Vous êtes sur la page 1sur 9

Cours de programmation urbaine

Mr : NAIT AMARA Farid

3 eme année licence -S6

1
Cours de programmation urbaine

Cours de programmation urbaine

" Programmer, c’est qualifier plutôt que quantifier"


Au cours des cinquante dernières années, les façons de « fabriquer » les villes
ont beaucoup évoluées passant de la planification urbaine pour tendre vers la mise
en place de projets urbains adossés à un processus de programmation.

Au cœur des débats et des stratégies d’aménagement, le projet urbain fait


partie des nouvelles façons de fabriquer la ville. Les notions de plan et de
planification qui étaient utilisées dans les années 50, sont progressivement
remplacées par celles de projet urbain. Le projet urbain peut être défini comme étant
à la fois : un processus concerté et un projet territorial : il consiste à définir et mettre
en œuvre des mesures d’aménagement sur un territoire urbain donné, en partenariat
avec tous les partenaires civils et institutionnels concernés, intégrant les différentes
échelles territoriales et le long terme. Afin de mener à bien un projet urbain, il est
primordial d’établir une programmation.

définition

Provenant du grec programma qui signifie « ce qui est écrit à l'avance », le terme «
programme » correspond au premier sens à un texte annonçant et décrivant les
diverses actions d'un événement à venir. Le programme détaille ainsi ce qui va être
organisé. Dans le domaine de la production du cadre bâti, il comporte deux autres
acceptions : il peut désigner la fonction générale de l'équipement qui va être réalisé
ou correspondre à un texte donnant des instructions pour le réaliser.

La démarche de programmation, dans le processus de projet urbain,


représente « le contenu ». On entend par là, les éléments qui composent la ville (la
population, l’habitat, les activités économiques, les services, les transports). Le
contenant, l’articulation et l’organisation de ces derniers qui fabriquent ensemble la
ville, interviennent seulement dans un second temps. Ce processus est vu comme une
démarche d’aide à la décision pour l’aménagement d’un territoire et permet d’aider
les décideurs .La programmation « On l’envisage alors en tant que « méthode » de
résolution de problèmes, de définition de « besoins » ou de « contraintes »
comportant des étapes spécifiques ». La notion de « programmation urbaine » peut
faire référence à différentes échelles de réflexions : la programmation territoriale
lorsque l’échelle de réflexion s’étend au territoire, la programmation pré-
opérationnelle à l’échelle d’un projet urbain, la programmation de l’espace public.
C’est une notion à différencier de celle de la conception. Aujourd’hui faisant partie
intégrante des façons de concevoir les villes.
2
3
Figure 1 :Elaboration d'un diagnostic dans une démarche de programmation urbain

La programmation urbaine et programmation architecturale

Afin d’anticiper les stratégies d’aménagement et répondre le mieux possible à ces


différents dysfonctionnements et les nouveaux besoins pour la population, l’attention
d’un grand nombre de maîtres d’ouvrage s’est portée sur l’élaboration d’une
programmation. La programmation joue un rôle majeur dans le temps mais
également se révèle être un outil incontournable du processus de fabrication de la
ville pour mener à bien un projet urbain de qualité. La programmation urbaine est
définit comme un processus qui permet de mettre en avant des besoins, de projeter
l’image future d’un territoire et ainsi maîtriser le temps de conception lors de la
réalisation d’un aménagement, « La programmation urbaine touche l’ensemble des
composantes d’un tissu urbain – le logement, les activités économiques, les
équipements collectifs, les transports, la logistique et la circulation ». Actuellement, il
est encore difficile de s’accorder sur une définition consensuelle. Souvent confondue
avec d’autres termes comme la conception urbaine ou la planification urbaine, elle
peine à s’imposer pleinement. Pourtant, aujourd’hui, cette démarche bénéficie d’une
place centrale dans le processus de planification et permet d’anticiper les futurs
aménagements du territoire au vu des volontés politiques.

La notion n’est pas identique à celle de « programmation architecturale » : La


programmation urbaine dans sa véritable acception n’a rien à voir avec une démarche
de programmation architecturale, et le vocable de programmation nuit à la bonne
compréhension de ce qu’on appelle programmation urbaine . En effet, on pourrait
définir la programmation architecturale comme un processus qui « vise à définir en
concertation, le projet de vie futur des espaces d’un bâtiment (équipements publics et
4
privés ». « La programmation architecturale permet de préciser les intentions qui
sous-tendent la création d’un bâtiment, avant l’intervention d’un architecte, puis d’en
définir les caractéristiques et les conditions de réalisation ». La programmation
architecturale cherche à traduire un besoin et une réalisation. La programmation
urbaine, elle est mise en place pour répondre aux besoins des usagers d’un territoire.

La « programmation urbaine » rassemble une multitude de domaine d’intervention


(logements, transports, voirie, etc.) et n’est pas à confondre avec la programmation
de logements. Tout comme pour la notion de programmation urbaine, aucune notion
précise n’est adoptée pour cette dernière. On la définira ici comme un processus
d’anticipation qui transparaît dans différents documents de planification .

ECHELLES DE PROGRAMMATION URBAINE


La programmation urbaine concerne différentes échelles spatiales : L’échelle
territoriale (Région -Wilaya - commune) L’échelle urbaine (commune-Ville /
quartier) L’échelle locale (quartier / site)

5
Mode opératoire pour les besoins
Projection de la population
P= P0(1+R)^n

 P0 : Population finale au temps T1 ;


 P0 : Population initiale au temps T0 ;
   n : Le nombre d’année entre T1 et T0 ;
   R :  Le taux d’accroissement moyen de la population(%).

Pour les besoins en emploi, logement et équipement


La programmation des besoins est faite sur la base des projections de
population
 Emploi :
La demande en emploi est calculée sur la base de deux variantes :
- Variante 1 : personnes à charge par actif = 4
- Variante 2 : personnes à charge par actif = 3

 Logement
Les besoins en logement sont déterminés selon des taux souhaités à savoir :
- Un taux d’occupation par logement de 5 personnes/logement est
appliqué à court et à moyen terme.
- Un taux d’occupation par logement de 4,5 personnes/logement sera
appliqué à long terme.

 Surface à urbaniser :
L’identification des surfaces à urbaniser est fondée sur les besoins en
logements de chaque commune ou espace en tenant compte des ratios
suivants :
- 60 log/ha pour les communes plus de 60000 habitants.
- 50 log/ha pour les communes situées entre 20000 et 60000 habitants.
- 40 log/ha pour les communes dont leur population se situe entre 10000
et 20000 habitants.
- 30 log/ha, pour les communes de moins de 10000 habitants.

 Santé
Les ratios appliqués pour l’identification des besoins en infrastructures
sanitaires sont :
- Un lit pour 500 habitants

6
- Une polyclinique pour 25000 habitants.
- Une salle de soin pour 5000 habitants.
 Scolarité
L’estimation des besoins et des déficits en matière d’infrastructures scolaires
des différents cycles repose sur les taux d’occupation par classe suivants :
- 1er et 2ème cycles :
 TOC souhaité est de 25 élèves/classe sera appliqué dans les
calculs pour le courte et le moyen terme .
 Un TOC souhaité de 20 élèves/classe appliqué dans les
calculs pour le long terme.
- Cycle moyen 
 Un TOC de 30 élèves par classe sera appliqué pour les
différents termes.
- Cycle secondaires :
 30 élèves par classe est le TOC souhaité à l’horizon 2030.

 Sport et culture :
Pour la détermination des besoins en équipements sportifs, nous avons pris en
compte la grille des équipements utilisée par la Direction de la Jeunesse et des
Sports de la wilaya, et le programme du Ministère de la Jeunesse et des Sports
qui envisage d’équiper chaque Daira d’un complexe sportif (CSP).

Pour les infrastructures culturelles, nous avons adopté la grille des


équipements à la spécificité de la wilaya en appliquant :
- Maison de culture pour chaque 200000 habitants ou chef lieu de wilaya
- Salle de cinéma I ; pour chaque 200000 habitants.
- Salle de cinéma II ; pour chaque 100000 habitants
- Salle de cinéma III pour chaque 30000 habitants
- Théâtre pour chaque daira
- Musée local pour chaque daira
- Bibliothèque communale pour chaque commune
- Un centre culturel pour chaque commune et en combinaison avec les
maisons de jeunes dans certaines communes.

 Formation professionnelle :
En 2012 la population en formation professionnelle représente 1,08% de la
population totale de la wilaya d’Alger , taux faible par rapport à ceux d’autres
wilayas.
Ainsi nous considérons que le pourcentage actuel (1,08%), va évaluer à 1,5% à
court terme, pour atteindre 3% en 2030.
7
8
 Poste et télécommunication :
Les besoins en bureaux de poste seront calculés sur la base d’un ratio de
1bureau de poste pour chaque 8000 habitants.

 Gestion de déchets :
Les ratios appliqués pour la génération de déchets ménagers et assimilés sont
également évolutifs en fonction de l’élévation du niveau de vie des
populations :
- 08 kg/hab/jour à court terme
- 0,9 kg/hab/jour à moyen terme
- 1 kg/hab/jour à long terme.

bibliographie
-Grille d'équipement-CNERU
- SNAT -2030
- Données RGPH 2008