Vous êtes sur la page 1sur 42

Le 09/09/2019

Étude Statique D'un


Bâtiment R + 2
(Dar Talib)

Stage au sien société AL OMRANE


TANGER-TETOUAN-AL HOCEIMA

Encadré par : M. El Harrak Achraf

Réalise par : Mlle Moukhafi Firdaous


M. Abdellahi Ould Mohamed Mahmoud
Introduction :

Le thème traité dans ce stage concerne la conception et le dimensionnement d’un bâtiment « R+3
» dans le but de dimensionner avec deux normes respectives : BAEL ; DTU 13.12
Il s’agit l’approche suivant :
• Présentation de la conception conçue
• La descente des charges sur les éléments structures (poutre, poteau, semelle)
• Détermination des coffrages
• Dimensionnement de ces éléments avec la descente de charge obtenue en utilisant BAEL
• Les notes des calculs seront données, aussi les métrés sont notés mais selon BAEL car certaines
exigences ne sont pas appliquées au Maroc.
En fin, nous conclurons notre projet.

2
Résume :

Le génie civil est un domaine qui tendra toujours vers la satisfaction des besoins de la vie
moderne.
L’étude que j’ai effectuée, m’a permis de faire le lien entre les connaissances acquises durant
mes études et de compléter celles-ci par des nouvelles théories et l’application dans un cas pratique.
De ce fait, ce projet m’a permis de mieux apprécier le métier de technicien en génie civil au
sein de BET et son rôle dans la réalisation des structures qui ne se limite pas simplement à la
conception et calcul du ferraillage mais aussi à proposer des solutions raisonnables et efficaces sur le
terrain ; d’une manière générale une conception justifiée doit prendre en compte premièrement la
sécurité pour éviter carrément les dégâts humains et matériels, sans oublier l’économie, l’esthétique,
et le temps d’exécution.

3
Sommaire
Introduction :........................................................................................................................................... 2

Résume : .................................................................................................................................................. 3

Sommaire ................................................................................................................................................ 4

Chapitre 1 : Présentation de l’entreprise d’accueil ................................................................................. 7

1- Activités et réalisations : ................................................................................................................. 7

2- Al Omrane Tanger-Tétouan-Al Hoceïma : ....................................................................................... 7

2-1- Organigramme : ...................................................................................................................... 8

Chapitre 2 : Présentation de l’ouvrage et caractéristiques des matériaux ............................................. 9

1- Description de l’ossature :............................................................................................................... 9

1-1 Plancher:.................................................................................................................................... 9

1-2 Conception structurale: ............................................................................................................ 9

1-3 Escaliers: ................................................................................................................................... 9

1-3 Maçonneries:............................................................................................................................. 9

1-4 L’acrotère: .............................................................................................................................. 10

1-5 Terrasse: ................................................................................................................................ 10

2- CARACTERISTIQUS DES MATERIAUX : ........................................................................................... 10

2-1 Béton : ..................................................................................................................................... 10

2- Acier: ......................................................................................................................................... 12

3- Conclusion : ................................................................................................................................... 13

Chapitre 3 : Descente De Charge .......................................................................................................... 15

1- Charge permanente : .................................................................................................................... 15

1-2 Terrasse : ................................................................................................................................. 15

1-2 Etage courant : ........................................................................................................................ 15

2- Charge d’exploitation : .................................................................................................................. 15

4
3- Combinaisons d’actions :............................................................................................................... 16

3-1 Cas des poteaux :..................................................................................................... 16

3-2 Cas des fondations, planchers et poutres : ......................................................................... 16

Chapitre 4: Pré-dimensionnement des éléments structuraux .............................................................. 17

1- Pré-dimensionnement des poutres :............................................................................................. 17

2- Pré-dimensionnement des Poteaux : ............................................................................................ 18

3- Pré-dimensionnement de la dalle creuse : ................................................................................... 19

4- Plan de coffrage :........................................................................................................................... 21

Chapitre 4 : Dimensionnement des éléments structuraux ................................................................... 22

1- Calcul des poteaux : ...................................................................................................................... 22

1-2 Mode de fonctionnement : ..................................................................................................... 22

1-3 Exemple de calcul des poteaux : ............................................................................................. 22

2- Calcul d’une poutre isostatique : .................................................................................................. 24

2-1 Descente de charge : ............................................................................................................... 24

2-2 Armatures longitudinales : ...................................................................................................... 25

2-3 Armatures Transversales : ....................................................................................................... 25

2-4 Vérification du cisaillement du béton de l’âme : .................................................................... 27

3- Calcul d’une poutre continue par la méthode forfaitaire : ........................................................... 28

3-1 Vérification des conditions de la méthode : ........................................................................... 28

3-2 Calcul des moments de travées : ............................................................................................ 28

3-3 Calcul des moments sur les appuis : ....................................................................................... 28

3-4Calcul des moments sur les travées : ....................................................................................... 29

3-5 Résultats : ............................................................................................................................... 30

3-6 Ferraillage en travée : ............................................................................................................. 30

3-7 Ferraillage en appuis ............................................................................................................... 30

3-8Vérification du cisaillement du béton de l’âme : ..................................................................... 30

3-9 Condition de non fragilité : ..................................................................................................... 31

5
3-10 Armatures transversales : ..................................................................................................... 31

4- Etude de fondation........................................................................................................................ 32

4-1 Exemple de semelle centrée (S11) : ........................................................................................ 32

4-2 Exemple de semelle excentrée (S6): ....................................................................................... 34

4-3 Semelle portante des deux poteaux P7et P8 : ........................................................................ 35

2-4 Poutre de redressement entre P7 et P8 :................................................................................ 36

Conclusion ............................................................................................................................................. 39

Annexe 1:Les plans d’Architecturals.................................................................................................... 40

Annexe 2 : Les plans de coffrage ....................................................................................................... 41

Références ............................................................................................................................................. 42

6
Chapitre 1 : Présentation de l’entreprise d’accueil
Le groupe Al Omrane est né à l'initiative de l’État marocain avec la volonté de créer un
opérateur-aménageur pour la mise en œuvre de la politique de l’État en matière d’habitat et de
développement urbain. Après la fusion en 2004 de l'ANHI (Agence nationale de lutte contre l'habitat
insalubre), de la SNEC (société nationale d'équipement et de construction) et ATTACHAROUK (Société
d'aménagement, de construction et de promotion), en 2007 les sept Établissements Régionaux
d'Aménagement et de Construction (ERAC) du Royaume sont transformés en sociétés anonymes et
intégrées à la nouvelles entité pour former le groupe Al Omrane.

1- Activités et réalisations :
Le groupe Al Omrane mène au Maroc des activités de construction de logement social,
d'aménagement et de lotissement des terrains destinés à la promotion de l’habitat social. Al Omrane
a été désigné opérateur technique du programme national de résorption des bidonvilles (Plan Villes
Sans Bidonvilles) Le groupe est également chargé de l’édification de Villes Nouvelles et de nouveaux
de pôles urbains. Par ailleurs, Al Omrane est le partenaire principal des collectivités locales dans la
lutte contre l’habitat insalubre et pour les opérations de restructuration urbaine.

2- Al Omrane Tanger-Tétouan-Al Hoceïma :


Al Omrane Tanger-Tétouan-Al Hoceïma, filiale du Groupe Al Omrane dans la Région
de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma est un opérateur incontournable dans le secteur de l’habitat et un
partenaire privilégié dans la mise en œuvre de la politique de la ville. Elle a mis au premier plan de
ses préoccupations l’amélioration des conditions de vie du citoyen, le développement et la
préservation de la dignité humaine. Forte de son histoire et de sa notoriété dans la Région, la société
n’a pas cessé d’être leader à travers les diverses missions qui lui sont assignées.
- Date de création : 2 décembre 2005
- Capital : 127,7 MDHS
- Effectif : 48 salariés
- Les Dames représentent 15% des effectifs
- Moyenne d’âge : 34 ans
- Taux d’encadrement : 78%

7
2-1- Organigramme :

8
Chapitre 2 : Présentation de l’ouvrage et caractéristiques des
matériaux

Le bâtiment à étudier est constitué d’un seul bloc de forme régulière en plan, de dimensions
suivantes:

Hauteur des étages courants 2.86 m.

Hauteur du rez -de chaussée 3.54 m.

Hauteur totale du bâtiment sans acrotère 10.53 m.

Longueur totale du bâtiment en plan 20.1 m.

Largeur totale du bâtiment en plan 14.17 m.

1- Description de l’ossature :
1-1 Plancher:
Nous avons optés pour des dalles en corps creux, pour les raisons suivantes :

• Facilité de réalisation.
• Les portées de notre projet ne sont pas grandes.
• Réduire le poids du plancher et par conséquent l’effet sismique.
• Raison économique.

1-2 Conception structurale:


L’ouvrage considéré est en ossature mixte constituée de portiques auto-stables en béton armé et de
voiles de contreventement dans les deux directions.

1-3 Escaliers:
Le bâtiment comporte un seul type d’escaliers à deux volées. Les escaliers sont coulés sur place.

1-3 Maçonneries:
La maçonnerie du bâtiment est réalisée en briques creuses :

9
➢ Les murs extérieurs sont constitués en double parois de briques (10cm et 15cm d’épaisseur)
séparés par une lame d’air de 5cm d’épaisseur.
➢ Les murs intérieurs sont constitués d’une seule paroi de briques d’épaisseur 10cm.

1-4 L’acrotère:
Au niveau de terrasse, le bâtiment est entouré d’un acrotère conçu en béton armé de 60 cm de
hauteur et de 10 cm d’épaisseur.

1-5 Terrasse:
La terrasse du bâtiment est inaccessible sauf pour entretien.

2- CARACTERISTIQUS DES MATERIAUX :


Le matériau essentiel utilisé pour la construction de cet ouvrage est le béton armé, constitué
de béton et d’acier.

2-1 Béton :
Le béton est un matériau utilisé pour construire de nombreux type d’ouvrage dans les
domaines du bâtiment des travaux publics et de l’hydraulique, il est constitué par le mélange du
ciment, de granulats (sable et gravier) et d’eau, et dans certains cas d’adjuvants.

Masse volumique :
Elle varie entre 2.2 à 2.5t/m3 suivant la qualité d’acier mise dans le béton, elle est généralement
dans les calculs prise pour béton ordinaire égale à 2.5 t/m3.

Résistances caractéristiques :
Compte tenu de la durée des réactions chimiques qui est de 28 jours (réaction achevée à
90%), on détermine à cet âge la résistance caractéristique à la traction dite ft28 et à la compression
notée fc28 par des essais ; on a été amené à se fixer une valeur de 25MPa pour fc28, et par
conséquent :

ft 28 = 0,6 + 0,06 f c28 = 2,1MPa

Un contrôle régulier sur chantier est exigé.

Contraintes limites :
1. A l’ELU :
Est notée fbu tel que :
f bu = fc28 = 14.16 MPa

Avec :
b : coefficient de sécurité du béton, il vaut 1.5 pour les combinaisons fondamentales et 1.15
pour les combinaisons accidentelles.
θ : coefficient qui dépend de la durée d’application de la combinaison d’actions.
Il est fixé à 1 : lorsque la durée probable d’application de la combinaison d’action considérée
est supérieure à 24h,

10
0.9 : lorsque cette durée est comprise entre 1h et 24h
0.85 :lorsqu’ elle est inférieur à 1h
Le coefficient de minoration 0,85 a pour objet de couvrir l’erreur faite en négligent le fluage
du béton.

Diagramme contraintes-déformations du béton à L'ELU.

2. à ELS : est donné par bc = 0,6 f c28 = 15 MPa

Diagramme contraintes-déformations du béton à l’ELS.

Contrainte ultime de cisaillement de béton :


La contrainte ultime de cisaillement est limitée par : u 

Sachant que :
La contrainte ultime du cisaillement du béton est définie par : u =
Avec:
Vu : Effort tranchant
b, d : Dimensions de pièce.
Les armatures transversales perpendiculaires à la ligne moyenne sont autorisées si  u ne
dépasse pas
= Min (0,13 fc28 ; 4 Mpa) = 3,25 MPa ……………..fissuration peu nuisible.
= Min( 0,1. fc28 ; 3 MPa ) = 2,5 MPa …fissuration préjudiciable (ou très préjudiciable).

Module de déformation longitudinale du béton :


Ils existent deux modules de déformation déterminés d’après [le BAEL 91].
1. Le module de déformation instantanée : Pour des charges d’une durée d’application
inférieur à 24 heures on a :
Eij = 1100
D’où : Ei28 = 32164,2MPa

11
2. Le module de déformation différée :

Pour des charges de longue durée d’application on a :

Ej = 3700
D’où : Ev28 = 10721,4Mpa

Coefficient de poisson :
Ce coefficient étant le rapport des déformations transversales et des déformations longitudinales
noté "".

Conformément au règlement [BAEL 91]:

A l’ELU : =0  calcul des sollicitations (béton fissuré).

A l’ELS : =0,2  calcul des déformations (béton non fissuré).

2- Acier:
L’acier est un alliage fer carbone en faible pourcentage, son rôle est d’absorber les efforts de
traction, de cisaillement et de torsion, On distingue deux types d’aciers :

• Aciers doux ou mi-durs pour 0.15 à 0.25٪ de carbone.


• Aciers durs pour 0.25 à 0.40 ٪ de carbone.

Le module d’élasticité longitudinal de l’acier est pris égale à : Es =200 000 MPa.

La caractéristique mécanique la plus importante des aciers est la limite élastique fe.

Contraint limite de l'acier :


o Contrainte à ELU :

On adopte le diagramme contrainte-déformation suivant, avec :

fe : contrainte limite élastique

s : déformation (allongement) relative de l’acier

s = = = 0.174 %

s : contrainte de l’acier.

s : coefficient de sécurité de l’acier

s =1.15 en cas de situations durables ou transitoires

s =1.00 en cas de situations accidentelles

12
Diagramme contraintes déformations.

o Contrainte à ELS:

Cette contrainte dépend de la nature des fissures dans le béton, on détermine :

1. Fissuration peu nuisible : pas de vérification.

2. Fissuration préjudiciable : s =Min (2/3fe ; 150) (MPa)

3. Fissuration très préjudiciable : s =Min (1/2fe ; 110) (MPa)

Avec  : coefficient de fissuration.

=1 pour les aciers ronds lisses.

=1,6 pour les aciers à haute adhérence (HA).

Coefficient d’équivalence:
Le coefficient d’équivalence noté n est le rapport suivant : n = =15

Avec :

n : coefficient d’équivalence.

Es : module de déformation de l’acier.

Eb : module de déformation du béton.

3- Conclusion :
Ρ= 2.5 t/m3 : Masse volumique

fc28 = 28 Mpa : Résistance caractéristique à la compression du béton

13
ft28= 2.1 Mpa : Résistance caractéristique à la traction du béton

fbu = 14.6Mpa : Contrainte Limite de béton à l’ELU

σ̈bc = 15 MPa : Contrainte Limite de béton à l’ELS

Ŧ = 3.25 Mpa : Limite de la contrainte ultime de cisaillement de béton

Ei28 = 32164,2Mpa : Module de déformation instantanée

Ev28 =10721,4Mpa : Le module de déformation différée

ν =0 : Coefficient de Poisson à l’ELU

ν =0,2 : Coefficient de Poisson à l’ELS

Es=200 000 Mpa : Module d’élasticité longitudinal de l’acier

fe = 400 Mpa : Limite élastique de l’acier

εs = 1.74 ‰ : Contrainte limite de l’acier à ELU

n = 15 : Coefficient d’équivalence

14
Chapitre 3 : Descente De Charge
La descente de charge est la première opération de calcul à effectuer pour un projet de sorte
d’en déduire les charges et les sollicitations agissant sur les éléments porteurs (poteaux, poutres,
planchers..).

Pour chaque projet, une descente de charges manuelle est effectuée, même si une
modélisation de la structure sur un logiciel a déjà été effectuée. Cette descente de charges sera utile
tout au long du projet, permettant de retrouver rapidement les charges appliquées sur les différents
éléments de la structure. De plus, elle permet de conserver une trace de la répartition des charges et
ainsi de rester en cohérence du début à la fin du projet.

1- Charge permanente :
1-2 Terrasse :

Dalle creuse 16+4 : 285 kg/m²


Forme de pente de 6,5 cm : 130 kg/m²
Chape de lissage de 2 cm : 40 kg/m²
Etanchéité multi couche : 20 kg/m²
Couche de sable de 3cm : 50 kg/m²
Protection mécanique de 4 cm : 80 kg/m²
Enduit sous plafond de 1.5 cm : 30 kg/m²
635 kg/m²

1-2 Etage courant :

Charge permanente :
Dalle creuse 16+4 : 285 kg/m²
Forme de 7 cm : 140 kg/m²
Carrelage : 60 kg/m²
Cloison distribué : 75 kg/m²
Enduit sous plafond de 1.5 cm : 30 kg/m²
590 kg/m²

Simple cloison : 350 kg/ml


Double cloison : 700 kg/ml

L’acrotère : 300 kg/ml

2- Charge d’exploitation :

15
Terrasse accessible : 150 kg/m²
Terrasse inaccessible : 100 kg/m²

Logement : 150 kg/m²

Balcon : 350 kg/m²

Escalier : 250 kg/m²

3- Combinaisons d’actions :
3-1 Cas des poteaux :
Dans les cas les plus courants (poteaux de bâtiment, d’angle, de rive, intérieurs), l’unique
combinaison d’actions à considérer est :
1,35G+1,5Q

3-2 Cas des fondations, planchers et poutres :


E.L.U : 1,35G+1,5Q
E.L.S : G+Q

16
Chapitre 4: Pré-dimensionnement des éléments structuraux

Le pré-dimensionnement est très important, son but est de déterminer des sections
préliminaires économiques afin d'éviter un sur plus d'acier et béton.

1- Pré-dimensionnement des poutres :


Le pré-dimensionnement des poutres se fait d’une manière forfaitaire.

Généralement on utilise la condition suivante pour le calcul du largueur de la poutre b :

0 .3h ≤ b ≤ 0 .6 h

Or, pour des raisons architecturelles on a pris b=25 cm.

La détermination de h dépend de l’emplacement de la poutre sous la dalle et de son


chargement. Le tableau ci-dessous présente les formules à utiliser pour chaque cas de figure :

Poutre chargée des deux côtés : h=


Poutre chargée dans un seul sens ou semi-chargée : h=

Poutre non-chargée : h=

Numéro de poutre b (cm) h (cm)


N1 25 20
N2 25 25
N3 25 30
N4 25 35
N5 25 40
N6 25 45
N7 25 50
N8 25 55

17
2- Pré-dimensionnement des Poteaux :

Les Poteaux sont les éléments porteurs verticaux des structures de bâtiment. Ils sont
destinés à recevoir des charges verticales et à les transmettre aux fondations. Le poteau est
dimensionné de sorte à résisté aux charges mais aussi à résister au flambement. Les charges au
niveau des poteaux sont combinées à l’ELU.

1. Se fixer un élancement   35
2. Déterminer le coefficient de flambage ( = 35 ⇒ = 0.708)
3. Calculer la section réduite de béton avec A th = 0 à partir de la relation qui permet de calculer
l’effort normal.

On tire :
Br ≥ 0.9 b Nu /  fc28

(Br en m², Nu en MN, fc28 en MPa)

4. Calculer les dimensions du poteau.


- Si la section est carrée : lf /  a  0.02 +
- Si la section est rectangulaire : a≥ lf /
b
NB : si b < a ⇒ b = a (poteau carré)
(Br en m², lf en m, a et b en m)

18
Résultats :

2ème étage Premier étage RDC

Poteaux Surface d'influence en m² a (cm²) b (cm²) a (cm²) b (cm²) a (cm²) b (cm²)

P1 2,00 25 25 25 25 30 30

P2 3,00 25 25 25 25 30 30

P3 4,00 25 25 25 25 30 30

P4 5,00 25 25 25 25 30 30

P5 6,00 25 25 25 25 30 30

P6 7,00 25 25 25 25 30 30

P7 8,00 25 25 25 25 30 30

P8 9,00 25 25 25 25 30 30

P9 10,00 25 25 25 25 30 30

P10 14,00 25 25 25 25 30 30

P11 16,00 25 25 25 30 30 30

P12 5,00 35 35 35 35

P13 3,00 35 35 35 35

P14 4,00 35 35 35 35

P15 9,00 35 35 35 35

P16 7,00 35 35 35 35

3- Pré-dimensionnement de la dalle creuse :


Les planchers sont des plaques minces dont l’épaisseur est faible par rapport à leurs
dimensions en plan.

19
On a opté pour des planchers à corps creux et ceci pour les raisons suivantes :

-La facilité de réalisation.

-Les portées de l'ouvrage ne sont pas importantes (max 3.90 m)

-Diminuer le poids de la structure et par conséquent le résultant de la force sismique.

L’épaisseur des dalles dépend le plus souvent des conditions d'utilisation et de résistance.

L’épaisseur du plancher à corps creux est connue à l’aide de la condition ci-dessous :

≤𝑒≤

Généralement on travaille avec la formule ci-contre : e=

Avec :

L est la grande portée du panneau considéré selon le sens des poutrelles.

Dalle creuse

Les planchers à corps creux sont composés de 3 éléments principaux :

- Les corps creux ou "entrevous" qui servent de coffrage perdu,

- Les poutrelles en béton armé ou précontraint qui assurent la tenue de l'ensemble et reprennent les
efforts de traction grâce à leurs armatures,

- Une dalle de compression armée ou "hourdis" coulée sur les entrevous qui reprend les efforts de
compression. Le plancher est entouré par un chaînage horizontal.

20
Eléments constituant une dalle creuse

Après un calcul de e pour toutes les dalles de projet, on constate qu’une dalle creuse 16+4 est
convenable pour la totalité du projet.

4- Plan de coffrage :
Ce sont des plans représentant les planchers limités par des poutres. L'objectif est de faire
porter un plancher par le minimum de poutres possible et dans la même logique, les poutres par le
minimum de poteaux. Cependant des contraintes régissent cette conception. (voir annexe)

21
Chapitre 4 : Dimensionnement des éléments structuraux
1- Calcul des poteaux :
Les règles B.A.E.L n’imposent aucune condition à l’état limite de service pour les pièces
soumises en compression centrée. Par conséquent, le dimensionnement et la détermination des
armatures doivent se justifier uniquement vis à vis de l’état limite ultime.

1-2 Mode de fonctionnement :

Les poteaux reprennent les efforts venant des poutres du plancher pour les transmettre aux
blocs de fondations. Ce sont donc des éléments qui travaillent principalement en compression. Dans
leur dimensionnement il faut donc tenir compte des instabilités de formes qui peuvent avoir lieu au
niveau de ces éléments et particulièrement le risque de flambement.

1-3 Exemple de calcul des poteaux :


A titre d’exemple, on choisit deux poteaux pour faire le calcul :
P11 : poteau central.
Au niveau de la terrasse.

Poteau 11 (30*30)

- Calcul des charges et surcharges sur le poteau central P5:


La surface d’influence : 16 m²
Charge de la plancher sur la surface d’influence : 2.85*16 = 45.6 KN

Charge de revêtement sur la surface d’influence : (0.44+0.4+0.9+0.2)*16 = 31 KN

Poids propre des poutres :

1/2 poids propre de la poutre N8: 2.55*0.25*0.55* 25Kn/m3= 8.76 KN.


1/2 poids propre de la poutre N1: 1.47*0.25*0.2*25Kn/m3= 1.83 KN.

22
1/2 poids propre de la poutre N3 (horizontale) : 1.52*0.25*0.3 *25Kn/m3= 2.85 KN.

1/2 poids propre de la poutre N3 (verticale) : 1.75*0.25*0.3 *25Kn/m3= 3.28 KN.

Charge d’exploitation sur la surface d’influence : 1.5 * 16 = 24 KN

D’où, Nu = 1.35 G +1.5 Q = 1.35*93.37 + 1.5*24 = 162.05 KN

- Armatures longitudinales :
Lf = 0.7*L = 0.7* (3.01+0.36) = 2.36 m

= = =  < 

= = = 

Br = (a-0.02)*(b-0.02) = (0.25-0.02)² = 0.0529 m²

Ath ≤

A.N. Ath ≤

Ath ≤-17.35 cm²

A (4u) = 4% * u = 4% * 25 * 4 = 4 cm²

A (0.2%) = 0.2% * 25² = 1.25 cm²

D’où, Amin= sup [A (4u) ; A (0.2%)] = 4 cm²

Asc = sup (Ath ; Amin) = 4 cm²

On vérifie que : 0.2*B/100 ≤ Asc ≤ 5*B/100

1.25 ≤ Asc ≤ 31.25 (vérifiée)

On choisit 4ᶲ12

- Armatures Transversales :
Diamètre des armatures transversales :
Øt > Ølmax /3
Øt > 12/3
Øt > 4 mm
On prend Øt = 6 mm
La longueur de la zone critique lc :
RDC:
Lc = Max (he/6; b; 45cm) = Max (380/6; 30; 45)
Lc=63.33cm
Espacement dans la zone critique Sc :
Sc = Min (15cm; 8Øl; 0.25b) = Min (15; 8*1.2;0.25*30)
Sc = 7.5 cm on prend Sc=8cm

23
Espacement dans la zone courant St :
St = Min (30cm; 12Øl; 0.5b) =Min (30cm; 12*1.2; 0.5*30)
St =14.40cm on prend St=14cm

P11 (30*30) Coupe A-A Poteau 11(30*30)

2- Calcul d’une poutre isostatique :


On dimensionne la poutre isolée la plus sollicitée N8 (25x55)

2-1 Descente de charge :


-La charge permanente :

G = pp de la poutre + charge de la dalle + charge de revêtement


G = 0.25 x 0.55 x 25 + 4.79 x 3.52 + 1.94 x 3.52
G = 27.12 KN/ml

-La charge d’exploitation :

Q = 1.5 x 3.52 = 5.28 KN/ml

-Combinaison de la charge à l’ELU:

1.35 G +1.5 Q = 1.35 x 27.12 + 1.5 x 5.28 = 44.53 KN/ml

24
2-2 Armatures longitudinales :
On a, le moment aux appuis de la poutre est :

Mo = = = 144.78 KN.m

Moment réduit :

= = =   u = 0.186

  l = 0.2

Avec : f bu = = 14.17 MPa

D’où :

st = 10‰

fsu = fe / s = 435 MPa

u = 1.25 (1- (1-2)) =  ( − (−)) = 

 = d (− u) = 0.9 x 0.55 x (1-0.4 x 0.69) = 0.36 m

AS = = = 9.24 cm²

Vérifiant que : As ≥ 0.23 b.d

As ≥ 0.23 *0.9*0.55*0.25

As ≥ 1.19 cm² (vérifiée)

As’ = 0 donc, pas d’acier comprimé

2-3 Armatures Transversales :


Choisir le diamètre de l’armature transversale

t  min ( h/35 ; l min ; b/10 )

t  min ( 550/35 ;  ; 250/10 )

t   mm

On prend t = 8mm

t: diamètre des armatures transversales


l min: diamètre minimal des armatures longitudinales
h : hauteur totale de la poutre.
b : largeur de la poutre.

25
- Espacement maximum des cours d’armatures :
Smax ≤ min (0.9d ; 0.40 m; )

Smax ≤ min (0.9² * 0.55 ; 0.40 m; )

Avec :

At = 3 * π *  =       =  mm2

Smax ≤ min( 0.44m ; 0.40 m ; 0.25 m )

Smax ≤ 0.25 m

At: section d’un cours d’armatures transversale en m²


fe : en MPa
b, d : en m

- Espacement des armatures transversales :


St 

vec :

= = = 917.57 KN/m²

Et : Vu = = 113.55 KN

D’où : St 

St  m

Ai : section d’une branche verticale en cm²


At = n Ai n : nombre de branches verticales
At : section totale d’un cours d’armatures transversales en m²
fe ; fc28 ; u en MPa avec ft28 plafonnée à 3.3 MPa.
b ; St en m.
Avec
k = 0 si
- Reprise de bétonnage
- fissuration très préjudiciable
k = 1 si
- cas de flexion simple
- sans reprise de bétonnage
- ou reprise avec indentation / 5 mm

- Répartition des armatures transversales :


On a :

St > Stmax

26
- placer le 1ercours d’armature transversale à une distance du nu de l’appui égale à
Stmax /2 = 12.5 cm.
- disposer les autres cours d’armature à une distance constante égale à Stmax = 25 cm.

2-4 Vérification du cisaillement du béton de l’âme :


La condition suivante doit être vérifiée :

On a :

= = = 917.57 KN/m²

Avec : Vu = = 113.55 KN

Et = min (0.20 ; 5 MPa ) = min ( 0.2 ; 5 MPa ) = 3.33 MPa

= 0.917 MPa ≤ = 3.33 MPa

POUTRE N3(25*30)

Coupe A-A Poutre N3(25*30)

27
3- Calcul d’une poutre continue par la méthode forfaitaire :
3-1 Vérification des conditions de la méthode :
Le règlement BAEL 91 propose une méthode simplifier dite méthode forfaitaire ; cette
méthode n’est applicable que si les quatre conditions suivantes sont remplies :

1)- La charge d’exploitation est dite modérée c’est-à-dire Q < (5KN/m2; 2G):
Dans notre cas, la poutre à trois travées de longueurs respectivement 1.6m, 1.5m et 1.25m; calculant
la charge G :
G = charge de revêtement + charge de la dalle + poids propre de la poutre
G = 4.79 + 1.94 25*0.20
G = 11.73 KN/m²
Et on a : Q = 1.5 KN/m²
Q < (5KN/m2; 2G) est équivalente à dire que : 1.5 < (5 KN/m² ; 23.46 KN/m²)
D’où la première condition est vérifiée

2)- Les moments d’inertie des sections transversales sont les même dans les différentes travées.
Vérifiée puisque on a la même section de poutre dans les trois travées.

3)- Les portées successives des travées sont dans un rapport compris entre 0.8 et 1.25.
On a : = = 1.06
Donc : 0.8 < < 1.25
Et = = 1.2
Donc : 0.8 < < 1.25
La troisième condition est vérifiée

4)- Fissuration considérée comme peu préjudiciable.

Vérifiée selon les données du projet.

3-2 Calcul des moments de travées :


M0 : Moment max isostatique de la travée.

M0=PL²/8

Mt : Moment max de la travée étudiée.


Mw : Moment sur l’appui de gauche de la travée.
Me : Moment sur l’appui de droite de la travée.

3-3 Calcul des moments sur les appuis :

28
1.3 KN.m 5.24 KN.m 5.24 KN.m 1.09 KN.m

3-4Calcul des moments sur les travées :

➢ Travée de rive :

➢ Travée intermédiaire :

Avec
α : Le rapport des charges d’exploitation "Q" à la somme des charges permanentes "G" et les charges
d’exploitation "Q" :
α= = 0.11

29
3-5 Résultats :
Mo (KN.m) Mt (KN.m)
Travée 1 8.7 6.51
Travée 2 10.49 5.77
Travée 3 7.28 5.02

3-6 Ferraillage en travée :


fbu = 0.85*25/1.5=14.17MPa

µ= Mu x 10-3 (b*d*d*fbs)

Z= d (1-0.4 α )=0.9*0.2*(1-0.4 α)

α= 1.25 (1- (1-2µ))

Travées Mt (kN.m) µ α Z (m) As(cm)


1 6.51 0.0567 0.0730 0.174 0.86
2 5.77 0.0507 0.0650 0.175 0.75
3 5.02 0.0437 0.0559 0.176 0.65

3-7 Ferraillage en appuis


Appuis Mt (kN.m) µ α z As(cm)
1 1.3 0.0113 0.0142 0.179 0.43
2 5.24 0.0456 0.0583 0.176 0.68
3 5.24 0.0456 0.0583 0.176 0.68
4 1.09 0.0095 0.0119 0.179 0.43

3-8Vérification du cisaillement du béton de l’âme :


La condition suivante doit être vérifiée :

On a : =

Avec : Vui =

P = 1.35 G + 1.5 Q = 1.35 * 11.73 + 1.5 * 1.5 = 18.08 KN/m²

Et = min (0.20 ; 5 MPa ) = min ( 0.2 ; 5 MPa ) = 3.33 MPa

30
Charge linéaire pi Vu (KN) (KPa) ≤
(KN/ml)
Travée 1 40.68 32.54 723.11 OK
Travée 2 56.77 42.57 946 OK
Travée 3 56.77 35.48 788.44 OK

3-9 Condition de non fragilité :


AST =max (As, Amin)

Asmin =0.23*b*d* = 0.23 * 0.25 * 0.2 * 0.9 *

Asmin =0.43 cm²

On prend 3ha10 (2.36cm2) comme tendues en travées et 3HA10 comme tendus en appuis.

3-10 Armatures transversales :

- Diamètre des armatures transversales :


t ≤ min (h/35 ; l min ; b/10)
t ≤ min (300/35 ; 10 ; 250/10)
t ≤ 8.57mm on prend t=8mm
- Espacement des cours d’armatures dans la zone courant :

St ≤ min (0.9d ; 40 cm) = min (0.9*0.9*20 ; 40 cm) = 16.2 cm


St=min St ≤ == = 1.17 m

St ≤ == = 0.39 m

On prend comme espacement maximal dans la zone courant Stmax =St /2=8.1 cm
Avec : At=235.5 mm2

- Espacement des cours d’armatures dans la zone critique :


Selon le RPS2002 l’espacement dans la zone critique :
Sc=Min (8*l ; 24t ; 0.25h ; 20cm)
Sc=Min (8*1 ; 24*0.8; 0.25*20 ; 20cm) = 5 cm
On prend Sc=8cm.
Les premières armatures doivent être placées à 5 cm au plus de la face du poteau.
-Longueur de la zone critique :
Selon le RPS2002 la Longueur de la zone critique : lc=2H=2*20=40cm

31
Poutre Continue
N1(25*20)

Coupe A--A poutre N1(25*20)

4- Etude de fondation
4-1 Exemple de semelle centrée (S11) :
- Pré-dimensionnent :
Nu=673.7 kN et Nser=488.37 kN

S=sup (Nu/qu . Nser /Qser )= sup ( 673*10-3/0.2 ; 488.37*10-3/0.133 ) =3.66m2

On utilise les deux relations suivant :

A/a =B/b et A*B = S

Avec : a=0.3 m et b=0.3 m

Donc en trouve A= B=1.95m

-Condition de rigidité :
max ( (B-b)/4 ; (A-a )/4) < da

32
db < min (A-a, B-b)

Donc d= 1.65 et h=1.7

Vérification en tenant compte le poids propre de la semelle

Le poids propre de la semelle : Pp=25ABh=25*1.7*1.95*1.95=161.60625

Nu=6898.606225 KN et Nser= 48998.606225 KN

- Condition de la résistance du sol


La contrainte appliquée par la semelle sur le sol est donnée par :

σ= 0.038 MPa < Qser =1.33 MPa

Donc la condition de résistance du sol est vérifiée.

-Ferraillage de la semelle

Le calcul se fait à l’ELU ; Nu = 0.673 MN

Les armatures selon A et B sont égaux


N u (B− b) 0.673(1.95 − 0.3)
Ab = = =9.05 cm2
8dfu 400
8*0.45*
1.15

On suppose que la fissuration est préjudiciable, donc on garde les sections d’aciers trouvées à l’ELU :

Aa= 8HA12 et Ab= 8HA12

Semelle S11

33
4-2 Exemple de semelle excentrée (S6):
- Pré-dimensionnent :
Nu=673.7 kN et Nser=488.37 kN

S=sup (Nu/qu . Nser /Qser )= sup ( 673.7*10-3/0.2 ; ) = 3.66 m2

On utilise les deux relations suivant

A-a = (B-b)/2 et A*B = S

B=2.56 m ; A=1.43 m ; d=0.5 m

-Ferraillage de la semelle
Tout d’abord on calcule le moment :

e=

Pu=728.7

d=0.56 m

M1 = (4*2.56+0.35*0.3-9*1.13)( )² = 289.81 KN.m

Section d'armature suivant la direction de B :

On prend 9HA12 avec un espacement de 15 cm

Méthode de bielle:

On prend 9HA12 avec un espacement de 15 cm.

L’excentricité : e=1.13> B/6=0.05

Vérification de la résistance σ= 0.038 < Qser =1.33 MPa

34
Semelle S6

4-3 Semelle portante des deux poteaux P7et P8 :


- Pré-dimensionnent :
NU =2*Nu=673.7 kN

On a A=1.95 m et B = 4.5 m

-Ferraillage de la semelle

N u (B− b) 2*0.673(4.5 − 0.6)


Ab = = = 41.9 cm2
8df u 400
8*0.45*
1.15
On choisit les barres d’acier de diamètre 12 avec section =1.13 cm² donc n = 37

Ab= 37HA12

Espacement e=12cm
La condition : 12.5< e < 25 cm donc vérifie

Suivant l’autre axe on a :

2* N u (A − a) 2*0.673(1.95 − 0.6)
Aa = = =14.5cm2
8dfu 400
8*0.45*
1.15

On choisit les barres d’acier de diamètre 12 avec section =1.13 cm² donc n=12

35
Aa=12HA12

Espacement e=17cm

12.5< e < 25 cm donc vérifie

2-4 Poutre de redressement entre P7 et P8 :

-Calcul du moment et de l’effort tranchant :

Nous avons l’effort normal pris par la semelle :

Pu (L) B b
M= − Pu ( B − )
2(L− e) 2

e b
T = Pu (1 − (1 − ) )
L B

M=-0.555225MN.m avec T=0.56 MN

-Détermination de la section de la poutre :


La poutre de redressement est de section rectangulaire on prend pour la valeur du largueur
b=35cm. Sa hauteur H est calculée à l’aide la formule suivante :

6* M max
H=
b. bu

Donc, on peut prendre H= 80 cm

On a donc une section rectangulaire de (35*80)

-Calcul de la section d’acier :


Moment réduit :

M max
= =   u = 0.376
b * d 2 *  bu

  l = 0.376

D’où la section des aciers comprimés est nulle.

Avec : f bu = 14.17 MPa

D’où :

36
st = 10‰

fsu = fe / s = 435 MPa

u = 1.25 (1- (1-2)) =  ( − (−)) = 

 = d (− u) = 0.9 x 0.55 x (1-0.4 x 0.46) = 0.4 m

AS = = 31.92 cm²

On adopte 16HA16

-Effort tranchant :
On a : T=0.56 MN

𝞽 = T/(b.d) = 0.56/(0.35*0.9*0.8) = 2.22 MPa

Ftj = 0.06 x fc28 + 0.6 = 2.1 MPa

On suppose qu’on a les barres transversales de 6HA8

Donc At = 3.02 cm²

On calcul St par la relation suivante :

St = (0.8*At*fs)/(γs*b*(𝞽-0.3*ftj)) = (0.8*3.02*500)/(1.15*35*(2.22-0.3*2.1)) = 19.12 cm

On adopte St = 20 cm

- Espacement maximum des cours d’armatures :


Smax ≤ min (0.9d ; 0.40 m; )

Smax ≤ min (0.9² * 0.8 ; 0.40 m; (3.02*10-4*500)/(0.4*0.35) )

Smax ≤ min( 0.65m ; 0.40 m ; 1.08 m )

Smax ≤ 0.40 m

At: section d’un cours d’armatures transversale en m²


fe : en MPa
b, d : en m

- Répartition des armatures transversales :


On a :

St< Stmax
-On place le 1ercours d’armature transversale à une distance du nu de l’appui égale à 10 cm.
-On effectue la répartition des cours en appliquant la progression de CAQUOT définie par les valeurs :
7 – 8 – 9 – 10 – 11 – 13 – 16 – 20 – 25 – 30 – 35 – 40 .
- On répéter chacune des valeurs de la progression autant de fois qu’il y a de mètres dans la demi
portée.

37
Semelle avec poutre de redressement

38
Conclusion

Dans ce présent projet, nous avons été appelé a faire une étude d’un bâtiment R+3.
Dans cette étude, le pré-dimensionnement des éléments de structure : poutres, , planchers,
poteaux et semelles a été fait manuellement. On a aussi mené des calculs manuels en vue de
déterminer le ferraillage de quelques éléments de structure.

Durant ce présent projet, nous avons acquis des connaissances diverses. En effet, il
nous a permis de:
- Faire des recherches sur les normes et les méthodes de calcul des ouvrages génie civil ;
- Comprendre les procédés de calcul pour aboutir aux dimensionnements ;
- Connaitre des références donnant des informations dans le cadre de la construction et bien
d’autres domaines.

Ceci dit, à travers ce stage, on a pu renforcer nos connaissances techniques, ce


dernier a été une occasion pour nous d’avoir un aperçu sur la vie professionnelle et de
mettre en œuvre nos compétences.

39
Annexe 1:Les plans d’Architecturals

40
Annexe 2 : Les plans de coffrage
Fondation RDC

ETAGE

41
Références

✓ Pratique du BAEL 91(Béton Armé aux Etats Limites) Jean Perchat –


Jean Rroux
✓ Cours du béton arme à FST de Tanger, Mr Mabsout Moukhtar
✓ Le projet de béton armé Henry Thonier

42