Vous êtes sur la page 1sur 15

Introduction :

Le web est devenu une partie importante de notre vie, parce qu’il constitue la
source d’information la plus globale. Et l’évolution de l’informatique est l’apparition
de l’internet, ce phénomène d’interaction qui offre des possibilités considérables et
accroit les chances de communication à travers un lieu virtuel qui regroupe des
pages internet présentées par des personnes ou des organisations.
Une des applications qui a popularisé internet c’est le Web qui nous allons
exposer dans ce chapitre.

I. Le web :

1. Définition du web :
Le World Wide Web (WWW), littéralement la « toile d’araignée mondiale »,
communément appelée le Web, est un système hypertexte public fonctionnant sur
internet .Le Web permet de consulter, avec un navigateur des pages accessibles sur
des sites. L’image de la toile d'araignée vient des hyperliens qui lient les pages web
entre elles. Le Web n’est qu'une des applications d’internet distincte d’autres
applications comme le courrier électronique, la messagerie instantanée...

2. Définition d’un site web :


Un site web est composé d'un ensemble de documents structurés, nommés
pages web, stockés (hébergés) sur un ordinateur (serveur) connecté au réseau
mondial (internet). Une page web contient essentiellement du texte, et est
souvent enrichie d'images, de sons, de vidéos et de liens vers d'autres pages web.

3. Les différents types des sites web :

Il existe deux types des sites web : les sites web statiques et les sites web
dynamiques.

 Un site web statique :


Constitué des pages web avec du contenu fixe. Chaque page est codée en HTML
(HyperText Markup Language) et affiche les mêmes informations à chaque visiteur.

1
La modification de ces pages ce fait par une intervention de l'administrateur du site
web.

Figure-1 : Représentation d’un site web statique

 Un site web dynamique :


Les pages du site qui le compose peuvent être modifiables par les visiteurs. De
plus, entre deux visites sur un même site, le contenu de la page peut être différent
sans action de l'administrateur du site Internet. Le serveur qui fait fonctionner le
site utilise une technologie de Scripting (comme PHP) ainsi qu'une base de données
comme MySQL (My Structured Query Language).

Figure-2 : Représentation d’un site web dynamique.

4. Classification des sites web:


On peut classer les sites web selon leur but à :
 Site vitrine : comme son nom l’indique, un site « vitrine » est vocation d’être
2
la vitrine d’une organisation, une société ou une marque sur internet. Ce type de
site peut être composé de plusieurs pages et donne a l’internaute toutes sortes
d’informations sur l’entreprise : les produits, les services, les coordonnées …
 Site catalogue : Présente la société ou la marque ainsi que son activité et tous
ses produits détaillés.

 Site informatif : ce type de site regroupe des données ou des informations


sur un sujet général. Il peut être commun à plusieurs entreprises ou plusieurs
marques.
 Site marchand ou E-commerce : comme son nom l’indique, un site pour
faire du commerce sur internet.
Il permet de réaliser des transactions d’argents en ligne via un système sécurisé,
que ce soit pour des produits ou des services.
 Site institutionnel : Présente une organisation ainsi que ses activités et ses
valeurs. La société fournit toutes les informations pratiques à ses clients ou
bénéficiaires. Il permet également de publier des articles sur les activités
économiques et sociales tels que les sociétés et les associations.
Son but est d’améliorer et de promouvoir l’image d’une entreprise. Il est donc plus
marketing que commercial.
 L’intranet : Il est accessible que par les employés de la même entreprise ou
d’une direction, l’intranet met à disposition la possibilité d’échanger des
informations professionnelles.
 Blog : véritable journal d’une entreprise, le blog est un site web qui propose
différents articles. Ces articles peuvent parler de l’entreprise, des nouveautés de
l’entreprise ou d’un sujet d’actualité.
La caractéristique majeure d’un blog tient dans la possibilité offerte aux internautes
de réagir et déposer un commentaire en fin d’article.

5. Les technologies web :

 HTML (Hyper Text Markup Language)


L’HTML est le format de données conçu pour représenter les pages web.
C’est un langage de balisage permettant d’écrire de l’hypertexte, d’où son nom.
HTML permet également de structurer sémantiquement et de mettre en forme
le contenu des pages, d’inclure des ressources multimédias dont des images, des
formulaires de saisie, et des programmes informatiques. Il est souvent utilisé
conjointement avec des langages de programmation (JavaScript) et des formats
3
de présentation (CSS).
 CSS (Cascading Style Sheets) :
Signifie « feuilles de style en cascade ». Les feuilles de style sont utilisées pour
formater la mise en page des pages web. Ils peuvent être utilisés pour définir des
styles de texte, des tailles de tableau et d’autres aspects des pages web qui
auparavant ne pouvaient être définis que dans le code html d’une page.
 PHP (Personal Home Pages) :
PHP est un langage de programmation web cô té serveur, ce qui veut dire que
c'est le serveur qui va interpréter le code PHP et générer du code qui pourra être
interprété par le navigateur.
Pour décrire une page PHP, on pourrait dire que c'est un fichier avec l'extension
.php, lequel contient une combinaison de balises HTML et de scripts .
 ASP (Active Server Pages) :
ASP est le standard de programmation défini par Microsoft en 1996 pour créer
des pages web dynamiques pour Windows. Concurrent du langage PHP, il travail
également coté serveur et renvoie les requêtes vers le navigateur Internet dans
une programmation standard. C’est un langage interprété.

 JS (Java Script) :

JavaScript est un langage de programmation principalement utilisé pour créer


des pages web interactives. Ce langage, incorporé dans un document HTML, n'est
pas visible dans la fenêtre du navigateur.
Il sert à améliorer le langage html en effet, il permet d'exécuter des commandes
du cô té client. Mais il est aussi utilisé dans de nombreux environnements
extérieures aux navigateurs web tels que Node.js.
Ce langage permet de manipuler des objets au sens informatique : créer des
fenêtres spécifiques, contrô ler les données saisies dans les formulaires,
redimensionner certains objets, rediriger des liens… .
 jQuery
jQuery est une bibliothèque JavaScript libre qui porte sur l’interaction entre
JavaScript (comprenant Ajax) et Html, et a pour but de simplifier des commandes
communes de JavaScript.
 MYSQL (My Structured Query Language):
MySQL est un système de gestion de base de données relationnelle (SGBDR). Il
est distribué sous une double licence GPL et propriétaire. Il fait partie des
logiciels de gestion de base de données les plus utilisés au monde, autant par le

4
grand public (applications web principalement) que par des professionnels.

6. Application Web :
Un programme s’exécutant dans un navigateur web, consultable en ligne, pour
accéder à l’application il faut cependant avoir une connexion à Internet et un
navigateur web. Une application web peut être un jeu, un logiciel de traitement de
données, un moteur de recherche, un système de gestion des contenus, une
boutique en ligne… etc.

7. L’architecture client/serveur :
L’architecture client/serveur désigne un mode de communications entre
plusieurs ordinateurs d'un réseau qui distingue un ou plusieurs postes clients du
serveur ; chaque logiciel client peut envoyer des requêtes à un serveur.

Un serveur peut être spécialisé en serveur d'applications, de fichiers, de


terminaux, ou encore de messagerie électronique.

 Caractéristiques d'un serveur


• il est à l'écoute, prêt à répondre aux requêtes envoyées par des
clients ;
• dès qu'une requête lui parvient, il la traite et envoie une réponse.

 Caractéristiques d'un client :
• il envoie des requêtes au serveur ;
• il attend et reçoit les réponses du serveur.

Remarque : Le client et le serveur doivent bien sû r utiliser le même protocole de


communication. Un serveur est généralement capable de servir plusieurs clients
simultanément.

5
Figure 3 : L’architecture client/serveur

6
7. Les types d’architecture client/serveur

 Architecture 1-tiers

Une application 1-tiers peut aisément se diviser en trois niveaux distincts: les
données, le traitement de ces données et la couche présentation :
-Couche de données: regroupe le stockage et les mécanismes d’accès des
données à ce qu’elles soient utilisables par l’application au niveau traitement.
-Couche de traitement: concerne à la fois les taches à réaliser par l’application
sur les données et les traitements nécessaires suite à une action venant de
l’utilisateur : vérification d’authentification …etc.
-Couche présentation: gère l’affichage des données et les interactions de
l’application avec l’utilisateur. Cette couche gère les saisies au clavier, à la souris
et la présentation des informations à l’écran.

Dans une application un tiers, les trois couches applicatives sont intimement liées
et s’exécutent sur le même ordinateur.

Figure-4 : Architecture Client/ Serveur 1-tiers

7
 Architecture 2 tiers
Cette architecture est également appelée architecture client-serveur en raison
des deux composants: le client qui exécute l'application et le serveur qui gère le
back-end de la base de données. Lorsque le client démarre, il établit une connexion
avec le serveur et communique selon les besoins avec le serveur lors de l'exécution
du client. L'ordinateur client ne peut généralement pas voir directement la base de
données et ne peut accéder aux données qu'en démarrant le client. Cela signifie que
les données sur le serveur sont beaucoup plus sécurisées. Désormais, les
utilisateurs ne peuvent pas modifier ou supprimer des données, sauf s'ils disposent
de droits d'utilisateur spécifiques pour le faire. 

Figure-4 : Architecture Client/ Serveur 2-tiers

 Architecture 3-tiers

Dans l’architecture 3-tiers, il existe un niveau intermédiaire, c’est-a-dire que l’on


a également une architecture partagée entre :
-Un client c'est-à -dire que l’ordinateur demandeur de ressources, équipée d’une
interface utilisateur (généralement un navigateur web) chargée de la
présentation ;
-Le serveur d’application (appelé également middleware), chargé de fournir la
ressource mais faisant appel a un autre serveur ;
-Le serveur de données, fournissant au serveur d’application les données dont il a
besoin.
8
Figure-5 : Architecture Client/ Serveur 3-tiers

 Architecture n-tiers
On parle d'architecture 3 tiers mais aussi d'architecture n tiers. En effet dans la
plupart des applications le niveau intermédiaire est une collection de composants
qui sont utilisés dans de nombreux traitements transactionnels. Ces composants
peuvent être situés sur un ou plusieurs serveurs physiques. De plus chacun de ces
composants effectue une petite tache et c'est pourquoi on peut séparer cette
partie intermédiaire en n parties d'où le terme architecture n-tiers.

II. Service web


1. Définition du service web :
Il s'agit d'une technologie permettant à des applications de dialoguer à distance
via internet, et ceci indépendamment des plates-formes et des langages sur
lesquelles elles reposent. Pour ce faire, les services Web s'appuient sur un ensemble
de protocoles internet très répandus (XML, HTTP), afin de communiquer. Cette
communication est basée sur le principe de demandes et réponses, effectuées avec
des messages XML.

Les services Web sont décrits par des documents WSDL (Web Service
Description Language), qui précisent les méthodes pouvant être invoquées, leurs
signatures et les points d'accès du service (URL, port). Les services Web sont
accessibles via SOAP (Simple Object Access Protocole), la requête et les réponses
sont des messages XML transportés sur HTTP.

9
2. L’intérêt des services Web :
Les Services Web comportent de nombreux avantages, ils sont utilisables à
distance via n'importe quel type de plate-forme, ils peuvent servir au
développement d’applications distribuées et sont accessibles depuis n’importe quel
type de clients. Les services web appartiennent à des applications capables de
collaborer entre elles de manière transparente pour l’utilisateur.

3. Architecture des services Web :


Jusqu'ici, l'accès via Internet à une ressource applicative ou à une base de
données s'effectuait par l'envoi d'une requête s'appuyant sur des langages de script
(PHP,…).
Il s'agissait donc d'un dialogue entre une couche de présentation reposant sur
HTML (protocole http) et des applications installées sur un serveur distant.
Avec les Web Services, un dialogue est désormais instauré entre applications qui
peuvent être installées sur des machines distantes, et ceci grâ ce à des standards
XML.
En effet, afin de dialoguer via Internet, ces applications doivent « parler » le même
langage, langage basé sur le XML. L’architecture de référence des services web se
base sur les trois concepts suivants :

 Le fournisseur de service : c’est le propriétaire du service.


 Le client (ou le consommateur de service) : c’est un demandeur de service.
D’un point de vue technique, il est constitué par l’application qui va rechercher et
invoquer un service.

 L’annuaire de service : Entité logicielle intermédiaire entre les clients et le


fournisseur de services. Il correspond à un registre de descriptions de services
offrant des facilitées de publication de services à l'intention des fournisseurs ainsi
que des facilitées de recherche de services à l’intention des clients.

10
Diffuseur de services

L’annuaire de
service(UDDI) 

Recherche de web services Publication de web services

WSD WSDL

SOAPP

Utilisateur de Fournisseur de
service : client service
WSDL

Invocation de web services

Figure -6: Architecture des Web Service.

Les interactions entre les principaux acteurs de l’architecture de référence


(figure6), présente un scénario du mode de fonctionnement d’un service
web, qui sont principalement :

 Publication de service : le fournisseur de service se charge de


l’enregistrement et de la publication, de la description de service en WSDL,
auprès d’un serveur UDDI, afin qu’elle puisse être découverte et invoquée
par des clients potentiels. L’opération s’effectue par l’envoi d’un message
(encapsulé dans une enveloppe SOAP). Ce message regroupe la localisation
du service, la méthode d’invocation (et les paramètres associés) ainsi que le
format de réponse.

 Recherche et découverte du service : le client interroge d’abord le


serveur UDDI dont il connaît l’adresse afin de se renseigner sur les services
disponibles correspondant à ses besoins. Le serveur UDDI lui renvoie la
liste des possibilités parmi lesquelles il sélectionne l’une d’eux. A ce stade,
l’utilisateur ne possède qu’une URL identifiant le service sélectionné.
 Invocation du service : l’utilisateur récupère ensuite une interface
11
WSDL, accessible depuis l’URL, lui permettant la connaissance de
l’utilisation du service. De cette interface, il peut générer automatiquement
le « proxy » du service, qui est un objet local permettra à l’utilisateur
d’accéder au service distant en toute transparence, L’utilisation du service
s’accomplie tout simplement en invoquant la méthode du "proxy"
correspondant aux besoins de l’utilisateur.

4. Les technologies associées aux services Web:


L’infrastructure (des services web) s’est concrétisée autour de trois
spécifications considérées comme standards, à savoir WSDL, UDDI et SOAP,
qui seront détaillés dans ce qui suit :
a. Description : WSDL (Web Service Description Language) :
Un document WSDL est une description unifiée des interfaces
(publiques), basée sur XML indiquant le protocole de communication et le
format de messages requis pour communiquer avec un service, de manière
que le client peut localiser le service web et invoquer une de ses fonctions
publiquement accessible.

b. Transport : SOAP (Simple Object Access Protocole) :


SOAP est un protocole de transmission de message basé sur XML
permettant de normaliser les échanges de messages, afin d'assurer
l'interconnexion des services web, dans un environnement distribué et
hétérogène, en transportant les paquets de données encapsulés sous forme
de texte structuré.
Le SOAP repose sur les deux standards HTTP et XML respectivement pour
la structure des messages et le transport, il peut être utilisé dans tous types
de communication : synchrone, asynchrone, point à point ou multipoint.

c. Découverte : UDDI (Universal Description, Discovery and


Integration) :
UDDI est une spécification définissant la manière de publier et de
découvrir les Services Web sur un réseau. Ainsi, lorsque l'on veut mettre à
disposition un nouveau service, on crée un fichier appelé Business
Registry qui décrit le service en utilisant un langage dérivé d'XML suivant
les spécifications UDDI. Les informations qu'il contient peuvent être
séparées en trois types :
 Pages blanches : disposent des informations, associées à l’entreprise

12
offrant le service, qui sont déjà renseignées par le fournisseur dans
l'élément Business Entity lors de la publication (le nom de l’entreprise, ses
coordonnées, la description de l’entreprise…etc).
 Pages jaunes : est une description non technique détaillée, du
fournisseur de service permettant de répertorier l’entreprise notamment la
catégorie, le type de service offert, le secteur d’activité, …etc.
 Pages vertes : disposent des informations techniques précises, liées
aux services fournis, basées sur leur description WSDL et indiquant les
moyens d’y accéder.

Page Blanche Page Jaune Page Verte

Informations sur les Informations WSDL Informations


fournisseurs des sur les services Web techniques sur les
services Web. (classifications des services Web.
services Web et leur
fournisseurs)

Figure-7: les trois facettes de l'annuaire UDDI

III. L'hébergement d'une application web :


1. Définition :

L'hébergement est un service visant à rendre un site ou une application


web accessible sur Internet.
Afin que les pages soient visibles par tout le monde, il faut qu'elles soient
stockées sur un ordinateur connecté en permanence à l'internet (serveur).
Un hébergeur est comme une société spécialisée dans l'hébergement de
sites web sur des serveurs, sa principale activité sur internet consiste à
installer des serveurs, à les sécuriser, à les tenir à jour en installant les
mises à jour de sécurité pour éviter les attaques malveillantes et à les
réparer en cas de panne.

2. Types d'hébergements :
13
Il existe plusieurs types d'hébergements dont :

 Hébergement gratuit :
Ce type d'hébergement offre un service basique, avec un espace de
stockage assez limité, avec une fiabilité qui n'est pas toujours optimale.
 Hébergement mutualisé :
La mutualisation de l’hébergement est un système où le prestataire
abrite les sites de plusieurs clients sur un même serveur. C’est une solution
relativement économique qui permet aux clients d’avoir une prestation de
qualité à un prix raisonnable.
L’hébergement mutualisé ne permet pas au client d’avoir un accès direct à
l’ensemble du serveur pour faire ses modifications, mais à l’espace qui lui
est affecté.
 Hébergement dédié :
L’hébergement dédié est un type d’hébergement où le prestataire met à
disposition un ou plusieurs serveurs pour le site web d’une entreprise. Ce
serveur peut être la propriété ou non (location) de l’entreprise.
L’hébergement dédié est une solution relativement chère mais elle garantie
au client une prestation de très bonne qualité. Il permet d’utiliser la totalité
des possibilités du serveur. Le site web hébergé ne partage pas la bande
passante ou le disque dur avec d’autres sites.
 Hébergement VPS (virtual private server) :
Un VPS est situé entre l’hébergement mutualisé et l’hébergement dédié.
Alors que les utilisateurs d’une plateforme commune peuvent être affectés
par les actions des autres utilisateurs, un VPS offre plus d’autonomie, mais à
un moindre coû t par rapport à un serveur dédié. En fonction de la
croissance des applications et le besoin d’une plus grande autonomie, un
VPS fournira un niveau de service supérieur à un hébergement web
mutualise.
 Hébergement Cloud :
Est un type d’hébergement web qui utilise plusieurs serveurs différents
pour équilibrer la charge et optimiser la disponibilité. Au lieu d’utiliser un
seul serveur, votre site web peut accéder à un cluster qui utilise des
ressources provenant d’un bassin centralisé. Cela signifie que même si un
serveur tombe en panne, un autre intervient pour que tout fonctionne.

14
Conclusion :
Le Web est très important et suite à notre recherche, nous avons résumé
plusieurs choses, il existe deux types de site web, le site statique et le site
dynamique « qui est plus complexe que l’autre », pour la création des sites
web nous pouvons utiliser des langages différents comme «PHP, html,
JavaScript, ccs... ». Nous avons donné une définition de l’architecture
client/serveur et une présentation de ses types «l’architecture 1-tiers, 2-
tiers, 3-tiers, n-tiers », nous avons aussi parlé du service web et les types
l’ébergements.
Finalement on peut dire que le web est un domaine très vaste et toujours en
évolution.

15