Vous êtes sur la page 1sur 45

INFORMATIONS GÉNÉRALES

Pays :
GABON

Titre du projet :
Projet de Développement de l'Aviculture Familiale au Gabon.

Symbole du projet :
UTF / … / … / …

Donateur :
Gouvernement de la République Gabonaise / Autres

Agence d'exécution du projet :


Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO)

Agence nationale d'exécution :


Ministère de l'Agriculture, de l’Élevage, de la Pêche et de l’Alimentation

Durée du projet :
3 ans

Date de début estimée :


XXXX

Budget :
XXXX Dollars US
TABLE DES MATIÈRES
RÉSUMÉ.................................................................................................................................................iv
LISTE DES ABRÉVIATIONS.......................................................................................................................vi
1. INTRODUCTION..................................................................................................................................1
2. CONTEXTE ET JUSTIFICATION DU PROJET...........................................................................................2
2.1 Contexte.......................................................................................................................................2
2.2. Justification du projet..................................................................................................................3
3. OBJECTIFS...........................................................................................................................................4
3.1. Objectifs généraux.......................................................................................................................4
3.2. Objectifs spécifiques....................................................................................................................4
4. PROBLÈMES À RÉSOUDRE..................................................................................................................4
5. EXPÉRIENCES ANTÉRIEURES ET EN COURS.........................................................................................4
6. CHAINE DE RESULTATS.......................................................................................................................6
6.1. Impact du projet..........................................................................................................................6
6.2. Effets attendus de la mise en œuvre du programme...................................................................6
6.3. Résultats du projet......................................................................................................................6
6.4. Principales actions du projet.......................................................................................................7
6.4.1. Actions au titre du Résultat 1 (R1) : l’amélioration de la productivité de l’aviculture
traditionnelle..............................................................................................................................7
6.4.2. Actions au titre du Résultat 2 (R2) : Soutenir le développement de la volaille
périurbaine commerciale...........................................................................................................7
6.4.3. Actions au titre du Résultat 3 (R3) : Amélioration de l'état sanitaire des oiseaux............8
Pour atteindre ce résultat, les activités à mettre en place se réfèreront à :.......................................8
6.4.4. Actions au titre du Résultat 4 (R4) : Renforcement des capacités nationales...................8
7. DURABILITÉ ET STARTEGIES DE SORTIE DU PROGRAMME.................................................................8
8. RISQUES ET HYPOTHÈSES...................................................................................................................9
8.1. Les risques...................................................................................................................................9
8.2. Hypothèses..................................................................................................................................9
9. DISPOSITIONS POUR LA MISE EN ŒUVRE ET LA GESTION..................................................................9
9.1. Cadre institutionnel et coordination............................................................................................9
9.2. Stratégie / Méthodologie............................................................................................................9
9.2.1. Suivi................................................................................................................................10
9.2.2. Bénéficiaires...................................................................................................................10
9.2.3. Contribution au programme...........................................................................................11
9.3. Méthodologie, outils et planification.........................................................................................11
9.4. Contribution du gouvernement.................................................................................................13
9.5. Support technique / connexions...............................................................................................13
9.6. Modalités de soutien opérationnel...........................................................................................15
10. SUPERVISION, GESTION ET REPORTING.........................................................................................15
10.1. Supervision..............................................................................................................................15
10.2. Calendrier des rapports d'activités..........................................................................................15
ANNEXES..............................................................................................................................................16
Annexe 1: Budget.............................................................................................................................16
Annexe 2 : Cadre logique du projet..................................................................................................18
Annexe 3 : chronogramme des activités...........................................................................................20
Annexe 4: Termes de Référence de l'équipe du projet....................................................................22
RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES
RÉSUMÉ
Le Gabon, avec un climat de type équatorial chaud et humide, présente neuf formations agro
écologiques dont six forestières et trois autres réparties entre les forêts dégradées et les
formations herbeuses. Sur les 26,8 millions d’hectares de superficies, 20 millions d’hectares
sont classés forêts ou savanes (75% de la superficie) et la grande majorité du reste est classée
terres agricoles, soit pour les besoins des cultures, soit pour les pâturages. A peine 300.000
hectares (1,1% de la superficie totale) sont emblavés (cultures et pâturage) ce qui représente
moins de 5% de la zone agricole. La pauvreté touche majoritairement les populations des
zones rurales (33% de la population) et se caractérise par la faiblesse du capital humain et
social, de faibles niveaux de revenus, et un faible accès et un manque d’efficacité des services
sociaux de base. En termes de disponibilité alimentaire, le Gabon couvre ses besoins en
recourant massivement aux importations (60% des besoins alimentaires du pays). La
production agricole est insuffisante pour assurer l'autosuffisance alimentaire dans le pays,
entraînant des niveaux importants d'importations alimentaires estimées à plus de 650 millions
de dollars américains, afin d'équilibrer le déficit de 60% en termes de produits alimentaires de
base, y compris les produits carnés. Cette situation liée à l’accroissement de la demande au
niveau des centres urbains et à l’incapacité de la production locale à satisfaire cette demande,
résulte globalement d’un cadre organisationnel, politique, et institutionnel faiblement organisé
pour stimuler le développement agricole. Malgré des potentialités importantes, la production
agricole a été en déclin continu et le secteur a vu son poids diminuer dans l’économie passant
de 16% en 1964 à 10% dans les années 1970 avant de tomber à moins de 5% aujourd’hui.
L’absence de stratégie et de plan d’action cohérent et formalisé, d’une part, et d’une volonté
politique pour dynamiser le secteur agricole, d’autre part, sont responsables de la faiblesse des
investissements publics consentis ces dernières années dans ce secteur.

En ce qui concerne les productions animales, elles sont pourtant importantes dans
l’alimentation gabonaise. C’est un sous-secteur très peu développé, qui mérite une plus
grande attention. L’élevage traditionnel reste majoritaire. Les contraintes principales du sous
secteur sont : la faible capacité de production des éleveurs familiaux, le prix élevé des
aliments et autres intrants, la forte concurrence des produits importés à bas prix, l’inexistence
de programmes de vulgarisation et le faible encadrement des éleveurs par manque de
stratégies et de moyens financiers, matériel et humains des services d’appui publics et privés
et la faible organisation des producteurs.

Les plus hautes autorités du pays ont élaboré un référentiel de développement du Gabon à
l'horizon 2025 : le Plan Stratégique Gabon Emergent (PSGE) qui a présenté la vision de
développement que s’est donnée le Gabon et les orientations stratégiques pour y parvenir. En
effet les axes stratégiques 11 et 12 dudit plan ont précisé les orientations du pays pour le
développement de son agriculture à savoir (1) valoriser le potentiel agricole et garantir la
sécurité alimentaire et (2) promouvoir une exploitation et une valorisation durables des
ressources halieutiques. Le PSGE a produit une carte cible de l’agriculture Gabonaise à
l’horizon 2025 qui précise la localisation :

►Des cultures intensives du riz, maïs, soja, maraîchage et d’arboriculture fruitière dans
Moulengui-Binza, Lébamba, Boumango, Lambaréné, Andem, Medougeu, Oyem et Bitam
►Des cultures périurbaines de maraîchage, des fruits, l’élevage à cycle court dans Port-Gentil
et à Libreville
►Des cultures industrielles d’exportation de café, de cacao, d’hévéa, de palmier à huile et de
canne à sucre de Tchibanga à Lambaréné et de Mitzic et Bitam

Conformément à ce repère, le Ministère de l’Agriculture a élaboré une stratégie de relance


économique du secteur agricole (SRSA) pour la période 2016-2023, et a sollicité
l’accompagnement technique et financier du FIDA pour son opérationnalisation à travers une
seconde phase du Projet de Développement Agricole et Rural (PDAR 2). La contribution
attendue du PDAR 2 au PSGE et à la SRSA est de donner aux populations rurales notamment
aux femmes et aux jeunes, les moyens d’accroitre leurs revenus et d’améliorer leur sécurité
alimentaire et nutritionnelle.
LISTE DES ABRÉVIATIONS
Liste complète des sigles et acronymes utilisés dans le texte.
La première fois que le terme apparaît dans le texte, il doit être énoncé intégralement et être
suivi du sigle ou acronyme entre parenthèses (exemple: Objectifs du Millénaire pour le
développement (OMD)).

ATI : Assistant Technique International


BAD : Banque Africaine de Développement
CEP : Champ Ecole Paysan
CTP : Conseiller Technique Principal
DGE : Direction Générale de l’Élevage
FAO : Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture
FIDA : Fonds international de développement agricole
IGAD : Institut gabonais d’appui au developpement
OMD : Objectifs du Millénaire pour le développement
PADAP : Programme d’appui au développement de l’agriculture
PADMG : Projet d’Appui au Développement du Micro Crédit au Gabon
PAPG : Projet d’appui au paysannat gabonais
PDAR 2 : Projet de Développement Agricole et Rural
PNUD : Programme des Nations Unies pour le Développement
PSGE : Plan Stratégique Gabon Emergent
PSPA : Projet d’appui au secteur des pêches et de l’aquaculture
PSSA : Programme Spécial de Sécurité Alimentaire
RAF : bureau régional de la FAO pour l'Afrique
RESEPI : Réseau régional des systèmes d'épidémiosurveillance nationaux
SRSA : Stratégie de Relance Économique du Secteur Agricole
UTF : Unilateral Trust Fundó
1. INTRODUCTION
L’aviculture familiale englobe la grande diversité de systèmes de production avicole à
petite échelle présents dans les zones rurales, urbaines et périurbaines des pays en
développement. On peut distinguer quatre grandes catégories de systèmes d’aviculture
familiale : le petit élevage extensif en divagation, l’élevage extensif en divagation,
l’élevage semi-intensif et le petit élevage intensif. Les interventions de développement du
secteur avicole peuvent apporter des avantages significatifs aux ménages, en termes de
contribution à la sécurité alimentaire, d’autonomisation des femmes et de réduction de
la pauvreté.

L’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) et le


Fonds International de Développement Agricole (FIDA) financent un certain nombre de
projets qui répondent aux Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) et qui
sont liés à l’amélioration de la sécurité alimentaire, la génération de revenus et
l’autonomisation des femmes, tout en respectant les connaissances traditionnelles et les
valeurs socioculturelles. L’aviculture familiale joue un rôle essentiel dans certains de ces
projets.

Au Gabon, la croissance démographique et la forte urbanisation accroissent les besoins


en produits alimentaires, notamment  ceux issus de l’élevage, alors que ce secteur reste
faiblement développé dans le pays. Selon les chiffres officiels, le pays importe 96% de ses
besoins en produits animaux  et face à l’augmentation de la demande, la filière élevage
locale est confrontée à de nombreux défis.

Dans le pays, il existe des éleveurs indépendants et des regroupements appelés


coopératives de producteurs, mais ils sont encore loin de pouvoir répondre à la demande
locale. L’élevage national met sur le marché moins de 5% de la demande et faute
d’organisation des acteurs, cette faible production n’est même pas entièrement écoulée
dans les meilleures conditions pour les éleveurs.

1
2. CONTEXTE ET JUSTIFICATION DU PROJET
2.1 Contexte
Au Gabon, l’élevage représente à la fois des opportunités et des défis, avec un fort
potentiel pour contribuer à la croissance économique. Il est également une source de
revenus et d'emplois pour la majorité de la population. Néanmoins, le pays est fortement
dépendant des importations de produits carnés. Le Gabon importe actuellement 96% de
ses besoins en produits animaux et la demande globale va s’accroître selon toutes les
estimations (croissance démographique et forte urbanisation). En 2015, selon les services
des Douanes, les importations de produits alimentaires se sont élevées à 364 milliards
FCFA. Plus de 122 millions de tonnes de viandes, notamment 24,2 millions de tonnes de
découpes de viande de bœuf, 10 millions de tonnes de viande porcine et 87,7 millions de
tonnes de viande de poulet (Ministère de l’Économie, 2010). Cette situation prouve qu’il
existe une offre d’opportunités de marché pour le développement de l’élevage au Gabon. A
cet effet, on observe l’éclosion d’un tissu d’éleveurs sur le territoire national, 250 au total
(DGE, octobre 2017) qui proposent une gamme de produits (œufs de table, poulets de
chair, porcs etc.) et dont les niveaux de production ne permettent pas de satisfaire la
demande toujours croissante. De plus, la productivité des structures d’élevage reste
encore faible du fait de nombreuses difficultés notamment la faible maîtrise des
itinéraires techniques des acteurs concernés. Fort de ce constat, l’Etat gabonais s’est
lancé dans la croisade contre la réduction des importations des produits carnés et
dérivés et s’est fixé un objectif de réduction de 25 % à l’horizon 2020 (PSGE, 2012).
Toutefois, pour faire face aux défis existants et répondre aux aspirations du pays, il est
requis d’avoir des informations qui doivent aider à la décision et développer des outils
efficaces qui vont permettre d’atteindre les objectifs fixés. Malheureusement, on
remarque qu’il manque souvent des données exhaustives et des mécanismes adaptés
pour faire face aux enjeux.

En milieu rural gabonais, presque tous les oiseaux sont élevés dans le secteur familial.
Partiellement protégés non seulement la nuit mais également en journée. Ils sont limités
à une alimentation subsidiaire essentiellement avec des déchets de cuisine. Dans un tel
système traditionnel de production avicole, aucune donnée statistique fiable n'est
disponible. Il y a un manque de données non seulement sur le recensement des animaux,
mais aussi sur la production nationale, sur les infrastructures d'élevage, sur les flux
d'animaux et également sur l'absence d’une description des principales pathologies
aviaires dans le pays.

La demande nationale de production de volaille ne couvre pas la demande intérieure


tant pour les œufs que pour la viande. Les fournisseurs sont contraints de recourir à des
oiseaux congelés et à la pression du bétail industriel. Alors que les poulets locaux sont
beaucoup plus appréciés que les volailles industrielles et ont une valeur commerciale
plus élevée. De plus, ils sont indispensables pour certaines fonctions religieuses où le
bétail industriel ne peut être substitué au poulet. Il est aussi important de noter que le
secteur de la volaille se caractérise par l'absence de certains acteurs de la chaîne de
production. En particulier, les distributeurs et producteurs d'intrants avicoles
(zootechniques et vétérinaires) sont peu représentés et le nombre de vétérinaires dans le
pays est faible. Il y a peu de vétérinaires et ils sont tous des fonctionnaires embauchés
par le Ministère de l'Agriculture de l’Élevage de la Pêche et de l’Alimentation. En cas de

2
demande, ils peuvent exercer des activités vétérinaires en privé, mais leurs interventions
sont très limitées et réservées presque exclusivement aux animaux domestiques dans les
villes. Les éleveurs du secteur traditionnel n'ont ni la coutume ni les moyens d'accéder à
leurs services. La formation des techniciens dans le secteur vétérinaire et les moyens à
leur disposition sont limités et le travail qu'ils peuvent effectuer dans le domaine
vétérinaire également amoindri. Le développement et l’installation des noyaux avicoles
en milieux villageois est un projet qui permettra notamment de lutter contre la vie chère.
Dans cette perspective, l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et
l’Agriculture s’implique davantage à promouvoir l’autosuffisance alimentaire au
Gabon. Un projet de coopération technique a été paraphé récemment en janvier 2020
entre la FAO et le Gouvernement gabonais, en appui au développement de l’aviculture
familiale en vue de garantir la sécurité alimentaire et nutritionnelle, d’augmenter à la
fois la production avicole nationale, les revenus des petits producteurs éleveurs de
volaille et contribuer à la réduction des importations en viande de volaille au Gabon où
la viande de volailles constitue la catégorie de denrées animales la plus consommée. Son
importation contribue à maintenir le pays dépendant de certains pays exportateurs. Et
pour briser ce cercle vicieux, le Gouvernement a adressé une requête à la FAO pour le
développement et l’installation des noyaux avicoles en milieux villageois.

2.2. Justification du projet


Ce projet a donc été conçu comme une réponse adaptée aux conditions de production
dans les zones rurales. Il s'agit d'offrir aux familles rurales des capacités matérielles et
techniques afin qu'elles puissent alléger leur double besoin d'accès aux protéines
animales et, en même temps, obtenir facilement des revenus. Pour cela, il est prévu
d'assurer une bonne connaissance des conditions techniques et sanitaires et de renforcer
les capacités et la formation des agents du Ministère de l’Agriculture de l’Élevage de la
Pêche et de l’Alimentation, ainsi que la capacité organisationnelle des producteurs
identifiés. Le projet se concentrera sur quatre résultats qui contribuent au lancement
d'un meilleur secteur avicole familial:

 Amélioration de la production avicole traditionnelle,


 Soutien au développement de la volaille commerciale périurbaine,
 Amélioration de l'état sanitaire des oiseaux,
 Renforcement des capacités nationales.

La réalisation des résultats se fera par une meilleure surveillance sanitaire, alimentaire et de
logement pour chaque oiseau, de manière constante et quotidienne. Le projet favorisera la
vaccination des oiseaux contre la maladie de Newcastle, qui est l'une des principales
causes de mortalité des volailles dans les zones rurales. La réduction de la mortalité se
fera également par la protection contre les prédateurs avec l'introduction et la
promotion d'abris de nuit et d'autres protections.

La formation et le renforcement des capacités des producteurs et des agents du


Ministère seront à la base de ces changements de comportement de la production avicole
familiale. Le projet proposera aux éleveurs ruraux une approche avec un minimum
d'intrants, mais avec une forte composante de formation avec des exemples pratiques
afin de leur montrer l'efficacité de certaines méthodes simples dans la conduite
quotidienne de ce secteur.

3
La résurgence d'un secteur avicole commercial pourrait être réalisée grâce à la création
d'un réseau d'approvisionnement et de commercialisation et approvisionnements des
produits avicoles, et au développement du cadre réglementaire sur la commercialisation
des animaux et des produits d'origine animale. Beaucoup d’éleveurs qui ont abdiqué
sont encore intéressés par cette activité. Une amélioration de la production de volaille
paysanne et le démarrage d'un réseau d'approvisionnement et de distribution
d'aliments, de fournitures et de matériel serviraient à motiver ces gens pour se lancer à
nouveau dans ce secteur de production. L'essentiel serait de leur permettre de trouver
régulièrement les intrants nécessaires à leurs productions, sans rupture de stock et à un
prix raisonnable. Cela est possible si les coopératives d’éleveurs formées lors de la mise
en œuvre du TCP/GAB/3504 sont opérationnelles. L’achat sur une base individuelle
étant très difficile, irrégulier et coûteux, les commandes seront groupées et solvables
pour ainsi bénéficier d'économies d'échelle.

3. OBJECTIFS DU PROJET
3.1. Objectifs généraux Général du projet

L’Objectif Général (OG) du projet est de Contribuer contribuer à la croissance économique


du pays et de garantir la sécurité alimentaire et nutritionnelle particulièrement en milieu
rural.

3.2. Objectifs spécifiques


Les Objectifs Spécifiques (OS) attachés à cet Objectif Général sont :
OS1 : Réduire la dépendance du pays vis-à-vis des importations de produits d'origine animale
notamment de volaille
OS2 : Permettre le démarrage d'un réseau de production avicole commerciale à petite échelle
avec des possibilités de croissance future.
- Améliorer durablement le système de production avicole en milieu rural
- Développer le secteur avicole commercial
- Créer des revenus pour les producteurs villageois
- Réduire les importations des produits carnés
- Fournir une source de protéines de haute qualité en milieu rural

4. PROBLÈMES À RÉSOUDRE
Une grande partie de la population rurale gabonaise est pauvre. Dans un tel
environnement, les gens n’arrivent pas à satisfaire leurs besoins en protéines animales.
Par ailleurs, dans les villes, la demande de viande est importante et elle n'est comblée
que par l'importation de poulets surgelés. Le développement de la production paysanne
de volailles serait l'un des meilleurs moyens d'éviter l'exode rural de la population, à
condition que soient améliorées les techniques de production. La difficulté continue
d'être la santé animale, les mauvaises pratiques d'élevage et un réseau commercial
embryonnaire. Ce projet se fixe donc pour objectif de développer l'aviculture familiale
avec le lancement d'une composante commerciale périurbaine afin d'augmenter

4
l'accessibilité aux protéines animales; améliorer les revenus des zones rurales et ainsi
contribuer à l'approvisionnement alimentaire de qualité au Gabon.

5. EXPÉRIENCES ANTÉRIEURES ET EN COURS


Les travail actions entreprises accompli au cours des dernières décennies, à travers
différents projets/programmes, a ont contribué à revitaliser le secteur agricole en général,
y compris la filière volaille qui a continué à perpétuer un petit réseau de producteurs.
Les bénéficiaires ont reçu des formations et un soutien technique. Parmi les ces
projets/programmes exécutés, il y a :

►Le Programme spécial Spécial de sécurité Sécurité alimentaire Alimentaire (PSSA), une
initiative de la FAO), lancée en juin 1994 et entérinée par les Chefs d’Etats et de
gouvernements lors du sommet mondial de l’alimentation à Rome en 1996.
Globalement, ce projet avait pour objectifs, entre autres :

a) d’améliorer la sécurité alimentaire nationale par un accroissement rapide de la


productivité et de la production alimentaire,
b) d’améliorer au sein des ménages la ration protéino-énergétique pour atteindre à court
terme le niveau de 2.400 kcal/personne/jour,
c) de réduire le niveau de la pauvreté des agriculteurs à partir de l’amélioration de leur
revenu agricole,
d) et réduire la variabilité annuelle de la production et la facilitation de l’accès à la
nourriture par une approche participative et multidisciplinaire reposant sur des bases
économiques et environnementales durables.

Le lancement officiel de la première phase d’une durée de 18 mois a eu lieu en juillet


2006, mais le démarrage des activités sur le terrain n’a été effectif qu’en mai 2007. Les
activités pour cette phase initiale entièrement financée par le Gouvernement gabonais se
sont achevées fin octobre 2008.

►Autre expérience, le Programme d’Appui au Développement de l’Agriculture


(PADAP) mis en œuvre par l’IGAD en juin 2004 pour une durée au départ de 4 ans,
mais qui s’est prolongé jusqu’au 31 décembre 2009, avec pour objectifs principaux de
stabiliser l’agriculture itinérante consommatrice de forêts brulées, d’accroître
l’approvisionnement en produits vivriers et en production animales des marchés
urbains, et faire émerger des micro entrepreneurs agricoles.

►Le Plan Stratégique Gabon Emergeant (PSGE), qui octroie une place ambitieuse à
l’élevage par la mise en place de ceintures périurbaines de sécurité alimentaire.

►Le Projet d’appui d’Appui au paysannat Paysannat gabonais Gabonais (PAPG) du FIDA
(1994-2000). Un projet de développement agricole financé par le FIDA et dont les
bénéficiaires étaient les petits paysans afin d’accroître leurs revenus, d’accroître la
production agro-pastorale en mettant en place un système de recherche-développement
fonctionnel. Le projet avait également pour mission, entre autres, de vulgariser du
matériel végétal, des itinéraires techniques, des techniques d’élevage performantes et
adaptées, en mettant à la disposition des paysans, intrants et outillages.

5
►Le Projet d’appui au secteur Secteur des pêches Pêches et de l’aquaculture l’Aquaculture
(PSPA) (2006-2010) intervenu grâce à un prêt accordé au gouvernement gabonais par la
Banque africaine Africaine de développement Développement (BAD) à hauteur 22,3
millions de dollars US, soit 10,2 milliards de francs CFA, pour l’acquisition de
fournitures, le financement de travaux et la mise en place de services pour l’essor du
secteur de la pêche, avec pour objectif de contribuer à la diversification de l’économie
gabonaise par la gestion durable des ressources halieutiques et environnementales à
travers l'amélioration des conditions de production, l’accroissement de la production et
des revenus des acteurs

►Le Projet d’Appui au développement Développement du microcrédits Microcrédits au


Gabon (PADMG, 2003-2015), initiative conjointe du PNUD et du gouvernement
gabonais, d’un budget total de 300 millions de CFA, avec pour objectif principal de
réduire la pauvreté et améliorer les conditions de vie des couches les plus vulnérables,
notamment la population féminine en milieu rural, et de manière spécifique, renforcer
les capacités des agents techniques du projet dans le domaine de la micro finance,
renforcer les capacités des associations féminines et des femmes impliquées dans le
projet en matière de création et de gestion de microprojets générateurs de revenus.

►Récemment le TCP/GAB/3504 « Appui à la promotion des petits élevages par un


meilleur accès à l’aliment pour animaux au Gabon ». L’objectif de ce projet était de
créer les bases nécessaires pour valoriser le potentiel alimentaire disponible et redonner
un souffle aux personnes et aux groupes entreprenant déjà dans l’élevage ainsi que de
nombreux jeunes qui veulent se lancer dans les productions animales. Le gouvernement
Gabonais a reconnu que malgré l’abondante biomasse qui trompe l’appréciation,
l’alimentation a toujours été une grande contrainte pour l’installation de petites
exploitations d’élevage au Gabon.

►Dans sonle Plan National d’Investissement Agricole et de Sécurité Alimentaire et


Nutritionnel (PNIASAN), le pays a décidédont l’objectif est d’accroitre la production
nationale et de progressivement réduire progressivement sa la dépendance du pays vis-à-vis
des importations.

Au total, la mise en œuvre de ces projets/programmes a En définitive, il y a euproduit des


acquis en matière de sécurité alimentaire durant ces dernières décennies. Certaines
Certains projets/programmes ont permis d’atteindre des résultats et de développer un
certain nombre de bonnes pratiques dans divers domaines touchant la sécurité
alimentaire prises en compte dans la formulation du PNSA. Parmi ces expériences et
bonnes pratiques et selon le domaine d'intervention, on peut citer dans le domaine du
secteur agricole : le Champ Ecole Paysan (CEP), qui est une école de terrain pour
augmenter la production de manière durable dans le cadre d’une participation plus
active des producteurs et productrices dans l’agriculture, avec comme objectif visé, de
développer chez le producteur des capacités importantes de la spéculation à développer
au-delà de la mise en œuvre du projet.

6
6. CHAINE DE RESULTATS

6.1. Impact du projet


L’Objectif Général (OG) du projet est de contribuer à la croissance économique du pays et de
garantir la sécurité alimentaire et nutritionnelle particulièrement en milieu rural. L’objectif
global du projet est d’augmenter la production nationale de volaille. Il vise à contribuer de
manière durable au développement de l'élevage avicole en milieu rural gabonais.
L’impact attendu est donc l’amélioration des conditions de vie des populations en
général et l’amélioration de la sécurité alimentaire des petits producteurs ruraux en
particulier.

6.2. Effets attendus de la mise en œuvre du projet

Le principal effet attendu de la mise en œuvre du projet est l’augmentation de la


production nationale des produits avicoles (œufs, viande etc) et par conséquent
la réduction de la dépendance du pays vis-à-vis des importations de produits
d'origine animale notamment de volaille.
Deux effets sont attendus de la réalisation du projet à savoir :

►Réduire la dépendance du pays vis-à-vis des importations de produits d'origine animale


notamment de volaille
►Permettre le démarrage d'un réseau de production avicole commerciale à petite échelle avec
des possibilités de croissance future.

6.3. Résultats du projet


- Résultat 1 (R1) : Améliorer durablement le système de production avicole en milieu
rural
l’amélioration de la productivité de l’aviculture traditionnelle
Résultat 2 (R2) : soutenir Soutenir le développement de la volaille périurbaine
commerciale
Résultat 3 (R3) : amélioration deAméliorer l'état sanitaire des oiseaux
Résultat 4 (R4) : renforcement desRenforcer les capacités des acteurs institutionnels et de
celles des acteurs de la chaîne de valeur capacités nationales

6.4. Principales actions du projet


Par résultat, les actions à mener sont les suivantes :

7
- 6.4.1. Actions au titre du Résultat 1 (R1) : Améliorer durablement le système de production
avicole en milieu rural
l’amélioration de la productivité de l’aviculture traditionnelle

Pour atteindre le Résultat R1, les actions suivantes seront réalisées par le projet :

1. Le projet soutiendra les Appui des bénéficiaires en équipements de base et en


matériels d’élevage tels que la clôture, les mangeoires et les abreuvoirs
2. Formations zootechniques au profit des Les bénéficiaires (Techniques seront formés
aux techniques de construction d’abris adaptés aux oiseaux (notamment pour
lutter efficacement contre les prédateurs), aux techniquesTechniques
d’alimentation à moindre coût à partir des aliments disponibles localement
(notamment les déchets de cuisine, déchets de poisson, élevage de vers de terre
etc.), entretien Entretien des abreuvoirs et mangeoires.
3. D’autres Formationsformations seront garanties des bénéficiaires en conduite
d’élevage pour un meilleur comportement du cheptel (séparation des poussins,
identification des poules qui éclosent des œufs issus de différentes poules)
4. La formationFormation des bénéficiaires sera complétée sur les concepts de base
de la santé des oiseaux (identification des signes des maladies de Newcastle et
Gumboro), le déparasitage des oiseaux, la vaccination, l’enfouissement des
carcasses d’animaux morts, la mise en quarantaine des animaux malades jusqu’à
la guérison, ainsi que des informations sur l’achat des produits vétérinaires.
6.4.2. Actions au titre du Résultat 2 (R2) : Soutenir le développement de la
volaille périurbaine commerciale soutenir le développement de la volaille
périurbaine commerciale
Pour atteindre le Résultat R2, les actions suivantes seront réalisées par le projet :

1. Organisation des échanges d’expériences entre éleveurs expérimentés et de nouveaux


entrants : L'expert national en organisation de producteurs sera responsable de cette
activité, sous la supervision du CTP. Le projet identifiera les personnes porteuses du
projet et l'expérience à servir de référence. Des contrats de formation seront mis en
place pour partager les expériences entre éleveurs expérimentés et nouveaux entrants.
2. Prospection de fournisseurs potentiels et Évaluation des besoins en intrants (quantité et
qualité) pour les bénéficiaires du projet : Le projet va procéder à une prospection des
fournisseurs potentiels d’intrants avicoles et établir une base de données de ces
acteurs. Il sera procédé ensuite une évaluation de la qualité et des quantités des intrants
disponibles afin d’identifier les appuis à apporter à la chaîne de valeur.
3. Identification de commerçants pilotes pour les commandes, la réception des intrants, le
stockage, la conservation et la vente aux producteurs.

4. Appui aux acteurs de la chaîne de valeurs des intrants avicoles identifiés : Dans un
premier temps, le projet permettra aux acteurs privés (commerçants organisés en
groupes ou associations) déjà implantés dans un secteur similaire et / ou compatible,
d'élargir la gamme de produits proposés à l'aviculture et en même temps d'assurer
l'approvisionnement en intrants. Le projet permettra aux groupes de fournisseurs de
solvants locaux de regrouper les commandes et de bénéficier d'économies d'échelle.
Pour atteindre l'effet direct, les actions suivantes seront menées par le projet :
5. Formation en gestion des éleveurs et des commerçants

8
1. Évaluation des besoins en intrants (quantité et qualité) pour les bénéficiaires du projet,
Prospection de fournisseurs potentielsÉvaluation des besoins en intrants (quantité et
qualité) pour les bénéficiaires du projet,
2. ,
3. Identification de commerçants pilotes pour les commandes, la réception des intrants, le
stockage, la conservation et la vente aux producteurs.
4. Les bénéficiaires et les commerçants seront formés à la comptabilité de base.

6.4.3. Actions au titre du Résultat 3 (R3) : Amélioration Améliorer de l'état


sanitaire des oiseaux

Pour atteindre ce résultat, les activités à mettre en place vont se réfèrerréférer à :

1. un recensement Recensement sommaire des volailles dans les zones choisies par le
projet, et à une vaste campagne de vaccination systématique contre la maladie de
Newcastle, de déparasitage et d'intervention spécifique à la demande contre les autres
pathologies principales telles que la maladie de Gumboro. l'objectif L'objectif
envisagé étant de contrôler et limiter l'incidence de la Newcastle, qui est une
pathologie endémique.
2. une formation Formation sur l'hygiène et la prophylaxie sanitaire des oiseaux et sur la
définition des symptômes de la Newcastle et les mesures à prendre en cas de mortalité
due à cette maladie.
3. La vaccination Vaccination contre la Newcastle et le déparasitage seront gratuits tout
au long de la première phase du projet qui durera trois ans, afin d'établir un
environnement sanitaire adéquat qui permettra d'atteindre les objectifs.

6.4.4. Actions au titre du Résultat 4 (R4) : Renforcer les capacités des acteurs
institutionnels et de celles des acteurs de la chaîne de valeurRenforcement des
capacités nationales

Renforcement des capacités des acteurs institutionnels : Pour les cadres du Ministère, leurs
capacités seront renforcées par la formation à la gestion de projets, à la gestion axée sur les
résultats, au contrôle et à l'évaluation des activités. De plus, le programme soutiendra les
capacités logistiques du Ministère en fournissant le matériel roulant (voitures et motos) pour
garantir l'atteinte des résultats du projet. Une mise à jour du cadre législatif régissant
l'aviculture est également prévue à la fin du programme.

Renforcement des capacités des acteurs de la chaîne de valeur. Ce programme aura une
composante importante en termes de renforcement des capacités pour les bénéficiaires et pour
les cadres du Ministère. Les bénéficiaires seront des producteurs ou des candidats à la
production, des commerçants pilotes identifiés et des techniciens de terrain. Il existe une liste
officielle d'éleveurs actifs (DGE, 2017). Ces groupes seront sélectionnés pour les formations
qui seront également dispensées aux individus non groupés mais qui finiront par se
réorganiser ultérieurement.

9
Pour les cadres du Ministère, leurs capacités seront renforcées par la formation à la gestion de
projets, à la gestion axée sur les résultats, au contrôle et à l'évaluation des activités. De plus, le
programme soutiendra les capacités logistiques du Ministère en fournissant le matériel roulant
(voitures et motos) pour garantir l'atteinte des résultats du projet. Une mise à jour du cadre
législatif régissant l'aviculture est également prévue à la fin du programme.

7. DURABILITÉ ET STARTEGIES DE SORTIE DU PROGRAMME

Dans un premier temps et pour la pérennité des activités, les logements des animaux
seront réalisés avec des matériaux locaux et sans subventions. Pour faciliter le
démarrage le projet fournira aux bénéficiaires un ensemble de petits matériaux à un
coût plutôt faible. À cela s'ajoute la vaccination des oiseaux contre la maladie de
Newcastle qui sera prise en charge par le projet (voir annexe 1). En outre, toutes les
activités qui seront lancées dans le cadre du projet devront, à terme, être reprises par le
Ministère. Le projet sera particulièrement engagé dans la formation et le suivi
technique. Les activités seront ainsi poursuivies par les différents acteurs privés,
producteurs et commerçants, qui trouveront un intérêt économique à la poursuite des
activités. Parallèlement, la formation et l'équipement des agents des services
déconcentrés du Ministère permettront à ces derniers de mener à bien leurs travaux
habituels, y compris les activités de soutien à la volaille. Pour permettre et faciliter les
changements proposés par le projet, la législation et les dispositions d'application
devront être adaptées et adoptées.
8. RISQUES ET HYPOTHÈSES
Le programme peut souffrir de divers risques et hypothèses.

8.1. Les risques


a) Perte d'intérêt de la part des bénéficiaires si les activités du projet ne sont pas
correctement exécutées.
b) Refus de vendre régulièrement la production excédentaire par les bénéficiaires en
raison des prix sur les marchés ruraux et des pratiques culturelles.
c) La faible efficacité du vaccin contre la maladie de Newcastle, en relation avec la
présence de souches mutantes.

8.2. Hypothèses
Les poulets locaux sont très prisés par la très grande majorité et la demande dépasse
l'offre. Le prix du marché est plus élevé que celui des poulets industriels, frais ou
congelés.

9. DISPOSITIONS POUR LA MISE EN ŒUVRE ET LA GESTION

9.1. Cadre institutionnel et coordination


Le ministère de l'Agriculture, de l’Élevage, de la Pêche et de l’Alimentation désignera un
Coordinateur National du projet, un panel du ministère, ainsi qu'un Assistant. Ce coordinateur

10
national garantira le lien entre l’Administration et le projet. Sa tâche principale sera de
faciliter la coordination des activités avec les autorités locales et de superviser le projet. Il
sera assisté par l'expert international Conseiller Technique Principal de la FAO.

La FAO fournira un appui technique pour la réalisation des activités. Un comité de


contrôle technique supervisera la pertinence des activités du projet et fera des
recommandations pour leur réorientation si nécessaire. Il sera composé du Directeur
Général de l'Élevage, du Directeur national des services vétérinaires, du Représentant
de la FAO, de l'Assistant Technique International (ATI) et sera présidé par le
Coordinateur National du projet. Il se réunira au début du projet et chaque année après
la présentation du rapport annuel.

9.2. Stratégie / Méthodologie


Dans les zones impliquées dans le projet, les agents administratifs seront formés sur les
objectifs du projet, sur la méthodologie d'intervention et sur d'autres sujets qui
formeront le dossier technique qui devra être proposé aux agriculteurs. En conséquence,
tous les travaux de sensibilisation et de formation seront effectués en collaboration avec
eux. Ils doivent suivre ces activités à la fin du programme pour garantir la continuité des
actions. La population sera préalablement informée par les mediasmédias avant le début
du projet (radio, télévision, journaux, et autres mediasmédias). Ensuite, des campagnes
d'information seront menées au niveau local pour les informer de l'existence du projet,
pour expliquer les objectifs et susciter leur intérêt. Les familles intéressées par les
activités seront identifiées et formées ultérieurement. Au cours de cette formation
collective les personnes les plus intéressées seront identifiées et parmi elles, des bénévoles
seront sélectionnés pour collaborer étroitement avec le projet. Ces personnes seront
formées aux techniques de vaccination, aux moyens d'améliorer l'habitat des oiseaux, la
biosécurité et les techniques d'élevage, ainsi qu'à la collecte des données nécessaires à
l'évaluation du projet.

9.2.1. Suivi

Le projet durera trois ans. Il sera développé dans une approche participative qui, à
chaque étape du processus, cherchera à valoriser et intégrer toutes les suggestions
d'amélioration proposées par les bénéficiaires. Dans les zones impliquées, les agents du
Ministère seront formés sur les objectifs du projet, sur la méthodologie d'intervention et
sur d'autres sujets qui formeront le dossier technique qui devra être proposé aux
agriculteurs. En conséquence, tous les travaux de sensibilisation et de formation seront
effectués en collaboration avec eux. Ils doivent suivre ces activités pour garantir la
continuité des actions à la fin du projet.

9.2.2. Bénéficiaires

Il existe environ 500 groupements d'agro-élevage officiellement reconnus par les


autorités agricoles (cf. rapport de géo localisation des élevages, DGE, 2017). Dans un
souci de pérennité des actions du projet, de tels groupements seront prioritaires.
Cependant, d'autres villes ou villages sans groupements peuvent être sélectionnées par
l'équipe du projet, s'il existe des raisons valables.

11
Lors de la première phase le projet sera mené sur 120 sites répartis sur toute l’étendue
du territoire national. Deux groupes sont estimés par site, soit 240 groupes dans 120
sites. Avec une moyenne de 10 partenaires dans chaque groupe, le nombre exact de
bénéficiaires directs est d'environ 2400 ou 12000 bénéficiaires indirects. Les diversités
des bénéficiaires sont détaillées au chapitre 6.4.4. Leur intérêt sera d'augmenter la
production de poulets, avec pour conséquence la possibilité d'augmenter les revenus et
d'améliorer l'alimentation de la famille. Les bénéficiaires seront tous ceux qui sont
intéressés par la production de volaille à petite échelle à la fois dans les zones rurales et
périurbaines. L'exécution du projet permettra également d'offrir aux structures
décentralisées du Ministère des moyens de travail supplémentaires pour mener à bien
leurs missions.

Concernant la formation à la conduite de l'aviculture, toutes les personnes intéressées


seront sélectionnées. Concernant la formation à la technique de vaccination, les
personnes influentes de la zone ou du groupe seront privilégiées. Ils devraient être
intéressés par le succès de l'activité. Une forte présence de femmes sera stimulée par le
projet, car les femmes sont plus disponibles pour des emplois à domicile. Savoir lire et
écrire est souhaitable, mais pas indispensable. Ils seront sélectionnés lors de la formation
sur le comportement du bétail.

9.2.3. Contribution au programme

Pour la pérennité et la productivité des activités, la contribution matérielle des


bénéficiaires doit être limitée. L'objectif étant de créer une réelle autonomie après le
programme et aussi de travailler avec les personnes réellement intéressées par l'activité
et non celles qui ne seraient attirées que par les apports matériels du projet. Initialement
le programme de vaccination et d'alimentation intéressera toutes les volailles. Des
activités telles que la construction des abris pour la nuit est importante car, il est plus
facile d'adapter les poussins à un nouveau comportement (par exemple, les emmener
dans un endroit spécifique la nuit), alors que ce serait un travail difficile à faire avec des
oiseaux adultes.

En ce qui concerne la protection des oiseaux la nuit et la pulvérisation régulière des


infrastructures d'élevage contre les parasites, les bénéficiaires auront l’obligation de
suivre et d’appliquer la formation reçue. Pour la construction et l’entretien des
infrastructures, le programme présentera des plans standards mais adaptables. Si le
bénéficiaire a déjà utilisé des techniques pouvant se substituer à celles proposées par le
projet, leur introduction dans les techniques proposées par le projet sera évaluée.
D’autre part, les bénéficiaires seront tenus d’entretenir le matériel éventuellement
offert, et garantir la collecte de toutes les données demandées, d’aider à la vaccination
des oiseaux deux à trois fois par an selon le protocole du projet. Les dimensions des
abris devront être proportionnelles au nombre total d'oiseaux qui doivent être confinés.
Autres contribution des bénéficiaires : les cages pour sevrer les poussins, une fosse pour
élever des vers de terre et / ou pour faire du compost etc.

Pour faciliter le lancement des activités, le projet soutiendra les producteurs en


fournissant le petit matériel nécessaire aux activités (mangeoires suspendues pour
adultes, mangeoires linéaires pour poussins, abreuvoirs, cages de sevrage, etc.). Le
projet contribuera également à préparer des modèles standards pour les différentes
infrastructures, à développer des modules de formation sur le comportement du bétail et

12
sur la vaccination, pour former toutes les personnes intéressées dans les zones
sélectionnées. Le projet organisera la recherche pour valider l'efficacité du vaccin,
évaluer les résultats et organiser un atelier d'une journée pour la restitution des
résultats aux représentants des bénéficiaires. En outre le projet prendra en charge les
coûts de la vaccination contre la maladie de Newcastle, en précisant aux bénéficiaires
qu'il s'agit d'une action temporaire. Le projet organisera les bénéficiaires pour mettre
en place un circuit d'approvisionnement et de distribution des intrants avicoles par
commandes groupées. Ce circuit pourrait faciliter une autre composante du projet,
l'apparition d'un secteur avicole commercial. Le projet organisera une mission d'appui
opérationnel et pour l'évaluation intermédiaire et finale.

9.3. Méthodologie, outils et planification

Dans ce document, il ne sera considéré en détail que la première phase du projet. Pour
la suite des activités, les lignes directrices seront données, car les détails devront être
élaborés lors de l'évaluation à mi-parcours du projet en tenant compte des évolutions,
des problèmes et des succès constatés.

La première phase de trois ans visera à organiser la structure de mise en œuvre du


projet, à initier des activités sur le terrain, à mettre en œuvre la méthodologie
d'intervention, à concevoir le matériel de formation et, avant la fin de la phase, à le
réviser selon les premiers résultats obtenus. En outre, au cours de cette phase, les
données seront collectées pour quantifier l'impact de la phase sur la volaille avec les
méthodologies proposées, par rapport à la technique traditionnelle et également pour
vérifier si le vaccin utilisé est efficace en milieu rural gabonais.

Dans les zones choisies, les agents du Ministère seront formés sur les objectifs du projet,
sur la méthodologie d'intervention et sur d'autres sujets qui formeront le paquet
technique qui doit être proposé aux éleveurs. Par conséquent, tout le travail de
sensibilisation et de formation se fera en collaboration avec les agents du Ministère.

Les données relatives à l'aviculture seront collectées en collaboration avec les agents de
l’Administration, sur un échantillon de 120 élevages dans 60 villages. Soit près de 10
villages ou fermes d’élevage dans la province de l’Estuaire qui compte le plus grand
nombre d’éleveurs, 8 dans la province de l’Ogooué Maritime, et 6 au maximum dans
chacune des sept autres provinces du pays. Ces données auront une double utilité, d'une
part, établir une situation de référence au départ, pour permettre d'évaluer l'impact du
projet, et d'autre part, vérifier l'efficacité du vaccin et, plus tard, adapter un protocole
vaccinal plus adapté à la zone. La fréquence de vaccination tout au long du projet se
fera deux à trois fois par an selon le programme prophylactique. Des fiches de collecte
de données seront préparées pour permettre une extension des données sur un tableur
(Excel, Open Office Calc, etc.) pour les évaluer statistiquement. Les fiches de collecte de
données seront formulées sous forme de fiches structurées aux questions fermées. Les
données suivantes devront être prises : identification du propriétaire, nombre d'oiseaux
par tranche d'âge, nombre d'oiseaux sortants (décès, vente, cadeau, cérémonie,
disparition, etc.), nombre d'oiseaux rentrants (achat, cadeau reçu, etc.), dates
vaccination et autres traitements, date de ponte et nombre d’œufs, date d'éclosion et
nombre de poussins, nombre de poussins vivants au début de la ponte suivante etc.

13
Les premières campagnes réalisées à un intervalle de six mois (ou les quatre premières à
un intervalle de quatre mois) seront gratuites. Si, par hasard, dans l'intervalle, il n'y a
pas d'épidémie de Newcastle (peu probable mais possible), le projet continuera à
soutenir les producteurs jusqu'à la fin du protocole de vaccination. Les vaccinateurs
seront des agriculteurs formés techniquement, supervisés par des agents du Ministère.
Les résultats du traitement des dossiers seront présentés lors d'un atelier de restitution
en présence des représentants des zones concernées par le projet ainsi que les
représentants de l’Administration. Lors des restitutions les résultats seront également
présentés à tous les paysans, mais surtout, il sera expliqué qu'à partir de ce moment, le
vaccin sera payé. Le prix correspondra au coût du vaccin majoré d'une petite marge au
bénéfice des vaccinateurs. Le programme se poursuivra avec la vulgarisation et le
soutien logistique, jusqu'à ce qu'un réseau de vente soit établi. Tout cela doit être
expliqué dès la première réunion de contact.

En collaboration avec la DGE et le RESEPI, s’il est fonctionnel, le projet réalisera une
série d'analyses pour confirmer que la mortalité est bien due à la maladie de New-
Castel, et d'autre part, pour évaluer la prévalence de la maladie de Gumboro. Pour cela,
des kits d'analyse rapide pour les deux maladies sont disponibles sur le marché. À partir
de la troisième année du projet, des rencontres entre bénéficiaires et non-bénéficiaires
devraient être organisées pour leur permettre d'échanger leurs expériences. En effet, le
transfert d'informations directement d'un éleveur à un autre est très efficace en milieu
rural. Il serait également intéressant d'organiser un voyage d'échange au Sénégal ou au
Cameroun, deux pays où une expérience capitalisée sur le sujet est importante en milieu
rural. Au cours de la première phase du projet, les besoins en formation au sein du
Ministère seront évalués afin d'intégrer la formation jugée pertinente dans la deuxième
phase.

À mi-parcours du projet, les mêmes formulaires utilisés pour établir la situation de


référence au début seront répétés dans les mêmes familles interrogées au début. Après
cela, une évaluation du projet sera effectuée, afin d'évaluer les activités menées par le
projet, leur impact et de formuler la phase suivante. Étant donné la forte différence
entre le prix des poulets dans les zones rurales et dans les villes, il serait nécessaire
d'envisager d'organiser les éleveurs pour la commercialisation directe.

9.4. Contribution du gouvernement


Le Ministère par le biais de la DGE, assurera l'exécution du projet avec le soutien
technique et la gestion de la FAO. Les services techniques décentralisés du Ministère
seront chargés de l'extension des actions. Une fois formés par le projet, les agents de
vulgarisation vétérinaire mèneront des campagnes de vaccination et de soins
vétérinaires appropriées avec l'assistance technique de la FAO. Le Ministère mettra à
disposition des locaux (bureaux) à Libreville et si possible dans les capitales provinciales
des zones impactées par le projet. Le Ministère nommera un superviseur national qui
sera un haut fonctionnaire du département de l'Élevage. Le gouvernement financera
100% du projet sous la forme d'un accord UTF qui le reliera à la FAO. Un comité de
contrôle technique sera mis en place pour un suivi régulier du projet.

9.5. Support technique / connexions

14
Le projet sera sous la responsabilité générale du Ministère en charge de l'Élevage.
L'appui technique de la FAO sera assuré en même temps par le bureau sous-régional
(SFC), le bureau régional RAF à Accra et la Division de la production et de la santé
animales à Rome (AGA). Un conseiller technique principal en élevage sera recruté pour
assister l'équipe du programme au début du projet. Des spécialistes de la santé animale
et de la stratégie de production avicole fourniront un soutien technique supplémentaire.

L'équipe du projet sera composée de :

a. Ressources humaines

1. .Un superviseur national officiel de la Direction générale de l'Élevage


2. .Un Coordinateur Technique National recruté par le projet
3. .Un Conseiller Technique Principal (CTP) recruté par la FAO et validé par le
ministère
4. .Deux experts nationaux : un en volaille et un en organisation de producteurs,
recrutés par le Ministère et validés par la FAO
5. .Deux vétérinaires et 15 techniciens d'élevage
6. .Le personnel d'appui : deux assistants administratifs, deux secrétaires et quatre
chauffeurs recrutés par l'équipe projet.

b. Matériel consommable
.Fournitures de bureau
.Kits de formation
.Kits ELISA test maladie Gumboro
.Doses de vaccins
.Équipements de vaccination
.Matériel d'étude des essais de vaccins
.Médicaments à usage vétérinaire

c. Matériel non consommable


.Trois véhicules 4x4
.18motos 125
.Quatre ordinateurs portables
.Quatre ordinateurs fixes
.Quatre stabilisateurs
.Trois imprimantes
.Un vidéoprojecteur
.Un rotor de réseau wifi

d. Formation et ateliers

.11 Formation avicole centralisée pour les techniciens du Ministère


.30 formations d'éleveurs ruraux
.18 formations vaccinatrices
.40 formations de petits producteurs semi-intensifs
.30 stages et commandes groupées
.Un atelier de restitution

15
.12 voyages d'étude d'une semaine en volaille
.6 voyages d'étude d'une semaine sur la vaccination
.13 visites inter-villages

e. Contrats

.Certains contrats seront passés avec :


-Des écoles de formation pour l'organisation de formations
.Coopératives et groupement pour l'implantation de fermes pilotes périurbaines
.ONG nationales pour la mise en place effective de vaccinations de masse
.Un contrat avec un institut de recherche sous-régional pour l'évaluation de la
vaccination Newcastle

9.6. Modalités de soutien opérationnel


Le gouvernement mettra en œuvre le projet avec l'appui technique de la FAO. Il signera
avec la FAO un accord UTF (Unilateral Trust Fundó) selon le modèle standard de
l'organisation, qui précisera les modalités d'exécution du projet. La FAO au Gabon
assurera la gestion quotidienne du projet en collaboration avec le bureau sous-régional
pour l'Afrique centrale (SFC) et également avec le soutien de l'unité des opérations du
bureau régional de la FAO pour l'Afrique (RAF).

10. SUPERVISION, GESTION ET REPORTING

10.1. Supervision

Sous la responsabilité générale et politique du Ministère, la FAO sera responsable de la


pleine mise en œuvre des activités. Le Conseiller Technique Principal et le Coordinateur
technique, en collaboration avec le superviseur national, dirigeront le travail de
planification des activités, la formation des techniciens et le suivi continu. Un comité
directeur analysera la pertinence des activités du projet et fera des recommandations. Il
sera composé du directeur général de l'élevage (qui sera en charge du rôle de
superviseur national), du directeur national des services vétérinaires, du représentant de
la FAO, du conseiller technique en chef et sera présidé par le superviseur national. Ce
comité de pilotage se réunira au début du programme, chaque année après la
présentation du rapport annuel.

10.2. Calendrier des rapports d'activités


L'équipe du projet sous la responsabilité du conseiller technique en chef et du
coordinateur technique rédigera un rapport d'activité semestriel qui énumérera :

 La comparaison entre les produits obtenus et ceux prévus


 Identification des problèmes et difficultés techniques, humains ou financiers
 Recommandations et mesures correctives
 Le plan de travail du semestre à venir

16
Le conseiller technique principal et le coordonnateur technique national produiront également
un rapport annuel convenu avec la FAO et le comité directeur.

17
ANNEXES
Annexe 1: Budget
Coûts Totaux
unitaires
Catégorie de dépenses Unités Qtés
USD USD XAF

Consultants internationaux 410,700 205 350 000

Conseiller technique Principal Mois 30 13,000 390,000 195 000 000

Consultant en stratégie de santé animale contre la Newcastle Jours 45 230 10,350 5 175 000

Consultant stratégie globale en aviculture Jours 45 230 10,350 5 175 000

Consultants nationaux 568,500 284 250 000

Superviseur national Mois 36 1,500 54,000 27 000 000

Coordinateur technique du projet Mois 36 3,000 108,000 54 000 000

Expert en aviculture Mois 36 2,000 72,000 36 000 000

Expert en organisation de producteurs Mois 36 2,000 72,000 36 000 000

02 vétérinaires Mois 30 2,000 60,000 30 000 000

15 techniciens Mois 450 450 202,500 101 250 000

Personnel d’appui 163,200 81 600 000

02 Assistants administratifs Mois 68 800 54,400 27 200 000

02 Secrétaires Mois 68 600 40,800 20 400 000

04 chauffeurs Mois 136 500 68,000 34 000 000

18
Formations et ateliers 240,600 120 300 000

Formation pour les agents du ministère 11 1,500 16,500 8 250 000

Reproduction des manuels de formation Livrets 2000 16 32,000 16 000 000

Formation pour les aviculteurs ruraux Séances 30 1,500 45,000 22 500 000

Formation sur la vaccination Séances 18 1,000 18,000 9 000 000

Formation pour les petits producteurs semi-intensifs 40 800 32,000 16 000 000

Frais de formation et d'encadrement sur les commandes regroupées 30 800 24,000 12 000 000

Atelier de restitution de la stratégie 1 19,000 19,000 9 500 000

Voyages d'étude d'une semaine sur l'aviculture 10 2,000 20,000 10 000 000

Voyages d'étude d'une semaine en vaccination 6 2,000 12,000 6 000 000

Visites inter-paysannes Visites 13 1,700 22,100 11 050 000

Contrats 15 6,000 90,000 45 000 000

Matériels consommable 392,500 196 250 000

Fournitures de bureau 35 700 24,500 12 250 000

Autres services 35 300 10,500 5 250 000

Kits de formation 90 100 9,000 4 500 000

Kits ELISA test maladie Gumboro 1500 40 60,000 30 000 000

Autres kits ELISA 1000 40 40,000 20 000 000

Vaccins Doses 9.000 20 180,000 90 000 000

Equipements de vaccination 120 250 30,000 15 000 000

Matériel d'étude des essais de vaccins 1 8,500 8,500 4 250 000

19
Médicaments vétérinaires 3 10,000 30,000 15 000 000

Matériels durable 319,550 159 775 000

Matériel informatique 19,000 9 500 000

Ordinateurs (4 portables, 4 fixes) 8 1,700 13,600 6 800 000

Onduleurs 4 800 3,200 1 600 000

Imprimante 3 350 1,050 525 000

Vidéo Projecteur 1 1,500 1,500 750 000

Routeur Wifi 1 200 200 100 000

Meubles et fournitures de bureau 1 8,000 8,000 4 000 000

Véhicules 4x4 4 45,000 180,000 90 000 000

Motos 125 15 6,200 93,000 46 500 000

Frais généraux de fonctionnement 138,200 69 100 000

Conduite et entretien des véhicules Mois 134 600 80,400 40 200 000

Fonctionnement et entretien des motos Mois 578 100 57,800 28 900 000

Voyages 42,856 21 428 000

DSA Consultants Nationaux Jours 90 300 27,000 13 500 000

Billets d’avion Rome-Libreville-Rome 4 800 3,200 1 600 000

Billets d’avion Accra-Libreville-Accra 2 1078 2,156 1 078 000

DSA AGA Jours 21 300 6,300 3 150 000

DSA RAF Jours 14 300 4,200 2 100 000

Dépenses du comité de pilotage 3 4,000 12,000 6 000 000

20
Service de support technique 42,000 21 000 000

Évaluation 1 35,000 35,000 17 500 000

Rapport final 1 7,000 7,000 3 500 000

Sous-Total 2,420,106 1 210 053 000

Coûts des services du projet 13 %

Total

Annexe 2 : Cadre logique du projet


Logique d’intervention Indicateurs objectivement vérifiables Sources de données Hypothèses / Risques
IMPACT : Amélioration des Incidence de la pauvreté en milieu Rapport d’évaluation d’impact du Hypothèses
conditions de vie des populations rural projet
Le Gouvernement honore son
en général et l’amélioration de la engagement de financement du projet
sécurité alimentaire des petits
producteurs ruraux en particulier Disponibilité des vaccins sur les marchés
national et international

Le prix du marché du poulet local


supérieur à celui des poulets industriels
frais ou congelés

Bonne fourniture en électricité et bons


moyens de transport pour améliorer
l’environnement rural
EFFET DIRECT : La production nationale de produits Rapport d’évaluation finale du projet
Augmentation de la production nationale avicoles a augmenté de 20% par
des produits avicoles (œufs, viande etc)
rapport à son niveau de 2020

Résultat 1 (R1) : Améliorer Le pourcentage de ponte augmenté de

21
durablement le système de 20% par rapport à son niveau de 2020
production avicole en milieu rural
Résultat 2 (R2) : Soutenir le Les quantités de volailles vendues sur les
développement de la volaille principaux marchés urbains de Libreville
ont augmenté de 20% par rapport à leur
périurbaine commerciale niveau de 2020

Résultat 3 (R3) : Améliorer l'état Le taux de mortalité dans les élevages de


sanitaire des oiseaux volaille est réduit de 50% par rapport à
son niveau de 2020

Résultat 4 (R4) : Renforcer les Au moins (nombre) Techniciens


capacités des acteurs vétérinaires ont vu leurs capacités
institutionnels et de celles des renforcées chaque année
acteurs de la chaîne de valeur
Au moins (nombre) Acteurs des
chaînes de valeurs avicoles ont vu
leurs capacités renforcées chaque
année
Actions Moyens

22
Logique d’intervention Indicateurs objectivement vérifiables Sources de données Hypothèses / Risques

IMPACT :

Le projet contribuera fortement au développement de


l’élevage au Gabon

EFFET DIRECT : Hypothèses

Augmentation de la production nationale des produits Le Gouvernement honore son


avicoles (œufs, viande etc) engagement de financement du
projet

PRODUITS : Le pourcentage de ponte augmenté de


20% Disponibilité des vaccins sur les
marchés national et international
1. Amélioration de la production avicole traditionnelle
Le nombre de marchands augmenté
2. Développement de la volaille commerciale périurbaine Le prix du marché du poulet local
supérieur à celui des poulets
3. Amélioration de l’état de santé des animaux
industriels frais ou congelés
Le taux de mortalité rurale réduit de 50%
4. Renforcement des capacités nationales

Bonne fourniture en électricité et


Les campagnes de vaccination menées
bons moyens de transport pour
sans assistance technique
améliorer l’environnement rural

Rapports d’activités

ACTIVITÉS : Au moins un kit de matériels distribué

23
à chaque bénéficiaire Rapports d’évaluation

1. Amélioration de la production avicole traditionnelle

Au moins 90% des formations prévues Rapport final du projet


sont dispensées
- Appui aux bénéficiaires en équipements de base et
matériels d’élevage
Document de stratégie
- Formation des bénéficiaires sur les techniques de 80% des bénéficiaires appliquent les
construction de mangeoires et abreuvoirs adaptés aux recommandations des formations
oiseaux

- Formation sur la santé animale


Les modules de formations sont Les risques
- Formation sur le comportement des oiseaux élaborés

- Elaboration d’une stratégie nationale de


La perte d’intérêt des
développement de l’aviculture familiale
Un recensement de la volaille est bénéficiaires si les activités du
organisé projet ne sont pas menées
correctement
2. Développement de la volaille commerciale périurbaine

Au moins deux campagnes de


vaccination sont organisées par an Le refus par les bénéficiaires de
-Fourniture d’intrants et petits matériels zootechniques vendre le surplus de production

-Évaluation des besoins des bénéficiaires en intrants, en


quantité et en qualité Au moins 75% des oiseaux recensés
sont vermifugés Des perturbations dans le
-Prospection de potentiels fournisseurs financement des activités du
projet
-Identification de commerçants pilote pour soutenir
l’activité Au moins 80 groupes d’éleveurs
opérationnels sont redynamisés
-Commandes et réception des intrants, leur stockage, Risque si le vaccin contre la
conservation et vente directe aux producteurs maladie de Newcastle se révèle

24
-Formation des bénéficiaires sur la comptabilité de base, inefficace
notamment le compte de résultat

3. Amélioration de l’état de santé des oiseaux

-Recensement sommaire des volailles dans les zones


choisies par le projet

-Campagne de vaccination maladie de Newcastle

-Déparasitage et interventions spécifiques sur les autres


pathologies telles que la maladie de Gumburo

-Formations sur l’hygiène et la prophylaxie sanitaire

-Formation sur les symptômes de la maladie de


Newcastle et les actions à entreprendre en cas de
mortalités dues à cette maladie.

4. Développement des capacités nationales

-Formation et support en matériel de travail pour les


producteurs, commerçants et techniciens de terrain

-Organisation des producteurs en groupes

-Redynamisation des associations de producteurs


existantes

-Développement des capacités des cadres du Ministère à

25
la gestion, le contrôle et l’évaluation des activités

-Soutien aux capacités logistiques

Annexe 3 : chronogramme des activités


Année 1 Année 2 Année 3
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12

GESTION DU PROGRAMME

Recrutement du personnel d’appui

Planification et validation des activités

Fonctionnement de la structure logistique

Comité de pilotage

Rapport trimestriel

Rapport annuel

Evaluation à mi-parcours du projet

Présentation de la seconde phase du projet

APPUI AU RENFORCEMENT DE LA BASE PRODUCTIVE

Elaboration des textes de formation sur le guide


d’élevage

26
Préparation du modèle d’infrastructure standard

Elaboration des fiches de collecte des données

Elaboration des textes de formation sur la vaccination

Formation des agents du ministère

Sélection des bénéficiaires

Perspectives de Vaccination

Formations sur les animaux et les vaccins

Formation sur les vaccins

Informations de validation sur l’efficacité des vaccins

Atelier de restitution des informations sur les vaccins

Campagne de vaccination

Voyages d’études

Visites d’échanges entre éleveurs

Suivi

Année 1 Année 2 Année 3


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12

27
Appui à la mise en place d’un réseau d’épidémio-surveillance

Formation ATN

Préparation du protocole d’échantillonnage

Prospection des matériaux nécessaires

Préparation du manuel de procédure

Formation des agents du ministère

Mission d’appui à la surveillance épidémiologique

Suivi

Appui à l’émergence du secteur avicole à petite échelle

Identification des commerçants intéressés

Formalisation des contrats

Préparation formation des commerçants

Evaluation des besoins en produits

Prospection fournisseurs

Formation des commerçants

Préparation de la formation des aviculteurs

Recherche de matériels avicoles

Formation ou recyclage des aviculteurs

Mission de législation sur l’élevage

Suivi

28
29
Annexe 4: Termes de Référence de l'équipe du projet

CONSEILLER TECHNIQUE PRINCIPAL

• Mettre en place des mécanismes de concertation, promouvoir les relations avec les
autorités administratives publiques et les partenaires institutionnels prévues dans le
projet.
• Travailler en étroite collaboration avec le coordinateur national du projet, et
superviser l'expert national en aviculture pour la préparation des modules de formation
et des fiches d'évaluation.
• Développer les activités de renforcement des capacités
• Superviser l'expert national avicole pour l'organisation d'un circuit
d'approvisionnement en vaccins contre la maladie de Newcastle.
• Mettre en place des méthodologies de planification participative adaptées aux besoins
des approches de développement communautaire et local prévues dans le document de
projet.
• Organiser et recevoir les éventuelles missions d'évaluation, de supervision,
• Gérer les ressources du projet, y compris les ressources humaines.
• Établir des mécanismes de suivi et d'évaluation fournis par le projet et s'assurer qu'ils
fonctionnent.
• Évaluer les besoins de formation au niveau du ministère de l'Agriculture pour les
intégrer dans la deuxième phase du projet
• Superviser l'expert national pour l'organisation d'un circuit d'approvisionnement en
intrants.
• Superviser la publication des différents documents des missions consultatives.
• Sur la base de l'évaluation à mi-parcours et des orientations du comité de gestion,
finaliser et présenter le programme de la deuxième phase.
• Effectuer d'autres fonctions connexes au besoin

Le candidat doit répondre aux exigences suivantes :

• Diplôme universitaire en médecine vétérinaire ou agronomie liée aux sciences animales


• Avoir au moins cinq ans d'expérience dans des programmes liés au développement de
l'élevage (une expérience de travail en Afrique centrale serait un avantage).
• Savoir utiliser les programmes informatiques de base (Word, Excel, PowerPoint et
Internet).

Critères de sélection

• Capacité à travailler efficacement au sein d'une équipe multidisciplinaire.


• Capacité à rédiger des rapports dans un style concis et précis.
• Etre capable de développer des capacités d'analyse et de synthèse.
• Maitriser les logiciels informatiques et logiciels de traitement de texte
• Une vaste expérience en développement local et rural serait un avantage.
• Disponibilité pour voyager fréquemment dans les régions éloignées.

30
CONSULTANT INTERNATIONAL EN STRATEGIE DE SANTE
ANIMALE CONTRE LA MALADIE DE NEWCASTLE

● Faire une analyse detaillée des maladies du secteur avicole au Gabon


● Mener une analyse avicole des problèmes de santé animale qui inclut la maladie de
Newcastle et proposer des orientations stratégiques pour trouver des solutions aux
problèmes identifiés.
● Analyser les acteurs du secteur de la santé animale, identifier leurs forces, leurs
faiblesses, identifier les opportunités et les risques
● Formuler un document de stratégie nationale sur la santé animale incluant la maladie
de Newcastle, les impacts attendus, les résultats et les activités par composante
● Proposer un cadre logique résumant les objectifs généraux de la stratégie de santé
animale pour les oiseaux domestiques et les indicateurs de performance
● Faire une présentation de la stratégie aux membres du comité de pilotage.
● Travailler en étroite collaboration avec l'équipe du projet, les vétérinaires et le
consultant international en charge de la stratégie nationale de développement de la
volaille.
● Exécuter d'autres fonctions connexes si nécessaire.

Le candidat doit répondre aux exigences suivantes :

● Diplôme universitaire en médecine vétérinaire ou en production animale / agronomie


● Cinq années d'expérience pertinente au moins, dans les programmes de
développement de l'élevage (une expérience dans la rédaction de documents de stratégie
contre la maladie de Newcastle serait un avantage).
● Savoir utiliser les programmes informatiques de base (Word, Excel, PowerPoint et
Internet).

Critères de sélection

● Capacité à travailler efficacement au sein d'une équipe multidisciplinaire.


● Etre compétent pour analyser des problèmes complexes et proposer des solutions
pertinentes, réalistes et réalisables.
● Avoir une bonne connaissance des maladies Newcastle, Gumboro et d'autres maladies
importantes de la volaille
● Développer les capacités de réflexion, d'analyse et de synthèse.
● Connaitre les logiciels informatiques et les logiciels de traitement de texte
● Une vaste expérience en développement local et rural serait un avantage.
● Disponibilité pour voyager fréquemment dans des régions éloignées.

31
CONSULTANT INTERNATIONAL STRATÉGIE EN AVICULTURE
TRADITIONNELLE

▫ Faire une analyse détaillée du secteur avicole familial et semi-industriel au Gabon.


▫ Analyser les problèmes du secteur et proposer une orientation stratégique et des
solutions aux problèmes identifiés.
▫ Assurer une analyse des acteurs du secteur, identifier les forces, les faiblesses, identifier
les opportunités et les risques.
▫ Préparer un document de stratégie nationale pour le développement du secteur avicole
familial, impacts attendus, résultats et activités par composante.
▫ Fournir un cadre logique qui résume les objectifs généraux de la stratégie et les
indicateurs de performance.
▫ Proposer un budget pour l'exécution de la stratégie nationale de développement de
l'aviculture familiale et semi-industrielle
▫ Faire une présentation de la stratégie aux membres du comité de pilotage.
▫ Travailler en étroite collaboration avec l'équipe du programme et le consultant
international en charge de la stratégie pour la maladie de Newcastle.
▫ Exécuter d'autres fonctions connexes en cas de besoin.

Le candidat doit répondre aux exigences suivantes:

▫ Diplôme universitaire en production animale / ou vétérinaire ou en agronomie.


▫ Au moins cinq années d'expérience liées aux programmes de développement de
l'élevage (une expérience dans les documents de stratégie de développement serait un
avantage).
▫ Savoir utiliser les programmes informatiques de base (Word, Excel, PowerPoint et
Internet).

Critères de sélection

▫ Capacité à travailler efficacement au sein d'une équipe multidisciplinaire.


▫ Capacité d'analyser des problèmes complexes et de proposer des solutions pertinentes,
réalistes et réalisables.
▫ Bonne connaissance de la programmation dans les projets et programmes
▫ Développement des capacités, analyse et synthèse.
▫ Maitriser les logiciels informatiques et logiciels de traitement de texte
▫ Une grande expérience en développement local et rural serait un avantage.
▫ Etre capable de voyager fréquemment dans les régions éloignées

32
SUPERVISEUR NATIONAL DU PROJET

Le superviseur national du projet exercera diverses fonctions de supervision du projet.


Il (elle) aura des tâches intermédiaires spécifiques avec le FAO et le Gouvernement :

• Il (elle) servira de lien entre le Ministère et le Projet


• Il (elle) supervisera les activités du projet en collaboration avec le Représentant de la
FAO
• Il (elle) travaillera en étroite collaboration avec le coordinateur technique national
• Il (elle) co-présidera le comité de pilotage
• Il (elle) mobilisera les acteurs et partenaires nécessaires pour atteindre les objectifs

Le candidat doit répondre aux exigences suivantes :

• Etre un fonctionnaire du Ministère


• Avoir un diplôme dans une discipline pertinente du poste.
• Disposer d’une expérience dans la gestion de programmes de développement de
l'élevage.
• Avoir une bonne connaissance des enjeux liés à la zone d'élevage.
• Savoir utiliser les programmes informatiques de base (Word, Excel, PowerPoint et
Internet)

33
COORDONNATEUR TECHNIQUE NATIONAL DU PROJET

Le coordinateur technique national exercera les fonctions techniques et financières pour


le bon fonctionnement du projet. Il (elle) aura des tâches spécifiques pour assurer la
gestion de l'information, le suivi, le contrôle et l'évaluation des activités du projet. Il
(elle) aura les tâches spécifiques suivantes :

▫ Analyse des rapports et études réalisées par les structures du projet ou par des
consultants.
▫ Supervision des activités en collaboration avec le superviseur national, conformément
aux dispositions du document de projet et des plans de travail annuels.
▫ Il (elle) garantira l’application technique des activités énumérées dans le plan de
travail, en collaboration avec les structures d’exécution et le personnel technique du
projet.
▫ Il (elle) assurera un suivi-évaluation régulier de l’exécution budgétaire en collaboration
avec le Représentant de la FAO
▫ Il (elle travaillera en étroite collaboration avec le Conseiller technique Principal
▫ Il (elle) fournira tout le soutien nécessaire à l’exécution des activités du projet
▫ Il (elle) maintiendra un contact permanent avec toutes les structures du projet

Le candidat doit répondre aux exigences suivantes :

▫ Être un fonctionnaire du Ministère de l’Agriculture


▫ Avoir un diplôme dans une discipline pertinente au poste.
▫ Avoir de l’expérience dans la gestion de projets de développement de l'élevage.
▫ Avoir une bonne connaissance des enjeux liés à la zone d'élevage.
▫ Savoir utiliser les programmes informatiques de base (Word, Excel, PowerPoint et
Internet).

34
EXPERT NATIONAL EN AVICULTURE

Sous la supervision du Conseiller Technique Principal et en étroite collaboration avec


des experts nationaux, il sera responsable de la composante d'appui au renforcement de
la base productive traditionnelle. Ses fonctions seront les suivantes :

▪ Être responsable de tous les aspects de la planification, de la mise en œuvre, de


l'organisation, du suivi et de l'information de la composante d'assistance technique pour
renforcer la base de production traditionnelle.
▪ Etre diligent dans la conduite à toutes les étapes du projet
▪ Aider le Ministère à promouvoir des mécanismes pour établir les bases d'un système de
développement de la volaille au Gabon.
▪ Aider à l’élaboration d'un manuel de formation et organisation de sessions de
formation pour les fonctionnaires dans les domaines de compétence technique prévus
dans le projet.
▪ Participer à la préparation de manuels de formation et avec les fonctionnaires du
ministère, formation des aviculteurs ruraux.
▪ Soutenir la préparation des modèles d'infrastructure standard pour la volaille
▪ Préparer des modules de formation et des rapports en collaboration avec le Conseiller
Technique Principal
▪ Participer activement et objectivement aux évaluations à mi-parcours du projet,
évaluer son impact sur les bénéficiaires et contribuer à l'élaboration des
recommandations pour la deuxième phase du projet.
▪ Organiser un circuit d'approvisionnement en vaccins contre la maladie de Newcastle,
en collaboration avec le Conseiller Technique Principal et un expert national en
organisation de producteurs
▪ Recueillir toutes les données techniques nécessaires à la préparation des rapports
techniques sur l'avancement de la composante de projet correspondante.
▪ Exécuter d'autres fonctions connexes selon les besoins.

Le candidat doit répondre aux exigences suivantes :

▪ Diplôme universitaire en médecine vétérinaire ou en production animale.


▪ Cinq ans d’expérience pertinente dans les programmes de développement avicole.
▪ Savoir utiliser les programmes informatiques de base (Word, Excel, PowerPoint et
Internet).

35
EXPERT NATIONAL ORGANISATION DES PRODUCTEURS

Sous la supervision du Conseiller Technique Principal et en étroite collaboration avec


d'autres experts nationaux, il sera responsable de la composante : soutien d'urgence aux
organisations des filières avicoles commerciales et aux petits producteurs. Il aura les
fonctions suivantes :

 Il (elle) sera responsable de tous les aspects de la planification, de la mise en œuvre, de


l'organisation, du suivi et de l'information de la composante d'assistance technique de
l'apparition d'un réseau de commercialisation de la volaille.
 Il (elle) assurera l’élaboration de manuels de formation avec les agents du Ministère
de l’Agriculture, et l’organisation de sessions de formation des petits producteurs de
volaille
 Il (elle) participera activement et objectivement aux évaluations à mi-parcours du
projet, évaluera l’impact sur les bénéficiaires et contribuera à l’élaboration des
recommandations pour la deuxième phase du projet.
 En collaboration avec le CTP, il (elle) explorera différentes opportunités pour les
fournisseurs et organisera un circuit d’approvisionnement en intrants pour
l’aviculture.
 Il (elle) collectera toutes les données techniques nécessaires à la préparation des
rapports techniques
 Il (elle) effectuera d’autres fonctions connexes, selon les besoins.

Le candidat doit répondre aux exigences suivantes :

 Etre titulaire d’un diplômé universitaire en agronomie, sociologie, économie ou


équivalent
 Avoir cinq ans d'expérience dans les programmes d'organisation de producteurs
 Savoir utiliser les programmes informatiques de base (Word, Excel, PowerPoint et
Internet).

36
VÉTÉRINAIRE

Sous la supervision du Conseiller Technique Principal et en étroite collaboration


avec des experts nationaux et des consultants internationaux en santé animale, le
vétérinaire sera responsable de la composante programme de prophylaxie. Ses
fonctions seront les suivantes :

● Être responsable de tous les aspects de la prophylaxie sanitaire sous le contrôle


du projet.
● Etre diligent à toutes les étapes du projet.
● En collaboration avec le consultant international en santé animale et stratégie
de Newcastle, contribuer au diagnostic sanitaire des élevages et proposer des axes
de la stratégie de santé publique contre la maladie de Newcastle et,
éventuellement, la maladie de Gumboro.
● Participer activement et objectivement aux évaluations à mi-parcours du projet,
évaluer l'impact du programme de vaccination et du vaccin contre la maladie et
contribuer à l'élaboration de recommandations pour la deuxième phase du projet.
● Aider le Ministère à établir des mécanismes pour jeter les bases d'un système de
contrôle vétérinaire de la volaille au Gabon.
● Élaboration d'un manuel de formation et organisation de sessions d'éducation
sanitaire aux fonctionnaires du Ministère dans les domaines techniques
conformément aux dispositions du programme vétérinaire.
● Préparer des manuels de formation et, avec les fonctionnaires du Ministère,
former les aviculteurs ruraux aux méthodes de prophylaxie active et passive.
● En collaboration avec le conseiller technique principal et un expert national en
organisation de producteurs, organiser un circuit d'approvisionnement en vaccins
contre la Newcastle.
● Recueillir toutes les données techniques nécessaires à l'élaboration des
rapports techniques liés à la santé animale et à la lutte contre la maladie de
Newcastle.
● Effectuer d'autres fonctions connexes en cas de besoin

37
Les candidats doivent répondre aux exigences suivantes :

● Diplôme universitaire en médecine vétérinaire


● Cinq ans d'expérience pertinente dans les programmes de développement
avicole.
● Savoir utiliser les programmes informatiques de base (Word, Excel, PowerPoint
et Internet).

TECHNICIEN ANIMATEUR DU PROJET

Sous la supervision du coordinateur technique du projet et en étroite collaboration avec


des experts nationaux et internationaux, il sera responsable de la composante du
programme au niveau local. Le technicien remplira diverses fonctions techniques pour
le bon fonctionnement du programme. Il (elle) aura des tâches spécifiques pour assurer
la gestion de l'information, le suivi, le contrôle et l'évaluation des activités du projet au
niveau local. Il (elle) aura les tâches spécifiques suivantes:

● En collaboration avec le coordinateur technique du projet, il supervisera les activités


dans son rayon d’actions, conformément aux dispositions du document de projet et des
plans de travail
● Il (elle) assurera la mise en œuvre technique des activités énumérées dans le plan de
travail de sa zone de travail, en collaboration avec les structures de mise en œuvre et le
personnel technique du projet
● Il (elle) assurera le suivi et l’évaluation périodique des activités menées dans sa zone
● Il (elle) travaillera en étroite collaboration avec des experts nationaux pour la
formation des bénéficiaires, les vaccins et la distribution des intrants
● Il (elle) fournira le soutien nécessaire à l’exécution des activités dans sa zone de
travail.

Le candidat doit répondre aux exigences suivantes :

● Être titulaire d’un baccalauréat ou un diplôme équivalent.


● Expérience dans la gestion de projets de développement de l'élevage.
● Avoir une bonne connaissance des enjeux liés à la zone d'élevage.

38
RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES
►République Gabonaise, 2012. Plan Stratégique Gabon Emergent : Vision 2025 et
orientations stratégiques 2011-2016, 149 p
►Ministère de l’Économie du commerce de l’Industrie et du Tourisme, bulletin des
statistiques du commerce extérieur, Années 2008, 2009 et 2010, février 2011, 14 pages
►Ministre de l’Agriculture, de l’Elevage, de la Pêche et de l'Alimentation, rapport de
géo localisation des Élevages, DGE, Octobre 2017, 57 pages

39