Vous êtes sur la page 1sur 500

400 exercices corrigés d’algèbre

pour Sup (avec rappels de cours)

004
EXERCICES

RE
G ÈB
A L

Mohammed AASSILA
Docteur et agrégé en mathématiques
À mes parents,

Though what I am Mon travail a toujours


saying is perhaps consisté à unir la vé-
not new, I have rité et la beauté, mais
felt it quite vividly quand j’ai eu à choi-
on this new occa- sir l’une ou l’autre,
sion. J. W. Goethe j’ai toujours choisi
la beauté. H. Weyl

Les pa- roles Je veux remer-


s’envolent mais les écrits cier ma chère épouse, celle qui
restent. Que ce livre soit le est si discrète et si affectueuse. Trop
témoignage de mon amour pris par mon travail, je ne lui dis pas
pour toi. A mon fils assez combien son soutien m’est es-
Younes avec amour sentiel, et à quel point je l’aime.
et tendresse. Ma belle, ce travail est un
♥ peu ton œuvre aussi,
je te le dédie.

Avant-propos

Ce livre s’adresse aux étudiants de première année des classes préparatoires aux
grandes écoles des filières MPSI, PCSI et PTSI. Il pourra également être utilisé
avec profit par les étudiants de première année de licence et plus généralement, par
quiconque souhaite apprendre ou se replonger dans les bases des mathématiques du
supérieur. Il sera également utile aux étudiants de seconde année, voire aux candidats
à un concours d’enseignement, qui auront le recul suffisant pour pleinement tirer
parti des remarques et exercices les plus délicats.

Pour réussir en classes préparatoires il faut assimiler rapidement un grand nombre


de connaissances, mais surtout savoir les utiliser, à bon escient et les rendre opéra-
tionnelles au moment opportun. L’apprentissage du cours de votre professeur jour
après jour est indispensable. Cependant, pour beaucoup d’étudiants, c’est loin d’être
suffisant. Combien d’entre vous ont bien appris leur cours et pourtant se trouvent
démunis devant un exercice, et plus grave, le jour du concours.

Conforme au dernier changement de programme de mathématiques des classes pré-


paratoires de 2013, cet ouvrage propose aux étudiants des classes de mathématiques
supérieures un résumé clair, précis et complet du cours, ainsi que des exercices et pro-
blèmes corrigés en algèbre. Il complète le tome 350 exercices corrigés d’analyse pour
sup (avec rappels de cours). Cette sélection de plus de 400 exercices et problèmes
corrigés d’algèbre couvre l’ensemble du programme. C’est une collection d’exercices,
classiques ou originaux, pour la plupart inspirés des oraux des concours, et sélec-
tionnés pour leur caractère instructif, surprenant ou esthétique. Les exercices sont
classés par ordre croissant de difficulté, le nombre de symboles K indique le degré
de difficulté. Les exercices vont de la simple application d’une méthode du cours à
un travail d’approfondissement d’une notion délicate, et devant lequel l’étudiant de
première année ne devra pas s’inquiéter de buter.

Malgré toute ma vigilance et celle de mes relecteurs, il est possible que quelques
erreurs subsistent dans ce livre. J’accueillerai donc volontiers les commentaires, cor-
rections ou critiques qui pourront m’être directement adressés à mon adresse élec-
tronique : aassilam@yahoo.fr
Je souhaiterais ici remercier les éditions Ellipses pour leur travail technique et leur
efficacité, en particulier, Madame Corinne Baud et Monsieur Paul de Laboulaye.

J’ai eu beaucoup de plaisir à écrire ce livre. J’espère qu’il pourra rendre service à ses
lecteurs en leur donnant envie de continuer à s’investir dans les mathématiques. Je
leur souhaite en tous cas beaucoup de courage, de persévérance et tous mes vœux
de réussite.
Table des matières

1 Raisonnement et vocabulaire ensembliste 5


1.1 Rudiments de logique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.1.1 Assertions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.1.2 Modes de raisonnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
1.2 Ensembles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
1.3 Applications et relations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
1.4 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
1.4.1 Exercices de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
1.4.2 Exercices d’assimilation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
1.4.3 Exercices d’entraînement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
1.4.4 Exercices d’approfondissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27

2 Calculs algébriques 29
2.1 Sommes simples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
2.2 La formule du binôme de Newton . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
2.3 Produits simples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
2.4 Sommes doubles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
2.5 Systèmes linéaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
2.6 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
2.6.1 Exercices de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
2.6.2 Exercices d’assimilation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
2.6.3 Exercices d’entraînement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47

3 Nombres complexes et trigonométrie 51


3.1 Nombres complexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
3.2 Nombres complexes de module 1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
3.3 Fonction exponentielle complexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
3.4 Applications à la trigonométrie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54

1
2 TABLE DES MATIÈRES

3.5 Argument d’un nombre complexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55


3.6 Racines n-ièmes d’un nombre complexe . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
3.7 Nombres complexes et géométrie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
3.8 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
3.8.1 Exercices de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
3.8.2 Exercices d’assimilation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
3.8.3 Exercices d’entraînement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86
3.8.4 Exercices d’approfondissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110

4 Arithmétique 117
4.1 Division euclidienne dans Z . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
4.2 PGCD et PPCM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
4.3 Nombres premiers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119
4.4 Congruence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120
4.5 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121
4.5.1 Exercices de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121
4.5.2 Exercices d’assimilation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130
4.5.3 Exercices d’entraînement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139
4.5.4 Exercices d’approfondissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146

5 Structures algébriques usuelles 171


5.1 Loi de composition interne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171
5.2 Groupe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171
5.3 Morphisme de groupes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173
5.4 Anneau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 174
5.5 Corps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175
5.6 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176
5.6.1 Exercices de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176
5.6.2 Exercices d’assimilation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189
5.6.3 Exercices d’entraînement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 195
5.6.4 Exercices d’approfondissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . 205

6 Polynômes et fractions rationnelles 211


6.1 Polynômes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 211
6.1.1 Généralités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 211
6.1.2 Racines d’un polynôme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 212
6.1.3 Polynômes irréductibles dans K[X] . . . . . . . . . . . . . . . 213
6.1.4 Dérivation des polynômes. Formule de Taylor . . . . . . . . . 213
6.1.5 Fonctions symétriques élémentaires . . . . . . . . . . . . . . . 214
TABLE DES MATIÈRES 3

6.1.6 Arithmétique dans K[X] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 214


6.2 Fractions rationnelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 215
6.3 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 217
6.3.1 Exercices de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 217
6.3.2 Exercices d’assimilation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 221
6.3.3 Exercices d’entraînement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 239
6.3.4 Exercices d’approfondissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . 272

7 Espaces vectoriels. Applications linéaires 299


7.1 Famille libres. Familles génératrices. Bases . . . . . . . . . . . . . . . 299
7.2 Somme de sous-espaces vectoriels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 300
7.3 Théorème du rang . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 302
7.4 Formes linéaires. Hyperplans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 303
7.5 Matrices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 304
7.6 Sous-espaces affines d’un espace vectoriel . . . . . . . . . . . . . . . . 306
7.7 Systèmes linéaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 307
7.7.1 Opérations élémentaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 307
7.7.2 Systèmes linéaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 307
7.7.3 Interprétation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 308
7.7.4 Résolution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 308
7.8 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 310
7.8.1 Exercices de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 310
7.8.2 Exercices d’assimilation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 312
7.8.3 Exercices d’entraînement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 352
7.8.4 Exercices d’approfondissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . 367

8 Groupe symétrique. Déterminant 371


8.1 Groupe symétrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 371
8.1.1 Cycle et transposition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 371
8.1.2 Signature d’une permutation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 374
8.2 Déterminants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 375
8.2.1 Généralités. Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 375
8.2.2 Compléments : déterminants et géométrie euclidienne . . . . . 377
8.3 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 379
8.3.1 Exercices de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 379
8.3.2 Exercices d’assimilation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 384
8.3.3 Exercices d’entraînement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 396
8.3.4 Exercices d’approfondissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . 420
4 TABLE DES MATIÈRES

9 Espaces préhilbertiens réels 429


9.1 Produit scalaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 429
9.2 Orthogonalité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 430
9.3 Espaces euclidiens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 431
9.4 Projecteurs et symétries orthogonaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . 432
9.5 Hyperplans affines d’un espace euclidien . . . . . . . . . . . . . . . . 433
9.6 Endomorphismes orthogonaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 434
9.7 Groupe orthogonal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 435
9.7.1 Groupe orthogonal en dimension 2 . . . . . . . . . . . . . . . 436
9.7.2 Groupe orthogonal en dimension 3 . . . . . . . . . . . . . . . 437
9.8 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 439
9.8.1 Exercices de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 439
9.8.2 Exercices d’assimilation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 445
9.8.3 Exercices d’entraînement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 455
9.8.4 Exercices d’approfondissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . 473
Chapitre 1
Raisonnement et vocabulaire ensembliste

1.1 Rudiments de logique

1.1.1 Assertions
Une assertion (ou propriété) est un assemblage de mots dont la construction
obéit à une certaine syntaxe et à laquelle on peut donner une valeur de vérité : V
(vraie) ou F (faux).
☞ « 3 est un nombre impair » est une assertion vraie.
☞ « 102 = 101 » est une assertion fausse.
☞ « 2 = 3 + » n’est pas une assertion.

Définition 1.1 Connecteurs élémentaires


Si P et Q sont deux assertions, on définit les assertions :
✓ (Non P ) qui est vraie lorsque P est fausse, et fausse sinon ;
✓ (P et Q) qui est vraie lorsque les deux assertions P et Q sont vraies, et fausse
sinon ;
✓ (P ou Q) qui est vraie lorsqu’au moins une des deux assertions est vraie, et fausse
sinon.
Les valeurs de vérité de ces nouvelles assertions satisfont aux tables suivantes :

P Q P et Q P ou Q
V V V V
V F F V 
F V F V
F F F F

5
6 CHAPITRE 1. RAISONNEMENT ET VOCABULAIRE ENSEMBLISTE

Définition 1.2 Implication, équivalence


Si P et Q sont deux assertions, on définit les assertions P =⇒ Q et P ⇐⇒ Q par :
✓ P =⇒ Q : (Non P ) ou Q,
✓ P ⇐⇒ Q : (P =⇒ Q) et (Q =⇒ P ).
Les valeurs de vérité vérifient le tableau suivant :

P Q P =⇒ Q P ⇐⇒ Q
V V V V
V F F F 
F V V F
F F V V

☞ Par définition, l’assertion P =⇒ Q est vraie dès que P est fausse. Elle peut
donc être vraie même lorsque Q est fausse, par exemple l’assertion

(2 = 3) =⇒ (1 = 4)

est vraie.
☞ Si P est vraie et si P =⇒ Q est vraie, alors Q est vraie.
☞ L’implication Q =⇒ P s’appelle la réciproque de l’implication P =⇒ Q.
☞ L’équivalence P ⇐⇒ Q est vraie si, et seulement si, P et Q sont logiquement
équivalentes.
☞ la négation de P =⇒ Q est donnée par : Non(P =⇒ Q) ⇐⇒ (P et Non(Q)).
☞ On a également : (P =⇒ Q) ⇐⇒ (Non(Q) =⇒ Non(P )).

1.1.2 Modes de raisonnement


Raisonnement par récurrence

Théorème 1.1 Soit P une propriété définie sur N. Si :


✓ P (0) est vraie,  ‹

✓ pour tout n ∈ N, P (n) vraie entraîne P (n + 1) vraie .


Alors, P (n) est vraie pour tout n ∈ N. 

Corollaire Soit P une propriété définie sur {n0 , n0 + 1, . . .} avec n0 ∈ Z. Si :


✓ P (n0 ) est vraie,  
✓ pour tout entier n ≥ n0 , P (n) vraie entraîne P (n + 1) vraie .
Alors, P (n) est vraie pour tout n ≥ n0 . 
1.2. ENSEMBLES 7

Corollaire Soit P une propriété définie sur {n0 , n0 + 1, . . .}. Si :


✓ P (n0 ) et P (n0 + 1) sont 
vraies, 
€ Š
✓ pour tout entier n ≥ n0 , P (n) et P (n + 1) vraies entraînent P (n + 2) vraie .
Alors, P (n) est vraie pour tout entier naturel n ≥ n0 . 

Raisonnements pour montrer que P =⇒ Q

Les trois types de raisonnements pour montrer que P =⇒ Q sont :


✍ raisonnement direct : on suppose que P est vraie et on montre que Q est
vraie,
✍ raisonnement par contraposée : on suppose que Non(Q) est vraie et on montre
que Non(P ) est vraie,
✍ raisonnement par l’absurde : on suppose que P est vraie, et on suppose « par
l’absurde » que Non(Q) est vraie. On cherche alors une contradiction.

1.2 Ensembles

❏ Un ensemble est une collection d’objets. La notation x ∈ E signifie x appar-


tient à E ; sa négation est notée x 6∈ E. On note ∅ l’ensemble vide, qui n’a
aucun élément.
❏ Le quantificateur universel ∀ se lit « pour tout » ou « quel que soit ». L’ex-
pression (∀x ∈ E, P (x)) se lit pour tout élément x appartenant à E on a
P (x).
❏ Le quantificateur universel ∃ se lit « il existe au moins un élément ». La
notation ∃! signifie « il existe un et un seul élément ». L’expression (∃x ∈
E, P (x)) se lit il existe au moins un élément x appartenant à E tel que l’on
ait P (x).
❏ Négation d’une phrase quantifiée : on a
8
€ Š € Š
>
< Non(∀ x ∈ E, P (x) ⇐⇒ ∃ x ∈ E, Non P (x) ,
€ Š € Š
>
: Non(∃ x ∈ E, P (x) ⇐⇒ ∀ x ∈ E, Non P (x) ,

✍ Limite d’une suite réelle. Soit (xn )n≥0 une suite réelle. On dit que l ∈ R
est limite de (xn )n≥0 lorsque :

∀ ε > 0, ∃ p ∈ N, ∀ n ∈ N, n ≥ p =⇒ |xn − l| ≤ ε.
8 CHAPITRE 1. RAISONNEMENT ET VOCABULAIRE ENSEMBLISTE

La phrase exprimant qu’un réel l n’est pas limite de (xn )n≥0 est alors :

∃ ε > 0, ∀ p ∈ N, ∃ n ∈ N, n ≥ p et |xn − l| > ε.

✍ Continuité. Une application f : R −→ R est continue en a ∈ R lorsque :

∀ ε > 0, ∃ η > 0, ∀ x ∈ R, |x − a| < η =⇒ |f (x) − f (a)| ≤ ε.

La phrase exprimant que f n’est pas continue en a est alors :


 ‹

∃ ε > 0, ∀ η > 0, ∃ x ∈ R, |x − a| < η et |f (x) − f (a)| > ε .

Définition 1.3 Inclusion


Soient E et F deux ensembles. On dit que E est inclus dans F (ou E est une partie de
F ), et on note E ⊂ F , si : ∀ x ∈ E, x ∈ F .
On note P(F ) l’ensemble des parties de F . 

Définition 1.4 Opérations dans P(E)


Soit E un ensemble et A, B ∈ P(E). On définit les parties suivantes de E :
✓ complémentaire de A dans E : ∁E A = {x ∈ E ; x 6∈ A},
✓ réunion de A et B : A ∪ B = {x ∈ E; x ∈ A ou x ∈ B},
✓ intersection de A et B : A ∩ B = {x ∈ E; x ∈ A et x ∈ B},
✓ différence de A moins B : A − B = {x ∈ E; x ∈ A et x 6∈ B},
✓ différence symétrique de A et B : A∆B = (A − B) ∪ (B − A). 

❏ Couples, produit cartésien : en partant de deux éléments x et y, on peut


construire le couple (x, y) avec la propriété suivante :

(x, y) = (x′ , y ′) ⇐⇒ (x = x′ et y = y ′).

Étant donnés deux ensembles A et B, l’ensemble des couples de la forme (x, y)


avec x ∈ A et y ∈ B est appelé produit cartésien de A par B et se note A × B.
On a donc :
A × B = {(x, y) : x ∈ A et y ∈ B}.
1.3. APPLICATIONS ET RELATIONS 9

1.3 Applications et relations

Définition 1.5 Une application f est un triplet (E, F, G) où E et F sont des ensembles
non vides, et G un sous-ensemble de E ×F tel que, pour tout x ∈ E, il existe un élément
y et un seul de F tel que (x, y) appartienne à G.
L’élément y est noté f (x). On dit alors que f est une application définie sur E à valeurs
dans F .
L’ensemble des applications de E dans F est noté F E . 

☞ Une application de E dans F associe à tout élément de E un et un seul


élément de F .
☞ L’ensemble E s’appelle l’ensemble de départ de f . L’ensemble F s’appelle
l’ensemble d’arrivée de F , l’ensemble G est le graphe de f .
☞ Si x ∈ E, on appelle f (x) l’image de x par f , et si y = f (x) on appelle x un
antécédent de y par f .
☞ Deux applications f et g sont égales si elles ont même ensemble de départ E,
même ensemble d’arrivée F et pour tout x ∈ E on a f (x) = g(x).

Définition 1.6 Composée de deux applications. Soient E, F, G trois ensembles non


vides, f : E −→ F et g : F −→ G deux applications. Alors on définit une application
f g
de E −→ G, par g ◦ f : E −→ F −→ G, en posant pour tout x ∈ E,

(g ◦ f )(x) = g(f (x)).

✍ Soit E un ensemble non vide, on appelle application identité ou identité de


E, et l’on note IdE , l’application de E −→ E définie par IdE (x) = x. En
particulier, si f : E −→ F est une application, alors f ◦IdE = f et IdF ◦f = f .
✍ Généralement, même si E = G, on n’a pas nécessairement f ◦ g = g ◦ f . En
prenant, par
8
exemple, les applications f, g : N −→ N définies par f (n) = 2n
>n
< si n est pair
et g(n) = > 2 , alors on a : g ◦f = IdN mais f ◦g 6= IdN .
si
: n−1
2
n est impair,
✍ Si f : E −→ F , g : F −→ G et h : G −→ H sont trois applications où
E, F, G, H sont quatre ensembles non vides. Alors, on a :

(h ◦ g) ◦ f = h ◦ (g ◦ f ).
10 CHAPITRE 1. RAISONNEMENT ET VOCABULAIRE ENSEMBLISTE

Définition 1.7 Soit f : E −→ F une application. Si A est une partie de E, la restriction


de f à A, notée f|A , est l’application de A −→ F définie par : f|A (x) = f (x) pour tout
x ∈ A.
On appelle prolongement de f toute application g définie sur un ensemble B contenant
E et vérifiant : g(x) = f (x) pour tout x ∈ E. 

Définition 1.8 Injectivité. On dit qu’une application f : E −→ F est injective si elle


vérifie l’une des trois propriétés équivalentes suivantes :
✓ tout élément de F admet au plus un antécédent par f ,
✓ pour tout y ∈ F , l’équation f (x) = y admet au plus une solution,
✓ pour tout (x, y) ∈ E 2 on a : f (x) = f (y) =⇒ x = y. 

Définition 1.9 Surjectivité. On dit qu’une application f : E −→ F est surjective si


elle vérifie l’une des trois propriétés équivalentes suivantes :
✓ tout élément de F admet au moins un antécédent par f ,
✓ pour tout y ∈ F , l’équation f (x) = y admet au moins une solution,
✓ pour tout y ∈ F , il existe x ∈ E tel que y = f (x). 

Définition 1.10 Bijectivité. On dit qu’une application f : E −→ F est bijective si elle


est injective et surjective, c’est-à-dire si elle vérifie l’une des trois propriétés équivalentes
suivantes :
✓ tout élément de F admet un et un seul antécédent par f ,
✓ pour tout y ∈ F , l’équation f (x) = y admet une unique solution,
✓ pour tout y ∈ F il existe un unique x ∈ E tel que y = f (x). 

Soient f : E −→ F et g : F −→ G deux applications.


❏ Si f et g sont injectives, alors g ◦ f est injective.
❏ Si f et g sont surjectives, alors g ◦ f est surjective.
❏ Si f et g sont bijectives, alors g ◦ f est bijective.

Définition 1.11 Application réciproque. Si f : E −→ F est une application bi-


jective, alors l’application de F −→ E qui associe à tout élément de F son unique
antécédent dans E s’appelle l’application réciproque de f et se note f −1 . Autrement
dit :
∀ (x, y) ∈ E × F, y = f (x) ⇐⇒ x = f −1 (y).

❏ Si f : E −→ F est une application bijective, alors on a : f −1 ◦ f = IdE et


f ◦ f −1 = IdF .
1.3. APPLICATIONS ET RELATIONS 11

❏ Si f : E −→ F et g : F −→ E sont deux applications vérifiant f ◦ g = IdF


et g ◦ f = IdE , alors elles sont toutes les deux bijectives et réciproques l’une
de l’autre.
❏ Si f : E −→ F est une bijection, alors f −1 : F −→ E est une bijection et
€ Š−1
on a : f −1 = f.
f g
❏ Soient E, F et G trois ensembles. Si E −→ F −→ G sont deux applications
bijectives, alors g ◦ f est bijective et on a :

(g ◦ f )−1 = f −1 ◦ g −1 .

Définition 1.12 Images directes, images réciproques. Soient f : E −→ F une


application, A une partie de E et B une partie de F . On appelle :
✓ image (directe) de A par f l’ensemble

f (A) = {y | ∃ x ∈ A : y = f (x) } = {f (x) : x ∈ A },

✓ image réciproque de B par f , l’ensemble :

f −1 (B) = {x ∈ E | f (x) ∈ B }.

☞ L’utilisation de la notation f −1 (B) ne suppose pas que f est bijective.


☞ Lorsque f est bijective, f −1 (B) représente aussi bien l’image directe de B par
l’application f −1 , que l’image réciproque de B par f .
☞ Une application f : E −→ F est :
– injective si, et seulement si, pour tout y ∈ F , l’ensemble f −1 ({y}) admet
au plus un élément,
– surjective si, et seulement si, pour tout y ∈ F , l’ensemble f −1 ({y}) admet
au moins un élément,
– bijective si, et seulement si, pour tout y ∈ F , l’ensemble f −1 ({y}) admet
exactement un élément.

Proposition 1.1 Soient f : E −→ F une application, B1 et B2 deux parties de F . Alors


on a :
✓ B1 ⊂ B2 =⇒ f −1 (B1 ) ⊂ f −1 (B2 ),
✓ f −1 (B1 ∪ B2 ) = f −1 (B1 ) ∪ f −1 (B2 ),
✓ f −1 (B1 ∩ B2 ) = f −1 (B1 ) ∩ f −1 (B2 ),
€ Š
✓ f −1 ∁F B1 = ∁E f −1 (B1 ). 
12 CHAPITRE 1. RAISONNEMENT ET VOCABULAIRE ENSEMBLISTE

Proposition 1.2 Soient f : E −→ F une application, A1 et A2 deux parties de E. Alors


on a :
✓ A1 ⊂ A2 =⇒ f (A1 ) ⊂ f (A2 ),
✓ f (A1 ∪ A2 ) = f (A1 ) ∪ f (A2 ),
✓ f (A1 ∩ A2 ) ⊂ f (A1 ) ∩ f (A2 ). 

☞ Attention, l’inclusion f (A1 ) ∩ f (A2 ) ⊂ f (A1 ∩ A2 ) est, en général, fausse. Par


exemple, on a :

sin ([0, 2π]) ∩ sin ([−π, π]) = [−1, 1] alors que sin ([0, 2π] ∩ [−π, π]) = [0, 1].

Définition 1.13 Fonctions caractéristiques. Soit A une partie de E, on appelle fonc-


tion caractéristique de A, l’application 1A : E −→ {0, 1} définie par :
8
< 1 si x ∈ A,
1A (x) =
:
0 si x 6∈ A.

☞ On a toujours : 12A = 1A .
☞ Deux ensembles A et B sont égaux si, et seulement si, 1A = 1B . En particulier,
1E = 1 et 1∅ = 0.

Proposition 1.3 On a les relations suivantes :


✓ 1∁E A = 1 − 1A .
✓ 1A∩B = 1A 1B .
✓ 1A∪B = 1A + 1B − 1A 1B .
✓ 1A−B = 1A (1 − 1B ).
✓ 1A∆B = 1A + 1B − 21A 1B = (1A − 1B )2 . 

✍ L’application A 7−→ 1A est une bijection de P(E) sur l’ensemble F (E, {0, 1})
des applications de E dans {0, 1}.

Définition 1.14 Famille indexée. Étant donnés deux ensembles I et E, on appelle


famille d’éléments de E indexée par I toute application de I dans E. 

❏ Si I = N, une famille (xi )i∈N de E est appelée suite d’éléments de E.


❏ Étant donnés deux ensembles I et E, une famille de parties de E indexée par
I est une famille (Ai )i∈I d’éléments de P(E). On a :
\ [
Ai = {x ∈ E : ∀ i ∈ I, x ∈ Ai }, Ai = {x ∈ E : ∃ i ∈ I, x ∈ Ai }
i∈I i∈I
1.3. APPLICATIONS ET RELATIONS 13

et ! !
[ \ \ [
∁E Ai = ∁E Ai , ∁E Ai = ∁E Ai .
i∈I i∈I i∈I i∈I

Définition 1.15 Relation binaire. On appelle relation binaire dans un ensemble non
vide E, un triplet R = (E, E, G) où G est un sous-ensemble de E × E, et on notera
xRy lorsque (x, y) ∈ G. 

Définition 1.16 Relation d’ordre. Une relation binaire R sur un ensemble E est une
relation d’ordre sur E si elle est :
✓ réflexive : ∀ x ∈ E, xRx
✓ antisymétrique : ∀(x, y) ∈ E 2 , (xRy et yRx) =⇒ x = y
✓ transitive : ∀(x, y, z) ∈ E 3 , (xRy et yRz) =⇒ xRz.
On appelle ensemble ordonné un couple (E, R) où R est une relation d’ordre sur E. 

❏ On dit que la relation d’ordre R définit un ordre total sur E si :

∀(x, y) ∈ E 2 , (xRy ou yRx).

Dans le cas contraire on dit que c’est un ordre partiel.

Définition 1.17 Soient (E, ≤) un ensemble ordonné, A une partie de E et a un élément


de A.
✓ On dit que a est le plus grand élément de A si : ∀ x ∈ A, x ≤ a. Quand il existe,
le plus grand élément de A se note max(A).
✓ On dit que a est le plus petit élément de A si : ∀ x ∈ A, a ≤ x. Quand il existe,
le plus petit élément de A se note min(A). 

Définition 1.18 Si A est une partie d’un ensemble ordonné (E, ≤), un élément a ∈ E
est :
✓ un majorant de A si : ∀ x ∈ A, x ≤ a,
✓ un minorant de A si : ∀ x ∈ A, a ≤ x. 

Définition 1.19 Si A est une partie d’un ensemble ordonné (E, ≤). Alors :
✓ la borne supérieure de A dans E est, si elle existe, le plus petit des majorants de
A. Elle se note sup(A),
✓ la borne inférieure de A dans E est, si elle existe, le plus grand des minorants de
A. Elle se note inf(A). 
14 CHAPITRE 1. RAISONNEMENT ET VOCABULAIRE ENSEMBLISTE

Définition 1.20 Soient (E, ≤) et (F, ≤) deux ensembles ordonnés.


Une application f : E −→ F est :
✓ croissante si : ∀ (x, y) ∈ E 2 , x ≤ y =⇒ f (x) ≤ f (y),
✓ décroissante si : ∀ (x, y) ∈ E 2 , x ≤ y =⇒ f (x) ≥ f (y),
✓ strictement croissante si : ∀ (x, y) ∈ E 2 , x < y =⇒ f (x) < f (y),
✓ strictement décroissante si : ∀ (x, y) ∈ E 2 , x < y =⇒ f (x) > f (y),
✓ (strictement) monotone si elle est (strictement) croissante ou (strictement) dé-
croissante.
La notation x < y veut dire x ≤ y et x 6= y. 

Définition 1.21 Relation d’équivalence. Une relation binaire R sur un ensemble E


est une relation d’équivalence sur E si elle est :
✓ réflexive : ∀ x ∈ E, xRx
✓ symétrique : ∀(x, y) ∈ E 2 , xRy =⇒ yRx
✓ transitive : ∀(x, y, z) ∈ E 3 , (xRy et yRz) =⇒ xRz. 

✍ Si n ∈ N, la relation définie sur Z par :

xRy ⇐⇒ ∃ k ∈ Z : x − y = kn

est une relation d’équivalence sur Z, appelée congruence modulo n.


✍ Si x et y sont deux éléments de Z en relation pour la congruence modulo n,
on dit que x est congru à y modulo n, et on note : x ≡ y (mod n).

Définition 1.22 Classe d’équivalence. Soit R une relation d’équivalence sur un en-
semble E.
✓ L’ensemble {y ∈ E : xRy} est appelé classe d’équivalence de l’élément x pour
la relation R. On le note x.
✓ Une partie A de E est une classe d’équivalence s’il existe un élément x ∈ E tel
que A = x. 

✍ Pour la congruence modulo 2 sur Z, il y a deux classes d’équivalence : 0 la


classe de 0 qui est l’ensemble des nombres pairs, et 1 la classe de 1 qui est
l’ensemble des nombres impairs.
✍ Pour la congruence modulo n ∈ N∗ sur Z, il y a n classes d’équivalence :
0, 1, . . . , n − 1 et on a :

x = {x + nk : k ∈ Z}.
1.4. EXERCICES 15

Proposition 1.4 Soient R une relation d’équivalence sur E, et x, y deux éléments de E.


Alors on a équivalence entre :
✓ xRy,
✓ y ∈ x,
✓ x = y. 

Définition 1.23 Soient R une relation d’équivalence sur un ensemble E, et A une classe
d’équivalence pour R. On appelle représentant de la classe A tout élément x appartenant
à A. 

✍ Pour la relation de congruence modulo n ∈ N∗ , on peut prendre pour représen-


tants des classes d’équivalence les entiers 0, 1, . . . , n − 1, ou plus généralement
n entiers consécutifs quelconques.

Définition 1.24 Partition d’un ensemble. On appelle partition d’un ensemble E une
partie S de P(E) telle que :
✓ ∀ A ∈ S, A 6= ∅,
✓ ∀ A ∈ S, ∀ B ∈ S, A 6= B =⇒ A ∩ B = ∅,
[
✓ A = E.
A∈S
Autrement dit, une partition de E est un ensemble de parties non vides de E, disjointes
deux à deux et dont la réunion est égale à E. 

Proposition 1.5 Les classes d’équivalence pour une relation d’équivalence sur un en-
semble E forment une partition de E. 

1.4 Exercices

1.4.1 Exercices de base

Exercice 1.1 Vrai - Faux


1. Si A et B sont deux parties d’un ensemble E, alors : P(A ∩ B) = P(A) ∩ P(B).
2. Si A et B sont deux parties d’un ensemble E, alors : P(A ∪ B) = P(A) ∪ P(B).
3. Il existe deux applications f, g : N −→ N telles que g ◦ f = IdN et f ◦ g 6= IdN .
4. L’application f : R −→ R, x 7−→ a sin x + b cos x est surjective.
5. Si f : E −→ F est une bijection et B est une partie de F alors l’image réciproque
de B par f : f −1 (B) = {x ∈ E : f (x) ∈ B} est égale à l’image directe de B par
f −1 : f −1 (B) = {f −1 (y) : y ∈ B}. 
16 CHAPITRE 1. RAISONNEMENT ET VOCABULAIRE ENSEMBLISTE

1. Vrai. Comme A ∩ B ⊂ A et A ∩ B ⊂ B, alors P(A ∩ B) ⊂ P(A) ∩ P(B).


Réciproquement, Si C ∈ P(A) ∩ P(B), alors tout élément de C est à la fois dans A
(resp. B) car C ∈ P(A) (resp. C ∈ P(B)).
2. Faux en général. Comme A ⊂ A ∪ B et B ⊂ A ∪ B, alors on a P(A) ∪ P(B) ⊂
P(A ∪ B). La réciproque est, en général, fausse. Si A n’est pas inclus dans B et B
n’est pas inclus dans A, alors il existe deux éléments a et b tels que a ∈ A \ B et
b ∈ B \ A. Par suite, {a, b} ∈ P(A ∪ B) mais n’appartient pas à P(A) et à P(B).
Donc, {a, b} 6∈ P(A) ∪ P(B).
3. Vrai. On considère la fonction f8 définie par f (n) = n + 1 pour tout n ∈ N, et
>
< n−1 si n ≥ 1
l’application g définie par g(n) = >
, alors g ◦ f = IdN mais f ◦ g
: 0 si n = 0
n’est pas l’identité car f (g(0)) = f (0) = 1.
4. Faux. Pour tout x ∈ R on a : |f (x)| ≤ |a| + |b|, par suite l’équation f (x) =
|a| + |b| + 1 n’admet pas de solutions dans R et f est, par suite, non surjective de R
dans R.
5. Vrai. Cependant, il faut noter que le deuxième ensemble n’existe pas si f n’est
pas bijective, alors que le premier existe toujours.

Exercice 1.2
Soit F l’ensemble des applications de R dans R.
1. On considère les deux affirmations suivantes :
(P ) : ∀ f ∈ F, ∃ x ∈ R : f (x) = 0,
(Q) : ∃ x ∈ R, ∀ f ∈ F : f (x) = 0.
Les implications (P ) =⇒ (Q) et (Q) =⇒ (P ) sont-elles vraies ?
2. On considère les deux assertions suivantes :
(P ′ ) : ∀ x ∈ N, ∃ y ∈ R : y ≤ x,
(Q′ ) : ∃ y ∈ R, ∀ x ∈ N : y ≤ x.
Montrer que (P ′ ) et (Q′ ) sont vraies mais ne sont pas équivalentes. 

1.
(P ) =⇒ (Q) Cette implication est fausse. Il suffit de considérer, par exemple, l’en-
semble F = {x 7−→ x − a, a ∈ R}, alors l’affirmation (P ) est vraie par contre (Q)
ne l’est pas.
(Q) =⇒ (P ) Cette implication est vraie. L’affirmation (P ) signifie que pour toute
fonction f ∈ F , il existe un élément x = xf (qui dépend de f ) tel que f (xf ) = 0.
L’affirmation (Q) signifie qu’il existe un réel x0 ∈ R pour lequel f (x0 ) = 0 pour
toute fonction f ∈ F . En prenant, xf = x0 , alors on voit bien que (Q) =⇒ (P ).
2. L’affirmation (P ′ ) est vraie car si x ∈ N on peut prendre (par exemple) y = x − 1
qui est bien un réel ≤ x. L’affirmation (Q′ ) est vraie, il suffit de prendre (par
exemple) y = −1 qui est inférieur à tous les entiers naturels. Cependant, les deux
affirmations ne sont pas équivalentes (dans la première le terme y dépend de x alors
1.4. EXERCICES 17

dans la deuxième le terme y ne dépend pas de x).

Exercice 1.3
Montrer que pour tout n ∈ N∗ :

1 3 2n − 1 1
× × ··· × ≤ √ .
2 4 2n 3n + 1

On utilise le raisonnement par récurrence. Pour n = 1 le résultat est clair. Sup-


posons le résultat vrai jusqu’au rang k et montrons le au rang k + 1. On a :

1 3 2k − 1 2k + 1 1 2k + 1
× × ··· × < √ × .
2 4 2k 2k + 2 3k + 1 2k + 2

Pour finir, il nous suffit de montrer que :


‚ Œ2
1 2k + 1 1 2k + 1 3k + 1
√ × < √ ⇐⇒ < ⇐⇒
3k + 1 2k + 2 3k + 4 2k + 2 3k + 4
(4k 2 + 4k + 1)(3k + 4) < (4k 2 + 8k + 4)(3k + 1) ⇐⇒ 0 < k

ce qui est vrai. La preuve par récurrence est donc terminée.

Exercice 1.4
On considère l’ensemble
 √ ©
S = x∈Q : x ≤ 2

muni de l’ordre usuel.


1. Montrer que S admet un majorant dans R.
2. Montrer que S n’admet pas de plus grand élément.

(On rappelle que 2 est un nombre irrationnel). 


1. Il est clair que 2 est un majorant de S car tous ses éléments lui sont inférieurs.
2. Supposons, par l’absurde, que S possède un plus grand élément M. Alors le terme
√ √
ε :=  2 − M est > 0 car 2 est irrationnel et M ∈ S. En prenant, par exemple,
1 1
n= + 1, on déduit qu’il existe un entier n ∈ N tel que < ε, alors en posant
ε n
1
M ′ := M + on déduit que :
n

M′ ∈ S (car c’est bien un rationnel); M ′ ≤ 2.

Or, M ′ > M, donc M n’est pas le plus grand élément de S, contradiction. En


conclusion, S n’admet pas de plus grand élément.
18 CHAPITRE 1. RAISONNEMENT ET VOCABULAIRE ENSEMBLISTE

Exercice 1.5
Soient F et G deux parties d’un ensemble E. Montrer que :
1. E \ (F ∪ G) = (E \ F ) ∩ (E \ G).
2. E \ (F ∩ G) = (E \ F ) ∪ (E \ G). 

1. L’expression E \ (F ∪ G) représente l’ensemble des éléments de E qui ne sont ni


dans F ni dans G. Il s’agit donc de l’ensemble (E \ F ) ∩ (E \ G).
2. L’expression E \ (F ∩ G) représente l’ensemble des éléments de E qui ne sont pas
à la fois dans F et G, c’est donc l’ensemble (E \ F ) ∪ (E \ G).

Exercice 1.6
Soient f : E −→ F une application, (Ai )i∈I , (Bi )i∈I des familles de parties de E et F
respectivement.
!
Montrer que :
[ [
1. f −1 Bi = f −1 (Bi ).
i∈I ! i∈I
\ \
2. f −1 Bi = f −1 (Bi ).
i∈I ! i∈I
[ [
3. f Ai = f (Ai ).
i∈I ! i∈I
\ \
4. f Ai ⊂ f (Ai ). 
i∈I i∈I

!
[
−1
1. Si x ∈ f Bi , alors f (x) appartient à l’un des Bi , d’où l’inclusion ⊂. Ré-
i∈I
ciproquement, si x est dans l’image réciproque d’un des Bi , alors f (x) ∈ Bi et par
suite dans la réunion !des Bi .
\ \
2. Si x ∈ f −1 Bi , alors f (x) appartient à Bi , d’où l’inclusion ⊂. Récipro-
i∈I i∈I
quement, si x est dans l’intersection des images réciproques des Bi , alors f (x) est
dans chaque Bi et!ainsi dans leur intersection.
[ [
3. Si y ∈ f Ai , alors il existe x ∈ Ai tel que f (x) = y. Donc, x appartient à
i∈I i
l’un des Ai , et alors y appartient à l’un des f (Ai ), donc
!
à leur union. Réciproque-
!
[ [ [
ment, comme chaque f (Ai ) est contenu dans f Ai , alors f (Ai ) ⊂ f Ai .
! i i i
\
4. Si y ∈ f Ai , alors pour tout i ∈ I, il existe x ∈ Ai tel que y = f (x). Donc,
\
i∈I
y∈ f (Ai ).
i∈I
L’autre inclusion est en général fausse (c’est le cas si f n’est pas injective). Par
exemple en prenant f (x) = x2 , A = [0, +∞[ et B =] − ∞, 0], alors A ∩ B = {0} et
f (A) ∩ f (B) = [0, +∞[.
1.4. EXERCICES 19

Exercice 1.7
Soit E un ensemble muni d’une relation d’ordre total ≤.
Montrer qu’il y a équivalence entre :
(i) toute partie non vide de E admet un plus petit élément,
(ii) toute suite décroissante d’éléments de E est stationnaire,
(iii) il n’existe aucune suite strictement décroissante d’éléments de E. 

(i)=⇒(ii) Soit (xn )n∈N une suite décroissante d’éléments de E. L’ensemble S défini
par S = {xn : n ∈ N} est une partie non vide de E, il admet alors (par hypothèse)
un plus petit élément xn0 . On a d’une part : n ≥ n0 =⇒ xn ≤ xn0 car la suite est
décroissante, d’autre part on a aussi xn ≥ xn0 car xn0 est le plus petit élément de S.
Par conséquent, pour tout n ≥ n0 on a xn = xn0 , c’est-à-dire que la suite (xn )n∈N
est stationnaire.
(ii)=⇒(iii) Cette implication est claire.
(iii)=⇒(i) Pour montrer cette implication on fait un raisonnement par contrapo-
sée : soit S une partie non vide de E qui ne possède pas de plus petit élément, et
construisons (par récurrence) une suite strictement décroissante d’éléments de E.
Comme S est non vide, alors il existe x0 ∈ S. Soit n ∈ N et supposons construits
(par récurrence) des éléments x0 > x1 > · · · > xn . Comme xn n’est pas le plus petit
élément de S, il existe x ∈ S tel que xn ≤ x est faux. Comme l’ordre est total, alors
x < xn et on pose alors xn+1 = x. Ainsi, on a construit (par récurrence) une suite
strictement décroissante d’éléments de E : x0 > x1 > · · · > xn > xn+1 > · · · . Ceci
termine la démonstration.

Exercice 1.8
Soient A et B deux parties d’un ensemble E. Montrer que :

A = B ⇐⇒ 1A = 1B .

Si A = B, alors il est clair que 1A = 1B . Réciproquement, Si 1A = 1B , alors :

A = {x : 1A (x) = 1} = {x : 1B (x) = 1} = B.

Exercice 1.9
Soient f : E −→ F et g : F −→ G deux applications.
1. Montrer que : g ◦ f surjective =⇒ g est surjective.
2. Montrer que : g ◦ f injective =⇒ f est injective.
3. Montrer que :
8
< g ◦ f injective
=⇒ g injective.
:
f surjective,
20 CHAPITRE 1. RAISONNEMENT ET VOCABULAIRE ENSEMBLISTE

4. Montrer que :
8
< g ◦ f surjective
=⇒ f surjective.
:
g injective,

5. Dans cette question, on suppose que f, g : E −→ E sont telles que f ◦ g ◦ f est


bijective. Montrer que f et g sont bijectives. 

1. Comme g ◦ f est surjective, alors pour tout y ∈ G il existe x ∈ E tel que :


g(f (x)) = y. Donc, y admet au moins un antécédent par g (il s’agit de f (x)). Par
conséquent, g est surjective.

⋄ Remarque : f n’est pas nécessairement surjective. En effet, pour f (x) = x de
R+ −→ R et g(x) = x2 de R −→ R+ , on voit que g ◦ f est surjective (car égale à
IdR+ ), alors que f n’est pas surjective (puisque −1 n’a pas d’antécédent).
2. Soient x et y deux éléments de E tels qu f (x) = f (y), alors g(f (x)) = g(f (y)),
or comme g ◦ f est injective, on a x = y. Par conséquent, f est injective.
⋄ Remarque : g n’est pas nécessairement injective. En effet, on peut prendre par

exemple f (x) = x de R+ dans R et g(x) = x2 de R dans R pour voir que (g◦f )(x) =
x est injective alors que g ne l’est pas.
3. Soient y et y ′ deux éléments de F tels que g(y) = g(y ′). Par surjectivité de f
il existe x et x′ deux éléments de E tels que y = f (x) et y ′ = f (x′ ). Donc, on a :
(g ◦ f )(x) = (g ◦ f )(x′ ), et comme g ◦ f est injective alors x = x′ et y = f (x) =
f (x′ ) = y ′ . Donc g est injective.
4. Soit y ∈ F , on a g(y) ∈ G et comme g ◦ f est surjective il existe x ∈ E tel
que : g(y) = g(f (x)). Comme g est injective alors y = f (x), ce qui montre que f est
surjective.
5. L’application f ◦ g ◦ f = (f ◦ g) ◦ f est injective donc f est injective d’après
les questions précédentes. De même, f ◦ g ◦ f = f ◦ (g ◦ f ) est surjective alors
f est surjective d’après ce qui précède. Par conséquent, f est bijective. Soit f −1
l’application réciproque de f , alors on a :

g = f −1 ◦ (f ◦ g ◦ f ) ◦ f −1 ,

et par suite g est bijective comme composée d’applications bijectives.

Exercice 1.10
Soient E et F deux ensembles non vides.
1. Soit f : E −→ F une application injective. Montrer qu’il existe une application
g : F −→ E telle que g ◦ f = IdE . Montrer, en plus, que g est surjective.
2. Soit f : F −→ E une application surjective. Montrer qu’il existe une application
1.4. EXERCICES 21

g : E −→ F telle que f ◦ g = IdF . Montrer, de plus, que g est injective.


3. Soit f : E −→ E une application. Montrer que :

f est injective ⇐⇒ f (A) ∩ f (B) = f (A ∩ B), A, B parties de E.

1. Pour tout y ∈ f (E) on définit g(y) comme l’unique antécédent de y par f (cet
antécédent existe car y ∈ f (E)), il est unique parce que f est injective. Pour tout
y ∈ F \ f (E), on définit g(y) comme un élément arbitraire de E (c’est possible car
E est non vide). On vérifie alors que g(f (x)) = x pour tout x ∈ E. Cela implique
en particulier que tout x ∈ E admet au moins un antécédent par g, à savoir f (x).
Donc, g est surjective.
2. Pour tout x ∈ E, on définit g(x) comme l’un quelconque des antécédents de x
par f (cela est possible car f est surjective). On vérifie que f (g(x)) = x pour tout
x ∈ E. Si g(x) = g(x′ ) alors x = f (g(x)) = f (g(x′)) = x′ et l’application g est bien
injective.
3.
(=⇒)Tout d’abord comme A ∩ B ⊂ A et A ∩ B ⊂ B, alors f (A ∩ B) ⊂ f (A) et
f (A ∩ B) ⊂ f (B). D’où, f (A ∩ B) ⊂ f (A) ∩ f (B) (ce résultat est toujours vrai
indépendamment de l’injectivité de f ). Réciproquement, soit y ∈ f (A) ∩ f (B), alors
il existe a ∈ A et b ∈ B tels que f (a) = f (b) = y, et comme f est injective alors
a = b, d’où a = b ∈ A ∩ B et y = f (a) ∈ f (A ∩ B).
(⇐=) Supposons, par l’absurde, que f est non injective, alors il existe deux éléments
distincts a et b de E tels que f (a) = f (b). Par suite, on a : f ({a}) ∩ f ({b}) = {f (a)}
alors que f ({a} ∩ {b}) = f (∅) = ∅, contradiction. En conclusion, f est injective.

Exercice 1.11
1. Montrer que l’application f : C −→ C∗ définie par f (z) = ez est surjective.
2. L’application f est-elle injective ? 

1. Soit Z ∈ C∗ , alors Z = reiθ avec r > 0 et θ deux réels. On cherche z = x + iy ∈ C


(avec x et y réels) tel que :

ex · eiy = r eiθ .

Par suite, on a : x = ln r et y ≡ θ (mod 2π). Donc, Z = f (ln(r) + iθ) et f est ainsi


surjective.
2. L’application f n’est pas injective car f (0) = f (2π) bien que 0 6= 2π.

Exercice 1.12
Soit f une application de E dans F . Pour A ⊂ E et B ⊂ F , montrer que :
€ Š
1. f f −1 (B) ⊂ B.
22 CHAPITRE 1. RAISONNEMENT ET VOCABULAIRE ENSEMBLISTE

2. f −1 (f (A)) ⊃ A.
3. Montrer que :

f est injective ⇐⇒ ∀ A ∈ P(E), A = f −1 (f (A)).

4. Montrer que :

f est surjective ⇐⇒ ∀ B ∈ P(F ), B = f (f −1 (B)).

1. Soit x ∈ f (f −1 (B)), alors il existe y ∈ f −1 (B) tel que x = f (y). Or, on a :


y ∈ f −1 (B) ⇐⇒ f (y) ∈ B, et par suite x ∈ B.
2. Soit x ∈ A, alors f (x) ∈ f (A). Or on a : f (x) ∈ f (A) ⇐⇒ x ∈ f −1 (f (A)).
3. D’après la question 2. ci-dessus il suffit de montrer que f −1 (f (A)) ⊂ A.
(=⇒) Soit x ∈ f −1 (f (A)), alors f (x) ∈ f (A) et par suite il existe x ∈ A tel que
f (x) = f (a). Comme f est injective alors x = a, donc x ∈ A.
(⇐=) Soient x et x′ deux éléments de E tels que f (x) = f (x′ ), alors avec A = {x}
on a f (A) = {f (x)} = {f (x′ )}, et par suite x′ ∈ f −1 (f (A)). Comme f −1 (f (A)) = A,
alors il résulte que x′ ∈ A = {x}, par suite x = x′ .
4. D’après la question 1. ci-dessus il suffit de montrer que B ⊂ f (f −1(B)).
(=⇒) Soit y ∈ B, alors comme f est surjective il existe x ∈ E tel que y = f (x). On
a : x ∈ f −1 (B) et ainsi y = f (x) ∈ f (f −1 (B)). Par conséquent, B ⊂ f (f −1(B)).
(⇐=) Soit y ∈ F , alors avec B = {y} on a par hypothèse f (f −1({y})) = {y}. Donc,
f −1 ({y}) n’est pas vide, et y admet un antécédent par f . L’application f est alors
surjective.

Exercice 1.13
Soient E un ensemble et f : E −→ E une application telle que f ◦ f ◦ f = f .
Montrer que :

f est injective ⇐⇒ f est surjective.

(=⇒) Soit y ∈ E, on cherche un x ∈ E tel que f (x) = y, ce qui montrera que f est
surjective. Par hypothèse on a : f (f ◦ f (y)) = f (y), et ainsi comme f est injective
alors f (f (y)) = y. Donc, y = f (x) avec x = f (y). Par conséquent, f est surjective.
(⇐=) Soient y et y ′ deux éléments de E tels que f (y) = f (y ′), on se propose de
montrer que y = y ′ , et donc que f est injective. Comme f est surjective, alors f ◦ f
l’est aussi, par suite il existe deux éléments x et x′ de E tels que : y = f ◦ f (x) et
y ′ = f ◦ f (x′ ). Maintenant, la relation f (y) = f (y ′) s’écrit :

f ◦ f ◦ f (x) = f ◦ f ◦ f (x′ ).
1.4. EXERCICES 23

Donc, f (x) = f (x′ ) par hypothèse. Ainsi, f ◦ f (x) = f ◦ f (x′ ), ce qui donne y = y ′ .
En conclusion, f est injective.

1.4.2 Exercices d’assimilation

Exercice 1.14 K
Soit (Aij )(i,j)∈I×J une famille de parties d’un ensemble E.
1. Montrer que
[ \ \ [
Aij ⊂ Aij .
j∈J i∈I i∈I j∈J

Montrer que l’inclusion peut être stricte.


2. Montrer que
\ [ [ \
Aij = Aif (i) .
i∈I j∈J f ∈F (I,J) i∈I

1. On va traduire les deux expressions (de droite et de gauche) :

\ [
x∈ Aij ⇐⇒ ∀ i ∈ I, ∃ j ∈ J : x ∈ Aij ,
i∈I j∈J
[ \
x∈ Aij ⇐⇒ ∃ j ∈ J, ∀ i ∈ I, x ∈ Aij .
j∈J i∈I

Dans la première affirmation ci-dessus, le j dépend de i, alors que dans la deuxième


affirmation le j peut être choisi une fois pour toutes.
[ \
Soit x ∈ Aij , et fixons j0 ∈ J tel que pour tout i ∈ I on ait x ∈ Aij0 . Donc,
j∈J i∈I
pour tout i ∈ I, il existe j = j0 ∈ J tel que x ∈ Aij . Par suite, il s’ensuit que :
[ \ \ [
Aij ⊂ Aij .
j∈J i∈I i∈I j∈J

Montrons que l’inclusion


8 peut être stricte. En effet, il suffit de prendre, par exemple,
>
< N si i = j
I = J = N et Aij = > . Alors, on a successivement :
: ∅ si i 6= j

„ Ž !
\ [ \ [ \
Aij = N=N et Aij = ∅.
i∈N j∈N i∈N j∈N i∈N

2. On montre ce résultat par double inclusion.


\ [
(⊂) Soit x ∈ Aij , donc pour tout i ∈ I il existe j ∈ J tel que x ∈ Aij . Soit
i∈I j∈J
24 CHAPITRE 1. RAISONNEMENT ET VOCABULAIRE ENSEMBLISTE

f0 : I −→ J l’application qui à i 7−→ j, donc pour tout i ∈ I on a : x ∈ Aif0 (i) ,


[ \
c’est-à-dire x ∈ Aif (i) .
f ∈F (I,J) i∈I
[ \
(⊃) Soit x ∈ Aif (i) , alors il existe une application f : I −→ J telle que
f ∈F (I,J) i∈I
[
pour tout i ∈ I on a : x ∈ Aif (i) . Donc, pour tout i ∈ I on a : x ∈ Aij et par
j∈J
\ [
suite x ∈ Aij .
i∈I j∈J

Exercice 1.15 K
Soient E et F deux ensembles et f : E −→ F une application.
Montrer que
€ Š
f est bijective ⇐⇒ ∀ A ∈ P(E), f ∁E A = ∁F f (A).

€ Š
(=⇒) On montre, par double inclusion, que f ∁E A = ∁F f (A).
€ Š
⋄ (⊂) Soit y ∈ f ∁E A , alors il existe x ∈ ∁E A tel que y = f (x). Supposons, par
l’absurde, que y ∈ f (A), alors y = f (a) avec a ∈ A, d’où f (x) = f (a) et x = a par
injectivité, contradiction car x 6∈ A. D’où, y ∈ ∁F f (A).
⋄ (⊃) Soit y ∈ ∁F f (A), alors comme f est surjective il existe x ∈ E tel que y = f (x).
€ Š
Or y 6∈ f (A) donc x 6∈ A, c’est-à-dire x ∈ ∁E A. Par conséquent, y = f (x) inf ∁E A .
(⇐=) On va montrer que f est injective et surjective.
⋄ f est injective : soient x et x′ deux éléments de E tels que f (x) = f (x′ ), alors par
hypothèse on a (avec A = {x}) :
€ Š
f ∁E {x} = ∁F f ({x}).
€ Š
Supposons, par l’absurde, que x 6= x′ , alors x′ ∈ ∁E A et f (x′ ) ∈ f ∁E A = ∁F f (A).
Par suite, f (x′ ) 6∈ f (A), contradiction car f (x′ ) = f (x) ∈ f (A). En conclusion, f
est injective.
⋄ f est surjective : par hypothèse on a (avec A = ∅) :
€ Š
f ∁E ∅ = ∁F f (∅).

Donc, f (E) = F , et f est ainsi surjective.

Exercice 1.16 K
Soient A et B deux parties d’un ensemble E et f : P(E) −→ P(A)×P(B) l’application
définie par :
f (X) = (X ∩ A , X ∩ B) .
1.4. EXERCICES 25

1. Montrer que f est injective si, et seulement si, A ∪ B = E.


2. Montrer que f est surjective si, et seulement si, A ∩ B = ∅.
3. Dans le cas où f est bijective, déterminer f −1 .
4. On suppose que A est non vide et est différent de E. Les applications X 7−→ X ∪ A
et X 7−→ X ∩ A sont-elles injectives ? surjectives ? (de P(E) dans P(E)) 

1. Supposons f injective, alors on a f (∅) = (∅, ∅) et il est facile de construire un


autre antécédent de (∅, ∅) si on peut trouver un élément a tel que a 6∈ A et a 6∈ B,
il suffit de considérer par exemple X = {a}. D’où, A ∪ B = E.
Réciproquement, si A ∪ B = E et si f (X) = f (Y ) alors X ∩ A = Y ∩ A et
X ∩ B = Y ∩ B. Or

X ∩E = X ∩(A∪B) = (X ∩A)∪(X ∩B) = (Y ∩A)∪(Y ∩B) = Y ∩(A∪B) = Y ∩E.

Donc, X ∩ E = Y ∩ E, c’est-à-dire X = Y et f est alors injective.


2. On fait un raisonnement par contraposée : on suppose que A ∩ B 6= ∅ et on
montre que f n’est pas surjective. Soit x ∈ A ∩ B, alors l’élément ({x}, ∅) n’a pas
d’antécédent par f car pour tout X ⊂ E on a :

X ∩ A = {x} =⇒ x∈X =⇒ x∈X∩B =⇒ X ∩ B 6= ∅.

Donc, f n’est pas surjective.


Réciproquement, si A∩B = ∅, soient A′ ⊂ A et B ′ ⊂ B, alors en posant X = A′ ∪B ′
on a X ∩A = A′ et X ∩B = B ′ , c’est-à-dire f (X) = (A′ , B ′ ) et f est donc surjective.
3. La question ci-dessus donne une méthode pour trouver un antécédent unique
d’un couple (A′ , B ′ ). L’application f −1 : P(A) × P(B) −→ P(E) est définie par :
f −1 (A′ , B ′ ) = A′ ∪ B ′ .
4. L’application F : X 7−→ X ∪ A n’est pas injective car F (∅) = F (A) = A.
De même, l’application G : X 7−→ X ∩ A n’est pas injective car G(A) = A et
G(E) = A. Montrons maintenant que les applications F et G ne sont pas surjectives.
L’application F n’est pas surjective car l’ensemble vide n’a pas d’antécédent puisque
A ∪ X n’est jamais vide car A 6= ∅. L’application G n’est pas surjective car E n’a
pas d’antécédent puisque A ∩ X n’est jamais égal à E car A 6= E.

Exercice 1.17 K
Soit f une application de N −→ N.
1. Montrer que :
8
< f est injective,
=⇒ f = IdN .
:
f (n) ≤ n, ∀ n ∈ N,
26 CHAPITRE 1. RAISONNEMENT ET VOCABULAIRE ENSEMBLISTE

2. Montrer que :
8
< f est surjective,
=⇒ f = IdN .
:
f (n) ≥ n, ∀ n ∈ N,

1. On montre, par récurrence, que f (n) = n pour tout n ∈ N.


⋄ Pour n = 0, on a f (0) ≤ 0 et f (0) ∈ N, donc f (0) = 0.
⋄ Supposons que f (k) = k pour tout k ∈ J0, nK et montrons que f (n + 1) = n + 1.
On a, par hypothèse, f (n + 1) ≤ n + 1. Si f (n + 1) < n + 1, alors f (n + 1) ≤ n
et donc f (n + 1) = k avec k ∈ J0, nK. Or, f (k) = k par hypothèse de récurrence,
et ainsi f (k) = f (n + 1). Par injectivité, on déduit que k = n + 1, impossible. Par
suite, f (n + 1) = n + 1, et plus généralement f (n) = n pour tout n ∈ N.
2. On montre, par récurrence, que f (n) = n pour tout n ∈ N.
⋄ Pour n = 0, on a f (0) ≥ 0 par hypothèse. Comme f est surjective, alors 0 admet
un antécédent par f , or pour k ≥ 1 on a f (k) ≥ k ≥ 1. L’unique antécédent de 0
est 0, par suite f (0) = 0.
⋄ Supposons que f (k) = k pour tout k ∈ J0, nK et montrons que f (n+1) = n+1. On
a par hypothèse f (n + 1) ≥ n + 1, supposons alors que f (n + 1) > n + 1, alors comme
f (k) = k pour tout k ∈ J0, nK et f (k) > n + 1 pour k ≥ n + 1, alors n + 1 n’a pas
d’antécédent par f , impossible car f est surjective. En conclusion, f (n + 1) = n + 1
et plus généralement f (n) = n pour tout n ∈ N.

1.4.3 Exercices d’entraînement

Exercice 1.18 KK
Soient A et B deux parties d’un ensemble E.
Résoudre les équations d’inconnue X ∈ P(E) :
1. X ∩ A = B.
2. X ∪ A = B. 

1. Comme X ∩ A ⊂ A, alors si B n’est pas inclus dans A l’équation X ∩ A = B n’a


pas de solutions. On suppose dans la suite que B ⊂ A. Si X ∩ A = B, alors on a :

X = X ∩ E = X ∩ (A ∪ ∁E A) = (X ∩ A) ∪ (X ∩ ∁E A) = B ∪ (X ∩ ∁E A).
1.4. EXERCICES 27

Par conséquent, on peut écrire X = B ∪ X ′ avec X ′ une partie de ∁E A.


Réciproquement, si X = B ∪ X ′ avec X ′ ⊂ ∁E A, alors on a :

X ∩ A = (B ∪ X ′ ) ∩ A = (B ∩ A) ∪ (X
| {z }

∩ A) = B.
| {z }
=B =∅

En conclusion, si B ⊂ A, alors l’ensemble des solutions est donné par :

{X ∈ P(E) : B ⊂ X ⊂ B ∪ ∁E A}.

2. Comme A ⊂ X ∪ A, alors si A n’est pas inclus dans B l’équation n’a pas de


solutions. On suppose dans la suite que A ⊂ B. Si X ∪ A = B, alors X ⊂ B
et (B \ A) ⊂ B. Réciproquement, si X est telle que (B \ A) ⊂ X ⊂ B, alors
X ∪ A = B. En conclusion, si A ⊂ B, alors l’ensemble des solutions est donné par :
{X ∈ P(E) : (B \ A) ⊂ X ⊂ B}.

Exercice 1.19 KK
Montrer qu’il n’existe pas d’application surjective f : E −→ P(E). 

Supposons, par l’absure, qu’il existe une application surjective f : E −→ P(E).


On considère alors l’ensemble :

S = {x ∈ E : x 6∈ f (x)}.

Puisque f est surjective, alors il existe x0 ∈ E tel que f (x0 ) = S. On distingue alors
deux cas :
⋄ Si x0 ∈ S : alors on a x0 ∈ f (x0 ), donc par définition x0 6∈ S. Contradiction.
⋄ Si x0 6∈ S : alors comme S = f (x0 ) on a x0 6∈ f (x0 ), c’est-à-dire x0 ∈ S. Contra-
diction.
En conclusion, il n’existe pas d’application surjective f : E −→ P(E).

1.4.4 Exercices d’approfondissement

Exercice 1.20 KKK


1. Vérifier que pour tout m ∈ N :

m2 − (m + 1)2 − (m + 2)2 + (m + 3)2 = 4.

2. Soit N ∈ N∗ . Montrer qu’on peut écrire N sous la forme

±12 ± 22 ± · · · ± n2
28 CHAPITRE 1. RAISONNEMENT ET VOCABULAIRE ENSEMBLISTE

avec n ∈ N∗ .
Indication : faire un raisonnement par récurrence sur N ∈ N∗ . 

1. Il suffit de développer le terme de gauche pour obtenir l’identité demandée.


2. On fait une récurrence sur N ∈ N∗ .
⋄ Pour N = 1 : on a 1 = 12 .
⋄ Pour N = 2 : on a 2 = −12 − 22 − 32 + 42 .
⋄ Pour N = 3 : on a 3 = −12 + 22 .
⋄ Pour N = 4 : on a 4 = −12 − 22 + 32 .
Supposons que le résultat est vrai jusqu’au rang k et montrons le au rang k + 4.
Comme :
m2 − (m + 1)2 − (m + 2)2 + (m + 3)2 = 4,

alors le résultat est vrai au rang k + 4, ceci termine la preuve par récurrence.
Chapitre 2
Calculs algébriques

2.1 Sommes simples


Soit (ak )k∈N une suite de nombres complexes. Pour n ∈ N, on note
n
X
ak = a0 + a1 + · · · + an .
k=0

Proposition 2.1 Soient (ak )k∈N et (bk )k∈N deux suites de nombres complexes et α ∈ C.
Alors, on a :
n
X n
X n
X
✓ (ak + bk ) = ak + bk ,
k=0 k=0 k=0
Xn n
X
✓ α ak = α ak ,
k=0 k=0
Xn n
X
✓ ak = an−k . 
k=0 k=0

✍ Pour N ∈ N, on peut définir pour tout n ≥ N :


n
X
ak = aN + aN +1 + · · · + an .
k=N

Les deux propriétés de la proposition 2.1 sont toujours valables, mais la troisième
se transforme en :
n
X n−N
X
an = an + an−1 + · · · + aN = an−k .
k=N k=0

❏ Sommes géométriques. Soient n ∈ N et q ∈ C. En adoptant la convention


00 = 1, on a :
n
X
– pour q = 1, q k = n + 1,
k=0

29
30 CHAPITRE 2. CALCULS ALGÉBRIQUES

1 − q n+1
n
X
– pour q ∈ C − {1}, qk =
.
k=1 1−q
Plus généralement, si N ∈ N et n ≥ N, alors :
n
X 1 − q n−N +1
qk = qN .
k=N 1−q

n
X
❏ Sommes téléscopiques. On a : (ak+1 − ak ) = an+1 − a1 .
k=1
n
X
❏ Somme avec indices pairs et impairs. On considère la somme S = ak ,
k=0
alors S = Spair + Simpair avec

X X 2⌋
⌊X
n

Spair = ak = a2p = a2p


k∈J0,nK,k pair 0≤2p≤n p=0

et
X X
⌊X2 ⌋
n−1

Simpair = ak = a2p+1 = a2p+1 .


k∈J0,nK,k impair 0≤2p+1≤n p=0

2.2 La formule du binôme de Newton

❏ Combinaisons. Pour n ∈ N et p ∈ J0, nK, on pose


!
n n!
= .
p (n − p)! p!
€ Š € Š € Š
n n n
On note que 0
= 1; p
= n−p
et pour p ∈ J1, nK :
!
n n(n − 1) · · · (n − p + 1)
= .
p p!
€ Š
L’entier np s’interprète comme le nombre de sous-ensembles à p éléments (ou
encore le nombre de combinaisons de p éléments) parmi n.
€ Š
Par convention, on note parfois pour p > n : np = 0.
❏ Formule du binôme de Newton. Soient (a, b) ∈ C2 et n ∈ N, alors :
! !
n n
n
X n k n−k n
X n
(a + b) = a b , (a − b) = (−1)n−k ak bn−k .
k=0 k k=0 k
2.3. PRODUITS SIMPLES 31

En particulier, pour (a, b) = (1, 1) et (a, b) = (−1, 1) on obtient respective-


ment :
! !
n n
X n X n
= 2n , (−1) k
= 0, (n 6= 0).
k=0 k k=0 k

❏ Factorisations remarquables. Soient (a, b) ∈ C2 , alors pour tout n ∈ N∗


on a : !
n−1
X
an − bn = (a − b) ak bn−k−1 ,
k=0

si, en particulier, n est impair et en remplaçant b par −b on déduit que :


!
n−1
X
n n k n−1−k k
a +b = (a + b) (−1) a b .
k=0

2.3 Produits simples


✍ Soient N ∈ N et n un entier naturel tel que n ≥ N. On considère la suite
(ak )k≥N de nombres complexes. On note :
n
Y
ak = aN × aN +1 × · · · × an .
k=N

n
Y
✍ En particulier k = 1 × 2 × · · · × n = n! (factorielle de n), et par convention
k=1
0! = 1.
✍ Si (an )n≥1 est une suite de nombres complexes non nuls, alors on a :
n  
Y ak−1 a0
= .
k=1 ak an
! !
n
Y n
Y n
Y
✍ ak bk = ak × bk .
k=1 k=1 k=1

2.4 Sommes doubles


Soient n ≥ 2 un entier naturel et (aij )(i,j)∈J1,nK2 une famille de nombres complexes,
alors on a : n X
n n X
n
X X X
☞ aij = aij = aij ,
1≤i,j≤n i=1 j=1 j=1 i=1
X Xn X n Xn X j
☞ aij = aij = aij ,
1≤i≤j≤n i=1 j=i j=1 i=1
32 CHAPITRE 2. CALCULS ALGÉBRIQUES

X n−1
X X n n X
X
j−1
☞ aij = aij = aij .
1≤i<j≤n i=1 j=i+1 j=2 i=1
☞ Développement d’un produit de sommes : on a
! „ Ž
n
X m
X X
ai × bj = ai bj ,
i=1 j=1 1≤i≤n;1≤j≤m

et !2
n
X n
X X n
X X
ai = a2i + ai aj = a2i + 2 ai aj .
i=1 i=1 1≤i6=j≤n i=1 1≤i<j≤n

2.5 Systèmes linéaires


La notion de système linéaire sera traitée en détail au chapitre 7. On se contente
ici de présenter quelques notions élémentaires.
Étant donnés deux entiers naturels non nuls n et p, on appelle système linéaire de
n équations à p inconnues x1 , x2 , · · · , xp tout système (S) du type :
8
>
a x1 + a12 x2 + · · · + a1j xj + · · · + a1p xp
> 11
>
= b1
>
>
>
..
>
>
.
<

> i1
a x1 + ai2 x2 + · · · + aij xj + · · · + aip xp = bi
>
> ..
>
>
>
.
>
>
:
an1 x1 + an2 x2 + · · · + anj xj + · · · + anp xp = bn

où (aij )1≤i≤n;1≤j≤p est une famille d’éléments de K (K = R ou C) et (b1 , b2 , . . . , bn )


un élément de Kn .
☞ Le n-uplet (b1 , · · · , bn ) est appelé le second membre du système.
☞ Lorsque b1 = b2 = · · · = bn = 0, on dit que le système est homogène, ou que
le système est sans second membre.
☞ On appelle solution du système tout p-uplet (x1 , · · · , xp ) ∈ Kp vérifiant les n
équations de (S).
☞ On dit que le système (S) est compatible s’il admet au moins une solution.
Tout système homogène est compatible car il admet au moins la solution
(0, 0, · · · , 0).
☞ On appelle système homogène associé à (S), le système (SH ) obtenu en rem-
plaçant tous les bi par 0.
❏ Structure affine de l’ensemble des solutions. La linéarité du système
(S) montre que l’ensemble des solutions, s’il est non vide, est un sous-espace
affine de Kp dirigé par le sous-espace vectoriel des solutions de (SH ), c’est-
2.5. SYSTÈMES LINÉAIRES 33

à-dire lorsque (S) est compatible, on obtient les solutions en ajoutant à une
solution particulière de (S) toutes les solutions de (SH ).
❏ Interprétation géométrique d’un système linéaire. Pour n = p = 2 ou
n = p = 3, on reconnaît (en général) l’intersection de droites dans R2 , de
plans dans R3 .

Définition 2.1 Systèmes de Cramer. Si (S) est un système linéaire de n équations à


n inconnues, on a équivalence entre :
✓ le système (S) admet une solution et une seule,
✓ le système homogène associé (SH ) ne possède que la solution triviale (0, 0, · · · , 0).
On appelle système de Cramer tout système linéaire de n équations à n inconnues
vérifiant l’une des deux propriétés ci-dessus. 

On verra au chapitre sur les espaces vectoriels comment résoudre un système de


Cramer par différentes méthodes. On se contente dans cette leçon de présenter la
méthode du pivot de Gauss.
Résolution d’un système de Cramer par la méthode du pivot de Gauss
On appelle opérations élémentaires sur les lignes L1 = (a11 , a12 , · · · , a1n ), L2 =
(a2n , a22 , · · · , a2n ), · · · , Ln = (an1 , an2 , · · · , ann ) les transformations suivantes :
✓ échange de deux lignes,
✓ remplacement d’une ligne Li par α × Li , où α ∈ K∗ ,
✓ remplacement d’une ligne Lk par Lk + α × Lj , où α ∈ K et j ∈ J1, pK − {k}.
La méthode du pivot de Gauss consiste, en utilisant des opérations élémentaires
sur les lignes à transformer le système (S) en un système triangulaire supérieur,
c’est-à-dire de la forme :
8
>
> λ x1 + λ12 x2 + · · · + λ1n xn
> 11 = d1
>
>
>
<λ22 x2 + · · · + λ2n xn = d2
> ..
>
> .
>
>
>
: λnn xn = dn

Exemple. Résoudre le système linéaire :


8
>
>
>
x + 2y + 3z = 1,
<

>
−x − 3y + 5z = 2,
>
>
:
x+y+z = 3.
34 CHAPITRE 2. CALCULS ALGÉBRIQUES

On ne touche pas à la première ligne (car a11 = 1 6= 0), et on change L2 en L2 + L1 ,


et L3 en L3 − L1 , on obtient alors le système équivalent :
8
>
>
>
x + 2y + 3z = 1,
<

>
−y + 8z = 3,
>
>
:
−y − 2z = 2.

Maintenant, on ne touche pas à L1 et L2 , mais on change L3 en L3 − L2 , on obtient


alors le système équivalent :
8
>
>
>
x + 2y + 3z = 1,
<

>
−y + 8z = 3,
>
>
:
−10z = −1.

1 11
Finalement, on conclut que z = (par la troisième ligne), ensuite y = − (par
10 5
51
la deuxième ligne), et finalement x = .
10

2.6 Exercices

2.6.1 Exercices de base

Exercice 2.1
Montrer que pour tout n ∈ N∗ :
1.
n(n + 1)
1 + 2 + ··· + n = .
2
2.
n(n + 1)(2n + 1)
12 + 22 + · · · + n2 = .
6
3.  2
n(n + 1)
13 + 23 + · · · + n3 = .
2
n
X
4. En déduire la valeur de S = k4 . 
k=1

On montre ces résultats par récurrence sur n.


1. Pour n = 1 le résultat est évident. Supposons le résultat vrai jusqu’au rang n,
2.6. EXERCICES 35

alors au rang n + 1 on a :

n(n + 1) (n + 1)(n + 2)
1+···+n+n +1 = +n+1 = .
2 2

Ceci termine la preuve par récurrence.


2. Pour n = 1 le résultat est évident. Supposons le résultat vrai jusqu’au rang n,
alors au rang n + 1 on a :

n(n + 1)(2n + 1) (n + 1)(n + 2)(2n + 3)


12 + · · · + n2 + (n + 1)2 = + (n + 1)2 = .
6 6

Ceci termine la preuve par récurrence.


3. Pour n = 1 le résultat est évident. Supposons le résultat vrai jusqu’au rang n,
alors au rang n + 1 on a :
‚ Œ2
3 3 3 n2 (n + 1)2 (n + 1)(n + 2)
1 + · · · + n + (n + 1) = + (n + 1)3 = .
4 2

Ceci termine la preuve par récurrence.


4. Pour tout k ∈ N on a :

(k + 1)5 − k 5 = 5k 4 + 10k 3 + 10k 2 + 5k + 1.

Par suite, on a :
n
X n
X n
X n
X n
X n
X
(k + 1)5 − k5 = 5S + 10 k 3 + 10 k2 + 5 k+ 1.
k=1 k=1 k=1 k=1 k=1 k=1

n
X n
X
Or (k + 1)5 − k 5 = (n + 1)5 − 1. Par conséquent :
k=1 k=1

‚ Œ2
5 n(n + 1) n(n + 1)(2n + 1) n(n + 1)
(n + 1) − 1 = 5S + 10 + 10 +5 + n.
2 6 2

Ainsi
– ™
n2 (n + 1)
4 n(n2n + 1) n
5S = (n + 1) (n + 1) − 5 −5 −5 −1
2 3 2
– ™
3 2 n(n + 1) 2n + 1 5
= n(n + 1) n + 4n + 6n + 4 − 5 −5 −
2 3 2
n(n + 1) ”
3 2
— n(n + 1)(2n + 1)(3n2 + 3n − 1)
= 6n + 9n + n − 1 = .
2 6
36 CHAPITRE 2. CALCULS ALGÉBRIQUES

En conclusion, on a montré que


n
X n(n + 1)(2n + 1)(3n2 + 3n − 1)
k4 = .
k=1 30

Exercice 2.2
Calculer les sommes suivantes :
1.
X
ij.
1≤i,j≤n

2.
X
ij.
1≤i≤j≤n

3.
X
(i + j).
1≤i,j≤n

1. On a :
! !
X n X
X n n
X n
X n(n + 1) n(n + 1) n2 (n + 1)2
ij = ij = i j = × = .
1≤i,j≤n i=1 j=1 i=1 i=1 2 2 4

2. On a n
X X X X X
2 ij = ij + ij = ij + i2 .
1≤i≤j≤n 1≤i≤j≤n 1≤j≤i≤n 1≤i,j≤n i=1

Par conséquent, on déduit que :

X n2 (n + 1)2 n(n + 1)(2n + 1) n(n + 1)(n + 2)(3n + 1)


ij = + = .
1≤i≤j≤n 8 12 24

3. On a
„ Ž !
‚ Œ
n
X n
X n
X n(n + 1) n
X n2 (n + 1)
(i + j) = ni + =n i +
i=1 j=1 i=1 2 i=1 2
n(n + 1) n (n + 1) 2
=n + = n2 (n + 1).
2 2

Exercice 2.3
Calculer les sommes suivantes :
1.
X
ij.
i,j∈N
i+j=n
2.6. EXERCICES 37

2.
X
min(i, j).
1≤i≤n
1≤j≤n

3.
X
max(i, j).
1≤i≤n
1≤j≤n

1. On a
X n
X n
X n
X n
X
ij = k(n − k) = (kn − k 2 ) = n k− k2
i,j∈N k=0 k=0 k=0 k=0
i+j=n

n2 (n + 1) n(n + 1)(2n + 1) n(n + 1)(n − 1)


= − = .
2 6 6

2. On a
„ Ž
‚ Œ
n X
X n n
X i
X n
X n
X i(i + 1)
min(i, j) = j+ i = + (n − i)i
i=1 j=1 i=1 j=1 j=i+1 i=1 2
–  2™
Xn
1 i
= n+ i−
i=1 2 2
 
1 n(n + 1) n(n + 1)
= n+ × − × (2n + 1)
2 2 2
n(n + 1)(2n + 1)
= .
6

3. On sait que pour tout (i, j) ∈ J1, nK2 on a : min(i, j) + max(i, j) = i + j. Donc
X X X
min(i, j) + max(i, j) = i + j.
1≤i,j≤n 1≤i,j≤n 1≤i,j≤n

Par conséquent :

X X n(n + 1)(2n + 1)
max(i, j) = (i + j) −
1≤i,j≤n 1≤i,j≤n 6
 
n(n + 1)(2n + 1) 2n + 1
= n2 (n + 1) − = n(n + 1) n −
6 6
n(n + 1)(4n − 1)
= .
6
38 CHAPITRE 2. CALCULS ALGÉBRIQUES

Exercice 2.4
Montrer que
€√ √ Š 1 1 1 1 €√ √ Š
2 n+1− m < √ +√ + ··· + √ +√ < 2 n− m−1 .
m m+1 n−1 n

où m ≤ n sont des entiers naturels non nuls. 

€ √ √ Š € √ √ Š
Comme k+1− k × k+1+ k = 1 alors

 √ √ 
2 1
2 k+1− k = √ √ < √ et
k+1+ k k
√ √
1 2 
√ < √ √ = 2 k− k−1 .
k k+ k−1

En combinant ces deux inégalités on déduit que :


 √ √ 
1  √ √ 
2 k+1− k < √ < 2 k− k−1 .
k

Finalement, en sommant ces inégalités lorsque k parcourt l’ensemble Jm, nK, on


déduit les inégalités en questions.

Exercice 2.5
Soit n et k deux entiers naturels non nuls. Calculer les sommes suivantes :
‚ Œ ‚ Œ
X n X n
et .
0≤2k≤n
2k 0≤2k+1≤n
2k + 1

On a :
! ! !
n n
X n X n X n
2 = (1 + 1) = = + ,
0≤p≤n p 0≤2k≤n 2k 0≤2k+1≤n 2k + 1
! ! !
n n
X
p n X n X n
0 = (1 − 1) = (−1) = − .
0≤p≤n p 0≤2k≤n 2k 0≤2k+1≤n 2k + 1

En sommant et en soustrayant les deux égalités ci-dessus, on déduit que :


! !
X n X n
= = 2n−1 .
0≤2k≤n 2k 0≤2k+1≤n 2k + 1
2.6. EXERCICES 39

Exercice 2.6
Transformer en somme les produits suivants :
1. „ Ž „ Ž
m
X n
X
ap × bq .
p=1 q=1

2. ! !
m
X m
X
ak × bk .
k=1 k=1

3. !2
m
X
ak .
k=1

1. On a :
„ Ž„ Ž 2 „ Ž3 „ Ž
m
X n
X m
X n
X m
X n
X m X
X n
ap bq = 4 ap bq 5 = ap bq = ap bq .
p=1 q=1 p=1 q=1 p=1 q=1 p=1 q=1

2. On a ! ! !
m
X m
X m
X m
X m X
X m X
ak bl = ak bl = ak bl = ak bl .
k=1 l=1 k=1 l=1 k=1 l=1 k,l

3. Il suffit de prendre bk = ak dans la question 2 pour déduire que :


!2 ! ! !
m
X m
X m
X m
X m
X m X
X m X
ak = ak al = ak al = ak al = ak al .
k=1 k=1 l=1 k=1 l=1 k=1 l=1 k,l

Exercice 2.7 Sommes et produits télescopiques


n
X
1. Montrer que (ak −ak+1 ) = a0 −an+1 , et en déduire la valeur de la somme suivante :
k=0

n
X 1
.
k=1
k(k + 1)

n
Y ak a0
2. Montrer que = , et en déduire la valeur du produit suivant :
a
k=0 k+1
an+1

n  ‹
X 1
1− .
k=2
k

3. Calculer la somme n
X 1
√ √ .
k=1 (k + 1) k + k k+1
40 CHAPITRE 2. CALCULS ALGÉBRIQUES

4. Calculer le produit
N  ‹
Y 1
1−
n=2
n2

où N ≥ 2 est un entier naturel. 

1. On a
n
X
(ak − ak+1 ) = (a0 − a1 ) + (a1 − a2 ) + · · · + (an−1 − an ) + (an − an+1 )
k=0

= a0 − a1 + a1 − a2 + a2 − · · · − an + an − an+1
= a0 − an+1 .

Maintenant, on a :
 
n
X 1 n
X 1 1 1
= − = 1− .
k=1 k(k + 1) k=1 k k+1 n+1

2. On a n
Y ak a0 × a1 × · · · × an−1 × an a0
= = .
k=0 ak+1 a1 × · · · × an × an+1 an+1
Maintenant, on a :
 
n
Y 1 n
Y k−1 1
1− = = .
k=2 k k=2 k n

3. On pose
n
X 1
Sn = √ √ .
k=1 (k + 1) k + k k+1
Alors, on a :
√ √
n
X (k + 1) k − k k + 1
Sn = √ √ √ √
k=1 ((k + 1) k + k k + 1) × ((k + 1) k − k k + 1)
√ √ n ‚ Œ
Xn
(k + 1) k − k k + 1 X 1 1
= = √ − √
k=1 k(k + 1) k=1 k k+1
1
= 1− √ .
n+1

4. On a :
    
N
Y 1 N
Y 1 1 n−1 Y
N
Y N
n+1
1− 2 = 1− 1+ =
n=2 n n=2 n n n=2 n n=2 n
2.6. EXERCICES 41

1 N +1 N +1
= × = .
N 2 2N

Exercice 2.8
Montrer que pour tout n ∈ N :
1. n X
n
X
2min(i,j) = 6 × 2n − 2n − 5.
i=0 j=0

2. n
n X
X
2max(i,j) = (2n − 1) × 2n+1 + 3.
i=0 j=0

1. On montre le résultat par récurrence sur n. Pour n = 0, le résultat est vrai car
20 = 1 = 6 × 20 − 2 × 0 − 5. Supposons que la formule est vraie pour le rang n et
montrons la au rang n + 1. On a :

X n+1
n+1 X n X
X n n
X n+1
X
2min(i,j) = 2min(i,j) + 2i + 2j
i=0 j=0 i=0 j=0 i=0 j=0

2
− 1 2n+2 − 1
n+1
= 6 × 2n − 2n − 5 + +
2−1 2−1
= 6 × 2n+1 − 2(n + 1) − 5.

2. On peut montrer ce résultat par récurrence comme ci-dessus, mais on préfère


présenter une autre preuve. On a :
n X
X n € Š X n €
n X Š n X
X n
2n+1 − 1
2max(i,j) + 2min(i,j) = 2 i + 2j = 2 2j = 2(n + 1)
i=0 j=0 i=0 j=0 i=0 j=0 2−1
n+2
= (n + 1)2 − 2n − 2.

Par conséquent :
n X
X n
2max(i,j) = (n + 1)2n+2 − 2n − 2 − 6 × 2n − 2n − 5 = (2n − 1)2n+1 + 3.
i=0 j=0

Exercice 2.9
Calculer les sommes suivantes :
42 CHAPITRE 2. CALCULS ALGÉBRIQUES

1.
n X
n
X 1
.
i=1 j=i
j

2. n X
n
X i
.
i=1 j=i
j+1

1. En faisant un changement de sommation on a :


„ Ž
j
n X
X n
1 n
X X 1 jn
X n
X
= = = 1 = n.
i=1 j=i j j=1 i=1 j j=1 j j=1

j
X j(j + 1)
2. De même, en utilisant un changement de sommation, et comme i= ,
i=1 2
alors :
„ Ž „ Ž
j j
X n
n X
i n
X X i n
X 1 X
= = i
i=1 j=i j+1 j=1 i=1 j + 1 j=1 j + 1 i=1
Xn
1 j(j + 1) 1X n
n(n + 1)
= × = j = .
j=1 j + 1 2 2 j=1 4

Exercice 2.10
Soient a1 , a2 , . . . , an des nombres réels. Montrer que
n X
X n
ij cos(ai − aj ) ≥ 0.
i=1 j=1

On a
X n
n X n X
X n
ij cos(ai − aj ) = (ij cos ai cos aj + ij sin ai sin aj )
i=1 j=1 i=1 j=1
Xn n
X n
X n
X
= i cos ai j cos aj + i sin ai j sin aj
i=1 j=1 i=1 j=1
!2 !2
n
X n
X
= i cos ai + i sin ai ≥ 0.
i=1 i=1
2.6. EXERCICES 43

Exercice 2.11
Résoudre, à l’aide de l’algorithme de Gauss, le système linéaire suivant :
8
>
>
> x+y+z = 1,
<

>
x−y = 2,
>
>
: x+z = 3.

On fait les opérations suivantes sur les lignes : L2 ←− L2 − L1 et L3 ←− L3 − L1 ,


alors on obtient le système suivant :
8
>
>
>
x+y+z = 1,
<

>
−y − z = 1,
>
>
:
−y = 2.

Par suite, y = −2, et alors z = 1 et x = 2.

2.6.2 Exercices d’assimilation

Exercice 2.12 K
Calculer les sommes suivantes :
1. n
X k
.
k=1
(k + 1)!

2.
n
X k+1
.
k=1
(k − 1)! + k! + (k + 1)!

3. Application : soit n ≥ 3 un entier naturel. Montrer que

1 1 1 1
1 = + + ··· + +
m1 m2 mn−1 mn

où m1 , · · · , mn sont des diviseurs distincts de n!


En déduire que le nombre n! peut s’écrire sous la forme d’une somme de n de ses
diviseurs distincts. 

1. On a

k (k + 1) − 1 k+1 1 1 1
= = − = − .
(k + 1)! (k + 1)! (k + 1)! (k + 1)! k! (k + 1)!
44 CHAPITRE 2. CALCULS ALGÉBRIQUES

Donc, il s’agit d’une somme télescopique et on a :


n
X k 1
= 1− .
k=1 (k + 1)! (n + 1)!

2. On a

k+1 k+1 k+1


= =
(k − 1)! + k! + (k + 1)! (k − 1)! × [1 + k + k(k + 1)] (k − 1)! (k + 1)2
1 k
= = .
(k − 1)! (k + 1) (k + 1)!

D’après la première question on déduit que :


n
X k+1 1
= 1−
k=1 (k − 1)! + k! + (k + 1)! (n + 1)!

3. D’après la première question on sait que :

n−1
X k 1
= 1−
k=1 (k + 1)! n!

par suite
1 1 1 1
1 = + 3! + · · · + n! + .
2! 2 n−1
n!

On peux donc choisir : m1 = 2!, m2 = 3!


2
, · · · , mn−1 = n!
n−1
, mn = n!, et ce sont des
diviseurs distincts de n! pour n ≥ 3.
En multipliant l’égalité ci-dessus par n! on déduit que :

n! n! n! n!
n! = + + ··· + +
m1 m2 mn−1 mn

et n!
, n! , · · ·
m1 m2
, mn!n sont tous des diviseurs distincts de n!

Exercice 2.13 K
Identité de Catalan
Soit n ∈ N∗ un entier naturel non nul. Montrer que

1 1 1 1 1 1 1 1
1− + − + ··· + − = + + ··· + .
2 3 4 2n − 1 2n n+1 n+2 2n
2.6. EXERCICES 45

Pour k = 1, 2, · · · , on pose

1 1
Hk = 1+ + ··· + .
2 k

Alors, on a :
 
1 1 1 1 1 1 1 1
1− + − + ··· + − = H2n − 2 + + ··· +
2 3 4 2n − 1 2n 2 4 2n
= H2n − Hn
1 1 1
= + + ··· + .
n+1 n+2 2n

Exercice 2.14 K
Montrer l’inégalité

1 1 1
√ √ +√ √ + ··· √ √ > 24.
1+ 3 5+ 7 9997 + 9999

Il manque, malheureusement, des termes pour avoir une somme télescopique.


Cependant, on a :

1 1 1
√ √ +√ √ + ··· √ √ >
1+ 3 5+ 7 9997 + 9999
1 1 1
√ √ +√ √ + ··· √ √
3+ 5 7+ 9 9999 + 10001

l’inégalité découlera alors de :

1 1 1 1
√ √ +√ √ +√ √ + ··· √ √ > 48.
1+ 3 3+ 5 5+ 7 9999 + 10001

Or
√√ √ √
1 k− k+2 k+2− k
√ √ = √ √ √ √ = .
k+ k+2 ( k + k + 2) × ( k − k + 2) 2

Par conséquent
√ √ √ √ √ √ √
3− 1 5− 3 10001 − 9999 10001 − 1
+ +···+ = > 48.
2 2 2 2
L’inégalité est ainsi démontrée.
46 CHAPITRE 2. CALCULS ALGÉBRIQUES

Exercice 2.15 K
Calculer la somme
n
X 1
Sn = .
k=0
(n − k)! (n + k)!
n ‚ Œ
1 X 2n
Indication : montrer que Sn = et puis déduire sa valeur. 
(2n)! k=0 k

On a :
!
1 X n
(2n)! 1 X n
2n
Sn = =
(2n)! k=0 (n − k)! (n + k)! (2n)! k=0 n − k
!
1 X n
2n
= .
(2n)! k=0 k

€ Š € Š
n n
Maintenant, comme p
= n−p
, alors par symétrie on déduit que :
! " ! !#
1 X n
2n 1 1 2n
X 2n 2n
= · +
(2n)! k=0 k (2n)! 2 k=0 k n
" !#
1 1 2n 2n 22n−1 1
= · 2 + = + .
(2n)! 2 n (2n)! 2(n!)2

Exercice 2.16 K
Calculer la somme

3 4 2015
+ + ··· + .
1! + 2! + 3! 2! + 3! + 4! 2013! + 2014! + 2015!

Soit k ∈ N∗ alors :

k+2 k+2
=
k! + (k + 1)! + (k + 2)! k! [1 + k + 1 + (k + 1)(k + 2)]
1 k+1 (k + 2) − 1
= = =
k!(k + 2) (k + 2)! (k + 2)!
1 1
= − .
(k + 1)! (k + 2)!
2.6. EXERCICES 47

Par conséquent,
– ™
2013
X k+2 2013
X 1 1 1 1
= − = − .
k=1 k! + (k + 1)! + (k + 2)! k=1 (k + 1)! (k + 2)! 2 2015!

2.6.3 Exercices d’entraînement

Exercice 2.17 KK
Calculer les sommes suivantes :
1. n  ‹
X 1
arctan .
k=0
k2 + k + 1
tan a−tan b
Indication : utiliser la relation tan(a − b) = 1+tan a tan b lorsque a, b et a − b ne sont pas
π
congrus à 2 modulo π.
2. n  ‹
X 1
arctan .
k=1
2k2

1. D’après l’indication, avec u = tan a et v = tan b, on déduit que :


 
u−v
arctan u − arctan v = arctan .
1 + uv

On pose, pour simplifier, xk = arctan(k), alors :

tan xk+1 − tan xk k+1−k 1


tan(xk+1 − xk ) = = = 2 .
1 + tan xk+1 tan xk 1 + k(k + 1) k +k+1

Finalement
n n
X X π
arctan (tan(xk+1 − xk )) = (xk+1 − xk ) = xn+1 − x1 = arctan(n + 1) − .
k=0 k=0 4

2. On a
  ‚ Œ
n
X 1 n
X (2k + 1) − (2k − 1)
arctan = arctan
k=1 2k 2 k=1 1 + (2k − 1)(2k + 1)
n
X
= [arctan(2k + 1) − arctan(2k − 1)] , (cf. question 1)
k=1
‚ Œ
(2n + 1) − 1
= arctan(2n + 1) − arctan(1) = arctan
1 + (2n + 1)
 
n
= arctan .
n+1
48 CHAPITRE 2. CALCULS ALGÉBRIQUES

Exercice 2.18 KK
1. Montrer que pour tout x ∈ R :

sin(3x) = 3 sin x − 4 sin3 x.

2. Calculer
N  ‹
X x
n−1 3
lim 3 sin
N →+∞
n=1
3n

avec x ∈ R. 

1. Pour tout x ∈ R :
€ Š € Š3  € Š
sin(3x) = Im e3ix = Im eix = Im (cos x + i sin x)3
= Im(cos3 x + 3i cos2 x sin x − 3 cos x sin2 x − i sin3 x)
= 3 cos2 x sin x − sin3 x = 3(1 − sin2 x) sin x − sin3 x
= 3 sin x − 4 sin3 x.

2. D’après la première question, on sait que sin(3x) = 3 sin x − 4 sin3 x, par suite :

x‹ 1• n 
x‹ 
x ‹˜
3n−1 sin3 = 3 sin n − 3n−1 sin n−1 .
3n 4 3 3

Donc, il s’agit d’une somme télescopique et alors :


N
X
n−1 3 x‹ 1 sin 3xn 1 x sin x
lim 3 sin = lim − sin x = − .
N →+∞
n=1 3n 4 N →+∞ 1
3n
4 4 4

En conclusion, on a montré que :


N
X x‹ x − sin x
lim 3n−1 sin3 = .
N →+∞
n=1 3n 4

Exercice 2.19 KK
1. Montrer que
sin(3x)
1 + 2 cos(2x) = .
sin x
2. Calculer n ‚ Œ
Y 2π × 3k
1 + 2 cos n .
k=1
3 +1
2.6. EXERCICES 49

Pour tout x ∈ R on sait que cos(2x) = 2 cos2 x − 1 = 1 − 2 sin2 x, et par suite :

sin(3x)
1 + 2 cos(2x) = 1 + 2(1 − 2 sin2 x) = 3 − 4 sin2 x =
sin x

d’après l’exercice précédent.


3k π
2. En prenant x = 3n +1
, on déduit que le produit est télescopique et on a :
!
3n+1 π
n
Y 2π × 3k sin(3an ) 3n +1
1 + 2 cos n = =
k=1 3 +1 sin a1 3π
3n +1
€ Š
sin 3π − 3π
3n +1
sin 3n3π+1
= 3π = 3π = 1.
3n +1 3n +1

En conclusion, on a montré que :


!
n
Y 2π × 3k
1 + 2 cos n = 1.
k=1 3 +1

Exercice 2.20 KK
1. Vérifier que :
 ‹  ‹
1 1 1
x4 + y 4 = x2 + xy + y 2 × x2 − xy + y 2 .
4 2 2

2. En déduire la valeur de la somme


n
X 4k
.
k=1
4k4 +1

1. Il suffit de développer le membre de droite.


2. D’après la première question on a :

4k 4 + 1 = (2k 2 + 2k + 1) (2k 2 − 2k + 1),

et comme 4k = (2k 2 + 2k + 1) − (2k 2 − 2k + 1), alors


n
X 4k n
X (2k 2 + 2k + 1) − (2k 2 − 2k + 1)
=
k=1 4k + 1 k=1 (2k + 2k + 1) (2k − 2k + 1)
4 2 2
‚ Œ
n
X 1 1
= −
k=1 2k − 2k + 1 2(k + 1)2 − 2(k + 1) + 1
2

1
= 1− 2 .
2n + 2n + 1
50 CHAPITRE 2. CALCULS ALGÉBRIQUES
Chapitre 3
Nombres complexes et trigonométrie

3.1 Nombres complexes

On rappelle qu’un nombre complexe z ∈ C s’écrit de façon unique sous la forme


algébrique :
z = x + iy avec (x, y) ∈ R2 .

On note la partie réelle x sous la forme ℜe(z) et la partie imaginaire y sous la forme
Im(z).

❏ Égalité de nombres complexes. Si z1 = x1 + iy1 et z2 = x2 + iy2 (avec


x1 , y1, x2 et y2 des nombres réels) alors :
€ Š
z1 = z2 ⇐⇒ x1 = x2 et y1 = y2 .

❏ Conjugué d’un nombre complexe. Le conjugué du nombre complexe z =


x + iy (avec x et y des nombres réels) est par définition z = x − iy. De plus,
pour tout z ∈ C on a :

z+z z−z
ℜe(z) = et Im(z) = .
2 2i

Pour tout (z1 , z2 ) ∈ C2 et tout z ∈ C∗ on a :


 
1 1
z1 + z2 = z1 + z2 ; z1 z2 = z1 z2 ; = .
z z

❏ Module d’un nombre complexe. Soit z = x + iy ∈ C où (x, y) ∈ R2 .


Alors :
z z = (x + iy)(x − iy) = x2 + y 2 ∈ R+ .

51
52 CHAPITRE 3. NOMBRES COMPLEXES ET TRIGONOMÉTRIE


On appelle module de z le réel positif : |z| = z z.
Si z est réel, son module est aussi sa valeur absolue (c’est pourquoi on utilise
la même notation), cependant pour un réel x on a : |x|2 = x2 alors que pour
un complexe quelconque z on a : |z|2 = z z.

Proposition 3.1 Pour tous nombres complexes z et z ′ on a :

|zz ′ | = |z| |z ′ |.


z |z|
✍ Pour (z, z ) ∈ C × C on a : ′ = ′ .
′ ∗

z |z |
✍ Pour z ∈ C∗ et n ∈ Z on a : |z n | = |z|n .

Proposition 3.2 Inégalité triangulaire. Pour tous nombres complexes z et z ′ on a :

|z + z ′ | ≤ |z| + |z ′ |.

z
On a égalité si, et seulement si, z ′ = 0 ou ∈ R+ . 
z′

☞ Dans le plan, le module du nombre complexe z = x+iy représente la distance


de l’origine au point M d’affixe z, c’est-à-dire au point M de coordonnées
(x, y).
☞ Le nombre réel |z−z ′ | représente la distance entre les points M et M ′ d’affixes
z et z ′ .
☞ Pour tout (z, z ′ ) ∈ C2 on a : | |z| − |z ′ | | ≤ |z − z ′ | ≤ |z| + |z ′ |.
☞ Pour tout (z, z ′ , z ′′ ) ∈ C3 on a : |z − z ′′ | ≤ |z − z ′ | + |z ′ − z ′′ |.

3.2 Nombres complexes de module 1

Proposition 3.3 Groupe U des nombres complexes de module 1. L’ensemble

U = {z ∈ C : |z| = 1}

vérifie
✓ ∀ z1 , z2 ∈ U, z1 × z2 ∈ U,
✓ ∀ (z1 , z2 , z3 ) ∈ U3 , z1 × (z2 × z3 ) = (z1 × z2 ) × z3 ,
✓ ∀ z ∈ U, z × 1 = 1 × z = z,
1 1
✓ si z ∈ U, alors son inverse ∈ U et on a de plus = z,
z z
✓ ∀ z1 , z2 ∈ U, z1 × z2 = z2 × z1 .
On dit que (U, ×) est un groupe commutatif, appelé groupe des nombres complexes de
module 1. 
3.3. FONCTION EXPONENTIELLE COMPLEXE 53

✍ Pour tout z ∈ U, il existe θ ∈ R tel que : z = cos θ + i sin θ = eiθ .


✍ Pour θ1 , θ2 ∈ R on a : ei(θ1 +θ2 ) = eiθ1 eiθ2 .
✍ La fonction exponentielle est un morphisme du groupe (R, +) dans le groupe
(U, ×).
✍ Pour deux réels θ1 et θ2 on a : eiθ1 = eiθ2 ⇐⇒ ∃ k ∈ Z : θ1 = θ2 + 2kπ.
1
✍ Pour tout θ ∈ R on a : e−iθ = iθ = eiθ .
e

Théorème 3.1 Formules d’Euler. Pour tout θ ∈ R on a :

eiθ + e−iθ eiθ − e−iθ


cos θ = , sin θ = .
2 2i

€ Šn
✍ Formule de De Moivre : pour tout θ ∈ R et tout n ∈ Z on a : einθ = eiθ .
   ‹
ix ix ix x x
✍ Pour tout x ∈ R on a : eix + 1 = e 2 e 2 + e− 2 = 2ei 2 cos et
   ‹ 2
ix ix ix x x
eix − 1 = e 2 e 2 − e− 2 = 2iei 2 sin .
2

3.3 Fonction exponentielle complexe

Définition 3.1 On appelle exponentielle complexe l’application de C −→ C qui associe


à z = x + iy, avec (x, y) ∈ R2 , l’élément :

ez = ex eiy = ex (cos y + i sin y).

☞ Pour tout z ∈ C on a : |ez | = eℜe(z) .

Théorème 3.2 Pour tout (z, z ′ ) ∈ C2 on a :


′ ′
✓ ez+z = ez ez ,
′ ez
✓ ez−z = ,
ez ′
✓ Pour tout n ∈ Z, (ez )n = enz . 

☞ Tout nombre complexe non nul Z peut s’écrire sous la forme ez , mais cet
élément z ∈ C n’est pas unique : il n’existe pas d’application réciproque de
z 7−→ ez définie sur C∗ , en effet :

ez = α eiβ ⇐⇒ z = ln(α) + iβ + 2ikπ, k ∈ Z.


54 CHAPITRE 3. NOMBRES COMPLEXES ET TRIGONOMÉTRIE

3.4 Applications à la trigonométrie

❏ Linéarisation et transformation d’expressions trigonométriques : un


polynôme trigonométrique est une combinaison linéaire d’expressions de la
forme cosm x sinn x avec (m, n) ∈ N2 . Les formules d’Euler permettent de le
transformer en un polynôme des variables eix et e−ix . Après développement,
et en regroupant les termes conjugués, on obtient une combinaison linéaire de
cos(px) et sin(qx). Par exemple, on a :

‚ Œ2
2 eix + e−ix eix − e−ix 1
cos x sin x = = − (e3ix − eix − e−ix + e−3ix )
2 2i 8
1
= − (cos 3x − cos x).
4

❏ Transformations des produits et sommes : On a les relations suivantes

cos(a + b) + cos(a − b)
cos a × cos b = ,
2
cos(a − b) − cos(a + b)
sin a × sin b = ,
2
sin(a + b) + sin(a − b)
sin a × cos b = .
2

De même, avec a + b = p et a − b = q, on a les relations suivantes

p+q p−q
cos p + cos q = 2 cos × cos ,
2 2
p+q p−q
cos p − cos q = −2 sin × sin ,
2 2
p+q p−q
sin p + sin q = 2 sin × cos ,
2 2
p+q p−q
sin p − sin q = 2 cos × sin .
2 2

❏ cos(nx) et sin(nx) en fonction de cos x et sin x : d’après la formule de De


Moivre on sait que pour tout n ∈ N on a :

cos(nx) + i sin(nx) = (cos x + i sin x)n .

En développant le terme de droite grâce à la formule du binôme, et en séparant


partie réelle et imaginaire, on obtient des expressions de cos(nx) et sin(nx)
en fonction de cos x et sin x.
Pour tout n ∈ N, cos(nx) est un polynôme en cos x.
3.5. ARGUMENT D’UN NOMBRE COMPLEXE 55

Si n est un entier impair, alors sin(nx) est un polynôme en sin x.


Si n est un entier pair, alors sin(nx) est le produit de cos x par un polynôme
en sin x. n
X
❏ Le nombre complexe S = ei(a+kb) est la somme de n + 1 termes d’une suite
k=0
géométrique de premier terme eia et de raison eib . D’où
8
>
<(n + 1)eia si b ∈ 2π Z,
S = > ia 1 − ei(n+1)b
:e × si b 6∈ 2π Z.
1 − eib
n+1 b
En mettant ei 2
b
en facteur au numérateur et ei 2 au dénominateur, on déduit
que :
sin (n+1)b
ei(a+ 2 ) ×
nb
S = 2
.
sin 2b
En particulier, avec les parties réelles et imaginaires, on déduit que :
‚ Œ
n
X nb sin (n+1)b
cos(a + kb) = cos a + × 2

k=0 2 sin 2b
‚ Œ
n
X nb sin (n+1)b
sin(a + kb) = sin a + × 2
.
k=0 2 sin 2b

3.5 Argument d’un nombre complexe

z
❏ Soit z un nombre complexe non nul, comme ∈ U alors il existe θ ∈ R tel
|z|
que : z = |z|eiθ . Cette écriture est appelée forme trigonométrique de z. Le
nombre réel θ est un argument de z, noté arg(z). L’ensemble des arguments
de z est {θ + 2kπ, k ∈ Z}.
❏ Pour tout (z, z ′ ) ∈ C2 on a : arg(zz ′ ) ≡ arg(z)
‹
+ arg(z ′ ) (mod 2π).
z
❏ Pour tout (z, z ′ ) ∈ C × C∗ on a : arg ′ ≡ arg(z) − arg(z ′ ) (mod 2π).
z
❏ Pour tout z ∈ C et tout n ∈ Z on a : arg(z n ) ≡ n arg(z) (mod 2π).
❏ Si z = a + ib, alors zeix = a cos x + b sin x + i(a sin x − b cos x), par suite :

a cos x + b sin x = ℜe(zeix ).

En écrivant z sous forme trigonométrique z = reiθ , alors zeix = rei(x−θ) et par


suite : a cos x + b sin x = r cos(x − θ) où reiθ = a + ib.
56 CHAPITRE 3. NOMBRES COMPLEXES ET TRIGONOMÉTRIE

3.6 Racines n-ièmes d’un nombre complexe


⋄ Racines n-ièmes de l’unité : soit n ∈ N∗ , alors
8 8
> >
< |z| = 1
n < |z| = 1
n n inθ
z = 1 ⇐⇒ |z| e = 1 ⇐⇒ >
⇐⇒ > 2kπ
: nθ = 2kπ :θ = , k ∈ Z.
n
2ikπ
L’ensemble des solutions est Un = {e n , k ∈ Z}. Notons que (Un , ×) est un sous-
groupe de (U, ×). On obtient tous ses éléments en donnant n valeurs consécutives à
k, par exemple k ∈ J0, n − 1K.
Les éléments de Un forment, dans le plan complexe, un polygone régulier à n côtés. La
somme des éléments de Un est nulle. Par exemple, on a U3 = {1, j, j 2 } et 1+j+j 2 = 0
2iπ
où j = e 3 .
⋄ Racines n-ièmes d’un nombre complexe : Soient Z un nombre complexe
quelconque, et n ∈ N∗ .
– Si Z = 0, l’équation z n = Z admet une seule solution z = 0.
– Si Z 6= 0, on écrit z = |z|eiθ et Z = |Z|eiϕ . Alors :
È iϕ 2ikπ
zn = Z ⇐⇒ z= n
|Z| × e n × e n , k ∈ Z.

Tout nombre complexe non nul admet n racines n-ièmes distinctes. Elles se déduisent
de l’une d’elles en la multipliant par un élément quelconque du groupe Un . La somme
de ces racines n-ièmes est nulle.
⋄ Racines carrées : Soient Z = X + iY et z = x + iy avec x, y, X, Y des nombres
réels. L’équation z 2 = Z (avec Z 6= 0) admet, d’après ce qui précède, deux racines
opposées.
Les égalités z 2 = Z et |z|2 = |Z| nous donnent les trois équations suivantes :

x2 − y 2 = X, 2xy = Y, x2 + y 2 = X 2 + Y 2.

La première et la troisième égalité donnent x et y au signe près, et puis la deuxième


égalité permet de conclure.
⋄ Équations du second degré : considérons l’équation

az 2 + bz + c = 0

avec (a, b, c) ∈ C∗ × C × C. Cette équation est équivalente à :


‚ Œ2
b b2 − 4ac
z+ = .
2a 4a2
3.7. NOMBRES COMPLEXES ET GÉOMÉTRIE 57

On pose ∆ = b2 − 4ac, alors :


b
– si ∆ = 0, l’équation admet une seule solution z = − ,
2a
– si ∆ 6= 0, le nombre ∆ ∈ C admet deux racines carrées δ et −δ, et l’équation
admet deux solutions :

−b + δ −b − δ
z1 = , z2 = .
2a 2a

3.7 Nombres complexes et géométrie


❏ Soient A, B et M trois points du
plan, distincts deux à deux, et d’affixes
z − a AM
respectives a, b et z. Alors on a : =
et
z−b BM
  
z−a −−→ −−→
arg = arg(z − a) − arg(z − b) = BM , AM (mod 2π).
z−b

Donc, on a par exemple :


z − a π
– ABM est un triangle équilatéral si, et seulement si,
= e±i 3 .

z − b
z − a
– ABM est un triangle rectangle en M si, et seulement si, = ±i.
z − b
❏ Soit ϕ : z 7−→ z ′ = ϕ(z) une application de C dans C. Nous lui associons
une application f du plan affine complexe qui au point M d’affixe z associe
le point M ′ d’affixe z ′ . On se propose d’étudier des cas particuliers pour f .
⋆ f (z) = z, alors f est la symétrie orthogonale par rapport à l’axe réel.
⋆ f (z) = az avec a ∈ C∗ , alors f est l’identité du plan si a = 1, et sinon
l’origine est le seul point invariant par f . En notant a = reiθ , alors f est la
composée commutative de la rotation de centre l’origine O et d’angle θ et de
l’homothétie de centre O et de rapport r. C’est une similitude directe, elle
est bijective et sa réciproque est la composée commutative de la rotation de
1
centre O et d’angle −θ et de l’homothétie de centre O et de rapport .
r
⋆ f (z) = az + b avec (a, b) ∈ C∗ × C. On distingue deux cas :


– si a = 1 : alors f est la translation de vecteur t d’affixe b, dont la réci-


proque est la translation de vecteur − t .
b
– si a 6= 1 : alors f possède un unique élément invariant z0 = . Soit Ω
1−a
d’affixe z0 , alors f est la composée commutative de la rotation de centre Ω
et d’angle θ et de l’homothétie de rapport r. Sa réciproque est la composée
commutative de la rotation de centre Ω et d’angle −θ et de l’homothétie de
1
centre Ω et de rapport .
r
Dans les deux cas, f est une similitude directe. Réciproquement, toute simili-
tude directe, translation ou composée rotation-homothétie, est associée à une
58 CHAPITRE 3. NOMBRES COMPLEXES ET TRIGONOMÉTRIE

application de C dans C de la forme z 7−→ az + b.

3.8 Exercices

3.8.1 Exercices de base

Exercice 3.1
Vrai - Faux
1. Soit z ∈ C. On a : ℜe(z 2 ) ≥ 0 ou Im(z 2 ) ≥ 0.
2. Soient z1 et z2 deux nombres complexes. Si z1 + z2 ∈ R et z1 z2 ∈ R, alors z1 et z2
sont réels.
3. Soit z ∈ C tel que |z| = 1. Alors, il existe n ∈ N∗ tel que z soit une racine n-ième de
l’unité.
4. Soit z ∈ C, alors : ez = −1 =⇒ z = iπ. 

1. Faux. Il suffit de prendre les racines carrées d’un nombre complexe dont les
parties réelles et imaginaires sont négatives. Par exemple,√
les racines carrées du
nombre complexe −1 − i, ou alors le nombre complexe 2 comme autre exemple.
1−i 3

2. Faux. Considérons l’équation X 2 + X + 1 = 0, alors on sait que les solutions sont


les nombres complexes j et j 2 et on a pourtant j + j 2 = −1 et j × j 2 = 1 qui sont
bien des nombres réels.
2 2
3. Faux. Considérons le nombre complexe eiπ , alors on a eiπ ∈ U mais il n’existe
2kπ 2
pas d’entiers (k, n) ∈ Z2 tels que ei n = eiπ .
4. Faux. En fait tous les nombres complexes de la forme z = i(π + 2kπ) avec k ∈ Z
sont solutions de l’équation ez = −1.

Exercice 3.2
Résolution d’équations
Résoudre, dans C, les équations suivantes :
1. z 2 − z + i = 0.
2. z 4 − 4(1 + i)z 3 + 12iz 2 + 8(1 − i)z − 5 = 0.
3. z 6 + 7z 3 − 8 = 0.
€ Š € Š
z+i 3 z+i 2 z+i
4. z−i − z−i +z−i − 1 = 0.
5. (z + 1)n = (z − 1)n avec n ∈ N∗ .

6. ez = 3 3 − 3i.

7. z 5 = − 21 + i 3
2 .
8. z 3 − (5 + 3i)z 2 + (7 + 16i)z + 3 − 21i = 0 (indication : commencer par chercher les
racines imaginaires pures).
9. z 3 = −25 z 7 .
10. z n = −1. 
3.8. EXERCICES 59

1. On calcule le discriminant ∆. On a :

∆ = (−1)2 − 4 × 1 × i = 1 − 4i.

On cherche les racines carrées du nombre complexe 1 − 4i. Soit a + ib un nombre


complexe (avec a et b réels) tel que (a + ib)2 = 1 − 4i, alors en développant on
obtient :
a2 − b2 = 1 et ab = −2.

Pour trouver a et b on utilise le fait que le module au carré de a + ib est égal au


module de 1 − 4i, soit :

a2 + b2 = 17.

√ 1 + 17
Maintenant, de a + b = 17 et a − b = 1, on déduit que a =
2 2 2 2 2
et
√ 2
17 − 1
b2 = . Finalement, comme ab = −2 < 0, alors on conclut que :
2
s √ s √
1+ 17 17 − 1
a = et b = − .
2 2

1 ± (a + ib)
Les solutions de l’équation z 2 − z + i = 0 sont données par : .
2
2. On cherche des nombres complexes α, β, γ et δ tels que :

z 4 − 4(1 + i)z 3 + 12iz 2 + 8(1 − i)z − 5 = (z 2 + αz + β)(z 2 + γz + δ).

Par identification, on trouve facilement que : α = −(1 + i), β = i, γ = −3(1 + i) et


δ = 5i. Pour l’équation z 2 − (1 + i)z + i = 0 on a z 2 − (1 + i)z + i = (z − 1)(z − i),
et pour l’équation z 2 − 3(1 + i)z + 5i = 0 on a ∆ = −2i = (1 − i)2 . Par conséquent,
les solutions sont : {1, i, 2 + i, 1 + 2i}.
3. On fait le changement de variables z 3 = Z, alors l’équation est équivalente à :
Z 2 + 7Z − 8 = 0, c’est-à-dire (Z − 1)(Z + 8) = 0. Or z 3 = 1 ⇐⇒ z ∈ {1, j, j 2 }
€ Š3
et z 3 = −8 ⇐⇒ −2 z
= 1 ⇐⇒ −2 z
∈ {1, j, j 2 } ⇐⇒ z ∈ {−2, −2j, −2j 2 }. En
conclusion, l’ensemble des solutions est donné par : {1, j, j 2 , −2, −2j, −2j 2 }.
4. On fait le changement de variables z−i
z+i
= Z, alors l’équation est équivalente à :
Z − Z + Z − 1 = 0, c’est-à-dire (Z + 1)(Z − 1) = 0. Or Z 6= 1, donc l’ensemble des
3 2 2

solutions est donné par {i, −i}. Finalement, comme z = i(Z+1)


Z−1
alors z ∈ {1, −1}.
 
z−1 n z−1 2kπ
5. L’équation est équivalente à = 1, c’est-à-dire = ei n avec k
z+1 z+1
appartenant à J0, n − 1K, ou aussi
2kπ
1 + ei n
z = 2kπ , k ∈ J1, n − 1K
1 − ei n
60 CHAPITRE 3. NOMBRES COMPLEXES ET TRIGONOMÉTRIE

(on a exclu la valeur k = 0 car le nombre z−1


z+1
est toujours différent de 1). Or, pour
k ∈ J1, n − 1K on a :
 
kπ kπ kπ ‚ Œ
1+e i 2kπ
n ei n e−i n + ei n 2 cos kπ kπ
=   = n
= i cotan .
−2i sin kπ
2kπ kπ kπ kπ
1 − ei n ei n e−i n − ei n n
n

‚ Œ

Finalement, les solutions de l’équation sont les nombres complexes zk = i cotan
n
avec k ∈ J1, n − 1K.
√ π π
6. Comme 3 3 − 3i = 6e−i 6 = eln 6−i 6 , alors l’ensemble des solutions est donné par
§  ‹ ª
π
ln 6 − i + 2ikπ : k ∈ Z .
6

7. Le même raisonnement que ci-dessus nous permet de conclure que l’ensemble des
solutions est donné par :
§ √ ª
2(1+3k)π
2 ei : k ∈ J0, 4K .
5
15

8. Si ix (avec x ∈ R) est solution alors :

5x2 − 16x + 3 + i(−x3 + 3x2 + 7x − 21) = 0.

La partie réelle et la partie imaginaire sont nulles, par conséquent on a le système


d’équations 8
>
< 5x2 − 16x + 3 = 0,
>
: −x3 + 3x2 + 7x − 21 = 0.

La première équation admet pour solutions 3 et 51 . Or 51 n’est pas solution de la


seconde équation alors que 3 l’est. En conclusion, on peut dire que 3i est solution
et par conséquent :

z 3 − (5 + 3i)z 2 + (7 + 16i)z + 3 − 21i = (z − 3i) × (z 2 + az + b), a, b ∈ C.

Une identification simple nous permet de voir que a = −5 et b = 7 + i. Enfin,


l’équation z 2 − 5z + 7 + i = 0 admet pour solutions 2 + i et 3 − i. En conclusion, les
racines de l’équation sont {3i, 2 + i, 3 − i}.
9. Il est évident que z = 0 est une solution. Supposons maintenant que z 6= 0. Alors,
si z = reiθ (avec r, θ ∈ R), alors l’équation s’écrit :

r 3 e3iθ = −25r 7 e−7iθ .


3.8. EXERCICES 61

1
Par conséquent, r −4 = 25 et 10 θ = π. En conclusion, r = 1 et θ = π
10
+ kπ
5
avec
25 4
k ∈ J0, 9K.
10. Comme −1 = eiπ , alors l’ensemble des solutions est donné par :
n iπ+2kπ o
e n : k ∈ J0, n − 1K .

Exercice 3.3
Soient z1 et z2 deux nombres complexes. Montrer que

|z1 + z2 | |z1 | + |z2 |


≤ .
1 + |z1 + z2 | 1 + |z1 | + |z2 |

D’après l’inégalité triangulaire on sait que

|z1 + z2 | ≤ |z1 | + |z2 |.

En ajoutant à chaque terme l’expression |z1 + z2 | × |z1 | + |z1 + z2 | × |z2 | on obtient :

|z1 +z2 |+|z1 +z2 |×|z1 |+|z1 +z2 |×|z2| ≤ |z1 |+|z2 |+|z1 +z2 |×|z1 |+|z1 +z2 |×|z2|.

Cette inégalité est équivalente à :

|z1 + z2 |
(1 + |z1 + z2 |) × (1 + |z1 | + |z2 |) × ≤
1 + |z1 + z2 |
|z1 | + |z2 |
(1 + |z1 + z2 |) × (1 + |z1 | + |z2 |) × .
1 + |z1 | + |z2 |

C’est-à-dire :
|z1 + z2 | |z1 | + |z2 |
≤ .
1 + |z1 + z2 | 1 + |z1 | + |z2 |
Remarque : comme pour tout réel u ≥ 0 on a u
1+u
= 1− 1
1+u
, alors l’inégalité
demandée est équivalente à

1 1
1− ≤ 1− .
1 + |z1 + z2 | 1 + |z1 | + |z2 |

Or, cette inégalité découle simplement de l’inégalité triangulaire |z1 +z2 | ≤ |z1 |+|z2|.

Exercice 3.4
Méthode de Cardan
Soient p et q deux nombres complexes non nuls, et considérons les équations d’inconnue
62 CHAPITRE 3. NOMBRES COMPLEXES ET TRIGONOMÉTRIE

z∈C
z 3 + pz + q = 0 (1)

et d’inconnue Z ∈ C :
p3
Z 2 + qZ − = 0. (2)
27
Soient U et V les racines complexes de (2), et u ∈ C tel que : u3 = U .
1. Montrer que u 6= 0.
−p
2. On pose v = 3u . Calculer u3 v 3 et déduire que v 3 = V et la valeur de u3 + v 3 .
3. Montrer que u + v est solution de (1).
2iπ
4. Montrer que ju+j 2 v et j 2 u+jv sont aussi solutions de (1). On rappelle que j = e 3 .
5. Application : résoudre les équations suivantes
(i) z 3 − z − 1 = 0.
(ii) z 3 − 3z + 1 = 0. 

1. Si u = 0, alors U 3 = 0. Or 0 n’est pas solution de (2), contradiction.


p3
2. On a : uv = − p3 et par suite u3 v 3 = − 27 . Le produit des racines U et V est égal
p3
à − 27 . En conclusion, on a bien u v = UV .
3 3

Comme u3 = U alors Uv 3 = UV et comme U 6= 0 alors v 3 = V .


La somme des deux racines U et V est égale à −q, par suite

U +V = u3 + v 3 = −q.

3. Dans l’équation (1) on remplace z par u + v, alors il est facile de voir que

(u + v)3 + p(u + v) + q = 0.

4. Le nombre complexe ju est aussi racine complexe de U, on reprend le même


raisonnement que ci-dessus avec ju au lieu de u. Alors v est remplacé par

p
− = j2v
3ju

et (ju) + (j 2 v) est solution de (1). De même, j 2 u + jv est solution de (1).


5.
(i) Dans ce cas l’équation (2) est donnée par :

1
Z2 − Z + = 0.
27

Son discriminant est égal à : 23


27
. Les racines sont données par
È È
1+ 23
1− 23
U = 27
et V = 27
.
2 2
3.8. EXERCICES 63

On a Ì Ì
È È
3 1+ 23
3 1− 23
u = 27
v = 27
.
2 2
Une solution réelle de z 3 − z − 1 = 0 est donc donnée par :
Ì Ì
È È
3 1+ 23
3 1− 23
27
+ 27
.
2 2

Une étude de la fonction x 7−→ x3 − x − 1 montre qu’il y a une unique solution


réelle. Les deux autres solutions sont ju + j 2 v et j 2 u + jv.
(ii) Dans ce cas l’équation (2) est : Z 2 + Z + 1 = 0, ses solutions sont j et j 2 . Alors
 
2iπ 2iπ 2π
u = e 9 , v = e− 9 et u + v = 2 cos .
9

Finalement :
  
2 π‹ 2 5π
ju + j v = −2 cos et j u + jv = −2 cos .
9 9

Exercice 3.5
Soient z1 , z2 et z3 trois nombres complexes de module 1. Montrer que

|z1 z2 + z2 z3 + z3 z1 | = |z1 + z2 + z3 | .

1
Comme il s’agit de nombres complexes de module 1, alors on a z i = pour
zi
i ∈ J1, 3K. Par suite :

1 1 1
z1 z2 + z2 z3 + z3 z1
|z1 + z2 + z3 | = |z 1 + z 2 + z 3 | = + + =




z1 z2 z3 z1 z2 z3
|z1 z2 + z2 z3 + z3 z1 |
= = |z1 z2 + z2 z3 + z3 z1 | .
|z1 z2 z3 |

Exercice 3.6
Identité du parallélogramme
Soient z1 et z2 deux nombres complexes. Montrer que
€ Š
|z1 + z2 |2 + |z1 − z2 |2 = 2 |z1 |2 + |z2 |2 .
64 CHAPITRE 3. NOMBRES COMPLEXES ET TRIGONOMÉTRIE

On a clairement :

|z1 + z2 |2 + |z1 − z2 |2 = (z1 + z2 )(z1 + z2 ) + (z1 − z2 )(z1 − z2 )


= |z1 |2 + z1 · z2 + z2 · z1 + |z2 |2 + |z1 |2 − z1 · z2 − z2 · z1 + |z2 |2
€ Š
= 2 |z1 |2 + |z2 |2 .

Exercice 3.7
1. Soient z1 et z2 deux nombres complexes. Montrer que
8
< |z1 | = |z2 | = 1, z1 + z2
=⇒ ∈ R.
:
z1 z2 6= −1, 1 + z1 z2

2. Soient z1 , z2 , z3 trois nombres complexes. Montrer que


8

< |z1 | = |z2 | = |z3 | = r > 0, z z + z2 z3 + z3 z1
1 2
=⇒
= r.
:
z1 + z2 + z3 6= 0, z1 + z2 + z3

1. On a par hypothèse : z1 · z1 = |z1 |2 = 1 et z1 = z11 . De même, z2 = 1


z2
. Par
conséquent :
z1 + z2
1
z1
+ z12 z1 + z2
= = .
1 + z1 z2 1 + z1 · z2
1 1
1 + z1 z2
En conclusion, z1 +z2
1+z1 z2
∈ R.
2. On a

z z + z2 z3 + z3 z1 2
1 2 z1 z2 + z2 z3 + z3 z1 z1 z2 + z2 z3 + z3 z1

= ·
z1 + z2 + z3 z1 + z2 + z3 z1 + z2 + z3
r2 r2 r2 r2 r2 r2
z1 z2 + z2 z3 + z3 z1 z1 · z2 + z2 · z3 + z3 · z1
= ·
z1 + z2 + z3 r2 2 2
z
+ rz + zr
1 2 3
2
= r .

Exercice 3.8
Soient z1 , z2 , z3 trois nombres complexes. Montrer que :

|z1 | + |z2 | + |z3 | ≤ |z1 + z2 − z3 | + |z1 − z2 + z3 | + | − z1 + z2 + z3 |.


3.8. EXERCICES 65

En posant

m = −z1 + z2 + z3 , n = z1 − z2 + z3 , p = z1 + z2 − z3

alors on déduit que :

n+p m+p m+n


z1 = , z2 = , z3 = .
2 2 2

Grâce à l’inégalité triangulaire, on conclut que :

|n| + |p| |m| + |p| |m| + |n|


|z1 | ≤ , |z2 | ≤ , |z3 | ≤ .
2 2 2

Finalement, en additionant les trois inégalités ci-dessus, on déduit que :

|z1 | + |z2 | + |z3 | ≤ |z1 + z2 − z3 | + |z1 − z2 + z3 | + | − z1 + z2 + z3 |.

Exercice 3.9
Nombres complexes et combinatoire
1. Montrer que
3n−1 ‚ Œ
X
k 6n
(−1) 3k = 0.
k=0
2k + 1

2. Montrer l’identité
–‚ Œ ‚ Œ ‚ Œ ™2 –‚ Œ ‚ Œ ‚ Œ ™2
n n n n n n
− + − ··· + − + − ··· = 2n .
0 2 4 1 3 5

Indication : calculer (1 + i)n .


3. En déduire la valeur de
‚ Œ ‚ Œ ‚ Œ ‚ Œ ‚ Œ ‚ Œ
n n n n n n
− + − ··· et − + − ···
0 2 4 1 3 5

1. On a
! ! !
3n−1
X 6n 6n
3n−1
X 3n−1
X 6n € √ Š2k
(−1)k 3k = (−3)k = i 3
k=0 2k + 1 k=0 2k + 1 k=0 2k + 1
!
1 3n−1
X 6n € √ Š2k+1
= √ i 3
i 3 k=0 2k + 1
! !
1 X6n
6n € √ Šk′
= √ Im i 3 , (i2 = −1)
i 3 ′
k =0 k ′
€ √ Š6n ‹
1
= √ Im 1 + i 3 (formule du binôme)
i 3
66 CHAPITRE 3. NOMBRES COMPLEXES ET TRIGONOMÉTRIE

• 
1 π π ‹˜6n
= √ Im 2 cos + i sin
i 3 3 3
1 ” —
= √ Im 26n (cos 2πn + i sin 2πn) = 0.
i 3

2. On note
! ! ! ! ! !
n n n n n n
an = − + −··· et bn = − + −···
0 2 4 1 3 5

alors on remarque que :


(1 + i)n = an + ibn .

En passant au module, on déduit que

n
|an + ibn | = |(1 + i)n | = |1 + i|n = 22.

Donc, a2n + b2n = 2n , ce qui répond à la question.


3. On sait que
• 
n
√ π π ‹˜n n

nπ nπ ‹
(1 + i) = 2 cos + i sin = 2 cos
2 + i sin .
4 4 4 4

Alors de la relation (1 + i)n = an + ibn on conclut que :

n nπ n nπ
an = 2 2 cos et bn = 2 2 sin .
4 4

Exercice 3.10
Montrer que pour tout n ∈ N∗ on a :
 ‹n
1 + i tan x 1 + i tan nx
= .
1 − i tan x 1 − i tan nx

(On suppose que x vérifie cos x 6= 0). 

On a : ‚ Œn ‚ Œn
cos x × (1 + i tan x) eix
= .
cos x × (1 − i tan x) e−ix
D’autre part, on a :

(1 + i tan nx) × cos nx einx


= .
(1 − i tan nx) × cos nx e−inx

En comparant les deux identités, on conclut que l’égalité demandée est vraie.
3.8. EXERCICES 67

Exercice 3.11
Soit θ ∈ R \ 2πZ un nombre réel.
1. Montrer que
n
X θ sin(n + 1) 2θ
eikθ = ein 2 × .
k=0 sin θ2
n
X n
X
2. En déduire la valeur de cos(kθ) et de sin(kθ).
k=0 k=0
3. Calculer les sommes suivantes :
n ‚ Œ n
X n X
cos(kx) et cos2 (kx).
k=0
k k=0

4. Angle au centre et angle inscrit : Soit C un cercle de centre O et de rayon 1. On


considère des points A, B et C appartenant à C et deux à deux distincts.
Montrer que
Ö
BOC = 2 × BAC.
Ö

1. On a
n
X
ikθ
n €
X Š
iθ k 1 − ei(n+1)θ
e = e = .
k=0 k=0 1 − eiθ
 
iθ −iθ iθ iθ € Š
Or, on sait que : 1 − eiθ = e 2 e 2 −e2 = e 2 −2i sin 2θ , et donc :

θ € Š
n
X
ikθ
ei(n+1) 2 −2i sin(n + 1) 2θ in 2θ sin(n + 1) 2θ
e = θ € Š = e × .
k=0 ei 2 −2i sin 2θ sin θ2

2. En prenant la partie réelle de l’expression ci-dessus, il s’ensuit que :


‚ Œ
n
X θ sin(n + 1) θ2
cos(kθ) = cos n × .
k=0 2 sin 2θ

De même, en prenant la partie imaginaire, on déduit que :


‚ Œ
n
X θ sin(n + 1) θ2
sin(kθ) = sin n × .
k=0 2 sin θ2

3. On a
! " ! #
•
n
X n n
n ikx
X ”€ Šn — x x ‹n ˜
cos(kx) = ℜe e = ℜe 1 + eix = ℜe 2ei 2 cos
k=0 k k=0 k 2
 ‹n  ‹n  ‹
x € nx Š x x
= 2n cos ℜe ei 2 = 2n cos cos n .
2 2 2
68 CHAPITRE 3. NOMBRES COMPLEXES ET TRIGONOMÉTRIE

Par linéarisation on a :
!
n
X
2
n
Xcos(2kx) + 1 1X n
n+1 1 n
X
2ikx n+1
cos (kx) = = cos(2kx)+ = ℜe e + .
k=0 k=0 2 2 k=0 2 2 k=0 2

Ainsi, on distingue deux cas :


n
X
⋄ Si x ∈ πZ : alors e 2ix
= 1 et cos2 (kx) = n + 1.
k=0
⋄ Si x 6∈ πZ : alors
n
X 1 − e2i(n+1)x inx sin(n + 1)x
e2ikx = = e ,
k=0 1 − e2ix sin x

et par conséquent :
n
X sin(n + 1)x n+1
cos2 (kx) = cos(nx) + .
k=0 2 sin x 2

−→ −

4. On choisit le repère orthonormal (O, OA, j ) de sorte que A ait pour affixe i. On
note b = eiϕ et c = eiθ les affixes respectives des points B et C.
Pour répondre à la question il suffit de montrer que
   
c−0 c−a
arg ≡ 2 × arg (mod 2π)
b−0 b−a
‚  Œ  2
c−a 2 b c−a b
⇐⇒ arg × ≡ 0 (mod 2π) ⇐⇒ × > 0.
b−a c b−a c

Or, on a :
!2 „ Ž2
 2 θ
c−a b eiθ − 1 eiϕ 2iei 2 sin 2θ eiϕ
× = × iθ = ϕ ×
b−a c eiϕ − 1 e 2iei 2 sin ϕ2 eiθ
!2
sin θ2
= > 0.
sin ϕ2

Donc, on a bien montré le résultat.

Exercice 3.12
Linéariser les deux expressions suivantes :
(i) cos2 x × sin3 x,
(ii) sinn x, avec n ∈ N∗ .
2. Exprimer cos(3x) (resp. sin(3x)) en fonction de cos x (resp. sin x). 
3.8. EXERCICES 69

1. ‚ Œ2 ‚ Œ3
eix + e−ix eix − e−ix
(i) On a : cos x × sin x =
2 3
× . Or
2 2i
€ Š2 € Š3 ”€ Š€ Š—2 € Š
eix + e−ix eix − e−ix = eix + e−ix eix − e−ix eix − e−ix
€ Š2 € Š
= e2ix − e−2ix eix − e−ix
€ Š€ Š
= e4ix − 2 + e−4ix eix − e−ix
= e5ix − e−5ix − e3ix + e−3ix − 2eix + 2e−ix .

Par conséquent, il résulte que :

1
cos2 x × sin3 x = (− sin(5x) + sin(3x) + 2 sin x) .
16

(ii) D’après la formule du binôme on a :


‚ Œn !
n eix − e−ix 1 n
X n € Šn−k € Šk
sin x = = eix −e−ix
2i 2 in
n
k=0 k
!
1 n
X n i(n−2k)x
= (−1)k e .
2n in k=0 k

⋄ Si n est pair (n = 2m), alors en utilisant un changement d’indice et en regroupant


les termes deux à deux conjugués, on obtient :
! !
n 1 2m 1 m
X
k 2m
sin x = + 2m−1 (−1) cos(2kx).
22m m 2 k=1 m−k

⋄ Si n est impair (n = 2m + 1), alors en utilisant les mêmes techniques que ci-dessus,
on obtient :
!
1 m
X 2m + 1
sinn x = (−1)k sin((2k + 1)x).
22m k=0 m−k

2. D’après la formule de De Moivre, on a :

cos(3x)+i sin(3x) = (cos x+i sin x)3 = (cos3 x−3 cos x sin2 x)+i(3 cos x sin2 x−sin3 x).

En utilisant la relation cos2 x + sin2 x = 1, alors il résulte que :

cos(3x) = cos3 x − 3 cos x (1 − cos2 x) = 4 cos3 x − 3 cos x,


70 CHAPITRE 3. NOMBRES COMPLEXES ET TRIGONOMÉTRIE

sin(3x) = 3(1 − sin2 x) sin x − sin3 x = 3 sin x − 4 sin3 x.

Exercice 3.13
Calculer la valeur de
1.
π 2π 3π
cos − cos + cos .
7 7 7
2.
π 3π 5π 7π 9π
cos + cos + cos + cos + cos .
11 11 11 11 11

1. Soit z = cos π7 + i sin π7 , alors

0 = z 7 + 1 = (z + 1) (z 6 − z 5 + z 4 − z 3 + z 2 − z + 1).

Comme z + 1 6= 0 et z 3 − 1 6= 0, alors

1
z 6 −z 5 +z 4 −z 3 +z 2 −z+1 = 0 ⇐⇒ 1 = (1−z 3 )(z 3 −z 2 +z) ⇐⇒ z 3 −z 2 +z = .
1 − z3

En prenant les parties réelles, on a :

π 2π 3π
cos − cos + cos = ℜe(z 3 − z 2 + z).
7 7 7
€ Š
On se propose de montrer que ℜe 1
1−z 3
= 1
2
. En effet, si Z = cos x + i sin x avec
Z 6= 1 et (x, y) ∈ R alors
2

1 1 1
= =
1−Z 1 − (cos x + i sin x) (1 − cos x) + i sin x
1 1
= x =
€ Š
2 sin 2 − 2i sin 2 cos 2
2 x x
2 sin x2 sin x2 − i cos x2
sin x2 + i cos x2 1 cos x2
= = + i .
2 sin x2 2 2 sin x2

En conclusion, on a montré que :

π 2π 3π 1
cos − cos + cos = .
7 7 7 2

2. Soit z = cos 11
π
+ i sin 11
π
, alors on a z 11 = −1. Comme

z + z 2 + z 3 + · · · + z 10 = (z + 1)(z + z 3 + z 5 + z 7 + z 9 )
3.8. EXERCICES 71

et en multipliant chaque membre par z − 1 (car z 6= 1), alors on déduit que :

(z − 1)(z + z 2 + z 3 + · · · + z 10 ) = (z 2 − 1)(z + z 3 + z 5 + z 7 + z 9 ).

Par conséquent, comme (z − 1)(z + z 2 + z 3 + · · · + z 10 ) = z 11 − z, alors :

z 11 − z −1 − z 1
z + z3 + z5 + z7 + z9 = = 2 = .
z −1
2 z −1 1−z

En prenant les parties réelles du membre de gauche et du membre de droite dans


l’égalité ci-dessus, on déduit que :

π 3π 5π 7π 9π 1
cos + cos + cos + cos + cos = .
11 11 11 11 11 2

Exercice 3.14
Donner la forme trigonométrique des nombres complexes suivants :
1
1. j4 .
2. (1√ + j)4 .
( 3−i)2
3. (1−i)3 .
4. 1 + e2ix , avec x ∈ [0, 2π]. 

2iπ
1. On sait que j 3 = 1 et 1 + j + j 2 = 0 (on rappelle que j = e 3 ), donc 1
j
= j 2 et
4iπ € Š € Š
par suite j14 = e 3 = cos 4π
3
+ i sin 4π
3
.
2. Comme dans la première question, on a (1 + j)4 = (−j 2 )4 = j 8 = j 2 (car j 3 = 1).
€ Š € Š
Donc (1 + j)4 = cos 4π
3
+ i sin 4π
3
.
√ √ 
−iπ √ √ √  √ −iπ
3. On a 3 − i = 2 23 − 21 i = 2 e 6 et 1 − i = 2 22 − 22 i = 2 e 4 . Par
conséquent, on a :

( 3 − i)2 √ iπ 3iπ √ 5iπ
= 2 e− 3 + 4 = 2 e 12 .
(1 − i)3

4. On a 1 + e2ix = eix (eix + e−ix ) = 2 cos(x) × eix . Donc, la forme trigonométrique


du nombre complexe 1 + e2ix est donnée par :
” ” — ”
⋄ 2 cos(x) × eix si x ∈ 0, π2 ∪ 3π 2
, 2π ;
— ”
⋄ −2 cos(x) × ei(x+π) si x ∈ π2 , 3π
2
;
 ©
⋄ n’existe pas si x ∈ 2 , 2 .
π 3π

Exercice 3.15
1. Déterminer la forme algébrique et trigonométrique du nombre complexe

(1 + i)( 3 − i).
72 CHAPITRE 3. NOMBRES COMPLEXES ET TRIGONOMÉTRIE

 ‹  ‹
π π
En déduire cos et sin .
12 12
2. En déterminant, de deux manières
 ‹
différentes,
 ‹
les racines carrées du nombre complexe
π π
−1 + i, déduire la valeur de cos et sin . 
8 8

1. On a :
‚ Œ
√ 1 1 √  π π‹ √ iπ
1 + i = 2 √ + i√ = 2 cos + i sin = 2e 4,
2 2 4 4
√ !  
√ 3 1 −π −π π
3−i = 2 −i = 2 cos + i sin = 2 e−i 6 .
2 2 6 6

Donc
√ √ √  π π‹
(1 + i)( 3 − i) = 2 2 ei( 4 − 6 ) = 2 2 cos
π π
+ i sin .
12 12
√ √ √
D’autre part, on a : (1 + i)( 3 − i) = 3 + 1 + i( 3 − 1). Par conséquent, on déduit
que : √ √
π 3+1 π 3−1
cos = √ et sin = √ .
12 2 2 12 2 2
√ √ !
√ − 2 2 √ 3π
2. On sait que −1 + i = 2 + i = 2 ei 4 . Par conséquent, les racines
√
2  2

carrées sont données par ± 4
2 ei 8 .
D’autre part, si (a + ib)2 = −1 + q
i, alors en développant
q√ ‹
on déduit que les racines

carrées sont données aussi par ± 2−1
2
+i 2+1
2
. Par conséquent, on conclut
que :
s √ s √
    
π‹ 3π 2+1 
π‹ 3π 2−1
cos = sin = et sin = cos =
8 8 2 8 8 2

Exercice 3.16
Déterminer l’ensemble des points M d’affixe z tels que :
 ‹
z+i π
arg ≡ (mod π).
z−i 4

Si z = x + iy avec (x, y) ∈ R2 , alors :

z+i x + i(y + 1) (x + i(y + 1)) × (x − i(y − 1))


= =
z−i x + i(y − 1) x2 + (y − 1)2
x2 + y 2 − 1 2x
= +i 2 .
x + (y − 1)
2 2 x + (y − 1)2
3.8. EXERCICES 73

Maintenant, un point M d’affixe z = x + iy, avec (x, y) ∈ R2 et z 6= ±i, appartient


à l’ensemble en question si, et seulement si, y = x. D’où

2x x2 + y 2 − 1
= 2 ⇐⇒ 2x = x2 + y 2 − 1 ⇐⇒ (x − 1)2 + y 2 = 2.
x2 + (y − 1)2 x + (y − 1)2

Par conséquent, l’ensemble cherché est le cercle de centre O(1, 0) et de rayon 2
privé des points d’affixe i et −i.

Exercice 3.17
Est-il vrai que
[
U = Un ?
n∈N∗

[
Pour tout n ∈ N∗ il est clair que Un ⊂ U et donc Un ⊂ U. Cependant,
n∈N ∗
[
l’autre inclusion est fausse. En effet, les éléments de Un s’écrivent sous la forme
√ n∈N∗
e2iπr avec r ∈ Q. Ainsi, l’élément e2iπ 2
est bien un élément de U alors que pour
tout n ∈ N∗ on a :
 √ n √ √
eiπ 2
= e2inπ 2
6= 1, car 2nπ 2 6∈ 2πZ.
[
Donc, on a uniquement Un ⊂ U.
n∈N∗

Exercice 3.18
Soient A et B deux points distincts du plan d’affixes respectives a et b. Donner l’équation
complexe de la droite (AB). 

−−→
Soit M un point d’affixe z, alors M ∈ (AB) si, et seulement si, les vecteurs AM
−→
et AB sont collinéaires. D’où :

z−a z−a z−a


M ∈ (AB) ⇐⇒ ∈ R ⇐⇒ = .
z−b b−a b−a

Donc, M ∈ (AB) si, et seulement si : (b − a)z − (b − a)z + (ab − ab) = 0.

Exercice 3.19
1. On considère les points A, B et C d’affixes respectives 1, z et iz. Déterminer l’en-
semble des points B pour lesquels A, B et C sont alignés.
2. On considère les points E, F et G deux à deux distincts, d’affixes respectives z1 , z2
74 CHAPITRE 3. NOMBRES COMPLEXES ET TRIGONOMÉTRIE

et z3 . Déterminer une condition nécessaire et suffisante pour que le triangle EF G soit


rectangle isocèle en E.
3. On considère les points I, J et K deux à deux distincts, d’affixes respectives a, b
et c. Déterminer une condition nécessaire et suffisante pour que le triangle IJK soit
équilatéral. 

1. On remarque tout d’abord que si z = 1, alors les points A, B et C sont alignés.


Suppsons maintenant que z 6= 1, alors les points A, B et C sont alignés si, et seule-
ment si iz−1
z−1
∈ R. Donc, ce nombre complexe est égal à son conjugué, c’est-à-dire :

(iz − 1)(z − 1) = −(i z + 1)(z − 1).

En écrivant z = x + iy, avec x et y deux nombres réels, alors la condition ci-dessus


€ Š2 € Š2
devient : x − 12 + y + 12 = 21 . Par conséquent, l’ensemble des points B pour
€ Š
lesquels A, B et C sont alignés est le cercle de centre 12 , −1
2
et de rayon √12 .
Pour les questions suivantes, on rappelle que la rotation de centre A(a) est d’angle
θ est caractérisée par l’équation : z ′ − a = eiθ (z − a).
2. Le triangle EF G est rectangle isocèle en E si, et seulement si, le point G est
π π
l’image de F par une rotation de centre E et d’angle ou − . Donc, si et seulement
2 2
si : z3 −z1 = ±i(z2 −z1 ) ou aussi : zz32 −z
−z1
1
= ±i. Or, on sait que z = ±i ⇐⇒ z 2 = −1,
donc il résulte que que le triangle EF G est rectangle isocèle en E si, et seulement
€ Š2
si : zz32 −z
−z1
1
= −1, c’est-à-dire : (z3 − z1 )2 + (z2 − z1 )2 = 0.
3. Le triangle IJK est équilatéral si, et seulement si, le point K est l’image de J
π π
par une rotation de centre I et d’angle ou − . Donc, si et seulement si :
3 3
iπ iπ
c−a = e 3 (b − a) ou c−a = e− 3 (b − a).

C’est équivalent à :

iπ iπ
(c − a) − e 3 (b − a) = 0 ou (c − a) − e− 3 (b − a) = 0,

ou aussi à l’équation :
h i h i
iπ iπ
(c − a) − e 3 (b − a) × (c − a) − e− 3 (b − a) = 0.

En développant, on obtient : (c − a)2 + (b − a)2 − (c − a)(b − a) = 0, ou aussi


a2 + b2 + c2 = ab + bc + ca.
3.8. EXERCICES 75

Exercice 3.20
Écriture complexe des transformations géométriques
Donner l’écriture complexe des transformations géométriques suivantes.
1. Translation de vecteur d’affixe 2 − 4i.
1
2. Homothétie de centre d’affixe 2i et de rapport .
3

3. Rotation de centre d’affixe −1 et d’angle .
4
π
4. Similitude directe de centre d’affixe 2, de rapport 4, et d’angle . 
4

1. La translation est définie par : z 7−→ z + 2 − 4i.


2. L’homothétie est définie par : z 7−→ 31 z + b où b ∈ C est défini par le fait que le
centre de l’homothétie est invariant. Donc, on a :

1 4
2i = × 2i + b =⇒ b = i.
3 3

3. La rotation est définie par z 7−→ ei 4 z + b où b ∈ C est défini par le fait que le
centre de la rotation est invariant. Donc, on a :

3π 3π
−1 = ei 4 × (−1) + b =⇒ b = ei 4 − 1.

π
4. La similitude est définie par z 7−→ 4ei 4 + b où b ∈ C est défini par le fait que le
centre de la similitude est invariant. Donc, on a :

π π
2 = 4ei 4 × 2 + b =⇒ b = 2 − 8ei 4 .

Exercice 3.21 Similitudes directes


Soit ABCD un quadrilatère convexe de R2 . On construit, à l’extérieur du quadrilatère,
sur les côtés AB, BC, CD, DA quatre carrés et on nomme M, N, P, Q leurs centres
respectifs. Montrer que M P = N Q et que (M P )⊥(N Q). 

Comme AMB est un √ triangle isocèle et rectangle alors on a d’après le théorème


2 π
de Pythagore : AM = et BAM
×
= (mod 2π). Donc, M est l’image de B par
2 4 √
π 2
la similitude directe de centre A, d’angle et de rapport , c’est-à-dire :
4 2

2 iπ 1+i 1−i
zM − zA = e 4 (zB − zA ) =⇒ zM = zB + zA ,
2 2 2

où zA désigne l’affixe du point A. De même, on a :

1+i 1−i 1+i 1−i 1+i 1−i


zP = zD + zC , zN = zC + zB , zQ = zA + zD .
2 2 2 2 2 2
76 CHAPITRE 3. NOMBRES COMPLEXES ET TRIGONOMÉTRIE

Un calcul simple montre que zP − zM = i(zQ − zN ) et par suite MP = NQ et


(MP )⊥(NQ).
Remarque : on a traité le cas où ABCD est indirect, l’autre cas se fait de la même
façon.

b
N

b
C

b
B
b
M P
b

b
D
A

Exercice 3.22
Soient z1 , z2 , . . . , zn les affixes respectives des sommets A1 , A2 , · · · , An d’un polygone
régulier inscrit dans un cercle de centre O. Montrer que :
!
3
∃ (i, j, k) ∈ J1, nK : zi + zj = zk ⇐⇒ 6 | n.

Soit ω = cos 2π
n
+ i sin 2π
n
, alors zp = z1 × ω p−1 pour tout p ∈ J1, nK. On a

zi + zj = zk ⇐⇒ 1 + ω j−i = ω k−i
– ™
(j − i)π (j − i)π (j − i)π
⇐⇒ 2 cos cos + i sin
n n n
2(k − i)π 2(k − i)π
= cos + i sin
n n
(j − i)π π 2(k − i)π
⇐⇒ = =
n 3 n
⇐⇒ n = 6(k − i) = 3(j − i).
3.8. EXERCICES 77

Donc 6 | n. Réciproquement, si 6 | n alors en prenant i = 1, j = n


3
+ 1 et k = n
6
+1
alors on a : zi + zj = zk .

Exercice 3.23
Soient n ≥ 4 un entier naturel et z1 , z2 , · · · , zn les affixes des sommets d’un polygone
régulier inscrit dans un cercle de centre O. Montrer que :
1.
z12 + z22 + · · · + zn2 = z1 z2 + z2 z3 + · · · + zn z1 .

2.
z1 z2 + z2 z3 + · · · + zn z1 = z1 z3 + z2 z4 + · · · + zn z2 .

Soit ω = cos 2π
n
+ i sin 2π
n
avec k ∈ J1, nK. Alors on a : zk = z1 ω k−1.
1. On a
n
X n
X 1 − ω 2n
z1 z2 + z2 z3 + · · · + zn z1 = zk zk+1 = z12 ω 2k−1 = z12 ·ω· = 0.
k=1 k=1 1 − ω2

D’autre part, on a :
n
X n
X 1 − ω 2n
z12 + z22 + · · · + zn2 = zi2 = z12 ω 2k−2 = z12 = 0.
k=1 k=1 1 − ω2

D’où la réponse à première question.


2. On a
Xn
1 − ω 2n
z1 z2 + z2 z3 + · · · + zn z1 = z12 ω 2k−1 = z12 ω = 0.
k=1 1 − ω2
D’autre part, on a
n
X 1 − ω 2n
z1 z3 + z2 z4 + · · · + zn z2 = z12 ω 2k
= z12 ω2
= 0.
k=1 1 − ω2

D’où la seconde question.

Exercice 3.24
−−
→ −−→ π
Soit ABCD un carré de centre O et tel que (AB, AD) = .
2
Déterminer les éléments caractéristiques de la similitude directe s vérifiant s(O) = A
et s(C) = D. 

−→ −−→
Considérons le repère (A, AB, AD), alors dans ce repère les points A, B, C, D, O
ont respectivement pour affixes :
 
1 1
A(0), B(1), C(1 + i), D(i), O +i .
2 2
78 CHAPITRE 3. NOMBRES COMPLEXES ET TRIGONOMÉTRIE

Comme s est une similitude directe alors son expression analytique complexe est de
la forme z ′ = az + b avec (a, b) ∈ C2 . On a
8 8 8
> >a >
< s(O) = A, <
2
(1 + i) + b = 0 a = 1 + i,
<

>
=⇒ > =⇒ > .
: s(C) = D :a(1 + i) + b = i :b = −i

D’où z ′ = (1 + i)z − i. L’unique point fixe de s est le point B(1) (vérification


immédiate). Donc
√ π
z′ − 1 = 2 ei 4 (z − 1).

Par conséquent s est le composéee commutative de l’homothétie de centre B et de


√ π
rapport 2, et de la rotation de même centre et d’angle .
4

3.8.2 Exercices d’assimilation

Exercice 3.25 K
Trouver le nombre de couples ordonnés (x, y) ∈ R2 tels que :

(x + iy)2014 = x − iy.

Si on pose z = x + iy, alors l’égalité de l’exercice devient :


€ Š
|z|2014 = |z| = |z| c-à-d |z| × |z|2013 − 1 = 0.

Donc |z| = 0 et (x, y) = (0, 0), ou |z| = 1.


Dans le cas où |z| = 1, on a z 2014 = z est équivalente à z 2015 = z × z = |z|2 = 1.
Comme l’équation z 2015 = 1 possède 2015 solutions distinctes, alors il y a en tout
1 + 2015 = 2016 couples ordonnés (x, y) ∈ R2 solutions de (x + iy)2014 = x − iy.

Exercice 3.26 K
Soient α un nombre réel et n ≥ 2 un entier naturel.
Résoudre l’équation d’inconnue z ∈ C :

α ( z + zn ) = i ( z − zn ) .

En développant, on voit que l’équation est équivalente à :

(α + i) z n = (−α + i) z.
3.8. EXERCICES 79

En prenant les modules des deux membres de l’égalité, on déduit que :

|z|n = |z| = |z| =⇒ |z| = 0 ou |z| = 1.

⋄ Si |z| = 0 : alors z = 0 et c’est une solution de l’équation.


⋄ Si |z| = 1 : alors z = 1
z
et l’équation est équivalente à :

−α + i
z n+1 = .
α+i


Comme −α+i
α+i
= 1, alors il existe x ∈ [0, 2π[ tel que :
−α+i
α+i
= cos x + i sin x. Par
conséquent :
‚ Œ ‚ Œ
x + 2kπ x + 2kπ
zk = cos + i sin , k ∈ J0, nK.
n+1 n+1

Les solutions sont donc 0 et les zk avec k ∈ J0, nK.

Exercice 3.27 K
Soient z1 , z2 , z3 des nombres complexes distincts tels que :

(z1 − z2 )7 + (z2 − z3 )7 + (z3 − z1 )7 = 0.

Montrer que z1 , z2 , z3 sont les affixes des sommets d’un triangle équilatéral. 

En posant

α = z1 − z2 , β = z2 − z3 , γ = z3 − z1

alors il est clair que α + β + γ = 0. De plus, par hypothèse de l’exercice on a :

α7 + β 7 + γ 7 = 0.

Comme γ = −α − β, alors on déduit de l’égalité ci-dessus que :

(α + β)7 − α7 − β 7 = 0.

En développant cette expression, il résulte que :

(7α2β + 7αβ 2)(α4 + 2α3β + 2αβ 3 + 3α2 β 2 + β 4 ) = 7αβ(α + β)(α2 + αβ + β 2 )2 = 0.

Or αβγ 6= 0, donc α2 + αβ + β 2 = 0, c’est-à-dire α3 = β 3 . Par symétrie du problème,


on a en fait : α3 = β 3 = γ 3 . Par suite |α| = |β| = |γ| et il s’agit bien des affixes des
sommets d’un triangle équilatéral car |z1 − z2 | = |z2 − z3 | = |z3 − z1 |.
80 CHAPITRE 3. NOMBRES COMPLEXES ET TRIGONOMÉTRIE

Exercice 3.28 K
Soit q ∈ R. Calculer les sommes suivantes :
n
X n
X
A = q k cos kx et B = q k sin kx.
k=1 k=1

On a
n
X n
X
1 + A + iB = q k (cos kx + i sin kx) = q k (cos x + i sin x)k
k=0 k=0
1 − q (cos x + i sin x)
n+1 n+1
=
1 − q cos x − iq sin x
1 − q n+1 [cos(n + 1)x + i sin(n + 1)x]
= .
1 − q cos x − iq sin x

Donc

[1 − q n+1 cos(n + 1)x − iq n+1 sin(n + 1)x][1 − q cos x + iq sin x]


1 + A + iB = .
q 2 − 2q cos x + 1

En conclusion :
n
X q n+2 cos nx − q n+1 cos(n + 1)x − q cos x + 1
q k cos kx = − 1,
k=1 q 2 − 2q cos x + 1
Xn
q n+2 sin nx − q n+1 sin(n + 1)x + q sin x
q k sin kx = .
k=1 q 2 − 2q cos x + 1

Si, en particulier q = 1, alors on déduit que :

n
X sin nx cos (n+1)x n
X sin nx sin (n+1)x
cos kx = 2 2
et sin kx = 2 2
.
k=1 sin x
2 k=1 sin x
2

Exercice 3.29 K
Soit ω 6= 1 une racine n-ième de l’unité, avec n ≥ 3.
1. (a) Montrer que
” —
(ω − 1) ω n−2 + 2ω n−3 + · · · + (n − 2)ω + (n − 1) = −n.

(b) Montrer que


2
|1 − ω| > .
n−1
3.8. EXERCICES 81

2. Montrer que si k ∈ N∗ est tel que n ∤ k alors :



kπ 1

sin
> .
n n−1

1. (a) Comme ω est une racine n-ième de l’unité et que ω 6= 1 alors :

ω n−1 + ω n−2 + · · · + ω + 1 = 0.

D’où : (ω n−1 − 1) + · · · (ω − 1) = −n, c’est-à-dire


” —
(ω − 1) ω n−2 + 2ω n−3 + · · · + (n − 2)ω + (n − 1) = −n.

(b) En prenant les modules, et par l’inégalité triangulaire on déduit de l’égalité


ci-dessus que :

n(n − 1)
n ≤ |1 − ω| (1 + 2 + · · · + (n − 1)) = |1 − ω| .
2

En conclusion, on a bien :
2
|1 − ω| > .
n−1
2. Soit ω = cos 2kπ
n
+ i sin 2kπ
n
, alors
‚ Œ2
2 2kπ 2kπ 2kπ kπ
|1 − ω| = 1 − cos + sin2 = 2 − 2 cos = 4 sin2 .
n n n n

D’après la première question, on déduit que :





1
sin > .
n n−1

Exercice 3.30 K
Pour tout z ∈ C, on considère le polynôme P défini par

P (z) = z 4 + z 3 + z 2 + z + 1.

1
1. Pour z ∈ C∗ , on pose Z = z + . Que devient alors le polynôme P ?
z
2. En déduire les valeurs de :
 ‹  ‹  ‹  ‹  ‹  ‹
2π 2π 4π 4π π π
cos , sin , cos , sin , cos , sin .
5 5 5 5 5 5
82 CHAPITRE 3. NOMBRES COMPLEXES ET TRIGONOMÉTRIE

1. On a
– 2   ™
4 3 2 2 1 1
P (z) = z + z + z + z + 1 = z z+ + z+ −1 = z 2 (Z 2 + Z − 1).
z z

2. Si z = eiθ , alors
” —
z4 + z3 + z2 + z + 1 = z 2 4 cos2 θ + 2 cos θ − 1 .

2π 4π
En particulier, si z = ω = 
ei 5 (respectivement
 
z = ω 2 = ei 5 ), alors on déduit des
2π 4π
égalités ci-dessus que cos et cos sont racines du polynôme 4X 2 +2X −1.
5 5 √ √
5−1 − 5−1
Or, les racines de ce polynôme sont données par et . Par conséquent
4 4
  √   √
2π 5−1 4π − 5−1
cos = et cos = .
5 4 5 4

On déduit alors que :

 
È √  
È √
2π 10 + 2 5 4π 10 − 2 5
sin = et sin = .
5 4 5 4

Finalement

√ È √
π‹ 
π‹ 5+1 
π‹ 
π‹ 10 − 2 5
cos = − cos π − = et sin = sin π − = .
5 5 4 5 5 4

Exercice 3.31 K
Soit x ∈ R.
1. Exprimer cos x, cos 2x et cos 3x en fonction de z = cos x + i sin x.
2. Résoudre l’équation :

cos x + cos 2x − cos 3x = 1.

1. D’après la formule de De Moivre et les formules trigonométriques cos 2x =


2 cos2 x − 1 et sin 2x = 2 sin x cos x on a :

z 2 + 1 = cos 2x + i sin 2x + 1 = 2 cos2 x − 1 + i2 sin x cos x + 1 = 2 cos x(cos x + i sin x).

z 2 +1
D’où cos x = 2z
. De la même façon on montre que

z4 + 1 z6 + 1
cos 2x = et cos 3x = .
2z 2 2z 3
3.8. EXERCICES 83

2. D’après la première question, l’équation de l’exercice devient :

z2 + 1 z4 + 1 z6 + 1 z4 + z2 + z5 + z − z6 − 1
+ − = = 1.
2z 2z 2 2z 3 2z 3

D’où :

z 6 − z 5 − z 4 + 2z 3 − z 2 − z + 1 = 0 ⇐⇒ (z 3 + 1)(z 3 − z 2 − z + 1) = 0
⇐⇒ (z 3 + 1)(z − 1)2 (z + 1) = 0.

Donc, z = 1 ou z = −1 ou z 3 = −1. En conclusion :


¨ «
2k + 1
x ∈ {kπ : k ∈ Z} ∪ π : k∈Z .
2

Exercice 3.32 K
Résoudre l’équation  ‹n  ‹n
z−i z+i
+ = 2 cos θ
z+i z−i
avec n ∈ N∗ et θ ∈ ]0, π[. 
 
z−i n
En posant Z = , alors l’équation devient Z 2 −2Z cos θ +1 = 0 et Z 6= 0.
z+i
Le discriminant est donné par ∆ = −4 sin2 θ = (2i sin θ)2 , les solutions sont données
par Z1 = eiθ et Z2 = e−iθ . Par conséquent Z = eiθ ou Z = e−iθ , ainsi
 n  n
z−i iθ z−i
=e ou = e−iθ .
z+i z+i
 n
z−i z−i i
Or, = eiθ ⇐⇒ ∃ k ∈ J0, n − 1K : = e n (θ+2kπ) , donc puisque
z+i i
z+i
1 + e n (θ+2kπ)
θ ∈ ]0, π[ alors z = i i . On va simplifier cette expression, en factorisant
i
1 − e n (θ+2kπ)
par e 2n (θ+2kπ) au numérateur et au dénominateur, on déduit que :
€ Š ‚ Œ
cos θ+2kπ θ + 2kπ
z = − €
2n Š
= −cotan , k ∈ J0, n − 1K.
sin 2n
θ+2kπ 2n
 n
z−i
Finalement, en changeant θ en −θ on obtient les solutions de = e−iθ .
z+i
Exercice 3.33 K
Pour tout k ∈ N∗ on définit :

Uk = {z ∈ C : z k = 1}.
84 CHAPITRE 3. NOMBRES COMPLEXES ET TRIGONOMÉTRIE

Montrer que pour tout entiers naturels m et n tels que 0 < m < n on a :

U1 ∪ U2 ∪ · · · ∪ Um ⊂ Un−m+1 ∪ Un−m+2 ∪ · · · ∪ Un .

Soient p ∈ J1, mK et z ∈ Up , alors z p = 1.


Notons que n − m + 1, n − m + 2, · · · , n sont m entiers consécutifs, et puisque
p ≤ m alors il existe un entier k ∈ Jn − m + 1, nK tel que : p | k. Si k = k ′ p, alors

z k = (z p )k = 1 et par suite

z ∈ Uk ⊂ Un−m+1 ∪ Un−m+2 ∪ · · · ∪ Un .

En conclusion, on a montré que :

U1 ∪ U2 ∪ · · · ∪ Um ⊂ Un−m+1 ∪ Un−m+2 ∪ · · · ∪ Un .

Exercice 3.34 K
Soit A1 A2 · · · An un polygone régulier inscrit dans le cercle unité C(O, 1). Montrer que

max (P A1 × P A2 × · · · × P An ) = 2.
P ∈C

En faisant une rotation du polygone, si besoin est, on peut supposer que les
affixes des sommets du polygone sont les racines n-ièmes de l’unité ω1 , · · · , ωn . Si
n
Y
un point de C est d’affixe z alors |z| = 1 et comme z n − 1 = (z − ωk ) alors on
k=1
déduit que
n
Y n
Y
|z n − 1| = |z − ωk | = P Ak .
k=1 k=1

Finalement, comme |z n − 1| ≤ |z|n + 1 = 2, alors il découle que


!
n
Y
max P A2k = 2
P ∈C
k=1

et ce max est atteint lorsque z n = −1, c’est-à-dire pour les points milieux des arcs
Ak Ak+1 avec k ∈ J1, nK. (Par convention An+1 = A1 ).

Exercice 3.35 K
Calculer le produit
(1 + j) (1 + j 2 ) · · · (1 + j)2014
2iπ
où j = e 3 . 
3.8. EXERCICES 85

On sait que j 3 = 1, j 2 + j + 1 = 0 et 2014 = 671 × 3 + 1. Donc

670
Y ” —
(1 + j) (1 + j 2 ) · · · (1 + j 2014 ) = (1 + j 3k+1 )(1 + j 3k+2 )(1 + j 3k+3 ) (1 + j 2014 )
k=0
670
Y ” —
= (1 + j)(1 + j 2 )(1 + 1) (1 + j)
k=0
” —671
= (1 + j) 2(1 + j + j 2 + j 3 )
= (1 + j) [ 2(0 + 1) ]671 = 2671 (1 + j)

1 + i 3 √
= 2671 (−j 2 ) = 2671 = 2671 (1 + i 3 ).
2

En conclusion, on a montré que :



(1 + j) (1 + j 2 ) · · · (1 + j)2014 = 2671 (1 + i 3 ).

Exercice 3.36 K
1. Soit ABCD un quadrilatère complexe. On construit les points M1 , M2 , M3 , M4 exté-
rieurement au quadrilatère de sorte que : ABM1 , BCM2 , CDM3 , ADM4 soient rec-
tangles isocèles de sommets M1 , M2 , M3 , M4 . Montrer que les segments [M1 M3 ] et
[M2 M4 ] sont perpendiculaires et ont la même longueur.
2. Soit ABC un triangle quelconque. On construit extérieurement au triangle les carrés
ACLN et AM P B. Soit E le milieu de [BC]. Montrer que les droites (M N ) et (AE)
sont perpendiculaires et que M N = 2 AE. 

b
M1
B
b
b
M2
A b

C
b

M4

D
b

M3
86 CHAPITRE 3. NOMBRES COMPLEXES ET TRIGONOMÉTRIE

1. Notons a, b, c, d, m1, m2 , m3 , m4 les affixes respectives des points A, B, C, D, M1, M2 ,


M3 et M4 . On a

a + b + i(a − b)
a − m1 = i(b − m1 ) d’où m1 = ,
2

et de même

b + c + i(b − c) c + d + i(c − d) d + a + i(d − a)


m2 = , m3 = , m4 = .
2 2 2

Un calcul simple montre que m4 − m2 = i(m3 − m1 ), et donc (M1 M3 )⊥(M2 M4 ) et


M1 M3 = M2 M4 .
2.
M
b

N
b
b

P
A
b

b
L
B b

E b

On choisit l’origine O en A, on note a, b, c, m, n, e les affixes respectives des points


A, B, C, M, N, E. On a

n−a= i(c − a) =⇒ n = i(c − a) + a,


m − a = −i(b − a) =⇒ m = i(a − b) + a,
b+c
e= .
2

D’où 12 i(m − n) = 21 i(ia − ib + a − ic + ia − a) = b+c−2a


2
= e − a. Donc, (MN)⊥(EA)
et MN = 2 EA.

3.8.3 Exercices d’entraînement

Exercice 3.37 KK
Noyaux de Dirichlet et de Fejér
Soient x ∈ R tel que x 6≡ 0 (mod 2π) et n ∈ N. On pose
n
X
Dn (x) = eikx .
k=−n
3.8. EXERCICES 87

Montrer que € Š
n+1
n
X sin2 2 x
Dk (x) = € Š .
k=0 sin2 x2

Remarquons, tout d’abord, que le nombre Dn (x) est réel car les complexes de la
somme sont deux à deux conjugués. Maintenant, on a :

−inx
n
X
i(k+n)x −inx
2n
X
imx −inx 1 − e(2n+1)x
Dn (x) = e e = e e = e ×
k=−n m=0 1 − eix
2n+1
€ Š
ei 2
x −2i sin 2n+1
x
= e−inx × x × 2
€ Š .
ei 2 −2i sin 2 x

Par conséquent
€€ Š Š
sin n+ 1
x 1  ‹
€ Š × Im e (
2 i n+ 21 )x
Dn (x) = € Š = .
sin x2 sin x2

Par suite, on déduit que :


!
 ‹
n
X 1 n
X
i(k+ 12 )x 1 n
X
i(k+ 12 )x
Dk (x) = € Š Im e = € Š Im e .
k=0 k=0 sin x
2
sin x
2 k=0

Or
€ Š
n
X
i(k+ 21 )x i x2
n
X
i x2 1 − ei(n+1)x i n+1
sin n+1 x
e = e eikx = e × = e 2
x
× 2
€ Š .
k=0 k=0 1−e ix
sin 2x

En prenant la partie imaginaire, on conclut que :


€ Š
n
X sin2 n+1
2
x
Dk (x) = € Š .
k=0 sin2 x2

Exercice 3.38 KK
Birapport et théorème de Miquel
Soient a, b, c et d quatre points distincts de C. On appelle birapport de ces quatre points
et on note [a, b, c, d] le nombre complexe :

c−a d−a
[a, b, c, d] = : .
c−b d−b

1. Montrer que les quatre points du plan dont a, b, c et d sont les affixes sont cocycliques
ou alignés si, et seulement si, leur birapport [a, b, c, d] est réel.
88 CHAPITRE 3. NOMBRES COMPLEXES ET TRIGONOMÉTRIE

2. Montrer que si a, b, c, d, a′ , b′ , c′ et d′ sont huit nombres complexes distincts on a :

[a′ , b, a, b′ ] × [b, c′ , c, b′ ] × [c, d′ , c′ , d] × [d′ , a, a′ , d] × [a, c, b, d] × [c′ , a′ , d′ , b′ ] = 1.

3. Application : Théorème de Miquel


Considérons quatre cercles C1 , C2 , C3 et C4 de centres respectifs A1 , A2 , A3 et A4 et tels
que :

C4 ∩ C1 = {A, A′ }, C1 ∩ C2 = {B, B ′ }, C2 ∩ C3 = {C, C ′ }, C3 ∩ C4 = {D, D′ }.

Montrer que A, B, C et D sont alignés ou cocycliques si, et seulement si, A′ , B ′ , C ′ et


D ′ le sont. 

B C D
A b
b

b
b

A1 b
A2 b
A3
b

b b
b

A′ B′
b

C′ D′

c−a d−a
1. Les deux quotients et sont réels si, et seulement si, les points sont
c−b d−b
alignés. D’autre part, le birapport est réel si, et seulement si, les arguments des deux
rapports sont égaux modulo π, i.e., si et seulement si :

−→ −−→ −−→ −−→


(CA, CB) = (DA, DB) (mod π),

ce qui donne, par le théorème de l’angle au centre, une condition nécessaire et


suffisante pour affirmer l’alignement ou la cocyclicité des points A, B, C et D.
2. Il suffit d’écrire les quotients, et puis multiplier et simplifier pour obtenir 1 à la
fin.
3.8. EXERCICES 89

3. Par hypothèse et d’après la question 2., les quatre premiers birapports du produit

[a′ , b, a, b′ ] × [b, c′ , c, b′ ] × [c, d′ , c′ , d] × [d′, a, a′ , d] × [a, c, b, d] × [c′ , a′ , d′ , b′ ] = 1

sont réels. Donc, si l’un des deux derniers l’est, l’autre aussi, et par suite grâce à la
question 1. on conclut que :
A, B, C et D sont alignés ou cocycliques si, et seulement si, A′ , B ′ , C ′ et D ′ le sont.
A
D A4 b
b

A′
D′ b
b
b

A1
b
A3

B′
b


C b

B
b

b
A2

Exercice 3.39 KK
Déterminer ‚ Œ
Im (z 5 )
inf .
z ∈ C\R Im5 (z)

On pose z = x + iy avec (x, y) ∈ R × R∗ . Alors


‚ Œ4 ‚ Œ2
5 4 2 2 5 Im (z 5 ) x x
Im(z ) = 5x y − 10x y + y et 5 = 5 − 10 + 1.
Im (z) y y
 2
En posant α = x
y
, alors on déduit que :

Im (z 5 )
= 5α2 − 10α + 1 = 5(α − 1)2 − 4.
Im5 (z)

Le minimum de 5(α − 1)2 − 4 est −4 (obtenu lorsque α = 1), c’est-à-dire

z = x(1 ± i) avec x ∈ R∗ .
90 CHAPITRE 3. NOMBRES COMPLEXES ET TRIGONOMÉTRIE

Exercice 3.40 KK
Soient z1 , z2 , · · · , zn des nombres complexes tels que :

|z1 | + |z2 | + · · · + |zn | = 1.

Montrer qu’il existe un sous-ensemble S de {z1 , · · · , zn } tel que :



X
1
z ≥ .

z∈S
4

Pour tout k ∈ J1, nK, on note zk = xk + iyk avec (xk , yk ) ∈ R2 . Alors, on a :

1 = |z1 | + |z2 | + · · · + |zn |


≤ (|x1 | + |y1|) + (|x2 | + |y2 |) + · · · + (|xn | + |yn |)
X X X X
= |xk | + |xk | + |yk | + |yk |.
xk ≥0 xk <0 yk ≥0 yk <0

Par le principe des tiroirs, au moins un terme des quatre sommes ci-dessus est ≥ 14 .
Par symétrie, on peux supposer sans perte de généralité que :


1 X X
≤ |xk | =
x
k
4 xk ≥0 x ≥0
k

et par conséquent

X



X



1
z k ≥ xk ≥ .
x ≥0
k
x ≥0
k
4

Exercice 3.41 KK
Soient α ∈ R∗ un nombre réel et n ≥ 3 un entier naturel.
Montrer que toute racine z ∈ C \ R de l’équation

zn + α z + 1 = 0

vérifie
 ‹1
1 n
|z| ≥ .
n−1

Si z = r(cos θ + i sin θ), avec θ ∈ ]0, 2π[\{π}, est une racine non réelle de l’équa-
tion, alors on a :

r n cos nθ + rα cos θ + 1 + i(r n sin nθ + rα sin θ) = 0.


3.8. EXERCICES 91

D’où 8
> n
< r cos nθ + rα cos θ + 1 = 0,
> n
: r sin nθ + rα sin θ = 0.

En multipliant la première équation par sin θ, la seconde par cos θ, et en faisant une
soustraction des équations obtenues on déduit que :

r n sin(n − 1)θ = sin θ c-à-d r n |sin(n − 1)θ| = | sin θ|.

Or, on sait que | sin kθ| ≤ k| sin θ| pour tout k ∈ N∗ (résultat qu’on peut montrer
par récurrence). D’où, comme sin θ 6= 0, on conclut que :

1
r n | sin(n − 1)θ| = | sin θ| =⇒ | sin θ| ≤ r n (n − 1)| sin θ| =⇒ rn ≥ .
n−1
€ Š1
Par conséquent, |z| ≥ 1
n−1
n
.

Exercice 3.42 KK
On considère le nombre complexe

2+i
z = .
2−i

1. Vérifier que |z| = 1.


2. Montrer, cependant, que z n’est pas une racine n-ième de l’unité (avec n ∈ N∗ ). 

1. Il est facile de voir que

2+i 2−i
|z|2 = z×z = · = 1.
2−i 2+i

2. Supposons, par l’absurde, qu’il existe n ∈ N∗ tel que z n = 1.


Donc (2 + i)n = (2 − i)n , et comme 2 + i = (2 − i) + 2i alors
! !
n n
n n
(2 + i) = (2 − i) + (2 − i)n−1 2i + · · · + (2 − i)(2i)n−1 + (2i)n .
1 n−1

La relation (2 + i)n = (2 − i)n donne


" ! ! #
n n n
(2i) = (−2 + i) (2 − i)n−2 2i + · · · + (2i)n−1
1 n−1
= (−2 + i)(a + ib) avec (a, b) ∈ Z2 .
92 CHAPITRE 3. NOMBRES COMPLEXES ET TRIGONOMÉTRIE

En passant au module, on déduit alors que : 2n = 5(a2 + b2 ), une contradiction


(car les puissances de 2 se terminent par 2, 4, 6 ou 8, alors que les multiples de 5
finissent par 5 ou 0).

Exercice 3.43 KK
Soit Un l’ensemble des racines n-ièmes de l’unité. Montrer qu’il y a équivalence entre :
(i) il existe ω ∈ Un tel que 1 + ω ∈ Un ,
(ii) il existe η ∈ Un tel que 1 − η ∈ Un ,
(iii) 6 | n. 

(i) =⇒ (ii) On pose η = 1


1+ω
, alors η n = 1
(1+ω)n
, d’où η ∈ Un . D’autre part, 1−η = ω
1+ω
n
et (1 − η)n = (1+ω)
ω
n , d’où 1 − η ∈ Un .
(1−η)n
(ii) =⇒ (i) On pose ω = 1−ηη
alors ω n = ηn
= 1 et (1 + ω)n = 1
ηn
= 1. D’où, ω et
1 + ω appartiennent à Un .
(i) =⇒ (iii) On a |ω| = |1 + ω| = 1, donc

1
1 = |1 + ω|2 = (1 + ω)(1 + ω) = 1 + ω + ω + 1 = 2 + ω + .
ω

D’où ω = − 21 ± i 23 et 1 + ω = cos 2π 6√
± i sin 2π
6
. Comme √(1 + ω)n = 1 alors 6 | n.
(iii) =⇒ (i) Si n | 6, alors ω = − 12 + i 23 et 1 + ω = 12 + i 23 appartiennent à Un .

Exercice 3.44 KK
Calculer le produit  ‹
Y 1
Pn = ω+ .
ω ∈ Un
ω

On a
Y

 
(ω + i)(ω − i)
Y 1 Y ω2 + 1 ω ∈ Un
Pn = ω+ = = Y
ω ∈ Un ω ω ∈ Un ω ω
ω ∈ Un
Y Y
(i + ω) (−i + ω)
ω ∈ Un ω ∈ Un f (−1) × f (i) [(−i)n − 1](in − 1)
= = =
(−1)n f (0) (−1)n−1 (−1)n−1
3.8. EXERCICES 93
Y
où f (X) = X n − 1 = (X − ω).
ω ∈ Un
En conclusion, on a :
8
>
> 0 si n ≡ 0 (mod 4),
>
>
  >
Y 1 < 2 si n ≡ 1 (mod 4),
ω+ =
ω ∈ Un ω >
> −4 si n ≡ 2 (mod 4),
>
>
>
:
2 si n ≡ 3 (mod 4).

Exercice 3.45 KK
Soient a, b et c trois nombres réels tels que
8
< sin a + sin b + sin c = 0,
:
cos a + cos b + cos c = 0.

Montrer que :
1. 8
<sin 2a + sin 2b + sin 2c = 0,
:
cos 2a + cos 2b + cos 2c = 0.

2. 8
1
< cos(a + b + c) = 3 (cos 3a + cos 3b + cos 3c),
: 1
sin(a + b + c) = 3 (sin 3a + sin 3b + sin 3c).

1. Posons z1 = cos a + i sin a, z2 = cos b + i sin b, z3 = cos c + i sin c. Alors on a :


8
>
< z1 + z2 + z3 = 0
>
: |z1 | = |z2 | = |z3 | = 1.

Maintenant, on a aussi :

z12 + z22 + z32 = (z1 + z2 + z3 )2 − 2(z1 z2 + z2 z3 + z3 z1 )


 
1 1 1
= −2z1 z2 z3 + + = −2z1 z2 z3 (z 1 + z 2 + z 3 )
z1 z2 z3
= −2z1 z2 z3 ( z1 + z2 + z3 )
= 0.

Par conséquent, (cos 2a+ cos 2b+ cos 2c) + i(sin 2a+ sin 2b+ sin 2c) = 0, et le résultat
en découle alors clairement.
94 CHAPITRE 3. NOMBRES COMPLEXES ET TRIGONOMÉTRIE

2. On pose

x = cos a + i sin a, y = cos b + i sin b, z = cos c + i sin c.

Par hypothèse on a : x + y + z = 0. D’où

x3 + y 3 + z 3 − 3xyz = (x + y + z) (x2 + y 2 + z 2 − xy − xz − yz)


= 0.

Par conséquent, on a : xyz = 31 (x3 + y 3 + z 3 ), c’est-à-dire :

1
cos(a+b+c)+i sin(a+b+c) = (cos 3a + i sin 3a + cos 3b + i sin 3b + cos 3c + i sin 3c) .
3

En prenant la partie réelle et la partie imaginaire, on conclut que :


8
>
< cos(a + b + c) = 1
3
(cos 3a + cos 3b + cos 3c),
>
: sin(a + b + c) = 1
3
(sin 3a + sin 3b + sin 3c).

Exercice 3.46 KK
1. Montrer que  ‹  ‹  ‹
π 3π 5π 1
cos + cos + cos = .
7 7 7 2
2. Montrer que  ‹  ‹  ‹
2π 4π 6π 1
cos + cos + cos = − .
7 7 7 2
 ‹

3. En déduire que cos est solution de l’équation
7

8X 3 + 4X 2 − 4X − 1 = 0.

4. Montrer que √
 ‹  ‹  ‹
2π 4π 8π 7
sin + sin + sin = .
7 7 7 2

€ Š € Š
1. Soit z = cos π
7
+ i sin π
7
alors z 7 = −1. D’où z 10 = −z 3 et z 8 = −z. D’autre
part on a :
          
π‹ 3π 5π 1 1 1 3 1 1 5 1
cos + cos + cos = z+ + z + 3 + z + 5
7 7 7 2 z 2 z 2 z
z +z +z +z +z +1
10 8 6 4 2
z +z −z +z −z+1
6 4 3 2
= =
2z 5 2z 5
3.8. EXERCICES 95

z 7 +1
z6 − z5 + z4 − z3 + z2 − z + 1 + z5 z+1
+ z5 1
= = = .
2z 5 2z 5 2

2. On sait que la somme des racines 7-ièmes de l’unité est égale à 0, d’où

2π 4π 6π 8π 10π 12π
1 + ei 7 + ei 7 + ei 7 + ei 7 + ei 7 + ei 7 = 0.

On regroupe les conjugués deux à deux, par exemple on a :


 
2π 12π 2π 2π 2π
ei 7 + ei 7 = ei 7 + e−i 7 = 2 cos .
7

Alors, on déduit que :


     
2π 4π 6π
1 + 2 cos + 2 cos + 2 cos = 0.
7 7 7

3. Par linéarisation, on sait que

cos(2x) = 2 cos2 (x) − 1 et cos(3x) = 4 cos3 (x) − 3 cos(x).

Par suite, il découle de la première question que :


     
2π 2π 2π
0 = 1 + 2 cos + 2 cos 2 × + 2 cos 3 ×

7  
7  
7
2π 2π 2π
= −1 − 4 cos + 4 cos2 + 8 cos3 .
7 7 7


4. Si ω = ei 7 alors en posant A = ω + ω 2 + ω 4 et B = ω 3 + ω 5 + ω 6 , on a :

A + B = ω + ω 2 + ω 3 + ω 4 + ω 5 + ω 6 = −1.
A2 = (ω + ω 2 + ω 4)2 = ω + ω 2 + ω 4 + 2(ω 3 + ω 5 + ω 6 ) = 2B + A = −2 − A.

Donc, A vérifie l’équation de second degré : X 2 + X + 2 = 0. Cette équation admet


√ √
pour solutions : −1+i 7
2
et −1−i 7
2
. D’autre part, on sait par définition que :
     

i 2π
 
i 4π
 
i 8π

2π 4π 8π
Im(A) = Im e 7 +Im e 7 +Im e 7 = sin +sin +sin .
7 7 7

Il nous reste à montrer



que Im(A)

> 0 pour conclure.

Ceci

n’est pas automatique
2π 4π 8π
puisque sin > 0, sin > 0 alors que sin < 0. Montrons alors que
7 7 7
96 CHAPITRE 3. NOMBRES COMPLEXES ET TRIGONOMÉTRIE

Im(A) > 0. On a :
       
 ‹  
2π 8π 2π 8π 2π π
sin + sin = sin + sin π − = sin − sin
7 7 7
 ‹  ‹
7 ‹ 7 7
π π π
= 2 sin cos − sin
7 
7 7
 ‹  ‹
π π 1
= 2 sin × cos − .
7 7 2

˜
π π˜
Or, comme ∈ 0, , alors l’expression ci-dessus est strictement positive. Le
7 3
résultat est ainsi montré.

Exercice 3.47 KK
1. Soit A0 A1 · · · An−1 un polygone régulier à n côtés inscrit dans le cercle unité. On
trace les segments [A0 A1 ], [A0 A2 ], · · · , [A0 An−1 ]. Montrer que

A0 A1 × A0 A2 × · · · × A0 An−1 = n.

2. En déduire que pour tout entier naturel n ≥ 2 on a la relation :


 ‹  ‹  
π 2π (n − 1)π n
sin × sin × · · · × sin = .
n n n 2n−1

2iπ
1. Soit ω = e n , alors les racines de 1 sont les puissances de ω.
Le problème revient à montrer que :


|1 − ω| × 1 − ω 2 × · · · × 1 − ω n−1 = n.

Or les facteurs de ce produit sont deux à deux conjugués, on peut alors enlever les
modules :
€ Š € Š

1 − ω k × 1 − ω n−k
= 1 − ω k × 1 − ω n−k .

Par suite, on doit montrer que :


€ Š € Š
(1 − ω) × 1 − ω 2 × · · · × 1 − ω n−1 = n.

Comme z n − 1 = (z − 1)(z n−1 + z n−2 + · · · + 1), alors

(z n−1 + z n−2 + · · · + z + 1) = (z − ω)(z − ω 2 ) × · · · × (z − ω n−1),


3.8. EXERCICES 97

et en prenant z = 1 il résulte que :


€ Š € Š
(1 + 1 + · · · + 1) = (1 − ω) × 1 − ω 2 × · · · × 1 − ω n−1 .

Ce qui termine la démonstration.


2. Pour tout k ∈ J1, nK, on a :
‚ Œ
 
k i 2kπ i kπ −i kπ i kπ kπ i kπ
1−ω = 1−e n = e n e n −e n = −2i sin e n.
n

Par suite ‚ Œ
n−1
Y n−1
Y
k kπ
1−ω
= −2i sin .
k=1 k=1
n

‚ Œ
kπ kπ
Or, comme ∈ ]0, π[ pour tout k ∈ J1, nK, alors sin > 0 et par conséquent :
n n

n−1 n−1 ‚ Œ
Y Y kπ
k n−1
n = 1−ω = 2 sin .
k=1 k=1 n

Exercice 3.48 KK
Encadrement d’Archimède
1. Déterminer le périmètre d’un polygone régulier à n côtés inscrit dans le cerle unité.
2. En déduire pour tout entier naturel n ≥ 3 on a l’encadrement d’Archimède
 ‹  ‹
π π
n sin ≤ π ≤ n tan .
n n

2kπ 2(k−1)π
1. La distance entre deux racines n-ièmes de l’unité ei n et ei n est donnée par :

2kπ
i n
2(k−1)π π ‹
e − ei n
=
2 sin .
n

Donc, comme cette distance est indépendante de k ∈ J0, n − 1K, alors on déduit que
le périmètre du polygone est donné par :

π‹
Périmètre = 2n sin .
n

2. Le périmètre du polygone est inférieur au périmètre du cercle, ainsi on a :


π‹
2n sin ≤ 2π, c’est-à-dire :
n

π‹
n sin ≤ π.
n
98 CHAPITRE 3. NOMBRES COMPLEXES ET TRIGONOMÉTRIE

Montrons, à présent, l’autre inégalité. Le cercle inscrit dans le polygone touche


ce dernier aux points milieux des segments formés par deux racines consécutives de
l’unité. De plus, le périmètre de ce cercle inscrit est plus petit que celui du polygone.
Or le rayon du cercle inscrit dans le polygone est donné par :

i 2kπ 2(k−1)π 
e n + ei n π ‹



= cos

.
2 n

π‹  ‹
π
En comparant les périmètres, on a : 2π cos ≤ 2n sin . Par conséquent, on
n n
déduit l’encadrement d’Archimède :

π‹ 
π‹
n sin ≤ π ≤ n tan .
n n

Exercice 3.49 KK
On considère le polynôme P donné par :

P (X) = 1 + 2X + 3X 2 + · · · + nX n−1 .

2iπ
Calculer P (ω) où ω = e n . 

Le polynôme P s’obtient en dérivant le polynôme Q défini par :

1 − X n+1
Q(X) = 1 + X + X2 + · · · + Xn = .
1−X
1−(n+1)X n +nX n+1
On a Q′ (X) = (1−X)2
et Q′ (ω) = P (ω), c’est-à-dire :

 
1 − (n + 1)ω n + nω n+1 −n −in −iπ n iπ
P (ω) = = = e n = − 1 + icotan .
(1 − ω)2 1−ω 2 sin n

2 n

Exercice 3.50 KK
2iπ
Soient n un entier naturel impair et ω = e n .
n−1
X
1. Déterminer la valeur de ω rk selon les valeurs de r ∈ N.
k=0
2
2. Montrer que l’application f : k ∈ Z 7−→ wk ∈ C est n-périodique.
3. Soit j ∈ Z. Montrer que

n−1
X n−1
X
2 2
ω (k+j) = ωk
k=0 k=0
3.8. EXERCICES 99


n−1
X
k2
et en déduire la valeur de ω .

k=0
4. Montrer que
‚ Œ ‚ Œ ‚ Œ k  ‹  ‹
n n n 2n X jπ njπ
+ + + ··· = cosn cos .
0 k 2k k j=1
k k

1. On a : 8
>
n−1
X
rk
< n si n | r
ω = >
k=0 : 0 sinon.
n−1
X n−1
X
rk
En effet, si n | r, alors ω = 1 et
r
ω = 1k = n. Si r n’est pas un multiple de
k=0 k=0
n, alors ω r 6= 1 et on a

n−1
X 1 − (ω n )r
ω rk = = 0.
k=0 1 − ωr

2. Pour tout k ∈ Z on a :

2 2 2 2 2
f (k + n) = ω (k+n) = ω k ω 2kn+n = ω k (ω n )2k+n = ω k = f (k).

3. Posons
n−1
X 2
S = ωk .
k=0

n−1
X
Alors, S = f (k), et comme f est n-périodique alors :
k=0

j+n−1
X n−1
X
k2 2
S = ω = ω (k+j) .
k=j k=0

n−1
X 2
Maintenant comme ω = 1
ω
= ω −1 , alors S = ω −j , et par suite
j=0

!
n−1
X n−1
X n−1
X n−1
X n−1
X
−j 2 (k+j)2 2 2
S×S = Gω = ω ω −j = ω k ω 2kj
j=0 j=0 k=0 k=0 j=0
„ „ ŽŽ
n−1
X n−1
X
2
= ωk ω 2kj .
k=0 j=0
100 CHAPITRE 3. NOMBRES COMPLEXES ET TRIGONOMÉTRIE

Or, comme n est impair, alors on a :


8
>
n−1
X
2kj
< n si k = 0
ω = >
j=0 : 0 sinon.

Par conséquent :

n−1
X √
k2
S ×S = n et ω = n.

k=0

2jπ
4. Soit ωj = e n , alors d’après la première question on sait que :
8
>
< k si k | s
ω1s + ω2s +···+ ωks = >
: 0 sinon.

D’où
!„ Ž
⌊X
k⌋
n !
k n k
X
n
X n X n
(1 + ωj ) = ωjs = k .
j=1 s=0 s j=1 j=0 jk
€ Š
Comme 1 + ωj = 2 cos jπ
k
cos jπ
k
+ i sin jπ
k
alors par la formule de De Moivre on
déduit que :

k k  
X
n
X
njπ njπn njπ
(1 + ωj ) = 2 cos cos + i sin .
j=1 j=1 k k k

Par conséquent :
! ! !  
n n n 2n k
X jπ njπ
n njπ
+ + +··· = cos cos + i sin .
0 k 2k k j=1 k k k

En prenant la partie réelle, on déduit l’identité demandée.

Exercice 3.51 KK
Calculer la somme
‚ Œ ‚ Œ ‚ Œ ‚ Œ
2018 2018 2018 2018
+ + + ··· + .
2 5 8 2018

Indication : considérer la fonction f (x) = (1 + x)2018 et utiliser le nombre complexe j


tel que j 3 = 1 et 1 + j + j 2 = 0. 

Soit !
2018
2018
X 2018 k
f (x) = (1 + x) = x .
k=0 k
3.8. EXERCICES 101

2iπ
Soit j = e 3 , alors j 3 = 1 et 1 + j + j 2 = 0. Par suite :
" ! ! !#
2018 2018 2018
3 + +···+ = f (1) + j f (j) + j 2 f (j 2 )
2 5 2018
= 22018 + j(1 + j)2018 + j 2 (1 + j 2 )2018
= 22018 + j(−j 2 )2018 + j 2 (−j)2018
= 22018 + j 2 + j
= 22018 − 1.

En conclusion, on a :
! ! ! !
2018 2018 2018 2018 22018 − 1
+ + + ··· + = .
2 5 8 2018 3

Exercice 3.52 KK
Montrer que les racines communes des équations

zm − 1 = 0 et zn − 1 = 0

sont les racines de z d − 1 = 0 avec d = pgcd(m, n).


Application : deux polygones réguliers, respectivement à 1435 et 2014 côtés, sont inscrits
dans un même cercle. Combien les deux polygones ont-ils de sommets communs ? 

Le nombre de sommets communs est le nombre de solutions du système :


8
> 1435
<z = 1,
> 2014
:z = 1.

Ce nombre est égal à : pgcd(1435, 2014) = 1. Donc, il y a un seul sommet commun,


c’est le point d’abscisse (1, 0).
En effet, les racines communes aux équations

zm − 1 = 0 et zn − 1 = 0

sont les racines de z d − 1 = 0 avec d = pgcd(m, n). Soit ωp = cos 2pπ


m
+ i sin 2pπ
m
une
racine de z m − 1 = 0 et ωq′ = cos 2qπ
n
+ i sin 2qπ
n
une racine de z n − 1 = 0. Comme
|ωp | = |ωq′ | = 1 on a :

2pπ 2qπ
ωp = ωq′ ⇐⇒ arg(ωp ) = arg(ωq′ ) c-à-d = + 2rπ, r ∈ Z.
m n
102 CHAPITRE 3. NOMBRES COMPLEXES ET TRIGONOMÉTRIE

p q
Donc, m
− n
= r, c’est-à-dire : pn − qm = rmn. D’autre part, on peux écrire
m = m d et n = n′ d avec m′ ∧ n′ = 1. De la relation pn − qm = rmn on déduit que

n′ p − m′ q = rm′ n′ d, d’où m′ | n′p et par suite m′ | p. Ainsi, p = p′ m′ avec p′ ∈ N∗ et

2pπ 2p′ m′ π 2p′ π


arg(ωp ) = = = et ωpd = 1.
m m′ d d

Réciproquement, comme d | m et d | n, alors toute racine de z d − 1 = 0 est une racine


de z m − 1 = 0 et z n − 1 = 0.

Exercice 3.53 KK
Inversion

→ − →
Le plan R2 est muni d’un repère orthonormal (O, i , j ), et identifié à C. On appelle
plan épointé le plan R2 privé de l’origine O(0, 0).
1
On appelle inversion l’application f : C∗ −→ C∗ définie par f (z) = .
z
1. Montrer que f ◦ f = IdC∗ (on dit que f est une involution).
2. Soit g : C −→ C une application et P la partie du plan complexe définie par :

P = {z ∈ C∗ : g(z) = 0}.

Montrer que f (P) = {z ∈ C∗ : g(f (z)) = 0}.


3. Soit C = {z ∈ C∗ : (z − ω)(z − ω) = r 2 } le cercle de centre d’affixe ω et de rayon
r > 0. Montrer que
€ Š
z ∈ f (C) ⇐⇒ r 2 − |ω|2 |z|2 + z ω + z ω = 1.

ω
4. En déduire que si O 6∈ C, alors f (C) est un cercle de centre d’affixe − 2 et de
r − |ω|2
r
rayon 2 .
|r − |ω|2 |
5. Montrer que si O ∈ C, alors f (C \ {O}) est une droite.
6. Montrer que l’image par f d’une droite ne passant pas par l’origine est un cercle
privé de O.
7. Déterminer les cercles C de rayon r > 0 tels que f (C) = C. 

1. Pour tout z ∈ C∗ on a :

1 1
f (f (z)) = = 1 = z.
f (z) z

a b
Si z = a + ib ∈ C∗ avec (a, b) ∈ R2 , alors f (z) = +i 2 .
+b 2 a + b2a2
2. Soit z ∈ C un élément de f (P) alors f (z) ∈ f (f (P)) = P car f est une

involution. En fait, z ∈ f (P) si, et seulement si, g(f (z)) = 0, et ainsi f (P) = {z ∈
C∗ : g(f (z)) = 0}.
3.8. EXERCICES 103

3. D’après la question précédente, on sait que z ∈ C∗ est un élément de f (C) si, et


seulement si,
  
1 1
−ω − ω = r2 c’est-à-dire (1 − ω z) (1 − ω z) = r 2 zz
z z
€ Š
ou aussi r 2 − |ω|2 |z|2 + ω z + ω z = 1.

4. Si O 6∈ C, alors dans ce cas on a r 2 6= |ω|2. Pour tout z ∈ C on a :

‚ Œ‚ Œ ‚ 2 Œ
ω ω r
z+ 2 z + − =
r − |ω|2 r 2 − |ω|2 |r 2 − |ω|2|
zω + zω |ω|2 − r 2 2 zω + zω − 1
= zz+ 2 + 2 = |z| +
r − |ω| 2
(r 2 − |ω|2) r 2 − |ω|2
1 €€ Š Š
= 2 2
r 2 − |ω|2 |z|2 + ωz + ωz − 1 .
r − |ω|

D’après ce qui précède, z ∈ f (C) si, et seulement si, la quantité ci-dessus est nulle,
c’est-à-dire que l’expression dans la première des trois égalités ci-dessus est nulle.
Par suite, f (C) est le cercle de centre − r2 −|ω|
ω
2 et de rayon |r 2 −|ω|2 | .
r

5. Si O ∈ C, alors f (C) est l’ensemble des nombres complexes z ∈ C∗ tels que :

ωz + ωz = 1.

Il s’agit bien de l’équation d’une droite ne passant pas par l’origine, en effet Si
z = x + iy et ω = 12 (a + ib) avec x, y, a, b des nombres réels, alors :

ωz + ωz = 1 ⇐⇒ ax + by = 1.

6. D’après la question précédente on sait que l’image f (C \ {O}) du cercle épointé


C \ {O} est une droite D ne passant pas par l’origine. Comme f est une involution,
alors on conclut que l’image d’une droite ne passant pas par l’origine est un cercle
épointé.
7. Le cercle C de centre d’affixe ω et de rayon r > 0 vérifie f (C) = C si, et seulement
si, son image est un cercle (donc r 2 − |ω|2 6= 0) de même centre et de même rayon,
c’est-à-dire :

ω r
ω = − et r = .
r2 − |ω|2 |r 2 − |ω|2|
104 CHAPITRE 3. NOMBRES COMPLEXES ET TRIGONOMÉTRIE

Donc, (ω = 0 et r = 1) ou (|ω|2 = 1 + r 2 ). En conclusion, les cercles C tels que



f (C) = C sont le cercle unité ou ceux vérifiant |ω| = 1 + r 2 .

Exercice 3.54 KK
Inversion du plan affine euclidien et théorème de Ptolémée
Inversion du plan affine euclidien
On suppose que le plan affine euclidien E2 est orienté et muni d’un repère affine ortho-
normé direct d’origine O. On pourra identifier le plan E2 à l’espace vectoriel R2 , ainsi
qu’à l’ensemble C.
On appelle inversion de pôle O et de puissance k 6= 0 l’application

i : E2 \ {O} −→ E2 \ {O}
−−→ k −−→
M 7−→ M ′ tel que OM ′ = OM
OM 2


ou de façon équivalente le point M ′ est défini par la relation

OM · OM ′ = k (1)

(avec, en plus, l’alignement des points).


(D’après la relation (1), il est clair qu’une inversion n’est pas la restriction d’une ap-
plication affine. De plus, i est involutive, i.e. i ◦ i = IdE2 \{O} , en particulier i est une
bijection).
€ Š
x
1. Si M a pour coordonnées y , quelles sont les coordonnées de M ′ image de M par
l’inversion i. Donner aussi l’expression de i à l’aide des nombres complexes.
2. Quel est l’ensemble des points fixes par une inversion ?
3. Montrer que si M ′ et N ′ sont les images de M et N par l’inversion i alors

|k| M N
M ′N ′ = .
OM · ON

4. Montrer que l’image par i :


(i) d’une droite passant par O est cette droite elle-même ;
(ii) d’une droite ne passant pas par O est un cercle passant par O ;
(iii) d’un cercle passant par O est une droite ne passant pas par O ;
(iv) d’un cercle ne passant pas par O est un cercle ne passant pas par O.
5. Théorème de Ptolémée
Montrer que le quadrilatère convexe ABCD est inscriptible dans un cercle si, et seule-
ment si
AC · BD = AB · CD + AD · BC.
3.8. EXERCICES 105

−−→ k −−→
1. D’après la relation OM ′ = OM on déduit que
OM 2
‚ Œ
′ ′ x y
(x , y ) = k , 2 .
x + y x + y2
2 2

En utilisant les nombres complexes, la même relation nous donne

z k
z′ = k 2
= .
|z| z

2. Si k > 0, l’ensemble des points fixes est le cercle de centre O et de rayon k (on
l’appelle le cercle d’inversion).
Si k < 0, il n’ y a pas de points fixes.
3. On a


′ ′ ′ ′ k k zM − zN |zM − zN | |k| MN
MN = |zN − zM | = − = |k| ·

= |k| ·
= .
zN
zM zM zN |zM | · |zN | OM · ON

4.
(i) Soit D une droite passant par O, montrons que i(D \ {O}) = D \ {O}. On
a i(D \ {O}) ⊂ D \ {O} car i est une inversion. D’autre part, d’après l’inclusion
précédente on a aussi : D \ {O} = i(i(D \ {O})) ⊂ i(D \ {O}), ce qui termine la
démonstration.
(ii) Soit D une droite ne passant pas par O et d’équation ax + by + c = 0 avec
(a, b) 6= (0, 0) et c 6= 0. Si M est un point d’affixe z alors son image est M ′ point
k
d’affixe z ′ = 6= 0. On a (avec ω := a2 + 2ib ) :
z
   
z+z z−z
M ∈ D ⇐⇒ ax + by + c = 0 ⇐⇒ a +b +c=0
2 2
k k
⇐⇒ ω ′
+ ω ′ + c = 0 ⇐⇒ cz ′ z ′ + k(ωz ′ + ω z ′ ) = 0, z ′ 6= 0
z z
k
⇐⇒ x′2 + (ax′ + by ′ ) + y ′2 = 0 avec (x′ , y ′) 6= (0, 0).
c

Donc M ∈ C \ {O} où C est le cercle d’équation x′2 + kc (ax′ + by ′ ) + y ′2 = 0. D’où,


i(D) ⊂ C \ {O}.
(iii) Cette question découle de (ii) et du fait que i est involutive.
(iv) Soit C un cercle ne passant pas par O et d’équation x2 + y 2 + ax+ by + c = 0 avec
k
c 6= 0. Si M est un point d’affixe z alors son image est M ′ point d’affixe z ′ = 6= 0.
z
On a (avec ω = a2 + 2ib ) :
   
z+z z−z
M ∈ C ⇐⇒ x2 +y 2 +ax+by +c = 0 ⇐⇒ zz +a +b +c = 0
2 2i
106 CHAPITRE 3. NOMBRES COMPLEXES ET TRIGONOMÉTRIE

k2 k k
⇐⇒ zz + ωz + ω z + c = 0 ⇐⇒ ′ ′
+ω ′ +ω ′ +c=0
zz z z
′ ′ ′ ′ 2 ′2 ′2 k ′ ′ k2
⇐⇒ cz z + k(ωz + ωz ) + k = 0 ⇐⇒ x + y + (ax + by ) + = 0.
c c
k2
Donc M ∈ C ′ le cercle d’équation x′2 + y ′2 + kc (ax′ + by ′ ) + c
= 0 et qui ne passe
pas par O. D’où i(C) = C ′ .
5. Théorème de Ptolémée
• 1ère démonstration :
Soit ABCD un quadrilatère convexe et I l’inversion de pôle D et de puissance 1.
Soient A′ , B ′ et C ′ les images respectives par l’inversion I des points A, B et C.
Pour que ABCD soit inscriptible il faut et il suffit que A′ , B ′ et C ′ soient alignés
dans cet ordre, c’est-à-dire qu’il faut et il suffit que

A′ C ′ = A′ B ′ + B ′ C ′ . (1)

Or, d’après ce qui précède, on sait que

AB BC AC
A′ B ′ = , B′C ′ = , A′ C ′ = .
DA · DB DB · DC DA · DC

Par suite, la relation (1) est équivalente à

AC AB BC
= +
DA · DC DA · DB DB · DC

c’est-à-dire :
AC · BD = AB · CD + AD · BC.

A b
b
D

C
b

B
3.8. EXERCICES 107

• 2ème démonstration :

A
b

b β
O

b
α D
b

B C

On se propose de donner une deuxième démonstration de l’inégalité de Ptolémée :


Soit ABCD un quadrilatère, on a

AC · BD ≤ AB · CD + BC · DA

avec égalité si, et seulement si ABCD est convexe inscriptible (i.e. les points A, B, C
et D dans cet ordre sont cocycliques). En effet : On considère la demi-droite symé-
trique de [AD) par rapport à la bissectrice de l’angle BAC.
Ö
Sur cette demi-droite,
on considère l’unique point O tel que AOB = ACD (i.e. α = β). Les deux triangles
Ö Ö

OAB et CAD sont semblables et on a par suite :

OB OA AB AB × CD
= = =⇒ OB = . (2)
CD AC AD DA

OA AC
D’autre part, on a OAC
Ö
= BAD
Ö
et = , ce qui montre que les deux triangles
AB AD
OAC et BAD sont semblables. Par conséquent :

OC AC AC × BD
= =⇒ OC = . (3)
BD DA DA

L’inégalité de Ptolémée résulte donc de l’inégalité triangulaire dans le triangle OBC


(en utilisant les relations (2) et (3)). On a égalité si, et seulement si, le point B
appartient au segment [OC], c’est-à-dire que ABC
Ö
= π − ADC,
Ö
i.e. le quadrilatère
ABCD est convexe inscriptible.
• 3ème démonstration :
On utilise les nombres complexes dans cette démonstration. Fixons l’origine du
108 CHAPITRE 3. NOMBRES COMPLEXES ET TRIGONOMÉTRIE

repère orthonormé en A et notons z1 , z2 , z3 les affixes respectives des points B, C, D.


L’inégalité de Ptolémée est alors équivalente à :

|z1 | · |z3 − z2 | + |z3 | · |z2 − z1 | ≥ |z2 | · |z3 − z1 |,

c’est-à-dire
1 1 1 1 1 1

− + − ≥
− ,
z3 z2 z2 z1 z3 z1
ce qui est bien évidemment vrai car il s’agit de l’inégalité triangulaire. D’autre part,
on a égalité si, et seulement si :

1 1 z1

z2 z1 z3
1 1 ∈ R+ i.e. z2 − z1 ∈ R−

z3 z2 z2 − z3

ce qui est équivalent à ce que les points A, B, C, D sont cocycliques ou appartiennent


à une même droite.

Exercice 3.55 KK
On rapporte le plan complexe à un repère orthonormé de centre O.
1. Soient M et N deux points d’affixes respectives zM et zN . Montrer que le triangle
OM N est rectangle si, et seulement si, ℜe(zM zN ) = 0.
2. Soient A, B et C les points d’affixes respectives z, z 2 et z 3 . Déterminer l’ensemble
des complexes z tels que le triangle ABC soit un triangle rectangle 

1. On écrit zM = xM + iyM et zN = xN + iyN avec xM , yM , xN , yN ∈ R4 , on a alors


ℜe(zM zN ) = xM xN + yM yN . D’où

OMN rectangle en O ⇐⇒ xM xN + yM yN = 0 ⇐⇒ ℜe(zM zN ) = 0.

2. Maintenant si M, N et P sont des points d’affixes zM , zN et zP , alors en faisant


−→
une translation de vecteur P O on se ramène au cas précédent, et donc MNP est
rectangle en P si, et seulement si : ℜe((zM − zP )(zN − zP )) = 0. Par conséquent :
8
>
>
>
ABC est rectangle en A, ou
<
ABC est un triangle rectangle ⇐⇒ >
ABC est rectangle en B, ou
>
>
:
ABC est rectangle en C.
8
€ Š
>
>
>
ℜe (z 2 − z)(z 3 − z) = 0, ou
< € Š
⇐⇒ >
ℜe (z − z 2 )(z 3 − z 2 ) = 0, ou
> € Š
>
:
ℜe (z − z 3 )(z 2 − z 3 ) = 0.
3.8. EXERCICES 109

Or,

(z 2 − z)(z 3 − z) = |z(z − 1)|2 (z + 1),


(z − z 2 )(z 3 − z 2 ) = −|z(z − 1)|2 z,
(z − z 3 )(z 2 − z 3 ) = |z(z − 1)|2 (1 + z)z.

Donc, ABC triangle rectangle si, et seulement si :

z = 0, ou z = 1, ou ℜe(z) = −1, ou ℜe(z) = 0, ou ℜe((1 + z)z) = 0.

c’est-à-dire si z = x + iy alors
 2
1 1
z = 0, ou z = 1, ou z = −1 + iy, ou z = iy, ou x+ + y2 = .
2 4

Exercice 3.56 KK
Théorème de Napoléon
Soit ABC un triangle quelconque. Soient D, E, F les points extérieurs au triangle ABC
et tels que les triangles ABD, BCE et ACF soient équilatéraux. On note X, Y, Z les
centres de gravité respectivement des trois triangles construits.
Montrer que le triangle XY Z est équilatéral et possède le même centre de gravité que
ABC. 

Supposons que le triangle ABC soit direct. Notons a, b, c, x, y, z les affixes res-
pectifs des points A, B, C, X, Y, Z. Comme X est le centre de gravité de ABD alors
jb−a
a−x = j(b−x) c’est-à-dire x = j−1
où j est le nombre complexe tel que 1+j+j 2 = 0

√ −1 + i 3
(rappelons que j = −1−i 3
et que j 2 = j = ). De même on a :
2
2

jc − b ja − c
y= et z= .
j−1 j −1

D’où :
jb − a jc − b ja − c
x+y+z = + + = a + b + c.
j−1 j−1 j−1
Donc, les triangles XY Z et ABC ont le même centre de gravité. Pour montrer que
XY Z est équilatéral il suffit de vérifier que : y − z = −j 2 (x − z). On a

1
y−z = [j(c − a) − b + c] ,
j −1
110 CHAPITRE 3. NOMBRES COMPLEXES ET TRIGONOMÉTRIE

−j 2 1 ” —
−j 2 (x − z) = [j(b − a) − a + c)] = −b + a − j 2 (−a + c)
j −1 j−1
1
= [j(c − a) − b + c] car − j 2 = 1 + j.
j −1

b
F
Z
b
b
C
A b

b
Y
X b b
E
b
b

D B

3.8.4 Exercices d’approfondissement

Exercice 3.57 KKK


On considère n nombres complexes z1 , · · · , zn tels que |zk | ≤ 1 pour tout k ∈ J1, nK.
Montrer qu’il existe une famille ǫ1 , · · · ǫn ∈ {−1, +1} telle que pour tout entier m ≤ n
on ait :
|ǫ1 z1 + ǫ2 z2 + · · · + ǫm zm | ≤ 2.

Indication : faire un raisonnement par récurrence sur n ∈ N∗ . 

On fait un raisonnement par récurrence sur n ∈ N∗ . Pour n = 1 c’est évident,


et pour n = 2 le résultat est clair grâce à l’inégalité triangulaire. Supposons que
l’inégalité est vraie jusqu’au rang m et montrons la au rang m + 1. On note Mk le
point du plan d’affixe zk . Pour tout k, on note (OMk ) la droite passant par l’origine
O et le point Mk . Parmi les droites (OM1 ), (OM2 ), (OM3 ), deux d’entre elles sont
à moins de 60◦ entre elles. Supposons qu’il s’agit de (OMα ) et (OMβ ) et que l’autre
droite est (OMγ ), avec {1, 2, 3} = {α, β, γ}. Comme les droites (OMα ) et (OMβ )
sont à moins de 60◦ entre elles, alors il existe ǫβ ∈ {−1, +1} tel que le nombre
complexe z ′ = zα + ǫβ zβ soit de module ≤ 1. Donc, par hypothèse de récurrence, la
suite finie à k termes : z ′ , zγ , z4 , z5 , · · · , zk+1 est telle que :

|ǫ′ z ′ + ǫγ zγ + ǫ4 z4 + ǫ5 z5 + · · · + ǫk+1 zk+1 | ≤ 2.

Soit ǫα = 1, alors on a finalement

|ǫ1 z1 + ǫ2 z2 + ǫ3 z3 + ǫ4 z4 + · · · + ǫk+1 zk+1 | ≤ 2

et la récurrence est ainsi terminée.


3.8. EXERCICES 111

Exercice 3.58 KKK


Montrer que si z ∈ C est racine de l’équation :

11 z 10 + 10i z 9 + 10i z − 11 = 0

alors |z| = 1. 

L’équation en question est équivalente à :

11 − 10i z
z9 = .
11z + 10i

Si z = x + iy avec (x, y) ∈ R2 alors :


È

9
11 − 10i z 112 + 220 y + 102(x2 + y 2 )
|z| =
= È .
11z + 10i 112 (x2 + y 2 ) + 220 y + 102

On suppose, par l’absurde, que |z| =


6 1.
⋄ Si |z| > 1 : alors x + y > 1, donc
2 2

È È
112 (x2 + y 2 ) + 220 y + 102 > 112 + 220 y + 102 (x2 + y 2)

ce qui donne |z 9 | < 1, contradiction.


⋄ Si |z| < 1 : alors x2 + y 2 < 1, donc
È È
112 (x2 + y 2 ) + 220 y + 102 < 112 + 220 y + 102 (x2 + y 2)

ce qui donne |z 9 | > 1, contradiction.


En conclusion, on a bien |z| = 1.

Exercice 3.59 KKK


Nombres complexes et arithmétique
Quel est le nombre d’entiers strictement positifs s’écrivant avec n ∈ N∗ chiffres parmi
{2, 3, 7, 9} qui sont divisibles par 3 ? 

Soit an (respctivement bn et cn ) le nombre de tous les entiers non nuls s’écrivant


avec n chiffres parmi 2,3,7 ou 9 et qui sont congrus à 0 modulo 3 (respectivement
congrus à 1 et 2 modulo 3). Pour répondre à l’exercice, nous devons calculer an .
Soit ω = cos 2π
3
+ i sin 2π
3
, il est clair que :
X
an +bn +cn = 4n et an +ωbn +ω 2 cn = ω 2j1 +3j2 +7j3 +9j4 = (ω 2 +ω 3 +ω 7 +ω 9 )n = 1.
j1 +j2 +j3 +j4 =n
112 CHAPITRE 3. NOMBRES COMPLEXES ET TRIGONOMÉTRIE

Donc, il s’ensuit que

(an − 1) + ωbn + ω 2cn = 0 =⇒ an − 1 = bn = cn := k.

D’où, 3k = an + bn + cn − 1 = 4n − 1, alors k = 13 (4n − 1) et :

1 n
an = (4 + 2) .
3

Exercice 3.60 KKK


Soient z1 , z2 , · · · , z2n des nombres complexes tels que :

|z1 | = |z2 | = · · · = |z2n | et arg(z1 ) ≤ arg(z2 ) ≤ · · · ≤ arg(z2n ) ≤ π.

Montrer que

|z1 + z2n | ≤ |z2 + z2n−1 | ≤ ··· ≤ |zn + zn+1 |.

An+1 An
b
b
b
In A2
b
A2n−1 b
A1
b
I2 b

A2n b I1

Soient A1 , A2 , · · · , A2n les points d’affixes respectives z1 , z2 , . . . , z2n , et I1 , I2 , · · · , In


les milieux respectifs des segments [A1 A2n ], [A2 A2n−1 ], · · · , [An An+1 ].
Pour tout i ∈ J1, 2nK, les points Ai appartiennent au demi-cercle supérieur centré à
l’origine O et de rayon 1. De plus, les longueurs des cordes A1 A2n , A2 A2n−1 , · · · , An An+1
sont dans un ordre décroissant. D’où, OI1, OI2 , · · · , OIn sont dans un ordre crois-
sant, et par suite


z + z2n
1 z + z2n−1
2

z + zn+1
n

≤ ≤ ··· ≤ .
2 2 2

En conclusion, on a bien :

|z1 + z2n | ≤ |z2 + z2n−1 | ≤ ··· ≤ |zn + zn+1 |.


3.8. EXERCICES 113

Exercice 3.61 KKK


1. Soit A1 A2 A3 · · · A14 un polygone régulier à 14 côtés inscrit dans un cercle de centre
O et de rayon r. Montrer que

A1 A23 + A1 A27 + A3 A27 = 7 r2.

2. Soit B1 B2 · · · B7 un heptagone régulier. Montrer que

1 1 1
= + .
B1 B2 B1 B3 B1 B4

1.
b b

A3
b
b

A7
b
b

b
b
A1
b

b
b

b
b

b b

Comme il s’agit d’un polygone régulier à 14 côtés alors :

π 2π 3π
A1 A3 = 2r sin , A3 A7 = 2r sin , A1 A7 = 2r sin .
7 7 7

L’identité à montrer est alors équivalente à :


 
π 2π 3π
4r 2 sin2 + sin2 + sin2 = 7r 2 .
7 7 7

Or 2 sin2 x = 1 − cos(2x), et par suite


   
2 2 π 2π 3π 2π 4π 6π
4r sin + sin2 + sin2 = 2r 1 − cos 2
+ 1 − cos + 1 − cos
7 7 7 
7 7 
7
2 2 2π 4π 6π
= 6r − 2r cos + cos + cos .
7 7 7

Il nous reste à montrer que :

2π 4π 6π 1
cos + cos + cos = − .
7 7 7 2
114 CHAPITRE 3. NOMBRES COMPLEXES ET TRIGONOMÉTRIE

sin(a+b)+sin(a−b)
On multiplie le terme de gauche par sin 2π
7
, comme sin a cos b = 2
et
€ Š
sin 8π
7
= sin 2π − 6π
7
= − sin 6π
7
alors on déduit que :
 
1 4π 6π 2π 8π 4π 1 2π
sin + sin − sin + sin − sin = − sin .
2 7 7 7 7 7 2 7

2π 4π 6π 1
Par suite, cos + cos + cos = − et l’identité est ainsi montrée.
7 7 7 2
2. On inscrit cet heptagone dans un cercle de rayon r, alors on a :

π 2π 3π
B1 B2 = 2r sin , B1 B3 = 2r sin , B1 B4 = 2r sin .
7 7 7

L’égalité à montrer est équivalente à :

1 1 1
= 2π + .
sin π7 sin 7 sin 3π
7

C’est équivalent à :

2π 3π π 3π π 2π
sin sin = sin sin + sin sin .
7 7 7 7 7 7
cos(a−b)−cos(a+b)
Or on sait que sin a sin b = 2
, par suite la relation ci-dessus s’écrit :

5π π π 2π 3π π
− cos + cos = − cos + cos − cos + cos .
7 7 7 7 7 7

Enfin, comme 2π 7
+ 5π
7
= 3π
7
+ 4π
7
= π, alors cos 2π
7
= − cos 5π
7
et cos 3π
7
= − cos 4π
7
.
L’égalité est ainsi montrée.

Exercice 3.62 KKK


Aire d’un polygone convexe
1. Montrer que l’aire d’un triangle A1 A2 A3 orienté positivement et dont les sommets
ont pour affixes respectives z1 , z2 , z3 est donnée par :

1
Aire(A1 A2 A3 ) = Im ( z1 z2 + z2 z3 + z3 z1 ) .
2

(Cette question utilise la notion de déterminant qui sera vue au chapitre 8).
2. Soit A1 A2 · · · An un polygone convexe orienté positivement et dont les sommets ont
pour affixes respectives z1 , z2 , · · · , zn . Montrer que :

1
Aire(A1 A2 · · · An ) = Im ( z1 z2 + z2 z3 + · · · + zn−1 zn + zn z1 ) .
2

1. Si zi = xi + iyi avec (xi , yi) ∈ R2 pour i ∈ J1, 3K, alors l’aire du triangle est donnée
3.8. EXERCICES 115

par :

x
1 y1 1
1

∆ = x
2 y2 1 .
2

x
3 y 3 1
zi + zi zi − zi
Comme xi = et yi = (avec i ∈ J1, 3K), alors on déduit que
2 2i


z + z1 z1 − z1 1
1 z
1 z1 1 z
1 z1 1
1
1
i

∆ = z + z2 z2 − z2 1 = − z
2 2 z2 1 = z 2 z2 1 .
8i

4i

4

z + z3 z3 − z3 1
3 z 3 z3 1 z 3 z3 1

Or


z
1

z1 1

z
2

z2 1 = ( z1 z2 + z2 z3 + z3 z1 − z3 z2 − z1 z3 − z2 z1 )

z
3 z3 1
” —
= (z1 z2 + z2 z3 + z3 z1 ) − (z1 z2 + z2 z3 + z3 z1 )
= 2i Im ( z1 z2 + z2 z3 + z3 z1 )
= −2i Im ( z1 z2 + z2 z3 + z3 z1 ) .

Par conséquent :

1
Aire(A1 A2 A3 ) = Im ( z1 z2 + z2 z3 + z3 z1 ) .
2

2. On fait un raisonnement par récurrence sur n ≥ 3.


⋄ Pour n = 3 : c’est la première question.
⋄ Supposons que le résultat est vrai jusqu’au rang k et montrons le au rang k + 1.
On a

Aire(A1 A2 · · · Ak Ak+1 ) = Aire(A1 A2 · · · Ak ) + Aire(Ak Ak+1 A1 )


1 1
= Im (z1 z2 + · · · + zk−1 zk + zk z1 ) + Im ( zk zk+1 + zk+1 z1 + z1 zk )
2 2
1 1
= Im ( z1 z2 + · · · + zk−1 zk + zk zk+1 + zk+1 z1 ) + Im ( zk z1 + z1 zk )
2 2
1 1
= Im ( z1 z2 + z2 z3 + · · · + zk zk+1 + zk+1 z1 ) + × 0.
2 2

La preuve par récurrence est ainsi terminée.


116 CHAPITRE 3. NOMBRES COMPLEXES ET TRIGONOMÉTRIE

Remarque : dans le cas d’un polygone régulier à n côtés inscrits dans le cercle unité,
on déduit que :

n 2π π π
Aire (A1 A2 · · · An ) = n × Aire(A1 OA2 ) = sin = n sin cos .
2 n n n
Chapitre 4
Arithmétique

4.1 Division euclidienne dans Z


❏ Soient a et b deux éléments de Z. S’il existe n ∈ Z tel que a = nb, on dit que
a est un multiple de b, ou que b est un diviseur de a.
❏ L’ensemble des multiples de a est noté a Z, et l’ensemble des diviseurs de a
est noté D(a).

Théorème 4.1 Division euclidienne dans Z. Soit (a, b) ∈ Z × N∗ . Il existe


un unique couple (q, r) ∈ Z2 tel que

a = bq + r avec 0 ≤ |r| < b.

L’entier q est appelé quotient, et r le reste de la division de a par b. 

4.2 PGCD et PPCM

Théorème 4.2 L’ensemble des diviseurs communs de deux entiers relatifs a et


b est l’ensemble des diviseurs d’un unique entier positif, appelé PGCD, de a et b,
et noté a ∧ b.
D(a) ∩ D(b) = D(a ∧ b).

✍ Algorithme d’Euclide : on suppose, sans perte de généralité, que 0 ≤ b ≤ a


(car D(a) ∩ D(b) ne dépendent pas du signe de a et b), alors :
- si b = 0, on a clairement D(a) ∩ D(0) = D(a),
- si b > 0, on a , par division euclidienne, a = bq + r avec 0 ≤ r < b.

117
118 CHAPITRE 4. ARITHMÉTIQUE

Tout diviseur de a et b divise r. Tout diviseur de b et r divise a, on a donc :


D(a) ∩ D(b) = D(b) ∩ D(r). Maintenant :
- si r = 0, alors on a : D(a) ∩ D(b) = D(b) ∩ D(0) = D(b),
- si r > 0, alors on a, par division euclidienne, b = rq1 + r1 avec 0 ≤ r1 < r.
De plus, D(a) ∩ D(b) = D(b) ∩ D(r) = D(r) ∩ D(r1 ).
On continue ce prodédé, tant que le reste est non nul :

D(a) ∩ D(b) = D(b) ∩ D(r) = · · · = D(rk−1 ) ∩ D(rk ).

La suite d’entiers naturels (b, r, r1 , . . . , rk ) est strictement décroissante, elle


est nécessairement finie. Au bout d’un nombre fini d’étapes on aboutit à un
reste nul, et par suite si rk−1 6= 0 et rk = 0 on a :

D(a) ∩D(b) = D(b) ∩D(r) = . . . = D(rk−1) ∩D(rk ) = D(rk−1) ∩D(0) = D(rk−1 ).

L’entier rk est un diviseur commun de a et b, et tout diviseur commun de a


et b est un diviseur de rk . Ainsi, rk = a ∧ b.
En conclusion, le pgcd de deux entiers non nuls est le dernier reste non nul
de l’algorithme d’Euclide.

Théorème 4.3 Soit (a, b) ∈ Z2 . Un entier est la somme d’un multiple de a et


d’un multiple de b si, et seulement si, c’est un multiple de leur pgcd. Autrement
dit :
aZ + bZ = (a ∧ b) Z,

avec aZ + bZ = {x ∈ Z : ∃ (u, v) ∈ Z2 , x = au + bv}. 

Définition 4.1 Entiers premiers entre eux. Deux entiers a et b sont dits premiers
entre eux si leur pgcd est égal à 1. 

Théorème 4.4 Théorème de Bézout. Deux entiers a et b sont premiers entre


eux si, et seulement si, il existe deux entiers relatifs u et v tels que :

au + bv = 1.

☞ L’égalité au + bv = d implique que d est un multiple de a ∧ b. Par contre,


au + bv = 1 entraîne que 1 = a ∧ b.
4.3. NOMBRES PREMIERS 119

Théorème 4.5 Théorème de Gauss. Soient a, b, et c trois entiers. Alors :


 ‹

a | bc et a ∧ b = 1 =⇒ a | c.

 ‹

❏ a|c; b|c; a∧b=1 =⇒ ab | c.


 ‹
❏ a ∧ c = 1 et b ∧ c = 1 =⇒ ab ∧ c = 1.
❏ L’équation diophantienne ax + by = c avec (a, b, c) ∈ Z3 et l’inconnue est
(x, y) ∈ Z2 , ne possède des solutions que si c est un multiple de a ∧ b.

Théorème 4.6 Caractérisation du pgcd. Un entier positif d est le pgcd de


a et b si, et seulement si, il existe (a′ , b′ ) ∈ Z2 tels que :
8
>
<a = a′ d
>
et a′ ∧ b′ = 1.
b
: = ′
bd

Définition 4.2 PPCM. L’ensemble des multiples communs de deux entiers relatifs a et
b est l’ensemble des multiples d’un seul entier naturel appelé PPCM de a et b que l’on
note a ∨ b :
aZ ∩ bZ = (a ∨ b) Z.

✍ Soient a et b deux entiers relatifs non nuls, alors : (a∨b) × (a∧b) = |a × b|.

4.3 Nombres premiers

Définition 4.3 Un entier p > 1 est dit premier si ses seuls diviseurs positifs sont 1 et
p. 

☞ Dans la pratique, pour savoir si un entier n est premier on cherche à le diviser



par tous les entiers premiers qui sont ≤ n.
☞ Si un nombre premier divise le produit de n entiers, alors il divise l’un au
moins de ces entiers.

Théorème 4.7 Décomposition en facteurs premiers. Tout entier n > 1


est un produit de facteurs premiers. La décomposition est unique à l’ordre près.
120 CHAPITRE 4. ARITHMÉTIQUE

❏ Soit n > 1 un entier, alors on peut l’écrire comme : n = pα1 1 pα2 2 · · · pαk k où les
pi sont des nombres premiers deux à deux distincts. L’exposant du nombre
premier p dans la décomposition de l’entier n s’appelle la p-valuation de n,
on la note vp (n) .
❏ Pour a et b entiers naturels non nuls et p un nombre premier on a :

vp (a × b) = vp (a) + vp (b) ; a|b =⇒ vp (a) ≤ vp (b).

❏ Si n = pa11 × · · · × pakk et m = pb11 × · · · × pbkk , où les pi sont des nombres


premiers distincts et les ai , bi des entiers naturels, alors :

inf(a1 ,b1 ) inf(ak ,bk )


pgcd(n, m) = p1 × · · · × pk ,

et
sup(a1 ,b1 ) sup(ak ,bk )
ppcm(n, m) = p1 × · · · × pk .

Théorème 4.8 Théorème d’Euclide. L’ensemble des nombres premiers est


infini. 

4.4 Congruence

Définition 4.4 Soient n ∈ N∗ et (a, b) ∈ Z2 . On dit que a est congru à b modulo n


(et on écrit a ≡ b (mod n)) si n divise b − a.
La relation « modulo n » est une relation d’équivalence. Les classes d’équivalence
contiennent chacune un et un seul entier naturel inférieur à n. 

Proposition 4.1 Compatibilité du modulo avec les lois classiques


Soient n ∈ N∗ et (a, b, c, d) ∈ (Z∗ )4 . Alors, on a :
8 8
< a ≡ b (mod n) < a+c ≡ b + d (mod n)
=⇒
: :
c ≡ d (mod n) a×c ≡ b × d (mod n)

Théorème 4.9 Petit théorème de Fermat


Soit p ≥ 2 un nombre premier, alors :

∀ a ∈ Z, ap ≡ a (mod p) et ∀ a ∈ Z, p ∤ a, ap−1 ≡ 1 (mod p).


4.5. EXERCICES 121

4.5 Exercices

4.5.1 Exercices de base

Exercice 4.1 Vrai - Faux


1. Il existe des entiers naturels a, b et c tels que a|bc alors que a ∤ b et a ∤ c.
2. Il existe deux entiers naturels a et b tels que a ∤ b et b ∤ a alors que pgcd(a, b) 6= 1.
3. La relation ax + by = c implique que c = pgcd(a, b). 

1. Vrai. les entiers a = 6, b = 4 et c = 3 répondent à la question.


2. Vrai. Prendre, par exemple, a = 4 et b = 6, alors pgcd(a, b) = 2.
3. Faux. Prendre, par exemple, a = 2, b = 4, x = 0 et y = 1. Cependant, si c = 1
alors a et b sont premiers entre eux et c = pgcd(a, b).

Exercice 4.2
Montrer que tout entier naturel n ≥ 2 se décompose en produit de facteurs premiers.

On se propose de montrer, par récurrence sur n ≥ 2 , que tous les entiers de 1 à


n admettent une décomposition en facteurs premiers.
Le résultat est vrai pour n = 2 car 2 est un nombre premier.
Supposons que tous les entiers de 1 à n admettent une décomposition en facteurs
premiers et montrons qu’il en est de même pour n + 1. Si n + 1 est un nombre
premier alors c’est fini. Sinon, on peux écrire n + 1 = pq où p et q sont des entiers
naturels strictement inférieurs à n + 1. Or, par hypothèse de récurrence, ces deux
entiers entiers admettent une décomposition en facteurs premiers, et par suite il en
est de même pour n + 1. Ce qui termine le raisonnement par récurrence.

Exercice 4.3 Algorithme de Bézout


Soient a et b deux entiers naturels non nuls avec a ≥ b. On définit les suites (qn )n∈N
et (rn )n∈N par r0 = a, r1 = b et qn (resp. rn ) le quotient (resp. le reste) de la division
euclidienne de rn−2 par rn−1 .
On définit les suites (xn )n∈N et (yn )n∈N par :

x0 = y1 = 1, x1 = y0 = 0, xn = xn−2 − qn xn−1 , yn = yn−2 − qn yn−1 .

1. Montrer que, pour tout n ∈ N, on a la relation : axn + byn = rn .


2. En déduire un algorithme de calcul des coefficients de Bézout de a et b.

1. On montre ce résultat par récurrence sur n. Si n = 1 alors le résultat est vrai car
ax0 + by0 = a et ax1 + by1 = b. Supposons le résultat vrai pour n et montrons le
122 CHAPITRE 4. ARITHMÉTIQUE

pour n + 1. On a :

axn+1 + byn+1 = axn−1 + byn−1 − qn (axn + byn ) = rn−1 − qn rn = rn+1 .

En conclusion, on a montré que axn + byn = rn pour tout n ∈ N.


2. D’après le cours, on sait que le dernier reste non nul rn est le pgcd de a et b.
Donc, les coefficients xn et yn vérifient la relation :

axn + byn = pgcd(a, b).

Les coefficients de Bézout sont donc donnés par les entiers xn et yn .

Exercice 4.4 Lemme des restes chinois


1. Soient m et n deux entiers naturels non nuls premiers entre eux, et a, b deux entiers
donnés. Montrer que le système de congruence
8
< x≡a (mod m)
(S)
:
x≡b (mod n)

admet toujours au moins une solution x ∈ Z.


2. Soit x0 ∈ Z une solution particulière du système (S), déterminer toutes les solutions
de (S) en fonction de x0 .

1. Comme m et n sont premiers entre eux alors il existe, d’après le lemme de Bézout,
deux entiers u et v tels que : mu + nv = 1. Donc, il s’ensuit en particulier que :
mu ≡ 1 (mod n) et bmu ≡ b (mod n). De même on a aussi : nv ≡ 1 (mod m) et
anv ≡ a (mod m).
Comme on cherche un nombre ≡ b (mod n) (resp. ≡ a (mod m)), alors on déduit
qu’il est de la forme bmu+ny (resp. anv+mx). Finalement, le nombre x = bmu+anv
est de chacune de ces formes et vérifie le système (S).
2. Soit x0 une solution particulière de (S). Si x1 est une autre solution de (S) alors :

x0 − x1 ≡ 0 (mod m) et x0 − x1 ≡ 0 (mod n).

Donc, x0 − x1 est un multiple de m et de n, par suite il est multiple de leur ppcm


qui est égal à mn (car premiers entre eux). Réciproquement, si x0 est une solution
particulière de (S) alors x0 + kmn en est une autre (avec k ∈ Z).
En conclusion, l’ensemble des solutions est donné par : {x0 + kmn, k ∈ Z}.
4.5. EXERCICES 123

Exercice 4.5
1. Soit p un nombre premier. Montrer que la plus grande puissance de p divisant n! est
égale à :
n  
X n
.
k=1
pk

2. Par combien de zéros se termine l’écriture, en base 10, du nombre 100! 

1. Soit en la plus grande puissance de p divisant n!. Si k est un entier tel que pk |n+ 1
et pk+1 ∤ n + 1 alors en+1 =œen Ÿ+ k.œ LeŸnombre d’entiers plus petits que n, multiples
n n
de p et pas de p2 est égal à − 2 . Plus généralement, le nombre d’entiers plus
p p œ Ÿ œ Ÿ
n n
petits que n, multiples de p et pas de p
k k+1
est égal à k − k+1 , et est nul pour
p p
p > n. En conclusion, on a :
n ‚œ Ÿ œ ŸŒ n œ Ÿ
X n n X n
en = k× k
− k+1 = .
k=1 p p k=1 pk

2. Le nombre de zéros par lequel se termine un entier donné n est égal à la plus
grande puissance de 10 divisant n. Si n = 100! = 2u × 5v × w avec w entier premier
avec 2 et 5, alors le nombre de zéros terminant n est égal au plus petit des deux
entiers u et v. D’après la première question, il est évident que u > v. On trouve que
š  š 
u = 1005
+ 100
25
= 24, et ainsi le nombre 100 ! se termine par 24 zéros.

Exercice 4.6 Nombre de diviseurs d’un entier


Soient n un entier naturel non nul et d(n) le nombre de ses diviseurs.
1. Montrer que si n et m sont deux entiers premiers entre eux alors : d(mn) = d(m)d(n).
2. Montrer que si p est un nombre premier et k ∈ N∗ alors d(pk ) = k + 1.
3. Déterminer d(n) en fonction de la décomposition en facteurs premiers de l’entier n.

1. Soit Dn l’ensemble des diviseurs de l’entier n et d(n) son cardinal. Montrons que si
m et n sont deux entiers premiers entre eux alors l’application ϕ : Dm ×Dn −→ Dmn
définie par ϕ(p, q) = pq est bijective, ce qui donne le résultat demandé.
L’application ϕ est bien définie car le produit d’un diviseur de m par un diviseur
de n est un diviseur de mn. De plus, soit d un diviseur de mn, on peut factoriser d
comme le produit d’un diviseur de m par un diviseur de n (car d se factorise comme
le produit d’un nombre premier avec m par un nombre premier avec n). Dans ce
cas, la factorisation est unique, ce qui montre que ϕ est bijective.
2. L’ensemble des diviseurs de l’entier pk est donné par {1, p, p2, · · · , pk−1 , pk }, son
cardinal est égal à k + 1. D’où d(pk ) = k + 1.
3. Soit n un entier naturel non nul, alors n se décompose en produit de facteurs
premiers comme suit : n = pk11 pk22 · · · pkmm . D’après les questions précédentes on déduit
124 CHAPITRE 4. ARITHMÉTIQUE

que :
d(n) = (k1 + 1) × (k2 + 1) × · · · × (km + 1).

Exercice 4.7 Fonction indicatrice d’Euler


On appelle fonction indicatrice d’Euler ϕ l’application qui à n ∈ N∗ associe le nombre
d’entiers dans J1, nK et qui sont premiers avec n.
1. Montrer que si m et n sont deux entiers premiers entre eux alors : ϕ(mn) = ϕ(m)ϕ(n).
2. Montrer que si p est un nombre premier et k ∈ N∗ alors ϕ(pk ) = (p − 1)pk−1 .
3. Déterminer ϕ(n) en fonction de la décomposition en facteurs premiers de l’entier n.
4. Montrer que
X
ϕ(k) = n.
k|n

1. Soient a ∈ J1, mnK et q, r désignent respectivement le quotient et le reste de la


division euclidienne de a par m, alors on a la relation a = mq + r avec 0 ≤ r < m.
Lorsque a parcourt l’ensemble {1, 2, · · · , mn} alors le couple (q, r) parcourt tous les
couples (x, y) avec 0 ≤ x < n et 0 ≤ y < m.
Supposons a premier avec mn (ce qui est équivalent au fait que a est premier avec
m et avec n), alors r est premier avec m (car sinon a et m auraient un facteur
commun). Par suite, r ne peut prendre que ϕ(m) valeurs. De plus, r étant fixé, la
suite des entiers mq + r avec q ∈ J0, n − 1K ne possède que des restes différents
modulo n, par conséquent il n’y a que ϕ(n) valeurs possibles pour q si a est premier
avec n. En conclusion, il y a ϕ(n)ϕ(m) choix possible pour le couple (q, r) pour que
a soit premier avec mn, et ainsi ϕ(mn) = ϕ(m)ϕ(n).
2. Si p est un nombre premier et k ∈ N∗ , alors le nombre d’entiers inférieurs à pk et
non premier avec lui sont exactement les multiples de p inférieurs à lui-même, il y
en a exactement pk−1 . Par conséquent :

ϕ(pk ) = pk − pk−1 = (p − 1)pk−1 .

3. Soit n un entier naturel non nul, alors n se décompose en produit de facteurs


premiers comme suit : n = pk11 pk22 · · · pkmm . D’après les questions précédentes on déduit
que :
‚ Œ ‚ Œ ‚ Œ
1 1 1
ϕ(n) = ϕ(pk11 ) × ϕ(pk22 ) × · · · × ϕ(pkmm ) =n 1− × 1− ×···× 1 − .
p1 p2 pm

4. On fait un raisonnement par récurrence. Pour n = 1 le résultat est vrai. Soit


n = pa q avec p un nombre premier et q est premiers avec q (q peut être égal à 1).
Supposons que le résultat est vrai pour q. Tout nombre k qui divise n est de la forme
4.5. EXERCICES 125

pj m avec j ∈ J0, aK et m | q. Donc, on peut écrire :


a X
X € Š a X
X a X
X
ϕ pj m = ϕ(pj )ϕ(m) = φ(m)
j=0 m | q j=0 m | q j=0 m | q
„ Ž
a
X
= 1+ pj−1(p − 1) q = pa q = n.
j=1

Donc, on a montré par récurrence que :


X
ϕ(k) = n.
k|n

Exercice 4.8
Déterminer l’ensemble des couples d’entiers naturels (a, b), avec a ≤ b tels que :
pgcd(a, b) = 153 et ppcm(a, b) = 546975. 

Si (a, b) est une solution, alors il existe deux entiers premiers entre eux u et v
tels que a = 153u et b = 153v. Par suite, ppcm(a, b) = 153uv = 546975, c’est-à-
dire uv = 3575. On doit donc trouver l’ensemble des couples (u, v) d’entiers relatifs
premiers entre eux tels que u ≤ v et uv = 3575. Comme on a 3575 = 52 × 11 × 13
(décomposition en produit de nombres premiers), alors on a les solutions :
 ©
(u, v) ∈ (1, 3575); (52 , 11 × 13); (11, 52 × 13); (13, 52 × 11) .

Enfin, l’ensemble des couples (a, b) est donné par :

{(153, 546975); (3825, 21879); (1683, 49725); (1989, 42075)}.

Exercice 4.9
Soit n un entier naturel non nul. Montrer que

ppcm(1, 2, · · · , 2n) = ppcm(n + 1, n + 2, · · · , 2n).

Notons A (respectivement B) l’ensemble des multiples communs à 1, 2, · · · , 2n


(respectivement n + 1, n + 2, . . . , 2n). Il est clair que A ⊂ B. Montrons maintenant
que B ⊂ A, ce qui terminera la démonstration.
Soit m ∈ J1, nK, montrons que m admet un multiple dans Jn + 1, 2nK. Par division
euclidienne de 2n par m, il existe q ∈ Z et 0 ≤ r < m tels que : 2n = mq + r.
126 CHAPITRE 4. ARITHMÉTIQUE

En particulier, 0 ≤ r < n, donc n < 2n − r ≤ 2n, d’où mq ∈ Jn + 1, 2nK. En


particulier, si x ∈ B, alors mq | x, donc m | x. D’où, x ∈ A (car ceci est vrai pour
tout m ∈ J1, nK). En conclusion, on a A = B et donc l’égalité des deux ppcm en
question.

Exercice 4.10
Valuation p-adique
Soient n un entier naturel non nul et P l’ensemble des nombres premiers. Pour p ∈ P
on appelle valuation p-adique de n l’entier vp (n) défini par :
 ©
vp (n) = max k ∈ N : pk | n .

On désigne par a et b des entiers naturels.


1. Montrer que :
vp (ab) = vp (a) + vp (b).

2. Montrer que la décomposition de n en facteurs premiers s’écrit :


Y
n = pvp (n) .
p∈P

(En fait, il s’agit d’un faux produit infini).


3. Montrer que :

a|b ⇐⇒ vp (a) ≤ vp (b), ∀ p ∈ P.

4. En déduire que
Y Y
pgcd(a, b) = pmin(vp (a),vp (b)) et ppcm(a, b) = pmax(vp (a),vp (b)) .
p∈P p∈P

1. Soit p ∈ P, alors si vp (a) = k (resp. vp (b) = l) alors pk |a et pk+1 ∤ a (resp. pl |b


et pl+1 ∤ b). Donc, il existe a′ ∈ N (resp. b′ ∈ N) tel que a = pk a′ (resp. b = pl b′ ).
Comme p est premier et ne divise ni a′ ni b′ alors par l’égalité ab = pk+l a′ b′ on déduit
que vp (ab) = k + l = vp (a) + vp (b).
2. D’après le théorème fondamental de l’arithmétique, il existe p1 < p2 < · · · < pk
des nombres premiers et des entiers naturels non nuls a1 , · · · , ak tels que :

n = pa11 × pa22 × · · · × pakk .

D’après la question précédente, on voit que :

vp1 (n) = vp1 (pa11 ) + vp1 (pa22 × · · · × pakk ) = a1 .


4.5. EXERCICES 127
Y
De même, pour tout i ∈ J1, kK, on a vpi (n) = ai . Par suite, n = pvp (n) .
p∈P
3.
(=⇒) Puisque a|b alors il existe c ∈ N∗ tel que b = ac. D’où, pour tout p ∈ P on a :

vp (b) = vp (ac) = vp (a) + vp (c) ≥ vp (a).


Y
(⇐=) Le nombre c = pvp (b)−vp (a) est un entier et on a : b = ac, par suite a|b.
p∈P
4. L’entier d divise a et b si pour tout p ∈ P on a : vp (d) ≤ min(vp (a), vp (b)). Par
suite :
Y
pgcd(a, b) = pmin(vp (a),vp (b)) .
p∈P
Y
Comme ab = pgcd(a, b) × ppcm(a, b) alors : ppcm(a, b) = pmax(vp (a),vp (b)) .
p∈P

Exercice 4.11
Soient a, b et c des entiers naturels. Montrer que

(a ∧ b) ∧ c = a ∧ (b ∧ c) .

En effet, on a

[(a ∧ b) ∧ c] Z = (a ∧ b)Z + cZ = [aZ + bZ] + cZ = aZ + bZ + cZ


= aZ + [bZ + cZ] = aZ + (b ∧ c)Z = [a ∧ (b ∧ c)] Z.

Exercice 4.12
Soit n un entier naturel. Montrer que :


n ∈ Q ⇐⇒ n est un carré parfait.


L’implication (⇐=) est évidente, supposons donc que n ∈ Q et montrons que
n est un carré parfait.
√ p
Si n = avec p, q deux entiers naturels premiers entre eux, alors p2 = nq 2 , par
q
suite n | p2 . D’autre part, p2 | nq 2 et comme p2 ∧ q 2 = 1 alors par le théorème de
Gauss on déduit que p2 | n. En conclusion, on vient de voir que n|p2 et p2 |n, par
conséquent n = p2 et c’est donc un carré parfait.
128 CHAPITRE 4. ARITHMÉTIQUE

Exercice 4.13
Soit n ≥ 2 un entier naturel. Montrer que si l’entier n n’est divisible par aucun nombre

premier p tel que 2 ≤ p ≤ n, alors n est premier. 

On fait un raisonnement par contraposée. Supposons que n n’est pas premier et



montrons qu’il est divisible par un nombre premier p ≤ n.
L’entier n n’est pas premier, alors soit p le plus petit diviseur premier de n avec
1 < p < n. D’où, il existe q ∈ J2, n − 1K tel que n = pq avec p ≤ q (car p est le plus
petit diviseur de n autre que 1). Par conséquent,

p2 ≤ pq = n c’est-à-dire p ≤ n.

Exercice 4.14
Nombres de Fermat
Pour tout n ∈ N on définit le n-ième nombre de Fermat par :

n
Fn = 22 + 1.

Montrer que tous les nombres Fn , avec n ≥ 2, se terminent par le chiffre 7. 

Un calcul des premiers termes de la suite de Fibonacci donne :

F2 = 17, F3 = 257, F4 = 65537, F5 = 4294967297.

Montrons, par récurrence sur n ≥ 2, que Fn se termine toujours par le chiffre 7.


Supposons que Fn = 10k + 7 et montrons qu’il en de même pour Fn+1 . On a

n+1 n ×2 € n Š2
Fn+1 = 22 + 1 = 22 + 1 = 22 +1
= (Fn − 1)2 + 1 = (10k + 7 − 1)2 + 1 = 10 × (10k 2 + 12k + 3) + 7.

Donc, les nombres de Fermat Fn , avec n ≥ 2, se terminent par le chiffre 7.

Exercice 4.15
Trouver tous les couples (x, y) ∈ N2 tels que :

x ∧ y + x∨y = x + y.

On pose d = x ∧ y, alors si d = 0 on déduit que x = y = 0. Si d 6= 0, alors on


peut écrire x = dx′ et y = dy ′ avec x′ ∧ y ′ = 1. Par suite, l’équation de l’exercice
4.5. EXERCICES 129

devient :

1 + x′ y ′ = x′ + y ′ c-à-d (x′ − 1)(y ′ − 1) = 0.

Par conséquent, x = d ou y = d. On déduit que x | y ou y | x.


Réciproquement, si x et y sont entiers tels que x | y ou y | x, alors

x∧y + x∨y = x + y.

En conclusion, l’ensemble des solutions est {(x, y) ∈ N2 : x | y ou y | x}.

Exercice 4.16
1. Montrer que pour tout n ∈ N, il existe un unique couple (xn , yn ) ∈ Z2 tel que :
€ √ Šn √
1+ 2 = xn + y n 2.

2. Montrer que : xn ∧ yn = 1. 

1. On montre ce résultat par récurrence sur n ∈ N.


√ √
Pour n = 0 on a bien : (1 + 2)0 = 1 + 0 2. Supposons le résultat vrai jusqu’au
rang n et montrons le au rang n + 1. On a :
√ √ √ √ √ √
(1+ 2)n+1 = (1+ 2)n ×(1+ 2) = (xn +yn 2)×(1+ 2) = (xn +2yn )+(xn +yn ) 2.
√ √
En posant xn+1 = xn + 2yn et yn+1 = xn + yn , alors (1 + 2)n+1 = xn+1 + yn+1 2.
Montrons, à présent, l’unicité du couple (xn , yn ). Si, par l’absurde, il existe un autre
√ √
couple (x′n , yn′ ) ∈ Z2 tel que (1 + 2)n = x′n + yn′ 2. Alors, par soustraction, on
déduit que
√ xn − x′n
2 = ∈ Q,
yn − yn′
absurde. 2. On montre ce résultat par récurrence sur n ∈ N. Le résultat est claire-
ment vrai pour n = 0, on suppose alors que xn ∧ yn = 1 et on se propose de montrer
que xn+1 ∧ yn+1 = 1. Comme xn + 2yn = (xn + yn ) + yn et xn + yn = 1 × yn + xn ,
alors :

xn+1 ∧ yn+1 = (xn + 2yn ) ∧ (xn + yn ) = (xn + yn ) ∧ yn = xn ∧ yn = 1.

En conclusion, xn et yn sont premiers entre eux.


130 CHAPITRE 4. ARITHMÉTIQUE

4.5.2 Exercices d’assimilation

Exercice 4.17 K
Trouver les entiers naturels non nuls solutions de l’équation

3x + 4y = 5z .

Indication : travailler modulo 3 et modulo 4. 

En considérant l’équation moduo 4 et modulo 3 on trouve respectivement :

3x ≡ 1 (mod 4) et 5z ≡ 1 (mod 3).

Par suite x et z sont pairs : disons x = 2x1 et z = 2z1 avec (x1 , z1 ) ∈ N∗2 . L’équation
devient alors :
4y = (5z1 + 3x1 ) × (5z1 − 3x1 ) .

Donc

5 z 1 + 3x 1 = 2s et 5z1 − 3x1 = 2t avec s > t et s + t = 2y.

Par suite
€ Š € Š
5z1 = 2t−1 2s−t + 1 et 3x1 = 2t−1 2s−t − 1 .

Comme 5z1 et 3x1 sont impairs, alors on déduit que t = 1. Donc

3 x 1 = 2u − 1 avec u = s − t.

En considérant cette dernière équation modulo 3 on déduit que u est un entier pair,
disons u = 2u1 avec u1 ∈ N∗ . Donc

2 u 1 + 1 = 3a et 2 u 2 − 1 = 3b

avec (a, b) ∈ N∗2 . Par conséquent, on déduit que : 3a − 3b = 2. Ainsi, a = 1 et b = 0.


Par suite u1 = 1, u = 2 et (x, y, z) = (2, 2, 2). En conclusion, l’unique solution
entière de l’équation 3x + 4y = 5z est (2, 2, 2).

Exercice 4.18 K
7
1. Quel est le chiffre des unités de 77 .
2. Montrer que si p ≥ 5 est un nombre premier alors 24 | p2 − 1.
4.5. EXERCICES 131

1. On a 72 = 49 ≡ −1 (mod 10), et donc 74 ≡ 1 (mod 10). Trouvons maintenant le


reste de la division de l’exposant 77 par 4. On a 7 ≡ −1 (mod 4) et donc 77 ≡ −1 ≡ 3
7
(mod 4). Ainsi, on a 77 = 74k+3 ≡ 73 (mod 10) ≡ −7 (mod 10) ≡ 3 (mod 10). En
7
conclusion, le dernier chiffre de 77 est 3.
2. p est un premier impair, donc p − 1 et p + 1 sont deux nombres pairs. De plus :

p − 1 ≡ 0 (mod 4) ou bien p+1≡0 (mod 4)

car p − 1 et p + 1 sont deux nombres pairs qui se suivent (ils différent de 2). Donc
p2 − 1 = (p − 1)(p + 1) ≡ 0 (mod 8). D’autre part, comme p ≥ 5 est premier alors
p 6≡ 0 (mod 3). Donc on a :

p − 1 ≡ 0 (mod 3) ou bien p + 1 ≡ 0 (mod 3).

Donc p2 − 1 = (p − 1)(p + 1) ≡ 0 (mod 3). En conclusion, on a p2 − 1 ≡ 0 (mod 24).

Exercice 4.19 K
1. Montrer que si 2a + 1 est un nombre premier alors a est une puissance de 2.
2. Montrer que si 2a − 1 est un nombre premier alors a est un nombre premier. 

1. On montre la contraposée : si a = n2p avec n > 1 impair alors il existe un diviseur


non trivial de 2a + 1.
On a :

p p p p
22 ≡ −1 (mod 22 + 1) =⇒ 2n2 ≡ (−1)n ≡ −1 (mod 22 + 1)
p
=⇒ 2a + 1 ≡ 0 (mod 22 + 1)

donc 2a + 1 n’est pas premier.


5
Remarque : la réciproque de ce résultat est fausse car 22 + 1 = 4294967297 =
641 × 6700417 n’est pas premier.
2. Supposons que a n’est pas un nombre premier alors a = nm avec n, m des entiers
naturels > 1. Par suite :

2a − 1 = 2nm − 1 = (2n )m − 1
€ Š
= (2n − 1) (2n )m−1 + (2n )m−2 + · · · + 2n + 1 ,

et par suite 2a − 1 n’est pas un nombre premier.


132 CHAPITRE 4. ARITHMÉTIQUE

Exercice 4.20 K
Quel est le chiffre des unités de 10041005 ? 

On a 10041005 ≡ 41005 (mod 10). Or

4 ≡ 4 (mod 10), 42 ≡ 6 (mod 10), · · · , 42n ≡ 6 (mod 10), 42n+1 ≡ 4 (mod 10).

On montre ce résultat par récurrence sur n ∈ N∗ . C’est vrai pour n = 1, supposons


donc le résultat vrai jusqu’au rang n et montrons le au rang n + 1 :

42n+1 ≡ 4 (mod 10) =⇒ 42n+2 ≡ 16 ≡ 6 (mod 10),


42n+2 ≡ 6 (mod 10) =⇒ 42n+3 ≡ 24 ≡ 4 (mod 10).

Donc, 42n ≡ 6 (mod 10) et 42n+1 ≡ 4 (mod 10) pour tout n ∈ N∗ . Or, 1005 est un
nombre impair, donc 10041005 ≡ 41005 ≡ 4 (mod 10).

Exercice 4.21 K
Résoudre dans Z2 l’équation ax + by = c où (a, b, c) ∈ Z3 .
Application : résoudre l’équation : 5x + 13y = 6. 

Si d = pgcd(a, b) alors a = da′ et b = db′ avec pgcd(a′ , b′ ) = 1. L’équation


devient alors d(a′ x + b′ x) = c, par conséquent si c 6≡ 0 (mod d) alors on n’a pas de
solutions. Supposons maintenant que d|c, alors si (x0 , y0 ) est une solution particulière
on obtient :
a′ (x − x0 ) = −b′ (y − y0 )

et donc, comme pgcd(a′ , b′ ) = 1, on a par le théorème de Gauss a′ | (y − y0 ) et


b′ | (x − x0 ), c’est-à-dire que

x = x0 + kb′ , y = y0 − ka′ avec k ∈ Z.

Réciproquement, il est facile de vérifier que si (x0 , y0 ) est une solution alors (x0 +
kb′ , y0 − ka′ ) est aussi une solution pour tout k ∈ Z. Finalement, l’ensemble des
solutions est : S = {(x0 + kb′ , y0 − ka′ ), k ∈ Z}.
On a pgcd(5, 13) = 1 donc l’équation admet bien des solutions. Cherchons, par
l’algorithme d’Euclide, une solution particulière de 5x + 13y = 6. On a :

13 = 2 × 5 + 3, 5 = 3 × 1 + 2, 3 = 2 × 1 + 1, 2 = 2 × 1 + 0.
4.5. EXERCICES 133

D’où :

3 = 13 − 2 × 5 =⇒ 2 = 5 − 13 + 2 × 5 =⇒ 1 = 13 − 2 × 5 − 3 × 5 + 13 = 2 × 13 − 5 × 5.

Une solution particulière est donc (−30, 12), et par suite l’ensemble des solutions
est S := {(−30 + 13k, 12 − 5k), k ∈ Z}.

Exercice 4.22 K
Soit n ∈ N∗ quelconque. Montrer qu’il existe n entiers consécutifs non premiers. 

Pour i ∈ J2, n + 1K, on prend les n entiers consécutifs :

xi = i + (n + 1)!.

Les xi ne sont pas premiers car chacun est divisible par i.

Exercice 4.23 K
Infinité des nombres premiers
1ère méthode :
Montrer, par l’absurde, que l’ensemble P des nombres premiers est infini.
2ème méthode :
Soient m et n deux entiers naturels distincts. Montrer que les nombres premiers

m n
Fm = 22 + 1 et Fn = 22 + 1

sont premiers entre eux.


En déduire que l’ensemble P des nombres premiers est infini.
3ème méthode :
Soit A ⊂ Z. On dit que A est périodique si sa fonction indicatrice définie par
8
< 1 si x ∈ A,
1A (x) =
:
0 si x ∈
/ A,

est périodique.
(i) Montrer que si S et T sont deux ensembles périodiques de périodes respectives s et
t, alors S ∪ T est périodique de période divisant ppcm(s, t).
(ii) Montrer que si S est périodique, alors Z \ S est périodique.
(iii) En considérant l’ensemble Sp = {n × p : n ∈ Z}, où p est un nombre premier,
montrer que P est infini. 

1. Supposons, par l’absurde, que P est fini. Soit alors N son plus grand élément, et
posons M := N! + 1. Soit p un nombre premier divisant N, alors p ≤ N et on a
134 CHAPITRE 4. ARITHMÉTIQUE

p | (M − N!) = 1, d’où p | 1, contradiction.


2. Supposons, sans perte de généralité, que m > n. Alors m = n + k (k ∈ N∗ ), et
€ n Š2k k
Fm = 22 + 1 = (Fn − 1)2 + 1 ≡ 2 (mod Fn )

Donc, Fm = 2 + uFn (u ∈ N), i.e., pgcd(Fm , Fn ) | 2, et comme Fm et Fn sont impairs,


alors pgcd(Fm , Fn ) = 1.
Soit P l’ensemble des nombres premiers. Pour n ∈ N, soit pn le plus petit nombre
n
premier divisant 22 + 1, alors l’application

N −→ P, n 7−→ pn

est injective d’après ce qui précède. D’où, P est infini car il contient un ensemble
équipotent à N.
3.
(i) vérification immédiate.
(ii) vérification immédiate.
(iii) Chaque ensemble Sp est périodique. Soit
[
S := Sp .
p∈P

Si P était fini, alors S serait périodique, et par suite Z \ S l’aurait été aussi. Or
Z \ S = {−1, +1} qui est fini et non périodique. Donc, P est infini.

Exercice 4.24 K
1. Soit p ≥ 2 un nombre entier. Montrer que
‚ Œ

p
p est premier ⇐⇒ p pour tout k ∈ J1, p − 1K.
k

2. En déduire une démonstration du théorème de Fermat : pour tout entier premier p


on a
np ≡ n (mod p) ∀n ∈ Z.

3. Montrer que
n561 ≡ n (mod 561) ∀n ∈ Z

et en déduire que la réciproque du théorème de Fermat est fausse. 

1. Soient p un nombre premier, et k ∈ J1, p − 1K un entier fixé, alors on a


! !
p p−1
k =p .
k k−1
4.5. EXERCICES 135
€ Š
p
D’où, p | k k
, or p et k sont premiers entre eux car p est premier et k ∈ J1, p − 1K,
€ Š
donc par le théorème de Gauss on a p | kp . Réciproquement, on va raisonner par
contraposition, supposons que p ≥ 2 n’est pas premier. Soit q un diviseur premier
de p, alors on a la relation
!
p
q! × = p(p − 1) · · · (p − q + 1).
q

Si r est l’exposant de q dans la décomposition en facteurs premiers de p, l’entier


q étant premier avec chaque terme du membre de droite de l’expression ci-dessus
à l’exception de p, alors r est l’exposant de q dans la décomposition en facteurs
premiers de p(p − 1) · · · (p − q + 1). De même, cet exposant vaut 1 dans la décom-
€ Š € Š
position en facteurs premiers de q!. Ainsi, si p | pq alors q r+1 | q! × pq , impossible.
€ Š
Donc, p ∤ pq , et on a le résultat le résultat voulu par contraposition.
2. Si n = 0 le résultat est clairement vrai. Supposons donc le résultat vrai au rang
n ∈ N et montrons le au rang n + 1. On a
!
p−1
p p
X p k
(n + 1) = n + n + 1 ≡ np + 1 (mod p) (d’après la question 1.),
k=1 k
≡n+1 (mod p) (par hypothèse de récurrence).

3. On a 561 = 3 × 11 × 17. Soit n ∈ Z, alors on a grâce au théorème de Fermat :

k k−1
n3 ≡ n3 ≡ · · · ≡ n3 ≡ n (mod 3) ∀k ∈ N.

Par suite,

2 +2×33 +2×35
n561 ≡ n3+2×3 ≡ n × n2 × n2 × n2 ≡ n (mod 3),
2
n561 ≡ n7×11+4×11 ≡ n7 × n4 ≡ n (mod 11),
16×17+172
n561 ≡ n ≡ n16 × n ≡ n (mod 17).

D’où, n561 − n est divisible par 3, 11 et 17, et comme ces entiers sont deux à deux
premiers entre eux alors
561 | n561 − n,

et par conséquent la réciproque du théorème de Fermat est fausse.


136 CHAPITRE 4. ARITHMÉTIQUE

Exercice 4.25 K
Théorème de Fermat pour n = 2
On se propose de résoudre l’équation diophantienne

x2 + y 2 = z2 (1)

avec x > 0, y > 0, z > 0 et pgcd(x, y) = 1.


Soit (x, y, z) un triplet solution de l’équation (1).
1. Montrer que x et y sont de parités différentes et que z est impair.
2. On suppose que x est pair, montrer alors qu’il existe (a, b) ∈ N∗2 avec pgcd(a, b) = 1
tels que
y+z z−y
a2 = , b2 = .
2 2
3. Montrer que
x = 2ab, y = a2 − b2 , z = a2 + b2 ,

et que a et b sont de parités différentes.


4. Vérifier que si (a, b) ∈ N∗2 sont premiers entre eux, alors le triplet (2ab, a2 −b2 , a2 +b2 )
est solution de l’équation (1).
Théorème de Fermat pour n = 4
On se propose de résoudre l’équation diophantienne x4 + y 4 = z 4 . On considère pour
cela l’équation
x4 + y 4 = t2 (2)

avec x > 0, y > 0, t > 0.


Soit (x, y, t) un triplet solution de (2).
€ Š
x y t
1. Montrer que si pgcd(x, y) = d 6= 1, alors d2 | t et le triplet d , d , d2 est aussi solution
de (2).
2. Montrer que si pgcd(x, y) = 1 alors x et y sont de parités différentes.
3. On suppose que pgcd(x, y) = 1 et que x est pair. Montrer que :
(i) il existe (a, b) ∈ N2 tels que pgcd(a, b) = 1 et x2 = 2ab, y 2 = a2 − b2 et t = a2 + b2 .
Montrer aussi que a est impair et b = 2c.
(ii) a et c sont des carrés et il existe des entiers m et n tels que : b = 2mn, a = m2 + n2 .
m = r 2 , n = s2 et r 4 + s4 = d2 avec d < t.
4. En déduire que l’équation x4 + y 4 = t2 n’a pas de solutions entières, et qu’il en est
de même pour l’équation x4 + y 4 = z 4 . 

Théorème de Fermat pour n = 2


1. On distingue deux cas :
⋆ x et y sont tous les deux pairs :
ce cas est impossible car alors on n’aurait pas pgcd(x, y) = 1.
⋆ x et y sont tous les deux impairs :
4.5. EXERCICES 137

on a dans ce cas x2 ≡ 1 (mod 4) et y 2 ≡ 1 (mod 4), et par suite z 2 = x2 + y 2 ≡ 2


(mod 4), mais ceci est impossible car les carrés modulo 4 ne peuvent être que 0
(dans le cas pair) et 1 (dans le cas impair). Par conséquent, x et y sont de parités
différentes et ainsi z 2 = x2 + y 2 est impair (comme somme d’un nombre pair et d’un
nombre impair).
2. On a x pair et y, z sont impairs. Si un entier d divise y et z, alors il divise x aussi,
€ Š
mais comme x et y sont premiers entre eux alors d = 1. D’où, pgcd z+y
2
, z−y
2
= 1 car
tout diviseur commun à ses deux nombres divise leur somme (= z) et leur différence
(= y). On a
  
x ‹2  z + y ‹ z−y
x2 + y 2 = z 2 =⇒ x2 = z 2 − y 2 =⇒ = × .
2 2 2
z+y z−y
Comme 2
et 2
sont premiers entre eux et que leur produit est un carré, alors il
existe deux entiers a > 0, b > 0 tels que

z+y z−y
= a2 , = b2 avec pgcd(a, b) = 1.
2 2
€ Š
x 2
3. On a 2
= a2 b2 , donc x = 2ab (x étant entier positif). D’autre part, on a :

z+y z−y z+y z−y


y= − = a2 − b2 , z= + = a2 + b2 .
2 2 2 2

L’entier z est impair, donc a2 + b2 est impair, i.e., a + b est impair, et ainsi a et b
sont de parités différentes.
4. On a clairement (2ab)2 +(a2 −b2 )2 = (a2 +b2 )2 . Si pgcd(a, b) = 1, alors pgcd(x, y) =
1 et donc a et b sont de parités différentes.
Théorème de Fermat pour n = 4
1. Si d = pgcd(x, y), alors x = dx′ , y = dy ′ avec pgcd(x′ , y ′) = 1, et on a alors

d4 x′4 + d4 y ′4 = t2 =⇒ d4 |t2 et d2 | t.

D’où, t = d2 t′ et x′4 + y ′4 = t′2 . Donc, (x′ , y ′, t′ ) est aussi solution de (2) avec t′ < t
sauf si d = 1 car à ce moment là t′ = t.
2. Comme x et y sont premiers entre eux, ils ne peuvent donc être tous les deux
pairs. Si maintenant x et y sont tous les deux impairs, alors x4 + y 4 = t2 ≡ 1 + 1 = 2
(mod 4) ce qui n’est pas possible. Donc, x et y sont de parités différentes.
3. On a x est un entier pair et pgcd(x, y) = 1.
(i) D’après la première partie, il existe deux entiers a et b de parités opposées et
138 CHAPITRE 4. ARITHMÉTIQUE

premiers entre eux tels que :

x2 = 2ab, y 2 = a2 − b2 , t = a2 + b2 .

Si a est pair, b est impair et y 2 ≡ −1 = 3 (mod 4), ce qui est impossible. Donc, a
est impair et b est pair, i.e., b := 2c. De plus, comme pgcd(a, b) = 1 et a est impair,
alors pgcd(a, c) = 1.
(ii) D’après la question ci-dessus, on a :

x ‹2
= ac avec pgcd(a, c) = 1.
2

D’où, a et c sont des carrés, c’est-à-dire :


a := d2 et c := f 2 avec d > 0, f > 0, pgcd(d, f ) = 1 et d impair car a l’est aussi. On
a alors :
y 2 = a2 − b2 = d4 − 4f 4 =⇒ (2f 2 )2 + y 2 = (d2 )2 .

Donc, d’après la première partie :

(2f 2 )2 = 2lm, d2 = l2 + m2 , avec l > 0, m > 0, pgcd(l, m) = 1.

Puisque f 2 = lm et pgcd(l, m) = 1, alors l = r 2 et m = s2 , par suite r 4 + s4 = d2 .


4. Dans la question (3) on a trouvé un triplet (r, s, d) solution de l’équation (2) avec
en plus d ≤ d2 = a ≤ a2 < a2 + b2 = t. D’où, pour tout triplet (x1 , y1, t1 ) solution
de (2) il existe un autre triplet (r, s, d) = (x2 , y2 , t2 ) solution de (2) avec t2 < t1 .
On construit ainsi une suite de triplets solutions de (2) (xn , yn , tn ) avec tn < tn−1
pour tout n ≥ 2. Mais, une suite infinie d’entiers naturels strictement décroissante
n’existe pas, par suite l’équation (2) n’a pas de solutions entières.
Maintenant, si l’équation x4 + y 4 = z 4 possèdait une solution entière (x, y, z) alors
(x, y, z 2 ) serait solution de l’équation (2), absurde. Donc, l’équation diophantienne
x4 + y 4 = z 4 n’admet pas de solutions entières.

Exercice 4.26 K
Soient a et r deux entiers naturels ≥ 2. Montrer que :

ar − 1 premier =⇒ r premier et a = 2.

On a forcément a = 2 car sinon l’égalité

ar − 1 = (a − 1)(ar−1 + ar−2 + · · · + a + 1)

montre que ar − 1 n’est pas premier.


4.5. EXERCICES 139

Supposons, par l’absurde, que r n’est pas premier. Alors r = st avec s et t deux
entiers naturels ≥ 2. Alors l’égalité

ar − 1 = ast − 1 = (as )t − 1 = (as − 1)(as(t−1) + · · · + a + 1)

montre que ar − 1 n’est pas un nombre premier.

4.5.3 Exercices d’entraînement

Exercice 4.27 KK
Soient 0 < a0 < a1 < · · · < an des entiers naturels. Montrer que

1 1 1 1
+ + ··· + ≤ 1− .
ppcm(a0 , a1 ) ppcm(a1 , a2 ) ppcm(an−1 , an ) 2n

On montre ce résultat par récurrence sur n. Pour n = 1 le résultat est clair.


Supposons que le résultat est vrai jusqu’au rang n et considérons maintenant les
entiers a0 < a1 < · · · < an < an+1 , alors on distingue deux cas :
⋄ Si an+1 ≥ 2n+1 : alors ppcm(an , an+1 ) ≥ 2n+1 et par hypothèse de récurrence

1 1 1 1 1 1
+· · ·+ + ≤ 1 − n + n+1 = 1 − n+1 .
ppcm(a0 , a1 ) ppcm(an−1 , an ) ppcm(an , an+1 ) 2 2 2

⋄ Si an+1 < 2n+1 : alors on sait que ppcm(a, b) × pgcd(a, b) = a × b. La différence de


a et b est divisible par pgcd(a, b), donc si a > b alors pgcd(a, b) ≤ a − b et par suite
pour tout k ∈ J0, nK on a :

1 pgcd(ak , ak+1 ) ak+1 − ak 1 1


= ≤ = − .
ppcm(ak , ak+1 ) ak ak+1 ak ak+1 ak ak+1

Par conséquent, on a :
‚ Œ
n
X 1 n
X 1 1 1 1
≤ − = − .
k=0 pgcd(ak , ak+1 ) k=0 ak ak+1 a0 an+1

Finalement, comme 1
a0
≤ 1 et 1
an+1
> 1
2n+1
, alors il résulte que :

n
X 1 1
≤ 1− .
k=0 pgcd(ak , ak+1 ) 2n+1

La démonstration, par récurrence, est ainsi terminée.


140 CHAPITRE 4. ARITHMÉTIQUE

Exercice 4.28 KK
1. Montrer qu’il existe une infinité de nombres premiers de la forme 4k + 3.
2. Montrer qu’il existe une infinité de nombres premiers de la forme 6k + 5. 

1. Il est clair que pour tout nombre premier p 6= 2 on a p ≡ 1 (mod 4) ou p ≡ −1


(mod 4).
Supposons, par l’absurde, qu’il existe un nombre fini p1 , p2 , · · · , pn de nombres pre-
miers de la forme 4k + 3 et considérons N = 4p1 p2 · · · pn − 1. Aucun pi ne divise
N car sinon on aurait pi | − 1. Donc tout diviseur premier de N est nécessairement
≡ 1 (mod 4) car N est impair. Donc N ≡ 1 (mod 4) car le produit d’entiers ≡ 1
(mod 4) est ≡ 1 (mod 4). Mais N ≡ −1 (mod 4), contradiction. Donc, il existe une
infinité de nombres premiers de la forme 4k + 3.
2. On procède de la même façon que ci-dessus : supposons, par l’absurde, qu’il existe
un nombre fini de nombres premiers p1 , p2 , · · · , pn de la forme 6k + 5. Considérons
N = 6p1 p2 · · · pn −1. Le nombre N ne possède que des diviseurs premiers de la forme
6k + 1 dont le reste dans la division euclidienne par 6 est 1. Mais 6p1 p2 · · · pn − 1 a
pour reste 5 dans la division euclidienne par 6, contradiction.

Exercice 4.29 KK
1. Soient a, b, c trois entiers naturels non nuls. Montrer que
8
< b
a ≡ 1 (mod n),
=⇒ ab∧c ≡ 1 (mod n).
: c
a ≡1 (mod n),

2. Soit p un nombre premier tel que p ≡ 3 (mod 4).


(a) Montrer que l’équation x2 ≡ −1 (mod p) n’a pas de solutions.
(b) Montrer que : x2 + y 2 ≡ 0 (mod p) =⇒ x ≡ y ≡ 0 (mod p). 

1. Soit d = b ∧ c, alors il existe (u, v) ∈ Z2 tel que d = bu − cv, donc d = b(u + ct) −
c(v + bt) pour tout t ∈ N. Pour t suffisamment grand on a u + ct > 0, v + bt > 0, on
peut supposer u > 0, v > 0. Maintenant, on a :

ab∧c = 1v ad ≡ (ac )v · ad ≡ acv+d ≡ bbu ≡ (ab )u ≡ 1 (mod n).

2.
(a) Si x2 ≡ −1 (mod p), alors on déduit que x4 ≡ 1 (mod p). D’autre part, comme
p ≡ 3 (mod 4) alors p −1 est pair et 4 ∤ p −1, par suite (p −1) ∧4 = 2. Donc, d’après
le théorème de Fermat : xp−1 ≡ 1 (mod p), et la d’après la question précédente on
déduit que : x2 ≡ 1 (mod p). Or on a x2 ≡ −1 (mod p), donc on aurait 2 ≡ 0
(mod p), impossible puisque p ≥ 3.
4.5. EXERCICES 141

(b) Supposons que y 6≡ 0 (mod p), alors il existe z tel que yz ≡ 1 (mod p). D’où :

(xz)2 ≡ x2 z 2 ≡ −y 2 z 2 ≡ −(yz)2 ≡ −1 (mod p)

impossible d’après la question précédente. Donc, y ≡ 0 (mod p) et x2 ≡ 0 (mod p).


Finalement, on a donc x ≡ y ≡ 0 (mod p).

Exercice 4.30 KK
On note pk le k-ème nombre premier, par exemple p1 = 2; p2 = 3; p3 = 5, · · · .
1. Montrer que
p1 + p2 + · · · + pn > n2 .

2. Plus généralement, montrer que pour tout entier m ≥ 1 :

pm m m
1 + p2 + · · · + pn > nm+1 .

Indication : utiliser l’inégalité entre les moyennes arithmétique et géométrique. 

1. On a pk+1 − pk ≥ 2 et ainsi

n−1
X
pn − 2 = (pk+1 − pk ) ≥ 2(n − 1) =⇒ pn > 2n − 1
k=1
n(n + 1)
=⇒ p1 + p2 + · · · + pn > 2 −n = n2 .
2

2. D’après l’inégalité de la moyenne arithmétique-moyenne géométrique, on sait que


pour tous nombres réels positifs a1 , a2 , · · · , an on a

1 + a2 + · · · + an
am m m
a1 + a2 + · · · + an ‹m
≥ .
n n

D’où
 ‚ Œm
p1 + p2 + · · · + pn ‹m n2
pm
1 + pm
2 +···+ pm
n ≥n >n = nm+1 .
n n

Exercice 4.31 KK
Équations diophantiennes et congruence
Déterminer toutes les solutions entières des équations diophantiennes suivantes :
1.
x3 + y4 = 7.
142 CHAPITRE 4. ARITHMÉTIQUE

Indication : utiliser la congruence modulo 13.


2.
3x − 2y = 7.

Indication : utiliser la congruence modulo 8.


3.
x41 + x42 + · · · + x414 = 15999.

Indication : utiliser la congruence modulo 16. 

1. Pour tout entiers (x, y) ∈ Z2 , on a :

x3 ≡ 0, 1, 5, 8, 12 (mod 13), y 4 ≡ 0, 1, 3, 9 (mod 13),

donc, x3 + y 4 6≡ 7 (mod 13). L’équation n’a donc pas de solutions entières.


2. On a 3x ≡ 1, 3 (mod 8) selon que x est pair ou impair. Or, si y ≥ 3, alors on a
3x − 2y = 7 =⇒ 3x ≡ 7 (mod 8). Donc, y = 1 ou y = 2 et l’équation devient alors

3x = 9 ou 3x = 11.

En conclusion, l’unique solution entière de l’équation est (x, y) = (2, 1).


3. Si n est pair, n = 2k avec k ∈ Z, alors n4 = 16k 4 ≡ 0 (mod 16). Si n est impair,
alors
n4 − 1 = (n − 1)(n + 1)(n2 + 1) ≡ 0 (mod 16),

car (n − 1), (n + 1) et (n2 + 1) sont pairs et l’un des deux entiers n − 1 et n + 1


est divisible par 4. En conclusion, on a n4 ≡ 0, 1 (mod 16) selon que n est pair ou
impair.
S’il y a exactement r entiers parmi x1 , x2 , · · · , x14 qui sont impairs, alors on a

x41 + x42 + · · · + x414 ≡ r (mod 16).

Or 15999 ≡ 15 (mod 16) et comme r ∈ J0, 14K, alors l’équation n’a pas de solutions
entières.

Exercice 4.32 KK
Méthode de descente infinie de Fermat
Trouver toutes les solutions entières de l’équation diophantienne :

x4 + y4 + z4 = 9 t4 .

Indication : utiliser la congruence modulo 5 et le petit théorème de Fermat. 


4.5. EXERCICES 143

Si t = 0, alors on a forcément x = y = z = 0, et donc (0, 0, 0, 0) est une solution


de l’équation diophantienne, montrons que c’est la seule. Supposons que t 6= 0
et soit (x, y, z, t) une solution, on se propose de montrer qu’il existe une solution
(x1 , y1 , z1 , t1 ) avec x1 < x, y1 < y, z1 < z, t1 < t, et en continuant ce procédé on
construit une suite infinie de solutions entières, contradiction car N est minoré.
Si 5 ∤ t, alors d’après le théorème de Fermat on a t4 ≡ 1 (mod 5), et alors

x4 + y 4 + z 4 ≡ 4 (mod 5).

C’est impossible car par le théorème de Fermat les nombres x4 , y 4 , z 4 sont congrus
à 0 ou 1 modulo 5. Par suite, on a 5 | t. Posons t = 5t1 pour un certain t1 ∈ Z. On
a alors
x4 + y 4 + z 4 = 9(5t1 )4 ≡ 0 (mod 5),

et par suite x, y, z sont divisibles par 5, c’est-à-dire que x = 5x1 , y = 5y1, z = 5z1
pour x1 , y1 , z1 ∈ Z convenables. L’équation de départ devient alors (après division
par 54 ) :
x41 + y14 + z14 = 9t41 .

On a ainsi une nouvelle solution dont les termes sont plus petits que x, y, z, t. Par
conséquent, l’unique solution est (0, 0, 0, 0).

Exercice 4.33 KK
Équations diophantiennes quadratiques
On se propose de chercher toutes les solutions entières de l’équation diophantienne

x2 + axy + y2 = z2 (1)

où a ∈ Z est un entier donné. (Dans le cas a = 0 on retrouve l’équation étudiée à


l’exercice 4.25).
1. Montrer que toutes les solutions entières de l’équation (1) sont données par
8 8
> >
>
> x= k(an2 − 2mn), >
> x = k(m2 − n2 ),
< <
y = k(m2 − n2 ), y = k(an2 − 2mn), (2)
> >
> >
> >
: z = k(amn − m2 − n2 ) : z = k(amn − m2 − n2 )

où k, m, n ∈ Z.
2. En déduire alors :
(i) toutes les solutions entières (x, y, z, t) ∈ Z4 de :

x2 + xyt + y2 = z2.
144 CHAPITRE 4. ARITHMÉTIQUE

(ii) Toutes les solutions entières (x, y, z) ∈ Z3 de :

x2 + axy + by 2 = z2, (a, b) ∈ Z2

(iii) Toutes les solutions entières (x, y, z, u, v) ∈ Z5 de :

x2 + uxy + vy 2 = z2.

(iv) Toutes les solutions entières (x, y, z) ∈ N3 de :

x2 + axy + y2 = z2, a ∈ Z.

1. Tout d’abord, il est facile de vérifier que les triplets (x, y, z) donnés par la relation
(2) sont bien solutions de l’équation (1).
Réciproquement, l’équation (1) est équivalente à

x(x + ay) = (z − y)(z + y).

Si y = z, i. e. x = 0 ou x + ay = 0, alors le résultat est clair dans ce cas là. Sinon,


l’équation ci-dessus est équivalente à

x z+y n
= = , (m, n) ∈ Z∗2 .
z−y x + ay m

Par conséquent, on obtient le système d’équations


8
>
<mx + ny − nz = 0,
>
: nx + (n − am)y − mz = 0.

Les solutions de ce système sont données par :

an2 − 2mn m2 − n2
x = z, y = z.
amn − m2 − n2 amn − m2 − n2

On choisit
z = k(amn − m2 − n2 )

et alors les solutions sont données par


8 8
> >
>
>
x = k(an2 − 2mn), >
>
x = k(m2 − n2 ),
< <

>
y = k(m2 − n2 ), >
y = k(an2 − 2mn),
> >
> >
:
z = k(amn − m2 − n2 ) :
z = k(amn − m2 − n2 )
4.5. EXERCICES 145

2.
(i) La solution générale est (x, y, z, t) avec t = a ∈ Z et x, y, z donnés par la relation
(2).
(ii) On montre comme ci-dessus que les solutions sont données par
8
>
>
>
x = k(m2 − bn2 ),
<

>
y = k(an2 − 2mn), (3)
>
>
:
z = k(amn − m2 − bn2 ),

où k, m, n ∈ Z.
(iii) Les solutions de cette équation sont les (x, y, z, u, v) avec u = a ∈ Z, v = b ∈ Z
et x, y, z sont donnés par la relation (3).
(iv) Les solutions entières positives sont données par
8 8
> >
>
>
x = k(2mn + an ), 2
>
>
x = k(m2 − n2 ),
< <

>
y = k(m2 − n2 ), >
y = k(2mn + an2 ),
> >
> >
:
z = k|m2 + amn + n2 | :
z = k|m2 + amn + n2 |

où k, m, n ∈ N∗ , 2m + an > 0, m > n.

Exercice 4.34 KK
Soient m et n deux entiers naturels non nuls. On pose
8
<ϕ(n) si n | m,
ϕm (n) =
:
0 si n ∤ m,

où ϕ est la fonction d’Euler.


Montrer que
X
ϕm (n) = pgcd (m, n).
d|n

X
On sait que ϕ(d) = n pour tout n ∈ N∗ (voir exercice 4.7). Donc
d|n

X X X
ϕm (d) = ϕ(d) = ϕ(d) = pgcd (m, n).
d|n d|n d | pgcd (m,n)
d|m

Exercice 4.35 KK
Soient a et b deux entiers naturels non nuls, distincts, et premiers entre eux.
146 CHAPITRE 4. ARITHMÉTIQUE

Montrer que
(an − bn ) ∧ (am − bm ) = an∧m − bn∧m .

On montre ce résultat par récurrence sur n + m. Le cas n + m = 2 (c-à-d


n = m = 1) est clair. Supposons le résultat vrai pour tout couple (m, n) avec
m + n < k et montrons le pour un couple (m, n) avec m + n = k. Si m = n, le
résultat est vrai, on suppose alors (sans perte de généralité) que m < n. Comme
€ Š
an − bn − an−m (am − bm ) = bm an−m − bn−m et bm ∧ (am − bm ) = 1

alors on déduit que :


€ Š
(an − bn ) ∧ (am − bm ) = an−m − bn−m ∧ (am − bm ) .

Par conséquent, on a par hypothèse de récurrence (car (n − m) + m < n + m) :

(an − bn ) ∧ (am − bm ) = a(n−m) ∧ m − b(n−m) ∧ m


= an ∧m − bn ∧ m car (n − m) ∧ m = n ∧ m.

En conclusion, on a montré que : (an − bn ) ∧ (am − bm ) = an∧m − bn∧m .

4.5.4 Exercices d’approfondissement

Exercice 4.36 KKK


Fonction de Möbius. Polynômes cyclotomiques
On définit la fonction de Möbius, µ : N∗ −→ {−1, 0, 1}, par
8
>
1
>
> si n = 1,
<
n 7−→ µ(n) = (−1)r si n est un produit de r nombres premiers 2 à 2 distincts,
>
>
>
0
: si n est divisible par le carré d’un nombre premier.

1. Montrer que :

a∧b = 1 =⇒ µ(ab) = µ(a)µ(b).

(On dit que µ est une fonction multiplicative).


2. Montrer que
X
µ(d) = 0, ∀n ≥ 2.
d|n
4.5. EXERCICES 147

3. Soit f : N∗ −→ C une application. On définit, pour tout n ∈ N∗ :


X
g(n) := f (d).
d|n

Montrer la formule d’inversion de Möbius :


 ‹  ‹
X n X n
f (n) = µ g(d) = µ(d)g ,
d|n
d d|n
d

pour tout n ≥ 1.
On définit, pour n ≥ 1, le polynôme cyclotomique d’indice n par :
  
Y 2ikπ
Φn (X) = X − exp .
k∈J1,nK,k∧n=1
n

4. Montrer que
Y
Xn − 1 = Φd (X).
d|n

5. Montrer que Φn (X) ∈ Z[X] pour tout n ≥ 1.


6. Montrer, pour tout n ≥ 1, que :
Y € (d)
Šµ n
Φn (X) = Xd − 1 .
d|n

1. On distingue trois cas :


⋄ Cas 1 : si a = 1 ou b = 1 alors on a bien µ(ab) = µ(a)µ(b).
⋄ Cas 2 : si a ou b est divisible par le carré d’un nombre premier, alors ab l’est aussi,
et on a alors µ(ab) = µ(a)µ(b).
⋄ Cas 3 : si a = p1 × · · · × pr et b = q1 × · · · × qs sont produits de nombres premiers
distincts, alors on a

µ(a) = (−1)r , µ(b) = (−1)s et µ(ab) = (−1)r+s = µ(a)µ(b).

2. Montrons par récurrence sur n ≥ 2 que :


X
µ(d) = 0.
d|n

Pour n = 2, on a µ(1) + µ(2) = 1 − 1 = 0. Supposons la relation vraie pour tous les


k ∈ J2, nK, et montrons la pour n + 1.
- Si n + 1 = pr avec p un nombre premier et r ∈ N∗ , alors les diviseurs de n + 1 sont
148 CHAPITRE 4. ARITHMÉTIQUE

les pk avec k ∈ J0, rK, on a alors :


X
µ(d) = µ(1) + µ(p) + 0 = 1−1 = 0.
d | n+1

- Si n+1 = rs avec r et s deux nombres premiers entre eux et ≥ 2, alors l’application

Div(r) × Div(s) −→ Div(rs), (d, d′) 7−→ dd′

est une bijection, où Div(m) est l’ensemble des diviseurs de m dans N∗ . On a alors
X X X X X
µ(d) = µ(d) = µ(dd′ ) = µ(dd′).
d | n+1 d∈Div(rs) (d,d′ )∈Div(r)×Div(s) d∈Div(r) d′ ∈Div(s)

Comme d ∧ d′ = 1 alors µ(dd′) = µ(d)µ(d′), et par conséquent on a :


„ Ž „ Ž „ Ž „ Ž
X X X X X
µ(d) = µ(d) × µ(d′ ) = µ(d) × µ(d′ ) .
d | n+1 d∈Div(r) d′ ∈Div(s) d|r d′ |s

Comme r et s sont dans J2, nK alors les deux sommes ci-dessus sont nulles et par
X
suite µ(d) = 0. Le résultat est donc montré par récurrence.
d | n+1
3. Comme l’application

n
Div(n) −→ Div(n), d 7−→
d

n‹ X X
 ‹
n
est une bijection, alors on a clairement µ g(d) = µ(d)g . D’autre
d|n
d d|n
d
part, on a  ‹
X n X X
µ(d)g = f (k) µ(d)
d|n
d k|n d| n k

car (d | n et k | nd ) ⇐⇒ (k | n et d | nk ).
X
- Si k = n, alors f (k) µ(d) = f (n)µ(1) = f (n).
n
d| k
X
- Si k | n et k 6= n, alors n
k
≥ 2 et alors f (k) µ(d) = 0 d’après la question
n
d| k
précédente. 

X
En conclusion, on a µ(d)g = f (n).
d|n
k
4. Soient d et d′ deux diviseurs de n dans N∗ , supposons que les polynômes Φd et
Φd′ ont une racine commune alors il existe k ∈ J1, dK premier avec d et k ′ ∈ J1, d′ K
premier avec d′ tels que :
2ikπ 2ik′ π
e d = e d′ .
4.5. EXERCICES 149

2idk′ π
en prenant la puissance d-ème, on déduit que e d′ = 1, d’où d′ | dk ′ et d′ | d par le
théorème de Gauss. De même, on montre que d |d′. Par conséquent, les racines du
Y
polynôme Φd sont toutes simples et sont racines de X n − 1. D’autre part, soient
d|n
k ∈ J1, nK et δ = pgcd(k, n), alors on a k = jδ et n = dδ avec j ∧ d = 1. D’où,
2ikπ 2ijπ
e n = e n qui est racine de Φd . Donc, les racines de X n − 1, qui sont simples, sont
Y
aussi racines de Φd .
d|n
Y
En conclusion, les polynômes X n −1 et Φd sont unitaires et ont les mêmes racines
d|n
(toutes simples) alors ils sont égaux.
5. On montre le résultat par récurrence sur n ≥ 1. Pour n = 1, on a Φ1 (X) =
X − 1 ∈ Z[X]. Supposons le résultat vrai jusqu’au rang n − 1 et montrons le au rang
n. On a
X n − 1 = Φn (X) × T (X) (1)
Y
en notant T (X) = Φd (X). On a T (X) ∈ Z[X] par l’hypothèse de récurrence,
d|n,d6=n
montrons que Φn (X) ∈ Z[X]. La division euclidienne dans Q[X] de X n − 1 par
T (X) nous permet d’écrire :

Xn − 1 = Q(X)T (X) + R(X) (2)

avec Q(X) ∈ Q[X] et deg(R) < deg(T ). Comme X n − 1 et T (X) sont unitaires et
éléments de Z[X] alors on déduit que Q(X) et R(X) sont aussi éléments de Z[X].
Les relations (1) et (2) nous donnent, par unicité de la division euclidienne dans
C[X], Φn (X) = Q(X) ∈ Z[X]. Le résultat est ainsi montré par récurrence.
6. La formule d’inversion de Möbius montrée à la question (3) ci-dessus peut être
adaptée à un cadre multiplicatif : on peut montrer que pour f : N −→ C∗ on a
pour tout n ≥ 1 :
 
Y Y Y n ‹‹µ(d)
(g(d))µ( d )
n
g(n) = f (d) =⇒ f (n) = = g .
d|n d|n d|n
d

Pour tout z ∈ C avec |z| =


6 1, posons pour tout d ∈ N∗ :

f (d) = Φd (z) et g(d) = z d − 1.


Y
Alors, on a bien f : N∗ −→ C∗ et g(n) = f (d), et ainsi par la formule d’inversion
d|n
on a :
Y Y
(g(d))µ( d ) (z d − 1)µ( d ) .
n n
Φn (z) = f (n) = =
d|n d|n
150 CHAPITRE 4. ARITHMÉTIQUE

Cette égalité a lieu pour une infinité de z, elle se transporte aux fractions rationnlles
associées, et par suite on conclut que pour tout n ≥ 1 :
Y
(X d − 1)µ( d ) .
n
Φn (X) =
d|n

Exercice 4.37 KKK


Montrer que le nombre de coefficients binomiaux impairs sur une ligne du triangle de
Pascal est une puissance de 2. 

On a clairement (1 + x)2 ≡ 1 + x2 (mod 2) et donc par une simple récurrence on


montre que
m m
(1 + x)2 ≡ 1 + x2 (mod 2) ∀m ∈ N.

Écrivons n dans la base 2, on a n = 2a1 + 2a2 + · · · + 2ak où 0 ≤ a1 < a2 < · · · < ak


sont des entiers naturels distincts. Alors

a1 ak
(1 + x)n = (1 + x)2 × · · · × (1 + x)2
a1 a
≡ (1 + x2 ) × · · · × (1 + x2 k ) (mod 2).

a a
En développant l’expression (1 + x2 1 ) × · · · × (1 + x2 k ) on a clairement 2k termes
avec chacun une puissance différente de x car chaque entier a exactement une seule
représentation (vide éventuellement) comme somme de puissances distinctes de 2.
Donc, il y a exactement 2k termes de (1 + x)n qui ont un nombre impair comme
€ Š
coefficient, i.e., il y a exactement 2k coefficients binomiaux ni (i ∈ J0, nK) qui sont
impairs. Le résultat est aussi vrai pour n = 0.
En conclusion, le nombre de coefficients binomiaux impairs sur une ligne du triangle
de Pascal est une puissance de 2.

Exercice 4.38 KKK


Peut-on trouver un terme de la suite de terme général

1 1 1
S(n) = 1+ + + ··· +
2 3 n

autre que le premier, qui soit un nombre entier ? 

Soit 2k la plus grande puissance de 2 qui divise l’un des dénominateurs 2, 3, · · · , n.


Ce dénominateur est unique car si 2k × i et 2k × i′ sont deux dénominateurs pour
lesquels i et i′ sont impairs, alors entre i et i′ il existe un nombre pair et par suite
2k ne sera pas la plus grande puissance de 2 qui divise l’un des dénominateurs
2, 3, · · · , n. Soit M := ppcm(2, 3, · · · , n). Comme M est pair alors il existe un entier
4.5. EXERCICES 151

m tel que M = 2m. D’où

m m m m
m · S(n) = m + + +···+ k +···+ (c’est un entier impair).
2 3 2 ×i n

Or, m est divisible par tous les dénominateurs des termes du membre de droite sauf
le dénominateur 2k × i (car M est de la forme 2k × l (l est un entier impair) donc
m est de la forme 2k−1 × l) ; donc tous les termes du membre de droite sont entiers
m
sauf le terme k qui contient après toutes les simplifications possibles 2 dans le
2 ×i
dénominateur. D’où, m · S(n) 6∈ N et par suite S(n) 6∈ N pour tout n ≥ 2.

Exercice 4.39 KKK


Formule de Sylvester (1884)
Soient a1 , a2 , · · · , an des entiers naturels non nuls et tels que pgcd(a1 , a2 , · · · , an ) = 1.
On définit g(a1 , a2 , · · · , an ) comme le plus grand entier naturel non nul N pour lequel
l’ équation
a1 x1 + a2 x2 + ··· + an xn = N

n’admet pas de solutions entières.


1. Soient (a, b) ∈ N∗2 avec a ∧ b = 1. Montrer que

g(a, b) = ab − a − b (Formule de Sylvester).

Application : quelle est la plus grande somme d’argent que vous ne pouvez pas payer
avec des pièces de 2 e et des billets de 5 e ?
2.
(i) Trouver toutes les solutions entières de l’équation :

3x + 4y + 5z = 6.

(ii) Soient a, b, c des entiers naturels non nuls et premiers entre eux deux à deux. Montrer
que
2abc − ab − bc − ca

est le plus grand entier naturel qu’on ne peut pas écrire sous la forme

(bc) x + (ac) y + (ab) z

où (x, y, z) ∈ N3 .
3. Montrer que si a1 , a2 , · · · , an sont des entiers strictement positifs et premiers entre
eux deux à deux, alors le plus grand entier qui ne peut pas s’écrire sous la forme
„ Ž „ Ž „ Ž
Y Y Y
aj x1 + aj x2 + ··· + aj xn
j6=1 j6=2 j6=n
152 CHAPITRE 4. ARITHMÉTIQUE

est !
n
X 1
a1 × a2 × · · · × an × n − 1 − .
i=1
ai

1. D’après l’exercice 4.21 on sait que les solutions de l’équation ax + by = N


sont de la forme (x, , y) = (x0 + bt, y0 − at) avec t ∈ Z et (x0 , y0 ) est une solution
particulière de l’équation. Supposons que N > ab − a − b, soit t un entier tel que
0 ≤ y0 − at ≤ a − 1, alors on a :

(x0 + bt)a = N − (y0 − at)b > ab − a − b − (a − 1)b = −a

ce qui donne x0 + bt > −1, c’est-à-dire x0 + bt ≥ 0. Par conséquent, dans ce cas


l’équation ax + by = N admet des solutions entières positives, et par suite

g(a, b) ≤ ab − a − b.

Il nous reste maintenant à montrer que l’équation ax + by = ab − a − b admet des


solutions entières positives. Sinon, on a alors ab = a(x + 1) + b(y + 1). Comme
a ∧ b = 1 alors on voit que a | (y + 1) et b | (x + 1), ce qui implique que y + 1 ≥ a et
x + 1 ≥ b. Par suite

ab = a(x + 1) + b(y + 1) ≥ 2ab

contradiction, d’où
g(a, b) ≥ ab − a − b,

et en conclusion g(a, b) = ab − a − b.
application : Comme 2 ∧ 5 = 1, alors g(2, 5) = 2 × 5 − 2 − 5 = 3 . Donc, 3 e est
la plus grande somme qu’on ne peut pas payer avec des pièces de 2 e et des billets
de 5 e, alors qu’on peut payer toute somme supérieure à 3 e.
2.
(i) On travaille modulo 5, alors l’équation 3x + 4y + 5z = 6 devienne 3x + 4y ≡ 1
(mod 5). D’où
3x + 4y = 1 + 5s, s ∈ Z.

Une solution particulière de cette équation est donnée par (x, y) = (−1 + 3s, 1 − s)
car 3(−1 + 3s) + 4(1 − s) = −3 + 4 + 9s − 4s = 1 + 5s, et alors la solution générale
est donnée par

x = −1 + 3s + 4t, y = 1 − s − 3t, t ∈ Z.
4.5. EXERCICES 153

Revenons maintenant à l’équation de départ, on a alors

3(−1 + 3s + 4t) + 4(1 − s − 3t) + 5z = 6 =⇒ z = 1 − s,

en conclusion les solutions sont

(x, y, z) = (−1 + 3s + 4t, 1 − s − 3t, 1 − s), (s, t) ∈ Z2 .

(ii) Supposons, par l’absurde, que

2abc − ab − bc − ac = bcx + bcx + abz

avec x, y, z ≥ 0, alors

2abc = bc(x + 1) + ca(y + 1) + ab(z + 1)

avec x + 1 > 0, y + 1 > 0, z + 1 > 0. Par suite a | bc(x + 1). Comme a ∧ b = 1 et


a ∧ c = 1, on en déduit que a | x + 1, d’où a ≤ x + 1. De même, on obtient que
b ≤ y + 1 et c ≤ z + 1. Par conséquent :

2abc = bc(x + 1) + ca(y + 1) + ab(z + 1) ≥ 3abc,

contradiction.
Maintenant, montrons que tout nombre N avec N > 2abc − ab − bc − ca peut s’écrire
sous la forme N = bcx+acy+abz. Remarquons d’abord que 2abc−ab−bc−ca+1 > 0,
alors

1 1 1 1 1 1 1 1 1
(2abc − ab − bc − ca + 1) = 2 − − − + >2− − − + > 0.
abc a b c abc 1 2 3 abc

Distinguons deux cas :


⋆ N ≡ 0 (mod abc) :
alors N = abcq et on a N = (ab)cq + bc · 0 + ca · 0.
⋆ N 6≡ 0 (mod abc) :
comme bc ∧ a = 1, alors la congruence bcx ≡ N (mod a) admet une solution x0
avec 0 < x0 < a. De même, les congruences acy ≡ N (mod b) et abz ≡ N (mod c)
admettent des solutions y0 et z0 avec 0 < y0 < b et 0 < z0 < c. Soit A := bcx0 +
acy0 + abz0 alors on a :

A≡N (mod a), A≡N (mod b), A≡N (mod c).

Comme a, b, c sont premiers entre eux deux à deux, alors A ≡ N (mod abc). Main-
154 CHAPITRE 4. ARITHMÉTIQUE

tenant, comme x0 ≤ a − 1, y0 ≤ b − 1 et z0 ≤ c − 1 alors on déduit que A ≤


3abc − bc − ca − ab, et puisque A ≡ N (mod abc) on a N = A + kabc avec k ≥ 0
car N > 2abc − bc − ca − ab. Par suite

N = bc(x0 + ka) + cay0 + abz0 ,

où x0 + ka ≥ 0, y0 ≥ 0, z0 ≥ 0.
3. On montre le résultat par récurrence sur n. On vient de le montrer pour n = 2
et n = 3. Supposons le résultat vrai jusqu’au rang n − 1 et montrons le pour le rang
n : soit !
Xn
1
k > a1 × a2 × · · · × an × n − 1 − .
k=1 ai

On a k ≡ xn × a1 × a2 × · · · × an−1 (mod an ) avec 0 ≤ xn ≤ an − 1 car an est premier


k − xn × a1 × a2 × · · · × an−1
avec a1 × a2 × · · · × an−1 . Soit N = , alors on a :
an
!
1 n
X
a1 × · · · × an × n − 1 − − (an − 1) × a1 × · · · × an−1
i=1 ai
N >
an
!
X 1
n−1
= a1 × · · · × an−1 × n − 2 − .
i=1 ai

Donc, par l’hypothèse de récurrence, on a


„ Ž „ Ž „ Ž
Y Y Y
N = aj x1 + aj x2 + · · · + aj xn−1 ,
j6=1 j6=2 j6=n−1

d’où
„ Ž „ Ž „ Ž „ Ž
Y Y Y Y
k = aj x1 + aj x2 + · · · + aj xn−1 + aj xn .
j6=1 j6=2 j6=n−1 j6=n

Montrons à présent, par l’absurde, qu’il est impossible d’écrire le nombre


!
1 n
X
k = a1 × · · · × an × n − 1 −
i=1 ai

„ Ž
n−1
X Y
sous la forme aj xi . Si c’est le cas, alors on a :
i=1 j6=i

Y
ai | (xi + 1) aj , ∀i ∈ J1, nK,
j6=i
4.5. EXERCICES 155

d’où, par le théorème de Gauss ai | (xi + 1), c’est-à-dire que xi ≥ ai − 1, ainsi on


obtient que
!
n
X Y 1 n
X
k ≥ (ai − 1) aj > a1 × · · · × an × n − 1 − = k.
i=1 j6=i i=1 ai

Absurde, la démonstration est ainsi complète.


Complément : Aucune formule explicite n’est connue pour g(a1, a2 , · · · , an ) avec
n ≥ 3. On a cependant des résultats (et des estimations) partiels :
⋆ Erdős et Graham (1972) :
›
a1 ž
g(a1 , a2 , · · · , an ) ≤ 2an − a1
n

où ⌊x⌋ est la partie entière de x.


⋆ Selmer (1977) :
›
an ž
g(a1 , a2 , · · · , an ) ≤ 2an−1 − an .
n
⋆ Vitek (1975) :
 
1
g(a1 , a2 , · · · , an ) ≤ (a2 − 1)(an − 2) − 1.
2
⋆ Davison (1994) :


g(a1 , a2 , a3 ) ≥ 3a1 a2 a3 − a1 − a2 − a3 .

⋆ Beck, Einstein et Zacks (2003) :

√ 5
g(a1 , a2 , a3 ) ≤ ( a1 a2 a3 ) 4 − a1 − a2 − a3 .

[1] Sylvester J., Math. quest. & their solutions, Educ. Times 41(1884), 171-178.

[2] Erdős P. & Graham R., On a linear diophantine problem of Frobenius, Acta
Arith. 21 (1972), 399 - 408.
[3] Selmer E., On a linear diophantine problem of Frobenius, J. Reine Angew. Math
293/294 (1977), 1 - 17.
[4] Vitek Y., Bounds for a linear diophantine problem of Frobenius, J. London Math.
Soc. 10 (1975), 79 - 85.
[5] Davison J. L., On the linear diophantine problem problem of Frobenius, J. Num-
ber Theory 48 (1994), 353 - 363.
[6] Beck M., Einstein D. & Zacks S., Some experimental results on the Frobenius
problem, Exp. Math 3 (2003), 263 - 269.
156 CHAPITRE 4. ARITHMÉTIQUE

Exercice 4.40 KKK


Équation de Pell
1. Montrer que si D ∈ N∗ n’est pas un carré parfait, alors l’équation (de Pell) :

u2 − Dv 2 = 1

admet une infinité de solutions dans N∗ données par :

1” √ √ —
un = (u0 + v0 D )n + (u0 − v0 D )n ,
2
1 ” √ √ —
vn = √ (u0 + v0 D )n − (u0 − v0 D )n ,
2 D

où (u0 , v0 ) est la solution fondamentale, i. e., la solution minimale différente de (1, 0).
2. Montrer que
un √
lim = D.
n→+∞ vn

applications :
(i) Montrer qu’il existe une infinité de triplets d’entiers consécutifs tels que chacun d’eux
soit la somme de deux carrés.
(ii) Trouver tous les triangles ayant des côtés de longueurs des entiers consécutifs et
d’aire un entier.
Équation ax2 − by 2 = 1
On se propose d’étudier l’équation

ax2 − by 2 = 1 (1)

où (a, b) ∈ N∗2 .
1. Montrer que si ab = k2 où k est un entier ≥ 2, alors l’équation (1) n’a pas de solutions
entières positives.
2. Supposons que l’équation (1) admet des solutions entières positives et soit (A, B) la
plus petite de telles solutions. Montrer que la solution générale de (1) est donnée par :

xn = Aun + bBvn , yn = Bun + aAvn ,

où (un , vn ) est la solution générale de l’équation de Pell u2 − abv 2 = 1.


application :
(i) Résoudre dans N l’équation : 6x2 − 5y 2 = 1.
(ii) Trouver tous les entiers naturels n tels que 2n+1 et 3n+1 soient des carrés parfaits.
(iii) Montrer qu’il existe deux suites strictement croissantes (an ) et (bn ) d’entiers natu-
rels telles que : an (an + 1) | b2n + 1 pour tout n ≥ 1.
Équation négative de Pell
4.5. EXERCICES 157

On considère l’équation négative de Pell

x2 − dy 2 = −1

où d ≥ 1 est un entier qui n’est pas carré parfait.


1. On suppose que l’équation négative de Pell admet une plus petite solution entière
positive (A, B). Montrer alors que la solution générale est donnée par

1 √ √ 1 √ √
xn = Bun + dAvn = (B + A d )(u0 + v0 d )n + (B − A d )(u0 − v0 d )n ,
2 
2
1 B √ n 1 B


yn = Aun + Bvn = A + √ (u0 + v0 d ) + A − √ (u0 − v0 d )n ,
2 d 2 d


où (un , vn ) est la solution générale de l’équation de Pell u2 − dv 2 = 1.



2. Montrer que xn = ⌊yn d ⌋ (où ⌊x⌋ est la partie entière de x).
3. Soit p un nombre premier tel que p ≡ 1 (mod 4). Montrer que l’équation négative
de Pell x2 − py 2 = −1 admet des solutions entières positives.
application :
(i) Trouver toutes les solutions entières de l’équation x2 − 6xy + y 2 = 1.
(ii) Trouver tous les couples d’entiers naturels (k, m) avec k < m et tels que

1 + 2 + ··· + k = (k + 1) + (k + 2) + · · · + m.

Équation de Pell

1. Commençons par montrer l’existence d’une solution fondamentale de l’équation

u2 − Dv 2 = 1.

Soit c1 ≥ 2 un entier naturel, montrons qu’il existe (t1 , w1 ) ∈ N∗2 tels que :


√ 1
t − w1 D <
1 , w 1 ≤ c1 .
c1

En effet, soit lk = ⌊k D + 1⌋ (où ⌊x⌋ est la partie entière de x) avec k ∈ J0, c1 K,
√ √
alors on obtient 0 < lk − k D ≤ 1, k ∈ J0, c1 K, et alors comme D est un nombre
irrationnel
 
on a : lk′′ 6= lk′ si k ′ 6= k ′′ . Comme il y a c1 intervalles de la forme
p−1 p √
, , p ∈ J1, c1 K, et c1 + 1 nombres de la forme lk − k D, k ∈ J0, c1 K, alors
c1 c1
par le principe des tiroirs, il existe i, j, p ∈ {0, 1, 2, · · · , c1 } , i 6= j, p 6= 0 tels que

p−1 √ p p−1 √ p
< li − i D ≤ et < lj − j D ≤ .
c1 c1 c1 c1
158 CHAPITRE 4. ARITHMÉTIQUE

Des deux inégalités ci-dessus on déduit que




√ 1
(li − lj ) − (j − i) D < ,
c1
√ 1
et en posant |li − lj | = t1 et |j − i| = w1 alors on a |t1 − w1 D| < et w1 ≤ c1 . En
√ √ c1
multipliant cette inégalité avec t1 + w1 D < 2w1 D + 1 on obtient

w1 √ 1 √
|t21 − Dw12| < 2 D+ < 2 D + 1.
c1 c1
√ 1
En choisissant un entier naturel c2 > c1 tel que |t1 − w1 D| > on obtient
c2
l’existence de deux entiers positifs t1 et t2 tels que

|t22 − Dw22 | < 2 D + 1 et |t1 − t2 | + |w1 − w2 | =
6 0.

En continuant ce procédé, on aboutit à l’existence d’une suite de couples distincts


(tn , wn )n≥1 vérifiant :

|t2n − Dwn2 | < 2 D + 1, ∀n ∈ N∗ .
— √ √ ”
Par suite, l’intervalle −2 D − 1, 2 D + 1 contient un entier naturel k ≥ 1 tel qu’il
existe une sous-suite de (tn , wn )n≥1 vérifiant t2 − Dw 2 = k. Cette sous-suite contient
au moins deux couples (ts , ws ) et (tr , wr ) avec ts ≡ tr (mod |k|), ws ≡ wr (mod |k|)
et ts wr −tr ws 6= 0, car sinon ts = tr et ws = wr ce qui contredit |ts −tr |+|ws −wr | =
6 0.
Soient t0 = ts tr − Dws wr et w0 = ts wr − tr ws , alors on a t20 − Dw02 = k 2 . D’autre
part, t0 = ts tr − Dws wr ≡ t2s − Dw02 (mod |k|) et par suite w0 ≡ 0 (mod |k|). Le
couple (t, w) avec t0 = t|k| et w0 = w|k| est alors une solution de l’équation de Pell
u2 − Dv 2 = 1.
Montrons maintenant, par récurrence sur n, que

u1 = u0 , v1 = v0 , un+1 = u0 un + Dv0 vn , vn+1 = v0 un + u0 vn (2)

vérifient l’équation de Pell. On a que (u0 , v0 ) est une solution de l’équation, mainte-
nant si (un , vn ) est une solution alors
€ Š€ Š
u2n+1−Dvn+1
2
= (u0 un + Dv0 vn )2 −D (v0 un + u0 vn )2 = u20 − Dv02 u2n − Dvn2 = 1.

Donc, (un+1, vn+1 ) est aussi une solution de l’équation de Pell, de plus on a (preuve
4.5. EXERCICES 159

facile) que pour tout entier n ≥ 1 :


√ √
un−1 + vn−1 D = (u0 + v0 D ). (3)
√ √
Soit maintenantzn = un−1 +vn−1 D = (u0 +v0 D )n , on a z1 < z2 < · · · < zn < · · · ,
et on va montrer que toutes les solutions de l’équation de Pell sont de la forme (3).

En effet, si l’équation de Pell admet une solution (u, v) telle que z = u + v D n’est
pas de la forme (3), alors zm < z < zm+1 pour un entier m. D’où
√ √ √
1 < (u + v D )(um − vm D ) < u0 + v0 D

et par suite
√ √
1 < (uum − Dvvm ) + (um v − uvm ) D < u0 + v0 D.

D’autre part,

(uum − Dvvm )2 − D(um v − uvm )2 = (u2 − Dv 2)(u2m − Dvm


2
) = 1

c’est-à-dire que (uum − Dvvm , um v − uvm ) est une solution de l’équation de Pell plus
petite que (u0 , v0 ), contradiction avec le fait que (u0 , v0 ) est la solution minimale.
Finalement, les relations (2) peuvent s’écrire comme :
„ Ž „ Ž „ Ž
un+1 u0 Dv0 un
= ×
vn+1 v0 u0 vn

d’où „ Ž „ Žn „ Ž
un u0 Dv0 u0
= × .
vn v0 u0 v0
Or, si „ Žn „ Ž
u0 Dv0 an bn
= ,
v0 u0 cn d n
alors on sait que an , bn , cn , dn sont
„
des combinaisons
Ž
linéaires de λn1 , λn2 où λ1 , λ2 sont
u0 Dv0
les valeurs propres de la matrice . Un calcul très simple nous donne alors
v0 u0
les solutions :

1h √ √ i
un = (u0 + v0 D )n + (u0 − v0 D )n ,
2
1 h √ √ i
vn = √ (u0 + v0 D )n − (u0 − v0 D )n ,
2 D
160 CHAPITRE 4. ARITHMÉTIQUE

2. Si (un , vn ) est une solution de l’équation de Pell, alors on a


√ 1
un − vn D = √
un + vn D
un √ 1 1 1
− D = √ <√ < 2.
vn vn (un + vn D ) D vn2 vn

Par conséquent, on a  
un √
lim = D.
n→+∞ vn
La détermination des solutions fondamentales de l’équation se fait par la méthode
des moindres carrées (que nous nous développons pas içi), on donne cependant la
liste des solutions fondamentales pour D ≤ 52.

D u0 v0 D u0 v0 D u0 v0
2 3 2 20 9 2 37 73 12
3 2 1 21 55 12 38 37 6
5 9 4 22 197 42 39 25 4
6 5 2 23 24 5 40 19 3
7 8 3 24 5 1 41 2049 320
8 3 1 26 51 10 42 13 2
10 19 6 27 26 5 43 3482 531
11 10 3 28 127 24 44 199 30
12 7 2 29 9801 1820 45 161 24
13 649 180 30 11 2 46 24335 3588
14 15 4 31 1520 273 47 48 7
15 4 1 32 17 3 48 7 1
17 33 8 33 23 4 50 99 14
18 17 4 34 35 6 51 50 7
19 170 39 35 6 1 52 649 90
applications :
(i) Un exemple assez simple d’un tel triplet est par exemple (8, 9, 10) car

8 = 22 + 2 2 , 9 = 32 + 0 2 , 10 = 32 + 12 .

On est alors tenté de prendre des triplets de la forme (x2 − 1, x2 , x2 + 1) (dans


l’exemple ci-dessus on a x = 3). Pour cela considérons l’équation de Pell x2 −2y 2 = 1
4.5. EXERCICES 161

dont les solutions sont données par

1” √ √ —
xn = (3 + 2 2 )n + (3 − 2 2 )n ,
2
1 ” √ √ —
yn = √ (3 + 2 2 )n + (3 − 2 2 )n ,
2 2

alors les triplets (x2n − 1, x2n , x2n + 1) vérifient pour tout n ≥ 1 :

x2n − 1 = yn2 + yn2 ,


x2n = x2n + 02 ,
x2n + 1 = x2n + 12 .

3z
(ii) Notons z − 1, z, z + 1 les côtés du triangle, alors le demi-périmètre est égal à
2
et l’aire (donnée par la formule de Héron) :
È
z 3(z 2 − 4)
A := .
4

Comme A est un entier alors forcément z est pair et z 2 − 4 = 3u2 , donc z = 2x et


4x2 − 4 = 3u2 . Par suite, u est pair, u = 2y, et on a ainsi l’équation de Pell

x2 − 3y 2 = 1

dont les solutions sont données pour tout n ≥ 1 par :

1” √ √ —
xn = (2 + 3 )n + (2 − 3 )n ,
2
1 ” √ √ —
yn = √ (2 + 3 )n − (2 − 3 )n .
2 2

En conclusion, les triangles dont les côtés mesurent 2xn − 1, 2xn , 2xn + 1 et d’aire
3xn yn répondent à la question.
Équation ax2 − by 2 = 1
1. supposons que l’équation ax2 −by 2 = 1 admet une solution entière positive (x0 , y0 ),
alors on a ax20 − by02 = 1 et a, b sont alors premiers entre eux. Comme ab = k 2 , alors
il existe deux entiers naturels k1 et k2 tels que a = k12 et b = k22 . Par suite on a
maintenant : k12 x20 − k22 y02 = 1, c-à-d (k1 x0 − k2 y0 )(k1 x0 + k2 y0 ) = 1. Par conséquent

1 < k1 x0 + k2 y0 = k1 x0 − k2 y0 = 1,
162 CHAPITRE 4. ARITHMÉTIQUE

contradiction.
2. Commençons par vérifier que xn = Aun + bBvn , yn = Bun + aAvn sont bien
solutions de l’équation ax2 − by 2 = 1. On a

ax2n − byn2 = a(Aun + bBvn )2 − b(Bun + aAvn )2


= (aA2 − bB 2 )(u2n − abvn2 ) = 1 × 1 = 1.

Réciproquement, si (x, y) est solution de l’équation ax2 − by 2 = 1, alors (u, v) =


(aAx − bBy, Bx − Ay) est solution de l’équation de Pell u2 − abv 2 = 1. Or
8 8
> >
< u = aAx − bBy, < x = Au + bBv,
>
=⇒ >
: v = Bx − Ay, : y = Bu + aAv.

Donc, on a finalement xn = Aun + bBun et yn = Bun + aAvn .


application :
(i) La plus petite solution (A, B) de 6x2 − 5y 2 = 1 est (1, 1) ; et la solution fonda-
mentale de l’équation de Pell u2 − 30v 2 = 1 est (11, 2). On déduit que l’ensemble
des solutions entières de 6x2 − 5y 2 = 1 est donné par :
√ √
6 + 30 √ n 6 − 30 √
xn = (11 + 2 30 ) + (11 − 2 30 )n ,
12
√ 12

5 + 30 √ n 5 − 30 √
yn = (11 + 2 30 ) + (11 − 2 30 )n .
10 10

(ii) Si 2n + 1 = x2 et 3n + 1 = y 2 alors on a 3x2 − 2y 2 = 1. La plus petite solution


est (1, 1) et la solution fondamentale de l’équation de Pell u2 − 6v 2 = 1 est (5, 2).
On déduit que xn = un + 2vn , yn = un + 3vn et ainsi

n = yn2 − x2n = (un + 3vn )2 − (un + 2vn )2 = vn (2un + 5vn )

1” √ √ — 1 ” √ √ —
un = (5 + 2 6 )n + (5 − 2 6 )n , vn = √ (5 + 2 6 )n − (5 − 2 6 )n .
2 2 2

(iii) Il suffit de trouver un entier k ≥ 1 et deux suites d’entiers (an ) et (bn ) tels que
b2n + 1 = k(a2n + an ). Cette relation est équivalente à

k(2an + 1)2 − (2bn )2 = k + 4.


4.5. EXERCICES 163

Pour k = 5 (par exemple), on obtient l’équation 5x2 − y 2 = 9 dont une solution est
(3, 6). De plus, l’équation de Pell u2 − 5v 2 = 1 admet pour solution fondamentale
(9, 4). On trouve ainsi l’ensemble des solutions (xn , yn ) de l’équation 5x2 − y 2 = 9.
Finalement, les deux suites

xn − 1 3un − 1
an = = + 3vn ,
2 2
yn vn
bn = + 3un + 15 ,
2 2

répondent à la question, où (un , vn ) sont les solutions de l’équation u2 − 5v 2 = 1.

Équation négative de Pell

1. Le résultat découle de la question (2) ci-dessus.


2. On a
√ √ √ √
x2n −dyn2 = −1 =⇒ (yn d + xn )(yn d−xn ) = 1 =⇒ 0 < yn d−xn < 1 =⇒ xn = ⌊yn d⌋.
| {z }
>1

3. Soit (u0, v0 ) la solution fondamentale de l’équation de Pell u2 − pv 2 = 1, alors


u20 − 1 = pv02 , par suite u0 est impair car sinon on aurait −1 ≡ p (mod 4). Par suite,
les nombres u0 − 1 et u0 + 1 ont comme pgcd le nombre 2, ainsi

u0 ± 1 = 2α2 , u0 ∓ 1 = 2pβ 2

où α et β sont des entiers naturels tels que v0 = 2αβ. En éliminant u0 des deux
égalités ci-dessus, on aboutit à : ±1 = α2 − pβ 2 . Comme β < v0 on ne peut pas avoir
1 = α2 − pβ 2 . Par conséquent, on a donc −1 = α2 − pβ 2 .
L’obtention des solutions fondamentales de l’équation négative de Pell se fait par
la méthode des fractions continues que nous ne développons pas içi. Cependant, on
donne la liste des solutions fondamentales pour d ≤ 103.

d A B d A B d A B
2 1 1 37 6 1 73 1068 125
5 2 1 41 32 5 74 43 5
10 3 1 50 7 1 82 9 1
13 18 5 53 182 25 85 378 41
17 4 1 58 99 13 89 500 53
26 5 1 61 29718 3805 97 5604 569
29 70 13 65 8 1 101 10 1
164 CHAPITRE 4. ARITHMÉTIQUE

applications :
(i) L’équation x2 − 6xy + y 2 = 1 est équivalente à 2(x − y)2 − (x + y)2 = 1. D’où,
en posant X := x + y et Y := x − y (avec x ≥ y) on arrive à l’équation négative de
Pell suivante :
X 2 − 2Y 2 = −1.

Cette équation a pour solutions

1” √ √ — 1 ” √ √ —
Xn = (1 + 2 )2n+1 + (1 − 2 )2n+1 ; Yn = √ (1 + 2 )2n+1 − (1 − 2 )2n+1 .
2 2 2

Par conséquent, on a :

1 1 ” √ √ —
xn = (Xn + Yn ) = √ (1 + 2 )2n+2 − (1 − 2 )2n+2 ,
2 4 2
1 1 ” √ √ —
yn = (Xn − Yn ) = √ (1 + 2 )2n − (1 − 2 )2n .
2 4 2

(ii) On ajoute l’expression 1 + 2 + · · · + k aux deux membres de l’égalité, on obtient


alors :

2k(k + 1) = m(m + 1) ⇐⇒ (2m + 1)2 − 2(2k + 1)2 = −1.

Or l’équation négative de Pell x2 −2y 2 = −1 admet (1, 1) comme plus petite solution
entière positive, et la forme générale de la solution est donnée pour tout n ≥ 1 par :

1” √ √ —
xn = (1 + 2 )2n−1 + (1 − 2 )2n−1 ,
2
1 ” √ √ —
yn = √ (1 + 2 )2n−1 − (1 − 2 )2n−1 .
2 2

Les couples (k, m) recherchés sont alors donnés par :


 
yn − 1 xn − 1
(k, m) = , , n ≥ 2.
2 2

Exercice 4.41 KKK


Dans le repère orthonormé xOy on considère les points :

A0 (0, n − 1), A1 (1, n − 1), ··· , An−1 (n − 1, n − 1)

où n ≥ 1 est un entier naturel.


4.5. EXERCICES 165

Quel est le nombre de segments (ouverts) ]OAk [ (k ∈ J0, n − 1K) qui ne contiennent pas
de points à coordonnées entières.
(Autre formulation : un chasseur est assis au point O dans une forêt où les arbres
sont placés aux points à coordonnées entières. Des lapins sont placés aux points
A0 , A1 , · · · , An−1 . Quel est la probabilité pour que le chasseur atteigne ses cibles ?) 

Les droites (OA1 ), (OA2 ), · · · , (OAn−1) ont pour équations respectives :

n·x n·x n·x n·x


y= , y= , ··· , y= , ··· , y= .
1 2 k n−1

Or parmi les nombres

1·n 2·n (k − 1) · n
, , ··· ,
k k k

il y a (k ∧ n) − 1 qui sont des entiers (où k ∧ n = pgcd(k, n)). En effet, si k ∧ n = d


on pose k = k1 d et n = n1 d avec k1 ∧ n1 = 1. Les nombres ci-dessus deviennent alors

1 · n1 2 · n1 (k1 − 1) · n1
, , ··· , .
k1 k1 k1

Le nombre des multiples de k1 dans l’ensemble {1; 2; · · · ; k − 1} est égal à d − 1.


D’où, parmi les nombres ci-dessus il y a d − 1 = (k ∧ n) − 1 qui sont des entiers.
Donc, les segments ]OAk [ (k ∈ J0, n−1K) ne contiennent pas de points à coordonnées
entières si, et seulement si, k ∧ n = 1. Par conséquent, le nombre en question est
ϕ(n) où ϕ est la fonction d’Euler.

Exercice 4.42 KKK


Soient p un nombre premier et x ∈ N∗ un entier naturel non nul. On appelle exposant
de p dans x l’entier naturel ep (x) défini par :
 ©
ep (x) := max k∈N : pk | x .

Soient a et b deux entiers naturels distincts, p un nombre premier ne divisant pas ab et


n un entier naturel non nul. Montrer que :
1.
( p 6= 2 et p|a − b ) =⇒ ep (an − bn ) = ep (n) + ep (a − b).

Indication : faire un raisonnement par récurrence.


2.

( n impair, a + b 6= 0 et p | a + b ) =⇒ ep (an + bn ) = ep (n) + ep (a + b).


166 CHAPITRE 4. ARITHMÉTIQUE

1. On montre ce résultat par récurrence sur n.


Le cas n = 1 étant trivial.
On suppose le résultat vrai jusqu’au rang k < n et montrons le pour n. On distingue
deux cas :
Cas 1 : p ∤ n
Soit d = a − b, alors
! !
n
n n n n n−1
X n i−2 n−i
a −b = (b + d) − b = d nb +d d b .
i=2 i
!
n
n i−2 n−i X
Comme p|d et p ∤ b, alors p ne divise pas nbn−1 +d d b . D’où, ep (an −bn ) =
i=2 i
ep (d). Comme ep (n) = 0, alors on déduit que ep (an − bn ) = ep (a − b) + ep (n), ce qui
termine la démonstration dans ce cas.
Cas 2 : p | n
n
Posons m = ( < n ), d = am − bm et c = bm , alors on a :
p
!
p−1
n n m p m p p p p−1 p
X p i p−i
a − b = (a ) − (b ) = (d + c) − c = pdc +d + dc .
i=2 i
€ Š
Or, pour tout i ∈ J2, p − 1K, on a p| pi et d2 | di, donc on déduit que pd2 divise
!
p−1
X p i p−i
d c . Comme p | a − b et a − b | am − bm alors p | d. Puisque p ≥ 3, alors
i=2 i
pd2 | dp et par suite il existe un entier k ∈ N tel que
!
p−1
p
X p i p−i
d + dc = kpd2 .
i=2 i

Par conséquent, on a : an − bn = pd(cp−1 + kd), et comme p ∤ c et p | d alors


p ∤ cp−1 + kd, par suite :

ep (an − bn ) = ep (pd).

Par hypothèse de récurrence, on a : ep (am − bm ) = ep (a − b) + ep (m), et ainsi

ep (an − bn ) = ep (nd) = 1 + ep (am − bm ) = 1 + ep (m) + ep (a − b) = ep (n) + ep (a − b).

2. Si p 6= 2, alors il suffit d’appliquer la première question avec les nombres a et −b


au lieu de a et b. Il nous reste donc juste le cas où p = 2. Montrons donc que si a, b
4.5. EXERCICES 167

et n sont impairs alors e2 (an + bn ) = e2 (n) + e2 (a + b). On sait que

an + bn = (a + b)(an−1 − an−2 b + · · · − abn−2 + bn−1 ).

Comme an−1 − an−2 b + · · · − abn−2 + bn−1 est somme de n nombres impairs, et vu


que n est impair alors

e2 (an−1 − an−2 b + · · · − abn−2 + bn−1 ) = 0.

Donc

e2 (an + bn ) = e2 (a + b) + e2 (an−1 − an−2 b + · · · − abn−2 + bn−1 )


= e2 (a + b) = e2 (a + b) + e2 (n).

En conclusion, on a montré l’implication demandée.

Exercice 4.43 KKK


Soit n un entier impair plus grand ou égal à 5. L’entier
‚ Œ ‚ Œ ‚ Œ ‚ Œ
n n n n
N = −5 + 52 − · · · + 5n−1
1 2 3 n

est-il un nombre premier ?


Indication : utiliser la formule du binôme. 

On a
! ! ! !
n n n n
5N = 1 − 1 + 5 − 52 + 53 − · · · + 5n = 1 + (−1 + 5)n = 1 + 4n .
1 2 3 n

Donc

1 n 1• n  n+1 2 ˜
N = (4 + 1) = (2 + 1)2 − 2 2
5 5
1 h n n+1
i h n+1
i
= × 2 − 2 2 + 1 × 2n + 2 2 + 1
5
1 • n−1 2 ˜ •
n−1
2 ˜
= × 2 2 − 1 + 2n−1 × 2 2 + 1 + 2n−1 .
5

Comme n ≥ 5, alors les deux numérateurs dans l’expression ci-dessus sont plus
grand que 5, et un d’eux est divisible par 5. On a donc N est le produit de deux
entiers naturels > 1, ainsi N n’est pas un nombre premier.
168 CHAPITRE 4. ARITHMÉTIQUE

Exercice 4.44 KKK


Une caractérisation fonctionnelle du ppcm
Montrer que la seule fonction f : N∗ × N∗ −→ N vérifiant :

f (x, x) = x,
f (x, y) = f (y, x)
(x + y)f (x, y) = yf (x, x + y)

est la fonction f (x, y) = ppcm(x, y). 

On montre tout d’abord que la fonction f (x, y) = ppcm(x, y) vérifie les trois
conditions du problème.
Il est clair que ppcm(x, x) = x et que ppcm(x, y) = ppcm(y, x). Maintenant, comme
xy
ppcm(x, y) = pgcd (x,y)
et que pgcd(x, y) = pgcd(x, x + y), alors on déduit que :

xy x(x + y)
(x+y) ppcm(x, y) = (x+y)× = y× = y ppcm(x, x+y).
pgcd(x, y) pgcd(x, x + y)

Montrons maintenant que f (x, y) = ppcm(x, y) est l’unique fonction vérifiant les
conditions de l’exercice.
Supposons, par l’absurde, qu’il existe une autre fonction (x, y) 7−→ g(x, y) vérifiant
les conditions de l’exercice et soit

S = {(x, y) ∈ N∗ × N∗ : f (x, y) 6= g(x, y)}.

On note (m, n) le couple élément de S tel que la somme m + n soit minimale. Alors,
il est clair que m 6= n car sinon

f (m, n) = f (m, m) = m = g(m, m) = g(m, n).

Par symétrie de f , f (x, y) = f (y, x), on peut supposer que n − m > 0. Notons que :

nf (m, n−m) = [m+(n−m)]f (m, n−m) = (n−m)f (m, m+(n−m)) = (n−m)f (m, n).

C’est-à-dire

n−m n−m
f (m, n − m) = f (m, n) ou aussi g(m, n − m) = g(m, n).
n n

Comme f (m, n) 6= g(m, n), alors f (m, n − m) 6= g(m, n − m). Par conséquent,
(m, n − m) ∈ S. Or le couple (m, n − m) a une somme m + (n − m) = n plus petite
4.5. EXERCICES 169

que celle de (m, n). Contradiction.


En conclusion, (x, y) 7−→ ppcm(x, y) est la seule fonction vérifiant les hypothèses de
l’exercice.
170 CHAPITRE 4. ARITHMÉTIQUE
Chapitre 5
Structures algébriques usuelles

5.1 Loi de composition interne

Définition 5.1 Soit E un ensemble. On appelle loi de composition interne dans E une
application de E × E dans E notée :

E × E −→ E
(a, b) 7−→ a ∗ b.


❏ Une loi de composition interne ∗ dans un ensemble E est dite commutative


si : ∀ (a, b) ∈ E 2 , a ∗ b = b ∗ a.
❏ Une loi de composition interne ∗ dans un ensemble E est dite associative si :
∀ (a, b, c) ∈ E 3 , (a ∗ b) ∗ c = a ∗ (b ∗ c).
❏ Un élément e ∈ E est dit élément neutre si : ∀ a ∈ E, a ∗ e = e ∗ a = a.
L’élément neutre, s’il existe, est unique.
❏ Si E possède un élément neutre e, un élément a ∈ E est dit symétrisable si :
∃ a′ ∈ E, a ∗ a′ = a′ ∗ a = e. L’élément a′ est appelé symétrique de a. Le
symétrique d’un élément, s’il existe, est unique.

5.2 Groupe

Définition 5.2 On appelle groupe un ensemble G muni d’une loi de composition interne
notée ∗ telle que :
✓ la loi ∗ est associative,
✓ G possède un élément neutre e,

171
172 CHAPITRE 5. STRUCTURES ALGÉBRIQUES USUELLES

✓ tous les éléments de G sont symétrisables.


De plus, si la loi ∗ est commutative, alors G est dit groupe commutatif ou abélien. 

✍ (Z, +); (Q, +); (R, +); (C, +); (Q∗ , ×); (R∗ , ×) et (C∗ , ×) sont des groupes.
✍ (U, ×) est un groupe (on rappelle que U = {z ∈ C : |z| = 1}).
✍ (N, +) n’est pas un groupe.

Proposition 5.1 Groupe produit. Soient (G, ⊥) et (H, ⋆) deux groupes. On définit
sur l’ensemble G × H la loi ∗ donnée par :

(a, b) ∗ (c, d) = (a⊥c , b ⋆ d), ∀ (a, b, c, d) ∈ G × H × G × H.

Alors (G × H, ∗) est un groupe, appelé groupe produit. 

Définition 5.3 Sous-groupe. Soit (G, ∗) un groupe. On dit qu’une partie H ⊂ G est
un sous-groupe de G si :
✓ e ∈ H,
✓ H est stable par ∗, c’est-à-dire : ∀ (x, y) ∈ H 2 , x ∗ y ∈ H,
✓ ∀ x ∈ H, x−1 ∈ H. 

☞ On peut écrire la caractérisation


8
d’un sous-groupe en :
>
H 6= ∅,
<
- notation additive : >
: ∀ (x, y) ∈ H 2 , x − y ∈ H,
8
>
< H 6= ∅,
- notation multiplicative : >
: ∀ (x, y) ∈ H 2 , xy −1 ∈ H,
☞ {e} et G sont des sous-groupes de G.
☞ Un = {z ∈ C : z n = 1} est un sous-groupe de (U, ×).
☞ Si H1 et H2 sont deux sous-groupes d’un groupe G, alors H1 ∩ H2 est un
sous-groupe de G.

Théorème 5.1 Sous-groupes de (Z, +)


Pour tout n ∈ Z, l’ensemble n Z est un sous-groupe de (Z, +).
Tout sous-groupe de (Z, +) est de la forme n Z. 

✍ Nouvelle définition du pgcd : soient a et b deux entiers relatifs. L’ensemble


aZ + bZ est non vide, stable par addition et contient les opposés de ses élé-
ments, c’est donc un sous-groupe de (Z, +), il est de la forme dZ avec d = a∧b.
✍ Nouvelle définition du ppcm : soient a et b deux entiers relatifs. L’ensemble
aZ ∩ bZ est l’intersection de deux sous-groupes de (Z, +), c’est donc un sous-
groupe de Z. Par suite, il est de la forme mZ avec m = a ∨ b.
5.3. MORPHISME DE GROUPES 173

5.3 Morphisme de groupes

Définition 5.4 Soient (E, ∗) et (F, ⊥) deux ensembles munis des lois de compostion
internes ∗ et ⊥.
On appelle morphisme de (E, ∗) dans (F, ⊥) une application ϕ : E −→ F telle que :

ϕ(x ∗ y) = ϕ(x) ⊥ ϕ(y), (x, y) ∈ E 2 .

✍ L’application x 7−→ ln x est un morphisme de (R∗+ , ×) −→ (R, +).


✍ L’application z 7−→ z est un morphisme de (C, ×) −→ (C, ×).
✍ Un morphisme d’un ensemble vers lui-même muni de la même loi de compo-
sition interne est appelé endomorphisme. Un morphisme bijectif est appelé
isomorphisme.
✍ Un endomorphisme bijectif est appelé automorphisme. L’ensemble des auto-
morphismes de (E, ∗) est un sous-groupe de (Bij(E), ◦), noté Aut(E).

Proposition 5.2 Soient (G1 , ×) et (G2 , ×) deux groupes multiplicatifs d’éléments


neutres respectifs e1 et e2 , et ϕ un morphisme de G1 dans G2 . Alors :

ϕ(e1 ) = e2 et ∀ x ∈ G1 , ϕ(x−1 ) = ϕ(x)−1 .

Définition 5.5 Noyau d’un morphisme de groupes. Soient (G1 , ×) et (G2 , ×) deux
groupes multiplicatifs d’éléments neutres respectifs e1 et e2 , et ϕ un morphisme de G1
dans G2 . On appelle noyau de ϕ l’ensemble des éléments de G1 qui ont pour image e2 .
On le note :

ker(ϕ) = {x ∈ G1 : ϕ(x) = e2 } = ϕ−1 ({e2 }).

Théorème 5.2 Pour tout morphisme ϕ du groupe G1 dans le groupe G2 on a :


✓ ker(ϕ) est un sous-groupe de G1 ,
✓ ker(ϕ) = {e1 } ⇐⇒ ϕ est injectif. 

☞ L’application ϕ : x 7−→ eix est un morphisme de groupe de (R, +) dans


(C∗ , ×) dont le noyau

ker(ϕ) = {x ∈ R : eix = 1} = 2π Z

est un sous-groupe de (R, +).


174 CHAPITRE 5. STRUCTURES ALGÉBRIQUES USUELLES

Définition 5.6 Image d’un morphisme de groupes. Soient G1 et G2 deux groupes


et ϕ un morphisme de G1 dans G2 . On appelle image de ϕ l’ensemble des éléments de
G2 qui ont un antécédent dans G1 . On le note

Im(ϕ) = {y ∈ G2 : ∃ x ∈ G1 , y = ϕ(x)} = ϕ(G1 ).

Théorème 5.3 Pour tout morphisme ϕ du groupe G1 dans le groupe G2 on a :


✓ Im(ϕ) est un sous-groupe de G2 ,
✓ Im(ϕ) = G2 ⇐⇒ ϕ est surjectif. 

☞ L’application ϕ : x 7−→ eix est un morphisme de groupe de (R, +) dans


(C∗ , ×) dont l’image

Im(ϕ) = {z ∈ C : |z| = 1} = U

est un sous-groupe de (C∗ , ×).

5.4 Anneau

Définition 5.7 On appelle anneau un ensemble A muni de deux lois de composition


internes notées respectivement + et × telles que :
✓ (A, +) est un groupe abélien. L’élément neutre est noté 0A ,
✓ la loi × est associative,
✓ A possède un élément neutre (élément unité) pour la loi ×, noté 1A ,
✓ la loi × est distributive par rapport à la loi +, c’est-à-dire : a(b + c) = ab + ac et
(b + c)a = ba + ca pour tout (a, b, c) ∈ A3 .
Si de plus la loi × est commutative, alors A est dit anneau commutatif. 

☞ les ensembles (Z, +, ×); (Q, +, ×); (R, +, ×) et (C, +, ×) sont des anneaux.
☞ Formule du binôme : si a et b sont deux
!
éléments qui commutent, alors pour
n
X n n−k k
tout n ∈ N on a : (a + b)n = a b .
k=0 k
☞ Si a et b sont deux éléments qui commutent alors pour tout n ∈ N∗ on a :
n−1
X
a − b = (a − b)
n n
an−1−k bk . En particulier :
k=0

n−1
X n−1
X
n k
1−x = (1 − x) x = xk (1 − x).
k=0 k=0

Si 1 − x est inversible, alors : 1 + x + x2 + · · · + xn−1 = (1 − xn )(1 − x)−1 .


5.5. CORPS 175

Définition 5.8 Sous-anneau. Une partie B d’un anneau A est un sous-anneau si :


✓ 1A ∈ B,
✓ ∀ (x, y) ∈ B 2 , x − y ∈ B,
✓ ∀ (x, y) ∈ B 2 xy ∈ B. 

Définition 5.9 Morphisme d’anneaux. On appelle morphisme d’anneau une applica-


tion ϕ : (A, +, ×) −→ (A′ , +, ×) telle que :
✓ ϕ(1A ) = 1A′ ,
✓ ∀ (x, y) ∈ A2 , ϕ(x + y) = ϕ(x) + ϕ(y),
✓ ∀ (x, y) ∈ A2 , ϕ(xy) = ϕ(x)ϕ(y). 

☞ L’application z 7−→ z est un automorphisme de l’anneau (C, +, ×).

Théorème 5.4 Groupe des éléments inversibles d’un anneau. L’ensemble


des éléments inversibles d’un anneau est un groupe multiplicatif.
(On rappelle qu’un élément x ∈ A est inversible s’il possède un symétrique x−1
pour la loi × : x−1 ∈ A et xx−1 = x−1 x = 1A ). 

✍ Le groupe des éléments inversibles de l’anneau (Z, +, ×) est ({−1, 1}, ×).
✍ Le groupe des éléments inversibles de l’anneau (C, +, ×) est (C∗ , ×).

5.5 Corps

Définition 5.10 On appelle corps un anneau (toujours supposé commutatif), non réduit
à {0}, dont tout élément non nul est inversible. 

☞ Si K est un corps, alors le groupe de ses éléments inversibles est K∗ = K\ {0}.

Définition 5.11 Sous-corps. Une partie L d’un corps K est un sous-corps de K si :


✓ L \ {0} =
6 ∅,
✓ ∀ (x, y) ∈ L2 , x − y ∈ L,
✓ ∀ (x, y) ∈ L × L∗ , xy −1 ∈ L. 

Définition 5.12 Morphisme de corps. On appelle morphisme de corps une application


ϕ : K −→ K′ qui est un morphisme pour les lois + et ×. Autrement dit :
✓ ϕ(1K ) 6= 0,
✓ ∀ (x, y) ∈ K2 , ϕ(x + y) = ϕ(x) + ϕ(y),
✓ ∀ (x, y) ∈ K2 , ϕ(xy) = ϕ(x)ϕ(y). 
176 CHAPITRE 5. STRUCTURES ALGÉBRIQUES USUELLES

☞ On a forcément : ϕ(1K ) = 1K′ car ϕ est un morphisme de groupe de (K∗ , ×)



dans (K ∗ , ×).

Définition 5.13 Anneau intègre. On appelle anneau intègre un anneau commutatif,


non réduit à {0}, et sans diviseur de zéro, c’est-à-dire :
 
∀ (x, y) ∈ A2 xy = 0 =⇒ x = 0A ou y = 0A .

Théorème 5.5 Tout corps commutatif est un anneau intègre. 

☞ La réciproque est fausse. L’anneau (Z, +, ×) est intègre mais n’est pas un
corps.
☞ Tout sous-anneau d’un corps commutatif est intègre. Réciproquement, on
admet que, tout anneau intègre est un sous-anneau d’un corps.
☞ On appelle corps des fractions d’un anneau intègre A le plus petit corps (à
isomorphisme près) dont A soit un sous-anneau. Par exemple, le corps des
fractions de Z est Q.

5.6 Exercices

5.6.1 Exercices de base

Exercice 5.1 Vrai - Faux


1. Il existe des lois de compositions internes qui sont commutatives sans être associa-
tives.
2. Soit g un élément d’un groupe G. L’ensemble {x : xg = gx} est un sous-groupe
abélien de G.
3. Soient G et G′ deux groupes et ϕ un morphisme entre G et G′ . Le groupe G peut
être abélien sans que G′ le soit. 

1. Vrai. On considère la loi ∗ définie sur N par x ∗ y = |x − y|, alors elle est
commutative sans être associative. En effet, (3 ∗ 2) ∗ 5 = 4 alors que 3 ∗ (2 ∗ 5) = 0.
2. Faux. L’ensemble en question est bien un sous-groupe de G mais il n’est pas
forcément abélien. Prendre par exemple g = e et G = S3 .
3. Vrai. Prendre par exemple G = {e} et G′ = S3.
5.6. EXERCICES 177

Exercice 5.2
Soit G un ensemble non vide muni d’une loi de composition interne ∗ telle que :
(i) ∗ est associative,
(ii) il existe, dans G, un élément neutre à gauche e, c-à-d,

∃ e ∈ G, ∀ x ∈ G, e ∗ x = x,

(iii) tout élément x ∈ G possède un symétrique à gauche dans G, c-à-d,

∀ x ∈ G, ∃y ∈ G : y ∗ x = e.

Montrer que (G, ∗) est un groupe. 

Il nous faut montrer que tout élément possède un symétrique et qu’il y a un


élément neutre.
Soient x ∈ G et x′ un symétrique à gauche. Soit x′′ un symétrique à gauche de x′ ,
alors x = x′′ ∗ e car :

x′′ ∗ (x′ ∗ x) = x′′ ∗ e = (x′′ ∗ x′ ) ∗ x = e∗x = x.

Maintenant, on a :

x ∗ x′ = (x′′ ∗ e) ∗ x′ = x′′ ∗ (e ∗ x′ ) = x′′ ∗ x′ = e.

Par conséquent, un symétrique à gauche est aussi un symétrique à droite.


Montrons maintenant que e est aussi neutre à droite. En effet, on a :

x∗e = x ∗ (x′ ∗ x) = (x ∗ x′ ) ∗ x = e∗x = x.

En conclusion, la loi de composition interne ∗ est associative, admet un élément


neutre e, et tout élément de G admet un symétrique dans G. L’ensemble (G, ∗) est
donc un groupe.

Exercice 5.3
Sous-groupes de (Z, +)
Soit n ∈ Z. On désigne par nZ l’ensemble des multiples de n.
Montrer que les sous-groupes de (Z, +) sont de la forme nZ. 

Montrons que nZ est un sous-groupe de (Z, +). On a : 0 ∈ nZ car 0 = n × 0,


si x et y sont deux éléments de nZ, alors il existe (x′ , y ′ ) ∈ Z2 tels que x = nx′ et
y = ny ′, par suite x − y = n(x′ − y ′ ) ∈ nZ. En conclusion, nZ est un sous-groupe
de (Z, +).
178 CHAPITRE 5. STRUCTURES ALGÉBRIQUES USUELLES

Réciproquement, soit H un sous-groupe de (Z, +), montrons qu’il est de la forme nZ.
Si H = {0} alors H = 0Z. On suppose dans la suite que H 6= {0}, alors l’ensemble
{n ∈ H : n > 0} possède un plus petit élément que l’on note n (car c’est une
partie non vide de N). On se propose de montrer que H = nZ par double inclusion.
(⊂) Soit x ∈ H, alors par division euclidienne de x par n il existe un unique couple
(q, r) ∈ Z2 tel que : x = qn + r avec 0 ≤ r < n. Comme H est un sous-groupe, alors
r = x − qn ∈ H (soustraction de deux éléments de H). Donc, r = 0 (car sinon on
aurait une contradiction avec la définition de n). Par suite, x = qn ∈ nZ.
(⊃) Par définition n ∈ H, comme H est un sous-groupe alors kn = n + · · · + n ∈ H.
D’autre part, H contient aussi les symétriques de tous ses éléments, et donc tous les
kn avec k ≤ −1. Enfin, H contient n + (−n) = 0, et en conclusion nZ ⊂ H.

Exercice 5.4 Centre d’un groupe


Soit (G, ∗) un groupe. On appelle centre de G l’ensemble

Z(G) = {x ∈ G : ∀ y ∈ G, xy = yx}.

Montrer que (Z(G), ∗) est un sous-groupe de G. 

⋆ Z(G) 6= ∅ car e ∈ Z(G).


⋆ Soient x et y deux éléments de Z(G) et z ∈ G, alors xy ∈ Z(G). En effet, on a
par définition xz = zx et yz = zy. D’où :

(xy)z = xyz = xzy = zxy.

⋆ Soit x ∈ Z(G) alors x−1 ∈ Z(G). En effet, si z ∈ G on a par définition xz = zx,


et en multipliant cette relation par x−1 à gauche et à droite il résulte que :

x−1 xzx−1 = x−1 zxx−1 =⇒ zx−1 = x−1 z.

Exercice 5.5 Groupe produit


Soient H et K deux groupes multiplicatifs.
1. Montrer que H × K muni de la loi ⊥ définie par : ∀ (x1 , x2 ) ∈ H 2 , ∀ (y1 , y2 ) ∈ K 2

(x1 , y1 ) ⊥ (x2 , y2 ) = (x1 · x2 , y1 · y2 )

est un groupe.
2. Montrer que H × {0} et {0} × K sont des sous-groupes de H × K isomorphes à H
et K. 

1. Il est facile de vérifier que la loi ⊥ est associative (cela découle de l’associativité
de la loi × sur H et K). L’élément neutre de ⊥ est (eH , eK ), enfin l’inverse de
5.6. EXERCICES 179

(x, y) ∈ H × K est (x−1 , y −1 ). En conclusion, (H × K, ⊥) est un groupe.


2. Considérons l’application ϕ : H −→ H × K définie par f (x) = (x, eK ), alors
ϕ est un morphisme injectif et on a en plus ϕ(H) = H × {0} par définition. D’où,
H ×{0} est un sous-groupe de H ×K isomorphe à H. On montre, de la même façon,
que {0} × K est un sous-groupe de H × K isomorphe à K.

Exercice 5.6
Soient G1 et G2 deux sous-groupes d’un groupe (G, ⊥).
1. Montrer que G1 ∩ G2 est un sous-groupe de G.
2. Montrer que

G1 ∪ G2 est sous-groupe de G ⇐⇒ G1 ⊂ G2 ou G2 ⊂ G1 .

1. L’élément neutre e de G appartient à G1 ∩G2 puisque ce sont deux sous-groupes et


donc contiennent cet élément. Maintenant, si x, y ∈ G1 ∩ G2 , alors x⊥y −1 ∈ G1 (car
G1 sous-groupe) et x⊥y −1 ∈ G2 (car G2 sous-groupe). Par suite, x⊥y −1 ∈ G1 ∩ G2 ,
et par conséquent G1 ∩ G2 est un sous-groupe de G.
2.
(=⇒) Si G1 ⊂ G2 alors le résultat est clair. Sinon, il existe un élément g ∈ G1 et
g 6∈ G2 . Montrons alors que G2 ⊂ G1 . Soit x ∈ G2 , alors x⊥g ∈ G1 ∪ G2 (car c’est
un sous-groupe). On distingue alors deux cas :
⋄ x⊥g ∈ G2 : alors x−1 ⊥x⊥g ∈ G2 , c’est-à-dire g ∈ G2 , contradiction.
⋄ x⊥g ∈ G1 : alors x⊥g⊥g −1 ∈ G1 , c’est-à-dire x ∈ G1 .
Par conséquent, G2 ⊂ G1 , et l’implication est ainsi prouvée.
(⇐=) Si G1 ⊂ G2 ou G2 ⊂ G1 alors G1 ∪ G2 = G2 ou G1 ∪ G2 = G1 , il s’agit donc
bien d’un sous-groupe de G.

Exercice 5.7 Groupes des racines de l’unité


1. Soit n ∈ N∗ . Montrer que l’ensemble

Un := {z ∈ C : zn = 1 }

est un groupe multiplicatif.


2. Montrer que l’ensemble

V := {z ∈ C tels que ∃ n ∈ N∗ avec z n = 1 }

est un groupe multiplicatif.


3. Soient p et q deux entiers premiers entre eux. Déterminer Up ∩ Uq .
4. Montrer que l’application ϕ : Up × Uq −→ Upq définie par (x, y) 7−→ xy est un
isomorphisme de groupe (p et q désignent deux entiers premiers entre eux). 
180 CHAPITRE 5. STRUCTURES ALGÉBRIQUES USUELLES

n o
2ikπ
1. On sait que Un = e n , k ∈ J0, n − 1K . Comme (C∗ , ×) est un groupe et que
Un ⊂ C∗ , il suffit de montrer que (Un , ×) est un sous-groupe.
⋆ L’élément 1 appartient à Un .
2ikπ 2ilπ 2i(k+l)π
⋆ Le produit e n × e n = e n appartient à Un .
2ikπ 2i(n−k)π
⋆ L’inverse de e n est égal à e n et c’est un élément de Un .
En conclusion, (Un , ×) est un groupe.
2. On montre, de même, que (V, ×) est un sous-groupe de C∗ . On a :
⋆ V 6= ∅ car 1 ∈ V.
2ikπ 2i(n−k)π
⋆ L’inverse de e n est e n et c’est un élément de V.
2ikπ 2ik′ π
⋆ Soit z = e n ×e n′ , alors
‚ ‹n′ Œn
 n n′
2ikπ 2ik′ π
n×n′ ′
z = e n × e n′ = 1n × 1 n = 1.

Par conséquent, (V, ×) est un groupe.


3. Soit x ∈ Up ∩ Uq . Comme p et q sont premiers entre eux, alors il existe, d’après
le théorème de Bézout, deux entiers u et v tels que up + vq = 1. Alors, on a
x = xup+vq = (xp )u × (xq )v = 1. Par conséquent, on conclut que Up ∩ Uq = {1}.
4. Si x ∈ Up et y ∈ Uq , alors x ∈ Upq et y ∈ Upq , et comme Upq est un groupe alors
xy ∈ Upq . L’application ϕ est un morphisme car pour (a, b) et (c, d) dans Up × Uq
on a grâce à la commutativité et l’associativité des nombres complexes :

ϕ((a, b) · (c, d)) = ϕ(ac, bd) = abcd = ϕ(a, b) · ϕ(c, d).

Pour montrer que ϕ est bijectif il suffit de montrer qu’il est injectif car les ensembles
Up × Uq et Upq ont le même cardinal. Soit (a, b) ∈ ker(ϕ), alors ab = 1, par suite

a = b−1 ∈ Up ∩ Uq = {1}.

Donc, a = b = 1 et ϕ est injectif.

Exercice 5.8
Automorphismes intérieurs
Soient (G, ×) un groupe, a ∈ G et τa l’application définie par :

τa : G −→ G, x 7−→ axa−1 .

1. Montrer que τa est un automorphisme de G (appellé automorphisme intérieur).


2. Montrer que l’application τ : (G, ×) −→ (Aut (G), ◦), a 7−→ τa est un
morphisme de groupe, où Aut (G) est l’ensemble des automorphismes de G. 
5.6. EXERCICES 181

1. τa : G −→ G est un endomorphisme car on a pour tout (x, y) ∈ G2 :

τa (xy) = axya−1 = ax(a−1 a)ya−1 = (axa−1 )(aya−1 ) = τa (x)τa (y).

Soit x ∈ G, on a :

τa (τa−1 (x)) = a(a−1 xa)a−1 = exe = x et de même τa−1 (τa (x)) = x.

Donc, τa est bijectif, et c’est un automorphisme de G.


2. Pour tout (a, b) ∈ G2 , on a :

τab (x) = abxb−1 a−1 = a(bxb−1 )a−1 = τa (τb (x)).

D’où τab = τa ◦ τb et τ est donc bien un morphisme de groupe.

Exercice 5.9
Soit G un sous-groupe de Sn groupe des permutations de J1, nK. On considère la relation
R définie sur J1, nK par :

aRb ⇐⇒ ∃ σ ∈ G : σ(a) = b.

1. Montrer que R est une relation d’équivalence.


2. Soit p ≤ n un entier naturel. Montrer que

Gp = {σ ∈ G : σ(p) = p}

est un sous-groupe de G.
3. Soient p ≤ n et q ≤ n deux entiers naturels tels qu’il existe un élément τ ∈ G avec
τ (p) = q. Montrer que Gp et Gq sont isomorphes. 

1. Montrons que R est une relation d’équivalence.


⋄ R est réflexive : la permutation Id appartient à G (car sous-groupe de Sn ), et
puisque Id(a) = a pour tout a alors R est réflexive.
⋄ R est symétrique : si a et b sont deux éléments tels que a R b alors il existe une
permutation σ ∈ G telle que σ(a) = b. D’où, σ −1 (b) = a et comme σ −1 ∈ G (car
c’est un groupe), alors b R a.
⋄ R est transitive : si a, b et c sont tels que a R b et b R c, alors il existe deux éléments
τ et σ de G tels que τ (a) = b et σ(b) = c. On a alors (σ◦τ )(a) = c et comme σ◦τ ∈ G
(car c’est un groupe), on conclut que a R c.
2. On a :
⋄ Gp 6= ∅ car Id ∈ Gp ,
⋄ si σ et τ sont deux éléments de Gp , alors σ(τ −1 (a)) = σ(a) = a et par suite
182 CHAPITRE 5. STRUCTURES ALGÉBRIQUES USUELLES

σ ◦ τ −1 ∈ Gp .
En conclusion, Gp est un sous-groupe de G.
3. Soit ϕτ : G −→ G l’automorphisme intérieur défini par ϕτ (σ) = τ ◦ σ ◦ τ −1 .
Comme τ (p) = q, alors ϕτ (σ)(q) = τ ◦ (p) = τ (p) = q et par suite ϕτ (Gp ) ⊂ Gq . De
même, et comme τ −1 (q) = p, on a ϕτ −1 (Gq ) ⊂ Gp . Par conséquent, Gp et Gq ont
même cardinal, et ϕτ est l’isomorphisme demandé.

Exercice 5.10
On considère l’ensemble § ª
1
E = : n ∈ N∗ .
n!
Déterminer tous les sous-groupes du groupe (Q, +) contenant E. 

On se propose de montrer que le seul sous-groupe du groupe (Q, +) contenant E


est Q. Tout d’abord, il est clair que le sous-groupe Q contient E. Réciproquement,
p
soit H un sous-groupe de Q contenant E, alors l’élément r = ∈ Q (avec p ∈ Z et
q
q ∈ N∗ ) appartient à E. En effet, on a :

p 1
r = = p(q − 1)! × ∈ E.
q | {z } q!
∈Z |{z}
∈E

En conclusion, on a : H = Q.

Exercice 5.11
Stabilisateur
Soient x un élément d’un ensemble X, et (G, ◦) le groupe des bijections de X. On
appelle stabilisateur de x l’ensemble :

Sx = {g ∈ G : g(x) = x}.

Montrer que Sx est un sous-groupe de G. 

L’élément neutre de G, qui est Id, appartient à Sx car Id(x) = x. Si g et h sont


deux éléments de Sx , alors g ◦ h ∈ Sx car :

(g ◦ h)(x) = g(h(x)) = g(x) = x.

Enfin, si g ∈ Sx , alors g −1 ∈ Sx car g(x) = x et donc en appliquant g −1 on déduit


que x = g −1(x).
En conclusion, Sx est un sous-groupe de G.
5.6. EXERCICES 183

Exercice 5.12
Morphisme de groupes
1. Montrer que l’application f : C∗ −→ R∗ définie par z 7−→ |z| est un morphisme de
groupe multiplicatif. Quel est son noyau, et quelle est son image ?
2. Montrer que l’application exp : C −→ C∗ est un morphisme de groupe. Quel est son
noyau ? quelle est son image ? 

1. Il est clair que c’est un morphisme car |z1 z2 | = |z1 | × |z2 | pour tout z1 , z2 ∈ C∗ .
Le noyau de f est donné par : ker(f ) = {z ∈ C∗ : |z| = 1}, c’est le sous-groupe de
C∗ des nombres complexes de module 1. On le note U. L’image de f est égale à R∗+ .
2. Il est clair que c’est un morphisme de groupe car ez1 +z2 = ez1 × ez2 pour tout
z1 , z2 ∈ C. L’image de exp est C∗ car l’exp est surjective, en effet tout z ∈ C∗ admet
une représentation z = reiθ (avec r > 0), d’où z = eln r+iθ . Le noyau de l’exp est le
sous-groupe 2iπZ, car ez = 1 (avec z = a + ib et a, b réels) implique que a = 0 et
b ≡ 0 (mod 2π).

Exercice 5.13
Commutateur. Groupe dérivé
Soient G et H deux groupes et ϕ : G −→ H un morphisme de groupes.
Pour (a, b) ∈ G × G on appelle commutateur de a et b l’élément

[a, b] = aba−1 b−1 .

On note D(G) l’ensemble des produits de commutateurs d’éléments de G.


1. Montrer que D(G) est un sous-groupe de G. (D(G) est appelé groupe dérivé).
2. Montrer que

G est commutatif ⇐⇒ D(G) = {eG }.

3. Montrer que

D(G) ⊂ ker(ϕ) ⇐⇒ Im(ϕ) est commutatif.

1. D(G) est un sous-groupe, en effet : eG ∈ D(G) car [eG , eG ] = eG . De plus, D(G)


est stable par produit, enfin on a :

[a, b]−1 = (aba−1 b−1 )−1 = bab−1 a−1 = [b, a].

En conclusion, D(G) est un sous-groupe de G.


2. Cette question est claire car la commutativité de G est équivalente à (ab)−1 = ab
pour tout (a, b) ∈ G × G.
184 CHAPITRE 5. STRUCTURES ALGÉBRIQUES USUELLES

3. On montre ce résultat par double implication.


(=⇒) Soient x et y deux éléments de Im(ϕ), alors il existe (a, b) ∈ G2 tel que :
ϕ(a) = x et ϕ(b) = y. Par conséquent :

[x, y] = ϕ(a)ϕ(b)ϕ(a−1 )ϕ(b−1 ) = ϕ([a, b]) = eH car [a, b] ∈ ker(ϕ).

En conclusion, Im(ϕ) est commutatif (d’après la question précédente).


(⇐=) On a

ϕ([a, b]) = ϕ(a)ϕ(b)ϕ(a−1 )ϕ(b−1 ) = [ϕ(a), ϕ(b)] = eH .

Ainsi, tous les commutateurs sont des éléments de ker(ϕ). D’où D(G) ⊂ ker(ϕ).

Exercice 5.14
Soit H un sous-groupe d’un groupe G1 .
Existe t-il un morphisme de groupes ϕ : G1 −→ G2 (pour un certain groupe G2 ) tel
que :
H = ker(ϕ).

Si un tel morphisme ϕ existe, alors pour tout (g, h) ∈ G1 × H on a :

ϕ(g −1hg) = ϕ(g)−1ϕ(h)ϕ(g) = ϕ(g −1)eG1 ϕ(g) = eG1 .

Pa suite, on doit avoir g −1 hg ∈ H, ceci n’est pas vrai toujours (en particulier si H
n’est pas commutatif).

Exercice 5.15
Sous-groupe distingué
Soit G un groupe, qui n’est pas supposé abélien, d’élément neutre e. La loi de G est
notée (a, b) 7−→ ab.
1. Soit H un sous-groupe de G. Montrer qu’il y a équivalence entre :
– pour tout g ∈ G : gH ⊂ Hg,
– pour tout g ∈ G : Hg ⊂ gH,
– pour tout g ∈ G : gH = Hg.
On dit qu’un sous-groupe H de G est distingué s’il vérifie l’une des trois conditions
ci-dessus. On note H ⊳ G.
2. Soit H un sous-groupe de G. Montrer qu’il a équivalence entre :
– H est distingué dans G,
– pour tout g ∈ G : gHg−1 = H,
– pour tout g ∈ G : gHg−1 ⊂ H.
3. Montrer que {e} et G sont des sous-groupes distingués de G.
5.6. EXERCICES 185

4. Si G est abélien, que peut-on dire pour ses sous-groupes distingués ?


5. Soient G1 et G2 deux groupes et ϕ : G1 −→ G2 un morphisme de groupes.
(i) Montrer que :
H ⊳ G2 =⇒ ϕ−1 (H) ⊳ G1 .

(ii) Montrer que 8


< ϕ est surjectif
=⇒ ϕ(H) ⊳ G2 .
:
H ⊳ G1

(iii) Montrer que ker(ϕ) ⊳ G1 . 

1. On note les trois propositions par (i), (ii) et (iii) respectivement. Il suffit de
montrer que (i) ⇐⇒ (ii).
(i) =⇒ (ii) Soit g ∈ G, comme g −1 H ⊂ Hg −1 alors en multipliant à gauche et à
droite par g on déduit que :

g(g −1H)g ⊂ g(Hg −1)g c-à-d Hg ⊂ gH.

(ii) =⇒ (i) Soit g ∈ G. Comme Hg −1 ⊂ g −1H, alors en multipliant à droite et à


gauche par g on déduit (i).
2. On note les trois propositions par (i), (ii) et (iii) respectivement.
(i) =⇒ (ii) Pour tout g ∈ G on a :

gHg −1 = g(Hg −1) = g(g −1H) = (gg −1)H = H.

(ii) =⇒ (iii) cette implication est claire.


(iii) =⇒ (i) Pour tout g ∈ G on a :

gH ⊃ g(g −1Hg) et g(g −1Hg) = (gg −1)Hg = Hg.

Donc Hg ⊃ gH et H est distingué dans G.


3. Pour tout g ∈ G on a : g{e} = {e}g = {g} et donc {e} ⊳ G. Maintenant, pour
tout g ∈ G, les applications x 7−→ gx et x 7−→ xg sont des bijections de G −→ G.
Par suite, gG = Gg = G, et G est distingué dans G.
4. Si G est abélien, alors tout sous-groupe H de G est distingué dans G.
5.
(i) Soit g ∈ G1 , montrons que gϕ−1(H)g −1 ⊂ ϕ−1 (H).
Pour tout h ∈ ϕ−1 (H) on a : ϕ(ghg −1) = ϕ(g)ϕ(h)ϕ(g −1) = g ′ϕ(h)g ′−1 avec g ′ =
ϕ(g). Or h′ = ϕ(h) ∈ H qui est distingué dans G2 . Donc, ϕ(ghg −1) = g ′h′ g ′−1 ∈ H,
par suite ghg −1 ∈ ϕ−1 (H) et ϕ−1 (H) ⊳ G1 .
(ii) On sait que ϕ(H) est un sous-groupe de G2 (car image directe d’un sous-groupe
186 CHAPITRE 5. STRUCTURES ALGÉBRIQUES USUELLES

par un morphisme). Soient g2 ∈ G2 et h2 ∈ ϕ(H), montrons que g2 h2 g2−1 ∈ ϕ(H).


Comme ϕ est un morphisme surjectif, alors il existe g1 ∈ G1 et h1 ∈ H tels que
g2 = ϕ(g1 ) et h2 = ϕ(h1 ). Par suite

g2 h2 g2−1 = ϕ(g1 )ϕ(h1 )ϕ(g1−1 ) = ϕ(g1 h1 g1−1 ) ∈ ϕ(H).

En conclusion, ϕ(H) ⊳ G2 .
(iii) On sait que {eG2 } est un sous-groupe distingué de G2 , par suite on déduit
d’après ce qui précède que ker(ϕ) = ϕ−1 ({eG2 }) est un sous-groupe distingué de G1 .

Exercice 5.16
Groupe du triangle
Déterminer le groupe des isométries du plan conservant un triangle équilatéral ABC
de centre de gravité O. 

On désigne par Is(△ABC) l’ensemble des isométries du triangle équilatéral


ABC. Pour trouver les éléments de ce groupe on regarde les différentes images
par une isométrie f des sommets A, B, C. Il y a six cas possibles (car c’est une
permutation de {A, B, C} ) :
⋄ f (A) = A, f (B) = B, f (C) = C, alors f est l’identité f = Id.
⋄ f (A) = A, f (B) = C, f (C) = B, alors f est la symétrie par rapport à la média-
trice de (BC) (qui est la droite (OA)), f = SOA .
⋄ f (A) = B, f (B) = A, f (C) = C, alors f est la symétrie par rapport à la média-
trice de la droite (AB) (qui est la droite (OC)), f = SOC .
⋄ f (A) = C, f (B) = B, f (C) = A, alors f est la symétrie par rapport à la média-
trice de la droite (AC) (qui est la droite (OB)), f = SOB .
⋄ f (A) = B, f (B) = C, f (C) = A, alors f est la rotation de centre O et d’angle 2π
3
.
⋄ f (A) = C, f (B) = A, f (C) = B, alors f est la rotation de centre O et d’angle 3 .

Exercice 5.17 Élément nilpotent


1. On dit qu’un élément a d’un anneau A est nilpotent s’il existe un entier n tel que
an = 0.
Montrer que si a est nilpotent, alors 1 − a est inversible.
2. Montrer que si ab est nilpotent alors ba est nilpotent aussi.
3. Soit K un anneau commutatif fini.
Montrer que K est un corps si, et seulement si, il possède un seul élément nilpotent et
exactement deux éléments idempotents (c’est-à-dire tels que a2 = a). 

1. Soit n un entier tel que an = 0, alors

(1 − a)(a0 + a1 + · · · + an−1 ) = 1 − an = 1.
5.6. EXERCICES 187

n−1
X
Par conséquent, l’élément 1 − a est inversible et son inverse est ak .
k=0
2. Soit n un netier tel que (ab)n = 0, alors on a :

(ba)n+1 = ba ba · · · ba = b (ab)n a = 0.

Par suite, l’élément ba est nilpotent aussi.


3. On montre l’équivalence par double implication.
(=⇒) Si K est un corps alors 0 est le seul élément nilpotent car s’il existait un autre
élément nilpotent non nul x alors on aurait x xn−1 = 0 et x serait un diviseur de zéro,
contradiction avec le fait que K est un corps. De plus, l’équation a2 = a admet au
plus 2 solutions (c-à-d le degré de ce polynôme), et en fait il s’agit de deux solutions
exactement et qui sont 0 et 1.
(⇐=) Soit K un anneau fini possédant un élément nilpotent et exactement deux
éléments idempotents. Montrons que tout élément non nul admet un inverse. Soit
a ∈ K un élément non nul, comme l’anneau K est fini alors il existe deux entiers p et
q (avec q > p) tels que ap = aq . En posant α = q − p, alors il résulte que ap+α = ap .
Par une simple récurrence, il s’ensuit que ap = ap+nα pour tout n ∈ N.
Pour n assez grand, on a nα > p et en multipliant la relation ap = ap+nα par anα−p
on déduit que anα = a2nα , c’est-à-dire que l’élément anα est idempotent. Comme
il n’y a que deux éléments idempotents, il résulte que anα = 0 ou anα = 1. Or, si
anα = 0 alors a serait nilpotent et donc égal à zéro, contradiction. Par conséquent,
anα = 1, et par suite a est inversible d’inverse anα−1 .
En conclusion, on a montré que tout élément non nul de K est inversible, alors K
est un corps.

Exercice 5.18
Anneau de Boole
Soit A un anneau tel que x2 = x pour tout x ∈ A.
1. Montrer que A est commutatif.
2. Montrer que l’anneau A est intègre si, et seulement si, il contient exactement deux
éléments. 

1. Soient x et y deux éléments de A, alors on a :

x + y = (x + y)2 = x2 + xy + yx + y 2 = x + xy + yx + y.

En ajoutant, aux deux membres, l’expression x + y + xy, on obtient :

x + y + x + y + xy = x + xy + yx + y + x + y + xy.

Or x + x = 0 pour tout x ∈ A, en effet : x + x = (x + x)2 = x2 + x2 + x2 + x2 =


188 CHAPITRE 5. STRUCTURES ALGÉBRIQUES USUELLES

x + x + x + x et donc x + x = 0. Par suite, on déduit que :

xy = yx

et A est commutatif.
2.
(=⇒) Soit x ∈ A, alors x2 = x =⇒ x(1 − x) = 0 et donc x = 0 ou x = 1. Par suite,
A contient exactement deux éléments, 0 et 1.
(⇐=) L’anneau {0, 1} est intègre et vérifie x2 = x pour tout x ∈ {0, 1}.

Exercice 5.19
On considère l’ensemble E définit par :
 
p
E = : p ∈ Z, q ∈ N∗ , q impair .
q

1. Montrer que (E, +, ×) est un anneau.


2. Montrer que (E, +, ×) n’est pas un corps. 

1. Il suffit de montrer que E est un sous-anneau de (R, +, ×).


⋄ On a 1 ∈ E.
⋄ Si ab et dc sont deux éléments de E, alors ab − dc = ad−bc
bd
. Comme b et d sont impairs
alors bd l’est aussi. Donc b − d ∈ E.
a c

⋄ Si ab et dc sont deux éléments de E, alors ab × dc = acbd


∈ E.
En conclusion, (E, +, ×) est un anneau.
2. Il suffit de montrer qu’il existe un nombre non nul n’ayant pas d’inverse. Par
exemple, 2 n’a pas d’inverse dans E, en effet supposons (par l’absurde) qu’il existe
p
q
∈ E tel que 2 × pq = 1, alors 2p = q, ce qui est une contradiction car q est impair.
En conclusion, E n’est pas un corps.

Exercice 5.20
Crochet de Lie. Relation de Jacobi
Soit (A, +, ·) un anneau. Pour (x, y) ∈ A2 , on considère le crochet de Lie [x, y] par :

[x, y] = xy − yx.

1. Montrer que pour tout (x, y, z) ∈ A3 :

[x, y + z] = [x, y] + [x, z].

2. Pour tout (x, y, z) ∈ A3 , montrer la relation de Jacobi :

[x, [y, z]] + [y, [z, x]] + [z, [x, y]] = 0.


5.6. EXERCICES 189

1. On a :

[x, y+z] = x(y+z)−(y+z)x = xy+xz−yx−zx = (xy−yx)+(xz−zx) = [x, y]+[x, z].

2. On a

[x, [y, z]] + [y, [z, x]] + [z, [x, y]] = [x, yz − zy] + [y, zx − xz] + [z, xy − yx]
= x(yz − zy) − (yz − zy)x + y(zx − xz) − (zx − xz)y + z(xy − yx) − (xy − yx)z
= xyz − xzy − yzx + zyx + yzx − yxz − zxy + xzy + zxy − zyx − xyz + yxz = 0.

Exercice 5.21
1. On considère l’ensemble

E = {a + b 2 : (a, b) ∈ Q2 }.

Montrer que (E, +, ×) est un corps commutatif.



2. Montrer que F = {a + ib 3, (a, b) ∈ Q2 } est un corps. 

1. Il suffit de montrer que (E, +, ×) est un sous-corps de (R, +, ×). On a :



⋆ 1 ∈ E car 1 = 1 + 0 2,
√ √ √
⋆ si x = a+b 2 et y = c+d 2 sont deux éléments de E alors x−y = (a−c)+(b−d) 2

et xy = (ac + 2bd) + (ad + cb) 2 sont des éléments de E,

⋆ si x = a + b 2 est un élément non nul de E, alors il est inversible dans E d’inverse
a −b √ √
+ 2. Notons que a2
−2b 2
=
6 0 car 2 n’est pas un nombre rationnel.
a2 − 2b2 a2 − 2b2
En conclusion, (E, +, ×) est un corps. Il est immédiat de voir qu’il est commutatif.
√ √
2. Comme dans la question précédente, on a : 1 ∈ F . Si x = a − ib 3, y = c + id 3
sont deux éléments de F alors
√ √
x − y = (a − c) + i(b − d) 3 ∈ F et xy = (ac − 3bd) + i(ad + bc) 3 ∈ F.
√ √
Finalement, si x = a + ib 3 ∈ F \ {0}, alors x1 = a2 +3b
a
2 + i a2 +3b2
−b
3 ∈ F.
En conclusion, (F, +, ×) est un corps (en tant que sous-corps de (C, +×)).

5.6.2 Exercices d’assimilation

Exercice 5.22 K
Soit ϕ : G1 −→ G2 un morphisme entre un groupe fini G1 et un groupe G2 .
190 CHAPITRE 5. STRUCTURES ALGÉBRIQUES USUELLES

Montrer que
Card(G1 ) = Card(ker(ϕ)) × Card(Im(ϕ)).

Comme G1 est fini alors ker(ϕ) ⊂ G1 et Im(ϕ) = ϕ(G1 ) sont finis.


Soit b ∈ Im(ϕ), alors il existe a ∈ G1 tel que ϕ(a) = b. On se propose de montrer
que :
€ Š
Card ϕ−1 ({b}) = Card(ker(ϕ)).

Soit x ∈ G1 , alors :

x ∈ ϕ−1 ({b}) ⇐⇒ ϕ(x) = b ⇐⇒ ϕ(x) = ϕ(a) ⇐⇒ ϕ(a−1 x) = e2 ⇐⇒


a−1 x ∈ ker(ϕ) ⇐⇒ x ∈ a · ker(ϕ).

Or, l’application ψ : ker(ϕ) −→ a · ker(ϕ) définie par h 7−→ a · h est une bijection,
par suite Card(ker(ϕ)) = Card(a · ker(ϕ)). Donc, tous les éléments b ∈ Im(ϕ) ont le
même nombre d’antécédents égal à Card (ϕ−1 ({b})) = Card(ker(ϕ)).
Finalement, chaque x ∈ G1 admet une image et une seule, par suite x appartient
à une seule pré-image du type ϕ−1 ({b}). Ainsi, G1 est la réunion disjointe de ces
différentes pré-images, et par conséquent on a montré que :

Card(G1 ) = Card(ker(ϕ)) × Card(Im(ϕ)).

Exercice 5.23 K
Ordre d’un élément
Soit G un groupe d’élément neutre e.
1. Montrer que l’ensemble

H = {n ∈ Z : gn = e}

est un sous-groupe de Z, donc de la forme kZ avec k ∈ N. L’entier k s’appelle l’ordre


de l’élément g.
2. On suppose que G est fini. Montrer que :

∃n ∈ N : ∀ g ∈ G, gn = e.

Le plus petit entier n ∈ N∗ vérifiant cette propriété s’appelle l’exposant de G. 

1. On voit que 0 ∈ H car g 0 = e. Maintenant, si a et b sont deux éléments de H


alors e = g a g b = g a+b , par suite a + b ∈ H. Finalement, si a ∈ H, alors

g −a = (g a )−1 = e−1 = e.
5.6. EXERCICES 191

Par suite −a ∈ H. En conclusion, H est un sous-groupe de Z, donc de la forme kZ


avec k ∈ N.
2. L’exposant de G est un multiple de tous les éléments de G, par suite le ppcm des
ordres des éléments de G vérifie g n = e pour tout g ∈ G.

Exercice 5.24 K
Déterminer tous les morphismes de groupes de (Q, +) dans (Z, +). 

Soit ϕ : (Q, +) −→ (Z, +) un morphisme, non identiquement nul, alors Im(ϕ)


est un sous-groupe de Z non réduit à {0}, il contient par suite un élément non nul
x0 . Comme c’est un sous-groupe, alors il contient aussi −x0 , et par suite Im(ϕ) ∩ N∗
est non vide. Or toute partie non vide de N∗ admet un plus petit élément que l’on
note n0 . Soit r ∈ Q tel que : ϕ(r) = n0 = min(Im(ϕ) ∩ N∗ ). Maintenant, puisque ϕ
est un morphisme de groupe, alors on a :

r r‹  ‹
r  ‹
r  ‹
r
n0 = ϕ(r) = ϕ + = ϕ +ϕ = 2ϕ .
2 2 2 2 2
€ Š
Donc, n20 = ϕ 2r est aussi un élément de Im(ϕ) ∩ N∗ , contradiction avec le fait que
n0 = min(Im(ϕ) ∩ N∗ ). En conclusion, le seul morphisme de groupe entre (Q, +) et
(Z, +) est le morphisme nul.

Exercice 5.25 K
Soit G un groupe fini de cardinal 2n. Montrer que tout sous-groupe de cardinal n est
distingué dans G. (Voir exercice 5.15 pour la définition de groupe distingué). 

Soit H un sous-groupe de G d’ordre n. On a G = H ∪ H ′ avec |H| = |H ′| = n. Soit


x ∈ G, alors :
⋄ Cas 1 : x ∈ H
et dans ce cas on a xH = H = Hx.
⋄ Cas 2 : x ∈ G \ H
et dans ce cas xH ∩ H = ∅ (resp. Hx ∩ H = ∅), d’où xH = H ′ = Hx.
Finalement, pour tout x ∈ G, on a xH = Hx, et donc H est distingué dans G.

Exercice 5.26 K
Soient H et K deux sous-groupes d’un groupe (G, ·). On pose

HK = {h · k : h ∈ H, k ∈ K}.

1. Montrer que HK est un sous-groupe de G si, et seulement si, HK = KH.


2. On suppose, dans cette question, que H ⊳ K. Montrer que HK est un sous-groupe
de G. (Voir exercice 5.15 pour la définition de groupe distingué). 
192 CHAPITRE 5. STRUCTURES ALGÉBRIQUES USUELLES

1.
(=⇒) Soit h ∈ H et k ∈ K, alors kh ∈ KH, h−1 ∈ H et k −1 ∈ K, par suite
h−1 k −1 ∈ HK. Comme HK est un sous-groupe de G, alors (h−1 k −1 )−1 ∈ HK,
c’est-à-dire kh ∈ HK, et ainsi KH ⊂ HK. De la même façon, on montre que
HK ⊂ KH. D’où, HK = KH.
(⇐=) Montrons que HK est un sous-groupe de G. Tout d’abord HK 6= ∅ (car H
et K sont non vides). Maintenant, si (h1 , h2 ) ∈ H × H et (k1 , k2 ) ∈ K × K, alors :

(h1 k1 ) · (h2 k2 ) = h1 (k 1 h2 ) k2
| {z }
=⇒ k1 h2 ∈ HK.
∈KH

Comme k1 h2 ∈ HK, alors on peut l’écrire k1 h2 = kh avec h ∈ H et k ∈ K. Par


suite :
(h1 k1 ) · (h2 k2 ) = h1 (hk)k2 = (h1 h)(kk2 ) ∈ HK.
|{z} |{z}
∈H ∈K

Enfin, si h ∈ H, k ∈ K alors (hk)−1 ∈ HK car (hk)−1 = k −1 h−1 ∈ KH et KH =


HK. En conclusion, HK est un sous-groupe de G.
2. Comme H est distingué, alors par la question précédente on a pour tout k ∈ K :

k −1 Hk = H =⇒ Hk = kH =⇒ KH = HK.

Exercice 5.27 K
Théorème de Lagrange
Soit H un sous-groupe d’un groupe fini (G, · ).
1. Montrer que la relation R définie sur G par

xRy ⇐⇒ x−1 y ∈ H, (x, y) ∈ G2

est une relation d’équivalence.


2. Montrer que toutes les classes d’équivalence définies par R ont même cardinal.
3. En déduire que l’ordre de H divise l’ordre de G. 

1. R est réflexive car x R x puisque xx−1 = e ∈ H. De plus, R est symétrique car


(xy −1)−1 = yx−1 ∈ H. Finalement, si xy −1 ∈ H et yz −1 ∈ H alors leur produit xz −1
est dans H, donc R est transitive.
2. Soient x et y deux éléments de G et considérons l’application :

fxy : x −→ y
t 7−→ t x−1 y
5.6. EXERCICES 193

où x est la classe d’équivalence de x dans G. Cette application est bien définie car
si t ∈ x alors tx−1 ∈ H et tx−1 y ∈ y car tx−1 yy −1 = tx−1 ∈ H.
On a clairement

fxy ◦ fyx = idy et fyx ◦ fxy = idx .

Donc, fxy et fyx sont des bijections réciproques, et comme G est fini alors x et y ont
le même cardinal.
3. D’après la question ci-dessus, on a que les classes d’équivalences ont toutes le
même cardinal et de plus elles forment une partition de G par définition d’une
relation d’équivalence. Donc, l’ordre de ces classes divise l’ordre de G. Or, e = H,
donc l’ordre de H divise celui de G.

Exercice 5.28 K
Soit (K, +, ×) un corps fini. On note K \ {0} par K∗ . Calculer :
Y
x.
x∈K∗

On sait que K∗ est un groupe multiplicatif, donc tout élément admet un inverse.
Y
Par suite, dans le produit x tout élément va se simplifier avec son inverse à
x∈K∗
l’exception de ceux qui sont leur propre inverse. Or les éléments qui sont leur propre
inverse vérifient x = x−1 , c’est-à-dire x2 = 1. Ils sont donc racines du polynôme
X 2 − 1 = (X − 1)(X + 1). On distingue alors deux cas :
Y
Si 1 = −1 (c’est le cas des corps de caractéristique 2), alors x = 1 = −1.
Y
x∈K∗
Si 1 6= −1, alors x = −1. En conclusion, on a toujours :
x∈K∗

Y
x = −1.
x∈K∗

Exercice 5.29 K
Tout morphisme de corps est injectif
Soit ϕ : K −→ L un morphisme de corps. Montrer que ϕ est injectif. 

Montrons que ker(ϕ) = {0K }. Soit x un élément non nul du corps K, alors x est
inversible et par suite :

ϕ(x)ϕ(x−1 ) = ϕ(xx−1 ) = ϕ(1K ) = 1L 6= 0L .


194 CHAPITRE 5. STRUCTURES ALGÉBRIQUES USUELLES

Par conséquent, grâce au raisonnement par contraposée, on a : ker(ϕ) = {0K }, et


donc ϕ est injectif.

Exercice 5.30 K
1. Montrer que tout anneau intègre et fini est un corps.
2. Trouver tous les sous-corps de Q.
3. Existe t-il un corps K pour lequel (K, +) est isomorphe à (K∗ , ×) ? 

1. Il suffit de montrer que tout élément non nul a ∈ A admet un inverse pour conclure
que A est un corps. Soit a ∈ A un élément non nul, et considérons l’application

fa : A −→ A, x 7−→ a × x.

Cette application est injective car si fa (x) = fa (y) alors a × (x − y) = 0, donc


x − y = 0 car A est intègre. Comme A est fini alors fa est bijective. En particulier,
l’équation a × x = 1 admet une unique solution, par suite a admet un unique inverse
a′ . En conclusion, A est un corps.
2. Soit K un sous-corps de Q, alors K contient au moins 0 et 1 les éléments neutres
respectifs de l’addition et de la multiplication. Comme (K, +, ×) est un sous-anneau
de Q alors, en particulier, (K, +) est un sous-groupe de Q contenant 1. Donc K
contient Z.
Maintenant, (K, ×) est un groupe, tout élément de K a un inverse donc tous les
p
rationnels, et par suite tous les éléments de la forme avec (p, q) ∈ Z∗2 sont dans
q
K. Donc K contient au moins Q. En conclusion, le seul sous-corps de Q est Q lui-
même.
3. Soit K un corps tel qu’il existe un isomoprhisme ϕ entre (K, +) et (K∗ , ×). Par
définition du morphisme, on a ϕ(0) = 1. Soit a l’antécédent par ϕ de −1, alors
comme ϕ est un morphisme on a

ϕ(a + a) = ϕ(a)2 = 1 =⇒ a + a = 0.

D’où, (1 + 1)a = 0. Si a 6= 0, on a 1 + 1 = 0. Sinon, ϕ(0) = ϕ(a) et 1 = −1. Donc,


on a , dans tous les cas, 1 + 1 = 0.
Soit b ∈ K, comme (1 + 1)b = 0 alors ϕ(b + b) = ϕ(b)2 = 1. D’où, l’équation x2 = 1
admet tous les éléments de K∗ comme solutions. Comme cette équation admet au
plus deux solutions, alors on en déduit que Card(K) ≤ 3, mais alors dans ce cas, on
aurait un isomorphisme entre ensemble finis de cardinaux différents, impossible.
En conclusion, il n’existe pas d’isomorphisme entre (K, +) et (K∗ , ×).
5.6. EXERCICES 195

5.6.3 Exercices d’entraînement

Exercice 5.31 KK
Sous-groupes finis de (C∗ , ×)
Soit G un groupe commutatif fini de cardinal n et d’élément neutre e.
1. Montrer que
xn = e, ∀ x ∈ G.

2. Déterminer tous les sous-groupes finis de (C∗ , ×). 

1. Soit a ∈ G, alors il est facile de voir que l’application x 7−→ ax de G −→ G est


bijective (elle est injective et donc bijective puisque G est de cardinal fini). Donc,
on a : G = {ax : x ∈ G} et par suite
Y Y Y
x = ax = an x.
x∈G x∈G x∈G

On conclut, après simplification, que : an = e.


2. Soit G un sous-groupe fini de (C∗ , ×) de cardinal n, alors par la question précé-
dente on a : G ⊂ Un . Comme Un est de cardinal n, alors on déduit que G = Un . En
conclusion, les sous-groupes finis de (C∗ , ×) sont les groupes Un avec n ∈ N∗ .

Exercice 5.32 KK
Racines primitives de l’unité
Soit n un entier naturel non nul, on note Un le groupe des racines n-ièmes de l’unité
2ikπ
dans C. Pour k ∈ J0, n − 1K, on pose ω = e n et on considère l’application :

ϕ : Z −→ Un , m 7−→ ω m .

1. Montrer que ϕ est un morphisme du groupe (Z, +) dans le groupe (Un , ×). Déterminer
ker(ϕ) et Im(ϕ).
2. On dit qu’une racine n-ième de l’unité ω est primitive si Un est égal à l’ensemble des
puissances de ω.
Donner une description des racines primitives, et en donner la liste pour n = 6; n = 7
et pour n = 12.
3. Montrer qu’une racine est primitive si, et seulement sa conjuguée l’est aussi.
2kπ
4. Donner une interprétation géométrique du fait que ei n est une racine primitive. 

1. L’application ϕ est un morphisme de (Z, +) dans (Un , ×) car ϕ(m + m′ ) =


ϕ(m) × ϕ(m′ ).
n
Montrons maintenant que ker(ϕ) = Z. En effet, pour m ∈ Z on a :
pgcd(n, k)
2ikmπ
m ∈ ker(ϕ) ⇐⇒ ωm = 1 ⇐⇒ e n =1 ⇐⇒ n | km.
196 CHAPITRE 5. STRUCTURES ALGÉBRIQUES USUELLES

Si d = pgcd(n, k), alors n = du, k = dv avec pgcd(u, v) = 1. D’où, par le théorème


de Gauss, il s’ensuit que :

n | km ⇐⇒ u | vm ⇐⇒ u | m.

Par conséquent, on a :

n n
ker(ϕ) = Z = Z.
d pgcd(n, k)

Montrons maintenant que Im(ϕ) = U nd . On montre qu’il y a une bijection entre


q y
l’ensemble 0, nd − 1 et Im(ϕ). Soit y = ϕ(m) un élément de Im(ϕ) (avec m ∈ Z).
q y
Un élément x ∈ 0, nd − 1 est antécédent de y si, et seulement si :

n n
ϕ(m) = ϕ(x) ⇐⇒ m−x ∈ ker(ϕ) ⇐⇒ | m−x ⇐⇒ ∃ q ∈ Z, m = q + x.
d d

Donc, x est le reste de la division euclidienne de m par nd . D’où, l’existence et l’unicité


de x. On a donc, en particulier, Card(Im(ϕ)) = nd . Montrons que Im(ϕ) ⊂ U nd : soit
y = ω m ∈ Im(ϕ), alors on a :

n n 2kmπn/d
y d = ω m d = ei n = e2imπv = 1.

n
En conclusion, on a Im(ϕ) ⊂ U nd et Card(Im(ϕ)) = , par conséquent Im(ϕ) = U nd .
d
2. D’après ce qui précède, on voit que :

ω est primitive ⇐⇒ Im(ϕ) = Un ⇐⇒ pgcd(k, n) = 1.

2π 10π
Pour n = 6, on a deux racines primitives : ω1 = ei 6 et ω5 = ei 6 = ω1 .
Pour n = 7, on a six racines primitives :

2π 4π 6π 8π 10π 12π
ω1 = ei 7 ; ω2 = ei 7 ; ω3 = ei 7 ; ω4 = ei 7 = ω3 ; ω5 = ei 7 = ω2 ; ω6 = ei 7 = ω1 .

Pour n = 12, on a quatre racines primitives :

π 5π 7π 11π
ω1 = ei 12 ; ω5 = ei 12 ; ω7 = ei 12 et ω11 = ei 12 .

3. C’est une simple conséquence du fait que

pgcd(k, n) = 1 ⇐⇒ pgcd(n − k, n) = 1.

2kπ
4. Soit Ak l’image de ei n dans le plan complexe. On parcourt, sur le cercle unité,
l’ensemble {A0 , A1 , · · · , An−1 } en partant de A0 puis Ak , A2k , A3k et ainsi de suite.
5.6. EXERCICES 197

2kπ
Alors, la racine ei n est primitive si, et seulement si on passe une fois et une seule
par tous les points A0 , A1 , · · · , An−1 avant de revenir au point de départ A0 .

i
j
b
ω 2 = −j 2
b b

−ω = ω 5 ω
b
b

b
b
1
−1

b
b

ω 11 = ω
−ω = ω 7
b b

−j
j = j2 b

−i

Exercice 5.33 KK
Sous-groupe de (R, +)
Soit G un sous-groupe de (R, +) non réduit à 0.
1. Montrer que l’ensemble G ∩ R∗+ admet une borne inférieure (on la note a).
2. On suppose, dans cette question, a > 0. Montrer que G = a Z.
3. On suppose, dans cette question, a = 0. Montrer que G est dense dans R.
4. Soit α ∈ R \ Q. Montrer que l’ensemble Z + α Z est dense dans R.
5. Montrer que l’ensemble des périodes d’une fonction f : R −→ R est un sous-groupe

de R. Que dire d’une fonction continue qui admet 1 et 2 pour période ? 

1. Comme G est un groupe non réduit à 0 alors il possède un élément non nul et est
stable par passage à l’opposé. Donc, G ∩ R∗+ est une partie non vide de R, comme
elle est en plus minorée par 0 alors G ∩ R∗+ admet une borne inférieure a.
2. Montrons que G = a Z. › ž
g g
(⊂) Soit g ∈ G et posons k = ∈ N. D’où, k ≤ < k + 1 et comme a > 0 alors :
a a

ka ≤ g < (k + 1)a c’est-à-dire 0 ≤ g − ka < a.

Par conséquent, g − ka = 0, et alors g ∈ a Z.


(⊃) Supposons, par l’absurde, que a 6∈ G, alors il existe b ∈ G tel que a < b < 2a
(car 2a > a et 2a n’est pas un minorant). De même, comme b n’est pas un minorant
198 CHAPITRE 5. STRUCTURES ALGÉBRIQUES USUELLES

de G ∩ R∗+ , alors il existe c tel que : a < c < b < 2a. Par suite, b − c ∈ G, b − c > 0
et b − c < a, contradiction avec la définition de a. Donc, a ∈ G et par une récurrence
immédiate on déduit que a N ⊂ G. Finalement, comme G est stable par passage à
l’opposé, alors a Z ⊂ G.
3. On se propose de montrer que G rencontreœ Ÿ
tout intervalle [c, d] avec c < d. Soit
d
g ∈ G tel que 0 < g < d − c. En posant k = alors on déduit que
g

d d
−1 < k ≤ c-à-d en multipliant par g > 0 c < d − g < kg ≤ d.
g g

Comme kg ∈ G ∩ [c, d], alors on déduit que G est dense dans R.


4. Il est clair que Z + αZ est un sous-groupe non réduit à 0 de Z. Si Z + αZ était
de la forme aZ avec a > 0, alors il existerait deux entiers relatifs non nuls p et q
p
tels que : α = ap et 1 = aq, absurde car α irrationnel et α = ∈ Q. En conclusion,
q
Z + αZ est dense dans R.
5. Il est facile de voir que l’ensemble des périodes de la fonction f est un sous-groupe

de R. En considérant le sous-groupe Z+ 2 Z on déduit (par ce qui précède) qu’il est
dense dans R. On se propose de montrer que la fonction f est constante. Soit x ∈ R,
alors par densité de ce sous-groupe dans R il existe une suite (xn )n≥0 dans le sous-
groupe qui converge vers x. Par continuité de f on déduit que : lim f (xn ) = f (x).
n→+∞
Or (xn )n≥0 est une période de f , donc f (0) = f (0 + xn ) = f (xn ). Par suite, f (xn )
est constante égale à f (0) et par conséquent f (x) = f (0). La fonction f est donc
constante.

Exercice 5.34 KK
Sous-groupes additifs de R et de R2
1. Soit A un sous-groupe additif de R. Montrer que A est soit dense dans R, soit de la
forme aZ avec a ∈ A.
2. Soit A un sous-groupe additif de R2 vérifiant la propriété :

B ⊂ R2 est bornée =⇒ A∩B est finie. (∗)

Montrer qu’il existe (u, v) ∈ A2 tel que A = u Z + v Z. 

1. Si A = {0} alors A = 0 Z. Si A 6= {0}, soit h ∈ A alors on a aussi −h ∈ A car


c’est un sous-groupe, d’où A ∩ R∗+ 6= ∅ et soit a = inf{A ∩ R∗+ }, on distingue alors
deux cas :
⋄ Cas 1 : a > 0
on va montrer que A = a Z. L’élément 2a n’est pas un minorant de A ∩ R∗+ puisque
a > 0 donc il existe h ∈ A tel que a ≤ h < 2a. Si h = a, on a alors a ∈ A, sinon a < h
et h n’est pas un minorant de A ∩ R∗+ donc il existe h′ ∈ A tel que a ≤ h′ < h < 2a,
5.6. EXERCICES 199

alors 0 < h − h′ ≤ a avec h − h′ ∈ A ∩ R∗+ , d’où h − h′ = a. Donc, a ∈ A.


Comme a ∈ A, alors par récurrence on a ap ∈ A et −ap ∈ A pour tout p ∈ Z (car
A estœ un
Ÿ
sous-groupe), par conséquent a Z ⊂ A. Réciproquement, soit h ∈ A et
h
n= , alors an ≤ h < a(n + 1), c’est-à-dire 0 ≤ h − an < a. Comme (h, a) ∈ A2
a
alors h − na ∈ A, d’où h − na ∈ A ∩ R∗+ et donc h − na = 0 (car sinon cela
contredirait la définition de a). Par conséquent, h = na ∈ a Z. En conclusion, on a
A = a Z.
⋄ Cas 2 : a = 0
On montre que dans ce cas A est dense dans R. Soit (x, y) ∈ R2 avec x < y. Le
nombre réel y − x ∈ R∗+ n’est pas un minorant de A ∩ R∗+ , d’où il existe h ∈ A ∩ R∗+
tel que 0 < h < y − x. Soit n le plus petit entier relatif tel que x < nh alors on a

(n − 1)h ≤ x et alors nh ≤ x+h < x+y−x = y

par suite x < nh < y et ainsi A ∩ ]x, y[ 6= ∅ pour tout intervalle ]x, y[ non vide de
R. Par conséquent, A est dense dans R.
2. Si A = {0} alors A = 0Z + 0Z. Si A 6= {0}, alors soit x 6= 0 un élément de A, on
distingue alors deux cas :
⋄ Si A ⊂ xR
alors l’image de l’homomorphisme injectif de groupes ϕ : A −→ R, αx 7−→ α est
un sous-groupe de R qui n’est pas dense car A vérifie la propriété (∗). Par suite on
a : ϕ(A) = λZ pour un certain λ ∈ R et A = (λx)Z.
⋄ Si il existe une famille libre {x, y} d’éléments de A :
soient P(x, y) la partie bornée {αx + βy : α, β ∈ [0, 1[}, et αx + βy ∈ A, alors
comme

⌊α⌋x + ⌊β⌋y ∈ A et (α − ⌊α⌋)x + (β − ⌊β⌋)y ∈ A ∩ P(x, y)

on déduit que A = A∩P(x, y)+xZ+yZ et A vérifiant la propriété (∗), A∩P(x, y) est


finie. Par conséquent, l’image de l’homomorphisme de groupes f : A −→ R, αx +
βy 7−→ α (resp. g : A −→ R, αx + βy 7−→ β) est un sous-groupe de R non dense
car de la forme α0 Z avec α0 ∈ R (resp. β0 Z avec β0 ∈ R). D’où, A ⊂ α0 xZ + β0 yZ
et par suite :

u, v ∈ A =⇒ det(u, v) ∈ det(α0 x, β0 y)Z.

Donc, il existe une base (a, b) de R2 formée d’éléments de A telle que

det(a, b) = inf { |det(u, v)| : (u, v) famille libre et u, v ∈ A } .


200 CHAPITRE 5. STRUCTURES ALGÉBRIQUES USUELLES

Soit c ∈ P(a, b) ∩ A, on se propose de montrer que c = 0. On a : c = µa + νb avec


0 ≤ µ, ν < 1, de plus

|det(a, c)| = ν det(a, b) < det(a, b) et |det(c, b)| = µ det(a, b) < det(a, b).

Par conséquent, c = 0 et A = A ∩ P(a, b) + a Z + b Z = a Z + b Z.

Exercice 5.35 KK
L’anneau Z[j] √
2iπ 1 3
On note j le nombre complexe j = e 3 =− +i .
2 2
1. Vérifier que 1 + j + j 2 = 0.
2. Soit A = {a + bj : a, b ∈ Z}. Montrer que (A, +, ×) est un anneau.
3. Montrer que pour tout x ∈ A on a : |x|2 ∈ N.
4. Soit x ∈ A. Montrer que :

x est inversible dans A ⇐⇒ |x| = 1.

5. Déterminer l’ensemble A∗ des éléments inversibles de l’anneau A. 

1. On a clairement :

1 − j3 1 − e2iπ
1 + j + j2 = = = 0.
1−j 1−j

2. Il suffit de montrer que A est un sous-anneau de l’anneau (C, +, ×). On a 1 ∈ A,


maintenant si a + jb et c + dj sont deux éléments de A, alors a + bj + c + dj =
(a + c) + j(b + d) est un élément de A. Finalement, on a :

(a + jb) × (c + jd) = ac + jad + jbc + j 2 bd


= ac + j(ad + bc) + bd(−1 − j)
= (ac − bd) + (ad + bc − bd)j ∈ A.

Donc, (A, +, ×) est un anneau.


3. Soit x = a + jb ∈ A, alors :
‚ Œ √ 2 ‚ Œ
2 2

b 3 b 2 3 2
|x| = |a + jb| = a− +i b = a − + b = a2 − ab + b2 ∈ N.
2 2 2 4

4. Soit x = a + jb ∈ A, si y est son inverse alors xy = 1, donc |x|2 |y|2 = 1. Ce


sont donc deux entiers naturels dont le produit est égal à 1. Par conséquent, on a :
5.6. EXERCICES 201

|x| = 1. Réciproquement, si x = a + jb est un élément de A de module 1, alors :

1
= x = a + bj = a + bj 2 = a + b(−1 − j) = (a − b) − bj ∈ A.
x
Donc, x est inversible dans A.
€ Š
b 2
5. Si x = a + bj ∈ A, alors |x|2 = 1 ⇐⇒ a− 2
+ 43 b2 = 1. Trouvons les entiers
€ Š2
(a, b) pour lesquels a − 2b + 34 b2 = 1. Si b 6∈ {−1, 0, 1} alors 43 b2 > 1. Par suite,
l’entier b ne peut prendre que les valeurs 0; 1 ou −1.
Si b = 0, alors a = ±1.
Si b = 1, alors a = 0 ou a = 1.
Si b = −1, alors a = 0 ou a = −1.
L’ensemble des éléments inversibles est : A∗ = {1, −1, j, −j, 1 + j, −1 − j} = U6 .

Exercice 5.36 KK
Soit A un anneau tel que :

x3 = x, ∀ x ∈ A.

Montrer que A est commutatif. 

Dans l’anneau A on a 3 = −3 car 8 = 23 = 2, par suite :

(x − 1)3 = x3 − 3x2 + 3x − 1 = x − 1 =⇒ 3x2 = 3x.

Donc, pour tout x, y dans A on a :

3(x + y)2 = 3x2 + 3(xy + yx) + 3y 2 = 3x + 3(xy + yx) + 3y = 3(x + y).

Par suite, 3xy = −3yx = 3yx. D’autre part on a :

(x + y)3 = x3 + xyx + yx2 + y 2x + x2 y + xy 2 + yxy + y 3 = x + y


(x − y)3 = x3 − xyx − yx2 + y 2 x − x2 y + xy 2 + yxy − y 3 = x − y.

Par soustraction on déduit que :

2(xyx + yx2 + y 2x) = 0.

Si on pose z = xyx + yx2 + y 2 x, alors

xz − zx = x2 yx + xyx2 + x3 y − xyx2 − yx3 − x2 yx = xy − yx.


202 CHAPITRE 5. STRUCTURES ALGÉBRIQUES USUELLES

Or 2z = 0, ainsi 2xy = 2yx et comme on sait déjà que 3xy = 3yx, alors par
soustraction on conclut que xy = yx, et ceci pour tout x, y dans A. En conclusion,
l’anneau A est commutatif.

Exercice 5.37 KK
Soit A un anneau unitaire tel que

x6 = x, ∀ x ∈ A.

1. Montrer que x2 = x pour tout x ∈ A.


2. En déduire que A est commutatif. 

1. Tout d’abord on a : x + x = 2x = 0 pour tout x ∈ A. En effet :

x = x6 = (−x)6 = −x =⇒ x + x = 2x = 0.

Maintenant, par la formule du binôme et comme kx = 0 pour tout k pair et tout


x ∈ A on a :

x + 1 = (x + 1)6 = x6 + 6x5 + 15x4 + 20x3 + 15x2 + 6x + 1


= x4 + x2 + x + 1.

Donc, x4 + x2 = 0 ou aussi x4 = −x2 = x2 . D’où

x = x6 = x2 x4 = x2 x2 = x4 = x2 =⇒ x2 = x.

2. Pour tout (x, y) ∈ A2 , on a (x + y)2 = x + y, donc xy + yx = 0, par conséquent


xy = −yx = yx et A est ainsi un anneau commutatif.

Exercice 5.38 KK
Anneau des entiers de Gauss
Soit Z[i] := {a + ib ∈ C : (a, b) ∈ Z2 } l’anneau des entiers de Gauss. Considérons
l’application

ϕ : Z[i] −→ N
u 7−→ u u. 

1. Montrer que
u ∈ Z[i] est inversible ⇐⇒ ϕ(u) = 1.

Déterminer alors le groupe multiplicatif des éléments inversibles de Z[i].


5.6. EXERCICES 203

2. Montrer que pour tout (u, v) ∈ Z[i] × Z[i]∗ , il existe (q, r) ∈ Z[i]2 tels que

u = vq + r avec ϕ(r) < ϕ(v).

3. Montrer que

ϕ(u) premier =⇒ u est irréductible dans Z[i].

1.
(=⇒) Soit u ∈ Z[i] un élément inversible, donc il existe v ∈ Z[i] tel que uv = 1.
Or, l’application ϕ est multiplicative donc ϕ(u)ϕ(v) = 1. D’où, ϕ(u) = 1 car il est
inversible dans Z.
(⇐=) Si ϕ(u) = 1, alors u u = 1, et par suite u ∈ Z[i] est l’inverse de u.
Déterminons, à présent, le groupe multiplicatif des inversibles de Z[i]. Soit u =
a + ib ∈ Z[i] un élément inversible, alors on a a2 + b2 = 1 avec (a, b) ∈ Z2 . D’où, les
éléments inversibles de Z[i] sont : 1, −1, i et −i. Il s’agit donc du groupe des racines
quatrièmes de l’unité.
u
2. Soient (u, v) ∈ Z[i]×Z[i]∗ et = x+iy, (x, y) ∈ R2 . Considérons q = a+ib ∈ Z[i]
v
1 1
avec a (resp. b) l’entier le plus proche de x (resp. y), i.e. |a − x| ≤ et |b − y| ≤ .
2 2
Alors, on a :
 2  2
u 2 1 1

− q = (a − x)2 + (b − y)2 ≤ + < 1.
v 2 2

Par conséquent |u − vq|2 < |v|2. Posons r = u − vq alors r ∈ Z[i] et vérifie |r 2| < |v|2 ,
i.e. ϕ(r) < ϕ(v).
3. Soit u ∈ Z[i] tel que ϕ(u) soit un nombre premier. Supposons que u = vw avec
u, w ∈ Z[i]. Alors, on a ϕ(u) = ϕ(v)ϕ(w). Or, ϕ(u) est un nombre premier, donc
ϕ(v) = 1 ou ϕ(w) = 1, i.e. v ou w est inversible. Par suite, a est irréductible dans
Z[i].

Exercice 5.39 KK
1. Quels sont les automorphismes du corps R ?
2. Déterminer les automorphismes de corps continus de C dans C. 

1. Comme f : R −→ R est un automorphisme, alors

f (0) = 0, f (1) = 1,
f (x + y) = f (x) + f (y), ∀x, y ∈ R,
f (xy) = f (x)f (y), ∀x, y ∈ R.
204 CHAPITRE 5. STRUCTURES ALGÉBRIQUES USUELLES

On a f (1) = 1, f (2) = f (1 + 1) = f (1) + f (1) = 1 + 1 = 2 et par une récurrence très


simple on déduit que f (n) = n pour tout n ∈ N. On a de plus, f (n) = n pour tout
n ∈ Z car la fonction f est impaire, en effet 0 = f (0) = f (x − x) = f (x) + f (−x).
Maintenant, si q∈ N∗ , alors
‚ Œ ‚ Œ ‚ Œ
q 1 1
1 = f (1) = f = f (q) × f = qf
q q q
     
et donc f 1q = 1q . De plus, pour p ∈ Z on a f pq = f (p) × f 1q = pq et ainsi
f|Q = IdQ . Montrons, par l’absurde, que f = IdR . Soit donc x ∈ R tel que f (x) 6= x,
on a donc f (x) > x ou f (x) < x. Supposons, sans perte de généralité, que f (x) < x.
Il existe alors r ∈ Q tel que f (x) < r < x (car Q est dense dans R). Or f est
croissante car
√ 2
 € √ Š2
x ≤ y =⇒ f (y) − f (x) = f (y − x) = f y−x =f y−x ≥ 0,

d’où, f (f (x)) ≤ f (r) ≤ f (x), i.e., f (f (x)) ≤ r ≤ f (x). On a donc r ≤ f (x) < r ce
qui est absurde. Par conséquent f (x) = x. Le seul automorphisme de R est l’identité.
2. Soit f : C −→ C un automorphisme de corps continu, alors on a f (1) = 1 et
 
f (n) = n pour tout n ∈ Z. De plus, pour tout (p, q) ∈ Z × N∗ on a 1 = f q · 1
q
=
       
p p
qf , d’où f
1
q
= 1
q
1
q
.
On a aussi f = pf = q
Par conséquent, f (r) = r
1
q q
.
pour tout r ∈ Q. Maintenant si x ∈ R et (xn )n∈N une suite de rationnels de limite
x, alors
f (x) = lim f (xn ) = lim xn = x.
n→+∞ n→+∞

D’où, f (x) = x pour tout x ∈ R. Finalement, on a

f (1 + i2 ) = 0 = f (1) + f (i2 ) = 1 + f 2 (i) donc f (i) ∈ {i, −i}.

Donc, si z = x + iy, alors


8
>
< x + iy = z,
f (z) = f (x + iy) = f (x) + f (i)f (y) = x + yf (i) = >
: x − iy = z.

En conclusion, f est l’identité ou la conjugaison de C.


5.6. EXERCICES 205

5.6.4 Exercices d’approfondissement

Exercice 5.40 KKK


Homographies
Soit H = {z ∈ C : Im(z) > 0} le demi-plan de Poincaré. Pour tous nombres réels
a, b, c, d tels que ad − bc = 1 on considère l’homographie ϕa,b,c,d : H −→ H définie par :

az + b
ϕa,b,c,d (z) = .
cz + d

On note G l’ensemble des homographies, c’est-à-dire

G = {ϕa,b,c,d : a, b, c, d ∈ R et ad − bc = 1}.

1. Montrer que (G, ◦) est un groupe.


2. Déterminer les similitudes (directes et indirectes) du plan complexe dont la restriction
à H est une homographie.
3. Montrer que toute homographie ϕ est une composée de fonctions de la forme :
z 7−→ − z1 , z 7−→ z + α, z 7−→ βz avec α ∈ R et β > 0.
4. Soit θ ∈ R. Montrer que l’application ϕ : R −→ G définie par

θ 7−→ ϕcos θ,− sin θ,sin θ,cos θ

est un morphisme de groupes. Quel est son noyau ? 

1. On commence, tout d’abord, par montrer que ϕa,b,c,d est bien définie (c-à-d que
cz + d 6= 0) et que ϕa,b,c,d(H) ⊂ H.
Comme ad − bc = 1 alors c ou d est non nul, de plus comme z ∈ H alors z 6∈ R et
par suite z 6= − dc . L’application ϕa,b,c,d est donc bien définie. D’autre part, on a :

(az + b)(cz + d)
Im(ϕa,b,c,d(z)) = Im = Im(aczz+daz+bcz+bd) = (ad−bc) Im(z) > 0.
|cz + d|2

Montrons que ϕa,b,c,d est injective. Si z et z ′ sont deux éléments de H tels que
ϕa,b,c,d(z) = ϕa,b,c,d(z ′ ), alors :

az + b az ′ + b
= ′ ⇐⇒ (az+b)(cz ′ +d) = (cz+d)(az ′ +b) ⇐⇒ (ad−bc)z = (ad−bc)z ′ .
cz + d cz + d

Montrons que ϕa,b,c,d est surjective. Soit z ′ ∈ H, alors :

az + b dz ′ − b
= z ′ ⇐⇒ az + b = czz ′ + dz ′ ⇐⇒ z = .
cz + d −cz ′ + a
206 CHAPITRE 5. STRUCTURES ALGÉBRIQUES USUELLES

Donc, ϕa,b,c,d est bijective d’inverse ϕd,−b,−c,a.


L’ensemble (G, ◦) est un groupe car l’homographie ϕ1,0,0,1 est l’identité. Si ϕa,b,c,d et
ϕa′ ,b′ ,c′,d′ sont deux éléments de G, alors :

ϕa,b,c,d ◦ ϕa′ ,b′ ,c′ ,d′ = ϕaa′ +b′ c,a′ b+b′ d,c′ a+cd′ ,bc′ +dd′ ∈ G.

Finalement, d’après ce qui précède, toute homographie ϕa,b,c,d ∈ G admet un inverse


dans G. En conclusion (G, ◦) est un groupe.
2. Il est clair que si a > 0 et b ∈ R, alors la similitude z 7−→ az + b est l’homographie
ϕ√a,b,0,1/√a . Montrons qu’en fait ce sont les seules. Soit s : z 7−→ az+b une similitude
directe (donc a ∈ C∗ et b ∈ C) telle que s|H ∈ G. On sait que s est une bijection de
H sur H (d’après la question 1.) On pose a = a1 + ia2 et b = b1 + ib2 avec a1 , a2 , b1 , b2
des nombres réels, pour tout x ∈ R et tout y > 0 on a :

Im(az + b) = Im((a1 + ia2 )(x + iy) + b1 + ib2 ) = a1 y + a2 x + b2 > 0.

On se propose de montrer que a1 > 0, a2 = b2 = 0. Si, par l’absurde, a2 > 0 (resp.


a2 < 0), alors x > − a12 (a1 y +b2 ) (resp. x < − a12 (a1 y +b2 )) pour tout x, contradiction.
Donc, a2 = 0. On a a1 y > −b2 pour tout y > 0, donc a1 > − by2 pour tout y > 0.
En faisant tendre y vers +∞ on déduit que a1 ≥ 0, et par suite b2 ≥ 0. Maintenant,
puisque la réciproque de s : z 7−→ a11 z − b1 +ib
a1
2
est aussi une homographie et une
similitude , alors − ab21 ≥ 0, par suite b2 = 0.
Pour le cas des similitudes indirectes, on montre de la même façon que ci-dessus que
a2 x − a1 y + b2 > 0 et ainsi a2 = 0, a1 > 0, b2 = 0. Mais alors s(i) = −ia1 + b2 6∈ H.
En conclusion, il n’ y a pas de similitude indirecte parmi les homographies.
3. On distingue deux cas :
az + b a b
⋄ c = 0 : alors on a dans ce cas ad = 1, par suite d 6= 0 et ainsi : = z+ .
cz + d d d
⋄ c 6= 0 : alors on a dans ce cas :

az + b a
(cz + d) − ad +b a 1 1 a 1
= c c
= − = − 2 .
cz + d cz + d c c cz + d c c z + cd

Il s’agit donc bien d’une composée de fonctions en question.


4. L’application ϕcos θ,− sin θ,sin θ,cos θ est une homographie car cos2 θ + sin2 θ = 1. De
plus, grâce aux relations trigonométriques

cos(θ+θ′ ) = cos(θ) cos(θ′ )−sin(θ) sin(θ′ ) et sin(θ+θ′ ) = cos(θ) sin(θ′ )+sin(θ) cos(θ′ )
5.6. EXERCICES 207

on déduit facilement que

ϕcos θ,− sin θ,sin θ,cos θ ◦ ϕcos θ′ ,− sin θ′ ,sin θ′ ,cos θ′ = ϕcos(θ+θ′ ),− sin(θ+θ′ ),sin(θ+θ′ ),cos(θ+θ′ ) .

Déterminons maintenant le noyau de cette application, on a

cos(θ) z − sin(θ) 1z − 0
ϕcos θ,− sin θ,sin θ,cos θ = IdH ⇐⇒ = z = .
sin(θ) z + cos(θ) 0z + 1

Ce qui est équivalent à θ ≡ 0 (mod π). En conclusion, ker (ϕcos θ,− sin θ,sin θ,cos θ ) = π Z.

Exercice 5.41 KKK



L’anneau Z[ 2]

Soit A = {a + b 2 : a, b ∈ Z}.
1. Montrer que (A, +, ×) est un anneau.
√ √
2. Montrer que l’application ϕ : a + b 2 7−→ a − b 2 est bien définie et que c’est un
morphisme d’anneau bijectif de A −→ A.
3. On note A∗ l’ensemble des éléments inversibles dans A. Montrer que

x = a + b 2 ∈ A∗ ⇐⇒ |a2 − 2b2 | = 1.
√ √
4. Montrer que A∗ ∩ ]1, 1 + 2[ = ∅. En déduire que A∗ = {±(1 + 2)n : n ∈ Z}. 

1. Il suffit de montrer que A est un sous-anneau de R. On voit que 1 ∈ A, c’est une


partie de R stable par addition et par multiplication et contient l’opposé de tout
élément de A.
√ √ √ a−c
2. ϕ est bien définie car si a + b 2 = c + d 2, alors on obtient 2 = ∈ Q, ce
√ d−b
qui est absurde. Donc, si x = a + b 2 ∈ A alors le couple (a, b) est unique. Montrons
que ϕ est un automorphisme d’anneau. On a ϕ ◦ ϕ = IdA , d’où ϕ est bijective avec
ϕ−1 = ϕ. De plus, on a ϕ(1) = 1 et ϕ(x + y) = ϕ(x) + ϕ(y); ϕ(xy) = ϕ(x)ϕ(y) pour
tous x, y ∈ A (vérification immédiate par calcul simple). En conclusion, ϕ est un
automorphisme d’anneau.
3.
√ √
(=⇒) Soit x = a + b 2 ∈ A inversible, alors si y = c + d 2 est son inverse on déduit
que : xy = 1, c’est-à-dire

ϕ(x)ϕ(y) = ϕ(xy) = ϕ(1) = 1.

D’où, xϕ(x) × yϕ(y) = 1, par suite : (a2 − 2b2 )(c2 − 2d2 ) = 1. Ce sont deux entiers
dont le produit est égal à 1, alors on conclut que chacun d’eux vaut ±1 et par
conséquent : |a2 − 2b2 | = 1.
208 CHAPITRE 5. STRUCTURES ALGÉBRIQUES USUELLES

√ √ √
(=⇒) Si |a2 − 2b2 | = 1, alors (a + b 2)(a − b 2) = ±1. L’inverse de a + b 2 est
√ √
donc a − b 2 ou −a + b 2 qui sont des éléments de A. En conclusion, on a montré
que :

x = a + b 2 ∈ A∗ ⇐⇒ |a2 − 2b2 | = 1.
√ √
4. Supposons, par l’absurde, que A∗ ∩ ]1, 1 + 2[6= ∅. Soit x = a + b 2 un élément
de cette intersection, alors on sait d’après la question précédente que |a2 − 2b2 | = 1
√ √
et que l’inverse de x est |a − b 2|. De plus, comme x > 1, on a : 0 < |a − b 2| < 1.
On distingue alors cinq cas selon les valeurs prises par a et b :
Si a = 0, alors 2b2 = 1, impossible car b entier.

Si b = 0, alors a2 = 1 et x = a ∈ ]1, 1 + 2[, impossible.
√ √
Si a ≥ 1 et b ≥ 1, alors a + b 2 ≥ 1 + 2, impossible.

Si a ≤ −1 et b ≤ −1, alors a + b 2 < 0, impossible.
√ √
Si a et b sont non nuls et de signes opposés, alors |a − b 2| ≥ 1 + 2, impossible.

En conclusion, on a bien montré que A∗ ∩ ]1, 1 + 2[ = ∅.

Déduisons que A∗ = {±(1 + 2)n : n ∈ Z}.

(⊂) Soit x = a + b 2 ∈ A∗ . Supposons x positif (dans le cas où x est négatif on
applique le même raisonnement ci-dessous avec −x) et cherchons un entier n tel que
√ j k
x = (1 + 2)n . En choisissant n = ln(1+
ln x√
2)
, alors n ≤ ln(1+
ln x√
2)
< n + 1, donc
√ √ √ √
(1 + 2)n ≤ x < (1 + 2)n+1 c’est-à-dire 1 ≤ (1 + 2)−n x < 1 + 2.
√ √ √
Comme A∗ est un groupe, alors (1+ 2)−n x ∈ A∗ , de plus (1+ 2)−n x ∈ [1, 1+ 2[,
√ √
donc (1 + 2)−n x = 1 par ce qui précède, et enfin on a : x = (1 + 2)n .

(⊃) A∗ est un groupe multiplicatif contenant −1 et 1+ 2, donc il contient l’ensemble

{±(1 + 2)n : n ∈ Z}.

Exercice 5.42 KKK


√ √
1. Montrer que Q( 2) := {a + b 2; a, b ∈ Q } est un sous-corps de C.

2. Déterminer tous les automorphismes de corps de Q( 2).

3. Les corps Q( 2) et R (resp. C) sont-ils isomorphes ? 
√ √ √ √
1. On a clairement 0 = 0 + 0 2 ∈ Q( 2) et 1 = 1 + 0 2 ∈ Q( 2). De plus,
√ √ √ √
(a + b 2) − (c + d 2) = (a − c) + (b − d) 2 ∈ Q( 2),
√ √ √ √
(a + b 2) × (c + d 2) = (ac + 2bd) + (ad + bc) 2 ∈ Q( 2),
1 a b √ √
√ = 2 − 2 2 ∈ Q( 2), ∀(a, b) 6= (0, 0).
a+b 2 a − 2b 2 a − 2b 2


Donc, Q( 2) est un sous-corps de (C, +, ×).
5.6. EXERCICES 209
√ √
2. Soit f : Q( 2) −→ Q( 2) un automorphisme, et soit (a, b) ∈ Q2 , alors on a
√ √
f (a + b 2) = f (a) + f ( 2)f (b)

et par suite f est déterminé par l’image des rationnels et de 2. Il est facile de voir
que f|Q = IdQ (même raisonnement que dans l’exercice 5.39). D’autre part, on a
 √ ‹ 
√ ‹ √
2 2
f 2 = f (2) = 2 et f 2 = f ( 2)2 ,

√ √ √
d’où, f ( 2) = ± 2. Par conséquent, on a deux automorphismes de Q( 2) à savoir
√ √
a + b 2 7−→ a + b 2,
√ √
a + b 2 7−→ a − b 2.


Réciproquement, ces deux applications sont clairement des automorphismes de Q( 2).
√ √
3. Q( 2) est un ensemble dénombrable alors que R et C ne le sont pas, donc, Q( 2)
n’est isomorphe ni à R ni à C.
210 CHAPITRE 5. STRUCTURES ALGÉBRIQUES USUELLES
Chapitre 6
Polynômes et fractions rationnelles

6.1 Polynômes

6.1.1 Généralités

Dans ce chapitre le corps K désigne soit R, soit C.


❏ On appelle polynôme à une indéterminée à coefficients dans K une
suite P = (an )n∈N d’éléments de K dont les termes sont nuls à partir d’un cer-
tain rang. Les éléments a0 , a1 , · · · sont appelés les coefficients du polynôme
P . Lorsque tous les coefficients sont nuls, P est appelé polynôme nul. Lorsque
a0 6= 0 et tous les autres coefficients sont nuls, on dit que P est le polynôme
constant P = a0 .
❏ Si P = (an )n∈N et Q = (bn )n∈N sont deux polynômes, on pose P +Q = (cn )n∈N
X
et P × Q = (dn )n∈N avec cn = an + bn et dn = au bv pour tout n ∈ N. Ce
u+v=n
sont deux lois de compositions internes sur l’ensemble des polynômes.
❏ Si on note X le polynôme défini par la suite a0 = 0, a1 = 1 et an = 0 pour
tout n ≥ 2, alors pour tout k ∈ N∗ le polynôme X k = X × · · · × X est la suite
dont tous les termes sont nuls sauf le k + 1-ième qui vaut 1. Tout polynôme
P = (ak )k∈N avec une suite nulle à partir du rang n + 1 peut s’écrire sous la
forme
n
X
P = a0 + a1 X + · · · + an X n = ak X k avec la convention X 0 = 1.
k=0

X est appelé l’indéterminée, et (K[X], +, ×) l’ensemble des polynômes à une


indéterminée à coefficients dans K est un anneau commutatif intègre d’élément
neutre pour l’addition le polynôme nul, et d’élément unité le polynôme 1.
❏ Composée de deux polynômes : si P = a0 + a1 X + · · · + an X n et B =

211
212 CHAPITRE 6. POLYNÔMES ET FRACTIONS RATIONNELLES

b0 + b1 X + · · · + bm X m sont deux polynômes, on pose


n
X
P ◦Q= ak B k avec B 0 = 1.
k=0

❏ Degré : Si P n’est pas le polynôme nul, il existe k ∈ N tel que ak 6= 0. Soit


n ∈ N l’indice tel que an 6= 0 et ak = 0 pour tout k > n. Cet indice est
appelé degré de P , noté deg(P ). Le degré du polynôme nul est −∞. Si P
est de degré n, alors le terme an est appelé coefficient dominant, s’il est
égal à 1 on parle de polynôme unitaire. Enfin, on note Kn [X] l’ensemble des
polynômes à coefficients dans K de degré ≤ n.
n
X
❏ Fonction polynomiale : Soit P = ak X k un polynôme de K[X]. On
k=0
appelle fonction polynomiale associée à P , et on note PÜ l’application

PÜ : K −→ K x 7−→ PÜ(x) = a0 + a1 x + · · · + an xn .

6.1.2 Racines d’un polynôme


❏ Soient A et B deux polynômes de K[X]. On dit que B divise A dans K[X]
s’il existe Q ∈ K[X] (appelé quotient) tel que : A = BQ.
❏ Soient P ∈ K[X] et α ∈ K. On dit que α est une racine de P si PÜ(α) = 0.
D’où :
α racine de P ⇐⇒ (X − α) | P.

Si P admet n racines α1 , α2 , · · · , αn distinctes deux à deux dans K alors il est


divisible par (X − α1 ) × · · · × (X − αn ) dans K[X].
❏ Soient P ∈ K[X], α ∈ K et m ∈ N∗ . On dit que α est une racine d’ordre de
multiplicité m si, et seulement si :

P (X) = (X − α)m Q(X) avec Ü


Q(α) 6= 0.

❏ Soit P ∈ K[X] un polynôme non nul de degré n, alors le nombre de racines


distinctes est ≤ n. Un polynôme de degré ≤ n dont le nombre de racines
distinctes est ≥ n + 1 est le polynôme nul.

Théorème 6.1 Polynômes d’interpolation de Lagrange


Soient a1 , a2 , · · · , an ∈ K deux à deux distincts, et b1 , b2 , · · · , bn ∈ K. Il existe
un unique polynôme P ∈ K[X] de degré ≤ n − 1 et tel que P (ai) = bi pour tous
i ∈ J1, nK. 
6.1. POLYNÔMES 213

Théorème 6.2 Théorème de d’Alembert-Gauss


Soit P ∈ C[X] un polynôme de degré n ≥ 1, alors P admet au moins une racine
dans C. 

6.1.3 Polynômes irréductibles dans K[X]


❏ Un polynôme non constant P ∈ K[X] est irréductible dans K[X] lorsque
ses seuls diviseurs dans K[X] sont les polynômes constants et les λ P avec
λ ∈ K∗ .
❏ Polynômes irréductibles dans C[X] : Les polynômes irréductibles de C[X]
sont les polynômes de degré 1.
Si P = a0 +a1 X+· · ·+an X n ∈ C[X] est un polynôme non constant avec an 6= 0
et si z1 , z2 , · · · , zk ses racines distinctes d’ordres de multiplicités respectifs
m1 , m2 , · · · , mk , alors on a :

P (X) = an (X − z1 )m1 (X − z2 )m2 × · · · × (X − zk )mk .

Cette factorisation est unique à l’ordre près des facteurs.


❏ Polynômes irréductibles de R[X] : Les polynômes irréductibles de R[X]
sont les polynômes de degré 1 et les polynômes de degré 2 à discriminant
strictement négatif.
Si P = a0 + a1 X + · · · + an X n ∈ R[X] est un polynôme non constant avec
an 6= 0 et si α1 , · · · , αk sont ses racines réelles d’ordre de multiplicité res-
pectifs m1 , · · · , mk , et (z1 , z 1 ), · · · , (zq , z q ) ses couples de racines complexes
conjuguées d’ordre de multiplicité respectifs n1 , · · · , nq , alors on a :

P (X) = an (X − α1 )m1 × · · · × (X − αk )mk ×


(X 2 − 2ℜe(z1 )X + |z1 |2 )n1 × · · · × (X 2 − 2ℜe(zq )X + |zq |2 )nq .

❏ Un polynôme P ∈ K[X] est dit scindé lorsque la somme des ordres de mul-
tiplicité de ses racines dans K est égale à son degré.

6.1.4 Dérivation des polynômes. Formule de Taylor


❏ Soit P (X) = a0 + a1 X + · · · + an X n ∈ K[X] un polynôme de degré n ≥ 1.
On appelle polynôme dérivé de P le polynôme P ′ de degré n − 1 défini par

P ′ (X) = a1 + 2a2 X + · · · + nan X n−1 .


214 CHAPITRE 6. POLYNÔMES ET FRACTIONS RATIONNELLES

Si P est un polynôme constant, alors P ′ est le polynôme nul. On peut définir,


par récurrence, la dérivée d’ordre k ∈ N∗ d’un polynôme P par P (0) = P et
€ Š′
P (k) = P (k−1) . Par exemple :
8
>
>
> 0 si k > n,
>
<
n!
(X n )(k) = X n−k si k ∈ J0, n − 1K,
>
> (n − k)!
>
>
: n! si k = n.

Proposition 6.1 On a équivalence entre :


✓ α est racine d’ordre de multiplicité m du polynôme P ;
Ü′ (α) = · · · = P
Ü(α) = P
✓ P Ü(m−1) (α) = 0 et P
Ü(m) (α) 6= 0 ;

Ü(α) = 0 et α est une racine d’ordre de multiplicité m − 1 de P ′ .


✓ P 

Proposition 6.2 Formule de Taylor


Soient n ∈ N, P ∈ Kn [X] et a ∈ K. Alors on a :

Ü′ (a)
P Ü′′ (a)
P Ü(n) (a)
P
P (X) = Ü(a) +
P (X − a) + (X − a)2 + · · · + (X − a)n .
1! 2! n!

6.1.5 Fonctions symétriques élémentaires


Soit P (X) = a0 + a1 X + · · · + an X n un polynôme de degré n (donc an 6= 0), et
soient α1 , α2 , · · · , αn ses racines. Pour k ∈ J1, nK on définit :
Y
σk := αi1 × · · · × αik .
1≤i1 <···<ik ≤n

Par exemple : σ1 = α1 + α2 + · · · + αn et σn = α1 × · · · × αn . Alors on a les relations


entre racines et coefficients du polynôme P :

an−1 an−2 an−k a0


σ1 = − , σ2 = , · · · , σk = (−1)k , · · · , σn = (−1)n .
an an an an

6.1.6 Arithmétique dans K[X]


❏ Division euclidienne : Soient A ∈ K[X] et B ∈ K[X] deux polynômes avec
B non nul. Il existe un unique couple (Q, R) ∈ K[X]2 tel que : A = BQ + R
et deg(R) < deg(B).
6.2. FRACTIONS RATIONNELLES 215

❏ PGCD de deux polynômes : Soient (P, Q) ∈ K[X]2 , il existe D ∈ K[X]


tel que les diviseurs communs de P et Q sont exactement les diviseurs de D.
D s’appelle pgcd de P et Q, il est unique à la multiplication près par une
constante non nulle.
❏ PPCM de deux polynômes : Soient (P, Q) ∈ K[X]2 , il existe M ∈ K[X]
tel que les multiples communs de P et Q sont exactement les multiples de M.
M s’appelle ppcm de P et Q, il est unique à la multiplication près par une
constante non nulle.
❏ Identité de Bézout : Soient (P, Q) ∈ K[X]2 et D le pgcd de P et Q. Il
existe (U, V ) ∈ K[X]2 tels que : P U + QV = D.
❏ Polynômes premiers entre eux : Soient (P, Q) ∈ K[X]2 , on dit qu’ils sont
premiers entre eux si leur pgcd est égal à 1. P et Q sont premiers entre eux
si, et seulement s’il existe (U, V ) ∈ K[X]2 tels que P U + QV = 1.

6.2 Fractions rationnelles


P (X)
Toute fraction rationnelle R(X) ∈ C(X) s’écrit R(X) = avec (P, Q) ∈
Q(X)
(C[X])2 premiers entre eux et Q non nul.
❏ Degré : Soit R ∈ C(X) une fraction avec Q 6= 0.
⋄ Si R 6= 0, alors P 6= 0 et deg(R) = deg(P ) − deg(Q).
⋄ Si R = 0, on pose deg(R) = −∞.
❏ Pôle : On appelle pôles de R ∈ C(X) \ C[X] les racines du polynôme Q.
On dit que α est un pôle d’ordre m de R lorsque α est une racine d’ordre de
multiplicité m de Q.
❏ Partie entière : Toute fraction rationnelle R ∈ C(X) s’écrit de manière
unique R = E + D où E ∈ C[X] s’appelle la partie entière et D est une
fraction rationnelle de degré < 0. Si R est un polynôme alors R = E et
D = 0. Si deg(R) < 0 alors E = 0 et si deg(R) ≥ 0 alors deg(E) = deg(R).
❏ Éléments simples sur C : Les éléments simples sur C sont de la forme
a
où a et b sont dans C et n ∈ N∗ .
(X − b)n
❏ Éléments simples sur R : Les éléments simples sur R sont de l’une des
formes suivantes :

a aX + b
ou
(X − b)n (X 2 + cX + d)n

avec, dans le premier cas, (a, b) ∈ R2 et, dans le second cas, (a, b, c, d) ∈ R4
tels que c2 − 4d < 0.
216 CHAPITRE 6. POLYNÔMES ET FRACTIONS RATIONNELLES

Théorème 6.3 Décomposition en éléments simples sur C


A
Soient A ∈ C[X], S ∈ C[X] unitaire tel que deg(S) ≥ 1, F = . D’après le

S
théorème de d’Alembert, S est scindé sur C, il existe n ∈ N , z1 , · · · , zn ∈ C deux
à deux distincts, α1 , · · · , αn ∈ N∗ tels que

A
F = n
Y
.
(X − zi )αi
i=1

La décomposition en éléments simples est de la forme :


n X α
X i
λαi ,j
F = E+ ,
i=1 j=1 (X − zi )
j

où E est la partie entière de F et où les λαi ,j sont des complexes. 

☞ La partie entière E peut être obtenue en effectuant la division euclidienne de


A par S.
☞ Soit P ∈ K[X] un polynôme scindé dont les racines sont α1 , · · · , αn (avec ou
P′
sans multiplicité). La décomposition de s’écrit :
P

P′ n
X 1
= .
P i=1 X − αi

☞ Si (α, α) est un couple de pôles non réels conjugués d’ordre m, alors pour
1 1
tout k ∈ J1, mK les coefficients de et de sont conjugués.
(X − α) k (X − α)k
P
☞ Soit α un pôle simple d’une fraction rationnelle R = et soit c le coefficient
Q
1
de . Alors
X −α
P (α)
c = .
Q′ (α)
☞ Soit α un pôle double alors sa partie polaire est

a b
+
(X − α) 2 (X − α)

et les coefficients a et b vérifient :


” — h€ Š′ i
a = (x − α)2 R(x)
Ü
x=α
et b = (x − α)2 R(x)
Ü
.
x=α
6.3. EXERCICES 217

6.3 Exercices

6.3.1 Exercices de base

Exercice 6.1 Vrai - Faux


1. Deux polynômes de même degré peuvent avoir les mêmes racines sans être propr-
tionnels.
2. Il existe des polynômes qui n’ont aucune racine sur R et qui ne sont pas irréductibles
sur R. Même question pour Q. 

1. Vrai. Par exemple, les polynômes P (X) = X 2 (X − 1) et Q(X) = X(X − 1)2 sont
de même degré et ont pour racines 0 et 1, et pourtant ils ne sont pas proportionnels.
En fait, deux polynômes de même degré et ayant leurs racines simples et égales sont
proportionnels.
2. Vrai. Par exemple, le polynôme P (X) = (X 2 + 1)2 = X 4 + 2X 2 + 1 n’a aucune
racine sur R ou sur Q et qui n’est manifestement pas irréductible ni sur R ni sur Q.
En fait, si P est un polynôme de K[X] de degré ≥ 2, alors si P est irréductible sur
K, il n’admet pas de racines dans K.

Exercice 6.2
Soient P et Q deux polynômes premiers entre eux non nuls. On note
 ©
B = (U, V ) ∈ K[X]2 : UP + V Q = 1 .

On fixe (U0 , V0 ) ∈ B, (B =
6 ∅ d’après le théorème de Bézout).
1. Montrer que B = {(U0 + RQ, V0 − RP ) : R ∈ K[X]}.
2. Montrer que B contient un unique élément (U1 , V1 ) tel que deg(U1 ) < deg(Q) et
deg(V1 ) < deg(P ). 

1. On montre ce résultat par double inclusion. Tout d’abord, il est clair que tous les
couples de la forme (U0 + RQ, V0 − RP ) appartiennent à B. Réciproquement, soit
(U, V ) ∈ B, alors on a : UP + V Q = U0 P + V0 Q = 1 et par suite (U − U0 )P =
(V0 − V )Q. D’après le lemme de Gauss, il existe R ∈ K[X] tel que U − U0 = RP et
V0 − V = RQ. Ceci termine la démonstration.
2. Il existe un unique polynôme R1 (quotient de la division euclidienne de U0 par
le polynôme −Q) tel que deg(U0 + R1 Q) < deg(Q). On note U1 = U0 + R1 Q et
V1 = V0 − R1 P alors on a : V1 Q = 1 − U1 P , par suite

deg(V1 )+deg(Q) = deg(U1 )+deg(P ) < deg(Q)+deg(P ) =⇒ deg(V1 ) < deg(P ).


218 CHAPITRE 6. POLYNÔMES ET FRACTIONS RATIONNELLES

Exercice 6.3
Soit P ∈ R[X] tel que P (x) ≥ 0 pour tout x ∈ R. Montrer qu’il existe deux polynômes
Q1 et Q2 éléments de R[X] tels que :

P = Q21 + Q22 .

On décompose P en produit de facteurs irréductibles dans R[X] :


r
Y Y
q
P = α (X − xi )αi (X 2 + bi X + ci )βi
i=1 i=1

où pour tous i ∈ J1, rK, xi ∈ R.


La fonction polynomiale associée à P change de signe chaque fois que la variable
prise dans R traverse un zéro de multiplicité impaire. Comme P (x) ≥ 0, alors on
déduit que les αi sont pairs et α ≥ 0.
Y
q
Décomposons le terme (X 2 + bi X + ci )βi sur C[X] :
i=1

Y
q Y
q Y
q
2 βi βi
(X + bi X + ci ) = (X − zi ) (X − zi )βi .
i=1 i=1 i=1

Or q
Y
(X − zi )βi = C + iD avec C ∈ R[X], D ∈ R[X].
i=1

Y
q
D’où (X − zi )βi = C − iD et
i=1

Y
q
(X 2 + bi X + ci )βi = (C + iD)(C − iD) = C 2 + D 2 .
i=1

Finalement, on peut écrire :


!2 !2
√ r
Y βi √ r
Y βi
P = α (X − xi ) C 2 + α (X − xi ) D 2

i=1 i=1

qui est de la forme demandée.

Exercice 6.4
Montrer que
n−1
Y  
2ikπ
X −e n = 1 + X + · · · + X n−1
k=1
6.3. EXERCICES 219

et en déduire la valeur du produit

n−1  
Y kπ
sin .
k=1
n

On sait que, d’une part :

Xn − 1 = (X − 1)(1 + X + · · · + X n−1 )

et d’autre part, grâce aux racines de l’unité :

n 
Y  n−1
Y  
2ikπ 2ikπ
Xn − 1 = X−e n = (X − 1) X −e n .
k=1 k=1

Par conséquent, on a :

n−1
Y  
2ikπ
X −e n = 1 + X + · · · + X n−1 .
k=1

En substituant à X la valeur 1 on conclut que :

n−1
Y  
2ikπ
1−e n = n.
k=1

Or ‚ Œ
 
2ikπ ikπ
− ikπ ikπ ikπ kπ
1−e n = e n e n −e n = −2ie n sin .
n
Donc ‚ Œ
n−1
Y   n−1
n−1 n−1 ikπ Y kπ
n = 2 (−i) e n sin .
k=1 k=1 n
Or, on sait que

n−1 Pn−1 €
Y ikπ ikπ iπ n(n−1) π Šn−1
e n = e k=1 n = en× 2 = ei 2 = in−1 .
k=1

En conclusion, on arrive à :

n−1 ‚ Œ
Y kπ n
sin = .
k=1 n 2n−1
220 CHAPITRE 6. POLYNÔMES ET FRACTIONS RATIONNELLES

Exercice 6.5
Déterminer les polynômes P ∈ Z[X] tels que

P (P ′ (x)) = P ′ (P (x)), ∀ x ∈ R.

Il est clair que le polynôme P (x) = x est une solution. Montrons que c’est la
seule.
Soit P (x) = an xn + an−1 xn−1 + · · · + a1 x + a0 ∈ Z[X] avec an 6= 0. Alors

P ′ (x) = nan xn−1 + (n − 1)an−1 xn−2 + · · · + a1 .

En identifiant les coefficients du terme x(n−1)n dans la relation P (P ′(x)) = P ′(P (x)),
on déduit que :

an+1
n × nn = ann × n c’est-à-dire an nn−1 = 1.

Donc, an = 1
nn−1
, mais comme an ∈ Z alors n = 1 et an = 1. Par conséquent

P (x) = x + a0

et la relation P (P ′(x)) = P ′ (P (x)) montre que a0 = 0.


En conclusion, le seul polynôme P ∈ Z[X] tel que P (P ′(x)) = P ′ (P (x)) est donné
par P (x) = x, ∀ x ∈ R.

Exercice 6.6
Existe t-il un polynôme Q ∈ Z[X] de degré n ≥ 1 tel que Q(0), Q(1), Q(2), · · · sont
tous des nombres premiers ? 

On pose
Q(X) = an X n + an−1 X n−1 + · · · + a1 X + a0 .

Supposons qu’un tel polynôme existe et soit Q(0) = p nombre premier. Alors a0 = p
et Q(kp) est divisible par p pour tout k ∈ N∗ . Comme ces nombres sont premiers,
alors :
Q(kp) = p, ∀ k ∈ N∗ .

Donc, Q(X) prend la même valeur une infinité de fois, contradiction (car Q n’est
pas un polynôme constant).
6.3. EXERCICES 221

6.3.2 Exercices d’assimilation

Exercice 6.7 K
On se donne k entiers distincts a1 , a2 , · · · , ak , et on considère le polynôme

k
Y
P (X) = (X − ai ) − 1.
i=1

Montrer que P est irréductible dans Z[X]. 

Supposons, par l’absurde, que P est réductible et que l’on a P = QR avec


deg Q < k et deg R < 1. On a clairement que Q(ai )R(ai ) = −1 pour tout i =
1, 2, · · · , k. Or Q(ai ) et R(ai ) sont des entiers, donc ils sont de signes opposés et
valent ±1. D’où, pour tout i, on a Q(ai ) + R(ai ) = 0, et alors Q + R admet au moins
k racines distinctes. Or deg(Q + R) < k et alors Q + R ≡ 0. Ainsi, P = −Q2 < 0,
mais lim P (x) > 0, contradiction. En conclusion, P est irréductible sur Z[X].
|x|→+∞

Exercice 6.8 K
1. Montrer que si Q ∈ R[X] est scindé alors

∀ x ∈ R, Q′′ (x)Q(x) − Q′ (x)2 ≤ 0.


n
X
2. Soit P = ai X i ∈ R[X] tel qu’il existe 0 < k < n avec ak = 0 et ak−1 ak+1 > 0.
i=0
Montrer alors que P est scindé.
3. Soient (a, b) ∈ R2 \{(0, 0)} et P ∈ R[X] scindé. Monter que le polynôme Q = aP +bP ′
est également scindé. 
n n
Y
Q′ (X)
X mi
1. Si Q(X) = (X − xi )mi alors Q(X)
= et par suite :
i i=1 X − xi

‚ Œ′
Q′ (X) Q′′ (X)Q(x) − Q′ (X)2 Xn
mi
= = − .
Q(X)2 i=1 (X − xi )
Q(X) 2

Donc, pour tout x ∈ R :

Q′′ (x)Q(x) − Q′ (x)2 n


X mi
= − ≤ 0.
Q(x)2 i=1 (x − xi )
2

2. Comme P est scindé, alors par le théorème de Rolle on a P ′ et P (k) sont scindés
et par la question a) appliquée à P (k) on déduit que : P (k−1) (0)P (k+1)(0) ≤ P (k) (0)2 ,
donc (k − 1)!ak−1 × (k + 1)!ak+1 ≤ (k!ak )2 . Comme ak = 0 et P est scindé, on conclut
que ak−1 ak+1 ≤ 0.
3. Si b = 0 alors le résultat est évident. Si b 6= 0, alors on peut supposer sans perte
222 CHAPITRE 6. POLYNÔMES ET FRACTIONS RATIONNELLES

de généralité que b = 1, en effet on a équivalence entre Q scindé et b−1 Q scindé.


Montrons alors que si P est scindé alors Q = aP + P ′ l’est aussi. Supposons P de
t
Y
degré n et que P = β (X − xi )αi , alors
i=1

„ Ž
t
Y t
Y t
X Y
Q = β (X − xi )αi −1 a (X − xi ) + αi (X − xj ) .
i=1 i=1 i=1 j6=i

Donc, en comptant les ordres de multiplicité des xi , on voit que Q possède déjà
t
X
(αi − 1) = n − t racine(s). Comme deg Q = n − 1, il nous reste à trouver t − 1
i=1
racines supplémentaires. Il est clair que eax Q est la dérivée de la fonction x 7→ eax P
– qui est C ∞ – s’annule en xi et en xi+1 pour tout i = 1, 2, · · · , t. Donc, par le
théorème de Rolle, la fonction x 7→ eax Q s’annule au moins une fois dans l’intervalle
]xi , xi+1 [, et ainsi on a t − 1 racines supplémentaires à Q.

Exercice 6.9 K
Soit P ∈ Z[X] tel qu’il existe quatre entiers λ1 , λ2 , λ3 , λ4 tels que :

P (λi ) = p pour i = 1, 2, 3, 4; p nombre premier > 2.

Montrer que l’équation P (n) = 2p n’a pas de racines dans Z. 


4
Y
Le polynôme (X − λi ) est unitaire et divise le polynôme P − p, le quotient Q
i=1
4
Y
appartient à Z[X] et on a : P = Q × (X − λi ) + p.
i=1
Maintenant, on a pour tout n ∈ Z :

4
Y
P (n) = 2p ⇐⇒ Q(n) × (n − λi ) = p.
i=1

D’où, le nombre premier p admet quatre diviseurs distincts : (n−λ1 ), (n−λ2 ), (n−λ3 )
et (n − λ4 ). Ceci est impossible car p est premier.

Exercice 6.10 K
Résoudre dans C l’équation

x4 − 5x3 + 9x2 − 15x + 18 (1)

sachant que deux racines, x1 et x2 , vérifient x1 x2 = 6. 

Notons x1 , x2 , x3 , x4 les racines dans C de l’équation (1). En posant

s1 := x1 + x2 , s2 := x3 + x4 , p1 := x1 x2 , p2 := x3 x4 ,
6.3. EXERCICES 223

alors les fonctions symétriques de x1 , x2 , x3 , x4 s’écrivent

σ1 = s1 + s2 , σ2 = s1 s2 + p1 + p2 , σ3 = s1 p2 + s2 p1 , σ4 = p1 p2 .

Donc, on a dans notre cas :

p1 = 6, s1 + s2 = 5, s1 s2 + p1 + p2 = 9, s1 p2 + s2 p1 = 15, p1 p2 = 18.

On en déduit que

p1 = 6, p2 = 3, s1 + s2 = 5, s1 + 2s2 = 5,
et par suite p1 = 6, p2 = 3, s1 = 5, s2 = 0.

Ainsi, x1 et x2 sont les racines de l’équation x2 − 5x + 6 = 0 i.e. 2 et 3 ; x3 et x4 sont


√ √
les racines de l’équation x2 + 3 = 0 i.e. i 3 et −i 3.
Remarque : on peut aussi écrire simplement

x4 − 5x3 + 9x2 − 15x + 18 = (x2 − ax + 6)(x2 − bx + 3).

En développant et en identifiant, on déduit que a = 5 et b = 0.

Exercice 6.11 K
Si x1 , x2 et x3 sont les racines, dans C, de l’équation x3 +px−q = 0 avec (p, q) ∈ C×C∗ ,
calculer l’expression
X 1
S := .
x2 x
i6=j i j

On a

1 1 1 1 1 1
S = + + + + +
x21 x2 x21 x3 x22 x1 x22 x3 x23 x1 x23 x2
1 €
2 2 2 2 2 2
Š
= × x3 x2 + x2 x3 + x 3 x1 + x1 x3 + x2 x1 + x1 x2
x21 x22 x23
1 1 3
= 2
× (σ1 σ2 − 3σ3 ) = 2
× −3q = − .
q q q

car

σ32 = x21 x22 x23 = q2,


224 CHAPITRE 6. POLYNÔMES ET FRACTIONS RATIONNELLES

X X X
σ1 σ2 = xi xi xj = x2i xj + 3x1 x2 x3 ,
i i<j i6=j

X
et ainsi x2i xj = σ1 σ2 − 3σ3 = 0 − 3q = −3q.
i6=j

Exercice 6.12 K
Soient (a, b, c, d) ∈ C4 et Q le polynôme donné par :

Q(X) = X 4 + aX 3 + bX 2 + cX + d.

Donner une condition nécessaire et suffisante sur a, b, c, d pour que les points d’affixes
les racines complexes de Q forment un carré. 

Notons Mi (zi ), pour i ∈ J1, 4K, les points d’affixes zi racines complexes du poly-
nôme Q. Ces points forment un carré si, et seulement si, il existe un point O du plan
(intersection des diagonales [M1 M3 ] et [M2 M4 ]) tel que les points Mi se déduisent
π
les uns des autres par des rotations de centre O et d’angle (mod 2π). Donc, il
2
existe deux nombres complexes α et β tels que
8
>
> 1 z = α + β,
>
>
>
< z2 = α + iβ,
>
>
> 3 z = α − β,
>
>
:
z4 = α − iβ.

Le polynôme R(X) := Q(X − α) est unitaire de degré 4 et admet pour racines :


β, iβ, i2 β, i3 β. D’où, R(X) = X 4 − β 4 et par suite Q(X − α) = X 4 − β 4 . Par
conséquent :

Q(X) = (X + α)4 − β 4 = X 4 − 4αX 3 + 6α2 X 2 − 4α3 X + α4 − β 4 .

La condition recherchée est donc :


8
>
> −a = 4α,
>
>
>
< b = 6α2 ,
>
>
> −c = 4α3 ,
>
>
:
d = α4 β 4 .

a 6a2 4a3
Donc α = − et b = , c= . En conclusion, la CNS est : 8b = 3a2 et a3 = 16c.
4 16 64
6.3. EXERCICES 225

Exercice 6.13 K
1. Soit P (X) = a0 X n + a1 X n−1 + · · · + an−1 X + an (avec an 6= 0) un polynôme de R[X]
admettant n racines distinctes réelles x1 , x2 , · · · , xn . Montrer que
n
X 1 1
= − .
i=1
xi P ′ (xi ) an

2. Soit f ∈ R[X] un polynôme de degré n ∈ N∗ possédant n racines simples


x1 , x2 , · · · , xn .
(a) Montrer que
n
X 1
′ (x )
= 0.
k=1
f k

(b) Calculer
n
X 1 X 1
et
k=1
(X − xk )2 1≤h<k≤n
(X − xh )(X − xk )

à l’aide de f et de ses polynômes dérivés. 


1
1. Posons F (X) = , alors en décomposant cette fraction rationnelle en élé-
P (X)
ments simples on obtient :
n
X λi
F (X) = ,
i=1 X − xi
1 1 Xn
λi
= = F (0) = ,
an P (0) i=1 −xi
Xn
1 1 1
= × , car λi = .
i=1 P (xi ) P ′ (xi )
′ −xi

En effet, plus généralement, si F = N


D
∈ C(X), et si a est un pôle simple de F , alors
on peut écrire F = D = X−a + G avec G ∈ C(X) et a n’étant pas un pôle de G. On
N λ

peut aussi écrire D = (X − a)D1 avec D1 ∈ C[X] et D1 (a) 6= 0, on déduit alors que
N
D1
= λ+(X −a)G et par conséquent λ = DN1(a) (a)
. Finalement, on D ′ = D1 +(X −a)D1′
et ainsi D ′ (a) = D1 (a). En conclusion, on a :

N(a)
λ = .
D ′ (a)

2.
(a) On a
1 n
X 1/f ′ (xk )
=
f (X) k=1 X − xk

car les racines de f sont simples (et donc les pôles de la fraction rationnelle 1
f
sont
226 CHAPITRE 6. POLYNÔMES ET FRACTIONS RATIONNELLES

simples aussi). D’où


X n
X 1 X
= · .
f (X) k=1 f (xk )
′ X − xk
En passant à la limite, lorsque x −→ +∞, dans la relation

x n
X 1 x
= · ,
f (x) k=1 f (xk )
′ x − xk

on déduit que
n
X 1
= 0.
k=1 f (xk )

(b) Comme f est un polynôme scindé à racines simples, alors

f ′ (X) n
X 1
= .
f (X) k=1 X − xk

En élevant au carré, et en dérivant, la relation ci-dessus, on obtient successivement


‚ Œ2
f ′ (X) n
X 1 X 1 1
= + 2 ·
f (X) k=1 (X − xk )
2
1≤h<k≤n X − xh X − xk
‚ Œ2
f ′′ (X) f ′ (X) n
X 1
− =− .
f (X) f (X) k=1 (X − xk )
2

Par conséquent, on obtient que :


n
X 1 f ′ (X)2 f ′′ (X) X 1 f ′′ (X)
= − , = .
k=1 (X − xk ) f (X)2 f (X)2 1≤h<k≤n (X − xh )(X − xk ) 2f (X)2
2

Exercice 6.14 K
Pour tout n ∈ N∗ , calculer la somme

n−1
X 1
S = 2ikπ .
k=1 1−e n

n
Y
Si P = (X − ai ) ∈ C[X], alors on a
i=1

n
X n
Y
(X − ai )
P′ k=1 i=1,i6=k
n
X 1
= n = .
P k=1 X − ak
Y
(X − ai )
i=1
6.3. EXERCICES 227

n−1
Y  
2ikπ
En prenant P = X −e n , alors on obtient
k=1

P′ n−1
X 1
= 2ikπ .
P k=1 X −e n

n−1
Y  
2ikπ
Or, X −e n = X n − 1 = (X − 1)(X n−1 + X n−2 + · · · + X + 1), et donc
k=0
P = X n−1 + · · · + X + 1. Par conséquent,

P ′ (1) 1 + 2 + · · · + (n − 1) n−1
= =
P (1) n 2

et donc
n−1
X 1 n−1
S = = .
k=1 1−e
2ikπ
n 2

Exercice 6.15 K
1. Le polynôme X 4 + 4 est-il irréductible dans Q[X] ?
2. Quels sont les entiers n ∈ N∗ tels que n4 + 4 est premier ?
3. Quels sont les entiers n ∈ N∗ tels que le nombre n4 + 4n est premier ? 

1. On a

X4 + 4 = (X 4 + 4X 2 + 4) − 4X 2 = (X 2 + 2)2 − (2X)2
= (X 2 − 2X + 2)(X 2 + 2X + 2).

Donc, X 4 + 4 n’est pas irréductible dans Q[X].


2. Pour n = 1, alors 14 + 4 = 5 est un nombre premier. Par contre, si n ≥ 2, alors
n4 + 4 = (n2 − 2n + 2)(n2 + 2n + 2) et n2 − 2n + 2 ≥ 2, n2 + 2n + 2 ≥ 2, par suite
n4 + 4 n’est pas premier. En conclusion, la seule valeur entière pour laquelle n4 + 4
est un nombre premier est n = 1.
3. Pour n = 1 alors 14 + 41 = 5 est un nombre premier. Maintenant si n ≥ 2, on
distingue deux cas :
∗ n est pair :
alors dans ce cas n4 + 4n est un nombre pair > 2 et donc n’est pas premier.
∗ n est impair :
alors dans ce cas on a

n4 + 4n = (n2 )2 + (2n )2 + 2 × 2n n2 − 2 × 2n n2
= (n2 + 2n )2 − 2n+1 n2
228 CHAPITRE 6. POLYNÔMES ET FRACTIONS RATIONNELLES

 n+1
 n+1

= n2 + 2n − 2 2 n2 + 2n + 2 2 .

Remarquons que les deux facteurs ci-dessus sont > 2 et que n+1 2
∈ N car n impair,
donc n4 + 4n n’est pas premier. En conclusion, le seul entier n pour lequel n4 + 4n
est premier est n = 1.

Exercice 6.16 K
Trouver tous les polynômes P ∈ R[X] tels que

P (X 2 + 1) = P (X)2 + 1 et P (0) = 0.

On a P (0) = 0 et P (X 2 +1) = P (X)2 +1, donc en substituant à X successivement


les valeurs 0, 1, 2 et 5, on obtient

P (1) = 1, P (2) = 2, P (5) = 5, P (26) = 26.

Il semble donc que P − X admet une infinité de racines, pour le vérifier introduisons
la suite (un )n∈N définie par

u0 = 0 et un+1 = u2n + 1 pour n ≥ 1.

On montre par récurrence sur n que P (un ) = un , et comme (un )n∈N est croissante
car un+1 − un = u2n − un + 1 > 0 alors elle prend une infinité de valeurs et qui sont
toutes racine du polynôme P − X. Par suite, P = X. Réciproquement, le polynôme
P = X vérifie clairement la relation du problème. En conclusion, le seul polynôme
vérifiant
P (X 2 + 1) = P (X)2 + 1 et P (0) = 0

est P (X) = X pour tout X ∈ R.

Exercice 6.17 K
Soit P (X) = nX n − X n−1 − X n−2 − · · · − X − 1 avec n ∈ N∗ .
1. Montrer que, à l’exception de 1, P n’admet que des racines simples de module < 1.
2. Existe-t-il d’autres racines réelles que 1 ? 

1. On a P (1) = 0 et donc 1 est une racine de P . Maintenant, soit z ∈ C une racine


de P avec |z| ≥ 1, alors on a

nz n = 1 + z + z 2 + · · · + z n−1
6.3. EXERCICES 229

et donc puisque |z| ≥ 1, alors

n|z|n = |1 + z + · · · + z n−1 | ≤ 1 + |z| + · · · + |z|n−1 ≤ n|z|n−1 ≤ n|z|n .

D’où, les inégalités ci-dessus sont en fait des égalités, on a par suite

|z| = 1 et |1 + z + · · · + z n−1 | = 1 + |z| + · · · + |z|n−1 .

On a donc égalité dans l’inégalité triangulaire, ce qui veut dire que 1 et z sont sur
une même demi-droite issue de l’origine, i.e., z ∈ R+ , et donc z = 1. En conclusion,
les racines de P sont 1 et des complexes de module < 1.
Montrons que les racines de P sont simples : 1 est une racine de P mais P ′ (1) =
n(n+1)
2
6= 0, donc 1 est une racine simple. Maintenant, z ∈ C\{1} est racine simple de
P si, et seulement si, z est racine simple de Q := (X −1)P = nX n+1 −(n+ 1)X n + 1.
Comme Q′ = n(n + 1)X n−1 (X − 1) et que 0 n’est pas racine de P , il résulte que les
racines de P sont toutes simples.
2. Considérons la fonction

fn : [−1, 1] −→ R, x 7−→ nxn+1 − (n + 1)xn + 1.

La fonction fn est de classe C ∞ , on a fn′ (x) = n(n + 1)xn−1 (x − 1). En étudiant les
variations de fn , et grâce au théorème des valeurs intermédiaires on conclut que :
⋄ si n est pair : fn admet une seconde racine dans ] − 1, 0[.
⋄ si n est impair : fn s’annule uniquement en 1.

Exercice 6.18 K
Soient a ∈ R et n ∈ N∗ . On considère le polynôme

Pn (X) = X 2n − 2 cos(na)X n + 1.

Factoriser Pn dans C[X] puis dans R[X]. 

En posant Y = X n , alors on sait que l’équation y 2 − 2 cos(na)y + 1 = 0 admet


pour racines eina et e−ina . Par suite les racines de Pn dans C sont données par :

ei(a+ ) e−i(a+ ),
2kπ 2kπ
n ou n k ∈ J0, n − 1K.

En conclusion, dans C[X] on a :

n−1  ‹  ‹
Y
i(a+ 2kπ
n )
−i(a+ 2kπ
n )
Pn (X) = X −e X −e .
k=0
230 CHAPITRE 6. POLYNÔMES ET FRACTIONS RATIONNELLES

On cherche, à présent, la décomposition de Pn dans R[X], on cherche pour cela à


regrouper les facteurs associés aux racines réelles et les facteurs associés à des racines
complexes conjuguées.
Le nombre 1 est racine de Pn si, et seulement si, na ≡ 0 (mod 2π), alors que le
nombre −1 est racine de Pn si, et seulement si, na ≡ nπ (mod 2π). On distingue
alors les quatre cas suivants :
⋄ Si na ≡ 0 (mod 2π) et na ≡ nπ (mod 2π), alors n est pair (= 2m) et on a :

Pn (X) = X 2n − 2X n + 1 = (X n − 1)2
‚ ‚ Œ Œ2
2 2
m−1
Y
2 2kπ
= (X − 1) (X + 1) X − 2 cos X +1 .
k=1 n

⋄ Si na ≡ 0 (mod 2π) et na 6≡ nπ (mod 2π), alors n est impair (= 2m + 1) et on a :

m‚ ‚ Œ Œ2
2n n n 2 2
Y
2 2kπ
Pn (X) = X − 2X + 1 = (X − 1) = (X − 1) X − 2 cos X +1
k=1 n

⋄ Si na 6≡ 0 (mod 2π) et na ≡ nπ (mod 2π), alors n est impair (= 2m + 1) et on a :

Pn (X) = X 2n − 2(−1)n X n + 1 = ((−X)n − 1)2


‚ ‚ Œ Œ2
2
m
Y
2 2kπ
= (X + 1) X + 2 cos X +1
k=1 n

⋄ Si na 6≡ 0 (mod 2π) et na 6≡ nπ (mod 2π), alors les racines de Pn sont complexes


et conjuguées deux à deux, par suite on a :
‚ ‚ Œ Œ
n−1
Y
2 2kπ
Pn (X) = X − 2 cos a + X +1 .
k=0 n

Exercice 6.19 K
Soit P ∈ R[X] un polynôme unitaire. Montrer que

P est scindé sur R[X] ⇐⇒ |P (z)| ≥ |ℑm(z)|deg(P ) , z ∈ C.

(=⇒) Comme P est unitaire scindé sur R[X], alors on peut écrire que

deg(P )
Y
P (X) = (X − ak ) avec ak ∈ R.
k=1
6.3. EXERCICES 231

Donc, pour tout z ∈ C, on a :

deg(P ) deg(P )
Y Y
|P (z)| = |z − ak | = |(ℜe(z) − ak ) + iℑm(z)|
k=1 k=1
deg(P ) È
Y
= (ℜe(z) − ak )2 + (ℑm(z))2 ≥ |ℑm(z)|deg(P ) .
k=1

b z

|ℑm(z)|

b b

ak ℜe(z)

(⇐=) Puisque deg(P ) ≥ 1, alors il est scindé sur C. Si z0 ∈ C est l’un de ses zéros,
alors on a par hypothèse

0 = |P (z0)| ≥ |ℑm(z0 )|n

d’où ℑm(z0 ) = 0, et donc z0 ∈ R. Donc, toutes les racines de P sont réelles, et le


polynôme P est donc scindé sur R.

Exercice 6.20 K
Soit K un corps quelconque. Montrer qu’un polynôme P de degré 2 ou 3 est irréductible
dans K[X] si, et seulement s’il n’admet pas de racines dans K. 

P est réductible si, et seulement s’il possède un diviseur Q qui ne soit ni une
unité de K[X] (i.e. une constante de K) ni égal à λP avec λ un scalaire, c’est-à-dire
Q vérifie 1 ≤ deg(Q) < deg(P ). D’où, deg(P ) ≥ 2. Maintenant, si P = QQ′ alors
on a
deg(P ) = deg(Q) + deg(Q′ ) et 1 ≤ deg(Q′ ) ≤ deg(P ) − 1.

Comme deg(P ) ≤ 3, alors deg(Q) = 1 ou deg(Q′ ) = 1.


⋄ Si deg(Q) = 1, alors Q admet une racine dans K qui est aussi une racine de P .
⋄ Si deg(Q′ ) = 1, alors on a la même conclusion.
En conclusion, P (de degré 2 ou 3) est irréductible dans K[X] si, et seulement s’il
n’admet pas de racines dans K.
232 CHAPITRE 6. POLYNÔMES ET FRACTIONS RATIONNELLES

Exercice 6.21 K
1. Factoriser le polynôme X 5 − 1 ∈ K[X] sur

(i) K = C, (ii) K = R.
 ‹  ‹
2π π
2. En déduire la valeur de cos et cos . 
5 5

1.
5 
Y 
2ikπ
(i) On a clairement : X − 1 =
5
X −e 5 .
i=1
(ii) Il est clair que 1 est racine de ce polynôme, de plus les polynômes irréductibles
sur R sont de degré 1 et les polynômes de degré 2 de discriminant strictement négatif.
On a alors
X5 − 1 = (X − 1)(X 2 + aX + 1)(X 2 + bX + 1).

Un calcul simple et une identification terme à terme nous donnent :


8
>
< a+b = 1,
>
: ab = −1.

Donc, a et b sont solutions de l’équation X 2 − X − 1. On a donc finalement :


√ ! √ !
5 2 5+1 2 5−1
X −1 = (X − 1) X + X +1 X − X +1 .
2 2

2. D’après la factorisation du polynôme sur R[X], on voit que ses racines sont :

√ s√ √ s√
5−1 i 5+5 5−1 i 5+5
1, + , − ,
2 s 2 2 4 s
2 2
√ √ √ √
− 5−1 i 5+5 − 5−1 i 5+5
+ , − .
4 2 2 4 2 2

€ Š € Š € Š 2iπ
Déduisons la valeur de cos 2π 5
. On a cos 2π5
+ i sin 2π
5
= e 5 est une racine
cinquième de l’unité, elle est la seule racine, à part 1, dont les parties réelles et
€ Š √
imaginaires sont positives (car 0 ≤ 2π/5 ≤ π/2). D’où : cos 2π 5
= 5−1
4
.
€ Š € Š
Déduisons maintenant cos 5 . Comme cos(π − x) = − cos(x), alors cos π5 =
π
€ Š 4iπ
− cos 4π
5
. Or e 5 est la seule racine dont la partie réelle est négative et la par-
tie imaginaire positive. Donc :


π‹ 5+1
cos = .
5 4
6.3. EXERCICES 233

Exercice 6.22 K
Factoriser le polynôme

X(X + 1) X(X + 1)(X + 2) X(X + 1) · · · (X + n − 1)


Pn (X) = 1+X + + +· · ·+ .
2! 3! n!

On commence par prendre des petites valeurs de n.


On a successivement :

P1 (X) = X + 1,
X(X + 1) (X + 1)(X + 2)
P2 (X) = 1+X + = ,
2! 2!
(X + 1)(X + 2)(X + 3)
P3 (X) = ··· = .
3!

1 Y n
On conjecture alors que Pn (X) = (X + k). Soit k ∈ J1, nK, alors on a :
n! k=1

n
X (−k)(−k + 1) · · · (−k + i − 1)
Pn (−k) =
i=0 i!
!
k
X
i k(k − 1) · · · (k − i + 1) Xk
k
= (−1) = (−1)i = 0.
i=0 i! i=0 i

(X + 1)(X + 2) · · · (X + n)
Donc, Pn (X) = pour tout n ∈ N.
n!
Remarque : on peut aussi faire un raisonnement par récurrence pour établir ce
résultat.

Exercice 6.23 K
Soient m et p deux entiers naturels non nuls avec m > p.
1. À quelle condition X m − am est-il divisible par X p − ap ?
2. Déterminer le pgcd de X m − 1 et X p − 1. 

1. On effectue la division euclidienne de m par p, il existe alors (q, r) tels que


m = qp + r avec 0 ≤ r < p. On a

X m − am = (X p − ap )(X m−p ) + ap X m−p − am


= (X p − ap )(X m−p ) + ap (X m−p − am−p )
..
.
!
X
q
= (X p − ap ) X m−kp a(k−1)p + apq (X r − ar ).
k=1
234 CHAPITRE 6. POLYNÔMES ET FRACTIONS RATIONNELLES

D’où, X m − am est divisible par X p − ap lorsque p | m.


2. On sait d’après la question ci-dessus que le reste de la division euclidienne de
X m − 1 par X p − 1 est égal à X r − 1. Par suite, pgcd(X m − 1, X p − 1) = X d − 1 où
d = pgcd(m, p).

Exercice 6.24 K
Soient P ∈ R[X] un polynôme de degré impair et f : R −→ R une application de
classe C ∞ .
On suppose qu’il existe n0 ∈ N tel que :

(n)
f (x) ≤ |P (x)|, ∀ n ≥ n0 .

Que peut-on dire de f ? 

Puisque P est de degré impair, alors il admet une racine réelle x0 . Posons g :=
f (n0 )
, alors on a :
g (n) (x0 ) = 0, ∀ n ≥ n0 .

D’après l’inégalité de Taylor-Lagrange, on a :

|x − x0 |n+1
∀ x ∈ R, ∀ n ∈ N, |g(x)| ≤ sup |P (t)| .
t∈[x0 ,x] (n + 1)!
!
|x − x0 |n+1
Puisque, lim sup |P (t)| = 0, alors g(x) = 0 et par suite g ≡ 0.
n→+∞ t∈[x ,x]
0 (n + 1)!
Par conséquent, si n0 = 0 alors f ≡ 0, et si n0 ≥ 1, alors f est un polynôme de
degré ≤ n0 − 1.

Exercice 6.25 K
Soit Q ∈ R[X] un polynôme donné. Discuter l’existence des solutions dans R[X] de
l’équation :
P (X) + P (1 − X) = Q(X). (E)

Considérons l’endomorphisme :

ϕ : R[X] −→ R[X], P (X) 7−→ P (X) + P (1 − X).

L’équation (E) est équivalente à : ϕ(P ) = Q. Il s’agit d’une équation linéaire, donc
l’ensemble de ses solutions S est soit vide, soit du type :

S = { Pk + Pp : Pk ∈ ker(ϕ) }
6.3. EXERCICES 235

où Pp est une solution particulière de (E). Si Pp est une solution particulière de


l’équation (E) alors on a :

Q(1 − X) = Pp (1 − X) + Pp (1 − (1 − X)) = Q(X).

Donc,‚on a : ŒQ(X) = Q(1 − X). Réciproquement, si Q(X) = Q(1 − X), alors on


Q(X)
a:ϕ = Q(X). En conclusion, si Q(X) 6= Q(1 − X), alors l’équation (E)
2
Q(X)
n’a pas de solutions, et sinon alors Pp (X) = est une solution particulière.
2
Étudions, à présent, le noyau de ϕ.
Soit

P ∈ ker(ϕ),

alors c’est équivalent à : P (X) = −P (1 − X). En posant R(X) :=
1
P X+ , alors c’est équivalent à : R(X) = −R(−X), c’est-à-dire que R est un
2 X
polynôme impair. D’où, R(X) = bk X 2k+1 et par suite
k∈N

 2k+1
X 1
P (X) = bk X− ,
k∈N 2

où (bk )k≥0 est une suite nulle à partir d’un certain rang.
En résumé, si Q(1 − X) 6= Q(X) alors l’équation (E) n’a pas de solutions, et si
Q(X) = Q(1 − X), alors l’ensemble des solutions est l’ensemble des polynômes du
type :
 
Q(X) X 1 2k+1
+ bk X − .
2 k∈N 2

Exercice 6.26 K
Soit P ∈ R[X] un polynôme scindé sur R et de degré d ≥ 1. Montrer que toute racine
multiple de P ′ est racine de P . 

Soient r1 < r2 < · · · < rm les racines distinctes de P de multiplicités respectives


a1 , a2 , · · · , am . Alors, chaque ri est racine d’ordre ai − 1 de P ′ , et par le théorème de
Rolle le polynôme P ′ admet une nouvelle racine Ri ∈ ]ri , ri+1 [ pour i ∈ J1, m − 1K.
Donc, on a
!
m
X m
X
(ai − 1) + m − 1 = ai − 1 = d − 1 racines de P ′.
i=1 i=1

Comme deg(P ′) = d − 1, alors P ′ ne peut avoir d’autres racines. Par conséquent,


les Ri sont des racines simples et les éventuelles racines multiples de P ′ sont parmi
celles de P .
236 CHAPITRE 6. POLYNÔMES ET FRACTIONS RATIONNELLES

Exercice 6.27 K
1. Soient P ∈ Z[X] et a, b deux entiers relatifs distincts. Montrer que

a−b | P (a) − P (b).

2. Soient λ1 , λ2 , · · · , λn des entiers relatifs distincts (avec n ≥ 2). On suppose que :

P (λ1 ) = λ2 , P (λ2 ) = λ3 , P (λ3 ) = λ4 , ··· , P (λn ) = λ1 .

Montrer que n = 2. 

1. Posons P (X) = a0 + a1 X + · · · + an X n ∈ Z[X]. Si a et b sont distincts on a :


!
n
X € Š n
X k−1
X
k k i k−1−i
P (a) − P (b) = ak a − b = ak (a − b) ab
k=0 k=1 i=0
!!
n
X k−1
X
i k−1−i
= (a − b) ak ab =⇒ (a − b) | P (a) − P (b).
k=1 i=0

2. Supposons, par l’absurde, que n ≥ 3. Alors, d’après la première question, il existe


un n-uplet (α1 , · · · , αn ) ∈ Zn tels que :

λ2 − λ1 = α1 (λ1 − λn ), λ3 − λ2 = α2 (λ2 − λ1 ), ··· , λ1 − λn = αn (λn − λn−1 ).

Par conséquent, on a :

α1 × α2 × · · · × αn = 1 et par suite αi ∈ {−1, 1} ∀ i ∈ J1, nK.

⋄ Si α1 = −1, alors λ2 = λn ;
⋄ Si αn = −1, alors λ1 = λn−1 ;
⋄ S’il existe un indice i ∈ J2, n − 1K pour lequel αi = −1, alors λi+1 = λi−1 .
Toutes les trois conclusions ci-dessus sont contraires aux hypothèses de l’exercice.
Donc, on déduit que αi = 1 pour tout i ∈ J1, nK. D’où, dans ce cas, on a la relation
λ1 − λn = (n − 1)(λ1 − λn ), ce qui est absurde.
En conclusion, on a montré que n = 2.

Exercice 6.28 K
Décomposer en éléments simples, sur C puis sur R, les fractions rationnelles suivantes :
1.
1
.
X 2n − 1
6.3. EXERCICES 237

2.
1
.
X n−1 + X n−2 + ··· + X + 1

P (X)
1. On sait que si F (X) = et si α est un pôle simple de F alors le coefficient de
Q(X)
1 P (α)
l’élément simple dans la décomposition est donné par ′ . Donc, comme
X −α Q (α)