Vous êtes sur la page 1sur 8

1- Résumé :

Représentant 93% du tissu économique camerounais, les PME sont affectées, comme
toute entreprise, par une variété de risques (financiers, économiques, environnementaux, etc.).
Toutefois, contrairement à leurs paires de grande taille, celles-ci sont souvent dénuées de
toute culture de gestion de risques.

Notre travail aura pour objectif principal de mettre en évidence les déterminants
d’adoption d’un système de gestion des risques opérationnels et son impact éventuel sur la
performance financière des PME Camerounaises.

Inscrite dans le paradigme interprétativiste, notre recherche est adossée à un


raisonnement abductif. D’autant plus, compte tenu de la nature des objectifs formulés, il était
nécessaire d’adopter une démarche méthodologique quantitative valorisant et fiabilisant ainsi
les résultats attendus.

Mots clés : Gestion des risques, Performance, Risques opérationnels, PME.

2- Enjeux de la recherche :
2.1- Les risques opérationnels au cœur de l’entreprise :
Dans le contexte économique actuel de volatilité exacerbée, l’enjeu de la maitrise des
risques opérationnels prend place au cœur de la conduite des entreprises 1. Pour comprendre la
gestion des risques opérationnels, il convient, tout d’abord, de définir ce qu’est un risque
opérationnel.

Un risque opérationnel se définit comme « tout risque de perte résultant de la


défaillance ou de l’inadéquation des processus interne, des ressources, des systèmes ou
d’événements extérieurs »2. Matérialisant les fragilités des cycles d’exploitation et de
l’activité courante d’une structure3, ils sont, par nature, innombrables.

La gestion des risques opérationnels est, quant à elle, un processus par lequel les
entreprises identifient et évaluent les risques impactant leur activité, l'objectif ultime étant de
1
Dorothée de Kermadec : « Les risques opérationnels, enjeu et vecteur de la culture risques dans le groupe
CNP » Risques N°89, mars 2012, Paris, p. 45-49
2
Selon Bâle 2, d’après Michel-Henry Bouchet : « Intelligence économique et gestion des risques » Edition
PEARSON, 2007, p.81
3
Darsa, Jean-David : « Les risques opérationnels de l'entreprise - Un environnement toujours plus risqué ?
» Edition Gereso, 2013, p.12
1
définir des actions correctives susceptibles de minimiser les conséquences négatives que ces
risques peuvent engendrer lors de leur survenance.

Ceci suppose le recours à des dispositifs et fonctions extrêmement variés qui


nécessitent non seulement une stratégie d’entreprise mais aussi d’organisation et de
management4.

2.2- Pourquoi une gestion des risques opérationnels pour les PME marocaines :
Les PME, comme toute entreprise, sont affectées par une variété de risques (financiers,
économiques, environnementaux, etc.) en raison desquels elles doivent faire évoluer leurs
systèmes de manière à développer une aptitude à y faire face5. Toutefois, contrairement à
leurs paires de grande taille, celles-ci sont souvent dénuées de toute culture de gestion de
risques.

En effet, de par la spécificité de leur organisation et leur fonctionnement, les PME sont
moins disposées à allouer « des moyens humains et financiers dédiés à des dimensions de
gestion et de couverture de risques6 ».

Sur le plan national, bien qu’elles représentent 93% des entreprises camerounaises 7, la
contribution des petites et moyennes entreprises reste largement en dessus « des potentialités
que cette catégorie d’entreprises peut faire valoir8. »

Le besoin d’une gestion des risques, alors, persiste. Puisqu’une maitrise adéquate de
ces derniers permettra à l’entreprise de « mieux surveiller l’utilisation de ses ressources,
d’éviter des décisions coûteuses et d’accroître le succès de ses projets9 ».

4
Selon Guillaume (2012), d’après Nicolas Dufour, Gilles Teneau : « La gestion des risques, un objet
frontière », p.199
5
Selon Lepoulos (2006), d’après Smit (Y.) &Walkins (J.A.) : « A literature review of small and medium
entreprises (SME) risk management practices in South Africa » 2012, p.1
6
Darsa, Jean-David : « Les risques opérationnels de l'entreprise - Un environnement toujours plus risqué ?
» Edition Gereso, 2013, p.27
7
Selon la Banque africaine de développement et le Centre de développement de l’OCDE, D’après L’OCDE : «
Compétitivité et développement du secteur privé : Maroc 2010 » OECDpublishing, 2010, p.79
8
Dahir n° 1-02-188 du 12 joumada I 1423 portant promulgation de la loi n° 53-00 formant charte de la
petite et moyenne entreprise ; BO N°5036.
9
ST-PIERRE (J.) : « La gestion du risque : Comment améliorer le financement des PME et faciliter leur
développement » Presses de l'Université du Québec, 2004, p.140
2
3- La problématique de recherche :
Notre projet de thèse se propose d’étudier le lien entre les pratiques de gestion des risques
et la performance financière des PME camerounaises.

Dans ce sens, nous proposons de décliner le sujet de recherche en deux questions centrales :

 Quel est l’impact de la gestion des risques opérationnels sur la performance


financière des PME camerounaises ?
 Quelles sont les pratiques de gestion de risques opérationnels adoptées par les
PME camerounaises ?

Diverses interrogations en découlent :

 Quels sont les facteurs déterminants dans le choix d’adoption d’un système de gestion
des risques opérationnels par les PME camerounaises ?
 Quelles démarches ont été suivies par les PME pour déployer leur système de gestion
des risques opérationnels ?
 Pourquoi certaines entreprises réussissent cette implémentation alors que d’autres
non ?

4- Objectifs :
L’objectif principal poursuivi par cette recherche est double :

 Premièrement, il s’agit de mettre en évidence l’impact de la gestion des risques


opérationnels sur la performance financière des PME camerounaises.
 Deuxièmement, elle permettra de générer des connaissances relatives aux pratiques de
gestion de risques dans les PME camerounaises.

A cet objectif, s'ajoute des objectifs spécifiques que sont :

 Identifier les motivations d’adoption d’un système de gestion des risques


opérationnels par les PME camerounaises.
 Déceler et apprécier la démarche de mise en place d’un système de gestion de risques
chez les PME camerounaises.

3
5- Hypothèses principales et hypothèses dérivées de la recherche :
Dans notre recherche qui traite de la relation entre la gestion des risques opérationnels et
la performance financière des PME, l’hypothèse principale formulée est la suivante :

H0 - L’adoption des pratiques de gestion des risques opérationnels par les PME
camerounaises impacte positivement leur performance financière.

Deux hypothèses en dérivent :

H0.1 - La culture risque n’est pas encore répandue dans les PME camerounaises ;

H0.2 - L’adoption des pratiques de gestion des risques opérationnels est influencée par les
dimensions culturelles de la PME camerounaise.

6- Epistémologie et Méthodologie de recherche


6.1- Epistémologie de recherche
« Tout travail de recherche repose sur une certaine vision du monde, utilise une
méthodologie, et propose des résultats visant à prédire, prescrire, comprendre ou expliquer 10».
D’où l’importance d’adopter une épistémologie pour l’action de recherche.

Le chercheur doit alors prendre position pour l’un des trois grands paradigmes
existants : le paradigme positiviste qui cherche a expliqué la réalité, le paradigme
interprétativiste qui cherche à la comprendre et le paradigme constructiviste qui cherche à la
construire. (Voir tableau 1).

Les Paradigmes
Les questions épistémologiques Le positivisme L’interprétativisme Le constructivisme
Hypothèse réaliste Hypothèse relativiste
Quel est le statut de la Il existe une essence propre L’essence de l’objet ne peut être atteinte
connaissance ? à l’objet de connaissance (construction modéré ou interprétativisme) ou
n’existe pas (constructivisme radical)
Indépendance du sujet et de Indépendance du sujet et de l’objet
l’objet
Hypothèse intentionnaliste
La nature de « la réalité » Hypothèse déterministe
Le monde est fait de Le monde est fait de possibilité
nécessités
Comment la connaissance est- La découverte L’interprétation La construction
elle engendrée ? Recherche formulée en Recherche formulée Recherche formulée en
Le chemin de connaissance terme de « pour quelles en termes de « Pour termes de « Pour quelles
scientifique causes… » quelles motivations finalités… »
Statut privilégié de des acteurs… » Statut privilégié de la

10
THIETART (R.- A.) & AL : « Méthodes de recherche en management » Edition DUNOD, 2003, p.14
4
l’explication Statut privilégié de construction
la compréhension
Idéographie
Quelle est la valeur de la Vérifiabilité Empathie Adéquation
connaissance ? Confirmabilité (Révélatrice de Enseignable
Les critères de validité Réfutabilité l’expérience vécue
pas les acteurs

Tableau 1 : Positionnement épistémologique des paradigmes de recherche


Source: THIETART (R.- A.) & AL (2013), p.14-15

6.2- Mode de raisonnement


Il existe trois modes de raisonnement en science de gestion : le raisonnement inductif,
déductif et le raisonnement abductif.

L’expression courante du positivisme, la logique déductive est « un raisonnement qui


conclut à partir de prémisses, d’hypothèses à la vérité d’une proposition (ou à sa non
réfutation) en usant de règles d’inférence.11 »

L’approche inductive « présume que l’on découvre sur le terrain des régularités, à
partir de cas particulier12 » en vue d’en induire une formalisation théorique qui permet de
passer d’observations particulières à des énoncés généraux.

Enfin, l’abduction désigne une forme de raisonnement qui permet « d'expliquer un


phénomène ou une observation à partir de certains faits. C'est la recherche des causes, ou
d'une hypothèse explicative13. »

Pour conclure, nous pouvons dire que notre recherche s’inscrit dans le paradigme
interprétativiste adossé à un raisonnement abductif, dans la mesure où elle cherche à
comprendre la réalité en faisant des allers et retours entre l’empirique et le théorique.
Néanmoins, pour élucider les préoccupations de notre recherche, il est nécessaire d’adopter
une démarche méthodologique adaptée à chaque objectif formulé :

 Mettre en évidence l’impact de la gestion des risques opérationnels sur la


performance financière des PME camerounaises :

11
THIETART (R.- A.) & AL : « Méthodes de recherche en management » Edition DUNOD, 2003, p.28 13
12
WACHEUX (F.) : « Méthodes qualitatives et recherche en gestion » Éditions ECONOMICA, 1996, p.50
13
S. CATELLIN : « L'abduction : une pratique de la découverte scientifique et littéraire » HERMÈS 39, Paris,
2004. P-180
5
Compte tenu de la nature exploratoire de cet objectif, nous avons retenu une méthodologie
quantitative qui se fera à travers l’analyse de données financières de la population des PME
choisies, avant et après l’adoption du système de gestion de risque.

 Générer des connaissances relatives aux pratiques de gestion de risques dans les
PME camerounaises :

Pour mieux décrire les pratiques de gestion de risques déployées par les PME
camerounaises, une méthodologie qualitative basée sur des études de cas sera appliquée.

7- Chronogramme et plan de travail :

Année Etapes/Tâches
- Recherches bibliographiques et Rédaction provisoire de la revue de
littérature
- Formulation des hypothèses
- Choix de l’échantillon
Première année - Elaboration des outils de recherches (questionnaire et guides
d’entretiens)
- Prise de contact et recueil primaire des données
- Traitement et analyse des données recueillies
- Participation à des séminaires et colloques
-Travail complémentaire :
- Recherche bibliographique complémentaire
- Révision revue de littérature
- Révision des hypothèses
- Révision des outils de recherches (questionnaire et guides
Deuxième année d’entretiens)
- Recueil secondaire des données
- Traitement et analyse des données recueillies
- Participation à des séminaires et colloques
- Premières publications
- Rédaction et correction de thèse
- Participation à des séminaires et colloques
Troisième année - Secondes publications
- Rédaction final
- Soutenance

6
8- Références bibliographiques
 ARTICLES
Alrashidi A. et Baakeel O. (2012), «The impact of operational risk management on the
financial development and economic growth: a case study of Saudi SME companies », Arabie
saoudite
Ansong A. (2013), « Risk management as a conduit of effective corporate governance and
financial performance of small and medium scale enterprises », Developing Country Studies,
Ghana, Vol.3, No.8, 2013, p.160
Ariful I. et Des T. (2012), « Risk determinants of small and medium-sized manufacturing
enterprises (SMES) - an exploratory study in New Zealand », Nouvelle-Zélande
Nocco B. W. et Stulz R. M. (2006), « Enterprise Risk Management: theory and practice »,
États-Unis
Tseng C.-Y. (2007), « Internal control, Enterprise Risk Management, and firm performance »,
États-Unis
Pagach D. et Warr R. (2007), « An empirical investigation of the characteristics of firms
adopting Enterprise Risk Management », États-Unis
Pagach D. et Warr R. (2010), « The effects of enterprise risk management on firm
performance », North Carolina State University, Raleigh, 2011
Shanmugam J. K. et Azwadi A. et Mohd H. (2012), « Internal control, risk management and
fraud prevention measures on SMES: reliability and validity of research instrument »,
Malaisie
Hudson M. et Smart A. et Bourne M. (2001), « Theory and practice in SME performance
measurement systems », Royaume-Uni
Gatzert N. et Martin M. (2013), « Determinants and value of enterprise risk management:
empirical evidence from the literature », Allemagne
Pradana M. (2012), « Risk management practices in small and medium enterprises: evidence
from Sri Lanka », Sri Lanka
Javed T. et Yar Khan M. (2011), « Impact of size and risk management on economic
performance of multinational corporations », Pakistan
Henschel T. (2007), « Risk management practices in the main industries of German small to
medium-sized enterprises : an empirical investigation », Royaume-Uni
Quon T. K. et Zéghal D. et Maingot M. (2012), « Enterprise Risk Management and business
performance during the financial and economic crises », Canada
Ugwuanyi et Boniface U. et Imo .G. Ibe et Enugu (2012), « ENTERPRISE RISK
MANAGEMENT and performance of Nigeria’s brewery industry », Niger
Yolande S. et Watkins J. A. (2012), « A literature review of small and medium enterprises
(SME) risk management practices in South Africa », African Journal of Business
Management, Vol. 6, pp. 6324-6330, 30 May, 2012.

7
Zuraidah M. S. et Normah O. et Nurul A. R. (2012), « Monitoring mechanisms and Enterprise
Risk Management practices of malaysian firms », Malaisie
Bayaga A. et Flowerday s. (2010), « A conceptual operational risk model for SMEs: impact
on organisational information technology », Afrique du Sud
Neneh N.B. et van Zyl J.H. (2012), « Achieving optimal business performance through
business practices: evidence from SMES in selected areas in South Africa », Southern African
Business Review, Volume 16, Number 3, 2012, p.123
Nargess M. G. et Siti Z. (2012), « What leads firms to enterprise risk management adoption?
A literature review », Singapour

 THESES
Raïs H. M. (2012), « Gestion des risques : mesures et stratégies : analyse empirique de la
gestion des risques dans les entreprises non financières françaises », France
Duong L. (2009), « Effective Risk Management strategies for small-medium enterprises and
micro companies », Finlande
Clusel S. (2012), « Définition d'une démarche de réduction des vulnérabilités des TPE / PME
fondée sur le concept de cycle de vie », THESE Pour obtenir le grade de Docteur de l’Ecole
des Mines de Paris Spécialité « Sciences et Génie des Activités à Risques », France
Rigaud E. (2003), « Définition et opérationnalisation d'une organisation virtuelle à base
d'agents pour contribuer à de meilleures pratiques de gestion des risques dans les PME-PMI »,
France

 OUVRAGES
Kenett R. et Raanan Y. (2011), « Operational Risk Management: A practical approach to
intelligent data analysis », Royaume-Uni.
St-Pierre J. (2004), « La gestion du risque : comment améliorer le financement des PME et
faciliter leur développement », Québec.
Thiétart R.-A. (2006), « Absorptive capacity: a Review, reconceptualization and extension »,
France.
Hopkin P. (2013), « Risk management », Hong Kong
Darsa J.-D. (2013), « Les risques opérationnels de l'entreprise - identifier, comprendre,
maitriser », France
Zahra S.A. et G. George (2002), « Absorptive capacity: a Review, reconceptualization and
extension », Academy of Management, vol. 27: (2), pp. 185-203.