Vous êtes sur la page 1sur 156

11e édition

L’essentiel
Corinne Renault-
Brahinsky

Droit
du t le p ro jet de loi n
tio
Incluan la modernisau droit
relatif àmplification des
si r
et à la t des procédue la justice
e aines dtérieures
s d o m
dans lees affaires in
et d

des
obligations
2015
Corinne Renault-Brahinsky

L’essentiel

Droit
du

des
Obligations
2015
11e édition
Cette collection de livres présente de manière synthétique,
rigoureuse et pratique l’ensemble des connaissances que l’étudiant
doit posséder sur le sujet traité. Elle couvre :
– le Droit et la Science Politique ;
– les Sciences économiques ;
– les Sciences de gestion ;
– les concours de la Fonction publique.

Retrouvez l’actualité
Gualino éditeur
sur Facebook

© Gualino éditeur, Lextenso éditions 2015


70, rue du Gouverneur Général Félix Éboué
92131 Issy-les-Moulineaux cedex
ISBN 978 - 2 - 297 - 04773 - 9
ISSN 1288-8206
PRÉSENTATION
L’ensemble des connaissances indispensables à la compréhension du droit des contrats et de
la responsabilité civile est présenté dans cet ouvrage, de façon claire et structurée en trois
parties :
• la première sur l’acte juridique, qui est défini comme un acte de volonté destiné à
produire des effets de droit. Le contrat est l’acte juridique majeur, le plus courant, mais il
en existe d’autres ;
• la seconde partie est consacrée au fait juridique, qui est un fait que la loi prend en consi-
dération pour y attacher un effet de droit. On distingue traditionnellement deux types
d’obligations qui se forment sans convention :
– la responsabilité civile est le mécanisme juridique par lequel la victime d’un dommage
peut obtenir réparation. La mise en œuvre de la responsabilité civile exige la réunion
de trois conditions : un fait générateur, un dommage et un lien de causalité entre le
fait générateur et le dommage,
– la gestion d’affaires, le paiement de l’indu et l’enrichissement sans cause, c’est-à-dire
les quasi-contrats, constituent des faits volontaires licites, dont il résulte un engage-
ment quelconque envers un tiers, et quelquefois un engagement réciproque des deux
parties ;
• la troisième partie est relative au régime de l’obligation : il s’agit des règles de mise en
œuvre communes à toutes les obligations. Elles concernent les modalités de l’obligation, la
cession du rapport d’obligation et l’extinction de l’obligation.
4 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

Un chapitre complémentaire présente les dispositions du projet de loi relatif à la modernisa-


tion et à la simplification du droit et des procédures dans les domaines de la justice et des
affaires intérieures.
Cet ouvrage s’adresse aux étudiants en licence et master Droit (système LMD) ainsi qu’aux
candidats aux divers concours des professions judiciaires et juridiques.
SOMMAIRE
Présentation 3
Chapitre 1 – La notion d’obligation 19
1 – Les caractères de l’obligation 19
2 – La force juridique de l’obligation 19
■ Le devoir 19
■ Le pouvoir de contrainte 20
a) La notion d’obligation naturelle 20
b) Les effets de l’obligation naturelle 20
3 – La classification des obligations 21
■ Les classifications des obligations en fonction de leur objet 21
a) La distinction entre les obligations de donner, de faire ou de ne pas
faire 21
b) La distinction entre les obligations en nature et les obligations
pécuniaires 21
■ Les classifications des obligations en fonction de leurs effets : obligations
de moyens et obligations de résultat 22
■ Les classifications des obligations en fonction de leurs sources 22
a) Les distinctions du Code civil 22
b) La distinction des actes juridiques et des faits juridiques 23
6 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

1
L’acte juridique : le contrat
Chapitre 2 – Les différents actes juridiques 27
1 – L’acte juridique unilatéral 27
2 – Les actes juridiques collectifs 27
3 – Le contrat 28
■ La spécificité du contrat 28
■ Le fondement du contrat : l’autonomie de la volonté 28
a) Le contenu de la théorie de l’autonomie de la volonté 28
b) Le déclin de la théorie de l’autonomie de la volonté 29

Chapitre 3 – La classification des contrats 31


1 – Les classifications tirées du Code civil 31
■ La distinction contrats synallagmatiques/contrats unilatéraux 31
■ La distinction contrats commutatifs/contrats aléatoires 31
■ La distinction contrats à titre gratuit/contrats à titre onéreux 32
■ La distinction contrats nommés/contrats innommés 32
2 – Les classifications extérieures au Code civil 32
■ La distinction contrats consensuels/contrats non consensuels 32
■ La distinction contrats à exécution instantanée/contrats à exécution
successive 33
■ La distinction contrats de gré à gré/contrats d’adhésion 33
■ La distinction contrats individuels/contrats collectifs 33
■ La distinction contrats simples/contrats conjonctifs 34
SOMMAIRE 7

Chapitre 4 – L’offre et l’acceptation 35


1 – L’offre 35
■ L’offre de contracter 35
a) Les pourparlers contractuels 35
b) Le pacte de préférence 36
c) Les promesses de contrat 36
■ L’offre de contrat 38
a) Les caractères de l’offre de contrat 38
b) Le retrait de l’offre 39
c) Le choix du cocontractant 40
2 – L’acceptation 40
■ Les formes de l’acceptation 40
a) La manifestation de volonté expresse 40
b) La manifestation de volonté tacite 40
c) Le comportement passif : le silence 40
■ Les contrats entre absents 41

Chapitre 5 – Les vices du consentement 43


1 – L’erreur 43
■ Les différents types d’erreurs 43
a) Les erreurs prises en considération 43
b) Les erreurs indifférentes 44
■ L’annulation pour erreur 45
a) Les caractères de l’erreur cause de nullité 45
b) La preuve de l’erreur 45
■ La sanction de l’erreur 45
2 – Le dol 46
■ Les éléments constitutifs du dol 46
a) L’élément matériel : les manœuvres frauduleuses 46
b) L’élément intentionnel : l’intention de tromper 46
8 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

■ L’annulation pour dol 47


a) Les caractères du dol 47
b) La preuve du dol 47
c) Les effets du dol 47
3 – La violence 48
■ Les caractères de la violence 48
■ La sanction de la violence 48

Chapitre 6 – L’objet et la cause 49


1 – L’objet 49
■ L’existence de l’objet 49
a) La réalité de l’objet 50
b) La détermination de l’objet 50
■ La valeur de l’objet : la lésion 51
a) Le domaine de la lésion 51
b) La sanction de la lésion 52
■ La licéité de l’objet 52
a) Le principe général de licéité de l’objet 52
b) Les clauses abusives 52
2 – La cause 53
■ La notion de cause 53
■ Le régime juridique de la cause 54
a) La nécessité de la cause 54
b) La preuve de la cause 54
■ La sanction de l’absence de cause 54
■ La moralité et la licéité de la cause 54
a) Les applications de la cause illicite ou immorale 54
b) La sanction de la cause illicite ou immorale 55
SOMMAIRE 9

Chapitre 7 – Le consensualisme 57
1 – Les formalités nécessaires à la validité du contrat 57
■ Les contrats solennels 57
a) L’exigence d’un acte authentique 57
b) L’exigence d’un simple écrit 58
c) La sanction de l’absence du formalisme 58
■ Les contrats réels 58
2 – Les formalités étrangères à la validité du contrat 58
Chapitre 8 – La nullité du contrat 61
1 – La notion de nullité 61
■ La distinction entre la nullité et les autres sanctions affectant le contrat 61
■ La distinction entre nullité relative et nullité absolue 62
a) Le principe de la distinction 62
b) Les conséquences de la distinction 62
2 – Les conditions de l’annulation 63
■ Le droit d’invoquer la nullité 63
a) Le droit d’invoquer la nullité relative 63
b) Le droit d’invoquer la nullité absolue 63
■ L’absence de consolidation de l’acte nul 63
a) La confirmation 64
b) La prescription 64
3 – Les effets de l’annulation 65
■ L’effet rétroactif de l’annulation 65
a) L’effet rétroactif de l’annulation entre les parties 65
b) L’effet rétroactif de l’annulation à l’égard des tiers 66
c) L’étendue de l’annulation 67
■ L’effet indirect de l’annulation : la responsabilité civile pour annulation 67
10 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

Chapitre 9 – Les effets du contrat 1 – Le contrat et les parties 69


1 – L’irrévocabilité du contrat 69
■ Le principe de l’irrévocabilité unilatérale du contrat 69
■ L’admission exceptionnelle de la révocation unilatérale du contrat 69
2 – La simulation 70
■ La notion de simulation 70
a) Les éléments de la simulation 70
b) Les formes de la simulation 70
■ Le régime de la simulation 71
a) La simulation licite 71
b) La simulation illicite 72

Chapitre 10 – Les effets du contrat 2 – Le contrat et les tiers 73


1 – Le contrat et le juge : interprétation et révision du contrat 73
■ L’interprétation du contrat 73
a) Les principes d’interprétation 73
b) L’interprétation en droit positif 73
■ La révision du contrat : l’imprévision 74
a) L’imprévision contractuelle 74
b) La prévision contractuelle 75
2 – Le contrat et les tiers : l’effet relatif du contrat 76
■ Les tiers intéressés : l’opposabilité du contrat aux tiers 76
a) L’opposabilité aux tiers liés aux parties 76
b) L’opposabilité aux tiers absolus 76
■ Les tiers engagés 76
a) La transmission du contrat aux ayants cause universels ou à titre
universel 76
b) La stipulation pour autrui 77
c) La promesse de porte-fort 79
d) Les groupes de contrats 79
SOMMAIRE 11

Chapitre 11 – Les effets du contrat 3 – L’inexécution


du contrat 81
1 – La responsabilité contractuelle 81
■ Les conditions de la responsabilité contractuelle 81
a) Le dommage 81
b) La faute 81
■ La mise en œuvre de la responsabilité 83
a) La mise en demeure 83
b) La réparation 83
■ L’exclusion de la responsabilité contractuelle 84
a) Les stipulations contractuelles 84
b) L’influence de la cause étrangère 85
2 – La résolution pour inexécution 85
■ Les conditions de la résolution pour inexécution 85
■ Les effets de la résolution pour inexécution 86
a) Entre les parties 86
b) À l’égard des tiers 87
3 – Les autres hypothèses d’inexécution du contrat 87
■ L’exception d’inexécution 87
a) Les conditions de l’exception d’inexécution 87
b) Les effets de l’exception d’inexécution 87
■ La théorie des risques 87
a) Le droit commun des risques du contrat 88
b) Le cas particulier des contrats translatifs de propriété 88
■ La suspension du contrat 88
a) Les cas de suspension du contrat 89
b) Les effets de la suspension du contrat 89
12 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

2
Le fait juridique : la responsabilité civile
et les quasi-contrats
Chapitre 12 – Le dommage et le lien de causalité 93
1 – Le dommage 93
■ La nature du dommage réparable 93
■ Les caractères du dommage réparable 94
a) L’atteinte à un intérêt légitime 94
b) Le caractère certain du dommage 94
c) Le caractère personnel du dommage 94
2 – Le lien de causalité 96
■ La définition de la causalité 96
■ La mise en œuvre de la causalité 96
a) Le principe 96
b) Les présomptions de causalité 96
c) L’exclusion de la causalité : la cause étrangère 97

Chapitre 13 – Le fait générateur de la responsabilité civile 99


1 – La responsabilité du fait personnel 99
■ La nécessité de l’élément objectif 99
■ L’abandon de l’élément psychologique de la faute 100
■ La diversité des fautes 100
a) Diversité et objet de la faute 100
b) Diversité et gravité des fautes 101
2 – La responsabilité du fait d’autrui 102
■ Vers un principe général de responsabilité générale du fait d’autrui ? 102
SOMMAIRE 13

■ La responsabilité du commettant du fait de son préposé 102


a) Les conditions de la responsabilité 102
b) Les effets de la responsabilité 103
■ La responsabilité des parents du fait de leur enfant 104
a) Les conditions de la responsabilité 104
b) L’exonération des parents 105
■ La responsabilité des instituteurs du fait de leur élève 105
■ La responsabilité des artisans du fait de leurs apprentis 105
3 – La responsabilité du fait des choses 105
■ Le régime général 106
a) Le domaine de la responsabilité du fait des choses 106
b) Les conditions de la responsabilité 107
c) L’exonération du gardien 108
■ Les régimes spéciaux de responsabilité 108
a) La responsabilité fondée sur la faute 108
b) La responsabilité sans faute 108

Chapitre 14 – L’indemnisation des victimes d’accidents


de la circulation 111
1 – L’accident de la circulation 111
■ Un véhicule terrestre à moteur 111
■ Un accident de la circulation 111
a) Une voie de circulation 111
b) Un fait de circulation 112
■ L’implication du véhicule dans l’accident 112
a) Les accidents simples 112
b) Les accidents complexes 113
14 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

2 – Le régime d’indemnisation des victimes d’accidents de la circulation


(loi du 5 juillet 1985) 114
■ La victime non-conducteur 114
a) Les atteintes à la personne 114
b) Les atteintes aux biens 114
■ La victime conducteur 114
a) La définition du conducteur 115
b) La situation du conducteur 115
■ Le débiteur de l’indemnité 116

Chapitre 15 – La mise en œuvre de la responsabilité civile 117


1 – Les principes de la réparation 117
■ Les modalités de la réparation 117
■ Le principe de réparation intégrale 117
a) Le contenu du principe 117
b) L’évaluation du préjudice 118
■ Les difficultés de la réparation 118
a) Les dommages matériels 118
b) Le dommage corporel 119
2 – Le procès en responsabilité 119
■ Les parties à l’action 119
a) Le défendeur à l’action 119
b) Le demandeur à l’action 120
■ L’exercice de l’action 120
a) Les règles propres à l’action en responsabilité civile 120
b) L’incidence de la responsabilité pénale 121
■ L’influence du criminel sur le civil 122
SOMMAIRE 15

Chapitre 16 – Les quasi-contrats 123


1 – La gestion d’affaires 123
■ Les conditions de la gestion d’affaires 123
a) Les protagonistes de la gestion d’affaires 123
b) Les conditions relatives à l’acte de gestion 124
■ Les effets de la gestion d’affaires 124
a) Les effets de la gestion d’affaires dans les rapports entre le gérant
et le géré 124
b) Les effets de la gestion d’affaires à l’égard des tiers 125
2 – Le paiement de l’indu 125
■ Les conditions de la répétition 125
a) La condition objective : l’absence de dettes 125
b) Les conditions subjectives 126
■ Les modalités de la répétition 126
a) Les modalités de la répétition liées à la situation de l’accipiens 126
b) Les modalités de la répétition liées à la situation du solvens 127
3 – L’enrichissement sans cause 127
■ Les conditions de l’action de in rem verso 127
a) Les conditions d’ordre économique 127
b) Les conditions d’ordre juridique 128
■ Les effets de l’action de in rem verso 128
16 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

3
Le régime des obligations
Chapitre 17 – Les modalités de l’obligation 131
1 – Les modalités du rapport d’obligation lui-même ou modalités stricto
sensu 131
■ La condition 132
a) La diversité des conditions 132
b) Le régime des conditions 132
■ Le terme 133
a) Les différentes sortes de termes 133
b) Les effets du terme 133
2 – Les modalités relatives aux sujets du rapport d’obligation :
la pluralité de sujets 134
■ L’obligation conjointe 134
■ La solidarité 134
a) L’existence de la solidarité 134
b) Les effets de la solidarité 135
c) La disparition de la solidarité 135
■ L’obligation in solidum 135
■ L’indivisibilité 136

Chapitre 18 – La cession du rapport d’obligation 137


1 – La cession de créance 137
2 – La cession de dette 137
3 – La cession de contrat 138
■ Les hypothèses 138
■ Le régime 138
4 – La délégation 138
SOMMAIRE 17

Chapitre 19 – L’extinction des obligations 139


1 – Le paiement 139
■ Le paiement volontaire 139
a) Les parties concernées 139
b) L’objet du paiement 139
c) Les circonstances du paiement 140
d) La preuve du paiement 140
e) Les effets du paiement 140
■ Le paiement forcé 141
a) Les rapports entre créancier et débiteur 141
b) Les rapports entre le créancier et les tiers 142
2 – Les autres modes d’extinction des obligations 142
Chapitre 20 – Le projet de réforme du droit des obligations 143
1 – Les sources de la réforme 143
2 – Le contenu de la réforme 144
3 – Le calendrier de la réforme 148
Bibliographie 151
Liste des abréviations utilisées

Ass. plén. Assemblée plénière de la Cour de cassation


CCH Code de la construction et de l’habitation
C. civ. Code civil
C. com. Code de commerce
C. consom. Code de la consommation
CGI Code général des impôts
C. mon. fin. Code monétaire et financier
CPC Code de procédure civile
C. pén. Code pénal
C. propr. intell. Code de la propriété intellectuelle
Civ. 1re, Civ. 2e, Civ. 3e Première, deuxième, troisième chambre civile de la Cour de
cassation
C. transp. Code des transports
VTM Véhicule terrestre à moteur
La notion d’obligation CHAPITRE

L’obligation est un lien de droit c’est-à-dire un rapport juridique entre deux


1
personnes en vertu duquel l’une d’elles, le créancier, a le pouvoir d’exiger de
l’autre, le débiteur, l’accomplissement d’une prestation.

1 Les caractères de l’obligation


Le rapport d’obligation a un caractère personnel : il met en rapport deux personnes désignées.
Le créancier possède un droit contre le débiteur.
Le rapport d’obligation a un caractère patrimonial : il a une valeur pécuniaire. Il porte sur
l’ensemble du patrimoine du débiteur, c’est-à-dire sur les droits de créance (passif) et les droits
réels (actif). Néanmoins, l’admission de la réparation du préjudice moral apporte une limite au
caractère purement patrimonial du rapport d’obligation.
Il a un caractère transmissible, ce qui constitue une atténuation du caractère personnel.
Enfin, le rapport d’obligation a un caractère mobilier : il s’agit d’un bien qui se trouve à l’actif du
patrimoine du créancier, parmi les biens mobiliers incorporels.

2 La force juridique de l’obligation


Le lien unissant le débiteur au créancier a deux composantes : le devoir et le pouvoir de contrainte.

■ Le devoir
Le débiteur a un devoir vis-à-vis du créancier : il doit exécuter la prestation à laquelle a droit le
créancier. Le créancier reçoit la prestation alors que le débiteur la fournit.
20 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

■ Le pouvoir de contrainte
Le créancier dispose d’un pouvoir de contrainte sur le débiteur. Aujourd’hui, la contrainte s’exerce
indirectement sur le débiteur, c’est-à-dire à travers ses biens, et selon des modalités qui dépen-
dent de la nature même de l’obligation.
La contrainte est nécessaire à l’existence d’une obligation civile. À défaut, l’obligation n’est pas
parfaite. L’obligation naturelle est une obligation dépourvue de sanction : le créancier ne possède
pas le pouvoir de contrainte. L’obligation naturelle relève d’un devoir de conscience envers le
créancier.

a) La notion d’obligation naturelle


Il existe deux théories relatives à l’obligation naturelle :
– première théorie dite théorie objective : une obligation naturelle est imparfaite car éteinte
(dette prescrite) ou nulle d’une nullité qui ne heurte pas l’ordre public. Les tenants de cette
théorie opposent les obligations civiles, qu’ils qualifient de « parfaites », aux obligations natu-
relles qu’ils qualifient d’« imparfaites » ;
– deuxième théorie dite théorie subjective : l’obligation est un devoir moral, un devoir de cons-
cience particulièrement fort, mais qui n’est pas sanctionné par le droit. Certains auteurs ont
parlé d’« obligation civile dégénérée » ou de « devoir moral qui monte vers l’obligation civile »
(Ripert).
L’obligation naturelle est une obligation juridique qui n’a pas toutes les composantes de l’obliga-
tion civile. Elle possède le devoir, mais pas la contrainte.

b) Les effets de l’obligation naturelle


L’exécution volontaire de l’obligation naturelle empêche la répétition de ce qui a été versé :
l’obligation naturelle ne peut faire l’objet d’un paiement forcé, mais si elle a été payée volontaire-
ment, cet engagement est valable et celui qui a payé ne peut obtenir remboursement (art. 1235,
al. 2, C. civ.).
L’obligation naturelle peut être transformée en obligation civile. La jurisprudence considérait
traditionnellement que l’obligation naturelle pouvait être novée par la promesse de son exécution
par le débiteur de celle-ci. Désormais, la Cour de cassation considère plutôt que la transformation,
improprement qualifiée novation, d’une obligation naturelle en obligation civile, repose sur un
engagement unilatéral d’exécuter l’obligation naturelle et ne nécessite donc pas qu’une obligation
civile ait elle-même préexisté à celle-ci (Civ. 1re, 10 octobre 1995).
CHAPITRE 1 – La notion d’obligation 21

3 La classification des obligations


■ Les classifications des obligations en fonction de leur objet
a) La distinction entre les obligations de donner, de faire ou de ne pas faire
« Donner » signifie transférer la propriété d’un bien.
Le transfert de propriété s’accomplit de manière différente selon le type de bien concerné :
– transfert de propriété d’un corps certain ou chose non fongible, c’est-à-dire d’un objet
nettement individualisé (exemple : le bateau « La tempête ») : la propriété se transfère par le
simple contrat. L’obligation de donner n’existe pas vraiment puisqu’elle est exécutée au
moment où elle naît ;
– transfert de propriété d’une chose de genre ou chose fongible, c’est-à-dire d’objets inter-
changeables, qui se pèsent, se comptent ou se mesurent (exemple : du riz) : le contrat ne suffit
pas pour transférer la propriété. Le transfert se fait par comptage, pesage ou mesurage : une
opération d’individualisation de la chose est indispensable.
L’obligation de faire impose au débiteur une attitude positive autre qu’une dation (la dation est
l’action de donner).
L’obligation de ne pas faire oblige le débiteur à s’abstenir de faire un acte particulier. Pour
certains auteurs, il s’agit d’une forme d’obligation de faire.
Seules les obligations de donner sont susceptibles d’une exécution forcée en nature. Les obliga-
tions de faire ou de ne pas faire ne peuvent faire l’objet d’une exécution forcée lorsqu’elles
mettent en jeu la personne même du débiteur (art. 1142, C. civ.).
b) La distinction entre les obligations en nature et les obligations pécuniaires
L’obligation pécuniaire ou « obligation de somme d’argent » est celle dont l’objet réside dans le
versement d’une somme d’argent. L’obligation pécuniaire consiste à transférer la propriété d’une
certaine quantité de monnaie. Elle a deux particularités :
– son régime d’exécution forcée : il est simple puisqu’il consiste dans la saisie des biens du
débiteur, qui permet au créancier de recevoir la somme d’argent qui lui était due ;
– les obligations pécuniaires sont sensibles aux variations de la monnaie. Pour s’en
prémunir, les créanciers imposent à leur débiteur l’indexation du montant de la dette.
22 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

Les obligations en nature sont toutes les obligations non pécuniaires, c’est-à-dire les obligations
de faire, de ne pas faire et de donner autre chose que de la monnaie. Elles ne sont pas sensibles
aux variations de la monnaie. L’exécution forcée n’est possible que pour les obligations de donner.
La dette de valeur se situe entre l’obligation pécuniaire et l’obligation en nature : schématique-
ment, il s’agit de verser une somme d’argent dont le montant n’est pas fixé à l’avance. Cette
somme sera évaluée en fonction d’une « valeur » qui sera appréciée au jour de l’échéance.

■ Les classifications des obligations en fonction de leurs effets :


obligations de moyens et obligations de résultat
La distinction entre obligation de moyens et obligation de résultat a été créée par Demogue afin
de résoudre la contradiction qui découlerait des articles 1147 et 1137 du Code civil. L’article 1147
prévoit que la condition de la mise en œuvre de la responsabilité contractuelle est l’inexécution
tandis que l’article 1137 considère qu’il s’agit de la faute. En cas d’inexécution causant un préju-
dice au créancier, un mécanisme de responsabilité civile contractuelle est mis en œuvre :
– s’il s’agit d’une obligation de résultat, le créancier doit apporter la simple preuve que le débi-
teur ne s’est pas exécuté pour que la responsabilité de ce dernier soit engagée ;
– s’il s’agit d’une obligation de moyens, le créancier, pour engager la responsabilité du débiteur,
doit prouver non seulement que le résultat atteint n’est pas celui escompté, mais également que
le débiteur n’a pas mis en œuvre tous les moyens possibles. Le créancier doit prouver que le
débiteur a commis une faute.
On parle également parfois d’obligation de résultat renforcée, d’obligation de résultat atténuée ou
allégée ou encore d’obligation de garantie.

■ Les classifications des obligations en fonction de leurs sources


Le Code civil donne une classification des différentes obligations en fonction de leur source.

a) Les distinctions du Code civil


Le Code civil distingue 4 sources différentes des obligations (art. 1370, C. civ.) :
– la convention ou contrat ;
– la loi ;
– les quasi-contrats ;
– les délits et quasi-délits.
CHAPITRE 1 – La notion d’obligation 23

Dans le Code civil, le contrat est prédominant par rapport aux autres sources d’obligations. Le
Code civil ne mentionne ni les actes unilatéraux, ni les actes collectifs.
b) La distinction des actes juridiques et des faits juridiques
Le fait juridique est un fait que la loi prend en considération pour y attacher un effet de droit. Il
peut s’agir de faits involontaires, qui se produisent indépendamment de la volonté de ceux qu’ils
concernent, ou volontaires, c’est-à-dire voulus par leur auteur. Ils peuvent être licites (gestion
d’affaires, paiement de l’indu...) ou illicites (faits générateurs de responsabilité).
L’acte juridique est une opération produite en vue d’obtenir une modification dans l’ordre juri-
dique. Il s’agit d’une opération à la base de laquelle se trouve la volonté du sujet de droit, qui
doit être exprimée et exempte de vices. Le sujet de droit doit également être capable. L’acte juri-
dique a pour conséquence d’engager la personne qui a exprimé sa volonté.
PARTIE 1
L’acte juridique : le contrat

Chapitre 2 Les différents actes juridiques 27


Chapitre 3 La classification des contrats 31
Chapitre 4 L’offre et l’acceptation 35
Chapitre 5 Les vices du consentement 43
Chapitre 6 L’objet et la cause 49
Chapitre 7 Le consensualisme 57
Chapitre 8 La nullité du contrat 61
Chapitre 9 Les effets du contrat 1 – Le contrat et les parties 69
Chapitre 10 Les effets du contrat 2 – Le contrat et les tiers 73
Chapitre 11 Les effets du contrat 3 – L’inexécution du contrat 81
Les différents actes CHAPITRE
juridiques
L’acte juridique est un acte de volonté destiné à produire des effets de droit.
2
L’acte juridique le plus courant est le contrat ; les actes juridiques unilatéraux et
les actes juridiques collectifs peuvent également créer des obligations.

1 L’acte juridique unilatéral


L’acte juridique unilatéral est la manifestation de volonté d’une seule personne par laquelle
elle détermine des effets de droit. Il s’agit par exemple du testament ou de la reconnaissance
d’un enfant.
L’acte unilatéral doit être distingué du contrat unilatéral, qui est un accord de volontés entre
plusieurs personnes, mais qui fait naître des obligations à l’égard d’une seule d’entre elles.
L’acte juridique unilatéral est désormais considéré comme étant créateur d’obligations, mais il
ne peut assurément pas créer d’obligations à la charge d’autrui. Il ne permet pas à celui qui
s’engage de se délier ensuite : l’engagement est irrévocable.
Le régime des contrats est transposé aux actes juridiques unilatéraux, à l’exception des règles qui
supposent l’existence de deux ou plusieurs parties. Le régime juridique des actes juridiques unilaté-
raux n’est pas uniforme : il n’existe pas de théorie générale de l’acte unilatéral.

2 Les actes juridiques collectifs


L’acte juridique collectif est un accord de volontés entre soit deux groupes de personnes, soit un
groupe de personnes et un individu.
28 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

L’acte juridique collectif peut revêtir deux aspects :


– « Actes unilatéraux collectifs » : il s’agit des manifestations de volonté de plusieurs personnes
toutes tendues vers le même but, telles que les décisions prises à la majorité par les membres
d’une collectivité ;
– « Contrats collectifs » : il s’agit de manifestations de volonté consistant en un accord de
volontés soit entre deux collectivités, soit entre une collectivité et un individu, telles que les
conventions collectives de travail.
Il n’existe pas de droit commun c’est-à-dire de théorie générale de l’acte collectif, chacun d’eux
faisant généralement l’objet d’une réglementation spécifique.

3 Le contrat
■ La spécificité du contrat
Le contrat est une convention par laquelle une ou plusieurs personnes s’engagent envers une ou
plusieurs autres, à donner, à faire ou à ne pas faire quelque chose (art. 1101, C. civ.).
Le contrat est un acte juridique, c’est-à-dire une manifestation de volonté destinée à produire
des effets de droit. Il s’agit d’un acte juridique à la fois par sa finalité, puisqu’il s’agit d’un accord
entre deux ou plusieurs personnes, et par son but, dans la mesure où chaque partie recherche son
propre intérêt. Le contrat réalise la conciliation d’intérêts contradictoires.
Le contrat est une convention, c’est-à-dire un accord de volonté destiné à produire un effet de
droit quelconque. Le contrat est la convention qui crée un effet de droit particulier : il crée des
obligations.

■ Le fondement du contrat : l’autonomie de la volonté


Les règles du droit des contrats sont le reflet de conceptions philosophiques. Il existe une théorie
traditionnelle expliquant le fondement du contrat : la théorie de l’autonomie de la volonté. Elle
est aujourd’hui en déclin.

a) Le contenu de la théorie de l’autonomie de la volonté


L’autonomie de la volonté n’est pas une règle juridique, mais un principe philosophique. Le Code
civil n’y fait aucune allusion directe.
Cette philosophie a pris naissance au XVIIIe siècle et trouve certainement son fondement dans la
philosophie des Lumières ; elle est parfois attribuée à Kant.
CHAPITRE 2 – Les différents actes juridiques 29

La théorie de l’autonomie de la volonté part de l’idée que la volonté de l’homme est souve-
raine, autonome : seul un acte de volonté de la personne pourrait faire qu’elle soit engagée. On
ne saurait être engagé que si on l’a voulu et dans la mesure où on l’a voulu. Le contrat ne pourrait
être équitable que dans la mesure où il aurait été voulu : « Qui dit contractuel dit juste » (Fouillée,
disciple de Kant). La recherche par chacun de ses propres intérêts dans le contrat correspondrait à
l’intérêt général. Cette théorie est parfois liée à celle du contrat social.
L’autonomie de la volonté a pour effet de consacrer la primauté du contrat comme source
d’engagement dans la mesure où seul un acte de volonté libre pourrait justifier l’engagement.
La source principale des obligations ne pourrait résider que dans l’accord de volonté, c’est-à-dire
dans le contrat. Les autres sources d’engagement ne pourraient être qu’exceptionnelles.
L’autonomie de la volonté a des conséquences sur les règles techniques de l’engagement contrac-
tuel, notamment sur les règles de formation : la règle essentielle est celle de la liberté contrac-
tuelle qui concerne aussi bien le consentement au contrat (consensualisme) que le contenu de
celui-ci.
Du point de vue des effets du contrat, l’autonomie de la volonté a pour conséquence de donner
une importance particulière aux principes de la force obligatoire du contrat et de l’effet relatif du
contrat.

b) Le déclin de la théorie de l’autonomie de la volonté


La théorie de l’autonomie de la volonté perd peu à peu de son importance. Le Conseil constitu-
tionnel a décidé, dans un premier temps, que le principe de l’autonomie de la volonté n’avait pas
valeur constitutionnelle puis lui a finalement reconnu cette valeur.
1) La critique de la théorie de l’autonomie de la volonté
La théorie de l’autonomie de la volonté a été critiquée sur deux terrains :
– sur le terrain des principes : le principe selon lequel la volonté serait à elle seule la mesure et
la source de l’engagement a été contesté. En effet, si la volonté peut créer un engagement,
c’est avant tout parce que la loi le permet et le juge socialement utile : la loi est la source
première de l’engagement ;
– sur le terrain des réalités économiques et sociales : certains auteurs ont observé que l’auto-
nomie de la volonté et son corollaire juridique, la liberté contractuelle, sont bien loin d’assurer et
de garantir la justice sociale et économique. Au contraire, le contrat a été très souvent un
moyen d’asservissement des personnes : « Entre le fort et le faible, c’est la volonté qui asservit
et la loi qui libère » (Lacordaire). Il ne s’agit pas de nier le rôle de la volonté dans le contrat,
mais d’en limiter la souveraineté.
30 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

2) Le droit positif et son évolution


Dans notre droit positif, le contrat reste un accord de volontés mais il est étroitement surveillé par
la loi qui lui impose des règles précises. La loi peut ainsi intervenir pour rétablir un équilibre
contractuel entre les parties, c’est-à-dire pour restaurer les conditions d’un engagement libre.
Les règles du Code civil relatives au contrat ne résultent pas de la stricte application des prin-
cipes découlant de l’autonomie de la volonté. Certes, de nombreuses règles du droit des
contrats paraissent influencées par cette théorie et par les idées libérales mais le Code civil n’est
pas un ensemble de dispositions qui seraient le résultat de la simple recherche par la loi de la
volonté individuelle. Par exemple, le principe de la force obligatoire du contrat découlant de
l’article 1134 du Code civil ne trouve pas forcément son fondement uniquement dans la volonté
des parties.
Les règles d’ordre public se sont fortement développées depuis la fin du XIXe siècle. Dans le
même temps, cet ordre public traditionnel s’est transformé pour faire place à un nouvel ordre
public économique et social, apparu avec l’intervention de l’État dans le domaine économique.
Les conséquences techniques dans le droit des contrats sont nombreuses : atteintes à la liberté
contractuelle (phénomène des contrats forcés, des contrats dirigés, des contrats d’adhésion...),
atteintes au principe du consensualisme (augmentation du formalisme), atteintes au principe de
l’effet relatif des contrats (conventions collectives du travail), atteintes à la force obligatoire des
conventions (possibilité de rétractation du contrat en cas de démarchage ou de vente à
domicile...).
La classification CHAPITRE
des contrats
Les classifications des contrats sont multiples. Il existe des distinctions tirées du
3
Code civil et d’autres créées par la doctrine.

1 Les classifications tirées du Code civil


■ La distinction contrats synallagmatiques/contrats unilatéraux
Le contrat synallagmatique ou bilatéral fait naître des obligations réciproques à la charge de
chacune des parties (exemple : contrat de vente). L’écrit probatoire sous seing privé doit être
rédigé en autant d’originaux qu’il y a de parties. Les obligations de chacune des parties sont inter-
dépendantes, elles se servent mutuellement de cause.
Le contrat unilatéral est celui qui ne crée d’obligation qu’à la charge de l’une des parties
(exemple : donation). L’écrit probatoire n’est rédigé qu’en un seul exemplaire.

■ La distinction contrats commutatifs/contrats aléatoires


La distinction entre le contrat commutatif et le contrat aléatoire est prévue à l’article 1104 du
Code civil :
– le contrat commutatif est celui dans lequel la prestation due par chacune des parties est
certaine, déterminée à l’avance et considérée comme équivalente, au moment de la formation
du contrat, à celle que doit fournir l’autre partie (exemple : contrat de vente conclu avec un
prix ferme) ;
32 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

– le contrat aléatoire est celui dans lequel la prestation de l’une des parties est incertaine, soit
dans son principe, soit dans son montant (exemple : contrat de vente avec paiement du prix
sous forme de rente viagère).
En principe, le contrat aléatoire n’est pas rescindable pour lésion, mais la jurisprudence tend de
plus en plus à reconnaître le contraire, notamment dans les cas où il est possible de déterminer
une valeur « normale » dans un contrat aléatoire (exemple : rente viagère).

■ La distinction contrats à titre gratuit/contrats à titre onéreux


La distinction entre contrat à titre gratuit et contrat à titre onéreux est prévue aux articles 1105
et 1106 du Code civil :
– dans le contrat à titre gratuit, l’une des parties procure à l’autre un engagement purement
gratuit (exemple : donation pure et simple) ;
– le contrat à titre onéreux assujettit chacune des parties à donner ou à faire quelque chose
(exemple : donation avec charge au profit du donateur).
Les règles de formation sont en général plus strictes pour les contrats à titre gratuit : les règles de
protection des mineurs et majeurs vulnérables sont renforcées, des règles de forme sont
imposées... Traditionnellement, celui qui est engagé à titre onéreux est tenu plus fermement que
celui qui est engagé à titre gratuit.

■ La distinction contrats nommés/contrats innommés


Les contrats nommés font l’objet d’une réglementation particulière (exemple : vente, louage,
bail), tandis que les contrats dits « innommés » sont ceux que la loi n’a pas explicitement
prévus et réglementés.

2 Les classifications extérieures au Code civil


Certaines classifications ont été inventées par la doctrine en fonction de l’évolution de la pratique
contractuelle.

■ La distinction contrats consensuels/contrats non consensuels


Les contrats non consensuels ne peuvent se former par le simple consentement. Il en existe deux
types :
– les contrats solennels : ils doivent respecter certaines formalités pour être valables. La formalité
est exigée à peine de nullité (exemple : contrat de promotion immobilière) ;
CHAPITRE 3 – La classification des contrats 33

– les contrats réels : ils ne se forment que par la remise de la chose qu’ils ont pour objet (exem-
ples : contrat de dépôt, contrat de gage, contrat de prêt mais la jurisprudence a récemment
remis en cause le caractère réel du contrat de prêt consenti par un professionnel).
Les contrats consensuels se forment par le seul échange des consentements (exemple : la vente).
La distinction a un intérêt sur le plan des formalités : l’absence de formalités ou de remise de la
chose, lorsqu’elle est exigée, entraîne la nullité du contrat.

■ La distinction contrats à exécution instantanée/contrats à exécution


successive
Les contrats à exécution instantanée font naître des obligations qui s’exécutent en un trait de
temps (exemple : contrat de vente). Dans cette hypothèse, l’annulation ou la résolution sont des
mécanismes rétroactifs et donnent lieu à la restitution des prestations éventuellement fournies.
Les contrats à exécution successive supposent des exécutions successives qui se succèdent en
s’échelonnant dans le temps (exemple : contrat de bail, contrat de travail...). Il existe deux catégo-
ries de contrats à exécution successive :
– le contrat à durée déterminée : la date à laquelle il prendra fin est déterminée à l’avance. Il
est parfois renouvelable par tacite reconduction ;
– le contrat à durée indéterminée : il ne prévoit pas de date d’échéance. Chaque partie peut y
mettre fin par volonté unilatérale. Il ne peut pas être perpétuel.
En cas d’annulation ou de résolution d’un contrat à exécution successive, la rétroactivité n’est pas
possible ; l’annulation donne lieu à une résiliation c’est-à-dire que les effets du contrat ne sont
anéantis que pour l’avenir.

■ La distinction contrats de gré à gré/contrats d’adhésion


Les contrats de gré à gré ou négociés font l’objet d’une libre discussion c’est-à-dire d’une négo-
ciation entre les parties.
Les stipulations du contrat d’adhésion sont fixées à l’avance par l’une des parties et ne peuvent
être discutées par l’autre partie. Le consentement de l’autre partie consiste en une adhésion pure
et simple au contrat proposé.

■ La distinction contrats individuels/contrats collectifs


Les contrats individuels sont passés par des personnes physiques ou morales ; leurs effets sont
limités aux personnes qui les ont conclus.
34 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

Les contrats collectifs sont passés par un groupement ; ils produisent leurs effets à l’égard des
membres du groupement qui eux, ne sont pas parties au contrat et parfois même à l’égard de
personnes non-membres du groupement (exemple : conventions collectives du travail).

■ La distinction contrats simples/contrats conjonctifs


Dans le contrat simple, chacune des parties est constituée d’une seule personne alors que dans
le contrat conjonctif, les parties sont composées d’un groupe de personnes.
L’offre et l’acceptation CHAPITRE

Le contrat se forme au moyen d’une offre qui a trouvé acceptation.


4

1 L’offre
L’offre est une manifestation unilatérale de volonté dans laquelle une personne fait savoir son
intention de conclure un contrat dans des conditions déterminées, à une autre ou plusieurs
autres. Elle peut être susceptible d’acceptation pure et simple (offre de contrat) ou être un appel
aux pourparlers (offre de contracter).

■ L’offre de contracter
L’offre de négocier un contrat est une offre de contracter, c’est-à-dire une proposition d’entrer en
pourparlers afin de déterminer quel sera le contenu définitif du contrat : on se situe alors dans la
phase pré-contractuelle. L’offre de contracter est généralement faite à une personne déter-
minée, mais cet appel à discuter peut également être général et indifférent. La conclusion du
contrat peut être précédée de différentes phases.

a) Les pourparlers contractuels


La période des pourparlers contractuels s’étend de la prise de contact jusqu’à la conclusion du
contrat. Pendant cette phase, chacun des partenaires est libre d’arrêter ou de continuer la discus-
sion, dès lors qu’il agit de bonne foi. Toutefois, la jurisprudence considère que dans certains cas,
la rupture des pourparlers peut être fautive et engager la responsabilité délictuelle de son
auteur. Une faute peut être caractérisée lorsque la rupture est sans raison légitime ou quand une
partie a laissé croire aux autres ou à l’autre que le contrat allait se conclure.
36 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

Parfois, cette période est ponctuée d’accords entre les intéressés sans que la discussion ne soit
pour autant achevée. Il peut s’agir d’accords de principe, de lettres d’intentions, de contrats
temporaires, etc. Ces accords ont une force plus ou moins contraignante selon les cas.

b) Le pacte de préférence
Le pacte de préférence est l’acte par lequel une personne s’engage, si elle décide de contracter, à
proposer la conclusion du contrat à telle ou telle personne déterminée. Lorsque le promettant
contracte avec un tiers en méconnaissance de son engagement, le bénéficiaire peut demander la
nullité du contrat et obtenir la substitution de l’acquéreur, à condition de démontrer que le
tiers acquéreur connaissait l’existence du pacte au moment de conclure le contrat et l’intention
du bénéficiaire de s’en prévaloir.

c) Les promesses de contrat


Les promesses de contrat constituent des avant-contrats qui préparent le contrat définitif. Si
l’une des parties s’engage, il y a promesse unilatérale de contrat. Si les deux parties s’engagent, il
y a promesse synallagmatique de contrat.
1) La promesse unilatérale de contrat
• LA NOTION DE PROMESSE UNILATÉRALE DE CONTRAT
La promesse unilatérale de contrat est un contrat unilatéral par lequel le promettant accorde
son consentement à un contrat futur et déterminé, alors que le bénéficiaire garde le choix de
lever ou non l’option ainsi consentie dans un délai déterminé ou non.
La promesse unilatérale de contrat se distingue de l’offre unilatérale de contrat en ce qu’elle est
un contrat. Elle contient un accord de volontés alors que l’offre est seulement une manifestation
unilatérale de volonté. L’offrant peut, dans l’offre unilatérale de contrat, retirer son offre. Le
promettant est irrévocablement engagé.
La promesse unilatérale de contrat n’est pas le contrat définitif. La promesse unilatérale est un
contrat unilatéral car une seule personne est engagée : le promettant, qui a accordé une option au
bénéficiaire. Le bénéficiaire de la promesse, qui a consenti à la promesse mais pas au contrat,
dispose d’un choix : il peut décider de ne pas contracter.
Dans certains cas, le bénéficiaire de la promesse s’engage à payer l’engagement, le service que lui
rend le promettant cocontractant : cette somme est appelée « indemnité d’immobilisation ». La
promesse de vente est dans ce cas un contrat synallagmatique. L’indemnité d’immobilisation est
acquise au promettant si le bénéficiaire de la promesse renonce à acheter, ou vient en déduction
du prix en cas de conclusion du contrat. Sa validité a été reconnue par la jurisprudence. L’existence
CHAPITRE 4 – L’offre et l’acceptation 37

d’une indemnité d’immobilisation ne fait pas disparaître le caractère unilatéral de la promesse


(sauf si elle est trop élevée car le bénéficiaire se sentirait alors obligé d’acheter). Il s’agit alors
d’une convention synallagmatique contenant une promesse unilatérale de contrat.

• LE RÉGIME DE LA PROMESSE UNILATÉRALE DE CONTRAT


La promesse unilatérale de contrat obéit à toutes les conditions générales des contrats. Elle doit
contenir les éléments essentiels du contrat définitif. Parfois, la loi soumet la promesse unilatérale
de contrat à des conditions de forme, notamment lorsque la promesse unilatérale se rapporte à
un contrat définitif solennel.
Toute promesse unilatérale de vente doit faire l’objet d’un enregistrement à peine de nullité
(art. 1589-2, C. civ.) dans les 10 jours de son acceptation par le bénéficiaire. Le futur acquéreur
d’un bien immobilier dispose d’un délai de réflexion ou de rétractation de 7 jours.
La promesse de vente ayant pour objet la cession d’un immeuble ou d’un droit réel immobilier,
dont la validité est supérieure à dix-huit mois, doit être constatée par un acte authentique lors-
qu’elle est consentie par une personne physique (art. L. 290-1, CCH).

• L ES EFFETS DE LA PROMESSE UNILATÉRALE DE CONTRAT


Le promettant est tenu de maintenir son offre pendant le délai prévu, même en cas de décès du
promettant.
Le bénéficiaire n’est pas engagé et ne bénéficie d’aucun droit avant la levée de l’option qui forme
le contrat définitif. S’il décide de conclure le contrat définitif, celui-ci se formera au moment de la
levée de l’option. Lorsque le promettant refuse de s’exécuter, la Cour de cassation écarte toute
possibilité d’exécution forcée : seule une exécution par équivalent, c’est-à-dire des dommages-
intérêts, sont envisageables (Civ. 3e, 15 décembre 1993). Cependant, les parties peuvent prévoir
que le défaut d’exécution par le promettant de son engagement de vendre pourra se résoudre
en nature par la constatation judiciaire de la vente.
2) La promesse synallagmatique de contrat
La promesse synallagmatique de contrat (art. 1589, C. civ.) est un contrat par lequel les parties
donnent d’ores et déjà leur consentement au contrat définitif. La promesse synallagmatique de
vente vaut vente « lorsqu’il y a consentement réciproque des deux parties sur la chose et sur le
prix » (art. 1589, al. 1er, C. civ.) sauf dans deux cas :
– d’une part, le principe concerne les contrats consensuels mais pas les contrats réels ou
solennels ;
– d’autre part, les parties peuvent également marquer leur volonté de solenniser le contrat en
subordonnant son existence à l’accomplissement d’une formalité particulière. Le juge devra
38 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

rechercher si les parties ont ou non érigé certaines clauses, notamment celle de réitération par
acte authentique, en condition de formation du contrat de vente. Si tel est le cas, cette
volonté opère une dissociation entre la promesse consensuelle et le contrat définitif ainsi solen-
nisé : les parties sont alors tenues, jusqu’à l’accomplissement de la formalité, d’une obligation de
faire qui, en cas d’inexécution, se résout en dommages-intérêts ou rend la vente caduque.
Lorsque l’acte authentique ne constitue qu’une « modalité d’exécution du contrat de vente
ultérieurement et définitivement formé », le principe de l’assimilation s’appliquera : si l’une des
parties refuse de se prêter à l’établissement de l’acte, l’autre partie peut obtenir une décision
judiciaire remplaçant le titre qui fait défaut.

■ L’offre de contrat
L’offre de contrat est une offre qui n’est susceptible que d’acceptation pure et simple et qui ne
laisse par conséquent aucune place à la négociation. L’offre de contrat se manifeste aujourd’hui
principalement par des contrats de masse, voire des contrats d’adhésion. Elle peut désormais
être faite par voie électronique (art. 1369, al. 4, C. civ.). Il y a trois éléments spécifiques dans un
contrat d’adhésion : la supériorité économique de l’une des parties envers l’autre, la généralité de
permanence de l’offre (l’offre est faite au public en général pour toute une série de contrats
semblables) et le fait que le contenu du contrat est l’œuvre exclusive ou quasi exclusive de l’une
des parties.

a) Les caractères de l’offre de contrat


L’offre susceptible d’acceptation pure et simple est une offre simple de contrat. Le contrat ayant
été élaboré avant sa conclusion définitive, il ne lui manque que l’individualisation de l’autre partie.
L’offre du contrat est alors générale et indifférenciée. Ce type d’offre peut également être fait à
personne dénommée. Il faut alors que l’offre soit ferme. Il n’est pas indispensable qu’une contre-
proposition soit exclue mais on doit pouvoir s’en passer. L’acceptation d’une offre de contrat est
généralement pure et simple. Si le cocontractant émet une contre-proposition, il devient le pollici-
tant et propose alors une offre de contracter. Dans les contrats d’adhésion, cette contre-proposi-
tion est impossible.
L’offre doit être précise, c’est-à-dire qu’elle doit caractériser les éléments essentiels du contrat
envisagé. Ces éléments ne sont pas vraiment déterminés a priori sauf pour la vente où le Code
lui-même prévoit qu’il s’agit de la chose et du prix (art. 1583, C. civ.).
L’offre doit être extériorisée ; elle peut l’être par divers moyens tels qu’un écrit (lettre, catalogue,
affiche, annonce...), la parole ou une attitude. Les articles 1369-1 et suivants du Code civil organi-
sent les modalités de l’offre par voie électronique.
CHAPITRE 4 – L’offre et l’acceptation 39

L’offre doit être ferme : elle doit manifester l’intention de son auteur de s’engager, ce qui n’est
pas le cas lorsqu’elle est assortie de réserves. La seule acceptation doit suffire à former le contrat.
L’offre peut être destinée à une autre personne déterminée, à plusieurs personnes en particulier
ou au public.
L’offre peut être tacite ou expresse. Elle peut être faite avec ou sans délai.
L’offre ne doit pas être équivoque.

b) Le retrait de l’offre
Lorsque l’offre comporte un délai précis, la jurisprudence a décidé que l’offrant devait la main-
tenir pendant ce délai. Dans certaines hypothèses, la loi prévoit que le contrat est formé dès lors
que l’acceptation intervient dans le délai fixé, ceci même si l’offre a été retirée, par exemple
pendant un délai de 30 jours dans l’offre de prêt pour l’achat d’un immeuble (art. L. 312-10,
al. 1er, C. consom.).
Lorsque l’offre est retirée avant le délai prévu, ou à défaut avant l’écoulement d’un délai raison-
nable, quelle est la sanction ?
– traditionnellement, la jurisprudence considérait que le pollicitant engageait sa responsabilité
délictuelle ou quasi-délictuelle sur le fondement de l’article 1382 du Code civil ;
– dans un arrêt de 2008, la Cour de cassation a confirmé que « si une offre d’achat ou de vente
peut en principe être rétractée tant qu’elle n’a pas été acceptée, il en est autrement au cas où
celui de qui elle émane s’est engagé à ne pas la retirer avant une certaine époque ».
Lorsque l’offre ne comporte pas de délai, elle doit être maintenue pendant un délai raison-
nable pour être reçue et soumise à réflexion. Ce délai varie selon les circonstances : il est apprécié
par les juges du fond. Parfois, ce délai est d’origine légale, par exemple, pour l’offre de prêt pour
l’achat d’un immeuble (art. L. 312-10, al. 1er, C. consom.).
L’offre peut devenir caduque parce qu’elle comporte une limite de délai ou une limite de quan-
tité, ou en cas d’incapacité ou de décès de l’offrant. En dehors des hypothèses où la personnalité
de l’offrant est déterminante, le décès n’est pas un obstacle à l’acceptation (les héritiers conclu-
ront alors le contrat avec l’acceptant).
L’offre peut être en principe reprise par son auteur si elle ne tombe pas d’elle-même sauf dans
certains cas prévus par la loi (dans certaines hypothèses, le contrat est formé dès lors que l’accep-
tation intervient dans le délai fixé, ceci même si l’offre a été retirée) ou la jurisprudence (parfois, la
jurisprudence oblige le pollicitant à maintenir son offre notamment lorsqu’il fixe un délai précis ou
lorsqu’a été fixé « implicitement un délai raisonnable d’acceptation », sous peine de dommages-
intérêts).
40 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

c) Le choix du cocontractant
Lorsque l’offre est générale et indifférenciée, c’est-à-dire faite à tout venant, l’auteur de l’offre
peut choisir son cocontractant, mais les professionnels sur lesquels pèse le devoir légal de
contracter ont l’obligation d’accepter pour cocontractant, c’est-à-dire pour client, toute personne
qui remplit les conditions exigées implicitement par l’offre. En outre, l’exclusion d’un cocontrac-
tant ne doit pas avoir pour effet de contrevenir aux lois relatives à la discrimination. Ces règles
ne s’appliquent pas lorsque l’offre est faite à personne dénommée ou lorsque le contrat n’est
possible qu’en un seul exemplaire.

2 L’acceptation
L’acceptation est la manifestation de volonté du destinataire de l’offre de conclure le contrat aux
conditions proposées par l’offrant.

■ Les formes de l’acceptation


a) La manifestation de volonté expresse
La personne extériorise sa volonté par un langage qui peut être oral, gestuel ou écrit. L’accepta-
tion par voie électronique est désormais possible (art. 1369-5, C. civ.).

b) La manifestation de volonté tacite


La manifestation de volonté est tacite lorsque l’expression du consentement résulte du simple
comportement, de l’attitude de l’intéressé, de laquelle on induit la volonté de contracter.

c) Le comportement passif : le silence


Le silence est l’absence totale de toute manifestation de volonté, même tacite, de la part du desti-
nataire du contrat. La jurisprudence a décidé qu’il n’est pas possible de tirer du silence une
volonté de contracter (Civ., 25 mai 1870). Cependant, la loi décide parfois que le silence vaut
consentement. De plus, la jurisprudence a également admis que le silence valait consentement
dans plusieurs hypothèses :
– lorsqu’il existe entre les parties des relations d’affaires antérieures au contrat en cause ;
– lorsqu’il existe des usages commerciaux en vertu desquels le silence est considéré comme
acceptation ;
– lorsque l’offre de contrat est faite dans l’intérêt exclusif du destinataire ;
CHAPITRE 4 – L’offre et l’acceptation 41

– lorsque la convention des parties le prévoit expressément, notamment par le mécanisme de la


tacite reconduction ;
– plus récemment, elle a décidé que le silence ne valait pas à lui seul acceptation mais que dans
certains cas, les circonstances permettaient de donner au silence la signification d’une
acceptation.

■ Les contrats entre absents


Dans certains cas, au moment de l’accord définitif, les contractants ne sont pas en présence l’un
de l’autre, notamment lorsque les contrats se forment par correspondance.
La détermination du lieu de conclusion du contrat comporte un intérêt essentiellement pour les
contrats internationaux : la loi applicable aux contrats pour ce qui concerne les conditions de
forme de ceux-ci est celle du lieu où a été conclu le contrat (« le lieu régit l’acte »).
La fixation de la date de formation du contrat a plusieurs intérêts :
– au moment où le contrat définitif est conclu, les parties ne peuvent plus se rétracter ;
– les effets du contrat commencent à se produire à cette date ;
– la date de formation du contrat permet de déterminer la loi applicable au contrat ;
– elle constitue le point de départ du délai pour intenter l’action en nullité du contrat.
Le Code civil est inutile pour déterminer la date de conclusion du contrat dans la mesure où les
articles 932 (donation) et 1985, alinéa 2 (mandat) donnent des solutions contradictoires. La
doctrine et ses auteurs sont partagés entre deux approches principales :
42 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

Théorie Variantes Exemples


Première théorie : le contrat se forme Théorie de la déclaration : le Rédaction de la lettre
au moment et au lieu où intervient contrat se forme au lieu où naît d’acceptation.
l’acceptation. la volonté d’accepter.
Théorie de l’émission : le contrat Remise de cette lettre à la poste.
se forme au moment et au lieu
où se manifeste cette volonté.
Deuxième théorie : le contrat se Théorie de la réception : le La lettre d’acceptation est dans
forme au moment et au lieu où contrat est formé au moment et la boîte de l’offrant.
l’offrant connaît l’acceptation. au lieu où est reçue l’acceptation.
Théorie de l’information : le
contrat est formé au moment et L’offrant ouvre la lettre.
au lieu où l’offrant prend
connaissance de l’acceptation.

La jurisprudence s’est prononcée pour la théorie de l’émission en l’absence de manifestation de


volonté contraire des parties (Civ. 1re, 7 juin 1981). Une décision récente semble cependant
admettre limitativement la théorie de la réception. La Convention de Vienne sur la vente interna-
tionale de marchandises a opté pour la théorie de la réception (art. 18-2º).
Les vices CHAPITRE
du consentement
L’article 1108 du Code civil pose 4 conditions principales pour la validité des
5
contrats : consentement, capacité, objet certain et cause licite.
Pour que le contrat soit valablement formé, le consentement ne doit pas seule-
ment exister, il doit également être exempt de vices. L’article 1109 du Code civil
prévoit 3 sortes de vices du consentement : l’erreur, la violence et le dol.

1 L’erreur
L’erreur est une appréciation inexacte de la réalité. Toute erreur n’est pas forcément cause
d’annulation du contrat.

■ Les différents types d’erreurs


a) Les erreurs prises en considération
1) L’erreur sur la substance ou sur les qualités substantielles
« L’erreur n’est une cause de nullité de la convention que lorsqu’elle tombe sur la substance
même de la chose qui en est l’objet » (art. 1110, al. 1er, C. civ.).
Il existe deux conceptions de la substance de la chose :
– conception objective : la substance est la matière dont est constituée la chose objet du
contrat ;
– conception subjective : la substance réside dans la qualité de la chose qui a été principalement
envisagée par les parties au contrat. La qualité substantielle est celle dont l’absence, si elle avait
été connue, aurait empêché la conclusion du contrat.
44 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

Cette deuxième conception est retenue par la jurisprudence depuis 1913.


Pour déterminer la qualité substantielle, la jurisprudence retient la méthode d’appréciation in
concreto, c’est-à-dire selon les données de l’espèce. La jurisprudence ne distingue pas entre
l’erreur qui porte sur la prestation reçue, sur la prestation fournie ou sur la chose achetée (affaire
Poussin). Elle ne recherche pas non plus si l’erreur sur la substance est de fait ou de droit (erreur
sur l’existence, la nature ou l’étendue des droits sur lesquels porte le contrat). Enfin, peu importe
que l’erreur porte sur un bien corporel ou non (cession de fonds de commerce ou d’office minis-
tériel, cession de droits successifs...).
2) L’erreur sur la personne
L’erreur sur la personne n’est une cause de nullité que dans les contrats conclus en considération
de la personne (intuitu personae), tels que les contrats à titre gratuit ou certains contrats
onéreux (mandat rémunéré, contrat de travail, contrat d’entreprise passé par exemple avec un
peintre, vente à crédit dans certains cas...). Il peut s’agir d’une erreur sur l’identité physique ou
civile du cocontractant ou sur certaines de ses qualités substantielles.
3) L’erreur-obstacle
D’autres erreurs sont considérées comme cause d’annulation :
– l’erreur sur la nature du contrat (exemple : une personne vend un bien alors que l’autre croit
prendre un bail) ;
– l’erreur sur l’objet du contrat (exemple : une partie pense vendre une certaine partie d’un
terrain alors que l’autre pense que c’en est une autre).
Ces erreurs sont d’une gravité telle qu’elles empêchent la rencontre des volontés nécessaire à la
formation du contrat : elles constituent des obstacles au consentement. Ces « erreurs-obstacle »
sont assimilées à des absences de consentement.

b) Les erreurs indifférentes


Ne sont pas sanctionnées l’erreur portant sur une qualité non substantielle, c’est-à-dire acces-
soire, l’erreur sur la personne pour des contrats qui ne sont pas conclus intuitu personae, l’erreur
sur la valeur (mais l’erreur sur la valeur est une cause de nullité lorsqu’elle est la conséquence
d’une erreur sur les qualités substantielles) ainsi que l’erreur sur les motifs étrangers à la chose
objet du contrat, même lorsque ce motif a été déterminant. L’erreur sur la solvabilité n’est pas
retenue par la jurisprudence qui la considère comme une forme d’erreur sur la valeur (art. 1110,
al. 2, C. civ.).
CHAPITRE 5 – Les vices du consentement 45

■ L’annulation pour erreur


a) Les caractères de l’erreur cause de nullité
L’erreur ne doit pas être grossière, inexcusable. La victime ne doit pas être négligente. Ce carac-
tère s’apprécie in concreto, selon l’aptitude de la personne.
L’erreur doit porter sur un élément connu de l’autre partie : l’erreur doit être « commune ». Ainsi,
lorsqu’un contractant invoque l’erreur sur la qualité substantielle, il devra prouver que l’autre
partie savait que telle qualité de la chose était déterminante pour le contrat.
L’erreur de droit n’est prise en compte que si elle constitue une erreur sur la substance.
b) La preuve de l’erreur
L’erreur doit être prouvée par la partie qui l’invoque. Elle peut le faire par tout moyen. La victime
doit aussi prouver par tous moyens que telle qualité était déterminante. Les juges du fond appré-
cient le caractère déterminant de l’erreur. Si la qualité est objectivement substantielle, c’est-à-dire
substantielle aux yeux de tous, l’erreur est présumée commune.
L’erreur s’apprécie au moment de la conclusion du contrat.

■ La sanction de l’erreur
En principe, la sanction de l’erreur est la nullité relative.
Dans le cas particulier des « erreurs-obstacle » (voir supra), la doctrine classique prévoyait comme
sanction l’inexistence mais après quelques hésitations, la doctrine moderne ainsi que la jurispru-
dence s’en tiennent désormais à la nullité absolue en raison de l’absence totale de consentement.
La Cour de cassation ne retient pas le caractère inexcusable de l’erreur en cas d’« erreur-
obstacle » : l’erreur-obstacle chasse l’erreur inexcusable.
Le délai de prescription de l’action en nullité est de 5 ans. Il court à compter de la découverte du
vice. En principe, le contrat est totalement annulé, mais dans certaines hypothèses, les juges se
contentent d’annuler une seule clause du contrat ou de la modifier.
La victime de l’erreur peut également obtenir des dommages-intérêts lorsque l’erreur résulte
d’une faute du cocontractant.
46 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

2 Le dol
Le dol est une manœuvre de l’une des parties destinée à induire l’autre en erreur et ainsi à
l’amener à contracter (art. 1116, C. civ.).

■ Les éléments constitutifs du dol


a) L’élément matériel : les manœuvres frauduleuses
L’élément matériel du dol peut résider dans des manœuvres, un mensonge ou une omission, que
l’on appelle réticence dolosive.
Les manœuvres frauduleuses peuvent consister en une véritable mise en scène : « on appelle dol
toute surprise, fraude, finesse, feinte et toute autre mauvaise voie pour tromper quelqu’un »
(Domat). Par exemple, il peut s’agir de modifier le compteur kilométrique d’une voiture en vue de
sa vente. De simples mensonges peuvent suffire à caractériser le dol. Cependant, la jurisprudence
distingue le bon dol c’est-à-dire un mensonge avec une exagération (« dolus bonus »), qu’elle
considère comme normal, et le mauvais dol (« dolus malus ») c’est-à-dire le mensonge plus grave
qui permet d’obtenir la nullité. Le mensonge trop exagéré et donc facilement décelable n’est pas
pris en compte car il est peu probable qu’il ait déterminé le consentement.
La question s’est posée de savoir si la simple réticence (fait de garder le silence) sur un élément
important, si elle est intentionnelle, peut constituer un dol, cause de nullité. Après une longue
période de refus, la jurisprudence a admis progressivement la réticence dolosive. La réticence
doit comporter un élément matériel, c’est-à-dire l’omission d’une information substantielle, en
connaissance de laquelle l’autre partie n’aurait pas contracté. Le devoir de renseignement a été
admis par la jurisprudence chaque fois que l’une des parties possédait une information nécessaire
à l’autre partie alors que celle-ci se trouvait dans l’impossibilité ou la quasi-impossibilité de se la
procurer. Néanmoins, la Cour de cassation est finalement revenue à une solution plus équilibrée,
estimant que « l’acquéreur, même professionnel, n’est pas tenu d’une obligation d’information au
profit du vendeur sur la valeur du bien acquis ». Dans tous les cas, les juges du fond doivent carac-
tériser cette réticence dolosive.

b) L’élément intentionnel : l’intention de tromper


Le dol est une manœuvre, une faute intentionnelle, commise dans l’intention de tromper l’autre
partie. Cependant, la victime ne doit pas avoir été imprudente et doit vérifier les allégations de
l’autre partie. Il n’est pas nécessaire que l’auteur du dol ait voulu créer un préjudice à l’autre
partie.
CHAPITRE 5 – Les vices du consentement 47

■ L’annulation pour dol


a) Les caractères du dol
1) Le dol doit avoir été déterminant
Pour justifier la nullité, le dol doit avoir été déterminant c’est-à-dire que sans le dol, la partie qui
en est victime n’aurait pas contracté (art. 1116, C. civ.). Pour que le dol soit déterminant, il faut
que l’erreur qu’il a engendrée ait été elle-même déterminante pour contracter.
L’erreur provoquée par le dol peut porter sur la qualité substantielle de la chose, sur la personne
lorsque le contrat est conclu intuitu personae, sur la valeur ou sur de simples motifs étrangers aux
qualités de la chose ou de la personne. Ainsi, le dol permet d’obtenir la nullité dans des hypo-
thèses où une simple erreur ne suffirait pas.
Lorsque le dol est déterminant, il est parfois qualifié de dol principal. Le dol incident est celui
sans lequel le contrat aurait été néanmoins conclu, c’est-à-dire à des conditions plus avantageuses
pour la victime. La jurisprudence n’a jamais consacré cette distinction.
2) Le dol doit émaner du cocontractant
En principe, le dol qui émane d’un tiers ne permet pas d’obtenir la nullité. En revanche, il ouvre
éventuellement droit à l’octroi de dommages-intérêts.
Par exception, le dol du tiers peut être pris en compte :
– lorsque le cocontractant est complice du tiers ;
– lorsque le tiers est le représentant du cocontractant ;
– en matière d’actes unilatéraux, notamment en matière de donation.

b) La preuve du dol
Le dol doit être prouvé. S’agissant d’un fait juridique, la preuve du dol se fait par tout moyen. La
Cour de cassation contrôle la qualification des manœuvres dolosives.

c) Les effets du dol


Le dol permet à la victime d’obtenir la nullité relative du contrat. Le contrat disparaît rétroactive-
ment. L’action en nullité se prescrit donc par l’écoulement d’un délai de 5 ans (art. 1304, al. 1er,
C. civ.) à compter de la découverte du dol ou de l’erreur (art. 1304, al. 2, C. civ.). Le dol permet à
chaque partie de récupérer ses prestations et éventuellement à la victime d’obtenir des
dommages-intérêts lorsqu’elle subit un préjudice lié à l’annulation du contrat (responsabilité
délictuelle).
48 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

3 La violence
La violence est traditionnellement définie comme une contrainte exercée sur la volonté d’une
personne pour l’amener à donner son consentement (art. 1112, C. civ.).

■ Les caractères de la violence


Le vice du consentement n’est pas le fait de violence lui-même mais celui de la menace.
La violence doit être déterminante : elle doit être la menace d’un mal considérable. Ce caractère
déterminant s’apprécie in concreto, par rapport à la personne victime de la violence.
La violence peut viser le cocontractant lui-même ou un tiers (un de ses proches, par exemple).
L’auteur de la violence peut être le cocontractant ou un tiers (art. 1111, C. civ.).
La violence s’apprécie au jour de la conclusion du contrat mais les juges peuvent tenir compte
d’éléments postérieurs permettant d’apprécier la réalité de la violence au jour du contrat.
Le danger doit avoir un caractère imminent. La crainte doit exister au moment de l’acceptation du
contrat.
La violence doit avoir un caractère illégitime quant au moyen de contrainte utilisé et quant au
but poursuivi.
La violence peut être physique ou morale. Elle peut viser la personne dans son intégrité
physique, sa vie, sa santé ou dans sa liberté, son honneur ou sa réputation (chantage). Elle peut
également concerner le patrimoine, soit en sa totalité, soit tel ou tel de ses éléments. Ainsi, la
contrainte économique constitue une forme de violence viciant le consentement. Le Code de la
consommation sanctionne désormais l’abus de faiblesse (art. L. 122-8, C. consom.) et le Code
du commerce l’exploitation de l’état de dépendance économique d’une partie (art. L. 420-
2, al. 2, C. com.).
Pour apprécier la violence, il convient de tenir compte de l’âge, du sexe et de la condition des
contractants.

■ La sanction de la violence
La sanction de la violence est la nullité relative. Elle ne peut être demandée que par la victime
dans un délai de 5 ans à compter du moment où la violence a cessé. La nullité peut être partielle.
À celle-ci peut s’ajouter une condamnation à des dommages-intérêts.
L’objet et la cause CHAPITRE

Le Code civil impose pour la validité du contrat des conditions tenant au contenu
6
du contrat, c’est-à-dire à la cause et à l’objet de celui-ci.

1 L’objet
L’exigence de l’objet dans la formation du contrat est énoncée à l’article 1108 du Code civil. Les
articles 1126 et suivants du Code civil évoquent soit l’objet du contrat (art. 1126 à 1128, C. civ.),
soit l’objet de l’obligation (art. 1129 et 1130, C. civ.). En réalité, derrière ces expressions sont
visées indifféremment deux sortes d’objets :
– l’objet de l’obligation ou prestation objet de l’obligation : il s’agit de la prestation due par
le débiteur. Cette prestation peut être une obligation de faire, de ne pas faire ou de donner.
Ainsi, dans la vente d’immeuble, la prestation du vendeur consiste à transférer la propriété ;
– l’objet de la prestation ou chose objet de la prestation : il s’agit de la chose sur laquelle
s’effectue la prestation. Dans la vente d’immeuble, l’objet de la prestation est l’immeuble vendu.
Certains auteurs pensent qu’il existe en outre un objet du contrat qui serait l’opération juridique
globale souhaitée par les parties. Dans la vente d’immeuble, l’objet du contrat serait la vente. En
réalité, c’est l’obligation qui a un objet et non pas le contrat.

■ L’existence de l’objet
L’objet doit être réel et déterminé ou du moins déterminable.
50 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

a) La réalité de l’objet
1) La chose objet de la prestation
Le contrat qui porte sur une chose qui n’existe pas au moment de la conclusion du contrat est nul.
Cependant, une chose future peut être l’objet d’un contrat. Le contrat sera nul si, dès l’origine, il
existe une impossibilité de produire la chose.
2) La prestation objet de l’obligation
La prestation objet de l’obligation doit être possible. Dans le cas contraire, le contrat est nul. Si
l’impossibilité survient après la conclusion du contrat, elle est sanctionnée par la résolution (pour
inexécution). Pour entraîner la nullité, l’impossibilité doit être absolue : elle doit exister pour tous
et pas seulement pour le débiteur.
b) La détermination de l’objet
L’objet doit être déterminé ou tout du moins déterminable (art. 1129, C. civ.).
Une distinction doit être faite entre d’une part les corps certains, dont la détermination, c’est-à-
dire l’identification de l’objet, doit être suffisamment précise et d’autre part les choses de genre,
pour lesquelles il n’est pas nécessaire que l’objet soit déterminé, identifié avec précision. L’objet
doit être déterminable au moins quant à son espèce et à sa quantité (quotité). La qualité est
moyenne quand elle n’est pas précisée.
Si l’objet est déterminable mais pas déterminé, il est alors indispensable que les éléments qui
permettent de le déterminer soient suffisamment précis. Par exemple, la référence au prix local
du marché est insuffisante. Le prix a donné lieu à des difficultés particulières. Le problème s’est
posé notamment à propos des contrats de fourniture exclusive entre fabricants et détaillants, qui
sont ensuite complétés par des ventes (exemples : contrats de bière ou contrats entre pompistes
et sociétés pétrolières). L’Assemblée plénière de la Cour de cassation a mis fin aux hésitations juris-
prudentielles en décidant que lorsqu’une convention prévoit la conclusion de contrats ultérieurs,
l’indétermination du prix de ces contrats ultérieurs dans la convention-cadre initiale n’a pas pour
conséquences, sauf dispositions légales particulières, de remettre en cause la validité de celle-ci
(Ass. plén., 1er décembre 1995). Elle décide que l’abus dans la fixation du prix ne donnera lieu
qu’à résiliation avec indemnisation. Ces arrêts permettent de conclure à l’inapplicabilité de
l’article 1129 du Code civil à la détermination du prix. Des législations particulières prévoient
parfois des exceptions à l’absence de nullité pour indétermination du prix. L’article 1591 reste
applicable à la vente dans laquelle le prix doit être déterminé.
CHAPITRE 6 – L’objet et la cause 51

■ La valeur de l’objet : la lésion


La lésion peut être définie de plusieurs manières (art. 1118, C. civ.). Au sens strict, il s’agit d’un
déséquilibre, existant au moment de la formation du contrat, entre les prestations de chacune
des parties dans un contrat synallagmatique. Dans un sens plus large, la lésion peut exister même
en dehors des contrats synallagmatiques. Il s’agit alors d’un défaut d’équivalence entre l’avantage
retiré d’un contrat et le sacrifice consenti.

a) Le domaine de la lésion
Le Code civil a conçu la lésion de manière très restrictive. Le principe reste que la lésion ne vicie
pas les conventions. La lésion n’est sanctionnée que dans certains cas. La loi a ensuite étendu les
hypothèses de lésion.
1) Dans certains contrats
– le partage, en cas de lésion de plus d’un quart au détriment de l’un des héritiers (art. 889,
al. 1er, C. civ. : depuis 2006, cette lésion donne lieu à une action en complément de part) ;
– la vente d’immeubles en cas de lésion de plus des 7/12e au détriment du vendeur (art. 1674 et
1675, C. civ.) ;
– la vente d’engrais et de semences, quand il y a lésion de plus du quart au détriment de
l’acheteur (loi du 8 juillet 1907 modifiée par les lois du 10 mars 1937 et du 13 juillet 1979) ;
– le contrat d’assistance maritime lorsque les conditions du contrat sont inéquitables (art.
L. 5132-6 et s., C. transp.) ;
– le contrat de cession du droit d’exploitation d’une œuvre littéraire ou artistique : lorsque
l’auteur cède ses droits, est retenue la lésion de plus de 7/12e au préjudice de l’auteur (art.
L. 131-5, C. propr. intell.) ;
– le prêt à intérêts, si le taux d’intérêt dépasse un taux moyen au-delà duquel il y a usure (art.
L. 313-4, C. consom.).
2) À l’égard de certaines personnes
La lésion n’est prise en compte que pour les mineurs non émancipés « contre toutes sortes de
conventions ». Dans ces hypothèses, la véritable cause de nullité est l’incapacité.
La loi a également étendu la lésion à d’autres personnes : elle peut désormais être prise en compte
pour les majeurs sous sauvegarde de justice (art. 435, C. civ.) et les majeurs en curatelle ou en
tutelle (art. 465, C. civ.).
52 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

b) La sanction de la lésion
1) Les conditions
Lorsqu’elle est admise par les textes, la lésion est sanctionnée indépendamment de tout vice du
consentement sauf lorsqu’elle s’explique par l’intention libérale.
La lésion s’apprécie au moment de la formation du contrat. Elle n’est en principe pas retenue dans
les contrats aléatoires car l’existence d’un aléa empêche d’apprécier la lésion.
La lésion s’apprécie au moment de la formation du contrat.
2) Les modalités de la sanction
En principe, la sanction de la lésion est la rescision (forme de nullité relative qui comporte
certaines particularités, notamment quant à la durée du délai de prescription qui n’est que de
deux années). Dans certains cas, la sanction de la lésion est la révision des conditions pécuniaires
du contrat.
Dans la plupart des cas, c’est la loi qui fixe le montant à partir duquel la lésion est prise en
compte. Plus exceptionnellement, la loi laisse le droit aux tribunaux d’apprécier ce montant.

■ La licéité de l’objet
a) Le principe général de licéité de l’objet
L’objet doit être licite, il doit être dans le commerce (art. 1128, C. civ.). Par exemple, serait illicite
une prestation consistant à commettre un délit, de même qu’une convention portant sur le corps
humain.
La cession des clientèles commerciales est admise de longue date. En revanche, la jurisprudence
a longtemps considéré que la cession des clientèles civiles des professions libérales (médecins,
avocats...) était illicite car hors commerce. Finalement, la Cour de cassation a posé le principe de
la licéité de la cession des clientèles civiles tout en la subordonnant au respect de la liberté pour
le client de choisir son médecin ou son avocat par exemple.

b) Les clauses abusives


La licéité de l’objet du contrat est également remise en cause lorsque les stipulations contrac-
tuelles sont telles qu’elles mettent en péril l’équilibre contractuel. Le législateur a tenté d’apporter
une protection particulière au consommateur par la sanction des clauses abusives.
La loi du 10 janvier 1978 (« Scrivener »), suivie de celle du 1er février 1995, a été complétée par la
loi du 4 août 2008. Les textes prévoient désormais que la clause abusive est celle qui, dans un
CHAPITRE 6 – L’objet et la cause 53

contrat conclu entre professionnel et non-professionnel ou consommateur, a pour objet ou effet


de créer, au détriment du non-professionnel ou du consommateur, un déséquilibre significatif
entre les droits et obligations des parties au contrat (art. L. 132-1, C. consom.). L’appréciation du
caractère abusif doit se faire en fonction de toutes les circonstances qui entourent la conclusion
du contrat. Le décret du 18 mars 2009 a déterminé deux listes :
– une première liste de clauses présumées abusives : le professionnel devra, en cas de litige,
apporter la preuve du caractère non abusif de la clause ;
– la deuxième liste détermine dix clauses réputées irréfragablement abusives et donc interdites.
Cette appréciation ne peut porter sur la définition de l’objet du contrat ou sur l’adéquation du prix
ou de la rémunération au bien vendu ou au service offert.
La sanction d’une clause abusive consiste à la réputer non écrite.

2 La cause
■ La notion de cause
Il existe deux conceptions de la cause :
– la conception objective : la cause est toujours la même pour un même type de contrat. Ainsi,
dans les contrats synallagmatiques, la cause réside dans l’espoir pour chacune des parties
d’obtenir la contre-prestation promise par l’autre partie. Dans les contrats unilatéraux réels, la
cause est la remise matérielle de la chose lors de la formation du contrat. Dans les contrats à
titre gratuit, la cause réside dans l’intention libérale ;
– la conception subjective : la cause serait le motif impulsif et déterminant qui a poussé chacune
des parties à contracter. La jurisprudence a longtemps considéré que le motif devait être connu
de l’autre partie, au moins dans les contrats à titre onéreux, mais cette exigence a finalement
été abandonnée (Civ. 1re, 7 octobre 1998).
La Cour de cassation a consacré cette théorie dualiste de la cause.
Ces deux conceptions sont utilisées différemment : la conception classique (objective) est utilisée
pour juger de l’existence de la cause tandis que la conception moderne (subjective) s’applique à
l’illicéité ou à l’immoralité de la cause.
54 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

■ Le régime juridique de la cause


a) La nécessité de la cause
Dans les contrats synallagmatiques, l’absence de cause est caractérisée pour l’une des parties en
cas d’inexistence ou d’impossibilité de l’objet pour l’autre, de même que lorsque la contre-presta-
tion attendue ne présente aucune utilité. En dehors des contrats synallagmatiques, les hypothèses
d’absence totale de cause sont restreintes.
La fausse cause est une absence de cause sur laquelle vient se greffer un vice du consentement,
notamment l’erreur (art. 1131, C. civ.).
Lorsque la cause est simulée, les parties donnent à leurs obligations une cause apparente qui
n’est pas la véritable cause.

b) La preuve de la cause
Lorsque la cause n’est pas exprimée dans un contrat, elle est censée exister : celle des deux parties
qui prétend qu’elle n’existe pas devra le démontrer. Cette preuve se fait par tout moyen. La
cause s’apprécie au jour de la formation du contrat.

■ La sanction de l’absence de cause


Selon la théorie classique de la cause, l’absence de celle-ci est sanctionnée par la nullité absolue.
Selon la théorie moderne, la nullité serait relative. Le droit positif a opté pour la nullité absolue
puis plus récemment pour la nullité relative (Civ. 1re, 9 novembre 1999 et Civ. 3e, 29 mars 2006).

■ La moralité et la licéité de la cause


a) Les applications de la cause illicite ou immorale
Pour qu’un contrat soit valable, il faut que la cause n’en soit pas illicite ou immorale. L’article 1131
du Code civil pose le principe de l’absence d’effet d’une obligation illicite tandis que l’article 1133
prévoit que la cause est illicite lorsqu’elle est prohibée par la loi, contraire aux bonnes mœurs ou
à l’ordre public (ce texte reprend l’article 6 du Code civil).
La cause immorale n’est jamais définie en tant que telle, mais est associée à diverses autres
notions telles que la cause illicite, mais également les bonnes mœurs ou l’ordre public. La cause
immorale serait celle qui heurte les bonnes mœurs alors que la cause illicite serait contraire aux
lois d’ordre public.
CHAPITRE 6 – L’objet et la cause 55

1) Dans les contrats à titre onéreux


Une distinction est traditionnellement faite entre l’immoralité de la cause de l’obligation, c’est-à-
dire de la cause objective, et l’immoralité de la cause du contrat, c’est-à-dire du motif
déterminant :
– immoralité de la cause de l’obligation (cause objective) : il s’agit de l’illicéité de la contre-
partie. Elle se distingue souvent mal de l’immoralité de l’objet ;
– immoralité de la cause du contrat : l’intention des parties est considérée comme immorale
par le juge. L’annulation ne peut cependant être encourue que lorsqu’il s’agit du motif détermi-
nant des parties, afin de limiter le contrôle du juge. Jusqu’en 1998, ce motif devait également
avoir pénétré dans le champ contractuel et être devenu une considération commune aux deux
parties. Désormais, la jurisprudence considère qu’un contrat peut être annulé pour cause illicite
ou immorale même lorsque l’une des parties n’a pas eu connaissance du caractère illicite ou
immoral déterminant de la conclusion du contrat (Civ. 1re, 7 octobre 1998).
2) Dans les contrats à titre gratuit
Dans le domaine des libéralités, ce n’est pas l’intention libérale, c’est-à-dire la cause objective qui
doit être ici examinée car celle-ci est toujours licite et morale, mais la cause subjective.
La jurisprudence sanctionnait traditionnellement les libéralités dont le motif déterminant « était la
formation, la poursuite ou la reprise de relations de concubinage ». Elle est revenue sur ce prin-
cipe, considérant que « n’est pas contraire aux bonnes mœurs la cause de la libéralité dont
l’auteur entend maintenir la relation adultère qu’il entretient avec le bénéficiaire » (Civ. 1re,
3 février 1999 et Ass. plén., 29 octobre 2004).
Les libéralités consenties à des enfants adultérins ou incestueux étaient également annulées
pour cause illicite, avant que la loi de 1972 ne proclame l’égalité des filiations.
b) La sanction de la cause illicite ou immorale
L’illicéité ou l’immoralité de la cause est sanctionnée par la nullité absolue.
S’agissant d’un fait juridique, la preuve de l’absence de cause, de l’illicéité ou de l’immoralité de
celle-ci peut se faire par tout moyen.
Le consensualisme CHAPITRE

Le contrat est en principe valable par le simple échange des consentements.


7
Aucune condition de forme n’est imposée pour la validité d’un contrat (art. 1108
et 1138, C. civ.). Néanmoins, pour certains d’entre eux, des formalités sont néces-
saires sans que leur absence ne remette forcément en cause sa validité.

1 Les formalités nécessaires à la validité du contrat


Dans certaines hypothèses, le simple échange des consentements ne suffit pas pour que le contrat
soit valable.

■ Les contrats solennels


Les contrats solennels sont ceux qui nécessitent, pour leur validité, que le consentement soit mani-
festé en respectant certaines formalités, en principe la rédaction d’un écrit, qu’il s’agisse d’un
acte authentique ou d’un simple écrit.
a) L’exigence d’un acte authentique
L’acte authentique, notarié est exigé par exemple, pour les 4 contrats solennels traditionnels du
droit français : donation, subrogation consentie par le débiteur, contrat de mariage, convention
constitutive d’hypothèque. Postérieurement au Code civil, la loi a complété cette première liste, y
incluant notamment le contrat de vente d’immeuble à construire portant sur un logement
d’habitation.
58 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

b) L’exigence d’un simple écrit


L’écrit simple est exigé par exemple pour le contrat de promotion immobilière relatif à un
immeuble à usage d’habitation ou à usage professionnel (art. L. 222-3, CCH), pour la vente d’un
navire (art. L. 5114-1, C. transp.) ou la vente d’un fonds de commerce (art. L. 141-1, C. com.).

c) La sanction de l’absence du formalisme


La sanction de l’absence du formalisme imposé par la loi varie :
– la loi prévoit parfois que le contrat écrit ou la mention particulière est prévu à peine de nullité ;
– la loi peut prévoir une sanction particulière : par exemple, lorsqu’un contrat de crédit à la
consommation ne porte pas les mentions obligatoires, la sanction est la déchéance de plein
droit du droit aux intérêts (art. L. 311-48, al. 2, C. consom.) ;
– dans certains cas, les textes ne prévoient aucune sanction. Dans ces hypothèses, la jurispru-
dence considère parfois que l’absence de certaines formes imposées ne doit pas être sanc-
tionnée par la nullité parce qu’elle ne constitue qu’une exigence de forme ; dans d’autres cas,
elle considère que la formalité est imposée à peine de nullité. Globalement, la jurisprudence a
tendance à prononcer la nullité absolue.

■ Les contrats réels


Les contrats réels sont ceux qui, pour être valablement formés, exigent en plus de l’échange des
consentements, la remise d’une chose, tel que dans le contrat de prêt, le contrat de dépôt ou
le contrat de gage (avant la réforme du 23 mars 2006). Cette conception classique est aujourd’hui
contestée. Par exemple, la jurisprudence considère désormais que le contrat de prêt consenti
par un professionnel du crédit n’est pas un contrat réel. La remise de la chose doit par consé-
quent être analysée non pas comme l’une des conditions de forme mais comme le premier acte
de l’exécution du contrat.

2 Les formalités étrangères à la validité du contrat


Certaines formalités ne constituent pas des conditions de validité du contrat. Il peut s’agir :
– de formalités de preuve : un écrit est exigé pour constater un acte juridique lorsque la somme
en jeu excède 1 500 euros (art. 1341, C. civ.). L’absence d’écrit ne remet pas en cause la validité
du contrat, mais, en pratique, si le contrat ne peut être prouvé, il devient inefficace. En dessous
de cette somme, la preuve du contrat est libre. D’autres types de formalités relatives aux preuves
CHAPITRE 7 – Le consensualisme 59

peuvent parfois être exigés. Depuis la loi du 13 mars 2000, l’article 1316 du Code civil consacre
la possibilité de recourir à un support électronique pour prouver le contrat ;
– de formalités de publicité : la loi exige parfois que le contrat, une fois formé, soit publié. Si ces
formalités n’ont pas été respectées, l’opération juridique demeure valable, mais est inopposable
aux tiers ;
– d’autres formalités : des formalités de natures diverses peuvent être exigées : formalités d’habi-
litation, notamment en matière d’incapacité, formalités d’ordre fiscal, formalités
d’enregistrement...
La nullité du contrat CHAPITRE

Un contrat qui ne présente pas les conditions imposées par la loi pour sa validité
8
est un contrat irrégulier. La nullité est la sanction encourue lorsque les conditions
de formation du contrat n’ont pas été respectées.

1 La notion de nullité
■ La distinction entre la nullité et les autres sanctions affectant
le contrat
La nullité présente deux caractéristiques :
– d’une part, du point de vue de ses causes, la nullité sanctionne toujours l’irrespect de l’une des
conditions de formation du contrat ;
– d’autre part, du point de vue de ses effets, la nullité entraîne la disparition rétroactive des effets
du contrat irrégulier ; tout se passe comme si le contrat n’avait jamais existé.
La nullité se distingue par conséquent d’autres sanctions :
– la résolution, en particulier la résolution judiciaire (art. 1184, C. civ.), est une sanction propre à
l’inexécution d’un contrat synallagmatique. La résolution se distingue de la nullité dans ses
conditions (la résolution a pour condition l’inexécution du contrat alors que la nullité trouve
son origine dans l’irrespect de l’une des conditions de formation du contrat), mais pas dans ses
effets puisque nullité et résolution anéantissent toutes deux rétroactivement le contrat sauf dans
les contrats à exécution successive où la résolution se transforme en résiliation ;
– l’inopposabilité : les sanctions de la nullité et de l’inopposabilité se rapprochent du point de
vue de leurs causes et se distinguent du point de vue de leurs effets. L’inopposabilité est une
sanction qui se rapporte à une irrégularité qui ne touche pas à l’exécution du contrat. En cas
62 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

d’inopposabilité, le contrat ne disparaît pas à l’égard de tous : l’acte est maintenu entre les
parties, mais les tiers sont autorisés à le méconnaître ;
– la caducité : nullité et caducité sanctionnent toutes les deux le défaut d’une condition essen-
tielle de la formation du contrat. Il y a caducité quand cet élément, c’est-à-dire la cause de
nullité du contrat, apparaît après la formation du contrat. Le contrat disparaît à l’égard de tous,
mais seulement pour l’avenir (alors que la nullité est rétroactive).

■ La distinction entre nullité relative et nullité absolue


La loi ne donne pas de liste exhaustive des causes de nullité. Il existe des nullités textuelles et des
nullités « virtuelles » ou « tacites », créées par la jurisprudence.

a) Le principe de la distinction
1) Dans la conception classique
La nullité est relative lorsque l’irrégularité n’est pas grave, telle qu’un vice du
consentement. Lorsqu’un élément essentiel de l’acte juridique fait défaut, la nullité est alors
absolue. Une troisième sanction était parfois avancée, notamment dans des cas où la loi ne
prévoyait pas expressément la nullité : l’inexistence, conçue pour les vices les plus graves tel que
le défaut d’objet (« erreur-obstacle »).
2) Dans la conception moderne
La nullité est relative si la règle non respectée vise à la protection des intérêts particuliers de
l’une ou l’autre des parties. En cas de non-respect de règles visant la protection de l’intérêt
général, la nullité est absolue (objet ou cause illicite ou immorale, violation d’une règle de
l’ordre public de direction, violation d’une règle de forme de caractère solennel).

b) Les conséquences de la distinction


1) La nécessité d’agir en justice
La doctrine classique considérait qu’en présence d’une nullité absolue, le juge voyait son rôle
limité à l’annulation du contrat. Selon la doctrine moderne, il n’y a pas de nullité automatique,
que celle-ci soit relative ou absolue. Un jugement est toujours nécessaire afin de constater l’exis-
tence de la nullité. Le jugement est déclaratif et non constitutif. Lorsque la nullité est dite « de
plein droit », le juge est obligé de constater la nullité dès lors que les conditions de celles-ci sont
remplies ; il n’a pas de pouvoir d’appréciation.
CHAPITRE 8 – La nullité du contrat 63

2) Le droit d’invoquer la nullité


Si la nullité est relative, seule la partie protégée peut agir en nullité. Si la nullité est absolue,
toute personne intéressée et qui a qualité peut invoquer la nullité.
3) La disparition du droit d’invoquer la nullité
Depuis la loi du 17 juin 2008 réformant la prescription, la prescription de droit commun est de
5 ans, que la nullité soit relative ou absolue (art. 1304 et 2224, C. civ.).

2 Les conditions de l’annulation


■ Le droit d’invoquer la nullité
La personne qui invoque la nullité doit y avoir intérêt et qualité.

a) Le droit d’invoquer la nullité relative


La nullité relative sanctionne l’irrespect de la règle de protection de certains intérêts particuliers :
seule la personne protégée peut en principe invoquer la nullité. Par exception, d’autres
personnes peuvent éventuellement faire valoir cette nullité, par exemple le représentant légal du
mineur ou majeur protégé, les ayants cause universels en cas de décès, les créanciers par le biais
de l’action oblique ou les ayants cause à titre particulier dans certains cas.

b) Le droit d’invoquer la nullité absolue


La nullité absolue est la sanction d’une règle de protection de l’intérêt général, elle peut donc être
invoquée par toute personne intéressée.
En réalité, peuvent invoquer la nullité absolue les parties au contrat ou en cas d’incapacité les
personnes qui les assistent ou les représentent et en cas de décès, leurs ayants cause universels,
les ayants cause à titre particulier lorsque leur situation juridique est affectée par le contrat passé
par leur auteur, les créanciers chirographaires qui peuvent agir en leur propre nom si le contrat nul
leur cause un préjudice et les tiers justifiant d’un intérêt légitime à agir. Les tiers absolus ne
peuvent invoquer la nullité absolue. Le Ministère public peut agir lorsque l’ordre public est directe-
ment et principalement intéressé. Le juge peut relever d’office aussi bien la cause de la nullité rela-
tive que celle de la nullité absolue (art. 12, CPC).

■ L’absence de consolidation de l’acte nul


La confirmation et la prescription excluent toute possibilité d’annulation.
64 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

a) La confirmation
Dans la conception classique, la confirmation s’analyse comme une adjonction à l’acte de l’élé-
ment qui lui manquait au départ. Dans une conception moderne, il s’agit d’un acte juridique
postérieur à la formation du contrat nul à la suite duquel ce contrat est considéré comme valable
depuis l’origine. Aujourd’hui, la confirmation est considérée comme une renonciation au droit
d’invoquer la nullité.
1) Les conditions de la confirmation
Il y en a deux :
– conditions de fond : la nullité de l’acte à confirmer doit être relative. Celui qui confirme doit
avoir connaissance du vice dont le contrat est entaché. En cas de vice du consentement ou
d’incapacité, la cause de nullité doit avoir disparu ;
– conditions de forme : aucun formalisme n’est exigé, mais l’acte de confirmation doit
comporter les éléments prouvant l’intention de confirmer, c’est-à-dire la substance de l’acte du
contrat à confirmer, la mention de la cause de nullité et la mention de l’intention de réparer le
vice. La confirmation peut être tacite : elle découle alors de tout acte ou attitude impliquant la
volonté de confirmer.
2) Les effets de la confirmation
La confirmation a trois types d’effet :
– effet général : la confirmation emporte disparition du droit d’invoquer la nullité ;
– effets vis-à-vis des parties au contrat : la confirmation a un effet relatif. Elle n’engage que
son auteur. Si une autre personne a le droit d’invoquer la nullité, elle conserve ce droit. La
confirmation a un effet rétroactif ;
– effets vis-à-vis des tiers : la confirmation ne peut pas porter préjudice aux tiers. La confirma-
tion est inopposable aux ayants cause à titre particulier de l’auteur de la confirmation qui ont
acquis, entre l’acte nul et la confirmation, un droit auquel la confirmation porte atteinte.
b) La prescription
La prescription ne s’applique qu’à la voie de l’action en nullité ; la voie de l’exception est impre-
scriptible. S’agissant d’un moyen de défense qui empêche l’exécution du contrat nul, la nullité,
CHAPITRE 8 – La nullité du contrat 65

lorsqu’elle est invoquée, ne remettra pas en cause une situation donnée : elle aboutit à un statu
quo :
– nullité absolue : l’action en nullité absolue se prescrit par un délai de 5 ans. Le point de départ
du délai est le jour où le titulaire d’un droit a connu ou aurait dû connaître les faits lui permet-
tant de l’exercer c’est-à-dire le jour de la formation du contrat (art. 2224, C. civ.) ;
– nullité relative : l’action en nullité relative se prescrit par un délai de 5 ans. Le point de départ
du délai de prescription est la plupart du temps le jour où l’acte a été passé, mais il existe des
dérogations. Pour la violence, le point de départ est le jour où elle a cessé (art. 1304, al. 2,
C. civ.), pour l’erreur et le dol, le jour où ils ont été découverts (art. 1304, al. 2, C. civ.), pour les
mineurs, le jour de la majorité ou de l’émancipation et pour les majeurs protégés, le jour où le
majeur a eu connaissance de l’acte tout en étant en état de le refaire valablement (art. 1304,
al. 3, C. civ.). Pour les héritiers du mineur ou du majeur protégé, le point de départ du délai de
prescription est le jour du décès (art. 1304, al. 3, C. civ. in fine)
Dans certains cas, ce délai de 5 ans peut être suspendu (art. 2233 à 2239, C. civ.) ou interrompu
(art. 2240 à 2246, C. civ.).

3 Les effets de l’annulation


La nullité entraîne l’anéantissement rétroactif du contrat.

■ L’effet rétroactif de l’annulation


Le contrat nul est censé n’avoir jamais eu d’effet, comme s’il n’avait jamais existé. Le contrat
disparaît pour l’avenir mais aussi pour le passé.

a) L’effet rétroactif de l’annulation entre les parties


En cas d’annulation, les choses doivent être remises dans leur état antérieur.
1) Le principe des restitutions réciproques
Dans le cadre d’un contrat synallagmatique, chacune des parties doit restituer à l’autre ce qui lui a
été fourni ou versé.
Lorsque la restitution en nature porte sur une somme d’argent, la somme initialement perçue
doit être restituée (il ne s’agit pas d’une somme réévaluée en raison de l’inflation). Cependant, si
l’accipiens, c’est-à-dire celui qui rend la somme, est de mauvaise foi, il doit payer les intérêts de
cette somme au taux légal à compter du jour où elle lui a été versée.
66 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

Lorsque la restitution a lieu en nature, elle doit porter non seulement sur la chose principale, mais
aussi sur ses accessoires. Toutefois, le débiteur de la restitution, peut conserver les fruits jusqu’au
jour de la demande en justice à condition qu’il soit de bonne foi.
La restitution en nature peut s’accompagner du versement d’indemnités soit par le créancier de
la restitution, soit par le débiteur de la restitution mais la jurisprudence refuse d’indemniser le
créancier pour le simple usage de la chose par le débiteur.
La restitution en nature est parfois difficile ou impossible, parce que la chose a été détruite,
revendue ou parce que son état s’est modifié depuis l’exécution du contrat. La restitution se fait
alors en valeur. La valeur prise en considération est celle au jour de la vente, compte tenu de
l’état où la chose se trouvait ce jour-là.
2) Les exceptions au principe de la restitution des prestations
Il existe deux hypothèses principales dans lesquelles la restitution est écartée :
– indignité du demandeur à la répétition : « Nemo auditur suam propriam turpitudinem
allegam » (Nul n’est entendu lorsqu’il invoque sa propre turpitude). Il est interdit de répéter (=
restituer) les prestations versées en vertu d’un contrat nul lorsqu’il y a turpitude, c’est-à-dire indi-
gnité de celui qui réclame la répétition : la règle est un obstacle à la répétition, mais pas un
obstacle à la nullité. Le domaine d’application de la règle est incertain ;
– limitation exceptionnelle de la répétition en faveur des mineurs ou majeurs protégés :
lorsque le débiteur de la répétition est un mineur ou un majeur protégé, la répétition est en
principe impossible à moins qu’il ne soit prouvé que ce qu’il a reçu a tourné à son profit.

b) L’effet rétroactif de l’annulation à l’égard des tiers


L’annulation intéresse les tiers (notamment les ayants cause à titre particulier). La rétroactivité ne
s’applique pas à eux de plein droit. Ils doivent être mis en cause dans l’instance d’annulation.
Il y a d’autres exceptions :
– les tiers de bonne foi peuvent invoquer l’article 2276 du Code civil en matière mobilière : « En
fait de meubles, la possession vaut titre » ;
– en matière immobilière, le tiers acquéreur de bonne foi qui dispose d’un juste titre est soumis à
une prescription acquisitive abrégée de 10 ans ;
– le tiers ne peut se voir réclamer une restitution en nature de la part de son auteur. Celui-ci peut
agir en nullité, mais ne peut demander qu’une restitution en valeur ;
– les actes d’administration passés avec les tiers de bonne foi subsistent ;
– le tiers peut invoquer la théorie de l’apparence s’il est de bonne foi et si l’erreur est commune.
CHAPITRE 8 – La nullité du contrat 67

c) L’étendue de l’annulation
Lorsque l’irrégularité d’un contrat affecte un élément essentiel de celui-ci, le contrat est nul en
entier. Lorsque l’irrégularité n’affecte que l’une des clauses particulières du contrat, l’étude du
Code civil révèle une contradiction entre les articles 1172 et 900. La jurisprudence a donc décidé
que l’irrégularité de la clause entraîne la nullité totale du contrat si, dans l’esprit des parties, elle
était essentielle, déterminante c’est-à-dire si sans elle, le contrat n’aurait pas été conclu. Si cette
clause est accessoire et se révèle nulle, le contrat est maintenu pour le reste.

■ L’effet indirect de l’annulation : la responsabilité civile


pour annulation
Lorsqu’un contrat est annulé et que les choses sont remises dans leur état antérieur, un préjudice
peut apparaître pour l’une des parties au contrat nul.
La responsabilité est alors de nature délictuelle, et non contractuelle. Elle est fondée sur les arti-
cles 1382 et 1383 du Code civil. La faute doit être prouvée.
Les effets du contrat
1 – Le contrat CHAPITRE
et les parties
Les parties au contrat sont les personnes qui donnent leur consentement au
9
contrat. La force obligatoire du contrat est l’effet principal de celui-ci.
L’article 1134 du Code civil prévoit que les conventions légalement formées tien-
nent lieu de loi à ceux qui les ont faites ; par conséquent, elles ne peuvent être
révoquées que par leur consentement mutuel ou pour les causes que la loi auto-
rise. En outre, les conventions doivent être exécutées de bonne foi.

1 L’irrévocabilité du contrat
■ Le principe de l’irrévocabilité unilatérale du contrat
Dès la formation du contrat, les parties sont liées par leur engagement : elles ne peuvent revenir
sur leur consentement par leur seule volonté.

■ L’admission exceptionnelle de la révocation unilatérale du contrat


La révocation unilatérale du contrat est admise dans trois hypothèses :
– la révocation unilatérale prévue par les parties : au moment de la conclusion du contrat, les
parties ont pu s’accorder pour reconnaître à l’une d’elles le pouvoir de révoquer le contrat par
leur seule volonté ;
– la faculté de rupture unilatérale d’origine légale : la loi donne parfois la faculté aux parties
de révoquer unilatéralement le contrat, notamment dans les contrats à exécution successive.
Cependant, cette possibilité peut exceptionnellement exister dans les contrats à exécution
instantanée. Dans les contrats à durée déterminée, la faculté de résiliation unilatérale est excep-
tionnelle (elle est notamment possible pour les contrats conclu intuitu personae tels que le
70 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

mandat). Les contrats à durée indéterminée peuvent être résiliés unilatéralement par l’une ou
l’autre des parties. Au-delà de ces textes particuliers, il existe un principe général permettant à
chacune des parties de s’évader du contrat lorsqu’il est à durée indéterminée. Deux conditions
sont essentielles :
• d’une part, la faculté de résiliation unilatérale n’étant pas discrétionnaire et son exercice
susceptible d’abus, elle ne peut donc intervenir que s’il y a des motifs sérieux,
• d’autre part, la faculté de résiliation unilatérale suppose que le contractant soit averti un
certain temps à l’avance de cette rupture ;
– la faculté de rupture unilatérale d’origine jurisprudentielle : la Cour de cassation admet
peu à peu la faculté de rompre unilatéralement un contrat dans des circonstances spécifiques
et limitées : « la gravité du comportement d’une partie à un contrat peut justifier que l’autre
partie y mette fin de façon unilatérale à ses risques et périls, peu important que le contrat soit
à durée déterminée ou non » (Civ. 1re, 20 février 2001).

2 La simulation
La simulation est le fait pour les parties de dissimuler leur volonté réelle derrière une volonté pure-
ment apparente (art. 1321, C. civ.).

■ La notion de simulation
a) Les éléments de la simulation
La simulation est un mensonge qui suppose une dissimulation voulue. Il se réalise au moyen de
deux actes : un acte apparent et un acte secret :
– l’acte apparent ou ostensible réalise le mensonge. Cet acte apparent ne doit pas révéler
l’existence de l’acte secret ;
– l’acte secret ou clandestin correspond à la volonté réelle des parties. Cet acte est appelé
la contre-lettre. Il peut être constaté par écrit, ce qui est rare en pratique et rend donc difficile
la preuve de son existence. Cet acte secret doit être concomitant à l’acte apparent.

b) Les formes de la simulation


La simulation peut prendre quatre formes :
– la simulation peut porter sur l’existence même de l’acte du contrat : par l’acte secret, les
parties décident que le contrat apparent n’existe pas ;
CHAPITRE 9 – Les effets du contrat 1 – Le contrat et les parties 71

– la simulation peut porter sur la nature de l’acte (« déguisement ») : l’acte apparent se


présente comme un contrat d’une certaine nature alors que l’acte secret correspond à un
contrat de nature différente ;
– la simulation peut porter sur l’objet de l’acte : seuls certains aspects du contrat réel sont dissi-
mulés (« déguisement partiel ») ;
– la simulation peut porter sur les parties à l’acte : une personne figure comme partie à l’acte
apparent mais en réalité, c’est une autre qui est réellement partie, afin notamment de
contourner les obstacles crées par les régimes de protection du mineur ou du majeur ou de
réaliser une fraude.

■ Le régime de la simulation
La simulation n’est pas en elle-même une cause de nullité de l’opération (art. 1321, C. civ.).
Lorsque les parties ont agi dans un but louable, la technique de la simulation ne doit pas être
condamnée. Si elles ont agi dans un but de fraude, la simulation devra être prouvée et il
conviendra ensuite d’appliquer la convention secrète comme si elle avait été ostensible.
La preuve de la simulation étant difficile à apporter, le législateur a préféré, dans certains cas,
considérer que la simulation est en elle-même illicite.

a) La simulation licite
1) La simulation dans les rapports avec les parties
La contre-lettre produit des effets entre les parties, à condition que le contrat soit lui-même parfai-
tement régulier. Si l’accord secret est irrégulier, il sera nul pour irrégularité mais pas pour simula-
tion. La technique de la simulation est en elle-même neutre.
Pour s’appliquer entre les parties, l’accord secret doit être invoqué et prouvé : lorsque l’acte appa-
rent a été passé par écrit, l’acte secret doit être prouvé par écrit.
2) Les effets de la simulation à l’égard des tiers
En principe, la contre-lettre est inopposable aux tiers sauf s’ils connaissaient l’acte secret.
Par exceptions, peuvent se voir opposer la contre-lettre :
– les tiers de mauvaise foi lorsqu’ils connaissaient l’acte secret ;
– les ayants cause universels de l’une ou de l’autre des parties parce qu’ils remplacent les parties
sauf lorsqu’ils agissent pour défendre un droit qui leur est propre ; par exemple, les héritiers
réservataires qui agissent pour défendre leur réserve face à une donation déguisée.
72 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

Les tiers ont le droit de se prévaloir de l’acte secret et peuvent, lorsqu’ils y ont intérêt, exercer
une action en déclaration de simulation. Pour les tiers, la preuve de la simulation sera libre.
Un conflit peut exister entre les tiers, les uns se prévalant de l’acte apparent, les autres de l’acte
secret. Dans un tel cas, la jurisprudence fait prévaloir les intérêts de ceux des tiers qui invoquent
l’acte apparent.
b) La simulation illicite
La simulation est illicite dans les hypothèses où sans simulation, l’acte aurait été valable. Dans
certains cas, le législateur impose la nullité de la seule contre-lettre. Dans d’autres hypothèses, il
déclare nuls tant la contre-lettre que l’acte apparent.
Les effets du contrat
2 – Le contrat CHAPITRE
et les tiers
Les tiers peuvent être le juge, qui interprète ou révise le contrat, ou les tiers au
10
sens strict, qu’ils soient intéressés ou engagés par le contrat.

1 Le contrat et le juge : interprétation et révision du contrat


L’interprétation n’intervient qu’en cas de problème entre les parties. Le juge est lié par un accord
des parties sur l’interprétation.

■ L’interprétation du contrat
L’interprétation consiste à préciser le sens et la portée du contrat ou de l’une de ses clauses en cas
d’ambiguïté.

a) Les principes d’interprétation


Deux méthodes sont concevables en matière d’interprétation : d’une part, la méthode subjective
qui consiste à se demander quelle est la volonté réelle des parties et d’autre part la méthode
objective qui consiste à étudier le contenu précis du contrat en tenant compte des exigences
sociales.
Le Code civil a choisi la méthode subjective (art. 1156, C. civ.). Cependant, il a fait quelques
concessions à la méthode objective.

b) L’interprétation en droit positif


La jurisprudence utilise essentiellement la méthode subjective. Les directives données par le Code
civil ne sont que des conseils de méthode pour les juges : elles ne s’imposent pas à lui.
74 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

Le droit positif est en réalité une combinaison des méthodes objectives et subjectives. Les juges du
fond sont souverains pour effectuer l’interprétation des contrats mais la Cour de cassation contrôle
la nécessité de l’interprétation du contrat, c’est-à-dire la dénaturation du contrat. Néanmoins, il
arrive qu’une convention claire devienne défectueuse : le juge peut alors, selon la jurisprudence,
modifier le contrat. Le juge dispose également d’un pouvoir modérateur, qui lui permet de
supprimer ou modifier des stipulations contractuelles excessives ou abusives.
Les articles 1156 à 1162 du Code civil donnent des indications en matière d’interprétation. Il s’agit
de conseils qui ne s’imposent pas au juge :
– il faut rechercher quelle a été la volonté des parties lorsque les clauses d’un contrat sont
équivoques ;
– lorsque des clauses peuvent être interprétées de deux manières différentes, il faut choisir l’inter-
prétation qui rend la clause valable et non celle qui la rend nulle ;
– lorsqu’une clause est susceptible de 2 sens, il faut privilégier l’interprétation qui convient le
mieux à la matière du contrat ;
– l’usage peut permettre de privilégier telle interprétation d’une clause ambiguë plutôt qu’une
autre ;
– le sens de l’acte dans son ensemble doit être la référence pour l’interprétation de clauses parti-
culières. On suppose que les parties ont voulu faire du contrat un tout cohérent, sans clauses
contradictoires ;
– en cas de doute sur la signification d’une clause, celle-ci doit être interprétée en faveur du
débiteur.
L’article 1156 du Code civil impose de rechercher quelle a été la volonté des parties.

■ La révision du contrat : l’imprévision


Le problème de la révision des conditions du contrat se pose essentiellement dans les contrats à
exécution successive ou échelonnée. Faut-il tenir compte de l’évolution des circonstances qui
accompagnent le déroulement du contrat et le modifier ?

a) L’imprévision contractuelle
Généralement, lorsque les circonstances qui accompagnent l’exécution du contrat ont changé par
rapport à celles qui existaient au moment de sa conclusion et qu’elles rendent plus difficiles l’exé-
cution du contrat par l’une des parties, la jurisprudence civile refuse de modifier le contrat, mais le
législateur l’a parfois autorisé, sans toutefois adopter de principe général autorisant la révision.
CHAPITRE 10 – Les effets du contrat 2 – Le contrat et les tiers 75

La théorie de l’imprévision veut que le juge modifie le contrat en tenant compte des circons-
tances : son application a été écartée dans un arrêt de principe de la Chambre civile de la Cour
de cassation du 6 mars 1876, Canal de Craponne. L’article 1134 du Code civil consacre une
règle générale qui s’applique à tous les contrats. Il est donc interdit au juge de modifier le
contrat pour tenir compte du temps et des circonstances. Au contraire, la jurisprudence adminis-
trative a consacré la théorie de l’imprévision. Néanmoins, un mouvement jurisprudentiel civil tend
à affirmer l’existence d’une obligation de renégocier le contrat lorsque celui-ci devient profondé-
ment déséquilibré, notamment en cas de « modification imprévue des circonstances économi-
ques » (Civ. 1re, 16 mars 2004) ou sur le fondement de l’obligation d’exécuter le contrat de
bonne foi (CA Nancy, 26 septembre 2007). Enfin, dans un arrêt du 29 juin 2010, la Cour de cassa-
tion semble remettre en cause la jurisprudence Canal de Craponne en admettant la caducité d’un
contrat sur le fondement de la disparition de la cause, lorsque l’évolution des circonstances
économiques conduit à déséquilibrer l’économie générale du contrat telle que voulue par les
parties lors de la signature de celui-ci.
Le législateur intervient parfois ponctuellement pour reconnaître au juge la possibilité d’intervenir
dans le contrat (loi Faillot, art. 900-2, C. civ. et art. L. 145-33 et s., C. com.)
b) La prévision contractuelle
Aujourd’hui, les contractants prévoient souvent des procédures spéciales permettant de modifier le
contrat pour l’adapter aux circonstances nouvelles.
Les parties peuvent insérer au contrat une clause d’indexation qui permet de faire varier le prix
de l’une des prestations en fonction d’un indice prédéterminé (art. L. 112-1 et s., C. mon. fin.).
Sont interdites les indexations fondées sur le niveau général des prix ou des salaires ou sur un
indice général (prix ou salaires) ou sur les prix de biens et services qui n’ont pas de relation
directe avec l’objet du contrat ou l’activité de l’une des parties.
Cette réglementation générale est écartée dans certains cas de deux manières :
– d’une part, pour les paiements internationaux dans lesquels les clauses d’indexation ont toujours
été admises. Sont ainsi permises les « clauses-or » ou les « clauses-monnaies étrangères ». On
trouve fréquemment des clauses de « hardship » ou « clause de sauvegarde » ;
– d’autre part, il existe des hypothèses de liberté d’indexation notamment pour les rentes d’ali-
ments et rentes viagères constituées entre particuliers.
76 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

2 Le contrat et les tiers : l’effet relatif du contrat


Les effets du contrat ne se produisent qu’entre les parties au contrat (art. 1165, C. civ.) ; ils ne
peuvent se produire ni au profit des tiers ni à leur encontre : on parle d’effet relatif du contrat.
Néanmoins, ce principe connaît des atténuations puisque très souvent, le tiers est intéressé au
contrat et peut même être finalement engagé à plus ou moins long terme.

■ Les tiers intéressés : l’opposabilité du contrat aux tiers


a) L’opposabilité aux tiers liés aux parties
– opposabilité aux ayants cause à titre particulier : selon le type de contrat, les ayants cause à
titre particulier subissent plus ou moins les effets des contrats passés par leur auteur sauf si les
intéressés ont prévu expressément la transmission aux ayants cause à titre particulier ;
– opposabilité aux créanciers chirographaires : les créanciers chirographaires ne deviennent
personnellement ni créancier ni débiteur en vertu des contrats passés par leur auteur : ces
contrats leur sont inopposables. Exceptionnellement, la loi leur accorde une action directe
contre les débiteurs de leur débiteur. Les créanciers chirographaires ne peuvent pas ignorer
l’effet des contrats passés par leurs débiteurs à condition qu’il n’y ait ni simulation ni fraude.
b) L’opposabilité aux tiers absolus
Les contrats peuvent exceptionnellement intéresser les tiers absolus. Par exemple, lorsqu’un
dommage est causé à un tiers, le responsable du dommage ne peut prétendre ignorer le transfert
de la propriété invoqué par le nouveau propriétaire du bien. La vente lui est opposable. Cette
opposabilité n’est soumise à aucune condition particulière.

■ Les tiers engagés


Les tiers peuvent se voir engagés par divers mécanismes.
a) La transmission du contrat aux ayants cause universels ou à titre universel
Le contrat est transmis aux ayants cause universels ou à titre universel sauf s’il en dispose autre-
ment (art. 1122, C. civ.). Les contrats conclus intuitu personae prennent fin au décès de l’une des
parties.
CHAPITRE 10 – Les effets du contrat 2 – Le contrat et les tiers 77

b) La stipulation pour autrui


La stipulation pour autrui est le mécanisme juridique par lequel l’une des parties, le promettant,
s’engage envers l’autre partie, le stipulant, au profit d’une troisième personne, le tiers bénéficiaire.
Le tiers devient créancier sans avoir donné son consentement à l’origine. La stipulation pour autrui
constitue une atténuation à l’effet relatif du contrat. L’exemple le plus classique de stipulation
pour autrui est le contrat d’assurance sur la vie.
1) Les conditions
La stipulation pour autrui doit respecter les conditions de validité de tous les actes juridiques. Elle
est également soumise à un certain nombre de conditions spécifiques.

• L ES CONDITIONS RELATIVES À L ’ ACCORD ENTRE LE STIPULANT ET LE PROMETTANT

La stipulation pour autrui est admise dans deux hypothèses (art. 1121, C. civ.) : elle est soit la
condition d’une stipulation que l’on fait pour soi-même, soit la condition d’une donation
que l’on fait à un autre.
La jurisprudence a élargi très nettement ce domaine. Aujourd’hui, pour que la stipulation pour
autrui soit valable, il suffit qu’elle se greffe sur un contrat principal contenant un engagement
quelconque du stipulant envers le promettant, dès lors que le stipulant a un intérêt au moins
moral à la stipulation au profit d’un tiers. Les deux personnes doivent avoir eu l’intention de
conférer un droit à un tiers. La jurisprudence a admis la stipulation pour autrui tacite.

• L ES CONDITIONS RELATIVES À LA PERSONNE DU TIERS BÉNÉFICIAIRE

Le tiers devient créancier grâce à la stipulation pour autrui. La créance ne pouvant pas exister sans
un titulaire, deux types de stipulations pour autrui vont poser problème :
– stipulation pour autrui au profit d’une personne indéterminée : elle est valable même si le
tiers n’est pas nommément désigné au moment où elle est faite. Il suffit que le tiers soit déter-
minable au moment où la stipulation pour autrui produira son effet. Si le tiers n’est pas désigné
au départ, la désignation doit intervenir avant que la stipulation pour autrui ne produise ses
effets ;
– stipulation pour autrui au profit d’une personne future : pour qu’elle soit valable, le tiers
bénéficiaire doit exister lors de la conclusion du contrat, c’est-à-dire qu’il doit être conçu. Toute-
fois, il existe une exception : l’assurance décès peut être souscrite au profit des enfants à naître
ou nés du souscripteur. Cette exception peut par analogie être étendue aux autres hypothèses
de stipulation pour autrui.
78 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

2) Les effets de la stipulation pour autrui


En principe, la stipulation pour autrui fait naître des droits au profit du tiers bénéficiaire mais en
aucun cas des obligations à sa charge ; la jurisprudence tend parfois à relativiser ce principe.
• L ES RAPPORTS STIPULANT / PROMETTANT
Le contrat principal doit être exécuté conformément au droit commun. Le stipulant peut exiger
que le promettant s’exécute au profit du tiers.
• L ES RAPPORTS STIPULANT / BÉNÉFICIAIRE
Selon les hypothèses, la stipulation pour autrui peut avoir soit un caractère onéreux, soit un carac-
tère gratuit.
Le stipulant peut révoquer la stipulation pour autrui tant que le tiers ne l’a pas acceptée. La révo-
cation après acceptation n’est pas permise. La révocation ne remet pas en cause le contrat entre
le stipulant et le promettant : la stipulation disparaît et le stipulant reçoit la créance née de la
stipulation dans son patrimoine.
Seul le bénéficiaire ou ses représentants peuvent invoquer la stipulation pour autrui. La jurispru-
dence a étendu cette possibilité aux héritiers.
• L ES RAPPORTS PROMETTANT / TIERS BÉNÉFICIAIRE
Le tiers bénéficiaire devient créancier du promettant dès la conclusion du contrat entre stipulant et
promettant. Il peut accepter la stipulation pour autrui même après le décès du stipulant. Le tiers
peut agir en exécution de la promesse mais en aucun cas en résolution du contrat principal.
Le tiers bénéficiaire acquiert un droit direct contre le promettant. Il ne peut pas devenir débiteur
en vertu de la stipulation pour autrui. C’est un droit qu’il ne tient pas du stipulant, c’est-à-dire
qu’il ne passe pas par le patrimoine du stipulant. Par conséquent, les créanciers du stipulant n’ont
pas de droit de gage sur les sommes que le promettant doit au tiers. De plus, les héritiers du stipu-
lant ne peuvent pas exiger le rapport à succession des sommes dues par le promettant, ni leur
réduction pour atteinte à la réserve lorsqu’il y a libéralité.
Le promettant peut refuser d’exécuter sa promesse si le stipulant ne s’exécute pas lui-même ou si
le contrat principal est nul. Le promettant peut, pour refuser de s’exécuter, invoquer toutes les
exceptions qu’il pourrait invoquer contre le stipulant.
CHAPITRE 10 – Les effets du contrat 2 – Le contrat et les tiers 79

c) La promesse de porte-fort
1) La notion de promesse de porte-fort
La promesse pour autrui est interdite, mais il est néanmoins possible de se porter fort pour un tiers
(art. 1120, C. civ.). La promesse de porte-fort consiste, de la part d’une personne, en son propre
nom, à engager autrui. Une personne s’engage à obtenir elle-même l’engagement d’un tiers ;
ce dernier restant libre de ratifier ou pas, il n’y a pas de véritable dérogation à l’effet relatif du
contrat. La promesse de porte-fort consiste à s’engager soi-même à ce qu’un tiers s’engage. Elle
peut exister dans deux hypothèses : soit à titre principal et isolé, soit à titre accessoire. Dans ce
dernier cas, elle accompagne un contrat principal qui, lui, nécessite le consentement d’un tiers.
2) Les effets de la promesse de porte-fort
• L ES EFFETS ENVERS LE PROMETTANT
Le promettant, c’est-à-dire le porte-fort, s’est engagé à obtenir le consentement du tiers. Deux
hypothèses sont alors envisageables :
– le tiers s’engage lui-même : le porte-fort est libéré, il a rempli son obligation ;
– le tiers refuse de ratifier le contrat initial : le porte-fort n’a pas accompli son obligation, il
sera responsable envers son cocontractant et devra lui verser des dommages-intérêts.

• L ES EFFETS ENVERS LE TIERS


Lorsque le tiers refuse de ratifier, le contrat n’est pas formé et le porte-fort peut voir sa responsa-
bilité contractuelle engagée. S’il accepte de ratifier, son consentement rétroagit au jour du contrat
passé par le porte-fort. La promesse de porte-fort est alors une atténuation de la règle de
l’article 1165 du Code civil.

d) Les groupes de contrats


Le principe de l’effet relatif du contrat prévu à l’article 1165 du Code civil voudrait qu’un contrat
ne puisse pas avoir de répercussions sur un autre. La doctrine et la jurisprudence ont cependant
bien voulu reconnaître l’existence de liens entre certains contrats.
La jurisprudence a parfois utilisé la notion d’indivisibilité pour expliquer les liens qui peuvent unir
certains contrats qui font partie d’un ensemble contractuel ou a associé cette notion à différentes
théories telles que l’accession, la condition ou la cause.
Une distinction est faite en cas de litige selon le type de chaîne de contrats concerné :
– lorsqu’il s’agit d’une chaîne homogène de contrats translative de propriété, la responsabi-
lité du premier vendeur est « nécessairement contractuelle » (Civ. 1re, 9 octobre 1979) ;
80 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

– lorsqu’il s’agit d’une chaîne hétérogène de contrats translative de propriété, la responsabi-


lité est contractuelle (Ass. plén., 7 février 1986) ;
– lorsqu’il s’agit d’une chaîne de contrats non translative de propriété (sous-contrat), la juris-
prudence a décidé qu’il s’agissait d’une responsabilité délictuelle (Ass. plén., 12 juillet 1991)
après avoir opté dans un premier temps pour une responsabilité contractuelle (Civ. 1re, 8 mars
1988).
Les effets du contrat
3 – L’inexécution CHAPITRE
du contrat
La violation du lien contractuel a pour conséquence de mettre en jeu la responsa-
11
bilité contractuelle de celui qui ne s’exécute pas. D’autres mécanismes, telles que
la résolution du contrat, l’exception d’inexécution... peuvent également sanc-
tionner l’inexécution du contrat.

1 La responsabilité contractuelle
La mise en œuvre de la responsabilité contractuelle nécessite qu’un certain nombre de conditions
existent, tant de forme que de fond. Dans certains cas, la responsabilité est exclue malgré
l’inexécution.

■ Les conditions de la responsabilité contractuelle


a) Le dommage
Le dommage peut être matériel, moral ou corporel (art. 1149, C. civ.). Il peut consister en une
perte avérée ou en un gain manqué.
Le débiteur ne peut être tenu que du dommage prévisible. Ainsi, les tribunaux doivent cons-
tater, lorsqu’ils acceptent d’octroyer des dommages-intérêts, que ceux-ci avaient été prévus ou
pouvaient l’être. En cas de dol du débiteur, celui-ci sera tenu même du dommage imprévisible
(art. 1150, C. civ.).

b) La faute
La mise en œuvre de la responsabilité contractuelle impose l’existence d’une inexécution fautive
de la part de l’un des cocontractants.
82 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

1) La distinction entre obligation de résultat et obligation de moyens


Le fait générateur de responsabilité contractuelle est l’inexécution par le débiteur de l’une ou
l’autre de ses obligations. On distingue traditionnellement entre obligation de moyens et obliga-
tion de résultat (voir p. 22).
• LE CONTENU DE LA DISTINCTION
Lorsque le résultat est garanti par le débiteur, on parle d’obligation de résultat ou obligation
déterminée. Au contraire, l’obligation de moyens n’implique que la mise en œuvre de tous les
moyens possibles pour arriver au résultat. Ainsi, l’obligation de donner constitue une obligation
de résultat, de même que l’obligation de ne pas faire. L’obligation de faire prête à discussion : le
problème se pose pour l’obligation de sécurité, notamment pour l’obligation de sécurité pesant
sur le transporteur de personnes. La jurisprudence considère que l’obligation de sécurité, qui est
une obligation accessoire, est soit de moyens, soit de résultat selon la phase d’exécution du
contrat pendant laquelle on se situe. Ainsi, pendant la phase d’exécution proprement dite du
contrat, il s’agirait d’une obligation de résultat alors qu’avant et après, il s’agirait d’une obligation
de moyens. La doctrine est partagée quant au critère de distinction.
• L’ INTÉRÊT DE LA DISTINCTION
L’intérêt de la distinction intéresse l’objet de la prestation du débiteur. Il peut être envisagé à
plusieurs points de vue.

Hypothèses Obligation de moyens Obligation de résultat


Mise en jeu de la Le créancier doit prouver la faute du Le créancier doit prouver l’absence
responsabilité débiteur. de résultat.
Causes d’exonération Le débiteur peut s’exonérer en Le débiteur ne peut pas s’exonérer
prouvant qu’il n’a pas commis de par la seule preuve de son absence
faute. de faute.
Le débiteur peut s’exonérer en démontrant la cause étrangère.
La faute de la victime exonère au moins partiellement le débiteur.
Charge de la preuve La preuve de l’inexécution pèse sur La charge de la preuve pèse sur le
le créancier victime. débiteur. Le débiteur peut s’exonérer
en démontrant la cause étrangère.
CHAPITRE 11 – Les effets du contrat 3 – L’inexécution du contrat 83

2) La diversité des fautes dans la responsabilité contractuelle


La faute n’est pas exigée pour engager la responsabilité du débiteur en présence d’une obligation
de résultat. Toute faute peut permettre d’engager la responsabilité contractuelle dans le cadre
d’une obligation de moyens. Néanmoins, la prise en compte de la gravité de la faute présente
des intérêts dans certains cas, notamment en cas de faute intentionnelle ou dolosive (commise
dans le but de réaliser ou de provoquer un dommage), en cas de faute lourde et en cas de faute
inexcusable. La faute simple ou légère est la moins grave dans l’échelle des fautes.
3) Le lien de causalité
Les dommages et intérêts ne doivent réparer que ce qui constitue une suite immédiate et directe
de l’inexécution de la convention (art. 1151, C. civ.).
Il existe plusieurs théories relatives à la causalité. Pour la première dite « théorie de l’équivalence
des conditions », il convient de considérer que tous les antécédents nécessaires du dommage
sont à l’origine de celui-ci. Selon cette théorie, tout événement sans lequel le dommage ne se
serait pas produit, c’est-à-dire tout événement qui constitue la condition sine qua non du
dommage peut être considéré comme cause du dommage.
Le droit positif a opté pour la théorie de la causalité adéquate selon laquelle parmi les antécé-
dents nécessaires du dommage, seuls seront considérés comme causes ceux qui, d’après le cours
normal des choses, étaient de nature à engendrer le dommage. Cependant, de nombreuses déci-
sions d’espèce tendent à tempérer ce principe, montrant une avancée de la théorie de l’équiva-
lence des conditions.
Parfois, le lien de causalité est présumé.

■ La mise en œuvre de la responsabilité


La mise en œuvre de la responsabilité requiert une mise en demeure préalable.

a) La mise en demeure
La mise en demeure préalable est obligatoire en matière de responsabilité contractuelle
(art. 1139 et 1146, C. civ.). Elle peut résulter d’une sommation ou de tout autre acte équivalent
dès lors qu’elle exige du débiteur qu’il exécute son obligation (art. 1139, C. civ.). Dans certains
cas limités, la mise en demeure n’est pas obligatoire.

b) La réparation
La réparation peut se faire en nature ou par équivalent (art. 1142 et s. et 1184, al. 2, C. civ.).
84 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

Les dommages et intérêts constituent une réparation par équivalent. Ils doivent assurer la répara-
tion intégrale du préjudice. Les dommages-intérêts sont évalués au jour du jugement définitif. Si
l’obligation porte sur une somme d’argent, des dommages-intérêts moratoires, et non compensa-
toires, pourront être prononcés.
La réparation en nature ne doit pas être exclue :
– l’article 1143 du Code civil dispose que « Néanmoins, le créancier a le droit de demander que ce
qui aurait été fait par contravention à l’engagement soit détruit ; et il peut se faire autoriser à le
détruire aux dépens du débiteur, sans préjudice des dommages et intérêts, s’il y a lieu » ;
– l’article 1144 énonce que « Le créancier peut aussi, en cas d’inexécution, être autorisé à faire
exécuter lui-même l’obligation aux dépens du débiteur » ;
– l’article 1184, alinéa 2 du Code civil envisage également la possibilité de l’exécution en nature
en cas de résolution du contrat ;
– la jurisprudence a elle-même affirmé que la sanction de principe devait être l’exécution forcée.

■ L’exclusion de la responsabilité contractuelle


a) Les stipulations contractuelles
1) Les clauses limitatives ou exclusives de responsabilité
Les clauses limitatives ou exclusives de responsabilité prévoient l’exclusion ou la limitation des
dommages-intérêts en cas d’inexécution de l’obligation prévue au contrat.
La Cour de cassation a admis leur validité sauf en cas de dol ou de faute lourde du débiteur ou de
ses préposés, en cas de disposition légale prévoyant l’exclusion ou en cas de vente entre un
vendeur professionnel et un acheteur non professionnel.
Dans un arrêt Chronopost (Com., 22 octobre 1996), la Cour de cassation a déclaré nulle et non
écrite une clause limitative de responsabilité portant sur l’obligation essentielle du contrat. En
2005 (Ch. mixte, 22 avril 2005), elle a opté dans plusieurs arrêts pour une solution radicale consis-
tant à réputer non écrite toute clause limitative ou élusive de responsabilité visant une obligation
essentielle. Puis en 2007 (Com., 18 décembre 2007), elle confirme l’éviction des clauses limitatives
de responsabilité qui portent sur une obligation essentielle tout en admettant que la sanction n’est
pas automatique et qu’une appréciation in concreto de la clause litigieuse est nécessaire pour
savoir si celle-ci a pour effet de vider l’obligation essentielle de sa substance et se trouve donc
de nature à porter atteinte à l’impact de l’engagement souscrit par le contractant. Enfin, dans un
arrêt du 29 juin 2010, la chambre commerciale de la Cour de cassation exige, pour réputer la
clause limitative ou élusive de responsabilité non-écrite, que non seulement celle-ci aménage la
CHAPITRE 11 – Les effets du contrat 3 – L’inexécution du contrat 85

sanction du manquement à une obligation essentielle mais également que cette clause vide de sa
substance l’obligation essentielle du débiteur.
2) La clause pénale
La clause pénale permet aux parties de fixer forfaitairement le montant des dommages-inté-
rêts en cas d’inexécution de l’obligation prévue par le contrat. Elle est valable, mais peut être
modérée ou augmentée par le juge si elle est manifestement excessive ou dérisoire (art. 1152,
C. civ.).

b) L’influence de la cause étrangère


La personne dont la responsabilité est invoquée peut montrer que le fait qui lui est imputé n’est
pas la cause essentielle du dommage ou n’en est pas la cause unique. L’existence de la force
majeure exonère la personne de sa responsabilité.
L’existence de la force majeure nécessite traditionnellement la réunion de 3 caractères :
– l’imprévisibilité : l’événement ne pouvait être prévisible pour le débiteur ;
– l’irrésistibilité : du fait de cet événement, le débiteur n’a pu éviter le dommage, ni ses
conséquences ;
– l’extériorité : l’événement doit être extérieur au défendeur. Il ne doit pas avoir de liens avec sa
personne ou son activité.
La jurisprudence a un temps semblé ériger l’irrésistibilité en élément majeur de la notion de force
majeure mais l’Assemblée plénière (14 avril 2006) a ensuite réaffirmé la conception classique de la
force majeure.
Le fait d’un tiers ou le fait de la victime qui présente les caractères de la force majeure exonère
totalement le défendeur de sa responsabilité ; s’il ne présente pas ces caractères, il l’exonère au
moins partiellement (mais la jurisprudence est fluctuante sur ce point).

2 La résolution pour inexécution


La résolution judiciaire n’existe que pour les contrats synallagmatiques (art. 1184, C. civ.).

■ Les conditions de la résolution pour inexécution


La résolution pour inexécution s’applique aux contrats synallagmatiques, même imparfaits, et
aux contrats unilatéraux à titre onéreux. Elle est écartée pour certains contrats synallagmatiques :
contrats aléatoires tels que la rente viagère, partage, cession d’office ministériel...
86 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

Elle peut être appliquée que l’inexécution soit imputable ou non au débiteur, et même si l’inexé-
cution est due à un cas de force majeure. L’inexécution peut être totale ou partielle. Le juge
apprécie si l’inexécution est suffisante compte tenu notamment de l’importance de l’obligation
inexécutée dans l’esprit des parties.
La résolution doit être demandée par le créancier qui peut également solliciter l’exécution ou agir
en résolution. Le débiteur contre qui une action en résolution a été exercée peut échapper à la
résolution en offrant de s’exécuter.
Le principe est celui de la résolution judiciaire. La résolution n’a pas lieu de plein droit, elle doit
être demandée et prononcée par le juge qui vérifie si ses conditions sont remplies. Lorsque c’est le
cas, il garde le pouvoir de prononcer ou pas la résolution. Le juge peut également accorder un
délai au débiteur pour s’exécuter. Il peut aussi décider de n’accorder que des dommages-intérêts
au créancier ou ne prononcer qu’une résolution partielle.
La résolution peut avoir lieu parfois sans l’intervention du juge lorsqu’est prévue au contrat une
clause de résolution (« pacte commissoire »). L’inexécution aboutit alors automatiquement à la
résolution. Cette clause est interdite dans certains cas. La loi prévoit parfois elle-même que la réso-
lution aura lieu de plein droit. La jurisprudence admet dans certains cas que le créancier de l’obli-
gation inexécutée puisse rompre le contrat de lui-même avant l’intervention du juge lorsque l’ine-
xécution est susceptible de lui causer un préjudice irréparable, en particulier dans les contrats qui
supposent une certaine confiance entre les cocontractants ou lorsque « la gravité du comporte-
ment d’une partie à un contrat peut justifier que l’autre partie y mette fin de façon unilatérale à
ses risques et périls ».

■ Les effets de la résolution pour inexécution


La résolution entraîne la disparition des effets du contrat. Cette disparition est en général rétroac-
tive tant dans les rapports entre les parties qu’à l’égard des tiers.
a) Entre les parties
Les parties doivent restituer les prestations éventuellement fournies (dans les mêmes conditions
qu’en cas de nullité), sauf dans les contrats à exécution successive : la résolution devient une rési-
liation, elle ne fonctionne que pour l’avenir. Les effets du contrat ne disparaissent qu’à compter de
l’inexécution de ses obligations par le débiteur. La disparition peut remonter jusqu’à l’origine si, de
la part de l’une des parties, il n’y a jamais eu d’exécution.
CHAPITRE 11 – Les effets du contrat 3 – L’inexécution du contrat 87

b) À l’égard des tiers


Les tiers sont atteints par la résolution et notamment les ayants cause des parties. Les règles appli-
cables sont les mêmes que pour la nullité. Certaines mesures permettent de protéger les tiers : les
actes d’administration sont maintenus en matière immobilière, le sous-acquéreur de bonne foi est
protégé par l’article 2276 : « En fait de meubles, la possession vaut titre ».

3 Les autres hypothèses d’inexécution du contrat


■ L’exception d’inexécution
L’exception d’inexécution est un mécanisme qui permet à l’une des parties de refuser d’exécuter
ses obligations tant que l’autre n’exécute pas les siennes (= exceptio non adimpleti contractus). Il
n’existe pas de régime général de l’exception d’inexécution mais elle peut parfois être prévue par
des textes particuliers (exemple : art. 1653, C. civ.).

a) Les conditions de l’exception d’inexécution


L’exception d’inexécution n’est soumise à aucune condition de forme. Son domaine d’applica-
tion est en premier lieu le contrat synallagmatique, mais la jurisprudence l’a étendu à d’autres
types de contrats contenant des obligations réciproques ou à des contrats unilatéraux à titre
onéreux. Elle ne peut concerner que des obligations à exécution simultanée. Une inexécution
est indispensable, qu’elle soit totale ou partielle, fautive ou non. Néanmoins, ce mécanisme ne
peut être utilisé lorsque le créancier, auquel l’inexécution est imputable, est de mauvaise foi et
qu’il invoque l’inexécution d’une obligation secondaire de la part de son cocontractant.

b) Les effets de l’exception d’inexécution


L’exception d’inexécution a pour conséquence de suspendre l’exécution de l’obligation de celui
qui invoque ce mécanisme. L’exception d’inexécution est opposable aux tiers. Le contrat subsiste :
lorsque le créancier à qui l’inexécution était imputable s’exécute, l’autre doit faire de même.

■ La théorie des risques


Lorsque l’inexécution des obligations nées d’un contrat trouve son origine dans un cas de force
majeure, il y a impossibilité absolue d’exécution. Du fait de l’impossibilité d’exécution, l’obligation
se trouve éteinte, mais qu’en est-il de l’obligation de l’autre partie ? Qui supporte le risque ?
88 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

a) Le droit commun des risques du contrat


Le Code civil n’énonce aucun principe général mais se contente de donner une réponse dans deux
cas particuliers :
– article 1722 : si, pendant le bail, la chose louée est détruite par cas fortuit, le bail est résilié de
plein droit. Le débiteur et le créancier sont déchargés de leurs obligations ;
– article 1790 : en cas de perte fortuite d’une chose qu’un ouvrier avait été chargé de travailler,
cet ouvrier n’a pas droit à son salaire. Les deux parties sont libérées également.
Ces textes apportent deux illustrations de l’adage res perit debitori. Dans ces cas, le débiteur
perd le bénéfice de la contre-prestation. Cette disparition des effets du contrat s’applique de
plein droit sans que le juge ne puisse s’interroger sur son opportunité.
b) Le cas particulier des contrats translatifs de propriété
Les règles précédentes ne s’appliquent pas dans les contrats translatifs de propriété (art. 1138,
C. civ.) : l’obligation de livrer la chose est parfaite par le seul consentement des parties. Elle
rend le créancier propriétaire et met la chose à ses risques dès l’instant où elle a été livrée. En cas
de perte, l’acquéreur subit les conséquences non pas en tant que créancier mais en tant que
propriétaire (res perit dominus) : la chose disparaît pour le propriétaire sauf mise en demeure du
vendeur de livrer ou clause contraire. Puisqu’il subit les risques en tant que propriétaire, il ne les
supporte que dans la mesure où le transfert de propriété s’est réalisé d’où l’importance de la
date du transfert de la propriété :
– s’il s’agit d’un corps certain, il y a transfert immédiat dès la conclusion du contrat ;
– s’il s’agit d’une chose de genre, le transfert intervient après individualisation de la chose.
Lorsqu’une clause du contrat retarde le transfert de propriété, le transfert des risques est égale-
ment retardé sauf convention contraire. Lorsque la vente est sous condition suspensive et que la
chose périt avant l’arrivée de la condition, les risques sont pour le vendeur même si la condition
se réalise ensuite.

■ La suspension du contrat
La suspension du contrat consiste en l’arrêt momentané des effets du contrat ou de certains
d’entre eux. Il s’agit d’un mécanisme juridique ancien dont les contours restent imprécis. Par
exemple, la maternité suspend le contrat de travail.
La suspension du contrat provoque la disparition, certes temporaire, des effets même du contrat
alors que dans l’exception d’inexécution, l’obligation continue à exister mais c’est son exécution
qui est temporairement différée.
CHAPITRE 11 – Les effets du contrat 3 – L’inexécution du contrat 89

a) Les cas de suspension du contrat


1) La suspension pour cause d’inexécution non fautive
La loi prévoit diverses hypothèses :
– dans le contrat de travail : il y a de nombreux cas de suspension, tels que l’appel du salarié au
service national ou pour la durée de la guerre, le mandat de parlementaire, la grossesse, le
congé parental, la grève, l’accident du travail...
– dans le contrat d’assurance : le contrat d’assurance relative à un bien est automatiquement
suspendu en cas de réquisition de l’usage du bien.
La jurisprudence admet d’une manière générale que l’impossibilité momentanée de l’exécution
entraîne seulement la suspension du contrat. Dans ce cas, l’impossibilité d’exécution ne doit pas
être imputable au débiteur (art. 1148, C. civ.).
2) La suspension pour cause d’inexécution fautive
La suspension pour cause d’inexécution fautive est exceptionnelle : elle fonctionne comme une
sanction qui profite au créancier. Si l’une des parties ne s’exécute pas, l’autre partie verra sa
propre obligation momentanément écartée.
b) Les effets de la suspension du contrat
Dans les contrats synallagmatiques, la suspension du contrat fait disparaître les obligations de
chacune des parties. Il peut toutefois en aller différemment lorsque la suspension fonctionne
comme une sanction. La suspension n’entraîne en principe que la suspension des obligations
principales et non des obligations accessoires découlant du contrat.
Après la période de suspension, le contrat suspendu reprend tous ses effets : les obligations réap-
paraissent lorsque la cause de suspension a disparu. La durée totale du contrat n’est en principe
pas modifiée.
PARTIE 2
Le fait juridique : la responsabilité
civile et les quasi-contrats

Chapitre 12 Le dommage et le lien de causalité 93


Chapitre 13 Le fait générateur de la responsabilité civile 99
Chapitre 14 L’indemnisation des victimes d’accidents de la circulation 111
Chapitre 15 La mise en œuvre de la responsabilité civile 117
Chapitre 16 Les quasi-contrats 123
Le dommage et le lien CHAPITRE
de causalité
Le dommage et le lien de causalité sont les deux premières conditions de la mise
12
en œuvre d’une responsabilité civile.

1 Le dommage
Le préjudice est indispensable à la mise en œuvre de la responsabilité civile. Il permet de mesurer
la responsabilité. Il y a dommage quand une personne est atteinte dans ses intérêts. Le dommage
peut être distingué de sa conséquence, qui est le préjudice. En pratique, on emploie indifférem-
ment l’un ou l’autre terme.

■ La nature du dommage réparable


Le préjudice matériel peut être défini comme toute atteinte au patrimoine. Il peut s’agir d’une
perte subie (damnum ermergens), qui consiste dans tout appauvrissement occasionné à la victime
ou tout gain manqué (lucrum cessans), lorsque le fait générateur a empêché la victime de réaliser
certains projets.
Le préjudice moral est celui qui ne porte pas atteinte au patrimoine. Il peut prendre plusieurs
formes : souffrance morale (atteinte à l’honneur, atteinte à la vie privée...), souffrance morale
découlant spécifiquement de la douleur physique (pretium doloris : « prix de la douleur »), préju-
dice d’affection, causé par exemple par la perte d’un être cher..., préjudice esthétique ou encore
préjudice d’agrément tel que l’impossibilité pour la victime d’exercer une activité affectionnée...
Le préjudice corporel répare l’atteinte à l’intégrité physique de la personne. Une nomenclature
des préjudices corporels a été établie en juillet 2005, par un groupe de travail dirigé par Jean-
94 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

Pierre Dintilhac, président de la deuxième chambre civile de la Cour de cassation. Cette « nomen-
clature Dintilhac » est désormais reprise par la jurisprudence.

■ Les caractères du dommage réparable


Le préjudice doit être direct, personnel et certain.

a) L’atteinte à un intérêt légitime


Le dommage ne doit pas forcément avoir porté atteinte à un intérêt légitime juridiquement
protégé : l’absence d’atteinte à un droit n’exclut pas la réparation du dommage. L’atteinte à un
intérêt légitime suffit le plus souvent. Le dommage doit être licite.
L’article 1er, alinéa 1er de la loi du 4 mars 2002 précise que « Nul ne peut se prévaloir d’un préju-
dice du seul fait de sa naissance ». Il met fin à la jurisprudence Perruche par laquelle la Cour de
cassation avait admis que l’enfant pouvait obtenir réparation du préjudice résultant de son
handicap. La loi du 4 mars 2002 a remis en cause cette solution en déclarant recevable le seul
préjudice du parent.

b) Le caractère certain du dommage


Le dommage actuel est certain. Il est donc réparable.
Le préjudice incertain est celui dont l’existence ne peut être établie avec suffisamment de certi-
tude. Le dommage actuel est réparable, de même que le dommage futur, dès lors qu’il est
certain, mais le dommage éventuel, qui n’est pas certain, ne peut donner lieu à réparation.
La jurisprudence admet également la réparation d’une perte de chance : « La perte de chance
présente un caractère direct et certain chaque fois qu’est constatée la disparition d’une éventualité
favorable ». Par exemple, lorsqu’un accident empêche un étudiant de se présenter à un examen,
celui-ci peut obtenir réparation de la perte d’une chance de réussir l’examen. Selon une jurispru-
dence traditionnelle, seule la chance sérieuse était réparable mais la Cour de cassation est
revenue récemment sur ce principe, estimant que « la perte d’une chance, même faible, est
indemnisable » (Civ. 1re, 16 janvier 2013). Lorsque le tribunal reconnaît qu’il y a une perte de
chance constitutive d’un préjudice, l’indemnité n’est pas égale au gain espéré mais à une partie
de celui-ci plus ou moins importante selon la probabilité du succès.

c) Le caractère personnel du dommage


Le dommage doit être direct. Néanmoins, le dommage par ricochet est parfois réparable ainsi que
le préjudice collectif.
CHAPITRE 12 – Le dommage et le lien de causalité 95

1) Le dommage par ricochet


Le dommage par ricochet est le préjudice que subit une personne du fait d’une atteinte déjà subie
par une autre personne.
Le droit à réparation du préjudice par ricochet a été admis par la jurisprudence :
– quant au dommage matériel : après une phase très libérale qui a duré jusqu’en 1937, la juris-
prudence, entre 1937 et 1970, a souvent limité le droit à réparation du préjudice par ricochet en
exigeant que la victime justifie de la lésion d’un intérêt légitime juridiquement protégé. Cette
exigence a été abandonnée ;
– quant au préjudice moral : la jurisprudence a peu à peu abandonné l’exigence d’un lien de
parenté ou d’alliance entre la victime et le demandeur ainsi que celle du décès de la victime. Il
a toujours été admis que les héritiers pouvaient poursuivre l’action en réparation appartenant à
leur auteur ; ils peuvent demander réparation du préjudice matériel, du préjudice moral et même
du pretium doloris subis par leur auteur. Les héritiers peuvent mener cette action même si elle
n’a pas été exercée de son vivant par leur auteur. Les héritiers peuvent également demander
réparation de leur propre préjudice. La faute de la victime directe est opposable à la victime
par ricochet car la victime indirecte ne peut être mieux indemnisée que la victime principale
même si son action est autonome. Les actions des victimes directes et par ricochet sont soumises
aux mêmes conditions juridiques dans la mesure où elles ont la même origine : le préjudice par
ricochet n’est pas indépendant du préjudice initial et subit les mêmes limitations.
2) Le dommage collectif
Le dommage collectif est celui qui affecte une collectivité, c’est-à-dire toute une catégorie de
personnes.
Le dommage collectif est constitué par la somme des dommages individuels. Les particuliers
peuvent se grouper en association pour faire valoir leurs droits. Lorsque le dommage collectif est
différent de la somme de dommages individuels, l’action a été acceptée tout d’abord pour les
syndicats pour tous les faits « portant un préjudice direct ou indirect à l’intérêt collectif de la
profession ». Cette possibilité a été étendue par plusieurs lois aux différents ordres professionnels
(médecins, avocats...) et à certaines associations en cas d’infraction spécifique (associations de
lutte contre le racisme, de lutte contre les violences sexuelles...). En l’absence de texte, l’action
est généralement refusée aux associations.
La loi du 17 mars 2014 sur la consommation a permis l’action de groupe (art. L. 423-1 et s.,
C. consom.). La loi du 18 janvier 1992 avait déjà accordé l’action en représentation conjointe (art.
L. 422-1 et s., C. consom.)
96 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

2 Le lien de causalité
■ La définition de la causalité
Dans le cadre de la responsabilité, la causalité est un élément fondamental que personne ne
conteste, même si son absence n’est pas sanctionnée par les textes ; il s’agit d’une notion difficile
à cerner.
L’appréciation de la causalité consiste à rechercher, lorsque s’enchaîne une série d’événements,
lesquels peuvent être considérés comme cause du dommage.
Les mêmes théories qu’en matière de responsabilité contractuelle s’opposent. La jurisprudence
semble retenir la théorie de la causalité adéquate (cf. supra, Chapitre 11).
La prédisposition de la victime n’est pas prise en compte lorsque l’accident a eu pour consé-
quence de la révéler. Dans le cas contraire, c’est-à-dire si elle était connue avant l’accident, l’obli-
gation de réparation est réduite parce que l’on considère que la prédisposition de la victime a joué
un rôle dans le dommage.

■ La mise en œuvre de la causalité


La preuve de la causalité est exigée dans tous les cas de responsabilité civile proprement dite, qu’il
s’agisse de responsabilité délictuelle ou contractuelle. La causalité n’intervient pas dans le cadre de
la loi du 5 juillet 1985 sur les accidents de la circulation.

a) Le principe
Le lien de causalité doit en principe être prouvé par le demandeur. S’agissant d’un fait juridique, la
preuve se fait en principe par tout moyen. Il sera plus facile à établir pour une faute intention-
nelle que pour une faute d’imprudence.

b) Les présomptions de causalité


Dans certains cas, les tribunaux se fondent sur des présomptions de causalité pour établir la réalité
du lien de causalité. Le demandeur est exonéré de preuve.
Par exemple, dans la responsabilité du fait des choses, l’intervention de la chose est présumée être
la cause du dommage. Le gardien peut s’exonérer en prouvant qu’il y a cause étrangère.
En matière d’infection nosocomiale, la Cour de cassation a recours à la notion de causalité alter-
native : « lorsque la preuve d’une infection nosocomiale est apportée mais que celle-ci est suscep-
tible d’avoir été contractée dans plusieurs établissements de santé, il appartient à chacun de ceux
CHAPITRE 12 – Le dommage et le lien de causalité 97

dont la responsabilité est recherchée d’établir qu’il n’est pas à l’origine de cette contamination ».
La charge de la preuve est donc inversée en faveur des victimes.
c) L’exclusion de la causalité : la cause étrangère
La cause étrangère peut consister dans la force majeure, le fait d’un tiers ou la faute de la victime.
Les caractères de la force majeure sont ceux qui ont été décrits en matière de responsabilité
contractuelle : imprévisibilité, irrésistibilité, extériorité (cf. supra, Chapitre 11).
Néanmoins, en matière délictuelle, le caractère extérieur est plus marqué qu’en matière
contractuelle.
Les effets de la cause étrangère sont semblables, qu’il s’agisse de la force majeure, du fait du tiers
ou de la faute de la victime : celui dont la responsabilité est recherchée est partiellement ou tota-
lement exonéré :

Exonération totale Exonération partielle


de responsabilité de responsabilité
Force majeure Lorsque la force majeure est la cause Lorsque le dommage est dû partiellement à
unique du dommage, sauf en matière la force majeure et partiellement à la faute
d’accidents de la circulation. de l’auteur.
Fait d’un tiers Lorsque le fait du tiers présente les Lorsque le fait du tiers ne présente pas les
caractères de la force majeure. caractères de la force majeure.
Faute de la victime Lorsque la faute de la victime présente Lorsque la victime est seulement pour partie
les caractères de la force majeure. à l’origine de son préjudice.
Le fait générateur
de la responsabilité CHAPITRE
civile
Le Code civil distingue la responsabilité du fait personnel, la responsabilité du fait
13
d’autrui et la responsabilité du fait des choses.

1 La responsabilité du fait personnel


Le fait personnel qui permet d’engager la responsabilité d’un individu est toujours une faute
(art. 1382 et 1383, C. civ.). Il s’agit d’une responsabilité subjective. Dans la conception tradition-
nelle, la faute civile se décomposait en deux éléments : un élément objectif ou matériel et un
élément subjectif ou psychologique. Le deuxième a été abandonné.

■ La nécessité de l’élément objectif


L’existence d’un comportement, qualifié de fautif, est exigée pour engager la responsabilité :
« Tout fait quelconque de l’homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute
duquel il est arrivé, à le réparer » (art. 1382, C. civ.).
Le Code civil ne définit pas la faute. Pour certains auteurs, la faute résiderait dans la violation
d’une obligation préexistante (Planiol). Pour d’autres, il s’agit d’un acte illicite, contraire au
droit. La jurisprudence considère comme fautifs tous les comportements qui lui paraissent anor-
maux : imprudence, négligence, et même simple maladresse. Dès lors, la faute est l’erreur de
conduite.
L’appréciation de la faute se fait in abstracto : les tribunaux comparent le comportement de
l’intéressé non pas à son propre comportement habituel mais au comportement d’une personne
moyenne normalement avisée. L’appréciation de la faute ne se fait qu’en partie in abstracto : le
comportement de référence est celui d’un « bon père de famille » placé dans des circonstances
100 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

analogues. Cependant, les circonstances qui sont propres à l’intéressé sont écartées des termes de
la comparaison. Les méthodes d’appréciation conduisent à écarter la faute dans des cas où il y a
apparemment erreur de conduite.
La faute peut disparaître, en totalité ou en partie, dans certains cas, notamment en cas de faits
justificatifs : ordre de la loi, commandement de l’autorité légitime, état de nécessité ou légitime
défense. La force majeure, le fait d’un tiers ou le fait de la victime peuvent également atté-
nuer ou faire disparaître la faute (cf. supra, Chapitre 12).

■ L’abandon de l’élément psychologique de la faute


Dans la conception classique, la faute impliquerait la faculté de discernement, c’est-à-dire l’apti-
tude à apprécier la portée de ses actes. En l’absence de discernement, le comportement, même
objectivement anormal, ne pouvait pas être considéré comme fautif.
Cette exigence d’imputabilité du comportement a servi pendant longtemps à justifier l’irres-
ponsabilité des personnes privées de discernement. Ce principe a été abandonné en deux temps.
La loi du 3 janvier 1968 relative aux incapables majeurs a modifié l’article 489-2 du Code civil,
devenu l’article 414-3, qui prévoit désormais que « celui qui a causé un dommage à autrui alors
qu’il était sous l’empire d’un trouble mental n’en est pas moins obligé à réparation ». Il y a obliga-
tion de réparer même en l’absence de faute de la part de l’aliéné. L’exigence d’imputabilité du
comportement pour les personnes victimes de troubles mentaux, c’est-à-dire d’élément psycholo-
gique, a été écartée. Dans un deuxième temps, dans 5 arrêts du 9 mai 1984, la Cour de cassation
a écarté la question du discernement en matière de responsabilité d’un mineur : l’enfant peut
commettre une faute sans qu’il soit nécessaire de se demander s’il est doué de discernement.
Ces arrêts consacrent une conception objective de la faute : la faute est un comportement
objectivement anormal.

■ La diversité des fautes


La Cour de cassation a récemment consacré l’identité des fautes délictuelle et contractuelle
(Ass. plén., 6 octobre 2006).

a) Diversité et objet de la faute


La jurisprudence retient n’importe quel comportement anormal constituant une faute.
1) Ce comportement peut être actif ou passif
La jurisprudence ne fait pas de différence entre faute de commission, c’est-à-dire la faute active,
pour l’accomplissement de laquelle l’intéressé fait ce qu’il ne doit pas faire, et la faute
CHAPITRE 13 – Le fait générateur de la responsabilité civile 101

d’abstention qui consiste à ne pas faire ce que l’on devrait faire. Ce second type de faute est
admis, mais cela a soulevé quelques difficultés.
Par exemple, la jurisprudence a récemment reconnu la responsabilité d’un laboratoire pharmaceu-
tique qui avait manqué à son obligation de vigilance et avait ainsi commis une faute « en ne
surveillant pas l’efficacité de produits litigieux, et ce, nonobstant les avertissements continus de la
littérature médico-scientifique notamment en 1939 et en 1962-1963 » (affaire du « Distilbène »).
2) La faute dans l’exercice des droits
A priori, quand une personne exerce ses droits, l’idée qu’elle pourrait commettre une faute paraît
exclue. La jurisprudence sanctionne néanmoins l’abus de droit qui, selon elle, peut être constitutif
d’une faute.
Les troubles de voisinage constituent une application de la théorie de l’abus de droit. Le
dommage anormal est le seul à devoir être réparé, même s’il est commis sans faute : il s’agit
d’une responsabilité objective. Le dommage doit avoir un caractère continu ou répétitif ; il ne doit
pas s’agir d’un trouble accidentel ou instantané. La réparation du trouble de voisinage incombe à
l’auteur du trouble et non plus au propriétaire comme ce fut le cas autrefois. La faute de la
victime exonère l’intéressé de sa responsabilité, par exemple en cas d’installation de la victime
dans une zone où le trouble existait déjà du fait d’une « activité agricole, industrielle, artisanale
ou commerciale » (interprétation restrictive de la jurisprudence). La sanction est déterminée par le
juge qui octroie le plus souvent des dommages-intérêts. Il peut également ordonner, mais plus
rarement, la suppression de la cause du dommage (fermeture de l’établissement, travaux
d’amélioration...). Lorsque le dommage est causé par une activité autorisée par l’administration,
le juge judiciaire ne peut interdire cette activité, mais il peut ordonner des travaux d’amélioration,
voire la fermeture jusqu’à accomplissement de ces travaux.

b) Diversité et gravité des fautes


En principe, en matière de responsabilité du fait personnel, aucune distinction n’est faite selon la
gravité de la faute : la faute la plus grave n’est pas exigée pour pouvoir engager la responsabilité
et n’a pas d’effet particulier.
Pour engager la responsabilité, la faute suppose un acte volontaire accompli avec l’intention ou du
moins la certitude de causer un dommage.
Selon l’article 1383 du Code civil, « chacun est responsable du dommage qu’il a causé non seule-
ment par son fait, mais encore par sa négligence ou par son imprudence » : peu importe la gravité
de la faute.
102 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

Par exception, certains types de fautes engendrent des effets particuliers :


– la faute inexcusable est spécifiquement prise en compte notamment dans le cadre de la loi du
5 juillet 1985 ;
– la faute intentionnelle (acte volontaire accompli avec l’intention ou du moins la certitude de
causer un dommage) conduit à une aggravation de la condamnation ;
– la faute caractérisée, c’est-à-dire d’une gravité certaine, a été prise en compte dans certains
textes, et est parfois invoquée par la jurisprudence.

2 La responsabilité du fait d’autrui


■ Vers un principe général de responsabilité générale du fait d’autrui ?
La responsabilité du fait d’autrui est favorable aux victimes car elle leur fournit un second respon-
sable qui est généralement plus solvable que l’auteur direct du dommage.
Pendant longtemps, la jurisprudence a jugé en matière de responsabilité du fait d’autrui, contrai-
rement à la responsabilité du fait des choses, que l’article 1384, alinéa premier ne semblait pas
poser de principe général de responsabilité du fait d’autrui. Cependant, le 29 mars 1991 (Blieck),
un arrêt de l’Assemblée plénière de la Cour de cassation est revenu sur ce point. La Cour de cassa-
tion a décidé qu’était responsable de plein droit l’association gérant un centre d’accueil de handi-
capés mentaux, lorsque l’un d’eux allume un incendie, dès lors qu’elle avait accepté la charge
d’organiser et de contrôler, à titre permanent, le mode de vie de ces handicapés. La jurispru-
dence admet ainsi l’existence d’une responsabilité du fait d’autrui en dehors des régimes spéciaux
prévus par le Code civil. Pour s’exonérer de sa responsabilité, cette association ou ce service doit
démontrer qu’il n’a commis aucune faute. De plus, elle reste civilement responsable des
dommages que peut causer le majeur protégé ou l’enfant mineur lorsque celui-ci se trouve en
visite chez ses parents ou même en stage.

■ La responsabilité du commettant du fait de son préposé


« Les maîtres et commettants [sont responsables], du dommage causé par leurs domestiques et
préposés dans les fonctions auxquelles ils les ont employés » (art. 1384, al. 5, C. civ.).

a) Les conditions de la responsabilité


Elles sont de deux ordres.
CHAPITRE 13 – Le fait générateur de la responsabilité civile 103

1) Le lien de préposition
La mise en œuvre de la responsabilité du commettant nécessite l’existence d’une relation entre
commettant et préposé c’est-à-dire un lien de subordination entre eux. Celui-ci existe dès lors
que le commettant a « le droit de donner au préposé des ordres ou des instructions sur la
manière de remplir les fonctions auxquelles il est employé ». La responsabilité du fait d’autrui est
exclue lorsque l’activité est exercée à titre indépendant.
2) Le fait du préposé
Cette condition se dédouble :
– un fait dommageable doit avoir été commis par le préposé. Les qualités de gardien d’une
chose et de préposé sont incompatibles ;
– il doit exister un lien entre l’acte dommageable commis par le préposé et ses fonctions : c’est le
problème de l’abus de fonction qui a donné lieu à une jurisprudence abondante et variable.
Désormais, on considère que « les dispositions de l’article 1384, al. 5 du Code civil ne s’appli-
quent pas au commettant en cas de dommage causé par le préposé qui, agissant sans autorisa-
tion à des fins étrangères à ses attributions, s’est placé hors des fonctions auxquelles il est
employé » (Ass. plén., 1983). Ces trois conditions sont imposées cumulativement (Ass. plén.,
1988) : « Le commettant ne s’exonère de sa responsabilité que si son préposé a agi hors des
fonctions auxquelles il était employé, sans autorisation et à des fins étrangères à ses
attributions. »
b) Les effets de la responsabilité
1) Du point de vue de la victime
La victime dispose d’une action contre le préposé et contre le commettant. Ils sont responsables in
solidum. La victime peut choisir de demander la réparation intégrale à l’un ou l’autre.
2) Du point de vue du commettant
Si l’action est portée contre le commettant et que les conditions de sa responsabilité sont
remplies, il ne peut pas s’exonérer de sa responsabilité en prouvant son absence de faute. Il ne
peut invoquer la force majeure.
Lorsqu’il a été condamné à indemniser la victime, il a une action récursoire contre le préposé.
Longtemps, cette action était rarement exercée en pratique. En effet, le plus souvent, l’assureur
du commettant indemnisait la victime et l’action récursoire lui était refusée en l’absence de faute
104 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

intentionnelle du préposé. Peu à peu, cette jurisprudence a évolué vers la possibilité pour le
commettant d’exercer une action récursoire contre son préposé dans certaines circonstances :

Ass. plén., 25 février 2000, « N’engage pas sa responsabilité à l’égard des tiers le préposé qui agit sans
Costedoat excéder les limites de la mission qui lui a été impartie par son commettant ».
Ass. plén., 14 décembre - « Le préposé condamné pour avoir intentionnellement commis, fût-ce sur
2001, Cousin l’ordre du commettant, une infraction ayant porté préjudice au tiers, engage
sa responsabilité civile à l’égard de celui-ci ».
- rend possible un recours contre un préposé qui a commis une faute
intentionnelle pour laquelle il a été pénalement condamné.
- « L’immunité dictée par l’article L. 121-12, alinéa 3 du Code des assurances
Civ. 1re, 12 juillet 2007 ne bénéficie qu’aux personnes visées et ne fait pas obstacle à l’exercice par
l’assureur qui a indemnisé la victime de son recours subrogatoire contre
l’assureur de responsabilité de l’une de ces personnes ».
- L’immunité dont bénéficie le préposé ne doit pas être considérée comme
une irresponsabilité mais comme un obstacle à l’action de la victime contre
le préposé. Ainsi, l’action subrogatoire exercée contre l’assureur du préposé
reste possible.
Civ. 1re, 21 février 2008 La Cour de cassation précise les limites de l’immunité personnelle du
préposé : cette immunité s’applique au préposé qui agit sans excéder les
limites de la mission qui lui est impartie et « hors les cas où le préjudice de la
victime résulte d’une infraction pénale ou d’une faute intentionnelle ».

■ La responsabilité des parents du fait de leur enfant


a) Les conditions de la responsabilité
La responsabilité des parents peut être engagée du fait de leurs enfants à trois conditions :
– l’exercice de l’autorité parentale sur un enfant mineur : la responsabilité est la contrepartie
de l’autorité parentale. La majorité et l’émancipation font cesser la responsabilité des parents du
fait de leur enfant ;
– un fait dommageable de la part de l’enfant : l’enfant doit avoir commis un fait domma-
geable qui ne doit pas obligatoirement être fautif (Ass. plén., 1984). Il n’est pas non plus exigé,
pour engager la responsabilité des parents, de faute de l’enfant lorsque celui-ci cause un
dommage au moyen d’une chose ou d’un animal dont il a la garde ;
– l’enfant et ses parents doivent cohabiter : la question qui se pose régulièrement à la jurispru-
dence est celle de savoir si les parents demeurent responsables du fait de leur enfant lorsque
CHAPITRE 13 – Le fait générateur de la responsabilité civile 105

celui-ci se trouve hors du domicile parental et donc pas physiquement chez eux. La jurispru-
dence reste instable mais tend à considérer que la cohabitation avec les parents persiste même
si l’enfant est en internat ou chez ses grands-parents par exemple.

b) L’exonération des parents


Depuis un arrêt Bertrand du 19 février 1997, la jurisprudence a décidé que l’article 1384, alinéa 4
pose un principe de présomption de responsabilité des parents. Pour s’exonérer, ils doivent
apporter la preuve d’un cas de force majeure ou d’une faute de la victime. En outre, pour être
exonératoire, la faute de la victime doit avoir les caractères de la force majeure. Les caractères
d’imprévisibilité et d’irrésistibilité de la force majeure doivent s’apprécier à l’égard du responsable
du dommage (et non de l’auteur de celui-ci).
La jurisprudence a ensuite à plusieurs reprises confirmé sa volonté de voir les causes exonératoires
de la responsabilité des parents limitées.
Les parents sont responsables solidairement.

■ La responsabilité des instituteurs du fait de leur élève


Lorsqu’un élève cause un dommage, la responsabilité de l’État est substituée à celle de l’instituteur
(art. 1384 in fine). La faute varie surtout suivant l’âge et plus généralement suivant les circons-
tances. La jurisprudence a une conception large de la faute entraînant la responsabilité de l’État
substituée à celle de l’enseignant.

■ La responsabilité des artisans du fait de leurs apprentis


La responsabilité des artisans du fait de leurs apprentis (art. 1384, al. 6, C. civ.) suppose la réunion
des trois conditions suivantes : l’artisan doit dispenser une formation professionnelle à
l’apprenti, ce dernier doit loger chez l’artisan et doit avoir commis un fait dommageable. Si les
conditions sont réunies, la responsabilité de l’artisan se substitue à celle de l’apprenti.

3 La responsabilité du fait des choses


« On est responsable non seulement du dommage que l’on cause par son propre fait, mais encore
de celui qui est causé par le fait des personnes dont on doit répondre, ou des choses que l’on a
sous sa garde » (art. 1384, al. 1er, C. civ.). On considérait à l’époque du Code civil que cette
phrase ne faisait qu’annoncer les deux régimes spéciaux de responsabilité du fait des choses,
c’est-à-dire la responsabilité du fait des animaux (art. 1385, C. civ.) et la responsabilité du fait de
106 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

la ruine des bâtiments (art. 1386, C. civ.). Sous l’impulsion de la doctrine, la jurisprudence a
accepté de faire de l’alinéa premier un principe général de responsabilité du fait des choses. La
jurisprudence admet ainsi l’existence d’une responsabilité des choses en dehors des régimes
spéciaux prévus par le Code civil.

■ Le régime général
a) Le domaine de la responsabilité du fait des choses
1) Quant aux choses
En principe, la responsabilité du fait des choses fonctionne pour toutes les choses. Seules sont
exclues celles qui relèvent d’un régime spécial. Ainsi, on ne distingue pas selon la nature des
choses, c’est-à-dire ni entre meubles et immeubles, ni entre choses dangereuses et choses non
dangereuses, ni entre choses actionnées par la main de l’homme et choses dotées d’un dyna-
misme propre ou atteintes d’un vice propre ayant causé le dommage, ni entre choses en mouve-
ment et choses immobiles.
Il y a des limites : les res nullius (choses sans maître) échappent à l’application de l’article 1384,
alinéa premier du Code civil ; c’est le cas de la neige tombée du ciel, mais pas du sable apporté
par le vent sur une terre appropriée.
Le corps humain n’est pas en principe considéré comme une chose sauf dans des cas très limités
où la jurisprudence a admis l’application de l’article 1384, alinéa premier du Code civil.
2) Quant aux personnes susceptibles d’invoquer l’article 1384, alinéa premier du Code
civil
L’article 1384, alinéa 1er du Code civil peut être invoqué par le gardien de la chose qui a subi un
dommage. Lorsqu’il y a plusieurs gardiens de la chose, l’un des gardiens victime ne peut pas invo-
quer ce texte pour mettre en jeu la responsabilité des autres.
L’article 1384, alinéa premier du Code civil était parfois considéré comme inapplicable lorsque la
victime avait accepté les risques mais la Cour de Cassation a récemment abandonné la jurispru-
dence sur l’acceptation des risques.
La situation irrégulière de la victime par rapport au gardien ne l’empêche pas d’invoquer
l’article 1384, alinéa premier du Code civil.
CHAPITRE 13 – Le fait générateur de la responsabilité civile 107

b) Les conditions de la responsabilité


1) Le fait de la chose
Pour que la responsabilité soit engagée, le dommage doit être rattachable au fait d’une chose : la
chose doit intervenir matériellement dans la production du dommage. Il est nécessaire que la
chose ait joué un rôle actif dans la production du dommage : elle doit avoir été l’instrument du
dommage. Pour autant, le contact entre la chose et la victime n’est pas indispensable.
La preuve du fait de la chose incombe à la victime sauf dans certains cas :
– lorsque la chose est en mouvement et est entrée en contact avec la victime : la chose est
présumée être la cause du dommage ; la victime doit seulement prouver l’intervention de la
chose ;
– lorsque la chose est en mouvement et n’est pas entrée en contact avec la victime ou si la
chose était inerte : pendant longtemps, la victime a dû prouver l’intervention de la chose
et son rôle actif. Mettant fin à une jurisprudence instable, par deux arrêts du 24 février 2005, la
deuxième Chambre civile de la Cour de cassation a opéré une mise au point en affirmant que le
gardien de la chose ne peut voir sa responsabilité engagée sur le fondement des dommages
résultant d’un contact de la victime avec la chose : la victime doit démontrer l’anormalité de la
chose lorsque celle-ci est inerte.
2) La détermination du gardien de la chose
• LE RÉGIME GÉNÉRAL
Depuis un arrêt Franck des chambres réunies de 1941, il est admis que la garde découle d’un
simple pouvoir de fait, défini comme un pouvoir d’usage, de direction et de contrôle de la chose.
Aujourd’hui, ce pouvoir ne suppose pas le discernement chez le gardien.
La détention de la chose est transférée en même temps que la garde. Le propriétaire de la chose
est présumé être gardien mais il peut démontrer qu’il a perdu la garde. La garde est alternative et
non cumulative : il n’y a en principe qu’un seul gardien. Il y a une exception : deux ou plusieurs
personnes peuvent être cogardiennes d’une chose lorsqu’elles sont toutes dans une même situa-
tion par rapport à la chose. Elles peuvent alors être condamnées in solidum.

• L ES CAS PARTICULIERS
Le dommage ne pouvant découler d’un comportement de la chose mais uniquement d’un vice de
la structure interne de celle-ci, la doctrine a proposé de distinguer deux gardiens et de rendre
responsable le gardien de la structure interne. Il s’agit de distinguer entre la garde de la struc-
ture et la garde du comportement.
108 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

La jurisprudence a retenu cette théorie en 1956 : la SNCF transporte de l’Oxygène liquide qui
explose au cours du voyage. Le transporteur n’est pas responsable car l’explosion provient de la
structure interne. Le propriétaire est donc responsable. Selon la jurisprudence, cette distinction
est limitée aux choses ayant un dynamisme propre. Elle tombe peu à peu en désuétude.
La jurisprudence a parfois paru résoudre le problème de la détermination du gardien par le recours
à la notion d’obligation d’information : le transfert de la garde ne serait effectif qu’en cas de
transfert de l’information portant sur la chose.

c) L’exonération du gardien
Le gardien ne peut pas s’exonérer en démontrant qu’il n’a pas commis de faute. Il est partielle-
ment exonéré lorsque la faute de la victime a participé au dommage et il est totalement exonéré
lorsque cette faute a été la cause exclusive du dommage c’est-à-dire lorsqu’elle revêt les caractères
de la force majeure.

■ Les régimes spéciaux de responsabilité


Les régimes spéciaux de responsabilité peuvent être fondés sur la faute ou exister en l’absence de
toute faute. Le plus important découle de la loi du 5 juillet 1985 sur les accidents de la circulation.

a) La responsabilité fondée sur la faute


En cas de communication d’incendie (art. 1384, al. 2, C. civ.), le gardien de la chose dans
laquelle l’incendie a pris naissance n’est responsable que si la faute est démontrée. La responsabi-
lité suppose la preuve d’un dommage causé par un incendie (dans la première chose) puis celle de
la communication d’incendie. La jurisprudence a interprété restrictivement ce texte.

b) La responsabilité sans faute


Il existe trois hypothèses de responsabilité sans faute :
– la responsabilité du fait des animaux (art. 1385, C. civ.) fonctionne en général comme la
responsabilité du fait des choses ;
– la responsabilité du fait de la ruine des bâtiments : sa mise en œuvre nécessite l’existence
d’un bâtiment, que celui-ci soit en ruine (dégradation totale ou partielle) et que cette ruine soit
due à un défaut d’entretien ou à un vice de construction (art. 1386, C. civ.). Le propriétaire est
alors responsable. Pour s’exonérer, il ne peut pas démontrer son absence de faute, mais doit
prouver une cause étrangère ;
CHAPITRE 13 – Le fait générateur de la responsabilité civile 109

– la responsabilité du fait des produits défectueux (art. 1386-1 à 1386-18, C. civ.) : elle est
applicable lorsqu’un produit est affecté d’un défaut qui cause un dommage. Le produit est un
bien meuble : il peut s’agir d’une matière première non transformée, transformée ou bien inté-
grée à une autre. Le responsable est le producteur du produit fini ou d’une composante de
celui-ci. Il se distingue du fabricant. Peuvent également être responsables les personnes assimi-
lées au producteur c’est-à-dire celui qui appose sa marque ou tout autre signe distinctif sur le
produit, le vendeur, le loueur professionnel c’est-à-dire le fournisseur... La victime est le consom-
mateur ou l’utilisateur professionnel du produit. Le demandeur doit prouver le lien de causalité
entre le défaut du produit et le dommage. Les causes d’exonération sont diverses : le défaut du
produit n’est pas la cause du dommage, le produit n’était pas encore en circulation lors du
dommage, la faute de la victime ayant les caractères de la force majeure. Le délai de responsa-
bilité est de 10 ans à compter de la mise en circulation du produit. Le délai de prescription est de
3 ans à compter de la connaissance du dommage par la victime.
L’indemnisation
des victimes d’accidents CHAPITRE
de la circulation
La loi du 5 juillet 1985 vise à indemniser les victimes d’un accident de la circula-
14
tion dans lequel est impliqué un véhicule terrestre à moteur.

1 L’accident de la circulation
■ Un véhicule terrestre à moteur
Sont visés par l’article premier de la loi du 5 juillet 1985 le véhicule terrestre à moteur (VTM) et ses
remorques ou semi-remorques. En sont exclus les véhicules circulant sur des chemins de fer et les
tramways circulant sur des voies qui leur sont propres. La conception adoptée par la jurisprudence
est large. En cas de collision entre une automobile et un train à un passage à niveau, la loi de
1985 est applicable pour les dommages causés à la SNCF ainsi que pour les dommages causés
aux passagers du train. En revanche, le droit commun s’applique pour les dommages causés à
l’automobile.

■ Un accident de la circulation
a) Une voie de circulation
Il n’est pas nécessaire que l’accident se produise sur la voie publique : il peut s’agir d’une voie
privée de desserte d’un ensemble immobilier, d’un champ, d’une piste de ski ou d’un circuit auto-
mobile destiné à des courses. Le domaine d’application retenu par la jurisprudence est plutôt large
sur ce point.
Néanmoins, l’application de la loi du 5 juillet 1985 était depuis longtemps exclue entre concurrents
d’une compétition sportive dans laquelle sont engagés des véhicules terrestres à moteur. Les
112 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

victimes qui étaient également concurrentes ne pouvaient demander réparation que sur la base du
droit commun. La Cour de cassation est revenue sur cette jurisprudence traditionnelle en décidant
par un arrêt du 14 juin 2012 « que la seule présence d’un véhicule terrestre à moteur suffisait à
appliquer la loi du 5 juillet 1985, la nature de la voie n’ayant pas à être prise en considération ».

b) Un fait de circulation
Un problème se pose lorsqu’un véhicule n’est pas en circulation parce qu’il remplit une fonction
particulière autre que celle de déplacement : la loi de 1985 ne s’applique pas lorsque le
dommage est causé par un véhicule occupé à une tâche particulière correspondant à une fonction
spécifique qui n’a rien à voir avec sa fonction naturelle de déplacement notamment, lorsque cet
engin est immobile.
Le stationnement d’une automobile sur la voie publique constitue un fait de circulation au sens de
la loi de 1985. Il n’y a aucune distinction entre stationnement et arrêt, ni entre immobilité et
mouvement du véhicule.
L’incendie d’un véhicule implique celui-ci dans l’accident qu’il provoque sauf lorsque l’incendie ou
l’explosion est due à une cause étrangère à la circulation.

■ L’implication du véhicule dans l’accident


a) Les accidents simples
Les accidents simples sont des collisions entre deux véhicules, ou entre la victime et un véhicule,
qui se réalisent en un trait de temps.
1) Vis-à-vis des occupants du véhicule
L’implication est effective dès lors que l’accident survient entre la période qui sépare le moment
où le passager est entré en contact avec le véhicule jusqu’au moment où il a perdu tout contact
avec lui. Peu importe si l’accident se produit en cours de circulation ou à l’arrêt.
Le véhicule est impliqué même si l’accident se produit au moment où la victime est en train de
prendre place dans le véhicule ou d’en descendre.
L’implication peut découler d’un accident survenu à bord ou communiqué au véhicule alors même
qu’il n’y a pas eu de choc avec un obstacle extérieur.
2) Vis-à-vis des tiers extérieurs au véhicule
Les tiers extérieurs au véhicule sont les piétons, cyclistes, conducteurs ou passagers d’autres véhi-
cules. L’implication est difficile à établir en cas de contact avec un véhicule terrestre à moteur qui
CHAPITRE 14 – L’indemnisation des victimes d’accidents de la circulation 113

n’est pas en mouvement. Dans un premier temps, la jurisprudence a considéré que lorsque le véhi-
cule était en stationnement, l’implication était caractérisée lorsque la position du véhicule était
de nature à perturber la circulation. Dans un second temps, la jurisprudence a unifié le régime
des véhicules à l’arrêt et des véhicules en stationnement : le contact avec le véhicule suffit à
établir l’implication de celui-ci quelles que soient les circonstances.
La preuve de l’implication est également délicate en l’absence de contact avec le véhicule
terrestre à moteur. La jurisprudence admet que l’implication ne nécessite pas forcément un heurt
ou un choc, mais exige que le véhicule ait joué un rôle dans l’accident, c’est-à-dire qu’il soit inter-
venu « à quelque titre que ce soit » (Civ. 2e, 11 juillet 2002).
b) Les accidents complexes
Constituent des accidents complexes, les carambolages, c’est-à-dire les collisions auxquels ont
participé plusieurs voitures, ou les collisions successives ayant atteint la même victime :
– les carambolages : pendant longtemps, chaque collision a été traitée comme un accident
distinct et l’implication des véhicules était appréciée par rapport à chacune de ces collisions.
Peu à peu, la jurisprudence a admis qu’il y avait là un accident unique permettant à chaque
victime de s’adresser à l’un quelconque des gardiens ou conducteurs du véhicule impliqué pour
être indemnisée. Les collisions successives constituent un même accident dès lors qu’elles sont
« intervenues dans un même laps de temps et dans un enchaînement continu » (Civ. 2e, 24 juin
1998) ;
– les chocs successifs atteignant la même victime : lorsqu’une victime est renversée par
plusieurs véhicules successivement sans qu’il soit possible de savoir lequel a provoqué le décès,
la Cour de cassation considère que l’implication du véhicule dans l’une des collisions emporte
une présomption d’imputabilité du dommage final. Le conducteur du véhicule impliqué dans
un accident ne peut se dégager de sa responsabilité que s’il établit que cet accident est sans
relation avec le dommage. En l’absence de preuve, l’indemnisation pourra être demandée à
l’un quelconque des conducteurs. Certains arrêts ont écarté cette présomption d’imputabilité
ou ont réparti inégalement le poids final de l’indemnisation entre les différents conducteurs.
La loi de 1985 ne s’applique pas à l’accident causé par un piéton. L’automobiliste agira contre
le piéton sur la base du droit commun. Quant au piéton à l’origine de l’accident, il peut agir
contre le conducteur sur le fondement de la loi de 1985, sauf lorsque le seul véhicule impliqué
dans l’accident est celui qu’il conduit.
114 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

2 Le régime d’indemnisation des victimes d’accidents


de la circulation (loi du 5 juillet 1985)
Le régime d’indemnisation des victimes d’accidents de la circulation impose des sorts très diffé-
rents à la victime conducteur et à la victime non-conducteur. La loi impose à l’assureur du véhicule
ou au Fonds de garantie des assurances obligatoires de dommages de faire une offre d’indemnité
à la victime dans les 8 mois à compter de l’accident.

■ La victime non-conducteur
a) Les atteintes à la personne
La victime non-conducteur ne perd son droit à indemnisation que dans des hypothèses limitées :
– lorsqu’elle a moins de 16 ans, plus de 70 ans ou un taux d’incapacité permanente ou d’invalidité
supérieur ou égal à 80 %, dans la seule hypothèse où elle « a volontairement recherché le
dommage qu’elle a subi » (tentative de suicide en général) ;
– lorsqu’elle a entre 16 et 70 ans et n’est pas titulaire d’un titre lui reconnaissant un taux d’inca-
pacité permanente supérieur ou égal à 80 %, lorsque la victime a commis une « faute inexcu-
sable si elle a été la cause exclusive de l’accident ». La faute inexcusable est « la faute volontaire
d’une exceptionnelle gravité exposant sans raison valable son auteur à un danger dont il aurait
dû avoir conscience ». Le conducteur est exonéré en cas de faute inexcusable de la victime
seulement lorsque celle-ci présente les caractères de la force majeure.
b) Les atteintes aux biens
Pour l’indemnisation du préjudice subi sur ses biens, la victime peut se voir opposer sa faute, ce
qui aboutira à un partage des responsabilités ou à une exclusion totale de l’indemnisation.
Le conducteur du véhicule peut également lui opposer la force majeure ou le fait d’un tiers sauf
pour les fournitures et appareils délivrés sur prescription médicale et dans les cas où le conducteur
du véhicule n’en est pas le propriétaire.

■ La victime conducteur
La réparation des dommages résultant d’atteintes aux biens obéit au même régime que pour les
victimes non-conducteurs.
CHAPITRE 14 – L’indemnisation des victimes d’accidents de la circulation 115

a) La définition du conducteur
La loi du 5 juillet 1985 n’a pas défini la notion de conducteur, ce qui donne lieu à une jurispru-
dence parfois controversée. Le conducteur peut être défini comme la personne qui se trouvait
aux commandes du véhicule à l’instant où l’accident a commencé à se produire :
– le conducteur éjecté de son véhicule par l’accident est considéré comme conducteur ;
– le conducteur éjecté de son véhicule juste avant l’accident est considéré comme non-conducteur
(l’accident se réalise en quelque sorte en deux temps) ;
– l’automobiliste au volant de sa voiture remorquée par un autre véhicule est conducteur ;
– celui qui n’est pas encore aux commandes de son véhicule, même s’il s’y prépare ou vient de les
quitter, est non-conducteur, par exemple la personne qui change une roue ;
– le conducteur resté aux commandes de son véhicule qui est victime d’un accident qui l’empêche
de piloter est un non-conducteur en cas de nouvelle collision.

b) La situation du conducteur
Le conducteur se trouve dans une situation inférieure par rapport aux autres victimes de
dommages corporels.
1) Les conséquences des fautes du conducteur
Pendant longtemps, la faute de la victime conducteur excluait toute réparation dès lors qu’elle
était la seule faute établie à l’origine de l’accident, sans qu’il soit nécessaire de prouver qu’elle
avait été imprévisible et irrésistible pour le défendeur. Peu à peu, la jurisprudence a admis que la
faute de la victime conducteur ne pouvait limiter ou exclure son indemnisation du dommage en
l’absence de preuve du lien causal entre la faute de la victime conducteur et son dommage.
Ainsi, dans un arrêt rendu en Assemblée plénière le 6 avril 2007, la Cour de cassation a décidé
que l’indemnisation des préjudices d’un conducteur ivre ne peut être réduite ou exclue s’il n’est
pas démontré que l’état d’ivresse a joué un rôle causal dans la survenance de l’accident de la
circulation.
2) L’indemnisation de la victime par ricochet
Le traitement de la victime par ricochet reste le reflet de celui de la victime directe : il n’y a donc
pas lieu de s’interroger sur une éventuelle faute de la victime par ricochet. La faute de la victime
directe est opposable à la victime par ricochet :
– si la victime directe est spécialement protégée, le préjudice de la victime par ricochet sera réparé
en tenant compte de cet élément ;
116 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

– cas particulier de la victime par ricochet qui est également une victime directe de l’accident :
dans le cas où la victime par ricochet est le conducteur lui-même, le principe de l’indemnisation
intégrale du préjudice par ricochet doit être écarté en cas de faute de la victime par ricochet.
C’est à celui qui invoque contre la victime sa qualité de conducteur de la prouver.

■ Le débiteur de l’indemnité
En principe, l’indemnité pèse sur le conducteur du véhicule terrestre à moteur ou à défaut sur le
gardien du véhicule.
Lorsque plusieurs véhicules sont impliqués, les victimes non-conducteurs peuvent demander une
indemnisation à tous les conducteurs et gardiens de véhicules impliqués dans l’accident qui sont
tenus in solidum.
La répartition définitive est complexe : celui qui a payé possède un recours contre les autres, fondé
sur la subrogation dans les droits de la victime et sur le droit commun. La répartition définitive se
fera en fonction de l’importance des fautes de chacun des coauteurs ou par parts égales lorsque
les causes de l’accident sont inconnues.
La mise en œuvre
de la responsabilité CHAPITRE
civile
La mise en œuvre de la responsabilité civile vise à la réparation intégrale du
15
dommage. Elle nécessite parfois un procès en responsabilité.

1 Les principes de la réparation


Le droit à réparation existe dès que la victime subit le dommage. Le jugement est constitutif, c’est-
à-dire qu’il ne fait que constater ce droit.

■ Les modalités de la réparation


En principe, la réparation se fait en nature par le rétablissement des choses dans leur état anté-
rieur. Lorsque cela n’est pas possible (préjudice insusceptible de compensation, impossibilité
d’obliger l’intéressé à s’exécuter...), on opère une réparation par équivalent c’est-à-dire pécu-
niaire, par l’allocation de dommages-intérêts prenant la forme d’un capital ou d’une rente.

■ Le principe de réparation intégrale


a) Le contenu du principe
Le montant de la réparation est indépendant de la gravité de la faute ; il dépend du seul préjudice.
Néanmoins, les juges se montrent souvent plus sévères lorsque la faute est grave que lorsqu’elle
est légère, spécialement en matière de préjudice moral. Ils tiennent également compte de la
faute de chacun en cas de partage de responsabilité.
Selon la jurisprudence, la victime peut refuser les soins qui réduiraient ou feraient disparaître le
dommage sans que la réparation de son préjudice subisse une atteinte lorsque les soins sont
118 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

pénibles ou aléatoires. Dans les autres cas, elle commet une faute qui peut conduire à réduire
l’étendue de la réparation.
b) L’évaluation du préjudice
Les juges du fond ont un pouvoir souverain d’appréciation dans l’évaluation du dommage.
Le préjudice est évalué au jour du jugement. À compter de ce jour, les intérêts (au taux légal)
commencent à courir.
L’amélioration du sort de la victime postérieurement au jugement n’amène pas de diminution de
l’indemnité qui lui a été allouée. Lorsque son état s’aggrave, l’indemnité n’est pas non plus
augmentée, mais il est possible à la victime d’exercer une nouvelle action faisant état d’éléments
nouveaux d’aggravation. En l’absence d’éléments nouveaux, il y aura identité d’objet et donc
autorité de la chose jugée.
Lorsque l’indemnité est allouée sous forme de rente, celle-ci peut être indexée. La loi a interdit
l’indexation pour les rentes allouées en réparation du préjudice causé par les automobiles et deux
roues à moteur en cas de décès ou d’invalidité grave, mais une majoration de plein droit calquée
sur les revalorisations de rentes est prévue (art. L. 434-17, CSS).

■ Les difficultés de la réparation


a) Les dommages matériels
1) Les dommages matériels aux biens
Un problème se pose lorsque le bien endommagé est usagé :
– si la chose endommagée ne peut pas être remplacée par une chose équivalente, la juris-
prudence refuse d’opérer une déduction tenant compte de l’état de vétusté, c’est-à-dire qu’une
chose neuve remplacera la chose usagée endommagée ;
– s’il y a eu remise en état de la chose, l’indemnité ne peut pas être supérieure à la valeur de
remplacement de la chose ;
– si la chose a été détruite, la Cour de cassation refuse de tenir compte de l’état de vétusté de
la chose remplacée pour minorer les dommages-intérêts. La victime doit pouvoir acquérir un
bien de nature comparable à celui qui a été détruit.
2) Les dommages résultant de l’inexécution d’une obligation ayant pour objet
une somme d’argent
Le préjudice est compensé par des intérêts moratoires. On distingue les intérêts compensatoires,
qui viennent compenser le préjudice, des intérêts moratoires, qui ont pour objet d’indemniser la
CHAPITRE 15 – La mise en œuvre de la responsabilité civile 119

victime du retard dans l’exécution du contrat. Le préjudice est compensé par des dommages-inté-
rêts moratoires qui courent dès la mise en demeure. La condamnation au paiement de ces
dommages-intérêts n’est pas subordonnée à la preuve d’une perte de la part du créancier. Le
taux d’intérêt légal est de 0,04 % pour l’année 2014.

b) Le dommage corporel
La réparation comprend notamment :
– les frais occasionnés par les soins ;
– les dommages-intérêts compensant l’incapacité de travail : incapacité temporaire totale ou partielle
(ITT ou ITP), incapacité permanente totale ou partielle (IPT ou IPP), différents dommages subis par
la victime doivent être pris en compte (diminution de salaire, préjudice d’agrément...). Des
barèmes ont été créés pour éviter les disparités entre tribunaux : 1 % correspond à une somme
déterminée.
La nomenclature dite Dintilhac, établie en juillet 2005, est désormais utilisée par la jurisprudence :
elle établit une liste exhaustive des postes de préjudice dont la victime peut demander réparation
en matière de préjudice corporel.
L’état végétatif de la victime qui n’aurait pas conscience de son état ne peut pas limiter
l’indemnisation.

2 Le procès en responsabilité
Le procès en responsabilité a pour objet de transformer l’obligation à réparation qu’a fait naître le
dommage en une dette consistant en des dommages-intérêts.

■ Les parties à l’action


a) Le défendeur à l’action
En principe, le défendeur à l’action en responsabilité est la personne civilement responsable du
dommage c’est-à-dire l’auteur même du dommage (responsabilité du fait personnel) ou le respon-
sable du fait d’autrui (responsabilité du fait d’autrui) ou le gardien de la chose (responsabilité du
fait des choses). S’il est décédé, l’action sera conduite contre ses héritiers ou son cessionnaire.
Parfois, il peut y avoir plusieurs personnes civilement responsables de plusieurs défendeurs, elles
sont co-responsables in solidum. Souvent, une action est dirigée en même temps contre l’assureur,
le fonds de garantie des assurances obligatoires de dommages et/ou l’État.
120 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

b) Le demandeur à l’action
Le demandeur à l’action est en principe la victime.
1) La victime
Deux catégories de victimes peuvent être distinguées :
– la victime immédiate ou directe : la personne qui subit directement le dommage est en prin-
cipe celle qui exerce l’action en responsabilité. La jurisprudence assimile les héritiers à la victime
directe. Après de longues hésitations, elle a finalement permis aux héritiers d’agir en réparation
du préjudice moral subi par leur auteur. Lorsque la victime est un mineur ou un majeur protégé,
l’action sera exercée par son tuteur ou son administrateur légal sans autorisation ;
– les victimes par ricochet (cf. supra, Chapitre 12) : ce sont le plus souvent les proches de la
victime immédiate. Parmi ces proches, il y a les héritiers de la victime immédiate. S’agissant des
victimes par ricochet, la Cour de cassation a admis l’opposabilité de la faute de la victime immé-
diate à la victime par ricochet. En revanche, elle considère que les clauses exclusives de respon-
sabilité ne peuvent être opposées à la victime par ricochet car celle-ci agit comme tiers au
contrat (terrain délictuel). Les proches de la victime, qu’ils aient ou non un lien juridique avec
elle, peuvent exercer une action en réparation dès lors qu’ils justifient d’un préjudice matériel
ou moral personnel, que la victime soit ou non décédée.
2) L’action des personnes autres que la victime
Lorsque la victime a été indemnisée par le tiers payeur, celui-ci est subrogé dans les droits de la
victime. En pratique, il s’agit de l’assureur. Il va pouvoir exercer l’action de la victime contre la
personne civilement responsable.
Les créanciers de la victime peuvent exercer une action oblique.

■ L’exercice de l’action
a) Les règles propres à l’action en responsabilité civile
1) Le fondement de l’action
Le principe dit du « non-cumul des deux ordres de responsabilité » s’impose aux demandeurs
(Civ. 1re, 28 juin 2012). La victime de l’inexécution d’un contrat est obligée de situer son action sur
le terrain contractuel. Lorsque des tiers peuvent exceptionnellement mettre en jeu la responsabilité
contractuelle du débiteur, le principe de non-cumul pour eux ne s’applique pas de manière aussi
rigoureuse. Si le tiers dispose d’une action directe en garantie, elle est nécessairement contrac-
tuelle. Lorsque le tiers est autorisé à mettre en jeu la responsabilité contractuelle dans le cas
CHAPITRE 15 – La mise en œuvre de la responsabilité civile 121

d’une stipulation pour autrui, ce tiers peut situer son action sur le terrain extra-contractuel puis-
qu’il peut refuser le bénéfice de la stipulation pour autrui.
Lorsque le dommage résulte de la faute du défendeur et de la personne dont elle a la garde et de
la faute du gardien, la victime peut invoquer indifféremment l’un des deux fondements ou les
deux. Les responsables sont tenus in solidum. La victime peut demander à n’importe lequel
d’entre eux la réparation de la totalité de son préjudice.
2) Les règles de procédure
– Compétence : la compétence d’attribution est celle du tribunal de grande instance ou d’ins-
tance (sauf pour les accidents causés par un véhicule : le tribunal de grande instance statue à
juge unique). Territorialement, c’est le tribunal du domicile du défendeur ou du lieu où s’est
produit le fait dommageable ou du lieu où le dommage est subi qui est compétent.
– Preuve : s’agissant d’un fait juridique, la preuve est libre. Elle pèse toujours sur le demandeur.
– Prescription de l’action : l’action en responsabilité délictuelle se prescrit par 10 ans.
b) L’incidence de la responsabilité pénale
Une infraction peut être à l’origine d’un dommage : il existe alors deux sortes d’actions possibles.
L’action peut être pénale sur le terrain répressif ou civile en indemnisation. Des rapports s’établis-
sent entre les deux sortes d’actions, par exemple lorsque l’action civile est fondée sur la faute.
La possibilité de l’action devant les juridictions pénales est prévue par l’article 3 du Code de
procédure pénale. Elle est avantageuse pour la victime car elle est facilitée sur le terrain de la
preuve (apportée par l’autorité publique).
L’existence de l’infraction doit être reconnue, mais la juridiction pénale peut statuer au civil après
acquittement ou relaxe, à condition qu’existe un dommage découlant directement de l’infraction.
Par conséquent, le préjudice moral par ricochet n’est pas admis devant la juridiction pénale.
L’action civile devant les juridictions pénales est refusée aux créanciers et aux assureurs.
Quand il y a à la fois inexécution du contrat et infraction pénale, la jurisprudence considère que
l’action civile devant la juridiction répressive ne peut être jugée qu’en application des règles de la
responsabilité délictuelle.
La constitution de partie civile déclenche l’instance. Si la victime se porte devant la juridiction civile,
elle ne peut revenir sur son choix et aller devant les juridictions pénales (art. 5, C. civ.).
122 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

■ L’influence du criminel sur le civil


La solidarité des prescriptions civiles et pénales n’existe plus depuis 1980. Deux principes
s’imposent :
– l’obligation du juge civil de surseoir à statuer : il est sursis au jugement de l’action exercée
devant la juridiction civile tant qu’il n’a pas été prononcé définitivement sur l’action publique
lorsque celle-ci a été mise en mouvement (art. 4, C. pr. pén.) ;
– l’autorité de la chose jugée au criminel sur le civil : lorsque le juge pénal a prononcé une
condamnation, le juge civil doit accorder des dommages-intérêts à la victime :
• si une relaxe a été prononcée par le tribunal de police ou le tribunal correctionnel, le prévenu
ne peut normalement pas être condamné au civil, mais si la relaxe est motivée par l’absence
d’intention, le juge civil peut condamner l’intéressé à des dommages-intérêts sur le fondement
d’une faute civile d’imprudence ou d’une négligence génératrice de responsabilité civile,
• si la Cour d’assises acquitte l’accusé, il sera toujours possible au juge civil de prononcer des
dommages-intérêts si cet acquittement résulte d’une réponse négative sur la question géné-
rale de la culpabilité. Par conséquent, la condamnation à des dommages-intérêts ne pourra
être fondée sur la faute pénale, mais sur une faute civile ou le non-respect d’une obligation
légale.
Les quasi-contrats CHAPITRE

Le quasi-contrat est un fait volontaire et licite. C’est un acte qui a été voulu, mais
16
dans un but autre que celui de créer des obligations. La gestion d’affaires, le paie-
ment de l’indu et l’enrichissement sans cause constituent des faits volontaires
licites, dont il résulte un engagement quelconque envers un tiers, et quelquefois
un engagement réciproque des deux parties (art. 1371, C. civ.).

1 La gestion d’affaires
La gestion d’affaires résulte de l’accomplissement d’un acte par une personne, le gérant, dans
l’intérêt d’une autre, le géré ou maître de l’affaire, sans en avoir été chargée par celle-ci c’est-à-
dire sans mandat (art. 1372 à 1375, C. civ.).

■ Les conditions de la gestion d’affaires


a) Les protagonistes de la gestion d’affaires
1) Les conditions relatives au gérant d’affaires
L’intention de gérer l’affaire d’autrui : le gérant doit avoir eu la volonté d’intervenir dans les
affaires d’autrui et pour le compte d’autrui, c’est-à-dire dans l’intérêt du géré, maître de l’affaire.
La jurisprudence est très peu exigeante. Ainsi, la gestion d’affaires s’applique lorsque le gérant a
agi à la fois pour lui et pour autrui. Le Code civil prévoit spécifiquement deux hypothèses dans
lesquelles il y a place pour la gestion d’affaires : d’une part, l’article 219, alinéa 2 du Code civil
concernant le régime primaire des relations entre époux, d’autre part l’article 815-4 du Code civil
relatif aux rapports entre indivisaires.
124 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

La capacité du gérant : si le gérant est un mineur ou un majeur protégé, la gestion d’affaires ne


fera naître des obligations qu’à la charge du géré.
2) Les conditions relatives au maître de l’affaire
Peu importe que le maître de l’affaire soit capable ou non.
Il ne peut y avoir gestion d’affaires que lorsque le maître de l’affaire ne manifeste pas sa volonté
au moment de l’acte mais il peut être au courant de la gestion d’affaires.
Le gérant doit s’abstenir si le maître de l’affaire s’oppose à son intervention. S’il l’accepte, les
règles contractuelles, et plus exactement celles du mandat, s’appliquent à la place de celles de la
gestion d’affaires.

b) Les conditions relatives à l’acte de gestion


1) L’objet de la gestion
La gestion peut avoir pour objet des actes juridiques ou des actes matériels. Si elle porte sur un
acte juridique, on distingue la gestion avec représentation dans laquelle le gérant agit au nom et
pour le compte du géré, et la gestion sans représentation, lorsque le gérant agit pour le compte
du géré, mais en son propre nom.
Le gérant d’affaires ne peut exercer une action en justice dans le cadre de la gestion d’affaires.
2) L’utilité de la gestion
L’affaire doit avoir été bien administrée. Il n’est pas nécessaire que la gestion soit urgente. L’utilité
s’apprécie au moment où l’acte intervient. En définitive, la condition d’utilité de la gestion se
ramène pour l’essentiel à une condition d’opportunité de la gestion. C’est le résultat escompté et
non celui obtenu qui est pris en compte. Cette utilité n’a plus de raison d’être quand le géré ratifie
la gestion a posteriori.

■ Les effets de la gestion d’affaires


a) Les effets de la gestion d’affaires dans les rapports entre le gérant et le géré
Lorsque le maître ratifie la gestion, les effets de la gestion d’affaires ne se produisent pas. Cette
ratification le rend obligé. On considère traditionnellement que l’opération se transforme en
mandat. En l’absence de ratification, la gestion d’affaires créera des obligations aussi bien à
l’égard du géré que du gérant. On parle alors parfois de quasi-contrat synallagmatique.
CHAPITRE 16 – Les quasi-contrats 125

1) Les obligations du gérant


Le gérant d’affaire est tenu des mêmes obligations qu’un mandataire (art. 1372, al. 2, C. civ.) :
– il doit apporter à la gestion de l’affaire tous les soins raisonnables (art. 1374, al. 1er, C. civ.) ;
– il doit rendre compte de sa gestion ;
– il ne répond pas des cas fortuits ;
– il est tenu de continuer la gestion qu’il a commencée jusqu’à son terme à moins que le géré ou
ses héritiers ne la refusent ;
– il doit se charger également de toutes les dépendances de l’affaire (art. 1372, al. 1er, C. civ.).
2) Les obligations du géré
En principe, le maître de l’affaire est tenu des mêmes obligations que le mandant (art. 1375,
C. civ.) :
– il doit accomplir les obligations que le gérant a contractées en son nom ;
– il doit payer au gérant toutes les dépenses utiles et nécessaires qu’il a faites ;
– il doit l’indemniser des pertes qui ne sont pas dues à ses fautes (art. 2000, C. civ.) ;
– il doit lui payer les intérêts des avances à compter du jour où il les a consenties et indépendam-
ment de toute mise en demeure (art. 2001, C. civ.) ;
– il n’a pas l’obligation de le rémunérer.

b) Les effets de la gestion d’affaires à l’égard des tiers


– le gérant d’affaires est engagé envers les tiers avec lesquels il a traité en son nom personnel ;
– le maître de l’affaire est engagé envers les tiers avec lesquels le gérant d’affaires a agi pour le
compte du maître.

2 Le paiement de l’indu
« Tout paiement suppose une dette : ce qui a été payé sans être dû, est sujet à répétition »
(art. 1235, C. civ.).

■ Les conditions de la répétition


a) La condition objective : l’absence de dettes
On distingue 4 cas de paiement de l’indu (art. 1376 et 1377, C. civ.) : le solvens paie une dette qui
n’existe pas ou le solvens paie une dette qui n’existe plus ou bien le solvens paie sa dette à une
126 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

personne qui n’est pas son créancier ou encore le solvens paie une dette dont il n’est pas
débiteur.
L’action en répétition ne doit pas être prescrite : le délai est celui du droit commun, c’est-à-dire
5 ans.

b) Les conditions subjectives


L’action en répétition de l’indu est exclue pour les obligations naturelles. Il y a répétition de l’indu
lorsque l’on paye une dette qui n’existe pas ou lorsque l’on paie plus que ce que l’on doit.
Selon la jurisprudence, l’action en répétition de l’indu peut être exercée contre celui qui a reçu le
paiement ou contre celui pour le compte duquel il a été reçu.
1) Du côté du solvens
Le solvens a droit à la répétition de l’indu dès lors qu’il a payé alors qu’il n’était pas débiteur
(art. 1235, C. civ.). La répétition de l’indu est subordonnée à l’existence d’une erreur de la part
du solvens, sauf en cas de paiement d’une dette inexistante (Ass. plén., 2 avril 1993).
L’erreur peut être de fait ou de droit.
La preuve de l’erreur doit être rapportée par le solvens. Elle peut être établie par tout moyen.
2) Du côté de l’accipiens
Lorsque l’accipiens (celui qui reçoit le paiement) est créancier mais qu’il a supprimé son titre,
l’article 1377, alinéa 2 du Code civil exclut la répétition.
La jurisprudence étend cette solution aux hypothèses ou l’accipiens n’a pas d’action contre le véri-
table débiteur parce que son action est prescrite ou lorsque l’accipiens a abandonné ses sûretés :
le solvens aura alors une action fondée sur l’enrichissement sans cause.
L’action en répétition de l’indu est également exclue pour les obligations naturelles.

■ Les modalités de la répétition


a) Les modalités de la répétition liées à la situation de l’accipiens
Selon la jurisprudence, l’action en répétition de l’indu peut être exercée dans un délai de 5 ans
contre celui qui a reçu le paiement ou contre celui pour le compte duquel il a été reçu.
L’accipiens de bonne foi est tenu de restituer ce dont il s’est enrichi c’est-à-dire le capital ou la
chose perçus, mais pas les intérêts et fruits qu’il a perçus ou consommés. Il ne doit restituer que
les prix de la vente s’il a vendu la chose ; si elle a péri, il doit en rembourser la valeur. L’accipiens
de bonne foi ne répond que des pertes et détériorations dues à sa faute.
CHAPITRE 16 – Les quasi-contrats 127

L’accipiens de mauvaise foi doit restituer la valeur de la chose lorsque celle-ci a péri par cas
fortuit. Il est tenu de réparer intégralement le préjudice subi par le solvens : il restitue les fruits et
les intérêts du jour du paiement. S’il a aliéné la chose, il restitue en valeur de même en cas de
perte fortuite.
L’accipiens doit toujours être remboursé de ses dépenses même s’il est de mauvaise foi car il a
ainsi augmenté la valeur de la chose.
Le solvens doit rembourser à l’accipiens les dépenses nécessaires et utiles à la conservation de la
chose en totalité et les dépenses utiles jusqu’à concurrence de la plus-value qu’elles ont donnée
à cette chose.

b) Les modalités de la répétition liées à la situation du solvens


Le solvens auquel une chose est restituée doit rendre compte à l’accipiens, même de mauvaise foi,
de toutes dépenses nécessaires et utiles que celui-ci a faites sur la chose.
Quand le solvens s’est montré négligent ou imprudent, il peut voir sa responsabilité engagée
envers l’accipiens et le montant de la répétition pourra être diminué.

3 L’enrichissement sans cause


« Nul ne doit s’enrichir injustement aux dépens d’autrui. » Le Code civil connaît plusieurs applica-
tions de ce principe même s’il n’en pose pas le principe général. La jurisprudence a admis l’action
de in rem verso dans des termes très généraux dès 1892. Cette action n’est soumise à aucune
condition déterminée. La jurisprudence postérieure a posé des conditions.

■ Les conditions de l’action de in rem verso


a) Les conditions d’ordre économique
L’action de in rem verso suppose qu’une personne se soit appauvrie et l’autre enrichie. Les deux
doivent être liés.
– l’existence d’un enrichissement et d’un appauvrissement : l’enrichissement est constitué par
tout avantage appréciable en argent (accroissement d’actif ou diminution de passif ou perte
évitée). Selon la jurisprudence, l’enrichissement peut être intellectuel, moral. L’action ne peut
être exercée si l’enrichissement n’existe pas encore ou a disparu : l’enrichissement doit subsister
au moment où l’action est intentée. La charge de la preuve de l’enrichissement incombe au
demandeur de l’action de in rem verso. L’appauvrissement peut résulter d’une perte matérielle,
d’un service rendu ou d’un travail fait sans rémunération. Enrichissement et appauvrissement
128 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

doivent être appréciés au jour de la demande en restitution. De plus en plus, la jurisprudence


semble ajouter une condition : l’absence d’intérêt personnel de l’appauvri ;
– la corrélation entre appauvrissement et enrichissement : le même événement doit être à
l’origine à la fois de l’appauvrissement et de l’enrichissement. L’enrichissement ne doit pas
nécessairement être direct : il ne doit pas obligatoirement se réaliser dans les rapports entre
l’enrichi et l’appauvri. L’enrichissement peut donc être indirect, c’est-à-dire procuré par l’inter-
médiaire du patrimoine d’un tiers.
b) Les conditions d’ordre juridique
– l’absence de cause : l’enrichissement doit être sans cause, c’est-à-dire qu’il ne doit exister
aucune raison juridique fondant l’appauvrissement, qu’il s’agisse de la loi, d’une décision judi-
ciaire ou d’un contrat. La faute d’imprudence ou de négligence de l’appauvri cause de son
appauvrissement n’exclut pas l’action de in rem verso ;
– la subsidiarité de l’action de in rem verso : le demandeur ne peut exercer une action de in
rem verso si pour obtenir ce qui lui est dû, il a à sa disposition une autre action naissant d’un
contrat, d’un quasi-contrat, d’un délit ou d’un quasi-délit. Néanmoins, en cas d’enrichissement
indirect, l’appauvri doit agir d’abord contre le tiers puis ensuite contre l’enrichi.

■ Les effets de l’action de in rem verso


L’appauvri peut obtenir une indemnisation de la part de l’enrichi. L’indemnité ne peut dépasser
ni le montant de l’enrichissement ni celui de l’appauvrissement. Elle sera fixée à la moins élevée
des deux sommes.
L’appauvrissement s’apprécie au jour où il s’est réalisé. L’enrichissement s’apprécie au jour de la
demande en justice.
PARTIE 3
Le régime des obligations

Chapitre 17 Les modalités de l’obligation 131


Chapitre 18 La cession du rapport d’obligation 137
Chapitre 19 L’extinction des obligations 139
Chapitre 20 Le projet de réforme du droit des obligations 143
Les modalités CHAPITRE
de l’obligation
Les obligations de faire, de ne pas faire ou de donner peuvent se présenter sous
17
des modalités diverses. Celles-ci peuvent affecter soit le rapport d’obligation lui-
même, c’est-à-dire le lien de droit entre créancier/débiteur, soit les parties à ce
rapport d’obligation créancier/débiteur ou l’objet de ce rapport d’obligation.

On parle de pluralité d’objets quand il y a variabilité de l’objet. De ce point de vue, il y a trois


sortes d’obligations :
– obligations conjonctives : le débiteur est tenu cumulativement de deux ou plusieurs
obligations ;
– obligations alternatives : l’obligation comporte deux ou plusieurs objets mais le débiteur n’en
doit qu’un (art. 1189 et s., C. civ.) ;
– obligations facultatives : l’obligation a un objet unique mais le débiteur peut se libérer en
fournissant une autre prestation. Si l’objet principal devient impossible à exécuter, le débiteur
sera libéré même de la prestation secondaire.

1 Les modalités du rapport d’obligation lui-même


ou modalités stricto sensu
Les parties peuvent décider que leurs obligations s’éteindront ou prendront effet à l’arrivée d’un
certain événement. Ils utilisent alors un terme ou une condition.
132 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

■ La condition
La condition est un événement futur et incertain dont dépend l’existence même d’une obliga-
tion, c’est-à-dire sa naissance ou son maintien. L’événement doit être possible et conforme aux
bonnes mœurs (art. 1172, C. civ.).

a) La diversité des conditions


1) La classification des conditions en fonction de leurs effets
– Condition suspensive : les effets du contrat (naissance de l’obligation) dépendent d’un événe-
ment futur et incertain.
– Condition résolutoire : les effets du contrat (naissance de l’obligation) se produisent mais
disparaissent si la condition se produit.
2) La classification des conditions en fonction de la nature de l’événement
– Condition casuelle (art. 1169, C. civ.) : il s’agit de « celle qui dépend du hasard et qui n’est
nullement au pouvoir du créancier ni du débiteur ».
– Condition potestative (art. 1170, C. civ.) :
• condition purement potestative : elle dépend de la volonté pure et simple d’une personne (du
créancier ou du débiteur). Elle est valable si elle dépend du seul créancier. Est nulle l’obligation
soumise à une condition purement potestative de la part du débiteur (art. 1174, C. civ.),
• condition simplement potestative : elle dépend de la volonté de l’un des intéressés et d’un
événement extérieur. Elle est en principe valable, sauf dans les donations.
– Condition mixte : l’événement dépend à la fois de la volonté de l’un des intéressés et de la
volonté d’un tiers.

b) Le régime des conditions


Avant l’arrivée Après l’arrivée
de la condition de la condition
Condition suspensive Le contrat existe mais ne produit Le contrat est censé produire ses
pas ses effets. Le créancier peut effets depuis le jour de sa
faire des actes conservatoires. Son formation ; en cas de défaillance
droit est transmissible entre vifs et de la condition, les actes
peut être cédé à cause de mort. accomplis par le créancier sont
rétroactivement anéantis.
------------------------------------------------------------------------------------------
CHAPITRE 17 – Les modalités de l’obligation 133

------------------------------------------------------------------------------------------
Condition résolutoire Tout se passe comme si le contrat Le contrat est censé n’avoir jamais
était un contrat pur et simple. Le existé ; le contrat est
terme ne doit pas obligatoirement définitivement consolidé en cas de
être fixé. Dans ce cas, la condition défaillance de la condition.
[...] n’est censée défaillir que
lorsqu’« il est devenu certain que
l’événement n’arrivera pas ».

■ Le terme
Le terme est un événement futur et certain dont dépend l’exigibilité ou la durée de l’obligation.
a) Les différentes sortes de termes
On distingue traditionnellement :
– le terme suspensif : il suspend l’événement d’une obligation exigible jusqu’à un certain
moment ;
– le terme extinctif : il fixe le moment où une obligation cesse d’être due.
Il y a deux catégories de termes quant à la nature de l’événement :
– le terme incertain : l’arrivée du terme correspond à un événement dont la date est incertaine ;
– le terme certain : une date précise est prévue pour le terme.
Il y a plusieurs catégories de termes quant à l’origine de celui-ci :
– le terme conventionnel : il est prévu par les parties ;
– le terme légal : il est déterminé par la loi ;
– le terme judiciaire : il est accordé par un tribunal.
b) Les effets du terme
1) Le mécanisme du terme
Les effets du terme varient selon la période considérée :
– avant la survenance du terme : la créance existe (le débiteur qui a payé n’a pas droit à répéti-
tion ; art. 1186, C. civ.) mais elle n’est pas exigible (le créancier ne peut agir en exécution ; la
prescription ne peut commencer à courir ; art. 2233, C. civ.) ;
– lors de la survenance du terme : la survenance du terme rend la créance exigible. Le créancier
peut agir en exécution forcée après une mise en demeure préalable du débiteur (art. 1139,
C. civ.).
134 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

2) La disparition du terme
Il existe trois modalités de disparition du terme :
– l’échéance du terme : c’est la modalité « normale » d’extinction du terme ;
– la renonciation au bénéfice du terme : seul le bénéficiaire peut renoncer au terme ;
– la déchéance du terme : il s’agit d’une sanction du bénéficiaire.

2 Les modalités relatives aux sujets du rapport


d’obligation : la pluralité de sujets
L’obligation peut avoir plusieurs sujets, c’est-à-dire plusieurs créanciers ou plusieurs débiteurs. En
principe, quand il y a pluralité de sujets, la créance ou la dette se divise entre les créanciers ou
entre les débiteurs. Il s’agit d’obligations conjointes. Ce principe de division connaît trois sortes
d’exceptions : la solidarité, l’obligation in solidum et l’indivisibilité.

■ L’obligation conjointe
L’obligation conjointe permet la division de l’obligation par parts égales entre les créanciers. Le
créancier peut demander le paiement de sa créance à l’un quelconque des débiteurs. Le débiteur
ne peut être poursuivi que pour sa part de dette.

■ La solidarité
Il existe deux types de solidarité :
– solidarité active (art. 1197 à 1199, C. civ.) : entre les créanciers, elle se manifeste quand il y a
plusieurs créanciers pour la même créance et que chacun d’eux a le droit de demander le paie-
ment intégral au débiteur (exemple : comptes bancaires joints) ;
– solidarité passive (art. 1200 à 1216, C. civ.) : il y a plusieurs débiteurs pour la même dette, qui
sont chacun tenus pour la totalité de celle-ci.

a) L’existence de la solidarité
La solidarité active ne peut trouver sa source que dans une stipulation expresse (art. 1197,
C. civ.).
La solidarité passive doit être stipulée dans le contrat qui fait naître la dette ou doit être prévue
par la loi (art. 1202, C. civ.). Elle peut également trouver sa source dans les usages. Ainsi, elle se
présume en matière commerciale pour les dettes nées d’une même opération juridique.
CHAPITRE 17 – Les modalités de l’obligation 135

b) Les effets de la solidarité


1) La solidarité active
Chacun des créanciers peut demander le paiement intégral de la créance au débiteur (art. 1197,
C. civ.). Le débiteur qui a payé à l’un des créanciers est libéré à l’égard de tous (art. 1198, al. 1er,
C. civ.). Le créancier qui a été payé doit alors rembourser leur part à chacun des autres créanciers.
2) La solidarité passive
• L ES EFFETS PRINCIPAUX

La solidarité passive a deux types d’effets principaux :


– du point de vue de l’obligation à la dette : le créancier peut demander le paiement de la
totalité de la dette à l’un quelconque des codébiteurs mais les codébiteurs ne sont pas tous
forcément tenus de la même manière (art. 1200, C. civ.). Le paiement de la dette libère tous les
débiteurs ; le paiement partiel les libère partiellement ;
– du point de vue de la contribution à la dette : la dette est divisée entre les codébiteurs au
point de vue de la charge définitive (art. 1213, C. civ.). Le débiteur qui a payé le tout peut pour-
suivre chacun de ses codébiteurs pour sa part (art. 1214, C. civ.).

• L ES EFFETS SECONDAIRES

Chacun des codébiteurs représente les autres vis-à-vis du créancier lorsqu’il y va de leur intérêt. La
chose jugée à l’égard de l’un des co-débiteurs est opposable aux autres, de même que la tierce-
opposition ou la transaction si elle profite aux autres. Lorsque la prescription est interrompue par
le créancier auprès d’un débiteur, elle est également interrompue à l’égard des autres créanciers
(art. 1206, C. civ.). Si l’un des débiteurs solidaires est mis en demeure, celle-ci ne vaut pas pour
les autres débiteurs (art. 1205, C. civ.). Si une demande d’intérêts a été formée contre l’un des
débiteurs solidaires, elle fait courir les intérêts à l’égard de tous (art. 1207, C. civ.).

c) La disparition de la solidarité
La solidarité peut disparaître par le décès de l’un des codébiteurs solidaires : sa part de dettes se
divise entre ses codébiteurs. Elle peut également disparaître par la remise de solidarité qui peut
être expresse ou tacite, totale ou partielle.

■ L’obligation in solidum
La notion d’obligation in solidum a été créée par la doctrine puis reprise par la jurisprudence.
136 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

Elle permet de mettre à la charge de plusieurs personnes une même dette en l’absence de
solidarité.
Les effets secondaires de la solidarité ne s’appliquent pas à l’obligation in solidum ; seuls les effets
principaux peuvent être mis en œuvre.

■ L’indivisibilité
L’obligation indivisible est insusceptible d’être exécutée partiellement. La jurisprudence a parfois
utilisé la notion d’indivisibilité pour expliquer les liens qui peuvent unir certains contrats qui
faisaient partie d’un ensemble contractuel.
L’indivisibilité ne se présume pas, elle doit être prouvée.
La cession du rapport CHAPITRE
d’obligation
Plusieurs formes de cessions du rapport d’obligation sont possibles : cession de
18
créance, cession de dette ou cession de contrat.

1 La cession de créance
La cession de créance est la convention par laquelle le créancier (= cédant) transfère sa créance
contre le débiteur (= cédé) à un contractant (= cessionnaire).
Il y a plusieurs types de cessions de créances :
– la cession de droit commun ;
– la cession de titres négociables ;
– la cession de créances professionnelles ou « cession Dailly ».
Le transfert de biens ou de droits à titre de garantie est également possible au moyen d’un contrat
de fiducie (art. 2011, C. civ.).

2 La cession de dette
Les dettes sont en principe incessibles : la cession n’est possible qu’avec l’accord du créancier.
La cession de dettes est parfois envisageable à certaines conditions :
– la cession imparfaite : le créancier a toujours une possibilité de recours contre le débiteur
initial, c’est-à-dire contre le cédant. Il s’agit d’hypothèses prévues par le législateur ;
– la cession parfaite : elle ne peut être que conventionnelle. La dette est transférée au cession-
naire avec tous ses accessoires.
138 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

3 La cession de contrat
La cession de contrat consiste dans la cession à la fois des dettes et des créances qui découlent
d’un contrat.

■ Les hypothèses
La cession de contrat est fréquemment utilisée en pratique. L’exemple le plus connu de cession de
contrat est la cession d’une entreprise ou d’une exploitation : l’obligation est faite pour le cession-
naire de respecter les contrats de travail en cours (art. L. 1224-1, C. trav.).
Il existe également des cessions conventionnelles.
La cession de contrat est parfois interdite, par exemple en matière de baux ruraux.

■ Le régime
Le cessionnaire est tenu du contrat transmis envers le cédé pour la période postérieure au contrat.
La cession de contrat est subordonnée au consentement du cocontractant cédé, sauf dans certains
cas prévus par la loi.

4 La délégation
La délégation consiste à ce qu’une personne, le délégant, demande à une autre personne, le
délégué, de payer à une troisième, le délégataire, une dette en son nom.
L’extinction CHAPITRE
des obligations
Le paiement est la manière la plus courante d’éteindre une obligation mais il en
19
existe d’autres.

1 Le paiement
■ Le paiement volontaire
a) Les parties concernées
Le solvens est celui qui paie, c’est-à-dire le débiteur lui-même ou son représentant ou toute
personne qui a intérêt à l’acquittement de la dette (mandataire, codébiteur, caution...). Le créan-
cier ne peut refuser le paiement fait par un tiers que lorsqu’il s’agit d’une obligation de faire
conclue intuitu personae.
L’accipiens est celui qui reçoit le paiement. Il peut s’agir du créancier lui-même ou de son repré-
sentant, à condition que celui-ci ait reçu le pouvoir d’encaisser ce paiement légalement, judiciaire-
ment ou conventionnellement.
Pour que le paiement soit valable, le solvens doit répondre à deux conditions : le solvens doit
« être propriétaire de la chose donnée en paiement » (art. 1238, al. 1er, C. civ.) et doit être
capable (art. 1238, al. 1er, C. civ.).

b) L’objet du paiement
Selon l’article 1243 du Code civil, « Le créancier ne peut être contraint de recevoir une autre chose
que celle qui lui est due, quoique la valeur de la chose offerte soit égale ou même plus grande ».
Le créancier est libre de refuser un paiement partiel (art. 1244, C. civ.).
140 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

Le principe est celui du paiement en espèces en monnaie fiduciaire. Le paiement en monnaie


scripturale, c’est-à-dire par chèque est également possible et même obligatoire dans certains cas.
Le paiement par monnaie électronique (carte bancaire) est aujourd’hui en plein développement.
On applique le principe du nominalisme monétaire.
c) Les circonstances du paiement
Le paiement a lieu au terme fixé par les parties. Il existe des exceptions à ce principe :
– délai de grâce judiciaire (art. 1244-1, al. 2, C. civ.) ;
– moratoire : mesure collective destinée à suspendre les poursuites ou voies d’exécution contre
une certaine catégorie de débiteurs dans certains cas (mesure législative ou réglementaire) ;
– paiement immédiat s’il n’y a pas de terme fixé.
Le paiement est fait au lieu du domicile du débiteur (art. 1247, al. 3, C. civ.) mais les parties
peuvent convenir d’un autre lieu. Certaines exceptions sont également prévues par le législateur
(exemple : art. 1247, al. 2, C. civ.).
d) La preuve du paiement
En principe, « Celui qui réclame l’exécution d’une obligation doit la prouver » : la charge de la
preuve du paiement pèse sur le débiteur. « Réciproquement, celui qui se prétend libéré, doit justi-
fier le paiement ou le fait qui a produit l’extinction de son obligation » (art. 1315, C. civ.).
Lorsque le paiement constitue un acte juridique, la preuve se fait par écrit lorsqu’il porte sur une
somme excédant 1 500 € (art. 1341, C. civ.). Le reçu et la quittance sont les procédés traditionnel-
lement utilisés.
S’agissant d’un fait juridique, la preuve du paiement peut se faire par tous moyens.
e) Les effets du paiement
Le paiement libère le débiteur et éteint la dette.
En principe, le débiteur choisit sur quelle dette s’impute le paiement (art. 1253, C. civ.) mais il
existe des atténuations à ce principe :
– les paiements partiels étant interdits, la dette la plus faible est éteinte lorsque le paiement est
égal au montant de la plus faible des dettes ;
– le paiement s’impute d’abord sur les intérêts, puis sur le capital (art. 1254, C. civ.) ;
– lorsque ni le débiteur, ni le créancier n’ont fait de choix, l’imputation se fait d’abord sur les
dettes échues (par rapport aux dettes non échues) ; si les dettes sont toutes échues ou toutes
non échues, l’imputation se fait sur la dette que le débiteur avait le plus d’intérêt à régler ;
CHAPITRE 19 – L’extinction des obligations 141

– enfin, si l’intérêt n’est pas possible à déterminer, l’imputation se fait sur la dette la plus ancienne
ou sur les plus anciennes proportionnellement si elles sont d’anciennetés égales (art. 1256,
C. civ.).
Dans le cas d’un paiement avec subrogation, la subrogation a pour effet de substituer une
personne à une autre pour le paiement de la dette. La subrogation peut être conventionnelle :
elle est consentie par le créancier ou par le débiteur. L’article 1251 du Code civil prévoit également
des cas de subrogation légale. La créance est transmise au subrogé avec ses accessoires et les
actions qui lui sont attachées. La subrogation est à la mesure du paiement.

■ Le paiement forcé
a) Les rapports entre créancier et débiteur
Le créancier peut agir contre son débiteur pour obtenir le paiement. Il ne peut agir sur la personne
de son débiteur ; il doit par conséquent agir sur son patrimoine.
L’action du créancier contre le débiteur nécessite une mise en demeure préalable ainsi qu’un titre
exécutoire.
Le créancier dispose d’un droit de gage général sur les biens du débiteur : tous les biens du
débiteur garantissent toutes ses dettes (art. 2092 et 2093, C. civ.).
Le créancier peut pratiquer toute mesure conservatoire pour assurer la sauvegarde de ses droits
(art. 1er, loi 9 juillet 1991).
Le créancier peut également avoir recours à des mesures d’exécution :
– l’exécution forcée directe :
• obligation de payer une somme d’argent : saisie et vente forcée des biens du débiteur (saisie-
vente de biens meubles corporels, saisie immobilière...),
• obligations autres que de sommes d’argent : « Toute obligation de faire ou de ne pas faire se
résout en dommages et intérêts, en cas d’inexécution de la part du débiteur » (art. 1142,
C. civ.) ;
– l’exécution forcée indirecte : l’astreinte consiste à condamner le débiteur à payer une somme
d’argent par jour/semaine/mois de retard dans l’exécution de l’obligation.
142 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

b) Les rapports entre le créancier et les tiers


Pour obtenir le paiement, le créancier a parfois la possibilité d’agir contre des tiers par le biais de
différents moyens :
– des mesures de conservation (les mêmes que lorsque le créancier agit directement contre son
débiteur) et d’exécution (le créancier peut saisir entre les mains d’un tiers les créances de son
débiteur portant sur une somme d’argent) ;
– l’action oblique : il s’agit également d’un moyen pour le créancier d’agir contre le débiteur de
son débiteur. L’action appartient au débiteur mais est exercée en son nom par le créancier,
contre le débiteur du premier ;
– l’action paulienne : elle permet au créancier d’attaquer en son nom personnel les actes faits
par son débiteur en fraude de ses droits (art. 1167, al. 1er, C. civ.) ;
– les actions directes : il s’agit d’actions exercées par le créancier en son nom personnel contre le
débiteur de son débiteur. L’action directe n’existe que si le législateur l’a prévue. L’action directe
permet au créancier demandeur de se payer sur la créance alors que les autres créanciers ne le
peuvent pas : le concours des autres créanciers est évité.

2 Les autres modes d’extinction des obligations


Il y a plusieurs autres mesures d’extinction des obligations :
– la remise de dette : il s’agit d’une convention par laquelle le créancier accepte de libérer tota-
lement ou partiellement le débiteur de sa dette. La remise de cette dette s’analyse comme un
contrat à titre gratuit, comme une donation indirecte. Elle obéit au droit commun des contrats ;
– la dation en paiement : le débiteur remet au créancier, à titre de paiement, une chose qui
n’est pas celle qui faisait l’objet de l’obligation ;
– la compensation : il s’agit de l’extinction de deux dettes réciproques jusqu’à concurrence de la
plus faible. On distingue la compensation légale, la compensation conventionnelle et la compen-
sation judiciaire ;
– la confusion : il y a confusion « lorsque les qualités de créancier et de débiteur se réunissent
dans la même personne » (art. 1300, C. civ.) ;
– la novation : il s’agit de la convention qui consiste à éteindre une obligation pour la remplacer
par une nouvelle ;
– la prescription extinctive : l’écoulement d’un délai fait perdre un droit réel à son titulaire parce
qu’il n’agit pas.
Le projet de réforme CHAPITRE
du droit des obligations
La garde des Sceaux, ministre de la Justice, a présenté le 27 novembre 2013 en
20
Conseil des ministres un projet de loi visant à moderniser, simplifier et clari-
fier le droit et les procédures pour faciliter la vie des citoyens et des entre-
prises dans leurs relations avec la justice.

Le projet de loi relatif à la modernisation et à la simplification du droit et des procédures dans le


domaine de la justice et des affaires intérieure, enregistré à la présidence du Sénat le 27 novembre
2013, habilite le Gouvernement à prendre par ordonnances des mesures de simplification du droit
et des procédures. Une grande partie du projet de loi est consacrée à la réforme du droit des
contrats et du droit des obligations.
Après une première lecture devant le Sénat, le projet de loi relatif à la modernisation et à la simpli-
fication du droit et des procédures dans les domaines de la justice et des affaires intérieures avait
été adopté par l’Assemblée nationale. En mai dernier, la commission mixte paritaire s’est soldée
par un désaccord, le Sénat refusant de voir modifié le droit des contrats et des obligations par
voie d’ordonnance. Suite à cet échec, le projet de loi a été déposé à nouveau devant l’Assemblée
nationale pour une nouvelle lecture. L’Assemblée nationale a adopté en nouvelle lecture une
nouvelle version du projet de loi qui ne modifie pas les dispositions relatives au droit des obliga-
tions, qu’elle a transmise au Sénat fin octobre 2014.

1 Les sources de la réforme


Cette réforme du droit des obligations trouve son inspiration dans différentes sources :
– l’avant-projet publié en 2005 par le groupe de travail animé par le professeur Pierre Catala
(consultable ici : http://www.justice.gouv.fr/art_pix/RAPPORTCATALASEPTEMBRE2005.pdf) ;
144 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

– les propositions formulées par l’Académie des sciences morales et politiques dans le cadre du
groupe constitué sous l’égide du professeur François Terré (TERRÉ (F.) (sous la direction de),
Pour une réforme du droit des contrats, Dalloz, « Coll. « Thèmes et commentaires », 2008) ;
– les observations émises par les différents acteurs économiques et judiciaires à l’occasion de la
diffusion de ces travaux ;
– les projets d’harmonisation du droit européen et international des contrats (notamment Prin-
cipes du droit européen des contrats, sous la direction du Pr Lando et Code européen des
contrats, sous la direction du Pr Gandolfi) et le droit comparé ;
– enfin, « une grande partie du projet vise à consolider les acquis en consacrant à droit constant
dans le Code civil des solutions dégagées depuis plusieurs années par la jurisprudence, et
connues par les praticiens ».

2 Le contenu de la réforme
L’article 3 du projet de loi vise à mettre en œuvre la réforme du droit des obligations portant sur le
droit des contrats, les quasi-contrats, le régime et la preuve des obligations. Il vise à la « modifica-
tion de la structure et du contenu du livre III du Code civil afin de moderniser, de simplifier, d’amé-
liorer la lisibilité, de renforcer l’accessibilité du droit commun des contrats, du régime des obliga-
tions et du droit de la preuve, de garantir la sécurité juridique et l’efficacité de la norme ». Il est
découpé en 13 parties.

Article 3-1o : « Affirmer les principes généraux du droit des contrats tels que la bonne foi
et la liberté contractuelle ; énumérer et définir les principales catégories de contrats ;
préciser les règles relatives au processus de conclusion du contrat, y compris conclu par
voie électronique, afin de clarifier les dispositions applicables en matière de négociation,
d’offre et d’acceptation de contrat, notamment s’agissant de sa date et du lieu de sa
formation, de promesse de contrat et de pacte de préférence ».
CHAPITRE 20 – Le projet de réforme du droit des obligations 145

Le Gouvernement souhaite compléter et moderniser les dispositions contenues dans les arti-
cles 1101 à 1107 du Code civil avec un double objectif :
– inclure dans ces articles les principes directeurs et définitions qui gouvernent le droit des
contrats, notamment :
• la liberté contractuelle et ses limites,
• la bonne foi ;
– préciser les règles relatives à la formation du contrat c’est-à-dire à l’offre et à l’acceptation du
contrat, qui ne sont pas pour l’instant codifiées, notamment les règles relatives :
• aux négociations précontractuelles, à la promesse de contrat et au pacte de préférence,
• à la conclusion du contrat par voie électronique,
• à la date et le lieu de formation du contrat.

Article 3-2o : « Simplifier les règles applicables aux conditions de validité du contrat, qui
comprennent celles relatives au consentement, à la capacité, à la représentation et au
contenu du contrat, en consacrant en particulier le devoir d’information, la notion de
clause abusive et en introduisant des dispositions permettant de sanctionner le comporte-
ment d’une partie qui abuse de la situation de faiblesse de l’autre ».
Les règles relatives à la validité du contrat seront simplifiées et modernisées. Les conditions de la
validité du contrat seront limitées à 3 :
– le consentement des parties ;
– la capacité des parties ;
– l’existence d’un contenu licite.
La cause ne sera donc plus une condition de validité du contrat mais « les différentes fonctions régu-
latrices ou correctrices jusqu’à présent assignées à cette notion par la jurisprudence » seront précisées.
Le Code sera complété par des dispositions relatives :
– au devoir d’information précontractuel ;
– aux vices du consentement ;
– à la capacité ;
– à la représentation.
146 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

Suite à cet article introductif, le Code abordera les dispositions relatives au contenu du contrat
c’est-à-dire à sa licéité et à son objet. Seront notamment consacrées par le Code civil :
– « la possibilité, reconnue par la jurisprudence, de fixer de manière unilatérale le prix dans les
contrats cadre, les contrats à exécution successive et les contrats de prestation de services dont
la notion issue des différents textes européens » ;
– la possibilité de sanctionner le comportement d’une partie qui abuse de la situation de faiblesse
de l’autre ;
– la notion de clause abusive, qui ne figurait pas dans le Code civil jusque-là.

Article 3-3o : « Affirmer le principe du consensualisme et présenter ses exceptions en indi-


quant les principales règles applicables à la forme du contrat ».
Le Gouvernement souhaite préciser dans le Code les règles applicables à la forme du contrat,
notamment le principe du consensualisme ainsi que les règles applicables à la conclusion du
contrat par voie électronique.

Article 3-4o : « Clarifier les règles relatives à la nullité et à la caducité, qui sanctionnent les
conditions de validité et de forme du contrat ».
Les sanctions applicables au non-respect des conditions de formation du contrat seront précisées,
notamment les règles relatives à la nullité et à la caducité du contrat.

Article 3-5o : « Clarifier les dispositions relatives à l’interprétation du contrat et spécifier


celles qui sont propres aux contrats d’adhésion ».
Les règles d’interprétation du contrat seront précisées, notamment les règles applicables à l’inter-
prétation du contrat d’adhésion.

Article 3-6o : « Préciser les règles relatives aux effets du contrat entre les parties et à
l’égard des tiers, en consacrant la possibilité pour celles-ci d’adapter leur contrat en cas
de changement imprévisible de circonstances ».
Le Gouvernement a pour objectif de regrouper et préciser les règles relatives aux effets du contrat
à l’égard des parties et à l’égard des tiers :
– l’effet obligatoire du contrat entre les parties sera rappelé ;
– la théorie de l’imprévision sera consacrée : il sera possible aux parties d’adapter le contrat en cas
de changement imprévisible des circonstances rendant l’exécution excessivement onéreuse pour
celle qui n’aurait pas accepté d’en assumer le risque.
CHAPITRE 20 – Le projet de réforme du droit des obligations 147

Article 3-7o : « Clarifier les règles relatives à la durée du contrat ».

Article 3-8o : « Regrouper les règles applicables à l’inexécution du contrat et introduire la


possibilité d’une résolution unilatérale par notification ».
Le Gouvernement souhaite d’une part regrouper les règles applicables en cas d’inexécution
contractuelle, d’autre part consacrer la jurisprudence relative à la résolution unilatérale du contrat
en cas de grave inexécution (possibilité de résoudre le contrat par notification).

Article 3-9o : « Moderniser les règles applicables à la gestion d’affaires et au paiement de


l’indu et consacrer la notion d’enrichissement sans cause ».
Les règles relatives aux quasi-contrats seront réformées :
– les règles applicables à la gestion d’affaires et au paiement de l’indu seront modernisées ;
– l’enrichissement sans cause, qui ne figurait pas jusque-là dans le Code civil, sera consacré
comme la troisième forme de quasi-contrat.

Article 3-10o : « Introduire un régime général des obligations et clarifier et moderniser ses
règles ; préciser en particulier celles relatives aux différentes modalités de l’obligation, en
distinguant les obligations conditionnelles, à terme, cumulatives, alternatives, facultatives,
solidaires et à prestation indivisible ; adapter les règles du paiement et expliciter les règles
applicables aux autres formes d’extinction de l’obligation résultant de la remise de dette,
de la compensation et de la confusion ».

Article 3-11o : « Regrouper l’ensemble des opérations destinées à modifier le rapport


d’obligation ; consacrer dans les principales actions ouvertes au créancier, les actions
directes en paiement prévues par la loi ; moderniser les règles relatives à la cession de
créance, à la novation et à la délégation ; consacrer la cession de dette et la cession de
contrat ; préciser les règles applicables aux restitutions, notamment en cas d’anéanti-
ssement du contrat ».
Un titre consacré au régime général des obligations sera inséré dans le Code civil. Il sera consacré
aux règles applicables uniformément à toute obligation quelle que soit sa source :
– les règles applicables aux différentes modalités de l’obligation (obligations conditionnelles, à
terme, cumulatives, alternatives, facultatives, solidaires, ou à prestation indivisible) seront
précisées ;
– les règles relatives à l’extinction de l’obligation seront clarifiées : paiement, remise de dette,
compensation et confusion ;
148 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

– les textes applicables aux actions ouvertes au créancier, c’est-à-dire l’action oblique, l’action
paulienne et les actions directes en paiement prévues par la loi, seront modernisés ;
– les opérations aboutissant à une modification du rapport d’obligation seront encadrées ;
– la cession de dette et la cession de contrat seront consacrées par le Code civil.

Article 3-12o : « Clarifier et simplifier l’ensemble des règles applicables à la preuve des obli-
gations ; en conséquence, énoncer d’abord celles relatives à la charge de la preuve, aux
présomptions légales, à l’autorité de chose jugée, aux conventions sur la preuve et à
l’admission de la preuve ; préciser ensuite les conditions d’admissibilité des modes de
preuve des faits et des actes juridiques ; détailler enfin les régimes applicables aux diffé-
rents modes de preuve ».
Un titre consacré à la preuve des obligations sera créé afin d’en simplifier les règles :
– tout d’abord, seront rappelées les dispositions générales relatives notamment à la charge de la
preuve, aux présomptions légales, à l’autorité de chose jugée, aux conventions sur la preuve et
à l’admission de la preuve ;
– seront ensuite précisées les conditions d’admissibilité des modes de preuve des faits et des actes
juridiques ;
– enfin, les régimes applicables aux différents modes de preuve seront détaillés.

Article 3-13o : « Aménager et modifier toutes dispositions de nature législative permettant


d’assurer la mise en œuvre et de tirer les conséquences des modifications apportées en
application des 1o à 12o du présent article ».

3 Le calendrier de la réforme
Dans un premier temps, ce projet de loi va faire l’objet d’une discussion devant le Parlement de
manière classique, avec examen par le Sénat et par l’Assemblée nationale.

L’article 16 du projet prévoit ensuite des conditions de délais pour la réalisation de la réforme du
droit des contrats :
– à compter de l’adoption du projet de loi, le Gouvernement disposera d’un délai de 12 mois pour
prendre les ordonnances relatives au droit des contrats ;
– un projet de loi de ratification devra ensuite être déposé devant le Parlement dans un délai de
6 mois. Cette loi de ratification donnera la force d’une loi aux ordonnances qui n’auraient dans
le cas contraire qu’une valeur réglementaire.
CHAPITRE 20 – Le projet de réforme du droit des obligations 149

Projet de loi relatif à la modernisation et à la simplification du droit et des procédures dans les
domaines de la justice et des affaires intérieures : consulter le dossier législatif sur http://www.
senat.fr/dossier-legislatif/pjl13-175.html
Vous retrouverez régulièrement les étapes de la réforme sur le blog de l’auteur
(http://pagesdedroit.blogspot.fr) et sur sa page Facebook (L’auteur Corinne
Renault-Brahinsky).
BIBLIOGRAPHIE
– AYNÈS (L.), MALAURIE (Ph.) et STOFFEL-MUNCK (Ph.), Les obligations, Defrénois, 6e éd., 2013.
– BÉNABENT (A.), Droit civil, Les obligations, Montchrestien, coll. « Précis Domat », 14e éd.,
2014.
– BRUN (Ph.), Responsabilité civile extracontractuelle, Litec, coll. « Manuel », 3e éd., 2014.
– BUFFELAN-LANORE (Y.) et LARRIBAU-TERNEYRE (V.), Droit civil, Deuxième année, Les obliga-
tions, Dalloz-Sirey, coll. « U », 14e éd., 2014.
– BUY (F.), L’essentiel des grands arrêts de droit des obligations, Gualino éditeur, coll. « Les
carrés », 6e éd., 2014-2015.
– CABRILLAC (R.), Droit des obligations, Dalloz-Sirey, coll. « Cours », 11e éd., 2014.
– CAPITANT (H.), Les grands arrêts de la jurisprudence civile par TERRÉ, SIMLER et LEQUETTE,
Dalloz, 12e éd., 2008.
– CATALA (P.), CORNU (G.), DELEBECQUE (Ph.) et MAZEAUD (D.), Avant-projet de réforme du
droit des obligations et de la prescription, La Documentation Française, 2006.
– DELEBECQUE (Ph.) et PANSIER (F.-J.), Droit des obligations – Régime général, Litec, coll.
« Objectif droit », 6e éd., 2012 ; Droit des obligations – Contrat et quasi-contrat, Litec, coll.
« Objectif droit », 6e éd., 2013 ; Droit des obligations – Responsabilité civile – Délit et quasi-
délit, Litec, coll. « Objectif droit », 6e éd., 2014.
152 L’ESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS

– DRUFFIN-BRICCA (S.) et HENRY (L.-C.), Droit des obligations, Annales corrigées – Édition
2015, Gualino éditeur, coll. « AnnaDroit LMD ».
– FABRE-MAGNAN (M.), Droit des obligations, Tome 1, Contrat et engagement unilatéral, PUF,
coll. « Thémis droit », 4e éd., 2014 ; Tome 2, Responsabilité civile et quasi-contrats, PUF, coll.
« Thémis droit », 3e éd., 2013.
– FAGES (B.), Droit des obligations, LGDJ, Coll. « Manuel », 4e éd., 2012.
– FLOUR (J.), AUBERT (J.-L.), FLOUR (Y.) et SAVAUX (E.), Droit civil. Les obligations-1. L’acte
juridique, Volume 1, Dalloz, coll. « U », 16e éd., 2014 ; Droit civil. Les obligations-2. Le fait
juridique, Volume 2, Dalloz, coll. « U », 15e éd., 2014 ; Droit civil. Les obligations-3. Le
rapport d’obligation, Dalloz, coll. « U », 8e éd., 2013.
– GHESTIN (J.), LOISEAU (G.), SERINET (Y.-M.), La formation du contrat – Tome 1 : Le contrat ; le
consentement, LGDJ, 4e éd., 2013 – Tome 2 : L’objet et la cause, les nullités, LGDJ, 4e éd.,
2013.
– LARROUMET (Ch.), BROS (S.), Traité de droit civil – Tome 3, Les obligations, le contrat, Écono-
mica, Coll. « Corpus Droit Privé », 7e éd., 2014.
– LARROUMET (Ch.), BACACHE-GIBEILI (M.), Traité de droit civil – Tome 3, Les obligations, la
responsabilité civile extra-contractuelle, Économica, Coll. « Corpus Droit Privé », 2e éd.,
2012.
– LE TOURNEAU (Ph.), BLOCH (C.), GIUDICELLI (A.) et JULIEN (J.), Droit de la responsabilité et des
contrats- Régimes d’indemnisation, Dalloz-Action, éd. 2014-2015.
– MALINVAUD (Ph.), FENOUILLET (D.), MEKKI (M.), Droit des obligations, Litec, 13e éd., 2014.
– RENAULT-BRAHINSKY (C.), Mémentos LMD Droit des obligations, coll. « Fac-Universités »,
12e éd., Gualino éditeur, 2015.
– SÉRIAUX (A.), Manuel de droit des obligations, PUF, 2e éd., 2014.
– TERRÉ (F.), SIMLER (Ph.) et LEQUETTE (Y.), Droit civil. Les obligations, coll. « Précis Dalloz »,
11e éd., Dalloz, 2013.

Achevé d’imprimer en France par France Quercy, 46090 Mercuès


N° d’impression : 50005 - Dépôt légal : janvier 2015
11e édition L’essentiel du LES CARRÉS

D roit des obligations 2015 Droit


Science Politique
Sciences
économiques
Le contenu du livre Le sommaire Sciences
s La notion d’obligation de gestion
Ce livre présente en 20 chapitres s L’acte juridique : le contrat Concours
l’ensemble des connaissances néces- – les différents actes juridiques de la Fonction
– la classification des contrats publique
saires à la compréhension du Droit des – l’offre et l’acceptation
– les vices du consentement
obligations, qu’il s’agisse de l’acte juri- – l’objet et la cause
– le consensualisme
dique, notamment des contrats, du fait
– la nullité du contrat
juridique (responsabilité civile et quasi- – les effets du contrat
s Le fait juridique :
contrats) ou du régime des obligations. la responsabilité civile et
les quasi-contrats
Au total, une présentation synthétique, – le dommage et le lien de causalité
rigoureuse et pratique du Droit des – le fait générateur de la
responsabilité civile
obligations. – les accidents de la circulation
– la mise en œuvre de la
Le public responsabilité civile
– les quasi-contrats
– Étudiants en licence et master Droit (système LMD)
– Candidats à divers examens et concours des s Le régime des obligations
professions judiciaire et juridique – les modalités de l’obligation
– Étudiants des différentes filières de l’enseignement – la cession du rapport d’obligation
supérieur de gestion – l’extinction des obligations

L’auteur
Corinne Renault-Brahinsky est Docteur en droit et auteur de nombreux livres de droit à
destination des étudiants en droit (licence et master). Retrouvez la sur son blog : http://
pagesdedroit.blogspot.com ou sur Facebook (L’auteur Corinne Renault-Brahinsky).

Prix : 13,50 €
ISBN 978-2-297-04773-9