Vous êtes sur la page 1sur 111

Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

TABLE DES MATIERES


TABLE DES MATIERES ....................................................................................................1
REMERCIEMENTS ............................................................................................................3
SIGLES ET ABREVIATIONS ............................................................................................4
AVANT – PROPOS ..............................................................................................................6
RESUME DE L’ETUDE ......................................................................................................7
SUMMARY ..........................................................................................................................8
LISTE DES FIGURES .........................................................................................................9
LISTE DES TABLEAUX ...................................................................................................11
INTRODUCTION .............................................................................................................. 13
CHAPITRE 1 : GENERALITES ....................................................................................... 16
1.1. LES PONTS ............................................................................................................. 17
1.1.1. Définition et différentes parties d’un pont ......................................................... 17
1.1.1.1. Définition ..................................................................................................17
1.1.1.2. Les différentes parties d’un pont ...............................................................17
1.1.2. Les différentes catégories de ponts .................................................................... 18
1.1.2.1. Les ponts non courants ..............................................................................18
1.1.2.2. Les ponts courants .....................................................................................20
1.2. LES DALOTS .......................................................................................................... 25
CHAPITRE 2 : LES DONNEES D’ETUDE ET LA DEMARCHE DE CONCEPTION ..
D’UN PONT........................................................................................................................ 26
2.1. PRESENTATION DES DONNEES D’ETUDE D’UN PONT ................................. 27
2.1.1. Les données fonctionnelles ................................................................................ 27
2.1.1.1. Données liées à la voie portée ...................................................................27
2.1.1.2. Données relatives à l’obstacle....................................................................31
2.1.1.3. Données relatives aux équipements ...........................................................32
2.1.1.4. Données d’exploitation en phase de service ..............................................33
2.1.2. Les données naturelles ....................................................................................... 33
2.1.3. Données architecturales et paysagères.............................................................. 33
2.2. LA DEMARCHE DE CONCEPTION D’UN PONT ................................................ 34
2.2.1. Analyse des données ......................................................................................... 34
2.2.1.1. Les données fonctionnelles ........................................................................35
a) Mise au point du profil en long ......................................................................35
b) Mise au point du tracé en plan ......................................................................35
c) Mise au point du profil en travers ..................................................................37

1
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

2.2.1.2. Les données naturelles ..............................................................................38


2.2.2. Définition de la brèche ...................................................................................... 38
2.2.3. Etude des possibilités d’implantation des appuis ............................................... 39
2.2.4. Principes de choix de la structure .....................................................................39
CHAPITRE 3 : CONCEPTION DES OUVRAGES IDENTIFIES ................................. 42
3.1. LES DALOTS ........................................................................................................... 43
3.1.1. Les différentes parties d’un dalot ......................................................................43
3.1.2. Méthode de prédimensionnement ......................................................................43
3.1.3. Présentation de la méthode utilisée pour de dimensionnement des dalots simples
.................................................................................................................................... 44
3.1.3.1. Dimensionnement de l’ouvrage principal ..................................................44
3.1.3.2. Présentation du guide de calcul des dalots unicellulaires ...........................47
3.2. LES PONTS-CADRES ET LES PORTIQUES ......................................................... 69
3.2.1. Prédimensionnement des ponts-cadres : ouvrage principal ............................... 69
3.2.2. Prédimensionnement des portiques : ouvrage principal .................................... 71
3.2.3. Dimensions des murs de tête pour les cadres et les portiques ........................... 72
3.3. CONCEPTION DES PONTS-DALLES (PSIDA, PSIDP ET PSIDN) ...................... 75
3.3.1. Conception des appuis ...................................................................................... 75
3.3.1.1. Généralités sur les appuis ...........................................................................75
3.3.1.2. Conception et choix des piles .....................................................................77
a) Les appuis constitués de voiles ......................................................................79
b) Appuis constitués de colonnes ou de poteaux ...............................................84
c) Fondations des piles .......................................................................................85
3.3.2. Conception du tablier........................................................................................ 87
3.3.2.1. Cas des PSIDA et des PSIDP ........................................................................87
3.3.2.2. Cas des PSIDN ............................................................................................98
a) Présentation générale des PSIDN ...................................................................98
b) Liaison Tablier-piles ..................................................................................... 101
c) Prédimensionnement du tablier ...................................................................106
CONCLUSION ................................................................................................................. 109
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ........................................................................ 110
ANNEXES ........................................................................................................................ 111

2
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

REMERCIEMENTS

Nous tenons à exprimer notre profonde gratitude à un certain nombre de


personnes sans l’aide desquelles ce Travail de Fin d’Etudes n’aurait pu se tenir.
Ce sont :

 Monsieur. OUAYOU Balié Simon, Directeur de l’ESTP ;


 Monsieur Bouaké FOFANA, Directeur Général de l’AGEROUTE ;
 Monsieur Issa OUATTARA, Encadreur du TFE, Chef du Service
Ouvrages de l’AGEROUTE ;
 Monsieur Isidore AKOSSI, Chargé d’Opérations au Service
Ouvrages ;
 Monsieur OURA Sylvain, Assistant d’études au Service Ouvrages.
 Monsieur DIARRASSOUBA Fousséni, Chargé d’Opérations au
Service Ouvrages ;

Que toutes les personnes qui n’ont pu être citées trouvent ici l’expression
de notre gratitude à leur égard.

3
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

SIGLES ET ABREVIATIONS

AGEROUTE : Agence de Gestion des Routes


ARP : Aménagement des Routes Principales
BAEL : Béton Armé aux Etats Limites
BAU : Bande d’Arrêt d’Urgence
BDD : Bande Dérasée de Droite
BDG : Bande Dérasée de Gauche
BM : Bande Médiane
CCBA : Conception et Calcul des ouvrages en Béton Armé
ENSA : Ecole Nationale Supérieure d’Agronomie
ENSTP : Ecole Nationale Supérieure des Travaux Publics
HA : Haute Adhérence
ICTAAL : Instructions sur les Conditions Techniques d’Aménagement des
Autoroutes de Liaison
ICTAVRU : Instructions sur les Conditions Techniques d’Aménagement des
Voies Rapides Urbaines
ICTARN : Instructions sur les Conditions Techniques d’Aménagement des
Routes Nationales
LC : Largeur Chargeable
LR : Largeur Roulable
LU : Largeur Utile
PI : Passage inférieur
PICF : Passage Inférieur en Cadre Fermé.
PIPO : Passage Inférieur en Portique Ouvert
POD: Portique Ouvert Double
PRAD : Poutres Précontraintes par Adhérence
PS : Passage Supérieur
PSBQ : Passage Supérieur pont à Béquille
4
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

PSDA : Passage Supérieur en Dalle Armée


PSIDA : Passage Supérieur ou Inférieur en Dalle Armée
PSIDE : Passage Supérieur ou Inférieur en Dalle Elégie
PSIDN : Passage Supérieur ou Inférieur en Dalle Nervurée
PSIDP : Passage Supérieur ou Inférieur en Dalle Précontrainte
PSIPAP : Passage Supérieur ou Inférieur à Poutrelles Ajourées Précontraintes
SETRA : Service d’Etudes Techniques des Routes et Autoroutes
TFE : Travail de Fin d’Etudes
TPC : Terre-Plein Central
VIPP : Viaduc à travées Indépendantes à Poutres Précontraintes

5
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

AVANT – PROPOS

L'Ecole Supérieure des Travaux Publics (ESTP) est l’une des six écoles
de l'Institut National Polytechnique Houphouët Boigny (INP–HB), créé le 04
Septembre 1996 par décret n° 96-678, suite à la restructuration et à la fusion de
l’École Nationale Supérieure des Travaux Publics (ENSTP), l’École Nationale
Supérieure d’Agronomie (ENSA), l’Institut Agricole de Bouaké (IAB) et
l’Institut National Supérieur de l’Enseignement Technique (INSET).

L’ESTP comprend un cycle de Techniciens Supérieurs et un cycle


d’Ingénieurs de Conception. Dans le cadre de leur formation, des stages
pratiques sont organisés dans le secteur professionnel à l’intention des élèves
ingénieurs de l’ESTP.

En fin de cycle, nanti de connaissances théoriques et de l’expérience


acquise au cours des différents stages effectués antérieurement, le futur
ingénieur est amené à effectuer un « Travail de Fin d’Etude » (TFE) qui lui
permettra d’obtenir le Diplôme d’Ingénieur des Travaux Publics.

Il s’agit donc pour les futurs Ingénieurs, au cours de ce travail, de faire la


synthèse de leurs connaissances et de procéder à des recherches aux fins de
satisfaire le besoin exprimé au travers du thème soumis à leur réflexion.

C’est dans ce cadre que nous avons été amenés à traiter le thème :
« contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages ».

6
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

RESUME DE L’ETUDE

Le réseau routier joue un grand rôle dans l’économie de la côte d’Ivoire.


Les ouvrages d’art qui constituent des éléments essentiels de franchissement,
sont estimés à ce jour à plus de 20 000 unités.

Ce nombre croit de façon permanente au vu des sacrifices consentis


chaque année par l’Etat pour permettre le franchissement en toutes saisons des
cours d’eau et des talwegs.

Pour la conception des ouvrages d’art, les ingénieurs et techniciens


utilisent les normes et textes réglementaires français.

Une analyse faite auprès des techniciens et ingénieurs en Côte d’Ivoire,


par l’AGEROUTE, a révélé, une méconnaissance de ces documents, une
utilisation des normes dépassées (telles que le CCBA 68), des conceptions
erronées qui se caractérisent sur le terrain par des ouvrages aux formes
disgracieuses qui enlaidissent parfois l’environnement.

L’AGEROUTE envisage mettre à la disposition des concepteurs


d’ouvrage un outil d’aide à la conception.

Notre mémoire de fin d’études se propose de contribuer à l’élaboration de


cet outil.

Notre rapport s’articule autour des points suivants :

- Une présentation générale des ouvrages et de leurs différentes parties;


- La présentation des différentes étapes de la conception d’un pont, de
l’analyse des données au choix du type de structure ;
- Dans la troisième partie, nous présentons un outil de dimensionnement
rapide des dalots ; puis un guide de conception détaillée de quelques
ponts courants.

7
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

SUMMARY

The economy of Ivory Coast depends tightly on the highway network,


which consists of more than 20,000 works of crossing. And this number is still
growing because enormous investments are made for the construction of the
transport infrastructures in this country.

The engineers and the technicians use the French statutory texts, to design
the bridges.

The AGEROUTE noticed that many of them do not know enough the
documentation relating to the studies, and many others use the out-of-date
standards. This agency noticed also, the bad quality of some constructions due to
a fallacious design.

The AGEROUTE is elaborating a guide which will be used by the bridges


designers.

Our work is a contribution to this guide preparation, and consists of:

- Definitions and general presentation of bridges and their different


parts;
- The presentation of the different steps of a bridge design;
- The third part of the report gives a guide for the design of channels and
some usual bridges.

8
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

LISTE DES FIGURES


Figure 1 : Les principales parties d’un pont .........................................................................17
Figure 2 : Pont à hauban......................................................................................................19
Figure 3 : Pont suspendu ......................................................................................................19
Figure 4 : Pont cadre à une alvéole ...................................................................................... 20
Figure 5 : Portique à deux alvéoles ...................................................................................... 21
Figure 6 : Pont-dalle ............................................................................................................ 21
Figure 7 : Ponts bow-strings ................................................................................................ 22
Figure 8 : Pont à béquilles ...................................................................................................22
Figure 9 : Pont à poutres sous chaussée ............................................................................... 23
Figure 10 : Pont à poutres en caissons ................................................................................ 23
Figure 11 : Coupe transversale d’un pont mixte bipoutre ..................................................... 24
Figure 12 : Schéma de la construction par encorbellement ................................................... 24
Figure 13 : Construction d’un pont en caisson par encorbellement ......................................25
Figure 14 : Dalot unicellulaire franchissant une rivière ....................................................... 25
Figure 15 : Biais géométrique et biais de franchissement ..................................................... 27
Figure 16 : Profil à pente unique .......................................................................................... 28
Figure 17 : Profil convexe .................................................................................................... 29
Figure 18 : Profil concave (à éviter) ..................................................................................... 29
Figure 19 : Profil en travers 2 ou 3 voies (ARP) ...................................................................29
Figure 20 : Profil en travers 2x2 voies.................................................................................. 30
Figure 21 : Profil en travers pour VRU de type U................................................................. 30
Figure 22 : Profil transversal sur ouvrage ............................................................................ 31
Figure 23 : Les principales parties d’un dalot ......................................................................43
Figure 24 : Aperçu 3D du dalot dans le logiciel ...................................................................47
Figure 25 : Plan de coffrage d’un dalot unicellulaire ........................................................... 49
Figure 26 : Plan de ferraillage d’un dalot simple (module) .................................................. 56
Figure 27: Principales parties d’un cadre ............................................................................ 69
Figure 28 : Coupe transversale d’un pont-cadre...................................................................70
Figure 29 : Coupe transversale d’un portique ......................................................................71
Figure 30 : Coupe transversale d’un mur de tête ..................................................................73

9
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

Figure 31 : Nervures supérieures et inférieures .................................................................... 74


Figure 32 : Structure d’un appui .......................................................................................... 75
Figure 33.a : Notations utilisées pour les appuis ..................................................................76
Figure 33.b : Notations utilisées pour les appuis ..................................................................76
Figure 34 : Position des appareils d’appui ........................................................................... 78
Figure 35 : Rapprochement des appareils d’appui................................................................ 78
Figure 36 : Largeur conventionnelle d’intrados ...................................................................79
Figure 37 : raccordement voile-fondation............................................................................. 83
Figure 38 : Coupe longitudinale d’un about .........................................................................96
Figure 39 : Disposition des appareils d’appuis des ouvrages biais ..................................... 105
Figure 40 : Dimensions de la section transversale d’un PSIDN .......................................... 106
Figure 41 : Courbe de détermination du ratio d’aciers longitudinaux d’un PSIDN ............. 107

10
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

LISTE DES TABLEAUX


Tableau 1 : qualification des ouvrages selon le biais ............................................................ 28
Tableau 2 : Gabarits maximums autorisés par type de route ................................................. 32
Tableau 3 : Adaptation au bais ............................................................................................. 37
Tableau 4 : Gammes de portées et élancements des ouvrages construits sur cintre ............... 40
Tableau 5 : Gammes de portées et élancements des ponts à poutre préfabriquées................. 41
Tableau 6: Gammes de portées et élancements des ponts à structure métallique ou mixte .....41
Tableau 7 : Epaisseur des traverses et piédroits des dalots courants .................................... 44
Tableau 8 : Dimensions d’un dalot 1.50 x 1.50 en fonction de la l’épaisseur de remblai sur
l’ouvrage .............................................................................................................................. 50
Tableau 9 : Dimensions d’un dalot 2.00 x 1.50 en fonction de la l’épaisseur de remblai sur
l’ouvrage .............................................................................................................................. 51
Tableau 10 : Dimensions d’un dalot 2.00 x 2.00 en fonction de la l’épaisseur de remblai sur
l’ouvrage .............................................................................................................................. 52
Tableau 11: Dimensions d’un dalot 3.00 x 2.00 en fonction de la l’épaisseur de remblai sur
l’ouvrage .............................................................................................................................. 53
Tableau 12: Dimensions d’un dalot 3.00 x 3.00 en fonction de la l’épaisseur de remblai sur
l’ouvrage .............................................................................................................................. 54
Tableau 13: Dimensions d’un dalot 4.00 x 3.00 en fonction de la l’épaisseur de remblai sur
l’ouvrage .............................................................................................................................. 55
Tableau 14: Ferraillage d’un dalot 1.50 x 1.50 en fonction de l’épaisseur de remblai .......... 57
Tableau 15: Ferraillage d’un dalot 2.00 x 1.50 en fonction de l’épaisseur de remblai .......... 59
Tableau 16: Ferraillage d’un dalot 2.00 x 2.00 en fonction de l’épaisseur de remblai .......... 61
Tableau 17: Ferraillage d’un dalot 3.00 x 2.00 en fonction de l’épaisseur de remblai .......... 63
Tableau 18: Ferraillage d’un dalot 3.00 x 3.00 en fonction de l’épaisseur de remblai .......... 65
Tableau 19 : Ferraillage d’un dalot 4.00 x 3.00 en fonction de l’épaisseur de remblai .........67
Tableau 20.a : Valeurs de ESOL en MPa .............................................................................. 70
Tableau 20.b : Valeurs de ESOL en MPa .............................................................................. 70
Tableau 21: Dimensionnement des goussets .........................................................................71
Tableau 22 : Nombre et répartition des voiles ......................................................................80
Tableau 23 : Dimensions des voiles d’un appui .................................................................... 81
Tableau 24 : Les formes de base des voiles d’un appui ......................................................... 82

11
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

Tableau 25 : adaptation des voiles au profil transversal des tabliers .................................... 82


Tableau 26 : Raccordement des voiles avec la fondation ...................................................... 83
Tableau 27 : Calcul de la hauteur h...................................................................................... 84
Tableau 28 : Prédimensionnement de chevêtre .....................................................................84
Tableau 29 : Dimensions des colonnes ou poteaux ............................................................... 85
Tableau 30 : Prédimensionnement des semelles filantes ....................................................... 86
Tableau 31: Détermination de l’effort de freinage F ............................................................. 86
Tableau 32 : Différentes formes de pentes du profil en travers.............................................. 88
Tableau 33 : Différentes formes d’encorbellement ................................................................ 88
Tableau 34 : Différents modes d’extension des encorbellements ........................................... 89
Tableau 35 : Prédimensionnement de l’épaisseur d’un tablier PSIDP à deux travées ........... 90
Tableau 36: Prédimensionnement de l’épaisseur d’un tablier PSIDP à trois travées ............ 91
Tableau 37 : Prédimensionnement de l’épaisseur d’un tablier PSIDP à quatre travées ........92
Tableau 38 : Evaluation de la précontrainte longitudinale ................................................... 93
Tableau 39 : Valeurs de v0 et Ψ1 .......................................................................................... 93
Tableau 40 : Prédimensionnement de l’épaisseur d’un tablier PSIDA à une ou deux travées 94
Tableau 41: Prédimensionnement de l’épaisseur d’un tablier PSIDA à trois travées ............ 95
Tableau 42: Prédimensionnement de l’épaisseur d’un tablier PSIDA à quatre travées .........95
Tableau 43: Coefficient de réduction de l’épaisseur d’un tablier PSIDA .............................. 95
Tableau 44: Détermination de la longueur d’about .............................................................. 96
Tableau 45: Disposition des câbles de précontrainte ............................................................ 97
Tableau 46 : Direction des aciers principaux .......................................................................97
Tableau 47 : Domaine d’emploi des dalles nervurées et dalles élégies ..................................98
Tableau 48: Définition des formes des nervures.................................................................. 100
Tableau 49: Elargissement d’un tablier PSIDN .................................................................. 101
Tableau 50 : Dimensions des entretoises ............................................................................ 101
Tableau 51 : Configuration des appuis .............................................................................. 102
Tableau 52.a : Réservations pour dispositifs de vérinage .................................................... 104
Tableau 52.b : Réservations pour dispositifs de vérinage .................................................... 105

12
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

INTRODUCTION

i. Contexte

La route est un facteur incontournable dans le processus de développement


d’un pays. Aussi, favorise-t-elle le transport des biens et des personnes en
direction des différentes localités du pays et permet ainsi une liaison entre ces
localités et les pays limitrophes. Par ailleurs, elle assure la sécurité des usagers.

Depuis son accession à l’indépendance en 1960, l’Etat de Côte d’Ivoire a


consenti un effort considérable dans la réalisation d’infrastructures de transport.
De ce fait, son réseau routier comprend, à ce jour, 82 000 km de routes dont
6 500 km sont revêtues. En outre, il comprend environ 20 000 ouvrages de
franchissement que sont les buses, les dalots et les ponts.

Dans le cadre de la politique générale de décentralisation du


Gouvernement, il a été transféré la gestion d’une partie du réseau aux Conseils
Généraux, aux Mairies, etc. De ce fait, l’Etat a délégué sa maîtrise d’ouvrage
aux collectivités territoriales pour le réseau concerné.

En 2001, le Ministère des Infrastructures Economiques s’est engagé dans


une reforme stratégique du secteur de l’entretien. Cette nouvelle politique a
abouti à la création de l’Agence de Gestion des Routes (AGEROUTE) et du
Fonds d’Entretien Routier (FER).

Ce nouveau cadre institutionnel a permis la création de directions


techniques au sein des collectivités territoriales et de nombreux bureaux
d’études privés, aux compétences très diverses en matière de conception des
ouvrages d’art.

Le service ouvrages de l’AGEROUTE a entrepris de mettre à la disposition


de tous les techniciens du génie civil, un document d’aide à la conception des
ouvrages.

Ainsi, la présente étude nous a été confiée afin de contribuer à l’élaboration


d’un guide de conception des ouvrages.

13
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

ii. Problématique

La modification du cadre institutionnel de l’entretien a vu la création de


l’AGEROUTE pour assurer la maîtrise d’ouvrage déléguée des travaux
d’entretien routier pour le compte de l’Etat et la délégation aux collectivités
territoriales, de la maîtrise d’ouvrage du réseau routier concerné.

Ce nouveau cadre, a permis la création de directions au sein des


collectivités territoriales et de nombreux bureaux d’études privés.

En tant que Maître d’Ouvrage Délégué, l’AGEROUTE observe de plus en


plus, au niveau des études d’ouvrages, des vices de conception qui indiquent une
certaine méconnaissance des normes et textes réglementaires relatifs aux
ouvrages. Par ailleurs, certains ouvrages construits par les structures autres que
cette Agence, présentent visiblement des défauts de conception qui menacent
parfois la vie les usagers. Cette situation moins satisfaisante, relative à la
conception des ouvrages suscite du coup, un certain nombre de préoccupations à
savoir :

- Comment familiariser les techniciens avec les ouvrages ?


- Comment permettre à tous les techniciens de vérifier une étude de
conception d’ouvrage ?
- Qu’elle est l’approche méthodologique de conception des ouvrages ?

Les réponses à toutes ces questions constituent l’objet de notre étude.

iii. Objectifs

A terme, notre étude permettra à l’AGEROUTE et toutes les autres structures


impliquées dans l’exécution des ouvrages, de disposer d’outils de conception et
de dimensionnement rapide des divers éléments constitutifs des ouvrages
(traverses, piédroits, tabliers, piles, fondations, etc.). Ces outils pourront servir
de base aux études d’avant-projet, au métré, ainsi qu’au calcul du ferraillage lors
des études d’exécution dans le cadre de projets à venir.

iv. Intérêt de l’étude

Notre étude fournira des informations qui auront pour intérêt d’accélérer le
processus de conception des ouvrages, de garantir une meilleure supervision des

14
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

études, un suivi et un contrôle de qualité des travaux de réalisation des ouvrages


d’art.

Aussi, pourrons-nous aboutir ainsi à une harmonisation de l’aspect esthétique


et fonctionnel entre les ouvrages commandités par l’AGEROUTE et ceux faits
par les Autorités des collectivités territoriales (Conseils Généraux, Mairies, etc.).

v. Démarche adoptée

Le travail se fera principalement sur la base de documents existants qu’il


faudra retrouver. En effet, il nous faudra réunir les différents textes
règlementaires en vigueur concernant la conception des ouvrages d’art, puis
ressortir les éléments essentiels pour la conception et le dimensionnement d’un
ouvrage.
L’utilisation de quelques logiciels de calcul d’ouvrages nous sera d’un
support appréciable pour l’avancement de notre étude.

15
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

CHAPITRE 1 :

GENERALITES

16
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

1.1. LES PONTS

1.1.1. Définition et différentes parties d’un pont

1.1.1.1. Définition

Un pont est un ouvrage en élévation construit in situ, permettant à une voie


de circulation (dite voie portée) de franchir un obstacle naturel ou artificiel :
rivière, vallée, route, voie ferrée, canal, etc. La voie portée peut être une voie
routière (pont-route), piétonne (passerelle), ferroviaire (pont-rail) ou, plus
rarement, une voie d’eau (pont-canal).

1.1.1.2. Les différentes parties d’un pont

Il est composé de trois parties : le tablier, les appuis et les fondations et


est équipé d’un certain nombre d’éléments lui permettant d’assurer pleinement
toutes ses fonctions.

Figure 1 : Les principales parties d’un pont

Le tablier :

C’est la plate-forme horizontale qui porte la chaussée ou la voie ferrée, et


l’ensemble des équipements du pont. Il en existe plusieurs types

Les appuis :

Ce sont les éléments verticaux portant le tablier. Leur rôle est de transmettre
au sol par l’intermédiaire des fondations les différentes charges venant du

17
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

tablier. Les appuis intermédiaires sont appelés piles et les appuis extrêmes sont
les culées, qui assurent la liaison avec le sol et les remblais d’accès.

Les fondations :

Elles assurent la liaison antre les appuis et le sol. Elles peuvent être
superficielles (semelles isolées ou filantes), semi-profondes (viroles, puits
massifs en béton) ou profondes (pieux, micro-pieux).

1.1.2. Les différentes catégories de ponts

1.1.2.1. Les ponts non courants

Sont considérés comme ponts non courants ceux répondant aux


caractéristiques suivantes:
- Les ponts possédant au moins une travée de 40 m de portée ;
- Les ponts dont la surface totale de l’un des tabliers dépasse 1200 m² ;
- Les ponts mobiles et les ponts canaux ;

Aussi, entrent dans cette catégorie les ouvrages ne dépassant pas les seuils
précédents mais dont la conception présente certaines difficultés particulières à
savoir :
- Les problèmes liés à la configuration du site (fondations difficiles,
remblais ou tranchées de grande hauteur, risques de glissement,…) ;
- Les ouvrages très biais ou à courbure très prononcée ;
- Les problèmes dus au caractère innovant de la technique ou du procédé;

Dans la catégorie des ponts non courants se trouvent :

 Les ponts à haubans

Pour ce type d’ouvrage, les éléments porteurs sont des poutres soutenues
par des câbles rectilignes et obliques appelés haubans qui peuvent être parallèles
(haubans en éventail) ou convergentes (haubans en harpe) comme l’indiquent les
figures ci-dessous.

18
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

Figure 2 : Pont à hauban

 Les ponts suspendus

Ce sont des ponts pour lesquels les réactions du tablier sont transmises
aux câbles (principaux porteurs) par l’intermédiaire des suspentes (tirants
verticaux).

Figure 3 : Pont suspendu

19
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

1.1.2.2. Les ponts courants


Ce sont tous les autres types de ponts n’entrant pas dans les catégories
citées au paragraphe précédent.

 Les ponts-cadres et les portiques


Les ponts-cadres et les portiques sont des ouvrages monolithiques, utilisés
pour le franchissement en passage inférieur, lorsque la largeur de la voie
franchie est modérée (inférieure à 20 mètres). Leur simplicité de forme et leur
robustesse les rendent très adaptés à cette gamme de portée. Le choix entre ces
deux types d’ouvrages s’opère en fonction de la distance à franchir et la qualité
du sol de fondation.

Les cadres conviennent à des portées modestes (inférieures à 12 mètres) et


ont l’avantage de pouvoir se fonder sur des sols acceptant une fondation
superficielle peu chargée.

Figure 4 : Pont cadre à une alvéole

Pour des portées plus grandes (comprises entre 12 et 20 mètres) l’on a


recourt le plus souvent aux portiques ouverts, cette solution étant plus
économique qu’une simple dalle en travée indépendante nécessitant des culées
plus coûteuses que les piédroits d’un portique.

20
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

Figure 5 : Portique à deux alvéoles

 Les ponts-dalles
Un pont-dalle est un pont dont la structure peut être assimilée à une poutre
droite. Ce sont des ponts dont les réactions ne comportent que des composantes
verticales.
Il en existe plusieurs types, à savoir :
- Les passages supérieurs ou inférieurs en dalles armées (PSI-DA) pour des
portées allant jusqu’à une quinzaine de mètres.
- Les passages supérieurs ou inférieurs en dalles précontraintes (PSI-DP)
pour des portées allant jusqu’à une trentaine de mètres.
- Les passages supérieurs ou inférieurs en dalles nervurées (PSI-DN)
- Les passages supérieurs ou inférieurs en dalles élégies (PSI-DE)

Figure 6 : Pont-dalle

21
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

 Les ponts bow-strings

Figure 7 : Ponts bow-strings

 Les ponts à béquilles


Pour certains franchissements resserrés entres des montagnes, on peut
réaliser des ponts à béquilles obliques, qui lorsqu’ils sont bien conçus s’intègrent
harmonieusement au paysage.

Figure 8 : Pont à béquilles

 Les ponts à poutres en béton armé ou précontraint


Un pont en poutre est un pont dont la structure peut être assimilée à une
poutre droite.

22
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

Il existe des ponts à poutres en béton armé et en béton précontraint.


Selon les structures de la poutre on distingue : les ponts à poutres sous chaussée,
les ponts à poutres en caissons.

Figure 9 : Pont à poutres sous chaussée

Figure 10 : Pont à poutres en caissons

 Les ponts mixtes


Ce sont les ponts à ossature mixte avec un tablier en béton armé et des
poutres, supports en métal.

23
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

Figure 11 : Coupe transversale d’un pont mixte bipoutre

 Ponts construits en encorbellement successif

La méthode de construction en encorbellement n’est pas spécifique à un


seul type de pont. Le choix de ce mode de construction implique la prise de
précautions particulières lors de la conception de l’ouvrage.

Principe de construction :

Le premier voussoir est fixé sur le sommet de la pile. Le deuxième


voussoir vient ensuite se fixer provisoirement au premier avec des
barres horizontales. Le troisième voussoir est lui fixé de la même
façon, de l’autre côté de la pile pour rétablir l’équilibre. Les
voussoirs présents de chaque côté du premier élément placé sur la
pile vont être fixés de manière définitive par des câbles de précontrainte.
L’opération, en rétablissant continuellement l’équilibre de chaque
côté de la pile, est répétée jusqu’à la jonction des chantiers voisins.

Figure 12 : Schéma de la construction par encorbellement

24
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

Figure 13 : Construction d’un pont en caisson par encorbellement

1.2. LES DALOTS

Les dalots sont des ouvrages monoblocs de section rectangulaire à une ou


plusieurs cellules répondant à de nombreux cas d’utilisation, principalement
l’écoulement des eaux pluviales en conduite ou en ouvrages hydrauliques, mais
aussi en cas de passages inférieurs, galeries techniques, etc.

Figure 14 : Dalot unicellulaire franchissant une rivière

25
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

CHAPITRE 2 :

LES DONNEES D’ETUDE


ET LA DEMARCHE DE
CONCEPTION
D’UN PONT

26
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

2.1. PRESENTATION DES DONNEES D’ETUDE D’UN PONT

2.1.1. Les données fonctionnelles

Ces données regroupent l’ensemble des propriétés du pont lui permettant


d’assurer sa fonction d’ouvrage de franchissement. Il apparait donc important
d’indiquer les caractéristiques des voies franchies et celles des voies portées.
L’ouvrage traité est appelé PS (passage supérieur) et/ou PI (passage
inférieur) selon sa position par rapport à la route.

2.1.1.1. Données liées à la voie portée

 Les types de routes :

Le type de la voie portée est déterminé dans le projet routier.

 Tracé en plan :

C’est la projection de l’axe de la route sur un plan horizontal. Les


caractéristiques de l’ouvrage mis en évidence ici sont :

- Le biais (biais géométrique) qui est l’angle formé par l’axe longitudinal et
les lignes d’appui de l’ouvrage, à ne pas confondre au biais du
franchissement (angle formé par l’axe longitudinal de l’ouvrage et celle
de la voie franchie).

Désignons par φ l’angle de biais géométrique, et par φ’ celui biais du


franchissement.

Figure 15 : Biais géométrique et biais de franchissement

27
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

En fonction de la valeur de cet angle l’ouvrage peut avoir différentes


qualifications :

Valeur de φ Qualification de l’ouvrage


φ = 100 grades Droit
60 grades < φ < 100 grades Peu biais
φ < 60 grades Très biais

Tableau 1 : qualification des ouvrages selon le biais

La valeur de φ doit rarement descendre en dessous de 60 grades et


toujours rester supérieure à 30 grades.

- La courbure qu’il est conseillé de maintenir constante tout le long de


l’ouvrage. Les clothoïdes sont proscrites.
Le rayon de courbure est choisi en fonction des normes de géométrie
routière utilisées dans le projet routier.

 Le profil en long :

Il permet de définir l’altitude de l’axe du projet.

Une pente comprise entre 0,5 % et 1% devra être donnée au tablier pour
faciliter l’écoulement des eaux de pluie.

Le profil peut être en pente unique (Figure 16) ou convexe (figure 17).
Les profils concaves (figure 18) présentent des difficultés d’assainissement
lorsque le point bas se situe au niveau de l’ouvrage. Pour cette raison, l’on devra
les éviter.

Figure 16 : Profil à pente unique

28
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

Figure 17 : Profil convexe

Figure 18 : Profil concave (à éviter)

 Profil en travers en section courante :

Les schémas ci-dessous montrent les différentes constituantes du profil en


travers en section courante.

Figure 19 : Profil en travers 2 ou 3 voies (ARP)

29
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

Figure 20 : Profil en travers 2x2 voies

Figure 21 : Profil en travers pour VRU de type U

 Profil en travers sur ouvrage :

Au droit de l’ouvrage, les caractéristiques de la route se déduisent de celle la


zone courante adjacente et, en règle générale elles ne doivent pas être réduites.
[4]

Le règlement de charge des ponts-routes [5] définit les différentes largeurs


constituant le profil en travers :

30
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

Figure 22 : Profil transversal sur ouvrage

- La largeur utile (LU) : c’est la distance entre nus intérieurs des dispositifs
de sécurité ;
- La largeur roulable (LR) : c’est la distance entre dispositifs de sécurité ou
bordures ;
- La largeur chargeable (LC) : c’est la partie de la largeur roulable située à
plus de 50 cm des limites des parois de chaque dispositif de sécurité
lorsqu’ils existent ou la totalité de la largeur chargeable dans le cas
contraire.

Lorsque le passage des piétons sur l’ouvrage est autorisé, l’on devra selon
l’ARP, prévoir deux espaces d’au moins 1 m pour ceux-ci. Dans le cas contraire
il est tout de même conseillé de prévoir un cheminement destiné à recevoir le
personnel d’entretien, les piétons en circulation accidentelle, …etc.

2.1.1.2. Données relatives à l’obstacle

Lorsque l’obstacle franchi est une voie de communication, les données à


étudier sont :

- Le gabarit (g) qui est la hauteur statique maximale d’un véhicule avec
son chargement, autorisé à passer sous un ouvrage dans les conditions
normales de circulation. Le gabarit est à respecter en tout point du
franchissement.

31
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

- Le tirant d’air (hauteur libre h) qui est la distance entre la couche de


roulement de la voie franchie et l’intrados du pont.

Les gabarits autorisés pour des différents types de routes (franchies) sont
donnés dans le tableau ci-dessous :

Route franchie Gabarit


(m)
Itinéraires supportant des convois exceptionnels de type C 6,00
Itinéraires supportant des convois exceptionnels de type D ou E 7,00
Autoroutes de liaison 4,75
Voies rapides urbaines
Itinéraires militaires de 3ème et 4ème classe
Ensemble du réseau routier national 4,30
Itinéraires à gabarits réduits pour bus 3,65
Itinéraires à gabarits réduits pour véhicules légers 2,60

Tableau 2 : Gabarits maximums autorisés par type de route

A cette hauteur devra être ajoutée une revanche de 10 cm pour tenir compte
d’un éventuel renforcement de la chaussée, des tassements de l’ouvrage ou
d’erreurs de calculs.

Pour les ouvrages légers tels que les passerelles piétonnières qui sont les
plus vulnérables aux chocs accidentels de véhicules, il faudra ajouter une marge
de 50 cm pour des raisons de sécurité.

2.1.1.3. Données relatives aux équipements


Les poids ainsi que les dimensions de ces équipements doivent être
évalués avec précision pour les calculs de la structure.

Il s’agit des :

- Dispositifs de retenue (garde-corps; barrières);


- Système d’étanchéité du tablier;
- Revêtement de la chaussée;
- Joints de chaussée et de trottoir;
- Les trottoirs;
- dispositifs de recueil et d’évacuation des eaux (gargouilles, descentes
d’eau, conduites, caniveau fil d’eau, corniche caniveau,…);

32
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

- dispositifs d’éclairage;
- dispositifs de signalisation verticale et horizontale;
- réseaux passant dans l’ouvrage (eau, gaz, …);
- Dispositifs de visite et d’entretien.

2.1.1.4. Données d’exploitation en phase de service

Il s’agit ici de l’étude des charges d’exploitation routières susceptibles de


circuler sur l’ouvrage. Celles-ci sont données par le Fascicule 61 Titre II. Ce
sont :

- Les charges civiles (charges de chaussée et de trottoir) ;


- Les charges à caractère particulier (charges militaires et exceptionnelles) ;

2.1.2. Les données naturelles

Avant d’entamer l’étude du projet, l’ingénieur devra effectuer une visite de


terrain pour connaitre la configuration naturelle du site. Cette visite lui permettra
d’analyser les aspects suivants :

- La topographie du terrain naturel dont l’étude permet de connaitre, les


possibilités d’accès et d’installation du chantier ;
- L’hydrologie : pour les ouvrages franchissant des cours d’eau, il convient
de recenser les informations concernant le régime du cours d’eau et les
risques d’affouillements ;
- Les données géotechniques : celles-ci conditionnent le choix des
fondations. Elles concernent la nature du sol et du sous-sol.

2.1.3. Données architecturales et paysagères

Pour que la dénomination “ ouvrage d’art ” conserve son sens, il importe


de soigner l’aspect de la construction. Il est vrai que le calcul d’un pont est
capital mais c’est son apparence qui est perçue par les usagers et qui constitue
pour eux le critère de base d’évaluation de sa qualité.

C’est à juste titre que Paul Séjourné écrivait : “ De tous les ouvrages
d’art, je dis de tous, même les petits, l’aspect importe, il n’est pas permis de
faire laid.
C’est une étrange opinion que d’estimer cher ce qui est beau, bon marché ce qui
est laid : on a fait laid et cher, beau et bon marché.” (“ Grandes voûtes”- 1914).
33
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

En résumé, même une recherche d’économie ne peut justifier qu’on


enlaidisse le paysage et qu’il est souvent possible de réaliser de belles œuvres à
moindre coût. Il convient alors de rechercher parmi les solutions économiques
celles qui sont les plus esthétiques.

En ville, les piétons et les automobilistes se déplacent à faible vitesse donc


perçoivent en gros plan tous les détails des ouvrages. Ce qui n’est pas le cas en
rase-campagne où les usagers circulent généralement à vive allure et n’ont pas le
temps de voir l’ouvrage de près.

Par conséquent, la conception sera plus raffinée pour les ouvrages en


agglomération ; ce qui ne signifie nullement que ceux situés en rase-campagne
doivent êtres de piètre qualité architecturale.

Voici quelques règles de base d’esthétique :

- La première concerne le rapport des dimensions des différentes parties de


l’ouvrage. Une harmonie doit paraître entre la largeur, la hauteur, la
profondeur des éléments, mais également entre les ouvertures et les
surfaces pleines,
- Un ouvrage ne doit pas fermer l’espace,
- Il faut assurer une bonne ordonnance de la structure. Pour cela, il convient
de limiter le nombre de directions dans l’espace (éviter les lignes d’appui
non parallèles) ; d’éviter les profils en long concaves qui donnent
l’impression que l’ouvrage supporte mal son poids propre ;
- L’on doit veiller à ce que l’ouvrage s’intègre dans son environnement ;
- Le concepteur doit soigner l’aspect des parements de l’ouvrage en jouant
sur la texture et la couleur de ceux-ci.

2.2. LA DEMARCHE DE CONCEPTION D’UN PONT


2.2.1. Analyse des données

Après avoir énuméré les différents paramètres intervenant dans la


conception des ouvrages d’art, il convient maintenant de préciser comment les
analyser pour aboutir à l’ouvrage projeté.

34
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

2.2.1.1. Les données fonctionnelles

La morphologie d’un ouvrage est étroitement liée aux contraintes


fonctionnelles du projet. De ce fait, il est souvent impossible pour le concepteur
d’appliquer directement les solutions classiques existantes. Quelques
propositions de solutions sont données ci-dessous concernant les caractéristiques
géométriques de l’ouvrage.

a) Mise au point du profil en long

La mise au point au profil en long se fait en suivant les étapes suivantes :

Dans un premier temps, il faut analyser de façon globale les contraintes du


projet afin de mettre en évidence les éléments critiques incontournables (points
de raccordement du tracé).

Par la suite, il y a lieu d’évaluer les marges dont on dispose sur les
caractéristiques géométriques du profil en long. Cela permettra de lister les
différentes solutions compatibles avec la hauteur de franchissement puis de
concevoir l’ouvrage dans son ensemble tout en s’assurant que la pente donnée
au profil en long est suffisante pour les dispositifs d’assainissement.

b) Mise au point du tracé en plan

Il s’agit ici d’adapter l’ouvrage au biais (biais du franchissement et biais


géométrique) et la courbure imposés par le tracé en plan des voies franchie et
portée au voisinage du franchissement.

Adaptation du biais

Les solutions proposées en fonction de l’angle de biais sont regroupées dans le


tableau ci-dessous :

φ désigne l’angle de biais du franchissement.

φ’ est l’angle du biais géométrique.

35
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

Biais du
franchissement Solutions envisageables remarques
φ
On prend φ’ = φ

Biais modéré :
70 gr ≤ φ ≤
100 gr

Solution 1 :
On prend
φ’ = φ
Difficulté de
calcul et
Surconsommation
de matériaux

Solution 2 :
Redressement des bords libres (tablier de surface
surabondante franchi en diagonale par la voie portée)

S’utilise pour des


ouvrages courts
Biais
important :
30 gr ou 50 gr
(1)
≤ φ ≤ 70 gr
franchissement par un ouvrage droit

Solution 3 :

Redressement Redressement partiel des lignes


des lignes d’appuis
d’appui

1
30 gr pour les ponts dalles et 50 gr pou les ponts à poutres.

36
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

Biais du
franchissement Solutions envisageables remarques
φ

Solution adaptée
Appuis intermédiaires ponctuels
aux ouvrages
courbes et étroits
(passerelles
piétonnières et
bretelles
unidirectionnelles
).
Ouvrage droit à tabliers dédoublés

Convient pour les


ouvrages larges

Tableau 3 : Adaptation au bais

Adaptation à la courbure

Lorsque le tracé en plan fait apparaitre un ouvrage courbe, il est conseillé :

- de limiter la portée angulaire 1 à une valeur au plus égale à 0,3 radians ;


- d’éviter de composer biais et courbure en choisissant des appuis
rayonnants ;

c) Mise au point du profil en travers

Le concepteur devra intégrer les équipements du tablier lors de la définition


de détail du profil en travers. Ce sont :

- Les équipements du tablier ;


- Les dispositifs de retenue ;
- Eventuellement, les trottoirs ou passages de service ;
- Les dispositifs de recueil des eaux ;
- La corniche ;

1
La portée angulaire est le rapport de la portée développée sur le rayon de courbure.

37
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

2.2.1.2. Les données naturelles

Les paramètres naturels à analyser sont : les caractéristiques mécaniques et


chimiques du sol et les contraintes hydrauliques.

En fonction de la qualité du sol en place, le choix du mode de fondation


(superficielle, semi-profonde ou profonde) est effectué. Les caractéristiques du
sol peuvent également influencer le planning des travaux (par exemple pour un
sol très compressible, il est souhaitable de commencer par mettre en place les
remblais pour réduire les tassements définitifs de l’ouvrage). Aussi, pour des
sols présentant une forte agressivité, y-a-t-il lieu de prévoir un revêtement de
protection ou un béton compact pour l’infrastructure.

Dans les cas extrêmes, on peut envisager une amélioration des


caractéristiques par :

- Substitution ;
- Rabattement de nappe ;
- Injection.

Les contraintes liées à l’écoulement à prendre en compte sont :

- Les niveaux de crue,


- L’évaluation du débouché hydraulique (en plan et en hauteur) qui permet
le passage de la crue de référence et les objets flottants. Cette donnée fixe
la côte minimale de l’intrados,
- Les risques d’affouillement qui conditionnent le choix des formes des
piles.

2.2.2. Définition de la brèche

L’analyse des données ci-dessus conduit à définir la brèche à franchir. Le


franchissement de la brèche est le motif de l’existence de l’ouvrage. Celle – ci
est définie après étude des obstacles qui sont issus de contraintes pouvant être
naturelles (cours d’eau, talweg, …), fonctionnelles (une zone de terrain
compressible), d’environnement (contraintes d’emprises, contraintes
hydraulique, …), architecturales ou d’exploitation (doublement routier à terme).

38
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

2.2.3. Etude des possibilités d’implantation des appuis

Les appuis sont les éléments verticaux du pont assurant la transmission des
efforts du tablier au sol d’appui par l’intermédiaire des fondations. Leur
conception dépend tant de la qualité du sol que des conditions de liaison avec le
tablier (appui simple, encastrement, …).

Ce travail commence par l’analyse des contraintes de projet et la définition


de la brèche à franchir. On obtient ainsi la position des appuis extrêmes.

Il faut rechercher alors les possibilités (les zones possibles) d’implantation


des appuis intermédiaires. C’est à ce stade que le concepteur définit les portées
du pont et voit ainsi apparaitre les différents choix envisageables quant au choix
du type de structure.

2.2.4. Principes de choix de la structure

Le principal critère de choix d’un type d’ouvrage est la portée déterminante


(plus grande distance entre deux appuis consécutifs). Les paramètres suivant
interviennent également :

- Les possibilités de construction de l’ouvrage,


- Les caractéristiques géométriques en plan,
- La largeur du tablier,
- La hauteur disponible,
- La nature des terrains de fondation,
- L’aptitude de la structure à résister aux éventuels chocs (véhicule,
navires,…).

Ces éléments conduisent à la définition du nombre de travées, leurs


longueurs, le balancement des travées, l’élancement du tablier, le type de
structure (longitudinalement et transversalement) en se basant sur les domaines
d’emploi usuels des ouvrages.

Le tableau ci-après donne les gammes de protées et les élancements des


différents ponts.

39
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

Ouvrages construits sur cintre au sol


TYPE
D’OUVRAGE
GAMME DE PORTEE ELANCEMENT OBSERVATONS θ
Domaine
Min Max Sur pile A la clé
privilégié
Ouvrages en béton armé
Cadre PICF - 2 à 10 m 12 m l/32 + 0,125 Epaisseur du tablier
Travées peu
Portiques
8m 10 à 12 m 22 m l/40 + 0,100 Epaisseur du tablier dissymétriques
PIPO-POD pour POD
7m 8 à 15 m 15 m l/20 Travée isostatique -
Pont dalle
7m 8 à 15 m 15 m l/20 2 travées continues > 0,6
armée PSIDA
6m 8 à 18 m 20 m l/28 ≥ 3 travées continues 0,6 à 0,85
Dalles précontraintes type PSIDP
1/22 à 1/25 Travée isostatique -
14
Dalles pleines 14 à 20 m 25 m 1/28 2 travées continues > 0,6
m
1/33 ≥ 3 travées continues 0,6 à 0,85
Dalles à larges 1/22 à 1/25 Travée isostatique -
15
encorbelle – 18 à 25 m 30 m 1/25 2 travées continues > 0,6
m
ments 1/28 ≥ 3 travées continues 0,6 à 0,85
Dalle pleine
10 à 20 m 25 m 1/23 Surcoût 10 à 15 % 0,65 à 0,70
poussée (1)
Pont en dalle nervurée de hauteur constante (≥ 2 nervures)
Nervures 1/25 2 travées continues
25 à 30 m 35 m 0,65 à 0,90
larges 1/30 ≥ 3 travées continues
Nervures 1/15 à 1/20 2 travées continues
25 à 30 m 35 m 0,65 à 0,90
étroites 1/17 à 1/22 ≥ 3 travées continues
Pont en dalle nervurée de hauteur variable (≥ 2 nervures)
Nervures 1/20 1/30 2 travées continues
35 à 45 m 50 m 0,65 à 0,90
larges 1/24 1/42 ≥ 3 travées continues
Nervures
35 à 45 m 50 m 1/18 1/35 0,65 à 0,90
étroites
Ponts à béquilles
0,55 à 0,70
Ponts à 1/23 à 1/33 à Trois travées portées < 0,60
20 à 40 m 50 m
béquille PSBQ 1/28 1/38 en têtes de béquilles Avec contre-
béquilles

Tableau 4 : Gammes de portées et élancements des ouvrages construits sur


cintre

1
Il ne s’agit pas d’un ouvrage courant

40
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

Ouvrages à poutres préfabriquées


TYPE ELANCEMENT
D’OUVRAGE
GAMME DE PORTEE
Poutre + hourdis
OBSERVATONS θ
Domaine
Min Max
privilégié
PRAD 1/18 à 1/20 travées isostatiques Portées égales
10 m 15 à 25 m 30 m si possible
prétention 1/23 à 1/25 travées continues
VIPP Portées égales
30 m 35 à 45 m 50 m 1/16 à 1/18 – 1/20 si possible
post-tension

Tableau 5 : Gammes de portées et élancements des ponts à poutre préfabriquées

Ponts à structure métallique ou mixte


TYPE ELANCEMENT
D’OUVRAGE
GAMME DE PORTEE
Poutre + hourdis
OBSERVATONS θ
Domaine
Min Max Sur pile A la clé
privilégié
8 à 25 m 1/33 (S275) travées isostatiques
Poutrelles 1/40 (S355) travées isostatiques
enrobées 10 à 30 m 1/38 (S275) travées continues 0,70 à 0,80
1/45 (S355) travées continues 0,70 à 0,80
< 28 m 1/38 travées isostatiques
PSIPAP 0,70 à 0,80
< 36 m 1/38 travées continues
Tablier
30 travées isostatiques
bipoutre mixte 50 à 80 m 90 m 1/22 à 1/25 -
m
isostatique
Tablier
30 110 3 travées ou plus de
bipoutre mixte 50 à 80 m 1/28 0,65 à 0,80
m m hauteur constante
continu
Tablier
30 110 1/25 à 1/25 à
bipoutre mixte 50 à 80 m Hauteur variable 0,65 à 0,80
m m 1/30 1/40
continu

Tableau 6: Gammes de portées et élancements des ponts à structure métallique


ou mixte

41
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

CHAPITRE 3 :

CONCEPTION DES
OUVRAGES IDENTIFIES

42
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

3.1. LES DALOTS

Dans le cas des dalots, notre travail consistera à mettre en œuvre un outil
de dimensionnement rapide de ces ouvrages. Pour des contraintes de temps,
nous nous sommes limités au cas des dalots simples usuels.

L’outil sera constitué de plans de coffrage et de ferraillage élaborés avec


des paramètres dont les valeurs seront consignées dans des tableaux, ce qui rend
son utilisation assez facile.

3.1.1. Les différentes parties d’un dalot

Figure 23 : Les principales parties d’un dalot

3.1.2. Méthode de prédimensionnement

Pour les ouvrages sans remblai l’épaisseur des traverses (tablier et radier)
se détermine à l’aide de la formule suivante où L désigne la portée :

Lorsque le dalot porte un remblai, les épaisseurs ci-dessus doivent être


majorées selon la formule suivante :

43
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

Avec :

Pour obtenir l’épaisseur des piédroits il suffit de retrancher 5 cm à celle


des traverses, soit :

On obtient ainsi pour les portées courantes :

- Ouvrage sans remblai de couverture :


PORTEE 1 1,5 2 3 4 5 6
EPAISSEUR DES
0,20 0,20 0,20 0,25 0,25 0,30 0,35
TRAVERSES (m)
EPAISSEUR DES
0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,25 0,30
PIEDROITS (m)

Tableau 7 : Epaisseur des traverses et piédroits des dalots courants

- Ouvrage avec remblai :

Nous avons déterminé les différentes épaisseurs pour des hauteurs de


remblai allant de 0,5 m à 10 m.

3.1.3. Présentation de la méthode utilisée pour de dimensionnement


des dalots simples

L’ouvrage principal sera dimensionné à l’aide du logiciel Ponts-cadres


PICF et les murs de tête seront calculés manuellement.

3.1.3.1. Dimensionnement de l’ouvrage principal

Pour des contraintes de temps, le ferraillage des murs de tête ne sera pas
abordé dans ce rapport. Cependant leurs dimensions seront données.

44
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

En ce qui concerne l’ouvrage principal (module), nous avons utilisé le


logiciel Ponts-cadres PICF pour le calcul de ferraillage.

 Présentation du logiciel de dimensionnement

Ponts-Cadres PICF est de logiciel conçu par le groupe CYPE


Ingenieros pour le dimensionnement et la justification des cadres fermés mono
ou multicellulaires, pour le passage inférieur de routes et ouvrages de drainage.

 Hypothèses de calcul et caractéristiques des matériaux

Les calculs seront effectués selon le BAEL 91 modifié 99.

Les fissurations sont supposées préjudiciables.

Le béton

Dosage du béton :

Pour l’ouvrage principal et les murs de têtes, le dosage de béton est de 350
kg de ciment par m3 de béton.

La résistance caractéristique du béton :

A la compression à 28 jours d’âge:

A la traction :

La déformation maximale du béton est de 3,5 o/oo.

Résistance de calcul en flexion pour le béton :

A l’ELU :

θ= 0,85

On obtient :

A l’ELS :

45
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

L’acier

Nous avons effectué les calculs avec un acier haute adhérence (HA) de
résistance caractéristique .

La déformation maximale de l’acier est de 10 o/oo.

Résistance de calcul de l’acier :

A l’ELU :

A l’ELS :

[10]

η est appelé coefficient de fissuration (η = 1,6 pour les aciers HA)

Le matériau de remblai :

Poids volumique :

Charges de calcul

Les surcharges d’exploitation prises en compte dans les calculs sont les
suivantes :

Système A

Convoi de type surcharges Bc

Convoi militaire de type Mc120

46
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

 Modélisation de la structure dans le logiciel

Figure 24 : Aperçu 3D du dalot dans le logiciel

3.1.3.2. Présentation du guide de calcul des dalots unicellulaires

Les résultats issus des calculs sont consignés dans des tableaux.
Ce guide est d’une grande facilité d’utilisation. En effet, il suffira pour
l’utilisateur de procéder à de simples lectures entre les lignes et les colonnes de
quelques tableaux en fonction des données qui sont :
- La portée du dalot (distance entre faces internes des piédroits) ;
- Le gabarit (distance entre faces intérieures des traverses) ;
- La hauteur de remblai ;

Les notations utilisées sur les figures 24 et 26 ci -après sont :

e1: épaisseur des traverses

e2: épaisseur des piédroits


e3: épaisseur du radier de tête
e4: épaisseur des murs de tête
L1 : longueur de l’ouvrage principal

47
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

L2, L3,L4 : dimensions des murs de tête (voir figure 25)


Ф: diamètre des aciers
esp : espacement des barres d'acier
σsol minimum : contrainte admissible minimum nécessaire au sol pour porter
l'ouvrage.

Dimensions de l’ouvrage principal

Les différentes dimensions de l’ouvrage sont représentées sur la figure 25


par des paramètres dont les valeurs sont données par le tableau ci-après, pour
chaque format1 de dalot en fonction de la hauteur de remblai que nous avons fait
varier de 0 à 10 m.

1
Le format désigne la section d’ouverture ( par exemple 4.00 x 3.00)

48
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

Figure 25 : Plan de coffrage d’un dalot unicellulaire

49
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

DALOT 1.50 x 1.50


HAUTEUR DE REMBLAI
(m) 0,00 0,50 0,75 1,00 1,50 2,00 2,50 3,00 3,50 4,00 4,50 5,00 5,50 6,00 6,50 7,00 7,50 8,00 8,50 9,00 9,50 10,00
σ sol minimum (bar) 0,30 0,40 0,70 0,80 0,85 1,00 1,00 1,00 1,25 1,25 1,45 1,55 1,65 1,75 1,90 1,95 2,05 2,20 2,20 2,35 2,45 2,55
e1 (m) 0,20 0,20 0,20 0,20 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,30 0,30 0,30 0,30
OUVRAGE PRINCIPAL
DIMENSIONS DE L'

e2 (m) 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,25 0,25 0,25 0,25
e3 (m)
e4 (m)
L2 (m) 3,30 3,30 3,30 3,30 3,38 3,38 3,38 3,38 3,38 3,38 3,38 3,38 3,38 3,38 3,38 3,38 3,38 3,38 3,45 3,45 3,45 3,45
L3 (m) 1,68 1,68 1,68 1,68 1,72 1,72 1,72 1,72 1,72 1,72 1,72 1,72 1,72 1,72 1,72 1,72 1,72 1,72 1,76 1,76 1,76 1,76
L4 (m) 3,70 3,70 3,70 3,70 3,79 3,79 3,79 3,79 3,79 3,79 3,79 3,79 3,79 3,79 3,79 3,79 3,79 3,79 3,87 3,87 3,87 3,87

Tableau 8 : Dimensions d’un dalot 1.50 x 1.50 en fonction de la l’épaisseur de remblai sur l’ouvrage

50
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

DALOT 2.00 x 1.50


HAUTEUR DE REMBLAI
(m) 0,00 0,50 0,75 1,00 1,50 2,00 2,50 3,00 3,50 4,00 4,50 5,00 5,50 6,00 6,50 7,00 7,50 8,00 8,50 9,00 9,50 10,00
σsol minimum (bar) 0,30 0,50 0,55 0,55 0,60 0,75 0,90 1,05 1,30 1,40 1,50 1,50 1,65 1,80 1,90 1,95 2,05 2,20 2,30 2,40 2,55 2,65
e1 (m) 0,20 0,20 0,20 0,20 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25
OUVRAGE PRINCIPAL
DIMENSIONS DE L'

e2 (m) 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20
e3 (m)
e4 (m)
L2 (m) 2,55 2,55 2,55 2,55 2,63 2,63 2,63 2,63 2,63 2,63 2,63 2,63 2,63 2,63 2,63 2,63 2,63 2,63 2,63 2,63 2,63 2,63
L3 (m) 1,30 1,30 1,30 1,30 1,34 1,34 1,34 1,34 1,34 1,34 1,34 1,34 1,34 1,34 1,34 1,34 1,34 1,34 1,34 1,34 1,34 1,34
L4 (m) 2,86 2,86 2,86 2,86 2,95 2,95 2,95 2,95 2,95 2,95 2,95 2,95 2,95 2,95 2,95 2,95 2,95 2,95 2,95 2,95 2,95 2,95

Tableau 9 : Dimensions d’un dalot 2.00 x 1.50 en fonction de la l’épaisseur de remblai sur l’ouvrage

51
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

DALOT 2.00 x 2.00


HAUTEUR DE REMBLAI
(m) 0,00 0,50 0,75 1,00 1,50 2,00 2,50 3,00 3,50 4,00 4,50 5,00 5,50 6,00 6,50 7,00 7,50 8,00 8,50 9,00 9,50 10,00
σ sol minimum (bar) 0,30 0,40 0,70 0,80 0,85 1,00 1,00 1,00 1,25 1,25 1,45 1,55 1,65 1,75 1,90 1,95 2,05 2,20 2,20 2,35 2,45 2,55
e1 (m) 0,20 0,20 0,20 0,20 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,30 0,30 0,30 0,30
OUVRAGE PRINCIPAL
DIMENSIONS DE L'

e2 (m) 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,25 0,25 0,25 0,25
e3 (m)
e4 (m)
L2 (m) 3,30 3,30 3,30 3,30 3,38 3,38 3,38 3,38 3,38 3,38 3,38 3,38 3,38 3,38 3,38 3,38 3,38 3,38 3,45 3,45 3,45 3,45
L3 (m) 1,68 1,68 1,68 1,68 1,72 1,72 1,72 1,72 1,72 1,72 1,72 1,72 1,72 1,72 1,72 1,72 1,72 1,72 1,76 1,76 1,76 1,76
L4 (m) 3,70 3,70 3,70 3,70 3,79 3,79 3,79 3,79 3,79 3,79 3,79 3,79 3,79 3,79 3,79 3,79 3,79 3,79 3,87 3,87 3,87 3,87

Tableau 10 : Dimensions d’un dalot 2.00 x 2.00 en fonction de la l’épaisseur de remblai sur l’ouvrage

52
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

DALOT 3.00 x 2.00


HAUTEUR DE REMBLAI (m) 0,00 0,50 0,75 1,00 1,50 2,00 2,50 3,00 3,50 4,00 4,50 5,00 5,50 6,00 6,50 7,00 7,50 8,00 8,50 9,00 9,50 10,00
σsol minimum (bar)
e1 (m) 0,25 0,30 0,30 0,30 0,30 0,30 0,30 0,30 0,30 0,30 0,30 0,30 0,30 0,30 0,30 0,35 0,35 0,35 0,35 0,35 0,35 0,35
OUVRAGE PRINCIPAL
DIMENSIONS DE L'

e2 (m) 0,20 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,30 0,30 0,30 0,30 0,30 0,30 0,30
e3 (m)
e4 (m)
L2 (m) 3,38 3,45 3,45 3,45 3,45 3,45 3,45 3,45 3,45 3,45 3,45 3,45 3,45 3,45 3,45 3,53 3,53 3,53 3,53 3,53 3,53 3,53
L3 (m) 1,72 1,76 1,76 1,76 1,76 1,76 1,76 1,76 1,76 1,76 1,76 1,76 1,76 1,76 1,76 1,80 1,80 1,80 1,80 1,80 1,80 1,80
L4 (m) 3,79 3,87 3,87 3,87 3,87 3,87 3,87 3,87 3,87 3,87 3,87 3,87 3,87 3,87 3,87 3,96 3,96 3,96 3,96 3,96 3,96 3,96

Tableau 11: Dimensions d’un dalot 3.00 x 2.00 en fonction de la l’épaisseur de remblai sur l’ouvrage

53
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

DALOT 3.00 x 3.00


HAUTEUR DE REMBLAI (m) 0,00 0,50 0,75 1,00 1,50 2,00 2,50 3,00 3,50 4,00 4,50 5,00 5,50 6,00 6,50 7,00 7,50 8,00 8,50 9,00 9,50 10,00
σsol minimum (bar) 0,63 0,74 0,88 0,89 0,90 1,11 1,24 1,25 1,40 1,52 1,63 1,65 1,78 1,85 2,01 2,13 2;25 2,37 2,50 2,55 2,61 2,73
e1 (m) 0,30 0,30 0,30 0,30 0,30 0,30 0,30 0,30 0,30 0,30 0,30 0,35 0,35 0,35 0,35 0,35 0,35 0,35 0,35 0,40 0,40 0,40
OUVRAGE PRINCIPAL
DIMENSIONS DE L'

e2 (m) 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,30 0,30 0,30 0,30 0,30 0,30 0,30 0,30 0,35 0,35 0,35
e3 (m)
e4 (m)
L2 (m) 4,95 4,95 4,95 4,95 4,95 4,95 4,95 4,95 4,95 4,95 4,95 5,03 5,03 5,03 5,03 5,03 5,03 5,03 5,03 5,10 5,10 5,10
L3 (m) 2,52 2,52 2,52 2,52 2,52 2,52 2,52 2,52 2,52 2,52 2,52 2,56 2,56 2,56 2,56 2,56 2,56 2,56 2,56 2,60 2,60 2,60
L4 (m) 5,56 5,56 5,56 5,56 5,56 5,56 5,56 5,56 5,56 5,56 5,56 5,64 5,64 5,64 5,64 5,64 5,64 5,64 5,64 5,72 5,72 5,72

Tableau 12: Dimensions d’un dalot 3.00 x 3.00 en fonction de la l’épaisseur de remblai sur l’ouvrage

54
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

DALOT 4.00 x 3.00

HAUTEUR DE REMBLAI (m) 0,00 0,50 0,75 1,00 1,50 2,00 2,50 3,00 3,50 4,00 4,50 5,00 5,50 6,00 6,50 7,00 7,50 8,00 8,50 9,00 9,50 10,00
σsol minimum (bar) 0,77 0,78 0,93 1,02 1,20 1,32 1,50 1,65 1,85 1,90 2,20 2,38 2,25 2,40 2,48 2,50 2,62 2,65 2,71 2,83 2,96 3,00
e1 (m) 0,30 0,30 0,30 0,30 0,30 0,30 0,30 0,30 0,30 0,35 0,35 0,35 0,35 0,35 0,40 0,40 0,40 0,45 0,45 0,45 0,45 0,50
OUVRAGE PRINCIPAL
DIMENSIONS DE L'

e2 (m) 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,30 0,30 0,30 0,30 0,30 0,35 0,35 0,35 0,40 0,40 0,40 0,40 0,45
e3 (m)
e4 (m)
L2 (m) 4,95 4,95 4,95 4,95 4,95 4,95 4,95 4,95 4,95 5,03 5,03 5,03 5,03 5,03 5,10 5,10 5,10 5,18 5,18 5,18 5,18 5,25
L3 (m) 2,52 2,52 2,52 2,52 2,52 2,52 2,52 2,52 2,52 2,56 2,56 2,56 2,56 2,56 2,60 2,60 2,60 2,64 2,64 2,64 2,64 2,68
L4 (m) 5,56 5,56 5,56 5,56 5,56 5,56 5,56 5,56 5,56 5,64 5,64 5,64 5,64 5,64 5,72 5,72 5,72 5,81 5,81 5,81 5,81 5,89

Tableau 13: Dimensions d’un dalot 4.00 x 3.00 en fonction de la l’épaisseur de remblai sur l’ouvrage

55
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

Ferraillage de l’ouvrage principal

Figure 26 : Plan de ferraillage d’un dalot simple (module)

Lecture du plan de ferraillage :

Pour connaître la section d’une armature donnée et son espacement, il


suffit de voir le numéro qui le repère puis de consulter l’un des tableaux des
pages suivantes.

56
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

DALOT 1.50 x 1.50


HAUTEURS DE REMBLAI 0,00 0,50 0,75 1,00 1,50 2,00 2,50 3,00 3,50 4,00 4,50 5,00 5,50 6,00 6,50 7,00 7,50 8,00 8,50 9,00 9,50 10,00
Ф(mm) 8 8 8 8 8 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 12 12
1 esp (m) 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,20 0,25 0,20 0,25 0,15 0,15 0,20 0,20 0,20 0,25 0,25
Ф(mm) 8 8 8 8 8 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10
2
esp (m) 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,20 0,20 0,25 0,20 0,20 0,20 0,20
3 Ф(mm) 8 8 8 8 8 10 10 10 10 10 10 10 10 12 12 12 12 10 16 12 12 12
esp (m) 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,25 0,25 0,25 0,25 0,20 0,20 0,15 0,20 0,20 0,25 0,15 0,15 0,15 0,30 0,15 0,15 0,15
ARMATURES DE L' OUVRAGE PRINCIPAL

4 Ф(mm) 8 8 8 8 10 10 10 12 10 12 12 12 16 16 16 16 16 16 16 16 16 16
esp (m) 0,20 0,20 0,20 0,20 0,25 0,25 0,20 0,25 0,15 0,15 0,15 0,15 0,25 0,20 0,20 0,20 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15
5 Ф(mm) 8 8 8 8 8 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12
esp (m) 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,20 0,20 0,25 0,25 0,25 0,25 0,20
6 Ф(mm) 8 8 8 8 8 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12
esp (m) 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25
Ф(mm) 8 8 8 8 8 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12
7
esp (m) 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,20 0,25 0,20 0,25 0,15 0,15 0,20 0,20 0,20 0,15 0,15
Ф(mm) 8 8 8 8 10 12 12 12 12 12 12 12 16 16 16 16 16 16 16 16 16 16
8
esp (m) 0,20 0,20 0,20 0,20 0,25 0,25 0,25 0,20 0,20 0,15 0,15 0,15 0,25 0,20 0,20 0,20 0,15 0,20 0,15 0,15 0,15 0,15
Ф(mm) 8 8 8 8 10 10 10 8 10 12 12 12 10 12 12 12 12 12 12 16 16 16
9
esp (m) 0,20 0,20 0,20 0,20 0,25 0,25 0,25 0,15 0,20 0,25 0,25 0,20 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15 0,25 0,20 0,20
Ф(mm) 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 12 10 10 10
10
esp (m) 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,40 0,25 0,25 0,25
Ф(mm) 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8
11
esp (m) 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 H 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20
Ф(mm) 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 12 8 8 10
12
esp (m) 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,15 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,20 0,25 0,35 0,15 0,15 0,25

Tableau 14: Ferraillage d’un dalot 1.50 x 1.50 en fonction de l’épaisseur de remblai

57
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

DALOT 1.50 x 1.50 (SUITE)


HAUTEURS DE REMBLAI 0,00 0,50 0,75 1,00 1,50 2,00 2,50 3,00 3,50 4,00 4,50 5,00 5,50 6,00 6,50 7,00 7,50 8,00 8,50 9,00 9,50 10,00
Ф(mm) 8 8 8 8 8 10 10 10 10 10 12 10 10 12 12 12 12 12 16 16 16 16
13
esp (m) 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,15 0,25 0,20 0,20 0,15 0,25 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15 0,25 0,25 0,20 0,20
Ф(mm) 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 12 10 10 10
14
esp (m) 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,15 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,40 0,25 0,25 0,25
Ф(mm) 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8
15
esp (m) 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20
Ф(mm) 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10
ARMATURES DE L' OUVRAGE PRINCIPAL

16
esp (m) 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,15 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25
Ф(mm)
17
esp (m)
Ф(mm)
18
esp (m)
Ф(mm)
19
esp (m)
Ф(mm)
20
esp (m)
Ф(mm)
21
esp (m)
Ф(mm)
22
esp (m)
Ф(mm)
23
esp (m)
Ф(mm)
24
esp (m)

Tableau 14 (suite): Ferraillage d’un dalot 1.50 x 1.50 en fonction de l’épaisseur de remblai

58
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

DALOT 2.00 x 1.50


HAUTEUR DE REMBLAI 0,00 0,50 0,75 1,00 1,50 2,00 2,50 3,00 3,50 4,00 4,50 5,00 5,50 6,00 6,50 7,00 7,50 8,00 8,50 9,00 9,50 10,00
Ф(mm) 8 8 8 8 10 10 10 10 10 10 10 12 12 12 16 16 16 16 16 16 20 20
1 esp (m) 0,20 0,20 0,20 0,20 0,25 0,25 0,25 0,20 0,15 0,15 0,25 0,20 0,15 0,15 0,25 0,25 0,20 0,20 0,20 0,20 0,25 0,25
Ф(mm) 8 8 8 8 10 10 10 10 10 10 10 10 12 12 10 10 12 12 12 12 12 12
2
esp (m) 0,20 0,20 0,20 0,20 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,20 0,25 0,20 0,25 0,25 0,15 0,15 0,20 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15
3 Ф(mm) 8 8 8 8 10 10 10 10 12 12 10 10 12 12 12 12 12 16 16 16 16 16
esp (m) 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,15 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,15 0,20 0,15 0,15 0,15 0,15 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20
ARMATURES DE L' OUVRAGE PRINCIPAL

4 Ф(mm) 8 8 10 10 12 12 12 12 16 16 16 16 16 20 20 20 20 20 20 20 25 25
esp (m) 0,20 0,20 0,20 0,25 0,25 0,25 0,15 0,15 0,20 0,15 0,15 0,15 0,15 0,20 0,20 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15 0,2 0,2
5 Ф(mm) 8 8 8 8 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 16 16 16 16 16 16
esp (m) 0,20 0,20 0,20 0,20 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,20 0,25 0,20 0,15 0,15 0,15 0,15 0,25 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20
6 Ф(mm) 8 10 8 8 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12
esp (m) 0,20 0,25 0,20 0,20 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,15 0,15
Ф(mm) 8 8 8 8 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 16 16
7
esp (m) 0,20 0,20 0,20 0,20 0,25 0,20 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,20 0,20 0,20 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15 0,20 0,20
Ф(mm) 8 8 10 10 12 12 12 12 16 16 12 16 16 16 20 20 20 20 20 20 20 20
8
esp (m) 0,20 0,20 0,25 0,25 0,25 0,2 0,2 0,15 0,20 0,20 0,20 0,15 0,15 0,15 0,20 0,20 0,20 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15
Ф(mm) 8 10 10 8 10 10 12 12 12 12 12 12 16 16 16 16 16 16 16 16 20 20
9
esp (m) 0,20 0,25 0,25 0,20 0,25 0,2 0,25 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15 0,20 0,20 0,20 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15 0,2 0,2
Ф(mm) 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 8 8 8 8 10 10
10
esp (m) 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,15 0,15 0,15 0,15 0,2 0,2
Ф(mm) 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8
11
esp (m) 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,2 0,2
Ф(mm) 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10
12
esp (m) 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25

Tableau 15: Ferraillage d’un dalot 2.00 x 1.50 en fonction de l’épaisseur de remblai

59
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

DALOT 2.00 x 1.50 (SUITE)


HAUTEUR DE REMBLAI 0,00 0,50 0,75 1,00 1,50 2,00 2,50 3,00 3,50 4,00 4,50 5,00 5,50 6,00 6,50 7,00 7,50 8,00 8,50 9,00 9,50 10,00
Ф(mm) 8 8 10 10 10 10 12 10 12 12 12 12 16 16 16 16 16 16 16 16 20 20
13
esp (m) 0,20 0,20 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15 0,20 0,20 0,20 0,20 0,15 0,15 0,15 0,15 0,2 0,2
Ф(mm) 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 8 8 8 10 10
14
esp (m) 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,15 0,15 0,15 0,2 0,2
Ф(mm) 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8
15
esp (m) 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,2 0,2
ARMATURES DE L' OUVRAGE PRINCIPAL

Ф(mm) 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10
16
esp (m) 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25
Ф(mm)
17
esp (m)
Ф(mm)
18
esp (m)
Ф(mm)
19
esp (m)
Ф(mm)
20
esp (m)
Ф(mm)
21
esp (m)
Ф(mm)
22
esp (m)
Ф(mm)
23
esp (m)
Ф(mm)
24
esp (m)

Tableau 15 (suite): Ferraillage d’un dalot 2.00 x 1.50 en fonction de l’épaisseur de remblai

60
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

DALOT 2.00 x 2.00


HAUTEURS DE REMBLAI 0,00 0,50 0,75 1,00 1,50 2,00 2,50 3,00 3,50 4,00 4,50 5,00 5,50 6,00 6,50 7,00 7,50 8,00 8,50 9,00 9,50 10,00
Ф(mm) 8 8 8 10 10 10 10 10 10 10 10 10 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12
1 esp (m) 0,20 0,20 0,20 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,20 0,20 0,15 0,15 0,20 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15 0,20 0,15 0,15 0,15
Ф(mm) 8 8 10 10 10 10 10 10 10 10 12 12 10 10 12 12 12 12 12 12 12 12
2
esp (m) 0,20 0,20 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,20 0,20 0,25 0,25 0,15 0,15 0,20 0,15 0,15 0,15 0,2 0,15 0,15 0,15
3 Ф(mm) 8 8 8 10 10 10 10 10 10 10 12 10 10 12 12 12 12 12 12 12 12 12
0,20 0,20 0,20 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,20 0,20 0,25 0,15 0,15 0,20 0,15 0,15 0,15 0,15 0,2 0,15 0,15 0,15
ARMATURES DE L' OUVRAGE PRINCIPAL

esp (m)
4 Ф(mm) 8 8 12 12 10 12 12 12 16 16 16 16 16 16 20 20 20 20 20 20 20 20
esp (m) 0,20 0,20 0,15 0,15 0,2 0,25 0,20 0,15 0,20 0,25 0,15 0,15 0,15 0,15 0,20 0,20 0,20 0,15 0,20 0,20 0,15 0,15
5 Ф(mm) 8 8 8 10 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12
esp (m) 0,20 0,20 0,20 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,20 0,20 0,20 0,15 0,15 0,15 0,15 0,20 0,15 0,15 0,15
6 Ф(mm) 8 10 8 10 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12
esp (m) 0,20 0,25 0,15 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,20 0,20 0,20 0,15 0,15 0,15 0,20 0,15 0,15 0,15
Ф(mm) 8 8 8 10 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12
7
esp (m) 0,20 0,20 0,20 0,25 0,25 0,20 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,20 0,20 0,20 0,20 0,15 0,15 0,20 0,20 0,15 0,15
Ф(mm) 8 8 12 12 12 12 12 12 16 12 16 16 16 16 16 16 20 20 16 20 20 20
8
esp (m) 0,20 0,20 0,25 0,20 0,25 0,20 0,20 0,15 0,20 0,15 0,20 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15 0,20 0,20 0,15 0,20 0,20 0,15
Ф(mm) 8 8 10 12 10 12 10 10 12 12 12 16 16 16 16 16 16 16 16 16 16 16
9
esp (m) 0,20 0,20 0,20 0,25 0,20 0,25 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15 0,25 0,20 0,20 0,20 0,15 0,15 0,15 0,20 0,15 0,15 0,15
Ф(mm) 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10
10
esp (m) 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,20 0,20 0,20 0,20
Ф(mm) 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 10 10 10 10
11
esp (m) 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,25 0,25 0,25 0,25
Ф(mm) 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10
12
esp (m) 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,20 0,20 0,20 0,20

Tableau 16: Ferraillage d’un dalot 2.00 x 2.00 en fonction de l’épaisseur de remblai

61
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

DALOT 2.00 x 2.00 (SUITE)


HAUTEURS DE REMBLAI
(m) 0,00 0,50 0,75 1,00 1,50 2,00 2,50 3,00 3,50 4,00 4,50 5,00 5,50 6,00 6,50 7,00 7,50 8,00 8,50 9,00 9,50 10,00
Ф(mm) 8 10 8 12 10 12 12 10 12 12 12 16 16 16 16 16 16 16 16 16 16 16
13
esp (m) 0,20 0,25 0,15 0,25 0,15 0,25 0,20 0,15 0,15 0,15 0,15 0,25 0,20 0,20 0,20 0,20 0,15 0,15 0,20 0,15 0,15 0,15
Ф(mm) 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10
14
esp (m) 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,20 0,20 0,20 0,20
Ф(mm) 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 10 10 10 10
15
esp (m) 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,25 0,25 0,25 0,25
Ф(mm) 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10
16
esp (m) 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,20 0,20 0,20 0,20
Ф(mm)
17
esp (m)
Ф(mm)
18
esp (m)
Ф(mm)
19
esp (m)
Ф(mm)
20
esp (m)
Ф(mm)
21
esp (m)
Ф(mm)
22
esp (m)
Ф(mm)
23
esp (m)
Ф(mm)
24
esp (m)

Tableau 16 (suite): Ferraillage d’un dalot 2.00 x 2.00 en fonction de l’épaisseur de remblai

62
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

DALOT 3.00 x 2.00


HAUTEUR DE REMBLAI (m) 0,00 0,50 0,75 1,00 1,50 2,00 2,50 3,00 3,50 4,00 4,50 5,00 5,50 6,00 6,50 7,00 7,50 8,00 8,50 9,00 9,50 10,00
Ф(mm) 12 12 10 10 10 10 12 12 16 16 16 20 20 20 16 20 20 16 16 16 20 20
1
esp (m) 0,25 0,25 0,20 0,20 0,15 0,15 0,15 0,15 0,25 0,20 0,20 0,25 0,25 0,25 0,15 0,25 0,25 0,15 0,15 0,15 0,20 0,20
Ф(mm) 10 10 10 10 10 10 10 12 12 12 16 16 16 16 20 16 16 16 20 20 20 16
2
esp (m) 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,15 0,15 0,15 0,15 0,25 0,20 0,20 0,20 0,25 0,20 0,20 0,20 0,25 0,25 0,25 0,15
3 Ф(mm) 10 10 10 10 10 10 12 10 10 12 12 12 12 16 16 16 16 16 16 16 16 20
esp (m) 0,25 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,25 0,15 0,15 0,20 0,15 0,15 0,15 0,25 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,25
FERRAILLAGE DE L' OUVRAGE PRINCIPAL

4 Ф(mm) 12 12 12 12 16 16 16 16 20 20 20 20 20 20 25 20 25 25 25 25 25 20
esp (m) 0,15 0,15 0,15 0,15 0,2 0,2 0,15 0,15 0,20 0,20 0,15 0,15 0,15 0,25 0,20 0,15 0,20 0,15 0,20 0,15 0,15 0,15
5 Ф(mm) 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 16 16 16 20 20 20 20 20 20 20 16 20
esp (m) 0,25 0,20 0,25 0,25 0,25 0,25 0,15 0,15 0,15 0,15 0,20 0,20 0,20 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,15 0,20
6 Ф(mm) 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 16 16 12 12 16 16 20 20
esp (m) 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,20 0,20 0,20 0,15 0,15 0,15 0,15 0,25 0,25 0,15 0,15 0,20 0,20 0,25 0,25
Ф(mm) 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 16 16 16 16
7
esp (m) 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,20 0,20 0,20 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15 0,25 0,25 0,25 0,20
Ф(mm) 12 12 12 12 12 12 16 16 16 16 16 20 20 20 20 20 20 20 20 25 25 25
8
esp (m) 0,15 0,15 0,15 0,20 0,15 0,15 0,20 0,15 0,15 0,15 0,15 0,20 0,20 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15 0,20 0,20 0,20
Ф(mm) 12 12 10 12 12 12 16 16 16 16 16 16 20 20 20 20 20 20 20 20 20 25
9
esp (m) 0,25 0,20 0,15 0,25 0,15 0,15 0,25 0,20 0,15 0,15 0,15 0,15 0,20 0,20 0,15 0,15 0,20 0,15 0,15 0,15 0,15 0,20
Ф(mm) 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 12 12 12 12 12 12 10 10 10 12
10
esp (m) 0,25 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,15 0,15 0,15 0,20
Ф(mm) 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10
11
esp (m) 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,20 0,20 0,20 0,20
Ф(mm) 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 12 12 10 10
12
esp (m) 0,25 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,25 0,25 0,20 0,20

Tableau 17: Ferraillage d’un dalot 3.00 x 2.00 en fonction de l’épaisseur de remblai

63
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

DALOT 3.00 x 2.00 (SUITE)


HAUTEUR DE REMBLAI (m) 0,00 0,50 0,75 1,00 1,50 2,00 2,50 3,00 3,50 4,00 4,50 5,00 5,50 6,00 6,50 7,00 7,50 8,00 8,50 9,00 9,50 10,00
Ф(mm) 12 12 10 12 12 12 16 16 16 16 16 16 20 20 20 20 20 20 20 20 20 25
13
esp (m) 0,25 0,20 0,15 0,25 0,15 0,15 0,20 0,20 0,15 0,15 0,15 0,15 0,20 0,20 0,15 0,20 0,20 0,15 0,15 0,15 0,15 0,20
Ф(mm) 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 12 12 12 10 12 10 10 10 12
14
esp (m) 0,25 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,15 0,15 0,15 0,20
Ф(mm) 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10
15
esp (m) 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,20 0,25 0,25 0,20 0,20 0,20 0,20
10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 8 12 10 8 12 12 10 10
FERRAILLAGE DE L' OUVRAGE PRINCIPAL

Ф(mm)
16
esp (m) 0,25 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,15 0,25 0,20 0,15 0,25 0,25 0,20 0,20
Ф(mm)
17
esp (m)
Ф(mm)
18
esp (m)
Ф(mm)
19
esp (m)
Ф(mm)
20
esp (m)
Ф(mm)
21
esp (m)
Ф(mm)
22
esp (m)
Ф(mm)
23
esp (m)
Ф(mm)
24
esp (m)

Tableau 17 (suite): Ferraillage d’un dalot 3.00 x 2.00 en fonction de l’épaisseur de remblai

64
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

DALOT 3.00 x 3.00


HAUTEUR DE REMBLAI (m) 0,00 0,50 0,75 1,00 1,50 2,00 2,50 3,00 3,50 4,00 4,50 5,00 5,50 6,00 6,50 7,00 7,50 8,00 8,50 9,00 9,50 10,00
Ф(mm) 10 10 10 10 10 10 12 12 12 12 12 12 12 12 16 16 16 16 20 20 16 16
1
esp (m) 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,15 0,20 0,20 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15 0,20 0,20 0,20 0,20 0,25 0,25 0,20 0,20
Ф(mm) 10 10 10 10 10 10 12 12 12 16 16 16 16 16 16 20 20 20 20 20 20 20
2
esp (m) 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15 0,25 0,20 0,20 0,20 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25
3 Ф(mm) 10 10 10 10 10 10 10 10 12 10 12 10 12 10 12 12 12 12 16 16 16 16
esp (m) 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,25 0,15 0,20 0,15 0,20 0,15 0,20 0,15 0,15 0,15 0,20 0,20 0,20 0,25
4 Ф(mm) 10 10 12 12 12 16 16 16 16 16 20 16 20 16 20 20 20 20 25 20 20 25
FERRAILLAGE DE L' OUVRAGE PRINCIPAL

esp (m) 0,15 0,15 0,15 0,20 0,15 0,20 0,15 0,15 0,15 0,15 0,20 0,15 0,20 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15 0,20 0,15 0,15 0,20
5 Ф(mm) 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 16 16 16 16 16 16 16
esp (m) 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,20 0,20 0,20 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15 0,2 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20
6 Ф(mm) 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 16 12 16 16 16 16 20 20 20 20 20 20
esp (m) 0,25 0,25 0,25 0,25 0,3 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15 0,25 0,15 0,25 0,2 0,2 0,20 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25
Ф(mm) 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12
7
esp (m) 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15
Ф(mm) 12 12 12 12 12 16 16 16 16 16 16 16 16 16 20 20 20 20 20 20 20 20
8
esp (m) 0,25 0,20 0,20 0,20 0,15 0,25 0,20 0,20 0,20 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15 0,20 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15
Ф(mm) 10 12 10 10 12 12 16 16 16 16 16 16 16 16 16 20 20 20 20 20 20 20
9
esp (m) 0,20 0,25 0,15 0,15 0,15 0,15 0,25 0,25 0,20 0,15 0,15 0,20 0,15 0,15 0,15 0,20 0,20 0,20 0,15 0,20 0,20 0,15
Ф(mm) 12 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 12 12 12 12 12 12 10 10 12 12 12
10
esp (m) 0,25 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,15 0,15 0,20 0,20 0,20
Ф(mm) 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 12 12 12
11
esp (m) 0,20 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,25 0,25 0,25
Ф(mm) 12 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12,2
12
esp (m) 0,25 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,20 0,20 0,20

Tableau 18: Ferraillage d’un dalot 3.00 x 3.00 en fonction de l’épaisseur de remblai

65
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

DALOT 3.00 x 3.00 (SUITE)


HAUTEUR DE REMBLAI (m) 0,00 0,50 0,75 1,00 1,50 2,00 2,50 3,00 3,50 4,00 4,50 5,00 5,50 6,00 6,50 7,00 7,50 8,00 8,50 9,00 9,50 10,00
Ф(mm) 10 12 10 12 12 12 16 16 16 16 16 16 16 16 16 20 20 20 20 20 20 20
13
esp (m) 0,20 0,25 0,15 0,25 0,15 0,15 0,25 0,25 0,20 0,15 0,15 0,20 0,15 0,15 0,15 0,20 0,20 0,20 0,15 0,20 0,20 0,15
Ф(mm) 12 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 12 12 12 12 12 12 10 10 12 12 12
14
esp (m) 0,25 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,15 0,15 0,20 0,20 0,20
Ф(mm) 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 12 12 12
15
esp (m) 0,20 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,25 0,25 0,25
Ф(mm) 12 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12,2
FERRAILLAGE DES TETES

16
esp (m) 0,25 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,20 0,20 0,20
Ф(mm)
17
esp (m)
Ф(mm)
18
esp (m)
Ф(mm)
19
esp (m)
Ф(mm)
20
esp (m)
Ф(mm)
21
esp (m)
Ф(mm)
22
esp (m)
Ф(mm)
23
esp (m)
Ф(mm)
24
esp (m)

Tableau 18 (suite) : Ferraillage d’un dalot 3.00 x 3.00 en fonction de l’épaisseur de remblai

66
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

DALOT 4.00 x 3.00


HAUTEUR DE REMBLAI (m) 0,00 0,50 0,75 1,00 1,50 2,00 2,50 3,00 3,50 4,00 4,50 5,00 5,50 6,00 6,50 7,00 7,50 8,00 8,50 9,00 9,50 10,00
Ф(mm) 10 12 12 10 12 12 16 20 20 16 20 25 16 20 20 16 20 20 16 20 20 16
1
esp (m) 0,20 0,25 0,20 0,15 0,15 0,15 0,20 0,25 0,25 0,20 0,20 0,25 0,15 0,20 0,25 0,15 0,20 0,25 0,15 0,20 0,20 0,15
Ф(mm) 10 10 12 12 12 16 16 20 20 16 20 25 20 20 20 20 25 20 20 25 25 25
2
esp (m) 0,15 0,15 0,15 0,25 0,15 0,25 0,20 0,25 0,25 0,20 0,20 0,25 0,20 0,20 0,20 0,20 0,25 0,20 0,20 0,25 0,25 0,25
3 Ф(mm) 10 10 10 10 12 12 10 12 12 10 16 16 16 16 16 16 16 16 16 16 16 16
esp (m) 0,20 0,20 0,20 0,20 0,25 0,25 0,15 0,15 0,15 0,15 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20
FERRAILLAGE DE L' OUVRAGE PRINCIPAL

4 Ф(mm) 12 12 16 16 16 20 20 20 20 20 25 25 25 25 25 25 25 25 25 25 25 25
esp (m) 0,15 0,15 0,20 0,20 0,15 0,20 0,20 0,15 0,15 0,20 0,15 0,15 0,20 0,15 0,20 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15
5 Ф(mm) 12 12 12 12 12 12 12 12 16 16 16 20 20 20 20 20 20 20 20 20 20 20
esp (m) 0,25 0,20 0,25 0,20 0,20 0,20 0,15 0,15 0,20 0,20 0,20 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,20
6 Ф(mm) 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 16 16 16 20 20 20 20 20 16 20 20 20
esp (m) 0,25 0,25 0,25 0,25 0,20 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15 0,20 0,20 0,20 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,15 0,20 0,20 0,20
Ф(mm) 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 16 16 16 16
7
esp (m) 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,20 0,25 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15 0,25 0,20 0,20 0,20
Ф(mm) 12 12 12 12 12 16 16 16 16 16 20 20 20 20 20 20 25 25 25 25 25 25
8
esp (m) 0,20 0,20 0,20 0,15 0,15 0,25 0,20 0,15 0,15 0,20 0,20 0,20 0,15 0,15 0,15 0,15 0,20 0,20 0,20 0,25 0,15 0,15
Ф(mm) 12 12 12 12 16 16 16 20 20 16 20 25 20 20 20 20 25 20 20 25 25 25
9
esp (m) 0,15 0,15 0,15 0,15 0,20 0,15 0,15 0,20 0,15 0,15 0,15 0,20 0,15 0,15 0,15 0,15 0,20 0,15 0,15 0,20 0,20 0,20
Ф(mm) 10 10 10 10 10 10 10 12 12 10 10 10 10 10 12 12 12 12 12 12 12 12
10
esp (m) 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,25 0,25 0,20 0,15 0,15 0,15 0,15 0,20 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15
Ф(mm) 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 12 12 12 10 10 10 10 12
11
esp (m) 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,20 0,20 0,25 0,25 0,25 0,15 0,15 0,15 0,15 0,20
Ф(mm) 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 12 10 10 10 10 12 12 12 12 12
12
esp (m) 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,25 0,25 0,25 0,20 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15

Tableau 19 : Ferraillage d’un dalot 4.00 x 3.00 en fonction de l’épaisseur de remblai

67
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

DALOT 4.00 x 3.00 (SUITE)


HAUTEUR DE REMBLAI (m) 0,00 0,50 0,75 1,00 1,50 2,00 2,50 3,00 3,50 4,00 4,50 5,00 5,50 6,00 6,50 7,00 7,50 8,00 8,50 9,00 9,50 10,00
Ф(mm) 12 12 12 12 16 16 16 20 20 16 20 25 20 20 20 20 25 20 20 25 25 25
13
esp (m) 0,15 0,15 0,15 0,15 0,20 0,15 0,15 0,20 0,15 0,15 0,15 0,20 0,15 0,15 0,15 0,15 0,20 0,15 0,15 0,20 0,20 0,20
Ф(mm) 10 10 10 10 10 10 10 12 12 10 10 10 10 10 12 12 12 12 12 12 12 12
14
esp (m) 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,25 0,25 0,20 0,15 0,15 0,15 0,15 0,20 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15
Ф(mm) 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 12 12 12 10 10 10 10 12
15
esp (m) 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,20 0,20 0,25 0,25 0,25 0,15 0,15 0,15 0,15 0,20
FERRAILLAGE DE L' OUVRAGE PRINCIPAL

Ф(mm) 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 12 10 10 10 10 12 12 12 12 12
16
esp (m) 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,25 0,25 0,25 0,20 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15
Ф(mm)
17
esp (m)
Ф(mm)
18
esp (m)
Ф(mm)
19
esp (m)
Ф(mm)
20
esp (m)
Ф(mm)
21
esp (m)
Ф(mm)
22
esp (m)
Ф(mm)
23
esp (m)
Ф(mm)
24
esp (m)

Tableau 19 (suite) : Ferraillage d’un dalot 4.00 x 3.00 en fonction de l’épaisseur de remblai

68
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

3.2. LES PONTS-CADRES ET LES PORTIQUES

3.2.1. Prédimensionnement des ponts-cadres : ouvrage principal

Figure 27: Principales parties d’un cadre

Les principales constituantes de l’ouvrage sont :

- La traverse supérieure ou tablier ;


- Les piédroits ;
- La traverse inférieure (radier) ;
- Les murs de tête qui sont soit en aile, soit en retour ;
- Les goussets.

Les dispositions géométriques :

La coupe droite de l’ouvrage (largeur, hauteur libre, hauteur de remblai


intérieur) doit être déterminée en fonction de la fiche nécessaire aux fondations
et du gabarit à respecter.

La largeur de l’ouvrage :

Lorsque la largeur biaise de l’ouvrage devient trop élevée (c'est-à-dire au-


delà de 25 mètres), du fait de sa rigidité, il devient sensible aux tassements
différentiels de la fondation.

69
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

Figure 28 : Coupe transversale d’un pont-cadre

Epaisseur de la traverse supérieure (e1):

Epaisseur de la traverse inférieure et des piédroits (e2) :

Ces éléments sont donnés par les abaques (annexe 1.a) en fonction de L et
du module de pseudo-élasticité du sol ESOL inscrits dans les tableaux ci-
dessous :

argile Limon Sable grave


Surconsolidé ou très serré 80 70 180 300
Normalement consolidé ou
55 50 150 170
normalement serré
Surconsolidé altéré et remanié
30 15 30
ou lâche

Tableau 20.a : Valeurs de ESOL en MPa

Rocher
Très peu fracturé 1600
Normal 1000
Très fracturé 800
Très altéré 160

Tableau 20.b : Valeurs de ESOL en MPa

70
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

Pour les ouvrages sous remblai ces épaisseurs seront majorées selon la
formule ci-dessous :

Avec :

Goussets

Les dimensions conseillées sont données par le tableau ci-dessous en


fonction de l’ouverture de l’ouvrage.

ouverture Gousset supérieur Gousset inférieur (cadres)

≤2m 0,20 x 0,20 ou chanfrein 0,20 x 0,20 ou chanfrein

2à4m 0,20 x 0,20 à 0,30 x 0,30 0,20 x 0,20 à 0,40 x 0,40


≥4m 0,30 x 0,30 à 0,40 x 0,40 0,40 x 0,40 à 0,50 x 0,50

Tableau 21: Dimensionnement des goussets

3.2.2. Prédimensionnement des portiques : ouvrage principal

Figure 29 : Coupe transversale d’un portique

71
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

Epaisseur de la traverse et des piédroits (e1) :

l désigne l’ouverture biaise de l’ouvrage.

La formule ci-dessus n’est valable que lorsque les conditions ci-dessous


sont respectées :

- Charges d’exploitation sans caractère particulier (A(l) ; Bc ; Bt ) ;

- Utilisation d’un béton de classe minimale B25 (Fc28 ≥ 25 Mpa) ;

- Fissuration peu préjudiciable ;

- Pas de couverture de remblai sur la traverse supérieure ;

- Ouvrage soumis à l’action horizontale et symétrique d’un remblai de


caractéristiques normales (masse volumique de 1,8 à 2,0 t/m3 ; coefficient de
poussée de 0,25 à 0,50).

Epaisseur des semelles (e2) :

- Si e1 < 0,60 m alors e2 = 0,60 m

- Si e1 ≥ 0,60 m alors e2 = e1

Largeur B et excentrement e des semelles :

B et e sont déterminés à l’aide d’abaques (annexe 1.b), en fonction de la fiche D


et de la contrainte maximale admissible du sol q’max aux états limites de service
(ELS).

3.2.3. Dimensions des murs de tête pour les cadres et les portiques

3.2.3.1. Murs de tête sur semelles (en aile ou en retour)

72
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

Figure 30 : Coupe transversale d’un mur de tête

Calcul de l’épaisseur de la base (e) :

Avec :

: Fruit intérieur (coté remblai)

: Fruit extérieur

: Epaisseur au sommet

: Hauteur totale du mur

e doit être supérieure à emin donné par l’abaque de l’annexe 1.c Dans le cas
contraire, augmenter .

Dimensions de la semelle

Il s’agit ici des longueurs avant (a) et arrière (b) de la semelle, son
épaisseur étant prise égale à celle de la base du mur. Ces deux valeurs sont
données par les abaques à l’annexe 1.d, en fonction de la hauteur de calcul hc

73
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

du mur, de la hauteur d’encastrement D et de la contrainte q exercée sur le sol


aux états limites de service (ELS).
Remarque : q étant inconnue, nous ferons l’essai avec plusieurs valeurs de q
inférieures à la contrainte admissible du sol, puis nous retiendrons celle qui
donne la plus petite largeur B=a+b.

Pour les murs en retour : hc = h

Pour les murs en aile : hc = h – 0,5 m

3.2.3.2. Dimensions des murs en retour suspendus

Epaisseur de la dalle verticale : 0,30 m

Dimensions de la nervure supérieure :

- Epaisseur de la nervure supérieure = e1 (épaisseur de la traverse


supérieure)
- Largeur en section courante : fixée à 0,50 m
- Si la largeur a (déterminée par abaque à l’annexe 1.e) est supérieure à
0,50 m, une nervure de largeur variable sera réalisée selon les dispositions
de la figure ci-dessous :

Dimensions de la nervure inférieure :

- Epaisseur fixée à 0,50 m


- Largeur en section courante : varie de 0,30 m à b (b lue sur l’abaque de
l’annexe 1.e).

Figure 31 : Nervures supérieures et inférieures

74
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

3.3. CONCEPTION DES PONTS-DALLES (PSIDA, PSIDP ET PSIDN)

3.3.1. Conception des appuis

3.3.1.1. Généralités sur les appuis

Définition

Les appuis sont les parties du pont par lesquels les efforts du tablier
arrivent au sol par l’intermédiaire des fondations. Cependant, dans ce qui suit, le
terme « appui » désignera l’ensemble formé par la partie définie ci-dessus
(superstructure de l’appui) et les fondations.

Les piles sont les appuis intermédiaires et les culées les appuis extrêmes.

La liaison des appuis au tablier est assurée par l’intermédiaire d’appareils


d’appuis assurant la transmission des efforts verticaux et horizontaux.

Structure des appuis

Un appui comporte deux parties :

- La superstructure ou fût, sur laquelle repose le tablier par l’intermédiaire


d’appareils d’appuis et qui est constituée soit par une série de colonnes ou
poteaux (généralement surmonté d’un chevêtre), soit par un ou plusieurs
voiles.
- Les fondations qui peuvent être superficielles (semelles), semi-profondes
(viroles, puits ou massifs de béton) ou profondes (pieux, micro pieux)

Figure 32 : Structure d’un appui


75
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

Notations

Les figures ci-après présentent les principales notations utilisées dans ce rapport.

Figure 33.a : Notations utilisées pour les appuis

Figure 33.b : Notations utilisées pour les appuis

B : largeur de la semelle

Ls : longueur de la semelle

b : largeur de la nervure

E : épaisseur des voiles

Φ : diamètre des colonnes

a : dimension transversale des poteaux

76
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

Ht : hauteur totale

D : profondeur de la fondation

Hv : hauteur vue, dans le cas d’une pile

hs : hauteur de la semelle

hn : hauteur de la nervure

hc : hauteur du chevêtre

L : longueur du voile (ou L1 : longueur du voile à sa base ; Lo : longueur du


voile à sa tête)

e : espacement des colonnes ou des poteaux

3.3.1.2. Conception et choix des piles

La conception des piles commence par la détermination du nombre,


l’espacement et les positions des appareils d’appui.

Pour un pont à poutres sous chaussée, ces paramètres sont donnés par le plan
de poutraison. Par contre pour un pont-dalle l’on pourra suivre les règles ci-
dessous pour les déterminer.

- L’espacement est égal à 1/6 de la portée biaise de la plus grande portée


adjacente ;
- On en déduit le nombre d’appareils d’appui n :

- La position définitive des appuis est fixée selon le principe présenté par
les schémas ci-dessous :

2 appareils d’appui :

77
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

3 appareils d’appui ou plus :

Figure 34 : Position des appareils d’appui

Remarque : Si le tablier repose sur deux voiles ou plus (nous verrons plus loin
comment s’opère le choix du nombre de voiles) recevant chacun deux appareils
d’appui (ce qui implique un nombre pair de points d’appui), il serait intéressant
du point de vue économique et aussi esthétique, de rapprocher les appareils
d’appui d’un même voile pour réduire la longueur de ce dernier sans aller au-
delà des limites fixées par le schéma suivant :

λ0 λ1 λ0

Figure 35 : Rapprochement des appareils d’appui

Les méthodes présentées ci-dessus s’appliquent pour l’implantation des


appareils d’appui des dalles rectangulaires ou quasi-rectangulaires.

Pour les dalles avec encorbellements latéraux, il convient de remplacer la


largeur utile du tablier par une largeur équivalente Li conventionnelle (voir
schéma ci-dessous).

78
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

Figure 36 : Largeur conventionnelle d’intrados

N.B : Les aires hachurées ont les mêmes valeurs.

a) Les appuis constitués de voiles

 Nombre et répartition des voiles :


Notons que le choix du nombre et la répartition des voiles se fait en fonction
du nombre d’appareils d’appui. Le tableau ci-dessous donne les différentes
solutions envisageables en fonction du nombre de points d’appui.

Nombre
d’appareils Répartition des voiles
d’appui

79
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

Tableau 22 : Nombre et répartition des voiles

 Dimensions des voiles :

Epaisseur des voiles:

section horizontale du voile Epaisseur e du voile remarques


Rectangulaire Pour des faces
(Valeur fixée à 0,50 m latérales
e si épaisseur du tablier présentant un fruit,
≤0,80 m) cette valeur est
attribuée à la plus
petite section.
De largeur variable e ≥ 0,40 m dans les L’on devra
cas courants s’assurer que les
ou appareils d’appui
e ≥ 0,30 m trouvent place sur
exceptionnellement le voile en
respectant les
conditions de la
figure ci-dessous :

80
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

Précautions à prendre pour le choix de


l’épaisseur :
a = 10 cm (valeur usuelle) ou
a = 5cm exceptionnellement

Tableau 23 : Dimensions des voiles d’un appui

Longueur des voiles L : hauteur des voiles :


Elle est fixée par la
configuration du site

Où Li est distance entre deux appuis consécutifs d’un voile donné.

Formes des voiles


Plan de coupe Les principales formes

Rectangulaires polygonales courbes


Plan horizontal

Epaisseur
Fruit positif Fruit négatif
constante

Plan vertical
perpendiculaire à la
ligne d’appui

Plan vertical
parallèle à la ligne
d’appui

81
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

Tableau 24 : Les formes de base des voiles d’un appui

On obtient au total 27 principales formes possibles, chacune d’elle étant


susceptible de subir des modifications pour donner une forme plus esthétique ou
économique.

 Adaptation des voiles au profil transversal des tabliers :


Elle est obtenue en disposant des bossages de hauteurs variables le long de la
ligne d’appui, les faces supérieures des voiles restant horizontales. L’arasement
des voiles se fait selon la dénivellation Δh entre les appareils d’appui extrêmes :

Δh ≤ 15 cm
Les voiles sont arasés à la même côte

Δh ≥ 15 cm
Les voiles sont arasés à des côtes
différentes

Tableau 25 : adaptation des voiles au profil transversal des tabliers

 Raccordement des voiles avec la fondation :

Il s’agit ici de la partie enterrée de la pile (la nervure) en contact avec la


fondation. Elle peut jouer le rôle de raidisseur en absence de chevêtre ou lorsque
ce dernier n’assure pas déjà cette fonction. Le choix du mode de raccordement
se fait en fonction de la configuration de l’appui.

Les différents cas de figure sont présentés ci-après :

82
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

Nombre de
Forme du voile Disposition de la nervure (ou soubassement)
voiles
Le voile est simplement prolongé jusqu’à la semelle

Parallélépipédique
simple

Le voile repose sur un soubassement de forme


parallélépipédique arasé à 30 cm sous le niveau du
terrain en légère saillie sur son pourtour
(5 à 10 cm)
1 Présentant un fruit
sur les deux faces

Même dispositions que le cas précédent

Faces latérales
constituées de plans
multiples

la semelle comporte une semelle qui fait office de nervure

2 ou plus

Tableau 26 : Raccordement des voiles avec la fondation

Hauteur de l’élément raidisseur (hn) :

Figure 37 : raccordement voile-fondation

La hauteur hn se déduit de la hauteur totale h en lui retranchant l’épaisseur


de la semelle hs, soit :
83
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

Le calcul de h se fait comme selon les indications du tableau suivant :

condition Hauteur h
Poids des terres au dessus de la
semelle intervenant de façon
prépondérante

Le sol de fondation est


de portance irrégulière
CIR : coefficient d’irrégularité du
piles terrain
Lu : largeur utile du tablier
L : la plus grande portée biaise de la
ligne adjacente
Piles-culées

Ls : longueur de la semelle
Bs : largeur de la semelle
Ht : hauteur des terres au-dessus de
la semelle

Tableau 27 : Calcul de la hauteur h

b) Appuis constitués de colonnes ou de poteaux

Lorsque les appuis sont des poteaux ou des colonnes, l’on devra disposer un
chevêtre à leur tête qui servira d’élément raidisseur ou de simple
contreventement.

 Prédimensionnement du chevêtre

Dimensions du chevêtre valeur

Hauteur (hc) hc=1,25ht (ht : hauteur du tablier)

Largeur( Lc) Lc = d+10 cm (d est le diamètre des


colonnes ou la largeur des poteaux)
longueur Fonction de la ligne d’appui

Tableau 28 : Prédimensionnement de chevêtre

 Le nombre de colonnes (ou poteaux) et leur espacement :


84
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

Ces données sont déterminées par la répartition des appareils d’appui.

N.B : Si le nombre de colonnes est trop élevé, on pourra remplacer ceux-ci par
deux ou trois colonnes de forte section.

 Formes et dimensions :

colonne poteau

a = 50 cm ; b ≥ 50 cm
d ≥ 60 cm

Tableau 29 : Dimensions des colonnes ou poteaux

c) Fondations des piles

Selon la qualité du sol d’appui, les fondations des appuis seront


superficielles, semi-profondes ou profondes.

 Prédimensionnement des fondations superficielles

- Cas d’une semelle filante :

Sans nervure Avec nervure

Coupe transversale de la
semelle

Ls = L+2d avec d ≤ hs
Voile unique d : débord de la semelle par rapport au voile
L : longueur du voile
Longueur Ls
Ls = (n-0,2)e
Plusieurs
n : nombre de voiles
voiles
e : distance entre axes des voiles

85
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

Sans nervure Avec nervure

avec B ≥1,50 m

(Résultante
maximale des charges verticales);
Largeur B
γ1 = 2,2 t/m3 (poids volumique moyen de la partie enterrée) ;
F : Effort de freinage (voir tableau 31) ;
Ht : Hauteur totale voile + fondation ;
P2 : Poids propre de la pile (partie vue) ;
R : Réaction d’appui maximale déterminée à partir des
abaques de l’annexe 2 ;
q : Pression admissible du sol sous la semelle ;
D : Profondeur d’ancrage de la semelle.

Hauteur hs

Tableau 30 : Prédimensionnement des semelles filantes

Valeur de F sur chaque appui (en tonnes)


Nombre de
Sans dalle de transition Avec dalle de transition
travées
Pile(s) Pile-culée Pile(s) Pile-culée
1 - 15,00 - 15,00
2 12,00 9,00 9,00 10,50
3 7,50 7,50 6,00 9,00
4 ou plus 6,00 6,00 4,50 8,25

Tableau 31: Détermination de l’effort de freinage F

NB : Les valeurs du tableau ci-dessus sont à majorer de 50 %, au stade de


prédimensionnement.

- Cas d’une semelle isolée :

Cette solution est envisageable lorsque les éléments constitutifs de la pile


(voiles, fûts) sont courts et suffisamment espacés (5 à 6 m) et si les
caractéristiques du sol nous mettent à l’abri de tassements différentiels
importants. La largeur de la semelle doit être supérieure à 1,50 m.

86
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

3.3.2. Conception du tablier

3.3.2.1. Cas des PSIDA et des PSIDP

a) Conception générale

 Profil en long :

Nombre et répartition des travées:

La définition du nombre de travées et leur répartition se fait après l’implantation


des appuis à la suite de l’étude des données du franchissement qu’il convient de
bien étudier afin de dégager toutes les solutions possibles puis retenir celle qui
offre la distribution la plus harmonieuse des travées. A cet effet, l’on devra dans
la mesure du possible se rapprocher le plus possible des règles suivantes :

- Si le nombre de travées est impair, leurs portées successives doivent


décroître de la travée centrale vers les travées de rive.
- Pour un nombre pair de travées, les deux travées centrales doivent avoir la
même longueur puis les autres portées décroissent progressivement du
milieu du pont vers chacune des culées.
- Si l’on désigne par l la portée d’une travée de rive et par L celle de la
travée adjacente, ces deux grandeurs doivent être choisies telles que :

0,50 L ≤ l ≤ 0,85 L pour les ouvrages courants.

0,60 L ≤ l ≤ 0,85 L pour les ouvrages à biais prononcée.

Le respect de ces conditions permet de prévenir le soulèvement du tablier au


niveau des culées dû à une longueur de travée de rive trop courte. Il permet aussi
de limiter les portées de rives pour des raisons de coût et d’esthétique.

 Coupe transversale :

Forme :

Le choix de la forme du profil en travers se fait en fonction de la largeur


de la voie portée.

Une devers minimal de 2,5 % doit être prévu. Il est recommandé de


former celui-ci avec la dalle en béton de sorte à ce que la chape et le revêtement
de chaussée soit réalisés en épaisseurs constantes.

87
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

Les principales formes sont les suivantes :


Forme du profil Domaine d’emploi

bombé Pour un tablier de largeur réduite

En toit Pour un tablier de grande largeur

déversé Pour un tablier courbe en plan

Tableau 32 : Différentes formes de pentes du profil en travers

Encorbellement :

Au-delà d’une vingtaine de mètres de portée, l’on aura recourt à des


encorbellements qui réduisent le rendement géométrique de la section et
permettent ainsi d’atteindre des portées plus importantes que les dalles
ordinaires. A cela, il faut ajouter l’aspect esthétique qu’ils apportent.

Ces encorbellements peuvent occuper la moitié de la largeur totale de


l’ouvrage ou plus. Dans ce cas, la dalle est dite à larges encorbellements.

Il existe différentes formes d’encorbellements :


Formes d’encorbellements Domaine d’emploi

Utilisés pour les plus grandes


minces
portées.

Utilisés pour des portées plus


massifs
modestes que le cas précédent.

Utilisé surtout en milieu urbain


courbes
Principalement pour l’esthétique

Tableau 33 : Différentes formes d’encorbellement

88
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

Largeur du tablier :

Au-delà de 16 m de largeur, il est conseillé de concevoir deux demi-


tabliers séparés par un vide central ou un joint de faible épaisseur.

Pour les tabliers de largeur variable, l’élargissement peut être réalisé,


selon le cas, au niveau des encorbellements (voir tableau 33) ou au niveau de la
nervure.
Mode d’extension des encorbellements Domaine d’emploi

Petits élargissements

3 Grands élargissements

Tableau 34 : Différents modes d’extension des encorbellements

b) Conception détaillée

 Prédimensionnement du tablier

Cas d’un PSIDP

L’objet de cette partie est de fournir une méthode permettant de


déterminer rapidement l’épaisseur économique de la travée en fonction de ses
caractéristiques géométriques (nombre, répartition et longueur des travées) et de
la classe de l’ouvrage.

Les estimations ont été effectuées avec les hypothèses suivantes :

89
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

- Ouvrage calculé selon la classe II (chaussée de 7,5 m à deux voies avec


deus trottoirs de 1,25 m)
- pour les dalles rectangulaires ;
- pour les dalles à larges encorbellements latéraux.

Les tableaux ci-dessous regroupent l’épaisseur de tablier en mètre pour un


ouvrage à deux, trois ou quatre travées.

Pour les ponts à une travée, il est indiqué de prendre l’épaisseur dans
l’intervalle compris entre l/25 et l/22 (l étant la portée).

OUVRAGE A DEUX TRAVEES


θl (m)
θl (m) DALLE PLEINE θ.l (m) DALLE AVEC ENCORBELLEMENTS

l(m) 15 16 17 18 19 20 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25
6 0,55 0,60 0,60 0,65 0,65 0,70 0,70 0,75 0,80 0,80 0,85 0,85 0,90 0,95 0,95 1,00 1,00
7 0,55 0,60 0,60 0,65 0,65 0,70 0,70 0,75 0,80 0,80 0,85 0,85 0,90 0,95 0,95 1,00 1,00
8 0,55 0,60 0,60 0,65 0,65 0,70 0,70 0,75 0,80 0,80 0,85 0,85 0,90 0,95 0,95 1,00 1,00
9 0,55 0,60 0,60 0,65 0,65 0,70 0,70 0,75 0,80 0,80 0,85 0,85 0,90 0,95 0,95 1,00 1,00
10 0,55 0,60 0,60 0,65 0,65 0,70 0,70 0,75 0,80 0,80 0,85 0,85 0,90 0,95 0,95 1,00 1,00
11 0,55 0,60 0,60 0,65 0,65 0,70 0,70 0,75 0,80 0,80 0,85 0,85 0,90 0,95 0,95 1,00 1,00
12 0,55 0,60 0,60 0,65 0,65 0,70 0,70 0,75 0,80 0,80 0,85 0,85 0,90 0,95 0,95 1,00 1,00
13 0,55 0,60 0,60 0,65 0,65 0,70 0,70 0,75 0,80 0,80 0,85 0,85 0,90 0,95 0,95 1,00 1,00
14 0,55 0,60 0,60 0,65 0,65 0,70 0,70 0,75 0,80 0,80 0,85 0,85 0,90 0,95 0,95 1,00 1,00
15 0,55 0,60 0,60 0,65 0,70 0,70 0,75 0,75 0,80 0,80 0,85 0,90 0,90 0,95 0,95 1,00 1,00
16 0,60 0,60 0,60 0,65 0,70 0,70 0,75 0,75 0,80 0,80 0,85 0,90 0,90 0,95 0,95 1,00 1,00
17 0,60 0,60 0,60 0,65 0,70 0,70 0,80 0,80 0,80 0,80 0,85 0,90 0,90 0,95 0,95 1,00 1,00
18 0,65 0,65 0,65 0,65 0,70 0,70 0,80 0,80 0,80 0,80 0,85 0,90 0,90 0,95 0,95 1,00 1,00
19 0,70 0,70 0,70 0,70 0,70 0,70 0,85 0,85 0,85 0,85 0,85 0,90 0,90 0,95 0,95 1,00 1,00
20 0,70 0,70 0,70 0,70 0,70 0,70 0,90 0,90 0,90 0,90 0,90 0,90 0,90 0,95 0,95 1,00 1,00
21 0,75 0,75 0,75 0,75 0,75 0,75 0,90 0,90 0,90 0,90 0,90 0,95 0,90 0,95 0,95 1,00 1,20
22 0,80 0,80 0,80 0,80 0,80 0,80 0,95 0,95 0,95 0,95 0,95 0,95 0,95 0,95 0,95 1,00 1,20
23 0,85 0,85 0,85 0,85 0,85 0,85 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 0,95 1,00 1,20
24 0,85 0,85 0,85 0,85 0,85 0,85 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,20
25 - - - - - - 1,20 1,20 1,20 1,20 1,20 1,20 1,20 1,20 1,20 1,20 1,20
26 - - - - - - 1,20 1,20 1,20 1,20 1,20 1,20 1,20 1,20 1,20 1,20 1,20

Tableau 35 : Prédimensionnement de l’épaisseur d’un tablier PSIDP à deux


travées

90
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

OUVRAGE A TROS TRAVEES


θl (m) θl (m) DALLE RECTANGULAIRE θl (m) DALLE AVEC ENCORBELLEMENTS

l(m) 15 16 17 18 19 20 21 22 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25
6 0,50 0,50 0,55 0,55 0,60 0,60 0,60 0,65 0,65 0,70 0,70 0,75 0,75 0,80 0,80 0,85 0,85 0,90 0,90
7 0,50 0,50 0,55 0,55 0,60 0,60 0,60 0,65 0,65 0,70 0,70 0,75 0,75 0,80 0,80 0,85 0,85 0,90 0,90
8 0,50 0,50 0,55 0,55 0,60 0,60 0,60 0,65 0,65 0,70 0,70 0,75 0,75 0,80 0,80 0,85 0,85 0,90 0,90
9 0,50 0,50 0,55 0,55 0,60 0,60 0,60 0,65 0,65 0,70 0,70 0,75 0,75 0,80 0,80 0,85 0,85 0,90 0,90
10 0,50 0,50 0,55 0,55 0,60 0,60 0,60 0,65 0,65 0,70 0,70 0,75 0,75 0,80 0,80 0,85 0,85 0,90 0,90
11 0,50 0,50 0,55 0,55 0,60 0,60 0,60 0,65 0,65 0,70 0,70 0,75 0,75 0,80 0,80 0,85 0,85 0,90 0,90
12 0,50 0,50 0,55 0,55 0,60 0,60 0,60 0,65 0,65 0,70 0,70 0,75 0,75 0,80 0,80 0,85 0,85 0,90 0,90
13 0,50 0,50 0,55 0,55 0,60 0,60 0,65 0,65 0,65 0,70 0,70 0,75 0,75 0,80 0,80 0,85 0,85 0,90 0,90
14 0,55 0,55 0,55 0,55 0,60 0,60 0,65 0,65 0,70 0,70 0,75 0,75 0,75 0,80 0,80 0,85 0,85 0,90 0,90
15 0,55 0,55 0,55 0,55 0,60 0,60 0,65 0,65 0,75 0,70 0,75 0,75 0,80 0,80 0,85 0,85 0,90 0,90 0,95
16 0,60 0,60 0,60 0,60 0,60 0,60 0,65 0,65 0,75 0,75 0,75 0,75 0,80 0,80 0,85 0,85 0,90 0,90 0,95
17 0,60 0,60 0,60 0,60 0,60 0,60 0,65 0,65 0,80 0,80 0,80 0,80 0,80 0,80 0,85 0,85 0,90 0,90 0,95
18 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,80 0,80 0,80 0,80 0,80 0,85 0,85 0,85 0,90 0,90 0,95
19 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,85 0,85 0,85 0,85 0,85 0,85 0,85 0,90 0,90 0,90 0,95
20 0,70 0,70 0,70 0,70 0,70 0,70 0,70 0,70 0,90 0,90 0,90 0,90 0,90 0,90 0,90 0,90 0,90 0,90 0,95
21 0,75 0,75 0,75 0,75 0,75 0,75 0,75 0,75 0,90 0,90 0,90 0,90 0,90 0,90 0,90 0,90 0,90 0,95 0,95
22 0,75 0,75 0,75 0,75 0,75 0,75 0,75 0,75 0,95 0,95 0,95 0,95 0,95 0,95 0,95 0,95 0,95 0,95 0,95
23 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00
24 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00

Tableau 36: Prédimensionnement de l’épaisseur d’un tablier PSIDP à trois


travées

91
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

OUVRAGE A QUATRE TRAVEES


θl (m) θl (m) DALLE AVEC
DALLE RECTANGULAIRE ENCORBELLEMENTS
l(m) 15 16 17 18 19 20 21 22 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25
6 0,50 0,50 0,55 0,55 0,60 0,60 0,65 0,65 0,65 0,70 0,70 0,75 0,75 0,80 0,85 0,85 0,90 0,90 0,95
7 0,50 0,50 0,55 0,55 0,60 0,60 0,65 0,65 0,65 0,70 0,70 0,75 0,75 0,80 0,85 0,85 0,90 0,90 0,95
8 0,50 0,50 0,55 0,55 0,60 0,60 0,65 0,65 0,65 0,70 0,70 0,75 0,75 0,80 0,85 0,85 0,90 0,90 0,95
9 0,50 0,50 0,55 0,55 0,60 0,60 0,65 0,65 0,65 0,70 0,70 0,75 0,75 0,80 0,85 0,85 0,90 0,90 0,95
10 0,50 0,50 0,55 0,55 0,60 0,60 0,65 0,65 0,65 0,70 0,70 0,75 0,75 0,80 0,85 0,85 0,90 0,90 0,95
11 0,50 0,50 0,55 0,55 0,60 0,60 0,65 0,65 0,65 0,70 0,70 0,75 0,80 0,80 0,85 0,85 0,90 0,90 0,95
12 0,50 0,50 0,55 0,55 0,60 0,60 0,65 0,65 0,65 0,70 0,70 0,75 0,80 0,80 0,85 0,85 0,90 0,90 0,95
13 0,50 0,50 0,55 0,55 0,60 0,60 0,65 0,65 0,70 0,70 0,75 0,75 0,80 0,80 0,85 0,85 0,90 0,90 0,95
14 0,55 0,55 0,55 0,55 0,60 0,60 0,65 0,65 0,70 0,70 0,75 0,75 0,80 0,80 0,85 0,85 0,90 0,90 0,95
15 0,55 0,55 0,55 0,60 0,60 0,60 0,65 0,65 0,75 0,75 0,75 0,75 0,80 0,80 0,85 0,85 0,90 0,90 0,95
16 0,60 0,60 0,60 0,60 0,60 0,60 0,65 0,65 0,75 0,75 0,75 0,75 0,80 0,80 0,85 0,85 0,90 0,90 0,95
17 0,60 0,60 0,60 0,60 0,60 0,65 0,65 0,65 0,80 0,80 0,80 0,80 0,80 0,80 0,85 0,85 0,90 0,90 0,95
18 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,80 0,80 0,80 0,80 0,80 0,80 0,85 0,85 0,90 0,90 0,95
19 0,70 0,70 0,70 0,70 0,70 0,70 0,70 0,70 0,85 0,85 0,85 0,85 0,85 0,85 0,85 0,85 0,90 0,90 0,95
20 0,70 0,70 0,70 0,70 0,70 0,70 0,70 0,70 0,90 0,90 0,90 0,90 0,90 0,90 0,90 0,90 0,90 0,90 0,95
21 0,75 0,75 0,75 0,75 0,75 0,75 0,75 0,75 0,90 0,90 0,90 0,90 0,90 0,90 0,90 0,90 0,90 0,90 0,95
22 0,75 0,75 0,75 0,75 0,75 0,75 0,75 0,75 0,95 0,95 0,95 0,95 0,95 0,95 0,95 0,95 0,95 0,95 0,95
23 - - - - - - - - 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00
24 - - - - - - - - 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00
25 - - - - - - - - 1,20 1,20 1,20 1,20 1,20 1,20 1,20 1,20 1,20 1,20 1,20
26 - - - - - - - - 1,20 1,20 1,20 1,20 1,20 1,20 1,20 1,20 1,20 1,20 1,20

Tableau 37 : Prédimensionnement de l’épaisseur d’un tablier PSIDP à quatre


travées

Evaluation de la précontrainte longitudinale :

l’effort minimal de précontrainte F se calcul en fonction des données


géométriques de la section du tablier, de la classe de vérification, des charges
admises sur l’ouvrage.

Hypothèses : les charges de types A(l) sont déterminantes (c’est généralement le


cas)

On a :

92
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

Classe de vérification Valeur de F

II

III

Tableau 38 : Evaluation de la précontrainte longitudinale

Avec :

ft28 : résistance caractéristique du béton à la traction du béton à 28 jours.

h : hauteur totale de la dalle

hu = h - 3Φ

Φ : diamètre du conduit de précontrainte

B : aire de la section transversale de la dalle

v et v’ : distance du centre de gravité aux faces supérieures et inférieures

η: Rendement mécanique de la section (0,33)

v0 : largeur nominale de voie [5] :

Ψ1 : fraction de charges d’exploitation sans caractère particulier, prise en compte


dans la combinaison d’actions fréquentes

Classe (1) du pont v0 (m) Ψ1


1 3,50 0,6
2 3,00 0,4
3 2,75 0,2

Tableau 39 : Valeurs de v0 et Ψ1

y = h et z = hu + h pour les ouvrages à deux travées et plus.

1
Classe au sens du fascicule 61 titre II.

93
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

y = v et z = v’ – 1,5 Φ+η v pour les ouvrages à deux travées.

l : portée centrale dans le cas d’un ouvrage à 3 travées et plus ou portée de rive
pour un ouvrage à 2 travées.

θ : rapport de la portée de rive à la portée centrale (θ=1 pour un pont à une ou


deux travées).

g : valeur caractéristique maximale de la charge permanente (dalle+équipements


fixés).

S1 =1,2.N. v0.A(l) (densité de la charge)

S1 = Ψ1.N. v0.A(l) (A pour l mètres chargés)

Cas d’un PSIDA

Dans le cas les dalles armées, l’épaisseur économique est inférieure à


l’épaisseur technique. C’est donc cette dernière qui sera le critère de
dimensionnement de la dalle.

Des abaques établies par le SETRA (voir annexe 3) donnent les


épaisseurs en mètre pour les ouvrages à 1, 2, 3 et 4 travées. Pour un pont de plus
de 4 travées des adaptations pourront être faites.

Portée (m) 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16
1 travée 0,40 0,40 0,40 0,40 0,45 0,50 0,55 0,60 0,65 0,70 0,75
2 travées 0,40 0,40 0,40 0,40 0,45 0,50 0,55 0,60 0,60 0,65 0,70

Tableau 40 : Prédimensionnement de l’épaisseur d’un tablier PSIDA à une ou


deux travées

94
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

TROIS TRAVEES
θl (m)

l(m) 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16
10 0,40 0,45
11 0,40 0,45 0,45 0,45 - - - - -
12 0,45 0,45 0,45 0,45 0,45 0,50 0,50 - - - -
13 0,45 0,45 0,45 0,50 0,50 0,50 0,55 0,55 - - -
14 0,45 0,45 0,45 0,50 0,50 0,55 0,55 0,55 0,55 - -
15 0,50 0,50 0,50 0,55 0,55 0,55 0,55 0,60 0,60 0,60
16 - 0,55 0,55 0,55 0,55 0,55 0,60 0,60 0,60 0,65 0,65
17 - 0,60 0,60 0,60 0,60 0,60 0,60 0,65 0,65 0,65 0,70
18 - - 0,60 0,60 0,60 0,65 0,65 0,65 0,65 0,70 0,70
19 - - 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,70

Tableau 41: Prédimensionnement de l’épaisseur d’un tablier PSIDA à trois


travées

QUATRE TRAVEES
θl (m)

l(m) 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18
13,25 0,50 0,50 0,50 0,50 0,50 0,50 0,55 0,55 - - - - -
14,00 0,55 0,55 0,55 0,55 0,55 0,55 0,55 0,55 0,60 - - - -
15,00 0,60 0,60 0,60 0,60 0,60 0,60 0,55 0,60 0,60 0,65 - - -
16,00 0,60 0,60 0,60 0,60 0,60 0,60 0,60 0,60 0,60 0,65 0,65 - -
17,00 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,70 0,70 -
18,00 0,70 0,70 0,70 0,70 0,70 0,70 0,70 0,70 0,70 0,70 0,70 0,75 0,75
19,00 0,75 0,75 0,75 0,75 0,75 0,75 0,75 0,75 0,70 0,70 0,70 0,75 0,75

Tableau 42: Prédimensionnement de l’épaisseur d’un tablier PSIDA à quatre


travées

Si l’on utilise un béton de classe supérieure à B25, un coefficient pourra


être affecté à l’épaisseur de la dalle en vue de la réduire si l’on recherche une
minceur:
Classe du béton B25 B30 B35
coefficient 1 0,87 0,81

Tableau 43: Coefficient de réduction de l’épaisseur d’un tablier PSIDA

Remarque : Cette solution entraine une augmentation du ferraillage ; donc du


coût du projet.

95
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

 Détermination de la longueur d’about Labout :

Cette longueur est définie sur le schéma ci-dessous

Figure 38 : Coupe longitudinale d’un about

Labout se détermine en fonction du biais géométrique φ et du diamètre D du plus


gros fer ancré par courbure au-delà de la ligne d’appui.

Longueur d’about

Dalle armée

Dalle précontrainte

Tableau 44: Détermination de la longueur d’about

 Disposition des câbles de précontrainte (PSIDP) :

Il est déconseillé de disposer des câbles de précontrainte dans le sens


transversal du tablier du fait de leur mauvais rapport rendement/prix et des
difficultés liées à leur mise en œuvre.

Dans le sens longitudinal, la précontrainte est assurée par des câbles filants
disposés aux abouts du tablier lorsque celui-ci est entièrement coulé en place.

Les différentes dispositions sont décrites par les schémas ci-après:

96
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

Dalle biaise (câbles


parallèles à l’axe)

Dalle biaise (câbles


perpendiculaires aux lignes
d’appui)

Dalle courbe avec câbles


parallèles à l’axe

Tableau 45: Disposition des câbles de précontrainte

 Disposition du ferraillage

Direction des aciers principaux


Direction des aciers dessin Domaine d’emploi
φ ≥ 70 grades pour les
Aciers parallèles PSIDA
aux bords libres et φ ≥ 80 grades pour les
aux lignes d’appui PSIDP

Pour les biais plus


Aciers parallèles et prononcés que le cas
perpendiculaires aux précédent
bords libres

Ouvrage à travée
unique large et de biais
prononcé
Aciers parallèles et
perpendiculaires aux
lignes d’appui

Tableau 46 : Direction des aciers principaux

97
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

3.3.2.2. Cas des PSIDN

a) Présentation générale des PSIDN

 Domaine d’emploi des dalles nervurées

Elles s’emploient pour des portées comprises entre 20 m (si l’on veut un
ouvrage plus économique que le PSIDN) et 50 m (si l’on veut un ouvrage plus
mince que le VIPP).

La dalle peut comporter une ou plusieurs nervures et peut être de hauteur


variable. Le choix entre ces différents paramètres dépend de la largeur et la
portée déterminante du pont comme indiqué dans le tableau ci-dessous pour les
ouvrages à 3 travées et plus (pour l’adapter aux ouvrages à deux travées, il faut
réduire de 10 % les bornes supérieures) :

20 25 30 35 40 45 50
portée
m m m m m m m
Largeur 1 nervure de hauteur 1 nervure de hauteur
≤ 10 m constante variable
2 nervures
3 nervures larges
10 m Sans intérêt larges hauteur
hauteur variable
≤ largeur constante
Dalle ≤ 16 m 2 nervures étroites
Sans intérêt
nervurée hauteur constante
3 nervures
3 nervures larges
Sans intérêt larges hauteur
Largeur hauteur variable
constante
≥ 16 m
3 nervures étroites
Sans intérêt
hauteur constante
Dalle Toute hauteur hauteur
Sans intérêt
élégie largeur constante variable

Tableau 47 : Domaine d’emploi des dalles nervurées et dalles élégies

NB : Les flèches signifient que les zones adjacentes se chevauchent.

D’autres critères de choix peuvent intervenir :

- Pour respecter le gabarit, la hauteur libre une dalle de moindre épaisseur


sera préférée dans certains cas ;

98
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

- Pour une recherche d’esthétique, une dalle de hauteur variable est


préférable à une dalle de hauteur constante et une dalle élégie peut être
préférée à une dalle nervurée ;

 Caractéristiques et limites des dalles nervurées

- Le biais géométrique doit être compris entre de préférence 70 et 100


grades et jamais en dessous de 50 grades.
- La longueur du tablier est limitée par les contraintes d’ordre technique
liés à la précontrainte (longueur maximale des câbles), aux dilatations du
tablier et à l’importance des cintres.
- La largeur du tablier doit être limitée à 20 mètres. Au-delà il faudra
envisager une précontrainte transversale du tablier.
- Le rapport de l’épaisseur du tablier sur la largeur de la nervure doit être
compris entre 1/5 et 2.
- Le balancement θ doit être compris entre 0,6 et 0,9.
- Les effets de la courbure en plan peuvent être négligés si l’ouverture
angulaire (rapport de la portée au rayon de courbure) est inférieure à 0,2
rad. Au-delà, il faudra tenir compte de ces effets dans les calculs.

 Morphologie du tablier

- Nombre et répartition des nervures

Le nombre est choisi en fonction de la portée et la largeur du tablier (voir


tableau 46).

En répartissant les nervures, il faut veiller à ce que les encorbellements ne


soient pas trop solliciter par les charges routières (c’est le cas pour un
encorbellement supportant presqu’une voie entière) ou augmenter, dans le cas
contraire, le nombre de nervures.

Aussi, est-il conseillé d’avoir une section transversale symétrique dans la


mesure du possible. Le décalage entre l’axe du profil en travers de l’ouvrage et
l’axe des nervures ne doit pas excéder 50 cm.

- Forme des nervures

On distingue deux principales formes selon leur largeur :

99
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

Nervures larges

Nervures étroites

Tableau 48: Définition des formes des nervures

- Tablier de largeur variable :

Pour de tels ouvrages, deux solutions se présentent. L’on peut :

Faire varier progressivement l’espacement entre les nervures, mais cette


solution conduit à des difficultés de calcul. C’est pourquoi, il est conseillé de
s’orienter vers la seconde.
Faire varier progressivement la largeur des encorbellements en prenant les
précautions suivantes :

Largeur d’élargissement ΔLe Dispositions particulières

ΔLe ≤ Le/3 Renforcement des aciers


passifs de l’encorbellement.

Le/3 ≤ ΔLe ≤ Le Prolonger l’entretoise sous


les encorbellements ;

Prévoir un renforcement des


aciers passif de
b l’encorbellement.

100
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

Largeur d’élargissement ΔLe Dispositions particulières


Si ΔLe ≤ 2 m : adopter la
Le ≤ ΔLe ≤ largeur d’une voie solution précédente (b) tout
en augmentant l’épaisseur
du hourdis à son
encastrement lorsque le
ferraillage devient
c important.

Si ΔLe > 2 m : disposer une


poutrelle encastrée sur la
nervure et l’entretoise
d’extrémité (voir figure ci-
contre).

Tableau 49: Elargissement d’un tablier PSIDN

 Condition d’appui des dalles nervurées

Il est indispensable de disposer des entretoises de hauteur he au droit des


appuis pour réaliser un encastrement des nervures à la torsion. Les différentes
dispositions sont détaillées dans le tableau ci-dessous :

Appuis intermédiaires Appuis extrêmes


tabliers à nervures he = 0,8.h he = 0,5.h
étroites e ≈ 50 cm 60 cm ≤ e ≤ 80 cm
Tabliers à nervures he = 0,5.h
Pas d’entretoises
larges 30 cm ≤ e ≤ 50 cm

Tableau 50 : Dimensions des entretoises

b) Liaison Tablier-piles

La conception des appuis a été détaillée au paragraphe 3.3.1. Cependant


nous préciserons ici leur particularité.

Configurations des appuis :

101
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

Appuis intermédiaires Appuis extrêmes

Piles culées classiques


tabliers à nervures constituées de
étroites colonnes ou poteaux

ou

Fruit positif Piles culées


apparentes

ou
Tabliers à nervures
larges Culées remblayées

Fruit négatif

Tableau 51 : Configuration des appuis

La rigidité transversale doit être nécessairement assurée. Pour y parvenir


l’on peut mettre en place un élément raidisseur reliant les voiles à leur partie
inférieure ou alors un chevêtre à leur partie supérieure.

Le dimensionnement de ces éléments raidisseurs est détaillé dans le


paragraphe 3.3.1.2.

Choix des appareils d’appuis :

Les effets thermiques et les retraits entrainent des variations de longueur de


tablier surtout dans le cas des gammes de portées pour lesquelles l’on a recourt
aux dalles multi-nervurées. Il est donc indispensable de mettre en place des
appareils d’appuis acceptant des déformations importantes, par exemple ceux en
élastomère fretté.

Réservations pour dispositifs de vérinage :

Des emplacements doivent êtres prévus en partie supérieure des voiles pour
recevoir les vérins de levage du tablier.

102
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

Le choix des points de vérinage se fait en fonction du nombre d’appareils


d’appuis par nervure et selon que l’on se trouve sur un appui intermédiaire ou un
appui extrême. Il doit être fait de sorte à ne pas modifier le fonctionnement
courant de l’ouvrage sous charge permanente.

Cas de deux appareils d’appui par nervure :


Disposition des vérins

Pile sous nervure


large

Appui
intermédiaire

Pile sous nervure


peu large

culée Identique aux dispositions ci-dessus

Colonnes
au droit
des ou
Appui extrême
Pile appareils
culée d’appui

Les
colonnes
ne sont pas

103
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

au droit
des
appareils
d’appui

Tableau 52.a : Réservations pour dispositifs de vérinage

Cas d’un seul appareil d’appui par nervure :

Disposition des vérins

Pile sous nervure


étroite

Appui
intermédiaire

Pile sous nervure peu


large

nervures
étroites

Appui
culée
extrême

Nervures peu
larges

104
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

Pile culée ou

Tableau 52.b : Réservations pour dispositifs de vérinage

Cas des ouvrages biais

Lorsque le biais est modéré (≥ 70 grades), les dispositions énoncées dans


les paragraphes précédents sont applicables. Néanmoins, il faut prendre
certaines précautions particulières ; à savoir : disposer les appareils d’appui
parallèlement à l’axe longitudinal des nervures et prolonger les entretoises
d’about sous les encorbellements (voir figure ci-dessous).

Figure 39 : Disposition des appareils d’appuis des ouvrages biais

Dans le cas d’un ouvrage très biais, les principes énoncées plus haut ne
s’appliquent plus. De plus, il faut prendre les dispositions particulières
suivantes :

Toujours orienter les appareils d’appui perpendiculairement à l’axe


longitudinal des nervures ;

105
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

Prolonger les entretoises d’about sous les encorbellements ;


Suppression des entretoises sur appuis intermédiaires (en effet les
entretoises sont très sollicitées en flexion et en torsion pour les ouvrages
très biais) ;
Envisager des fondations sur semelles isolées pour les appuis
intermédiaires dans la mesure du possible pour réduire la longueur les
semelles ;
Supprimer les angles aigus aux extrémités des encorbellements dans la
zone non chargeable.

c) Prédimensionnement du tablier

Dimensions de la section transversale

Les dimensions de la section transversale doivent respecter les


dispositions ci-dessous :

Figure 40 : Dimensions de la section transversale d’un PSIDN

Si on désigne par Ld la portée déterminante de l’ouvrage, on a :

Le ≤ Ld / 10 pour chaque entretoise.

Ln ≤ L

Elancement du tablier (voir tableau 4)

106
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

Estimation du ferraillage passif

Le but de cette partie est de fournir une méthode simple d’évaluation de la


quantité (poids) d’aciers passifs longitudinaux et transversaux, nécessaires au
ferraillage du tablier.
La méthode donne le ratio r d’acier en kg/m3 de béton en fonction des
dimensions des nervures pour les armatures longitudinales ou de la largeur du
hourdis pour les armatures transversales.

- Aciers longitudinaux :

Le ratio d’aciers est directement lu sur le graphe suivant :

Figure 41 : Courbe de détermination du ratio d’aciers longitudinaux d’un


PSIDN

- Aciers transversaux :

Le ratio est donné par la formule suivante : où r est le ratio,


K est donné par la courbe suivante.

107
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

Figure 42 : Courbe de détermination coefficient K d’un PSIDN

- Acier pour les cadres de torsion (Qt):

Avec :
b (en m): largeur de la nervure
h (en m): hauteur de la nervure
l (en m): portée de la plus longue travée
(en m): longueur totale de l’ouvrage
(en t/m2): contrainte de traction admissible des aciers

- Aciers pour étriers d’effort tranchant :

Leur poids est déterminé forfaitairement, au stade du prédimensionnement,


en prenant 5% du poids total d’acier (longitudinaux + transversaux + cadres).

- Quantité d’acier des abouts :

La quantité d’aciers passifs utilisés pour le ferraillage des abouts des


nervures est fixée forfaitairement à 3 tonnes [9].

108
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

CONCLUSION

La conception d’un ouvrage d’art est un processus itératif qui débute par le
recensement des données du projet. Une exploitation soigneuse de ces
informations permet de dégager les différentes solutions envisageables pour un
franchissement. Enfin, le choix définitif sera basé sur les critères technico-
économiques, et éventuellement esthétiques.

Ce guide est destiné aux différents acteurs du domaine des travaux publics
qui sont :

- Les Maîtres d’Ouvrages ;


- Les Bureaux d’Etudes ;
- Les Bureaux de Contrôle ;
- Les Laboratoires ;
- Les Entreprises.

Par ailleurs, il pourra être utilisé par tous les apprenants désireux d’acquérir
des connaissances de base en matière de conception des ponts.

Il leur facilitera les études en leur favorisant l’accès à l’information et en


orientant leurs décisions au cours des étapes successives de la conception.

L’élaboration de ce guide n’aura pas été achevée avec nous. Cependant nous
pensons, sans prétention aucune, que notre contribution permettra de poser les
bases de la confection de ce manuel que l’AGEROUTE projette de mettre en
place.

109
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

1. Anne BERNARD-GELY, Jean-Armand CALGARO, conception des ponts,


Presse de l’Ecole Nationale des Ponts et chaussées, 1994.

2. Jean GARRIGUEZ, La méthode des éléments finis, Ecole supérieure de


Mécanique de Marseille, 2002.

3. Piles et Palées (Appuis des tabliers), Pièces Pilotes 73, SETRA, 1977.

4. Hélène ABEL-MICHEL et al, Guide du Projeteur Ouvrages d’Art ponts


courants, SETRA, janvier 1999.

5. Programme de charges et épreuves des ponts-routes, fascicule 61 titre II.

6. Ponts-cadres et portiques – guide de conception, SETRA, 1992.

7. Ponts-cadres PICF – Manuel de l’utilisateur, CYPE Ingenieros.

8. Ponts-dalles – Guide de conception, SETRA.

9. PSI DN 81 - Passages supérieurs ou inférieurs en dalle nervurée, SETRA.

10. Fascicule 61 titre I – section I, BAEL 91 modifié 99.

110
Contribution à l’élaboration d’un guide de conception d’ouvrages

ANNEXES

111