Vous êtes sur la page 1sur 10

Travaux dirigés de mécanique des sols - Mounir Bouassida ENIT 2019

Chapitre 5. Résistance au cisaillement des sols

Rappel de cours
La résistance au cisaillement des sols est déterminée en laboratoire avec deux types d’essais :
l’essai de cisaillement direct (à la boîte) et des essais triaxiaux.

Résistance au cisaillement des sols pulvérulents

Un sable propre constitue un exemple typique des sols pulvérulents. Sa résistance est
déterminée généralement lors des essais drainés, où la surpression interstitielle demeure nulle
à tout instant. Les résultats d'essais de cisaillement, réalisés à la boîte de cisaillement ou à
l'appareil triaxial, indiquent que la courbe intrinsèque d'un sol pulvérulent est en général une
droite caractérisée par une cohésion très faible voire négligeable (inférieure à 2 kPa). La
résistance au cisaillement des sables caractérisée par l’angle de frottement interne ’, qui est
l’angle de la droite de rupture (courbe intrinsèque, critère de rupture de Mohr Coulomb) avec
l’axe des contraintes normales. En raison de la perméabilité très élevée la résistance au
cisaillement des sols grenus, est régie uniquement par le comportement de squelette solide ;
soit

   .tg '

Résistance au cisaillement des sols fins en condition drainée

Les sols fins sont caractérisés par un coefficient de perméabilité très faible. Sous l'action d'un
chargement, les surpressions interstitielles qui en résultent se dissipent très lentement, ainsi on
distingue deux comportements à la rupture extrêmes pour ces sols :
- un comportement à court terme lorsque l'eau n'a pas encore eu le temps de s'écouler, sous
l'action d'un chargement le sol se déforme à volume constant (eau et grains solides
incompressibles), et l'eau qui est le siège de surpressions interstitielles joue un rôle important
dans la résistance au cisaillement du sol;
- un comportement à long terme où au bout d'un temps relativement long les surpressions
interstitielles provoquées par l'application du chargement se sont dissipées. L'eau qui reste
entre les particules est une eau libre qui ne participe pas à la résistance au cisaillement du sol,
qui se réduit à celle di squelette solide.

Aux comportements à court terme et à long terme correspondent respectivement deux types
d'essais, les essais non drainés (ou rapides) et les essais drainés (ou lents).
Résistance au cisaillement des sols fins
- Comportement drainé des sols fins en condition drainée
Le comportement drainé des sols fins est régi par les contraintes effectives. Les essais peuvent
être interprétés en termes de contraintes effectives lorsqu’ils sont réalisés à un cisaillement
très lent pour que les surpressions interstitielles soient toujours négligées (essai CD) ou à
vitesse rapide à condition de mesurer les pressions interstitielles (essai CU+u).
La phase initiale de l’essai permet d’amener l’éprouvette dans un état de contrainte effective
prédéfini et d’obtenir les cercles de Mohr différents à partir d’un même prélèvement dans le
terrain. L’équation générale de la courbe intrinsèque qui régit ce comportement est une droite
qui dépend de deux paramètres appelés cohésion effective C’ et angle de frottement interne
’, comme pour les sables.

72
Travaux dirigés de mécanique des sols - Mounir Bouassida ENIT 2019

'  C'  ' tg'

- Comportement non consolidé non drainé des sols fins


Lors du chargement d’un sol fin, il existe une période initiale au cours de laquelle le sol se
comporte comme un matériau monophasé qui se déforme à volume constant. Il en résulte des
surpressions interstitielles. Les essais triaxiaux non consolidés non drainés réalisés à partir du
même état initial en contraintes effectives du sol fournissent des cercles de Mohr en
contraintes totales qui ont tous le même diamètre et se déduisent d’un cercle de Mohr unique
en contraintes effectives, ce qui permet de définir la résistance au cisaillement non consolidé
non drainée Cu qui s’exprime par :
  3
 1  CU
2
Essai C.U.
La cohésion non drainée dépend de l’état initial du sol c’est-à-dire de la valeur de la
contrainte effective sous laquelle le sol a été consolidé pendant la première phase de l’essai
triaxial. La relation entre la contrainte effective initiale (contrainte totale appliquée dans la
cellule triaxiale) et la cohésion non drainée est donnée par :

C U
tg CU 
' 3
tgCU étant un paramètre intrinsèque du sol permettant de calculer l'accroissement C U de la
cohésion non drainée correspondant à l'accroissement de la contrainte de consolidation ' 3

Résistance au cisaillement et
Essais Appareillage
caractéristiques
Consolidé Drainé Boîte Long terme
(C.D.) (L.T.)  ( C' , ' )
Triaxial C’ = 0 : Normalement consolidé
C’ > 0 : Surconsolidé
Non consolidé non drainé Boîte Court terme
(U.U.) & (C.T.)  (C U ,  U )
 3  0 : Compression simple Triaxial R C  2C U
« de révolution »
Consolidé non drainé Boîte (C.T.)  C U ( 0 )
(C.U.) & ↓
La consolidation est faite sous Triaxial (C CU ,  CU )  tg CU
la contrainte  0 « de révolution »
Caractéristiques du mélange « grains-
eau » à ne pas considérer lors des études
de stabilité
(C.U.) (L.T.)
Avec mesure de la pression Triaxial ↓
interstitielle à la rupture « de révolution » ( C ' , ' )

73
Travaux dirigés de mécanique des sols - Mounir Bouassida ENIT 2019

Exercices du chapitre 5

Exercice 5.1
A partir d'un essai de cisaillement à la boîte, on a déterminé l'angle de frottement interne 
d'un sable de cohésion négligeable.
1. Déterminer, pour une contrainte normale donnée , les valeurs et les directions des
contraintes principales en un point du plan de rupture (figure 5.1).
2. Comparer ce résultat avec la direction du plan de rupture déterminée à partir d'un essai
triaxial effectué sur le même sable.

Figure 5.1

Exercice 5.2
Lors d’un essai triaxial UU réalisé sur une éprouvette d'argile saturée prélevée à 10 m de
profondeur (   20 kN m3 ) avec une contrainte isotrope 3  200 kPa , le déviateur de
contrainte à la rupture est égal à 150 kPa.
Quelles seraient les contraintes principales à la rupture de l'essai CU équivalent (la nappe est
en surface de la couche d'argile)?

Exercice 5.3
Dans le cadre de l’essai triaxial classique, déterminer dans le plan (p, q) des invariants de
contrainte, la pente M de la droite intrinsèque pour un sable dont l’angle de frottement interne
est ’.
(  2  3 )
p et q désignent respectivement la pression moyenne effective 1 et le déviateur
3
de contraintes 1  3 .

Exercice 5.4
Les caractéristiques mécaniques d’une argile saturée sont :
C  10 kPa ,   20 , tg cu  0,18
Une couche constituée d’une argile saturée (avec une nappe d’eau en surface), le poids
volumique total est égal à 20 kN m3 et sa cohésion non drainée à 5 m de profondeur est
égale à 50 kPa.
Pour un essai triaxial CU réalisé sur un échantillon de l’argile, prélevé à 20 m de profondeur
et consolidé à la contrainte verticale en place, déterminer les contraintes principales
correspondant à la rupture à court terme et à long terme.

74
Travaux dirigés de mécanique des sols - Mounir Bouassida ENIT 2019

Exercice 5.5
Des forages ont révélé qu’une mince couche de limon alluvionnaire existe à la profondeur 15
m de la surface du sol.
Le sol situé au-dessus de ce niveau a un poids volumique sec moyen égal à 15 kN/m3 et une
teneur en eau moyenne de 30 %. Le niveau de la nappe phréatique est situé
approximativement à la surface du sol.

Des essais de laboratoire effectués sur des échantillons intacts de ce limon ont permis
d’enregistrer les valeurs suivantes :
Cu  50 kPa ; u  13 ; C  40 kPa ;   23
1. Estimer la résistance au cisaillement du limon dans les cas suivants :
a) lorsque le cisaillement est fait rapidement ;
b) lorsque le cisaillement est fait très lentement.

Exercice 5.6
Soit le massif de sol, dont la coupe est représentée, sur la figure 5.2. La cohésion non drainée
de l'argile à 3 m de profondeur est Cu  15 kPa .
Déterminer les valeurs des contraintes principales totales pour un essai triaxial CU réalisé sur
un échantillon prélevé à 8 m de profondeur de la couche d'argile consolidé à la contrainte
verticale en place.

2m Remblai  = 20 kN/m3

= 16 kN/m3
Argile
Argille
tgcu = 0,2
Figure 5.2

Exercice 5.7
Pour déterminer les caractéristiques mécaniques d’un sol argileux, deux échantillons ont été
testés à la boîte de cisaillement de Casagrande. La mise en charge du cisaillement a débuté
immédiatement après l'application de l'effort normal et s'est achevée au bout de quelques
minutes. Les résultats obtenus sont présentés dans le tableau 5.1.

Contrainte normale (kPa) 145 241

Contrainte de cisaillement à la rupture (kPa) 103 117

Tableau 5.1

1. Déterminer les caractéristiques mécaniques qu'on obtient à partir des essais indiqués ?

75
Travaux dirigés de mécanique des sols - Mounir Bouassida ENIT 2019

2. Quelle valeur de la cohésion non drainée aurait été obtenue à partir d'un essai de
compression simple effectué sur le même sol ? Commenter ce résultat.

Exercice 5.8
On a procédé, au laboratoire, à la reconstitution d'une vase remaniée de Tunis à l'état saturé.
Sur cette vase reconstituée on a réalisé des essais triaxiaux consolidés non drainés avec
mesure de la pression interstitielle à la rupture. Les résultats des essais sont résumés dans le
tableau 5.2.

Essais n° 3 (kPa) 1 (kPa) u (kPa)


1 100 181,4 61
2 150 271,8 89
3 200 353,8 115

Tableau 5.2

1. En traçant les cercles de Mohr (à l'échelle 100 kPa pour 8 cm) relatifs aux essais réalisés,
déterminer les caractéristiques Ccu et cu de la vase reconstituée.
2. À partir des résultats présentés dans le tableau 5.2, calculer les valeurs de la cohésion non
drainée Cu en fonction de la contrainte de consolidation c. Tracer la courbe expérimentale
Cu = f (c ) .
3. À partir des caractéristiques mécaniques Ccu et cu déterminées dans la première question,
calculer les valeurs théoriques de Cu pour les contraintes de consolidation des trois essais
triaxiaux réalisés.
4. Sur le même diagramme de la courbe expérimentale Cu = f (c), tracer la courbe théorique
Cu = g (c). Que peut-on en conclure ? Justifier votre réponse.

Exercice 5.9
Des essais triaxiaux consolidés non drainés (CU), avec mesure de la pression interstitielle à la
rupture, réalisés sur une vase molle reconstituée au laboratoire, ont permis d'obtenir les
caractéristiques mécaniques suivantes:

Ccu  6 kPa ; cu  15

1. Que peut-on en déduire à propos de l'état de consolidation de cette vase molle?

2. Déterminer le paramètre de variation de la cohésion non drainée tg cu .

3. Pour un essai triaxial CU réalisé avec une contrainte de consolidation égale à 100 kPa, la
pression interstitielle à la rupture étant égale à 25 kPa, déterminer la valeur de la cohésion non
drainée, et les valeurs des contraintes principales relatives aux comportements à court terme et
à long terme de la vase molle.

76
Travaux dirigés de mécanique des sols - Mounir Bouassida ENIT 2019

Exercice 5.10
Une couche d’argile relativement étendue est emprisonnée dans une formation sableuse. Le
profil du sol est indiqué sur la figure 5.3.

Figure 5.3

Un essai de cisaillement à la boîte de Casagrande du type consolidé non drainé (CU) a été
réalisé sur un échantillon représentatif de la couche d’argile. Les résultats de l’essai obtenus
sur deux éprouvettes sont présentés dans le tableau 5.3.

Sol Pression de consolidation (kPa) max (kPa)


1ère éprouvette 100 47,2

2ème éprouvette 300 125

Tableau 5.3

1. Calculer à partir de ces données les caractéristiques de résistance au cisaillement


correspondant à l’essai réalisé.

2. Quelle est la valeur de la cohésion non drainée que l’on peut déduire de l’essai CU à la
boîte de Casagrande?

3. Des travaux d’assainissement effectués à proximité du site ont modifié le niveau de la


nappe, celui-ci se trouve rabattu de façon permanente à 4 m de profondeur c. à d. à l’interface
située entre le sable fin et l’argile.

4. Evaluer la valeur moyenne de la cohésion non drainée de la couche d’argile après


rabattement du niveau de la nappe et consolidation de la couche d’argile.

Exercice 5.11

77
Travaux dirigés de mécanique des sols - Mounir Bouassida ENIT 2019

On étudie la stabilité d'une falaise d'argile raide de hauteur égale à 15 m et dont la surface est
inclinée de 30° par rapport à l'horizontale.
Au pied de la falaise, affleure une mince couche de sable dont le plan est incliné, de même, de
30° par rapport à l'horizontale (figure 5.4). Une fissure verticale s'étendant jusqu'à la couche
de sable est située à une distance égale à 18 m en arrière de la crête de la falaise.
1. Calculer les composantes normale et tangentielle du vecteur « contrainte totale » s'exerçant
sur la couche de sable.

2. Vérifier que la falaise est stable lorsqu’aucune accumulation d'eau ne se produit dans la
couche de sable.

3. Quelle est la hauteur d'eau dans la fissure, nécessaire pour mettre en mouvement le bloc
compris entre la falaise et la fissure?

fissure

18 m

Argile raide

 = 20 kN/m 3 C' = 0
15 m Sable
' = 40°
éboulis
30°

Figure 5.4

Exercice 5.12
En vue de construire une décharge d'un minerai de phosphate sur une plate-forme, on a réalisé
des essais triaxiaux CU avec mesure de la pression interstitielle sur des échantillons prélevés à
la surface du sol constitutif de la plate-forme. Lors de la rupture, on a enregistré les valeurs
indiquées dans le tableau 5.4.

Essais n° 3 (kPa) ( 1  3 ) (kPa) u (kPa)


1 120 140 100
2 50 116 52
Tableau 5.4

1. À partir des résultats présentés dans le tableau 5.4, déterminer les caractéristiques de
résistance au cisaillement à court terme et à long terme du sol de la plate-forme.

78
Travaux dirigés de mécanique des sols - Mounir Bouassida ENIT 2019

2. Déterminer graphiquement les contraintes axiales 1 et 1 pour lesquelles se produisent


respectivement la rupture à court terme (CT) et la rupture à long terme (LT) obtenues avec
une contrainte de consolidation nulle.
3. Pour la rupture à court terme, quelle est la direction du plan de rupture ? Quel est l'état de
contrainte qui s'y exerce?
4. La contrainte verticale admissible adm v pour le sol de la plate-forme est définie par
rup
v  F v
adm
, rup
v est la contrainte verticale qui provoque la rupture du sol.
F est le coefficient de sécurité vis à vis du poinçonnement du sol de la plate-forme (on
prendra F = 2,5).
5. À partir des résistances à court terme et à long terme déterminées en 1), quelle serait la
hauteur de la surcharge en minerai (supposée uniformément répartie sur une zone très vaste)
qu'on peut appliquer sur le sol? Le poids volumique du phosphate est égal à 19 kN m3 .

79
Travaux dirigés de mécanique des sols - Mounir Bouassida ENIT 2019

Eléments de correction

Exercice 5.1

1. Le cercle de Mohr est tangent à la courbe intrinsèque :

 . cos 2   . cos 2 
1  ; 3 
1  sin  1  sin 

2. Méthode du pôle : la facette principale majeure est située, par rapport à l’horizontale, d’un
 
angle      .
4 2
Remarque : Pour l'essai triaxial de révolution c’est le même angle  situé entre la facette
principale majeure et la direction du plan de rupture.

Exercice 5.2

L'essai triaxial UU est équivalent à l'essai triaxial CU lorsqu’on obtient le même déviateur de
contraintes à la rupture après un cisaillement rapide (ou non drainé).
Cependant l'essai CU nécessite de consolider l’échantillon sous la contrainte effective en
place, soit 3  100kPa , ainsi on aura 1  250kPa .

Exercice 5.3

1  sin  '
Pour l’essai triaxial de révolution on a : '2  '3 et 1'  3 .
1  sin 
D’après l’expression de p et l’équation de la droite intrinsèque q  Mp et en y substituant les
expressions ci-dessus on obtient :
6 sin 
M
3  sin 

Exercice 5.4

 La rupture à court terme est caractérisée par :

 3  200kPa ; 1  354kPa .

 La rupture à long terme correspond à :  '3   3  u ; 1'  1  u


1'  274,67kPa
 '3  120,67kPa

Exercice 5.5

La résistance au cisaillement sur un plan horizontal est déterminée à partir de l’essai à la


boîte, d’où :

80
Travaux dirigés de mécanique des sols - Mounir Bouassida ENIT 2019

 v   d (1  )z ;  v (15m)  292,5kPa


 Pour un cisaillement rapide :  u  C u   v (15m) tg u

 u  117,5kPa

 Pour un cisaillement effectué très lentement :  '  C '   'v (15m ) tg '

 'v   v  u ;  'v (15m )  142,5kPa ;  '  100,5kPa

Exercice 5.6

 3   'v (8m )  76kPa

1   3  2C u  114kPa

Exercice 5.7

1. Essai rapide à la boîte de cisaillement : résistance non drainée :

  C u  tg u (5.1)

À partir des données du tableau 5.2 on aura :

 u  8,3 ; C u  81,6kPa (5.2)

2. Essai de compression : essai triaxial avec  3  0 d’où :


Le cercle de Mohr tangent à la courbe enveloppe d’équation (5.1) avec les données (5.2) et
passant par l’origine conduit à la valeur de son rayon:

C u cos  u
R
1  sin  u

La cohésion non drainée à partir de l’essai de compression simple est égale au rayon du cercle
de Mohr, d’où :

C u  R  94,36kPa

81