Vous êtes sur la page 1sur 10

Introduction à l’installation électrique

1. INTRODUCTION

Une installation électrique est un ensemble cohérent de circuits électriques, d'appareillages


électriques. Elle peut se situer dans un bâtiment ou un ensemble de bâtiments à usage
d'habitation, industriel, commercial, ou de bureaux.

• L'étude de l'installation électrique se fait par un architecte et/ou un bureau d'étude en


techniques spéciales et/ou l'entreprise d'électricité
• La réalisation de l'installation électrique se fait par entreprise d'électricité ou un électricien

2. DEFINITIONS
2.1. Un schéma

Un schéma électrique représente à l’aide de symboles graphiques, les différentes parties


d’un réseau, d’une installation ou d’un équipement qui sont reliées et connectées
fonctionnellement.

Un schéma électrique a pour but :

• d’expliquer le fonctionnellement de l’équipement (il peut être accompagné de tableaux et


de diagramme),

• de fournir les bases d’établissement des schémas de réalisation,

• et de faciliter les essais et la maintenance.

2.2. Un diagramme

Le diagramme aide à la compréhension d’un schéma en donnant des informations


complémentaires. Il facilite l’analyse d’actions successives en précisant, la valeur des
intervalles de temps.

3. CLASSIFICATION DES SCHEMAS


Les schémas électriques peuvent être classés selon le but envisagé ou selon le mode
représentation.

3.1. Classification selon le but envisagé

a- Les schémas explicatifs

Ils facilitent la compréhension et l’étude d’une installation.


b- Les diagrammes

 Le diagramme de séquence pour comprendre étape par étape le fonctionnement du


système.
 Le diagramme temporel pour avoir une idée sur l’évolution temporelle

c- Les schémas de connexion

Ils guident la réalisation et la vérification des connexions d’une installation ou d’un


équipement.

3.2. Classification selon le mode de représentation

a- Selon le nombre des conducteurs

 Représentation unifilaire : Deux ou plus de deux conducteurs sont représentés


par un trait unique. On indique sur ce trait le nombre de conducteurs en parallèle.

 Représentation multifilaire : Chaque conducteur est représenté par un trait.


6. Mise à la terre :

La prise de terre est un élément essentiel de l'installation électrique.

Elle assure tout d'abord une fonction de sécurité par rapport aux risques d'électrocution en cas de
défaut d'isolement. Pour que la prise de terre remplisse bien cette fonction, les carcasses métalliques
des appareils électriques doivent être connectés à la terre (sauf s'ils sont de classe II, c'est-à-dire à
double isolement).

Elle permet également de neutraliser les champs électriques que peuvent rayonner les structures en
métal du bâtiment, les carcasses des appareils et machines électriques voire de certains luminaires.

7. Résistance de prise de terre :

Selon la norme NF C15-100, la résistance de la prise de terre doit être au plus égale à 100 ohms. Ces
normes sont établies pour assurer la sécurité par rapport aux risques d'électrocution. Mais pour
neutraliser les champs électriques et les tensions parasites, quelle doit être cette résistance ? Elle
doit être suffisamment faible pour limiter la tension électrique sur les carcasses métalliques des
machines et appareils électriques et sur l'ensemble des structures métalliques qui sont reliées à la
prise de terre.

Avec des installations récentes protégées par un interrupteur ou disjoncteur différentiel haute
sensibilité de 30 mA (obligatoire depuis 1992 sur les installations neuves ou modifiées), une
résistance de 50 ohms peut être considérée comme la limite maximale acceptable.

Mais certaines installations anciennes sont encore protégées par des dispositifs différentiels de 300
mA. Dans ce cas, la résistance de la prise de terre ne devra pas dépasser 5 ohms.

Il sera souvent plus facile d'installer une protection différentielle haute sensibilité que de refaire la
prise de terre. De plus, un dispositif différentiel de 30 mA mettra l'installation en conformité avec les
normes actuelles.

8. Installation de branchement électrique :

Schéma de principe:
Lors d'une installation électrique réalisée par un professionnel ou un particulier, il est nécessaire
d'utiliser un câblage électrique qui aura pour fonction d'acheminer le courant vers les différentes
pièces d'un logement en particulier. Ce câblage démarrera du tableau électrique et alimentera les
pièces mais également les prises installées au sein du réseau interne.

Il est important de noter que le câblage électrique reste très réglementé, celui-ci peut être disponible
en plusieurs tailles également en fonction de la puissance d’électricité qui sera conduite à travers
ceux-ci. Plus celui-ci est épais et davantage le courant aura alors la faculté d'y passer. Par exemple,
pour une puissance de 10A, il est conseillé d'utiliser un câblage de 1,5mm2 mais également du
2,5mm2 pour du 16A et enfin du 6mm2 pour du 32A.
Egalement, le câblage électrique est identifié à l'aide de couleurs différentes qui déterminent son
intensité. Ce code couleur est universel et celui-ci peut varier d'un pays à un autre également. 3
couleurs sont utilisées en électricité générale :
Le fil de terre est identifié par la couleur vert/jaune pour protéger une installation de la foudre et ses
effets dévastateurs sur une installation électrique mal protégée. Cette couleur constitue une
véritable sécurité au sein d'une installation électrique car elle évite les incendies en cas de coup de
foudre ou encore protège les appareils reliés au réseau.
Le fil bleu lui est utilisé en neutre, il constitue le retour du courant nécessaire pour faire fonctionner
les appareils reliés au réseau et au tableau électrique via des fusibles de sécurité.
La phase est représentée par les couleurs marron, noir ou gris, celui-ci emmène également le courant
et doit donc être correctement isolé en fonction.
8. Liaison Equipotentielle :

Si un tuyau en métal venait à être parcouru par un courant (au contact d’un fil électrique sous
tension, par exemple), alors toute personne qui toucherait cette canalisation serait traversée par ce
même courant, du fait de la différence de potentiels.

La liaison équipotentielle supprime ce risque en reliant les éléments métalliques à la terre : le


courant dangereux est ainsi automatiquement évacué vers la terre, sans danger pour l’homme.

Pour réaliser cette liaison, on utilise uniquement des fils bicolores jaune et vert, de section 2,5 mm2.

9. Conducteurs et Câbles électriques


9.1 Définition :
Ils permettent de réaliser les liaisons électriques, leur rôle est de conduire le courant
électrique, transporter l'énergie électrique jusqu'aux récepteurs.

Il existe divers variétés pour toutes les utilisations du domaine électrotechnique (courant
fort, courant faible, isolé, unipolaire, multipolaire...).

La partie conductrice appelée âme doit :

• Avoir une résistivité la plus faible possible pour limiter l'échauffement par pertes
Joule lors du passage du courant.

• Être suffisamment souple pour faciliter le passage dans un conduit.

Dans l'habitat la norme NF C 15-100 impose l'utilisation de conducteur en cuivre (Cu).

9.1.1 Conducteur isolé :

Un conducteur isolé est un ensemble formé d’une âme conductrice et de son enveloppe
isolante.

Il existe 2 types d'âmes conductrice : l'âme massive et l'âme souple.

Les conducteurs sont conditionnés en bobine de (100 ou 500 mètres).


9.1.2 Câble unipolaire ou multipolaire :

Un câble regroupe un seul conducteur isolé ou plusieurs conducteurs électriquement


isolés placés dans une gaine de protection commune.

a) Câble unipolaire :

Un câble unipolaire est un conducteur unique qui comporte en plus une ou plusieurs gaines
de protection.

b) Câble multipolaire :

Un câble multipolaire est regroupe plusieurs conducteurs protégés par une ou plusieurs
gaines de protection.

9.2. Constitution :
Un câble sont constitués de deux parties essentielles, chaque partie a sa fonction :
conductrice ou isolante.

9.2.1 Partie conductrice : Âme :

a) Caractéristique électrique :

L’âme a pour rôle de conduire le courant électrique, elle doit présenter une résistivité (ρ en
Ω.m) très faible pour réduire les pertes par effet Joules (Perte en chaleur : Thermique).
b) Caractéristique mécanique :

Âme massive :

Elle est réalisée à partir d'un seul conducteur (section ≤ 4 mm²) ou formée de plusieurs brins
torsadés (section ≥ 4 mm²).

Elle n'est pas très souple est utilisée pour les réalisations dans l'habitat (installations fixes).

Âme souple ou câblée :

Elle est réalisée à partir d'une multitude de brins. Elle est souple donc plus facile à mettre en
forme, elle est destinée aux réalisations industrielles ou mobiles.

Les conducteurs souples sont plus cher que les conducteurs à âme rigide.

9.2.2 Partie isolante : Enveloppe isolante :

L’enveloppe isolante c’est la matière qui entoure l’âme, elle permet :

• d'isoler les conducteurs.

• de protéger contre les contacts directs et les défauts d'isolement.

Elle doit posséder des propriétés bien précises.

L’isolant assurant l’isolement entre les conducteurs à des potentiels différents et avec la terre
ou les masses, il doit présenter une très forte résistivité (ρ) et une bonne tenue
en température.
Actuellement on utilise principalement :

• Le PVC : Polychlorure de Vinyle ou le Polyéthylène.

• Le PRC : Polyéthylène Réticulé Chimiquement.

• Le PR : Caoutchouc butyle vulcanisé.