Vous êtes sur la page 1sur 6

Tradition en Espagne

Noël en Espagne
Noël se dit en espagnol Navidad, qui est la contraction du mot
natividad signifiant nativité ou naissance [de Jésus]. Les
personnages principaux de la fête de Noël en Espagne sont les
rois mages, qui distribuent les cadeaux, car le Père Noël n'y
occupe qu'une place mineure. C'est d'ailleurs le seul pays latin
où ce personnage ne s'est pas encore imposé

Quand décembre arrive, il y a une ambiance plus joyeuse dans les rues
décorées avec des lumières de couleur. Les vitrines sont remplies de
cadeaux, d'ornements navideños et de jouets. Les gens se rencontrent
plus souvent dans la rue ou dans les bars.
Noël en Espagne partage des traditions avec le reste des pays de
religion catholique. Comme dans d'autres régions du monde, les
familles se réunissent et la nourriture, la boisson, la musique et la danse
sont semblables à bien des égards à ce que l'on peut voir ailleurs en
Europe et en Amérique, mais certaines traditions et coutumes reflètent
le caractère vrai de l'Espagne.
Un symbole de Noël important dans ce pays est la crèche. Ces
représentations de la naissance de Jésus peuvent être vues dans les
municipalités grandes et petites, et à l'entrée des maisons. Les crèches
espagnoles sont le plus souvent très élaborées et réalistes ; des
concours ont lieu pour désigner la meilleure. Dans beaucoup de petites
villes, durant la nuit de Noël, on peut voir des crèches vivantes avec des
acteurs, des actrices, et de vrais animaux associés à la naissance de
Jésus : une vache, un âne et quelques agneaux.
Les 24 et 25 décembre, il est possible, particulièrement dans les petites
villes, d'entendre des enfants chanter des villancicos dans les rues ; il
s'agit d'une très vieille tradition qui s'appelle « demander le cadeau de
Noël ». Il y a quelques années, il était encore possible d'entendre
partout ces hymnes de louange traditionnels chantés par les enfants
dans son voisinage, ou près des crèches. Certains voisins leurs
donnaient de l'argent ou des sucreries.
Les fêtes associées à Noël
Le 25 décembre, jour de Noël
Le jour de Noël on mange également habituellement bien en
famille, et il arrive que le Père Noël passe, mais cette coutume
n'est pas aussi populaire que dans les autres pays d'Europe, les
Espagnols attendant traditionnellement le jour des Rois pour les
distributions de cadeaux.

Le 28 décembre, le jour des saints innocents


Le 28 décembre est un jour férié en Espagne, c'est le jour des
Saints Innocents. Cette célébration commémore un épisode
sanglant de la Bible, le massacre des jeunes enfants ordonné
par le roi Hérode. Néanmoins, de nos jours, la coutume est de
faire des plaisanteries et des farces aux amis ou aux parents à
la façon du premier avril français, et les journaux publient de
fausses nouvelles.

Le 31 décembre, la nuit de la saint Sylvestre


Les célébrations de 31 décembre, ou Nochevieja, sont un
spectacle impressionnant. Partout, les cloches marquent les 12
coups de minuit et tous les Espagnols mangent 12 raisins, un à
chaque coup de cloche. Selon la tradition, cela leur assure 12
mois de prospérité. Cette tradition se célèbre en famille ou entre
amis et la fête se poursuit en général jusqu'à l'aube. Le 31
décembre, la nuit de la saint Sylvestre
Les célébrations de 31 décembre, ou Nochevieja, sont un
spectacle impressionnant. Partout, les cloches marquent les 12
coups de minuit et tous les Espagnols mangent 12 raisins, un à
chaque coup de cloche. Selon la tradition, cela leur assure 12
mois de prospérité. Cette tradition se célèbre en famille ou entre
amis et la fête se poursuit en général jusqu'à l'aube.
Le 6 janvier, le jour des Rois Mages
A la fin des vacances, le jour consacré aux enfants
arrive. Le 6 janvier ou jour des Rois Mages est celui où
les enfants reçoivent les cadeaux tant attendus. La
veille, en soirée, ils peuvent voir la cavalcade des Rois
Mages qui font un tour par les rues, les saluer et leur
demander des cadeaux. Avant de se coucher, ils laissent
leurs chaussures dans un endroit très évident de la
maison ou sur le balcon, puis vont se coucher en rêvant
de ce que vont leur laisser Melchior, Gaspar et
Balthazar. Au petit déjeuner, on mange en famille la
roscon de reyes, gâteau des Rois en forme d'anneau
décoré de fruits confits représentant les rubis et les
émeraudes qui ornent les manteaux des Rois Mages.
Une petite fève se cache dans le gâteau et la personne
qui la trouve est couronnée roi ou reine de la maison,
une très bonne manière de commencer la nouvelle
année.
Un folklore vivace
La tauromachie est l'un des symboles de
l'Andalousie. Les aficionados considèrent la
corrida comme un art. On assiste à un véritable
combat entre le toro et le matador. La beauté du
geste compte autant, sinon plus, que l'issue de la
confrontation. L'habit de lumière, la muleta
(étoffe rouge) et l'épée du matador se doivent
d'être parfaits. Le taureau doit lui faire preuve d'un
esprit combatif et d'un grand courage. La saison
taurine débute traditionnellement le 19 juin (Saint-
Joseph) et s'achève le 12 octobre (fête nationale).
Mais dans les faits, pas de fiesta sans corrida !
Les corridas organisées hors saison sont,
cependant, moins fastueuses.

Autre élément indissociable de l'Andalousie, le


flamenco ! Ce terme désigne à la fois un chant
et une danse. Le chanteur de flamenco doit
savoir provoquer des émotions sur son auditoire.
Peu importe que la voix ne soit pas
exceptionnelle, l'important est de "prendre aux
tripes". Le flamenco balaie tous les sentiments
humains même si la prédominance va aux airs
mélancoliques. La danse, quant à elle, vient d'un
mélange d'influences populaire et aristocratique.
Elle est née chez les Gitans. C'est une invitation
à la sensualité. Le contraste entre la rigidité du
corps et les mouvements libres des bras et des
jambes sont une illustration de l'interdit du désir.
Ici aussi, la technique est bien moins importante
que l'expression des sentiments
Catalans avant tout !
Le folklore catalan apparaît comme
riche et surprenant. La Sardane est
la danse traditionnelle. Les danseurs
forment un cercle en se tenant par la
main au son des tambourins, des
instruments à vent et des flûtes de
pans. Une autre tradition consiste à
faire des châteaux humains ou Els
Castells. Cette tour demande une
organisation et une grande confiance
entre les partenaires. C'est une
métaphore de la solidarité et de la
témérité des Catalans

L'autre pays celte


Les Galiciens sont véritablement passionnés par la
musique. Tradition oblige, ici on joue de la gaita
(cornemuse) ! Certains joueurs de cornemuse sont de
véritables vedettes en Galice. L'intérêt semble se décupler
quand il s'agit de joueuses. En effet, de plus en plus de
femmes deviennent des virtuoses de cet instrument. Les
groupes folkloriques sont nombreux mais la musique
galicienne se renouvelle également dans le courant du
rock celtique.