Vous êtes sur la page 1sur 9

Chapitre 5 : Intégrale dépendant d’un paramètre

Mohamed EL AZZOUZI

20 avril 2020

EL AZZOUZI (ENSA) Analyse 2 1/9


Intégrale dépendant d’un paramètre
Soit f : (x, t) 7−→ f (x, t) une fonction de deux variables, x et t. Nous considérons
x comme un paramètre et t ∈ I (I un intervalle quelconque de R) comme une
variable d’intégration. Cela nous permet de définir
Z
F (x) = f (x, t)dt.
I

RUn x étant fixé, pour que F (x) soit bien définie, il faut et il suffit que l’intégrale
I
f (x, t)dt converge. Mais ceci ne garantit pas la continuité de la fonction F . Nous
donnons des conditions suffisantes pour que F soit continue, puis dérivable.

EL AZZOUZI (ENSA) Analyse 2 2/9


Continuité d’une intégrale dépendant d’un paramètre

Théorème (Continuité d’une intégrale dépendant d’un paramètre)


Soit f : J × I −→ R une application qui vérifie :
Pour tout x ∈ J, l’application t 7−→ f (x, t) est continue par morceaux sur I.
Pour tout t ∈ I, l’application x 7−→ f (x, t) est continue sur J.
Il existe une fonction ϕ : I −→ R+ continue par morceaux est intégrable sur I
telle que

∀(x, t) ∈ J × I on a |f (x, t)| ≤ ϕ(t)( hypothèse de domination ).


R
Alors F : x 7−→ I f (x, t) dt est définie et continue sur J.

EL AZZOUZI (ENSA) Analyse 2 3/9


Exemple
la fonction F définie sur R∗+ par :
π
sin2 (t)
Z
F (x) = dt
0 x + sin(t)

est continue sur R∗+ puisque :


sin2 (t)
pour tout x > 0, la fonction t 7−→ f (x, t) = x+sin(t)
est continue (donc continue
par morceaux) sur [0, π],
sin2 (t)
pour tout t ∈ [0, π], la fonction x 7−→ f (x, t) = x+sin(t)
est continue sur R∗+ .
pout tout (x, t) ∈ R∗+ × [0, π], f (x, t) ≤ sin(t) qui est intégrable puisque
continue sur [0, π].

EL AZZOUZI (ENSA) Analyse 2 4/9


Corollaire
Lorsque I = [a, b] est un segment, si f est une fonction continue sur J × [a, b],
Z b
alors l’application F (x) = f (x, t) dt est continue sur J.
a

Exemple
Z 1
1
La fonction F (x) = dt est définie est continue sur R∗ .
0 x2 + t2

Car la fonction f : R∗ × [0, 1] → R définie par f (x, t) = 1


x2 +t2
est continue sur
R∗ × [0, 1].

EL AZZOUZI (ENSA) Analyse 2 5/9


Théorème (Dérivabilité d’une intégrale dépendant d’un paramètre)
Soient J et I deux intervalles de R et f : J × I −→ R une application qui vérifie :
1 Pour tout x ∈ J, t 7−→ f (x, t) est continue par morceaux est intégrable sur I.
1
2 Pour tout t ∈ I, x 7−→ f (x, t) est de classe C sur J.
∂f
3 Pour tout x ∈ J, t 7−→ (x, t) est continue par morceaux sur I.
∂x
+
4 Il existe ϕ : I −→ R continue par morceaux est intégrable sur I telle que
∂f
∀(x, t) ∈ J × I, | f (x, t)| ≤ ϕ(t).
∂x
Alors F est définie et de classe C 1 sur I et que
Z
0 ∂f
∀x ∈ J, F (x) = (x, t) dt
I ∂x

EL AZZOUZI (ENSA) Analyse 2 6/9


Remarque
1 Les deux théorèmes précédents ne s’appliquent qu’à une intégrale
simplement impropre en b, et on peut les étendre aisément à une intégrale
multiplement impropre en appliquant la relation de Chasles.
2 Ceci ne permet que l’étude d’une fonction définie par une intégrale impropre
absolument convergente pour tous les valeurs de x ( dans le cas contraire,
on ne trouvera pas la fonction dominante ϕ )

EL AZZOUZI (ENSA) Analyse 2 7/9


Exemple
−tx R +∞
Soit f la fonction définie sur R2 par f (x, t) = e1+t et F (x) = 0 f (x, t) dt
L’intégrale F (x) est impropre en +∞, on a
R +∞
|f (x, t)| ≤ e−tx et 0 e−tx dt est convergente pour tout x > 0.
Donc F (x) est bien définie pour tout x >R0.
1 +∞ dt
De plus pour tout x ≤ 0, f (x, t) ≥ 1+t et 0 1+t est divergente. Donc
R +∞
0
f (x, t) dt diverge pour tout x ≤ 0. Donc F est définie sur R∗+
Continuité de F : soit a > 0, ∀x ≥ a, on a

e−at
∀t ∈ [0, +∞[ , |f (x, t)| ≤
1+t
R +∞ −at
et 0 e1+t dt est convergente d’après la règle de Riemann.
Donc F est continue sur [a, +∞[, ∀a > 0 et donc continue en tout point de R∗+ .

EL AZZOUZI (ENSA) Analyse 2 8/9


Exemple
∂f −xt
F est de classe C 1 : ∂x
(x, t) = − te1+t existe et continue sur [a, +∞[×[0, +∞[
pour tout a > 0.
te−at

∂f −at
∀x ≥ a ∀t ≥ 0
∂x (t, x) ≤
1+t ≤e = ϕ(t)

R +∞
et 0 te−at dt est convergente d’après la règle de Riemann. Donc F est de
classe C 1 sur [a, +∞[ et donc
Z +∞
∗ 0 te−xt
∀x ∈ I, ∀x ∈ R+ , F (x) = − dt.
0 1+t

EL AZZOUZI (ENSA) Analyse 2 9/9