Vous êtes sur la page 1sur 118

THÈME 1

PRESENTATION SUCCINTE DU BATIMENT


1. Immeuble de grande hauteur de classe W2 ACTIVITE DE BUREAU
2. De forme rectangulaire ……. ?
3. D’une hauteur de ………. m
4. Construit en RDC + … étages et … sous sol
5. D’une superficie de m² (ou l’extension, la transformation, l’aménagement)
6. Regroupant des activités de bureau aux Étages et locaux techniques en sous sol ?
7. L’effectif est de ……. au titre du public ? : …. personnes au titre du personnel; totalisant 2600 OCCUPANTS
8. L’établissement est situé rue …………
9. L’entrée principale se situe rue ……
10. D’autres sortie rue …………………..
11. Dénommer, positionner, qualifier les mitoyens, en vis-à-vis, éloignement, les voisins: il est bordé au nord par un
bâtiment R +
12. Au sud par la rue …… large de
13. À l’est par un tiers contigu en R + ………
14. Il est desservie par ……….voies dont la voie la plus importante est ……………
GRANDS PRINCIPES IGH
SSI A IGH Compartiments CF 2h
avec mise en sécurité
automatique
R 122-9 § 1
R 122-9 § 2
R 122-9 § 7 Évacuation / 2 escaliers /
Volume de protection compartiment
PRINCIPES NSA
DE SÉCURITÉ.
R 122-9 § 6 CCH R R 122-9 § 3
SAS étanches aux fumée et Une ou plusieurs sources
désenfumés 122-9 autonomes d'électricité
Alarme incendie + moyens
de lutte incendie / secours
R 122-9 § 5 publics et occupants
R 122-9 § 4
Dispositifs de
désenfumage /
compartiment
Continuité des asc et MC /
sinistre
GRANDS PRINCIPES IGH (CCH R 122-1 à 29)
Registre de sécurité (consignes état, plan, dates d’exercices, Vise la sécurité des personnes en IGH
vérifications, contrôles; visé par maire 1 × / an
Définition de l’IGH
Visite périodique ou inopinée / occupation
29 > 1 pers /100 m² de surface hors œuvre nette à chacun
Fichier départemental de contrôle des IGH 28 1 des niveaux.
27 2
Répertoire des immeubles à plan d’intervention 3 Textes d’application
26
Ampliation
4 10 Classes d’IGH
25 5
Occupation au cours des travaux 3 Km / CSP
24 6
Le CCDPC visite à la demande du
Pas d’ICPE incendie explosion
maire; registre de sécurité 23 7
Articles Occupation moyenne de 1 pers /
Occupation 22 8
CCH R 122 10 m²

Visites inopinées / construction 21 Occupation 9 7 principes de sécurité


Vérification / maire / inflammabilité et 20 des locaux 10 2500m² × 75 m / 2 ou 3 niveaux , CF 2h
résistance au feu 11
19 Installations et équipements conformes …
CCDPC (protection civile)
18 12 Autorisation,
Délai 5 mois, …
accessibilité, préfet, dossier,

Modifications et potentiel calorifique / limites


17 16 CCS donne un avis et accès à toute heure
15 14
Organiser un service de sécurité unique / IGH + exercices
d’évacuation Le propriétaire désigne mandataire et suppléant

Mandataire et suppléant seul correspondant / autorité administrative

Le propriétaire maintient et entretien installations


THÈME 2

On entend par réglementation: les lois, décrets et arrêtés (pas les circulaires)
1. Code de l’urbanisme (articles L 421 et suivants …., 460 et suivants …., R 111 et …., L 421 et suivants, …)
2. Code des collectivités territoriales
3. Le code de l’environnement (ICPE articles du livre 5 titre 1, …..)
4. Code du travail partie 4 (articles R, Let D)
5. Code de la construction et de l’habitation (chapitres R 111, 122, 123, …)
6. Code rural article L 211-30
7. Code de l’action sociale (article L 114 (définition du handicap))
8. Code de sécurité intérieure (CSI article L 617- …, carte professionnelle et CQP demandé )

9. Réglementation IGH (arrêté du 30 12 2011, dispositions générales et particulières, + circulaire du 07 06 1974 (désenfumage en IGH))
10. Réglementation habitation (arrêté du 31 01 1986 modifié)

11. Pour l’hypermarché (ERP type M): arrêté du 25 06 1980 (dispositions générales) et arrêté du 22 12 1981 (dispositions particulières)
12. Salles de cinéma (ERP type L): arrêté du 25 06 1980 (dispositions générales) et arrêté du 12 12 1984 (dispositions particulières)
13. Restaurants (ERP type N): arrêté du 25 06 1980 (dispositions générales) et arrêté du 21 06 1982 (dispositions particulières)
14. Réglementation ERP (arrêté du 25 06 1980 modifié, dispositions générales et particulières + IT (instructions techniques 246, 247, 247, 248,
249, 263, …..))
15. Réglementation pour les parc de stationnement couverts (arrêté du 9 mai 2006, circulaire du 3 mars 1975, rubrique ICPE n° 2935, …….)
16. Réglementation ICPE (code de l’environnement, nomenclature ICPE, loi du 19 07 1976, ……….)
17. Arrêté du 23 juin 1978 (chaufferies)
18. Accessibilité handicapés (Arrêté du 11.02.2005 ( / loi n° 2005-102 / directives européennes: la résolution du 20 12 1993; Arrêté du
31.05.1994..arrêté du .01 08 2006, ….)
19. Arrêté du 02 05 2005 modifié
20. IOP (installations ouvertes au public)
21. Monuments historiques (Loi du 31 12 1913, loi du 2 Mai 1930; articles L.621-1 et suivant du code du patrimoine, code de l'environnement
aux articles L.341-6 et suivants,)
22. Pour les autres activités voir liste ci-après, …………
LES TEXTES Pour déterminer la réglementation applicable:. Identifier la date du permis de construire. Identifier la date d’autorisation des travaux ,d’aménagements. Exigences de la commission de sécurité

Les codes applicables à la construction:

1. Code de l’urbanisme (L 462-2, R 462, R 111, R 443, R 444, R 480). Code des collectivités territoriales: L 2212
2. Code de l’environnement (partie ICPE, articles L 515)
3. Code du travail C.T. décret n° 92 332 du 31 mars 1992: livre 2, titre 3 (Articles R 230, L 231, R 232 (existants au 1er avril 1992), R 235 (Permis de Construire postérieur au 1er janvier 1993). Arrêté du 04
novembre 1993. Arrêté du 05.08.1992. partie 4 du CT
Codes
4. Code de la construction et de l’environnement (CCH)
5. Règlement Sanitaire Départemental (RSDT et RSD) issu du ministre de la santé; circulaire du 09.08.1978 modifié. DDSV.
6. Code de la santé publique (tabagisme, R 1321-1 à R 1321-66, R 1333-1, R 1334-6, 1334-14 à 1336-2)
7. Code de la sécurité Sociale

Les réglementations:

1. CCH livre 1 R 123 (décret):


2. + Arrêté du 25.juin 1980 modifié (Arrêté du 23 mars 1965); Décret n° 73 -1007 du 31.10.1973 : dispositions générales (JO n°1685) et dispositions particulières pour les ERP de 1ère à 4ème catégorie.
ERP
3. Arrêté du 22 juin 1990 modifié: ERP de 5ème catégorie
4. Arrêté du 02 mai 2005 modifié (formation des SSIAP)

IGH CCH livre 1 R 122 (décret). + arrêté du 30 12 2011 (ex Arrêté du 18 octobre 1977 modifié (Arrêté du 15.11. 1967))

Habitation CCH livre 1 R 111(décret): + Arrêté du 31 janvier 1986 modifié

1. Arrêté du 03.03. 1975 modifié


PS couverts 2. Arrêté du 31.01.1986 modifié (PS liés aux habitations)
3. Arrêté du 09.05.2006 (ERP de type PS).

Handicapés Arrêté du 31.05.1994. Arrêté du 11.02.2005 loi n° 2005-102. Notice d’accessibilité aux handicapés; .01 08 2006

1. Loi du 19 juillet 1976; décret d’application n° 77 1133 du 21.09.1977: remplacé par le code de l’environnement livre 5 titre 1
2. Circulaire SEVESO du 26 juin 1992
3. SEVESO I
ICPE 4. SEVESO II
5. Arrêté du 31.12.1999 pour la prévention des risques INB
6. Décret du 20.05.1953: la nomenclature des ICPE fixes (classement selon les substances utilisées et stockées, la nature de l’activité).
7. Décret d’application n°77-1133 du 21.09.1977 : il fixe les procédures de déclaration et autorisation par arrêté, arrêté type, circulaires et instructions techniques (I.T.)

Chaufferies Arrêté du 23 juin 1978

IT 246: désenfumage en ERP: équipements, principes de désenfumage et obligation dans les escaliers, circulations et locaux,
IT 247: désenfumage en ERP: mécanismes de déclenchement du désenfumage, commande.
IT
IT 263: désenfumage en ERP: des volumes libres intérieurs, atriums
IT du 07 juin 1974 (pour désenfumage IGH)

Portails Arrêté du 21.12.1993. Portes et portails automatiques, semi automatique

Consuel Consuel et qualigaz: habitation arrêté du 02.08.77 modifié

DPE DPE: Diagnostique de Performance Energétique dès le 1er .07.2007

Visiteurs en CT Visiteurs occasionnels au bureau: circulaire du 15.11.1990

CNIL Comité National Informatique et Liberté. Loi informatique et liberté du 06.01.1978.

Les normes en vigueur: NF, EN, ISO

Bonnes pratiques assurances Règles APSAD: demander à l’assureur du client / lettre recommandée AR son exigence de règle APSAD: exigence R, qualification Q et certification N.
APSAD remplacée par l’CPABR (ex APSAD le18 janvier 2000): Commission plénière des assurances de biens et de responsabilité (FFSA 26 bld Haussmann Paris).
Règle R 1 à R 3: extinction automatique (eau, gaz)
Règle R 4: extincteurs. Règle R 5: R.I.A
Règle R 6: service de sécurité incendie SSIAP
Règle R 7: SDI du SSI (DA de partout sauf WC et placards, faux plafond.)
Règle R 8: surveillance des risques (rondes, Permis de Feu)
Règle R 9: rideaux d’eau, etc.….
ACTIVITÉS TEXTES réglementation
1. CDT (code du travail) 1. Applicable le 1er mai 2008
2. ERP (établissement Recevant du Public) 2. Arrêté du 25 06 1980, arrêté du 22 06 1990 ; CCH décret 31/10/73 codifié R123.1 à R 123.55
3. IGH (Immeuble de Grande Hauteur) 3. arrêté du 30 12 2011 (ex Arrêté du 18 10 1977)
4. ITGH (Immeuble de Très Grande Hauteur) 4. arrêté du 30 12 2011 (articles ITGH en complément et en aggravation du règlement IGH)
5. Habitation 5. Arrêté du 31 01 1986
6. Parc de stationnement couvert 6. Arrêté du 9 mai 2006, Circulaire IT du 03/03/75, arrêté du 31 01 1986, rubrique ICPE n°2935
7. Parc de stationnement ouvert 7. Arrêté du 7 juin 1977 modifié, normes NF P91-100 et NF P 91-120
8. ICPE (installation classée pour la protection de 8. loi du 19 07 1976, nomenclature des ICPE
l’environnement) 9. Code de l’environnement
9. Environnement 10. HAS
10. Sanitaire 11. Loi du 31 12 1913, loi du 2 Mai 1930; articles L.621-1 et suivant du code du patrimoine, code de
11. Monuments historiques l'environnement aux articles L.341-6 et suivants,
12. IOP (Installations ouvertes au public) 12. Circulaire n° DGUHC-2007-53 du 30 novembre 2007
13. Aires de jeux 13. Arrêté du 18 07 2006 + CIR NORJUSE 8840016C du 17 03 1988
14. Tunnels 14. Circulaire n° 2000-63 du 25 08 2000, Décret n° 2005-701, directive n° 2004/54/CE, …
15. Ponts 15. décret 2002-1251, arrêté du 10 10 2002; C88.49 du 09 05 1988; NFEN 1317, …
16. Barrages 16. Circulaire du 8 07 2008, Arrêté du 21 05 2010, Arrêté du 16 06 2009, Décret n° 2007-1735 du 11 12
17. Pénitentiaire 2007; loi du 03 01 1992 n° 92-3; décret du 29 03 1993;
18. Transports 17. arrêté du 18 07 2006; circulaire DAP n° 700020 du 12 01 2007
19. Parc naturel 18.
20. Réserve naturelles 19. Décret du 1er 03 1967, loi du 07 et 22 07 1983; décret du 25 04 1988 et 1 er 08 2003; L333 CE; Arrêté du
21. ZOO et aquarium 23 février 2007
22. Voie publique 20. Code de l'Environnement : art. L.332-1 à L. 332-10 et L.332-13 à L.332-27 ; art. R.242-1 à R.242-25 et
23. Handicap R.242-36 à R.242-49 ● Circulaires du 19 février 1986 et du 2 novembre 1987 ● Circulaire n°95-47 du 28
24. Stands mars 1995 ● Circulaire n°97-1 du 7 octobre 1997 . loi n° 2002-276 du 27 février 2002 décret d’application
25. Parc et jardins n° 2005-491 du 18 mai 2005
26. Cimetières 21. Arrêté du 11 09 1992, du 25 03 2004, du 21 11 1997, du 10 08 2004, du 11 03 2011, …
27. Aérodromes/ aéroports 22.
28. Routes 23. Loi du 11 02 2005;
29. Ports maritimes 24. La loi n° 69-3 du 3 janvier 1969; guides des bonnes pratiques professionnelles
30. Phares et balises 25. L2212-1 et L2212-2 … du CGCT; Loi n°82.213 du 2 mars 1982, loi du 31 12 1913, …
31. Voies ferrées 26. Article L. 2223-1; L. 2321-2-14 du code général des collectivités territoriales
32. Voies navigables 27.
33. Transports en montagne 28.
34. Châteaux d’eau 29. Code des ports maritimes Décret n°2009-877 du 17 juillet 2009; règlement sur la sécurité des navires est
35. Centrales électriques réparti en 7 volumes
36. BTP 30.
37. Camping caravaning 36 l'arrêté du 11 janvier 1993 décret 93-39 du 11 janvier 1993 Le code de l'urbanisme art. R 443-1 à R 445-2
et R 480-7, l'arrêté du 18 décembre 1980 et la circulaire N° C 68-103 de mai 1968 , décret 94-614 du 13
juillet 1994, décret 88.1056 du 14/11/88
ICPE: code de l’environnement L 511-1:
 Non classé
 Soumis à déclaration « D »
 Soumis à déclaration avec contrôle « DC » Code du travail: partie 4 (santé, sécurité) articles R, S, D
 Soumis à enregistrement « E » (ordonnance du 11 juin 2009)  Établissement < 8 m de haut
 Soumis à autorisation »A »  Établissement > 8 m de haut: R 4216-24 à29
 Soumise à autorisation avec servitude d’utilité publique « AS »
 Non SEVESO
 SEVESO I: seuil bas: risque fort, important
 SEVESO II: seuil haut: risque majeur
CCH R 111-1: habitation:
4 familles d’habitation ERP CCH R 123-2:
 1ère famille: RDC et R + 1 étage Les ERP sont classés par:
 2ème famille: > R + 1 et < R + 3  Type (22 / 23)
 3ème famille A: < 28 m de [R+4 à R + 7]  Catégorie(5): réparties
 3ème famille B: < 28 m, > R + 7, D > 7 m, en 2 groupes (1 et 2)
ou non accès SP
 4ème famille: > 28 m mais < 50 m / voie
accessible aux secours

PS 3: Parc de Stationnement couvert:


1. Est PS:
Établissement couvert surmonté d’un plancher,
d’une toiture, d’une terrasse ou d’une
couverture, Destiné au remisage des véhicules à IGH CCH R 122-2:
moteur et de leur remorque; le plancher Classé selon la hauteur:
supérieur ou la terrasse peut être aussi destiné  -à 50 mètres pour les
au remisage des véhicules immeubles à usage
2. PS mixte: d'habitation, tels qu'ils
Parc disposant de niveaux de stationnement sont définis par l'article R.
superposés en infrastructure et en superstructure CCH R 122-5: 111-1 (1) ;
3. PS largement ventilé: Classé selon la hauteur  -à plus de 28 mètres pour
4. PS à rangement automatisé: > 200 m tous les autres immeubles.
PS permettant le remisage automatisé des
véhicules. Il ne reçoit pas de public en dehors
des zones d’accueil.
IOP
Installations Ouvertes au Public (circulaire interministérielle n° 2007-53 du 30 11 2007)

Sont IOP:
Les espaces lieux ou équipements, publiques ou privés
tels que espaces publiques ou privés qui desservent les
IOP ERP, les équipements qui y sont installés, chemins
Privés Publics principaux des jardins publiques, parties non flottantes
Campings Campings des ports de plaisance, aménagements divers en plein
air, tribunes et gradins, parties non bâties des terrains
Sanitaires Sanitaires de terrain de
de camping, autres terrains aménagés pour
d’autoroute sport
l’hébergement touristique.
Aires de repos Aires de repos sur
d’autoroute Routes Nationales
(RN) Ne sont pas IOP:
Parcs Jardin(s) des plantes Aménagements liés à la voirie et aux espaces
animaliers publiques (places publiques, espaces piétonniers dallés,
escaliers mécaniques, passerelles, éléments mobiliers
de voirie, arrêts de bus, sentiers de promenade,
randonnée, plage, passerelles mobile d’avion et
bateaux, équipements de sport et de loisirs, murs
d’escalade, pistes de ski, toboggans, pont de singe,
toiles d’araignée, piste de vélo cross, skate-parcs,…).
Bâtiment et Travaux Publiques Camping caravaning

Code du travail

ZOO et aquariums Établissement Recevant du Public

Pénitentiaire
Immeuble de Grande Hauteur

Sanitaire Immeuble de Très Grande


Hauteur

Voie Publique Classement Parc de Stationnement


Couvert
des
Environnement
ACTIVITES Habitation

Réserves Accessibilité aux


Naturelles handicapés

Installation Classée pour la


Parcs naturels Protection de l’environnement

Installation Ouverte au Public

Ponts Monument Historique


Tunnels Aires
de Jeux
LES TEXTES ARRÊTÉ DU 25 06 1980 (dispositions générales ERP)
LES ARTICLES
ACCESSIBILITÉ HANDICAPS 1. GE 2 dossier de Sécurité
LOIS, DÉCRETS ET ARRÊTÉS CIRCULAIRES CODES 2. GE 3
1. Loi n°87-588 du 30 07 1987 3. GN 8 EAS à chaque niveau et consignes
2. Loi « handicap » n° 2005-102 du 11 02 2005 égalité des droits et des 4. AS 4: ascenseur accessible + locaux d’attente, EAS
chances 5. AS 5 consignes et signalisation / locaux d’attente
3. Décret n° 2009-1272 du 21 octobre 2009 Le décret n° 2006-555 du 17 6. CO 23 parois des EAS
mai 2006 modifié par le décret n° 2007-1327 du 11 09 2007 7. CO 34 §6 définition EAS
4. Décret n°2009-1119 du 16 09 2009 8. CO 38 §3
5. Arrêté du 1er août 2006 ERP neufs 9. MS 50 PC / EAS §6
6. Arrêté du 21 mars 2007 ERP existants 10. CO 57 EAS
7. Arrêté du 22 03 2007 modifié par arrêté du 30 11 2007 attestation de 11. CO 58 EAS
vérification accessibilité 12. CO 59 EAS
8. Arrêté du 09 05 2007 professions libérales 13. CO 60 absence d’EAS possible
9. Arrêté du 11 09 2007 14. MS 47 consignes de sécurité / handicapés
10. Arrêté du 30 11 2007 15. MS 64 signal sonore d’évacuation complété
11. Arrêté du 24 09 2009 16. CO 14,
12. Circulaire interministérielle n° DGUHC 2007-53 du 30 11 2007 Arrêté du 18 10 1977
13. Ces textes ont été introduits dans le code de la construction et de 1. GH 3
l’habitation (CCH) 2. GH 60 §3 exercices d’évacuation / handicap
14. Code de l’urbanisme article L 421-1, R 421-38, R 423-39 à 41; R 112- 3. GH 63
2 ; R 462-1 NORMES HANDICAPÉS
15. Code pénal article 132-11, 15 ; article 131-35 LO 2005-102,DC 2010-124,DE 2010/48/CE,CCH,DC 2006-555,AR
16. Code de procédure pénale article 2.8 20060801D,AR 20060801E,AR 20070226A,AR 20070321A,AR
17. Code du travail article R 4214-26 et suivants R 4225-8 et … 20070322A,AR 20070509A,CI 20071130A NO 2007-53,DC 2007-1327,AR
18. Code de l’action sociale article L 114 (définition du handicap) 20070911C,DC 2009-500,AR 19800625A,AR 19940627A,DC 2009-
19. Code général des collectivités territoriales article L 2143-3 1272,AR 20101004A,DC 2007-436,NF D11-201:2009,PR NF D11-
20. Code rural article L 211-30 201/A1,FD CEN/TR 15894:2009,NF EN 81-70:2003,NF EN 81-
70/A1:2005,FD ISO 4190-1:2004,NF P82-222:1996,NF EN 81-40:2008,FD
LES ARTICLES DU CCH P82-617:2008,NF P82-751:2010,BP P96-100:2010,NF S90-603:1985,NF
1. Article CCH R 123-4, 123-7, 123-22, ...., 123-51, 123-48, R123-3, … X05-050:2000,NF X05-050/A1:2001,FD X08-040-3:2010,BP X35-
2. CCH R 122-11-1 072:2005,BP X35-073:2007,BP X35-075:2007,BP X35-601:2009,NF X50-
3. Articles CCH R 111-19-1 à 30 783:2010; E85-101
4. Article CCH L 111-7…., L 111-26…. ; L 152-10 ; L 152-1 ; L 151-1 ; L
123-2; CCH (IGH) R 122-11-1; CCH (IGH) R 122-19
Pour accéder aux textes intégraux sur Internet:
5. CCH L 111-8 Taper par exemple: legifrance CCH R 111-19
6. CCH L 302-1 (détail d’un texte legifrance)
7. CCH R 123-2 définition Les normes ne sont pas accessibles sur legifrance
CODE DE L’URBANISME
Régime général L460-2
L 421-1 à 3 Contrôle de la conformité
L 460-2 des travaux par la
L421-1 délivrance du certificat
Permis de construire

L421-2 R 421-3
Service instructeur 1. Respect du CCH
Recours à un architecte 2. Respect de la réglementation
Obligations sécurité ERP et IGH
3. Nécessité d’aires de
stationnement

L421-2-1 R421-2-2
R421-2-3 R421-2-4
délégation à un autre condition de
Destination des Conditions
service instructeur délivrance et de recueil
exemplaires du permis d’exécution du permis
(EPCI) d’avis

L421-2-5 L421-2-7 L421-2-8


L421-2-6
intérressement au délivrance du permis conditions d’étude lors
soutient gratuit des
permis de l’autorité lors d’annulation du du transfert de
services de l’état
délivrante POS ou PLU compétences
CODE DE L’URBANISME
Décret en conseil d’état
R 111-4,
R 421-53,
R 460-3

R 460-3
R 111-4 Recollement des travaux,
Terrains accessibles aux engins recollement obligatoire si
de lutte contre l’incendie 1. Monument historique
2. Monuments et sites naturels
L’accès ne dot pas présenter de 3. Zone de protection du
risques pour l’usager R 421-53 patrimoine
La protection contre l’incendie 4. IGH-ERP en liaison avec le
Choix de la voie d’accès entre dans le champs du DDSIS
permis de construire 5. Parc national
6. Réserve naturelle
Le permis est délivré après 7. Secteur couvert par PPR
avis de la commission de
sécurité
CODE DE L’URBANISME
Article L421-1 Modifié par Ordonnance n°2005-1527 du 8 décembre 2005 - art. 15 JORF 9 décembre 2005
en vigueur le 1er octobre 2007
Les constructions, même ne comportant pas de fondations, doivent être précédées de la délivrance d'un
permis de construire.
Un décret en Conseil d'Etat arrête la liste des travaux exécutés sur des constructions existantes ainsi que des
changements de destination qui, en raison de leur nature ou de leur localisation, doivent également être
précédés de la délivrance d'un tel permis.

Article L421-2 Modifié par Ordonnance n°2005-1527 du 8 décembre 2005 - art. 15 JORF 9 décembre 2005
en vigueur le 1er octobre 2007
Les travaux, installations et aménagements affectant l'utilisation des sols et figurant sur une liste arrêtée par
décret en Conseil d'Etat doivent être précédés de la délivrance d'un permis d'aménager.

Article L421-3 Modifié par Ordonnance n°2005-1527 du 8 décembre 2005 - art. 15 JORF 9 décembre 2005
en vigueur le 1er octobre 2007
Les démolitions de constructions existantes doivent être précédées de la délivrance d'un permis de démolir
lorsque la construction relève d'une protection particulière définie par décret en Conseil d'Etat ou est située
dans une commune ou partie de commune où le conseil municipal a décidé d'instaurer le permis de démolir.

Article L421-4 Modifié par Loi n°2006-872 du 13 juillet 2006 - art. 6 (V) JORF 16 juillet 2006 en vigueur le
1er octobre 2007
Un décret en Conseil d'Etat arrête la liste des constructions, aménagements, installations et travaux qui, en
raison de leurs dimensions, de leur nature ou de leur localisation, ne justifient pas l'exigence d'un permis et
font l'objet d'une déclaration préalable.
Ce décret précise les cas où les clôtures sont également soumises à déclaration préalable.
NOTA: La date d'entrée en vigueur de l'article 6 II de la loi n° 2006-872 est conditionnée par la date d'entrée
en vigueur de l'ordonnance n° 2005-1527.
CODE DE LA CONSTRUCTION ET DE L’HABITATION

Décret en conseil d’état


R 111-4,
R 421-53, R 122-1 à 29
R 460-3 IGH
R 121-1 à 13
Classification des
matériaux
R 123-27 à 28
Exécution du contrôle
R 123-1 à 17
Définition et
application des règles
R 123-22 à 26
Autorisation de construire,
R 123-18 à 21 aménager, modifier
Classement des
établissements R 123-53 à 55
Dispositions diverses

R 123-29 à 42
R 123-52
Commissions de sécurité
R 123-43 à 51 Sanctions administratives
Contrôle des établissements
ERP: Établissement Recevant du Public
PARTIES DE L’ARRÊTÉ DU 25 06 1980 APPLICABLE AUX ERP
Dispositions Générales (DG) Dispositions Particulières (DP) DG et DP
Tous les ERP ERP du 1er groupe (1ère, 2ème, 3ème et 4ème catégories) ERP du 2ème groupe
Livre I Livre II Livre IV Livre III
Dispositions Dispositions applicables aux Dispositions applicables aux Dispositions
applicables à ERP des 4 premières catégories établissements spéciaux applicables aux ERP
tous les ERP (1er groupe) de 5ème catégorie (2ème
(types et catégories) groupe)
Arrêté du 25 06 1980 modifié Arrêtés particuliers Arrêtés particuliers Arrêté du 22 06 1990 modifié

GN 1. GE TYPES d’ERP TYPES d’ERP Petits


2. CO 1. J 1. PA Établissements
3. AM 2. L 2. OA (2ème groupe)
4. DF 3. M 3. GA 1. PE (DG)
5. CH 4. N 2. PE (RT)
6. GZ 5. O 4. EF 3. PE (LAS)
7. EL 6. P 5. REF 4. PO
8. EC 7. R 5. PU
9. AS 8. S 6. PS 6. PX
10. GC 9. T 7. SG
11. MS 10. U 8. CTS
11. V
12. W
13. X
14. Y
Les bureaux sont considérés comme ERP
S’ils sont spécialement aménagés pour la réception régulière de clients ou d’usagers (circulaire du 15 11 1990)
ERP: dispositions particulières
PARC DE STATIONNEMENT ICPE
1° Jusqu'au 30 décembre 2004 : L'activité était soumise soit à déclaration soit à autorisation au titre de la législation
ICPELe décret n° 93-1412 du 29 décembre 1993 avait créé dans la nomenclature des ICPE la rubrique n° 2935,
anciennement rubrique 331 bis, relative aux parcs de stationnement couverts. Ces parcs de stationnement étaient, en fonction
de leur capacité d'accueil, soumis au régime de la déclaration ou de l'autorisation.
Lorsque la capacité d'accueil du parc était supérieure à 250 véhicules, mais inférieure ou égale à 1000 véhicules,
l'exploitation du parc était soumise à déclaration.
Au-delà de 1000 véhicules, le régime était celui de l'autorisation.
2° Du 1er janvier 2005 au 30 juin 2006 : L'activité n'est plus soumise qu'à autorisation au titre de la législation ICPELe
décret n° 2004-645 du 30 juin 2004 a supprimé le régime déclaratif des parcs de stationnement de la rubrique 2935. Ainsi, à
partir du 1er janvier 2005, une déclaration n'était plus nécessaire pour la création de parking de plus de 250 et de moins de
1000 véhicules. Seuls les parcs accueillant plus de 1000 véhicules continuaient à être soumis au régime de l'autorisation.
Le décret n° 2006-646 du 31 mai 2006 a totalement supprimé, à compter du 1er juillet 2006, de la nomenclature des
installations classées, la rubrique 2935, sans en créer de nouvelle.
er
Par conséquent, et depuis le 1 juillet 2006, les parcs de stationnement, quelle que soit leur capacité d'accueil, ne sont plus
des installations classées au sens de la législation ICPE et ne sont donc plus soumis à autorisation, ni à déclaration.

C'est l'arrêté du 9 mai 2006 (JO 8 juillet 2006, portant approbation de dispositions complétant et modifiant le règlement de
sécurité contre les risques d'incendie et de panique dans les établissements recevant du public (parc de stationnement
couverts) qui a soumis les parcs de stationnement couverts à la réglementation des établissements recevant du public :
-à compter du 1er juillet 2006 pour les parcs de stationnement pouvant recevoir plus de 1000 véhicules, et ceci de façon à ce
qu'il n'y ait pas de vide juridique entre la date de la suppression de la rubrique 2935 de la nomenclature ICPE et celle de la
soumission de ces parcs à la réglementation ERP;
-- à compter de la publication de l'arrêté, soit le 8 juillet 2006, pour tous les autres parcs, à savoir ceux qui reçoivent de 10
véhicules à 1000 véhicules et qui n'étaient plus réglementés depuis le 1er janvier 2005. Attention, les parcs de stationnement
dont la capacité d'accueil est inférieure à 250 véhicules et qui n'avaient ainsi jamais été réglementés par la législation ICPE
sont depuis le 8 juillet 2006 soumis à la réglementation ERP.
L'arrêté du 9 mai 2006 (article PS 1) exclut par ailleurs de son champ d'application les parcs de stationnement couverts liés
à un bâtiment d'habitation et à un bâtiment relevant du Code du travail.
MANAGEMENT Risques
Juridiques Risque sûreté
et Psychosociaux
LES RISQUES Contrats clients,
Malveillance, vol
espionnage, dégradation
DU SITE prestataires,
cahier des charges,
Braquage DAB
……
Trouble à fiches missions Géré par le service
l’ordre public gérés par Sûreté
Manifestation, grèves employeur CQP APS
plan vigipirate gérés par la et
Risque incendie
police nationale, la police avocat géré par
municipale, le renseignement l’équipe SSIAP

Risques sanitaires RISQUES


gérés par la DDSV et méd. DE
Risques professionnels
Alimentation, distributeurs de L’ENTRE gérés par l’employeur et le
boissons, chambres froides, PRISE CHSCT, aggravation
grippe aviaire, canicule 1ère intervention
insectes, rongeurs, Risques
majeurs SST
linge, poubelles,
Risque (naturels et
médicaments et DM…
Technique technologiques)
Risque géré par la Feu de forêt, inondation
environnement Maintenance Transports de personnes
géré par Compétente gérés par les
une personne qualifiée “DREAL” ,
HQSE Conformité aux DRIEE,
normes des Instal SDIS
Hygiène Qualité Sécurité Environnement tech.
COMPARAISON DES CODES DU TRAVAIL (1973 - 2008)
LE NOUVEAU CODE DU TRAVAIL (2008) L’ANCIEN CODE DU TRAVAIL (1973)
Le nouveau code du travail est divisé en Le code du travail de 1973 était divisé en

8 parties : 9 livres :
1. Les relations individuelles de travail 1. livre Ier : conventions relatives au travail
2. Les relations collectives de travail 2. livre II : réglementation du travail
3. Durée du travail - Salaire - 3. livre III : placement et emploi
Intéressement, participation et épargne 4. livre IV : les groupements professionnels, la
salariale représentation des salariés, l'intéressement,
4. Santé et sécurité au travail la participation et les plans d'épargne
5. L'emploi salariale
6. La formation professionnelle tout au 5. livre V : conflits du travail
long de la vie 6. livre VI : contrôle de l'application de la
7. Dispositions particulières à certaines législation et de la réglementation du travail
professions et activités 7. livre VII : dispositions particulières à
8. Contrôle de l'application de la législation certaines professions
du travail 8. livre VIII : dispositions spéciales à l'outre-
mer
9. livre IX : de la formation professionnelle
continue dans le cadre de la formation
professionnelle tout au long de la vie
TABLE DES MATIERES DU CODE DU TRAVAIL
(version 2011 applicable au 1er mai 2008 selon les décrets nos 2008-243 et 2008-244 du 7 03 2008)
(modifié par la loi no 2004-1343 du 9 décembre 2004 et la loi no 2006-1770))
8 PARTIES 8 PARTIES RÉGLEMENTAIRES
9 ANNEXES
LÉGISLATIVES « L » «R»
1 Relations individuelles de travail (5 1 Relations individuelles de travail (5
1 Convention du travail
livres) livres)
2 Relation collectives de travail (6 2 Relation collectives de travail (6 2 Réglementation du
livres) livres) travail
3 Durée du travail (4 livres) 3 Durée du travail (4 livres) 3 Placement et emploi
4 Groupements
4 Santé et sécurité au travail (8 livres) 4 Santé et sécurité au travail (8 livres)
professionnels
5 L’emploi (5 livres) 5 L’emploi (5 livres) 5 Conflits du travail
6 Contrôle de
6 Formation professionnelle (5 livres) 6 Formation professionnelle (5 livres) l’application de la
législation
7 Dispositions particulières à certaines 7 Dispositions particulières à certaines 7 Dispositions
professions (5 livres) professions (5 livres) particulières
8 Contrôle de l’application de la 8 Contrôle de l’application de la
8 Dispositions outre mer
législation (3 livres) législation (3 livres)
9 Formation
professionnelle
CODE DU TRAVAIL PARTIE 4 « SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL »
PARTIE LÉGISLATIVES « L » (8 livres: L 4111-1 à L 4831-1)
Livres Titres et chapitres
L 4111-1 à 6: application des articles suivants
L 4121-1 à L 4122-2: principes généraux de prévention: obligations des employeur et travailleurs
1 Dispositions générales (5 titres) L 4131-1 à L 4132-5: droit d’alerte et de retrait
L 4141-1 à L 4143-1: Information et formation des travailleurs
L 4151-1 à Dispositions particulières à certaines catégories de travailleurs (femmes enceinte, jeunes, CDD et temporaires).
2 Dispositions applicables aux L 4211-1 à … Obligation des maîtres d’ouvrage pour les lieux de travail / santé et sécurité
lieux de travail (2 titres) L 4222-1 obligation de l’employeur pour l’utilisation / sécurité des travailleurs, propreté, salubrité
3 Équipements de travail et L 4311-1 à L 4314-1: machines, appareils, outils, engins, matériels et installations, équipements et produits de protection individuelle
moyens de protection (2 titres) L 4321-1 à 5: utilisation des équipements de travail et moyens de protection
L 4411-1 à 7: risques chimiques
L 4421-1: risques biologiques
4 Prévention de certains risques
L 4431-1: exposition au bruit
d’exposition (6 titres)
L 4441-1: exposition aux vibrations mécaniques
L 4451-1 …: exposition aux rayonnements ionisants
5 Prévention des risques liés à L 4511-1: travaux par entreprise extérieure
certaines activités ou L 4521-1 à L 4526-1: établissement à INB et installations avec servitude d’utilité publique
opérations (4 titres) L 4531-1 à L 4535-1: principes généraux de prévention sur chantiers de bâtiment et de génie civil
L 4611-1 à L 4614-16: CHSCT
L 4621-1 à L 4624-1: services de santé au travail (décret 2008-67 du 21 01 2008 §3, 74°; médecin du travail)
6 Institutions et organismes de
L 4631-1:service social du travail (mise en place, mission)
prévention (4 titres)
L 4642-1 à L 4643-4: institutions concourant à l’organisation de la prévention (agence nationale pour l’amélioration des conditions
de travail, commissions de santé et de sécurité)
L 4711-1 à 5: documents et affichages obligatoires
L 4721-1 à 4723-2: mises en demeure
7 Contrôle (4 titres)
L 4731-1 à 4732-4: mesures et procédures d’urgence
L 4741-1 à L 4745-1 infractions aux règles de santé et de sécurité
L 4811-1: dispositions générales
8 Dispositions relatives à l’outre
L 4821-1: OUTRE MER, SAINT PIERRE ET MIQUELON
mer (3 titres)
L 4831-1: MAYOTTE, WALLIS-ET-FUTUNA, …
CODE DU TRAVAIL PARTIE 4 « SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL »
PARTIE LÉGISLATIVES « R » (8 livres: R 4121-1 à R 4822-1)
Livres Titres et chapitres
R 4121-1 à R 4121-4: principes généraux de prévention: obligations de l’employeur
R4132-1 à R 4132-2: droit d’alerte et de retrait
1 Dispositions générales (5 titres) R 4141-1 à R 4143-2: Information et formation des travailleurs
R 4152-1 à R 4154-10: Dispositions particulières à certaines catégories de travailleurs (femmes enceinte, jeunes, CDD et
temporaires).
R 4211-1 à R 4217-2 Obligation des maîtres d’ouvrage pour les lieux de travail / santé et sécurité, dossier de maintenance
2 Dispositions applicables aux lieux de travail
R 4221-1 à R 4228-37: obligation de l’employeur pour l’utilisation / aération, maintenances, éclairage, sécurité,
(2 titres)
électricité, confort, ..
R 4311-1 à R 4314-6: machines, appareils, outils, engins, matériels et installations, équipements et produits de protection
3 Équipements de travail et moyens de
individuelle
protection (2 titres)
R 4321-1 à R 4324-53: utilisation des équipements de travail et moyens de protection
R 4411-1 à R4412-164: risques chimiques
R 4421-1:à R 4427-5: risques biologiques
4 Prévention de certains risques d’exposition
R 4431-1 à R 4437-4: exposition au bruit
(6 titres)
R 4441-1 à R 4447-1: exposition aux vibrations mécaniques
R 4451-1 à 4457-14 …: exposition aux rayonnements ionisants
R 4511-1 à R 4515-11: travaux par entreprise extérieure
5 Prévention des risques liés à certaines R 4523-1 à R 4524-10: établissement à INB et installations avec servitude d’utilité publique
activités ou opérations (4 titres) R 4532-1 à R 4535-10: principes généraux de prévention sur chantiers de bâtiment et de génie civil
R 4541-1 à R 4543-28: manutention des charges, écrans de visualisation, équipements élévateurs
R 4612-1 à R 4615-21: CHSCT
R 4621-1 à R 4632-11: services de santé au travail
6 Institutions et organismes de prévention (4
R 4631-1:service social du travail (mise en place, mission)
titres)
R 4641-1 à R 4643-42: institutions concourant à l’organisation de la prévention (agence nationale pour l’amélioration des
conditions de travail, commissions de santé et de sécurité)
R 4711-1 à R 4711-3: documents et affichages obligatoires
R 4721-1 à R 4724-18: mises en demeure
7 Contrôle (4 titres)
R 4731-1 à R 4731-15: mesures et procédures d’urgence
R 4741-1 à R 4745-4 infractions aux règles de santé et de sécurité
8 Dispositions relatives à l’outre mer (3 titres) R 4822-1: service de santé au travail OUTRE MER, SAINT PIERRE ET MIQUELON
CODE DU TRAVAIL
GÉNÉRALITÉS
1.Définition code du travail: recueil qui rassemble l’ensemble des textes législatifs « L » et réglementaires « R » les décrets applicables en matière de droit du travail, et qui concerne essentiellement les salariés sous contrat de travail de droit privé, ….
2.Régit l’ensemble des relations entre employeurs et salariés, du début à la fin de la relation de travail : embauche, contrats, conditions de travail, relation de travail, durée et temps de travail, suspension ………..
3.8 parties dont la partie 4: « santé et sécurité au travail » décrit les actions de prévention, d’information, d’organisation, les moyens et les contrôles à mettre en place sur le lieux de travail pour éviter accidents et maladies du travail
4.Codification à 4 chiffres depuis le 1er mai 2008
5.Acteurs de la prévention: employeur, CHSCT, cadres, employés, SST, services de santé au travail médecin du travail, inspecteur du travail (DIRECCT), service social du travail , spécialistes divers, ………
6.Formation, information: R 4141-1 à 16, L4142-1 à 4; R 4323-1 à 5, R4323-104 , R4412-86 , R 4425-6,
7.Registre: D 4132-2
8.SIGNALISATION DE SÉCURITÉ R 4224- 20 à 24, R 4227-33; R 4324-16 /// AFFICHAGE OBLIGATOIRE: D 4711
9.Travailleur isolé: R 4512-13 ….
10.Droit de retrait: D 4132-1 et ….., L 4131-1 à 4,
11.Faute inexcusable de l’employeur ou de l’employé en cas de manquement à une obligation de sécurité: L 4132-1 à 5, L 4131-4 ; L 4154-3
12.Contrôles: D 4153-13
13.Définition lieu de travail: R 4211-2: on entend par lieux de travail les lieux destinés à recevoir des postes de travail, situés ou non dans les bâtiments de l'établissement, ainsi que tout autre endroit compris dans l'aire de l'établissement auquel le travailleur a accès dans le cadre de son
travail. ………………………. Poste de travail: R4225
14.Moyens communs L 4121-5: Lorsque dans un même lieu de travail les travailleurs de plusieurs entreprises sont présents, les employeurs coopèrent à la mise en œuvre des dispositions relatives à la santé et à la sécurité au travail.

Santé (prévention des accidents de travail et maladies professionnelles) Sécurité (prévention des incendies)

Articles Articles

1. SANTÉ ET SÉCURITÉ: L 4121-1 à : L'employeur prend les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs. Ces Dossier de maintenance: R 4211-3 à 5: Le maître d'ouvrage élabore et transmet aux utilisateurs, au moment
mesures comprennent : 1° Des actions de prévention des risques professionnels ; 2° Des actions d'information et de formation ; 3° La mise en place d'une organisation et de de la prise de possession des locaux et au plus tard dans le mois qui suit, un dossier de maintenance des lieux
moyens adaptés. L'employeur veille à l'adaptation de ces mesures pour tenir compte du changement des circonstances et tendre à l'amélioration des situations existantes. de travail. Ce dossier comporte notamment ………………..
2. SUR LE FONDEMENT DES PRINCIPES GÉNÉRAUX DE PRÉVENTION SUIVANTS : L 4121-2: 9 PRINCIPES GÉNÉRAUX: 1° Eviter les risques ; 2° Evaluer les R4215-2 (dossier électrique), R 4222-20 et …, R 4224-17 , R 4226-5 à 7, R4226-14 à 21,
risques qui ne peuvent pas être évités ; 3° Combattre les risques à la source ; 4° Adapter le travail à l'homme, en particulier en ce qui concerne la conception des postes de Registre unique L 4711 - …. et ….., R 2313-3 et …
travail ainsi que le choix des équipements de travail et des méthodes de travail et de production, en vue notamment de limiter le travail monotone et le travail cadencé et de
réduire les effets de ceux-ci sur la santé ; 5° Tenir compte de l'état d'évolution de la technique ; 6° Remplacer ce qui est dangereux par ce qui n'est pas dangereux ou par ce Risques d'incendies et d'explosions et évacuation: accessibilité handicap, dégagements, désenfumage,
qui est moins dangereux ; 7° Planifier la prévention en y intégrant, dans un ensemble cohérent, la technique, l'organisation du travail, les conditions de travail, les relations chauffage, stockage, bât. > 8 m de haut, moyens de prévention et de lutte contre l’incendie, prévention des
sociales et l'influence des facteurs ambiants, notamment les risques liés au harcèlement moral, tel qu'il est défini à l'article L. 1152-1 ; 8° Prendre des mesures de protection explosions
collective en leur donnant la priorité sur les mesures de protection individuelle ; 9° Donner les instructions appropriées aux travailleurs. …………… R 4216-1 à 34: Les dispositions du présent chapitre ne s'appliquent pas aux IGH, au sens du CCH, pour
3. DOCUMENT UNIQUE: R 4121-1: L'employeur transcrit et met à jour dans un document unique les résultats de l'évaluation des risques pour la santé et la sécurité des lesquels des dispositions particulières sont applicables. Elles ne font pas obstacle aux dispositions plus
travailleurs …. Cette évaluation comporte un inventaire des risques identifiés dans chaque unité de travail de l'entreprise ou de l'établissement, …… contraignantes prévues pour les ERP, au sens de l'article R. 123-2 du CCH ou pour les bâtiments
4. MISE À JOUR du DU (DUER): est réalisée : 1° Au moins chaque année ; 2° Lors de toute décision d'aménagement important modifiant les conditions de santé et de sécurité d'habitation …………….
ou les conditions de travail, …. 3° Lorsqu'une information supplémentaire intéressant l'évaluation d'un risque dans une unité de travail est recueillie R 4216-2: Les bâtiments et les locaux sont conçus et réalisés de manière à permettre en cas de sinistre :
5. MISE À DISPOSITION: Article R 4121-4: Le document unique d'évaluation des risques est tenu à la disposition : 1° Des travailleurs ; 2° Des membres du comité d'hygiène, 1.L'évacuation rapide de la totalité des occupants ou leur évacuation différée, lorsque celle-ci est rendue
de sécurité et des conditions de travail ou des instances qui en tiennent lieu ; 3° Des délégués du personnel ; 4° Du médecin du travail ; 5° Des agents de l'inspection du nécessaire, dans des conditions de sécurité maximale
travail ; 6° Des agents des services de prévention des organismes de sécurité sociale ; 7° Des agents des organismes professionnels de santé, de sécurité et des conditions de 2.L'accès de l'extérieur et l'intervention des services de secours et de lutte contre l'incendie
travail mentionnés à l'article L. 4643-1; 8° Des inspecteurs de la radioprotection mentionnés à l'article L…………. 3.La limitation de la propagation de l'incendie à l'intérieur et à l'extérieur des bâtiments.
6. EXEMPLE DE RISQUES PROFESSIONNELS: ambiances thermiques, bruit, chimique, biologique, circulation, éclairage, engins, explosion, écrans, électricité, R 4227- 1 à 57: dégagements, chauffage des locaux, stockage, moyens d’extinction, système d’alarme,
équipements de travail, incendie, manutention, presses, rayonnements, stress, vibrations mécaniques, …. Équipements de protections individuels consignes de sécurité, prévention des explosions,
7. FORMATION POUR LA SANTÉ ET LA SÉCURIT DES TRAVAILLEURS: L 4141-1 à 16 …..: L'employeur organise et dispense une information des travailleurs sur les Décret n°2009-1272 du 21 10 2009 art 3
risques pour la santé et la sécurité et les mesures prises pour y remédier ……………….
8. ARTICLE L 4121-4: Lorsqu'il confie des tâches à un travailleur, l'employeur, compte tenu de la nature des activités de l'établissement, prend en considération les capacités
de l'intéressé à mettre en œuvre les précautions nécessaires pour la santé et la sécurité ACCESSIBILITÉ DES LIEUX DE TRAVAIL AUX TRAVAILLEURS HANDICAPÉS: R
9. PLAN DE PRÉVENTION: risques apportés par les entreprises extérieures: R 4512-7 /// permis de feu: arrêté du 19 mars 1993; R.4512-7 4214-26 à 28: Les lieux de travail, y compris les locaux annexes, aménagés dans un
bâtiment neuf ou dans la partie neuve d'un bâtiment existant sont accessibles aux personnes
CHSCT: handicapées, quel que soit leur type de handicap. Les lieux de travail sont considérés
1.Mise en place du CHSCT: L 4611-1 à 8 Missions du CHSCT: L 4612-1 à 18 Composition du CHSCT: L 4613-1 à 4 Fonctionnement L 4614-1 à 16
2.R 4121-3: Dans les établissements dotés d'un comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail, le document unique d'évaluation des risques est utilisé pour
comme accessibles aux personnes handicapées lorsque celles-ci peuvent accéder à ces lieux,
l'établissement du rapport et du programme de prévention des risques professionnels annuels prévus à l'art L. 4612-16 R 4143-1: formation sécurité y circuler, les évacuer, se repérer, communiquer, avec la plus grande autonomie possible
RÔLE DU MÉDECIN DU TRAVAIL :L 4622-3 à 17: Le rôle du médecin du travail est exclusivement préventif. Il consiste à éviter toute altération de la santé des travailleurs ………. Les accès, portes, dégagements et ascenseurs desservant les postes de travail et les
du fait de leur travail, notamment en surveillant leurs conditions d'hygiène au travail, les risques de contagion et leur état de santé. …………. locaux annexes tels que locaux sanitaires, locaux de restauration, parcs de stationnement,
DOSSIER MÉDICAL: R4412-54 à 57; visite médicale (d’embauche, périodique, de surveillance renforcée, complémentaire, à la demande, de reprise): R 4624- 1 à 36; Tous sont conçus de manière à permettre l'accès et l'évacuation des personnes handicapées,
les 24 mois: R4624-16: s'assurer du maintien de l'aptitude médicale du salarié au poste de travail occupé ……….. notamment celles circulant en fauteuil roulant
HYGIÈNE / confort au travail:
R 4225 – 2 à 4 : ……………………. eau potable et fraîche pour la boisson //// R 4223 – 1 à 12: éclairage /// R 4217: sanitaire
R 4216-2-1 à 4: …. sont dotés, à chaque niveau, d'espaces d'attente sécurisés ou d'espaces
R 4225-5: Un siège approprié est mis à la disposition de chaque travailleur ……………. équivalents, dont le nombre ……………………
R 4225-6 à 8: handicapés R 4217-2: ….. si 10 cabinets d'aisance, l'un d'entre eux, ainsi qu'un lavabo placé à
R 4228-1 à 37: L'employeur met à la disposition des travailleurs les moyens d'assurer leur propreté individuelle, notamment des vestiaires, des lavabos, des cabinets d'aisance proximité, sont aménagés de manière à en permettre l'accès et l'usage autonome par des
et, le cas échéant, des douches, vestiaires, lavabos et douches, cabinets d’aisance, restauration et repos, hébergement, …… personnes handicapées circulant en fauteuil roulant. …………….
ÉQUIPEMENTS DE TRAVAIL: R4311-1 R 4225-6 à 8: Le poste de travail ainsi que les locaux sanitaires et de restauration que les
TRAVAUX INTERDITS: D 4154-1 /// TRAVAUX DANGEREUX: R.4512-7
R 4222: Aération, pollutions spécifiques, pollution des eaux usées, travaux en espace confinés, protections individuelles, éclairage, ambiances thermiques, stabilité, portes et
travailleurs handicapés sont susceptibles d'utiliser dans l'établissement sont aménagés de
portails, telle sorte que ces travailleurs puissent y accéder aisément. Leurs postes de travail ainsi que
PÉNIBILITÉ AU TRAVAIL: Article D 4121-5 les signaux de sécurité qui les concernent sont aménagés si leur handicap l'exige
R 4225-8: Le système d'alarme sonore prévu à l'article R. 4227-34 est complété par un ou
1er SECOURS: des systèmes d'alarme adaptés au handicap des personnes concernées employées dans
1.Conduite à tenir en cas d’accident: R 4141-17 à 20 l'entreprise en vue de permettre leur information en tous lieux et en toutes circonstances
2.Matériels de 1er secours: R 4224-14 à 16
3.Signalisation: R 4224-23
R4624-6: service de santé au travail
EXTRAITS DU CODE DU TRAVAIL CONCERNANT LES RISQUES Ordonnance n° 2007-329 12 mars 2007 applicable le 1er mai 2008
Article R 4121-1 (R 230-1):
L’employeur transcrit et met à jour dans un document unique les résultats de l’évaluation des risques pour la santé et la sécurité des travailleurs à laquelle il procède en application de l’article L 4121-3
Cette évaluation comporte un inventaire des risques identifiés dans chaque unité de travail de l’entreprise ou de l’établissement
Article R 4121-2
La mise à jour du DU (Document Unique) d’évaluation des risques est réalisé: au moins chaque année, lors toute décision d’aménagement important modifiant les conditions de santé et de sécurité ou
R 4121
les conditions de travail (selon L 4612-8, lorsqu’une information supplémentaire intéressant l’évaluation d’un risque dans une unité de travail est recueillie.
Article R 4121-3
Dans les établissement dotés d’un CHSCT, le DU est utilisé pour l’établissement du rapport et du programme de prévention des risques pro annuels (selon 4612-16)
Article 4121-4
Le DU est tenu à disposition: du CHSCT, des DP, médecin du travail, inspection du travail, agent de prévention de la sécurité sociale, …
Article L 4121-1 (ex L 230-2): L’employeur prend les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs
Ces mesures comprennent:
1. Des actions de prévention des risques professionnels
2. Des actions d’information et de formation
3. La mise en place d’une organisation et de moyens adaptés
4. L’employeur veille à l’adaptation de ces mesures pour tenir compte du changement des circonstances et tendre à l’amélioration des situations existantes.
Article L 4121-2: l’employeur met en œuvre les mesures suivantes (L 4121-1) sur le fondement des principes généraux de la prévention
1. Éviter les risques
2. Évaluer les risques (lieux et postes de travail, aménagements, réaménagement, installations, équipements , substances, fabrications)
3. Combattre les risques à la source
4. Adapter le travail à l’homme, en particulier en ce qui concerne la conception des postes de travail ainsi que le choix des équipements de travail et des méthodes de travail et de production, en
vue notamment de limiter le travail monotone et le travail cadencé et de réduire les effets de ceux-ci sur la santé
5. Tenir compte de l’état d’évolution de la technique
L 4121 6. Remplacer ce qui est dangereux par ce qui n’est pas dangereux ou par ce qui est moins dangereux
7. Planifier la prévention en y intégrant, dans un ensemble cohérent, la technique, l’organisation du travail, les conditions de travail, les relations sociales et l’influence des facteurs ambiants,
notamment les risques liés au harcèlement moral, tel qu’il est défini à l’article L 1152-1
8. Prendre des mesures de protection collective en leur donnant la priorité sur les mesures de protection individuelle
9. Donner des instructions appropriées aux travailleurs
Article L 4121-3:
L’employeur, compte tenue de la nature des activités de l’établissement, évalue les risques pour la santé et sécurité des travailleurs, y compris dans le choix des procédés de fabrication, des
équipements de travail, des substances ou préparations chimiques, dans l’aménagement ou le réaménagement des lieux de travail ou des installations et dans le définition des postes de travail.
A la suite de cette évaluation, l’employeur met en œuvre les actions de prévention ainsi que les méthodes de travail et de production , garantissant un meilleur niveau de protection de la santé et de la
sécurité des travailleurs. Il intègre ces actions et ces méthodes dans l’ensemble des activités de l’établissement et à tous les niveaux de l’encadrement
Article L 4121-4: Lorsqu'il confie des tâches à un travailleur, l’employeur, compte tenu de la nature des activités de l’établissement, prend en considération les capacités de l’intéressé à mettre en
œuvre les précautions nécessaires pour la santé et la sécurité.
Article L 4121-5:
Lorsque dans un même lieu de travail les travailleurs de plusieurs entreprises sont présents, les employeurs coopèrent à la mise en œuvre des dispositions relatives à la santé et à la sécurité au travail.
Articles L4122-1:
Conformément aux instructions qui lui sont données par l’employeur,…, il incombe à chaque travailleur de prendre soin, en fonction de sa formation et selon ses possibilités, de sa de sa santé et de sa
L 4122 sécurité ainsi que de celles des autres personnes concernées par ses actes ou ses omissions au travail.
Les instructions de l’employeur précisent, en particulier lorsque la nature des risques le justifie, les conditions d’utilisation des équipements de travail, des moyens de protection, des substances et
préparations dangereuses. Elles sont adaptées à la nature des tâches à accomplir.
Article L 4131-1: droit d’alerte et de retrait: Le travailleur alerte immédiatement l’employeur de toute situation de travail dont il a motif raisonnable de penser qu’elle présente un danger grave et
L 4131
imminent pour sa vie ou sa santé ainsi que toute défectuosité qu’il constate dans les systèmes de protection…..il peut se retirer d’une telle situation.
Article L 4141-1 à 4:
L’employeur organise et dispense une information des travailleurs sur les risques pour la santé et la sécurité et les mesures prises pour y remédier.
L 4141
L’employeur organise une formation pratique et appropriée à la sécurité au bénéfice des travailleurs qu’il embauche, salariés temporaires, salariés ayant été arrêté > 21j sur demande du médecin du
travail, travailleurs qui changent de poste ou de technique,…
R4227- 34: > 50 Pers ou matières inflammables. Alarme sonore générale par bâtiment si bâtiments isolés entre eux…., audible en tout point du bât, pendant 5’ minimum
R 4227 - 28
R 4227-37: consignes de sécurité
à 41
R 4227-39: exercices tous les 6 mois: essais et visite des matériels, reconnaître l’alarme, utiliser les moyens de 1er secours.
CODE DU TRAVAIL R 4216 – 2

« Les bâtiments et les locaux sont conçus et réalisés de


manière à permettre en cas de sinistre

1. L’évacuation rapide de la totalité des occupants


dans des conditions de sécurité maximale.

2. L’accès de l’extérieur et l’intervention des services


de secours et de lute contre l’incendie »

3. La limitation de la propagation de l’incendie à


l’intérieur et à l’extérieur des bâtiments.

4. Voir R 4227
PREVENTION DU RISQUES INCENDIE EXIGENCES CODE DU TRAVAIL (extrais)
ARTICLES CONTENU

R 4216-30 Les bâtiments et locaux sont conçus , aménagés de manière à respecter les dispositions relatives aux moyens de prévention et de lutte contre l’incendie (R4227-28 à 41).

Les bâtiments et les locaux sont conçus et réalisés de manière à permettre en cas de sinistre:
1. L’évacuation rapide de la totalité des occupants dans des conditions de sécurité maximale
R 4216-2
2. L’accès de l’extérieur et l’intervention des services de secours et de lutte contre l’incendie
3. La limitation de la propagation de l’incendie à l’intérieur et à l’extérieur des locaux
R 4216-3 Les bâtiments et locaux sont isolés de ceux occupés par des tiers ….

…l’effectif théorique des personnes susceptibles d’être présentes comprend l’effectif des salariés, majoré, le cas échéant, de l’effectif du public susceptible d’être admis et calculé suivant les
R 4216-4
règles de l’arrêté du 25 juin 1980 modifié (article CO 38)

R 4216-5 La largeur des dégagements est proportionnée au nombre total des personnes appelées à l’emprunter. La largeur type est de 0,60 m. 1 UP = 0,90m; 2 up = 1,40 m.

• R 4227-4 à 14
• La largeur des escaliers est > 2 UP (1,40 m)
• Aucune saillie ou dépôt ne doit réduire la largeur réglementaire
• R 4216-8: tableau de calcul des dégagements (nombre et UP)
• Pour les locaux en sous sol si l’effectif > 100 pers.: arrondir au 100 supérieur, majorer l’effectif de 10%par mètre ou fraction de mètre au-delà de 2 mètres de profondeur
R 4216-6 à 12 • Seuls les locaux techniques peuvent être situés à plus de 6m sous le NMSE
• Distance maximale de 40 m à parcourir pour atteindre un escalier (en étage et sous sol)
• Le débouché d’un escalier au RDC pour atteindre la sortie < 20 m
• Les itinéraires de dégagement ne comprennent pas de cul de sac > 10 m
• Marches non glissantes, recouvrement des marches de 5 cm, 1 ou 2 marches isolées sont interdites dans les circulations principales, pas plus de 25 marches par volées d’escalier, les
paliers ont une largeur égale à celle des escaliers,….

Sont désenfumés (à équiper d’un dispositif de désenfumage naturel ou mécanique):


• En RDC et en étage: les locaux > 300 m²
• Les locaux aveugles > 100 m²
• En sous sol: les locaux > 100 m²
R 4216-13 • Tous les escaliers
• R 4216-14: balayage d’air naturel en ouverture haute et basse sur l’extérieur
• La surface totale des sections d’amenée d’air et ‘extraction: > 100 ème de la superficie du local desservi avec un minimum de 1 m²
• Les dispositifs d’ouverture sont aisément manœuvrables à partir du plancher
• Si extraction mécanique: débit d’extraction = 1 m /seconde / 100 m²

R 4216-17 Chauffage des locaux


R 4216-21 Stockage, manipulation de matières inflammables

Bâtiments de plus de 8 m de hauteur (voir aussi l’arrêté du 05 août 1992)


Au moins 1 façade accessible
R 4216-24 à 29 Cages d’escaliers et d’ascenseur en cloisonnés par une parois CF 1 h avec Portes PF ½ h, sinon à l’air libre
Distribution intérieure: recoupements ou compartimentages
Aménagements intérieur des locaux (murs, sols, plafonds): réaction au feu et résistance au feu (CCH R 121-1) pour limiter la propagation

R 4211-3 Dossier de maintenance (+ R 4222-20, 4224-17)


Alarme incendie des locaux de travail.
Code du travail Article R.4225-8 :

"Le système d’alarme sonore prévu à l’article


Évacuation des personnes R. 4227-34 est complété par un ou des systèmes
en situation de handicap d’alarme adaptés au handicap des personnes
concernées employées dans l’entreprise en vue
en milieu de travail de permettre leur information en tous lieux et en
toutes circonstances."

Annulation des possibilités de dérogation


Possibilité de dérogation aux règles
d’accessibilité pour les locaux de travail neuf :
Conseil d’Etat, décision n°334892 1er juin
2011 : le Conseil d’Etat a considéré que le
législateur n’avait pas donné au Gouvernement
un mandat sur d’éventuelles dérogations pour
les locaux de travail neufs. Il a annulé les
possibilités de dérogation ouvertes par voie
réglementaire.
CONFORT DE BASE AU POSTE DE TRAVAIL (extraits du code du travail)
Eau potable et fraîche à disposition des travailleurs…..
R 4225-2 à 4
Emplacement des postes de distribution des boissons à proximité des postes de travail…..

R 4225-5 Siège approprié à disposition de chaque travailleur…..

Vestiaires: installés dans un local spécial… de surface convenable, isolé des locaux de travail, …, tenus propre, …, aérés, …, ♀ et ♂ séparés, …, sièges et armoires
R 4228- 2 à 6
individuelles ininflammables munie d’une serrure ou d’un cadenas, …, suspendre 2 vêtements de ville

R 4227 – 15 à 20 Chauffage des locaux: …

Éclairage: les locaux de travail disposent autant que possible d’une lumière naturelle.…adapté à la nature et à la précision des travaux,…, pour éviter la fatigue visuelle,
R 4223- 1 à 12
…, et déceler des risques perceptibles, …, niveaux d’éclairement conforme au tableau R 4223- 4 (de 40 à 200 lux)
R 4217 Sanitaires: cabinets d’aisance et lavabos: l’employeur met à la dispositions des travailleurs les moyens d’assurer leur propreté individuelle, notamment des vestiaires,
R 4228 lavabos, cabinets d’aisance et, le cas échéant des douches.

R 4228- 10… Il existe au moins 1 cabinet d’aisance + 1 urinoir pour 20 ♂ et 2 cabinets d’aisance pour 20 ♀……

R 4228- 35
Douches: à température réglable sont installées à proximité des pièces destinées à l’hébergement dans cabines individuelles, à raison d’une cabine pour 6 personnes
R 4228- 7 Les lavabos sont à eau potable. L’eau est à température réglable… des moyens de séchage ou d’essuyage appropriés sont mis à dispositions des travailleurs…
Si travaux insalubres et salissants (voir arrêté du ministre du travail): douches …, à t° réglable…, sol à nettoyage efficace, …, tenue propre
R 4228- 8, 9 Lavabos et cabinets d’aisance accessibles aux handicaps
R 4217-2 Poste de travail, sanitaire et restauration aménagés pour handicap si handicap…
R 4225-6, 8 Système d’alarme sonore complété par un système d’alarme adapté au handicaps …en tous lieux et toutes circonstances
R 4228- 16

R 4228- 19 Restauration: il est interdit de laisser les travailleurs prendre leur repas dans des locaux affectés au travail.
R 4228- 20 Aucune boisson alcoolisée autre que le vin, la bière, le cidre et le poiré n’est autorisé sur le lieu de travail
R 4228- 21 Il est interdit de laisser entrer ou séjourner dans les lieux de travail des personnes en état d’ivresse
R 4228- 22 si > 25 salariés souhaitent prendre leur repas sur le lieux de travail…un local restauration / avis du CHSCT /DP… avec tables, 10 sièges, … il est doté de moyen de
conservation ou de réfrigération … d’une installation de réchauffe plat.
R 4228- 23 Si < 25 salariés souhaitent prendre leur repas sur le lieux de travail…emplacement permettant de se restaurer …
R 4228- 24 Après chaque repas l’employeur veille au nettoyage du local de restauration ….

L 3511-7 CSP Tabagisme: interdiction de fumer lieux fermés et couverts, moyens de transport collectifs, …..
R 4227-23… Dans les locaux emplacements où matières extrêmement inflammables, comburantes, explosives….

R 4228- 25 Local repos: les sièges mis à la disposition des travailleurs pour cet usage comportent des dossiers

Aération des locaux: dans les locaux fermés où les travailleurs sont appelés à séjourner, l’air est renouvelé,… pour préserver la santé des travailleurs,…éviter odeurs,
R 4222-1 à 26
condensation, …

R 4214-22 Les dimensions des locaux de travail (hauteur, surface…, espace libre) … avec liberté de mouvement suffisante…sinon: espace libre à côté du poste

Sécurité les établissements et locaux de travail sont aménagés de manière à ce que leur utilisation garantisse la sécurité des travailleurs
L 4221-1 Lorsque dans un même lieu de travail les travailleurs de plusieurs entreprises sont présents, les employeurs coopèrent à la mise en œuvre des dispositions relatives à la
L 4121-5: santé et à la sécurité au travail (L 4121-5).
R 4228-32 Nettoyage…ils (établissement et locaux de travail) sont tenus dans un état constant de propreté et présentent des conditions d’hygiène et de salubrité propres à assurer la
santé des intéressés.
AFFICHAGES OBLIGATOIRES DANS L’ENTREPRISE
Inspection du travail:
• Inspecteur du travail
D 4711 - 1
• Médecin du travail
• Services de secours d’urgence
L 2325 - 21 Le PV des réunions de Comité d’Entreprise affichés ou diffusés …
Syndicat:
• Panneaux d’affichage pour chaque section syndicales
L 2142 - 3
• De communications syndicales: libre
• Exemplaire de communication transmis à l’employeur
Convention collective: affichage d’un avis comportant l’intitulé des conventions et
R 2262 - 3 accords applicables dans l’établissement. Précise où les textes sont consultables et leur
modalités d’accès….
Délégués du Personnel: affichage possible sur les portes d’entrée des lieux de travail ou
L 2315 - 7
sur les panneaux prévus à cet effet … ou sous forme de distribution de tracts…
Délégués syndicaux: les noms des délégués syndicaux sont affichés sur des panneaux
L 2143 - 7 réservés aux communications syndicales… copie des noms adressée à l’inspecteur du
travail…
Durée du travail: l’employeur affiche les heures auxquelles commence et finit le travail,
L 3171 - 1 ainsi que les heures et la durée des repos….la programmation individuelle des périodes
d’astreinte est portée à la connaissance de chaque salarié … .
Égalité professionnelle: affichage des articles 225-1 et 225-4 du code pénal dans les
L 1142 - 6
lieux de travail et à la porte des locaux où se fait l’embauche.
THÈME 3

ERP type M en RDC +7, -1


Travaux de réaménagement au +7:
 Réunion conférence: ERP type L
 Formation: type R
 6 salles de 50 m²
 2 salles modulables de 150 m² en type L ou R
1 salle type L de 50 m² pourra accueillir ….. personnes donc tant de dégagements
1 salle type L de 150 m² pourra accueillir ….. Personnes donc tant de dégagements
1 salle type R de 50 personnes pourra accueillir ………. personnes donc tant de dégagements
1 salle type L de 150 m² pourra accueillir …….. personnes donc tant de dégagements
La modulation type L …… m² pourra accueillir …….. personnes donc tant de dégagements
La modulation type R ……m& pourra accueillir ………. personnes donc tant de dégagements

Isoler ces activités des autres activités sinon appliquer la réglementation la plus exigible
THÈME 3

ERP type M de catégorie ? PROJET DE TRAVAUX AU 7ÈME ÉTAGE


RDC +7 -1 Isoler les nouvelles activités du type existant par un degré CF 3 h (type M en superposition > 8 m de haut )
Type R Type L
Activité Article R1: Formation Article L1: Réunion, conférence
Seuil du 1er groupe Article R1b: 200 personnes Article L1a: 200 personnes
Combien de personnes au titre du public admises ?
Classement Moins de 200 (5ème catégorie 4ème catégorie possible pour l’ensemble du niveau
ou 200 et plus (4ème caté)
a) Salles visées à l'article L 1 (§ 1, a, b, c) :
article R2
- nombre de personnes assises sur des sièges ou des places de banc
Détermination de l'effectif
numérotées ;
L'effectif maximal des personnes admises
- nombre de personnes assises sur des bancs où les places ne sont pas
Détermination de simultanément dans ces établissements est
numérotées, à raison d'une personne par 0,50 ml ;
l'effectif déterminé suivant la déclaration contrôlée du maître
- nombre de personnes assistant à une manifestation sans disposer de sièges
d'ouvrage ou du chef d'établissement. Cette
ou de bancs, à raison de 3 personnes/m² ;
déclaration doit préciser la capacité d'accueil
- nombre de personnes stationnant normalement dans les promenoirs et dans
maximale par niveau.
les files d'attente, à raison de 5 personnes par mètre linéaire.
Nombre de personnes Déclaration du chef d’établissement Nombre de places assises si conférences ou réunions
Dégagements R15 et R16 L10 et 11
exigibles CO38 et CO 39 CO38 et CO 39
Dégagements réels 2 dgt de 3 UP + 2 dgt de 2 UP → 4 dgt totalisant moins de 500 personnes
Isolement / tiers CO 6 à CO10 CO 6 à CO10
Distribution intérieure R6: Secteurs et les compartiments sont autorisés. L6: Secteurs et les compartiments sont autorisés
Article L 1 Arrêté du 5 février 2007 Etablissements assujettis
§ 1. Les dispositions du présent chapitre sont applicables, en fonction de l'effectif reçu, aux locaux désignés ci-après :
a) Salle d'audition, salle de conférences, salle de réunions, salle de pari ;
b) Salle réservée aux associations, salle de quartier (ou assimilée) ;
c) Salle de projection, salle de spectacles (y compris les cirques non forains) ;
d) Cabarets ;
e) Salle polyvalente à dominante sportive, dont la superficie unitaire est supérieure ou égale à 1 200 m², ou dont la hauteur sous plafond est
inférieure à 6,50 m ;
f) Autre salle polyvalente non visée au chapitre XII (type X, article X1) ;
g) Salles multimédia.
§ 2. Sont assujettis les établissements dans lesquels l'effectif total du public admis est supérieur ou égal à l'un des chiffres suivants :
a) Etablissements visés aux a, b et g du paragraphe 1 :
100 personnes en sous-sol ;
200 personnes au total.
b) Autres établissements visés aux c, d, e et f du paragraphe 1 :
20 personnes en sous-sol ;
50 personnes au total.
Pour le seuil d'assujettissement, les locaux visés aux a et b du paragraphe 1, qui possèdent des installations de projection non destinées à un
spectacle, ne sont pas considérés comme des salles de projection.
§ 3. Dans les salles de danse comportant des installations de projection ou des aménagements de spectacle, les dispositions du présent chapitre ne
sont applicables qu'à ces installations ou aménagements.

Article R 1 Arrêté du 13 janvier 2004 § 1. Les dispositions du présent chapitre sont applicables aux établissements destinés :
- à l'enseignement ou à la formation, à l'exception de la formation à des fins professionnelles du personnel employé par l'exploitant de
l'établissement ;
- à l'accueil des enfants à l'occasion des vacances scolaires et des loisirs.
Les locaux d'enseignement et de formation des centres d'aide par le travail (CAT) et les ateliers protégés relèvent du seul code du travail en ce qui
concerne la sécurité contre l'incendie.
Sont notamment soumis à ces dispositions :
- les établissements d'enseignement et de formation ;
- les internats des établissements de l'enseignement primaire et secondaire ;
- les crèches, écoles maternelles, haltes-garderies, jardins d'enfants ;
- les centres de vacances ;
- les centres de loisirs (sans hébergement).
ARTICULATION DE LA REGLEMENTATION ERP
(arrêté du 25 06 1980 modifié)
Dispositions générales et dispositions particulières
DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES
1. Classement des ERP (par type (22) et par catégorie (5 catégories réparties dans 2 groupes))
2. Implantation: dessertes, façades, isolement tiers
3. Construction: structure, parois, aménagements
4. Dégagements: exigibles (normaux, accessoires), de secours, supplémentaires
5. Risques (ERP M,S, et T; locaux à risque courant et particuliers (moyens et important))

Faciliter l’évacuation des occupants


Limiter la propagation du feu
Faciliter l’intervention des secours

INSTALLATIONS TECHNIQUES MOYENS DE SECOURS (MS)


1.Désenfumage (DF) 1. 9 moyens d’extinction
2.Électricité (EL) / Éclairage (EC) 2. SSI (A, B, C, D, E ou/et EA)
3.Appareils élévateurs (ASC pompiers, handicapés, personnels., 3. Équipes de sécurité
MC., nacelles de nettoyage, escaliers mécaniques, trottoirs roulants) 4. Système d’alerte
4.Chaufferie (CH, GZ) 5. Dispositifs qui facilitent
5.Ventilation (CTA, VMC, cuisines) l’action des sapeurs pompiers
ARTICULATION DE LA RÉGLEMENTATION CLICDVECRM IGH
CLICDVECRM ERP RUBRIQUES ELEMENTS
Définition
REF Réglementaires
CCH R.122-2
Cl
Classem

Type d'exploitation suivant la nature GN1 assement Classification R.122-5, GH 66


ent

CI CCH R 123-19 Définitions générales GH3


Catégorie en fonction du type d'exploitation Desserte R.122-6 , GH 6
et Seuil d'assujettissement Implantation Isolement, volume de protection et servitude GH7 et GH8
Nombre de bâtiment (contigus ou non)
Implantation

Résistance structure
Surface propre à chaque bâtiment GH 9, ITGH 2
Articles CO 1 à CO 10 Parois contigües, passerelles de liaison
I Dessertes et accès GH 10
et dispositions particulières Parc de stationnement intégré et locaux dangereux dans
GH 11
Façades accessibles aux engins de secours l’IGH
GH14
Isolement par rapport aux tiers Couverture
GH12 à 14
Gros œuvre (réalisation et degré de Façades
C onstruction Distribution intérieure
R.122-10
résistance au feu) GH61
Locaux à risques
Construction

Elément porteur GH17 à GH20


Articles CO11 à CO 29 / AM 1 Conduits et gaines
Planchers, plafonds GH15 à GH22, GH 61, GH
C à AM19 / AS 1à AS 11 et dispositions Aménagement intérieurs charges calorifique, plafonds
74, ITGH 6
Toitures suspendus
particulières GH 26
Distribution intérieure Surveillance de l’isolement des compartiments
Aménagement intérieur GH 3,
Définitions
GH23, GH24
Revêtement Généralités, espace d’accueil
Nombre Articles CO 34 à CO 57 D égagements Escaliers, SAS
GH 24, GH25, ITGH 3
Ventilation Dégage
climatisation Eclairag Désenfumage ments

GH 26, GH30 à GH34,


D Largeurs / AS 1 à AS 11 Ascenseur et escalier mécanique
ITGH 4
et dispositions particulières Contrôle d’accès
Situation GH 27
Renouvellement d'air DF circulation horizontale GH28 / GH 49
Surface trémies (exutoire, ouvrant de Articles CH28 à CH 43 / V entilation DF secours GH29
V façade) DF 1 à DF 10 / CO 30 à CO 33 Désenfumage Calcul Circulaire juin 74
et dispositions particulières Généralités GH40
Système de commande
Installation sécurité GH44
Gaines et clapets Eclairage GH47
Electricit

Conformité des installations aux normes Définition installation GH42


Articles EL 1 à EL 23 / EC 1 à EC 15 Electricité Eclairage
E Eclairage normal et de remplacement
é

Source sécurité GH44


et disposition particulières
Eclairage de sécurité Circuit HT GH45
Combustible Indépendance canalisation GH46
Chauffage et

Articles CH 1 à CH 27 / Communication GH48


Générateurs
CH 44 à CH 58 / GZ1 à GZ 30 / GC 1 à Chauffage
C Distribution Généralités GH35 à GH39
GC 19 Ventilation
Stockage Risques spéciaux Obligation de contrôle GH4
et dispositions particulières
Conduits et gaines GH51, GH54, GH55,
Définition et énumération des risques Moyen extinction ITGH 5
particuliers

Articles CO 27 à CO 28
Risques

Isolement par rapport aux autres locaux Dispositif facilitant SP GH52, GH53, GH56
/ et suivant les dispositions générales Service de sécurité GH62, GH63, ITGH 7,
R Mesures de prévention particulières
Stockage
(CH, GZ, EL, GC) et M oyens de Secours Alerte intérieure et extérieure ITGH 8
dispositions particulières Alarme et scénario SSI A IGH GH50
Conduits et gaines Mandataire et suppléant GH49, GH 44
Moyens de secours GH 57, 58
Moyen de secours

Implantation poteaux incendie,,,,) Disposition concernant les propriétaires et occupants GH 57, GH58 et GH61
Implantation Ex, RIA,,,,) Spécificités Interdiction diverses GH64
Articles MS 1 à MS 74 Précaution travaux GH65
M Affichage plans et consignes
et suivant les dispositions particulières Définitions générales GH3
Système d'un système d'alarme
Visites périodiques commissions de sécurité GH 4 §3
Moyen d'alerte
Vérification technique organisme agréé GH 5
Personnel de sécurité Vérifications
Report de signalisation GH 26, GH 48,
THÈME 4

COMPORTEMENT AU FEU

Résistance au feu Réaction au feu

Application sur Éléments de construction Matériaux de construction

Définition C’est le temps ….. C’est la manière dont les matériaux ….


SF, PF, CF M0, M1, M2, M3, M4
Classement
R, RE, ou E, REI ou EI avec indices A1, A2, B, C, D, E, F avec indices
9 temps en NF
Temps normalisés
10 temps en EN
Isolement des risques:
1. Dégagements
1. Isolement / tiers
2. Locaux
2. Toitures
Application 3. Conduits
3. Encloisonnement des dégagements
4. ……….
4. Protection des locaux à risques RM ou RI
5. Protection des conduits, ……..
Limiter le risque de départ de feu (fumée /
Objectif Limiter la propagation du feu
flammes)
COMPRTEMENT AU FEU
DÉFINITIONS selon l’article R121-2 2 DU CCH

Le comportement au feu en cas d'incendie est apprécié d'après deux critères

LA RÉSISTANCE AU FEU LA RÉACTION AU FEU


Le temps pendant lequel les éléments de C'est-à-dire l'aliment qui peut être apporté au feu
construction peuvent jouer le rôle qui leur et au développement de l'incendie
est dévolu malgré l'action d'un incendie. Manière dont les matériaux réagissent sous
l’action d’un feu (braise, chaleur, fumée, flamme ?)
Concerne les Concerne les
éléments de construction matériaux de construction
(Pilier, poutre, parois, plancher, porte, …) (pierre, marbre, béton, plâtre, verre, métal,, bois)
LE COMPORTEMENT AU FEU
RESISTANCE AU FEU REACTION AU FEU
Concerne les Eléments de construction Concerne les Matériaux de construction
(éléments porteurs, piliers, poutres, planchers, murs, portes, volets, clapets) (Bois, bétons, plâtre, pierre, verre, métaux, moquette, tapisseries, peintures, aménagements, PVC, gros mobilier)

Définition : temps pendant lequel les éléments de construction continuent à jouer leur rôle Définition : manière dont les matériaux réagissent comme combustible sous l’action d’un feu. (manière dont ils
dans la construction (supporter, faire obstacle) malgré l’action d’un feu. brûlent: éclatement, fumée, flammes).

NF (norme française) EN (norme européenne)


EN (norme européenne) NF EN 13 238 (1 / 2002), NFP 92 507 (2 / 2004) Les « EURO CLASSES »
NF (norme française)
Arrêté du 02.03.2004 et NFP 92 512 (5 / 1986) Arrêté du 21.11.2002 et NORME EN 13 501-1
Arrêté du 03.08.1999 et annexes
Arrêté du 21.11.2002 (Ex arrêté du 30.06.1983)
Les « Euro codes ». Classement en 7 Euro classes
Classement « SF », « PF », « CF » Classement « M »: A1, A2, B, C, D, E, F : pouvoir calorifique
Classement « R », « E », « I »
Incombustible, M0, M1, M2, M3, M4, NC Complétés par les critères « Fl. », « s », « d »

3 classement avec indicess: Concerne les produits de construction


incorporés de façon durable dans la construction
•3 classements : 6 classements :
R: capacité a supporter l’exposition 1.Les produits autres que les revêtements de sol (floor) (sauf
au feu sans perte de stabilité Incombustible qui ne produit pas de chaleur PCS = 0 rideaux, tapisserie, voilages,…)
1.SF : stable au feu (résistance mécanique) français
E: étanchéité au feu non propagateur M0 (incombustible):PCS < 2,5MJ / kg; 600 kcal/kg) 2.Les revêtements de sol
2.PF : pare flamme (résistance mécanique + étanche
de flammes ni de gaz chauds M1 (combustible ininflammable): qui ne produit pas 3 indices::
aux flammes + non émission de gaz combustibles)
I: isolation thermique de flammes et PCS > 2,5MJ / kg; 1.Combustible ou non: fl. (fl.: Floor): appliqué aux
3.CF : coupe feu : (résistance mécanique + étanche
M2 (combustible difficilement inflammable) revêtements de sol
aux flammes + non émission de gaz combustibles +
M3 (combustible moyennement inflammable) 2.Production et cumul de fumée: s1, s2, s3 (s.: Smoke)
isolant thermique)
Autres critères en complément: M4 (combustible facilement inflammable) 3.Production de gouttelettes enflammes: d0, d1, d2
(d.:Droplet)
Nc : non classé: matières particulièrement
B: fonctionnalité des exutoires Euroclasses Classement M
• 9 temps normalisés NF (France) ou dégrés inflammables (matières dangereuses)
Classes selon la NF EN 13501-1 Exigence
C: capacité de fermeture
types: A1 Incombustible
automatique
• exprimés en heures A2 s1 d0 M0
D: durée de stabilité des écrans de
¼ h, ½ h, ¾ h, APPLICATION EN ERP: A2 s1 d1
cantonnement
1 h, 1 h ½, 1.Règle du 311 (M3 sur le sol, M1 sur les murs, M1 A2
s2 d0
G: résistance à la combustion de s3 d1
2 h, 3 h, 4 h, 6 h sur le plafond) M1
suies B s1 d0
K: capacité de protection des 2.Règle du 421 (M4 sur le sol, M2 sur les murs, M1 s2 d1
revêtements (murs, plafonds) sur le plafond) s3
APPLICATION EN ERP:
M: résistance a un impact 3.M3 : pour le gros mobilier (aucune exigence pour C s1
1.Isolement / tiers (contiguité, superposition, vis-à-vis)
S: étanchéité aux fumées le petit mobilier) et caisses, bars, comptoirs, s2 M2
2.Distribution intérieure (CT, secteur et comp.) s3
W: rayonnement maximum vestiaires, etc., l'agencement principal qui comprend
Article CO12 de l’arrêté du 25.06.1980 modifié D s1 M3
les écrans séparatifs de boxes, rayonnages,
Résistance au feu de la structure: D s2 M4
bibliothèques, étagères, présentoirs verticaux,
•Selon hauteur de l’ERP et sa catégorie, s3 (non gouttant)
casiers, estrades, etc.,
•Selon présence de locaux à sommeil Toutes classes autres que E-d2 et F M4
10 temps normalisés 4.Rangées de sièges : 16 sièges maximum entre 2
Article Co 24 de l’arrêté du 25.06.1980 modifié
en minutes: circulations; ; 8 sièges maximum entre une
Résistance au feu des parois Escaliers encloisonnées ERP
circulation et un mur. cadre des sièges : M3
Selon CO 12
3. Isolement des locaux à risques particuliers 15’, 20’, 30’, 45’, Sièges fixés au sol, attachés les uns aux autres. M 3: C fl S1 Certificat
M 1: B s2 d0
APPLICATION EN IGH: 60’, 90’,
EN IGH: M 1: B s1 d0
d’essai
•Compartiment coupe feu (CF) 2 h 120’, 180’, 240’, 360’
•Piliers stables au feu (SF) 2 h en IGH et 3 h en
Les M4 et NC stockage sont interdits, Circulations encloisonnées européen
Les M1, M2 et M3 doivent être collés sur du M0. M 4: D fl S2
ITGH
M 2: C s3 d0
Seul le PV atteste de la conformité Seul le PV atteste de la conformité M 1: B s2 d0
Certificat d’essai européen
Il est valable 5 ans Il est valable 5 ans
LE COMPORTEMENT AU FEU
DES ELEMENTS DES MATERIAUX
DE CONSTRUCTION Béton, plâtre, métal, verre, bois, ...
Poutres, piliers, parois, planchers, portes, … REACTION AU FEU
RESISTANCE AU FEU Manière dont ils réagissent sous l’action d’un feu
Le temps pendant lequel les parois, plancher portes,
… continuent à jouer leur rôle dans la construction
Classement Classement
Français Européen Classement
Classement Français
Européen
SF (stable au feu) R (résistant / porteur) Classement « M »
« Euro classes »
PF (pare flamme) E (étanche …)
Incombustible (< 2,5 MJ) A1
CF (coupe feu: SF + I (isolant ….) A2
M0 (> 2,5 MJ)
PF + isolant (+ indices: B
Thermique) B, C, D, G, K, M, S, W)
M1 combustible ininflammable C
9 « degrés » ou temps 10 temps normalisés M2 difficilement inflammable D
normalisés exprimés exprimés en minutes M3 moyennement inflammable
E
en heures 15’, 20’, 30’, 45’, F
M4 non gouttant (+ indices
¼ h, ½ h, ¾ h, 1h, 1 60’, 90’, 120’, 180’,
h ½, 2h, 3h, 4h, 6h 240’, 360’ M4 facilement inflammable Fl, s, d)
CERTIFICAT D’ESSAI CERTIFICAT
PV français PV français
européen D’ESSAI européen
LE COMPORTEMENT AU FEU
INDICES RÉSISTANCE AU FEU INDICES EUROCLASSES

B: fonctionnalité des exutoires « Fl. » floor revêtements de sol


C: capacité de fermeture automatique « s » smoke fumée
D: durée de stabilité des écrans de « d » droplet gouttelettes ou débris
cantonnement enflammés
G: résistance à la combustion de suies
K: capacité de protection des revêtements
(murs, plafonds)
M: résistance à un impact
S: étanchéité aux fumées
W: rayonnement maximum
DIRECTIVE EUROPÉENNE PRODUITS DE CONSTRUCTION DU 21/12/1988 (89/106).
ARRÊTÉ DU 21/11/2002. ANNEXE
•Annexe 1 : EUROCLASSES
•Annexe 2 : CLASSEMENT M
•Annexe 3 : Classements conventionnels
•Annexe 4 : Correspondance Euro classes / M.

ESSAIS D’INFLAMMABILITE

Non inflammable Inflammable

Essais de combustibilité

Combustible

PCS < 2,5 MJ/kg PCS ≥ 2,5 MJ/kg

Incombustible
M0 M1 M2 M3 M4 Nc
Si PCS = 0, Difficile Moyent Facilt Non classé
le matériau est dit Matériaux
non testés
incombustible
Le classement après essai donne lieu à la délivrance d’un procès verbal établi par un Laboratoire agréé (ex : CSTB Centre
Scientifique & Technique du Bâtiment, LNE Laboratoire National d’Essais) dont la validité est de 5 ans.
Exceptions : - Matériaux classés conventionnellement (ex : béton, plâtre, acier, bois).
- Matériaux certifiés et estampillés en Réaction au feu.
COMPORTEMENT AU FEU:
CCH article R 123-5: ERP
Les matériaux et les éléments de construction employés
tant pour les bâtiments et locaux que pour les
1. Réaction au feu aménagements intérieurs doivent présenter, en ce qui
concerne leur comportement au feu, des qualités de
2. Résistance au feu réaction et de résistance appropriées aux risques
courus. La qualité de ces matériaux et éléments fait
l'objet d'essais et de vérifications en rapport avec
l'utilisation à laquelle ces matériaux et éléments sont
destinés. Les constructeurs, propriétaires, installateurs
et exploitants sont tenus de s'assurer que ces essais et
vérifications ont eu lieu.

CCH R 123-6: ERP


L'aménagement des locaux, la distribution des
différentes pièces et éventuellement leur isolement
doivent assurer une protection suffisante, compte tenu
des risques courus, aussi bien des personnes
fréquentant l'établissement que de celles qui occupent
des locaux voisins.
THÈME 5

Propositions:
1. Étant donné que l’alarme générale ne pourra pas être déclenchée, ni la mise en sécurité automatique ou manuelle du bâtiment réalisée, je
demande la non occupation des lieux qui constituerait, sinon, une mise en danger de la vie d’autrui

2. Sinon, en mesure compensatoire placer dans les plus brefs délais des agents de sécurité SSIAP (à jour de leur diplôme, aptitude médicale,
HOBO et SST) à chaque niveau dotés de porte voix ou de corne de brume et chargés d’effectuer des ronde permanentes sur leur niveau. Avec
pour consigne information des occupants, du centre de secours et bureau de prévention intervenants sur site

3. L’accès à l’établissement ne sera pas autorisé durant le week end. Jusqu’à remise en service
THÈME 6

1. Faire intervenir un coordinateur SSI sur 3 missions (conception, réalisation et réception du SSI)
2. S’assurer qu’un SSI est bien exigé sur les type ou l’ensemble
3. Ensuite demander à l’assureur s’il exige que le futur SSI soit installé conformément à la règle APSAD R7 (surveillance totale du bâtiment)
4. Demander au coordinateur SSI de réaliser un dossier d’identité du SSI (phase conception)
5. Le SSI sera conforme aux normes en vigueur et à la réglementation applicable (articles MS 53 à 74(arrêté du 25 06 1980 et arrêté des dispositions
particulières si exigée types LMNP), NFS 61970, EN 54, BPP 96101, ….. Et R
6. La demande d’autorisation de travaux accompagnée du dossier d’identité du SSI phase conception est déposée à la mairie , destinée au maire en 4
exemplaires par lettre recommandée AR
7. 3 mois après dépôt de la demande si avis favorable du maire ou non réponse du maire les travaux peuvent commencer
8. L’exploitant consulte son futur installateur et lui remet le dossier d’identité du SSI phase conception
9. Achat du nouvel SSI , installation du nouvel SSI en parallèle avec l’ancien puis dépose de l’ancien
10. Le coordinateur SSI se déplacera sur le chantier pour contrôler l’implantation et le respect du dossier d’identité du SSI durant les travaux
11. 1 mois avant la fin des travaux demander la réception du SSI par la CCDSA compétente
12. Demander à l’installateur un autocontrôle de réception du SSI installé
13. Un foyer type de site est réalisé une fois le SSI installé et mis en service
14. Le coordinateur effectuera la réception du SSI avec procès verbal
15. Un contrat de maintenance SSI est signé
16. Les futurs exploitants directs du SSI sont formés à son exploitation attestée par PV (par l’installateur ou le coordinateur SSI)
17. Autocontrôle installateur, PV coordinateur SSI son joints au dossier d’identité du SSI
18. Demande de réception du nouvel SSI par le bureau de contrôle agréé
19. PV du contrôle agréé joint au dossier d’identité du SSI
20. Le dossier d’identité du SSI est finalisé (11 chapitres renseignés) par le coordinateur SSI puis remis à l’exploitant
21. La commission de sécurité se déplace sur site pour visite et autoriser l’activité
22. Le dossier d’identité du SSI est à sa disposition
NFS 61932 §13 ESSAI ET RÉCEPTION DE L'INSTALLATION
DOSSIER D'IDENTITÉ DU SSI Toute installation (y compris extension ou modification d'installation) doit faire
l'objet d'une visite de réception en présence de l'utilisateur et des installateurs ou
de leurs représentants désignés. Cette réception a pour but de contrôler la
NFS 61931 § 5.3 conformité du S.S.I. avec la présente norme et les spécifications figurant dans le
COORDINATION S.S.I. Dossier d'Identité.
La réception du S.S.I. doit faire l'objet d'un procès-verbal.
Une mission de coordination doit nécessairement présider à l'analyse
Préalablement à toute réception, l'installateur établit un document indiquant les
des besoins de sécurité et à la conception du S.S.I. Cette mission doit
essais réalisés, les résultats obtenus et attestant du bon fonctionnement de chacun
également exister lors de la réalisation et lors de modifications ou
des sous-systèmes et de leur corrélation. Dans le cas où plusieurs installateurs
extensions éventuelles. Elle implique la réalisation des tâches
mettent en oeuvre les différentes parties du S.S.I., la personne chargée de la
énumérées ci-après.
coordination doit recueillir les documents de résultats permettant l'élaboration du
procès-verbal de réception.
PHASE DE CONCEPTION
Etablissement d'un cahier des charges fonctionnel du S.S.I. définissant
NFS 619312 § 12 DOSSIER D'IDENTITÉ DU S.S.I.
- la catégorie du S.S.I. ;
Afin de permettre la réception du S.S.I. ainsi que son exploitation future, un
- l'organisation des zones (Z.D. et Z.S.) ;
dossier technique dénommé « Dossier d'Identité du S.S.I. » doit être établi par la
- la corrélation entre les Z.D. et les Z.S. ;
personne chargée de la coordination. Ce dossier doit comporter, au minimum, les
- le positionnement des matériels centraux et déportés éventuels ainsi
informations suivantes :
que les modalités de l'exploitation de l'alarme (restreinte, générale
- Zones de Détection (Z.D.) avec identification des détecteurs et/ou des
et/ou générale sélective) ;
Déclencheurs Manuels (D.M.) correspondants ;
- les alimentations de sécurité (A.E.S., A.P.S.) et leurs conditions
- Zones de mise en Sécurité (Z.S.) avec identification des Dispositifs Actionnés de
d'implantation ;
Sécurité (D.A.S.) ;
- les constituants du S.S.I. en indiquant le mode de fonctionnement des
- Zones de diffusion d'Alarme (Z.A.) avec identification des Diffuseurs d'alarme
D.C.T. et les options de sécurité des D.A.S. ;
Sonore (D.S.) et/ou des Blocs Autonomes d'Alarme Sonore (B.A.A.S.) ;
- le principe et la nature des liaisons ;
- corrélations :
- la procédure de réception technique du S.S.I.
- entre Z.D. et Z.S. du Centralisateur de Mise en Sécurité Incendie (C.M.S.I.),
pour les S.S.I. de catégories A et B,
PHASE DE RÉALISATION
- entre dispositifs de commande (D.C.M., D.C.M.R., D.C.S.) et D.A.S., pour les
- suivi de la cohérence entre les différents équipements du S.S.I. ;
catégories C, D et E ;
- création et mise à jour du dossier d'identité du S.S.I. tel que visé par
la norme NF S 61-932 ;
- schéma(s) de principe de l'installation, les plans de câblage détaillés devant être
- respect du cahier des charges et suivi des essais fonctionnels du
annexés au Dossier d'Identité ;
S.S.I. ;
- liste des plans fournis par les installateurs, ces plans devant être annexés au
-établissement du procès-verbal de réception technique.
Dossier d'Identité ;
- liste des matériels du S.S.I. et documentations donnant leurs caractéristiques ;
PHASE DE MODIFICATION OU D'EXTENSION
- certificats de conformité aux normes, fournis par les constructeurs ;
- mise à jour du cahier des charges fonctionnel du S.S.I. ;
- instructions de manoeuvre ;
- respect des points énoncés dans la phase de réalisation ci-dessus ;
- document attestant la compatibilité entre le S.D.I. et le C.M.S.I. ;
- mise à jour du dossier d'identité du S.S.I.
-notice d'exploitation et de maintenance du S.S.I.
COMPOSITION DU DOSSIER D'IDENTITÉ DU SSI

Selon la Norme Française de Sécurité NFS 61970: extrait


DOSSIER D'IDENTITÉ DU SSI
NFS 61970
DOSSIER D'IDENTITÉ DU SSI
NFS 61970
DOSSIER D'IDENTITÉ DU SSI
NFS 61970
Arrêté du 25 06 1980 modifié Article MS 58 Modifié par Arrêté du 2 février 1993 - art. Annexe,
v. init.

Obligations de l'installateur et de l'exploitant


§ 1. Les matériels de détection automatique d'incendie doivent être admis à la marque NF
Matériel de détection d'incendie et être estampillés comme tels, ou faire l'objet de toute autre
certification de qualité en vigueur dans un Etat membre de la Communauté économique
européenne. Cette certification devra alors présenter des garanties équivalentes à celles de la
marque NF Matériel de détection d'incendie, notamment en ce qui concerne l'intervention d'une
tierce partie indépendante et les performances prévues dans les normes correspondantes.

§ 2. L'installation des systèmes de détection doit être réalisée par des entreprises spécialisées et
dûment qualifiées.

§ 3. Toute installation de détection doit faire l'objet d'un contrat d'entretien avec un installateur
qualifié. Ce contrat doit inclure les essais fonctionnels prévus à l'article MS 56, paragraphe 3,
deuxième tiret.

§ 4. Ce contrat d'entretien ainsi que la notice descriptive des conditions d'entretien et de


fonctionnement doivent être annexés au registre de sécurité.
Arrêté du 25 06 1980 modifié Article MS 59 Modifié par Arrêté du 2 février 1993 - art. Annexe,
v. init.

Généralités
§ 1. Le système de mise en sécurité incendie est constitué de l'ensemble des équipements qui
assurent les fonctions nécessaires à la mise en sécurité d'un établissement en cas d'incendie, soit à
partir des informations transmises par le système de détection incendie (lorsque celui-ci existe),
soit à partir d'ordres en provenance de commandes manuelles. Il comprend :
- des dispositifs actionnés de sécurité, répartis éventuellement par zones de mise en sécurité ;
-les équipements nécessaires pour assurer la commande des dispositifs actionnés de sécurité.

§ 2. Les dispositifs et équipements constituant le système de mise en sécurité incendie doivent


être conformes aux normes en vigueur. De plus, les centralisateurs de mise en sécurité incendie
intégrés aux systèmes de sécurité incendie de catégorie A ou B doivent être admis à la marque NF
Centralisateurs de mise en sécurité incendie et être estampillés comme tels, ou faire l'objet de
toute autre certification de qualité en vigueur dans un Etat membre de la Communauté
économique européenne. Cette certification devra alors présenter des garanties équivalentes à
celles de la marque NF Centralisateur de mise en sécurité incendie, notamment en ce qui
concerne l'intervention d'une tierce partie indépendante et les performances prévues dans les
normes correspondantes.
Arrêté du 25 06 1980 modifié Article MS 68 Modifié par Arrêté du 2 février 1993 - art. Annexe,
v. init.

Entretien
Le système de sécurité incendie doit être maintenu en bon état de fonctionnement. Cet entretien
doit être assuré :
- soit par un technicien compétent habilité par l'établissement ;
- soit par l'installateur de chaque équipement ou son représentant habilité.
Toutefois, les systèmes de sécurité incendie de catégories A et B doivent toujours faire l'objet d'un
contrat d'entretien.

Dans tous les cas, le contrat passé avec les personnes physiques ou morales, ou les consignes
données au technicien attaché à l'établissement, doivent préciser la périodicité des interventions
et prévoir la réparation rapide ou l'échange des éléments défaillants. La preuve de l'existence de
ce contrat ou des consignes écrites doit pouvoir être fournie et être transcrite sur le registre de
sécurité.
ERP arrêté du 25 06 1980 modifié Article MS 56 Modifié par Arrêté du 2 février 1993 - art.
Annexe, v. init.

Principes généraux
§ 1. La surveillance assurée par le service de sécurité incendie prévue à la section IV du présent
chapitre peut être complétée ou localement remplacée par des installations généralisées ou
partielles de détection incendie conforme aux normes en vigueur.

§ 2. L'installation de détection automatique d'incendie doit déceler et signaler tout début


d'incendie dans les meilleurs délais et mettre en oeuvre les éventuels équipements de sécurité qui
lui sont asservis.

§ 3. Cette exigence est réputée satisfaite lorsqu'une installation remplit sa fonction :


- lors de la combustion d'un foyer type adapté à la nature du risque rencontré dans l'établissement
(ou lors de l'utilisation d'un dispositif reconnu équivalent par le ministre de l'intérieur) dans le cas
de la première vérification d'une installation neuve ou modifiée ou dans le cas d'un changement
de la nature des risques de l'établissement ;
-lors d'essais fonctionnels réalisés au moyen d'appareils de vérification adaptés au type de
détecteur mis en place dans les autres cas.

§ 4. Les foyers types (plaques de mousse de polyuréthane, bac d'alcool, bobine électrique, etc.)
sont ceux définis à l'annexe II du fascicule du cahier des clauses techniques générales (CCTG)
applicables aux marchés publics de travaux relatif aux installations de détection incendie.
Les essais fonctionnels sont ceux définis au paragraphe 7.3 de ce même document.
EXIGENCES D’UN SSI
Article GH 49 de l’arrêté du 30 12 2011 §1
En IGH Les immeubles de grande hauteur doivent être équipés d’un système de sécurité
incendie (S.S.I.) de catégorie A comportant exclusivement des zones de détection
automatique. ……….

Article CO 24 § 2 de l’arrêté du 25 06 1980 modifié:


…… . Enfin les établissements comportant, par destination, des locaux à sommeil
doivent être entièrement équipés d'un système de sécurité incendie de catégorie A.
SSI A: autres articles J36, O19, U44, R31, P22, L15, S16, OA25, EF16, GA44,
PS27, …, de l’arrêté du 25 06 1980 dispositions particulières et établissements
spéciaux
En ERP
Autres: Articles L76§2,3, M30, N18, T49, V12, W14, X26, Y20, CTS 28 et 74,
CO 21§3, CO13§3, CO53§1, CO33 §3, CH38, ……. MS 53 à MS 74 de l’arrêté
du 25 06 1980 modifié
CCH Article R*123-11
L'établissement doit être doté de dispositifs d'alarme et d'avertissement, d'un
service de surveillance et de moyens de secours contre l'incendie appropriés aux
risques…………
EXIGENCES D’UN SSI A en ERP
Article P 22 Système de sécurité incendie, système d'alarme
Les SSI sont définis à l'article MS 53, les équipements d'alarme sont définis à l'article
MS 62.
§ 1. Les établissements de 1ère catégorie doivent être équipés d'un SSI A
Article L 15 Système de sécurité incendie, ……
§ 1. Les établissements de 1re catégorie pouvant recevoir plus de 3 000 personnes, les
établissements de 1re, 2e et 3e catégories comportant des dessous ou une fosse
technique et certains établissements cités dans la suite du présent règlement (L 76, §
3) doivent être équipés d'un système de sécurité incendie de catégorie A. Dans ce cas,
les DAI doivent être installés dans les locaux à risques particuliers, les combles, les
fosses et dans les locaux de service électrique définis dans l'article EL 5 (§ 3) a et b
…………….
§ 2. Dans le cas où la hauteur de la partie haute délimitée par le plan horizontal
passant par le linteau de la baie de scène et par le gril, la toiture ou le plancher haut
est supérieure au tiers de la hauteur de la baie de scène, l'établissement est pourvu
d'un SSI de catégorie A et 2 tours d'incendie desservent l'espace scénique. En
aggravation de l'article L. 15, les DAI doivent être installés dans la salle.
L 76 § 3. Lorsqu'un espace scénique comprend des dessous, les dispositions de
l'espace scénique isolable sont applicables
Article S 16 Système de sécurité incendie, système d'alarme
Les SSI sont définis à l'article MS 53, les équipements d'alarme sont définis à l'article
MS 62. Les établissements de 1ère catégorie doivent être équipés d'un SSI A
THÈME 7

SOMMAIRE GÉNÉRAL DU CAHIER DES CONSIGNES


1. Milieu
2. Risques surveillés
3. Moyens humains
4. Matériels
5. Méthodes
6. Coordination des différents moyens
7. Consignes générales 2. Consignes particulières
• Rôles et composition de l’équipe • Moyens de secours
• Mission de l’équipe • Manipulation du SSI A option IGH et réarmement des
• Fonctionnement du PCSI (poste central de sécurité incendie) matériels SSI
• Tenue de l’équipe • Locaux à risque
• Ouverture et fermeture de ‘établissement • Appareils élévateurs
• Gestion des clés • Incidents techniques
• Tenue des registres et de la main courante • Risques professionnels
• Matériels et équipements • Risques sanitaires
• Que faire en cas de détection incendie • Que faire en cas de coupure électrique
• Phases d’évacuation • Que faire en cas de fuite de gaz
• Que faire en cas d’accident • Que faire en cas de fuite d’eau
• Que faire en cas d’évacuation • Arrêt de la climatisation
• Prise en charge des personnes en situation de handicap • Coupure enseigne
• Appel et accueil des secours extérieurs • Commande du désenfumage
• Que faire en cas d’alerte à la bombe • Appel et accueil des sociétés de maintenance
• Vérifications élémentaires • Appel du cadre d’astreinte
THÈME 8

Organisation de l’exercice d’évacuation


1 équipement d’alarme type 3 implanté sur site composé de 4 DM, 3 BAAS Sa, 1 BAAS Pr.
1 appareil à fumé loué et testé
10 personnes du service logistique mairie encadreront l’exercice
Une note de service précisant le déroulement de l’exercice et les rôles
1. Le 23 12 2012 à 20 h00 un appareil à fumée sera mis en fonctionnement par M DAVID VINCENT
2. L’alarme générale sera déclenchée du bureau du gardien par le gardien M MARTIN à partir du BAAS Pr
3. Il simulera l’appel des secours extérieurs
4. M DUBOIS se munira de l’extincteur de 9 l d’eau pulvérisée
5. M DURANT, M DUPONT, M LEVI, M MOHAMED se placeront chacun sur une sortie pour orienter l’évacuation
6. Mme PETIT JEAN en fauteuil roulant sera prise en charge par M OCTAVE
7. M LEVI et M DURANT activeront chacun les 3 commandes de désenfumage placées sur les sorties s’assurant que les exutoires sont
ouverts
8. M ROUSSEAU placé à la sortie nord extérieure orientera les 2 groupes vers le parking ouest
9. M VINCENT placé à la sortie sud extérieure orientera les 2 autres groupes vers le parking ouest
10. Le gardien M MARTIN s’assurera que tout le monde est sorti du gymnase, il visitera les WC, douche, vestiaire et régie
11. Chacune des personnes rejoindra le point de rassemblement pour donner un compte rendu précisant que tout le monde a évacué, qu’il
n’y a pas de victimes
12. M VINCENT rejoindra le point de rendez-vous des pompiers
13. Une réunion sera tenue par l’ensemble des 10 personnes pour débriefing et compte rendu
14. Les points d’amélioration seront mis en évidence
15. Le cahier registre de sécurité sera renseigné sur cet exercice

Code du travail: Article R4227-39


La consigne de sécurité incendie prévoit des essais et visites périodiques du matériel et des exercices au cours desquels les travailleurs apprennent
à reconnaître les caractéristiques du signal sonore d'alarme générale, à localiser et à utiliser les espaces d'attente sécurisés ou les espaces
équivalents à se servir des moyens de premier secours et à exécuter les diverses manœuvres nécessaires.
Ces exercices et essais périodiques ont lieu au moins tous les six mois. Leur date et les observations auxquelles ils peuvent avoir donné lieu sont
consignées sur un registre tenu à la disposition de l'inspection du travail.
EQUIPEMENT D'ALARME TYPE 3 (EA 3)

D.M
NFS 61936
3.2.4 Équipement d'alarme de type 3
II comprend
1.des Déclencheurs Manuels (D.M.) ;
BAAS Pr 2.un (ou plusieurs) Bloc(s) Autonome(s)
d'Alarme Sonore (B.A.A.S.) de type Ma (au
sens de la norme NF C 48-150 ) ;
3.un dispositif de commande de mise à l'état
d'arrêt.

BAAS Ma
ORGANISER L’EVACUATION
Trouver des 1. Guide file et serre file: combien / niveau; qui, localisation handicap
volontaires 2. 1ère intervention / feu: qui, comment les joindre
3. SST: qui, comment les joindre temps d’intervention
ou désigner 4. Témoins de l’exercice (chaque niveau + extérieur)
des 5. Assistance: surveillance des tableaux (SSI ou EA), appel des secours, coupure fluides, appel ascenseurs, accueil des
personnes secours, emporter les plan et matériel 1er secours
1. Déclencher un DM rouge avec la clé de réarmement sur une issue ou enfumer un Détecteur d’Incendie (DI fumée)
2. Surveillance des tableaux ECS et CMSI (codes + clé de réarmement des DM)
3. Faire effectuer la levée de doute
4. EPI (localiser le feu, évaluer sa maîtrise, donner l’ordre d’évacuer avec appel des secours, puis contenir
l’incendie; comment communiquer, à qui)
5. Guide file / serre file: porter les handicapés moteurs dans les escaliers + chaise roulante (sinon EAS)
6. Permettre au serre file d’accéder à tous les locaux
7. SST (Sauveteur Secouriste du Travail)
Définir à 8. Emporter le matériel 1er secours: qui apporte le matériel 1er secours au point de rassemblement (trousse 1er secours,
chacun une défibrillateur, couvertures de survie)
fonction 9. Appel des ascenseurs et blocage au RDC (sauf handicap)
10. Emporter les plans pour les secours
11. Appel au point de rassemblement
12. Qui accueil les secours
13. S’assurer que les secours auront accès aux locaux de l’établissement
14. Ouverture des barrières, plots amovibles d’entrée et d’accès voie engins
15. Communicant de crise
16. Rédiger des consignes
17. Déclaration de fin d’exercice; ordre de regagner les locaux
1. Désigner des témoins de l’exercice lors des exercices d’évacuation (1 témoin / niveau + 1 au point de rassemblement)
2. Effectuer un débriefing
3. Rassembler les acteurs (sauf évacuant) après l’exercice
4. Rassembles les fiches des témoins (lors d’exercices), les témoignages
Observer 5. Faire le point
6. Décider de l’amélioration
7. Fixer la date du prochain exercice
8. Remplir le registre de sécurité
RÔLES DES ACTEURS ENCADRANT L’ÉVACUATION

Guide file:
1. Choisi l’issue et l’escalier la moins dangereuse à son étage puis la plus
rapide vers l’extérieur
2. Désigne les porteurs de handicapés moteur + fauteuil roulant (si absence
d’EAS)
EPI (équipier de 1er secours incendie): 3. Guide la file vers le point de rassemblement
1. Localiser le sinistre 4. Maintien les personnes à ce point jusqu’à la fin de l’appel
2. Évaluer sa maîtrise
3. Confirmer l’évacuation du bâtiment
4. Confirmer l’appel des secours extérieurs (18; 112; 15; 17) Serre file:
5. Se munir des extincteurs / RIA: contenir le feu 1. Visite tous les locaux de son étage
6. Ne pas se mettre en danger (fumée, chaleur, effondrement) 2. Ordonne de quitter les lieux à toute personne
7. Regagner le point de rassemblement 3. Ferme les portes sur son passage
4. Rejoint le point de rassemblement et rend compte
Guide file
EPI
Serre file
ASSISTANCE:
1. Surveillance des tableaux (SSI ou EA), SST (Sauveteur Secouriste du Travail):
2. Appel des secours, 1. Recherche les éventuelles victimes au point de
3. Coupure fluides, Assistance SST rassemblement
4. Appel ascenseurs non handicaps 2. Trier les urgences
5. Emporter les plan du bâtiment au point de 3. Porter les 1er secours
rassemblement 4. Utiliser le matériel 1er secours (trousse,
6. Emporter le matériel de 1er secours au point de TEMOINS défibrillateur, couvertures de survie), brancards du
rassemblement local 1er secours)
7. Accueil des secours avec clés, plans et talkies
8. Communicant de crise
TEMOINS:
1. Se positionne au niveau attribué pour voir la totalité de l’exercice
2. Rempli sa fiche en fonction de ce qu’il voit
3. Rend compte au débriefing
EXERCICE D’EVACUATION
La consigne de sécurité incendie prévoit des essais et visites périodiques du matériel et des exercices au cours desquels les travailleurs
Code du
apprennent à reconnaître les caractéristiques du signal sonore d'alarme générale, à se servir des moyens de premier secours et à exécuter les
travail article
diverses manœuvres nécessaires. Ces exercices et essais périodiques ont lieu au moins tous les six mois. Leur date et les observations
R 4227- 39
auxquelles ils peuvent avoir donné lieu sont consignées sur un registre tenu à la disposition de l'inspection du travail
 Témoin de l’exercice d’évacuation:  Guide file et serre file avec brassards:
 Société:  Les EPI feu ont localisé le feu et son importance:
 Date:  Tentative d’éteindre le feu avec les extincteurs:
 Site:  Les Guide file à chaque étage ont remplis leur mission:
 Adresse:  Les serre file à chaque étage ont remplis leur mission:
 Bâtiment: N°  Arrêt d’urgence électriques mis en œuvre:
 Heure:  Coupure des fluides:
 Durée de l’évacuation:  Tout le monde a évacué:
 Exercice inopiné:  Tous au point de rassemblement:
 Exercice annoncé:  En hivers des couvertures ont été prévues par le service de sécurité
 Chef de la sécurité: incendie au point de rassemblement
 Les sapeurs pompiers ont-il été invités:  La trousse de 1er secours est apportée au point de rassemblement
 Tout le monde a entendu le signal d’évacuation:  Sans gène pour les secours:
 Alarme générale temporisée à:  Sans risques pour les évacuants:
 Message d’évacuation:  Appel des personnes:
 Les asservissement se sont mis en position de sécurité:  Compte rendu de témoignage au chargé de sécurité:
 Déverrouillage automatique des portes de sortie:  Retour aux locaux sur autorisation du responsable de la sécurité:
 Des DM verts (ou DDO ou DCM) ont été mis en œuvre:  Le SSI a été géré correctement :
 Évacuation immédiate sans panique :  Les DM ont été réarmés:
 L’alerte intérieure a été donnée:  Aucun défaut ne subsiste sur le SSI
 L’alerte aux pompiers a été lancée:
 Une personne est désignée pour accueillir les secours Remarques à formuler
 Les personnes se sont habillées pour sortir (en hivers) sans retour en ………………………………………………………………………………
arrière: ………………………………………………………………………………
 Les ascenseurs ont été appelés au RDC et maintenus inaccessibles ………………………………………………………………………………
aux personnes (sauf ascenseurs handicapés): ………………………………………………………………………………
 Les portes et fenêtres de bureau ont été fermées: ………………………………………………………………………………
 Aucun retour en arrière: ………………………………………………………………………………
 Les escaliers ont été utilisés pour évacuer: ………………………………………………………………………………
 Les ascenseurs n’ont pas été utilisés pour évacuer (sauf asc enseurs ………………………………………………………………………………
handicap): ………………………………………………………………………………
 Application des consignes de sécurité: ………………………………………………………………………………
 Prise en charge des handicapés, femme enceinte, personne à mobilité ………………………………………………………………………………
réduite:
THÈME 9

Document unique
1. Se procurer les plans de chaque niveau
2. Identifier les locaux et activités
3. Se rapprocher et se concerter avec le CHSCT, le médecin du travail, les services de maintenance technique de site, les personnes
concernées par une activité dangereuse sur le site
4. Cartographier les dangers (code du travail partie 4)
5. Identifier les flux (qui se rapproche de quel danger ?)
6. Évaluer les risques en fréquence (combien de fois on se rapproche du danger ?) et gravité, durée d’exposition
7. Hiérarchiser (gravité, fréquence, urgence)
8. Prioriser (selon le budget ?)
9. Mettre un plan d’action en place (selon les 9 principes généraux de la prévention article L 4121-2 du code du travail)
10. Mettre en œuvre
11. Évaluer ce qui a été mis en place
12. Rassembler le résultat de cette démarche dans un seul document (le « document unique »)
13. Transmettre au CHSCT
14. Transmettre à l’inspecteur du travail
15. Transmettre au médecin du travail
16. Informer les salariés

Code du travail Article L4121-2


L'employeur met en oeuvre les mesures prévues à l'article L. 4121-1 sur le fondement des principes généraux de prévention suivants :
1° Eviter les risques ;
2° Evaluer les risques qui ne peuvent pas être évités ;
3° Combattre les risques à la source ;
4° Adapter le travail à l'homme, en particulier en ce qui concerne la conception des postes de travail ainsi que le choix des équipements de travail et des
méthodes de travail et de production, en vue notamment de limiter le travail monotone et le travail cadencé et de réduire les effets de ceux-ci sur la santé ;
5° Tenir compte de l'état d'évolution de la technique ;
6° Remplacer ce qui est dangereux par ce qui n'est pas dangereux ou par ce qui est moins dangereux ;
7° Planifier la prévention en y intégrant, dans un ensemble cohérent, la technique, l'organisation du travail, les conditions de travail, les relations sociales et
l'influence des facteurs ambiants, notamment les risques liés au harcèlement moral, tel qu'il est défini à l'article L. 1152-1 ;
8° Prendre des mesures de protection collective en leur donnant la priorité sur les mesures de protection individuelle ;
9° Donner les instructions appropriées aux travailleurs.
Consignes, modes opératoires, Supprimer le danger
procédure, notes de service, Supprimer le risque
balisage, affichages, information, 9. 1. Supprimer le contact direct
formation, entraînement Donner des Éviter homme danger
instructions les risques

8. Fréquence
Insonorisation 2.
Aspiration, Protection le DU est rédigé Évaluer Durée d’exposition
garde corps, collective Gravité
Écrans, individuelle en tenant compte des 9 les risques
PRINCIPES GÉNÉRAUX
DE LA PRÉVENTION
dans l'ordre 3.
Rendre le danger
7. inaccessible
Combattre Confiner
Planifier la
les risques
prévention Code du travail R 4121-2 Fermer, Isoler
Technique à la source Double isolation
Organisation des appareils
Conditions de travail électriques
Facteurs ambiants 6. Circuit fermé
Remplacer 4.
Relations sociales Inertage
ce qui est dangereux par ce
Adapter
qui n’est pas dangereux ou 5. le travail Travail et machines
par ce qui est moins Tenir compte à l’homme adaptées à l’opérateur
dangereux de l’état Conception
d’évolution de la Choix de équipements
Peinture sans solvant
technique Garantir l’accès à tous les postes
Produits, procédés non émissifs de travail
CODE DU TRAVAIL partie 4: « santé et sécurité au travail »
Santé (des travailleurs) Sécurité (incendie)
ARTICLES ARTICLES:
R et L 4216 et … : prévenir les risques d'incendies et d'explosions et
L 4121-1: L’employeur prend les mesures nécessaires évacuation (dégagements, désenfumage, chauffage, stockage de
pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et matières inflammables, bâtiments > 8 m de haut, moyens de lutte
mentale des travailleurs ……; contre l’incendie)
R 4121-1: L’employeur transcrit et met à jour dans un R 4216-1 + R 4227-1: Les dispositions du présent chapitre ne
document unique les résultats de l’évaluation des risques s'appliquent pas aux IGH, …, elles ne font pas obstacle aux
pour la santé et la sécurité des travailleurs ….. risques dispositions plus contraignantes prévues pour les ERP, …
R 4216 – 2: bâtiments et les locaux conçus et réalisés pour permettre,
chimique, biologique, bruit (> 85 dB), électrique, …, l’évacuation rapide de la totalité des occupants dans des conditions
incendie, vibrations mécaniques, appareils à pression, de sécurité maximale, l’accès de l’extérieur et l’intervention des
rayonnement, ambiance thermique, voies de circulation Sapeurs Pompiers, la limitation de la propagation de l’incendie à
(R 4214-9), …., INB, entreprises extérieures, chantiers, l’intérieur et à l’extérieur des bâtiments….., Dans les parties neuves de
manutention des charges, écrans de visualisation, ces bâtiments sont dotés, à chaque niveau, d'espaces d'attente sécurisés
équipements élévateurs, travaux en espace confinés, … ) (EAS) ou …..
R 4216 -6 à 12: Isolement / tiers, Largeur des escaliers, Calcul des
D4154: Travaux interdits dégagement selon l’effectif + public, UP, Distance maximale (40 m ou
L 4121-2: sur le fondement des (9) principes généraux de 20 m), Cul de sac < 10m, Marches non glissantes et nombre de
la prévention …. marches, …..
L 4121-4: …, prend en considération les capacités de R 4216 -13: Désenfumage (tous les escaliers, locaux > 300 m² …….)
l’intéressé à mettre en œuvre les précautions nécessaires R 4216-24 à 29: Bâtiments > 8 m de haut SF 1h, CF 1h,
pour la santé et la sécurité. R4227- 34: > 50 Pers ou matières inflammables. Alarme sonore
générale par bâtiment si bâtiments isolés entre eux…., audible en tout
L 4122: … chaque travailleur prend soin,…, de sa santé point du bât, pendant 5’ minimum
et de sa sécurité …. R 4227-37: consignes de sécurité.
L 4131-1: droit d’alerte et de retrait ….. R 4227-39: La consigne de sécurité incendie prévoit des essais et
L4141-1 à 4: L’employeur organise et dispense une visites périodiques du matériel et des exercices au cours desquels les
information des travailleurs sur les risques pour la santé travailleurs apprennent à reconnaître les caractéristiques du signal
et la sécurité et les mesures prises pour y remédier….. sonore d'alarme générale, à localiser et à utiliser les espaces d'attente
sécurisés ou les espaces équivalents à se servir des moyens de 1er
R 4224-20: signalisation de santé et sécurité, …… secours et à exécuter les diverses manœuvres nécessaires.
R 4225 - …: Hygiène: boissons, sièges, sanitaires, chauffage, …. Ces exercices et essais ont lieu au moins tous les 6 mois. …
EXTRAITS DU CODE DU TRAVAIL CONCERNANT LES RISQUES Ordonnance n° 2007-329 12 mars 2007 applicable le 1er mai 2008
Article R 4121-1 (R 230-1):
L’employeur transcrit et met à jour dans un document unique les résultats de l’évaluation des risques pour la santé et la sécurité des travailleurs à laquelle il procède en application de l’article L 4121-3
Cette évaluation comporte un inventaire des risques identifiés dans chaque unité de travail de l’entreprise ou de l’établissement
Article R 4121-2
La mise à jour du DU (Document Unique) d’évaluation des risques est réalisé: au moins chaque année, lors toute décision d’aménagement important modifiant les conditions de santé et de sécurité ou
R 4121
les conditions de travail (selon L 4612-8, lorsqu’une information supplémentaire intéressant l’évaluation d’un risque dans une unité de travail est recueillie.
Article R 4121-3
Dans les établissement dotés d’un CHSCT, le DU est utilisé pour l’établissement du rapport et du programme de prévention des risques pro annuels (selon 4612-16)
Article 4121-4
Le DU est tenu à disposition: du CHSCT, des DP, médecin du travail, inspection du travail, agent de prévention de la sécurité sociale, …
Article L 4121-1 (ex L 230-2): L’employeur prend les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs
Ces mesures comprennent:
1. Des actions de prévention des risques professionnels
2. Des actions d’information et de formation
3. La mise en place d’une organisation et de moyens adaptés
4. L’employeur veille à l’adaptation de ces mesures pour tenir compte du changement des circonstances et tendre à l’amélioration des situations existantes.
Article L 4121-2: l’employeur met en œuvre les mesures suivantes (L 4121-1) sur le fondement des principes généraux de la prévention
1. Éviter les risques
2. Évaluer les risques (lieux et postes de travail, aménagements, réaménagement, installations, équipements , substances, fabrications)
3. Combattre les risques à la source
4. Adapter le travail à l’homme, en particulier en ce qui concerne la conception des postes de travail ainsi que le choix des équipements de travail et des méthodes de travail et de production, en
vue notamment de limiter le travail monotone et le travail cadencé et de réduire les effets de ceux-ci sur la santé
5. Tenir compte de l’état d’évolution de la technique
L 4121 6. Remplacer ce qui est dangereux par ce qui n’est pas dangereux ou par ce qui est moins dangereux
7. Planifier la prévention en y intégrant, dans un ensemble cohérent, la technique, l’organisation du travail, les conditions de travail, les relations sociales et l’influence des facteurs ambiants,
notamment les risques liés au harcèlement moral, tel qu’il est défini à l’article L 1152-1
8. Prendre des mesures de protection collective en leur donnant la priorité sur les mesures de protection individuelle
9. Donner des instructions appropriées aux travailleurs
Article L 4121-3:
L’employeur, compte tenue de la nature des activités de l’établissement, évalue les risques pour la santé et sécurité des travailleurs, y compris dans le choix des procédés de fabrication, des
équipements de travail, des substances ou préparations chimiques, dans l’aménagement ou le réaménagement des lieux de travail ou des installations et dans le définition des postes de travail.
A la suite de cette évaluation, l’employeur met en œuvre les actions de prévention ainsi que les méthodes de travail et de production , garantissant un meilleur niveau de protection de la santé et de la
sécurité des travailleurs. Il intègre ces actions et ces méthodes dans l’ensemble des activités de l’établissement et à tous les niveaux de l’encadrement
Article L 4121-4: Lorsqu'il confie des tâches à un travailleur, l’employeur, compte tenu de la nature des activités de l’établissement, prend en considération les capacités de l’intéressé à mettre en
œuvre les précautions nécessaires pour la santé et la sécurité.
Article L 4121-5:
Lorsque dans un même lieu de travail les travailleurs de plusieurs entreprises sont présents, les employeurs coopèrent à la mise en œuvre des dispositions relatives à la santé et à la sécurité au travail.
Articles L4122-1:
Conformément aux instructions qui lui sont données par l’employeur,…, il incombe à chaque travailleur de prendre soin, en fonction de sa formation et selon ses possibilités, de sa de sa santé et de sa
L 4122 sécurité ainsi que de celles des autres personnes concernées par ses actes ou ses omissions au travail.
Les instructions de l’employeur précisent, en particulier lorsque la nature des risques le justifie, les conditions d’utilisation des équipements de travail, des moyens de protection, des substances et
préparations dangereuses. Elles sont adaptées à la nature des tâches à accomplir.
Article L 4131-1: droit d’alerte et de retrait: Le travailleur alerte immédiatement l’employeur de toute situation de travail dont il a motif raisonnable de penser qu’elle présente un danger grave et
L 4131
imminent pour sa vie ou sa santé ainsi que toute défectuosité qu’il constate dans les systèmes de protection…..il peut se retirer d’une telle situation.
Article L 4141-1 à 4:
L’employeur organise et dispense une information des travailleurs sur les risques pour la santé et la sécurité et les mesures prises pour y remédier.
L 4141
L’employeur organise une formation pratique et appropriée à la sécurité au bénéfice des travailleurs qu’il embauche, salariés temporaires, salariés ayant été arrêté > 21j sur demande du médecin du
travail, travailleurs qui changent de poste ou de technique,…
R4227- 34: > 50 Pers ou matières inflammables. Alarme sonore générale par bâtiment si bâtiments isolés entre eux…., audible en tout point du bât, pendant 5’ minimum
R 4227 - 28
R 4227-37: consignes de sécurité
à 41
R 4227-39: exercices tous les 6 mois: essais et visite des matériels, reconnaître l’alarme, utiliser les moyens de 1er secours.
DU ou DUER (Document unique d'évaluation des risques)

Risques professionnels
(liés à l’activité professionnelle)

Prévenir les risques issus de


 Bruit
 Éclairage
 Ambiances thermiques
 Électricité
 Incendie , explosion
 Circulation , trajets,
 Aménagements des locaux
 Presses
 Rayons ionisants et non ionisants
 Écrans de visualisation
 Ergonomie des postes de travail
 Engins , machines, levages, robotique
 Vibrations
 Chimique , biologique
 Agents cancérigènes, mutagène, dangereux / procréation
 Manutentions manuelles et mécaniques
 Équipements de travail
 Fluides sous pression
 Espaces confinés
 Installations frigorifiques
 Restauration
 ………..
GERER LES RISQUES C’EST: C’est définir les « unités de travail »
(activité professionnelle, salariés, site,
établissement, poste de travail, service,
1 PREPARER LA DEMARCHE DE PREVENTION
métier, atelier, secteur, zone, ligne de
Elaborer une stratégie
trajet, produit, machines,
Recenser les analyses
équipements,….) et réaliser un inventaire
Préciser les modalités
des risques sur chaque unité de travail
Planifier la demande
2 (sur les gestes effectuées sur chaque
Définir des moyens
IDENTIFIER poste de travail, réglages, levages,
Apporter des ressources humaines, financières
LES opérations, actions, manipulation,
Désigner des acteurs, définir des missions
positionnement, ergonomie,
Coordonner ces ressources RISQUES / déplacements,…..)
UNITÉ DE
TRAVAIL
C’est estimer les risques

AP
Établir une « courbe de criticité ».
Mettre en place 6 En fréquence de survenue
des indicateurs, EVALUER LA En gravité (réelle, possible)
3 ANALYSER
faire des DEMARCHE  Durée d’exposition, répétitivité
enquêtes,
contrôler,
auditer, …,
DE
PREVENTION CD LES
RISQUES Doses pour certaines activités
Nombre des personnes exposées
Cartographier les zones à risque
rendre compte.
5 4
METTRE PLANIFIER
ÉLABORER
EN ŒUVRE UN
LES PROGRAMME
ACTIONS D’ACTION
Donner des ordres,
C’est définir un calendrier (échéancier) des
des modes opératoires,
actions à mener sous la forme d’un programme
consignes, procédures qualité, affichages,
d’amélioration, avec une priorisation des actions,
gestion documentaire, …..
des délais
THÈME 10

1. Se procurer les plans à l’échelle (architecte) de l’implantation de la nouvelle chaufferie, puis les dessins d’exécution de la futur installation
(chauffagiste); se procurer les ancien plans de l’installation
2. Localisation géographique de la chaufferie
3. Se faire préciser le type d’installation: Identifier les combustibles utilisés, autorisés, implantation des appareils de combustion, des conduits,
du stockage des combustibles, de la distribution d’énergie, …, pour savoir quels articles consulter
4. Se procurer et consulter les arrêtés concernant les chaufferies (Arrêté du 25 06 1980 article CH (chaufferie), Arrêté du 23 06 1978, Rubrique
ICPE n° ……, vérifier dans les dispositions particulières s’il y à aggravation ou atténuation de dispositions générales; Articles CH 1 à 58 de
l’arrêté du 25 06 1980)
5. Adapter l’article CH 5 à la nouvelle installation et inversement
6. Voir article CH 5 pour les installations de puissance > 70 kW
7. Rédiger la notice de sécurité pour cette partie transformée
8. Remplir le formulaire CERFA de la demande de travaux
9. Rassembler plans anciens et nouveau, demande de travaux, notice de sécurité en un seul dossier envoyé au maire par lettre recommandée AR,
avec lettre expliquant les travaux envisagés
10. Attendre son autorisation
Prévoir entre autre
1. Schéma de principe de l’installation nouvelle à solidement fixer dans le local
2. Local fermé à clé
3. Local aménagé selon les locaux à risques particuliers important
4. Local et arrêts d’urgence inaccessibles au public
5. Ventilation du local
6. Maintenance des ces installations CH57 et 58
7. Moyens d’alarme et d’extinction/ envisager la possibilité d’une extension du SSI (si oui: coordination SSI avec demande au maire,……)
8. ………………….
Actions pendant les travaux
1. Si travaux par points chauds délivrer des permis de feu, surveiller ces travaux par agents, s’assurer de la non propagation de feu par l’intérieur
des conduit et par l’enrobage extérieur des conduits
2. Prévenir le CCDSA de la fin des travaux pour visite de réception
CCH Article R*111-19-13 Modifié par Décret n°2007-1327 du 11 septembre 2007 -
art. 1 JORF 12 septembre 2007 en vigueur le 1er octobre 2007
L'autorisation de construire, d'aménager ou de modifier un établissement recevant le
public prévue à l'article L. 111-8 est délivrée au nom de l'Etat par :
a) Le préfet, lorsque celui-ci est compétent pour délivrer le permis de construire ou
lorsque le projet porte sur un immeuble de grande hauteur ;
b) Le maire, dans les autres cas.

CCH Article R*111-19-14 Modifié par Décret n°2007-1327 du 11 septembre 2007 -


art. 1 JORF 12 septembre 2007 en vigueur le 1er octobre 2007
L'autorisation ne peut être délivrée que si les travaux projetés sont conformes :
a) Aux règles d'accessibilité aux personnes handicapées prescrites, pour la construction
ou la création d'un établissement recevant du public, à la sous-section 4 de la présente
section ou, pour l'aménagement ou la modification d'un établissement recevant du
public existant, à la sous-section 5 de la même section ;
b) Aux règles de sécurité prescrites aux articles R. 123-1 à R. 123-21.

CCH Article R*111-19-15 Modifié par Décret n°2007-1327 du 11 septembre 2007 -


art. 1 JORF 12 septembre 2007 en vigueur le 1er octobre 2007
Conformément à l'article R. 425-15 du code de l'urbanisme, le permis de construire
tient lieu de l'autorisation prévue à l'article L. 111-8 du présent code, dès lors que les
travaux projetés ont fait l'objet d'un accord de l'autorité compétente définie à l'article
R. 111-19-13 en ce qui concerne le respect des règles d'accessibilité. Cet accord est
instruit et délivré dans les conditions prévues par la présente sous-section.
CCH Article R*111-19-16 Modifié par Décret n°2007-1327 du 11 septembre 2007 - art. 1 JORF
12 septembre 2007 en vigueur le 1er octobre 2007
La demande d'autorisation est présentée :
a) Soit par le ou les propriétaires du ou des terrains, leur mandataire ou par une ou plusieurs
personnes attestant être autorisées par eux à exécuter les travaux ;
b) Soit, en cas d'indivision, par un ou plusieurs coindivisaires ou leur mandataire ;
c) Soit par une personne ayant qualité pour bénéficier de l'expropriation pour cause d'utilité
publique.
Elle est adressée par pli recommandé avec demande d'avis de réception ou déposée contre
décharge à la mairie de la commune dans laquelle les travaux sont envisagés.
Lorsque les travaux projetés sont également soumis à permis de construire, elle est jointe à la
demande de permis de construire.

CCH Article R*111-19-17 Modifié par Décret n°2007-1327 du 11 septembre 2007 - art. 1 JORF
12 septembre 2007 en vigueur le 1er octobre 2007
La demande d'autorisation est présentée en quatre exemplaires indiquant l'identité et l'adresse du
demandeur, le cas échéant l'identité de l'exploitant ultérieur, les éléments de détermination de
l'effectif du public au sens des articles R. 123-18 et R. 123-19, ainsi que la catégorie et le type de
l'établissement pour lequel la demande est présentée.
Sont joints à la demande, en trois exemplaires :
a) Un dossier permettant de vérifier la conformité du projet avec les règles d'accessibilité aux
personnes handicapées, comprenant les pièces mentionnées aux articles R. 111-19-18 et R. 111-
19-19 ;
b) Un dossier permettant de vérifier la conformité du projet avec les règles de sécurité,
comprenant les pièces mentionnées à l'article R. 123-22.
CCH Article R*111-19-18 Modifié par Décret n°2007-1327 du 11
septembre 2007 - art. 1 JORF 12 septembre 2007 en vigueur le 1er
octobre 2007
Le dossier, mentionné au a de l'article R. 111-19-17, comprend les
pièces suivantes :
1° Un plan coté en trois dimensions précisant les cheminements
extérieurs ainsi que les conditions de raccordement entre la voirie et
les espaces extérieurs de l'établissement et entre l'intérieur et
l'extérieur du ou des bâtiments constituant l'établissement ;
2° Un plan coté en trois dimensions précisant les circulations
intérieures horizontales et verticales, les aires de stationnement et, s'il
y a lieu, les locaux sanitaires destinés au public.
Dans les cas visés au a du III de l'article R. 111-19-8, le plan précise la
délimitation de la partie de bâtiment accessible aux personnes
handicapées ;
3° Une notice expliquant comment le projet prend en compte
l'accessibilité aux personnes handicapées, en ce qui concerne :
a) Les dimensions des locaux et les caractéristiques des équipements
techniques et des dispositifs de commande utilisables par le public qui
sont définis par arrêté du ministre chargé de la construction ;
b) La nature et la couleur des matériaux et revêtements de sols, murs
et plafonds ;
c) Le traitement acoustique des espaces ;
d) Le dispositif d'éclairage des parties communes.
CCH Article R*111-19-19 Modifié par Décret n°2007-1327 du 11 septembre 2007 - art. 1 JORF 12
septembre 2007 en vigueur le 1er octobre 2007
La notice prévue au 3° de l'article R. 111-19-18 est complétée, selon les cas, par les informations suivantes :
1° Si les travaux sont relatifs à un établissement mentionné à l'article R. 111-19-3, elle précise les
engagements du constructeur sur :
a) Les emplacements accessibles aux personnes handicapées, dans un établissement ou une installation
recevant du public assis ;
b) Le nombre et les caractéristiques des chambres, salles d'eaux et cabinets d'aisance accessibles aux
personnes handicapées, dans un établissement disposant de locaux d'hébergement destinés au public ;
c) Le nombre et les caractéristiques des cabines et douches accessibles aux personnes handicapées, dans un
établissement ou une installation comportant des cabines d'essayage, d'habillage ou de déshabillage ou des
douches ;
d) Le nombre de caisses aménagées pour être accessibles aux personnes handicapées, dans un établissement
ou une installation comportant des caisses de paiement disposées en batterie ;
2° Pour les établissements visés aux articles R. 111-19-5 et R. 111-19-12, la notice indique comment le projet
satisfait aux règles particulières fixées par les arrêtés prévus par ces articles ;
3° Dans les cas visés au a) du III de l'article R. 111-19-8, elle décrit, s'il y a lieu, les mesures de substitution
ponctuelles prises pour donner accès aux personnes handicapées ;
4° S'il est recouru à des conditions particulières d'application des règles d'accessibilité conformément au I de
l'article R. 111-19-11, la notice justifie ce recours ;
5° Si les travaux sont relatifs à une enceinte sportive, un établissement de plein air ou un établissement conçu
en vue d'offrir au public une prestation visuelle ou sonore, elle indique comment le projet satisfait aux
caractéristiques prescrites par les arrêtés prévus à l'article R. 111-19-4 et au II de l'article R. 111-19-11 ;
6° Dans le cas où une dérogation aux règles d'accessibilité est demandée, la notice indique les règles
auxquelles le demandeur souhaite déroger, les éléments du projet auxquels s'appliquent ces dérogations et les
justifications de chaque demande. Si l'établissement remplit une mission de service public, elle indique en
outre les mesures de substitution proposées.
CCH PARAGRAPHE 3 : INSTRUCTION DE LA DEMANDE.
CCH Article R*111-19-21 Modifié par Décret n°2007-1327 du 11 septembre 2007 -
art. 1 JORF 12 septembre 2007 en vigueur le 1er octobre 2007
L'instruction de la demande est menée :
a) Par le service chargé de l'instruction du permis de construire, lorsque le projet fait
l'objet d'une demande de permis de construire ;
b) Par le maire, dans les autres cas.

CCH Article R*111-19-22 Modifié par Décret n°2007-1327 du 11 septembre 2007 - art. 1 JORF
12 septembre 2007 en vigueur le 1er octobre 2007
Le délai d'instruction de la demande d'autorisation est de cinq mois à compter du dépôt du dossier.
Si les dossiers joints à la demande sont incomplets, l'autorité compétente, dans le délai d'un mois à
compter de la réception ou du dépôt de la demande à la mairie, adresse au demandeur une lettre
recommandée avec demande d'avis de réception ou, dans le cas prévu par l'article R. 423-48 du
code de l'urbanisme, un courrier électronique, indiquant, de façon exhaustive, les pièces
manquantes. Le délai d'instruction de cinq mois ne commence à courir qu'à compter de la
réception de ces pièces.
Lorsque le projet fait l'objet d'une demande de permis de construire, les dispositions des articles R.
423-39 à R. 423-41 du code de l'urbanisme sont applicables. Le délai d'instruction du permis de
construire ne commence à courir qu'à compter de la plus tardive des dates de réception des pièces
mentionnées à l'alinéa précédent ou des pièces manquantes au dossier de demande de permis de
construire, lorsque l'autorité compétente a notifié au demandeur, dans les conditions définies par
l'article R. 423-38 du même code, une liste de ces pièces.
Lorsque le permis doit être délivré par un établissement public de coopération intercommunale,
l'autorité compétente pour délivrer l'autorisation prévue à l'article L. 111-8 du présent code adresse
au président de cet établissement copie de la lettre mentionnée au deuxième alinéa ci-dessus.
CCH Article R*111-19-23 Modifié par Décret n°2007-1327 du 11 septembre 2007 - art. 1 JORF 12
septembre 2007 en vigueur le 1er octobre 2007
L'autorité chargée de l'instruction transmet un exemplaire de la demande assortie du dossier mentionné au a
de l'article R. 111-19-17 à la commission compétente en application de l'article R. 111-19-30, en vue de
recueillir son avis sur les dispositions du projet au regard des règles d'accessibilité des personnes
handicapées.
Lorsque le dossier comporte une demande de dérogation en application de l'article R. 111-19-6 ou de l'article
R. 111-19-10, la commission compétente est la commission d'accessibilité d'arrondissement ou, s'il n'en a pas
été institué, la commission départementale. Si la commission ne s'est pas prononcée dans un délai de deux
mois à compter de sa saisine, elle est réputée avoir émis un avis favorable. La demande de dérogation est
accordée par décision motivée du préfet. A défaut de réponse du préfet dans le délai de trois mois à compter
de la date à laquelle il a reçu la demande, la dérogation demandée est réputée refusée.

CCH Article R*111-19-24 Modifié par Décret n°2007-1327 du 11 septembre 2007 - art. 1 JORF 12
septembre 2007 en vigueur le 1er octobre 2007
Lorsque l'autorité compétente pour statuer sur la demande d'autorisation de travaux est le maire, celui-ci
adresse un exemplaire de la demande, assortie du dossier et de l'avis de la commission compétente, au préfet
qui lui fait connaître sa décision motivée sur la demande de dérogation dans un délai d'un mois. Passé ce
délai, le préfet est réputé avoir rejeté la dérogation demandée.

CCH Article R111-19-25 Créé par Décret n°2007-1327 du 11 septembre 2007 - art. 1 JORF 12 septembre
2007 en vigueur le 1er octobre 2007
L'autorité chargée de l'instruction transmet un exemplaire de la demande assortie du dossier mentionné au b
de l'article R. 111-19-17 à la commission compétente en application des articles R. 123-34 à R. 123-39, en
vue de recueillir son avis sur les dispositions du projet au regard des règles de sécurité.
L'avis est réputé favorable s'il n'est pas émis dans un délai de deux mois à compter de la saisine de la
commission.
AUTORISATION DE TRAVAUX
CCH Article R*123-15
Les établissements relevant de personnes de droit public qui n'ont pas le caractère d'établissements publics à caractère industriel ou commercial
sont soumis aux dispositions du présent chapitre et du règlement de sécurité dans les conditions définies au présent article et aux articles R. 123-
16 et R. 123-17.
Tous les projets de construction sont soumis à l'avis de la commission de sécurité compétente.
Dans le cas d'utilisation de procédés de construction destinés à être répétés, lorsque les projets de base doivent être acceptés ou agréés par le
ministre intéressé, ils doivent être en outre soumis à l'avis de la commission centrale de sécurité. Les projets définitifs particuliers à un
établissement déterminé sont alors examinés par la commission de sécurité compétente qui prend acte de l'autorisation préalablement intervenue
en ce qui concerne les procédés en question et constate la conformité avec le projet de base.

Article R*123-16
Des arrêtés du ministre de l'intérieur et des ministres intéressés établissent la liste des établissements dépendant de personnes de droit public où
l'application des dispositions destinées à garantir la sécurité contre les risques d'incendie et de panique est assurée sous la responsabilité de
fonctionnaires ou agents spécialement désignés.
Ces arrêtés désignent en même temps et pour chaque type d'établissement les catégories de fonctionnaires ou agents responsables respectivement
pendant la période de construction et jusqu'à l'ouverture, et en cours d'exploitation.
Pendant la construction, et indépendamment des responsabilités qui incombent aux promoteurs et constructeurs, le responsable désigné veille,
pendant toute la durée d'exécution des travaux, à la bonne exécution des prescriptions de sécurité arrêtées après avis de la commission de sécurité.
Lors de la réception des travaux et avec le concours et l'avis des membres de la commission de sécurité, il s'assure que ces prescriptions ont été
respectées ; il fait toute propositions utiles à l'autorité compétente en ce qui concerne l'ouverture éventuelle de l'établissement.
En cours d'exploitation, le responsable désigné prend ou propose, selon l'étendue de ses compétences administratives, les mesures de sécurité
nécessaires et fait visiter l'établissement par la commission de sécurité selon la périodicité prévue par le règlement de sécurité. Les procès-
verbaux de visite lui sont remis ; ils sont remis également au chef de service compétent de chaque administration. Il appartient à chacun d'eux de
prendre toutes mesures d'urgence et d'en référer à l'autorité compétente. Un exemplaire du procès-verbal est transmis au maire de la commune
intéressée.
Le préfet établit, en exécution des arrêtés prévus au premier alinéa du présent article et des instructions complémentaires éventuellement données
au chef de service compétent, la liste des fonctionnaires chargés de suivre l'application des dispositions réglementaires.
DOSSIER

Article R123-22: Le dossier permettant de vérifier la conformité d'un établissement recevant le


public avec les règles de sécurité, prévu par le b de l'article R. 111-19-17, comprend les pièces
suivantes :
1° Une notice descriptive précisant les matériaux utilisés tant pour le gros oeuvre que pour la
décoration et les aménagements intérieurs ;

2° Un ou plusieurs plans indiquant les largeurs des passages affectés à la circulation du public,
tels que dégagements, escaliers, sorties, la ou les solutions retenues pour l'évacuation de chaque
niveau de la construction en tenant compte des différents types et situations de handicap ainsi que
les caractéristiques des éventuels espaces d'attente sécurisés.
Ces plans et tracés de même que leur présentation doivent être conformes aux normes en vigueur.

Un arrêté du ministre chargé de la sécurité civile précise, en tant que de besoin, le contenu des
documents.
LA CONSTITUTION DU DOSSIER
Le dossier soumis à l'avis de la Commission de Sécurité doit être adressé à la Mairie et comporter
les pièces suivantes :
1. plan masse ;
2. plans des locaux avant et après travaux (à l'échelle) ;
3. notice de sécurité (+ dossier d’identité du SSI phase conception)
4. notice d'accessibilité ;
5. descriptif des travaux ;
6. rapport initial d'un bureau de contrôle (obligatoire pour les ERP du 1er groupe).
L'instruction du dossier
Une fois le dossier reçu par la Mairie, celui-ci est transmis pour instruction au Service Prévention
des Sapeurs-Pompiers et au Service Accessibilité.
Réglementairement, et si le dossier est complet, l'avis de la Commission de Sécurité et
d'accessibilité compétente est rendu sous un délai ne pouvant pas excéder 3 mois.
L'avis de la Commission de Sécurité et d'Accessibilité
Si l'avis de la Commission de Sécurité et d'Accessibilité compétente est favorable, les travaux
peuvent être entrepris en tenant compte des éventuelles prescriptions émises par la commission.
Ces travaux peuvent, en fonction de leur importance, faire l'objet d'une visite de réception avant
ouverture au public (cette visite est précisée dans l'avis de la commission) - voir Les Visites
d'autorisation d'ouverture.
Dans le cas contraire, la Commission peut demander que lui soit adressés les rapports fin de
travaux. En cas d'avis défavorable, motivé par des considérations techniques et des non-
conformités, le pétitionnaire est invité à revoir son projet et à présenter un nouveau dossier. De
plus, en cas de permis de construire, ce dernier ne pourra être accordé.
DÉCISION.
Article R111-19-26 Créé par Décret n°2007-1327 du 11 septembre 2007 - art. 1 JORF
12 septembre 2007 en vigueur le 1er octobre 2007
A défaut de notification d'une décision expresse dans le délai de cinq mois mentionné à
l'article R. 111-19-22, l'autorisation de travaux est considérée comme accordée.
Toutefois, le défaut de notification vaut décision implicite de rejet lorsque le préfet a
refusé une dérogation selon les modalités prévues aux articles R. 111-19-23 à R. 111-
19-25.

CCH Article R111-19-27 Créé par Décret n°2007-1327 du 11 septembre 2007 - art. 1
JORF 12 septembre 2007 en vigueur le 1er octobre 2007
A l'issue des travaux mentionnés aux sous-sections 1 à 5 et soumis au permis de
construire prévu à l'article L. 421-1 du code de l'urbanisme, l'attestation prévue à
l'article L. 111-7-4 est établie par un contrôleur technique titulaire d'un agrément
l'habilitant à intervenir sur les bâtiments ou par un architecte, au sens de l'article 2 de la
loi du 3 janvier 1977 sur l'architecture susvisée, qui ne peut être celui qui a conçu le
projet, établi les plans ou signé la demande de permis de construire. L'attestation est
jointe à la déclaration d'achèvement prévue par l'article R. 462-1 du code de
l'urbanisme.
Les personnes mentionnées à l'article R. 111-18-4 du présent code qui construisent ou
améliorent un logement pour leur propre usage sont dispensées de fournir l'attestation
prévue au premier alinéa.
Un arrêté du ministre chargé de la construction détermine, en tant que de besoin, les
modalités d'application du présent article.
CCH Article R111-19-28 Créé par Décret n°2007-1327 du 11 septembre 2007 - art. 1 JORF 12
septembre 2007 en vigueur le 1er octobre 2007
Le fait, pour une personne ne remplissant pas les conditions définies au premier alinéa de l'article
R. 111-19-27, d'établir une attestation mentionnée à cet article est puni d'une amende prévue pour
les contraventions de la 5e classe.
Le fait de faire usage d'une attestation établie par une personne ne remplissant pas les conditions
définies au premier alinéa de l'article R. 111-19-27 est puni de la même peine.
La juridiction peut prononcer la peine d'affichage de la décision et de diffusion de celle-ci dans
les conditions prévues par l'article 131-35 du code pénal.
En cas de récidive, le maximum de la peine encourue est majoré dans les conditions définies par
les articles 132-11 et 132-15 du code pénal.

CCH Article R111-19-29 Modifié par Décret n°2009-1119 du 16 septembre 2009 - art. 1
L'autorisation d'ouverture prévue à l'article L. 111-8-3 est délivrée au nom de l'Etat par l'autorité
définie à l'article R. 111-19-13
a) Au vu de l'attestation établie en application de l'article R. 111-19-27, lorsque les travaux ont
fait l'objet d'un permis de construire ;
b) Après avis de la commission compétente en application de l'article R. 111-19-30, lorsque
l'établissement n'a pas fait l'objet de travaux ou n'a fait l'objet que de travaux non soumis à permis
de construire. La commission se prononce après visite des lieux pour les établissements de la
première à la quatrième catégorie au sens de l'article R. 123-19 ;
c) Après avis de la commission de sécurité compétente, en application des articles R. 123-45 et R.
123-46.
L'autorisation d'ouverture est notifiée à l'exploitant par lettre recommandée avec demande d'avis
de réception.
Lorsque l'autorisation est délivrée par le maire, celui-ci transmet copie de sa décision au préfet.
AUTORISATION DE TRAVAUX
Autorisation du maire /Avis de la commission de sécurité

Exploitant Maire (ERP) C.C.D.S.A


Maître d’ouvrage (Préfet (IGH)
Etudie
Ministre)
Dossier Permis de construire
Contrôle
ou demande de travaux
Plans de détail saisine Donne son avis
Notice de Sécurité, accessibilité
Dossier d’identité du SSI conception 3 mois

Arrêté
Modifications LR AVIS
DEFAVORABLE
Travaux
AVIS relatif au contrôle GE5

Contrôles Mise en conformité


Réception Prescriptions

Travaux / Construction
Arrêté AVIS
Contrôles LR FAVORABLE
Réception
Avis d’ouverture Délivrance du Permis Construire
Autorisation de travaux
AUTORISATION DE TRAVAUX
DEMANDE Transmission d’un dossier:
D’autorisation de - Plans AUTORISATION
construire (permis - Notice de sécurité avec ou sans
de construire) OU aggravation / atténuation
- Conception SSI
(dégagements, ° éléments de construction, MS)
d’autorisation de - Demandes spéciales de
travaux à l’autorité de dérogation
police(GN 10-13, R123-23, 45)
Contrôles des
Organismes Agréés
Visite de Demande (1ère à 3ème catégorie)
Réception parla CS d’autorisation PENDANT
(présenter rapports d’ouverture Vérifications des LES
de vérification et 1 mois avant la Techniciens TRAVAUX
plans mis à jour): fin des travaux compétents (par P.V) GE 6 à GE 9
R123-14, 43-45
AVIS donné R123-46 (GE 3)

Visites CS possibles

Registre de sécurité
(R123-14, 48, 50, GE 4, PE 4 §2)
Arrêté de l’autorité de
Police (maire, préfet, ministre OUVERTURE Visites périodiques des CS
(R123-16, 23, 27, 45, 46, 48 . GE 4, PE 4) ERP de 1ère à 4ème (GE 4 arrêté du 07.07.1983)
Présence de l’exploitant
THÈME 11

Démarche administrative:
Étude: voir GN6
1. Se procurer les plans des lieux
2. Dessiner l’emplacement des CTS
3. Y préciser les activités pour chaque CTS
4. Y préciser les flux (visiteurs, personnels, piétons, handicaps et mobilité réduite, véhicules (camions, voitures, scooteurs, engins), secours)
5. Y préciser les cheminements vers les sorties (calculer le nombre et largeur des sorties pour 6000 personnes ou prévoir un espace extérieur)
6. Extraire de la réglementation les exigences dispositions générales (arrêté du 25 06 1980 modifié) et dispositions particulières (arrêté du 23 01
1985 modifié)
7. Rédiger une notice de sécurité (dispositions constructives, installations techniques et moyens de secours, préciser l’emplacement des GE si
GE et sa ventilation)
8. Rédiger une notice d’accessibilité (GE2, GE3)
9. Préciser la manière dont l’évacuation des personnes se ferait (alarme, encadrement, regroupement, comptage, 1er secours)

Demande à la CCDSA:
1. Rassembler les plans, notice de sécurité
2. Notice d’accessibilité et demande dans un même dossier
3. Envoyer la demande au maire lettre recommandée AR en 4 ou 6 exemplaires 15 jours avant cette activité pour autorisation.
4. Constituer un registre

Contrôle:
Si autorisation, avant ouverture s’assurer que tout ce qui a été décrit dans les notices (donc autoriser par la CCDSA) est en place, en bon état,
fonctionnel et que certains personnels désignés sachent les utiliser)

Informer le commissariat de police le plus proche ou la préfecture


Utilisations exceptionnelles des locaux
Arrêté du 25 06 1980 modifié (ERP) Article GN 6
§ 1. L'utilisation, même partielle ou occasionnelle d'un
établissement :
- pour une exploitation autre que celle autorisée, ou
- pour une démonstration ou une attraction pouvant présenter des
risques pour le public et non prévue par le présent règlement,
doit faire l'objet d'une demande d'autorisation présentée par
l'exploitant au moins quinze jours avant la manifestation ou la
série de manifestations.
Lorsque l'organisateur de la manifestation n'est pas l'exploitant de
l'établissement, la demande d'autorisation doit être présentée
conjointement par l'exploitant et l'utilisateur occasionnel des
locaux.

§ 2. La demande doit toujours préciser la nature de la


manifestation, les risques qu'elle présente, sa durée, sa localisation
exacte, l'effectif prévu, les matériaux utilisés pour les décorations
envisagées, le tracé des dégagements et les mesures
complémentaires de prévention et de protection proposées.

§ 3. L'autorisation peut être accordée pour plusieurs


manifestations qui doivent se dérouler durant une période fixée
par les organisateurs.
CCH Article R*111-19-5 Modifié par Décret n°2006-555 du 17 mai 2006 - art. 4 JORF 18 mai 2006
Les ministres intéressés et le ministre chargé de la construction fixent par arrêté conjoint les règles
d'accessibilité applicables aux établissements recevant du public ou installations ouvertes au public
suivants :
a) Les établissements pénitentiaires ;
b) Les établissements militaires désignés par arrêté du ministre de l'intérieur et du ministre de la défense ;
c) Les centres de rétention administrative et les locaux de garde à vue ;
d) Les chapiteaux, tentes et structures, gonflables ou non ;
e) Les hôtels-restaurants d'altitude et les refuges de montagne ;
f) Les établissements flottants.

CCH Article R*111-19-6 Modifié par Décret n°2007-1327 du 11 septembre 2007 - art. 1 JORF 12
septembre 2007 en vigueur le 1er octobre 2007
En cas d'impossibilité technique résultant de l'environnement du bâtiment, et notamment des
caractéristiques du terrain, de la présence de constructions existantes ou de contraintes liées au classement
de la zone de construction, notamment au regard de la réglementation de prévention contre les inondations
ou, s'agissant de la création d'un établissement recevant du public ou d'une installation ouverte au public
dans une construction existante, en raison de difficultés liées à ses caractéristiques ou à la nature des
travaux qui y sont réalisés, le préfet peut accorder des dérogations à celles des dispositions de la présente
sous-section qui ne peuvent être respectées.
Le représentant de l'Etat dans le département peut également accorder des dérogations aux dispositions de
la présente sous-section pour des motifs liés à la conservation du patrimoine architectural en cas de
création d'un établissement recevant du public par changement de destination dans un bâtiment ou une
partie de bâtiment classé ou inscrit au titre des monuments historiques.
La demande de dérogation est soumise à la procédure prévue aux articles R. 111-19-24 et R. 111-19-25.
CODE DE L’URBANISME
Article L421-5 Modifié par LOI n° 2010-788 du 12 juillet 2010 - art. 90 (V)
Un décret en Conseil d'Etat arrête la liste des constructions, aménagements, installations et travaux qui, par
dérogation aux dispositions des articles L. 421-1 à L. 421-4, sont dispensés de toute formalité au titre du présent code
en raison :
a) De leur très faible importance ;
b) De la faible durée de leur maintien en place ou de leur caractère temporaire compte tenu de l'usage auquel ils sont
destinés ;
c) Du fait qu'ils nécessitent le secret pour des raisons de sûreté ;
d) Du fait que leur contrôle est exclusivement assuré par une autre autorisation ou une autre législation ;
e) De leur nature et de leur implantation en mer, sur le domaine public maritime immergé au-delà de la laisse de la
basse mer.
Article L421-6 Modifié par Ordonnance n°2005-1527 du 8 décembre 2005 - art. 15 JORF 9 décembre 2005 en
vigueur le 1er octobre 2007
Le permis de construire ou d'aménager ne peut être accordé que si les travaux projetés sont conformes aux
dispositions législatives et réglementaires relatives à l'utilisation des sols, à l'implantation, la destination, la nature,
l'architecture, les dimensions, l'assainissement des constructions et à l'aménagement de leurs abords et s'ils ne sont
pas incompatibles avec une déclaration d'utilité publique.
Le permis de démolir peut être refusé ou n'être accordé que sous réserve de l'observation de prescriptions spéciales si
les travaux envisagés sont de nature à compromettre la protection ou la mise en valeur du patrimoine bâti, des
quartiers, des monuments et des sites.
Article L421-7 Modifié par Ordonnance n°2005-1527 du 8 décembre 2005 - art. 15 JORF 9 décembre 2005 en
vigueur le 1er octobre 2007
Lorsque les constructions, aménagements, installations et travaux font l'objet d'une déclaration préalable, l'autorité
compétente doit s'opposer à leur exécution ou imposer des prescriptions lorsque les conditions prévues à l'article L.
421-6 ne sont pas réunies.
Article L421-8 Modifié par LOI n° 2010-788 du 12 juillet 2010 - art. 90 (V)
A l'exception des constructions mentionnées aux b et e de l'article L. 421-5 les constructions, aménagements,
installations et travaux dispensés de toute formalité au titre du présent code doivent être conformes aux dispositions
mentionnées à l'article L. 421-6
… /…
Projet de construction qui décrit les dispositions constructives,
installations techniques et moyens de secours à mettre en place
1. ERP CCH R 123-51 dans la construction. Dossier transmis pour autorisation de
travaux (CCH Article R123-22 ; Arrêté du 25 06 1980 art GE 2)
2. IGH CCH R 122-23, GH4 §5
par le maître d’ouvrage (bénéficiaire des travaux) au maire vers
la sous commission de sécurité.

Décrit les mesures mises en place


DOE: Dossier des Ouvrages Exécutés (DOE)
pour rendre accessible et autonome
Transmis par le maître d'œuvre (l'entreprise ayant
l’accès aux handicapés.
réalisée les travaux) contient les plans (réseaux,
Code du travail Art R 4214-26
revêtements, plantations, mobiliers, détails
Arrêté du 25 06 1980 art GE 2 par
d'exécutions ...). notes de calculs, manuels
le maître d’ouvrage (bénéficiaire
d'utilisateur, les manuels de maintenance, fiches
des travaux) au maire vers la sous
techniques de l'ensemble des matériels et mobiliers
commission de sécurité pour
mis en œuvre sur le chantier.
autorisation de travaux

Décrit le SSI mis en place sur site


Normes
Code du travail
 NFS 61970
Articles D 4711 L 4711  Série des NFS 61930
 Série des NFS 61950
 Série des EN 54
 ISO 6790
 NFX 08003 (signalisation des
Code du travail sécurité)
article R 4211 – 3, 4 Par coordination SSI à la conception,
R 4224-17 pendant la réalisation , la réception et
toute modification du SSI

DIUO: Loi du 31 12 1993 n°: 93-1418, le Décret n°: 94-1159 du 26 DUER: Document qui liste les dangers sur un
décembre 1994 et le code du travail articles L.4532-16 et R.4532-95 à 98.
Au maître d'ouvrage de l'obligation de le produire; Le coordinateur de sécurité établissement, évalue les risques d’accident du travail et de
analyse ces interventions sous l'angle des risques et de la faisabilité et rédige maladies professionnelles, décrit les 9 principes généraux
le DIUO dès la conception. Le D.I.U.O. énonce toutes les interventions de la prévention pour réduire, éviter les accidents du travail
prévisibles. Vise notamment à garantir la sécurité faciliter la prévention des
risques professionnels dans toute opération ultérieure d'entretien, de
et maladies professionnelles (Code du travail articles R
réparation ou de modification du bâtiment ou de l'ouvrage. Sa qualité est 4121 / L 4121 ). Amélioré tous les ans et rendu accessible à
essentielle. tout employé (R 4141- … du code du travail)
ARTICLE R123-22 MODIFIÉ
PAR DÉCRET N°2009-1119 DU 16 SEPTEMBRE 2009 - ART. 4
Le dossier permettant de vérifier la conformité d'un établissement recevant le public avec les
règles de sécurité, prévu par le b de l'article R. 111-19-17, comprend les pièces suivantes :

1° Une notice descriptive précisant les matériaux utilisés tant pour le gros oeuvre que pour la
décoration et les aménagements intérieurs ;

2° Un ou plusieurs plans indiquant les largeurs des passages affectés à la circulation du public,
tels que dégagements, escaliers, sorties, la ou les solutions retenues pour l'évacuation de chaque
niveau de la construction en tenant compte des différents types et situations de handicap ainsi que
les caractéristiques des éventuels espaces d'attente sécurisés.
Ces plans et tracés de même que leur présentation doivent être conformes aux normes en vigueur.
Un arrêté du ministre chargé de la sécurité civile précise, en tant que de besoin, le contenu des
documents.

NOTA:Conformément au décret n° 2009-1119 du 16 septembre 2009, article 5, les dispositions de


son article 4 sont applicables aux demandes de permis de construire et aux demandes
d'autorisations relatives aux établissements recevant du public et aux immeubles de grande
hauteur prévues par les articles L. 111-8 et L. 122-1 du code de la construction et de l'habitation,
déposées à compter du premier jour du quatrième mois suivant la publication du présent décret
ARTICLE GE 2 MODIFIÉ PAR ARRÊTÉ DU 18 NOVEMBRE 2011 - ART.
DOSSIER DE SÉCURITÉ
Paragraphe 1er . Le dossier permettant de vérifier la conformité d'un établissement recevant le public avec les
règles de sécurité tel que prévu à l'article R. 123-22 du code de la construction et de l'habitation doit contenir
:
-une notice récapitulant les dispositions prises pour satisfaire aux mesures prévues par le règlement de
sécurité ;
-un plan de situation, des plans de masse et de façades des constructions projetées faisant ressortir, d'une part,
les conditions d'accessibilité des engins de secours, et plus particulièrement les largeurs des voies et les
emplacements des baies d'intervention pompiers, et, d'autre part, la présence de tout bâtiment ou local occupé
par des tiers ;
-afin de vérifier des points particuliers concernant le règlement de sécurité, des plans de coupe et des plans de
niveaux, ainsi qu'éventuellement ceux des planchers intermédiaires aménagés dans la hauteur comprise entre
deux niveaux ou entre le dernier plancher et la toiture du bâtiment ;
-lorsque le projet nécessite une demande de dérogation au présent règlement, le dossier doit comporter pour
chaque point dérogatoire une fiche indiquant notamment les règles auxquelles il est demandé de déroger
(références articles et libellé du point de la règle concernée), les éléments du projet auxquels elles
s'appliquent (localisation sur les plans) et la justification des demandes (motivation et mesures
compensatoires proposées).
En application du second principe de l'article GN 8, le dossier de sécurité devra également présenter la ou les
solutions retenues pour l'évacuation des personnes de chaque niveau de la construction en tenant compte des
différentes situations de handicap.
Paragraphe 2. Les documents de détail intéressant les installations techniques doivent pouvoir être fournis par
le constructeur ou l'exploitant avant le début des travaux portant sur ces installations ; ils sont alors
communiqués à la commission de sécurité.
Les chapitres ci-après du présent titre fixent pour chacune des installations la liste des documents.
ARTICLE GE 3
MODIFIÉ PAR ARRÊTÉ DU 24 SEPTEMBRE 2009 -
ART. (V)

Visite de réception

§ 1. La demande d'autorisation d'ouverture, présentée par


l'exploitant conformément à l'article R. 123-45 du code de
la construction et de l'habitation, est communiquée à la
commission de sécurité qui procède alors à la visite de
réception.

§ 2. L'exploitant doit être en mesure de communiquer à la


commission les dossiers de renseignements de détails des
installations techniques mis à jour après exécution des
travaux et les rapports des organismes ou personnes
chargés des vérifications techniques imposées par le
présent règlement.

§ 3. L'exploitant doit être en mesure de présenter à la


commission le registre de sécurité prévu à l'article R. 123-
51 du code de la construction et de l'habitation. Ce registre
contiendra notamment les consignes d'évacuation prenant
en compte les différents types de handicap.
REGISTRES DE SÉCURITÉ
En IGH CCH Article R122-29 En ERP CCH Article R*123-51
Il doit être tenu, par le propriétaire, un Dans les établissements soumis aux
registre de sécurité sur lequel sont portés les prescriptions du présent chapitre, il doit être
renseignements indispensables au contrôle tenu un registre de sécurité sur lequel sont
de la sécurité, en particulier : reportés les renseignements indispensables à la
1. Les diverses consignes établies en cas bonne marche du service de sécurité et, en
d'incendie ; particulier :
2. L'état nominatif et hiérarchique des
personnes appartenant au service de 1. l'état du personnel chargé du service
sécurité de l'immeuble ; d'incendie ;
3. L'état et les plans de situation des 2. les diverses consignes, générales et
moyens mis à la disposition de ce particulières, établies en cas d'incendie y
service ; compris les consignes d'évacuation prenant
4. Les dates des exercices de sécurité ; en compte les différents types de handicap ;
5. Les dates des diverses vérifications et 3. les dates des divers contrôles et
contrôles ainsi que les observations ou vérifications ainsi que les observations
rapports auxquels ils ont donné lieu. auxquelles ceux-ci ont donné lieu ;
6. Le registre de sécurité est soumis chaque 4. les dates des travaux d'aménagement et de
année au visa du maire. Il doit être transformation, leur nature, les noms du ou
présenté lors des contrôles des entrepreneurs et, s'il y a lieu, de
administratifs. l'architecte ou du technicien chargés de
surveiller les travaux.
REGISTRES DE SÉCURITÉ

Cahier registre CLASSEUR REGISTRE ARMOIRE REGISTRE


Prouver les exigences
Divers contrôles (Consignes, liste et état personnes
réglementaires (PV, descriptifs
sécurité, plans, travaux de
et vérifications techniques, dossier d’identité du
transformations)
exercices SSI, …)

CCH IGH R122-29


CCH ERP R 123-51
THÈME 12

ACCESSIBILITÉ AUX PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP momentané (mobilité réduite) ou permanent (médicalement
handicapé).
10 Grands axes: 1) Tous handicaps et mobilités réduite (moteur, sensoriel, mental, mobilité réduite); 2) audit handicap en 2010 pour certains
établissements; accessibilité échéance 2015; 3) autonomie pour: se rapprocher, entrer, circuler, participer aux activités, sanitaires, déplacement,
ascenseurs, sortir et 4) évacuer, 5) être en sécurité et se savoir en sécurité (signalisation, information, assistance vocale pour certains
handicaps); 6) notice d’accessibilité; 7) autorisation de la CCDSA; 8) contrôles; 9) Espaces d’Attente Sécurisés encloisonnés ou à l’air libre,
désenfumés, signalés, identifiés, évacuation différée 10) vigilance et rectification.

RAPPEL DES TEXTES: EXTRAIT:


CCH Article R*111-19-1: Les établissements recevant du public définis à l'article R. 123-2 et les installations ouvertes au public doivent être
accessibles aux personnes handicapées, quel que soit leur handicap. L'obligation d'accessibilité porte sur les parties extérieures et intérieures
des établissements et installations et concerne les circulations, une partie des places de stationnement automobile, les ascenseurs, les locaux et
leurs équipements…….

Article R*111-19-2: Est considéré comme accessible aux personnes handicapées tout bâtiment ou aménagement permettant, dans des conditions
normales de fonctionnement, à des personnes handicapées, avec la plus grande autonomie possible, de circuler, d'accéder aux locaux et
équipements, d'utiliser les équipements, de se repérer, de communiquer et de bénéficier des prestations en vue desquelles cet établissement ou
cette installation a été conçu. Les conditions d'accès des personnes handicapées doivent être les mêmes que celles des personnes valides ou, à
défaut, présenter une qualité d'usage équivalente…………… leurs abords en ce qui concerne les cheminements extérieurs, le stationnement des
véhicules, les conditions d'accès et d'accueil dans les bâtiments, les circulations intérieures horizontales et verticales à l'intérieur des bâtiments, les
locaux intérieurs et les sanitaires ouverts au publics, les portes et les sas intérieurs et les sorties, les revêtements des sols et des parois, ainsi que
les équipements et mobiliers intérieurs et extérieurs susceptibles d'y être installés, notamment les dispositifs d'éclairage et d'information des
usagers.

CCH Article R*123-4: Les bâtiments et les locaux où sont installés les établissements recevant du public doivent être construits de manière à
permettre l'évacuation rapide et en bon ordre de la totalité des occupants ou leur évacuation différée si celle-ci est rendue nécessaire………
SITUATIONS DE HANDICAP
Déficience
Déficience
mentale
d’élocution
Déficience
motrice Déficience
cardiovasculaire
Personne
avec poussette Boucle
d’induction
Personne magnétique
âgée
Audio
Déficience guide
visuelle
Traduction
Déficience en langage
auditive des signes
ACCESSIBILITE DES LIEUX DE TRAVAIL ACCESSIBILITÉ DES LIEUX DE TRAVAIL
L’article R 4214-26 du Code du travail tel que
modifié par le décret n° 2009-1272 du 21 octobre AUX TRAVAILLEURS HANDICAPÉS
2009

« Art. R. 4214-26.-Les lieux de travail, y compris les locaux annexes,


aménagés dans un bâtiment neuf ou dans la partie neuve d'un bâtiment
existant sont accessibles aux personnes handicapées, quel que soit leur
type de handicap.
« Les lieux de travail sont considérés comme accessibles aux
personnes handicapées lorsque celles-ci peuvent accéder à ces lieux, y
circuler, les évacuer, se repérer, communiquer, avec la plus grande
autonomie possible.
« Les lieux de travail sont conçus de manière à permettre l'adaptation
des postes de travail aux personnes handicapées ou à rendre
ultérieurement possible l'adaptation des postes de travail.
« Art.R. 4214-27.-Des dérogations aux dispositions de l'article R.
4214-26 peuvent être accordées par le préfet, après avis de la
commission consultative départementale de sécurité et d'accessibilité,
en cas d'impossibilité technique résultant de l'environnement du
bâtiment.
« Art.R. 4214-28.-Un arrêté des ministres chargés du travail, de
l'agriculture et de la construction détermine les modalités
d'application propres à assurer l'accessibilité des lieux de travail en ce
qui concerne, notamment, les circulations horizontales et verticales,
les portes et les sas intérieurs, les revêtements des sols et des parois,
les dispositifs d'éclairage et d'information, le stationnement
automobile. »
(Décret n° 2009-1272 du 21 octobre 2009 relatif à
l’accessibilité des lieux de travail aux travailleurs
handicapés, JO du 23)

Travailleurs handicapés : les lieux de travail devront


être plus accessibles et sécurisés -

Code du travail Article R4225-6 Créé par Décret


n°2008-244 du 7 mars 2008 - art. (V)

Le poste de travail ainsi que les locaux sanitaires et de


restauration que les travailleurs handicapés sont
susceptibles d'utiliser dans l'établissement sont
aménagés de telle sorte que ces travailleurs puissent y
accéder aisément.
Leurs postes de travail ainsi que les signaux de sécurité
qui les concernent sont aménagés si leur handicap
l'exige.
Code du travail Article R4225-7 Créé par Décret
n°2008-244 du 7 mars 2008 - art. (V)

Des installations sanitaires appropriées sont mises à la


disposition des personnes handicapées physiques.
Code du travail Article R4141-20
La formation à la sécurité sur les dispositions à prendre en cas
d'accident ou de sinistre est dispensée dans le mois qui suit
l'affectation du travailleur à son emploi.
ERP
Arrêté du 25 06 1980 modifié Article GE 2 Modifié par Arrêté du 24 septembre 2009 - art. (V)
Dossier de sécurité
§ 1. Les dossiers prévus à l' article R. 123-22 du code de la construction et de l'habitation sont fournis avec
une notice récapitulant les dispositions prises pour satisfaire aux mesures prévues par le règlement de
sécurité. En application de l'article GN 8, le dossier de sécurité devra présenter la ou les solutions retenues
pour l'évacuation des personnes de chaque niveau de la construction en tenant compte des différentes
situations de handicap.
§ 2. Les documents de détail intéressant les installations techniques doivent pouvoir être fournis par le
constructeur ou l'exploitant avant le début des travaux portant sur ces installations ; ils sont alors
communiqués à la commission de sécurité. Les chapitres ci-après du présent titre fixent pour chacune des
installations la liste des documents.
Arrêté du 25 06 1980 Article GE 3
Modifié par Arrêté du 24 septembre 2009 - art. (V)
Visite de réception
§ 1. La demande d'autorisation d'ouverture, présentée par l'exploitant conformément à l'article R. 123-45 du
code de la construction et de l'habitation, est communiquée à la commission de sécurité qui procède alors à la
visite de réception.

§ 2. L'exploitant doit être en mesure de communiquer à la commission les dossiers de renseignements de


détails des installations techniques mis à jour après exécution des travaux et les rapports des organismes ou
personnes chargés des vérifications techniques imposées par le présent règlement.

§ 3. L'exploitant doit être en mesure de présenter à la commission le registre de sécurité prévu à l'article R.
123-51 du code de la construction et de l'habitation. Ce registre contiendra notamment les consignes
d'évacuation prenant en compte les différents types de handicap.
ARRÊTÉ DU 25 06 1980 (dispositions générales ERP)
LES TEXTES LES ARTICLES ERP
1. GE 2 dossier de Sécurité
ACCESSIBILITÉ HANDICAPS 2. GE 3 visite de réception par CCDSA
LOIS, DÉCRETS ET ARRÊTÉS CIRCULAIRES CODES 3. GN 8 EAS à chaque niveau et consignes
1. Loi n°87-588 du 30 07 1987 4. AS 4: ascenseur accessible + locaux d’attente, EAS
2. Loi « handicap » n° 2005-102 du 11 02 2005 égalité des droits et des 5. AS 5 consignes et signalisation / locaux d’attente
chances 6. CO 23 parois des EAS
3. Décret n° 2009-1272 du 21 octobre 2009 Le décret n° 2006-555 du 17 7. CO 34 §6 définition EAS
mai 2006 modifié par le décret n° 2007-1327 du 11 09 2007 8. CO 38 §3
4. Décret n°2009-1119 du 16 09 2009 9. MS 50 PC / EAS §6
5. Arrêté du 1er août 2006 ERP neufs 10. CO 57 EAS
6. Arrêté du 21 mars 2007 ERP existants 11. CO 58 EAS
7. Arrêté du 22 03 2007 modifié par arrêté du 30 11 2007 attestation de 12. CO 59 EAS
vérification accessibilité 13. CO 60 absence d’EAS possible
8. Arrêté du 09 05 2007 professions libérales 14. MS 47 consignes de sécurité / handicapés
9. Arrêté du 11 09 2007 15. MS 64 signal sonore d’évacuation complété
10. Arrêté du 30 11 2007 16. CO 14,
11. Arrêté du 24 09 2009 Les articles IGH Arrêté du 18 10 1977
12. Circulaire interministérielle n° DGUHC 2007-53 du 30 11 2007 1. GH 3
13. Ces textes ont été introduits dans le code de la construction et de 2. GH 60 §3 exercices d’évacuation / handicap
l’habitation (CCH) 3. GH 63
14. Code de l’urbanisme article L 421-1, R 421-38, R 423-39 à 41; R 112- 4. CCH R 122-11-1
2 ; R 462-1
15. Code pénal article 132-11, 15 ; article 131-35 QUELQUES NORMES INSTALLATIONS / HANDICAPÉS
16. Code de procédure pénale article 2.8 LO 2005-102,DC 2010-124,DE 2010/48/CE,CCH,DC 2006-555,AR
17. Code du travail article R 4214-26 et suivants R 4225-8 et … 20060801D,AR 20060801E,AR 20070226A,AR 20070321A,AR
18. Code de l’action sociale article L 114 (définition du handicap) 20070322A,AR 20070509A,CI 20071130A NO 2007-53,DC 2007-1327,AR
19. Code général des collectivités territoriales article L 2143-3 20070911C,DC 2009-500,AR 19800625A,AR 19940627A,DC 2009-
20. Code rural article L 211-30 1272,AR 20101004A,DC 2007-436,NF D11-201:2009,PR NF D11-
21. CODE DU HANDICAP 201/A1,FD CEN/TR 15894:2009,NF EN 81-70:2003,NF EN 81-
LES ARTICLES DU CCH 70/A1:2005,FD ISO 4190-1:2004,NF P82-222:1996,NF EN 81-40:2008,FD
1. Article CCH R 123-4, 123-7, 123-22, ...., 123-51, 123-48, R123-3, … P82-617:2008,NF P82-751:2010,BP P96-100:2010,NF S90-603:1985,NF
2. CCH R 122-11-1 X05-050:2000,NF X05-050/A1:2001,FD X08-040-3:2010,BP X35-
3. Articles CCH R 111-19-1 à 30 072:2005,BP X35-073:2007,BP X35-075:2007,BP X35-601:2009,NF X50-
4. Article CCH L 111-7…., L 111-26…. ; L 152-10 ; L 152-1 ; L 151-1 ; L 783:2010; E85-101
123-2; CCH (IGH) R 122-11-1; CCH (IGH) R 122-19
5. CCH L 111-8 Pour accéder aux textes intégraux sur Internet: Taper par exemple:
6. CCH L 302-1 legifrance CCH R 111-19 (détail d’un texte legifrance)
7. CCH R 123-2 définition Les normes ne sont pas accessibles sur legifrance
ERP ERP
CCH Article R*123-4 CCH Article R*123-7
Modifié par Décret n°2009-1119 du 16 Modifié par Décret n°2009-1119 du 16
septembre 2009 - art. 4 septembre 2009 - art. 4
Les bâtiments et les locaux où sont installés Les sorties, les éventuels espaces d'attente
les établissements recevant du public sécurisés et les dégagements intérieurs qui
doivent être construits de manière à y conduisent doivent être aménagés et
permettre l'évacuation rapide et en bon répartis de telle façon qu'ils permettent
ordre de la totalité des occupants ou leur l'évacuation ou la mise à l'abri préalable
évacuation différée si celle-ci est rendue rapide et sûre des personnes. Leur nombre
nécessaire. et leur largeur doivent être proportionnés au
Ils doivent avoir une ou plusieurs façades nombre de personnes appelées à les utiliser.
en bordure de voies ou d'espaces libres Tout établissement doit disposer de deux
permettant l'évacuation du public, l'accès et sorties au moins.
la mise en service des moyens de secours et
de lutte contre l'incendie.
ESPACE D’ATTENTE IGH MODIFIE: ARTICLE GH3
ESPACE D’ATTENTE SÉCURISÉ EN IGH
SECURISE Emplacement réalisé de façon à permettre
ERP ARRÊTÉ DU 25 06 1980 MODIFIÉ l’accès et le stationnement d’un fauteuil roulant
ESPACE D’ATTENTE SECURISE EN ERP pour personne à mobilité réduite sans causer
une gêne pour l’évacuation des autres
Article CO 34 § 6 Espace d'attente occupants.
sécurisé : Il doit être repéré au moyen d’une signalisation
Zone à l'abri des fumées, des flammes et du adaptée et comporter des consignes appropriées
rayonnement thermique : afin d’informer sur la conduite à tenir le cas
Une personne, quel que soit son handicap, échéant.
doit pouvoir s'y rendre et, si elle ne peut Il dispose d’un éclairage de sécurité et d’une
poursuivre son chemin, y attendre son liaison phonique permettant à la personne en
évacuation grâce à une aide extérieure situation de handicap de signaler sa présence au
Article CO 58: Emplois d'un espace service de sécurité incendie et d’assistance à
Les espaces d'attente sécurisés prévus à personnes de l’immeuble.
l'article GN 8 peuvent être aménagés dans L’espace d’attente sécurisé peut être placé :
tous les espaces accessibles au public ou au •soit dans un dispositif d’intercommunication
personnel, à l'exception des locaux à risques entre une circulation horizontale commune et
particuliers. Ils peuvent ne pas être un escalier ;
exclusivement destinés à cette fonction, sous •soit à proximité immédiate du dispositif
réserve de ne pas contenir d'éléments d’intercommunication précité dans des
pouvant remettre en cause l'objectif de conditions équivalentes ayant fait l’objet d’un
sécurité attendu. avis favorable de la commission de sécurité.
ESPACE D'ATTENTE SÉCURISÉ (EAS)
ERP
IGH
ARRÊTÉ DU 25 06 1980 ARRÊTÉ DU 30 12 2011
Article CO 34 § 6. EAS ARTICLE GH 3
EAS: Zone à l'abri des fumées, des flammes et du rayonnement
thermique : Une personne, quel que soit son handicap, doit pouvoir s'y Peut être placé :
rendre et, si elle ne peut poursuivre son chemin, y attendre son 1. Soit dans un SAS entre une
évacuation grâce à une aide extérieure CHC et un escalier
Article CO 57 Les solutions équivalentes au EAS 2. Soit à proximité immédiate du
Les solutions suivantes peuvent être considérées, au même titre que les SAS précité dans des
EAS définis à l'article CO 34, § 6, comme atteignant l'objectif défini à
l'article GN 8 :
conditions équivalentes ayant
― utiliser le concept de zone protégée. Un moyen permettant à une fait l'objet d'un avis favorable
personne de signaler sa présence doit être prévu (par exemple une de la CS (CCDSA)
fenêtre, sous réserve qu'elle soit visible des équipes de secours,
Article GH 63
interphone, téléphone, bouton d'appel d'urgence identifié et localisé pour
Mise en sécurité des occupants
les personnes sourdes ou malentendantes) ;
― utiliser le concept des secteurs. Un moyen permettant à une
§ 2. L'évacuation de 1ère phase des
personne de signaler sa présence doit être prévu (par exemple une personnes en situation de handicap,
fenêtre, sous réserve qu'elle soit visible des équipes de secours, notamment des personnes à mobilité
interphone, téléphone, bouton d'appel d'urgence identifié et localisé pour réduite, est réalisée par un
les personnes sourdes ou malentendantes) ; déplacement horizontal au niveau où
― augmenter la surface des paliers des escaliers protégés dont la elles se trouvent jusqu'à un autre
résistance au feu des portes sera CF au lieu de PF ; compartiment ou un EAS défini à
― offrir un espace à l'air libre de nature à protéger les personnes du l'article GH3. Cette évacuation de 1ère
rayonnement thermique pendant une durée minimale d'une heure phase s'effectue sans traverser le
― utiliser les principes mentionnés aux articles AS 4 et AS 5.(EAS) volume sinistré
L’ÉVACUATION DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP AU RDC / ERP / ERT

RDC
L’ÉVACUATION DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP EN ETAGE / ERP/ERT
CARACTÉRISTIQUES D'UN EAS
Escalier (selon l’article CO 59 arrêté du 25 06 1980 extrait)
normaux EAS IMPLANTATION :
Accessible à toute personne de l’ERP
Mini 2 EAS fauteuil roulant / niveau. à proximité des escaliers normaux CO 34 (§
2), selon distances CO 43 et CO 49. Si 1 seul escalier exigé = 1 seul EAS
CAPACITÉ D'ACCUEIL DES ESPACES PAR NIVEAU :
2 fauteuils roulants / EAS, puis 2 fauteuils roulants / < 50 pers augmentée d‘1 pers
Ascenseur handicapé
en fauteuil roulant par tranche de 50 pers supplémentaires / niveau concerné, ….
RÉSISTANCE AU FEU :
Parois et bloc porte CF 1 h maximum selon CO 24 avec ferme-portes ou à
Locaux fermeture automatique
d’activité PROTECTION VIS-À-VIS DES FUMÉES :
1 ouvrant à commande accessible en façade ou mis à l'abri des fumées ou
Locaux désenfumé ;
d’activité ECLAIRAGE DE SÉCURITÉ :
L’EAS équipé d'un éclairage de sécurité conforme à EC 10 (anti-panique)
SIGNALISATION ET ACCÈS :
Les dispositifs d'ouverture accessibles et manœuvrables
Identifié et facilement repérable du public et de l'extérieur par les services de
Ascenseur handicapé
secours au moyen d'un balisage spécifique ― les accès et les sorties à l‘EAS
doivent être libres en présence du public ;

MOYENS DE SECOURS :
EAS Figurer sur les plans schématiques ; consignes à l'intérieur de l‘EAS, bien visibles,
en français et dans les principales langues parlées par les usagers habituels des
lieux et conformes aux prescriptions des textes relatifs à l'accessibilité ;
Escalier > 1 extincteur EP doit être installé dans un EAS non situé à l'air libre ;
normaux > 1 moyen permettant à une personne de signaler sa présence doit être prévu (par
exemple une fenêtre, sous réserve qu'elle soit repérable des équipes de secours,
téléphone, interphone ou bouton d'appel d'urgence identifié et localisé en cas de
présence de service de sécurité).
EXEMPLES D’INTERPHONIE DE SÉCURITÉ / EAS
SIGNAL SAPEURS POMPIERS EAS
Signal à afficher sur la fenêtre de l'espace
d'attente sécurisé pour personnes à mobilité
réduite.
Ce signal doit être visible de l'extérieur pour
permettre aux sapeurs-pompiers de repérer
rapidement l'espace d'attente sécurisé.

Baies accessibles
ESPACE D'ATTENTE SÉCURISÉ (EAS) en ERP
Zone à l'abri des fumées, des flammes et du rayonnement thermique :
Une personne, quel que soit son handicap, doit pouvoir s'y rendre et,
si elle ne peut poursuivre son chemin, y attendre son évacuation grâce à une aide extérieure

EAS
CO 34 § 6 / CO 59
CO 57 CO 57
Augmenter la surface des paliers Offrir un espace à l'air libre
des escaliers protégés De nature à protéger les
Dont la résistance au feu des portes personnes du rayonnement
sera CF au lieu de PF ; thermique pendant une durée
EAS minimale d‘1 h

CO 57
Utiliser le concept de zone protégée. CO 57
Un moyen permettant à une personne de Utiliser le concept des secteurs.
signaler sa présence doit être prévu (par Un moyen permettant à une personne de signaler
exemple une fenêtre, sous réserve qu'elle sa présence doit être prévu (par exemple une
fenêtre, sous réserve qu'elle soit visible des
soit visible des équipes de secours,
équipes de secours, interphone, téléphone, bouton
interphone, téléphone, bouton d'appel d'appel d'urgence identifié et localisé pour les
d'urgence identifié et localisé pour les personnes sourdes ou malentendantes) ;
personnes sourdes ou malentendantes) ;
ERP Article MS 64 Modifié par Arrêté du 24 septembre 2009 - art. (V)

Principes généraux d'alarme


§ 1. En principe, l'alarme générale doit être donnée par bâtiment.

§ 2. Dans le cas où l'établissement comporte plusieurs zones de mise en sécurité incendie, il


appartient au concepteur ou à l'exploitant de proposer, dans le cadre de l'article GE 2, à la
commission de sécurité de définir la division de l'établissement en zones de diffusion de l'alarme
générale, en prenant toujours comme principe que la diffusion de l'alarme générale doit englober,
au minimum, la zone mise en sécurité incendie laquelle doit englober la zone de détection.

§ 3. Un signal sonore doit être complété par un dispositif destiné à rendre l'alarme perceptible en
tenant compte de la spécificité des locaux et des différentes situations de handicap des personnes
amenées à les fréquenter isolément.
ALARME GENERALE ACTIVEE / valides et handicaps
SSS DS
Système de Sonorisation de Sécurité Diffuseur Sonore
Message parlé préenregistré

DI/TV: Vibreur montre 8 1 DAGS


Diffuseur d’Alarme
bracelet Générale Sélective
(SIWAY, ……)
7 2
Vibreur
Message textuel ou vocal
SDAV
Affichage sur écran Système de Diffusion DSL
du message
d’évacuation, …… Autre 6 d'Alarme Visuelle
3 Diffuseur Sonore
Et Lumineux
Boucle d’induction
magnétique,
audio guide, … ?

Les DIE
5 4
Diffuseurs d'Information
DBR
DL (SDAV)
d'Evacuation Diffuseur Lumineux
Peuvent être associés
GDE

aux blocs anti-panique


SIEMENS LEGRAND
MILS de MariMils COOPER DBR:
Guidage Dynamique d’Evacuation dispositif de balisage renforcé
DÉFINITIONS (AFNOR référentiel bonnes pratiques 96101)
DL
Diffuseur Lumineux DITV
Complète l’EA Dispositif Individuel Tactile / Vibrant
(Référentiel bonnes pratiques 96 101) Complète l’EA et les DL § 3.7
1. Définition: Dispositif visuel émettant des éclairs
(Référentiel bonnes pratiques 96101)
lumineux permettant de prévenir les personnes sourdes
ou malentendantes de la nécessité d’évacuer 1. Définition: Dispositif émettant des
2. Conception: dans tous les cas l’individu isolé doit vibrations permettant de prévenir les
percevoir le signal d’évacuation § 351; implantés dans personnes sourdes ou malentendantes
les lieux de séjour ou de station des sourds et
malentendants (salles de repos, salles d’attente, de la nécessité d’évacuer
bibliothèques, archives, chambres, salles de bain, 2. Conception:
toilettes, sanitaires, cabines d’essayage, PS couverts, 3. Réalisation:
….); implantés selon les obstacles;
4. Utilisation:
3. Dans les locaux à sommeil pour le réveil des
personnes: 75 cd 5. Maintenance:
4. Réalisation: compatible avec le SSI; synchronisés pour
ne pas créer de fréquences parasites combinées > 3 Hz
(§ 3.3); durée de l’éclair < 0,2 secondes avec fréquence
entre 0,5 à 1 Hz; alimenté par une alimentation de
sécurité VIBRATION ou et
5. Utilisation: activés pendant toute la durée de l’alarme Message textuel ou vocal
générale, éclair blanc et rouge; intensité lumineuse de 1
candéla (cd) minimum puis selon la hauteur
d’installation (h < 2,5 m → 500 cd; …; h > 4,5 m 5000
cd § 3.4.1) et 0,5 cd / m² de local
6. Maintenance: essais fonctionnels, contrôles et
maintenance; remise en état dans les meilleurs délais
EXIGENCE D’ALARME EN CODE DU TRAVAIL
Article R4227-30
Si nécessaire, l'établissement est équipé de robinets d'incendie armés, de colonnes sèches, de colonnes humides,
d'installations fixes d'extinction automatique d'incendie ou d'installations de détection automatique d'incendie.
Article R4227-34
Les établissements dans lesquels peuvent se trouver occupées ou réunies habituellement plus de cinquante personnes,
ainsi que ceux, quelle que soit leur importance, où sont manipulées et mises en œuvre des matières inflammables
mentionnées à l'article R. 4227-22 sont équipés d'un système d'alarme sonore.
Article R4227-35
L'alarme sonore générale est donnée par bâtiment si l'établissement comporte plusieurs bâtiments isolés entre eux.
Article R4227-36
Le signal sonore d'alarme générale est tel qu'il ne permet pas la confusion avec d'autres signalisations utilisées dans
l'établissement. Il est audible de tout point du bâtiment pendant le temps nécessaire à l'évacuation, avec une
autonomie minimale de cinq minutes.
Article L4121-5
Lorsque dans un même lieu de travail les travailleurs de plusieurs entreprises sont présents, les employeurs coopèrent
à la mise en œuvre des dispositions relatives à la santé et à la sécurité au travail.
Article R4227-33
Les installations d'extinction font l'objet d'une signalisation durable aux endroits appropriés.
Article R4227-39
La consigne de sécurité incendie prévoit des essais et visites périodiques du matériel et des exercices au cours
desquels les travailleurs apprennent à reconnaître les caractéristiques du signal sonore d'alarme générale, à localiser
et à utiliser les espaces d'attente sécurisés ou les espaces équivalents à se servir des moyens de premier secours et à
exécuter les diverses manœuvres nécessaires. Ces exercices et essais périodiques ont lieu au moins tous les six mois.
Leur date et les observations auxquelles ils peuvent avoir donné lieu sont consignées sur un registre tenu à la
disposition de l'inspection du travail.
DOSSIER DU PERMIS
SEQUENCES
PROCEDURE TRAVAUX Dossier du permis de construire (PC): Changement de destination, modifications de la façade, modification des structures porteuses
1. Formulaire CERFA de demande de permis de construire (obtenu en mairies ou en DDT ou sur service-public.fr)
2. Bordereau de pièces à joindre (à joindre au CERFA n° 13409)
DU CHANTIER 3. Plan de situation au 1 / 1000ème à 1/5000ème CU R 431-7 terrain dans la commune
PERMIS POUR TRAVAUX 4. Plan de masse des constructions à créer bâtiment / terrain 1/500ème et 1/250ème
1. Étude préalable 5. Plan de coupe du terrain et de la construction 1/50ème à 1/200ème
2. Programme CU R*421-14 Projets soumis à permis de construire 6. Plan de détail (exécution) 1/10ème et 1/20ème
3. Désignation du maître d’œuvre CU R et L 421- …. 7. Notice décrivant le terrain et présentant le projet
4. Marché d’étude CU R 423-70Délais 8. Plan des façades et des toitures
5. Esquisse CU R 425-15 délais d’instruction du PC = 6 mois 9. Document graphique permettant d’apprécier l’insertion du projet de construction dans son environnement
6. Avant projet VRD:R 235-16, R CCH article L 111-8 10. Photographie permettant de situer le terrain dans l’environnement proche et lointain
238-40 à 45 CCH R 123-22 11. Notice technique descriptive: « notice de sécurité » CERFA 14570 + pièces PC39 et PC40 ou PA50 et PA51: CCH R 123-22, GE2, GE3
7. Projet (dossier des ouvrages à CCH R 111-19: 12. + Dossier d’identité du SSI de phase « conception »
réaliser, NOSEC, NOAC, CCH R 123-13: demande de dérogation 13. Plans de détails des installations techniques
DISSI) CCH L 122-1: IGH autorisation de construire, modifier ou aménager 14. Notice d’accessibilité (cheminements intérieurs, extérieurs, caractéristiques des équipements et dispositifs) GE3
8. Permis de démolir CU R331-7 calcul de la surface de plancher 15. Demande de dérogation (motivée avec mesures compensatoires) CCH R123-13
9. Permis de construire CU R 112-2: calcul de la surface de plancher 16. Absence d’amiante (le propriétaire doit faire enlever l’amiante avant démolition (art. 23 du décret n°96-98 du 07. 02. 1996; R1334-27, 29 du
10. Consultation des entreprises GN 10-13, R123-23, 45: À l’autorité de police code de la santé publique)).
11. Offres et marchés
12. Préparation du chantier
13. Planification du chantier
CERFA SAISINE DU MAIRE
14. Gestion administrative Arrêté du 21 11 2011: formulaires pour demande d'autorisation de construire, d'aménager ou de modifier un ERP dès le 01/ Dossier de demande remis au maire ou au préfet en 4 ou 6 exemplaires
15. Gestion technique 01/ 2012 A. « Saisine » (enregistrement) de l’autorité de police (maire, préfet)
16. Réception des travaux, 1. Permis de démolir R 430, L 430 du CU: Formulaire CERFA n°13 405*02: 4 exemplaires B. Numéro d’enregistrement du maire (ERP et autres) ou préfet (IGH): arrêté du 21 11 2011 §3
repliement des installations, 2. Permis d’aménager pour Autorisation de travaux • N° de code géographique INSEE du département 3 chiffres
levée de réserves, livraison de 3. Permis de construite • N° du code géographique INSEE de la commune 3 chiffres
l’ouvrage, DIUO, DOE, • ERP: CERFA n°13824 avec bordereau de pièces à joindre • Les 2 derniers chiffres du millésime de l’année de dépôt de la demande 2 chiffres
nettoyage du chantier (NFP 03 • ERP: CERFA n°13409 (pièce PC39 et PC40 ou PA50 et PA51): dossier spécifique permettant de vérifier la conformité des • N° du dossier composé de 5 caractères
001 art.14) établissements recevant du public aux règles d'accessibilité et de sécurité contre l'incendie et la panique avec bordereau de D. Exemplaire remis à la DDT: elle instruit la demande au titre du droit de l’urbanisme
17. Déclaration d’achèvement des pièces à joindre tous travaux (comprenant ou non des constructions et/ou des démolitions): E. Exemplaire remis au SDIS ou bureau de prévention: il étudie la demande au titre du règlement
travaux 30 j après réception des • IGH: CERFA n°13825 avec bordereau de pièces à joindre de sécurité / panique
travaux, déclaration de • Cerfa n°13404 Déclaration préalable F. Commission de sécurité réunie (composition CCH R 123-29 à 42)
conformité des travaux / archi. • Cerfa n°13405 Demandede permis de démolir G. Délais d’instruction IGH 5 mois (R122-11-4)
18. Achèvement du marché, solde • Cerfa n°13406 Demande de permis de construire (pour une maison individuelle et/ou ses annexes) H. Délais d’instruction ERP
du compte des travaux • Cerfa n°13407 Déclaration d'ouverture de chantier
19. Vie de l’ouvrage • Cerfa n°13408 Déclaration attestant l'achèvement et la conformité des travaux
Acteurs du chantier • Cerfa n°13410 Demandede certificat d'urbanisme
1. Maître d’ouvrage •
Maître d’œuvre
Cerfa n°13411 Demandede modification d'un permis de construire délivré en cours de validité AVIS DE LA COMMISSION DE SECURITE
2. • Cerfa n°13412 Demande de transfert de permis de construire délivré en cours de validité
3. Entrepreneurs et sous traitants • Cerfa n°13824 Demande d'autorisation de construire, d'aménager ou de modifier un établissement recevant du public (ERP) CCH R 123-15 tous les projets de construction sont soumis à l’avis de la
4. Contrôles techniques NFP 03 • Explication du permis de construire CERFA n° 51434 02 commission …
100. décret du 28.05.1999
5. Coordinateur de sécurité R 238- Avis favorable au projet Avis défavorable au projet
17
AUTORISATION DE TRAVAUX DU MAIRE Avec réserve ou sans réserve
CCH L 111-8? CCH R 111-19-13:
Impossible de délivrer un
PENDANT LES TRAVAUX Autorisation délivrée par le préfet ou le maire avec ou sans aggravation / atténuation Délivrance du permis de construire
permis de construire
Déclaration préalable des travaux CDT R 235-2, R 238-1, L 263-10
Réunions de chantier, suivi de chantier / Planning de chantier / PV de réunion de chantier Obligation d’afficher le panneau de chantier CT R 324-1
GE 6 : vérifications techniques organismes agréés ou techniciens compétents Possibilité de délivrer une
Délivrance de l’autorisation de travaux
GE7: vérifications techniques doivant être effectuées par des organismes agréés autorisation de travaux
GE 8: types de vérifications RVRE, ……..
GE 9: rapports de vérification Dérogation au règlement de sécurité
GE10: techniciens compétents sur vérifications RÉCEPTION DES TRAVAUX, incendie accordable
Article appendice: Contenu et forme des rapports de vérifications techniques
R123-14, 43-45 DIUO: Loi du 31 12 1993 n°: 93-1418, le Décret n°: 94-1159 du 26 décembre 1994 et le code
1.Contrôles des organismes agréés (1ère à 3ème catégorie) du travail articles L.4532-16 et R.4532-95 à 98 EXPLOITATION
2.Vérifications des techniciens compétents (autocontrôles / P.V) CCH R 123-43; 44; 45 DOE: Article 40 du CCAG travaux des marchés publics ; Code du travail R et L 45 32-
3.Visite du coordinateur SSI (phase réalisation) NFS 61931 § 5.3 16: Dossier technique complet de la totalité des documents relatifs à la construction rassemblés Registre de sécurité GE 3, CCH R 123-51, R123-14, 48, 50, GE 4, PE 4 §2,
4.Visites CS possibles CCH R 123-45 par l'architecte rédaction et remise prévues par contrat; transmis par le maître d'œuvre: après CCH R 122-29
réception de l’ouvrage. Il traite de son exploitation et de son fonctionnement. Contient les plans Plans d’exécution NFS 61970 B2;
et détails d'exécutions, notes de calculs, plans à jour de récolement des réseaux, réseaux Notice de sécurité
enterrés, revêtements, plantations, mobiliers, manuels d'utilisateur, les manuels de maintenance, Notice d’accessibilité
fiches techniques de l'ensemble des matériels et mobiliers mis en œuvre sur le chantier…. les Dossier d’identité du SSI, notice d’exploitation
Demande d’autorisation d’ouverture bons de garantie de certains appareils, listes des pièces détachées, marques et références, Document unique
1 mois avant la fin des travaux R123-46 (GE 3) adresse du grossiste ou agent pouvant les fournir, délai donné par le fabricant pour maintenir le Consignes de sécurité
stock nécessaire aux pièces de rechange ; la notice sur les produits d’entretien des ouvrages Main courante électronique, papier
réalisés, les précautions pour restaurer les ouvrages, les contre-indications concernant les
Ouverture de l’établissement Maintenances périodiques préventive, corrective et prédictive CCH R 123-43
produits à utiliser… Contrôles agréés GE 6, 7, 8, 9, …
CCH R 123-46: le maire donne l’autorisation d’ouverture: Arrêté de l’autorité • au plus tard lorsqu’il demande la réception des travaux Visites périodiques des CCDSA GE 4, CCH R 123-48, CCH R 123-16
de Police (maire, préfet, ministre (R123-16, 23, 27, 45, 46, 48 . GE 4, PE 4) • dans un délai d’un mois suivant la date de notification de la décision de réception des Assister aux visites CCH R 123-49
Afficher l’avis relatif au contrôle arrêté du 25 06 1980 article GE 5 travaux Contrôles administratifs par la police CCH R123-50