Vous êtes sur la page 1sur 19

Mini projet 

: N° 3
Sujet : les travaux topographiques dans le domaine de VRD

Option : Technicien en géomètre topographe

Préparés par : Encadré par :


OUBRAIKA YAMNA Mustapha MAIROUCHE
MOTAWAKIL TAIBE

Année scolaire : 2021/2020

1
SOMMAIRE

Introduction

Partie théorique

I- La définition des travaux topographiques en relation avec le domaine de VRD.

1- Domaine de VRD

a. Définition et historique
b. Réseau de voirie
c. Réseau d’assainissement
d. Réseau d’eau pluviales et des eaux usées
Partir pratique
I- Les Travaux topographiques liés au domaine de VRD

a. Définition Levé topographique


b. Levé d’un lotissement
c. Implantation
d. Implantation du réseau d’assainissement
e. Le morcellement d’un lotissement

Conclusion

2
Tout d'abord, je tiens à remercier tous les professeurs  de
l'Académie d'Agadir pour la formation technique et  les
contributeurs professionnels responsables de la  formation en
topographie. Avant de commencer ce  rapport, nous voudrions
saisir cette occasion pour  remercier le Professeur Dr.
Mustapha MAIROUCHE , qui n'a  cessé de nous encourager
pendant la durée du projet,  ainsi que pour sa générosité en
termes de formation et  d'encadrement. Nous le remercions
également de  l'aide et des conseils sur les tâches mentionnées
dans  ce rapport, qu'il nous a fournis au cours des différents 
processus de suivi, et de la confiance qu'il nous a  témoignée.
Nous remercions nos professeurs de nous  avoir encouragés à
travailler en nous apportant leur  expertise et leurs
compétences.

3
Introduction
Le développement que connaît le Maroc en termes de densification et
modernisation de son infrastructure, nécessite un accompagnement
technique de pointe qui passe par l’introduction de méthodes
innovantes en termes de rendement, précision et qualité. Pour cela, la
construction ou la mise à niveau de cette infrastructure lui a exigé
l’intervention de plusieurs disciplines, dont la topographie qui est la base
de toute conception ou réalisations. Ainsi le Topographe a et doit
regrouper constamment les compétences nécessaires pour une
meilleure réponse en terme de qualité technique, de respect des délais,
d'optimisation des coûts tout en intégrant une parfaite maîtrise des
contraintes réglementaires et des principes de développement durable,
propulsant ainsi la croissance de son monde en constante évolution 1.
Méthodes et Techniques de traitement des données et leur champs
d’application Méthodes et Techniques de collecte des données La
collecte des données ou tout simplement le levé topographique joue un
rôle clé dans le développement de notre milieu physique. Nous avons
besoin de levés et de cartes précis pour construire des routes, des
maisons, des écoles, ainsi que pour localiser nos ressources naturelles et
nos frontières. Le levé topographique consiste à mesurer les terrains, la
Terre et les éléments qui s'y trouvent. Il détermine l'emplacement
spatial de points. En bref, le levé nous permet de connaître
l'emplacement exact des éléments existants et nous permet de planifier
l'aménagement de nouveaux éléments, ou des nouvelles structures,
comme des routes ou des immeubles, en les plaçant exactement là où
nous voulons les placer. Les technologies et les types de levés sont
nombreux et peuvent être classés en deux catégories : Les levés au sol

1
Rôle de l’Ingénieur Topographe dans la construction d’une route
Cas de la Rocade Méditerranéenne Tétouan-Jebha (MAROC)

4
par STATION TOTAL, GPS … (Méthodes directes). Les levés aéroportés
par photogrammétrie, Lidar … (Méthodes indirectes). Le choix de la
technique à utiliser est tributaire des critères suivants : la précision
recherchée : pré-étude grossière, lever expédié, régulier, catégories... la
nature du terrain : relief, masques, couvert, étendue, distance des
points... la densité requise des points du levé disponibilité des points de
rattachement cahier des charges, du prix de revient du marché et des
délais impartis. Dans le domaine de la voirie il y a lieu de prendre en
considération un autre critère déterminant qui est la nature des travaux
à construire ; Cas de construction neuve : (levé d’un grand étendu avec
une précision convenable) dans ce cas l’utilisation de la
photogrammétrie est très souhaité malgré qu’elle assez limité en terme
précision (surtout en cas de terrain accidenté) ou le Système LIDAR qui
devient de plus en plus avantageux. Cas d’entretient ou récupération de
chaussée existante : (levé très minutieux avec une bonne précision), ceci
nécessite l’utilisation des méthodes de levé au sol (Station total ou GPS)
qui donnent en générale une bonne précision mais reste limité en terme
de rendement devant cet handicap le LIDAR devient de plus en plus le
moyen le plus fiable surtout avec les progrès qu’il a connu en terme de
précision.

5
I- La définition des travaux topographiques en relation avec le domaine
de VRD.
Dans le cadre d’un projet de travaux publics, le topographe intervient
surtout pour faire des relevés métriques. On sollicite essentiellement ses
compétences et son expertise lorsqu’on construit des routes et des
autoroutes ou encore quand on effectue des travaux de lotissement.
Certaines entreprises font même appel à lui pour élaborer des réseaux.
En effet, grâce aux données fournies par un spécialiste en topographie
travaux publics, on peut déterminer avec exactitude et précision
l’emplacement d’une nouvelle infrastructure. Ces mêmes données se
révèlent indispensables pour commencer un chantier et établir un plan
topographique bien concis.
Autre point : en travaux publics, tous les préparatifs reposent sur un plan
cadastral, un nivellement et des repères géodésiques. La réalisation de
tous ces documents revient à l’expert en topographie travaux publics.
1- Domaine de VRD
1.1. Définition et historique
1.1.2. Historique
Le terme de VRD (voirie et réseaux, Divers) est né après deuxième Guerre mondiale
pour désigner les opération de reconstruction et de mise en viabilité des villes
sinistrées, c’est-à-dire, l’ensemble des travaux de réseaux et voirie à exécuter sur
des terrains pour déséquipe en fonction de leurs affectation futures puis suite à
l’accroissement démographique de plus en plus important, ce terme à été étendu à
tous le travaux de mise en viabilité, soit des zones rural, soit des agglomération,
soit grands ensembles industriels. 2

2
Cours de voirie et l’assainissement Mr elfadili abdelmajid
6
1.1.3 Définition
On désigne par VRD, Voirie et Réseaux Divers, l’ensemble des travaux qui ont pour
objet de mettre un terrain en état de recevoir des constructions et de raccorder les
bâtiments aux réseaux de distributions collectifs et à la voirie publique 3. Il concerne
essentiellement les amenées d’eaux, d’électricité, de téléphone, les évacuations
d'eaux usées, les voies de desserte.
Tous les réseaux sont enterrés, donc invisibles, et leur entretien doit être réduit au
strict minimum.
2.1. Réseau de voirie.
La voirie a pour objectif la desserte des différentes zones d’activités. Elle doit être
étudiée de manière à remplir pleinement ce rôle. Le tracé, les caractéristiques
dimensionnelles et la qualité de ses constituants sont déterminés en conséquence,
tout en garantissant la sécurité à tous les utilisateurs.
La voirie participe également à l’aménagement des ensembles urbanisées ; elle
contribue à améliorer l’aspect du paysage, qu’il soit urbain ou rural. 4
2.1.2. TERMINOLOGIE ROUTIERE

 CHAUSSEE
 C’est la surface revêtue de la route sur laquelle circulent les véhicules
 On distingue:

 chaussée rigide : réalisée avec un matériau rigide notamment le béton


 chaussée semi-rigide : réalisée avec des graves traitées par des matériaux
tels que le ciment, la cendre volante, etc. et dont le comportement est intermédiaire
entre celui des chaussée rigides et celui des chaussées souples . 5
PLATE FORMES
C’est la surface de la route qui comprend la ou les chaussées, les accotements et,
éventuellement les terres pleines.
TERRE PLEIN CENTRALE
c’est la partie centrale de la plate forme d’une chaussée à deux sens de circulation
séparés. Il s’étend entre les limites intérieures des deux chaussées (au sens
géométrique)

FOSSE

3
Mémoire de fin d’études en vue de l’obtention du diplôme d’Ingénieur grade Master RANDRIANARIJAONA p10
4
Mémoire de fin d’études en vue de l’obtention du diplôme d’Ingénieur grade Master ; RANDRIANARIJAONA Lantosoanirina
Balisama p 71
5
Cours d’assainissement et voirie Mr el fadili abdelmajed
7
 Ce sont les excavations revêtues ou non aménagées de part et d’autre de la plate-
forme et le long de la route en vue de l’écoulement des eaux de ruissellement et de
drainage
On distingue :
 Fossé triangulaire

 Fossé trapézoïdal

REMBLAI / DEBLAI
 Quand la route est construite au-dessus du terrain naturel, on dit qu’elle est en
REMBLAI
C’est le volume du matériau de terrassement mis en œuvre par compactage et destiné
à surélever le profil d’un terrain ou combler une fouille
 Quant elle est construite au-dessous du terrain naturel, on dit qu’elle est en DEBLAI
C’est le sol retiré du terrain naturel par creusement d’une fouille ou extraction en
pleine masse

LR Déblai
Remblai

DEVERS
 C’est l’inclinaison (ou pente) transversale des composantes de la plate forme de la
route notamment la chaussée et les accotements
 En alignement droit le dévers est destiné à évacuer les eaux superficielles
8
 En courbe les dévers permettent à la fois d’évacuer les eaux de ruissellement et de
compenser une partie de la force centrifuge
axe

Dévers Dévers
chaussées chaussées

Dévers Dévers
Accotement accotement

TALUS
Partie de route comprise entre l'accotement et le fossé extérieur
On distingue les talus de remblais et les talus de déblai
- OUVRAGES D’SSAINISSEMENT
 Ce sont des ouvrages en béton ou en béton armé destiné à évacuer les eaux de
ruissellement en dehors de l'emprise
On distingue :
 Les buses : Ouvrages en béton à section circulaire,
 Dalots : Ouvrages en béton armé à section carrée ou rectangulaire
ASSIETTE
C’est la surface du terrain réellement occupée par la route et ses annexes
plate-forme + fossé + talus + toute dépendance et Ouvrages
EMPRISE
C’est la surface de terrain juridiquement affectée à la route et ses annexes.
Elle au moins égale à l’assiette et elle a généralement comme largeur :
3.1. Réseau assainissement.
L’étude de réseaux d’assainissement au préalable la détermination des débits des
eaux pluviales et/ ou usées à prendre en compte.

9
3.1.2. Rôle d’assainissement :
L’assainissement des agglomérations à pour but d’assure la collecte, le transit, au
besoin de la rétention de l’ensemble des aux pollués, pluviales et usée et de
procéder aux traitements avent leur rejet dans le milieu naturel ; De ce fait la
conception d’un réseau d’assainissement à été fait avec le source de collecter
toutes les eaux usées et pluviales et de les évacuer vers un milieu de rejet en
dehors du périmètre urbain.
- Plusieurs objectifs sont assignés à l’assainissement.
 La collecte l’évacuation correct des eaux pluviales.
 La collecte et l’évacuation des eaux.
 Le traitement des eaux usées avant leurs rejets dans le milieu récepteur.
3.1.2. Système d’assainissement
Les différentes origines des effluents à évacuer (eaux pluviales et usées) ont
impliqué une diversification des types de systèmes d’assainissement à
préconiser. 6
- système séparatif
Le système séparatif consiste à collecter séparément les eaux usées et les
eaux pluviales dans deux réseaux distincts: un pour l’évacuation des
eaux domestiques, et sous certaines réserves, de certains effluents
industriels, alors que l’évacuation de toutes les eaux météoriques est
assurée par un autre réseau.

6
Cours d’assainissement et voirie Mr el fadili abdelmajed
10
(Figure 1 système séparatif)

- Système unitaire 

Dans ce système, une même canalisation draine l’ensemble des eaux ;


pluviales, usées, et sous certaines réserves, les eaux industrielles, vers
l’extérieur de l’agglomération.
C’est un système compact qui convient mieux pour les milieux urbains de
haute densité, mais qui pose des problèmes d’auto curage en période
sèche.

(Figure 2 Système unitaire)

- Système mixte
C’est un réseau dans lequel, une partie est constituée d’un système unitaire,
alors que l’autre l’est en système séparatif.
Il existe d’autres systèmes utilisés à savoir le système pseudo – séparatif et
le système composite qu’on cite pour mémoire.
11
4 .1.1. Réseau d’eau potable
4.1.2 Usage domestique
Qm=D*N*T/86400

Qm : débit moyen eau usée en litre/seconde.


D : dotation moyenne par jour en (litre/habitant/jour)
N : nombre d’habitant
T : taux de retour à l’égout pris égal à 80 %.
4.1.3. Usage industriel :

Qm=D*S*T/86400
 Qm : débit moyen eau usée en litre/seconde.
 D : dotation moyenne par jour en litre/habitant/jour
 S : surface en ha
 T : taux de retour à l’égout pris égal à 80 %.
4.1.4. Le débit de pointe :

Qp = (1,5 +2,5/√Qm)*Qm

5.1. Vitesse d’écoulement et condition d’auto curage


La vitesse d’écoulement de l’effluent dans la canalisation selon la
formule de Manning Strickler est la suivante :

Q = K x R3/4 x I1/2

La vitesse d’écoulement est limitée entre une vitesse minimale Vmin et


une vitesse maximale V max.
Et pour les considération suivante :

12
 Vitesse trop élevée entraîne les dégradation de parois par abrasion
.Vmax=4m/s
 Vitesse trop faible occasionne le production des dépôts, qui avec le
temps encombrent la section entraînant des charges d’entretien et de
curage.
V min=0.6 m/s (vitesse d’auto curage du réseau par temps sec)

13
Chapitre II
1.1. Définition Levé topographique :
Un levé topographique consiste à collecter des données sur le terrain afin
d’en proposer une restitution à l’échelle souhaitée sous la forme d’un
plan topographique. Pour ce faire, il est nécessaire d’établir un système
de coordonnées tridimensionnel dans lequel seront représentés l’objet
ou le terrain relevé. En topographie terrestre, le tachéomètre, le capteur
GNSS, le lidar statique ou mobile, l’appareil photographique ou
l’échosondeur peuvent constituer autant de moyens d’acquisitions
différents et complémentaires.
1.1.2. Levé d’un lotissement :
1.1.3 Définition de lotissement :
C’est une division d’une propriété immatriculée en plusieurs lots au but de
construction, chaque lot devient par la suite un titre foncier.
Cette opération comprend quatre phases :
- Avant-projet :
Avant d’entamer le projet il faut préparer une liste de documents pour
consultation au cadastre.
- Les points de rattachement.
- Les riverains;
- Le croquis du premier levé ;
- Assiette.
2.1. Projet de lotissement :
Après consultation il faut réaliser un projet de levé qui doit être approuvé
par le cadastre afin de continuer le travail
- Terrain
- Une fois arrivé sur terrain il faut :
14
 Établir les cheminements et les alignements qui doivent être bien
fermé
 Implanter les bornes des lots à l’aide des coordonnées prises à partir
du Plan de l’architecte.
 Effectuer les doubles rayonnements de chaque borne.
 Effectuer les repérages des nouvelles stations crées par les
cheminements.
- Bureau :
Me Pour établir le dossier de lotissement il faut suivre les étapes suivantes :
 Calcul des cheminements

15
 Calcul des doubles rayonnements

 Calcul de la Alignement

 Dessin du plan de chaque lot sur Autocad après avoir le transmet


sous forme DXF du Topogen.
 Dessin du croquis de levé sur lequel on mentionne le tableau de
rayonnement avec toutes les bornes rayonnées, ses distances.
 Établissement du plan d’ensemble qui contient le tableau des
surfaces de chaque lot et le reste de solde (rue de lotissement …)
 Dessin de repérage des nouvelles stations de cheminement.
 Effectuation du PV qui décrit la nature de chaque borne et ses

riverains.

16
3 .1. Implantation
C’est l'art de passer du plan, qu'il soit informatisé ou papier, au
terrain. Il s'agit de matérialiser sur le terrain le tracé, l'axe ou les limites
d'un projet informatique ou papier (route, maison…). Les coordonnées
des points à implanter peuvent être calculées au préalable et transférées
dans un tachéomètre ou un GPS différentiel pour faciliter le travail sur le
terrain. Cette opération consiste à matérialiser sur le terrain l’ensemble
des tracés géométriques telles que :
Terrassements à entreprendre (excavation pour déblais en grande
masse). Délimitation des rigoles et des tranchées Position des organes
de fondations, Passages des canalisations et des regards Tracé des murs
de façade, pignons etc
 Implantation du réseau d’assainissement
 Implantation du réseau de voirie

4.1. Le morcellement d’un lotissement


4.1.2 Le morcellement :
C’est la division d’un terrain en deux ou plusieurs propriétés dont
l’objectif est de créer un ou plusieurs titre fils à partir d’un titre mère de
la propriété à morceler. Le dépôt d’un dossier de morcellement
nécessite les pièces suivantes :
• L’attestation de morcellement.
• Dossier technique (établit par un cabinet topographique et contrôlé par le
cadastre en délivrant un récépissé de dépôt).
• Croquis de morcellement.
• Le paiement des droits (Droit ad valorem, droit sur la superficie, droit fixe
et le minimum de percept Le lotissement :

17
Le morcellement d’un terrain en deux ou plusieurs lots, en vue de
construire des habitations. Le dépôt d’un dossier de lotissement
nécessite les pièces suivantes :
1. L’autorisation de lotir.
2. L’attestation de réception des travaux de lotissement.
3. Le récépissé de dépôt.
4. Le plan de lotir.
5. Un P.V. descriptif contrôlé par le cadastre.
6. Paiement des droits (Droit ad valorem, droit fixe).

Un petit exemple de plans de morcellement de lotissement :

18
19