Vous êtes sur la page 1sur 133

r

PRÉFACE DE LA 1re ÉDITION PREMIÈRE PARTIE

RAPPELS THÉORIQUES
Depuis quelques années, les techniciens chargés de l'élaboration ou du contrôle de projets de béton
armé ont connu un véritable bouleversement de leurs habitudes; l'abandon des règlements déterministes,
fondés sur les contraintes admissibles, au profit des règlements dits «semi-probabilistes ", fondés sur la
vérification d'états-limites, est devenu irréversible aujourd'hui. Après la publication, en 1978, du code
modèle CEB-FIp' les deux éditions successives des règles BAEL, en 1980 et 1983, ont porté le coup de
grâce aux règles BA 68 (modifiées en 1970), dont l'utilisation n'est plus permise depuis le 1" janvier 1985,
en vertu du décret du 7 octobre 1983.

Les règlements aux états-limites ont leurs partisans, et aussi leurs détracteurs, mais cette controverse
n'est plus de mise dorénavant, et quelle que soit l'opinion de l'ingénieur sur ce sujet délicat, la loi lui
impose l'application des nouveaux textes.

Or, depuis des décennies, les techniciens des bureaux d'études des entreprises, de l'administration
aussi bien que des bureaux de contrôle faisaient appel, pour le dimensionnement des ouvrages, alnSl que 1
pour l'élaboration et la vérification des notes de calcul, à des aides consistant en manuels d'application, î

l
formulaires ou traités, dont certains étaient de véritables best-sellers, figurant en bonne place dans toutes
les bibliothèques techniques; les citer tous serait une tâche impossible, et pour n'en nommer qu'un seul,
je choisirais volontiers le « Chambaud et Lebelle» si commode d'emploi.
.:
Tous ces ouvrages sont totalement périmés et inutilisables aujourd'hui, et un besoin se faisait jour,
ji
de plus en plus urgent, d'un nouveau guide adapté au règlement actuel.
i\
Henry Thonier s'est attaché à combler cette lacune, en rédigeant l'ouvrage fort complet que constitue l!:
« Le projet de béton armé », et il y a pleinement réussi: sa carrière d'ingénieur de bureau d'études, de
directeur technique d'entreprise et surtout d'enseignant lui a permis de bien connaître les préoccupations
.
des ingénieurs, de cerner leurs besoins, et d'y répondre par un texte qui constitue plus qu'un simple
formulaire. Les rappels théoriques placés en tête de l'ouvrage et les exercices qui en constituent la \
troisième partie permettent de faciliter la compréhension des formules de la deuxième partie, qui découlent
directement du règlement; enfin, la quatrième partie, consacrée essentiellement au dimensionnement, présente
1
un caractère original, directement utilisable, elle sera universellement appréciée dans les bureaux d'études.

Le travail accompli par Henry Thonier est d'une ampleur considérable; son utilité est certaine, et
son succès, d'avance assuré - qu'il en soit remercié.

Roger LACROIX
Président de l'AFPC

Aérogare de Roissy 2 (Doc. Oumez).

2 3
• ._--- -_.~==

---==..

1. GÉNÉRALITÉS - NOTATIONS UNITÉS

1. GÉNÉRALITÉS 1.1. Le béton


- constitué de matériaux abondants: ciment (argilo-calcaire), sable, cailloux, eau,
- bon marché,
- facile à fabriquer et à mettre en œuvre sur chantier par moulage à froid dans un délai maximum de une heure environ,
- bonne résistance aux actions climatiques et intempéries.
- bonne résistance à la compression,
.... - bonne reproduction des caractéristiques de résistance avec une dispersion relativement limitée,
- mais a le défaut de résister assez mal à la traction (10 fois moins qu'à la compression) d'où l'idée de disposer des aciers dans
les zones tendues pour reprendre l'effort de traction = BÉTON ARMÉ.

1.2. Le béton armé


- les deux matériaux n'agissent pas l'un sur l'autre chimiquement,
- le béton est alcalin (basique), car il contient de la chaux qui neutralise les eaux acides ou le COl de l'atmosphère qui
favoriseraient l'oxydation de l'acier: l'acier est passivé par le béton (PH entre Il et 13),
- les deux matériaux ont même coefficient de dilatation thennique et une bonne adhérence l'un sur l'autre.

2. NOTATIONS b = largeur d'une poutre rectangulaire ou de la table d'une poutre en Té.


ho = largeur de la nervure d'une poutre en Té.
c = grosseur du granulat = D.
J = hauteur utile = distance des aciers les plus tendus à la fibre de béton la plus comprimée (du centre de gravité des aciers).
d' = distance de l'acier le plus comprimé à la fibre de béton la plus comprimée (du centre de gravité des aciers).
e = épaisseur de la pàroi creuse de torsion ou excentricité d'application d'une force.
le} = contrainte caractéristique de compression du béton à j jours.
h28 = h) pour j ~ 28 jours.
1. = limite élastique de l'acier.
fj; = contrainte caractéristique de traction du béton à j jours.
1128 =J,) pour j ~ 28 jours.
h = hauteur ou épaisseur totale d'une poutre, dalle ou poteau.
ho = épaisseur de la table de compression d'une poutre en Té.
1 = portée d'une poutre ou dalle.

- - -....::::.;.)L.;~,
- - - .,""~_
, ..
, ,.~_,.",,._~,,"
.. .p .. " . ._~ .. "",'':
i
1
C

n = coefficient d'équivalence = Es/Eh pris conventionnellement égal à 15 en béton anné.


S = espacement d'annatures.
St = espacement d'annatures transversales (cadres. étriers, épingles).
u = périmètre.
v = distance du centre de gravité d'une section de béton à la fibre supérieure.
v' = distance du centre de gravité d'une section de béton à la fibre inférieure.
x = hauteur de la zone de béton comprimé en flexion.
z = bras de levier du couple de flexion.

A, = aire de l'acier le plus tendu d'une section fléchie ou aire totale des aciers d'un poteau.
A; = aire de l'acier le plus comprimé ou le moins tendu d'une poutre fléchie.
At = aire d'un cours d'aciers transversaux (cadres, étriers, épingles).
B = aire de la section brute de béton.
Eb = module d'Young du béton en général (module de déformation longitudinale).
E. = module d'Young instantané du béton à j jours (i pour instantané).
E, = module d'Young de l'acier = 200 ()()() MPa.
1 = moment d'inertie d'une section.
M = moment fléchissant en E.L.S.
M. = moment fléchissant ultime (E.L.U.).
N = effort normal en E.L.S.
N. = effort normal ultime (E.L.U.).
'" T. = moment de torsion ultime (E.L.U.).
V. = effort tranchant ultime (E.L.U.).

P = M/(btF) = moment réduit en MPa en E.L.S.


Bb = déformation du béton par unité de longueur (E.L.S.).
B", = déformation ultime du béton (E.L. U.).
B, = déformation de l'acier en E.L.S.
B~ = déformation ultime de l'acier (E.L.U.).
Tl = coefficient de fissuration.
Il = M,j(btl'G",) = moment réduit d'une section fléchie en E.L.U. (sans dimension).
v = coefficient de Poisson.
~ = x/d = position relative à la fibre neutre d'une section partiellement comprimée.
~I = x/ h = position relative à la fibre neutre d'une section entièrement comprimée.
tU = AJ(bd) = pourcentage d'acier = p,.
ah = contrainte de compression du béton en E.L.S.
ahfj = contrainte de compression du béton en E.L.U.
as = contrainte de l'acier en E.L.S.
am = contrainte de l'acier en E.L.U.
t4 = contrainte d'adhérence.
t., = contrainte de cisaillement ultime.
1/1, = coefficient de scellement.
fi = aire de calcul de la section soumise à la torsion.
f-. --. --_.. .__. ,

3. UNITÉS Les unités utilisées sont obligatoirement celles du système international (SI) à l'exception des valeurs calculées des sections d'acier que
l'on exprimera en cm? (habitude et commodité, correspondant à l'introduction systématique d'un coefficient numérique Hf dans les
formules).

Longueur On notera: 1 MPa = 1 N/mm' = 10 bars = 10.2 kg/cm' = I01.9t/m'


m
Surface 1 m' = 10' cm'
m'
Volume m' Masse spécifique MkJ> SI
Force Mn kN Béton armé 2.5t/m' 24.5 kN/m'
Moment MNm kNm Acier 7.85 t/m' 77 kN/m'
Contrainte MPa kPa

2. SÉCURITÉ> RÉGLEMENTATION
1. mSTORIQUE Règlements français de béton armé: Marché publics Marchés privés
'" Circulaire de 1906
Circulaire de 1934 Règles B.A.45
Circulaire de 1964 Règles B.A.60
Règles C.C.B.A. 68
Règles B.A.E.L. 80
Règles B.A.E.L. 83 puis 91
2. DÉFINITIONS ACTIONS Charges d'exploitation, charges climatiques (vent, neige), charges permanentes, variations
(voir D.C.79) de température, tassements différentiels des appuis, charges accidentelles (séismes,
explosions)
SOLLICITATIONS Moment fléchissant M, effort tranchant V, moment de torsion T, effort normal N
ÉTAT-LIMITE État au~delà duquel l'élément n'assure plus sa fonction
ÉTAT-LIMITE DE SERVICE (ELS) ELS de fissuration, de déformation...
ÉTAT-LIMITE ULTIME (ELU) ELU de résistance. d'équilibre statique, de stabilité de forme, de situation accidentelle
(séisme)

3. MÉTHODE - règlements français jusqu'en 1968


DÉTERMINISTE _ 0".
O"~O"=- - cr = contrainte due aux sollicitations de service non pondérées
Ym - 0- = contrainte admissible du matériau de résistance O"R avec un coefficient de
sécurité 'Ym

1 _.u... ___ 0' ~

.1
4. MÉTHODE
SEMI-
PROBABILISTE
S(I:y.Q,) ., S • ( <:) -
-
S = sollicitation pondérée des charges Q, par les coefficients y,
SR = sollicitation résistante des matériaux de résistance ["" affectée d'un coefficient
de sécurité ym'

5. RÈGLEMENTS Charges nominales Ouvrages d'art Bâtiments (*) En cours de révision


ET NORMES POUR Re"",;que : les actions données dans ces documents
d'exploitation CCT.G.-Fascicule 61 N.F.-P-06-OO1
LES ACfIONS sont des actions DOIIIÏnaleS, alors que les actions
Titres I-II-III
nécessaires au calcul sont des actions caractéris-
climatiques C.C.T.G.-Fascicule 61 N.V.65 (» tiqueS-
Titre IV N.84 Sauf indication contraire:
séisme Règles P.S.69 (*)
température B.A.E.L. + 30"C et -40"C dont ± IO"C
en rapidement variable (module EJ
l Action ~éristique =
Action nominale 1

6. ACTIONS CA- Action caractéristique = Action nominale x ! Charges de pesanteur: NF-P-06-004


RACTÉRISTIQUES
Charges routières sans caractère particulier 1,07 en E.L.U.
1,20 en E.L.s.
Charges de vent des N.V.65 1,20 en E.L. U.
-.J

3. SOLLICITATIONS

1. E.L.S. GIIW[ = actions permanentes défavorables


S(G_ + G",. + Q, + L 'PoQ,)
,>, G min = actions permanentes favorables
1 1 Q, = action variable de base
Q, = auttes actions variables dites actions d'accompagnement
«combiDaisoos rares» = coefficient de valeur de combinaison (voir ci-après)
'Po

2. E.L,U Yo, = coefIicient de l'action de base


S(I,35G_ + G"", + Yo,Q, + L 1,3'PoQ,)
,>, = 1,35 pour les charges d'exploitation étroitement bornées ou
1 1 de ~ère particulier (convois exceptionnels, convois
militaires)
«combinaison fondameatale»
= l,50 dans les autres cas

S(G_ + G ... + FA + 'P,Q, + L 'P,Q,)


,>,
FA action accidentelle (séisme, chocs de bateau, de camions ... )
1 1 'P, = coefIicient de valeur fréquente

«combinaison oœidente11e» 'P, = coefficient de valeur quasi-permanente


~.

3. VALEURS DE 'l'", 3.1. PONTS-ROUTES Nature des charges '1'0 'l', 'l',
'l'" 'l',
Charges d'exploitation sans caractère particulier (*)
- pont de 1ri: classe 0 0,6 0
- pont de 2C classe 0 0,4 0
- pont de 3e classe 0 0,2 0
(*) Valable pour des charges répar_ Vent
ties seulement
- en exploitation 0 0,2 0
- en exécution 1 - -
Température
- variation uniforme 0,6 0,5 0
- gradient thennique 0,5 0,5 0
Charges aléatoires d'exécution 1 - -
3.2. BÂTIMENT Nature des charges '1'0 'l', 'l',
Charges d'exploitation Archives 0,90 0,90 0,80
Annexe de la nonne: Parcs de stationnement 0,90 0,75 0,65
N.F.-P-06-oo1 Salles de réunions
co - à places assises 0,77 0,65 0,40
- à places debouts 0,77 0,75 0,25
Salles d'exposition, halles diverses 0,77 0,65 0,25
Autres locaux 0,77 0,75 0,65
Charges climatiques Vent (W) 0,77 0,20 0
Neige (S.)
- altitude .; 500 ID 0,77 0,15 0
- altitude> 500 m 0,77 0,30 0,10
Température (variations uniformes) 0,60 0,50 0
RellUll'ques: 1. Si altitude : : ; : 500 m: neige et vent incompatibles

> 500 m: prendre vent + ~ neige et si S. > 0,5 kNfm' prendre S. + 0,12(S. - 0,5)
2. Vent W = q, = vent normal des N.V.65 en E.L.S.
= 1,2q, en E.L.U.
3. Coefficient 1,3'1'0 = 1 pour '1'0 = 0,77
4. DégressioD des surcharges de bâtiment: Q = charge avant dégression
Q' = charge aprés dégression
Remplacer : '1'0 par 'l'oQ' fQ
'l', par Min ('l', ; 'l'oQ'fQ)
'l', par Min ('l',; 'l'oQ'fQ)

4. EXEMPLES CHARGES PERMANENTES G CHARGES ROUTIÈRES Q VENT q,


DE PONT-ROUTE Fasc. 61
défavorables favorables S8JJS avec Titre 11
(pont de 1ft classe) caractère caractère
particulier particulier
Io~
E.L.S. En construction Combinaison rare 1 1 1,2 (1) 1 1
En service Combinaison rare 1 1 1,2 1 0
1 1 0 0 1
Combinaison 1 1 0 0 0,2
quasi-pennanente

.
E.L.U. En construction 1 1 1,6 1,3
1,35 (2) 1 1,6 1,3
1 1 1,3 1,5
1,35 1 1,3 1,5
En service Combinaison 1 1 1,6 1,35 0
fondamentale 1,35 1 1,6 1,35 0
1 1 0 0 1,5
<D 1,35 1 0 0 1,5
Combinaison 1 1 0,6 0 0 !
accidentelle 1 0 0 0 0,2

Renuufues : (1) pour les engins de terrassement


(2) le coefficient 1 ou 1,35 doit être le méme pour l'ensemble de l'ouvrage, si la nature de la charge est la méme.

Exemple 1
1,35
A
ou
1,35
A

mais
" ./
1~1,00
L>

~
1,00 =;< 1,00

Exemple 2 f\lur de soutènement ,prendre 1. 35P (poussée)


et 1.000 car de natures différentes.

1
~ ---

5. EXEMPLE Remarques: Charges


DE BÂTIMENT N" du cas Charges Neige Vent qp Séisme
1. Prendre: S, + 0,12 (S, - 0,5) = 1,06 de charge pennanentes G d'exploitation
Q ou Q' S, des N.V.65 FA
Altitude = 600 ID kN/m'
S, = 1 kN/m' 2. Vent q, des N.V.65 à multiplier par
Q' =Q E.L.S. 1 1 1 0,385 0,77 -
1,2 x 1,5 = 1,8 pour l'E.L.U.
Pas de dégression des 2 1 1 0,77
surcharges 3. La valeur en gras représente l'action 0 -
de hase 3 1 0,77 0,385 1 -
4. On a supposé que le bâtiment n'était
pas passible de dégression des charges 4 1 0,77 0 1 -
d'exploitation 5 1 0,77 0,5 0,77 -
6 1 0,77 1 0 -
E.L.U. 7 1,35/1 1,5 1 0 -
8 1,35/1 1,5 0,5 1,2 -
9 1,35/1 1 1,5 0 -
\0 1,35/1 1 0,75 1,2 -
1\ 1,35/1 1 0,5 1,8 -
12 1,35/1 1 0 1,8 -
o
\3 1 0,75 0,1 0 1
14 1 0,65 0,3 0 1
15 1 0,65 0,05 0,24 1

6. ÉQUlLffiRE
STATIQUE Li 21.
§ A.3.3.5 G+1.50 0.9 G
§ B.3.3.1

7. PORTÉE Portée de calcul en Hexion des poutres et dalles (Voir Annales ITBTP, H. Thonier, juin 1987, p. 19.)
1. Éléments sur appuis néoprènes ou appœei/s d'appui: portée entre axes. ,
L R.
~
,
2. Éléments sur mur de IIIIlfOIlMl'Ù: portée entre nns majorée du 1/3 de la somme des largeurs
d'appui. (Éventuellement de la largeor d'appui strictement nécessaire). 'fi
l
~
3. Élénrents liés à leurs S/lpports: ," ,,:'r.

- bâtiments courants sans charge mobile: portée entre nus d'appui


- autres ouvrages: portée entre axe avec écrêtage du moment dû à la réaction d'appui
(moment VaI2). Si l'appui est situé en dessous de l'élément, prise en compte des moments
au droit de l'appui.
-OC -m.

4. LE BÉTON
1. CONSTITUANTS Dosages par ml de béton
Dimension mis en place
des grains
Valeurs extrêmes Valeurs courantes

CIMENT NF-P-15-301 < 2oolJ.IIl 300 à 500 kg 300 à 400 kg Ciments les plus courants C.P.J.45,
C.P.A.55, C.L.K.45
GRANULATS Sable 0/5 mm 300 à 450 litres 400 litres Granulats concassés ou roulés:
NF-P-18-304 5/15 = gravillons
Gravillon 5/20 ou 5/25 mm 700 à 850 litres 800 litres 5/25 = graviers
~0/4O = cailloux

EAU TOTALE (*) - 150 à 250 litres ISO à 200 litres Eau de réseau de distribution ou
analysée
(.) Eau contenue dans les granulats et eau ajoutée. Cette dernière peut varier de 50 à 200 litres.

2. RÉSISTANCE CA- fo = hm - 1,28 s pour fo < 30 MPa (fractile 0,10) lem = moyenne arithmétique des essais
RACTÉRlSTIQUE fo = f .. - 1,64 s pour f,] ;. 30 MPa (fractile 0,05) /cj = contrainte caractéristique à j jours
(à la compression) Voir CCTG-Fascicule 65. s = écart-type

3. CONTRAINTE- Diagramme parabole-rectangle


ü

t
. parabOle; ~ectangle
DÉFORMATION Aire = 17/21 = 0,8095 '" 0,8
fe 60 M,_ 20 MPa
.C de . /6 33 21 99
1 --- -- :6 =98 Xï7 =238

/~
-~----

i~
1

1

1
1
1
......
.. "Yi
f· entre graVIte
= 0,4160 '" 0,4

: 1

a 1 2 3 4 E. b 0/00 a 1 2 3 3,5 4 E:b%o


Diagramme réel Diagramme idéalise Aire Moment statique
re1ative par rapport à l'axe â

pour fo '" 50 MPa Rectangle 3(7 (3(7) x (3/'4) ~ 9198


Parabole (1/3) x (4(7) (8/2\) x (3(7 + 3/8 x 4(7) - 24198
TOTAL 17/2\ 33/98

4. RÉSISTANCES - Résistance caractéristique à la traction: hj


COURANTES J"" MPa 20 [lU [JQJ 3S 40 fu = 0,06 l, + 0,6 MPa
pour j ::s;;; 28 et Je) ::s;;; 60 MPa
fa. MPa 1,8 2,1 2,4 2,7 3,0
- Module d'Yoong instantané: Eij
E", MPa 29860 32160 34180 35980 37620 Eu = 1\ OQIJ' Jh
5. VARIATION DES ,
RÉSISTANCES EN Âge du béton j = 3 7 28 REMARQUES
90 360
FONCI10N DE Jo B.A.E.L. (*)
L'ÂGE DU BÉTON
Jo" 40
h! > 40
0,41
0,71
0,66
0,87
1,0 - (1,1) (*) Jcj == 4,76: 083"
, ~
1028 pour fe28 ~ 40 MPa
1,0 (**)
j
10 Code C.E.B. f" 1,40 + O,95j f028 pour fm > 40 MPa
lj Ciment DOnnaI 0,40 0,65 1,0 1,20 1,35
(**) Seulement pour le calcul de El}
10 Code C.E.B.
cj Ciment H.R.I 0,55 0,75 1,0 1,15 1,20
HRI = haute résistance initiale
/, Code c.E.B.
• Ciment H.R.1. 0,40 0,70 1,0 1,05 1,10

6. AUTRES CARAC- Plage de variation


TÉRISTIQUES Valeur à retenir
Remarque
Masse voluutique Béton non armé: 2,35 à 2,4 tlm' 24,5 kN/m'
Béton armé: 2,37 + 5,4mJ Par simplification, on peut prendre
tus = AsIB 25 kN/m'
~

'" Coefficient de dila-


tation thermique
0,7 à 1,2 x 10-' 10-' C'est le même que pour l'acier:
heureusement!
Perméabilité Très variable en fonction des composants 10-' mis
et du mode d'exécution
Retrait oà 5.10-' France: - Met plusieurs mois ou plusieurs
B.A.E.L.: en 10-' (suivant le climat). années pour atteindre sa valeur
finale
dans l'eau = - 0,6.10-'
~ Est augmenté en climat sec, avec
beaucoup d'eau de mise en œuvre
5 = climat très sec, désert du béton; pour les pièces de
4 = chaud et sec petite dimension, avec un dosage
en ciment élevé.
3 = tempéré sec, 1/4 Sud-Est
2 = humide reste du pays
1,5 = climat très humide
Coefficient de Pois-
son ° à 0,30 - Calcul des sollicitations: v = 0 - Joue un rôle dans les éléments
- Calcul des déformations: utinces: dalles, plaques, coques ...
v = 0,20

'.',;;, ,"-~o ~--=== rtrm

7. ESSAIS Type Description Commentaires Résultats

Résistance à la Éprouvette cylindrique de 200 cm' de - Mesurée à 28 jours en général mais à F


compression section: 3 ou 7 jours si nécessaire crR = B
0= 160 mm '- les éprouvettes rectangulaires donnent
H = 320 mm NF-P-18-40l des résultats de 20 % plus élevés environ
Résistance à la trac- Par flexion sur éprouvette prismatique Donne des résultats trop élevés de 50 à M.v
tion rectangulaire NF-P·18-407 60 % dus à la plastifieation du béton OR = -1-

Par fendage: effort F appliqué sur les Donne des résultats moins çlispersés que 0,55F
génératrices d'éprouvettes cylindriques la méthode précédente cr R = ----;n-
de diamètre d et de longueur 1 (Essai
Brésilien) NF·P-18·408
Consistance du bé- Mesure de l'affaissement en cm d'un - Béton raide ou ferme: 4 à 6 La maniabilité varie en sens
ton frais (essai de « pâté moulé» de béton de 30 cm de - Béton normalement plastique: 6 à 9 inverse de la résistance et dans
maniabilité) hauteur (cône d'Abrams, slump-test) le même sens que la quantité
- Béton mou: 9 à 12 d'eau
- Béton fluide: 12 à 16
- «Soupe)): > 16
Résistance du béton - Carottage d'éprouvettes sur l'élément Cher et peut amoindrir la résistance de
en place étudié l'élément
- Scléromètre: appareil mesurant le Peu précis car' ne mesure que la résistance de la croute, commode pour
rebondissement d'une masselotte apprécier la date de décoffrage par exemple
w
8. ADJUVANTS Type Fonction Utilisation

Accélérateur de Réduit la durée de prise, donc augmente la - Bétonnage par temps froid,
prise température du béton - Pour éviter au béton de geler
Accélérateur de Permet d'obtenir une plus grande résistance dans - Raccourcit le délai de décoffrage
durcissement les premières heures ou premiers jours
Entraîneur d'air (') Facilite la formation des buUes d'air occlus - Donne des, bétons plus isolants et plus résistants au gel
Plastifiant Rend le béton mou sans diminuer sa résistance - Pour améliorer la mise en œuvre du béton
Retardateur de Allonge la durée de prise du béton - Pour les bétonnages de longue durée, évite les reprises de
prise coulage
- Pour les bétonnages en grande masse, limite l'élévation de
température et. donc le retrait thennique
- Pour les bétonnages par temps chaud
Antigel Empêche la formation de cristaux de glace - Bétonnage par temps froid
Hydrofuge de masse Liutite la perméabilité du béton - Pour les ouvrages en contact avec des liquides ou des gaz
Fluidifiant Augmente la maniabilité; le sIump passe de 8 à - Pour les bétons très ferraillés
16 par exemple - Résistances augmentées par diminution de l'eau de gâchage
(1) Effets secondaires des entraîneurs d'air: parement de meilleur aspect. chute de résistance de 10 % environ, plus grande facilité de mise en œuvre,
diminution de l'eau de gâchage (-10 1). Dosage à 0,062 en poids (environ 0,2 kg/ma') --+ 3 % d'air entraîné, donc une masse de béton diminuée de 3 %.
r- =:

9. QUALITÉS Qualité Utilisation


ATTENDUES D'UN Moyens
BON BÉTON Résistance à la compression
- A court tenne - Pour le décoffrage, pour l'application - Utilisation de cim"llt rapide « R», traitement ther-
d'efforts importants très tôt mique, bonne vibration
- A long tenne - Pièces très sollicitées (poteaux par - Utilisation de ciment «55» ou « H.P.» (haute
exemple)
performance), diminution de l'eau de gâchage (faible
rapport E/C: eau/ciment), bonne vibration
Résistance à la traction - Pièces fortement sollicitées à l'effort - Faible rapport E/C, ciment « 55 » ou « H.P. », bonne
tranchant ou à la torsion vibration
- Protection des aciers tendus contre
la corro,sion
Maniabilité - Mise en œuvre facilitée, spécialement - Augmentation du rapport E/C déconseillée car se fait
... dans les pièces très ferraillées où les
vibreurs ont peu d'action
au détriment de la résistance
- Utilisation de plastifiants ou de fluidifiants
Résistance aux agents agressifs. aux - Ouvrages exposés
intempéries, à l'eau de mer, aux eaux - Dosage en ciment élevé, utilisation de ciments
séléniteuses (soufre) spéciaux (CLK), bonne vibration
- Adjuvants: hydrofuge de masse
10. FLUAGE Un élément de béton anné soumis à un effort de compression soutenu, continue
à se déformer dans le temps (quelque mois à quelques années) E:
E:i
3f-c- _ _
La déformation totale vaut environ 3 fois la déformation instantanée.

E:j=1

0
V
temps

5. LES ACIERS
1. CONTRAINTE La contrainte caractéristique est la limite élastique J. garantie par le fabricant. Module d'Young: E, = 200 ()()() MPa.
CARACTÉRISTI-
QUE

2. CONTRAINTE-
DÉFORMATION VS
Vs
R r---- --
f. ,/"i1 f.

J
rupture 1
1 1
\ . palier de 1 1
pLasticité 1 1
1 1
1 1

0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 E:%. 0 f. 1 0 E:~/••


Es
Diagramme réel (exemple) Diagramme cie calcul

'" 3: ACIERS EN Type d'acier Doux et lisse: symbole 0 Dur et à haute adhérence:
BARRES symbole HA
Dénomination Fe E215 (0) Fe E235 (00) Fe E400 (0) Fe E500
Nonnes A.F.N.O.R. N.F. A35-015 N.F. A35-016
Limite élastique J. MPa 215 235 400 500
Résistance à la rupture cr. MPa 330-490 410-490 480 550
Allongement à la rupture % 22 22 14 12
Définition de la limite élastique Hauteur du palier de plasticité Valeur de la cOntrainte entriûnant une
déformation résiduelle de 2 %0 après relâ-
chement de l'effort
Coefficient de scellement 1jt, 1,00 l,50
Coefficient de fissuration 11 1,00 1,60
Liste des diamètres 6 - 8 - 10 - 12 - 14 - 16 - 20 - 25 - 32 - 40
(') Peu utilisé.
(") Ne servent que pour les aciers en attente devant être dépliés et pour les crochets de levage des pièces préfabriquées.
~

4. TREILLIS Type d'acier Lisse (T.S.L.) A haute adhérence (T.S. H.A.)


SOUDÉS Dénomination TE 500 Fe TE 500
Normes A.F.N.O.R. N.F. A35-019, 35-022
Limite élastique (à 0,2 %) 1. MPa 500
Résistance à la rupture MPa 550
Allongement à la rupture 8%
Coefficient de scellement +. 1,0 1,5

Coefficient de fissuration '1 1,0 1,3 pour 0 < 6 mm


1,6 pour 0", 6 mm

Liste des diamètres de 3 à 12 mm avec un pas de 0,5 mm de 4à 12mm avec un pas de 05 mm


14et16mm- '

Diamètre de l'élèment le plus gros en mm


3 à 5,5 6 à 7 7,5 à 9 9,5 à 12 14 et 16
Écarts de diamètre entre élèments assemblés par
soudure en mm 1 1,5 1 2 1 3 1 4 1 6 1

Écartements des aciers en mm 1


75 100 125 150 200 250 300 1

Cl

6. L'ADHÉRENCE ACIER-BÉTON
1. DÉFINITION ADHÉRENCE ~ liaison tangentielle à l'interface acier-béton due au frottement et à l'arc-boutement des bielles de béton

2. ESSAI D'ARRA-
F = effort de traction dans l'acier ~ ~ 0'0-.
CHEMENT
"~4 ["0
-
F
F = effort d'adhérence ~ (n0). f. t,(x) dx

~~
l

cône t.(x) ~ contrainte d'adhérence' réelle


d'arrachement
= valeur moyenne de la contrainte d~adhérence
,valeur
, .€ ,, t8

n , 0-.0
réelle en ELU 40 0-. = n0t/ .... t ~ 4t

" /'
VX''''"'
r-- ---

0
~ELU

~
moyenne

X
B.A.E.L.
en
E.L.U.
t. ~ O,6+'Jas avec f as = O,06f",

cr.t =/e
+ 0,6 MPa
+. = 1 pour les aciers lisses
+. ~ 1,5 pour les aciers à haute adhérence HA

-- . ~

pour une barre de dia- 1 Exemple: Acier HA (+, = 1,5) et f, ~ 500 MPa
3. LONGUEUR
DE SCELLEMENT t, = 01. mètre 0 J'28 ~ 25 MPA -+ J,28 ~ 0,06 X 25 + 0,6 = 2,1 MPa
1
4:r$
1 Béton
DROIT '<, = 0,6 X l,5 2 X 2,1 ~ 2,84 MPa

Si A.:alculé > Amis en pIao: : /, ~0 (4 ;~84 ) ~ 44 0 /,~44 0


Aœl
prendre - x t, 1: 100
~,

Paquets de barres: - 2 barres: périmètre = (2 + n)0 au lieu de 20 donc t.(2) ~ 1,22 t,(l)
_ 3 barres: p = (3 + Tt)0 au lieu de 30 donc t,(3) = l,53 t.(l)

4. LONGUEURDE 14.1. BARRES JOINTIVES


, , 2 cônes imbriqués, opposés et pratiquement de même axe, en équilibre donc:
RECOUVREMENT ~'~f 1" .. ,

l
:. " ... 1
Longueur de recouvrement de barres jointives
1
-
1 f

...,
- F

iV
1.50 1 F = longueur de scellement droit t.

REMARQUE: la transmission de l'effort d'une barre à l'autre se fait par des


0
l
l ",/
'" "
" 1
1 cônes de béton sur 360 autour des barres
~/ " 1
n ,~
L -t. s Ir
1 ,
4.2. BARRES ÉLOIGNÉES: la transmission de l'effort d'une barre à l'autre se fait à travers les bielles de béton à 45", situées dans
le plan des deux barres et non plus dans l'espace comme précédemment.
Longueur de recouvrement = t. +d

REMARQUE: l'équilibre du système montre qu'il y a un effort


F transversal égal à F, dans le plan des barres et que le béton ne peut
t pas reprendre l'effort transversal (problème dans le plan et non pluS
F 1 ~ , , ,
spatial). Il faut donc coudre le recouvrement pour reprendre cet effort F.
--,
d 'l,' / , / F EXCEPTIONS:
/.., / 45° ~
j. (//t// J
/
1) dalles et coques, pas de couture si l'on recouvre moins de 1/3 des
aciers s'ils sont les plus proches de la paroi ou 1/2 s'il y a une nappe
perpendiculaire les séparant de la paroi (§ A-6-1.23)
L D'"
-'l/s L d 1Ir 2) poutres: pas de couture si l'on recouvre moins d'un quart des aciers
1 1 et si t = t,
=1

5. ANCRAGE
COURBE
Courbure ,=> force radiale pds => frottement qds avec dF =- qds

= pds = Fdcx => p = F -dcx = -F


F+dF ((q F
dP
ds ,

~l.!.!.~ d'où

~dS ~
F
dF =- qds =- <ppds =- ,
<p-ds =- <pFdcx

avec <p = coefficient de frottement acier-béton


/j ,
dF = - <pFdex => F = F,e-"
F~~F AjootollS l'adhérenee: dF =- <pFdex - "0 drl, or ds = rdex
d'où dF =- <pFdex - "0r't, dex
"-
dont l'intégrale est X0rt
F = F,e-" - - - (s1 - e-") avec 19 = 0,4
1 19 1

6. GÉNÉRALISA- SueeessiOIlS de courbes et parties droites: on peut généraliser par récurrence sachant
TION qu'à l'extrémité libre, l'effort est nul

i(
00
En courbe En ligne
I.=n F. = "0'<, B,l.1 ) Coeffic. droite de
3 2 I~l A.A2'" Ai de rayon r
longueur t
-",., 1
A e-O,4.z
1
À;IO=-E;
\
Àj$'hr;
0 B
1- e-G.4Œ

0,4
1
J.=t'=i BÀ
Vo 4ts 0 /.. \ A,A2 ... AI
.. '/0
t
0
~ ~ .
EXEMPLE: Détenniner 6 pour que l'ancrage soit équivalent à un scellement droit de 40 0.
Données: 0 = 16 mm, D = 150 mm, , = (D + 0)/2 = 83 mm, ).. = 83/16,
1510
1 ex /!0 A B '/0 I: = 40 = 1,7885 x 5,188 + _6_

@Q D
1
/
1
1
courbe 1
droite 2
"
-
-
6
0,2846
1
1,7885
1
5,188
d'où 6 =
0,2846
2,01 et 60 = 32 mm
0,2846

lA

7. NON-ÉCRASE- CONSÉQUENCE DE L'EFFORT RADIAL p: le béton ne doit pas subir de contrainte de compression excessive.
MENT DU BÉTON
EN COURBE VÉEFlER: avec , = rayon de courbure minimum: , = O,5(D + 0)
D = diamètre du mandrin ~
(§ A-6.1,252) 0,2(1 + ~,. ~)v;';
e, = distance entre la paroi la plus proche et le centre de courbure
(voir remarque 3)
v = (1 + ln)!3 avec n = nombre de lits
REMARQUES: 1) Pour les aciers J. .;; 400 MPa et béton !ûJJ ,. 25 MPa, les mandrins imposés pour les ancrages (Norme N.F.-P-02-
016) ne nécessitent pas de vérification spéciale
2) Si toutes les armatures de traction sont courbes ou pour les recouvrements du type de la figure ci-dessous, on doit
vérifier:
,
-;;,
0-'
ln
035 ( 1 + -
b!"
v-J. 0) a
avec n = nombre de barres d'un même lit
b = largeur de l'é1èment
3) On a intérêt à incliner les crochets vers l'intérieur du béton pour augmenter er

CD 8. ENTRAINEMENT Phénoméne de glissement empêché par l'adhérence lors de la transmission de l'effort longitudinal entre l'acier et le béton.
(§ A-6,13)
Voir le chapitre Flexion: variation d'effort longitudinal = d(~z) = :;. doit être inférieur à T. x périmètre u

POUR UNE BARRE (i) D'UN PAQUET: on vérifiera:


(valable pour une barre isolée)
V. 1 A.
0,,9d 1t0i As ~ t. = V Ij
j, Type d'acier
"',
acier lisse 1
acier HA 1,5
A• = 4
"01 et A, = section
' du paquet

9. CADRES
,,
~1S0,

0 0
ÉPINGLES

~
~
ÉTRIERS
~
Codre
C
Epingle Etr;er
convenablement ancré si

flf~ ...
-- -
~

10. COEFFICIENT
D'ÉQUIVALENCE
ADHÉRENCE acier-béton ~ que l'acier et le béton qui l'entoure, ont même E = ~
cr, Gb- Es
donc S= - = &" = - ..... cr = - X ,Ob
'E, Eb ' Eb

POSONS: 1 n =:: 1 une section d'acier A, est équivalente à une section de béton nA,

- pour des déformations instantanées, n varie de 5 à 7


- pour des déformations différées, n varie de 15 à 21
- valeur retenue par le B.A.E.L.: 1 n = 15 1

11. RECOUVREMENT En zone comprimée, le BAEL prescrit une longueur de scellement et de recouvrement égale à
EN ZONE
COMPRIMEE 1; = 0,6 l, Soit ~ pour un béton 10" = 25 MPa et un acier 10 = 400 MPa
--_. -_.

7. FLEXION SIMPLE. E.L.S.


1. HYPOTHÈSES 1° Une section plane reste plane après déformation et perpendiculaire à la ligne moyenne de la poutre: hypothèse de Navier-Bernoulli.
'"o FONDAMENTALES 2° Les contraintes sont proportionnelles aux déformations (domaine élastique): loi de Hooke.
3° Non-glissement de l'acier par rapport au béton qui l'entoure grâce à l'adhérence.
4° Non-prise en compte du béton tendu, qui risque d'être fissuré.
5° Les aciers sont supposés concentrés en leur centre de gravité si l'erreur commise sur la déformation ne dépasse pas 15 %.

2. CONTRAINTES En état-limite de service, on doit vérifier que la contrainte:


ADMISSIBLES - du béton ne dépasse pas O,6J;} O"b ~ Crb = O,6lcJ

En effet, à partir d'une valeur égale à O,5};J ou O,6};;. on quitte le domaine élastique et on rentre dans le domaine élasto-plastique des
plus grandes défonnations
- de l'acier ne dépasse pas:

) • "" [,." Mm (~ f.' "-,,J,,) J~ ",,",00 - .,.illci~k


(Js ~ crs
• Max [250; Min (~ 10; 1l0YTJJ;j)] en fissuration préjudiciable
• Non-limité en fissuration jugée peu préjudiciable
AVEC: J. = limite élastique de l'acier
11 = coefficient de fissuration = 1 pour les aciers lisses
1,6 pour les aciers à haute adhérence en barres ou pour les treillis soudés de diamètre ~ 6 mm
1,3 pour les aciers à haute adhérence des treillis soudés de diamètres < 6 mm

'.~'"C- ,.~ .. ''''_"'~_ '~

".... +' . . . n n.,." nTi>ll1till'1~hlP.

3. VÉRIFICATION

20 25 JU JJ 40 45 50
!c28 =

~<
En fissuration peu préjudiciable
1,91 2,68 3,51 4,37 5,26 6,17 7,10
pour une section rectangulaire
bd'
et 10 = 500 MPA
(Tb < 0,6 Ic28 si:
---
lOOA, ""
bd
0,68 0,98 1,31 1,66 2,21 2,41 2,81

(Ces valeurs supposent que MELU/MELS ~ 1,35.) Pour plus de détails, voir Annexe 1.

La vérification exacte des contraintes sera faite d'après les méthodes exposées ci-après.

4. SECTION
QUELCONQUE
DOMAINE ÉLASTIQUE dS = b(y) dy

0" = (Jb~
X
F,=
ro x
cr, cr,
-b(y)ydY=-I1,
. x
avec J.1b = moment statique du béton comprimé
cr, par rapport à l'axe neutre (où cr = 0)
f b(y) ~ rrb dF, = cr dS = - b(y)y dy
'"
~

+-tc?-
1

..Jo- - --.A
"
,--I---}-- ----
1

1
-~fdY :x:
U
x - d
O"s = na,,--x-
x

x - d'
- de même

Fs = Asas
a"
= --; (x

cr, ,
- d)nAs
ab
= --; ~s

~dS -~ ..Jl~
= -~5
d 1 _ - -= neutre
a; = na,,--
x
______________________
F', = A;O"; X
_______________________________
~
~
, _As J U./n Effort extérieur N = F, + F, + F; = 0 en flexion simple d'où

+ __~~-=-==___ Il,+11,+11;=0 1 (1)

ce qui signifie que l'axe neutre (cr = 0) passe par le centre de gravité de
l'ensemble Béton comprimé + Acier

Moment extérieur M = Mb + M. + M; avec


REMARQUE: L'équation (2) est la formule bien M, =
connue de laR eSlstance
" d
esM "
atenaux: ab = Mx
-1-
M = F (x - ti) = cr, 1
$ '
r cr,
- b(y)" dy
o x

X S
cr,
= -·1,
x
et M' = cr, l'
$ x'

d'où 1 M= ~1 1 (2) avec 1 = l, + l, + 1; (3)


-
-=1
--~

5. POUTRE EN TE AXE NEUTRE supposé dans la nervure; x < II.

," b
(1) _ b; - (b - bol (x ~ 11.)' + nA;(x - d') + nA,(x - dl = °
1

L As
,. ---t''Pj
-- ho-
__ ._ -f- a:x;~ neutre
f

1- :x; d
équation du 2e degré en x, ordonnée en:

bo ~
,
+ [nA, + nA; + (b

L'inconnue x est détenninée à partir de (4) d'où


- bo)hJx - nA,d - nA',d' - (b - bo) ih' = ° (4) :

.-
As
--------,~ l'inertie , =
bx'
"3 - (b - bo)
(x -
3
11.)3
+ nA,(d - x)' + nA;(d' - x)'

,~ ,~ bo et les contraintes:

Oh
Mx
= -,-
(x - dl
cr = n M - -
' , ,_ M (x - d')
(J~ -n 1

6. SECTION CAS COURANT: sans acier comprimé. bx'


RECTANGULAIRE Les équations pn!cédentes, pour b = ho et 11.. = °
deviennent:
-+nA,x-nA,d=O
2
(5)
,
bx'
, = - + nA,(d - x)' (6)
3 i
N

,
N
Mx cr = - nM (d - x)
ab = -,- et ,

REMARQUE: Pour une poutre en Té avec axe neutre dans la table, on est ramené à une section rectangulaire bd, car le béton tendu
est négligé.

7. EXEMPLE 1

Cotes en mm. suivant


920
ij}J?OO 1 .800 .. 1

A, ~
f. = ~ M~
5HA25
= 24,54 cm'
(4) - 0,32'
x'

0,15x' + 0,13682x - 0,04387 =


dont la racine est
+ (0,03682 + 0,5 x 0,2)x - 0,03682 x 0,92 - 0,5 x

°
0,2'
2 = °
As 15A, = 0,03682 m'
NF-P-02.005 x = 0,2514 m > II. = 0,20 m
- M = 0,49 MNm i
et
de juin 1986 W • fissuration peu préjlldi- x' (x - 0,2)3
300 ciable 1 = 0,83" - 0,5 3 + 0,03682(0,92 - x'f 1

, = 0,02067 m'
d'où
Mx 0,49 x 0,2514 _
cr, = -,- = 0,02067 = 5,96 MPa < cr, = 0,6 x 25 = 15 MPa C.Q.E.V.

= 15M(d - x) = 15 x 0,49(0,92 - 0,2514) = 2377 MPa


cr" 0,02067 '
- - - - _. '---- . _ - - - - - - - - _... _ - - -

_""".,'~' "."",."_,,,,,,,,,,""'_ = ,·",·. zt" ml.li j -"",'

(4) _ 0,15x' + 0,1215x - 0,02976 = 0- x = 0,197 < ho = 0,20 m


Même section avec M = 0,28 MNm
8. EXEMPLE l A, = 2HA20 + 4HAI6 donc l'axe neutre est dans la table d'où par (5);
= 14,32cm'
15 A, = 0,02148 m'
0,8x'
-2- + 15A,x - 15A,d = °- x = 0,197 m
b 0,28 x 0,197
• fissuration préjudiciable , = :3 x' + 15A,(d - x)' = 0,013267 m' - cr, = 0,0\3267
= 4,16 < cr, = 15 MPa
0'.• = 15 X 0,28(0,92 - 0,197)/0,013267 = 228,9 MPa < 250

9. EXEMPLE 3
M = 0,28 MNm
A, = 2HA20 + 4HAI6
(5) _ °i3 x' + 15 x 14,32 x 10-' x - 15 x 14,32 x 10-' x 0,92
°
.....----tl -.f- = 14,32 cm' 0,15x' + 0,02148x - 0,019762 = °- x = 0,2984 m
• fissuration peu préjudi-
920 ciable (6) _ , = 0;3 x' + 15 x 14,32 x 10-' (0,92 - x)' = 0,010957 m'
• béton le" = 25 MPa
Mx
:..:..1+ • acier j, = 500 MPa cr, = -,- = 7,62 MPa < a, = 15 MPa

1 300 1 cr, = 15M(~ - x) = 238,3 MPa


.... (
N
W
1
Moment par rapport aux aciers tendus = Moment extérieur
10. DÉTEllMlNA-
nON DES ACIERS
SECl10N RECfANGULAIRE F, = 2 cr,bx 1
F,z=M-M=-cr,bX ( d-- =1-cr,- - - b x d-- x) x ( x)
/G'b F, = Ap, 2 3 215 d - x 3

-~1~~-..t­
équation du 3e degré en x à résoudre par approximations successives
z = d- ".

~ +/ If -
3 en posant:
cr, X M x
Iz crb= - x - -
15 d- x
p=- ,,=-
bd' d
As
.- -t.ur~~~-~ pour cr, = 0",
d'où
A_O"' 2 3 - 1X
,- 90p
cr, ~
3-
1 (7)
et IX - IX
"(
1. b ,Lr ... - - I X - -
90 1-"
Puis
1 1 cr, bx'
F, = F, = A,a, = 2cr,bx= 21s x d - x

~
cr,
et cr, = -"
1sI=Π1
d'où 1 A, = bd
30 1-" 1
--r-. ~

Il. EXEMPLE Données: b = 0,30 m


Calcul de As et (Jb M _ 0,235 = 0,926 Cl = 0,4
de départ par exemple -+ '" = 0,2773
d = 0,92 m Résultats: /3 = bd ' - 0,3 X 0,92'

GJ M = 0,235MNm
-
0", = 250 MPa
h28 = 25 MPa
Fissuration préjudiciable
99/3 = 0,3334
0",

bd = 0,0092
30
,,= ) 0,3334 31-

As =_1 .~
bd 301-",
_ '"
-+ 0,2974 -+ 0,2943 -+ '" = 0,2948 -+ 0,2947

A, = 0,0092 X 10' X 1 ~'~~;;47 = 11,33 cm'

= 250 0,2947 697 MP < - = 15 MP


O"b 15 1 _ 0,2947 ' a O"b a
12. POUTRE EN TÉ 1 DÉTERMINATION DES
ACIERS CF b =-"
0" . -'" - On calcule 0: par approximations successives
15 1 - '"
x M )90" 1-", 1-"1
Posons: '" = d; /3 = bd' '" = =.tC. _ _ + - - ('" -
CYs 3- Cl 3- 0'.
"l])' (3 - '" - 2"l])
ho. _ ho vérifier que a > 11 (sinon section 0)
"l]="d' "1- b
bd
A, = [",' - (1 - "1) ('" - "l])']
30(1-",)
13. POUTRE EN TÉ 1 MÉTHODE APPROCHÉE

~2)0",
iW
EXEMPLE: fissuration très préjudiciable
ho
z=d-- 1 A, = (d - 1 M=0,49 MNm
2
M
z = 0,92 - 0,1 = 0,82 m
N
As = -_-
zO", A, 0,49 X J04 = 29,88 cm'
~
0,82 X 200 u30

8. FLEXION COMPOSÉE. E.L.S.


1. SECTION l.l SECTION QUELCONQUE
ENTIÈREMENT N Mv S et 1 étant l'aire et le moment d'inertie de la section brute de béton et
cr=-±- de 15 fois la section d'acier
COMPRIMÉE S 1

1.2. SECTION RECTANGULAIRE G = centre de gravité de la section homogénéisée, situé à une distance v de la fibre supérieure.
, --
,
As·--- - d. '-
t---
b:
1
S = bh + 15(A, + A;)

+ 15(A,d + A;d')
1 = b:' + 15(A,d' + A;d") - Sv'
v N Mv N M(h - v)
d G x--- - --- 1'- h
v= abl = S + -l- et O'b2 = S-
S 1
v' = 15(~ _ M(d - V)) 15(~
' -- - --.
As
--, --
0'$ S 1 et a' =
' S
+ M(v- d')
1
1
1
b
\
i .,..c

EXEMPLE: b = 0,30 m d = 0,55 m S = 0,3 x 0,6 + 15(9,42 + 9,42) x 10-' = 0,20826 m'
h=O,60m d'=0,05m 0,062478
v = 0,20826
0,3 (par symétrie = h/2)
A, = A; = 3HA20 = 9,42 cm'
M = 0,1\ MNm 1 = 0,3 ~ 0,6' + 15 x 10-' x 9,42(0,55' + 0,05') - 0,20826 x 0,3' = 0,007166 m'
N = 1,14 MN
h28 = 25 MPa 1,14 0,1\ x 0,3 _
abl = 020826
, + 0007166
, = 5,47 + 4,60 = 10,07 MPa < a, = 15 MPa
J, = 500 MPa
• fissuration préjudiciable 0,11 x 0,3
a., = 5,47 - 0,007166' = 0,87 MPa > 0
hj = 2,1 "l] = 1,6-+ 0-, = 250 MPa
= 15 x 547 - 15 x 0,1\(0,55 - 0,3) = 820 - 576 = 244 MPa
CI, , 0,007166 " ,
0": = 82,0 + 57,6 = 139,6 MPa<o-, = 250 MPa

N Mv
2. SECTION 2.1. VERIFICATION DES CONTRAINTES: a =S ± -1- avec S=A,+A, et 1 = A,vl + A,vj

N
'"
ENTIÈREMENT
TENDUE
(sectioo quelconque)
N A,
.- --- --- -
G, centre de gravité des aciers est tel que: ..!l =
V2
~
AI
pour N situé entre AI et Az

t-
1
V1
d'où 1 = A,v,(v, + v,) = A,v,z et -1
v,
= A,z - = A1z
v,
Z
I--~)(---t-c
M > 0 s'il comprime la fibre supérieure

.-
soit N M
Vl 0'1 = +- N < 0 pour une traction
Ai>. A, + A, A,z
-- --- - M = moment = N, li
N M
0'2 =
A, + A, A.z
2.2. DÉTERMINATION DES ACIERS: Solution économique si 0"1 = 0"2 = (Toi
N situé entre Al et A2
Nd,
= - -_-

(Jl1
A,
Équilibre des forces: A, 0-, + A,o-, =- N ~ a"
Équilibre des moments: Aldi as - A 2d2 .as = 0 Nd,
A, = - -_-
A2 d2
.- -- -- - a"
=-
~;:;;c;;::;;:;;~

~ _O'~,~2
EXEMPLE: N =0,42 MN DétemùDation des aciers: e = = = - 0,1428 m
M=O,06 MNm
jA;--L
- t50 a, = 250 MPa d'où
• fissuration d, = :2h - e - 0,05 = 0,30 + 0,1428 - 0,05 = 0,3928 m
préjudiciable
500 d, = z - d, = 0,1072 m avec z = 0,50 m
soit:
A, 0,42 x 0,1072 x 10' = 3,60 cm'
At. - t.::-.::t.iO 250 X 0,5

A, 0,42 X 0,3928 X 10' = 13,20 cm'


250 X 0,5

3. SECTION 3.1. VÉRIFlCATION DFS CONfRAlNTES. Pour éliminer l'inconnue ab' prenons le moment du béton
PARTIELLEMENT SECTION EN TE comprimé et des aciers par rapport au point d'application de
COMPRIMÉE L b l Ûb la force extérieure N.
l l 0 =x - c. Sur la figure c est positif
-thol
·,r--· i
.,
As
------tta;f--- cr,--&---
i --- - x--- C N
Posons y

(JI = ~
Vb X -- -
X
ho
d -1---1------ -- ----- - L
N
cr>
Rectangle bx: effort résistant du béton:
us/15 2
ab bx =}x ab = ~ + C)2~
--n ut -~=- t ------7--'-
1 I---------.J.- ----+-
2 2 x x 2

1 bo 1 +Ic
,
L Ir
...

&rivons le moment I:FÎ>-, = 0


Bras de levier par rapport au point d'appli-
de cet effort cation de la force extérieure N
Surface Effort résistant par rapport
d'application du béton F, d'où l'équation du 3' degré
au point d'application ordonnée en y:
de la force N: À;
y'+py+q=O
a,b x 2e - y
Rectangle bx ~:2(y + e)' c--=--
3 3

Rectangle (b - bo)(x - ho) a, (b - bo) (y + e _ ho)' 2e-2h,,-y


- x 2 3

Aciers comprimés A~ - ab .15A:CY + c - d') c - d'


x

ï" >"
~.I
Aciers tendus A,

,'~'"'"""_~
x
, ,_ '-
ab .15A,(y + c - d)

F ,_. ..,,4.
c- d

p
3b +3 (b)
= __ c' - - 1 (c - hor +- 90A, (d - e) +- 90A; (d' - e)
Av"" ho ho ho ho

q = - 2b
_ e' + 2 (b)
- - 1 (e - ho)' - 90A,
- (d - ct - -90A; (d' - e)'
~ ~ ~ ~

Nx
La racine y donne x =y +c et :EFi = N soit
= r
a,
b0 '2 + T
b- b
(2x - ho)ho - 15A,(d - x) - 15A;(d' - x)

et les contraintes des aciers par d-x cr', = 15 a,--


x - d'
Us = 15 ab-- x
x

On trouve p ~ - 4,9275 et q = 2,02321


EXEMPLE: N = 0,38 MN M = 0,80 MNm
+ 2,02321 = 0
j;,. = 25 MPà e = 0,46 - ~~8
, = - 1,6453 m d'où l'équation y3 _ 4,9275y

de racine y = 1,9757 m

soit x = y + c ~ 0,3304 m et ab = 14,8 MPa < ab = 15 MPa

et a, ~ 350 MPa

~
y= [-~+ [(~)' +(H]+r +[-~- [(~)' +(Hn
On peut résoudre l'équation l + py + q par approximations successives de
8~)M y= \1_ py - q en partant de la valeur y = 1- c. On trouve, ici, à partir de

y = 0,31 + 1,6453 ~ 1,9553 m


5HA25~
y ~ 1,8256 --+ 1,9105 --+ 1,9486 --+ 1,964 --+ 1,9709 --+ 1,9737 --+ 1,9750 --+ 1,9755
1 300

,,--- .•
1 --+ 1,9757 --+ 1,9759 --+ 1,9758 --+ 1,9758

3.2. VÉRIFlCATION DFS CONTRAINTES. SECTION RECTANGULAIRE


En écrivant b = ho et ho = 0 dans les équations précédentes, on trouve:
d'~-~n-.A's1 f- p = - 3ç-' + -9OA, (d - e) + 90A;
- (d , - c)
b b
d q= ~ 2e' _ 9OA, (d _ e)' _ 90A; (d' _ ej'
b b
AS. __ I-_~ y' ++
py q = 0 ... y'" x = y e +
+-
Nx
CJb·'- b 2

,
L
b •
..
15A,(d - x) - 15A;(d' - x)
~-"C-~-
~ ~~_~ _ _
.

3.3. DtTERMINATION DES ACIERS. SECDON RECrANGVLAIRE.

::'~_~ :_1 :'_~~ _~ ____ "


d h

~-1--+-t~---
As ' __=_
1 b 1
,•, ~ flexion
simple
effort
de compression
G"s /15

au niveau des aciers


EXEMPLE 1
M
.. =-+ ( d--h) =-+(065-035)=170m
0,21
Données: M = 0,21 MNm N = 0,15 MN N 2 0,15 ' , ,
b=0,4 m d=0,65 m h=0,7 m Ml = "N = 1,7 x 0,15 = 0,255 MNm
cr, = 250 MPa t" = 25 MPA Flexion simple: Ml = 0,255 MNm
Fissuration préjudiciable
'"00 Tableaux ou approximations successives de Cl =
I90M 1 1 - a
--x--
btfa, 3 - Il
--+ '" = 0,3624 --+ z= d (1- ~) = 0,5715 m

A = 0,255/0,5715 - 0,15 x 10' = 11 85 cm'


'250 '

cr, = ~ X -"'- = 9,47 MPa < cr, = 15 MPa


15 1 -a
EXEMPLE 2
À = 0,12
0,50 + 0,30 = 0,54 m --+ Ml = 0,27 MNm --+ a = 0,3710 --+ z = d ( 1 -"3 = 0,5696 m a)
Mêmes données avec:
N = 0,50 MN A, = 0,27/0,5696 - 0,50 X 104 = - 1,04 cm' donc pas d'acier nécessaire car le béton peut reprendre à lui
250
M = 0,12 MNm seul les sollicitations appliquées.

~~=-f~~
x h M
-3 = 2- - -N = 035
' - 024
" = ° , m <h
Il m .... x = 033

2N 2xO,5 _
N = 0,5 bxa, a, = bx = 0,4 x 0,33 = 7,58 MPa < a,

etIA,=OI

r--

9. FLEXION SIMPLE OU COMPOSÉE EN E.L.U.


1. HYPOTHÈSES 1.1. Les mêmes que pour l'E.L.S., à l'exception des relations contraintes-déformations qui ne sont plus linéaires mais élasto-plastiques
FONDAMENTALES (voir chap. BETON et ACIER ci-avant).
1.2. Les limites autorisées pour les déformations sont:
10%0 en traction pour l'acier,
2%0 en compression pure pour le béton,
3,5%0 en compression de flexIon pour le béton.

2. DIAGRAMME De la traction pure des aciers (- 10%0) à la compression pure du béton (2%0), en passant par la flexion (3,5%0), la section plane prend
DES 3 PIVOTS toutes les positions entre 00' (repos), AA' (traction pure) et BB' (compression pure).
A 0 B C

------ 1
1
1
1
1
1
1 3 1
'1
'"
C&J
--- ------- -+
1

--- _..1
1>: 0' B'
-10%. 0%0 2%0 3,5%0

PIVOT 1 = rupture par l'acier = section partiellement ou entièrement tendue = flexion composée de traction, flexion simple, flexion
composée de compression (avec N faible).
PIVOT 2 = rupture par le béton = section partiellement tendue = flexion simple (fortes valeurs de M), flexion composée de compression.
PIVOT 3 = rupture par le béton = section entièrement comprimée = flexion composée de compression, compression simple.

3. SECTION ENTIÈ- - L'effort extérieur N~ doit avoir son point d'application situé entre les aciers, sinon il n'y aurait
REMENT TENDUE, pas de traction dans les deux aciers.
DÉTERMINATION - N" est situé au barycentre de Ap$ et A;a; avec
DES ACIERS
VI AsO"s + A;a; + N" = 0
111 Nu
vl.... - La solution la plus économique correspond à as = 0'; = .&y,

d'où
_
A' =
s
- v2 N "
_a ...(vi + V2~
A = - VIN"
~$..(VI+~
0'.111
f.
=-
y, N. <
'--
°
-----
F :l
.,~~

4. SECTION PAR-
TIELLEMENT TEN- 4.1. SUPPOSONS &, =- 10%0 et &, = 3,5%. d'où é, = ~ = &... = 3,5 _ 7 -
DUE EN FLEXION d &"" + &w . 3,5 + \0 - 27 - 0,2593
SIMPLE Diagramme des contraintes: Diagramme des contraintes:
SECTION RECTANGULAIRE parabole-rectangle rectangulaire simplifié

l b l béton '5·'''' ,.-

~~(l~J'~~"-~~ '~'-'-'~ ~~----- --~~f"


V///4
A: __ +_ ~ ___ .:~=-=-~.~. _+ ----1 _ _ _ _ _ +-
----Jz-- --~- ___ -4j- _ _ _ _ _

w Résultante de compression (F,) du béton comprimé (voir ci-I F _ 17 b F, = 0,8bxo""


o dessus p. Il) , - 21 xo""

Bras de levier (z) du moment résistant 99 z = d - 0,4x


~x
z = d - 238

Équilibre des moments M, = M. = F,.z (équation du 2' degré 17 ( d - 238


99) M, = 0,8bxo",,(d - 0,4x)
en x) M, = 21bxo"" x

x Racine ç de l'équation ci-dessus é, = 1,25(1 - ~)


Posons: é, = d =.!.!2( - JI _ 594 )
é, 99 1 289~
M,
et ~ = bd'o...
d'où le bras de levier z
~é,) z = d(1 - 0,4é,)
z

z
= d(1 -

= 0,5d(1 +
238

JI -;::~) z = 0,5d(1 + F)
REMARQUE: La différence sur la valeur de z calculée par les deux méthodes, pour é, = 7/27, ne dépasse pas 0,47 %.

'r
\
DÉTERMINATION DES ACIERS:
= l!..
c:'=[ \ avec 0",..
y,
car 1&,1 = 10%0

4.2. CAS DU PIVOT 1: " < 3,5%.

Position relative
Position de la résultante
Raccourcissement relative Diagramme Coefficient de de compression Bras de
du béton de la fibre des contraintes remplissage a du béton levier z
neutre par rapport à la
fibre supérieure é,'

1 5é,(3 - 8é,) 4 - 9é,


0<&,<2%0 0<é,<6 parabolique partiel a. é,' = 4(3 8é,) z = d(1 - é,é,')
3(1 - é,)'

1 7 parabolique total 16é, - 1 é,' = 1 - 22é, + l7lé,'


2~ Eb ~ 3,5%0 6"é,"27
+ rectangulaire a. = 15é, 20é,(16é, - 1) z = d(1 - é,é,')
partiel

. . . d 0,85 fo e
M = moment du béton compnme par rapport aux aCIers ten us avec ab" = -e-- avec 0,85 si charges plus de 24 heures
~ ~ 0,9 entre 1 h et 24 h
N = N. = CY.~bda,. --> v = -bd = CY.~ 1,0 si durée inférieure à 1 h
w a,. _ M. Yb = 1,5 en général
~

M = M. = a.é,(1 - é,é,')bd'o,. = ~d'o,. avec ~ - ~-


0,. ~ = a.é,(1 - é,é,')

COMPARAISON entre z calculé par le diagramme exact (parabole-rectangle plus ou moins partiel) et z calculé par le diagramme
rectangulaire simplifié.

Comme A$ = Mil, le rapport des sections d'acier trouvées par les deux méthodes est égal à zdz pour un même
zo,
moment M = M] :

Diagramme parabole-rectangle partiel Diagramme rectangulaire simplifié

é, ~ z ~,= ~ z, z.lz

0,04 0,00765 0,9864 0,00765 0,9962 1,0099


0,08 0,02891 0,9722 0,02891 0,9853 1,0135
0,12 0,06051 0,9578 0,06051 0,9688 1,0122
1/6 0,10417 0,9375 0,10417 0,9449 1,0079
0,20 0,13520 0,9218 0,13520 0,9271 1,0057
0,23 0,16205 0,9070 0,16205 0,9111 1,0045
7/27 0,18724 0,8922 0,18724 0,8954 1,0037

On constate que l'erreur faite sur la section d'acier, en utilisant le diagramme rectangulaire simplifié, n'excède pas 1,35 %.
r -=
..~

4.3. CAS DU PIVOT 2: Eo. 0;= 3,5%0


CAS ou• I
E,I !
>E. -+ cr, ~ - et
!. 1; ~ Eo. '"
3,5
1 OOO!. ~
7 !. ~ 1;0 car E, ~ 200 000 MPa
Ys s Y. Ebu + Em 35 + __, 7 + _,_
'YsEs lOOYs
donc 1; '" 1;0 -+ l' '" 110 ~ 0,81;0(1 - 0,41;0)

• CAS ou. I
Es l<!E
. - crs = Es Es avec Es = -3,5 1 1;
- . - - car Eb = 3,5%0
y, , 1 000 1;

EN RÉSUMÉ:

PIVOT 2 ~ ~ ~ l' > 110 !.


Ys = 1,15
1; 215 , 235 400 500
1,25(1- ~)
~

z ~

0,5d(1 +~) 1;0 0,789 0,774 0,668 0,617

!. 1 - 1; 110 0,432 0,427 0,392 0,372


crw ~ - 700--
y, 1;
_ 44 x J, + 483
w l'. - 6 (J. + 805)'
" M.
A, ~

ZGw

4.4. CAS DU PIVOT 3: On ne peut plus faire l'assimilation du diagramme parabole-rectangle à un diagramme rectangulaire simplifié
car J'influence de la parabole tronquée est très variable: le coefficient de remplissage varie de 17/21 à 1, alors
qu'il est constant et égal à 0,8 en diagramme' rectangulaire.

r-L.~5~/~...., POSONS: <x, ~ coefficient de remplissage (17/21


, 1 ,r - - - - - ,, à 1)
'{Eb1 1
:{'ûbU l ç; =position relative de la résultante
-~ .---- ---ter :::::-
A's
-- '
--- . . Eï 3 1 - de compression du béton par rapport à
la fibre supérieure.
(2%, 7 h x
h _._.- Jlivot 3
._.--r-;- .- .. 1;, ~ h" 1

:x;t--- ;" -~
.~

-r-
.---
As
----- -_ ..
----- 1 J 1 /
ON TROUVE:
<X,
64
~ 1 - 21(71;, _ 3)'

1;' - 3(491;, - 37)(491;, - 5)


,
\ b ,
'1 , 1 Eb2 ' 11
, 1 1 ' - 14(21(71;, - 3)' 64)
/
1 1 1 1

__ ..1'.'1 _________ __ '/


y
,

..

.~
~" . "~

-'~'.""""""",'.
f""~;
f

- L'effort résistant du béton vaut: F b = Œ1bhcrlN'


- La distance de son point d'application à la fibre supérieure la plus comprimée = I;ih.
- Par des règles de trois, on trouve les raccourcissements du 141;, ' _ 14(1;, - d'Ih) %0
béton et des aciers. SM ~ 71;, _ 3 %0 E, - 71;, - 3
- Moment résistant par rapport aux aciers tendus:
Mb = a, (1 - ~;) bh'cr••. _ 14(1;, - 1) %0 _ 14(1;, - dlh) %0
- Par rapport à la fibre la plus comprimée: al §; bh 2
(]'bu.
E" - 71;, - 3 s, - 71;, - 3

Raccourcissement du béton en %0 Distance de' la résultante


Coefficient
de compression du béton
x Maximum Minimum de remplissage à la fibre la plus comprimée
1;, ~ -
h
141;, 14(1;, 1)
71;, - 3 71;, - 3 <x, 1;;

1 3,5000 0 0,8095 0,4160


1,25 3,0435 0,6087 0,9078 0,4637
1,50 2,8000 0,9333 0,9458 0,4795
1,75 2,6486 1,1351 0,9644 0,4868
2 2,5455 1,2727 0,9748 0,4908
w 2,5 2,4138 1,4483 0,9855 0,4947
w
3 2,3333 1,5556 0,9906 0,4966
5 2,1875 1,7500 0,9970 0,4989
10 2,0896 1,8806 0,9993 0,4998
00 2,0000 2,0000 1,0000 0,5000

5. ACIERS • Rarement utilisés car obligation de les maintenir par des cadres espacés de moins de 15 fois leur diamètre pour éviter tout risque de
COMPRIMÉs flambement.
Section • Peuvent être nécessaires lorsque: - la section de béton est insuffisante,
rectangnlaife. - la section est très sollicitée.
• On utilisera de préférence la méthode qui donne la quantité d'acier total (As + A;) minimum (voir Traité de Béton Armé,
chap. XIV 2-4). Le béton seul reprendra un moment M lim et les aciers devront reprendre la différence M lI - M 1im avec M 1im = }llim btP crIN'

Valeurs de }llim !. ~ 215 MPa !. = 235 !. ~ 400 !. ~ 500


6, > 0,22 > 0,22 0,12 0,003
Si 6 ~ d'Id < 60 Iltim ~ 0,2256 + 0,365
Voir
Si 6 = d'Id" 60 - - 0.392 0.372 Annexe 5
~
--------

-=
~-

- ----- - - - - - - - - - - -
--
~ __c~
----

6. EXEMPLE 1: SECOON ENI1ÈREMENT TENDUE


DétermiDation
cr = 500 = ~MPa
su 1.15'
4!b ft,)!
....,.
N, = 0,321 MN
des aciers.
,
-~--1
A·- 190 t. = 500 MPa A, 0,321 X 0,37 10' = 4,88 cm'
434,8 X 0,56
Nu 560 ,,/, = 1,15
370 A, 0,321 X 0,19 10' = 2,50 cm'
-- - --- 434,8 X 0,56
A2·--

7. EXEMPLE 2:
Détermination
FLEXION SIMPLE
1. Moment réduit: ft = b!" = n, " n ~':,7" "'" 0,2985 < fto = 0,372 (voir § 4.3, p. 32)
des aciers.
; 500
donc cr = iL = - - = 434 8 MPa
su "Ys 1,15 '
540
2. Bras de levier: z = 0,5d(1 +~) = 0,4414 m
~- -.r-
1 A, = M, 0,37 X 10'
300 3. Section d'acier: -
.L .,, ZO'.lU
0,4414 X 434,8 19,28 cm'

...w M, = 0,37 MNm


soit 4HA 25 = 19,64 cm'

Béton : J". = 25 MPa


cr... = 14,17
Acier: t. = 500 MPa

8. EXEMPLE 3: SECOON PARTIELLEMENT TENDUE. FLEXION COMPOSÉE. L'axe neutre est supposé dans la nervure sinon calcul en section
DétermiDation rectangulaire b x d.
des aciers. Les sollicitations Mu et Nu centré, sont équivalentes à un moment MI par rapport aux aciers tendus et au même effort normal Nu
appliqué au droit des aciers tendus, avec M, = M, + Nid - hj2).
Or, l'effort Nu appliqué au droit des aciers n'a pas d'autre action que de diminuer d'autant l'effort de traction de ces aciers. Le calcul
est ramené à de· la flexion simple avec Ml d'où Al et As = AI - N.Jc:rs.

L 1150 1. Moment Réchissant extérieur par rapport aux aciers tendus:


, le
M, = M. + N. (d - e) = 0,70 + 1,15 (0,54 - 0,24) = 1,045 MNm
Iii $10t$:oNu 2. L'axe neutre est-il dans la table?

A:_~ ____ 1
540
ft
=~=
bd'cr,.
1,045 =0220<0372
1,15 X D,54' X 14,17' ,
x = 1,25 d (1 - \11- 2ft) = 1,25 X 0,54 (1- \I~I--~2-X~0,~22~() = 0,170 > ho = 0,150
,l 350 f 0,8
L'axe neutre est dans la nervure .
. ._..!p.. .
1< Ir

3. Moment résistant du débord de table par rapport aux aciers tendus.


F" = (b - bo) ho cr,. = (1,15 - 0,35) X 0,12 X 14,17 = 1,360 MNm
Ader: t. = 500 MPa h
z10 =d---"-=048m
2 '
Béton: J"" = 25 MPa - cr... = 14,17 MPa
Sollicitations : MI, = FIC X ZIC = 0,653 MNn

N, = 1,15 MN à 0,24 m du dessus de la table. 4. Moment à reprendre par la nervure.

M, = 0,70 MNm M .. = M, - M,. =Il.392 MNm


~ 0,392
REMARQUES: J.L = bd 2Cf'm 0,35 X D,54' X 14.17 0,271 <0,372
1. En flexion simple: faire N, = 0 5. Acier.
2. En section rectangulaire: faire b = bo z = 0,5d (1 + \11- 2ft) = 0,5 X 0,54 (1 + Vl- 2 X 0,271) = 0,4527 m
3. U diagramme de contrainte utilisé est le dia-
gra1mDe rectangulaire simplifié. A =~+F -N)"/'=( 0,392 + 1360_115)1,15 X 10' =2475 cm'
, ~z " .!, 0,4527' , 500 '
Une discontinuité existe lorsque ho < x < 1,25ho Si A :s; 0, pas d'acier nécessaire, le béton à lui seul peut équilibrer les sollicitations
avec ho = épaisseur de la table, on peut en négliger extérieures.
l'elfet.

1îl

9. EXEMPLE 4: SECOON PARTIELLEMENT TENDUE AVEC ACIERS COMPRIMÉS,


DétermiDation
des aciers. 1. Moment par rapport aux aciers tendus.
'-t-
A': - -1- i4lJ- M, = M, + N,(d - h/2) = 0,422 + 0,24 X 0,317 = 0,498 MNm

540 600
ft = ~= 0,498 = 04017
bd'crb' 0,3 X 0,54 X 0,54 X 14,17 '

Ai_ -t--t~-f--t-
- On constate que J.L > J.Lo = 0,372, donc J'acier ne travaille pas à son maximum économique
!el"ys,

l 300 ,l
- et J.L < 0,5 signifie que l'on pourrait se passer d'utiliser des aciers comprimés. Si J.L < 0,5, cela
l devient obligatoire.
DONNÉES: 2. A titre de comparaison, calcul sans acier comprimé:
d' = 0,04m
ft <0,5. --. z = 0,5 d(l +~) = 0,390 m
d = 0,54m
J.L < J.Lo = 0,372 ---. Cf su = !el"ys et J.L > J.Lo -+ Cf su = ësEs
r ----- --------------- .~=~~~

Béton: /," = 25 MPa 1; ~ 1,25(1 - ~) ~ 0,6958


cr.. = 14,17 MPa 1 - 1;
&, ~ 3,5 -1;- ~ 1,53%0 - crm ~ &,E, ~ 306 MPa
Acier: f, = 500 MPa
Sollicitations :
M, ~ 0,422 MNm A, -_ (MI
-; - N,)/ crm -_ (0,498
0,390 - 0,317 ) x 306
10' -_ 31,77 cm,
N, ~ 0,317 MN centré
3. Calcul des aciers comprimés.

ô~ ~ ~ ~:~ ~ 0,0741 > ôo ~ 0,003 (pour f, ~ 500 MPa) (voir p. 33)

donc ILlim = 0.372


- moment repris par le béton seul: Mlim = ILllmbd'rr.. = 0,461 MNm
- moment à reprendre par les aciers:
MI - Mlim = 0,037 MNm par rapport aux aciers tendus,
moment résistant des aciers comprimés par rapport aux aciers tendus:
A;fI;(d - d') ~ MI - Mlim ~ 0,037 MNm
d'où
A', 0,037 X 10' ~ 1,70 cm'
434,8 X 0,5
~
(on est sûr que E;>~~2,17%, car Eb~3,5%,
'Yp,

4. Calcul des aciers tendus associés aux aciers comprimés:


l'équilibre des efforts s'écrit:

A"sUs - AsfIs + -
M 1im
- = Nu avec Zlim ~ 0,5 d(l + y' 1 - 2lLlim) ~ 0,4066 m
Zlim
d'où
AsUs - A'sUs,+Mlim
-- -
N"
Z\im

AlI, ~ 1,70 X 10- X 434,8 4


+ ~:;6 - 0,317 ~ 1,2077 MN

• CALCUL de fI,: ~lim~ 1,25(l-y'1-2ILlim)~0,6175

E,~3,51-~lim ~2,168%,<2,174%,~~
~lim 'YsEs
donc
fI, ~ 1,1"1, ~ 2,168 X 200 > 433,6 MPa
et
1,2077 X 10' = 27,85 cm'

,.
A, 433,6

r"- ..,.. .. ~ .
\
5. Comparaison:
• SANS acier comprimé A, ~ 31,77 cm'
• AVEC acier comprimé A, + A; ~ 27,85 + 1,70 ~ 29,55 cm' (-7 %)
avec obligation de maintenir les aciers comprimés par des cadres espacés de moins de 15 0, or
A; ~ 1,43 cm' ~ 3HA8, les cadres seront espacés de 15 x 0,8 ~ 12 cm au maximum (!! !).

10. EXEMPLE S: SECTION ENTIÈREMENT DONNtES: Aciers 2 fois 3HAI6 A, ~ A's ~ 6,03 cm'
Vérifieation
COMPRIMÉE ~
A~. _-/-=-:p.ë..f- f, ~ 400 MPa
Béton 1.,. ~ 25 MPa
600 N, ~ 2,26 MN centré
Sollicitations
M, ~ O,13MNm
1 As·--t~-=-+~+ Détenniner quelques points de la courbe d'interaction et vérifier que le point
L 300 représentatif des sollicitations est à l'intérieur du domaine (voir ci-après en § 13).

Il. COURBE Si l'on trace la courbe représentative des sollici-


D'INTERACllON tations résistantes N R et MR' on peut définir le
MOMENT-EFFORT domaine de sécurité comme étant l'espace situé à
: / flexion simple l'intérieur de la courbe.
NORMAL
Pour un effort normal donné N", la section est
domaine capable de reprendre un moment fléchissant M,
de compris entre Mmax et Mmin .
...,
w
zone sécurité La courbe représentée sur la figure ci-contre
entièrement 1 compression
tendue
__ -ït: -..,- _
:

_ Î sinq>le
correspond à une section dissymétrique.

NR

zone
entièrement
comprimée
~~.

12. COURBE SECfION ENTIÈREMENT SECfION PARTIELLEMENT SECfION ENTIÈREMENT


D'INTERACllON TENDUE TENDUE COMPRIMÉE
MOMENT-EFFORT
NORMAL POUR de-ooàO de 0 à h dehà+oo
UNE SECllON Position de la fibre neutre x x h x
RECTANGULAIRE l;.=d_d'~O O~I;=d~d 1 ~ 1;, = h
- Il = 0,8 64
Coefficient de remplissage (diagramme rectangulaire Il, = 1 - 21(71;, 3)'
simplifié)
Distance relative de la ré- - 1;' = 0,4 1;' _ 3(491;, - 37) (491;, - 5)
sultante de compression du , - 14(21 (71;, 3)' 64)
béton à la fibre supérieure
Résultante de compression 0 aI,bda.. Il,I;,bha..
du béton: Fb 1

F.(~ -
Moment de F, par rapport 0 M, = F,(0,5 h - 1;1;'d)
au milieu G de la section M, = I;;h) 1

Acier E, E, = - 0,010 0,014(1;, - djh)


1;-1. - 0,01 )
E,.= Max ( 0,0035-1;-' E, = 71;, 3 1
w inférieur
00
A, a, cr, = - Ir/y,
(J, = &,E'II<J.
$ SI &, . y.,E, a, = Min Œ; E'E.)
1

le &,
sinon a, =-Ii
'Y, E,

résultante F, = AJa' F. = AJa' F, = Asa,


F,
momentjG
= M, M = F
' '2
(~- d) M,=F,G-d) MS = F J
(~-
2 .d)

Acier d' - I;.(d - d') ,_ 1; - d'jd , 0,014(1;, - d'jh)


supérieur E; ç-l E, = 71;, 3
E; = E, d - I;.(d - d') E,-&,
A',
a',
a; = Max (E;E,; -~) cr,
J = Es'E'SI lE,'1
J
< J. "
--:E'
y ,
('E' J.)
cr,, - M'ln.F.;" 1:
« 0) . Ir e;
smona; = -.~
'Y,
E,

résultante F; = A;cr; F; = A;cr; F; = A.;a;


F;

r T ···Ir··· .,.. . \0-" . ""-"'""",".',"" . . ',,""

l
J

momentjG
M; M', = F'(~
, 2 - d) M'' = F'(~
, 2 - d) M' =
.f
F'(~2
1 - d)

Sollicitations résistantes
N R = Fb + FI + F;
M R = Mb + M, + M;
Avec E, = 200 000 MPa y, = l,50 y, = 1,15
a .. = 0,85 J.J 1

y,

J.,.
13. EXEMPLE: Bétoo:

Acier :
= 25 MPa

J. = 400 MPa
-+ a .. = 14,17 MPa (> 24 h)
A, = A; = 6,03 cm2
40+ A~.
~
r--- ~
il
d
h
=
=
=
O,04m
0,56m
0,6Om
1

y, = 1,15 (2 x 3 HA 16) b = 0,30m


560
Sollicitations: N" = 2,26 MN 600
M"=O,\3 MNm
As. -~

-~ r-
300
\
I \
\

Détermination de la courbe d'interaction par quelques points particuliers (8 points)


W
<D
1. Traction simple.' M. = 0 N. = - (A, + A'Jf.jy, = - 0,4195 MN

8. Compression simple.' M. = 0 N. = bha.. + (A, + A;lt.jy, = 2,97 MN car E, = E; = 2%0 > .b..
E
= 1,73%0
Y8 ,

CAS DE FIGURE E,(%o)

x=~
.'
E,
, 0';
a,
F;(MN)
F,
F.(MN) =
0,8 bxa", M'=F'(~-iI
' '2
)
Ml! = Fb
(~-0,4X)
X
N.=
F, + F; + F,
(MN)
M.=
Mb+M;+M,
(MNm)
REMARQUES

M,=F{~-d)

2 cr]
.~ --
o'
0
- 0,7143
- 10
- 142,86
- 347,83
- 0,0861
- 0,2097
0 - 0,0224
0,0545
0 - 0,2958 0,0321
section
entièrement
tendue
E.T.

3 D:~]~d' 0,77
0
-10
0
- 347,83
0
- 0,2097
0,1360 0
0,0545
0,0386 - 0,0737 0,0931
diagramme
rectangulaire
simplifié

-- 1

-+
---
~ .~------- ·--1-

4 LJ~~i!h/4 3,5
2,5667 347,83
- 347,83
0,2097
- 0,2097
0,5100 0,0545
0,0545
0,1224 0,5100 0,2314 NR = Fb
- 9,5667

5 ~:rl~~·
3,5
--- --! 3,0333 347,83 0,2097 1,0200 0,0545 0,1836 1,0200 0,2926 NR = Fb
. -- - 3,0333 - 347,83 - 0,2097 0,0545

!;_~~lI?t
3,5 même Mb
3,1889 347,83 0,2097 1,5300 0,0545 0,1836 1,6365 0,2650 que le
6 - 0,8556 - 171,11 - 0,1032 0,0268 précédent =
O,12bh'a",

71----YI
_-_-_-_ __ h
3,5
3,2667
0,2333
347,83
46,67 .
0,2097
0,0281
2,0643 0,0545
- 0,0073
0,1041 2,3021 0,1513
diagramme
parabole-
rectangle
~

MNm MR
EC= entièrement comprimé
0,40 PT= partiellement comprimé
ET= "entièrement tendu

0,30 5
6
4 ELU

0,20 _-_ ELS


./ "... -- ...... -..t: 7
/'O,13MNm P.T ............ ...-. ..-'
Mu
--r-------~-:l ."- ...... ......
r. . ......
0,10 ..- . ..-

1 J22 /
E.T...t:_.
/

0
/

.~.
.-' .-'
0,5
..-'
.- . ..-'

1,0
..-'

1,5
E.C.

2,0
......

Nu
2,66MNm
.1
2,5
. . . ...... ,
3,0
8

2,97
3,5
MN
NR

~, ~_ M~-. _-~ ~ ~_ "'",.~,' ~ ~ ~_~


r"" 1

: __ ... '" ",n N. _ _, _


comprimée (E.C.).
A titre indicatif a été tracée en pointillé la courbe d'interaction de la même section en ELS avec a. = 240 MPa.

14. FLEXION
COMPOSÉE A
ARMATURES
SYMÉTRIQUES
(E.L.U.)
SECTION PARTIEL-
LEMENT TENDUE
_. , ~. 'c$Jl!il1
h
~_ __

1h
AS

Ase---
----{,
d'_
d h

-
:x:
_

-
Es
E'
s
0,8:x:
As = A;
Effort Donnai centré: Nu
h=d+d'

Moment par rapport au milieu de la section: Mil

14.1. ÉQUllJBRE
O,8bxOb + A;o; - Asa. - Nil = 0 (1) Forces
0,8bxa,(hj2 - 0,4x) + (A,a, + A;a,)(hj2 - d') - M. = 0 (2) Moments

14.2. DIFFÉRENTS CAS

Pour que crs = cr; = J:/y•• il faut XI ~ X ~ X z• avec XI tel que E;(XI) = 3,5 %0 XI - d' =~ et Xz tel que E!(Xz) = 3,5 %0 d - Xz =~
XI y~! Xz y!E!

Si X < XI: 0'; = E;E! et O'J = h/Y! Si X > Xz: 0'; = h/Y! et O'! = E~!
:: .

14.3. CAS Xl ~ X ~ Xz: Comme O'J = 0'; (1) .... O,8bxa, = N ..... x = N./(O,8ba,)
et (2) devient: N.(O,5h - O,4x) + 2A/,jy,(0,5h - d') - M. = 0 d'où l'inconnue A,
14.4. CAS x < x,: Avec une calculatrice programmable, on peut calculer pour différentes valeurs de x, le premier membre de
l'équation (2), dont on cherche la racine x.
x .... E; = 3,5%o(x - d')jx .... 1 0'; = E;E! et (1) .... A, que l'on porte dans (2).
O'J = h/Y!

14.5. CAS x > x 2 : Même calcul par approximations successives à partir de différentes valeurs de x.
x .... E, = - 3,5 %o(x - â)jx .... O'! = E.Er et (1) .... A, que l'on porte dans (2).
0'; = h/Y,
J""
~50
14.6. EXEMPLE d'=33 mm = 2S MPa N. = 2,803 MPa
"il = 1,15 d = 217 mm 1. = 400 MPa M. = 0,1738 MNm •
b = 1m E, = 200 000 MPa a, = 14,17 MPa 1 • 1
h=O,25m ~ 1000 ,l
-- ----_.

a) CaJcol de x, et x,: 3,5 %0 (XI - d')/xl = f.l(E,1,) - x, = 0,06559 m


3,5 %0 (d - xJlx, = f.I(E,1;Y - x, = 0,145 m
b) EssaI de x E (x,; xJ: x = NJ(0,8ba,) = 0,24726, valeur non comprise entre XI et x, donc X > X,

c) Cas x >.., = 0,145 m:


d- X
(1) _ 0,8 x 14,17x + A.(347,8 - a,) - 2,803 = 0 avec a, = 3,5 - - E,/I 000
X

d'où
A = 2,803 - Il,336x
J 347,8 - a,
et
(2) _ O,8x x 14,17(0,125 - 0,4x) + A.(347,8 + a;Y(O,125 - 0,033) - 0,1738 = O?

Ex.mple fHJII' x = 0,19, on trouve a, = 99,47 MPa et A, = 0,002614 m'et le premier membre de (2) vaut 0,0393, d'où la courbe
(2' membre) en fonction de x:

-'"

(~:r + (~:r ~ 1
15. FLEXION 15.\. MÉTHODE DU BS 8110 (UK) N,
DÉVIÉE 1'l, 1 ~ 0,2 0,4 0,6 ~ 0,8
t t
hetb~ 12
ct 1 1,33 1,67 2
Mu,r, M"y = moments ultimes appliqués suivant les 2 axes

~D
JÇ[~ = moment résistant ELU suivant l'axe x. seul pour la charge Nil
Q., = d' pour l'axe y
N, = effort normal ultime appliqué
R, = bh(O,85j",Ir,) + AJ./1,
,l b ,L
15.2. MÉTHODE CEB/FlP (Armatures réparties sur les 4 faces)
On se ramène à un problème de flexion composée d'excentricité e; avec
e; = e, + '1e,hlb
1èl.
z_~ N'
et
--.___ N
e,le, .. hlb,
...w sinon on permutera les coordonnées y et z. , em~
._--~I: 1

~
• 1
Le coefficient '1 est lu sur la figure avec:
1 : ez
v = NJ(bha,) 0,41 1 1 1 1
hl -+1_ +- 1. y
0,21 1 1 1 1 1 1 1
l ey
• a1 1 1 Il! 1 1 ..
-+- a 0,2 0,4 0,6 0,8 1,0 1,2 1,4 >J
'Il 1b ,
l

Si le pourcentage mécanique m, obtenu:


• est supérieur à 0,50, on recommencera les calculs avec '1 + 0,1 au lieu de '1 - A,a,
ID, = bha,

• est inférieur à 0,17, on recommencera les calculs avec '1 - 0,1 au lieu de '1 a, = 0,85j"'/1,

15.3. EXEMPLE: Aciers déterminés par la méthode C.E.B. et vérifiés suivant le CP 110.
DoJJDées: M", = 0,087 MNm
M~ = 0,0435 MNm
N, = 0,81 MN
j"" = 20 MPa _ 0;8; J,,. = Il,33 MPa
,
1. = 400 MPa - 1.11,15 = 347,9 MPa
r

0,81
Calcul C.E.B. : v = 0,3 x 0,4 x .. __ = 0,596
-t+ ,z
on lit Tl = 0,77 • 1

ey = MIN
...,,,
0,087
e, = M,yIN, = 0,81 = 0,107 m
0,0435
= - - = 0054
0,81 • m
400
'-i-
1

.--
y

~ = 0,107 = 2 > ~ = 1 33 OK
1

e, 0,054 b' • i • +40

donc e; = 0,107 + 0,77 x 0,054 x 0,4 = 0,162 m


0, 3
,L 300 ,l
En utilisant les fonnules de flexion composée à armatures symétriques, par exemple les formules simplifiées, on obtient
(voir Formulaire, chap.6, § 2, p. 119)
N, x e; 0,81 x 0,162 1
11= ( ) 03x04'xIl33=0,24IavecvE[0;lj,oncalcue
bh' 0,85!. ' , ,
1,5 c28
t Il - 0,85 x 0,55 v(1 - v) 0,04 .
00, = , 0 avec ),. = 0,5 - 0,4 = 0,4, ~ lu sur le graphique p. 119

pour v = 0,596: ~ = 0,91, d'où 00,:


_ = 0,241 - 0,85 x 0,55 x 0,596(1 - 0,596) = 0353
COs 0,4 x 0,91 •

et A, = 0,353 x 0,4 x 0,3 x ~~~~ x 10' = 13,79 cm'. soit 3,45 cm' à chaque angle.

Vérification par le C.P. 110: avec A, = 4 x 3,45 cm'


1'r, = Il,33 x 0,4 x 0,3 + 4 x 3,45 X 10-' x 400/1,15 = 1,84 MN

~' = 0,44 .... rt = 1,40


,
i\l~ = 0,132 MNm avec x = 0,2694 m et i\l,y = 0,09367 MNm avec x = 0,1985 m (voir méthode en § 14 ci-dessus).
L'inéquation à vérifier devient:
0,087)1"
( 0,132
(
+ 0,~9367
°0435 )1.• = 0,5578 + 0,3417 = 0,900 < IOK

il~
r .•••. < •...••.

10. COMPRESSION SIMPLE


1. COMPRESSION 1.1. sous CHARGEMENT DE COURTE DURÉE (charge N)
AXIAJLE EN E.L.S.
L'adhérence acier-béton ~ même raccourcissement de l'acier Es; et du béton EtH avec

8bi ="E."=E=.
CJbi
, E,;
aJi

E, A,
Posons IX = E p=S avec B = section nette du béton et As = section de l'acier, on obtient:
j

an = -~crbi ~

L'effort nonnal extérieur est équilibré par le béton et les aciers :

N = Ba_ + A,a. = a,,(B + rtA,) = a. B(I + rtp)


rt
N rtN rtN
d'où a- = B(I + rtp) a" = B(I + rtp) E,; = E" = BE,(I + rtp)
..,
<J1
1.2. SOUS CHARGEMENT DE LONGUE DURÉE avec déformation différée due au fluage du béton.

Le raccourcissement du béton est gêné par la présence des aciers qui exercent un effort de
traction T dans le béton, égal à l'effort de compression C dans les aciers.
C = A,Aa,[ = BAa,! = T
A,
ÂCIbf = B ÂCJsf = pÂCJsf

Aa>!
or Ef = K&bi = El + &.! avec El = R
instant: 00 t = 00
t = ° sans
aciers
avec
aciers et E2 = Aa,/l + K) SIon
. l' a dmet que 1a d"elormahon
. d'lueree
œ" d U béton Ef ' le a'
est ega
~ .
K fois la déformation instantanée Ebi sous la même charge. En général K est voisin de 2.

D'où E[ = KE" = K a. = Aa,[ + (1 + K)Aa,[ = Aa,[ (1 + rtp(1 + K)) 1 Ka_


E, E, El Es 1 Aa,[ = 1 + rtp(1 + K)
~ ~ -- --- --- ---- -

19
--~-=-=:'-~~- --.- ~_ ~_. _~

ri
_o• • •• _::._

1.3. RETRAIT. Le retrait est un raccourcissement qui vaut Er s'il est libre. En appliquant le même raisonnement, on trouve:

licr = E,E, avec K' =2 (voir remarque 1 ci-après)


• 1 + exp(1 + K')

1.4. CONTRAINTES TOTALES FINALES du béton et de l'acier. a./ = Cfs.. + Aas! + Acr.,. pour l'acier

soit cr - exN (1 K) +
+ 1 + exp(1 E,E,
'! - B(I + exp) + K) 1 + exp(1 + K')

et pour le béton cr,! = cr" - ~' (licr,! + lia.)

cr - N (1 _ expK ) _ pE,E,
'! - B(I + exp) 1 + exp(1 + K) 1 + exp(1 + K')

REMARQUE 1. La valeur de K n'est pas constante dans notre cas, car la déformation est gênée, et la contrainte du béton décroît
avec le temps de abl à CIbl" La valeur moyenne de K pourrait être prise égale à

K =1+ cr,1.
~ abi

Ce raisonnement ne s'applique pas au retrait, donc K' = 2.


Le calcul de ab! et crs! ne peut donc se faire que par itération du fait que K est lui-même fonction de Obi'

REMARQUE 2. Le CCBA68, règlement en vigueur jusqu'au 31 dècembre 1984, admettait le calcul simple suivant en prenant en compte
forfaitairement l'action du fluage et du retrait par un coefficient d'équivalence

1 ex =n = 15 1

d'où cr, N N 03 ' (en général).


= B(I + np) = B(I + 15p) ,,;; cr, = , cr"

REMARQUE 3. Le calcul en E.L.S. n'est pas exigé par le B.A.E.L. car, ni l'état-limite de déformation, ni l'état-limite de fissuration ne
peuvent être invoqués (voir § 5 ci-après).

2. COMPRESSION On ne pourra faire le même raisonnement du fait de la plastification des aciers et du béton. Les deux matériaux ayant atteint leur
AXIALE EN E.L.U. contrainte de calcul limite, la force portante en E.L.U. sera égale à

N. = k[e,8::")B + A[J

où k est un coefficient qui prendra en compte un certain nombre d'imperfections (géométriques), de moments parasites, le risque de
flambement (élancement) ...
- - - -

~
3. ÉLANCEMENT avec t, = longueur libre de flambement (entre 2 points d'inflexion de la déformée)
1 À = 1

i
..
= rayon de grration = ~B
fi
1 = moment d'inertie de la section brute
B = aire de la section brute

HYPOTHÈSES Déformée existante y --+ moment M = Ny, or en flexion y' =- Z --+ y' + ~y = 0
N. ou t~ = 1t EI
2
~
Posons k 2 = El --+ Y = Yo sm kx pour kt c = 1t --+ te = k

et
- t;
Ne =
~2EI -~l
effort critique d'Euler
N,

e LONGUEURS théoriques de Oambement:

! ;t Ir! !
4-!
1
r(k''Î',,1 f'; l f,,,,'l t ,,!

LONGUEURS pratiques de Oambement en bAtiment:


t, = 0,7to pour les poteaux encastrés dans des poutres de plancher ayant au moins la même raideur (lIt) dans le même sens qu'eux
et les traversant de part en part, ou dans un massif de fondation
t< = to dans les autres cas
avec to = distance de dessus de plancher à dessus de plancher
.'
, <

4. B.A.E.L.-E.L.U.
(Dltiment)
HYPOTHÈSFS -
-
charges centrées
élancement À. .; 70
_ moments négligeables (excentriCité <
_ le chargement est appliqué à plus de 90 jours
~ noyau central)
O/S5p
0,6
a,

0,306
_______ ,

------l---
1

EFFORT CAPABLE ULTIME N, : o 50 70 À


,-----------------------
Yh ~ l,50 N, .; 1\1, ~ ,,(BI." + AI.)
y, ~ 1.15 O,9Yb Ys
0,85
avec" ~ (À. )' pour À. .; 50
1 + 0.2 35
Br =B moins 1 cm sur le périmètre
OU" ~ 0,6 e~)' pour 50 .; À. .; 70
\
CORRECTIFS: "est à diviser par: 1,10 si plus de la moitié des charges est appliquée avant 90 jours
1,20 si la majeure partie des charges est appliquée avant 28 jours (!cj au lieu de !cu,).

.
0:>
5. COMPARAISON
Le B.A.E.L. stipule que la contrainte de compression du béton ne doit pas dépasser 0,6fo,,·
E.L.S.-E.L.U. E.L.S.: N .; 1\1 ~ BOh + A,o, ~ B(I + np)0,6j,,, avec n ~ 15 (calcul simplifié) et p ~ A,/B
EN B.A.E.L.
'" (~Bj", (PB)<Pj",) • B, 1 J.
U N,.;
E .L..: l', ~" 0,9 x 1,5 + 1,15 avec p ~ B < <P ~ fo"

d'où
1\1, (
" 1,35 1,15
~+P<P)
1\1 ~ 0,6 (1 + 15p)

· . . N N. N, N,
Le ca1cu1 en E.L'U . est detenrunant SI N ~ Nil -+ N ~ N

On démontre que le cas le plus défavorable 1\IJN " 1,35 est obtenu pour:
P ~ 0,05 (5 % d'aciers)
~ ~ 1 (poteau de grande dimension)
À. ~ 70 (poteau assez élancé) - " ~ 0,306
J. ~ 400 MPa et fo" .; 18,8 MPa
ou J. ~ 500 MPa et fo" .; 23,5 MPa
E.L.S.
On constate que ces conditions extrêmes ne sont jamais réunies et donc qu'il est inutile de vérifier la contrainte du béton en

6. FLAMBEMENT En tenant compte de la défonnée du poteau (supposée eulérienne, donc sinusoïdale) dans le calcul du moment, on obtient:
(E.L. U.-B.A.E.L.) excentricité de calcul = el = el + e2 avec
el excentricité imposée par le chargement extérieur = MJN u + e(1. (voir ci-après)
e(1. = excentricité complémentaire pour tenir compte des impedections géométriques de réalisation
= Max (0,02 m; f/250) 2

e2 = excentricité de défonnation de la sinusoïde à mi-hauteur = ~ - ~ = ~ ( .; )


t;, longueur de flambement
1 = longueur du poteau

" 1 M Ny 1 El . n'El)
= ---eten§3cl-dessusN = - -
( cary = -r = -El = ---+y
El r N t~

Il faut donc trouver un état d'équilibre entre le moment résistant du béton et de l'acier d'une part, et le moment extérieur Mu d'autre
part, et de l'effort nonnal résistant acier + béton et l'effort normal extérieur Nu_

6.1. HYPOTHÈSES RELATIVFS AUX MATÉRIAUX

m -·J U

.
CD

0:
• BÉTON:

= charges permanentes
charges totales
• ACIERS: avec y,
0,
o

= -----
G
~
~ 1+ f

G
+Q
1,15
21

Yh ~
avec

l,50
t = -

,
E"

• ~ 2
• ~ 1 ail

1 000 (1 + 2,,)
= O,8S fc28
Yb

al/1 o Eu E
U

1,15
fiL/
aCier naturel E

6.2. ÉQUATIONS DE N ET M (méthode due à M. Faessel). Section rectangulaire

--r
b En Em

W-"'h72---- ue -~--
1 t-
A!. h/2
...-
Es
---- ----
contrainte déformation
h
,

On se donne une défonnation s" + Sm en fibre supérieure et En - Em en fibre inférieure, fonction de deux paramètres En et Em·
Le problème consiste à trouver la valeur de l'effort Donnai résistant maximal correspondant à un équilibre entre « efforts extérieurs)
et « efforts intérieurs»: N(&", t.) et M(tm t.).

Donc e, =
M(&", t.)
N(E., t.)
1 t,
= el + ea + e2 avec e2 = -. -
r 1t ()' 2t.
= -. -
h
()'
t,
1t
1 2&.
car - = courbure = -
r h
La déformation ultime de calcul est prise égale à&,,= 0,002(1 + IX) avec
charges permanentes No
IX
charges totales No + No
pour tenir compte du fluage, ce qui donne 2 %0 pour les charges de courte durée et 6 %0 pour les charges de longue durée.

E.n+E. m
b

A,- =t,ô cr
~
Es'
E
h
2 L..----En

,'-'-r
h
2
A _ E s2 A l'ordonnée y: E = t. + ~. y (1)

'"o 2
t- ô
En - E. m
avec: cr = (J'II
21
1+ f 1 =-
..
t

dN, = bo dy dM, = dN,.y

On exprimera toutes les variables en fonction des trois paramètres: E~, et t.


.t.-t.)
Sm
avec
E"
12 = - - -
+ 8 101
et
L'équation (1) donne:

y = (t _ t.) ~
2
= (E, X 1_ &,,) ~
2Em
= h&"
2&",
(1 - ~)Eu Il = M ax (o; - -
.. -
Em

d'où: le béton tendu n'étant pas pris en compte,

ht, d t. E (0; t,)


dy = - t E"E(- Sm;S" - s,J
2E.
et:
donc:
21 h&" bho,&" 21
dN =b x a - - x - d l = - - x - - d l
dM = bho,&" x
e 2sm
~
1+r
x ht,
2sm
(1 - ~) x dl Sil
, '1+1' 2t. 2&. 1+1'
soit: _ bh'o...~ x
- 2';'
_1_
1+1'
(1 - ~) x
t,
x dl

N, = bho,&"
--pog(1 "'l"
+ 'J"
2&.

Avec log = logarithme Népérien (base el.


soit:
+ t') J"~
2
M, = -bh'a
- " -e" [ (t - Arc tg (1) - -"
e log (1
2E; 2E" /,

Aciers :
Les déformations des aciers étant Sd et Ss2' on déduit par la relation as = /(&s) la contrainte de l'acier asl et a û en valeur algébrique
d'où:
N(sno s,J = Ne + AtO'sl + A 2a s2
M(t., &ml = M, + A,o" G-/;) - A,oa (~ - /;)

On recherche alors pour toute valeur de Sn de son domaine de variation, la valeur qui annule l'expression:
el + e2 - e, = 0
soit
M, + Max (0 02' ~) + 2t. (~)' M(t., t.) =0
N" "250' h 1t N(t., t",)
On obtiendra une valeur de l'effort normal résistant N(t",). La valeur à retenir comme effort normal résistaDt d'équilibre sera le maximum
des N(t.) pour t. variant de l, à l,.
~ Ce problème très long à résoudre nécessite l'usage d'un ordinateur (voir listing *Il ci-après, p. 60).

RemarqUl!. Pour les poteaux carrés, il peut arriver que le flambement suivant la diagonale soit légérement plus défavorable.
, , <

7. RÈGLEMENT _ En réalité, la « com.pression simple» n'existe pas car il existe toujours des phénomènes parasites tels que:
B.A.E.L. • imperfections géométriques de construction (défaut de verticalité. défaut d'implantation, défaut de dimension ...),
• charges non centrées (charges appliquées sur le côté du poteau et de façon non symétrique),
• moments différentiels d'encastrement des poutres dans le poteau.
- Pour reprendre ces phénomènes parasites, il est prudent de:
• prendre une excentricité minimum. de calcul,
• mettre un pourcentage minimum d'armatures longitudinales,
• ne pas dépasser un élancement limite sans avoir recours à des méthodes de calcul plus élaborées (calcul au flambement).

7.1. ARMATURES LONGITUDINALFS: à disposer dans les angles et sur les faces du poteau:
- Calcul de la section nécessaire:
• soit par la méthode simplifiée (§ 4 ci-dessus, p. 48)
• soit par la méthode dite du 2' ordre (§ 6 ci-dessus, p. 49)
- Section d'acier nécessaire: la plus défavorable des deux valeurs suivantes:
0,2 % de la section brute totale du béton
4 cm' par mètre de parement mesuré perpendiculairement à ces armatures.
'"
N
- Section d'acier maximum: 5 %
- Distance maximum entre deux aciers: la plus petite des 2 valeurs:
• longueur du petit côté + 10 cm
• 0.40 m

7.2. ARMATURES TRANSVERSALFS: perpendiculaires aux armatures longitudinales et les enserrant (sauf pour les armatures de
diamètre" 16 mm, non prises en compte dans les calculs de résistance du poteau)
- Diamètre;lo valeur la plus proche du tiers du diamètre des aciers longitudinaux maintenus,
_ Écartement maximal " 15 fois le diamètre des aciers longitudinaux pris en compte dans les calculs,
~ 0,40 ID
" longueur du petit côté + 10 cm
_ Zone de recouvrement des aciers longitudinaux: disposer 3 cadres au moins sur une longueur des scellements droits de 220·

8. EXEMPLE 1 VÉRIFICATION DES CONTRAINTES E.L.S.

8.1. OONNtFS - poteau rectangulaire 400 x 600 - longueur de flambement (, = 4 m


- charges permanentes G = 1,5 MN - retrait 8, = 2 X 10-'
- charges variables Q = 0,5 MN - acier 1. = 400 MPa
- béton J", = 25 MPa en B.A.E.L.
et 0';' = 28 MPa en CCBA68

..,,"... .....',
' """''''''''-'''''''"''' ",...01'

r
">"'''''\'-,'

8.2. MÉTHODE DU § 1 ci-dessus. E, = Il 000 ljl;;. = 32 164 MPa _ ex = E,IE, = 200 000/32 164 = 6,22 et N = G + Q - 2 MN'"
Première valeur de K: K = K' = 2

Application des formules 0' = <lN (1 + K ) + .,H, = 0' + +


" B(I + "'p) 1 + "'p(1 + K) 1 + "'p(1 + K') • 0'" 0',

_ N (1 "'PK) p.,H, N
+ "'p) + "'p(1 + K) - 1 + "'p(1 + K')
Obi =
0'" - B(I - 1 B(I + "'p)
0,005 0,02 0,03

ACIER
p=

0',
°
(51,8) 50,3
0,01

48,8 46,1 43,7


0,04

41,5
0,05

39,6
110'" (\03,7) 92,0 82,2 67,1 56,0 47,5 40,9
110', (40) 36,6 33,7 29,1 25,6 22,9 20,7
0'" (195,5) 178,8 164,7 142,3 125,3 1Il,9 101,1
BÉTON 0''1 8,333 7,439 6,686 5,486 4,573 3,856 3,276
ACIER 0'" (195,5) 175,5 159,5 135,6 118,3 105,1 94,7
avec
K = 1+ 0'" 0''1 8,333 7,456 6,738 5,622 4,785 4,130 3,600
0'.

aU/ avec a = 6,22 8,333 8,082 7,845 7,411 7,023 6,673 6,356
Obi avec n = 1S 8,333 7,752 7,246 6,4\0 5,747 5,208 4,762
'"w (CCBA68)
15N (125) 116,3 108,7 96,1 86,2 78,1 71,4
0' =
, B(I + 15p)
(CCBA68)

Ces .calculs n' o~t pour ~u,t, ~ .ce chapitre,. ,!~e de montrer .Ia div~rgence des résulats entre la méthode exacte (§ 1) et le CCBA68:
le béton est mOInS solliCIte et 1 aCIer plus solliCIte que ne le latsse prevoir le CCBA68 avec n = 15.

9. EXEMPLE 2 FERRAILLAGE DU POTEAU PRÉCÉDENT


9.1. ACIERS LONGITUDINAUX % minimum = 0,2 % -+ 4,8 cm2
ou 4 cm' par mètre de parement = 4(0,6 + 0,4) x 2 = 8 cm'
soit 8 cm? - 1 6HAI4 1

t,
h/fo
4fo
Élancemeut: ). = - - = - - = 34 6 < 70 car
0,4 ' . .ft
1 = B= ~
!2'bh = h/fo
en l'absence de moment, on peut appliquer la méthode forfaitaire (§ 4 ci-dessus. p. 48)
'" = 0,85 ,= 0,711 _ N, = 0,711 e,38 x 0,58 x 25 +8 x 10-' x 400)
1+ °
,
2 (34,6)
35
0,9 x 1,5 1,15

= 2,90 + 0,2 = 3,1 MN


pour N, = 1,35 G + 1,5 Q = 1,35 x 1,5 + 1,5 x 0,5 = 2,775 < 2,9 < 3,1 = 1'1" ce qui est vérifié
.' .'

9.2. ACIERS TRANSVERSAUX 14


0';'"3 = 4,7 -+ 0, = 6mm
espacement .; 15 0 = 21 cm
.; h + 0,\0 = 0,50 m 5, = 0,21 m
r--- - - - - - HA6

o
~ 0,40 m
Comme les aciers ne sont pas nécessaires à la résistance, car le béton seul reprend 2,9 MN > N. = 2,775 MN,
et que leur diamètre est inférieur à 20 mm, on peut ne mettre qu'un cadre et omettre l'épingle intermédiaire.

10. FLAMBEMENT Calcul en flexion composée avec un effort normal N" et un moment Mu tels que Mu = Nue avec:
EN FLEXION
SIMPLE OU ,e = el + e2
1
COMPOSÉE conditions: N. = compression et 1ph .; Max (15; 20edh) l
MÉTHODE el = excentncité de l'effort Nu + ea

.
'"
FORFAITAIRE
(B.A.E.L. § 4.3.5)
e, = excentricité additionnelle (imperfection d'exécution) = Max (0,02 m; (/250)
e, = excentricité additionnelle forfaitaire du 2' ordre = 3/)(2 + '(0)IO-'/h
t = longueur de la piéce
{f = longueur de flambement de la pièce
h = hauteur totale de la section dans la direction du flambement
Cl =N NaN (valeur relative des charges permanentes sur la charge totale non pondérée)
G+ •
0=2

EXEMPLE. Données: Poteau rectangulaire 600 x 600 de 8 m de hauteur articulé aux deux extrémités sans déplacement horizontal
possible, soumis à une charge N", excentrée de 0,15 ID

N G = 0,92 MN = 0,15 ID + e
...... i
b = 0,6 m el Q

No = 0,50 MN h = 0,6 ID e, = Max (0,02; 8/250) = 0,032 m


j;" = 25 MPa d' = 0,04 m e, = 3 x 8'/0,6(2 + 0,648 x 2)10-'
j; = 400 MPa If = 1 = 8 m = 0,1055 m
20HA16~ 1600
N. = 1,35 x 0,92 + 1,5 x 0,5 = 1,992 MN CI. = 0,92
_~_ = 0,648
40:f . . . . .. .f-
On vérifie bien que ~= 13,33 < 15 L 600 l
l 1
Moment de calcul M. = N.(e, + eJ = 1,992(0,15 + 0,032 + 0,\055) = 0,573 MNm

r
.";~.,.!::!,,

"

VÉRIFICATION:
1. Utilisation de la courbe d'interaction (Mil, Nil)' Voir p. 39 chapitre Flexion. Simple ou Composée en E.L.U.
Exemple de l'article 13 (la section de l'article 13 est la moitié de celle·ci). Soit les valeurs des sollicitations
à utiliser dans l'abaque: J

M. = 0,573/2 = 0,2865 MNm 1 Le point représentatif est à l'intérieur de la courbe. Les sections de béton et
N. = 1,992/2 = 0,996 MN ! d'aciers conviennent donc

2. Méthode des aciers symétriques. Supposons .. et .;;. i.E' = 1,74%0 (chap. 9, § 14, p.41)
r, ,
d'où cr, = cr; = t;.r, -+ N R = F, = 0,8bxcr.. = N. = 1,992 MN -+ x = 0,293 m

et MR = NR(h/2 - 0,4x) + ZA,a,(h/2 - d') = M. = 0,573 MNm


~ A,cr, = 0,4017 MN ~ A, ~ 11.55 cm' < 6HA16 CQEV

On vérifie bien: ., = 3,5 d - x = 3,19 %0 > 1,74 CQEV


x
x - d'
'"'" .; = 3,5 - -
x
= 3,022 %0 > 1,74 CQEV

11. PROGRAMME Listing joint en fin de chapitre, les données correspondent aux lignes 20 à 137.
DE CALCUL Exemple: le poteau 600 x 600 précédent en flambement suivant un Ou l'autre côté:
RUN
CHARGE F'ERMANENTE EN MN~O. 92
CHARGE VARIABLE EN MN~O.50 DONNEES
CoNTR. CARACT. BETON (MPA) =25
LONGUEUR DE FLAMBEMENT(M)=8
HAUTEUR(M)=0.6
LARGEUR(M) =0.6
EXCENTRICITE INITIALE (M) =0.15
ACIER LE + CoMPRIME(CM2)=12.06
DIST.DE L'AXE DE L'ACIER A l.A PAROI (M)=O.04
JE TRAVAILLE POUR VOUS .. .
JE TRAVAILLE POUR VOUS .. .
JE TRAVAILLE POUR VOUS •••
EPSILON N=1.00050557Ë-03
EPSILON M=3.16404818E-03
N RESISTANT=2.2213707 MN
. dlESULTATS

MOMENT RESISTANT~.556212284 MNM


FLECHE MAXIMALE=.06839 + .15 + .032 = .25039 M
RESIDU SUR EXCENTRICITE=3.201421.35E-l0 M
ELANCEMENT=46.1880215
FIBRE NEUTRE=.39486318 M
NU=I.992 <NT=2.2213707 OK ...
,-
.' ."

12. FLAMBEMENT 1. MÉTHODE DU CODE AMÉRICAIN ACI-318-83


AVEC MOMENTS M2 MI = valeur algébrique du plus grand moment en valeur absolue et en E.L.U.
AUX EXTRÉMITÉS Ml = valeur algébrique du plus petit moment en valeur absolue et en E.L.U.
Prendre une excentricité extérieure égale à Max (0,4; 0,6 + 0,4 M 2/M 1)M 1/N"

M,
2. MÉTHODE DE LA SINUSoïDE INCOMPLÈTE: On considère un poteau incliné, d'excentricité géométrique e] et e4' telles
M, que

/~ e3 e3
el =
Ml
Net e 4 =
M2
N avec le31 > le41 et e3 > 0
N N
On démontre, comme pour le poteau centré (§ 3 ci-dessus) que la
déformée est une sinusoïde, d'équation:
.e ou
(~)
avec YM = maximum de la déformée
1 y = YM cos 1 L = longueur de la 1/2 onde ('" n
t = longueur du poteau

o
M2
'"'" ,--
JI
,j'-- /1
{ 1
Cette méthode suppose une défor- Il
mation élastique du poteau. Pour 1 1

tenir compte forfaitairement de la


11
1 1 i 1 /1
fissuration et de la plastification 1 1 1 1
1 1
1
des sections, le calcul sera mené 1 1 /.1-- -
1

(BAEL § E7.2.1) en vérifiant la 1 1 1 1 : 1 / 1


stabilité avec une excentricité 1YM 1 L 1 1 1 YM 1 1
~~1
1
eu:;;; 0,6 e, + 0.4 e, \ e3 1 :x.o
1
1
\
1
1
-
1
1
1 1 1---1-
~_I.~
Il e3 1I l L J
1
i"
Yt1-t--
\
-i Xo
L
\ 1 ~- , .
IL
1

\ \ \ 1
.el
\ 1
\
\,
\
\
\
\
,
\\ :\
\
1
1
\
\
1
1

'1 \ 1 \ 1

e4.--r- e4 ~. . \ ' "4


l-- \L __
@ @ @ @
e3·e~O e] .e 4<O e] ,e4 > 0 E:
3 ,e4>O
N<N' N>N' N<N'

Désignons par Xo l'abscisse du point d'excentricité e3 par rapport au sommet de ft.èche YM'
On a: moment M = - Ny
1 "M Ny d'où
courbure - = y = - = - - (1)
r El El ,,' N
. .
equatJon de 1a d'" L t--+Xy"
elormee y = YM cos 1 =V
- ' " YM cos L
1tX = - '" Y
L2 (2)
i L' = El

soit 1 L = ,,~J (3) en introduisant l'effort critique d'Euler N, = "~;I, on trouve

1 -L = t JfJ (4)

On dispose de 3 équations et de 3 inconnues YM, Xo, L avec

'"" e, =
1tXo
YM cos T (5) e_ = yMcos(i(xo- n) (6)

Divisons les deux équations (5) et (6):

e_
cos "(x. - n
L
-VfFl
7tt . 7tt 1tXo
= cos- + sm-tg- d "ou xo, avec L = 1t N
e, cos ltXo L L L
L

~- ~)
x. = tJ N Arctg
cos(t

sin(t ~) (7)

e,
et YM = (8)
cos (xoJfr)
soit N' = ~ [Arc cos (~) J valeur qui annule l'équation (7).

On peut se ramener à la méthode de calcul exposée au § 6 ci~dessus avec les aménagements suivants:
- si N > N' (xo
> 0). le sommet YM
est à l'intérieur de la hauteur du poteau, on prendra du § 6-2, égal à YM de l'équation (8) e"
- si N < N' (xo < 0), le sommet YM est à l'extérieur de la hauteur du poteau, on prendra eo = e3
, "

12.3. EXEMPLE NUMÉRIQUE


al Données: • géométrie: poteau 600 x 600, hauteur t = 8 m
• sol/icitation.r entraînant une excentricité de 0,096 m en pied et - 0,064 m en tête du poteau, d'où e, = 0,096 m et
e, = - O,064m
a. = No
No + NQ = 0,4063

b) Calcul de la charge N': avec E = EJ(I + 2cx) E, = Il 000 'jl;. = 32160 MPa
E = 17740 MPa

El = 17740 x
0,6'
12 = ,El(
191,59 d'ou N' = t' Arccos;;
e,)' = "64'
191,59 ( (- 0,064))'
Arccos 0,096 = 15,84 MN

c) Valenr de l'exceutricité du deuxième ordre (en remplacement du e, du § 6-2 ci·dessus)


• si N, < N' = 15,84 MN - e, = e, = 0,096 m
• si N, > N' = 15,84 MN - e, = YM

REMARQUE, La contrainte ~' = ~:64 = 44 MPa> O,8Sf",jl,5, ce cas est impossible avec une longueur r= 8 m.

d) Calcul de YM en fonction de N. (pour N, > N')

Cl
CD (7) _ Xo = /91,59
N, x Arctg -_ ~:: - cos (8 J191,59
N, )

Sin(s ~)
O,OQ~ -.jl9G9
(8) -+ YIII = ~ comme excentricité du lor ordre
N,
cos X. 191 ,59

12.4. EFFORT HORIWNTAL EN ttTE


• Ne pas oublier que le moment ultime à appliquer doit comprendre le moment Mu dû à la force Fu

~u] --.j'-- ~I
I.e
+ .e
Mu =Fu,.e Mu=Fu 2"

13. RtSUMt

ÉLANCEMENT
À CHARGE CENTRÉE
(N.. M, = 0, e, = 0) CHARGE EXCENTRÉE
(N.. M" e, = M.!N,)
0 Méthode simplifiée
(pour h;ilinlL'llt COllrant)
§ 4 ci-dessus. p. 48
*
Méthode forfaitaire du 10, p. 54
ci-dessus avec el = M,.JN" + ea
Cl
co Nu ~ N" e, =, Max (0,02; 1/25O
et venfier Nu ~ NI =
AIl

ou méthode forfaitaire (si l. < 50), p. 54


du § 10 avec el = 0 + efJ
50 et vérifier Nu ~ NI = Nu
avec e, = Max (0,02; 1)250)
---- - - -- -- - -----
l. < Max (15; 20e,)h).jT2
J

r Méthode dite du 2' ordre, p. 55 et p. 60 Méthode dite du 2' ordre. p. 55 et p. 60


el = 0 + ea el = M.JN u + ea
e, = Max ((./250; 0,02) e, = Max ((./250; 0,02)
§ 6 et Il ci-dessus § 6 et Il ci-dessus
~--

,"
,"

14" LISTING ! REM PROGRAMME "PAEL" - Poteaux eux Etats-Limites - THON1ER-6/11/89


10 DIM N' '0 I).WO 1).f( 10 1l,M( 10 Il
12 CAll TEXTFONT(4l,CAll TEXTSI2E(9)'
15 REM Donnees= lignes 20 a \ 37
16 REM Unites= m,MN,MNm,MP6
18 ZE:.OOI . Premiere Preclsl0n sur L'excentricite (m)
20 FE=400 . limite ElastiQue
30 GB= \.5 Gomma b
4OGS=I.\5 . Gammas
50 ES:2000001 . Module d'voung Acier (l1Pa)
60 PA= 15 Nombre de Pas de Calcul
65 ClS
70 INPUT "Charge Permanente en MN =";G
80 INPUT "Charqe Variable en MN =";0
81 PRINT"La Combinaison 1.35 G+ \.50 a-t-elle une Duree"
82 PRINT" - inferieure a 1 heure' theta = 0.85"
83 PRINT" - comprise entre \ heure et 24 heures: theta = 0.9"
84 PRINT" - superieure a 24 heures: theta = \"
851NPurCoefficient thete ::";THETA
86 IF THET A<.85 OR THET A) \ THEM PRINT"Attention erreur sur thete: RECOMMENCEZ":GOTO 8 \
90 'NPUT"Contr.Carect.Beton (MPa) :":FC
100 INPUT"Longueur de Flambement (m)::";lC
,\OINPurHauteur(m)=";H
1201"PUrLargeur(m):";B
'"o 130 INPUT"Excentricite Initiale (m)=";EO
\3 \ INPUT"Oistance de l'Axe de l'Acier a la Paroi (m)=";DL
133 INPUT"Acier le + Compnme (cm2):";A 1
1361NPUrAcier le - Comprime (cm2)=";A2
137 AI :A 1/ 10000,A2:A2/ 10000
140 UI:G/(G+q)
150 EU:.002*( 1+2*U 1)
160 5U:.65*FClGBITHET A
170 5L:FElG5
210 XE:LCI250
212 PZ:INT(l06(PA)/l06(Z))
220 IF XE<.02 THEN XE=.02 'Excentricite additionnelle
221 LI :EU/ 1000
222 L2:EU-L 1
223 FOR OZ: 1 TO PZ
225 PRINT" Je Travaille pour Vous ..
227 PU:PA
230 FOR 1:0 TO PU
235 PB:PU
240 EM:L \+(LZ-L \l*I/PU
242 L3:-EM
243 L4:EU-EM
27S Fl=O:NT::O
280 FOR J:O TO PB
290 F2:F IEZ:EN
3 \ 0 EN",l3+(l4-l3)*J/PB

320 GOSUB 6000


380 IF FI >0 AND F2<0 THEN 410
0400 Nl;:lIT J ~

402 NT :O,EN:O,EM:O,SOTO 520


410 IF AB5(F2-FI)<ZE AND FI<E2IIOOTHEN 510
415 IF AB5(L3-L4)!L4<.0000 1 THEN 402
420 L3:EH4:EN,rB:260TO 275
510 EN:EN+(EZ-EN)*F 1/(F H2)
515 60SUB 6000
520 E(I):EM,F(I):EN,N(I):NT,M(I):MT
530 NEIIT 1
540 REM - Recherche de NT Maximum
560 K4:- l ,U4:0,K5:-1
560 FOR 1:0 TO PU
5841F N(I)<>O AND K5:-1 THE" K5:1
566 IF N(I)<>O THEN K6:1
600 IF U4<N(I) THE" K4:I,U4:NOl
610 NEXT 1
620 IF K4<0 THEN PRINrEQUILIBRE IMPOSSIBLE, Augmenter Section d'Acier ou Beton":STOP
630 EM:[(K4)
635 EN:F(K4)
637 NT :N(K4),MT :M(K4)
650 KY:K4- l ,KW:K4+ 1
660 IF KY<K5 THEN KY:K5
670 IF KW,K6 THEN KW:K6
~
675 IF E(KY):O OR E(KW):O THE" PU:PU*2,GOTO 230
660 LI :E(KY),L2:E(KW)
695 ZE:ZE/ 10
700 NUT OZ
730 PRI"T
780 PR 1NT USI NG"Epsii on n="''' ..u· ............... en p.m: ;EN* 1OOO:PR INT USI NG"Epsi 1on m= ......................... ...
en p.m.";EM*1000
790 PRINT USING"N resislant= ...................... MN";NT
800 REM - Fleche Maximale
610 60SUB 6000
616 PRINT USING"Moment resistant= ...................... MNm~;MT
822 PRINT USING"Fleche Maximale: ................ + ................ + ................ : ............. m";E2;EO;XE;E2+EO+XE
825 PRINT ~Residu sur Excentricite:" :F 1* 1000;~ mm~
830 X=H*(EN+EM)/2/EM
835 LB:LC*SQR( 12)/H
837 PRINT USING"Elancement: ................ ";LB
840 PRINT USINS"Fibre Neutre: ................ m";X
850 NU= 1.35*6+ 1.5*0
855 IF NU<NT THEM PRINT USING"Nu: .......... • ...... <Nt= .......... ••• MN: OK";NU;NT:GOTO 940
860 IF NU)NT THEN PRINT USING" ACIERS INSUFFISANTS Car Nu: ................... ) Nreslslant= .......... ...
If ... MN ":NU:NT

90060TO 133
940 END
6000 IF EN:O THEM EN: IE-06
6002 IF EM:O THEM EM: IE-08
'--'" .< "
-------
>

6005 T 1=(EN-EI1)/EU
6010 T2=(EN*EM)/EU
6020 IF T!<O THEN TI=O
6030 U1=lOG( 1* T2'2)-106( 1* T 1"2)
6040 NC=B*H*SU*EU/2/EM*U 1
6050 U2=T2-T!-ATM(T2)*ATN(T Il-EN/2/EU"U 1
6060 MC=B*H*H*SU*EU*EU/2/EM/EM*U2
6070 U I=EM*( 1-2*DLlH)
6080 E1=EN*U 1
6090 E2=EN-U 1
610051=EI"E5
61 10 S2=E2*ES
6120 IF 51>Sl THEN SI=5L
6130 IF AB5(S2),5L THEM S2=SL "56N(S2)
6140 NT =NC-fA 1*S 1+A2*S2
6150 MT=MC*(A I*S I-A2*S2)*(H/2-DL)
6155 E2=2*EMIH*(LCl3.141593'r2
6160 F I=EO+XE+E2-MT INT
6180 RETURN

'"'"

Il. EFFORT TRANCHANT


=
~:t:
1. CISAILLEMENT avec: J..L(y) moment statique de la section hachurée par rapport au
1.1. Résistance des matériaux t(y) = centre de gravité G de la section.
b(y) 1 = moment d'inertie de la section par rapport à G.
V =--iffort tranchant.
l.~,:ttt- =D(' (y) b(y) = largeur de la section à la cote y.
~ 104'max
G- v'
li
[ t_=~ 1
b = largeur de la section au niveau de G.
z = ~ = bras
Il<;
de levier du couple interne.

-.f--

. ,.
SECfION RECTANGULAIRE

;_D~ l~rn
3 V V 2
'tmu = '2"bh = bz avec z =-h
3

'"'"
,\ b +
1.2, Béton armé (Flexion simple) - Béton comprimé: le moment statique varie paraboliquement jusqu'à son
maximum au niveau de l'axe neutre.
SECfION RECTANGULAIRE
- Béton tendu: comme le béton tendu est négligé, le moment statique ne

rfj
-;~l--
~
varie pas, le cisaillement est donc constant.
_iii/parabOle
- Aciers tendus: le moment statique diminue à chaque lit d'acier jusqu'à 0
d neut /constant après le lit le plus bas.

1'- .--As
--
_!..._...!.-_-..::-_- - - nul
,b,
'1 '1
(j ,

SECfION EN Té - La variation de b à la jonction table-nervure entraîne une variation de cisaillement.


- En réalité, la variation d'effort de compression transmis par la nervure à la table:
bot dx ne se propage dans les débords de table qu'avec un certain décalage
(diffusion de l'effort). C'est ce qu'on appelle le «traînage de cisaillement ~). Voir
Annales ITBTP. H. Thonier. Nov. 19R7. p. 3. Le cisaillement réel est compris entre:
r <

1 théorique V~ V~

•r b lb et Ibo
1L
"",,,,;;,;;;;;;/A - - - - D'où la pratique d'utiliser une largeur efficace fictive b', telle que ho ~ h' ~ b. \
~«</V4 __ - -
BAEL: Débord de table b, = Min (:0; ~ 0, ; O2)
31 = distance du point étudié au point de moment nul sur appUi
ô2 = distance libre entre deux nervures voisines

f02 t ~$~Y' tb,


î -E,
b +-10

.22 ..e,_~
1 '
..
0>
bo
b
b'
largeur de la nervure
largeur hors· tout de la table
largeur efficace de la table
2S - Do

b, débord efficace de la table REMARQUE: Pour une poutre continue, la table ne joue un rôle en compression
qu'entre les points de moment nul, et il est prudent de traiter les appuis intermédiaires
b' - ho comme un appui de rive, avec un épanouissement d'angle égal à Arctg (2/3).
b,
2

2. ARMATURES 2.1. Hypothèses: ,"S ,.. SLSL


., Î
TRANSVERSALES 1. Fissure inclinée à 45°. Ce qui est le cas en 1
cisaillement pur (cercle de Mohr).
2. Cadres inclinés 45° ~ a ~ 90°.
-T;if---
3. Application de la théorie du treillis (voir p. 66)
avec une membrure comprimée en béton (F b) et z
une membrure tendue en acier (F$)' espacées de z.
4. L'effort tranchant V est supposé repris par les
seules armatures traversant la fissure.
45° 1
1
~ Z l z cotg OC
, Il

z(1 + cotg IX)


- nombre de cours d'armatures At: n = =--~==
s

section totale d·acier travenant


- contrainte des aciers: G .•

- composante verticale de l'effort repris par les aciers:

nAcr.sin(~2 -
1.' ex) = V

A, = V
d'où
s zcr., (cos ex + sin ex)

et comme V = -rbz, on trouve:


A,
s
,b
cr.\ (cos Cl + sin Cl)
l
2.2. Cadres verticaux
- les plus utilisés

- les plus faciles à mettre en œuvre " = 90'


n'=z~,
2.3. Cadres inclinés à 45'
Section d'acier minimale pour (sin + cos a) maximal,
Cl A, V
soit pour tg a = 1 et Cl = 45
0
: sin 45° + cos 45° = J2 s 1,414m,

'"'" 2.4. Cadres inclinés à 22'30

Hauteur des cadres suivant la pente: . Z


sm Cl

., . z A, V
Q uantIte = section x h auteur d u cad re = -.- ( .
V )
sm ex ZO" ~m ex + cos a s 1,3Izcr,

Quantité minimale pour le maximum de sin" (sin" + cos IX) = ~ (1 + sin 2" - cos 2,,)2

soit pour tg 2" =- 1 .... " = 31t = 90'-22'30


8
cos 22'30 + sin 22'30 = 1,3066 # 1,31

2.5. Effort tranchant repris par le béton comprimé


Nous avons supposé que l'effort tranchant est entièrement repris par les aciers transversaux. En réalité, des essais ont montré que
le béton comprimé de la membrure supérieure reprend une fraction non négligeable de l'effort tranchant. Il est convenu d'en
tenir compte de façon forfaitaire:
VRb = effort tranchant repris par le béton = O,3frPod avec le BAEL 83.

Le Code américain préconise V, = 0,17 jJ'Ad, soit un cisaillement de 0,85 MPa pour f; = 25MPA alors que le BAEL 83 donne
un cisaillement de 0,63 MPa pour ];" = 25 MPa.
.<


3. THÉORIE DU Cette théorie, due à Ritter-Môrsch, considère le fonctionnement d'une poutre en béton armé comme comparable à une poutre treillis:
TREILLIS - 2 éléments comprimés en béton: fibre supérieure et bielle inclinée.

",--" ,--TI
- 2 éléments tendus en acier: armature inf~rieure de flexion et cadres transversaux.

/--~/
/ // /" " , ",,: z
,. 45° C / 0 / "" " 1

1. Acier de glissement. L'effort de traction dans la barre Be vaut V (triangle rectangle isocèle). Donc l'acier inférieur arrivant à l'appui
doit pouvoir reprendre un effort égal à V, d'où A, ~ '!..
cr,
2. Pas de cadre au droit des appuis. L'équilibre du n~ud A montre, en l'absence de flexion dans les barres du treillis, que les efforts
dans les deux barres sont nuls.
3. Transmission directe à l'appui. Les charges situées à moins d'une distance z de l'appui sont transmises directement à l'appui.
al
al 4. L'armature inférieure calculée en un point, doit être prolongée d'une distance z vers l'appui. L'acier calculé juste à gaUChe de D doit
être le même jusqu'à droite du point C, il est prudent de conserver cette section sur une longueur z. On appelle cette opération:
« décalage de la courbe des moments ». Le BAEL autorise de prendre z = 0,8 h.

5. On vérifie bien que la section d'acier inférieur vaut As =~ (calcul des efforts d'une barre de treillis).
zcr,

4. DISPOSITIONS 4.1. Cis8111ement Avec hl'> = largeur minimale de l'âme


BAEL • Effort tranchant V" (voir nota, p. 67) d = hauteur utile
(en ELU) Vu = effort tranchant ultime
"Uement 1
• CIsal tu = b;d
V"_ ::s;;. tu
tu = cisaillement limite (voir p. 120)

Remarques. Ce cisaillement ne correspond pas au cisaillement maximal réel car:


- il est calculé avec la hauteur d et non avec le bras de' levier z,
- la fonnule de Résistance des Matériaux classique est démontrée en ELS et non en ELU (voir p. 63).

4.2. Armatures transversales.


En prenant <J"d
z ~ 0,9d on trouve: -A, = V" .
$, zcr, (cos <I + sm <I) z(!.Iy,) (cos a. + sin a.)
a=f.
, y s'tubo
y,
0,9f,(cos a. + sin a.)

,"-
r

En tenant compte de la résistance à l'effort tranchant du béton comprimé:

A, y,«" - 0,3kf<J)b o
$, 0,9f. (cos a. + sin a.) avec J;f ~ 3,3 MPa

Nota: Vu est calculé en négligeant les charges réparties situées à moins de h/2 du nu de l'appui, en ne prenant les charges réparties
et concentrées que pour la fraction ~, pour une abscisse a de la charge située à moins de 1,5h du nu de l'appui.

Pour une charge répartie uniforme cela revient à multiplier l'effort tranchant au nu de l'appui dû aux charges réparties par
1_
( . 3t
5h) :
<
~
~ "-"-
hod
(1 _5h) 3t

k = 0 en cas de reprise de bétonnage


k = 1 en flexion simple
k ~ 1 + 3 a; en flexion composée de compression (la compression
J"
améliore la résistance au cisail1ement: voir Règles des coutures
en § 5 ci·après).

al k = 1 - 10 ~tm en flexion composée de traction (k < 0 si a lm > O,1fCj)


" J"
avec !ci = résistance caractéristique du béton à la compression à jjours Ci ~ 28)
/ri = résistance caractéristique du béton à la traction à j jours
a cm = Nm;n/B
a lm = Nmax/B
B = section totale du béton
Nm;n = effort nonnal minimal de compression
N mu = effort nonnai maximal de traction en valeur absolue

• Flexion simple - Cadres verticaux - Sans reprise de bétonnage:


A, «" - 0,3f,j)b oY,
S; ~ 0,91.

4.3. Dispositions constructives.


• Espacement maximal des cadres = z: 1- s,;j> 0,8h
• pourcentage minimal d'acier transversal A, OAb
- > - -o
f,
SI::>'
'" .'

5. RÈGLE DES • Applicable à l'étude des plans intérieurs du béton non-justifiables de règles spéciales:
COUTURES - surfaces de reprise de bétonnage,
GÉNÉRALISÉES - plan d'attache de 2 pièces.
• Les plans étudiés doivent être traversés par des armatures (si nécessaire) faisant un angle de moins de 45 avec la normale au 0

plan.
• On suppose qu'un effort perpendiculaire au plan entraîne une résistance au ~aillement avec un coefficient de frottement égal
àl:

A,J,I(cos Cl
-.-.- ')
+ sm ex ~ 'tu - O'u armatures de
SI Ys ho couture At

pLan
étudié

'"
00
6. ÉTUDE DES 6.1. Appui d'extrémité - largeur de l'appui =a
ABOUTS a\fi. ~ f.:\
;&;:5 0 ~ - ..
epalsseur d e 1a h'le11 e = a-Ji
-2-

a - effort de compression dans la bielle = Vil J2


l' t - contrainte limite du béton = 0,8.Li
rh
1Vu - contrainte de compression de la bielle ab

_ v" -Ji = 2V" " 0,8'&


)21 2
crh - boa boa rh
Vil :s;; O,4f:L
boa rh

6.2. Appui en continuité - En l'absence de la barre n° 3, l'effort de traction dans les barres 1 et 2 vaut V'i"
- Le moment sur appui Mu (négatif en général), induit un effort de compression dans les
3 barres 1 et 2, on a alors dans ces barres une traction égale à:

~ + -M" > 0 pour une tractIOn


Vu ..
z
< 0 pour une compression

APPLICATION BAEL z = 0,9d, l'acier de glissement vaut:


M"
ft., = Max ( V" + 0,9;i; o)r,7._
Vug 'fi ~ Vud 'fi
VÉRIFIER:

~A ~<!f ",
V'" 04.&
boa Yb

45_P.l...~ 45°
V oJ "04.&
boa""" , Yb
__
---1 Il R""13.&
boa""" , Yb
.,L a \
L

rl Ru
aveca~z

6.3. Bielles trop sollicitées


'"
C>J
Si Vu> 0,4 hl adopter la transmission avec deux ou trois bielles.
boa Yb
~!I!!f§2~
r_ AI = A, = JJ:

VuYs
V"r.. 1 et vérifier Vu :.< 08.&
boa""" , Yb }
avec Al;;:::: 3/.
r .'
~'~~--~.-,-
~=.c~ .=,
6.4. Largeur d'appui a (article A.5.l,313 du BAEL)

": ..... ' 1 Armature

1-' ~ ....8f::::.;:;;- lE .':"..!":>. ",


'.7:'; 1
. '.' ,.
. .~ Armature inférieure
':':3 avec scellement courbe
. ", -. . .... droit
.. : .·:1··:········ .'
2em
',1:"
2em
------ -------
POUTRE À NERVURE RECTANGULAIRE REPOSANT SUR UN APPAREiL D'APpui ,
i." . '.. :. ...•. -.... . '.,: : : ... "'1

~
... :: ' .. ' .... ' 1 Armature

>t ':)a;
0: '. ',. " . a
45° . •.
.
45°6
:.," inférieure
:::~/cel1ement
POUTRE À TALON REPOSANT SUR UN APPAREiL D'APpui

-..J
o
I·~a~l
4~
: yo '.' ~ l
' •.. ' • '.
: .' . ' " : : ' . ". ' . '
.' .. '
. .• "
"•. ' "
". .
.'.
_ •.. ' .
1
1
1
Epaisseur
du talon
Hm? 1-

Pour 2 sections voisines distantes de dz. la différence de compression


7. LIAISON TABLE- des deux sections hachurées, transmise par le cisaillement moyen t à
NERVURE
Voir Annales ITBTP,
H. Thonier. Nov. 1987,
p. 3
t ho

Axe-
travers la surface ho dz, vaut:

dF = tho dz =
r
ymx-ho
dO' x b, dy = f( YdM) dM
-1- b, dy = -
1
~(b,)

neutre Or
dM = V ~ t = V~(b,)
dz Iho

avec
Effort par unité de longueur: b, et ~(b)_
~(b,) .,;; b ~(b) 1 --
z
-dF = tho
dz (= si l'axe est dans la table)
b, 1 Vb,
Contrainte de compression: cr = ~y l'(b,) .,;; b x ; t ~ hobz

~dO'=ydM
1

BAEL:
• "
Vu. = 'tâmeVou 'ttable::S;:
(t...b,d)b, avec z = 0,9d, on 0
btIent:
. bob,
tmb\e :;;;; tâme X
hJJz 0,9h ob

ARMATURES DE LIAISON (perpendiculaires au plan de jonction)


Par unité de longueur, l'effort dû au cisaillement vaut Tho. S'il est entièrement repris (en l'absence de compression transversale) par les
aciers de table, on trouve:

(A,) ( hoY, k = 1 s'il n'y pas reprise de bétonnage


- = t"bI. - 0,3 kf") x - / . à répartir sur la hauteur ho dans le plan vertical entre âme et
SE table e
nervure, sinon k = 0
- Cas où des armatures de flexion sont nécessaires:
• ou bien elles sont utilisées en flexion, en ce cas elles induisent un effort de compression du béton qui diminue d'autant la section
d'acier nécessaire;
• ou bien elles ne sont pas utiles pour la flexion et en ce cas, elles peuvent servir à reprendre le glissement dF jdz ;
• en conclusion, on peut utiliser comme aciers de liaison table-nervure, tous les aciers traversant le plan de jonction (acier de flexion,
de retrait, de corlstruction, de pourcentage minimal).
aciers de flexion

îl b ~
h~-I
7
f
""1 l
/ ~}
-
-..J -
St
At table

âme
r.b1 r. bo L
11'
REMARQUE: On peut ne prendre en compte que la largeur minimale b suffisante en ELU pour reprendre le moment de flexion. On
peut économiser les aciers de liaison table-nervure, mais on perd un peu sur le bras de levier pour le calcul des aciers
longitudinaux de la nervure (BAEL § A.5.3.2). Voir aussi BAEL § B. 6.7.2.

8. LIAISON T ALON- Contrairement à la nervure que l'on a supposée compnmee longitudinalement, le talon
NERVURE est supposé tendu. Le béton tendu étant négligé, le moment statique du débord de talon
-t-b.Lf-
vaut alors: -~

A.,.~~(
Ile~t Iltotal X A.,.tot~1

Par le même raisonnement que


pour la table, on trouve: ttalon t·
arnc
X
ho
~-
O,9h 1
X
A.t.ex!
A.dotal
C J },
(~l,o"
h,y,
t
talon
x--
J., ~
A ext 1

A.,.ext = section 'de l'acier situé d'un même côté dans le talon \ 'f

A~.total = section d'acier total dans la nervure et- dans les deux talons. A total
9.1. Pas d'armatures transversales • si b ;. 3h (voir po_dalle si b < 3h. § 9.4) b
9. ÉTUDE DES L 4
1

h!
i
(verticales)
DALLES • si
t, ~
V,
bd .; 0,07 f,}/y,
1 • • • • • • 1 +d
• si dalle coulée sans reprise de bétonnage dans
toute son épaisseur.

9.2. Armatures transversales verticales

SI. 't" :s:;;; tu(poutre) X M'In (lOh


-3-; 1) avec h <1: 0,15m

A, t,by, O,4b
-~--<l:-
s, 0,9!. f.

9.3. Surface de reprise sans armatures verticales:


-.J • si charges réparties, lentement variables, sans effets dynamiques, ni chocs, C'est le cas de la
IV prédalle.
• si la surface est traitée avec rugosités importantes (indentations de 5 mm de profondeur minimum),
• si t" ~ 0,35 MPa,
• si la contrainte nonnale éventuelle est une compression.
,
9.4. Poutre-dalle: • si h .; b < 3h et t, .; 0,07fo/y, non armee

lo~ 0
Zones extérieures de largeur hf2: respecter le pourcentage minimal:
2, .
OlS x ---
0,4(h/2)
!.
1
~ h (2 • ,h/2 ,
1 1 1 '
b

1 i
l

.. "'.' .l1li
12. TORSION ';''-':~

1. RAPPEL DE RDM 1 THÉORIE DU TUBE MINCE t = cisaillement moyen de torsion le long de l'épaisseur e
e = épaisseur de la paroi mince (constante ou variable)

r _~""b.r:
= moment de torsion
= aire située à l'intérieur de la courbe r
= courbe située à mi·épaisseur de la paroi
-& - :_ ___ ,/ J rK = inertie de torsion

G = module de déformation transversal =~


e -1 2(1 + v)
v = coefficient de Poisson
t.e = constante u = longueur développée de la courbe r
T ~ 2teU e = rotation de la section

K~­
4eQ' de T
u et dx GK

2. CISAILLEMENT _ _ T, 1 • pour une section pleine: e = 1/6 du plus grand cercle inscriptible dans la section (pour une section
rectangulaire e ~ 1/6 du plus petit côté).
~
(ELU) - BAEL

• pour une section creuse e = la plus petite valeur de l'épaisseur réelle ou du 1/6 du plus grand cercle
-.J
W inscriptible dans le contOur extérieur de la section.

EXEMPLES:

D
e ~ '6
'\)-=-'0 D =-b
b e = -
6 6
b~a

," a 1l

Section rectangulaire
L
a > b
Ir
e = b/6
1P) 1i
Q=(a-~)x ~b
6
Courbe r
b Aire \2 u~(a-~+~b)X2

b/6

:.1
~
~,~.

0<
o'

Contrainte admissible t"v + tUT::;;; Tu en section creuse ou 1"~v + t~T :%; T~ en section pleine
't"v = cisaillement dû à l'effort tranchant
't...T = cisaillement dû à la torsion
tu = cisaillement admissible défini au chapitre «Effort Tranchant» (p. 120)

3. ACIERS (ELU) 3.1. Fissuration de torsion


Jr=o
~~
• Prenons deux facettes - l'une perpendiculaire à l'axe de la poutre l ..
- l'autre dont le plan contient l'axe de la poutre l/7/;;/
en l'absence de contrainte de compression, nous obtenons un cercle de Mohr de
cisaillement pur dont la contrainte principale de traction vaut cr! = - t et l'inclinaison
de la fissure (perpendiculaire à cette contrainte 0'1) est de 90°/2 = 45~ sur l'axe de la 1:
poutre. 1:

",~=+a
• L'équilibre d'un coin d'épaisseur e et de côté unité est le suivant: ,...-<

- effort longitudinal = t. e
- effort transversal = t.e
- effort de traction perpendiculaire à la fissure = t.e j2 _1:
On remarque que les deux efforts longitudinaux et transversaux sont égaux .

.....,
11: 11

--=-+
,L 1 1: L
1

3.2. Armatures longitudinales.


Par unité de longueur de courbe r (de longueur u), l'effort à reprendre par les aciers vaut

t.e = At x!:.. d'où At = t·ers = Tu.y'!'


U Y. U J. 2n.r.
où At désigne la totalité des aciers longitudinaux.

3.3. Armatures transversales.


L'effort par unité de longueur de poutre vaut t .e, la section d'acier transversal est telle que:

AT.!'..
ST 1,
~ T.e ~ T.
2n
d'où 1 AT
ST
~ Tey, ~
J.
T•. r,
m J.
-l
Remarques: 1) Ces armatures longitudinales (filantes au plus près des parois) et transversales (cadres) sont à mettre en plus des
aciers reprenant la flexion et l'effort tranchant.
2) Les pourcentages minimaux à respecter sont ceux décrits dans les chapitres Flexion et Effort tranchant.

4. SECTIONS Si la section est dècomposable en rectangles, on applique à chaque bO/6 3ho L


COMPLEXES rectangle la règle du 1/6 pour calculer l'epaisseur de la paroi fictive, et L
1
3 ho r , L ..
en négligeant les parties de rectangle dont le rapport des côtés. n'est pas
compris entre 1/3 et 3. On supprime également les parois creuses communes
'2 ta l
a ~ nges __
r - - - ------L._
'
• ______________________________________________________~~::L::-::-~~-~-~l . .
,
....r---------I·

r" ........

1"
f .. "" t o

,,
1 bO/ 6
1
l ,
L.... J
bo
..., L
, 1
L

'"

13. EFFORTS LOCALISÉS


\. CHARGE \.\. Contrainte admissible du béton an contact de la plaque d'appui. (Béton non armé)
CONCENTRÉE
(BAEL § A.8.4)
En ELU, la charge capable du béton situé juste sous la plaque vaut:
o 1/ charge totale Nu
N. ~ KB, (0,85!.,,) 8: voir p. 31
r a I r e Ba
8y,

Si Nu > Nu, la pièce devra être frettée conformément à l'article 2 ci-après:


a) Aires B et B, de même centre de gravité: aire B
• Aires B et B, homothétiques:
K ~ 4 ·5
4 - ..
3
fi' + -.-.- '"
-
B
4 8 B,
33B~'
33
- 0.L....
F -
.
._"""-,-_..

• Aires B et Bo = rectangles concentriques (pas for~ent homothétiques) avec Bo = ar/Yo et B = ab

K = 1 + (3 _ 4a. _ 4b.)
3a 3b
J( _ 1
4a.) ( _ 4b.)
3a 1 3b'; 3,3
avec a ;;. 4a.
3
4b.
b v -3 "
Pour Bo = un cercle de diamètre d, on peut remplacer llo et ho· par O,88d.
b) Aires A et B de centres de gravité différents: on remplace le contour B par un contour intérieur BI satisfaisant à l'une des
conditions ci-dessus en remplaçant B, b, a par Bio hl> al·

1.2. Annatures et contraintes dans le béton (voir Cours de Béton Précontraint de H. Thonier chapitre 18 et BPEL Annexe).
a) Acier de surface. L'effort de traction du béton situé juste sous la plaque vaut environ 0,04 Nu d'où:

A, = O,04N"
!.Ir,
,a
b) Largeur du bloc (cube) de diffusion des efforts Nu
d = double de la distance de l'axe de l'effort à la paroi la plus proche
1
ou 1 1
-..J
0> d = distance entre les axes de deux efforts concentrés voisins. d 1
1

1
c) Annatures d'éclatement: A,
1 .
La partie droite de la figure représente les lignes de force dans la zone de L_-t--
diffusion de largeur d et de longueur d. d
La partie gauche représente la schématisation de ces lignes de force.
L'effort de traction horizontal vaut d'après la figure: 0/4
d a

F = N"/2 x tg IX avec tg IX =T 4 4 =:1I(1 - da) d


2 4

N"( a)
F="4 1 -d E-
1

2 1
d'où la section d'acier à répartir sur la hauteur d: 1
1

A = O,25N" (1 - ~) 1

'f.Jy, d 1 1
E- 1
4
L __
,d/4,d/4l
--1 d/2 ,
"1 1 1 1

dl Contrainte de traction du béton


Dans la zone de hauteur d/2 (résultante inclinée), la contrainte de traction du béton vaut:

cr, =
F
Mi2 =
O,50N"(
--------;;;J 1-
a)
d à vérifier inférieure à 1,25/;28

1 cr, = O,50N"
--------;;;J (a)
1 - d .; 1,25" J '"

e) Contrainte de compression du béton


Dans la zone de hauteur d/4 (résultante verticale) le béton est comprimé horizontalement

cr, F N"( da)


= bd/4 = bd 1-
Pour tenir compte de contrainte localisée plus élevée le BPEL a retenu la formule suivante:

N" 2
cre = bd ~ 31c28

Remorque: Si le béton a moins de 28 jours, on remplace h28 et /128 par hj et f,j.

-..J 2. FRETTAGE - N'est applicable qu'aux pièces courtes et prismatiques.


-..J
(§ A.8.4.2) - Le rapport de la longueur de la partie frettée de la pièce parallèlement à l'effort de compression, à sa plus petite dimension
transversale, n'excède pas deux.
- La plus petite dimension transversale est supérieure à 250 mm.

No = (O,85h.,,) Br(1 + 2p,


9r, h·"
J.) = effort capable de là partie frettée.

avec 8:( = aire du noyau fretté (nu extérieur des frettes)


p, = rapport du volume des frettes au volume du noyau fretté ::t> 0,04
h·" = résistance caractéristique du béton </: 24 MPa, 9: voir p. 31
J. = limite élastique des aciers de frette.

TYPES DE FRETIES:
• sections circulaires ou octogonales: cerces fermées ou hélices circulaires continues.
• autres sections: quadrillage de barres repliées en épingles à cheveux alternées disposées dans deux directions perpendiculaires.
• diamètre minimal: 5 mm.
• écartement maximal: le 1/5 de la plus petite dimension transversale de la pièce.
- ,- _._ .. ---
-<
._~-=-

-- - .-------
-~-----

.•..

3. POINÇON- Sous une charge concentrée importante N, il Y a risque de poinçonnement N


par excès de cisaillement (qui induit une contrainte de traction inclinée cône
NEMENT
à 45' - cercle de Mohr).
(§ A-5.2A)

~
a) Calcul du "cisaillement moyen
h/2
/2 ~h - -;ts-o _~_
La contrainte de traction principale 0'10 perpendiculaire à la fissure,
en l'absence de compression, vaut cr! = - t et la fissure est inclinée
de 45 sur l'horizontale.
0 •
,
L
2h 1,
~

L'équilibre du cône s'écrit:


1
crI x aire du cône x cos 45° =N 1

,(! 2
x 2nh x h J2) J22 = N ~, = nh'uh
~=N
si u désigne le périmètre du cône à mi-épaisseur de dalle (u = nh). (j', (j

b) Charge capable (ELU) avec t" = 0,045 fc,Jy. (p. 126)

N•. '" No, = 0,045uhfc,/y,. -1

-.J c) Semelle: On doit vérifier que le poteau ne poinçonne pas la semelle. La condition à vérifier est la
0:>
même (voir p. j-Hl)

On connaît la formule de Boussinesq qui donne, pour un matériau élastique, la contrainte à une
4. ÉTUDE
BOUSSINESQ
profondeur z et à une distance p d'une charge concentrée P.
lp
3P Z3 '77777>( /7777/
p
(J=-X- l "-
2n p5
z L__"-~
• • • • • d
a) Diirusion de l'effort dans un bloc d x d x d (longueur
de diffusion d = largeur d de la pièce_
• • • • • d
Considérons une maille de charges P disposées en

~
d carré à une distance d les unes des autres.
• • • •
Chaque point représente une charge. P et le carré hachuré étudié se comporte comme
• • • • • d un massif isolé de dimensions d x d soumis à une charge P.
En sommant les actions de toutes les charges P, d'après Boussinesq, on obtient un
d
• • • • • état de contraintes de compression verticales représenté par la figure suivante, pour
les points 1, 2, 3, 4 et 5 disposés au centre, sur le bord ou à mi-chemin.
On constate qu'à la profondeur d la contrainte est pratiquement constante à ± 6 %
,d,dfdLd+d
1, l , r près. (Voir figure ci-après).

Repérage des points


O,2Sd
0,30 1
1

0,80
1 0,2Sd
dl 1""4-3~ 61 . 2

0,96 1 0,2Sd ,f- I


.'-
1 ~4
7

0;2Sd ,1 d

0,94 1 U,~~
,, i Il,;u~ i i i ;
"J,UZ
10,99

@ (3) G) @ ®
r 0,2sV2d ," 0,2sV2d t 0,2Sd t 0,2Sd ,I
-.J
<0 b) Diffusion dans un élément rectangulaire de côtés d et d/4
On constate de même que:
1/2 petit côté 1/2 grand côté - dans le sens longitudinal, à la profondeur d, on a une contrainte
constante à 3 % près,
- dans le sens transversal, à la pofondeur d/4, on a une
contrainte variant de 2,44 à 2,69, soit ± 5 %.
0,67 I/, 0,21
(-02Sd)

, . 0,67 1 .'.3 ts t'2Sd


. (-O,Sd)
7 L
1 L d ,
1
1,1°11,,101',00 1,0'90
11111111111111111111111 (-0 75d)
l '

',0' l, ,,,1 ~1~1 ,,,,,!,o111, ,,,,1,°,97


(-d)
CONCLUSION
On peut donc admettre que la régularisation des contraintes est
,,o,125,d, O,Sd obtenue à une profondeur égale à la largeur de la pièce dans la
direction considérée.

·-i
r- .'
,
14. DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES
1. JOINTS DE Les calculs de la structure peuvent ne pas prendre en compte les effets du retrait et de la température si les distances entre joints de
DILATATION dilatation (perpendiculairement à ceux-ci) sont inférieures aux valeurs ci-après (BAEL § B-5-1) :
- 25 m dans les départements voisins de la Méditerranée (voir chap. 16, p.93)
- 30 à 35 m dans les. régions de l'Est, des Alpes et du Massif Central,
- 40 m dans la région parisienne,
- 50 m dans les régions de l'Ouest.
Largeur courante d'un joint de dilatation = 20 mm.
1\
Valeurs à prendre en compte dans les calculs:
1. Retraits.' valeurs BAEL
Er = 5. 10 -4 climat très sec ou désertique.

4.10- 4 climat chaud et sec.


3.10- 4 quart Sud-Est de la France ou climat tempéré sec.
2.10- 4 reste de la France ou climat humide.
2. Coefficient de dilatation: de 0,8 à 1,2.10-5, soit une valeur moyenne de 10- 5•
3. Variations de températures (climats tempérés à J'air libre)
ex>
o + 30 oC et - 40 oC pourvu que la température initiale soit comprise entre 8 oC et 14 oC dont ± 10 oC avec un module d'Young
instantané.

2. ENROBAGE ET Voir: FORMULAIRE, p. 127.


DISTANCES A noter que le diamètre de la barre correspond au diamètre nominal et non réel (qui vaut 15 à 20 % de plus pour des aciers HA).
ENTRE ACIERS

3. BÉTONNAGE Plaques et coques: diamètre des aciers :s:;; 1/10 de l'épaisseur de l'élément ......
CORRECT
Poutres: diamètre des cadres 01 :::;; hj35
~
.0t ---'
0, " bflO h
1.0.f.
01:::;; 0t
,- -, +
,L b ,,
4. POURCENTAGE 4.1. Poutres, dalles dites sur 2 appuis: aciers longitudinaux (section rectangulaire)
MINIMAL La condition de non-rupture brusque du béton tendu (condition de non-fragilité) impose une section minimale d'acier pour reprendre
D'ACIERS l'effort de traction F que reprenait le béton tendu avant fissuration.
M M 6M
Donc: F ~ A<3,. ~-
z avec f,j ~ Ifv ~ bh" z ~ 0,8 h. d ~ 0,9 h et <3, ~ I., il vient:

,
bh2j;j
AI. ~ 6 x 0,8h ~ 0,2Ibhf,j ~ 0,23bdf" ~
A
Po ~ bd ~ 0,237.
fi; - \
Le palier de plasticité de l'acier permet, par son allongement, de prévenir une rupture fragile: on est prévenu par l'ouverture de
fissures importantes.

4.2. Dalles dites sur 4 appuis: voir FORMULAIRE, p. 133.

4.3. Poutres en Té
Une pièce fléchie est non fragile si son moment résistant acier Ms;:: moment résistant à la traction du béton seul. Pour une
poutre en Té, le module d'inertie est différent de (et supèneur à) b"h'J6.
Posons Ifv' ~ 'l.b"h'J6 et Ifv ~ 'I.'b"h'f6

• b \
+- '
1 •
1 +,
1 ~o
.,10-
On devra donc vérifier:

A, '" 0,23'1.!!J. bod pour les aciers inférieurs


d' 1 As 1 f.
h
As
-.1'- l!.J _____ ----.1--- et A; '" 0,23'1.' J. bod pour les aciers supérieurs
~
Le,s valeurs de ).. et )..' sont lues dàns le tableau ci-après.
9i
1 •
HO/H

0.05 1.587 1.1671.115 1.000


0.10 1.643 1.249 1.180 1.000
0.20 1.636 1.523 1.299 1.228 1.025 1.0ÛO
0.30 1.732 1.533 1.382 1.295 1.230 1.092 1.027 1.000
0.40 2.0721.6481.4031.2951.2251.172 1.090 1.057 1.027 1.000 61
'1.
0.50 2.791 1.9441.5001.3·361.2431.179 1.090 1.056 1.026 1.000 v'b oh2
0.60 4.0542.5041.7181.4461.3041.2141.1501.101 1.061 1. 028 1. 000
0.70 6.0733.4322.106 1.659 1.433 1.294 1.200 1.131 1. 078 1. 035 1.000
0.80 9.1284.8602.7242.011 1.6531.4381.2931.1891.111 1. 050 1. 000
0.90 13.5956.968.3.6542.5491.9961.6641.4431.2851.1661.0741.fJOO
1.00 0.00010.0005.0003.3332.5002.000 1.667 1.429 1.250 1.111 1.000

X
HO/H

0.050 4.321 2.611 1.7251.4251.2731.1831.1221.0781.0461.0201.000


0.100 6.3633.7652.286 1.762 1.494 1.331 1.221 1.143 1.083 1.037 1.000
0.200 7.2874.7482.9262.1861.7851.5321.3591.2331.1371.061 1.000
0.300 6.8334.7343.0892.344 1.912 1'.629 1.430 1.281 1.166 1.075 1.000 61
0.40 6.7494.5653.0452.3521.9371.6571.4541.3001.1781.081 1.000 '1.'
0.500 7.402 4.635 3.000 2.320 1.920 1.650 1.452 1.301 1.180 1.082 1.000
vb oh2
0.60 8.7715.0553.071) 2.3271.914·1.6421.4461.2971.1781.081 1.000
0.700 0.7745.8293.301 2.418 1.953 1.659 1.453 1.299 1.179 1.081 1.000
0.80 13.3456.9303.7042.6132.058 1.718 1.486 1.317 1.188 1.084 1.000
0.900 6.4328 •.3294.2742.9192.239 1.830 1.556 1.359 1.210 1.094 1.000
1.00 0.00010.0005.0003.3332.5002.000 1.667 1.429 1.25.0 l.lll 1.000
"
-.

4.4. Dalles faiblement sollicitées (§ B-7.4 du BAEL)


Lorsqu'une dalle est dimensionnée pour d'autres raisons que la résistance mécanique (isolation phonique, flèche admissible ... ), la
hauteur peut être surabondante. Le BAEL autorise la prise en compte d'une épaisseur fictive, inférieure à l'épaisseur- réelle, pour le
calcul de la section d'acier minimale (la différence d'épaisseur de béton est considérée comme une recharge ou une chape).

Remarque: la dalle n'est plus non-fragile au sens strict du terme.


La section d'acier sera calculée par les formules suivantes:
si Pm désigne le pourcentage minimal pour les dalles (voir Formulaire, p. 133)

CA,~J
avec

cr, ~
R
e

!.Iy,
~
M.
d' en ELU et

en ELU et

l..- {ll
cr,~
M
d' en ELS

cr, en ELS
~1
+
:-
>- -

b=1 m
As
--,'
---<,
'
1

.r
t:
1 ~AA

ex> Démonstration: soit dl la hauteur utile strictement nécessaire pour le calcul de résistance et correspondant au pourcentage minimal
'" Pm, appliqué à db on a alors:
A, ~ p",d, ~ pd Posons l.. ~ p/Pm ~ d,Id
L'équilibr~ des efforts de compression du béton et de traction de J'acier s'écrit en ELU:

Fb = Fs --+ O,8cx.d 1cr b = Ap, = Pmdlas --+ ct. = 1,25Pmas/crb


avec x = a.dl • Le moment résistant vaut:

M. ~ Pd' ~ F,z ~ F,(l - O,4<x)d, ~ A,cr,(1 - i:") d,

Or A, ~ l..p",d et d, ~ Ni, d'où:

M. ~ jld' ~ l..pmdu, (1 - ~~,) J.d soit l.. ~\j .(1 ~ im:,,)


pm cr

r-:~!Tl
ma
Or 1 - P2 , est supérieur à 0,96, d'où à 2 % près par excès la valeur de Â.:
cr,
-JAA
EXEMPLE. Données: Pm ~ 0,0012 d~ 0,17m 10" ~ 25 MPa 10 ~ 400 MPa M. ~ 0,009 MNm

Calculs: P~ M,jd' ~ 0,3\1 Acier A, calculé en flexion ELU ~ l,54 cm' (voir chap. Flexion)
Acier minimal A, ~ p",d ~ 0,0012 x 0,17 x 10' ~ 2,04 cm' > l,54 cm'

. d
Application e al reg
' 1e prkédente: '" ~ 'J!: -
Pmas
~ 0,311
0,
0012 x 1,15 ~ 0,863
X 400

Acier à mettre en place: A, ~ 0,863 x 2,04 ~ 1,76 cm' (> l,54 cm' mais inférieur à 2.04 cm')

5. FISSURATION 1. Fissuration peu préjudiciable lorsque les éléments en cause sont dans des locaux couverts et clos nOn soumis à des condensations
§ AA.5.3 du BAEL (sauf exceptionnellement et de courte durée) ou bien lorsque les parements susceptibles d'être fissurés ne sont pas visibles (le risque
de corro~ion e~t faible).
2. Fissuration préjudiciable lorsque les éléments sont soumis aux intempéries, aux condensations, ou sont alternativement noyés ou
immergés en eau douce.
3. Fissuration très préjudiciable lorsque les éléments sont exposés à un milieu agressif (eau de mer, atmosphère marine, eau très pure,
gaz ou sols corrosifs) ou doivent assurer une étanchéité.

DISPOSITIONS A RESPECTER Fissuration préjudiciable Fissuration très préjudiciable

Contraintes admissibles aciers de traction en ELS:


(11 : voir p. 15) Max [250; Min (i 10; llOy;;t,;)] Max [200; Min (f 10; 90 V 'YJf,i)]
ex> Diamètre minimal des aciers proches des parois
w 6 8

Armatures de peau en cm2jml de parement: 3 5

Distance entr'axe maximale des' barres d'une poutre,


de diamètre" supérieur à 20 mm : 40 30

Dalles ou voiles avec h < 0,40 m, écartement


Min [0,25; 2 hl Min [0,20; 1,5 hl
maximal des aciers d'une même nappe:

6. CORROSION 6.1. Facteurs influant sor la corrosion


a) L'oxygène de l'air + l'eau libre du béton = réactions électro-chimiques:
Fe -+ Fe+ + + 2e- (oxydation)
puis --+ Fe304: magnétite noire (si la teneur en oxygène est faible)
FeO,H,O: hydroxyde ferreux (volume multiplié par 3,7)
Fe,O" H,O: hydroxyde ferrique: rouille (volume multiplié par 3)
b) Le gaz carbonique de l'air: le CO2 diminue la réserve alcaline du béton (chaux libre) et t~ansforme la chaux en carbot)ate:
carbonatation
Ca(OH), + CO, -+ CaCO, + H,O

~,-=iI
,. 0< oC -----~,---
._- -'-~ .. -
";';;';';;;;;;;';;=~OOO"'=ooo o'-'!I

Le PH diminuant, la réaction de corrosion peut être amorcée si le potentiel a une valeur > - 0,6 volt (voir diagramme de
Pourbaix ci-dessous).
Le PH normal d'un béton sain est de Il à 14. L'action du volts
CO, peut l'abaisser à 8 ou 9. Diagramme. de
+1
c) Carbonatation: (baisse du PH) POUR BAIX
- l'épaisseur de la zone carbonatée à partir de la face
extérieure du bét'on, croît comme .jt (par exemple, PAssivATioN
10 mm pour 5 ans et 20 mm pour 20 ans); elle dépend
de l'humidité relative de l'atmosphère, du taux en CO" Fe 20,
du dosage en ciment. .. o
- cette couche de carbonate améliore la dureté de surface
du béton Gusqu'à + 50 %)

-1 Fe iMMUNiTÉ OH

.- ,--' 1

3 5 7 9 11 13 PH

co
- la carbonatation en fond de fissure, peul obturer celle-ci ct limiter le processus de corrosion.

'"
~

d) Ouverture des tissusres


- fissures paraHèles aux aciers: elles sont beaucoup plus dangereuses que les fissures perpendiculaires;
- pour les tissues perpendiculaires, il y a peu de risque de corrosion si leur ouverture est inférieure à 1 mm (en milieu marin
ou en présence de chlorures: inférieures à 0,3 mm). les risques de corrosion augmentent lorsqu'il y a des gradients de
pression (cycles humidification-séchage).
e) Les sels (chlorures principalement) attaquent l'acier même pour des PH > 10. Dans le cas de l'eau de mer, les fissures peuvent
être colmatées par de l'hydroxyde de magnésium.

6.2. Précautions
- enrobage suffisant en fonction des conditions extérieures: 1 à 4 cm,
- choix du ciment et de son dosage, bonne compacité du béton,
- protection cathodique en maintenant un potentiel < - 0,8 volt (diagramme de Pourbaix),
- limitation de l'ouverture des fissures par limitation du taux de travail des aciers en ELS et bonne résistance du béton à la
traction, mise en place de cadres et aciers de peau à espacement réduit.

15. FERRAILLAGE D'UNE POUTRE


TYPES D'ACIERS RÔLES CONDmONS DE DÉTERMINATION REMARQUES

1. ACIERS INFÉRIEURS 1. Reprendr~. les mome,nts fléchiS-Il. Déterminés en flexion en ELU sauf en fissuration très préjudiciable
LONGITUDINAUX sants positifs en travee Vérifier le pourcentage minimal
2. Contrainte de traction de l'acier vérifiée en
ELS pour les cas de fissuration préjudiciable
ou très préjudiciable.
3. Disposés symétriquement par rapport au plan
de symétrie vertical de la section.
Mettre deux aciers par lit au minimum.
4. En un lit pour poutres plates, poutres-dalles.
En deux ou trois lits pour poutres moyen-
nement armées.
En quatre à six lits pour poutres fortement
armées. 08
00888
5. A grouper par deux lits à partir de trois 008888
co lits ................................. . 1 2 3 4 5 6 lits
'" 6. Diamètre n'excédant pas ho/IO.
7. Nombre de barres par Jit = 10 ho (en m). .. - valeur courante
8. Ne pas disposer de diamètre différent de plus ex,' HA 14 avec
de 2 crans dans la liste des diamètres. . . . .. HA 10 12 16 20
9. Longueur déterminée par épure d'arrêt des
barres (ne pas oublier le décalage de 0,8 h à
chaque extrémité).
10. Arrêter les barres d'un même lit au même 1 Pour éviter des erreurs d'implantation
endroit. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. des barres sur le chantier
Il. N'utiliser les aciers doux que pour les barres
qui doivent être pliées et dépliées.
12. Prolonger au moins le premier lit jusque
dans les appuis.
13. N'utiliser des talons pour loger les aciers
i~~t.il..e.s~ . i~~~s.S~~l~ . ~~ . l~~ . ~.e~~r~ . ~~~~ 1 ~: t~f~n oublIer les aciers de couture
~ .- .. _.
_.. _ . '!!I

2. Reprendre l'effort horizontal de 1. Tenir compte de Î'effort de compression dû


traction dû à l'effort tranchant au mOment négatif qui réduit ou annule
en partie inférieure de poutre sur l'effort de traction.
appui.
2. Calculé en ELU.
3. A ancrer dans l'appui au prorata de l'acier
nécessaire sur l'acier mis en place.
4. Ancrage minimal dans l'appui: 10 0.
Les aciers longitudinaux peuvent éga-
5. Utiliser au mieux les aciers de travée ..... . Iement servir à reprendre la torsion

2. AOERS SUPÉRIEURS 1. Reprendre les moments de flexion 1 à Il : dito cas précédent.


LONGITUDINAUX des moments négatifs sur appuis.
DE FLEXION «< CHAPEAUX ») 12. Dans l'épure d'arrêt des barres, vérifier que
l'ancrage des barres est réalisé tel que la
courbe de moments résistants soit enveloppe Avec un décalage = 0,8 h
de la courbe des moments ftéchissants.
Dans ce cas, il faudra «coudre») la
13. A ne répartir dans la table d'une poutre en jonction table nervure au prorata de
Té que si on ne peut les disposer dans la la section d'acier longitudinal situé à
largeur de la nervure ................. . l'extérieur

3. ACIERS SUPÉRIEURS 1. Pennettent de tenir les cadres 1. Section de l'ordre de 1/10' de la section des
LONGITUDINAUX étriers et épingles. aciers inférieurs longitudinaux.
DE CONSTRUCTION
2. Même nombre de barres que le premier lit
inférieur.
'-<
~ 3. A disposer en un seul lit, chaque acier est
disposé à la verticale des aciers inférieurs
correspondants.
4. A mettre en recouvrement avec les chapeaux
sur 36 0 ............................. 1 0 : diamètre des aciers de construction
5. Peuvent être utilisés comme acier résistant
dans l'épure d'arrêt des barres et pour les
aciers de peau éventuels.

4. AOERS SUPÉRIEURS DE l. Permettent 'dans le cas de préfa- 1. Prévoir un diamètre petit et une section de
MONTAGE brication des cages d'armatures l'ordre de 1/3 à 1/2 de celle des aciers de
de poutres continues, de tenir les construction.
cadres en l'absence des chapeaux
qui ne sont montés qu'une fois 1 2. Leur longueur correspond aux chapeaux non
la cage mise dans le coffrage. encore, disposés et donc complètent les aciers
de construction pour un recouvrement de
36 0 avec ces derniers ................. . 0: diamètre des aciers de montage
3. Ne dOÎvent pas gêner la pose ultérieure des
chapeaux.
4. S'arrêtent à 10 cm après le dernier cadre.

5. AOERS DE PEAU 1. Limiter la fissuration du béton 1. En cas de fissuration préjudiciable prévoir


LONGITUDINAUX superficiel. 3 cm 2 fm de parement exposé à l'air.
2. Participer à la résistance à la 1 2. En cas de fissuration très préjudiciable;
torsion et aux moments transver- prévoir 5 cm 2fm de parement exposé à l'air.
saux parasites.
3. Affermir la tenue de la cage 13. Pour les poutres de hauteur supérieure à en cm
d'armatures. 80 cm : 80.;;h< 100: HA 8
Prévoir deux barres tous les 30 à 40 cm, 100 .;; h < 120: HAlO
diamètre 0 avec 0 = hiiO (h en m, 0 en 120 .; h < 140: HA12
mm) ................................ . 140 .;; h < 160: HA14
etc ...

6. ACIERS TRANSVERSAUX 1. Reprendre l'effort tranchant. 1. Déterminés sous la forme AI/s, à partir de
VERTICAUX l'effort tranchant, le moment de torsion
2. Relever les charges non appliquées éventuel, le relevage de charges éventuel, en
en partie supérieure de la poutre. ELU. Vérifier le pourcentage minimal.
3. Reprendre la torsion. 2. Écartement de départ à déterminer en relation
avec la taille de la poutre
h';;0,50m So= 8à12 cm (Voir p. 122)
0,50 < h < 1,00m So = lOàl8 cm
1,00 < h < l,SOm So = 15à20cm
l,50 < h So = 20à25cm
3. Diamètre: 6 à 10' mm pour les poutres
courantes h < 1 m; 12 à 16 mm pour poutre
de «grande hauteur ».
...,
<Xl
4. Ne pas démarrer avec un So trop grand, car
on est limité rapidement par l'écartement
maximal S. Solution peu économique ...... . s= Min (0,9d; 0,40 m)
5. Liste des écartements de Caquot: (Voir p. 122)
• elle n'est valable que pour des charges
réparties sur toute la travée (ne tient donc
pas compte d'un chargement partiel),
• n'est pas économique pour les poutres sans
reprise de coulage,
• très facile à utiliser par les dessinateurs à
qui l'on donne l'écartement de départ aux
deux extrémités.
6. Grouper par écartements successifs de même ( = portée en mètres
valeur n fois avec:
t
n=2:
7. Laisser l'écartement le plus grand vers la mi-
travée sous la forme x (inconnue) car le
chantier disposera les cadres en partant de 1 1 3x40 1 1 3x38 j 1 3x25 f
chaque extrémité et une erreur d'implantation 3x32 x 3x30
de 1 ou 2 cm sur les cadres centraux n'a pas
de conséquençe.
8. Éviter les liste.s sur la moitié de la travée
avec le commentaire « symétrique». Ce peut
être une source d'erreur sur le chantier.
-~-_., ----

7. ACIERS TRANSVERSAUX 1. Reprendre l'effort tranchant. 1. A éviter car source d'erreur sur le chantier
INCLINÉS qui, peu habitué à ce type d'acier, essaiera
de les disposer verticalement ou mal inclinés
voire inclinés dans le mauvais sens. Leur
implantation peut prêter à confusion (espa-
cement perpendiculaire aux cadres ou parallèle Bien que plus économique que les
à l'axe de la poutre) ................... cadres verticaux, ils sont à éviter

8. ACIERS DE PEAU 1. Maintenir les aciers de peau 1. HA 6 en général, HA8 pour les grosses
TRANSVERSAUX longitudinaux. poutres.
2. Espacement de l'ordre de l'épaisseur de l'âme.
9. BARRES DE RELEVAGE 1. Relever les charges qui ne sont 1. Utilisées comme variante au cas de renfor- (Voir Formulaire p. 126)
pas appliquées en partie supé- cement des cadres (voir § 6 ci-dessus).

~
rieure des poutres.
2. Solution la plus courante: barre « bateau »
'"'"
3. A bien ancrer en partie supérieure sur les
bielles qui reprennent la charge. f

10. NATURE DES POUTRES bjh Type de poutre b minimal recommandé - 0,15 m pour pouvoir Une bonne solution:
loger 2 aciers longitudinaux et un cadre. b ~ 0,3 à 0.5h, rectangulaire
> 3 dalle b ~ 0,2 à O.4h, en Té
3 , ~
poutre-dalle
1
poutre courante h
0,3
poutre mince
0,1 , ~

poutre-cloison
,
\ b ..
'J

Il. SCHÉMA DE FERRAILLAGE DE POUTRE: ÉLÉVATION ET COUPE A MI-TRAVÉE


FERRAILLAGE chapeaux 1er Lit
3HA 25 x 3580
chapeaux 2eme lit
aciers de construction recouvrement 3HA20 x2300
3HA 10x4010 \iïD 400

/ aciers de peau
2 HA 10x4690

( 2 ,m'lit inférieur
_ (2HA20+1HA16)x3510 1 er lit inférieur
3HA20x4990 l' 240

'"'"
.J
,500, 13x110 3x160 1 12x250 fI: 13x1301 . ,3x10
l..
9.'
550 ~ 13x1101 13x160 1 1
1 's0 13x1301 3 x 200 13x170 3 x110 50 50 3x130 3x210

~'\ -,
épi HA 6 x590 29 cod HA 8x2600 + 29 épi HA 8 x91 0
s = 400
800
fi'
l! ~!
" C
450
:::> 0 750 D 750

450
500 - Longueurs des cadres, étriers et épingles: voir p. 128
•\ - Cotes en mm suivant norme NF P-02-005, juin 1986

-., ,
------' " ' - " " - " " ' - - ---~-----"_._--""'. - • ~~"'l
"'~ :0;:- .- _'!i.~--=:::dtiÇ;.:-- ... b .. .:. • .'Y----'~.- ..

16. VARIATIONS DIMENSIONNELLES


1. RETRAIT 1.1. Forfaitairement: BAEL § A-2-1.22. " ~ 3 x 10-' dans le quart Sud-Est de la France
(Voir ci-avant p. 12 et p.80) er =2 x 10- 4 dans le reste de la France

1.2. Plus précis: (BPEL Annexe)

er = k. .Eo
1
pour un béton dosé à 400 kg/m 3 de ciment et 1801/m3 d'eau
avec '" ~ - 60.10-' dans l'eau

~ (100 - + IO!O 3r
.}
'" Ph)(6 } 10-' dans l'air
m
D
rm=t: Ph = humidité relative en %, à défaut on peut prendre:
CD Ph ~ 55 dans le quart Sud-Est de la France
o
Ph ~ 70 ailleurs
e Aire
r m="2 e 'm = rayon moyen .. , . .
penmetre exteneur
en cm

A,

----- l k,
1 + 20p.,
p, ~ Il

Si
rm= e

Tm =
'm = 100
20 cm
-
cm
-+
-+
65 % du retrait à un an
25 % du retrait à un an
Variation dans le temps: .,V)

avec rU)
~ .,(1 - rCm

~ ~9
}+ 'm
et j en jours

1.3. Conséquences: Effort de traction avec contrainte 0", = t,Ev


Exemple avec E, ~ 3.10- 4 et E, ~ II 000 ;JJ:;. ~ 32 164 MPa pour 10", ~ 25 MPa et E, ~ 1/3E, ~ 10 721 MPa
on trouve cr, ~ 3.10- 4 X 10 721 ~ 3,22 MPa > fm ~ 2,1 MPa (quart Sud-Est)
ou 2,15 MPa ailleurs
Si le retrait est gêné, il y aura rupture dans le béton: 0", > f128

IL FAUT DONC PRÉVOIR:


- des structures souples avec refends à mi-distance des joints de dilatation et non aux extrémités.

IbQJ~",I Iii souples


comeillé déconseillé

_ éviter de lier des éléments épais à des éléments minces par des éléments rigides, sinon le retrait différentiel dans le temps
entraîne des désordres,
- si l'on veut empêcher le retrait, ou du moins le freiner avec efficacité, il faut prévoir des aciers.

E
• 1
l retrait gêné à lOO %: pas de retrait

i~
~k
1 retrait libre

, . }
~
! 1
.~
! retrait gêné partiellement

A, A,
C = T = AsO"s = BO", -+ crI = li 0", = pO", avec P ~ Il
E,
er = el + e,. = -cr, + -cr, = -1 (cr,
- + cri) avec n = Eb
Es Eb Eb n
~ cr,
E, n
(! + p) ~ cr, ~ 1
.,Eh
-+p
n

~
Cherchons k ~
e2
e; ~ Eh', -
0", _ pO". = pe,Eb
Eh', Eh.,(I/n + p)
= __P_
P + I/n
~ _ __
1 + -'-
~ II

pn
1 +-
pn

Exemple:., ~ 2.10-' Eh ~ 11000/3 V2s ~ 10 721 MPa n ~ E, ~ 200 000 ~ 1865


Eh 10 721 '
1
P ~ 0,1 % (pourcentage minimal) P ~ 0,001 ~ k ~ ~ 0,0183
1+
18,65 x 0,001
E ----.--
, -:i~~:;;;;;~~;;;';;;';;~~;,;j~i~-F;;;::·
__ ","-ù -- _O"'.
..

Seulement 1,8 % du retrait est gêné par 0,1 % d'acier.


Avec un pourcentage p = 3% = 0,03, on trouve k = 0,359; 36 % du retrait est g~né.
Or on pourrait' dire que l'on empêche la fissure si la quantité d'acier est telle que
A,cr, = J,,,.B soit A, = B.J,,,/cr, ou = las/cr, = 2,1/240 = 0,0088 soit 0,88 %
p
En fait comme cr, = 240
MPa, la déformation de l'acier vaut e, = cr,/E, = 240/200000 = 12 X 10- 4 » e,:
valeur incompatible avec er
En conclusion: NE PAS CHERCHER A EMPlicHER lE RETRAIT A TOUT PRIX

2. TEMPÉRATURE 2.1. Forfaitairement: BAEl § A-I-33 (voir ci-dessus p. 80)


A l'air libre, en climat tempéré:
± 10 oC rapidement variable avec Ei (cycle journalier)
Total + 30 oC à - 40 T
+ 20 T à - 30 oC lentement variable avec E, (saisonnier)
A condition que la construction soit réalisée dans des conditions de température moyenne allant de 8 oC à 14 cc.
2.2. Poutre isostatique sur appuis glissants.

Posons 9 = 9, - 9" on a tM = :<'9


-w w
• Rotation P~:r unité de longueur = constante:
0f Jf)
'"'"
L-
.9°
1 J dOl :<'9
dx h
:<'9
ro=Olo+-X
h

1::12 Ol =0 à mi-portée ~ Ol = :<':(x - Ü


1L .e + flèche:
:<'9x
1 = 2h (x - t)
.
Maximum:
:<'9t'
1 = 8h

Exemple: dalle de terrasse non isolée avec ô.8 = 20 oC et h = t /30. on trouve


:<'9t 10- 5 x 20 x 30 1
I/t = 8h = 8 = 1 330

2.3. Structure rigide avec refends aux extrémités ô.8 = baisse de température

68
ôl '" :<.ô9 = cr, cri = Eb À.ô.8 quel que soit L
l E,
E, moyen = 20 000 MPa M = 10 OC ~ 2 MPa "'!,,,
élément M = 20 oC ~ 4 MPa > !,,,
,• L ,L rigide

structure déconseillée

2.4. Structure semi-rigide avec un refend à une extrémité

,L
L 1L l = 35 m :<. = 10- 5 M = 10°C
ÔL~ ô8 E; = 32 100 MPa ôl = :<'lô9 = 10- 5 X 35 x 10 = 3,5mm

{l,f' Il Il Il Il • 68

L'effort en tête de poteau F, pour une tête articulée, vaut:


Le poteau peut-il supporter un déplacement en tête de 3,5 mm sans
dommage?

FH'
1 = ôL = 3EI = 0,0035 F = 0,0266 MN et M = FH =3 x 0,0266 = 0,08 MNm avec un poteau 0,4 x 0,4 x 3 m.

ce qui diminue notablement la force portante du poteau, ou bien l'on doit augmenter les aciers longitudinaux du poteau.

2.5. Joints (BAEl § B-5-1) t = distance maximale admissible entre joints sans justification par le calcul des conséquences des variations
de température:
• de 25 m: régions sèches à forte opposition de températures
à 50 ID: régions humides et tempérées
• 25 m: départements voisins de la Méditerranée
30-35 m: Est, Alpes, Massif Central
40 m: région parisienne
w'" 50 m: Ouest
• si la distance entre joints > 7, la prise en compte dans les calculs du retrait et de la température sera partielle
jusqu'à 1,25 t suivant graphique:

100%

o 1 1,25 .f(l
• balcons, acrotères et bandeaux:

0'.5%f~A~/~h_
@ régions humides et tempérées;
® régions sèches à forte opposition de température - _ - /1---::;;0,----
:::;:»i
(littoral méditerranéen et certaines régions de l'Est à
climat continental)
CP
o,2").*' OL'I
0,25%
,e ,.. . .
(*): 0,2 % si fm ~ 2.4 MPa
o 4 6 8 12 lm
~~,~,.~- .>"",. .--~-'~ .-.- A -~i~ :. . c"ê'

3. FLUAGE Voir chapitre 10, p. 45.

4. VARIATIONS 01-14.1. Température


MENSIONNELLES
. ---
~~ EXEMPLE: H
llH
~ 50 m et M ~ 20'C
~1cH1l6 ~ 10- 5 X 50 x 20 ~ 0,01 m ~ 10 mm
VERTICALES
1 Les dalles, poutres ou cloisons supportent-elles une dénivelée
de IOmm?
EXTÉR lEUR
1 iNTÉRiEUR B.A.E.L.: Ne pas en tenir compte si, en ELS, la dénivelée est inférieure
à:
• 1/300 de la portée intérieure
1 H
• 1 cm pour cloisons rigides, fragiles et bloquées dans
l'ossature,
voile ~ • 2 cm dans les autres cas.
!1!
SOIT: H '" 40 m si cloisons fragiles
isola tian -
1 H ~ 100 m si cloisons non fragiles, mais portée ~ 6 m.

1
~
4.2. Raccourcissement élastique et lIuage, EXEMPLE: crh poteau en ELS '" 10 MPa
crh voile en ELS '" 3 MPa

~;t llH ~ HllcrJEh avec H ~ 30 m


Eh ~ II 000 MPa (fluage ~ longue durée)
llcrh ~ 7 MPa llH ~ 30 x 7/11 000 ~ 0,019 m
soit 19 mm
Pour H ~ 90 m, on obtient llH ~ 57 mm!

HI poteau ., , /1
//
voile B.A.E.L. § B 5-2: On peut ne pas en tenir compte si la dénivelée est
inférieure à 1/500 de la portée.
Tassement de fondations: mêmes conditions.

- - _, , 1(((/1

17. POUTRES-CLOISONS

1. DÉFINITION On appelle « poutre-cloison» une poutre dont répaisseur est faible vis-à-vis des deux autres dimensions et dont la hauteur est supérieure
à la demi-portée.

2. RÉSULTATS 2.1. Avec charge répartie.


EXPÉRIMENTAUX (Diagramme des contraintes)

q
mmmunuwm
~/h=41J xt\:E lit z =2/3 h

Il;
x:; O,5h
ID
(J1 -f
+
l,r. '"

~/h=2 ~
1

LI
x

.1..kI .l
}
1I zo/2/3h
x:; O,4h
'1 ~' ~ JI
,
Ir
,\ ~ "

~/h=1/2

J'
~

.e/h=1
"
~ z=O,62h=O,62.e z = O,35h = O,70~

.U
,1 1
x = O,2ah =O,28t x=O,16h=O,32t

,
F ---~-:-"---'--~""""'-~~ 4-- ,~"- L~ -';:'~" "._~.:_.- ~

Q
2.2. Avec cbarge concentrée
W ~

"
Q

W ""
N

~ .c "

"""
""

+ ~
~ Lt
CD
'" .L L? J p
? {
h=.e h=2.{!.

2.3. Conclusions.
1. - Le principe de Navier ne s'applique plus. Les sections planes ne restent pas planes, même dans le domaine élastique de
comportement des matériaux.
2 - L'axe neutre tend à se trouver en partie basse et la zone tendue de hauteur x a une hauteur qui tend vers une limite fonction
de la portée et non de la hauteur lorsque cette dernière augmente. Il en est de même pour le bras de levier z.
3 - Pour des charges concentrées, il peut y avoir plusieurs axes neutres, donc plusieurs zones tendues.

: 1 1 1 1
3. SCHÉMA DE 3. I. Sous charge répartie
FONCTIONNE-
Cash=t
MENT
p
lignes
de force Résultat expérimental (§ 2.2 supra)
..E..

l
2 z = O,62t = 5/8t
T = M/z = pt'/8/(5/8t) = pt/5 = C
et 2<tg9<3
63' .( 9 < 71'

1
L .e L
1 En effet ici tg 9 = t;4 = 2,48
barre tendue
barre comprimée

3.2. Sous charge concentrée. (bielles et tirants). Q

....CD ,
,~,
l ,
Q Q , 1 \ ~
~~ ~1 1
-R-,
,,/ , \ '
1
1
1
1 1
1
1
1 1 1 1
~ / \'~ P--~- -t.-.q
i.~i 1 /1
1~
1"
15o~,(...z15° ',\ l ,"
,~T_ ',1
15 0
N--~ 0
Cas simplifié T15 \ \
'g \~
Cas montrant des X
tractions vers la
mi-hauteur Cash=2t
barre tendue
Cash=t barre comprimée -

2<tg9<3
~--
------:";;."- :::::z--;:-"~.~~•..: _=__=__ -'-'-".".". - ,:~~J=< _~",_ . - "'}ëZT :--"--- __ o.
"

3.3. Analogie hydraulique. Le flux de contrainte est analogue à un écoulement hydraulique,

SOURCE CHARGE

obstacle
r
"0
1
t
/:4/~\
/" /" /1 11 \
..... ~/[I\
l Forée
Vitesse
= débit
= contrainte
/"////111 ouverture

~
régime ~/ Il,\\
1 / / l ,"
variable l,
; Il 1 \ \
1/ 11 \ 1 1 / 11 1 Même déformation entre deux veines = pas de
,« f 1 \ Il '1 " III glissement entre ces deux veines.
J \ 1 1 1 Il 1 \ 1 1 r Il

1= ~'
r 1 1 1 III

~I
régime 1 flux : 1 1 1 III
constant 1 J 1 1 Il t.
, 1 1 1 " 1 1 1 1 1 f"'i"iI- lignes de force
reglme
· . l1 ' \ \\ 1
1
1
1
1 1 1 III
\ \\ \ J
1 1 \ III
1 \ \ 11
variable J-f,;7'l'
11/ ,,\1 {! \ \\ \ 11 1
11/
\ \\ \
\\\\
l Il; ,,\\, 1'1 ,\\

li~nes
d écoulement
_1
t
l Illt 'f L.
(J)
00
t'réaction
d'appui
EVACUATioN

4. FERRAILLAGE 4.1. Poutre-cloisoD isostatique (Une seule travée)


B.A.E:L.
a) Conditions à vérifier et calcul des sollicitations:
• hauteur ~ demi-po~ée h ~ 1/2
• portée de calcul = Min (1,15/0 ; 11) avec 10 = portée entre nus et 11 = portée entre axes.
• moment de référence: M", = (1,35 g + 1,5 q)t'/8
• effort tranclumt de référence: V", = (1,35 g + 1,5 q)t/2 et t", = :;~ h, = Min (h; t)
• épaisseur minimale:

b o " Max (3,75I,. Max (~; 1); 0,14 t JJ",p h) x

t t
cisaillement maximal condition de non-déversement de l'âme
_ 4
'to,u = 30 1c28

p = 1,35 g + 1,5 q
.... .i
,
b) Armatures principales : A, = M",; avec z = Min (0,2(t + 2h); 0,6t) à ancrer par boucles sur les 0,15 h inférieurs
Z X Je

c) Armatures réparties verticales: (cadres + étriers éventuellement)


.. al A, 0,8
• Pourcentage mmun : Po = -
boSo
" -1.,
. "
• A Cler necessmre'. P, = -43 'to"u Ys
x -J,-

d) Armatures réparties horizontales inférieures: sur hauteur 0,4 h (ou 0,4t si t < h)

05 '(0, 6 + 15 r
P= h t",)
Jc28
t",y.
r~'r
J~
~ 05 t"y, et 0,8
Je 1.
La quantité supérieure à 0,75 't Ys n'est pas obligatoire dans la partie centrale de longueur 0,4 to
ï
e) Armatures réparties horizontales supérieures: sur hauteur 0,45h (ou 0,45t si t < h)
P; = 0,60Ph 1: 0,30t",y,/J, et 0.8/1.

(J)
(J)

1 n' 2S vi
Av b
°~ ""0"
-=R

r "2 '"h -.1'----'


If)
Sv V 1
+
Il' t :J1- Âh =P;b oxO,45h
O,45h
""...
~
R'h
---r-r"-/-'--t-:t -. ~ boxO
o

r- ,--------,u-Lr __
1 l"h 2even" 1 Ah=Ph ,4h
_ _ ----1-1-1--1---

~"
O,4h =;>

---1- -'- - - - :u
....oo Ph
O,15h
<>;.
"', As
'{O,3to, O,4.t o ,O,3.eo,) o _X- n. --1
il
.L
'-f ' 'l
..
,t "" 1L

C-CAS h < t CAS h > t


4.2, Poutre-cloison continue
• Mêmes conditions à vérifier
• Calcul des moments par les règles forfaitaires (voir p. 110)
• Bras de levier z ~ Min (0,2(t + 1,5h); 0,5t)

0,5t

O,10t
AS~~ _?A~l ___=---=-_-
h
0,35t
_As - L
°4'P'1
1
0,4i! \,
As /2
0,1h
PL_' __ -As'

i
• , < ~ 0,4,t ~ - - -
1 -
,_ -'D'iL '04" 0,35h
0,40t
\'h
t--' 0,40h
0,15t I-Ai - - - -
i:----r------ 0,15 h

,1 .e ,L l' " ,
1
,t ~ r ;
,

8 hE' .e <: f'


r--CA-S-h-,,-t---'/ (;AS'h"'y--]

18. CALCUL DES FLÈCHES


L GÉNÉRALITÉS Le calcul de déformation d'une poutre fléchie se fait par la [onnule classique de la Résistance des matériaux: yU = M = - que l'on
El r
intègre deux fois. Le calcul de El ou de r est différent selon que la section est fissurée ou noo.

1.1. Section non fissurée. L'inertie 1 de la section est calculée en section homogène (ou brute si la section d'acier est faible, par
exemple inférieure à 1 %), avec un coefficient d'équivalence n = 15. La courbure vaut l/r = MfEI b avec Eb = Esln.

1.2. Section fissurée. L'inertie est calculée en section fissurée avec un coefficient d'équivalence n = Es/Eh, Eb = Il 000 VJ;;s pour les
charges de courte durée et le tiers de cette valeur pour les charges de longue durée. La courbure est donnée par
Ilr ~ (e, + e.)/d

~ ... ~ s_
I

L b 1..
2, POUTRE EN TÉ 2, L Données:

h"t~-t~L~~lEt-_Ft,
p = charge
répartie
L ~
portée
MI = moment sur l'appui gauche
Ml = moment sur l'appui droit

2,2, Section non fissurée.


C vi . • _ boh'/2 + (b - bo)h;/2 + n(Ad + A'd')
entre de gr. te. v - b,h + (b bo)h, + n(A + A')
--
• b
o
non
fissurée
f lssuree

Inertie: 1 ~ bt + bc,(h 3- v)J _ (b - bo)i ho - v)J + nA(d - v)' + nA'(v - d')'

Moment: M(X) ~ 0,5pX(L - X) + M, (1 - i) + i M, (à l'abscisse X)

1 M(X) 15M(X)
Courbure: - =- - ~ - -
r Ehl E,I

2 23, Section fissurée.

• x est racine de l'équation: b~ + (nA' + nA + (b - bo)ho)x - nA'd' - nAd - (b - bo) ~ ~0 (voir p. 22)

• Inertie: 1 ~ b: - Max [(b - bo) (x -311,,)3; 0] + nA(d - x)' + nA'(x - d')'

1 S.+Sh cr. xM(X) nxM(X) cr., nM(X)(d - x)


• Courbure: ~ = -·-d- avec Sb=-=--~--- et s=-=
E. Ehl E,I .• E., E..I

cette dernière valeur peut être diminuée forfaitairement de las pour tenir compte de la résistance du béton entre deux fissures, à
2E,P!
condition d'après le RAEL § AAAI2 que
_ ~ ~ft28
p/ - bod1 cr.•

avec
d, ~ Max [0,3d; 2(h - d') J

2.4, Rotation: co(X) ~ f" dX + CO o


Jo r

2.5. Flèche: f(X) ~ r co dX


._-- ....-.'.'"''''"'_.. _---- ._ ,PC

3. PROGRAMME
DE CALCUL Il,1 ON tRROR GOTO --H

:?(1 GOTO --4('


30 PRINT US 1NG"Erre-ur nO#"# L1Qne- ###"##";ERR;ERL'STOP
-'0 REM PROGRAI-IME DE CALCUL DE FLECHE. TRAVEE DE POUTRE CONTINUE, SECTION EN TE. SELON BA
EL 83 - HENRY THONIER. JUln 1985
50 REM FlecM a rn1-trav~~
60 CALL TEXT5IZEI91:CALL TEXTFONT(4)
70 DIM FLiSI.ASU(3 1I.YI3 1I.ZI3 1I.AV\3 1).RH} 1)
80 CL5
90 N= 10 . Nombl'e de Troncons ( 30
100 Nl-N/2
111) N2,.toJ-2
12ü NY=O
130 TT =(}TZ=(1
140 INPUT"Largeur Tabl€' (m) = ":8
150 INPUT""Largeur Ame lm) = ";BO
160 INPUT "Hauteur Totale (ml = ";H
\ 70 INPUT "Hauteur Tabl€' (m) = ";HO
180 INPUT "Hauteur utlle (m) =";D
190 1NPUT "Port.et" (m) .... :l
200 1F HO=O THEN BO=B
110 PRINT
o 220 INPUT "Charge Permanente (f"lN/mJ =";G
'" 230 INPUT "Charge Varlabl€' (MN/rn) =":0
240 INPUrrc28 IMPa) ="';FC
250 INPUrre (MPal =";FE
260 PRINT
270 INPUT""lso=1 • Hyper=2 .. ··;HV
280 1F HY-2 THEN 360
290 INPUT"AC\er InTerleUr a ml-travee (cm2) =";AZ
300 INPUT"Acler Superleur a rnl-travee (cm2l ~";AY
310FORI=OTON
320 ASU(J)= AZIJ 0000
330 AVII)=AYI 10000
140 NEXT 1
550 GOTO S50
360 PRINT
370 FOR 1=0 TO N
380 PRINT USING "AcIer Inferieur a l'Abscisse :;.#"#I#"#"· ';I;N:
390 INPUT A5UII)
400 ASU(JJ-ASUU III 0000
410 NEXT 1
420 PRINT
430 FOR 1=0 TO N
440 PRINT USING "Acier Superieur a l'AbsCIsse :##I##"' ~;I;N:
450 INPUT AVi.1I
-460 AV(I)=AVW/l0000
470 NEXT 1
480 REM S'Il V a 2 Cas de Charges g+q, maxi et mlnl, Falrt' 2 Passagl:'5
490 PRINT

i
,
5(!(1 INPurr-lolTl~nt a liauche (-) du a 9 (MNm)"''';MA
510 1NPUT"Moment a DrOIte {-,l du a 9 (MNm)"''';MB
520 INPUT"'Moment a Gauche 1-1 du a g'O IMNm)="';MC
530 INPUT"Moment a DrOite {-) du a g+q tMNml=";MD
540 NY=NY+ 1
550 FT- Q6*FC' 6
S60EY-IIOOO*IFCnI/3)
S70 ES-200000!
580 FOR OZ=I TO 4
590 P'G'Q'MW-MC:ME -MD
600 EB-EV/3
610 IF OZ<3THEN P=G:MW=MA:ME=MB
620 IF OZ-I OR OZ-3 THEN EB-EV
630 NQ=E5/EB
640 GOSUB 970
650 FOR 1=0 Ta N
660 Y(JJ-RHI)
670 NEXT 1
680 GOSUB 870
690 FOR 1-0 TO N
700 V(II-ZII)
710 NEXT 1
720 GOSUB 870
730 FLJOZI=-Z(N 1)'S"ZIN)
740 NEXT OZ
o 750 PRINT
w 760 PRINr RESULTATS ":PRINT
770 PRINT USING "Fleche due a g Instant :###,## mm ,SOlt 1/###"##";FU 1)*1 OOO;L/FLU)
780 PRINT USING"Fleche due a 9 Infml .##"### mm, soIt 1/###~U/";FL(2)*1000;L/FL(2)
790' PRINT USI NGriFleche due a g+Q Instant .### ## mm , SOIt 1/#####";FU31* 1OOO;L/FU3l
800 PRINT USING"Fleche due a g+q Infini ""##"###" mm. SOIt 1/#####";FU4)*1000;UFU4)
810 PRINT
820 PRINT USING"ContramteMaxlmum Beton .#"# #Jt MPa (n"15)";TT
830 PRINT USING"Contralnte MaXimum ACIer =####" # Mpa";TZ
840 END
850 REM ---------------------------------------------------------------------------------

860 REM IntegratIOn Parabolique


870 DX-UN
880 Z(OI-O
890 FOR 1=0 TO N2
900 Ul-DX/12*(5*Y(1 )+8*y(I+ 1)-Y(I+2»
9 10 ZI l'II=li! J'U 1
920 NEXT 1
930 ZIN)-ZIN-J )'DXI 12*IS*VIN)'8"YIN- 1I-YIN-2)
940 RETURN
9S0REM----------------------------------------------------------------------------------
960 REM (nertle de Sect10n Fissuree ( n = Es/Ebl
970fOR 1=0 TO N
980 ,A.l=A'3I.H 1\ Ay=A \J( 1)

l . ..,...
-,.- '"'- ..
"'_-',~ -"--~-',
.
;:-- -..

99(, '~"'I/N*L
1000 M=P*X*(L -XJ/2+( I-X/LI*MW+X/L *ME
1010 GOSUB 1280
1020 Ul=H-ZN
1030 If ZN>UI THEN UI-ZN
1040 Mf-fT*IN/U 1
1050 If M<Mf THEN 1240
1060 U I-BO/2
1070 U2=NQ*( AZ+ Ay )+(6-BO )*HO
1080 U3--NO*(AZ*D'AY*(H-DII-(8-BOJ*HO*H0I2
1090 DT'U2*U2-4*U 1'U3
1 100 ZN-( -U2'SORWTII/2/U 1
1110IN'B*ZN'313'NQ*(AZ*W-ZNn'AY*(ZN-H'Dnl
1120 If ZN>HO THEN IN-IN-(8-BOI*(ZN-H0I"313
1130S8=M*ZN/IN
1140 SS-NO*M*W-ZNI/IN
1 ISO 1f SB> TT THEN TT-SB
1 160 If 55' Tl THEN TZ-55
1170 H2-.3*D
1180 H3-2*(H-DI
1190 1f H2>HnHEN H3-H2
i 200 Rf'AZlBOIH3
1210 DE-fT /2/ESIRf
1220 If RF<FTISS THEN DE'O
~ 1230 RI (I)-(SB/EB'SS/ES-DEI/D
1240 NEXT 1
1250 RETURN
1260 REM--------------------------------------------------------------------------------
1270 SECTION NON FISSUREE ( N- 1SI
1280NR-15
1290 U 1·BO*H'NR*(AZ'AYI.(8-BOI*HO
1300 U2"'BO*H*H/2+NR*(AZ*D+ AY*(H-D»)+(6-60 )*HO*HOI2
1310ZN-U2/UI
1320 1f ZN <HO THEN K8-0 ELSE K8-1
1330 1N'BJ3*ZN'3-K8*(B-BOI/3*(ZN-HOn
1340 IN=I N+NR*AZ*(D-ZNt2+NR*AY*(lN-H+Dr2
1350 RI(I)·MIEBIIN
1360 RETURN

- -- ._-~ - -="""'" t

4, EXEMPLE POUTRE ISOSTATIQUE de 8 m de portée en 0,35 x 0,60 (voir p. 151)


Hypothèses: lI) = 0: décoffrage et mise en charge de 80 % des charges permanentes,
11 = 98
jours, mise en place des chapes et cloisons: 20 % des charges permanentes,
12 365 jours, mise en place des charges d'exploitation, dont 30 % en charges de longue durée et 70 % en charges de
=
courte durée.
t 3 = 1 000 jours, avec ou sans charges variables (70 % des charges d'exploitation).

Données: • charges permanentes g = 0,0125 MN/m,


• charges d'exploitation q ~ 0,0172 MN/m.
Résultats: Voir sortie ordinateur ci-après. D'où:
FI = flèche instantanée due à g = 6,52 mm
F, ~ flèche totale due à g ~ 9,71 mm
F, ~ flèche instantanée due à g + q ~ 18,32 mm et totale due à g +q ~ 25,56 mm (F,)
Largeur Table (m) ? 0.35
La~eur Ame (m) ? 0.35 =
Hauteur Totale (.) ? 0.6 = RESULTATS.
Hauteur Table (m) =? 0
Hauteur Uti le (m) ? 0.54
Portee (m) =? 8 Fleche due a 9 Instant. = 6.52 nm sol t 1/ 1227
Fleche due a 9 Infini = 9.71 nvn sol t 11 824
Charge Per'manente (MN/m) =1 0.0125 Fleche due a g+q Instant.= 18.32 nm salt 11 437
o Charge Variable (MN/m) =? 0.0172 Fleche due a g+q Infini = 25.56 nm sol t 11 313
fc28 <MPa) =? 2S
'" fe (MPa) =? 400 Contrainte Maximum Beton =16.33 MPa ( n non egal a15)
Contrainte Maximum Acier = 241.2 MPa
Iso=1 • Hyper=2 J:?
Acier Inferieur a mi-traVee (cm2) =1 21.48
Acier Superieur a mi-travee (cm2) =? 2.35

aire de la section 30 x 65
Rayon moyen: rm ~ ••• • l' . 2 95 10,26 cm
penmetre a air x

Fonction temps: r(j) ~ r. jj ;r:, avec j en jours (B.P.E.L Annexe)


j + 5", rm

j~ 98 365-98 365 1 000-365 1000-98 1000


r(j) ~ 0,382 0,505 0,544 0,611 0,652 0,664

Voir en Annexe 6 le programme FLÈCHE 2 plus complet et plus précis.

.~
CALCUL DE LA FLÈCHE NUISffiLE: postérieure à la pose des cloisons (voir fig. ci-après)
/. = 0,8F, = 5,22 mm
/, = /. + 0,8(F, - F,) x r(98) = 6,19 mm
/, = /, + 0,2F, = 7,49 mm
/, = 0,8F, + 0,8(F, - F,) x r(365) + 0,2F, + 0,2(F, - F,) x r(365 - 98) = 8,23 mm

fLèch e
l~f7 ----,-
O,7q
,~f5
0,7q

_----t- ___,_
1

1
03

,q
____
-----+--~
l - - f 6 - 1 tif

1
1

1 1
~
1 1
1
1

o 98 365 1000 t(jours)


~

o t. = /, + 0,3(F, - F,) = Il,77 mm


'" /, = /, + 0,7(F, - F,) = 20,03 mm
/. = 0,8F, + 0,8(F, - F,) x r(looo) + 0,2F, + 0,2(F, - F,) x r(looo - 98) + 0,3(F, - F,) + 0,3(F, - F, - F, + F,)
x r(looo - 365) = 11,58 mm
/, = /, + 0,7(F, - F,) = 19,84 mm
La flèche nuisible au bon comportement des cloisons vaut ici /, - /, = 12,35 mm, soit 1/648 de la portée.
La flèche admissible vaut d'après le B.A.E.L., pour les revêtements fragiles ou cloisons:
• tf500 si ( ",; 5 m
• tf 1 000 + 5 mm si ( ;;. 5 m et 1/300' dans les autres cas.

Ici f = 13 mm, ce qui est vérifié.

5. DALLE DITE SUR Le calcul en section fissurée est plus complexe. Les moments peuvent être calculés au moyen du tableau ci-après (voir aussi Partie 2,
4 APPUIS chap. 14), qui résulte de l'intégration de l'équation de Lagrange ddw = - q/D.
La flèche calculée par la même méthode en section non-fissurée, est donnée en dernière colonne du tableau. (A multiplier par qt 4j(Eh1)).
En cas de section fissurée, on pourra adopter la méthode suivante:
- calculer la flèche de l'article ci-dessus (programme de calcul), pour la dalle considérée sur 2 appuis de portée l, (l,. :Ç lI') ;
- corriger la flèche en diminution dans le rapport du produit de la valeur de la dernière colonne par 6.4. (Par exemple par
0,048748 x 6,4 = 0,312 pour une dalle carrée avec v = O.)

~ ) 1
\

DALLE DITE SUR 4 APPUIS. Pour v = 0 pour le calcul des sollicitations ELU et ELS, v = 0,2 pour les déformations ELS.
''''''''~'''''C',"_, a;

,
LX/LY = (,/(, ",; 1 = rapport des côtés
MX/QL2 = coefficient du moment suivant la petite portée, à multiplier par qt; Voir aussi p. 132
MY/MX = rapport du moment suivant le grand côté sur celui du petit côté
EH3W/QL4 = coefficient de flèche, à multiplier par q(:/(Eh 3)

NU = 0,00
- NU = 0,20
LX/LY MX/QL2 MY/MX EH3W/QL4 LX/LY MX/QL2 MY/MX EH3W/QL4
0,05 0,12537 0,00576 0,15676500 0,05 0,12551 0,20552 0,15049440
0,10 0,12503 0,00262 0,15630770 0,10 0,12509 0,20251 0,15005540
0,15 0,12496 0,00158 0,15620700 0,15 0,12500 0,20151 0,14995870
0,20 0,12451 0,00389 0,15565390 0,20 0,12461 0,20373 0,14942780
0,25 0,12301 0,0[278 0,15382520 0,25 0,12332 0,21224 0,14767220
0,30 0,12004 0,03028 0,15021120 0,30 0,12076 0,22889 0,14420270
0,35 0,11560 0,05655 0,14481200 0,35 0,11690 0,25368 0,13901950
0,40 0,10995 0,09088 0,13794960 0,40 0,11195 0,28569 0,13243160
0,45 0,10346 0,13246 0,13005480 0,45 0,10620 0,32388 0,12485260
0,50 0,09646 0,18066 0,12154390 0,50 0,09995 0,36739 0,11668210
0,55 0,08925 0,23507 0,11276950 0,55 0,09345 0,41553 0,10825870
0,60 0,08205 0,29546 0,10400730 0,60 0,08690 0,46782 0,09984701
0,65 0,07504 0,36176 0,09546210 0,65 0,08046 0,52386 0,09164362
0 0,70 0,06832 0,43397 0,08727714 0,70 0,07425 0,58334 0,08378606
-.J 1 1 0,75 0,06198 0,51219 0,07954622 0,75 0,06833 0,64601 0,07636437
0,80 0,05607 0,59657 0,07232445 0,80 0,06276 0,71166 0,06943147
0,85 0,05060 0,68729 0,06563727 0,85 0,05756 0,78006 0,06301178
0,90 0,04558 0,78459 0,05948831 0,90 0,05273 0,85104 0,05710877
0,95 0,04100 0,88872 0,05386604 0,95 0,04829 0,92441 0,05171140
1,00 0,03684 1,00000 0,04874822 1,00 0,04421 1,00000 0,04679828
ilL =:-. =-- ..5 -"- 'f -- ~ - ~
-__ _ ~ .- ............. -"-~
_ - .,..,..- __"<e?r.±;;;....:...:~"~~s:~~,
' ..
; --.,- -
...,.

1;;
~
~
s:
". ~
~.
r0-
m
"-
'ft
//
r ~
~
"'" :::!
:!' ~ t"'l
~
ru
~ o
""'" ~
~
"-
"
0
00 "'"
il
-<
e~
B
"!"'
~ ==
~
~
il-
~

."

""'"
~
-:::.

1. SOLLICITATIONS

CALCUL DES POUTRES CONTINUES Article B.A.E.L.


MOMENTS

MÉTHODE DES 1" Inerties variables A. 3.2


~ Wg Wd .t
3 MOMENTS
~f , J
1S --i - 'if ~ L ____,+1fi ,iY
;-1 1 ;+1

b/M i - l + (al+l + cj)M + bi+lMi+1 = OOd - IDg fx(


Z 1- Z x) EI,(x)
dx
n
j
1 1 b, = 0

2 Inerties constantes à l'intérieur


D
de la travée
o
.
a, = 0 1- Z x)' EI,(x)
dx
'" I,M,_,
--
.6EI,
+ (l,
--
+ -1,.\
3EI,
--
)
3EI,. \
Mj + I,.\M,.\
6EI,. \
-- IDd
_ IIIg

f (x)'Z EI,(x)dx
r (
c, = 0

3" Inerties constantes sur toute la poutre


ro, = - 1 - - x) - dx
~(x) --
+ 2(1, + 1,.\)M,:t- o li+ EII+ l(X)
1
1
I,M,_\ I,.\M,+\ = 6EI(ro, - ro,) 1

ro, = f ~(x) ZxdxEI,(x)


0

J.l(x) = moment extérieur isostatique

MÉTHODE En négligeant les raideurs des poteaux: F. 2


J; = li pour les travées de rive i
DE CAQUOT
,(
zs: zs: zs: ,,
J;. = 0,8 li pour les travées intermédiaires
Voir Annales ITBTP, Nov. 87, p.23)
Voir Annexe 4, In fine
Mi = _ qi P1 ~ qi+ l, {J i+ 1
8,5(1, + 1,+,)
,• -fi
,, -t i+1 ,,

1
RÈGLES Mo' = moment isostatique F. 1
FORFAITAIRES Me + M", Mt
+ O,3a)Mo
1/~I
M, - 2 ;. (1 a=-Q-
! ...... G+Q

MwV 'qMe Conditions: voir Dalles ci-après

Charge Moment Effort tranchant

CHARGE
~ v = J:.~
M ,pBZ
RÉPARTIE pllllllllrllfll 0' -
8
~
2
UNIFORME
,, l .,,
" ~

CHARGE lp .-r111J1hh".li = P~
CONCENTRÉE "D
,-<-/2,"'/2,
'1 1
- o-:-c.
.,
6.
MO
4 ~ V =~
2

,,----r;
F ~
li A
M = Pob
DTI11111111121>
'l
9
,~
, .e v
d =
Pa
'y
!
Ir a L b L
.. '1 1
'OOO Ehveloppe = parabole
y
o
MOBILE .. ~

Ir ';x:
-
Ir -e - x
6-
L
 -" 00,00 M'
0'7;
P€

'1 '1 ..

IP IP A1l11111[fbl::,. MO = Po rm Vg=-Vd=P
~~
é:.. l>W
'1
Ir a..
'1
b
Jr "
a Ir
Il
~

RÉPARTIE , L91/3 = 1,0264 M1/2 Vg=q-f/6

~
Mmax '

~P ~
TRIANGULAIRE
p~2
~ .g;I/3,~ Vd =-q~/3
., '1 M1/2 =16
Il '1

a
,:x:
• ~
, M
max=
V( b) p
9 0+ 2 -2'(:X:-o)
2 :x: Vg ~-o
=-y -b/2)

++)
.. le
b
RÉPARTIE
PARTIELLE ., imnîp
1. le 1. C 1.

"1
<è~~.Lll.u2'.W>.LJ..I..DJ.-& :r = 0+ b ~ rn-rm-J~ Vd ='~ (0
6. Oh 6 (~-~) "
po
..Ir

~
a
..te

III III 1p
b

-~--~
..Ir
a
,"
M max = f- (.E 2
- 40 2 ) .V9=-Vd =2:

\
!ri irn{p a bal
pl:!1111111 i~ Mmax =-2
p02 jlJb "Qt g'
V ' - Vd 'po
,

FLEXION Mo = moment isostatique de la travée (Mo = pP/8) _ ! + M, :-M1 1 0< x < 1


MI = moment sur appui gauche (algébrique) Xo- 2 8M~
Mmcx M, = moment sur appui droit (algébrique)
Xo = abscisse relative du point de moment maximal M max M=, =Mo+M, + M,+ (M, -M,l'
X, X2 VI = e~ort tranchant à l'appui gauche 2 16 Mo
V2 = effort tranchant à l'appui droit
Ml Xl = abscisse relative du premier point de moment nul 4Mo + M, - M,
V, = 1
X2 = abscisse relative du deuxième point de moment nul _......:.._--
M, .E
,
L ,
L
v _ M, - M, - 4Mo
x, =.<0-
jMm~
4M,
, - 1

Nota: Ces formules sont valables pour x,=.<o+


jM4Mom
.. M
max
= M
0
+ M, + M, + (M, - M 2)'
2 16 Mo
des charges réparties uniformes

POUTRE CONTINUE p, = g + q en ELS ou 1,35g + 1,5q en ELU ou g + 1,50q en ELU (*)


p, =g en ELS ou en ELU ou 1,35g en ELU (*) Prendre l'enveloppe de;]
P, P P, P Cas" 1 : donne le moment maximal dans les travées impaires 3 cas de charge .1
CAS 1
~ Cas 2: donne le moment maximal dans les travées paires
Cas 3: donne le moment maximal sur appuis (en valeur absolue)
[TA3.3. 1
P, P P,
P
CAS 2
~ (>II) g ou 1,35g en ELU sera le même sur l'ensemble des travées.
1 § B.6.2.3. 1

P, P, P, P,
CAS 3 ~IIIIII~IIIIII~IIIIIIIDIII~

l :::g
2. MATÉRIAUX
Article B.A.E.L.

BÉTON A.4.5.2
Ci b ~
,-

~pente
l'ELS
1
crb :s;;: ab = 0,61c28 1 A. 2.1.2
Eb en déformation instantanée
1
Eb ~ 11 000 3g 1
Coef. de Poisson = v = 0,20 pour les déformations
Eb = 0 pour les contraintes

2' ELU A ~ 4.3.4

to,r~lo'h cr bu =~

9: voir p.31
0,85.fo!

Cib . 17 Aire = 0,8 Xcrbu


'" Ci bu
Aire = 21 xabu g ~ 0,4 x

If!:
0 2
diagramme
3,5 Eb %0 parabole-rectangle
g ~
99
238 X

diagramme
yh

Yb
= 1,50
= 1,15
POISSON: v
cas courant
action accidentelle

~ 0
rectangulaire 1 1

ACIER crs:S;; crs = 114~ MPa en fissuration très préjudiciable (165 MPa) Pour le treillis soudé lisse: cr s =90ft; MPa (130,4 MPa) A. 4.3.2
139ft; MPa en fissuration préjudiciable (201,6 MPa) ~ llOJj,; MPa (159,4 MPa)
l'ELS =non limité
A.4.5.3·
non limité en fissuration peu préjudiciable

n ~ E,/Eb ~ 15

2' ELU Ci, A. 2.2.2


Ci su a su = !eN. Ys = 1,15 cas courant
1
f,

l4'""
1 y, ~ 1,00 action accidentelle
1 e,=-
1 YsEs
1
1
1 E, ~ 200 000 MPa
E, 1 1 1

0 q 10 E. s 0/00

------ 1

3. ADHÉRENCE - SCELLEMENT
Article B.A.E.L. ,

Longueur 1, ~ 0,6>\1;]", >\1, ~ 1 acier lisse (voir p. 15) A. 6.1.2


de sceDement 1 ~ 01.
3 41: s [", ~ 0,06 1." + 0,6 MPa >\1, ~ 1,5 acier HA A. 2.1.12
droit 1 1
1

w
1." MPa 15 20 DU 30 35

Acier tas MPa 1,5 1,8 2,1 2,4 2,7


H.A. 1
,
t,MPa 2,0 2,4 2,8 3,2 3,6
longueur de scellement
(f, 400) 500 420 1 360 1 31 0 290

l --=ï
~~~=,

4. FLEXION SIMPLE
Article B.A.E.L.

Sollicitations en MN. MNm Contraintes en MPa Voir Tableaux en Annexe 5 in fine


UNITÉ Dimensions en ID Aciers en cm2

ACIER ELS (*) 1) section rectangulaire A.4.3


~
M
LONGITUDINAL ÉLU 1) Section rectangulaire: = hd " - '" 0,39 (*)
a) p=bd'M- tableaux
(p. 116)
-+ As et ab ~ (Yb """
z = 0,5d(I +~)
b) méthode approchée P '" ;'2~ - 2~ A, = M,
zcr~

z =
(
d 0,856 +
cr,
3 800 -
p)
38 2) section en Té: se ramener à une section
rectangulaire en retranchant le moment résistant
M de la partie de table extérieure (voir p. 118).
-
A, = -
zcr, 3) Calcul inutile en fissuration préjudiciable ou très
1 1
préjudiciable
2) poutre en Té
~ a) méthode exacte: voir p. 22. % minimum: (section rectangulaire) (voir p. 81)

b) méthode approchée: prendre z =d - ~ A, ;, 0 23 1." 1.28 = 0,061.28 + 0,6 MPa A.4.2


b,d~ , J.
M
A, = -
-
za, Bâtiment: au choix As min ci-dessus ou 1,20 As calculé B.6.4

(*) Calcul inutile en fissuration peu préjudiciable. (*) Sinon acier comprimé à prévoir.

CONTRAINTE DE ELS (rb :::;;; ab = 0,61028' (Voir Annexe 1, in fine) A.4.5.2.


COMPRESSION DU
BÉTON (E.L.S.)
Méthode approchée en section rectangulaire P= ::;, < ~
Ic.Z8
Il Fissuration
20 25 30 35
cr, = 280 2,04 2,84 3,69 4,58 peu préjudiciable
cr, = 202 2,46 3,26 4,08 4,91 préjudiciable
cr, = 165 2,66 3,50 4,34 5,21 très préjudiciable

~-

ÉPURE Article B.A.E.L.


Acierde
D'ARRtT DES
BARRES

~
./ Al
..
~~~~~cc~c- ______
H
....
~~~.----------~
"""""""'\
H
.... "AI;

~- :
'A4 : .......:: , "A7 A.4.1.5
,,
:
'AI; ' A l ' . / Al

1 ""

1
1
"
1"
olih

1 1 1
1
440
y'T'l,.. ,
'r i 1 ,r
1
1
'i 'f
li
l"
~
"
1
1
1
",O,8h v
l
,
'

1
1
'1
'
1'

1 A1+A2
1
1
1 1 1 ---1-,--+-- 1
1 1 l ',1 1
1 1 l ,,, 1
1 1 1 " 1 1
1 1 1 " 1 1
1 Il " liA,
f---lo--L-Y-
'"
""""-
deo_

AI;
,, ,,
,
t-~q"
__ ~_LL __:_-A3
"
:, ,,
IO,6h
,,
Il Il,
1 Il 1 , "1440"', "1-1--
1 ;il 1 1 08h~ ' " 1 i j

,,""', ~
) l;lf '

r __ ,~--.-~-+j~.4
,

.~
,
~ "O.Bh)
;N40 " '

lorsque a et b < LtxI lorsque a et b > LIxI

-----:::::ï
~I ;;:
~

E-
'"1 '"
+
~
~I! ~I! " ~
z '"
,
~I~ ~I~
Il
~~ _'N _'N B
ÉTAT-LIMITE DE SERVICE 0 ,: ::;;:l 1 1 'Oj "
~O
1
"',.., N
~'"
1
"',.., Jij
~Z
,~~ V :il 0' :il 0' Il Il
V Zlo"Zlo" 0
u
VÉRIFICATION DES CONTRAINTES Z [::E- '" Il Il
~ ~ '" Il Il

1000p 1000 a. 100 A x z 1000 P 1 OOOa. 100 A x z 1 000 P 1 000 a.


~I
~"I ',"
0
~"
-..:
0
f-
U
Z
~
..: :..: u
">
'"
:..: ..: b
~pj
~~
100 A x
-
z - -
o.
<G <Il
bd d d 0'. (J, bd d d as 0'. bd d d Il
t:. ~ "
-a ...l

~
,; ~
"" 0
..,'N
0 El Oll
0"
0.020 0.0745 0.9752 0.1950 5.3679 .8200.3880 0.8707 7.1395 42.2672 1.620 0.4953 0.8349 13.525565.4163 V
'"
1 a-
'"
Il '' 1
-a ~
0.0400.10370.9654 0.3862 7.71390.8400.39160.8695 7.303642.9045 1.6400.49730.8342 13.681465.9543 Z '-./ ô ..: "
0 '"Z
'-./
,= .~
Z

0.0600.12550.9582 0.5749 9.56440.8600.3951 0.8683 7.467543.5375 1.6600.49930.8336 13.837066.4889


-'N :i VI
+
Z' ~
_'N
11\ ''""" V
1

i\{ -
11\
+ 1 Jo + ::El
T" 'B" ~
N
0.0800.14340.9522 0.7618 11.15890.8800.39850.8672 7.6311 44.1663 1.6800.50130.8329 13.992667.0220 ~ '" ::E'
~
il N
V '" "" ::E ::E."
'-./
Il
0.1000.15890.9470 0.947012.59020.9000.40190.8660 7.794444.7911 1.7000.50330.832214.148067.5537 ;:l ""N ..: Il "'~
Il
0 Il Il Il Il "3 ~ ..:
0.1200.17260.9425 1.1310 13.90590.9200.40520.8649 7.957545.41201.7200.50530.8316 14.303268.0840 Z i '' ~~ ::E = .~-M
0.1400.18500.9383
0.1600.19640.9345
0.1800.20690.9310
1.3137 15.1341 0.9400.40840.8639
1.4953 16.2933 0.960 0.4116 0.8628
1.6758 17.39620.9800.41480.8617
8.120246.0292 1.7400.50720.8309 14.458368.6130
8.282846.64271.7600.50910.8303 14.613269.1406
8.445047.2528 1.7800.51100.8297 14.7681 69.6669
1--
~
E-
E-
Z
, "- N ..:
!
u",
'" >

~
4
~'G

~
0.2000.21680.9277 1.8555 18.4520 1.0000.41790.8607 8.6070.47.8594 1.8000.51290.8290 14.9227 70.1920 ::; 1 '"
0.2200.2260 0.9247 2.0343 19.4677 1.020 0.4209 0.8597 9.7688 48.4628 1.820 0.5147 0.8284 15.0773 70.7159 ~
...l ,; 0 -'N
-;;- '-./
..,
0.2400.2347 0.9218
0.260 0.2430 0.9190
0.280 0.2509 0.9164
2.2122 20.4488 1.0400.42390.8587
2.3894 21.3996 1.060 0.4269 0.8577
2.5659 22.3237 1.080 0.4298 0.8567
8.9303 49.0630 1.8(00.5166 0.8278 15.2317 71.2384
9.0916 49.6601 1.860 0.5184 0.8272 15.3860 71.7598
9.2527 50.2543 1.8800.5202 0.8266 15.5401 72.2800
-
...l
~
E-
~
<t
_'N
V
N
1
:s
."
Il
:..:
..:
Il
_'N
V
."

~
a-
ô
M

"
.~

'0
0.3000.25840.9139 2.741623.2238 1.1000.43270.8558 9.413550.8456 1.9000.52200.8260 15.6941 72.7991 Il.
'" Il .. M
'" Il
~

'"
"-
0.3200.26550.9115 2.916824.10231.1200.43550.8548 9.574151.43401.9200.52380.825415.848073.3170 l:i .~ IZ
0.3400.27240.9092 3.091324.9614 1.1400.43830.8539 9.734552.0197 1.9400.52550.8248 16.0017 73.8338 V '" V
Z '0
0.3600.27900.9070
0.3800.28540.9049
0.4000.29160.9028
3.265225.8027 1.1600.44100.8530
3.438526.6278 1.1800.44370.8521
3.611227.4379 1.2000.44640.8512
9.894652.6028 1.9600.52720.8243 16.1554 74.3494
10.054653.1833 1.9800.52900.823716.308974.8640
10.214353.76132.0000.53070.8231 16.462375.3776
-
0
< Il
<Il
Oll
Z'
'/il
~
"-
~ "
'" 'œ"
C>

N'
Z
.",

-
"
C>
.~
N'
..:
0.420 0.2975 0.9008 3.7835 28.2341 1.2200.4491 0.8503 10.3739 54.3368 2.020 0.5323 0.8226 16.6155 75.8900 "-
• ::E "3 oc
oc
0.440 0.3033 0.8989 3.9552 29.0176 1.2400.4516 0.8495 10.5332 54.9100 2.040 0.5340 0.8220 16.7687 76.4015 0 ~ El M
0::
-.'"
II) oc .~ N

-
,~
~
'C> M 0 lb
0.4600.30880.8971 4.126529.78921.2600.45420.8486 10.692355.48082.0.00.53570.8214 16.921776.9119 ::; " '"
'El ~ '" ci. N

0.4800.3142 0.8953
0.5000.31950.8935
4.2972 30.5496 1.2800.4567 0.8478
4.467531.2996 1.3000.45920.8469
10.8513 56.0494 2.080 0.5373 0.8209 17.0746 77.4214
Il.010056.61582.1000.53890.8204 17.227477.9299 L
0
A
Z
~
Il.
::;
''''Il
..,.
ô

""
<:T
'" ;'"
'0
;;f
"<:T ""
•N
'0
-"
<- M

'Q"
oh
0
N
ci. ~
Il

~'"
."
oc N 'C>
~

..:.,;
/T\
~
0.5200.32460.8918 4.6374 32.0398 1.3200.46170.8461 11.168557.18002.1200.54060.819817.380178.4374 0 ~

0
u
Ô
"Po "-" "Po
M
.~
M

0
.. lS "'"
~ A\ VI
0.5400.3296 0.8901 4.8068 32.7708 1.340 0.4641 0.8453 11.3269 57.7422 2.140 0.5422 0.8193 17.5326 78.9439 V "- 0
~
M
-;;;-
...r E- 'ô -" _ 1\0 -(1)

0;
0.5600.3344 0.8885 4.975833.49311.3600.46650.8445 Il.4851 58.3023 2.160 0.5437 0.818817 •.685179.4495 ..c. fi
'" '''' '''' 0 E

"D l -
u > 'C>
Z "
V
~
'" M
-H
..,• ..,J "
0.580 0.3391 0.8870 5.1444 34.2073 1.3800.4689 0.8437 11.643058.8604 2.180 0.5453 0.8182 17.8374 79.9543 ~ ~
~I~ C
0.6000.34370.8854
0.620 0.3482 0.B839
5.312634.9137 1.4000.47120.0429
5.480435.6127 1.4200.47360.8421
11.800859.4166 2.2000,.54690.8177 17.989680.4580
Il.958559.97092.2200.54840.817218.141880.9609
'H- . . « ~
::;
~
~ .!!
~
.S!'
!::
-'!;" "'"
<l;
."
0
-"
!:;I;::; !:;I;::;
."
~
0
.0
Il

'"
N
N
ô ZI~
~

0.640 0.3526 0.8825 5.6478 36.3047 1.440 0.4758 0.8414 12.11~9 60.5234 2.2400.5499 0.8167 18.293881.4630
,~

E- ""
i;>
~
~

~ V A -l5 .'" Il
10
J .!! .!! 'B ~
0.660 0.3569 0.8810 5.8149 36.9901 1.4600.4781 0.8406 12.2732 61,0740 2.2600.5515 0.8162 18.4457 81.9641 r
~ J
r Z § :i Z' .~
0.68Q 0.3610 0.8797 5.98163).6692 1.4800.48030.8399 12.430361.6228 2.280Q.5530 0.8157 18.597582.4645
~ ~

"" "" .",


.'" f- i
0.7000.3651 0.8783 6.148038.3422 1.500 0.4825 0.8392 12.5873 62.1699 2.300 0.5545 0.8152 18.7492 82.9639
0.7200.36910.8770 6.3141 39.0094 1.5200.48470.8384 12.744062.71542.3200.55590.8147 18:900883.4626
0.740 0.3731 0.8756 6.4798 39.6711 1.540 0.4869 0.8377 12.9007 63.2591 2.340 0.5574 0.8142 19.0523 83.9605 Z ..:
...l
-r.l
0.760 0.3769 0.8744
0.780 0.3807 0.8731
0.800 0.3844 0.8719
6.6452 40.3276 1.560 0.~890 0.8370
6.8102 40.9789 1.580 0.4911 0.8363
6.9750 41.6254 1.600 0.4932 0.8356
13.0571 63.801' 2.360 0:5589 0.8137 19.2036 84.4575
13.2134 64.341B 2.3800.5603 0.8132 19.3549 84.9538
13.3695 64.880 2.400 0.5617 0.8128 19.5061 85.4492
<ol
Cl
<ol
Z
fol
~
folZ
-~
t:: """
u
~
--
Il
l:i
VI
,
~
Cl

VOÎr Annexe 5 in fine.


-'"'"' ~9
E-E-
..:u u
~
;;,
'"
...l
Z

El<ol
!5",[g
uel~
~O<ol '"d
Z~ fol <ol u..: ...

116 117
6. FLEXION COMPOSÉE
(MÉTHODES PRATIQUES) ELU

1. - 1 SECfION PARTIELLEMENT TENDUE - SANS AOERS COMPRIMÉS (ELU) Article B.A.E.L.

,1. b L 1. - Moment par rapport aux aciers tendus

+ '

h~1 ~$"}1
M, = N,.1i

Poutre rectangulaire: M, = M, + N, (d - ~)
ex>
2. - Moment résistant de la table extérieure: Mtt
N" = (b - bo) h,cr"
z" = d - 11,/2
A Mie N,,,,z/e
j;
O"b" = 0,85 !c28 crs,. = y. o voir p. 31 3. - Moment repris par la nervure
9y,
Mn = Ml - MI"
~
4. - ~ = -M,- -+ z = -d (l + V 1- 2~)
b"d'cr" 2

5. - Acier: A, = (~' + N" - N,},,~


Cas particuliers: 1. - Si As ~ 0: pas d'acier nécessaire car résultante Nil à l'intérieur de la section avec ab ~ abu
2. - Pour une poutre en Té, commencer par la calculer en poutre rectangulaire de largeur b

~, = M,
b-d'
a -+ ct, = 1,25(1 - V ~).
1. " ..... , si " 1 < 1, 25 ~
d
bu

axe neutre dans la table, passer directement en 4 avec M" = M), Il = III et Nu =0

j
.T"""

2. - 1 SECTION PARTIELLEMENT TENDUE A ARMATURES SYMÉTRIQUES (méthode approchée)


(méthode CEB·FIP - Manual on bending and compression - 1982)
~I •
As12
::td 1

Posons v N,
= -bh avec = 085
10"
, -9 9 voir p. 31
(J'bu h 1
ab" Yb 1

A~/2
M,
~ = bh'""
... 1 1
t d:4

). = 0,5 - <!>.
h
,
\
b
,\

~
1, 00
-r - T-'--'
: : 1 : 1 1 A, /./y,
P donné sur la figure:
0,901--+ - +- - -t- I- --1
1
ms = bh· crbu

1
1 1 1
0/ 80 1 1 1 1
.y
0 0,2 0,4 0,6 0,8 1,0 1,2

'"
Traction v < 0 -l'..-v
ID, - ).~

~ - 0,85 x 0,55v (1 - v)
o~ v ~ 1 A, = ID,bh Y.!. 0,85 10"
Cas courant ID, = ).~
/. Yb

~
Forte compression v > 1 ID, = ).~ + 1- v
- - - - ----

7. EFFORT TRANCHANT

ELU Article B.A.E.L.

Contrainte de
cisaillement 1 T.~~~ 1
Vu à l'abscisse Shl3 pour le calcul des aciers transversaux et de "tu ~ lu
A. 5.1.1
A. 5.1.231

Cisaillement
admissible
A. 5.1.2
tu = Min(*; *) Fissuration

MPa non préjudiciable préjudiciable


ou très préjudiciable
cadres verticaux 0.2j;"jy,; 5 0,15f,,,/y,; 4

cadres à 22'30 0,235j;"jy,; 6 0,2If,,,ly,; 5,5

'"
o cadres 45 ou cadres verticaux +
0

aciers longitudinaux de section/m 0,27j;"ly,; 7


au moins égale

Acier transversal
(A) ~ y,(T. - 0,3J,,,k)b,
a. = angle des cadres avec l'horizontale A. 5.1.23 ,

1,28 ~ 0,06h28 + 0,6 MPa "" 3,3 MPa


s, 0,91. (cos a. + sin a.)
k = 0 si fissuration très préjudiciable ou reprise de bétonnage
= 1 flexion simple
> 1 en flexion composée de compression = 1 + 3-y
< 1 en flexion composée de traction = 1 - 1D'Y
"Y ~ fIb!j;28; fIb ~ N/S; S ~ section brute

Acier transversal
minimal
(A).
SI mm
~ 0,4 bo
le
A. 5.1.22
Écartement maximal s, .;; 5, ~. Min (0,9d; 0,40 m) A. 5.1.22

CAS Valew des cisail- Reprise de bétonnage


aciers Wv=At/(bo St) aciers - Ah
DES CADRES Wh:- lements (MPa)
VERTICAUX verticaux horizontaux bOs h sans avec
EN FLEXION cm 2 /m
SIMPLE W2 -------------------------- Fissuration peu 'tl = O,3};28 'tl =0
avec préjudiciable 't2 = 'tl + 0,32 t, ~ 0,32
éventuellement des
Wv
armatures
complémentaires / T, ~ Min (0,2j;"jyb; 5)
horizontales
W, ~---------------- Wh 1 1
t, Min (0,27f,,,IYb; 7)

/ Fissuration préju·
diciable ou très
'tl
t, ~
= 0
0,32
T, ~
/ préjudiciable Min (0,15j;"JY,; 4)

'::l
"- 000
f.
=W o
/
/ " ,,
1
'3 '4 'u
0
" '2·

Aciers en cm2fm 2 Cadres verticaux Armatures complém. horizontales

A, 4000 Ah
o ~ 'tu ~ 't2 .,~-=mo=--

'b"s, 1.
mh=-~O
b"sh

'tu - 'tl
'lI~---x104xy mir =0
't2~'tu~'t3
0,91. '

'tu - 'tl 4 'tu - 't3 't 4 - '~l 4


'lI~---xlOxy W ~ - - - x - - - x 10 x y,
't3~'tu~'t4
0,91. ' 't 4 - 't3 0,9 t

avec = 'tu = cisaillement à l'abscisse 5hl3

J
LISTE DES - Pour des charges réparties uniformes (permanentes G, variables Q)
ÉCARTEMENTS - So est à choisir en fonction de la hauteur h de la poutre (so = écartement initial calculé à l'appui)
DE CADRES
- les écartements successifs sont à lire sur la ligne correspondant au So choisi
- chaque valeur est à répéter n fois, n = demi~portée en mètres

Q"G G<Q,,2G
h,m s_ écartements successifs h,m s_ écartements successifs

8 8 9 10 Il 12 15 20 32 40 8 8 9 10 Il 12 15 19 28 40
30 9 9 10 Il 12 15 19 28 40 30 9 9 10 Il 12 15 18 26 40
10 10 Il 12 15 18 25 40 10 10 Il 12 14 17 23 40
11 Il 12 14 17 22 35 40 11 Il 12 14 17 21 31 40
50 12 12 13 16 20 27 40 50 12 12 13 16 19 26 40
13 13 15 18 23 35 40 13- 13 15 18 22 32 40
14 14 16 20 36 (45) 14 14 16 20 26 40
70 15 15 17 21 29 (59) 70 15 15 17 21 29 40
'"'" 16 16 19 24 35 (60) 16 16 19 24 34 (60)
17 17 20 26 40 17 17 20 26 39 (60)
90 18 18 22 29 (48) 90 18 18 22 29 (45)
19 19 23 31 (55) 19 19 23 31 (52)
20 20 25 35 (60) 20 20 25 34 (60)
120 21 21 26 37 (60) 120 21 21 26 37 (60)
22 22 28 40 (60) 22 22 28 40 (60)

ÉCHELLE DE CAQUOT: Valable pour des charges unifonnes appliquées sur toute la travée (par exemple Q ~ 0)

1
7 - 8 - 9 - 10 - Il - 13 - 16 - 20 - 25 - 35 - (60) 1

Article B.A.E.L.

DALLES Pas d'aciers transversaux: Aciers transversaux si:


1. Si largeur < 3h
2. Si 't" :;;;; 0,07 h28I'Yb
0,07f,,,/y, " t"" '" x Min (1 ; l~h) A. 5.2.1

3. Si pas de reprise de bétonnage t" = cisaillement admissible des poutres vu ci-dessus (en
ELU)

---- ~
~ +- --- -- - - ~
... S:,r~",
~

-';V;!f"""':o/i,' "

V 2V" A. 5.1.3
ACIERS DE 08h28
GLISSEMENT (ELU) A l'appui simple Ag = ~
crm
• crll = boa ~, y;
ET BIELLE D'APPUI V, + MJO,9d 2V" 1 3 h,.
A l'appui intérieur Ag
cr,"
= ~ crb = boa ~, y;
Mu = moment algébrique sur appui a \
•1\ l
é ,, ~,
,
l
'/S45°
'

=r-
1 •

~
1
1
1

r ,{20
1

p ~ n 0 pour une barre A. 6.1.3


GLISSEMENT DES
AOERS.
t~ = V" ::s;;; w.ft28 P ~ (n + 2) 0 pour un paquet de 2 barres
pz
ADHÉRENCE acier HA: 1\1, ~ 1,5 z~