Vous êtes sur la page 1sur 131

Ministère

de l'Equipement,
des Transports
et du Logement

SETRAV

AIDE À LA CORRECTION
DU FICHIER DES ACCIDENTS
DE LA CIRCULATION ROUTIÈRE
SEPTEMBRE 1999

Service d'Etudes Techniques des Routes et Autoroutes


AIDE A LA CORRECTION
DU FICHIER DES ACCIDENTS
DE LA CIRCULATION ROUTIÈRE
IE
SEPTEMBRE 1999

Service d'Études Techniques des Routes et Autoroutes


Centre de la Sécurité et des Techniques Routières
46, avenue Aristide Briand - BP 100 - 92225 Bagneux Cedex - France
Téléphone : 0 1 46 1 1 3 1 3 1 - Télécopie : 0 1 46 11 3 1 69
SETRAV Internet : http://www.setra.equipement.gouv.fr
Jacques Alexis
Michel Graff
SETRA

Françoise Guéritat
CETE Normandie-Centre
Agence Centre

Emmanuel Divers
CETE de Lyon
Agence Bourgogne Franche-Comté

Pascal Fossey
CETE Méditerranée
Agence Languedoc-Roussillon

Ghislaine Levillain
CETE Méditerranée
.

Sommaire
Introduction 5

1 Les outils d'aide à la correction 9


1.1 Présentation générale 9
1.2 Les Procès-Verbaux 10
1.3 Les Journaux 11
1.4 Les Informations du CRICR 11
1.5 Les Enquêtes REAGIR 12
1.6 Les Grilles de relevé accidents 13
1.7 Les Cartes de marquage et les cartes à PR 13
1.8 Les Schémas d'Aide au Repérage 13
1.9 Les Schémas Itinéraires 14
1.10 Les Banques d'images 15

2 Actions complémentaires facilitant


la saisie ou la correction des informations 19
2.1 Diffusion de documents d'aide à la rédaction des B A A C 19
2.2 Relations avec les forces de l'ordre 19
2.3 Association des subdivisions 19

3 Recommandations pour traiter


les cas particuliers 21
3.1 Préambule 21
3.2 Cas des enclaves 21
3.3 Cas des échangeurs 23
3.4 Cas d'une collision frontale
ou par l'arrière au niveau d'un carrefour 25
3.5 Cas de certains numéros de routes 25
3.6 Cas des suppressions de carrefour
par dénivellation 26
3.7 Cas des déviations en cours de numérotation 27
3.8 Cas des déclassements 28
3.9 Cas du rebornage des routes 29

4 Les rubriques du "BAAC" 31


4.1 Liste des rubriques 32
4.2 Description des rubriques 37

Annexes 109
Page laissée blanche intentionnellement
s*

Introduction
Pour lutter contre l'insécurité routière, une bonne connaissance des accidents de la
circulation est indispensable, ce qui implique qu'il est nécessaire de disposer d'un
fichier accidents fiable.
En effet, les études qui sont menées à partir de ce fichier, tant au niveau local qu'au
niveau national, sont diverses et leurs conclusions déterminent souvent des choix
stratégiques, qu'il s'agisse d'aménagements de sécurité ou d'évolution de la régle-
mentation par exemples. L'importance de ces choix, qui ont souvent des conséquen-
ces financières importantes, montre l'intérêt d'investir dans des actions d'améliora-
tion de la connaissance des accidents et en particulier dans l'amélioration de la qua-
lité des informations.
Par ailleurs, les études au niveau local sont souvent basées sur la comparaison à des
références nationales calculées au niveau central. Pour que ces études locales soient
pertinentes, il faut que les références nationales utilisées soient d'une exactitude
suffisante.
Enfin, le développement des outils informatiques offrant des possibilités d'exploita-
tion géographique des accidents implique que la localisation des données soit correc-
tement renseignée. On peut citer dans cette catégorie de produits le logiciel CON-
CERTO.
Or, les fichiers accidents sont généralement mal renseignés, qu'il s'agisse de l'exac-
titude des informations ou bien de leur complétude. Différentes actions ont été enga-
gées afin d'améliorer la situation le plus en amont possible, mais une phase de cor-
rection restera nécessaire en aval pour obtenir une utilisation satisfaisante des don-
nées.
La circulaire du 16 octobre 1990 définit les missions des DDE en matière d'exploita-
tion et de sécurité routières. On y cite en particulier la tenue d'un fichier accidents
fiable et son utilisation à des fins de connaissance de l'accidentologie ou d'études de
sécurité.
Ainsi, le travail de correction est accompli par les DDE en fonction de leurs besoins et
des moyens dont elles disposent.
Les données corrigées sont utilisées au niveau local et régional, et de plus en plus
souvent au niveau national depuis qu'elles sont transmises au SETRA.
En ce qui concerne la publication des données de sécurité routière, il est demandé
aux services déconcentrés de publier des chiffres cohérents avec ceux du niveau
national (voir en annexe la note du 14 février 1997 du Ministre de l'Equipement) , ce
qui implique d'utiliser les données brutes. Ceci ne veut pas dire que la correction des
accidents est inutile ; en effet, le fichier accidents est utilisé dans des études aux
niveaux local, régional, ou national, et celles-ci ne sont pertinentes que sur le fichier
corrigé. Quant à la publication de données de sécurité routière sur des données corri-
gées, elle est possible, et déjà pratiquée par certaines DDE ou DRE, à condition que
ce soit mentionné : il est indispensable de citer la source, qu'il s'agisse des données
brutes ou des données corrigées.
Le présent document a été élaboré en s'appuyant sur l'expérience du réseau techni-
que et des DDE qui sont les mieux organisées pour la tâche de correction des acci-
dents.
Son objectif est d'apporter une aide aux services en leur diffusant les connaissances
relatives au métier de correction du fichier accidents. D'une part, il s'agit d'informa-
tions sur le fichier accidents, à savoir la définition des rubriques qui le composent,
leur intérêt potentiel, et les erreurs de remplissage courantes. D'autre part, on y
trouve des informations sur les différents moyens de corriger.
Ce manuel aidera les DDE à organiser leur activité de correction du fichier accidents.
En effet, la connaissance de l'intérêt potentiel de chaque rubrique du fichier, la fré-
quence des erreurs, la facilité d'accès à l'information juste, et les moyens disponibles
pour corriger, permettent de déterminer une stratégie de correction, c'est-à-dire de
choisir les rubriques que l'on va corriger et la façon dont on va s'organiser pour le
faire.
Par ailleurs, une autre ambition de ce document est de fournir un support pédagogi-
que pour les agents qui débutent dans ce travail.
Enfin, les informations qu'on y trouve sur le contenu de chaque rubrique du BAAC
peuvent être utiles dans le cadre de l'analyse du fichier accidents. En effet, la défini-
tion de la rubrique et les erreurs de remplissage doivent être connues quand on ex-
ploite le fichier.

Méthode de travail
Le fichier accidents que reçoit la CDES mensuellement provient de la saisie informati-
que des informations contenues dans les PV rédigés par les forces de l'ordre.
Toutes les rubriques du BAAC doivent être renseignées. Lors de la saisie, le «blanc»
est réservé aux informations sans objet, le «zéro» aux informations inconnues.
Les anomalies constatées dans le fichier proviennent en général d'imprécisions lors
de la saisie entraînant des incohérences avec d'autres informations du BAAC ou d'oublis
de transcription d'informations existantes néanmoins dans les PV.
Les logiciels de saisie des BAAC, utilisés par les services de Gendarmerie ou de
Police, sont dotés de fonctions de tests logiques de cohérence qui attirent l'attention
de l'opérateur sur un certain nombre d'anomalies. Le logiciel CONCERTO effectue
également des tests logiques de cohérence et édite les messages correspondants
que l'opérateur devra interpréter.
La correction du fichier accidents consiste à vérifier l'exactitude des informations
saisie dans le BAAC avec des documents sources tels que les PV, les journaux, ou
d'autres documents dont les descriptions sont rassemblées dans le chapitre intitulé

Pour mener à bien ces corrections, l'opérateur devra procéder avec méthode.

- Préparation de ses propres outils


Le chapitre concernant présente une panoplie des
documents possibles que peut utiliser le correcteur. Certains documents existent et il
suffira à la CDES de les rassembler (carte à PR, PV, journaux ,...) , d'autres provien-
nent de l'exploitation de bases de données routières ou de banques d'images par des
logiciels adaptés aux besoins de la correction (schéma itinéraire ou schéma d'aide au
repérage,...), d'autres enfin tels que la grille de relevé accidents sont à développer et
à mettre en œuvre.
La CDES devra faire un choix des documents et des outils qui lui paraissent le plus
utile pour la correction des fichiers accidents, et se les approprier ou les développer.
L'utilisateur du présent guide pourra le compléter par des remarques personnelles ou
des «pense-bêtes».
2 - Procédure de correction
II est recommandé d'avoir une base qui ne contient que les données brutes et une
deuxième base destinée aux données corrigées. Les accidents récupérés mensuelle-
ment sont alors importés dans les deux bases et on fait les corrections uniquement
dans la base des données corrigées. Cette organisation peut se traduire dans le
logiciel CONCERTO par l'utilisation de deux contextes. La base des données brutes
sert de fichier source si on commet une erreur en corrigeant, et sert également à la
publication de chiffres bruts de sécurité routière.
Toutes les informations saisies dans les BAAC n'ont pas la même importance au
regard des domaines d'action de la Sécurité Routière et des exploitations qui seront
effectuées sur les fichiers accidents. Certaines informations peuvent être qualifiées
d'indispensables, d'autres sont déclarées simplement utiles. Le tableau de la «Liste
des rubriques» précise=briques déclarées indispensables.
La fonction de vérification du logiciel CONCERTO détecte les incohérences logiques
entre les rubriques et donne une liste des anomalies rencontrées. Dans certains cas,
le correcteur, après une interprétation des messages, pourra effectuer immédiate-
ment les modifications sans avoir recours à la consultation de documents complé-
mentaires.
La vérification automatique de cohérence ne donne aucune information sur la validité
des informations présentes dans le BAAC, relativement à l'environnement de l'acci-
dent et à la description des véhicules ou des usagers.
Pour s'assurer de la validité des informations du BAAC, il conviendra de les vérifier
avec les documents ou les outils d'aide à la correction, rassemblés ou préparés dans
une phase précédente (PV, grille de relevé accidents, schéma itinéraire ou schéma
d'aide au repérage, etc.).

3 - Traitement des cas particuliers


II s'agit en général de difficultés de codification de la localisation des accidents, comme
dans le cas des enclaves, des échangeurs, des déclassements, etc. Un chapitre est
réservé au traitement des cas particuliers.

4 - Pérennité des informations dans le temps


Les études en accidentologie s'effectuent généralement sur des périodes de trois à
cinq années, voire davantage. L'infrastructure des routes n'est pas figée, elle est
sujette à des évolutions telles que par exemple des ouvertures de déviations, des
déclassements de tronçons, des modifications du bornage, des dénivellations ou autres
aménagements.
La correction des accidents devra prendre en compte les modifications de l'infrastruc-
ture, en particulier pour ce qui concerne la localisation (catégorie, numéro de route,
PR), sur les années antérieures à cette évolution.

Structure du document
La partie Les outils d'aide à la correction cite différentes sources pour retrouver
l'information exacte et décrit des outils pour recouper les informations.
La partie Actions complémentaires facilitant la saisie ou la correction des informa-
is cite des procédures ou des actions qui peuvent être mises en œuvre pour accroî-
tre la qualité des données en amont ou bien pour organiser la correction des acci-
dents dans la DDE.
La partie Recommandations pour traiter les cas particuliers indique comment s'orga-
niser pour traiter certains cas particuliers d'accidents tels que les enclaves par exem-
ple.
La partie Le; donne les éléments pour juger de l'enjeu qu'il y a
à corriger ou non les différentes rubriques. Elle décrit aussi ce que chaque rubrique
doit contenir, les biais les plus fréquemment rencontrés dans le remplissage initial, et
cite les outils permettant de retrouver l'information juste.

S
Les outils d'aide à la correction
1.1 Présentation générale
Les outils d'aide à la correction présentés ci-après se définissent comme les outils
principaux recensés à ce jour.
Cette liste ne se veut cependant pas exhaustive dans la mesure où les outils locaux
n'y sont pas intégrés.
La CDES ne possède pas forcément l'ensemble de ces outils à sa disposition, au sein
même du service ou dans la DDE. Toutefois, chaque rubrique peut être corrigée à
l'aide d'un ou plusieurs outils.
Il ne faut pas perdre de vue que les informations présentes dans le BAAC proviennent
des PV établis par les forces de l'ordre : le PV s'impose donc comme l'outil principal
pour la correction. Toutefois, pour les rubriques concernant la localisation et
l'infrastructure, les outils basés sur la BDD VISAGE semblent les plus aptes à répondre
aux questions voire aux manques.
Cependant, le PV doit aussi être abordé avec les réserves d'usage en cas de doute
sur la description de l'accident. Si des incohérences se dégagent dans les différentes
informations recueillies, la correction devra s'établir à partir de recoupements et de
comparaisons des différentes informations.
Certains outils existent au sein de la CDES, d'autres doivent être préparés, d'autres
enfin telles que les banques d'images sont limités dans leur utilisation en raison de
leur coût. Il conviendra de toujours vérifier auprès des autres services que ces outils
n'existent pas déjà au sein de la DDE.
Enfin, de par l'environnement informatique et bureautique sans cesse évoluants, ces
outils sont amenés à s'améliorer ou à être remplacés par d'autres. Concernant les
documents, il convient de rappeler que les données qu'ils contiennent sont vivantes
et doivent être régulièrement mises à jour.
Les principaux outils décrits dans ce manuel sont :
• le PV
• les journaux
• les informations du CRICR
• les enquêtes REAGIR
• la grille de relevé d'accidents
• les cartes de marquage et les cartes à PR
• les schémas d'aide au repérage
• les schémas d'itinéraires
• les banques d'images
D'autres outils peuvent apporter des informations utiles pour la correction :
• VISAGE
• la documentation publiée par Météo France
• le fichier des événements des CIGT
• les cartes départementales des réseaux ou des schémas directeurs de réseaux
• le minitel 3615 code BDL
• les fascicules INSEE du recensement de la population
• le code des communes
• les plans de Ville
1.2 Les Procès-Verbaux
La saisie des informations concernant les accidents se fait à partir de la procédure
rédigée par les forces de l'ordre lors du constat de l'accident.
Depuis l'informatisation des services, cette saisie est effectuée directement par
l'utilisation d'un logiciel spécifique. Précédemment, elle donnait lieu à la rédaction
d'un Bordereau d'Analyse des Accidents Corporels. Cette saisie, qu'elle soit manuelle
ou informatisée, est une source d'erreurs qui peut provenir de la lecture des PV, de
l'interprétation ou de la codification des informations.
La vérification des données saisies et leurs corrections, nécessite le retour à la source
des informations : le procés-verbal.
Certaines CDES obtiennent les copies des PV, d'autres y ont accès par consultation à
la Préfecture ou au siège de la Gendarmerie.
En attendant la mise à disposition du fichier mensuel d'accidents, la CDES peut procéder à :
• la collecte et au classement des PV par date des événements,
• la mise en évidence des informations utiles à la correction par surlignage des
passages importants sur les copies des PV (si la DDE peut les avoir à disposition)
ou par leur saisie dans la grille de relevé accidents (consultation des PV à la
préfecture, en gendarmerie ou au commissariat). La grille peut être également
renseignée pour partie dès la connaissance d'un nouvel accident dans la presse
locale et éventuellement par la subdivision concernée. Elle peut être complétée par
la suite, lors d'une visite de terrain, par la lecture du PV et éventuellement par
l'enquête REAGIR si elle existe...

Structure de la procédure d'accident


La lecture des PV et l'accès direct aux informations recherchées est souvent complexe.
Cette lecture et le recueil des données utiles à la vérification de la base d'accidents
peut être facilitée par la connaissance de la structure des procédures :
La procédure d'accident comporte différentes pièces nécessaire à la compréhension
de l'événement, et en particulier à la recherches des responsabilités. Cet aspect
juridique de la procédure n'est pas de notre ressort. Notre travail consiste à renseigner
objectivement les différentes rubriques afin de pouvoir identifier les différents facteurs
qui ont conduit à l'accident. Il convient également de relativiser l'objectivité de certaines
informations, telles que par exemple la gravité qui devrait être définie selon les
définitions officielles du tué, blessé grave et blessé léger. Dans les PV, le certificat
d'hospitalisation est rarement fourni, il est remplacé par le nombre de jours d'ITT
(Interruption Temporaire de Travail). Ce renseignement est à prendre avec prudence
car il correspond rarement à la définition officielle de la gravité et il convient donc de
le relativiser en fonction des autres informations du PV.
Ainsi certains accidents estimés peu graves, font l'objet d'un PV réduit qui n'entraîne
pas le suivi des victimes pour l'établissement des gravités et ne donne pas lieu à la
rédaction d'un BAAC. Les gravités sont déterminées dans ce cas, par le nombre de
jours d'ITT.
Les CDES peuvent compléter leur fichier accidents en consultant ces PV réduits, dans
les Brigades de Gendarmerie.

10
Pour la correction des accidents, on pourra consulter les pièces suivantes :
• Transport, constatation et mesures prises qui décrit l'environnement, les
circonstances de l'accident et les mesures prises par les forces de l'ordre.
Cette partie est organisée en feuillets décrivant :
- La date, l'heure, l'identification des véhicules et des personnes, la nature des
faits, les circonstances de l'accident, les conséquences sur les biens et les
personnes (gravité), l'alcoolémie.
- Les caractéristiques générales, la description des lieux et des véhicules,
• Plans et croquis qui illustrent le descriptif précédent et apporte des compléments
d'informations pour la compréhension du déroulement de l'événement.
• Les PV d'auditions des témoins qui peuvent apporter un éclairage sur les
circonstances et le déroulement de l'accident. Il convient toutefois de relativiser
ces informations par rapport aux faits constatés par l'agent des forces de l'ordre
dans le PV.
• Les certificats d'hospitalisation et de décès qui permettent de corriger la rubrique
Gravité de l'usager.

1.3 Les Journaux


La presse locale publie d'une façon régulière des articles sur les accidents graves ou
spectaculaires survenant dans leur zone d'action. La lecture de ces articles peut
apporter des informations intéressantes pour la vérification et la correction de la base
d'accidents.
Les articles de presse sont bien évidemment rédigés dans un style journalistique qui
privilégie l'aspect sensationnel à la précision des faits. Les informations recueillies
parce canal présentent donc une fiabilité réduite. Néanmoins, cette collecte apporte
la connaissance de l'existence d'un événement daté, à peu près localisé et
circonstancié.
En attendant la mise à disposition du fichier mensuel d'accidents, la CDES peut procéder à :
la collecte et au classement des coupures de presse par date des événements,
la mise en évidence des informations utiles à la correction par surlignage des passages
importants ou leur saisie dans une Grille de relevé d'accident, celle-ci pourra être
enrichie ultérieurement par d'autres sources tels que PV, enquête REAGIR, visite terrain
en subdivisions,...

1.4 Les Informations du CRICR


Dans le cadre de sa mission d'exploitation de la route, la Gendarmerie Nationale
utilise un outil de transmission des informations pour son réseau, le système SAGAC.
Le CRICR reçoit, par ce canal les messages concernant les perturbations survenant
sur le réseau routier, en particulier les accidents de la circulation.
Ces informations sont ensuite saisies et exploitées dans la base de données TIGRE.
Les informations résultantes sont diffusables aux services intéressés ou aux médias.
Par ailleurs, les Centres d'Ingénierie et de Gestion du Trafic (CIGT) , qui sont des
cellules implantées en DDE, recueillent en temps réel les événements perturbants sur
le réseau routier.
Ces messages constituent une source d'informations succinctes mais fiables sur le
lieu, la date, les circonstances, qui peut aider à la correction.

11
En attendant la mise à disposition du fichier mensuel d'accidents, la CDES peut procéder à :
• la collecte et au classement des messages du CRICR par date des événements,
• la mise en évidence des informations utiles à la correction par surlignage des
passages importants ou leur saisie dans une Grille, celle-ci pourra être enrichie
ultérieurement par d'autres sources telles que PV, enquête REAGIR, visite terrain
en subdivisions,...

1.5 Les Enquêtes REAGIR


Le programme REAGIR a pour objectif l'amélioration des connaissances des accidents
mortels ou graves. Pour ce faire, des enquêtes techniques pluridisciplinaires sont
effectuées par des Inspecteurs Départementaux de Sécurité Routière, qui procèdent
à une analyse détaillée du déroulement de ces accidents.
Les enquêtes REAGIR sont stockées dans des bases départementales d'informations
accessibles par tous les acteurs de la sécurité routière.
Les informations de ces bases de données sont recueillies dans l'optique de la sécurité
routière et pas nécessairement sous l'aspect juridique, l'objectif étant de mettre en
évidence les causes des accidents et non les responsabilités pénales des usagers.
Les rapports des enquêtes REAGIR sont structurés en chapitres qui analysent les
différentes phases de l'accident.
Ces chapitres comprennent :
• Une description générale de l'accident qui donne des informations sur les
circonstances de l'accident, l'infrastructure, les véhicules, les usagers.
• Une analyse de la situation de conduite avant le choc qui décrit les événements
ponctuels dont la conjonction a eu pour conséquence l'accident.
• Une analyse de l'événement au moment du choc qui décrit les manoeuvres, l'état
des usagers et des véhicules.
• Une analyse de la situation après le choc qui décrit l'intervention des secours,
l'évacuation des victimes et les conséquences de l'accident.
• La détermination des facteurs de l'accident et des propositions dont l'objectif est
de réduire la gravité des traumatismes ou la reproduction de ce type d'accidents.
Ces enquêtes ne remplacent pas le PV pour la constitution des BAAC, un nombre
important de rubriques constituant le fichier n'y est pas décrit. On pourra trouver dans
les enquêtes REAGIR des éléments de détail fiables, complémentaires au PV.
La CDES peut obtenir l'accès à la base nationale des enquêtes REAGIR en adressant
sa demande à la DSCR (Sous direction des programmes interministériels SRI4). Elle
peut obtenir les rapports d'enquête REAGIR auprès de sa Préfecture (auprès du
Coordinateur de Sécurité Routière).
En attendant la mise à disposition du fichier mensuel d'accidents, la CDES peut procéder à :
• la collecte et au classement des enquêtes REAGIR par date des événements,
• la mise en évidence des informations utiles à la correction par surlignage des
passages importants ou leur saisie dans une Grille de relevé d'accident, celle ci
pourra être enrichie ultérieurement par d'autres sources tels que journaux, PV,
visite terrain en subdivisions,...

12
1.6 Les Grilles de relevé accidents
Un exemplaire de grille est joint en annexe.
Le fichier accidents brut d'un mois donné M, est mis à la disposition des CDES dans
le courant du mois M+2. Les PV du mois M peuvent dans le cas général être consultés
le mois M + l .
La rédaction d'une grille prend tout son intérêt pour stocker les informations nécessaires
ou utiles à la vérification des BAAC, dans l'attente de l'arrivée des fichiers bruts.
On peut envisager trois modes de création de cette grille.
1 er cas : La grille, sera initiée dans le cas général par la CDES au moment du
dépouillement des articles de presse ou des messages du CRICR, les jours
qui suivent la date de l'accident.
Une copie sera adressée à la subdivision concernée qui complétera les
données d'infrastructure lors d'une visite sur le terrain et réexpédiera la
grille à la CDES.
La CDES enrichira ultérieurement cette grille par des informations
complémentaires prélevées dans les PV ou les enquêtes REAGIR.
2ème cas : La subdivision dispose en stock, d'une quantité de grilles qu'elle renseigne
lors des déplacements sur un événement et qu'elle transmet ensuite à la
CDES. Celle-ci peut ensuite la compléter par les informations issues des PV
ou des enquêtes REAGIR.
3ème cas : La CDES et la Subdivision préparent séparément une grille avec les
informations dont elles disposent, puis la subdivision adresse sa grille à la
CDES qui constitue un dossier par accident.

1.7 Les Cartes de marquage et les cartes à PR


Les cartes de marquage et les cartes à PR constituent des documents de base des
DDE et des Conseils Généraux. Elle représentent les réseaux du département et la
position des Points Repères.
Les cartes de marquage au 1/100 000 sont établies à partir des données contenues
dans les bases de données routières sur RN. Elles sont mises à jours annuellement et
diffusées par le SETRA.
Les cartes à PR sont mises à jour selon des cycles très variables, certaines cartes
relativement anciennes sont obsolètes, il y manque en général les modifications de
tracé de route, suite à des travaux, ou les portions de routes neuves. Selon les
départements, l'ensemble des Routes Départementales est borné ou seulement le
réseau structurant.

1.8 Les Schémas d'Aide au Repérage


Un exemple de schéma d'aide au repérage est joint en annexe.
La gestion et l'entretien des routes nécessite la connaissance de l'infrastructure des
chaussées ou d'autre éléments descriptifs de l'environnement. Ces informations
routières sont repérés dans un système PR + Abscisse, elles sont stockées dans des
Bases de Données Routières à l'aide du logiciel VISAGE.

13
Les Cellules de Gestion Routière dans les DDE et un nombre non négligeable de
Services Techniques Départementaux des Conseils Généraux disposent d'une telle
Base de Données Routières.
Selon les besoins des services, ces bases de données routières sont complétées par
des informations qui sont utiles en particulier pour les études accidentologiques. Les
mises à jour de ces bases se font soit manuellement, soit par l'importation de données
saisies à l'aide d'appareils de recueil à grand rendement, utilisés dans les Laboratoires
Régionaux des Ponts et Chaussées.
Ces bases de données font l'objet d'exploitations par des logiciels spécifiques décrits,
pour les Routes Nationales, dans le Catalogue des Applications du SICRE (Système
d'Information et de Connaissance du REseau).
Le schéma d'aide au repérage est une application du SICRE.
Ce schéma représente une liste des événements enregistrés dans la base de données
sous forme littérale ou graphique, en indiquant le PR + Abscisse de chaque information.
Celles-ci sont représentées selon un pas fixe défini par l'édition des lignes
d'informations.
Certaines informations utiles à la correction existent dans les bases de données
routières, d'autres devront être saisies.
Dans la mesure où les données utiles à l'entretien des routes et à la sécurité routière
ont été renseignées dans la BDR locale, on peut représenter un certain nombre de
données (voir exemple en annexe).
Un schéma d'aide au repérage prédéfini a été ajouté au logiciel SICRE-Applications. Il
est utilisé par les Cellules de Gestion Routière.

1.9 Les Schémas Itinéraires


A partir des Bases de Données Routières dont une présentation est faite dans le
chapitre concernant « les Schémas d'Aide au Repérage «, on peut, à l'aide du logiciel
SILLAGE, produire des schémas itinéraires adaptés au domaine des accidents.
Le schéma itinéraire est une application du SICRE.
Il se décompose en deux parties :
• la partie gauche donne le libellé des informations traitées,
• la partie droite représente ces informations sous forme symbolique,
numérique ou alphabétique.
Les PR et les distances inter-PR figurent en tête de schéma et permettent une lisibilité
du repérage des informations.
Les bases de données routières des DDE ou des Conseils Généraux sont gérées par
les Cellules de Gestion Routière. Les informations représentées sur les schémas sont
en majorité contenues dans ces bases.
Un travail de mise à jour préalable à l'édition d'un schéma itinéraire est parfois
nécessaire par la création, dans la base de données routières, de rubriques décrivant
les informations utiles et par la saisie d'une façon manuelle ou automatique des
données représentées sur les schémas.
Les travaux de recueil des données complémentaires sur le terrain peuvent être
programmées lors des campagnes DESY (système de recueil automatisé d'informations
routières). La mise en oeuvre du recueil DESY est assurée par les Laboratoires Régionaux
des Ponts et Chaussées.

14
Un schéma itinéraire prédéfini a été ajouté au logiciel SICRE-Applications. Il est utilisé
par les cellules de gestion routière.
Les adaptations de ce schéma type aux besoins des correcteurs du fichier accidents,
selon les mises à jour des données routières, sont laissées à l'initiative de
l'administrateur de la BDR locale.
En plus des informations représentées sur le schéma d'aide au repérage, on peut
représenter d'autres données.

1.10 Les Banques d'images


L'entretien d'un réseau routier nécessite la connaissance du patrimoine portant en
particulier sur les domaines des chaussées, des dépendances, de l'environnement,
des équipements de sécurité.
Les banques d'images apportent des compléments très appréciés dans la connaissance
de ce patrimoine.
Certaines banques sont constituées de vues saisies en continue au moyen d'une
caméra installée à bord d'un véhicule. Le film vidéo fait l'objet, pour chaque vue d'une
incrustation de 3 lignes de texte, à savoir : date de la prise de vue, identifiant de la
route avec le repérage en PR+abscisse, et le nom de l'agglomération.
D'autres banques sont couplées à la base de données routières. Le logiciel
d'exploitation permet de faire défiler les images accompagnées de leur repérage, ou
de se positionner à un PR particulier de l'axe étudié et de visualiser l'image recherchée.
Plusieurs systèmes de création de banques d'images ont été développés au sein du
Réseau Scientifique et Technique de l'Equipement. Ils sont exploités par les Laboratoires
Régionaux des Ponts et Chaussées.
Ces banques d'images sont gérées par les Cellules de Gestion Routière.
Un catalogue des outils d'analyse de «l'Etat de la route et des conditions de circulation»
est disponible au SETRA / CSTR. Il décrit en particulier les outils de constitution de
banques d'images.

VISIOROUTE
VISIOROUTE est un outil d'élaboration de banques d'images, développé par le Ministère
de l'Equipement, il est géré par le LRPC de Bordeaux.
Le système comprend une caméra de prise de vues qui crée des images vidéo au pas
de 10 mètres voire 5 mètres et les enregistre sur vidéodisque. Un traitement ultérieur
affecte à chaque image son repérage en PR + Abscisse, par un système d'indexation.
Les deux sens de circulation sont filmés séparément.
La banque d'images peut être couplée à la base de données routières, avec laquelle
il existe une fonction d'interactivité qui permet d'accéder à une image soit par le
lecteur vidéo, soit par l'intermédiaire du logiciel VISAGE.

VIDEOROUTE (LRPC de Rouen)


Principe identique à Visioroute, si ce n'est l'incrustation des images en temps réel et
la possibilité de produire des cassettes U-Matic en continu.

15
CALAO
CALAO est un appareil multifonction d'auscultation des réseaux routiers. Il permet de
relever en un seul passage plusieurs paramètres relatifs aux chaussées, tout en filmant
l'état de surface et l'environnement de la route.
Il est constitué d'une caméra «environnement» qui filme l'ensemble de la route et
d'une caméra «état de surface» qui concerne la surface de la chaussée. Ces images
sont repérées par leur PR+Abscisse.
Le disque vidéo résultant peut comporter les incrustations du repérage des images ou
d'autres informations telles que par exemple les noms d'agglomération.
Couplée à la base de données routières, l'interrogation de la banque d'images peut
se faire soit directement à partir du système vidéo, soit par l'intermédiaire de VISAGE.
Six Appareils à Grand Rendement existent dans les LRPC de Angers, Lille, Autun, Aix,
Clermont-Ferrand, et Strasbourg.

VANI
VANI est un véhicule de recueil de données diverses, liées à la route et à son
environnement, dans l'optique d'études de sécurité.
Les données enregistrées se présentent sous forme d'images vidéo couleur permettant
de caractériser l'environnement de la route (rayon des virages, pente, dévers) et les
caractéristiques de surface (adhérence, macrostructure, uni).
Un module «Vidéo» restitue les images de l'environnement en continu incrustées de
leur repérage en PR + Abscisse.
Un module «Géométrie de la route» restitue sous forme graphique les données de
rayon, pente et dévers.
Un module «Caractéristiques de surface» restitue les graphiques des données d'uni,
d'adhérence et de rugosité.
Le système VANI est géré par le Laboratoire Régional de Lyon.
nota : des prises de vue Visioroute, Calao, et Vidéoroute, peuvent être numérisées et
visualisées sur CDRom par Viewer interactif.

16
Annotations

17
Annotations

18
Actions complémentaires facilitant
la saisie ou la correction des informations
2.1 Diffusion de documents d'aide à la rédaction
des BAAC
La diffusion aux forces de l'ordre d'un certain nombre de documents est de nature à
améliorer en amont la qualité des informations contenues dans les fichiers accidents.
Les cartes à PR, les Schémas d'Aide au Repérage, les Schémas Itinéraires, sont très
utiles en milieu interurbain pour localiser précisément les accidents et par conséquent
permettent aux gendarmes de mieux remplir l'information PR.
La notice d'utilisation du BAAC n'est pas forcément largement diffusée dans les brigades
et les commissariats. La distribution de quelques exemplaires aux forces de l'ordre
favorisera un meilleur remplissage des fichiers et un meilleur respect des définitions.
On peut enfin citer la diffusion systématique des bilans de sécurité routière édités par
la DDE afin d'apporter un retour aux agents qui remplissent le BAAC et de leur montrer
l'utilisation qui est faite des fichiers qu'ils remplissent.

2.2 Relations avec les forces de Tordre


L'Organisation de réunions d'échanges/formation de type club permet de sensibiliser
les forces de l'ordre à notre métier d'exploitant d'un fichier accidents fiable et de
programmation d'actions liées à la sécurité routière, et de leur montrer l'importance
des données qu'ils fournissent.
Dans certains départements, il est organisé dans le cadre des PDASR des demi-
journées d'échange d'informations sur la sécurité routière avec les brigades de
gendarmerie par subdivision de l'Equipement. Ces demi-journées sont organisées une
fois tous les 2 ans et généralement animées par le CETE.
Une DDE a mis en place avec le groupement de gendarmerie de son département un
échange de moyens. La DDE a mis à disposition sur place un fax et un photocopieur
au service accidents de la gendarmerie, contre la fourniture en temps réel des messages
SAGAC et la photocopie des PV accidents du département.

2.3 Association des subdivisions


Les subdivisions territoriales ont une bonne connaissance du terrain et des accidents
qui se produisent sur leur zone. Les associer à la correction des accidents peut
permettre d'améliorer certaines informations, en particulier celles relatives à
l'environnement et à la route.
L'utilisation de la grille de relevé des accidents telle qu'elle est suggérée précédemment
dans le chapitre Les outils d'aide à la correction est une façon d'impliquer les
subdivisions.

19
Annotations

20
3 Recommandations pour traiter
les cas particuliers
3.1 Préambule
La saisie des informations du BAAC se fait généralement conformément aux définitions,
directives ou explications rédigées dans la «Notice d'utilisation du bulletin d'analyse
d'accident corporel». Cette notice s'en tient au cas général de saisie des données. Il
existe néanmoins des cas spécifiques pour lesquels la notice est muette, la correction
du fichier accidents se heurte alors à des difficultés.
Dans ce chapitre sera traité dans les sous-chapitres 3.2 à 3.5 un nombre non exhaustif
de ces cas particuliers de codifications, qui pourront servir de référence pour les
corrections.
Par ailleurs, d'autres cas particuliers concernent les dispositions à prendre lorsque la
route a évolué. Ils sont évoqués aux sous-chapitres 3.6 à 3.9. Une correction des accidents
survenus sur ces routes est parfois nécessaire et doit alors être faite sur une période
d'au moins 5 ans pour garantir la cohérence et la validité des études qui seront faites sur
ces routes.

3.2 Cas des enclaves

VA'.'.'.W,'.'.'.'.'.',',',',',',','.'.',',',

y.v.v.v.','.'.'.'.'.'.'.'.'.','.','.'.'.'.

V'V.'.'.

Accident
Route
Département A
(administratif)
Département B
(gestionnaire)

21
Sous cette appellation on peut regrouper deux situations :
1 - Dans le cas général, on désigne par enclave une partie de territoire localisée
physiquement à l'intérieur d'un département, mais dont l'administration dépend
d'un département voisin (cas n ° l sur le schéma). Pour des raisons pratiques, la
DDE et la Gendarmerie du département enclavant ("gestionnaire") interviennent
généralement sur les routes de cette enclave pour l'entretien et les actions de
police. Les PV des accidents survenus dans l'enclave sont expédiés au tribunal du
département voisin ("administratif") dont dépend juridiquement l'enclave.
2 - Dans d'autres cas, en limite de département, un tronçon de route parfois de deux
à trois kilomètres, appartenant géographiquement à un département ("administratif")
est géré pour des raisons de facilité d'accès ou de proximité des services de
l'Equipement ou de la Gendarmerie, par un département voisin ("gestionnaire")
sans qu'il y ait véritablement un enclavement (cas n°2 sur le schéma).
On observe parfois une ambiguïté sur la localisation des accidents de ces enclaves
qui sont affectés soit au département administratif, soit au département gestionnaire
(voir la rubrique "numéro de département" et les incohérences avec le numéro de
commune et le PR de la route).
Il est utile que les deux départements disposent de ces accidents. La DDE administrative
en a besoin pour les comptabiliser dans ses statistiques départementales, et la DDE
gestionnaire en a besoin pour prendre en compte la partie enclavée dans l'étude de la
route dont il a la gestion (calculs de taux, recherches de zones d'accumulation, etc).
Il est évident qu'il faut éviter que les deux DDE corrigent ces accidents. Il faut s'organiser
pour qu'ils soient corrigés en un seul endroit, ce qui implique une entente entre les
deux services. Il est préférable que ce soit la CDES qui a le plus facilement accès au
PV qui corrige ; celle du département administratif si par exemple le PV est accessible
à la préfecture, ou bien celle du département gestionnaire de la route si le PV est
accessible à la brigade de gendarmerie.
Une fois corrigés, ces accidents seront expédiés à l'autre DDE. Une procédure
d'exportation et d'importation des accidents est possible avec le logiciel CONCERTO.
Ces accidents doivent pouvoir être identifiés, notamment pour éviter les doubles
comptes au niveau régional. Ceci peut être fait en les repérant par un code particulier
dans une des zones utilisateurs du fichier accidents (possibilité offerte par CONCERTO),
ou bien en les isolant dans une base spécifique (un contexte différent dans CONCERTO).

22
3.3 Cas des echangeurs

Accident
Route principale
Route secondaire
Bretelle

Un échangeur est constitué par un carrefour dénivelé de deux routes et des bretelles
permettant aux usagers, le passage d'un axe à l'autre.
L'identification des echangeurs est faite comme s'il s'agissait d'une route, dans la
série 9000. Une numérotation complémentaire, de 1 à 99, localise les echangeurs
sur l'itinéraire porteur.
Chaque bretelle est identifiée par un PR placé en son début. Les instructions pour
cette numérotation sont rassemblée dans le "Guide des procédures d'identification
du réseau routier national". Les Cellules de Gestion Routière des DDE ont pour mission
de définir ces identifications.
Dans le cas d'un échangeur, si l'accident a eu lieu à l'intersection de la route et d'une
bretelle, on décrit ces 2 voies comme dans le cas d'une intersection. Si l'accident a
eu lieu en section courante de la bretelle, on ne décrit que la bretelle et sa catégorie
administrative est alors celle de la voie la plus importante. Les tableaux ci-dessous
décrivent la codification à adopter pour les accidents en échangeur.

23
Cas 1 : accident se situant à la jonction de l'autoroute A12 au PR 27+0850 et d'une
bretelle de l'échangeur n°18 au PR 2 :

indice indice aménagement


catégorie n° route PR
chiffre lettre -infra
route 1 autoroute 00012 0027+0850 bretelle

route 2 autoroute 09012 1 8 0002+0000 bretelle

Cas 2 : accident se situant en section courante d'une brettelle de l'échangeur n°18


au PR 2+0125 de la bretelle :

indice indice aménagement


catégorie n° route PR
chiffre lettre -infra
route 1 autoroute 09012 1 8 0002+0125 bretelle

route 2

Cas 3 : accident se situant à la jonction d'une bretelle de l'échangeur n°18 au PR


2+0350 de l'autoroute A12 de la bretelle et de la RN40 au PR 17+0320 :

indice indice aménagement


catégorie nc route PR
chiffre lettre -infra
route
route 1 00040 0017+0320 bretelle
nationale
route 2 autoroute 09012 1 8 0002+0350 bretelle

Les indices chiffre et lettre sont formatés en alphanumériques dans CONCERTO


ce qui permet d'enregistrer le numéro "18" comme indiqué dans les tableaux ci
dessus.

24
3.4 Cas d'une collision frontale
ou par l'arrière au niveau d'un carrefour

Pour les accidents survenant dans un carrefour, que celui-ci soit ou non en cause, il
est nécessaire de décrire deux routes, correspondant aux axes sur lesquels circulaient
des véhicules.
Dans le cas d'une collision frontale ou par l'arrière au niveau d'un carrefour, les véhicules
impliqués circulaient sur la même route. Il est intéressant de décrire la 2ème route
même si les véhicules impliqués n'y circulaient pas. A défaut de connaître cette 2ème
route, il convient alors de répéter la description de la route 1 en route 2 car les
logiciels vérifient que les accidents déclarés en intersection comportent la description
d'au moins 2 routes.
L'erreur fréquente est de nier l'existence du carrefour en codant l'accident hors
intersection, en considérant que celui-ci n'est pas en cause, ce qui constitue une
interprétation subjective de l'accident.

3.5 Cas de certains numéros de routes


Le numéro des Routes Nationales ne comporte pas dans le cas général d'indice
numérique ou alphabétique. Dans le contoumement de certaines villes, les RN sont
appelées Rocades (Ex: RN 137 devient RN R137). Cette codification est impossible
dans le BAAC, le numéro des routes est codé sur 5 chiffes au maximum. Il convient
dans ce cas, soit de maintenir le numéro de la route dans le contoumement si le
bornage présente une continuité, soit de mettre provisoirement un indice littéral (R

25
par exemple) dans la colonne alphabétique. Une correction ultérieure s'imposera dès
la mise en place du bornage sur la rocade.
Sur Routes Départementales, il existe parfois deux indices alphabétiques. Dans
CONCERTO, les colonnes des indices sont formatées en caractères alphanumériques,
ce qui permet de prendre en compte tous les cas de figure.

3.6 Cas des suppressions de carrefour


par dénivellation

Avan Apres ^T

J\
/

S \

/^p*" Accident
wm*m Route

Ne pas modifier les nformarions de l'accident


V J J

Le réseau routier évolue au cours du temps par la construction de dénivellation de


carrefours dans le cadre d'opérations de sécurité ou de mise à 2x2 voies, avec création
ou non d'échangeurs.
Pour un PR donné, les accidents peuvent être déclarés en intersection jusqu'à une
certaine date, puis en section courante à partir de la date de mise en service de
l'aménagement clans le cas d'une dénivellation sans échangeur.
Dans ce cas, il ne faut pas modifier la rubrique Intersection ni supprimer la route 2 des
accidents antérieurs à la date des travaux. Lors des exploitations du fichier (recherches
de ZAAC, etc) , il faudra prendre en compte le fait que l'infrastructure a évolué.

26
3.7 Cas des déviations en cours de numérotation
Accident
Route

Point repère (PR)

Agglomération

Avant
L'accident 1 survient le 25/04/96

Phase transitoire
L'accident 2 survient le 20/02/97
L'accident 3 survient le 1 5/03/97

Ace 1 : Changer le n° de route en N2052


Ace 2 : Coder NI052 PR 9+200
Ace 3 : Coder N2052 PR 9+400

Après
L'accident 4 survient le 20/1 1/97
L'accident 5 survient le 18/12/97

N52

Ace 1 : Changer le nc de route et le PR


Ace 2 : Changer le n° de route et le PR
Ace 3 : Changer le n° de route et le PR
Ace 4 : Coder N52 PR 8+600
Ace 5 : Coder Dl 50 PR 0+800

L'ouverture de déviations d'agglomérations traversées par une RN, pose un problème


d'identification tant que leur numérotation et leur bornage ne sont pas effectivement
présents sur le terrain.
Pendant la phase transitoire, le numéro de la déviation prend le numéro de la RN
augmenté de 1000 (codification d'une route en cours de classement), la traverse
d'agglomération conserve son numéro augmenté de 2000 (codification d'une route en
cours de déclassement).
Par exemple, l'agglomération «Lebourg» est traversée par la RN 172; la déviation de
Lebourg portera le numéro RN 1172 et l'ancien tracé le numéro RN 2172. L'ancien
tracé conserve son bornage. Le bornage de la déviation est obtenu par projection des
numéro de PR du tronçon dévié sur la nouvelle voie. Les numéros de PR sont donc
conservés, les distances inter-PR sont en général agrandies.
Lors de la saisie des BAAC on constate de fréquentes confusions entre les deux
tronçons, les accidents survenant sur la déviation sont affectés le plus souvent sur
l'ancien tracé.
Pour pallier à cet inconvénient, il convient d'informer, dès l'ouverture d'une déviation,
la brigade de gendarmerie concernée. On pourra préparer une carte du lieu qui précisera

27
la numérotation des routes, l'emplacement des PR dès que ceux-ci seront connus.
Dans l'attente du bornage définitif la Cellule de Gestion Routière pourra, à partir du
plan des travaux, positionner sur la carte des «PR provisoires» et calculer les distances
inter-PR. Une correction plus fine a posteriori du repérage de ces accidents devra être
envisagée, ainsi que le changement des numéros de route de la déviation et de la
traverse. Une correction des accidents des années antérieures (au moins 5 ans) du
tronçon dévié devra être envisagée.
Dans le cas de déviations d'agglomérations traversée par une Route Départementale,
la déviation porte généralement le numéro de l'ancien tracé affecté d'un indice. Il
convient dans ce cas de se rapprocher des services techniques du Conseil Général
pour obtenir les informations actualisées.

3.8 Cas des déclassements

Avant Apres

l'R 10+200 PR tuson

Corriger l.i localisation de 1 accide


(identifiant de la route et PR)

Lorsqu'une route est déclassée, il est impératif d'informer la brigade de gendarmerie


concernée pour que les accidents qui surviendront sur la route déclassée soient
correctement codifiés.
Pour les accidents survenus avant le déclassement, il faut modifier le numéro de
route et le PR. L'objectif est que l'accident reste à la position géographique où il a eu
lieu, en particulier si on le regéocode. Cette correction doit être effectuée en revenant
au moins 5 ans en arrière. Ceci a pour avantage de prendre en compte ces accidents
dans l'étude de la route (recherches de ZAAC, calculs de taux, etc). L'inconvénient
(mineur) est que les statistiques par catégorie de voie se trouveront faussées ; ces
accidents, qui ont eu lieu sur une RN, se trouveront comptabilisés sur RD.

28
3.9 Cas du rebornage des routes

Accident
Route

Point repère (PR)

La restructuration des Routes Départementales, en particulier dans les réorganisations


des catégories des réseaux, entraîne des regroupements de tronçons de routes de
numéros différents, pour créer de nouveaux axes. Ces modifications se traduisent par
la refonte du bornage qui peut être partielle ou complète et comporte parfois des
changements de sens.
Une correction automatique par la création d'une table de correspondance et un logiciel
de conversion s'avère irréaliste, vue la complexité des cas possibles. Il convient donc
d'effectuer les corrections manuelles au cas par cas en s'appuyant sur les outils
d'aide à la correction tels que les cartes à PR (avant et après la réorganisation), «les
schémas d'aide au repérage» ou «les schémas itinéraires».
La correction portera sur les 5 années antérieures au rebornage afin d'obtenir un
fichier cohérent et valide pour les études et exploitations à venir. L'objectif est que,
comme pour le cas des déclassements, l'accident reste à la position géographique où
il a eu lieu, en particulier si on le regéocode.

29
Annotations

30
4 Les rubriques du "BAAC"

Le chapitre qui suit comprend tout d'abord un tableau synthétique destiné à mettre en
évidence les rubriques les plus importantes du fichier accidents.
Puis on trouve une description de chaque rubrique du fichier accidents présentée de la
façon suivante :
• Le nom de la rubrique
• Le chapitre du fichier accidents dans lequel elle se trouve
• Une présentation qui indique ce qu'elle doit contenir et décrit quelques cas
particuliers de codification
• Son intérêt potentiel qui cite les principales utilisations qui en sont faites. L'intérêt
des informations a été vu suivant 2 axes que l'on retrouve dans le tableau du
chapitre 3.1 :
- les études de sécurité en relation avec l'infrastructure, telles que la connaissance
au niveau national de la sécurité en fonction du type d'infrastructure ou bien les
études d'itinéraires au niveau local
- la politique de sécurité routière, c'est-à-dire l'utilisation au niveau national pour
faire évoluer la réglementation ou engager des campagnes de communication
par exemples, ainsi qu'au niveau local dans le cadre d'opérations telles que les
PDASR, etc.
• Les erreurs de remplissage qu'on rencontre le plus fréquemment
• Les vérifications de cohérence qu'il est possible d'effectuer par rapport à d'autres
informations afin de détecter une erreur
• Les outils où on peut retrouver l'information juste, ou qui permettent de la vérifier.
Nota : Certaines rubriques existantes dans le fichier accidents sont déduites d'autres
rubriques saisies à partir des PV, par exemple le "Jour de la semaine" ou l"'Age".
L'accès à ces rubriques, pour d'éventuelles corrections est impossible par la
fonction de mise à jour. Ces rubriques déduites ne sont pas décrites dans le guide.
Dans le logiciel CONCERTO, la codification numérique des items n'existe pas, aussi
seul apparaît le libellé en clair. Les fiches respectent la lecture que le correcteur
fera à l'écran de son ordinateur. Les fiches apportent les définitions des items qui
présentent quelques particularités ou dont le libellé ne tombe pas nécessairement
sous le sens.

31
4.1 Liste des rubriques
Les tableaux des pages suivantes recensent les 106 rubriques disponibles ou
nécessaires dans CONCERTO. Elles sont classées par chapitre.

Les rubriques surlignées sont considérées comme indispensables à la


fiabilité ou à la cohérence de la fiche accident. Leur validité est donc
obligatoire.

Les rubriques cochées "X", utiles pour le domaine considéré, doivent faire
I' objet d' une attention particulière quant à leur validité.

Les rubriques en italique sont spécifiques au milieu urbain

32
_ Domaine Politique Sécurité
Rubrique , „ ...
Infrastructure Routière
IDENTIFICATION DE L'ACCIDENT

Organisme

Unité

N° PV

Date X X

Heure X X

1 . CARACTÉRISTIQUES

Jour de la semaine Rubrique déduite

Lumière X X
Code INSEE Département -
X X
Commune
Localisation (RC - Agglo) X X

Intersection X X

Conditions atmosphériques X X

Type de collision X X

Adresse postale X

Type de jour (F- VF) Rubrique déduite

Coordonnées géographiques Rubrique déduite

Code utilisateur numérique

Code utilisateur alphanumérique

Valeur utilisateur numérique

Valeur utilisateur alphanumérique


Consultation procédure pour
corrections ou saisie
Validation de l'accident

Département mitoyen 1

Insee commune mitoyenne 1

Département mitoyen 2

Insee commune mitoyenne 2

33
Domaine Politique Sécurité
Rubrique
Infrastructure Routière

Code route X X

Catégorie Administrative X X

N° de la route ou Finato X X

Indice numérique X X

Indice alphanumérique X X

Régime de circulation X X

Nombre total de voies de circulation X

Marquage chaussée X

Voie spéciale X X

Profil en long X

Point kilométrique ou repère X X

Tracé en plan X

Etat de la route X

Largeur (TPC - route) X

Etat de la surface X

Aménagement - Infrastructure X

Situation de l'accident X

Signalisation 1 X

Signalisation 2 X

Environnement 1 X

Environnement 2 X

Code utilisateur numérique

Code utilisateur alphanumérique

Valeur utilisateur numérique

Valeur utilisateur alphanumérique

Nom de la voie urbaine

Numéro de porte ou de candélabre

Nature du numéro
Distance par rapport au numéro de
porte ou de candélabre

34
Domaine Politique Sécurité
Rubrique
Infrastructure Routière

3 . VEHICULES

Lettre conventionnelle X X

Code route X X

Véhicule en fuite

Sens de circulation X

Catégorie administrative X X

Immatriculation (dépt ou pays) X X

Date 1ère mise en circulation X


Date dernier contrôle
X
ou visite technique
Type de véhicule

Appartenance

Véhicule spécial X

Facteur lié au véhicule X

Chargement X

Assurance

Obstacle fixe heurté X X

Obstacle mobile heurté X X

Point de choc initial X


Manoeuvre principale
X
avant l'accident
Nombre d'occupants dans le TC

Code utilisateur numérique

Code utilisateur alphanumérique

Valeur utilisateur numérique

Valeur utilisateur alphanumérique

35
Domaine Politique Sécurité
Rubrique
Infrastructure Routière
4 . USAGERS
Lettre conventionnelle X X

Place dans le véhicule X

Responsable présumé

Catégorie X X

Gravité X X
AIS (fourni par médecin)
/ valeurs 1, 2 et 3
Catégorie socioprofessionnelle X

Sexe X

Nationalité

Résidence (département ou pays) X X

Date de naissance X

Facteur lié à l'usager X

Alcoolémie X

Taux d'alcoolémie X

Situation du permis de conduire X

Date d'obtention du permis X

Trajet

l e et 2è infractions

Existence équipement de sécurité X


Utilisation équipement
X
de sécurité
Localisation du piéton X X

Action du piéton X X

Groupement piétons

Age Rubrique déduite

Code utilisateur numérique

Code utilisateur alphanumérique

Valeur utilisateur numérique

Valeur utilisateur alphanumérique

36
4.2 Description des rubriques
Chapitre CARACTÉRISTIQUES

DATE 40 CODE INSEE (COMMUNE) 45


HEURE 41 INTERSECTION 46
LUMIÈRE 42 CONDITIONS ATMOSPHÉRIQUES 47
LOCALISATION 43 TYPE DE COLLISION 48
DÉPARTEMENT 44 ADRESSE POSTALE 49

Chapitre LIEUX
CODE ROUTE 52 TRACÉ EN PLAN .61
CATÉGORIE ADMINISTRATIVE 53 ETAT DE LA ROUTE .62
VOIE 54 LARGEUR .63
RÉGIME DE CIRCULATION 55 ETAT DE LA SURFACE .64
NOMBRE TOTAL DE VOIES DE CIRCULATION 56 AMÉNAGEMENT INFRASTRUCTURE . .65
MARQUAGE CHAUSSÉE 57 SITUATION DE L'ACCIDENT .66
VOIE SPÉCIALE 58 SIGNALISATION .67
PROFIL EN LONG 59 ENVIRONNEMENT .68
POINT KILOMÉTRIQUE OU REPÈRE 60

Chapitre VEHICULES
LETTRE CONVENTIONNELLE 70 VÉHICULE SPÉCIAL ..80
CODE ROUTE 71 FACTEUR LIÉ AU VÉHICULE ..81
VÉHICULE EN FUITE 72 CHARGEMENT ..82
SENS DE CIRCULATION 73 ASSURANCE ..83
CATÉGORIE ADMINISTRATIVE 74 OBSTACLE FIXE HEURTÉ ..84
IMMATRICULATION 75 OBSTACLE MOBILE HEURTÉ ..85
DATE DE 1ÈRE MISE EN CIRCULATION 76 POINT DE CHOC INITIAL ..86
DATE DERNIER CONTRÔLE OU VISITE TECHNIQUE . 77 MANOEUVRE PRINCIPALE AVANT L'ACCIDENT ..87
TYPE DE VÉHICULE 78 NOMBRE D'OCCUPANTS DANS L E T C ..88
APPARTENANCE 79

Chapitre USAGERS
LETTRE CONVENTIONNELLE 90 ALCOOLÉMIE TAUX D'ALCOOLÉMIE 102
PLACE DANS LE VÉHICULE 91 PERMIS DE CONDUIRE 103
RESPONSABLE'PRÉSUMÉ 92 DATE OBTENTION PERMIS :
CATÉGORIE 93 MOIS, ANNÉE 104
GRAVITÉ 94 TRAJET 105
A.I.S 95 1ÈRE ET 2ÈME INFRACTIONS 106
CATÉGORIE SOCIO-PROFESSIONNELLE 96 EXISTENCE ÉQUIPEMENT DE SÉCURITÉ
SEXE 97 UTILISATION ÉQUIPEMENT DE SÉCURITÉ . 107
NATIONALITÉ 98 MANOEUVRE DU PIÉTON :
RÉSIDENCE : DÉPARTEMENT OU PAYS 99 ( LOCALISATION / ACTION /
DATI ni NAISSANCI : MOIS, ANNÉI 100 SEUL, ACCOMPAGNÉ, EN GROUPE) 108
S.FACTEUR LIÉ À L'USAGER 101
Page laissée blanche intentionnellement
Chapitre
CARACTÉRISTIQUES

Le chapitre CARACTÉRISTIQUES regroupe des informations d'ordre général


et commun aux chapitres LIEUX , VÉHICULES et USAGERS de l'accident.
Ces informations sont réparties en 4 groupes de rubriques : la situation
temporelle (date, jour, heure) , les conditions extérieures au moment de
l'accident (lumière, conditions atmosphériques), le type de collision (frontale,
par l'arrière, etc.) et des renseignements sur la localisation de l'accident
(intersection, agglomération, commune).
L'ensemble de ces rubriques est fondamental pour l'exploitation
informatique de la base de données accidents.

39
Annotations Date
Présentation
Cette rubrique enregistre la date de l'accident
Jour : de 01 à 31 selon les mois,
Mois : de 01 à 12,
Année : en 4 chiffres, exemple 2000
Cette rubrique fait partie intégrante de l'identifiant de l'accident.

Intérêt
• constitue une entrée pour rechercher les accidents sur une période
définie,
• permet de suivre les évolutions de l'accidentologie dans le temps.
Une erreur dans la date peut avoir des conséquences sur le nombre d'accidents
d'une période et donc occulter l'enjeu réel de sécurité d'une section ou d'un
carrefour,

Erreurs les plus fréquentes


Erreur de transcription lors des saisies.

Cohérence
La diffusion du fichier mensuel des accidents intègre les reliquats des mois
précédents. La vérification portera sur la compatibilité de la date de l'accident
avecla période plausible précédant la date de réception du fichier.

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV
les journaux
la grille de relevé accidents
les informations du CRICR

y V

40
Heure Annotations
Présentation
Cette rubrique renseigne sur l'heure de l'accident :
• heures : de 00 à 23
• minutes : de 00 à 59
OOhOO est interdit, on notera OOhOl
Cette rubrique fait partie intégrante de l'identifiant de l'accident.

Intérêt
Permet de comparer l'accidentologie aux différentes heures. Ces
renseignements sont très utiles aux études et aux politiques de sécurité routière.

Erreurs les plus fréquentes


Erreur de transcription.
Erreur entre l'heure de l'accident et l'heure d'arrivée des forces de l'ordre sur
le lieu de l'accident.

Cohérence
Vérifier la cohérence avec les rubriques Lumière et Mois en fonction de la
saison.

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV
les journaux
la grille de relevé accidents
les informations du CRICR

y V
41
Annotations Lumière
Présentation
Cette rubrique décrit les conditions d'éclairage dans lesquelles l'accident s'est
produit. Le crépuscule ou l'aube décrivent une situation de lumière réduite
limitant la visibilité.

Intérêt de la rubrique
Permet de mieux cerner les problèmes liés à la visibilité selon l'état de lumière
et être le révélateur pour la mise en place d'études spécifiques et de politiques
de sécurité routière.

Erreurs les plus fréquentes

Cohérence
Voir les rubriques Heure et Mois (la luminosité variant selon la saison).

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV
les journaux
le Minitel 3615 code BDL (bureau des longitudes) rubrique heures de lever et
coucher du soleil. Le temps civil de l'aube et du crépuscule varie en France de
25 mn au sud (Perpignan) à 50 mn au nord (Dunkerque) avant le lever et après
le coucher du soleil

y v
42
Annotations Type de véhicule
Présentation
Cette rubrique reprend le type inscrit sur la carte grise du véhicule pour les
véhicules à quatre roues.
Pour les motocyclettes, elle reprend, à partir de la carte grise, la puissance en
deux chiffres cadrés à gauche, puis le genre sur quatre caractères après une
case vide.

Intérêt
Cette rubrique devrait permettre de déterminer la puissance fiscale ainsi que
l'allure sportive du véhicule, par l'intermédiaire d'une table de correspondance.
La mise en œuvre de cette opération est complexe et n'est pas faite
actuellement. Les informations Puissance fiscale et Allure sportive ne sont
donc pas renseignées dans les fichiers qui sont transmis aux services extérieurs.

Erreurs les plus fréquentes


Cette information est à ce jour inexistante.

Cohérence
Dans le cas où le véhicule décrit est une motocyclette (Catégorie administrative),
on vérifiera la présence d'une case vide en troisième position à partir de la
gauche.

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV

78
Date dernier contrôle ou visite technique Annotations
Présentation
Cette rubrique précise le mois et l'année du dernier contrôle ou de la dernière
visite technique figurant sur la carte grise de chaque véhicule impliqué.

Intérêt
La politique de sécurité routière vis à vis du contrôle technique dépend en
partie de la qualité des données de la base accidents.

Erreurs les plus fréquentes

Cohérence
On vérifiera que cette date est antérieure à celle de l'accident.

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV

y V

77
Annotations Date de lere mise en circulation
Présentation
Cette rubrique précise le mois et l'année de la première mise en circulation
figurant sur la carte grise de chaque véhicule impliqué.

Intérêt
Au travers de la date de première mise en circulation du véhicule, on peut
retrouver l'âge du véhicule au moment de l'accident.
Cette donnée, dans le cadre de la mise en place d'une politique de sécurité
routière concernant l'amélioration du parc des véhicules, est essentielle pour
tenter de déterminer si il y a ou non une surimplication des véhicules anciens.

Erreurs les plus fréquentes


La rubrique n'est pas renseignée systématiquement.
On constate une inversion entre la date de l e r e mise en circulation et la date de
changement de carte grise (revente du véhicule).

Cohérence
La date de première mise en circulation doit être antérieure à la date de
l'accident.

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV

y v
76
Immatriculation Annotations
Présentation
Cette rubrique fournit l'origine géographique du véhicule impliqué.
La codification reprend le numéro de département, la lettre de nationalité ou
"CD" (corps diplomatique), " F (administration française) et "MIL" (militaires).
Pour les bicyclettes, les cyclomoteurs et les véhicules non identifiés, cette
rubrique est sans objet.

Intérêt
Cette rubrique permet d'avoir connaissance de l'origine des véhicules impliqués.
Cette donnée permet de mieux orienter les actions de sécurité routière à mener.
Concrètement, les actions à mener sur l'infrastructure seront différentes selon
que les usagers impliqués seront des locaux ou des non locaux.
Une certaine prudence est nécessaire quant aux conclusions à tirer de cette
information. En effet, il s'agit du département d'immatriculation du véhicule,
et de nombreux véhicules (véhicules de société, de location, etc.) sont souvent
immatriculés dans le département du siège de la société et circulent
habituellement dans une autre région.
La rubrique Résidence, Département ou Pays paraît plus pertinente pour
déterminer l'origine des impliqués.

Erreurs les plus fréquentes

Cohérence

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV
la grille de relevé accidents

y v
75
Annotations Catégorie administrative
Présentation
Cette rubrique définit la catégorie administrative du véhicule impliqué selon la
législation du code de la route.
Si le véhicule est un transport en commun, la rubrique nombre d'occupants
dans le TC sera renseignée.

Intérêt
La connaissance des véhicules impliqués est essentielle pour déterminer les
actions à mener en terme de politique de sécurité routière, comme vis-à-vis
des Deux-Roues par exemple.
Ces actions peuvent être déterminées à partir d'études de sécurité ou des
tableaux de bord périodiques.
La surimplication d'une catégorie d'usagers influe sur les politiques routières
locales ou nationales. Dans ce cadre, il est important de viser la bonne cible.

Erreurs les plus fréquentes


Cette information, qui provient de la carte grise, est généralement fiable.

Cohérence
On vérifiera les équipements de sécurité décrits pour les usagers d'un véhicule.

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV
les journaux
la grille de relevé accidents
l'enquête REAGIR

y V
74
Sens de circulation Annotations
Présentation
Cette rubrique permet de décrire le sens de circulation de chaque véhicule
impliqué dans l'accident.
Le déplacement des véhicules est défini selon le sens des PR ou PK croissant,
ou décroissants.
Si la route n'a pas de bornage, le sens des PR croissants est attribué au
premier véhicule décrit et à ceux circulant dans le même sens. Le sens des PR
décroissants est alors attribué aux véhicules circulant en sens inverse.
Toutefois, il conviendrait d'établir une convention pour le sens à prendre en
compte sur les réseaux non bornés (si plusieurs accidents ont lieu sur une
même section, il est préférable de pouvoir identifier le sens de circulation des
véhicules selon une orientation pré-établie). Dans ce cas, on pourra prendre
comme origine du sens croissant, l'agglomération la plus importante.

Intérêt
Cette rubrique est essentielle pour la compréhension globale de l'accident.
Elle est également prépondérante dans les opérations de sécurité, et ce surtout
dans le cas des routes à chaussée séparées. En effet, par l'intermédiaire du
sens de circulation, on peut déterminer quelle est la chaussée la plus
accidentée. Il est important de bien cibler la chaussée qui pose problème,
notamment si le diagnostic préconise de revoir la couche de roulement.

Erreurs les plus fréquentes


La codification se faisant par rapport au sens des PR croissants, une mauvaise
interprétation est parfois possible lors de la saisie.

Cohérence
Dans le cas où plusieurs véhicules sont impliqués, vérifier que le type de collision
et la manoeuvre principale sont cohérents avec le sens de circulation des
véhicules.

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV
les journaux
la grille de relevé accidents
les schémas d'itinéraires

y V
73
Annotations Véhicule en fuite
Présentation
Un véhicule est codé en fuite lorsqu'il n'a pu être identifié. Des informations
complémentaires peuvent venir de l'audition de témoins ou d'une déclaration
différée du conducteur du véhicule incriminé. Dans ce cas, la procédure est
complétée ultérieurement, parfois après la rédaction du BAAC.

Intérêt
Cette rubrique ne présente pas d'intérêt pour CONCERTO ou pour le métier.
Elle permet toutefois d'expliquer la non description d'un véhicule.

Erreurs les plus fréquentes

Cohérence
Si un véhicule n'est pas correctement décrit ou pas du tout, on vérifiera s'il est
en fuite avant de corriger.

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV

y V

72
Code route Annotations
Présentation
Cette rubrique permet de relier les véhicules à la route sur laquelle ils circulaient.
C'est le numéro d'ordre de la route.

Intérêt
Ce numéro affecte un véhicule à une route décrite et sur laquelle il circulait.
Cette rubrique est donc essentielle pour la compréhension de l'accident. Si un
véhicule est codé sur une autre route que celle où il circulait réellement,
l'ensemble de la codification de l'accident peut paraître aberrante.

Erreurs les plus fréquentes


Absence de code.

Cohérence
Vérifier que le numéro de route correspond à une route effectivement décrite.

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV

y V

71
Annotations Lettre conventionnelle
Présentation
Cette rubrique permet de différencier, par ordre alphabétique, les véhicules
impliqués dans l'accident y compris les véhicules en fuite.
Les lettres sont utilisées de A à Z sans discontinuité. Dans le cas d'un accident
en chaîne de plus de 26 véhicules, l'alphabet est repris à son début. Ces
lettres permettent de relier chaque usager impliqué au véhicule qu'il occupait,
pour cela la lettre du véhicule est rappelée dans le chapitre Usagers.
La lettre A est attribuée au véhicule dont le conducteur est présumé responsable
de l'accident.
Un véhicule en stationnement vide d'occupant est considéré comme obstacle
fixe et n'a pas à être décrit dans cette rubrique.

Intérêt
Cette lettre permet d'identifier un véhicule dans le BAAC, d'y rattacher ses
occupants et éventuellement le ou les piétons heurtés. Elle est donc primordiale
pour la compréhension globale de l'accident. Elle est le lien qui permet de
déterminer l'âge des conducteurs de véhicules légers par exemple.

Erreurs les plus fréquentes


Absence de lettre.
Remorque décrite en tant que véhicule.

Cohérence
Vérifier que chaque véhicule n'a qu'un conducteur décrit et que le nombre de
véhicules décrits soit en rapport avec le type de collision

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV

y V
70
!?

, vai 4' \

Chapitre
VEHICULES

Le chapitre VÉHICULES permet de décrire le ou les véhicules impliqués


dans l'accident. Chaque véhicule est décrit dans une ligne de saisie
d'information.
Par convention, le premier véhicule décrit est celui présumé responsable.
Les usagers de chaque véhicule sont décrits dans le chapitre USAGERS.
Ils sont rattachés à un véhicule grâce à la lettre conventionnelle.
Chaque véhicule est affecté à la route sur laquelle il circulait par
l'intermédiaire du code route.
Les renseignements du chapitre VÉHICULES sont indispensables pour
orienter les actions de politique de sécurité routière et d'aménagement
des infrastructures routières.
On attachera une attention particulière aux rubriques Catégorie
administrative du véhicule et Obstacles heurtés (fixe ou mobile).

69
Annotations Environnement
Présentation
Cette rubrique apporte des informations complémentaires concernant la zone
de l'accident. On peut sélectionner les deux éléments descriptifs de
l'environnement les plus en rapport avec les circonstances de l'accident.
Précision concernant quelques items :
• "zone urbanisée hors agglomération" : zones industrielles, artisanales,
commerciales, faubourg, lieu-dit
• "zone non urbanisée en agglomération" : zones non construites qui
s'apparentent à de la rase campagne
• "point école surveillé" : proximité d'une école surveillée, au moment de
l'accident, par du personnel spécialement affecté
• "ralentisseurs" : chicanes, dos d'âne

Intérêt
Rubrique utile qui apporte un éclairage sur le lieu des accidents dans les
opérations de sécurité.

Erreurs les plus fréquentes


Absence d'information.

Cohérence
Voir les rubriques :
Localisation
Nombre total de voies de circulation.

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV
les journaux
les schémas itinéraires
les banques d'images

y V
68
\ /"

Signalisation Annotations
Présentation
Cette rubrique permet de décrire les deux principaux signaux routiers précisant
le régime de priorité ou le caractère dangereux du tronçon de route sur lequel
se situe l'accident. On prend pour chaque route la signalisation la plus
représentative. La présence de signalisation horizontale est indiquée dans la
rubrique Marquage.

Intérêt
Rubrique importante pour la compréhension de l'accident.

Erreurs les plus fréquentes


Absence d'information.

Cohérence
Voir les rubriques :
Intersection
Tracé en plan ("en courbe").

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV
les journaux
les schémas itinéraires
les banques d'images

y v
67
Annotations Situation de l'accident
Présentation
Cette rubrique permet de préciser la position du point de choc. Elle constitue
l'un des éléments du concept de localisation de l'accident.

Intérêt
Rubrique importante pour la compréhension de l'accident.

Erreurs les plus fréquentes


Absence d'information.

Cohérence
Voir les rubriques :
Localisation ("trottoir")
Catégorie ("BAU")
Régime de circulation
Voie spéciale ("piste cyclable" ou "bande cyclable").

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV
les journaux
la grille de relevé accidents (sur le schéma)

y \

66
Aménagement Infrastructure Annotations
Présentation
Cette rubrique décrit les aménagements ou les infrastructures du lieu de
l'accident.
Précision concernant quelques items :
• "bretelle d'échangeur ou de raccordement" : considérée comme
aménagement et non comme voie Spéciale ou Catégorie administrative
• "voie ferrée" : passage à niveau, tramway
• "carrefour aménagé" : ayant fait l'objet de travaux spécifiques tels que
des îlots directionnels ou des séparateurs en dur ou peint, afin
d'améliorer la sécurité et la fluidité du trafic

Intérêt
Rubrique utile pour certaines opérations de sécurité telles que par exemple les
aménagements de passages à niveau.

Erreurs les plus fréquentes


Absence d'information.

Cohérence
Pour les bretelles vérifier la cohérence avec le Régime de circulation (chaussées
séparées).
Pour les carrefours aménagés vérifier la cohérence avec les rubriques
Intersection, Largeur de route, Nombre de voies.
Si la présence d'une voie ferrée est indiquée, on doit avoir une intersection de
type "passage à niveau".

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV
les journaux
la grille de relevé accidents (sur le schéma)
les schémas d'aide au repérage
les schémas itinéraires
les banques d'images

y V

65
Annotations Etat de la surface
Présentation
Cette rubrique indique la présence ou non sur la chaussée d'éléments
susceptibles d'avoir modifié l'adhérence des véhicules au moment et au lieu
de l'accident.
Précisions concernant quelques items :
• "normal" : surface sèche ou humide, sans que rien n'altère l'adhérence
• "mouillée" : rendant la chaussée glissante, pouvant entraîner des
projections d'eau
• "flaques" : présence d'eau sur la chaussée mais ne recouvrant pas
totalement la surface
• "inondée" : chaussée totalement recouverte d'eau

Intérêt
Rubrique importante pour les études d'adhérence des opérations de sécurité.

Erreurs les plus fréquentes


Absence d'information.

Cohérence
Voir la rubrique Conditions Atmosphériques {"pluie légère", "pluie forte","neige",
"grêle").

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV
les journaux
la documentation publiée par Météo-France
les fichiers des événements des CIGT

y v

64
- \ / •

Largeur Annotations
Présentation
Cette rubrique regroupe les largeurs du terre plein central et de la route hors
TPC. Le TPC n'existe que sur les routes à chaussées séparées, un dispositif
de retenue (glissières, séparateurs en béton,...) peut y être implanté.
Les largeurs du TPC et de la route au niveau du point de choc se mesurent
entre les bandes de rives quand elles existent. En l'absence de marquage, on
prend en compte les parties revêtues.

Intérêt
Cette rubrique permet de déduire la rubrique classe de largeur en associant
les rubriques Régime de circulation et Nombre de voies.
Rubrique importante en ce qui concerne les opérations de sécurité et les études
en accidentologie.
Elle est importante pour les études sur l'infrastructure en fonction de la classe
de profil en travers.

Erreurs les plus fréquentes


Absence d'information.
Confusion entre la largeur entre bandes de rives et la largeur revêtue.
Dans le cas d'une route à chaussées séparées, une erreur classique consiste
à ne mesurer qu'une chaussée.

Cohérence
Voir les rubriques :
Régime de circulation
Nombre total de voies
Aménagement-Infrastructure ("carrefour aménagé").

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV
la grille de relevé accidents
les schémas itinéraires

63
Annotations Etat de la route
Présentation
Cette rubrique décrit la qualité de la chaussée au moment et au lieu de l'accident.
Précisions concernant quelques items :
Confortable (route en très bon état incitant à la vitesse)
Visibilité gênée (en situation d'approche par de la végétation, des panneaux,
des constructions)

Autre (réservé à des situations telles que travaux, chantier)

Intérêt importante pour les aspects adhérence, visibilité, vitesse dans les
Rubrique
diagnostics, les opérations de sécurité ou les études en accidentologie.

Erreurs les plus fréquentes


Absence d'information.

Cohérence
Voir les rubriques :
Marquage ("confortable")
Signalisation ("travaux").

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV
la grille de relevé accidents

y v

62
Tracé en plan Annotations
Présentation
Cette rubrique décrit la sinuosité de la route à l'endroit de l'accident :
Les informations sont données par rapport au sens de circulation du premier
véhicule décrit.

Intérêt
Rubrique importante pour l'étude des accidents en virage. La proportion
d'accidents en courbe est un indicateur typologique classique lors de l'étude
d'un réseau ou d'un itinéraire.

Erreurs les plus fréquentes


Absence d'information ou celle-ci ne correspond pas au premier véhicule décrit
sur la route.
Mauvaise interprétation (virages sur autoroutes parfois codés rectilignes).

Cohérence
Voir la rubrique Signalisation ("virage balisé").

Où trouver des informations concernant cette rubrique


lePV
la grille de relevé accidents
les schémas itinéraires
les banques d'images

J V
61
Annotations Point Kilométrique ou Repère
Présentation
Cette rubrique permet de localiser le point de choc d'un accident par rapport
au bornage existant de la route (Point Repère ou Point Kilométrique).
La distance entre deux Points Repère (PR) peut être supérieur ou inférieur à
1000 m, le repérage d'un accident se fait par rapport au PR amont.
Certaines Routes Départementales ou Voies Communales ne sont pas bornées,
dans ce cas le PR est codifié 0 (zéro).
Dans le cas où le point de choc de l'accident est situé au PR zéro, celui-ci est
codé à 1 mètre (ex : 0000 0001).
Dans le cas de routes à chaussée séparées, il existe un bornage sur chaque
chaussée, les bornes ne sont pas obligatoirement en regard de part et d'autre
de la route.
Dans le cas d'échangeur, un PR est implanté en début de chaque bretelle.

Intérêt
Le repérage des accidents est indispensable pour les opérations de sécurité
(étude de ZAA, diagnostic,...).
L'absence de PR est préjudiciable pour toute analyse en accidentologie, ainsi
que pour les calculs d'indicateurs de sécurité (taux, densité,...).
Enfin, le PR est indispensable pourgéocoder les accidents.

Erreurs les plus fréquentes


Information absente ou ne correspondant pas au référentiel des bases de
données routières.
La distance du point de choc au PR est mesurée par rapport à la borne la plus
proche (borne aval) et non par rapport à la borne amont.
L'information provient de documents périmés (cartes à PR, déclassement de
route, déviation).
Dans les échangeurs, confusion entre les bretelles.
Sur les déviations, confusion entre les tracés ancien et nouveau avant
déclassement, absence ou mauvais report du bornage sur la voie nouvelle.

Cohérence
Vérifier la compatibilité entre le PR de l'accident et les PR origine et extrémité
de la commune (repérée par son code INSEE) ou des éléments de l'infrastructure
connus (carrefour, agglomération,...).

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV
les journaux
la grille de relevé accidents
les schémas d'aide au repérage
les schémas itinéraires
les banques d'images
les cartes à PR

y V

60
Profil en long Annotations
Présentation
Cette rubrique décrit la déclivité de la route à l'endroit de l'accident.

Intérêt
Rubrique importante pour les aspects visibilité et vitesse des diagnostics de
sécurité, ainsi que pour la sécurité des véhicules lourds.

Erreurs les plus fréquentes


Absence d'information ou mauvaise interprétation.

Cohérence

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV
les journaux
la grille de relevé accidents
les schémas itinéraires
les banques d'images

y V

59
Annotations Voie spéciale
Présentation
Cette rubrique permet l'identification des voies non décrites par ailleurs er
indiquant leur existence éventuelle. Il peut s'agir :
• d'une piste cyclable : avec séparation physique de la chaussée
• d'une bande cyclable : matérialisation par marquage sur la chaussée
• d'une voie réservée : couloir de bus, de taxi,...

Intérêt
Cette rubrique est utile pour certaines études accidentologiques concernant er
particulier les Deux-Roues et les transports en commun.

Erreurs les plus fréquentes


Absence d'information ou confusion entre bande et piste cyclable.

Cohérence
Voir les rubriques :
Marquage
Situation de l'accident ("Voie cyclable").

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV
les schémas itinéraires
les banques d'images

y v

58
Marquage chaussée Annotations
Présentation
Cette rubrique indique l'existence ou non du marquage sur la chaussée sans
préciser le type (axe ou rives) ni l'état (bon, effacé,...)- La qualité du marquage
ne doit pas être prise en compte.

Intérêt
Permet de déterminer si les 2 sens de circulation étaient effectivement séparés.

Erreurs les plus fréquentes


Absence d'information
Confusion entre un marquage peu visible et inexistant.

Cohérence
Voir la rubrique Largeur.

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV (sur les photos)
la grille de relevé accidents
les banques d'images (en prenant toutefois garde à l'ancienneté des vues)

yV
57
Annotations Nombre total de voies de circulation
Présentation
Cette rubrique indique le nombre total de voies de circulation de la route, en
section courante, hors BAU, accotement, trottoir ou bande cyclable.
Les voies d'insertion ou de décélération ne doivent pas être comptabilisées.
Une route bidirectionnelle sans marquage axial sera considérée comme à 2
voies.

Intérêt
Cette rubrique permet de déduire la rubrique classe de largeur par l'association
des rubriques Régime de circulation et Largeur de la route.
Elle est importante pour les études sur l'infrastructure en fonction de la classe
de profil en travers.

Erreurs les plus fréquentes


Confusion entre le nombre de voies en section courante et le nombre de voies
à proximité des carrefours aménagés.
Confusion entre le nombre de voies d'une chaussée et celui de la route dans le
cas d'une route à chaussées séparées.

Cohérence
Voir les rubriques :
Catégorie
Régime de Circulation
Largeur de la route et du TPC
Aménagement - Infrastructure ("carrefour aménagé")
Environnement ("étranglement", "augmentation du nombre de voies").

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV
la grille de relevé accidents (sur le schéma)
les schémas itinéraires
les banques d'images

y v
56
Régime de circulation Annotations
Présentation
Cette rubrique indique le régime de circulation de la route en section courante.
Routes avec voies à affectations variables : cas des affectations par feux.
Dans le cas d'affectations provisoires par cônes, coder "balisage chantier",
"balisage accident", ou "balisage mobile" dans la rubrique "Signalisation".

Intérêt
Cette rubrique permet de déduire la rubrique "Classe de largeur" en associant
les rubriques "Nombre de voies" et "Largeur de la route".
Elle est utilisée à des fins statistiques et permet de préciser la connaissance
de la sécurité des différents types de voies (chaussées séparées ou uniques).
Elle est importante pour les études sur l'infrastructure en fonction de la classe
de profil en travers.

Erreurs les plus fréquentes


Information inexistante ou invalide.
Confusion avec les bretelles de raccordement d'une longueur importante.

Cohérence
Voir les rubriques :
Catégorie
Largeur de la route, du TPC.

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV
les journaux
la grille de relevé accidents
les schémas itinéraires
les banques d'images

y v
55
Annotations Voie
Présentation
Dans le cas général, les routes sont identifiées par un numéro suivi
éventuellement d'un indice numérique ou alphabétique.
En milieu rural, les voies communales ne sont pas toujours numérotées. En
agglomération, elles portent un nom de rue (adresse). Dans les grandes
agglomérations, les rues font l'objet d'une codification particulière dite code
FINATO .
Les echangeurs sur le Réseau National (Autoroutes et Routes Nationales) portent
le numéro de la route principale à laquelle ils appartiennent, augmenté de
9000. Le numéro de l'échangeur est saisi dans les colonnes indices.
L ' i d e n t i f i c a t i o n des echangeurs a p p a r t e n a n t au réseau des Routes
Départementales ou des Vois Communales, est défini par les gestionnaires de
ces réseaux (voir le chapitre des cas particuliers).
Exemples de codification
Autoroute A6 6
A6b , i i >6\
RN 2 2 1 bis 22/2
Code FINATO de la rue \ 73 3H
Echangeur N° 18 sur RN 12 9 0 hZ\P s
Intérêt
Rubrique indispensable pour les opérations de sécurité et les études en
accidentologie qui nécessitent la connaissance exacte de la localisation des
accidents.
Elle est indispensable pour géocoder les accidents.

Erreurs les plus fréquentes


La saisie du numéro de route est erroné ou inexistant.
L'abréviation du réseau est inclus dans le numéro de route.

Cohérence
S'assurer de la correspondance entre :
La catégorie administrative et le numéro de route
Le code FINATO et l'adresse postale
La cohérence de la codification avec le "Guide des procédures d'identification
du réseau national" édité par le SETRA.

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV
les journaux
la grille de relevé accidents
les cartes départementales des réseaux

y V

54
Catégorie administrative Annotations
Présentation
Cette rubrique définit la catégorie administrative de la route sur laquelle s'est
produit l'accident.
Dans le cas d'une intersection, la catégorie de chaque voie est précisée.
Dans le cas d'un échangeur, les bretelles appartiennent par convention à la
route de rang le plus élevé (Autoroute, Route Nationale, Route Départementale,
Voie Communale). Elles portent le code de catégorie de la route à laquelle
elles appartiennent.
Des exemples de cas particuliers de codifications sont traités dans le chapitre

Intérêt
Rubrique utile pour les gestionnaires des réseaux, en particulier pour la
localisation des accidents.
Elle est importante pour tous les domaines : les opérations de sécurité, les
études en accidentologie, la politique de sécurité routière, les tableaux de
bord de sécurité routière.
Elle permet notamment de répartir les accidents en fonction du gestionnaire
de la voirie.
Enfin, elle est indispensable pour géocoder les accidents, c'est-à-dire pour
déduire leurs coordonnées géographiques à des fins de cartographie.

Erreurs les plus fréquentes


Mauvaise codification.
Confusion entre une RN à 2x2 voies ou une Voie Express et une Autoroute.
En agglomération, classement des RN et RD en voies communales.

Cohérence
Pour les Autoroutes, vérifier dans la rubrique Localisation l'existence de l'item
"hors agglomération".
Pour les accidents en agglomération et sur voie communale, vérifier que
l'Adresse Postale est remplie.
Pour les accidents en rase campagne, vérifier la compatibilité avec le Régime
de circulation, le Numéro de la Voie.

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV
les journaux
la grille de relevé accidents
les cartes départementales des réseaux ou des schémas directeurs de réseaux

53
Annotations Code route
Présentation
Cette codification est un numéro d'ordre, elle permet de rattacher le véhicule à
la route sur laquelle il circulait.
Dans le cas d'une route seule, le code route est 1.
Dans le cas d'une intersection de route de catégories différentes, le code 1
est réservé à la catégorie administrative de la route de rang le plus élevé
(autoroute, route nationale, route départementale, voie communale).
Dans le cas d'une intersection de route de même catégorie, le code 1 est
réservé à la route dont le numéro est le plus petit. Une exception est faite pour
les Routes Nationales déclassées en RD. Ces routes appartiennent au réseau
RD de première catégorie et portent des numéros dans les séries 300, 700,
900.
Dans le cas d'une agglomération, le code 1 est réservé à la voie indiquée dans
l'adresse postale.

Intérêt
Cette rubrique est indispensable pour une bonne compréhension du déroulement
de l'accident.

Erreurs les plus fréquentes


Certaines routes sur lesquelles circulaient les véhicules impliqués dans
l'accident ne sont pas codées.

Cohérence
Voir les rubriques :
Intersection
Type de collision
Adresse postale
Les codes routes du Chapitre VEHICULES

Où trouver des informations concernant cette rubrique

y \

52

•'V \

Chapitre
LIEUX

Le chapitre LIEUX permet de décrire la ou les routes sur lesquelles circulaient


les véhicules avant l'accident. Chaque route est décrite dans une ligne de
saisie d'information.
Par convention, dans le cas d'une intersection, la première route décrite
est la route de catégorie administrative la plus importante.
Le code route permet de rattacher à chaque route les véhicules qui y circulaient.
On portera une attention particulière aux rubriques qui permettent de
localiser l'accident avec précision : Catégorie, Numéro et Indices, PR.
Les rubriques du chapitre LIEUX ont une importance capitale pour les études
en relation avec l'infrastructure.

51
Page laissée blanche intentionnellement
Adresse postale Annotations
Présentation
Cette rubrique renseigne, pour les accidents survenus en agglomération, le n°
de code postal, la nature de la voie (rue, avenue, boulevard, pont,...), et le nom
de la voie. La nature de la voie doit être saisie selon la liste des abréviations
préétablies (voir notice du BAAC).
Dans le cas d'une route bornée qui traverse une agglomération, il convient de
renseigner également le numéro de route et le PR.

Intérêt
En agglomération, elle est le seul moyen de pouvoir localiser précisément un
accident, en l'absence de borne de repérage.

Erreurs les plus fréquentes


La nature de la voie (avenue, boulevard,...) est parfois donnée en toute lettres
et entraîne dans certains cas une perte de lisibilité du nom de la voie et parfois
de la localisation de l'accident.
Les numéros de Routes Nationales ou Départementales sont pratiquement
toujours remplacés par les noms des rues.

Cohérence
Voir les rubriques :
Localisation
Intersection
Environnement
Catégorie administrative
N° de la route

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV
les journaux
le plan de la ville

yV
49
Annotations Type de collision
Présentation
Cette rubrique permet de définir les positions relatives de véhicules lors du
choc. Les types de collision, frontale, par l'arrière, par le côté, en chaîne et
multiples ne s'appliquent que pour des accidents entre véhicules. La classe
"autre collision" est destinée au choc d'un véhicule contre un obstacle fixe
(arbres, têtes de buse,...) , piéton ou animal.

Intérêt
Permet :
• d'avoir une indication sur le déroulement de l'accident
• d'aider à la construction des scénarios types accidents
en cas de répétition.

Erreurs les plus fréquentes


Le choc contre un obstacle fixe est parfois noté "frontal", alors qu'il doit être
indiqué dans "autre collision".

Cohérence
Voir les rubriques :
Obstacles mobiles heurtés et fixes
Point de choc initial
Manoeuvre principale avant l'accident
Intersection
Nombre de véhicules

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV
les journaux

y V
48
Conditions atmosphériques Annotations
Présentation
Cette rubrique décrit les conditions météorologiques de l'accident.
"Temps éblouissant" : luminosité difficile à supporter sans lunettes de soleil.
"Temps couvert" : sombre, de type orageux menaçant, dont la visibilité est
quelque peu affectée.

Intérêt
Aide à mieux comprendre les phénomènes qui ont conduit à un accident. Ces
informations permettent par rapport aux situations météorologiques locales :
• d'améliorer, l'infrastructure et les équipements,
• de prévenir et sensibiliser les usagers aux contraintes météorologiques
particulières,

Erreurs les plus fréquentes

Cohérence
Voir la rubrique Etat de la surface qui peut être une indication de certaines
conditions atmosphériques.

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV
les journaux
les services de la météo

y \

47
Annotations Intersection
Présentation
Cette rubrique permet de préciser le lieu géographique de l'accident, en section
courante ou en intersection. Rappel : une intersection est le lieu où se
rencontrent au moins 2 voies de circulation.
La localisation géographique d'un accident est celle du point du 1er choc
Un accident sera codifié en intersection lorsque le point du 1 e r choc se situe
dans un rayon par rapport au centre du carrefour de :
• 50 m en agglomération,
• 100 m pour un carrefour non aménagé, et 150 m pour un carrefour
aménagé hors agglomération.
Dans le cas où une place est équipée d'un giratoire, l'intersection est codée
"giratoire".
Un passage à niveau est considéré comme une intersection.
La codification des echangeurs est traitée dans le chapitre des cas particuliers.

Intérêt
Les intersections constituent des lieux ponctuels du réseau de voiries où se
produisent en moyenne un accident sur deux en agglomération et un sur cinq
en dehors. L'enjeu est donc important. L'aménagement du carrefour influe
fortement sur le nombre et la gravité des accidents.

Erreurs les plus fréquentes


Dans le cas d'un accident survenant en intersection où les deux véhicules
impliqués circulent sur la même route (cas des collisions frontales ou par
l'arrière), une seule route est parfois décrite. Voir dans les cas particuliers
comment traiter ce cas.

Cohérence
Voir les rubriques :
Route et PR
Type de collision
Manoeuvre principale avant l'accident
Nombre de routes décrites
Aménagement-infrastructure ("voie ferrée" si l'intersection est un passage à
niveau)

Où trouver des informations concernant cette rubrique


la carte des PR
le PV
les journaux
les schémas d'aide au repérage
les schémas d'itinéraire
les banques d'images

y V.

46
Code INSEE (commune) Annotations
Présentation
II s'agit du numéro de la commune du lieu de l'accident. Ce numéro est un
code donné par l'INSEE (Institut National de la Statistique et des Etudes
Economiques). Le code comporte 3 chiffres calés à droite (Exemple : La
Bourboule 047).
Cas particulier : lorsque l'axe de la route constitue la limite de deux communes,
on prendra par convention la commune où circulait le véhicule de l'usager
présumé responsable.

Intérêt
Permet de rechercher pour chaque commune, et par extension le canton, la
circonscription ou tous autres regroupements, le nombre d'accidents, leurs
caractéristiques et constituer ainsi les tableaux de bord de sécurité routière.

Erreurs les plus fréquentes


Cette information peut être considérée comme très fiable, le rédacteur du PV
connaît généralement avec précision les limites de son territoire. Néanmoins,
ceci n'exclut pas une erreur de saisie.

Cohérence
Voir les rubriques :
Route et PR
Code d'unité de la gendarmerie ou de la police.

Où trouver des informations concernant cette rubrique


la carte des PR
le PV
les journaux
les schémas d'aide au repérage

y v
45
Annotations Département
Présentation
Le numéro du département, lieu géographique où l'accident s'est produit, est
codé sur 2 ou 3 chiffres.
Cet item ne fait pas partie de l'identifiant de l'accident.
La ventilation mensuelle des bases départementales des accidents bruts, à
partir de la base nationale se fait par sélection sur ce critère.

Intérêt
Dans une base d'accidents régionale ou nationale, le code du département
permet d'effectuer des sélections géographiques. Ce code est indispensable
pour les études comparatives ou les statistiques générales.

Erreurs les plus fréquentes


Erreur de saisie du numéro du département.
Certains accidents qui se sont produit dans une enclave ou sur un tronçon de
route géré par un département voisin, ont une codification erronée (cf. le chapitre
du traitement des cas particuliers).

Cohérence
La cohérence doit être établie entre les numéros de département, de route et
de commune, pour vérifier l'appartenance de l'accident au département codé
dans cette rubrique.

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV
les cartes des réseaux du département
les codes de communes de l'INSEE

J V.
44
Localisation Annotations
Présentation
Un accident peut se produire en rase campagne ou en agglomération. La limite
administrative est donnée par le panneau d'agglomération EBIO et EB20. Dans
le premier cas, il est dit "hors agglomération". Dans le second cas, il est dit
"en agglomération". La codification par classe de valeurs est définie en fonction
du nombre d'habitants de la commune et non pas en fonction de la population
agglomérée.

Intérêt
Permet de distinguer les accidents en rase campagne et en agglomération
dont les enjeux sont différents en nombre et en gravité. Un sous découpage
est opéré pour les agglomérations selon le nombre d'habitants pour mesurer
plus précisément les enjeux de sécurité réels.

Erreurs les plus fréquentes


Un accident est déclaré en agglomération s'il se produit entre les panneaux
EBIO (entrée d'agglomération) et EB2O (fin d'agglomération).
Il existe toutefois des zones non urbanisées à l'intérieur des panneaux
d'agglomération, qui doivent être codées en agglomération (certaines entrées
d'agglomération par exemple). Pour ces cas particuliers se reporter au chapitre
LIEUX, rubrique Environnement.
Les lieux-dits ne sont pas considérés comme des agglomérations et doivent
être codés "hors agglomération".
Le nombre d'habitants des communes est donnée par l'INSEE. Lors de la saisie,
des confusions existent dans l'affectation de l'accident dans une classe de
population.

Cohérence
Voir les rubriques :
Code INSEE de la commune (recensement de la population)
Adresse postale (existe pour les agglomérations)
Catégorie administrative des routes (parexempie les autoroutes ou voies isolées
de leur environnement sont à considérer hors agglomération)
Environnement ("zone urbanisée hors agglo" et "zone non urbanisée en agglo")

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV
les journaux
la grille de relevé accidents
les schémas d'aide au repérage
les schémas itinéraires
les banques d'images
les fascicules de l'INSEE du recensement de la population ou le code des
communes

y V
43
Appartenance Annotations
Présentation
Cette rubrique permet de définir à qui appartenait le véhicule au moment de
l'accident.
Dans le cas de leasing, il faut coder le véhicule comme appartenant à une
entreprise.

Intérêt
Cette rubrique permet de mieux cerner le nombre d'accidents où sont impliqués
des usagers qui circulaient dans des véhicules ne leur appartenant pas (société,
administration,...)- On peut ainsi définir des enjeux sur la politique de sécurité
routière à mener auprès des entreprises, mais également sur la conduite de
véhicule non connu par les conducteurs.

Erreurs les plus fréquentes

Cohérence
Voir la rubrique Immatriculation ("administration").

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV
les journaux

y V

79
Annotations Véhicule spécial
Présentation
Cette rubrique permet de différencier les véhicules qui présentent une fonction
spécifique (ambulance, pompier, matières dangereuses, etc.). Cette information
ne sera renseignée que dans le cas de l'utilisation spécifique de ce véhicule
lors de l'accident.
Si le véhicule est un transport scolaire, la rubrique Nombre d'occupants dans
le TC doit être remplie.

Intérêt
Cette rubrique est intéressante pour la politique de sécurité routière. Elle permet
notamment de surveiller les risques encourus avec les transports de matières
dangereuses ou par les transports scolaires. Cette information fait partie des
bases indispensables pour mener une politique vis à vis des transports
scolaires.

Erreurs les plus fréquentes


Rubrique non renseignée alors qu'un véhicule de ce type est impliqué lors de
son utilisation spécifique.

Cohérence
Voir la rubrique Catégorie administrative ("transport en commun").

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV
les journaux

J V.

80
Facteur lié au véhicule Annotations
Présentation
Cette rubrique est renseignée quand un des facteurs de l'accident est supposé
être lié au véhicule.
L'item "déplacement du véhicule" est utilisé lorsque le véhicule a échappé à
l'action du conducteur, par exemple sous l'action d'un coup de vent.
L'item "chargement" doit être renseigné quand celui-ci est en cause, par exemple
dans un défaut d'arrimage.

Intérêt
Cette rubrique, liée avec l'âge du véhicule et la date du dernier contrôle
technique, permet la mise en évidence des problèmes liés aux véhicules anciens
et mal entretenus. Elle participe à la mise en place de la politique de sécurité
routière vis à vis de l'entretien des véhicules.

Erreurs les plus fréquentes


Rubrique non renseignée alors qu'un des facteurs est lié au véhicule.

Cohérence
Voir la rubrique Chargement.

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV
les journaux

y V

81
Annotations Chargement
Présentation
Cette rubrique a pour but de définir la nature du chargement quand celui-ci est
supposé être l'un des facteurs de l'accident c'est-à-dire lorsque l'item
"chargement" est renseigné dans la rubrique Facteur lié au véhicule.
La codification "animal" ne s'applique pas à un animal de compagnie présent
dans le véhicule.

Intérêt
La rubrique chargement est importante pour la politique de sécurité routière.
Elle permet de faire émerger les accidents dans lesquels un mauvais chargement
est en cause. Recoupée avec la catégorie administrative du véhicule, il est
alors possible de déterminer l'enjeu des accidents impliquant des Poids Lourds
dont le chargement était mal réparti.

Erreurs les plus fréquentes

Cohérence
Voir la rubrique Facteur lié au véhicule.

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV
les journaux

y V

82
Assurance Annotations
Présentation
Cette rubrique présente la conformité de l'assurance des véhicules impliqués
relativement au code de la route.

Intérêt
Cette rubrique paraît sans enjeu pour notre métier.

Erreurs les plus fréquentes

Cohérence
Vérifier la compatibilité avec les items de la rubrique Catégorie administrative.

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV
les journaux

y V

83
Annotations Obstacle fixe heurté
Présentation
Cette rubrique recense les obstacles fixes heurtés par les véhicules impliqués.
Lorsqu'il y a eu plusieurs obstacles heurtés dans un même accident, c'est
l'obstacle fixe qui a causé les plus gros dégâts au véhicule impliqué qui est
décrit ici.
La sortie de chaussée sans obstacle est codée dans cette rubrique, pour un
véhicule quittant la chaussée inopinément sans qu'il y ait eu de choc quelconque.
Un véhicule en stationnement est considéré comme obstacle fixe si aucune
personne n'est à son bord.

Intérêt
La détermination de l'enjeu des accidents avec obstacle est importante dans
une étude de sécurité. Il est souvent en rapport avec la gravité des accidents,
c'est à dire la sécurité secondaire de la voie. La détection de problèmes liés
aux obstacles a des conséquences sur la politique d'aménagements
(suppression d'obstacles, pose de dispositifs de retenue).
Au niveau national, la connaissance de l'accidentologie liée aux obstacles est
déterminante pour orienter les politiques de sécurité routière.

Erreurs les plus fréquentes


Les principaux obstacles (arbre, glissière) sont bien renseignés. Quant aux
obstacles tels que mobilier urbain, îlot, refuge, borne haute,..., la mauvaise
connaissance de ce vocabulaire routier par les forces de l'ordre peut entraîner
des erreurs de codification.

Cohérence

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV
les journaux
la grille de relevé accidents
les schémas d'aide au repérage
les schémas itinéraires
les banques d'images

J V
Obstacle mobile heurté Annotations
Présentation
Cette rubrique décrit différentes catégories d'obstacles heurtés susceptibles
de se déplacer.

Intérêt
Cette rubrique est intéressante pour l'ensemble de la démarche engagée pour
la sécurité routière. Elle permet de recenser les problèmes de heurts de piétons,
les problèmes liés à une traversée d'animaux ou aux véhicules sur rails.
A travers celle-ci, c'est donc la mise en place des aménagements d'équipements
de sécurité spécifique qui peut être mise en évidence.

Erreurs les plus fréquentes


Véhicule non codé lors d'un accident impliquant plusieurs véhicules.

Cohérence
On vérifiera la présence d'un piéton décrit, dans le cas où un piéton est heurté,
que le type de collision est compatible ainsi que le nombre de véhicules
impliqués.
On vérifiera également la cohérence avec les rubriques
Aménagement-Infrastructure et catégorie administrative.

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV
les journaux
la grille de relevé accidents

85
Annotations Point de choc initial
Présentation
Cette rubrique permet de localiser sur chaque véhicule impliqué (ou sa remorque)
l'impact du premier point de choc.

Intérêt
Cette rubrique est importante pour la compréhension de l'accident. Elle permet
de reconstituer le déroulement de l'accident, surtout si plusieurs véhicules
sont impliqués.

Erreurs les plus fréquentes


II est parfois difficile de retrouver le premier point de choc.

Cohérence
On vérifiera que le type de collision est compatible avec le point de choc initial
indiqué.

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV
les journaux
la grille de relevé accidents

y v
86
Manoeuvre principale avant l'accident Annotations
Présentation
Cette rubrique permet de décrire les manoeuvres effectuées par les véhicules
juste avant l'accident. Un véhicule en stationnement sans occupant ne doit
pas figurer dans cette rubrique. Il est considéré comme un obstacle fixe heurté.

Intérêt
Cette rubrique est nécessaire pour la compréhension de l'accident. En outre,
les manoeuvres décrites dans ce champ peuvent mettre en évidence des
scénarios type répétés d'accidents (tourne à gauche,...) qui permettront de
mieux agir sur l'infrastructure. Cela est particulièrement vrai pour les carrefours ;
grâce à cette rubrique, on pourra, avant même d'avoir recours à la lecture des
PV, prendre connaissance des scénarios d'accidents les plus répétés dans ce
carrefour (traversée, tourne-à-droite,...).

Erreurs les plus fréquentes

Cohérence
On vérifiera par rapport au type de collision et au point de choc initial.

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV
les journaux
la grille de relevé accidents

y V
87
Annotations Nombre d'occupants dans le TC
Présentation
Cette rubrique fournit le nombre d'occupants dans un transport en commun, y
compris le chauffeur. Elle n'est renseignée que dans le cas d'un transport en
commun, d'un train ou d'un tramway. Elle évite de renseigner le chapitre
USAGERS en ce qui concerne les passagers indemnes.

Intérêt
Cette rubrique permet de relativiser les résultats concernant le nombre de
victimes et la gravité des accidents impliquant des TC. On pourra notamment
déterminer la part de personnes indemnes parmi les passagers.

Erreurs les plus fréquentes

Cohérence
Voir la rubrique Catégorie de véhicule ("transport en commun").

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV
les journaux

y v
88
Chapitre
USAGERS

Le chapitre USAGERS sert à décrire chaque usager qui se trouve impliqué


dans l'accident.
Dans le cas d'un véhicule de transport en commun, on peut éviter de décrire
les passagers indemnes ; pour le véhicule concerné, on renseigne alors la
rubrique Nombre d'occupants dans le TC.
Chaque usager est rattaché à son véhicule par la lettre conventionnelle
attribuée au véhicule. Le (ou les) piéton est rattaché au véhicule qui l'a
heurté.
Les rubriques du chapitre USAGERS sont très utiles pour la politique de
sécurité routière. Elles sont moins nécessaires pour les études en relation
avec l'infrastructure.
On attachera une attention particulière à la Gravité.

89
\ /"

Annotations Lettre conventionnelle


Présentation
Cette rubrique permet de rattacher chaque usager au véhicule auquel il
appartient. Par exemple, un usager dont la Lettre conventionnelle est C était
dans le véhicule C.
L'usager piéton prendra la lettre conventionnelle du véhicule par lequel il a été
heurté.

Intérêt
II est nécessaire que ce rattachement soit juste pour ne pas fausser certaines
exploitations où on lie une information du chapitre Usagers à une information
du chapitre Véhicules, comme par exemple "conducteurs de Deux-Roues entre
10 et 14 ans", ou bien "alcoolémie en fonction de la catégorie de véhicule", ou
bien "gravité en fonction de l'obstacle heurté".
Une bonne qualité de cette rubrique est donc nécessaire pour la politique de
sécurité routière et pour le domaine de l'infrastructure.

Erreurs les plus fréquentes

Cohérence
Vérifier que chaque véhicule a un et un seul conducteur. Sinon, l'erreur peut
provenir d'une mauvaise affectation d'un des conducteurs.

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV

J V

90
Place dans le véhicule Annotations
Présentation
Cette rubrique permet de situer la place occupée dans le véhicule par l'usager
au moment de l'accident. La place est donnée par un des schémas suivants :

4 7 1
5 8 6
3 9 2

4 7 7 7 7 7 1

"cD
5 8 8 8 8 8
5 8 8 8 8 8

CD
5 8 8 8 8 8
3 9 9 9 9 9 2

Intérêt
Pour des études concernant l'épidémiologie des accidents de la circulation, on
peut chercher à exploiter cette rubrique, par exemple pour déterminer la gravité
en fonction de la place dans le véhicule.

Elle peut donc être intéressante pour la politique de sécurité routière.

Erreurs les plus fréquentes

Cohérence
Vaut 1 si l'usager est conducteur, sauf cas des véhicules avec conduite à
droite.
Ne doit pas être renseigné si l'usager est un piéton, ou si le véhicule de
rattachement est en fuite.

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV
la grille de relevé accidents
l'enquête REAGIR

y V
91
Annotations Responsable présumé
Présentation
La codification de cette rubrique permet de déterminer si l'usager est présumé
responsable de l'accident. Il s'agit de la responsabilité du point de vue
accidentologique et non du point de vue pénal.
Dans le cas de l'apprentissage de la conduite, le conducteur est présumé
responsable.

Intérêt
La connaissance du responsable présumé de l'accident peut servir à déterminer
des populations de conducteurs accidentogènes, comme par exemple les
conducteurs d'une tranche d'âge donnée qui conduisent une catégorie de
véhicule donnée.
Cette rubrique peut donc être utile à la politique de sécurité routière.
A défaut de disposer de cette information de façon fiable, on utilise l'implication
dans les accidents des différents types d'usagers, en occultant le fait de savoir
s'ils sont responsables ou non de l'accident.

Erreurs les plus fréquentes


L'auteur de l'infraction peut être considéré par les forces de l'ordre comme
présumé responsable alors que l'analyse du déroulement de l'accident montre
que ce n'est pas le cas.
Par ailleurs, l'information n'est pas toujours remplie.

Cohérence
Le présumé responsable doit être un conducteur.

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV
l'enquête REAGIR

y V
92
Catégorie Annotations
Présentation
Cette rubrique permet d'indiquer si l'usager était conducteur ou passager d'un
véhicule, ou bien encore piéton, au moment de l'accident.

Intérêt
II est nécessaire que la catégorie soit juste lorsque l'on cherche à connaître
les types d'usagers impliqués dans certains types d'accidents car c'est le
conducteur qui est déterminant dans l'accident.
De même, les accidents impliquant un piéton sont un type d'accidents bien
particulier, qui représentent un enjeu important, notamment en milieu urbain,
et donc l'information piéton de cette rubrique doit être juste.
Cette rubrique est donc importante pour la politique de sécurité routière. Sa
bonne qualité est également nécessaire pour le domaine de l'infrastructure en
ce qui concerne les accidents piéton car ceux-ci influent sur l'aménagement de
la voie.

Erreurs les plus fréquentes

Cohérence
Vérifier la cohérence avec la Place dans le véhicule ("conducteur", "passager").
Si la rubrique Manoeuvre du piéton (Localisation ou Action) du piéton est
renseignée, l'usager doit être un piéton.

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV
les journaux
la grille de relevé accidents
l'enquête REAGIR

y V

93
\ s
Annotations Gravité
Présentation
Cette rubrique permet de classer les usagers accidentés en quatre catégories :
tué, blessé grave, blessé léger, et indemne.
Tous les usagers impliqués dans l'accident doivent être décrits, même les
indemnes. Il n'y a que dans le cas d'un TC qu'on peut éviter de renseigner les
indemnes, la rubrique Nombre d'occupants du TC du chapitre VEHICULES est
alors renseignée.
Rappel des définitions :
• tués : victimes décédées sur le coup ou dans les six jours qui suivent
l'accident
• blessés graves : blessés dont l'état nécessite plus de six jours
d'hospitalisation
• blessés légers : blessés dont l'état nécessite entre 0 et 6 jours
d'hospitalisation ou un soin médical.

Intérêt
La gravité est une des rubriques les plus importantes.
Pour les bilans de sécurité routière et les études d'enjeu, le dénombrement
des accidents et des victimes ventilés par gravités est une donnée essentielle.
Les nombres de tués, d'accidents mortels, d'accidents graves, sont des
indicateurs de base dont l'évolution est suivie aussi bien au niveau local qu'au
niveau national afin d'engager des actions de sécurité routière.
Une bonne qualité de cette rubrique est donc indispensable pour ce qui concerne
la politique de sécurité routière.
Par ailleurs, la gravité des accidents peut être liée à un problème de sécurité
secondaire de la voie. Ainsi, cet indicateur est également fondamental pour les
études en relation avec l'infrastructure.
La règle imposée par la DSCR aux services déconcentrés est de publier des
chiffres issus des données brutes afin d'assurer la cohérence entre la
communication du niveau local et la communication du niveau national.
Cependant, il est nécessaire de corriger cette rubrique car elle est importante
pour toutes les études et elle n'est pas toujours remplie avec précision par les
forces de l'ordre.

Erreurs les plus fréquentes


Les définitions du Tué, du BG et du BL ne sont pas toujours appliquées par les
forces de l'ordre. La gravité des blessés est souvent estimée ou bien encore
déterminée à partir des arrêts de travail.

Cohérence

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV (les certificats d'hospitalisation ou de décès)
les journaux
la grille de relevé accidents
l'enquête REAGIR

y \

94
A.I.S. Annotations
Présentation
L'AIS (Abreviated Injury Scale) permet d'indiquer la localisation, la nature et la
gravité des blessures de l'usager sur une échelle qui va de 1 à 7. Cette
information doit être fournie par un médecin.
L'AIS n'est pas renseigné actuellement.

Intérêt
L'AIS permet de connaître la gravité des blessures de l'usager de façon plus
fine qu'avec la rubrique Gravité.

Erreurs les plus fréquentes

Cohérence

Où trouver des informations concernant cette rubrique


Cette information n'est pas accessible.

y V

95
Annotations Catégorie socio-professionnelle
Présentation
Cette rubrique précise l'activité principale du ou des conducteur(s) de chaque
véhicule au moment de l'accident, classée selon 8 grandes familles qui ne
correspondent pas toujours aux définitions de l'INSEE plus une neuvième,
qualifiée "autre".
Les étudiants sont à coder "autre".

Intérêt
Cette information est surtout utile pour mieux connaître les types d'usagers
impliqués dans les accidents. Ceci peut permettre d'engager des actions ciblées
sur ces usagers.
La rubrique C.S.P. est donc plus particulièrement intéressante pour la politique
de sécurité routière.

Erreurs les plus fréquentes

Cohérence

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV
les journaux
l'enquête REAGIR

y V

96
Sexe Annotations
Présentation
Cette rubrique codifie le sexe de l'usager décrit, au moment de l'accident.

Intérêt
Cette information est surtout utile pour mieux connaître les types d'usagers
impliqués dans les accidents. Ceci peut permettre d'engager des actions ciblées
sur ces usagers.
Cette rubrique est donc plus particulièrement intéressante pour la politique de
sécurité routière.

Erreurs les plus fréquentes

Cohérence

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV
les journaux
la grille de relevé accidents
l'enquête REAGIR

y v

97
Annotations Nationalité
Présentation
Indique la nationalité de l'usager décrit.

Intérêt
Cette rubrique permet d'avoir connaissance de l'origine des impliqués.
Elle est plus utilisée par les départements frontaliers. Elle peut être utile pour
déterminer l'enjeu que représentent les accidents avec des conducteurs
étrangers.
Cette donnée permet de mieux orienter les actions de sécurité routière à mener.
Concrètement, les actions à mener sur l'infrastructure seront différentes selon
que les usagers impliqués seront familiers de l'infrastructure empruntée. Un
usager local ne regarde plus l'infrastructure car il pratique un itinéraire
régulièrement ; il faudra donc modifier cette infrastructure de manière adaptée.
La rubrique Résidence, Département ou Pays paraît cependant plus pertinente
pour déterminer l'origine des impliqués.

Erreurs les plus fréquentes

Cohérence

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV
les journaux
la grille de relevé accidents
l'enquête REAGIR

J V

98
Résidence : département ou pays Annotations
Présentation
Indique le département (ou le pays) où réside l'usager décrit.

Intérêt
L'intérêt de cette rubrique est faible. Elle permet de nuancer la rubrique
Nationalité.
Cette rubrique permet de déterminer le caractère local ou non local des usagers
impliqués et d'en déduire d'éventuelles différences de comportement.
Cette donnée permet de mieux orienter les actions de sécurité routière à mener.
Concrètement, les actions à mener sur l'infrastructure seront différentes selon
que les usagers impliqués seront familiers de l'infrastructure empruntée. Un
usager local ne regarde plus l'infrastructure car il pratique un itinéraire
régulièrement ; il faudra donc modifier cette infrastructure de manière adaptée.

Erreurs les plus fréquentes

Cohérence

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV
les journaux
la grille de relevé accidents
l'enquête REAGIR

y V
99
Annotations Date de naissance : mois, année
Présentation
Désigne la date de naissance de l'usager décrit.

Intérêt
Ces informations servent à calculer l'âge de l'usager. Les exploitations se font
ensuite sur l'âge, et non pas sur ces rubriques.
La répartition des victimes par tranches d'âge permet de déterminer les enjeux
pour chacune des classes d'âge.
L'expérience et le comportement sont fortement liés à l'âge. En exploitant
cette rubrique, on peut identifier des populations à risque.
L'âge peut être croisé avec d'autres rubriques (par exemple la Catégorie du
véhicule, l'Heure, etc.) pour déterminer des scénarios d'accidents dont l'âge
est un des facteurs.
Des actions peuvent ainsi être ciblées sur certaines catégories de personnes
(enfants, adolescents, personnes âgées, etc.) que ce soit au niveau local (par
exemple PDASR) ou au niveau national (par exemples communication ou bien
évolution de la réglementation).
Pour le domaine de l'infrastructure, l'utilisation de l'âge dans les études peut
avoir des conséquences sur l'aménagement. Ceci est plus particulièrement
vrai en milieu urbain.
Donc, l'âge est une rubrique très importante pour la politique de sécurité routière
et intervient dans certains cas dans le domaine de l'infrastructure.

Erreurs les plus fréquentes

Cohérence
La date de naissance doit être antérieure à la date de l'accident.

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV
l'enquête REAGIR

y V
100
Facteur lié à l'usager Annotations
Présentation
Cette rubrique définit le facteur concernant l'usager et qui est supposé jouer
un rôle déterminant dans le déroulement de l'accident.
L'ivresse apparente n'est à renseigner que pour l'individu dont le comportement
s'apparente à l'ivresse publique et manifeste, indépendamment du taux
d'alcoolémie.

Intérêt
Cette rubrique peut être utile pour déterminer certaines causes fréquentes,
qui reviennent dans certaines circonstances (de nuit, sur autoroutes,...).
La connaissance qu'on peut en tirer peut faire évoluer la réglementation,
alimenter des actions de communication, et éventuellement générer des
aménagements (animation sur autoroutes pour la cause fatigue par exemple).
Cette rubrique présente donc un intérêt pour la politique de sécurité routière.
Pour les études de sécurité en relation avec l'infrastructure, la connaissance
d'une éventuelle défaillance de l'usager peut permettre de tempérer la part de
l'infrastructure dans la survenance de l'accident.

Erreurs les plus fréquentes

Cohérence

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV
les journaux
l'enquête REAGIR

y V

101
Annotations Alcoolémie Taux d'alcoolémie
Présentation
Lors d'un accident, le dépistage de l'alcoolémie sur les conducteurs et les
piétons est systématique par l'alcootest ou l'éthylotest. Les passagers ne sont
pas soumis à ces tests.
Si le résultat apparaît positif, une vérification est pratiquée par prise de sang
ou éthylomètre.
Le résultat de l'analyse est déclaré positif si le taux d'alcoolémie est supérieur
aux taux légaux en g/litre de sang ou en mg/litre d'air expiré.
Le taux ne doit être renseigné que lorsque le résultat du test d'alcoolémie est
positif.

Intérêt
L'alcool est un facteur important d'accidents. Il est utile de connaître au niveau
national et au niveau local l'enjeu, les caractéristiques et l'évolution des
accidents où une forte alcoolémie a été constatée. Cette connaissance peut
servir à alimenter des actions telles que les PDASR au niveau local, ou faire
évoluer la réglementation (évolution du seuil légal par exemple).
Cette information est donc utile pour la politique de sécurité routière.
Pour les études en rapport avec l'infrastructure, cette donnée est moins utile.
La connaissance d'une éventuelle imprégnation alcoolique de l'usager peut
permettre de tempérer la part de l'infrastructure dans la survenance de
l'accident.

Erreurs les plus fréquentes


La valeur du taux, si le dépistage est positif, n'est pas toujours indiquée (par
exemple en raison de l'état clinique de la victime). Pour les piétons, le dépistage
est plus rarement renseigné que pour les conducteurs.
Inversement, l'alcoolémie des passagers est parfois renseignée alors qu'elle
n'est pas demandée. De même, le taux est parfois renseigné par la gendarmerie
en cas de dépistage négatif.
Un certain nombre de "résultat non connu" correspondent en fait à des
dépistages qui n'ont pas été effectués et qui devraient être codés "non
renseigné".

Cohérence
La valeur de l'alcoolémie n'est renseignée que si le dépistage a donné lieu à
une prise de sang ou à un contrôle par éthylomètre et si cette valeur est
supérieure au taux légal en vigueur.

Où trouver des informations concernant cette rubrique


Seuls le PV ou l'enquête REAGIR, éventuellement les journaux, peuvent
permettre de corriger les informations relatives à l'alcoolémie. A cette occasion,
des résultats non connus au moment du remplissage du BAAC sont peut-être
connus et peuvent être remplacés par "prise de sang", avec le taux
correspondant, ou bien "dépistage négatif.

y \

102
Permis de conduire Annotations
Présentation
Cette rubrique précise l'état du permis de conduire du conducteur au moment
de l'accident.

Intérêt
Cette rubrique peut présenter un intérêt pour des études au niveau national et
pour la politique de sécurité routière.

Erreurs les plus fréquentes

Cohérence
Doit être renseigné si l'usager est conducteur d'un véhicule nécessitant un
permis.
Ne peut être renseigné si l'usager est passager ou piéton.

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV
les journaux
la grille de relevé accidents
l'enquête REAGIR

y v
103
Annotations Date obtention permis :
mois, année
Présentation
Cette rubrique indique la date d'obtention du permis de conduire pour la
catégorie de véhicule conduit au moment de l'accident.

Intérêt
Cette rubrique permet de déduire l'ancienneté du permis et donc d'estimer
l'expérience du conducteur.
Utilisée en relation avec d'autres rubriques, elle peut permettre de dégager
des circonstances d'accidents particulières qui seraient fonction de l'ancienneté
du permis (par exemple les accidents de motos sur chaussée mouillée avec
permis récent).
Des actions au niveau national peuvent découler de la connaissance apportée
par l'exploitation de cette rubrique.
Cette information peut aussi permettre la mise en évidence des types
d'infrastructure difficilement lisibles et révélés par des accidents impliquant
des conducteurs débutants.
Cette rubrique peut donc être intéressante, plutôt pour la politique de sécurité
routière.

Erreurs les plus fréquentes


Rubrique peu renseignée.

Cohérence
La date doit être antérieure à la date de l'accident si la situation du permis est
renseignée.
Ne peut être renseignée si l'usager est passager ou piéton.

Où trouver des informations concernant cette rubrique


lePV
la grille de relevé accidents
l'enquête REAGIR

J V

104
f I 1 •
Ira) et Annotations
Présentation
Cette rubrique sert à décrire le motif du déplacement au moment de l'accident.
Il n'est pas forcément le même pour tous les usagers d'un même véhicule.

Intérêt
Cette rubrique peut permettre d'apporter une certaine connaissance sur les
comportements et peut donc servir pour la politique de sécurité routière.
Elle peut aussi permettre de déduire si l'usager est habitué ou non à circuler à
l'endroit de l'accident afin de dégager des solutions adaptées au problème.

Erreurs les plus fréquentes


Cette rubrique n'est pas toujours renseignée pour les passagers.

Cohérence

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV
les journaux
la grille de relevé accidents
l'enquête REAGIR

J v

105
Annotations
Présentation
Cette rubrique sert à désigner les éventuelles infractions commises par l'usager
s'il s'agit d'un conducteur ou d'un piéton. On met d'abord celle qui est la plus
en rapport avec la cause de l'accident. Les différents codes d'infraction figurent
dans une table de correspondance.

Intérêt
Cette information peut permettre de déterminer l'enjeu de tel ou tel type
d'infraction, par exemple en fonction des différentes populations d'usagers ou
en fonction des circonstances des accidents.
L'utilisation de cette rubrique peut donc servir à la politique de sécurité routière.
En ce qui concerne l'infrastructure, cette rubrique peut servir à repérer des
sites sur lesquels certains types d'infraction sont souvent relevés. Elle peut
aussi servir dans les diagnostics de sécurité à détecter des accidents qui sont
survenus suite à une infraction qui peut être due à une mauvaise lisibilité ou
une mauvaise visibilité de la route.

Erreurs les plus fréquentes

Cohérence
Doit être renseigné si l'usager est présumé responsable.

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV
l'enquête REAGIR

y v
106
Existence équipement de sécurité Annotations
Utilisation équipement de sécurité
Présentation
II s'agit de la présence de l'équipement, qu'il soit ou non utilisé.
La rubrique Utilisation précise l'utilisation effective et conforme à la conception
de l'équipement de sécurité. Elle est remplie, soit par constatation par les
forces de l'ordre, soit par déclaration des usagers, vraie ou fausse.

Intérêt
Les équipements de sécurité sont destinés à réduire la gravité des accidents.
La connaissance des circonstances dans lesquelles ils ne sont pas utilisés et
l'augmentation de la gravité que cela induit peut servir à la politique de sécurité
routière (évolution de la réglementation, communication,...).

Erreurs les plus fréquentes

Cohérence
Vérifier la cohérence avec la Catégorie administrative des véhicules pour les
items "ceinture" (VL et VU) et "casque" (Deux-Roues).

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV
l'enquête REAGIR

J v

107
Annotations Manoeuvre du piéton :
• localisation
• action
• seul, accompagné, en groupe
Présentation
La localisation décrit l'endroit où se trouvait le piéton au moment du choc.
L'action décrit l'activité du piéton au moment du choc.
La troisième rubrique permet de préciser si le piéton accidenté était seul ou
non.

Intérêt
La connaissance de ces informations peut aider à améliorer l'aménagement
de la voie et de son environnement.
Elles peuvent aussi servir à mieux connaître les circonstances des accidents
piétons pour informer les piétons et conducteurs de véhicules.
Ces rubriques sont donc utiles pour les études en relation avec l'infrastructure
et pour la politique de sécurité routière.

Erreurs les plus fréquentes

Cohérence
Vérifier l'existence du piéton dans Catégorie.

Où trouver des informations concernant cette rubrique


le PV
les journaux
l'enquête REAGIR

y v
108
Annexes

• Grille de relevé d'accidents A

• Schéma d'Aide au Repérage B

• Note du Ministre de l'Equipement, du Logement,


des Transports et du Tourisme du 14 février 1997 C

• Les circulaires ministérielles et notes traitant


de la fiabilité de la base accidents
- Circulaire N° 90-70 du 16 octobre 1990 fixant l'organisation
des DDE et les missions des CDES en matière de sécurité
et d'exploitation de la route D

- Lettre du Comité Interministériel de la Sécurité Routière


concernant la communication des copies de PV
(4 juillet 1980) E

- Note de l'Observatoire National Interministériel de


Sécurité Routière (26 juin 1993) F

109
Grille de relevé accidents pour la correction des fichiers informatiques
Relevé :
Sur le lieu de 'accident Au moment de l'accident Presse ocale PV de l'accident
Rédacteur de la grille : Si PV, gendarmerie ou commissariat de :

Identification :

N°PV Date : Jour : Heure :

Localisation

Route : PR : Commune Lieu dit : Dépt


Adresse postale (en ville) :
En section courante En intersection Route interceptée :
En agglomération Hors agglo Zone urbanisée : oui non
Situation de l'accident sur chaussée BAU accotement trottoir voie cyclable

Géométrie aménagements :
Chaussée TPC BDD

Nbre de voies : Largeur (m) : Régime de circulation :


Profil en long : Tracé en plan : Etat de la route :
Signalisation : Marquage : Aménagement infra :
Accotement : Largeur :

Conditions extérieures : Schéma de l'accident :


orientation du schéma : de vers
Atmosphériques :
Surface de la route
Lumière :

Véhicules :
Id .ni'.:; IMM véh. 1ère M.C. Contr. tech.
Ad. n" n'dépt spécial mois an mois an

A
B
C
1)

Usagers :
naissance permis validité dépt. ou Etat taux équipement traiet

Id catégorie gravité sexe mois an mois an du permis Pays physique alcool de sécurité

A1

Description du déroulement de l'accident :


Notice explicative

Notice explicative de la grille de relevé accidents pour la correction des fichiers informatiques
Relevé : Préciser si le relevé a été réalisé sur le lieux de l'accidents, éventuellement au moment des faits, à
il s'agit de donner l'origine des informations. partir d'un article de presse ou de la lecture du PV. Si PV, indiquez les services des forces de l'ordre
(Seul le PV contient l'ensemble des concernés. Ex : Gendarmerie de SETE.
informations recherchées)

Identification : Jour de la semaine.

Localisation : II s'agit d'être le plus précis possible.

Géométrie/aménagement
- nbre de voies : 2x3 voies ; 2x2 voies ; 3 voies ; 2 voies
- largeur de la chaussée : Largeur en mètre de la chaussée : largeur entre bandes de rive ou bords de chaussée.
- largeur du TPC : Largeur du terre plein central en mètres : largeur entre bandes de rive incluses du TPC.
- largeur de la BDD : Largeur de la bande dérasée de droite : largeur de la bande de rive incluse à la berne.
régime de circulation : A sens unique ; bidirectionnelle ; à chaussée séparée ; voies à affectation variable.
- profil en long : Plat ; pente ; sommet de cote ; bas de cote.
- tracé en plan : Rectiligne ; en courbe à gauche ; en courbe à droite; en S
- état de la route : Confortable ; en bon état ; déformée ; objets épars ; visibilité réduite ; gravillons ; autre.
- signalisation : Route prioritaire ; feux tricolores en fonct. ; feux tricolores HS ou clignotant ; stop ; cédez le passage ;
priorité à droite ; panneau de signalisation de danger ; virage balisé ; balisage latéral (hors
virage) ;balisage de chantier ; balise accident ; balisage mobile ; autre ...
- marquage : Complet ; axial ; sans.
- aménagement infra : Souterrain / tunnel ; pont / autopont ; bretelle d'échangeur ou de raccordement ; voie ferrée ; carrefour
aménagé ; zone piétonne ; zone de péage.
- accotement : Enduit ; enrobé ; stabilisé ; gravillonné ; engazonné.
- largeur : Largeur de l'accotement en mètre : largeur de la bande de rive incluse au droit du fossé.

Conditions extérieures
- atmosphériques : Normal ; pluie légère ; pluie forte ; neige grêle ; brouillard fumée ; vent fort ; temps éblouissant ; temps
couvert.
- surface de la route : Normale; mouillée ; flaques ; inondée ; enneigée ; boue ; verglacée ; corps gras - huile.
- lumière ; Plein jour ; crépuscule ou aube ; nuit sans éclairage public ; nuit avec E P . non allumé ; nuit avec E.P.
i allumé.

Schéma de l'accident
Symbolique Il s'agit de représenter le scénario de l'accident avec :
VL vélo
- le ou les véhicules ayant participé(s) à l'événement, de leur position avant accident par leur
PL cyclomoteur
symbole représentatif avec une lettre d'identification, par un trait, leur trajectoire jusqu'au choc et leur
PL+TR Moto
position après l'accident, fin du trait.
Piéton - - ^ Pt d'impact - la vue en plan de l'infrastructure avec la signalisation et les éléments forts de l'aménagement et
Usager non impliqué mais ayant l'environnement (panneaux, marquages, bâti, arbres, dispositifs de sécurité, ... ) aidant à la
joué un rôle dans l'accident compréhension de l'accident.
Lettres A, B, C, D,... pour identifier le véhicule - l'orientation du schéma selon les PR croissants vers la droite par convention.

Véhicules : A ; B ; C ; D ... A étant réservé au véhicule de l'usager présumé responsable.


- catégorie administrative : Voir liste avec les n° correspondants sur la fiche BAAC paragraphe 3 ' Véhicules".
- immatriculation : N° du département ou pays.
- véhicule spécial ; Mettre le n° : taxi(1); ambulance(2); pompier(3) ; police/gendarmerie(4) ; transport scolaire(5) ;
matière dangereuse(6) ; autre(9) ; non renseigné(O) (Numéros correspondants à la fiche BAAC)
- lèreM.C. : Date de la 1ère mise en circulation
- Contr. tech : Date du dernier contrôle technique.

Usagers : A1 conducteur, A2, A3 passagers du véhicule A, B1 conducteur, B2 ..du véhicule B, ...


- catégorie : Conducteur ; passager ; piéton
- gravité : Etat des accidentés ; tué, blessé grave, blessé léger, indemne
- sexe : Masculin M ou Féminin F.
- date de naissance : Mois et année.
- date d'obtention du permis ; Mois et année.
- validité du permis ; Mettre le n° : valide(1) ; périmé (2) ; suspendu (3) ; apprentissage de la conduite (4) ; catégorie non
valable (5) ; défaut de permis (6).
- département ou pays du lieu de résidence : Numéro du département de résidence ou le pays pour les étrangers.
- état physique : Etat physique du conducteur : malaise fatigue ; médicament-drogue ; infirmité ; ivresse apparente.
alcoolémie ; T. aie. : taux d'alcool en gr/l si prise de sang ou en mg/l si air expiré (éthylomètre)
- équipement de sécurité : Ceinture ; casque ; non port ; sans.
- trajet : Domicile-travail ; domicile-école ; courses-achats ; professionnelle ; loisirs.

Description du déroulement de l'accident : Résumé du texte du procès verbal si lecture du PV


II s'agit de décrire le plus logiquement possible le déroulement de l'accident comme si vous l'observiez
vu d'avion, en précisant les éléments qui ont joué un rôle déterminant, conduisant à cette situation.

Fiabilité des fichiers accidents CETE Méditerranée Agence LR 06/04/99


Page laissée blanche intentionnellement
TA DDE : JURA (39)
AMA A A
SCHEMA D'AIDE AU REPERAGE
A A A A A
LTTTJZ
_ | 1
LU
X
O
Z)

LU/
E
O E
n E II
A V E A
W
•z. n m
eu A eu V u3 A
4)

voi
VOI

ies
CL o 2

sai
LU 0)
o
C
CN O CM o CM c o
1

but S

but U nique
but U nique
nique

O CN CM < CN
eu u eu

o 3

Uniq
Uniq

Uniq
30-N5
3 m
004-

1003
0001

1004

998
3 Z
CO
eu o -f. • i i i
Ci eu CD CN
Q O o < ] ce ce Q LT Q Q
o ce CN co U-
!

m
r- en oo r-. en en co
o
o
f~
en CD *-
CO ID
oo co
CM 00 -N tO o

iR oo r--
co co CN ^ t- CM

+ m CD en en ^ CM co •<* CD CU
fl CO M—ï ^ CO
o + +
CM CD

Z 1 J o o T- T- T-
^~ <N CN CN CM CM CN CN CM '•'•' (Y}
mil +
<J>
oo 1+1 003 H
D322-N5 --

-
i : i
o

7m
E ck | «* 1 E 6 ce S CN § 6
O o

2+1
oies <

oies <
A36

ies >=
0+1
=< sai

=< sai
n
ro A
co m
O
z o <g
eu
o
>
a > CM CM § C >
CN 5 CN eu eu CM •s
• CN
h- 3

but U niqu

Deb ut Uniique
<
ique

in Uniique

in Uni que
co
o CT
C
u
Debu'

Fin U
i

cr il

Q 3*
U- eu U-
Deb

LU

o
o
1 1 1 1 1 i —
h~r-i~Ti rrrrr
" ' • • • • •
\ H FEV. 199?

cJ&s ^ra/f^ar^ et eue £/t


SR/C/97/MLAJ M/422

Le Ministre de l'Equipement,
du Logement, des Transports
et du Tourisme
à
Mesdames et Messieurs les Préfets
(Métropole et Outre-Mer)

Je diffuse à la Presse, chaque mois, les résultats statistiques de la Sécurité Routière.


Cette communication, bien reprise par les médias, permet, en rappelant régulièrement le bilan
des accidents de la circulation, d'appeler chacun à la vigilance et à un comportement
responsable.

Je vous demande, dès le mois de mars, de communiquer à la presse, dans les jours qui
suivront la publication des résultats nationaux par communiqué de presse de mon Cabinet
dont vous serez destinataire, les résultats de votre Département et de les commenter en vous
appuyant sur quelques cas d'accidents récents dont vous pourrez tirer des enseignements.

Bien évidemment, des précautions statistiques sont à prendre, vu la faiblesse relative


des échantillons. Vous trouverez ci-joint une fiche technique de l'Observatoire National
Interministériel de la Sécurité Routière sur le sujet.

Dans le même ordre d'idée, toute communication de votre part sur la sécurité routière
appelant à la responsabilité et à la vigilance, paraît opportune. Elle amplifie et relaie les effets
de la communication nationale. Elle peut être bien plus proche et ajustée aux réalités des
départements et s'appuyer sur la presse locale. Les initiatives qu'elle peut mettre en valeur
constituent un contrepoint positif aux informations sur les accidents. C'est une pratique qu'il
importe de développer.

Je vous demande de me faire part des éventuelles difficultés que vous rencontrerez
pour effectuer ces communications, et après quelques mois, des conclusions que vous serez
amené à en tirer.

Bernard PONS
Fiche technique

****

Les statistiques nationales concernant les accidents de la route sont collectées par les forces de
l'ordre, mise sous forme informatique, puis corrigées des erreurs décelées pour enfin être
intégrées dans le fichier national des accidents de la route. Ce fichier est situé au Service
d'Etudes des Routes et Autoroutes (SETRA) du Ministère de l'Equipement. L'Observatoire
National Interministériel de Sécurité Routière valide mensuellement les corrections effectuées
puis diffuse les résultats nationaux. En parallèle, il transmet à chaque département les résultats
qui lui sont propres. Le service qui recueille ces données est la Direction Départementale de
F Equipement.

Dès lors le Préfet peut se faire communiquer les statistiques départementales pour les diffuser.
Il convient cependant de prendre les précautions suivantes :

* La communication des résultats mensuels devra se limiter au nombre des accidents,


des tués et des blessés, sans chercher à entrer dans le détail des catégories d'usagers et
des réseaux. En effet le recul d'un mois est insuffisant pour analyser correctement une
situation.

* Les chiffres départementaux étant souvent et heureusement faibles, les évolutions


par rapport au mois de comparaison n'auront souvent que peu de signification. Il
convient donc de se limiter à une appréciation qualitative de la hausse ou de la baisse.

* En revanche, il est très souhaitable de placer les résultats du mois dans la perspective
des mois précédents. Les résultats cumulés sur plusieurs mois soulignent bien le sens
de l'évolution.

* II arrive fréquemment que pour diverses raisons les données d'un accident ne
parviennent au fichier national qu'après le traitement de son mois d'occurrence. Il est
prévu une procédure de réintégration dans la base mais qui ne peut avoir lieu que le
mois suivant. C'est pour cette raison que les résultats mensuels sont réputés
« provisoires ». Les résultats ne deviennent définitifs qu'en fin d'année. Cependant la
différence entre ces chiffres reste faible et n'obère en aucune manière le message à
délivrer.

* 11 est rappelé que seuls les chiffres départementaux détenus par les DDE sont l'image
des chiffres nationaux.

*****
18 OCT. «Si
MINISTERE DE L'EQUIPEMENT, DU LOGEMENT,
DES TRANSPORTS ET DE LA MER

DIRECTION DE LA SECURITE ET
DE LA CIRCULATION ROUTIERES

DIRECTION DU PERSONNEL

DIRECTION DES ROUTES

Le Directeur du Personnel

CIRCULAIRE n° 90-70 Le Directeur des Routes

Le Directeur de la Sécurité et
de la Circulation Routières
Référence NOR : EQU/S/90/10187/C

Madame et Messieurs les Préfets


Directions Départementales de
l'Equipement

Objet : Organisation des DDE en matière de sécurité et


d'exploitation de la route.
Place et rôle des CDES.

Les objectifs et priorités du Ministre de l'Equipement,


du Logement des Transports et de la Mer en matière de sécurité et
d'exploitation de la route ont été définis dans sa directive en
date du 15 mai 1990. Il s'agit, pour les DDE :

- d'atteindre un excellent niveau dans la conception et


la gestion de la route en matière de sécurité,
- de fournir au Préfet un diagnostic précis de
l'insécurité routière du département et de leur appor-
ter la plus grande contribution possible dans
l'élaboration du P.D.A.S.R,
- de faciliter le bon usage de la route en limitant la
gène liée aux perturbations de la circulation et en
assurant l'information correcte des usagers.

Dans ce contexte, nous vous précisons ci-dessous les


conditions de mise en oeuvre de ces objectifs, en ce qui concerne
l'organisation générale de la DDE, et notamment les missions spé-
cifiques attendues des Cellules Départementales d'Exploitation et
de Sécurité (CDES), dont les tâches avaient été définies dans la
circulaire de 1979.

D
- 2 -

LES PRINCIPES DIRECTEURS

La sécurité et l'exploitation de la route ne constituent


pas des tâches nouvelles, mais une exigence précise de qualité
dans l'organisation et la mise en oeuvre d'un certain nombre de
"productions" traditionnelles de la DDE :

- la conception des aménagements routiers (une route


compréhensible et sans pièges à toutes étapes de réa-
lisation) ,
- l'entretien et la gestion des itinéraires (tournées
d'itinéraires, qualité de la signalisation),
- la gestion du droit des sols le long des grands axes
(sécurité, fluidité),
- la programmation et l'exécution des chantiers et in-
terventions sur le réseau (opportunité, rapidité, sé-
curité, circuits d'information).

Cette exigence de qualité concerne directement tous les


agents qui interviennent dans les circuits de production : person-
nels d'exploitation, bureaux d'études, subdivisions territoriales,
services d'urbanisme..., dont il vous appartient d'organiser les
modalités d'intervention, adaptées à la structure et au mode de
fonctionnement de chaque DDE.

Vous devez à cet effet :

- traduire les objectifs généraux de sécurité et


d'exploitation de la route en priorités d'action pour
la DDE, avec des indicateurs de résultats mesurables ;
- diffuser par des actions appropriées de formation, des
"savoirs" adaptés aux différents niveaux
d'intervention des agents ;
- développer des pôles de compétence professionnelle re-
latifs aux principaux métiers concernés :
l'aménagement de la route, les politiques locales de
sécurité routière, la gestion du trafic.

LES MISSIONS DES CDES

II convient de recentrer l'intervention de vos Cellules


Départementales d'Exploitation et de Sécurité sur les missions
d'ingénierie correspondantes, en limitant leur implication dans
des tâches opérationnelles de gestion ou de travaux.

D
•J *~

La CDES doit constituer, au sein de la DDE, un pôle


d'ingénierie du trafic et de la sécurité routière, couvrant
l'ensemble des réseaux routiers dans le département, et compétent
dans les trois domaines suivants :
- la connaissance du trafic et de 1'accidentologie : re-
cueil des données, gestion d'indicateurs, diagnostics
et évaluation de politiques de sécurité routière,
- l'analyse des dysfonctionnements liés à l'aménagement,
l'équipement et l'environnement de la route : lisi-
bilité des itinéraires, repérage des configurations
dangereuses dans le projet d'aménagement...,
- l'optimisation de l'usage de la route : réglementa-
tion, plans d'intervention, information routière.

Ces compétences doivent faciliter l'intervention de la


CDES pour l'aide à la décision aux différents stades (programma-
tion, conception, exécution...) ou d'appui technique à des actions
en partenariat (aménagement de la route, politiques locales de sé-
curité routière), en sus de certaines missions permanentes
(diffusion de statistiques, information routière).

Pour vous aider dans votre tâche, nous mettons en place


un programme de formation, la diffusion d'un document de référence
pour la conception et la gestion en sécurité de la route, et une
animation du réseau technique dans le cadre de la Filière
d'Animation et de Coordination en Sécurité (FACES), dont vous
trouverez les principaux éléments en annexe.

Le Directeur du Le Directeur de la Sécurité et Le Directeur des


Personnel de la Circulation Routières Routes

Serge VALLEMONT Jean-Michel


c BERARD Christian LEYRIT

D
Circulaire du 1 6 OCT. 1990
relative à l'organisation des D.D.E.
en matière de Sécurité et d'exploitation de la route
Place et rôle des C.D.E.S.

ANNEXE 1 : MISSIONS ET POSITIONNEMENT DES CDES

La circulaire sus-visée définit dans leurs grandes lignes


les objectifs des DDE en matière de Sécurité et d'exploita-
tion routières et, corrélativement, les missions essentiel-
les des CDES et les compétences professionnelles qu'elles
doivent réunir.

La présente annexe a pour but de fournir les éléments de


base permettant d'aider les DDE à analyser les problèmes et
de faciliter la définition et la mise en oeuvre de solutions
adaptées au contexte local, dans le respect des objectifs
nationaux.

Ces éléments constituent le support d'élaboration d'une


charte de fonctionnement négociée interne à la DDE, quant à
l'organisation dans le champ de la Sécurité et de l'exploi-
tation de la route.

La présente annexe se compose de six fiches synthétiques


correspondant aux différents domaines d'activités des CDES
définis à l'issue du travail de réflexion conduit dans le
cadre de F.A.CE.S. (Filière d'Animation et de Coordination
en Sécurité) :

- Accidentologie ;
- Connaissance du trafic ;
- Contrôle qualité ;
- Optimisation de l'usage de la route ;
- Aménagement de la route et de son environnement ;
- Politiques de Sécurité routière.

Ces fiches sont présentées en trois parties :

- missions ;
- perspectives à court et moyen termes ;
- besoins (moyens, outils, méthodologie).

Deux rapports ont mis en évidence la problématique et les


orientations possibles :

• Analyse des circuits Sécurité en DDE : élaboré à partir


d'enquêtes approfondies dans plusieurs Directions Départe-
mentales de l'Equipement, ce rapport montre qu'il existe des
opportunités favorables pour ancrer des "savoir-faire" en
CDES, bien que la Sécurité ne soit pas identifiée en tant
que produit spécifique en DDE et que sa dimension économique
soit occultée.

. F.A.CE.S. : rapport de synthèse des travaux des groupes


de MONTPELLIER - LYON - PARIS et NANTES.

D
Circulaire du 1 6 OCT. 199Q
relative à l'organisation des D.D.E.
en matière de Sécurité et d'exploitation de la route
Place et rôle des C.D.E.S.

ANNEXE 2 : MOYENS DE FONCTIONNEMENT ET D'ACTION DES CDES

Les missions assignées aux DDE et plus particulièrement la


constitution d'un pôle de compétence d'ingénierie du trafic
et de la sécurité routière en CDES exigent la mise à dispo-
sition de moyens de fonctionnement et d'action, en cohérence
avec les objectifs de la circulaire sus-visée.

Ces moyens peuvent être classés en trois catégories :

- formation ;
- animation ;
- outils et méthodes.

1. FORMATION

. un programme de formation destiné à la préparation à la


prise de poste des chefs de CDES a été élaboré. Il débutera
au dernier trimestre 1990, dans le cadre du Schéma de Coor-
dination des Actions Nationales (SCAN).

. des formations spécifiques (recueil de données, utilisa-


tion de logiciels, équipements de la route, ...) seront or-
ganisées pour les agents des CDES. Un comité de pilotage des
applications informatiques est en cours de mise en place.

. une formation aux métiers d'aménagement de sécurité d'iti-


néraires destinée aux projeteurs, ingénieurs subdivisionnai-
res, chefs des CDES est en cours de définition.

2. ANIMATION

Le SETRA et le CETUR sont chargés de poursuivre la mise en


oeuvre du projet F.A.CE.S. (Filière d'Animation et de Coor-
dination en Sécurité) et de ^-développer dans le domaine de
l'exploitation de la route. Il met à contribution le réseau
technique et s'assigne deux objectifs majeurs :

- favoriser les échanges d'expériences et la circulation des


informations avec les CDES ;

- élaborer des projets techniques concertés impliquant à la


fois les services techniques centraux, régionaux et territo-
riaux.

D
3. OUTILS ET METHODES
Les outils et méthodes nécessaires aux CDES pour constituer
un pôle d'ingénierie du trafic et de la Sécurité routière
s'inscrivent dans le souci permanent d'un professionnalisme
accru et sollicitent particulièrement l'ensemble du réseau
technique du Ministère.
En particulier :
- un document de référence "Sécurité et aménagements" est en
cours d'élaboration sous la conduite d'opération du SETRA et
du CETUR. Il vise à fournir des critères d'évaluation au ni-
veau de sécurité offert par les itinéraires existants et les
projets routiers ;

- le SETRA entreprend la refonte des logiciels de traitement


et d'exploitation des fichiers départementaux des accidents
afin de constituer une gamine d'outils de haute qualité tech-
nique et ergonomique ;
- le SETRA et le CETUR établiront, en liaison avec le projet
F.A.CE.S. et les besoins exprimés (cf. annexe 1) un pro-
gramme d'action pour le réseau technique concernant l'élabo-
ration d'outils et méthodes à mettre à disposition des CDES.
MINISTÈRE DC L'ENVIRONNEMENT ET DU CADRE DE VIE
MINISTÈRE DES TRANSPORTS. — TEXTES OFFICIELS

Classement. N" du texte.

1490 2)4 (81/7)

PREMIER MINISTRE Paris le 4 j u i l l e t 1980.

Comité interminiitèriel
de /* sécurité routière.
Secrétariat général.
T./68.

COMMUNICATION
de copies de procès-verbaux d'accidents.
(Non parue au Journal officiel.)

Le secrétaire général du comité interministériel de la


sécurité routière
à
Messieurs les préfets de région ;
Messieurs les préfets (cabinet).
(A J'aUentton du délégué départemental à la sécurité
routière).

L'amélioration de la sécurité offerte par l'infrastructure routière


nécessite qu'il soit procédé à une analyse détaillée des accidents
qui s'y produisent.
Jusqu'à une date récente, celle-ci était effectuée, en ce qui
concerne les routes de rase campagne et les petites agglomérations,
par les services de l'équipement sur la base des formulaires établis
par la gendarmerie nationale.
Or, depuis la mise en place de l'informatisation de leur traite-
ment, ces formulaires sont envoyés directement au service informa-
tique national de la gendarmerie nationale et ne parviennent
en général plus aux directions départementales de l'équipement.
Celles-ci ne reçoivent plus dorénavant qu'un extrait de la bande
magnétique établie par l'ordinateur central, et n'ont plus la possi-
bilité de consulter les formulaires eux-mêmes, qui contiennent
notamment un croquis des lieux et des circonstances de l'accident.
Pour remédier à cette lacune aux conséquences graves, je vous
serais obligé de bien vouloir prendre les dispositions nécessaires
pour que la direction de l'équipement de votre département reçoive
a l'avenir systématiquement une copie des procès-verbaux d'acci-
dents dressés par la gendarmerie nationale. Cette copie pourra
notamment être établie à partir de l'exemplaire qui est en posses-
sion de votre direction de la réglementation, bureau de la circu-
lation.
CHRISTIAN CÉRONDEAU.

ET 81/7. 214 (81/7)


sécurité
routière

Observatoire National Interministériel


de Sécurité Routière
Pans le,

Le Secrétaire Général de l'Observatoire National Interministériel


de Sécurité Routière

Monsieur le Directeur
Direction Départementale de l'Equipement de la Haute-Vienne

Objet Amélioration de la localisation des accidents dans les BAAC

Une localisation précise des accidents est un des éléments essentiels à la qualité des
fichiers des accidents et de toutes les études qui sont menées à partir de ceux-ci.

Dans la chaîne de collecte des informations, il est important que la précision soit assurée
au plus tôt, c'est-à-dire dès la saisie par les forces de l'ordre des informations concernant l'accident.
Outre l'amélioration de la qualité des fichiers, cette prise en compte en amont doit contribuer à la
rédaction du travail de correction effectuée par la CDES.

Pour faciliter le repérage des accidents par les forces de l'ordre, le SETRA vous fait
parvenir un jeu supplémentaire du fichier d'identification du réseau routier national au 1/25 000.

Vous voudrez bien adresser une copie de ce fichier aux services de police et de
gendarmerie chargés de la collecte de données accidents. Je vous demande, à cette occasion, de
bien vouloir former ces services aux règles de base de l'identification du réseau.

Cette opération devrait contribuer efficacement à redresser une dérive de la fiabilité du


BAAC que l'on constate depuis plusieurs années et qui semble s'être encore aggravée avec la mise
en place de la nouvelle version.

Olivier NOËL
Annotation
Annotation
Annotation
Annotation
Conception graphique : Philippe Masingarbe
SETRA - SG - "Editions - Actions commerciales"

Crédit photos :
Couverture : F. Cepas - DSCR

Flashage : DFG communication

Impression : EXPRESS TIRAGES

Ce document est propriété de l'Administration, il ne pourra être utilisé ou reproduit,


même partiellement, sans l'autorisation du SETRA
© 1999 SETRA - Dépôt légal 3ème trimestre 1999 - ISBN 2-11-090656-1
Page laissée blanche intentionnellement
Les DDE disposent du fichier des accidents corporels de
la circulation. Pour garantir la qualité des études de
sécurité menées à partir de ce fichier, les informations
qu'il contient doivent être contrôlées et corrigées. Ce
guide d'aide à la correction a pour objectif de leur fournir
des informations et de leur décrire des méthodes et des
outils pour les aider dans cette tâche.

Document disponible sous la référence E9926 au bureau de vente du SETRA


46, avenue Aristide Briand - BP 100 - 92225 Bagneux Cedex - France
Téléphone : 0 1 46 1 1 3 1 53 Télécopie : 0 1 46 1 1 33 55
Internet : http://www.setra.equipement.gouv.fr

Prix de vente : 80 F