Vous êtes sur la page 1sur 5

CHAPITRE 9: LES MATERIAUX DE LA LITHOSPHERE

L. BENSLAMA
COURS GEOLOGIE GENERALE 1ère Année Licence SNV/GAT

N.B. : Ce cours est largement inspiré du cours dispensé au Département de Géologie et Génie
Géologique de l’Université Laval. Québec. http://www2.ggl.ulaval.ca

Cours de Géologie Générale L. BENSLAMA


LES MATERIAUX DE LA LITHOSPHERE

1. GENERALITES : Les roches, les minéraux, les cristaux

Les matériaux constitutifs de la lithosphère, et notamment de la croûte, sont représentés


essentiellement par des roches.
Les roches (du latin populaire rocca) sont des matériaux naturels généralement solides et
formés, essentiellement ou en totalité, par un assemblage de minéraux, comportant parfois des
fossiles (notamment dans les roches sédimentaires), du verre résultant du refroidissement
rapide d'un magma (volcanisme) ou des agrégats d'autres roches. Les roches peuvent être
formées d'une seule espèce minérale (roches monominérales) ou de plusieurs (roches
polyminérales):
De façon plus précise: Une roche se définit comme un assemblage de minéraux. Un minéral
se présente sous forme de cristaux. L’étude des roches est la pétrographie.

2. LA CRISTALLOGRAPHIE

a. Définition
La cristallographie est l’étude des formes, des structures et des propriétés des cristaux.
Un cristal: est un solide dont les atomes sont disposés de manière régulière, selon une
disposition fondamentale. La disposition fondamentale signifie: la première forme
géométrique du cristal. On parle également de maille élémentaire.
b. Les 7 systèmes cristallins
La répétition dans l’espace de la maille élémentaire dessine le réseau ou système cristallin.
La répétition à l’infini, de la maille élémentaire aboutit à 7 systèmes cristallins qui sont les
suivants: Cubique, Quadratique, Orthorhombique, Rhomboédrique, Hexagonal,
Monoclinique, Triclinique.

Les 7 systèmes cristallins

Cours de Géologie Générale L. BENSLAMA


3. LA MINERALOGIE

a. Définitions : La minéralogie : C’est la science qui étudie les minéraux.


Un minéral : C’est un solide, inorganique, naturel qui a une composition chimique connue et
qui se présente sous deux états physiques : l’état cristallin ou l’état amorphe.
L’état cristallin : état ordonné des atomes qui aboutit aux 7 systèmes cristallins cités plus haut.
L’état amorphe: état désordonné des atomes. Les minéraux possèdent des propriétés
physiques qui permettent de les distinguer entre eux et qui deviennent des critères
d'identification
b. Quelques propriétés physiques des minéraux
Pour reconnaitre et déterminer un minéral, on étudie les propriétés suivantes :
 Couleur Il y a une grande variété de couleurs chez les minéraux, mais c'est là un
critère qui est loin d'être absolu. Des spécimens de couleurs différentes peuvent
représenter le même minéral, comme le quartz qui présente plusieurs variétés selon la
couleur qui va de l'incolore limpide (cristal de roche), au blanc laiteux, au violet
(améthyste), au rouge (jaspe), au noir enfumé, au bleu, etc.
 Éclat L'éclat des minéraux, c'est l'aspect qu'offre leur surface lorsqu'elle réfléchit la
lumière. On distingue deux grandes catégories: l'éclat métallique, brillant comme celui
des métaux, et l'éclat non métallique que l'on décrit par des termes comme vitreux
(comme le verre), gras (comme si la surface était enduite d'huile ou de graisse),
adamantin (qui réfléchit la lumière comme le diamant), résineux (comme la résine),
soyeux (comme la soie), etc.
 Dureté La dureté d'un minéral correspond à sa résistance à se laisser rayer. Elle est
variable d'un minéral à l'autre. Certains minéraux sont très durs, comme le diamant,
d'autre plutôt tendres, comme le talc. Les minéralogistes ont une échelle relative de
dureté qui utilise dix minéraux communs, classés du plus tendre au plus dur, de 1 à 10.
Cette échelle a été construite par le minéralogiste autrichien Friedrich Mohs et se
nomme par conséquent l'échelle de Mohs. Sur cette échelle, on a quelques points de
repères. Des minéraux comme le talc et le gypse sont si tendres qu'ils sont rayés par
l'ongle. La calcite est rayée par une pièce de cuivre, alors qu'une lame de canif
(couteau) en acier, saura rayer tous les minéraux de dureté inférieure à 5, mais ne
pourra rayer les feldspaths et le quartz.

 Densité La densité des minéraux est une propriété mesurable; elle est une constante
physique qui caractérise un minéral donné. Beaucoup de minéraux ont une densité qui
se situe autour de 2,7 gr/cm3, soit 2,7 fois plus lourd qu'un volume égal d'eau. Mais

Cours de Géologie Générale L. BENSLAMA


certains ont une densité relativement faible, comme le sel qui a une densité de 2,1;
d'autres se situent à l'autre extrême, comme la galène (sulfure de plomb) avec une
densité de 7,5 et l'or dont la densité est de 19,3.
 Forme cristalline La forme cristalline est souvent ce qui donne la valeur esthétique
d'un minéral. Chaque minéral cristallise dans un système donné, ce qu'on appelle un
système cristallin.
 Propriétés optiques Les propriétés optiques constituent un élément diagnostique
fondamental dans l'identification d'un minéral. Mais la détermination de ces propriétés
relève plutôt du spécialiste. En géologie, les moyens techniques permettent d'amincir
des tranches de minéraux collées sur des lamelles de verre si minces (30 micromètres)
qu'elles deviennent tout à fait transparentes. On peut alors étudier ces minéraux au
microscope, comme font les biologistes avec des tissus ou des microorganismes.
Chaque groupe de minéraux possède ses propriétés optiques, c'est à dire qu'ils
transmettent différemment la lumière et qu'ils produisent des couleurs caractéristiques
lorsqu'ils sont observés en lumière polarisée, ce qui, en bout de ligne, permet de les
identifier.

4. CLASSIFICATION DES ROCHES

Trois grands types de roches forment la croûte terrestre. Le schéma qui suit présente ces trois
grands types, ainsi que les processus qui conduisent à leur formation. Ainsi présenté, il
véhicule l'idée de la cyclicité des processus.

Le magma est à l'origine de la formation de la croûte terrestre, d'abord au niveau des dorsales
océaniques, puis, par addition à la croûte déjà présente, aux niveaux des points chauds et des
zones de subduction/obduction. Il constitue donc le cœur de ce diagramme; il en est le point
de départ et le point d'arrivée du cycle. La première phase du cycle est constituée par la
cristallisation du magma, un processus qui conduit à la formation d'un cortège de minéraux
silicatés. C'est ce premier processus de cristallisation qui forme les roches ignées, ainsi
appelées pour faire image: les roches qui viennent du feu de la terre!
Lorsqu'elles sont amenées à la surface du globe par les processus dynamiques de la tectonique
des plaques, lors de la formation de chaînes de montagnes par exemple, et qu'elles sont

Cours de Géologie Générale L. BENSLAMA


exposées aux intempéries de la surface, les roches ignées s'altèrent et se désagrègent en
particules de tailles variées. L'érosion par l'eau, la glace et le vent transportent les particules
pour former un dépôt meuble, un sédiment (gravier, sable, boue). Puis ce sédiment se
transforme progressivement en roche qui évidemment s'appelle une roche sédimentaire,
littéralement une roche déposée. Cette transformation se fait selon un ensemble de processus
qu'on appelle la diagenèse, le principal processus étant la cimentation des particules entre
elles.
La classification se fonde sur le mode de formation. On oppose deux grands groupes : les
roches endogènes et les roches exogènes.

5. LES ROCHES ENDOGENES.

Elles se forment en profondeur. On distingue : les roches magmatiques ou ignées et les roches
métamorphiques.
a. les roches magmatiques ou ignées (du feu) : ces roches proviennent de la
cristallisation après refroidissement d’un magma. Quand cette cristallisation a lieu en
profondeur elle donne des roches plutoniques par contre, si le magma arrive à l’air libre on a
des roches volcaniques.
b. Les roches métamorphiques : résultent de la transformation à l’état solide de
roches préexistantes sous l’action de la température et/ou de la pression. On peut avoir des
métamorphismes de : haute température et haute pression (HT – HP), haute température et
basse pression (HT – BP) et enfin de basse température et basse pression (BP – BT).

6. LES ROCHES EXOGENES.

Les roches exogènes se forment à la surface terrestre dans des bassins sédimentaires qui sont
généralement les bassins océaniques. Ce sont des roches sédimentaires issues de la
transformation de dépôts sédimentaires résultant de l'érosion de roches préexistantes (roches
détritiques), de l'activité biologique (roches biogènes) et physicochimique.

Cours de Géologie Générale L. BENSLAMA