Vous êtes sur la page 1sur 9

~TP catalyse et chimie des surfaces~

~Isotherme d’adsorption~

But du TP :

Détermination de l’isotherme d’adsorption du CH3COOH sur le charbon actif.

Introduction

Lorsqu’un solide est plongé dans une solution, chaque constituant de la phase liquide
de cette solution y compris le solvant, aura une tendance particulière pour l’adsorption sur la
surface solide. Il y aura donc une concurrence entre les divers constituants de la solution

Partie Théorique : Définition & Théories sur les mécanismes d’adsorption :

 Adsorption : L’adsorption, à ne pas confondre avec l’absorption, est un phénomène de


surface par lequel des molécules de gaz ou de liquide se fixent sur les surfaces solides des
adsorbants avec lesquels il sont en contactes selon divers processus plus ou moins
intenses. Ce phénomène à une grande importance dans l’évolution de nombreuses réactions
chimiques en mécanique industrielle, il joue un rôle fondamental dans les processus de
lubrification et les procédés de brasage.

Selon la nature des forces attractives on distingue deux types d’adsorption, l’adsorption
physique ou physisorption, et l’adsorption chimique ou chimisorption.

o PHYSISORPTION : l’adsorption physique ou physisorption met en jeu des liaisons faibles,


du type forces de Van Der Waals, analogue à celle qui sont impliquées lors d’unes
liquéfaction. Elle se produit bien avant que le gaz n’atteigne une pression égale à sa pression
de vapeur saturante, à des températures assez basses et voisines du point d’ébullition de la
phase adsorbée. Elle est en général réversible et on peut la comparer au dépôt de buée sur
une paroi froide. L’équilibre est obtenu lorsque les vitesses d’évaporation et de condensation
sont égales. L’adsorption physique est donc favorisée par une baisse de la température.
L’énergie mise en jeu pour cette réaction est généralement inférieure à 10kcal/mole.
o CHIMISORPTION : L’adsorption chimique ou chimisorption met en jeu des énergies de
liaison importantes. Elle s’accompagne d’une profonde modification de la répartition des
charges électronique des molécules adsorbées, les forces mise en jeu sont du même type
que celles qui impliquées lors de la formation des liaisons chimiques. Elle est souvent
irréversible (ou difficilement réversible) et engendre une couche mono moléculaire. L’énergie
mise ne jeu pour cette réaction est généralement supérieure à 10kcal/mole.

 Adsorbant : Les adsorbants sont des solides poreux se présentant généralement sous
forme de granulés, de poudre ou de solides filés. Ils se caractérisent essentiellement par
leur surface spécifique plus au moins grande qui détermine la capacité d’adsorption se
traduisant par la quantité de substance fixée par la quantité de substance fixée par unité de
masse du solide. La connaissance de la capacité d’adsorption permet de déterminer la
qualité d’un solvant.

En bref, la quantité de substance adsorbée par l’unité de masse de solide adsorbant dépend de :

- La Surface Spécifique de l’adsorption


- La Concentration du soluté adsorbé
- La Nature du soluté
- La Température
~TP catalyse et chimie des surfaces~
~Isotherme d’adsorption~

 Isotherme d’adsorption : A une température connue, on peut déterminer la quantité


adsorbée X par M grammes d’adsorbant pour différentes concentration : X/M = f(c) ; cette
relation est dite : ISOTHERME D’ADSORPTION.

 Théorie sur les mécanismes d’adsorption :


o THÉORIE DE FREUNDLICH (1909) :
Il est possible de représenter les isothermes d’adsorption selon la forme suivantes :

X/M = K.
Tel que :
X : Quantité de soluté adsorbée en moles.
C : Concentration du soluté à l’équilibre en mole/l.
M : Quantité d’adsorbant en grammes.
K, N : constantes déterminées généralement, en traçant : log(X/M) = f. (log c)

o THÉORIE DE LANGMIUR (1916) :


Elle repose sur deux hypothèses :
. L’adsorption se produit dans des centres d’adsorption déterminés, dont l’on ne
connait pas la nature physique.
. Les molécules adsorbées n’interagissent pas entre elles.
Ainsi, Langmuir à établit l’équation :

X/M = (a*C) / (1 +b*C) ;


Tel que :
X : Quantité de soluté adsorbée en moles.
M : Quantité d’adsorbant en grammes.
C : Concentration du soluté à l’équilibre en mole/l.
a, b : Constantes expérimentales.

Partie Expérimentale : Expérience, Analyse & Traitement de données :


Produits Utilisés :
- Acide acétique (0.5M).
- Eau
- Carbone actif
- Solution de NaOH (0.1 N).
- Phénolphtaléine.

Matériels utilisés :

- Erlenmfeyer.
- Chronomètre.
- Pipette.
- Becher.
- Filtrat.
- Thermomètre.

 Expérience :
Pour cette expérience, il faut prendre six erlenmeyérs lavés et séchés, dans lesquels on versera
les quantités d’eau et d’acide acétique (0,5 M) comme indiqué dans le tableau ci-dessous.
~TP catalyse et chimie des surfaces~
~Isotherme d’adsorption~

Bien mélanger, puis ajouter1 g de charbon actif dans chaque erlen.

1 2 3 4 5 6
Eau (ml) 0 20 20 35 41 45
Acide acétique (ml) 50 30 20 15 9 5

Il faudra ensuite agiter les différents erlen pendant 30minutes et les laisse décanter quelques
minutes avant de filtrer chaque solution et de l’entreposer dans de nouveaux contenants propres et
secs.

On prélèvera ensuite 2 ml de chaque solution filtrée et on y ajoutera quelques gouttes de


phénolphtaléine avant de procéder à un dosage volumétrique avec NaOH (0,1N).

 Interprétation des résultats :

o CALCUL DE LA CONCENTRATION INITIALE :

Elle est obtenue au moyen des solutions mères en calculant la dilution de la manière suivante :

. = . =( . )/ ;

Tel que = 0.5M ; =50 CC.

D’où ; = 0.01. = .

Tube 1 2 3 4 5 6
(M) 0,5 0,3 0,2 0,15 0,09 0,05

o CALCUL DE LA CONCENTRATION A L’EQUILIBRE :

Elle est mesurée à la neutralisation, d’où :

. = . =( . )/

Étant le volume de la base.

Alors on a :

Tube 1 2 3 4 5 6
(ml) 8,6 4,8 3 2,11 1,25 0,62
C(M) 0,43 0,24 0,15 0,105 0,062 0,031

o CALCUL LA QUANTITE ADSORBEE :

C’est la différence entre le nombre de moles , et de celle adsorbée.

X= –n=( - ).V X= 50.( - );

D’où, le tableau
~TP catalyse et chimie des surfaces~
~Isotherme d’adsorption~

Tube 1 2 3 4 5 6
X (mole) 3,5 3, 2,5 2,225 1,375 0,95

TRACE DE L’ISOTHERME D’ADSORDPTION

A la température de l’expérience T = 287k, on peut déterminer la quantité X adsorbée, par M


grammes d’adsorbant pour différentes concentrations C.
X/M = f (C) est a appelé isotherme d’adsorption

X / M (mole/ g) 3,5 3 2,5 2,225 1,375 0,95


C (M) 0,43 0,24 0,15 0,105 0,062 0,031

Sachant que M=1g

On aura la courbe suivante

X/M=f(C)
4
3,5
3
2,5
2
X/M=f(C)
1,5
1
0,5
0
0 0,1 0,2 0,3 0,4 0,5

o VERIFICATION DES THEORIES :

Vérification de l’équation de Langmuir :

= = +

Suivant le tableau qui suit, on trace le graphe : M/X = f ( 1/C )

M / X (g/mol) 0,285 0,333 0,4 0,449 0,727 1,052


1/C ( ) 2,325 4,166 6,66 9,478 16 32,258
~TP catalyse et chimie des surfaces~
~Isotherme d’adsorption~

On obtient alors, une droite de pente 0,026 =1/a a = 38.46 ; Et


l’ordonnée à l’origine b/a = 0,230 , d’où b =8.845 . I/mol.

M/X=f(1/C)
1,2
y = 0,0263x + 0,2308
1 R² = 0,9827

0,8

0,6 M/X=f(1/C)
Linéaire (M/X=f(1/C))
0,4

0,2

0
0 10 20 30 40

C (M) 0,43 0,24 0,15 0,1055 0,0625 0,031


X/M (g/mol ) 3.44 2.95 2,47 2,09 1,54 0,93

Vérification de la théorie de Freundlich :


X/M = K. ;
Après introduction des log:

= +n.

On trace alors : = ( ).

2,455 2,522 2,602 2,652 2,861 3.022

_ 0,366 0,619 0,823 0.976 1,204 1,508

La pente n =0,5,
L’ordonnée à l’origine : = - 2, 214 k = 6.109. L/g
~TP catalyse et chimie des surfaces~
~Isotherme d’adsorption~

log(X/M)=f(log C)
3,5
y = 0,5147x + 2,2144
3
R² = 0,9563
2,5

2 log(X/M)=f(log C)

1,5
Linéaire
1 (log(X/M)=f(log C))

0,5

0
0 0,5 1 1,5 2

C (M) 0,43 0,24 0,15 0,105 0,062 0,031


X/M (g/mol) 4 2,93 2,30 1,92 1,46 1,02

 Confrontation des résultats :

C (M) 0,43 0,24 0,15 0,105 0,062 0,031


X / M (mole /g) 3,5 3 2,5 2,225 1,375 0,95
X/M (g/mol) selon Langmuir 3.44 2.95 2,47 2,09 1,54 0,93
X/M (g/mol ) selon Freundlich 4 2,93 2,30 1,92 1,46 1,02
~TP catalyse et chimie des surfaces~
~Isotherme d’adsorption~

4,5

3,5

3 X/M 10-3 g/mol


2,5
X/M 10-3 Selon
2 FREUNDIISH
1,5 X/M 10-3 g/mol selon
Langmuir
1

0,5

0
0 0,1 0,2 0,3 0,4 0,5

 Calcul d’erreur ∆e%


∆e%= ∑(( (X/M) thé- (X/M)exp))/ ( (X/M) thé))*100/n
Car n=6

Suivant Langmuir on a : ∆e%=5,17%

Suivant Freundlich on a : ∆e%=0,1340%

 Influence de la Température sur le Phénomène d’Adsorption :


Bien que l’influence de la température sur l’adsorption des polymères aient été
soigneusement étudiés, aucune loi universelle n’a été trouvée. En effet, ces études ont
montré qu’une augmentation de la température peut entrainer soit une augmentation soit une
diminution de la quantité de polymères adsorbés.
La solubilité des molécules de polymères augmente généralement lorsqu’on augmente la
température .On peut donc supposer que le principal effet de la température sur l’adsorption
des polymères est du à la variation du pouvoir de salvation du solvant avec la température ; il
présentera les caractéristiques d’un mauvais solvant à faible T° et celle d’un bon solvant à
haute T°. Cette influence peut également être décrite comme une fonction de la chaleur
d’adsorption. Suivant l’équation de CLAPEYRON, la variation de l’enthalpie ∆ est liée à la
température selon l’équation

∆ H = (d In ) /(d[ 1/T ]).

On en déduit donc que lorsque l’adsorption est exothermique, la quantité de polymères


adsorbée diminue lorsque la T° augmente. En En revanche, lorsque l’adsorption est
endothermique, la quantité de polymères adsorbée augmente lorsque la T° diminue
~TP catalyse et chimie des surfaces~
~Isotherme d’adsorption~

Application Industrielles de l’Adsorption :

- Adsorption des traces de certains métaux lourds.


- Déshumidification des liquides organiques.
- Elimination de l’eau dans les liquides.
- Elimination des polluants organiques.
- Elimination des risques de gel et de re-condensation.
- Filtration finale pour les rejets d’effluents.
- Filtration fine pour piscines et bacs.
- Fractionnement des hydrocarbures.
- Rétention du chlore.
- Séchage et traitement des gaz.
- Séchage industriel haute efficacité pour la protection des réseaux et équipements.
- Traitement contre les micropolluants.
- Traitement des eaux souterraines polluées.
- Traitement et épuration des eaux industrielles polluées.
- Traitement sélectif de l’air industriel pollué en COV

Conclusion :
L’adsorption consiste à établir un équilibre entre les molécules adsorbées et celles du solide
adsorbant ; pour cela nous faisons appel à la notion d’ « Isothermes d’adsorption » qui représente des
tracés montrant la variation de la quantité adsorbée en fonction de la concentration de la substance
étudiée, or, cette Quantité est proportionnelle à la concentration.
~TP catalyse et chimie des surfaces~
~Isotherme d’adsorption~

UNIVERSITE DE LA SIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE HOUARI BOUMEDIENE


USTHB

Facultés de Génie des procédés GP

GENIE CHIMIQUE

TP :

ISOTHERME D’ADSORPTION

Réalisé par le trinome GC 33 :

 SEDIRA Nassima 200800005642


 LAZAR Wissem 200800007137
 TOUATI Abd Raouf 200800005568