Vous êtes sur la page 1sur 37
UniversitéUniversité dede BlidaBlida AliAli BouafiaBouafia LIQULIQU FACTIONFACTION SISMIQUESISMIQUE DESDES SOLSSOLS
UniversitéUniversité dede BlidaBlida
AliAli BouafiaBouafia
LIQULIQU FACTIONFACTION SISMIQUESISMIQUE DESDES SOLSSOLS
ÉÉ
• MEMECCANIANISS MEMESS DEDE DEDECCLENLENCC HEMENTHEMENT D’D’ UUNENE LILI QUQUEFAEFACC TITI OONN
•• SUSCEPTIBILITESUSCEPTIBILITE DESDES SOLSSOLS AA LALA LIQUEFACTIONLIQUEFACTION
•• ASPECTSASPECTS DEDE LALA LIQUEFACTIONLIQUEFACTION
•• METHODESMETHODES DD ’’ANALYSEANALYSE DUDU POTENTIELPOTENTIEL DEDE LIQUEFACTIONLIQUEFACTION
1
Université de Blida Ali Bouafia 1.1. MécanismesMécanismes dede déclenchementdéclenchement d’uned’une
Université de Blida
Ali Bouafia
1.1. MécanismesMécanismes dede déclenchementdéclenchement d’uned’une
liquéfactionliquéfaction sismiquesismique
EnseignementsEnseignements desdes essaisessais dede laboratoirelaboratoire
• L’état d e d ens ité in it iale d es sols pu lvéru lents est un paramètre clef
• Essais triaxiaux monotones sur des échantillons sableuxsableux saturéssaturés
à différentes densités:
Les essais ont mené à d’importants résultats.
2
Université de Blida Ali Bouafia Schéma typique de l’essai de compression triaxiale σ 1 σ
Université de Blida
Ali Bouafia
Schéma typique de l’essai de compression triaxiale
σ
1
σ
3
ε
: Déformation verticale
1
V
ε
=ε+ε +ε =
v
1
2
3
V
0
3
Université de Blida Ali Bouafia PrincipauxPrincipaux résultatsrésultats (Essais(Essais drainés)drainés) Le
Université de Blida
Ali Bouafia
PrincipauxPrincipaux résultatsrésultats (Essais(Essais drainés)drainés)
Le matériau sableux initialement lâche
est caractérisé par une courbe monotone
tendant vers une asymptote horizontale
caractérisant les grands déplacements.
La courbe de chargement d’un matériau
très dense est caractérisée par un pic de
résistance suivi d’une asymptote horizontale.
quelle que soit la densité initiale du
maté r i au sabl eux, l a rupture du maté r i au
sous charges statiques monotones se
manifeste au même niveau de déviateur de contraintes.
4
Université de Blida Ali Bouafia PrincipauxPrincipaux résultatsrésultats (essais(essais drainés)drainés) • Un
Université de Blida
Ali Bouafia
PrincipauxPrincipaux résultatsrésultats (essais(essais drainés)drainés)
• Un matériau initialement lâche a tendance à se contracter (diminution de volume
sous des contraintes de cisaillement induites par la sollicitation triaxiale).
Interprétation : Enchevêtrement des grains
ContactContact intergranulaireintergranulaire stable,stable,
• Un matériau initialement dense
a plutôt tendance à se dilater
(augmentation de volume), ce qui est dû
à un désenchevêtrement des grains et
donc à un contactcontact intergranulaireintergranulaire instableinstable.
• La rupture se manifeste à volume constant
quelle que soit la densité initiale.
5
Université de Blida Ali Bouafia PrinciPrinci pp auxaux résultatsrésultats ((essaisessais nonnon drainésdrainés))
Université de Blida
Ali Bouafia
PrinciPrinci pp auxaux résultatsrésultats ((essaisessais nonnon drainésdrainés))
• Le volume de l’échantillon est pratiquement
constant et la déformation volumique ε v ,
traduisant la variation relative du volume,
est nulle,
• En contrepartie, une surpression
interstitielle ∆ u est générée, ce qui se
traduit par une chute des contraintes
effectives.
6
Université de Blida Ali Bouafia Comportement du sable initialement lâche ou dense en conditions drainée
Université de Blida
Ali Bouafia
Comportement du sable initialement lâche ou dense en conditions drainée et non
drainée, selon Casagrande
7
Université de Blida Ali Bouafia NotionNotion dede liquéfactionliquéfaction La liquéfactionliquéfaction
Université de Blida
Ali Bouafia
NotionNotion dede liquéfactionliquéfaction
La liquéfactionliquéfaction sismiquesismique correspond à un chargementchargement cycliquecyclique
alternéalterné tellement rap ide q ue l’eau interstitielle n’a p as la p ossibilité
de se drainer. Il s’agit en fait d’uned’une sollicitationsollicitation nonnon drainéedrainée sanssans
variationvariation dede volumevolume, ce qui se traduit en contrepartie par
uneune ggéénn éérationration desdes pressionspressions interstitiellesinterstitielles.
Massif pulvérulent lâche: la tendance à la contractance est
compens ée par une augmenaugmenttaatitionon dd eses presspress ii onsons iinntterserstitititieelllleses ,
au détriment d’une diminutiondiminution desdes contraintescontraintes effectiveseffectives .
La résistance au cisaillement τ l d’un sol p ulvérulent est
formulée selon le critère de Mohr‐Coulomb par :
τ l = ( σ‐u ) tg ϕ ’= σ ’tg ϕ ’
A
u
fil des
es cyc es , e cu u e p ess o
les le
m l de ression interstitielle se trad it ar
e s
e e se
a u pa
une diminution de la résistance au cisaillement,
8
Université de Blida Ali Bouafia Après un nomb re cr it ique N l d
Université de Blida
Ali Bouafia
Après un nomb re cr it ique N l d e cycles, la contrainte effect ive
s’annule et la résistance au cisaillement s’annule aussi,
amorçant un comportement équivalent à celui d ’un li q uide,
ne résistant pas aux contraintes de cisaillement :
σ
'→ 0
τ = σ ' tg ϕ → 0
v
l
9
Université de Blida Ali Bouafia SchématisationSchématisation simplifiéesimplifiée dede lala
Université de Blida
Ali Bouafia
SchématisationSchématisation simplifiéesimplifiée dede lala liquéfactionliquéfaction
(a):
Empilement de sphères identiques, saturé d’eau, sous forme d’un assemblage
cubique correspondant à la densité minimale.
Le contact intergranulaire contribue à la résistance au cisaillement et donc à la capacité
de supporter des surcharges verticales en surface (capacité portante).
(b) :
Lors d’une sollicitation sismique, les vibrations transmises se traduisent par
une perte de contact intergranulaire, ce qui implique une perte de la résistance
au cisaillement et un transfert des surcharges, préalablement reprises par le forces
intergranulaires, à l’eau, et l’empilement se comporte comme un liquide.
(c) : Après stabilisation du phénomène, le contact intergranulaire est établi,
suite à l’expulsion de l’eau, ce qui se traduit par un tassement en surface de
l’empilement.
10
Université de Blida Ali Bouafia EE nn cascas dd unun sosoll rréé ee ll ….….
Université de Blida
Ali Bouafia
EE nn cascas dd unun sosoll rréé ee ll ….….
’’
Le comportement réel est beaucoup plus complexe, avec :
- un assemblage irrégulier,
- une granulométrie non uniforme des particules,
- des contacts intergranulaires qui ne se perdent pas simultanément.
11
Université de Blida Ali Bouafia LiLi uéfactionuéfaction artificielleartificielle causéecausée qq pp
Université de Blida
Ali Bouafia
LiLi uéfactionuéfaction artificielleartificielle causéecausée
qq
pp
(Séquence(Séquence vidéo)vidéo)
arar imim actact dd’’unun solsol sableuxsableux dede faiblefaible densitédensité
pp
12
Université de Blida Ali Bouafia LiquéfactionLiquéfaction artificielleartificielle causéecausée parpar impactimpact
Université de Blida
Ali Bouafia
LiquéfactionLiquéfaction artificielleartificielle causéecausée parpar impactimpact d’und’un solsol sableuxsableux trèstrès densedense
(Séquence(Séquence vidéo)vidéo)
13
Université de Blida Ali Bouafia LiquéfactionLiquéfaction artificielleartificielle causéecausée parpar
Université de Blida
Ali Bouafia
LiquéfactionLiquéfaction artificielleartificielle causéecausée parpar vibratvibrationion d’und’un solsol sableuxsableux dede faiblefaible densitédensité
(Séquence(Séquence vidéo)vidéo)
14
Université de Blida Ali Bouafia 22 SUSCEPTIBILITESUSCEPTIBILITE DESDES SOLSSOLS AA LALA LIQUEFACTIONLIQUEFACTION Les
Université de Blida
Ali Bouafia
22
SUSCEPTIBILITESUSCEPTIBILITE DESDES SOLSSOLS AA LALA LIQUEFACTIONLIQUEFACTION
Les sols susceptibles à la liquéfactionliquéfaction sismiquesismique sont en général de nature
pulvérulentepulvérulente (sable, gravier, sable limoneux, sable argileux, etc) de faiblefaible densitédensité
et complètementcomplètement saturéssaturés.
Outre cette définition générale, on dispose de critères empiriques d’identification
des sols liquéfiables dont les principaux sont :
l’origine et l’âge géologique du site,
la teneur en particules fines,
l’indice de plasticité de la partie fine du sol,
la saturation p ar l’eau interstitielle,
la profondeur du matériau,
la résistance à la pénétration.
15
Université de Blida Ali Bouafia OriOri ineine etet ll’’ââ ee éoloéolo ii ueue dudu sitesite
Université de Blida
Ali Bouafia
OriOri ineine etet ll’’ââ ee éoloéolo ii ueue dudu sitesite
gg
gg gg
gg qq
Le risque de liquéfaction diminue lorsque l’âge de dépôt du sol
pulvérulent augmente. Les dépôts issus du pré‐pléistocène ou du
pléistocène ne sont en général pas liquéfiables.
Ce sont les dépôts récents, âgés de moins de 5 siècles, qui sont les
plus prédisposés à la liquéfaction, tous matériaux étant confondus.
16
Université de Blida Ali Bouafia Tableau 9.1. Susceptibilité des dépôts sédimentaires à la liquéfaction (TG
Université de Blida
Ali Bouafia
Tableau 9.1. Susceptibilité des dépôts sédimentaires à la liquéfaction
(TG : très grande, G : grande, M : moyenne, F : faible, TF : très faible)
Type de
Dépôt
Probabilité de liquéfaction sismique du dépôt
sédimentaire pulvérulent saturé
Age géologique
<500 ans
Holocène
Pléistocène
Pré-Pléistocène
Dépôts continentaux
Canal de rivière
TG
G
F
TF
Plaine d’inondation
G
M
F
TF
Delta
G
M
F
TF
Dépôt lacustre
G
M
F
TF
Colluvion
G
M
F
TF
Dunes
G
M
F
TF
Loess
G
G
G
Inconnue
Tuff
F
F
TF
TF
Sols résiduels
F
F
TF
TF
Sebkha
G
M
F
TF
Zone côtière
Delta
TG
G
F
TF
Estuaire
G
M
F
TF
Plage à haute
énergie de vagues
M
F
TF
TF
Plage à faible
énergie de vagues
G
M
F
TF
Dépôts artificiels
Remblai non
TG
----
----
----
compacté
Remblai compacté
F
----
----
----
17
Université de Blida Ali Bouafia LaLa teneurteneur enen pp articulesarticules finesfines ,, FCFC (( %%
Université de Blida
Ali Bouafia
LaLa teneurteneur enen pp articulesarticules finesfines ,, FCFC (( %% ))
Teneur en particules fines (Fines Content) FC (%)= la teneur en
grains ayant une taille inférieure à 74 ‐80 µ m.
Par expérience des séismes antérieurs, le risque de
liquéfaction diminue avec FC (%), avec un seuil de 35% au ‐delà
duquel, la liquéfaction ne se manifeste pas.
18
Université de Blida Ali Bouafia IndiceIndice dede plasticitéplasticité dede lala partiepartie finefine dudu solsol
Université de Blida
Ali Bouafia
IndiceIndice dede plasticitéplasticité dede lala partiepartie finefine dudu solsol
Le risque de liquéfaction diminue avec l’indice de plasticité I p .
En général, les sols non liquéfiables ont simultanément :
une limite de liquidité ω l plus grande que 35%,
une teneur en eau ω plus petite que 0.9 fois la limite de liquidité,
un diamèt re D i fé i
n
r eur
à 5
µ m.
15
Ces trois critères sont souvent appelés critèrescritères chinoischinois dede nonnon
LiLiqq uéfactionuéfaction .
Outre les critères chinois applicables aux sols fins, le règlement
parasismique français PS‐92 considère un sol constitué desdes sables,sables,
sablessables vasards,vasards, ouou dede limonslimons , comme prédisposé à la liquéfaction
s’il est :
saturé,
ayant un coefficient d’uniformité C U inférieur à 15,
ayant un diamètre efficace D 50 entre 0.05 et 1.50 mm ,
soumis à une contrainte effective en présence de l’ouvrage
inférieure à 200 ‐300 kPa selon la zone sismique.
19
Université de Blida Ali Bouafia LeLe dede réré dede saturationsaturation dudu solsol gg L’expérience montre
Université de Blida
Ali Bouafia
LeLe dede réré dede saturationsaturation dudu solsol
gg
L’expérience montre qu’un degré de saturation S r minimal
de 80 ‐85% présente une condition nécessaire à la liquéfaction.
20
Université de Blida Ali Bouafia LaLa profondeurprofondeur dede lala couchecouche dudu solsol Le constat des
Université de Blida
Ali Bouafia
LaLa profondeurprofondeur dede lala couchecouche dudu solsol
Le constat des cas de rupture de sols de fondations par liquéfaction
a montré que la liquéfaction profonde, c'est ‐ à ‐dire se manifestant àà
pp luslus dede 1515 àà 2020 mm, n’altère p as la cap acité p ortante du sol à p roximité
de la surface.
21
Université de Blida Ali Bouafia LaLa résistancerésistance dudu solsol àà lala pénétrationpénétration d onnant
Université de Blida
Ali Bouafia
LaLa résistancerésistance dudu solsol àà lala pénétrationpénétration
d onnant le nomb re d e coups N
Le risque de liquéfaction diminue avec la résistance à la
pénétration du sol. Cette dernière est en pratique quantifiée par
l’essai de pénétration statique CPT, donnant la résistance en pointe
pénétrométrique q c , ou l’essai de pénétration standard SPT,
spt n écessaires à l enfoncement d u
carottier de 30 cm.
Selon Seed et Idriss ( 1982) , le seuil du nombre de coups
normalisé (N spt 1 ) 60 au ‐delà duquel la liquéfaction n’a pas été
observée est de 22.
Mercusson et al (1990) ont suggéré un seuil de 30 coups pour
(N spt 1 ) 60 , alors que l’expérience chinoise tend plutôt vers une valeur
seu il d e 40 coups.
Selon Shibata et Tiparaska (1988), la valeur seuil de la résistance
pénétrométrique normalisée soit (q ) au ‐delà de laquelle la
liquéfaction ne se déclenche pas est de 15 MPa.
,
c 1 ,
22
Université de Blida Ali Bouafia Si auau moinsmoins troistrois de ces critèrescritères dd identificationidentification
Université de Blida
Ali Bouafia
Si auau moinsmoins troistrois de ces critèrescritères dd identificationidentification montrent que la
liquéfaction est faiblement probable, ceci dispense de mener
une analyse du p otentiel de liq uéfaction.
’’
23
Université de Blida Ali Bouafia 33 ASPECTSASPECTS DEDE LALA LIQUÉFACTIONLIQUÉFACTION SISMIQUESISMIQUE La
Université de Blida
Ali Bouafia
33
ASPECTSASPECTS DEDE LALA LIQUÉFACTIONLIQUÉFACTION SISMIQUESISMIQUE
La liquéfaction se manifeste selon plusieurs aspects, dont les plus
constatés sont:
Perte de capacité portante du sol de fondation,
Glissement des terrains en pente,
Ruptures superficielles sous forme de fissures, ou étalement
latéral,
Développement des forces de poussées,
Soulèvement des ouvrages enterrés et rupture des canalisations,
24
Université de Blida Ali Bouafia Formation de cratères ou «volcans de sable», Affaissement ou effon
Université de Blida
Ali Bouafia
Formation de cratères ou «volcans de sable»,
Affaissement ou effon d rement en surface d u sol.
25
Université de Blida Ali Bouafia PertePerte dede capacitécapacité portanteportante dudu solsol dede fondationfondation
Université de Blida
Ali Bouafia
PertePerte dede capacitécapacité portanteportante dudu solsol dede fondationfondation
La perte de capacité portante a pour conséquence l’instabilité
de l’ouvra ge
Basculement d’un bâtiment de 5 niveaux dû à la liquéfaction au séisme de
Niigata ( 1964) . L e tassement excess if et l excent r i c ité d u c h argement d ue
à la présence d’un appartement sur la terrasse du bâtiment ont contribué
au renversement de l’ouvrage .
26
GlissementGlissement desdes terrainsterrains enen pentepente Université de Blida Ali Bouafia h formant le talus, la
GlissementGlissement desdes terrainsterrains enen pentepente
Université de Blida
Ali Bouafia
h
formant le talus, la génération rapide des pressions interstitielles et la chute de
résistance au cisaillement réduit considérablement les moments stabilisants.
L e coeffi ci ent d e s é curité sera par cons é quent cons idé rablement réd u it.
O
u re e mouvemen
t
l
t d
e a couc e qu
l
li
éfié
e per ur an
t
b
t l ’é
qu
ilib
re n a u mass
i
iti l d
if
Glissement par liquéfaction du corps d’un remblai au séisme de Tokashi-Oki,
Japon (2003).
27
Université de Blida Ali Bouafia RupturesRuptures superficiellessuperficielles soussous formeforme dede fissuresfissures
Université de Blida
Ali Bouafia
RupturesRuptures superficiellessuperficielles soussous formeforme dede fissuresfissures (ou(ou étalementétalement latéral)latéral)
La liquéfaction d’une couche impose un mouvement en grands
déplacements aux couches sus-jacentes, ce qui se traduit par des
grandes fissures et des ruptures superficielles de la surface.
(a)
(b)
(a) Effondrement du pont de Showa fondé sur des puits, suite à des grands
déplacements latéraux de ces derniers, dus à la liquéfaction du sol de fondation lors du
séisme de Niigata (1964).
(b) Lors du séisme de Caucete (Argentine) qui s’est déclenché le 23 Novembre 1977,
(magnitude de 7.4), la liquéfaction a touché une zone de quelques milliers de kilomètres
carrés, et s’est manifestée par des fissures en surface du sol, atteignant des fois 1 m de large
et 2 m de profondeur.
28
RupturesRuptures superficiellessuperficielles soussous formeforme dede fissuresfissures (ou(ou étalementétalement
RupturesRuptures superficiellessuperficielles soussous formeforme dede fissuresfissures (ou(ou étalementétalement latéral)latéral)
Université de Blida
Ali Bouafia
Suite au séisme du 21 mai 2003 à Zemmouri (Boumerdès), les terres meubles saturées ont
manifesté une chute considérable de la résistance au cisaillement, ce q ui s’est traduit, p ar des
ruptures superficielles et une innondation de la surface par l’eau. Le terrain fait partie des
abords de oued Isser, à 10 km environ de Boumerdès.
29
Université de Blida Ali Bouafia DéveloppementDéveloppement desdes forcesforces dede pousséespoussées Le mouvement
Université de Blida
Ali Bouafia
DéveloppementDéveloppement desdes forcesforces dede pousséespoussées
Le mouvement de la couche liquéfiée se traduit part un excès de
forces de p oussée sur la surface de contact sol/ mur, ce q ui induit au
renversement ou au glissement du mur.
Lors du séisme de Kobé (1995), un mur de quai le long du canal a subi un
renversement, suite à la liquéfaction du matériau du remblai (sable lâche à moyennement
dense) qui a augmenté les pressions des terres sur le parement du mur.
30
Université de Blida Ali Bouafia SoulèvementSoulèvement desdes ouvragesouvrages enterrésenterrés etet rupturerupture
Université de Blida
Ali Bouafia
SoulèvementSoulèvement desdes ouvragesouvrages enterrésenterrés etet rupturerupture desdes canalisationscanalisations
Conformément à la loi d’Archimède de flottaison des corps dans les
li q uides, les structures ayant un p oids volumi q ue p lus p etit q ue celui
du sol liquéfié émergent de la surface de ce sol, ce qui peut être le
cas de structures légères enterrées.
(a)
(b)
(a)
Soulèvement d’un regard de 1.80 m suite à la liquéfaction, au séisme
de Tokashi-Oki, Japon (2003)
(b)
Rupture des canalisations enterrées au séisme de Nihonkai-Chubu, Japon (1983)
31
Université de Blida Ali Bouafia FormationFormation desdes cratèrescratères ouou ««volcansvolcans dede
Université de Blida
Ali Bouafia
FormationFormation desdes cratèrescratères ouou ««volcansvolcans dede sablesable»»
Suite à la génération de fortes surpressions interstitielles, le sable
liq uéfié remonte en surface en créant des cratères , ce q ui est un
phénomène typique à la liquéfaction des couches superficielles.
(a)
(a) Cratère de sable li uéfié à la la e de Corso lors du séisme de Zemmouri
Boumerdès, 2003.
q
p g
,
,
32
Université de Blida Ali Bouafia FormationFormation desdes cratèrescratères ouou ««volcansvolcans dede
Université de Blida
Ali Bouafia
FormationFormation desdes cratèrescratères ouou ««volcansvolcans dede sablesable»»
(b)
(c)
(d)
(b): Lors du séisme de Caucete (Argentine) qui s’est déclenché le 23 Novembre 1977, la
liquéfaction a touché une zone ayant une surface de quelques milliers de kilomètres carrés,
et s’est manifestée par des remontées des coulées du sable liquéfié à travers des planchers
de rez ‐ de‐ chaussée en béton armé.
( c): Formation d’une rangée de cratères de sable durant le séisme de Niigata le 16 juin 1964.
(
d
): ssures super c e es e remon e u sa e en sur ace uran e s sme e ocae
(Turquie) le 17 Août 1999.
Fi
fi
i
ll
t
té d
bl
f
d
t l
éi
d
K
ili
33
Université de Blida Ali Bouafia AffaissementAffaissement ouou effondrementeffondrement enen surfacesurface dudu solsol
Université de Blida
Ali Bouafia
AffaissementAffaissement ouou effondrementeffondrement enen surfacesurface dudu solsol
Suite au mouvement de l’eau interstitielle sous de forts gradients
de pressions d’une part, et à la dégradation des propriétés mécaniques
du sol d ’autre part , un affaissement se manifeste en surface , avec des
fois des amplitudes exceptionnelles de l’ordre de 1 m.
Afaissement général de 50 cm du sol dû à liquéfaction, sans des désordres structurels
subis par l’ouvrage, fondé d’ailleurs sur des pieux ancrés dans un substratum,
et traversant des couches de sable lâche saturé. Il s’agit d’un exemple montrant que la
liquéfaction peut avoir un effet limité sur la structure si un système convenable de
fondations est conçu.
34
Université de Blida Ali Bouafia Outre ces aspects courants, la liquéfaction peut subir aux ouvrages
Université de Blida
Ali Bouafia
Outre ces aspects courants, la liquéfaction peut subir aux ouvrages
d es désord res divers p lus ou mo ins importants, tels que:
la rupture des corps de di gu es et de barrages ,
l’effondrement du corps de chaussée,
le renversement des ouvrages élancés, suite au tassement
différent iel.
35
Université de Blida Ali Bouafia 44 MÉTHODESMÉTHODES D’ANALYSED’ANALYSE DUDU POTENTIELPOTENTIEL DEDE
Université de Blida
Ali Bouafia
44
MÉTHODESMÉTHODES D’ANALYSED’ANALYSE DUDU POTENTIELPOTENTIEL
DEDE LIQULIQUÉÉFACTIONFACTION
VoirVoir courscours dede DynamiqueDynamique desdes SolsSols !!
10
Université de Blida Ali Bouafia LaLa liquéfaction?liquéfaction? cc’’esestt quoquoii çaça ?? JeJe
Université de Blida
Ali Bouafia
LaLa liquéfaction?liquéfaction?
cc’’esestt quoquoii çaça ??
JeJe préfèrepréfère plutôtplutôt lele piquepique--niquenique
!!!!
37