Vous êtes sur la page 1sur 6

Exercices - Produit tensoriel et convolution : corrigé

Exercice 1 - Prise de contact ! - Quatrième année - ?

1. Il y a plusieurs possibilités pour résoudre cette question. La première est d’utiliser la


définition :
hδ00 ? δ00 , θi = hδ00 ⊗ δ00 , θ(x + y)i
= hδ00 , −θ0 (x)i
= θ00 (0).
On aurait pu aussi dériver deux fois l’identité δ0 ? δ0 = δ0 .
2. Il suffit de calculer en appliquant la définition à la fois du produit de convolution et de la
multiplication par une fonction C ∞ .
hX n (T ? S), θi = hT ? S, X n θi
= hTx ⊗ Sy , (x + y)n θ(x + y)i
n
X
= Cnk hTx ⊗ Sy , xk y n−k θ(x + y)i
k=0
Xn
= Cnk h(xk Tx ) ⊗ (y n−k Sy ), θ(x + y)i
k=0
Xn
= h Cnk (X k T ) ? (X n−k S), θi.
k=0

3. E = δ (k) convient. En effet, δ ? T = T , et il suffit de dériver k fois cette équation !


4. Il suffit d’appliquer la définition :
δa ? T (φ) = hδa , α(x)hTy , φ(x + y)ii = hT, φ(x + a)i.
c
5. Posons Ω = Supp(S) + Supp(T ) , et montrons que si φ ∈ D(Rn ) est à support dans Ω,


alors hS ? T, φi = 0. Posons pour cela ψ(x) = hTy , φ(x + y)i, et cherchons le support de
ψ. On a :
x ∈ Supp(ψ) =⇒ Supp(T ) ∩ Supp(φ(x + .)) 6= ∅ =⇒ x ∈ Supp(φ) − Supp(T ).
Mais,  
Supp(φ) − Supp(T ) ∩ Supp(S) = ∅.
Ainsi, hSx , ψi = 0 ce qui est le résultat souhaité.
6. Remarquons d’abord que les supports de TY f1 et TY f2 sont inclus dans [0, +∞[. Ainsi, ces
deux distributions sont convolables car si xn + yn ∈ [0, +∞[×[0, +∞[ est bornée, chaque
suite (xn ) (yn ) est bornée. D’après une proposition du cours, ceci entraine que les deux
fonctions sont convolables et que TY f1 ? TY f2 = TY f1 ?Y f2 . En outre, il est clair que
Z +∞
Y f1 (x) ? Y f2 (x) = f1 (t)Y (x − t)f2 (x − t)dt.
0

Mais Y (x − t) 6= 0 =⇒ t ≤ x. Ainsi, si x < 0, le produit de convolution est nul sinon il


vaut : Z x
f1 (t)f2 (x − t)dt.
0

http://www.bibmath.net 1
Exercices - Produit tensoriel et convolution : corrigé

Exercice 2 - Prise de contact ! - Quatrième année - ?

1. Soit θ ∈ D(R2 ). Pour x ∈ R, on note θx la fonction de D(R) définie par θx (y) = θ(x, y).
On a
hδa0 ⊗ δb0 , θi = hδa0 , hδb0 , θx ii.
Mais, hδb0 , θx i = − ∂θ ∂θ
∂y (b) = − ∂y (x, b). De ceci, on déduit :
x

∂2θ
hδa0 ⊗ δb0 , θi = (a, b).
∂x∂y

2. Il y a plusieurs possibilités pour résoudre cette question. La première est d’utiliser la


définition :

hδ00 ? δ00 , θi = hδ00 ⊗ δ00 , θ(x + y)i


= hδ00 , −θ0 (x)i
= θ00 (0).

On aurait pu aussi dériver deux fois l’identité δ0 ? δ0 = δ0 .


3. Il suffit de calculer en appliquant la définition à la fois du produit de convolution et de la
multiplication par une fonction C ∞ .

hX n (T ? S), θi = hT ? S, X n θi
= hTx ⊗ Sy , (x + y)n θ(x + y)i
n
X
= Cnk hTx ⊗ Sy , xk y n−k θ(x + y)i
k=0
Xn
= Cnk h(xk Tx ) ⊗ (y n−k Sy ), θ(x + y)i
k=0
Xn
= h Cnk (X k T ) ? (X n−k S), θi.
k=0

4. E = δ (k) convient. En effet, δ ? T = T , et il suffit de dériver k fois cette équation !

Exercice 3 - Support, produit tensoriel et convolution - 4ème année - ??

1. (a) supp(θ) est un compact disjoint du fermé supp(S) × supp(T ). Il existe donc un
ouvert V contenant supp(S) et tel que supp(θ) ∩ (V × supp(T )) = ∅. Montrons alors
que si x ∈ V , supp(θx ) ∩ supp(T ) = ∅, ce qui prouvera la question. Prenons donc
y ∈ supp(θx ). Il existe une suite (yn ) telle que θx (yn ) 6= 0 et yn → y. Mais alors,
θ(x, yn ) 6= 0 et (x, yn ) → (x, y). Ceci entraîne que (x, y) ∈ supp(θ). Comme x est
élément de V on a forcément y ∈ / supp(T ).
(b) Soit θ une fonction test vérifiant la propriété des supports de la question précédente.
On a alors
hS ⊗ T, θi = hSx , hTy , θx ii = 0

http://www.bibmath.net 2
Exercices - Produit tensoriel et convolution : corrigé

d’après la question précédente (le support de x 7→ hT, θx i est disjoint du support de


S). Ceci prouve que supp(S ⊗ T ) ⊂ supp(S) × supp(T ). Réciproquement, soit W un
ouvert tel que W ∩ supp(S) × supp(T ) 6= ∅. W contient alors un ouvert de la forme
U × V tel que U ∩ supp(S) 6= ∅ et V ∩ supp(T ) 6= ∅. Par définition du support, il
existe φ ∈ D(Rd ) et ψ ∈ D(Rd ) tels que hS, φi =
6 0 et hT, ψi =
6 0. On a alors

hS ⊗ T, φ ⊗ ψi =
6 0,

ce qui prouve l’inclusion inverse.


2. Soit φ ∈ D(Rd ), K son support, et L l’ensemble donné par l’énoncé. On sait qu’il existe
une fonction test θ valant 1 au voisinage de L. Mais alors, si (ηk ) est une suite admissible,
pour k assez grand, on a

hSx ⊗ Ty , ηk (x, y)φ(x + y)i = hSx ⊗ Ty , θ(x, y)φ(x + y)i,

puisque (x, y) 7→ ηk (x, y)φ(x + y) et (x, y) 7→ θ(x, y)φ(x + y) coincident au voisinage du


support de Sx ⊗ Ty .

Exercice 4 - Opérateur différentiel - Quatrième année - ??

1. Les fonctions de Heaviside conviennent, ie H1 est l’indicatrice de ] − ∞, 0] et H2 est


l’indicatrice de [0, +∞[.
2. Il suffit de prouver que pour tout compact K de R, la partie
n o
L = (x, y) ∈ R2 ; x + y ∈ K ∩ (supp(φ1 T ) × supp(H1 ))

est compacte. On peut supposer que K = [−R, R]. Mais alors, pour (x, y) ∈ L, on a

|x + y| ≤ R, x ≤ 1, y ≤ 0.

Ceci entraîne que L ⊂ [−R, 1] × [−R − 1, 0], qui est bien une partie compacte. On procède
de même pour φ2 T et H2 .
3. Soit T ∈ D0 (R). On a

D ◦ V (T ) = D(H1 ? φ1 T + H2 ? φ2 T ) = δ0 ? φ1 T + δ0 ? φ2 T = (φ1 + φ2 )T = T.

Tout opérateur inversible à droite est surjectif. On retrouve en particulier qu’une distri-
bution admet une primitive !
4. Il faut reconnaitre dans D − λI l’expression de la dérivée du produit d’une distribution
par une fonction exponentielle. On remarque en effet que

(D − λI)T = D(e−λx T )eλx .

En particulier, on obtient
(D − λI)(eλx V T ) = eλx T.
Ainsi, il vient
(D − λI)(eλx V (e−λx T ) = T.
D−λI est donc inversible à droite, un inverse à droite est donné par Vλ (T ) = eλx V (e−λx T ).

http://www.bibmath.net 3
Exercices - Produit tensoriel et convolution : corrigé

(X − λi ). Un inverse de P (D) est donné par


Q Q
5. Il suffit de factoriser P en produit V λi .

Exercice 5 - Distributions causales - Quatrième année - ??

0 . Soit K = [−R, R] et
1. Soit S et T deux éléments de D+

L = {(x, y) ∈ R2 , x + y ∈ K} ∩ (supp S × supp T ).

Si (x, y) est dans L, on a forcément x ≥ 0, y ≥ 0 et x + y ≤ R. Ainsi, L ⊂ [0, R] × [0, R],


ce qui prouve que L est compact et que l’on peut bien définir le produit de convolution de
S par T . De supp(S ? T ) ⊂ supp(S) + supp(T ), on déduit que S ? T est encore élément de
D+0 . En outre, il est clair que l’élément neutre δ = δ est dans D 0 . Il reste à montrer que
0 +
le produit est associatif. On considère donc S, T, U trois éléments de D+ 0 , et φ ∈ D(R).

Notons

M = {(x, y, z) ∈ R3 ; x + y + z ∈ K} ∩ (supp S × supp T × supp U ).

Alors M est compact, et si θ est une fonction valant 1 au voisinage de M , on a

hS ? (T ? U ), φi = hSx ⊗ Ty ⊗ Uz , θ(x, y, z)φ(x + y + z)i.

0 .
2. Il suffit de faire le calcul ! Remarquons en effet d’abord que H(t)eλt est bien dans D+
Ensuite :
Z +∞
0 λt 0
h(δ − λδ) ? (H(t)e , φi = h(δ − λδ), eλy φ(x + y)dyi
0
Z +∞
0 −λx
= h(δ − λδ), e eλu φ(u)dui
x
= φ(0)
= hδ, φi.

Ceci montre que δ 0 − λδ est inversible dans D+


0 , et que l’on a

(δ 0 − λδ)?−1 = H(t)eλt ,

On en déduit
(δ 0 − λδ)?−n = (H(t)eλt )?n .
On calcule le membre de droite par récurrence sur n (il faut faire le même changement de
variables que précédemment dans l’intégrale).
Pn
3. On rappelle que T (k) = δ (k) ? T . En posant E = k=0 ak δ
(k) , l’équation différentielle est
équivalente à E ? T = S.
4. Remarquons que δ (k) = (δ 0 )?k . On factorise alors E en

E = an (δ 0 − λ1 δ)?α1 ? · · · ? (δ 0 − λl δ)?αl .

Chacun des facteurs étant inversible, E est inversible, notons F son inverse. Une solution
est alors donnée par F ? S.

http://www.bibmath.net 4
Exercices - Produit tensoriel et convolution : corrigé

Exercice 6 - Equation de Volterra - Quatrième année - ???

1. Soit S et T ∈ D+ 0 , soit (x ) une suite dans supp(S) et (y ) une suite dans supp(T ) telle
n n
que (xn + yn ) est bornée. Alors, puisque xn ≥ 0 et yn ≥ 0, on a 0 ≤ xn ≤ xn + yn et donc
la suite (xn ) est bornée. De même pour (yn ).
2. On démontre le résultat par récurrence sur n, puisqu’il est clair au rang n = 1. Supposons
le vérifié au rang n, et prouvons-le au rang n + 1 (il est clair que le support des fonctions
Kn est inclus dans R+ ). On a

Kn+1 (x) = Kn ? K(x)


Z
= K(x − y)Kn (y)dy
ZRx
= K(x − y)Kn (y)dy
0
M (a)n x
Z
≤ M (a) × y n−1 dy
(n − 1)! 0
M (a)n+1 xn
≤ .
(n − 1)! n

3. Il suffit de prouver que, pour chaque φ ∈ D(R), la série


+∞
X
|hK ?n , φi|
n=0

converge absolument. Mais, si supp(φ) ⊂ [−a, a], on a


+∞
X Z a
|hK ?n , φi| ≤ M (a)φ(x)eM (a)x dx < +∞.
n=0 0

D’autre part, on a
N
X
(δ + K) ? ( Kn ) = δ + (−1)N KN +1 .
n=0
Il est facile de vérifier, en comparant la croissance d’une puissance et d’une factorielle,
que KN → 0 quand N → ∞. En utilisant le résultat démontré à la première question, on
en déduit que δ + K est inversible, son inverse étant donnée par
+∞
X
δ+ (−1)n Kn .
n=1

Pour conclure, remarquons que pour chaque x +∞ nP


n=1 (−1) Kn (x) converge vers L(x), et
que L est localement bornée (on a en effet, pour x dans [0, a], |L(x)| ≤ M (a) exp(M (a)a)).
Enfin, le théorème de convergence dominée montre aussi que, au sens des distributions,
+∞
X
(−1)n Kn = L.
n=1

http://www.bibmath.net 5
Exercices - Produit tensoriel et convolution : corrigé

4. Puisqu’on a affaire à des fonctions localement intégrables, l’égalité au sens presque partout
est équivalente à l’égalité au sens distribution. Il reste à remarquer que
Z x
(δ + Heλx ) ? f = f + eλ(x−y) f (y)dy.
0

5. Puisque x 7→ H(x)eλx est localement bornée, la distribution δ + Heλx admet un inverse


de la forme δ + L, où L est une fonction localement bornée. Une solution de l’équation de
départ est donc donnée par (δ + L) ? g, c’est-à-dire
Z x
f (x) = g(x) + L(x − y)g(y)dy.
0

Remarquons qu’il s’agit bien d’une fonction localement intégrable.


Si vous trouvez une erreur, une faute de frappe, etc... dans ces exercices, merci de la signaler à
geolabo@bibmath.net Venez poursuivre le dialogue sur notre forum :

http://www.bibmath.net/forums

http://www.bibmath.net 6