Vous êtes sur la page 1sur 8

Chapitre 11 : Machines

I Les différents types de machine thermique


A) Introduction

Définition : une machine thermique est un système permettant d’échanger travail


et chaleur.
On s’intéresse à un système thermodynamique en fonctionnement
cyclique. Cycles monothermes : W € Q (Kelvin)
Cycles dithermes, schéma symbolique :

(T1  T2 )

B) Application des deux principes au fonctionnement du système


1er principe : U  W  Q  Q  0
(cycle)
1 2

2nd principe : inégalité de Q1 Q2


Clausius  0
T1 T2
Diagramme de Raveau
:
W0
Q1  Q2  0
T1T2

W0

Q1  Q2  0
T1T2

Zone : W  0 , Q1  0 , Q2  0
Le système reçoit Q1 et le transforme en travail –W et chaleur –Q2 cédés au
milieu extérieur et à la source froide. Ce type de système est appelé un moteur
thermique.

Zone : W  0 , Q1  0 , Q2  0
Type de fonctionnement inutile : on fournit un travail pour faire un transfert de
chaleur d’une source chaude vers une source froide.
Chapitre 11 : Machines
thermiques Thermodynamique Page 1 sur 6
Zone : W  0 , Q1  0 , Q2  0
Fonctionnement aussi inutile : un cycle monotherme suffit pour transformer du
travail en chaleur.

Zone : W  0 , Q1  0 , Q2  0
Transfert de chaleur d’une source froide vers une source chaude grâce à un travail.
Ce type de système est une machine frigorifique.

II Moteur thermique
A) Théorème de Carnot

Le rendement r d’un moteur réel est inférieur au rendement r rév du moteur


réversible fonctionnant entre les deux mêmes sources de chaleur.
r  rrév T2
et  1 , quel que soit le principe de fonctionnement du moteur
T1
thermique. rrév

Démonstration :
1er principe : W  Q 1  Q  0
2

2nd principe : Q1 Q2
 0
T1 T2
Pour un moteur Q1 Q2
réversible,  0

W T1 T2
r
Q1

rrév Q T
 Q1  Q2  1  2  1  2

W  Q
1 Q1 T1
Q1
Si le cycle est irréversible :
Q Q2 T2
r  1  2 , mais Q1 Q2 T2   (Q  0)  
  Q2

Q1 T2 T1 1 Q1 T1
1
T1 Q
T2
Donc r  1  r
rév
T1
Exemple : centrale nucléaire
On considère comme système le sodium liquide. La source chaude est le cœur du
réacteur, siège de la réaction de fission, la source froide est une rivière ou la mer.
T1 = 700K, T2 = 300K
rrév 300
 1  57%
700
(Les 43%
restant sont
cédés à la
source froide)
B) Moteur à explosion quatre temps
1) Principe de fonctionnement

1er temps : admission du mélange air–essence


2ème temps : compression (adiabatique car rapide)
3ème temps : explosion et détente
4ème temps : échappement

Diagramme de Watt
Le système est le gaz situé à l’intérieur de la chambre de combustion
(système non fermé, donc différent du diagramme de Clapeyron).

Cycle de Beau de Rochas (fonctionnement idéalisé du moteur à quatre temps)


admission à P constante
compression adiabatique, réversible (pour pouvoir la représenter)
explosion instantanée isochore puis détente adiabatique réversible
évacuation à P constante

Chapitre 11 : Machines
thermiques Thermodynamique Page 3 sur 6
2) Bilan énergétique

Seul le cycle ABCDA participe aux échanges énergétiques.


On considère le système air+essence dans la chambre de combustion, fermé
(pendant le cycle) ; on considère ce mélange comme un gaz parfait, avec
indépendant de T
AB : QAB nR
0 WAB  U  m,V (T  TA ) (T  TA )
(adiabatique) AB nC B
  1 B

BC : QBC
 U nR
  1 (T  TB (isochore) WBC  0
BC C )

CD : QCD
0 WCD  UCD  nR (TD  TC )
(adiabatique)  1

DA : QDA
 U nR
  1 (TA  TD WDA  0
DA )

Pour le cycle :
W  WAB  WCD
Q  QBC  QDA
QBC : chaleur libérée par l’explosion de l’essence (payé)
QDA : chaleur cédée à la source froide (atmosphère extérieure)

W nR
   T   TD  TT
1
B
TA TC 
r  1 A D
QBC nR TC  TB
T 
 C
1 TB 
Les transformations AB et CD sont adiabatiques réversibles.
Donc, d’après la loi de Laplace, on a :
1
TV   cte
T {V
1
⎞ V
A
 | | 2 (a : rapport de compression volumétrique  max )
TB ⎝ V1 ⎠  Vmin
a1
T {V
1


D
| |  a1
2
TC ⎝ V1 ⎠
T
k  D TA TA T TA (1  k ) TA  TD TA 
 → D  1 →  a1
a
TC TB Don c TB TB (1  k )
Chapitre 11 : Machines r  1 
1
thermiques Thermodynamique Page 4 sur 6
a
TB  TC T C  TB

Application numérique :
Pour a = 9 et   1,4 on a r = 58,5%

Chapitre 11 : Machines
thermiques Thermodynamique Page 5 sur 6
III Machines frigorifiques
A) Principe de fonctionnement

Différents moyens de produire du « froid »


: Détente isotherme d’un gaz parfait
Q0

W
0

Vaporisation d’un liquide.


Principe : augmentation de Tvap avec la pression :

W0

TF  Tvap (P )

 T (P )
T Cvap

Le système étudié est un fluide existant sous forme liquide ou gazeuse

B) Réfrigérateur et climatiseur

W0

Q2
Efficacité du réfrigérateur  
W

Pour un fonctionnement réversible :


Q2 1
1 T2 { T ƒ ⎞
rév    
Q Q Q T TT |  |
1 2
 1
1  T
1 2⎝ ⎠
Q2
1
1
T2
Application numérique :
Pour T2 = 260K (congélateur) et T1 = 300K, on a rév  6,5  1
Si la transformation est irréversible,   rév

C) Pompe à chaleur

Utilisation d’une machine frigorifique pour chauffer un appartement.

 Q1  0
Q2  0
 Q1
Efficacité   
1 1 { Tc ⎞
Q1    
T1 | |
W Q Q Q T TT T
2⎝ ⎠
2
1 2 1 1 2 1

Q1 T1
Application numérique :
T1 = 300K et T2 = 280K, on a rév  15