Vous êtes sur la page 1sur 33

Commentaire Par Amamra Saïd Med El Hadi

DE MOSTEFA BENBOULAID
A RABAH SAADANE….
Un sentiment de fierté nous saisi à cha- Drôle de temps ou on attend la dispari-
que fois que l’histoire nous fixe un ren- tion des grands pour ouvrir son bec !!!
dez vous, même commémoratif, pour Cela nous a fait rire sans plus
nous relater avec insistance cette réalité M.MAHSAS !
difficile à occulter même si on le voulait Nous avons mieux à vous proposer : sui-
voire même s’ils le voulaient…. vez le parcours de l’équipe nationale qui
L’Aurès reste ce fief synonyme d’histoi- s’en ira gagner en EGYPTE sous la hou-
re et pas n’importe quelle histoire ! lette d’un autre auressien fierté du pays
L’histoire de l’ALGERIE. entier, qui a fait vibrer le sentiment natio-
Ne savez vous pas que le premier pri- naliste avec sa bande pure et motivée
sonnier d’opinion est numide, le premier parce qu’ALGERIENNE jusqu’à la
à avoir fait grève de la faim est aussi moelle !
numide ? Nous vous le proposons à une condition
Ne savez vous pas que celui qui est ap- celle de ne pas prendre en considération
pelé PERE DE LA REVOLUTION est le résultat fleuve de l’Egypte face à la
aussi numide…pardon AURESSIEN, TANZANI, puisque ce n’était qu’une
algérien dans l’âme ! pièce de théâtre (monologue), et après
Ne savez vous pas que l’on cherche à lui nous vous laisserons le loisir de procla-
porter préjudice avec ce navet tourné mer haut et fort que vous êtes le vrai arti-
pour porter atteinte à la WILAYA UNE san de la victoire des verts !
HISTORIQUE ! Ne dit-on pas à juste titre que jamais 2
NON M.RACHEDI vous n’avez aucu- sans trois ?
nement l’envergure d’un réalisateur ca- CETTE FOIS C’EST LA BONNE.
pable de traduire sur bande la vie d’un Et l’histoire retiendra comme d’habitude
HEROS NATIONAL que vous avez que les grands sont toujours présents et
minimisé par votre acte ignoble. aux premières loges de l’existence même
Cette homme est l’artisan de la révolu- de L’ALGERIE. Merci, RABAH SAA-
tion algérienne même si certain perro- DANE et aux guerriers du désert !
quet de salon tentent par interview inter- Au fait la thèse que BATNA est une
posé sur les colonnes d’un quotidien création coloniale vient de rendre l’âme
arabophone de s’auto proclamer « le vrai en cette soirée du 55° anniversaire du
initiateur de la guerre d’Algérie » !!! déclenchement de la révolution avec
Rien que çà ! A la manière de BOKAS- cette grandiose découverte archéologique
SA !! mise à jour à TAZOULT et qui prouve
que la NUMIDIE c’est bel et bien l’AU-
RES…….
3
Histoire
Par IMADGHASSEN.A

LA MODESTIE DES GRANDS


Emouvante que fut la rencontre avec si AMAR MELLAH : c’est tout un pan à la
fois de l’histoire de l’homme que de l’histoire même de l’Algérie.

S’il y a bien un qualificatif à 15 février 1938,de parents aures-


appliquer à l’homme c’est siens ( Baaziz ben Amar ben
sans conteste celui de bra- Messaoud et Mellah Fatima) de
voure qui l’emporterait ! la tribu des H’rakta originaire de
Oui si AMAR MELLAH est Tahamamet- El Madher
brave, il l’a toujours été. (commune mixte de AIN EL
Mis à part ce qui lui est res- KSAR).
té à travers la gorge , ce Si AMAR , solidement imprégné
feuilleton amer qui a duré des valeurs du pays profond ,
11 ans de sa vie,qui l’a aura une enfance studieuse en-
anéanti même dans le souvenir , quel- couragé par son père .Il sera dès l’age de
qu’un qui a sacrifié biens,femme et en- six ans inscrit pour à terme apprendre par
fants pour ce pays , hélas il a été récom- cœur le quart du saint coran.
pensé « et de quelle manière » : une des- En 1946 il changera de vie : sa famille
cente en enfer qui a duré jusqu’à ce s’est installée à El Madher ,et où sa
qu’un homme courageux le réhabilite un curiosité s’aiguisa davantage.
certain 17 avril 1979 :le président CHA- Après la seconde guerre mondiale,son
DLI BENDJEDID père l’envoie à l’école « l’éducation et
La modestie de cet homme fait de lui un l’enseignement » de l’association des
être à part qui s’attelle à coucher noir sur oulémas musulmans…..puis c’est au ly-
blanc ses mémoires et surtout le fameux cée franco musulman (1955/1956) qu’il
« mouvement du 14 décembre 1967 des s’est mis à suivre toutes informations sur
officiers de l’ANP » dans lequel il effec- la révolution qui visait à libérer l’ Algérie
tue un flash back objectif loin de toutes du joug de l’occupant.
pressions. A la veille des examens de cette année
Amar Mellah semble accomplir là aussi là,vint l’appel de l’ UGEMA !
son devoir révolutionnaire avec un sens Ce sont les surveillants,dont les plus fou-
élevé de responsabilité que l’on aimerait gueux (chahid) MEKKI HIHI, SAH-
rencontrer chez nos « grandes personna- NOUN(chahid),ABDELHAK KOUI-
lités. » CEM,ABDELAOUI, qui ont fait parvenir
Le commandant AMAR MELLAH de le fameux appel afin « d’entamer une
son vrai nom Mohamed Salah est né le grève générale et rejoindre les rangs de la

4
révolution. A ce propos AMAR MEL- ceux dont la réputation fut ternie à un
LAH écrit dans son livre « le mouve- moment de l’histoire.ses ordres le capitai-
ment du 14 décembre 1967 des officiers ne LARBI BELKHEIR à l’état major.
de l’ANP » : « effectivement avec un AMAR MELLAH a révélé dans son livre
diplôme en plus nous ne ferons pas de que ce que l’armée n’admettait pas s’était
meilleurs cadavres !(…..) il faut rejoin- instauré à l’époque au point « ou le capi-
dre en masse l’armée de libération natio- taine donnait des ordres au colonel ». …
nale et son organisation politique le puis vint le mouvement des officiers de
FLN. » l’ANP du 14 décembre 1967.La tournure
L’appel a eu un très grand écho auprès des évènements allait connaître un dou-
des étudiants algériens,dont beaucoup loureux développement qui allait être
d’entre eux tomberont au champ d’hon- synonyme d’enfer pour ce moudja-
neur ;ces derniers et ceux encore vivants hid ,commandant de la plus haute compé-
ont écrit un pan de gloire par rapport à tence au sein de l’ANP, AMAR MEL-
cette épopée des temps modernes :la LAH
révolution algérienne. Vivra une tragédie dans son pays ,entre
Notre auguste personnage n’a pas tron- les mains de ses compatriotes et frères
qué son habit militaire : il continua son « d’armes. Toujours est –il qu’il reconnaît
périple avec l’ANP » après la reconver- qu’il y avait aussi des gens honnêtes qui
sion de la glorieuse ALN . ont compatis avec ce qui lui arrivait et
Après des études militaires entre 1965- ses camarades d’infortune.
1967 qui seront bénéfiques et pour notre AMAR MELLAH en garde encore en
SI AMAR que pour notre ANP. Il fallait mémoire ceux qui l’ont aidé à repartir de
re-construire une armée moderne. bon pied après sa libération,des moments
AMAR MELLAH rejoindra vite ses difficiles qui vous pétrissent des hom-
nouvelles fonctions en remplacement de mes : de vrais hommes à l’image de notre
l’officier HOFFMAN SLIMANE en personnage du mois.
tant que responsable de la direction des L’homme vaut par sa modestie :il est
blindés au sein de l’état major de l’ANP sollicité par l’administration en 1997
sous le commandement de TAHAR ZBI- pour présider à la tête de la commission
RI. Les circonstances de l’époque de surveillance des élections. Depuis ,il
avaient finies par lasser des responsables préféra se retirer pour se consacrer à écri-
de l’armée , et arriva la réunion d’avril re ses mémoires en toute objectivité et
1967, « la goutte de trop »,selon le com- d’éclaircir certains pans de l’histoire de la
mandant Mellah. Faut il rappeler que ce région et du pays. Président de l’associa-
dernier avait passé les commandes de la tion du 1° novembre il active quant à l’é-
5° région militaire au commandant criture de l’histoire tout en revendiquant
CHADLI BENDJEDID,ainsi qu’avec le des autres « d’être à la hauteur de l’his-
commandant ABDELGHANI. Il avait toire du pays ! » AMAR MELLAH a
sous Ce douloureux épisode avait pris cette modestie qui caractérise les grands ,
fin avec la décision courageuse de CHA- les vrais pas ceux de pacotille.
DLI BENDJEDID de réhabiliter tous

5
Histoire
Par: Batna Info

MOSTEFA BEN BOULAID 1917 - 1956


Ne le 5 février a Aris ce pays. >>
dans les Aures Mos- M. Ben Boulaid est, a ce
tefa Ben Boulaid est moment, un des princi-
fils de petits proprié- paux responsable de
taires fonciers. Il suc- l'O.S. dans les Aures et
cède a son père et accumule un important
devient meunier de dépôt d' armes qui servira
profession. le 1er novembre 1954.
Il adhère au P.P.A Membre du Comité Cen-
M.T.L.D en 1946 et tral du M.T.L.D., il essai
se présente le 4 avril vainement en compagnie
1948 aux élections a de Salah Maiza et
l' Assemble algérien- Hamoud el Hachemi, de
ne. Il est élu triom- convaincre Messali, de
phalement avec 10 taire ses divergences avec
000 voix, mais l' ad- la direction du parti pour
ministration coloniale annule l' élec- engager le M.T.L.D. dans la voie de la
tion et nomme a sa place un <<beni- lutte armée. A cette effet, il se rend a
oui-oui>>, Cadi Abdelkader. Il com- Niort voir Messali, et a de longues
mence a être suivi de près par la police conversations quotidiennes avec lui, du
française. 23 au 26 février 1954.
Un rapport officiel des services fran- Il échoue dans cette tentative et devient
çais parle ainsi de M. Ben Boulaid : membre-fondateur du C.R.U.A. Il re-
<<Un homme du peuple, un homme d' port ses espoirs sur les centralistes avec
action très évolue, conscient de la si- lesquels il rompt, après s' être convain-
tuation des musulmans, de leur désir d' cu de leur refus d' accepter le recours a
évolution. >> un rapport de la gendar- l' action révolutionnaire.
merie de Batna en date du 27 Juin Il hypothèque ses biens pour financer la
1947 signale ses activités pour l' achat révolution. Il est blesse par la police
d' armes : <<Le nomme Boulaid Mos- dans le Sud Tunisien en se rendant a la
tefa se proposerait d' aller prochaine- réunion du 25 octobre qui fixe la date
ment a Tunis. De la, il chercherait a se de déclenchement de l' insurrection.
rendre en Egypte. Il aurait fait deman- Le 1er novembre, il est a la tête de la
der par personnes interposées les for- Wilaya 1, d' ou il dirige le déclenche-
malités a remplir pour se rendre dans ment de l' insurrection.

6
Histoire Personnalités Nationales
Par: Batna Info

EL HADJ LAKHDAR LARBI BEN M'HIDI


El Hadj Lakhdar, de son nom exact Abi- Né en 1923 au douar El Kouhani à Ain M'Lila
di Mohamed Tahar, est né en 1916 à dans le Constantinois, Larbi Ben M'Hidi appar-
tient à une famille de paysans aisés.
Ouled Chlih, un village de la commune
Il entreprend des études d' art dramatique à
Aïn Touta Dans la wilaya de Batna. Alger.
A l’âge de 20 ans et plus précisément en Militant du P.P.A, arrêté après la répression de
1936, il se rend en France pour travail- 1945, il choisit la clandestinité.
ler. Il fait la connaissance d’un groupe Commissaire local des S.M.A et cadre de l' O.S
d’Algériens avec qui il partage l’envie à Biskra, vainement recherché par les services
de police en 1950, il est condamné par défaut à
de libérer le pays de la colonisation fran-
dix ans de prison pour menées subversives et
çaise. activité illégale.
Il revient en Algérie après quatre ans Nommé chef de daira en Oranie et permanent
d’exil. En 1939, il constitue une cellule du M.T.L.D, il est relevé de ses fonctions à la
clandestine à Batna n’excédant pas quin- suite d' un contrôle de police à Ain-
ze membres et se réunissent durant trois Temouchent.
Membre fondateur du C.R.U.A, il est le premier
ans dans la demeure de M. Méziane Al
responsable de la wilaya du F.L.N Oranie qu' il
Halouandji. organise efficacement malgré un démarrage
La cellule prend contact avec Mostefa difficile.
Ben Boulaïd en 1941 qui leur présente En 1956, il participe aucongrès de la Soum-
un nouveau programme. El Hadj Lakh- mam et il est élu au C.E.E avec Krim et Abane
dar constitue une autre cellule à Aïn dont il partage les points de vue. Il laisse le
commandement de la wilaya V à Boussouf et
Touta en 1942.
supervise l' action des groupes armés lors de la
Il est chargé en 1944 par Mostefa Ben bataille d' Alger.
Boulaïd d’accueillir les militants prove- Arrêté le 23 février 1957 par les paras du colo-
nant du Nord-Constantinois. Il s’occupe nel Bigeard, torturé, il meurt sans avoir parlé à
également avec l’aide de Belkacem Be- l' adversaire dont il forcera l' admiration.
layache, Lakhdar Ben Kawha et Ben Dans le premier entretien qu' il a accordé à un
journal algérien, le magazine Algérie-Actualité,
Lakhdar de réunir les armes au village El
le général Bigeard, qui a joué un rôle de pre-
Hadjadj. mier plan dans La Bataille d' Alger, a révélé qu'
Il rencontre le commandant Mostefa Ben il avait été contraint, sur ordre de Paris, de li-
Boulaïd et le désigne chef de l’un des vrer vivant aux services spéciaux Larbi Ben
groupes à la veille du déclenchement de M'Hidi.
la révolution le 1er novembre 1954. Le général n' a pas caché son scepticisme
quand à la version officielle, rendue publique le
Il succède à la tête de la wilaya I avant
6 Mars 1957 selon laquelle Ben M'Hidi s' était
de rallier Tunis pour rejoindre la Direc- suicidé en se pendant dans sa cellule avec des
tion. bandes d' étoffé déchirées de sa chemise.
Il décède le 23 février 1998 à Batna. Il faut le dire, ce sont les services spéciaux qui
ont fait cela.

7
Histoire 55 Anniversaire du 1 Novembre 1954
Par: Batna Info

BIOGRAPHIE DU CHAHID
ATHMANI TIDJANI
Nous essayons à travers cet ecrit de retracer la vie de ce grand chahid qui est ath-
mani brahim dit tidjani ...
athmani brahim dit " tidjani " est né en 1929 à khenchela d'une famille tres pau-
vre , dont le pere souvent malade était coordonnier , le jeune tidjani émmigra en
ALSACE , ou il a pratiqué plusieurs metiers et notement la coiffure , à un trés
jeune age , il était deja fièr de son pays et des revolutions de l'amir abdelkader , à
fatma n'soumer .

athmani tidjani parle courament l'alle- athmani tidjani ) marir lahcene etc ......
mand, le francais , l'arab et le berbere , rien qu'évoqué ces chouhadas j'ai les
son père étant malade , il retourna au larmes aux yeux , et je suis trés fiér
pays , et essaye de trouver du travail , d'eux . allah yarhomkoum , vous avez
mais dans la région des aurés il était fait votre devoir , et comme l'a dit le
impossible de trouver du travaille et président boumedienne allah yarahmou ,
surtout lorsqu'on est fils de pauvre . il y a que les chouhadas qui ont fait leur
le seul travail possible est de travailler devoir à 100%.
comme maneuvre , cassé des pierres je m'addresse à mon oncle athmani tid-
et les transportées pour la construction jani , mon oncle , la famille athmani de
du stade qui servira au sport pour les khenchela est résté pauvre mais honnete
militaires francais , pour aider son et surtout fiére de l'ALGERIE comme tu
père , il l'accépta malgré qu'il soit in- as voulus qu'on soit .
télléctuel et parlant plusieurs langue il participa a plusieurs batailles en com-
il rencontra son compagnion d'arme , pagnie du chahid abbas laghrour , et
le grand chahid abbas laghrour avec notement celle d'el djorf
qui , ils préparerent le 1 novembre il organisa avec ses fréres moudjahidi-
1954 ne , le transport d'armes de la tunisie ,
athmani tidjani dirigea le groupe qui vers l'ALGERIE .
attaqua le poste du transformateur je m'addresse aux autorités et surtout à
electrique qui alimentait la ville de ceux qui ont participés au 1 novembre
khenchela , et donna ainsi le feu vert 1954 , et je sais qu'il ne reste pas beau-
aux autres groupes d'attaqué la caser- coup , la majorité sont decedés allah
ne , le commissariat , la gendarmerie yarhouhoum , pour leurs dire que ceux
par les chahids abbas laghrour , ghaza- qui ont déclanchés la révolution ne sont
li benabbes , ouaged salah ( cousin de pas nombreux , et qu'il méritent de voir

8
leurs noms sur nos rues et places de la le chahid athmani brahim dit tidjani est
capitale algérienne . tombé au champ d'honneur en juillet
les chouhadas tels que athmani tidjani 1957 à coté des chahids abbas lag-
et abbes laghrour , benabbes ghazali , hrour , le commandant si mahmoud
nacer soufi , marir lahcene , ouagad ( mentouri mohamed cherif ) dont l'uni-
salah ,chaabane laghrour sont vos frè- versité de constantine porte son nom ,
res et sont morts pour l'ALGERIE. el bahi et 26 autres chouhadas allah
ils se sont sacrifiés pour vous .....mon yarham chouhada el djazair .
oncle athmani tidjani comme , plu-
sieurs comme lui , est mort célibataire
et ils n'ont jamais connu la vie , que
nous menons aprés l'indépendance car
pour eux ils ont choisis echahada et
l'ALGERIE libre . One..
ils ont vecu des moments difficiles ,
car la vie dans le maquis n'est jamais Two..
Three..
chose facile comparé à ceux qui vivent
dans des maisons équipés de toutes les
commoditées que le siécle et le pétrol
nous offres à nous leurs amis , fréres ,
neuveux et autres ...... mais ils nous
Viva l’Algérie
ont offért cette vie ...qui leurs a couté
leurs vies .
Tous avec
nous demandons à dieu de les aceuillir
dans son vaste paradis . SAADANE
comme ont le dit celui qui meurt pour
son principe " l'indépendance de son Et
les verts!
pays " ne meurt jamais
mon oncle athmani tidjani tu est tou-
jours dans mon coeur .
comme ecrire une biographie d'un
grand homme tel que si tidjani allah
BON
yarhamou n'est jamais chose faci-
le ....je suis entrain de receuillir des
COURAGE
informations de ceux qui ont connu le
chahid et je demande de l'aides à mes POUR LE 14
fréres qui l'on connu afin d'accomplir
cette tache que je trouve trés noble !

9
Histoire 1 Novembre 1954/2009
Par: Batna Info

BIOGRAPHIE D'ABBÈS LAGHROUR

NAISSANCE ET JEUNESSE dramatique vécue par peuple algérien. Parmi


Abbès Laghrour naquit le 23 juin 1926 à les revendications les plus importantes expri-
Douar Messigha (Khenchela), au sein d'une mées par les manifestants figure la lutte
famille très pauvre . Il entra à l'école françai- contre le chômage et la fourniture de pain.
se et réussit à obtenir son certificat d'études Ces revendications furent soumises aux auto-
primaires après avoir débuté dans la vie acti- rités françaises lesquelles, suite à cela, procé-
ve en étant employé comme cuisinier chez le dèrent à l'arrestation de Abbès Laghrour ainsi
gouverneur de la ville. C'était en 1948. que certains de ses compagnons. Il resta 03
jours en prison durant lesquels il fut sauvage-
2- SON ACTIVITÉ AVANT LA RÉVOLU- ment torturé; Ce qui lui occasionna une mala-
TION die pulmonaire qu'il fut contraint d'aller soi-
L'adhésion du martyr au mouvement national gner à Batna. Le parti MTLD prit en charge
(Parti du Peuple Algérien) eut lieu très tôt, toutes les dépenses pour ses soins. A sa guéri-
en 1946. Il activait avec le militant Brahim son, il retourna à Khenchela pour poursuivre
Hannachi, responsable régional pour les Au- clandestinement son activité au sein du parti.
rès. Son patron le suspecta lorsqu'il le vit en En compagnie du martyr Mustapha Benbou-
compagnie de ce dernier dans l'un des mar- laïd, Adjoul Adjoul et Grine Belkacem, Abbès
chés. Il fut alors renvoyé de son travail et Laghrour participa aux préparatifs pour la
ouvrit une boutique de fruits et légumes au Révolution dans la région des Aurès. Il diri-
marché public de la ville et ce, afin de dissi- gea les groupes chargés de lancer les attaques
muler son activité réelle aux yeux du pouvoir au cours de la nuit du 1er novembre 1954.
colonial.
Cette boutique devint ainsi un lieu de ren- 3- SON ACTIVITÉ DURANT LA RÉVO-
contre pour les militants du parti dans lequel LUTION
ils tenaient leurs réunions clandestines. Par- Dès les premiers instants de la lutte armée,
mi eux, nous citerons Chihani Bachir, res- Abbès Laghrour démontra sa audace, son
ponsable du Mouvement pour le Triomphe courage, ses aptitudes au commandement et
des Libertés Démocratiques au niveau de sa capacité de comploter et infliger des défai-
Batna. Compte tenu des qualités remarqua- tes à l'ennemi.
bles du martyr, il fut nommé responsable de Parmi les batailles les plus importantes aux-
la kasma (cellule) du parti à Khenchela. quelles il participa durant la Révolution, nous
Parmi ses actions les plus importantes, il y a citerons: - La célèbre bataille d'El Djorf qui
lieu de citer: dura 03jours du 22 au 24 septembre 1955
- Sa participation aux manifestations qui - La célèbre bataille de la zaouia à Cherchar
eurent lieu le 1er et le 8 mai 1945 dans la - La bataille de Tefsour (Chechar)
ville. - La bataille d'El Bayadha qui a duré 24heures
- L'organisation d'une marche de protestation - L'embuscade de Kentis Mrah El Baroud
en 1951 qui a réuni un certain nombre de (octobre 1956)
jeunes de la ville venus dénoncer la situation Abbès continua à participer aux batailles, les
unes après les autres, jusqu'à sa mort au
champ d'honneur le 25 juillet 1957.
10
Nostalgie
Par: D.Benhenouf

ZAHRANI
Tous les Batnéens qui ont la cinquantaine et des Mozabites et les restaurants des Djouaje-
plus en ont gardé un souvenir chaleureux et las. Entre les monceaux de taffetas, de velours
toujours vivace. Comme une caresse aimée. et de foulards chami chatoyants, et le fumet
Zahrani ! Personne ne sait d'où a bien pu lui de bouzellouf, ou l'odeur entêtante de la grais-
venir ce prénom moyen-oriental, jamais usité se dagneau grillée des K'baïl el-hadra.
dans la région. C'était une jeune femme noi- Elle aimait aussi à s'accroupir au milieu des
re. Elle devait être issue de cette communau- petits cireurs qui pariaient à pile ou face avec
té noire de Batna, très appréciée, dont des ces petites pièces qu'ils avaient gagnées en
familles féodales du Zab et de l'Aurès avaient brossant les chaussures des clients français de
ramené les ancêtres de Gao, Tombouctou et la brasserie de L'Etoile ou du Glacier.
Zinder, au XVIIe siècle. Un foulard chamarré noué autour de la tête,
Zahrani habitait la mémoire de Batna, avant une mèche de cheveux frisés, teints au henna,
que l'âme de cette ville ne s'envole pour tou- elle restait là, au milieu de ses petits frères
jours, effarouchée par la ruée effrénée des d'infortune, les yeux allumés de plaisir.
nouveaux arrivants qui voulaient enfin goû- Des yeux de biche noirs qui laissaient filtrer
ter aux délices du pain blanc et de la liberté un regard de miel. Un regard doux et cares-
reconquise, mais qui étaient si nombreux et sant, qui ne s'arrêtait sur rien ni sur personne.
tellement impatients. Les souvenirs du vieux Elle murmurait toujours des paroles mysté-
Batna, volatils et fugaces, n'y résisteront pas, rieuses et souriait aux êtres invisibles qui
ils s'effilocheront au gré des vents rageus qui peuplaient ses palais secrets.
éparpillaient leurs décombres. Un jour, elle héla par son prénom un petit
Zahrani était une bienheureuse. Sa raison garçon qui passait près d'elle : «Djamel, Dja-
s'était égarée dans les méandres du quotidien, mel...». Puis elle se leva et partit dans un
et elle vivait dans un monde parallèle, là où tourbilon de guenilles chamarées.
les ombres étaient irisées de lumières scintil- Elle ne le connaissait pas et le petit garçon
lantes, qui faisaient naître les sourires de s'est toujours demandé comment elle savait
l'âme. son prénom. Mais peut-être connaissait-elle
Les Batnéens, petits et grands, aimaient Za- tout le monde, sans rien en laisser paraître.
hrani et la protégeaient. Reine noire du monde des enfants batnéens,
Du plus petit au plus grand, ils s'accommo- elle planait au dessus de leurs rêves, et dispa-
daient de sa présence comme d'une force raissait toujours comme se couche le soleil,
bienveillante. Elle était l'ambassadrice en dans un flamboiement mystérieux.
hardes dansantes, d'un monde miraculeux,
d'un empire de lumière que seul le coeur Lorsque le grand exode s'abattit sur la ville,
pouvait voir. les gens oublièrent l'existence de Zahrani.
Un petit ballot à la main, qu'elle ne défaisait Lorsque la mémoire leur revint, ils la cher-
devant personne, elle venait s'asseoir dans un chèrent dans tous les plis de leur vie passée,
coin de souk el-asser, près du marché cou- et ne la retrouvèrent plus jamais. Alors, eux
vert, à égale distance entre les magasins de aussi partirent.
tissus

11
Reportage
Par: El Yazid Dib

SUR LES TRACES DE NOVEMBRE 1954:


D'ICHMOUL À ARRIS..., LA FRESQUE DES
AURÈS
Le nationalisme en fait n'est pas un simple cours d'éducation civique. Ni la révolu-
tion un simple fait historique.
Les deux sont à la fois une forte sensation. L'une pérenne, l'autre a posteriori.

Un matin d'octobre. Batna se lève sur hauts du Maghreb. Les montagnes vous
un climat ordinaire, tel qu'à l'accoutu- écrasent. Leur prédominance vous as-
mée. Malgré son teint de ville gisant somme.
dans une incommodité urbaine, elle Khallil, l'un des fils de Benboulaïd, sa-
garde cependant les traces d'une cité vait expliquer plus d'une chose. Sans sa
jadis soignée et entretenue. compagnie nous n'aurions pas vu ni su
Pour les besoins d'une chronique, l'ac- autant de ces choses. La pérégrination
tualité circonstancielle l'en recomman- devait commencer par la daïra d'Ich-
de; mais aussi pour un pèlerinage, de- moul. Un haut lieu dont la valeur histo-
vons-nous la quitter la laissant à son rique se confine dans le musée dédié à
tumulte caractérisant toutes les métro- la région et installé à dachrat Ouled
poles du pays. Notre destination Arris. Moussa. L'effort de développement
Un nom mythique tellement enrobé de local dans cette contrée est peu relui-
hauts faits d'armes. Le chemin était sant dans ses termes de réhabilitation de
fort sinueux. Le paysage féerique. Les routes et voies diverses. La désolation
Aurès forment en fait un monde déjà va vous étreindre, si ce n'est la vision
physique qui n'inspire que de l'histoire de menus chantiers oeuvrant au colma-
et la révolution. Pour arriver à Arris, il tage et au comblement d'autres lacunes.
faudrait se doter, non d'un routard ou D'une conception architecturale mesu-
guide touristique, mais juste d'une ca- rée à la dimension du thème, le musée
pacité de pouvoir contenir cette charge est une réalisation à l'apparence frap-
émotionnelle que vous débitent les pante par le cachet hautement culturel
lieux pour vous envoyer en droite li- qui s'y dégage. Le seul matériau local
gne vers un passé plein d'événements utilisé exclusivement donne l'impres-
nationaux. L'altitude que prennent ces sion que l'oeuvre vient de pousser com-
innombrables montagnes aux sommets me une pierre pour en finalité épouser
vertigineux est patente pour signifier naturellement le décor qui l'environne.
votre présence dans un massif des plus Le concepteur de ce bijou, l'on ne doute

12
point, ne pourrait s'agir que de l'archi- et l'élévation d'une stèle commémorati-
tecte Benboulaïd Khallil, notre expert ve se confinent dans la valeur histori-
accompagnateur. Si l'ouvrage est une que de l'habitation jouxtant le musée.
autre nature de la proximité, si le lieu Appartenant à la famille du grand
d'implantation est authentique, la gale- moudjahid Benchaiba, cédée à contenir
rie de l'espace d'exposition appelle l'histoire, cette demeure encore intacte
cependant moult suggestions. Autre- et à l'état d'alors avait servi au fameux
ment dit, la beauté du contenant ne regroupement devant agir sur plusieurs
reflète pas la richesse documentaire opérations la veille du 1er novembre
censée s'y trouver. Que de copies. Pas 54. C'est là, dans cette maison, faite de
de pièces originales, à l'exception de pierres, de troncs d'arbres en guise de
quelques infimes et menus objets, d'en- poutres et de poteaux, de parterre en
tre bandoulières, treillis, ou djellabas. terre battue que Benboulaïd supervisait
La pièce originale d'un support docu- et traçait les objectifs stratégiques du
mentaire, notamment scriptural, de déclenchement de l'insurrection natio-
surcroît de haute valeur historique, ne nale armée. 350 hommes y étaient sta-
devrait, par essence bibliothécaire et tionnés.
sciences documentalistes, avoir son Ces hommes, tous acquis au grand
réceptacle que dans la sécurité et la idéal devenu sacro-saint de vouloir li-
pérennité d'un musée. Ce dernier est le bérer le pays du joug colonial, furent
meilleur espace dépositaire de l'autori- cantonnés dans cette bâtisse, un certain
té incontestable d'un objet, document, temps avant l'assaut final et rédemp-
graphie ou autre. Notre interpellation teur. Pour le visiteur que j'étais, ce fut
reçoit vite l'acquiescement de l'accom- un moment ardent qui, charge senti-
pagnateur. Bonne note est prise, nous a mentale aidant, m'aurait permis entière-
-t-il précisé. Par ailleurs, dans ce lieu, ment l'interversion temporelle à cette
la sensation étouffante de la transposi- scène, où je devais voir des hommes et
tion à l'époque exposée vous monte à des hommes hardis, animés unanime-
la gorge même par ces pâles copies. ment par la vigueur nationaliste, allant
L'on y scrute en silence, dans le silen- et venant entre les couloirs bas et
ce des photocopiées, des visages et des étroits de la demeure, épiant par les
visages, de chouhada, de moudjahidi- lucarnes les abords boisés et touffus,
ne, d'endroits et de témoignages. Tou- illuminés par l'espoir de gagner ce
tes les photos même dupliquées vous qu'ils allaient entreprendre. La hotte
extirpent pour vous mettre au-dedans installée au coin d'une immense pièce
de leurs nuances. Vous y vivez l'évé- reste l'unique indicateur qu'il s'agissait
nement si comme vous y étiez. là d'une cuisine où les femmes aussi
L'importance de ce lieu ainsi que le combatives que les hommes, s'affai-
facteur déterminant ayant recommandé raient à assurer la nourriture nécessaire.
justement l'édification d'un tel espace Même l'odeur culinaire semblait y être !

13
Ma transposition serait embrouillée par Le trajet continue sur la route Ichmoul/
le son explicatif de notre guide. J'au- Arris qui, étriquée par défaut d'entretien
rais voulu dans mon intimité entendre de part et d'autre, suscite la solitude
les murs aphasiques, le mutisme des plombant majestueusement les lieux.
claustras, les mansardes silencieuses et Cette sensation d'isolement vous laisse
les passages étroits et réduits me faire conséquemment libre à la contempla-
leur aveu. Me narrer cette partie de tion de l'environnement, qui eu égard à
début d'épopée. Me raconter la légende sa nature, n'aurait inspiré aux occupants
des Aurès. J'aurais voulu me pérenni- que danger, menace et désarroi, avant
ser davantage dans cette honorable et d'être pour eux un sarcophage, une
auguste tranche de vie. mort et une déroute ; au moment où il
A l'instant où nous nous apprêtions à n'inspirait aux moudjahidine que quié-
quitter les lieux de ce musée, une cara- tude, assurance et fermeté, avant d'en
vane de jeunes étudiantes et lycéennes être une arène de combats héroïques, de
était là, dans le cadre d'une visite pro- stèles de martyrs, de bravoure et de
grammée. L'aubaine est inouïe. Cette guerre épique. La pierre et les buissons
jeunesse eut droit à une explication sur dans cet espace forment un couple idoi-
le père de la révolution par son fils. ne. Ils font une icône exclusive dans ce
Ces jeunes bouillonnaient de ques- monde des grands Aurès.
tions. Ils voulaient tout savoir, d'un Arris aurait été une daïra comme les
seul trait. L'on sentait dans leurs yeux autres, si ce n'était la valeureuse histoi-
l'émerveillement, mais aussi la fierté re révolutionnaire l'ayant honorable-
d'être la progéniture de Mostefa Ben- ment singularisée. Sinon il s'agirait
boulaïd. Ils ne cachaient point cette d'une petite ville aux habitations épar-
douce fierté nationale qui particularise ses et éparpillées à travers les monts et
les enfants de cette région, à l'instar les sommets qui dessinent abruptement
d'ailleurs de tout le peuple algérien. la ville. Les gens commerçants par ex-
Parmi le lot, une jeune fille se distin- cellence vaquaient à leurs occupations.
guait tant par sa frêle silhouette que L'on constate dans leur mine la fierté
par sa visible timidité. L'ayant abordée que leur aurait attribuée l'appartenance
par le pourquoi d'une telle sortie vers à cette contrée. Tout indique qu'un hé-
ce musée ? Elle s'exclama sans frémir ros dont l'effigie, le buste ou le nom
et avec enthousiasme «pour voir s'affiche, s'érige ou se baptise, d'entre
cheykhouna !». De qui s'agit-il ? de- places, rues et carrefours est là, veillant
vrions-nous lui préciser. «Echahid el comme un saint patron sur l'éternité de
batal Benboulaïd». Moi, pantois et en- la ville et de son histoire, avec ses
chanté, je restais figé sur le parvis. monts et ses flancs.
Elle, sourire aux lèvres, alla sereine et Justement c'est sur les hauteurs d'un de
joviale se confondre à la foule atten- ces flancs que se trouve la demeure de
tionnelle entourant le narrateur Khallil. Benboulaïd.

14
Une vraie maison de maître. Il se dit Celle-ci prend son apparence dans la
que celle-ci serait dans un proche ave- sincérité des propos que confirme le
nir édifiée en un musée national du lea- regard serein et puise son authenticité
der de la révolution. Certains diraient dans la justesse du mot et du comporte-
que la ville aurait pu porter le nom de ment que légitiment la mesure, la décen-
celui sans lequel elle n'aurait émargé ce et la simplicité. Chez ces hommes-là,
dans les cahiers de l'histoire. Cela res- le souvenir, croit-on savoir, n'est pas un
semblerait à l'approche didactique que défilé d'images et de séquences ratta-
tant de villes et de villages portent le chées à un passé lointain. Il n'est qu'un
nom de valeureux martyrs. D'autres vécu, toujours omniprésent. Réel et ré-
diront que la dimension de l'homme férentiel. L'illumination que dégagent
dépasse par le symbole celle de la ville. leurs yeux d'héros, encore vigilants, est
En somme, avec ou sans distinction une autre preuve que le nationalisme ou
nominative, l'âme et l'esprit de l'homme la révolution ne sont pas d'aussi simples
d'Arris flânent en perpétuité dans l'air cours d'éducation civique ou d'histoire.
de la contrée, se répandant par ailleurs La réalité en est un fondement perma-
à toute la région pour finir par se diffu- nent. Le repère dans le cœur.
ser à l'ensemble du territoire. Comme Notre visite allait prendre fin dans la
une légende. Un conte. Une réalité. bravoure de ces personnages. Elle s'est
Notre virée prendra fin dans la compa- faite, croyons-nous, entre les pages glo-
gnie fortement multi-éducative de per- rieuses d'une région dont les lettres de
sonnes, encore marquées par les stig- noblesse furent sculptées sur les parois
mates du temps, dans ce temps-là où de ces djebels par ces artisans imprena-
chacun officiait à sa manière mais bles. Le sang, le fer, la mort et la torture
conformément aux commandements de seront par cette détermination de no-
la révolution à la réalisation des mis- vembre éclipsés par l'espoir, la lueur et
sions dévolues. Ils sont peu bavards. Ils l'indépendance de la mère patrie. Ils for-
mesurent lourdement les paroles. Cons- meront avec d'autres la trame de fond de
cients de la haute responsabilité narrati- la belle fresque des Aurès qui s'étendra à
ve et testimoniale quant à la portée partir de novembre 54 sur toute la toile
d'une quelconque déclaration sur l'his- de l'oeuvre nationale algérienne.
toire du mouvement insurrectionnel, Nous laisserons Arris dans sa vie conti-
ces moudjahidine de la première heure nuelle de ville ordinaire, mais loin s'en
estiment parfois, nous semble-t-il, avoir faut que sa mystique puisse nous laisser
compris que l'histoire est le produit sans émoi. Le retour est à l'inverse de
éternel, définitif et inaltérable de tout l'aller. Plein de rêveries et de souvenan-
un ensemble de faits et non d'une posi- ces. Empruntant un autre chemin direct
tion personnelle ou d'un récit indivi- Arris/Batna, nous retrouvons vite la ca-
duel. Nos interlocuteurs sont la modes- pitale des Aurès telle que nous l'avons
tie même. quittée. Bruyante et brailleuse.

15
Dossier du mois
PAR ABDELKRIM SAADI*

MEMOIRES D’UN P/APC


( PREMIÈRE PARTIE )
Ce que je vais dire et écrire concernera a démolition d'un immeuble ou à la radia-
tout le monde sans exception, ce sont là tion d'un employé .
des propos d'un ex- président de l'A P C Les contacts fortuits quotidiens étaient au
de Batna (2002 – 2007) fur et à mesure complétés par des procédés
Je ne suis ni écrivain ni journaliste, mais plus réguliers , tels que les rapports d'acti-
un élu qui va essayer de brosser un tableau vités périodiques ,mieux encore par des
sommaire de ce qu'il a vécu durant sa pé- réunions périodiques ( chaque semaine ) de
riode et son mandat , pour aider(peut être) l'exécutif communal . Des réunions de mise
mes collègues en place ou ceux qui vien- au point des visites communes de chantiers,
dront à l’avenir pour leur dire ce qu'est un des contrôles inopinés , tous ces procédés
élu et ce qui l’attend. se complétant et s'enrichissant avec la ré-
A partir du choix de leur parti, le choix du flexion , l'autocritique et l'expérience .
citoyen et la prise du « flambeau » . Les mots d'ordre étaient à tous les niveaux :
Mais, avant de rentrer dans le vif du sujet, 1-" Confiance et vigilance "
je me dois de souligner que j'étais déjà 2-"faire de son mieux "
élu à l'APC de Batna, dès 19775 (1975 – 3-" veiller à l'honorabilité et l'efficacité de
1980 membre) (1980 -1985 vice président la famille municipale"
de l'APC chargé des affaires culturelles et 4-" servir davantage les moins nantis ".
sportives), (1985 – 1990 vice président Il est des moments dans la vie qui restent
chargé des affaires culturelles et sportives) indélébiles surtout lorsqu'on consacre tous
ses efforts pour garantir le bien être des
Pourquoi cette remarque , c'est pour dire autres.
que la responsabilité est des plus difficile Avec délicatesse et surtout avec profonde
dès qu'on « grimpe » d'un cran,(de mem- perspicacité.
bre -adjoint à président), parce que la der- les souvenirs marquants de l'activité d'un
nière marche est la plus difficile , tout s'ar- président d'APC ,telle que Batna, avec ses
rête et se bloque au niveau du P/APC , 350.000 habitants rendent l'élu à la fois
sauf si ce dernier s ait comment gérer les anxieux et engagé, sage et perturbé, surtout
problèmes ( administratifs – élus- citoyens lorsque les moyens de sa politique en ma-
etc.… ) on peut dire que cela permettra à tière de prise en charge des problèmes sont
la municipalité d’avancer , sinon c'est le réduits .
statu quo. Et cela engendrerait la naissan- Gérer une ville comme Batna, que l'explo-
ce des clan , au niveau même de l'assem- sion démographique et le flux migratoire
blée et le perdant bien entendu c'est la vil- (exode rurale – fuite du terrorisme) ont
le , le citoyen ; puisque tout se « déciderait rendu « insupportable » et « ingérable » a
» au nom du président , allant de la déli- donné à l'élu communal, que j’étais, autant
vrance du moindre document d’état civil à d'angoisses que de joie, à vouloir régler un
l
* :ex P/APC DE BATNA
16
quotidien fait de problèmes, et à vouloir LE P/APC- SES COLLEGUES ET
dépasser les difficultés qui s'accumulaient L’ADMINISTRATION
de jour en jour. Le code communal ayant tracé les grandes
Constructions illicites, le logement, l'A E lignes du partage des responsabilités entre
P (l'assainissement ,les voiries ) l'hygiène , les élus : le président n'est pas seul aux
la santé publique,l'éclairage public ,le commandes !
ramassage des ordures ,le transport – etc. Si pour le personnel communal, le S/G est
… sont autant de soucis permanents qui chargé de le diriger sous la seule autorité du
hantaient la conscience de l'élu . président, la collaboration de tous les mem-
C'est à ce genre de situations que j'ai vou- bres de l'APC est, pour le reste canalisée
lu mettre tout mon poids pour rassembler essentiellement au sein des commissions
méthode et organisation, sérieux et rigueur permanentes et spécialisées ; celles – ci
pour tenter d’ arriver à bout de ces diffi- préparent les décisions de l'assemblée que
cultés dont était empreinte ma mission . l'exécutif communal veille à voir concréti-
Si les étés ont leur lot de problèmes , sur le sées sur le terrain.
plan du maintien de l'hygiène et de la salu- En toute démocratie, c'est bien entendu
brité ( MTH), manque d'A E P etc. … les l'avis de la majorité qui fait force de loi. Ce
hivers par contre donnent des frissons à qui signifie que si le point de vue du prési-
l'élu surtout lorsqu'il y a affaissement de dent qui ne dispose que d'une voix à l'as-
nombreuses habitations précaires et qu'il semblée , ou d'un vice – président n'est pas
faut régler ces aléas sur le champ et de retenu par la majorité , il se doit d'exécuter
surcroît dans les quartiers populeux et l'orientation de cette dernière … et cela
populaires tels ( Zmala – douar diss – parc m'est arrivé plusieurs fois , sans aucun
à fourrage – kechida, etc. … ) qui deman- complexe , fidèle au principe même de la
dent régulièrement et quotidiennement démocratie vis-à-vis des élus dont émane le
l’intervention des autorités communales . président et les vice-présidents , le prési-
Notre satisfaction est immense lorsque au dent n'est pas le " chef " de ses collègues ,
bout de nos efforts , on se rend compte mais leur coordinateur .
qu'on à fait quelque chose d'utile à la po- À un wali qui soutenait le contraire, j'ai du
pulation qui nous a élus. . lui rappeler qu’il était bien le chef de son
Nos respects,à l’ occasion, iront à nos exécutif, mais pas moi !
institutions populaires qui ont garantis le La première séance plénière en octobre
participation des citoyens à la gestion de 2002 ,j'ai bien expliqué à tous les membres
leur cités , j'ajoute toute ma cordialité et ("33") ,toutes tendances confondues, qu’ on
l'expression de mon profond respect à est venu pour " servir" et non " se servir " .
l'œuvre utile de servir autrui , d'être au Alors ni logement, ni lots de terrain n’é-
service de l'intérêt collectif et de la chose taient au menu !
publique . Rappelant ainsi sans cesse notre rôle capi-
Je tiens à remercier surtout tous mes col- tal et unique ,celui de " servir " et la
lègues ,32 membres dont 2 femmes ( 19 confiance placée en nous , je leur préconi-
FLN- 12 islah – 2 RND ) un membre à été sais qu’ à chaque fois « que vous pénétrez à
désigné comme chef de daïra et un autre à la mairie , relevez la tète pour lire l'écriteau
été élu comme sénateur, du soutien qu'ils au dessus de nos têtes " par le peuple et
mont apporté durant toute la période de pour le peuple " »…
mon mandat.

17
" ne commettant donc pas la lâcheté , Cela pour faciliter la tâche à chaque
voir le crime que de vouloir de profi- agent pour mener à bien se mission
ter du " gâteau " que le population - Un site Internet a été crée où tous les
nous a confié et faisons en sorte de le travaux – projets etc. …
lui partager équitablement et en son Sont projetés à travers le territoire na-
absence " , tel est le genre de phrases tional et le monde et plusieurs félicita-
que maintes fois j'ai du répéter autour tions nous sont parvenues de la part de
de moi , accomplissant ainsi un de mes nos émigrés.
devoirs de " père" de la famille APC et - L'informatisation de l'état civil ce qui
de la commune . a facilité beaucoup la tâche aux ci-
Mais ce " père" pour être crédible , toyens et aux fonctionnaires de la mai-
doit donner l'exemple; d’où les efforts rie.
sur moi – même et les appels à Dieu - La réunion bimensuelle des directeurs
pour m'aider à maîtriser tout désir per- que je présidais en collaboration avec le
sonnel , familial ou amical , toute ten- secrétaire général et qui se concluait
tation de tremper à mon profit dans ce par des mesures réalisables , les visites
" gâteau " on plutôt ces " gâ- inopinés aux services tant par leur di-
teaux" dont les citoyens attendent des recteur respectif , que par le secrétaire
parts " coupées" dans un esprit de jus- général , le vice président concerné et
tice . La force d'un responsable de dis- même le président .
tribution réside dans la force à dominer - L'APC est composée de 7 directions
ses tentations. dont 5 sont dirigées par des vice – pré-
L'APC de Batna compte environ 1500 sidents à savoir .
agents , toutes spécialités confondues 1°) direction technique.
Il a fallu tout de même mettre progres- 2°) direction de l’administration.
sivement sur pied des procédés d'infor- 3°) direction des finances.
mation sur l'action de cet important 4°) direction des affaires économiques.
personnel , ainsi que des moyens de 5°) direction des affaires sociales –
suivi et de contrôle : culturelles et sportives.
• Un nouveau organigramme a vu 6°) direction des moyens généraux.
le jour et grâce à lui , plusieurs 7°) direction du parc – roulant.
fonctionnaires ont été promus à
des grades supérieurs (à suivre…)
- un nouveau siège de L'APC a été
inauguré ( Z’mala ) où toutes les com-
modités étaient prévues ( des dizaines
de bureaux – des micro-ordinateurs
‫ﻃﺎﻟﻌﻮا ﺑﺎﺗﻨﺔ أﻧﻔﻮ‬
pour chaque bureau – climatisation etc. ‫ﻋﻠﻰ ﺷﺒﻜﺔ اﻹﻧﺘﺮﻧﺖ‬
…)
WWW.BATNAINFO.COM
WWW.FASAC.ORG

18
‫ﻫﺬﺍ ﺍﻟﺒﻠﺪ ﺍﳉﻤﻴﻞ ‪ ،‬ﺃﺣﺎﻭﻝ ﺃﻥ ﺃﺧﺪﻡ ﺑﻠﺪﻱ ﺑﻜﻞ ﻣﺎ ﺃﻣﻠـﻚ‬ ‫ﻓﻲ ﺛﻤﺎﻧﻴﻨﻴﺎت اﻟﻘﺮن اﻟﻤـﺎﺿـﻲ ‪ ،‬أﺳـﺴـﺖ‬
‫ﻣﻦ ﻗﻮﺓ ‪ ،‬ﻭﺗﻌﺪﺩ ﻣﻮﺍﻫﱯ ﻟﻴﺲ ﺍﺧﺘﻴﺎﺭﻱ ‪ ،‬ﻫـﻜـﺬﺍ ﻭﻟـﺪﺕ‬ ‫ﻓﺮﻗﺔ " ﺛﺎزﻳﺮي " ﻟﻠﻐﻨﺎء اﻟﺸـﺎوي ‪ ،‬ﺣـﺪﺛـﻨـﺎ‬
‫ﻋﻦ ﻫﺬه اﻟﻤﻐﺎﻣﺮة اﻟـﺠـﺮﻳـﺌـﺔ ‪ ،‬ﻓـﻲ زﻣـﻦ‬
‫ﻭﺭﲟﺎ ﻫﺬﺍ ﻣﺎ ﺳﺎﻋﺪﱐ ﺃﻛﺜـﺮ ﰲ ﺇﻳﺼـﺎﻝ ﺃﻓـﻜـﺎﺭﻱ ﺇﱃ‬
‫اﻟﺤﺰب ‪ /‬اﻟﻔﻜﺮ اﻟﻮاﺣﺪ ؟‬
‫ﺍﻟﻨﺎﺱ ‪ ،‬ﻭ ﻣﺎ ﻻ ﻳﻌﺠﺒﲏ ﻫﻮ ﺃﻥ ﺍﻟﻜﺜﲑ ﻣﻦ ﺍﳌﻨﺘﺴﺒﲔ ﺇﱃ‬
‫ﺗﺄﺳﻴﺲ ﻓﺮﻗﺔ" ﺛﺎﺯﻳﺮﻱ" ‪ ،‬ﻛﺎﻥ ﰲ ﺫﻟﻚ ﺍﻟﻮﻗﺖ ﻣـﻐـﺎﻣـﺮﺓ‬
‫ﻋﺎﱂ ﺍﻟﻔﻦ ﻻ ﳝﻠﻜﻮﻥ ﺛﻘﺎﻓﺔ ﻭﻻ ﻳﻌﺮﻓﻮﻥ ﺣﱴ ﻣﺎ ﻳﻘﻮﻟﻮﻥ‬
‫ﻓﻌﻼ ‪ ،‬ﻓﺒﺎﺗﻨﺔ ﻛﻐﲑﻫﺎ ﻣﻦ ﺍﳌﺪﻥ ﺍﳉﺰﺍﺋﺮﻳﺔ ‪ ،‬ﻛﺎﻧﺖ ﺗﻌﺎﱐ‬
‫‪ ،‬ﳑﺎ ﺟﻌﻞ ﺃﻏﻠﺐ ﺍﻟﻨﺎﺱ ﻳﻈﻨ‪‬ﻮﻥ ﺃﻥ ﺍﻟﻔـﻨـﺎﻥ ﺍﳉـﺰﺍﺋـﺮﻱ‬
‫ﻣﻦ ﺭﻛﻮﺩ ﺛﻘﺎﰲ ‪ ،‬ﻓﻼ ﻭﺟﻮﺩ ﺣﻴﻨﻬﺎ ﺧﺎﺭﺝ ﺍﻹﻃﺎﺭ ﺍﻟﺮﲰﻲ‬
‫ﻲ ﻭﻣﺴﺘﻮﺍﻩ ﺍﻟﺜﻘﺎﰲ ﻣﺘﺪﱐ ‪ ،‬ﺭﲟﺎ ﻫﺬﺍ ﺻﺤﻴـﺢ ﺇﺫﺍ ﻣـﺎ‬
‫ﺃﻣ ‪‬‬
‫ﻟﺸﻲﺀ ﺍﲰﻪ ﺍﻟﺜﻘﺎﻓﺔ ‪ ،‬ﻭﻟـﻜـﻦ ‪ ،‬ﻭﻣـﻊ ﻇـﻬـﻮﺭ ﺍﻟـﺘـﻴـﺎﺭ‬
‫ﺣﻜﻤﻨﺎ ﻋﻠﻰ ﺃﻭﻻﺋﻚ ﺍﻷﻭﺑﺎﺵ ﺍﳌﻨﺪﺳﲔ ﰲ ﻋـﺎﱂ ﺍﻟـﻔـﻦ‬
‫ﺍﻷﻣﺎﺯﻳﻐﻲ ﲟﻄﺎﻟﺒﻪ ﺍﳌﻌﺮﻭﻓﺔ ‪ ،‬ﺑﺪﺃﺕ ﺍﻟﻔﻜﺮﺓ ﺗﺘﺠﺴﺪ ﻭﻗﺪ‬
‫ﻭﺍﻟﺜﻘﺎﻓﺔ ﻋﻨﺪﻧﺎ ‪ ،‬ﻓﺎﳉﺰﺍﺋﺮ ﺃﻋﻄﺖ ﻟﻠﻌﺎﱂ ﻓﻨﺎﻧﲔ ﻛﺒـﺎﺭ ‪،‬‬
‫ﺣﻈﻴﺖ ﲟﺴﺎﻋﺪﺓ ﺍﳌﺜﻘﻔﲔ ﻛﺜﲑﺍ ‪ ،‬ﺃﺫﻛﺮ ﻣﻨﻬﻢ ‪ :‬ﺍﳌـﺮﺣـﻮﻡ‬
‫ﺃﻣﺜﺎﻝ ‪ :‬ﺍﻟﺴﻴﺪ ﺍﻗﺮﺑﻮﺷﻦ ‪ ،‬ﺍﻳﺪﻳﺮ ‪ ،‬ﺑﻮﺟـﻨـﻴـﺔ ﻣـﺮﺯﺍﻕ ‪،‬‬
‫ﺍﻟﻔﻨﺎﻥ ﺍﻟﺘﺸﻜﻴﻠﻲ ﻣﺮﺯﻭﻗﻲ ﺍﻟﺸﺮﻳﻒ ‪ ،‬ﺍﳌﺮﺣﻮﻣﺔ ﺍﻟﺒﺎﺣﺜـﺔ‬
‫ﺍﻟﻔﻨﺎﻥ ﻣﻴﺴﻮﻡ ﻭﻏﲑﻫﻢ ‪ ..‬ﻭﺷﻌﺮﺍﺀ ﻣﺜﻞ ﻣﻔﺪﻱ ﺯﻛـﺮﻳـﺎ ﻭ‬
‫ﰲ ﻋﻠﻢ ﺍﻻﺟﺘﻤﺎﻉ ﻧﺰﻳﻬﺔ ﲪﻮﺩﺓ ) ﺍﺑﻨﺔ ﺍﻟﺸـﻬـﻴـﺪ ﺳـﻲ‬
‫ﻏﲑﻫﻢ ﻣﻦ ﺍﳌﻔﻜﺮﻳﻦ ﻭﺍﻟﻌﻠﻤﺎﺀ‪.‬‬
‫ﺍﳊﻮﺍﺱ( ‪ ،‬ﺍﳌﺆﺭﺥ ﺍﻟﺪﻛﺘﻮﺭ ﺣﺪﺍﺩ ﻭﻏﲑﻫﻢ ‪ ..‬ﻓﺎﻟﺘﺠـﺮﺑـﺔ‬
‫ﺇﺫﺍ ‪ ،‬ﻣﺎ ﺗﻌﺎﻧﻴﻪ ﺍﻟﺴﺎﺣﺔ ﺍﻟﺜﻘﺎﻓﻴﺔ ﻭﺍﻟﻔﻨﻴﺔ ﺍﻟﻴـﻮﻡ ‪ ،‬ﻫـﻮ‬
‫ﻛﺎﻧﺖ ﻣﻐﺎﻣﺮﺓ ﺣﻘﻴﻘﻴﺔ ‪ ،‬ﻭﺗﻌﺮﺿﺖ ﳌﻀﺎﻳـﻘـﺎﺕ ﻛـﺜـﲑﺓ ‪،‬‬
‫ﻧﺘﻴﺠﺔ ﻏﻴﺎﺏ ﻣﺸﺮﻭﻉ ﳎﺘﻤﻊ ‪ ،‬ﻭﻋﻠﻰ ﳔﺒﻨﺎ ﺃﻥ ﺗـﺒـﺪﺃ ﰲ‬
‫ﺣﱴ ﻋﻠﻰ ﻣﺴﺘﻮﻯ ﻭﻇﻴﻔﱵ ‪ ،‬ﻭﻟﻜﻨﲏ ﲤﻜﻨـﺖ ﻣـﻦ ﻛﺴـﺮ‬
‫ﺧﻮﺽ ﻣﺮﺣﻠﺔ ﺍﻟﺘﻐﻴﲑ ﻭﻣﻘﺎﻭﻣﺔ ﻫﺬﻩ ﺍﻷﺷﻜﺎﻝ ﺍﻟﺴﻠﻴـﺒـﺔ‬
‫ﺟﺪﺍﺭ ﺍﻟﻌﺰﻟﺔ ﻭﻗﺪﻣﺖ ﺛﻼﺛﺔ ﺃﺷﺮﻃﺔ ‪ ،‬ﻭﱂ ﻳﺄﺕ ﺍﻟﻄﻮﻓﺎﻥ‬
‫ﺍﳌﺘﻔﺸﻴﺔ ﰲ ﺍﻟﻮﺳﻂ ﺍﻟﻔﲏ ﻭﺍﻟﺜﻘﺎﰲ ‪ ،‬ﻭﻫـﺬﺍ ﻻ ﳝـﻜـﻦ‬
‫ﻭﻻ ﺍﻧﻘﺴﻤﺖ ﺍﳉﺰﺍﺋﺮ ﺇﱃ ﻏﻴﺘﻮﻫﺎﺕ ﻋﻨﺼﺮﻳﺔ ‪ ،‬ﺑﻞ ﺃﺣﺐ‬
‫ﺣﺪﻭﺛﻪ ﺑﺪﻭﻥ ﻭﺟﻮﺩ ﺍﻹﻋﻼﻡ ‪ ،‬ﻭﺃﻗﺼﺪ ﺑﺎﻹﻋﻼﻡ ‪ ،‬ﺫﻟـﻚ‬
‫ﺍﻟﻨﺎﺱ ﺃﻏﺎﻧﻴﻨﺎ ﻭﺭﺩﺩﻭﻫﺎ ‪ ،‬ﻻ ﻟﺸﻲﺀ ‪ ،‬ﺇﻻ ﻷ‪‬ﺎ ﻛﺎﻧﺖ ﻣﻨﻬﻢ‬
‫ﺍﻹﻋﻼﻡ ﺍﻟﻮﺍﻋﻲ ﺍﻟﺒﻌﻴﺪ ﻋﻦ ﻣﻨﻄﻖ ﺍﶈﺎﺑﺎﺓ ﻭﺍﻟﺼﺤﺒـﻮﻳـﺔ‬
‫‪ ،‬ﻓﻬﻲ ﺗﻌﻜﺲ ﺣﻴﺎ‪‬ﻢ ‪ ،‬ﺃﺣﻼﻣﻬﻢ ﻭﻃﻤﻮﺣﺎ‪‬ﻢ ‪ ..‬ﻛﻤﺎ ﺃ‪‬ﺎ‬
‫ﺃﻭ ﺍﻻﻧﺘﻘﺎﺋﻴﺔ ‪ ،‬ﻓﺎﻹﻋﻼﻡ ﻭﺣﺪﻩ ﺍﻟﻘﺎﺩﺭ ﻋﻠﻰ ﺗﻐﻴﲑ ﺍﻟﻮﺿﻊ‬
‫ﻣﻦ ﺗﺮﺍﺛﻬﻢ‪ ،‬ﻓﺎﻟﺸﻌﺐ ﺍﳉﺰﺍﺋﺮﻱ ﻋﺎﺵ ﻟﻘﺮﻭﻥ ﺑﺘﻌﺪﺩﻳـﺘـﻪ‬
‫‪ ،‬ﻷﻥ ﺍﻹﺑﺪﺍﻉ ﻻ ﻳﺼﻞ ﺇﱃ ﺍﻟﻨﺎﺱ ﺩﻭﻥ ﻣﺴﺎﳘﺔ ﻭﺳـﺎﺋـﻞ‬
‫ﺍﻟﺜﻘﺎﻓﻴﺔ ﻭﺍﻟﻠﻐﻮﻳﺔ‪ ،‬ﻭﱂ ﻳﺴﺠﻞ ﺍﻟﺘﺎﺭﻳﺦ ﺣـﺎﺩﺙ ﻳـﺬﻛـﺮ‪.‬‬
‫ﺍﻹﻋﻼﻡ ‪.‬‬
‫ﺍﳌﺘﺄﺛﺮﻭﻥ ﺑﺎﻟﻔﻜﺮ ﺍﻟﻌﺮﻭﰊ ﺍﻟـﺒـﻌـﺜـﻲ ﻭﺣـﺪﻫـﻢ ﻛـﺎﻧـﻮﺍ‬
‫س ‪ :10‬ﻗـﺪّﻣــﺖ اﻟــﻜــﺜــﻴــﺮ ﻟــﻠــﺜــﻘــﺎﻓــﺔ‪ ،‬ﻓــﻲ‬
‫ﳛﺎﺭﺑﻮﻧﻨﺎ ‪ ،‬ﻭﻛﺄ‪‬ﻢ ﺃﺭﺍﺩﻭﺍ ﺍﻗﺘﻼﻉ ﻫﺬﺍ ﺍﻟﺸﻌﺐ ﻣﻦ ﺟﺬﻭﺭﻩ‬
‫اﻟﻤﻘـﺎﺑـﻞ ﻣـﺎ اﻟـﺬي ﻗـﺪﻣـﺘـﻪ ﻟـﻚ ﺟـﻼﻟـﺔ‬
‫اﻟﺜﻘﺎﻓﺔ ؟‬ ‫ﻭﺛﻘﺎﻓﺘﻪ ﻭﱂ ﻳﺘﻤﻜﻨﻮﺍ ﻣﻦ ﺫﻟـﻚ ‪ .‬ﺇﺫﺍ ﻓـﻔـﻜـﺮﺓ ﺇﻧﺸـﺎﺀ‬
‫ﻭﺍﷲ ﻳﺎ ﺻﺪﻳﻘﻲ ‪ ،‬ﺃﻧﺎ ﻻ ﺃﻓﻜﺮ ﲟﻨﻄﻖ ﺍﻟﺮﺑﺢ ﻭﺍﳋﺴﺎﺭﺓ ‪،‬‬ ‫ﺍﻟﻔﺮﻗﺔ ﻛﺎﻧﺖ ﻣﺒﺎﺩﺭﺓ ‪‬ﻤﻮﻋﺔ ﻣﻦ ﺍﻟﻨﺨﺒﺔ ﺍﻟﻮﺍﻋﻴﺔ ﻭﱂ‬
‫ﺍﺧﺬ ﻭﻋﻄﺎﺀ ‪ ،‬ﻓﺎﳌﺒﺪﻉ ﻟﻴﺲ ﻣﻠﻚ ﻟﻨﻔﺴﻪ ﻭﻟﻴﺲ ﰲ ﻣﻘﺪﻭﺭﻩ‬ ‫ﺗﻜﻦ ﻟﻐﺮﺽ ﺳﻴﺎﺳﻲ ﺃﻭ ﺇﻳﺪﻳﻮﻟﻮﺟﻲ‪.‬‬
‫ﺃﻥ ﻳﻔﺮﺽ ﻣﺎ ﻳﺮﻳﺪ ‪ ،‬ﺑﻞ ﻫﻮ ﳛﺎﻭﻝ ﻛـﺈﻧﺴـﺎﻥ ﻭﺍﻋـﻲ ﺃﻥ‬ ‫ﻓﻲ زﻣﻦ اﻟﺘﺨﺼﺺ واﻟﻤﻴﻜﺮو ﺗـﺨـﺼـﺺ ‪،‬‬
‫ﻧﺠﺪ اﻟﻔﻨﺎن ﺳﻠﻴﻢ ﺳـﻮﻫـﺎﻟـﻲ ﻳـﻨـﺰع إﻟـﻰ‬
‫ﻳﻐ ‪‬ﻴّﺮ ﺍﻷﺷﻴﺎﺀ ﻭﻳﻐﺬﻱ ﳎﺘﻤﻌﻪ ﻭﺃﻣﺘﻪ ﺑﺄﻓﻜـﺎﺭ ﻭﺗﺼـﻮﺭﺍﺕ‬
‫اﻟﻤﻮﺳﻮﻋﺎﺗﻴﺔ ‪ ،‬ﻛﻴﻒ ﺗﻮﻓّﻖ ﺑﻴﻦ ﻣﺨـﺘـﻠـﻒ‬
‫ﺟﺪﻳﺪﺓ ‪ ،‬ﺗﺴﺎﻫﻢ ﰲ ﺗﻄﻮﻳﺮﻩ ﻭﺍﺯﺩﻫﺎﺭﻩ ‪ ،‬ﻟـﺬﺍ ﻓـﻬـﻮ ﻻ‬
‫اﻟﻔﻨﻮن ؟‬
‫ﻳﻨﺘﻈﺮ ﺍﳌﻘﺎﺑﻞ ‪ ،‬ﻫﺬﺍ ﺑﺎﻟﻨﺴﺒﺔ ﻟﻠﻤﺜﻘﻒ ﺍﳊﻘﻴﻘﻲ ﻭﺍﻟﻮﺍﻋﻲ‬ ‫ﺃﻧﺎ ﺇﻧﺴﺎﻥ ﺃﺣﺐ ﺍﻟﺘﻮﺍﺿﻊ ‪ ،‬ﻷﻧﲏ ﻣﺆﻣﻦ ﺑـﺄﻥ ﺍﻟـﺘـﻮﺍﺿـﻊ‬
‫ﲟﻬﺎﻣﻪ ‪ ،‬ﺃﻣﺎ ﺍﳌﺮﺗﺰﻗﺔ ﻭﻏﻠﻤﺎﻥ ﺍﻟﺒﻼﻁ ﻓﻤﻬﻤﺘﻬﻢ ﻭﺍﺿﺤﺔ‬ ‫ﺍﳌﻴﺰﺓ ﺍﻟﱵ ﳚﺐ ﺃﻥ ﻳﺘﺤﻠﻰ ‪‬ﺎ ﺍﳌﺒﺪﻉ ‪ ،‬ﻓﺎﻟﺘﻮﺍﺿﻊ ﻗـﻤـﺔ‬
‫‪ ،‬ﻭﻗﺪ ﺻﺪﻕ" ﻓﺮﻳﺪﺭﻳﻚ ﻧﻴﺘﺸﻪ" ‪ ،‬ﺣﲔ ﻗﺎﻝ "ﻣـﻦ ﺧـﻠـﻖ‬ ‫ﺍﻷﺧﻼﻕ ‪ ،‬ﻟﺬﺍ ﻓﺎﻧﺎ ﻟﺴﺖ ﲟﻮﺳﻮﻋﺔ ‪ ،‬ﺑﻞ ﻭﺍﺣﺪ ﻣﻦ ﺃﺑﻨﺎﺀ‬
‫ﻟﻴﺰﺣﻒ ﻟﻦ ﻳﻄﲑ"‪.‬‬

‫‪18‬‬
‫ﺍﳌﻬﺮﺟﺎﻧﺎﺕ ﰲ ﺍﻟﺒﻠﺪﺍﻥ ﺍﳌﺘﻘﺪﻣﺔ ‪ ،‬ﻇـﺎﻫـﺮﺓ ﺻـﺤـﻴـﺔ‬ ‫اﻟﺘﻮاﻟﻲ‪ ،‬ﻓﻴﻤﺎ ﺗﻜﻤﻦ أﻫﻤﻴﺔ اﻟﻤـﻮﺳـﻴـﻘـﻰ‬
‫ﻭﻓﻀﺎﺀ ﺛﻘﺎﰲ ﻳﺴﺘﻐﻞ ﻟﻌﺪﺓ ﺃﻫﺪﺍﻑ ‪ ،‬ﻛﺎﻟﺘﺮﻭﻳﺞ ﻟﻠﻤﻨﺘﻮﺝ‬ ‫ﺑﺎﻟﻨﺴﺒﺔ ﻟﻠﻤﺴﺮﺣﻴﺔ ؟‬
‫ﺍﳌﺴﺮﺡ ﺃﻭ ﺍﻟﻌﺮﺽ ﻛﻜﻞ ‪ ،‬ﻳﻌﺘﻤﺪ ﰲ ﳎﻤﻠﻪ ﻋﻠﻰ ﺛﻼﺛﺔ‬
‫ﺍﻟﺴﻴﺎﺣﻲ ﻭﺍﻟﺪﻋﺎﻳﺔ ﻟﻪ ‪ ،‬ﳉﻠﺐ ﺍﻟﺴﻴﺎﺡ ﻭ ﻛﺬﻟﻚ ﺧـﻠـﻖ‬
‫ﻋﻨﺎﺻﺮ ‪ ،‬ﻭﻫﻲ ‪ :‬ﺍﳌﻤﺜﻞ ﻭﺍﻟﻔﻀﺎﺀ ﺃﻱ ﺍﻟﺴﻴﻨﻮﻏﺮﺍﻓـﻴـﺎ ‪،‬‬
‫ﻓﻀﺎﺀ ﻟﻠﺘﻨﺎﻓﺲ ﻭﺗﺒﺎﺩﻝ ﺍﳋﱪﺍﺕ ﺑﲔ ﺍﳌﺒﺪﻋـﲔ ﻭﻏـﲑ‬
‫ﲟﺎ ﻳﺸﻤﻠﻪ ﻣﻦ ﻣﺆ‪‬ﺛﺮﺍﺕ ﺑﺼﺮﻳﺔ ﻛﺎﻟﺪﻳﻜﻮﺭ ﻭﺍﻹﺿﺎﺀﺓ ‪،‬‬
‫ﺫﻟﻚ ﻣﻦ ﺍﻷﻫﺪﺍﻑ‪ ..‬ﺃﻣﺎ ﰲ ﺑﻠﺪﻧﺎ ‪ ،‬ﻓﺄﻏﻠﺐ ﺍﳌﻬﺮﺟـﺎﻧـﺎﺕ‬
‫ﰒ ﺍﻟﻌﻨﺼﺮ ﺍﻟﺜﺎﻟﺚ ﻭﻫـﻮ ﺍﳌـﺆﺛـﺮ ﺍﻟﺼـﻮﰐ ‪ ،‬ﻭﺃﻋـﲏ‬
‫ﺗﻮﻟﺪ ﻛﻔﻜﺮﺓ ﺭﺍﺋﻌﺔ ﻭﺗﻨﺘﻬﻲ ﺑـﲔ ﺃﻳـﺪﻱ ﳎـﻤـﻮﻋـﺎﺕ‬
‫ﺍﳌﻮﺳﻴﻘﻰ ﻭﻛﻞ ﻣﺎ ﻳﺴﺘﻌﻤﻞ ﻣﻦ ﺃﺻﻮﺍﺕ ﰲ ﻫﺬﺍ ﺍ‪‬ﺎﻝ ‪،‬‬
‫ﺑﲑﻭﻗﺮﺍﻃﻴﺔ ﻻ ﺗﻌﻲ ﻣﺎ ﺗﻔﻌﻞ ‪ ،‬ﻭ ﺍﻟﺴﺒﺐ ﻳﻌﻮﺩ ﺩﺍﺋـﻤـﺎ‬
‫ﻓﺎﳌﻮﺳﻴﻘﻰ ﺍﻟﺘﺼﻮﻳﺮﻳﺔ ﻣﻦ ﺃﻫﻢ ﻋﻨﺎﺻﺮ ﺍﻟﻌـﺮﺽ ‪ ،‬ﺇﺫ‬
‫ﺇﱃ ﺗﻐﻴﻴﺐ ﺃﻫﻞ ﺍﻟﺜﻘﺎﻓﺔ ﻭﺍﻟﻔﻜـﺮ ﻋـﻦ ﺗﺴـﻴـﲑ ﻫـﺬﻩ‬
‫ﺗﺴﺎﻋﺪﻧﺎ ﻋﻠﻰ ﺗﺮﲨﺔ ﺍﻟﻜﺜﲑ ﻣﻦ ﺍﳊﺎﻻﺕ ﺍﻟﻨـﻔـﺴـﻴـﺔ‬
‫ﺍﻟﺘﻈﺎﻫﺮﺍﺕ ‪ ،‬ﳑﺎ ﻳﺆﺩﻱ ﺇﱃ ﻓﺸﻠﻬﺎ ‪ ،‬ﻓﺈﻥ ﺃﻧﺖ ﺃﻣـﻌـﻨـﺖ‬
‫ﻭﺍﻷﺟﻮﺍﺀ ﺩﺍﺧﻞ ﺍﻟﻌﺮﺽ‪ .‬ﻓﺄﻧﺎ ﻣﺪﻳﻦ ﻟﻠﻤﺴﺮﺡ ﺑﺎﻟﻜـﺜـﲑ‬
‫ﺍﻟﻨﻈﺮ‪ ،‬ﻓﺴﺘﺠﺪ ﺃﻥ ﺃﻏﻠﺐ ﺃﻭ ﻣـﻌـﻈـﻢ ﺍﻟـﺘـﻈـﺎﻫـﺮﺍﺕ‬
‫ﻣﻦ ﺍﳌﻠﻜﺎﺕ ﻭﺍﳌﻮﺍﻫﺐ ﺍﻟﱵ ﺍﻣﺘﻠﻜﺘﻬﺎ‪ ،‬ﻓﻔﻦ ﺍﳌﺴﺮﺡ ﺣـﻘـﺎ‪،‬‬
‫ﺍﻧﻜﻤﺸﺖ ﺃﻭ ﺯﺍﻟﺖ ﻭﱂ ﺗﺘﻌﺪﻯ ﺛﻼﺙ ﻃﺒﻌﺎﺕ ‪ ،‬ﺃﻣـﺎ ﻣـﺎ‬
‫ﻓﻦ ﺷﺎﻣﻞ ﻭﻣﺘﻜﺎﻣﻞ‪.‬‬
‫ﺗﺒﻘﻰ ﻓﻴﺪﺧﻞ ﰲ ﺇﻃﺎﺭ ﺍﻟﺜﻘﺎﻓﺔ ﺍﳌﻨﺎﺳﺒـﺎﺗـﻴـﺔ ‪ ،‬ﻓـﻤـﺎ‬
‫ﻫﻞ أﻟّﻔﺖ ﻣﻮﺳﻴﻘﻰ ﺧﺎرج ﻣﺠﺎل اﻟﻤﺴﺮح؟‬
‫ﻗﻴﻤﺔ ﻣﻬﺮﺟﺎﻥ ﺗﻴﻤﻘﺎﺩ ﻭﲨﻴـﻠـﺔ ﻭ ﻭ ﻭ ﻭ‪...‬ﺇﺫﺍ ﱂ‬
‫ﺑﺪﺍﻳﱵ ﻣﻊ ﺍﳌﻮﺳﻴﻘﻰ ‪ ،‬ﺗﻌﻮﺩ ﺇﱃ ﺳﻨﻮﺍﺕ ﻃـﻔـﻮﻟـﱵ ‪،‬‬
‫ﻧﺴﺘﻘﺪﻡ ﺃﻓﻮﺍﺝ ﺍﻟﺴﻴﺎﺡ ﻭﻧﻌﺮ‪‬ﻑ ﺍﻟﻌﺎﱂ ﲟﺎ ﳕـﻠـﻜـﻪ ﻣـﻦ‬
‫ﻟﻜﻦ ﺍﻻﻧﻄﻼﻗﺔ ﺍﳊﻘﻴﻘﻴﺔ ﻭﺍﻟﻮﺍﻋﻴـﺔ ﻛـﺎﻧـﺖ ‪‬ـﺎﻳـﺔ‬
‫ﻛﻨﻮﺯ ﻭﻣﻌﺎﱂ ﺣﻀﺎﺭﻳﺔ ‪ ،‬ﻭﻳﺴـﺎﻫـﻢ ﺫﻟـﻚ ﰲ ﲢﺴـﲔ‬
‫ﺍﻟﺴﺒﻌﻴﻨﻴﺎﺕ ‪ /‬ﺑﺪﺍﻳﺔ ﺍﻟﺜﻤﺎﻧﻴﻨﻴﺎﺕ ‪ ،‬ﺣﻴﺚ ﺃﻧﺘﺠﺖ ﻋـﺪﺓ‬
‫ﺍﻟﺪﺧﻞ ﺍﻟﻘﻮﻣﻲ ؟ ﺇﺫﺍ ﻓﺎﳌﺸﻜﻠـﺔ ﲢـﺘـﺎﺝ ﺇﱃ ﺩﺭﺍﺳـﺔ‬
‫ﺃﺷﺮﻃﺔ ﻏﻨﺎﺋﻴﺔ ﻭﻣﻮﺳﻴﻘﻴﺔ ‪ ،‬ﻭﻣﻊ ﻣﻄﻠﻊ ﺍﻟﺘﺴﻌﻴـﻨـﻴـﺎﺕ‬
‫ﻣﻌﻤﻘﺔ ﻭﺗﻐﻴﲑﺍ ﻟﻠﺬﻫﻨﻴﺎﺕ‪.‬‬
‫ﻗﺮﺭﺕ ﺍﻟﺘﺨﻠﻲ ﻋﻦ ﺍﻟﻐﻨﺎﺀ ‪ ،‬ﻷﻥ ﺍﻟﺴﺎﺣﺔ ﺃﺻﺒﺤﺖ ﺗﻌـ ‪‬ﺞ‬
‫ﺳﻠﻴﻢ ﺳﻮﻫﺎﻟﻲ ‪ ،‬رﺳﺎم ﻛﺎرﻳـﻜـﺎﺗـﻮر ‪ ،‬ﻣـﺎ‬
‫ﻫﻲ ﻗﺮاءﺗﻚ ﻟﻮاﻗﻊ اﻟﺮﺳﻢ اﻟﻜﺎرﻳﻜﺎﺗـﻮري‬ ‫ﺑﺄﺷﻜﺎﻝ ﻏﲑ ﻣﺸﺮ‪‬ﻓﺔ ‪ ،‬ﻭﺍﲡﻬﺖ ﺇﱃ ﺍﻟﺘﺄﻟﻴﻒ ﺍﳌﻮﺳﻴﻘـﻰ‬
‫ﻓﻲ اﻟﺠﺰاﺋﺮ ‪ ،‬ﺧﺎﺻﺔ ﺑﻌﺪ ﻣﺮور ﻋﺸـﺮﻳـﺘـﻴـﻦ‬ ‫‪ ،‬ﺃﻱ ﲟﻌﲎ ﺃﻭﺿﺢ ﺍﳌﻮﺳﻴﻘـﻰ ﺍﻟـﺘـﺼـﻮﻳـﺮﻳـﺔ ‪ ،‬ﻭﻗـﺪ‬
‫ﻣــﻦ اﻻﻧــﻔــﺘــﺎح اﻟﺴــﻴــﺎﺳــﻲ ‪ ،‬اﻹﻋــﻼﻣــﻲ‬ ‫ﺳﺎﳘﺖ ﰲ ﻋﺪﺓ ﺃﻋﻤﺎﻝ ﺗﻠﻴﻔﺰﻳﻮﻧﻴﺔ ‪ ،‬ﻣﺜﻞ ﻣﺴـﻠـﺴـﻞ "‬
‫واﻟﺜﻘﺎﻓﻲ ؟‬ ‫ﺃﺷﻮﺍﻙ ﺍﳌﺪﻳﻨﺔ " ﺭﻓﻘﺔ ﺣﻜﻴﻢ ﺩﻛـﺎﺭ ﻭﺍﳌـﺨـﺮﺝ ﻋـﻠـﻰ‬
‫ﺍﻟﻜﺎﺭﻳﻜﺎﺗﲑ‪ ،‬ﻓﻦ ﺭﺍﻕ ﻭﻭﺳﻴﻠﺔ ﻓﻌﺎﻟـﺔ ﻹﻳﺼـﺎﻝ ﺃﻓـﻜـﺎﺭ‬
‫ﻋﻴﺴﺎﻭﻱ ‪ ،‬ﻛﺬﻟﻚ ﻣﺴﻠﺴﻞ" ﻣﻐﺎﻣﺮﺍﺕ ﻧﻌﻤﺎﻥ " ﻟﺼﺎﺣـﺒـﻪ‬
‫ﺍﻟﻔﻨﺎﻥ ﺇﱃ ﻋﺎﻣﺔ ﺍﻟﻨﺎﺱ‪ ،‬ﻛﻮﻧﻪ ﻟﻐﺔ ﺗﻮﺍﺻﻞ ﺳﻬﻠﺔ‪ ،‬ﻭﰲ‬
‫ﺍﳌﺨﺮﺝ ﺍﻟﺸﺎﺏ ﻣﺼﻄﻔﻰ ﺣـﺠـﺎﺝ ‪ ،‬ﻭﻫـﻮ ﻣـﻦ ﺇﻧـﺘـﺎﺝ‬
‫ﺑﻠﺪﻧﺎ ﻇﻬﺮ ﺍﻟﻌﺪﻳﺪ ﻣﻦ ﺍﻟﻌﻤﺎﻟﻘﺔ ﺍﻟﺬﻳﻦ ﺃﺑﺪﻋﻮﺍ ﰲ ﻫﺬﺍ‬
‫ﻣﺆﺳﺴﺔ ﺍﻟﺘﻠﻴﻔﺰﻳﻮﻥ ‪ ،‬ﻭﻗﺪ ﰎ ﺗﺼﻮﻳﺮﻩ ﺑﻌﲔ ﺯﻋﻄـﻮﻁ‬
‫ﺍﻟﻔﻦ‪ ،‬ﺃﻣﺜﺎﻝ‪ :‬ﺳﻠﻴﻢ‪ ،‬ﺃﻳﻮﺏ‪ ،‬ﻫﺎﺭﻭﻥ ﻭﻏـﲑﻫـﻢ ﻛـﺜـﲑ‪..‬‬
‫)ﺑﺴﻜﺮﺓ( ‪.‬‬
‫ﻓﻔﻴﺴﻨﻮﺍﺕ ﺍﳊﺰﺏ ﺍﻟﻮﺍﺣﺪ‪ ،‬ﻛﺎﻥ ﻫﺬﺍ ﺍﻟـﻔـﻦ ﲟـﺜـﺎﺑـﺔ‬ ‫ﻓــﻲ اﻟﺴــﻨــﻮات اﻷﺧــﻴــﺮة ‪ ،‬ﻇــﻬــﺮت ﻋــﺪة‬
‫ﻓﻀﺎﺀ ﲣﻨﺪﻕ ﻓﻴﻪ ﺍﻟﻔﻨﺎﻥ ﻭﺍﺳﺘﻌﻤﻠﻪ ﻛﻮﺳﻴﻠﺔ ﳌﻘـﺎﻭﻣـﺔ‬ ‫ﺗﻈﺎﻫﺮات ﻣﺴﺮﺣﻴﺔ ‪ ،‬ﻣـﻨـﻬـﺎ ‪ :‬ﻣـﻬـﺮﺟـﺎن‬
‫ﺳﻠﺒﻴﺎﺕ ﺍﻟـﻨـﻈـﺎﻡ ﺁﻧـﺬﺍﻙ‪ ،‬ﻭﺍﻟـﻴـﻮﻡ ﻣـﺎﺯﺍﻝ ﺭﺳـﺎﻡ‬ ‫اﻟﻤﺴﺮح اﻟﻤﺤﺘـﺮف ‪ ،‬ﻣـﻬـﺮﺟـﺎن اﻟـﻤـﺴـﺮح‬
‫ﺍﻟﻜﺎﺭﻳﻜﺎﺗﲑ ﻣﻨﺎﺿﻼ ﻭﻣﻘﺎﻭﻣﺎ ﻟﻜ ﹼﻞ ﺍﳌﻈﺎﻫﺮ ﺍﻟﺴـﻠـﺒـﻴـﺔ‬ ‫اﻟــﻬــﺎوي ‪ ،‬ﻣــﻬــﺮﺟــﺎن ﻣﺴــﺮح اﻟــﻄــﻔــﻞ ‪،‬‬
‫ﻣﻬﺮﺟﺎن اﻟﻤﺴﺮح اﻷﻣﺎزﻳﻐـﻲ ‪ ،‬ﻣـﻬـﺮﺟـﺎن‬
‫ﺍﳌﺘﻔﺸﻴﺔ ﰲ ﳎﺘﻤﻌﻨﺎ ﻭﺳﻴﺒﻘﻰ ﻛﺬﻟﻚ‪.‬‬
‫اﻟﻤﺴﺮح اﻟﺠﺎﻣـﻌـﻲ ‪ ..‬ﻫـﻞ ﺧـﺪﻣـﺖ ﻫـﺬه‬
‫اﻟﻤﻬﺮﺟﺎﻧﺎت اﻟﻔﻦ اﻟﺮاﺑﻊ ‪ ،‬أم ﻫـﻲ ﻣـﺠـﺮد‬
‫ﻛﺮﻧﻔﺎﻻت ‪ ،‬ﻳﻬﺪر ﻓﻴﻬﺎ اﻟﻤﺎل اﻟﻌﺎم ؟‬
‫‪17‬‬
‫ﻭﺍﻟﺒﺪﺍﻭﺓ ‪ ،‬ﻭﻫﺬﺍ ﻣﺎ ﳌﺴﺘﻪ ﰲ ﺑﻌﺾ ﺍﻟﻄﻼﺏ ﺍﳌﺘﺨﺮﺟﲔ‬ ‫ﺃﻣﺎ ﻣﻮﺍﺿﻴﻊ ﻧﺼﻮﺻﻲ ﻓﻜﺎﻧﺖ ﻣﺘﻨﻮﻋﺔ ﻣﻦ ﺣﻴﺚ‬
‫ﻣﻦ ﻣﻌﻬﺪ ﺑﺮﺝ ﺍﻟﻜﻴﻔﺎﻥ ‪ ،‬ﻓﺠﻠﹼﻬﻢ ﻻ ﻳﻌﺘﺮﻑ ﲟﺎ ﻛﺘﺒﻪ ‪:‬‬ ‫ﺍﳌﻀﻤﻮﻥ ‪ ،‬ﰲ ﻣﺴﺮﺣﻴﺔ "ﺧﻠﻒ ﺩﻭﺭ " ﺣﺎﻭﻟﺖ ﻣﻦ ﺧﻼ‬
‫ﻛﺎﺗﺐ ﻳﺎﺳﲔ ﺃﻭ ﺷﺒﺎﺡ ﺍﳌﻜﻲ ﺃﻭ ﺑﻦ ﻫﺪﻭﻗﺔ ﺃﻭ ﺍﻟﻄﺎﻫـﺮ‬ ‫ﳍﺎ ﻭﰲ ﺗﻠﻚ ﺍﻟﻔﺘﺮﺓ ﻃﺮﺡ ﺇﺷﻜﺎﻟﻴﺔ ﺗﻐﻴﻴﺐ ﺍﳍﻮﻳﺔ‬
‫ﻭﻃــﺎﺭ ‪ ..‬ﻓــﺎﳌﺴــﺮﺡ ﺑــﺎﻟــﻨــﺴــﺒــﺔ ﳍــﻢ ﺷــﻜــﺴــﺒــﲑ‬ ‫ﺍﻷﻣﺎﺯﻳﻐﻴﺔ ﻣﻦ ﺍﻟﺘﺎﺭﻳﺦ ﺍﻟﻮﻃﲏ ‪ ،‬ﻓﻔﻲ ﺗﻠﻚ ﺍﻟﻔﺘﺮﺓ ﺇﻥ‬
‫ﻭﺳﺘﺎﻧﺴﻼﻓﺴﻜﻲ ﻭﻓﻘﻂ ؟ ﻭﻫﺬﺍ ﰲ ﺭﺃﻳﻲ ﻏﲑ ﻣﺸـﺠ‪‬ـﻊ ‪،‬‬ ‫ﺃﻧﺖ ﺗﻜﻠﻤﺖ ﻋﻦ ﺍﻷﻣﺎﺯﻳﻐﻴﺔ ‪ ،‬ﻓﺴﺘﺘﻌﺮﺽ ﳌﻀﺎﻳﻘﺎﺕ‬
‫ﻷﻧﻪ ﰲ ﺣﻘﻴﻘﺔ ﺍﻷﻣﺮ ﺍﺣﺘﻘﺎﺭ ﻟﻠﺬﺍﺕ ﺃﻭﻻ ‪ ،‬ﻭﺛﺎﻧﻴﺎ ﻫـﻮ‬ ‫ﻭﺿﻐﻮﻁ ‪ ،‬ﻭﻓﻌﻼ ﻓﻘﺪ ﻋﺎﻧﻴﺖ ﺍﻟﻜﺜﲑ‪ ،‬ﺃﻣﺎ ﰲ ﻣﺴﺮﺣﻴﺔ‬
‫ﺍﻧﺴﻼﺥ ﻋﻦ ﺍﻟﺒﻴﻨﺔ ﻭﺍﻟﺜﻘﺎﻓﺔ ﺍﻟﻮﻃﻨﻴﺔ ‪ ،‬ﻓﻘﻂ ﺃﺭﻳﺪ ﺃﻥ‬ ‫"ﻣﻮﺣﻨﺪ ﺍﻓﺤﻠﻮﻝ" ‪ ،‬ﻓﻘﺪ ﻗﻤﺖ ﺑﻨﻘﺪ ﺗﻠﻚ ﺍﻟﺴﻠﻮﻛﺎﺕ ﻭ‬
‫ﺃﺫﻛﹼﺮ ﺃﻥ ﺃﻭﻝ ﻣﻦ ﻛﺘﺐ ﺍﻟﻘﺼﺔ ﺍﻟﻘﺼﲑﺓ ﰲ ﺍﻟﻌﺎﱂ ‪ ،‬ﻭﻟﺪ‬ ‫ﺍﳌﻈﺎﻫﺮ ﺍﻟﺒﲑﻭﻗﺮﺍﻃﻴﺔ ﺍﻟﱵ ﻛﺎﻧﺖ ﺳﺎﺋﺪﺓ ‪ ،‬ﻛﻤﺎ ﻗﻤﺖ‬
‫ﲟﺪﻳﻨﺔ ﻣﺪﺍﻭﺭﻭﺵ ) ﺳﻮﻕ ﺃﻫﺮﺍﺱ ( ﻭ ﻫﻮ ﺍﺑﻮﻟﻴـﻮﺱ ‪،‬‬ ‫ﺑﺘﺸﺮﻳﺢ ﻧﺘﺎﺋﺞ ﺍﻟﻔﺸﻞ ﺍﻟﺴﻴﺎﺳﻲ ﰲ ﺗﻠﻚ ﺍﳌﺮﺣﻠﺔ ﺍﻟﱵ‬
‫ﺃﻻ ﻳﻜﻔﻲ ﻫﺬﺍ ﻛﺪﻟﻴﻞ ﻋﻠﻰ ﺃﻥ ﻫﺬﺍ ﺍﻟﻮﻃﻦ ﺃﳒﺐ ﺍﻟﻜﺜﲑ‬ ‫ﺍﺗﺴﻤﺖ ﺑﺘﺪﺧﻞ ﺍﻟﺪﻭﻟﺔ ﺣﱴ ﰲ ﺃﺑﺴﻂ ﺍﻷﺷﻴﺎﺀ ‪،‬‬
‫ﻣﻦ ﺍﳌﺒﺪﻋﲔ‪.‬‬ ‫ﻭﺑﻄﻞ ﺍﳌﺴﺮﺣﻴﺔ ﳚﺪ ﻧﻔﺴﻪ ﰲ ﺍﻟﻨﻬﺎﻳﺔ ﺃﻣﺎﻡ ﺣﻘﻴﻘﺔ‬
‫وﻇّـــﻔـــﺖ اﻟـــﺘـــﺎرﻳـــﺦ ﻓـــﻲ ﻧﺼـــﻮﺻـــﻚ‬ ‫ﻗﺎﺗﻠﺔ ‪ ،‬ﺣﲔ ﻳﻜﺘﺸﻒ ﺃﻥ ﻛﻞ ﺍﻟﺸﻌﺎﺭﺍﺕ ﺍﻟﱵ ﺭﻓﻌﺖ‬
‫اﻟﻤﺴﺮﺣﻴﺔ‪ ،‬ﻛﻴﻒ اﺳﺘـﻘـﺒـﻞ اﻟـﺠـﻤـﻬـﻮر‬ ‫ﻭﺗﺮﻓﻊ ﻭﺁﻣﻦ ‪‬ﺎ ‪ ،‬ﺇﳕﺎ ﻛﺎﻧﺖ ﻟﻼﺳﺘﻬﻼﻙ ﻓﻘﻂ ‪.‬‬
‫ﻫﺬه اﻟﻔﻜﺮة ؟‬
‫ﺃﻣﺎ " ﻓﻦ ﻭﻋﻔﻦ" ﻓﻬﻲ ﻣﺴﺮﺣﻴﺔ ﺳﺎﺧﺮﺓ‪ ،‬ﺍﻧﺘﻘﺪﺕ ﻓﻴﻬﺎ‬
‫ﺑﺎﻟﻨﺴﺒﺔ ﻟﺘﻮﻇﻴﻒ ﺍﻟﺘﺎﺭﻳﺦ ﰲ ﺍﳌﺴﺮﺡ ‪ ،‬ﱂ ﺃﻛﻦ ﺍﻷﻭﻝ ‪،‬‬
‫ﺍﻟﻮﺿﻊ ﺍﻟﺜﻘﺎﰲ ﰲ ﺍﻟﺒﻠﺪ‪ ،‬ﻭﺭﻛﹼﺰﺕ ﻋﻠﻰ ﻛﻞ ﺍﻷﺷﻜﺎﻝ‬
‫ﺭﲟﺎ ﻣﻴﻠﻲ ﺇﱃ ﺍﻟﺘﺎﺭﻳﺦ ﺃﺛﹼﺮ ﰲ ﺃﻋـﻤـﺎﱄ ‪ ،‬ﻓـﻜـﺘـﺒـﺖ‬
‫ﺍﻟﺴﻠﺒﻴﺔ ﺍﻟﱵ ﻣﺎﺯﻟﻨﺎ ﻧﻌﺎﱐ ﻭﺳﻨﻌﺎﱐ ﻣﻨﻬﺎ ﻣﺎﺩﺍﻡ ﺍﳌﺒﺪﻉ‬
‫ﻣﺴﺮﺣﻴﺔ "ﺧﻠﻒ ﺩﻭﺭ" ﻭ"ﻣﻠﺤﻤﺔ ﺍﻷﻭﺭﺍﺱ " ﻓﻘﻂ ‪ ،‬ﺃﻣـﺎ‬
‫ﻭﺍﻟﻔﻨﺎﻥ ﺍﳊﻘﻴﻘﻲ ﻣﻐﻴ‪‬ﺐ ﻋﻦ ﺍﻟﺴﺎﺣﺔ‪ ،‬ﻓﺎﻷﻣﺔ ﺍﻟﱵ‬
‫ﺑﺎﻟﻨﺴﺒﺔ ﳌﺴﺮﺣﻴﺔ "ﻋﺮﻭﺱ ﺍﳌﻄﺮ" ‪ ،‬ﻓﻬـﻲ ﻣﺴـﺮﺣـﻴـﺔ‬
‫ﺗﻐ‪‬ﻴﺐ ﳔﺒﻬﺎ ﻣﺂﳍﺎ ﺍﻟﻔﺸﻞ ﻻ ﳏﺎﻟﺔ‪.‬‬
‫ﳝﻜﻦ ﺗﺼﻨﻴﻔﻬﺎ ﺿﻤﻦ ﻣﺎ ﻳﻌﺮﻑ ﺑﺎﳌﺴﺮﺡ ﺍﻟﻐﻨﺎﺋﻲ ‪ ،‬ﻭﻗـﺪ‬
‫ﻣﺎ رأﻳﻚ ﻓﻲ اﻗﺘﺒﺎس ﻧﺺ ﻣﺴﺮﺣﻲ‬
‫ﻭﻇﻔﺖ ﻓﻴﻬﺎ ﺃﺳﻄﻮﺭﺓ ﺃﻣﺎﺯﻳﻐﻴﺔ ﻗﺪﳝﺔ ﺟﺪﺍ ‪ ،‬ﺗﺴـﻤـﻰ‬ ‫ﺑﻌﻴﺪ ﻋﻦ ﺑﻴﺌﺔ اﻟﺸﻌﺐ ؟‬
‫"ﺗﺎﺳـﻠـﻴـﺖ ﺍﻣـﱰﺍﺭ" ﺃﻱ" ﺍﻟـﻪ ﺍﳌـﻄـﺮ "ﺍﳌـﻌـﺮﻭﻑ ﰲ‬ ‫ﻭﺍﷲ ﺍﻻﻗﺘﺒﺎﺱ ﺃﺻﺒﺢ ﻇﺎﻫﺮﺓ ﺳﻠﺒﻴﺔ ﰲ ﺑﻠﺪﻧﺎ ‪ ،‬ﻭﻟﻴﺲ‬
‫ﺍﳌﻴﺘﻮﻟﻮﺟﻴﺎ ﺍﻷﻣﺎﺯﻳﻐﻴﺔ ‪ ،‬ﻭﺃﺭﺩﺕ ﻣﻦ ﺧﻼﻝ ﻫﺬﺍ ﺍﻟﻌﻤـﻞ‬ ‫ﺍﻟﻌﻴﺐ ﰲ ﺍﻻﻗﺘﺒﺎﺱ ﺑﻘﺪﺭ ﻣﺎ ﻫﻮ ﰲ ﻣﻦ ﻳﺪ‪‬ﻋﻮﻥ‬
‫ﺍﳌﺴﺎﳘﺔ ﰲ ﺇﺭﺳﺎﺀ ﻓﻜﺮﺓ ﺍﻻﻋﺘﻤﺎﺩ ﻋـﻠـﻰ ﻣـﻮﺭﻭﺛـﻨـﺎ‬ ‫ﺍﻻﻗﺘﺒﺎﺱ ‪ ،‬ﻓﻘﺪ ﺷﺎﻫﺪﺕ ﺑﻌﺾ ﺍﻷﻋﻤﺎﻝ ﺍﳌﻘﺘﺒﺴﺔ ﻭﱂ‬
‫ﺍﻟﺜﻘﺎﰲ ﺍﳌﻐﺎﺭﰊ ‪ ،‬ﺑﺪﻝ ﺗﻮﻇﻴﻒ ﻣﻴﺘﻮﻟﻮﺟﻴﺎ ﺍﻹﻏﺮﻳﻖ ﺃﻭ‬ ‫ﺃﺟﺪ ﻓﻴﻬﺎ ﺃﺛﺮﺍ ﻟﺼﺎﺣﺐ ﺍﻟﻨﺺ ﺍﻷﺻﻠﻲ ‪ ،‬ﻭﻫﺬﺍ ﰲ ﺭﺃﻳﻲ‬
‫ﺑﻼﺩ ﺍﻟﺮﺍﻓﺪﻳﻦ ‪ ،‬ﻭﻫﺬﺍ ﻻ ﻳﻌﲏ ﺍﻟﺘﻘﻮﻗﻊ ﻭﺭﻓﺾ ﺍﻷﺧﺮ‬ ‫ﻻ ﳜﺪﻡ ﺍﻟﻔﻜﺮ ﻭﻻ ﻳﺆﺳﺲ ﳊﺮﻛﺔ ﻣﺴﺮﺣﻴﺔ ﻭﺍﻋﻴﺔ ‪،‬‬
‫‪ ،‬ﻟﻜﻦ ﳚﺐ ﺇﺑﺮﺍﺯ ﻣﺎ ﻟﺪﻳﻨﺎ ﻷﻧﻪ ﰲ ﺍﻟﻨﻬﺎﻳﺔ ﻳﺼـ ‪‬‬
‫ﺐ ﰲ‬ ‫ﻣﺒﻨﻴﺔ ﻋﻠﻰ ﺃﺳﺲ ﻋﻠﻤﻴﺔ ﻓﻠﻼﻗﺘﺒﺎﺱ ﺷﺮﻭﻁ ﻻ ﳚﺐ‬
‫ﺧﺎﻧﺔ ﺍﻟﺘﺮﺍﺙ ﺍﻹﻧﺴﺎﱐ ﺍﳌﺸﺘﺮﻙ ‪.‬‬ ‫ﲡﺎﻭﺯﻫﺎ ‪ .‬ﺃﻣﺎ ﺑﻴﺌﺔ ﺍﻟﺸﻌﺐ ﻓﻼ ﺃﺭﻯ ﻣﺎ ﻳﺆﺛﺮ ﻓﻴﻬﺎ‬
‫إﻟﻰ ﺟﺎﻧﺐ اﻟﻜﺘﺎﺑﺔ اﻟﻤﺴﺮﺣﻴﺔ‪ ،‬ﺗﺨﺘﺺ ﻓﻲ‬ ‫ﻣﺎﺩﺍﻡ ﺃﻥ ﻛﻞ ﺍﻷﻋﻤﺎﻝ ﻣﺼﺪﺭﻫﺎ ﺍﻹﻧﺴﺎﻥ ‪ ،‬ﻓﺴﺘﺒﻘﻰ ﰲ‬
‫وﺿﻊ اﻟﻤﻮﺳﻴﻘﻰ اﻟﻤﺴﺮﺣﻴﺔ‪ ،‬ﺣﻴﺚ ﻓـﺰت‪،‬‬
‫ﺍﻟﻨﻬﺎﻳﺔ ﻗﺮﻳﺒﺔ ﻣﻨﻪ ‪ ،‬ﺭﲟﺎ ﺍﻻﺧﺘﻼﻑ ﻳﻜﻤﻦ ﰲ ﺍﻟﺮﺅﻯ‬
‫ﻣﺆﺧﺮا‪ ،‬ﻓﻲ اﻟﻤﻬﺮﺟﺎن اﻟﻮﻃﻨﻲ ﻟـﻠـﻤـﺴـﺮح‬
‫اﻟﻤﺤﺘﺮف ﺑﺎﻟـﺠـﺰاﺋـﺮ اﻟـﻌـﺎﺻـﻤـﺔ‪ ،‬ﺑـﺠـﺎﺋـﺰة‬ ‫ﻭﺍﻹﻳﺪﻳﻮﻟﻮﺟﻴﺎﺕ ‪ ،‬ﻓﺄﻧﺎ ﻻ ﺃﻃﺎﻟﺐ ﻣﻦ ﺇﻧﺴﺎﻥ ﺑﺴﻴﻂ‬
‫أﺣﺴﻦ ﻣﻮﺳﻴﻘﻰ ﻟﻠﻤﺮة اﻟﺜﺎﻧﻴﺔ ﻋﻠﻰ‬ ‫ﺗﺬﻭﻕ ﺃﻋﻤﺎﻝ ﺷﻜﺴﺒﲑ ‪ ،‬ﻭﺇﻻ ﺳﺄﺗ‪‬ـﻬﻤﻪ ﺑﺎﻟﺘﺨﻠﻒ‬

‫‪16‬‬
‫ﺣﻮار‪ :‬ﻧﻮراﻟﺪﻳﻦ ﺑﺮﻗﺎدي‬ ‫ﺛﻘﺎﻓﺔ‬

‫اﻟﻔﻨﺎن ﺳﻠﻴﻢ ﺳﻮﻫﺎﻟﻲ‬


‫"ﻣﺎ ﺗﻌﺎﻧﻴﻪ اﻟﺴﺎﺣﺔ اﻟﺜﻘﺎﻓﻴﺔ و اﻟﻔﻨﻴﺔ ﻫﻮ ﻧﺘﻴﺠﺔ ﻏﻴﺎب ﻣﺸﺮوع ﻣﺠﺘﻤﻊ‪" ..‬‬
‫" اﻟﻜﺜﻴﺮ ﻣﻦ اﻟﻤﻨﺘﺴﺒﻴﻦ إﻟﻰ ﻋﺎﻟﻢ اﻟﻔﻦ ﻻ ﻳﻤﻠﻜﻮن ﺛﻘﺎﻓﺔ و ﻻ ﻳﻌﺮﻓﻮن ﺣﺘﻰ‬
‫ﻣﺎ ﻳﻘﻮﻟﻮن‪" ..‬‬

‫ﺍﳌﺴﺮﺡ ﰲ ﺑﻠﺪﻧﺎ ﻣﺎ ﺗﺰﺍﻝ ﺗﻌﺎﱐ ﻣﻦ‬


‫ﺳﻠﻴﻢ ﺳﻮﻫﺎﱄ ‪ ،‬ﻣﺒﺪﻉ ﻣﺘﻌﺪﺩ‬
‫ﺑﻌﺾ ﺭﻭﺍﺳﺐ ﺍﳌﺎﺿﻲ ‪ ،‬ﻭﺃﻋﲏ ﻣﻦ‬
‫ﺍﳌﻮﺍﻫﺐ ‪ ،‬ﻳﻌ ‪‬ﺪ ﻣﻮﺳﻮﻋﺔ ﻓﻨﻴﺔ ﰲ‬
‫ﺧﻼﻝ ﺫﻟﻚ ‪ ،‬ﺗﻠﻚ ﺍﻟﺬﻫﻨﻴﺎﺕ‬
‫ﺯﻣﻦ ﺍﻟﺘﺨﺼﺺ ‪ ،‬ﻓﻔﻲ ﻣﻴﺪﺍﻥ‬
‫ﺍﳌﺘﺤﺠ‪‬ﺮﺓ ‪ ،‬ﺇﱃ ﺟﺎﻧﺐ ﻏﻴﺎﺏ ﺳﻴﺎﺳﺔ‬
‫ﺍﻷﻏﻨﻴﺔ ‪ :‬ﻛﺎﺗﺐ ﻛﻠﻤﺎﺕ ‪ ،‬ﻣﻐﲏ ‪،‬‬
‫ﻭﺍﺿﺤﺔ ﻟﺘﻮﺯﻳﻊ ﺍﳌﻨﺘﻮﺝ ‪ ،‬ﻓﺎﳌﺴﺮﺡ‬
‫ﻣﻠﺤ‪‬ﻦ ﻭ ﺑﺎﺣﺚ ﰲ ﺍﳌﻮﺳﻴﻘﻰ‬
‫ﳚﺐ ﺃﻥ ﳜﻮﺻﺺ ﺑﺪﻝ ﺍﻻﻋﺘﻤﺎﺩ‬
‫ﺍﻷﻣﺎﺯﻳﻐﻴﺔ‪ ..‬ﻭ ﰲ ﳎﺎﻝ ﺍﻟﺮﺳﻢ ‪:‬‬
‫ﻋﻠﻰ ﻣﻴﺰﺍﻧﻴﺔ ﺍﻟﺪﻭﻟﺔ ‪ ،‬ﻷﻥ‬
‫ﻓﻨﺎﻥ ﺗﺸﻜﻴﻠﻲ ‪ ،‬ﳓﺎﺕ ‪ ،‬ﺭﺳﺎﻡ‬
‫ﺧﻮﺻﺼﺔ ﺍﳌﺴﺮﺡ ﺳﺘﻘﻀﻲ ﻋﻠﻰ‬
‫ﻛﺎﺭﻳﻜﺎﺗﲑ ﻭ ﻣﺼﻤﻢ ﺇﻋﻼﻧﺎﺕ ‪ ..‬ﺃﻣﺎ ﰲ ﻋﺎﱂ ﺍﳌﺴﺮﺡ ‪،‬‬
‫ﺍﻟﻔﻨﺎﻥ ﺍﳌﻮﻇﻒ ﻭﺗﻔﺴﺢ ﺍ‪‬ﺎﻝ ﺃﻣﺎﻡ ﺍﳌﺒﺪﻉ ﺍﳊﻘﻴﻘﻲ ‪،‬‬
‫ﻓﻬﻮ ‪ :‬ﺳﻴﻨﺎﺭﻳﺴﺖ ‪ ،‬ﻭ ﳐﺘﺺ ﰲ ﻭﺿﻊ ﺍﳌﻮﺳﻴﻘﻰ‬
‫ﻭﻫﺬﺍ ﰲ ﺭﺃﻳﻲ ﳚﺐ ﺃﻥ ﻳﻄﺒ‪‬ﻖ ﻛﺬﻟﻚ ﻋﻠﻰ ﻗﻄﺎﻉ‬
‫ﺍﻟﺘﺼﻮﻳﺮﻳﺔ ‪ .‬ﺍﻟﺘﻘﻴﻨﺎﻩ ﲟﺪﻳﻨﺔ ﺑﺎﺗﻨﺔ ‪ ،‬ﻭ ﻛﺎﻥ ﻣﻌﻪ‬
‫ﺍﻟﺴﻤﻌﻲ ﺍﻟﺒﺼﺮﻱ ‪ ،‬ﺑﺈﻧﺸﺎﺀ ﳏﻄﺎﺕ ﺗﻠﻴﻔﺰﻳﻮﻧﻴﺔ‬
‫ﻫﺬﺍ ﺍﳊﻮﺍﺭ ‪:‬‬
‫ﻭﺇﺫﺍﻋﻴﺔ ‪ ،‬ﻭﻟﻮ ﰲ ﺍ‪‬ﺎﻝ ﺍﻟﺜﻘﺎﻓﺔ ﺩﻭﻥ ﺍﻟﺴﻴﺎﺳﺔ‪.‬‬ ‫اﻟﻨﺼﻮص‬ ‫ﻣﻦ‬ ‫ﻣﺠﻤﻮﻋﺔ‬ ‫أﻟّﻔﺖ‬
‫ﺃﻣﺎ ﲞﺼﻮﺹ ﻣﺎ ﻛﺘﺒﺖ ﰲ ﳎﺎﻝ ﺍﳌﺴﺮﺡ ‪ ،‬ﻓﻬﻨﺎﻙ‬ ‫اﻟﻤﺴﺮﺣﻴﺔ ‪ ":‬ﻣﻮﺣﻨﺪ أﻓﺤﻠﻮل" ‪ "،‬أﺣﻨﺎ‬
‫ﻋﺪﺓ ﻣﺴﺮﺣﻴﺎﺕ ‪ ،‬ﻭﻗﺪ ﺫﻛﺮﰎ ﺍﻟﻌﺪﻳﺪ ﻣﻨﻬﺎ ‪ ،‬ﻫﻲ‬ ‫ﻫﻤﺎ ﺣﻨﺎ" ‪ "،‬ﻓﻦ وﻋﻔﻦ" ‪" ،‬ﺧﻠﻒ دور" ‪،‬‬
‫ﳏﺎﻭﻻﺕ ﻗﻤﺖ ‪‬ﺎ ﺿﻤﻦ ﺗﻠﻚ ﺍﻟﻨﻮﺍﺓ ﻣﻦ ﺍﻟﻔﻨﺎﻧﲔ ‪،‬‬ ‫"ﻗﺎﻓﻠﺔ ﺗﺴﻴﺮ" ‪" ،‬ﻋﺮوس اﻟﻤﻄﺮ"‪ ..‬ﺣﺪّﺛﻨﺎ‬
‫ﻋﻦ ﻣﻮاﺿﻴﻊ ﻧﺼﻮﺻﻚ اﻟﻤﺴﺮﺣﻴﺔ ؟‬
‫ﺍﻟﺬﻳﻦ ﺳﺎﳘﻮﺍ ﰲ ﺗﺄﺳﻴﺲ ﺍﳊﺮﻛﺔ ﺍﳌﺴﺮﺣﻴﺔ‬
‫ﺍﳌﺴﺮﺡ ﺑﺎﻟﻨﺴﺒﺔ ﱄ ‪ ،‬ﻫﻮ ﻓﻀﺎﺀ ﻟﻠﺘﻌﺒﲑ ﻋﻦ ﺃﻓﻜﺎﺭﻱ‬
‫ﺑﺎﻷﻭﺭﺍﺱ ﰲ ‪‬ﺎﻳﺔ ﺍﻟﺴﺒﻌﻴﻨﻴﺎﺕ ‪ ،‬ﺃﺫﻛﺮ ﻣﻨﻬﻢ ‪:‬‬
‫ﻭﻭﺳﻴﻠﺔ ﺗﻮﺍﺻﻞ ﲪﻴﻤﺔ ﺑﲔ ﺍﳌﺒﺪﻉ ﻭﺍﳌﺘﻠﻘﻲ‪ ،‬ﻓﺎﳌﺴﺮﺡ‬
‫ﺑﻮﺯﻳﺪ ﺷﻌﻴﺐ ‪ ،‬ﻣﻌﺎﻣﺮﻳﺔ ﺭﺷﻴﺪ ‪ ،‬ﻟﻄﻔﻲ ﺑﻦ ﺳﺒﻊ ‪،‬‬
‫ﻇ ﹼﻞ ﻋﱪ ﺃﻫﻢ ﻣﺮﺍﺣﻞ ﺍﻟﺘﺎﺭﻳﺦ ﺳﻼﺡ ﺫﻭ ﺣﺪﻳﻦ ‪،‬‬
‫ﺻﺎﱀ ﳌﺒﺎﺭﻛﻴﺔ ﻭﻏﲑﻫﻢ‪ ..‬ﻭﳑﺎ ﲡﺪﺭ ﺍﻹﺷﺎﺭﺓ ﺇﻟﻴﻪ‬
‫ﻓﺘﺎﺭﺓ ﻳﺴﺘﻌﻤﻞ ﻛﺄﺩﺍﺓ ﻟﻠﺴﺎﺳﺔ ﻭﺍﳊﻜﺎﻡ ﻭﺗﺎﺭﺓ ﺃﺧﺮﻯ‬
‫ﻫﻮ ﺃﻧﻨﺎ ﺣﻴﻨﻬﺎ ﻛﻨ‪‬ﺎ ﺟﺪ ﻣﺘﺄﺛﺮﻳﻦ ﺑﺎﻟﻔﻜﺮ ﺍﻟﻴﺴﺎﺭﻱ ‪،‬‬
‫ﻳﺘﺤﻮﻝ ﺇﱃ ﺷﻮﻛﺔ ﺣﺎﺩﺓ ﰲ ﻋﻨﻖ ﺃﻭﻻﺋﻚ ﺍﻟﺴﺎﺳﺔ‬
‫ﻭﺍﻟﺬﻱ ﻛﺎﻥ ﻣﻬﻴﻤﻨﺎ ﻋﻠﻰ ﺍﻟﺴﺎﺣﺔ ﺍﻟﺜﻘﺎﻓﻴﺔ ‪ ،‬ﳑﺎ‬
‫ﺃﻧﻔﺴﻬﻢ ‪ ،‬ﻓﻠﻮ ﺗﺘﺒﻌﺖ ﻣﺮﺍﺣﻞ ﻧﺸﻮﺀ ﺍﳌﺴﺮﺡ ‪ ،‬ﻓﺴﺘﻌﺮﻑ‬
‫ﺳﺎﻋﺪﻧﺎ ﻋﻠﻰ ﺗﻨﻤﻴﺔ ﻣﻮﺍﻫﺒﻨﺎ ﰲ ﺟﻮ ﻣﺸﺠ‪‬ﻊ ﻟﻠﻐﺎﻳﺔ‬
‫ﺃﻧﻪ ﻛﺎﻥ ﻭﻣﺎ ﺯﺍﻝ ﻣﻦ ﺃﻫﻢ ﺍﻟﻮﺳﺎﺋﻞ ﺍﻟﺮﺍﻗﻴﺔ ﻟﻠﺘﻌﺒﲑ‬
‫‪،‬ﺃﺿﻒ ﺇﱃ ﺫﻟﻚ ﺗﺄﺛﲑ ﳎﻤﻮﻋﺎﺕ ﻭﻓﺮﻕ ﺍﳌﺴﺮﺡ‬
‫ﺍﻟﻔﻜﺮﻱ ﺍﳌﺘﻤﻴﺰ ‪ .‬ﻟﺬﺍ ﻛﻨﺖ ﻣﻨﺬ ﺯﻣﻦ ﻃﻮﻳﻞ ﺃﻣﻴﻞ ﺇﱃ‬
‫ﺍﻟﻘﺴﻨﻄﻴﲏ ﺍﻟﱵ ﻛﺎﻧﺖ ﺗﻨﺸﻂ ﰲ ﺍﻟﺴﺎﺣﺔ ‪ ،‬ﻣﺜﻞ‬
‫ﻫﺬﺍ ﺍﻟﻔﻦ ﻭﻣﺎﺯﻟﺖ ﻣﺘﺸﺒﺜﺎ ﺑﻪ ‪ ،‬ﺭﻏﻢ ﺃﻥ ﻭﺿﻌﻴﺔ‬
‫ﻓﺮﻗﺔ ﺍﻟﻜﺎﻙ ﻭﻏﲑﻫﺎ ‪.‬‬

‫‪15‬‬
‫اﻧﺘﻘﺎء ﻃﺎﻫﺮ ﺣﻠﻴﺴﻲ‬

‫اﻟﺤﺎج ﻟﺨﻀﺮ‪ ..‬ﻛﻠﻤﺎت ﻣﻦ اﻟﻘﻠﺐ و اﻟﻌﻘﻞ‬


‫‪5-‬ﺍﻟﺼﱪ ﻋﻠﻰ ﺍﳌﻜﺎﺭﻩ‪.‬‬ ‫‪1-‬ﺣﻠﻢ ﺍﻟﺸﺒﺎﺏ‪:‬‬
‫"ﺍﻧﺘﺸﺮﻧﺎ ﰲ ﺍﳌﻨﺎﻃﻖ ﺍ‪‬ﺎﻭﺭﺓ‪ ,‬ﺳﻄﻴﻒ‪ ,‬ﺳـﻄـﺎﺭﻧـﻮ‪ ,‬ﻋـﲔ‬ ‫"ﺃﺭﺑﻊ ﺳﻨﻮﺍﺕ ﻗﻀﻴﺘﻬﺎ ﲟﺪﻳﻨﺔ)ﺗﺮﻭﺍﻥ(ﺑﺸﺮﻛﺔ ﺻﻨﺎﻋﺔ‬
‫ﻣﻠﻴﻠﺔ‪ ,‬ﺳﻮﻕ ﺃﻫﺮﺍﺱ‪ ,‬ﻭ ﻛﻠﻤﺎ ﺍﻟﺘﻘﻴﻨﺎ ﺑﺒﻌﺾ ﺍﳌـﻐـﺮﺿـﲔ‬ ‫ﺍﻷﺳﻼﻙ ﺍﻟﻜﻬﺮﺑﺎﺋﻴﺔ ﻭﳘﻲ ﺍﻟﻮﺣﻴﺪ ﻫﻮ ﺍﻻﺳﺘﺸﻬﺎﺩ ﰲ‬
‫ﺿﺤﻜﻮﺍ ﻛﺜﲑﺍ ﻭ ﻗﺎﻟﻮﺍ"ﺃﻫﻼ ﺑﻜﻢ ﻳﺎ ﺃﻫﻞ ﺍﻟﻜﺴـﻜـﺴـﻰ" ﻭ‬ ‫ﺳﺒﻴﻞ ﺍﻟﺪﻳﻦ ﻭ ﺍﻟﻮﻃﻦ‪".‬‬
‫ﻛﻢ ﻛﺎﻥ ﻳﺆﳌﻨﺎ ﻫﺬﺍ ﺍﻟﻜﻼﻡ ﻭ ﻟﻜﻦ ﻧﺘﻘﺒﻠﻪ ﻋﻠﻰ ﻣﻀـﺾ ﻭ‬ ‫‪-2‬ﺍﳊﺮﻛﺔ ﺍﻟﺴﺮﻳﺔ‪:‬‬
‫ﻧﻘﻮﻝ‪:‬ﺳﺘﺮﻭﻥ‪ ,‬ﺳﺘﺮﻭﻥ !!"‬ ‫"ﺭﺟﻌﺖ ﺇﱃ ﺍﺭﺽ ﺍﻟﻮﻃﻦ ﻭ ﺃﻧﺎ ﺃﻛﺜﺮ ﺣﻴﻮﻳﺔ ﻭ ﻧﺸﺎﻃﺎ ﻭ‬
‫‪-6‬ﰲ ﻣﱰﻝ ﺑﻮﻟﻘﻮﺍﺱ‪.‬‬ ‫ﺃﻧﺎ ﺷﻌﻠﺔ ﰲ ﺑﺚ ﺍﻟﺮﻭﺡ ﺍﻟﻮﻃﻨﻴﺔ ﻭ ﺇﻇﻬﺎﺭ ﻣﺴﺎﻭﻯﺀ‬
‫" ﻷﻭﻝ ﻣﺮﺓ ﺍﻋﺮﻑ ﺑﺎﻥ ﻟﻠﺠﺰﺍﺋﺮ ﻃﻼﺋﻊ ﺟﺎﺀﺕ ﻟـﺘـﻘـﻮﻝ‬ ‫ﺍﳌﺴﺘﻌﻤﺮ ﻭ ﻓﻀﺢ ﺃﻋﻤﺎﻟﻪ ﺍﻹﺟﺮﺍﻣﻴﺔ ﰲ ﺣﻖ ﺍﻟﻮﻃﻦ ﻭ‬
‫ﻛﻠﻤﺘﻬﺎ ﻋﻦ ﻃﺮﻳﻖ ﻓﻮﻫﺎﺕ ﺍﻟﺒﻨﺎﺩﻕ ﻭ ﻃﻠﻘـﺎﺕ ﺍﻟـﺒـﺎﺭﻭﺩ‪,‬‬ ‫ﺍﳌﻮﺍﻃﻦ‪,‬ﻭ ﺃﻭﻝ ﻋﻤﻞ ﻗﻤﺖ ﺑﻪ ﻛﻮﻧﺖ ﺧﻠﻴﺔ ﺳﺮﻳﺔ‬
‫ﻷﻭﻝ ﻣﺮﺓ ﺍﻋﺮﻑ ﺑﺎﻥ ﳐﺎﺽ ﻣﺌﺔ ﻭ ﺛﻼﺛﲔ ﺳﻨـﺔ ﳍـﺎ‬ ‫ﲟﺪﻳﻨﺔ ﺑﺎﺗﻨﺔ ﺳﻨﺔ ‪ 1939‬ﻋﺪﺩ ﺃﻓﺮﺍﺩﻫﺎ ﻣﻦ ﻋﺸﺮﺓ‬
‫ﳊﻈﺔ ﺍﻟﻮﻻﺩﺓ ﻓﻜﺎﻧﺖ ﺍﻟﻠﺤﻈﺔ ﻫﻲ ﺃﻭﻝ ﻧﻮﻓﻤﱪ ‪1954‬‬ ‫ﺇﱃ ﲬﺴﺔ ﻋﺸﺮ ﺷﺨﺼﺎ ﻭ ﻗﺪ ﻳﺮﺗﻔﻊ ﺍﻟﻌﺪﺩ ﻟﻴﺼﻞ‬
‫ﻛﻞ ﻫﺬﺍ ﲞﻨﻘﺔ ﳊﺪﺍﺩﺓ"‪.‬‬ ‫ﺃﺭﺑﻌﲔ ﺷﺨﺼﺎ"‪.‬‬
‫‪-7‬ﻋﻦ ﺍﻟﺜﻮﺭﺓ‪.‬‬ ‫"ﻛﻠﻔﲏ ﰲ ﻫﺬﻩ ﺍﻟﻔﺘﺮﺓ ﻣﻦ ﺳﻨﺔ ‪ 1944‬ﺍﻟﺴﻴﺪ ﻣﺼﻄﻔﻰ‬
‫"ﺇﻥ ﺍﻟﻌﻤﻠﻴﺎﺕ ﺍﻟﱵ ﻗﻤﻨﺎ ‪‬ﺎ ﰲ ﺍﻟﺒﺪﺍﻳـﺔ ﻣـﺎ ﻫـﻲ ﺇﻻ‬ ‫ﺑﻦ ﺑﻮﻟﻌﻴﺪ ﻟﺘﻮﱄ ﻣﻬﻤﺔ ﺍﺳﺘﻘﺒﺎﻝ ﺍﳌﻨﺎﺿﻠﲔ ﺍﻟﻘﺎﺩﻣﲔ‬
‫ﺗﻌﺒﲑ ﺃﻛﻴﺪ ﻭ ﻗﻮﻱ ﻋﻦ ﻗﻴﺎﻡ ﺍﻟﺜﻮﺭﺓ ﺍﳌﺴﻠﺤﺔ‪ ,‬ﻓﺎﳍـﺠـﻮﻡ‬ ‫ﻣﻦ ﴰﺎﻝ ﻗﺴﻨﻄﻴﻨﺔ ﲟﺪﻳﻨﺔ ﺑﺎﺗﻨﺔ ﺃﺛﻨﺎﺀ ﻋﺒﻮﺭﻫﻢ‪,‬‬
‫ﻋﻠﻰ ﺍﻟﺜﻜﻨﺔ ﰲ ﺍﻟﺒﺪﺍﻳﺔ ﻟﻪ ﺃﻛﺜﺮ ﻣﻦ ﺩﻻﻟﺔ ﻓﻬﻮ ﻳﻌﲏ ﰲ‬ ‫ﺣﻴﺚ ﺑﺎﺗﻨﺔ ﰲ ﺗﻠﻚ ﺍﻟﻔﺘﺮﺓ ﻛﺎﻧﺖ ﻣﻨﻄﻘﺔ ﺍﻻﺗﺼﺎﻻﺕ‬
‫ﻧﻈﺮﻧﺎ ﺃﻥ ﺍﻟﺜﻮﺭﺓ ﺳﺘﻜﻮﻥ ﻋﻨﻴﻔﺔ ﻭ ﻻ ﺗـﻘـﺘـﺼـﺮ ﻋـﻠـﻰ‬ ‫ﺍﻟﺪﺍﺋﻤﺔ ﻓﻜﻨﺖ ﺍﺳﺘﻘﺒﻠﻬﻢ ﻋﻨﺪ ﻣﺪﺧﻠﻬﺎ"‬
‫ﺍﻷﻋﻤﺎﻝ ﺍﳍﻴﻨﺔ‪...‬ﺍﻟﺜﻮﺭﺓ ﻭﻟﺪﺕ ﻟﺘﺤﻴﺎ ﻭ ﻟﺘﺴﺘﻤﺮ ﺣـﱴ‬ ‫‪-3‬ﺛﻼﺛﻴﺔ ﺍﻟﻮﻃﻦ‪.‬‬
‫ﺗﺄﺳﻴﺲ ﺩﻭﻟﺔ ﻗﻮﻳﺔ ﻗﺎﺩﺭﺓ ﻋﻠﻰ ﻣﺰﺍﲪﺔ ﺍﳌﺴﺘﻌﻤـﺮ ﰲ‬ ‫"ﺇﻥ ﺍﻻﺳﺘﺸﻬﺎﺩ ﻭ ﺍﳉﻬﺎﺩ ﻭ ﺍﻟﻮﻃﻨﻴﺔ ﻋﻨﺎﺻﺮ ﺛﻼﺛﺔ ﻭ‬
‫ﺑﻠﺪﻩ"‪.‬‬ ‫ﻛﻠﻤﺎﺕ ﻣﺘﺮﺍ ﺩﻓﺔ ﰲ ﻗﺎﻣﻮﺱ ﺍﳊﺮﻛﺔ ﺍﻟﻮﻃﻨﻴﺔ‬
‫‪-8‬ﰲ ﺍﻹﺳﺘﺮﺍﲡﻴﺔ ﺍﻟﻌﺴﻜﺮﻳﺔ‪.‬‬ ‫ﻳﻮﻣﺬﺍﻙ‪ ,‬ﻓﻬﻲ ﺍﻟﻜﻠﻤﺎﺕ ﺍﻟﱵ ﻧﺘﺪﺍﻭﳍﺎ ﻛﺜﲑﺍ ﰲ ﺣﻴﺎﺗﻨﺎ‬
‫"ﻛﺜﲑﺍ ﻣﺎ ﻧﻠﺠﺄ ﺇﱃ ﺣﻴﻠﺔ ﺫﻛﻴﺔ ﻭ ﻫﻲ ﺿﺮﺏ ﺍﻟﻌﺪﻭ ﻋﻨﺪ‬ ‫ﻭ ﻣﻨﺎﻗﺸﺎﺗﻨﺎ ﻭ ﻛﻞ ﻣﺎ ﳚﻮﻝ ﰲ ﺧﻮﺍﻃﺮﻧﺎ"‪.‬‬
‫ﻏﺮﻭﺏ ﺍﻟﺸﻤﺲ‪ ,‬ﻻﻥ ﺍﳌﻌﺎﺭﻙ ﺍﻟﻠﻴﻠﻴﺔ ﰲ ﺻﺎﳊﻨﺎ ﺣـﻴـﺚ‬ ‫‪-4‬ﺧﻠﻔﻴﺔ ﺣﻀﺎﺭﻳﺔ‪" .‬ﺛﻮﺭﺓ ‪ 1954‬ﻗﺒﻞ ﺃﻥ ﺗﻜﻮﻥ‬
‫ﻧﻀﻤﻦ ﻋﺪﻡ ﺗﺪﺧﻞ ﺍﻟﻄﲑﺍﻥ ﻭ ﺍﳌـﺪﻓـﻌـﻴـﺔ ﺍﻟـﺒـﻌـﻴـﺪﺓ‬ ‫ﺭﺻﺎﺻﺎ ﻳﻘﺬﻑ ﰲ ﺍﻟﻌﺪﻭ ﻛﺎﻧﺖ ﺃﻓﻜﺎﺭ ﻳﻘﺬﻑ ‪‬ﺎ ﺃﺑﻨﺎﺀ‬
‫ﺍﳌﺪﻯ‪,‬ﻛﺜﲑﺍ ﻣﺎ ﻧﻨﻘﺾ ﻋﻠﻰ ﻣﺆﺧﺮﺓ ﻗﺎﻓﻠﺔ ﺍﻟﻌﺪﻭ ﻓﻨﻌﺰﳍﺎ‬ ‫ﺍﻟﻮﻃﻦ‪ ,‬ﺗﻔﺠﺮﺕ ﻫﺬﻩ ﺍﻷﻓﻜﺎﺭ ﰲ ﻋﻘﻞ ﻭ ﳐﻴﻠﺔ ﺃﺑﻨﺎﺀ‬
‫ﻋﻦ ﺍﳌﻘﺪﻣﺔ ﻭ ﺍﻟﻮﺳﻂ‪,‬ﻭ ﻛﺜﲑﺍ ﻣﺎ ﻧﻮﻫﻢ ﺍﻟﻌﺪﻭ ﺑﻜﺜﺮﺗـﻨـﺎ‬ ‫ﻫﺬﺍ ﺍﻟﻮﻃﻦ ﺍﻟﻐﺎﱄ ﻓﻜﻮﻧﺖ ﳎﺎﻻ ﻟﻠﺼﺮﺍﻉ ﻭ ﺍﻻﺣﺘﺪﺍﻡ‬
‫ﻭ ﺫﻟﻚ ﺑﻨﺸﺮ ﳎﻤﻮﻋﺔ ﻣﻦ ﺍ‪‬ﺎﻫﺪﻳﻦ ﻫﻨﺎ ﻭ ﻫﻨﺎﻙ ﻋﻠﻰ‬ ‫ﺑﲔ ﺣﻀﺎﺭﺗﲔ‪ ,‬ﺣﻀﺎﺭﺓ ﻣﺎﺩﻳﺔ ﻏﺮﺑﻴﺔ ﻭﺣﻀﺎﺭﺓ‬
‫ﺍﻣﺘﺪﺍﺩ ﺭﻗﻌﺔ ﺷﺎﺳﻌﺔ ﻭ ﻳﻘﻮﻣﻮﻥ ﺑﺈﻃﻼﻕ ﻃﻠﻘﺎﺕ ﻧـﺎﺭﻳـﺔ‬ ‫ﲰﺎﻭﻳﺔ ﺳﺎﻣﻴﺔ ﻣﺸﺮﻗﺔ ﺑﻔﻜﺮﻫﺎ ﻭ ﺗﺴﺎﳏﻬﺎ ﻭ ﻋﻠﻮ‬
‫ﻭﺍﺣﺪﺓ‪,‬ﻓﻴﻌﺘﻘﺪ ﺍﻟﻌﺪﻭ ﺑﺎﻥ ﻋﺪﺩﻧﺎ ﻛﺜـﲑﺍ ‪,‬ﻓـﻨـﻘـﺬﻑ ﰲ‬ ‫ﻣﺒﺎﺩﺋﻬﺎ ﻭ ﻧﺒﻞ ﻫﺪﻓﻬﺎ ﻭ ﺷﺮﻑ ﻣﻄﻠﺒﻬﺎ"‪.‬‬
‫ﻗﻠﻮ‪‬ﻢ ﺍﻟﺮﻋﺐ ﻭ ﺍﻟﻔﺰﻉ ﻓﻴﻀﻄﺮﻭﻥ ﺇﱃ ﺍﻟﻔـﺮﺍﺭ ﺍﻷﻣـﺮ‬
‫‪14‬‬
‫ﺑﻘﻠﻢ ‪ /‬ﺑﻮﻫﺮاوة ﻋﺒﺪ اﻟﺤﻜﻴﻢ‬ ‫ﻫﻮاﺟﺲ رﺟﻞ أوراﺳﻲ‬

‫ﻫﺎﺟﺲ اﻟﻌﻮدة‬
‫ﺍﻟﻔﻮﺯ ﻭ ﳌﺎ ﻻ ‪...‬‬ ‫ﻋﻮﺩﺓ ﺍﻟﻔﺮﻳﻖ ﺍﻟﻮﻃﲏ ﻟﻜـﺮﺓ ﺍﻟـﻘـﺪﻡ ﺇﱃ ﺍﻟﺴـﺎﺣـﺔ‬
‫ﺍﳌﺼﺮﻳﻮﻥ ﻣﻌﺮﻭﻓﻮﻥ ﺑﺘﻼﻋﺒﺎ‪‬ﻢ ﰲ ﺍﻟﻜﻮﺍﻟﻴﺲ ﻭ ﻟﺬﻟـﻚ‬ ‫ﺍﻟﺮﻳﺎﺿﻴﺔ ﻭ ﺑﺮﻭﺯﻩ ﰲ ﻣﺒﺎﺭﻳﺎﺕ ﺗﺼﻔﻴﺎﺕ ﻛﺄﺱ ﺍﻟـﻌـﺎﱂ‬
‫ﻃﺎﻟﺐ ﺭﺋﻴﺲ ﺍﻻﲢﺎﺩﻳﺔ ﺍﳉﺰﺍﺋـﺮﻳـﺔ ﻟـﻜـﺮﺓ ﺍﻟـﻘـﺪﻡ‬ ‫‪ 2010‬ﲜﻨﻮﺏ ﺇﻓﺮﻳﻘﻴﺎ‪ ،‬ﺃﻣﺮ ﱂ ﻳﻬﻀﻤﻪ ﺍﻟـﻜـﺜـﲑ ﻣـﻦ‬
‫ﺍﻟﺴﻴﺪ ﺭﻭﺭﺍﻭﺓ ﺑﺘﻌﻴﲔ ﺣـﻜـﻢ ﺃﻭﺭﰊ ﺣـﱴ ﻻ ﻳـﻌـﺪ‬ ‫ﺍﻷﺷﻘﺎﺀ ﺍﻟﻌﺮﺏ ﺧﺎﺻﺔ ﺍﳌﺼﺮﻳﲔ ﺑﻌﺪ ﻓﻮﺯﻧﺎ ﻋـﻠـﻴـﻬـﻢ‬
‫ﺳﻴﻨﺎﺭﻳﻮ ﺍﻟﺘﺤﻜﻴﻢ ﺍﳌﻨﺤﺎﺯ ﻧﻔـﺴـﻪ ﻭ ﻳﺴـﺪ ﺍﻟـﻄـﺮﻳـﻖ‬ ‫ﺑﻨﺘﻴﺠﺔ ) ‪ (1-3‬ﺣﻴﺚ ﻓﺘﺤﻮﺍ ﺍﻟﻨﺎﺭ ﻋﻠﻰ ﺍﻟـﻔـﺮﻳـﻖ ﰲ‬
‫ﺃﻣﺎﻣﻬﻢ‪.‬‬ ‫ﻛﺎﻓﺔ ﻭﺳﺎﺋﻞ ﺍﻹﻋﻼﻡ‪ ،‬ﻛﻤﺎ ﻗﺎﻡ ﺑﻌﻀﻬﻢ ﺑﺘﺨﺮﻳﺐ ﻣﻮﻗﻊ‬
‫ﺇﻥ ﻫﺬﺍ ﺍﻟﺘﻘﺪﻡ ﺍﻟﺬﻱ ﺃﺣﺮﺯﻩ ﻭ ﺍﻟﻮﺟﻪ ﺍﳌﺸـﺮﻑ ﺍﻟـﺬﻱ‬ ‫ﺟﺮﻳﺪﺓ "ﺍﻟﺸﺮﻭﻕ ﺍﻟﻴﻮﻣﻲ" ﻷ‪‬ﺎ ﻛﺎﻧﺖ ﺗﺸﺠﻊ ﺍﻟﻔـﺮﻳـﻖ‬
‫ﻇﻬﺮ ﺑﻪ ﺍﻟﻔﺮﻳﻖ ﺍﻟﻮﻃﲏ ﻛﺸـﻒ ﺗـﻠـﻚ ﺍﻷﺣـﻘـﺎﺩ ﻭ‬ ‫ﺍﻟﻮﻃﲏ ‪ ...‬ﺑﻌﺪ ﺃﻥ ﺃﺛﺒﺖ ﻗﻮﺗﻪ ﺑﻔﻮﺯﻩ ﻋﻠـﻰ ﺯﺍﻣـﺒـﻴـﺎ‬
‫ﺍﻟﻜﺮﺍﻫﻴﺔ ﺍﳌﺪﻓﻮﻧﺔ ﻟﻠﺠﺰﺍﺋﺮ ﺭﻏﻢ ﺃ‪‬ﺎ ﱂ ﺗﺘﻮﺍﻥ ﰲ ﻣﺪ‬ ‫ﺗﻀﺎﺀﻟﺖ ﺣﻈﻮﻅ ﺍﻟﻔﺮﻳﻖ ﺍﳌﺼﺮﻱ ﰲ ﺍﻟﺘﺄﻫﻞ ﻋﻤﺪ ﺇﱃ‬
‫ﻳﺪ ﺍﳌﺴﺎﻋﺪﺓ ﻭ ﻇﻬﺮ ﺫﻟﻚ ﺟﻠﻴﺎ ﰲ ﺗﺼﺮﳛـﺎﺕ ﺑـﻌـﺾ‬ ‫ﺍﻟﻠﻌﺐ ﰲ ﺍﻟﻜﻮﺍﻟﻴﺲ ﺣﻴﺚ ﺃﻥ ﺍﳌﺘﺘﺒﻊ ﳌﺒﺎﺭﺍﺗﻪ ﻣﻊ ﺯﺍﻣﺒﻴﺎ‬
‫ﺍﻹﻋﻼﻣﻴﲔ ﺍﻟﻌﺮﺏ ﺍﻟﺬﻳﻦ ﻳﻔﺘـﺮﺽ ﺃ‪‬ـﻢ ﺃﺷـﻘـﺎﺀ‪ ،‬ﻭ‬ ‫ﻻﺣﻆ ﺃﻥ ﻓﻮﺯﻩ ﻛﺎﻥ ﻣﻔﱪﻛﺎ‪ ،‬ﻭ ﺁﺧﺮ ﻣﺎ ﺣﺪﺙ ﻫﻮ ﺗﻠـﻚ‬
‫ﺷﺮﻑ ﺍﳌﻬﻨﺔ ﳛﺘﻢ ﻋﻠﻴﻬﻢ ﺍﳊﻴﺎﺩ ﻭ ﻋﺪﻡ ﺍﳋـﻮﺽ ﰲ‬ ‫ﺍﳌﻬﺰﻟﺔ ﺍﻟﱵ ﻗﺎﻡ ‪‬ﺎ ﺍﳊﻜﻢ ﺍﻟﻐﺎﱐ ﺑـﺘـﻐـﺎﺿـﻴـﻪ ﻋـﻦ‬
‫ﺍﻻﺳﺘﻔﺰﺍﺯﺍﺕ ﻭ ﺍﳌﺸﺎﺣﻨﺎﺕ ﻭ ﺍﳌﺰﺍﻳﺪﺍﺕ ﻭ ﺍﻟﺘﻌﺎﻟﻴﻖ ﻏﲑ‬ ‫ﺍﳍﺪﻑ ﺍﻟﺬﻱ ﺳﺠﻠﻪ ﺍﻟﻔﺮﻳﻖ ﺍﻟﻮﻃﲏ ﰒ ﺍﳋﺸﻮﻧﺔ ﺍﻟﱵ‬
‫ﺃﺧﻼﻗﻴﺔ‪ ،‬ﻛﻤﺎ ﻻ ﻧﻨﺴﻰ ﺃﻥ ﺍﻷﺷﻘﺎﺀ ﺍﳌﺼﺮﻳﲔ ﺫﻛـﺮﻭﻧـﺎ‬ ‫ﻛﺎﻥ ﺍﻟﺮﻭﺍﻧﺪﻳﻮﻥ ﻳﻨﺘﻬﺠﻮ‪‬ﺎ ﺿـﺪ ﺍﻟـﻔـﺮﻳـﻖ ﻭ ﻛـﺬﺍ‬
‫ﺑﺄ‪‬ﻢ ﻫﻢ ﺍﻟﺬﻳﻦ ﺣﺮﺭﻭﻧﺎ ﻣﻦ ﻓﺮﻧﺴﺎ ﻭ ﻋﻠﻤﻮﻧﺎ ﻗـﻮﺍﻋـﺪ‬ ‫ﺍﳌﺴﺮﺣﻴﺎﺕ ﺍﻟﱵ ﻛﺎﻧﻮﺍ ﳝﺜﻠﻮ‪‬ﺎ ﻋﻠﻰ ﺃﺭﺿﻴﺔ ﺍﳌﻠﻌـﺐ ﻭ‬
‫ﺍﻟﻠﻐﺔ ﺍﻟﻌﺮﺑﻴﺔ‪ ،‬ﻭ ﻧﺴﻮﺍ ﺃﻧﻨﺎ ﺩﻓﻌﻨﺎ ﻣـﻠـﻴـﻮﻥ ﻭ ﻧﺼـﻒ‬ ‫ﺑﺬﻟﻚ ﺗﻌﻮﺩ ﺇﱃ ﺍﻷﺫﻫﺎﻥ ﺗﻠﻚ ﺍﻟﺘﺼﺮﻓـﺎﺕ ﺍﻟﺴـﻠـﺒـﻴـﺔ‬
‫ﺍﳌﻠﻴﻮﻥ ﻣﻦ ﺍﻟﺸﻬﺪﺍﺀ ﺃﻭﻻ ﻭ ﺃﺧﲑﺍ‪ ،‬ﻛﻤﺎ ﻗﺪﻣﻨﺎ ﺷـﻬـﺪﺍﺀ‬ ‫ﻟﻠﺤﻜﺎﻡ ﺍﻷﻓﺎﺭﻗﺔ ﺑﻌﺪ ﻏﻴﺎ‪‬ﺎ ﻋﻦ ﺍﳌـﻼﻋـﺐ ﳌـﺪﺓ ﻣـﻦ‬
‫ﰲ ﺣﺮﺏ ﺃﻛﺘﻮﺑﺮ ﻻ ﻳﻌﻠـﻢ ﻋـﺪﺩﻫـﻢ ﺇﻻ ﺍﷲ ﻭ ﻫـﻢ‬ ‫ﺍﻟﺰﻣﻦ‪.‬‬
‫ﻣﺪﻓﻮﻧﲔ ﰲ ﺃﺭﺽ ﺍﻟﻜﻨﺎﻧﺔ ﻭ ﱂ ﻧﺰﺍﻳﺪ ‪‬ـﻢ ﻛـﻞ ﻫـﺬﺍ‬ ‫ﺇﻥ ﺍﻟﻨﺘﻴﺠﺔ ﺍﻟﱵ ﺳﺠﻠﻬﺎ ﺍﻟﻔﺮﻳﻖ ﺍﻟـﻮﻃـﲏ ﺗـﺮﺷـﺤـﻪ‬
‫ﺣﺪﺙ ﻟﻠﺠﺰﺍﺋﺮ ‪‬ﺮﺩ ﻣﺒﺎﺭﺍﺓ ﻻ ﻳﺘـﻌـﺪﻯ ﻭﻗـﺘـﻬـﺎ ‪90‬‬ ‫ﻟﻠﺘﺄﻫﻞ ﺧﺎﺻﺔ ﻭ ﺃﻥ ﺍﳌﺼﺮﻳﲔ ﻣﻄﺎﻟﺒﲔ ﺑﺎﻟﻔﻮﺯ ) ‪(0-2‬‬
‫ﺩﻗﻴﻘﺔ‪ ،‬ﻭ ﻟﻜﻦ ﻻ ﻳﺴﻌﲏ ﺳﻮﻯ ﺍﻟﻘـﻮﻝ ﺍﻟـﺬﻱ ﺗـﺮﻛـﻪ‬ ‫ﻭ ﻫﺬﺍ ﻣﺴﺘﺒﻌﺪ ﻟﻜﻦ ﺍﳌﺼﺮﻳﲔ ﻳﺮﺍﻫﻨﻮﻥ ﻋﻠﻰ ﺫﻟﻚ ﻓﻬـﻢ‬
‫ﺍﻷﻭﻟﻮﻥ‪" :‬ﺍﻟﻘﺎﻓﻠﺔ ﺗﺴﲑ ﻭ ﺍﻟﻜﻼﺏ ﺗﻌﻮﻱ" ﻭ "ﺍﳊﺴـﻮﺩ‬ ‫ﺫﻛﺮﻭﻧﺎ ﲟﻘﺎﺑﻠﱵ ‪ – 86‬ﻭ ‪ 89‬ﺃﻳﻦ ﻓـﺎﺯ ﻓـﻴـﻬـﺎ ﻋـﻠـﻰ‬
‫ﻻ ﻳﺴﻮﺩ" ﺣﱴ ﻭ ﺇﻥ ﱂ ﻧﺘﺄﻫﻞ ﻓﻴﻜﻔﻨﺎ ﺃﻧﻨﺎ ﺗﺄﻫﻠـﻨـﺎ ﰲ‬ ‫ﺍﻟﻔﺮﻳﻖ ﺍﻟﻮﻃﲏ ﰲ ﺍﻟﻘﺎﻫﺮﺓ ﻭ ﻟﻜﻨﻬﻢ ﻧﺴﻮﺍ ﺃﻥ ﻋﻘﻠـﻴـﺔ‬
‫ﻭﻗﺖ ﻛﺎﻥ ﻓﻴﻪ ﺍﻟﺘﺄﻫﻞ ﻟﻸﻗﻮﻳﺎﺀ‪ ،‬ﻭ ﺻﻨﻌـﻨـﺎ ﻣـﻠـﺤـﻤـﺔ‬ ‫ﺍﻟﻼﻋﺒﲔ ﻟﻴﺴﺖ ﺗﻠﻚ ﺍﻟﱵ ﻋﺮﻓﻮﻫﺎ ﻣﻦ ﻗﺒﻞ ﺑـﻞ ﺍﻵﻥ‬
‫"ﺧﻴﺨﻮﻥ" ﻭ ﱂ ﻧﻜﺜﺮ ﺍﳊﺪﻳﺚ ﻭ ﻳﺒﻘﻰ ﻳﻮﻡ ‪ 14‬ﻧﻮﻓﻤﱪ‬ ‫ﳍﻢ ﻋﻘﻠﻴﺔ ﻻﻋﺒﲔ ﳏﺘﺮﻓﲔ ﻟﻦ ﻳﺆﺛﺮ ﻓﻴﻬﻢ ﺍﻟﻀـﻐـﻂ‬
‫ﺍﻟﻔﺎﺻﻞ ﰲ ﻫﺬﻩ ﺍﳊﺮﺏ )ﺍﳌﺒﺎﺭﺍﺓ( ﺍﻟﱵ ﻻ ﻣﻌﲎ ﳍـﺎ ﻭ‬ ‫ﺍﻟﻨﻔﺴﻲ ﺍﻟﺬﻱ ﻫﻢ ﺑﺼﺪﺩ ‪‬ﻴﺌﺘﻪ ﻭ ﺫﻟﻚ ﻛﻤﺎ ﺻﺮﺡ ﺟﻞ‬
‫ﻏﺪﺍ ﻟﻨﺎﻇﺮﻩ ﻗﺮﻳﺐ ‪...‬‬ ‫ﺍﻟﻼﻋﺒﲔ‪ ،‬ﺃﻥ ﻫﺬﻩ ﺍﳌﺒﺎﺭﺍﺓ ﺳﺘـﻜـﻮﻥ ﻛـﺮﺩ ﻋـﻦ ﺗـﻠـﻚ‬
‫ﺍﻻﺳﺘﻔﺰﺍﺯﺍﺕ ﻭ ﺳﻴﺒﺬﻟﻮﻥ ﻛﻞ ﻣﺎ ﰲ ﻭﺳﻌﻬﻢ ﻣﻦ ﺃﺟﻞ‬
‫‪13‬‬
‫ﺍﻟﺘﺎﺭﳜﻴﲔ ﱂ ﺗﻜﻦ ﺗﺘﻴﺢ ﻷﻓﺮﺍﺩ ﺍﻟﺸﻌﺐ ﺃﻥ ﻳﺴﺘﻘﺮﺉ‬
‫ﻧﺒﺬة ﻋﻦ ﺣﻴﺎة اﻟﺮاﺋﺪ‬ ‫ﺍﻷﻭﺿﺎﻉ ﻭﻛﻤﺎ ﺫﻛﺮﺕ ﻓﺤﱴ ﺿﺒﺎﻁ ﻓﺮﻧﺴﺎ ﻫـﻨـﺎ ﰲ‬
‫ﻋﻤﺎرﻣﻼح‬ ‫ﺑﺎﺗﻨﺔ ﱂ ﻳﺘﻤﻜﻨﻮﺍ ﻣﻦ ﻛﺸﻒ ﲢﺮﻛﺎﺕ ﺍ‪‬ـﺎﻫـﺪﻳـﻦ‬
‫ﻭﻫﻮ ﻣﺎ ﳚﻌﺎﱐ ﺍﻗـﻮﻝ ﺃﻥ ﳒـﺎﺡ ﺍﻟـﺜـﻮﺭﺓ ﻋـﻨـﺪ‬
‫ﻭﻟﺪ ﺍ‪‬ﺎﻫﺪ ﺍﻟﺮﺍﺋﺪ ﻋﻤﺎﺭ ﻣـﻼﺡ ﻳـﻮﻡ ‪/ 02 / 15‬‬ ‫ﺍﻧﺪﻻﻋﻬﺎ ﻛﺎﻥ ﺑﺴﺒﺐ ﺍﻹﻧﻀﺒﺎﻁ ﺍﻟﻜـﺒـﲑ ﻭﺍﻟﺴـﺮﻳـﺔ‬
‫‪ 1938‬ﺑﺪﻭﺍﺭ ﺍﳊﺮﺍﻛﺘﺔ ﺑﺘﺤﻤﺎﻣﺖ ﺣﺎﻟﻴﺎ ﺑـﺪﻋـﻰ‬ ‫ﻭﺍﻟﺘﻨﻈﻴﻢ ﻋﻠﻰ ﺃﻋﻠﻰ ﻣﺴﺘﻮﻯ ﻭﺍﻹﺧـﻼﺹ ﻭﺍﻹﳝـﺎﻥ‬
‫ﺍﳌﻌﺬﺭ ﻭﺯﺍﻭﻝ ﺗﻌﻠﻴﻤﻪ ﺍﻹﺑﺘﺪﺍﺋﻲ ﲟﺴﻘﻂ ﺭﺍﺳﻪ ﰒ‬ ‫ﺑﺎﻟﻘﻀﻴﺔ ﻭﺍﻟﺘﻮﻛﻞ ﻋﻠﻰ ﺍﷲ ﺣﱴ ﺃﻥ ﻓﺮﻧﺴـﺎ ﺑـﻌـﺪ‬
‫ﺍﻟﺘﻌﻠﻴﻢ ﺍﻟﺜﺎﻧﻮﻱ ﺑﻘﺴﻨﻄﻴﻨﺔ ﻭﺍﻟـﺘـﺤـﻖ ﺑﺼـﻔـﻮﻑ‬ ‫ﺍﻧﺪﻻﻉ ﺍﻟﺜـﻮﺭﺓ ﻗـﺎﻣـﺖ ﺑـﻌـﻤـﻠـﻴـﺔ ﺇﻧـﺰﺍﻝ ﻛـﺒـﲑ‬
‫ﺍﻟﺜﻮﺭﺓ ﻭﲜﻴﺶ ﺍﻟﺘﺤﺮﻳﺮ ﻭﻋﻤﺮﻩ ﻻ ﻳـﺘـﺠـﺎﻭﺯ ‪18‬‬ ‫ﻟﻠﻌﺴﻜﺮﻭﻛﺎﻧﻮﺍ ﻳﻘﻮﻟﻮﻥ ) ﺃﲬﺪﻭﺍ ﺍﻟﺜﻮﺭﺓ ﰲ ﺍﻷﻭﺭﺍﺱ‬
‫ﺳﻨﺔ ﺳﻨﺔ ‪ 1956‬ﺑﻌﺪ ﺇﺿﺮﺍﺏ ﺍﻟﻄﻠﺒـﺔ ﻳـﻮﻡ ‪19‬‬ ‫ﲣﻤﺪ ﰲ ﺑﺎﻗﻲ ﻣﻨﺎﻃﻖ ﺍﳉﺰﺍﺋﺮ‪.‬‬
‫ﻣﺎﻱ ﻣﻦ ﺫﺍﺕ ﺍﻟﺴﻨﺔ ﻭﺗﻘﻠﺪ ﺑﻌﺪﻫﺎ ﻋﺪﺓ ﻣﺴﺆﻭﻟﻴـﺎﺕ‬ ‫ـ ﺑﺮأﻳﻜﻢ ﻫﻞ إﺧﺘﻴﺎر ﻟـﻴـﻠـﺔ أول ﻧـﻮﻓـﻤـﺒـﺮ‬
‫ﻹﻧﺪﻻع اﻟﺜﻮرة ﻛﺎن ﻣﺪروﺳﺎ ﺧﺎﺻﺔ أن ﻫﺬا‬
‫ﰲ ﺟﻴﺶ ﺍﻟﺘﺤﺮﻳﺮ ﻣﻨﻬﺎ ﻋﻀﻮ ﺑـﻘـﻴـﺎﺩﺓ ﳎـﻠـﺲ‬
‫اﻟــﺘــﺎرﻳــﺦ ﻳﺼــﺎدف ﻋــﻴــﺪ اﻟــﻘــﺪﻳــﺲ ﻋــﻨــﺪ‬
‫ﺍﻟﻮﻻﻳﺔ ﺍﻷﻭﱃ ﻭﻋﻀﻮ ﺑﺎ‪‬ﻠﺲ ﺍﻟﻮﻃﲏ ﻟـﻠـﺜـﻮﺭﺓ‬ ‫اﻷورﺑﻴﻴﻦ؟‬
‫ﺍﳉﺰﺍﺋﺮﻳﺔ ﺑـﺮﺗـﺒـﺔ ﺭﺍﺋـﺪ ﻭﺑـﻌـﺪ ﺍﻹﺳـﺘـﻘـﻼﻝ‬ ‫ـ ﻃﺒﻌﺎ ﺍﺧﺘﻴﺎﺭ ﻫﺪﺍ ﺍﻟﺘﺎﺭﻳﺦ ﱂ ﻳﻜﻦ ﺇﻋﺘﺒﺎﻃـﻴـﺎ ﺑـﻞ‬
‫ﻭﺍﺳﺘﺮﺟﺎﻉ ﺍﻟﺴﻴﺎﺩﺓ ﺍﻟﻮﻃﻨﻴﺔ ﻋﲔ ﻗﺎﺋﺪﺍ ﻟﻠﻨﺎﺣﻴـﺔ‬ ‫ﲤﺖ ﺩﺭﺍﺳﺘﻪ ﺑﺪﻗﺔ ﻋﺎﻟﻴﺔ ﻭﻫﻮ ﻣـﻮﻋـﺪ ﺍﳊـﻔـﻼﺕ‬
‫ﺍﻟﻌﺴﻜﺮﻳﺔ ﺍﳋﺎﻣﺴﺔ ﺑﺒﺎﺗﻨﺔ ﺑـﲔ ﺳـﻨـﱵ ‪1962‬‬ ‫ﻭﺍﻟﺴﻬﺮﺍﺕ ﻋﻨﺪ ﺍﻷﻭﺭﺑﻴﲔ ‪ ,‬ﻣﺎ ﻳـﻌـﲏ ﺗـﺮﺍﺧـﻲ ﰲ‬
‫ﻭ‪ 1964‬ﰒ ﻗﺎﺋﺪﺍ ﻟﻠﻨﺎﺣﻴﺔ ﺍﻟﻌﺴﻜﺮﻳﺔ ﺍﻟـﺮﺍﺑـﻌـﺔ‬ ‫ﻋﻤﻠﻴﺎﺕ ﺍﳌﺮﺍﻗﺒﺔ ﻭﺍﳊﺮﺍﺳﺔ ﻭﻫﺬﻩ ﺍﳌﻌﻄﻴﺎﺕ ﺳﺎﻋﺪﺕ‬
‫ﺑﻮﺭﻗﻠﺔ ﻣﻦ ﺳﻨﺔ ‪ 1964‬ﺇﱃ ﺳـﻨـﺔ ‪ 1965‬ﰒ‬ ‫ﺍ‪‬ﺎﻫﺪﻳﻦ ﻋﻠﻰ ﺗﻨﻔﻴﺬ ﺍﳍﺠـﻮﻣـﺎﺕ ﻋـﻠـﻰ ﺍﳌـﺮﺍﻛـﺰ‬
‫ﻟﻠﺪﺭﺍﺳﺎﺕ ﺍﻟﻌﻠﻴﺎ ﻟﻸﺭﻛﺎﻥ ﻟـﻠـﺠـﻴـﺶ ﺑـﺄﻛـﺎﺩﻣـﻴـﺔ‬ ‫ﺍﳌﺴﺘﻬﺪﻓﺔ ﻭﺿﻤﺎﻥ ﳒﺎﺣﻬﺎ‪.‬‬
‫)ﻓﺮﻭﻧﺰﻱ( ﺑﺎﻹﲢﺎﺩ ﺍﻟﺴﻮﻓﻴﺎﰐ ﻣـﻦ ‪ 1965‬ﺇﱃ‬ ‫ـ اﻟﺮاﺋﺪ ﻋﻤﺎر ﻣﻼح إﻧـﻄـﻠـﻖ ﻗـﻄـﺎر اﻟـﺜـﻮرة‬
‫‪ 1967‬ﻟﻴﻌﲔ ﺑﻌﺪﻫﺎ ﻋﻀﻮﺍ ﺑﻘﻴﺎﺩﺓ ﺍﻷﺭﻛﺎﻥ ﺍﻟﻌﺎﻣﺔ‬ ‫ﻓــﻜــﻴــﻒ ﻛــﺎن وﻗــﻌــﻬــﺎ ﻋــﻠــﻰ اﻟﺸــﻌــﺐ‬
‫اﻟﺠﺰاﺋﺮي ﺧﻼل اﻻﻳﺎم اﻷوﻟﻰ ؟‬
‫ﻟﻠﺠﻴﺶ ﺍﻟﻮﻃﲏ ﺍﻟﺸﻌﱯ ﻣﻜﻠﻔﺎ ﺑـﺎﻟـﺘـﻨـﻈـﻴـﻢ ﰲ‬
‫ﺍﻟﻨﺼﻒ ﺍﻟﺜﺎﱐ ﻣﻦ ﺳﻨﺔ ‪ 1967‬ﻭﻫﻮﺣﺎﻟﻴﺎ ﻋﻀـﻮﺍ‬ ‫ـ ﺍﳌﻮﺍﻗﻒ ﺍﺧﺘﻠﻔﺖ ﺑﲔ ﺍﻟﻨﺎﺱ ﰲ ﺍﻟﺒﺪﺍﻳﺔ ﻓـﻬـﻨـﺎﻙ‬
‫ﺑﺎﳎﻠﺲ ﺍﻟﻮﻃﲏ ﻟﻠﻤﺠﺎﻫﺪﻳﻦ ﻣﻨﺬ ﺳـﻨـﺔ ‪1990‬‬ ‫ﻣﻦ ﻛﺎﻥ ﺧﺎﺋﻔﺎ ﻭﺁﺧﺮ ﻓﺮﺣﺎﻥ ﻭﻛﺄﻧﻪ ﻛﺎﻥ ﻳﻨﺘﻈﺮ ﻫﺬﺍ‬
‫ﻭﻣﺴﺆﻭﻝ ﲜﻤﻌﻴﺔ ﺃﻭﻝ ﻧﻮﻓﻤﱪ ﺑﺒﺎﺗﻨـﺔ ﻭﺍﻗـﺘـﺤـﻢ‬ ‫ﺍﻟﻴﻮﻡ ﺍﻟﻌﻈﻴﻢ ﻭﺍﻟﺒﻌﺾ ﱂ ﻳﻔﻬﻢ ﺷﻴﺌﺎ ﳑﺎ ﺣﺪﺙ‪.‬‬
‫ﳎﺎﻝ ﺍﻟﺘﺄﻟﻴﻒ ﰲ ﺍﻟﺴﻨﻮﺍﺕ ﺍﻷﺧﲑﺓ ﺣﻴﺚ ﺻـﺪﺭﺕ‬
‫ﻟﻪ ﺍﻟﻌﺪﻳﺪ ﻣﻦ ﺍﳌﺆﻟﻔﺎﺕ ﺗﺆﺭﺥ ﳌﺮﺍﺣﻞ ﺍﻟﻜﻔﺎﺡ ﺍﳌﺴﻠﺢ‬ ‫ـ اﻟﻤﺠﺎﻫﺪ ﻋﻤﺎر ﻣـﻼح ﺷـﻜـﺮاﻟـﻜـﻢ ﻋـﻠـﻰ‬
‫ﲟﻨﻄﻘﺔ ﺍﻷﻭﺭﺍﺱ ﻛﻤﺎ ﺗﻨﺎﻭﻝ ﺣﻴﺎﺓ ﺃﺑـﺮﺯ ﺍﻟـﻘـﺎﺩﺓ‬ ‫ﻫﺬا اﻟﺤﻮار اﻟﻘﻴﻢ وﻋﻠﻰ ﺳﻌﺔ ﺻﺪرﻛﻢ‬
‫ﺍﻟﺘﺎﺭﳜﻴﲔ‪.‬‬

‫‪12‬‬
‫ﺇﻋﻼﻣﻴﺔ ﻛﺒﲑﺓ ‪,‬ﻫﻞ ﺗﻌﺘﻘﺪﻭﻥ ﺃ‪‬ﺎ ﻭﺭﻗﺔ ﺿﻐﻂ ﺃﻱ‬ ‫ـ ﻣﻠﻒ اﻹرﺷﻴﻒ اﻟﻤﺘﻮاﺟﺪ ﺑﺤﻮزة ﻓﺮﻧﺴـﺎ‬
‫ﻣﺎﻳﺰال ﻳﺜﻴﺮ ﺟﺪﻻ ﻛﺒﻴﺮا ﺑﺮأﻳـﻜـﻢ إﻟـﻰ أي‬
‫ﻛﺎﻥ ﻧﻮﻋﻬﺎ ﻣﻦ ﻃﺮﻑ ﺑﻌﺾ ﺍﳉﻬﺎﺕ ﻷﻏﺮﺍﺽ ﻣﺎ ﺃﻡ‬
‫ﻣﺪى ﻳﻤﻜﻦ أن ﻳﺴﺘﻤﺮ اﻟﺨﻼف ﺣﻮل ﻫﺪا‬
‫ﺃﻥ ﻋﺎﺋﻠﺔ ﺍ‪‬ﺎﻫﺪﻳﻦ ﺍﻟﻜـﺒـﲑﺓ ﺍﺧـﺘـﺮﻗـﺖ ﻓـﻌـﻼ‬ ‫اﻟﻤﻠﻒ اﻟﺸﺎﺋﻚ؟‬
‫ﻭﺃﺻﺒﺢ ﰲ ﺻﻔﻮﻓﻬﺎ ﺃﺷﺨﺎﺹ ﻣﺰﻳﻔـﻮﻥ ﳛـﻤـﻠـﻮﻥ‬ ‫ـ ﺃﺗﻮﻗﻊ ﺃﻥ ﻫﺬﺍ ﺍﳋﻼﻑ ﺳﻴﺴﺘﻤﺮ ﺳﻨـﻮﺍﺕ ﺃﺧـﺮﻯ‬
‫ﺻﻔﺔ ﳎﺎﻫﺪ؟‬ ‫ﻷﻥ ﻓﺮﻧﺴﺎ ﻏﲑ ﻣﺴﺘﻌﺪﺓ ﻷﻥ ﲤـﻨـﺤـﻨـﺎ ﺇﺭﺷـﻴـﻔـﺎ‬
‫ﻧﻌﻢ ﺑﻜﻞ ﺻﺮﺍﺣﺔ ﻫﻨﺎﻙ ﳎـﺎﻫـﺪﻳـﻦ ﻣـﺰﻳـﻔـﲔ‬ ‫ﻳﻔﻀﺢ ﺟﺮﺍﺋﻤﻬﺎ ﺍﻟﺒﺸﻌﺔ ﻛﻤﺎ ﺳﻴﻜـﺸـﻒ ﺗـﻮﺭﻃـﻬـﺎ‬
‫ﺃﻏﻠﺒﻬﻢ ﺍﺳﺘﻌﺎﻥ ﺑﺄﻗﺎﺭﺑﻪ ﻟﻴﺜﺒﺖ ﻣﺸﺎﺭﻛﺘﻪ ﰲ ﺍﻟﺜﻮﺭﺓ‬ ‫ﺭﻓﻘﺔ ﺑﻌﺾ ﺍﳉﺰﺍﺋﺮﻳﲔ ﺍﳌﻮﺟﻮﺩﻳﻦ ﰲ ﺍﻟﻘـﻤـﺔ ﰲ‬
‫ﺍﻟﺘﺤﺮﻳﺮﻳﺔ ﻋﻨﺪﻣﺎ ﻧﻘﻀﻲ ﻋﻠﻰ ﻣﺼﻄﻠـﺢ ﺍﻟـﺮﺷـﻮﺓ‬ ‫ﺃﻣﻮﺭ ﺧﻄﲑﺓ ﺟﺪﺍ ﻭﺃﻋﺘﻘﺪ ﺃﻳﻀﺎ ﺃﻧﻨﺎ ﱂ ﺗﻜﻦ ﻟـﻨـﺎ‬
‫ﺳﻨﺤﻞ ﺣﻴﻨﻬﺎ ﻣﺸﻜﻠﺔ ﺍ‪‬ﺎﻫﺪﻳﻦ ﺍﳌﺰﻳﻔﲔ ﻓـﺨـﻼﻝ‬ ‫ﺍﻹﺭﺍﺩﺓ ﺍﻟــﻼﺯﻣــﺔ ﻟــﻠــﻤــﻄــﺎﻟــﺒــﺔ ‪‬ــﺬﺍ ﺍﳌــﻠــﻒ‬
‫ﻣﺆﲤﺮ ﺍ‪‬ـﺎﻫـﺪﻳـﻦ ﺳـﻨـﺔ‪ 1996‬ﺳـﺄﻟـﺖ ﻭﺯﻳـﺮ‬ ‫ﺍﳋﻄﲑﻭﺍﳊﻘﻴﻘﺔ ﺃﻥ ﻓﺮﻧﺴﺎ ﱂ ﲤـﻨـﺤـﻨـﺎ ﺳـﻮﻯ‬
‫ﺍ‪‬ﺎﻫﺪﻳﻦ ﺣﻴﻨﻬﺎ ﻋﻦ ﺍﻟﻌﺪﺩ ﺍﻟﺮﲰﻲ ﻟﻠﻤﺠﺎﻫـﺪﻳـﻦ‬ ‫ﺇﺭﺷﻴﻔﺎ ﺑﺴﻴﻄﺎ ﻻ ﻳﺴﻤﻦ ﻭﻻ ﻳﻐﲏ ﻣﻦ ﺟﻮﻉ ﳜـﺺ‬
‫ﻓﺬﻛﺮ ﺍﻟﺮﻗﻢ ‪ 85000‬ﳎﺎﻫﺪ ﻓﻘﻠﺖ ﻟﻪ ﺃﻥ ﺍﻟـﺮﻗـﻢ‬ ‫ﺧﻄﻲ ﺷﺎﻝ ﻭﻣﻮﺭﻳﺲ ﺑﻌﺪ ‪ 46‬ﺳﻨﺔ ﻣﺎﺫﺍ ﻧﻔﻌﻞ ﺑـﻪ‬
‫ﺍﳊﻘﻴﻘﻲ ﻻ ﻳﺘﻌﺪﻯ ‪ 45000‬ﳎﺎﻫﺪ ﻣﻦ ﺣـﺎﻣـﻠـﻲ‬ ‫ﺍﻵﻥ ﻟﻮ ﻣﻨﺤﺘﻨﺎ ﺇﻳﺎﻩ ﻗﺒﻞ ﺳﻨﻮﺍﺕ ﻷﺳﺘﻌﻨﺎ ﺑﺮﻭﺳﻴـﺎ‬
‫ﺍﻟﺴﻼﺡ ﺑﻌﺪ ﺗﻮﻗﻴﻒ ﺍﻟﻘﺘﺎﻝ ﻟﻜﻦ ﺑﻌﻴﺪﺍ ﻋﻦ ﺍﻷﺭﻗﺎﻡ‬ ‫ﺍﻟﱵ ﳍﺎ ﺧﱪﺓ ﰲ ﻫﺬﺍ ﺍ‪‬ﺎﻝ ﻟﻜﻦ ﺍﻵ ﻥ ﺍﻷﺭﺽ‬
‫ﻭﺃﺣﻘﻴﺔ ﻛﻞ ﺷﺨﺺ ﰲ ﲪﻞ ﺑﻄﺎﻗﺔ ﳎﺎﻫﺪ ﺃﻗﻮﻝ‬ ‫ﺗﻐﲑﺕ ﻭﺍﻟﻌﻤﺮﺍﻥ ﻏﺰﺍ ﻫﺎ ﻓـﻼ ﻓـﺎﺋـﺪﺓ ﻣـﻦ ﻫـﺬﺍ‬
‫ﺃﻥ ﺍﻟﺸﻌﺐ ﺍﳉﺰﺍﺋﺮﻱ ﻫـﻮ ﺃﺳـﺎﺱ ﻫـﺬﻩ ﺍﻟـﺜـﻮﺭﺓ‬ ‫ﺍﻹﺭﺷﻴﻒ ﺍﻟﺬﻱ ﲢﺼﻠﻨﺎ ﻋﻠﻴﻪ‪.‬‬
‫ﻭﻫﻮﺍﻟﺬﻱ ﲢﻤﻞ ﺍﳌﻌﺎﻧﺎﺓ ﻭﺍﻟـﻘـﺴـﻮﺓ ﻭﺍﻟـﺘـﻌـﺬﻳـﺐ‬ ‫ـ ﻧـﺎدى ﻣـﺠـﺎﻫـﺪون وﻗـﺎدة ﺗـﺎرﻳـﺨـﻴـﻮن‬
‫ﻭﺍﻟﻘﺘﻞ ﻭﺍﻟﺬﺑﺢ ﻭﺍﻟﺘﺠﻮﻳـﻊ ﻭﺍﻟـﻌـﺮﻱ ﻣـﻦ ﻃـﺮﻑ‬ ‫وأﻋﻀــﺎء ﻓــﻲ اﻟــﺤــﻜــﻮﻣــﺔ اﻟــﺠــﺰاﺋــﺮﻳــﺔ‬
‫ﺑﻀــﺮورة اﻋــﺘــﺮاف ﻓــﺮﻧﺴــﺎ ﺑــﺠــﺮاﺋــﻤــﻬــﺎ‬
‫ﺍﳊﺮﻛﻰ ﻭﺍﳉﻴﺶ ﺍﻟﻔﺮﻧﺴـﻲ ﻫـﻮ ﻣـﻦ ﻳﺴـﺘـﺤـﻖ‬
‫وﺗﻌﻮﻳﺾ اﻟﺸﻌـﺐ اﻟـﺠـﺰاﺋـﺮي ﻋـﻦ ﻛـﻞ‬
‫ﺍﻹﺣﺘﺮﺍﻡ ﻭﺍﻟﺘﺒﺠﻴﻞ ﻭﺍﻟﺘﺨﻠﻴﺪ‪.‬‬ ‫اﻟــﻤــﺂﺳــﻲ اﻟــﺘــﻲ ﻟــﺤــﻘــﺘــﻪ ﻫــﻞ ﻓــﻲ‬
‫اﻋﺘﻘﺎدﻛﻢ أن ﻓﺮﻧﺴـﺎ ﺳـﺘـﺮﺿـﺦ ﻟـﻬـﺬه‬
‫ـ اﻟﺴﻴﺪ ﻣﻼح أﻋﻮد ﺑﻜﻢ إﻟﻰ ﺑﺪاﻳﺔ اﻟﺜﻮرة‬ ‫اﻟﻤﻄﺎﻟﺐ أم أﻧﻬـﺎ ﺳـﺘـﻮاﺻـﻞ ﺳـﻴـﺎﺳـﺔ‬
‫ﻣﺎ ﻫﻮ اﻹﻧﻄﺒﺎع اﻟـﺬي ﻛـﺎن ﺳـﺎﺋـﺪا ﻓـﻲ‬ ‫اﻟﻤﻤﺎﻃﻠﺔ؟‬
‫ﺗﻠﻚ اﻟﻔﺘﺮة ﺑﻴﻦ أﻓﺮاد اﻟﺸﻌﺐ اﻟﺠـﺰاﺋـﺮي‬ ‫ـ ﺍﻟﻌﺎﱂ ﻛﻠﻪ ﻳﻌﺮﻑ ﺣﺠﻢ ﺍﳉﺮﺍﺋﻢ ﺍﻟﱵ ﺍﺭﺗﻜﺒﺘﻬـﺎ‬
‫وﻫﻞ ﻛﺎن ﻫﻨﺎك إﺣﺴﺎس ﺑﺄن ﺷﻴـﺊ ﻣـﺎ‬ ‫ﺿﺪ ﺍﻟﺸﻌﺐ ﺍﳉﺰﺍﺋﺮﻱ ﻻ ﺃﻋﺘﻘﺪ ﺃ‪‬ﺎ ﺳﺘﻌﺘﺮﻑ ﲟﺎ‬
‫ﻳﻄﺒـﺦ ﻓـﻲ اﻟـﺨـﻔـﺎء رﻏـﻦ أن اﻟـﺘـﻘـﺎرﻳـﺮ‬
‫ﺍﻗﺘﺮﻓﺘﻪ ﺃﻳﺎﺩﻳﻬﺎ ﺍﳌﻠﻮﺛﺔ ﺑﺪﻣـﺎﺀ ﺍﻟﺸـﻬـﺪﺍﺀ ﻟـﻜـﻦ‬
‫اﻟﻔﺮﻧﺴﻴﺔ أﻛﺪت أن ﻛﻞ ﺷﻴﺊ ﻋـﻠـﻰ ﻣـﺎ‬
‫ﻳﺮام ﻓﻲ ﻣﻨﻄﻘﺔ اﻷوراس ؟‬ ‫ﻋﻠﻴﻨﺎ ﲟﻮﺍﺻﻠﺔ ﺍﳌﻄﺎﻟﺒﺔ ﻭﺍﻟﻀﻐﻂ ﺃﻛﺜﺮ ﺣﱴ ﻧﻌﻴﺪ‬
‫ـ ﻻ ﺃﺗﺬﻛﺮ ﺟﻴﺪﺍ ﻷﻧﲏ ﻛﻨﺖ ﻻ ﺃﺯﺍﻝ ﻃﺎﻟﺒﺎ ﺣﻴـﺚ‬ ‫ﺍﻹﻋﺘﺒﺎﺭ ﻟﺘﺎﺭﳜﻨﺎ ﻭﺗﻀﺤﻴﺎﺕ ﺷﻌﺒﻨـﺎ ﺣـﱴ ﻭﻟـﻮ‬
‫ﺍﻟﺘﺤﻘﺖ ﺑﺎﻟﺜﻮﺭﺓ ﺳـﻨـﺔ ‪ 1956‬ﻟـﻜـﻦ ﺃﻗـﻮﻝ ﺃﻥ‬ ‫ﺑﻌﺪ ﺳﻨﻮﺍﺕ ﺃﺧﺮﻯ ـ ﻗﻀﻴﺔ ﺍ‪‬ﺎﻫﺪﻳﻦ ﺍﳌـﺰﻳـﻔـﲔ‬
‫ﺍﻟﺴﺮﻳﺔ ﺍﻟﻜﺎﻣﻠﺔ ﺍﻟﱵ ﺗﻄﺒﻊ ﻧﺸﺎﻁ ﺍﻟﻘﺎﺩﺓ‬ ‫ﺍﻟﱵ ﺃﺛﲑﺕ ﰲ ﺍﻟﺴﻨﻮﺍﺕ ﺍﻷﺧﲑﺓ ﻭﺃﺣﺪﺛﺖ ﺿﺠﺔ‬

‫‪11‬‬
‫ــ ﺷــﻜــﻜــﺖ ﺑــﻌــﺾ اﻷﺻــﻮات ﻓــﻲ ﻋــﺪد‬ ‫ـ ﺑﻌﺪ ﺗﻀﺤﻴﺎت ﻛﺒﻴﺮة ﺟﺪا دﻓـﻊ ﺛـﻤـﻨـﻬـﺎ‬
‫ﺷﻬﺪاء اﻟﺜﻮرة آﺧﺮﻫﻢ ﻧﺎﺋﺐ ﺑﺮﻟﻤﺎﻧﻲ ﻣـﺎ‬ ‫اﻟﺸﻌﺐ اﻟﺠﺰاﺋﺮي ﻧﺎﻟﺖ اﻟﺒﻼد اﺳﺘﻘﻼﻟـﻬـﺎ‬
‫ﺗﻌﻠﻴﻘﻜﻢ ؟‬ ‫وﻋﺮﻓﺖ ﻓﺘﺮات اﻟﺴﺒﻌﻴﻨﺎت واﻟﺜﻤﺎﻧـﻴـﻨـﺎت‬
‫ـ ﻫﺬ ﺷﻜﻚ ﰲ ﻋﺪﺩ ﺍﻟﺸﻬﺪﺍﺀ ﻭﺁﺧﺮﻭﻥ ﻗﺎﻟﻮﺍ ﺍﻟﺘﺎﺭﻳـﺦ‬ ‫ﺻﺪى ﻛﺒﻴﺮا ﻟﻠﺜﻮرة ﻓﻲ اﻟﻌﺎﻟـﻢ أﺟـﻤـﻊ و‬
‫اﻟﺠﺰاﺋﺮ إﺳﺘﺜـﻤـﺮت ﻫـﺬا اﻟـﻨـﺠـﺎح اﻟـﺒـﺎﻫـﺮ‬
‫ﰲ ﺍﳌﺰﺑﻠﺔ ﻫﺬﻩ ﺗﺼﺮﳛﺎﺕ ﻏـﲑ ﻣﺴـﺆﻭﻟـﺔ ﻭﻋـﻤـﻞ‬
‫وﺗﺴﻴﺪت اﻟﺤﺮﻛﺎت اﻟﺘﺤﺮرﻳﺔ ﻓﻲ اﻟﻌـﺎﻟـﻢ‬
‫ﻳﻨﺪﻯ ﻟﻪ ﺍﳉﺒﲔ ﺃﻧﺎ ﻟﺴﻴﺖ ﻟﺪﻱ ﺃﺣﺼﺎﺋﻴﺎﺕ ﺭﲰﻴـﺔ‬ ‫ﻣﺪاﻓﻌﺔ ﻋﻨﻬﻢ ﻓﻲ ﻣﺨﺘﻠـﻒ اﻟـﻤـﺤـﺎﻓـﻞ‬
‫ﻟﻜﻨﲏ ﺃﺭﺩ ﻋﻠﻰ ﻫﺆﻻﺀ ﺑـﺄﻥ ﻳـﻌـﻄـﻮﻧـﺎ ﺃﺭﻗـﺎﻣـﻬـﻢ‬ ‫اﻟﺪوﻟﻴﺔ ﻫﻞ ﻓـﻲ اﻋـﺘـﻘـﺎدﻛـﻢ ان ﻧـﺘـﺎﺋـﺞ‬
‫ﻭﻣﻌﺎﺭﻓﻬﻢ ﻭﺇﺣﺼﺎﺋﻴﺎ‪‬ﻢ ﻭﻳﻔﻴﺪﻭﻧﻨﺎ ﻟﻜﻦ ﺃﻥ ﻳﻄﻠـﻘـﻮﺍ‬ ‫اﻟﺜﻮرة وﺻﺪاﻫﺎ ﻣﺎﻳﺰال ﻣﺆﺛﺮا اﻟـﻴـﻮم ﻓـﻲ‬
‫ﻇﻞ اﻟﺘﻐﻴﺮات اﻟﺘﻲ ﻳﻌﺮﻓﻬﺎ اﻟﻌﺎﻟﻢ ؟‬
‫ﻫﻜﺬﺍ ﺗﺼﺮﳛﺎﺕ ﺃﲰﻴﻬﺎ ﺍﺳﺘﻔﺰﺍﺯﻳﺔ ﻓﻬـﻲ ﻣـﺮﺩﻭﺩﺓ‬
‫ـ ﺃﻭﻻ ﺃﻗﻮﻝ ﺃﻥ ﺍﳉﺰﺍﺋﺮ ﻣﺮﺕ ﲟﺮﺍﺣﻞ ﻗﺎﺳﻴﺔ ﺇﺑـﺎﻥ‬
‫ﻋﻠﻴﻬﻢ ﻭﻟﻦ ﲤﺲ ﻣﻦ ﻗﻴﻤﺔ ﻭﻋﻈﻤﺔ ﻫﺬﻩ ﺍﻟﺜﻮﺭﺓ ‪.‬‬
‫ﺍﻹﺣﺘﻼﻝ ﻗﺎﺑﻠﺘﻬﺎ ﻣﺮﺣﻠﺔ ﺗﻀـﺎﻣـﻦ ﻭﻭﺣـﺪﺓ ﺑـﲔ‬
‫ـ أﻻ ﻳﺠﺮﻧﺎ ﻫﺬا اﻟﺤﺪﻳﺚ إﻟﻰ ﺿﺮورة ﻛﺘـﺎﺑـﺔ‬
‫ﺗــﺎرﻳــﺦ اﻟــﺜــﻮرة ﻟــﻘــﻄــﻊ اﻟــﻄــﺮﻳــﻖ أﻣــﺎم‬ ‫ﺍﻟﺸﻌﺐ ﺍﳉﺰﺍﺋﺮﻱ ﻛﻤﺎ ﻣﺮﺕ ﺍﻟﺒﻼﺩ ﺑﻌﺪ ﺍﻹﺳﺘـﻘـﻼﻝ‬
‫اﻟﻤﺰاﻳﺪﻳﻦ ﺣﻮل ﻫﺬا اﻟﻤﻮﺿﻮع ؟‬ ‫ﲟﺸﺎﻛﻞ ﻭﺧﻼﻓﺎﺕ ﺑﲔ ﺍﻟﻘﺎﺩﺓ ﻟﻜﻦ ﺭﻏﻢ ﺫﻟﻚ ﻧـﺎﻟـﺖ‬
‫ﺍﻟﺜﻮﺭﺓ ﺑﻌﺪ ﺍﻹﺳﺘﻘﻼﻝ ﺷﺄﻧﺎ ﻛـﺒـﲑﺍ ﺃﺗـﺬﻛـﺮ ﺃﻧـﻨـﺎ ـ ﻫﻲ ﻣﺴﺆﻭﻟﻴﺔ ﺍﻟﺪﻭﻟﺔ ﺍﳌﺸﻜﻠﺔ ﺃ‪‬ﺎ ﱂ ﺗﻄﻠﺐ ﻣـﻨـﺎ‬
‫ﺳﺎﻓﺮﻧﺎ ﺇﱃ ﻣﺼﺮﺳﻨﺔ ‪ 1963‬ﰲ ﻭﻓﺪ ﺿﻢ ﺍﻟﺮﺋـﻴـﺲ ﻛﺘﺎﺑﺔ ﺍﻟﺘﺎﺭﻳﺦ ﻗﺎﺩﺓ ﻭﳎﺎﻫﺪﻳﻦ ﳓﻦ ﻟﺴﻨﺎ ﻣﺆﺭﺧﲔ‬
‫ﺑﻦ ﺑﻠﺔ ﻭﻧﺎﺋﺒﻪ ﺑﻮﻣﺪﻳﻦ ﻭ‪ 30‬ﺇﻃـﺎﺭﺍ ﻣـﻦ ﻋـﻘـﺪﺍﺀ ﺃﺻﺎﺭﺣﻜﻢ ﺃﻧﻨﺎ ﻛﻨﺎ ﳑﻨﻮﻋﲔ ﻣﻦ ﺍﳋـﻮﺽ ﰲ ﻫـﺬﺍ‬
‫ﺍﳉﻴﺶ ﺣﻴﺚ ﺣﻈﻴﻨﺎ ﺑﺎﺳﺘﻘﺒﺎﻝ ﻻﻳـﻨـﺴـﻰ ﻭﻛـﺎﻧـﻮﺍ ﺍﳌﻮﺿﻮﻉ ﺑﻌﺪ ﺍﻹﺳﺘﻘﻼﻝ ﺃﺗﺬﻛـﺮ ﰲ ﺳـﻨـﺔ ‪1967‬‬
‫ﻳﻨﻈﺮﻭﻥ ﺇﻟﻴﻨﺎ ﻭﻛﺄﻧﻨﺎ ﺟﺌﻨﺎ ﻣﻦ ﻓﻠـﻚ ﺁﺧـﺮ ﻭﻟﺴـﻨـﺎ ﻋﻘﺪﻧﺎ ﺍﺟﺘﻤﺎﻋﺎ ﰲ ﻗﻴﺎﺩﺓ ﺍﻷﺭﻛﺎﻥ ﺣﻀﺮﻩ ﻛﻞ ﻗـﺎﺩﺓ‬
‫ﳎﺮﺩ ﺑﺸﺮ ﻟﻘﺪ ﺍﻧﺒﻬﺮﻭﺍ ﻛﻴﻒ ﻫﺰﻣﻨﺎ ﺇﺣـﺪﻯ ﺃﻋـﱴ ﺍﻟﻨﻮﺍﺣﻲ ﻭﺗﺮﺃﺳﻪ ﺍﻟﺮﺍﺣﻞ ﻫﻮﺍﺭﻱ ﺑﻮﻣﺪﻳﻦ ﻭﻃﺮﺣـﺖ‬
‫ﺍﻟﻘﻮﺍﺕ ﺍﻟﻌﺴﻜﺮﻳﺔ ﰲ ﺍﻟـﻌـﺎﱂ ﰲ ﺗـﻠـﻚ ﺍﻟـﻔـﺘـﺮﺓ ﺧﻼﻝ ﻫﺬﺍ ﺍﻹﺟﺘﻤﺎﻉ ﻓﻜﺮﺓ ﻛﺘﺎﺑﺔ ﺃﺣـﺪﺍﺙ ﺍﻟـﺜـﻮﺭﺓ‬
‫ﺃﻋﻄﻴﺘﻚ ﻫﺬﺍ ﺍﳌﺜﺎﻝ ﻷﺑﲔ ﻟﻚ ﻗﻴـﻤـﺔ ﺛـﻮﺭﺗـﻨـﺎ ﰲ ﻭﺍﳊﺮﻛﺔ ﺍﻟﻮﻃﻨﻴﺔ ﻓﻜﺎﻥ ﺭﺩ ﺑﻮﻣﺪﻳﻦ ﺑﺄﻥ ﺍﻟﻮﻗﺖ ﱂ‬
‫ﻋﻴﻮﻥ ﺍﻷﻣﻢ ﺍﻷﺧﺮﻯ ﻟﻘﺪ ﻛﺎﻧﺖ ﺍﻟﺜﻮﺭﺓ ﺍﳉﺰﺍﺋـﺮﻳـﺔ ﳛﻦ ﺑﻌﺪ ﻭﻃﻮﻱ ﻫﺬﺍ ﺍﳌﻠﻒ ‪‬ﺎﺋﻴﺎ ﺇﱃ ﻏﺎﻳﺔ ﳎﻴـﺊ‬
‫ﺭﻣﺰﺍ ﻟﻠﺸﻌﻮﺏ ﺍﳌﻜﺎﻓﺤﺔ ﺣﻴﻨﻬﺎ ﻭﻣﺜﺎﻻ ﳛـﺘـﺬﻯ ﺑـﻪ ﺍﻟﺮﺋﻴﺲ ﺍﻟﺸﺎﺩﱄ ﺇﱃ ﺍﳊﻜﻢ ﺣـﻴـﺚ ﻓـﺘـﺢ ﺍ‪‬ـﺎﻝ‬
‫ﻛﺎﻥ ﺻﻮﺕ ﺍﳉﺰﺍﺋﺮ ﻣﺴﻤﻮﻋﺎ ﻭﲰﻌـﺘـﻬـﺎ ﻛـﺎﻧـﺖ ﰲ ﻟﻠﺨﻮﺽ ﰲ ﻫﺬﺍ ﺍﳌﻮﺿﻮﻉ ﻭﺃﻧـﺎ ﻣـﺎﺯﻟـﺖ ﺃﺩﻋـﻮ ﺇﱃ‬
‫ﺍﻟﺴﻤﺎﺀ ﻟﻜﻨﲏ ﺣﺰﻳﻦ ﺟـﺪﺍ ﻋـﻤـﺎ ﳊـﻖ ﺑـﻨـﺎ ﰲ ﺿﺮﻭﺭﺓ ﺍﻟﺘﺄﺭﻳﺦ ﻟﻸﺣﺪﺍﺙ ﺣﱴ ﻭﻟﻮ ﻛـﺎﻧـﺖ ﻫـﻨـﺎﻙ‬
‫ﺍﻟﻌﺸﺮﻳﺔ ﺍﻷﺧﲑﺓ ﻋﻨﺪﻣﺎ ﺃﺻﺒﺢ ﺍﻟـﻌـﺎﱂ ﻳـﻨـﻌـﺘـﻨـﺎ ﺃﺧﻄﺎﺀ ﻭﻧﺘﺮﻙ ﺍﻟﺘﻘﻴﻴﻢ ﻭﺍﳊﻜﻢ ﻟﻠﻤﺆﺭﺧﲔ ﻭﺃﺭﻳﺪ ﺃﻥ‬
‫ﺑﺎﻹﺭﻫﺎﺑﻴﲔ ﻭﺗﺄﺛﺮﺕ ﺍﻟﺒﻼﺩ ﻛﺜﲑﺍ ﻭﻋﺎﻧﺖ ﻃﻮﻳﻼ ﻣﻦ ﺍﺿﻴﻒ ﺷﻴﺌﺎ ﺁﺧﺮ ﺃﻧﲏ ﺗﻔﺎﺟﺄﺕ ﻋﻨﺪ ﺯﻳﺎﺭﰐ ﳌﺪﻳﻨـﺔ‬
‫ﺍﻟﺬﻳﻦ ﺗﻨﻜﺮﻭﺍ ﳍﺎ ﺑﲔ ﻋﺸﻴﺔ ﻭﺿﺤﺎﻫﺎ ﻓﻴﻠﺰﻣﻨﺎ ﺍﻵﻥ ﻣﺎﻧﺸﻴﺴﺘﺮ ﰲ ﺇﺣﺪﻯ ﺍﳌﺘﺎﺣﻒ ﺑﻮﺟﻮﺩ ﻣﺂﺛﺮ ﲣـﻠـﺪ‬
‫ﺍﻟﻜﺜﲑ ﻣﻦ ﺍﻟﻌﻤﻞ ﻭﺍﻹﺭﺍﺩﺓ ﻭﺍﻹﺧﻼﺹ ﻹﺳـﺘـﺮﺟـﺎﻉ ﺗﺎﺭﻳﺦ ﻛﻞ ﺍﻟﺪﻭﻝ ﺍﻟﻌﺮﺑﻴﺔ ﻭﺍﻷﺭﻭﺑﻴﺔ ﺇﻻ ﺍﳉـﺰﺍﺋـﺮ‬
‫ﻗﻴﻢ ﻧﻮﻓﻤﱪﻭﺇﻋﺎﺩﺓ ﺷﺨﺼﻴﺔ ﺍﻟﺪﻭﻟﺔ ﺍﳉـﺰﺍﺋـﺮﻳـﺔ ﺇﻧﲏ ﺃﺗﺄﺳﻒ ﺻﺮﺍﺣﺔ ﻷﻧﻨﺎ ﺃﻏـﻔـﻠـﻨـﺎ ﻫـﺬﺍ ﺍﳌـﻠـﻒ‬
‫ﺍﳊﺴﺎﺱ ﻭﺃﺻﺒﺤﻨﺎ ﻋﻠﻰ ﻫﺎﻣﺶ ﺍﻟﺘﺎﺭﻳﺦ ﺍﻟﻌﺎﳌﻲ ﺭﻏﻢ‬ ‫ﻛﻤﺎ ﻛﺎﻧﺖ ﰲ ﺍﻟﺴﺎﺑﻖ ‪.‬‬
‫ﺍﻟﻀﺮﻳﺒﺔﺍﻟﱵ ﺩﻓﻌﻨﺎﻫﺎ ﻟﻨﻌﻴﺶ ﺃﺣﺮﺍﺭﺍ ﰲ ﻭﻃﻨﻨﺎ‬
‫‪10‬‬
‫ﺑﻘﻠﻢ‪ :‬ﺑﻮزﻳﺪي ﺣﺴﺎن‬ ‫ﺣﻮار ﺧﺎص‬

‫اﻟﺮاﺋﺪ واﻟﻤﺠﺎﻫﺪ ﻋﻤﺎر ﻣﻼح ﺑﻘﻠﺐ ﻣﻔﺘﻮح ﻟـ‪...‬‬


‫ﺑﺎﺗﻨﺔ آﻧﻔﻮ‬
‫اﻟﻘﻴﻢ اﻟﻨﻮﻓﻤﺒـﺮﻳـﺔ ﻓـﻲ‬ ‫ﻧﺮﺣﺐ ﺑﻜﻢ ﰲ ﺍﻟﺒﺪﺍﻳﺔ ﻋﻠﻰ ﺻﻔﺤﺎﺕ ﳎﻠﺔ‬
‫ﻧﻔﻮس اﻟﺸﺒﺎب ﻟﺤﻤﺎﻳﺘﻪ‬
‫ﺑﺎﺗﻨﺔ ﺁﻧﻔﻮ ﻭ‪‬ﻨﺌﻜﻢ ﲟﻨﺎﺳﺒﺔ ﺍﻟﺪﻛﺮﻯ ‪55‬‬
‫ﻣﻦ ﺣﻤﻼت اﻟـﺘـﺸـﻜـﻴـﻚ‬
‫ﻓﻲ ﻣﺎﺿـﻴـﻬـﻢ وﻛـﻴـﻒ‬ ‫ﻹﻧﺪﻻﻉ ﺛﻮﺭﺓ ﻧﻮﻓﻤﱪ ‪ 1954‬ﻭﻛﻤﺪﺧﻞ ﳍﺪﺍ‬
‫ﻧــﺤــﻤــﻴــﻬــﻢ ﻣــﻦ ﻫــﺬه‬ ‫اﻟﺤﻮار ﻛﻠﻤﺔ ﺑـﻤـﻨـﺎﺳـﺒـﺔ اﻟـﺬﻛـﺮى‬
‫اﻟﻌﻮاﺻﻒ ؟‬ ‫اﻟﻐﺎﻟﻴﺔ ﻋﻠـﻰ اﻟﺸـﻌـﺐ اﻟـﺠـﺰاﺋـﺮي‬
‫ـ ﺻﺮﺍﺣﺔ ﺃﻗﻮﻝ ﺃﻥ ﺍﻟـﺪﻭﻟـﺔ‬ ‫ﺗﻮﺟﻬﻬﺎ ﻟﻬﺬا اﻟﺠﻴﻞ اﻟﺠـﺪﻳـﺪ ﻣـﻦ‬
‫أﺑﻨﺎء اﻟﺠﺰاﺋﺮ؟‬
‫ﻫﻲ ﻣﻦ ﳘﺸـﺖ ﺍﻟـﺘـﺎﺭﻳـﺦ ﰲ‬
‫ـ ﺷﻜﺮﺍ ﻟﻜﻢ ﻹﺗﺎﺣﱵ ﻫﺬﻩ ﺍﻟﻔﺮﺻﺔ ﺣﻘﻴﻘﺔ‬
‫ﺑﺪﺍﻳﺔ ﺍﻹﺳﺘـﻘـﻼﻝ ﻭﻣـﺎﺭﺳـﺖ‬
‫ﻻﳝﻜﻦ ﺃﻥ ﺃﻧﺴﻰ ﻋﻈﻤﺔ ﻫﺬﺍ ﺍﻟﺸﻌﺐ ﺍﻟـﺬﻱ‬
‫ﺳﻴﺎﺳﺔ ﺍﻟﻨﺴﻴﺎﻥ ﻓﻜﻴﻒ ﳍﺬﺍ ﺍﻟﺸﺒـﺎﺏ ﺃﻥ ﳛـﺘـﺮﻡ‬
‫ﻗﻬﺮ ﺍﻟﻘﻮﺓ ﺍﻟﺮﺍﺑﻌﺔ ﻋﺎﳌﻴﺎ ﰲ ﺗﻠﻚ ﺍﻟﻔﺘﺮﺓ ﻟﻘﺪ ﺩﻓﻌﻨﺎ‬
‫ﺑﻠﺪﻩ ﻭﺭﺟﺎﻻﺗﻪ ﰲ ﺍﻟﻮﻗﺖ ﺍﻟﺬﻱ ﻋﻤﻠﺖ ﻓﻴﻪ ﻓـﺮﻧﺴـﺎ‬
‫ﳓﻦ ﺷﺒﺎﺏ ﺍﻷﻣﺲ ﺿﺮﻳﺒﺔ ﻏـﺎﻟـﻴـﺔ ﰲ ﺍﻟـﻜـﻔـﺎﺡ‬
‫ﺑﻌﺪ ‪ 1962‬ﻋﻠﻰ ﻏﺮﺱ ﺃﻋﻮﺍ‪‬ﺎ ﰲ ﺩﻭﺍﻟﻴـﺐ ﺍﻹﺩﺍﺭﺓ‬
‫ﻭﺍﻟﻨﻀﺎﻝ ﻣﻦ ﺃﺟﻞ ﲢﺮﻳـﺮ ﺍﳉـﺰﺍﺋـﺮ ﻭﺍﺳـﺘـﺮﺟـﺎﻉ‬
‫ﺍﳉﺰﺍﺋﺮﻳﺔ ﻟﻔﺮﺽ ﺳﻠﻄﺘﻬﺎ ﻭﺛﻘﺎﻓﺘﻬﺎ ﻭﺭﺩﻱ ﻋﻠﻰ ﻛـﻞ‬
‫ﺍﻟﺴﻴﺎﺩﺓ ﺍﻟﻮﻃﻨﻴﺔ ﻭﺿـﺤـﻰ ﺍﻟﺸـﻌـﺐ ﺍﳉـﺰﺍﺋـﺮﻱ‬
‫ﻫﺬﻩ ﺍﳊﻤﻼﺕ ﺍﳌﺸﺒﻮﻫﺔ ﻭﺍﻷﺻﻮﺍﺕ ﺍﻟﻨﺎﻋﻘـﺔ ﺍ‪‬ـﻢ‬
‫ﺑﻘﻮﺍﻓﻞ ﻣﻦ ﺍﻟﺸﻬﺪﺍﺀ ﻭﺃﲤﲎ ﺃﻥ ﻳﻜﻮﻥ ﺧـﲑ ﺧـﻠـﻒ‬
‫ﳚﻬﻠﻮﻥ ﺍﳌﺎﺿﻲ ﺍﻷﺳﻮﺩ ﻟﻠﺤﺮﻛﻰ ﺧﻼﻝ ﺍﻟﺜﻮﺭﺓ ﺍﻟﺬﻳﻦ‬
‫ﳋﲑ ﺳﻠﻒ ﳓﻦ ﺍﻟﻴﻮﻡ ﻧﻌﻴﺶ ﰲ ﻋـﺎﱂ ﺍﻷﻗـﻮﻳـﺎﺀ‬
‫ﻭﺻﻞ ﻋﺪﺩﻫﻢ ﺇﱃ ‪ 200‬ﺃﻟﻒ ﺣﺮﻛﻲ ﻗﺎﻣﻮﺍ ﺑـﺄﺑﺸـﻊ‬
‫ﺑﺜﻘﺎﻓﺘﻬﻢ ﻭﻭﺣـﺪ‪‬ـﻢ ﻭﺩﻓـﺎﻋـﻬـﻢ ﻋـﻦ ﻣﺼـﲑﻫـﻢ‬
‫ﺍﳉﺮﺍﺋﻢ ﻣﻦ ﺗﻘﺘﻴﻞ ﻭﺫﺑﺢ ﻭﺗﻌـﺬﻳـﺐ ﻭﺗـﻨـﻜـﻴـﻞ ﻻ‬
‫ﻭﺣﻀﺎﺭ‪‬ﻢ ﻋﻠﻴﻨﺎ ﺑـﺎﻟـﻌـﻠـﻢ ﳌـﻮﺍﺟـﻬـﺔ ﻛـﻞ ﻫـﺬﻩ‬
‫ﳝﻜﻨﲏ ﺃﻥ ﺍﻧﺴﻰ ﻣﺎ ﻓﻌﻠﻮﻩ ﰲ ﺍﻟﺸـﻌـﺐ ﺍﳉـﺰﺍﺋـﺮﻱ‬
‫ﺍﻟﺘﺤﺪﻳﺎﺕ ﻭﺍﳊﻤﺪ ﷲ ﺍﻵﻥ ﻛﻞ ﺍﻷﺑﻮﺍﺏ ﻣﻔﺘـﻮﺣـﺔ‬
‫ﺍﻟﺒﻄﻞ ﻻﺃﺣﺪ ﻣﻦ ﺃﺑﻨﺎﺀ ﻫﺬﺍ ﺍﻟﺸﻌﺐ ﻳﻘﺒﻞ ﺑـﺈﻋـﺎﺩﺓ‬
‫ﻟﻠﻌﻠﻢ ﻭﺍﻟﺘﻜﻮﻳﻦ ﻭﺍﺣﺚ ﺍﻟﺸﺒﺎﺏ ﻋﻠﻰ ﻃـﻠـﺐ ﺍﻟـﻌـﻠـﻢ‬
‫ﺍﻹﻋﺘﺒﺎﺭ ﳍﺆﻻﺀ ﺍﳊﺮﻛﻰ ﻭﺳﺄﺑﻘﻰ ﺍﻧﺎﺿﻞ ﺿﺪ ﻫـﺬﻩ‬
‫ﻭﺍﻟﻌﻤﻞ ﻟﺒﻨﺎﺀ ﻫﺬﺍ ﺍﻟﻮﻃﻦ ﻟـﻸـﺳـﻒ ﳓـﻦ ﺷـﺒـﺎﺏ‬
‫ﺍﻟﻔﻜﺮﺓ ﺇﱃ ﺃﻥ ﺍﻣـﻮﺕ ﻭﺃﺻـﺎﺭﺣـﻜـﻢ ﺃﻥ ﺍﳊـﺮﻛـﻰ‬
‫ﺍﻷﻣﺲ ﱂ ﺗﺴﻨﺢ ﻟﻨﺎ ﺍﻟﻔﺮﺻﺔ ﻟﻨﻜﻤﻞ ﺩﺭﺍﺳﺘﻨﺎ ﻷﻧـﻨـﺎ‬
‫ﻳﻌﻴﺸﻮﻥ ﺑﻴﻨﻨﺎ ﺍﻟﻴﻮﻡ ﰲ ﺍﳉﺰﺍﺋﺮ ﻭﻻ ﳝـﻜـﻨـﻬـﻢ ﺃﻥ‬
‫ﺇﻟﺘﺤﻘﻨﺎ ﺑﺈﺧﻮﺍﻧﻨﺎ ﺍ‪‬ﺎﻫﺪﻳﻦ‪.‬‬
‫ﻳﻨﺴﻮﺍ ﺃﻣﻬﻢ ﻓﺮﻧﺴﺎ ﺍﻟﱵ ﻳﺘﻘﺎﺿﻮﻥ ﻣﻨﻬﺎ ﺍﳌـﻜـﺎﻓـﺌـﺎﺕ‬ ‫ـ ﺑﺮاﻳﻜﻢ اﻟﻤﺠﺎﻫﺪ ﻋـﻤـﺎر ﻣـﻼح ﻓـﻲ ﻇـﻞ‬
‫ﺍﳌﺎﻟﻴﺔ ﻭﺍﳌﻨﺢ ﺍﻟﺸﻬﺮﻳﺔ‪.‬‬ ‫ﺗـــﻜـــﺎﻟـــﺐ أﻋـــﺪاء اﻟـــﺠـــﺰاﺋـــﺮ واﻷﺻـــﻮات‬
‫اﻟــﻨــﺸــﺎزﻹﻋــﺎدة اﻹﻋــﺘــﺒــﺎر ﻟــﻠــﺤــﺮﻛــﻰ‬
‫واﻟﺘﺸﻜﻴﻚ ﻓﻲ اﻟﺘﺎرﻳﺦ ﻛﻴﻒ ﻧﻐﺮس‬

‫‪9‬‬
‫ﺣﻮار‪ :‬ﺣﺴﺎن ﺑﻮزﻳﺪي‬ ‫ﻣﻠﻒ اﻟﻌﺪد‬

‫راﻧـــﺎ ﻣﻌـــــــﺎك ﻳﺎاﻟﺸﻴـــﺦ ﺳﻌــــــﺪان‬

‫‘‘ﺍﻷﺷــﻘــﺎﺀ’’ ﺍﳌﺼــﺮﻳــﲔ‬ ‫ﺃﺻﺒﺢ ﻳﻮﻡ‪ 14‬ﻧﻮﻓﻤﱪ ﺍﳊﺪﺙ ﺍﻟﻜﺒﲑ ﺍﻟـﺬﻱ‬


‫ﺑﺪﺍﻳﺔ ﻣﻦ ﻧﺰﻭﻝ ﺍﻟـﻮﻓـﺪ‬ ‫ﻏﻄﻰ ﻋﻠﻰ ﻛﻞ ﺍﻷﺣﺪﺍﺙ ﺑﺒﻼﺩﻧﺎ ﰲ ﺍ‪‬ﺎﻻﺕ‬
‫ﺍﳉــﺰﺍﺋــﺮﻱ ﰲ ﻣــﻄــﺎﺭ‬ ‫ﺍﻟﺴﻴﺎﺳﻴﺔ ‪،‬ﺍﻹﻗﺘﺼﺎﺩﻳﺔ ﻭﺍﻹﺟﺘﻤﺎﻋﻴﺔ‪.‬‬
‫ﺍﻟﻘـﺎﻫـﺮﺓ ﺍﻟـﺪﻭﱄ ﺇﱃ‬ ‫ﻛﻤﺎ ﺃﺿﺤﻰ ﻫﺬﺍ ﺍﳊﺪﺙ ﺣﺪﻳﺚ ﻛﻞ ﺍﻟﺸـﻌـﺐ‬
‫ﺍﻟــﻔــﻨــﺪﻕ ﺇﱃ ﻏــﺮﻑ‬ ‫ﺍﳉﺰﺍﺋﺮﻱ ﺩﻭﻥ ﺍﺳﺘﺜﻨﺎﺀ ﺣﻴﺚ ﻃﺒـﻊ ﻋـﻠـﻰ‬
‫ﺗﺒـﺪﻳـﻞ ﺍﳌـﻼﺑـﺲ ﺇﱃ‬ ‫ﲨﻴﻊ ﺍﻫﺘﻤﺎﻣﺎ‪‬ﻢ ﻓﻠﻢ ﺗﻌﺪ ﺗﻌﻨﻴﻬﻢ‪ .‬ﺃﺳـﻌـﺎﺭ‬
‫ﺍﳌﺒﺎﺭﺍﺓ ﰲ ﺣﺪ ﺫﺍ‪‬ﺎ‪.‬‬ ‫ﺍﻟﺒﻄﺎﻃﺎ ﻭﺍﻟﺴﻜﺮﻭﺍﻟﺪﻭﺍﺀ ﺃﻭ ﻣﺸﺎﻛﻞ ﺍﻟـﻨـﻘـﻞ‬
‫ﻳﺎﲨﺎﻋﺔ ﺍﻟﺸﻴﺦ ﺳﻌﺪﺍﻥ‬ ‫ﻭﺍﻟﺘﻤﺪﺭﺱ ﻭﻻ ﺣﱴ ﺃﻧﻔﻠﻮﻧﺰﺍ ﺍﳋـﻨـﺎﺯﻳـﺮ‪.‬‬
‫ﻳﺪﺭﻙ ﺟـﻴـﺪﺍ ﻣـﻬـﺎﻣـﻪ‬ ‫ﺻﺮﺍﺣﺔ ﻟﻘﺪ ﺃﺻﺒﺤﻨﺎ ﻧﻨﺎﻡ ﻭﻧﺴﺘﻴﻘﻆ ﻋـﻠـﻰ‬
‫ﻭﻳﻌﺮﻑ ﺣﺪﻭﺩ ﺻﻼﺣﻴﺎﺗﻪ ﻭﻻ ﳚﺐ ﺃﻥ ﻧﻨﺴﺎﻕ ﻭﺭﺍﺀ ﻣـﺎ‬ ‫ﻣﻮﻗﻌﺔ ﺳﺘﺎﺩ ﺍﻟﻘﺎﻫﺮﺓ ﻭﺍﻹﺷـﺎﻋـﺎﺕ ﺍﻟـﱵ ﺗـﺘـﻘـﺎﺫﻓـﻬـﺎ‬
‫ﺗﻜﺘﺒﻪ ﻭﺳﺎﺋﻞ ﺍﻹﻋﻼﻡ ﲞﺼﻮﺹ ﺍﻧﻔﺮﺍﺩﻫﺎ ﲟﺎ ﺗﺴـﻤـﻴـﻪ‬ ‫ﺍﻟﻔﻀﺎﺋﻴﺎﺕ ﺍﻟﻔﺮﻋﻮﻧﻴﺔ ﻭﺑﻌﺾ ﺇﻋﻼﻣﻬـﺎ ﺍﻟـﻌـﻔـﻦ ﺍﻟـﺬﻱ‬
‫ﺃﺳﺮﺍﺭﺍ ﻋﻦ ﺍﳌﻨﺘﺨﺐ ﺍﻟﻮﻃﲏ ﻓﺎﳊﻘﻴﻘﺔ ﺍﻟﻜﺎﻣﻠﺔ ﳝﺘﻠﻜـﻬـﺎ‬ ‫ﲡﺎﻭﺯ ﻛﻞ ﺍﳋﻄﻮﻁ ﺍﳊﻤﺮﺍﺀ ﻓﻠﻢ ﻳﺘﺮﻙ ﺍﻟـﺘـﺎﺭﻳـﺦ ﻭﻻ‬
‫ﺍﳌﺪﺭﺏ ﺳﻌﺪﺍﻥ ﻭﺣﺪﻩ ﻭﻫﺬﺍ ﺍﻷﺧﲑ ﱂ ﻳﺪﻝ ﺑﺄﻱ ﺗﺼﺮﻳـﺢ‬ ‫ﺍﳉﻐﺮﺍﻓﻴـﺎ ﻭﻻ ﺍﻟـﻌـﻠـﻤـﺎﺀ ﻭﻻ ﺭﻣـﻮﺯﻧـﺎ ﺍﻟـﺮﻳـﺎﺿـﻴـﺔ‬
‫ﺣﺼﺮﻱ ﻷﻱ ﻭﺳﻴﻠﺔ ﺇﻋﻼﻣﻴﺔ ﻓﻜﻴﻒ ﺗـﺘـﺤـﺪﺙ ﻭﺳـﺎﺋـﻞ‬ ‫ﺍﻟﻌﺎﳌﻴﺔ ‪.‬ﻋﻠﻰ ﻛﻞ ﺩﻋﻮﻧﺎ ﻣﻦ ﻛﻞ ﻫﺬﺍ ﻷ‪‬ﺎ ﳎﺮﺩ ﻓﻘﺎﻗﻴﻊ‬
‫ﺍﻹﻋﻼﻡ ﻋﻦ ﺍﻟﺘﺸﻜﻴﻠﺔ ﺍﻷﺳﺎﺳﻴﺔ ﺍﻟـﱵ ﺳـﻴـﺪﺧـﻞ ‪‬ـﺎ‬ ‫ﺻﺎﺑﻮﻥ ﺗﺰﻭﻝ ﻣﻦ ﺃﻭﻝ ﺍﺣﺘﻜﺎﻙ ﻭﻣﻦ ﻭﺭﺍﺋﻬﺎ ﺍﳌـﻌـﺘـﻮﻫـﻮﻥ‬
‫ﺍﳌﻮﺍﺟﻬﺔ ﻭﺍﳋﻄﻂ ﺍﻟﱵ ﺳﻴﻮﺍﺟﻪ ‪‬ـﺎ ﻧـﻈـﲑﻩ ﺍﳌﺼـﺮﻱ‬ ‫ﻭﺍﻟﺸﻮﺍﺫ ﻟﻨﻠﺘﻔﺖ ﻟﻠﺸﻴﺦ ﺳﻌﺪﺍﻥ ﺍﻟﺬﻱ ﻳﻌﻴﺶ ﺑﻌﻴﺪﺍ ﺟـﺪﺍ‬
‫ﺣﺴﻦ ﺷﺤﺎﺗﺔ ﻓﺎﻟﺸﻴﺦ ﻳﻌﺮﻑ ﺟﻴﺪﺍ ﻗﻮﺓ ﻭﺿﻌﻒ ﺍﳌﻨﺎﻓـﺲ‬ ‫ﻋﻦ ﻫﺬﻩ ﺍﻟﺼﺮﺍﻋﺎﺕ ﻭﻻ ﺃﺣﺪ ﻳـﻌـﺮﻑ ﻳـﻮﻣـﻴـﺎﺗـﻪ ﺭﻏـﻢ‬
‫ﻭﺍﻟﺘﺸﻜﻴﻞ ﺍﻟﺬﻱ ﺳﻴﺒﺪﺃ ﺑﻪ ﺍﳌﻌﻠﻢ ﺍﳌﺼﺮﻱ ﻭﺿﻐﻂ ﻣـﻠـﻌـﺐ‬ ‫ﺍﻟﺘﺄﻭﻳﻼﺕ ﺍﻟﱵ ﺗﺘﺤﻔﻨﺎ ‪‬ﺎ ﺍﻟﺪﻛﺎﻛﲔ ﺍﳌﺼﺮﻳﺔ‪.‬‬
‫ﺍﻟﻘﺎﻫﺮﺓ ﻷﻧﻪ ﻣﺮ ﺑﻨﻔﺲ ﺍﻟﻈﺮﻭﻑ ﲟﻠﻌﱯ ﺍﳌﱰﻩ ﺑـﺘـﻮﻧـﺲ‬ ‫ﻓﺎﻟﺮﺟﻞ ﻳﺒﺪﻭﺃﻧﻪ ﺍﻛﺘﺴﺐ ﺧﱪﺓ ﻛﺒﲑﺓ ﻣـﻦ ﲡـﺎﺭﺑـﻪ ﰲ‬
‫ﻭﻻﻏﻮﺱ ﺑﻨﻴﺠﲑﻳﺎ ﻓﻼ ﺩﺍﻋﻲ ﻷﻥ ﻧﻌﻄﻲ ﺩﺭﻭﺳﺎ ﻟـﻴـﺴـﺖ‬ ‫ﺍﳌﻨﺘﺨﺐ ﺍﻟﻮﻃﲏ ﻭﳐﺘﻠﻒ ﺍﻷﻧﺪﻳﺔ ﺍﻟﱵ ﺩﺭ‪‬ﺎ ﻭﰲ ﻛـﻞ‬
‫ﻣﻦ ﺍﺧﺘﺼﺎﺻﻨﺎ ﻓﻤﺎ ﳛﺘﺎﺟﻪ ﻣﻨﺎ ﺳـﻌـﺪﺍﻥ ﻫـﻮ ﺍﻟـﺪﻋـﻢ‬ ‫ﺍﳌﻨﺎﻓﺴﺎﺕ ﺍﻹﻓﺮﻳﻘﻴﺔ ﻭﺍﻟﻌﺎﳌﻴﺔ ﺍﻟﱵ ﺣﻀـﺮﻫـﺎ ﻭﺷـﺎﺭﻙ‬
‫ﺍﳌﻌﻨﻮﻱ ﻭﺍﻟﻮﻗﻮﻑ ﻣﻌﻪ ﰲ ﻫﺬﻩ ﺍﻟﻈـﺮﻭﻑ ﻣـﻬـﻤـﺎ ﻛـﺎﻧـﺖ‬ ‫ﻓﻴﻬﺎ ﻭﺣﻔﻆ ﺍﻟﺪﺭﻭﺱ ﻣﻦ ﻛﻞ ﺍﳍﺰﺍﺕ ﺍﻟﱵ ﺗـﻌـﺮﺽ ﳍـﺎ‬
‫ﺍﻟﻨﺘﻴﺠﺔ ﻻ ﻗﺪﺭ ﺍﷲ ﻷﻥ ﺍﻟﺸﻴﺦ ﻳﺒﻘﻰ ﰲ ﻛـﻞ ﺍﻷﺣـﻮﺍﻝ‬ ‫ﻃﻴﻠﺔ ﻣﺸﻮﺍﺭﻩ ﺍﻟﻜﺮﻭﻱ ﻳﺎﲨﺎﻋﺔ ﺍﻟﺸﻴﺦ ﻳﻌﺮﻑ ﺟﻴﺪﺍ ﻣـﺎ‬
‫ﺭﻣﺰﺍ ﻣﻦ ﺭﻣﻮﺯ ﺍﻟﻜﺮﺓ ﺍﳉﺰﺍﺋﺮﻳـﺔ ﻭﻗـﺎﻣـﺔ ﻣـﻦ ﻗـﺎﻣـﺎﺕ‬ ‫ﻳﻨﺘﻈﺮﻩ ﻳﻮﻡ ‪ 14‬ﻧﻮﻓﻤﱪ ﻭﻳﻌﺮﻑ ﺃﻳﻀـﺎ ﺃﻧـﻪ ﻳـﺘـﺤـﻤـﻞ‬
‫ﺍﻟﺘﺪﺭﻳﺐ ﰲ ﺍﳉﺰﺍﺋﺮ ﻭﺍﻓﺮﻳﻘﻴﺎ ﻭﺍﻟـﻌـﺎﱂ ﺍﻟـﻌـﺮﰊ ﻭﻣـﻦ‬ ‫ﻣﺴﺆﻭﻟﻴﺔ ﻛﺒﲑﺓ ﺑﻮﺯﻥ ﺟﺒﺎﻝ ﺍﻷﻭﺭﺍﺱ ﻭﺟﺮﺟﺮﺓ ﻭﻳﻌﻠﻢ ﺃﻥ‬
‫ﺃﻓﻀﻞ ﺍﳌﺪﺭﺑﲔ ﰲ ﺍﻟﻌﺎﱂ ﻓﻮﺍﺟﺐ ﻋﻠﻴﻨﺎ ﺍﻷﻥ ﺃﻥ ﻧـﻘـﻒ‬ ‫ﺍﻟﺸﻌﺐ ﺍﳉﺰﺍﺋﺮﻱ ﻳﻨﺘﻈﺮ ﻫﺬﻩ ﺍﻟﻔﺮﺻﺔ ﻣﻨﺬ ‪ 23‬ﺳـﻨـﺔ‬
‫ﻭﺭﺍﺀ ﻣﺪﺭﺑﻨﺎ ﻭﻣﻨﺘﺨﺒﻨﺎ ﻭﻻﻋﺒﻴﻨﺎ ﻭﺑﺼﻮﺕ ﻭﺍﺣﺪ ﻣﻌﺎﻙ ﻳﺎ‬ ‫ﻭﻳﻌﻠﻢ ﻛﺬﻟﻚ ﺣﱴ ﺍﻟﺴﻴﻨﺎﺭﻳﻮﻫﺎﺕ ﺍﻟﱵ ﳛﻀﺮﻫﺎ ﻟﻪ‬
‫ﺳﻌﺪﺍﻥ ‪ ،‬ﻣﻌﺎﻙ ﻳﺎﳋﻀﺮﺍﺀ ﻭﻣﻌﺎﻙ ﻳﺎ ﺩﺯﺍﻳﺮ‪.‬‬

‫‪8‬‬
‫ﺑﻘﻠﻢ ‪ /‬ﺑﻮﻫﺮاوة ﻋﺒﺪ اﻟﺤﻜﻴﻢ‬

‫ﻣﻦ ﺷﺒﺎب اﻻوراس‬


‫اﻹﻃﺎرات اﻟﺠﺎﻣﻌﻴﺔ ﻃﻤﻮح و ﺗﺤﺪي‬

‫ﻣﻦ ﻗـﻠـﻮ‪‬ـﻢ ‪ ...‬ﻛـﻞ ﺗـﻠـﻚ‬ ‫ﻛﻌﺎﺩ‪‬ﺎ ﰲ ﺍﻟﺒﺤﺚ ﻋﻦ ﺍﻟﻜﻔﺎﺀﺍﺕ ﺍﻟﱵ ﺗـﺰﺧـﺮ‬


‫ﺍﻟﺼﻔﺎﺕ ﺍﳌـﻌـﺮﻭﻓـﺔ ﻋـﻨـﻪ ﻭ‬ ‫‪‬ﺎ ﻭﻻﻳﺔ ﺑﺎﺗﻨﺔ ﰲ ﻛﺎﻓﺔ ﺍﳌﻴﺎﺩﻳﻦ ﺇﻟﺘﻘﺖ ﺍ‪‬ﻠﺔ‬
‫ﺍﻟﻜﻔﺎﺀﺍﺕ ﺍﻟﱵ ﻳـﺘـﻤـﺘـﻊ ‪‬ـﺎ‬ ‫ﻋﻠﻰ ﻫﺎﻣﺶ ﺍﻟﺪﻭﺭﺓ ﺍﻟﺜﺎﻧﻴﺔ ﻟﻠﻤﺠﻠﺲ ﺍﻟﺸـﻌـﱯ‬
‫ﺟﻌﻠﺘﻪ ﳏﻞ ﺛﻘـﺔ ﻣﺴـﺆﻭﻟـﻴـﻪ‬ ‫ﺍﻟﻮﻻﺋﻲ ﺑﺄﺣﺪ ﺍﻹﻃﺎﺭﺍﺕ ﺍﻟﺸﺎﺑﺔ ﺍﻟـﺬﻱ ﻓﻀـﻞ‬
‫ﺍﻟﺬﻳﻦ ﱂ ﻳﺘﻮﺍﻧﻮﺍ ﰲ ﺗﻌﻴـﻴـﻨـﻪ‬ ‫ﺍﻟﺘﺤﺪﻱ ﻭ ﱂ ﻳﺴﺘﺴﻠﻢ ﻟﻠﺒﻜﺎﺀ ﺃﻭ ﺍﳉـﺮﻱ ﻭﺭﺍﺀ‬
‫ﻛﻤﺴﲑ ﻟﻠﻮﻛﺎﻟﺔ ﺑﺎﻟﻨﻴﺎﺑﺔ ﻫـﺬﺍ‬ ‫ﺃﺣﻼﻡ ﺍﻟﻴﻘﻀﺔ ﺑﺎﳍﺠﺮﺓ )ﺍﳊﺮﻗﺔ( ﺇﱃ ﺍﻟﻀﻔﺔ‬
‫ﺍﻟﺘﺸﺮﻳﻒ ﺟﻌﻠﻪ ﻳﺒﺬﻝ ﻗﺼـﺎﺭﻯ‬ ‫ﺍﻷﺧﺮﻯ ﺭﻏﻢ ﺍﻟﻮﺿﻌﻴﺔ ﺍﻟﺼﻌﺒﺔ ﺍﻟﱵ ﻛﺎﻧﺖ ﲤﺮ‬
‫ﺟــﻬــﺪﻩ ﻟــﺘــﻠــﺒــﻴــﺔ ﺍﻷﻋــﺪﺍﺩ‬ ‫‪‬ﺎ ﺍﻟﺒﻼﺩ ‪...‬‬
‫ﺍﳌﺘﺰﺍﻳﺪﺓ ﻣﻦ ﻃﻠﺒﺎﺕ ﺍﻟﻌﻤﻞ ﻣﻦ ﺟﻬﺔ ﻭ ﻣﻦ ﺟﻬﺔ ﺃﺧـﺮﻯ‬ ‫ﺑﻮﻟﻄﻴﻒ ﻳﺎﺳﲔ ﻣﻦ ﻣﻮﺍﻟـﻴـﺪ ‪ 1978‬ﺗـﺎﺑـﻊ ﺩﺭﺍﺳـﺘـﻪ‬
‫ﻟﻴﻜﻮﻥ ﺃﻫﻼ ﻟﻠﺜﻘﺔ ﺍﻟﱵ ﻭﺿﻌﺖ ﻓﻴﻪ‪ ،‬ﻭ ﲟﺎ ﺃﻧﻪ ﺷﺎﺏ ﻛﺎﻥ‬ ‫ﺍﳉﺎﻣﻌﻴﺔ ﲜﺎﻣﻌﺔ ﺍﳊﺎﺝ ﳋﻀـﺮ ﻛـﻠـﻴـﺔ ﺍﻻﻗـﺘـﺼـﺎﺩ‬
‫ﻳﺘﻔﻬﻢ ﻣﺸﺎﻛﻞ ﺍﻟﺸﺒﺎﺏ ﻟﺬﻟﻚ ﳒﺪﻩ ﺑﺸﺨﺼﻴﺘﻪ ﺍﻟﻘﻮﻳـﺔ‬ ‫ﲣﺼﺺ ﺗﺴﻴﲑ ﺍﳌﺆﺳﺴﺎﺕ ﺣﻴﺚ ﲢﺼﻞ ﻋـﻠـﻰ ﺷـﻬـﺎﺩﺓ‬
‫ﻭ ﺍﺑﺘﺴﺎﻣﺘﻪ ﺍﳌﻌﺘﺎﺩﺓ ﻭ ﺻﺮﺍﺣﺘﻪ ﺍﳌﻌﻬﻮﺩﺓ ﳚـﺪ ﺍﳊـﻞ‬ ‫ﺍﻟﻠﺴﺎﻧﺲ ﳏﺘﻼ ﺍﳌﺮﺗﺒﺔ ﺍﻷﻭﱃ ﰲ ﺩﻓﻌﺘﻪ ﳑﺎ ﲰﺢ ﻟـﻪ‬
‫ﻟﻜﻞ ﺗﻠﻚ ﺍﳌﺸﺎﻛﻞ ﺍﻟﱵ ﺗﺼﺎﺩﻓﻪ ﺣﱴ ﻭ ﺇﻥ ﺗﺸـﺎﺑـﻜـﺖ‬ ‫ﺷﻐﻞ ﻣﻨﺼﺐ ﺃﺳﺘﺎﺫ ﻣﺆﻃﺮ ﺑﺬﺍﺕ ﺍﻟﻜﻠﻴﺔ ﺇﻻ ﺃﻥ ﻃﻤﻮﺣـﻪ‬
‫ﺍﻷﻣﻮﺭ ﻭ ﺗﻌﻘﺪﺕ ‪...‬‬ ‫ﺩﻓﻌﻪ ﺇﱃ ﻭﻟﻮﺝ ﻋﺎﱂ ﺍﻹﺩﺍﺭﺓ ﺣﻴﺚ ﺷﻐﻞ ﻣﻨﺼﺐ ﺇﻃـﺎﺭ‬
‫‪‬ﺬﺍ ﻳﻜﻮﻥ ﺍﻟﺸﺎﺏ ﻭ ﺍﻹﻃﺎﺭ " ﻳﺎﺳﲔ ﺑﻮﻟﻄـﻴـﻒ" ﻣـﺜـﺎﻻ‬ ‫ﲞﺰﻳﻨﺔ ﻭﻻﻳﺔ ﺑﺎﺗﻨﺔ‪ ،‬ﰒ ﺍﻧﺘﻘﻞ ﺇﱃ ﺍﻟﻮﻛﺎﻟﺔ ﺍﻟﻮﻻﺋﻴﺔ‬
‫ﻟﻠﺸﺒﺎﺏ ﺍﻷﻭﺭﺍﺳﻲ ﺍﻟﺬﻱ ﲢﻤﻞ ﺍﳌﺴﺆﻭﻟﻴﺔ ﻭ ﻳﻜﻮﻥ ﺧـﲑ‬ ‫ﻟﻠﺘﺸﻐﻴﻞ ﺑﻌﺪ ﺃﻥ ﲤﻜﻦ ﻣﻦ ﺍﻟﻨﺠﺎﺡ ﰲ ﻣﺴﺎﺑﻘﺔ ﻣﺴﺘﺸﺎﺭﻱ‬
‫ﺧﻠﻒ ﳋﲑ ﺳﻠﻒ ﻭ ﻣﻦ ﺍﻟﺬﻳﻦ ﺗـﺮﻛـﻮﺍ ﺑﺼـﻤـﺎ‪‬ـﻢ ﰲ‬ ‫ﺍﻟﺸﻐﻞ ﺣﻴﺚ ﺗﺎﺑﻊ ﺗﻜﻮﻳﻨﻴﺎ ﺑﺎﳌﻌﻬﺪ ﺍﻟـﻮﻃـﲏ ﻟـﻠـﻌـﻤـﻞ‬
‫ﻳﻮﻣﻴﺎﺕ ﺍﻻﻭﺭﺍﺳﻴﲔ ﻭ ﺫﻟﻚ ﻣﱴ ﺃﻋﻄﻴﺖ ﳍﻢ ﺍﻟﻔـﺮﺻـﺔ‬ ‫)‪ ،(UNT‬ﻫﺬﺍ ﺍﳌﻨﺼﺐ ﻓﺘﺢ ﻟﻪ ﺍﻷﺑﻮﺍﺏ ﻟﻠـﺪﺧـﻮﻝ ﺇﱃ‬
‫ﻟﻴﻜﺬﺑﻮﺍ ﺗﻠﻚ ﺍﻹﺷﺎﻋﺎﺕ ﺍﳌـﻐـﺮﺿـﺔ ﻋـﻦ ﺍﻟﺸـﺒـﺎﺏ ﻭ‬ ‫ﻋﺎﱂ ﺁﺧﺮ ﳑﺎ ﺩﻓﻌﻪ ﺇﱃ ﺇﻓـﺮﺍﻍ ﻛـﻞ ﻣـﺎ ﻟـﺪﻳـﻪ ﻣـﻦ‬
‫ﺍﻹﻃﺎﺭﺍﺕ ﺍﳉﺎﻣﻌﻴﺔ ﰲ ﳐﺘﻠﻒ ﺍﳌﻴﺎﺩﻳﻦ‪.‬‬ ‫ﻛﻔﺎﺀﺍﺕ ﻭ ﻣﺆﻫﻼﺕ ﻭ ﺍﺭﺗﺒﻂ ‪‬ﺬﺍ ﺍﳌـﻨـﺼـﺐ ﺍﺭﺗـﺒـﺎﻁ‬
‫ﰲ ﺫﻟﻚ ﺍﻟﺸﺎﺭﻉ ﺍﻟﻄﻮﻳﻞ ﺍﻟﻀﺎﺭﺏ ﻣﻦ ﻋﻤﻖ ﺍﳌـﺪﻳـﻨـﺔ ﰲ‬ ‫ﺭﻭﺣﻴﺎ ﻟﻌﻼﻗﺘﻪ ﺍﳌﺒﺎﺷﺮﺓ ﺑﺎﻟﺸﺒﺎﺏ ﺍﻟﺸﻲﺀ ﺍﻟﺬﻱ ﺟـﻌﻠـﻪ‬
‫ﺯﺍﻭﻳﺔ ﻣﻦ ﺯﻭﺍﻳﺎﻩ ﺗﻘﻊ ﺗﻠـﻚ ﺍﻟـﻮﻛـﺎﻟـﺔ ﺍﻟـﱵ ﲤـﺘـﻠـﺊ‬ ‫ﺃﻫﻼ ﻟﺘﺤﻤﻞ ﺍﳌﺴﺆﻭﻟﻴﺔ ﻓﻜﺎﻥ ﻳﻘﻀﻲ ﺟﻞ ﻭﻗﺘﻪ ﰲ ﻋﻤﻠﻪ‬
‫ﺑﺎﻟﺸﺒﺎﺏ ﺍﻟﻼﻫﺚ ﻭ ﺭﺍﺀ ﻣﻨﺼﺐ ﺷﻐﻞ ﺗﺒﺪﺃ ﺭﺣﻠﺔ ﻳﺎﺳـﲔ‬ ‫ﺑﺴﺒﺐ ﺍﻟﺘﻬﺎﻓﺖ ﺍﻟﻜﺜﻴﻒ ﻟﻠﺸﺒﺎﺏ ﺍﻟـﺬﻳـﻦ ﻳـﺄﻣـﻠـﻮﻥ ﰲ‬
‫ﺑﻮﻟﻄﻴﻒ ﰲ ﺍﳌﻮﻋﺪ ﻭ ﺍﻟﺴﺎﻋﺔ ﻟﻴﺴﺎﻓﺮ ﺑﻌﻴﺪﺍ ﻣﻊ ﺗـﻠـﻚ‬ ‫ﺍﳊﺼﻮﻝ ﻋﻠﻰ ﻣﻨﺼﺐ ﻋﻤﻞ ﻳﻘﻀﻲ ﻋﻠﻰ ﺑﻄﺎﻟﺘﻬﻢ ﻭ ﱂ‬
‫ﺍﻷﺣﻼﻡ ﻭ ﺍﻵﻣﺎﻝ ﺍﳍﺎﺭﺑﺔ ﻣﻦ ﺍﻵﻻﻡ ﻭ ﺍﻟﻜﻮﺍﺑﻴﺲ ‪ ...‬ﻭ‬ ‫ﻳﻜﻦ ﻟﻪ ﺇﻻ ﺇﺳﻌﺎﺩﻫﻢ ﺣﱴ ﻭ ﻟﻮ ﻛﺎﻥ ﺫﻟﻚ ﻳﺰﺭﻉ ﺍﻷﻣـﻞ‬
‫ﺍﻟﺴﻔﺮ ﻻ ﻳﺘﻮﻗﻒ ﻓﻜﻞ ﻳﻮﻡ ﻫﻨﺎﻙ ﺭﺣﻠﺔ ﺟـﺪﻳـﺪﺓ ﻣـﻊ‬ ‫ﻷﻥ ﺗﻠﻚ ﺍﻻﺑﺘﺴﺎﻣﺔ ﺍﳌﺮﺳﻮﻣﺔ ﻋﻠﻰ ﺷﻔﺘﻴـﻪ ﻭﺍﻟـﱵ ﻻ‬
‫ﺃﺣﻼﻡ ﻭ ﺁﻣﺎﻝ ﺟﺪﻳﺪﺓ‪.‬‬ ‫ﺗﻐﺎﺩﺭﻫﺎ ﰲ ﺃﺣﻠﻚ ﺍﻷﻭﻗﺎﺕ ﻛﺎﻧﺖ ﻛﺎﻓﻴﺔ ﻟﻄﺮﺩ ﻫـﺎﺟـﺲ‬
‫ﺍﻟﻴﺄﺱ‬

‫‪7‬‬
‫ﺍﳌﻨﺘﺨﺐ ﺍﳌﺼﺮﻱ ﰲ ﻭﺍﻗﻌﺔ ﻛﺮﻭﻳﺔ ﺗـﺎﺭﳜـﻴـﺔ ﻟـﻦ‬ ‫ﻣﻨﺮﻭﻓﻴﺎ ﺃﻣﺎﻡ ﺭﻓﺎﻕ ﺍﻟﻨﺠﻢ ﺟﻮﺭﺝ ﻭﻳﻪ ﻟﻴﻘﺘﻄﻊ ﺭﻓـﺎﻕ‬
‫ﻳﻨﺴﺎﻫﺎ ﺍﳉﻤﻬﻮﺭ ﺍﳉﺰﺍﺋﺮﻱ ﺍﻟﺬﻱ ﺍﻧـﻘـﻠـﺐ ﺏ‪180‬‬ ‫ﻣﺮﺍﻛﺸﻲ ﺑﻄﺎﻗﺔ ﺍﻟﺘﺄﻫﻞ ﻭﰎ ﺍﻟﺘﺨﻠﻲ ﻣﺮﺓ ﺃﺧﺮﻯ ﻋﻦ‬
‫ﺩﺭﺟﺔ ﻓﺒﻌﺪ ﺍﻹﻧﺘﻘﺎﺩﺍﺕ ﺍﻟﻼﺫﻋﺔ ﺧﺮﺝ ﺇﱃ ﺍﻟﺸـﻮﺍﺭﻉ‬ ‫ﺧﺪﻣﺎﺗﻪ ﻭﻛﺄﻧﻨﺎ ﻻ ﻧﺮﻳﺪ ﺃﻥ ﳓﻔﻆ ﺍﻟﺪﺭﻭﺱ ﻟﻴﺒـﻘـﻰ‬
‫ﻟﻺﺣﺘﻔﺎﻝ ﺑﻮﺍﻗﻌﺔ ﺳﻮﺳﺔ ﻭﻣﺮ ﺍﳌﻨﺘﺨﺐ ﺇﱃ ﺍﻟـﺪﻭﺭ‬ ‫ﺍﳌﻨﺘﺨﺐ ﻳﺼﺎﺭﻉ ﻣﻦ ﺃﺟﻞ ﺍﻹﺳﺘﻘﺮﺍﺭ ﻭﲢﻘﻴﻖ ﻧﺘـﺎﺋـﺞ‬
‫ﺍﻟﺮﺑﻊ ﺍﻟﻨﻬﺎﺋﻲ ﻭﻛﺎﺩ ﺃﻥ ﻳﻔﺠﺮ ﻣﻔﺎﺟﺎﺓ ﻣﻦ ﺍﻟـﻌـﻴـﺎﺭ‬ ‫ﲢﻔﻆ ﻣﺎﺀ ﺍﻟﻮﺟﻪ ‪ ،‬ﰲ ﻫﺬﻩ ﺍﻟﻔﺘﺮﺓ ﺧـﺎﺽ ﺍﳌـﺪﺭﺏ‬
‫ﺍﻟﺜﻘﻴﻞ ﺃﻣﺎﻡ ﺍﳌﻐﺮﺏ ﻟﻮﻻ ﻗﻠـﺔ ﺍﳊـﻴـﻠـﺔ ﻭﺍﳋـﱪﺓ‬ ‫ﺳﻌﺪﺍﻥ ﲡﺮﺑﺔ ﺟﺪﻳﺪﺓ ﻣﻊ ﺍﻷﻧـﺪﻳـﺔ ﺍﳉـﺰﺍﺋـﺮﻳـﺔ‬
‫ﻟﺮﻓﺎﻕ ﺯﻳﺎﱐ ﰲ ﺍﻷﻧﻔﺎﺱ ﺍﻷﺧﲑﺓ ﻣﻦ ﺍﳌﺒﺎﺭﺍﺓ ﻓﻜـﺎﻥ‬ ‫ﺣﻴﺚ ﺍﺷﺮﻑ ﻋﻠﻰ ﺗﺪﺭﻳﺐ ﻓﺮﻳﻘﻲ ﺇﲢﺎﺩ ﺍﻟﻌـﺎﺻـﻤـﺔ‬
‫ﺍﻹﻗﺼﺎﺀ ﻟﻜﻦ ﺍﳉﻤﻴﻊ ﻛـﺎﻥ ﺭﺍﺿـﻴـﺎ ﻋـﻦ ﺍﳌـﺮﺩﻭﺩ‬ ‫ﻭﺷﺒﺎﺏ ﻗﺴﻨﻄﻴﻨﺔ ﰒ ﻭﻓﺎﻕ ﺳﻄﻴﻒ ﻗـﺒـﻞ ﻋـﺎﻣـﲔ‬
‫ﻭﺍﻷﺩﺍﺀ ﻭﺍﻗﺘﻨﻊ ﺍﻟﻜﻞ ﺑﺎﻥ ﻋﻮﺩﺓ ﺍﻟﻜﺮﺓ ﺍﳉـﺰﺍﺋـﺮﻳـﺔ‬ ‫ﺣﻴﺚ ﻗﺎﺩﻩ ﺇﱃ ﺍﻟﺘﺘﻮﻳﺞ ﺑﺎﻟﻠﻘﺒﲔ ﺍﻟﻮﻃﲏ ﻭﺍﻟـﻌـﺮﰊ‬
‫ﺇﱃ ﺍﻟﺴﺎﺣﺔ ﺍﻟﺮﻳﺎﺿﻴﺔ ﻗﺮﻳﺒﺔ ﺟﺪﺍ ﻭﻫﻮ ﻣﺎ ﲡﺴـﺪ‬ ‫ﻗﺒﻞ ﺃﻥ ﻳﺴﺘﻨﺠﺪ ﺑﻪ ﺭﺋﻴﺲ ﺍﻟﻔﺎﻑ ﺍﻟﺴـﻴـﺪ ﺭﺍﻭﺭﺍﻭﺓ‬
‫ﰲ ﻫﺬﻩ ﺍﻟﻔﺘﺮﺓ ﺍﻟﱵ ﻳﺘﻮﺍﺟﺪ ﻓﻴﻬﺎ ﺍﻟﻔﺮﻳﻖ ﺍﻟـﻮﻃـﲏ‬ ‫ﺷﻬﺮﻳﻦ ﻗﺒﻞ ﺍﻧﻄﻼﻕ ﻣﻨﺎﻓﺴﺎﺕ ﻛﺎﺱ ﺇﻓﺮﻳﻘﻴـﺎ ﺍﻟـﱵ‬
‫ﰲ ﺃﺣﺴﻦ ﺃﺣﻮﺍﻟﻪ ﺑﻔﻀﻞ ﺍﻟﺸﻴﺦ ﺳﻌـﺪﺍﻥ ﻭﺍﺷـﺒـﺎﻟـﻪ‬ ‫ﺟﺮﺕ ﺑﺘﻮﻧﺲ ﻭﺷﻜﻞ ﻓﺮﻳﻘﺎ ﺟﺪﻳﺪﺍ ﻫﻮ ﺧﻠﻴﻄـﺎ ﺑـﲔ‬
‫ﺣﻴﺚ ﺃﺻﺒﺤﻮﺍ ﻋﻠﻰ ﻣﻘﺮﺑﺔ ﻣﻦ ﺍﻟﺘﺎﻫﻞ ﺇﱃ ﺍﳌﻮﻧﺪﻳﺎﻝ‬ ‫ﺍﶈﻠﻴﻴﲔ ﻣﻦ ﺯﺍﻓـﻮﺭ ‪،‬ﻋـﺮﻳـﱯ ‪ ،‬ﺁﺷـﻴـﻮ ﻭﻗـﺎﻭﺍﻭﻱ‬
‫ﻭﺍﳌﺼﲑﺍﻵﻥ ﺑﲔ ﺍﻗﺪﺍﻡ ﺍﻟﻼﻋﺒﲔ ﻭﻧﻘﻮﳍﺎ ﺑﺼﺮﺍﺣﺔ‬ ‫ﻭﻣﻐﺘﺮﺑﲔ ﺷﺒﺎﺏ ﻻ ﻳﻌﺮﻓﻬﻢ ﺃﺣﺪ ﻓﺠﺎﺀ ﺑـﺰﻳـﺎﱐ ‪،‬‬
‫ﺃﻥ ﻭﻻ ﺟــﺰﺍﺋــﺮﻱ ﻭﺍﺣــﺪ ﻛــﺎﻥ ﻳــﺘــﻮﻗــﻊ ﻫــﺬﺍ‬ ‫ﻋﻨﺘﺮﳛﻲ ‪،‬ﺑﻮﺗﺎﺑﻮﺕ ‪،‬ﺷﺮﺍﺩ‪،‬ﺑﻠﻮﻓﺔ ﻭﻏﲑﻫﻢ ﻭﱂ ﻳﻜﻦ‬
‫ﺍﻟﺴﻴﻨﺎﺭﻳﻮﻭﻣﺮﺓ ﺃﺧﺮﻯ ﻳﻨﺠﺢ ﺭﺍﺑﺢ ﺳﻌﺪﺍﻥ ﰲ ﺇﺳﻌـﺎﺩ‬ ‫ﺍﻷﻧﺼﺎﺭ ﻳﻌﻠﻘﻮﻥ ﺁﻣﺎﻻ ﻛﺒﲑﺓ ﻋﻠﻰ ﻫﺬﺍ ﺍﻟﻔﺮﻳﻖ ﺣـﱴ‬
‫ﺍﳌﻼﻳﲔ ﻣﻦ ﺍﳉﺰﺍﺋﺮﻳﲔ ﰲ ﺍﻧﺘﻈﺎﺭ ﺍﻟﻔﺮﺣﺔ ﺍﻟﻜـﱪﻯ‬ ‫ﺃﻥ ﺍﳌﺒﺎﺭﺍﺓ ﺍﻟﺘﺤﻀﲑﻳﺔ ﺍﻷﺧﲑﺓ ﻟﻠﺨﻀﺮ ﲟـﻠـﻌـﺐ ‪5‬‬
‫ﰲ ﺷﻬﺮ ﻧﻮﻓﻤﱪﺍﳉﺎﺭﻱ ﻋﻨﺪ ‪‬ـﺎﻳـﺔ ﺍﻟـﺘـﺼـﻔـﻴـﺎﺕ‬ ‫ﺟﻮﻳﻠﻴﺔ ﺃﻣﺎﻡ ﻣﻨﺘﺨﺐ ﻣﺎﱄ ﺷﻬـﺪﺕ ﺣـﺎﻟـﺔ ﻏﻀـﺐ‬
‫ﻭﻗﻴﺎﺩﺓ ﺍﳌﻨﺘﺨﺐ ﺇﱃ ﺍﳌﻮﻧﺪﻳﺎﻝ ﻟـﻠـﻤـﺮﺓ ﺍﻟـﺜـﺎﻟـﺜـﺔ‬ ‫ﺷﺪﻳﺪ ﻟﻠﺠﻤﻬﻮﺭ ﺍﻟﺬﻱ ﺑﺪﺍ ﻏﲑ ﺭﺍﺽ ﻋﻠـﻰ ﻧـﻮﻋـﻴـﺔ‬
‫ﻭﻫﻮﺳﺒﻖ ﺁﺧﺮ ﻷﺣﺴﻦ ﻣـﺪﺭﺏ ﻋـﺮﰊ ﻭ ﺇﻓـﺮﻳـﻘـﻲ‬ ‫ﺍﻟﺘﻌﺪﺍﺩ ﺍﳉﺪﻳﺪ ﻭﻻ ﻣﺴﺘـﻮﻯ ﺍﻟـﺘـﺤـﻀـﲑﺍﺕ ﳍـﺬﺍ‬
‫ﺣﺴﺐ ﺍﺳﺘﻔﺘﺎﺀ ﺍﻟﻔﻴﻔﺎ ﻓﱪﺍﻓﻮ ﻟـﻠـﺸـﻴـﺦ ﺍﻟـﺪﺍﻫـﻴـﺔ‬ ‫ﺍﳌﻮﻋﺪ ﺍﻹﻓﺮﻳﻘﻲ ﺧﺎﺻﺔ ﺑﻌﺪ ﺍﳍﺰﳝﺔ ﺍﳌﺴﺠﻠﺔ ﺃﻣـﺎﻡ‬
‫ﺍﻟﺬﻱ ﻳﺴﺘﺤﻖ ﺃﻥ ﻧﻘﻴﻢ ﻟﻪ ﲤﺜﺎﻻ ﰲ ﻛـﻞ ﻣـﺪﻳـﻨـﺔ‬ ‫ﺍﳌﺎﻟﻴﲔ ﺑﺎﻷﺩﺍﺀ ﻭﺍﻟﻨﺘﻴـﺠـﺔ ﻭﺳـﺎﻓـﺮﺕ ﺍﻟـﻨـﺨـﺒـﺔ‬
‫ﺟﺰﺍﺋﺮﻳﺔ ﻭﻫﻮ ﺍﺣﺴﻦ ﺗﻜﺮﱘ ﻭﺍﻗﻞ ﺷﻴﺊ ﳝـﻜـﻦ ﺃﻥ‬ ‫ﺍﻟﻮﻃﻨﻴﺔ ﺇﱃ ﺳﻮﺳﺔ ﲟﻌﻨﻮﻳﺎﺕ ﻣﻨـﺤـﻄـﺔ ﺇﻻ ﻣـﻦ‬
‫ﻧﻘﺪﻣﻪ ﳍﺬﺍ ﺍﻟﻌﻤﻼﻕ ﺍﻟﻘﺎﺩﻡ ﻣﻦ ﺑﻠﺪ ﺍﻟﺜﻮﺍﺭ ﻭﺍﻷﺣﺮﺍﺭ‬ ‫ﺇﺭﺍﺩﺓ ﺍﻟﻼﻋﺒﲔ ﻭﺛﻘﺔ ﺍﳌﺪﺭﺏ ﰲ ﺇﻣﻜﺎﻧﺎ‪‬ﻢ ﲰـﺤـﺖ‬
‫ﻭﺑﻦ ﺑﻮﻟﻌﻴـﺪ ﻭﺍﳊـﺎﺝ ﳋﻀـﺮ ﻭﺍﻟـﺮﺋـﻴـﺲ ﺯﺭﻭﺍﻝ‬ ‫ﳍﻢ ﺑﺘﺠﺎﻭﺯ ﻫﺬﻩ ﺍﳌﺮﺣﻠﺔ ﺍﻟﺼﻌﺒﺔ ﻓﺠﺎﺀﺕ ﺍﳌـﺒـﺎﺭﺍﺓ‬
‫ﻭﻣﻼﺧﺴﻮ ﻭﻛﻞ ﻗﺎﻣﺎﺕ ﺍﻷﻭﺭﺍﺱ ﺍﻟﺸﺎﻣﺦ ‪.‬‬ ‫ﺍﻷﻭﱃ ﺃﻣﺎﻡ ﺍﻟﻜﺎﻣﺮﻭﻥ ﻟﺘﻘﺒﺾ ﺍﻧﻔﺎﺱ ﺍﳉﺰﺍﺋـﺮﻳـﲔ‬
‫ﻟﻜـﻦ ﺩﻫـﺎﺀ ﺳـﻌـﺪﺍﻥ ﺍﺑـﻄـﻞ ﺑـﺮﺍﻋـﺔ ﺍﻣـﺒـﻮﻣـﺎ‬
‫ﻭﺇﻳﺘﻮﻭﺧﻄﻒ ﻣﻦ ﺃﻓﻮﺍﻩ ﺍﻷﺳﻮﺩ ﻧﻘﻄﺔ ﲦﻴﻨـﺔ ﺟـﺪﺍ‬
‫ﺃﻛﺪﻫﺎ ﺭﻓﺎﻕ ﻣﻨﺼﻮﺭﻱ ﰲ ﺍﻟﻘﻤﺔ ﺍﻟﻌﺮﺑﻴﺔ ﺃﻣﺎﻡ‬

‫‪6‬‬
‫ﺗﻄﺮﻗﺖ ﺍﻟﺼﺤﺎﻓﺔ ﰲ ﺗﻠـﻚ ﺍﻟـﻔـﺘـﺮﺓ ﺇﱃ ﺳـﻮﺀ‬ ‫ﻟﻘﺎﺀ ﺛﺄﺭﻱ ﻗﻮﻱ ﺟﺪﺍ ﻟﻜﻦ ﺩﻫﺎﺀ ﺍﻟﺸﻴﺦ ﺃﻗـﻠـﺐ ﻛـﻞ‬
‫ﺍﻟﺘﻔﺎﻫﻢ ﺍﻟﺬﻱ ﺣﺼﻞ ﺑﲔ ﺍﻟﻼﻋﺒﲔ ﺇﺿـﺎﻓـﺔ ﺇﱃ‬ ‫ﺍﳌﻮﺍﺯﻳﻦ ﻋﻨﺪﻣﺎ ﻫـﺰﻡ ﺍﻟـﻨـﺴـﻮﺭ ﰲ ﻻﻏـﻮﺱ ﺃﻣـﺎﻡ‬
‫ﺇﺷﻜﺎﻟﻴﺔ ﺍﳌﻨﺢ ﺍﻟﱵ ﺃﺣﺪﺛـﺖ ﺷـﺮﺧـﺎ ﻛـﺒـﲑﺍ ﰲ‬ ‫ﺻﻴﺤﺎﺕ ‪ 100‬ﺃﻟﻒ ﻣﺘﻔﺮﺝ ﻭﻣﻌﻬﻢ ﺭﺋﻴﺴﻬـﻢ ﺷـﻴـﻐـﻮ‬
‫ﺃﻭﺳﺎﻁ ﺍﻟﻔﺮﻳﻖ‪ ،‬ﺑﻌﺪ ﺍﳌﻮﻧﺪﻳـﺎﻝ ﺗـﻌـﺮﺽ ﺍﳌـﺪﺭﺏ‬ ‫ﺷﻐﺎﺭﻱ ‪‬ﺪﻓﲔ ﻣﻦ ﺯﻳﺪﺍﻥ ﻭﺑﻠﻮﻣﻲ ﻗـﺎﻃـﻌـﺎ ﺑـﺬﻟـﻚ‬
‫ﻹﻧﺘﻘﺎﺩﺍﺕ ﻻﺫﻋـﺔ ﻭﺻـﻠـﺖ ﺇﱃ ﺣـﺪ ﳏـﺎﻭﻟـﺔ‬ ‫ﺧﻄﻮﺓ ﻛﺒﲑﺓ ﳓﻮ ﺍﻟﺘﺄﻫﻞ ﺇﱃ ﻛﺎﺱ ﺍﻟـﻌـﺎﱂ ﻓـﻠـﻢ‬
‫ﺍﻹﻋﺘﺪﺍﺀ ﻋﻠﻰ ﺃﻓﺮﺍﺩ ﻋﺎﺋﻠﺘﻪ ﻣـﻦ ﻃـﺮﻑ ﺑـﻌـﺾ‬ ‫ﻳﺒﻘﻰ ﺇﻻ ﺍﻟﻘﻠﻴﻞ ﻭﺟﺎﺀﺕ ﻣﺒﺎﺭﺍﺓ ﺍﻟﻌﻮﺩﺓ ﲟﻠﻌـﺐ ‪17‬‬
‫ﺍﻷﻧﺼﺎﺭ ﻭﱂ ﻳﻜﻦ ﺍﻟﺸﻴﺦ ﳝﻠﻚ ﺣﻼ ﺳﻮﻯ ﺑﺎﳍﺠـﺮﺓ‬ ‫ﺟﻮﺍﻥ ﺑﻘﺴﻨﻄﻴﻨﺔ ﻭﺃﻣﺎﻡ ‪ 70‬ﺃﻟﻒ ﻣﺘﻔﺮﺝ ﻟﻴﻘﻬﺮ ﺭﻓﺎﻕ‬
‫ﻭﺍﻹﺑﺘﻌﺎﺩ ﻋﻦ ﺍﶈﻴﻂ ﺍﻟﻜﺮﻭﻱ ﻓﻜﺎﻧﺖ ﺍﳌﻐـﺮﺏ ﻫـﻲ‬ ‫ﻣﻨﺼﻮﺭﻱ ﺍﻟﻨﻴﺠﲑﻳﲔ ﻟﻠﻤﺮﺓ ﺍﻟﺜﺎﻧﻴـﺔ ‪‬ـﺪﻓـﲔ ﻣـﻦ‬
‫ﻣﺴﺘﻘﺮﻩ ﺣﻴﺚ ﻋﺎﺩ ﻣﻦ ﻫﻨﺎﻙ ﺇﱃ ﺍﻟـﺘـﺘـﻮﳚـﺎﺕ‬ ‫ﺑﻠﻮﻣﻲ ﻭﻣﺎﺟﺮﺍﻟﺬﻱ ﺳﺠﻞ ﺃﺣـﺪ ﺃﺭﻭﻉ ﺍﻷﻫـﺪﺍﻑ ﰲ‬
‫ﻋﻨﺪﻣﺎ ﺃﺷﺮﻑ ﻋﻠـﻰ ﺣـﻈـﻮﻅ ﻓـﺮﻳـﻖ ﺍﻟـﺮﺟـﺎﺀ‬ ‫ﺗﺎﺭﻳﺦ ﺍﻟﻜﺮﺓ ﺣﻴﺚ ﻗﺎﻡ ﺑﺜﻼﺙ ﻋﻤﻠﻴﺎﺕ ﺑﻘﺪﻡ ﻭﺍﺣﺪﺓ‬
‫ﺍﻟﺒﻴﻀﺎﻭﻱ ﺍﻟﺬﻱ ﺣﺼﺪ ﻣﻌﻪ ﻛﻞ ﺷﻴﺊ ﻭ ﻗـﺎﺩﻩ ﺇﱃ‬ ‫ﰲ ﺍﻗﻞ ﻣﻦ ‪ 10‬ﺛﻮﺍﻥ ﻣﻮﻗﻌﺎ ﺇﺻﺎﺑﺔ ﺍﻟﻔﻮﺯ ﺍﻟﺘﺎﺭﳜـﻲ‬
‫ﺍﳌﺒﺎﺭﺍﺓ ﺍﻟﻨﻬﺎﺋﻴﺔ ﺃﻣﺎﻡ ﺍﻟﻔﺮﻳﻖ ﺍﳉﺰﺍﺋﺮﻱ ﻣﻮﻟﻮﺩﻳـﺔ‬ ‫ﻭﳒﺢ ﺍﳌﺪﺭﺏ ﺳﻌﺪﺍﻥ ﰲ ﲢﻘـﻴـﻖ ﺳـﺒـﻖ ﺁﺧـﺮ ﱂ‬
‫ﻭﻫﺮﺍﻥ ﺑﻨﺠﻮﻣﻪ ﺑﻠﻮﻣﻲ ‪ ،‬ﻣﺎﺭﻭﻙ‪ ،‬ﻣـﺰﻳـﺎﻥ ‪،‬ﻣﺸـﺮﻱ‬ ‫ﳛﻘﻘﻪ ﺃﻱ ﻣﺪﺭﺏ ﺁﺧﺮ ﻓﺄﻫﻞ ﺍﳉﺰﺍﺋﺮ ﺇﱃ ﺍﳌﻮﻧﺪﻳﺎﻝ‬
‫ﻭﺷﺮﻳﻒ ﺍﻟﻮﺯﺍﱐ ﻭﻏﲑﻫﻢ ﺍﻟﺬﻳﻦ ﻋـﺎﺩﻭﺍ ﺑـﺄﺧـﻒ‬ ‫ﻷﻭﻝ ﻣﺮﺓ ﰲ ﺍﻟـﺘـﺎﺭﻳـﺦ ﻭﺻـﻨـﻊ ﻓـﺮﺣـﺔ ﺍﻟﺸـﻌـﺐ‬
‫ﺍﻷﺿﺮﺍﺭ ﻣﻦ ﺍﻟﺪﺍﺭ ﺍﻟـﺒـﻴـﻀـﺎﺀ ﺏ‪ 1/0‬ﻭﺍﻋـﺘـﻘـﺪ‬ ‫ﺍﳉﺰﺍﺋﺮﻱ ﺍﻟﺬﻱ ﺧﺮﺝ ﺇﱃ ﻛﻞ ﺍﳌﺪﻥ ﰲ ﺍﺣـﺘـﻔـﺎﻻﺕ‬
‫ﺍﳉﻤﻴﻊ ﺃﻥ ﻛﺄﺱ ﺇﻓﺮﻳﻘﻴﺎ ﻟﻼﻧﺪﻳﺔ ﺍﻟﺒﻄﻠﺔ ﺳﺘﻜـﻮﻥ‬ ‫ﺧﺮﺍﻓﻴﺔ ﻭﺑﻘﻲ ﺑﻌﺪﻫﺎ ﺳﻌﺪﺍﻥ ﰲ ﺍﻟـﻄـﺎﻗـﻢ ﺍﻟـﻔـﲏ‬
‫ﻣﻦ ﻧﺼﻴﺐ ﺍﳊﻤﺮﺍﻭﺓ ﻭﰎ ﲢﻀﲑ ﻛﻞ ﺷـﻴـﺊ ﻣـﻦ‬ ‫ﺍﻟﺬﻱ ﻗﺎﺩﻩ ﺍﳌﺪﺭﺏ ﳏﻲ ﺍﻟﺪﻳﻦ ﺧﺎﻟﻒ ﺑﺮﻓﻘﺔ ﺭﺷﻴـﺪ‬
‫ﺃﺟﻞ ﺍﻟﺘﺘﻮﻳﺞ ﻟﻜﻦ ﺍﳌﺪﺭﺏ ﺳﻌﺪﺍﻥ ﻛﺎﻥ ﻟﻪ ﺭﺃﻱ ﺁﺧـﺮ‬ ‫ﳐﻠﻮﰲ ﻟﻴﺒﺘﻌﺪ ﺑﻌﺪﻫﺎ ﻋﻦ ﺍﻟﻨﺨﺒﺔ ﺍﻟﻮﻃﻨﻴـﺔ ﺑـﻌـﺪ‬
‫ﻭﺍﻧﺘﻬﺖ ﺍﳌﺒﺎﺭﺍﺓ ﺑﺬﺍﺕ ﻧﺘﻴﺠﺔ ﻟﻘﺎﺀ ﺍﻟﺬﻫﺎﺏ ﻓـﻜـﺎﻥ‬ ‫‪‬ﺎﻳﺔ ﺍﳌﻮﻧﺪﻳﺎﻝ ﺍﻹﺳﺒﺎﱐ ﺣﱴ ﻣـﻨـﺘـﺼـﻒ ﺳـﻨـﺔ‬
‫ﺍﳊﻞ ﰲ ﺍﻟﻀﺮﺑﺎﺕ ﺍﻟﺘﺮﺟﻴﺤﻴﺔ ﺍﻟـﱵ ﺍﺑـﺘـﺴـﻤـﺖ‬ ‫‪ 1984‬ﺣﻴﺚ ﰎ ﺍﻹﺳﺘﻨﺠﺎﺩ ﺑـﻪ ﳎـﺪﺩﺍ ﻓـﺘـﻮﱃ‬
‫ﻷﺷﺒﺎﻟﻪ ﻭﺍﻧﺘﺰﻉ ﺍﻟﺒﻴﻀﺎﻭﻳﻮﻥ ﺍﻟﻜﺄﺱ ﻣﻦ ﺍﳌﻮﻟﻮﺩﻳـﺔ‬ ‫ﺍﳌﻬﻤﺔ ﻭﺍﻧﻄﻠﻖ ﻗﻄﺎﺭ ﺍﻟﺸﻴﺦ ﰲ ﺣﺼﺪ ﺍﻟﻨﺘﺎﺋﺞ ﻓﺪﺷﻦ‬
‫ﻓﻮﻕ ﻣﻴﺪﺍ‪‬ﺎ ﻭﺃﻣﺎﻡ ﲨﺎﻫﲑﻫـﺎ ﺍﻟـﺬﻳـﻦ ﺻـﺪﻣـﻮﺍ‬ ‫ﺍﳌﺴﲑﺓ ﺃﻣﺎﻡ ﺍﳌﻨﺘﺨﺐ ﺍﻷﻧﻐﻮﱄ ﰲ ﺍﻟـﺪﻭﺭ ﺍﻷﻭﻝ ﰒ‬
‫ﻟﺘﻀﻴﻴﻌﻬﻢ ﺍﻟﻜﺎﺱ ﰲ ﻋﻘﺮ ﺩﺍﺭﻫـﻢ ﻭﻛـﺎﻧـﺖ ﻫـﺬﻩ‬ ‫ﺍﳌﻨﺘﺨﺐ ﺍﻟﺰﺍﻣﱯ ﰲ ﺍﻟﺪﻭﺭ ﺍﻟﺜﺎﱐ ﻭﺃﺧﲑﺍ ﺍﺷـﻘـﺎﺀﻧـﺎ‬
‫ﺍﻟﻨﺘﻴﺠﺔ ﺭﺳﺎﻟﺔ ﻣﻦ ﺍﻟﺸﻴﺦ ﻟﻜﻞ ﺍﻟﺬﻳﻦ ﺍﺗـﻨـﻘـﺪﻭﻩ‬ ‫ﺍﻟﺘﻮﻧﺴﻴﻴﲔ ﺍﻟﺬﻳﻦ ﻗﻬﺮﻫﻢ ﺍﻟﺸﻴـﺦ ﺫﻫـﺎﺑـﺎ ﺑـﺎﳌـﱰﺓ‬
‫ﻭﺷﺘﻤﻮﻩ ﻭﺗﻌﺮﺿﻮﺍ ﻟﻪ ﺑﺴﻮﺀ ﻭﻃﺎﻝ ﻏﻴﺎﺏ ﺍﻟﺸـﻴـﺦ‬ ‫ﺏ‪ 4/1‬ﻭﺃﻳﺎﺑﺎ ﲟﻠﻌﺐ ‪ 5‬ﺟﻮﻳـﻠـﻴـﺔ ﺏ‪ 3/0‬ﻭﳛـﻘـﻖ‬
‫ﻋﻦ ﺍﻟﻨﺨﺒﺔ ﺍﻟﻮﻃﻨﻴﺔ ﺇﱃ ﻏﺎﻳﺔ ‪ 1997‬ﻋﻨﺪﻣﺎ ﰎ‬ ‫ﺳﻌﺪﺍﻥ ﺳﺒﻘﺎ ﺁﺧﺮ ﺑﺘﺄﻫﻞ ﺍﻭﻝ ﻓﺮﻳﻖ ﺇﻓﺮﻳﻘﻲ ﻭﻋﺮﰊ‬
‫ﺍﻹﺳﺘﻨﺠﺎﺩ ﺑﻪ ﰲ ﺇﻗﺼﺎﺋﻴﺎﺕ ﺃﻣﻢ ﺇﻓﺮﻳﻘﻴـﺎ ‪1998‬‬ ‫ﻣﺮﺗﲔ ﻣﺘﺘﺎﻟﻴﺘﲔ ﺇﱃ ‪‬ﺎﺋﻴﺎﺕ ﻛﺄﺱ ﺍﻟﻌﺎﱂ ﻭﺟـﺎﺀ‬
‫ﻭﺑﻌﺪ ﺃﻥ ﻛﺎﻥ ﺍﻟﻔﺮﻳﻖ ﻋﻠﻰ ﻣﺸﺎﺭﻑ ﺍﻹﻗﺼﺎﺀ ﲤـﻜـﻦ‬ ‫ﻣﻮﻋﺪ ﺍﳌﻮﻧﺪﻳﺎﻝ ﺍﳌﻜﺴﻴﻜﻲ ﻭﺣﻘﻖ ﺍﳌﻨﺘـﺨـﺐ ﻧـﺘـﺎﺋـﺞ‬
‫ﻣﻦ ﺇﻋﺎﺩﺓ ﺍﻟﻘﺎﻃﺮﺓ ﺇﱃ ﺍﻟﺴـﻜـﺔ ﺑـﻔـﻮﺯﻳـﻦ ﺃﻣـﺎﻡ‬ ‫ﻣﺘﻮﺍﺿﻌﺔ ﻟﻌﺪﺓ ﺃﺳﺒﺎﺏ ﺷﺮﺣﻬـﺎ ﺍﻟﺸـﻴـﺦ ﰲ ﻧـﺪﻭﺓ‬
‫ﺍﻟﺴﻴﻨﻐﺎﻝ ﻭﻟﻴﺒﲑﻳﺎ ﺑﺎﳉﺰﺍﺋﺮ ﻭﺍﻟﻌﻮﺩﺓ ﺑﺘﻌﺎﺩﻝ ﻣﻦ‬ ‫ﺻﺤﻔﻴﺔ ﻋﻘﺪﻫﺎ ﻋﻨﺪﻣﺎ ﺫﺭﻑ ﺩﻣﻮﻋﻪ ﺍﻟﻐﺎﻟﻴﺔ ﻛﻤﺎ‬

‫‪5‬‬
‫ﺇﺧﻮﺍﻧﻨﺎﺍﳌﺼﺮﻳﲔ ’’‪.‬ﻭﲞﺼﻮﺹ ﺍﳌﺸﻮﺍﺭ ﺍﻟـﺘـﺪﺭﻳـﱯ‬ ‫ﺍﺳﺎﺳﻴﺔ ﻻ ﳝﻜﻦ ﺍﻹﺳﺘﻐﻨﺎﺀ ﻋﻨﻬﺎ ﻓﻠـﻌـﺐ ﻣـﻮﲰـﲔ‬
‫ﻟﻠﺸﻴﺦ ﺭﺍﺑﺢ ﺳﻌﺪﺍﻥ ﻓﻘﺪ ﺑﺪﺍﺕ ﻣﺴﲑﺗﻪ ﻣﻦ ﺍﳌﺘـﺨـﺐ‬ ‫ﻛﺎﻣﻠﲔ ﻣﻊ ﺍﳌﻮﻟﻮﺩﻳﺔ ﰲ ﺍﻟﻘﺴﻢ ﺍﻟﻮﻃﲏ ﺍﻷﻭﻝ ﺣﻴـﺚ‬
‫ﺍﻟﻮﻃﲏ ﻟﺼﻨﻒ ﺍﻷﻭﺍﺳﻂ ﻭﺑﺪﺃﺕ ﺍﻟﻨﺠﺎﺣـﺎﺕ ﺗـﺪﻕ‬ ‫ﻳﻘﻮﻝ ﻋﻨﻪ ﺍﻟﺴﻴﺪ ﺑﻮﻧﻘﺎﺏ ﺃﺣﺪ ﻣﺆﺳـﺴـﻲ ﺍﻟـﻔـﺮﻳـﻖ‬
‫ﺍﺑﻮﺍﺏ ﺍﻟﻜﺮﺓ ﺍﳉﺰﺍﺋﺮﻳﺔ ﻓﻜﺎﻥ ﻟﻪ ﺷﺮﻑ ﻗﻴﺎﺩﺓ ﺭﻓﺎﻕ‬ ‫ﻭﻣﺴﲑﻳﻪ ﺑﻌﺪ ﺍﻹﺳﺘﻘﻼﻝ ﺃﻧﻪ ﻫﻮ ﻣﻦ ﺍﲣـﺬ ﻗـﺮﺍﺭﺍ‬
‫ﻋﺼﻤﺎﱐ ﻭﻣﻨﺎﺩ ﺇﱃ ﻣﻮﻧﺪﻳﺎﻝ ﻃﻮﻛﻴﻮ ﻷﻭﻝ ﻣـﺮﺓ ﰲ‬ ‫ﺑﺈﺩﻣﺎﺟﻪ ﻣﻊ ﺍﻷﻛﺎﺑﺮ ﺑﺴﺴﺒﺐ ﻗـﻮﺗـﻪ ﻭﺇﻣـﻜـﺎﻧـﺎﺗـﻪ‬
‫ﺗﺎﺭﻳﺦ ﺍﳉﺰﺍﺋﺮ ﺑﻌﺪﻣﺎ ﺃﻫﻠﻪ ﺍﻟﺸﻴﺦ ﻋﺒـﺪ ﺍﳊـﻤـﻴـﺪ‬ ‫ﺍﳍﺎﺋﻠﺔ ﻭﺫﻛﺎﺋﻪ ﺍﳋﺎﺭﻕ ﻭﺣﺴﻦ ﲤﻮﻗﻌﻪ ﻭﺳـﺮﻋـﺘـﻪ‬
‫ﻛﺮﻣﺎﱄ ﻟﻴﺘﺤﻮﻝ ﺇﱃ ﺍﳌﺪﻳﺮﻳﺔ ﺍﻟﻔﻨﻴـﺔ ﺍﻟـﱵ ﻗـﺪﻡ‬ ‫ﻭﻗﺮﺍﺀﺗﻪ ﳌﻔﺎﺗﻴﺢ ﺍﻟﻠﻘﺎﺀﺍﺕ ﻭﺣﺴﻪ ﺍﻟﺘﻬﺪﻳﻔﻲ ﺍﻟـﱵ‬
‫ﻓﻴﻬﺎ ﻋﺼﺎﺭﺓ ﺍﻓﻜﺎﺭﻩ ﻟﺘﻄﻮﻳﺮ ﺍﳌﻨﻈﻮﻣﺔ ﺍﻟﻜـﺮﻭﻳـﺔ ﰲ‬ ‫ﲰﺤﺖ ﻟﻪ ﲝﺠﺰ ﻣﻜﺎﻧﺔ ﺃﺳﺎﺳﻴﺔ ﻭﻫـﻮﻣـﺎﻳـﺰﺍﻝ ﰲ‬
‫ﺍﻟﺒﻼﺩ ﻟﻜﻦ ﺫﻟﻚ ﱂ ﻳﺪﻡ ﻃﻮﻳﻼ ﺣﱴ ﰎ ﺍﺳﺘﺪﻋـﺎﺅﻩ‬ ‫ﺻﻨﻒ ﺍﻷﺷﺒﺎﻝ ﻟﻜﻦ ﺑﻘﺎﺅﻩ ﰲ ﺍﻟﻔﺮﻳﻖ ﱂ ﻳﺪﻡ ﻃﻮﻳﻼ‬
‫ﳎﺪﺩﺍ ﻟﻠﻌﻮﺩﺓ ﺇﱃ ﺍﳌﻴﺪﺍﻥ ﻭﺍﻹﺷﺮﺍﻑ ﻋﻠﻰ ﺍﻟﻨﺨﺒـﺔ‬ ‫ﺑﺴﺒﺐ ﺍﻧﺸﻐﺎﻟﻪ ﺑﺎﻟﺪﺭﺍﺳﺔ ﺣﻴﺚ ﻏﺎﺩﺭ ﻣﺪﻳﻨﺔ ﺑﺎﺗﻨـﺔ‬
‫ﺍﻟﻮﻃﻨﻴﺔ ﻓﻠﱮ ﺍﻟﺪﻋﻮﺓ ﺳﺮﻳﻌـﺎ ﻷﻥ ﱂ ﺗـﻜـﻦ ﻟـﻪ‬ ‫ﳓﻮ ﻗﺴﻨﻄﻴﻨﺔ ﳌﺘﺎﺑﻌﺔ ﺩﺭﻭﺳﻪ ﰲ ﺛﺎﻧﻮﻳﻪ ﺣـﻴـﺤـﻲ‬
‫ﺍﻟﻘﺪﺭﺓ ﻋﻠﻰ ﺭﻓﺾ ﻧﺪﺍﺀ ﺍﻟﻘﻠﺐ ﺧـﺎﺻـﺔ ﺍﻥ ﻫـﺪﻑ‬ ‫ﺍﳌﻜﻲ ﻭﺗﻌﺮﻑ ﻫﻨﺎﻙ ﻋﻠﻰ ﺑﻌﺾ ﺍﻷﺻﺪﻗﺎﺀ ﺍﺻﺒﺤـﻮﺍ‬
‫ﺍﻟﺴﻠﻄﺎﺕ ﺍﻟﻌﻠﻴﺎ ﰲ ﺗﻠﻚ ﺍﻟﻔﺘﺮﺓ ﻫـﻮ ﺍﻟـﺘـﺎﻫـﻞ ﺇﱃ‬ ‫ﻓﻴﻤﺎ ﺑﻌﺪ ﻣﻦ ﺍﻟﺸﺨﺼﻴﺎﺕ ﺍﻟﺒﺎﺭﺯﺓ ﰲ ﺍﳉﺰﺍﺋﺮ ﻋـﻠـﻰ‬
‫ﻣﻮﻧﺪﻳﺎﻝ ﺇﺳﺒﺎﻧﻴﺎ ﻭﱂ ﻳﻜﻦ ﺫﻟﻚ ﻋﺴﲑﺍ ﺑﻌﺪﻣـﺎ ﻓـﻚ‬ ‫ﻏﺮﺍﺭ ﺍﻟﺴﻴﺪ ﺑﺮﺍﺭﺣﻲ ﻭﺯﻳﺮ ﺳﺎﺑﻖ ﻟﻠﺘﻌﻠـﻴـﻢ ﺍﻟـﻌـﺎﱄ‬
‫ﻣﻨﺘﺨﺐ ﺍﻷﻭﺍﺳﻂ ﺍﻟﻌﻘﺪﺓ ﻣﻦ ﻗﺒﻞ ﻭﺣﻘﻖ ﺍﻟﺘﺎﻫﻞ ﻣﻊ‬ ‫ﻭﺑﻦ ﺑﻮﺯﻳﺪ ﻭﺯﻳﺮ ﺍﻟﺘﺮﻳﺔ ﺍﳊﺎﱄ ﺇﱃ ﺟﺎﻧﺐ ﺫﻟﻚ ﱂ‬
‫ﺍﻟﺸﻴﺦ ﺳﻌﺪﺍﻥ ﻛﻤﺎ ﺃﻥ ﺍﻟﻌﺠﻴﻨﺔ ﻣﺘﻮﻓـﺮﺓ ﰲ ﺻـﻮﺭﺓ‬ ‫ﻳﻐﺎﺩﺭ ﺳﻌﺪﺍﻥ ﺍﶈﻴﻂ ﺍﻟﺮﻳﺎﺿﻲ ﺑﻞ ﺍﻧﺪﻣﺞ ﰲ ﻓـﺮﻳـﻖ‬
‫ﻣﺎﺟﺮ ‪،‬ﺑﻠﻮﻣﻲ ‪ ،‬ﻣﺮﺯﻗﺎﻥ ﻭﺍﻷﺧﺮﻭﻥ ﺇﺿﺎﻓـﺔ ﺇﱃ ﺃﻥ‬ ‫ﺍﳌﻮﻙ ﺍﻟﺬﻱ ﺃﻣﻀﻰ ﻟﻪ ﺭﲰﻴﺎ ﰲ ﺗﻠﻚ ﺍﻟﻔﺘﺮﺓ ﻭﺑـﻘـﻲ‬
‫ﺍﻟﻜﺮﺓ ﺍﳉﺰﺍﺋﺮﻳﺔ ﰲ ﺗﻠﻚ ﺍﻟﻔﺘـﺮﺓ ﺷـﻬـﺪﺕ ﺣـﺎﻟـﺔ‬ ‫ﻟﻐﺎﻳﺔ ﺍﺣﺮﺍﺯﻩ ﻋﻠﻰ ﺷﻬﺎﺩﺓ ﺍﻟﺒﻜﺎﻟﻮﺭﻳﺎ ﺑﺘﻘﺪﻳﺮ ﺟﻴـﺪ‬
‫ﺍﻧﺘﻌﺎﺵ ﻛﱪﻯ ﺑﻌﺪ ﺍﳌﻴﺪﺍﻟﻴﺔ ﺍﻟﺬﻫﺒﻴﺔ ﺃﻣﺎﻡ ﻣﻨﺘـﺨـﺐ‬ ‫ﰲ ﺷﻌﺒﺔ ﺍﻟﺮﻳﺎﺿﻴﺎﺕ ﻭﻳﻘﻮﻝ ‪‬ﺬﺍ ﺍﳋﺼﻮﺹ ﺍﻟﺴﻴﺪ‬
‫ﻓﺮﻧﺴﺎ ﺳﻨﺔ ‪ 1975‬ﰲ ﺃﻟـﻌـﺎﺏ ﺍﻟـﺒـﺤـﺮ ﺍﻷﺑـﻴـﺾ‬ ‫ﺑﻮﻧﻘﺎﺏ ﺃﻧﻪ ﺍﻟﺘﻘﻰ ﺭﺍﺑﺢ ﺳﻌﺪﺍﻥ ﺑﻌـﺪ ﻋـﻮﺩﺗـﻪ ﺇﱃ‬
‫ﺍﳌﺘﻮﺳﻂ ﺍﻟﱵ ﺍﺣﺘﻀﻨﺘﻬﺎ ﺍﳉﺰﺍﺋﺮ ﻭﻣﻴﺪﺍﻟﻴﺔ ﺫﻫﺒﻴﺔ‬ ‫ﺑﺎﺗﻨﺔ ﻭﺍﺣﺮﺍﺯﻩ ﻋﻠﻰ ﺷﻬﺎﺩﺓ ﺍﻟﺒﻜﺎﻟﻮﺭﻳﺎ ‘‘ﺍﻗـﺘـﺮﺣـﺖ‬
‫ﺃﺧﺮﻯ ﺍﻣﺎﻡ ﻧﻴﺠﲑﻳﺎ ﰲ ﺍﻷﻟﻌﺎﺏ ﺍﻹﻓﺮﻳﻘـﻴـﺔ ﺳـﻨـﺔ‬ ‫ﻋﻠﻴﻪ ﺍﺧﺘﻴﺎﺭ ﺍ‪‬ﺎﻝ ﺍﻟﺮﻳﺎﺿﻲ ﰲ ﺩﺭﺍﺳﺎﺗﻪ ﺍﻟـﻌـﻠـﻴـﺎ‬
‫‪ 1978‬ﻭﻛﺎﺱ ﺇﻓﺮﻳﻘﻴﺎ ﻟﻸﻧـﺪﻳـﺔ ﺍﻟـﺒـﻄـﻠـﺔ ﺍﻟـﱵ‬ ‫ﻷﻧﻪ ﳝﺘﻠﻚ ﻛﻞ ﻣﻘﻮﻣﺎﺕ ﺍﻟﻨﺠـﺎﺡ ﰲ ﺍﻟـﺘـﺪﺭﻳـﺐ ’’‬
‫ﺃﺣﺮﺯﻫﺎ ﻓﺮﻳﻖ ﻣﻮﻟﻮﺩﻳﺔ ﺍﻟﻌﺎﺻﻤﺔ ﺃﻣﺎﻡ ﻓﺮﻳﻖ ﺣﺎﻓﻴـﺎ‬ ‫ﻭﺃﺧﺬ ﺳﻌﺪﺍﻥ ﺑﻨﺼﻴﺤﺔ ﻋﻤﻲ ﲪﻮﺩﻱ ﻭﺗﻨـﻘـﻞ ﺇﱃ‬
‫ﻛﻮﻧﺎﻛﺮﻱ ﺳﻨﺔ ‪ ، 1976‬ﻛﻞ ﻫﺬﻩ ﺍﳌﻌﻄﻴـﺎﺕ ﺃﻋـﻄـﺖ‬ ‫ﺍﻟﻌﺎﺻﻤﺔ ﻭﺳﺠﻞ ﰲ ﺍﳌﻌﻬﺪ ﺍﻟﻌﺎﱄ ﻟﺘﻜﻮﻳـﻦ ﺇﻃـﺎﺭﺍﺕ‬
‫ﺩﻓﻌﺎ ﻛﺒﲑﺍ ﻟﻠﺸﻴﺦ ﺳﻌﺪﺍﻥ ﻟﻠﺪﺧﻮﻝ ﺇﱃ ﺗﺼـﻔـﻴـﺎﺕ‬ ‫ﺍﻟﺮﻳﺎﺿﺔ ﰲ ﺍﺧﺘﺼﺎﺹ ﻛﺮﺓ ﺍﻟـﻘـﺪﻡ ﻭﻣـﺎﺭﺱ ﺇﱃ‬
‫ﺍﳌﻮﻧﺪﻳﺎﻝ ﺑﻘﻮﺓ ﻭﺍﻧﻄﻠﻖ ﺍﳊﺼﺎﺩ ﺍﻟـﻜـﺮﻭﻱ ﻟـﺮﻓـﺎﻕ‬ ‫ﺟﺎﻧﺐ ﺫﺍﻟﻚ ﺭﻳﺎﺿﺘﻪ ﺍﳌﻔﻀﻠﺔ ﺣـﻴـﺚ ﲪـﻞ ﺃﻟـﻮﺍﻥ‬
‫ﺳﺮﺑﺎﺡ ﺑﺴﺒﺎﻋﻴﺔ ﺍﻣﺎﻡ ﻣﺎﱄ ﻭﺭﺑﺎﻋﻴﺔ ﺍﻣﺎﻡ ﺍﻟﺴـﻮﺩﺍﻥ‬ ‫ﻓﺮﻳﻘﻲ ﺷﺒﻴﺒﺔ ﺍﻷﺑﻴﺎﺭ ﻭﺍﲢﺎﺩ ﺍﻟﺒﻠﻴﺪﺓ ﺇﱃ ﻏـﺎﻳـﺔ‬
‫ﻭﺍﻟﻨﻴﺠﺮ ﰒ ﺁﺧﺮ ﺍﳌﺸﻮﺍﺭ ﺃﻣﺎﻡ ﺍﻟﻌﻤﻼﻕ ﺍﻟﻨﻴﺠﲑﻱ ﰲ‬ ‫ﲣﺮﺟﻪ ﻭﻧﻴﻠﻪ ﺍﻟﺸﻬﺎﺩﺓ ﺍﻟﻜﺒﲑﺓ ﻋﻠﻰ ﺭﺍﻱ ‘‘‬

‫‪4‬‬
‫ﺑﻘﻠﻢ‪ :‬ﺑﻮزﻳﺪي ﺣﺴﺎن‬ ‫ﻣﻠﻒ اﻟﻌﺪد‬

‫اﻟﺸﻴﺦ ﺳﻌﺪان ﺑﻄﻞ ﻗﻮﻣﻲ‬

‫ﻓﻤﺎﺭﺱ ﺭﻳﺎﺿﺘﻪ ﺍﳌﻔﻀﻠﺔ ﻛﺮﺓ ﺍﻟـﻘـﺪﻡ ﰲ ﺃﻭﻗـﺎﺕ‬ ‫ﱂ ﺃﺭﺩ ﺃﻥ ﺍﻓﻮﺕ ﻓﺮﺻﺔ ﺇﺻﺪﺍﺭ ﻫﺬﺍ ﺍﻟﻌـﺪﺩ ﺩﻭﻥ ﺃﻥ‬
‫ﺍﻟﺮﺍﺣﺔ ﻭﻋﻨﺪ ﺍﻹﻧﺼﺮﺍﻑ ﻣﻦ ﻣـﺪﺭﺳـﺔ ﺟـﻮﻟـﻴـﺲ‬ ‫ﺃﺗﻜﻠﻢ ﻋﻦ ﺃﺣﺪ ﺍﻟﺮﻣﻮﺯ ﺍﻟﻮﻃﻨﻴﺔ ﻭﻗﺎﻣﺎﺕ ﺍﻟـﺘـﺪﺭﻳـﺐ‬
‫ﻓﲑﻱ ﺃﻭ ﺍﻷﻣﲑ ﻋﺒﺪ ﺍﻟﻘﺎﺩﺭ ﺣـﺎﻟـﻴـﺎ ﻣـﻊ ﺃﲰـﺎﺀ‬ ‫ﰲ ﺍﳉﺰﺍﺋﺮﺍﻟﱵ ﳒﺤﺖ ﰲ ﺇﻋﺎﺩﺓ ﺍﻷﻣﻞ ﻟـﻠـﺸـﺒـﺎﺏ‬
‫ﲢﻮﻟﺖ ﰲ ﻣﺎ ﺑﻌﺪ ﺇﱃ ﳒﻮﻡ ﺍﻟﻜـﺮﺓ ﺍﻟـﺒـﺎﺗـﻨـﻴـﺔ‬ ‫ﻭﺯﺭﻋﺖ ﺍﻟﻔﺮﺣﺔ ﰲ ﻗﻠﻮﺏ ﻛﻞ ﺍﳉـﺰﺍﺋـﺮﻳـﲔ ﻭﻫـﺬﻩ‬
‫ﻭﺍﳉﺰﺍﺋﺮﻳﺔ ﻧﺬﻛﺮ ﻣﻨﻬﺎ ﺯﻧﺪﺭ ﻋـﺒـﺪ ﺍﳊـﻔـﻴـﻆ ‪،‬‬ ‫ﻟﻴﺴﺖ ﺩﳝﺎﻏﻮﺟﻴﺔ ﻷﻥ ﻣﺎ ﺣﺪﺙ ﺣﱴ ﺍﻻﻥ ﻳﺆﻛﺪ ﻣﺎ‬
‫ﻣﻼﺧﺴﻮ ‪،‬ﺯﻣﻮﺭﻱ ‪ ،‬ﻗـﻄـﺎﰲ‪ ،‬ﺑﺴـﺒـﺎﺱ ﻭﺍﻹﺧـﻮﺓ‬ ‫ﺍﻗﻮﻟﻪ ﻭﺗﺆﻛﺪﻩ ﺃﻳﻀﺎ ﻭﺳﺎﺋﻞ ﺍﻹﻋـﻼﻡ ﺍﳉـﺰﺍﺋـﺮﻳـﺔ‬
‫ﺻﻮﺍﳊﻲ ﻭﻏﲑﻫﻢ ‪ ،‬ﻳﻘﻮﻝ ﻋﻨﻪ ﺍﳌـﺪﺍﻓـﻊ ﺍﻟـﺪﻭﱄ‬ ‫‪،‬ﺍﻟﻌﺮﺑﻴﺔ ‪ ،‬ﺍﻟﻌﺎﳌﻴﺔ ﻭﻛـﻞ ﺍﳌـﻮﺍﻗـﻊ ﺍﻹﻟـﻜـﺘـﺮﻭﻧـﻴـﺔ‬
‫ﻣﻼﺧﺴﻮ ﰲ ﺣﻮﺍﺭﻩ ﻣﻊ ﺻﺤﻴﻔﺔ ﻛﻮﻣﺒﻴﺘﺴـﻴـﻮﻥ ﺃﻥ‬ ‫ﺍﳌﺘﺨﺼﺼﺔ ﺍﻟﱵ ﺃﻧﺼﻔﺖ ﺍﻟﺮﺟﻞ ﻭﺃﻋـﻄـﺘـﻪ ﺣـﻘـﻪ‬
‫ﺭﺍﺑﺢ ﺑﺪﺃ ﳑﺎﺭﺳﺔ ﻛﺮﺓ ﺍﻟﻘﺪﻡ ﻛﺤﺎﺭﺱ ﻣـﺮﻣـﻰ ﰲ‬ ‫ﺑﻌﺪﻣﺎ ﺍﻛﺘﻮﻯ ﺑﻨﺎﺭﻫﺎ ﰲ ﺑـﻌـﺾ ﺳـﻨـﻮﺍﺕ ﻣﺸـﻮﺍﺭﻩ‬
‫ﻣﺒﺎﺭﻳﺎﺕ ﺑﲔ ﺍﻷﺣﻴﺎﺀ ﻭﺍﻇﻬﺮ ﻗﺪﺭﺍﺕ ﻓﺎﺋﻘﺔ ﻭﻛـﺎﻥ‬ ‫ﺍﻟﺮﻳﺎﺿﻲ ‪ ،‬ﻫﺬﺍ ﺍﻟﺮﺟﻞ ﺇﲰﻪ ﺭﺍﺑﺢ ﺳﻌﺪﺍﻥ ﺃﻭ ﻛﻤـﺎﻝ‬
‫ﺯﻣﻼﺀﻩ ﻳﻌﺎﻧﻮﻥ ﻃﻮﻳﻼ ﺃﻣﺎﻣﻪ ﻟﻠﻮﺻﻮﻝ ﺇﱃ ﺷﺒـﺎﻛـﻪ‬ ‫ﺍﻹﺳﻢ ﺍﻟﺬﻱ ﻋﺮﻑ ﺑﻪ ﰲ ﻃﻔﻮﻟﺘﻪ ﻭﺑﲔ ﺍﺻـﺪﻗـﺎﺋـﻪ‬
‫ﻟﻜﻦ ﺍﻹﺻﺎﺑﺔ ﺍﻟﱵ ﺗﻌﺮﺽ ﳍﺎ ﻋﻠﻰ ﻣﺴﺘﻮﻯ ﺍﳌﺮﻓﻖ‬ ‫ﰲ ﺑﺎﺗﻨﺔ‪ ،‬ﺳﻌﺪﺍﻥ ﺍﺭﺗﺒﻂ ﺍﲰﻪ ﻃﻮﻳﻼ ﺑـﺎﳌـﻨـﺘـﺨـﺐ‬
‫ﺃﺟﱪﺗﻪ ﻋﻠﻰ ﺍﻟﺘﻮﻗﻒ ﺣـﱴ ﺃﻧـﻪ ﺍﻗﺴـﻢ ﺑـﻌـﺪﻡ‬ ‫ﺍﻟﻮﻃﲏ ﻭﻋﺎﺵ ﻣﻌﻪ ﻣﺎ ﻳﻔﻮﻕ ﺍﻟﺜﻼﺛﲔ ﺳـﻨـﺔ ﻣـﻨـﺬ‬
‫ﺍﻟﻌﻮﺩﺓ ﺇﱃ ﺍﳋﺸﺒﺎﺕ ﺍﻟﺜﻼﺛﺔ ﻟﻜﻦ ﺑﻌﺪ ﺷـﻔـﺎﺋـﻪ‬ ‫ﺃﻭﻝ ﺇﺷﺮﺍﻑ ﻟﻪ ﻋﻠﻰ ﺍﻟﻌﺎﺭﺿﺔ ﺍﻟﻔﻨﻴﺔ ﺍﻟـﱵ ﻛـﺎﻧـﺖ‬
‫ﻋﺎﺩ ﻣﻦ ﺟﺪﻳﺪ ﺇﱃ ﺍﳌﻴﺎﺩﻳﻦ ﻟﻜﻨﻪ ﻏﲑ ﻣﻨﺼﺒﻪ ﻣـﻦ‬ ‫ﺑﺪﺍﻳﺘﻬﺎ ﻣﻦ ﺻﻨﻒ ﺍﻷﻭﺍﺳﻂ ﻭ ﺳﻨﻌﻮﺩ ﺇﱃ ﻣﺸـﻮﺍﺭﻩ‬
‫ﺣﺎﺭﺱ ﻣﺮﻣﻰ ﺇﱃ ﻣﻬﺎﺟﻢ ﺃﳝﻦ ﺑـﺎﺭﻉ ﺣﺴـﺐ ﺫﺍﺕ‬ ‫ﻣﻊ ﺍﻷﻓﻨﺎﻙ ﺑﻌﺪ ﺃﻥ ﻧﺴﺘﻌﺮﺽ ﻃﻔﻮﻟﺘﻪ ﺍﻟﱵ ﳚﻬﻠﻬﺎ‬
‫ﺍﳌﺘﺤﺪﺙ ﻣﻀﻴﻔﺎ ﺃﻧﻪ ﻃﻠﺐ ﻣﻨﻪ ﻣﺮﺍﻓﻘﺘﻪ ﺇﱃ ﻣﻠﻌـﺐ‬ ‫ﺍﻟﻜﺜﲑﻭﻥ ﺧﺼﻮﺻﺎ ﺍﳉﻴﻞ ﺍﳉﺪﻳﺪ ﻣﻦ ﺍﻟﺸﺒﺎﺏ ‪.‬‬
‫ﺍﻹﻣﻀـﺎﺀ ﻟـﻔـﺮﻳـﻖ‬ ‫ﺳﻔﻮﺣﻲ ﺍﻟﻌﺘﻴﻖ ﻣـﻦ ﺍﺟـﻞ‬ ‫ﺟﺎﺀ ﺇﱃ ﻫﺬﻩ ﺍﻟﺪﻧﻴﺎ ﻳﻮﻡ ‪ 03‬ﻣﺎﻱ ﻣﻦ ﺳﻨـﺔ ‪1946‬‬
‫ﻣﻮﻟﻮﺩﻳﺔ ﺑﺎﺗﻨﺔ ﻭﱂ ﳚﺪ ﺻﻌﻮﺑﺔ ﰲ ﻓﺮﺽ ﻧﻔﺴـﻪ‬ ‫ﺑﺒﺎﺗﻨﺔ ﰲ ﺣﻲ ﺍﻷﻣﲑ ﻋﺒﺪ ﺍﻟـﻘـﺎﺩﺭ ﺃﺭﻗـﻰ ﺃﺣـﻴـﺎﺀ‬
‫ﺭﻏﻢ ﺍﻟﺘﺸﻜﻴﻠﺔ ﺍﻟﻘﻮﻳﺔ ﺍﻟﱵ ﻛﺎﻧﺖ ﲤﺘﻠﻜﻬﺎ ﰲ ﺗﻠـﻚ‬ ‫ﻣﺪﻳﻨﺔ ﺑﺎﺗﻨﺔ ﺣﻴﺚ ﻋﺎﺵ ﻃـﻔـﻮﻟـﺘـﻪ ﻛـﻐـﲑﻩ ﻣـﻦ‬
‫ﺍﻟﻔﺘﺮﺓ ﺣﱴ ﺃﻥ ﺍﻟﻼﻋﺐ ﻭﺍﳌﺪﺭﺏ ﰲ ﻧﻔﺲ ﺍﻟـﻮﻗـﺖ‬ ‫ﻓـﻜـﺎﻥ‬ ‫ﺍﻷﻃﻔﺎﻝ ﲢﺖ ﻭﻃﺄﺓ ﺍﻹﺣﺘﻼﻝ ﺍﻟﻔـﺮﻧﺴـﻲ‬
‫ﺑﻠﻴﺪﻱ ﺍﺧﺘﺎﺭﻩ ﻟﻴﻠﻌﺐ ﻣﻊ ﺻﻨﻒ ﺍﻷﻛـﺎﺑـﺮ ﻭﺳـﻨـﻪ‬ ‫ﻳﻘﻀﻲ ﻣﻌﻈﻢ ﺍﻟﻮﻗﺖ ﰲ ﺍﳌﻠﻌﺐ ﺍﻟﺘﺮﺍﰊ ﺍﻟﻘﺮﻳﺐ ﻣـﻦ‬
‫ﻻﻳﺘﺠﺎﻭﺯ ‪ 16‬ﺳﻨﺔ ﺑﺎﻹﺗﻔﺎﻕ ﻣﻊ ﺍﳌﺴﲑﻳﻦ ﻓﺎﻧـﺪﻣـﺞ‬ ‫ﺑﻴﺘﻪ ﲢﻮﻝ ﺍﻟﻴﻮﻡ ﺇﱃ ﳑﺮﺍﺕ ﲨﻴﻠﺔ ﲢﻤـﻞ ﺇﺳـﻢ‬
‫ﺑﺴﺮﻋﺔ ﻣﻊ ﺍﻻﲰﺎﺀ ﺍﻟﻜﺒﲑﺓ ﻟﻴﺼﺒﺢ ﻗﻄﻌﺔ‬ ‫ﺍﻟﺸﻬﻴﺪ ﻣﺼﻄﻔﻰ ﺑﻦ ﺑﻮﻟﻌﻴﺪ ﺑﻘﻠﺐ ﻣﺪﻳﻨﺔ ﺑﺎﺗﻨﺔ‬

‫‪3‬‬