Vous êtes sur la page 1sur 168

Approuvé le 16/12/06 par le Sous-Préfet de l’Arrondissement

Décembre 2006
SOMMAIRE
INTRODUCTION ........................................................................................................ 7
1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION........................................................................... 9
1.1. METHODOLOGIE....................................................................................................... 11
2. PRESENTATION DE LA COMMUNAUTE RURALE DE WACK NGOUNA.......... 17
2.1. SITUATION DE LA COMMUNAUTE RURALE...................................................... 17
2.2. ZONAGE DE LA COMMUNAUTE RURALE........................................................... 17
2.3. MILIEU PHYSIQUE .................................................................................................... 22
2.3.1. LE CLIMAT ET LA PLUVIOMETRIE ....................................................... 22
2.3.2. LES RESSOURCES EN EAU ................................................................. 23
2.3.3. LE RELIEF ET LES SOLS....................................................................... 24
2.3.4. VEGETATION ......................................................................................... 25
2.3.5. LA FAUNE ............................................................................................... 28
2.4. LE MILIEU HUMAIN ................................................................................... 29
2.4.1. Taille et répartition spatiale de la population ........................................... 29
2.4.2. STRUCTURES ET COMPOSITION DE LA POPULATION..................... 31
2.4.3. MOUVEMENT DE LA POPULATION...................................................... 33
3. DIAGNOSTIC SOCIO-ECONOMIQUE DE LA COMMUNAUTE RURALE ........... 34
3.1. SITUATION DES SECTEURS SOCIAUX ................................................................. 34
3.1.1. SANTE .................................................................................................... 34
3.1.2. HYDRAULIQUE VILLAGEOISE .............................................................. 38
3.1.3. EDUCATION ........................................................................................... 41
3.1.4. SITUATION DES GROUPES VULNERABLES ....................................... 46
3.1.4.1 LES JEUNES......................................................................................... 46
3.1.4.2 LES FEMMES ....................................................................................... 48
3.2. CADRE INSTITUTIONNEL ET ORGANISATIONNEL DE LA COMMUNAUTE
RURALE.............................................................................................................................. 50
3.2.1. LE CONSEIL RURAL .............................................................................. 50
3.3. LES ACTEURS LOCAUX DE LA COMMUNAUTE RURALE ............................... 59
3.3.1. LE CADRE LOCAL DE CONCERTATION DES ORGANISATIONS
PAYSANNES (CLCOP)..................................................................................... 59
Perspectives pour 2007............................................................................................ 60
3.3.2. LES ASSOCIATIONS SPORTIVES ET CULTURELLES (ASC) ............. 60
3.3.3. LES GROUPEMENTS DE PROMOTION FEMININE (GPF) ................... 61
3.3.4. LES GROUPEMENTS D’INTERET ECONOMIQUE (G.I.E).................... 61
3.3.5. LES COOPERATIVES D’ELEVEURS ..................................................... 61
3.3.6. LES COOPERATIVES D’AGRICULTEURS ............................................ 61
3.3.7. L’ASSOCIATION DES PARENTS D’ELEVES (APE) .............................. 61
3.3.8. LES ASSOCIATIONS DES USAGERS DU FORAGE (ASUFOR)........... 62
3.3.9. LES COMITES DE SANTE (C.S) ............................................................ 62
3.3.10. LES COMITES DE MAMANS................................................................ 62
3.3.11. LE CLUB ENVIRONNEMENT ............................................................... 62
3.3.12. LE RAPPROMAF .................................................................................. 63
3.4. LES INTERVENANTS EXTERNES........................................................................... 64
3.4.1. ANCAR (Agence Nationale de Conseil Agricole et Rural) ....................... 64
3.4.2. PLAN INTERNATIONAL ......................................................................... 65
3.4.3. PAPEL (projet d’appui à l’élevage) .......................................................... 65
3.4.4. PROGRAMME BASSIN ARACHIDIER (PBA ex ProCR) ........................ 65
2
3.4.5. LE PROJET GOUVERNANCE LOCAL GESTION ET DECENTRALISEE
DES RESSOURCES NATURELLES................................................................. 66
3.5. LES SERVICES ETATIQUES..................................................................................... 67
3.5.1. LE CENTRE D’APPUI AU DEVELOPPEMENT LOCAL (CADL) ............. 67
3.5.2. LE SOUS-PREFET.................................................................................. 67
3.5.3. INFRASTRUCTURES ET EQUIPEMENTS D’APPUI A LA PRODUCTION
.......................................................................................................................... 68
3.5.3.1. ENERGIE ET MINES ................................................................................. 68
3.5.3.2. TRANSPORT............................................................................................... 68
3.5.3.3. COMMERCE................................................................................................ 69
3.5.3.4. TELECOMMUNICATIONS ........................................................................ 70
3.5.3.5. ACTIVITES ECONOMIQUES ................................................................... 71
3.5.3.6. L’AGRICULTURE......................................................................................... 71
. ORIENTATIONS ET PROGRAMMES DE DEVELOPPE-MENT ............................ 85
4.1. ORIENTATIONS STRATEGIQUES DE DEVELOPPEMENT ................................. 86
4.1.1. AXE STRATEGIQUE N°1 ACCES AUX SERVICES SOCIAUX DE BASE........ 86
4.1.1.2 Facilter l’accès à l’eau potable.............................................................. 86
4.1.1.3 Améliorer l’accès à la santé.................................................................. 87
4.1.1.4. Renforcer l’accès à l’éducation et aux infrastructures socio-éducatives88
4.1.1.5 Alléger le s travaux des femmes............................................................ 89
4.1.2. AXE STRATEGIQUE N°2 : PROMOTION DE LA STRATEGIE LOCALE DE
DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE................................................................................ 91
4.1.3. AXE STRATEGIQUE N°3 : BONNE GOUVERNANCE LOCALE....................... 94
Il s’agit de renforcer l’équité et la transparence dans la gestion des affaires
locales ............................................................................................................... 94
4.5.2. Convergence avec les Plans Nationaux Regionaux et Internationaux .. 120
4.5.3. Convergence du PLD avec le PRDI ...................................................... 120
5. STRATEGIE DE GESTION ET DE MISE EN ŒUVRE DU PLD ........................ 130
5.1. SYSTEME DE SUIVI ET MISE EN ŒUVRE DU PLD ........................................... 130
5.2. ASPECTS INSTITUTIONNELS DE LA MISE EN ŒUVRE................................... 131
ANNEXE 1 : Population et habitat .......................................................................... 133
ANNEXE 2 : Recensement de la population........................................................... 136
ANNEXE 3 : INFRASTRUCTURES SANITAIRES ................................................. 139
ANNEXE 4 : SITUATION DU PERSONNEL SANITAIRE....................................... 141
ANNEXE 5 : INFRASTRUCTURES HYDRAULIQUES : PUITS ............................. 143
ANNEXE 6 : INFRASTRUCTURES HYDRAULIQUES : FORAGES ...................... 147
ANNEXE 7 : INFRASTRUCTURES SCOLAIRES : ECOLES ELEMENTAIRES ET
CEM ....................................................................................................................... 148
ANNEXE N°8 : EFFECTIFS SCOLAIRES ET PERSONNELS ENSEIGNANTS DANS
L’ELEMENTAIRE ET LE MOYEN .......................................................................... 151
ANNEXE N°9 : INFRASTRUCTURES SCOLAIRES : CLASSE
D’ALPHABETISATION FONCTIONNELLE (CAF).................................................. 153
ANNEXE 10 : INFRASTRUCTURES COMMERCIALES........................................ 154
ANNEXE 11 : AUTRES SERVICES MARCHANDS (Télecentres, transformation,
mouture, décorticage.............................................................................................. 157
ANNEXE 12 : INFRASTRUCTURES ARTISANALES ............................................ 159
ANNEXE 13: RECENSEMENT DU BETAIL ........................................................... 160
ANNEXE 14 : RECENSEMENT DES ORGANISATIONS COMMUNAUTAIRES DE
BASE (OCBà .......................................................................................................... 164

3
LISTE DES ABREVIATIONS

AFDS : Agence du Fonds de Développement Social


AGETIP : Agence d’Exécution des Travaux d’Intérêt Public contre le sous emploi
AGR : Activités Génératrices de Revenus
ANCAR : Agence Nationale de Conseil Agricole et Rural
APE : Association des Parents d’Elèves
ARD : Agence Régionale de Développement
ASC : Agent de Santé Communautaire
ASC : Association Sportive et Culturelle
ASCOM : Assistant Communautaire
ASUFOR : Association des Usagers du Forage
ATS : Agent Technique de Santé
BCI : Budget Consolidé d’Investissement
BCV : Banque Céréalière Villageoise
CADL : Centre d’Appui au Développement Local
CAP : Convergence autour du Président de la République
CAR : Conseil Agricole et Rurale
CB : Communauté de Base
CDEPS : Centre Départemental d’Education Populaire et Sportive
CEM : Collège d’Enseignement Moyen
CFA : Communauté Financière Africaine
CL : Collectivités Locales
CLCOP : Cadre Local de Concertation des Organisations Paysannes
CPC : Cadre Permanent de Concertation
CPE : Commission de Planification Elargie
CR : Communauté Rurale
CR : Conseil Rural
CS : Comité de Santé
CSE : Centre de Suivi Ecologique
CV : Chef de Village
DP : Diagnostic Participatif
DSRP : Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté Phase 2
ECB : Ecole Communautaire de Base
ECS : Educateur Communautaire de Santé
F : Fonctionnel
4
F : Franc
FDC : Fonds de Développement Communautaire
FECL : Fonds d’Equipement des Collectivités Locales
FNPS : Fonds National de Promotion de la Jeunesse
GEC : Groupement d’Epargne et de Crédit
GIE : Groupement d’Intérêt Economique
GPF : Groupement de Promotion Féminine
GTT : Groupe de Travail et Technique
ICP : Infirmier Chef de Poste
IEC : Information Education Communication
KFW : Structure de financement de la coopération allemande
Kg : Kilogramme
Km: Kilomètre
Km²: Kilomètre carré
M : Mètre
m3 : Mètre cube
mm : Millimètre
NF : Non Fonctionnel
OCB : Organisation Communautaire de Base
OMD : Objectifs du millénaire pour le développement
ONG : Organisation Non Gouvernementale
PADMIR : Projet d’Appui au Développement Local en Milieu Rural
PAPEL : Programme d’Appui à l’Elevage
PBA : Programme Sénégalo-Allemand de Lutte Contre la Pauvreté en Milieu Rural
dans le Bassin Arachidier
PCR : Président de la Communauté Rurale
PCR : Président du Conseil Rural
PDEF : Programme Décennal de l’Education et de la Formation
PLD : Plan Local de Développement
PNIR : Programme National d’Infrastructures Rurales
POP : Population
PPA : Plan Prioritaire d’Actions
ProCR : Projet de Promotion des Communautés Rurales
PSAOP : Programme des Services Agricoles d’Appui aux Organisations Paysannes
PV : Procès Verbal
REVA : Retour Vers l’Agriculture
5
SCA : Stratégie de Croissance Accélérée
SDL : Stratégie de Développement Local
SFD : Structure de Financement Décentralisé
SNH : Service National de l’Hygiène
TBS : Taux Brut de Scolarisation

6
INTRODUCTION
Le développement socioéconomique du pays a de tout temps préoccupé les
pouvoirs publics.

Ces programmes sectoriels n’ont pas connu les résultats escomptés. Cet état de fait
allait provoquer une nouvelle orientation de la politique de développement en
adéquation avec les intérêts des populations à la base.

La réforme administrative et territoriale portant création des communautés rurales fut


promulguée par la loi 72-25 du 19/04/72.C’est ainsi que la communauté rurale de
Wack Ngouna a été instituée.

Cette volonté de décentralisation à la base et de promotion du développement local


a été réaffirmée par le vote en Mars 1996 par l’Assemblée Nationale de la loi sur la
régionalisation qui accroît les responsabilités des collectivités locales suite au
transfert de neuf (9) domaines de compétences.

La communauté rurale devient aussi un cadre institutionnel de concertation et de


promotion de l’auto développement centrée sur la participation effective des
différents acteurs et partenaires comme le stipule l’article 198 du code des
collectivités locales :

« La Communauté Rurale élabore le Plan Local de Développement et donne


son avis sur tous les projets de développement concernant tout ou partie de la
communauté rural ».

Le programme Sénégalo Allemand de lutte contre la pauvreté en milieu rural dans le


Bassin Arachidier (PBA) qui intervient entre autres dans les communautés rurales de
Fatick et de Kaolack dans le cadre de l’appui au renforcement des capacités et de
bonne gouvernance locale et surtout dans le sillage de la décentralisation appuie
l’élaboration du plan local de développement(PLD) de Wack Ngouna pour permettre
de ressortir les atouts de la localité ,les contraintes et les propositions endogènes de
solutions ;assorties d’un plan prioritaire d’actions qui identifie les options prioritaires
de développement. C’est l’objet du présent rapport d’élaboration du PLD de Wack
Ngouna

Ce plan qui est élaboré pour six (6) an, se veut glissant, réaliste et intègre tous les
changements contextuels.

7
Son coût est fonction de la capacité (financière et humaine) de la communauté
rurale dont le montant de ses investissements est estimé en termes
d’investissements à 72.000.000 Francs CFA par année.

Conformément aux mécanismes de cofinancement des partenaires au


développement, le plan prioritaire d’actions (PPA) de la collectivité Locale de
Wack Ngouna est estimé à 216.000.000.de Francs CFA pour les trois (03)
prochaines années. Toutefois, le financement de ce PLD est assujetti à la
libération de la contribution du conseil rural estimé à 7.200.000 FCFA par an.

8
1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION
Au Sénégal après la période 1980-1990 d’ajustement structurel qui a permis à
l’économie de renouer avec la croissance avec un taux moyen de 5% pendant les
années1994-2002 ; le gouvernement se trouve confronté à un nouveau défi qui est la
pauvreté croissante de sa population, en effet selon les enquêtes de l’ESAM, 2001-
2002, 57,5% des ménages ruraux vivent en dessous su seuil de pauvreté (2400
calories par personne et par jour).

Dans la région de Kaolack les problèmes de dégradation des ressources naturelles


avec notamment la salinisation des terres, d’enclavement, d’accès aux services
sociaux de base (hydraulique, santé…) et de faiblesse dans l’offre d’emploi sont
venus aggraver l’état de pauvreté des populations.

Le développement local constitue un pilier essentiel du Document de Stratégie de


Réduction de la pauvreté (DSRP) élaboré et adopté par le Gouvernement de la
République du Sénégal en Mars 2002 dont les objectifs se déclinent en trois axes
prioritaires (i) doubler le revenu par tête d’ici 2015 dans le cadre d’une croissance
forte, équilibrée et mieux répartie ;(ii) généraliser l’accès aux services sociaux
essentiels en accélérant la mise en place des infrastructures de base pour renforcer
le capital humain avant 2010 ;et(iii) éradiquer toutes les formes d’exclusion au sein
de la Nation et instaurer l’égalité des sexes en particulier dans les niveaux
d’enseignement. Ce document révisé en juillet 2006 sous l’appellation de DSRP II
est désormais le cadre de référence majeur de la politique économique et sociale
pour la croissance et la réduction de la pauvreté.

Pour ce faire, les axes principaux de la stratégie de réduction de la pauvreté (SRP)


sont :(i) la création de richesse et croissance pro-pauvre (ii) accès aux services
sociaux de base ;(iii) protection sociale, prévention et gestion des risques et
catastrophes ; et (iv) bonne gouvernance et développement décentralisé
participatif.

La Stratégie de Croissance Accélérée (SCA) met l’accent sur le relèvement de la


base de production locale et la réalisation d’infrastructures sociales de base pour
permettre le décollage des régions dans les secteurs d’une grande capacité
distributive du fait de leurs importantes liaisons (amont et aval) et de l’implication
d’un grand nombre d’acteurs sociaux.

9
Les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) à l’horizon 2015 couvrent
huit (8) domaines d’intervention essentiels dont l’éducation primaire, l’égalité et
l’autonomisation des femmes ou la conservation de l’environnement et la réduction
de moitié du nombre de personnes souffrant de la pauvreté et de la famine.

Le renforcement du développement local par l’approfondissement de la


décentralisation et de la bonne gouvernance a un rôle prépondérant à jouer dans la
réalisation de ces objectifs du DSRP et des OMD.

Toute stratégie de développement local (SDL) devrait mettre en place un cadre


d’intervention plus cohérent et fédérateur permettant ainsi l’intégration, la synergie et
la complémentarité de toutes les interventions appuyant la décentralisation et le
développement local. C’est dans ce contexte que s’inscrivent les réformes initiées
par les gouvernements tels que le renforcement de la décentralisation, les réformes
budgétaires, notamment la décentralisation du Budget Consolidé d’Investissement
(BCI), la réforme de la fiscalité locale et du Fonds d’Equipement des Collectivités
locales (FECL).

Sur la base de la SDL, il sera procédé à l’évaluation de la politique de


décentralisation qui devra déboucher sur l’élaboration d’une Lettre de Politique de la
Décentralisation permettant d’élargir la décentralisation par le développement local et
d’améliorer l’efficacité et l’efficience des interventions.

De plus, la mise en œuvre de la SDL nécessitera également des ajustements au


niveau des politiques sectorielles en cours d’exécution dans les secteurs de la santé,
de l’éducation, de l’hydraulique

10
1.1. METHODOLOGIE
« Le PLD est un document cadre issu d’un processus participatif et itératif, qui
définit après diagnostic et pour une période donnée, les orientations de
développement de la collectivité locale, les actions prioritaires à mener, les
ressources à mettre en œuvre pour atteindre les objectifs que la collectivité
s’est fixée ».

La démarche méthodologique initiée pour l’élaboration du présent PLD est globale,


participative, itérative et à nécessiter l’implication de tous les acteurs à la base
(populations, élus et autres acteurs, ONG, services techniques déconcentrés, ARD).

En d’autres termes, le PLD de Wack Ngouna traduit la vision consensuelle de ces


différentes parties prenantes et dépositaires d’enjeux qui ont validé toutes les étapes
nécessaires à l’élaboration de ce document de référence et dont les plus importantes
car dites de grande mobilisation se résument à :

La négociation de collaboration entre le conseil rural de Wack Ngouna et le


Programme Sénégalo Allemand de lutte contre la pauvreté en milieu rural dans le
Bassin Arachidier (PBA/Gtz)pour un appui technique et financier en vue d’élaborer
son Plan Local de Développement(PLD). A l’issue de cette rencontre où les principes
et modalités d’intervention du programme sont définies et acceptées par tous les
conseillers présents ,le conseil délibère sur l’intention de faire un PLD avec l’appui
technique et financière du PBA assortie de la libération de sa contribution financière
nécessaire à la prise en charge de certaines dépenses (transport,indemnités des
animateurs communautaires,restauration des participants aux ateliers ou réunions
villageoises et organisation matérielle des réunions…etc.).Toutes les décisions
contractuelles du conseil rural envers le PBA feront l’objet d’une approbation par le
sous-préfet.

La formation des animateurs communautaires (jeunes issus du terroir) sur les outils
du diagnostic participatif,les techniques de communication et de collecte de données
primaires,en fiscalité locale et enfin en gestion des ressources naturelles.

11
Le but recherché à travers cette formation est de doter d’une part, aux animateurs
les outils nécessaires pour une bonne compréhension des principes qui régissent la
démarche participative et de l’implication des acteurs concernés et d’autre part de les
informer sur le programme ses principes et modalités d’intervention mais surtout
d’harmoniser le discours que les animateurs doivent livrer aux populations.

La tournée de sensibilisation et de collecte de données au niveau des


établissements de la collectivité locale a pour objet d’informer les populations sur le
programme que le conseil rural est entrain de dérouler avec le PBA en vue de se
doter de son outil de développement ce qui lui permettra de réduire sensiblement la
pauvreté et d’être en phase avec les orientations de développement économique et
social du Gouvernement de la République du Sénégal. Toutefois les données
collectées durant cette étape doivent nous servir de base de travail surtout au
moment de la phase des autodiagnostics zonaux.

Le forum de lancement est une occasion unique pour la commission de planification


élargie du conseil rural de regrouper tous les intervenants internes et externes de la
collectivité locale et de les informer sur les enjeux du PLD qu’il est entrain d’élaborer
en partenariat avec le PBA/Gtz. Les différents intervenants s’engagent dans leurs
domaines respectifs à intégrer le processus pour qu’en définitive qu’il puisse avoir
une synergie dans les interventions.

La phase des autodiagnostics zonaux (Diagnostic participatif) constitue l’étape clé du


processus du fait les populations des différents villages qui forment la zone
réfléchissent en interne sur les problèmes /difficultés quotidiennes auxquels elles
demeurent confrontées sans pouvoir y remédier. C’est durant cette étape que
naissent les idées de projets que les populations jugent indispensables pour
surmonter les difficultés qui doivent par la suite être entérinées au cours de la
restitution zonale (qui est la nouveauté dans ce processus).

Les résultats du diagnostic participatif (DP) et les orientations stratégiques définies à


partir des solutions que la communauté a proposées et pour lesquelles elle engage
sa responsabilité totale et entière.

Les ateliers de mise en cohérence sont aussi fondement ales que les étapes
précédentes du fait que les services techniques déconcentrés qui n’ont jusqu’ici
participé au processus doivent valider les résultats du DP fait par les populations
conformément aux politiques sectorielles sans pour autant remettre en cause le
diagnostic des populations.

12
Ces ateliers sectoriels sont importants à plus d’un titre car les techniciens sont
toujours émerveillés par le travail abattu par des non professionnels qu’ils sont
obligés quelquefois de faire des amendements, compléter le diagnostic d’apporter
des informations par rapports aux projets que les populations ont retenu ou donner
des avis techniques sur la faisabilité des projets.

Les ateliers de planification permettent de faire la budgétisation et la hiérarchisation


des projets tout en tenant compte de la capacité financière du conseil rural.

La restitution et la validation du PLD par le conseil rural qui en est le commanditaire


sont les dernières étapes du processus. L’approbation par le sous-préfet donne un
caractère légal au PLD qui devient le document de référence du conseil rural mais
aussi des projets, ONG et autres voulant intervenir au de la communauté rurale de
Wack Ngouna

Le processus d’élaboration du PLD de Wack Ngouna s’est déroulé en soixante


cinq(65) jours de travail effectifs pour vingt huit (28) réunions villageoises et des
rencontres par familles d’acteurs(ISS et focus groupe) et 1470 participants dont plus
de huit cent quarante femmes(840)

Le tableau suivant montre toutes les phases qui ont conduit à son élaboration :

13
PROCESSUS PARTICIPATIF D’ELABORATION DU PLD
RESTITUTION Restitution des résultats
PHASE FINALE ET
PREPARATOIRE VALIDATION
Négociation conditions de Rédaction du PLD
collaboration
Adoption par conseil rural
Formation des animateurs
communautaires Approbation sous-préfet

Forum de lancement Orientations stratégiques

DIAGNOSTIC PLANIFICATION
Priorisation des projets
PARTICIPATIF

Définition PPA MT (3 ans)


Auto-diagnostics zonaux

Définition PPAA CT (1 an)


Groupes focus ciblés
Politiques sectorielles
Interviews personnes
ressources
PRDI – DSRP - ODM

Restitutions zonales PRDI – DSRP - ODM


MISE EN
COHERENCE
Propositions locales 14
Notons que la communauté rurale a convenu de transcrire son PLD dans une double
perspective :

• d’une part de convergence avec les orientations politiques et stratégiques du


Gouvernement du Sénégal qui reposent sur la référence unique qu’est le
Document de Stratégie de Réduction de la pauvreté (DSRP),

• et d’autre part d’intercommunalité qui confère plus de pertinence à certaines


activités qui sont des bases d’intégration spatiale pour plus d’économie d’échelle
entre autre

15
Tableau 1 : Fiche Synoptique de la CR de WackNgouna
DONNEES PHYSIQUES
Entre 30-40m (puits) et 100 -
Superficie 281 km². Profondeur des nappes
220m (forages).
Diors, deck-diors et sols
Types de sols Végétation Sahélo-soudanienne.
halomorphes.

Dimb, baobab, kinkeliba, ratt,


Climat Soudano sahélien. Principales espèces végétales
nger, …
Pluviométrie 700-1000 mm
INFRASTRUCTURES EDUCATIVES
Ecoles élémentaires, CEM et
21 Effectifs scolaires 3977 élèves dont 1647 filles
ECB

Effectifs des écoles coraniques et


2975 talibés
franco Arabes
16 avec 481 apprenants dont 472
Nombre de classes 101 dont 20 abris provisoires Classes d’alphabétisation
femmes ,02 opérateurs, 16 monit.
102 dont : 28 inst, 61 vol., 13
Nombre d’enseignants Daaras (écoles coraniques) 79 Ecoles Arabes 38
vacataires.
DONNEES DEMOGRAPHIQUES
Wolofs (54%), Peuls (40%) et
Population totale 28125 habitants Ethnies
Sérères (02%) Autres (04%)
63 (46 villages groupés, 15
Hommes 5633 Localités dispersés et 2 hameaux peu
éloignés)
Femmes 6 138 Nombre de zones 06
Population imposable 11771 Densité population 102 habitants au km².
Nombre de ménages 3502 Enfants : 15747 dont 7856 filles
Nombre de concessions 2046
EQUIPEMENTS SOCIO ECONOMIQUES
Marché hebdomadaire 01 avec 55 Soucks Magasins de stockage 47 dont 37 F
Boutiques 127 dont 103 F BCV 02
Couverture Téléphonique 09 localités Parcs à vaccination 01
Cabines Téléphonique 18 Moulins 38 dont 26 F
Couverture électrique 01 localités Fourrières 01
Abattoir 01 Boulangeries traditionnelles 25 dont 22F
ACTIVITES ECONOMIQUES
Mil, arachide, mais sorgho,
Agriculture, Maraîchage Pêche ; Exploitation forestière Cueillette de fruits
pastèque, sésame et niébé.
Ovins : 7225 ; Caprins :
9911 ; Chauffeurs, forgerons, maçons,
Elevage et cheptel Bovins : 12398 têtes ; Artisanat tailleurs, menuisiers,
Equins : 4134 Asins : 2409 mécaniciens, teinturières, …
têtes.
INFRASTRUCTURES HYDRAULIQUES
Forage 03 Bornes Fontaines 294 dont 16 NF
Mares (temporaires)
Adduction au forage 10 localités 16 dont 04 importantes
vallée de Koutango
Puits hydrauliques 210 dont 139 fonctionnels Abreuvoirs 03
INFRASTRUCTURES SANITAIRES
Poste de santé 03 Maternités 03
Cases de santé 16 Dépôt pharmaceutique 03
03 ICP, 02 ATS ,25
Personnel de santé Matrones, 22ASC, 69 relais, Pharmacie 01
03 ECS
ORGANISATIONS COMMUNAUTAIRES DE BASE
APE 21
Comités de salubrité ASC
GIE 119 dont 57 Femmes
Comités de santé et de Gestion de
GPF 60 06
Forage
Coopératives d’Agro - éleveurs 01
Source: Enquêtes DP MAI 2006

16
2. PRESENTATION DE LA COMMUNAUTE RURALE DE WACK NGOUNA

2.1. SITUATION DE LA COMMUNAUTE RURALE


La communauté rurale de Wack-Ngouna est située dans la Région de Kaolack,
Département de Nioro du Rip, Arrondissement de Wack- Ngouna.

Elle est limitée :

• Au Nord, par la Communauté Rurale de Keur Madiabel ;

• Au Sud, par celle de Keur Maba Diakhou ;

• A l’Ouest, par la Communauté Rurale de Ndramé-Escale

• Et enfin, à l’Est par l’Arrondissement de Paoskoto.

Le chef lieu de la Communauté Rurale et d’Arrondissement,Wack Ngouna se trouve


à 43km de Kaolack,capitale régionale et à 36km de Nioro du Rip, chef lieu de
Département .il est relié à la capitale régionale par la route départementale
Thiawando Keur Madiabel pour se prolonger par une piste latéritique longue de 08
km .Cependant, certaines localités de la collectivité de Wack Ngouna restent
enclavées d’une part , car séparées par la vallée et d’autre part les voies de
communication entre les villages sont constituées par un réseau de pistes et de
sentiers sableux .

2.2. ZONAGE DE LA COMMUNAUTE RURALE


L’échantillonnage spatial ou le zonage est une étape intermédiaire à la fois
exploratoire et préparatoire au diagnostic participatif (DP). Il permet, dans le souci de
promouvoir une démarche de proximité et une implication effective des populations,
de regrouper les villages de la communauté rurale de Wack Ngouna en zones.

La mise en œuvre des opérations de développement nécessite une approche


participative tout au long du processus de planification afin de prendre en compte les
préoccupations des populations locales bénéficiaires de l’appui du programme.

De ce fait, pour une application des concepts fondamentaux de la démarche


participative et garantir leur implication, la Communauté Rurale de Wack Ngouna a
été divisée en six (06) zones correspondant à des aires de terroirs homogènes aussi
bien sur le plan culturel que socio-économique.

17
18
La stratégie développée pour le zonage tient compte des témoignages de la vie
collective et des interprétations spatiales vécues et perçues par les populations
locales. Ainsi, chaque zone regroupe des villages unis par des liens de solidarité et
d’échanges économiques, des relations basées sur l’utilisation collective des
infrastructures et équipements sociaux de base et des ressources naturelles
partagées (Ex la vallée de koutango)…

Le centre de la zone qui correspond à celle de wack ngouna regroupe dix neuf (19)
villages, est défini sur la base de son pouvoir d’attraction (à cause du louma qui a
lieu tous les jeudis) et de polarisation des autres villages, il regroupe les principales
infrastructures et équipements socio-économiques de la zone. Il est également le
plus accessible et sert de lieu de jonction entre les habitants des villages satellites.

C’est aussi une zone à vocation pastorale.

La zone de koutango se caracrérise par l’existence d’une vallée qui lui donne son
nom et poarise dix (10) villages exploitant les terres du bassin versant à des fins
agicoles et maraichhères et les ressources halieutiques qui en découlent . Cette
zone constitue le poumon économique de la collectivité locale de Wack Ngouna.

La zone de Saboya se situe dans la nord de la communaté rurale ; elle est


constituée de trois (03) villages .Cette zone a une longue tradition historisque car
ayant abrité le premier port d’où partait l’arachide cultivée dans cette partie du
Saloum vers l’Europe via la Gambie qui lui est frontalière.

Les trois zones restant Keur Yoro Khodia, Keur Mady Yacine et Keur Samba Ka
sont des entités territoriales à vocation agricole et pastorale

19
Figure1 : Zonage de la communauté rurale de Wack Ngouna

- Koutango - Keur Tapha


- Ngomène - Santhie Touré
KOUTANGO - Fetto - Keur Ngor
- Ndiba - Touba 1
- Touba Fass - Keur Aly Mbath

- Saboya
SABOYA - Darou Salam Mouride
- Affé Keur Amady

KEUR YORO KHODIA - Keur Yoro khodia


- Pané Math
- Keur Demba Sira

- Keur Samba Ka - Keur Lamine


KEUR SAMBA KA - Keur Sacoumba - Keur Ndongo
- Keur Ndiaba peulh - Keur Seydou Hane
- Keur Amady Ndiome
- Keur Cheikhou Ndiaye
- Keur Mamadou Néné

- Keur Mady Yacine - Thiamène Diogo


- Kotinété - Keur Ndiago Diallé
- Mbadiène - Keur Seydou Bâ
- Keur Bourama Diarra - Keur Matékhé
KEUR MADY YACINE - Keur Malahine - Ndiayène Momath
- Thiwalo - Passy Babou
- Thiarène Alassane - Keur Babou Mbombé
- Fass Ngayène - Keur Amady Nguénar
- Keur Assane Diassé - Darou Matar
- Ndiayène Kadd

- Wack Ngouna - Keur Omar Oumy


- Daga Bany - Ndiago 1
- Guiné - Keur Mamadou Mama
- Médina Mass - Samako Bambara
WACK NGOUNA - Samako Toucouleur - Mbayène
- Méréla Yoro - Méréla Santhie
- Nguer Babou - Keur Mamour Coumba
- Soukouta - Keur Dinguéré
- Wack Mbathio - Nguèyène Djim
- Médina Thiamène

20
21
2.3. MILIEU PHYSIQUE
Le milieu physique est principalement composé des ressources hydriques, des
ressources pédologiques, des ressources végétales et des ressources fauniques.
L’analyse des ressources naturelles a pour but d’apprécier leur capacité à offrir aux
populations les conditions d’un développement local durable.

2.3.1. LE CLIMAT ET LA PLUVIOMETRIE


2.3.1.1. Le climat
Le climat est de type Soudano-Sahélien.C’est une zone de transition entre la frange
sahélienne sèche et la zone guinéenne humide. On observe deux saisons fortement
contrastées :

▪ une saison sèche très longue qui s’étend de Novembre à Mai ;

▪ une saison des pluies qui va de Juin à Octobre.

Il est fortement soumis à la circulation des vents dominants tels que l’alizé
continental ou harmattan et la mousson. Le premier qui circule pendant la saison
sèche véhicule des vents chauds et secs, tandis que la mousson est un vent
d’hivernage, chaud et humide, qui transporte un important potentiel de précipitations.

Les températures, toujours élevées, sont marquées par un régime bimodal. Un


minima égale à 22c au mois de Décembre- janvier et un maxima égale à 37c en
saison sèche (Avril Mai).

2.3.1.2. La pluviométrie
La Communauté rurale de Wack Ngouna se trouve dans la zone comprise entre les
isohyètes 700 et 1000 mm par an où les premières pluies tombent généralement
entre les mois de Mai et de Juin de chaque année pour ne s’arrêter qu’en Octobre
soit une période de cinq à six mois selon les années. L’analyse de l’évolution de la
pluviométrie montre une irrégularité inter annuelle de celle-ci. En effet, entre 1995 et
2005, la pluviométrie moyenne enregistrée est de 806.8 mm, réparties sur une
moyenne de 53 jours. Cependant, durant ces dix (10) années, le seuil des 1000 mm
n’est atteint que pendant l’année 1999, tandis que 2002 n’enregistrait que 486.6 mm
en 32 jours (Tableau 2).

22
Tableau 2 : Evolution pluviométrique

Date première Nombre de jours


Années Hauteur d'eau Date dernière pluie
pluie de pluie

1995 22/05 687.3 56 12/10

1996 19/06 567.6 40 16/10

1997 05/06 754.4 45 12/10

1998 21/06 563.8 36 29/09

1999 05/06 1159.9 61 17/10

2000 13/06 892.5 49 18/10

2001 08/06 718.8 46 18/10

2002 12/06 486.6 32 26/10

2003 07/06 621.6 51 24/10

2004 03/05 850.5 42 23/10

2005 27/05 765.7 45 23/10

Moyenne 806.8 53

Source : CERP de Wack Ngouna Mai 2006

Cette situation traduit des conséquences très graves sur le plan socio-économique,
dans le contexte d’une économie essentiellement basée sur les systèmes de
productions agro-pastorales. Car il faut retenir que la réussite d’une année agricole
dépend beaucoup de la bonne répartition spatio-temporelle de la pluviométrie.

2.3.2. LES RESSOURCES EN EAU


Les ressources en eau de la communauté rurale de Wack Ngouna sont constituées
par les eaux souterraines et par les eaux de surfaces.

2.3.2.1. Les eaux souterraines


Elles sont constituées par les nappes phréatiques, du Continental Terminal et du
Maestrichtien qui représentent les principales sources d’approvisionnement en eau
de la communauté rurale.

23
La nappe phréatique, située à une profondeur de 30 à 40m sauf dans quelques
bas-fonds ou elle oscille entre 3et 10m est exploitée par les puits qui ont une
profondeur moyenne égale à 40m tandis que celles qui alimentent les forages
(continental terminal 80-100m ; Maestrichtien 110-200m) se situent à des
profondeurs variables.

Les deux nappes sont généralement de bonne qualité et constituent les principales
sources d’approvisionnement en eau potable des populations et du bétail.

2.3.2.2. Les eaux de surface


La partie australe de la collectivité locale est traversée par un affluent /défluent du
fleuve Gambie appelé Bolong Koular qui arrose les villages de Saboya, Koutango et
Keur Amady Nguénar. A cela s’ajoute un potentiel hydrographique constitué par la
vallée de Koutango qui fait partie du vaste système fleuve Gambie qui est lui-même
un affluent du fleuve Gambie sur sa rive droite. Le bassin versant couvre une
superficie de 173.3km2 tandis que le bas fonds couvre une proportion de la surface
du bassin, dont une partie est occupée par l’eau.

2.3.2.3. Les mares et les marigots


Les mares sont des points d’eau saisonniers qui existent, à la faveur des conditions
topographiques, pédologiques et surtout pluviométriques. En effet, ils sont alimentés
uniquement pendant la saison des pluies et dépendent de l’abondance ou de la
rareté des précipitations, mais aussi de l’ensablement. Constituent des endroits
idéaux pour la construction de bassins de rétention et servent à l’abreuvement du
bétail

Les quelques mares recensées et qui paraissent les plus importantes (wendu Wack ;
wendu Guiné ; Samakéru…etc.) tarissent toutes entre les mois de décembre et
Février, c’est à dire deux à quatre mois après la fin de l’hivernage, leur
aménagement pourrait permettre de développer des activités pastorales et
maraîchères.

2.3.3. LE RELIEF ET LES SOLS


La communauté rurale de Wack Ngouna est caractérisée par une topographie
relativement plate.

Les sols sont de trois types: les sols «diors », les sols « deck-diors » et les sols
« bas fonds », ou khours et les sols salés.

Les sols «diors » appelés sols ferrugineux tropicaux non ou peu lessivés sont légers,
sablonneux et perméables avec une faible rétention en eau. Ils sont généralement
pauvres en matières organiques et représentent environ 80% des superficies
24
cultivables. Ils sont, cependant, favorables à la culture de l’arachide, du mil, et à
l’élevage du fait de leurs aptitudes à donner du pâturage.

Les sols « decks » appelés sols bruns hydro morphes, représentent 16% des
superficies cultivables. Ils sont relativement fertiles, riches en matière organique et
se rencontrent dans les dépressions ou khours. Leur nature argileuse est favorable
aux cultures céréalières et au maraîchage.

Tandis que les sols salés ou halomorphes qu’on retrouve au niveau des vallées et
des bas-fonds ne représentent que 4% .A cause de leur salinisation, une bonne
partie de ces terres ne sont plus cultivées, celles qui le sont donnent de très faibles
rendements s’ils n’ont pas bénéficié d’amendements aptes à relever leur niveau de
fertilité

2.3.4. VEGETATION
Plusieurs facteurs (naturel et anthropique) ont contribué directement ou
indirectement à la dégradation de la végétation de la collectivité locale parmi
lesquels on peut notamment retenir la baisse de la pluviométrie de ces dernières
années, les feux de brousse, les défrichements des forets à des fins agricoles et le
surpâturage .Ainsi la majeure partie des formations végétales ont disparu et laissé à
la place à des terres dénudées soumises perpétuellement à l’érosion hydrique et
éolienne.

Les quelques reliques de végétation sont formées par les fourrés à combrétacées
composées de combretum glutinosium, combretum nigricans, guiera senegalensis
.Au niveau des champs se trouvent les parcs à cordyla pinnata et parkia bliglobosa

Diverses espèces herbacées éphémères qui prolifèrent pendant l'hivernage, offrent


un surcroît de fourrage au bétail et servent de matériaux de construction (cases et
palissades).

Les différentes espèces végétales présentes dans la communauté rurale de Wack


Ngouna sont recensées dans le tableau ci-dessous :

25
26
Tableau 3 : Espèces végétales de la CR

N° Nom scientifique Sérère Wolof Peulh


1 Acacia albida Sas Kad Tchaski
2 Acacia seyal Ndomb Sourour Boulbi
3 Acacia nilotica Nénef Nep-Nep Gaoudi
4 Adenium obesum Guy dieri Daraboguel
5 Anacardium occidentale Darkasu
6 Andasonia digitata Baak Guy Boki
7 Anogeisus leiocarpus Ngadjil Nguédiane
8 Annona senegalensis Dogote
9 Azadirachta indica Nihme Nihme
10 Balanites aegyptiaca Model Soump Mucceteki
11 Borassus flabellifer Ron
12 Celtis integrifolia Ngan Mboul
13 Combretum glutinosum Yaye Rate Dooki
14 Comiphora africana Ngotot
15 Cordyla pinnata Nar Dimb Douki
16 Detarium microcarpum Dank
17 Diospyros mespiliformis Nène Alome Nelbi
18 Ekebergia senegalensis Hartthioye
19 Ficus gnaphalocarpa Ndunbabut Gungue
20 Guiera senegalensis Ngud Nguer Geloki
21 Heeria insignis Ngégésan Wasswassor
22 Khaya senegalensis Khaye
23 Lannea acida Sone Thingoli
24 Mangifera indica Mango
25 Mitragina inermis Ngaoul Khoss
26 Moringa olifera Nébéday Nébéday
27 Parinari macrophylla New
28 Piliostigma reticulatum Ngayoh Nguiguis Barkéi
29 Prosopis africana Hir
30 Pterocarpus erinaceus Ban Ven Bani
31 Rizophora racemosa Mangui
32 Scleocarya birrea Arit Beer Eri
Securidaca
33 Foufe
longipedunculata
34 Strychnos spinosa Teumb
35 Tamarindus indica Sob Dakhar Diatmi
36 Tamarix sengalensis Mbourdu
37 Vitex doniana Lengué
38 Ziziphus mauritiana Ngit Sidem Diabi
39 Ziziphus mucronata Sidem bouki Diabi fowrou
Source : Convention locale communauté rurale de Wack Ngouna

27
2.3.5. LA FAUNE
L’existence de la faune dépend essentiellement de l’importance et de la nature des
formations végétales, abri naturel de la faune. En effet, c'est dans les zones où le
couvert végétal est sauvegardé que se rencontre l'essentiel de la faune.

Les ressources fauniques de la communauté rurale de Wack Ngouna sont très


diversifiées. Elles sont essentiellement composées des espèces suivantes : le lapin,
le chacal, le serpent, le lièvre, le rat palmiste, l’écureuil, le renard, les hyènes, des
phacochères, des singes Il y existe également une importante avifaune et une faune
aquatique composée de poissons (disponibles au niveau de la vallée de Koutango et
du Minini Yang), de grenouilles, de tortues et de crapaud.

Cependant avec la dégradation de la végétation et la perturbation de leur biotope,


beaucoup d'espèces animales, jadis très présentes, ont aujourd’hui disparu.

Le potentiel qui existe est en voie de disparition, car il est soumis à un processus
progressif de dégradation dû à la combinaison de facteurs d’ordres naturel et
anthropique.

28
2.4. LE MILIEU HUMAIN

2.4.1. Taille et répartition spatiale de la population


La population de la Communauté rurale de Wack Ngouna est estimée à environ
28674 habitants en 2006 (Enquête DP) contre 30676 en 2005 et 29865 en
2004(tandis que les résultats du recensement de Décembre 2002 font apparaître
28639 habitants). C’est une population marquée par une forte tendance à l’exode
rural

La densité de la population est assez acceptable, car pour une superficie de 281
km2, elle est de 102 habitants au km². Avec 63 localités, la densité des implantations
humaines sur son territoire est égale à 4,46 localités par km2.

Signalons, cependant, que la distribution du semis des villages est très homogène.
La répartition spatiale de la population entre les villages montre que l’habitat est de
type groupé pour 42 villages, tandis que 19 ont un habitat dispersé et 02 hameaux
peu éloignés.

En effet, parmi les 63 villages de la communauté rurale de Wack Ngouna, 43 % des


villages ont une population comprise entre 101 et 300 habitants ; 30 % ont plus de
300 habitants ; 6% dépassent les 1000 habitants et seuls deux (02) villages ont
respectivement 94 et 2433 habitants et sont les moins et plus peuplés des
établissements humains de la collectivité locale (Graphique 1)

Si l’on considère cette répartition spatiale de la population par zones, on constate


que les zones de Wack Ngouna et de Keur Mady Yacine situées au Nord et à l’Ouest
de la communauté rurale concentrent les plus grosses agglomérations.

En effet la zone de Wack Ngouna, chef-lieu de communauté rurale est la plus


peuplée, avec 9941 habitants, soit 34,66% de la population. La zone de Keur Mady
Yacine arrive en seconde position avec 8035 habitants, soit 28,04% de la population.
Les zones de Saboya et de Koutango, moins peuplées, ont respectivement 1794 et
2622 habitants, soit 7,24% de la population pour Saboya et 9,12% à Koutango.

29
La zone de Keur Yoro Khodia, composée de trois villages seulement compte 3018
habitants soit 12,45% de la population totale contre 2622 pour celle de Koutango
avec 10 villages quant à l’établissement humain de Keur Samba KA il compte 2706
âmes (Graphique 2).

Graphique

Répartition de la population par zone

12000

9941
10000
Saboya
8035 Koutango
8000 Keur Samba Ka
Keur Yoro Khodia
Keur Mady Yacine
6000 Wack Ngouna

4000
3018
2622 2706

2000 1709

0
1

30
2.4.2. STRUCTURES ET COMPOSITION DE LA POPULATION
2.4.2.1. STRUCTURES PAR SEXE ET PAR AGE
Sur le plan démographique, la structure de la population de la collectivité locale de
Wack Ngouna montre que le sexe ratio est en faveur des femmes. En effet, elles
sont légèrement majoritaires avec un taux de 50,81%, soit 6138 femmes contre 5633
hommes, soit 49,19%.

Ce phénomène peut s’expliquer par le fait que la plupart des jeunes femmes partent
dans les grandes agglomérations comme Dakar, Kaolack ou la Gambie pour
travailler, les unes comme lingères ou commerçantes, les autres comme
domestiques.

Graphique 3 : Répartition de la
population par sexe

49%
51%

Hommes Femmes

La structure de la population par âge révèle le caractère jeune de la population. Car,


si l’on considère que la population imposable (plus de 15 ans) est égale à 12329
habitants, soit 43% de la population, on peut en déduire que les moins de 15 ans
représentent au moins 55% de la population totale, tandis que personnes âgées de
plus de 70 ans, au nombre de 598, représentent 2% de la population.

La population de la communauté rurale de Wack Ngouna est répartie dans 2046


concessions qui englobent 3502 ménages. La population active en milieu rural est
très importante en raison des travaux champêtres. Elle est constituée par l’ensemble
de la population de plus de 15 ans, aussi bien par les hommes que par les femmes.
Ces dernières, malgré le poids des travaux domestiques, ont un rôle économique
très important.

31
2.4.2.2. La composition ethnique et religieuse
L’analyse des groupes ethniques montre un important brassage ethnique entre les
Wolofs, les Peulhs et les Sérères avec toutefois une légère prédominance des
premiers. En effet, la composition ethnique de la collectivité locale de Wack Ngouna
montre que 54 % de la population sont des ouolof, 40 % des Peulhs , 02 % des
sérères et autres 04%. (Graphique 4).

Répartition ethnique de la population

2% 4%
wolof
Pulaar
40% 54% sérére
Autres

Parmi les 63 villages de la communauté rurale, 44 sont habités uniquement par des
wolofs, soit un pourcentage de 70 %. Dans certains villages, les wolofs cohabitent
avec les autres ethnies. C’est ainsi que dans 19, parmi les 63 villages, ils cohabitent
avec les Peulhs, soit 24%, les Mandingues dans 03 autres villages, soit 05% et avec
les Bambaras dans un seul village soit 01%. Les Peuls habitent exclusivement dans
15 des villages de la communauté rurale, contre 4 pour les autres ethnies.

La population de la communauté rurale de Wack Ngouna est essentiellement


musulmane, constituée des confréries Mouride, Tidiane et Khadres.

Tableau N°4 : Repartition Socio Professionnelle de la Population

Profession Agriculteurs Eleveurs Commerçants Artisans

Effectifs 21505 5735 860 574

% 75 20 03 02

32
2.4.3. MOUVEMENT DE LA POPULATION
Depuis quelques années, la crise socioéconomique qui sévit en milieu rural se traduit
par une forte mobilité des populations. Les mouvements migratoires, très
importants dans la communauté rurale de Wack Ngouna, concernent l’émigration,
l’immigration et l’exode rural

2.4.3.1. Emigration
L’émigration à Wack Ngouna concerne principalement les hommes (les jeunes) du
fait de la paupérisation, ces derniers préfèrent aller chercher des ciels plus cléments
dans les pays du Nord. Les principales destinations de ces personnes sont
respectivement l’Italie, les Etats Unis, la France alors que certains s’arrêtent à la
Gambie voisine.

2.4.3.2. Immigration
Elle est temporaire et concerne principalement les firdous qui viennent de la Guinée
Bissau ou de Kolda en période de récolte du mil et de l’arachide.Ils constituent une
importante main d’œuvre lors de ces moments d’intenses activités agricoles (récolte,
battage et vannage).

Toutefois, en début de saison des pluies et tout au long de celle-ci arrivent dans la
collectivité locale des chercheurs de travail appelés localement des navétanes ou
sourgha. Ils viennent pour la plupart des régions de Diourbel, Fatick, Thiès…et sont
généralement employés comme ouvriers agricoles par quelques grands propriétaires
terriens ou des producteurs nantis.

2.4.3.3. Exode rural


I’insuffisance des terres de cultures, le déficit pluviométrique et les problèmes de
commercialisation des produits agricoles enregistré au cours de ces trois dernières
années ont poussé beaucoup de jeunes garçons et jeunes filles à quitter leur terroir
pour s’établir en ville (Dakar, Kaolack, Touba) à la recherche d’un hypothétique
emploi tandis que d’autre se déplacent vers le Sud (Kolda) en quête de nouvelles
terres de cultures

Le mouvement de retour au village, que l’on constatait jadis pendant l’hivernage, ne


s’opère plus à cause de la précarité de l’activité agricole. D’une manière générale,
les ménages à Wack Ngouna présentent toutes les formes de pauvreté économique.
En fait, le niveau de vie des populations stagne depuis plus de deux décennies. Une
situation qui est indubitablement corollaire au fort de taux de chômage dans la
localité.

33
3. DIAGNOSTIC SOCIO-ECONOMIQUE DE LA COMMUNAUTE RURALE
3.1. SITUATION DES SECTEURS SOCIAUX

3.1.1. SANTE
Le secteur de la santé constitue le tendon d’Achille du domaine social de la
collectivité locale du fait de l’insuffisance et la répartition inégale des établissements
sanitaires.

Le potentiel sanitaire de la communauté rurale de Wack Ngouna est composé de :

¾ 03 postes de santé avec trois maternités rurales situés approximativement dans


la même zone et couvrant une infime partie de la collectivité locale 21% de la
population (cf Anexe 3 Infrastructures Sanitaires).

¾ Le tiers des villages environ vingt et un (21) non desservis se trouvent dans un
état d’enclavement réel du à l’absence de voies de communication voire de
moyens adéquats pour faciliter la mobilité.

¾ La zone de Keur Mady Yacine que la zone de Keur Mady Yacine représentant 30
% de la population n’a aucun accès direct à ces postes si ce n’est que celui de
Wack Ngouna situé à plus 8 km (Darou Matar à 10 km, Thiwalo à 11 km)

En outre, la collectivité locale16 cases de santé dont 5 peu fonctionnelles pour cause
de mauvaise gestion et 6 points de prestations, le non respect des engagements pris
par les populations à l’égard des ASC et la faible implication du conseil rural en est le
principal facteur

Cette couverture spatiale est loin de répondre aux normes des normes préconisées
par l’OMS qui stipule qu’il faut un ICP pour 10000 habitants et des objectifs du DSRP
2 qui souhaite un rapprochement des infrastructures sanitaires (les postes de santé)
des populations sur un rayon minimal de cinq (5) Km et limiter à 3000 les habitants
qui seront pris en compte au niveau de ces structures sanitaires.

Toutefois, on a pu remarquer que :

-14223 habitants soit 49% de la population totale habitent des villages dont la
distance qui les sépare du poste de santé de Wack Ngouna est comprise
entre 6 et 12 km

-5950 personnes environ 21% de la population habitent des villages situés


dans un rayon compris entre 5 ,5 et 7km du poste de santé de Keur Tapha.

34
35
Cette situation s’explique par la présence de la vallée de Koutango et les
populations qui se trouvent sur la rive droite sont obligées de faire un grand
détour pour y accéder.

-les villges de Darou Salam Mouride et de Affé Keur Amady peuplés de 949
ames soit 4% du total de la population accdent difficilement au poste de santé
e Saboya du fait de leur situation géographiqhe car se trouvant sur la rive
gauche du fleuve le Miniminiyang respectivement à 8 km pour Darou Salam et
9 km pour Affé

Donc c’est que seulement 25% de la population a accès à un poste de santé,


tous le villages situés dans l’axe nord se trouvent à plus de 5 km d’un poste de santé

Par ailleurs le personnel de santé de tous ordre est composé de (cf Annexe 4
Personnel de santé):

ƒ 03 ICP (Infirmiers chef de poste)


ƒ 01 Agent Technique de Santé (ATS)
ƒ 26 matrones
ƒ 24 ASC (Agents de santé communautaire) contre 26 en 2000
ƒ 71 Relais contre 44 en 2000
ƒ 04 ECS (Educateurs communautaire de santé)
Les principales contraintes auxquelles les populations de la collectivité locale
demeurent confrontées se résument à :

L’accès difficile aux soins de santé de qualité à cause de l’absence de postes de


santé dans les trois autres zones qui du reste sont très enclavées et de la mauvaise
répartition de ces derniers, de la rupture fréquente des médicaments, du mauvais
état des pistes et routes surtout en période hivernale, des longues files d’attente pour
accéder à l Infirmier Chef de Poste (ICP) de Wack Ngouna et enfin l’insuffisance du
personnel paramédical

La forte prévalence de certaines maladies comme :

¾ le paludisme qui constitue 90% des cas de consultation en période hivernale et


30% en saison sèche est assez répandu au niveau de la population enfantine que
chez les adultes accentuée par l’insuffisance de la prévention mais également par
le dépôt sauvage d’ordures ménagères dans les villages et l’absence d’un
système d’assainissement qui empêcherait la stagnation et/ou le ruissellement
des eaux aux alentours des concessions ;

36
¾ Les affections respiratoires aigues, les dermatoses et la diarrhée sont des
pathologies liées d’une part; à un environnement précaire et d’autre part, au non
respect des règles élémentaires d’hygiène ;

¾ Le faible taux de consultations prénatales moins 40%des femmes enceintes n’ont


pas effectué leur première visite du fait d’un fort ancrage culturel (généralement
dans la société saloum-saloum la femme lors de sa première grossesse ne doit
pas se faire découvrir), de l’absence d’une sage femme et enfin du
découragement de certaines femmes car le mari a du mal à acheter les
médicaments qu’on lui prescrit mais aussi du refus de certaines femmes de
suivre le traitement médical;

¾ L’évacuation difficile des malades à partir des postes et cases de santé à cause
d’une part, de l’enclavement, de l’impraticabilité des pistes et d’autre part, par
l’absence d’ambulance à Saboya et de chauffeurs pour celles de Wack Ngouna
et de Keur Tapha.

Face à cette situation les populations se sont fixés comme objectif de :

¾ Faciliter l’accès aux soins de qualité par la construction d’infrastructures


sanitaires dans la zone de Keur Mady Yacine (postes de santé à Keur Mady
Yacine et cases de santé à Thiamène Diogo), la dotation en quantité suffisante
en médicaments, l’équipement des cases de santé et enfin la mise à disposition
de moyens logistiques pour l’évacuation des malades ce qui pourrait permettre
d’améliorer sensiblement la qualité des services de santé

¾ Renforcer la prévention par l’organisation de séances d’Information Education


Communication (IEC) dans les villages; la sensibilisation sur l’utilité des
moustiquaires imprégnées dont la dotation est à augmenter et sur les
comportements à adopter pour améliorer les conditions d’hygiène et de salubrité

37
3.1.2. HYDRAULIQUE VILLAGEOISE
L’approvisionnement régulier en eau potable constitue un obstacle auquel les
populations de Wack Ngouna se trouvent confronté. En dépit des efforts consentis
par l’Etat, le conseil rural et les partenaires au développement pour doter la
collectivité d’infrastructures hydrauliques fonctionnelles, le déficit en eau est toujours
persistant, ce qui empêche le développement d’activités socio-économiques
(maraîchage).

Les nombreux puits foncés par l’Etat, les populations, les partenaires et le conseil
rural ne sont toujours pas parvenus à satisfaire les besoins en eau potable, car ils
sont souvent de mauvaise qualité (vétuste, eau saumâtre dans les zones de
Koutango et de Saboya du fait de l’avancée de la langue salée) ; où tarissent très
rapidement.

Le potentiel de la collectivité locale (cf Anexes 5 et 6 Infrastructures hydrauliques)


en matière d’hydraulique villageoise est constitué de :

ƒ 01 forage équipé d’une pompe électrique avec un château d’eau de 100m3 à


Wack Ngouna qui dessert huit (8) villages ;
ƒ 01 forage motorisé avec un château d’eau de 80 m3 à Keur Tapha qui n’alimente
que ce village du fait de son caractère : privé ;
ƒ 01 forage à Saboya qui approvisionne uniquement le village de Saboya avec un
bassin au sol d’une capacité de 50m3 ;
ƒ 309 bornes fontaines dont 291 fonctionnelles ;
ƒ 210 puits dont 139 fonctionnels ;
ƒ 03 abreuvoirs pour l’abreuvement du bétail.

L’eau potable provenant des trois forages n’est accessible qu’à 45% de la
population (12825 habitants) ce qui correspond à 14 sur 63 villages ; y compris les
deux (02) villages (Keur Yoro khodia et Pané sader) qui sont desservis par le forage
de Missirah situé dans la communauté rurale de Guenth Kayes.

Plus de la moitié de la population environ 55% s’approvisionnent en eau à partir des


puits villageois non protégés (2 puits au minimum par villages). La plupart de ces
viilages bien que situés dans des zones polarisées par certains forages tardent à
être raccordé au réseau.
Cependant on constate que les besoins journaliers en eau de la population de la
collectivité locale de Wack NGouna sont nettement en dessous des moyennes
nationale et régionale qui sont respectivement 35 et 28 litres contre 20 pour la
communauté rurale

38
39
Les autres non desservis comme celles de Keur Samba KA (9 villages), Keur Mady
Yacine (19 villages) et les villages se trouvant derrière le fleuve n’ont aucune
possibilité d’accéder à l’eau à partir des forages existants.

En outre il s’y ajoute que le bétail a la même source d’approvisionnement que les
personnes ce qui a pour conséquences le tarissement rapide des puits mais
également la fréquence des accidents au niveau des points d’eau. Cette situation
traduit la mauvaise répartition des forages à l’échelle communautaire

En dépit de ces importantes potentialités, la collectivité locale demeure confrontée à


d’énormes difficultés pour satisfaire la demande sociale en eau qui se résument à :

ƒ L’accès difficile à l’eau potable à plus de 15849 habitants du fait de la faible


densité des réseaux d’adduction des trois forages existants et de la faible
capacité des puits ;
ƒ Le fonctionnement au ralenti des comités de gestion des infrastructures
hydrauliques qui découle de la méconnaissance par leurs membres de leurs rôles
et missions et de la faible implication du conseil rural dans la gestion ;
ƒ L’abreuvement difficile du bétail à cause de l’insuffisance des abreuvoirs et à la
faible capacité de rétention des mares.

Devant une telle situation, les populations se sont fixés comme objectif de satisfaire
leurs besoins en eau d’ici 2008 en relevant le taux d’accès de 8 points par an pour
être en phase avec les objectifs du DSRP 2 et des OMD à l’horizon 2015 :

ƒ Faciliter l’accès à l’eau potable par l’extension du réseau d’adduction d’eau


potable du forage de Wack Ngouna et des autres forages existants,
ƒ réaliser trois forages à Keur Samba KA, Keur Mady Yacine et Darou Salam
Mouride,
ƒ construire d’un château d’eau à Saboya
ƒ foncer cinq puits hydraulique ;
ƒ Construire des abreuvoirs pour faciliter l’abreuvement du bétail.

40
3.1.3. EDUCATION

Sur le plan éducatif, la communauté rurale de Wack Ngouna est bien lotie en
infrastructures scolaires essentiellement composées de :

ƒ 19 écoles élémentaires dont 10 à cycle complet et une (01) école franco-arabe


avec 101 salles de classes dont 15 abris provisoires (cf.Annexe 7 : Infrastructres
scolaires) avec un effectif enseignant de quatre vingt onze (91) instituteurs contre
15 et 62 salles de classes en 2001 et 08 en 1988 pour 20 classes ;
ƒ 01 collège d’enseignement moyen (CEM) à Wack Ngouna avec 08 salles de
classe dont 3 abris provisoires pour un effectif de 424 élèves dont 128 filles pour
treize (13) professeurs tous des vacataires mis à part le principal ;
ƒ 02 établissements préscolaires à Wack Ngouna et à Saboya ;
ƒ 01 école communautaire de base (ECB) à Keur Ndiaga Diallé avec un effectif de
35 élèves ;
ƒ 16 classes d’alphabétisation fonctionnelle dont une en pulaar pour un effectif total
de 481 auditeurs dont 09 hommes ;
ƒ 79 daaras et 38 écoles arabe avec une moyenne de 25 talibés /daras ce qui
donne 2925 apprenants.
Le système éducatif de la collectivité locale de Wack Ngouna est marqué par la
présence de deux ordres d’enseignement que sont le système formel incarné par
l’école française et le système informel qui regroupe les daras et les écoles franco-
arabes.Ce dernier constitue une sorte de poche de résistance à l’école française
malgré les multiples efforts menés d’une part avec la sensibilisation mais également
par la création de nouvelles écoles visant à faciliter l’accès à l’éducation comme le
stipule le programme décennal de l’éducation et de la formation(PDEF).

Les contingences socioculturelles poussent une bonne partie de la population à


envoyer leurs enfants dans les daras.

Afin de résoudre ce problème de manière concertée l’Inspection départementale de


l’éducation a crée une école franco-arabe à Wack Ngouna chef lieu de la
communauté rurale qui a bénéficié en 2006 de deux salles de classe dans le cadre
du programme BCI (Budget consolidé d’Investissement) financé par l’Etat afin de
mieux matérialiser l’implication des pouvoirs publics dans l’éducation religieuse dans
les écoles élémentaires

41
Ces efforts conjugués à l’appui de Plan International qui s’investit sur un programme
de parrainage ont contribué de relever le taux brut de scolarisation (TBS) surtout
chez les petites filles avec un taux de 60,24% en 2005 contre 35,17% en 2000 alors
que le taux à l’échelle départementale est de 64,41% en 2005.

42
43
44
Les facteurs défavorables qui freinent l’accès à l’éducation se résument à :

ƒ L’insuffisance des effectifs dans certaines écoles du à la forte concurrence des


daras, la faiblesse des équipements comme les table bancs à l’école de Keur
Mady Yacine ;
ƒ L’environnement précaire des écoles à cause du manque notoire de latrines dans
onze (11) écoles sur19, de l’absence de mur de clôture dans 15 écoles et au
CEM et de points d’eau ;
ƒ L’insuffisance de salles de classe en dur dans certaines écoles ; et au CEM y
compris un bloc administratif et un laboratoire ;
ƒ L’environnement précaire des daraas du fait de l’absence de salles pour les
apprenants (talibés) et de lieu d’hébergement ;
ƒ La prise en charge sanitaire des talibés à cause d’une part du manque
d’organisation des serigne daraas, de l’absence de partenaires et d’autre part de
la faible implication du conseil rural dans la gestion des daraas ;
ƒ L’absence de programme post alpha pour les auditeurs des classes
d’alphabétisation ;
ƒ La faible implication du conseil rural dans l’encadrement de la petite enfance.

Afin de relever le taux de scolarisation dans la communauté rurale, les populations


ont décidé de soutenir ce secteur en soumettant les objectifs ci-après:

ƒ Améliorer le taux brut de scolarisation pour arriver à la scolarisation universelle à


l’horizon 2015 par le renforcement de la sensibilisation avec une plus grande
implication des leaders d’opinion, la réalisation de nouvelles salles de classe
équipées et d’infrastructures annexes comme les latrines et de points d’eau dans
lesécoles ;
ƒ Assurer un bon encadrement à la petite enfance par une implication du conseil
rural dans les affaires de cette catégorie caractérisée par leur vulnérabilité ;
ƒ Intégrer l’enseignement religieux dans tous les ordres d’enseignement en vue de
résoudre la dualité entre l’école française et l’école arabo-coranique ;
ƒ Prendre en compte les préoccupations des daraas tenant à la prise en charge
médicale des talibés et la réalisation de salles d’apprentissage et de lieux
d’hébergement.

45
3.1.4. SITUATION DES GROUPES VULNERABLES

3.1.4.1 LES JEUNES


C’est la frange la plus importante de la population. En effet, les jeunes représentent
plus de 55% de la population totale et sont impliqués de manière mitigée dans la
gestion des affaires locales à cause entre autres de leur situation apolitique.

La situation des infrastructures de jeunesse au niveau communautaire se présentent


comme suit :

ƒ 01 foyer des jeunes en cours de réhabilitation ;


ƒ 08 terrains de foot ball non clôturés ;
ƒ 49 associations sportives et culturelles dont une (01) reconnue.
Les jeunes de la communauté rurale de Wack Ngouna sont préoccupés par
l’organisation d’activités sportives pendant les vacances où la majeure partie des
élèves revient au bercail et c’est la période favorable pour organiser des soirées
récréatives dans les villages.

L’apport du conseil rural concernant cette frange de la population se limite


uniquement à l’attribution de subvention lors de l’organisation de rencontres
navétanes et autre activités et non une réelle politique d’encadrement, de promotion
pour venir à bout de leur situation de sous emploi. Ce phénomène de sous-emploi
est d’autant plus alarmant qu’il affecte, en majorité les bras les plus valides de la
communauté censée prendre la relève pour la prise en charge des dépenses
familiales.

Les seuls revenus contribuant à la prise en charge des besoins des familles souvent
nombreuses dans la zone environ neuf à dix personnes sont tirés de l’agriculture
(moins de 150 000 FCFA par an).

Ce qui d’ailleurs explique l’éclatement de certaines familles dont le socle était bâti
autour des principes d’entre aide, de solidarité et de respect du chef de ménage.

Il faut cependant noter que le conseil rural en accord avec des partenaires comme
Plan International cherche à contribuer autant se faire que se peut à la résolution des
problèmes de sous emploi avec un accent particulièrement porté sur une des franges
les plus vulnérables de la population constituée par les jeunes filles (appui aux AGR).

Au cours du diagnostic les contraintes ci-après ont été identifiées par les jeunes :

46
ƒ Sous emploi des jeunes pendant une bonne partie de l’année à cause de leur
faible niveau d’instruction et à leur manque de formation professionnelle ;
ƒ Accès difficile aux financements destinés aux jeunes du à la méconnaissance des
procédures ;
ƒ L’insuffisance d’aires de jeux réglementaires dans la communauté rurale qui
s’explique par la faible prise en compte des problèmes des jeunes par le conseil
rural.

Devant leur état de vulnérabilité permanente, les jeunes en rapport avec le conseil
rural se sont assigné comme objectif de réduire sensiblement cette situation par ;

ƒ L’attribution de terres cultivables au niveau de la vallée de Koutango ce qui


aurait pour effet de lutter contre le sous emploi et plus particulièrement l’exode
rural.
ƒ La facilitation de l’accès aux sources de financements par l’organisation d’une
part, d’une journée d’intermédiation avec les structures de financements
décentralisés (SFD), le fonds national de promotion de la jeunesse (FNPJ) et
autres bailleurs partenaires ; et d’autre part, faire en sorte que la communauté
rurale de Wack Ngouna soit un pole de développement agricole dans le cadre de
la mise en œuvre du plan REVA.
L’augmentation du nombre d’infrastructures de promotion de la jeunesse et procéder
à la clôture du terrain de sport de Wack Ngouna pour permettre un meilleur
épanouissement des jeunes.

47
3.1.4.2 LES FEMMES
L’apport des femmes aux efforts de développement de la localité particulièrement
dans la satisfaction des besoins essentiels voire vitaux de la famille est très
considérable. Elle découle d’un volume de travail très important consacré aux
travaux domestiques dans un contexte marqué par la rareté des ressources
financières.

Compte tenu de leur nombre relativement important, les femmes représentent


49,79% de la population totale (6138) et 9,73% au niveau du conseil rural où elles ne
sont que trois (03) sur 32 conseillers.

Sur le plan organisationnel les femmes sont regroupées en structures comme les
GPF au nombre de 12, en GIE (72) et en comités de mamans au niveau des cases
de santé pour assurer le suivi nutritionnel et vaccinal des enfants. Toutes ces
structures de femmes particulièrement les GIE ont bénéficié tant soit peu de l’appui
de Plan International (cf Annexe 14 : Recensement des Organisations
communautaires de base).

Les difficultés d’accès aux services sociaux de base telles relatées par l’ensemble de
la population contribuent de façon notable à accentuer les problèmes auxquels sont
confrontées les femmes dans leur vie quotidienne.

En effet, sur l’ensemble des soixante trois (63) villages de la communauté rurale on
ne dénombre qu’un nombre infime d’équipements communautaires de transformation
voire d’unités de transformation de céréales (38 moulins dont 26 fonctionnels gérés
par des privés les 2/3 surtout au niveau du marché de Wack Ngouna tandis que ceux
des groupements ou des GIE sont en pannes à cause du manque notoire d’entretien.

Ces difficultés engendrent de nombreuses corvées qui empêchent le plus souvent


les femmes à participer harmonieusement aux activités économiques Les autres
conséquences non moins importantes engendrées par la surcharge des travaux
domestiques sont relatives d’une part,à la baise de la scolarisation des filles obligées
qu’elles sont de venir en appoint à la main d’œuvre domestique(surtout dans les
villages qui résistent à l’enseignement du français) et d’autre part,à la précarisation
de la santé de la mère et de l’enfant

En d’autre termes les problèmes majeurs que rencontrent les femmes dans leur vie
quotidienne se résument à :

ƒ La pénibilité des travaux domestiques du fait des conditions difficiles d’accès à


l’eau à partir des forages existants qui ne desservent que 12 villages sur les 63 et

48
des puits fonctionnels (139 sur 210) inégalement répartis à travers les zones du
diagnostic ;
ƒ L’accès difficile aux infrastructures sanitaires à cause de l’enclavement des
villages exacerbés d’une part, par l’érosion hydrique et d’autre part par
l’impraticabilité des pistes en période hivernale ;
ƒ L’insuffisance du matériel d’allègement (moulins à mil, batteuses broyeur à patte
d’arachide) compte tenu des habitudes alimentaires locales accentuée par une
mauvaise gestion de ces équipements ;
ƒ La rareté du bois de chauffe du au déboisement massif et aux feux de brousse.
Face aux multiples problèmes et défis qui se posent aux femmes des solutions
réalistes ont été préconisées par ces dernières qui se résument à :

ƒ La couverture des besoins en eau potable (extension du réseau d’adduction


d’eau potable et le fonçage de nouveaux puits hydrauliques) et en santé devrait
permettre d’améliorer substantiellement le statut de la femme rurale
ƒ L’augmentation du matériel d’allégement en facilitant l’intermédiation entre les
organisations des femmes et les structures de financement de proximité ;
ƒ La vulgarisation des foyers améliorés et la diversification des sources de
combustibles ;
ƒ La facilitation de l’accès aux sources de financement et le financement d’activités
génératrices de revenus pour lutter contre la pauvreté de ces couches sociales ;
ƒ Le renforcement des capacités managériales des femmes par le biais de
l’alphabétisation et des programmes post-alpha

49
3.2. CADRE INSTITUTIONNEL ET ORGANISATIONNEL DE LA COMMUNAUTE
RURALE

3.2.1. LE CONSEIL RURAL


Il est issu des élections locales de mai 2002 et est composé de 32 conseillers ruraux
dont 03 femmes. La moyenne d’âge varie entre 76 ans pour le plus âgé et 38 ans
pour le moins âgé des élus locaux qui se trouvent être une dame.

La faible représentativité des femmes s’explique d’une part par la surcharge des
travaux domestiques combinés aux activités génératrices de revenus (AGR) qu’elles
mènent et d’autres part aux pesanteurs socioculturelles qui les relèguent au second
rang surtout dans la société saloum-saloum traditionnelle.

Les jeunes sont faiblement représentés dans l’instance locale. Ils sont au nombre
d’un (01). Cette faible représentativité des jeunes au niveau de l’institution locale
s’explique par l’importance de l’exode rural mais aussi par le fait qu’ils s’intéressent
peu à la politique et sans appartenance politique on ne peut pas être investit sur une
liste de parti alors que, Les candidatures indépendantes ne sont pas reconnues pour
ce qui est des élections locales. Pour les jeunes, le poste de conseiller est taillé sur
mesure donc uniquement réservé pour les personnes âgées. En outre, la fonction de
conseiller est bénévole alors que les jeunes sont sans emploi et à la recherche d’un
emploi rémunéré.

Les vingt huit (32) conseillers sont répartis à travers dix sept (17) villages sur les
soixante trois (63) que compte la collectivité locale. Le village de Wack Ngouna à lui
seul compte 08 conseillers (12% de l’effectif total). Cette situation bien que décriée
par les populations qui le considèrent comme étant le plus pourvu en conseillers
renseigne sur l’engagement politique des populations du village chef lieu.

L’ensemble des élus provient de coalition de partis, le cadre permanent de


concertation (CPC) et la convergence autour du Président de la République pour le
21 siècle (CAP 21), A l’issue des élections c’est la liste majoritaire du CPC qui a
hérité du conseil rural mais à présent avec le phénomène migratoire un certain
nombre de conseillers a changé d’appartenance politique en adhérant au parti au
pouvoir.

Les destinés du conseil rural sont assurés par un président qui est à son troisième
mandat d’élu et premier en tant que président du conseil rural. Il est supplié par deux
(02) vices présidents.

50
Pour un meilleur fonctionnement du conseil rural sur le plan administratif et financier,
le PCR est assisté d’un assistant communautaire recruté par l’Etat Pour son
fonctionnement normal, le conseil rural est structuré en commissions techniques
spécialisées. Chaque commission est dirigée par un président assisté de trois à
quatre (04) membres, elle est structurée de la manière suivante : Président –
Rapporteur - Membre.

Les commissions n’existent que de nom car depuis leur installation, elles ne sont
jamais réunies si ce n’est que la commission domaniale dont la fonction est limitée à
l’affectation et la d désaffectation de terres uniquement. D’une manière générale on
constate que les commissions techniques du conseil rural sont non fonctionnelles
parce que les membres de celles-ci ignorent leurs rôles et missions dévolues à leur
structure. Au cas où la commission domaniale effectue une mission dans un village
pour le compte du conseil rural, aucun procès verbal (PV) n’est dressé sinon c’est un
simple compte rendu oral qui est fait soit au PCR ou au conseil rural au cours d’une
réunion.

Les conseillers ont une compréhension sommaire de leurs rôles et missions en tant
qu’élu, ils assimilent la fonction de conseiller à celle d’un ministre ou député de la
localité. La difficulté majeure réside dans le fait que les conseillers ne sont pas en
mesure d’exprimer de manière concrète les actions qu’ils doivent mener. Sur les
trente deux (32) conseillers ruraux, onze sont instruits en français et maîtrisent
partiellement les textes des lois sur la décentralisation tandis que les autres sont
analphabètes y compris le PCR.

Quant au fonctionnement du conseil rural, on note un blocage dans la gestion des


affaires locales du fait de l’inexistence de plan de communication entre le PCR et les
conseillers ce qui fait que parfois certaines décisions sont prises par ce dernier sans
au préalable en discuter au niveau du conseil. Depuis son installation en juin 2002, le
conseil s’est réuni peu de 12 fois en session normale et 6 fois en session
extraordinaire. Il se réunit généralement lorsque le quorum est atteint c’est à dire la
majorité plus un (16 + 1) conseillers.

Toutefois la présence du sous préfet ou de son représentant est nécessaire à


chaque réunion du conseil rural suivie d’une délibération mais cela ne se passe pas
comme telle du fait de la proximité du chef lieu d’arrondissement de la maison
communautaire et des relations particulières entre ce dernier le PCR Les décisions
sont prises à l’unanimité des présents ou à la majorité des conseillers.

51
Après chaque réunion du conseil rural, l’assistant communautaire ou un conseiller
bénévole dresse le procès verbal (PV) mais il revient à l’assistant communautaire
d’enregistrer dans le registre des délibérations le PV pour qu’il soit par la suite
approuvé par le sous préfet.

Les décisions du conseil rural sont méconnues des populations à cause du manque
de tableau d’affichage (dont l’existant se trouve dans le bureau de l’ASCOM).

3.2.1.1 RESSOURCES HUMAINES


La communauté rurale de Wack Ngouna dispose d’un important potentiel humain :

ƒ une population de 28674 habitants,


ƒ 32 conseillers ruraux,
ƒ 11 animateurs communautaires,
ƒ 63 chefs de village.
En outre, elle recèle en son sein de nombreuses organisations communautaires de
base (OCB), il s’agit de :

ƒ 12 GPF, les activités de ces GPF tournent autour de petit commerce du micro
crédit, de l’embouche, du maraîchage et du financement d’activités génératrices
de revenus,
ƒ 21 APE,
ƒ 48 associations de jeunesse dont 01 ASC reconnue,
ƒ 03 comités de santé,
ƒ 03 comités de forage (ASUFOR : Association des Usagers du Forage),
ƒ 97 GIE.
3.2.1.2. RESSOURCES FINANCIERES LOCALES
Les recettes budgétaires de la Communauté Rurale de Wack Ngouna proviennent
des sources suivantes :

1. Les produits de l’exploitation :

¾ Produits des tanneries isues des aire d’abbattage


¾ Droits d’alignement et frais de bornage
¾ Produits Expédition des actes administratifs d’état civil
¾ Légalisation
2. Les produits domaniaux :

¾ Location souks
¾ Produits des droits et place
¾ Produits marchands de poisson
¾ Produits vente animaux

52
¾ Produits permis de stationnement
¾ Droits d’occupation du domaine privé
¾ Droits de fourrière
3. Les impôts locaux :

¾ Minimum fiscal
¾ Contribution des patentes
¾ Taxe rurale
4. Les taxes fiscales :

¾ Taxes sur les véhicules hippomobiles


¾ Taxes sur les spectacles
¾ Taxes sur l’électricité
5. Les produits divers :

¾ Produits des amendes, corrections


6. La dotation de fonctionnement :

¾ Fonds de dotation de la décentralisation

Avant le vote du budget, qui intervient toujours au mois de Décembre, le conseil rural
se réunit pour définir les grandes orientations, puis procède à l’élaboration avec
l’appui du CADL.

La situation de la Communauté Rurale en matière de mobilisation des ressources


financières est présentée en une série de tableaux et de figures commentés. Elle
couvre la période 2003-2005 soit trois années.

53
Tableau N°5 : Budget prévisionnel de la CR de Wack Ngouna

Années
2003 2004 2005
Rubriques

Produits de l’exploitation :
• Produits des taxes aux abattoirs 100 000 100 000 300 000
• Droits d’alignement et frais de bornage 1 750 000 2 500 000 4 000 000
• Produits expédition actes administratifs 200 000 500 000 500 000
• Légalisation 10 000 10 000 10 000
Sous Total 2 060 000 3 110 000 4 810 000
Produits domaniaux :
• Location souks
• Produits des droits et place 100 000 180 000 810 000
600 000 1 000 000 1 450 000
• Produits marchands de poisson
10 000 10 000 200 000
• Produits vente animaux
50 000 50 000 400 000
• Produits permis de stationne-ment
100 000 400 000 500 000
• Droits d’occupation du domaine privé
800 000 800 000 1 250 000
• Droits de fourrière
25 000 25 000 50 000

Sous Total 1 685 000 2 465 000 4 660 000


Impôts locaux :
• Minimum fiscal 10 000 10 000 10 000
• Contribution des patentes 500 000 500 000 900 000
• Taxe rurale 10 548 000 10 807 000 11 500 000
Sous Total 11 058 000 11 317 000 12 410 000
Taxes fiscales :
• Taxes sur les véhicules hippo-mobiles 300 000 500 000 950 000
• Taxes sur les spectacles 50 000 50 000 75 000
• Taxes sur l’électricité 10 000 10 000 120 000
• Taxes sur prélèvement - 10 000 95 218
Sous Total 360 000 570 000 1 240 218
Produits divers :
• Produits des amendes, 981 600 1 958 940 1 000 000
• Recettes éventuelles - 133 000 -
Sous Total 981 600 2 091 940 1 000 000
Dotation fonctionnement :
• Fonds de dotation de la décen-tralisation 4 079 614 4 432 450 6 991 705
Sous Total 4 079 614 4 432 450 6 991 705
TOTAL GENERAL 20 224 214 23 986 390 31 111 923

54
Tableau 6 : Part des différentes ressources financières sur le budget 2003 (en
milliers de FCFA)

Années
2003 2004 2005 Total %
Rubriques

Produits d’exploitation 2 060 3 110 4 810 9 980 13 %

Produits domaniaux 1 685 2 465 4 660 8 810 12 %

Impôts locaux 11 058 11 317 12 410 34 785 46 %

Taxes fiscales 360 570 1 240 2 170 3%

Produits divers 981 2 091 1 000 4 073 5%

Dotation de fonctionnement 4 079 4 432 6 991 15 503 21 %

TOTAL GENERAL 20 224 23 986 31 111 75 322 100 %

Observations

Les prévisions budgétaires de 2003 à 2005 montrent une progression significative


passant de 18% en 2004 à 54% en 2005.

La part attendue la taxe rurale est régulierement la plus importante de toutes les
autres recettes attendues. Elle représente en moyenne 44% du du budget total prévu
sur la période considrée.

L’effort entrepris par la collectivité locale en termes de :

-Campagnges de sensibilisation auprès des populations à la base ;

-Recensement de la population de la CR (identification des personnes


imposables) aura permis de déterminer de manière réaliste le potentiel fiscal
de cette rubrique budgétaire.

Toutefois, l’importance du taux que représente cette rubrique montre la fragilité des
ressources propres que la CR peut générer. Une identification des niches de taxes
potentielles ou l’impulsion du développement économique local à travers la
promotion d’activités économiques où la réalisation d’infrastructures à caractère
économique pourra permettre une diversification et un accroissement des ressources
fiscales de la CR.

55
A ce titre, le conseil rural dans l’élaboration de son plan de formation a exprimé le
souhait d’un renforcement de capacités pour une autonomie en termes d’analyse des
crénaux porteurs de la collectivité locale, de formulation de vision, de recherche et
négociation avec les partenaires pour traduire en acte concret cette vision.

Tableau 7 : Part des différentes ressources financières dans le budget


prévisionnel

14000
12000
10000 2003
8000
2004
6000
4000 2005
2000
0

rs

t
ux
d o tion

ux

en
le

ve
ia

ca

ca

em
ta

di
an

lo

f is
oi

nn
ts
m

ts
pl

ui
s

tio

ex

xe

od

nc
d'

Im
ts

Ta

Pr
ui

fo
ts

od
ui

de
od

Pr

n
Pr

tio
ta
Do

Tableau 7 : Contribution relative des différentes ressources au budget

Années 2003 2004 2005

Produits d’exploitation 10 % 13 % 15 %

Produits domaniaux 8% 10 % 15 %

Impôts locaux 55 % 47 % 40 %

Taxes fiscales 2% 2% 4%

Produits divers 5% 10 % 4%

Dotation de fonctionnement 20 % 18 % 22 %

TOTAUX 100 100 100

56
60%
50%
40% 2003
30% 2004
20% 2005
10%
0%

rs

t
x

ux

es
n

en
au
t io

ve
ca

al

em
ni
ta

di
isc
o
a
oi

nn
its
m

f
ts
pl

s
do

du

tio

ex

xe

nc
o
Im
d’

ts

Ta

Pr
ui

fo
ts

od
ui

de
Pr
od

n
Pr

tio
ta
Do

Observations

La contribution des impôts locaux aux recettes budgétaires est relativement


importante d’une année à l’autre malgré la baisse en part relative relevée en 2004 et
2005. Baisse due à un réajustement à la hausse plus importante des recettes
escomptées au niveau des rubriques (produits d’exploitation qui passent de 10 % en
2003 à 15 % en 2005, produits domaniaux passant de 8 % à 15 % pour la même
période, taxes fiscales qui passent du simple au double, …. Etc.)

Tableau 8 : Comparaison budget prévisionnel / réalisations (milliers de FCFA)

Années 2003 2004 2005

Rubriques Prévu Réalisé Prévu Réalisé Prévu Réalisé

Produits d’exploitation 2 060 - 3 110 90 4 810 131

Produits domaniaux 1 685 382 2 465 250 4 660 1 484

Impôts locaux 11 058 4 807 11 317 8 866 12 410 10 289

Taxes fiscales 360 100 570 150 1 240 25

Produits divers 981 981 2 091 2 091 1 000 685

Dotation de fonctionnement 4 079 4 079 4 432 6 991 6 991

TOTAL 20 224 10 349 23 986 15 879 31 111 19 605

57
Tableau 9 : Taux de recouvrement

Années 2003 2004 2005

Produits d’exploitation 0% 3% 3%

Produits domaniaux 23 % 10 % 32 %

Impôts locaux 43 % 78 % 83 %

Taxes fiscales 4% 26 % 2%

Produits divers 100 % 100 % 68 %

Dotation de fonctionnement 100 % 100 % 100 %

Observations :

Au vu de ce tableau l’on remarque que la quasi-totalité des recettes de la


Communauté Rurale proviennent de la taxe rurale où u n effort soutenu de
recouvrement est constaté durant la période. Des efforts doivent être entrepris pour
rendre le budget beaucoup plus réaliste et ceci à deux niveaux :

¾ Réajuster ou revoir les coûts estimés de certaines rubriques lors de l’élaboration


du budget.

¾ Mener des actions pour rendre le dispositif de recouvrement beaucoup plus


opérationnel (fixation d’objectifs, contrôle, suivi).

Tableau 10 : Volume des dépenses engagés / total des crédits

Années 2003 2004 2005

Total des Total des Total des


Paiements Paiements Paiements
Rubriques crédits crédits crédits

Section fonc- 20 720 775 9 817 518 24 754 164 12 971 705 35 797316 19 607 430
tionnement
Investissements 6 695 680 5 349 150 12 841 570 9 324 055 20 449 121 17 449 121

Observations

Au vu des résultats du tableau l’on remarque l’effort entrepris par le Conseil Rural
pour rehausser le volume des crédits alloués aux investissements durant la période
2003-2005 avec un taux de progression de 69 %.

58
3.3. LES ACTEURS LOCAUX DE LA COMMUNAUTE RURALE

3.3.1. LE CADRE LOCAL DE CONCERTATION DES ORGANISATIONS


PAYSANNES (CLCOP)
Mise en place en 2002 dans le cadre de la mise en œuvre du PSAOP, le CLCOP a
comme activités de réunir les organisations paysannes de la CR de Wack Ngouna
en vue de se concerter d’échanger leurs expériences, de valoriser leurs savoirs et
savoir faire pour améliorer leurs conditions de vie et d’activités.

Au plan des réalisations on notera :

ƒ Diagnostic approfondi de la CR

ƒ Introduction du système d’irrigation goutte à goutte pour les des femmes de Pané
Sader (Oumy Pané)

ƒ Fonçage de puits à Keur Malahine

ƒ Renforcement de capacités (formation en compostage) pour les GIE des femmes


de Pané Sader (Magatte Kane), jappoo de Wack Mbathio et hommes de Keur
Ndongo.

ƒ Projets Financés

ƒ IST /SIDA un financement de 478488 FCFA a été concédé à l’union des GIE de
Keur Yoro Khodia, au GIE des couturières de Wack Ngouna, au GIE des femmes
de Keur Malahine et enfin à celui des hommes de Thiamène Dioggo

ƒ Transformation fruits et légumes : 324 450 FCFA ont été financés au GIE mixte
de Ngoméne

ƒ Itinéraires techniques et gestion des exploitations 273 465 FCFA accordés au


GIE des hommes de Keur Ndongo

ƒ Formation en teinture aux GIE Takku Liggey de Wack Ngouna et Deggo de Keur
Ndongo pour un montant de 431 055 FCFA

ƒ Equipements d’un périmètre maraîcher pour une valeur de 410 661 FCFA pour le
compte du GIE des maraîchers de Koutango

ƒ Financement de l’étude de l’aménagement de la vallée de Koutango avec le


concours financier de l’ASPRODEB qui est en effet l’organe d’accréditation du
CLCOP

ƒ Introduction de 50 ha de semences d’arachide qualité en 2005 qui se situe à 70


en 2006 et de semences de base de niébé, mais et sorgho)
59
Bailleurs et organismes qui soutiennent le CLCOP :

ANCAR-ISRA-DRDR-ASPRODEB-CNCAS-CMS-LCM (laboratoire commun


microbio-logique) SENAGROSOL-PROJET DURAS (projet de developpement
durable dans les systèmes de recherches agricoles du SUD) - CONSEIL RURAL
SOUS-PREFET.

Perspectives pour 2007


ƒ Extension du programme de production de semences d’arachide de qualité

ƒ Mise en place d’une centrale d’achat pour faciliter la distribution des semences et
l’acquisition d’intrants : engrais et produits phytosanitaires

ƒ Mise en œuvre du programme d’aménagement de la vallée de Koutango

ƒ Mise en œuvre du PSAOP phase 2

ƒ Réaliser les programmes de conseil de gestion des exploitations agricoles


familiales.

3.3.2. LES ASSOCIATIONS SPORTIVES ET CULTURELLES (ASC)


Les jeunes de la communauté rurale sont en grande partie regroupés en
associations sportives et culturelles au nombre de 49 dont une reconnue :ces
structures ne s’activent que pendant la période hivernale par la pratique du sport
particulièrement le foot ball et dans une moindre mesure les activités culturelles
comme le théâtre

60
3.3.3. LES GROUPEMENTS DE PROMOTION FEMININE (GPF)
Face à leur vulnérabilité et la pauvreté ; les femmes ont choisi de s’unir pour lutter
contre toute forme d’exclusion et pour entreprendre des actions de solidarité au
niveau des villages particulièrement pendant les cérémonies familiales :ils
constituent des cadres originaux de concertation pour les femmes car elles ont
mobilisé d’importantes sommes d’argent au titre de l’épargne pour ensuite procéder
à du micro crédit entre elles, ils ont par la suite ont évolué vers les groupements
d’épargne et de crédit (GEC) et d’interet économique(GIE)

3.3.4. LES GROUPEMENTS D’INTERET ECONOMIQUE (G.I.E)


Avec le concours de Plan International les populations se regroupées dans des
entités dotées de la personnalité juridique ce qui permet de s’activer dans le domaine
de la teinture, du petit commerce, de la production et de la vente de pâte et d’huile
d’arachide, du commerce des produits agricoles et maraîchers, de l’élevage.

Ils dépassent la centaine et concernent aussi bien les hommes que les femmes mais
également les jeunes filles dont les activités sont financées par Plan et qui se
résument entre autre à la teinture, à la restauration…etc.

3.3.5. LES COOPERATIVES D’ELEVEURS


Elles regroupent tous les éleveurs de la communauté de la collectivité locale, ce sont
des structures corporatistes, un cadre de concertation pour une prise en charge des
problèmes du secteur .Elles sont toutes fédérées à la maison des éleveurs de
Kaolack avec une branche locale à Wack Ngouna.

3.3.6. LES COOPERATIVES D’AGRICULTEURS


A l’image des éleveurs, les agriculteurs se sont organisés dans les villages en union
ou section villageoises pour défendre leur intérêt mais également pour parer aux
nouvelles exigences en matière de production et de commercialisation des
productions agricoles dans la C.R.

3.3.7. L’ASSOCIATION DES PARENTS D’ELEVES (APE)


Avec les réformes intervenues dans le système éducatif, la gestion des écoles est
confiée aux populations à travers des structures locales dénommées APE qui sont
régies par décret. Elles ont pour mission de gérer l’environnement des
établissements scolaires de la collectivité locale.

61
3.3.8. LES ASSOCIATIONS DES USAGERS DU FORAGE (ASUFOR)
Chaque forage de la communauté rurale est géré par un comité de gestion dont les
membres sont issus des villages desservis Les ASUFOR gèrent des fonds provenant
de la vente de l’eau au niveau des bornes fontaines et s’occupent de l’entretien et de
la maintenance qui sont à l’heure actuelle de véritables défis.

3.3.9. LES COMITES DE SANTE (C.S)


Au niveau de Wack Ngouna, on note l’existence de trois (03) comités de santé qui se
préoccupent surtout de la gestion des trois (03) postes de santé. Toutefois, il est
déplorable de constater que ces comités se focalisent sur la gestion financière,
aucune action d’amélioration n’est privilégiée pour une meilleure santé des
populations. Par ailleurs nous constatons l’existence de comités de gestion au
niveau des cases de santé et autres points de prestations qui sont directement
rattachés aux comités de santé La faible capacité de ses membres due à la
méconnaissance de leurs rôles et missions est à l’origine de nombreuses difficultés
d’accès aux soins.

3.3.10. LES COMITES DE MAMANS


Plan International a introduit dans la communauté rurale une forme d’organisation
communautaire assez originale appelée comité de maman :Il s’agit de groupes de
femmes organisées auprès des comités de santé qui s’occupent particulièrement de
la préoccupation des femmes en matière de santé ,de la nutrition des enfants issus
de familles démunies et de parrainage de ces derniers :En réalité ,il s’agit d’une
approche novatrice car certaines questions compte tenu de leur nature sont mieux
abordées entre femmes

3.3.11. LE CLUB ENVIRONNEMENT


Crée avec l’appui de Plan International, le Club Environnement de Wack Ngouna est
association regroupant tous les habitants des villages de la communauté rurale qui
ont principale préoccupation la préservation et la gestion durable des ressources
naturelles.

62
Le club dispose d’un siége très fonctionnel où est organisé la plupart des séminaires
ou session de formation destinée aux OCB. Quand aux activités du club, elles
concernent la préservation et la gestion des ressources naturelles c’est l’une des
raisons qui explique l’affectation par le conseil rural de toutes les actions liées au
reboisement, à la défense et la restauration des sols…etc.

En marge du conseil rural d’autres partenaires comme Pan, le CSE, le PAPEL


travaillent avec le club pour la réalisation de certaines de leurs activités

Le club a aujourd’hui démarré ses activités dans le domaine de l’aviculture ce qui lui
permettra de diversifier ses sources de revenus

3.3.12. LE RAPPROMAF
En 1994, de jeunes producteurs issus de six (6) villages polarisés par la vallée de
Koutango et assistés par Plan International ont constitué le GIE des maraîchers
relais. Il avait pour mission de faciliter l’encadrement de quatre (4) périmètres
maraîchers exploités par les femmes .A partir de 1998 la structure a atteint une
nouvelle dimension pour devenir le réseau d’appui à la promotion de la
production maraîchère et fruitière de Wack Ngouna

Le réseau compte à l’heure actuelle plus de 765 membres dont 726 femmes
regroupés autour de 20 GIE de 18 villages de la collectivité locale ; il est aussi
l’intermédiaire entre les différents GIE et Plan International qui fait parti des
partenaires

Actuellement; le RAPPROMAF s’est doté d’un plan quinquennal axé autour de trois
objectifs spécifiques :

™ Objectif 1 : renforcer les capacités institutionnels et managériales du réseau ;

™ Objectif 2 : réduire les pertes post-récoltes et faciliter l’écoulement des


produits horticoles (produits maraîchers et fruitiers) ;

™ Objectif 3 : promouvoir un écosystème favorable à une intensification des


productions maraîchères et fruitières dans la communauté rurale de Wack
Ngouna.

En somme, l’analyse de la société civile, locale, traduit une certaine léthargie des
structures censées conduire l’amélioration des conditions de vie des populations. De
ce fait, il est nécessaire de redynamiser les organes par la redéfinition de leurs
statuts et règlements intérieurs en les adaptant au contexte de promotion citoyenne
et de fusionnement d’initiatives communautaires.

63
Toutefois, par rapport à ces réformes, il sera question de mettre en place des
mécanismes de gestion transparente susceptibles de mobiliser les populations à
s’engager pour la pérennité des infrastructures communautaires. En cela, les
responsables doivent s’assurer de la « lisibilité des structures locales » en maîtrisant
leurs rôles et missions, leurs objectifs et surtout les attentes des bénéficiaires.

Dans ce sens, il est recommandé de tenir de sessions de renforcement de capacités


afin d’outiller les leaders à l’identification et au partage avec les populations, des
paramètres précités et, aussi, de les initier aux techniques élémentaires de gestion et
de management communautaire.

Toutes ces organisations communautaires de base ont la particularité d’être des


structures qui disposent de papiers légaux sauf pour les ASC dont une seule est
reconnue. Néanmoins, elles traduisent le degré d’organisation des populations à la
base sans pour autant signifier partenariat car il n’existe pas de relations entre ces
différentes organisations encore moins avec le conseil rural. Les relations entre le
conseil rural et les OCB se limitent aux subventions que l’institution accorde surtout
aux femmes à l’occasion de la quinzaine ; aux APE et aux comités de santé à travers
les fonds de dotation que l’Etat leur octroie chaque année. En outre, la plupart de
ces organisations fonctionnent à titre informel car méconnaissant leurs rôles et
missions et n’ont pas accès aux financements sauf celles qui sont en rapport direct
avec Plan International car déroulant les activités de cette dernière.

3.4. LES INTERVENANTS EXTERNES

3.4.1. ANCAR (Agence Nationale de Conseil Agricole et Rural)


L’ANCAR a débuté ses interventions à Wack Ngouna en 2002 par la mise en place
du CLCOP qui travaille étroitement avec les populations à la base. Néanmoins,
l’ANCAR collabore avec le conseil rural.

L’objectif de L’ANCAR est d’établir un service de conseil agricole et rural comptable


de ses résultats envers les producteurs :

ƒ Faire accéder les producteurs à leur demande,à un plus large éventail


d’innovations techniques ;

ƒ Renforcer les capacités des organisations paysannes et des partenaires ;

ƒ Impliquer les producteurs dans tout processus d’évaluation de mise en œuvre.

La démarche de l’ANCAR se fait selon les principes de la participation, la


décentralisation, la globalité et la responsabilisation.

64
3.4.2. PLAN INTERNATIONAL
Organisation non gouvernementale, d’assistance aux enfants, Plan intervient à Wack
Ngouna depuis 1994 dans le cadre du programme survie de l’enfance. Plan travail
avec le conseil rural et les populations dans le domaine de la santé principalement
dans le sous secteur et de l’assainissement, de l’éducation, l’hydraulique, etc. En
termes d’intervention Plan a effectué les activités suivantes :

ƒ Dotation des cases de santé en médicaments

ƒ Construction de salles de classes dans plusieurs écoles primaires et au CEM

ƒ Extension du réseau d’adduction d’eau potable

ƒ Renforcement des capacités organisationnelles et managériales des populations


surtout les femmes et les jeunes filles

ƒ Sensibilisation en IEC sur les maladies récurrentes dans la communauté rurale

ƒ Formation des relais au niveau des postes et cases de santé

ƒ Création de comités de maman et dotation de moustiquaire imprégnées dans le


cadre du projet suivi de l’enfance

ƒ Plan a appuyé financièrement le conseil rural dans l’élaboration de PLD

3.4.3. PAPEL (projet d’appui à l’élevage)


Depuis 2002, le projet PAPEL phase 2 intervient au niveau de la collectivité locale de
Wack Ngouna en travaillant avec les organisations professionnelles de l’élevage
(GIE – GPF). L’objectif du PAPEL est de consolider les acquis de la phase 1 tout en
mettant l’accent sur le renforcement des capacités des éleveurs en vue d’améliorer
la production des vaches en lait et en viande de bonne qualité.

Avec l’opérateur MSA le projet PAPEL a mis en place un programme


d’alphabétisation des populations.

3.4.4. PROGRAMME BASSIN ARACHIDIER (PBA ex ProCR)


Le programme Sénégalo-allemand de lutte contre la pauvreté en milieu rural dans le
bassin arachidier est né de la fusion du ProCR, (promotion de communautés rurales)
du PAGERNA (auto promotion et gestion des ressources naturelles) et ALPHA-
FEMMES (alphabétisation des femmes). Il a pour objectif la promotion des
communautés rurales à travers leur autonomie administrative et financière renforcé.
Dans le cadre de son partenariat avec les communautés rurales, le PBA œuvre pour
une bonne maîtrise par les élus du cadre juridique et institutionnel de la
décentralisation. Un accès facile aux infrastructures et services de base et une

65
compétence réelle des élus à anticiper et gérer leurs affaires locales. Le programme
du bassin arachidier est structuré en quatre composantes :

ƒ Décentralisation

ƒ Planification

ƒ Agriculture et gestion durable des ressources naturelles

ƒ Education de base des femmes

C’est dans ce cadre que le PBA a appuyé l’élaboration de ce présent plan local de
développement. En effet,en 2001 le ProCR devenu PBA en 2004 avait appuyé la
collectivité locale de Wack Ngouna a élaboré son premier PLD avec la réalisation de
plus de quinze(15) infrastructures dont quatre(04) à caractère économique pour un
montant global de 167 436 788 FCFA . La contrepartie du conseil rural pour la
réalisation de ces infrastructures s’élève à 17 321 649 FCFA.

3.4.5. LE PROJET GOUVERNANCE LOCAL GESTION ET DECENTRALISEE DES


RESSOURCES NATURELLES
Le projet Gouvernance Locale Gestion et Décentralisée de Ressources Naturelles
dont le financé est assuré par le Centre de Recherches pour le Développement
International (C.R.D.I) pour une durée de trois (03) ans vise à renforcer les capacités
des élus locaux dans la prise en charge des compétences transférées en matière
d’environnement et de Gestion des Ressources Naturelles.

Pour atteindre cet objectif la stratégie adoptée par le projet repose sur l’appui à des
initiatives locales et l’assistance technique basée sur la demande exprimée par les
acteurs locaux.

L’assistance que le projet apporte à la collectivité locale de Wack Ngouna couvre les
domaines suivants :

ƒ L’identification et la création des conditions d’un dialogue constructif entre les


décideurs locaux et les membres de la communauté rurale projet

ƒ La mise à disposition des décideurs locaux et des de la communauté rurale


d’outils d’aide à la prise de décision ;

ƒ Le renforcement des capacités des membres de la collectivité locale à prendre


des initiatives : à exprimer leurs préoccupations et à se faire entendre des
décideurs

L’assistance du projet est destinée à la communauté rurale ; aux organes de ces


collectivités mais aussi aux organisations communautaires de base.

66
Le projet a démarré ses activités en Juin 2005 par l’organisation d’un atelier appelé
<Atelier de Planification Stratégique qui débouche sur la mise en place d’un groupe
de travail technique (GTT) qui a pour mission d’approfondir le travail de l’atelier; de
formuler des besoins précis en formation et en assistance technique ; d’élaborer des
termes de références pour les prestataires éventuels et d’identifier les expertises
locales susceptibles de leur fournir des services.

Le projet dans le cadre de l’assistance apportée à la collectivité a mis en œuvre un


plan de formation avec les modules ci-après :

ƒ Défense et restauration des sols (DRS)

ƒ Pépinière ;

ƒ Fosse compostière ;

ƒ Fosse fumière ;

ƒ Transformation et conservation des produits maraîchers

Le projet travaille étroitement avec le conseil rural par le truchement de la


commission Domaine et Environnement

3.5. LES SERVICES ETATIQUES

3.5.1. LE CENTRE D’APPUI AU DEVELOPPEMENT LOCAL (CADL)


Avec l’avènement du programme national de développement (PNDL), les missions
du CADL ont été renforcées pour pouvoir mieux appuyer les collectivités locales
dans la mise en œuvre de ce programme. Sa mission consiste à impulser et à
appuyer le developpement à la base et à cordonner les activités des partenaires au
développement Le CADL assiste le conseil rural dans l’élaboration de son budget
ainsi que les OCB, les populations et les partenaires au développement pour la
promotion du monde rural par le biais de l’encadrement, la formation et l’appui
conseil. Le CADL a participé à l’élaboration de ce PLD.

Le CADL fonctionne au ralenti à cause d’un manque notoire de moyens logistiques.

3.5.2. LE SOUS-PREFET
Le sous-préfet conformément aux textes de lois sur la décentralisation, assure un
contrôle de légalité à posteriori des activités du conseil rural ;il veille sur l’intervention
des différents organismes et projets dans le cadre des lois et règlements de la
République. IL veille aussi sur la cohérence des différentes interventions en rapport
avec les orientations de la politique de développement économique et social du
pays. Le sous-préfet intervient régulièrement au niveau de la communauté rurale

67
dans les règlements à l’amiable des conflits. Dans le cadre de l’élaboration de ce
présent PLD le sous-préfet y a beaucoup contribué.

3.5.3. INFRASTRUCTURES ET EQUIPEMENTS D’APPUI A LA PRODUCTION

3.5.3.1. ENERGIE ET MINES


En matière d’électrification rurale, seul le village de Wack Ngouna, est raccordé au
réseau de la SENELEC depuis 2001.

Toutefois, la distribution du courant électrique est souvent perturbée par des


coupures fréquentes du fait que les supports du réseau moyenne tension (poteaux)
s’écroulent surtout en période hivernale.

Les abonnés se plaignent surtout des délestages mais aussi de l’inexistence d’un
bureau de la SENELEC au niveau de l’arrondissement de Wack Ngouna qui pourrait
s’occuper des demandes d’abonnement et de paiements des factures.

Par ailleurs, on note que les systèmes solaires individuels ont fait leur apparition
dans certains villages (15 au total) et les populations souhaiteraient sa vulgarisation
dans les autres villages à l’image de ceux situés dans le Niombato (Arrondissement
de Toubacouta où l’Agence Sénégalaise d’Electrification Rurale (ASER) avec le
concours financier du gouvernement Espagnol à travers le projet ISOFOTON a
procédé à l’installation de systèmes individuels dans les foyers moyennant une
participation de 5 000 frs CFA par ménages).

Actuellement la société EQUIP PLUS a mené des démarches pour recenser les
besoins des populations qui voudraient disposer de kit solaire au niveau de leurs
foyers avec un versement de 120 000 frs dans un premier temps pour ensuite verser
annuellement 4000frs pendant quinze (15) ans.

Par ailleurs l a communauté rurale de Wack Ngouna est dépourvue d’unité


industrielle. Cependant, on note l’existence de quelques carrières non délimitées et
exploitées artisanalement.

3.5.3.2. TRANSPORT
Le réseau routier est inexistant dans la communauté rurale de Wack Ngouna où le
chef lieu de la collectivité locale n’est relié aux collectivités locales riveraines que par
des pistes sablonneuses qui deviennent peu praticables voire impraticables en
période hivernale.

68
En outre, les difficultés de transport sont aggravées par l’insuffisance de moyens
logistiques car les populations se déplacent le plus souvent par le système des
« horaires » qui partent des villages où résident les propriétaires des véhicules pour
rejoindre Kaolack ou Dakar. Le désenclavement de certaines localités de la
communauté rurale s’avère nécessaire en vue de faciliter la commercialisation des
produits agricoles et maraîchers. L’enjeu de la réalisation d’infrastructures routières
est d’impulser une nouvelle dynamique à l’économie locale et par conséquent aux
systèmes de revenus des ménages.

Le développement du secteur des transports nécessite la réalisation des pistes de


production selon les itinéraires suivants :

ƒ Wack Ngouna-keur Yoro –vers Keur Maba sur 07 km ;

ƒ Wack Ngouna-Pané Sader-vers Nioro sur 07 km ;

ƒ Wack Ngouna –Keur Samba KA sur 09 km

ƒ Wack Ngouna-Koutango-Saboya sur 18km ;

ƒ Wack Ngouna-Keur Samba KA sur 08 km

ƒ Wack Ngouna-Keur Mady Yacine-Koular sur 14 km ;

ƒ Wack Ngouna-Keur Amady Nguénar sur 14 km;

ƒ Wack Ngouna-Thiarène Alassane - Ndramé-Escale sur 08km

ƒ Réaliser un pont (radier) entre Keur Mamadou Néné et Médina


Thiamène.

3.5.3.3. COMMERCE
Il est très développé dans la Communauté rurale de Wack Ngouna surtout avec son
louma qui fait parti de l’un des plus importants de l’arrondissement. En outre, il y a un
marché permanent à Wack Ngouna composé de 53 souks et un hall réalisés par le
conseil rural et de boutiques construites par des particuliers.

De par sa position géographique, la communauté rurale de Wack Ngouna joue un


rôle très important dans le commerce intra villageois pour faciliter l’écoulement des
productions agricoles et maraîchères provenant essentiellement de la vallée de
Koutango et de réapprovisionnement des boutiques villageoises. Par ailleurs,
l’implantation de boutiques (103 fonctionnelles sur 127) au niveau des villages
contribue de manière significative à l’approvisionnement des populations en denrées
alimentaires et autres produits de premières nécessités.

69
Le Louma de Wack Ngouna qui a lieu tous les jeudis permet à la collectivité locale
d’augmenter ses recettes à travers les taxes perçues sur les charrettes, le bétail et
les droits de place versés par les commerçants.

Les prévisions de recettes escomptées par le conseil rural ne sont toujours pas
atteintes à cause de la défaillance au niveau de l’encadrement par la perception
rurale de Nioro pour le recouvrement des taxes indirectes.

Sur le plan social, le Louma constitue le principal moyen pour véhiculer ou


transmettre des informations. C’est aussi un cadre d’échange et de rencontre pour
les populations vivant à l’intérieur et à l’extérieur de la Communauté rurale.

Hormis le louma de Wack Ngouna qui a lieu tous les jeudis d’autres loumas se
tiennent le reste de la semaine ; il s’agit de celui de Keur Madiabel chaque mercredi ;
Ndramé-Escale le lundi ; Dinguiraye et Koular le samedi ; Keur Maba Diakhou le
dimanche et enfin Keur Pathé sur la frontière Sénégalo-gambienne le mercredi.

Tous ces loumas constituent en effet ces marchés potentiels pour la


commercialisation de la production des produits maraîchers provenant de la vallée
de Koutango.

Les principaux maux dont souffre le secteur commercial se résument ainsi qu’il suit :

ƒ Inorganisation des commerçants,

ƒ Difficultés d’approvisionnement des boutiques villageoises en denrées de


première nécessité à cause de la faible capacité financière des commerçants
détaillants d’une part, et d’autre part l’enclavement des villages,

ƒ Difficultés d’écoulement des produits agricoles et maraîchers du fait de la non


maîtrise des prix pratiqués sur le marché par les banabana qui fixent les prix en
fonction du niveau d’approvisionnement des loumas en produits agricoles,

ƒ L’insuffisance de souks au niveau du marché de Wack Ngouna

3.5.3.4. TELECOMMUNICATIONS
La couverture du réseau téléphonique fixe et mobile de la communauté rurale de
Wack Ngouna est très insuffisante, en effet elle n’existe que dans les sept (07)
villages de Wack Ngouna, Keur Mady Yacine, Soukouta, Thiarène Alassane, Saboya
Kotinété et Keur Yoro Khodia. Les cabines téléphoniques ou télécentres, au nombre
de 18, sont également localisées dans ces villages.

Quant à la couverture du réseau mobile (GSM), elle est assurée par deux opérateurs
la SENTEL qui dispose depuis juin 2006 d’une antenne à Wack Ngouna pour assurer
une couverture du réseau et Alizé qui a installé un émetteur dans la zone de Saboya
70
pour couvrir les villages situés sur la frontière Gambienne et le reste du territoire
communautaire. Bien que disposant d’équipements au niveau communautaire, la
couverture du réseau de téléphonie est fréquemment perturbée.

Le diagnostic des infrastructures et des équipements d’appui à la production de la


communauté rurale de Wack Ngouna révèle deux faits importants :

ƒ d’une part, l’inégale répartition des infrastructures socio-économiques et services


de base dans l’espace géographique de la communauté rurale ;

ƒ d’autre part, la concentration des échanges et des activités commerciales autour


du marché hebdomadaire de Wack Ngouna.

3.5.3.5. ACTIVITES ECONOMIQUES


Elles sont dominées par les activités de productions agricoles, maraîchères,
pastorales et halieutiques. Cependant, on peut noter l’existence d’autres activités
connexes telles que, le commerce et l’artisanat.

3.5.3.6. L’AGRICULTURE
Elle mobilise une main-d’œuvre très importante 75% de la population et constitue la
principale activité de production de la communauté rurale. La conjonction de des
facteurs agro-pédo-climatiques (sols dior, deck et deck dior, pluviométrie, la
technicité des producteurs) fait que la collectivité locale de Wack Ngouna ait un
terroir à vocation agricole.

Les statistiques agricoles disponibles ne concernent que l’entité région, elles sont
inexistantes à l’échelle de la communauté rurale depuis maintenant dix ans. C’est
pourquoi l’évolution des productions agricoles ne pourra être analysée qu’à l’aune
des indicateurs globaux de la région de Kaolack.
De ce point de vue, les superficies emblavées en céréales (mil, sorgho maïs, riz) ont
connu deux tendances d’évolution sur la décennie 1988-1998 :

9 une première tendance à la hausse où elles ont accru de prés de 24% sur la
période 1988 – 1993
9 et une deuxième tendance à la baisse entre 1993 et 1998 où elles ont décru
de 17% ; en 1998 elles représentaient plus de 47 % des superficies cultivées.
Les productions de céréales n’ont pas du tout suivi l’évolution des superficies, elles
sont restées stationnaires sur la période 1988 –1993 et ont chuté de prés de 25%
entre 1993 et 1998, les rendements n’ont pas progressé, ils sont restés pour ce qui
concerne le mil souna (plus de 80% des superficies emblavées en céréales) en de
ça des 900 Kg /ha sur toute la décennie 1988 –1998.

71
En dépit de l’accroissement de 24% des superficies cultivées , l’arachide à vu sa
production baisser de plus de 15% sur la période 1988 –1992, depuis 1993 un timide
redressement est noté avec une croissance de la production sur la periode 1993 –
1998 qui ne dépasse guère 2%. Cela s’explique par le niveau relativement faible des
rendements, pendant sept années sur dix, il n’a pas atteint la barre des 1000kg/ha.
La production de coton qui s’est accrue de plus de 50% entre 1988 et 1992 avec
l’extension des superficies emblavées, a vu ses rendements passer de 800kg en
1992 à 450 kg en 1998 du faits des aléas naturels, occasionnant ainsi une chuté de
prés de 50% de la production sur la période 1992 –1998.
La diversification des cultures est encore timide le Niébé, la pastéque, le sésame, le
fonio n’occupe ensemble que 02% des superficies cultivées en 1998.

L’agriculture est essentiellement vivrière et de type sous pluie. Elle est largement
tributaire de la pluviométrie qui a connu une certaine stabilité ces trois dernières
années.

Les principales spéculations sont par ordre décroissant l’arachide, le mil, le mais le
sorgho qui constituent la base de l’alimentation locale, et les espèces émergentes
(pastèque, sésame, bissap). Cependant, le niébé est cultivé en association avec
d’autres spéculations.

La culture de l’arachide occupe une place prédominante avec plus de 45% des terres
cultivables, elle est suivie mil avec 28% des terres, du mais avec 20% ; le sorgho
occupe 7% des terres qui restent. Les productions agricoles sont également
représentatives de la superficie des terres qui sont devenues insuffisantes du fait de
la forte démographie enregistrée au cours de ces dernières années au niveau de la
communauté rurale.

La pratique de la jachère est très limitée, tandis que le maraîchage est pratiqué au
niveau de la vallée de Koutango.

Le matériel agricole, qui constitue le principal facteur technique, se caractérise par


un sous-équipement notoire. Le matériel, composé de houes et de semoirs associés
aux animaux de trait, est totalement obsolète (vieux de 25 ans). Actuellement, le
Gouvernement a initié ces trois dernières années un programme de renouvellement
du matériel agricole subventionné à hauteur de 80%.

Les principales contraintes liées à l'activité agricole sont :

ƒ l’érosion hydrique et éolienne ;

ƒ l’appauvrissement des sols ;

72
73
ƒ le déficit et la vétusté du matériel agricole;

ƒ la mauvaise qualité et l’insuffisance des semences (arachides)

ƒ les difficultés d’accès au crédit et aux intrants agricoles,

ƒ l’écoulement difficile des produits issus de l’agriculture ;

ƒ l’insuffisance de magasins de stockage ;

ƒ l’insuffisance de l’encadrement comme le CADL (centre d’appui au


développement local) et le CAR (Conseil Agricole et Rural).

Compte de tenu de l’importance du secteur agricole et le poids qu’il représente pour


les populations, le conseil rural a décidé de s’appuyer sur les programmes de l’État
pour relancer l’agriculture par :

ƒ La lutte antiérosive avec application de mesures de conservation des eaux et de


restauration des sols ;

ƒ La régénération des sols par la pratique de la jachère ;

ƒ L’introduction de l’arbre dans le système agraire (kadd) ;

ƒ L’intensification des cultures et mise à disposition d’intrants aux producteurs ;

ƒ Former les producteurs en technique de compostage ;

ƒ Faciliter l’accès des producteurs aux matériels agricoles en procédant à une


intermédiation entre ces derniers et les structures de financement décentralisés
(SFD) ;

ƒ Inciter les producteurs à constituer des réserves personnelles en semences ;

ƒ Réaliser des magasins de stockage pour sécuriser les productions agricoles

ƒ Organiser les producteurs en association pour mieux défendre leurs interet et


pouvoir négocier avec d’autres partenaires en vue d’un meilleur écoulement de la
production agricole.

3.5.3.7. LE MARAICHAGE
Il est pratiqué depuis plus de vingt ans (20) c’est la première activité de la vallée de
Koutango qui est exploitée sur une superficie de 135,75 hectares (ha).

74
En effet c’est à partir de 1974 que, les populations ont pris conscience de ce que
représente la vallée en termes de revenus et ont procédé aux morcellements des
terres pour y installer des vergers. Ce sont les femmes qui furent les premières
exploitantes des terres et ont beaucoup contribué à l’essor de la riziculture, du
maraîchage dont les premières expériences datent de 1958 et de l’arboriculture pour
ensuite céder la place aux hommes.

L’essentiel des exploitations de la zone sont doté d’un système d’irrigation basé sur
l’exhaure manuel au niveau des puits céanes et sur l’arrosage manuel excepté
quelques unes qui disposent de pompes manuelles.

Le nombre d’exploitations maraîchères est estimé à 213 réparties à travers les huit
(8) villages qui jouxtent la vallée de Koutango où s’activent plus de 500 petits
exploitants. Le village de Koutango à lui seul exploite 42,445 hectares de parcelles
horticoles sur les 135,75.Les spéculations les plus cultivées sont l’oignon avec 70%
des emblavures,la tomate,le chou,le gombo,le piment,le diaxatou,l’aubergine,et la
patate douce.

Les revenus bruts issus du maraîchage au cours de ces cinq dernières années sont
estimés à plus de 31.350.000 francs CFA.dont 20 126 400 FCFA pour le village de
koutango.

Les contraintes qui entravent le développement du sous- secteur du maraîchage ont


pour nom :

ƒ Salinisation et acidification des terres ;

ƒ Divagation du bétail dans les parcelles ;

ƒ Herbes envahissantes (pométa, mbassi-mbassi, coxom-coxom ;

ƒ Parasitisme dans les eaux (nourou, vers de guinée dans la zone de Saboya) ;

ƒ Accès difficile aux intrants et équipements maraîchers ;

ƒ Faible niveau d’utilisation des techniques d’économie d’eau et d’épandage


‘engrais ;

ƒ Ensablement de la vallée

ƒ Insuffisance de main d’œuvre qualifiée ;

ƒ Problèmes d’écoulement des productions sur les marchés locaux liés à la faible
capacité d’absorption et à l’impraticabilité des pistes ;

ƒ Difficultés de conservation des produits maraîchers.

75
Conscientes du rôle que pourrait jouer le maraîchage dans la promotion de
l’économie locale les populations se sont accordées en rapport avec le conseil rural
de :

ƒ Valoriser les terres du bassin versant de la vallée de Koutango par la réalisation


d’ouvrages anti-sel et anti- érosives (gabions fascines…etc.)

ƒ Faciliter l’accès des maraîchers aux intrants et équipements ;

ƒ Faire une intermédiation entre les maraîchers, les commerçants et les hôteliers
pour faciliter l’écoulement de la production ;

ƒ Former les maraîchers en itinéraires techniques, en marketing et en


transformation et conservation ;

ƒ Réaliser des pistes pour désenclaver les zones de production pour faciliter la
commercialisation ;

ƒ Réaliser des magasins de stockage dans les zones de Saboya et Koutango ;

ƒ Organiser les maraîchers en association ;

Faire un plaidoyer/Lobbying à l’intention de l’ÉTAT, des partenaires au


développement pour que la vallée de Koutango soit un pole de développement des
activités maraîchères dans le cadre de la mise en oeuvre du plan REVA (ce que le
plan de communication devrait prendre en compte).

3.5.3.8. L’ARBORICULTURE FRUITERE


Elle est considérée, par les populations, comme l’activité la plus lucrative après le
maraîchage. L’arboriculture fruitière se pratique surtout au niveau du bassin versant
de la vallée où les vergers de manguiers, goyaviers et de bananiers récemment
introduit jouent un important rôle dans l’amélioration des revenus des ménages
pendant les périodes situées entre Mai et Juillet de chaque année. Pour cette forme
de culture les charges sont minimes et le chiffre d’affaires annuel moyen par
exploitant tourne autour de 100 à 200.000 francs si la production n’est pas affectée
par les parasites. Aujourd’hui, les terres du plateau deviennent de plus en plus rares
et font l’objet de spéculations foncières du fait de l’importance que le secteur de
l’horticulture représente dans cette zone et des enjeux futurs.

Tout comme le maraîchage l’arboriculture fruitière souffre du manque de débouchés


du fait de l’enclavement de la zone où les producteurs n’ont pas les moyens
nécessaires pour acheminer leur production vers les centres urbains.

76
3.5.3.9. L’ELEVAGE
L’élevage constitue la deuxième activité économique des populations de la
communauté rurale de Wack Ngouna. Elle est pratiquée durant toute l’année et reste
très souvent associée à la première activité économique c'est-à-dire l’agriculture.

Le bétail est estimé à quelques 36141 têtes (Enquêtes DP, Juillet 2006). Il est
constitué de 7225 tetes d’ovins; 9911 caprins ; 12398 bovins ,4058 équins et enfin
2679 asins. Cf Annexe 13 : recensement du bétail).

C’est également un élevage extensif qui reste marqué par une forte tendance à la
transhumance vers des aires de pâturages extérieures pendant la période hivernale
où l’eau occupe plus de 60% de la forêt classée de Saboya (période peu favorable
pour le bétail du fait de la forte présence de certaines épizooties mais aussi de la
mauvaise qualité de certaines herbes non désirées par le bétail) qui est la seule
potentialité en pâturage. Le mouvement de retour s’effectue juste à la fin de
l’hivernage, c’est à dire au mois de Novembre .Dans la société saloum-saloum
l’élevage constitue un puissant moyen de thésaurisation ce qui lui confère son
caractère contemplatif.

La répartition géographique du cheptel par zone montre que les plus gros effectifs
sont recensés respectivement dans les zones de Keur Mady Yacine (13 078 têtes),
de Wack Ngouna (9 441 têtes), de Keur Samba KA (4 326.),Saboya (3375
tetes),Koutango (3294) tandis que la zone de Keur Yoro Khodia compte le plus faible
effectif avec 2627 têtes dont 550 ovins.

Sur le plan des infrastructures le secteur de l’élevage est bien pourvu :

ƒ 03 abreuvoirs desservis par les trois forages existants qui comptent au total 278
bornes fontaines fonctionnelles ;

ƒ 06 mares non protégées dont quatre ont une eau permanente jusqu’au mois de
décembre voire Janvier ;

ƒ 139 puits fonctionnels qui servent de points d’eau dans les villages non raccordés
aux forages ;

ƒ des parcours de bétail ;

ƒ un parc à vaccination à Wack Ngouna

ƒ une vallée (Koutango) et un fleuve (mininiyang).

Les contraintes au développement du secteur de l’élevage se résument à :

77
ƒ Des difficultés d’abreuvement du bétail à cause de l’insuffisance des points d’eau
surtout au niveau de la zone de Keur Mady Yacine du fait que celle-ci ne dispose
pas de forage ;

ƒ L’insuffisance, l’étroitesse et la réduction des parcours de bétail du fait de


l’extension illégale des zones de cultures ;

ƒ L’accès difficile aux aliments de bétail qui s’explique par l’absence de point de
vente au niveau local d’aliments industriels ;

ƒ L’absence de mares aménagées ;

ƒ Le vol du bétail du à la non identification de ce dernier qui est souvent confié à de


jeunes bergers;

ƒ La faible productivité du bétail en viande et en lait ;

ƒ L’insuffisance du suivi vétérinaire qui accentue les maladies.

ƒ L’absence de politique au niveau du conseil rural locale pour venir en aide aux
eleveurs car en son sein il existe une commission qui a pour préoccupation le
déveloopement rural ;

ƒ La faible perception des projets intervenant dans le domaine de l’élevage du fait


que leur intervention est souvent limitée sur quelques individualités ;

ƒ L’insuffisance des moyens pour assurer lconvenablemment la fonctionnalité du


« Gallé Aynabé"ou la maison des éleveurs et le manque d’initiatives de ses
membres.

Ces contraintes traduisent le manque de dynamisme de l’élevage d’où sa faible


rentabilité économique. Cependant, la communauté rurale de Wack Ngouna est une
zone favorable au développement de l’élevage car 70% des villages disposent de
pâturages naturels (aires de pâturages et zones de parcours qui ont tendance à se
rétrécir au profit de l’agriculture).

Vu l’importance que le secteur de l’élevage pourrait jouer dans le cadre de la lutte


contre la pauvreté, les populations se sont fixées comme objectifs de promouvoir un
développement de l’élevage intégral par :

ƒ L’augmentation des points d’eau et l’aménagement des mares pour faciliter


l’abreuvement du bétail ;

ƒ La facilitation de l’accès aux aliments provenant de l’industrie mais également


inciter les éleveurs à cultiver le niébé fourrager ;

ƒ La matérialisation des zones de parcours destinées au bétail ;

78
ƒ L’amélioration des productions animales par l’extension de l’insémination
artificielle ce qui permettra d’accroître sensiblement la production en viande et en
lait;

ƒ La réduction du vol du bétail par l’identification de ce dernier et la création d’un


cadre de concertation pour enrayer ce fléau des temps modernes ;

ƒ Le renforcement du suivi vétérinaire du bétail d’une part, par l’implantation d’un


dépôt de pharmacie vétérinaire et d’autre part, par la formation d’auxiliaires.

3.5.3.10. LA PECHE
Elle est pratiquée dans les zones de koutango, de keur Mady Yacine et de Saboya
principalement au niveau des villages de keur Amady Nguénar, de Saboya, de
koutango et ceux situés derrière le fleuve du mininiyang.

La pêche continentale se pratique au niveau du baobolong et des affluents de la


Gambie pendant la période hivernale avec deux modes différents : la pêche au
casier et la pêche au filet. La pêche maritime se fait en saison sèche de manière
continue.

Hormis les revenus qu’elle procure aux populations, la pêche améliore la valeur
nutritionnelle des repas. Elle était plus florissante auparavant avec des prises plus
importantes et une meilleure qualité du poisson. C’est dire que la pêche dans la
collectivité locale de Wack Ngouna est une activité dont la production est
essentiellement destinée à l’autoconsommation.

Les principales ressources halieutiques sont :

ƒ Les crevettes qui apportent plus de revenus aux pêcheurs.

ƒ Les poissons comme : koudjali, barracuda (seudd), carpe rouge (yakh),

ƒ mulets (guiss), diotto, carpe (wass), Kong, kosso, kobbo, sole….etc.

Les pêcheurs qui s’activent dans ce secteur sont au nombre de 63 parmi lesquels 40
crevettiers. Les équipements de pêche sont constitués de 19 pirogues non
motorisées ou « locco » et de filets non conventionnels.

Les principales contraintes identifiées au cours du diagnostic ont révélé :

ƒ l’inorganisation des pêcheurs ;

ƒ la raréfaction des ressources à cause d’une surexploitation, au non respect du


repos biologique des espèces, des herbes envahissantes et de l’ensablement du
lit du fleuve ;

ƒ l’accès difficile aux matériels et équipements de pêche ;


79
ƒ l’absence d’un magasin de conservation car les prises sont difficilement
conservées du fait que la glace provient dès fois de Wack Ngouna ou de
Kaolack ;

ƒ l’enclavement des zones de pêche qui pose le problème de l’acheminement des


prises surtout en période hivernale ;

ƒ l’encadrement insuffisant des pêcheurs.

La relance des activités de ce secteur constitue un enjeu majeur pour les populations
de la communauté rurale de Wack Ngouna ce qui suppose :

ƒ l’amélioration des conditions d’accès aux ressources halieutiques qui doit


permettre la promotion du développement durable de la pêche à l’échelle
communautaire par la facilitation de l’accès au crédit d’équipements et par
l’aménagement de pistes de production sur les axes suivants :

ƒ Saboya- Koutango- Keur Madiabel,

ƒ Keur Amady Nguénard-Wack Ngouna-Keur Madiabel ;

ƒ l’amélioration des conditions de conservation des produits de la pêche par la mise


en place d’unités de conservation et l’électrification de la zone ;

ƒ le renforcement des capacités techniques, organisationnelles et de gestion des


pêcheurs.

Parallèlement aux activités traditionnelles, de nouvelles activités comme le


reboisement (la sylviculture), l’apiculture, la culture de la banane apparaissent et
prennent de l’importance dans l’économie locale.

3.5.3.11. ARTISANAT
La crise de l’emploi dans le secteur moderne et le manque de formation ont amené
beaucoup de personnes surtout celles dont on dit « couches marginalisées » à
s’investir dans le secteur artisanal. Selon les estimations issues des enquêtes des
animateurs communautaires, les artisans représentaient 02% de la population. Au
sein du secteur, nous rencontrons :

ƒ des artisans de service (menuisiers, maçons, puisatiers, forgerons, mécaniciens)

ƒ et des artisans de production (cordonnier, teinturier, etc.)

Mais malgré le regain de dynamisme de ce secteur au niveau national, le manque


d’organisation des artisans dans la localité pose d’énormes difficultés pour l’accès
aux sources de financements et au manque de matières premières.

80
Les artisans de Wack Ngouna disposent de faibles moyens pour l’acquisition
d’équipements de travail afin de mieux rentabiliser leur activité. De même la non
fonctionnalité du siège local de la chambre des métiers, l’insuffisance de
l’encadrement des artisans locaux qui jadis étaient appuyés par Winrock
International et l’absence de relations avec le conseil rural constituent aussi des
limites au développement de l’artisanat local.

3.5.3.12. GESTION DES RESSOURCES NATURELLES


Les ressources naturelles (sols, végétation, eau) constituent les bases d’existence et
les sources de revenus pour la majorité de la population. Or aujourd’hui, on constate
que ces ressources sont dégradées ou menacées de dégradation. Ce processus de
dégradation est très avancé dans certaines zones agro pastorales où l’on pratique
l’agriculture et l’élevage extensifs. C’est le cas dans le terroir communautaire de
Wack Ngouna qui recèle d’importantes potentialités en matière de ressources
naturelles.

Parmi ces potentialités on peut citer :

ƒ Une foret classée celle de « Saboya » de type savane arborée qui s’étend sur
2350 hectares

ƒ Des terres de cultures disponibles ;

ƒ Une vallée (koutango) qui s’étend sur 135,73hectares.

ƒ Des mares non aménagées dont la capacité de rétention dure quatre à six mois
et qui sont au nombre de cinq (wendu- wack, wendu- guiné, bèlèle- thiewi, djèrè-
samakérou, wendu-jam…etc.

ƒ Un peuplement végétal assez diversifié dont les principales espèces sont :

ƒ Dimb, nété, wolo, ven, khay, alom, khékhou, gouy, beer, dankh, soto, geng,
nguédiane, yiir, sone, mboul, santang, dakhar, nguiguiss, kadd, taba, lodo, new,
déemet de la mangrove le long du fleuve, nguer, rate, khakh-thioye, wass-
wassor, mbankha-nass, lengue, dougotte, inkeling, ndimbouly, diakhagne-
diakhagne, etc.

Une faune essentiellement composée de : singes, chacal, hyènes, lièvre, rat,


palmiste, écureuil, phacochère, serpent, loup, perdrix, caïman, porc épic…etc.

81
Les zones de koutango et de Saboya constituent des lieux de passage et
d’hibernation pour les oiseaux migrateurs du fait de la diversité des habitats
sauvages qui explique la présence de plusieurs espèces d’oiseaux, par contre le
gibier à poils et les gros gibiers ont tendance à disparaître à cause de la destruction
de leur habitat mais également par les amodiataires de l’Arrondissement de
Toubacouta qui disposent d’un campement de chasse à Saboya pour les besoins de
la chasse faisant du coup cette localité une zone d’intérêt cynégétique.

82
83
Aujourd’hui ces ressources naturelles subissent une dégradation très accentuée,
cette dégradation est souvent liée à une surexploitation de ces ressources par
l’homme (coupe abusive, extension de terres cultivables, carbonisation…), à
l’absence de gestion concertée, aux effets climatiques etc.

Les autres facteurs de dégradation sont :

ƒ L’érosion hydrique et éolienne qui menace toute la localité

ƒ La salinisation des terres au niveau de la vallée ;

ƒ Les fortes pressions anthropiques sur les ressources ce qui a comme


conséquences l’ensablement des mares mais aussi du lit du fleuve ;

ƒ La sous valorisation des produits forestiers ;

ƒ La concurrence entre les différents usagers ;

Pour renverser cette tendance négative, l’Etat sénégalais a entrepris ces dernières
années, une politique de gestion durable des ressources naturelles basée sur
l’approche participative.

Cette option prise par l’Etat résulte de ses engagements sur le plan international, tels
que les programmes d’action découlant des conférences des nations unies sur
l’environnement et le développement durable tenues respectivement en juin 1992 à
Rio de Janeiro (Brésil) et en septembre 2002 à Johannesburg (Afrique du Sud).

Face à cette situation, des modes d’exploitation qui tiennent compte des capacités
de régénération de ces écosystèmes s’imposent comme une alternative crédible à
leur gestion durable.

Aujourd’hui, la responsabilisation des collectivités locales quant à la gestion des


ressources naturelles, se traduit par l’opportunité qui leur est offerte par les textes et
lois en vigueur, d’élaborer et de mettre en œuvre, par une approche participative,
conjointement avec les services techniques, les ONG, les populations etc. des règles
portant sur la gestion des ressources naturelles de leur territoire. Autrement dit grâce
au transfert de compétences en matière d’environnement et de gestion des
ressources naturelles, la communauté rurale de Wack Ngouna peut être appuyée
dans l’élaboration et la mise en œuvre d’un ensemble de règles consensuelles
(convention locale) pour réhabiliter, protéger et gérer les ressources de leurs terroirs,
de façon à produire durablement des avantages écologiques, socio-économiques et
culturels.

84
Cette responsabilisation ne sera possible d’une part, que lorsque la commission
domaniale et environnementale aura maîtrisé ses rôles et missions et d’autre part,
lorsque les populations s’approprient de la démarche .Toutefois pour parvenir à ces
résultats le conseil rural a élaboré une convention locale avec l’appui des
partenaires. Celle-ci devra lui permettre de réaliser toutes les actions prévues dans
le domaine de la gestion des ressources naturelles.

L’une des préoccupations majeures du conseil rural est d’une part, de freiner
l’érosion hydrique qui constitue une menace réelle pour la communauté rurale et
d’autre part de valoriser la vallée de Koutango par la mise en œuvre de son plan
d’aménagement.

Les terres de cette vallée constituent un potentiel non négligeable qui peut constituer
à la lutte contre le sous emploi et la pauvreté par la création de richesses.

Au total, le terroir communautaire de Wack Ngouna connait aujourd’hui une


dégradation très avancée de ces ressources naturelles Ce processus de dégradation
est liée aux aléas climatiques et à la pression anthropique.

L’économie locale subit les contre coups de cette dégradation des ressources
naturelles qui constituent pourtant la base de l’existence des populations.

. ORIENTATIONS ET PROGRAMMES DE DEVELOPPE-MENT


L’objectif principal du plan local de développement de la communauté rurale de
Wack Ngouna qui traduit la vision des populations est d’une part de promouvoir le
développement socio-économique local et, d’autre part de lutter contre la
pauvreté.

De ce fait, les nouveaux enjeux de développement de la communauté rurale sont


déclinés en axes d’orientations stratégiques (OS).

AXE STRATEGIQUE N 1 : Accès aux services sociaux de base

AXE STRATEGIQUE N 2 : Promotion de la stratégie locale de développement


économique

AXE STRATEGIQUE N 3 : Bonne gouvernance locale

AXE STRATEGIQUE N°4 : Désenclavement

AXE STRATEGIQUE N°5 : Gestion Durable des Ressources Naturelles

85
4.1. ORIENTATIONS STRATEGIQUES DE DEVELOPPEMENT
4.1.1. AXE STRATEGIQUE N°1 ACCES AUX SERVICES SOCIAUX DE BASE
L’accès aux services sociaux de base (eau, santé et éducation) constitue le premier
axe prioritaire de développement de la communauté rurale de Wack Ngouna.

4.1.1.2 Facilter l’accès à l’eau potable


L’accès à une eau de bonne qualité et en quantité suffisante est la contrainte
majeure à laquelle les populations de la communauté rurale demeurent confrontées.

En effet il existe trois forages qui ne desservent que 10 villages sur 63 du fait de la
faible densité du réseau d’adduction d’eau potable. Ce qui constitue un facteur
limitant aussi bien pour les travaux domestiques que pour l’abreuvement du bétail.

Le faible accès en eau dans la communauté rurale de se traduit par :

ƒ L’insuffisance des infrastructures hydrauliques (puits et forages);

ƒ L’insuffisance du réseau d’adduction du forage

ƒ La vétusté et le délabrement des puits ;

ƒ Le tarissement, la salinité de certains puits;

ƒ L’ensablement des mares…

86
Pour un meilleur approvisionnement en eau de la communauté rurale, les
populations souhaitent :

ƒ La réalisation de nouvelles infrastructures hydrauliques (3 forages et des puits


hydrauliques) ;

ƒ Réaliser une adduction d’eau entre Mbayene-Keur Dinguéré- Keur Sacoumba sur
02.5 km

ƒ L’extension du réseau d’adduction du forage dans les villages desservis (wack


ngouna et keur yoro khodia) et vers les villages polarisés par les forages (ex.
celui de Keur Tapha) ;

ƒ L’augmentation des bornes fontaines ;

ƒ L’entretien des puits ;

ƒ La mise en place d’un comité de gestion et d’un fonds de maintenance et


d’entretien des infrastructures hydrauliques ;

ƒ L’aménagement des mares les plus importantes en bassin de rétention

4.1.1.3 Améliorer l’accès à la santé


Le secteur de la santé vient en seconde position dans l’ordre de priorisation des
contraintes de la communauté rurale de.

En effet, elle dispose de trois postes de santé avec maternités, de 16 cases de


santé et de 06 points de prestations.

Le faible accès aux soins de santé dans la rurale de se traduit par :

ƒ L’insuffisance des infrastructures sanitaires du fait de l’inégale répartition de


celles-ci ;

ƒ La fonctionnalité de certaines cases de santé ;

ƒ L’éloignement des postes de santé par et le mauvais état des pistes ;

ƒ Le manque de personnel qualifié ;

ƒ Les ruptures fréquentes des médicaments au niveau des postes et cases de


santé ;

ƒ L’évacuation difficile des malades vers les postes de santé et de ces derniers
vers les centres de santé ;

ƒ L’insuffisance de suivi des femmes enceintes ;

ƒ L’absence de moyens de transport adéquats et l’impraticabilité des routes ;


87
ƒ La forte prévalence du paludisme et des maladies diarrhéiques

ƒ La faible dotation en moustiquaires imprégnées

Pour assurer une bonne couverture sanitaire dans la communauté rurale, les actions
à mener concernent principalement :

ƒ La construction de nouvelles infrastructures sanitaires dans les zones


dépourvues ;

ƒ La construction de trois cases de santé à :

¾ Thiamène Diogo,

¾ Keur Mamour Coumba

¾ et Mbayène ;

ƒ La maintenance et la bonne gestion des infrastructures sanitaires ;

ƒ La formation/ le recyclage du personnel médical et paramédical ;

ƒ La promotion des consultations prénatales ;

ƒ Le recrutement de chauffeurs pour les ambulances de Wack Ngouna et de Keur


Tapha

ƒ La prévention du paludisme (moustiquaires imprégnées…) ;

ƒ Le désenclavement par la réalisation de pistes de production.

4.1.1.4. Renforcer l’accès à l’éducation et aux infrastructures socio-éducatives


L’éducation et la culture suivent dans l’ordre de priorisation des contraintes de la
communauté rurale de Wack Ngouna.

En effet, la communauté rurale compte que 19 écoles primaires, une école franco-
arabe un CEM, et un institut islamique tandis que les activités éducatives et
socioculturelles sont limitées par l’absence d’équipements de promotion de la
jeunesse.

Le sous équipement des écoles et l’insuffisance de salles classe, le manque de


dynamisme des activités socioculturelles se manifestent par :

ƒ L’insuffisance des infrastructures scolaires du fait de la mauvaise répartition de


celles-ci ;

ƒ L’absence d’un environnement scolaire adéquat (insécurité dans les écoles non
clôturées, absence de cantines scolaires, de blocs d’hygiène…) ;

ƒ L’insuffisance des classes et des moniteurs d’alphabétisation ;

88
ƒ Le manque de suivi dans la formation (alphabétisation) ;

ƒ Le manque de matériels (table-bancs dans certaines écoles) et scolaires ;

ƒ L’absence de locaux et de dortoirs pour les talibés dans les daaras ;

ƒ Le problème de prise en charge des talibés

ƒ L’absence d’aires de jeux aménagées…

Les actions à mener pour améliorer les conditions d’apprentissage dans le secteur
de l’éducation et de relancer les activités culturelles consistent à :

ƒ Construire et équiper de nouvelles salles de classe à

ƒ L’école franco-arabe de Wack Ngouna

ƒ L’école élémentaire de Keur Mady Yacine

ƒ L’école élémentaire de Kotinété

ƒ L’école élémentaire de Pané Sader

ƒ L’école élémentaire de Ndiayenne Kadd;

ƒ Redynamiser les APE

ƒ Clôturer les écoles et les doter de toilettes, d’eau et d’électricité ;

ƒ Assurer le suivi des programmes d’alphabétisation ;

ƒ Mettre en place des cantines scolaires ;

ƒ Equiper les daaras et prendre en charge les talibés ;

ƒ Equiper les écoles en matériels didactiques et scolaires ;

ƒ Redynamiser les ASC et stimuler les activités socioculturelles ;

ƒ Aménager des aires de jeux (clôture du terrain de football de Wack Ngouna).

4.1.1.5 Alléger le s travaux des femmes


L’allégement des travaux de la femme figure dans l’ordre de priorisation des
contraintes.

En effet, le poids des travaux domestiques constitue un facteur limitant fortement


l’implication des femmes dans les activités économiques de la communauté rurale
Wack Ngouna.

89
Les problèmes majeurs que rencontrent les femmes dans leur vie quotidienne se
résument à :

ƒ Aux pesanteurs socioculturelles ;

ƒ L’accès difficile aux infrastructures sanitaires à cause de l’enclavement des


villages exacerbés d’une part, par l’érosion hydrique et d’autre part par
l’impraticabilité des pistes en période hivernale ;

ƒ L’insuffisance du matériel d’allègement (moulins à mil, batteuses broyeur à patte


d’arachide) compte tenu des habitudes alimentaires locales accentuée par une
mauvaise gestion de ces équipements ;

ƒ L’accès limité aux crédits et aux structures de financements ;

ƒ L’analphabétisme des femmes

ƒ La rareté du bois de chauffe à cause du déboisement massif et aux feux de


brousse.

Pour alléger les travaux féminins et renforcer leur implication économique, les
actions à mener consistent à assurer :

ƒ La couverture des besoins en eau potable (extension du réseau d’adduction


d’eau potable et le fonçage de nouveaux puits hydrauliques) et en santé devrait
permettre d’améliorer substantiellement le statut de la femme rurale

ƒ L’augmentation du matériel d’allégement en facilitant l’intermédiation entre les


organisations des femmes et les structures de financement de proximité ;

ƒ La vulgarisation des foyers améliorés et la diversification des sources de


combustibles ;

ƒ La facilitation de l’accès aux sources de financement et le financement d’activités


génératrices de revenus pour lutter contre la pauvreté de ces couches sociales ;

ƒ Le renforcement des capacités managériales des femmes par le biais de


l’alphabétisation et des programmes post-alpha.

La mise en œuvre de ces actions, dont l’objectif principal est de lutter contre la
pauvreté, vise à promouvoir et à améliorer l’accès aux services sociaux de base
dans la communauté rurale de Wack Ngouna. Cela permettra d’améliorer les
secteurs d’appui à la production (commerce, artisanat…) et de stimuler l’auto
promotion rurale en levant les principales contraintes entravant l’implication
économique des femmes dans le développement local.

90
4.1.2. AXE STRATEGIQUE N°2 : PROMOTION DE LA STRATEGIE LOCALE DE
DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE

Le bilan diagnostic a permis l’identification des enjeux de développement de la CR


exprimés en termes de potentiels et de contraintes, de synergies, de conflits et
d’opportunités de développement de la zone.

Sur la base des analyses et reflexions ayant eu lieu lors des étapes de l’élaboration
du PLD, une vision du développement durable de la CR s’est dégagée.

Cette vision présente la façon dont les acteurs à la base percoivent la CR dans un
horizon de planification de six (6) ans.

Elle s’appuie sur des stratégies sectorielles définies et exprimées en termes d’axes,
d’orientations et d’objectifs de développement du terroir lors des séances de
concertation.

L’inventaire des ressources et potentialités de chaque secteur ainsi que l’analyse qui
s’en est suivie a permis de dégager les grandes tendances qui vont influer sur le
développement de la communauté rurale.

Le territoire est encore faiblement intégré, l’essentiel des activités des hommes et
des équipements est fortement regroupé au niveau du chef lieu de la collectivité
locale. Il reste très liée à la région de Kaolack plus particulierement le chef lieu de
région qui lui sert de centre d’expédition des productions locales et
d’approvisionnement en produits importés.

Le bilan diagnostic a permis de faire les constatations suivantes :

• la collectivité locale est essentiellement rurale et est caractérisée par


une économie axée sur les cultures pluviales avec cependant une
pratique assez timide du maraichage et de l’arboriculture au niveau
des bas fonds et vallées Ex vallée de Koutango) ;
• l’environnement naturel subit une forte dégradation sous l’effet combiné
de la baisse de la pluviométrie et de la pression humaine
(déboisement, salinisation extension des terres de cultures)
• l’insuffisance des services sociaux de base affecte le niveau de vie des
populations tandis que la migration s’intensifie vers les villes de
l’intérieur ;
• -les activités industrielles et de services à forte intensité de main
d’œuvre sont faiblement représentés dans la zone d’influence directe
du chef lieu de la CR
91
Aussi, le dynamisme de la collectivité locale dépend-t-il encore pour une large
mesure du développement rural.
Le volume des productions rurales (agriculture et élevage) fonde l’essentiel
des relations économiques entre le chef lieu de la CR et les villages alentours.
Il montre clairement que la maitrise de l’eau, la sauvegarde de l’environnement
naturel, l’accessibilité aux services, la création d’emplois et le développement des
infrastructures constituent les principaux élèments du développement durable de la
communauté rurale.

La vision du développement de la CR dans une optique de développement durable


s’articule autour des grands enjeux stratégiques :

• Le soutien et la modernisation du secteur économique existant ;

• La diversification de l’économie : création d’emplois et de richesses ;

• Le développement des pistes de production pour désenclaver les


villages de l’intérieur et des zones de production.

La mise en œuvre de ces actions implique nécessairement des acteurs privés


(entreprises rurales) et publics (CR).
La communauté rurale de Wack Ngouna a un rôle très important à jouer, car devant
créer les conditions nécessaires pour favoriser la création d’un tissu économique
dynamique.
A ce titre des actions portant sur la création d’infrastructures à caractère économique
ont été identifiées et priorisées dans le plan prioritaire d’actions. Ces actions portent
sur la construction de soucks au marché de Wack Ngouna et la réalisation d’une aire
de stationnement (mini gare routière).
L’engagement des petites entreprises locales est tout aussi important, plus
particulièrement celles intervenant dans les secteurs cibles prioritaires identifiés au
niveau de la communauté rurale.
Des actions d’organisation, d’animation économique, d’intermédiation financière
doivent être menées pour accroitre la capacité managériale de ces entreprises.
La création de richesses par le renforcement de la base économique s’organise
autour des activités commerciales, agricoles, pastorales et halieutiques.
La stratégie, ainsi ressortie du processus d’échange et de concertation s’articule
autour de quatre (04) grands axes :

92
1. Améliorer les conditions- cadre
9 Désenclavement des zones de productions agropastorales e piscicolest par
la réalisation de pistes de production : Saboya- Koutango- Keur Madiabel,
Keur Amady Nguénard-Wack Ngouna-Keur Madiabel
permettra de faciliter d’une part, l’écoulement des productions maraichères,
fruitieres, halieutiques et agricoles et d’autre part la mobilité.
9 Construction de vingt (20) soucks au niveau du marché de Wack Ngouna
9 Réalisation d’une aire de stationnement
9 Aménagements hydro-agricoles de la vallée de Koutango par la réalisation de
digues anti-sel
9 Améliorer la couverture téléphonique par l’extension du réseau dans les
villages desservis et non encore desservis ;
9 Diversifier les sources d’énegie par la mise en place de systèmes individuels
fonctionnant à l’énergie solaire

9 Proceder à l’electrification des grands villages : keur yoro khodia, koutango,


keur Mady Yacine, Saboya…..etc

2. Promouvoir les filères économiques dans les secteurs porteurs


9 Fruits et légumes : Mangues de Koutango, légumes : valorisation des
périmètres arboricoles et maraîchers de la vallée de koutango et des villages
environnants.le développement de ces filiéres nécessite donc : la valorisation
des terres du bassin versant par la réalisation d’ouvrage anti-sel et
antiérosive ; la facilitation de l’accès des producteurs de la vallée de Koutango
aux crédits et aux équipements maraichers et enfin faire l’intermédiation entre
les producteurs de la vallée et des villages environnants et les commerçants
et les hoteliers pour faciliter l’écoulement de la production
9 Produits de l’élevage : lait et viande : amélioration des productions animales
par l’extension de l’insémination en vue d’accroitre la production en viande et
en lait, augmentation des points d’eau par la construction d’un abreuvoir entre
Keur Yoro Khodia et Keur Demba Sira et l’aménagement des mares pour
faciliter l’abreuvement du bétail,formation d’auxiliaires et implantation d’un
dépôt de pharmacie véterinaire,promouvoir la culture du niébé fourrager pour
pallier le deficit en alimentation du bétail surtout en période de soudure
9 Produits de la pêche : poissons, huitres et crevettes àmélioration des
conditions d’accès à la ressource dans les zones de Saboya et de Koutango,
aménagement de pistes de production entre :, amélioration des conditions de
conservation des produits de la peche par la mise en place d’unités de
conservation et enfin renforcer les capacités techniques manageriales et
organisationnelles des pecheurs
3. Renforcer les capacités techniques, managériales et organisationnelles des
acteurs économiques (OP, GIE, maraîchers, pêcheurs
Pour se faire un programme de renforcement de capacités des acteurs locaux est
necessaire et consistera à : former des auxiliaires et l’implantation d’un dépôt
pharmacie vétérinaire, faciliter l’intermédiation financière entre les producteurs et les
structures de financement décentralisé (SFD) Appui –conseil aux organisations de
producteurs et autres acteurs des filières : informations, promotion des produits,
formation technique, formation en gestion financière, mise en réseau…etc. Tous ces
aspects sont en compte dans le plan de formation élaboré à cet effet.

93
4.1.3. AXE STRATEGIQUE N°3 : BONNE GOUVERNANCE LOCALE

Il s’agit de renforcer l’équité et la transparence dans la gestion des affaires


locales
ƒ La faible représentativité des femmes et des jeunes dans les centres de décision

ƒ Le déficit d’informations sur le budget et la gestion des ressources

ƒ Le déficit de communication entre les acteurs

ƒ L’absence de cadre de concertation interne entre les différents acteurs

Asseoir une bonne gouvernance particulièrement l’équité et la démocratie dans la


communauté rurale de Wack Ngouna requiert :

ƒ Une forte implication des femmes et des jeunes dans le processus de décision
pour plus d’équité et de démocratie ;

ƒ Un respect des règles de gouvernance locale qui mettra en évidence les


opportunités en matière de participation ;

ƒ Un accès des femmes et des jeunes à la terre ;

Une gestion transparente des ressources de la communauté par le développement


de mécanismes d’informations sur le fonctionnement du conseil rural et un
renforcement de la concertation entre les acteurs locaux

4.1.4 AXE STRATEGIQUE N°4 : DESENCLAVEMENT

Le développement du secteur des transports nécessite la réalisation des pistes de


production qui demeure un impératif pour désenclaver la collectivité locale, les
itinéraires suivants sont à réaliser :

™ Wack Ngouna-Keur Yoro –vers Keur Maba sur : 07 km ;

™ Wack Ngouna-Pané Sader-vers Nioro sur : 07 km ;

™ Wack Ngouna-Keur Samba KA sur 09 km ;

™ Wack Ngouna-Koutango-Saboya sur : 18km ;

™ Wack Ngouna-Keur Samba KA sur : 08 km

™ Wack Ngouna-Keur Mady Yacine-Koular sur : 14 km ;

™ Wack Ngouna-Keur Amady Nguénar sur: 14 km;

™ Wack Ngouna-Thiarène Alassane –Ndramé-Escale sur : 08km


94
™ Réaliser un pont (radier) entre Keur Mamadou Néné et Médina Thiaméne

™ Améliorer la couverture téléphonique par l’extension du réseau dans les


villages desservis et non encore desservis ;

4.1.5 AXE STRATEGIQUE N°5 : GESTION DURABLE DES RESSOURCES


NATURELLES

Les actions à mener pour une gestion rationnelle et durable des ressources
naturelles consistent à :

ƒ Freiner l’érosion hydrique qui constitue une menace réelle pour la communauté
rurale ;

ƒ Valoriser la vallée de Koutango par la mise en œuvre de son plan


d’aménagement

ƒ l’aménagement des mares pour faciliter l’abreuvement du bétail ;

ƒ La matérialisation des zones de parcours destinées au bétail ;

ƒ La lutte antiérosive avec application de mesures de conservation des eaux et de


restauration des sols ;

ƒ La régénération des sols par la pratique de la jachère ;

ƒ L’introduction de l’arbre dans le système agraire (kadd) ;;

ƒ Et enfin mettre en œuvre la convention locale de la communauté rurale de Wack


Ngouna.

95
Tableau N°11 : PROGRAMME D’ACTIONS DU PLD (2007 – 2012)

AXE
OBJECTIFS ACTIONS A MENER
STRATEGIQUE

Réalisation d’une adduction d’eau potable à partir du forage


de Wack Ngouna entre :
- Mbayène - Keur Dinguéré - Keur Saccoumba sur 02,5 km
- Guiné – Ndiago sur 01Km
- Nguèyène Djim – Wack Mbathio – Médina Thiamène sur
Faciliter l’accès
03 km
à l’eau potable
- Gouné – Merella Yoro – Merella Santhie – Nguer Babou
sur 06 km
- Merella Santhie – Samako Bambara – Samako
Toucouleur sur 04 km
- Soukouta – Ndiayène Momath sur 02 km

Construction d’un château d’eau de 100 m sur 15 m à


Saboya
Accès aux Réalisation d’une adduction d’eau potable à partir du forage
services de Keur Tapha entre :
sociaux de
- Keur Tapha – Fetto – Ngomène sur 03 km
base
- Ngomène – Ndiba – Keur Ngor sur 05 km
- Ndiba – Koutango sur 03 km
- Keur Tapha – Santhie Touré – Touba Fass – Touba 1 sur
Renforcer la 05 km
couverture
Construction d’une Case de santé équipée à :
sanitaire
- Keur Mamour Coumba
- Thiamène Diogo
- Mbadiène
- Thiarène Alassane
- Mbayène

Recrutement de deux (02) chauffeurs pour les postes de


santé de Wack Ngouna et de Keur Tapha
Construction de latrines domestiques dans les villages

96
AXE
OBJECTIFS ACTIONS A MENER
STRATEGIQUE

Construction d’un logement pour sage-femme à Wack


Ngouna
Construction d’un poste de santé à Keur Mady Yacine
Prise en charge des talibés au niveau des postes et cases
de santé

Construction de salles de classe équipées à :


- l’école franco arabe de Wack Ngouna
- l’école de Keur Mady Yacine
- l’école de Thiwalo
- l’école de Kotinete
- l’école de Pane Sader
- l’école de Ndiayène Kadd
Dotation de l’école de Pane Sader d’une cantine scolaire
Construction de latrines dans les écoles ci-après :
- Keur Mady Yacine

Renforcer - Samako Toucouleur

l’accès à - Thiamène Diogo


l’éducation et - Darou Salam Mouride
aux - Keur Amady Nguenar
infrastructures
- Keur Ndongo
socioéducatives
- Médina Thiamène
- Construction de 15 murs de cloture dans les écoles
élémentaires dépourvues de mur de clôture
- Construction de salles de classe équipées au CEM de
Wack Ngouna
- Construction d’un laboratoire au CEM de Wack Ngouna
- Aménager un plateau multifonctionnel au CEM
- Construction de salles équipées pour les daaras
- Construction de dortoirs pour les talibés
Meilleure prise en compte de la petite enfance

97
AXE
OBJECTIFS ACTIONS A MENER
STRATEGIQUE

Attribution des terres de cultures au niveau de la vallée de


Koutango
Facilitation de l’accès aux financements destinés aux
jeunes
Promouvoir la
Renforcement des capacités des jeunes sur les métiers du
jeunesse rurale
terroir
Renforcement des capacités des jeunes en technique
d’élaboration de projets
Renforcement de l’encadrement des jeunes

Aménagement d’aires de jeux réglementés dans les


Améliorer les
villages
conditions de la
Clôture du terrain de sports de Wack Ngouna
pratique
Aménagement d’un plateau multifonctionnel dans l’enceinte
sportive
du terrain de sports de Wack Ngouna

Désenclavement de la collectivité locale


Constriuction de 20 soucks au marché de Wack Ngouna
Réalisation d’une aire de stationnement à Wack Ngouna
Réalisation des aménagements hydroagricoles au niveau
Améliorer les
de la vallée de Koutango
conditions
Extension du réseau électrique vers grands villages :
cadre
Promotion de la koutango, saboya, keur Mady Yacine, Keur Yoro Khodia
stratégie locale Mise en place de système alternatif au courant électrique
de Généralisation du kit solaire dans les villages non raccordés
développement au réseau électrique
économique
Valorisation des terres du bassin versant de la vallée de
Koutango

Promouvoir les Valorisation des périmètres arboricoles et maraichers de la


filieres vallée de Koutango
économiques Réalisation de digues anti-sel et anti érosive au niveau de
porteuses Koutango
Amélioration des productions animales par la poursuite du
programme d’insémination artificielle

98
AXE
OBJECTIFS ACTIONS A MENER
STRATEGIQUE

Développement du maraichage par la mise à disposition


d’intrants et d’équipements aux producteurs
Amélioration des conditions d’accès aux ressources
halieutiquesdans les zones de Koutango et de Saboya
Protection des ressources halieutiques par l’institution d’une
période de repos biologique
Aménagement des pistes de production pour faciliter
l’écoulement des poroduits halieutiques (poissons,
crevettes, huitres…etc)

• Saboya-Koutango-Keur Madiabel

• Keur Amady Nguenard-wack Ngouna-Keur Madiabel


Mise en place d ‘unités de conservation de produits frais
Renforcement des capacités techniques manageriales et
organisationnelles des pêcheurs

Aménagement de pistes de production sur les axes ci-


après :
- Wack Ngouna – Keur Yoro Khodia – vers Keur Maba
Diakhou sur 07 km
- Wack Ngouna – Pané Sader – vers Nioro du Rip sur 07
Réaliser des km
pistes de
- Wack Ngouna – Keur Samba KA sur 09 km
production pour
- Wack Ngouna – Koutango – Saboya sur 18 km
desenclaver la
- Wack Ngouna – Keur Amady Nguénar sur 14 km
CR
Désenclavement
- Wack Ngouna – Keur Mady Yacine – Koular sur 14 km
- Wack Ngouna – Thiarène Alassane – vers Ndramé
Escale sur 08 km
Réalisation d’un pont (radier) entre Keur Mamadou Néné et
Médina Thiamène

Extension du réseau téléphonique à :


Etendre le
réseau du - Wack Ngouna
téléphone fixe - Keur Samba Ka
et mobile dans - Keur Mady Yacine

99
AXE
OBJECTIFS ACTIONS A MENER
STRATEGIQUE

les villages - Koutango

Lutter contre l’érosion hydrique


Gérer
Aménagement des mares
rationnellement
Réalisation des bassins de rétention
les ressources
en eau

Protection des formations forestières des domaines classé


et protégé de la communauté rurale
Mise en œuvre de la convention locale

Réhabiliter le Redynamiser les comités de lutte villageoise


couvert végétal Développement des actions de reboisement
Renforcement de la pépinière communautaire
Construction d’un magasin de stockage de produits
forestiers à Wack Ngouna

Lutte contre l’érosion hydrique et le ravinement


Gestion durable
Régénération des sols par la pratique de la jachère
des ressources
naturelles Mise à disposition des producteurs de semences de qualité
et d’intrants
Réalisation de pistes de production pour faciliter
Promouvoir une l’écoulement des productions
agriculture Réalisation de magasin de stockage pour sécuriser les
durable productions à :
-Wack Mbathio,
-Nguer Babou
-Keur yoro Khodia
-Keur Samba KA
-Wack Ngouna

Facilitation de l’accès aux aliments industriels


Promouvoir Développement de la culture du niébé fourrager
l’élevage Amélioration des productions animales par l’extension de
l’insémination artificielle

100
AXE
OBJECTIFS ACTIONS A MENER
STRATEGIQUE

Augmentation des points d’eau (construction d’un abreuvoir


entre Keur Yoro Khodia et Keur Demba Sira et
aménagement de mares) pour faciliter l’abreuvement du
bétail
Réduction du vol du bétail par l’identification de ce dernier
Réalisation d’une pharmacie vétérinaire à Wack Ngouna
Aménagement des mares
Matérialisation des zones et parcours de bétail
Construction d’un abreuvoir pour faciliter l’abreuvement du
bétail

Amélioration des conditions d’accès aux ressources


halieutiques

Développer les Amélioration des conditions de conservation


activités liées à Renforcement des capacités techniques, organisationnelles
la pêche et de gestion des pêches
Réalisation des pistes de production pour faciliter
l’écoulement des produits de la pêche

Formation des conseillers sur les textes de lois sur la

Renforcer les décentralisation

Bonne capacités des Formation des membres des commissions sur leurs roles et
gouvernance conseillers missions
ruraux

Cf. plan de formation et plan de communication

Construction de vingt (20) soucks au marché de Wack


Ngouna
Réalisation d’une aire de stationnement à Wack Ngouna

Améliorer les Appui au recouvrement des droits de stationnement auprès


recettes du des transporteurs
conseil rural Appui au recouvrement des taxes indirectes
Mise à disposition de timbres au centre principal de l’Etat
Civil
Construction d’un marché à Keur Yoro Khodia

101
AXE
OBJECTIFS ACTIONS A MENER
STRATEGIQUE

Améliorer les
conditions de Construction d’un nouvel Hôtel Communautaire équipé à
travail du Wack Ngouna
conseil rural

102
Tableau N°12 : PLAN PRIORITAIRE D’ACTIONS 2007 – 2009

AXE STRATEGIQUE N°1 : ACCES AUX SERVICES SOCIAUX DE BASE

PERIODE
MONTANT RESPONS
ACTIONS D’EXECUTION
(F CFA) ABLE
AN1 AN2 AN3 ACTEURS

SANTE
Réaliser des pistes de production CR, Partenaires

Choisir des personnes ressources au CS, OCB, ICP


niveau des postes et cases de santé
pour organiser des séances d’IEC dans
les villages

Sensibiliser les populations sur les SNH, CS, OCB


méfaits des cultures de case

Faciliter l’approvisionnement des postes CS, ICP, CR


et cases de santé à partir de la
pharmacie régionale de Kaolack

Organiser des séances de dépistage sur ICP, OCB,


le VIH/SIDA Partenaires

Généraliser la construction de latrines CR, Partenaires


dans les villages

Assainir les villages par la création de CR, CV, SNH


décharges communautaires dans les
zones/villages

Doter les postes et cases de santé en CR,


produits d’imprégnation Partenaires,
OCB

Former/recycler les matrones, les ASC, CR,


les relais sur les nouvelles innovations Partenaires,
en matière de santé publique OCB

Renforcer les capacités du personnel de X X X District District, ICP,


santé communautaire en technique sanitaire CR, CS
d’administration de médicaments

Motiver les ASC

Renouveler tous les bureaux des


comités de santé, de comité de gestion

103
PERIODE
D’EXECUTION
des cases élargies aux comités de
mamans :

- Former les membres des bureaux des


comités de santé et des comités de
gestion des cases de santé : sur leurs
rôles et missions, en gestion
administrative

Réhabiliter les postes de santé de Wack District CR – Pop –


Ngouna et Saboya sanitaire, CADL
X
CR, CADL,
ICP
CR, Pop,
CADL, District
X
District sanitaire
sanitaire,
ICP, CR,
CADL

Construire un logement pour sage-


femme au poste de santé de Wack
Ngouna

Construire une case de santé équipé à :

- Keur Mamour Coumba

- Thiamène Diogo 12 000 000 X Pdt com CR

- Mbadiène 12 000 000 X PCR CR

12 000 000 X PCR CR

EDUCATION

Sensibiliser les populations sur les Pdt com APE, OCB, Ens
réformes intervenues dans le système éducation
éducatif

Impliquer d’avantage le conseil rural Pdt com CR


dans les activités de l’école éducation

Mettre en place des projets d’écoles Pdt com APE, Pop


dans les établissements scolaires de la éducation

104
PERIODE
D’EXECUTION
CR

Redynamiser la commission éducation PCR CADL, CR

Redynamiser les APE

Former les membres de la commission Cf. plan de


éducation, formation sur leurs rôles et formation
missions

Former les membres des bureaux des


APE : sur leurs rôles et missions, en
gestion administrative et financière

Moderniser les Daaras Pdt com CR,


éducation Partenaires,
Pop

Mettre en place un cadre de Pdt com Pop,


concertation des Serigne daaras éducation Partenaires

Organiser les Serigne daaras en Pdt com Pop


association ou en GIE éducation

Impliquer les parents dans la prise en Pop,


charge des talibés Partenaires

Impliquer le conseil rural dans la gestion Pdt com CR, Pop


et la formation des talibés éducation

Impliquer le conseil rural dans la prise Pdt com CR, Pop


en charge sanitaire des talibés éducation

Construire une salle de classe équipée


à: .

- l’école de Keur Mady Yacine 5 350 000 X PCR CR

- l’école de Thiwalo 5 350 000 X


- l’école de Pane Sader 5 350 000 X
- l’école de Kolinete
5 350 000 X
- l’école de Ndiayène Kadd
5 350 000 X
- l’école franco-arab de Wack

105
PERIODE
MONTANT
ACTIONS D’EXECUTION RESPONSABLE ACTEURS
(F CFA)
AN1 AN2 AN3

EDUCATION

Construire des latrines dans les écoles de :

- Keur Mady Yacine

- Samako toucouleur

- Thiwalo

- Kolinete PM CR

- Thiamène Diogo

- Darou Salam Mouride

- Keur Amady Nguénar

- Keur Ndong

- Médina Thiamène

- Ndiayène Kadd

Foncer des puits dans les écoles primaires PM PCR et CR et


partenaires Partenaires

Etendre le RAEP dans 15 écoles de la PM PCR et CR et


communauté rurale partenaires Partenaires

Clôturer 15 écoles de la CR PM PCR et CR et


partenaires Partenaires

Redynamiser le bureau de l’APE PM PCR et CR et


partenaires Partenaires

Clôturer le CEM de Wack Ngouna PM PCR et CR et


partenaires Partenaires

Construire le CEM de Wack Ngouna PM PCR et CR et


partenaires Partenaires

Construire un bloc administratif au CEM PM PCR et CR et


partenaires Partenaires

Construire en laboratoire au CEM PM PCR et CR et


partenaires Partenaires

Aménager en plateau multifonctionnel dans PM PCR et CR et

106
PERIODE
D’EXECUTION
l’enceinte du CEM partenaires Partenaires

Construire des salles avec équipements PM PCR et CR et


dans les daaras partenaires Partenaires

Construire des lieux d’hébergement pour PM PCR et CR et


les talibés partenaires Partenaires

HYDRAULIQUE
Renouveler le bureau des ASUFOR de CR, CADL,
Saboya et de Wack Ngouna ASUFOR

Former les membres des bureaux élus sur CR, CADL,


leurs rôles et missions Hydraulique

Former les membres des bureaux en CR, CADL,


administration et en gestion Hydraulique

Impliquer le sous-préfet, les services de PCR SP, Hyd,


l’hydraulique et les chefs de villages CR, Pop
bénéficiaires dans les négociations que le
conseil rural doit mener avec le
gestionnaire du forage privé de Keur Tapha
pour mettre en œuvre le projet d’extension
du réseau d’adduction d’eau potable de ce
forage et s’accorder sur le prix de vente de
l’eau

Réaliser une AEP à partir du forage de


Wack Ngouna à :

- Mbayène-Keur Dinguère-Keur
15 000 000
Saccoumba sur 02,5 km
6 000 000
- Guiné-Ndiago 1 sur 01 km
18 000 000
- Nguéyène Djim-Wack Mbathio-Médina
PCR et CR
Thiamène sur 03 km
ASUFOR
- Guiné-Merella Yoro – Merella Santhie- 36 000 000
Nguer Babou sur 06 km

- Merella Santhie-Samako Bambara- 24 000 000


Samako Toucouleur sur 04 km
12 000 000
- Soukouta-Ndiayène Momath sur02 km

107
PERIODE
D’EXECUTION
Construire un abreuvoir entre Keur Yoro 5 000 000
Khodia et Keur Demba Sira

Densifier le réseau d’adduction d’eau


potable dans les villages de Wack Ngouna
et de Keur Yoro Khodia

Réaliser une AEP à partir du forage de


Keur Tapha à :

- Keur Tapha-Fetto-Ngomène sur 03 km 18 000 000


PCR et CR
- Ngomène-Ndiba-Keur Ngor sur 05 km 30 000 000 gestionnaire du
18 000 000 forage
- Ndiba-Koutango sur 03 km

- Keur Tapha-Santhie Toure-Touba


24 000 000
Fass-Touba1 sur 04 km

Construire un château d’eau de 100 m3 à 30 000 000


Saboya

Réaliser un forage à :

- Keur Samba Ka

- Keur Mady Yacine PM

- Darou Salam Mouride

108
PERIODE
MONTANT
ACTIONS D’EXECUTION RESPONSABLE ACTEURS
(F CFA)
AN1 AN2 AN3

Hydraulique

Foncer des puits hydrauliques à :

- Fetto 6 000 000 PCR CR

- Keur Ngor 6 000 000 PCR CR

- Touba Fass 6 000 000 PCR CR

- Koutango 6 000 000 PCR CR

- Santhie Touré 6 000 000 PCR CR

Mettre en place dans les villages Pop, OCB


bénéficiaires un comité de gestion pour
chaque puits réalisé

Allégement Travaux des Femmes

Redynamiser les GPF ou les GIE des CADL,


femmes OCB, Plan

Faciliter l’accès des femmes aux sources


de financements

Doter les femmes de matériels CR,


d’allégement (moulins, batteuses, Partenaires,
décortiqueuses) privés

Vulgariser les foyers améliorés CR, CADL,


Partenaires

Diversifier les sources de combustibles

Former les femmes en technique de Cf. plan de


fabrication de foyers améliorés formation

Former les femmes en entreprenariat Cf. plan de CADL, OCB


formation

Renforcer les capacités managériales des Cf. plan de


femmes (responsable des groupements) formation

Aménager des parcelles maraîchères au Cf. plan de CR,


niveau de la vallée « khuur radio » pour les formation Partenaires
femmes de Keur Yoro Khodia

109
PERIODE
D’EXECUTION
Jeunesse et Sports
Redynamiser la commission jeunesses X Pdt com CV, Pop,
domaniale CR

Attribuer des terres de cultures au niveau Pdt com CADL, CR,


de la vallée de Koutango jeunesse ASC

Faciliter l’accès des jeunes aux Pdt com CADL, CR,


financements destinés à la jeunesse jeunesse ASC et
autres
partenaires

Organiser une journée d’inter-médiation X Pdt com CADL, CR,


entre les jeunes, les SFD et le FNPJ en vue jeunesse ASC et
de faciliter aux jeunes l’accès aux crédits partenaires

Diligenter les procédures de X Pdt com jeu- CADL,


reconnaissance juridique des ASC de la nesse CDEPS,
CR non reconnues ASC, CR

Faciliter l’insertion des jeunes dans le cadre Pdt com jeu- CADL,
du projet ASC emploi nesse CDEPS,
ASC, CR

Instaurer une concertation périodique entre X Pdt com jeu- CADL,


les jeunes et le conseil rural nesse CDEPS,
ASC, CR

Former les jeunes sur les métiers du terroir Cf. plan de Pdt com jeu- CADL,
formation nesse CDEPS,
ASC, CR

Former les jeunes en techniques Cf. plan de Pdt com jeu- CADL,
d’élaboration de projets formation nesse CDEPS,
ASC, CR

Renouveler le bureau du foyer des jeunes X Pdt com jeu- CADL,


de Wack Ngouna nesse CDEPS,
ASC, CR

Former les membres du bureau du foyer 11 880 000 X Pdt com jeu- CADL,
sur leurs rôles et missions nesse CDEPS,
ASC, CR

Clôturer le terrain de sport de Wack X Pdt com jeu- CADL,

110
PERIODE
D’EXECUTION
Ngouna nesse CDEPS,
ASC, CR

Aménager un plateau multifonctionnel dans PM PCR CR


l’enceinte du terrain de sport de Wack
Ngouna

Tableau N°13 : AXE STRATEGIQUE N°2, et 5 : PROMOTION DE LA STRATEGIE


LOCALE DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET LA GDRN

PERIODE
MONTANT
ACTIONS D’EXECUTION RESPONSABLE ACTEURS
(F CFA)
AN1 AN2 AN3

Environnement – GRN

Redynamiser la commission domaine et X PCR CADL, CR,


environnement Partenaires

Appliquer des mesures CES/DRS pour Pdt com domaine CADL, CR,
lutter contre l’érosion hydrique et le et environn Partenaires
ravinement

Mettre en œuvre la convention locale de la X Pdt com domaine CADL, CR,


communauté rurale et environn Partenaires

Aménager la vallée de Koutango à Passy X Pdt com domaine CADL, CR,


Khour, à Pane Sader en passant par et environn Partenaires
Ndiayène

Valoriser les terres du bassin versant de la X Pdt com domaine CR,


vallée de Koutango et environn Partenaires,
31 280 000
OCB

Réaliser une digue anti-sel dans la partie la X Pdt com domaine CR,
plus menacée et environn Partenaires,
OCB

Aménager les mares Pdt com domaine CR,


et environn Partenaires,
OCB

Protéger les formations forestières des Pdt com domaine CR,


domaines classe et protégé de la CR et environn Partenaires,

111
PERIODE
D’EXECUTION
OCB

Redynamiser les comités de lutte X Pdt com domaine CR,


villageoise et environn éleveurs,
Partenaires

Rechercher des partenaires pour une X Pdt com domaine EF, COB,
meilleure valorisation (commercialisation) et environn CV, CR
produits forestiers

Former les populations en techniques de Cf. plan de Pdt com domaine OCB, CR,
fabrication de gabions et de fascines formation et environn Partenaires

Former les Comités de lutte Cf. plan de


villageoise(CLV) en techniques de formation
restauration des sols

Former les femmes en techniques de Cf. plan de


fabrication de foyers améliorés formation

Réaliser des pistes de production CR,


Partenaires

Construire un magasin de stockage de CR


produits forestiers à Wack Ngouna

112
PERIODE
MONTANT
ACTIONS D’EXECUTION RESPONSABLE ACTEURS
(F CFA)
AN1 AN2 AN3

Agriculture

Lutter contre l’érosion hydrique et le Pdt com domaine CR,


ravinement et environn Partenaires,
OCB

Introduire l’arbre dans le système agraire Pdt com domaine EF, CR,
(kadd) et environn Partenaires,
OCB

Régénérer les sols par la pratique de la Pdt com domaine EF, CR,
jachère et l’utilisation du compost et environn Partenaires,
OCB

Faciliter l’accès des producteurs aux intrants Pdt com domaine CR,
agricoles et aux matériels et environn Population,
CADL

Inciter les producteurs à constituer des Pdt com domaine SFD, CR,
réserves personnelles à semences et environn CADL,
OCB, Pop,
Etat

Organiser les producteurs en Association ou Pdt com domaine CADL,


en GIE et environn SDDR, CR

Sensibiliser les populations sur les méfaits de Pdt com domaine CADL, Pop,
creuser des tranchées le long des champs et environn CR

Former les producteurs en maintenance du Cf. plan de Pdt com domaine CADL,
matériel agricole formation et environn SDDR,
Pop, CR,
EF,
Partenaires

Former les producteurs sur les itinéraires Cf. plan de


techniques formation

Former les producteurs en technique de Cf. plan de Pdt com domaine CADL, CR,
confection de gabions et de fascines formation et environn SDDR,
Pop, EF,
Partenaires

113
PERIODE
D’EXECUTION
Former les producteurs en techniques de Cf. plan de Pdt com domaine CADL,
conservation des semences formation et environn SDDR,
Pop, CR,
EF,
Partenaires

Organiser une intermédiation entre les Pdt com domaine CR, CADL,
producteurs et les SFD en vue de leur et environn OCB, Pop
faciliter l’accès au crédit

Développer la filière maraîchère Pdt com domaine CR, OCB,


et environn CADL

Valoriser l’arboriculture fruitière Pdt com domaine Pop, CR,


et environn
Réaliser des pistes de production pour Pdt com domaine CR,
faciliter l’écoulement des productions et environn Partenaires
agricoles et horticoles

Réaliser des magasins de stockage Pdt com domaine CR,


et environn Partenaires

PERIODE
MONTANT
ACTIONS D’EXECUTION RESPONSABLE ACTEURS
(F CFA)
AN1 AN2 AN3

Elevage

Introduire la culture du niébé fourrager


dans la CR
Délimiter et matérialiser les parcours de
bétail
Interdire la culture au niveau des parcours
de bétail
Assurer un suivi vétérinaire permanent et
régulier du bétail
Améliorer les productions animales par
l’insémination artificielle
Redynamiser la maison des éleveurs

Faciliter l’abreuvement du bétail par :

114
PERIODE
D’EXECUTION
- la réalisation de forages Cf.
- l’extension du RAEP hydraulique

- le reprofilage des mares ensablées


- l’aménagement de bassin de rétention
- la réalisation d’un abreuvoir entre Keur 5 000 000
Yoro et Keur Demba Sira
Réduire le vol du bétail l’identification de ce
dernier

Former des auxiliaires Cf. plan de


formation

Former les éleveurs en technique Cf. plan de


d’insémination formation

Former les membres de la maison des Cf. plan de


éleveurs sur leurs rôles et missions formation

Mettre en place à Wack Ngouna une


pharmacie vétérinaire communautaire

Mettre en place des comités de vigilance CR


inter villageois pour lutter contre le vol du
bétail

PECHE

Instituer une période de repos biologique


pour protéger les ressources halieutiques
(poissons, crevettes)
Faciliter l’accès des pêcheurs aux matériels
et équipements de pêche
Améliorer les conditions de conservation
Renforcer les capacités techniques, Cf. plan de
organisationnelles et de gestion des formation
pêcheurs
Réaliser des pistes de production pour faciliter
l’écoulement des productions halieutiques

115
Tableau N°14 : AXE STRATEGIQUE N°3 : BONNE GOUVERNANCE

PERIODE
MONTANT RESPONSA
ACTIONS D’EXECUTION ACTEURS
(F CFA) BLE
AN1 AN2 AN3

Appuyer le CR à recouvrer ses taxes Pdt com CR, Trésor,


indirectes finance Impôts,
Partenaires

Appuyer le CR à maîtriser son Pdt com CR, Trésor,


assiette fiscale finance Impôts,
Partenaires,
CPD

Sensibiliser les populations sur l’utilité Pdt com CR, Pop,


du paiement de la taxe rurale finance Trésor,
Partenaires,
CPD

Organiser une visite d’échange à Pdt com CR, Populat,


Ndiéné Lagane ou à Diakhao entre le finance CADL, CPD
CR et le comité de gestion de l’aire de
stationnement

Organiser une journée d’échange


entre le CR, les commerçants et les
transporteurs sur le site devant abriter
l’aire de stationnement

Mettre en place un compte de gestion


de l’aire de stationnement

Construire 20 soucks au marché de 22 000 000 X PCR CR


Wack Ngouna

Réaliser une aire de stationnement 18 000 000 X PCR CR


à Wack Ngouna

Améliorer les conditions de travail des


conseillers ruraux

Construire un hôtel communautaire 36 720 000 X PCR CR


équipé à Wack Ngouna

116
TABLEAU N°15 : PLAN PRIORITAIRE D’ACTIONS ANNUELLES (PPAA)

MONTANT PERIODE D’EXECUTION


ACTIONS RESPONSABLE ACTEURS
(en FCFA) J F M A M J J A S O N D

HYDRAULIQUE

Renouveler le bureau de l’ASUFOR de Wack Pdt com CADL,


Ngouna hydraulique ASUFOR,
CR,
Hydraulique

Former les membres du bureau élu sur leurs rôles CADL,


et missions en gestion administrative et financière ASUFOR, CR
Hydraulique

Réaliser une adduction d’eau potable à partir du


forage de Wack Ngouna à :
- Mbayène-Keur Dinguere-Keur Saccoumba sur 15 000 000 PCR et ASUFOR CR
une distance de 02,5 km

- Guiné-Ndiago1 sur 01 km 6 000 000 PCR et ASUFOR CR


- Wack Mbathio-Médina Thianène Ndiayène
Momath 24 971 835 Plan International Plan et CR
- Extension des réseaux de Wack ngouna et de

117
MONTANT PERIODE D’EXECUTION
ACTIONS RESPONSABLE ACTEURS
(en FCFA) J F M A M J J A S O N D

Keur Yoro Khodia

Construire un abreuvoir entre Keur Yoro et Keur 5 000 000 Pdt com CR
Demba Sira hydraulique

COMMERCE

Construire 20 soucks au marché de Wack 22 000 000 Pdt com finances CR,
commerçants,
transporteurs,
pop

TRANSPORT

Organiser une journée d’échange entre le CR et les


transporteurs et les commerçants pour s’accorder
sur le site devant abriter l’aire de stationnement

Organiser une visite d’échange avec le CR de Pdt com finances CR,


Ndiéné Lagane pour s’imprégner du modèle de transporteu
gestion et de fonctionnement de leur aire de
stationnement

Mettre en place un comité de gestion de l’aire de Pdt com finances CR, CADL,
stationnement Pop

118
MONTANT PERIODE D’EXECUTION
ACTIONS RESPONSABLE ACTEURS
(en FCFA) J F M A M J J A S O N D

Construire une aire de stationnement à Wack 18 000 000 CR


Ngouna

EDUCATION

Renouveler le bureau de l’APE de l’école de Keur Pdt com éducation IDE, CR,
Mady Yacine CADL

Former les membres du bureau élu sur leurs rôles IDE, CR,
et missions, en gestion CADL

Construire une salle de classe équipée à l’école de 5 350 000 CR


Keur Mady Yacine

119
4.5.2. Convergence avec les Plans Nationaux Regionaux et Internationaux

4.5.3. Convergence du PLD avec le PRDI


Eu égard au fait que le PRDI de la région de Kaolack (validé en mai 2000) s’inscrit
ème
dans la logique des objectifs fixés dans le 9 plan national économique et social
(PNAES) de la république du Sénégal, il n’a pas été jugé opportun d’analyser
l’articulation de ce document avec le PLD. C’est que l’analyse de la cohérence de
notre document cadre parfaitement avec les plans régionaux, nationaux, le document
de stratégie de réduction de la pauvreté 2(DSRP2) et les objectifs du millénaire pour
le développement (OMD)

PRDI Kaolack Axes PLD

™ Redynamiser les ƒ Former les membres des comités des cases de santé sur leurs
structures de gestion rôles et responsabilités
™ Mettre en place des ƒ Mettre en place un cadre de concertation entre les élus locaux et
ASUFOR les structures de gestion (comité de gestion de la santé)
ƒ Etendre et densifier le réseau d’adduction d’eau potable vers les
villages desservis et non raccordés des forages de Wack
Ngouna, Saboya et de Keur Tapha
ƒ Réaliser trois forages à :
™ Faciliter l’accès à
9 Keur Mady Yacine
l’eau potable
9 Keur Samba KA
9 Darou Salam Mouride
9 Construire un château d’eau à Saboya
9 Foncer cinq puits hydrauliques
™ Assainir les ƒ Généralisation de la latrinisation dans les villages
établissements ƒ Aménager des décharges communautaires dans les six zones
humains
™ Renforcement des ƒ Equiper le foyer des jeunes de Wack Ngouna
infrastructures et ƒ Aménager des terrains de sports dans les villages
équipements sportifs ƒ Clôturer le terrain de sports de Wack Ngouna
Aménager la vallée de Koutango,
ƒ Recenser toutes les mares
™ Maîtrise de l’eau
ƒ Reprofiler et protéger les mares qui ont une longue période de
rétention d’eau
PRDI Kaolack Axes PLD

ƒ Appliquer des mesures CES/DRS pour lutter contre l’ensablement


de la vallée de Koutango
ƒ Procéder au reboisement des zones déforestées par l’implantation
des tableaux dans les zones mise en défens
ƒ Sensibiliser les populations sur les conséquences des coupes
abusives
ƒ Vulgariser et démultiplier les foyers améliorés
™ Conservation et
ƒ Introduire l’éducation environnementale à l’école primaire
amélioration du couvert
ƒ Mettre en œuvre la convention locale de la collectivité locale pour
végétal
la protection des ressources naturelles
ƒ Développer et vulgariser l’agro foresterie
ƒ Redynamiser la commission environnement du conseil rural
ƒ Définir une stratégie communautaire d’aménagement participatif
des espaces forestiers
ƒ Aménager des points d’eau dans les écoles
ƒ Clôturer 15 écoles élémentaires
ƒ Construire 07 latrines dans les établissements scolaires
ƒ Construire six (06) salles de classe équipées
™ Renforcement des
ƒ Construire des salles de classe et un laboratoire au CEM de Wack
infrastructures et
Ngouna
équipements scolaires
ƒ Aménager un plateau multifonctionnel au CEM
ƒ Construire des salles équipées au niveau des daraas
ƒ Construire des dortoirs pour les talibés
ƒ Construire/réhabiliter les garderies d’enfant de la CR
ƒ Construire un logement pour sage femme au niveau du poste de
™ Renforcement des
santé de Wack Ngouna
infrastructures et
ƒ Construire cinq (05) cases de santé
équipements sanitaires
ƒ Construire un poste de santé à Keur Mady Yacine

121
Tableau N°16 : CONVERGENCE DU PLD AVEC LE DSRP 2

AXE DU
OBJECTIFS AXES DU PLD
DSRP II
Agriculture et Elevage
- Faciliter l’accès aux semences certifiées
- Faciliter l’accès aux matériels agricoles
Intensifier et moderniser - Développer le maraîchage aux alentours de la vallée de
la production agricole Koutango
- Organiser les filières (arachide-horticulture)
- Renforcer les capacités des rôles des OP
Promouvoir une - Renforcer les capacités des producteurs en matière de
politique de transformation et de conservation des produits agricoles
transformation, de - Construire des magasins de stockage
commercialisation et de - Organiser la commercialisation des produits agricoles
distribution des produits
agricoles
- Faciliter l’abreuvement du bétail par la multiplication des
CREATION
points d’eau
DES
- Assainir l’environnement de la production
RICHESSES
- Faciliter l’alimentation du bétail en produits industriels
ET
- Développer l’insémination ce qui entraîne un
CROISSANCE
accroissement de la production du sous secteur devant
PRO PAUVRE
garantir la sécurité alimentaire
- Redynamiser les organisations des éleveurs
Foresterie et pêche
- Aménager la vallée de Koutango
- Reprofiler.et protéger les mares
- Procéder au reboisement des zones déforestées
- Mettre en œuvre la convention locale de la collectivité
Gérer rationnellement et
locale
protéger les ressources
- Vulgariser et démultiplier les foyers améliorés
naturelles
- Introduire l’éducation environnementale à l’école
- Développer et vulgariser l’agro-foresterie
- Définir une stratégie communautaire d’aménagement
participatif des espaces forestières
Aménager les mares les - Organiser les circuits de commercialisation des produits
122
AXE DU
OBJECTIFS AXES DU PLD
DSRP II
plus importantes en forestiers
bassin de rétention - Construire des magasins de stockage des produits
forestiers
- Relancer la pêche dans les zones de Koutango et
Saboya
- Equiper les pêcheurs
- Renforcer les capacités des pêcheurs
- Réaliser des pistes de production

123
AXE DU DSRP
OBJECTIFS AXES DU PLD
II
Commerce
- Faciliter la commercialisation des produits agricoles
CREATION DES transformés sur les marchés intérieurs et extérieurs
RICHESSES ET Développer le - Promouvoir le commerce inter-villageois et intra
CROISSANCE commerce communautaire
PRO PAUVRE - Faciliter l’approvisionnement des populations en produits
de consommation courante
ACCROITRE LA Santé
PROMOTION - Construire un poste de santé à Keur Mady Yacine
DE L’ACCES - Construire des cases de santé
AUX SERVICES - Inciter les femmes à se faire consulter dès les premiers
Améliorer la
SOCIAUX DE signes de grossesse
qualité et l’offre
BASE - Former/Recycler le personnel médical et paramédical
de service de
- Recruter des chauffeurs pour les ambulances de Keur
santé
Tapha et Wack Ngouna
- Renforcer la prévention contre le paludisme
- Réaliser des pistes de production
- Réaliser trois forages à Darou Salam Mouride, Keur
Samba Ka, Keur Mady Yacine
- Foncer des puits hydrauliques
- Réaliser une adduction d’eau potable à partir du forage de
Keur Tapha vers les villages polarisés
Faciliter l’accès à - Etendre le RAEP dans les villages desservis par le forage
l’eau potable de Wack Ngouna
- Augmenter le nombre de bornes fontaines dans les
villages desservis
- Entretenir les puits
- Mettre en place des structures de gestion des
infrastructures hydrauliques
Rendre l’école - Construire et équiper une nouvelle salle de classe
accessible et y - Clôturer 15 écoles
maintenir les - Construire des centres scolaires
enfants - Construire des salles de classe au CEM
- Construire des salles équipées au niveau des daaras
Améliorer les
124
AXE DU DSRP
OBJECTIFS AXES DU PLD
II
conditions d’ap- - Construire des dortoirs pour les talibés
prentissage des - Prendre en charge les talibés au niveau des
talibés dans les établissements de santé
daaras - Organiser les Serigne daaras en Association ou en GIE
Améliorer les - Aménager des terrains de sports dans les villages
conditions de la - Clôturer le terrain de sport de Wack Ngouna
pratique sportive - Finaliser la réhabilitation de foyer des jeunes de Wack
et Ngouna
d’épanouissement - Former les jeunes sur les métiers de terrain
des jeunes - Former les jeunes en entreprenariat

125
AXE DU DSRP II OBJECTIFS AXES DU PLD

- Réaliser des pistes de production sur les axes ci-


après
. Wack Ngouna-Keur Yoro-vers Keur Maba sur 07
km
Améliorer la
. Wack Ngouna-Pané Sader-vers Nioro sur 07 km
ACCROITRE LA mobilité des
. Wack Ngouna-Keur Samba Ka sur 08 km
PROMOTION DE populations
. Wack Ngouna-Keur Mady Yacine-Koular sur 14
L’ACCES AUX
km
SERVICES SOCIAUX
. Wack Ngouna-Keur Amady Nguénar sur 14 km
DE BASE
. Wack Ngouna-Saboya sur 18 km
Etendre la - Electrifier les villages situés dans les zones
couverture du défavorisées
réseau - Diversifier les sources d’énergie notamment
électrique l’énergie solaire
- Améliorer les conditions nutritionnelles des
enfants au niveau des cases de santé et des
ponts de prestations
Protéger les - Renforcer la couverture vaccinale des enfants
groupes - Inscrire les enfants à l’école
vulnérables - Prendre en charge les jeunes talibés
- Initier des AGR pour les femmes
PROTECTION
- Renforcer les capacités des femmes
SOCIALE,
- Doter les femmes de matériel d’allégement
PREVENTION ET
- Construire de magasins de stockage
GESTION DES
- Sensibiliser les populations sur les
RISQUES ET
comportements à adopter
CATASTROPHES
- Tenir régulièrement (tous les mois) des séances
Prévenir et gérer
d’IEC dans les villages
les risques et les
- Appliquer des mesures CES/DRS pour freiner
catastrophes
l’érosion hydrique

126
AXE DU DSRP II OBJECTIFS AXES DU PLD

- Réaliser des pistes de production


- Aménager la vallée de Koutango
- Organiser la production agricole
- Construire des soucks/Aménager des marchés
Développer
pour faciliter l’écoulement des productions
l’économie
agricoles
BONNE locale
- Développer des filières (maraîchage)
GOUVERNANCE ET
- Relancer la pêche continentale à Koutango et à
DEVELOPPEMENT
Saboya
DECENTRALISE
- Construire un hôtel communautaire à Wack
PARTICIPATIF
Ngouna
Améliorer la
- Equiper les hôtels communautaires en matériels
qualité du
et équipement informatiques
service public
- Renforcer les capacités des élus locaux en
décentralisation et gestion des affaires locales

AXE DU DSRP II OBJECTIFS AXES DU PLD


- Tenir annuellement le bilan d’exécution du conseil
rural
BONNE - Informer les populations sur les différentes
GOUVERNANCE composantes du budget y compris les ressources
Gérer de manière
ET - Informer régulièrement les acteurs
transparente les
DEVELOPPEMENT - Mettre en place un cadre local de concertation des
affaires locales
DECENTRALISE différents acteurs locaux
PARTICIPATIF - Impliquer les femmes et les jeunes dans la gestion
des affaires locales en augmentant leur
représentativité

127
Tableau N°17 : CONVERGENCE DU PLD AVEC LES OMD

AXES OMD AXES PLD

- Développer l’agriculture

- Développer le maraîchage

- Diversifier les cultures

Eliminer l’extrême - Aménager la vallée de Koutango


pauvreté et la faim - Développer les cultures vivrières par l’intensification

- Organiser les filières (arachide – horticulture)

- Construire des magasins de stockage

- Réaliser des pistes de production

- Construire des salles de classe équipées

Assurer l’éducation - Améliorer l’environnement des écoles par la construction de latrines


primaire pour tous - Inscrire tous les enfants en âge de scolarisation à l’école élémentaire

- Construire des cantines scolaires

Promouvoir l’égalité des - Accroître la représentation des femmes et des jeunes dans les sphères
sexes et de décision
l’autonomisation des - Inscrire les filles à l’école
femmes

Réduire la mortalité des - Assurer aux enfants une bonne nourriture


enfants de moins de cinq - Vacciner régulièrement les enfants
ans

- Equiper les postes et cases de santé

- Doter suffisamment les structures de santé en médicaments

- Construire des postes et cases de santé pour faciliter aux soins de santé
Améliorer la santé
- Organiser des campagnes de vaccination et de consultation prénatales
maternelle
- Doter aux femmes de matériels d’allégement

- Etendre le réseau d’adduction d’eau potable

128
AXES OMD AXES PLD

- Prévenir le VIH/SIDA par la sensibilisation des populations par la


sensibilisation des populations

- Renforcer la prévention du paludisme par un accès facile aux


Combattre le VIH/SIDA, moustiquaires imprégnées
le paludisme et d’autres
- Tenir des séances d’IEC
maladies
- Impliquer les GPF et les ASC dans la sensibilisation sur les méfaits du
SIDA mais également du paludisme

- Protéger les ressources naturelles

- Sauvegarder l’environnement

- Lutter contre toutes les formes d’érosion en particulier l’érosion hydrique

Assurer un - Faciliter l’accès des populations à l’eau potable


environnement durable - Assainir les villages

- Créer des décharges communautaires dans les six (06) zones

- Généraliser la construction de latrines dans tous les villages

- Tenir périodiquement des séances d’IEC

129
5. STRATEGIE DE GESTION ET DE MISE EN ŒUVRE DU PLD
5.1. SYSTEME DE SUIVI ET MISE EN ŒUVRE DU PLD
Afin de faciliter la mise en œuvre du PLD, le conseil rural de Wack Ngouna a jugé
nécessaire de créer un cadre de concertation communément appelé comité de
pilotage du développement (CPD). Il a pour but de promouvoir le développement
économique et social et coordonner toutes les activités définies dans le PLD. Il est
dirigé par un bureau composé de six (06) membres issus de la société civile, du
conseil rural (président des commissions) et des animateurs communautaires.

Les techniciens du CADL et les agents des ONG et projets sont aussi membres du
CPD mais à titre d’observateurs. Tous les membres sont élus par un mandat de 2
ans renouvelable une fois par les différentes familles d’acteurs du développement.

Par ailleurs, le CPD doit travailler en étroite collaboration avec les commissions
techniques du conseil rural, chacune pour le domaine qui le concerne.
Les fonctions d’administration du CPD ne donne lieu à aucune rémunération.
Toutefois, les frais occasionnés par les activités du service du CPD sont
remboursables avec présentation de justificatifs dans la limite des fonds disponibles.

D’une manière générale, le CPD a pour principal objectif de suivre et d’évaluer la


mise en œuvre du plan dans les trois (03) ans à venir. C’est ainsi qu’il doit :

™ Coordonner toutes les activités définies dans le PLD


™ Evaluer mensuellement la mise en œuvre des actions définies dans le PPA
™ Veiller à la mise en œuvre des actions définies dans le plan d’action annuel
(PPAA)
™ Accompagner les structures de développement au niveau zonal (CZD) dans leurs
missions
™ Assurer en partenariat avec les autres structures de développement, la
réactualisation du plan en fonction de l’évolution des objectifs définis dans le plan.
™ Suivre le travail d’appui conseil des animateurs communautaires afin d’identifier
les dynamiques locales et les porteurs de projets.
™ Evaluer les actions mises en place dans chaque zone pour harmoniser
l’ensemble des travaux au niveau communautaire.

130
Il résulte donc de ce qui précède que le CPD devra jouer le rôle de conseil
économique et social et de ce fait, toutes ses propositions doivent être validées par
le conseil rural qui reste et demeure l’autorité morale qui a en charge la promotion du
développement local dans tous ses aspects.

5.2. ASPECTS INSTITUTIONNELS DE LA MISE EN ŒUVRE


Chaque projet d’investissement devra faire l’objet d’une requête de financement
préparée par le conseil rural avec l’appui du Programme Bassin Arachidier (PBA) et
de l’AGETIP. Les requêtes sont ensuite transmises au comité d’octroi pour
approbation.

En ce qui concerne la réalisation des projets, la maîtrise d’ouvrage revient au conseil


rural pour tout investissement dont le montant est inférieur ou égal à 20 000 000
FCFA. Dans le cas contraire elle est déléguée à l’AGETIP mais toujours sous la
supervision du conseil rural.

131
132
ANNEXE 1 : Population et habitat

Nombre de Nombre de
Zone Villages Populations Trame d’Habitation Electrifié
Concessions Ménages
Keur Lamine 166 10 21 Dispersé Non
Keur Saccoumba 235 18 26 Groupe Non
Keur Ndongo 476 25 41 dispersé Non
Keur Keur Ndiaga Peulh 273 24 28 HPE Non
Samba Keur seydou Hane 256 18 20 Groupe Non
Ka Keur Amady Ndiomé 104 11 12 Groupe Non
Keur Cheikhou Ndiaye 186 09 11 Groupe Non
Keur Mamadou Néné 479 31 44 Groupe Non
Keur Samba Ka 532 31 45 Groupe Non
Total 2707 177 248 - -
Koutango 351 31 45 Dispersé Non
Ngomène 263 24 45 Groupe Non
Fetto 391 27 36 Dispersé Non
Keur Tapha 176 19 17 Dispersé Non
Santhie Touré 118 07 10 Dispersé Non
Touba 1 138 15 15 Dispersé Non
Touba Fass 149 05 09 Dispersé Non
Keur Ngor 350 26 42 Groupe Non
KOUTANGO Ndiba 581 24 61 Groupe Non
Keur Aly Mbatt 105 09 12 Dispersé Non
Total 2622 187 292
Wack Ngouna 2433 307 530 Groupe Oui
Keur Omar Oumy 186 10 19 Dispersé Non
Daga Bany 479 31 47 Groupe Non
Ndiago 1 878 49 85 HPE Non
Guiné 200 12 19 Dispersé Non
Keur Mamadou Mama 253 07 19 Dispersé Non
Médina Masse 157 08 15 Groupe Non
Samako Bambara 237 17 36 Groupe Non
Samako Toucouleur 416 26 66 Groupe Non
Wack Mbayène 844 35 48 Groupe Non
Ngouna Merrella Yoro 348 24 54 Groupe Non
Merrella Santhie 143 13 26 Groupe Non
Nguer Babou 333 31 68 Groupe Non
Keur Mamour Coumba 771 53 143 Groupe Non
Soukouta 1159 69 117 Groupe Non
Keur Dinguéré 107 11 14 Groupe Non
Wack Mbathio 300 20 27 Groupe Non
Ngueyene Djim 206 15 24 Groupe Non
Médina Thiamène 491 16 32 Groupe Non
Total 9941 754 1389
Keur Keur Madyacine 1001 63 117 Groupe Non
Madyacine Thiamène Diogo 550 30 54 Groupe Non
Kotinété 700 52 72 Groupe Non
Keur Ndiago Diallé 201 11 20 Groupe Non
Keur Seydou Bâ 323 18 48 Groupe Non
Keur Bourouma Diarra 170 11 25 Groupe Non
Mbadiène 390 33 71 Dispersé Non
Keur Malahine 221 25 40 Dispersé Non
Keur Matèlché 180 11 43 Groupe Non
Ndiayène Momath 347 36 75 Dispersé Non
Thiarène Alassane 896 67 96 Groupe Non
Passy Babou 515 33 70 Groupe Non
Fass Ngayène 94 07 15 Groupe Non

134
Keur Babou Mbombé 351 25 48 Groupe Non
Thiwalo 334 25 40 Groupe Non
Keur amady Nguenad 473 40 57 Groupe Non
Keur Assane Diassé 296 26 60 Groupe Non
Darou Matar 823 53 91 Dispersé Non
Ndiayène Kadd 236 14 38 Groupe Non
Total 8045 580 1080
Keur Yoro Khodia 1812 89 173 Groupe Non
Keur Yoro Pané Sader 937 67 78 Dispersé Non
Khodia Keur Demba Sira 267 11 20 Dispersé Non
Total 3016 167 271
Saboya 1128 124 124 Dispersé Non
Darou Salam Mouride 268 33 54 Groupe Non
Saboya
Affé Keur Amady 398 24 44 Groupe Non
Total 1794 181 222
Total Général 28125 1866 3502 é

18 villages ont un habitat dispersé ; 02 sont des hameaux peu éloignés et 43 établissements humains ont un habitat group

135
ANNEXE 2 : Recensement de la population
Exemptés
Imposables (15 à
Enfant (7 à 14 ans) (Vieux de + de Total
Villages 70 ans)
70 ans) Général
H F Total G F Total H F Total

Koutango 55 68 123 109 104 213 08 07 15 351

Ngomène 59 41 100 73 86 159 03 01 04 263

Fetto 69 65 134 133 117 250 03 04 07 391

Keur Tapha 34 38 72 54 45 99 02 03 05 176

Santhie Touré 25 20 45 41 23 64 05 04 09 118

Touba I 34 30 64 39 31 70 01 03 04 138

Touba Fass 23 24 47 59 40 99 03 - 03 149

Keur N gor 67 64 131 111 100 211 03 05 08 350

Ndiba 97 114 211 187 180 367 03 - 03 581

Keur Aly Mbathie 18 21 39 38 28 66 - - - 105

Keur yoro khodia 466 445 911 458 431 889 02 10 12 1812

Pané Sader 220 230 450 249 230 479 01 07 08 937

Keur Demba Sira 62 62 124 64 79 143 - - - 269

Saboya 232 230 462 333 307 640 09 17 26 1128

Darou S Mouride 44 47 91 82 84 166 02 09 11 268

Affé keur Amady 60 80 140 100 120 220 25 13 38 398

Keur Lamine 47 60 107 16 29 45 04 10 14 166

keur Sacoumba 47 45 92 66 64 130 08 05 13 235

Keur Ndongo 101 101 202 135 132 267 03 04 07 476

Keur Ndiaga 47 60 107 92 70 162 04 - 04 273


Peulh

Keur Seydou
58 47 105 81 57 138 06 07 13 256
Hann

Keur Amady
20 23 43 35 25 60 01 - 01 104
Ndiomé

Keur Cheikhou
39 34 73 55 51 106 03 04 07 186
NDIAYE

Keur Mamadou
103 87 190 132 149 281 04 04 08 479
Néné

Keur Samba Ka 103 109 213 158 138 296 16 07 23 532

Keur Madyacine 182 234 416 237 248 585 11 12 23 1 001


Tiamène Djogo 100 112 212 166 172 338 05 - 05 550
Kotinété 130 129 259 191 219 410 19 15 34 700
Keur Ndiaga
38 49 87 54 57 111 01 02 03 201
Diallé
Keur Seydou BA 71 83 156 90 75 169 02 - 02 323
Keur Bourama
28 35 63 46 60 106 05 06 11 170
DIARRA
Mbadiène 64 77 141 111 129 240 - - - 390
Keur Malahine. 43 44 87 60 65 125 04 05 09 221
Keur Matékhé 35 43 78 50 49 99 01 01 02 180
Ndiayène
80 75 155 112 79 191 01 04 05 347
Momath
Thiarène
144 183 327 293 260 553 02 15 17 896
Alassane
Passy Babou 99 114 213 140 155 295 05 02 07 515
Fass Ngayène 14 15 29 40 24 64 - 01 01 94
Keur Babou
108 106 214 60 70 130 05 02 07 351
Mbombé
Thiwalo 64 69 133 106 87 193 05 03 08 334
Keur Amady
87 91 178 159 130 289 06 - 06 473
Nguénard
Keur Assane
44 60 104 105 80 185 04 03 07 296
Diassé
Darou Matar 143 174 317 242 253 495 07 04 11 823

137
Ndiayène Kadd 45 57 122 69 61 130 02 02 04 236
Wack Ngouna 506 546 1052 606 692 1298 42 41 83 2 433
Keur Omar Oumy 45 53 98 46 51 97 02 01 03 186
Daga Bany 97 107 204 127 135 262 10 03 13 479
Ndiago 1 184 196 380 262 224 486 09 03 12 878
Guiné 25 41 66 85 41 126 06 02 08 200
Keur Mamadou 41 55 96 76 75 151 02 04 06 253
Mama
Médina Masse 29 33 62 43 50 93 02 - 02 157
Samako 72 73 145 43 46 89 01 02 03 237
Bambara
Samako 102 116 218 92 100 192 05 01 06 416
Toucouleur
Mbayène 178 215 393 222 222 444 03 04 07 844
Merrella Yoro 89 83 172 84 88 172 - 04 04 348
Merrella Santhie 36 33 69 40 34 74 - - - 143
Nguer Babou 61 72 133 104 86 190 07 03 10 333
Keur Mamour 143 160 303 227 232 459 04 05 09 771
Coumba
Soukouta 212 254 466 267 399 666 08 09 17 1 159
Keur Dinguéré 24 20 44 30 28 58 02 03 05 107
Wack Mbathio 53 62 115 88 97 185 - - - 300
Ngueyene Djim 31 38 69 56 78 134 01 02 03 206
Médina 56 86 142 162 185 347 02 - 02 491
Thiamène
TOTAL 5633 6138 11771 7891 7866 15757 310 286 596 28125

138
ANNEXE 3 : INFRASTRUCTURES SANITAIRES

Types d’infrastructures Distances


d’accès Année de Bailleurs de
Zones Villages Poste de Case de Mode de gestion
Maternités du Poste création Fonds
Santé Santé de Santé
Wack Ngouna 01 01 _ _ 1964 Plan/Etat/CR Comité de Santé
Ndiago 1 _ _ 01 2km 1978 / 2004 CR Comité de Gestion
Samako Toucouleur _ _ 01 4km 1978 / 2004 CR Comité de Gestion
WACK Mbayene _ _ 01 4km 1978 Population Comité de Gestion
NGOUNA Nguer Babou _ _ 01 5km 1999 Plan Comité de Mamans
Keur Mamour Coumba _ _ 01 4km 1978 Population/CR Comité de Gestion
Soukouta _ _ 01 5km 1976 Unicef/Plan Comité de Gestion
Médina Thiamène _ _ 01 5km 1978 Population/CR Comité de Mamans

Keur Tapha 01 01 _ _ 1995 Etat Comité de Santé


KOUTANGO Fello _ _ 01 3km 1998 Plan Comité de Mamans
Ndiba _ _ 01 3km 1998 Plan Comité de Mamans

KEUR Keur Samba KA _ _ 01 6km 2003 CR Comité de Gestion


SAMBA KA

Saboya 01 01 _ _ 1935 Etat/CR Comité de Santé


SABOYA Darou Salam Mouride _ _ 01 8km 1978 Etat/CR Comité de Gestion

Keur Yoro Keur Yoro Khodio _ _ 01 5km 1985 Plan Comité de Gestion
Khodia Pané Sader _ _ 01 6km 1986 Corps de la Comité de Gestion
Paix
Zones Villages Types d’infrastructures Distances Année de Bailleurs de Mode de gestion
Poste de Maternités Case de d’accès création Fonds
Santé Santé du Poste
de Santé
Keur Madyacine _ _ 01 7km 1978 CR/Etat Comité de Gestion
Comité de Mamans

Thiamène Diogo _ _ 01 7km 1987 Population Comité de Gestion


Comité de Mamans

Keur Ndiago Diallé _ _ 01 10km 1995 Plan Comité de Gestion


Comité de Mamans

KEUR Mbadiène _ _ 01 8km 2000 Population Comité de Mamans


MADYACINE
Comité de Mamans

Thiarène Alassane _ _ 01 7km 1978 Population Comité de Gestion


Comité de Mamans

Thiwalo _ _ 01 11km 1978/1989 Plan Comité de Gestion


Comité de Mamans

Darou Matar _ _ 01 10km 2000 Plan en cours Comité de Gestion


de réhabilitation Comité de Mamans

140
ANNEXE 4 : SITUATION DU PERSONNEL SANITAIRE

Villages Infrastructures Personnel Sanitaire


Sanitaires
Infirmiers Agent Relais Matrones Agent de Santé Educateur
Technique Communautaire Communautaire Communautaire
de Santé de Santé

Wack Ngouna 01 01 03 02 01 01
Saboya Postes de Santé 01 _ 08 02 01 _
Keur Tapha 01 _ 01 01 01 01

TOTAL Postes de Santé 03 01 12 05 03 02

Soukouta _ _ 06 01 01 _

Mbayène _ _ 02 01 01 _

Samaka Toukouleur _ _ 02 01 01 _

Nguer Babou _ _ 03 01 01 _

Keur Mamour _ _ 02 01 01 _
Coumba Cases de Santé
Ndiago 1 _ _ 04 01 01 _

Médina Thiamène _ _ 02 01 01 _

Darou Salam Mouride _ _ 02 02 01 _

Keur Samba KA _ _ 02 01 01 _

Keur Madyacine _ _ 03 01 01 _

Thiamène Diogo _ _ 04 01 01 _

Keur Ndiaga Diallé _ _ 02 01 01 _

141
Villages Infrastructures Personnel Sanitaire Agent de Santé Educateur
Sanitaires Communautaire Communautaire
Infirmiers Agent Relais Matrones de Santé
Technique Communautaire
de Santé

Mbadiène _ _ 03 01 01 _

Thiarène Alassane _ _ 02 01 01 _

Thiwalo _ _ 02 01 01 _

Darou Matar Cases de Santé _ _ _ _ 01 _

Fetto _ _ 03 01 01 _

Ndiba _ _ 02 01 01 _

Keur Yoro Khodio _ _ 01 02 01 _

Pané Sader _ _ 03 01 01 _

Total Cases de Santé _ _ 48 21 20 02

TOTAL GENERAL 03 01 60 26 23 02

NB : Il y’a des villages qui disposent de matrones et de relais communautaire sans pour autant qu’il y’ait une structure sanitaire

142
ANNEXE 5 : INFRASTRUCTURES HYDRAULIQUES : PUITS

Villages Types d’infrastructures hydrauliques Distance d’accès (1)


Puits Forages Château Bassins au Bornes
hydrauliques d’eau sol fontaines
Total Fonct Total Fonct Total Fonct Total Fonct Total Fonct
. . . . .
Wack Ngouna 14 06 01 01 01 01 - - 198 195
Keur Omar Oumy 04 03 - - 2km
Daga Bany 04 02 - - 4km du forage de Missirah
Ndiago 1 03 03 - - 1km du forage de Wack
Guiné 01 01 02 02 2km du forage de Wack
Keur Mamadou Mama 02 01 04 04 3 km du forage de Wack
Médina Masse 01 01 02 02 3km du forage de Wack
Samako Bambara 03 02 - - 6km du forage de Wack
Samako Toucouleur 05 03 - - 6km du forage de Wack
Mbayène 04 03 16 16
Mérélla Yoro 04 04 - - 3,5km du forage de Wack
Mérella Santhie 02 01 - - 3km du forage de Wack
Nguer Babou 05 03 - - 3,5km du forage de Wack
Keur Mamour Coumba 04 01 16 10
Soukouta 06 04 33 33
Keur Dinguéré 02 02 - - 3km du forage de Wack
Wack Mbathio 03 02 - - 5km du forage de Wack
Ngueyene Djim 02 01 02 02
Médina Thiamène 02 02 - - 6km du forage de Wack
SOUS TOTAL 71 45 01 01 01 01 273 264

143
Keur Yoro Khodio 04km forage
07 06 04 04
Missirah

Pané Sader 05 05 02 02 06 km

Keur Demba Sira 03 02 01 01 05 km

SOUS TOTAL 15 13 07 07

Saboya 02 02 01 01 01 01 10 10

09 km de
Darou Salam Mouride 03 01
saboya

12 km de
Affé Keur Amady 08 01
saboya

SOUS TOTAL 13 04 01 01 01 10 10

144
Koutango 2km du forage keur
04 04 - - - - - -
tapha

Ngomène 03km du forage de


03 02 - - - - - -
keur tapha

Fetto 1km du forage de


03 01 - - - - - -
keur tapha

Keur Tapha 01 01 01 01 01 01 04 04 -

Santhie Touré 4km du forage de


02 01 - - - - - -
keur tapha

Touba I 03km du forage de


02 01 - - - - - -
keur tapha

Touba Fass 04km du forage de


03 01 - - - - - -
keur tapha

Keur NGor 08 km du forage de


02 02 - - - - - -
keur tapha

Ndiba 08 km du forage de
03 03 - - - - - -
keur tapha

Keur Aly Mbathie 9km du forage de


02 01 - - - - - -
keur tapha

SOUS TOTAL 25 16 01 01 01 01 - - 04 04

145
Keur Lamine 02 02 - - 02 km

keur Sacoumba 06 km du forage


02 02 - -
de keur tapha

Keur Ndongo 06 km du forage


02 02 - -
de keur tapha

Keur Ndiaga Peulh 06 km du forage


03 02
de keur tapha -

Keur Seydou Hann 06 km du forage


01 01 - -
de keur tapha

Keur Amady Ndiomé 01 01 - -

Keur Cheikhou NDIAYE 03 02 - - 06 km

Keur Mamadou Néné 03 03 - - 06 km

Keur Samba Ka 04 02 - - 06 km

SOUS TOTAL 21 17

TOTAL GENERAL 145 95 03 03 02 02 01 01 294 285

146
ANNEXE 6 : INFRASTRUCTURES HYDRAULIQUES : FORAGES

Système d’exhaure (2) Ouvrage de stockage (3)


Type de forage
Villages Pompe
(1) Moteur diesel Nature Capacité (m3) Hauteur (m)
électrique

Keur Tapha FORAGE _ x Château d’eau 80m3 15

Wack Ngouna FORAGE x _ Château d’eau 100m3 15

Saboya FORAGE _ x Bassin au sol 50 m3 05

Forage d’origine Caractéristiques forage Villages raccordés


Date de Bailleur Capacité Débit Mode Nom village Distanc Bétail Populatio
création s de stockage pompe gestion e (km) PB GB n
Fonds
Wack Ngouna - 1025 600 2433
Soukouta 4 700 730 1159
Mbayène 2 500 243 844
Keur M. Coumba 3 300 160 771
Keur M. Mama 1 16 22 253
Wack Ngouna 1989 Etat 150m3 45m3/h ASUFOR Ngueyène Djim 4 150 100 206
Guiné 2,5 106 29 200
Médina Mass 2 106 65 157
Total Forage Wack Ngouna 8 villages 2903 1940 6023
raccordés
Keur Tapha 1995 Privé 80m3 20m3/h Privé Keur Tapha 100 93 176
Saboya 1987 Etat/Coo 50m3 20m3/h ASUFOR Saboya 536 320 1128
pération
Italienne
Total Général CR 10 villages 3539 2353 7327

NB : Les villages de Keur Yoro Khodio et de Pané Sader sont desservis par le forage de Missirah situer à 4km de ces derniers et qui se trouve dans
la communauté rurale de Guenth Kaye.
147
ANNEXE 7 : INFRASTRUCTURES SCOLAIRES : ECOLES ELEMENTAIRES ET CEM

Nombre de classes
Nombre Distance Date de Bailleurs de Mode de Gestion
Villages
d’écoles Abris d’accès (1) création Fonds (2) (3)
Constr. Total
provisoires

Keur Yoro Khodio 01 06 01 07 - 1964 Plan/Etat APE


Pané Sader 01 03 02 05 - 2000 Etat/Plan APE
Keur Demba Sira - - - - 1km -
SOUS TOTAL 02 09 03 12
Koutango 01 06 06 - 1964 Plan/CR/FED APE Directeur
Ngomène - - - 03 km -
Fetto - - - 1 km -
Keur tapha 01 01 01 - 1998 Etat APE
Santhie Touré - - - 2km - -
Touba I - - - 03km - -
Touba Fass - - - 03km - -
Keur NGor - - - 04km - -
Ndiba - - 3km - -
Keur Aly Mbathie - - - 3km - -
SOUS TOTAL 02 07 07
keur Sacoumba 4km
Keur Ndongo 01 - 02 02 - 2003 Etat APE
Keur Ndiaga Peulh 2km
Keur Seydou Hann 3km

148
Keur Mamadou Néné 4km
Keur Samba Ka 01 07 - 07 - 1995 Plan/KFW APE/Directeur
SOUS TOTAL 02 07 02 09
Keur Madyacine 01 03 01 04 1985 CR/Plan APE
Thiamène Djogo 01 01 - 01 2005 Plan APE
Kotinété 01 03 01 04 1985 CR/Etat/Plan
Keur Ndiaga Diallé 3km
Keur Seydou BA 1km
Keur Bourama DIARRA 1km
Mbadiène 2km
Keur Malahine 3km
Keur Matékhé. 1km
Ndiayène Momath 5km
Thiarène Alassane 5km
Passy Babou 2km
Keur Babou Mbombé 01- -03 - 03 2000 Plan/Eteat/CR APE
Thiwalo 01 03 01 04 2km 1997 Plan/KFW/CR/Etat APE
Keur Amady Ndiomé 3km
Keur Assane Diassé 2km
Ndiayène Kadd 01 01 01 02 1995 Pop/Plan APE
SOUS TOTAL 06 14 04 18
Saboya 03 08 05 13 - 1956 Etat/KFW/Plan APE
Darou Salam Mouride 01 - 02 02 - 2000 Population APE
Affé keur Amdy - - - - 1km - -

SOUS TOTAL 04 08 07 15

149
Wack NGouna 03 19 03 22 - APE
Keur Omar Oumy 3km
Daga Bany 4km
Ndiago 1 01 05 01 06 - 2000 Etat APE
Guiné 1km
Keur Mamadou Mama 0,8km
Médina Masse 1,5km
Samako Bambara 0,3km
Samako Toucouleur 01 05 - 06 - 1983 Etat/CR/Plan/KFW KFW/APE/Directeur
Mbayène 2km
Mérélla Yoro 3km
Mérella Santhie 4km
Nguer Babou 3km
Keur Mamour Coumba 4km
Soukouta 4km
Keur Dinguéré 3km
Wack Mbathio 3km
Ngueyene Djim 3km
Médina Thiamène 01 07 - 07 - 1985 Plan/CR/KFW APE/Directeur
SOUS TOTAL 06 36 04 40
TOTAL GENERAL 18 83 13 96

Le village de Saboya compte trois (03) écoles dont maternelles et une élémentaire
L’école primaire de Saboya dispose d’une cantine scolaire réalisée par le PAM (programme alimentaire mondial)
Le village de Keur Ndiaga Diallé dispose d’une école communautaire de base (ECB) réalisée par Plan International

150
ANNEXE N°8 : EFFECTIFS SCOLAIRES ET PERSONNELS ENSEIGNANTS DANS L’ELEMENTAIRE ET LE MOYEN

Nombre d’enseignants dans les


Nombre Nombre d’élèves Nombre d’enseignants dans les CEM
écoles primaires
Villages de
classes Professeurs
G F Total Instituteurs Volontaires Total Vacataires Total
titulaires

Keur Yoro Khodio 07 166 136 302 01 07 08

Pané Sader 05 63 34 97 01 02 03

SOUS TOTAL 12 229 170 399 02 09 11 - - -

Ecole primaire 14 352 356 708 06 09 15


Wack Ngouna
CEM 08 296 128 424 13 13

Ndiago 06 133 114 247 05 01 06 - -

Samako Toucouleur 05 105 95 200 03 02 05 - -

Médina Thiamène 07 123 109 232 01 06 07 -

SOUS TOTAL 40 1009 802 1811 15 18 33 13 13

Koutango 06 138 197 265 01 06 07

Keur tapha 01 28 30 58 - 01 01

SOUS TOTAL 07 166 157 323 01 07 08

Saboya 08 177 148 315 03 06 09

151
Darou Salam Mouride 02 35 45 80 - 02 02

SOUS TOTAL 10 212 193 395 03 08 11

Keur Ndongo 02 43 48 91 - 02 02

Keur Samba KA 07 142 114 256 01 06 07

SOUS TOTAL 09 185 162 347 01 08 09

Keur Madyacine 04 123 116 239 01 03 04

Tiamène Djogo 01 11 16 27 - 01 01

Kotinété 04 73 74 147 02 02 04

Keur Babou Mbombé 03 58 60 118 - 03 03

Thiwalo 04 56 25 81 03 02 05

Ndiayène Kadd 02 42 24 72 - 02 02

SOUS TOTAL 18 363 315 678 06 13 19 - - -

TOTAL GENERAL 96 2166 1799 3953 28 58 91 13 13

152
ANNEXE N°9 : INFRASTRUCTURES SCOLAIRES : CLASSE D’ALPHABETISATION FONCTIONNELLE (CAF)

Situation des cours Effectifs des apprenants Personnel enseignant


Nombre
Villages Terminés En Dont
de CAF L.F F H Total Moniteurs Superviseurs
(année) cours femme

Keur Yoro Khodio 03 x Wolof 77 04 81 03 01

Pané Sader 02 x Wolof 99 - 99 02 -

SOUS TOTAL 05 176 04 180 05 01

Wack Ngouna 02 x Pulaar 59 - 59 02 01


Wolof

Keur Omar Oumy 02 x Wolof 48 - 48 02 01

Daga Bany 02 x Wolof 57 03 60 02 01

Ndiago 1 02 x Wolof 60 - 60 02 01

Guiné 01 x Wolof 48 02 50 01 01

Médina Mass 01 x Wolof 24 - 24 01 01

Keur Mamour Coumba 01 x wolof 40 - 40 01 01

SOUS TOTAL 11 296 05 301 11 07

TOTAL GENERAL 16 472 09 481 16 08

NB : LF Langue fonctinnelle, H : Hommes, F : Femmes

153
ANNEXE 10 : INFRASTRUCTURES COMMERCIALES
Magasin de Marché Marché
Boutiques Soucks Hall Marchéil Restaurant
Villages stockage permanent hebdomadaire

Total Fonct. Total Fonct. Total Fonct. Total Fonct. Total Fonct. Total Fonct. Total Fonct.

Keur Yoro Khodio Tabli


10 07 01 01 ers 13 01 01
13

Pané Sader Tabli


06 06 - - 03 03 ers 04 - --
04

Keur Demba Sira - - - - 01 01 - - - -

SOUS TOTAL 16 13 05 05 17 17 01 01

Saboya 07 06 01 01 01 01

Darou Salam Mouride 02 02 - - - -

Affé keur Amdy 03 - - - - -

SOUS TOTAL 12 08 01 01 01 01

Keur Sacoumba 02 01

Keur Mamadou Néné 01 01 - - 01 01

Keur Samba KA Tabli


- - - - 01 - 01
er 01

SOUS TOTAL 03 02 02 01 01 01

154
Keur Madyacine 06 03 03 01 01

Tiamène Djogo 02 01 01

Kotinété 03 03 01

Keur Ndiaga Diallé 01 01 01

Keur Seydou BA 02 02 01

Keur Bourama DIARRA 01 01 01

Mbadiène 04 01 01

Keur Malahine 01 01 -

Ndiayène Momath 02 02 01

Thiarène Alassane 06 05 03

Passy Babou 02 02 02

Keur Babou Mbombé 01 01 01

Thiwalo 01 01 01 01 01
Keur Amady Nguénard. 01 01 -
Keur Assane Diassé 02 02 -
Darou Matar 10 04 02
SOUS TOTAL 45 31 19 14
Wack Ngouna 16 16 53 53 05 05 01 01 01 01 01 01
Keur Omar Oumy 01 01 - -

155
Daga Bany 03 03 - -
Ndiago 1 03 03 02 02
Guiné 01 01 01 01
Médina Masse 01 01 01 01
Samako Bambara 01 01 03 03
Samako Toucouleur 03 03 02 02
Mbayène 06 06 - -
Mérélla Yoro - - 01 01
Nguer Babou 03 03 01 01
Keur Mamour Coumba 01 01 02 02
Soukouta 08 08 03 03
Médina Thiamène 02 02 - -
SOUS TOTAL 49 47 53 53 21 16 01 01 01 01 01 01 O6 06
TOTAL GENERAL 125 101 53 53 48 38 01 01 19 01 01 01 08 08

NB : En réalité il n’existe qu’un seul marché permanent dans la communauté rurale de Wack Ngouna mais dans tous les villages il existe un
petit espace « appelé marché » où les femmes se retrouvent pour s’approvisionner en denrées alimentaires

156
ANNEXE 11 : AUTRES SERVICES MARCHANDS (Télecentres, transformation, mouture, décorticage

Villages Télécentre Moulin à mil Restaurants Bar Studio photos

Total Fonct. Total Fonct. Total Fonct. Total Fonct. Total Fonct.

Wack Ngouna 08 08 10 10 06 06 02 02 02 02

Samako Bambara - - 01 -

Samako Toucouleur - - 01 -

Mbayène 01 01 01 01

Nguer Babou - - 02 01

Keur Mamour Coumba - - 01 01

Soukouta 01 01 02 01 - - 02 02

Wack Mbathio 01 01

SOUS TOTAL 10 10 19 15 06 06 04 04 02 02

Keur Madyacine 02 02 - - 02 02

kotinété 01 01 01 -

157
Keur Ndiago Diallé 01 01

Mbadiène 01 -

Keur Malahine 01 -

Ndiayène Momath 01 01

Thiarène Alassane 01 01 02 01

Passy Babou 01 01

Keur Ndoumbé Babou 01 01

SOUS TOTAL 04 04 09 05 02 02
Saboya 01 01 01 01 02 02

Affé keur Amdy - - 01 01

SOUS TOTAL 01 01 02 02 02 02

TOTAL GENERAL 15 15 30 22 08 08 06 06 02 02

158
ANNEXE 12 : INFRASTRUCTURES ARTISANALES
Ateliers Garage Menuiserie Menuiserie Boulangerie Atelier

Villages couture mécanique bois métallique traditionnelle teinture

Total Fonct. Total Fonct. Total Fonct. Total Fonct. Total Fonct. Total Fonct.

Keur Yoro Khodio 01 01 01 01

Pané Sader 04 04 - -

SOUS TOTAL 05 05 01 01

Wack Ngouna 13 13 04 04 05 05 08 08 03 02 01 01

Keur Omar Oumy 03 03 - - 02 02 - - - -


Ndiago 1 02 02 - - - - - - - -
Guiné 02 02 01 01 01 01 01 01 - -
Keur Mamadou Mama - - - - 02 02
Médina Masse - - - - 01 01
Samako Toucouleur - - - - 01 01
Mbayène - - - - 01 01
Nguer Babou 01 01 - - - -
Keur Mamour Coumba 02 02 - - - - 01 01
Soukouta 10 06 02 02 03 01 01

SOUS TOTAL 33 29 07 07 11 11 09 09 09 08 02 02

TOTAL GENERAL 38 34 07 07 11 11 09 09 09 08 02 02

159
ANNEXE 13: RECENSEMENT DU BETAIL
Gros bétail Petit bétail
Bovins Equins Asins Autres Total Ovins Caprins Autres Total
Wack Ngouna 726 175 140 1041 357 432 789
Keur Omar Oumy 45 39 14 98 302 406 708
Daga Bany 58 40 13 111 69 90 159
Ndiago 1 181 280 53 514 132 196 328
Guiné - 19 10 29 06 100 106
Keur Mamadou Mama 40 22 02 64 16 30 46
Médina Masse 37 12 16 65 06 100 106
Samako Bambara 45 35 20 100 70 50 120
Samako Toucouleur 200 80 60 340 100 120 220
Mbayène 118 100 25 243 250 250 500
Mérélla Yoro 200 50 30 280 100 100 200
Mérella Santhie 50 20 16 86 40 60 100
Nguer Babou 74 84 17 175 100 200 300
Keur Mamour Coumba 86 74 20 180 65 210 275
Soukouta 330 250 150 730 80 30 110
Keur Dinguéré 50 15 08 73 20 60 80
Wack Mbathio 150 50 20 220 50 160 210
Ngueyene Djim 90 70 20 180 40 110 150
Médina Thiamène 100 70 10 180 112 113 225
SOUS TOTAL 2 580 1 485 644 4 709 1 915 2 817 4 732
Keur Yoro Khodio 200 250 80 530 300 350 650

Pané Sader 150 90 32 272 200 300 500

Keur Demba Sira 500 30 15 545 50 80 500

160
SOUS TOTAL 850 320 127 1 347 550 730 1 280

Koutango 450 30 25 505 150 50 200

Ngomène 130 27 16 173 80 144 224

Fetto 107 40 30 177 88 100 188

Keur tapha 60 25 08 53 40 60 100

Santhie Touré - 11 07 18 08 32 40

Touba I 45 25 10 80 40 70 110

Touba Fass 20 10 01 31 40 30 70

Keur Gor 70 42 35 147 120 180 300

Ndiba 250 60 68 378 100 200 300

Keur Aly Mbathie 06 10 14 30 60 70 130

SOUS TOTAL 1 138 280 214 1 632 726 936 1 662

Saboya 355 101 80 536 110 200 330

Darou Salam Mouride 800 150 88 1 038 180 300 480

Affé keur Amdy 420 40 35 495 235 261 496

SOUS TOTAL 1 575 221 203 2 069 525 761 1 306

Keur Madyacine 302 120 70 492 250 305 355

Tiamène Djogo 60 50 30 140 150 160 310

161
Kotinété 300 150 200 650 100 300 400

Keur Ndiaga Diallé 70 39 22 131 90 70 160

Keur Seydou BA 200 50 40 290 100 150 250

Keur Bourama DIARRA 100 30 20 150 80 120 200

Mbadiène 100 40 25 165 100 150 250

Keur Malahine 150 30 15 195 150 - 150

Keur Matékhé. 500 100 05 605 170 130 300

Ndiayène Momath 100 40 30 170 100 160 260

Thiarène Alassane 80 150 130 360 115 285 400

Passy Babou 150 80 70 300 200 200 400

Fass Ngayène 30 11 04 45 15 15 30

Keur Babou Mbombé 120 70 30 220 200 300 500

Thiwalo 125 50 15 190 150 160 310

Keur Amady Nguénard 800 60 60 920 200 300 500

Keur Assane Diassé 200 40 20 260 100 140 240

Darou Matar 600 130 200 930 300 200 500

Ndiayène Kadd 400 100 50 250 200 400 600

162
SOUS TOTAL 4387 1340 1306 6763 2770 3545. 6315

Keur lammine 40 15 08 63 20 75 95

Keur Saccoumba 400 20 07 427 150 140 290

Keur Ndongo 300 100 50 450 100 120 220

Keur Ndiaga peulh 45 22 15 82 70 120 190

Keur Seydou Hann 130 30 52 212 50 150 200

Keur Amady Ndiomé 120 17 05 142 19 32 51

Keur cheikhou Ndiaye 33 39 01 73 60 42 102

Keur Mamadou Néné 300 44 13 357 70 138 208

Keur Samba KA 500 125 34 659 200 305 505

SOUS TOTAL 1868 412 185 2465 739 1122 1861

TOTAL GENERAL 12398 4058 2679 - 18985 7225 9911 17156

163
ANNEXE 14 : RECENSEMENT DES ORGANISATIONS COMMUNAUTAIRES DE BASE (OCBà
Date Nombre d’adhérents
Villages Nom de l’organisation Type (1) Domaines d’activités
création H F Total

Pané Sader DEGGO GIE 1995 30 38


MANKO GIE 1996 50 40 Agro pastorale
JAPPO GIE 1997 60 20

SOUS TOTAL 03 140 98

Ndiba GIE des hommes GIE 1994 26 - 26

kOUTANGO ARBORICULTURE
GIE DES HOMMES GIE 1995 45 - 45
/MARAICHAGE

Keur Ndongo GIE 1996 20 15 Agro pastorale


GIE 2000 48 - Agro pastoral

Keur Ndiaga Peulh GIE DES HOMMES GIE 2001 17 - Agro pastoral

Keur Seydou Hann BOK XOL GIE 1995 - 50 Agro pastoral

Keur Cheikhou NDIAYE GIE FASJOM GIE 2003 08 09 Agro pastoral

Keur Mamadou Néné GIE DE KEUR MAMADOU NENE GIE 2000 30 - Agro pastoral

Keur Samba Ka GIE DES HOMMES DE KEUR S KA GIE 2002 16 - Agro pastoral
GIE DES FEMMES DE KEUR S KA GIE 1997 - 20 Agriculture/Micro crédit

SOUS TOTAL 08 139 94

Keur Madyacine GIE des femmes GIE 1997 - 250 250 Agriculture/Elevage/Eparg

164
GIE des hommes GIE 1995 70 - 70 ne
GIE FARLU GIE 1997 50 - 50 Agriculture/Elevage/Micro
crédit
Agriculture/Elevage/Micro
crédit

Tiamène Djogo GIE des homes GIE 1983 50 - 50 Agriculture elevage /micro
GIE des femmes GIE 1984 - 60 60 crédit

GIE Thiamène Diogo GIE 2005 02 01 03

Kotinété Jappo Liguey Kote GIE 1993 70 - 70 Agriculture/Elevage


Juboo GIE 1984 100 - 100 Micro crédit
And Juboo GIE 1984 - 130 130 Micro crédit

Keur Ndiaga Diallé Agriculture/Elevage/Micro


crédit
Juboo GIE 1996 40 - 40
Agriculture/Elevage/Micro
And Jëf GIE 1998 - 30 30
crédit
Jappo keur Ndiago GIE 2002 21 - 21
Agriculture/Elevage/Micro
crédit

Keur Seydou BA Agriculture/Elevage/Micro


Jooko GIE 1997 28 - 28 crédit
GIE des femmes GIE 1988 - 50 50 Agriculture/Elevage/Micro
crédit

Wack Ngouna ASUFOR ASUFOR - - - -


Keur Omar Oumy TAKKU LIGUEY (mixte) GIE 1990 19 23 42 Agriculture/Elevage
Daga Bany GIE des hommes GIE 2000 26 - 26 Agriculture/Elevage
GIE des hommes de Ndiago 1 GIE 2001 21 - 21 Crédit/Agriculture/Commer
165
GIE mixte de Ndiago 1 GIE 1984 07 03 10 ce
Ndiago GPF deNdiago 1 GPF 1902 05 70 75 Petit commerce/Micro
GIE JUBBO de Ndiago 1 GIE 1997 - 49 49 crédit Agriculture
Agriculture/Elevage/Embo
uche
Guiné BOKK JUBOO GPF 2003 - 20 20 Agriculture/Commerce
Keur Mamadou Mamour GIE des femmes GIE 1990 - 43 43 Agriculture/Micro crédit
Médina Mass GIE des hommes GIE 2001 18 - 18 Agriculture/Elevage/Com
merce
Samako Bambara BADEMA BADEMA GIE 1986 50 - 50 Agriculture/Embouche/Mic
ro crédit
Samako Toucouleur BOKK YAKKAR GIE 1993 53 - 53 Agriculture/Embouche
Natangué Natangué GIE 1998 - 87 87 Agriculture
Mbayène Ibra MBAYE GIE 2006 20 - 20 Agriculture
GIE des femmes GIE 2000 - 70 70 Micro crédit
Méréla Yoro AND BOLO GIE 1996 - 72 72 Agriculture
GIE hommes GIE 1982 30 - 30 Agriculture
Méréla Santhie GIE mixte GIE 2006 26 30 56 Agriculture/Elevage
Nguer Babou GIE des hommes GIE 1987 50 - 50 Agriculture
GIE des femmes GIE 1992 - 60 60 Agriculture
BOKK JUBBO GIE 1990 - 70 70 Agriculture
Keur Mamour Coumba JAPPO NEK BEN mixte GIE 1994 39 02 41 Agriculture/Elevage
GIE des femmes GIE 1992 - 40 40 Agriculture/Micro crédit
Soukouta DEGGO BOK JAM GIE 2005 - 10 10 Agriculture/Elevage
BOKK JAM GIE 1995 - 15 15 Agriculture/Micro crédit
BOKK XOL GIE 1993 30 - 30 Micro crédit/Maraîchage/
XAM XAMLE GIE 1994 - - - Agriculture
SECTION VILLAGEOISE GIE 1985 - - - Micro
crédit/Agriculture/Elevage
Agriculture/Embouche/Co
mmerce
Keur Denguéré GIE des hommes GIE 200 18 - 18 Agriculture/Micro crédit

166
Groupement des femmes GPF 2004 - 23 23 Agriculture/Elevage
Wack Mbathio TAKKU LIGUEY GIE 2004 - 35 35 Micro crédit
Ngueyène Djim GPF GPF 2000 - 19 19 Micro crédit/Embouche
Médina Mass JUBO GIE 1993 - 68 68 Agriculture/Elevage/Micro
GIE des hommes GIE 1989 40 - 40 crédit
Agriculture/Elevage/Maraî
chage
Guiné BOKK XOL GIE 2003 04 46 50 Agriculture/Commerce

NB : le recensement des OCB n’a pris en compte que celles qui ont une reconnaissance juridique

167