Vous êtes sur la page 1sur 4

Définition GPS 

Le GPS (Global Positioning System) est un système de


navigation et de positionnement par satellite, qui a été
développé par les Etats-Unis pendant les 20 dernières
années. Il fonctionne grâce à 24 satellites qui tournent autour
du globe sur 6 orbites différentes, à une distance d'environ
22000 kms. Avec un récepteur GPS, les signaux des
satellites peuvent être reçus partout, gratuitement et à tout
moment pour déterminer une position.

 Le principe du GPS se base sur la triangulation :

La réception des signaux émis par au moins 4 satellites permet


la localisation (du récepteur GPS) dans l'espace en 3
dimensions (longitude, latitude et altitude).

La précision du positionnement se situe, depuis le 1er mai


2001, dans 95% des cas, dans un cercle d'un radius de 7 m.
Celle-ci est généralement supérieure à l'exactitude du tracé des
cartes à échelle 1:50.000. Si nécessaire, cette précision peut
encore être améliorée en utilisant un système différentiel.

Dans un système différentiel, on place un récepteur GPS sur un


point avec des coordonnées connues. On enregistre ensuite
avec un deuxième récepteur GPS les coordonnées d'un point
inconnu. En faisant un ajustement entre les deux
enregistrements on obtient une précision de l'ordre du mètre,
voire du millimètre.
Principe des deux types de positionnement en utilisant le
GPS

Domaines d'application :

Dans notre domaine d'application, le GPS est utilisé non pas


comme instrument de navigation (comme c'est le cas dans la
marine ou l'aviation) mais comme outil de terrain pour localiser
des objets par leurs coordonnées (limites d'un camp, par
exemple). C'est donc un instrument de levé
cartographique proche des opérations de cadastrage mais
infiniment plus rapide puisqu'on peut connecter le récepteur
GPS par un câble avec l'ordinateur, décharger les points
enregistrés et les visualiser directement dans un SIG. Les
points servent ensuite dans le SIG soit comme nouvelle couche
d'information soit pour modifier ou actualiser des couches
d'information existantes. Les deux exemples suivants illustrent
ce type d'application.

En Ouganda, la couverture topographique à l'échelle 1 : 50 000


a été réalisée dans les années 50 et 60. Aujourd'hui, de
nombreuses feuilles ne sont plus disponibles.
Superposition de la carte topographique au 1/50000
avec le réseau routier actualisé par l'utilisation du GPS

Même si les cartes ne sont plus mises à jour, elles comportent


des informations importantes, par exemple sur la topographie
et l'hydrographie, et ont un intérêt historique.

Des copies de ces cartes sont heureusement conservées dans


les cartothèques des pays développés. Il a ainsi été possible de
scanner, mosaïque et intégrer ces documents dans la base de
données géographiques.

Pour actualiser le réseau routier, le GPS a été utilisé. Ainsi, il


suffit de prendre une voiture, de circuler sur les routes qui ne
sont pas dessinées sur la carte topographique, d'enregistrer des
points GPS dans un certain intervalle et de les transférer dans
l'ordinateur.

On peut ensuite connecter les points dans le SIG et actualiser la


couche "route". Après l'intégration de l'information
géographique, le SIG donne la possibilité d'associer à chaque
route des données attributives, par exemple l'état de la route.
C'est en principe une procédure qui devrait être appliquée lors
de la première visite d'un site choisi pour accueillir des réfugiés.
 GPS DANS LE CARTOGRAPHIER

Le GPS a été aussi utilisé pour cartographier les surfaces mises


à disposition pour l'accueil des réfugiés et la localisation des
infrastructures.

L'intégration des points GPS dans un SIG offre, dans ce


domaine d'application, la possibilité de calculer la surface
utilisée par les réfugiés pour l'agriculture. Cette information
pourra ensuite être associée avec des données démographiques
afin de calculer la densité de la population ou la surface
disponible pour chaque famille. La représentation
cartographique de ces informations aide à signaler des
disparités entre les sites d'accueil des réfugiés.

La carte servira finalement comme information de base aussi


bien pour une évaluation de la situation que pour les
aménagements futurs.

Exemple d'une carte réalisée à l'aide d'un GPS