Vous êtes sur la page 1sur 85

ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR TECHNIQUE ET

TECHNOLOGIQUE
-------------------------------

MACHINES ELECTRIQUES
Première Année du cycle d’ingénieur

Jules Hubert TSOCHOUNIE

Année académique 2014-2015


Table des Matières
1. GÉNÉRALITÉS SUR LES MACHINES À COURANT CONTINU ............................................................. 1
1.1 Constitution générale des machines tournantes à courant continu ............................................................... 1
1.1.1 Le stator ................................................................................................................................................. 1
1.1.2 Le rotor .................................................................................................................................................. 2
1.1.3 L’entrefer ............................................................................................................................................... 3
1.1.4 Les enroulements principaux des machines à courant continu .............................................................. 3
1.1.5 Sens des courants dans les enroulements d’une machine à courant continu.......................................... 4
1.2 Principes de fonctionnement des machines à courant continu ...................................................................... 5
1.2.1 Création d’une f.é.m induite .................................................................................................................. 5
1.2.2 Création du couple électromagnétique .................................................................................................. 6
1.3 Notions élémentaires sur les machines à courant continu............................................................................. 6
1.3.1 Résistance du circuit d’induit des machines à courant continu ............................................................. 6
1.3.2 Modes d’excitation des machines à courant continu ............................................................................. 7
1.3.3 Disposition des différents enroulements des machines à courant continu ............................................. 7
1.3.4 Modes de fonctionnement des machines à courant continu ................................................................... 7
1.3.5 Relation entre l’intensité d’induit et celle aux bornes des machines à courant continu ......................... 7
1.3.6 Relation tension-courant aux bornes des machines à courant continu ................................................... 8
1.3.7 Bilan des puissance et rendement des machines à courant continu ....................................................... 8
EXERCICES SUR LES GÉNÉRALITÉS SUR LES MACHINES À COURANT CONTINU ..................................... 11

2. FONCTIONNEMENT DES MACHINES À COURANT CONTINU .......................................................... 14


2.1 FONCTIONNEMENT EN GÉNÉRATRICES À COURANT CONTINU...................................................... 14
2.1.1 Génératrice à excitation séparée .......................................................................................................... 14
2.1.2 Génératrice à excitation shunt ............................................................................................................. 17
2.1.3 Génératrice à excitation composée ...................................................................................................... 18
2.2 FONCTIONNEMENT EN MOTEURS À COURANT CONTINU ................................................................ 18
2.2.1 Moteur à excitation indépendante ........................................................................................................ 19
2.2.2 Moteur à excitation shunt .................................................................................................................... 24
2.2.3 Moteur à excitation série sous tension constante ................................................................................. 24
2.2.4 Moteur à excitation composée sous tension constante ........................................................................ 28
EXERCICES SUR LE FONCTIONNEMENT DES MACHINES À COURANT CONTINU .................................... 29

3. RÉACTION MAGNÉTIQUE DE L’INDUIT DES MACHINES À COURANT CONTINU .................... 32


3.1 Le champ magnétique dans l’entrefer d’une machine en charge ................................................................ 32
3.1.1 Le champ inducteur ............................................................................................................................. 32
3.1.2 Le champ de la réaction magnétique de l’induit .................................................................................. 33
3.1.3 Le champ d’induction magnétique résultant dans l’entrefer ................................................................ 33
3.2 Conséquences et manifestations de la réaction magnétique de l’induit ...................................................... 34
3.2.1 Saturation des cornes polaires ............................................................................................................. 35
3.2.2 Baisse de la f.é.m induite ..................................................................................................................... 35
3.2.3 La commutation ................................................................................................................................... 36
3.3 Compensation de la réaction magnétique de l’induit en charge ................................................................. 37
PROBLÈMES SUR LA RÉEACTION MAGNÉTIQUE D’INDUIT DES MACHINES À COURANT CONTINU .... 39

4. LES MACHINES ASYNCHRONES TRIPHASÉES ..................................................................................... 42


4.1 Constitution des machines asynchrones triphasées ..................................................................................... 42
4.1.1 Le Stator .............................................................................................................................................. 42
4.1.2 Le Rotor ............................................................................................................................................... 42
4.2 Fonctionnement en moteurs asynchrones triphasés .................................................................................... 43
4.2.1 Naissance d’un champ magnétique glissant dans l’entrefer ................................................................ 43
4.2.2 Principe de fonctionnement ................................................................................................................. 44

 Jules TSOCHOUNIE i
4.2.3 Schéma électrique monophasé équivalent ........................................................................................... 45
4.2.4 Puissance électromagnétique et puissance de glissement .................................................................... 46
4.2.5 Caractéristiques du moteur asynchrone triphasé ................................................................................. 46
4.2.6 Bilan des Puissances et Rendement des moteurs asynchrones triphasés ............................................. 47
4.2.7 Détermination du point de fonctionnement du moteur en charge ........................................................ 49
4.2.8 Procédés de démarrage des moteurs asynchrones ............................................................................... 49
4.2.9 Variation de la vitesse des moteurs asynchrones ................................................................................. 50
4.2.10 Procédés de freinage des moteurs asynchrones triphasés .................................................................... 51
4.3 Le diagramme du cercle de la machine asynchrone triphasée .................................................................... 52
4.3.1 Allure du diagramme du cercle de la machine asynchrone ................................................................. 52
4.3.2 Essais pour la construction du diagramme du cercle ........................................................................... 53
4.3.3 Construction du diagramme du cercle ................................................................................................. 53
4.3.4 Evaluation du diagramme du cercle .................................................................................................... 53
4.3.5 Paramétrage du diagramme du cercle .................................................................................................. 53
EXERCICES SUR LES MACHINES ASYNCHRONES TRIPHASÉES .................................................................... 54

5. LES MACHINES SYNCHRONES TRIPHASÉES........................................................................................ 58


5.1 Introduction ................................................................................................................................................. 58
5.2 Organisation simplifiée de la machine synchrone....................................................................................... 58
5.2.1 Constitution générale ........................................................................................................................... 58
5.2.2 L’inducteur .......................................................................................................................................... 58
5.2.3 L’induit ................................................................................................................................................ 58
5.2.4 Les deux formes de rotors inducteurs .................................................................................................. 59
5.3 Excitation des machines synchrones ........................................................................................................... 59
5.4 Fonctionnement en alternateurs triphasés .................................................................................................. 60
5.4.1 Principe de création des f.é.m .............................................................................................................. 60
5.4.2 Fonctionnement à vide et caractéristique interne................................................................................. 62
5.4.3 Analyse du comportement magnétique de l’alternateur en charge ...................................................... 62
5.4.4 Élaboration de modèles théoriques et diagrammes des tensions associés ........................................... 64
5.4.5 Fonctionnement en charge d’un alternateur isolé ................................................................................ 67
5.4.6 Couplage et fonctionnement d’un alternateur sur un réseau plus puissant .......................................... 71
5.4.7 Bilan des puissances et rendement de l’alternateur ............................................................................. 74
5.5 Fonctionnement en moteurs synchrones triphasés ...................................................................................... 74
5.5.1 Constitution du moteur synchrone ....................................................................................................... 74
5.5.2 Procédés de démarrage du moteur synchrone...................................................................................... 74
5.5.3 Synchronisation du moteur synchrone sur le réseau d’alimentation.................................................... 75
5.5.4 Modèles théoriques et diagrammes des tensions associés ................................................................... 75
5.5.5 Etude du fonctionnement du moteur synchrone .................................................................................. 77
5.5.6 Bilan des puissances et rendement du moteur synchrone .................................................................... 77
5.5.7 Caractéristiques du moteur synchrone : courbes de Mordey ............................................................... 78
5.5.8 Fonctionnement en compensateurs synchrones ................................................................................... 78
EXERCICES SUR LES MACHINES SYNCHRONES .............................................................................................. 79

BIBLIOGRAPHIE .................................................................................................................................................... 82

 Jules TSOCHOUNIE ii
1. Constitution et principes de fonctionnement
tionnement des machines à courant continu

1. GÉNÉRALITÉS SUR LES MACHINES À COURANT CONTINU


1.1 Constitution générale des machines tournantes à courant continu
Les machines tournantes à courant continu sont
constituées d’une armature fixe ou stator qui porte
l’inducteur, et d’une
une armature tournante ou rotor qui
porte l’induit. La figure 1.1 montre une vue d’ensemble,
et la figure 1.2 une vue éclatée d’une machine à courant
continu.

1.1.1 Le stator
Le stator est constitué par une culasse munie de pattes
ou de brides de fixation, d’une boîte ou d’une plaque à
bornes, et par deux flasques-paliers sur les côtés. Sur la
face intérieure de la culasssse sont vissées les
l pièces des
pôles principaux et des pôles de commutation.
commutation Du côté
opposé au bout d’arbre est fixé un porte-balais.
porte Figure 1.1

Figure 1.2 :

a) La culasse
En acier massif de forme cylindrique ou carrée,
carrée elle canalise un flux magnétique fixe.

b) Les pôles inducteurs


Un ensemble de 2p pôles ôles principaux sont régulièrement
réparties sur le périmètre intérieur de la culasse comme le
montre la figure 1.3aa pour une machine à six pôles
(2p = 6) . Un pôle principal comporte un noyau qui porte
une bobine de l’enroulement inducteur, et un
épanouissement. La figure 1.3bb montre la section
transversale d’un pôle principal portant sur son noyau une
bobine inductrice. La surface de l’épanouissement
épanouissement polaire
est déterminante pour la création d’une f.é.m induite dans
les machines à courant continu ; la longueur de
l’épanouissement d’un pôle est celle de l’induit, et sa s
largeur est b p = α ⋅ τ p , où α ≈ 0,65 est le taux de Figure 1.3
1.

 Jules TSOCHOUNIE 1
1. Constitution et principes de fonctionnement des machines à courant continu

πD
recouvrement du « pas polaire » τp = qui est la distance entre les axes de deux pôles consécutifs, et D est le
2p
diamètre de l’entrefer au niveau de l’épanouissement polaire.

L’épanouïssement des pôles principaux est constitué par un empilement de tôles magnétiques en acier doux. Celui
des machines compensées loge des conducteurs de l’enroulement de compensation dans des encoches réalisées à
leur surface. Dans les machines à excitation composée, le noyau des pôles inducteurs porte deux bobines réalisées
de façon étagée ou concentrique, dont l’enroulement shunt et l’enroulement compound.

c) Les pôles auxiliares ou de commutation


Un ensemble de 2p pôles de taille réduite par rapport aux
pôles inducteurs sont régulièrement répartis sur le périmètre
intérieur de la culasse, chacun entre deux poles inducteurs
consécutifs. Ils portent chacun une bobine de l’enroulement
de commutation. La largeur de l’entrefer sous les pôles
auxiliaires est plus grande que sous les pôles inducteurs. La
figure 1.4 montre la disposition des pôles auxiliaires.

1.1.2 Le rotor
La figure 1.5 montre un rotor de machine à courant continu.
Le rotor est constitué de l’arbre guidé en rotation par les
Figure 1.4
roulements assis sur les flasques-paliers. L’arbre porte
l’induit bobiné. De part et d’autre de d’induit, il y a à un
bout d’arbre le collecteur, et au d’arbre opposé au collecteur
la turbine de ventilation et la clavette pour l’accouplement
avec un mécanisme.

a) L’induit
L’induit est un empilement de tôles ferromagnétiques en
acier, porté par l’arbre de la machine, à la surface duquel
sont creusées des encoches en forme de rainures qui logent
les brins conducteurs de l’enroulement induit. Il constitue le
circuit magnétique tournant, qui canalise le flux magnétique Figure 1.5
dans le rotor et lui permet de se refermer. La figure 1.6a
montre en développement panoramique une section transversale de l’induit avec des encoches remplies de
conducteurs. Entre deux encoches consécutives on a une dent.

b) Le collecteur
Le collecteur est constitué de « lames » en cuivre isolées les unes des autres qui portent à une extrémité un talon
avec une fente dans laquelle sont placées et soudées les extrémités des sections de l’enroulement induit. La figure
1.6b montre une coupe transversale du collecteur.

Figure 1.6

 Jules TSOCHOUNIE 2
1. Constitution et principes de fonctionnement des machines à courant continu

1.1.3 L’entrefer
Il assure les fonctions de séparation entre le stator et le rotor, et de canalisation du flux magnétique. C’est la partie
active du circuit magnétique, car lorsque le rotor tourne, c’est là que le flux du champ d’induction magnétique qui le
traverse est coupé par les brins conducteurs de l’enroulement d’induit, ce qui induit dans cet enroulement une f.é.m.

1.1.4 Les enroulements principaux des machines à courant continu


a) Enroulement inducteur
C’est un enroulement de Ne spires au total, constitué de 2p bobines concentrées réparties sur les 2p pôles inducteurs,
comme le montre la figure 1.3a. Les sens d’enroulement des bobines sont tels que, lorsqu’un courant électrique
circule, il crée 2p pôles alternés N-S-N-S… ; la f.m.m θe de chaque bobine inductrice portée par un pôle inducteur
excite le flux magnétique inducteur dont les lignes traversent l’entrefer et pénètrent dans le rotor, puis retournent au
stator par la pièce polaire principale consécutive de nom contraire, comme le montre la figure 1.4.

b) Enroulement induit
C’est un enroulement qui est posé dans des encoches creusées sur l’induit. Il est constitué de bobines associées en
série et en parallèle. Une bobine, encore désignée par « section », comporte
plusieurs spires et est posée dans deux encoches espacées d’un pas polaire. La
figure 1.7 montre une section d’un enroulement induit. On peut également
réaliser m enroulement induit séparés sur un même induit.

Une spire de la section comporte un brin conducteur « entrée » et un brin


conducteur « sortie », les deux étant reliés par une tête de spire. Les extrémités
libres d’une section comme les montre la figure 1.7 sont soudées aux talons de
deux lames du collecteur.

On rencontre les deux formes d’enroulement induit suivantes :

− L’enroulement imbriqué : Pour un seul enroulement imbriqué, une


section est reliée à deux lames consécutives du collecteur et la pose d’une
paire de balais divise l’enroulement induit en 2a = 2 voies d’enroulement Figure 1.7
parallèles, alors que la pose de p paires de balais divise l’enroulement en
2a = 2p voies d’enroulement parallèles. Pour m enroulements imbriqués séparés, une section est reliée à deux
lames espacées de (m − 1) lames du collecteur et la pose d’une paire de balais divise l’enroulement en 2a = 2m
voies d’enroulement parallèles, alors que la pose de p paires de balais divise l’enroulement en 2a = 2pm voies
d’enroulement parallèles. Les sections d’un enroulement sont groupées en autant de « voies d’enroulement
parallèles » qu’il y a de pôles. L’enroulement imbriqué est un enroulement parallèle.

− L’enroulement ondulé : Pour un seul enroulement ondulé, une section est reliée à deux lames du collecteur
espacées de deux pas polaires et la pose d’une paire de balais divise l’enroulement en 2a = 2 voies
d’enroulement parallèles. Il est fondamentalement possible, En choisisant judicieusement le nombre de sections,
le pas d’enroulement et le nombre de lames de collecteur, on obtient un groupement des sections en un nombre
de dérivations indépendant du nombre de pôles ; on a 2a=2 pour un enroulement ondulé-série, et 2a>2 pour un
enroulement ondulé-parallèle. La même section a son entrée et sa sortie reliées à deux lames écartées d’un
double pas polaire.

L’enroulement induit est réalisé avec Za brins conducteurs distribués dans les encoches de l’induit. Des balais en
charbon fixes frottant sur le collecteur et réalisant des contacts électriques glissants, permettent l’accès électrique à
l’enroulement induit. La pose d’une paire de balais (1 balai étant la borne négative et l’autre la borne positive) sur le
Za
collecteur divise l’enroulement induit en 2 voies parallèles d’enroulement, chacune comportant brins
2
Za
conducteurs en série, ce qui correspond à spires. En général, pour une machine 2p-polaire, il faut 2p balais, soit
4
p paires de balais (p balais reliés entre eux constituant la borne négative et les p autres reliés entre eux constituant la
borne positive) dont la pose sur le collecteur divise l’enroulement induit en 2a voies d’enroulement parallèles,
Za Z
chacune comportant brins conducteurs en série, ce qui correspond à a spires.
2a 4a

 Jules TSOCHOUNIE 3
1. Constitution et principes de fonctionnement des machines à courant continu

1.1.5 Sens des courants dans les enroulements d’une machine à courant continu

Lorsqu’une machine à courant continu fonctionne, les courants dans ses enroulements doivent avoir les sens
indiqués dans la figure 1.8 qui montre une section théorique d’une machine à courant continu tétrapolaire de grande
puissance.

Figure 1.8

Pour créer un pôle nord, le sens du courant dans une bobine inductrice doit être tel que dans l’entrefer sous
l’épanouissement polaire son flux entre dans l’induit, et pour créer un pôle sud, le sens du courant dans une bobine
inductrice doit être tel que dans l’entrefer sous l’épanouissement polaire son flux sorte de l’induit.

Les courants dans les sections de l’enroulement induit qui sont logées dans une même encoche ont même sens. Ces
courants changent de sens de part et d’autre de la ligne neutre. L’inversion du sens du courant dans une section de
l’enroulement induit qui franchit la ligne neutre lorsque le rotor tourne est rendue possible grâce au collecteur qui est
un commutateur mécanique. Cette inversion est nécessaire, car en franchissant la ligne neutre, la section arrive sous
un pôle de nom contraire. Afin que le courant qui la traverse produise un effort qui contribue dans le même sens au
couple électromagnétique comme sous le pôle précédent, il faut nécessairement que ce courant inverse son sens.

Le sens du courant dans les brins conducteurs de compensation dans un épanouissement polaire est l’opposé de celui
du courant dans l’induit sous l’épanouissement polaire.

Le sens du courant dans une bobine de l’enroulement auxiliaire doit être tel que dans l’entrefer sous le pôle
auxiliaire son flux s’oppose à celui des spires de l’enroulement induit dans le pas polaire qui contient le pôle
auxiliaire.

 Jules TSOCHOUNIE 4
1. Constitution et principes de fonctionnement des machines à courant continu

1.2 Principes de fonctionnement des machines à courant continu


1.2.1 Création d’une f.é.m induite
La figure 1.9 montre le principe de la création de la f.é.m dans
une machine à courant continu bipolaire (2 p = 2 ) . La f.é.m
induite dans le brin conducteur « entrée » 1 d’une spire de
l’enroulement induit sous le pôle nord, qui coupe le flux du
champ d’induction magnétique B0 sur une longueur utile L est :

e B1 = − B 0 ⋅ L ⋅ v

où v = πDn est la vitesse linéaire du brin conducteur, et n la


vitesse de rotation du rotor de la machine. La f.é.m induite dans
le brin conducteur « sortie » 2 sous le pôle sud est :

e B2 = − B 0 ⋅ L ⋅ v
Figure 1.9 :
La f.é.m induite dans la spire est :

e sp = −(e B1 + e B2 ) = 2B0 ⋅ L ⋅ v = 2B0 ⋅ L ⋅ πDn

L’induit comportant Za brins conducteurs, seuls αZ a d’entre eux sont actifs, c’est-à-dire
αZa
coupent le flux inducteur sous les pôles inducteurs, ce qui correspond à spires actives.
2
Or la pose de p paires de balais sur le collecteur d’une machine 2p-polaire divise son
enroulement induit en 2a voies parallèles comme le montre la figure1.10 où un balai
représente en réalité p balais de même polarité reliés entre eux. Chaque voie d’enroulement
α Za
comportant spires actives en série, la f.é.m aux bornes de l’induit est :
4a
Figure 1.10 :
α Za Z
E= ⋅ esp = a ⋅ 2α B0 L π D n
4a 4a

Le flux inducteur sous un pôle principal est exprimé par :

Φ = B0 ⋅ S p

où S p est la surface de l’épanouissement polaire (figure 1.11). La largeur de


l’épanouïssement polaire étant une fraction α du pas polaire τp , et la pièce
polaire ayant la longueur L, la surface de l’épanouissement polaire est :

πD
S p = b p ⋅ L = ατ p ⋅ L = α L
2p

Le flux inducteur sous un pôle devient :

αB0LπD
Φ= Figure 1.11 :
2p

Si l’on introduit cette expression du flux dans celle de la f.é.m, on obtient :

Za 2p
E= ⋅ 2 ⋅ 2 pΦ n = Z a Φn
4a 2a

2p
où k1 = Za est une constante de construction de la machine. Le flux Φ est fonction de l’intensité d’excitation I e ,
2a
et la relation Φ(I e ) est une image de la courbe de magnétisation B( H ) du circuit magnétique de la machine. En
fonctionnement, la machine à courant continu est donc un dipôle actif.

 Jules TSOCHOUNIE 5
1. Constitution et principes de fonctionnement des machines à courant continu

1.2.2 Création du couple électromagnétique


La figure 1.12 montre le principe de la création du couple électromagnétique dans une machine à courant continu
bipolaire (2 p = 2 ) . Soit Ia. l’intensité dans l’induit ; Si l’enroulement induit est multipolaire, l’intensité du courant
traversant chaque voie, c’est-à-dire les brins conducteurs en série dans une
Ia
« voie d’enroulement » est . La force de Laplace qui s’exerce sur le brin
2a
conducteur « entrée » de longueur utile L placé sous le pôle nord est :

Ia
FB = ⋅ L ⋅ B0
2a

La force de Laplace qui s’exerce sur le brin conducteur « sortie » placé sous
le pôle sud est − FB ; la spire est donc soumise à un couple de moment :

Ia Figure 1.12 :
Tsp = FB ⋅ D = ⋅ L ⋅ B0 ⋅ D
2a

αZa
Le nombre total de spires actives étant , le moment du couple électromagnétique qui s’exerce sur l’induit est :
2

αZ a I a Za
Tem = ⋅ L ⋅ B0 ⋅ D = ⋅ αB 0 LD ⋅ I a
2 2a 4a

En introduisant l’expression du flux magnétique, l’on obtient alors :

Z a 2 pΦ kΦ
Tem = ⋅ ⋅ Ia = 1 ⋅ Ia
4a π 2π

1.3 Notions élémentaires sur les machines à courant continu


Le comportement électrique de l’induit des machines à courant continu peut être modélisé
par un circuit série comportant une source de f.é.m. induite constante E et une résistance
R a . La figure 1.13 montre le modèle électrique d’une machine à courant continu.

1.3.1 Résistance du circuit d’induit des machines à courant continu


La résistance du circuit d’induit, désignée par R a , est la somme des résistances des
enroulements présents dans ce circuit traversé par le courant d’induit I a ; il s’agit de : Figure 1.13 :

− l’enroulement induit (désignation normalisée A), de résistance R A qui est la résistance équivalente des 2a voies
rv
d’enroulement de l’induit (voir figure 1.10), soit R A =
, où rv est la résistance d’une voie d’enroulement.
2a
Z Z
Etant donné qu’une voie d’enroulement comporte a brins conducteurs en série, sa résistance est rv = a ⋅ rb ,
2a 2a
où rb est la résistance d’un brin conducteur ;

− l’enroulement auxiliaire (désignation normalisée B), de résistance R B ;

− l’enroulement de compensation (désignation normalisée C), de résistance R C ;

La résistance du circuit d’induit de la machine à courant continu est R a = R A + R B + R C .

 Jules TSOCHOUNIE 6
1. Constitution et principes de fonctionnement des machines à courant continu

1.3.2 Modes d’excitation des machines à courant continu


Le fonctionnement d’une machine à courant continu dépend de son mode d’excitation, c’est-à-dire de la manière
dont l’enroulement de champ principal est alimenté. On distingue alors :
− L’excitation séparée ou indépendante (désignation normalisée de l’enroulement de champ E) qui est assurée par
une source de tension différente de celle qui alimente l’induit ;
− L’excitation parallèle ou shunt (désignation normalisée de l’enroulement de champ F) qui est assurée par la
même source de tension qui alimente l’induit. Pour ce faire, l’enroulement de champ est connecté en parallèle
aux bornes du circuit d’induit ;
− L’excitation série qui est assurée par la même source de tension qui alimente l’induit, mais où l’enroulement de
champ est connecté en série avec le circuit d’induit ;
− L’excitation compound qui est utilisée dans les machines à excitation shunt. A cette dernière, on ajoute une
excitation série : on dit que l’excitation shunt est « compoundée ».

1.3.3 Disposition des différents enroulements des machines à courant continu


La figure 1.14 montre la disposition des enroulements des machines à
courant continu. Les enroulements traversés par le courant d’induit
sont faits de gros fil, alors que les autres sont faits de fil fin. Les
enroulements « gros fil » comportent peu de spires, alors que les
enroulements « fil fin » comportent un nombre élevé de spires.

Les polarités des enroulements sont données par l’index 1 pour la


polarité positive, et l’index 2 pour la polarité négative, qui suivent les
lettres de désignation. L’enroulement auxiliaire et l’enroulement de
compensation ont une action démagnétisante. Figure 1.14 :

1.3.4 Modes de fonctionnement des machines à courant continu


− Si la machine électrique est entraînée à une vitesse constante n, et
son induit est connecté à une résistance de charge, la f.é.m E entraîne
un courant I a dans l’induit. On dit que la f.é.m induite E est une
force électromotrice. La machine fonctionne en génératrice ; c’est
une dynamo.

− Si l’induit de la machine électrique est connecté à une source de


tension constante U a , il absorbe un courant I a qui s’oppose à la
f.é.m induite E. On dit que la f.é.m induite E est une force contre-
électromotrice que l’on note E′ . La machine fonctionne en moteur et
tourne à la vitesse constante n.

La figure 1.15 montre les modèles électriques de la machine à courant Figure 1.15 :
continu pour les deux modes de fonctionnement.

1.3.5 Relation entre l’intensité d’induit et celle aux bornes des machines à courant continu
En général, il faut distinguer entre l’intensité I aux bornes de la machine à courant continu et l’intensité I a qui
traverse son induit ; la relation entre les deux intensités dépend du mode d’excitation de la machine :
− Machines à excitation indépendante : I = I a
− Machines à excitation shunt : I = I a + I e pour les moteurs ; I = I a − I e pour les générateurs.
− Machines à excitation série : I = I a = I e (pas de résistance en parallèle avec l’enroulement de champ D).

N.B. : Une machine 2p polaire comporte 2p balais qui sont posés sur le collecteur, soit p balais reliés entre eux et à
Ia
la borne positive (+), et p balais reliés entre eux et à la borne négative (−) ; l’intensité qui traverse un balai est , et
p
Ia
celle qui traverse une voie d’enroulement est .
2a

 Jules TSOCHOUNIE 7
1. Constitution et principes de fonctionnement des machines à courant continu

1.3.6 Relation tension-courant aux bornes des machines à courant continu


La relation tension-courant aux bornes d’une machine à courant continu est donnée par :

− U a = E ′ + R a ⋅ I a pour les moteurs, dans la convention des sens récepteurs (CSR) ;


− U a = E − R a ⋅ I a pour les dynamos, dans la convention des sens générateurs (CSG).

Elle permet de déterminer la vitesse de rotation d’un moteur, ou la tension délivrée par une dynamo.

1.3.7 Bilan des puissance et rendement des machines à courant continu


a) Flux des puissances dans un moteur à courant continu
La figure 1.16 montre le flux des puissances dans un moteur à courant continu. La puissance électrique absorbée est
convertie en puissance mécanique (utile) transmise à la charge mécanique par l’intermédiaire de l’arbre et de
l’accouplement, et en chaleur (pertes). Les différentes puissances sont données par les relations suivantes :

Puissance absorbée par le moteur :

Pab = Pél = Pa + PCu,e

Puissance absorbée par l’induit :

Pa = PCu,a + PFe + Pm + Pméc

En fonction de la tension et du courant d’induit, on a :

Pa = U a ⋅ I a = E ′ ⋅ I a + R a ⋅ I a2
Figure 1.16 :
Avec PCu,a = Ra ⋅ Ia2 , la puissance électromagnétique définie par :

Pem = E ′ ⋅ I a = Pa − PCu,a = Pméc + PFe + Pm

permet de déterminer le moment du couple électromagnétique :

Pem Pméc + PFe + Pm


Tem = =
Ω Ω

La puissance utile Pméc fournie par le moteur permet de déterminer le couple utile de moment :

Pméc Pem − (PFe + Pm ) PFe + Pm


Tu = = = Tem −
Ω Ω Ω

qui diffère du couple électromagnétique par le couple de pertes de moment :

PFe + Pm
Tp =

b) Flux des puissances dans une dynamo


La figure 1.17 montre le flux des puissances dans une dynamo. La
puissance mécanique absorbée est convertie en puissance électrique
(utile) transmise à un réseau ou à une charge électrique, et en chaleur
(pertes). Les différentes puissances sont exprimées comme suit :

Puissance absorbée par la machine :

Pab = Pméc = PCu ,a + PFe + Pm + Pa


Figure 1.17 :

 Jules TSOCHOUNIE 8
1. Constitution et principes de fonctionnement des machines à courant continu

Puissance fournie par l’induit :

Pa = Pél + PCu,e

soit en fonction de la tension et du courant :

Pa = U a ⋅ I a = E ⋅ I a − R a ⋅ I a2

La prise en compte de PCu,e dépendant du mode d’excitation, avec PCu,a = R a I a2 , la puissance électrique fournie par
la dynamo est :

( ) (
Pél = E ⋅ Ia − PCu,a + PCu,e = Pem − PCu,a + PCu,e )
c) Inventaire des pertes dans une machine à courant continu

Pertes cuivre ou Joule :


Elles sont dues aux courants électriques dans les enroulements en cuivre. Pour les déterminer, il suffit de connaître
les résistances électriques des enroulements et les intensités traversant ces derniers. On mesure les résistances de
l’induit et de l’inducteur soit à chaud à la température de fonctionnement, soit à froid à la température ambiante
θ a = 20°C ; dans ce dernier cas, la valeur des résistances à la température de fonctionnement est obtenue par :

Rθ 235 + θ
=
R 20 235 + 20°C

Pertes fer :
Les pertes fer comprennent les pertes par hystérésis PH et les pertes par courants de Foucault PF . La masse de fer
du rotor est aimantée par influence provenant des pôles au stator ; il y a donc création des plages d’aimantation sud
et nord en regard des pôles principaux. Lorsque le rotor tourne, cette aimantation est renversée et les plages
d’aimantation inversent leur nom. Sur le plan corpusculaire, cette inversion se traduit par un changement
d’orientation des dipôles magnétiques élémentaires, ce qui s’accompagne de frottements et par conséquent d’un
échauffement du fer. Le courant circulant dans les sections ou dans les brins conducteurs de l’enroulement d’induit
est alternatif de fréquence f = p ⋅ n , bien que le courant traversant les balais et aux bones de la machine soit
unidirectionnel : on dit que le collecteur fonctionne comme un convertisseur de fréquence ou comme un redresseur.
Pour un moteur tournant à la vitesse de rotation n, les pertes par hystérésis sont données par :

PH = k H ⋅ n ⋅ B 2

La rotation du rotor provoque une variation du flux et par conséquent la naissance de courants de Foucault dans les
masses métalliques du rotor et l’épanouissement des pôles au stator. Ces courants de Foucault sont responsables de
l’échauffement du fer. Les pertes dues aux courants de Foucault sont données par :

PF = k F ⋅ n 2 ⋅ B 2

Avec E = k 1φ n et Φ = B 0 ⋅ S p , les pertes fer pour une machine non saturée sont données par :

( ) a 
PFe = k H ⋅ n + k F ⋅ n 2 B 02 ≈  H + b F  E 2 ≈ k Fe ⋅ E 2
 n 

Pertes mécaniques :
Elles sont de deux types : les pertes par frottement dues au contact des balais avec le collecteur sont sensiblement
proportionnelles à la vitesse de rotation, et les pertes par ventilation provoquées par le mouvement de l’air et par
l’entraînement d’une turbine sont proportionnelles au carré de la vitesse. Elles sont données par la relation :

Pm = b s ⋅ n + b v ⋅ n 2

 Jules TSOCHOUNIE 9
1. Constitution et principes de fonctionnement des machines à courant continu

L’ensemble des pertes fer et des pertes mécaniques constituent les « pertes collectives » :

p c = PFe + Pm

Les pertes constantes peuvent être séparées dans un essai à vide de la


machine fonctionnant en moteur, alimentée sous tension variable et
tournant à une vitesse de rotation constante.

A vide, le moteur n’entraînant pas de mécanisme, il ne développe aucun


couple utile (Tu = 0 = Tem,0 + p c,0 ) . Mais à partir de l’expression du moment
k1Φ 2π
électromagnétique à vide Tem ,0 = ⋅ Ia 0 , on tire l’intensité I a 0 = ⋅ pc
2π k 1Φ
appelée par l’induit, ce qui signifie que si les pertes collectives du moteur
ne sont pas négligées, à vide son induit absorbe une intensité Ia 0 non
négligeable. La puissance électrique alors absorbée par l’induit couvre les
pertes Joule de l’induit et les pertes collectives (P0 = PCu,a 0 + pc ) .
Figure 1.18 :
Les pertes mécaniques sont indépendantes de la tension, et à des vitesses élevées les pertes fer sont quasiment
indépendantes de la vitesse et proportionnelles au carré de la f.é.m induite E . Par conséquent, la caractéristique
( )
prélevée p c E 2 à vitesse élevée constante est quasiment une droite comme le montre la figure 1.18. Si cette droite
est extrapolée à E = 0 , on obtient les pertes mécaniques Pm (n ) = p c (E = 0) à la vitesse de rotation n.

d) Rendement des machines à courant continu


Le rendement des machines électriques tournantes est donné par le rapport suivant :

Pu
η=
Pab

L’une des deux puissances est électrique et l’autre mécanique, suivant leur mode de fonctionnement. Nous voulons
privilégier la puissance électrique qui est facilement mesurable, et on a :

Pab − pertes totales


pour un moteur : η M =
Pab
Pu
pour une dynamo : η G =
Pu + pertes totales

Il existe deux méthodes pour la détermination du rendement d’une machine électrique :

− La méthode directe :
Elle consiste à mesurer la puissance utile et la puissance absorbée. La puissance utile (mécanique) s’obtient soit
directement avec une génératrice-balance, soit indirectement avec une machine tarée. Une machine tarée est une
machine calibrée dont on dispose de la courbe du rendement en fonction de la puissance électrique η = f (Pél ) .

L’avantage de la méthode directe est qu’elle donne des rendements vrais. Ses inconvénients sont : l’incertitude
élevée sur le rendement (4 %) car l’erreur accompagnant les mesures intervient dans la puissance globale, la
nécessité d’une machine tarée ou d’une génératrice-balance, la nécessité d’un rhéostat de charge et d’une source
d’alimentation tous aussi puissants que la machine dont on veut déterminer le rendement.

− La méthode indirecte :
Elle consiste à mesurer la puissance électrique et les différentes pertes : c’est la méthode dite « des pertes séparées ».
Les avantages de cette méthode sont : elle est plus précise, car l’erreur accompagnant les mesures n’intervient que
sur les pertes qui représentent 10 % de la puissance globale ; les essais se font à vide. Ses inconvénients sont : les
rendements sont approchés car la méthode ne tient pas compte des « pertes supplémentaires » dont la norme prévoit
la valeur à 1 % pour les machines non compensées et 0,5 % pour les machines compensées.

 Jules TSOCHOUNIE 10
Exercices sur les généralités et les principes de fonctionnement des machines à courant continu

EXERCICES SUR LES GÉNÉRALITÉS SUR LES MACHINES À COURANT CONTINU


N.B : Dans tous les exercices de ce chapitre, on néglige la réaction magnétique de l’induit.

EXERCICE1-1
L’enroulement induit imbriqué d’une machine à courant continu bipolaire comporte 800 brins conducteurs ; le flux
magnétique sous un pôle inducteur est de 0,022 Wb . Quelle doit être la fréquence de rotation pour une force
électromotrice induite de 440 V ?

EXERCICE1-2
L’enroulement induit imbriqué d’une machine à courant continu possédant 8 pôles absorbe une intensité de 100 A .
Déterminer l’intensité traversant un contact balai-collecteur, et celle traversant un brin conducteur.

EXERCICE1-3
L’enroulement induit imbriqué d’une machine à courant continu bipolaire comporte 740 brins conducteurs de
résistance rb = 1mΩ chacun. Quelle est la résistance de cet enroulement ?

EXERCICE1-4
L’enroulement induit imbriqué d’une machine à courant continu bipolaire comporte 560 brins conducteurs dont la
longueur moyenne est de 0,7 m (y compris la partie inactive). La force électromotrice induite dans la machine est de
250 V lorsque la fréquence de rotation est n = 1800 tr / min . Calculer :
1) le flux magnétique sous un pôle inducteur
(
2) la résistance de l’enroulement induit qui est fait de fil de cuivre ρCu = 2 ⋅ 10−8 Ωm de section 5mm2 . )
2
3) l’intensité d’induit admissible, si on admet une densité de courant de 3,5A / mm dans les brins conducteurs.

EXERCICE1-5
L’induit d’une machine à courant continu bipolaire fonctionnant en moteur absorbe un courant d’intensité 40 A sous
une tension de 240 V ; l’enroulement induit est imbriqué et comporte 720 brins conducteurs ; la résistance d’induit
est R a = 0,6 Ω et il tourne à 1200 tr/min. Calculer :
1) la f.é.m. induite ;
2) le flux magnétique sous un pôle inducteur ;
3) la puissance électromagnétique ;
4) le moment du couple électromagnétique.

EXERCICE1-6
La charge mécanique d’un moteur à courant continu alimenté sous tension constante U = U N fait en sorte qu’il
développe un couple électromagnétique de moment constant égal au moment nominal. En régime nominal, on note
le flux inducteur φ N , l’intensité d’induit I N . La résistance des induits est R a . Soit k1 sa constante de construction.

1) Quelle valeur relative (en fonction de I N ) prend l’intensité d’induit lorsque le flux inducteur baisse de 20% ?
2) Déduire l’expression de la fréquence de rotation du moteur, en fonction de U , k1 ⋅ , Φ , R a et I a .

EXERCICE1-7
Une machine à courant continu fonctionnant en moteur à courant continu à 12 pôles possède un enroulement induit
comportant 4 voies d’enroulement et 576 brins conducteurs. Le flux magnétique sous un pôle inducteur est
φ = 0,03 Wb . Lorsqu’il est alimenté sous 600 V , son induit absorbe une intensité de 90 A et il tourne à la vitesse de
rotation n = 660 tr / min .

1) Quelle est la forme de l’enroulement induit ? justifier.


2) Calculer la f.c.é.m et la résistance de l’induit.

 Jules TSOCHOUNIE 11
Exercices sur les généralités et les principes de fonctionnement des machines à courant continu

EXERCICE1-8
La force électromotrice induite d’une machine à courant continu qui possède 8 pôles est de 850 V quand sa
fréquence de rotation est de 400 tr / min .

1) Calculer le nombre de brins conducteurs de l’enroulement induit, si l’intensité du flux magnétique inducteur
sous un pôle est de 0,12 Wb .
2) On veut obtenir la même force électromotrice avec une fréquence de rotation de 500 tr / min . Quelle doit être la
nouvelle valeur du flux magnétique sous un pôle inducteur ?

EXERCICE1-9
Une machine à courant continu parfaitement compensée, à excitation shunt fonctionnant en moteur absorbe une
intensité I = 100 A lorsqu’elle est soumise à une tension U = 220 V .
La résistance de l’enroulement induit est de 0,08 Ω , celle de l’enroulement auxiliaire de 0,07 Ω , et celle du circuit
inducteur de 44 Ω . Le circuit inducteur comporte un rhéostat de champ.

Déterminer la f.c.é.m de ce moteur.

EXERCICE1-10
Une machine à courant continu bipolaire fonctionnant en moteur à excitation indépendante sous 115 V absorbe une
intensité de 25 A et tourne à 750 tr / min .
La résistance des induits est de 0,6 Ω .
Les pertes joule dans son inducteur sont Pje = 125 W et les pertes collectives sont p c = 240 W .

Calculer :
1) La force contre-électromotrice ;
2) La puissance absorbée, la puissance électromagnétique, la puissance utile et le rendement
3) Le moment électromagnétique et le moment du couple moteur. Déduire le moment du couple des pertes.

EXERCICE1-11
Sur la plaque signalétique d’un moteur à courant continu bipolaire à excitation indépendante, on lit les indications
suivantes : 230 V ; 32 A ; 6,5 kW ; 600 tr / min ; Exc : 115 V ; 1,22 A

1) Quel est le rendement nominal du moteur ?


2) La résistance de son induit est R a = 0,4 Ω . Calculer les pertes Joule nominales dans l’induit et les pertes
collectives nominales.
3) Calculer le moment du couple moteur nominal.

EXERCICE1-12
Lorsque l’induit d’une machine à courant continu fonctionnant en moteur à excitation séparée absorbe une intensité
I = 150 A sous une tension U = 220 V , son rendement est η = 92 % . Son circuit d’excitation comporte un rhéostat.
Alimenté sous une tension U e = 110 V , ce circuit d’excitation absorbe alors une intensité i = 2,5 A .
Les résistances des enroulements sont les suivantes :
- enroulement induit : 0,05 Ω
- enroulement de commutation : 0,03Ω
- enroulement de champ : 30 Ω

Déterminer :
1) la résistance du rhéostat de champ.
2) la puissance totale absorbée par le moteur.
3) les pertes Joule de l’induit et de l’inducteur, et les pertes collectives du moteur.

 Jules TSOCHOUNIE 12
Exercices sur les généralités et les principes de fonctionnement des machines à courant continu

EXERCICE1-13
Une machine à courant continu fonctionnant en génératrice à excitation shunt fournit sous une tension U = 440 V
une puissance P = 44 kW . Les résistances des enroulements sont :
- enroulement induit 0,09 Ω ;
- enroulement auxiliaire 0,06 Ω ;
- enroulement inducteur 146,7 Ω .

Des mesures effectuées sur la génératrice ont fourni les pertes suivantes : PFe = 500 W et Pm = 400 W .

Déterminer :
1) l’intensité débitée par l’induit de la génératrice.
2) le rendement de la génératrice.

EXERCICE1-14
Une génératrice à courant continu à excitation séparée entraînée à une vitesse constante fournit aux bornes de son
induit en circuit ouvert une tension constante U v = 240 V lorsque son courant d’excitation est i = 4 A . Les pertes
collectives sont p c = 450 W . Les résistances de la génératrice sont : circuit d’induit 0,08 Ω ; circuit inducteur 30 Ω .
La génératrice est supposée parfaitement compensée. Pour une intensité débitée de 80 A , calculer :
1) la tension fournie U.
2) la puissance utile.
3) les pertes Joule de l’induit et les pertes Joule de l’inducteur.
4) la puissance absorbée.
5) le rendement de la génératrice.

EXERCICE1-15
Un moteur à excitation shunt possède les caractéristiques suivantes :
U N = 210 V ; I N = 23,3 A ; PN = 4,2 kW ; n N = 2000 tr / min .
La résistance d’induit mesurée à froid à 20 °C est R a = 0,69 Ω . La température de régime de ce moteur est θ = 80°C .

On se propose de séparer les pertes collectives du moteur. Pour ce faire, on procède à un essai à vide à la fréquence
de rotation n N maintenue constante grâce à l’action sur l’intensité d’excitation i = i N , à tension d’alimentation U v
variable. On relève l’intensité absorbée par l’induit Iav dans le tableau suivant :

U v (V) 58 108 147 200 220


Iav (A) 0,90 0,67 0,66 0,72 0,76

1) Déterminer la résistance d’induit du moteur à la température de régime.


2) Représenter dans deux graphiques les courbes des pertes collectives pc = f (E′) et pc = f E′2 . ( )
3) Déduire les pertes fer et les pertes mécaniques nominales du moteur.

EXERCICE1-16
Un moteur-dérivation fonctionne sous une tension de 230 V . Sa fréquence de rotation nominale est 2100 tr / min .
Ses résistances sont : circuit d’induit 0, 24 Ω ; circuit inducteur 184 Ω .
Un essai à vide, en excitation indépendante et à la fréquence de rotation nominale a fourni : U v = 225 V et I v = 1,8 A .

Les pertes collectives sont supposées indépendantes de la charge.

Pour chacune des intensités suivantes aux bornes du moteur : I = 10 A , 20 A , 30 A , calculer :


1) la fréquence de rotation du moteur.
2) le rendement du moteur.

 Jules TSOCHOUNIE 13
2. Fonctionnement des machines à courant continu

2. FONCTIONNEMENT DES MACHINES À COURANT CONTINU

Les machines à courant continu sont des machines réversibles ; elles peuvent fonctionner indifféremment en
moteurs (récepteurs), ou en dynamos (générateurs). Bien qu’il existe des domaines d’activités où la consommation
d’énergie électrique en courant continu est importante (industrie chimique, commande des moteurs à vitesse
variable), la dynamo est peu utilisée de nos jours, car le courant continu est produit à partir du courant alternatif à
l’aide des redresseurs. En revanche, le fonctionnement en moteur est de plus en plus utilisé grâce au développement
des commandes électroniques de puissance.

2.1 FONCTIONNEMENT EN GÉNÉRATRICES À COURANT CONTINU


Comme toutes les génératrices, la génératrice à courant continu est un convertisseur d’énergie et non une source
autonome ; elle ne possède pas d’énergie en réserve (énergie primaire).

Quand le rotor d’une machine à courant continu est entraîné en rotation (sens de rotation imposé) dans le champ
magnétique du stator, une tension peut être mesurée aux bornes de son induit, en raison de la f.é.m E v qui y est
induite à vide dans l’induit : on réalise la conversion de l’énergie mécanique en énergie électrique.

Si l’on connecte un récepteur aux bornes de l’induit, la f.é.m induite E entraîne un courant Ia qui traverse l’induit et
le récepteur. La f.m.m due au courant d’induit excite un flux Φ a (I a ) qui s’oppose au flux inducteur qui lui a donné
naissance (loi de Lenz) : c’est le flux de la RMI. Le flux résultant dans l’entrefer est réduit par rapport au flux
inducteur. La tension U aux bornes de la génératrice, la f.é.m à vide E v et la f.é.m en charge E sont liées par les
relations suivantes :

U = E − R a Ia
E = E v − k 1 ⋅ ∆Φ (I a ) ⋅ n = E v − ε(I a )

où la quantité ε(Ia ) est la chute de tension due à la Réaction Magnétique de l’Induit (RMI). Expérimentalement, on
constate que la tension en charge U est légèrement inférieure à la tension à vide U v = E v − R a I av .

U = E v − ε(I a ) − R a I a = U v − ε(I a ) < U v

En charge, la baisse de la f.é.m induite est due à la Réaction Magnétique de l’Induit. A vide, ε(Ia ) est nulle, en
charge elle n’est négligeable que si la machine est compensée. L’étude de la RMI fait l’objet du chapitre suivant.
Dans la suite de ce chapitre, soit nous négligeons la chute de tension due à la RMI en charge (ε(I a ) ≈ 0) , soit nous
supposons la machine parfaitement compensée : dans les deux cas, on a en charge commet à vide E = E v .

2.1.1 Génératrice à excitation séparée

La génératrice à excitation indépendante reçoit de l’énergie sous deux formes :


− sous forme mécanique d’une turbine ou d’un moteur, à un bout
d’arbre ;
− sous forme électrique d’une source de tension continue (batterie,
génératrice auxiliaire), à son inducteur. Comme le courant
d’excitation i provient d’une source autre que la génératrice elle-
même, on dit que l’excitation est indépendante ou séparée.

La génératrice restitue de l’énergie sous deux formes : Figure 2.1 :


− sous forme électrique à un récepteur électrique connecté à ses
bornes : c’est l’énergie utile ;
− sous forme de chaleur à l’ambiance (dissipation), dont les causes sont diverses.

Le schéma électrique équivalent de la génératrice à excitation séparée est donné par la figure 2.1.

 Jules TSOCHOUNIE 14
2. Fonctionnement des machines à courant continu

a) Propriétés de la génératrice à excitation indépendante à vide

• Variation de la f.é.m E avec la vitesse n


La machine fonctionne à vide : I = 0
L’excitation de la machine est constante : i = const.
La machine est entraînée à une vitesse : n = variable

La tension aux bornes de la machine à vide est : U v = E v = k1φ n .


Or le flux Φ dépend des courants inducteur i et induit Ia = I :
φ = f (i, I ) . Comme i = const. et I = 0 , φ = const. , on a alors :

Ev = Uv = k E ⋅ n

Cette relation est linéaire, comme le montre la figure 2.2.


Figure 2.2 :
• Variation de la f.é.m E avec l’intensité d’excitation i
La machine fonctionne à vide : I = 0
La machine est entraînée à une vitesse : n = const.
L’excitation de la machine est : i = variable

La tension aux bornes de la machine fonctionnant à vide est :

U v = E v = k1φ n .

Or le flux φ dépend des courants inducteur i et induit I a = I :


φ = f (i, I ) . Comme i = variable et I = 0 , on a alors φ = f (i ) ,
d’où :

U v = E v = k*E ⋅ φ(i )
Figure 2.3 :
La représentation graphique de cette relation est appelée
« caractéristique interne » ou « caractéristique à vide ». Elle se déduit de la courbe de magnétisation du circuit
magnétique comportant un entrefer. La courbe de la figure 2.3 montre la caractéristique à vide d’une génératrice à
courant continu à excitation indépendante entraînée à une vitesse constante.

Au facteur k *E près, la caractéristique à vide est la courbe de magnétisation φ(i ) du circuit magnétique de la
génératrice. Pour de faibles intensités de champ, le circuit ferromagnétique de la génératrice n’est pas saturé et la
caractéristique est sensiblement rectiligne ; ensuite la courbe s’incurve de plus en plus. Pour un même accroissement
de l’intensité de champ i, l’accroissement de E v est de plus en plus faible :
c’est la manifestation de la saturation.

Pour une intensité de champ i = 0 , la f.é.m n’est pas tout à fait nulle :
E v (i = 0 ) ≠ 0 : les pôles inducteurs de la génératrice ont conservé une
aimantation rémanente, et un faible flux traverse encore l’induit.

Si la caractéristique à vide à intensité de champ i croissante est tracée, puis à


partir de la valeur maximale i max atteinte, l’intensité de champ i est diminuée
progressivement jusqu’à zéro, on obtient deux courbes distinctes comme le
montre la figure 2.4. La première courbe obtenue est désignée « nouvelle
courbe » d’aimantation ou courbe de nouvelle aimantation. Si on varie Figure 2.4 :
l’intensité d’excitation de i max à −i max puis à i max , on obtient une hystérésis.

N.B. : A cause de l’hystérésis, le relevé de la caractéristique à vide des machines à circuit ferromagnétique doit se
faire à des valeurs de l’intensité de champ i strictement croissantes.

 Jules TSOCHOUNIE 15
2. Fonctionnement des machines à courant continu

b) Propriétés de la génératrice à excitation indépendante en charge

• Variation de la tension fournie U avec l’intensité d’induit Ia


La machine fonctionne en charge ; l’intensité d’induit est variable : Ia = I = variable
L’excitation de la machine est constante : i = const.
La machine est entraînée à une vitesse constante : n = const .

La tension aux bornes de la génératrice en charge est :

U = E v − R a ⋅ Ia

On obtient la courbe U = f (I a ) qui est désignée par « caractéristique


externe », car son tracé est effectué sans qu’il y ait retouche du
courant d’excitation.

La chute totale de la tension est :

h (I ) = R a ⋅ I a
Figure 2.5 :
La chute de tension due à la RMI n’étant pas prise en compte, la
courbe de la chute totale de la tension d’induit et la caractéristique externe de la génératrice en charge sont des
droites, comme les montre la figure 2.5.

• Variation de l’intensité d’excitation i avec l’intensité d’induit Ia


Les utilisateurs de génératrices ont souvent besoin d’une tension sensiblement constante. Au fur et à mesure que
l’intensité débitée augmente, il faut augmenter l’intensité d’excitation pour que les accroissements de la f.é.m
« compensent » les « accroissements » de la chute de la tension
d’induit en charge.

La génératrice fonctionne en charge ; l’intensité d’induit est variable :


I a = I = variable ;

La tension fournie aux bornes de l’induit est constante : U = const.


La génératrice est entraînée à une vitesse constante : n = const . .

La courbe liant l’intensité d’excitation i et l’intensité d’induit I, i = f (I )


est désignée par « caractéristique de réglage ». La chute de tension due
à la RMI n’étant pas prise en compte, la caractéristique de réglage est
une droite. La figure 2.6 montre une caractéristique de réglage de la
génératrice à courant continu.
Figure 2.6 :
c) Situations où les moteurs à courant continu fonctionnent en génératrices

Le fonctionnement en génératrices des moteurs à courant continu à excitation indépendante a des applications
intéressantes dans le domaine du freinage électrique :

− Lors du freinage de ralentissement ou d’arrêt du moteur à courant continu, l’inducteur reste alimenté par le
réseau, mais le rotor continuant de tourner grâce à son inertie et à celle du mécanisme entraîné, l’induit est
déconnecté de l’alimentation et est fermé sur un rhéostat.

− Lors du freinage de limitation de vitesse d’un engin de levage ou d’un véhicule sur une pente, la rotation est
entretenue par l’action de la pesanteur de la charge ou du véhicule ; l’inducteur reste alimenté et si l’induit est
coupé de l’alimentation et fermé sur un rhéostat, le moteur fonctionne alors en génératrice. Si par contre l’induit
reste alimenté, mais le moteur est entraîné par la charge mécanique à une vitesse de rotation supérieure à sa
vitesse à vide, la f.é.m induite devient supérieure à la tension d’alimentation ; l’énergie est restituée au réseau, et
on parle alors de freinage avec récupération d’énergie.

 Jules TSOCHOUNIE 16
2. Fonctionnement des machines à courant continu

2.1.2 Génératrice à excitation shunt

La machine est à excitation parallèle ou dérivée (on dit le plus souvent shunt)
lorsque le circuit inducteur est branché aux bornes de l’induit, comme le montre le
circuit de la figure 2.7. Son intensité d’excitation nominale est faible et ne
représente que quelques pour cent de l’intensité d’induit.

La génératrice à excitation shunt reçoit également l’énergie sous deux formes :


− sous forme mécanique d’une turbine ou d’un moteur, à un bout d’arbre ;
− sous forme électrique à son inducteur. Pour qu’au démarrage l’induit puisse Figure 2.7 :
fournir à l’inducteur un courant d’excitation, il est indispensable qu’un flux
rémanent soit présent dans la génératrice et que cette dernière puisse s’amorcer, c’est-à-dire monter en tension.

a) Propriétés de la génératrice à excitation shunt à vide


• Caractéristique à vide de la génératrice à excitation shunt
Lorsque l’induit n’est parcouru que par le courant d’excitation i, la chute de tension dans l’induit est négligeable ; on
peut confondre la tension aux bornes de l’induit de la génératrice U et la f.é.m à vide E v : U ≈ E v . Si l’intensité de
champ est variée, l’on obtient la caractéristique à vide de la figure 2.3. Elle est mesurée lorsque la génératrice shunt
est connectée en génératrice à excitation indépendante.

• Amorçage de la génératrice à excitation shunt


Lorsque la génératrice est entraînée en rotation, le flux rémanent induit
une faible f.é.m qui entraîne un courant i dans l’inducteur qui constitue
en quelque sorte une charge pour l’induit. Ce courant accroît le flux,
donc la f.é.m, donc i, et ainsi de suite. L’interaction entre la f.é.m et le
flux vacille continuellement comme le montre la courbe de la figure
2.8, jusqu’à ce que le point d’intersection entre la caractéristique à
vide et la droite de l’inducteur est atteint.

Pour obtenir l’amorçage de la génératrice, il faut :


− que les bornes du générateur soient ouvertes, sinon la charge dérive
la quasi-totalité du courant dû au rémanent ;
− que le rhéostat de champ ait une valeur telle que la résistance du
circuit inducteur soit suffisante pour permettre l’amorçage ;
− que la vitesse d’entraînement soit suffisante ;
− connecter correctement l’inducteur, afin que le flux rémanent soit
Figure 2.8 :
renforcé par le courant d’excitation i. Si la polarité de l’inducteur
n’est pas correcte, le courant i détruit le flux rémanent et la génératrice ne s’amorce pas ; la tension diminue au
lieu de croître.

b) Propriétés de la génératrice à excitation shunt en charge


• Variation de la tension fournie U avec l’intensité d’induit Ia
C’est la caractéristique externe U = f (I ) qui est
donnée par la figure 2.9.

Quand l’intensité débitée croît, la tension U diminue


plus vite que pour la génératrice à excitation
indépendante, car en plus de la chute de tension
interne qui rend la tension U inférieure à la f.é.m à
vide E v (U = E v − h (Ia )) , il y a diminution de E v , le
courant d’excitation i diminuant avec la tension U
aux bornes de l’inducteur.

• Variation de l’intensité d’excitation i avec


l’intensité d’induit Ia
On obtient la caractéristique de réglage i = f (I ) à Figure 2.9 :
tension U constante. Pour la même machine, les
caractéristiques de réglage sont pratiquement les mêmes en excitations indépendante et shunt (figure 2.6).

 Jules TSOCHOUNIE 17
2. Fonctionnement des machines à courant continu

2.1.3 Génératrice à excitation composée

Pour modifier les caractéristiques d’une génératrice, on peut mettre sur les pôles inducteurs plusieurs enroulements
alimentés différemment (excitation séparée, shunt, série), dont les f.m.m s’ajoutent (flux additifs) ou se soustraient
(flux soustractifs). Il y a eu de très nombreuses combinaisons dont nous n’évoquons qu’une seule ici, donnée par la
figure 2.10a.

Figure 2.10 :

Pour que les caractéristiques naturelles en charge de la génératrice à excitation shunt soient moins tombantes comme
le montre la figure 2.10b, on peut ajouter sur les pôles inducteurs quelques spires de gros fil en série avec l’induit.
A vide, la génératrice compound s’amorce comme une génératrice shunt, grâce au magnétisme rémanent. En charge,
la f.m.m de l’enroulement série θ D = N D ⋅ I a s’ajoute à celle de l’enroulement shunt θ F = N F ⋅ i , où N D et N F sont
les nombres de spires de l’enroulement série et de l’enroulement shunt respectivement. La f.m.m totale
θ tot = θ F + θ D = N F ⋅ i + N D ⋅ I a équivaut au passage d’un courant d’intensité équivalente i éq dans l’enroulement
ND ND
shunt, tel que θtot = N F ⋅ ieq , d’où on tire i eq = i + I a , où := α est désigné par « rapport d’équivalence ».
NF NF
Plus ce rapport est élevé, moins les caractéristiques externes sont tombantes, comme le montre la figure 2.10b.

2.2 FONCTIONNEMENT EN MOTEURS À COURANT CONTINU


Les machines à courant continu sont presque toujours utilisées en moteurs. Les moteurs à courant continu sont plus
coûteux que les moteurs asynchrones (à courant alternatif) pourtant plus robuste, car leur entretien est plus exigeant.
Aussi réserve-t-on l’emploi des moteurs à courant continu de grande puissance aux entraînements à vitesse variable.

On peut alimenter l’induit sous tension constante et faire varier la vitesse par action sur le flux inducteur. Mais
l’accroissement de la vitesse se ferait alors au détriment du couple que le moteur développe et surtout, il n’est pas
possible de le faire fonctionner en régime permanent à de très basses vitesses.

Grâce aux progrès de l’électronique de puissance, l’induit des moteurs à courant continu est le plus souvent alimenté
par une source de tension variable appelée « variateur électronique ». On fait varier la vitesse n par action sur la
tension d’alimentation. La tension et le courant fournis par un variateur électronique étant en général ondulés, on les
note u a et i a , et la relation tension-courant aux bornes de l’induit du moteur est :

u a (t ) = k1 Φ n + R a i a (t ) + La
di a
dt

Mais les deux types de fonctionnement (par action sur le flux et par action sur la tension d’alimentation de l’induit)
sont complémentaires. Pour augmenter la vitesse n quand la tension U fournie par le variateur est à son maximum,
on agit sur le courant d’excitation, c’est-à-dire sur le flux inducteur.

Lors de l’étude d’un moteur à courant continu alimenté sous tension U constante, on calcule ou on relève les
caractéristiques électriques. Elles donnent, en fonction de la puissance utile :
− L’intensité du courant absorbé : I = f (Pu ) ;

 Jules TSOCHOUNIE 18
2. Fonctionnement des machines à courant continu

− Le moment du couple utile : Tu = f (Pu ) ;


− La vitesse de rotation : n = f (Pu ) ;
− Le rendement : η = f (Pu ) .

A cause des relations utilisées, il est plus commode de représenter les courbes suivantes :
n = f (I ) , Tu = f (I ) , Pu = f (I ) et η = f (I ) . Mais en ce qui concerne l’utilisation des moteurs, ce sont les caractéristiques
mécaniques n = f (Tu ) ou bien Tu = f (n ) qui sont les plus importantes, car elles donnent le point de fonctionnement.

La caractéristique n = f (Tu ) à tension donnée est le lieu des points de fonctionnement possibles pour cette valeur de
U. C’est la charge entraînée par le moteur qui détermine la valeur de n et de Tu . On trace la caractéristique
mécanique n = f (Tu ) du moteur, et la courbe du moment du couple résistant Tr = f (n ) de la charge qu’il entraîne.

Au démarrage (n = 0 ) , pour que le moteur puisse mettre en vitesse l’entraînement, il faut que le moment du couple
moteur soit supérieur à celui du couple résistant : Tu (0) > Tr (0) . L’équation mécanique de l’entraînement en régime
dynamique (phases de démarrage ou de freinage) est donnée par :

dΩ
Tu (n ) − Tr (n ) = J
dt

où J est le moment d’inertie de l’ensemble des parties tournantes du moteur et de la charge par rapport à l’axe de
rotation du moteur, et Ω = 2πn est la vitesse angulaire de l’arbre du moteur.

Tant que Tu (n ) − Tr (n ) > 0 , l’entraînement peut démarrer, la vitesse croît et se stabilise quand Tu (n ) − Tr (n ) = 0 et le
point de fonctionnement est atteint. Ce dernier est donné graphiquement par l’intersection des caractéristiques
mécaniques du moteur et de la charge entraînée.

Par valeurs nominales des caractéristiques d’une machine à courant continu, on entend les valeurs de la puissance
PN , du couple TN , de la tension U N , du courant aux bornes I N , du flux Φ N et de la vitesse n N , pour lesquelles
ce moteur est conçu. Elles sont données en partie sur la plaque signalétique. Pour un moteur, la puissance et le
moment du couple nominaux sont les valeurs disponibles en bout d’arbre à charge nominale ; aux bornes du moteur
on a alors la tension nominale et le courant nominal, et l’intensité d’excitation est également nominale.

Les caractéristiques du moteur à courant continu dépendent, comme celles de la génératrice, du mode d’excitation.
Si l’induit est alimenté sous une tension U constante, il n’y a pas lieu de séparer l’étude de l’excitation indépendante
de celle de l’excitation shunt, l’inducteur étant dans les deux cas alimenté par une tension indépendante du courant
absorbé par l’induit. Il est alors logique d’utiliser la même source pour alimenter l’induit et l’inducteur.

2.2.1 Moteur à excitation indépendante


Dans la pratique, le moteur à excitation séparée alimenté sous
tension constante est très peu utilisé, car il nécessiterait deux sources
de tension indépendantes. Toutefois, le principe de fonctionnement
de tous les moteurs à courant continu se déduit facilement de ce type
de machine, si bien que le moteur à excitation séparée est
représentatif des autres types de moteurs. D’autre part, le moteur à
excitation indépendante est utilisé dans les entraînements à vitesse
réglable, où la tension d’alimentation de l’induit et celle de
l’inducteur sont des grandeurs variables et réglables. La figure 2.11 Figure 2.11 :
montre le schéma du moteur à excitation séparée.

a) Fonctionnement à vide
Le couple utile d’un moteur fonctionnant à vide est nul ; la tension aux bornes de l’induit est :

U N = E′ + R a I a0

La vitesse à vide sous tension nominale et à excitation nominale est conformément à l’équation E = k 1Φ n :

 Jules TSOCHOUNIE 19
2. Fonctionnement des machines à courant continu

U N − R a I a0 UN
n 0N = ≈
k 1Φ N k 1Φ N

b) Fonctionnement en charge sous tension d’induit constante

• Caractéristique électromécanique de vitesse


Le moteur fonctionne en charge ; l’intensité d’induit est variable :
Ia = I = variable
La tension aux bornes de l’induit du moteur est constante : U = const.
L’excitation du moteur est constante : φ = const.

La courbe liant la vitesse de rotation n et l’intensité d’induit I, n = f (I )


est désignée par « caractéristique électromécanique de vitesse ».
Figure 2.12 :
La figure 2.12 montre une caractéristique électromécanique de vitesse du moteur à excitation séparée.

• Caractéristique électromécanique de couple


Le couple électromagnétique ne dépend que du courant d’induit et du flux inducteur :

k 1φ
Tem = Ia

Le moteur fonctionne en charge à intensité d’induit variable : I a = I = variable


L’excitation du moteur est constante : φ = const.

La courbe liant le moment du couple électromagnétique Tem et l’intensité


d’induit I, Tem = f (I ) est désignée par « caractéristique électromécanique de
couple ». La figure 2.13 montre une caractéristique électromécanique de
couple du moteur à excitation séparée.
Figure 2.13 :
• Caractéristique mécanique de couple
Elle traduit la variation des couples électromagnétique et utile en fonction de la vitesse de rotation. Le couple
électromagnétique est donné par :

k 1φ
Tem = Ia

En remplaçant l’intensité d’induit par l’expression :

U − E ′ U − k 1φn
Ia = =
Ra Ra

on obtient la fonction :

k 1 φ U − k 1 φn k 1 φU (k 1φ)2
Tem (n ) = = − n
2π Ra 2πR a 2πR a
Figure 2.14 :
Le moteur fonctionne en charge à intensité d’induit variable, donc à couple variable : Tem = variable
L’excitation du moteur est constante : φ = const.
La tension d’alimentation de l’induit est constante : U = const.

La courbe repésentant n = f (Tem ) la vitesse de rotation en fonction du moment est désignée par « caractéristique
mécanique de couple ». La figure 2.14 montre une caractéristique mécanique du moteur à excitation séparée.

 Jules TSOCHOUNIE 20
2. Fonctionnement des machines à courant continu

La fonction Tem (n ) est représentée graphiquement par une droite de pente négative −
(k1φ)2 et d’ordonnée à
2πR a
k 1φU
l’origine
2 πR a
(
. La droite est très abrupte en raison de la faible résistance du circuit d’induit R a . A vide Tem = 0 )
, le moteur tourne à la vitesse n 0 , et en charge la vitesse de rotation baisse, mais cette baisse est faible.

La figure 2.14 n’est qu’une portion de la fonction affine Tem (n ) . Si la droite est prolongée, alors elle coupe l’axe des

couples à Tem (0) =


k1φU
: c’est le moment de démarrage Td qui est très élevé.
2πR a

A flux constant, cela signifie que l’intensité d’induit appelée au démarrage est très élevée ; il y a donc risque de
destruction thermique de l’induit du moteur.

c) Démarrage du moteur à excitation séparée


U − k1φn
A tension d’induit et à flux constants, l’intensité du courant d’induit Ia = ne dépend que de la vitesse de
Ra
rotation. A l’instant de démarrage, la vitesse de rotation et la f.c.é.m sont nulles, et le courant direct de démarrage
donné par :

U
I dd =
Ra

n’est limité que par la résistance du circuit d’induit qui est pourtant faible. L’induit qui ne tourne pas se comporte
comme une résistance pure ; l’intensité appelée peut atteindre plusieurs dizaines de fois l’intensité nominale, ce qui
est thermiquement inadmissible. Il faut impérativement limiter le courant de démarrage à une valeur comprise entre
1,5 I N et 2,0 I N . Pour cela, un rhéostat de démarrage est utilisé ; sa résistance R h permet de limiter l’appel de
courant au démarrage à une valeur admissible :

U
Id = ≤ 2 IN
Ra + Rh

Le rhéostat de démarrage comporte toujours plusieurs sections (avec des plots) et la valeur Rh correspond à sa
résistance totale. La mise en vitesse du moteur se fait par élimination successive des sections du rhéostat. Au fur et à
mesure que la vitesse croît, la f.c.é.m croît et limite le courant d’induit. En fin de démarrage, le rhéostat de
démarrage est totalement éliminé.

d) Réglage de la vitesse de rotation du moteur à excitation séparée


En se basant sur la fonction de la caractéristique mécanique, il y a trois procédés de réglage de la vitesse, qui sont
pratiquement souhaités et facilement réalisés :
− le réglage de la vitesse par réduction du flux Φ ;
− le réglage de la vitesse par variation de la tension d’alimentation U ;
− le réglage de la vitesse par augmentation de la résistance du circuit d’induit R a .

Le comportement couple-vitesse du moteur va être analysé dans le cas où une seule des trois grandeurs physiques
d’influence Φ , U ou R a est variée, pendant que les deux autres restent constantes. L’effet de la variation sera
observé sur la vitesse à vide n 0 et sur le moment de démarrage Td .

• Réglage de la vitesse par action sur le flux inducteur


La tension aux bornes de l’induit du moteur est constante : U = U N
La résistance du circuit induit est constante : R a
Le flux inducteur est variable : φ = variable

Seule une réduction du flux est à envisager, car le flux nominal φ N se trouve dans la zone de saturation. Elle est
réalisée pratiquement grâce à un rhéostat de champ rh . La caractéristique mécanique devient :

 Jules TSOCHOUNIE 21
2. Fonctionnement des machines à courant continu

Tem (n ) = b ⋅ φ − a ⋅ (φ)2 n

c
Le moment de démarrage Td = b ⋅ φ diminue, et la vitesse à vide n 0 = est
φ
supérieure à n 0 N . La figure 2.15 montre la caractéristique mécanique du moteur
à flux réduit.

• Réglage de la vitesse par action sur la tension d’alimentation


Le flux inducteur est constant : φ = φ N
La résistance du circuit induit est constante : R a
La tension d’induit est variable : U a = U = variable Figure 2.15 :

La tension nominale est la valeur maximale de la tension de construction du


moteur, qui ne peut être dépassée ; seule une réduction de la tension d’induit est à
envisager. La variation de la tension d’alimentation est réalisée pratiquement
grâce à un redresseur commandé ou à une dynamo à excitation variable. La
caractéristique mécanique devient alors :

()
Tem n = a ⋅ U − b ⋅ n

Le moment de démarrage diminue, et la vitesse à vide est inférieure à n 0 N . La


figure 2.16 montre la caractéristique mécanique du moteur à tension réduite.

Si la charge du moteur est constante (Tem = const.) , l’intensité appelée est


Figure 2.16 :
constante, et on a n (U ) = a ⋅ U − b .

La figure 2.17 montre la caractéristique électromécanique de vitesse n (U )


du moteur à excitation séparée en fonction de la tension d’alimentation de
l’induit. Le moteur ne décolle (n > 0) qu’à partir d’une tension U min = R a ⋅ I .

• Réglage de la vitesse par action sur la résistance du circuit d’induit


La tension aux bornes de l’induit du moteur est constante : U = U N
Le flux inducteur est constant : φ = φ N
La résistance du circuit d’induit est variable : R*a = R a + R v

Si on insère dans le circuit d’induit une résistance R v , la caractéristique Figure 2.17 :


mécanique devient :

Tem (n ) =
a b
− ⋅n
Ra Ra

a a
Le moment de démarrage Td = diminue, la vitesse à vide n 0 =
Ra b
indépendante de R a est fixe. La figure 2.18 montre la caractéristique
mécanique du moteur avec résistance d’induit acccrue par insertion d’un
rhéostat.

En général, pour un moteur à excitation indépendante ou un moteurb shunt avec


résistance du circuit d’induit acccrue par insertion d’un rhéostat, la
caractéristique mécanique et la caractéristique mécanique naturelle sont
concourantes au point de fonctionnement à vide.
Figure 2.18 :

 Jules TSOCHOUNIE 22
2. Fonctionnement des machines à courant continu

e) Freinage du moteur à excitation séparée

• Freinage avec récupération d’énergie


Si en fonctionnement la charge d’un moteur à excitation indépendante est supprimée,
le courant d’induit s’annule et il tourne à vide. Si la vitesse croît davantage, alors la
f.c.é.m devient supérieure à la tension aux bornes du moteur ; le courant appelé
devient négatif et le couple développé devient alors négatif. Pour un moteur, un
couple négatif signifie un couple de freinage. Du fait que la vitesse croît au-delà de la
vitesse à vide, la machine est passée au fonctionnement en générateur et agit comme
frein, où elle transmet au réseau l’énergie mécanique qu’elle reçoit, sous forme
électrique. La figure 2.19 montre que les couples de freinage apparaissent pour des Figure 2.19 :
vitesses supérieures à la vitesse à vide, dans le quadrant 4.

• Freinage rhéostatique
Il consiste, alors que l’induit tourne, à le séparer de son alimentation pour le
fermer sur une résistance désignée encore par « rhéostat de freinage »,
l’inducteur restant alimenté.

En raison du défaut de la tension d’alimentation, la f.c.é.m entraîne un courant


opposé au courant initial, qui en relation avec le champ existant, réduit la
vitesse. A partir de la caractéristique mécanique, pour U = 0 , on a :

(k 1 ⋅ Φ )2
Tem (n ) = − ⋅n Figure 2.20 :
2π (R a + Rh fr )

La figure 2.20 montre la caractéristique mécanique en freinage rhéostatique. Les couples de freinage n’existent que
tant que le moteur tourne. Du fait que l’induit qui tourne encore et par conséquent les brins conducteurs de
l’enroulement induit coupent le flux inducteur est séparé du réseau et fermé sur une résistance, la machine à courant
continu toujours excitée est passée au fonctionnement en générateur et agit comme frein ; elle transmet à la
résistance, sous forme d’énergie électrique, l’énergie mécanique qu’elle reçoit.

• Freinage par contre-courant


L’inversion du courant d’induit peut encore être obtenue par inversion de la polarité de l’induit. A partir de la
relation − U = k 1 ⋅ Φ ⋅ n + R a I , on obtient le courant de freinage :

−U − k1 ⋅ Φ ⋅ n
I=
Ra

qui est très élevé, car n’étant limité que par la faible résistance de l’induit. Pour le limiter, un rhéostat de freinage est
indispensable, et on a :

U + k1 ⋅ Φ ⋅ n
I fr = ≤ 2⋅IN
R a + Rh fr

A partir de la caractéristique mécanique, on a :

k1 ⋅ Φ (− U − k1 ⋅ Φ ⋅ n ) − k1 ⋅ Φ ⋅ U (k1 ⋅ Φ )2 ⋅ n
Tem (n ) = = −
2π (R a + Rh fr ) 2π (R a + Rh fr ) 2π (R a + Rh fr )
Figure 2.21 :
La figure 2.21 montre la caractéristique mécanique de freinage par contre-
courant.

−U
La vitesse à vide n 0,fr = = − n 0 est négative ; lorsque la vitesse s’annule, le moteur recommence à tourner dans
k1 ⋅ Φ
le sens inverse : le freinage rhéostatique ne permet pas un freinage jusqu’à l’arrêt complet.

 Jules TSOCHOUNIE 23
2. Fonctionnement des machines à courant continu

2.2.2 Moteur à excitation shunt

Le moteur à excitation shunt est le


moteur à courant continu le plus
important. Lorsqu’il est alimenté sous
une tension constante U, le courant de
champ traversant le circuit inducteur a
une intensité constante indépendante de
la charge ; il crée dans la machine un
flux magnétique invariable. La figure
2.22 montre le schéma de principe du
moteur à excitation shunt avec rhéostat Figure 2.22 : Figure 2.23 :
de champ.

Les propriétés du fonctionnement du moteur à excitation shunt sont également celles du moteur à excitation séparé,
car peu importe quelle source alimente l’inducteur, tant que l’intensité de champ reste constante. Pour l’étude des
caractéristiques de fonctionnement du moteur shunt, on utilise les notions de base étudiées au 2.2.1.

Le réglage de la vitesse de rotation du moteur à excitation shunt par


action sur la tension d’alimentation ne sera pas utilisé, car une réduction
de la tension d’alimentation provoquerait un affaiblissement du flux
inducteur.

L’inversion du sens de rotation est possible par inversion de la polarité


soit de l’induit soit de l’inducteur, pas des bornes de connexion du
moteur.

Pour le démarrage, un démarreur est nécessaire, afin de réduire


l’intensité d’induit. La figure 2.23 montre le montage de principe du
démarrage rhéostatique, et la figure 2.24 en montre le montage pratique.

Dans le freinage rhéostatique, il faut prendre la précaution de ne séparer


de la source que l’induit, pour le fermer sur un rhéostat de freinage,
Figure 2.24 :
l’inducteur devant rester alimenté.

La figure 2.25 montre la caractéristique électromagnétique de vitesse au


démarrage avec rhéostat du moteur shunt.

Dans le freinage par contre-courant, il faut également prendre la précaution de


n’inverser que la polarité de l’induit, pas celle des bornes de connexion de la
machine, l’inducteur devant conserver sa polarité.

2.2.3 Moteur à excitation série sous tension constante

Les détails de constitution du moteur à excitation séparée peuvent être repris


pour le moteur à excitation série. Il n’y a qu’une seule différence entre les deux Figure 2.25 :
types de moteurs ; c’est la conception des bobines inductrices.

En effet, la f.m.m créée dans les pôles principaux en excitation shunt ou séparée peut également, après un
dimensionnement approprié, être créée par le courant d’induit, par connexion série de l’enroulement induit et
l’enroulement de champ. Les deux enroulements sont traversés par le même courant, comme le montre la figure 2.26
pour un moteur série.

Le flux magnétique est créé par le courant d’induit qui est en général
d’intensité élevée, et par conséquent le flux n’est plus constant mais dépend
de la charge :

Φ = f (I )

Figure 2.26 :

 Jules TSOCHOUNIE 24
2. Fonctionnement des machines à courant continu

a) Fonctionnement à vide du moteur série


Si les pertes collectives sont négligées, alors le couple électromagnétique d’un moteur fonctionnant à vide et le
courant d’induit sont nuls. La f.m.m de l’inducteur étant nulle, le flux inducteur est nul, ainsi que la f.c.é.m ; Le
moteur série ne possède pas de vitesse de rotation à vide.

b) Fonctionnement en charge sans shuntage de l’inducteur

- Caractéristique électromécanique de vitesse de rotation


Le moteur fonctionne en charge ; l’intensité d’induit est variable : I a = I = variable
La tension aux bornes de l’induit du moteur est constante : U = const.

L’excitation du moteur n’est pas constante, car le courant d’induit n’est pas constant : φ = φ(I ) = var iable . La
« caractéristique électromécanique de vitesse de rotation » est donnée par la relation :

U − (R a + R D ) I
n=
k 1φ(I )

Lorsque l’intensité I croît, le numérateur diminue un peu, mais le dénominateur croît fortement car le flux est créé
par I ; la vitesse décroît alors fortement. Pour avoir l’allure théorique, supposons que le circuit magnétique n’est pas
saturé (aux faibles valeurs de I) et que le flux rémanent est négligé : on a la relation linéaire Φ(I) = c ⋅ I , d’où :

U (R a + R D )
n= −
k⋅I k

qui est une fonction de la forme n (I ) =


a
− b , où k = k1 ⋅ c . La figure 2.27 montre une
I
caractéristique électromécanique de vitesse du moteur ; c’est une hyperbole.

Si le flux rémanent n’est pas négligé, la vitesse décroît plus fortement. Et si le circuit
magnétique est saturé (aux fortes valeurs du flux), le flux φ croît moins vite que le
courant, donc n décroît moins fortement. Dans les deux cas, la caractéristique
électromécanique de vitesse a une allure hyperbolique.
Figure 2.27 :
• Caractéristique électromécanique de couple
Le moteur fonctionne en charge à intensité d’induit variable, donc à flux inducteur φ variable : I a = I = variable et
()
φ = φ I = variable

La courbe liant le moment électromagnétique Tem et l’intensité d’induit I, Tem = f (I ) , est désignée par
« caractéristique électromécanique de couple ». Le moment électromagnétique est :

k φ(I )
Tem = 1 I

Lorsque I croît, Tem croît fortement, car le flux Φ(I) est créé par I. Pour avoir
l’allure théorique, supposons que le circuit magnétique n’est pas saturé (aux faibles
valeurs de I) et que le flux rémanent est négligé : on a la relation linéaire Φ(I) = c ⋅ I ,
d’où :

k 2
Tem = I

Figure 2.28 :
qui est une fonction homographique de la forme Tem = a ⋅ I . 2

La figure 2.28 montre une caractéristique électromécanique de vitesse ; c’est une parabole. Si le flux rémanent n’est
pas négligé, il doit être ajouté au flux inducteur ; le moment du couple développé croît plus vite.

 Jules TSOCHOUNIE 25
2. Fonctionnement des machines à courant continu

Si le circuit magnétique est saturé (aux fortes valeurs du flux), le flux φ croît moins vite que le courant, donc le
moment augmente moins. Dans les deux cas, la caractéristique électromécanique de vitesse a une allure parabolique.

• Caractéristique mécanique de couple


Le couple électromagnétique est donné par la relation :

k φ(I )
Tem = 1 I

Pour obtenir l’allure théorique, on supposera le circuit magnétique non saturé et le flux magnétique rémanent

négligé : on a alors avec le flux inducteur Φ(I) = c ⋅ I , le moment électrique Tem = a ⋅ I2 d’où I =
Tem
= k 2 ⋅ Tem .
a

Si on introduit cette expression de l’intensité dans celle de la vitesse de rotation ci-dessus, on obtient :

2
Ra + RD  
Tem (n ) = 
U U 
n= −
 k 3n + k 2 (R a + R D ) 
ou 
k1c k 2 Tem k1c

a′
C’est une fonction de la forme n (Tem ) = − b′ ou Tem (n ) =
1
. La
Tem (a′ n + c′)2
figure 2.29 montre une caractéristique électromécanique de couple du moteur
à excitation série ; elle a une allure hyperbolique, est très tombante et donc
très stable. Le moteur série ralentit fortement quand on le charge au lieu de
Figure 2.29 :
″s’obstiner″ à tourner à la même vitesse comme les moteurs à excitations
séparée et shunt. De même, lorsque la charge diminue, la vitesse croît considérablement ; le moteur série ne doit
jamais fonctionner à vide, sinon il s’emballe.

c) Démarrage des moteurs à excitation série

Si la tension d’alimentation U du moteur est constante, au démarrage un


rhéostat doit être inséré en série avec l’induit, comme le montre la figure 2.30.

A l’instant de démarrage, la vitesse de rotation et la f.c.é.m sont nulles, et le


courant de démarrage direct :

U
Idd =
Ra + RD

n’est limité que par la résistance du circuit d’induit qui est pourtant faible. Il
faut impérativement le limiter à une valeur comprise entre 1,5 I N et 2,0 I N ,
grâce à l’insertion d’un rhéostat de résistance R h : Figure 2.30:

U
Id = ≤ 2 IN
Ra + RD + Rh

La figure 2.31 montre la caractéristique électromagnétique de vitesse au démarrage


du moteur série avec rhéostat à plusieurs sections. La mise en vitesse du moteur se
fait par élimination successive des sections.

d) Réglage de la vitesse de rotation des moteurs série

Les mêmes procédés de réglage de la vitesse sont utilisables :


− par réduction du flux inducteur ;
Figure 2.31 :
− par action sur la tension d’alimentation ;
− par augmentation de la résistance du circuit induit ;

 Jules TSOCHOUNIE 26
2. Fonctionnement des machines à courant continu

Le comportement couple-vitesse va
être analysé dans le cas où une
seule des trois grandeurs physiques
d’influence φ(I ) , U et R a est
variée, pendant que les deux autres
restent constantes. L’effet de la
variation sera observé sur le
moment Td .

• Réglage de la vitesse par par Figure 2.32 : Figure 2.33 :


action sur le flux inducteur
Pratiquement, la réduction du flux inducteur se fait par shuntage de l’enroulement inducteur à l’aide d’un rhéostat de
champ rh en série avec une résistance fixe R p , comme le montre la figure 2.32. Par ce procédé, le flux inducteur
est réduit de Φ (I ) à Φ (I D ) , où ID = I − I p . La figure 2.33 montre l’effet de la réduction du flux inducteur sur la
caractéristique mécanique du moteur série. Par ce procédé, les possibilités de réglage sont assez limitées.

• Réglage de la vitesse par action sur la tension d’alimentation


Le moment électromagnétique est donné par :

2
 
Tem (n ) = 
U 

 k 3n + k 4 

En réduisant la tension d’alimentation, le moment de démarrage est réduit. La


figure 2.34 montre l’effet de la réduction de la tension sur sa caractéristique
mécanique. A couple constant, la vitesse baisse. Si la charge du moteur série
est ainsi constante (Tem = const.) , l’intensité appelée est constante, et la
caractéristique électromagnétique de vitesse n (U ) = a ⋅ U − b est une droite
(figure 2.17). Figure 2.34 :

• Réglage de la vitesse par action sur la résistance d’induit


On peut également obtenir une réduction de la vitesse en insérant une
résistance supplémentaire dans le circuit d’induit. D’après la relation :

2
 
Tem (n ) = 
k4

 k 3n + k 2 (R a + R D + R h ) 

le moment de démarrage diminue. La figure 2.35 montre l’effet de l’ajout


d’une résistance dans le circuit d’induit sur la caractéristique mécanique.
Figure 2.35 :
e) Freinage des moteurs à excitation série

Seuls le freinage rhéostatique et le freinage par contre-courant sont possibles. Le


freinage avec récupération n’est pas possible, car la machine série ne peut pas
fonctionner en générateur sur un réseau de tension constante.

• Freinage rhéostatique
En freinage rhéostatique, les couples de freinage ne naissent que si, avec le
maintien du sens de rotation et du champ inducteur, le courant d’induit inverse
son sens. Il ne suffit pas de séparer le moteur de l’alimentation et de le fermer sur
un rhéostat, car le courant sera opposé à celui qui circulait précédemment, aussi
bien dans l’induit que dans l’inducteur. Pour que le sens du courant dans
Figure 2.36 :
l’inducteur soit maintenu, il faut inverser la polarité de l’induit. La figure 2.36
montre la caractéristique mécanique de freinage rhéostatique.

 Jules TSOCHOUNIE 27
2. Fonctionnement des machines à courant continu

• Freinage par contre-courant


Ici aussi le champ inducteur doit être maintenu, seule la polarité de l’enroulement induit doit être inversée pour que
des couples de freinage puissent agir. Afin de limiter le courant de freinage, il faut insérer un rhéostat de freinage.
La figure 2.37 montre la caractéristique mécanique de freinage par contre-courant. A l’arrêt du moteur, s’il n’est pas
coupé de l’alimentation, il redémarre en sens inverse.

2.2.4 Moteur à excitation composée sous tension


constante

Il s’agit d’un moteur à excitation shunt « compoundée ». La f.m.m


constante de l’enroulement shunt est renforcée par celle de
l’enroulement compound ou série qui dépend du courant d’induit ; à
pleine charge, elle peut atteindre 20% à 40% . Le flux compound est
très souvent additif, mais il peut être soustractif.
Figure 2.37 :
Le circuit du moteur compound est donné par la figure 2.38 pour la longue dérivation (Ue = U ) et par la figure 2.39
pour la courte dérivation (U e = U a ) .

Le rôle primordial de l’enroulement


série est de produire en charge un
flux additif proportionnel à l’intensité
d’induit, de manière à compenser la
baisse totale de la tension par un
relèvement de la f.c.é.m.

La caractéristique mécanique de ce
Figure 2.38 : Figure 2.39 :
moteur est une combinaison des
caractéristiques shunts et série. Elle est indépendante du courant d’induit dans un moteur à flux soustractif, car la
baisse de vitesse est compensée par une réduction du flux inducteur.

Quelle que soit l’importance de la f.m.m compound, le moteur possède une vitesse à vide n 0 ; il ne peut donc pas
s’emballer lorsque sa charge est supprimée.

Si l’excitation shunt est dominante, le couple de démarrage est élevé et la vitesse à vide est relativement faible. Si
l’excitation série est dominante, le couple de démarrage est faible et la vitesse à vide est relativement élevée.

Le réglage de la vitesse et les procédés de freinage électrique des moteurs à excitation compound se font comme
pour les moteurs à excitation shunt.

 Jules TSOCHOUNIE 28
Exercices sur le fonctionnement des machines à courant continu

EXERCICES SUR LE FONCTIONNEMENT DES MACHINES À COURANT CONTINU

N.B. : Dans tous les exercices de ce chapitre, la réaction magnétique de l’induit sera supposée négligeable.

EXERCICE 2-1
Une génératrice-dérivation à courant continu est entraînée à la fréquence de rotation constante n G = 1470 tr / min .Sa
caractéristique externe est donnée dans le tableau ci-après :

I a (A ) 0 10 20 30 40
U ( V) 220 214 204 192 177

où I a est l’intensité d’induit et U la tension aux bornes. La résistance des induits est R a = 0,6 Ω .

1) A quelle fréquence de rotation faut-il entraîner la génératrice, pour qu’elle débite dans le récepteur connecté à
son induit une intensité IaN = 30 A sous une tension U N = 220 V ?
2) La génératrice entraînée à la vitesse de rotation calculée au 1) fonctionne en excitation séparée, la tension
d’alimentation de l’inducteur est U E = 220 V . Déterminer et représenter la caractéristique externe U(I a ) .
3) Cette génératrice est utilisée en moteur-dérivation alimenté sous tension constante U N = 220 V . Déterminer et
représenter la caractéristique électromécanique de vitesse n (Ia ) .

EXERCICE 2-2
Sur une plate-forme d’essai, une génératrice-dérivation à courant continu en excitation indépendante est entraînée
par un moteur dont la fréquence de rotation n = 1280tr / min est indépendante de la charge de la génératrice.
L’intensité d’induit nominale est IaN = 30 A . On relève la caractéristique externe dans le tableau ci-après :

I a (A ) 0 10 20 30
U ( V) 200 194 184 172

où I a est l’intensité d’induit et U la tension aux bornes de la génératrice. La résistance de l’induit est R a = 0,6 Ω .
Maintenant, cette génératrice est entraînée par un autre moteur dont la vitesse de rotation varie avec la charge de la
  Ia
génératrice suivant la loi n = 1500 1 − 0,06 ⋅ tr / min .

  IaN
Déterminer et représenter la caractéristique externe U (Ia ) de la génératrice entraînée par cet autre moteur.

EXERCICE 2-3
Une dynamo–dérivation possède les caractéristiques suivantes :
U N = 500 V ; IaN = 100 A ; la résistance de l’induit est R a = 0,4 Ω .
Sa caractéristique à vide relevée à la vitesse de rotation constante
n 0 = 1500 tr / min est donnée ci-contre.

1) Déterminer la résistance critique R e,max du circuit inducteur,


au-delà de laquelle l’autoamorçage n’est plus possible
2) Quelle tension minimale d’autoamorçage la dynamo peut-elle
fournir à 1500 tr / min avec le rhéostat de champ Rh e, max ?
Déduire l’intensité d’excitation correspondante
3) Déterminer Rh e, max , sachant que sans rhéostat de champ, la
tension d’autoamorçage est U v = 570 V
4) Quelle doit être la résistance du rhéostat de champ pour qu’en
charge, l’induit de la dynamo débite l’intensité IaN et
fournisse une tension U = 500 V ?
5) Avec la résistance du rhéostat de champ calculée au 4) quelle serait la tension fournie à vide et l’intensité
maximale débitée en charge ?

 Jules TSOCHOUNIE 29
Exercices sur le fonctionnement des machines à courant continu

EXERCICE 2-4
Une dynamo à courant continu à excitation shunt
munie d’un enroulement de compensation possède les
caractéristiques suivantes : U N = 220 V ; IaN = 100 A .
Les résistances sont : R a = 0,18 Ω et R F = 275 Ω .
La caractéristique à vide relevée lorsque la dynamo est
entraînée à n = 1500 tr / min est donnée ci-contre.

1) Déterminer la tension aux bornes de la dynamo,


lorsqu’elle débite en charge l’intensité nominale ?
2) Pour obtenir que la dynamo fournisse à ses bornes
la tension nominale en charge, lorsqu’elle débite
son intensité nominale, elle a reçu un enroulement
d’excitation compound en longue dérivation. Quel
est le rapport d’équivalence en valeur d’excitation
shunt ?

EXERCICE 2-5
Un moteur à courant continu bipolaire à excitation indépendante fonctionne sous 230 V . La résistance de son circuit
induit est R a = 0,4 Ω . Les pertes dans son circuit inducteur sont Pje = 220 W et les pertes collectives p c = 600 W . On
supposera le courant d’excitation invariable.

1) A pleine charge, le moteur tourne à 1000 tr / min et son induit absorbe une intensité de 40 A . Calculer la f.c.é.m
et la puissance absorbée
2) Calculer la vitesse de rotation quand il n’absorbe plus qu’une intensité de 25 A
3) A partir du bilan des puissances de l’induit, déterminer l’intensité du courant d’induit à vide I0 . Déduire la
vitesse de rotation du moteur n 0 .

EXERCICE 2-6
Un moteur à courant continu à excitation indépendante possède les caractéristiques suivantes : U N = 250 V ;
I N = 50 A ; intensité d’excitation J N = 1,5 A ; R a = 0,3Ω (mesurée à chaud). La réaction d’induit est compensée.
Dans un essai à vide en génératrice entraînée à 1200 tr / min , pour J = 1,5 A , on a relevé U 0 = 308 V
Puis dans un essai à vide en moteur alimenté à 250 V , on a relevé la puissance absorbée par l’induit P0 = 1200 W .

Dans tout le problème, on maintient : U = 250 V et J = 1,5 A .

1) Calculer l’intensité absorbée par l’induit à vide I0 et la vitesse de rotation à vide n 0 .


2) Déterminer les pertes collectives à vide, que l’on supposera pour la suite indépendantes de la vitesse.
3) En régime nominal, calculer la f.c.é.m., la vitesse de rotation, le moment électromagnétique, et le moment utile
4) Calculer la f.c.é.m., la vitesse, le moment du couple électromagnétique, et le moment du couple utile pour
I = 10 A , 20 A , 30 A et 40 A .

EXERCICE 2-7
Un moteur à courant continu à excitation indépendante fonctionne avec un courant d’intensité constante I N = 200 A .
La tension nominale du moteur est U N = 250V et sa fréquence de rotation nominale à pleine charge est
n N = 1500 tr / min . La résistance de l’induit est R a = 0,075 Ω . Le circuit inducteur est alimenté sous tension constante
u = 120 V et un courant d’intensité i = 5 A le traverse. Les pertes collectives varient évidemment avec la fréquence
de rotation suivant la relation p c = a n + b n 2 , où n est exprimé en tr / s . Pour déterminer a et b, deux mesures ont
permis d’effectuer les relevés suivants :

n (tr / min ) 600 1200


pc (W ) 760 1760

 Jules TSOCHOUNIE 30
Exercices sur le fonctionnement des machines à courant continu

1) Déterminer les coefficients a et b


2) Quelle est la valeur théorique de la tension d’alimentation de l’induit à partir de laquelle le moteur en charge
décolle au démarrage ?
3) Démontrer que le moteur fonctionne à couple constant
4) Calculer la fréquence de rotation n, le moment du couple utile Tu et le rendement η pour les valeurs suivantes
de la tension d’alimentation : U = 50V , 100 V , 150 V , 200V , 240V , et représenter les caractéristiques suivantes :
n (U ) , T (U ) et η(U)

EXERCICE 2-8
Un moteur bipolaire à courant continu à excitation séparée parfaitement compensé, possède les caractéristiques
suivantes : U N = 115V ; I N = 100A ; intensité d’excitation i N = 2,5 A ; n N = 1500tr / min ; R a = 0,05Ω ; R e = 46 Ω .

1) Le moteur fonctionne sous tension constante U = 115V .


a) Calculer le f.é.m. du moteur pour le fonctionnement nominal.
b) Sachant que pc = 785 W , calculer le moment du couple utile nominal et le rendement du moteur
c) Quelle est la valeur du rhéostat de démarrage Rh d pour limiter le courant à 2 I N ?
2) Le moteur fonctionne à excitation constante i = 2,5 A , à couple constant, mais tension d’induit variable
a) Montrer que, dans ces conditions, le courant d’induit est constant
b) Etablir la formule littérale donnant la vitesse de rotation en fonction de la tension

EXERCICE 2-9
Un moteur-dérivation est alimenté par un secteur continu à 120V . La résistance de l’induit est de 0,5 Ω et la
résistance des inducteurs de 80 Ω . L’intensité totale absorbée est de 37,5 A et la fréquence de rotation nominale est
de 1800 tr / min . On demande de calculer :
1) l’intensité d’excitation i et l’intensité d’induit I a
2) la force contre-électromotrice
3) la puissance électrique utile et le moment du couple moteur
4) les pertes joule dans les inducteurs et les pertes joule dans l’induit
5) la résistance Rh d du rhéostat à utiliser, si on admet au démarrage un appel de courant Id = 60 A .

EXERCICE 2-10
Un moteur à courant continu à excitation série fonctionnant sous 230 V absorbe une intensité de 50 A et tourne à
800 tr / min . La résistance de l’enroulement induit est 0, 4 Ω et celle de l’enroulement inducteur 0, 2 Ω . Les pertes
collectives sont p c = 500 W . On suppose que le flux inducteur sous un pôle principal est proportionnel à l’intensité
d’induit, et que les pertes collectives sont indépendantes de la tension d’alimentation et de la vitesse de rotation.

Pour : I = 50 A ; 40 A ; 30 A ; 20 A et 10 A , calculer et mettre les résultats sous forme de tableau : la fréquence de


rotation n (tr/min.), la puissance absorbée Pabs, la puissance utile Pu, le rendement η et le moment du couple utile Tu
du moteur.

 Jules TSOCHOUNIE 31
3. Réaction magnétique d’induit dans les machines à courant continu

3. RÉACTION MAGNÉTIQUE DE L’INDUIT DES MACHINES À


COURANT CONTINU

3.1 Le champ magnétique dans l’entrefer d’une machine en charge


3.1.1 Le champ inducteur
Lorsque l’enroulement inducteur d’une machine à courant continu est alimenté,
chacune de ses bobines portées par les pôles inducteurs est parcourue par un
Ne
courant électrique Ie= i et voit naître une f.m.m θe = ⋅ i qui est responsable d’un
2p
flux magnétique Φ v sous ce pôle, et par conséquent d’un champ magnétique
inducteur dans l’entrefer. La figure 3.1 montre le spectre de ce champ magnétique
pour une machine bipolaire.

Les lignes de champ sont plus denses sous les pôles autour de l’axe polaire, et
moins denses sous les cornes polaires. En raison de la réluctance de l’air, la densité
des lignes de champ est encore plus faible hors des épanouissements polaires, et
Figure 3.1 :
même nulle sur l’axe interpolaire.

Figure 3.2 :

Par convention, l’induction magnétique sera comptée positivement sous un pôle nord où les lignes de champ quittent
les pôles inducteurs, et négativement sous un pôle sud où elles pénètrent dans les pôles inducteurs. La répartition
spatiale du champ inducteur est donnée par la figure 3.2 qui montre un développement panoramique de la machine.

 Jules TSOCHOUNIE 32
3. Réaction magnétique d’induit dans les machines à courant continu

3.1.2 Le champ de la réaction magnétique de l’induit

Dès que l’enroulement induit d’une machine à courant continu est


alimenté, ses conducteurs sont parcourus par un courant électrique
Ia et l’ensemble développe une f.m.m θ a qui est responsable d’un
flux Φ a et par conséquent d’un champ d’induction magnétique dit
« de la réaction de l’induit » b a (x ) . La figure 3.3 montre le spectre
du champ magnétique dû à la seule réaction de l’induit, dans une
machine bipolaire.

On constate, que la densité des lignes de champ est nulle sur l’axe
polaire qui est l’axe de symétrie du champ. Les lignes de champ
sont plus denses sous les cornes polaires. En raison de la réluctance
de l’air, le champ magnétique est également moins dense hors des
épanouissements polaires. Figure 3.3 :
Les lignes de champ sont perpendiculaires à l’axe polaire. L’induit est globalement équivalent à une bobine de NA
spires ayant pour axe l’axe interpolaire ou « ligne neutre ». C’est à cause de cette orientation que la réaction d’induit
est dite « transversale » par rapport au champ magnétique inducteur. La répartition spatiale du champ de la réaction
magnétique d’induit est donnée par la figure 3.4 qui montre un développement panoramique de la machine.

Figure 3.4 :

3.1.3 Le champ d’induction magnétique résultant dans l’entrefer

En charge, le champ magnétique dans l’entrefer de la machine résulte de simultanément de la f.m.m θe produite par
le courant inducteur i qui circule dans l’enroulement inducteur et de la f.m.m θa de la réaction magnétique de
l’induit. La courbe de la répartition du champ d’induction magnétique dans l’entrefer résulte de la superposition
point par point des courbes des figures 3.2 et 3.4. Son spectre et sa répartition dans l’entrefer sont donnés par la
figure 3.5.

 Jules TSOCHOUNIE 33
3. Réaction magnétique d’induit dans les machines à courant continu

Figure 3.5 :

Ce spectre montre dans un pôle, que les lignes de champ sont très denses dans une corne polaire, et moins denses
dans l’autre corne polaire. Cela traduit un champp d’induction magnétique important dans la première corne polaire
où il y a risque de saturation, et un faible champ d’induction magnétique dans la seconde corne polaire.

La courbe de répartition de l’induction magnétique dans l’entrefer montre que l’induction magnétique n’est plus
nulle sur l’axe interpolaire où sont posés les balais. L’axe sur lequel l’induction est nulle est décalé par rapport à
l’axe interpolaire : il y a eu décalage de la ligne neutre.

La figure 3.6 montre les spectres des champs


magnétiques inducteur et induit, ainsi que celui du
champ résultant, pour une machine bipolaire. Les
lignes du champ résultant sont inclinées par
rapport à l’axe polaire ; la ligne neutre à laquelle
elles sont perpendiculaires est décalée d’un angle
géométrique β p par rapport à l’axe interpolaire
qui peut être évalué à l’aide de la figure 3.7.

La f.m.m résultante excite alors un flux dont les


Figure 3.6 :
lignes sont inclinées par rapport à l’axe des pôles.
Le sens de l’inclinaison dépend du mode de fonctionnement de la machine. La forme des lignes du champ
magnétique résultant donne l’impression d’être entraînées dans le sens contraire à la rotation pour un moteur, et dans
le sens de la rotation pour un générateur.

3.2 Conséquences et manifestations de la réaction magnétique de l’induit


En charge, le champ magnétique n’est pas uniforme sous les pôles, comme à vide. Il subit une distorsion et varie
brusquement au voisinage des cornes polaires saturées ; la f.é.m induite dans les conducteurs qui s’y trouvent est
bien plus grande que celle induite dans les autres conducteurs. Les conséquences en sont :
− une mauvaise répartition des différences de potentiel entre les lames de collecteur ;
− une baisse du flux magnétique utile, qui se manifeste par une baisse de la vitesse de rotation pour un moteur, et
une baisse de la tension fournie pour un générateur.

 Jules TSOCHOUNIE 34
3. Réaction magnétique d’induit dans les machines à courant continu

− une mauvaise commutation qui se manifeste par des étincelles, avec le risque d’apparition d’un arc électrique
qui est le plus grave inconvénient de la réaction magnétique d’induit ;

3.2.1 Saturation des cornes polaires


Dans un moteur, l’induction magnétique est importante dans les cornes polaires par lesquelles les conducteurs de
l’induit entrent sous les pôles, et faible dans les cornes polaires par lesquelles les conducteurs de l’induit sortent sous
les pôles ; il y a saturation des cornes d’entrée, et démagnétisation des cornes de sortie.

Dans un générateur, l’induction magnétique est importante dans les cornes polaires par lesquelles les conducteurs de
l’induit sortent sous les pôles, et faible dans les cornes polaires par
lesquelles les conducteurs de l’induit entrent sous les pôles ; il y a
saturation des cornes de sortie, et démagnétisation des cornes d’entrée.

3.2.2 Baisse de la f.é.m induite


Du fait de la saturation, l’augmentation du flux sous un pôle ne
compense pas sa diminution sous le même pole ; en moyenne le flux
magnétique en charge Φ a baissé, comme le montre la construction de
la figure 3.7, d’où l’on peut déterminer Φ = Φ v ⋅ cos(p β p ) < Φ v ; la
baisse est ∆Φ(I a ) = Φ v − Φ . A vitesse constante, en raison de la
proportionnalité entre la f.é.m induite et le flux, on a également
E = E v ⋅ cos(p β p ) < E v . La baisse de la f.é.m induite due à la baisse du
flux est exprimée par : Figure 3.7 :

∆E = E v − E = k 1 ⋅ ∆Φ(I a ) ⋅ n = ε(I a )

Dans une génératrice entraînée à une vitesse de rotation constante,


la tension en charge est donnée par :

U = E − R a ⋅ I a = E v − ε(I a ) − R a ⋅ I a

La chute totale de tension en charge est :

h (I a ) = ε(I a ) + R a ⋅ I a

Lorsque l’intensité d’induit débitée croît, la tension aux bornes de


l’induit diminue, comme le montre la caractéristique externe de la
figure 3.8. L’on a pu déterminer expérimentalement que la courbe
de ε(Ia ) n’est pas linéaire. Si l’on désire maintenir la tension
Figure 3.8 :
sensiblement constante aux bornes de l’induit de la génératrice,
malgré l’augmentation du courant d’induit, il faut augmenter l’intensité d’excitation pour que les accroissements de
la f.é.m « compensent » ceux de la chute totale de la tension d’induit ; en raison de la RMI, la caractéristique de
réglage i = f (I ) de la génératrice n’est pas une droite, elle a l’allure donnée par la courbe de la figure 3.9.

A cause de la distorsion du champ d’induction magnétique sous les pôles


inducteurs qui conduit à la saturation des cornes polaires, le flux
magnétique en charge φ est inférieur au flux qui existerait à vide φv. Pour
une génératrice, à vitesse d’entraînement n déterminée, la f.é.m induite
est proportionnelle au flux magnétique utile ; elle est donc plus faible en
charge qu’à vide pour un générateur, par conséquent la tension fournie
aux bornes de l’induit est inférieure à E v − R a Ia . Pour un moteur, en
E − R a ⋅ Ia
charge, quand l’intensité d’induit croît, la vitesse n =
k1 ⋅ Φ
diminue ; et comme Φ < Φ v , la f.é.m en charge E diminue plus vite que
le flux en charge Φ , par conséquent la vitesse de rotation diminue en
charge. Figure 3.9 :

 Jules TSOCHOUNIE 35
3. Réaction magnétique d’induit dans les machines à courant continu

3.2.3 La commutation
Considérons une machine à courant continu dont l’enroulement induit est imbriqué ; chaque section est connectée à
deux lames de collecteur voisines, comme dans la figure 3.10 qui montre une une section à une seule spire de
l’enroulement induit avant, pendant et après la commutation.
Entre l’instant où la lame 1 est pleinement sous le balai et celui
où la lame 2 y sera, le courant dans la section devra s’inverser,
passant de + I / 2a à −I / 2a en un temps très court. Cette section
∆I
ayant l’inductance L s , une f.é.m de commutation es = − Ls
∆t
qui tend à maintenir l’ancien courant jusqu’au moment où la lame
1 quitte le balai y est créée. La séparation de la lame de collecteur
et du balai est équivalente à l’ouverture d’un circuit inductif ; un
arc s’amorce alors entre les deux éléments. Si au moment où la
lame 2 quitte à son tour le balai, cet arc n’est pas éteint, il va se
propager d’une lame à l’autre, encercler le collecteur et créer un
court-circuit. Pour parer à cet inconvénient, il faut neutraliser la
f.é.m de commutation e s qui tend à prolonger l’existence de
l’ancien courant, en lui opposant une f.é.m eB induite par le flux
de l’enroulement auxiliaire, qui tend à établir le nouveau courant.
Il faut donc dissocier l’axe de commutation où se produit Figure 3.10 :
l’inversion du sens du courant, de la ligne neutre où se produit
l’inversion de sens de la f.é.m induite. Deux solutions sont préconisées :

− Le décalage des balais dans le sens opposé à celui de la rotation pour les moteurs, et dans le sens de la rotation
pour les générateurs. L’axe de commutation (ligne neutre) est décalé vers l’arrière (dans le sens opposé à la
rotation) pour les moteurs, et vers l’avant (dans le sens de la rotation) pour les générateurs. La commutation se
fait alors dans un domaine où la f.é.m due aux deux pôles inducteurs est opposée à la f.é.m de commutation.

− Les balais conservent leur position sur la ligne de commutation, et se trouvent dans le champ transversal de
l’induit. Lors de la commutation, une ou plusieurs sections de l’enroulement induit sont court-circuitées par les
balais qui se trouvent à cheval entre deux lames de collecteur voisines, comme le montre la figure 3.10. La f.é.m
de commutation eS entraîne dans les sections en commutation un courant de circulation qui se superpose au
courant d’induit et qui tend à s’opposer à la commutation et la ralentit ; ceci a deux effets néfastes :
• la densité du courant se répartit inégalement dans le balai et se déplace vers le flanc sortant du balai. En
raison de la forte densité de courant dans ce flanc, ce dernier subit une surcharge, s’échauffe et s’émiette ;
• en fin de commutation, il y a extinction du courant dans les sections court-circuitées, ce qui produit une
tension élevée sur le flanc sortant des balais, et l’énergie magnétique des sections en commutation se
décharge sous forme d’étincelles qui peuvent dégénérer en arc électrique.

Du point de vue de la commutation, pour assurer un bon


fonctionnement de la machine, il est nécessaire de supprimer la f.é.m
de la RMI lors de la commutation e s , en créant une f.é.m opposée eB .
A cet effet, un flux auxiliaire Φ B doit être créé et opposé au flux de la
réaction magnétique d’induit sur la ligne de commutation, comme le
montre la figure 3.11. Un système de 2p pôles auxiliaires montés au
stator sur les axes interpolaires est muni d’un enroulement de NB spires Figure 3.11 :
qui est connecté en série avec l’enroulement induit, de façon à
magnétiser dans le sens contraire à celui de ce dernier. La ligne neutre correspondant à l’ensemble des pôles
bascule dans le sens de la rotation pour les moteurs, et dans le sens opposé à la rotation pour les générateurs,
alors que l’axe de commutation reste inchangé. Sa position relative est la même qu’avec la première solution et
les conducteurs qui commutent sont bien dans une région où le flux est favorable.

Pour que l’induction magnétique produite par les pôles auxiliaires soit rigoureusement proportionnelle à
l’intensité d’induit, il faut que le chemin des lignes du champ magnétique auxiliaire ne soit pas saturé ; pour ce
faire, la largeur de l’entrefer sous les pôles auxiliaires δ B doit être très élevée comparé à celle sous les pôles
inducteurs. La figure 3.12 montre la répartition spatiale du champ d’induction magnétique résultant dans
l’entrefer d’une machine en charge avec pôles auxiliaires.

 Jules TSOCHOUNIE 36
3. Réaction magnétique d’induit dans les machines à courant continu

Figure 3.12 :

Les pôles auxiliaires n’ont aucune influence sur la distorsion du champ magnétique sous les épanouissements
polaires de la machine en charge. Les inconvénients de la diminution du flux magnétique utile due à la réaction
magnétique de l’induit persistent (saturation de cornes polaires, baisse de l’induction moyenne sous les pôles).

3.3 Compensation de la réaction magnétique de l’induit en charge


Pour parer à la baisse du flux magnétique en charge, il faut compenser la réaction magnétique de l’induit sous les
pôles inducteurs où ils provoquent la distorsion du champ magnétique. Presque toutes les machines à courant
continu de moyennes et de fortes puissances sont munies d’un enroulement de compensation de la réaction
magnétique d’induit. Cet enroulement est logé dans les encoches creusées dans les épanouissements des pôles
inducteurs et est traversé par le courant d’induit Ia, mais il magnétise en sens contraire à celui de l’enroulement
induit. Dans une machine parfaitement compensée, les effets de la réaction magnétique d’induit sont négligeables :
• il n’y a plus de distorsion du champ magnétique sous les pôles principaux ;
• la distribution des tensions au collecteur ne présente plus d’anomalie ;
• le flux sous les pôles et la f.é.m ont sensiblement la même valeur en charge et à vide.

α Za I a
La f.m.m de la réaction magnétique d’induit à compenser est θa = . Le nombre de conducteurs de
4p 2a
compensation N C disposés dans les encoches des épanouissements des pôles inducteurs est donné par la relation
θC = N C ⋅ Ia = θa . La figure 3.13 montre la répartition spatiale du champ d’induction magnétique résultant dans
l’entrefer d’une machine compensée avec pôles auxiliaires, en charge.

 Jules TSOCHOUNIE 37
3. Réaction magnétique d’induit dans les machines à courant continu

Figure 3.13 :

 Jules TSOCHOUNIE 38
Exercices sur la réaction magnétique de l’induit dans les machines à courant continu

PROBLÈMES SUR LA RÉEACTION MAGNÉTIQUE D’INDUIT DES MACHINES À


COURANT CONTINU

PROBLEME 3-1
Une dynamo tétrapolaire à excitation shunt de caractéristiques nominales 36 kW ; 240 V ; 1050 tr / min , dont
l’enroulement induit est imbriqué et enroulé en parallèle simple, a les caractéristiques de construction suivantes :
Nombre de brins conducteurs de l’induit 620 ; surface de l’entrefer sous chaque pôle inducteur 246 cm 2 ; induction
moyenne dans l’entrefer sous un pôle inducteur lorsque l’excitation est nominale à vide 0,975 T . Les résistances à
chaud des circuits d’induit et inducteurs sont R a = 0,06 Ω et R e = 96 Ω . Cette dynamo est entraînée par un moteur.

1) Quelle est la f.é.m. à vide lorsque l’induction magnétique dans l’entrefer a la valeur moyenne indiquée ?
2) Que devient cette f.é.m. si, à partir de la ligne neutre théorique, on décale les balais de βp = 5° ? On supposera
ici que l’induction varie suivant une loi sinusoïdale le long de l’entrefer.
3) Lorsque les balais sont calés sur la ligne neutre réelle, quelles sont la f.é.m et la baisse de tension due à la RMI
lorsque la machine fonctionne à pleine charge ?
4) A quel affaiblissement de flux utile par pôle correspond cette baisse de tension due à la RMI ?
5) A pleine charge, quel est le moment du couple résistant opposé par la dynamo au moteur qui l’entraîne ?

PROBLEME 3-2
Une dynamo à excitation shunt possède les caractéristiques
suivantes : PN = 7,5 kW ; U N = 220 V ; n N = 1440 tr / min .
La résistance de l’induit, mesurée à chaud est R a = 0,465 Ω .

La caractéristique à vide prélevée à la vitesse nominale est


donnée ci-contre. En charge nominale lorsque l’induit de la
dynamo débite une intensité IaN = 41A , pour maintenir la
tension nominale, l’intensité d’excitation doit être réglée à la
valeur nominale i N = 0,84 A .

1) Déterminer la f.é.m à vide E0 N


2) Calculer la f.é.m en charge nominale E N et déduire la
baisse de tension due à la RMI ε N .

PROBLEME 3-3
Une dynamo à excitation shunt possède la caractéristique à vide ci-
contre prélevée à la vitesse n 0 = 1380 tr / min en excitation séparée. La
résistance de l’induit, mesurée à chaud est R a = 0,8 Ω .
En charge, elle est entraînée à la fréquence de rotation n 0 , la baisse
de la tension due à la RMI est donnée dans le tableau ci-après :

Ia (A ) 5 10 15 20
ε (V ) 3 8 14 22

1) Déterminer la f.é.m due au flux rémanent


2) En charge, la dynamo étant entraînée à la fréquence de rotation
n = 1200 tr / min , on veut maintenir la tension fournie à ses bornes
à la valeur constante U = 170 V . Déterminer, pour chacune des
valeurs de l’intensité d’induit Ia = 5 A ; 10 A ; 15 A et 20 A ,
l’intensité d’excitation nécessaire.
3) La résistance totale de l’inducteur est R t = 200 Ω :
Déterminer la tension aux bornes de la dynamo en charge, lorsque la baisse totale de la tension est h = 25 V

 Jules TSOCHOUNIE 39
Exercices sur la réaction magnétique de l’induit dans les machines à courant continu

Déterminer la baisse totale de la tension en charge, si la tension aux bornes de la dynamo est U = 160 V
4) La résistance totale de l’inducteur R t est modifiée, et on constate que U = 197 V lorsque h = 15 V . Déterminer
la valeur de R t .

PROBLEME 3-4
La plaque signalétique d’une dynamo à excitation composée à flux
additif porte les indications suivantes : U N = 210 V ; I N = 74 A ;
n N = 1400 tr / min .
Les résistances à chaud sont : R at = 0,25 Ω (induit+compound), et
R F = 100 Ω (shunt).
ND
Le rapport d’équivalence est α = = 0,025 .
NF

La caractéristique à vide en excitation shunt relevée à la vitesse


nominale est donnée ci-contre. La caractéristique externe relevée en
excitation shunt longue dérivation, sans rhéostat de champ est donnée
dans le tableau ci-après.

I (A ) 0 16,4 32,4 56,5 70 78


U (V ) 210 213 214 211 206 200

1) Calculer pour les six valeurs du courant I aux bornes de la dynamo, les valeurs de :
− l’intensité d'excitation shunt i F
− l’intensité d’induit I a
− l’intensité d’excitation shunt équivalente ie
− la f.é.m correspondant à ie , et déduire la baisse totale de la tension en charge h = f (Ia )
− la baisse de la tension en charge due à la RMI ε = g (Ia )

2) On insère un rhéostat de champ R hf dans le circuit dérivation. L’action sur ce rhéostat permet de maintenir la
tension aux bornes de la dynamo en charge constante à U = 200 V , lorsque l’intensité de ligne varie entre 0 et
78 A . Calculer pour les six valeurs du courant I aux bornes de la dynamo, les valeurs :
− de l’intensité dans l’enroulement d'excitation shunt i F
− du rhéostat de champ

PROBLEME 3-5
Une dynamo à excitation shunt possède la caractéristique
à vide ci-contre relevée en excitation séparée, lorsqu’elle
est entraînée à une fréquence de rotation constante.

En charge, lorsqu’elle est entraînée à une fréquence de


rotation constante, pour maintenir la tension aux bornes
de son induit constante à la valeur U = 220 V , son
excitation doit être réglée comme le montre le tableau ci-
après en excitation séparée :

Ia (A ) 0 10 20 30
i E (A ) 0,97 1,04 1,12 1,26

1) Calculer pour les trois valeurs du courant d’induit I a


la baisse totale de la tension en charge h = f (Ia ) , et
déduire la baisse de la tension en charge due à la RMI

 Jules TSOCHOUNIE 40
Exercices sur la réaction magnétique de l’induit dans les machines à courant continu

ε = g(Ia ) .
2) En charge, pour maintenir l’intensité d’excitation shunt fixe à la valeur à vide i F = i E 0 = 0,97 A , on a ajouté un
enroulement compound. Lorsque l’induit débite une intensité IaN = 30 A , la tension aux bornes de la dynamo a
la valeur à vide U = 220 V . Quel est le rapport d’équivalence en excitation shunt de la dynamo ?
3) Déterminer la caractéristique externe U = f (Ia ) de la dynamo en excitation composée, lorsque l’intensité
d’excitation shunt est i F = i E 0 = 0,97 A .

PROBLEME 3-6
Une dynamo à excitation composée à flux additif possède les caractéristiques suivantes : résistance à chaud des
ND
inducteurs shunt R F = 165 Ω , et rapport d’équivalence = 0,02 .
NF
Des mesures effectées sur cette dynamo en charge, entraînée à une vitesse constante ont donné lieu aux relevés dans
le tableau ci-après :

U (V ) 150 156,5 156 149 140


Ia (A ) 1 10 20 30 40
h (V ) 0 6 11 19 29

Calculer les points de la caractéristique interne de la dynamo E v = f (i ) , où i est l’intensité d’excitation équivalente
(en valeur d’excitation shunt).

PROBLEME 3-7
Un moteur-dérivation à courant continu possède les caractéristiques suivantes :
PN = 5,5 kW ; U N = 220 V ; IaN = 30 A ;
La résistance de l’induit, mesurée à chaud est R a = 0,63 Ω .

La caractéristique électromécanique de vitesse relevée à la tension nominale et à excitation nominale i N = 0,67 A est
donnée dans le tableau ci-après.

Ia (A ) 0 10 20 30
n (tr / min ) 2000 1970 1980 2050

A vide le moteur tourne à la fréquence de rotation n 0 = 2000 tr / min . Le flux inducteur sous les pôles principaux est
alors Φ 0 pour l’intensité d’excitation nominale.

1) Déterminer, pour chacune des valeurs de l’intensité d’induit Ia = 0 ; 10 A ; 20 A et 30 A , le flux total sous un
pôle inducteur, en fonction de Φ 0

En charge, lorsque l’intensité d’induit consommée est nominale, pour limiter la baisse de vitesse à 5% de la vitesse
à vide n 0 , il faudrait accroître l’intensité d’excitation à i = 0,75 A . Pour éviter d’agir sur l’intensité d’excitation, l’on
utilise un enroulement compound qui permet d’obtenir le même effet.

2) Déterminer le rapport d’équivalence en excitation shunt du moteur


3) Déduire le flux inducteur Φ sous les pôles principaux du moteur muni de l’enroulement compound, en fonction
du flux Φ 0 lorsque son induit absorbe l’intensité nominale IaN .
4) A quoi est due la différence entre Φ 0 à vide et Φ en charge ?

 Jules TSOCHOUNIE 41
4. Les machines asynchrones triphasées

4. LES MACHINES ASYNCHRONES TRIPHASÉES


4.1 Constitution des machines asynchrones triphasées
Du point de vue fonctionnel, comme le montre la figure 4.1, les
machines asynchrones possèdent deux armatures coaxiales dont
l’une fixe désignée par stator et l’autre mobile désignée par
rotor ; les deux armatures sont séparées par un entrefer.

4.1.1 Le Stator
Le stator des machines asynchrones triphasées est constitué par
un carter cylindrique de section en couronne qui porte sur sa
surface intérieure des encoches dans lesquelles sont logés trois
enroulements identiques dont les axes sont géométriquement
décalés de ± 120 o . Chaque enroulement est constitué de p
bobines distribuées dans les encoches, qui créent chacune un
électroaimant lorsque l’enroulement est parcouru par un courant Figure 4.1
électrique : un enroulement traversé par un courant électrique
constitue un électroaimant à p paires de pôles. Pour leur connexion avec la source d’alimentation, les trois
enroulements du stator, qui peuvent être couplés soit en étoile soit en triangle, sont reliés à trois bornes dans la boîte
à bornes. La figure 4.2a montre un stator de machine asynchrone triphasée.

4.1.2 Le Rotor
Le rotor des machines asynchrones triphasées est constitué par une culasse cylindrique qui porte sur sa surface des
encoches dans lesquelles est logé soit un bobinage semblable à celui du stator (rotor bobiné) soit une cage d’écureuil
(rotor à cage). Toutefois, le nombre d’encoches du rotor est différent de celui du stator.

Figure 4.2 :

4.1.2.1. Rotor à cage

La figure 4.2a montre un rotor à cage ou en court-circuit. La cage est constituée de barres conductrices très souvent
en aluminium dont les extrémités sont reliées par deux couronnes conductrices. Les barres sont soit cylindriques,
soit en forme de L etc… Pour éliminer l’influence des encoches sur la f é m induite, les barreaux sont inclinés. La
cage rotorique est fermée sur elle-même : elle est en court-circuit. C’est pourquoi on parle de rotor en court-circuit.

4.1.2.2. Rotor bobiné


La figure 4.2b montre un rotor bobiné. Le bobinage est constitué de trois enroulements identiques comportant p
bobines chacun, distribuées dans les encoches. Les enroulements sont couplés en étoile et leurs axes sont
géométriquement décalés de ± 120 o . L’accès électrique au bobinage rotorique se fait par un système de trois bagues
tournantes portées par l’arbre et trois balais fixes. Les bagues sont reliées aux extrémités des enroulements couplés
en étoile, et les balais permettent de réaliser des contacts glissants avec un dispositif de court-circuit ou avec un
rhéostat triphasé couplé en étoile.

 Jules TSOCHOUNIE 42
4. Les machines asynchrones triphasées

4.2 Fonctionnement en moteurs asynchrones triphasés


4.2.1 Naissance d’un champ magnétique glissant dans l’entrefer

Les enroulements statoriques sont alimentés par des tensions sinusoïdales formant un système triphasé équilibré.
Supposons un moteur à induction à deux pôles alimenté par des courants sinusoïdaux formant un système triphasé.

i1(t ) = 2 I ⋅ sin (ω t )
 2π 
i 2 (t ) = 2 I ⋅ sin  ω t − 
 3 
 2π 
i 3 (t ) = 2 I ⋅ sin  ω t + 
 3 

Tout comme dans une machine à courant continu, la répartition spatiale du champ d’induction magnétique dans
l’entrefer est périodique de période 2p (nombre de paires de pôles). Par conséquent, l’analyse de Fourrier donne :

B1 (x ) = Bp sin (px )
 2π 
B2 (x ) = B p sin  px − 
 3 
 2π 
B3 (x ) = Bp sin  px + 
 3 

Ici on se limite au fondamental qui a 2p pôles (c’est la période 2p). Le champ d’induction magnétique créé par
chacun des trois enroulements est donné par :

Enroulement 1 : b1 (x , t ) = Bp sin (px ) ⋅ sin (ωt )


 2π   2π 
Enroulement 2 : b 2 (x , t ) = Bp sin  px −  ⋅ sin  ωt − 
 3   3 
 2π   2π 
Enroulement 3 : b3 (x , t ) = Bp sin  px +  ⋅ sin  ωt + 
 3   3 

Le champ magnétique inducteur résultant dans l’entrefer est alors :

Bp cos (px − ωt )
3
b p ( x , t ) = b1 ( x , t ) + b 2 ( x , t ) + b3 ( x , t ) =
2

Si on pose θ = px − ωt , cet argument étant constant, on a :

dθ dx dx ω
=0 ⇔ p −ω = 0 ⇒ = ≠0
dt dt dt p

dx
La grandeur représentant une vitesse angulaire, on peut conclure que le champ inducteur résultant n’est pas
dt
fixe, il glisse uniformément dans l’entrefer à la vitesse angulaire de synchronisme :

ω 2πf 1
Ωs = =
p p

D’où la vitesse de rotation de synchronisme :

f1
ns =
p

 Jules TSOCHOUNIE 43
4. Les machines asynchrones triphasées

4.2.2 Principe de fonctionnement

Le flux magnétique inducteur Φ p (x , t ) qui résulte de l’induction magnétique b p (x , t ) créée par le bobinage
statorique glisse également le long de l’entrefer et est coupé par les sections des bobinages statorique et rotorique ou
par les barreaux de la cage d’écureuil, et y induit des f é m triphasées d’amplitude constante :

4.2.2.1. Forces électromotrices induites dans le bobinage du stator

Le flux magnétique glissant Φ p (x , t ) balaie les enroulements du bobinage statorique à la vitesse n s et y induit des
f.é.m d’auto-induction de fréquence f1, dont la valeur efficace est donnée par :


E1 = ⋅ f1 ⋅ K bp,s ⋅N s ⋅Φ p
2

où N s est le nombre de spires de l’enroulement, et K bp ,s < 1 est le facteur de bobinage de l’enroulement.

4.2.2.2. Forces électromotrices induites dans le bobinage ou la cage du rotor


a) Cas du rotor bobiné à bagues ouvertes :
Le rotor est à l’arrêt. Le flux magnétique glissant Φ p (x , t ) balaie les enroulements du bobinage rotorique à la vitesse
n s et y induit des f.é.m d’induction mutuelle de fréquence f1, dont la valeur efficace est donnée par :


E 20 = ⋅ f1 ⋅ K bp, r ⋅N r ⋅Φ p
2

Le moteur asynchrone se comporte comme un transformateur statique de rapport de transformation :

E 20 K bp, r ⋅ N r
m= =
E1 K bp,s ⋅ N s

b) Cas du rotor bobiné à bagues fermées ou du rotor à cage d’écureuil :


Dans les section du bobinage rotoriques à bagues court-circuitées ou bien dans les barreaux de la cage, les f.é.m
induites par le flux inducteur glissant Φ p (x , t ) y entraînent des courants qui en relation avec leur cause créent des
forces sur les sections du bobinage ou sur les barreaux de la cage. Il résulte de ces forces des couples dont la
résultante entraîne le rotor en rotation à la vitesse n dans le même sens que le champ d’induction magnétique
b p (x , t ) qui glisse par rapport au rotor, à la vitesse relative :

n2 = ns − n

Le flux inducteur glissant est alors « coupé » par les sections du bobinage ou par les barreaux de la cage rotoriques,
et des f.é.m de fréquence et de valeur efficace respectives :

f 2 = p ⋅ n 2 = p ⋅ (n s − n ) = f1 − p ⋅ n


E2 = f 2 K bp, r N r Φ p
2

f1 n −n
y sont induites. On peut écrire aussi pour la fréquence rotorique f 2 = n 2 = f1 s où le rapport :
ns ns

ns − n
=g
ns

est désigné par « glissement » ; il représente le retard du rotor, par rapport au champ magnétique inducteur.

 Jules TSOCHOUNIE 44
4. Les machines asynchrones triphasées

Les valeurs efficaces des f é m rotoriques en marche et à l’arrêt sont liées par la relation :

E 2 = g ⋅ E 20

Si le rotor tourne au synchronisme avec l’induction magnétique b p (x , t ) (n = n s ) alors E 2 = 0 ; par conséquent, le


moteur ne peut fournir un couple : les mouvements du champ glissant statorique et du rotor doivent être asynchrones
afin qu’il y ait induction dans le bobinage ou dans la cage rotoriques de f.é.m capables d’entraîner des courants qui
en interaction avec le champ statorique vont créer un couple d’entraînement du rotor : on parle alors de moteur
asynchrone à induction. La vitesse relative nécessaire est fixée par le glissement g .

4.2.3 Schéma électrique monophasé équivalent

A l’arrêt, un moteur à induction triphasé se comporte comme un transformateur triphasé. Seuls le champ magnétique
glissant qu’il crée dans son entrefer et sa construction lui confèrent d’autres propriétés que n’a pas le transformateur
triphasé : la transformation du nombre de phases, le réglage continu de la phase du secondaire et la transformation
de fréquence (car la fréquence rotorique change).

Il est possible, à l’arrêt, lorsque les bagues sont court-circuitées, de définir la résistance R r et la réactance cyclique
de fuite X f , r d’une phase du rotor.

En marche (lorsque le rotor tourne), la fréquence rotorique étant f 2 = g f1 , la réactance cyclique de fuite d’une phase
rotorique devient gX f ,r .

Dans la suite, nous utiliserons l’index 1 pour le stator et l’index 2 pour le rotor. Les équations aux tensions du
moteur asynchrone ramenées au stator sont :

V1 = (R 1 + jX1f ) J 1 + E1

( )
V '2 = R '2 + jg X '2f J '2 + g E1

où la f é m d’auto-induction statorique est définie par :

(
E1 = jX 1p J 1 + J '2 )
Si on divise l’expression de V '2 par g, on a :

V '2  R'  '


=  2 + j X '2f J +E
g  g  2 1
 

Comme le bobinage rotorique ou la cage rotorique est


toujours fermé sur lui-même (court-circuité), on a :

V1 = (R 1 + jg X1f ) J 1 + E1
 R′  '
0 =  2 + jX ′2f  J 2 + E1 Figure 4.3
 g 

Ces deux équations peuvent être représentées par le schéma électrique monophasé équivalent de la figure 4.3.

Pour déterminer I 2 à partir de J '2 = E1 , étant donné qu’on ne peut pas mesurer la f.é.m d’auto-
2
 R ′2 
 g  + (X ′2f )2
 
induction E1 , on utilise l’hypothèse simplificatrice suivante :

 Jules TSOCHOUNIE 45
4. Les machines asynchrones triphasées

La chute de tension statorique (dans R1 + jX1f ) est si petite qu’elle peut être transférée au rotor : E1 ≈ V1 , et on
obtient le schéma monophasé équivalent de la figre 5.4a, où X1f + X '2f := X k .

Figure 4.4

Le modèle obtenu peut être simplifié davantage comme suit :


Les pertes fer peuvent être négligées ;
Les pertes cuivre statoriques peuvent être négligées.

Avec ces hypothèses simplificatrices, on obtient le schéma électrique monophasé équivalent du moteur asynchrone
dit « simplifié », de la figure 4.4b. Ces modèles ne sont valables que pour l’étude du comportement électrique.

4.2.4 Puissance électromagnétique et puissance de glissement

Dans le schéma équivalent monophasé, la puissance qui transite par le composant R ′2 g est la puissance transmise
au rotor ou puissance électromagnétique. Elle est définie par :

R ′2 '2
Ptr = 3 J2
g

On tire de cette relation la puissance des pertes cuivre rotoriques :

Pj, r = 3 R ′2 J '22 = g Ptr

qui est encore désignée par « puissance de glissement ».

4.2.5 Caractéristiques du moteur asynchrone triphasé


4.2.5.1. La caractéristique mécanique
Le moment du couple exercé par le champ glissant sur le rotor ou couple électromagnétique est donné par :

Ptr Pj, r
Tem = =
Ωs g 2 π n s

V1
Avec P j,r = 3 R ′2 J '22 et J ′2 ≈ , on obtient :
2
 R '2 
  + X2
 g  k
 

R '2
3 V12 g
Tem = ⋅
2 π ns  ' 2
 R 2  + X2
 g  k
 

 Jules TSOCHOUNIE 46
4. Les machines asynchrones triphasées

f
Avec n s = , on a encore :
p

R′2 R′2
3pV12 g 3pV12 g
Tem = =
2πf1  R′  2 ω1 2
 R′2 
 2  + X2k   + X2k
 g   g 

Le moment électromagnétique Tem est une fonction du


glissement de la forme :

Tem (g ) = K1
g
a g2 + b

Dont la figure 4.5 montre l’allure en fontion de la vitesse de


rotation : c’est la caractéristique mécanique. Elle présente un
R ′2
maximum pour = X k , soit le glissement de décrochage
g max

R ′2
g max =
Xk

Le maximum du couple est :


Figure 4.5
3pV12 1
Tmax =
ω1 2 X k

est indépendant de la résistance rotorique R2; on le désigne par moment de décrochage. Dans la partie stable de la
caractéristique Tem (g ) , elle est linéaire : Tem (g ) = b ⋅ g = b − a ⋅ n

Pour obtenir une marge de stabilité suffisante pour le fonctionnement d’un moteur accouplé à un mmécanisme sans
risque de décrochage, le moment nominal doit être 2 à 2,5 plus faible que le moment de décrochage :

Tmax
= 2 − 2,5
TN

4.2.5.2. La caractéristique électromagnétique


Il s’agit de la courbe de l’intensité rotorique en fonction de la
vitesse de rotation, pour une tension d’alimentation constante. Elle
est obtenue à partir de la relation :

V12
J′2 = f (g ) =
2
 R ′2 
  + X 2k
 g 

La figure 4.6 montre la caractéristique électromagnétique I2(n).


Figure 4.6

4.2.6 Bilan des Puissances et Rendement des moteurs asynchrones triphasés


4.2.6.1. Inventaire des pertes dans un moteur asynchrone triphasé
Les pertes qui surviennent dans les moteurs asynchrones triphasés sont :

 Jules TSOCHOUNIE 47
4. Les machines asynchrones triphasées

Les pertes Joule ou cuivre dans le bobinage statorique : Pj,s = 3R1J12 . Très souvent, la résistance d’un
enroulement statorique est obtenue à partir de la mesure de la résistance r1 entre deux bornes statoriques : on
3 2
obtient alors Pj,s = r1 I1 , où I1 est l’intensité efficace du courant en ligne ;
2
V12
Les pertes fer dans le circuit magnétique du stator : PFe,s = 3 ;
R Fe
Les pertes Joules dans le bobinage rotorique ou la cage rotorique : P j,r = 3 R ′2 J ′22 :
Les pertes fer dans le circuit magnétique rotorique PFe,r ; elles sont négligeables devant celles statoriques ;
Les pertes mécaniques par frottement au niveau des roulements et entre l’air et le ventilateur. Elles dépendent
de la vitesse de rotation ;

En raison de la faible fréquence rotorique (f 2 ≤ 2,5 Hz ) , la puissance des pertes fer rotoriques PFe, r est négligeable
devant PFe,s , si bien que la puissance des pertes fer totales est : PFe ≈ PFe,s .

4.2.6.2. Bilan et arbre des puissances


Le moteur absorbe du réseau la puissance électrique active :

Pab = 3 V1 J 1 cos φ = 3 U1 I1 cos φ

Une partie de cette puissance (1 à 2%) est perdue


dans le bobinage statorique par effet joule P j,s ( )
et dans le circuit magnétique statorique (PFe,s ) ,
le reste est transmis au rotor à travers l’entrefer
par le champ magnétique glissant : c’est la
puissance électromagnétique (Pem = Ptr ) :

(
Ptr = Pab − Pj,s + PFe,s ) Figure 4.7

La figure 4.7 montre le flux de puissance dans le schéma électrique monophasé équivalent du moteur asynchrone
triphasé. Dans le rotor une partie de la puissance électromagnétique est perdue par effet joule dans le bobinage
( ) ( )
P j,r et dans le circuit magnétique PFe,r ≈ 0 . Le reste de la puissance constitue la puissance mécanique totale
PM qui est fournie à l’arbre du moteur :

( )
PM = Ptr − Pj,r + PFe,r ≈ Ptr − Pj,r

Cette puissance est fournie aux pertes mécaniques près (p m ) par l’arbre moteur à la charge mécanique entraînée :

Pu = PM − p m

Les pertes fer au stator et les pertes mécaniques constituent ensemble les pertes collectivent pc, qui ne dépendent que
de la tension d’alimentation U1, de la fréquence f1 et de la vitesse de rotation n :

p c = PFe,s + p m

4.2.6.3. Les notions de rendement dans un moteur asynchrone


Le rotor reçoit la puissance électromagnétique et fournit la puisance utile ; son rendement est défini par :

Pu P
ηr = = u
Ptr Pem

Le moteur absorbe la puissance électrique et fournit la puisance utile ; son rendement est défini par :

 Jules TSOCHOUNIE 48
4. Les machines asynchrones triphasées

Pu P
η= = u
Pabs Pél

4.2.7 Détermination du point de fonctionnement du moteur en charge


Le point de fonctionnement du moteur en charge est donné par le point
d’intersection des caractéristiques Tu=f(n) du moteur et celle Tr=g(n) du
mécanisme entraîné comme le montre la figure 4.8, où Tu est le moment
du couple utile du moteur et Tr celui du couple résistant. Dans sa partie
utile (stable), la caactéristique mécanique du moteur peut être approchée
par une droite semblable à celle du moteur shunt.

La résolution est soit graphique par le tracé de la partie utile de la


caractéristique mécanique du moteur et de la caractéristique de la charge
dans le même graphique, soit analytique en posant Tu (n ) = Tr ( n ) .

4.2.8 Procédés de démarrage des moteurs asynchrones Figure 4.8 :


Il se pose deux problèmes lors de la mise en marche des moteurs
asynchrones triphasés :
- appel d’un courant très intense, ce qui provoque un échauffement important ;
- faible couple de démarrage, ce qui prolonge la durée du démarrage

Il serait donc souhaitable de réduire l’intensité appelée et augmenter le moment du couple de démarrage.

Il existe fondamentalement deux types de démarrage, selon que l’on veut réduire l’intensité ou accroître le moment
du couple : les démarrages statoriques et les démarrages rotoriques.

4.2.8.1. Démarrages statoriques


Ils permettent de réduire l’intensité au démarrage, par action sur la tension d’alimentation du moteur :

a) Démarrage par insertion d’un autotransformateur triphasé


Si le moteur est connecté directement à la ligne, il appelle une intensité :

(I L )dd =
UL
3 Z ph

Avec l’insertion d’un autotransformateur comme le montre la figure 4.9, la


tension d’alimentation est réduite à :

Um = mT U L

Et par conséquent l’intensité statorique au démarrage indirect devient :

(I m )di = Um
= mT
UL
= m T ⋅ (I L )dd
3 Z ph 3 Z ph

Or avec l’autotransformateur, on a :

(I L )di
mT = Figure 4.9
(I m )di

Ce qui fournit :

(I L )di = m T ⋅ (I m )di = m T2 ⋅ (I L )dd

 Jules TSOCHOUNIE 49
4. Les machines asynchrones triphasées

b) Démarrage étoile-triangle
Le bobinage statorique du moteur est couplé en étoile à la mise en vitesse, et après un certain temps il est couplé en
triangle pour le fonctionnement normal. Au démarrage, on a :

(I L )Y = U1
et (I L )∆ = 3
U1
= 3 ⋅ (I L )Y
3 ⋅ Z ph Z ph

De même, (U L )Y = (U L )∆ = U1 = 3 ⋅ (U L )Y
U1
et
3

Le moment étant proportionnel au carré de la tension d’alimentation, le moment de démarrage est alors réduit au
(Td )∆
tiers : (Td )Y =
3

4.2.8.2. Démarrage rotorique


Il n’est applicable qu’aux moteurs asynchrones à rotor bobiné. Il consiste à
insérer dans chaque phase rotorique une résistance Rh d , les trois résistances
étant couplées en étoile et leurs extrémités libres reliées aus balais comme le
montre la figure 4.10. Pour un démarrage avec un couple donné auquel
correspond en marche normale le glissement g, on a la relation :

R2 R2 + RD
=
g g∗ = 1

4.2.9 Variation de la vitesse des moteurs asynchrones Figure 4.10 :


4.2.9.1. Variation de la vitesse des moteurs à rotor bobiné par action sur leur résistance rotorique
Pour varier la vitesse de rotation d’un moteur asynchrone à rotor
bobiné alimenté sous tension et à fréquence constantes, la façon la
plus simple consiste à agir sur le glissement, en faisant varier la
résistance totale de chacune des phases rotoriques à l’aide d’un
rhéostat triphasé. Le glissement augmente au fûr et à mesure que la
résistance par phase rotorique croît. Pour un fonctionnement à couple
donné correspondant au glissement g sans rhéostat, et au glissement g*
avec rhéostat, on a l’égalité :

R2 R2 +Rh
=
g g∗

On obtient alors le réseau de caractéristiques mécaniques de la figure


4.11. Ce procédé présente deux inconvénients :
− il provoque des pertes joules supplémentaires ;
− la variation des résistances se fait par gradins.

Mais il présente deux avantages importants :


− il permet de varier la vitesse pour tout mécanisme entraîné, car la
Figure 4.11
pente de la partie utile de Tu(n) est toujours modifiable ;
− les pertes joules supplémentaires étant dissipées dans le rhéostat et non pas dans le moteur, le moteur peut
fournir son couple nominal à toutes les vitesses de rotation.

4.2.9.2. Variation de la vitesse des moteurs à rotor à cage par action sur la tension d’alimentation
Pour obtenir une vraie variation de vitesse des moteurs asynchrones à cage, sans pertes, il faut varier la fréquence de
leurs tensions d’alimentation f1. La véritable solution pour faire fonctionner un moteur asynchrone à cage dans une
plage étendue de vitesse tout en conservant un rendement satisfaisant est de faire varier la vitesse de glissement du
champ d’induction magnétique dans l’entrefer. Cette vitesse étant proportionnelle à la fréquence des tensions
d’alimentation f1, il suffit d’alimenter le moteur en fréquence variable. Pour simplifier l’étude, on utilise le schéma
électrique monophasé équivalent du moteur. L’amplitude du flux magnétique qui coupe chaque phase statorique est
telle que la valeur efficace de la tension de phase est :

 Jules TSOCHOUNIE 50
4. Les machines asynchrones triphasées

Φp 2π
V1 ≈ E1 = ω1 Neff = f1 K bp,s Ns Φ p
2 2

On obtient alors le réseau de caractéristiques mécaniques de la


figure 4.12. Cependant, pour que le moment de décrochage :

2
3p  V1 
Tem,max = Tk =  
2L k  2πf 
 1

soit maintenu constant lorsque la fréquence f varie, il faut varier la


valeur efficace des tensions d’alimentation V1 en même temps que
f1, en sorte que :
Figure 4.12
V1 2π K bp,s Ns
= const. = Φp
f1 2

Tant que la valeur efficace des tensions d’alimentation est proportionnelle à la fréquence, le flux Φ p reste constant.
En effet, si la tension était maintenue constante, une diminution de la
fréquence nécessiterait une augmentation du flux, ce qui présente un risque
de saturation pour le circuit magnétique du moteur. Aux faibles valeurs de
la vitesse de rotation (de la fréquence), l’échauffement de la cage cause une
augmentation de sa résistance, et par conséquent une forte diminution du
couple électromagnétique ; d’autre part, aux faibles valeurs de la tension
d’alimentation, la chute de tension statorique n’est plus négligeable et se
fait ressentir. Pour compenser ces effets, on accroît V1 légèrement.

La figure 4.13 montre l’allure réelle désirée de la tension V1 délivrée par le Figure 4.13
variateur de vitesse. La valeur nominale V1N est la tension maximale que
peut fournir le réseau et par conséquent le variateur. Lorsque la tension à la sortie du variateur a atteint cette valeur,
elle reste constante ; toutefois on peut encore augmenter la vitesse du moteur en faisant croître la fréquence au delà
de la valeur nominale f1N. Le flux et par conséquent le moment de décrochage diminuent.

La variation de la valeur efficace et de la fréquence des tensions d’alimentation du moteur asynchrone est réalisée
par un convertisseur de fréquence électronique.

4.2.10 Procédés de freinage des moteurs asynchrones triphasés


4.2.10.1. Freinage par contre-courant
Il consiste à intervertir deux conducteurs d’alimentation du moteur. Le champ glissant dans l’entrefer inverse son
sens et permet au moteur de développer un couple de freinage énergique qui freine le rotor.

Pour un moteur à rotor bobiné, il est indispensable d’insérer un rhéostat triphasé dans le rotor pour limiter le courant
de freinage. La résistance Rh fr de chacune des phases du rhéostat nécessaire est donnée par :

R 2 R 2 + Rh fr
=
g 2−g

4.2.10.2. Freinage hypersynchrone ou par récupération


Le moteur est entraîné au-delà de sa vitesse de synchronisme et développe un couple de freinage important ; il
fonctionne alors en génératrice asynchrone.

4.2.10.3. Freinage par injection de courant continu


Le moteur est séparé momentanément du réseau, puis reconnecté sur ce même réseau par l’intermédiaire d’un
transformateur triphasé suivi d’un redresseur triphasé non commandé. Le stator étant alimenté en courant continu, le
moteur se comporte comme une génératrice synchrone inversée, mais dont la vitesse varie.

 Jules TSOCHOUNIE 51
4. Les machines asynchrones triphasées

4.3 Le diagramme du cercle de la machine asynchrone triphasée


4.3.1 Allure du diagramme du cercle de la machine asynchrone
Un diagramme est un graphique dans lequel des grandeurs sont susceptibles de varier. En général, la vitesse de
rotation d’un moteur varie. La question qui se pose est de savoir comment cela influence l’intensité du courant I1
appelé par le moteur. Pour cette étude, l’on utilise le diagramme du cercle qui permet d’étudier la variation de I1 en
fonction du glissement ou de la fréquence de rotation du moteur. Le diagramme vectoriel ne serait pas approprié, car
la fréquence rotorique est différente de la fréquence statorique.

A partir du schéma électrique monophasé équivalent simplifié de la figure 4.4b, l’intensité statorique est :

V1 V1
J1 = J10 + J '2 = +
j Xm R '2
+ j Xk
g

Pour des tensions d’alimentation de valeur efficace constante, U1 = U1N , le symbole complexe du courant appelé par
une phase statorique est :

 
 
 1 1 
J1 =  +  ⋅ V1N
j X '
 m R2 
 + jXk 
 g 

Nous voulons traçer les lieux des extrémités du phaseur de J1 lorsque la fréquence de rotation n (glissement g) du
moteur varie, pour une tension d’alimentation constante. C’est un demi-cercle comme le montre la figure 4.14c.

La démarche pour la construction des lieux du phaseur de J1 suit les trois étapes suivantes :

R '2
Etape 1 : Lieux de + j X k ; c’est une demi-droite dans le quadrant 1, comme le montre la figure 4.14a.
g

1
Etape 2 : Lieux de ; c’est un demi-cercle dans le quadrant 4, comme le montre la figure 4.14b. En effet,
R '2
+ jXk
g
les lieux de l’inverse d’une demi-droit est en général un demi-cercle.

1 1
Etape 3 : Lieux de + ; c’est le demi-cercle dans le quadrant 4, translaté sur l’axe des imaginaires,
j X m R '2
+ j XK
g
comme le montre la figure 4.14c. En effet, le terme ajouté est un nombre imaginaire indépendant du glissement. Ce
demi-cercle est le diagramme du cercle du moteur asynchrone, c’est-à-dire les lieux des extrémités du courant
statorique J1 d’une phase du moteur, lorsque le glissement g varie.

Figure 4.14

 Jules TSOCHOUNIE 52
4. Les machines asynchrones triphasées

4.3.2 Essais pour la construction du diagramme du cercle


Ce demi-cercle peut être obtenu expérimentalement en prélevant deux points chacun dans un essai où le moteur est
alimenté sous tension constante :

L’essai à vide au synchronisme (g = 0 ) : on prélève I10 et P0, et on détermine le point de synchronisme


A = [I10 ;−90°] ;
L’essai à rotor bloqué (g = 1) (semblable au court-circuit du transformateur triphasé) : on prélève I1cc et Pél,cc, et
  Pél,cc 
on détermine le point de court-circuit : B =  I1cc ; φ1cc = - arcos  .
  3U I 
 1N 1cc  

4.3.3 Construction du diagramme du cercle


Pour tracer l’ensemble des lieux de J1 dans le plan complexe, on procède comme le montre la figure 4.15 :

Tracer un repère orthogonal dont l’axe imaginaire est


horizontal orienté de la droite vers la gauche, et l’axe
réel est vertical ;
Choisir arbitrairement une échelle des intensités eI ;
Représenter les deux points A et B dans le repère
orthogonal ;
Tracer la médiatrice du segment [AB] , qui coupe l’axe
des imaginaires au point M qui est le centre du demi-
cercle ; le segment AM est le rayon du cercle.
Placer la pointe sèche du compas en M et la pointe
crayon au point A et tracer le demi-cercle dans le
quadrant 4, qui coupe l’axe imaginaire en un autre point Figure 4.15
C tel que le segment [AC] est le diamètre du cercle.

Remarque : Si les pertes fer ne sont pas négligées, φ0 < −90° ; le diamètre du cercle [AC ] est décalé vers le haut de
J Fe . Les points A, M et C sont sur une droite parallèle à l’axe imaginaire, qui sera décalée d’une distance
correspondant à I Fe .

4.3.4 Evaluation du diagramme du cercle


Pour exploiter le diagramme du cercle, la connaissance des éléments suivants est indispensable :
Le point C est le point correspondant à g → +∞ .
La médiatrice du segment [AC] coupe le cercle au point correspondant au glissement de décrochage g max .
La distance verticale de la droite AB au cercle donne la puissance mécanique ; l’on a besoin d’une échelle pour
les puissances e p = 3V1N ⋅ e I ;
La distance verticale de l’axe des imaginaires au cercle donne la puissance ou le moment électromagnétique ;
ep 3V1N ⋅ eI
l’on a besoin d’une échelle pour les moments em = = ;
2πn s 2πn s

4.3.5 Paramétrage du diagramme du cercle


Pour identifier la valeur du glissement g* d’un point du cercle, l’on a besoin de l’axe des glissements qui est
construit comme suit :
Tracer un axe perpendiculaire à la droite AC, de préférence à gauche du point B : c’est l’axe des glissements ;
Affecter au point d’intersection de cet axe des glissements avec l’axe des imaginaires la graduation g=0 ;
La graduation g=1 sur l’axe des glissements est le point d’intersection de cet axe avec la droite BC ;
Graduer linéairement le segment [0 ;1] de l’axe des glissements. Tout rayon qui part de C et qui coupe le cercle
au point de glissement g* quelconque coupe l’axe des glissements au point de graduation g*.

 Jules TSOCHOUNIE 53
4. Les machines asynchrones triphasées

EXERCICES SUR LES MACHINES ASYNCHRONES TRIPHASÉES


EXERCICE 4-1:
Sur la plaque signalétique d’un moteur électrique on relève les indications suivantes : ~ 3 ; cos ϕ = 0,87 ; kW 90 ;
Is. Cl. F ; ∆θ 100 °K ; 50 Hz ; IP 54 ; V 220 ∆ 290 A ; V 380 Υ 167 A ; / min 1480 ; S1 .
Dire que signifie chacune de ces indications.

EXERCICE 4-2: 2p n (tr/min) g%


n s (tr/ min)
Pour un moteur à induction triphasé à connecter sur un réseau de
fréquence f = 50 Hz , si on désigne par p le nombres de paires de 4 ….. 1410 …..
…. 750 …. 3
pôles, par n s la vitesse de synchronisme, par n la vitesse de
… 1000 975 …..
rotation, et par g le glissement de son rotor, compléter le tableau 12 …. 490 ….
ci-contre: 8 …. …. 4

EXERCICE 4-3:
Peut-on obtenir une vitesse de synchronisme de 2000 tr / min sur un réseau électrique triphasé de fréquence
f = 50 Hz ?

EXERCICE 4-4:
Calculer le glissement d’un moteur asynchrone tétrapolaire sur un réseau de fréquence f = 60 Hz , sachant qu’il
tourne à 1710 tr / min .

EXERCICE 4-5:
La puissance transmise au rotor d’un moteur asynchrone est de 31,4 kW . Calculer le moment de son couple moteur
pour 2 pôles, 4 pôles, 6 pôles, la fréquence d’alimentation étant de 50Hz.

EXERCICE 4-6:
Un moteur asynchrone absorbe 6000 W , son glissement est de 3,5 % . Calculer les pertes par effet Joule dans le
rotor, en négligeant toutes les pertes du stator.

EXERCICE 4-7:
Un moteur asynchrone triphasé tétrapolaire de tension nominale U N = 380 V (∆ ) , d’intensité nominale I N = 30,45 A
et de facteur de puissance nominal cos ϕ N = 0,83 présente en régime nominal de fonctionnement les pertes relatives
suivantes par rapport à la puissance absorbée : PCu1N = 3,7% ; PFe1N = 1,8% ; PCu 2 N = 2,9% ; pmN = 1,44% .

1) Déterminer :
a) la puissance absorbée et la puissance transmise au rotor
b) la puissance mécanique et la puissance utile
c) le rendement du moteur
2) Sur quel réseau triphasé (tensions de phase/entre phases) ce moteur peut-il démarrer en étoile-triangle ?

EXERCICE 4-8:
Un moteur asynchrone triphasé tétrapolaire est relié à un réseau triphasé de fréquence 50 Hz .
1) Quel est le glissement lorsque le rotor tourne à la vitesse de rotation :
a) n = 1000 tr / min dans le sens direct ;
b) n = 500 tr / min en sens inverse.
2) A quelle vitesse de rotation du rotor correspond le glissement g = −1,2

 Jules TSOCHOUNIE 54
4. Les machines asynchrones triphasées

EXERCICE 4-9:
Un moteur asynchrone triphasé à 8 pôles à rotor bobiné est relié à un réseau triphasé de fréquence 50 Hz . A l’arrêt,
la tension efficace entre phases rotoriques est de 1000 V . Déterminer la valeur efficace de la tension entre phases
rotoriques et la fréquence rotorique lorsque le rotor tourne à une vitesse de rotation de :
a) n = 1000 tr / min dans le sens direct ;
b) n = 250 tr / min en sens inverse

EXERCICE 4-10:
Un moteur asynchrone triphasé à 6 pôles est connecté sur un réseau de tension 660 V et de fréquence f 1 = 50 Hz . A
l’arrêt, la tension entre phases rotoriques est de 1732 V .
n (tr/ min) g f 2 (Hz) U 2 (V)
0
On désigne par n s la vitesse de synchronisme, par n la vitesse de
1000
rotation, par g le glissement de son rotor, par f 2 la fréquence des f.é.m -700
et des courants rotoriques, et par U 2 la tension mesurée entre phases 1200
rotoriques. Compléter le tableau ci-contre: -0,5
30

EXERCICE 4-11:
Dans le schéma monophasé équivalent simplifié, la réactance de fuite d’une phase rotorique est de 2Ω. La réactance
de fuite statorique est négligée.

Compléter le tableau ci-contre, sachant que le R 2 (Ω) 0,2 …. …. 0,7 1,5 2,5
démarrage devrait s’effectuer avec le couple maximal,
gk … 25% 40% …. …. ….
où R 2 est la résistance d’une phase rotorique, gk est le
glissement correspondant au couple maximal, et Rh d Rh d (Ω)

est la résistance d’une phase du rhéostat rotorique.

EXERCICE 4-12:
Pour que le démarrage d’un entraînement avec moteur
asynchrone triphasé à rotor bobiné s’effectue à couple maximal, Ω)
X 2 f (Ω 1 1,5 2 0,8 1,2
on utilise un rhéostat triphasé dont la résistance d’une phase est
Ω)
R 2 (Ω 0,1 0,2 0,3 0,1 0,2
Rh d .
gk
En supposant que la réactance de fuite statorique est négligée, Ω)
Rh d (Ω
calculer avec les données du tableau ci-contre et y inscrire :
1) la valeur du glissement correspondant au couple maximal avec un rotor en court-circuit.
2) la résistance du rhéostat de démarrage.

EXERCICE 4-13:
Le rotor d’un moteur asynchrone triphasé à 6 pôles relié à un secteur de fréquence f = 50 Hz possède une force
électromotrice secondaire entre phases E 2 = 100 V et une réactance de fuite X 2f = 0,7 Ω . La résistance de
l’enroulement d’une phase rotorique est R 2 = 0,1 Ω et le glissement nominal g N est de 3%. On supposera que la
réactance de fuite et la résistance statoriques sont négligées.

Calculer le moment du couple maximal et le glissement correspondant, et le moment nominal

EXERCICE 4-14:
Un moteur asynchrone triphasé à cage dont les enroulements statoriques sont couplés en triangle absorbe une
intensité efficace de 75 A et fournit un couple de moment 90 Nm lors du démarrage direct. Quels sont l’intensité
efficace du courant absorbé et le moment du couple moteur lors du démarrage étoile-triangle ?

 Jules TSOCHOUNIE 55
4. Les machines asynchrones triphasées

EXERCICE 4-15:
Un moteur asynchrone triphasé à cage porte sur sa plaque signalétique l’indication 380 / 660 V . Sur quel réseau
triphasé (tensions) peut-on utiliser le démarrage étoile-triangle ?

EXERCICE 4-16:
Un moteur asynchrone triphasé à rotor bobiné fournit son couple maximal pour un glissement g = 12,5 % . La
résistance de chacun des trois enroulements rotoriques est R 2 = 0,1 Ω . Quelle résistance du rhéostat rotorique (par
phase) faut-il mettre en série avec chaque enroulement de phase du bobinage rotorique pour obtenir le couple
maximal au démarrage ?

EXERCICE 4-17:
Un moteur asynchrone triphasé 380 V − 50 Hz absorbe un courant d’intensité efficace 15 A , à un facteur de
puissance égal à 0,8 . Sa fréquence de rotation est de 1425 tr / min . On ne tiendra compte que des pertes par effet
Joule dans le rotor. Calculer :
1) le nombre de pôles du moteur.
2) la puissance absorbée par le moteur.
3) le glissement du rotor.
4) les pertes par effet Joule dans le rotor.
5) le rendement du moteur.

EXERCICE 4-18:
Un moteur asynchrone triphasé 220 V − 50 Hz à 6 pôles absorbe un courant d’intensité efficace 30 A à un facteur de
puissance égal à 0,86 . Son glissement est alors g = 4 % .
Les enroulements statoriques sont couplés en étoile et chacun d’eux a une résistance R 1 = 0,1 Ω . La puissance des
pertes dans le fer du stator est PFe,s = 300 W . Calculer :
1) la fréquence de rotation du moteur.
2) les pertes par effet Joule dans le stator et les pertes par effet Joule dans le rotor.
3) le moment du couple électromagnétique du moteur.
4) le rendement du moteur.

EXERCICE 4-19:
Un moteur asynchrone 220 V − 50 Hz absorbe un courant d’intensité efficace 20 A à un facteur de puissance égal à
0,82 et tourne à la fréquence de rotation n = 1430 tr / min . On néglige les pertes du stator. Calculer :
1) le nombre de pôles du moteur
2) le glissement du rotor
3) les pertes par effet Joule dans le stator du moteur
4) le rendement du moteur

EXERCICE 4-20:
On lit sur la plaque signalétique d’un moteur asynchrone triphasé, les indications suivantes :
380 V − 50 Hz ; 40 A ; cos ϕ = 0,82 ; 725 tr / min .
On sait en outre que la résistance de chacun des enroulements du stator couplés en étoile est R 1 = 0,15 Ω , et que les
pertes dans le fer y sont de 600 W . Calculer :
1) le nombre de pôles du moteur et le glissement du rotor
2) la puissance absorbée, les pertes par effet Joule et le rendement du moteur
3) le moment du couple électromagnétique du moteur.

EXERCICE 4-21:
Un moteur asynchrone triphasé a les caractéristiques suivantes :
220 V − 50 Hz ; 25 A ; cos ϕ = 0,83 ; 970 tr / min .
• Stator en étoile : résistance d’un enroulement R 1 = 0,12 Ω .

 Jules TSOCHOUNIE 56
4. Les machines asynchrones triphasées

• Pertes dans le fer : 220 W .


• Pertes mécaniques : 230 W .

Calculer :
1) Le glissement du rotor
2) La puissance absorbée par le moteur et la puissance au rotor.
3) Les pertes par effet Joule dans le rotor et le rendement du moteur.
4) Le moment du couple électromagnétique.

EXERCICE 4-22:
Un moteur asynchrone triphasé tétrapolaire à cage absorbe à pleine charge un courant d’intensité 340 A et une
puissance de 207 kW sous une tension de 380 V − 50 Hz ; le glissement est alors g = 1,2 % . Connaissant la
résistance entre deux bornes du bobinage statorique dont les enroulements sont couplés en étoile : r = 0,018 Ω et les
pertes fer statoriques : 5200 W . Calculer :
1) le facteur de puissance et la fréquence de rotation
2) les différentes pertes, la puissance utile et le rendement du moteur.
3) le moment du couple transmis au rotor et le moment du couple utile.

EXERCICE 4-23:
Un moteur à induction triphasé ayant une puissance nominale de 75 kW est alimenté par une ligne triphasé à
600 V − 60 Hz . Deux wattmètres placés dans les fils de ligne indiquent une puissance totale de 70 kW , et un
ampèremètre inséré dans un fil de ligne indique une intensité de 78 A . Des mesures précises indiquent une vitesse
de rotation de 1763 tr / min . De plus, on fournit les informations suivantes :
• Pertes dans le fer : 2 kW ;
• Pertes par ventilation et friction : 1,2 kW
• Résistance entre deux bornes du stator : 0,34 Ω .

Calculer :
1) la puissance fournie au rotor du moteur
2) les pertes joule dans le rotor ;
3) la puissance mécanique fournie à la charge du moteur ;
4) le rendement du moteur ;
5) le moment du couple développé par le moteur.

 Jules TSOCHOUNIE 57
5. Les machines synchrones triphasées

5. LES MACHINES SYNCHRONES TRIPHASÉES


5.1 Introduction
De nos jours, les machines synchrones sont les machines électriques les plus importantes pour la production de
l’énergie électrique à grande échelle, et constituent ainsi le noyau de chaque centrale de production d’énergie
électrique en courant alternatif. Ce sont des convertisseurs électromécaniques, et comme toutes machines électriques
tournantes, elles sont réversibles : elles peuvent fonctionner soit en génératrices soit en moteurs.

Lorsqu’elles fonctionnent en génératrices, elles fournissent une ou des tension(s) alternative(s) et prennent alors le
nom d’alternateurs ; elles convertissent l’énergie mécanique fournie par un moteur ou une turbine, en énergie
électrique monophasée ou triphasée.

Lorsqu’elles fonctionnent en moteurs, elles convertissent l’énergie fournie par un réseau électrique ou une source
alternative, en énergie mécanique. Leur vitesse de rotation est rigoureusement imposée par le réseau alternatif qui
alimente leur induit ; cette propriété remarquable justifie la dénomination habituelle de moteurs synchrones.

Que les machines synchrones fonctionnent en génératrices ou en moteurs, elles possèdent un inducteur qui crée le
champ magnétique nécessaire à la magnétisation du circuit magnétique.

Nous allons dans un premier temps présenter le fonctionnement de l’alternateur triphasé. Les particularités de la
marche en moteur triphasé et de l’alternateur monophasé seront ensuite évoquées.

5.2 Organisation simplifiée de la machine synchrone


5.2.1 Constitution générale
Comme toutes les machines tournantes, les machines synchrones sont formées par un stator et un rotor. Du
point de vue fonctionnel, elles possèdent deux parties principales : l’inducteur et l’induit.

5.2.2 L’inducteur
Son rôle est de créer dans l’entrefer de la machine synchrone le champ magnétique ou le flux inducteurs à
répartition sinusoïdale, présentant 2p pôles.

Dans les machines de moins de 5 kVA l’inducteur est porté par le stator qui est semblable à celui des
machines à courant continu : un système de 2p pièces polaires vissées sur la face intérieure du stator portent chacune
une bobine de l’enroulement inducteur. Il est donc constitué par un enroulement qui, alimenté en courant continu
(électroaimant) va créer un flux inducteur fixe : on dit de lui qu’il « colle au stator ».

Dans les machines de plus de 5 kVA l’inducteur est porté par le rotor qui est alors parfois appelé « roue
polaire » et dont il existe deux formes. Il est constitué soit par un enroulement alimenté en courant continu soit par
un aimant permanent. Dans le cas d’un inducteur à électroaimant, le courant continu est fourni à l’enroulement
inducteur par l’intermédiaire de contacts glissants constitués par un système de deux bagues montées sur l’arbre et
de deux balais. Il va créer un flux inducteur fixe qui « colle au rotor ». L’inducteur rotorique à aimant permanent
n’est utilisé que pour les machines de faible puissance et les servomoteurs.

5.2.3 L’induit
Il est constitué par un bobinage à courant alternatif. Ce bobinage est soit monophasé (un enroulement) pour
les machines monophasées, soit triphasé (trois enroulements identiques dont les axes sont décalés mutuellement de
±120° ) pour les machines triphasées.

Dans les machines de moins de 5 kVA l’induit est porté par le rotor. Les enroulements sont logés dans des
encoches creusées à la surface du rotor. L’accès électrique à ce bobinage induit se fait par l’intermédiaire de
contacts glissants constitués par un système de deux bagues (machines monophasées) ou trois bagues (machines
triphasées) montées sur l’arbre et de balais.

 Jules TSOCHOUNIE 58
5. Les machines synchrones triphasées

Dans les machines de plus de 5 kVA l’induit est porté par le stator. Les enroulements sont logés dans des
encoches creusées sur la face intérieure du stator.

5.2.4 Les deux formes de rotors inducteurs


5.2.4.1. Rotor à pôles lisses
Pour les machines à grandes vitesses périphériques (turboalternateurs des centrales thermiques), le rotor est
formé d’une seule pièce d’acier forgé. Le bobinage à courant continu est logé dans des encoches fraisées sur 2/3 de
la surface du rotor, comme le montre la figure 5.1a. Ce mode de construction qui assure une grande robustesse
mécanique, est systématiquement adopté pour les machines de forte puissance dont la vitesse de rotation est élevée
(1500 tr / min ou 3000 tr / min ) . La largeur de l’entrefer est constante. Par la répartition des encoches et leur
remplissage, on essaye d’approcher une onde d’induction sinusoïdale dans l’entrefer.

5.2.4.2. Rotor à pôles saillants


Pour les machines à faible vitesse périphérique (alternateurs des centrales hydroélectriques), le rotor porte 2p
pièces polaires vissées sur lui. Autour des noyaux de ces pièces polaires sont réalisées les bobines de l’enroulement
inducteur à courant continu, comme le montre la figure 5.1b. Ces bobines, associées convenablement en série,
permettent d’obtenir des pôles nord et sud intercalés. Ce mode de construction, plus simple que le précédent,
n’autorise pas de grandes vitesses périphériques. En revanche, il permet d’installer un grand nombre de pôles sur le
rotor et facilite ainsi la construction de machines synchrones tournant à faible vitesse. La largeur de l’entrefer n’est
pas constante. Par sa gradation croissante de l’axe des pôles vers les cornes polaires, on essaie d’approximer une
onde d’induction dans l’entrefer qui soit sinusoïdale.

Figure 5.1 :

5.3 Excitation des machines synchrones


L’inducteur à électroaimants d’une machine synchrone doit être alimenté en courant continu qui peut être fourni :

− soit par une génératrice à courant continu (excitatrice principale) d’ordinaire accouplée à l’alternateur.
L’excitation de cette excitatrice est fournie soit par son induit (excitation shunt), soit par une autre génératrice à
courant continu (excitatrice pilote) ;

− soit par un alternateur « auxiliaire » inversé (inducteur au stator et induit au rotor) qui débite dans l’inducteur de
la machine synchrone principale par l’intermédiaire d’un redresseur tournant à diodes. Le courant inducteur de
l’alternateur « auxiliaire » peut être fourni par un alternateur « pilote » dont l’inducteur est à aimant permanent,
par l’intermédiaire d’un redresseur commandé. Ce dernier permet de varier le courant inducteur de l’alternateur
auxiliaire, et par conséquent de régler le courant inducteur de l’alternateur principal. Le système bagues-balais
est absent dans l’alternateur principal : ce type d’excitation est dit « sans balais » ou en anglais « brushless »,
comme le montre le schéma de principe de la figure 5.2a ;

− soit par le réseau alternatif relié à l’induit par l’intermédiaire d’un redresseur statique (auto-excitation en
dérivation et auto-excitation compensée, comme le montre le schéma de principe de la figure 5.2b).

 Jules TSOCHOUNIE 59
5. Les machines synchrones triphasées

Figure 5.2 :

5.4 Fonctionnement en alternateurs triphasés


5.4.1 Principe de création des f.é.m
Lorsque l’inducteur est alimenté en courant continu, il crée un champ d’induction magnétique bp (x )
continu et fixe par rapport à l’inducteur, dont la répartition spatiale dans l’entrefer n’est pas parfaitement
sinusoïdale.

Nous allons d’abord supposer que ce champ d’induction magnétique est parfaitement sinusoïdal (forme
idéale) ; son expression est donc sinusoïdale d’amplitude Bi, p :

b i,p ( x ) = B i,p ⋅ cos(p x )

où p est le nombre de paires de pôles et x est une coordonnée angulaire liée à l’inducteur.

Nous allons distinguer entre inducteur statorique et inducteur rotorique, et montrer que quelle que soit la localisation
de l’inducteur, l’induit « voit » le champ inducteur comme un champ magnétique glissant dans l’entrefer.

Soient x s la coordonnée angulaire d’un point M de


l’entrefer par rapport à un axe liée au stator, et x r sa
coordonnée angulaire par rapport à un axe liée au rotor,
comme le montre la figure 5.3. Le rotor tourne à la
pulsation angulaire Ωs ; la relation entre les deux
coordonnées angulaires est donnée par :

x s = x r + Ωs ⋅ t

a) Champ inducteur statorique


La répartition spatiale du champ inducteur vu du stator,
est donnée par :

b i,p ( x s ) = B i,p ⋅ cos(px s )

Vu du rotor par le bobinage « induit », sa répartition est :

b i,p ( x r ) = B i,p ⋅ cos(px r + pΩ s ⋅ t )


Figure 5.3 :

 Jules TSOCHOUNIE 60
5. Les machines synchrones triphasées

Ce champ est donc « vu » par l’enroulement induit au rotor comme un champ glissant en sens contraire à une vitesse
angulaire constante :

dx r
= −Ω s = −2πn s
dt

b) Champ inducteur rotorique


La répartition spatiale du champ inducteur vu du rotor est donnée par :

b i,p ( x r ) = B i,p ⋅ cos(px r )

Vu du stator par le bobinage « induit », cette répartition est :

b i,p ( x s , t ) = B i,p ⋅ cos(px s − pΩ s ⋅ t )

Ce champ inducteur est donc « vu » par l’enroulement induit au stator comme un champ glissant dans le même sens
à une vitesse angulaire constante :

dx s
= + Ω s = +2πn s
dt

c) F.é.m induite dans un enroulement (une phase) à vide


Que le champ magnétique inducteur bi, p ( x, t ) soit créé par le rotor ou par le stator, son flux, également
sinusoïdal d’amplitude Φ i,p , est coupé par les brins conducteurs de l’enroulement induit et y induit des f.é.m.

Si la phase ou l’enroulement d’induit était à bobines concentrées comportant N brins conducteurs actifs
(nombre de brins conducteurs actifs par phase), la f.é.m induite totale aurait une valeur efficace théorique :

N
  p Ω s Φ i,p
2 π π
E th = = p n s N Φ i, p = f N Φ i, p
2 2 2

Or en réalité, l’enroulement d’induit est distribué dans plusieurs encoches ; de même son pas peut être
raccourci et les encoches qui le logent peuvent être inclinées. Ces modifications sont prises en compte par le facteur
de bobinage K b = K d ⋅ K r ⋅ K i , et la valeur efficace théorique de la f.é.m induite totale devient :

π
E ′th = K b ⋅ E th = K b f N Φ i, p
2

Le champ magnétique réellement créé par l’inducteur n’est pas parfaitement sinusoïdal. En le décomposant en
série de Fourier, son fondamental (qui est sinusoïdal) a une amplitude Bi,p = K FBp , où K F ressemble à un facteur
de forme du flux d’un pôle inducteur. Son flux a pour amplitude Φi,p = K F ⋅ Φ p . La valeur efficace de la f.é.m
induite réelle est alors :

π
E = K F K b ⋅ E th = K FK bf N Φ p
2

Soit plus simplement :

E = K f N Φp

π
où le facteur K = K FK b est désigné par « coefficient de Kapp ».
2

 Jules TSOCHOUNIE 61
5. Les machines synchrones triphasées

5.4.2 Fonctionnement à vide et caractéristique interne


Lorsque le rotor est entraîné à la vitesse constante (n = Cste ) , la valeur efficace E v de la f.é.m induite dans un
enroulement peut s’écrire :

E v = K f N Φ p = K'⋅Φ p , avec K′ = K ⋅ f ⋅ N = Cste

Dans ces conditions, la f.é.m E v ne dépend que du


flux maximal Φ p , lui-même lié à l’intensité Ie du
courant d’excitation par une courbe de saturation. La
caractéristique à vide de l’alternateur est alors le graphe
de la fonction E v (Ie ) , comme le montre la figure 5.4.
A vide, la tension aux bornes du bobinage induit de
l’alternateur étant égale à la f.é.m E v , la
caractéristique à vide ou interne E v (Ie ) peut être
aisément relevée.
Bien que ce soit généralement la tension U v entre
phases qui est mesurée, il est préférable pour l’étude et Figure 5.4 :
les constructions de se ramener à une seule phase.

5.4.3 Analyse du comportement magnétique de l’alternateur en charge


5.4.3.1. Effet de la réaction magnétique de l’induit en charge
Le champ magnétique inducteur dont le flux associé ϕ p (x , t ) est coupé par les brins conducteurs des trois
enroulements triphasés de l’induit, produit dans ces dernier des f.é.m de valeur efficace E p . Si cet alternateur débite
dans une charge triphasée symétrique provoquant un déphasage φ entre le courant dans un enroulement et la tension
aux bornes de cet enroulement, les enroulements vont être parcourus par des courants :

i1 (t ) = 2 I sin (ωt − φ)
 2π 
i 2 (t ) = 2 I sin  ωt − φ − 
 3 
 2π 
i3 (t ) = 2 I sin  ωt − φ + 
 3 

Ces courants créent un champ magnétique ba ( x, t ) de même nombre de pôles et glissant à la même vitesse n s que le
champ inducteur qui lui a donné naissance. Ce champ magnétique glissant, qui constitue la réaction magnétique de
l’induit (RMI) en charge, est attribué, par commodité, à un système de pôles tournants fictifs. Il se compose avec
celui de l’inducteur b p ( x , t ) pour donner le champ magnétique résultant b t ( x , t ) qui est responsable des f.é.m
induites dans les enroulements d’induit de l’alternateur en charge :

b t ( x, t ) = b p (x, t ) + ba ( x, t )

Soit ϕa ( t ) le flux magnétique de la RMI créé par la f.m.m θa ( x , t ) , associé à l’induction magnétique ba ( x, t ) et
coupé par un enroulement d’induit ; ce flux est en phase avec le courant induit i(t).

La f.é.m induite dans un enroulement par le flux ϕ p (t ) créé par la f.m.m θ p (x, t ) est en quadrature retard par
rapport à ce flux ϕ p (t ) .

Le régime sinusoïdal étant supposé, on utilise la représentation des grandeurs par leur symbole complexe.

On désigne arbitrairement par Ψ le retard angulaire du courant I dans un enroulement d’induit sur la f.é.m E p
induite dans cet enroulement par le flux de l’inducteur ϕ p (t ) . Le flux magnétique ϕ a ( t ) de la RMI (ou la f.m.m de

 Jules TSOCHOUNIE 62
5. Les machines synchrones triphasées

la RMI θ a ( x, t ) est en retarde de phase de 90° + Ψ par rapport au flux inducteur ϕ p (t ) (ou à la f.m.m inductrice
θ p ( x , t ) ), comme le montre le diagramme des phaseurs de la figure 5.5.

Si Ψ = 0 (charge purement résistive) : Φ a et Φ p sont en


quadrature ; la RMI est transversale, comme le montre la figure
5.6a. Elle provoque la distorsion du champ magnétique dans
l’entrefer et une légère réduction du flux utile.

Si Ψ = 90° AR (charge purement inductive) : Φ a et Φ p sont en


opposition de phase ; la RMI est longitudinale, comme le montre
la figure 5.6b. Elle affaiblit le champ magnétique inducteur : les
ampèretours de l’induit sont démagnétisants. Pour une intensité
d’excitation donnée Ie, le flux utile à travers un enroulement
induit diminue. Pour le rétablir, il faut augmenter Ie. Le débit dans Figure 5.5 :
une charge fortement inductive contraint l’opérateur de
l’alternateur à accroître l’excitation de ce dernier.

Si Ψ = 90° AV (charge purement capacitive) : Φ a et Φ p sont en phase ; la RMI est longitudinale, comme le
montre la figure 5.6c. Elle renforce le champ magnétique inducteur : les ampèretours de l’induit sont
magnétisants. Pour un courant d’excitation d’intensité donnée Ie , le flux utile à travers un enroulement induit
augmente. Pour le rétablir, il faut réduire i e . La mise en service de condensateurs pour compenser l’énergie
réactive contraint l’opérateur de l’alternateur à réduire l’excitation de ce dernier.

Figure 5.6 :

5.4.3.2. Décomposition du flux magnétique résultant de l’alternateur triphasé en charge


Le champ magnétique présent dans l’entrefer de l’alternateur triphasé en charge résulte du champ de la roue
polaire b p (x, t ) et de celui des enroulements de l’induit b a ( x, t ) . Toutefois, la décomposition du flux magnétique
total ϕt ( t ) qui traverse un enroulement en deux flux dont l’un proviendrait de la roue polaire ϕp ( t ) et l’autre de
l’induit ϕa ( t ) n’est possible que si le circuit magnétique de la machine n’est pas saturé ; la décomposition dépend de
l’état magnétique de l’alternateur.

• Si le circuit magnétique est saturé, le flux magnétique total qui traverse un enroulement peut être décomposé en
deux flux dont un, le flux principal résultant ϕr ( t ) qui parcourt l’inducteur, l’entrefer et l’induit, et l’autre, le
flux de fuite de l’induit ϕf ( t ) qui parcourt l’air :

ϕ t ( t ) = ϕr ( t ) + ϕf ( t )

Le flux de fuite ϕf ( t ) de l’enroulement induit est directement proportionnel à l’intensité i(t ) qui lui donne
naissance, car le chemin emprunté par ce flux, l’air, est non saturable :

 Jules TSOCHOUNIE 63
5. Les machines synchrones triphasées

ϕf ( t ) = λ ⋅ i( t )

où λ est le coefficient d’auto-induction de fuite de l’enroulement induit.

• Si par contre le circuit magnétique n’est pas saturé, le flux magnétique principal ϕr ( t ) qui traverse un
enroulement induit peut être décomposé suivant la provenance, en deux flux dont un provient de la roue polaire,
le flux mutuel ϕp ( t ) , et l’autre de l’induit, le flux propre L ⋅ i(t ) :

ϕr ( t ) = ϕp ( t ) + L ⋅ i ( t )

où L est le coefficient d’auto-induction propre de l’enroulement induit.

5.4.3.3. Équation aux tensions aux bornes d’un enroulement induit


Dans le cas général d’une machine synchrone dans un état magnétique quelconque, le flux magnétique total qui
traverse un enroulement est décomposé en deux flux dont le flux principal résultant et le flux de fuite de l’induit :

ϕ t ( t ) = ϕr ( t ) + ϕf ( t )

La f.é.m induite dans un enroulement par la variation du flux total Φ t (t ) peut s’écrire :

di (t )
e t (t ) = e r (t ) − λ
dt

En régime sinusoïdal, cette f.é.m peut s’écrire sous la forme de symbole complexe des valeurs efficaces :

E t = E r − jωλ I

L’enroulement comporte une résistance R et lorsqu’il est traversé par le courant i(t ) , la chute de tension à ses bornes
est donnée dans la convention des sens générateur par la relation :

V = E t − R ⋅ I = E r − (R + jωλ ) ⋅ I

5.4.3.4. Spécifications constructeurs des alternateurs triphasés


Les grandeurs de fonctionnement d’un alternateur triphasé sont les suivantes :

• La vitesse de rotation n, qui est rigidement liée à la fréquence f N des f.é.m induites ;
• La valeur efficace des tensions entre les bornes des enroulements d’induit U N ;
SN
• La puissance nominale SN ; le rapport fournit l’intensité nominale I N du courant d’induit que
3 UN
l’alternateur peut débiter en permanence sans échauffement anormal du bobinage de l’induit.
• Une valeur du facteur de puissance cos φ N (AR ) . Elle indique indirectement le courant d’excitation IeN , c.à.d la
valeur du cosφ (AR ) pour laquelle le débit de I N nécessite le courant d’excitation nominal. L’alternateur peut
débiter I N sous U N pour tous les cos φ N (AV ) et uniquement pour les cosφ (AR ) compris entre 1 et cos φ N (AR ) .

5.4.4 Élaboration de modèles théoriques et diagrammes des tensions associés


La réaction magnétique de l’induit d’un alternateur triphasé en charge conduira à modifier la valeur de
l’intensité du courant d’excitation Ie en fonction du type de charge. La connaissance de la plage de variation de Ie
est indispensable au choix de la source d’alimentation de l’inducteur ainsi qu’aux prédéterminations du rendement et
de l’échauffement de l’alternateur.

Il convient donc d’élaborer des modèles théoriques (équations, schémas équivalents, diagrammes) permettant de
prédéterminer les conditions de fonctionnement en charge à partir des résultats d’essais ne mettant en jeu que de
faibles puissances. La façon la plus simple de rendre compte du fonctionnement d’un générateur à courant alternatif

 Jules TSOCHOUNIE 64
5. Les machines synchrones triphasées

en charge équilibrée dans un état magnétique quelconque est d’assimiler chacun de ses enroulements induits à une
source de f.é.m E r ayant une impédance interne Z = R + jωλ .

Les méthodes proposées pour le développement des modèles des alternateurs triphasés ne s’appliquent qu’aux
machines synchrones à pôles lisses. Ainsi, allons-nous nous limiter à ce type de machines synchrones triphasées.

a) Modèle à réactance synchrone ou de Behn-Eschenburg :


Dans ce modèle, la saturation est négligée ; la f.é.m induite dans un enroulement par la variation du flux principal
est la somme d’une f.é.m E p induite par le seul flux inducteur créé par le courant continu Ie et provenant de la roue
polaire, et d’une f.é.m d’auto-induction induite par le seul flux de la RMI créé par le courant d’induit I :

E r = E p − jω L ⋅ I

La chute de tension aux bornes d’un enroulement de la


machine non saturée est donnée dans la convention des
sens générateur par la relation :

V = E t − R ⋅ I = E p − jωL ⋅ I − (R + jωλ ) ⋅ I

soit

V = E p − R ⋅ I − jω(λ + L ) ⋅ I Figure 5.7 :

où (λ + L ) := L s est désignée « inductance synchrone ».

Avec cette équation, on obtient le schéma monophasé


équivalent de la figure 5.7.

La figure 5.8 montre les diagrammes vectoriels


qualitatifs des tensions et des courants, pour une charge
inductive (a) et pour une charge capacitive (b). Dans le
cas d’une charge inductive, Ep est supérieure à V : on
dit que l’alternateur est surexcité. Par contre dans le cas
d’une charge capacitive, Ep est inférieure à V : on dit
que l’alternateur est sous-excité.

La détermination du modèle de Behn-Eschenburg


consiste à mesurer la résistance R et à déterminer la
réactance synchrone Xs .

b) Modèle de Potier :
Dans ce modèle, la saturation n’est pas négligée ; le
flux magnétique total coupé par un enroulement induit Figure 5.8 :
sera décomposé en un flux principal et un flux de fuite.
En se limitant au champ inducteur fondamental, la f.é.m induite dans un enroulement par le flux magnétique total est
donnée sous la forme de symbole complexe des valeurs efficaces par :

E t = E r − jωλ I

Avec la résistance R de l’enroulement, lorsqu’il est traversé par un courant i( t ) , la chute de tension à ses bornes est
donnée dans la convention des sens générateurs (CSG) par le symbole complexe des valeurs efficaces suivant :

V = E t − R ⋅ I = E r − (R + jωλ ) ⋅ I

 Jules TSOCHOUNIE 65
5. Les machines synchrones triphasées

La f.é.m E r est due au flux principal ϕr ( t ) créé par une


onde de f.m.m tournante dans l’entrefer, résultant de
l’action du courant continu réel ie de l’inducteur et du
système triphasé de courants statoriques d’intensité I .
Cette f.m.m tournante peut être attribuée à un courant
inducteur fictif Ie 0 qui circule dans l’inducteur, et induit
dans un enroulement statorique à vide la f.é.m E r .

La f.m.m glissante résultante est obtenue à partir de la loi


de ampères-tours N e,eff ⋅ I e0 = N e,eff ⋅ Ie + K a N eff ⋅ Ia , où Figure 5.9 :
K a est un coefficient quelconque, d’où :

Ka Neff
I e0 = I e + ⋅ I = Ie + αI
Ne,eff ⋅

α est le coefficient d’équivalence entre ampèretours


alternatifs et ampèretours continus.

L’équation de la tension aux bornes d’un enroulement


induit, et celle du courant inducteur fictif Ie 0 peuvent
être représentées par le schéma équivalent monophasé
de la figure 5.9.

La figure 5.10 montre les diagrammes vectoriels


qualitatifs des tensions et des courants pour une charge
inductive (a) et pour une charge capacitive (b). Dans le
cas d’une charge inductive, Er est supérieure à V :
l’alternateur est sur-excité. Par contre dans le cas d’une
charge capacitive, Er est inférieur à V : l’alternateur est
sous-excité.

La détermination du modèle de Potier consiste à


mesurer la résistance R, et à déterminer la réactance de Figure 5.10 :
fuite ωλ et le coefficient d’équivalence α .

Figure 5.11 :

 Jules TSOCHOUNIE 66
5. Les machines synchrones triphasées

c) Caractéristiques pour la détermination des modèles de Behn-Eschenburg et de Potier


La réactance synchrone de Behn-Eschenburg est obtenue par des essais à vide et en court-circuit, dont les
caractéristiques sont données à la figure 5.11a.
Le coefficient d’équivalence et la réctance de fuite de Potier sont obtenues par des essais à vide, en court-
circuit et en déwatté, dont la caractéristique est donnée à la figure 5.11b.

c.1)- Détermination de la réactance synchrone de Behn-Eschenburg (figure 5.11a) :


On prélève la caractéristique à vide qui est une courbe de saturation E v (Ie ) , et la caractéristique en court-circuit
Icc (Ie ) qui est une droite linéaire ;
On trace la tangente au début de la caractéristique à vide (caractéristique non saturée E 'v (Ie ) ) ;
On détermine la réactance synchrone, pour une même intensité d’excitation, avec la f.é.m à vide (non saturée) et
OA
le courant de court-circuit, comme suit : Z = = R 2 + X s2 , d’où on tire X s = Z2 − R 2 .
OB

c.2)- Détermination de la réactance de fuite et du coefficient d’équivalence de Potier (figure 5.11b) :


On prélève la caractéristique à vide à vitesse nominale, qui est une courbe de saturation E v (Ie ) ;
En court-circuit triphasé, à vitesse nominale, on règle l’intensité d’excitation Ie = Iecc telle que Icc = I* , où I*
est une intensité d’induit quelconque. La valeur I* = I N est recommandée ;
En déwatté (charge purement inductive), à vitesse nominale, on règle l’intensité d’excitation Ie = IeDew telle
que I Dew = Icc = I* , et on relève VDew ;
Dans le diagramme de la caractéristique à vide, on construit le triangle de Potier HMP comme suit : on place le
P0 de court-circuit, puis le point P de l’essai en déwatté. A partir du point P, on retranche N 0P0 , et on marque le
point N tel que N0P0 = NP . Ensuite on trace la parallèle à la tangente au début de la caractéristique à vide, qui
passe par N. Cette parallèle coupe la caractéristique à vide au point M qui donne (Ie0 ; E r ) . On trace la verticale
passant par le point M, qui coupe le segment [NP ] en H tel que HM = E r − VDew et HP = IeDew − I e0 ;
On détermine la réactance de fuite et le coefficient d’équivalence comme suit : HM = ωλ I* et HP = α I* , d’où
HM E r − VDew HP IeDew − Ie0
on tire ωλ = *
= *
et α = *
= .
I I I I*

N.B. : La valeur maximale du flux magnétique dû au champ glissant résultant ne dépend que de la valeur maximale
de la f.m.m tournante résultante due au courant inducteur fictif Ie 0 , que si la réluctance du circuit magnétique
emprunté par ce flux résultant est indépendante de la position des pôles du champ glissant résultant par rapport à la
roue polaire. Ceci est vrai pour les machines à entrefer constant, donc à pôles lisses.

5.4.5 Fonctionnement en charge d’un alternateur isolé


Un alternateur est isolé lorsqu’il alimente seul une installation indépendante. L’alternateur doit fournir seul
les puissances active et réactive appelées par l’ensemble des récepteurs de l’installation. La généralisation de
l’emploi des groupes électrogènes autonomes, en petites et moyennes puissances pour faire face aux coupures très
fréquentes dans le réseau national, rend cette situation très fréquente en pratique. L’entraînement de l’alternateur est
assuré par un moteur thermique à essence, au gasoil ou au pétrole de puissance adaptée ; un dispositif de régulation
incorporé sert à maintenir constantes la vitesse de rotation (et par conséquent la fréquence) et la tension délivrée.

5.4.5.1. Caractéristiques de l’alternateur


a) Fonctionnement à excitation constante : caractéristique externe
La caractéristique externe est la courbe U = f (I) à Ie et cos φ constants, relevée ou prédéterminée à partir du
diagramme de Behn-Eschenburg. La figure 5.12a montre un faisceau de caractéristiques externes pour différentes
valeurs du facteur de puissance et pour différents types de charges.

b) Fonctionnement à tension constante : caractéristique de réglage


La caractéristique de réglage est la courbe Ie = f (I ) à U et cos φ constants, relevée ou prédéterminée à partir du
diagramme de Behn-Eschenburg. La figure 5.12b montre un faisceau de caractéristiques de réglage pour différentes
valeurs du facteur de puissance et pour différents types de charges.

 Jules TSOCHOUNIE 67
5. Les machines synchrones triphasées

c) Fonctionnement à débit constant : caractéristique en charge


La caractéristique en charge est la courbe U = f (Ie ) à I et cos φ constants. La figure 5.12c montre un faisceau de
caractéristiques U = f (Ie ) pour différentes valeurs du facteur de puissance et pour différents types de charges. L’une
de ces caractéristiques, celle relevée à I N et à cos φ = 0 (AR ) dite courbe de Potier, permet de déterminer les
éléments du modèle de Potier.

Figure 5.12 :

5.4.5.2. Diagrammes de l’alternateur en charge

Un diagramme est un graphique dans lequel des grandeurs sont susceptibles de varier, cette variation étant liée
soit à une modification de la charge, soit à une modification de l’excitation. En général, la charge d’un alternateur
est variable. Son fonctionnement est défini par l’intensité I qu’il débite et le facteur de puissance cosφ de la charge
qu’il alimente. Deux types de problèmes peuvent alors se poser :

Lorsque l’excitation I e est maintenue fixe, quelle est la tension U aux bornes de la charge ?
Pour maintenir fixe la tension U aux bornes de la charge, quelle excitation I e faut-il ?

a) Diagramme de Behn-Eschenburg pour une excitation fixe

Figure 5.13 :

 Jules TSOCHOUNIE 68
5. Les machines synchrones triphasées

La f.é.m de la roue polaire E p étant maintenue constante, deux éventualités se présentent :


Avec la même charge ou une charge de même facteur de puissance (supposées inductives), on varie l’intensité
débitée. Le comportement de la tension fournie par l’alternateur est donné par le diagramme vectoriel de la
figure 5.13a :
En maintenant l’intensité débitée par l’alternateur constante, on varie le facteur de puissance de la charge
(supposée inductive). Le comportement de la tension fournie par l’alternateur est donné par le diagramme
vectoriel de la figure 5.13b :

b) Diagramme de Behn-Eschenburg pour une tension constante aux bornes de la charge

Figure 5.14 :

La valeur efficace V des tensions fournies par l’alternateur étant maintenue fixe, deux éventualités se présentent :
Avec la même charge ou une charge de même facteur de puissance (supposées inductives), on varie l’intensité
débitée. L’ajustement de l’intensité d’excitation est donné par le diagramme vectoriel de la figure 5.14a :
En maintenant l’intensité débitée constante, on varie le facteur de puissance de la charge (supposée inductive).
L’ajustement de l’intensité d’excitation est donné par le diagramme vectoriel de la figure 5.14b :

Sous tension constante, il est très souvent question de déterminer les réglages à imposer à l’intensité
d’excitation Ie , lorsque la charge est modifiée, pour que la puissance active P fournie par l’alternateur reste
constante. La résolution analytique de ce problème nécessite la construction d’un repère P-Q à partir du diagramme
des tensions de Behn-Eschenburg, dans lequel on peut lire les puissances active et réactive. Pour simplifier la
construction et l’exploitation de ce repère, on néglige dans le modèle de Behn-Eschenburg la résistance R des
enroulements de l’induit devant leur réactance synchrone Xs : on obtient le diagramme bipolaire (à deux axes)
simplifié de Blondel.

c) Diagramme de Blondel pour une tension fixe aux bornes de la charge et une puissance active constante
La tension aux bornes de l’alternateur étant constante, les extrémités de V sont fixes dans le diagramme des
tensions. On peut tracer un diagramme des tensions qui représente E p ≈ V + jX s I et sur lequel on peut lire les
puissances actives et réactives débitées par l’alternateur.

Si on pose ZG = X s / ξ = +90° , et si le courant I est en retard de phase de φ sur la tension V (charge inductive),
pour tracer le diagramme simplifié de Blondel, on procède la manière suivante :
Les extrémités de V étant fixes, on trace le phaseur de V ;
On trace à l’extrémité du phaseur de V un axe AP déphasé de ξ = +90° par rapport à la direction de V ;
On trace à l’extrémité du phaseur de V un axe Q’AQ perpendiculaire à AP ;

 Jules TSOCHOUNIE 69
5. Les machines synchrones triphasées

Dans le le repère orthogonal constitué par l’axe des abcisses Q’AQ et l’axe de ordonnées AP de la figure 5.15a,
on peut lire les puissances débitées par l’alternateur en charge. Comme I est en retard de φ par rapport à V , AP
étant en quadrature avance sur V et jXs I en quadrature avance sur I , jXs I est en retard de φ par rapport à AP.

Figure 5.15 :

Les projections orthogonales de jXs I sur les axes AP et Q’AQ donnent respectivement :

Ab = Xs I cos φ et Ab' = Xs I sin φ

3V
En étendant ces deux expressions par , on obtient :
3V

Xs X Xs X
Ab = 3VI cos φ = s ⋅ P et Ab' = 3VI sin φ = s ⋅ Q
3V 3V 3V 3V

Les puissances active et réactive débitées par l’alternateur peuvent être exprimées à l’aide des projections de jXs I
sur les axes P’AP et Q’AQ comme suit :

3V 3V
P= ⋅ Ab et Q= ⋅ Ab'
Xs Xs

Conclusion : Dans le diagramme de Behn-Eschenburg, lorsqu’on néglige la résistance R devant la réactance


3V
synchrone, la projection de jXs I sur un axe perpendiculaire à V donne, à près, la puissance active. De même,
Xs
3V
la projection de jXs I sur la direction de V donne, à près, la puissance réactive.
Xs

A vide (I = 0) , on a V = E p , et le point de fonctionnement se trouve en A (figure 5.15a) ; le moteur ou la turbine


d’entraînement de l’alternateur fournit à ce dernier la puissance nécessaire pour couvrir ses pertes fer et mécaniques.

En charge avec un récepteur inductif, E p1 > E v (Ie > Ie0 ) et le point de fonctionnement se trouve en B1 ; l’alternateur
fournissant une puissance active P, le moteur ou la turbine qui l’entraîne lui fournit la puissance nécessaire pour
couvrir cette puissance active et ses pertes fer et mécaniques. L’intensité d’excitation Ie donne le module de E p , et
avec Xs I , on a le point de fonctionnement en B1.

 Jules TSOCHOUNIE 70
5. Les machines synchrones triphasées

En général, la position du point de fonctionnement d’un alternateur en charge est imposée par :
la puissance qui lui est fournie par la machine qui l’entraîne : Pméc = pc + Pj + P ;
le courant d’excitation Ie qui donne la f.é.m Ep.

Si le courant d’excitation Ie est réglé de manière que la puissance active fournie par l’alternateur reste constante, on
obtient le diagramme bipolaire (à deux axes) simplifié de Blondel de la figure 5.15b. Ce diagramme peut servir à
déterminer les points d’équipuissance lorsque le courant d’excitation est varié :
avec une charge résistive, l’excitation est telle que la f.é.m est E p 2 < E p1 et le point de fonctionnement se trouve
en B2 ; l’alternateur fournit une puissance active P, et ne fournit aucune puissance réactive.
avec une charge capacitive, l’excitation est telle que la f.é.m est E p3 < E p 2 et le point de fonctionnement se
trouve en B3 ; l’alternateur fournit une puissance active P, et consomme une puissance réactive.

Les points B1, B2 et B3 sont des points d’équipuissance. On voit bien, que la fourniture ou l’absorption de puissance
réactive par un alternateur est une question d’excitation. A puissance active P donnée, un alternateur peut fournir du
réactif (point B1) ou fonctionner à cos φ = 1 (point B2) ou absorber du réactif (point B3), il suffit de varier l’intensité
d’excitation Ie.

5.4.6 Couplage et fonctionnement d’un alternateur sur un réseau plus puissant


Le plus souvent, un alternateur est couplé à un réseau électrique beaucoup plus puissant que lui, sur lequel il
doit débiter. La puissance disponible sur le réseau étant très élevée devant la puissance de l’alternateur que l’on veut
coupler, on dit que le réseau est de puissance infinie ; il impose à l’alternateur sa tension et sa fréquence. Toutefois,
le couplage de l’alternateur sur le réseau infini ne doit pas affecter les propriétés de ce dernier.

5.4.6.1. Synchronisation de l’alternateur sur le réseau


Il faut éviter qu’à l’instant de couplage d’un alternateur sur un réseau plus puissant que lui, des courant
importants apparaissent dans les enroulements de l’alternateur (transitoires électriques) et provoquent des baisses
importantes de la tension dans le réseau, la disjonction des appareils de protection et un couple important
(transitoires mécaniques) qui pourrait causer la rupture de l’accouplement avec la turbine. Pour ce faire, on doit
effectuer le couplage lorsque les tensions aux bornes de l’induit sont égales (en valeur efficace, en phase, en
fréquence) aux tensions aux bornes homologues du réseau, et ont le même ordre de succession des phases :
l’alternateur doit être entraîné à vide à une vitesse telle que les f.é.m engendrées dans les phases de son induit
aient la même fréquence que les tensions du réseau ;
l’alternateur doit être entraîné dans un sens tel que ces f.é.m aient le même ordre de succession des phases que
les tensions des bornes homologues du réseau ;
l’excitation doit être réglée, de telle manière que ces f.é.m aient une valeur efficace E égale à celle des tensions
du réseau.

La figure 5.16 montre le schéma monophasé équivalent de l’alternateur avec la ligne qui le relie au réseau infini, et
les diagrammes des tensions à l’instant de couplage de l’alternateur sur le réseau, en l’absence de synchronisation.

Figure 5.16 :

 Jules TSOCHOUNIE 71
5. Les machines synchrones triphasées

Supposons qu’à l’instant de couplage de l’alternateur sur le réseau infini, bien que la valeur efficace des f.é.m
soit égale à celle de la tension simple du réseau, la vitesse d’entraînement de l’alternateur n’est pas rigoureusement
égale à la vitesse de synchronisme correspondant à la fréquence du réseau f ≠ f N . La f.é.m E p se déphase alors
lentement par rapport à la tension du réseau V , et l’alternateur est freiné (θ> 0) ou accéléré (θ< 0) pour que f = f N ;
il débite ou reçoit alors de la puissance, que l’on désigne et note par « puissance synchronisante Ps ». A partir des
diagrammes vectoriels correspondants donnés par la figure 5.16 où on néglige les résistances des enroulements de
l’alternateur et de la ligne reliant l’alternateur au réseau, X L étant la réactance de la ligne reliant l’alternateur au
réseau, la puissance synchronisante qui freine ou accélère l’alternateur pour le maintenir au synchronisme est :

θ
Ps = 3VI cos φ = 3VI cos 
2

θ
Avec sin   =
(X s + X L )I d’où on tire I=
2V θ
sin   que l’on remplace dans Ps , et on obtient :
2 2V (Xs + X L ) 2

3V 2
Ps = ± sin θ
Xs + X L

La stabilité de l’alternateur fonctionnant sur un réseau est caractérisée par le moment du couple synchronisant :

3V E p
Ts = cos θ
Ω (Xs + X L )

5.4.6.2. Fonctionnement en charge de l’alternateur sur un réseau


L’étude du fonctionnement de l’alternateur sur un réseau plus puissant que lui sera faite à l’aide du
diagramme bipolaire simplifié de Blondel, qui permet de lire les puissances sur le diagramme des tensions.

a) Position du point de fonctionnement :


La position du point de fonctionnement est imposée d’une part par la puissance mécanique Pméc reçue, d’autre
part par le courant d’excitation Ie qui donne la f.é.m E p et qui indique sur quel cercle d’égal E p ce point se trouve.

Après couplage de l’alternateur sur le réseau, le point de fonctionnement est en A (voir figure 5.17a). Si on veut
lui faire débiter une puissance active P, sans modifier l’excitation, on ouvre la vanne d’admission à la turbine
Xs
d’entraînement pour qu’elle fournisse P, telle que Ab1 = ⋅ P . Si par contre on veut lui faire fournir une puissance
3V
X
réactive Q, on augmente l’excitation ; le point de fonctionnement passe en B2 tel que Ab'2 = s ⋅ Q .
3V

Figure 5.17 :

 Jules TSOCHOUNIE 72
5. Les machines synchrones triphasées

b) Puissance synchronisante d’un alternateur fonctionnant sur un réseau infini :


L’alternateur fonctionnant en B2 (voir figure 5.17b), s’il tend à tourner trop vite, l’excitation n’ayant pas
changé, l’angle interne θ augmente et le point de fonctionnement passe en B3 : il débite une puissance active
3V 3V
P3 = ⋅ Ab3 supérieure à celle P1 = ⋅ Ab1 qu’il reçoit ; il fournit donc en plus une puissance synchronisante
Xs Xs
3V
Ps = ⋅ b1b3 qui le freine.
Xs

Si au contraire l’alternateur ne tourne pas assez vite, l’excitation n’ayant pas changé, l’angle interne θ diminue
3V
et le point de fonctionnement passe en B4 : il débite une puissance active P4 = ⋅ Ab 4 inférieure à celle
Xs
3V 3V
P1 = ⋅ Ab1 qu’il reçoit ; il reçoit donc en plus une puissance synchronisante Ps = ⋅ b 4 b1 qui l’accélère.
Xs Xs

c) Stabilité du fonctionnement de l’alternateur :


A tension aux bornes V et à excitation Ie données, donc à V et E p constantes, quand la puissance mécanique
reçue par l’alternateur augmente, la puissance (électrique) qu’il débite croît. Le point de fonctionnement se déplace
comme dans la figure 5.17 de B2 à B3 sur le cercle d’égale E p . Si on néglige, pour simplifier, les pertes de
l’alternateur, la puissance active débitée par l’alternateur est égale à la puissance électromagnétique :

Pem = Tem ⋅ Ω ≈ Pu = 3VI cos φ

Dans le diagramme des tensions de la figure 5.15, on a E p sin θ = Xs I cos φ ; par conséquent l’expression du moment
électromagnétique en fonction de l’angle interne est :

3E p V
Tem = sin θ
ΩXs

π 3E V
Le moment maximal que peut développer l’alternateur est donné pour θ = par Pmax = p . Si la puissance
2 Xs
π
débitée continue de croître au-delà de θ = , le couple électromagnétique diminue s’annule et s’inverse ; la machine
2
d’entraînement rejette l’alternateur, le groupe s’emballe et s’arrête.

Figure 5.18 :

 Jules TSOCHOUNIE 73
5. Les machines synchrones triphasées

En régime permanent, le point de fonctionnement se situe dans la région du plan de la figure 5.18b, délimitée par :
l’échauffement de l’induit ;
l’échauffement de l’inducteur et du circuit magnétique ;
la puissance nominale de la turbine ;
l’angle interne maximal.

5.4.7 Bilan des puissances et rendement de l’alternateur


L’alternateur reçoit une puissance mécanique (ou puissance absorbée) Pméc de la machine d’entraînement
(moteur thermique ou turbine), et une puissance électrique Pexc de la source d’excitation ; il fournit une puissance
électrique Pél = 3U ⋅ I ⋅ cos φ au réseau d’utilisation qu’il alimente. Si l’alternateur est auto-excité, il faut ajouter à la
puissance utile la puissance d’excitation Pexc = Ue ⋅ Ie . Du fait de la conservation de l’énergie d’un système isolé, la
différence des puissances absorbées et fournies représente la somme des pertes de puissance de l’alternateur :

(Pméc + Pexc ) − Pél = ∑ pertes

La somme des pertes comporte :


les pertes collectives : pc = p m + PFe ;
les pertes par effet Joule dans l’inducteur : Pje = R e ⋅ Ie2 ;
3
les pertes par effet Joule dans l’induit : Pja = 3R ⋅ I2 = r ⋅ I2 , où r est la résistance mesurée entre deux bornes de
2
l’induit, quel que soit le couplage de ce dernier ;

Le rendement de l’alternateur est alors :

Pél Pél 3U ⋅ I ⋅ cos φ


η= = =
Pméc + Pexc Pél +
∑ pertes 3U ⋅ I ⋅ cos φ + ∑ pertes

5.5 Fonctionnement en moteurs synchrones triphasés


Le moteur synchrone et l’alternateur sont une seule et même machine utilisée dans des conditions de
fonctionnement différentes. Après avoir accroché au réseau plus puissant que lui, si on supprime la puissance
d’entraînement, la puissance synchronisante maintient la machine synchrone en rotation à la vitesse de
synchronisme liée à la fréquence du réseau : la machine synchrone fonctionne alors en moteur synchrone.

5.5.1 Constitution du moteur synchrone


Lorsque la machine synchrone à pôles saillants doit fonctionner en moteur, elle comporte une cage
d’amortisseur de Leblanc, qui est constituée par des barres de cuivre logées dans les encoches des épanouissements
des pôles du rotor, dont les extrémités sont réunies par deux couronnes conductrices. L’ensemble est analogue à la
cage d’écureuil des moteurs asynchrones. L’amortisseur Leblanc a un double rôle :
Permettre le démarrage en asynchrone ;
Etouffer le champ inverse qui serait produit par une éventuelle dissymétrie dans les courants triphasés du stator.

L’amortisseur Leblanc se trouve souvent sur un alternateur triphasé et est indispensable pour un alternateur
monophasé à cause du champ inverse qui existe toujours, même sans dissymétrie. Dans une machine synchrone à
pôles lisses, la masse métallique du rotor joue le rôle d’amortisseur.

5.5.2 Procédés de démarrage du moteur synchrone


A l’arrêt, même alimenté, un moteur synchrone ne possède pas de couple de démarrage. Le problème à résoudre
est donc d’amener le rotor, iniatialement à l’arrêt, sans couple moteur synchrone, à une vitesse convenable. Il en
existe deux possibilités : les démarrages en moteur asynchrone et le démarrage par une machine auxiliaire.

 Jules TSOCHOUNIE 74
5. Les machines synchrones triphasées

5.5.2.1. Démarrage en asynchrone


Certains moteurs de petite et de moyenne puissance peuvent démarrer comme des moteurs asynchrones grâce
aux courants induits dans la cage d’amortisseur de Leblanc, les pièces massives du rotor et dans l’enroulement
inducteur préalablement fermé sur une résistance RD. Si l’inducteur est alimenté, la machine produit de fortes
vibrations. Pour favoriser la synchronisation du moteur sur le réseau, lorsque la fréquence de rotation est voisine de
la vitesse de synchronisme, l’enroulement inducteur doit être séparé de la résistance RD et alimenté en continu.

Si le réseau ne peut accepter l’appel de courant dû au démarrage en asynchrone sous pleine tension, on utilise
un des procédés de réduction du courant de démarrage du moteur asynchrone, tel que l’alimentant à tension et
fréquence progressivement croissantes, par un variateur de fréquence à étage intermédiaire en courant continu suivi
d’un onduleur de courant autocommuté. La puissance du variateur doit être légèrement supérieure à celle
consommée à vide par le moteur synchrone. Lorsque la vitesse de rotation est au voisine de la vitesse de
synchronisme, il faut séparer le moteur de l’onduleur et le brancher sur le réseau, avant de favoriser la
synchronisation.

5.5.2.2. Démarrage avec un moteur auxiliaire


Un petit moteur à courant continu ou asynchrone, de puissance légèrement supérieure à celle consommée à
vide par le moteur synchrone, et ayant deux pôles de moins que le moteur synchrone, entraîne le rotor de ce dernier
à une fréquence de rotation proche du synchronisme. La synchronisation (accrochage) est obtenue par l’alimentation
en continu de l’inducteur.

5.5.3 Synchronisation du moteur synchrone sur le réseau d’alimentation


Après le démarrage, le moteur synchrone à vide doit être couplé au réseau, et il ne peut l’être que dans les
mêmes conditions que l’alternateur. Au moment du couplage, les conditions suivantes doivent être remplies :
le rotor doit tourner à une vitesse proche de la vitesse de synchronisme liée à la fréquence du réseau ;
l’ordre de succession des phases des f.é.m doit être le même que celui des tensions homologues du réseau ;
l’excitation doit être réglée, de telle sorte que les f.é.m aient la même valeur efficace que les tensions du réseau.

Parfois, arrivé au voisinage de la vitesse de synchronisme, avant d’alimenter l’inducteur, le moteur s’accroche
de lui-même grâce à un flux inducteur rémanent. Le plus souvent, la vitesse se stabilise un peu en deçà de la vitesse
de synchronisme ; on tente alors la synchronisation en alimentant l’inducteur. Si la puissance synchronisante est
positive et suffisante, la synchronisation se produit. On reconnait que le moteur s’est accroché au réseau lorsque la
valeur efficace des courants du bobinage induit diminue brusquement. Si la synchronisation échoue, la vitesse
diminue et la valeur efficace des courants du bobinage induit augmente.

Principe : Les enroulements statoriques triphasés du moteur synchrone reliés au réseau triphasé créent un champ
glissant dans l’entrefer. Le rotor toujours alimenté en courant continu est un électroaimant qui, lorsqu’il est entraîné
à une vitesse proche de la vitesse de synchronisme se trouve accroché et entraîné par le champ glissant du stator.

5.5.4 Modèles théoriques et diagrammes des tensions associés


Le moteur synchrone est régi par les mêmes lois physiques que l’alternateur et peut être représenté par les
mêmes équations et les mêmes schémas équivalents. On va se limiter, comme pour l’alternateur, aux machines
synchrones à pôles lisses.

Pour des raisons de commodité, on préfère considérer le moteur synchrone comme un récepteur électrique,
et donc adopter la convention des sens récepteurs (CSR). Pour ce faire, on inverse le sens des courants d’induit.

Dans le cas général, pour un état magnétique quelconque, la f.é.m induite dans un enroulement d’induit du
moteur par la variation du flux total ϕ t ( t ) , ou f.é.m en charge, peut s’écrire :

di (t )
e t (t ) = e r (t ) + λ
dt

En régime sinusoïdal, cette f.é.m peut s’écrire sous la forme de symbole complexe des valeurs efficaces :

E t = E r + jωλ I

 Jules TSOCHOUNIE 75
5. Les machines synchrones triphasées

La chute de tension aux bornes de l’enroulement de résistance R est donnée par l’expression complexe :

V = E t + R ⋅ I = E r + (R + jωλ ) ⋅ I

Dans le fonctionnement en moteur, la roue polaire, freinée par la charge entraînée, est tirée par le champ glissant
statorique : la f.é.m E r est en retard de phase de θ sur la tension V .

Comme pour l’alternateur, on adopte les modèles suivants permettent de prédéterminer les conditions de
fonctionnement du moteur synchrone triphasé alimenté par un réseau triphasé équilibré. En fonctionnement supposé
équilibré, on se contente d’étudier une seule phase.

5.5.4.1. Modèle de Behn-Eschenburg


Le modèle de Behn-Eschenburg se traduit dans la CSR, par l’équation aux tensions :

V = E p + R ⋅ I + jω L s ⋅ I

aux bornes d’un enroulement induit.

Avec cette équation, on obtient le schéma équivalent monophasé de la figure 5.19a. La figure 5.19b montre
le diagramme vectoriel qualitatif des tensions et des courants, pour un comportement inductif. La figure 5.19c
montre le diagramme vectoriel qualitatif des tensions et des courants pour un comportement capacitif du moteur.
Dans le cas du comportement inductif, on constate que E p est inférieur à V : le moteur est dit sous-excité. Par
contre dans le cas du comportement capacitif, on constate que E p est supérieur à V : le moteur est dit surexcité.

Figure 5.19 :

5.5.4.2. Modèle de Potier


Le modèle de Potier se traduit, dans la CSR, par l’équation aux tensions aux bornes d’un enroulement induit :

V = E r + R ⋅ I + jωλ ⋅ I

Avec cette équation, on obtient le schéma équivalent monophasé de la figure 5.20a. La figure 5.20b montre
le diagramme vectoriel qualitatif des tensions et des courants pour un comportement inductif, et la figure 5.20c
montre le diagramme vectoriel qualitatif des tensions et des courants pour un comportement capacitif du moteur.
Dans le cas du comportement inductif, on constate que E p est inférieur à V : le moteur est dit sous-excité. Par
contre dans le cas du comportement capacitif, on constate que E p est supérieur à V : le moteur est dit surexcité.

 Jules TSOCHOUNIE 76
5. Les machines synchrones triphasées

Figure 5.20 :

5.5.5 Etude du fonctionnement du moteur synchrone


Lorsque le moteur synchrone est alimenté sous tension constante, il est très souvent question de déterminer les
réglages à imposer à son intensité d’excitation Ie , quand la charge entraînée est modifiée, de manière que la
puissance mécanique fournie par le moteur reste constante. Autrement dit, connaisant la tension d’alimentation du
moteur, sa charge (donc sa puissance active absorbée aux pertes près) et le facteur de puissance que l’on désire le
voir prendre, nous voulons prédéterminer l’intensité du courant appelé et l’intensité d’excitation.

La résolution analytique de ce problème nécessite également la construction d’un diagramme bipolaire simplifié
de Blondel comme le montre la figure 5.21, dans lequel on peut lire les puissances active et réactive.

La puissance électromagnétique reçue du


réseau par le moteur synchrone est la
puissance synchronisante fournie par ce
réseau, dont l’expression est :

3E p V
Pem = sin θ
Xs

C’est cette puissance synchronisante qui


explique le fonctionnement de la machine
synchrone. La puissance maximale que peut
π
fournir le moteur est donnée pour θ = ,
2
3E p V Figure 5.21 :
par Pmax = . Si la puissance
Xs
π
mécanique demandé par la charge continue de croître au-delà de θ = , le couple électromagnétique diminue,
2
s’annule et s’inverse ; le moteur rejette alors la charge entraînée, le groupe s’emballe et s’arrête.

5.5.6 Bilan des puissances et rendement du moteur synchrone


Le moteur reçoit du réseau électrique d’alimentation alternatif une puissance électrique Pél + Pexc et fournit à
la charge entraînée une puissance mécanique Pméc . La puissance électrique absorbée par l’induit triphasé est
Pél = 3U ⋅ I ⋅ cos φ , et la puissance d’excitation est Pexc = Ue ⋅ Ie . Du fait de la conservation de l’énergie d’un système
isolé, la différence des puissances absorbée et fournie représente la somme des pertes de puissance du moteur :

 Jules TSOCHOUNIE 77
5. Les machines synchrones triphasées

(Pél + Pexc ) − Pméc = ∑ pertes

La somme des pertes comporte les pertes constantes, les pertes par effet Joule dans l’inducteur et les pertes par effet
Joule dans l’induit. Le rendement du moteur est alors :

η=
Pméc
=
Pél + Pexc −∑ pertes
= 1−
∑ pertes
Pél + Pexc Pél + Pexc Pél + Pexc

5.5.7 Caractéristiques du moteur synchrone : courbes de Mordey


Pour mettre en évidence la particularité du moteur
synchrone, qui est de pouvoir faire varier le courant d’induit I et la
puissance réactive Q par action sur le courant d’excitation Ie , on
trace ou on relève souvent les courbes de Mordey ou courbes en
V : il s’agit des caractéristiques I = f (Ie ) à tension V et puissance
utile Pu constantes, comme les montre la figure 5.22.

Le lieu des minima des courbes en V pour différentes


puissances utiles correspond à cos φ = 1 .

A gauche du lieu des minima le moteur synchrone est


sous-excité et consomme l’énergie réactive. A droite du lieu des
minima, le moteur synchrone est surexcité et fournit l’énergie
réactive. Figure 5.22 :

Si on admet que les pertes de puissance de la machine synchrone varient peu lorsqu’on décrit l’une de ces courbes,
on peut considérer aussi que ce sont des courbes à puissance absorbée Pél constante.

5.5.8 Fonctionnement en compensateurs synchrones


Un compensateur synchrone est un moteur
synchrone fonctionnant toujours à vide (θ = 0) , qui est
uniquement destiné à produire ou à consommer de la
puissance réactive. Il ne dépense que ses pertes. Il travaille
alors à cos ϕ = 1 .

En agissant sur son courant d’excitation Ie , donc


sur la f.é.m E p , on déplace le point de fonctionnement à
l’intersection de la droite à puissance nulle avec le cercle
d’égale E p , comme le montre la figure 5.23, et on règle Q à
la valeur désirée. Figure 5.23 :
Un compensateur est spécifié pour la puissance réactive qu’il peut générer en régime permanent.

Placés près des grands centres de consommation d’énergie électrique, les compensateurs synchrones jouent
le rôle de condensateurs de capacité variable. Aux heures de forte demande, ils doivent fournir une grande puissance
réactive pour réduire les courants et les chutes de tension dans les lignes alimentant ces centres : on augmente la
puissance réactive fournie Q en augmentant le courant d’excitation Ie .

A certains moments, on leur demande de consommer l’énergie réactive, par exemple pour compenser
l’élévation de la tension créée par une longue ligne Haute Tension à vide, car cette dernière a un comportement
capacitif : on augmente la puissance réactive consommée Q en diminuant le courant d’excitation Ie .

 Jules TSOCHOUNIE 78
5. Les machines synchrones triphasées

EXERCICES SUR LES MACHINES SYNCHRONES


EXERCICE 5-1:
Sur la plaque signalétique d’un alternateur, on relève les indications suivantes :
~ 3 ; cos ϕ = 0,85 ; MVA 57 ; 50 Hz ; V 10300 ; / min 120
a) Indiquer leurs significations.
b) Pourquoi donne-t-on un cosϕ ? Qu’indique-t-il pour les machines synchrones ?

EXERCICE 5-2:
1) Un alternateur triphasé tourne à 250 tr / min et produit des f.é.m de fréquence 50 Hz . Quel est le nombre de pôles
inducteurs ?

2) Un alternateur triphasé produit des f.é.m de fréquence 60 Hz et possède 12 pôles. Quelle est sa vitesse nominale
d’entraînement ?

EXERCICE 5-3:
A vide, un alternateur monophasé, à aimants permanents fournit une f.é.m de valeur efficace 220 V lorsque la roue
polaire est entraînée à 500 tr / min . Quelle est la valeur efficace de la f.é.m si la roue polaire tourne à 600 tr / min ?

EXERCICE 5-4:
Un alternateur monophasé possède 8 pôles ; chacun d’eux fournit un flux utile de 0,12 Wb . L’enroulement induit du
stator présente une encoche par pôle et chaque encoche contient deux conducteurs. Le coefficient de Kapp est 2,3 . La
vitesse de rotation de la roue polaire est de 750 tr / min . Quelle est la valeur efficace de la f.é.m à vide ?

EXERCICE 5-5:
Un alternateur monophasé tétrapolaire comporte 100 conducteurs. Le flux par pôle vaut 0,025 Wb et la fréquence est
f = 50 Hz . On mesure aux bornes de l’induit une tension de valeur efficace 267 V . Déterminer le coefficient de Kapp de
l’enroulement et la vitesse de rotation de l’alternateur.

EXERCICE 5-6:
Un alternateur de la centrale hydroélectrique de Songloulou possède les caractéristiques suivantes : 50 pôles ; flux
maximal par pôle 13,5 mWb ; fréquence des f.é.m fournies 50 Hz ; coefficient de Kapp 2,05 ; nombre de brins
conducteurs de l’induit 13 224 .

1) Déterminer la vitesse de rotation nominale de l’alternateur


2) Quelle est la valeur efficace de la f.é.m :
a) d’un enroulement ?
b) entre phases ?

EXERCICE 5-7:
La plaque signalétique d’un alternateur porte les indications suivantes : 60 kVA ; 220 / 380 V ; 50 Hz ; 1000 tr / min .
Quelle est la valeur efficace de l’intensité en ligne et le nombre de pôles de l’alternateur ?

EXERCICE 5-8:
Le stator d’un alternateur triphasé comporte trois enroulements couplés en triangle, chacun de résistance r = 2,5 Ω et de
réactance Xs = 10,7 Ω . La tension entre les bornes de l’alternateur est maintenue constante égale à 220 V par réglage de
l’intensité du courant d’excitation.
L’alternateur débite un courant d’intensité 8 A dans une charge résistive.

 Jules TSOCHOUNIE 79
5. Les machines synchrones triphasées

1) Construire le diagramme des tensions de l’alternateur (Prendre 50 V pour 1cm ).


2) Calculer :
a) la f.é.m en charge E t due au flux résultant ;
b) la f.é.m synchrone E p due au flux de la roue polaire ;
c) l’angle interne θ .

EXERCICE 5-9:
Un alternateur triphasé est constitué par trois enroulements montés en triangle. Il a donné aux essais :
- A vide, les relevés dans le tableau suivant :

i (A) 0 40 70 100 150 170 200


E (V) entre phases 0 12 400 20 000 24 800 28 000 29 000 30 000

- En court-circuit, le point suivant : I CC = 10 A , iexc = 80 A

En utilisant la méthode de Behn-Eschenbourg, calculer :


1) l’impédance de chaque enroulement pour i exc = 200 A ;
2) le courant d’excitation de l’alternateur pour avoir U = 20 000 V avec I = 10A et cos φ = 0,8 ( AR ) (on négligera la
résistance interne) ;
3) les pertes par effet Joule dans l’induit pour I = 10 A , si la résistance mesurée entre deux bornes vaut 30 Ω

Extrait BTS 2001, EPS Electrotechnique

EXERCICE 5-10:
Un alternateur dont les enroulements du stator sont couplés en étoile fournit en charge nominale un courant d’intensité
I = 200 A sous une tension efficace entre phases U = 5000 V lorsque la charge est inductive (cos φ = 0,87 ) . La fréquence
du courant est 50 Hz , et la fréquence de rotation est 250 tr / min .

La résistance d’un enroulement du stator est R s = 0,02 Ω .

L’ensemble des pertes collectives et par effet Joule dans le rotor est 220 kW .

Un essai à vide a donné les résultats suivants :

I e (A) 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
E (V) 0 1050 2100 3150 4200 5200 5950 6550 7000 7300 7500

E est la valeur efficace de la force électromotrice entre phases


I e est l’intensité du courant d’excitation.

Un essai en court-circuit a donné pour un courant d’excitation I e = 40 A , un courant dans les enroulements du stator
d’intensité I = 2500 A .

1) Quel est le nombre de pôles du rotor ?


2) Calculer la réactance synchrone d’un enroulement du stator (elle sera supposée constante dans tout le problème)
3) Le flux maximal sous un pôle étant de 0,025 Wb , le coefficient de KAPP valant 2,08 et le nombre de conducteurs
actifs par phase 1620 , calculer la f.é.m. entre phases
4) Calculer la puissance nominale ainsi que le rendement de l’alternateur.

Extrait BTS 1999, EPS Electrotechnique

 Jules TSOCHOUNIE 80
5. Les machines synchrones triphasées

EXERCICE 5-11:
Une génératrice synchrone triphasée, induit au stator couplé en étoile, dont la fréquence f = 50 Hz est constante,
possède un rotor à 4 pôles lisses. On a relevé à la vitesse d’entraînement nominale :

• la caractéristique à vide ci-après :

5000

4500

4000

3500
Tension à vide U0 (V)

3000

2500

2000

1500

1000

500

0
0 10 20 30 40 50 60
Intensité d'ecxitation Ie (A)

où on désigne par Ie le courant inducteur et par E s la force électromotrice induite dans un enroulement.

• un point en court-circuit : courant dans l’induit I cc = 100 A pour une intensité dans l’inducteur I e,cc = 14,5 A .
• un point de fonctionnement avec un récepteur purement inductif (cos ϕ = 0) : I e,dew = 40 A , I dew = 100 A et
U dew = 4500 V .

La résistance des enroulements de l’induit est négligeable.

1) Dans le même graphe de la caractéristique à vide représentée ci-dessus, placer le point de court-circuit P et le point
de déwatté P’ (désigner par N l’origine).
2) Déterminer l’intensité du courant fictif Ie0 et la valeur efficace de la f.é.m induite en charge E r .
3) Construire le triangle de Potier
4) Déduire pour le modèle monophasé équivalent de Potier de l’alternateur :
a) la réactance ωλ d’un enroulement, et
b) le coefficient d’équivalence α en excitation.

 Jules TSOCHOUNIE 81
Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

J.L DALMASSO : Cours d’électrotechnique 1. Machines tournantes à courant alternatif. Belin 1985-2. Collection DIA
Technique supérieur.

J.L DALMASSO : Cours d’électrotechnique 2. Traitement de l’énergie électrique (convertisseurs statiques). Belin
1984-2. Collection DIA Technique supérieur.

H. ECKHARDT : Grundzüge der Elektrischen Maschinen. B. G. Teubner, Stuttgart 1982.

R. FISCHER : Formeln und Übungen zur elektrischen Energietechnik. 2. durchgesehene Auflage. Carl Hanser Verlag
München Wien 1980.

K. FUEST : Elektrische Maschinen und Antriebe. Lehr- und Arbeitsbuch. 2. durchgesehene Auflage. Friedr. Vieweg &
Sohn Verlagsgesellschaft mbH, Braunschweig 1985.

E.-H. LÄMMERHIRDT : Elektrische Maschinen und Antriebe. Aufbau – Wirkungsweise – Prüfung – Anwendung.
Carl Hanser Verlag München Wien 1989.

J.C MAUCLERC; Y. Aubert ; A. : Guide du technicien en électrotechnique. Maîtriser les systèmes de conversion
d’énergie. Hachette technique 2003.

Francis Milsant : Electrotechnique. Electronique de Puissance. Cours et Problèmes. Ellipses Marketing 1993.

Guy SEGUIER, Francis NOTELET : Electrotechnique industrielle 2ème édition. Technique & Documentation – 1996.

−O. SEINSCH : Elektrische Maschinen und Antriebe. Studienskript. Teubner Verlag 1982.
H.−

M. VIAL : Electricité Professionnelle, Editions Nathan/VUEF – 2001.

 Jules TSOCHOUNIE 82