculations ........................................................................... ………….…..…….


……………………………………………………………………………………………………………………….
63°) Quel est le niveau des pertes ?
Spéculations Niveaux de pertes
1. Bas (% production) /____/ : 2. Moyen (% production) /____/
3. Elevé (% production) /____/ 4. Très élevé (% production) /____/

64°) Avez-vous un magasin de stockage ? 1. Oui / / 2. Non / /

65°) Si oui, quelles sont les techniques de stockages ? ……………………………………………………….

66°) Existe-t-il des coûts liés au stockage des produits ? 1. Oui / / 2. Non / /

67°) Si oui, à combien estimez-vous ces coûts, en Fcfa? /_____________/

68°) Avez-vous reçu une formation dans le cadre de votre activité ? 1. Oui / / 2. Non / /

69°) Si oui quel est le type de formation ? / /

70°) Quelle utilité vous procure cette formation? / /

78
71°) Connaissez-vous les agents techniques, vulgarisateurs et/ou services d’appui agricole ?

1. Oui / / 2. Non / /

72°) Si oui, ont-ils déjà mené une intervention au sein de votre périmètre ? 1. Oui / / 2. Non / /

73°) Quelle a été la nature de la portée de cette intervention ? / /

74°) De manière générale, comment appréciez-vous la présence et la dynamique de ces agents et/ou
services d’appui agricole dans la région ?

1. Peu satisfaisant / / 2. Satisfaisant / / 3. Très satisfaisant / /

75°) Existe-t-il, en dehors des réseaux associatifs, une coordination et une synergie entre producteurs
maraichers de la zone ? 1. Oui / / 2. Non / /

76°) Si oui, en quoi consiste-elle ? 1. Partage de connaissances / / О 2. Informations sur les


marchés / / 3. Autres / /

77°) Entretenez-vous des relations avec les entreprises de transformation agro-alimentaire?

1. Oui / / 2. Non / /

78°) Si oui, spécifiez la relation / /

79
QUESTIONNAIRE COMMERCANT

Nom de l’enquêteur : / /. Date enquête : / / / /

Région : / / Département : / /

Arrondissement / / Commune : / /

Village : / / Coordonnées GPS / /

Nom du Marché : / /

I. IDENTIFICATION
Nom de l’enquêté : / / …Sexe : / / Age : / /

Niveau d’instruction : / / Contact: / /

Ancienneté dans la commercialisation des produits horticoles : /_____________________________/

II. RELATION AVEC LES ACTEURS

1°) Quels sont les principaux produits achetés?

14. Oignon О 15. Chou О 16. Pastèque О 17. Piment О


18. Pomme de 19. Aubergine doux О 20. Gombo О 21. Haricot vert О
terre О
22. Tomate О 23. Aubergine amère О 24. Melon О 25. Bissap О

26. Carotte О 27. Persil 28. laitue 29. Nana

30. Autres

2°) A qui achetez-vous ces produits ?

1. Producteurs / / 2. Banabanas / / 3. Coxeurs / / 4. Grossistes / / 5. Détaillants / /


80
3°) Comment les contactez-vous?

1. Directement / / 2. Par téléphone / / 3. Autres à préciser / /

4°) Avez-vous des exigences en termes de qualité des produits ? 1. Oui / / 2. Non / /

5°) Si oui, quelles sont vos exigences ? / /

6°) Comment sont fixés les prix des produits avec les fournisseurs ?

1. Fixes / / 2. Négociés / /

7°) Comment appréciez-vous vos relations avec les autres acteurs ?

1. Peu satisfaisant / / 2. Satisfaisant / / 3. Très satisfaisant / /

III. COMMERCIALISATION
8°) Existe-t-il des coûts de transport ? 1. Oui / / 2. Non / /

9°) Si oui, à combien les estimez-vous en Fcfa ?/______________/

10°) Payez-vous des taxes au niveau des marchés ? 1. Oui / / 2. Non / /

11°) Si oui, combien payez-vous en Fcfa ? /______________/

12°) Quelle appréciation faites-vous de la tendance des ventes de ces dernières années ?

1. En hausse / / 2. En baisse / / 3. Inchangée / /

13°) Quels sont les principaux marchés de vente ?

Produits Nom du marché Type de marché Périodicité


Rural urbain Permanent Hebdomadaire

14°) Qui sont vos principaux clients ?


1. Consommateurs / / 2. Banabanas / / 3. Coxeurs / / 4. Grossistes / /
5. Détaillants/ / 6. Demi-grossistes / /

15°) Comment fixez-vous les prix avec les clients ?


1. Négociation/ / 2. Par rapport au marché / / 3. Autres à préciser / /

81
16°) Quelles sont les quantités achetées des produits suivant les trimestres de 2014, en Kg ?

Produits 1er trimestre 2ème trimestre 3ème trimestre 4ème trimestre

17°) Quels sont les prix d’achat des principales spéculations par trimestre en 2014 ?
Produits 1er trimestre 2ème trimestre 3ème trimestre 4ème trimestre

18°) Quelles sont les quantités vendues des produits suivant les trimestres de 2014, en Kg ?

Produits 1er trimestre 2ème trimestre 3ème trimestre 4ème trimestre

82
19°) Quels sont les prix de vente des principales spéculations par trimestre, en 2014 ?
Produits 1er trimestre 2ème trimestre 3ème trimestre 4ème trimestre

IV. FACTEURS EXTERNES


20°) Comment financez-vous les campagnes de commercialisation pour chaque spéculation ?
Crédit IMF ou Banque Autofinancement Projets et Autres (à
(nom de l’institution ONG préciser)
SOURCE financière)

21°) Si le financement provient d’une IMF ou Banque


Niveau de financement Nombre de crédit par an Taux d’intérêt

22°) Quelle appréciation faites-vous du taux d’intérêt :


1. Pas élevé / / 2. Acceptable / / 3. Elevé / / 4. Trop élevé / /

23°) Y-a-t-il des pénalités en cas de retard de paiement ? 1. Oui / / 2. Non / /

24°) Si oui quelles sont les pénalités ? / /


25°) Quels sont les problèmes rencontrés concernant le remboursement
/ /
26°) Quelles sont les solutions préconisées
/ /
27°) Vous renseignez-vous sur la situation du marché avant de vendre ? 1. Oui / / 2. Non / /
28°) Quels moyens d’information utilisez-vous ?
1. Radio / / 2. Télévision / / 3. Téléphone / / 4. Bouche à oreille / / 5. Autres à préciser / /

83
29°) Qu’est ce qui oriente votre choix pour ce moyen d’information utilisée ?
/ /
30°) Quel est le type d’information demandée ?
1. Prix du marché / / 2. Demande de produits / / 3. Autres à préciser / /
31°) Quelle est la fréquence de la demande de renseignement ?
1. Journalier / / 2. Hebdomadaire / / 3. Mensuel / /
4. Autres à préciser / /
32°) Quelles sont les dépenses occasionnées par cette forme de renseignement ?
/ /
33°) Quel intérêt tirez-vous de l’information collectée ? / /
34°) Est-ce qu’il y a des pertes (en Kg) liées à la commercialisation des produits О 1. Oui О 2. Non
35°) Si oui sur quelles spéculations ........................................................................... ……………….
………………………………………………………………………………………………….......................
36°) Quel est le niveau des pertes ?
Spéculations Niveaux de pertes
1. Bas (% production) /____/ : 2. Moyen (% production) /____/
3. Elevé (% production) /____/ 4. Très élevé (% production) /____/

37°) Avez-vous un magasin de stockage ? 1. Oui / / 2. Non / /

38°) Si oui, Quelles sont les techniques de stockages ? ………………………………………………….

39°) Existe-t-il des coûts liés au stockage des produits ? 1. Oui / / 2. Non / /

40°) Si oui, à combien estimez-vous ces coûts, en Fcfa? /_____________/

41°) Avez-vous reçu une formation dans le cadre de votre activité ? 1. Oui / / 2. Non / /

84
42°) Si oui quel est le type de formation ? / /

43°) Quelle utilité vous procure cette formation? / /

44°) Existe-t-il, en dehors des réseaux associatifs, une coordination et une synergie entre commerçants
de la zone ? 1. Oui / / 2. Non / /

45°) Si oui, en quoi consiste-elle ? 1. Partage de connaissances / / О 2. Informations sur les


marchés / / 3. Autres / /

46°) Entretenez-vous des relations avec les entreprises de transformation agro-alimentaire?

1. Oui / / 2. Non / /

47°) Si oui, spécifiez la relation / /

48°) Quels sont les principaux problèmes de commercialisation rencontrés et les solutions préconisées ?

N° Problèmes/ contraintes Solutions préconisées

85
TABLE DES MATIERES
LISTE DES TABLEAUX ............................................................................................................................. 4
LISTE DES FIGURES................................................................................................................................. 6
INTRODUCTION ........................................................................................................................................ 7
PARTIE THEORIQUE ET METHODOLOGIE ................................................................................................ 9
1. REVUE BIBLIOGRAPHIQUE .............................................................................................................. 9
1.1. Offre de produits horticoles .................................................................................................... 10
1.1.1. Typologie des producteurs maraichers........................................................................... 10
1.1.2. Principales cultures et les volumes de production .......................................................... 10
1.2. Analyse de la demande ........................................................................................................... 11
1.2.1. Principaux acheteurs et les marchés de vente ................................................................ 11
1.2.2. Prix d’achat des produits ................................................................................................ 12
1.3. Configuration des marchés..................................................................................................... 12
1.3.1. Acteurs de la filière ......................................................................................................... 12
1.3.2. Analyse SWOT de la commercialisation des produits ..................................................... 13
2. PROBLEMATIQUE .......................................................................................................................... 14
3. METHODOLOGIE ............................................................................................................................ 15
3.1. Approche méthodologique ..................................................................................................... 15
3.2. Démarche méthodologique ..................................................................................................... 16
3.3. Elaboration des outils de collecte ........................................................................................... 16
3.4. Echantillonnage, collecte et traitement des données .............................................................. 17
3.4.1. Echantillonnage .............................................................................................................. 17
3.4.2. Collecte et traitement des données ................................................................................. 19
ANALYSE ET INTERPRETATION DES RESULTATS ................................................................................ 20
1. Analyse de l’offre............................................................................................................................ 20
1.1. Différents types de périmètres et leurs caractéristiques ......................................................... 20
1.1.1. Périmètres horticoles gérés par des Organisations de producteurs (OP) ........................ 20
1.1.1.1. Effectif des OP et nombre de femmes membres.......................................................... 21
1.1.1.2. Superficies possédées et superficies exploitées......................................................... 22
1.1.1.3. Gestion des périmètres............................................................................................... 22
1.1.2. Caractéristiques des périmètres individuels ................................................................... 26
1.2. Activité de production ............................................................................................................ 27
1.2.1. Différentes spéculations cultivées .................................................................................. 27
1.2.1.1. Oignon........................................................................................................................ 27

86
1.2.1.2. Chou........................................................................................................................... 28
1.2.13. Piment ........................................................................................................................ 29
1.2.1.3. Pomme de terre .......................................................................................................... 29
1.2.1.4. Aubergine doux .......................................................................................................... 30
1.2.1.5. Gombo........................................................................................................................ 30
1.2.1.6. Aubergine amère ........................................................................................................ 31
1.2.1.7. Tomate ....................................................................................................................... 31
1.2.1.8. Carotte........................................................................................................................ 32
1.2.2. Motivation du choix des cultures pratiquées................................................................... 33
1.2.3. Modes d’obtention des terres ......................................................................................... 33
1.2.4. Modes d’obtention des semences................................................................................... 34
1.2.5. Utilisation des produits phytosanitaires et de l’engrais ................................................... 34
1.2.6. Analyse des systèmes d’irrigation .................................................................................. 35
1.2.7. Main d’œuvre agricole .................................................................................................... 37
1.2.8. Matériaux agricoles ........................................................................................................ 38
1.3. Volumes (en Kg) de production des différents produits .......................................................... 39
2. Analyse de la commercialisation des produits horticoles ............................................................... 41
2.1. Commercialisation chez les producteurs ................................................................................ 41
2.1.1. Méthodes de vente des producteurs ............................................................................... 41
2.1.2. Marchés de vente............................................................................................................ 42
2.1.3. Prix de vente des produits .............................................................................................. 44
2.2. Commercialisation chez les commerçants .............................................................................. 45
2.2.1. Différents types de commerçant ..................................................................................... 45
2.2.2. Achat auprès des fournisseurs ....................................................................................... 46
2.2.3. Appréciation de la tendance des ventes.......................................................................... 48
2.2.4. Quantités vendues .......................................................................................................... 48
2.2.5. Fixation des prix avec les différents clients .................................................................... 50
2.2.6. Evolution trimestrielle des prix de vente des produits .................................................... 51
2.2.7. Schéma de la commercialisation des produits horticoles ............................................... 52
3. Analyse économique et financière de l’activité des producteurs dans chaque région ..................... 53
3.1. Calcul des rendements moyens des producteurs ................................................................... 53
3.1.1. Produit brut .................................................................................................................... 53
3.1.2. La superficie exploitée .................................................................................................... 53
3.1.3. Calcul des rendements ................................................................................................... 54

87
3.1.3.1. Rendement de l’oignon ............................................................................................... 54
3.1.3.2. Rendement de la tomate ............................................................................................. 54
3.1.4. Produit brut en valeur ..................................................................................................... 55
3.2. Evaluation de la rentabilité de l’activité des producteurs ........................................................ 55
3.2.1. Compte de production .................................................................................................... 55
3.2.1.1. Chiffre d’affaire des producteurs dans chaque région ................................................ 55
3.2.1.2. Calcul des consommations intermédiaires ................................................................. 56
3.2.1.3. La valeur ajoutée des produits .................................................................................... 57
3.2.2. Compte d’exploitation..................................................................................................... 58
3.2.3. Le résultat net d’exploitation .......................................................................................... 58
3.2.4. Calcul des taux de rendement interne (TRI) .................................................................... 59
3.3. Analyse économique et financière de la commercialisation des produits................................ 60
3.3.1. Montant des achats de produits horticoles ..................................................................... 60
3.3.2. Montant des ventes ........................................................................................................ 61
3.3.3. Frais de transport et taxes .............................................................................................. 61
3.3.4. Calcul de la valeur ajoutée des commerçants ................................................................. 62
4. Analyse des performances du secteur horticole au Sénégal ........................................................... 63
4.1. Production horticole ............................................................................................................... 63
4.2. Exportations de produits horticoles ........................................................................................ 64
4.3. Importations de produits horticoles ........................................................................................ 66
CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS ................................................................................................. 67
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES....................................................................................................... 68
ANNEXE ................................................................................................................................................. 69
QUESTIONNAIRE PERIMETRES HORTICOLES ................................................................................... 69
QUESTIONNAIRE COMMERCANT ....................................................................................................... 80

88