Vous êtes sur la page 1sur 9

REGLES DE CONCEPTION ET DE CALCUL DES BATIMENTS EN ACIER

CCM97

CHOIX DE MÉTHODES D'ANALYSE GLOBALE

POUR LE CALCUL DES SOLLICITATIONS

AMMARI F.
USTHB - IGC

-O-
CHOIX DE MÉTHODES D'ANALYSE GLOBALE

POUR LE CALCUL DES SOLLICITATIONS

1 - CALCUL DES SOLLICITATIONS :

Les sollicitations peuvent, en général, être déterminées en utilisant l'une des deux méthodes
d'analyse suivantes :
• méthode d'analyse globale du premier ordre, se référant à la géométrie initiale de la
structure.
• méthode d'analyse globale du second ordre, prenant en considération l'influence de
la déformation de la structure.

Le choix de la méthode d'analyse globale est lié essentiellement à la sensibilité de la structure


aux effets du second ordre, sous un chargement donné. Cette sensibilité dépend, entre autres,
de la résistance de la structure au déplacement latéral.

2 - RÉSISTANCE AU DÉPLACEMENT LATÉRAL :

Toute les structures doivent posséder une rigidité suffisante en vue de limiter la déformation
latérale. Ceci peut être assuré par :

• la rigidité à la déformation latérale de systèmes de contreventement qui peuvent être :


• des ossatures triangulées.
• des ossatures à noeuds rigides.
• des voiles, des noyaux et autres éléments de même type.

• la rigidité des ossatures elles-mêmes, qui peut faire appel à une ou plusieurs des
possibilités suivantes :
• triangulation.
• rigidité des assemblages.
• poteaux en console.

3 - CLASSIFICATION DES STRUCTURES :

La classification d'une structure en :


• structure souple;
• structure rigide;
• structure contreventée;
• structure non contreventée
permet, entre autres, de choisir la méthode d'analyse globale requise pour cette structure.
3.1 - Classification en structures souples ou structures rigides :

Une structure peut être classée comme structure rigide si sa réponse aux charges horizontales
dans le plan est suffisamment rigide pour que l'on puisse, avec une précision acceptable,
négliger les sollicitations additionnelles engendrées par la prise en compte des déplacements
horizontaux de ses noeuds. Dans le cas contraire la structure doit être classée comme souple
et les effets des déplacements horizontaux de ses noeuds doivent être pris en compte dans son
calcul.

Pour un cas de charge donné, une structure peut être classée comme rigide, si le critère suivant
est satisfait:


Vsd - valeur de calcul de la charge verticale totale.
Vcr = valeur critique élastique de la charge verticale totale pour l'instabilité suivant le
mode à noeuds déplacables.

Dans le cas des ossatures planes de structures de bâtiments à étages avec, à chaque niveau,
des poutres assemblées à chaque poteau, l'approximation suivante peut être utilisée comme
alternative à la détermination directe de V,<i I Vcr '•


8 = déplacement horizontal à la partie supérieure de l'étage par rapport à sa partie
inférieure.
h = hauteur de l'étage.
H = réaction horizontale totale à la partie inférieure de l'étage.
V= réaction verticale totale à la partie inférieure de l'étage.

Les déplacements horizontaux S, à chaque étage, seront calculés, ici, en utilisant une analyse
globale du premier ordre et en appliquant à la structure les charges horizontales et verticales de
calcul, ainsi que l'imperfection initiale d'aplomb (donnée au § 5.2.4.3 des règles CCM 97)
appliquée sous forme de force horizontale équivalente.

3.2 - Classification en structures contreventées ou non contreventées :

Une structure peut être classée comme contreventée, si le système de contreventement réduit
ses déplacements horizontaux d'au moins 80%.
Cette réduction doit être effective sur le déplacement horizontal relatif entre le sommet et la
base de chacun des étages.
On peut donc dire que :

• si Sa < 0.2 . 5S la structure est alors contreventée.

• si Ôa > 0.2 . Ss la structure est alors non contreventée.


avec :
8a = déplacement horizontal relatif entre le sommet et la base de chacun des étages, en
présence du système de contreventement.
8S = déplacement horizontal relatif entre le sommet et la base de chacun des étages, en
absence du système de contreventement.

4 - CHOIX DE LA MÉTHODE D'ANALYSE GLOBALE :

L'analyse globale au premier ordre peut être utilisée dans les cas suivants:

• structures rigides
• structures contreventées
• utilisation de méthodes de calcul prenant indirectement en compte les effets du
second ordre

La prise en compte des effets du second ordre peut, dans certains cas être imposée dans
l'analyse du système de contreventement lui-même. De même, une analyse au second ordre
doit être utilisée dans le cas d'une structure contreventée pour laquelle il y a lieu d'introduire
explicitement les imperfections de certains éléments fortement comprimés au niveau de
l'analyse globale.

L'analyse globale au second ordre peut être utilisée dans tous les cas.

5 - MÉTHODES DE CALCUL PRENANT INDIRECTEMENT LES EFFETS DU


SECOND ORDRE :

Les effets du second ordre suivant le mode de déformation à noeuds déplaçables peuvent être
inclus indirectement au moyen de l'une des méthodes alternatives suivantes :

• analyse élastique au premier ordre, avec amplification des moments dus à la


déformations latérale.
• analyse élastique au premier ordre, avec longueur de flambement correspondant au
mode d'instabilité à noeuds déplaçables.

5.1 - Méthode avec amplification des moments de déformation latérale :

Cette méthode ne peut être utilisée que si :

V - ± 0.25

H convient alors de majorer les moments fléchissants dus à la déformation latérale, calculés par
une analyse élastique au premier ordre, dans le rapport :

03
5.2 - Méthode avec longueurs de flambement à noeuds déplaçâmes :

Lorsque l'on utilise une analyse globale au premier ordre avec, pour le calcul des poteaux, des
longueurs de flambement dans la plan, déterminées suivant le mode d'instabilité à noeuds
déplaçables, il convient de multiplier, dans les poutres et les assemblages poutre-poteau, les
moments dus à la déformation latérale par 1,2.

6 - EXEMPLE SUR LE CHOIX DE LA MÉTHODE D'ANALYSE

On prendra l'exemple d'un portique simple articulé en pied.

6.1 - Données :

iiiiiiiiTT
H
IPE 330

HEB300 HEB300

A6
•*

Matériau : Acier Fe 360


limite d'élasticité f y =235 N/mm2.
limite ultime fu = 360 N/mm2.
module élastique E = 210000 N/mm2

Dimensions de la structure :
• L = 8m = 6m

Caractéristiques des sections:

Poteaux : HEB 300 Poutre : IPE 330


Ic = Iy = 25170cm4 = I = 11770 cm4
A =149,1cm 2
Wd.y = 1680 cm3
W ply =1868cm 3

Charges pondérées :
P = 85kN
q = 30 kN/m
H = 15kN

04-
6.2 - Rappel de Rdm :
Sous l'effet des trois chargements, on obtient le plus grand moment fléchissant sur la section C.
Chacun de ces chargements donne dans la section C les effets suivants :

charge répartie q :

avec k=

gxL

deux charges concentrées P :


Mc=0

NC=P

charge horizontale H :
Hxh

Hxh

6.3 - Calcul élastique linéaire :


Le calcul élastique donne dans la section C les efforts suivants:

CAS DE CHARGE Msd NBd S


(daN.cm) (daN) (cm)
Charges verticales 1296807 __ 20500 0
Charges horizontales 450000 1125 2,478

6.4 - Imperfection globale de la structure :


Une imperfection initiale d'aplomb de la structure doit être prise en compte dans l'analyse
globale. Pour une structure à une seule travée et un seul niveau, elle est égale à cpo = 1/200
(par § 5.2.4.3 (1) des règles CCM 97). Elle est simulée en appliquant une charge horizontale
cpo.V ; où V est la somme des charges verticales.

V = 30x8 + 2x85 = 410 kN


donc
<po.V = 2,05 kN

05
Les efforts et le déplacement poUr la charge cpo.V sont donc :

CAS DE CHARGE Msd N^ Ô


(daN.cm) (daN) (cm)
cpo.V 61500 154 0,339

Les efforts et le déplacement pour la charge horizontale totale (H + cpo.V). soit 17,05 kN, sont
donc :

CAS DE CHARGE Msd Nsd 8


(daN.cm) (daN) (cm)
H + cpo-V 511500 1279 2,817

6.5 - Imperfection locale des éléments comprimés :


Si la condition suivante n'est pas vérifiée pour chacun des éléments comprimés, une analyse
globale au second ordre doit être effectuée en introduisant dans cette analyse une déformée
initiale de l'élément :

=0,5 (par § 5.2.4.2 (4) des règles CCM 97).

Où : Nsd = 20500 + 1125 + 154 = 21779 daN

Ici:
149.1x2350
21779
L'élancement réduit est donné par :


où Ncr est l'effort normal critique de la barre en prenant pour longueur de flambement la
longueur d'épuré de la barre.

2 m G* B r

Ncr = ' 2 — = 1449105 daN

PA = 1 pour les sections de classe 1, 2 ou 3.

D'où:

H n'est donc pas nécessaire d'introduire l'imperfection ihitiàle des éléments comprimés

06
6.6 - Classification "Structure Souple" ou "Structure Rigide" :

La structure est classée comme "structure souple", si la condition suivante est vérifiée :

S-V
0,1 (par \2 (4) des règles CCM 97).
h-H
2,817x410
= 0,113^0,1
600x17.05
La structure est donc considérée comme souple, et les effets du second ordre doivent être pris
en compte.

6.7 - Analyse globale par des méthodes de calcul prenant indirectement en compte les
effets du second ordre :
6.7.1 - Analyse au premier ordre avec amplification des moments de déformation latérale :

Vérification de la condition d'application de la méthode :

S-V
-- = 0,1 13 •< 0,25 (par § 5.2.6.2 (4) des règles CCM 97).
h-H

La méthode est donc applicable.

Calcul du coefficient d'amplification (par § 5.2.6.2 (3) des règles CCM 97).:

_ ~ 127
ô'v

Les sollicitations dans la section C seront donc :

Msd = 1296807+1,27x511500=1946412 daN.cm


Nsd = 20500 + 1,27 x 1279 = 22124 daN

La vérification locale de l'élément consistera à effectuer une vérification au


flambement du poteau avec une longueur de flambement à noeuds fixes et
avec les efforts dans la section la plus sollicitée.

6.7.2 - Analyse au premier ordre avec longueur de flambement à noeuds déplaçâmes :

Aucune condition n'est à vérifier. Pour la vérification du poteau au flambement, les sollicitations
de calcul suivantes seront utilisées :

Msd = 1296807 + 511500 = 1808307 daN.cm


Nsd = 20500 + 1279 = 21779 daN

OT-
Pour la vérification de la traverse du portique, les moments fléchissants dus aux charges
horizontales devront être amplifiés par le coefficient 1,2.

La vérification locale de l'élément consistera à effectuer une vérification au


flambement du poteau avec une longueur de flambement à noeuds
déplaçables et avec les efforts dans la section la plus sollicitée.

6.8 - Analyse globale élastique au second ordre :


Le calcul au second ordre peut être effectué à l'aide d'une succession de calculs au premier
ordre, en appliquant une charge horizontale au sommet du portique, qui simule les effets du
déplacement horizontal.
Pour cet exemple on obtient les résultats suivants :

cp = cpo + 8/h <p.V H + cp.V 5 Msd Nsd


(rad) (kN) (kN) (cm) (kN.m) (kN)
1/200 2,05 17,05 2,8167 180,831 217,79
0,00969 3,975 18,975 3,1347 186,606 219,23
0±01022 4,192 19,192 3,1705 187,257 219,39
0,01028 4,217 19,217 3,1746 _ 187,332 219,41
0,01029 4,219 19,219 3,175 187,338 219,41

Cinq itérations permettent d'obtenir le résultat avec une précision largement suffisante, les
sollicitations obtenues sont donc les suivantes :

Msd = 1873380 daN.cm


Nsd = 21941 daN

La vérification locale de l'élément consistera à effectuer une vérification au


flambement du poteau avec une longueur de flambement à noeuds fixes et
avec les efforts dans la section la plus sollicitée.