Vous êtes sur la page 1sur 23

GOHIER Malo 

UNG Raphaël 
Le 2 mai 2007 

Etude d’impact 
Saint‐Michel‐
sur 
l’environnement sur‐Orge 
Le but de cette étude est de travailler en binôme sur la réalisation d’une étude concrète
d’impact sur l’environnement, et ce, en utilisant les différentes méthodes vues en cours.
Ce travail se compose de deux parties. Premièrement nous allons réaliser un diagnostic
précis du site et de son environnement ; pour cela nous devons nous préoccuper aussi
bien des caractéristiques physiques du site que de ses caractéristiques sociales, paysagères  
ou encore de desserte des transports. Dans un second temps, en ayant un aperçu du
projet final qui devrait être réalisé, nous devrons identifier ces impacts sur
l’environnement. 

Université de Marne La Vallée 
Cité Descartes 
77420 Champs‐sur‐Marne 
L3 STPI Génie Urbain 
INTRODUCTION 
INTRODUCTION ............................................................................................................................................ 2 
I]  ENVIRONNEMENT DU SITE .................................................................................................................... 3 
1)  L’ENVIRONNEMENT LARGE. .............................................................................................................................. 3 
2)  LES ABORDS IMMEDIATS. ................................................................................................................................. 3 
3)  LES FRANGES ................................................................................................................................................. 4 
4)  LE SITE ......................................................................................................................................................... 4 
5)  LE RELIEF ...................................................................................................................................................... 5 
6)  L’HYDROLOGIE SUPERFICIELLE ........................................................................................................................... 5 
7)  LE CLIMAT .................................................................................................................................................... 6 
8)  LA QUALITE DE L’AIR ....................................................................................................................................... 6 
9)  LE SOL ......................................................................................................................................................... 9 
II]  PROTECTION DU PATRIMOINE NATUREL ET DU BATI ........................................................................... 10 
1)  LA FAUNE ET LA FLORE A L’ECHELLE DE LA VILLE .................................................................................................. 10 
2)  LA FAUNE ET LA FLORE A L’ECHELLE DU SITE ....................................................................................................... 12 
3)  MONUMENTS HISTORIQUES ET ARCHEOLOGIE .................................................................................................... 12 
III]  MILIEU HUMAIN ................................................................................................................................. 13 
1)  LE PEUPLEMENT ........................................................................................................................................... 13 
2)  L’HABITAT .................................................................................................................................................. 13 
3)  LES ACTIVITES .............................................................................................................................................. 14 
4)  LES EQUIPEMENTS POUR L’ENSEIGNEMENT ET LA FORMATION ............................................................................... 14 
5)  LES EQUIPEMENTS POUR LA PETITE ENFANCE ET LA JEUNESSE ................................................................................ 15 
6)  LES EQUIPEMENTS SANITAIRES ET SOCIAUX ........................................................................................................ 15 
7)  LES EQUIPEMENTS SPORTIFS ........................................................................................................................... 15 
8)  LES EQUIPEMENTS CULTURELS ........................................................................................................................ 15 
9)  LA SANTE ................................................................................................................................................... 16 
IV]  LA DESSERTE ET LA CIRCULATION ........................................................................................................ 17 
1)  LES TRANSPORTS COLLECTIFS .......................................................................................................................... 17 
2)  LA CIRCULATION AUTOMOBILE ........................................................................................................................ 17 
3)  LE STATIONNEMENT ..................................................................................................................................... 17 
4)  LES CIRCULATIONS DOUCES ............................................................................................................................ 17 
V]  L’ENVIRONNEMENT SONORE .............................................................................................................. 18 
1)  LES NORMES ET REGLEMENTATION EN VIGUEUR ................................................................................................. 18 
2)  L’ENVIRONNEMENT SONORE DU SITE ............................................................................................................... 19 
VI]  LE PAYSAGE ........................................................................................................................................ 20 
1)  CE QUE L’ON VOIT DU SITE ............................................................................................................................. 20 
1)  CE QUE LE SITE DONNE A VOIR ........................................................................................................................ 22 
2)  MORPHOLOGIE ........................................................................................................................................... 23 

Page |2
I] ENVIRONNEMENT DU SITE 
1) L’environnement large. 

Saint-Michel-sur-Orge est située à 25 kilomètres au sud de Paris dans le département de


l’Essonne. Elle est traversée au sud par la francilienne et est à mi-chemin entre Evry et
Versailles. A l’ouest se trouvent successivement la N20 et l’A10, à l’Est l’A6 et la N7. Elle se
trouve donc dans un triangle routier important qui facilite grandement son accès. Par les
transports en commun, elle est desservie par la ligne C du RER en direction de Saint-Martin
d’Etampes et de Dourdan-la-Forêt. L’aéroport d’Orly n’est situé qu’à une dizaine de
kilomètres.

Figure 1 Cartes de localisation de Saint Michel sur Orge

2) Les abords immédiats. 

Notre lieu d’étude est totalement inséré dans le tissu urbain. Le réseau de bus de la
communauté d’agglomération du Val d’Orge le dessert avec plusieurs lignes. Côté
équipements, l’environnement immédiat (moins d’un kilomètre) est bien doté : deux
ensembles sportifs (R. Rousseau et Lucien Simon), deux collèges, des relais d’assistance
maternelle, deux groupes scolaires (Blaise Pascal et Jules Ferry), une bibliothèque, une
maison de retraite, la gare RER, deux centres commerciaux. A noter que l’hôtel de ville n’est
pas très éloigné non plus.

Page |3
Figure 2 Carte de présentation du site et de ses franges

3) Les franges 

En frange, c'est-à-dire dans les rues bordant immédiatement notre îlot d’étude, se trouvent les
Ateliers municipaux. A l’est le tissu urbain est composé de bâtiments collectifs, sinon les
autres côtés sont composés uniquement de petits bâtiments individuels.

4) Le site 

Notre lieu d’étude est un îlot d’environ 28 000 m² entouré par les rues de Sainte-Geneviève,
Gambetta, Saint-Exupéry et des Acacias. Côté rue de Sainte-Geneviève on trouve uniquement
un habitat individuel. A l’angle des rue Gambetta et Saint-Exupéry est implantée la Poste avec
un parking d’intérêt régional sûrement dû à la proximité de la gare RER. On trouve aussi une
école municipale de musique agréée, la salle des fêtes et le Gymnase Gambetta.

Figure 3 Vue aérienne du site

Page |4
LES CARACTERISTIQUES PHYSIQUES DU SITE

5) Le relief 

A l’échelle de la communauté d’agglomération, on distingue trois grandes entités


géomorphologiques :
- les plateaux (marnes, calcaires, argiles…)
- le fond du Vallée (qui est creusé par érosion fluviale constitué d’alluvions récentes)
- les coteaux (formation de versants, éboulis et colluvions).

A l’échelle de la ville de St Michel sur Orge :


Superficie : 530 hectares
Altitude : max. Mont Pipau (93 m) et min. Vallée de l’Orge 40 m
Périmètre : 12 km

A l’échelle du site :
Superficie : 3.6 hectares
Altitude : dénivelé croissante d’Ouest en Est (variable de 71 à 80 m)
Périmètre : environ 1100 m

Figure 4 : extrait de carte IGN montrant le site Gambetta et les courbes de niveau

D’après l’extrait de la carte IGN, l’altitude est de l’ordre de 71 m au croisement des


rues Saint-Exupéry et Gambetta. L’altitude remonte à 80 m à proximité du Hall des Fêtes et
du Marché.
Le site se situe bien au niveau d’un coteau. Ce coteau a un dénivelé de 40 m ; le site se
situant en moyenne à 75 mètres : les courbes de niveau mettent bien en évidence que la ZAC
étudiée se trouve au niveau d’un versant de colline. Ce coteau mesure 500 à 600 mètres de
largeur avec une superficie de 50 hectares.

6) L’hydrologie superficielle 

- Présentation de l’Orge à l’échelle du bassin parisien

L’Orge, long de 52 km, est un affluent en rive gauche de la Seine. Il prend sa source à
Saint-Martin-de-Béthencourt dans les Yvelines, traverse ensuite une bonne partie du
département de l’Essonne du Sud-Ouest au Nord-Est et finalement se jette dans la Seine à
Athis-Mons et à Viry-Châtillon en se subdivisant en deux bras. Les affluents de l’Orge (le
Mont Ru et la Salemouille en rive gauche et le Blutin et le Ru de Fleury en rive droite)

Page |5
creusent le coteau dans lequel se situe le site. Le fond de vallée constitue une retenue des
cours d’eau mais de manière limitée avec une largeur de 200 à 300 m.

- L’Orge à l’échelle de la ville

L’Orge borde la ville de St Michel sur Orge. On peut faire un lien direct avec la Vallée
de l’Orge où s’étend son parc d’espaces naturels (cf. partie faune et flore). Néanmoins, le site
Gambetta n’est pas concerné par cette hydrologie.

On peut toujours se poser la question de savoir quels peuvent être les impacts
« négatives » et « positives » de la présence d’une rivière bordant et traversant un grand
nombre de villes et ensuite plus spécifiquement par rapport au site d’étude ?

Impacts « négatifs »

Le risque d’inondation (pouvant être envisagé) peut avoir une répercussion néfaste
importante sur la faune, la flore et le paysage urbain autour de la rivière. Le site Gambetta se
situant sur un coteau, on ne peut pas envisager l’immersion des habitations ou encore
l’infiltration des eaux dans les terrains meubles pouvant compromettre la stabilité des terres.
Le fond de Vallée possède par contre un risque important d’inondation.

Impacts « positifs »

La présence d’une rivière contribue dans le cas de l’Orge à une préservation naturelle
de la faune et de la flore environnantes. La Communauté d’Agglomération s’efforce de
conserver ce patrimoine naturel par l’entretien des espaces verts (cf. partie Faune et Flore).

7) Le climat  

A l’échelle du département, l´Essonne se caractérise par un climat océanique dégradé.


Cela se traduit par une fréquence élevée des pluies (environ 160 jours par an).
Paradoxalement l´Essonne figure parmi les départements les plus secs de France, le mot
« sec » étant relatif aux quantités de pluie (560 mm par an à Brétigny sur Orge, ville voisine
de St Michel sur Orge contre 870mm à Nice ou 630mm à Marseille). Les précipitations sont
bien réparties tout au long de l´année, toutefois l´été connaît des précipitations surtout sous
forme d´averses orageuses brèves mais intenses.
Les températures sont typiques des plaines du bassin parisien (janvier : 0/6°C, juillet :
13/24°C à Brétigny sur Orge).

8) La qualité de l’air 

Dans un premier temps, la qualité de l’air peut être assimilée à une échelle de
grandeur. Il est intéressant dans un premier temps de voir à quelle échelle de qualité de l’air se
situe la ville de St Michel sur Orge.

Page |6
Par le constat de la carte, la qualité de l’air de St Michel sur Orge est plutôt bonne.

Dans un second temps, pour examiner la qualité de St Michel sur Orge, il est plus
judicieux de voir la concentration des divers polluants dans l’atmosphère et ensuite de voir la
conformité par rapport aux normes nationales. La station urbaine de mesure la plus proche du
site Gambetta est celle d’Evry.

- NO2 et NO
Il est toujours intéressant de voir les résultats en concentration de NO2 et NO sur un
court intervalle de temps. A partir de ce constat, on pourra faire un rapport avec la conformité
aux normes (si le seuil horaire est respecté ou pas).

Figure 5 : graphique montrant la concentration de NO2 et de NO du 16/04 au 18/04/2007

Page |7
Le graphique montre pour le NO2 que la valeur de concentration tourne autour de 50
μm/m3 avec une pointe maximum de 110 μm/m3 = SI. La concentration de NO tourne autour
de 0-10 SI avec une pointe de 40 SI. En moyenne horaire, les critères nationaux en terme de
réglementation indique que la valeur limite en 2007 ne doit pas dépasser les 230 SI pour le
NO2 : on est largement en dessous de ce seuil (pointe maxi NO2 : 110 SI). La valeur limite de
concentration du Nox est de l’ordre de 30 SI (visant à protéger la végétation) : globalement
dans les tranches horaires, le seuil n’est pas atteint malgré le pic de 40 SI (ponctuel sur une
tranche horaire).

Figure 6 : graphique montrant l'évolution du NO2 de 1992 à 2006 en agglomération parisienne

Ce graphique met en évidence que le seuil limite de NO2 (égal à 230 SI) n’est pas
atteint entre 1992 et 2006 (valeur moyenne en agglomération parisienne : 50 SI).

- SO2

Figure 7 : évolution annuelle du SO2 sur l'agglomération parisienne (2006)

Page |8
Ce graphique met en évidence le taux de concentration par tranche mensuelle de
dioxyde de soufre en 2006 et montre que le seuil limite imposé par la réglementation n’est pas
atteint (de l’ordre de 10 SI contre 30 SI en seuil limite).

- O3

Figure 8 : évolution annuelle de l'ozone en 2005

Dans le cas de l’ozone, ce graphique montre que la concentration en 03 en 2005 est sous le
seuil de recommandation qui est de l’ordre de 180 SI (valeur maxi en 2005 : 75 SI) et en
dessous des seuils de protection de la santé (110 SI) et de la végétation (65 SI par tranche de
24 heures).

On peut dire que globalement les polluants ne sont pas excessivement présents dans la ville de
St Michel sur Orge puisque les résultats dans leur ensemble n’atteignent pas le seuil de
recommandation et d’information et encore moins les valeurs limites.

9) Le sol 

Il y a une grande uniformité géologique : les calcaires (oligocène inférieur) sont omniprésents.
Ils peuvent être recouverts de fines épaisseurs de limons ou de colluvions à flanc de coteau et
de sables au niveau des plateaux. Le sable offre une bonne perméabilité et une bonne capacité
d’absorption de l’eau.

Page |9
II] Protection du patrimoine naturel et du bâti 
1) La faune et la flore à l’échelle de la ville 

- Histoire du patrimoine naturel

Le long de la vallée de l’Orge et à l’intérieur de St Michel sur Orge constitue un grand


patrimoine d’espaces naturels : on pourra citer la prairie de St Michel près de l’Orge et le Bois
des Roches.

Dans les années 80, la protection du patrimoine naturel se renforce. Les aspects écologiques
sont mieux pris en compte par une gestion des cours d’eau (réhabilitation des berges par la
présence de végétation) et la préservation des terres en fond de vallée (élaboration d’un Plan
d’Exposition au risque d’inondation de 1992 dans lequel la SIVOA acquiert les zones
humides environnant la vallée). Des aménagements qui intègrent le paysage sont préférés par
rapport aux ouvrages du génie civil : berges naturalisées et bassins secs. A partir de 1976, des
berges ont été aménagées pour les promenades pédestres ou cyclistes.

- La vallée de l’Orge

La vallée (d’une superficie totale de 250 ha) a été nommée « Aire départementale de la nature
de la vallée de l’Orge » par le Conseil Général de l’Essonne. La partie spécifique de la vallée
à l’échelle de la ville est celle de la prairie de St Michel. La Communauté d’Agglomération
tente de valoriser la protection et la préservation de l’espace naturel et des écosystèmes (cf.
Moyens mis en place pour la préservation de la faune et de la flore).

Figure 9 : Vallée de l’Orge

- Bois des Roches

Un ensemble d’espaces suit la politique de préservation faunistique et floristique tels


que la prairie St Michel et le Bois des Roches, espace boisé se situant à proximité du site
Gambetta.

P a g e | 10
- Type de faune et de flore

Il existe une grande biodiversité dans la vallée, ceci pouvant montrer un indicateur important
de l’impact de la gestion des milieux et des fréquentations par le public avec l’aménagement
des berges.

Deux inventaires sur la faune et la flore ont été faites en 1997 et en 2004 : ils ont permis de
mettre en évidence l’évolution de la vallée et de la rivière. La vallée a tendance à se boiser
bien que concernant la flore, les zones humides contribue à une grande biodiversité. Un grand
nombre d’espèces de libellules ont été observées ce qui montre l’amélioration du milieu
naturel. En fond de vallée, les sols alluviaux fertiles et constitués de calcaire contribuent à la
présence d’érables, d’aubépines, de frênes, etc. (compte tenu du type de sol) : les plus présents
en particulier sont le frêne commun, l’érable sycomore et l’aubépine monogyne. Sur les zones
humides et les bords de rivière, l’aulne glutineux, le saule blanc et le peuplier blanc
constituent des espèces fréquentes dans ces zones et la présence d’iris, de roseaux et de saules
sont à noter. La grande majorité de la concentration de la flore se situe entre le Parc de
l’Hôpital de Perray-Vaucluse et le Parc du Perray et les coteaux en transition avec ces parcs.

Le Bois des Roches est constitué d’une grande quantité de chênes, de marronniers et de
platanes.

On dénombre 63 espèces d’oiseaux nicheurs répertoriées le long de la Vallée de l’Orge entre


Germain lès Arpajon et Athis-Mons. Notamment, les espèces d’oiseaux qui représentent un
patrimoine important (le Phragmite des Joncs notamment) sont soigneusement préservés avec
l’instauration des zones buissonnantes des saules et des roselières. Les pics sont des espèces
présentes au niveau des grandes étendues boisées pourvues d’arbres anciens.

Concernant l’aspect piscicole, l’Orge n’offre qu’un constat passable à médiocre. On note
l’omniprésence du goujon mais les espèces carnassiers comme le brochet par exemple se fait
rare. Toutefois, la présence du chabot en grande quantité témoigne d’une amélioration des
écosystèmes aquatiques.

- Moyens mis en place pour la préservation de la faune et de la flore :

La création de méandres ou la suppression du béton des rives des cours d’eau par la
SIVOA permet de recomposer les conditions physiques d’un fond de vallée. Aussi, le syndicat
établit la restauration du milieu en termes de capacités chimiques : limitation des apports
d’eaux usées, des pesticides et des polluants en améliorant la gestion de l’assainissement.

L’entretien plus fréquente de la rivière et l’augmentation de la végétalisation au niveau


des berges permettent d’améliorer les conditions de vie des espèces piscicoles.

Impacts négatifs dus à la volonté de préserver des espaces verts aménagés pour les habitants :
L’Orge est contaminée par une sur utilisation des pesticides (herbicides dont le glyphosate,
l’AMPA et le durion, insecticides et fongicides). Cette rivière est déclarée « cours d’eau
essonnien le plus contaminé » par la Direction Régionale de l’Environnement. Ce qui
représente un constat alarmant. On peut toujours s’interroger sur le devenir de l’Orge à long
terme : pollution des eaux, diminution de la faune et de la flore par la contamination des
terres, zones non cultivables ou plantables qui entraînent des zones « désertes ».

P a g e | 11
2) La faune et la flore à l’échelle du site 

La vue aérienne du site met en évidence la structuration de la faune à l’intérieur de


l’emprise foncière : de la verdure abondante dans la partie habitation le long de la rue Sainte
Geneviève. Le long de la rue Saint-Exupéry, les habitations sont moindres par rapport à la rue
opposée avec une grande concentration de verdure en partie centrale de la rue. Autour des
établissements privés telle que la Poste, on observe très peu de verdure (cf. carte vue aérienne
en partie I). Globalement, on peut remarquer qu’il y a eu une volonté de la part de la Ville de
préserver la verdure pour garder un côté « nature ».

Par rapport au site, on observe une majorité d’arbres de diverses espèces (marronniers,
platanes, etc.) jalonnant les rues Sainte-Geneviève et Saint-Exupéry. Quant à la faune, on peut
repérer quelques rares animaux domestiques et l’abondance d’insectes avec la présence
d’espaces verts.

3) Monuments historiques et archéologie 

A l’échelle du département, de nombreux châteaux, majestueux et imposants, entourés


pour la plupart de somptueux parcs et jardins soigneusement entretenus par leurs
propriétaires, jalonnent l'Essonne.

Jusqu’au 19ème siècle, Saint Michel sur Orge était constituée de la vaste forêt de Séquigny
dont il ne reste aujourd’hui que quelques parcelles. En 1843, la gare de St Michel sur Orge
proposait une activité importante avec le ravitaillement des convois fréquentant la ligne.

Concernant le patrimoine bâti, à l’échelle de la ville, on trouve :


- Un pavillon bâti au 18ème siècle préservé, plus connu sous le nom du « petit château » ;
- L’église St Michel datant de 1880 créée avec les matériaux d’une ancienne église
datant du 11ème siècle. qui a été démolie en 1865 ;
- Le monument « les Colonnes de la Paix » ;
- La ferme Souchard, un moulin du 19ème siècle, qui a été le premier ancien moulin à
entrer dans le patrimoine du SIVOA.

P a g e | 12
III] MILIEU HUMAIN 
1) Le peuplement 

Saint Michel sur Orge comptait 20 543 habitants au recensement de 1999 soit un peu
moins de 39 habitants par hectare avec un taux d’évolution moyen de 0,2% par an. Les
ménages sont principalement composés de couples avec enfants (58,7%). Environ un quart de
la population a entre 30 et 44 ans, 18,8% entre 45 à 59 ans. Dans son ensemble la population
de Saint-Michel est assez jeune (environ 85% de la population a moins de 60 ans).

Figure 10 Pyramide des âges

2) L’habitat 

En 1999, 48% de la population était propriétaire de son logement, soit une hausse
d’environ 11,3% par rapport à 1990. 49,6% étaient locataires (baisse de 0,4% depuis 1990)
dont 29,5% en logement non HLM, 19,3% en logement HLM (hausse de 89%) et 0,8% en
chambre meublée ou d’hôtel. Enfin, 2,4% de la population est logée gratuitement.
En 1999, les logements avaient en moyenne 3,6 pièces, ce qui fait 2,6 personnes par
logement.

P a g e | 13
Les moins de 30 ans sont majoritairement locataires, les 30 à 59 ans se répartissent
équitablement entre locataires et propriétaires et enfin les 60 ans ou plus sont majoritairement
propriétaires.

Le parc est constitué à 92% de résidences principales, à 0,8% de résidences


secondaires et à 0,4% de logements occasionnels. 6,9% des logements sont vacants. A noter
qu’au suivi des recensements, le taux de vacances a tendances à diminuer. Les habitats sont
majoritairement collectifs (65,7%). Le parc est constitué à 70% de bâtiments construits entre
1949 et 1974, 7,6% sont antérieur à cette date, 17,2% date d’entre 1975 et 1989 et 5,2% sont
postérieurs à 1990.

3) Les activités 

Saint-Michel-sur-Orge fait partie du bassin d’emploi de la communauté


d’agglomération du Val d’Orge qu’elle partage avec huit autres communes. La commune est
plus portée vers le secteur tertiaires avec beaucoup de commerces de proximité (boulangerie,
boucherie, coiffeur, fleuriste), des services (poste, assurance, banques), quelques promoteurs
immobiliers, des garages automobiles. Le tourisme ne doit pas être un gros secteur d’emploi
car les hôtels et restaurants sont rares.
On peut tout de même noter la présence de trois zones d’activités dont une importante au sud
de la francilienne. Elles regroupent de nombreuses entreprises, principalement des PME et des
TPE sous forme de franchises de grosses entreprises nationales (garage Peugeot, Hyundai),
mais la majorité sont des indépendants. Beaucoup de celles-ci appartiennent au secteur du
BTP. Le secteur industriel ou encore le secteur agricole ont l’air totalement absent du
territoire de la commune.

4) Les équipements pour l’enseignement et la formation 

Saint Michel sur Orge possède hui écoles maternelles et sept écoles élémentaires,
toutes publiques. Ne connaissant pas les capacités d’accueil de chacune on ne peut dire s’ils
se suffisent à eux même ou pas. Deux collèges publics et un lycée général et technologique
sont présents sur le territoire de la commune. On note donc l’absence d’établissement
d’enseignement du premier et du second degré privé. Par contre pour faire face à l’échec
scolaire, deux écoles spécialisées aux élèves en difficultés existent. C’est un service public
gratuit, mis en place par le Ministère de l’Éducation Nationale qui regroupe des psychologues,
des rééducateurs et des instituteurs spécialisés. La diversité et la possibilité de choix d’un
établissement est donc difficile pour les personnes attachées à l’enseignement privé.

P a g e | 14
5) Les équipements pour la petite enfance et la jeunesse 

Il y a un manque évident de ces équipements dans toute la commune. Seule une crèche
et une halte garderie ont été créées pour recevoir les enfants en bas âge. Leur adresse et leur
numéro de téléphone ne sont même pas indiqués sur les pages jaunes, pour les connaître il
faut bien scruter le plan de la ville. Celle-ci ne mène apparemment pas une politique en faveur
de cette jeune population, c’est pourtant dans ces structure d’accueil que l’enfant développe
son apprentissage de la langue et de la vie en communauté.

6) Les équipements sanitaires et sociaux 

Les équipements sanitaires et sociaux sont assez nombreux pour une commune de
cette importance. On voit que la ville fait un effort envers les personnes en difficultés. Elle
leur propose différentes aides et structures mises en place par des initiatives nationales comme
la Caisse d’Allocation Familiale et la Sécurité Sociale Caisse primaire d’Assurance Maladie ;
départementales avec la Maison Départementale des Solidarités et le Centre d’Action Médico-
Social Précoce Polyvalent dans l’Essonne (CAMSP les boutons d’Or) ; intercommunales
comme le CLIC du Val d’Orge (centre local d’information et de coordination pour les
personnes âgées et leur famille) et enfin des initiatives communales avec un Centre Médico-
Psychologique pour enfants et adolescents, un polyvalent (enfants et adultes) et un Centre
Médico-Psychopédagogique.

7) Les équipements sportifs 

La ville de Saint Michel sur Orge est bien pourvue en équipements sportifs. Ceux-ci
sont variés et permettent la pratique d’un grand nombre de sports. Alliés à des associations
sportives engagées, fonctionnelles et motivée, les ouvertures au monde du sport peuvent être
nombreuses. Ils sont assez bien répartis sur l’ensemble du territoire communal avec peut-être
un certain regroupement à l’ouest de la ville d’un certain nombre d’entre eux, mais ce n’est
pas préjudiciable du moment que leur desserte est assurée par les transports en commun. Il est
à noter que l’on peut retrouver sur notre site d’étude un gymnase, même si celui-ci est de
petite taille et d’aspect extérieur peut attirant avec des tagues sur ses façades. Voici les
différents équipements recensés dans l’ensemble de la ville:
- Une Piste d’athlétisme,
- Un complexe sportif avec salles multisports,
- Une piscine,
- Des cours de tennis couverts et en plein air,
- Deux stades,
- Une salle des sports,
- Deux ensembles sportifs polyvalents,
- Deux Gymnases.

8) Les équipements culturels 

Les équipements culturels sont bien peu nombreux, peut-être suffisent-ils à une ville
de 20000 habitants ou bien ces habitants ne sont pas avares de culture, quoiqu’il en soit aucun
musée, aucun théâtre ne sont répertoriés. Les plus proches scènes de représentation théâtrale
sont à Evry. L’absence de musée s’explique par la faible notoriété de la ville, de son histoire
peu riche.

P a g e | 15
On note quand même la présence d’une école municipale de musique agréée, d’un centre
culturel, d’un hall d’exposition. Une petite bibliothèque existe pour les rares habitants
désireux de culture et un petit cinéma de trois salles pour ceux qui ne savent pas quoi faire le
soir, à défaut de théâtre. Plusieurs salles des fêtes sont présentes dans la ville et dans le site.
Elles peuvent combler le manque d’infrastructure culturelle en organisant par exemple des
tournois d’échec lors des longues soirées d’hiver.

9) La santé

Les gros établissements de santé sont totalement absents de la ville, aucune clinique ou
aucun hôpital n’y est installé, les plus proches étant à Arpajon, Evry, Longjumeau et Corbeil
Essonne. En revanche les accès aux soins de proximité et nécessitant aucune hospitalisation
ou aucune intervention lourdes sont nombreux. On dénombre :
- 16 médecins généralistes répartis pour dix d’entre eux en deux cabinets médicaux,
- un cancérologue,
- quatre cardiologues,
- huit dentistes,
- huit infirmiers et infirmières,
- huit pharmaciens,
- 13 kinésithérapeutes,
- deux vétérinaires,
- deux laboratoires d’analyse médicale,
- une quarantaine d’autres spécialistes (rhumatologue, psychiatre, podologue, etc.).

P a g e | 16
IV] LA DESSERTE ET LA CIRCULATION 
1) Les transports collectifs 

Différents moyens de transports collectifs desservent Saint-Michel-sur-Orge. Sept


lignes de bus, sous l’égide des transports intercommunaux Centre Essonne et la communauté
d’agglomération du val d’Orge. Ce ne sont donc pas des lignes exclusives à la commune mais
elles permettent de relier une dizaine de communes entre elles. A noter que quatre lignes de
bus ont un arrêt en franges de notre site d’étude (DM11, DM2A, DM2B, DM9) au niveau de
la rue de Sainte Geneviève. Le RER C possède un arrêt à Saint Michel, à environ 150 mètre
de notre lieu d’étude dans le prolongement de la rue de Sainte Geneviève. Celui-ci permet
d’atteindre le site de la Bibliothèque François Mitterrand à Paris en moins d’une demi-heure.

2) La circulation automobile 

Comme nous l’avons dit dans la première partie, Saint Michel est traversée au sud par
la francilienne. Cet axe, de classification nationale, supporte un fort trafic, notamment aux
différentes heures de pointes de la journée, ce qui peut perturber les gens venant travailler à
Saint Michel et plus particulièrement sur la zone d’activité la bordant. Deux autres
départementales ont aussi leur tracé qui coupe la commune. La D46 longe notre site d’étude
car elle passe par la rue de Sainte Geneviève. Lorsque nous nous sommes rendus sur place
nous avons tout de suite remarqué la différence de cette rue, sans savoir alors que c’était une
départementale, beaucoup plus empruntée que les autres rues bordant notre îlot d’étude, qui
possèdent, elles, une circulation quasi inexistante. La D46 a son trafic interrompu par une
série de feux qui créent des ralentissements notables. C’est aussi par elle que passent plusieurs
lignes de bus et son étroitesse par endroit dérange lors du croisement de deux bus.

3) Le stationnement 

Un parking d’intérêt régional est présent sur notre site. Il doit son statut à la gare RER
se trouvant à proximité et sert de parking relais pour les habitants des alentours qui viennent
s’y garer avant de prendre le train. Toujours dans notre îlot, un pseudo parking en terre qui
doit être boueux par temps de pluie accueille les véhicules des gens se rendant au marché.
Face à l’ilot se trouvent des immeubles d’habitation possédant chacun leur parking ayant à
notre avis une capacité d’accueil raisonnable. Sinon les petites rues n’ont pas de place de
stationnement spécifiques délimitées par une signalisation horizontale et les voitures se garent
le long des trottoirs, empêchant la circulation à double sens. Ce phénomène est toléré par les
forces de l’ordre et existe depuis toujours dans toutes les villes de France et de Navarre.

4) Les circulations douces 

Le long de l’Orge des sentiers piétonniers et des pistes cyclables ont été réalisées.
Dans le reste de la ville il y a un manque de pistes cyclables évident. La circulation des vélos
est difficile par endroit, notamment pour traverser la francilienne, même en passage inférieur,
emprunté par de nombreuses voitures ou encore sur les rues étroites aux circulations denses
comme les départementales.

P a g e | 17
V] L’ENVIRONNEMENT SONORE 
1) Les normes et réglementation en vigueur 
Les mesures pour le PF1 (rue de Ste Geneviève) et le PF2 (rue St Exupéry) ont été faites
autour de logements subissant des nuisances dues au bruit routier.

En effet, l'article 5 de l'arrêté du 5 mai 1995 précise que des mesures sur le site peuvent être
effectuées :
- en façade des bâtiments pour s'assurer du respect des objectifs fixés ;
- pour évaluer le critère de zone d'ambiance sonore préexistante modérée.

La réglementation est-elle bien respectée d’après les mesures effectuées aux points fixes ?

Seuils applicables aux routes nouvelles

Enoncé de l’arrêté du 5 mai 1995 relatif au bruit des infrastructures routières


Art. 1er :
Les indicateurs utilisés sont les niveaux sonores équivalents correspondant à la contribution
sonore de l’infrastructure concernée (mesurés à 2 m en avant de la façade des bâtiments,
fenêtres fermées) :
- LAeq (6h-22h) pour la période de jour ;
- LAeq (22h-6h) pour la période de nuit.
Est donc seul pris en compte le bruit causé par l’infrastructure elle-même, indépendamment
des autres sources de bruit environnantes.

Les niveaux maximum admissibles pour la contribution sonore d'une infrastructure nouvelle
sont fixés aux valeurs suivantes (arrêté du 5 mai 1995, art. 2). Le respect des niveaux sonores
maximaux admissibles est obligatoire sur toute la durée de vie de l'infrastructure.

LAeq ( 6h LAeq ( 22h


Usage et nature des locaux
- 22h) - 6h)
Etablissements de santé, de soins et
d’action sociale :
57 dB(A) 55 dB(A)
- salles de soins et salles réservées
au séjour des malades
60 dB(A) 55 dB(A)
- autres locaux
Etablissements d’enseignement (à
Aucune
l’exclusion des ateliers bruyants et 60 dB(A)
obligation
des locaux sportifs)
Logements en zone d’ambiance
60 dB(A) 55 dB(A)
sonore préexistante modérée
Autres logements 65 dB(A) 60 dB(A)
Locaux à usage de bureaux en zone
Aucune
d’ambiance sonore préexistante 65 dB(A)
obligation
modérée

P a g e | 18
En moyenne les mesures effectuées au PF1 sont de l’ordre de 57 dB(A) et celles de PF2 de
56.5 dB(A) en période diurne et respectivement 49 et 47 dB(A) en période nocturne : elles
sont inférieures au seuil maximum admissible qui vaut 60 dB(A) entre 6h et 22h et 55 dB(A)
entre 22h et 6h.

Toutefois, les valeurs mesurées s’en rapprochent et que le seuil admissible risquerait d’être
atteint si aucun moyen n’est mis en place pour limiter cette nuisance sonore.

On remarquera qu’au point PF1 et PF2, les nuisances sonores sont un peu près équivalentes
mais légèrement supérieures au PF1 (du côté de la rue Geneviève).

D’autres réglementations relatives au bruit dans le site

- Enonciation du principe général de prévention, de maîtrise et de contrôle des nuisances


acoustiques : code de l'environnement, art. L. 571-1
- Evaluation, prévention et réduction du bruit dans l'environnement : code de l'environnement,
art. L. 572-1
- Insonorisation et limitation du niveau sonore des engins et matériels de chantier : code de
l'environnement, art. L. 571-2
- Prise en compte des nuisances sonores dans la conception et la réalisation des
aménagements et des infrastructures de transports terrestres (routes et transports ferroviaires) :
code de l'environnement, art. L. 571-9 et suivant(s) et R. 125-28
- Limitation du Bruit automobile : code de la route, art. R. 318-3 (les véhicules à moteur ne
doivent pas émettre de bruits susceptibles de causer une gêne aux usagers de la route ou aux
riverains. Le moteur doit être muni d'un dispositif d'échappement silencieux en bon état de
fonctionnement sans possibilité d'interruption par le conducteur).

2) L’environnement sonore du site 

Figure 11 : Classement sonore des infrastructures de transport

P a g e | 19
La mauvaise qualité de l’environnement sonore est due au trafic automobile proche du site.
En effet, la présence de l’A6, de la Francilienne et de la gare RER situés à proximité
contribuent à un fort accroissement acoustique dû à l’intensification de la circulation routière
et ferroviaire. Les nuisances sonores peuvent aussi être d’origine aérienne mais sur notre lieu
d’étude le passage des aéronefs est négligeable malgré la proximité d’Orly.
VI] LE PAYSAGE 
1) Ce que l’on voit du site 

Le site étant complètement intégré dans le tissu urbain de la ville de Saint Michel, la
visibilité est réduite aux franges par la présence de nombreux bâtiments.
Lorsque l’on se trouve à l’angle de la rue Gambetta / rue de Sainte Geneviève et que l’on
regarde vers la rue Pasteur nous voyons des habitations individuelles. La vue porte à environ
300 mètres puis est coupée par un virage.
En regardant vers le bas de la rue de Sainte Geneviève, nous voyons une partie de la gare de
RER avec les trains qui y passent et une place. On devine en font une belle vue sur une sorte
de petite vallée. Quand on vient par le RER depuis Paris nous voyons sur la droite un château
mais celui-ci est invisible de la ZAC Gambetta. Lorsqu’on regarde vers le haut on voit que
cette rue est bordée dans son intégralité de maisons individuelles.

Figure 12 Vue vers gare RER et Vallée de l'Orge Figure 13 Vue rue Pasteur

Côté rue des acacias la vue pore sur deux barres d’immeubles de logements et leur parking.
Leur hauteur de quatre étages ne permet pas de voir plus loin qu’elles, de plus, leur
emplacement est surélevé par rapport à la ZAC car elles se trouvent au sommet du coteau.

Figure 14 Barre de logements

P a g e | 20
Côté rue Saint Exupéry, nous avons aussi des habitations individuelles ainsi qu’un petit jardin
situé sur l’espace public mais totalement laissé à l’abandon sans entretien évident.

Figure 15 Jardin en friche

Côté rue Gambetta, lorsque que l’on se situe sur le parking d’intérêt régional ou de la poste,
nous pouvons voir des commerces dont un garage, un centre paramédical et une agence
immobilière.

Figure 16 Garage Figure 17 Maisons individuelle et agence immobilière

A partir du site on ne voit aucun bâtiment particulier lorsqu’on se situe au niveau du sol.
Situés dans un étage d’immeuble situé en haut de la ZAC notre vue porterait sans doute plus
loin et des bâtiments particuliers comme une église ou un château pourraient apparaître à
notre regard.

Figure 18 Bois des Roches

P a g e | 21
2) Ce que le site donne à voir 

Quand l’on se trouve à l’extérieur de notre zone d’étude et que l’on regarde vers celle-
ci, on peut voir un centre de tri de la poste avec devant celui-ci un parking d’intérêt général.
On remarque un centre dé réinsertion pour jeunes caché par quelques arbres et arbustes, un
gymnase aux pignons tagués, ce dernier est de très petite taille et jouxte un terrain de basket.
On remarque aussi la présence d’un marché couvert mais ces installations sont en bois et
tombent en ruine, leur réfection est impérative. Pour aller dans ce dernier il existe à son
voisinage immédiat un parking en terre donc boueux pendant les périodes de pluie. Sinon la
rue de Sainte Geneviève est entièrement bordée de maisons individuelles.
Le site ne donne pas grand-chose à voir et esthétiquement il y aurait beaucoup de choses à
refaire pour le rendre plus attirant et donner l’envie d’y aller.

Figure 19 Centre de prévention, formation, Figure 20 Le centre de tri de la Poste et le PIR


d'Insertion et d’Action

Figure 21 Le marché et son parking Figure 22 Le Gymnase

P a g e | 22
Figure 23 Maisons individuelles rue de Figure 24 La Hall des fêtes
Sainte Geneviève

3) Morphologie 

La ZAC ne possède pas de bâtiments très hauts, comme son entourage immédiat. Les
bâtiments ne sont pas densément groupés mais sont séparés par des espaces de surface
raisonnable, même si ceux-ci ne sont pas entretenus. Seul le centre de réinsertion et les deux
barres côté rue des Acacias ont une importance morphologique conséquente.

P a g e | 23