Vous êtes sur la page 1sur 3

ARRÈTr;Z LEs AIGuILLEs

Pcreles de Musique de
}3Rtrtl,l.E'l .t ltat.B}tD'!' l)a l,l3}3r.l'l'
Moderato

R,-ches ott

t
\?
I
Y ü r I

,X,O FA dim SOL nr7 l)t) 7

Ir:illv'. ,[tor (llri]il fa..'.1r1;" tÊf - r'r,- Notre r-xi\ - tence est tttt'chose é-phé -nle- re Et des pen-

+a
r r r
a
tr a
- '
I
r + I I Y
W

S(iL rn LA 7 RE m RF. m7 S()L7 t)O 7 FA

t
rlrrl'. l( ttù-ïae 11-cc\ - .â1t st'lltirl( ttort: tiir' totttpasse avec lt temps " Vr:i-ci l'en -

ffi
-
f T- r
-
ü
I
n1 a
a

I
r qf t
Y*T I

T-T\-T-
r
L

-:,

S()L 7 I)U DOdim RÉ m SOL 7 I)0

ù
i.rlrt tlltl ÿrltriltt rrl,ll'de -- Salrrèr'pett-chée vers sa pe-ti1'tei' hlirn-de-\jtrs la;'i';1-
'l''rltde

I ;
I
T
t ÿ-+ 1 I
I
i,acr ''--// t+
II
t
I

( ffi
o copt'right NlcMl,xxlv by Etlrtttttts AI'I'MUSlc ' BEUSCHER
bd
.15, har.. IJiiris (il").
Bear.,nr;rrt Tous dlorts réserveS
ljour Ia Belgrqu€ Rèprblrquc de Zalre RuaI)da Urundr' pour tous pays
Fl,clrtrons VEDETTE. 30. rue Saint-Christophe Bruxelles
AMP IOg
LAb DO RÉ? soL 7 l)07

- dql' pla -cée prés de son lrt .lettc un re _ garrl et tlclclr-st \r' rlit: Si I'on pou-

EJ
I
r' I
- r r tr l-w7'- i tT r
REFRAIN
FA tsA diln §OL rrrT l)U 7

-vait ;rr- rè -ter lcr ât - guil - les Au cadr.rn (lui nlar(llr'lcsherrr'' dc la vl .- r Nosp'1i15 gn-

-
u l?- rr 7 :?, lD

SOL ttt LA7 RE,M RF. rrtT SOl, 7 I)(J 7

-fants sr mignons,si gen -tils N'grandiraient 1;as pour dé-serler leur nid Lorx;u';r vrngr

ù rr r$r I
I î I r t I - rT
l-À T,A FA7 SIb

ans, ttn jottr,rlr iê m.1 - 1 - tlt urr rp - Ht(:t. ;lipart'nt ('l t'olt.. otl- lrlr-eltt- Lt lc! lllt-
-Satr:
c tp. 7 tp. T I r

stb o LA s()t- 7 l)o 7

-p1all: tlrrlt rls lrrr:e11t I'es - potr--- [rç1sitt: utt l'ou - dratt prÊs tl'soi totljoul: lc: \'{)lt- liu§-lt'r' l)r'-

rt r 1
.l
'Y
)
! æ-,ÿ
,--/

StJL nr7 Sl2 rn6 l-A FA dim t-A

(âi - !riiii i)ll ilc - iiÎ-'\ iilicr Si l'on pou - vait :it - rô - ir';- lrs âi -

F.. - 9- J

lOq
^MP
soL 7 l-xr
al
7
( )orla
s FÂ x Pour flntr
l:A

- qlltl It'. rtr.rll.rr - - lcr


.i.lt;rrt.. la. (.rnl_
i.'l,ltt. t tltp'rt -
e
I
"ÿür -.l.L,rr
I (:r)l){

2 :l
Utr mallaitcur', Ir)lrr (x[]l(r sou tlrnru l);rtr. lu. c;lnl)J{u('r àirlst rlur tlalt. les r rllrr
h,st corttl;rinni. arr ch;rtrnrt.nt rrltintc lleqttc l, r':rlntc. t'i r:hacun vtt trarrrlttillt
Datts s;r celftrlr. il crrtcrt.l \cii ÊJr(lrgr\ San. i. d,rrtler r1u'rrtl oragc grothle alr hll
Dire loltt has :'tr i..râ pour denrairr'' Puur' ltuul'vtiser l.r palx du genrt, hrrmarn
Lr leltrlelnarrr rl voit tlu€ I'aulr1 se lcrt' Un pctt partout. erl F.urol,e . cn Àfnque
h.t ses itlécs st hrouill'nt commr dans urr I evr) Lcs noir. dess,rus rle l'rnlànrc politrr)ut
ll èst secoué de terreur ct d'rcmords Sènr'nt lu querre, hoffeur tle trltts les tr:mp§
Et dlt tremhlant scntânt vcnrr la mort Qur ltul nc peut arrêler et pourtartr

Rl:FRAt\ RE}'RAI\
Si l'on pouvait arrêter les aiguilles Si l'on pouvait arrêter les aigurlles
Au cadran qui marque les hetues de la vre Au ca«lrlrr qui marque le§ heures de la vic
.f 'rr'aurais p't'êtro pas lorsque sonnait nlrnult Orr entcntlrait plus le tocsin sonner
Commrs le r,rinte dont ie vâis t'tr. punr Pour enlcver nos fils à lettrs fovers
ll a suffr d'urr'fulalr ntinute Quand à l'instant odr lous lcs bra' travaillent
Pour tluc d'rrrt hontntr ;r devrettnr une hrrr te Qrroi de plus triste que I'heure des batail les
Mair quoi vorcr l'horlogr' de la prtsott Peut-êtr'qu'un jour rctrouvant sa raisotl
. Qui sonrr' lc glas de la séparatiott L'honrnt'ntatdira la guerre el scs passions
Phtsqu'un espoir;nron Dreu pour nra fantille Plus tle tueries, ni d'hontm's qut se fusillettt
Si I'on pouvait arrêter les aiguilles. Si l'on pouvait arrêter lcs aiguilles .

4
T,rrr: emportes par l'effro-vallle r,rrrrle
l-rs années pa§scrlt si vil'lr,rv1 trrttt I'rnonde
Que I'on sr dit: Pourt;uoi sc lalttuier
Se fair' tant t1'rnal au lieu de s'cntratder '

Deux pauvres vieux. rtsés. cassés par l'âge


Sentant venir lrheure du grand voyage
Encore unis. comnt' dans leur Jeune ternps
Dans un baiser, disent ert §'enl;rÇant:

REFRAI\
§i l'on pouvait arrêter les aiguilles
Au cadran qui nrarque les heurtrs de la vre
Nous n'aurions pas 1.1 triste appréhertsion
D'enteltdre l'hètrr' rle l,l séparatiolt
Après avoir passè tout.: ultc vie
A nous chérir satls aucurl' jaluusre
Le cæur bien gros. on tt'tlevrait pa§ petlscr
Qu'urt jour hélas"il fautlra mous quitter
Vivons tl'espo{r, à quor bon ;'fau'' tant d'hrlo
Puisqrr'orl rr'trreltt pas arrêter ltr aiguilles .

Alvi$' lO0 Ets BUSSON, impr., Paris