Vous êtes sur la page 1sur 5

Guide de rédaction des projets de recherche à l’intention des

étudiants de Master
Les articulations du projet de recherche1

I. Le contexte et la justification du sujet :


Il s’agit pour l’étudiant d’amener son sujet de sorte à faire apparaitre la nécessité
d’y travailler. Cela peut se faire par la convocation des éléments d’histoire, de
l’actualité, de réflexion personnelle etc. Après ces développements, il est bon
de rappeler à la fin du paragraphe son intitulé du sujet entre les guillemets.
II. La délimitation du sujet
Un sujet de recherche étant une intuition, il peut couvrir des réalités variées et
une période de temps fort large. Il est donc utile de le circonscrire en précisant
les cadres spatio-temporels de l’étude.
A. La délimitation spatiale
Il s’agit de dire l’espace géographique pertinent que votre étude va
couvrir. Il peut être utile de l’illustrer par une carte si possible, afin que le
lecteur du travail soit informé de l’espace pour lequel l’argumentaire est
fait. Ce d’autant plus que, certains sujet à l’allure bateau ont un niveau
de généralité qui corrompt l’analyse.
B. La délimitation temporelle
Il faut absolument préciser le cadre temporel pertinent pour votre étude.
De ce point de vue, deux bornes doivent être indiquées. L’année
inférieure, en raison des éléments objectifs qui expliquent que cette
année soit une limite inférieure pertinente. De la même manière, une
borne supérieure doit être motivée. Par exemple, l’étudiant dira : « Notre
étude va couvrir la période qui va de 2000 à 2015. L’an 2000 marque le
lancement du projet dont nous voulons faire l’analyse, tandis que 2015
est l’année au cours de laquelle nous conduisons l’étude. Il s’agit donc
d’un intervalle suffisant pour faire une étude sur le projet X, car l’on a une
quinzaine d’années qui peuvent donner lieu à des conclusions
soutenables ».
III. La clarification des concepts-clé
• NB : Tout mot figurant sur dans l’intitulé de votre sujet n’est pas un
concept. Un concept est « une idée générale abstraite élaborée par

1 NB : c’est le projet de recherche qui une fois achevée, devient l’introduction du Mémoire.

1 Proposé par le Professeur Paul Elvic BATCHOM (IRIC/UY2)


Guide de rédaction des projets de recherche à l’intention des
étudiants de Master
l’esprit à partir d’un objet concret ou abstrait ». Derrière un concept
repose donc une idée dont le concept est le révélateur. Soit le sujet : « La
politique de lutte contre l’insécurité dans la sous-région CEMAC ». Ici les
concepts sont : La politique, la lutte contre l’insécurité. CEMAC n’est pas
un concept, il s’agit d’une abréviation, à la limite un espace
géographique. En réalité, dans un sujet, le concept est un mot ou
expression dont la définition permet d’accéder à l’intelligence du sujet.
• Il faut donc identifier vos concepts, les définir selon les auteurs de la
discipline ou la doctrine, les conventions et textes internationaux. Les
définitions selon les dictionnaires sont uniquement des portes d’entrée
mais on ne peut pas s’en tenir à elles. En définissant les concepts, faites
dialoguer les auteurs puis, indiquez à la fin de chaque définition celle qui
est appropriée pour votre travail et expliquez pourquoi.
IV. La construction de la problématique
Vous avez certainement remarqué que je ne fais pas mention des « intérêts ».
C’est à dessein. En effet, l’intérêt d’un travail découle de votre problématique.
On constate tout l’intérêt que votre travail revêt selon que vous avez dramatisé
la revue de littérature et posé vos questions de recherches que certains
appellent abusivement « problématique ». En effet, la problématique est la
manière d’aborder un problème. Or pour le faire, il faut rappeler comment
d’autres avant vous l’ont abordé. C’est le sens de la revue de la littérature qui
est partie intégrante à la problématique.
A. La revue de la littérature
• Il s’agit d’identifier le problème que soulève votre sujet. Ensuite,
vous lisez ce que les auteurs ont écrit par rapport à ce problème.
• NB : Souvent les étudiants disent « je ne trouve pas des
documents relatifs à mon sujet ». Si vous avez cette impression,
c’est un indicateur que vous n’avez pas identifié le problème de
votre sujet. Mais qu’au contraire, vous êtes en train de
problématiser par rapport à l’objet du sujet et non par rapport au
problème soulevé par ce dernier. Vous devez problématiser au
plan théorique.

2 Proposé par le Professeur Paul Elvic BATCHOM (IRIC/UY2)


Guide de rédaction des projets de recherche à l’intention des
étudiants de Master
• Par exemple, si on prend le sujet mentionné ci-dessus, si vous
cherchez la littérature relative à la lutte contre l’insécurité en zone
CEMAC, elle peut être sinon inexistante, du moins rare.
• Il faut donc poser le problème globalement. Notamment, chercher
la littérature traitant des questions de sécurité dans les
organisations internationales ou régionales. Vous convenez qu’à
ce niveau c’est plus ouvert et donc il y a plus de possibilités de
trouver des ouvrages, articles, thèses et autres qui en traitent.
• Une fois la littérature trouvée, il faut lire en faisant des fiches de
lecture.
• Ensuite construire sa revue en rendant compte de ce qui a été lu
sur la question.
• Il est bon de le faire autour des centres d’intérêt. C’est-à-dire, au
lieu de citer les auteurs l’un après l’autre, construisez des
paragraphes pertinents et cohérents autour des idées que vous
avez décelées en lisant. Regroupez les auteurs autour de ces
idées générales.
• A la fin de chaque centre d’intérêt, faites le lien avec votre sujet.
Établissez le rapport avec votre démarche. Dites si votre étude
complète, s’éloigne, s’intègre dans ce centre d’intérêt.
• Ensuite passez à l’idée suivante. Au terme de la revue, prenez
quelques lignes pour faire une précision sur l’idée générale de
votre mémoire en montrant bien que vous allez enrichir la science
par cette démarche qui n’a pas été traitée comme vous
l’envisagez. C’est en cela que la science est cumulative.
• Vous aurez ainsi évité le plagiat, la reproduction d’une démarche
ayant déjà fait l’objet d’une étude. C’est cette précision en
quelques lignes qui est en fait votre problématique ; votre manière
spécifique d’aborder le problème que soulève votre sujet.
B. Les questions de recherche
C’est ici que vous posez donc ensuite vos questions, au regard de la
revue de littérature que vous avez faite. Ce sont ces questions que l’on
appelle abusivement « problématique ». Elles sont en fait le fil d’Ariane

3 Proposé par le Professeur Paul Elvic BATCHOM (IRIC/UY2)


Guide de rédaction des projets de recherche à l’intention des
étudiants de Master
de votre réflexion car tout au long du mémoire vous essayez d’y
répondre. Il y a une question principale (générale) et deux à trois
questions secondaires, pas plus.
NB : il vaut mieux poser les questions en termes de COMMENT dans le
but de démontrer, expliquer. Ailleurs, ces questions peuvent figurer dès
les premières lignes de votre introduction. Ainsi, elles fixent l’attention et
signalent votre orientation.
V. Les hypothèses
A. L’hypothèse principale
Elle est la réponse anticipée à la question principale. Le but du mémoire
sera de la confirmer ou de l’infirmer. Elle est en fait l’idée générale qui va
traverser tout votre mémoire.
B. Les hypothèses secondaires
Elles sont des réponses aux questions secondaires. Elles sont des idées
des chapitres, ces idées secondaires dont l’agrégation donne la
cohérence de tout le texte mais toujours autour de l’idée principale. Si
vous avez l’impression qu’une de vos hypothèses secondaires est en
opposition/contradiction avec votre idée générale alors il y a un problème
de cohérence.
VI. Le cadre théorique
Les hypothèses vous imposent en fait les théories pertinentes. Le cadre
théorique est constitué de l’ensemble des théories jugées pertinentes pour
expliquer et démontrer vos hypothèses. Il y a deux choses à faire :
• Dire en quoi consiste une théorie pressentie (Son essence/ce qu’elle
suppose) ;
• Expliquer comment elle va vous servir pour démontrer vos hypothèses
ou certaines de vos hypothèses (l’opérationnalisation de la théorie/
comment vous allez l’utiliser pour démontrer quoi ?).
VII. Le cadre méthodologique
Il s’agit de dire/raconter comment vous avez conduit votre recherche en deux
mouvements :
• La méthode de collecte des données (comment avez-vous récolté les
données que vous allez utiliser pour démontrer la force de vos
hypothèses ?)
4 Proposé par le Professeur Paul Elvic BATCHOM (IRIC/UY2)
Guide de rédaction des projets de recherche à l’intention des
étudiants de Master
➢ Interviews ?
➢ Observation participante ?
➢ Analyse de contenus ?
➢ Enquête statistique ?
➢ Administration d’un questionnaire ?
➢ Enquête ethnographique ?
➢ Autres ?
• L’exploitation des données
Comment j’ai utilisé les données récoltées pour démontrer mes
hypothèses ? Quelle posture méthodologique j’ai adopté au moment
d’utiliser les données recueillies ? (approche juridique ? sociologique ?
historique ? démarche déductive/inductive ?

Sortir par l’annonce des deux grandes articulations de votre travail. On parlera alors
de l’annonce du plan. Contentez-vous d’énoncer les deux grandes parties du travail.

5 Proposé par le Professeur Paul Elvic BATCHOM (IRIC/UY2)