Vous êtes sur la page 1sur 15

1

COURS 1.LA ROUTE

FORMATION ALIZE-LCPC
Définition 2
C’est une voie ou un passage aménagée au sol et qui permet la circulation des
biens et des hommes entre deux points A et B.(En zone urbaine comme en zone rurale).

FORMATION ALIZE-LCPC
3

FORMATION ALIZE-LCPC
4
Historique
Les routes sont apparues avec l’utilisation des premières
automobiles. Par la suite, l’industrie du raffinage du pétrole brut a
pris une envergure importante afin de produire l’essence requise.
La circulation des premiers véhicules sur les routes
s’accompagnait d’importants soulèvements de poussière. C’est dans
les années 1850 à 1860 à Paris, et par la suite à Londres, que sont
réalisés les premiers revêtements routiers bitumineux.
Aux États-Unis, un premier mélange est effectué en 1865 pour
construire des trottoirs à Brooklyn et à New York.
Les premières techniques de recouvrement des chaussées
utilisent divers matériaux tels que du goudron, du bitume et des
huiles lourdes. Il s’agissait alors de traitements de surface et
d’enrobés posés à chaud.

FORMATION ALIZE-LCPC
5

FORMATION ALIZE-LCPC
6

FORMATION ALIZE-LCPC
Les Romains furent, par contre de 7
grands constructeurs de routes, à la fois
voies de conquête, supports du
développement commercial et outil de
cohésion de l’empire. Engagé en 300
avec la construction de la Via Appia de
Rome à Capoue, le réseau routier
principal atteint 150000 km à son
apogée.

FORMATION ALIZE-LCPC
8

FORMATION ALIZE-LCPC
Historique 9
Comme on peut le voir (l’imaginer ) l’entretien de telles routes était difficilement
envisageable. Il a fallu attendre le XVII ème siècle pour voir se dessiner une tentative
de normalisation. C’est au XVIII ème siècle que l’entretien des routes entre dans le
budget de l’Etat en France ; les idées modernes de la reconnaissance du tracé, de la
recherche des matériaux locaux, de l’appréciation de la qualité des sols rencontrés
sur le tracé sont déjà exposés à cette époque. Mais la recherche d’un optimum
économique n’est pas encore entrée dans les mœurs, et chose curieuse le
compactage des remblais est déconseillé ; on laissait au temps le soin d’assurer le
tassement.

FORMATION ALIZE-LCPC
Historique 10
Vers la fin du XVIIIème et au début du XIXème siècle il n’y a pas encore une
grande évolution des techniques routières. TRESAGUET (mémoire de 1775) préconise
:
• Une fondation en grosses pierres posées de champ et enfoncées à la main ;
• Une couche de régularisation constituée par des éclats de pierres, rangées et
battues à la main ;
• Une couche de roulement de 3 pouces, en pierres de la grosseur d’une noix,
cassées à la pierre et jetées à la pelle. L’Ecossais MAC ADAM pose en 1820 la
question de l’utilité de la fondation en grosses pierres et formule clairement l’idée
que la chaussée constitue un matelas épanouissant les charges.
L’automobile a fait son apparition avant le début du XX ème siècle, mais elle n’a pris
son essor que grâce à l’invention du pneumatique.
En 1887, DUNLOP (vétérinaire anglais) obtient le 1 er brevet de pneumatique
collé sur la jante.
En 1889, les Frères Michelin réalisent le 1 er pneumatique démontable pour
bicyclette, et les 1ers pneumatiques pour automobiles 1893. FORMATION ALIZE-LCPC
11

FORMATION ALIZE-LCPC
12
De tout temps, on a eu besoin de circuler. Mais, les « routes » ne furent guère que des
pistes plus ou moins sommaires permettant de joindre des villes, villages ou hameaux, sans
empiéter sur les prairies ou terres cultivées. La route ne différait alors pas tellement des
surfaces qui la bordaient. Il est vrai qu’on circulait aisément sur des pistes bien nivelées
quand les conditions climatiques étaient favorables, mais en période de pluie, les sols
mouillés devenaient glissants ou se transformaient en bourbiers. On entreprit alors
d’étaler, aux endroits les plus mauvais, des lits de pierres dont le mérite était d’être moins
sensibles à l’eau.
L’idée du matelas de pierres a duré de nombreux siècles. Elle s’est développée à
l’époque des Romains pour donner naissance à la « chaussée romaine » : le dallage. Plus
tard, la route empierrée «macadam » a fait son apparition et avec elle, les premières
spécifications pour l’exécution d’une bonne route.

FORMATION ALIZE-LCPC
13

FORMATION ALIZE-LCPC
Avec le développement des engins lourds au début du XXe siècle, les premiers
problèmes ont surgi :
14
 Apparition de nids de poule;
 Poinçonnement du hérisson et effondrement de la chaussée aux premières pluies.
La structure de la chaussée était donc mal adaptée. Une mutation s’imposait pour
aboutir à une route moderne.

FORMATION ALIZE-LCPC
Necessité des routes! 15
la Dans le monde moderne, il est bien connu qu'en dehors de facteurs sociaux
tels que le transport à destination des hôpitaux, l'accès rapide à un incendie et les urgences
visite d'amis et le tourisme, une bonne route est l'épine dorsale de toutes sortes d'activités
économiques.
Il est généralement admis que la compétitivité mondiale exige une bonne infrastructure
routière. La construction de routes rurales est extrêmement importante et joue un rôle majeur
dans la stimulation de la croissance économique(routes de la ferme au marché).
Cela a été observé dans de nombreux pays africains, où la production agricole et minière
augmente d'un ordre de grandeur grâce à la mise en place de nouvelles infrastructures
routières.
Liens vers les ports sont particulièrement importantes.

FORMATION ALIZE-LCPC