Vous êtes sur la page 1sur 5

2009 - 2010 http://www.cnam.

fr/maths CNAM - Paris

MVA006 - Corrigé du devoir n◦4

Exercice 1
ZZ
1◦ ) I= (2y − x2 ) dxdy, D = { (x, y) ∈ IR2 | x 6 1 , y 6 1 , x + y > 1 }.
D

En intégrant d’abord en x, on obtient :


Z 1 Z 1 Z 1 x=1
x3

2
I= (2y − x ) dx dy = 2yx − ) dy
0 1−y 0 3 x=1−y
Z 1 Z 1
(1 − y)3 (1 − y)3
 
1 1 2
= 2y − − 2y(1 − y) + dy = − + 2y + dy
3 3 3 3
0 1
0
y 3 (1 − y)4

y 1 2 1 5
= − +2 − =− + + = .
3 3 12 0 3 3 12 12
5
I=
12
On pouvait
Z 1 Z 1aussi intégrer d’abord
 Zen1y, ce qui donne :
y=1
(2y − x2 ) dy dx =
 2
I= y − x2 y y=1−x dx
Z0 1 1−x 0 Z 1
2 2 2
1 − x3 − (1 − x2 )2 dx
 
= 1 − x − (1 − x) + x (1 − x) dx =
0 1 0
x4 (1 − x)3 1 1 5
= x− + =1− − = .
4 3 0 4 3 12
ZZ
π
2◦ ) J = cos(2x) cos(x + y) dxdy, D = { (x, y) ∈ IR2 | 0 6 x 6 , −x 6 y 6 x }.
D 4
La définition du domaine D entraîne qu’il est plus simple d’intégrer d’abord en
y, ce qui donne :
Z π Z +x  Z π
4 4

J= cos(x + y) dy cos(2x) dx = [sin(x + y)]y=x
y=−x cos(2x) dx
0 −x 0
Z π  2 π
4 sin (2x) 4 1
= sin(2x) cos(2x) dx = = .
0 4 0 4
1
J=
4
ZZ

3◦ ) K= x2 dxdy, D = { (x, y) ∈ IR2 | y 2 6 x 6 y , 0 6 y 6 1 }.

Ici, la définition de D!conduit à intégrer d’abord en x :


Z 1 Z √y Z 1  3 √y
1 1 3
Z
x 
K= x2 dx dy = x2 dy = y 2 − y 6 dy
0 y2 0 3 y2 3 0
1
1 2 5 y7
   
1 2 1 3
= y2 − = − = .
3 5 7 0 3 5 7 35
3
K=
35
Mais on pouvait aussi échanger les rôles de x et y, en écrivant :

D = { (x, y) ∈ IR2 | x2 6 y 6 x , 0 6 x 6 1 }, ce qui donne des calculs
analogues.

page 1 gerard.cesaroni@cnam.fr
2009 - 2010 http://www.cnam.fr/maths CNAM - Paris

ZZ
4◦ ) (y − 2)2 − x2 dxdy, D = { (x, y) ∈ IR2 | y > 0 , y−x 6 2 , y+x 6 2 }.

L=

Cette fois, les calculs sont (un peu) plus simples en intégrant d’abord en x :
Z 2 Z 2−y Z 2 x=2−y
x3

(y − 2)2 − x2 dx dy = x(y − 2)2 −

L= dy
0 y−2 0 3 x=y−2
Z 2 2
(2 − y)4
 
2 2 4 16
= (2 − y)3 − (y − 2)3 dy = − = .
0 3 3 3 4 0 3
16
L=
3

Exercice 2
ZZ
1◦ ) I= ln(1 + x2 + y 2 ) dxdy, D = { (x, y) ∈ IR2 | y > 0 , x2 + y 2 6 a2 }.
D

Le demi-disque D est représenté en coordonnées polaires par :


{ (ρ, θ) ∈ IR2 | 0 6 ρ 6 a , 0 6 θ 6 π }. L’intégrale devient :
∆ =ZZ
I= ln(1 + ρ2 ) ρdρdθ. Puisque ∆ est un rectangle à côtés parallèles aux axes,

cetteintégrale
Z a se sépareen un
Z produit
 de deux intégrales simples
Z a :
π
2 0 0
I= ln(1 + ρ ) ρdρ × dθ = πI (en posant I = ln(1 + ρ2 ) ρdρ).
0 0 0
En posant u = 1 + ρ2 cette dernière intégrale devient :
2
1 1+a
Z
1 2 1
0
ln(u) du = [u ln(u) − u]1+a (1 + a2 ) ln(1 + a2 ) − a2 .

I = 1 =
2 1 2 2
Au total :
π
(1 + a2 ) ln(1 + a2 ) − a2

I=
2
ZZ
dxdy
2◦ ) J = p , D = { (x, y) ∈ IR2 | x2 + y 2 − 2x 6 0 }.
D 2
x +y 2
Le domaine D est un disque centré en (1, 0) et de rayon 1. Le cercle frontière a
pour équation en polaires : ρ = 2 cos(θ) (obtenue en effectuant le changement de
coordonnées dans x2 + y 2 − 2x = 0). D’où la représentation de D en polaires :
π π
∆ = { (ρ, θ) ∈ IR2 | 0 6 ρ 6 2 cos(θ) , − 6 θ 6 + }. L’intégrale devient :
ZZ ZZ 2 2
1
J= ρdρdθ = dρdθ.
∆ ρ ∆
La définition de ∆ impose de calculer cette dernière intégrale en intégrant d’abord
en ρ :
Z + π Z 2 cos(θ) ! Z +π
2 2 +π
J= dρ dθ = 2 cos(θ) dθ = 2 [sin(θ)]− π2 = 4.
− π2 0 − π2 2

J =4
ZZ ZZ
dxdy xdxdy
3◦ ) K1 = p , K2 =
p , et
+ x2 y2 x2 + y 2
D = { (x, y) ∈ IR2 | x > 0 , y > 0 , 1 6 x2 + y 2 6 4 }.
Le domaine D est un quart d’anneau compris dans le premier quadrant, et entre
deux cercles centrés en O de rayons respectifs 1 et 2. Sa représentation en po-
π
laires est donc : ∆ = { (ρ, θ) ∈ IR2 | 1 6 ρ 6 2 , 0 6 θ 6 }.
2
ZZ K1 devientZZ:
L’intégrale
1
K1 = ρdρdθ = dρdθ.
∆ ρ ∆

page 2 gerard.cesaroni@cnam.fr
2009 - 2010 http://www.cnam.fr/maths CNAM - Paris

Puisque ∆ est un rectangle à côtés parallèles aux axes, cette intégrale se sépare
en un produit de deux intégrales simples :
Z 2  Z π !
π  π
2
K1 = dρ × dθ = (2 − 1) × −0 = .
1 0 2 2
π
K1 =
2
L’intégrale K2 donne un calcul analogue :
ZZ Z 2  Z π !
ρ cos(θ) 2
K2 = ρdρdθ = ρ dρ × cos(θ) dθ
∆ ρ 1 0
1  2 2 π 1 3
= ρ 1 × [sin(θ)]02 = (4 − 1) = .
2 2 2
3
K2 =
2

Exercice 3
D = { (x, y) ∈ IR2 | y 2 6 2x 6 4 , 0 6 y 6 2 }.

1◦ ) Le domaine D est la portion de plan située sous la parabole y 2 = 2x entre les


abscisses x = 0 et x = 2. En intégrant
! d’abord en x, on obtient :
Z 2 Z 2 Z 2 2
y2 y3
ZZ  
8
I= dxdy = dx dy = 2− dy = 2y − = .
D 0 y2
0 2 6 0 3
2

8
I=
3
!
2 2 2 2
y4
ZZ Z Z Z Z 
1  2 x=2 1
J = x dxdy = x dx dy = x x= y2 = 4− dy
D 0 y2
0 2 2 2 0 4
2
2
y5
  
1 1 8 16
= 4y − = 8− = .
2 20 0 2 5 5
16
J=
5
2◦ ) Le centre de gravité G du domaine D, supposé homogène, est défini par l’égalité
vectorielle :
−−→
ZZ
OM dxdy
−−→ D
OG = ZZ , d’où les coordonnées :
dxdy
ZZ D ZZ
x dxdy y dxdy
D J D
xG = ZZ = (et yG = ZZ , pas demandé).
I
dxdy dxdy
D D
16 3 6
On en déduit : xG = × = .
5 8 5
6
xG =
5

page 3 gerard.cesaroni@cnam.fr
2009 - 2010 http://www.cnam.fr/maths CNAM - Paris

Exercice 4
1◦ Pour trouver un vecteur normal à (P ), on peut partir de deux vecteurs du plan
et calculer
leur produit
vectoriel :
−2 −2 8 2
−−→
−→ →
− −−→ −→ →
− 1→−
AB 4 , AC 0 , d’où : N = AB ∧ AC 4 , ou plutôt : n = N 1 .
0 2 8 4
2
Le plan (P ) est alors le plan passant par A et normal à →

n , d’équation vectorielle :
−−→ → −
AM . n = 0 (produit scalaire), ce qui donne :
2(x − 2) + y + 2z = 0.
(P ) : 2x + y + 2z = 4
2◦ Le tétraèdreZZZ
OABC est symétrique par rapport au plan z = x (passant par Oy).
ZZZ
Donc, J = x dxdydz et L = z dxdydz sont égales.
D D

L’intégrale I (qui donne levolume de D)est calculée en intégrant d’abord en y :


ZZZ ZZ Z 4−2x−2z
I= dxdydz = dy dxdz, où le domaine D0 est défini par :
D D0 0
D0 = { (x, z) ∈ IR2 | x > 0 , z > 0 , x + z 6 2 }. On en déduit :
Z 2 Z 2−z  Z 2 x=2−z
I= (4 − 2x − 2z) dx 4x − x2 − 2xz x=0 dz
dz =
Z0 2 0 0 Z 2
2
(2 − z)2 dz

= 4(2 − z) − (2 − z) − 2z(2 − z) dz =
0 2 0
(2 − z)3 8
= − = .
3 0 3
8
I=
3
De même pour J (résultat valable aussi pour L) :
ZZZ ZZ Z 4−2x−2z 
J= x dxdydz = dy xdxdz
D D0 0  x=2−z
Z 2 Z 2−z Z 2
2 2 3 2
= (4 − 2x − 2z)x dx dz = 2x − x − zx dz
0 0 0 3 x=0
Z 2
1 2
  Z
2
= 2(2 − z)2 − (2 − z)3 − z(2 − z)2 dz = (2 − z)3 dz
3 3
0 2 0
(2 − z)4 4
= − = .
12 0 3
4
J =L=
3
Enfin,ZZZ K : Z
pour l’intégrale ZZ
4−2x−2z 
K= y dxdydz = y dy dxdz
Z D2 Z 2−z D0 0 
1
= (4 − 2x − 2z)2 dx dz
2
Z 2 0Z 2−z0 
= (8 + 2x2 + 2z 2 − 8x − 8z + 4xz) dx dz
Z0 2  0 x=2−z
2 3 2 2 2
= 8x + x + 2xz − 4x − 8xz + 2x z dz
0 3 x=0

page 4 gerard.cesaroni@cnam.fr
2009 - 2010 http://www.cnam.fr/maths CNAM - Paris

Z 2 
2
K= 8(2 − z) + (2 − z)3 + 2(2 − z)z 2 − 4(2 − z)2 − 8(2 − z)z + 2(2 − z)2 z dz
0 3
Z 2 2
(2 − z)4

2 3 8
= (2 − z) dz = − = .
3 0 6 0 3
8
K=
3
3◦ Le volume du tétraèdre OABC est donné par l’intégrale I :

8
Volume(OABC) = I =
3
Le centre de gravité G du domaine D, supposé homogène, est défini par l’égalité
vectorielle :
−−→
ZZZ
OM dxdydz
−−→ D
OG = ZZZ , d’où ses coordonnées :
dxdydz
ZZZ D
x dxdydz
J 1 1
xG = ZZZD = = , zG = xG = (par symétrie),
I 2 2
dxdydz
D
ZZZ
y dxdydz
D K
et yG = ZZZ = = 1. On a trouvé :
I
dxdydz
D
 
1 1
Coordonnées de G : , 1,
2 2

page 5 gerard.cesaroni@cnam.fr